close

Enter

Log in using OpenID

Commission de l`Environnement

embedDownload
Jeudi 14 janvier à 14 h
COMMISSION DE L'ENVIRONNEMENT, DE L'AMÉNAGEMENT
DU TERRITOIRE ET DES TRANSPORTS
(M. le Ministre Di Antonio)
PROJETS ET PROPOSITIONS
Proposition de décret modifiant le décret du 24 avril 2014 abrogeant les
articles 1er à 128 et 129quater à 184 du Code wallon de l'Aménagement
du Territoire, de l'Urbanisme, du Patrimoine et de l'Energie et formant le
Code du développement territorial en vue d'instaurer la dématérialisation
des dossiers de demandes de permis d'urbanisme et la mise en place
d'une traçabilité informatisée des dossiers d'urbanisme, déposée par
Monsieur Jeholet, Madame De Bue, Messieurs Dodrimont, Lecerf, Maroy
et Tzanetatos
INTERPELLATIONS ET QUESTIONS ORALES
Valérie DE BUE sur l'augmentation des infractions relatives à l'utilisation
du GSM au volant
Georges-Louis BOUCHEZ sur le manque d’attractivité des bus des TEC
face à la voiture personnelle
Olivier DESTREBECQ sur les travailleurs licenciés pour cause de
radicalisation
Jean-Luc CRUCKE sur le radicalisme au sein des TEC
Georges-Louis BOUCHEZ sur le master plan pour Brussels South
Charleroi Airport (BSCA)
Valérie DE BUE sur l'opération "la Wallonie à vélo"
Philippe DODRIMONT sur les donneurs de sang pour chiens et chats
Philippe DODRIMONT sur l’importation massive de chiens venant de
l’étranger
Philippe DODRIMONT sur l’explosion du nombre d’abandons de chats en
Wallonie
Philippe DODRIMONT sur les effets négatifs du tabagisme passif sur la
santé des animaux
Jean-Luc CRUCKE sur la gestion des chemins et sentiers
Georges-Louis BOUCHEZ sur le financement des quartiers nouveaux
Philippe DODRIMONT sur les recours et les retards de chantiers
Laetitia BROGNIEZ sur la simplification administrative souhaitée par le
secteur agricole
Georges-Louis BOUCHEZ sur l’expertise wallonne en matière de
dépollution des sols
Olivier DESTREBECQ sur la consigne sur les canettes présentée au
Conseil Environnement de l’Union européenne
Valérie DE BUE sur le principe "zéro déchet"
Jenny BALTUS-MÖRES sur le poste de collaborateur germanophone au
sein du Département de la police et des contrôles (DPC)
Philippe KNAEPEN sur la présence d’amiante dans l’eau potable
Valérie DE BUE sur la suppression des sacs plastiques et le tri des
déchets
Olivier MAROY sur les chiffres publiés par l’Office wallon des déchets sur
les ordures ménagères
Valérie DE BUE sur les dépôts sauvages et la répression des pollueurs
Olivier MAROY sur le second volet de l’arrêté concernant le tri des
déchets dans les entreprises
Olivier MAROY sur l’enquête de l’Union des Villes et Communes de
Wallonie sur la propreté publique
Gilles MOUYARD sur le bilan de la première phase du programme de
dragage 2010-2015
Valérie DE BUE, sur l'augmentation des infractions pour GSM au
volant
On sait que des infractions de roulage sont parfois provoquées par les chauffeurs de
la TEC. On a déjà entendu parler des excès de vitesse qui sont souvent liés à des
retards qu'on souhaite rattraper mais ici, il s'agit d'un problème beaucoup plus grave
selon.
Nous venons de recevoir les chiffres du Ministère de l'Intérieur qui indique clairement
que 509 chauffeurs de bus, sur l'ensemble du pays, ont été pris verbalisés pour GSM
au volant. Quand on sait que ce geste est très dangereux sur la route à cause du
manque de concentration ou tout simplement car on ne regarde pas la route, ce
n'est pas acceptable.
La TEC est incapable de donner la part que les chauffeurs de bus wallon y
représentent. Pouvez-vous nous donner ces indications? Existe-t-il une sanction plus
stricte que de simplement payer son pv qui arrive? Ne faudrait-il pas être plus stricte
sur cet aspect du règlement avant qu'un accident grave se produise?
