close

Enter

Log in using OpenID

D - Première page

embedDownload
Importations de céréales durant
les 10 premiers mois de l’année 2014
Une facture de
plus de 2 milliards
de dollars
P3
Un programme d’investissement est arrêté d’ici à 2023
Les ambitions “mesurées“ de Sonelgaz
La capacité de production qui était en dessous de 600 mégawatts dans les années 1960 est aujourd’hui
à 15.000 MW et atteindra 25.000 MW à l’horizon 2023.
Pêche
Chute des prix du pétrole
Le CNES met
en place une
cellule de suivi
et d’évaluation
Opérations de placement
des réserves de change
Des recettes
de 3,1 milliards de
dollars en 2013
P2
P2
Ferroukhi appelle
au renforcement de la
coopération interarabe P 3
P2
N° 3168 - MERCREDI 17 DÉCEMBRE 2014 Site web : www.lecitoyendz.com - E-mail : [email protected]
2
ACTUALITE
Mercredi 17 décembre 2014
Effets de la baisse des cours
du pétrole sur la situation
financière et économique du
pays
Les appréhensions
des députés…
Ils craignent une baisse des recettes des
hydrocarbures et par la même celle des
réserves de change
es députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) ont exprimé,
lors de l’examen du rapport de la
Banque d’Algérie (BA) sur les tendances
financières et économiques du pays, leurs
appréhensions quant aux effets de la persistance de la baisse des cours du pétrole
sur la situation financière et économique
du pays, qui repose de façon quasi-totale
sur les recettes des hydrocarbures. Intervenant à l’issue de la présentation du rapport
par le Gouverneur de la BA, Mohamed
Laksaci, le député Djelloul Djoudi du Parti
des travailleurs (PT) a évoqué les effets de
la récente baisse des cours du pétrole sur
les recettes algériennes des hydrocarbures,
lesquelles représentent un taux important
du PIB. Le député s’est interrogé sur les
mesures prises par la Banque d’Algérie
pour faire face à cette situation, en cas de
persistance de la baisse des cours à moyen
et à long termes, notamment en matière de
gestion des réserves de change, lesquelles
ont baissé avant même la chute des cours
du pétrole, pour atteindre 193,26 milliards
de dollars fin juin 2014. Il a appelé à drainer davantage d’investissements dans les
secteurs de l’agriculture, de l’industrie et
des prestations, pour booster le taux de
croissance hors hydrocarbures, qui est à
même d’apporter une valeur ajoutée, en
compensant progressivement les recettes
des hydrocarbures. Par ailleurs, Abdelghani Boudebous (Alliance Algérie VerteAAV) a estimé que “l’incapacité de l’Etat
de développer les exportations hors hydrocarbures”, qui restent faibles, est un fait
grave dans un contexte marqué par la
chute des cours du pétrole de près de 50%
en un laps de temps ne dépassant pas les
six mois”. La députée Nora Kharbouche
(AAV) a pour sa part souligné qu’une reforme du système bancaire et une gestion
prudente des réserves de change pouvaient
être considérées comme des solutions provisoires, en vue de faire face aux chocs extérieurs, en attendant de trouver d’autres
alternatives qui réduisent notre dépendance aux hydrocarbures et freinent l’importation, principales causes du déficit
enregistré dans la balance des paiements.
Par ailleurs, les députés ont appelé à durcir
le contrôle du secteur bancaire, notamment
à travers l’interdiction des transferts de
fonds en devises vers l’étranger et le rapatriement des fonds transférés, outre la lutte
contre le phénomène de blanchiment d’argent “qui a pris des proportions inquiétantes” ces dernières années. Ils ont, en
outre, appelé la BA à mettre en place des
mécanismes répondant aux normes internationales, pour lutter contre “les crimes”
financiers.
L
Opérations de placement des réserves de change
Des recettes de 3,1 milliards de dollars en 2013
En 2013, les réserves de change algériennes ont atteint près de 194 milliards de dollars contre
190,66 milliards à la fin 2012 et 182,22 milliards de dollars à la fin 2011.
