close

Enter

Log in using OpenID

Articles

embedDownload
Editorial
Le Conseil d’Administration
Président
Dr. Fouad Zmokhol
Zimco Printing Press sal
Email: [email protected]
Vice-Président
Claude J. Bahsali
ITG (Holding) sal
Email: [email protected]
Trésorier
Patrick Farajian
Société Sodetel
Email: [email protected]
Secrétaire Générale
Carine Husni
Helliozid Technologies sarl
Email: [email protected]
Elie Aoun
Investment Holding
Email: [email protected]
Michel Assaily
Prime Investment sal
Email: [email protected]
Farid El Dahdad
Concrete Plus sal
Email: [email protected]
Dr. Ahmad Hage
Email: [email protected]
Jean Hleiss
Adir Insurance
Email: [email protected]
Fouad Rahme
BLC Invest
Email: [email protected]
Walid Sfeir
Fattal Holding
Email: [email protected]
Georges M. Tabet
NECB Bank sal
Email: [email protected]
Rassemblement de Dirigeants et Chefs d’Entreprises Libanais
Lebanese Businessmen Association
Maquette : Sabine Bahri Abou Sleiman
Immeuble Sarraf, 12e étage, Avenue de
l’indépendance, Achrafieh, Beyrouth, Liban.
Tel. : (+961-1) 320450 – (+961-3) 289800 ;
Fax : (961-1) 320395 ; Email : [email protected];
Site Internet : www.rdcl.org.lb
3 | Juin 2013
Et maintenant on va où... ?
Le Libanais est connu pour ses nombreux talents, ses multiples
forces mais aussi pour avoir la mémoire assez courte... C’est vrai
que cela pourrait être positif lorsqu’il s’agit d’effacer les souvenirs
pénibles de la guerre fratricide, mais ne rien apprendre de
nos erreurs et vite oublier nos mauvaises manœuvres et nos
stratégies erronées pourrait être assez dangereux quand il s’agit
d’économie, de finance et de la gestion d’un pays !
Rappelons-nous, il y a encore quelques mois, notre pays assistait
à un bras de fer entre, d’une part, les syndicats qui réclamaient
des augmentations de salaires et le patronat qui peinait à
survivre à l’ombre de la crise économique, et, d’autre part, le
gouvernement qui, tantôt jouait un rôle d’arbitre par le biais
de son ministre du Travail en exercice à l’époque et tantôt était Par Dr Fouad Zmokhol
le troisième protagoniste indépendant et dessinait des plans
utopiques et irréalisables.
Rappelons-nous aussi que les chefs d’entreprise ne se sont jamais opposés à une
augmentation bien étudiée des salaires des fonctionnaires mais demandaient à se
concentrer essentiellement sur les objectifs primordiaux des demandes légitimes des
salariés : l’amélioration du niveau de vie et l’augmentation du pouvoir d’achat, ainsi que
la baisse des coûts des services urbains et sociaux. Les arguments du secteur privé étaient
basés sur le fait qu’une augmentation aléatoire de salaires, issue d’un marchandage
politique, mènerait sans aucun doute à une inflation galopante, à une hausse du taux de
chômage, à un freinage de la croissance et à une augmentation de la dette publique et
des taxes.
Rappelons-nous enfin que le patronat avait signé avec les syndicats un accord pour
désamorcer la crise qui aurait pu dégénérer et faire « exploser » la rue. Parallèlement, nous
avons été forcés d’accepter un accord pour contrer un projet étatique inexécutable qui
aurait asséné le coup de grâce à notre économie et notamment au secteur privé.
Quels ont été les résultats de cette augmentation ?
Tout d’abord, cette augmentation « fictive » a été aspirée des poches des salariés avant
qu’ils n’aient eu l’occasion de profiter de la hausse des salaires. En d’autres termes, elle a
eu un effet contraire à son objectif initial vu que le pouvoir d’achat et le niveau de vie des
salariés ont baissé de façon spectaculaire ; un phénomène qui risque de déboucher sur
une crise sociale sans précédent.
D’autre part, le gouvernement s’est trouvé piégé entre une inflation galopante touchant
tous les secteurs et plus particulièrement les produits de première nécessité, et un
nouveau front, celui de la grille des salaires des fonctionnaires. Il est clair que l’État ne
peut financer ce nouveau coût que par une augmentation de taxes, que désormais ni
les sociétés privées ni les contribuables ne peuvent supporter, sans alourdir davantage
la dette publique. Cette augmentation, si elle a lieu, se répercutera directement et
négativement sur les citoyens qui devront s’attendre à une nouvelle augmentation du
taux d’inflation.
Entre-temps, la grogne syndicale s’est accentuée, la rue « bouillonne » et se prépare à
de nouvelles revendications et de nouveaux dérapages. Les entreprises privées sont
asphyxiées par l’augmentation de leur coût, par la crise économique interne et régionale,
et par la récession mondiale.
C’est pourquoi on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi au Liban on essaye
toujours d’inventer de nouvelles méthodes économiques ?
Pourquoi ne prenons-nous pas l’exemple d’autres pays qui sont passés par des crises
semblables ? Pourquoi dessine-t-on des plans économiques sur mesure, à la taille de
certains groupes politiques ?
Pourquoi tous les gouvernements qui se sont succédé pratiquent la méthode de
rafistolage et repoussent toutes les échéances et décisions importantes en guise de
« cadeau empoisonné » à leurs successeurs téméraires ?
N’aurait-on pas dû, comme tous les pays du monde, augmenter le salaire minimum et
laisser le reste des salaires s’autoréguler par le marché ?
Ne faut-il pas laisser un champ de manœuvre aux salariés qui bûchent, persévèrent et
méritent des réajustements sur base de leur expérience et leur rendement au lieu de
mettre tout le monde dans le même sac ?
De toute façon, ce qui est fait est fait... et peut-être presque oublié... mais « maintenant
on va où... » ?
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Sommaire
4 | Juin 2013
3
6
Editorial du Président
Tribune Libre
7
Assemblée Générale
Assemblée Générale et Eléction du Nouveau Conseil d’Administration
9
Assemblée Générale et Nouveau Conseil
5 | Juin 2013
42
43
44
45
45
Projets Divers
Accord du Ministère des Finances sur le projet des Actions Preférentielles présenté
par le RDCL en juin 2012
Participation et partenariat du RDCL au “Social Economic Award 2012”
Participation du RDCL à la Commission Ministérielle pour un plan de réforme économique et social
Participation du RDCL au jury du “Produit de l’Année” – Moyen-Orient et Afrique
46
48
50
52
53
53
57
58
60
63
64
65
Articles
“Le Conseil Économique et Social une nécessité au dialogue national” par Mr. Roger Nasnas.
“International Rating Agencies: Political and Economic Discussions” by Dr. Makram Sader
“Le CHO, un instrument financier pour les pays émergents” par Dr. Riad Obegi.
“Une plus grande synergie entre banque privée et banque d’affaire” par Mr. Georges Abboud.
“The Impact of Continuous Learning” by Mr. Antoine Aoun.
“Les Impairs d’une Transformation” par Maître Karim Dagher.
“Les pièges liés à l’arbitrage” par Maître Rana Chaaban.
“National Heritage Buildings (NHB)” par Mr. Nagib Fadel.
“Hawa Akkar – Un facteur vital pour l’énergie au Liban”
“We will rise stronger!”
“Préparons-nous à affronter 2013” par Dr. Fouad Zmokhol.
« Le Liban pays maudit... ou pays béni ? » par Dr. Fouad Zmokhol.
44
14
14
15
16
Tables Rondes et débats
Table Ronde «Comment sauver l’Economie de notre pays?» avec SEM Nicolas Nahas et SEM Roger Dib
Table Ronde «Simulation for an Economic Growth Policy for Lebanon » avec Dr. Abdallah Dardari et Dr.
Marwan Iskandar
Table Ronde avec le Président de l’Association des Banques du Liban (ABL) Dr. Joseph Torbey
Table Ronde sur l’Adoption d’un projet de loi sur les Sociétés par Action Simplifiée “SAS” au Liban avec SE
le Prof. Ibrahim Najjar
17
17
18
20
21
Conférences
Participation du RDCL à la conférence « Value and Success in Business » organisée par LIQAA
Conférence au « Rotary Club Beirut Cedars »
Participation du RDCL au lancement du Rapport «MILES » pour la création d’emplois par la World Bank
Conférence du RDCL «Les Succès Libanais dans le monde et leurs facteurs clés de Réussite»
Participation du RDCL à la conférence intitulée « Partnership between Financing and Investment »:
22
26
Activités externes et récéptions
Dîner de Gala du RDCL
Déjeuner débat du RDCL avec l’ Ambassadrice de L’Union Européenne S.E. Mme Angelina Eichhorst
29
30
32
33
34
35
36
Réunions externes
Visite à l’Ambassadrice de la Commission Européenne SE Mme Angelina Eichhorst
Visite au Président de la République le Général Michel Sleiman
Visite au Premier Ministre designé SE Mr. Tammam Salam
Visite à l’Ambassadrice Americaine du Liban SE Mme Maura Conelli
Visite à la Chambre de Commerce de Tripoli
Visite chez le gouverneur de la Banque Centrale au Liban SE Riyad Salameh
Visites des instances économiques à Riyadh
Etudes et positions
Position du RDCL concernant la grille des salaires du secteur public
Suggestions du RDCL pour résoudre la crise sur l’échelle des salaires
67
68
71
63
67
67
Annexes
Compte rendu de la Participation du RDCL à la conférence “Value and Success in Business”
Compte rendu du déjeuner débat du RDCL avec l’ Ambassadrice de L’Union Européenne
Compte rendu de la conférence du RDCL «Les Succès Libanais dans le monde
et leurs facteurs clés de Réussite»
Compte rendu de la participation du RDCL
Compte rendu de la table ronde «Comment sauver l’Economie de notre pays?»
Compte rendu de la table ronde «Simulation for an Economic Growth Policy for Lebanon »
Compte rendu de la table ronde avec le Président de l’Association des Banques du Liban (ABL)
74
Editorial du Président (arabe)
37
37
38
38
40
40
41
Visites et réunions au RDCL
Projet de création d’une base de donnée aux investisseurs
Visite d’une délégation économique de l’Ambassade Américaine
Visite de l’Ambassadrice de Suisse SE Mme Ruth Flint
Visite d’une délégation de l’Organisation Internationale du Travail (OIT)
Visite d’une délégation du Bureau Moyen-Orient de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF)
Projet du RDCL sur la gouvernance et la transparence des ONG libanaises
Réunion avec le coordinateur du plan de secours aux réfugiés Syriens au Liban
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
6 | Juin 2013
Tribune Libre
Le dynamisme du secteur privé facteur-clé du succès de
notre économie :
7 | Juin 2013
Assemblée Générale
Assemblée Générale et Election du Nouveau Conseil
d’Administration
Par Mr. Zafer Chaoui (Membre du RDCL)
Ainsi, le Libanais a su regarder vers l’extérieur, il a
émigré depuis des siècles à la recherche de conditions
meilleures et durant la seconde moitié du siècle dernier,
il n’a pas hésité à s’installer dans les pays pétroliers, en
Afrique, au Canada, tout en restant fort attaché à son
pays natal avec un flux d’argent continu qu’il envoie à
sa famille.
Ce dynamisme commence avec l’enfant avant d’aller à
l’école parce que rares sont les familles où il n’y a pas un
membre qui soit dans les affaires. Ce membre apprécié
par ses frères et sœurs crée une ouverture d’esprit chez
l’enfant ; on parle voyages, on parle achats, on parle
ventes…
A l’école, ce sentiment de négoce augmente : pays
ouvert, liberté d’expression et autres facteurs font
que l’élève n’hésite pas à parler des expériences de ses
parents, à avoir lui-même ses petites expériences ; je
me rappelle que mon frère a vendu mon vélo à l’âge de
dix ans au début de l’hiver pour se faire de l’argent de
poche !
Nous limiter aux Libanais de l’extérieur serait une
erreur. Il est certain que ceux qui sont restés au pays,
qui ont lutté pour la survie de leur entreprise et qui ont
su la maintenir, voire la développer, sont ceux grâce à
qui le système a pu se maintenir et survivre.
L’initiative individuelle, la mobilité à l’intérieur du pays,
les divers moyens d’acheminement de la marchandise,
le système bancaire efficace et sophistiqué et tant
d’autres facteurs nous ont permis de traverser les
moments les plus sombres de notre histoire avec un
minimum de dégâts.
Le RDCL a tenu une Assemblée Générale Électorale le Jeudi 24 Janvier 2013 à 17h au siège du rassemblement en vue d’élire sept
nouveaux membres du Conseil d’Administration, en présence d’un quorum de plus 85% des membres du rassemblement.
Les sept candidats élus sont M. Elie Aoun , M. Farid Dahdah, M. Patrick Farajian, M. Fouad Rahme, M. Walid Sfeir, M. Georges Tabet,
Dr. Fouad Zmokhol, qui se sont joints aux cinq membres du Conseil restants, Mlle Carine Husni, M. Michel Asseily, M. Claude
Bahsali, Dr. Ahmad Hage et M. Jean Hleiss.
Ce secteur privé, qui continue à être la pierre de voûte
de notre pays, est beaucoup moins puissant et efficace
dans de nombreux autres pays de la région et en
Syrie, par exemple, où il a été marginalisé durant de
nombreuses années, joue – t – il un rôle actuellement ?
J’en doute.
La connaissance des langues est aussi un facteur
Le secteur public dans les pays développés œuvre pour
déterminant et la société intercommunautaire est une
la croissance du secteur privé et mets à sa disposition
grande richesse et présenterait un potentiel énorme si
tous les moyens dont il dispose. Est-ce le cas au Liban ?
on pouvait l’écarter des dissensions confessionnelles.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
8 | Juin 2013
Assemblée Générale et Nouveau Conseil
Dr Fouad Zmokhol
9 | Juin 2013
Doctorat en Administration des Affaires (DBA) de l’université de New Port (USA)
Directeur Général/Copropriétaire de Zimco group
Professeur à l’Université Saint Joseph - Liban (USJ)
Membre du Conseil d’Administration du Forum Francophone des Affaires (FFA)/Membre du Conseil
d’Administration de l’Institute of Director (IOD)
Intervenant sur différentes conférences nationale et internationale, Dr Zmokhol est l’auteur de
plusieurs publications sur la gouvernance d’entreprise, l’éthique des affaires, le management industriel,
le marketing international, le management stratégique, le renouveau économique du Liban.
Membre du Conseil d’Administration du RDCL de 2003 à 2005. Secrétaire Général de 2005 à 2007,
Vice-Président de 2009 à 2011, Président de 2011 à 2013, Président de 2013 à 2015.
Président
Claude J. Bahsali est né le 12 juin 1961.
Il a été diplomé en ingénierie électrique de l’Université Américaine de Beyrouth en Juin 1982, peu
avant de joindre Mideast Data Systems (Liban) – affiliée à ITG sal (Holding). Depuis lors, il a endossé
plusieurs responsabilités dans le cadre du groupe.
Claude a rejoint le bureau de direction d’ITG sal (Holding) en 2001 et a été nommé Président Directeur
Général en 2004.
ITG sal (Holding) gère un portefeuille d’entreprises spécialisées dans les technologies de l’information
et de la communication, l’équipement de bureau, les logiciels et les services.
Claude J. Bahsali
Vice-Président
Patrick Farajian
Trésorier
Patrick Farajian, est le PDG de Sodetel, un opérateur télécom qui offre des services Internet et de
téléphonie fixe et mobile.
La société est détenue conjointement par France Telecom et le gouvernement libanais. Avant sa
nomination en 2003, il a conseillé le ministère des Télécommunications au Liban sur la création de
l’Autorité de Régulation des télécommunications. En tant que consultant, il a participé activement à
la préparation de la réforme du secteur des télécoms, sa stratégie, sa libéralisation et sa privatisation.
Il a occupé des postes supérieurs au département de planification de Nortel Networks au Canada.
Il est membre du Conseil d’Administration de nombreuses organisations.
M. Farajian a un B. Engineering et un M. Engineering de l’université McGill au Canada, ainsi qu’un
MBA de l’INSEAD de Fontainebleau.
PDG de la société SODETEL.
Membre du RDCL depuis 2005, il a été élu trésorier de 2009 à 2011, de 2011 à 2013 et de 2013 à 2015.
Titulaire d’un Executive MBA de l’ESA Beyrouth. Après une expérience de 2 ans dans la salle des
marchés d’une banque, elle a intégré en 1991 le groupe Heliozid Océ où elle occupe actuellement
le poste de Directrice Financière et Administrative. A été membre du C.A. de l’AEP et continue de
soutenir cette association dans son développement en tant que conseillère.
Carine Husni
Secrétaire générale
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Assemblée Générale et Nouveau Conseil
Elie Aoun
Membre
Michel E. Assaily
Membre
10 | Juin 2013
Elie Aoun comes from a banking discipline background and is specialized in the areas of Strategic
Investment, Mergers and Acquisitions, Corporate and Financial Restructuring.
After 13 years (1981-1993) of high managerial positions and board member in Bank of Beirut Sal,
and 20 years (1993 To Date) of independent business and investment consultancy to domestic and
international institutions and corporate clients, he is currently the Chairman & CEO of an Investment
Holding; Lore (Holding) Sal, having actually participation and is board member in:
Formatech: a consultancy and training company offering IT, Project Management and Business
Courses in Lebanon and the Mena region in Partnership with Microsoft, Oracle, Cisco, Notre Dame
University, Canadian and British Universities.
Tamayyaz: that specializes in Human Capital Building offering workshops in Leadership, HR, Customer
Engagement as well as Hospitality Management. Tamayyaz also provides consultancy services and
psychometric evaluations aimed at Leadership Development.
Holder of an MBA in Management and Financial Services, a Bachelor Degree in Computer Sciences
and a Law Bachelor Degree in Business Law.
Participated in several conferences, seminars and workshops as a keynote speaker, trainer and
lecturer.
Mechanical Engineer from Karlsruhe – Germany, MBA, Harvard school.
Founder and president since 1987 of Prime Investments Sal Holding, a holding company with
interests in industry and trading, (building materials and industrial chemistry: cement and cementbased products, mortars, sealants and grouts, construction chemicals, industrial chemicals, fertilizers,
polymer emulsions and adhesives, real estate, financial and investment management, consulting
and business services).
Board member of RDCL, former Vice- President of RDCL for 2005-2006.
Member of the Beirut Trader’s Association.
Member of the Advisory Board of AMIDEAST Lebanon.
Board member and Treasurer (former Vice-President of the Harvard Club of Lebanon and the Harvard
usiness School Club of Lebanon.
Assemblée Générale et Nouveau Conseil
Dr. Ahmad Hajj
Membre
Membre
Fouad Rahme
Membre
Walid Sfeir
Membre
Jean Hleiss
Membre
Jean Hleiss, marié, père de 3 enfants.
DEA en gestion des entreprises- spécialiste en stratégie.
Membre du conseil d’administration et directeur général adjoint de la compagnie d’assurance et de
réassurance Adir SAL- (Membre du Groupe Byblos Bank).
Enseignant à l’université St Joseph – Faculté des sciences de l’assurance.
Premier vice président de l’Union des Français du Liban (UFL).
Président du comité constitutif de la ligue des anciens séminaristes Kreimistes.
Membre de LGBC (Lebanese German Business Council).
Membre du conseil d’administration de RDCL depuis 2011.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Agé de 62 ans, Ahmad Hage est titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Ecole Nationale des Ponts
& Chaussées, d’un Doctorat d’Ingénieur de l’Université de Paris, d’un Mastère en Finance de l’Ecole
Supérieure de Commerce de Paris et de l’ESA, et, d’une Maitrise en Sciences de l’Université Libanaise.
Sur le plan professionnel, Dr. Ahmad Hage a exécuté des grands projets en Arabie Saoudite (hangar
d’avions du Roi), en France (nouvel hôpital d’Avignon),et, en Libye (construction de 3000 logements
à Benghazi), avant de rejoindre, en 1982, le groupe ‘Intra Investment Company ‘en tant que Membre
du Conseil et PDG de la banque du Kuwait & the Arab World (pour 9 ans),et d’être élu, à 3 reprises
consécutives, Membre du Conseil d’Administration et Trésorier de l’Association des Banques au
Liban , puis, d’être nommé Conseiller de la Direction Générale de la banque SGBL (pour 10 ans).
Sur le plan extra- professionnel, Dr. Ahmad Hage a rejoint le RDCL en 1993 (il y a 20 ans) et a été élu,
à plusieurs reprises, Membre du Conseil d’Administration et parfois Trésorier ou Secrétaire Général.
Il a aussi occupé des hautes positions au sein de la Communauté Française où il a siégé à Paris à
l’Assemblée des Français de l’Etranger (en sa qualité de Conseiller élu des Français de l’Etranger
représentant le Liban, la Syrie et la Jordanie) et au sein de l’Union des Français de l’Etranger (UFE)–
Section Liban (Vice Président).
Dr. Ahmad Hage préside, actuellement, la société « Manara 985 s.a.l. » et travaille dans la restructuration
et le financement des entreprises au Liban, au Koweït et en France en partenariat avec le groupe
Mady @ Co (Audit, Comptabilité et Conseil financier).
Fouad Rahme, ingénieur civil de la Faculté d’Ingénieurs – ESIB de l’Université Saint Joseph, détient
également un MBA de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC-Paris.
Mr. Rahme a plus de 28 ans d’expérience dans le domaine bancaire et du « Corporate Finance ». Il a
occupé plusieurs postes de responsabilités principalement au sein du corporate banking.
Depuis mars 2012, il est le Directeur Général de la banque d’investissement BLC INVEST, filiale de la
BLC BANK.
Il est également membre actif dans plusieurs associations et organisations non gouvernementales.
Président - Directeur General de la Ste Concrete Plus s.a.l
Président - Directeur General de la Ste Cement Industrial Company s.a.l
Certificate of internal Quality Auditor ISO 9000:2000 from International Certification Services SGS London
Baccalauréat de l’école d’Administration des affaires N.D.U. de Louaize
Membre de l’Association des industriels libanais depuis 2005
Farid El Dahdah
11 | Juin 2013
Walid Sfeir est le secrétaire général du conseil et le directeur du développement de Fattal Holding.
Il a rejoint le groupe Fattal en 2005 en tant que directeur exécutif des filiales du groupe dans la
région du Levant pour ensuite se concentrer sur le développement du groupe en Afrique du Nord
et particulièrement en Algérie. Avant de rejoindre Fattal Holding, M. Sfeir était chef de projet chez
McKinsey & Company en France et en Amérique du Sud. Son expérience de 6 ans chez McKinsey a
porté principalement sur la stratégie et les projets de croissance dans diverses industries telles que
l’automobile, les biens de consommation et les télécommunications. Avant de rejoindre McKinsey &
Company, M. Sfeir a été responsable d’usine en Argentine pour Valeo, un équipementier automobile.
Il a également travaillé pour Procter & Gamble en France et EADS, une entreprise aérospatiale.
M. Sfeir a un diplôme en génie industriel de l’Université de Technologie de Compiègne en France,
un diplôme en administration des affaires de l’ESSEC en France et est titulaire d’un MBA de l’INSEAD.
Titulaire d’un MBA en Économie de l’ Université Saint Joseph à Beyrouth et d’un DESS en Finance
et Banque de l’Ecole de Commerce IAE - La Sorbonne Paris. Georges Tabet travaille dans le secteur
bancaire depuis 1983, il a travaillé à Paris dans le trading des Actions, Obligations et Fonds à la
Société Générale - Cowen , puis il a occupé le poste de Directeur Général Adjoint de la Blominvest sal
de 2004 à 2010, et occupe actuellement le poste de Directeur Général de la Near East Commercial
Bank sal.
Georges M. Tabet
Membre
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Assemblée Générale et Nouveau Conseil
12 | Juin 2013
La nouvelle équipe dirigeante a défini les priorités de son mandat comme suit :
• Contribuer activement à la modernisation de l’environnement législatif et réglementaire des entreprises
(Code de Commerce, etc….).
• Poursuivre la synergie avec les universités pour développer des études économiques, projets et
publications diverses et renforcer les relations et canaux de communication entre les étudiants et les
chefs d’entreprises.
• Maintenir l’organisation de tables rondes régulières avec tous les membres sur les sujets d’actualité, tout
en assurant un suivi structuré sur les dossiers discutés.
• Revivifier une communication régulière avec les dirigeants d’entreprises d’origine Libanaise expatriés à
l’étranger et créer ensemble des relations professionnelles et des projets communs.
• Établir des contacts et partenariat avec les rassemblements de dirigeants similaires dans d’autres pays.
• Poursuivre le lobbying pour la mise en œuvre de notre projet d’Assurance Retraite.
• Préparer et proposer un projet de loi sur les actions préférentielles aux entreprises privées.
• Capitaliser sur l’accord signé avec la CGTL et bâtir un projet socio-économique commun.
• Œuvrer afin de pousser de l’avant le gouvernement à établir et appliquer un budget de l’état pour
l’année en cours favorisant la relance de l’économie, tout en appliquant des reformes structurelles dans
les secteurs productifs garants de croissance économique durable.
• Proposer un plan économique de secours pour redynamiser notre économie et réduire le chômage.
• Pousser le gouvernement à finaliser la loi autorisant le Partenariat Public / Privé (PPP) et proposer une
étude de projet (PPP) pour le transport en commun.
• Œuvrer pour une synergie entre les divers acteurs et les organisations du secteur privé pour former un
front économique fort, uni et indépendant des tiraillements politiques qui nous entourent.
• Défendre les libertés économiques et promouvoir le dialogue démocratique.
• Protéger les valeurs du secteur privé, pilier essentiel de notre économie nationale, tout en s’opposant
activement aux dérivés antilibéraux auxquelles les entreprises font face.
• Exiger une révision et redynamisation de la gestion du secteur public, réduire son poids budgétaire et
œuvrer pour une transparence des administrations publiques et privées.
• Agrandir la famille de RDCL et co-opter de nouveaux membres, chefs d’entreprises Libanais.
• Pousser pour une application généralisée et raisonnable de la responsabilité sociale (CSR: Corporate
Social Responsibility) dans nos entreprises.
• Promouvoir la bonne gouvernance des entreprises dans les secteurs privés et publics
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
14 | Juin 2013
Tables rondes et Débats
Table ronde «Comment sauver l’Economie de notre pays?»
Le RDCL a organisé une Table Ronde le Jeudi 27 Septembre 2012, intitulée «Comment sauver l’Economie de notre pays?» avec
pour invités d’honneur SEM. Nicolas Nahas, Ministre de l’Economie et du Commerce et SEM. Roger Dib, Ancien Ministre et
membre du RDCL.
Cette rencontre a eu lieu en présence de l’ancien Ministre Dr Adel Cortas, Dr Fady Gemayel (Président du Syndicat des Industries
papetières et d’emballage au Liban), Mr Serge Hochar (Président de l’Union Vinicole au Liban) , Mr Salim Saad (Secrétaire Général du
Syndicat des Importateurs de Voitures), l’expert économique Dr Marwan Iskandar , l’économiste Mr Nassib Ghobril , Mr Roger Melki
(conseiller du Ministère de l’Économie), ainsi que des responsables du secteur économique privé et plusieurs membres du RDCL.
Tables rondes et Débats
15 | Juin 2013
Table Ronde avec le Président de l’Association des Banques
du Liban (ABL)
Une Table Ronde fut organisée le Mercredi 20 Mars 2013 sur le thème « Comment le Secteur Bancaire peut-il aider les Entreprises
Libanaises à traverser la Crise Économique?» avec pour invité d’honneur, Dr. Joseph Torbey, Président de l’Association des
Banques du Liban (ABL).
Cette rencontre fut clôturée par un cocktail notamment en l’honneur de notre invité pour la Saint -Joseph.
En Annexe: Le compte rendu de la rencontre p.
Table ronde «Simulation for an Economic Growth Policy for
Lebanon »
Le RDCL a organisé une Table Ronde le Mercredi 19
Décembre 2012, intitulée «Simulation for an Economic
Growth Policy for Lebanon » avec pour invités d’honneur :
Dr Abadallah Al Dardari -Director of Economic Development
and Globalization -United Nations – ESCWA, Dr Marwan
Iskandar -Economic Expert and President of «Banque de
Crédit National S.A.L »
En Annexe: Le compte rendu de la rencontre p.
En Annexe : Le compre rendu de la rencontre p.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
16 | Juin 2013
Tables rondes et Débats
17 | Juin 2013
Conférences
Table ronde au RDCL sur l’Adoption d’un projet de loi sur les
Sociétés par Action Simplifiée (SAS) au Liban
Participation du RDCL à la conférence “Value and Success in
Business” organisée par LIQAA
Une Table Ronde fut organisée le Jeudi 23 Mai 2013 au RDCL sur le thème « L’Adoption d’un projet de loi sur les Sociétés par
Action Simplifiée (SAS) au Liban » avec pour invité d’honneur, SE Professeur Ibrahim Najjar , Ancien Ministre de la Justice
Le RDCL a activement participé à la conférence intitulée « Value and Success in Business » organisée par « LIQAA – Center for
dialogue of civilisations » le 28 et 29 Novembre 2012
En Annexe: L’intervention du Dr. Fouad Zmokhol p.
Conférence au « Rotary Club Beirut Cedars »
Une conférence fut tenue le Mercredi
13 Mars 2013 par le Président du RDCL,
Dr. Fouad Zmokhol «au Rotary Club Beirut
Cedars» sur la situation économique au
Liban, les raisons majeures et les risques
de la «stagflation» actuelle.
D’autre part, certaines opportunités
existantes dans la région ont été
clairement présentées, et des
solutions réalistes proposées comme
issue probable de la crise.
Cette rencontre fut clôturée par un cocktail en l’honneur de notre invité et des présents.
E n annexe p ….le communiqué de presse intégral
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
18 | Juin 2013
Conférences
Participation du RDCL au lancement du Rapport “MILES”
pour la création d’emplois par la World Bank
Le Président du RDCL Dr Fouad Zmokhol a participé au
lancement du nouveau rapport de la Banque Mondiale
(World Bank) intitulé : «Good Jobs Needed: The Role of Macro,
Investment, Labor, Education and Social Protection Policies(MILES) » qui a eu lieu le Jeudi 11 Avril 2013 dans les locaux du
Conseil Économique et Social.
Ledit rapport développe une stratégie visant à soutenir
la création d’emplois au Liban ainsi qu’à améliorer les
opportunités du marché du travail pour la main d’œuvre locale.
Cette étude est le résultat d’un Programme de Coopération
Technique étalé sur 3 ans, entre la Banque Mondiale et le
gouvernement libanais.
Il a été élaboré sous la supervision d’une Commission
Ministérielle Multidirectionnelle comprenant les Ministères
des Finances, du Travail, de l’Économie et du Commerce,
de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur, des
Affaires Sociales, la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale,
l’Administration Centrale des Statistiques, le Cabinet du
Premier Ministre, la Banque Centrale et enfin, le Conseil du
Développement et de la Reconstruction.
Cette analyse est basée sur une nouvelle étude portant
sur la main d’œuvre et les employeurs et sur un Modèle
d’Équilibre Général de l’économie libanaise. La politique de
recommandations découle des consultations avec les divers
protagonistes.
COMMITTED TO STRIVING TOWARD A MUTUAL GROWTH.
We at Banque Bemo S.A.L. constantly strive toward a long-lasting
relationship with our customers, and mutual growth remains at the
center of our interest.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
ELIAS SARKIS AVENUE, BEMO BLDG, ASHRAFIEH, BEIRUT, LEBANON TEL: +961 1 200 505, FAX: +961 1 983 368, WWW.BEMOBANK.COM
20 | Juin 2013
Conférences
21 | Juin 2013
Conférences
Conférence du RDCL “Les Succès Libanais dans le monde et
leurs facteurs clés de Réussite“
Participation du RDCL à la conférence « Partnership between
Financing and Investment »
Le Rassemblement des Dirigeants et Chefs d’entreprises Libanais (RDCL) en collaboration avec les Facultés de Gestion et de
Management et des Sciences Economiques de l’Université Saint-Joseph (USJ) a organisé le Vendredi 9 Novembre 2012, une
conférence intitulée: «Les Succès Libanais dans le monde et leurs facteurs clés de Réussite »
Les intervenants étaient : Dr. Fouad Zmokhol (Président du RDCL), Dr. Georges Achi (Chairman of Bank Audi Syria sa), M. Joe Saddi
(Global Chairman of Booz & Company - Senior Partner and Managing Director of Booz Middle East Business), M. Gilbert Ghostine
(President Asia Pacific - Diageo plc), Prof. Joseph Gemayel (Doyen de la Faculté de sciences économiques -USJ) et la discussion
était modérée par Prof. Tony Gibeily (Doyen de la Faculté de gestion et de management - USJ).
Le RDCL a activement participé à la conférence intitulée «Partnership between Financing and Investment» organisée par la
Société First Protocol, sous le haut patronage du gouverneur de la Banque Centrale SE Riad Salamé, les 21 et 22 Mai 2013.
Le Président du RDCL Dr Fouad Zmokhol a présenté la vision, les priorités et les divers remarques et propositions du rassemblement
sur le projet du Partenariat Public- Privé (PPP) dernièrement présenté par le gouvernement.
Cette conférence-débat a regroupé plus de 200 personnes du monde des affaires, du secteur privé et du milieu académique et a
été suivi par un cocktail en l’honneur des conférenciers et participants.
En Annexe: Le mot d’ouverture du Président du RDCL Dr. Fouad Zmokhol p.
L’intervention de Dr. Georges Achi p.
La Présentation de M. Gilbert Gostine p.
Le mot de cloture du doyen Prof. Joseph Gemayel p.
En annexe la présentation du Président du RDCL p.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Activités externes et récéptions
22 | Juin 2013
Activités externes et récéptions
Dîner de Gala du RDCL
Le Conseil d’Administration du RDCL a organisé le Vendredi 9 Novembre un dîner de gala au Métropolitain Hilton Hôtel en
présence de 400 personnes environ.
Cet événement a regroupé la grande famille du RDCL, leurs amis et invités, ainsi que les présidents des instances économiques,
les principaux acteurs économiques locaux, certains membres du corps diplomatique, plusieurs ministres et députés, la presse
locale et régionale.
En Annexe : Le mot d’ouverture du Président du RDCL p. .
Partners:
Friends:
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
23 | Juin 2013
Activités externes et récéptions
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
24 | Juin 2013
Activités externes et récéptions
26 | Juin 2013
Activités externes et récéptions
Déjeuner débat du RDCL avec l’Ambassadrice de L’Union
Européenne S.E. Mme Angelina Eichhorst
Le RDCL a organisé un déjeuner-débat avec l’ambassadrice de l’Union Européenne au Liban SE Mme Angelina Eichhorst, le
Mercredi 10 Avril 2013 au restaurant le Maillon, en présence de plus de 150 personnalités officiels, membres et invités.
Etaitent présents entre autres, les ministres de la justice Chakib Cortbaoui, de l’environnement Nazem el Khoury, de l’information
Walid Daouk et des Télécommunications Nicolas Sehnaoui, les Ambassadeurs d’Espagne : Milagros Hernandez, de Chypre :
Homer Mavromadis, de Suisse : Ruth Flint, de Bulgarie : Plamen Tsolov et de Roumanie : Daniel Tanase, les députés Yassine
Jaber et Jean Ogassapian, les anciens ministres Georges Corm, Ibrahim Najjar et Sélim El Sayegh, le Conseiller du Président
de la République Shadi Karam, le Directeur Général du FMI Mohamed Al Hage, les Présidents des Instances Economiques : le
Président de l’Association des Banques, Mr Joseph Torbey, le Président de la Chambre de Commerce Internationale Wagih El
Bizri, le Président de la Chambre de Commerce de Tripoli Toufic Daboussi, le Président de la Chambre de Commerce de Saida
Mohamad Saleh, le Président du syndicat des Travaux Publics Fouad El Khazen, le Président du syndicat des hôpitaux privés
Sleiman Haroun, la Présidente du Forum Francophone des Affaires Reine Codsi, le recteur de l’Université Saint Joseph Père Sélim
Daccache, le recteur du Collège Notre Dame de Jamhour Père Bruno Sion, l’expert économique Marwan Iskandar ainsi que des
représentants des ambassades, des ministères et des directeurs généraux des banquiers et des économistes libanais.
Au nom des membres du Conseil d’Administration, le Président du RDCL a remis une plaque commémorative à S.E. Mme Eichhorst
avec l’inscription : « En signe d’Amitié et de Fraternité. En reconnaissance de notre partenariat continu avec la Communauté Européenne».
En Annexe: Le compte rendu de la rencontre p.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
27 | Juin 2013
Activités externes et récéptions
28 | Juin 2013
29 | Juin 2013
Réunions externes
Visite à l’Ambassadrice de la Commission Européenne SE
Mme Angelina Eichhorst
Le Président du RDCL Dr Fouad Zmokhol accompagné de certains membres du Conseil d’Administration à savoir : Mlle Carine
Husni, MM. Elie Aoun, Georges Tabet, se sont réunis avec l’Ambassadrice de la Commission Européenne Angelina Eichhorst en
présence de l’attaché économique Mr. Francisco Lopez-Menchero.
Le Président du RDCL a tout d’abord
présenté les diverses priorités en cours
du rassemblement ainsi que les projets
déjà entamés, notamment : le projet
sur l’assurance vieillesse, la révision du
Code de Commerce, le budget étatique
pour l’année 2013, le projet pour les
actions préférentielles du secteur privé,
ainsi que les résultats des tables rondes
avec la CGTL, la Banque Mondiale, la
Banque du Liban, le Fonds Monétaire
International (FMI) , l’ESCWA ….
Dr Fouad Zmokhol s’est ensuite penché
sur les problèmes de l’échelle des
salaires qui secoue le pays et a exprimé
les craintes du secteur privé sur le
coût exact de ce projet ainsi que son
financement exorbitant à moyen et long
terme qui reste une sérieuse énigme
non étudiée.
Les membres du Conseil ont par la suite
insisté sur le rôle du RDCL de défendre
le secteur privé libanais tout en le
gardant loin et indépendant de toutes
les tensions politiques qui enveniment
l’environnement des affaires. Ils ont
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
rappelé l’importance et les opportunités
de la reconstruction des infrastructures
libanaises (électricité, eau, transport
public…) avec l’aide notamment des
entreprises européennes sous forme de
Partenariat Public Privé (PPP) qui est la
seule issue possible et réalisable .
Ils ont par la suite insisté sur l’importance
de promouvoir et proposer un projet
de loi pour permettre la formation de
sociétés anonymes simplifiées (SAS) et
ont conclu en présentant les initiatives
du Conseil actuel au niveau de la
responsabilité sociale des entreprises
(CSR) et de l’environnement.
Pour
sa
part,
l’Ambassadrice
Européenne a félicité le Président du
RDCL et son Conseil d’Administration
pour leur dynamisme et les actions
concrètes et efficaces au service de
l’économie libanaise. Elle a félicité le
RDCL d’avoir continuellement une
position Apolitique, indépendante
et a encouragé l équipe dirigeante à
continuer à se focaliser sur de petits
objectifs réalisables.
Elle a salué le haut niveau des entreprises
libanaises privées, moteur central de
l’économie, qui suivent de très prés les
standards de haut niveau international.
Elle a insisté sur l’importance du
secteur privé à maintenir un avantage
compétitif et rester loin des problèmes
d’ordre politique et confessionnel. Mme
Eichhorst a ensuite présenté les grandes
priorités de la mission européenne
ainsi que les projets en cours (ie : sur
l’alimentation : Food safety,,,,) et a conclu
que le Liban passe par une période de
haute turbulence locale et régionale
tout en espérant que ce mauvais cycle
sera de courte durée .
Elle s’est réjouie d’établir une liste
d’actions et projets communs entre la
mission économique européenne et le
RDCL.
Cette première réunion productive sera
suivie de plusieurs autres démarches,
d’une communication régulière et d’un
plan d’actions économiques communes
entre
la
mission
économique
Européenne et le RDCL.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Réunions externes
30 | Juin 2013
Visite au président de la République le Général Michel
Sleiman
Le Président du RDCL Dr Fouad Zmokhol, accompagné des membres du nouveau Conseil d’Administration élu en Janvier 2013 à
savoir : Dr Fouad Zmokhol, M. Claude Bahsali, M. Partrick Farajian, Mme Carine Husni, M. Elie Aoun, M. Farid El Dahdah, Dr. Ahmad
Hage, M. Jean Hleiss, M. Fouad Rahmé, M. Walid Sfeir et M. Georges Tabet, ont rendu visite au Président de la République Libanaise,
le Général Michel Sleiman, le mercredi 06 Mars 2013 au palais de Baabda.
Réunions externes
quasi-impossible que les caisses
d’État financent et appliquent une
augmentation qui toucherait tous les
salaires publics d’un seul coup.
- Restructurer les écoles publiques, en
soutenant tout d’abord un recensement
méticuleux des enseignants du secteur
public. L’objectif ultime serait d’une part,
de mettre un terme à tous les emplois
fictifs, et d’autre part de permettre
une révision des salaires des plus
productifs. La deuxième étape serait une
redynamisation des écoles publiques
et une amélioration de leur niveau et
des méthodes d’enseignements afin de
« redorer » leur blason.
- Baser les augmentations de salaires
sur le mérite, les aboutissements,
le dévouement et non pas octroyer
des augmentations systématiques et
unilatérales, mettant tous les salariés
Le Président Zmokhol a tout d’abord
exprimé la volonté du RDCL à soutenir
la Présidence de la République sur
le plan économique en insistant sur
l’importance de dissocier la politique de
l’économie surtout en ces moments de
turbulences politiques et sécuritaires.
Il a par la suite présenté les diverses
priorités du rassemblement pour l’année
2013 ainsi que les projets déjà entamés
durant l’année 2012
D’autre part, le Président du RDCL
ainsi que les membres du conseil
d’administration se sont penchés sur les
sujets chauds de l’actualité locale:
Le problème concernant l’échelle
des salaires, expliquant que les chefs
d’entreprises libanais ne sont en aucun
cas en confrontation avec les syndicats,
ils comprenent leurs maux et leurs
demandes à l’ombre de l’inflation qui
secoue notre pays et la région menant
à une baisse de pouvoir d’achat et du
niveau de vie général. Le problème
majeur est de trouver un financement
indépendant adéquat à court, moyen
et surtout à long terme à ces dépenses,
sans effets néfastes sur l’économie et
sur la croissance. Insistant que jusqu’à
présent, aucune étude claire sur le
coût exact d’un tel projet ou sur son
financement n’a été encore présentée
officiellement et concrètement. D’autre
part, il important de noter que les
salaires publiques représentent déjà
à l’heure actuelle, 32 % du budget de
l’Etat et risqueraient d’atteindre le chiffre
de 40 % en cas d’implémentation de la
nouvelle grille des salaires, ce qui est
31 | Juin 2013
dans un « même sac » et leur faisant
bénéficier ainsi des mêmes gratifications,
quelques soient les efforts fournis.
Finalement, nous croyons fermement
qu’afin de dynamiser et améliorer les
résultats, il est crucial de récompenser
les efforts individuels.
D’autre part, les participants ont souhaité
le meilleur au President Sleiman pour
son prochain voyage en Afrique et l’on
remercié et félicité pour ces multiples
visites dans les pays à forte densité
d’expatriés libanais dans le monde. Ces
initiatives louables renforcent fortement
les liens avec la diaspora libanaise qui
représente notre vrai richesse nationale et
lui redonne le goût, l’envie et la confiance
nécessaires pour revenir visiter sa mère
patrie régulièrement et pour investir à
nouveau sur sa terre, tout en soutenant
que le Président de la République doit
être le président et le rassembleur de
tous les Libanais localement mais aussi
internationalement de tous les expatriés
Libanais dans tous le monde !
En conclusion, le Président du RDCL,
Dr Fouad Zmokhol a clôturé la discussion
en insistant au nom du Rassemblement
des Dirigeant et Chefs d’Entreprises
Libanais (RDCL) qu’il est crucial, voire vital
que les élections législatives aient lieu
dans les délais constitutionnels. En effet,
les échéances doivent être suivies et
respectées par tous les partis politiques,
quelques soient leurs divisions internes.