M. BOUCHEZ, sur « le manque d’attractivité des bus des TEC
face à la voiture personnelle »
Le Bureau du plan dresse un état inquiétant de notre pays en matière de mobilité
d’ici à 2030. Dans une étude, il montre une perte de 26% de passagers dans les bus
d’ici 2030 alors que la dernière étude projetait cette perte à 22%. Deux explications
seraient le manque de sites propres (ce qui ne permet pas aux bus d’éviter
efficacement d’être pris dans un embouteillage) ainsi que le manque de confort à
bord. Deux points négatifs qui font perdre toute attractivité aux TEC.
Quelle lecture Monsieur le Ministre dresse-t-il de ces constats ?
investissements actuels et futurs permettront d’inverser cette tendance ?
Quels
Olivier DESTREBECQ sur les travailleurs licenciés pour cause de
radicalisation
Quatre ou cinq travailleurs de la Stib auraient été récemment licenciés par
l'entreprise de transports publics. Ceux-ci étaient apparemment signalés par les
services de renseignement comme "représentant un danger pour leur activisme
musulman radical".
La presse fait écho que d'autres pourraient bientôt être licenciés pour les mêmes
raisons.
Selon la législation, rien ne permettrait de licencier un collaborateur parce qu'il est
radicalisé ou même parce qu'il a fait un voyage en Syrie.
La Stib a donc dû avancer d'autres raisons pour justifier ceux-ci.
Monsieur le Ministre, ces informations sont bien évidemment à prendre avec
certaines précautions…
Selon d’autres témoignages recueillis par les médias, des hommes « radicalisés »
travailleraient également au sein des TEC wallons, notamment sur Charleroi. Les
chauffeurs de bus les appellent les barbus, un terme utilisé pour désigner les
confrères musulmans radicaux.
Cependant, ceux-ci ont passé comme tout travailleur des TEC diverses épreuves de
sélection dont notamment le test de personnalité. Les TEC ont-ils reçu des plaintes
des usagers relatifs à des signes de radicalisation ?
Monsieur le Ministre, les TEC comptent-ils parmi ses travailleurs des membres
signalés par les services de renseignement comme "représentant un danger pour leur
activisme musulman radical" ? Si oui, des licenciements de la sorte pourraient-ils
intervenir en Wallonie ? Enfin, quelles pourraient être les mesures prises par les TEC
si tel était le cas ?
Jean-Luc Crucke, sur « Le radicalisme au sein des TEC »
Dans un reportage diffusé, par RTL-TVI, le 02 décembre dernier, il est fait référence
au témoignage d'une conductrice du dépôt de Jumet qui indique que certaines
attitudes de membres masculins du personnel permettent de penser que le
radicalisme musulman est présent au sein de la société. Certains agents masculins
refuseraient ainsi de serrer la main de collègues féminins ou tout simplement de les
saluer.......
La STIB bruxelloise et De Lijn flamand ont confirmé avoir licencié des personnes du
chef de radicalisme ! La Wallonie serait-elle à l'abri du phénomène ?
Monsieur le Ministre a-t-il connaissance de certains faits qui pourraient confirmer
l'impression du reportage suscité ?
La direction a-t-elle été saisie de plaintes et a-t-elle enquêté sur le sujet et le
comportement radicaliste qu'adopteraient certains membres du personnel ?
Des mesures ont-elles été prises ? Lesquelles ?
Quelle est la réaction du Ministre ? Peut-il faire le point sur le dossier ?
M. BOUCHEZ, sur « le master plan pour BSCA »
En conséquence du litige opposant BSCA à la Commission européenne, qui a imposé
à BSCA le paiement d’une redevance annuelle de 15 millions d’euros à la Région
walonne pour les infrastructures, le master plan initial de 80 millions
d’aggrandissement des infratsructures aéroportuaires et qui devait créer 1000
emplois a été suspendu. A la place, un projet de construction d’un nouveau terminal
pour 15 millions d’euros verra le jour avec 500 emplois à la clé.