L
es recettes des opérations de
placement des réserves de
change de l’Algérie ont atteint 3,155 milliards de dollars en
2013, et ce en dépit d’une conjoncture financière internationale “difficile”, a indiqué à Alger le
Gouverneur de la Banque d’Algérie (BA), Mohamed Laksaci. Répondant aux questions des députés
de l’Assemblée populaire nationale
(APN) lors de l’examen du rapport
annuel de la Banque d’Algérie sur
le développement et les tendances
économiques et financières de l’Algérie, M. Laksaci a précisé que “le
taux d’intérêt des placements des
réserves de changes à l’étranger a
atteint 1,66 %, un taux très appréciable au regard des taux d’intérêts
bas appliqués par la majorité des
banques centrales étrangères”. Le
Gouverneur de la Banque d’Algérie a rappelé la politique de la BA
en matière de gestion des réserves
officielles du pays qui obéissent
aux trois principes de fluidité, de
sécurité et de rentabilité.
En
2013, les “réserves de change algériennes ont atteint près de 194 milliards de dollars contre 190,66
milliards à la fin 2012 et 182,22
milliards de dollars à la fin 2011.
Les réserves de change de l’Algérie
ont reculé en juin dernier à 193,269
milliards de dollars en raison du déficit enregistré dans la balance des
paiements extérieurs avec le recul
des recettes pétrolières et l’augmentation croissante des importations. Le niveau élevé des réserves
devrait permettre d’absorber les
chocs extérieurs, a-t-il précisé ajoutant que les réserves actuelles sont
suffisantes pour répondre aux besoins de l’Algérie en matière de
biens et de services importés pour
les 35 mois à venir. “Les réserves
de change actuelles permettent à l
‘Algérie de faire face aux chocs sur
la balance des paiements extérieurs
à court et à moyen termes, mais
cette capacité à résister aux chocs
se dissipera vite si les cours du pé-
trole restaient à des niveaux bas
pendant longtemps”, a-t-il expliqué. “Nul ne peut nier l’existence
d’indices d’un éventuel choc externe en raison de la baisse des prix
du pétrole à partir de 2015”, a fait
savoir le gouverneur de la Banque
d’Algérie. “Néanmoins, l’économie algérienne peut poursuivre sa
croissance à des taux acceptables
au cours des prochaines années
grâce à une position financière externe robuste”, a-t-il rassuré. Selon
le responsable, il n y a pas lieu de
comparer entre les chocs précédents, notamment ceux de 1986 et
de 1998 et l’actuel recul des prix du
pétrole du fait que l’Algérie jouit
d’une position financière sans précédent à la faveur d’une dette publique n’excédant pas 8 % du PIB,
l’un des taux les plus faibles au
monde. Les indicateurs de stabilité
financière, actuels sont un acquis
indéniable pour l’Algérie. Cependant, il est nécessaire de promouvoir les investissements dans
différents secteurs économiques
pour pouvoir absorber les chocs externes, a souligné le gouverneur de
la Banque d’Algérie. M. Laksaci a
fait savoir que la Banque d’Algérie
recourra à partir de 2015 au renflouement des banques ce qui permettra d’injecter de la liquidité,
tout en veillant à préserver un niveau
d’inflation
acceptable.
Concernant les bureaux de change,
le gouverneur de la Banque d’Algérie a annoncé la révision du cadre
réglementaire de leurs activités à
partir de 2015 et l’octroi d’accréditation aux nouveaux bureaux.
Un programme d’investissement est arrêté d’ici à 2023
Les ambitions “mesurées“ de Sonelgaz
La capacité de production qui était en dessous de 600 mégawatts dans les années 1960 est aujourd’hui à
15.000 MW et atteindra 25.000 MW à l’horizon 2023.
S
onelgaz a tracé un programme plus ambitieux pour les quelques années à venir.
Ainsi, la capacité de production additionnelle prévue sur la période 2013-2023 s’élève à
35 505 Mégawatt (MW) dont 21 305 MW sont
décidés alors que 14 200 MW sont en idée de
projet. Sur les 21 305 MW, 5 539 MW en énergies renouvelables, 14 370 MW en conventionnel pour le réseau interconnecté nord, 50 MW
en turbines à gaz pour le pôle In Salah - Adrar –
Timimoun, 421 MW en turbines à gaz et diesel
pour les réseaux isolés du sud. Par ailleurs,
14 370 MW de capacité de production additionnelle développable sont en cours de construction
sur la période 2013-2017, dont 1 140 MW de la
centrale Koudiet Eddraouech (SKD). « Ce programme de développement de la production
d’électricité global du 2013-2023 nécessitera
une enveloppe qui s’élève à plus de 4 000 milliards de DA dont plus de 2 000 milliards de DA
pour les énergies renouvelables », indique-t-on.