Il est du devoir des politiciens d’avoir la
maturité et la sagesse nécessaires pour
trouver des solutions productives et
efficaces à leur divergences et surtout
pour appliquer les lois et respecter notre
Constitution qui nous a déjà beaucoup
coûté !
alaramant et dangeureux pour la stabilité
économique, financière et monétaire du
pays.
Le Président Zmokhol a proposé les
suggestions suivantes:
- Payer aux instituteurs l’augmentation
sur la cherté de vie similaire à celle du
secteur privé (qui a eu lieu en Janvier
2012 ).
- Subdiviser l’échelle de salaires en
plusieurs tranches distinctes afin de
pouvoir étudier indépendamment les
requêtes de chaque secteur d’activité.
Ainsi, par ce biais, il deviendrait possible
de se pencher sur les demandes des
professeurs, de trouver des solutions
efficaces et d’atteindre des objectifs
réalisables. Il est inconcevable, voire
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Réunions externes
32 | Juin 2013
Visite au Premier Ministre designé SE Mr. Tammam Salam
Les membres du conseil d’administration
du RDCL ont rendu visite au Premier
Ministre désigné SE M. Tammam Salam,
le Mardi 23 Avril 2013 à sa résidence à
Mousaitbeh.
Le Président du RDCL a tout d’abord
présenté les diverses priorités en cours
du rassemblement ainsi que les projets
déjà entamés, notamment : le projet
sur l’assurance vieillesse, la révision du
Code de Commerce, le budget étatique
pour l’année 2013, le projet des actions
préférentielles du secteur privé, ainsi que
les résultats des tables rondes avec la
CGTL, la Banque Mondiale, la Banque du
Liban, le Fonds Monétaire International
(FMI), l’ESCWA, L’Association des Banques
Libanaise (ABL), L’Union Européenne….
Les participants ont enchaîné en
rappelant que le pays était plongé il y a
quelques semaines dans une troublante
incertitude et le spectre du vide
constitutionnel hantait tout le monde.
Ce n’est que suite à la nomination du
premier ministre Salam qu’un réconfort
et une sorte de dégel se sont fait sentir
sur le marché libanais qui a réagi
positivement et rapidement à cette
désignation consensuelle.
Les membres du conseil ont insisté qu’
il est du devoir des chefs d’entreprises
libanais de prêter main forte au Premier
Ministre désigné , de créer avec son
ministère une solide synergie pour
traverser les défis et les obstacles et de
travailler main dans la main sur tous
les dossiers épineux économiques et
sociaux qui se dressent à l’horizon.
Au nom de la délégation du RDCL, le
président Zmokhol a souhaité les plans
d’action suivants:
1. Les priorités de la nouvelle équipe
dirigeante soient entre autres, d’assurer
une stabilité constante et une sécurité
permanente et soutenue sans lesquelles
il est impossible d’opérer et de survivre.
2. Tous les pôles politiques se
rassemblent autour d’une seule
stratégie et d’un plan économique de
secours commun afin de traverser la
crise économique ambiante.
3. La nouvelle équipe soit en mesure de
respecter les délais constitutionnels et
d’œuvrer pour que les élections aient
lieu comme prévu dans une ambiance
de compétitivité constructive et de
respect mutuel, loin de toute tension en
offrant (pour une fois !) un exemple de
liberté et de démocratie.
4. La priorité soit de rétablir la confiance
des touristes, de nos frères arabes et
des investisseurs locaux et étrangers. Il
ne faut surtout pas rater la chance de
préparer un été florissant qui redonnerait
un peu d’oxygène à notre économie. Il
serait vraiment désolant de passer à côté
d’une nouvelle opportunité de rebâtir
une croissance constante et équilibrée.
5. Une stratégie et un plan de secours
national soient mis en place urgemment
face au nombre croissant des immigrés
syriens qui traversent la frontière
libanaise
quotidiennement.
Une
organisation œuvrant à un recensement
méticuleux devrait être mise en
place, dotée d’un support régional et
international.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
33 | Juin 2013
Visite à l’Ambassadrice Americaine au Liban SE Mme Maura
Connelli
Le Président du RDCL Dr Fouad Zmokhol
accompagné de certains membres du
Conseil d’Administration à savoir : Mlle
Carine Husni, MM. Patrick Farajian et Elie
Aoun se sont réunis le Mardi 30 Avril 2013
avec l’Ambassadrice Américaine au Liban
SE Mme Maura Connelli en présence de
l’attaché économique Mr. Ted Brian et de
la conseillère économique Mme Claude
Knesevitch.
Au nom du RDCL, le Président Dr Fouad
Zmokhol a tout d’abord félicité le
premier ministre pour sa désignation
par la majorité des députés, ramenant
ainsi un souffle d’espoir et un vent
d’optimisme qui commençaient à
manquer aux libanais depuis un bon
moment.
Cette attitude a prouvé clairement et une
fois de plus, que l’entente des politiciens
et le relâchement des tensions entre les
diverses partis, se reflètent directement
et positivement sur notre économie….
En d’autres termes, les conflits internes
et politiques restent désormais en
grande partie responsables du recul et
de la stagnation économique de notre
pays.
Réunions externes
Les membres du conseil ont par la suite
insisté sur le rôle du RDCL de défendre
le secteur privé libanais tout en le
gardant loin et indépendant de toutes
les tensions politiques qui enveniment
l’environnement des affaires. Ils ont
rappelé l’importance et les opportunités
de la reconstruction des infrastructures
libanaises (électricité, eau, transport
public…) avec l’aide notamment des
entreprises internationales sous forme
de Partenariat Public Privé (PPP) qui est la
seule issue possible et réalisable pour le
Liban.
Concernant la nomination du nouveau
premier ministre SE Mr. Tammam Sallam,
le Président du RDCL a affirmé que suite
à cette désignation consensuelle, un
réconfort et une sorte de dégel se sont
fait sentir sur le marché libanais qui a
réagi positivement et rapidement. Cette
attitude a prouvé clairement et une fois
de plus, que l’entente des politiciens et
le relâchement des tensions entre les
divers partis, se reflètent directement et
positivement sur notre économie….Le
Président du RDCL a par la suite insisté
qu’il est du devoir des chefs d’entreprises
libanais de prêter main forte au Premier
Ministre désigné, de créer avec son
ministère une solide synergie pour
traverser les défis et faire face à tous les
dossiers épineux économiques et sociaux
qui se dressent à l’horizon. Au nom du
RDCL, il a souhaité que les priorités de la
nouvelle équipe dirigeante soient entre
autres, d’assurer une stabilité constante
et une sécurité permanente et soutenue
sans lesquelles il est impossible d’opérer
et de survivre. Il a ajouté qu’il est crucial
de rétablir la confiance des touristes,
des arabes et des investisseurs locaux
et étrangers et ne surtout pas rater
l’opportunité de préparer un été florissant
qui redonnerait un peu d’oxygène à notre
économie. Il est fortement espéré que
la nouvelle équipe soit en mesure de
respecter les délais constitutionnels et
d’œuvrer pour que les élections aient
lieu comme prévu dans une ambiance de
compétitivité constructive et de respect
mutuel, loin de toute tension.
D’autre part, avec la multiplication du
nombre de déplacés syriens au Liban
et dans la perspective de l’arrivée d’un
nouveau flot avec l’intensification des
batailles, les membres de la délégation ont
insisté sur l’urgence de bâtir une stratégie
et un plan de secours national. Face à la
gravité de la situation, une organisation
œuvrant à un recensement méticuleux
devrait être mise en place, dotée d’un
support régional et international. Il est
crucial d’internationaliser ce dossier et
le transférer au Conseil de Sécurité en
vue d’organiser un congrès international
consacré à cette crise humanitaire. D’autre
part, l’implantation de camps pourrait
être envisagée pour mettre un terme à la
présence chaotique des déplacés sur le
territoire Libanais.
Le dernier point abordé fut les derniers
développements et les mesures prises
par le trésor américain concernant le
blanchiment des capitaux. Le Président
du RDCL a insisté sur la transparence et
le professionnalisme du système bancaire
libanais, pilier central de notre économie
locale. Nos entreprises s’exportent
fièrement dans le monde conformément
aux lois internationales afin de croître et
se développer. Les chefs d’entreprises
libanais sont engagés dans la lutte contre
le blanchiment d’argent et contre toute
pratique financière frauduleuse et il est de
leur devoir de respecter toutes sanctions
internationales et d’assurer le meilleur
contrôle possible à tous les niveaux pour
maintenir et augmenter leurs échanges
commerciaux à travers le monde.
Les membres du conseil présents ont
abordé d’autre part l’importance de la
gouvernance des entreprises privées,
les effets, risques et conséquences de
la guerre en Syrie, ainsi que le sujet de
l’application de la FATCA sur les expatriés
américains et notamment les libanais
détenteurs de la double nationalité :
libanaise et américaine.
Cette
réunion
productive
sera
suivie d’autres démarches et d’une
communication régulière entre le bureau
économique de l’Ambassade Américaine
et le RDCL.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Réunions externes
34 | Juin 2013
35 | Juin 2013
Réunions externes
Visite du Président
du RDCL à la
Chambre de
Commerce de
Tripoli
Visite au gouverneur de la Banque Du Liban SE Mr Riad
Salameh
Suite à l’invitation du Président de la
Chambre de Commerce et d’Industrie
(CCI) de Tripoli, Mr Toufic Dabboussi, le
Président du RDCL Dr Fouad Zmokhol
s’est rendu à Tripoli le Jeudi 09 Mai 2013
afin discuter des problèmes économiques
et sociaux de la région du Liban Nord
qui souffre ces derniers temps d’une
instabilité constante et d’une sécurité
rachitique précaire.
Le Président du RDCL a tout d’abord
présenté les diverses priorités en cours
du rassemblement notamment, le
budget étatique pour l’année 2013 2014, le projet des actions préférentielles
du secteur privé, ainsi que les résultats
des tables rondes et réunions
avec la Banque Mondiale, le Fonds
Monétaire International (FMI), l’ESCWA,
L’Association des Banques Libanaises
(ABL), L’Union Européenne, L’Ambassade
Américaine…
Les membres du Conseil d’Administration
du RDCL se sont réunis le Mardi 21 Mai
2013 avec le gouverneur de la banque du
Liban.
La première réunion tenue au siège de
la CCI de Tripoli en présence de plusieurs
membres de son Conseil d’Administration,
a été suivie par une rencontre avec le
Premier Ministre SE Mr Nagib Mikati à son
bureau à Tripoli qui a entre autres salué
les efforts du secteur privé libanais, pilier
central de notre économie locale.
Il a ensuite félicité le gouverneur pour
les 20 années passées à la tête de la
banque centrale, notamment sa gérance
exemplaire « par une main de fer »
durant les années difficiles et périlleuses
qui auraient pu faire tout basculer
dramatiquement.
La troisième étape de la visite s’est tenue
au port de Tripoli durant laquelle, une
rencontre a eu lieu avec le Directeur
Général du port Mr Ahmad Tamer en
présence de hauts fonctionnaires qui ont
affirmé que moins de 17 % de la capacité
du port était exploitée et qu’il était crucial
de bâtir une zone franche élargie pour
améliorer les échanges commerciaux.
Dr Salameh ayant continuellement pris
les décisions opportunes et positions
appropriées et ayant surtout réussi à
protéger l’économie du pays des crises
monétaires internationales, régionales
et locales tout en restant loin et
indépendant des dissensions politiques
internes qui enveniment le monde des
affaires.
En dernier lieu, le Président du RDCL a
visité le centre des Congrès de Tripoli,
un des plus grands du Moyen Orient.
Les membres de la CCI ont déclaré
avec amertume que cet investissement
colossal demeure à ce jour sous exploité
vu qu’un nombre restreint de foires y sont
organisées.
Les membres du Conseil d’Administration
ont poursuivi en insistant sur l’effet
positif de l’injection des 1.5 milliards de
dollars sur le marché libanais dont l’effet
direct sur la demande locale a boosté
par un élan positif la croissance du pays
qui boîte et peine à croître. Les chefs
d’entreprises sont en effet fiers de la
politique monétaire du pays qui favorise
l’investissement et anime la croissance,
en comparaison avec la politique fiscale
-presque inexistante- qui tend à faire
fuir les investisseurs au lieu de les attirer
Pour terminer, il a été convenu qu’une
communication régulière sera entretenue
entre la CCI de Tripoli et le RDCL pour
défendre les intérêts économiques
et commerciaux libanais ainsi que les
valeurs du secteur privé.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
par certains appâts économiques et
financiers avantageux.
Par ailleurs, les participants ont passé
en revu la dette du secteur privé qui a
atteint sa limite par rapport à la taille
de notre « Produit Intérieur Brut (PIB). Il
est donc crucial d’aider le secteur privé
libanais non seulement à rééchelonner
sa dette en attendant le passage de
la crise économique, mais surtout
restructurer ses crédits à travers des
apports de fonds ou des investissements
extérieurs. De ce fait, il est demandé voire
recommandé aux entreprises privées une
transparence et gouvernance sans pareil
afin de pouvoir attirer les investisseurs et
groupes financiers intéressés.
Dr Zmokhol a d’autre part insisté
qu’il est crucial de finaliser le projet
du « Partenariat Public-Privé (PPP) »
étant l’unique espoir pour rebâtir
nos infrastructures, sollicitant ainsi le
support de la banque centrale afin que
les banques d’investissements soient
des intermédiaires et puissent assurer
des investisseurs potentiels ou même
être eux-mêmes des partenaires dans ce
grand projet de reconstruction.
Enfin, les membres de la délégation ont
insisté qu’il était crucial de maintenir les
prêts bonifiés / subventionnés par l’état
aux secteurs productifs. Ces mesures
ayant donné des résultats encourageants
à notre économie (investissement,
création d’emplois, croissance…) et à
l’État par un retour sur investissement
(ROI) non négligeable (taxe sur le
revenu, TVA sur les achats et import,
investissement…). Ils ont poursuivi en
demandant au gouverneur la possibilité
que ces prêts subventionnés soient
élargis pour englober les besoins en
fonds de roulement (BFR) étant donné
que les sociétés libanaises passent par
une stagnation difficile et que ce support
pourra aider à couvrir leur frais de
fonctionnement en attente le passage de
la « tempête ».
Le dernier point abordé fut les
développements
récents
et
les
mesures prises par le trésor américain
concernant le blanchiment de capitaux.
Les participants ont insisté sur la
transparence et le professionnalisme du
système bancaire libanais, pilier central
de notre économie locale et du rôle
de control et régulateur de la banque
centrale. Nos entreprises s’exportent
fièrement dans le monde conformément
aux lois internationales afin de croître et
se développer. Les chefs d’entreprises
libanais sont engagés dans la lutte contre
le blanchiment d’argent et contre toute
pratique financière frauduleuse et il est
de leur devoir (sans attendre ou recevoir
de leçon de personne) de respecter toute
sanction internationale et d’assurer le
meilleur contrôle possible à tous les
niveaux pour maintenir et augmenter
les échanges commerciaux à travers le
monde.
Cette
réunion
productive
sera
suivie d’autres démarches et d’une
communication régulière entre la
Banque Centrale et le RDCL.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
36 | Juin 2013
Réunions externes
37 | Juin 2013
Visites et réunions au RDCL
Visite des Instances Economiques à Riyadh
Projet de création d’une base de données aux investisseurs
Le Président du RDCL Dr Fouad Zmokhol, a activement
participé à la délégation des Instances Economiques qui s’est
rendue à Riyadh en Arabie Saoudite le Samedi 9 Mars 2013.
Une réunion fut organisée le Mardi
2 Octobre avec M. Mohamad Naffi
(Ancien Directeur de Formation et de
Développement de la Banque du Liban)
Mr. Elie Aoun et le Président du RDCL
Dr Fouad Zmokhol.
Les participants se sont réunis avec le second vice-Premier
ministre saoudien Moqren ben Abdel Aziz afin de se pencher
sur les moyens de redynamiser les échanges entre les deux
pays.
À l’issue de la rencontre, le responsable saoudien a remercié
les représentants des organismes économiques pour leur
visite en Arabie saoudite, « la seconde patrie des Libanais », a-til indiqué.
« La politique extérieure du royaume est la même vis-à-vis du
Liban puisque l’Arabie saoudite porte une affection particulière
à la République libanaise », a ajouté le ministre Moqren ben
Abdel Aziz qui a tenu à réfuter les rumeurs selon lesquelles les
Saoudiens retiraient leurs dépôts des banques commerciales,
ou avaient l’intention de changer leur politique à l’égard des
expatriés libanais travaillant dans le royaume.
« Les investisseurs privés et le gouvernement saoudien n’ont
aucune intention de retirer leurs dépôts du Liban », a ainsi
souligné Moqren ben Abdel Aziz qui a rappelé l’importance
qu’accorde l’Arabie saoudite à la stabilité économique du Liban
et a en outre loué les efforts des organismes économiques dans
le rôle qu’ils jouent au Liban en vue de maintenir un équilibre
malgré une conjoncture politique et sécuritaire difficile.
Par la suite, les représentants des instances économiques se
sont rendus chez l’ancien Premier ministre Saad Hariri dans
sa demeure à Riyad, l’occasion de se pencher sur l’actualité
essentiellement économique.
toute la région
• Créer une base de données pour les
investisseurs intéressés.
Une étude et un plan de travail sont en
cours de préparation.
Viste au RDCL d’une délégation économique de l’Ambassade
Américaine
Le RDCL a reçu en date du 1er Novembre
2012 la visite d’une délégation
économique de l’Ambassade Américaine
composée de Mr Shawn Tenbrink
accompagné de Mme Claude Knesevitch.
De leur côté, les membres de la délégation ont tenu d’abord à
féliciter leur hôte pour la position à laquelle il a récemment été
nommé, à savoir second vice-Premier ministre. « Les Libanais
ne peuvent que remercier le roi Abdallah pour son soutien
continu apporté aux Libanais autant sur le plan financier
qu’économique ».
Le président du RDCL a soumis au responsable saoudien
l’importance de soutenir les projets d’infrastructure au Liban,
une requête qu’il a promis de transmettre au roi Abdallah en
soulignant toutefois que plusieurs projets d’aide et de soutien
à l’infrastructure libanaise ont déjà été mis en place. Pour ce
qui est de la venue des touristes saoudiens au Liban, le prince
Moqren s’était montré plus réservé à ce sujet expliquant
toutefois que la décision ne revenait pas aux responsables
saoudiens mais dépendait de la situation sécuritaire sur les
plans local et régional.
Suite
à
l’accord
du
Conseil
d’Administration, il a été convenu de
soutenir le projet présenté par Mr Naffi
qui propose essentiellement :
• Entamer une étude avec l’ESCWA pour
identifier les divers domaines d’activités
et d’investissements au Liban et dans
Les présents ont réitéré l’importance de consolider le sentiment
d’union nationale à l’ombre des bouleversements politiques
par lesquels passe la région. Ils ont également insisté sur
l’importance que le Liban maintienne une position neutre visà-vis de la crise syrienne afin de ne plus soumettre le Liban à
des secousses qui fragilisent son économie. « Il faudrait que les
responsables politiques adoptent un discours rationnel vis-àvis des pays du Golfe », a indiqué pour l’occasion Saad Hariri qui
a insisté sur l’importance de maintenir la tenue des élections
législatives dans les délais constitutionnels.
Enfin, l’ancien Premier ministre a loué les efforts des organismes
économiques, « colonne vertébrale » de l’économie libanaise.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
guerre syrienne sur le Liban.
De son côté, le Président de RDCL,
Dr Fouad Zmokhol a présenté les divers
projets entrepris par le rassemblement
ces derniers mois ainsi que les chantiers
en cours, tout en insistant sur les
récentes positions du RDCL par rapport
aux derniers événements économiques
du pays.
La réunion avait pour
objectif une mise au point
des dernières évolutions
et chiffres économiques
du pays, notamment en ce
qui concerne le commerce
extérieur
(import-export),
les investissements locaux
et étrangers, le tourisme,
l’agriculture ainsi que le
système bancaire libanais.
Les membres de la délégation
américaine se sont également
informés
des
derniers
rapports relatifs à l’impact
économique et financier de la
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
38 | Juin 2013
Visites et réunions au RDCL
Visite au RDCL de l’Ambassadrice de Suisse SE Mme Ruth Flint
Le RDCL a reçu en date du 12 Novembre
2012 la visite de l’Ambassadrice de Suisse
SE Mme Ruth Flint.
L’ambassadrice a tout d’abord clairement
exprimé les craintes de son pays face
à l’instabilité politique et économique
du Liban ainsi qu’aux tensions et aux
divisions sécuritaires qui y persistent.
Elle a ensuite présenté les priorités
économiques de son pays qui se
concentrent désormais sur l’Europe et les
grandes puissances économiques. Par
ailleurs, la Suisse cherche à développer
de plus en plus les petites et moyennes
entreprises (PME) pour les rendre plus
efficaces, rentables et compétitives.
De son côté, le Président de RDCL,
Dr. Fouad Zmokhol ainsi que
Mlle Carine Husni, membre
du Conseil d’Administration
ont présenté les divers
projets entrepris par le
rassemblement dernièrement,
les chantiers et priorités en
cours, tout en insistant sur les
positions du RDCL face aux
derniers rapports et chiffres
économiques en vigueur.
Mme
l’ambassadrice
a
encouragé
à
continuer
dans la même direction et à
poursuivre le lobby régulier
du RDCL sur les décideurs,
tout en conseillant de se mesurer aux
pays identiques et de prendre les idées
de réformes de ceux qui ont réussi à
redynamiser leur croissance et à baisser
leur taux de chômage par une forte
implication du secteur privé.
Visite au RDCL d’une délégation de l’Organisation
Internationale du Travail (OIT)
Page 1
Une
délégation
de
l’Organisation
Internationale du Travail (OIT) accompagnée
de M. Samih Geha, actuaire et membre du
RDCL, nous a rendu visite au RDCL le Mardi
29 Janvier 2013.
3:04 PM
M. Pierre Plamondon et M. Samih Geha ont
clairement présenté les objectifs de leur
étude concernant le système de retraite et
services sociaux.
Le RDCL suit ce dossier -crucial pour nos
entreprises et nos salariés- de très prés.
Nous espérons vivement réussir à avoir
notre projet voté au parlement et mis en
application au plus tôt.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Loto SMS Eng 21.5-14
10/15/12
La discussion a ensuite essentiellement
porté sur le projet de l’assurance retraite
présenté par le RDCL en Septembre 2011
ainsi que sur les paramètres techniques,
administratifs,
managériaux
et
de
gouvernance, requis pour l’application d’un
régime de pension efficace au Liban.
40 | Juin 2013
Visites et réunions au RDCL
41 | Juin 2013
Visites et réunions au RDCL
Visite au RDCL d’une délégation du Bureau Moyen-Orient de
l’agence universitaire de la Francophonie (AUF)
Réunion avec le coordinateur du plan de secours aux réfugiés
Syriens au Liban
Les membres du Conseil d’Administration
du RDCL ont reçu le mardi 19 Février
2012, la visite d’une délégation du
Bureau Moyen-Orient de l’agence
universitaire de la Francophonie (AUF)
présidée par Mme Salwa Nacouzi.
Les membres du Conseil d’Administration
du RDCL se sont réunis le Mardi 02 Mai
avec Mr Ramzi Naaman, Directeur du
« National Poverty Targeting Program for
Social Safety Nets (NPTP) » auprès de la
présidence du Conseil des Ministres et
coordinateur en chef du plan de secours
des réfugiés Syriens au Liban.
L’Agence universitaire de la Francophonie
(AUF) est est l’une des plus grandes
associations d’universités au monde,
avec 782 établissements membres dans
98 pays. Implanté à Beyrouth, le Bureau
Moyen-Orient (BMO), est l’un des 10
bureaux régionaux de l’AUF. Il comprend
56 établissements d’enseignement
supérieur et de recherche sur 13 pays.
Le BMO est engagé dans une politique
de réseau avec ses différents partenaires
afin d’aider à leur modernisation tant en
recherche et formation qu’en matière de
gouvernance et d’administration.
L’objectif de la rencontre était de
présenter le projet « Apprentissage à
distance et innovation pédagogique »
que le BMO va déposer dans le cadre de
l’appel à candidature Tempus en cours.
L’objectif de ce projet est de réduire
l’inadéquation formation-métier et de
favoriser l’insertion professionnelle au
Liban et en Égypte, en
recensant les compétences
requises par les entreprises
afin
d’adapter
les
formations universitaires
en
conséquence,
en
réformant les curricula
selon
l’approche
par
compétences.
Des
expérimentations pilotes
se feront dans le domaine
« Gestion-BanqueFinance ». Le projet prévoit
également la sensibilisation
institutionnelle
à
la
validation
des
acquis
d’expérience ainsi que la
rédaction d’un projet de
loi pour la reconnaissance
des Formations ouvertes et
à distance par le ministère
de l’éducation et de
l’enseignement supérieur,
partenaire institutionnel
du projet.
Les prochaines étapes sont la finalisation
du formulaire de candidature et de ses
annexes, pour un dépôt avant le 26 mars
La rencontre avait pour objectif de
discuter et d’analyser les risques et les
conséquences économique de l’afflux
des réfugiés syriens sur le territoire
libanais.
Selon Mr Naaman, il y aurait aujourd’hui
plus de 500,000 déplacés syriens
enregistrés auprès du UNHCR (United
Nations High Commissioner for
Refugees) et environ plus de 600,000
non inscrits, soit un total de 1,100,000
syriens au Liban à ce jour.
2013. Les partenariats institutionnels et
académiques sont déjà consolidés. Une
confirmation de la part des entreprises
de leur implication est nécessaire pour la
réalisation du projet.
Projet du RDCL sur la gouvernance et la transparence des
ONG libanaises
Une réunion s’est dernièrement tenue
au RDCL concernant un projet relatif à
la transparence des Organismes Non
Gouvernementaux (ONG), en présence
de Mr Jean Hajjar (Board Member and
Advisor to the Chairman of BEMO Bank
–et membre du comité de « L’Association
du Foyer de l’Enfant Libanais- AFEL»),
Mr Gérard Zovighian, Président de la
«Lebanese Transparency Association»
(LTA), Maître Rabih Chaer, Directeur
Général de la LTA, Mr Amine Nehmé,
Président du Lebanese Development
Network, Maître Joelle Cattan ainsi que
du Président du RDCL, Dr Fouad Zmokhol.
Il a été convenu
au cours de cette
réunion, de créer un
organisme capable
d’encadrer les « ONG »
libanaises afin de
les aider à être plus
efficaces, à suivre une
charte internationale
de
gouvernance
interne
et
avoir
régulièrement
un
« audit » spécialisé afin de bénéficier,
d’acquérir et de maintenir un « label » de
transparence et de bonne gouvernance
D’autre part, vu l’intensification des
combats, les prévisions des organisations
internationales seraient de 1,000,000
personnes supplémentaires enregistrées
d’ici Décembre 2013: on pourrait donc
parler de 1,500,000 refugiés enregistrés
sur le sol libanais d’ici la fin de l’année
2013 (outre les personnes non inscrites).
De plus, les informations officielles
rapportent une répartition chaotique
et non organisée de ces déplacés dans
plus de 1100 villages sur tout le territoire
libanais.
Mr
Naaman
a
poursuivi
son
argumentation en insistant que la crise
sociale et économique touchant la
majeure partie des libanais, accentue les
tensions dans les régions:
au sein de leur organisme.
Un projet d’application est en cours de
préparation par les experts présents.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
- D’abord, nous assistons à une
augmentation alarmante du taux de vols
et de crimes, de plus de 50 % par rapport
aux années précédentes.
- Ensuite, les quantités de farine et de
blé subventionnées par l’état pour
l’année 2013 ont été presque totalement
épurées à la fin du premier trimestre de
l’année.
- Enfin, nos infrastructures déjà
insuffisantes et rachitiques pour subvenir
aux besoins des 4 millions d’habitants
vivants sur le sol libanais, pourraientelles aussi supporter les besoins d’une
population en croissance de 25 % ou
même de 50% sur notre territoire ?
Pour terminer, les participants ont conclu
qu’il serait indispensable de créer une
cellule d’urgence nationale, régionale
et internationale pour suivre ce dossier
crucial de très près. Ainsi, nous espérons
une réunion d’urgence des Nations Unis
pour présenter un plan de secours et de
suivi international.
Cette première rencontre sera suivie
par d’autres démarches et initiatives
pour se pencher sur les effets et l’impact
économique et social de ce nouveau
problème en ébullition.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
42 | Juin 2013
Etudes et position
Position du RDCL concernant la grille des salaires du secteur
public
Le Conseil d’Administration du RDCL
a tenu une réunion extraordinaire le
Jeudi 11 Octobre 2012 et ce suite aux
développements des derniers jours
concernant l’escalade sur la grille des
salaires du secteur public.
Le Président du RDCL Dr Fouad Zmokhol,
membre des instances économiques, a
résumé la position du RDCL comme suit:
- Nous comprenons les
demandes syndicales d’augmentation
de leurs revenus à l’ombre de l’inflation
mondiale, régionale et locale suite à
laquelle la survie devient de plus en plus
difficile.
Toutefois, nous nous opposons sur les
solutions proposées qui revendiquent
une augmentation de l’échelle des
salaires des employés du secteur public.
- Cette augmentation fictive aura des
répercussions diamétralement opposées
aux objectifs revendiqués vu qu’elle
poussera l’inflation de plus de 10 %.
De plus, Elle s’évaporera « des poches »
des 400 milles bénéficiaires du secteur
public bien avant d’être encaissée, et
augmentera la pression sur les 4 millions
de citoyens et sur les entreprises qui
peinent déjà à survivre.
- Cette augmentation inefficace et
improductive, réduira encore plus
la croissance économique locale, la
ramenant à un chiffre alarmant de 1.5
% et ce d’après les prévisions de la
Banque Mondiale et du Fonds Monétaire
Internationale (FMI). Une si timide
croissance augmentera dramatiquement
les taux de chômage déjà proche de la
barre des 20 % et pourrait entraîner une
crise sociale et une récession comme
jamais vues au Liban auparavant.
- Nous sommes étonnés des réactions
incendiaires, des attaques successives
et des menaces de la part des syndicats
contre le patronat du secteur privé et
nous tenons à leur rappeler que leur
employeur principal est l’Etat Libanais et
non le secteur privé indépendant !
- Le secteur privé a signé un accord
historique avec la CGTL en Décembre
2011 sur l’augmentation de la cherté
de vie, alors que le gouvernement
vient de l’appliquer au secteur public
qui revendique déjà une deuxième
augmentation
successive!
Aucun
gouvernement ou société privée
ne pourrait survivre après deux
augmentations de salaires à quelques
mois d’intervalle.
- Il est impensable que l’Etat Libanais
« s’aventure » à augmenter les salaires
publics à contre courant de toutes les
économies mondiales qui réduisent
leurs charges et masses salariales afin
de survivre à l’ombre de la récession
mondiale.
- L’Etat a donné un chèque sans provision
aux syndicats car il n’a pas les moyens de
le financer. Combler ce nouveau déficit
par des taxes supplémentaires serait
un crime économique: il augmentera
la pression sur le contribuable et les
entreprises sans augmenter en contre
partie la productivité du secteur public.
- Une augmentation de taxes pour
améliorer nos infrastructures ou pour
investir dans des projets constructifs et
pragmatiques aurait pu être défendable
mais une augmentation de taxes
pour financer une augmentation de
salaires est « un crime » économique
impardonnable.
Le
Rassemblement
des
Chefs
d’Entreprises, propose les solutions
suivantes et demande en priorité à l’Etat
ce qui suit :
1. Une restructuration complète des
emplois publics et l’élimination de
tous les emplois fictifs qui ne sont plus
confidentiels !
2. Evaluer le coût exact de la décision
gouvernementale téméraire à court,
moyen et long terme prenant en compte
les indemnités de fin de service.
3. Bâtir une vision économique a long
terme et ne pas repousser toute les
échéances importantes continuellement
,pratiquant une politique de rafistolage
et de fuite en avant.
4. Publier en toute transparence les
études de la Banque Mondiale et du
Fonds Monétaire International (FMI)
concernant cette augmentation et ses
effets / répercussions alarmantes sur
notre économie.
5. Etablir une étude d’une augmentation
sur base de mérite et de productivité et
non d’évaluer tous les employer dans le
même « panier ».
6. Se penche essentiellement sur le
avantages sociaux (sécurité sociale /
enseignement public / soins médicaux/
transport public …) qui allégeraient le
poids et les dépenses des concitoyens.
7. Organiser et contrôler les factures
colossales des générateurs de quartier
pour arriver à des prix abordables
imposés et suivis par l’Etat.
Finalement, le RDCL accueille très
favorablement l’initiative du Premier
Ministre d’organiser une table ronde
économique et sociale groupant tous les
partenaires sociaux pour bâtir ensemble
un plan de survie.
Somme toute, les menaces, les discours
agressifs, les chantages, ne mèneront
qu’à l’auto destruction de notre
économie.
Ce n’est que par une communication
transparente et mature que nous
pourrons traverser ensemble cette
période cruciale et ce chemin sombre et
épineux !
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
43 | Juin 2013
Etudes et position
Suggestions du RDCL pour résoudre la crise sur l’échelle des
salaires
Le RDCL suit de très prés la crise sur
l’échelle de salaires et a même entrepris
un contact direct avec le Responsable
syndical des écoles privées M. Nehmeh
Mahfouz pour essayer de décrocher un
accord constructif et réalisable.
Nous étions très prés d’arriver à bon
port mais malheureusement la situation
a malheureusement échappé à tout
contrôle.
Ci-dessous les détails de nos multiples
rencontres et propositions pour gérer la
crise efficacement:
“A l’ombre de la crise économique et
sociale, accompagnée d’une inflation
sans précédent qui secoue le monde, la
région et le Liban, il est compréhensible
et tout à fait légitime de faire face à des
demandes d’augmentation de salaires de
la part des salariés tout bord ou secteur
confondu.
Tous nos concitoyens se battent
vaillamment pour maintenir une qualité
de vie et un pouvoir d’achat acceptable
subissant ainsi de fortes pressions
négatives de tous flancs.
Les entreprises de leur côté, peinent à
survivre dans un environnement instable
et extrêmement difficile, face à une
timide croissance et sont continuellement
confrontées à une hausse vertigineuse
de leurs coûts les menant vers une
douloureuse « Stagflation » (stagnation +
inflation).
Cependant, en ce qui concerne la grogne
sociale des enseignants laquelle a pris une
envergure non négligeable, il est difficile
d’y assister et de ne pas réagir, et ce en
essayant d’aider à trouver des solutions
constructives et efficaces à leur légitime
doléance (ceci sans oublier que ces mêmes
personnes enseignent nos enfants et
passent avec eux plus de temps que nous,
parents). Ces instituteurs éduquent avec
conscience et persévérance les générations
à venir sur lesquelles nous comptons pour
le vrai changement structurel.
«Certains» ont essayé de nous mettre
face à face en confrontation directe à
maintes reprises mais fort heureusement
sans grand succès palpable. Il est
nécessaire de rappeler que les instituteurs
sont rémunérés indépendamment par
leurs écoles respectives et non par le
secteur privé libanais qui avait signé en
janvier 2012 un accord historique et une
synergie sans précédant avec ses salariés
(représentés par la CGTL), directement mis
en application.
Ceci dit et afin de pouvoir trouver une issue
définitive à cette crise, nous proposons les
suggestions ci-dessous :
- Payer aux instituteurs une
augmentation similaire à celle du
secteur privé, appliquée à ses salariés
depuis Janvier 2012 et qui fut par la suite
également appliquée par le secteur public.
• Nous demandons de voter au
plus tôt la loi nécessaire pour l’application
par le parlement de cette augmentation
au corps enseignant privé.
- Subdiviser ce qu’on appelle échelle
de salaires en plusieurs tranches
distinctes afin de pouvoir étudier les
requêtes de chaque secteur d’activité
indépendamment. Ainsi, il deviendrait
possible de se pencher sur les demandes des
professeurs, trouver des solutions efficaces
et atteindre des objectifs réalisables.
• Il est inconcevable, voire quasiimpossible que les caisses d’État financent
et appliquent une augmentation qui
toucherait tous les salaires publics d’un
seul coup.
- Restructurer les écoles publiques, en
soutenant tout d’abord un recensement
méticuleux des enseignants du secteur
public. L’objectif ultime serait d’une part
de mettre un terme à tous les emplois
fictifs, et d’autre part de permettre
une révision des salaires des plus
productifs. La deuxième étape serait une
redynamisation des écoles publiques
et une amélioration de leur niveau et
des méthodes d’enseignements afin de
« redorer » leur réputation et supprimer
tout « tabou » ou préjudice.
- Baser les augmentations de salaires
sur le mérite, les aboutissements,
le dévouement et non pas octroyer
des augmentations systématiques et
unilatérales, mettant tous les salariés
dans un « même sac » bénéficiant ainsi
des mêmes gratifications, quelques soient
les efforts fournis. Finalement, nous
croyons fermement qu’afin de dynamiser
et améliorer les résultats, il est crucial de
récompenser les efforts individuels.
•
Nous
demandons
une
modernisation de la loi pour permettre
aux instituteurs méritant de bénéficier
des augmentations régulières sur base de
mérite et non attendre inlassablement des
augmentations généralisées.
Il est clair et normal que les syndicats et
les chefs d’entreprises ne puissent pas
s’entendre continuellement sur tous les
points et sur tous les sujets, mais avec un
peu de recul nous nous rendons compte
que les points sur lesquels nous sommes
d’accord sont beaucoup plus nombreux
que ceux sur lesquels nous divergeons !
Nous espérons aider à mettre un terme
à ce long conflit qui est pesant sur les
instituteurs, les écoles, nos foyers et notre
économie.
Ce n’est que par une discussion
transparente, claire, objective et mature,
dotée d’une vraie volonté, que nous
pouvons toujours résoudre tout conflit,
d’une manière constructive et efficace
et atteindre tout objectif raisonné et
réalisable. Si on veut… on peut !”
Dr. Fouad Zmokhol
Président du RDCL
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
44 | Juin 2013
Projets Divers
Accord du Ministère des Finances sur le projet des Actions
Preférentielles présenté par le RDCL en juin 2012
En Juin dernier, le RDCL avait présenté
une étude préparée conjointement
avec la « BEMO Securitisation–BSEC »
sur les actions préférentielles (projet
d’étude et e-mail du RDCL du 19.07.12
en pièces jointes).
Projets Divers
45 | Juin 2013
Participation du RDCL à la Commission Ministérielle pour
proposer un plan de réforme économique et social
Le RDCL a activement participé à la Commission Ministérielle chargée de
préparer un plan de réforme économique et social.
Cette commission était composée des principaux membres du bureau du
Premier Ministre SEM Nagib Mikati, de plusieurs ministres désignés ainsi de
certains membres des instances économiques dont le président du RDCL,
Dr. Fouad Zmokhol.
Cette étude a été suivie d’un
lobby fourni avec les ministères et
parlementaires concernés.
Un projet final a été proposé par ce comité, et a été intitulé « Economic and
Social Reform - action plan 2012-2015 ».
Economic and Social Reform Action Plan




Lebanese Republic
Presidency of the Council of Ministers

Economic and
Social Reform
Action Plan
2012 - 2015
Seven pillars for implementing economic and social
reform in Lebanon
C’est avec satisfaction et fierté que
nous venons à présent de recevoir
une lettre officielle du Ministre des
Finances (pièce en annexe) donnant
son accord et soutenant explicitement
notre initiative.
Participation du RDCL au jury du “Produit de l’Année” –
Moyen-Orient et Afrique
September 2012


Le President du RDCL Dr Fouad Zmokhol
a activement participe au jury du Produit
de l’annee » moyen-orient et afrique.
Le prix “Produit de l’année” est une
récompense indépendante décernée aux
produits de consommation reconnus par
un panel de consommateurs pour leurs
qualités d’excellence et d’innovation.
Ce
prix
fondé
en
France
en
1987 par l’ancien
dirigeant de L’Oréal,
Christian
Lebret,
est
désormais
décerné dans plus
de 36 pays de par le
monde
Il s’agit d’un succès et d’une grande
réussite pour la famille du RDCL, ses
sociétés membres et notre secteur
privé.
Nous espérons que ce projet sera
bientôt voté au Parlement et mis en
application au plus tôt afin de fournir
de nouveaux outils de financement et
un nouveau souffle à notre économie.
Participation et partenariat du RDCL au “Social Economic
Award 2012”
Le Conseil d’Administration du RDCL a décidé de soutenir et de
participer activement à l’événement annuel «Social Economic
Award 2012 » organisé par la société First Protocol.
L’objectif de cet événement est d’honorer les institutions dans
l’industrie, le commerce, la franchise, les secteurs bancaire
et éducationnel pour le développement de concepts et de
produits qui favorisent le bien-être social, un environnement
meilleur, créent des offrent d’emploi et préservent l’identité,
l’histoire et le patrimoine du pays.
Nous croyons que la reconnaissance des efforts des institutions
de différentes catégories dans les secteurs économiques et
sociaux, permettra d’améliorer l’état des moins fortunés et
aura un impact positif sur la société toute entière voire sur la
nation.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
vote pour les produits admis en
répondant à un questionnaire conçu

au préalable par une compagnie de
recherche indépendante. Le vote des
consommateurs est basé sur des critères
spécifiques tels que: l’innovation,
l’utilisation, la capacité d’attractivité, la
satisfaction et les intentions d’achat.
Le label “Produit de l’année” est unique
en son genre puisqu’il est conçu
pour
apporter aux consommateurs un
meilleur aperçu des derniers produits sur
le marché.
Les
produits
identifiés par le jury
comme innovants
et
créatifs
passent
ensuite
par
la
« phase
recherche » : un
panel représentatif
de la population,
formé de 1200
consommateurs
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Articles
46 | Juin 2013
Le Conseil Économique et Social une
nécessité au dialogue national
les organisations de la société civile. Il
est le catalyseur des contradictions et
l’instrument du dialogue et de l’entente
socio-économique.
Par Mr. Roger Nasnas (Président du Conseil économique et social, et ancien
Président du RDCL)
Le Liban est le pays du dialogue,
politique, économique, social et culturel.
Le dialogue est à la base de la démocratie
et le garant de la paix sociale. Quand on
néglige cette réalité, les crises surgissent
et se nourrissent de nos dissensions.
Après plus de trois décennies de
troubles sur notre territoire, et devant
les vicissitudes du changement que
témoigne le monde actuel, j’aimerais
mettre l’accent sur trois constantes:
- Notre situation socio-économique
nécessite l’adoption d’un programme
de priorités qui tienne compte du levier
que représentent les diverses mesures
possibles.
- Le développement durable requiert
la coopération la plus large et la plus
efficace des institutions de l’état.
Autrement dit, la reprise serait le résultat
d’un partenariat entre un secteur public
dynamique et un secteur privé solide.
- Il est indispensable d’accélérer
progressivement le rythme de la
croissance afin de réduire la dette
publique et sa charge, dans un avenir
prévisible, et de répondre le plus tôt
possible, aux nécessités les plus urgentes.
C’est dans ces conditions que l’on peut
assurer la quiétude sociale, créer des
emplois, arrêter le déclin de la classe
moyenne et lutter contre l’effritement du
niveau de vie.
C’est à travers ce programme que se
renforcera la confiance dans l’état et dans
l’avenir. Cette confiance est un facteur
vital pour la reprise. Les expériences
passées ont montré que la promotion
de la démocratie repose dans une large
mesure sur le développement.
La réconciliation nationale est nécessaire
à la reconstruction du Liban. Notre
économie prospère lorsque tous,
participons à la reconstruction: c’est
l’effort commun, de tous et de toutes, qui
réalise le progrès.
L’économie dirigée inhibe l’initiative,
et limite la croissance ; la liberté
économique suscite la concurrence
et le développement ; le rôle de
l’Etat, en économie de marché, est
essentiellement de préserver l’initiative
et la concurrence et de garantir le bien
être social. Le choix de la liberté et de
la démocratie, renforcent et disciplinent
l’économie de marché, et consolident
ainsi l’attachement des citoyens aux
intérêts suprêmes du pays.