Est-ce pour autant que ce master plan passe aux oubliettes ? Quel est l’avenir de ce
master plan ? Monsieur le Ministre entend-il soutenir la réalisation in fine de ce projet
initial plus ambitieux ? Si oui, par quels moyens entend-il y parvenir ?
Valérie DE BUE sur la Wallonie à vélo
La Wallonie veut mettre le vélo à l’honneur en 2016. Lorsqu’on lit la présentation de
« la Wallonie à vélo », on voit que la Wallonie est propice aux cyclistes : itinéraires
de qualité, hébergements, infrastructures adaptées, événements sportifs renommés
et bien d’autres choses encore.
En accord avec ce projet, vous évoquiez au mois de novembre dernier la poursuite
du plan cyclable articulé autours de trois axes inscrit dans une “strarégie globale”. Il
était question d’un axe infrastructure en collaboration avec votre collègue le Ministre
Prévot, un axe sensibilisation et un axe usage effectif.
Cependant, une étude récente de l’IBSR met en avant le fait que seul un Belge sur
cinq est monté sur un vélo ces douze derniers mois. Une des causes mises en avant
est le sentiment d’insécurité sur les routes.
Quels sont les décisions qui ont été prises avec votre collègue le ministre Prévot ?
Quand aboutiront ces chantiers ? Êtes-vous également en discussion avec votre
collègue ministre du Tourisme afin de promouvoir l’usage du vélo ? Que comptezvous mettre en place afin d’améliorer la sécurité des usager et d’inciter les Wallons à
utiliser le vélo ?
Philippe Dodrimont, sur les donneurs de sang pour chiens et
chats
Quand on parle de dons de sang, on pense d’emblée aux hommes et femmes se
rendant dans un centre de la Croix Rouge. Pourtant, nos animaux aussi nécessitent
des transfusions sanguines dans des cas comme pancréatites, accidents de la route,
ingestion de poison, …
La clinique vétérinaire de l’ULg a besoin du sang de 200 chiens et de 100 chats pour
pouvoir approvisionner la banque et ne pas se retrouver sans poche de sang avec un
animal dans un état critique.
Excepté la clinique vétérinaire liégeoise, existe-t-il d’autres structures qui s’occupent
d’organiser ce genre de dons ?
Avez-vous une estimation chiffrée et catégorisée du nombre d’animaux qui sont
transfusés chaque année ?
N’y a-t-il pas ici une thématique à développer en commençant par une campagne
d’information ou de sensibilisation de la population ? Certains propriétaires seraient
peut-être disposés à ce que leur animal de compagnie offre son sang, mais ignorent
l’existence de ces dons ?
Philippe Dodrimont, sur l’importation massive de chiens venant
de l’étranger
Notre pays compte environ 1,5 millions de chiens. D’après la Société Royale SaintHubert, 15% d’entre eux sont des chiens de race avec pedigree.
Il semblerait que ce faible taux soit notamment dû à notre absence de culture du
chien de race. Toutefois, un autre phénomène – sans doute plus interpellant – est
pointé du doigt. Elle concerne l’importation massive de chiens venant de l’étranger et
principalement des pays de l’Est.
Relevez-vous le même constat ? Avez-vous une estimation de cette tendance ?
Combien de chiens sont importés chaque année des pays de l’Est ? Est-on certain de
la filiation de ces chiens importés ? Quelles sont les garanties sur les conditions dans
lesquelles sont élevés ces chiens ?
Parvient-on à contrôler si dans ces élevages de masse, le bien-être animal est
respecté ? Il semblerait que beaucoup de ces chiens déclarent par la suite, des
problèmes de santé.
Quelle cellule au sein de votre administration gère cette problématique ?
Les élevages clandestins existent malheureusement chez nous. Qui intervient chez
nous pour les démanteler ?
Philippe Dodrimont, sur l’explosion du nombre d’abandons de
chats en Wallonie
Les refuges wallons sont unanimes : l’année 2015 a vu une augmentation
inquiétante et catastrophique d’abandons de chats.
Certains n’hésitent pas à mettre en avant l’effet pervers de la législation entrée en
vigueur le 1er septembre 2014 qui oblige les particuliers qui souhaitent donner leurs
chatons à les stériliser et à les identifier. En effet, les particuliers qui n’ont pas
stérilisé leur chat adulte, ne sont pas enclins à stériliser toute une portée de chatons,
pour des raisons financières, on s’en doute.