La longueur globale du réseau de transport de
l’électricité à réaliser sur la période 2013-2023
est de l’ordre de 27 045 km dont 21 240 km,
déjà décidés desquels 1 765 km subiront une réhabilitation. Le nombre de postes électriques de
transformation à réaliser sur la même période est
de 479 postes. Le nombre total de postes sera de
750 à l’horizon 2023 avec une puissance installée de 124 800 MVA. Pou le gaz, le plan de développement du réseau de transport concerne
essentiellement le raccordement en gaz naturel
des localités des régions des Hauts Plateaux et
du Sud et la continuité du raccordement au gaz
naturel des régions du Nord. «L’objectif, c’est
de permettre l’amélioration de l’accès au réseau et l’extension du marché national du gaz
dans le Sud », souligne la DG. Sonelgaz a ouvert
hier son troisième salon national des sociétés du
groupe à Ouargla. Il s’agit d’une exposition à
travers laquelle cette Holding compte apporter
un éclairage sur les métiers de ses 36 sociétés et
les réalisations effectuées au service du développement, notamment, les efforts consentis pour
le renforcement des réseaux du sud et les projets
futurs envisagés au profit des populations de
cette région. Organisée dans le cadre de la commémoration du 60ème anniversaire du déclenchement de la guerre de libération, cette
manifestation qui vient après celles réalisées à
Sétif et Oran, mettra en exergue les différentes
opérations d’envergure réalisées et qui ont accompagné le développement du pays en portant
le taux d’électrification à 99% et le taux de pénétration du gaz par canalisations à près de 52%
sur tout le territoire national. L’exposition sera
également l’occasion, pour les sociétés du
Groupe, de « communiquer à travers des projections et des exposés, sur des thématiques liées
à leurs métiers. Aussi, pour mieux répondre aux
interrogations du grand public, des cadres supérieurs des filiales seront présents rappelleront
le défi relevé par les pionniers de Sonelgaz à
l’indépendance et à préciser le rôle des sociétés
du groupe comme locomotives de l’économie
nationale », expliquent les organisateurs. Tous
es sacrifices de ces travailleurs n’ont pas été
vains d’autant plus qu’aujourd’hui, Sonelgaz
peut s’enorgueillir d’avoir doté l’Algérie d’un
réseau électrique de 25.000 km linéaires dont
3.781 km de lignes haute tension soit un taux de
couverture estimé à 99 %. L’autre réseau de gaz
naturel est évalué à 15.933 km assurant au pays
un taux de couverture 51 %. Sonelgaz compte
actuellement 8 millions d’abonnés au réseau
électrique et près de 4 millions au gaz naturel.
La direction générale ne compte pas en rester là
et se satisfaire de ce qu’elle a accompli jusquelà. La poursuite des projets de développement
déjà lancés dans le cadre du programme national
gaz, le programme quinquennal 2010-2014 prévoit le raccordement en gaz naturel de plus d’un
million de foyers à travers les 48 Wilayas en
2014 pour un montant global de 211,6 milliards
DA. «Le montant global prévu pour l’ensemble
des ouvrages liés au développement du réseau
de transport du gaz sur la période 2013-2023
est d’environ 3 000 milliards de DA », affirme
la même source. « La capacité de production qui
était en dessous de 600 mégawatts dans les années soixante est aujourd’hui à 15.000 et atteindra 25.000 à l’horizon 2024 », a déclaré
M Nordine Bouterfa, PDG du groupe à l’ouverture de l’exposition organisée au palais des expositions de haï Medina Jdida à Oran.
Mouloud Ait-Ali
Chute des prix du pétrole
Le CNES met en place une cellule de suivi et d’évaluation
Le rôle de cette cellule, qui travaille avec les acteurs concernés, est de suivre la situation qui prévaut sur le marché mondial du
pétrole après la chute rapide des cours de l’or noir
U
ne cellule de suivi et d’évaluation a été mise en place
par le Conseil économique
et social (CNES) pour suivre la situation suite à la chute des prix du
pétrole, a indiqué lundi à Alger son
président, Mohamed-Seghir Babes.