C’est ce que nous avons plaidé à toutes
les occasions, et c’est ce que nous avons
traité dans notre livre, publié en 2007,
«Le Liban de demain, vers une vision
économique et sociale» que nous avons
rédigé en collaboration avec une équipe
d’experts spécialisés dans les divers
aspects du développement avec les trois
constantes:
- Il n’y a pas de progrès économique sans
quiétude sociale,
- Il n’y aura pas de quiétude sociale sans
développement,
- Il est difficile de concevoir le
développement durable sans une
véritable réconciliation nationale.
Nous avons besoin un besoin vital d’une
réforme qui réponde aux deux questions
suivantes:
1. Quel pays nous voulons construire ?
2. Quel serait le rôle économique du
Liban de demain ?
Nous vivons une drôle d’époque, avec
de grands économistes et de mauvaises
économies, particulièrement au Liban.
Les investissements du Golfe, l’activité
touristique surtout de la diaspora
libanaise, l’expansion de nos services
dans la région, et d’autres facteurs avaient
animé notre économie par le passé, mais
Articles
avec les changements politiques et
économiques radicaux au Moyen-Orient
nous nous trouvons devant un ensemble
de défis dont il faut prendre conscience :
- La politique seule ne peut reconstruire
un pays ;
- C’est avec le développement que l’on
reconstruit la nation. Le développement
économique favorise le bien-être social,
le bien-être consolide l‘appartenance
nationale, la cohésion nationale renforce
le progrès ;
- Attirer les capitaux étrangers est
nécessaire, mais non suffisant pour
sortir de la récession. Il faudrait orienter
ces investissements vers les secteurs
productifs, et en particulier ceux qui
assurent le plus d’emplois aux jeunes.
- Si les banques ont prouvé tout au long
des années de crises qu’elles étaient
l’un des piliers de notre économie et un
grand soutien de l’État, elles joueront,
sans aucun doute, un rôle essentiel
dans le développement en finançant
en particulier les petites et moyennes
entreprises.
Ces aspirations ont été dévoilées lors
mon élection à la présidence du Conseil
Économique et Social il y a douze ans, et
développés plus tard dans mon ouvrage
« Le Liban de Demain »
Le premier mandat du Conseil avait
pour objet principal la constitution
de l’institution. Nous avions à doter le
Conseil d’un siège, engager le personnel,
et organiser les méthodes de travail. Nous
devions aussi promouvoir son rôle en
tant que plateforme du dialogue pour les
organisations économiques, les syndicats,
les associations professionnelles et
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Sur le plan du gouvernement, ce Conseil
est une institution constitutionnelle,
stipulé dans le pacte national à Taif. Sa
mission réside dans la participation de
la société civile dans la formation de
l’opinion et la contribution à l’élaboration
du programme économique et social
de l’Etat. Son intervention fait du
programme du gouvernement un projet
national. Ceci est d’autant plus important
que la « privatisation », le soutien des
PME, ainsi que la stabilité sociale sont
l’affaire de tous.
Le Conseil Économique et Social joue son
rôle à travers trois fonctions:
1. Une fonction de représentation ;
2. Une fonction de compétence et de la
spécialisation ;
3. Et une fonction de consultation et de
communication entre l’Autorité et la
communauté
Il est alors un exemple typique de
l’impulsion démocratique: son président
est élu ainsi que son bureau et ses
comités. Son travail est le résultat de
la consultation et du dialogue de
toutes les parties. Le Conseil donne son
avis quant aux dossiers soumis par le
Gouvernement, conformément à une
procédure prédéfinie. Le Conseil peut
également exercer une auto-saisine de
certains dossiers qu’il juge prioritaires et
donner son avis au gouvernement sans
qu’il lui ait été requis.
Le président et les membres du
conseil accomplissent leur mission
gracieusement
sans
aucune
compensation. Bien que les cadres
administratif et technique du CES sont
toujours vacants, à l’exception du poste
de Directeur général, nous avons profité
pour rendre le Conseil un centre destiné
aux conférences et aux séminaires
officiels et internationaux. D’ailleurs
le Conseil a été choisi à une certaine
période pour être le «siège des réunions
du Conseil des ministres ».
47 | Juin 2013
Nous avons œuvré en vue d’accomplir
pleinement notre rôle. Ainsi le Conseil
a émis un avis consultatif au sujet
du projet d’amendement de la Loi
de la sécurité sociale et du projet de
l’assurance vieillesse en particulier. Le
dossier de l’assurance maladie sollicitait
notre attention. Nous avons organisé un
dialogue permanent afin de déterminer
les éléments à traiter du dossier sanitaire,
et entamer l’action nécessaire pour
les résoudre. Nous avons de même
publié une étude approfondie, et avons
organisé une série de conférences sur le
thème de l’enseignement supérieur privé
au siège du Conseil.
courantes. Je me suis efforcé à ce que la
place du Liban ne soit jamais vide dans
les conférences internationales, et notre
conseil a gardé une place distinguée
à l’étranger. Combien j’ai été flatté
quand le ministre Ahmed Luqman,
Directeur général de l’Organisation
Arabe du Travail affiliée à la Ligue des
États arabes, a exprimé son intention de
travailler ensemble afin de consolider la
coopération entre l’Organisation et les
Conseils économiques et sociaux arabes.
De plus, le Conseil s’est intéressé
aux conditions de productivité et de
compétitivité du secteur privé, et publié
une étude sur les petites et moyennes
entreprises. Cette étude a encouragé
le merger des petites entreprises
industrielles, une initiative qui a été
approuvée par l’Assemblée générale. Le
Conseil a également préparé une étude
dans laquelle il suggérait, à l’époque
le rééchelonnement des dettes des
entreprises en difficulté. L’assemblée
générale a traité le programme de
relance de l’agriculture, et l’a transmis
aux commissions compétentes pour un
complément d’évaluation. Les comités
ont également approfondi le dossier du
tourisme.
Je vous réponds : « où est donc le
Conseil ?» Le Président du Conseil n’est
pas le Conseil et surtout dans la période
d’expédition des affaires. Il devrait
nécessairement y avoir une assemblée
générale qui détermine les opinions et
les orientations. Son avis doit être le fruit
du dialogue, de la coopération et de la
coordination entre les différents acteurs,
syndicats, organisations, la société civile
et l’État ».
A coté de ce travail à l’intérieur, le
Conseil établissait des relations avec
les Conseils économiques et sociaux
internationaux, européens et arabes. Le
Liban avait assuré sa place et contribué
à la promotion du Liban. Nous avons
reçu maintes résolutions d’appui à notre
conseil et à notre pays.
Tout cela a été accompli en trois ans,
et depuis 2003, terme du mandat de
l’Assemblée, les membres du Conseil
n’ont pas été nommés.
Depuis, j’ai continué, à la demande des
hauts responsables de l’État, à m’acquitter
de mes fonctions et à expédier les affaires
Vous vous posez la question : où en est
le CES aujourd’hui vis-à-vis des dossiers
économiques et sociaux internes?
Ce Conseil répond à un besoin
économique, une nécessité sociale. Il
ne prend la place de personne. Il est le
lieu qui regroupe tout le monde afin
de contribuer à la reprise économique
et au bien-être social, à un moment ou
nous avons besoin d’un maximum de
solidarité et de soutien mutuel, pour
sauver l’économie et construire un
meilleur avenir social.
Nous avons une grande foi en Son
Excellence le Président Michel Sleiman
qui œuvre à confirmer le sécurité et à
promouvoir le développement, en Son
Excellence le Président de la Chambre,
M. Nabih Berri, qui tient à activer les
institutions et à promouvoir le progrès
social, et en Son Excellence le Président
du Conseil des Ministres, M. Najib Mikati
qui œuvre à la sauvegarde de l’économie
et de la stabilité du Liban, et espérons
revoir le Conseil exercer ses fonctions et
s’acquitter de sa mission.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
48 | Juin 2013
Articles
International Rating Agencies:
Political and Economic Discussions
By: Dr. Makram Sader (Secretary General of the Association of Banks in Lebanon)
A delegation from Standard & Poor’s (S
& P) has lately visited Lebanon based
on an appointment by the Ministry
of Finance to evaluate the Sovereign
Rating of the Lebanese Republic
debt. The Central Bank of Lebanon
and the Association of Banks, have
tried hard separately to convince the
working team to, at least, change the
Sovereign Risk outlook from Negative
to Stable, if the rating itself can’t be
modified. However, we are not sure
how successful we were in convincing
the other party, since rating agencies
conduct normally a thorough review
of the various assessment aspects and
components of any country. Therefore,
we find necessary to reflect here some
of our discussions, even if briefly.
First, delegation members looked into
the political situation and found endless
discord concerning the Electoral Law,
knowing that this Law is constitutive
by nature and must represent a stable
legislation that should never be subject
to politicians’ whims and ambitions.
Those frictions also control the stands on
the current events taking place in Syria,
where active parties in the opposition
and the government, increasingly
engage themselves despite the
declared “self-distancing” policy, which
leads to a deterioration in the security
level. The same thing is happening with
the International Tribunal matter, where
opinions strongly oppose on whether
to fund it or not! Therefore, the S&P
team concludes that there is no unified
national vision set for the country to
handle its key issues and concerns,
which will be reflected in short term
future instability and will logically
affect the outlook that they describe as
“negative”.
Second, they examined the structure
and the performance of the economy
to find that growth rates are decreasing
from high levels that have exceeded an
average of 8% during 2007-2010, to less
than 2% since then. The government is
reluctant to take measures or set policies
to stimulate economic growth, expand
the labor market and raise the level of
productivity, when immediate action is
highly needed in order to compensate
the decline in the external demand
for local services such as tourism and
real-estate and construction, as well
as the decline in external demand for
Lebanese industrial goods. What has
always been required is to avoid the
paralysis, a situation that the president
of the Association of Lebanese
Industrialists talks about.
Third, the Standard & Poor’s team
enquired about the structural reforms
and how well established they are;
they even asked about any progress
that has been achieved on that level.
What happened to privatization; which
activities or institutions the government
intends to privatize in part or in total; is it
in terms of ownership or management!?
Needless to stress the importance of
privatization to them, since it attracts
shareholders from Lebanon and abroad
and enhances investment, leading
to higher growth rates, in addition
to increasing the efficiency of public
services, reducing the cost on Lebanese
citizens and improving the service
quality. Furthermore, they ask about
the social security reform process that
has been talked about for years. Is
there hope in adopting a pension and
social protection system that provides
the private sector employees with
health protection after retirement
age, as is the case at least with public
sector employees? Such system also
provides the Lebanese economy with
a decent volume of long-term savings
that Lebanon lacks completely, and
which will be invested in long-term
assets, giving the country the economic
and social returns it desperately
needs!? Finally, what happened to
the administrative reform process
especially that we have established a
Ministry for it, committees and studies
funded from inside and outside the
country? Yet, nothing changed; instead,
corruption and absence of productivity
aggravated,
sectarian
conflicts
deepened, the interest of people has
become more ignored and public affairs
abandoned.
Fourth, the S & P team asked about the
status of Public Finances. It discussed
at length public finances development,
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Articles
structure and sustainability, in addition
to the capability of the banking sector,
commercial banks and the central bank
to continue funding the budget deficits.
Unfortunately, figures make them right.
Instead of benefitting of the significant
decline in the public debt service
(-8%) to reduce overall expenditures,
the government began to expand its
primary expenditures that exclude
the debt service, registering a 27%
increase by the end of October 2012
compared to the same period 2011
(being the latest published statistics).
This increase cannot be attributed to
the raise in salaries and wages only,
which has increased by 13.5% during
the mentioned period. The deficit
aggravated also by 77% due to the
increase in expenses. As for the public
debt it has registered an increase of 7.5%
that amounts to $ 4.03 billion in 2012,
compared to 2011. In view of this reality,
the team suggested looking at countries
in our region, like Cyprus, Greece and
Italy, maybe we might reconsider?! We
must not remain stubborn and brag
about how Lebanon is different than
all the mentioned countries, knowing
that these economies are embraced by
the European Community. Our banking
sector is 3.5 times bigger than our
GDP (Gross Domestic Product) and our
deposits base is not only limited to our
domestic economic activity; it is also
supported by savings sent to us by our
non-resident Lebanese from Chile to
Australia, not to mention Canada and
the Gulf Countries!! The serious events
of 2005, 2006 and 2008 and the related
and resulting security implications
and policies that followed, reflected
depositors’ confidence in the Lebanese
banking systeM. During none of these
events did deposits withdrawal to the
outside exceed a level of $ 3 billion, i.e.
less than 5% of the deposits in foreign
currencies at the banking sector and
less than 10% of its liquidity in foreign
49 | Juin 2013
currencies. They (delegation members)
recognize our banks’ ability to resist and
our bankers’ large expertise in running
their institutions in an environment full
of risks and subject to significant sudden
adverse changes. However, they worry
and even warn us about any dramatic
change that could suddenly occur to
this atmosphere that we describe as
comfortable, solid and stable, in view of
the deteriorating business climate, and
the continuation with the fiscal policy’s
old approach, as if it is not involved in
the current changes!
foreign investments and of non-resident
Lebanese, in particular. The broadening
current account deficit from 14% to
21% of GDP is a worrying phenomenon.
Because, funding this savings gap
requires an appropriate increase in the
flow of foreign currencies either though
an increase in the external debt or
through a significant increase in foreign
investments, and positive prospects are
not clear in both cases. Another option
could be to reduce the import of goods
to the benefit of domestic production,
and that is a wish we all have, not only
the Association of Industrialists.
Fifth, they point to the trend in our
external accounts during the two
precedent years. During the last two
years, the balance of payment in
Lebanon, registered a consecutive
deficit of approximate $ 2 billion in
2011 and exceeding $ 1.5 billion in
2012. Surely this negative development
is due to the decline in tourism on
the current account side, and the
decline of Foreign Direct Investments
(FDIs), particularly the Arab ones on
the financial account side. Finally, it
is also due to the rising growth of
Lebanon’s imports of foreign goods
and services. For our part, we believe
this new situation is circumstantial and
reflects developments taking place
around us. We also believe that we have
accumulated during 2007-2010 a large
volume of savings in foreign currencies
that allows us to finance the BOP deficit
levels registered in the last two years. For
their part, they fear that the outcome of
the past two years could be indicating
a possible new trend that should be
preferably dealt with using new policies,
especially in the area of the budget
deficit that represents an essential
tributary to the external demand, and
can lead subsequently to a widened
deficit in the current account that is
difficult to finance through the flow of
It is crucial that we take this debate
with the international rating agencies
seriously, especially after they were
bold to reduce the credit rating for
the USA, France and lately the UK. It
is time to control the deficit and debt
and to organize our “internal Lebanese
home”. It is not acceptable to use the
prevailing circumstances the region is
witnessing as an excuse to do nothing.
On the contrary, the difficult situation
in the region that is expected to last
for a long time should motivate us to
stand ready and to cut short our useless
expenses and unnecessary spending.
We can even benefit from this period
to proceed with reforms, so that we
would be in the right place once this
period is over. Within this context, falls
the position of the Association of Banks
in its warning of the need to reduce
the deficit irrespective of any pretexts.
Financial stability and monetary
stability is a definite national interest
that is essential to the subsistence of the
Lebanese people. Not only is it essential
to those who are at or below poverty
lines or those with low incomes, but
also to the middle-class income citizens,
particularly the tranche working more
in the private sector than the public
one, contrary to what some circles and
propositions are trying to suggest.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Articles
50 | Juin 2013
Le CHO, un instrument financier pour les pays émergents.
Par Dr. Riad Obegi (PDG Banque BEMO) - Membre du RDCL
Toute personne cherchant à améliorer
sa situation devrait, en premier lieu,
faire une évaluation stratégique de ses
atouts et de ses handicaps afin de mettre
en valeur les premiers et minimiser les
seconds. Si l’exercice était fait pour le
Liban, on identifierait un certain nombre
d’actifs. Les plus importants seraient,
sans doute, l’inestimable patrimoine
social, culturel, naturel et historique ; la
richesse en eau, les réserves probables
en hydrocarbures et puis … l’immobilier.
Il est toujours difficile d’évaluer que vaut
l’ensemble de l’immobilier au Liban. Les
statistiques manquent. Néanmoins, une
étude en 2006 avait calculé que cela se
montait à 320 milliards de dollars. Au
demeurant, on peut faire l’hypothèse que
cela représente dans la plupart des pays
du monde une somme comprise entre 15
et 20 fois le PIB avec une tendance dans
les pays moins développés à être dans
le haut de la fourchette. Incidemment,
cela se comprend aisément ; les pays
développés ont une bien meilleure
productivité et les placements possibles
n’y sont pas aussi limités que dans les
pays en développement.
La somme colossale que représente
l’immobilier indique clairement une
opportunité. Mais comment en accroître
le rendement?
Si l’on descend au niveau individuel, on
dispose avec un immeuble des options
suivantes : l’utiliser, le donner en location
ou l’hypothéquer en vue d’emprunter. Ce
choix est cependant contraint par le fait
que peu de propriétaires ont un projet
justifiant les coûts d’emprunt. Il s’agit là
d’une situation équivalente à celle qui
avait mené à la création des banques. En
effet, à l’origine, il existait des personnes
disposant d’argent mais n’ayant pas de
projets et des personnes ayant des projets
mais pas d’argent. Le banquier est de fait
un intermédiaire entre les premiers et les
seconds. C’est là sa principale fonction.
Peut-on alors, à l’instar de l’argent, utiliser
le secteur bancaire pour mettre en œuvre
l’immobilier, dynamiser l’économie et
augmenter la richesse de tous ?
Un instrument existe, le CHO. Il a fait
l’objet d’une thèse, a été décrit dans
l’ouvrage : « Risque et crédit, le Certificat
hypothécaire une solution pour les pays
émergents » et son brevet est en cours
d’enregistrement. L’idée est la suivante :
Un propriétaire immobilier apporte à
la banque de son choix une garantie
réelle assise sur son bien immobilier
(le CHO). Elle paye à ce propriétaire
une rémunération de l’ordre de 1%
et peut utiliser cette garantie pour
emprunter elle-même. Le risque pris par
le propriétaire est que la banque fasse
faillite durant la période de dépôt. Ce
risque est identique à celui auquel font
face les déposants dans une banque. Il
peut être atténué par une surveillance
rigoureuse de la Banque du Liban
laquelle a montré son efficacité durant
les vingt dernières années en protégeant
le secteur (mais plus spécialement les
clients de celui-ci) des crises locales,
régionales ou internationales.
Le système est fondé sur une agence
dont le rôle est d’attribuer à tous les
biens immobiliers une valeur standard
et, de constituer et conserver les registres
sur lesquels sont portées toutes les
transactions afférentes aux CHO.
Le processus permet à la banque d’avoir
une quasi-liquidité, au propriétaire
d’avoir un revenu additionnel et à
l’économie de disposer d’un financement
plus abondant. La simulation faite dans la
thèse aboutissait ainsi à une croissance
additionnelle pour le PIB de près de 9%
par an.
Mais, comme pour la téléphonie mobile,
ce simple descriptif cerne insuffisamment
tous les effets d’entraînement qui
seraient générés par l’introduction de
l’instrument. Citons pour mémoire :
- Bancarisation accrue. Les propriétaires
pourront désormais déposer un titre qui
Empowering Intelligent Communication
les qualifiera pour obtenir de nouveaux
services de la banque.
- Amélioration pour les biens immobiliers.
Tous les biens seront estimés et une valeur
standard déterminée pour chacun. Une
forte incitation existera pour régulariser
les biens immobiliers, les mettre aux
normes et en faciliter la gestion.
- Garanties moins coûteuses. Le
nantissement du CHO ne coûtera rien,
à l’inverse des garanties hypothécaires
actuelles.
En conclusion, l’introduction du CHO
pourrait donner un coup d’accélérateur
à une économie émergente comme
celle du Liban. Il pourrait aussi être mis à
contribution pour des régions délaissées
dans une politique d’aménagement du
territoire.
Une telle réforme ne serait pas neutre et
une implémentation imprudente pourrait
entraîner des conséquences indésirables.
Elle nécessiterait donc des mesures
de supervision et d’accompagnement
appropriées.
Il est impossible de prévoir où serait la
première application du concept, au
Liban ou à l’étranger, si elle le serait sous
cette forme ou une autre, mais il est très
vraisemblable qu’en tout état de cause,
l’immobilier jouera, à travers les banques,
un rôle beaucoup plus important dans
les économies émergentes durant les
prochaines années.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Together,
we make it work
www.libatel.com
+961 1 485160-5
www.linkedin.com/company/libatel
@Libatel
Articles
52 | Juin 2013
Articles
53 | Juin 2013
Une plus grande synergie entre banque privée et banque
d’affaire
The Impact of Continuous Learning
Par Mr. Georges Abboud (Head of Private Banking - BLOM Invest Bank) - Membre du
RDCL
The workplace has evolved considerably
from that of twenty to thirty years
ago due to technological advances.
The revolution of mobile, social and
online technologies has given birth to
a 24/7 worldwide workplace. A “Virtual
Workspace”, where people work from
home by replying to emails, answering
conference calls during nights or
weekends, or instant messaging
colleagues at any day and time, with
disregard to working days and hours.
This change in the workplace has
led into a shift in the requirements
of both employees and employers.
Employees are now focused on personal
development and advancement while
companies and organizations are always
under pressure to attract new talents
and retain their existing ones. This means
companies need to put a clear learning
and development strategy to empower,
motivate and retain their employees.
So what are the benefits that continuous
learning brings to companies and
organizations?
Les besoins de diversifier le cash de la
clientèle vers d’autres actifs sont de
plus en plus pressent afin de préserver
leur pouvoir d’achat.
Notre objectif est donc tout d’abord
de protéger ce pouvoir d’achat avant
même d’envisager de faire fructifier le
capital.
Aujourd’hui, le luxe ne se vit plus de la
même façon. On choisit une banque
privée pour faire aboutir ces projets,
ses passions, et bien sur pour protéger
la transmission du patrimoine aux
futures générations
Parallèlement, les besoins de la
clientèle sont de plus en plus variés.
Elle ne se contente plus de nous
demander des conseils en placement,
mais nous consulte également
pour développer ou restructurer un
portefeuille immobilier, car souvent il
est immobilisé pendant des années.
D’autres demandes nous sont adressées
pour participer au développement de
l’activité commerciale de certains de
nos clients, ou pour soutenir certains
projets d’investissements intéressant
les enfants de nos clients, et bien sur
pour divers types de prêts.
La coopération accrue entre la banque
d’affaire et la banque privée permet de
« matcher » les besoins en financement
de nos clients commerciaux avec le
nouvel appétit de diversification de
notre clientèle de banque privée,
toujours en quête de nouvelles
opportunités.
Notre rôle consiste précisément à
assurer ce lien entre les intérêts des
uns et des autres.
Ainsi, nous recevons comme d’autres,
des mandats de sociétés libanaises
ou même étrangères pour lever des
financements avec des possibilités
de rendement supérieur à 12% qui
pourront être proposés à la clientèle
de la banque privée.
Aujourd’hui,
les
départements
spécialisés dans l’immobilier à travers
les différentes banques ont en cours
d’étude plusieurs projets au Liban, qui
sont aussi présentés cette clientèle.
Nous avons nous-mêmes aussi établi
un partenariat avec un gérant externe
réputé pour permettre à la clientèle
d’investir dans un groupement de
projets immobiliers aux Etats Unis, afin
de profiter d’un marché qui traite au
plus bas depuis 30 ans et qui devrait
surperformer au cours des prochaines
années, grâce à une liquidité accrue,
des bilans bancaires consolidés en
nette amélioration, ainsi qu’à une
reprise des transactions.
De plus, les différents gérants de fonds
libanais de la place ont développés
au cours des dernières années une
excellente expertise avec aujourd’hui
plus d’un milliard de dollars sous
gestion, répartis à travers plusieurs
fonds, locaux et au Moyen Orient.
Nos banques d’affaires ont établis
des succursales dans d’autres pays
comme en Arabie Saoudite pour
profiter d’un marché en plein essor
et d’une législation de plus en
plus accommodante sur les prêts
immobiliers.
Notre marché le plus prometteur reste
au Liban. Le Liban a vu ses dépôts
tripler en mois de 10 ans. Cela donne
une idée suffisante sur l’ampleur des
opportunités et des besoins en termes
de gestion d’actifs et de diversification.
Continuous learning is an investment
in your most important assets: your
employees. When it comes to increasing
revenue and profits, developing your
employees is the key. Continuous
learning enhances an employee’s wellbeing and engagement, develops his
skills and knowledge, thus increasing his
performance and productivity at work.
Cultivating a culture of Learning
and Development requires the right
strategy, effort and commitment
from business owners, managers and
leaders. This includes key activities such
as establishing clear employee goals,
developing career paths and putting in
place a performance appraisal system .
Although instructor led training remains
the most beneficial to employees, other
ways of training are also available such
as virtual training or e-learning. The
most important issue is that companies
investing in training ensure that the
results can be measured and aligned with
business objective and that employee’s
performances are well monitored.
While the benefits are clear, few
organizations are yet to embrace a culture
of continuous learning. Employees are
often considered an organization’s most
valuable asset, yet many are failing to
recognize the true value of empowering
these assets. The companies who will be
actively promoting a supportive culture
through continuous learning will reap
the benefits for the years to come.
Les Impairs d’une Transformation
Par Maître Karim Dagher (Partner- HBD-T Law Firm)
Un bon banquier, c’est comme
un bon médecin: avec le temps il
connait presque tout du client et de
sa famille. Ce qui lui permet de savoir
précisément quoi prescrire et surtout
quoi proscrire.
Nous misons sur une confiance établie
avec la clientèle sur les 30 dernières
années. Cette confiance nous rend
très réactif et efficace chaque fois que
des opportunités d’investissements se
présentent. Une synergie accrue entre
la banque privée et la banque d’affaire
aidera beaucoup pour atteindre ce
but.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Dans les trois derniers projets de Loi de
Finances agréés par le Gouvernement
et transmis au Parlement pour adoption
(en occultant celui controversé de 2013),
le Ministère des finances prévoyait de
soumettre à l’impôt sur la plus-value
les cas de transformations de sociétés,
même si celles-ci ne s’accompagnent
pas de changements substantiels
dans l’objet social et/ou dans l’activité
entreprise et/ou dans la personne des
associés et leurs parts participatives
respectives dans le capital.
Or, si nous concédons aisément qu’une
telle mesure peut être compréhensible
pour le cas d’une société de personnes
(SNC ou SCS par exemple) qui se
transforme en société de capitaux
(SARL, Société en Commandite par
Action et SAL), dans la mesure où
cette transformation emporte création
d’une personne morale nouvelle et
changement dans le régime juridique
et le régime fiscal de la société, elle est
par contre totalement répréhensible
et incongrue pour ce qui est du cas
très usité de transformation d’une
Société à Responsabilité Limitée (SARL)
en Société Anonyme Libanaise (SAL)
avec son corollaire de conséquences
néfastes et désastreuses pour nombre
de PME désirant ou se voyant acculées
de procéder à une restructuration
Photo : “Greg Demarque / Commerce du Levant”
Durant les 20 dernières années la
clientèle libanaise a profité d’une
politique de taux très avantageuse.
Aujourd’hui, les taux sur la livre et
le dollar se sont considérablement
resserrés. Ceci, couplé à une inflation
au dessus de 4% fait que les déposants
n’y retrouvent plus leur compte.
By Mr. Antoine Aoun (CEO Formatech) - RDCL Member
organique et institutionnelle de leurs
affaires, dans un environnement
économique et financier délétère.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Articles
Partant de ce constat, il conviendrait
dans les développements qui vont
suivre, d’exposer la problématique
exposée en abordant tour à tour et très
synthétiquement le principe même
de transformation (A) ainsi que ses
résultantes au niveau fiscal (B) avant de
conclure par une synthèse basée sur des
faits probants et des éléments de droit
et avec un objectif avoué d’aboutir à un
dispositif juridique clair et permanent
par voie législative ou réglementaire
(C).
A-Principe de Transformation:
II peut y avoir transformation de la
société, soit par l’effet d’une disposition
légale, soit par la volonté des intéressés.
De
nombreuses
législations
étrangères
ont
généralisé
une
solution traditionnelle en décidant
que la transformation régulière d’une
société n’entraîne pas, par elle-même,
la création d’une personne morale
nouvelle. C’est l’ancienne qui continue
à vivre sous une forme nouvelle, à
moins que le pacte social ne reçoive
d’autres modifications graves; ce qui
arriverait, par exemple, si les associés
décidaient de modifier non seulement
la forme, mais encore l’objet de la
société. La transformation régulière
de la société ne modifiant pas en ellemême la personne morale existante, le
patrimoine sera transmis intégralement
sans conséquences fiscales notoires.
Or en droit libanais, les choses se
présentent différemment et ne sont
pas établies de manière aussi claire et
tranchante. Tout dépend en réalité du
fait de savoir si ladite transformation
laisse subsister la personnalité morale
et le patrimoine acquis sous la forme
précédente. Une opinion dominante va
même jusqu’à considérer qu’elle n’est
réalisable, avec la conséquence précitée,
que si elle a été prévue par les lois et
les statuts et si les réglementations
applicables à chacune d’elles sont
54 | Juin 2013
sensiblement similaires.
Ce qui semble d’ailleurs être largement
le cas dans l’hypothèse d’une
transformation d’une SARL en une SAL.
En effet, cette transformation se trouve
d’une part expressément évoquée voire
recommandée en vertu des articles 5 et
34 du Décret-loi No 35 du 5/8/1967 qui
répertorient les cas de figures et fixent
les conditions de quorum et de majorité.
D’autre part, il ressort de la comparaison
des dispositions du code de commerce
et du Décret-loi No 35/67, que le droit
des Sociétés à Responsabilité Limitée est
aligné sur celui des Sociétés Anonymes.
Il suffit pour cela de comparer les
réglementations
applicables
aux
procédures
de
constitution
et
de liquidation où à la tenue des
assemblées et à l’information des
associés. Les mêmes règles gouvernent
encore les sanctions des irrégularités
de constitution et les responsabilités
qui pèsent aussi bien sur les associés
(limitation aux apports) que sur les
organes de gestion (acte anormal de
gestion, abus de droit, etc.). La situation
des commissaires aux comptes est
définie par un simple renvoi au droit des
Sociétés Anonymes. La réserve légale
est également obligatoire ainsi que
la procédure prévue en cas de perte
du 3/4 du capital (art. 216 du code de
commerce et art. 33 du Décret-loi No
35/67).
Le rapprochement du régime des
deux types de sociétés est de nature à
faciliter, le cas échéant, le passage de
la forme à responsabilité limitée à la
forme anonyme. Cette transformation
est d’ailleurs envisagée, par l’article 34
précité du Décret-loi No 35/67, comme
une opération normale lorsque le
nombre des associés vient à dépasser
les vingt (réserve faite du transfert des
parts par voie de succession).
Nonobstant les divers points de
rapprochement entre ces deux formes
sociales appartenant toutes deux à
la famille des sociétés de capitaux -
soumises depuis la Loi No 27 du 19
juillet 1980 à un impôt spécifique à taux
fixe sur le bénéfice réalisé (IS) et à un
autre retenu à la source sur la part de
ce bénéfice distribuée aux associés- il
subsiste cependant un certain nombre
de divergences et de distinctions qui
peuvent amener l’administration fiscale
à adopter une autre interprétation et
à considérer qu’il y a tout de même
changement dans la personne morale
de la société du fait de certaines
différences majeures dans les régimes
juridiques et fiscaux.
A ce titre, il est évident que le régime
juridique des actions des SA est
généralement plus pratique que celui
des parts sociales de la SARL. Les parts
sociales, à la différence des actions, ne
peuvent pas être représentées par des
titres négociables, et il est interdit à une
SARL d’émettre des valeurs mobilières
quelconques. Les cessions de parts
sociales, même si elles ne sont pas
constatées par un acte, sont soumises à
l’heure actuelle à un impôt (sur la plusvalue réalisée) de l’ordre de 10% (en sus
du droit de timbre de trois pour mille)
et impliquent souvent l’intervention du
fisc pour réévaluer la valeur réelle ou
effective des parts cédées. Par contre,
le transfert de propriété des actions
de la SAL, détenues par des personnes
physiques, échappe quant à lui depuis
près de vingt ans à cet impôt ( art 19 de
la Loi No 282/93 modifiant l’article 73-5
de la loi de l’impôt sur le revenu) ainsi
qu’au droit de timbre fiscal de trois pour
mille…ce qui induit le passage d’un
régime fiscal à un autre régime plus
favorable et plus complaisant et donc…
une porte ouverte à de nombreux
montages dont le dessein délibéré est
d’échapper sciemment à l’impôt par le
biais d’actes constitutifs d’évasion ou de
fraude fiscale.
Il faut aussi signaler que l’entrée d’un
nouvel associé dans une SARL suppose
nécessairement l’accord d’une majorité
qualifiée car la cession des parts à des
tiers étrangers à la société n’est pas libre;
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
55 | Juin 2013
Articles
ce qui n’est pas le cas par principe pour
la SAL sauf s’il y a une clause d’agrément
ou de préemption explicitement prévue
dans les Statuts.
B- Résultantes Fiscales:
A la lumière de ce qui précède, d’aucuns
s’accorderont à considérer que la
question de savoir si la transformation
des sociétés entraîne ou non création
d’une nouvelle personne morale, est
liée principalement aux conséquences
importantes qui en résulteraient en
matière fiscale (droits d’enregistrements
et impôts directs) voire même aux
résultantes dans d’autres domaines
environnants comme en matière
foncière par exemple (transfert de
propriété au registre foncier ou perte
du droit au bail).
Dans la pratique, la transformation
régulière (prévue par les textes)
d’une société en une société d’une
autre forme, qu’elle soit civile ou
commerciale, n’est pas de nature,
comme nous l’avons démontré ciavant, à entraîner la création d’une
nouvelle personne morale quand elle
ne s’accompagne pas de modifications
importantes et radicales; telles que le
transfert du siège social, le changement
de tous les associés ou une modification
substantielle de l’objet social.
L’administration fiscale après avoir
traditionnellement largement adopté
cette interprétation, a changé de
position et tend, actuellement, à
estimer que lorsque la transformation
a pour effets et conséquences de
placer la société sous un régime fiscal
différent de celui sous lequel elle était
antérieurement taxée (notamment
dans le cas d’une transformation d’une
société de personnes en une société
de capitaux), nonobstant l’absence
de modifications substantielles et
radicales, l’existence même de la société
se trouve de ce fait remise en cause.
Effectivement, alors même qu’au
regard du droit commercial une telle
transformation n’entraînerait pas la
création d’une nouvelle entité morale,
d’un point de vue fiscal elle serait
considérée comme une véritable
cessation d’entreprise avec, pour
corollaire fiscal, la perception de droits
et de taxes substantiels et astreignants,
à l’instar des droits de mutations
et d’enregistrement sur les biens
immobiliers détenus en propriété et
leurs accessoires (5,75%), du droit de
timbre sur les divers actes et contrats
et de l’impôt sur les plus-values pour
les cessions mobilières et immobilières
ou sur les plus-values résultant des
réévaluations d’actifs (10%). Cette
cascade d’impositions est d’autant
plus cruelle et injustifiée pour nombre
d’agents économiques que le gain en
capital n’est souvent qu’indicatif et la
plus-value latente en l’absence d’une
réelle cession effectuée. Ce qui mettra
à la charge de l’entreprise concernée
une obligation d’assurer le financement
nécessaire par voie de fonds de
roulement sans rentrées subséquentes
et correspondantes. N’est-ce pas une
façon d’imposer davantage les revenus
de capitaux productifs au lieu de les
exempter ? Ne serait-il pas, par contre,
plus logique qu’une telle plus-value
reste en « sursis d’imposition » tant que
l’immobilisation n’est pas effectivement
cédée directement ou de manière
indirecte ?
Ceci étant, ce problème d’interprétation
et par là même d’imposition
subséquente ne devrait pas se poser
en principe dans l’hypothèse d’une
transformation d’une SARL en une SAL,
étant donné que la transformation se
fait, comme nous l’avons d’ailleurs déjà
précisé, entre deux genres de sociétés
de capitaux aux régimes pratiquement
similaires. Cette analyse est confirmée
dans les faits eu égard à l’imposition de
toutes les sociétés de capitaux (SAL et
SARL) sur la base du régime du bénéfice
réel, à l’exception de celles qui sont
soumises, de plein droit, au régime du
bénéfice forfaitaire, au taux de l’impôt
(IS) proportionnel et fixe de 15%.
C- Cadre légal et règlementaire:
Au Liban, il n’existe à ce jour aucun
texte légal, résultant des diverses lois
régissant les impôts cédulaires, qui
mentionne clairement et réglemente le
cas de transformation de sociétés.
Le seul texte de portée générale
applicable, en l’espèce et à tort, par
l’autorité fiscale, pour ce qui est de
l’imposition directe lors de la procédure
de transformation ou plus après lors de
la cession des titres, est l’article 45 de
la loi de l’impôt sur le revenu (Décretloi N° 144/59) qui assujettit à un impôt
au taux actuel de 10 % toute plus-value
constatée au moment de la cession
ou de la réévaluation optionnelle
d’un bien de l’actif immobilisé de
l’entreprise. A ceci s’ajoute, pour ce qui
est des biens immobiliers fonciers, les
dispositions du Décret-loi No 148/59
et ce, dans la mesure où le registre
foncier rend les droits de mutation
(d’enregistrement) exigibles par le seul
fait de la régularisation de l’inscription
du nom du détenteur du droit au nom
de la nouvelle forme sociale à l’issue de
la procédure de transformation.
Cette dérive administrative et cette
pratique étaient imputables à un vide
juridique jamais comblé ou régularisé.
Elles constituaient de plus une entorse
au principe constitutionnel consacré par
l’article 81 qui disposait qu’il ne peut y
avoir d’imposition sans texte (législatif ).
En fait, une situation similaire s’était
déjà posée avec le cas de fusions de
sociétés où il existait un vide juridique
total. En l’absence de textes explicites,
une requête a été présentée en 1996
au Ministre des Finances lui demandant
une qualification quant au droit
sur la mutation foncière des avoirs
immobiliers des sociétés en voie de
fusion. A son tour, le Ministre a interrogé
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Articles
la Cour des Comptes sur le sujet, suite à
quoi celle-ci donna son avis consultatif
daté du 26 Février 1997 que le Ministre
adopta par la voie d’une Circulaire
N°759/S1 datée du 18 Août 1997. Dans
cet avis, l’autorité fiscale réfute toute
continuation de la personne morale
de la société « fusionnée » et considère
par là même que cette opération
emporte transfert de propriété des
actifs sociaux et assujettissement aux
divers impôts et droits définis ci-avant.
La Circulaire dispose de plus que la
mutation des droits réels immobiliers
d’une société à l’autre relève du droit
de 5% de la valeur des biens, lorsque
ces biens représentent des apports en
nature (dans le cadre de la fusion par
combinaison) et d’un droit de 6% de la
valeur des biens transmis (dans le cadre
de la fusion par absorption). Ces deux
droits ayant été par la suite rabaissés à
respectivement 2% et 5%.
Or, force est de constater que la fusion
n’est assimilable à la transformation
régulière de la société, ni d’un point de
vue légal ni sur le base des paramètres
fiscaux. L’autorité fiscale l’a d’ailleurs
elle-même déjà reconnu dans le cadre
de deux Instructions administratives
séparées. La première émanant de
l’ancien Ministre des finances Jihad
Azour portant le No 692/s1 et datée du
8 Avril 2008 qui demande aux services
fiscaux compétents de surseoir à
imposer les bénéfices cumulés reportés
et les réserves lors de la transformation
d’une SARL en SAL et ce, en raison de la
similitude des régimes fiscaux.
Une seconde Instruction datée du
08/10/2009 et portant le No 2643/
S1 fut émise un peu plus tard par
l’ancien Ministre Mohamad Chatah
afin de déterminer les modalités de
mise en œuvre de la Taxe sur la Valeur
Ajoutée (TVA) pour ce qui est qui est
de la transformation régulière des
sociétés. Cette Instruction a elle aussi
explicitement reconnu le principe de la
continuité de la personne morale de la
société régulièrement transformée et,
par la même, le non-assujettissement
56 | Juin 2013
à la TVA des éléments mobiliers et
immobiliers de son actif social. Elle
pourrait même selon l’Instruction
précitée bénéficier du droit à déduction
et à récupération de la taxe supportée
sur les transactions précédemment
contractées sous l’ancienne forme
sociale.
Partant de là et si l’on applique les normes
et usages fiscaux, l’administration
fiscale et plus généralement l’autorité
étatique seraient liées par leurs actes
et dans l’obligation de consacrer cet
état des choses de manière constante
et sans ambiguïté aussi bien dans la
pratique que par voie de règlement ou
de proposition de loi. En effet, et comme
l’affirmait Odent dans son ouvrage
sur le Contentieux Administratif: « Une
autorité administrative est, en effet,
tenue de respecter, dans ses décisions
individuelles, les règlements qu’elle a ellemême pris : c’est le principe qu’exprime
le vieil adage « legem patere quam ipse
fecisti ». Son respect est strictement
assuré. Tant qu’un texte réglementaire
n’est ni abrogé ni modifié, il subsiste et
s’impose à tous y compris à ses auteurs
qui doivent y conformer leur activité et
notamment les décisions individuelles
qu’ils peuvent avoir à prendre. La
jurisprudence est à cet égard constante,
ancienne et fournie». La jurisprudence
constante du Conseil d’Etat libanais l’a
elle aussi reconnu et confirmé (CE No
64/2006-2007du 31/10/2006).
Face à cet imbroglio juridicoadministratif comment faire pour
régulariser la situation d’une manière
saine et permanente ?
La solution passe nécessairement par
une consécration législative définitive
de
l’interprétation
administrative
réformiste opérée par les deux récentes
Instructions mentionnées ci-avant afin
de contrer tout nouveau changement
et lier les agents du fisc en leur enlevant
toute
possibilité
d’interprétation
arbitraire et intempestive.
Pour preuve, il est de notoriété
constitutionnelle qu’une disposition
hiérarchiquement plus élevée ne peut
pas être modifiée ou rendue caduque
par une disposition hiérarchiquement
inférieure ou par un acte administratif
délibéré.… « Les autorités compétentes
doivent, pour édicter des règlements
légaux,
respecter
les
textes
hiérarchiquement supérieures».
En conclusion, et au lieu de proposer des
réductions d’impôt octroyées dans le
cadre de la transformation d’une société
à des taux légèrement différenciés
comme c’est le cas dans les derniers
projets de lois de finances, il serait plus
opportun de tout simplement surseoir
à imposer jusqu’à la rétrocession
ultérieure des actions par leurs
détenteurs comme c’est d’ailleurs le cas
dans la plupart des pays fiscalisés. Un
tel dispositif nécessiterait l’intégration
dans la loi de l’impôt sur le revenu (et
divers textes relatifs aux autres impôts
et taxes concernés) de provisions
propres aux cas de la transformation de
sociétés, tout en l’étendant si possible
aux autres formes sociales; mais aussi
et surtout une uniformisation et une
harmonisation de la réglementation
applicable aux plus-values mobilières
de cession de titre en éliminant la
discrimination et en assujettissant à
l’impôt les cessions d’actions des SAL.
De la sorte, on éviterait de pénaliser
les sociétés et d’affecter leur trésorerie
tout en récompensant ceux des
associés qui luttent pour la pérennité
de l’entreprise et son développement.
Il serait de même possible, dans le
cadre de l’aménagement des cas de
transformation de sociétés à régime
fiscal différent (sociétés de personnes/
sociétés de capitaux), de procéder à
l’introduction d’un barème dégressif
en cas de cession du bien concerné
dans les premières années suivant la
transformation de la société sauf s’il
est remplacé par un actif productif
capable d’augmenter les capacités de
production et/ou de commercialisation
de l’entreprise.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Articles
57 | Juin 2013
Les pièges liés à l’arbitrage
Par Maître Rana Chaaban (Docteur en droit, Maître de conférences Université
du Maine, Admise aux barreaux de Paris et Beyrouth)
Dans un article paru dans le monde séduit surtout par la rapidité de la
diplomatique du 25 janvier dernier procédure arbitrale par rapport à celle
intitulé « Affaire Lagarde-Tapie si vous judiciaire : très souvent, dans les clauses
avez manqué un épisode », était pointé d’arbitrage stipulées dans les contrats,
du doigt le fameux arbitrage opposant il est précisé que l’arbitre devra rendre
Bernard Tapie à L’Etat français (actionnaire sa sentence dans un délai de six mois à
principal du Crédit Lyonnais) à l’issue compter de sa désignation. Par ailleurs,
duquel le très critiqué Bernard Tapie a l’arbitrage attire par la confidentialité
touché, avec la connivence de certains qu’il garantit, confidentialité précieuse
arbitres et l’approbation controversée de notamment dans le monde des affaires.