Envisagez-vous d’imposer la stérilisation des chats à tout le monde, particuliers
compris ?
En 2012, la commission fédérale du bien-être animale avait, semble-t-il, rendu un
avis en ce sens.
Vous aviez déclaré à la presse en septembre dernier vouloir rendre obligatoire la
stérilisation des chats en 2016. Nous y sommes. Où en êtes-vous dans votre
réflexion ?
En attendant une décision en ce sens, quelles solutions proposez-vous pour arrêter
cette hausse d’abandons félins ?
Philippe Dodrimont, sur les effets négatifs du tabagisme passif
sur la santé des animaux
Une étude universitaire était-elle nécessaire pour conclure que le tabagisme passif a
un impact négatif sur la santé des animaux de compagnies ?
L’université de Glasgow a en effet mené une étude qui montre que cet impact va
jusqu’au cœur des cellules. L’exposition à la fumée peut entraîner l’endommagement
des cellules, une prise de poids accrue après la castration, augmentation des risques
de cancers.
Enfin, l’étude révèle également que quand les propriétaires d’animaux réduisaient le
nombre total de tabac fumé à la maison à moins de dix par jour, le niveau de
nicotine dans les poils diminuait de manière significative. Il était toutefois plus haut
que dans les foyers non-fumeurs.
En tant que ministre en charge du bien-être animal, comptez-vous considérer cet
aspect de la santé et du bien-être des animaux comme faisant partie de vos actions
prioritaires ?
Entendez-vous organiser une sensibilisation auprès du public cible ?
Si nous sommes conscients des risques du tabagisme passif pour notre santé, est-ce
également le cas pour celle de nos animaux domestiques ?
Jean-Luc Crucke sur " La gestion des chemins et sentiers "
Deux colloques récemment organisés sur la thématique suscitée ont fait salle pleine,
ce qui atteste du besoin criant d'informations et de directives qu'attendent tous ceux
qui sont confrontés aux demandes de création, de modification ou de suppression
d'une voirie communale.
Si le décret du 06 février 2014 a fixé le cadre du travail, des arrêtés d'application
devaient être pris par le gouvernement et se font manifestement attendre !
Le Ministre peut-il faire le point sur le dossier et l'avancée des travaux ?
Où se situent les blocages et quels sont-ils ? Pourquoi ce dossier n'évolue-t-il pas
plus vite ?
Qu'en est-il de l'atlas numérique qui par son actualisation devait remplacer les plans
de 1841 ?
Que sont devenues les expériences pilotes menées dans certaines communes ? Des
rapports de suivi ont-ils été rédigés ? Quel en est le contenu et quelles sont les
recommandations qui en découlent ?
M. BOUCHEZ, sur « le financement des quartiers nouveaux »
Le Gouvernement a prévu de sélectionner dix projets en vue de batir des quartiers
nouveaux suite à l’appel à projets prenant fin en mars prochain. Ces projets devront
faire l’objet d’un accord entre pouvoirs publics et investisseurs privés.
Les investisseurs privés sont-ils déjà sélectionnés ? Quels modes de financements
seront mis en place ? Une méthode unique sera-t-elle privilégiée ou une méthode
propre sera mise en place selon le projet ? La Région interviendra-t-elle directement
dans le financement ?
En d’autres termes, quelle est la « carotte » mise en place par le Gouvernement
wallon en vue de concrétiser ces quartiers nouveaux ?
Philippe Dodrimont, sur les recours entraînant des retards de
chantiers
Dans le cadre des travaux publics, entre autres procédures, on constate que
désormais, pour la plupart des dossiers, des recours sont introduits. Conséquence :
des retards dans l’exécution des chantiers.
Faites-vous le même constat ? La majorité des recours sont-ils justifiés ? Tout en
respectant les demandes de recours introduites et la légalité, ne pourrait-on pas
permettre une accélération des procédures administratives ? Que comptez-vous
entreprendre pour rendre la concrétisation de dossiers plus rapide car pour certains
d’entre eux, la gestation peut durer des décennies !
Prenons un exemple.