“Le rôle de cette cellule, qui travaille
avec les acteurs concernés, est de
suivre la situation qui prévaut sur le
marché mondial du pétrole après la
chute rapide des prix” , a précisé M.
Babes lors d’un point de presse en
marge de la conférence internationale sur les mécanismes institutionnels de suivi de l’équité sociale et
l’amélioration de l’efficacité des politiques publiques dans la promotion
de l’équité. Selon le président du
CNES, “même si cette situation est
préoccupante, l’Algérie possède les
moyens pour amortir les répercussions de cette situation sur les projets de développement inscrits dans
le cadre du plan quinquennal, et ce
grâce au fonds de réserve destiné à
faire face aux situations d’urgence”.
Il a rappelé, dans le même cadre, les
efforts de l’Etat consentis pour le développement
d’infrastructures
lourdes pour répondre aux besoins
du développement socio-économique du pays. M. Babes a relevé
que le monde entier était confronté
à cette situation (chute des prix du
pétrole), “dont les effets ne sont autres que le prolongement de la crise
économique mondiale qui remonte à
quelques années”
A C T U A L I T E
3
Mercredi 17 décembre 2014
Importations de céréales durant les 10 premiers mois de l’année 2014
Une facture de plus de 2 milliards de dollars
Celle des blés tendre et dur s’est établie à 2,03 milliards de dollars contre 1,85 milliard de dollars sur la même
période 2013, grimpant ainsi de 9,72%.
L
a facture des importations
de blé par l’Algérie a dépassé les deux (2) milliards
de dollars sur les dix premiers mois de l’année 2014, soit une
hausse de près de 10% comparativement à la même période de 2013, a-ton appris auprès des Douanes. Plus
précisément, la facture des importations de blé (tendre et dur) s’est établie à 2,03 milliards de dollars contre
1,85 milliard de dollars sur la même
période 2013, grimpant ainsi de
9,72%, indique le Centre national de
l’informatique et des statistiques des
douanes (Cnis). En quantité, les importations de blé tendre et dur ont atteint 6,27 millions de tonnes sur les
dix premiers mois 2014, contre 5,33
millions de tonnes à la même période
de l’année écoulée, en hausse de
17,62%. En terme de catégorie de blé,
les achats à l’extérieur de blé tendre
se sont chiffrés à près de 1,36 milliard
Santé
de dollars (pour une quantité de 4,56
millions de tonnes), contre près de
1,43 milliard de dollars (4,28 millions
de tonnes) à la même période de comparaison de 2013. Pour le blé dur,
l’Algérie a importé, durant la même
période de l’année en cours, pour un
montant de près de 672 millions de
dollars (1,71 million de tonnes),
contre près de 419 millions de dollars
(1,04 million de tonnes) à la même période de comparaison, soit une hausse
de plus de 60% en terme de valeur.
Quant aux autres types de céréales, le
importations de l’orge ont été estimées à 146,85 millions de dollars
(573.104 tonnes) contre 120,31 millions de dollars (389.079 tonnes), en
hausse de plus de 22% en valeur. Les
importations du maïs, qui ont connu
une augmentation de plus de 9% en
valeur, ont atteint 828,24 millions de
dollars (3,38 millions de tonnes) entre
janvier et octobre 2014, contre 757,57
millions de dollars (2,65 millions de
tonnes) sur la même periode de 2013,
selon les chiffres du Cnis. A rappeler
que la production céréalière nationale
de la campagne 2013-2014 a reculé de
30% par rapport à la saison précédente en s’établissant à 34 millions de
quintaux contre 49,1 millions de quin-
taux durant la campagne 2012-2013.
Ce recul a été expliqué par le ministère de l’Agriculture et du développement rural au manque de
pluviométrie. Dépendante des conditions climatiques, la production céréalière ne cesse de reculer depuis les
rendements records enregistrés lors de
la campagne 2008-2009 avec une production de 61,2 millions de quintaux.
En 2009-2010, la production avait
chuté à 45 millions de quintaux puis à
42,45 millions qx en 2010-2011 avant
de remonter à 51,2 millions qx en
2011-2012. En 2013, les importations
des céréales avaient totalisé un montant de 3,16 milliards de dollars contre
3,18 milliards de dollars en 2012, enregistrant un léger recul de l’ordre de
0,62%. Les besoins nationaux en céréales sont estimés à environ 8 millions de tonnes/an, ce qui classe
l’Algérie comme l’un des plus importants pays importateurs des céréales.