Christine Lagarde, à l’époque ministre de Enfin, la justice arbitrale semble plus
l’économie, plus de 400 millions d’euros.
adaptée que la justice étatique pour
résoudre des litiges d’une certaine
Qui ne se souvient des arbitrages technicité notamment en matière de
Libancell et Cellis qui, en 2005, ont coûté construction : ces litiges supposent
à l’Etat libanais plus de 266 millions de de la part de ceux qui les résolvent des
dollars chacun, somme versée tant au compétences techniques précises que
profit de la Société française France peut posséder un arbitre choisi dans
Telecom qu’à celui de la Société Telecom ce but et que n’ont sans doute pas les
Finland pour compenser les pertes juges lesquels, face à des litiges d’une
subies du fait de la résiliation abusive des haute technicité, devront se contenter
contrats qui les liaient à l’Etat libanais ?
de nommer des experts, ce qui n’est pas
sans retarder l’issue du la procédure...
L’arbitrage est l’institution par laquelle
une personne ou plusieurs personnes, Surtout, contrairement au juge, l’arbitre
l’arbitre ou le tribunal arbitral, règlent n’est pas tenu d’appliquer la loi de l’Etat
le différend qui oppose deux ou duquel il relève. Plus encore, l’arbitre
plusieurs parties, en exerçant la mission peut appliquer à un litige les principes
juridictionnelle qui leur a été confiée par du droit du commerce international
celles-ci. L’arbitre joue ainsi le rôle d’un plutôt que telle ou telle loi d’un Etat
juge et pour cette raison, on considère déterminé. Ainsi, l’arbitrage permet de
que l’arbitrage est un mode alternatif s’affranchir de certaines règles rigides
de règlement des conflits (Alternative et de répondre plus directement aux
Dispute Resolution). Il constitue en effet besoins du commerce international.
une alternative à la voie normale, la voie
judiciaire.
Ajoutons que l’arbitrage international a
tendance à prospérer dans des Etats où
Aujourd’hui
encore
l’engouement la justice est faible, partiale ou soumise à
pour l’arbitrage dans la pratique ne fait certaines pressions politiques. Dans ces
guère de doute. La multiplication des Etats incapables souvent d’imposer le
clauses d’arbitrage dans les contrats recours à leurs propres tribunaux ou le
en témoigne. Le but étant toujours de respect de leurs décisions, les justiciables
remédier à l’engorgement des tribunaux, peuvent préférer l’arbitrage. Cela est
de choisir une procédure « sur mesure », surtout vrai au Liban s’agissant d’un
flexible, confidentielle, rapide… Mais, investisseur étranger qui sera plus tenté
si l’arbitrage présente des avantages de contracter s’il sait qu’il peut recourir
considérables, est-il vraiment sans à l’arbitrage et échapper ainsi aux
risques ?
juridictions libanaises nationales.
Les attraits de l’arbitrage tiennent tout
d’abord à l’esprit même de l’institution;
véritable justice parallèle, l’arbitrage
Mais les risques de l’institution ne sont
pas à sous-estimer.
Au-delà des honoraires de leurs avocats,
les parties doivent assumer le coût des
honoraires des arbitres ce qui rend la
procédure arbitrale plus coûteuse que
la procédure judiciaire. Idéalement et
pour que l’arbitrage ne devienne pas
une justice des riches, il serait utile dans
la pratique de plafonner les honoraires
de l’arbitre en amont de la procédure et
en accord avec celui-ci (ou de retenir un
barème publié notamment par certains
règlements d’arbitrage).
Par ailleurs, et beaucoup moins que
dans le cas d’un juge, le risque d’un
arbitre partisan n’est pas à exclure.
Pour cette raison, et notamment en cas
d’arbitrage mené par un arbitre unique,
il est recommandé en pratique à la
partie au litige de porter une attention
particulière à l’arbitre proposé par
l’autre… Une « due diligence » serait très
utile. Par ailleurs, il serait indispensable
d’exiger systématiquement de l’arbitre
de rédiger une déclaration d’impartialité
et d’indépendance dans laquelle il
dévoilerait toute relation de quelque
nature que ce soit qu’il pourrait avoir
avec les parties ou leurs conseils.
Il y a plus : l’arbitre, et c’est le revers de
la médaille, peut prendre trop de liberté
par rapport à la loi ou aux principes
choisis par les parties. Il lui est loisible
de désactiver telle ou telle partie d’une
règle de droit pourtant applicable parce
qu’il la considèrerait inadaptée au litige
qui lui est soumis. De là à estimer que
ce comportement est celui d’un arbitrepartisan tendant à désactiver une règle
de droit qui serait désavantageuse pour
telle partie au litige, il n’y a qu’un pas…
En outre, spontanément, naturellement,
l’arbitre aura tendance à être plus
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Articles
« procédurier » qu’un juge : et de fait,
l’arbitre a-t-il intérêt à ce que le litige soit
réglé à l’amiable alors que ses honoraires
dépendent en principe du nombre
d’heure consacrées à tenter de trancher
le litige ?
Enfin, au-delà des risques tirés de
l’arbitre lui-même, certains sont liés à
la sentence arbitrale rendue. On oublie
souvent qu’une sentence arbitrale non
reconnue par un juge étatique, ne vaut
pas plus qu’un « chiffon de papier ». Or,
pour exécuter une sentence en matière
58 | Juin 2013
d’arbitrage international, il va falloir
choisir le pays où le débiteur condamné
possède des biens. Et si ce pays a une
vision peu libérale de l’arbitrage, il est
fort à parier que la sentence ne sera
jamais exécutée ... Surtout, si le débiteur
condamné est une société ou un
établissement public de l’Etat dont les
juridictions sont chargées de reconnaitre
la sentence arbitrale le condamnant,
le juge de cet Etat, voulant protéger sa
partie nationale, refusera sans doute
de reconnaitre la sentence. Ce risque
est moindre dans le cas d’un jugement
étranger.
Comment dompter les excès de
l’arbitrage ? Comment continuer à
profiter de l’institution sans en subir les
risques ? Autant de questions auxquelles
il conviendrait de remédier en amont lors
de la signature de la clause d’arbitrage
et au début de la procédure arbitrale,
en comptant surtout sur l’éthique des
arbitres, qui malheureusement, de nos
jours, est en perte de vitesse…
National Heritage Buildings (NHB).
Par Mr. Nagib Fadel (Managing Partner Fadel Group)
At a time when the government is facing
increased popular pressure to secure
an adequate revenue stream to satisfy
its growing expenditures (salaries…),
it is worthwhile developing new ideas
that would create value and secure
exponential gains without affecting the
economy, not to say contribute to an
economic growth. One of such projects is
the protection of what is left of our brown
gold: the National Heritage Buildings
(NHB).
In all modern and civilized societies the
NBH are preserved to the utmost extent
especially at times when urbanization is
at its peak. Lacking a strict protection will
change the face of the country to a point
of no-return.
Lebanon had one of the most beautiful
and charming cities in the region and its
NHB were an integral part of its history
and the differentiating factor compared
to our surrounding oil rich monarchies.
We can never compete in modern
architectural projects but rather by the
natural charm bestowed on our country.
Unfortunately, greed and rampant
corruption led to the destruction of
many such buildings making Beirut a
city of concrete with no urbanism and no
human dimension.
NHBs, wherever they are located, can sell
their rights on the stock market to any
contractor on the Lebanese territory and
in any area of the country.
Once they exercise their rights, part
of the proceeds will be dedicated for
renovation works, and part will go to
solve any pending rental agreements
(prior to 1992). The balance will be cashed
by the owners who will also end up
enjoying their free-from-rent renovated
properties. They will also have the choice
either to exploit the property for private
usage or can rent it out on new terms, or
even sell it at a premiuM. The value thus
created is 2.5 times what these owners
would gain had they sold the property
as land for demolition.
From the buyer’s perspective, they
would be paying a fraction of their gains
for an incremental exploitation factor.
Moreover, each new floor that will be
built will help in the preservation of NHBs.
From its side, the government can have
multiple revenue sources:
- Sale of rights tax
- Purchase of rights tax
- Renovation tax and VAT
- NHB sales tax (if it occurs)
- Incremental construction area
sales tax
It is needless to mention that the above
project will secure hundreds of jobs in
the financial sector, the renovation and
contracting sector, and on the rental
and property markets. The above alone
can secure a big chunk, if not all, of the
badly needed financing of the salaries
grid and most importantly safeguard our
beautiful historical identity.
u n’oublie pas: Profit
a
e
p
e
r
t
o
ez du S
N
o
leil - Evit
ez les Problèmes
Testé dermatologiquement pour une tolérance optimale
Les propriétés uniques des Ecrans Sebamed :
Protection UVA/UVA hautement efficace (98% absorption des UVA)
The idea is to create a regulated
secondary financial market that would
trade the exploitation rights of the NHB
on the Beirut stock exchange. Owners of
Respect du pH cutané 5.5
Haute tenue : Résiste à l’eau et à la sueur
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Sans alcool, paraffine, parabènes, PEG & PABA, acrylamide.
Articles
60 | Juin 2013
Articles
61 | Juin 2013
Hawa Akkar – Un facteur vital pour l’énergie au Liban
Depuis longtemps, la crise des finances
publiques au Liban est liée à de piètres
performances du secteur de l’électricité.
Ce secteur non seulement érode les
ressources de l’état mais oblige les
consommateurs à payer des sommes
considérables pour assurer leur sécurité
énergétique.
Un rapport publié par la Banque
Mondiale en 2008 estime que la
demande en électricité va augmenter
de 60 % d’ici 2015. Ceci représente une
hausse de 1500 mégawatts de capacité
de production énergétique. Il faudra
non seulement assurer que la capacité
présente surtout ne baisse pas, mais
aussi investir au moins 1 milliard de
dollars pour répondre à cette demande.
Pour améliorer un problème national et
investir dans la région la plus négligée
du pays, Hawa Akkar, un projet de
parc d’éoliennes, s’adresse aux besoins
énergétiques croissants du Liban, et en
particulier du Akkar.
L’énergie joue un rôle primordial dans
l’économie libanaise. Dans leur article
« The causal relationship between
energy consumption and economic
growth in Lebanon » , Leila Dagher
et Talar Yacoubian du département
d’économie de l’Université Américaine
de Beyrouth, estiment qu’afin « de
protéger le pays qui dépend largement
d’imports énergétiques contre des
approvisionnements
extérieurs
imprévisibles et aux chocs des prix
d’approvisionnement, les législateurs
devraient souligner le développement de
ressources énergétiques domestiques.
Réduire les coupures de courant devrait
être une priorité nationale qui aura un
effet positif sur l’économie. »
En effet, les consommateurs privés et
l’industrie dépensent de plus en plus
pour assurer leur sécurité énergétique.
Le rapport de la Banque Mondiale
estime que ceci augmente de 25 % les
dépenses pour l’électricité par mois.
Cette situation a poussé les citoyens à
recourir massivement aux générateurs
privés de quartier.
Selon l’économiste Kamal Hamdan
« le Trésor public transfère l’équivalent
de quelque 20 % du budget de l’État
pour couvrir le déficit de l’EDL. C’est la
deuxième plus grande dépense après le
service de la dette. »
Les auteurs du rapport de la Banque
Mondiale soulignent le rôle du secteur
privé qui a présent n’a pas risqué de
capital dans le secteur de l’électricité.
Hawa Akkar – le nord offre une solution
durable
Lors du dernier « Beirut Energy Forum »
qui s’est tenu à Beyrouth en Septembre
2012, le Ministre de l’Energie Gebran
Bassil avait annoncé qu’il allait appeler
des investisseurs internationaux à
construire un parc d’éoliennes avec une
capacité de produire 60 mégawatts au
Liban.
Le projet bien que proposé par le
gouvernement sera porté et financé
par le secteur privé. Ce dernier pourrait
vendre – à prix stable, étant donné
que l’électricité provient de sources
renouvelables, indépendantes des
fluctuations des prix du pétrole – à l’EDL,
contribuant ainsi à approvisionner les
besoins énergétiques du Liban.
Suite à l’annonce, Hawa Akkar a répondu
à l’invitation et a présenté une expression
d’intérêt au ministère.
« Les 20 à 30 éoliennes prévues pour
la première phase du parc de Hawa
Akkar, ont le potentiel de produire 60
mégawatts soit d’alimenter 60 000
foyers avec de l’énergie qui provient
d’une source renouvelable, constante
et pas chère », explique Albert Khoury,
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
directeur général de Hawa Akkar.
Le secteur de l’énergie éolienne
progresse mondialement d’une année
à l’autre en raison de ses faibles coûts
et de son respect de l’environnement.
L’électricité produite à partir de l’énergie
éolienne a un prix fixe car elle n’est
pas liée aux fluctuations des coûts du
pétrole.
Ce secteur d’énergies renouvelables est
en pleine croissance – près de 100 pays
dans le monde entier produisent de
l’énergie à base d’éoliennes.
Répondre aux besoins d’une région
négligée
Tandis que Halba, le chef-lieu du caza
du Akkar n’est qu’à 112km de Beyrouth,
ces deux heures de route relient deux
mondes bien à part. La province située
à l’extrême nord du Liban a depuis
des décennies été négligée par le
gouvernement. N’ayant reçu d’aide ni
après la guerre civile, ni après la guerre
de 2006 ou celle de Nahr el Bared,
pour réanimer les secteurs les plus
touchés – l’agriculture et la pèche – le
résultat est que presque la moitié de la
population doit emprunter de l’argent
pour couvrir les besoins quotidiens.
Selon les recherches entreprises par
Mada , une ONG qui cible les besoins de
développement des régions au nord du
Liban, ce chiffre est de 10 % plus élevé
que la moyenne nationale.
D’après Mada, l’infrastructure est en très
mauvais état, les moyens de transports
en communs inadéquats et chers. Il y
a très peu d’hôpitaux et de médecins,
ni même de pharmacies. Le taux de
personnes handicapées y compris
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
62 | Juin 2013
Articles
Editorial of “Building & Co” magazine by Dr Fouad Zmokhol (President of the RDCL)
There is no doubt that a couple of years
ago, construction and real estate have
largely and positively contributed to the
boost and to the very high growth of our
economy. These two sectors also played
a major role in attracting foreign direct
investment (FDI) to our country.
« C’est une région pauvre qui dépend
surtout de l’agriculture. La vie y est dure.
Afin de trouver du travail et d’envoyer
leurs enfants à l’école, une grande partie
de la population de Chadra est réduite à
1000 en hiver, et s’élève à 5000 en été »
d’après Georges Khalil, président de la
municipalité de Chadra.
On another hand we have to admit that
this growth can also be viewed as a
double edge sword since this increase
also led to an unprecedented rise in
prices and inflation in construction costs,
limiting the buyers to a very limited,
privileged and lucky few, mainly wealthy
expatriates or Arab foreigners.
Khalil, né au Akkar y garde des racines et
attaches profondes ainsi qu’un domicile.
« Le projet a été lancé il y a quatre ans
– au début les gens n’arrivaient pas à
s’imaginer ces énormes turbines en haut
de la crête… mais ça souffle là-haut ! ».
Soulager des ressources
améliorer la qualité de vie
limitées,
Les coupures de courant au nord du
pays durent entre 10 et 12 heures par
jours. « On paye environ 100 dollars pour
5 ampères, » explique Khalil. « J’ai un ami
qui subventionne le courant provenant
d’un générateur pour neuf personnes
qui n’auraient pas de courant, autrement,
celles-ci ne savent pas qui paye… »
D’après Khalil, le coût des générateurs
est toujours en fluctuation, il n’y pas de
contrôle et donc il n’est pas possible de
savoir à combien les frais d’électricité
vont s’élever, il est difficile de gérer un
budget mensuel déjà très restreint.
La moindre dépense inattendue ou
urgence médicale ou autre est un
véritable drame.
Fait souvent ignoré, le manque
d’électricité a un effet désastreux sur
l’approvisionnement d’eau. « Comment
faire marcher une pompe sans
63 | Juin 2013
We will rise stronger!
celles qui souffrent de traumatisme
psychologique (stress post-traumatique)
est plus élevé que la moyenne nationale.
Le retard de scolarisation et le nombre
d’écoliers qui échouent sont inquiétants.
Selon Albert Khoury la phase initiale du
projet entraine la création de plus de
350 emplois mais il y a aussi un potentiel
important à réaliser au niveau du secteur
touristique.
Articles
électricité ? Nous avons trois sources à
Chadra mais il nous faut 300 kilowatts
pour les faire marcher. » L’ingénuité des
uns, la générosité des autres, mais jamais
le soutien du gouvernement font partie
de ceux qui trouvent comment améliorer
la vie des gens du Akkar.
Khalil admet que ce projet est un défi et
qu’il a besoin d’investisseurs.
Développement rural et tourisme
En plus du potentiel d’alimenter 60
000 foyers, Khoury souligne que la
réhabilitation de certaines routes
d’accès et la création d’emplois par
Hawa Akkar servira d’essor pour cette
région négligée. Le nord du pays
dispose de paysages magnifiques, de
sites archéologiques importants et d’un
potentiel touristique encore largement
inexploré.
« Le lien entre les énergies renouvelables
et l’écotourisme est logique et il est
certain que les turbines de 125m de
hauteur, attireront des visiteurs. Un
exemple fort encourageant – le premier
parc éolien commercial en Angleterre
attira 350 000 visiteurs lors de ses
dix premières années » selon Assad
Moukarzel, Ingénieur du projet.
Grâce à ce site unique et à la construction
d’une voie d’accès ainsi que la
réhabilitation des routes pour assurer
l’acheminement de tout l’équipement
y compris des turbines, Hawa Akkar
créera les conditions idéales pour que
surgisse un marché pour l‘hôtellerie, la
gastronomie, le tourisme et l‘artisanat
local.
Pour le secteur privé, lié à l’énorme déficit
du secteur d’électricité, le financement
de celui-ci entraine des risques bien plus
considérables que sa gestion.
Etant donné que la hausse de la demande
d’énergie sera telle que la demande en
1995 aura triplé d’ici 2015, investir dans
les énergies renouvelables, c’est l’avenir.
Facebook: Hawa Akkar
Twitter: @HawaAkkar
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Suddenly since 2011, this market
has completely changed. From an
international perspective, the financial
crises that have hit the world in 2008 had
many indirect effects on the Lebanese
economy. Although our banking sector
was quite secured and very well prepared
to face and overcome the storm, we
could not escape from the worldwide
recession that reduced the purchasing
power of investors.
The Arab spring raised some hopes
regionally. While the struggle for
freedom created certain dynamism
reality hit rather quickly. It is now
clear that restructuring and structural
reforms will need some time and we
are consequently witnessing a high
decrease in demand in the construction
and real estate field.
Locally, political tensions, daily security
incidents and internal instability, also
led to a loss of confidence and had a
negative impact on this market.
By relating the facts, my objective is
not to be pessimistic but realistic in
order to build plans for the near future.
Lebanese businessmen are known to be
world experts in extracting and finding
opportunities from within the crises. Our
reputation to adapt promptly to change
needs to be sharply implemented.
Promoters and contractors need to
understand the new market demands
and
manage
their
investments
strategically and accordingly. Buyers
are becoming mainly local and are very
sensitive to quality and prices while
looking for small flats with the best
building equipment. Green construction
seems to become “the flavor of the day”.
We are moving to a niche market where
quality, differentiation, added value,
taste and futuristic architectural designs,
will be the main motives and major
reinforcer in the construction and real
estate market of tomorrow.
I am confident we are able and willing
to overcome this difficult path and will
definitely rise stronger!
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
64 | Juin 2013
Articles
Préparons-nous à affronter 2013
Par Dr Fouad ZMOKHOL (Président du RDCL) L’année 2012 fut une année rude pour le
secteur privé libanais, nul ne pourrait le
nier.
La récession mondiale nous a vite
rattrapés, les crises arabes ont eu des
répercussions directes sur nos échanges
commerciaux, la guerre syrienne s’est
dramatiquement amplifiée avec des
effets néfastes sur notre économie et la
stabilité du pays. Nos conflits politiques
internes ont fait fuir nos touristes
arabes, repoussé les investissements
externes et gelé une grande partie des
projets expansionnistes privés, faisant
avancer notre croissance à reculons,
affichant des chiffres alarmants sans
précédent. La mauvaise gestion et les
diverses décisions gouvernementales
non étudiées ont aggravé la crise sociale,
bloquant nos dirigeants dans un cercle
vicieux improductif et sans évidente
issue...
Les regards et les priorités sont désormais
braqués sur les prochaines élections
parlementaires (si elles ont lieu), et
peu d’attention et d’importance sont
données à la crise économique et sociale
qui secoue le pays.
Dans un contexte aussi sombre, comment
pouvons-nous nous préparer à affronter
l’année 2013?
1.- Plan de secours à court terme
L’objectif ne devrait sûrement pas
être de se noyer dans un pessimisme
autodestructeur mais au contraire de faire
face à la crise avec réalisme et objectivité
en bâtissant une stratégie ponctuelle et
un plan de secours à court et moyen terme
pour atteindre des résultats tangibles,
rapides et efficaces. Nous devons recourir
à des initiatives peu coûteuses, qui seront
mises en action rapidement pour donner
un peu d’oxygène à notre économie.
L’unique solution serait de bâtir donc
des stratégies à court terme, basées
sur de petits objectifs réalisables, et de
se contenter d’accumuler des succès
succincts mais permanents.
En effet, il est inutile de bâtir des plans à
long terme qui ne pourront jamais aboutir
étant donné que ces projets risquent
d’être facilement modifiés et modulés à
chaque retournement de protagonistes,
nous ramenant continuellement à la case
de départ. La plupart des études établies
et achevées d’une manière productive
et efficace se retrouvent régulièrement
gelées et rangées dans les oubliettes,
encombrant les archives des ministères
concernés.
2.- Soutenir les PME et les microentreprises
Durant ces moments critiques, les
grandes sociétés ont l’habitude de
ralentir les embauches et de réduire leurs
investissements en attente du passage du
cyclone en récession. Par contre, les PME,
et spécialement les microentreprises,
peuvent réagir plus vite à la crise et
changer de cap plus facilement.
Ces petites organisations sont très
souples : leur taille, leur dynamisme
et leur créativité leur permettent
d’identifier les opportunités cachées.
Nos jeunes entrepreneurs peuvent créer
de la valeur, engendrer des emplois,
se développer, exporter leurs idées et
attirer les investisseurs... Il est crucial de
soutenir et d’encourager ces initiatives
et de leur assurer les fonds nécessaires
pour survivre, se développer et croître.
Il est indispensable de créer des fonds
de financement, non seulement pour
l’investissement, mais aussi et surtout
pour financer le fond de roulement (FDR)
à coût réduit en aidant les PME à honorer
leur dette, subvenir à leurs coûts et les
accompagner à traverser cette période
difficile.
3.- Revivifier le secteur touristique et
attirer la diaspora libanaise
D’autre part, nous avons désormais
perdu une très grande partie de nos
touristes. Nos visiteurs qui entraient
par la frontière terrestre syrienne ont
évidemment disparu, et le reste de nos
touristes arabes qui nous visitaient par
voie aérienne se retrouvent menacés par
des « groupuscules armés » tenus par des
ficelles. Il devrait être un devoir national
que nos dirigeants, tous bords confondus,
L’Orient le jour le 10/1/2013
déploient leurs efforts pour ramener les
touristes arabes et leur assurer la sécurité
et la stabilité nécessaires.
En parallèle, n’est-il pas opportun de
rebâtir nos liens stratégiques avec notre
communauté d’expatriés ? Une idée peu
coûteuse au Trésor mais très efficace
pourrait être par exemple d’offrir pour
les trois premiers mois de l’année 2013
des rabais (de 50 %) pour tous les vols
vers le Liban et d’organiser des itinéraires
pratiques à partir de pays à grande
densité libanaise (Brésil, Australie, ...).
Si uniquement 10% de nos expatriés
visitent le Liban une fois par an, notre
économie se portera nettement mieux
et trouvera une solution pour la majeure
partie de nos maux.
4.- Une réforme fiscale interne
À l’ombre de ces crises économique et
sociale dramatiques, il serait pertinent
de ne pas se pencher uniquement sur le
revenu des salariés, mais surtout sur leur
coût journalier dépourvu de tout support
étatique, qui les empêche de progresser.
Ils sont asphyxiés par une double
facturation
récurrente
d’électricité,
d’eau, de communication, de santé et
d’éducation.
Pour augmenter leur pouvoir d’achat
et leur niveau de vie, il est crucial de
se concentrer surtout sur leur coût
improductif et superflu. Par exemple,
restructurer les écoles publiques,
surveiller les prix des générateurs
de quartier, réorganiser le transport
publique.
Pendant cette période critique de
ralentissement économique et de faible
croissance, il est impensable – et serait
un crime économique impardonnable –
d’augmenter les impôts et taxes. Une telle
décision amplifierait dramatiquement
la pression sur les contribuables et
les sociétés, réduirait davantage la
croissance et aurait donc des résultats
contraires aux objectifs vu qu’elle
réduirait éventuellement les bénéfices et
donc les recettes de l’État.
Toute reforme fiscale devrait débuter
en priorité par une restructuration
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
65 | Juin 2013
Articles
des dépenses étatiques qui devrait se
pencher sur une réduction des coûts
bien avant de penser à augmenter les
recettes.
5.- Bâtir des partenariats avec les chefs
d’entreprise syriens
Enfin, il serait important et productif de
bâtir des partenariats privilégiés avec les
sociétés privées syriennes et d’attirer ces
investisseurs ou leur chef d’entreprise
à venir installer leurs industries, leur
commerce, leurs affaires, etc. au Liban.
Les grandes usines syriennes, au lieu
de se diriger vers la Jordanie, l’Égypte,
les Émirats arabe unis, pourraient
rapidement être délocalisées et venir
s’installer dans nos régions rurales.
Cela contribuerait à réduire notre taux
de chômage et à redynamiser notre
croissance sur le territoire. Nos dirigeants
sont connus pour être les spécialistes
des occasions manquées! Ne les laissons
pas passer une fois de plus à côté d’une
énième opportunité à portée de main...
Pour conclure, à l’ombre de ce paysage
sombre qui se dessine à l’horizon de
l’année 2013, notre objectif est de
survivre, de préserver et surtout d’utiliser
notre plus grand atout divin, celui de
savoir identifier les opportunités à
travers les crises. Notre secteur privé s’est
développé durant les années de guerre
les plus dures, je suis personnellement
confiant qu’il relèvera le défi une fois
encore quels que soient les obstacles!
« Le Liban pays maudit... ou pays béni ? »
Par Dr Fouad ZMOKHOL (Président du RDCL) Les États-Unis, première puissance
mondiale,
sont
très
souvent
impuissants face aux catastrophes
naturelles, notamment les ouragans
ou
« hurricanes »
qui
s’abattent
continuellement sur leur territoire. Qui
d’entre nous n’a jamais assisté aux effets
dévastateurs de ces « monstres » à qui
l’on donne de drôles de noms de jolies
femmes, laissant après leur passage
toute une population désemparée !
Le
Japon,
première
puissance
économique, vit dans la hantise
quotidienne d’un tremblement de terre
qui risque d’engloutir ses îles. Le dernier
tsunami a gardé le monde entier en
haleine devant ses vagues démesurées,
détruisant tout sur son passage et
menaçant d’un incident nucléaire sans
précédent qui aurait pu avoir des effets
tragiques sur le monde entier !
Le Liban, minime « point » sur la carte
mondiale, a la chance « Dieu merci »
d’être loin des risques de catastrophes
naturelles ! Toutefois, notre cher pays se
retrouve, par malheur, coincé et tenaillé
entre ses deux puissants voisins. Ces
derniers ont pour objectif commun de
maintenir le Liban instable, insécurisé,
étouffé et continuellement menacé,
avec la hantise de le voir les dépasser
du fait de sa résilience, de sa solidité et
de sa volonté divine de continuellement
renaître de ses cendres !
Un des multiples atouts de notre cher
Liban demeure son secteur privé qui a
réussi à survivre et qui continue à croître
sans limite en s’exportant vers le monde
entier parvenant à maintenir notre
économie sur pied.
Nous sommes fiers de nos entreprises,
toutes
industries
confondues
:
bancaires, commerciales, industrielles,
éducatives, médicales et services... qui
continuent d’avancer à une vitesse
vertigineuse suivant les normes et règles
internationales.
Le Liban a longtemps été considéré
comme « l’université » du Moyen- Orient,
le centre hospitalier de la région, le
point de rencontre de la création, de la
mode, du goût, de la restauration et de
l’entrepreneuriat.
Nous avançons certes... en dépit des
« contre-forces négatives » qui pèsent sur
le pays, des divisions politiques internes,
et plus précisément nos politiciens qui
suivent des objectifs égocentriques et
électoraux, absolument différents des
nôtres.
Nous entendons dans les diverses
sphères qui nous entourent que les
phares sont actuellement braqués sur
les élections, devenues de nos jours la
priorité nationale absolue ! Cela veutil dire que notre lutte économique
est relayée au second plan ? Que les
réformes structurelles sont mises en
veilleuse ? Que la reconstruction de
nos infrastructures est rangée dans les
tiroirs ? Le pire est que nous avons tous
les réponses à ces questions cruciales.
L’Orient le jour le 31/10/2012.
L’autoflagellation s’est toujours avérée
inutile, l’autodestruction, « hobby »
national, n’a jamais rapporté gros et le
pessimisme ambiant a constamment
freiné les ambitions !
Notre ultime objectif devrait être
la survie et la persévérance ! Les
crises peuvent souvent cacher des
opportunités inédites. Demandons à nos
dirigeants de se fixer de petits objectifs
atteignables à court terme afin de
donner un peu de souffle et d’oxygène
à notre économie. Préparons-nous à
reconstruire des accords économiques
constructifs avec les nouveaux dirigeants
du printemps arabe pour essayer de
rétablir des relations commerciales
privilégiées avec ces pays. Accueillons
les chefs d’entreprises syriens fuyant les
confits et offrons-leur des possibilités
d’investissements attractifs. Unissonsnous atour d’un plan économique de
redressement, qui n’aurait ni couleur,
ni religion, ni parti-pris, ni « numéro »,
capable de protéger notre secteur privé,
« pilier essentiel de notre économie »,
d’attirer des investissements de la région
et de survivre pendant le cycle ombragé
de la récession mondiale !
Malgré les malédictions qui s’abattent
sur le Liban, nous ne baisserons pas les
bras : nous continuerons notre lutte
dans ce merveilleux pays béni, quels que
soient les sacrifices et les conséquences
: tel est notre message et notre volonté !
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
66 | Juin 2013
67 | Juin 2013
Annexes
Compte rendu de la Participation du RDCL à la conférence
“Value and Success in Business” organisée par LIQAA
“ La Foi, La Liberté et Le Gain” par Dr Fouad ZMOKHOL (Président du RDCL)
Je voudrais tout d’abord remercier les
organisateurs de cette conférence.
C’est un honneur et un grand plaisir
d’être parmi vous aujourd’hui.
Afin de discuter efficacement sur le
sujet principal de cette session, j’aimerai
subdiviser ce thème en trois parties
principales :
-
-
-
La Foi
La Liberté
Le Gain
La foi :
Le Gain :
La foi éclaire et guide nos pas, nos
réflexions, nos idées….
La liberté, dans les affaires est aussi un
long sujet. Sommes- nous libres de nos
actions et de nos décisions dans nos
entreprises ?
Je suis croyant et pratiquant que la foi
est présente dans mon cœur, dans mon
foyer, dans mon entreprise et dans tout
ce que j’entreprends.
La liberté :
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Mais après l’euphorie, la réalité a repris
le dessus et le monde a compris que la
liberté n’est pas chose facile ni rapide
mais un trajet épineux à long terme qui a
besoin de réformes et de restructuration
interne de longue halène.
La liberté n’est pas uniquement dans
des changements superficiels ou des
changements de leader mais une lutte
qui doit toucher tous les secteurs, la
culture, les esprits, l’éducation…
La foi nous donne le courage de se
développer, d’investir continuellement,
malgré l’incertitude qui plane sur notre
économie et notre pays.
P.O.Box: 11-9232 Beirut - Lebanon
Tel: 00961 1 376821 - 00961 9 217944/5/6
Fax: 00961 1 376818 - 00961 9 217734
E-mail: [email protected] - Website: www.ldlp.com
Dans notre travail journalier, nous
sommes peut être libres de nos actions
et décisions, mais il est crucial de
rester continuellement consciencieux
et de maintenir le règles de la bonne
gouvernance
professionnelle.
Le
management, est un art, une stratégie,
mais qui doit toujours suivre les bonnes
règles pour bâtir de vrai bases solides
pour l’avenir.
La foi est et devrait être la base de toute
action entreprise. La foi est une lumière
qui nous permet de voir avec les yeux de
notre cœur. J’aimerai faire allusion à une
citation de Saint Exupery : « On ne voit
qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible
pour les yeux ».
La foi n’est pas uniquement dans la
prière, mais en tant que chef d’entreprise,
je peux vous assurer et vous affirmer
fièrement que la foi est présente dans
toute action ou décision qui nous
entreprenons journalierement.
...and still going
Quand on parle de Liberté, on ne peut
ne pas penser aux dernières révolutions
arabes qui ont bouleversé toute la région
comme un tsunami de haute magnitude.
Qui n a pas eu la chaire de poule devant
les écrans durant les révolutions de ce
qu’on appelle « le printemps arabe »
devant ces foules qui ont défié tous
les obstacles pour réclamer Liberté et
démocratie.
Quel beau et grand nom ! Pour le définir
et aboutir à une définition commune,
il me faudrait plusieurs sessions et
discussions…
Je ferai ici allusion à un cours que je
donne à des élèves en dernière année de
Master en gestion « Création et stratégie
d’entreprises ? ». La première question
que je pause à toutes mes promotions
pour débuter mon cours est « pourquoi
voulez vous créer une entreprises ? » et ca
ne rates jamais, je me retrouve toujours
avec la même réponse: La recherche de
liberté et d’indépendance …
Il s’agit d’une réponse normale et
instinctive, mais il faut toujours garder
en tête que la liberté et l’indépendance
intégrale n’existe pas dans le monde
des affaires. Même si l’on devient son
propre patron, on reste dépendant de
quelques gros clients, de notre banquier
pour un découvert bancaire crucial, de
certains fournisseurs …peut être même
dépendant de quelques employés
irréguliers ......
Malheureusement, les chefs d’entreprises
sont souvent les malaimés de la société
car ils sont perçus dans certains milieux
comme des personnes assoiffées
d’argent, de gain et de bénéfices… et
dont les dollars sont reflétés dans leur
regard
Je rappelle ici que la plupart de
nos entreprises sont des PO (Profit
Organisation) à but lucratif.
Ce n’est pas un secret que nous travaillons
dur pour générer des bénéfices. Ces
bénéfices servent tout d’abord à
honorer nos dettes, à investir, à croître,
à s’exporter, à employer une plus grande
équipe, à devenir plus productif et bien
sûr à assurer une bonne qualité de vie
dans nos sociétés.
Il est très important d’aider les sociétés à
travailler et surtout à gagner de plus en
plus car c’est le seul moyen de « booster »
la croissance. Seule la croissance peut
nous aider au Liban à combler notre
déficit public et à améliorer les conditions
de vie de nos employés.
Comment subdiviser ces bénéfices ?
Question qui reste bien sûr une
décision libre. Personnellement, je suis
convaincu que si l’on a la foi et la liberté
professionnelle, il est crucial d’allouer
une partie de nos gains à notre société
qui a besoin de nous directement ou
indirectement.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
68 | Juin 2013
Annexes
Il est de notre devoir d’offrir une partie
de notre temps à des actions sociales
et d’offrir une partie de nos bénéfices
aux nécessiteux …. C’est notre meilleur
placement qui nous rapportera un retour
sur investissement (ROI) d’une valeur
inestimable.
C’est par ce léger pourcentage offert
notamment en matière de temps
alloué que nous pourrons tirer l’énergie
nécessaire dont on a besoin pour
persévérer, croître et gagner.
Je vous félicite pour le sujet choisi pour
cette session et aimerais clôturer mon
allocution en insistant sur les points
essentiels déjà présentés:
chaque minute de notre journée et
de notre vie. La vraie liberté est d’être
libre de prendre les bons choix et les
bonnes décisions. Nos bénéfices nous
appartiennent certes mails il est de notre
devoir de faire profiter notre société de
notre réussite.
• Je suis confiant que La foi nous offrira
la liberté, et la liberté nous ouvrira les
portes de la réussite et du gain.
Donnons et le ciel nous le rendra au
centuple.
• La foi devrait être omniprésente dans
Merci et bonne chance à tous
Compte rendu du déjeuner débat du RDCL avec l’ Ambassadrice
de L’Union Européenne S.E. Mme Angelina Eichhorst
Mot d’ouverture du Président du RDCL Dr. Fouad Zmokhol
Excellences les Ambassadeurs, Messieurs
les Ministres, Messieurs les Présidents des
instances économiques, chers membres
du RDCL, chers amis, chers invités.
Au nom du Conseil d’Administration et
moi-même, c’est un grand plaisir de se
retrouver tous ensemble autour de ce
déjeuner débat avec l’Ambassadeur de
l’Union Européenne au Liban SE Mme
Angelina Eicchorst.
Le monde n’est plus le même,
l’économie mondiale est en mutation
ou en réadaptation, les entreprises
sont en pleine réorganisation, les chefs
d’entreprises sont à la recherche de
nouveaux horizons …..
La crise financière des années 2008 n’est
pas encore complètement absorbée, la
récession bat son plein en Europe qui
peine à recoller les « morceaux » de la
faillite de la Grèce et de la crise chypriote,
les pays arabes sont encore en ébullition
et leur restructuration parait longue et
épineuse, la guerre en Syrie s’aggrave
et s’envenime quotidiennement et son
avenir semble incertain…
Quant au Liban, on ne peut
malheuresement pas s’empêcher d’être
pris dans ces sables mouvants régionaux
et internationaux…
L’année 2012 a été rude et celle en cours
suit le même chemin périlleux parsemé
d’embuches. L’inflation accompagnée
d’une timide croissance devient
insoutenable aux entreprises, aux salariés
et aux citoyens et ne fait qu’aggraver les
pressions sociales et le grondement de la
rue.
Nous maintenons malheureusement
notre « spécialité » de faire passer les
opportunités et d’importer les problèmes
du monde sur notre terre… Le Liban, pays
atypique ou plutôt casse tête chinois, où
tout peut se compliquer et s’enflammer
en quelques minutes mais aussi où tous
ces sombres nuages peuvent se disperser
et se dissiper par un souffle divin in
espéré et inattendu…
Il y a quelques jours encore, nous étions
plongés dans une troublante incertitude
et le spectre du vide constitutionnel nous
hantait …
Nous voilà aujourd’hui -Dieu merci- et
comme par coup de baguette magique,
avec un nouveau Premier Ministre
consensuel désigné à grande majorité
et avec un souffle d’espoir et un vent
d’optimisme qui commençaient à nous
manquer depuis un bon moment…
Au nom du RDCL, nous souhaitons le
meilleur au Premier Ministre désigné SE
Mr Tamam Salam. Il est de notre devoir
de lui prêter fièrement main forte et
de créer avec son ministère une solide
synergie pour traverser tous les défis
et les obstacles et travailler main dans
la main ensemble sur tous les dossiers
épineux économiques et sociaux qui se
dressent à l’horizon.
Nous espérons aussi que :
• Les priorités de la nouvelle équipe
dirigeante
seront entre
autres,
d’assurer une stabilité constante
et une sécurité permanente et
soutenue sans lesquelles il nous est
impossible d’opérer et de survivre.
• Tous les pôles politiques se
rassemblent autour d’une seule
stratégie et d’un plan économique
de secours commun afin de traverser
la crise économique ambiante.
• La nouvelle équipe sera en mesure de
respecter les délais constitutionnels
et d’œuvrer pour que les élections
aient lieu comme prévu dans
une ambiance de compétitivité
constructive et de respect mutuel,
loin de toute tension en offrant (pour
une fois !) un exemple de liberté et
de démocratie.
Commençons dès aujourd’hui à rétablir
ensemble- secteurs publique et privéla confiance des touristes, de nos frères
arabes et des investisseurs locaux et
étrangers. Ne ratons pas la chance de
préparer un été florissant qui redonnerait
un peu d’oxygène à notre économie,
ne passons pas à côté d’une nouvelle
opportunité de rebâtir une croissance
constante, régulière et équilibré.
L’Europe a toujours joué un rôle crucial
au Liban. Nous avons largement besoin
de son support continu dans plusieurs
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
69 | Juin 2013
Annexes
domaines.
Nous comptons tout d’abord sur son
expérience pour bâtir une vraie politique
sociale notamment commencer par
finaliser le projet sur l’assurance vieillesse
qui nous tient à cœur depuis de longues
années…
Nous espérons également suivre
l’exemple de l’Europe dans l’éducation
afin de restructurer -grâce à son soutiennos écoles publiques pour les rendre plus
efficaces, plus performantes et largement
améliorer leur niveau.
Par ailleurs, nous avons perdu espoir que
notre Etat soit en mesure de rebatir nos
infrastructures, la seule et unique issue
possible pour leur réhabilitation serait de
créer des Partenariats Publiques Privés
(PPP) avec des entreprises privées locales,
européennes et internationales.
Excellence, nous avons enfin et surtout
besoin de votre feuille de route pour
bâtir un « e-govrement » efficace et
surtout un meilleur contrôle et une
sécurité alimentaire et médicale… La
liste est encore longue mais je clôture
par demander votre support au niveau
de la qualité de nos produits afin d’être
compatible avec les normes européennes
et accroître nos exports vers votre région.
Notre ultime objectif est d’améliorer et
de fructifier les échanges commerciaux
avec l’Union Européenne et de créer des
partenariats, des alliances stratégiques
et des synergies productives avec vos
entreprises.
des particuliers ? Ne craignez- vous pas
une fuite de capitaux en dehors de la
zone Euro ? Et si c’est le cas, quel serait
l’avenir de la monnaie européenne ?
A l’ombre de la crise de notre voisin
chypriote, on ne peut s’empêcher de
demander votre avis face à cette crise
alarmante. Après l’écroulement de
l’économie grecque, c’est autour de
l’île de Chypre d’être piégée dans le
tourbillon.
Je tiens à remercier notre sponsor la First
National Bank.
Il est clair qu’un « euro » bas favoriserait
les pays exportateurs de votre zone
mais augmenterait la pression sur les
pays importateurs. Quel est l’avenir, les
objectifs, la strategie de l’Europe à
l’ombre de tous ces changements ?
Et j’appelle SE Mme Angelina Eichhrost
pour recevoir au nom du RDCL, un petit
souvenir symbolique mais qui vient
du fond du cœur sur lequel est inscrit :
«En signe d›Amitié et de Fraternité. En
partenariat
Est-ce que les ondes négatives se reconnaissance de notre rapprochent- ils de nos frontières ? continu avec l’Union Européenne.»
Cette crise serait-elle un acte prémédité
J’appelle les ambassadeurs et les
comme décrit par certains experts? représentants européens pour une photo
Qui profiterait réellement de ce default souvenir puis les membres du Conseil
de paiement et qui serait le plus touché? D’Administration du RDCL pour remettre
Comment l’Union Européenne a pu la plaque commémorative.
prendre le risque de manier les dépôts
Discours de l’Ambassadeur Angelina Eichhorst Chef de la Délégation de l’Union européenne
au Liban
Mesdames et Messieurs les membres du
Rassemblement de Dirigeants et Chefs
d’Entreprise Libanais (RDCL),
Chers amis (e),
Je vous remercie pour votre invitation
à ce déjeuner-débat. Je suis ravie d’être
avec vous pour parler de ces deux thèmes
sur lesquels vous m’avez demandé
d’intervenir: «Comment développer les
échanges économiques entre le Liban et
l’Union européenne» et «L’impact de la
crise chypriote sur l’Europe».