Il y a plusieurs semaines, des riverains contre la décision du Conseil communal
d’Esneux ont introduit un recours concernant le nouveau projet du Pont de Tilff, la
décision concernant une modification de voiries communales, étape intermédiaire
avant l’octroi du permis définitif.
La délivrance du permis promis fin 2015 est donc reportée. Quand sera-t-il délivré ?
Une étude d’incidences a été réalisée. L’enquête publique est clôturée. La commune
a rendu son avis. La Région doit maintenant statuer.
Pouvez-vous me dire quel éclairage la Région compte-t-elle apporter sur ce dossier ?
Des recours possibles sont-ils encore envisageables ?
Est-ce imaginable de voir débuter les travaux en 2016 ?
Laetitia BROGNIEZ, sur la simplification administrative
souhaitée par le secteur agricole
2015 fut marquée par diverses actions de la part du secteur agricole et, notamment,
une action menée devant notre parlement. A cette occasion, les agriculteurs ont
rappelé qu’ils étaient soucieux de préserver l’environnement, néanmoins, ils
déploraient une lourdeur administrative de plus en plus pénible. La nouvelle
procédure de transfert des engrais de ferme était particulièrement visée.
A l’heure des bonnes résolutions, pouvez-vous, Monsieur le Ministre, nous annoncer
quelques simplifications administratives ?
Pour ce qui concerne le PGDA, celui-ci n’avait pas encore reçu l’approbation de la
Commission européenne, des discussions étaient toujours en cours. Comment ce
processus a-t-il évolué ?
Dans ce contexte, vous aviez précisé qu’il fallait dès lors envisager des mesures de
simplification administrative dans le PGDA en application. Avez-vous sollicité les
agriculteurs, comme annoncé le 23 septembre dernier, pour réfléchir à ces mesures ?
Le logiciel d’encodage a-t-il été simplifié ? D’autres mesures ont-elles été mises en
place ?
Enfin, de manière plus générale, avez-vous pu apporter des réponses concrètes aux
différentes revendications formulées par le secteur (« Cahier de revendication –
Environnement : simplifier pour réussir ») lors de cette manifestation à Namur ?
Quelle suite y avez-vous donnée ? Des réunions de travail ont-elles eu lieu ?
M. BOUCHEZ, sur « l’expertise wallonne en matière de
dépollution des sols »
Monsieur le Ministre s’est rendu à la COP 21. Peut-il nous faire part des rencontres
qu’il a eu et les thématiques qu’il particulièrement mis en avant lors du Sommet ?
Monsieur le Ministre s’est exprimé dans la presse au sujet de la dépollution des sols
qu’il entendait mettre particulièrement en avant à Paris. En la matière, la Wallonie se
distingue en matière de « phytoremédiation » technique visant à dépolluer les sols
grâce à l’action de plantes particulières. Peut-il nous indiquer les atouts de notre
région en la matière ? Des contrats et partenariats particuliers ont-ils été conclu sur
place ? En conséquent, la Région va-t-elle soutenir davantage cette technologie en
apportant des soutiens financiers complémentaires ou via une valorisation de cette
filières dans le cadre de partenariats ? Quelle est l’ambition du Ministre en la matière
tant pour la Wallonie que vers l’étranger ?
Olivier DESTREBECQ, sur la consigne sur les cannettes
présentée au Conseil Environnement de l’UE
La consigne sur les canettes a déjà fait couler beaucoup d’encre et est au centre de
nombreux débats.
Une telle consigne est difficile à mettre en œuvre sur une seule Région. C’est
pourquoi les trois Régions avaient lancé plusieurs études ensemble afin d’arriver à un
système assez identique.
Cependant, la Flandre semble quelque peu se rétracter.
Selon vous, Monsieur le Ministre, la Flandre ne fait pas marche arrière quant à cette
consigne mais a besoin de deux ans de plus pour lancer cette consigne.
Monsieur le Ministre, vous vous rendiez devant le Conseil Environnement de l'UE le
16 décembre dernier afin de présenter votre projet de consigne…
Quel projet concret y avez-vous présenté ? Est-il soutenu par les autres Régions ? Et
quel a été l’accueil réservé par le Conseil Environnement ?