Plus de 900 praticiens et techniciens cubains en Algérie
Une mission médicale cubaine composée de 900 coopérants, entre praticiens et techniciens, déployés à travers plusieurs wilayas est
présente en Algérie dans le cadre du partenariat entre les deux pays
P
lus de 900 praticiens et techniciens cubains exercent en Algérie dans le domaine
de la santé, a affirmé lundi à La Havane
(Cuba), le Directeur de la coopération au ministère de la Santé, de la population et de la réforme
hospitalière, Mohamed Abdi. Une mission médicale cubaine composée de 900 coopérants,
entre praticiens et techniciens, déployés à travers
plusieurs wilayas est présente en Algérie dans le
cadre du partenariat entre les deux pays, a déclaré M. Abdi, en marge de la 19ème commission algéro-cubaine, tenue du 15 au 19
décembre. Selon le même responsable, il est
prévu d’élargir la coopération pour assurer une
couverture globale de tout le territoire national,
notamment en matière de santé mère/enfant et
de lutte contre le cancer, ajoutant que deux projets relatifs à la chirurgie du coeur chez l’enfant
et au développement de l’industrie des vaccins
en Algérie étaient en cours d’examen. Concernant la santé mère/enfant, M. Abdi a indiqué
qu’une mission cubaine spécialisée dans ce domaine, forte de 354 praticiens et techniciens, a
été dépêchée en Algérie pour assurer la couverture de 11 wilayas, et ce en vertu d’une conven-
tion signée entre l’Algérie et Cuba en juin 2011.
Cette coopération devrait s’élargir à la fin 2014,
après la signature d’une convention y afférente
visant à l’étendre à cinq autres wilayas, à savoir
Adrar, Tamanrasset, El Bayadh, Ghardaïa et
Ouargla, devant sanctionner les travaux de la 19
e session de la commission mixte algérocubaine.
Les deux pays examinent également la possibilité d’étendre l’opération, supervisée par 84 praticiens et techniciens de ce pays, aux wilayas
d’Oum El Bouaghi, Naama, Biskra, Souk Ahras,
M’sila, Tébessa et Laghouat, a indiqué le même
responsable. Il a ajouté que dans le cadre de la
coopération bilatérale, le centre de lutte contre
le cancer de Ouargla a été doté de 60 professionnels et techniciens cubains en 2010, rappelant
qu’un projet visant la dotation des centres des
wilayas d’El Oued, Tlemcen, Sidi Bel Abbes, de
18 professionnels et techniciens, notamment en
termes de radiothérapie et de chimiothérapie
était en cours d’examen. Les wilayas de Bechar,
El Oued, Ouargla et Djelfa comptent 350 spécialistes cubains en ophtalmologie et chirurgie
ophtalmologique, a affirmé M. Abidi. A noter
que les travaux de la 19ème session de la Com-
mission mixte algéro-cubaine au niveau des experts représentant plus de 12 secteurs ont débuté
lundi à La Havane (Cuba). Le Directeur général
de la région d’Amérique au ministère des Affaires étrangères Lahcen Boukhalfa et son homologue cubain Alexei Millar ont salué le
développement des relations bilatérales algérocubaines et les efforts déployés par les autorités
des deux pays en faveur de leur consolidation.
Deux commissions au niveau des experts ont été
mises en place dans ce sens. L’une chargée des
dossiers sanitaires concernés par la coopération
et l’autre prendra en charge les autres secteurs.
Les actions de ces deux commissions seront supervisées par le ministère algérien des Affaires
étrangères et le ministère cubain du Commerce
et de l’investissement. Les deux parties évoqueront durant cette session les moyens d’élargissement de la coopération à plusieurs domaines,
notamment la santé mère/enfant, la lutte contre
le cancer et l’investissement dans les produits
pharmaceutiques. S’agissant du secteur de la
pêche, les deux parties œuvreront au renforcement de la coopération en matière de transfert
technologique, transformation des ressources ha-
lieutiques et d’aquaculture outre l’élargissement
du partenariat à la prévention contre les maladies
des poissons. Pour ce qui est du secteur de l’agriculture et du développement rural, il est attendu
que les deux parties procèdent au parachèvement
du dossier relatif à la recherche, la formation, la
santé animale et le traitement des eaux. Le secteur de la poste et des technologies de l’information et de la communication bénéficiera d’un
intérêt particulier, notamment la coopération
dans le domaine de la poste, la formation des
formateurs et la recherche scientifique entre
l’institut national algérien spécialisé dans ce domaine et celui de Cuba. Concernant les ressources en eau, une convention bilatérale
relative au renforcement de la coopération dans
plusieurs domaines devrait être signée entre les
deux parties début 2015. La 19ème session de la
commission mixte algéro-cubaine devrait être
sanctionnée par la signature de plusieurs conventions susceptibles de booster la coopération algéro-cubaine qui remonte aux premières années
de l’indépendance avec l’arrivée de la première
mission médicale étrangère en Algérie, celle de
la mission cubaine.