En ce qui concerne le premier thème, je
voudrais commencer par vous rappeler
que l’Union européenne a été, depuis
sa création, le plus important partenaire
commercial du Liban puisque plus d’un
tiers du volume total du commerce
extérieur du Liban se fait avec l’Union
européenne
contre,
notamment,
seulement un cinquième avec l’ensemble
des 20 autres pays arabes. Ce qui fait de
l’UE le premier partenaire commercial
du Liban, ce sont les importations par
le Liban de produits européens et non
les exportations de produits libanais.
Développer les échanges économiques
entre le Liban et l’Europe passe donc
par le développement d’une production
libanaise qui soit exportable vers l’UE,
c’est-à-dire capable de concurrencer les
autres fournisseurs de l’UE sur le plan de
la qualité et des prix. L’UE est consciente
qu’une telle ambition demande un
important effort d’investissement au
secteur privé dans la modernisation
de l’appareil productif libanais, dans la
recherche et le développement et dans la
formation de la main-d’œuvre employée.
L’UE est également consciente que le
secteur privé ne peut réaliser seul cette
ambition. Ceci explique l’importance
de l’aide apportée par l’UE aux PME
libanaises. Cette aide a notamment
pris la forme d’un appui à la création
de pépinières d’entreprises («business
incubators») dans les différentes régions
du pays, d’un renforcement des capacités
de KAFALAT pour que cette institution
puisse élargir son champ d’intervention,
notamment dans les domaines de
l’agriculture et de l’énergie, d’un appui au
développement des infrastructures de la
qualité et d’un appui aux administrations
qui sont en contact direct avec le
monde de l’entreprise, notamment les
administration fiscales et douanières.
Cependant, l’UE est également consciente
que le secteur privé doit aussi être aidé
par des politiques gouvernementales.
C’est aux autorités libanaises qu’il
est demandé de développer les
infrastructures nationales nécessaires à
l’abaissement des coûts de production et
de transport. C’est à elles qu’il incombe de
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
70 | Juin 2013
Annexes
faire en sorte que les coûts des formalités
administratives soient limités à ce que
prévoit la Loi. Dans le cadre du nouveau
Plan d’Action pour la période 2013-2015
prévu par les accords de partenariat
entre le Liban et l’UE et agréé récemment
entre eux, les autorités libanaises se sont
d’ailleurs engagées à lutter contre la
corruption, à simplifier les procédures
administratives, à moderniser les points
de passages aux frontières, à moderniser
le Code de Commerce, à promouvoir
les exportations et à développer
les infrastructures, en particulier les
infrastructures énergétiques.
Mais il appartient aussi aux autorités
libanaises d’encourager les jeunes
Libanais à s’engager dans les métiers liés
à la production de biens manufacturés et,
pour cela, de veiller à ce qu’ils y trouvent
des conditions de travail satisfaisantes,
la possibilité d’y effectuer une carrière
épanouissante,
débarrassés
en
particulier du souci de l’accès aux soins
de santé pour eux et pour leurs familles
et débarrassés du souci de la vieillesse.
C’est dans ces conditions-là seulement
qu’ils pourront se consacrer pleinement
à leur travail de développement de la
production de biens exportables.
A ce sujet, le Liban a posé, au cours du
siècle dernier, les bases d’un système de
protection sociale. Des lois sont encore
nécessaires pour parfaire ce système
mais, plus encore, la paix sociale et la
stabilité qui sont – vous le savez bien - l’un
des objectifs ultimes du RDCL, passent
par le respect des réglementations
du travail qui existent déjà et qui, à
l’époque, s’inspiraient des législations
les plus modernes. Le respect de ces
réglementations par tous favorisera
au passage le développement d’une
concurrence saine entre entreprises –
un autre des principes que défend le
RDCL - puisque trop d’entreprises peu
compétitives cherchent à survivre en
ayant recours au contournement des
réglementations sociales. Par ailleurs,
si le principe de Responsabilité Sociale
d’Entreprise que vous cherchez à
promouvoir met au cœur de l’action
sociale l’entrepreneur individuel luimême, il n’en demeure pas moins qu’il est
nécessaire que l’Etat veille à ce que cela
ne pénalise pas les entrepreneurs qui ont
une conscience sociale de leur mission et,
pour cela, qu’il impose à tous le respect
d’une législation sociale minimum.
Cela nous amène à nous poser les
questions fondamentales suivantes:
les entrepreneurs libanais sont-ils
réellement prêts à jouer le jeu d’une
économie basée sur la concurrence?
Comment faire pour imposer à tous les
mêmes règles du jeu? Vous n’ignorez pas
que les Etats qui se donnent pour mission
d’organiser une saine concurrence sont
des Etats qui se sont dotés de puissants
organismes de contrôle, c’est-à-dire des
Etats qui coûtent cher. Et qui acceptera
un Etat qui se donne pour mission de
donner la priorité de l’emploi aux jeunes
Libanais, plus chers que la main-d’œuvre
des pays voisins, au risque de pousser
les entreprises les moins compétitives
à la faillite? Ces questions devraient
constituer le cœur d’un débat sur l’avenir
de l’économie libanaise, le cœur d’un
nouveau pacte social. Je ne peux que
me féliciter de la participation du RDCL
aux débats récents sur ces sujets mais je
ne peux, en même temps, que déplorer
l’absence de réel dialogue tripartite
institutionnalisé et regroupant des
participants véritablement représentatifs.
En ce qui concerne la crise chypriote,
l’accord auquel les autorités européennes
et chypriotes ont abouti met fin, je dois
le rappeler, à plus d’un an d’incertitudes
nées d’un modèle économique non viable
qui a amené le pays au bord du défaut de
paiement. La restructuration du secteur
financier, qui est au cœur de cet accord,
vise donc à créer les bases d’un modèle
de développement plus soutenable.
Cet accord est accompagné de mesures
d’urgence telles que des restrictions
sur les mouvements de capitaux
dont l’objectif est d’assurer la stabilité
financière durant la phase de sortie de
crise. Ces restrictions seront limitées
dans le temps, non discriminatoires et
seront pilotées de manière stricte par la
Commission européenne.
Je tiens à souligner que cet accord
n’est pas un nouveau modèle pour
la résolution d’éventuelles crises
financières à venir. Chypre est un cas
unique et les mesures adoptées ont été
adaptées à la situation très particulière
de l’île. Celle-ci se caractérisait par un
secteur bancaire très important (les
dépôts étaient de l’ordre de 8 fois le
PIB) mais qui n’était pas soumis à une
supervision suffisante et dont la gestion
manquait de la rigueur nécessaire. Il
avait, de plus, subi d’énormes pertes sur
les crédits qu’il avait accordés et sur les
investissements qu’il avait réalisés. Tout
cela nécessitait un plan de sauvetage qui
était hors de portée de l’Etat chypriote.
Les négociations, commencées dès juin
2012 se sont avérées bien plus lentes
que prévu.
Pour l’économie chypriote, l’impact de cet
ajustement sera dur. L’Union européenne
va donc mobiliser ses différents
instruments d’assistance financière pour
aider les autorités chypriotes à faire face
à la crise économique qui s’annonce.
L’UE va également fournir une assistance
technique à ces autorités pour leur
permettre de maximiser les profits
qu’elles peuvent tirer de ces fonds.
Pour ce qui est de l’impact de cette
crise sur l’UE, si on a pu constater une
certaine inquiétude dans le monde de
finance au moment où se déroulaient
les négociations entre les autorités
européennes et chypriotes, on notera
toutefois que cela n’a entraîné aucune
panique et que la crise n’a pas eu
d’impact immédiat sur la zone euro.
Quant à l’impact de la crise chypriote sur le
secteur bancaire libanais, il faut souligner
que le contrôle des mouvements des
capitaux mis en place par les autorités
européennes et chypriotes a empêché
que ne se produise une panique bancaire
pouvant conduire à des faillites en série,
notamment à la faillite des banques les
plus dépendantes de dépôts étrangers.
Dans ces conditions, le risque se limite
pour ces banques à voir leurs dépôts
diminuer de manière progressive au cours
des prochains mois, ce qui les amènerait
à ralentir leurs activités et à réduire
leur personnel de manière également
progressive. Tout comme les banques qui
comptent essentiellement sur des dépôts
de ressortissants chypriotes, elles feront
face, de plus, au risque de récession qui
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Annexes
menace l’île durant les quelques années
à venir mais elles auront le temps de se
désengager sans subir de pertes autres
que celles qui sont liées à la réduction
progressive de leur activité. Cette bonne
71 | Juin 2013
maîtrise de la gestion de la phase de
transition par les autorités européennes
et chypriotes à partir d’une situation
extrêmement inquiétante ainsi que la
grande expérience libanaise en matière
bancaire m’amènent donc à penser
que l’impact de la crise chypriote sur le
système bancaire libanais devrait être, en
fin de compte, très limité.
Je vous remercie.
Compte rendu de la conférence du RDCL “Les Succès Libanais
dans le monde et leurs facteurs clés de Réussite“
Mot d’ouverture du Président du RDCL Dr. Fouad Zmokhol
Cher Père Recteur,
Chers invités,
Chers membres du RDCL,
Chers amis,
C’est un grand plaisir d’être parmi vous
ce matin pour entamer et présenter la
conférence intitulé « les succès Libanais
dans le monde et leur facteur clé de
réussite ».
Je tiens tout d’abord à remercier
l’Université Saint Joseph, pour nous
avoir accueillis chaleureusement dans
son merveilleux nouveau campus. Cette
université de renommée internationale,
cette grande « usine » de générations,
indiscutablement qualifiées, créatrice de
richesse qui éduque inlassablement pour
former notre élite libanaise.
Je
tiens
ensuite
à
remercier
chaleureusement nos partenaires dans
cette conférence : la faculté de Gestion
représentée par le Professeur Tony Gbeily
qui sera modérateur de ce débat ainsi
que la faculté des Sciences Économiques
représentée par son doyen le Professeur
Joseph Gemayel qui clôturera cette
rencontre.
Je remercie enfin du fond du cœur nos
conférenciers qui n’ont pas hésité à venir
nous faire part de leurs expériences, de
leur long trajet épineux, de leurs visions,
de leurs conseils et surtout des facteurs
qui ont contribué à la réussite de leurs
entreprises, à leur réussite…
En effet, nous pouvons être tous fiers
des grands succès Libanais dans le
monde. Nos chefs d’entreprises libanais
réussissent à décrocher de très hauts
postes dans les plus grandes sociétés
internationales.
Nous
exportons
fièrement nos idées, notre savoir-
faire, nos connaissances et même nos
entreprises dans le monde !
Quel est le secret de ces réussites ? Quels
sont nos atouts et nos forces sur lesquels
nous devons capitaliser ?
Avant d’écouter les réponses à ces
questions, je voudrais décrire l’homme
d’affaires libanais comme étant:
• Un dirigeant qui apprend à s’adapter
à toutes les situations à une vitesse
vertigineuse.
• Un grand stratège, capable de
dessiner des plans à court, moyen et
long terme mais surtout prêt à mettre
en action des plans de secours et de
survie en cas d’urgences.
• Un combattant qui apprend dès
son plus jeune âge à travailler dur
dans un environnement instable et
mouvementé, lui permettant d’être
continuellement en éveil et prêt à
faire face à toute sorte de difficultés
en changeant de cap rapidement au
besoin.
• L’homme d’affaires libanais est
ambitieux, dynamique, passionné
avec un esprit compétitif développé.
Doué d’un flair inouï, il est
continuellement à la recherche
d’opportunités capable de les
identifier et de les saisir au moment
opportun.
Quant à nos sociétés libanaises, et bien…
les longues années de guerre leur ont
appris à être vigilantes, résilientes, à
prendre des risques calculés, à investir
dans des domaines à haute rentabilité
et profitabilité. La petite taille de notre
marché et de notre économie a forcé nos
entreprises à rechercher continuellement
des marchés plus élargis, à potentiel plus
fructueux.
Nos sociétés ont depuis toujours compté
essentiellement sur leurs ressources
personnelles,
leur
infrastructure
individuelle, sans aucun support
gouvernemental ou public.
Il n’y a surement pas de formule magique
pour la réussite mais si je devrais
résumer son secret en un mot, je dirais: la
persévérance !
Par ailleurs, il est également de notre
devoir d’encourager et d’aider les
jeunes dirigeants libanais à créer
des microsentreprises qui pourront
rapidement se développer en PME. La
création d’entreprises est cruciale pour
redynamiser notre croissance locale et
créer une partie des 19000 emplois dont
nous avons besoin annuellement (face
à 3500 offres d’emploi uniquement ces
dernières années).
D’autre part et avant de donner la parole
à nos invités, j’aimerais vous présenter
une brève partie de leur biographie vu
qu’il me faudrait des jours pour retracer
et m’approfondir sur leurs parcours sans
fautes et sans failles !
Dr Georges Achi
Mr Joe Saddi
Mr Gilbert Ghostine
Pour terminer, j’aimerais transmettre
les salutations de Mr Raymond Audi
qui ne pourrait malheureusement pas
être parmi nous aujourd’hui, suite à une
intervention chirurgicale de dernière
minute. Nous lui souhaitons un prompt
et rapide rétablissement.
Je laisse la parole à notre premier
conférencier Dr Achi, et invite Dr Gibeily
à modérer le débat.
Merci encore pour votre présence.
Bonne conférence et bonne matinée !
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
72 | Juin 2013
Annexes
Annexes
73 | Juin 2013
Présentation de Mr. Gilbert Ghostine:
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
74 | Juin 2013
Annexes
Allocution de clôture du Prof. Joseph Gemayel - Doyen de la Faculté de sciences économiques à l’USJ
Mesdames et Messieurs,
Chers Amis,
Au
terme
d’interventions
aussi
remarquables qu’attachantes de trois
dirigeants du monde économique
d’une qualité exceptionnelle, un double
sentiment d’admiration et de fierté nous
anime.
De l’admiration et de la fierté à l’égard
de trois hommes de notre pays qui, à
force de persévérance, de diligence
et d’imagination ont pu tracer un
sillon indélébile dans l’histoire de
l’entreprenariat.
De la fierté également à l’égard de nos
banques, de nos entreprises, de nos
universités et de nos écoles qui ont
connu nos conférenciers, soit comme des
dirigeants, soit comme des étudiants.
Néanmoins, un sentiment paradoxal nous
interpelle, à savoir que face à ces grandes
réussites, nous sentons une frustration
certaine de pouvoir faire difficilement
renaître l’espoir d’une économie
prospère, efficiente et solidaire.
Notre économie a besoin d’être
restructurée, dans le sens d’une
meilleure intégration dans le nouvel
environnement mondial globalisée et
dans le sens d’une redéfinition du rôle
économique de l’Etat.
En réalité, le premier défi majeur qui
se pose constamment à l’économie
libanaise depuis la fin de la guerre en
1991 réside dans le fait de pouvoir cerner
les nouveaux avantages compétitifs du
pays dans une perspective d’intégration
régionale et mondiale. Principalement,
quels sont les secteurs et les branches
d’activité qui sont porteurs d’une nouvelle
croissance dans le pays, voire d’un
nouveau modèle de développement, et,
par voie de conséquence, quel espace
pourraient occuper les différents agents
économiques, l’Etat compris ?
Le plus important dans cette redéfinition
est de reformuler les fonctions
économiques de l’Etat au Liban, en visant
l’amélioration des performances du
secteur public en matière économique et
sociale, loin de tout critère idéologique.
Le problème majeur du secteur public
au Liban réside moins dans la place qu’il
occupe dans la sphère économique, mais
davantage dans son entière soumission à
la sphère politique. La réforme du secteur
public devrait s’orienter dans le sens d’un
plus grand respect de l’autonomie de la
sphère économique.
Dans cette perspective, la réforme des
structures de production au Liban est à
envisager. Elle passe impérativement par
la qualité des facteurs de production : en
rendant plus performant le capital humain
par des investissements en éducation et
en formation, en développant l’extension
des nouvelles technologies, et surtout
en exploitant davantage ces nouveaux
facteurs que sont le savoir, l’information
et l’innovation qui sont en train de
modifier le processus de production.
Il n’est jamais trop tôt, ni d’ailleurs
trop tard, pour nous préparer à notre
intégration dans le nouvel environnement
mondialisé. Paradoxalement, le Liban
à tradition libérale a parfois du mal à
retrouver la voie de la compétition,
c’est peut-être parce que le libéralisme
d’aujourd’hui n’est plus le laisser-aller
d’hier. Le libéralisme d’aujourd’hui
exige une plus grande conformité à un
ensemble de règles et de normes. C’est
à un vrai changement de mentalités que
nous Libanais sommes appelés.
En clair, les avantages compétitifs de
l’économie libanaise restent à redécouvrir
dans
ce
nouvel
environnement
mondialisé.
Le deuxième défi majeur réside dans
la nécessaire redéfinition du rôle
économique de l’Etat au Liban.
75 | Juin 2013
‫ ين‬‫واليمان‬
‫أم� معلوف‬
‫ مع المثابرة إ‬.‫يمكن أن تتحول إىل حقيقة‬
‫ يمكن أن تحصل لكم أمور ال تصدق‬،�‫والتحض‬
‫ايل صعب‬
‫ي‬
‫ ي‬،‫ ف ي� عملكم اليومي‬،‫ واالهم من ذلك‬.‫ف ي� الحقيقة‬
‫ سلمى الحايك‬‫ن‬
‫اليمان بإمكانية تحقيق الحلم وحفزوا‬
‫انطو� شلهوب‬
‫تجرؤوا عىل إ‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ن‬
‫ إن المر‬،‫ نعم‬.‫المحيط� بكم‬
‫اليمان لدى‬
‫هذا إ‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ نبذة عن كل من شارل ش‬VI
‫ أما‬،‫ لن التفاؤل خيار‬،‫الع� كما جاءت ف ي� عدد يستوجب شيئا” من الجرأة‬
‫ي‬
‫ف‬
‫االخ� ونبذة عن السلبية وعم ت ز‬
.‫االل�ام فهما الطريق إىل الفشل‬
‫ آب ي‬6 �‫ ي‬L Orient Le Jour Le
4 ‫فرناندو الحداد كما جاءت ف ي� جريدة النهار ف ي� عدد‬
‫ن‬
‫) لقد قال أحدهم يوما” “إن مفتاح النجاح هو‬2
.‫الحال‬
�‫الثا‬
‫شت�ين ي‬
‫ي‬
‫ لقد توصلت إىل‬.”‫العمل الدؤوب والقليل من الحظ‬
‫يق� أنه كلما ثابرت ث‬
‫ين‬
‫ كلما أصبحت‬،‫أك� عىل العمل‬
‫ خـاتمــة‬V
‫ أن ث‬.‫ احلموا ما شئتم‬.‫) ال تخشوا أن تحلموا‬1
‫ ما هو الحظ ؟ الحظ هو‬،‫ بالنهاية‬.”‫أك� أوفر حظا‬
‫المور إثارة للدهشة ف� هذه الحياة أن أ‬
‫أ‬
.‫التحض� الصائب‬
‫الحالم تقاطع الفرص مع‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ال�وفسور جورج الحلو‬
‫ ب‬‫ال�وفسور جوزيف عون‬
‫ ب‬‫) رجــال سياسة‬4
‫ف‬
‫ ث‬‫أم�كا الالتينية‬
‫أك� من رئيس جمهورية ي� ي‬
‫ ميشال تامر‬:‫ازيل‬
‫ نائب الرئيس ب‬‫ال� ي‬
‫ فرناندو الحداد‬:”‫أخ�ا‬
‫المنتخب‬
‫بولو‬
‫ حاكم سان‬‫ي‬
‫ روي لحود‬:‫ وزراء ف ي� الحكم‬‫سياس بارز مرشح رئاسة‬
‫ ناشط‬:‫ رالف نادر‬‫ي‬
‫ف‬
‫ت‬
�‫بش‬
‫ الدكتورة ماري ي‬: ‫ حاكمة والية ي� أوس�اليا‬-
Je voudrais, au terme de cette intervention,
exprimer nos remerciements aux trois
grands conférenciers, au RDCL et à
son dynamique Président, Dr Fouad
Zmokhol, et permettez-moi de remercier
notre Recteur, R.P. Salim Daccache, pour
son soutien à cet événement.
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais|
‫) رجــال أدب وفن‬5
‫ج�ان‬
‫ج�ان خليل ب‬
‫ ب‬-
‫‪76 | Juin 2013‬‬
‫‪77 | Juin 2013‬‬
‫نريد االستمرار ف ي� العمل ومحاولة النمو ف ي� بيئة تزداد‬
‫صعوبة فعلينا أن نجد نحن الحلول المجدية ‪....‬‬
‫للبدء ف� إعادة بناء قواعدنا ض‬
‫ال�ورية من أجل‬
‫ي‬
‫المثابرة والبقاء والنمو‪ ،‬يلزمنا اوال رغبة سياسية‬
‫حقيقية من كافة أ‬
‫الطراف لبناء خطة ت‬
‫اس�اتيجية‬
‫القص� والوسط‬
‫اقتصادية وانمائية عىل المدى‬
‫ي‬
‫والطويل‪ .‬لكن هل يملك قادتنا النضج ف‬
‫الكا� ‪ ،‬او‬
‫ي‬
‫ين‬
‫منشغل� أو ذهنهم معكر بأهداف وخطط‬
‫انهم‬
‫أخرى ذات أولوية بالغة بالنسبة لهم؟ وهي توزيع‬
‫الحصص أو االحتفاظ بمناصبهم؟‬
‫من ناحية أخرى نحن بحاجة اىل اموال ضخمة يجب‬
‫تأمينها لتمويل كافة ورش اعادة االعمار‪ .‬ما هي اذن‬
‫مصادر التمويل المحتملة‪:‬‬
‫ زيادة الدين العام‪ :‬يكاد أن يكون هذا مستحيال‬‫أ‬
‫ن‬
‫نعا� من دين زائد نكافح من اجل دفع تكاليفه‬
‫لننا ي‬
‫فوائده ومن جهة ثانية‪ ,‬سيدفع هذا أ‬
‫المر وكاالت‬
‫التصنيف اىل تخفيض تصنيف لبنان‪.‬‬
‫ اللجؤ اىل اموال استثمار‪ /‬صناديق دعم عربية أو‬‫دولية ‪ :‬يجب تفادي هذا الخيار أيضا ألن أ‬
‫الموال‬
‫كب� من استثماراتها ف ي�‬
‫العربية قد خفضت بشكل ي‬
‫لبنان بسبب مشاكلنا الداخلية ولكن أيضا بسبب‬
‫ن‬
‫تعا�‬
‫الوضع إ‬
‫القليمي‪ .‬ما زالت الصناديق العالمية ي‬
‫أ‬
‫ف‬
‫ت‬
‫ال� شهدها العالم ي� السنوات‬
‫من الزمة المالية ي‬
‫السابقة‪.‬‬
‫ف‬
‫ض‬
‫ض‬
‫زيادة ال�ائب ‪:‬ان زيادة ال�ائب ي� هذا‬‫الوقت الحرج هي جريمة اقتصادية واجتماعية ال‬
‫تغتفر بسبب الركود الذي نشهده ف� ي ن‬
‫ح� تكافح‬
‫ي‬
‫المكلف� من أجل ي ن‬
‫ين‬
‫ش‬
‫تأم� حاجاتهم‬
‫ال�كات وكذلك‬
‫أ‬
‫الساسية‪...‬‬
‫عىل الرغم من أن بعض اختبارات ال ‪ PPP‬العالمية‬
‫كانت ناجحة واخرى كانت فاشلة ‪ ,‬بالنسبة لنا ان‬
‫أ‬
‫خ�ة والحل‬
‫ال ‪ PPP‬لم يعد خيارا بل فرصتنا ال ي‬
‫الوحيد لوضع حد لعجز البالد االقتصادي‪،‬‬
‫ولتحس� الخدمات ت‬
‫ين‬
‫ين‬
‫للمكلف�‬
‫ال� تقدمها الدولة‬
‫ي‬
‫الذين يمولونها وانما يستفيدون قليال جدا منها ف ي�‬
‫ين‬
‫الفوات�‬
‫كب� بسبب‬
‫ي‬
‫ح� انهم يعانون من اختناق ي‬
‫أ‬
‫ن‬
‫المزدوجة ي ن‬
‫لتأم� الحد الد� من احتياجاتهم‪.‬‬
‫من ض‬
‫ال�وري اللجؤ اىل خدمة القطاع الخاص طالما‬
‫ان بوسعه التمويل والمساعدة ف ي� إعادة هيكلة البنية‬
‫التحتية لدينا‪ .‬علينا ان نتذكر أن القطاع الخاص‬
‫النتاجية ذات االمكانات‬
‫يبحث عن االستثمارات إ‬
‫الجيدة والمردود المربح ولكن هو أيضا بحاجة إىل‬
‫الشعور أ‬
‫بالمان وبانه محمي بشكل جيد قبل أن‬
‫يخطي اىل أ‬
‫المام‪...‬‬
‫م�وع قانون اىل مجلس النواب �ف‬
‫تم ارسال ش‬
‫ي‬
‫عامي(‪ )2007/2008‬للدراسة ولكن تم تجميده‪.‬‬
‫اعيد إرساله إىل مجلس الوزراء للمراجعة مؤخرا‬
‫واجراء بعض التغي�ات عليه ‪ .‬لكن أ‬
‫للسف ان ش‬
‫م�وع‬
‫ي‬
‫القانون ت‬
‫المق�ح هو ضعيف ويفتقر إىل عنارص هامة‬
‫وتفاصيل لجعله يتمتع بالمصداقية‪.‬‬
‫نود التذك� ان أ‬
‫السباب الرئيسية لوضع قانون من‬
‫ي‬
‫اجل ال ‪ PPP‬هي‪:‬‬
‫توف� إطار مستقر لتعزيز وتسهيل تنفيذ وتطوير‬
‫• ي‬
‫بشكل اوسع مشاريع ‪PPP‬‬
‫ف‬
‫‪ �PPP‬لبنان‪.‬‬
‫• تحديد إطار سياسة ال‬
‫ي‬
‫• تحديد أدوار أصحاب المصلحة ومسؤولياتهم‪.‬‬
‫ن‬
‫الوط� المؤهلة‬
‫• تحديد القطاعات ضمن االقتصاد‬
‫ي‬
‫لمخططات ال ‪PPP‬‬
‫ن‬
‫وف�ة من‬
‫توف� مرجع‬
‫قانو� واضح ومجموعة ي‬
‫• ي‬
‫ي‬
‫إجراءات من شأنها أن تعطي المستثمرين الشعور‬
‫أ‬
‫ين‬
‫واليق�‪.‬‬
‫بالمان‬
‫• تحديد وحماية حقوق ومسؤوليات الكيانات العامة‬
‫والخاصة‪.‬‬
‫المؤسس عىل بناء القدرات داخل‬
‫• إضفاء الطابع‬
‫ي‬
‫الحكومة لضمان نقاط مرجعية ومعرفة يمكن‬
‫تحديدها لجميع أصحاب المصلحة‪.‬‬
‫ال�اعات‪ ،‬خاصة يب�ن‬
‫توف� آلية واضحة لتسوية نز‬
‫• ي‬
‫آ‬
‫الدولة وأصحاب المصلحة الخرين‪.‬‬
‫يبدو يل أنه يجب وضع قانون لل ‪ PPP‬ف ي� المقام‬
‫أ‬
‫الول لمعالجة المشاكل ضمن قطاع الكهرباء ‪...‬‬
‫م�وع القانون الحال أيضا إىل ي ز‬
‫يفتقر ش‬
‫الم�ات التالية‪:‬‬
‫ي‬
‫ت‬
‫• دورة حياة ش‬
‫المش�يات‬
‫الم�وع وإجراءات‬
‫• محتوى عقود ال ‪ PPP‬ومدتها وانهاءها‬
‫• عائدات ال ‪ PPP‬وتصفية أموال العائدات‬
‫• حل نز‬
‫ال�اعات‬
‫• حماية جيدة ‪ /‬كافية لحقوق المستثمرين‬
‫ويشمل باالجمال‪:‬‬
‫• تعريف وأهداف ال ‪PPP‬‬
‫المؤسس‬
‫الطار‬
‫• إ‬
‫ي‬
‫وهذا يغ� كاف ال لجذب المستثمرين‪ ،‬وال‬
‫لحمايتهم‪...‬‬
‫من جهة أخرى‪ ،‬ت‬
‫نق�ح بشدة أن نحد من دور الوزراء‬
‫ف ي� كل عملية مناقصة ألنه يتم تمثيلهم بأي حال ف ي�‬
‫لجنة ش‬
‫الم�وع‪.‬‬
‫وعالوة عىل ذلك فإنه من المستحسن تنظيم دور‬
‫مجلس الخصخصة لضمان المنافسة وتجنب سلوك‬
‫ين‬
‫ين‬
‫النهائي�‪.‬‬
‫للمستخدم�‬
‫التسع�‬
‫االحتكار خصيصا ف ي�‬
‫ي‬
‫ف‬
‫و� الختام‪ ،‬فمن المهم أن نالحظ أن العديد‬
‫ي‬
‫ف‬
‫من المستثمرين يفضلون عدم الدخول ي� ش�اكة‬
‫مع الدولة‪ .‬اذ حسب أقوالهم ليس لديهم ثقة‬
‫ف ي� الدولة ش‬
‫ك�يك ال من ناحية الشفافية وال من‬
‫ناحية الفعالية ولذلك يفضلون العمل باستقاللية‬
‫اك� ونجاح أوسع ش‬
‫لم�وعهم‪.‬‬
‫تامة لضمان انتاجية ب‬
‫ش‬
‫الفعل لهذه ال�اكة‬
‫ما هو اسهام القطاع العام‬
‫ي‬
‫؟لماذا ال نتحدث اذن عن ش�اكة ي ن‬
‫ب� القطاع الخاص‬
‫والخاص ‪ Private Public Partnership‬كشكل‬
‫جديد لل ‪ PPP‬؟‬
‫ف‬
‫من ناحية أخرى‪ ،‬فإننا نسمع أيضا ي� الكواليس‬
‫أن بعض ش‬