Valérie DE BUE, sur le "zéro déchet"
Depuis plusieurs années, le «zéro déchet» est devenu une philosophie de vie à
travers le monde. On entend de plus en plus parler que ce soit sur les marchés, dans
les conférences qui se donnent un peut partout dans le monde mais aussi dans des
livres de cuisine, etc... On peut souvent retrouver des trucs et astuces pour éviter de
"consommer" des déchets. Il y a un geste à faire pour l'environnement et il est
important.
Ce point a été abordé lors de la COP 21. Pouvez-vous déjà nous dire ce qu'il en est
ressorti sur ce point?
De plus, il y a manque de connaissance par rapport aux points positifs des produits
en vrac. Ceux-ci coûteraient 30% de moins que les produits qui sont suremballés et
ils allégeraient considérablement nos poubelles et tout le travail de triage qui va
avec.
Dans ce contexte, alors que des magasins "zéro déchet" ouvrent un peu partout sur
le territoire, comptez-vous sensibiliser les supermarchés, notamment, à aller plus loin
dans le "zéro déchet"? Comptez-vous créer une sensibilisation qui pourrait démarrer
dans les écoles pour conscientiser à ce problème car souvent un exemple concret
vaut mieux qu'un long discours.
Jenny Baltus-Möres, sur le poste de collaborateur
germanophone au sein du DPC
Lors de ma dernière question orale à ce sujet le 26 octobre 2015, vous m’aviez
répondu que le poste était toujours vacant non plus pour une question d’exigences
trop élevées pour ce poste mais bien pour des raisons budgétaires. Vous m’aviez dit
et je vous cite : « J'ai demandé, via une note verte, au directeur général de la
Direction générale opérationnelle de l'agriculture, des ressources naturelles et de
l'environnement de prévoir cet engagement de manière prioritaire dans son
enveloppe. »
Qu’en est-en aujourd’hui ? Pouvez-vous enfin me donner des bonnes nouvelles ?
Je dois vous dire, Monsieur le Ministre, que j’ai été contacté par la Police fédérale à
Eupen, qui, elle, doit essayer de combler le vide laissé par le départ de la
collaboratrice germanophone, il y a pratiquement deux ans. La police, déjà
surchargée de travail, doit servir de traducteur pour le DPC dans des situ ations telle
que celle de Renogen ou à la laiterie de Walhorn. Vous voyez donc, Monsieur le
Ministre qu’il est plus que temps d’enfin réengager une personne maitrisant la langue
allemande.
Philippe KNAEPEN, sur la présence d’amiante dans l’eau potable
On trouve de l’amiante dans l’eau potable. Il proviendrait généralement de deux
sources : d’une part, de l’usure des roches contenant de l’amiante, et d’autre part
des tubes et buses de puits en fibrociment ou encore des conduites de transport
d’eau potable.
Quelques études suggèrent aussi que l’amiante serait impliqué dans l’apparition de
tumeurs de l’appareil digestif.
L’utilisation de conduites en amiante-ciment a débuté dans les années 20, et on
estime que vers la fin de 1980, près de 3 millions de kilomètres de conduites avaient
été installés dans le monde entier pour acheminer l’eau potable.
Des eaux très agressives peuvent attaquer la matrice en ciment et causer en
conséquence l’émission de fibres dans l’eau en circulation dans les conduites. Les
conduites en amiante-ciment ne sont donc pas recommandées pour une utilisation
dans des conditions aussi hautement corrosives, sauf si elles sont protégées par un
revêtement de protection spécial.
De plus, dans certains cas exceptionnels, le transfert de fibres d’amiante de l’eau à
l’air ambiant peut également poser des problèmes, par exemple lorsqu’on utilise de
l’eau recueillie dans des citernes et provenant du ruissellement sur des toits en
fibrociment : dans un tel cas, la concentration en fibres dans l’eau peut être énorme,
avec une forte proportion de fibres dangereuses.
Monsieur le ministre pourrait-il me dire combien de kilomètres de canalisations en
fibrociments contenant de l’amiante sont encore en fonctionnement en Wallonie ?
Avez-vous des études précises sur la teneur de ces eaux en fibres d’amiante ?
Un remplacement complet de ce type de canalisation est-il prévu et pouvez-vous
donner un calendrier ?
Pouvez-vous certifier qu’il n’y a aucun risque de santé pour la population ?
Valérie DE BUE, sur la suppression des sacs plastiques et le tri
des déchets
De nombreuses communes wallonnes arrivent encore haut dans le classement de la
quantité de déchets produite par habitant. On parle de plus de 200 kilos d’ordures
ménagères pour de nombreuses communes quand d’autres ont réussi à atteindre un
peu moins de 52 kilos par habitant. Il y a donc encore un effort à faire et des choses
à mettre en place.
Plusieurs décisions ou projets pilotes vont se mettre en place à court terme. Il y a
notamment la suppression des sacs plastiques non réutilisables dans les commerces
et le projet de tri P+MC qui permettraient de collecter la quasi totalité des plastique,
soit un PMC élargi.
Je voudrais savoir, Monsieur le Ministre, quel est l’impact en terme de déchets de la
suppression de ces sacs non réutilisables déjà en application dans les grandes
surfaces, par exemple ? Quelle est la diminution estimée de détritus suite à sa
disparition totale ? On a pu lire que cette interdiction se ferait progressivement, afin
de ne pas trop impacter les commerçants. Quel est l’agenda de sa mise en
application et avez-vous consulté le secteur concernant cet agenda ? Concernant le
projet P+MC, bien qu’il s’agisse d’un projet pilote, quel serait son coût pour les
habitants et son impact en terme d’environnement ?
Olivier Maroy, sur les chiffres publiés par l’Office Wallon des
Déchets sur les ordures ménagères.
L’Office Wallon des Déchets a récemment publié des chiffres sur le poids des ordures
ménagères de nos communes. On peut constater que les communes germanophones
sont au top du classement. L’Ouest de la Wallonie, par contre, est à la traîne.
C’est dans le Hainaut qu’on retrouve la palme d’or des plus grosses quantités de
déchets, avec la commune de Farcienne qui a une moyenne de 217 Kg par habitant.
La moyenne wallonne est de 146,920 kilos par habitant. Elle a diminué de 2kg par
rapport à 2013. A Bruxelles, c’est presque le double, avec 265,93 kilos par habitant.
Monsieur le Ministre, quels sont vos commentaires sur ces chiffres ? On voit bien qu’il
y a des efforts à faire dans certaines communes, alors que d’autres montrent
l’exemple. Ces indices joueront-ils un rôle dans le cadre de votre politique
environnementale ? J’entends par là des efforts supplémentaires dans certaines
régions ou des actions spécifiques ? Il est difficile évidemment de contraindre nos
communes d’atteindre un seuil, puisqu’elles ne sont pas toutes égales face à cette
question. Il y a des données sociologiques qui jouent également. Mais quel est le
seuil acceptable selon vous ? À partir de combien de kilos par habitant estimez-vous
qu’une commune devienne un bon élève ?
Valérie DE BUE, sur les dépôts sauvages et la répression des
pollueurs
Plus de répression contre les pollueurs, voilà ce que veulent les bourgmestres de
Wallonie. Les agents qui constatent ces infractions doivent souvent faire face à des
individus qui n'ont pas peur des contraventions infligées. De plus, ils manquent
souvent de moyens pour faire leur travail efficacement et de manière complète sur le
territoire.
Plusieurs pistes ont été dévoilées comme par exemple munir les agents d'un spray au
poivre pour se protéger contre quelques individus mal intentionnés. D'autres
personnes proposaient d'augmenter la publicité autour de ce phénomène mais
surtout sur les amendes et les sanctions qui existent.
Avez-vous pu déjà analyser les différentes pistes? Confirmez-vous ce constat dressé
par les bourgmestres de Wallonie? Quelles sont vos pistes de solution pour ces
dépôts sauvages?
Olivier Maroy, sur le second volet de l’arrêté concernant le tri
des déchets dans les entreprises.
Dès le début de cette année, toutes les entreprises wallonnes seront obligées de
mettre en place des poubelles PMC mais pas seulement. Papier carton, verre,
déchets d’emballages industriels tels que housses, films et sacs en plastique et
déchets métalliques devront aussi être triés afin d’être recyclés.
Il s’agit du second volet de l’arrêté du gouvernement wallon adopté en mars dernier.