‫الكب�ة تريد بنفسها بناء وإدارة‬
‫ال�كات ي‬
‫البنية التحتية الخاصة بها وفقا الحتياجاتها ‪� ...‬ف‬
‫ي‬
‫ين‬
‫ح� تحاول ش�كات أخرى التجمع معا لتلبية حاجاتها‬
‫عوضا عن خدمات دولة غائبة ونائمة‪.‬‬
‫ان معظم هذه النقاط ليست موجودة ف ي� ش‬
‫الم�وع‬
‫الحال‪ .‬ان الوثيقة هي مجرد قائمة من آ‬
‫الليات‬
‫ي‬
‫الجراءات �ض ورية من دون شك‬
‫والجراءات‪ .‬ان هذه إ‬
‫إ‬
‫المحتمل�‪.‬ن‬
‫ولكن هذا ال يكفي إلقناع المستثمرين‬
‫ي‬
‫يفتقر القانون لوجود آلية واضحة ومفصلة لتسوية‬
‫ال�ط الوحيد أ‬
‫نز‬
‫ال�اعات‪ ،‬والذي هو ش‬
‫والهم بالنسبة‬
‫للمستثمرين‪ .‬أيضا‪ ،‬أن القانون ال يحدد بوضوح‬
‫حقوق ومسؤوليات القطاع العام وكيانات القطاع‬
‫الخاص‪ ،‬وهو أمر جوهري‪ .‬عالوة عىل ذلك‪ ،‬ان بنود د‪.‬فؤاد زمكحل‬
‫رئيس مجلس ادارة تجمع رجال أ‬
‫ين‬
‫ش‬
‫اللبناني�‬
‫العمال‬
‫م�وع القانون واسعة جدا‪.‬‬
‫ن‬
‫يستث� ش‬
‫الط�ان‬
‫الم�وع أيضا قطاع الكهرباء وقطاع ي‬
‫ي‬
‫ن‬
‫المد�‪.‬‬
‫ي‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫‪Annexes‬‬
‫النجاحات اللبنانية ف ي� العالم وأسبابها الرئيسية‬
‫‪ I‬أهمية الجاليات اللبنانية ف ي� العالم‬
‫‪ )1‬إن الجاليات اللبنانية ف ي� الخارج أكسبت لبنان‬
‫بعداً يغ� مقيم مهماً جداً بالنسبة للبعد المقيم‪،‬‬
‫ت‬
‫المغ� ي ن‬
‫ين‬
‫ب� يبلغ ‪ 21‬مليون‬
‫اللبناني�‬
‫بحيث أن عدد‬
‫المقيم�ن‬
‫ن‬
‫اللبناني�‬
‫شخصاً‪ ،‬ما يوازي ‪ 3‬مرات عدد‬
‫ي‬
‫ي‬
‫والمقدرين بأربعة ي ن‬
‫مالي�‪.‬‬
‫ين‬
‫اللبناني� ف ي� الخارج موزعون عىل جميع‬
‫‪ )2‬إن‬
‫ً‬
‫ال�ازيل هو المستقطب‬
‫أن‬
‫ا‬
‫علم‬
‫والبلدان‪،‬‬
‫ات‬
‫القار‬
‫ب‬
‫الم�كية ثم الأ‬
‫الك�‪ ،‬تليه الواليات المتحدة أ‬
‫أ‬
‫رجنت�ن‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ب‬
‫ت‬
‫وأس�اليا‪.‬‬
‫ف‬
‫‪ )3‬إن الجاليات اللبنانية ي� الخارج تمتاز بمهارة‬
‫العمل الذي يعتمد عىل الطاقة الفكرية والمهنية‬
‫ث‬
‫يعت�‬
‫أك� منه عىل العمل اليدوي البسيط‪ .‬من هنا ب‬
‫إنتاج هذه الجاليات ذا قيمة مضافة عالية ف ي� أماكن‬
‫تواجدها مع عالقة وطيدة ف� أغلب أ‬
‫الحيان مع‬
‫ي‬
‫الوطن أالم‪.‬‬
‫ن‬
‫ن‬
‫الفينيقي� تطلّع إىل الخارج‬
‫اللبنا� منذ عهد‬
‫‪ )4‬إن‬
‫ي‬
‫ي‬
‫وخاض البحار إليه ال ليحارب بل ليتعلّم ثم ن‬
‫ليب�‬
‫ي‬
‫ويتاجر‪.‬‬
‫‪Intervention du Dr. Georges Achi:‬‬
‫تنامي الحصة عىل مر ي ن‬
‫تز‬
‫السن� من ‪ 2005‬إىل ‪.2010‬‬
‫ال�اماتها تجاه بلدان تواجدها حيث تستحوذ عىل‬
‫ّ‬
‫أ‬
‫‪ )6‬يجدر الذكر أخ�اً أنه ف‬
‫ف‬
‫ث‬
‫الـ‪500‬‬
‫قائمة‬
‫�‬
‫عر� الك� مراكز مرموقة ي� المحافل السياسية واالقتصادية‬
‫ي‬
‫بي‬
‫ي‬
‫تأث�اً ف ي� العالم وفق مجلة ‪ Business Arabian‬واالجتماعية من جهة أخرى‪ .‬إن رعاية استمرار‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ت‬
‫ن‬
‫ن‬
‫ن‬
‫اللبناني� البارزين وجذورهم‬
‫هنالك ما يفوق ‪ 70‬لبنانياً‪ ،‬علماً أن لبنان هو الصغر العالقة يب� المغ� يب�‬
‫ي‬
‫نسبياً ي ن‬
‫ب� البلدان العربية من حيث المساحة وعدد اللبنانية مهمة جدا” بالنسبة إىل لبنان‪ .‬وهذا ما حدا‬
‫ن‬
‫ت‬
‫بالمغ� يب�ن‬
‫ش‬
‫السكان‪.‬‬
‫اللبنا� عىل إنشاء وزارة خاصة‬
‫الم�ع‬
‫ي‬
‫ّ‬
‫ف‬
‫تحولت فيما بعد إىل مديرية عامة أساسية ي� وزارة‬
‫ّ‬
‫‪ III‬أسباب النجــاح‬
‫الخارجية‪.‬‬
‫ف‬
‫الم�ةز‬
‫‪ )1‬ي� لبنان‪ ،‬ينبغي دوما” أن ننطلق من ي‬
‫ت‬
‫ال� نتم ّتع بها‪ ،‬وهي تحصيل العلم وهنا أود التنويه بجهود مؤسسة ثقافية كديوان‬
‫فالتفاضلية ي‬
‫أ‬
‫ف‬
‫ت‬
‫تتصدر أهدافها العمل عىل رصد‬
‫ال�‬
‫ّ‬
‫ي� مدارس وجامعات معروفة بكونها الفضل ي� أهل القلم ي‬
‫ف‬
‫ت‬
‫ومد‬
‫المنطقة‪ .‬كما ينبغي أال نتذمر من سفر مواردنا الطاقات اللبنانية المبدعة ي� عالم االغ�اب ّ‬
‫ب� لبنان المقيم ولبنان ت‬
‫الب�ية وحصولهم عىل قيمة مضافة مهنية ف� جسور التواصل ما ي ن‬
‫ش‬
‫المغ�ب‬
‫ي‬
‫الخارج‪ .‬إننا نعتقد أن لبنان لم يكن ليستطيع وقد نجحت بالفعل منذ تأسيسها باستقطاب العديد‬
‫ش‬
‫النهوض واالستمرار لوال جالياته‬
‫المنت�ة ف ي� بقاع منهم ودعوتهم إىل لبنان لتكريمهم رغم إمكانياتها‬
‫أ‬
‫ت‬
‫الرض‪.‬‬
‫الت�عات الخاصة‪.‬‬
‫ال� تعتمد عىل ب ّ‬
‫الضئيلة ي‬
‫‪ )2‬يجدر الذكر أن الجامعات ف ي� لبنان هي جامعات‬
‫أ‬
‫عريقة تعود إىل ث‬
‫ين‬
‫للبناني�‬
‫أك� من قرن من الزمن وتتمتع وهذه قائمة تحوي بعض السماء البارزة‬
‫ف‬
‫ف‬
‫سجلوا نجاحات بك�ى � عالم ت‬
‫بصالت وطيدة مع أبرز الجامعات ي� العالم‪.‬‬
‫االغ�اب‪ .‬قلت بعض‬
‫ّ‬
‫ي‬
‫وكذلك أ‬
‫أ‬
‫المر بالنسبة للمدارس وال سيما المدارس‬
‫السماء ألن القائمة الكاملة تحوي المئات يغ�ها‪.‬‬
‫ال� تركّز عىل اللغات أ‬
‫ت‬
‫الجنبية ف� المواد وسأكتفي هنا اختيار ي ن‬
‫أسم� فقط للتوسع ف ي� الحديث‬
‫ي‬
‫الخاصة ي‬
‫ش‬
‫التعليمية‪.‬‬
‫الع� والدكتور‬
‫ال�وفسور شارل‬
‫عنهما هما ب‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ف‬
‫ن‬
‫‪ )3‬إن‬
‫مرحب بهم أينما حلّوا‪ .‬لذا فإن فرناندو الحداد لن اسميهما برزا مؤخرا ي� الصحافة‬
‫ي‬
‫اللبناني� ّ‬
‫القيمة المضافة ت‬
‫ال� يحصلون عليها ف ي� الخارج إذا العالمية‪.‬‬
‫ي‬
‫ام�جت مع التعليم ن‬
‫تز‬
‫الغ� الذي تلقوه‪ ،‬فإنها تمثل‬
‫ي‬
‫دعامة هامة ألي قصة نجاح ف� المستقبل‪ .‬أ‬
‫الهم أال ‪ )1‬رجــال أعمــال‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ن‬
‫ سمو ال يم� الوليد بن طالل ‪ :‬يتصدر ن‬‫اللبنا� جذوره‪.‬‬
‫ينىس المهاجر‬
‫أغ� رجال‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ويأ� �ف‬
‫ن‬
‫السعودي� (‪ 22،9‬مليار دوالر) ت‬
‫ين‬
‫‪ )4‬أضف إىل ذلك الطموح‬
‫العمال‬
‫اللبنا� المتأصل ي� تربيتنا إ‬
‫ي‬
‫ي ي‬
‫ين‬
‫اللبناني� رواد المرتبة ش‬
‫وثقافتنا والمشبع بإرادة صلبة تجعل‬
‫الع�ين ف ي� العالم‪.‬‬
‫الغوص ف� غمار الحياة الممزوجة ت‬
‫بش� التحديات ‪ -‬الرئيس الشهيد رفيق الحريري‪ :‬قصة نجاحه‬
‫ي‬
‫ين‬
‫والمصاعب مما يتيح‬
‫للبناني� الوصول إىل أعىل معروفة من الجميع‪ ،‬هاجر كمحاسب وأصبح ما‬
‫درجات النجاح والتقدم ن‬
‫المه�‪.‬‬
‫أصبح‪.‬‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ف‬
‫ن‬
‫‪ )5‬إن ما حققته الشخصيات اللبنانية ي� الخارج من ‪ -‬كارلوس سليم ‪ :‬أغ� رجل أعمال ي� العالم حسب‬
‫لبلوم�غ (‪ 77،5‬مليار دوالر)‪.‬‬
‫كب� نتيجة التعاون الوثيق الذي آخر تقرير‬
‫إنجازات جاء لحد ي‬
‫ب‬
‫ف‬
‫ت‬
‫يقوم ي ن‬
‫ب� أفراد الجالية ي� المغ�ب‪ .‬كذلك من المهم ‪ -‬نيقوال الحايك‬
‫ف‬
‫الحفاظ باستمرار عىل الثقة ي� المستقبل‪ ،‬هذه الثقة‬
‫المبنية عىل أساس أيمان راسخ بأن أي عمل ينجز ‪ )2‬رجــال إدارة ‪Managers‬‬
‫بدقة بالغة وانضباط وإرصار وصدق وتفاؤل‪ ،‬ت‬
‫ح� ‪ -‬كارلوس غصن‬
‫ف ي� أقىس الظروف‪ ،‬فإنه يقود المرء ال محالة إىل نجاح ‪ -‬جون ماك‬
‫ن‬
‫انطو� فاضل‬
‫‬‫أك� ف ي� المستقبل‪.‬‬
‫ب‬
‫ي‬
‫ين‬
‫المحل والقومي‬
‫الناتج�‬
‫‪ II‬إسهام هذه الجاليات ف ي�‬
‫ي‬
‫‪ )1‬إن القيمة االقتصادية المضافة المهمة المحققة‬
‫ين‬
‫اللبناني� ف ي� الخارج تجعل من الناتج‬
‫من قبل‬
‫أ‬
‫ش‬
‫جمال ‪ PNB‬المؤ� الفضل عىل النشاط‬
‫القومي إ‬
‫ال ي‬
‫المحل‬
‫االقتصادي وهو يتجاوز بشكل الفت الناتج‬
‫ي‬
‫جمال ‪.PIB‬‬
‫إ‬
‫ال ي‬
‫‪ )2‬إن ت‬
‫ال�ابط ي ن‬
‫ب� الجاليات اللبنانية ف ي� الخارج‬
‫أ‬
‫ت ن ت‬
‫ال�‬
‫واالقتصاد الم يتجىل بتحويالت المغ� يب� ي‬
‫تناهز اليوم ‪ 8‬مليارات دوالر سنوياً‪ ،‬وتمثل نسبة‬
‫المحل‪ ،‬وهي إحدى أعىل‬
‫‪ %20‬من حجم االقتصاد‬
‫ي‬
‫النسب ف ي� العالم‪.‬‬
‫ب� إىل الوطن أ‬
‫‪ )3‬إن تحويالت ت‬
‫المغ� ي ن‬
‫الم أثبتت عىل‬
‫أنها مطردة الطابع وتستحوذ الصدارة ف ي� قائمة بنود‬
‫حركة أ‬
‫الموال الوافدة إىل لبنان كل سنة‪.‬‬
‫‪ )4‬إن هذه التحويالت تشكل بالنسبة إىل لبنان‬
‫ن‬
‫الوط� بحيث‬
‫إيراداً سنوياً داعماً باستمرار لالقتصاد‬
‫ي‬
‫تشكل هذه التحويالت بالنسبة إىل لبنان ما تشكله‬
‫اليرادات النفطية بالنسبة للبلدان الخليجية مع‬
‫إ‬
‫فارق المقاييس من حيث الحجم‪.‬‬
‫ت‬
‫ين‬
‫المغ� ي ن‬
‫ب�‬
‫‪ )5‬عرض جدول تحويالت‬
‫‪ )3‬رجــال علـــم‬
‫اللبناني� ‪ IV‬أبرز النجاحات اللبنانية ف ي� الخارج‬
‫ن‬
‫ز‬
‫ش‬
‫اللبناني� ‪: per capita‬‬
‫السنوية مو ّزعة عىل عدد‬
‫الع�‬
‫ال�وفسور شارل‬
‫ي‬
‫تم�ت الجاليات اللبنانية بأنها استطاعت أن توفق ‪ -‬ب‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ت‬
‫ن‬
‫جداول ي ّ ن‬
‫ن‬
‫ن‬
‫ال�وفسور مايكل دبغي‬
‫وب� ‪ -‬ب‬
‫ال� تحافظ عليها من جهة ي‬
‫تب� المقارنة مع دول عربية أخرى‪ ،‬ي ّ‬
‫وتب� يب� جذورها اللبنانية ي‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫‪79 | Juin 2013‬‬
‫‪78 | Juin 2013‬‬
‫‪Compte rendu de la table ronde au RDCL sur l’Adoption d’un‬‬
‫‪projet de loi sur les Sociétés par Action Simplifiée (SAS) au‬‬
‫‪Liban‬‬
‫وفعالة بالنسبة ش‬
‫الصغ�ة والمتوسطة من‬
‫لل�كات‬
‫ي‬
‫ف‬
‫خالل ادخال قانون لنوع ال ‪ SAS‬ي� برنامج إصالح‬
‫ن‬
‫اللبنا� المقرر أو من خالل ش‬
‫قانون التجارة‬
‫م�وع‬
‫ي‬
‫أ‬
‫توف� التوجيه‬
‫مستقل لترسيع اقراره‪ .‬أنه لمر‬
‫أساس ي‬
‫ي‬
‫الصغ�ة والمتوسطة قبل النظر‬
‫الهيكل للمؤسسات‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ث‬
‫ت‬
‫ال� أثبت أنها أك� تكلفة‬
‫ي� برامج الحوافز التقليدية ي‬
‫ولها عموما آثارا ال تدوم طويال‪.‬‬
‫أشكركم مرة أخرى عىل حضوركم القيم‪ ،‬وأترك النآ‬
‫ّ‬
‫ال�وفسور إبراهيم نجار‪.‬‬
‫الكلمة‬
‫لمعال الوزير ب‬
‫ي‬
‫ال�وفسور ابراهيم نجار‬
‫ثم بدأ الوزير السابق ب‬
‫محا�ض ته موجهاً التهنئة لتجمع رجال أ‬
‫العمال‬
‫ّ‬
‫ين‬
‫اللبناني� عىل الحراك المستمر الذي يقوم به من‬
‫التجمع ورئيسه ف ي� المنتدى‬
‫اجل تثبيت وتأكيد فاعلية ّ‬
‫االقتصادي‪.‬‬
‫تبوأ وزارة العدل‬
‫ّ‬
‫وتحدث نجار عما قام به عندما ّ‬
‫ين‬
‫لتأم� حاجات القطاع الخاص وتسهيل كل ما يمكن‬
‫أن يخدم المصلحة العامة ف ي� القطاع الخاص الذي‬
‫هو قلب لبنان النابض ولواله لما كانت هناك دولة‪.‬‬
‫وعىل هذا القطاع تقوم كل المحاوالت لبناء الدولة‪.‬‬
‫وقال‪ »:‬عندما كنت ف� وزارة العدل ي ّ ن‬
‫تب� يل أن هناك‬
‫ي‬
‫أمور يجب تحديثها بدءاً من ن‬
‫الب� التحتية ‪ ،‬القضاء‬
‫ين‬
‫ين‬
‫قل�‬
‫والقوان�‪ .‬وتحديث‬
‫القوان� هو أمر يعز عىل ب ي‬
‫أل ن‬
‫ن� ابن ثقافة قانونية وجدت أن هناك ثالث أمور ‪:‬‬
‫ي‬
‫‪ -1‬قانون الموجبات والعقود الذي هو أ‬
‫الساس الذي‬
‫ننطلق منه‪.‬‬
‫ت‬
‫‪ -2‬قانون التجارة الذي اصابه ال� ّهل‪.‬‬
‫‪ -3‬قانون العقوبات الذي أصابه �ش ي ء من الشيخوخة‬
‫كب� من الجرائم ال ينص عليها وال سيما بعض‬
‫وعدد ي‬
‫القضايا االقتصادية‪.‬‬
‫ف‬
‫يب�وت‪ ،‬ي� ‪ 24‬أيار ‪2013‬‬
‫نظّم تجمع رجال أ‬
‫ين‬
‫اللبناني� برئاسة الدكتور‬
‫العمال‬
‫ّ‬
‫فؤاد زمكحل طاولة مستديرة مع الوزير السابق‬
‫ال�وفسور ابراهيم نجار حول «اعتماد ش‬
‫م�وع‬
‫ب‬
‫قانون ش‬
‫لل�كات المساهمة المبسطة (‪ )SAS‬ف ي�‬
‫التجمع‬
‫الدارية وعضاء‬
‫لبنان»‪ ،‬بحضور الهيئة إ‬
‫ّ‬
‫للتجمع وحشد من رجال أ‬
‫والقانوني�‪.‬ن‬
‫العمال‬
‫ي‬
‫ّ‬
‫ّ‬
‫استهل االدكتور فؤاد زمكحل الطاولة المستديرة‬
‫�ض‬
‫ن‬
‫بالمشارك� والحا ين‪،‬‬
‫بكلمة ّرحب بها‬
‫ي‬
‫ال�وفسور نجار بعمق عىل تنقيح‬
‫وقال ‪ »:‬عمل ب‬
‫ن‬
‫وتحس� البيئة القانونية فضال عن‬
‫قانون التجارة‬
‫ي‬
‫القوان� المتعلقة أ‬
‫ين‬
‫بالعمال‪.‬‬
‫العديد من‬
‫ف‬
‫قبل الخوض ي� تفاصيل مبادرتنا‪ ،‬ان وجودنا هنا‬
‫اليوم هو رسالة واضحة ورصيحة للقول بصوت‬
‫عال أن مهما يجري حاليا عىل الساحة السياسية‬
‫أ‬
‫ن‬
‫اللبنا� بشكل‬
‫والمنية‪ ،‬يتابع القطاع الخاص‬
‫ي‬
‫ين‬
‫تحس�‬
‫مستقل طريقه الخاص‪ ،‬ساعيا وهادفا إىل‬
‫بيئته أ‬
‫العمال المحلية من أجل النمو والتطور بشكل‬
‫مستمر ومستدام‪ .‬هدفنا ودافعنا هو أن نكون‬
‫ين‬
‫أساس وجدي عىل‬
‫دؤوب� وأن نركز ونعمل بشكل أ ي‬
‫كل ما من شأنه أن يساعد بيئة العمال‪ ،‬ويسهل‬
‫والجراءات من أجل تحقيق معدالت نمو‬
‫المعامالت إ‬
‫المحل الذي هو هدفنا‬
‫عالية شل�كاتنا واقتصادنا‬
‫ي‬
‫أ‬
‫أ‬
‫خ�‪.‬‬
‫الول وال ي‬
‫خالل االجتماع االسبوع ض ف‬
‫الكب�‪،‬‬
‫الما� ي� الرساي ي‬
‫ي‬
‫شدد وزير االقتصاد عىل أن الحكومة اللبنانية تقوم‬
‫لتحس� بيئة أ‬
‫بإعداد خطة ت‬
‫ين‬
‫العمال‬
‫اس�اتيجية‬
‫ف‬
‫الصغ�ة والمتوسطة ي� لبنان‪.‬‬
‫للمشاريع‬
‫ي‬
‫ش‬
‫من جانبنا‪ ،‬نحن نؤمن حقا أن تأسيس �كات‬
‫مساهمة مبسطة (‪)SAS‬سوف يسهل إنشاء وتطوير‬
‫ونمو ش‬
‫الصغ�ة والمتوسطة ف ي� لبنان‪.‬‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫ان ش‬
‫الصغ�ة والمتوسطة هي منظمات‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫المحل‬
‫تتأثر بمختلف العوامل الخارجية (االقتصاد‬
‫ي‬
‫والقليمي‪ ،‬الحواجز التجارية‪ ،‬هيكل التكاليف والبيئة‬
‫إ‬
‫القانونية بشكل عام)‪ .‬فإن عىل أي طموح مستدام‬
‫لتحس� بيئة أ‬
‫ين‬
‫العمال ش‬
‫الصغ�ة والمتوسطة‬
‫لل�كات‬
‫ي‬
‫أن يأخذ ي ن‬
‫بع� االعتبار مختلف العوامل وآثارها عىل‬
‫ش‬
‫المبا� أو يغ�‬
‫نمو هذه المؤسسات‪ .‬وراء الدعم‬
‫ش‬
‫المبا� ومبادرات المعامالت المختلفة‪ ،‬تحتاج‬
‫ش‬
‫الصغ�ة والمتوسطة اىل العمل ف ي� البيئات‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫ت‬
‫ال� تشجع ديناميات التنمية البناءة والسليمة‪ .‬مثال‬
‫ي‬
‫ف� ض‬
‫الما� القريب بدأت تتحول ش‬
‫الصغ�ة‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ش‬
‫والمتوسطة من �كات عائلية ‪ /‬فردية مع قدراتها‬
‫التمويلية الذاتية اىل مؤسسات خاصة تتطلب‬
‫التعاون أو جذب مختلف المستثمرين من الفئات‬
‫أ‬
‫الوىل لالزدهار والتطور‪.‬‬
‫تتطلب ش‬
‫الصغ�ة والمتوسطة الناجحة عىل‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫مختلف المراحل اىل المرونة‪ ،‬والتنقل‪ ،‬والتنفيذ‬
‫ت‬
‫ال� يكفلها‬
‫الرسيع‪ ،‬وكذلك االطمئنان عىل الحقوق ي‬
‫القانون التجاري‪.‬‬
‫عادة‪ ،‬تمر ش‬
‫الصغ�ة والمتوسطة بمراحل‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫تنمية مختلفة‪ ،‬وسوف تحتاج اىل التمويل خالل هذه‬
‫المراحل وستحتاج أيضا إىل االنفتاح نحو استثمارات‬
‫خارجية‪ .‬سوف ينتج هذا أ‬
‫المر تقلبات مؤقتة ف ي�‬
‫يز‬
‫م�ان القوى والقيمة المضافة وتوزيع تقاسم‬
‫المخاطر‪ .‬يمكن لمتطلبات أو قيود معقدة أو جامدة‬
‫الصغ�ة والمتوسطة أو ت‬
‫تأخ� تطوير ش‬
‫ح�‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫ي‬
‫كب� ترسيع خروجها من السوق‪.‬‬
‫بشكل‬
‫ي‬
‫ن‬
‫الحال مجموعة محدودة‬
‫اللبنا�‬
‫التجارة‬
‫قانون‬
‫يوفر‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ش‬
‫جدا من الخيارات القانونية لتأسيس �كات‪:‬‬
‫ش�كة محدودة المسؤولية لبنانية‪)SARL( :‬‬
‫ي ت‬
‫• صممت أساسا ش‬
‫ال� تحتاج بشكل‬
‫لل�كات‬
‫الصغ�ة ي‬
‫محدود لرؤوس أموال خارجية‬
‫• ليست مجهزة لجذب المستثمرين من الخارج عىل‬
‫طول مراحل التطوير‬
‫ين‬
‫للدائن� (ذات مسؤولية محدودة)‬
‫• ليست جذابة‬
‫أ‬
‫ن‬
‫• ليس لديها الحد الد� من الضوابط والتوازنات‬
‫وإجراءات المساءلة لجذب المستثمرين‬
‫• يتطلب أي تغي� ف� النظام أ‬
‫الساس‪ ،‬و�ف‬
‫ي‬
‫ي ي‬
‫ي‬
‫المساهمة أو أ‬
‫العمال‪ ,‬إجراءات شاقة وطويلة نسبيا‬
‫وغ� مؤكدة ومكلفة جدا‬
‫ي‬
‫• عادة هي مثالية لصاحبها ‪ /‬المدير ‪ /‬ذات مساءلة‬
‫وقيود أو ش�وط محدودة‪.‬‬
‫ش�كة مساهمة اللبنانية (‪ :)SAL‬ت‬
‫تش�ط أساسا‬
‫كب�ة نسبيا‬
‫مجلس ادارة مع مساءلة‪ ،‬ومجموعة ي‬
‫من المتطلبات ش‬
‫وال�وط من حيث تقديم التقارير‬
‫إىل السلطات العامة وتنظيم جيد من قبل قانون‬
‫التجارة‪.‬‬
‫أ‬
‫ث‬
‫حاليا‪ ،‬ان العقبات الك� صعوبة إلنشاء وتطوير‬
‫المؤسسات الصغ�ة والمتوسطة ف� بيئة أ‬
‫العمال‬
‫ي‬
‫ي‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫اللبنانية هي ناتجة عن ثالثة مصادر رئيسية‪:‬‬
‫‪ -1‬العالقة الوثيقة ي ن‬
‫ب� رأس المال والسلطة (كما‬
‫ف‬
‫حددها القانون التجاري) مما يبث الخوف ي� قلوب‬
‫رجال أ‬
‫العمال ويمنعهم من الدخول ف ي� ش�اكة مع‬
‫رأس مال خارجي ومما يفرض مفاوضات طويلة‬
‫وشاقة وغالبا ما تؤدي اىل نتيجة بناءة‪.‬‬
‫‪ -2‬القيود القانونية إلدماج االتفاقيات التعاقدية‬
‫ين‬
‫ين‬
‫المستثمرب� حيث تتم معالجة جميع‬
‫ب� مختلف‬
‫القضايا وحيث تتم حماية حقوق وبنود قابلة للتنفيذ‬
‫عىل نحو فعال‪ .‬هنا أيضاً أي اتفاق متوازن سوف‬
‫يتطلب تكييفا وبراعة وجهود شاقة طويلة ومكلفة‬
‫لذلك فان العديد من « القوى التوحيدية المحتملة‬
‫« تنىس أ‬
‫المر بسبب صعوبة وضع قاعدة تعاون‪.‬‬
‫‪ -3‬ان قيود ومتطلبات ش‬
‫ال�كات المساهمة فيما‬
‫يتعلق باحتياجات ش‬
‫الصغ�ة والمتوسطة‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫الحقيقية ال ئن‬
‫تطم� المدراء الذين لديهم مسؤوليات‬
‫كب�ة جدا تتطلب منهم جهودا ذات قيمة مضافة‬
‫ي‬
‫محدودة لتطوير وتنمية مؤسساتهم‪ .‬والمحبط‬
‫ت‬
‫أيضاً‪ ،‬هو أن ش‬
‫ال� تبدأ‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫الصغ�ة والمتوسطة ي‬
‫عىل مسار رسيع مثل ش‬
‫ال�كات المحدودة المسؤلية‪،‬‬
‫تجد الحقاً أنه من المعقد ومكلف التحول إىل نظام‬
‫ش�كة مساهمة فيعاقبون أنفسهم مع هيكل ضيق‬
‫ومحدود ف� كث� من أ‬
‫الحيان‪.‬‬
‫ي ي‬
‫نس الذي استوحى منه كلياً النظام‬
‫وضع النظام الفر ي‬
‫ن‬
‫اللبنا� والذي يستند عليه‪ ،‬مجموعته الخاصة‬
‫ي‬
‫ين‬
‫الداري للمؤسسات‬
‫من‬
‫القوان� لتسهيل العمل إ‬
‫الصغ�ة والمتوسطة مع الحفاظ عىل مستوى مقبول‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ف‬
‫ن‬
‫من المرونة ي� العالقات يب� مختلف الطراف‪.‬‬
‫يمكن ش‬
‫الصغ�ة والمتوسطة ف ي� فرنسا العمل‬
‫لل�كات‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ن‬
‫ش‬
‫القانو� ل�كة مساهمة‬
‫بشكل مالئم ي� إطار الهيكل‬
‫ي‬
‫ن‬
‫ث‬
‫قانو� أك� تكيفا مع‬
‫مبسطة (‪ )SAS‬وهو إطار‬
‫ي‬
‫احتياجاتهم ومجهز لمعالجة جميع تساؤالتهم‪.‬‬
‫تحتاج الحكومة اللبنانية إللقاء نظرة عىل قسم‬
‫ال ‪ SAS‬القائم والذي تم اختباره ف ي� فرنسا (حيث‬
‫الصغ�ة والمتوسطة مع هيكل‬
‫انخفضت المشاريع‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ش�كة مساهمة من ‪ ٪40‬ي� عام ‪ 2000‬إىل ‪ ٪10‬بعد‬
‫خمس سنوات من إدخال هياكل ال ‪.).SAS‬‬
‫يمكن للحكومة اللبنانية اتخاذ إجراءات مفيدة‬
‫التصدي لهذه المداميك الثالثة ووضع‬
‫فكان ال بد من‬
‫ّ‬
‫وتب� أن أ‬
‫هيكلية قانونية‪ ،‬ي ن‬
‫السس الثابتة والرئيسية‬
‫يسمى ش‬
‫بال�كات موجودة خالفاً لما يشاع ف ي�‬
‫لما ّ‬
‫أ‬
‫ش‬
‫قانون الموجبات والعقود ‪� :‬كات الشخاص‪،‬‬
‫وال�كات المساهمة‪ ،‬ولم يكن ف� ض‬
‫الما� ش‬
‫ش‬
‫ال�اكة‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ت‬
‫ال� تم إنشاؤها ي� الستينات‪».‬‬
‫المحدودة ي‬
‫وتابع نجار ‪ »:‬عدنا اىل جذور هذا الموضوع �ف‬
‫ي‬
‫قانون الموجبات والعقود والّفنا لجنة من كبار‬
‫ين‬
‫القانوني�‪ ،‬وبعد اجتماعات عدة وضعنا ش‬
‫م�وع‬
‫تحديث قانون الموجبات والعقود ومن ضمنه قانون‬
‫ش‬
‫ال�كات‪ ،‬وهو بات قيد التداول وموضع مناقشة‪.‬‬
‫ش‬
‫وكان من نصيب م�وع تحديث النصوص المتعلّقة‬
‫م�وع قانون عن ش‬
‫بال�كات ش‬
‫ش‬
‫ال�كات المساهمة‬
‫المبسطة والبسيطة‪».‬‬
‫ّ‬
‫ش‬
‫وأشار نجار اىل أن هذا الم�وع وضعته لجنة‬
‫ين‬
‫محام� وقضاة واساتذة‬
‫من رجال القانون تضم‬
‫نس‪،‬‬
‫جامعات‪ ،‬وهو قانون مختلف عن القانون الفر ي‬
‫وأكّد أن عام ‪ 2012‬تم إنشاء ‪ 7302‬ش�كة مساهمة‬
‫مبسطة أو بسيطة مقابل ‪ 201‬ش�كة مساهمة عادية‪،‬‬
‫ّ‬
‫مما يعطي انطباعاً عن مدى الحاجة اىل مثل هذا‬
‫ال�كات والتجاوب مع العمل ش‬
‫النوع من ش‬
‫الت�يعي‪،‬‬
‫إذ أن أول نص صدر ف� فرنسا عام ‪ 1994‬ن‬
‫والثا� ف ي�‬
‫ي‬
‫ي‬
‫العام ‪ 1999‬ض‬
‫ال�كات المبسطة ت‬
‫ق� بإيجاد ش‬
‫ال�‬
‫ّ‬
‫ي‬
‫تقوم عىل شخص واحد‪ .‬وقد القت هذه ش‬
‫ال�كات‬
‫رواجاً عظيماً‪.‬‬
‫الم�وع اللبنا�ن‬
‫وأعلن نجار أن ثمة فروقات يب�ن‬
‫ش‬
‫ي‬
‫والقانون الفرنس‪ ،‬ألن أ‬
‫الخصائيون وجدوا أن ال‬
‫ي‬
‫نعمل الرأسمال ش‬
‫المبسطة دوالراً واحداً‪،‬‬
‫لل�كة‬
‫ّ‬
‫ف‬
‫و� لبنان ثمة قيود ال تت�ك الحرية إلنشاء ش�كات‬
‫ي‬
‫ت‬
‫ال� تتطلّب رقابة‬
‫مالية (مصارف ضمان والوساطة) ي‬
‫معينة‪ .‬كما أن للبنان تجربة مريرة بموضوع ش‬
‫ال�كات‬
‫ت‬
‫ال� تقترص عىل بعض القطاعت لها تراثها‬
‫ب‬
‫الك�ى ي‬
‫ف‬
‫تتغ� أسعارها‬
‫ي� الحياة االقتصادية وأسهمها ال ي‬
‫ومعظمها موضوع رصاع عىل النفوذ والسلطة‬
‫وال ثك�ية ‪ ،‬والبعض آ‬
‫أ‬
‫الخر ش�كات عائلية‪.‬‬
‫وأكّد نجار أن لبنان بحاجة اىل ش�كات سهلة التأليف‬
‫أ‬
‫ت‬
‫ال� يمكن أن تمارس‬
‫وسهلة العمال اليومية والرقابة ي‬
‫عليها وفيها‪ ،‬ش‬
‫المبسطة هي‬
‫ال�كات المساهمة‬
‫ّ‬
‫ش�كة محدودة المسؤولية ن‬
‫بمع� الشخص مسؤول‬
‫أ‬
‫ت‬
‫ال� يوظّفها وهي قائمة عىل الثقة‬
‫بحدود الموال ي‬
‫الشخصية والعالقة الفردية وحسن التعامل‪ .‬هذه‬
‫ش‬
‫ال�كة قائمة عىل مبدأ حرية التعاقد وهو أسلم من‬
‫االحتيال عىل القانون‪.‬‬
‫ن‬
‫ش‬
‫اللبنا� بقي ملتصقاً‬
‫ولفت نجار اىل أن الم�وع‬
‫ي‬
‫بالنصوص الفرنسية أ‬
‫الوىل ت‬
‫ال� صدرت عام ‪1994‬‬
‫ي‬
‫ويتـّصف بحسنات عدة تفيد ش‬
‫ال�كات وتنظّم ادارة‬
‫ش‬
‫ال�كة‪.‬‬
‫نجار اىل أن هذا ش‬
‫الم�وع موجود وتمت‬
‫وخلص ّ‬
‫ف‬
‫إحالته اىل رئاسة مجلس الوزراء ي� ‪ 14‬أيار ‪2009‬‬
‫منذ اربع سنوات تقريباً ولم يجد هذا ش‬
‫الم�وع‬
‫طريقه اىل مجلس النواب‪ .‬وليس من مانع أن يتقدم‬
‫بم�وع قانون ت‬
‫أحد النواب ش‬
‫ح� يتم إحالة هذا‬
‫الم�وع اىل لجنة الدارة والعدل النيابية لقراره �ف‬
‫ش‬
‫إ‬
‫إ‬
‫ي‬
‫الجلسة النيابية العامة‪.‬‬
‫ورأى أن لبنان يجب ان يتجاوب مع القطاع الخاص‬
‫ليكون قدوة ف ي� خلق مناخات االستثمار‪.‬‬
‫ثم دارت مناقشة عامة شارك فيها جميع الحا�ض ين‪.‬‬
‫‪Compte rendu de la participation du RDCL à la conférence‬‬
‫» ‪«Partnership between Financing and Investment‬‬
‫‪Intervention du Président du RDCL Dr. Fouad Zmokhol‬‬
‫انه لمن دواعي رسوري أن أكون معكم هذا الصباح‪.‬‬
‫وأود ان أشكر السيدة فيوليت والسيد مارون بلعا‬
‫وأيضا فرست بروتوكول (‪ )First Protocol‬لدعوتهم‬
‫أ‬
‫وبالخص لتسليطهم دائما الضؤ عىل المواضيع‬
‫ت‬
‫ال� يتم مناقشتها ف ي� المؤتمرات ذات جودة‬
‫الهامة ي‬
‫عالية عىل غرار هذا المؤتمر‪.‬‬
‫تفس� ش�اكة القطاع الخاص والعام أي‬
‫لطالما تم ي‬
‫(‪ )Private Public Partnership-PPP‬كاختصار‬
‫لكلمة‪ :‬مجهولة بالنسبة للبعض‪ ,‬كفرصة للبعض‬
‫آ‬
‫الخر‪ ,‬عىل أنها كابوس للمنددين بها ‪ ،‬أو أيضا كخيار‬
‫هيكل للقطاع‬
‫أو طريقة إدارة جديدة أو كإصالح‬
‫ي‬
‫العام ش‬
‫بال�اكة مع القطاع الخاص‪...‬‬
‫من ناحية أخرى‪ ،‬من المهم أن نلحظ أنه منذ‬
‫ن‬
‫اللبنا�‬
‫نهاية الحرب اللبنانية‪،‬شهد قطاع الخاص‬
‫ي‬
‫نموا مهما وقد تم تصديرأفكاره‪ ,‬و‪l‬عرفته وسلعه �ف‬
‫ي‬
‫جميع أنحاء العالم وعىل جميع المستويات‪ .‬ولكن‬
‫من جهة أخرى‪ ،‬شهدت ن‬
‫الب� التحتية العامة لدينا‬
‫أ‬
‫تدهورا عظيما سنة تلو الخرى ‪ .‬لقد قمنا ببناء‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫ناطحات السحاب ولكن ليس لدينا ما يكفي من قوة‬
‫ئ‬
‫كهربا� لتموينها ‪ ،‬قمنا ببناء القصور ف ي� المناطق‬
‫تيار‬
‫ي‬
‫الجبلية والقرى لكن ليس من طريق يمكن سلوكه‬
‫للوصول اليها بسهولة‪ ،‬لقد انفتحنا عىل العالم‪،‬‬
‫ولكن تواجهنا مشاكل اتصاالت السلكية والالسلكية‬
‫وغ� منتظمة ‪.....‬‬
‫ضعيفة ي‬
‫لكن حقيقة الوضع حاليا ونقولها بكل موضوعية‪,‬‬
‫ان ن‬
‫الب� التحتية لدينا هي بحالة وخيمة وتتجه‬
‫بسقطة حرة مستمرة نحو هاوية جديدة‪ .‬إذا كنا‬
‫‪Annexes‬‬
‫‪81 | Juin 2013‬‬
‫بنتائج تعود بالفائدة عىل االستقرار االقتصادي‪.‬‬
‫واعت� نحاس أن سلسلة الرتب والرواتب هي‬
‫ب‬
‫من المولضيع أ‬
‫ت‬
‫تنكب الحكومة عىل‬
‫ال�‬
‫ساسية‬
‫ال‬
‫ّ‬
‫ي‬
‫معالجتها بالتعاون مع مختلف فرقاء المجتمع‬
‫ن‬
‫مش�اً اىل‬
‫اللبنا� وخصوصاً الهيئات االقتصادية‪ ،‬ي‬
‫ي‬
‫ن‬
‫الوط� الذي‬
‫تأث� هذه السلسلة عىل االقتصاد‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ن‬
‫مال‪ ،‬توازن‬
‫يحتاج اىل ي‬
‫تأم� توازنات أساسية ‪ :‬توازن ي‬
‫نقدي‪ ،‬توازن اقتصادي وتوازن اجتماعي‪.‬‬
‫ئيس‬
‫عما ّ‬
‫ّثم ّ‬
‫تحدث الوزير نحاس ّ‬
‫تعده الحكومة هذه فوأكّد تـأييده إلعطاء القطاع الخاص الدور الر ي‬
‫ض‬
‫ت‬
‫الف�ة وال سيما عىل صعيد الرسوم وال�ائب ي� الحياة االقتصادية‪.‬‬
‫لتغطية السلسلة‪.‬‬
‫�ض‬
‫ن‬
‫ش‬
‫تأم� استقرار‬
‫وحول موضوع إ�اك القطاع الخاص‬
‫فاعت� وختم الوزير نحاس داعياً اىل ورة ي‬
‫ب‬
‫ف‬
‫ين‬
‫القوان� بدءاً من ي� السياسة االقتصادية وسحبها من التجاذبات واىل‬
‫نحاس أن هناك سلسلة من‬
‫القانون التجاري أحيلت اىل مجلس الوزراء تتعلّق عقد حوار اقتصادي لتحديد دور كل فرد من الدولة‬
‫ببيئة أ‬
‫العمال وإدارتها وتشجيع االستثمارات ن‬
‫ين‬
‫والعامل� عىل الساحة االقتصادية‪.‬‬
‫والب� والقطاع الخاص‬
‫التحتية أ‬
‫ثم دارت مناقشة عامة شارك فيها جميع الحا�ض ين‪.‬‬
‫الساسية‪.‬‬
‫‪Compte Rendu de la Visite du Président du RDCL à la‬‬
‫‪Chambre de Commerce de Tripoli‬‬
‫يب�وت‪ ،‬ف ي� ‪ 31‬أيار ‪3102‬‬
‫بيان‬
‫زيارة الدكتور فؤاد زمكحل‬
‫رئيس تجمع رجال أ‬
‫اللبناني�ن‬
‫العمال‬
‫ي‬
‫اىل غرفة التجارة والصناعة والتجارة ف ي� طرابلس‬
‫وإلتقى ف ي� مكتبه ف ي� غرفة طرابلس والشمال الدكتور‬
‫فؤاد زمكحل رئيس تجمع رجال أ‬
‫ين‬
‫اللبناني�‬
‫العمال‬
‫بحضور رجل أ‬
‫ين‬
‫الصناعي�‬
‫العمال وعضو تجمع‬
‫ين‬
‫اللبناني� عمر حالّب‪ ،‬حيث رحب به «مثنياً عىل الدور‬
‫أ‬
‫يز‬
‫المم� الذي يقوم به الخ والصديق عىل صعيد‬
‫ش�اكتنا ضمن إطار الهيئات إال‘قتصادية اللبنانية وأن‬
‫زيارته هي مصدر ت ز‬
‫إع�از لنا لما تمتاز به شخصيته‬
‫إاليجابية والمتعاونة بل الوطنية بإمتياز من مشاعر‬
‫المحبة للبنان بكل مناطقه ومدنه ولما يمتلكه من‬
‫قدرات وكفاءات وقيم ومناقبية عالية تنم عن مدى‬
‫إالندفاع الذي يدفع أخينا وصديقنا ألن يتبوأ المواقع‬
‫المتقدمة علمياً وإقتصادياً وبشكل خاص الجدارة‬
‫ال� يتمتع بها عىل نطاق تجمع رجال أ‬
‫ت‬
‫العمال‬
‫القيادية ي‬
‫ين‬
‫اللبناني�» ‪.‬‬
‫من جهته الدكتور فؤاد زمكحل رئيس تجمع رجال‬
‫أ‬
‫ين‬
‫اللبناني� أعربل عن رسوره العارم ش‬
‫وال�ف‬
‫العمال‬
‫العظيم أن يقوم بزيارة أ‬
‫الخ والصديق العزيز‬
‫ش‬
‫دبوس ف ي� غرفة‬
‫وال�يك والحليف السيد توفيق‬
‫ي‬
‫ت‬
‫ال� ليست هي فقط‬
‫الشمال وكذلك لمدينة طرابلس ي‬
‫مدينة عريقة ورئيسية تمثل بفخر بلدنا لبنان ولها‬
‫مكانتها ز ف‬
‫ن‬
‫لبنا�‪.‬‬
‫ي‬
‫اللم�ة ي� قلب كل ي‬
‫ولفت زمكحل اىل أن نزيف طرابلس هو نزيف لكل‬
‫لبنان الذي يتالم الآالمه وعندما تفقد طرابلس واحداً‬
‫من أبنائها‪ ،‬فإن كل واحد منها يفقد أخاً‪ ،‬وهو ضحية‬
‫ب� أ‬
‫لرصاع يغ� مفهوم ي ن‬
‫الخوة وليس لنا يداً فيه وال‬
‫ت‬
‫دبوس وزمكحل‪ ،‬مثنياً عىل‬
‫المش�ك للسادة‬
‫التحرك‬
‫غاية»‪.‬‬
‫ي‬
‫ت‬
‫ورأى زمكحل أن مدينة طرابلس تتمتع بكل ي ز‬
‫ال� يمكن إالستفادة منها‬
‫العلمية‬
‫والكفاءات‬
‫ات‬
‫ر‬
‫القد‬
‫ات‬
‫الم�‬
‫ي‬
‫ت‬
‫ت‬
‫وال� يضعها الدكتور فؤاد زمكحل ف ي� مضمار إالنماء‬
‫ال� منحها الرب إياها ومدها بالسبل‬
‫ي‬
‫التفاضلية ي‬
‫ئيس للنمو إالجتماعي والنهوض إالقتصادي‪.‬‬
‫والعنارص الالزمة لتكون المحرك الر ي‬
‫ين‬
‫قتصادي�‪ ،‬لذلك يمكن وينبغي أن تكون‬
‫والنماء إال‬
‫إ‬
‫أ‬
‫ً‬
‫ً‬
‫والتفاق والخوة والصداقة‪ ،‬مرفأ طرابلس‬
‫للتفاهم‬
‫ا‬
‫مثالي‬
‫ا‬
‫نمذج‬
‫إ‬
‫ومن المؤسف أن تصدر «أياد خفية» أعظم المواهب‬
‫من هذه المدينة‪ ،‬والشباب أ‬
‫دبوس وزمكحل اىل محطة أخرى ف ي� جولتهم‬
‫ال ثك� علماً والقوى وإنتقل‬
‫ي‬
‫أ‬
‫والستطالعية حيث إستقبلهما الستاذ‬
‫الشبابية البنائة وأن تستورد مشاكل العالم عىل أرضها الميدانية إ‬
‫أحمد تامر مدير مصلحة مرفأ طرابلس وأطلعهما عىل‬
‫لتسوية حسابات ال مصلحة ألحد بها»‪.‬‬
‫وأكد زمكحل أن طرابلس ليست فقط «صندوق حركة التحديث والتطوير الذي يشهده مرفأ طرابلس‬
‫بالفكار‪ ،‬ويحتوي عىل ف� المرحلة الراهنة وخصوصاً لجهة أ‬
‫غ� أ‬
‫ن‬