De son côté, la Flandre a instauré le tri obligatoire en entreprise il y a deux ans et
demi, au 1er juillet 2013. Pouvez-vous nous donner les résultats obtenus en Flandre
depuis la mise en place de cette mesure ? Il s’agit d’une bonne base de comparaison.
La Région wallonne peut-elle faire mieux ?
D’après le secteur, il est plus difficile de changer les mentalités sur le lieu de travail.
Le directeur adjoint de la FEGE, avance des chiffres: les résidus du tri du PMC dans
les entreprises sont de 23,6% alors que le résidu du tri du PMC chez les ménages est
de 16,2%. Confirmez-vous ces chiffres ? Quelles sont les raisons de cette
différence ? Comment y remédier selon vous ?
Quelle quantité de déchets ce volet va-t-il économiser pour nos incinérateurs et nos
décharges ?
Enfin, concernant l’application effective de ce volet, quelles sont les actions de
contrôles qui seront menées, et avec quels moyens ? Quelles sont les actions de
sensibilisations qui sont menées, et avec quels moyens ?
Olivier Maroy, sur l’enquête de l’Union des Villes et Communes
sur la propreté publique.
L’Union des Villes et Communes a interrogé nos bourgmestres via une enquête sur la
propreté publique. 99 % des maïeurs ayant répondu estiment que la répression n’est
pas suffisante.
Quelle est votre analyse de cette enquête ? Y a-t-il des éléments qui ont
particulièrement attiré votre attention ? Quelles réponses apporterez-vous face à
cette enquête ?
Des idées ont même été données par certaines communes pour endiguer la
délinquance environnementale, l’une d’elles a attiré mon attention : faire de la
publicité autour des infractions et sanctions infligées à des citoyens peu respectueux.
L’idée partirait du principe qu’il est financièrement difficile de couvrir l’ensemble du
territoire et que la publicité faite autour de ces infractions crée un impact
psychologique.
Que pensez-vous de cette idée en particulier ?
Un autre point soulevé dans l’enquête : celui des points noirs proches des fast-foods.
Manifestement, les clients seraient trop souvent pollueurs. Y a-t-il des mesures
particulières prises avec ce type d’établissements dont l’activité génère de grosses
quantités de déchets à emporter et qui se retrouvent malheureusement souvent dans
la rue ? Si oui lesquelles ? Peut-on renforcer les dispositifs vis-à-vis de ces
entreprises ?
Gilles Mouyard, sur « le bilan de la première phase du
programme de dragage 2010-2015»
Monsieur le Ministre, vous n’êtes pas sans savoir que le Gouvernement wallon a
confié à la Spaque la gestion du programme concernant le dragage des voies
navigables et le traitement des boues issues de ces opérations. Ce programme a
pour objectif de draguer 450 kilomètres du réseau navigable et d’en retirer 2,3
millions de mètres cubes de sédiments.
Pour la batellerie, le passif accumulé de boues dans les voies navigables a un impact
économique direct sur l’efficience du transport fluvial. L’entretien régulier des voies
d’eau et donc plus que nécessaire et permettrait aux bateliers de réduire leurs coûts
de l’ordre de 15% à 20%. .
Cette problématique devait également faire l’objet de discussions entre le Ministre de
l’Environnement, de l’Economie et le Ministre des Travaux Publics, et ce afin de
mettre en place une politique concertée en la matière.
En réponse à l’une de mes questions écrites (18/06/2015) vous m’indiquiez que la
deuxième phase s’écoulera sur les quatre prochaines années et qu’un nouveau
marché public devait être lancé dans le courant de l’année 2015.
Monsieur le Ministre, quel bilan tirez-vous de cette première phase de dragage?
Pourriez-vous faire le point de la situation ? Avez-vous rencontré vos collègues en
charge des travaux publics et de l’Economie, afin de mettre en place une politique
concertée en la matière? Qu’en est-il de la mise en place de la deuxième phase de
dragage? Les 16,7 millions d’euros annuel sont-ils suffisant pour que La Spaque
puisse réaliser de tels travaux, à court et à long terme?
Author
Document
Category
Uncategorized
Views
0
File Size
196 KB
Tags
1/--pages
Report inappropriate content