‫الداء المختلف‬
‫ي‬
‫بريد» ال بل هي صندوق ي‬
‫خدماتياً ونوعياً الذي يقدمه هذا ش‬
‫ال�يان إالقتصادي‬
‫إالنتاجية والكفاءة والنجاح»‪.‬‬
‫ت‬
‫ال� تقدم لكافة‬
‫الحيوي وبشكل خاص التسهيالت ي‬
‫ت‬
‫ين‬
‫المتعامل� مع المرفأ‪.‬‬
‫ش�ائح‬
‫ميقا�‬
‫لقاء‬
‫دبوس وزمكحل مع الرئيس نجيب ي‬
‫ي‬
‫ولفت تامر اىل ورشة التأهيل الشامل الذي يطال ن‬
‫الب�‬
‫ت‬
‫دبوس التحتية من ماء وكهرباء وطرقات داخلية ومستودعات‬
‫ميقا�‬
‫وإلتقى رئيس الحكومة المستقيلة نجيب ي‬
‫ي‬
‫ف‬
‫وزمكحل وحالّب ف ي� مكتبه ف ي� مدينة الميناء طرابلس وإكمال الشواغر ي� الكادرات إالدارية ش‬
‫الب�ية‪ ،‬كما‬
‫ت‬
‫ال� من شأنها يجري توسل المكننة بحيث تشمل جميع المعامالت‬
‫حيث تبادال التشاور بكافة الوسائل ي‬
‫لك تظهر مدنة طرابلس إالدارية والمالية والتجارية‪ ،‬إضافة اىل تعديل‬
‫إحداث الصدمة إاليجابية ي‬
‫ت‬
‫ال� يقدمها‬
‫بأبهى صورها الحضارية بإعتبارها حاضنة للعيش التعرفات بحيث تصبح كلفة الخدمات ي‬
‫ن‬
‫الوط� الواحد ‪ ،‬كما تطرق اللقاء اىل كيفية تقديم المرفأ خيار ال مفر منه للنقل البحري ف ي� الحوض‬
‫ي‬
‫أ‬
‫أ‬
‫ق‬
‫ش‬
‫ساس‬
‫الدعم للصادرات الزراعية بع� الخطوط البحرية من ال� ي� للبحر البيض المتوسط‪ ،.‬والهدف ال ي‬
‫خالل مؤسسة تشجيع إالستثمارات «إيدال» وإن لزم هو جعل مرفأ طرابلس مؤسسة منظمة‪ ،‬حديثة ‪،‬‬
‫ذلك أ‬
‫المر إصدار مرسوم عاجل بهذا الخصوص ديناميكية‪.‬‬
‫الك�ى وتحديداً‬
‫كما لفت توفيق‬
‫دبوس خالل مباحثاته مع الرئيس وفيما يتعلق بالمشاريع إالنشائية ب‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ت‬
‫ميقا� اىل أن حكومة ترصيف العمال ال سقف لها الرصيف الجديد بطول ‪0021‬م وبعمق ‪ 51‬م‬
‫ي‬
‫أمام إصدار المراسيم العائدة للمنفعة العامة ال وبمساحة أرض لخدمة الرصيف تبلغ ‪000006‬م‪2‬‬
‫سيما مسألة حيوية ومعيشية تهم ش�ائح واسعة من فإنها ستنقل مرفأ طرابلس حتماً اىل مصاف المر فا�ء‬
‫ين‬
‫اللبناني� وتعود بالنفع أيضاً عىل إالقتصاد الدولية بحيث يصبح موقعاً بارزاً ف ي� خريطة النقل‬
‫المصدرين‬
‫ن‬
‫البحري العالمي‪.‬‬
‫الوط�‪.‬‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ت‬
‫ميقا� ن‬
‫وال�كة ي� وأكد تامر عىل أن مرفأ طرابلس وبتعاون مع الهمة‬
‫الخ� ب‬
‫تم� ي‬
‫من جهته الرئيس نجيب ي‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫‪80 | Juin 2013‬‬
‫‪Annexes‬‬
‫الوافدين أ‬
‫ين‬
‫والمرصي� ش‬
‫مبا�ة وبشكل أسبوعي‪.‬‬
‫التراك‬
‫وأن ي ن‬
‫تدش� القاعة يستحق أن يكون حدثاً ف ي� هذه‬
‫أ‬
‫كب�ة من مرفأ‬
‫المرحلة بالذات‪ ،‬لن الحركة باتت ي‬
‫طرابلس وإليه‪ ،‬وقد ثبت للجميع أن المرفأ قادر‬
‫عىل أداء دور أساس عىل طول هذا الشاط ش‬
‫ال� ق ي�‬
‫ي‬
‫للمتوسط‪.‬‬
‫وبعد ش�وحات مستفيضة تناول تامر فيها كل‬
‫ت‬
‫ال� توفرها الخطوط‬
‫العروضات المتعلقة بالخدمات ي‬
‫البحرية المستحدثة بع� السفن المدحرجة «الرورو»‬
‫بسبب أ‬
‫الحداث المستجدة ف ي� سوريا‪ ،‬حيث بــــدأت‬
‫العبارات عملياً تنتقل من مرفأ طرابلس إىل مـــــرص‬
‫ومنـــــها إىل الدول العربية‪ ،‬ناقلة الشاحنات المحملة‬
‫معت�اً‬
‫بالبضائع وبشكل خاص الصادرات الزراعية»‪ ،‬ب‬
‫أنها خطوة متقدمة بالنــــسبة إىل مـــــرفأ طرابلس‬
‫ومعلناً أنه وخالل الـ‪ 84‬ساعة المقبلة سيبدأ العـــمل‬
‫ف ي� باخرة أخرى تمتلك إمكانيات ضخمة لنقل الشاحنات‬
‫الم�دة اىل بلدان المقصد وتبلغ قدرتها عىل إستيعاب‬
‫ب‬
‫ش‬
‫ما يقارب ‪ 531‬شاحنة وال�كة المعتمدة هي «سالم‬
‫المكر ن يا� للشحن» إالماراتية وكيلها البحري رامي قدورة‬
‫(فالكون شيبينغ)‪.‬‬
‫وخالل اللقاء مع مدير مرفأـ طرابلس أحمد تامر‬
‫ت‬
‫واللوجس� العامل ف ي� المرفأ تحدث‬
‫والفريق إالداري‬
‫ي‬
‫ف‬
‫مش�اً «اىل أننا اليوم موجودون ي� ميناء‬
‫زمكحل ي‬
‫أ‬
‫طرابلس‪ ،‬باب إنفاتاحنا البحري عىل البحر البيض‬
‫المتوسط وعىل العالم أجمعه‪ .‬ومن المؤلم أن نرى‬
‫عدم إستعمال هذه ي ز‬
‫الكب�ة‪ ،‬ذلك العمالق‬
‫الم�ة ي‬
‫والقتصادي بكامل طاقته‪ .‬بالفعل يستند‬
‫التجاري إ‬
‫ن‬
‫الوط� عىل تبادلنا التجاري مع العالم من‬
‫إقتصادنا‬
‫ي‬
‫حولنا‪ .‬ومن الجوهري إستغالل وإستثمار كل فرصة‬
‫مثل هذا الميناء التاريخي الذي يمكن أن يسمح لنا‬
‫بالتقدم والتطور الدائم»‪.‬‬
‫ولفت زمكحل خالل مداخلته بأنه ال يمكننا أن ننتىس‬
‫ين‬
‫جدودنا‬
‫الفينيقي� الذين إتبعوا المسار نفسه وجالوا‬
‫أ‬
‫ن‬
‫المب� من خشب الرز‪،‬‬
‫الناجح‬
‫بأسطولهم‬
‫العالم‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ولم يكونوا فقط تجاراً مشهورين ي� كل أنحاء العالم‪،‬‬
‫ولكنهم قاموا بتصدير الحرف أ‬
‫والبجدية اىل العالم»‪.‬‬
‫وخلص زمكحل اىل القول» من خالل هذا الميناء فإنه‬
‫وخ�تنا وثقافتنا‬
‫من واجبنا تصدير منتجاتنا ومعرفتنا ب‬
‫ونجاحنا ولكن وقبل كل �ش ي ء من واجبنا أن نصدر‬
‫أيضاً ونرسل من هنا بالتحديد رسالة سالم وأمل‪،‬‬
‫وتفاهم وأـخوة اىل العالم بأرسه»‪.‬‬
‫ت‬
‫ال� يتمتع بها والمساعي الحميدة المشكورة‬
‫العالية ي‬
‫أ‬
‫ت‬
‫دبوس قد تم‬
‫ال� بذلها الصديق الستاذ توفيق‬
‫ي‬
‫ي‬
‫مؤخراً تشغيل أربعة خطوط بحرية إىل‪ :‬تركيا‪ ،‬أ‬
‫الردن‪،‬‬
‫ت‬
‫ال� لم‬
‫مرص والسعودية‪ ،‬لنقل شاحنات‬
‫النقل بال�ي ي‬
‫ف‬
‫و� الحقيقة هي‬
‫يعد بإمكانها االنتقال بع� سورية‪ ،‬ي‬
‫ن‬
‫وأم� عام اتحاد‬
‫كب�ة بذلتها إدارة المرفأ ي‬
‫نتاج لجهود ي‬
‫دبوس مع السلطات والمراجع‬
‫توفيق‬
‫اللبنانية‬
‫الغرف‬
‫ي‬
‫المعنية لتقديم التسهيالت الكاملة المطلوبة وال�ت‬
‫ي‬
‫من شأنها أن تحمي الصادرات اللبنانية عىل اختالفها‪،‬‬
‫علماً أن مرفأ طرابلس إستطاع أن يشهد نقلة نوعية‬
‫عىل صعيد خدماته حيث إفتتح « قاعة «المحبة‬
‫والسالم»‪ ،‬الستقبال المسافرين عىل الخط البحري‬
‫ين‬
‫ين‬
‫ومرس� ف ي� تركيا‪ ،‬وكذلك المسافرين‬
‫ب� طرابلس‬
‫ف‬
‫عىل خط طرابلس بور سعيد‪ ،‬مما يساهم ي� تفعيل‬
‫حركة أ‬
‫السفار السياحية‪ ،.‬وتبلغ مساحة القاعة ‪007‬‬
‫الدول‬
‫معرض رشيد كرامي‬
‫تم� مربع‪ ،‬تضاف إليها سوق حرة بمساحة ‪ 003‬تم�‪،‬‬
‫ي‬
‫ف‬
‫و� الختام كانت جولة عىل معرض رشيد كرامي حيث‬
‫وتبعد ‪ 52‬تم�اً عن الرصيف رقم ‪ 6‬المخصص للسفن‬
‫ي‬
‫ت‬
‫ودبوس بأن‬
‫المش�ك لدى زمكحل‬
‫تولد إالنطباع‬
‫السياحية‪ ،‬وهي مجهزة بوسائل الراحة من أماكن‬
‫ي‬
‫الستالم الحقائب‪ ،‬ت‬
‫مرفقاً إ‘قتصادياً بهذه المواصفات يستدعي تضافر‬
‫واس�احة‪ ،‬وأجهزة تلفزة وتكييف‬
‫ومراحيض‪ ،‬ومكاتب أ‬
‫كافة الجهود لدى هيئات القطاع الخاص من أجل‬
‫للمن العام والجمارك ووكاالت‬
‫العمل معا عىل النهوض ليس بمعرض رشيد كرامي‬
‫السفر‪.‬أما السوق الحرة فتتضمن بضائع مختلفة‬
‫ت‬
‫الدول وحسب وإنما بكافة المرافق والمؤسسات‬
‫االلك�ونيات‪،‬‬
‫أبرزها المأكوالت‪ ،‬العطورات‪ ،‬التبغ‪،‬‬
‫ي‬
‫ف‬
‫العامة والخاصة ي� مدينة طرابلس وكل المدن اللبنانية‬
‫والحقائب‪ ،‬وهي كلها بأسعار معفية من الرسوم‬
‫أ‬
‫كب�ة وتستدعي بذل‬
‫الجمركية‪ .‬وينتظر أن تشكل قاعة المسافرين عامل‬
‫لن تحديات إالنماء إالقتصادي ي‬
‫المزيد من الجهود والقيام بمشاريع التأهيل والتطوير‬
‫لكث� من السياح‪ ،‬وأن تساهم ف ي� تنشيط الحركة‬
‫جذب ي‬
‫ف‬
‫بروح التعاضد من أجل الوصول اىل تحقيق التطلعات‬
‫وع�ه‬
‫السياحية‪ ،‬وتطوير الحركة االقتصادية ي� المرفأ ب‬
‫ف‬
‫ت‬
‫والزدهار إالقتصادي ‪.‬‬
‫إذ بات مرفأ طرابلس عىل جهوزية كاملة الستقبال‬
‫المش�كة ي� التقدم إالجتماعي إ‬
‫كلمة رئيس تجمع رجال أ‬
‫ين‬
‫العمال‬
‫اللبناني� الدكتور فؤاد زمكحل خالل زيارته اىل غرفة التجارة وميناء طرابلس‬
‫وينبغي أن تكون نموذجا مثاليا للتفاهم واالتفاق استعمال هذه ي ز‬
‫الكب�ة‪ ،‬ذلك العمالق التجاري‬
‫‪ 9‬أيار ‪2013‬‬
‫الم�ة ي‬
‫أ‬
‫أ‬
‫ن‬
‫والخوة والصداقة يب� جميع الطراف الذين واالقتصادي بكامل طاقته‪ .‬بالفعل‪ ,‬يستند اقتصادنا‬
‫ن‬
‫أنه لمن دواعي رسوري ش‬
‫و�ف عظيم أن أكون يعيشون فيها‪.‬‬
‫الوط� عىل تبادلنا التجاري مع العالم من حولنا‪.‬‬
‫ي‬
‫من المؤسف أن تصدر «ايادي خفية « أعظم ومن الجوهري استغالل واستثمار كل فرصة مثل‬
‫موجودا معكم اليوم ف ي� طرابلس!‬
‫أود ان شكر من كل قل� صديقي العزيز والزميل المواهب من هذه المدينة‪ ،‬والشباب أ‬
‫ال ثك� علما هذا الميناء التاريخي الذي يمكن أن يسمح لنا‬
‫بي‬
‫ش‬
‫توفيق‬
‫السيد‬
‫وال�يك والحليف‬
‫دبوس رئيس غرفة والقوى الشبابية البناءة وأن تستورد مشاكل العالم بالتقدم والتطور الدائم ‪.‬‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ين‬
‫التجارة ي� طرابلس‪.‬‬
‫عىل أرضها لتسوية حسابات ال يريدها أحد‪.‬‬
‫الفينيقي� اتبعوا‬
‫ال يمكننا أن ننىس أن جدودنا‬
‫ان طرابلس ليست فقط مدينة عريقة ورئيسية تمثل ان طرابلس ليست فقط «صندوق بريد « ال بل هي المسار نفسه وجالوا العالم بأسطولهم الناجح‬
‫غ� أ‬
‫المب� من خشب أ‬
‫بفخربلدنا لبنان ‪ ،‬ولكن لديها أيضا مكانة ز ف‬
‫ن‬
‫ن‬
‫بالفكار ‪ ،‬وصندوق يحتوي عىل النمو‬
‫الرز‪ ،‬ولم يكونوا فقط تجارا‬
‫ي‬
‫مم�ة ي� صندوق ي‬
‫ي‬
‫ن‬
‫لبنا�‪.‬‬
‫والنتاجية والكفاءة والنجاح‪.‬‬
‫مشهورين ف ي� كل انحاء العالم‪ ،‬ولكنهم قاموا‬
‫إ‬
‫قلب كل ي‬
‫أ‬
‫ت�ف طرابلس‪ ،‬ان كل لبنان هو الذي نز‬
‫عندما نز‬
‫ي�ف قد يكون لبنان بلد‬
‫صغ�‪ ،‬ولكنه يملك مواردا بتصدير الحرف والبجدية اىل العالم‪.‬‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ين‬
‫معها بألم‪ ...‬عندما تفقد طرابلس واحدا من ابناءها‪ ,‬متعددة‪ .‬ومن واجبنا أن نؤدي الفضل‬
‫مستعن� من خالل هذا الميناء فإنه من واجبنا تصدير‬
‫ز‬
‫اتنا‬
‫م�‬
‫كافة‬
‫فان كل واحد منا يفقد أخا‪ ،‬ضحية رصاع يغ� مفهوم بما لدينا أي استخدام واالستفادة من‬
‫وخ�تنا وثقافتنا ونجاحنا ولكن‬
‫ومعرفتنا‬
‫منتجاتنا‬
‫ي‬
‫ب‬
‫ب� أ‬
‫ين‬
‫�ش‬
‫الخوة وليس لنا يدا فيه وال أي غاية‪.‬‬
‫بأفضل السبل الممكنة‪.‬‬
‫وقبل كل ي ء من واجبنا أن نصدر أيضا ونرسل من‬
‫ت‬
‫ال� منحها الرب كل ي ز‬
‫الم�ات ها نحن اليوم موجودون ف ي� ميناء طرابلس‪ ،‬باب هنا بالتحديد رسالة سالم وأمل‪ ،‬وتفاهم وأخوة اىل‬
‫تتمتع هذه المدينة ي‬
‫أ‬
‫بالعنارص‬
‫ئيس للنمو انفتاحنا البحري عىل البحر البيض المتوسط وعىل العالم بأرسه‪.‬‬
‫الالزمة لتكون المحرك الر ي‬
‫ف‬
‫االقتصادي ي� بلدنا ولتبادلنا التجاري‪ ،‬لذا يمكن العالم أجمعه‪ .‬من المؤلم حقا أن نرى عدم‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫‪82 | Juin 2013‬‬
‫‪83 | Juin 2013‬‬
‫ولن تحقق المرجو اذا لم تتوفر الرؤى المستقبلية‪.‬‬
‫ن‬
‫اللبنا� حقق ف ي�‬
‫وقال الدردري ‪»:‬إن االق تصاد‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ث‬
‫‪ 2010‬معدالت نمو مرتفع ة أك� من ‪ 7‬ي� المئة‬
‫دون معرفة أ‬
‫السباب الحقيقية لهذه المعدالت هل‬
‫القص�ة المدى‬
‫كانت نتيجة إلجراءات مرصف لبنان‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ستهدا�‪ ،‬لم نعرف ما إذا كان سبب‬
‫ال‬
‫إ‬
‫للقراض إ‬
‫ي‬
‫هذا النمو خارجياً أم داخلياً ؟؟‬
‫أ‬
‫ال ن� أ‬
‫آ‬
‫ف‬
‫الزمة المنية ي� سوريا‬
‫ب‬
‫واعت� أن السبب ي‬
‫انعكست عىل البلدان الم ستوردة للنفط بشكل‬
‫يجا�‬
‫سل� ّسبب ارتفاع الفاتورة‪ ،‬كما ان السبب إ‬
‫ال ب ي‬
‫بي‬
‫هو زيادة التحويالت وعد د السياح والمعونات‬
‫الرسمية اىل لبنان ؟ و بسبب أ‬
‫الزمة ف ي� سوريا‬
‫يجا� وانقطعت التحويالت‬
‫انقطع هذا السبب إ‬
‫ال ب ي‬
‫العامل� أ‬
‫ين‬
‫ال ي ن‬
‫ين‬
‫واللبناني�‬
‫ردني�‬
‫وانخفضت تحويالت‬
‫ين‬
‫للستثمارات‪ ،‬مما‬
‫والسوري�‬
‫وبالتال التحويالت إ‬
‫ي‬
‫يجعل توقعاتنا ليست بأفضل للعام ‪.2013‬‬
‫وتحدث عن وظيفة التخطيط وهي هامة و�ض ورية‬
‫ّ‬
‫وتعتمدها معظم دول ال عالم لبناء اقتصادات‬
‫مش�اً اىل أن الرؤية التنموية الواضحة من‬
‫متينة‪ ،‬ي‬
‫شأنها أن تعزز فرص النمو‪.‬‬
‫أ‬
‫ت‬
‫التوسع ف ي�‬
‫واق�ح جملة من المور أهمها محاولة ّ‬
‫والستثمار وخصوصاً لدى ش�ائح ذوي‬
‫التوظيف إ‬
‫البداعي اللبنا�ن‬
‫النتاج إ‬
‫الدخل المحدود‪ ،‬ودعم إ‬
‫ي‬
‫الذي تشارك اليد العاملة اللبنانية ب ‪ 50‬اىل ‪ 60‬ف ي�‬
‫المئة ك تكتمل الحلقة‪ ،‬مما يؤدي اىل تحسن أ‬
‫الداء‬
‫ّ‬
‫ّ‬
‫ي‬
‫ض‬
‫الستثماري‬
‫النفاق إ‬
‫ي�‪ .‬إضافة اىل زيادة إ‬
‫ال� ب‬
‫ي‬
‫لتشغيل العمالة اللبنانية ف� ت‬
‫مؤكداً‬
‫ش� المجاالت‪ّ ،‬‬
‫ي‬
‫أن ال نمو للبنان دون عدالة ف ي� التوزيع‪.‬‬
‫أ‬
‫ت‬
‫ال� طرحها‪.‬‬
‫ثم عرض نماذج بيانية للفكار ي‬
‫وجرت مناقشة عامة شارك فيها جميع الحا�ض ين‪.‬‬
‫‪Compte rendu de la table ronde «Comment sauver‬‬
‫»?‪l’Economie de notre pays‬‬
‫يب�وت‪ ،‬ف ي� ‪ 28‬أيلول ‪2012‬‬
‫خ�‬
‫ب‬
‫نظّم تجمع رجال أ‬
‫ين‬
‫اللبناني� برئاسة رئيس‬
‫العمال‬
‫ّ‬
‫التجمع الدكتور فؤاد زمكحل طاولة مستديرة “كيف‬
‫ّ‬
‫يمكن إنقاذ ااقتصاد بالدنا؟ “ مع وزير إالقتصاد‬
‫والتجارة نقوال نحاس والوزير السابق روجيه ديب‪،‬‬
‫بحضور الوزير السابق الدكتور عادل قرطاس‬
‫الخب�‪ ،‬أ‬
‫القتصادي الدكتور مروان اسكندر‪ ،‬رئيس‬
‫ي‬
‫نقابة أصحاب الصناعات الورقية الدكتور فادي‬
‫الجميل‪ ،‬ي ن‬
‫أم� عام نقابة مستوردي السيارات سليم‬
‫ّ‬
‫الخب�‬
‫‪،‬‬
‫ملك‬
‫روجيه‬
‫نحاس‬
‫الوزير‬
‫مستشار‬
‫سعد‪،‬‬
‫ي‬
‫ي‬
‫االقتصادي نسيب بغ�يل وأعضاء الهيئة إالدارية‬
‫ف� التجمع‪ ،‬وحشد من رجال أ‬
‫ين‬
‫المنتسب�‬
‫العمال‬
‫ّ‬
‫ي‬
‫للتجمع‪.‬‬
‫ّ‬
‫ّ‬
‫التجمع الدكتور فؤاد‬
‫استهل اللقاء بكلمة لرئيس‬
‫ّ‬
‫زمكحل قال فيها ‪:‬‬
‫ش‬
‫المبا�ة بهذه الطاولة المستديرة دون‬
‫ال أستطيع‬
‫عرض صورة واقعية عن اقتصادنا عىل المستوى‬
‫والمحل ‪:‬‬
‫والقليمي‬
‫الدول إ‬
‫ي‬
‫ي‬
‫مبا� من أ‬
‫صحيح أننا لم نتأثر بشكل ش‬
‫الزمة المالية‬
‫ت‬
‫ال� هزت العالم قبل سنوات قليلة بفضل إالجراءات‬
‫ي‬
‫ت‬
‫وتحسب‬
‫وخ�ة ورؤية‬
‫ال� اتخذها البنك المركزي ب‬
‫ّ‬
‫ي‬
‫حاكم مرصف لبنان السيد رياض سالمه‪ .‬ولكننا تأثرنا‬
‫بشكل يغ� ش‬
‫مبا� بالركود العالمي الذي أبطأ عملنا‬
‫والتضخم الجامح العالمي الذي ال مثيل له والذي‬
‫جعل تكاليف إالنتاج وسعر االستهالك تشتعل‪.‬‬
‫والصعبة‪ .‬من المهم عدم االنقسام وعدم التهجم‬
‫ت‬
‫الذا�‪،‬‬
‫عىل بعضنا البعض وعدم اللجؤ اىل‬
‫ي‬
‫التدم� ي‬
‫وإنما بالعكس يجب ان نتكاتف جميعا ً‪ :‬الحكومة‪،‬‬
‫والقطاع الخاص‪ ،‬والنق ا بات‪ ،‬وأن نجتمع حول‬
‫لنب� معاً ت‬
‫ن‬
‫اس�اتيجية دفاعية النقاذ‬
‫طاولة مستديرة ي‬
‫تدم�ه!‬
‫اقتصادنا وتجنب ي‬
‫من ناحية أخرى‪ ،‬ال يمكننا أن نتجاهل أن لثورات‬
‫تأث�اً سلبياً عىل اقتصادنا‪ .‬ما ان‬
‫العر� أيضاً ي‬
‫الربيع ب ي‬
‫ت‬
‫انتهت االحتفاالت‪ ،‬والحماس والنشوة ح� عدنا اىل‬
‫ت‬
‫ال� كانت‬
‫الواقع ‪ :‬بطأت تجارتنا مع هذه الدول ي‬
‫تغل‪ ،‬وكذلك مع المنطقة المحيطة بها‪ .‬وقعت‬
‫ي‬
‫روؤس ولكن إالصالحات الهيكلية ستكون طويلة‪،‬‬
‫الكث� من الوقت إلعادة بناء عالقاتنا فمن يغ� المعقول ف� هذ ه ت‬
‫الف�ة المتأزمة زيادة‬
‫وسوف يلزمنا ي‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ت‬
‫ز‬
‫االقتصادية مع قادة جدد وأسواق ال تزال مضطربة‪ .‬العباء العامة‪ ،‬والوعد واالل�ام بزيادة سلسلة‬
‫الرواتب وهو أمر ال يمكن للدولة تحمله‪ .‬وال يمكن‬
‫وأخ�ا‪ ،‬أعطت الحرب السورية �ض بة قوية أخرى تمويل هذه الزيادة اال عن طريق زيادة الديون أو‬
‫ي‬
‫القتصادنا‪ .‬من جهة‪ ،‬انخفضت نسبة السواح الذين زيادة ض‬
‫ال�ائب وهما ح الن كل واحد منهما ث‬
‫أك�‬
‫ح� ‪ .٪0‬خطورة و�ض راً من آ‬
‫كانوا يمرون بع� حدودنا بال�ية‪ ،‬من ‪ %60‬ت‬
‫الخر‪.‬‬
‫تع� الحدود ت‬
‫ح� اليوم‪،‬‬
‫أما صادراتنا فهي ال تزال ب‬
‫ض‬
‫بكث�‪ .‬ان الحل السهل أي “افرض ال�ائب وادفع” (‪Pay‬‬
‫ولكنها تأخذ وقتاً أطول وتتسبب بتكلفة أعىل ي‬
‫ج�اننا‪ )Tax and ،‬هو واحد من أخطرالحلول الذي سبق له‬
‫اضافة اىل ذلك‪ ،‬تراجعت التجارة مع ي‬
‫ف‬
‫وخصوصا مع سوريا بقوة مما فسح المجال لنمو أن تسبب ي� إفالس العديد من البلدان مثل اليونان‬
‫وغ�ها ‪ ...‬ان زيادة ض‬
‫ال�ائب لتمويل العجز أو ت‬
‫ح�‬
‫كب�‪.‬‬
‫ي‬
‫للسوق السوداء بشكل ي‬
‫أ‬
‫أ‬
‫ف‬
‫ف‬
‫ن‬
‫ح� جميع الدول تخفض الجور‬
‫ي� ظل كل هذه الضغوط االقتصادية العالمية الجور العامة ي� ي‬
‫والقليمية‪ ،‬كنا نود أو نأمل الحصول عىل القليل من العامة‪ ،‬هي بحد ذاتها جريمة اقتصادية ال يمكن‬
‫إ‬
‫أ‬
‫ن‬
‫الداخل‪......‬لكن أحالمنا تصورها وال تغتفر أبدا‪.‬‬
‫كسج� عىل الصعيد‬
‫ال ي‬
‫ي‬
‫لن تصبح حقيقة هذه المرة أيضاً‪.‬‬
‫سوف تقدم هذه الزيادة ربما افائدة خيالية لبعض‬
‫ان التوترات والتشنـّجات السياسية عىل أوجها ويهتـَز موظفي القطاع العام‪ ،‬و لكن رسعان ما سوف‬
‫ويهدد نظامنا أ‬
‫ف‬
‫ال ن‬
‫و� الوقت نفسه‬
‫ُ‬
‫م� ​​ يومياً‪ .‬يحاول البعض عبثاً يمتصها التضخم الذي سي يل‪ ،‬ي‬
‫ي‬
‫وأك� اقتصادنا الضغيف آ‬
‫أك� ث‬
‫فت�اجع بنيتنا سوف تخنق ث‬
‫تصدير مشاكل العالم عىل أرضنا‪ ،‬ت‬
‫الن‪.‬‬
‫التحتية متجهة نحو المجهول‪ .‬توقعات النمو لهذا‬
‫معال الوزير‪ ،‬نحن جميعاً ندرك أن أملنا والطريق‬
‫العام مقلقة (نحو ‪ .)٪1.5‬الشارع محتقن بسبب‬
‫ي‬
‫أ‬
‫الزمة االجتماعية ت ز‬
‫الوحيد هو إعادة إحياء النمو‪ .‬اذ من خالل النمو‬
‫الم�ايدة‪.‬‬
‫معال الوزير‪ ،‬ال يجوز الخطأ ف� هذه ت‬
‫الكب� يمكن ي ن‬
‫تحس� القدرة ش‬
‫ال�ائية‪ ،‬من خالل النمو‬
‫الف�ة الحرجة‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ي‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫‪Annexes‬‬
‫الكب� يمكن تخفيف الدين العام‪ ،‬من خالل النمو‬
‫ي‬
‫الكب� يمكن زيادة إيرادات الدولة‪.‬‬
‫ي‬
‫نطلب منكم إعادة النظر ف ي� قراركم المتعلق بسلسلة‬
‫تأث� أي قرار‬
‫الرواتب والرجوع اىل البداية لدراسة ي‬
‫القص� والمتوسط​​والطويل‪.‬‬
‫اقتصادي عىل المدى‬
‫ي‬
‫ض‬
‫نطلب منكم بصوت عال سحب جميع ال�ائ ب‬
‫ت‬
‫ين‬
‫المواطن� ش‬
‫ال� ستؤثر بشكل ش‬
‫وال�كات‬
‫مبا� عىل‬
‫ي‬
‫الخاصة ‪.‬‬
‫نطلب منكم الحد من الضغط عىل القطاع الخاص‬
‫وان تقدموا لنا جميع الوسائل ض‬
‫ال�ورية إلعادة‬
‫النمو‪.‬‬
‫ن‬
‫نتم� عليكم مساعدة ش‬
‫الصغ�ة والمتوسطة‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫لتطوير وتشجيع إنشاء ش‬
‫الصغ�ة ( ‪-Micro‬‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫‪ )companies‬لخلق فرص عمل‪.‬‬
‫لماذا ال نجذب المستثمرين وتحديدا ش‬
‫ال�كات‬
‫الخاصة السورية ألخذ مقر لها ف ي� لبنان والعمل من‬
‫هنا ؟‬
‫ن‬
‫والدارة العامة‪».‬‬
‫الفلسطي�‪ ،‬الجماعات السنية اليوم تجاه سالح اجتماعي‪ ،‬إصالحي للدولة إ‬
‫ي‬
‫حزب هللا‪ .)..‬عندما تقع الواقعة‪ ،‬رسعان ما تطالب‬
‫الجماعات الدولة وتحملها المسؤولية؛ أبرز أ‬
‫المثلة‬
‫وتحدث ديب حول سلسلة الرتب والرواتب فقال‬
‫ّ‬
‫ين‬
‫ين‬
‫المخطوف�‬
‫الحديثة كان موضوع‬
‫اللبناني� ف ي� ‪»:‬إنها ليست زيادة غالء معيشة وهي الطريقة‬
‫أ‬
‫ت‬
‫سوريا‪ ،‬وعدم دفع الكهرباء والمطالبة بها‪ ،‬وعدم المثل لتحديد ولتطبيق اس�اتيجية إالدارة العامة‬
‫مجزءة حسب الحاجة ‪ :‬العرض‬
‫فعالية القطاع العام عامة ومطالبة حادة من قبل ويجب أن تكون ّ‬
‫نقابات راديكالية بزيادات يغ� مسبوقة لمعاشات والطلب ف ي� كل جانب من إالدارة‪ ،‬وضع التوظيف ‪:‬‬
‫القطاع العام‪ ..‬هذا هو التناقض ( ‪ schizophrène‬فائض أو حاجة‪».‬‬
‫‪ )Paradoxe‬السكيوزوفر نا� ف� الترصف العام ن‬
‫اللبنا�‪.‬‬
‫ي‬
‫ي ي‬
‫نحاس‬
‫أ‬
‫ف‬
‫تحدث وزير االقتصاد والتجارة نقوال نحاس‬
‫وأضاف ي� كل الظروف وكل الوقات‪ ،‬سلطة القرار ثم ّ‬
‫اللبنانية ف ي� مختنق الزجاجة‪ ،‬ألن لبنان كنظام هو فاشار اىل أنه بعد اتفاق الطائف تم تقاسم‬
‫ن‬
‫ش‬
‫بالمع�‬
‫م�وع قيد التنفيذ أي أنه ورشة دائمة وموجود ف ي� المسؤوليات مما أ ّدى اىل عدم إالستقرار‬
‫أ‬
‫أ‬
‫ن‬
‫رهق حكوماته بالشأن‬
‫لتسي� المور‪.‬‬
‫منطقة عالية التوتر‪ ..‬تُ َ‬
‫الوط� االقتصادي وفقدان الطر القانونية ي‬
‫ي‬
‫الهيكل (قانون إالنتخاب مثالً) أو طوارىء أمنية‬
‫ي‬
‫ت‬
‫ت‬
‫يغ� السياسة ال�ت‬
‫البحث‬
‫ح�‬
‫وال‬
‫صالح‬
‫لل‬
‫وقت‬
‫ال‬
‫دائمة‪،‬‬
‫وسياسية‬
‫يأ�‬
‫وزير‬
‫كل‬
‫أن‬
‫نحاس‬
‫واعت�‬
‫إ‬
‫ب‬
‫ي يّ‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ت‬
‫االس�اتجية مم‬
‫ويغ� السياسة‬
‫كتا� «لبنان اعتمدعها سلفه‬
‫ّي‬
‫الجدي فيه‪ .‬الحل هنا‪ ،‬كما أقرحته ي� ب ي‬
‫أ‬
‫يؤخر كل المور‪ ،‬لذلك أرى أن أي ش‬
‫المستقر» هو تخصيص طاولة الحوار بالشؤون‬
‫م�وع إنقاذي‬
‫ّ‬
‫أ‬
‫يز‬
‫تقرها الحكومة‪،‬‬
‫وترك� سنقوم به يجب أن تحدد له الولويات الالزمة وأن‬
‫الوطنية ب‬
‫الك�ى عىل أن ّ‬
‫أ‬
‫والقتصادية تبقى سائدة مهما حصل ومهما طرأ بشكل يدفع‬
‫خ�ة عىل الشؤون إالصالحية إالدارية إ‬
‫ال ي‬
‫أ‬
‫و إالجتماعية‪.‬‬
‫المور اىل إالستقرار‪.‬‬
‫لماذا ال نقدم أسعاراً تفضيلية ومخفـّضة عىل‬
‫ط�ان ش‬
‫ال�ق وتفتقد إدارات الدولة إىل القدرة عىل إالمكانيات‬
‫(ع� ي‬
‫جميع الرحالت القادمة اىل لبنان ب‬
‫الوسط) خالل أ‬
‫أ‬
‫ت‬
‫من‬
‫السياحة‬
‫لتعزيز‬
‫الشهر المقبلة‬
‫للصالح‪ ...‬وح� إالحصائيات‬
‫الكاملة‬
‫الخطط‬
‫عداد‬
‫ل‬
‫إ‬
‫إ‬
‫جديد ؟‬
‫الدقيقة ناقصة‪ ..‬عىل الهيئات إالقتصادية أن تكون‬
‫ف‬
‫ث‬
‫جدية أك� هنا ي� اهتمامها بهذه المواضيع مع‬
‫نعم باستطاعتنا إنقاذ اقتصادنا‪ ،‬ونحن واثقون من القطاع العام‪ .‬المشاركة ي ن‬
‫ب� العام والخاص تبدأ‬
‫أنه بامكاننا إعادة التوازن واالظهار للعالم بأجمعه هنا‪ .‬أدعو رئيس الحكومة إىل تشكيل خمس لجان‬
‫أننا نتمتع بواحد من القطاعات الخاصة أ‬
‫ال ثك� نجاحاً وطنية تعالج أهم خمس أولويات إقتصادية‪،‬‬
‫ف ي� المنطقة‪.‬‬
‫إجتماعية وأولوية إصالح مالية القطاع العام‪.‬‬
‫انه الوقت المناسب آ‬
‫الن للبدء معاً ببناء خطة انقاذ‬
‫القتصادنا‪ .‬نحن ال نبغي المواجهة وانما نسعى‬
‫صحي ومستدام‬
‫ب‬
‫وأعت� أن ال إمكانية لنمو قوي‪ّ ،‬‬
‫للتآزر بيننا جميعاً وتظافر الجهود لتخطـي هذه إال بإصالح الدولة ألنها هي صاحبة الصالحية �ف‬
‫ّ‬
‫ي‬
‫الكث� من الميادين العامة أ‬
‫المرحلة الصعبة‪.‬‬
‫الساسية للنمو دون‬
‫ي‬
‫ارموا لنا عوامات إالنقاذ المليئة بالهواء ‪ ....‬ولكن قدرة عىل القرار أو التمويل لها‪ ..‬إصالح القطاع‬
‫الترموا لنا كرات حديدية ت‬
‫ال� ال يمكنها اال أن تغرقنا! العام‪ ،‬التخصيص‪ ،‬والالمركزية ضمن إطار مراقبة‬
‫ي‬
‫ديب‬
‫جدية هي الحلول الوحيدة الممكنة ألن ال‬
‫قانونية ّ‬
‫وجود لقوى سياسية فاعلة حاملة لهكذا مشاريع‪..‬‬
‫ثم تناول الحديث الوزير السابق روجيه ديب فأشار بل أغلب القوى السياسية الحالية هي قوى «الخانة‬
‫‪ »:‬أن المشكلة ف� لبنان هي ف� عالقة الجماعات أ‬
‫الوىل» من هرم ‪ :Maslow‬أي الدفاع عن حاجات‬
‫ي‬
‫ي‬
‫المكونة مع الدولة‪ ،‬إذ أنها تنطلق بتكوينها وترصفها أ‬
‫المن والذاتية والوزن ف ي� اللعبة اللبنانية‪ ..‬مع‬
‫أ‬
‫والجتماعية‬
‫كأن الدولة يغ� موجودة لنها أخفقت غالباً بالدفاع اهتمام محدود بالمواضيع إالقتصادية إ‬
‫ين‬
‫ين‬
‫الفلسطيني�‪،‬‬
‫المسيحي� مع الوجود‬
‫عنها (مثالً‪:‬‬
‫والصالحية‪ ،‬طالباً من فخامة رئيس الجمهورية‬
‫إ‬
‫رس‬
‫ال‬
‫حتالل‬
‫ال‬
‫مع‬
‫الشيعة‬
‫ائيل والموضوع أن يدعو طاولة الحوار إىل إعالن بعبدا اقتصادي‪،‬‬
‫إ‬
‫إ‬
‫ي‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫وأشار الوزير نحاس اىل أن النمط إالقتصادي لم‬
‫عدة وحصلت استثمارات مهمة ف ي�‬
‫يتغ� منذ سنوات ّ‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ً‬
‫تغي�اً ي� الوضع بسبب‬
‫نشهد‬
‫ا‬
‫حالي‬
‫نحن‬
‫ولكن‬
‫البالد‪.‬‬
‫ي‬
‫ما يحصل حولنا‪ ،‬وسوريا تشكّل جزءاً هاماً من هذا‬
‫التغي�‪ .‬وأكّد نحاس أننا مقبلون عىل مرحلة هامة‬
‫ي‬
‫ت‬
‫التغي� إالقليمي االس�اتيجي‬
‫جداً وأساسية نتيجة‬
‫ي‬
‫الذي نشهده اليوم‪ ،‬فالمطلوب أن نحافظ عىل‬
‫أ‬
‫ت‬
‫ال� نمر بها أ ّدت‬
‫اقتصادنا وقدراتنا لن الظروف ي‬
‫اىل انخفاض التسليفات اىل حدود ‪ ،%4‬انخفاض‬
‫التصدير ‪ ،%30‬ارتفاع كلفة النقل بال�ي‪ .‬هذه‬
‫ش‬
‫تغي�ي‪.‬‬
‫المؤ�ات إن دلّت فهي تدل عىل جو ي‬
‫وأمام هذا الجو ال بد أن نعتمد خطة جديدة ترتكز‬
‫عىل ‪:‬‬
‫موحد يخفّف التجاذبات السياسية‬
‫‪-1‬كالم ّ‬
‫أ‬
‫‪-2‬قراءة واقعية للمور‬
‫‪-3‬المحافظة عىل نسبة من النمو‬
‫‪-4‬المحافظة عىل قدراتنا وتوحيد الطاقات‪.‬‬
‫وأعلن نحاس أن المرحلة الحالية تتطلّب إدارة دقيقة‬
‫أ‬
‫ت‬
‫ال�‬
‫لننا عىل ابواب االنتخابات النيابية والحكومة ي‬
‫كث�ة تعمل بكل ما لديها للخروج‬
‫مطبات ي‬
‫قطعت ّ‬
‫‪84 | Juin 2013‬‬
‫‪85 | Juin 2013‬‬
‫بها‪ ،‬خصوصاً وأن لدينا ‪ 12‬فرعاً لبنوك لبنانية‬
‫ين‬
‫والمودع� لديها‬
‫هناك‪� ،‬ض بت منطقة اليورو‬
‫ف‬
‫المرص�‬
‫أصيبوا بنكسة‪ ،‬لذلك أصبح العمل‬
‫ي‬
‫«جيوبوليتيك» ‪.‬‬
‫ف‬
‫وقال طربيه ‪ »:‬دور المصارف ي� لبنان كان دوراً‬
‫رائداً‪ ،‬ساهم ف ي� إبقاء الدولة مستقرة منذ عام‬
‫‪ 1975‬بحيث تمكّ نت من تمويل أجهزتها مما أبقى‬
‫ف‬
‫المرص�‬
‫سياس‪ .‬فالقطاع‬
‫الدولة حية ككيان‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ن‬
‫اللبنا� انقذ االقتصاد الذي هو بأزمة ليست‬
‫ي‬
‫ناتجة عن النقص بالتمويل وليس تل�اجع قدرة‬
‫من يدير المؤسسات ش‬
‫الداء‬
‫وال�كات‪ ،‬إنما بفعل إ‬
‫وبالتال اىل‬
‫السياس الذي أ ّدى اىل فقدان الثقة‪،‬‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ن‬
‫اللبنا�‪ ،‬لذلك علينا معالجة‬
‫تراجع االقتصاد‬
‫ي‬
‫كل المشكالت وليس الضغط عىل المصارف‬
‫والمطالبة بتخفيض الفوائد‪ ،‬بل بالضغط عىل‬
‫ين‬
‫للهتمام بالوضع االقتصادي‪ ،‬ألن من‬
‫السياسي� إ‬
‫يخرس ف ي� االقتصاد يخرس ف ي� السياسة»‪.‬‬
‫مولت االقتصاد ب‬
‫وأعلن طربيه أن امصارف ّ‬
‫يتحمل نخاطر حمل‬
‫‪ 44‬مليار دوالر ي‬
‫أم� يك وهو ّ‬
‫ت‬
‫ال� تعمل بظروف‬
‫الودائع ومخاطر‬
‫المؤسسات ي‬
‫أ‬
‫ف‬
‫أمنية يغ� مؤاتية نتيجة الوضاع المستجدة ي� وقال طربيه‪ »:‬ان المصارف تلعب دور الوسيط‬
‫سوريا وتنعكس عىل لبنان‪.‬‬
‫ن‬
‫ش‬
‫فعلي� عىل‬
‫واعت� طربيه أن المصارف �كاء‬
‫ي‬
‫ب‬
‫النجاح أو ض‬
‫ال�ر معاً ألن هناك تالزماً ما يب�ن‬
‫المؤسسة والمرصف‪ ،‬شارحاً أ‬
‫السباب الفعلية‬
‫الرتفاع « يب�وت رايت» (‪RATE BRR BEIRUT‬‬
‫ت‬
‫ال� يتقاضها‬
‫‪ ) REFERENCE‬ي‬
‫مش�اً اىل أن الفائدة ي‬
‫المودعون ارتفعت فضال ً عن ان المخاطر زادت‬
‫والتحويالت وخروج بعض الودائع يجعل الكتلة‬
‫محدودة وأصحابها يطلبون سعراً أعىل‪ ،‬ففي‬
‫ين‬
‫ين‬
‫الماضيت� خف النمو بالودائع واالقتصاد‬
‫السن�‬
‫معاً‪ ،‬والدولة زادت مطالبها للدين العام نتيجة‬
‫ف‬
‫ف‬
‫إضا� ‪ 4‬مليار دوالر‪.‬‬
‫العجز ي� ‪ 2013‬وهناك عجز ي‬
‫وأكّد ان الهيئات االقتصادية تحذر من أي‬
‫ن‬
‫اللبنا� وال سيما سلسلة‬
‫يدمر االقتصاد‬
‫ي‬
‫تدب� ّ‬
‫ي‬
‫ت‬
‫ال� تكلّف سنوياً ملياري دوالر‬
‫والرواتب‬
‫تب‬
‫الر‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ث‬
‫والمصارف ال تستطيع أن تعطي أك� لن ربح‬
‫ف‬
‫المرص� ف ي� ‪ 2013‬هو بحدود مليار و ‪650‬‬
‫القطاع‬
‫ي‬
‫مليون دوالر وهي ال تغطّي كلفة السلسلة سنوياً‬
‫ت‬
‫ال� تزداد سنوياً‪.‬‬
‫ّ‬
‫ومعدالتها ي‬
‫تداب� ووضع ‪2200‬‬
‫ّ‬
‫وتدخل مرصف لبنان باتخاذ ي‬
‫مليار يل�ة لبنانية تسلف بفوائد مدعومة لتغطية‬
‫مروحة كب�ةمن قروض ‪ :‬السكن‪ ،‬أ‬
‫القساط‬
‫ي‬
‫تجه�ات وغ�ها‪ ،‬أ‬
‫ز‬
‫الخطار‬
‫الجامعات‪،‬‬
‫المدرسية‪،‬‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ف‬
‫يتحملها المرصف‪ .‬أما ي� ما يتعلّق شمول الدعم‬
‫ّ‬
‫أ‬
‫للموال التشغيلية فهذا القرار يعود اىل مرصف‬
‫ت‬
‫ال� يستعمل بها‬
‫لبنان الذي يحدد التوجهات ي‬
‫الدعم‪».‬‬
‫واعت� أن أ‬
‫الموال التشغيلية ليست مهمة المصارف‬
‫ب‬
‫وبالتال التسليف المدعوم ليس لمعالجة حاالت‬
‫ي‬
‫التعرس‪ ،‬ولسنا معر ي ن‬
‫ض� ألي نكسة نقدية ألن‬
‫ّ‬
‫مرصف لبنان ساهر عىل القطاع معنا‪.‬‬
‫ن‬
‫اللبنا� وديون‬
‫وختم‪ ،‬ال نتوقّع اي انخفاض بالنقد‬
‫ي‬
‫القطاع التجاري يمكن درس كل حالة بحالتها‬
‫ف‬
‫والتفاهموالتنسيق قائمان ي ن‬
‫المرص�‬
‫ب� القطاع‬
‫ي‬
‫ولجنة الرقابة عىل المصارف وليس من أزمات‬
‫كب�ة والحاالت الموجودة عىل صعيد المؤسسات‬
‫ي‬
‫ال تشكّل أي خطورة‪.‬‬
‫ثم دارت مناقشة عامة شارك فيها جميع‬
‫الحا�ض ين‪.‬‬
‫‪Compte rendu de la table ronde «Simulation for an Economic‬‬
‫» ‪Growth Policy for Lebanon‬‬
‫ب�وت‪ ،‬ف� ‪ 19‬كانون أ‬
‫الول ‪2012‬‬
‫ي‬
‫ي‬
‫نستعد لمواجهة عام ‪2013‬؟‬
‫نظّم تجمع رجال أ‬
‫ين‬
‫اللبناني� برئاسة رئيس‬
‫العمال‬
‫ّ‬
‫التجمع الدكتور فؤاد زمكحل طاولة مستديرة‬
‫ّ‬
‫ت‬
‫يعنوان»اق�احات لخطة اقتصادية إنقاذية للبنان»‬
‫بمشاركة ضيوف ش‬
‫ال�ف الدكتور عبد هللا الدردري‬
‫مدير التنمية االقتصادية والعولمة‪ ‬ف ي� االسكوا‪-‬‬
‫خب�‬
‫االمم المتحدة‪ ،‬والدكتور مروان اسكندر‪ ،‬ي‬
‫ن‬
‫الوط�‬
‫إقتصادي ‪ -‬رئيس مجلس ادارة البنك‬
‫ي‬
‫لالئتمان ش‪.‬م‪.‬ل بحضور الدكتور شادي كرم‬
‫مستشار رئيس الجمهورية‪ ،‬نائب رئيس جمعية‬
‫ين‬
‫الصناعي� زياد بكداش وسليم سعد من جمعية‬
‫القتصادي نسيب‬
‫مستوردي السيارات‪،‬‬
‫والخب� إ‬
‫ي‬
‫ف‬
‫التجمع‪ ،‬وحشد‬
‫الدارية ي�‬
‫بغ�يل وأعضاء الهيئة إ‬
‫ّ‬
‫أ‬
‫أ‬
‫من رجال أ‬
‫بالفعل ليس بناء رسم خطط طويلة الجل لنها‬
‫العمال‪.‬‬
‫تتغ� هذه المشاريع‬
‫لن تصل إىل وجهتها اذ قد ي‬
‫ّ‬
‫تغ� المسؤولون مما يرجعنا باستمرار‬
‫استهل اللقاء بكلمة لرئيس‬
‫التجمع الدكتور فؤاد بسهولة كلما ي‬
‫ّ‬
‫إىل مربع البداية ونقطة الصفر‪ .‬ان معظم‬
‫زمكحل قال فيها ‪:‬‬
‫ف‬
‫ت‬
‫ال� أجريت من قبل هي منتجة وفعالة‪،‬‬
‫ي� ظل هذا السياق المظلم‪ ،‬كيف يمكننا أن الدراسات ي‬
‫القص�‬
‫‪-1‬خطة خالص عىل المدى‬
‫ي‬
‫ف‬
‫بالتأكيد يجب أال يكون الهدف الغرق ي� التشاؤم‬
‫المهزم انما بالعكس علينا التعامل مع أ‬
‫الزمة‬
‫بواقعية وموضوعية وبناء ت‬
‫اس�اتجية منتظمة‬
‫القص� والمتوسط​​‬
‫وخطط خالص عىل المدى‬
‫ي‬
‫لتحقيق نتائج ملموسة رسيعة وفعالة ‪ .‬يجب‬
‫علينا اللجوء إىل مبادرات يغ� مكلفة يمكن تنفيذها‬
‫برسعة لعطاء بعض أ‬
‫ال ي ن‬
‫كسج� القتصادنا‪ .‬الحل‬
‫إ‬
‫أ‬
‫ت‬
‫قص�ة الجل قائمة‬
‫الوحيد هو بناء اس�اتيجيات ي‬
‫صغ�ة قابلة للتحقيق واالكتفاء بانجاز‬
‫عىل أهداف ي‬
‫صغ�ة متعاقبة‪.‬‬
‫نجاحات ي‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫لكن تم تجميدها بانتظام وتوضع ف ي� طي النسيان‬
‫أ‬
‫لتمل قسم المحفوظات لدى الوزارات المعنية‪.‬‬
‫الصغ�ة والمتوسطة ش‬
‫‪-2‬دعم ش‬
‫وال�كات‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫الصغ�ة جدا (‪)Micro companies‬‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ث‬
‫ش‬
‫خالل هذه الوقات الحرجة‪ ،‬ال تك� عادة ال�كات‬
‫الكب�ة التوظيف وتحد من استثماراتها ف ي� انتظار‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ت‬
‫ن‬
‫ش‬
‫ح� يمكن لل�كات‬
‫مرور االعصار ال�اجعي‪ .‬ي� ي‬
‫المتوسطة وخاصة ش‬
‫الصغ�ة أن تتفاعل‬
‫ال�كات‬
‫ي‬
‫بشكل أرسع ازاء أ‬
‫وتغي� اتجاهها بسهولة‬
‫الزمة‬
‫ي‬
‫أك�‪.‬‬
‫ب‬
‫الصغ�ة هي مرنة جداً ‪:‬‬
‫ان هذه المؤسسات‬
‫ي‬
‫ان صغر حجمها‪ ،‬وطاقتها‪ ،‬وإبداعها يسمح‬
‫لها باستخراج الفرص المخفية ‪ .‬يمكن ألصحاب‬
‫هذه المشاريع الشابة خلق قيمة مضافة وفرص‬
‫عمل جديدة والتطور وتصدير أفكارهم وجذب‬
‫المستثمرين‪ .‬ال بد من دعم وتشجيع هذه‬
‫‪Annexes‬‬
‫المبادرات وضمان أ‬
‫الموال الالزمة لهم من أجل‬
‫البقاء واالستمرار والتطور والنمو‪ .‬ال بد من إنشاء‬
‫صناديق للتمويل‪ ،‬وليس فقط لالستثمار‪ ،‬ولكن‬
‫أيضا وخصوصا لتمويل رأس المال الجاري بتكلفة‬
‫صغ�ة جدا من خالل مساعدتها عىل تسديد‬
‫ي‬
‫ديونها ودعم تكاليفها‪ ،‬ومواكبتها ف ي� اجتياز هذه‬
‫ت‬
‫الف�ة الصعبة‪.‬‬
‫ت‬
‫المغ� ي ن‬
‫ب�‬
‫‪-3‬اعادة احياء قطاع السياحة وجذب‬
‫ين‬
‫اللبناني�‬
‫كب�ا من السياح‬
‫من ناحية أخرى‪ ،‬فقدنا جزءا ي‬
‫لدينا‪ .‬اختفى بالطبع الزوار الذين كانوا يدخلون‬
‫ال�ية السورية‪ ،‬أما بقية‬
‫إىل بلدنا بع� الحدود ب‬
‫السياح العرب الذين كانوا يزورونا جوا فانهم آ‬
‫الن‬
‫مهددين من قبل “جماعات مسلحة” يتم تحريكها‬
‫بالخيطان مثل الدمى ‪ .‬انه لواجب ن‬
‫وط� عىل‬
‫ي‬
‫قادتنا من جميع أ‬
‫الطراف أن يوظفوا كل جهودهم‬
‫لجلب السياح العرب عىل أرضنا من جديد وضمان‬
‫سالمتهم ي ن‬
‫وتأم� االستقرار الالزم‪.‬‬
‫ف‬
‫و� موازاة ذلك‪ ،‬ألن ي ن‬
‫يح� الوقت المناسب إلعادة‬
‫ي‬
‫ت‬
‫بناء عالقاتنا ت‬
‫ين‬
‫المغ� ي ن‬
‫اللبناني�؟‬
‫ب�‬
‫االس�اتيجية مع‬
‫وفعالة جداً‬
‫يمكن اعتماد فكرة يغ� مكلفة للخزينة ّ‬
‫الشهر الثالثة أ‬
‫اال وهي ان نقدم لهم خالل أ‬
‫الوىل‬
‫من عام ‪ 2013‬خصومات بنسبة ‪ ٪50‬لجميع‬
‫الرحالت الجوية إىل لبنان وتنظيم رحالت خاصة‬
‫وغ� مكلفة من البلدان ذات الكثافة اللبنانية‬
‫ي‬
‫ت‬
‫(ال�ازيل‪ ،‬أس�اليا‪ ،‬أفريقيا‪ .)......‬إذا زار‬
‫العالية ب‬
‫ف‬
‫ت‬
‫ن‬
‫‪ ٪10‬من المغ� يب� لبنان مرة ي� السنة‪ ،‬فسيكون‬
‫كب� من‬
‫بكث� وسنجد حال لجزء ي‬
‫اقتصادنا أفضل ي‬
‫مشاكلنا‪.‬‬
‫�ض‬
‫داخل‬
‫ي� أ ي‬
‫ف‪-4‬اصالح ب ي‬
‫ي� ظل هذه الزمة االقتصادية واالجتماعية‬
‫المأساوية‪ ،‬يكون من المستحسن عدم ت‬
‫ال� ي ز‬
‫ك� فقط‬
‫ين‬
‫الموظف� ولكن أيضا عىل تكاليفم‬
‫عىل مدخول‬
‫ت‬
‫وال� تحول دون‬
‫اليومية دون أي دعم من الدولة‪ ،‬ي‬
‫تقدمهم‪.‬‬
‫الفوات� المزدوجة المتكررة‬
‫فالذي يخنقهم هو‬
‫ي‬
‫للكهرباء‪ ،‬والمياه‪ ،‬واالتصاالت والصحة والتعليم‬
‫والنقل ‪...‬‬
‫بغية زيادة قدرتهم ش‬
‫ال�ائية ومستوى المعيشة‬
‫ك� ف� المقام أ‬
‫ت ز‬
‫الول عىل‬
‫لديهم ال بد من ال� ي ي‬
‫ض‬
‫وغ� ال�ورية‪ .‬عىل‬
‫تكاليفهم يغ� المنتجة ي‬
‫سبيل المثال إعادة وضع هيكلية المدارس العامة‬
‫ين‬
‫وتحس� مستواها‪ ،‬ومراقبة أسعار مولدات الكهرباء‬
‫ف� أ‬
‫الحياء وإعادة تنظيم وسائل النقل العام ‪....‬‬
‫ي‬
‫خالل هذه ت‬
‫الف�ة الحرجة من النمو االقتصادي‬
‫البطيء والضعيف‪ ،‬فإنه يغ� وارد زيادة ض‬
‫ال�ائب‬
‫بل انها جريمة اقتصادية ال تغتفر‪ .‬واتخاذ مثل هذا‬
‫القرار سيساهم بشكل مأساوي ف ي� زيادة الضغوط‬
‫وال�كات‪ ،‬وسيقلل ث‬
‫أك� من النمو أما بالنسبة للعجز ف� ي ز‬
‫ين‬
‫المواطن� ش‬
‫م�ان المدفوعات فرأى‬
‫عىل‬
‫ي‬
‫أ‬
‫أ‬
‫وبالتال ستكون نتائجه مخالفة لهدافه لنه سوف اسكندر أنه ال يمكن معالجته إال ّ عن طريق إصدار‬
‫يقلل يمن أ‬
‫سندات خزينة بقيمة ‪ 5000‬مليون دوالر بفائدة ‪6‬‬
‫وبالتال من عائدات الدولة‪.‬‬
‫الرباح‬
‫ي‬
‫ف ي� المئة لمدة خمس سنوات ش�ط استقطاب قسم‬
‫يجب عىل أي إصالح �ض ي� أن يبدأ ف� أ‬
‫الولوية ملحوظ ف� الخارج لتعزيز وضع ي ز‬
‫م�ان المدفوعات‬
‫ي‬
‫ي‬
‫بي‬
‫بإعادة بناء هيكلية كاملة لمصاريف الدولة ت‬
‫ين‬
‫وتمك� أصحاب هذه السندات من تحويلها اىل‬
‫ال�‬
‫ي‬
‫التفك� أسهم ف� محطات الكهرباء ت‬
‫ال� تحول اىل ش�كات‬
‫يجب ان تدرس كيفية تخفيض تكلفتها‪ ،‬قبل‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ئ‬
‫حولنا هذا الدين اىل‬
‫وغ� مدروس‪.‬‬
‫ف ي� زيادة العائدات بشكل‬
‫عشوا� ي‬
‫خاصة‪ .‬وبذلك نكون قد ّ‬
‫ي‬
‫مساهمة وخالل ثالث سنوات من استعمال الغاز‬
‫‪-5‬بناء ش�اكات وجذب رجال أ‬
‫ين‬
‫المسيل للقطاع العام والقطاع الخاص يكون‬
‫السوري�‬
‫العمال‬
‫ّ‬
‫متم�ة الوفر ‪ 3‬مليارات وخالل ي ن‬
‫وأخ�ا‪ ،‬من المهم ومن المثمر بناء اتفاقيات ي ز‬
‫سنت� يمكن تغطية الدين‬
‫ي‬
‫ش‬
‫مع �كات القطاع الخاص السورية وجذب هؤالء وفائدته‪.‬‬
‫المستثمرين أو رجال أ‬
‫العمال النشاء صناعاتهم‪،‬‬
‫وتجارتهم‪ ،‬وأعمالهم‪ ...‬ف ي� ومن لبنان‪ .‬يمكن وأشار اسكندر اىل أن معالجة موضوع الرتب‬
‫الكب�ة السورية االنتقال برسعة اىل هنا والرواتب تبدأ بتخفيض أعداد المعل ي ن‬
‫ّم� بنسبة ‪52‬‬
‫للمصانع ي‬
‫أ‬
‫ف‬
‫واالستقرار ف ي� مناطقنا الريفية بدال من التوجه اىل ي� المئة خصوصاً وأن نسبة الساتذة عىل التالميذ‬
‫االردن ومرص واالمارات العربية المتحدة‪ ...‬هذه ف ي� المدارس الخاصة ‪ .1/51‬وكذلك إلغاء بعض‬
‫المبادرة قد تساعد عىل الحد من معدل البطالة المؤسسات الرسمية ‪ :‬السكك الحديد‪ 0041 ،‬محرر‬
‫ف‬
‫ف‬
‫العالم‪ ،‬عندها تغطّى سلسلة الرتب‬
‫لدينا واعادة احياء نمونا ي� جميع أنحاء البالد‪ .‬ي� وزارة إ‬
‫متخصص� ف� الفرص الضائعة‪ ،‬ن‬
‫ن‬
‫نتم� والرواتب‪.‬‬
‫ان قادتنا‬
‫ي ي‬
‫ف‬
‫عليهم اال يدعوا مرة أخرى فرصة ي� متناول اليد‬
‫وختم اسكندر ان خفض كلفة الكهرباء وخفض‬
‫تفوتهم ‪...‬‬
‫ت‬
‫يأ� من إنشاء مصفاة حديثة للمشتقّات‬
‫الغاز ي‬
‫لتوف� ‪ 600‬مليون دوالر‪ ،‬وإذا لم نقم‬
‫وتحدث الدكتور مروان اسكندر عن المشكالت النفطية ي‬
‫ّ‬
‫اللبنا� وهي ‪ :‬بهذه أ‬
‫ن‬
‫ن‬
‫ت‬
‫المور ولم نحسن استعمال المياه‪ ،‬البلد ال‬
‫قتصاد‬
‫ال‬
‫منها‬
‫يعا�‬
‫ال�‬
‫ئيسية‬
‫الر‬
‫إ‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ز‬
‫العجز المستمربالموازنة‪ ،‬عجز يم�ان المدفوعات مستقبل لها‪ ،‬وإذا تحقق ذلك يكون مستقبل بلدنا‬
‫للسنة الثانية‪ ،‬ارتفاع نسبة البطالة‪ ،‬إنحسار قدوم آمناً‪.‬‬
‫الزوار العرب فهم معنيون باالستثمارات ف ي� لبنان‬
‫ت‬
‫تحدث الدكتور عبدهللا الدردري عن الوضع‬
‫يأ� للراحة واالستجمام‪ .‬ي‬
‫السل� ثم ّ‬
‫ومنهم من ي‬
‫التأث� ب ي‬
‫أ‬
‫ف‬
‫ن‬
‫للوضاع القائمة ي� سوريا بالنسبة للصادرات االقتصادي‬
‫اللبنا� من وجهة نظره الشخصية‬
‫ي‬
‫بواسطة الشاحنات للسياحة ف ي� لبنان دورياً‪،‬‬
‫مش�اً اىل ان ليس هناك إطار مرجعي يمكن الركون‬
‫ي‬
‫قص�ة المدى دون تطور‬
‫التش ّنج إ‬
‫الجتماعي الناتج عن المطالبة بزيادة اليه إلقرار إجراءات ي‬
‫ت‬
‫ً‬
‫الرواتب والمعاشات وارتفاع أسعار السلع بنسبة اس�اتيجي متكامل‪ ،‬خصوصا أن لبنان يستحق‬
‫سياسة اقتصادية شاملة نظراً لموقعه وموارده‬
‫‪ 6,10‬ف ي� المئة‪.‬‬
‫ش‬
‫القص�ة المدى لم ترق‬
‫الجراءات‬
‫ثم طرح اسكندر المعالجة الالزمة‪ ،‬ففي موضوع‬
‫الب�ية‪ ،‬وكل إ‬
‫ي‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫عجز ي ز‬
‫الم�انية فأن نصفه يعود اىل دعم الكهرباء‪،‬‬
‫ف‬
‫ين‬
‫ش‬
‫معمل� ي� الشمال‬
‫المبا�ة فوراً ببناء‬
‫لذلك نرى أن‬
‫والجنوب بقوة ‪ 2400‬ميغاوات وربطهما بخط غاز‬
‫لتخفيف وفر ب ‪ 60‬ف ي� المئة من اكالف الوقود‪.‬‬
‫قص�ة‪ ،‬لذلك علينا‬
‫وهذا ال يحصل خالل تف�ة ي‬
‫است�اد الغاز‬
‫أخذ إجراءات لتخفيف العجز‪ ،‬كما أن ي‬
‫ن‬
‫ت‬
‫محط� البارد والزهر يا� ينتج‬
‫المسيل واستعماله ف ي�‬
‫ّ‬
‫ي‬
‫عنه وفر ‪ 600‬مليون دوالر سنوياً‪.‬‬
‫‪Annexes‬‬
‫‪87 | Juin 2013‬‬
‫‪Mot d’ouverture du Président du RDCL au dîner de Gala du 9‬‬
‫‪Novembre 2012‬‬
‫كلمة الدكتور فؤاد زمكحل‬
‫ض‬
‫معال الوزراء والسعادة‪،‬‬
‫ح�ات ي‬
‫ئ‬
‫ض‬
‫زمال� رؤساء الهيئات االقتصادية‪،‬‬
‫ح�ات ي‬
‫أ‬
‫ض‬
‫ين‬
‫اللبناني�‪,‬‬
‫ح�ات رجال وسيدات العمال‬
‫أ‬
‫أ‬
‫ايها الصدقاء العزاء‪,‬‬
‫أنه لمن دواعي رسوري أن نكون الليلة هنا معا‪.‬‬
‫ن‬
‫منذ عدة أسابيع والبعض‬
‫يسأل� يوميا إذا كنا‬
‫سنلغي أو نؤجل هذا الحدث‪ .‬ي كنت أعطي �ف‬
‫ي‬
‫كل مرة الجواب نفسه‪ :‬لن يتم إلغاء أو تأجيل‬
‫هذا الحدث‪ .‬عىل الرغم من حزننا‪ ،‬وقلبنا الذي‬
‫الوضاع أ‬
‫ي�ف وغضبنا ازاء أ‬
‫نز‬
‫اللمنية واالجتماعية‬
‫واالقتصادية الجارية ‪ ،‬علينا االستمرار للبقاء‪ ،‬اذ‬
‫محكوم علينا أن نقاوم بأسلحتنا االقتصادية‪ ،‬وان‬
‫نواجه مشاكلنا دون االنحناء أو الغرق ف ي� الكآبة!‬
‫وجودنا هنا اليوم رسالة واضحة للجميع‪ :‬عىل‬
‫ت‬
‫ال� تخيم عىل‬
‫الرغم من الغيوم السوداء أ ي‬
‫ين‬
‫اللبناني�‬
‫اقتصادنا‪ ,‬ما زال وسيبقى رجال العمال‬
‫موحدين تحت ألوان بالدهم مع ثالثة أهداف‬
‫مجتمعة ومتشابكة‪ :‬النمو االقتصادي‪ ،‬النجاح‬
‫المستمر والمثابرة الدائمة‪.‬‬
‫ن ف‬
‫و� كل مرة‪ ،‬ال‬
‫لقد استمعنا للتو لنشيد نا‬
‫الوط� ي‬
‫ي‬
‫ن‬
‫ن‬
‫عي� وأتخيل بلدنا العظيم‬
‫يسع� اال أن أغمض ي‬
‫ي‬
‫كما ينبغي أن يكون بفضل مزاياه المتعددة‪ :‬بلد‬
‫السياحة الدولية‪ ،‬البلد المنتج للموارد الطبيعية‪،‬‬
‫باالد الرائد عىل مستوى أ‬
‫الفكار واالبتكار‪ ,‬بلد‬
‫الذوق والرفاهية‪ ،‬البلد المصدر للمعرفة والثقافة‪،‬‬
‫وبلد النخبة! لكن‪ ،‬أ‬
‫وللسف‪ ،‬اننا نستورد مشاكل‬
‫العالم عىل أرضنا بينما نحفر حفرنا بأيدينا قبل‬
‫أن نقع بها !‬
‫أ‬
‫بالسباب ت‬
‫ال� جعلتكم تهربون وترحلون ‪.‬‬
‫ي‬
‫سافرتم حول العالم‪ ،‬واستقريتم ف ي� جميع أنحاء‬
‫العالم (ال يوجد تقريبا أي مكان عىل وجه أ‬
‫الرض‬
‫لبناني� ‪ -‬علينا أن ت‬
‫دون وجود ت‬
‫ين‬
‫مغ� ي ن‬
‫نع�ف أنهم‬
‫ب�‬
‫لسنا بحاجة اىل البحث عنهم‪ ،‬فهم يلفتون االنتباه‬
‫وحدهم)‪ .‬نحن فخورون بكم انتم الذين نجحتم‬
‫ف‬
‫ف‬
‫و� جميع المجاالت‪ .‬ال‬
‫ي� جميع أنحاء العالم ي‬
‫أجرؤ ان أدعوكم اىل العودة اىل الوطن أ‬
‫الم من‬
‫وغ� قابلة للتحقيق! انما ‪،‬‬
‫خالل رسائل وهمية ي‬
‫أود أن أذكر أنه لواجب عليكم البقاء عىل اتصال‬
‫لك‬
‫منتظم مع بلدكم‪ .‬فنحن نعتمد عليكم ي‬
‫كب�ا من زوارنا المعتادين‪ .‬إذا تأ�‬
‫تشكلوا جزءا ي‬
‫ف‬
‫فقط ‪ %10‬منكم ي� السنة ‪ ،‬فإن اقتصادنا سيكون‬
‫بكث�‪ .‬ال أحد يستطيع ان يهددكم‬
‫أفضل من ذلك ي‬
‫بسهولة‪ ،‬ال يمكنكم أن تخافوا من عدم االستقرار‬
‫المن الذي هو أ‬
‫و أ‬
‫للسف جزء من حياتنا اليومية‪.‬‬
‫نحن حقا بحاجة اليكم‪ :‬تعالوا لالستثمار مجددا‬
‫ف ي� لبنان ألنكم وحدكم تعرفون ما هي الفرص‬
‫الحقيقية المحلية الموجودة وتعرفون انه عىل‬
‫المدى الطويل‪ ،‬سوف يكون الستثماراتكم هذه‬
‫مردودا عاليا‪.‬‬
‫ث‬
‫بالنسبة لنا‪ ,‬انتم ال�وة النفطية الوطنية الحقيقية‬
‫ت‬
‫ث‬
‫ال� ال يمكن ألحد أن يرسقها‬
‫لدينا ‪ ,‬هذه ال�وة ي‬
‫ت‬
‫وال� ليست بحاجة اىل معجزة للبدء بحفر‬
‫منا‪ ،‬ي‬
‫ت‬
‫ال� علينا جمعها واثمارها والحفاظ‬
‫آبارها ‪،‬‬
‫وتلك ي‬
‫أ‬
‫عليها إىل البد ‪...‬‬
‫ت‬
‫ين‬
‫السياسي� ‪:‬‬
‫رسال� الثانية موجهة اىل‬
‫ي‬
‫برصاحة‪ ،‬ال أعرف من أين أبدأ وأين أنتهي‪ .‬لم‬
‫يعد رسا ألحد أن ي ز‬
‫الحال يتمحورحول‬
‫ترك�كم‬
‫ي‬
‫االنتخابات النيابية العام المقبل‪ ،‬و نحك نتفهم‬
‫هذا أ‬
‫المر‪.‬‬
‫ولكننا نطلب منكم عدم انزال مطالبنا االقتصادية‬
‫الصالحات الهيكلية‬
‫أود هذه الليلة توجيه ثالث رسائل رئيسية نابعة اىل المرتبة الثانية وعدم وضع إ‬
‫الحاسمة بالنسبة لبلدنا ف� أ‬
‫من القلب‪:‬‬
‫الدراج‪.‬‬
‫ي‬
‫رسال� أ‬
‫ت‬
‫اللبناني�ن‬
‫الوىل موجهة إىل جميع زمالئنا‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ت‬
‫ت‬
‫المغ� ي ن‬
‫ب� ي� العالم‪:‬‬
‫ال� ستجعلكم‬
‫ال تبحثوا عن القرارات‬
‫الشعبوية ي‬
‫أ‬
‫ت‬
‫ال� سوف‬
‫لقد هجرتم لبنان بحثا عن الدورادو(‪ )Eldorado‬تفوزون بعدد قليل من ال‬
‫صوات ولكن ي‬
‫جديد وفرص أخرى أو ربما وخاصة أ‬
‫أ‬
‫للسباب نفسها تدفع ثمنها الباهظ بالتأكيد الجيال القادمة‪ .‬نحن‬
‫وال� لست بحاجة اىل ندرك أنه من المستحيل أ‬
‫ال� ال تزال قائمة اليوم‪ ،‬ت‬
‫ت‬
‫للسف وضع خططا طويلة‬
‫ي‬
‫ي‬
‫تعدادها‪ .‬اذ ان أ‬
‫أ‬
‫الحداث اليومية كفيلة بأن تذكركم‬
‫الجل ولكن من المستحسن ان تضعوا خططا عىل‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫القص� قابلة للتحقيق‪ ،‬بامكانها أن تعطي‬
‫المدى‬
‫ي‬
‫القليل من النفس أ‬
‫كسج� القتصادنا الغارق �ف‬
‫وال ي ن‬
‫ي‬
‫الصغ�ة يمكن‬
‫محنة قوية‪ .‬فمن خالل النجاحات‬
‫ي‬
‫التوصل إىل انجازات عظيمة‪.‬‬
‫اتحدوا حول خطة إنقاذ اجتماعية واقتصادية‬
‫موحدة ليس لها لون وال رقم ‪ ،‬و ال دين‪ ،‬وال‬
‫يز‬
‫تح�‪ .‬ساعدونا عىل االستمرار ف ي� ظل الركود‬
‫ف‬
‫العالمي وعدم االستقرار ي� المنطقة كلها‪.‬‬
‫أ‬
‫ت‬
‫خ�ة موجهة اىل كل واحد منكم‪,‬‬
‫رسال� الثالثة وال ي‬
‫ي‬
‫رجال وسيدات أ‬
‫ين‬
‫اللبناني�‪.‬‬
‫العمال‬
‫انتم أبطال الوطن الكبار! تمكنتم من النمو خالل‬
‫سنوات الحرب الصعوب وتصدرون ليس فقط‬
‫خ�تكم اىل العالم‪ .‬انكم‬
‫منتوجاتكم ‪ ،‬ومعرفتكم ب‬
‫تنافسون بكل فخر ش‬
‫الك�ى‪.‬‬
‫ال�كات العالمية ب‬
‫نحن نتقدم من دون شك ‪ ...‬ولكن نحفاظ عل‬
‫ز بن�ك “‪ “ ressort‬معلق عىل ظهرنا يخفف من‬
‫رسعتنا‪ ،‬و بامكانه أن ان يجعلنا تن�اجع برسعة‬
‫اذا توقفنا عن المثابرة‪ .‬صحيح أننا نمر جميعا‬
‫اليوم بوقت صعب للغاية‪ .‬ان ارقامنا االقتصادية‬
‫مقلقة‪ .‬لطاما أثبت جلد الذات انه عديم الفائدة‪،‬‬
‫‪ ،‬ف� ي ن‬
‫تدم� النفس‪« ،‬الهواية» الوطنية‪،‬‬
‫ح� ان ي‬
‫ي‬
‫لم يكن أبدا مربحا أما التشاؤم فهو يعرقل‬
‫الطموحات باستمرار!‬
‫يجب أن يكون هدفنا ئ‬
‫النها� البقاء والمثابرة! فغالبا‬
‫ي‬
‫ما تحوي أ‬
‫الزمات فرصا جديدة ال نراها بسهولة‪.‬‬
‫لنكن عىل استعداد إلعادة بناء اتفاقيات اقتصادية‬
‫العر� الجدد واعادة بناء‬
‫بناءة مع قادة الربيع‬
‫بي‬
‫عالقات تجارية مثمرة مع هذه الدول‪ .‬لنجذب‬
‫ونرحب برجال أ‬
‫ين‬
‫السوري� الذين يهربون‬
‫العمال‬
‫بعيدا عن نز‬
‫ال�اعات ولنوفر لهم فرص استثمار‬
‫وحوافز تشجيعية لتأسيس اعمال ف ي� لبنان‪.‬‬
‫ت‬
‫ال� حلت بنا وعىل‬
‫عىل الرغم من كل العراقيل ي‬
‫وسنواصل نضالنا �ف‬
‫لبنان‪ ،‬نحن لن تستسلم ‪...‬‬
‫ي‬
‫هذا البلد الرائع المبارك‪ ،‬مهما كانت التضحيات‬
‫والنتائج‪ :‬هذه هي رسالتنا وارادتنا!‬
‫عشتم وعاش االقتصاد الحر آ‬
‫المن والمستقر!‬
‫‪86 | Juin 2013‬‬
‫‪Annexes‬‬
‫‪Compte rendu de la table ronde avec le Président de‬‬
‫)‪l’Association des Banques du Liban (ABL‬‬
‫يب�وت‪ ،‬ف ي� ‪ 20‬آذار ‪2013‬‬
‫نظّم تجمع رجال أ‬
‫ين‬
‫اللبناني� برئاسة‬
‫العمال‬
‫ّ‬
‫الدكتور فؤاد زمكحل طاولة مستديرة مع رئيس‬
‫جمعية المصارف والرئيس التنفيذي لبنك االعتماد‬
‫ن‬
‫اللبنا� الدكتور جوزيف طربيه تحت عنوان “كيف‬
‫ي‬
‫ف‬
‫ن‬
‫اللبنا� مساعدة ش‬
‫ال�كات‬
‫المرص�‬
‫يمكن للقطاع‬
‫ي‬
‫ي‬
‫أ‬
‫عىل تخطي الزمة االقتصادية؟”‪ ،‬وحضور رئيس‬
‫جمعية ش�كات الضمان أسعد يم�زا‪ ،‬والوزير‬
‫الدارية‬
‫السابق عادل قرطاس‪ ،‬وأعضاء الهيئة إ‬
‫للتجمع وحشد من رجال أ‬
‫ين‬
‫ومرصفي�‪.‬‬
‫العمال‬
‫ّ‬
‫ّ‬
‫استهل االدكتور فؤاد زمكحل الطاولة المستديرة‬
‫�ض‬
‫ن‬
‫وعدد‬
‫بكلمة ّرحب بها‬
‫بالمشارك� والحا ين‪َّ ،‬‬
‫ي‬
‫مزايا الدكتور جوزيف طربيه ‪.‬‬
‫ين‬
‫واقعي�‪ ،‬والقيام‬
‫وقال ‪ «:‬من واجبنا أن نكون‬
‫بعرض واقع حقيقي وموضوعي للحالة االقتصادية‬
‫الراهنة‪ .‬الكل يعلم أن لبنان يمر ف ي� أزمة اقتصادية‬
‫واجتماعية لم يسبق لها مثيل‪ .‬ان النمو ف� ن‬
‫أد�‬
‫ي‬
‫مستوياته بينما فرص انهاض االقتصاد ف ي� المستقبل‬
‫القريب هي ضئيلة جداً‪ .‬ان التضخم عىل أوجه‬
‫ويخنق المؤسسات الخاصة بسبب زيادة حادة‬
‫والمتغ�ة والتشغيلية‪ .‬تتعرض‬
‫ف ي� تكاليفها الثابتة‬
‫ي‬
‫صادراتنا وتبادلنا التجاري مع الدول المجاورة‬
‫ت‬
‫ال� ال‬
‫لضغوط بسبب الرصاعات العربية السلبية ي‬
‫تزال ملتهبة‪.‬‬
‫ف‬
‫اننا نشهد تراجعاً ي� الطلب عىل المستوى‬
‫النتاج‬
‫القليمي‬
‫والمحل‪ ،‬فضال ً عن زيادة أسعار إ‬
‫إ‬
‫ي‬
‫والنقل والتصدير‪ .‬ان مستوى ثقة المستهلك �ف‬
‫ي‬
‫ن‬
‫تد� مستمر مما يؤدي إىل انخفاض ف ي� الطلب‬
‫ي‬
‫الداخل‪.‬‬
‫واالستهالك‬
‫ي‬
‫ن‬
‫يعا� قطاعنا السياحي بشكل‬
‫من ناحية أخرى‪ ،‬ي‬
‫كب� بسبب غياب ‪ ٪٦٠‬من السياح الذين كانوا‬
‫ي‬
‫يمرون بانتظام براً بع� الحدود السورية‪ .‬ف� ي ن‬
‫ح�‬
‫ي‬
‫ان عدم االستقرار الداخل والمخاطر أ‬
‫المنية‬
‫ي‬
‫قد أدى اىل مقاطعة الزوار العرب لبلدنا كما انه‬
‫ت‬
‫منع ت‬
‫ين‬
‫المغ� ي ن‬
‫اللبناني� من زيارة بلدهم‬
‫ب�‬
‫ح�‬
‫أ‬
‫الم‪ .‬اننا نشهد انخفاضا لالستثمارات الداخلية‬
‫والخارجية ألنه من جهة تفضل ش‬
‫الكب�ة‬
‫ال�كات ي‬
‫الدول لتمويل هذه‬
‫تجميد مشاريعها باننتظار الوقت المناسب أيضاً عىل صناديق الدعم‬
‫ي‬
‫لالستثمار من جديد عند انتهاء أ‬
‫الزمة‪ ،‬ومن جهة القروض الجوهرية بالنسبة ش‬
‫لل�كات الخاصة من‬
‫ال�كات الصغ�ة والمتوسطة ببسالة أجل مساعدتها عىل تجاوز أ‬
‫ثانية تكافح ش‬
‫الزمة‪.‬‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ف‬
‫لالستمرار والبقاء ي� ظل الزمة الحالية‪ .‬ان الشارع‬
‫يغل بسبب أ‬
‫ش‬
‫الزمة االجتماعية الحادة المؤدية إىل ‪ -3‬تخفيض معدل الفائدة لمساعدة ال�كات عىل‬
‫ي‬
‫تراجع رسيع ف ي� القدرة ش‬
‫‪.‬وبالضافة إىل ذلك‪ ،‬نود‬
‫ال�ائية ومستوى المعيشة التغلب عىل هذه المحنة إ‬
‫ين‬
‫المواطن�‪.‬‬
‫لدى‬
‫أن نعرف لماذا معدل الفائدة المرجعية ف ي� سوق‬
‫ف ي� ظل هذا «الركود التضخمي» «‪ » Stagflation ‬يب�وت هذه (‪) REFERENCE RATE BRR BEIRUT‬‬
‫المث� للقلق‪ ،‬ال بد من أن نكون متحدين ف ي� وجه الذي هو أساس ش‬
‫ومؤ� لتحديد الفوائد الدائنة‬
‫ي‬
‫هذه أ‬
‫الزمة للتغلب معا عىل هذه الدورة السيئة ارتفع من نسبة ‪( ٪4,77‬التعميم رقم ‪� )060‬ف‬
‫ي‬
‫مع أقل قدر ممكن من أ‬
‫ال�ض ار ‪.‬‬
‫آذار ‪ 2012‬اىل ‪ ٪5,28‬ف ي� آذار ‪( 2013‬التعميم رقم‬
‫‪ )037‬ف� ي ن‬
‫ح� أن المعطيات الداخلية المكونة لهذا‬
‫ي‬
‫ش‬
‫من الواضح أنه يمكن وينبغي عىل المصارف‬
‫تتغ� فعلياً ؟ فقط من خالل معدل‬
‫لم‬
‫المؤ�‬
‫ي‬
‫ت‬
‫ال� هي ي ز‬
‫رك�ة أساسية وعامود اقتصادنا فوائد منخفضة نسبياً‪ ،‬يمكننا معا إعادة بناء نمو‬
‫اللبنانية ي‬
‫الفقري أن تلعب دورا حاسما من أجل مساعدة قوي‪.‬‬
‫ش�كات القطاع الخاص عىل مواجهة هذه أ‬
‫الزمة‪.‬‬
‫‪-4‬اعطاء اهتمام خاص ي ن‬
‫وتأم� دعما قويا ش‬
‫لل�كات‬
‫لذلك نطلب من المصارف‪:‬‬
‫والمتوسطةوالصغ�ة جدا (‪companies‬‬
‫الصغ�ة‬
‫ي‬
‫ي‬
‫أ‬
‫أ‬
‫‪ )Micro‬لنها هي من يتأثر أوال من جراء الزمة‬
‫‪ - 1‬مساعدة ش‬
‫ال�كات الخاصة إلعادة هيكلية ولكن أيضا ال يجب ان ننىس ان هذه ش‬
‫ال�كات‬
‫ت‬
‫القص� والمتوسط ​​والطويل‪.‬‬
‫ديونها عىل المدى‬
‫ال� بامكانها االبتكار‪ ،‬وخلق قيمة‪،‬‬
‫ي‬
‫ي‬
‫الصغ�ة هي ي‬
‫وبكلمة «إعادة هيكلية ديونها « ن‬
‫نع� مساعدة والنمو‪ ،‬وتصدير معرفتها اىل العالم‪ ،‬وأن تكون‬
‫ي‬
‫هذه ش‬
‫تدام‬
‫س‬
‫م‬
‫تمويل‬
‫ال�كات عىل إعادة بناء‬
‫ئيس لالنتعاش االقتصادي‪.‬‬
‫ر‬
‫ال‬
‫المحرك‬
‫بمثابة‬
‫ي‬
‫قائم ليس فقط عىل ائتمانات بسيطة و ل كن‬
‫أيضا عىل أموال خاصة‪ ،‬وسندات مالي ة وأسهم ‪ -5‬تقديم عرض واضح وشفاف ومفصل عن جميع‬
‫ش‬
‫ش‬
‫المبا�ة عند‬
‫وغ�‬
‫تفضيلية‪ ... ،‬ليس من شأن إعادة وضع جدولة الرسوم والعموالت‬
‫المبا�ة ي‬
‫تسديد الديون اال تأجيل االستحقا ق ات النهائية التوقيع عىل أي عقد أو فتح حساب لتجنب أي‬
‫ف أ‬
‫لك سوء فهم‪.‬‬
‫فقط دون حل المشكلة الحقيقية ي� الساس‪ .‬ي‬
‫تكون ش‬
‫ال�كات منتجة وفعالة‪ ،‬ال بد من المصارف صحيح أننا وسط أزمة وركود عالمي وإقليمي‬
‫أن تساعد وتشجع وضع إصالحات هيكلية للديون‬
‫ومحل‪ ،‬لكننا واثقون من أن القطاع الخاص‬
‫ي‬
‫ن‬
‫ضمن القطاع الخاص‪.‬‬
‫اللبنا� الذي تطور ونما خالل اصعب سنوات‬
‫ي‬
‫الحرب‪ ،‬هو مستعد للتحدي والتغلب عىل كل‬
‫‪ – 2‬تعزيز وتشجيع قروض أ‬
‫الموال التشغيلية العقبات لك يولد من جديد أقوى ث‬
‫وأك� متانة‪”.‬‬
‫ي‬
‫مع معدل فوائد منخفض‪ .‬خالل هذه أ‬
‫الوقات ثم تحدث الدكتور جوزيف طربيه عن جولته‬
‫الخ�ة اىل الواليات المتحدة أ‬
‫أ‬
‫الصعبة‪ ،‬من الواضح أن ش‬
‫ال�كات تستثمربشكل‬
‫ال يم�كية ولقاءاته مع‬
‫ي‬
‫أ‬
‫ن ف‬
‫ين‬
‫أقل ولكنها بحاجة إىل المزيد من السيولة‬
‫يعزز‬
‫المسؤول�‬
‫ي‬
‫المالي� ي� الخزانة ال يم�كية بما ّ‬
‫ف‬
‫ن‬
‫لالستمرار وتسديد مستحقاتها ي ن‬
‫المرص�‬
‫وتأم� مصاريفها الداللة عىل ان القطاع‬
‫اللبنا� مهم جدا‪.‬‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ن‬
‫وبالضافة إىل ذلك نأمل دعم البنك وأشار اىل ان القطاع المرصي‬
‫اللبنا� والعالمي‬
‫التشغيلية‪ .‬إ‬
‫ي‬
‫أ‬
‫أ‬
‫كب�ة من تدهور السواق المالية‬
‫المركزي ووزارة المالية لتمويل قروض الموال يواجه صعوبات ي‬
‫أ‬
‫ت‬
‫ال� تفاجأنا‬
‫التشغيلية (‪ ،)BFR‬ومن جهة أخرى‪ ،‬نحن نعتمد العالمية اىل ازمات كالزمة ب‬
‫الق�صية ي‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
‫‪88 | Juin 2013‬‬
‫‪Editorial‬‬
‫”وهلق لوين‪...‬؟“‬
‫ن‬
‫كث�ة ونقاط قوة عديدة‪ ،‬لكنه يملك‬
‫من المعروف ان‬
‫للبنا� مواهب ي‬
‫ي‬
‫قص�ة نسبيا‪ .‬صحيح أن هذا الواقع قد يكون ايجابيا عندما‬
‫ايضا ذاكرة ي‬
‫يتعلق االمر بمحو الذكريات المؤلمة للحرب االهلية‪ ،‬ولكن عدم التعلم‬
‫ت‬
‫واالس�اتيجيات‬
‫من اخطائنا وان ننىس او نتناىس برسعة مناوراتنا السيئة‬
‫خط�ا جدا عندما يتعلق االمر باالقتصاد والتمويل‬
‫الخاطئة‪ ،‬قد يكون ي‬
‫وادارة بلد!‬
‫ن‬
‫العمال‬
‫فلنتذكر‪ ،‬لقد شهدت بالدنا قبل اشهر‪ ،‬مواجهة قوية يب� االتحاد‬
‫ي‬
‫الذي كان يطالب بزيادة االجور واصحاب العمل الذين كانوا يناضلون من‬
‫اجل البقاء ف ي� ظل االزمة االقتصادية من جهة والحكومة من جهة اخرى‪،‬‬
‫ت‬
‫وال� كانت ف ي� بعض االحيان تؤدي دور الحكم‪ ،‬وتؤدي احيانا من خالل‬
‫ي‬
‫وزير العمل آنذاك‪ ،‬دور الالعب الثالث المستقل‪ ،‬تف�سم خططا خيالية‬
‫وغ� قابلة للتنفيذ ف ي� المرحلة الحالية‪.‬‬
‫ي‬
‫فلنتذكر ايضا ان قادة االعمال لم يعارضوا ابدا زيادة مدروسة لالجور‪،‬‬
‫لكنهم كانوا يطالبون ت‬
‫بال� ي ز‬
‫ك� بشكل رئيس عىل االهداف االساس لمطالب‬
‫ين‬
‫ين‬
‫الموظف� ش‬
‫تحس� مستوى المعيشة وزيادة القوة‬
‫الم�وعة‪ ،‬وهي‪:‬‬
‫ال�ائية‪ .‬ف� ي ن‬
‫ش‬
‫ح� استندت باستمرار حججنا اىل ان زيادة يغ� مدروسة ف ي�‬
‫ي‬
‫االجور ناجمة عن مساومة سياسية قد تؤدي بال شك اىل تضخم جامح‬
‫كب�ة للبطالة وانخفاض النمو وزيادة الدين العام ض‬
‫وال�ائب‪.‬‬
‫وزيادة ي‬
‫ت‬
‫نز‬
‫ال� كان يمكن ان تتفاقم‬
‫فلنتذكر ي‬
‫اخ�ا اننا وقّعنا اتفاقا ل�ع فتيل االزمة ي‬
‫ف‬
‫وتؤدي اىل «انفجار» ي� الشارع‪ .‬لذا‪ ،‬اضطررنا اىل قبول اتفاق لمعارضة‬
‫م�وع وزارة العمل يغ� القابل للتنفيذ‪ ،‬وكان من شأنه ان يوجه ض‬
‫ش‬
‫ال�بة‬
‫القاضية القتصادنا ولقطاعنا الخاص‪.‬‬
‫ما كانت نتائج هذه الزيادة؟‬
‫الموظف� ت‬
‫ين‬
‫ح� قبل ان‬
‫ اوال‪ ،‬سحبت هذه الزيادة «الوهمية» من جيوب‬‫بكث�! من جهة اخرى‪ ،‬اثمرت هذه الزيادة‬
‫يروها‪ ،‬وبمعدل اعىل من ذلك ي‬
‫ش‬
‫االصل‪ ،‬اذ تراجعت القوة ال�ائية وكذلك‬
‫عن نتيجة مضادة لهدفها‬
‫ي‬
‫كب�‪ ،‬وهما يستمران بالتدهور نحو ازمة‬
‫مستوى معيشة االجراء بشكل ي‬
‫اجتماعية لم يسبق لها مثيل‪.‬‬
‫ن‬
‫‪ -‬من ناحية اخرى‪ ،‬وجدت الحكومة نفسها محصورة يب� التضخم الذي‬
‫تال ذلك‪ ،‬والذي اصاب كل القطاعات بما ف ي�‬
‫ذلك تلك العائدة للحاجات البدائية‪ :‬ب ز‬
‫الخ�‬
‫والوقود‪ .‬وجبهة جديدة وطلب جديد‪:‬‬
‫سلسلة الرواتب واالجور‪ .‬من الواضح انه‬
‫ليس ف ي� امكان الدولة تمويل هذه التكاليف‬
‫ض‬
‫ت‬
‫ال�‬
‫الجديدة اال من خالل زيادة ال�ائب ي‬
‫ال يمكن ان يتحملها ال ش‬
‫ال�كات الخاصة‬
‫بقلم د‪ .‬فؤاد زمكحل‬
‫وال المكلفون‪ ،‬او تمويل آخر من خالل‬
‫زيادة ف� الدين العام هو امر غ� مقبول �ف‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ي‬
‫ش‬
‫هذه المرحلة الدقيقة‪ .‬واذا اقرت هذه الزيادة‪ ،‬ستؤثر سلبا ومبا�ة عىل‬
‫ين‬
‫المواطن� الذين يجب ان يتوقعوا زيادة اخرى ف ي� معدل التضخم‪.‬‬
‫ زاد استياء العمال والشارع «مجيش» ويستعد لمطالبات وانزالقات‬‫جديدة‪.‬‬
‫ اختنقت ش‬‫ال�كات الخاصة بسبب زيادة الكلفة لديها ونتيجة االزمة‬
‫االقتصادية المحلية واالقليمية والركود العالمي عىل حد سواء‪.‬‬
‫ال يمكن المرء اال ان يتساءل لماذا يسعى لبنان دائما اىل ابتكار اساليب‬
‫ض‬
‫المتح�ة االخرى‬
‫اقتصادية جديدة؟ لماذا ال نأخذ المثال من الدول‬
‫ت‬
‫ال� مرت بأزمات مماثلة؟ لماذا تُرسم خطط اقتصادية تتناسب مع بعض‬
‫ي‬
‫الجهات السياسية؟ لماذا تعتمد وتمارس كل الحكومات المتعاقبة طريقة‬
‫ت‬
‫«ال�قيع» وتؤجل جميع االستحقاقات والقرارات المهمة لتقدمها كهدية‬
‫ت‬
‫ال� تجرؤ عىل ان تخلفها؟‬
‫مسمومة للحكومة ي‬
‫ق‬
‫با� البلدان ف� العالم‪ ،‬زيادة الحد ن‬
‫االد� لالجور‬
‫ي‬
‫اما كان يجب علينا مثل ي‬
‫فقط‪ ،‬وان ندع االجور تنظم نفسها بنفسها ف ي� السوق؟ اال ينبغي ان تن�ك‬
‫ين‬
‫للموظف� الذين يعملون بجدية ويثابرون ويستحقون بجدارة‬
‫مجاال‬
‫الخ�ة واالداء عوض وضع الجميع عىل‬
‫تعديل اجورهم عىل اساس ب‬
‫ن‬
‫المنتج� من االفادة من زيادة االجور عىل‬
‫لغ�‬
‫ي‬
‫مستوى واحد‪ ،‬والسماح ي‬
‫حساب ث‬
‫االك� انتاجا؟‬
‫ف ي� اي حال‪ ،‬ما حصل قد حصل‪ ،‬واصبح تقريبا ف ي� عالم النسيان‪ .‬ولكن‬
‫«هلق لوين»؟‬
‫|‪Rassemblement de Dirigeants et Chefs D’entreprises Libanais‬‬
Author
Document
Category
Uncategorized
Views
2
File Size
3 449 KB
Tags
1/--pages
Report inappropriate content