Pêche
Ferroukhi appelle au renforcement de la coopération interarabe
Le ministre a exhorté les pays arabes à orienter leurs politiques de développement vers l’exploitation rationnelle des ressources
halieutiques et l’amélioration des conditions de vie des pêcheurs.
L
e ministre de la Pêche et des ressources
halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi a appelé au renforcement de la coopération
interarabe dans le domaine de la pêche et de
l’aquaculture ainsi qu’au développement des
échanges commerciaux et des investissements.
S’exprimant à l’occasion du 5ème congrès
arabe sur l’investissement et l’exploitation des
ressources halieutiques et la sécurité alimentaire, le ministre a exhorté les pays arabes à
orienter leurs politiques de développement vers
l’exploitation rationnelle des ressources halieutiques et l’amélioration des conditions de vie
des pêcheurs. M. Ferroukhi a affirmé que l’Algérie ouvre les portes pour un partenariat interarabe dans le cadre du quinquennat 2015-2019
qui prévoit notamment la réhabilitation et la
modernisation de 2.500 de bateaux de pêche, la
réalisation de 350 projets dans l’aquaculture en
plus du lancement de plus de 1.000 projets dans
les activités de fabrication d’équipements. Le
plan quinquennal pour les cinq prochaines années, rappelle le ministre, sera centré sur la pro-
motion de toutes les filières de la pêche et de
l’aquaculture ainsi que l’amélioration de la situation du marché local en diversifiant ses
sources d’approvisionnement notamment par la
production locale. Sur un autre plan, le ministre
a plaidé pour la création d’un réseau arabe regroupant des centres de recherches et de développement afin d’encourager l’échange
d’expériences et de valoriser les résultats de la
recherche, et l’établissement d’un cadre arabe
pour la coordination entre ces pays en vue de
mettre en oeuvre les recommandations issues
des différentes rencontres organisées au niveau
régional. Il a ajouté dans ce sens que les pays
arabes devraient développer leurs infrastructures de formation pour une meilleure maîtrise
des technologies. Le 5e congrès arabe sur l’investissement et l’exploitation des ressources
halieutiques et la sécurité alimentaire auquel
participent des ministres et experts des différents pays arabes vise à chercher les voies
d’une coopération interarabe pour une exploitation rationnelle des ressources halieutiques.
Ses objectifs rejoignent les principes de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le plan du secteur
de la Pêche et des ressources halieutiques à
l’horizon 2020 en faveur du développement
durable des ressources et des écosystèmes.
L’Algérie avait abrité la première édition de ce
rendez-vous en 2001, rappelle-t-on. Le ministre a affirmé que l’Algérie était prête à transférer son expérience dans le domaine de la pêche
et de l’aquaculture aux pays arabes qui
connaissent un déficit en la matière. Il a précisé
lors d’une conférence de presse conjointe avec
le Secrétaire général de l’Union arabe des producteurs de poissons, Mahmoud Radi Hocine,
que “l’Algérie a des capacités à échanger avec
ses homologues arabes d’autant que certains
pays ont sollicité son aide”. Plusieurs pays
arabes ont demandé à l’Algérie, durant cette
conférence, de les accompagner dans l’élaboration des statuts et l’organisation du secteur,
ajoute M. Ferroukhi. Selon le ministre, la rencontre de deux jours à laquelle prennent part
nombre de ministres arabes, permettra de créer
un holding arabe des poissons, présenter un
projet de création d’un conseil arabe de richesse halieutique et définir une plate-forme de
réforme des statuts de l’Union arabe des producteurs de poissons. Cette rencontre, a-t-il
ajouté, vise à promouvoir l’échange commercial interarabe à la lumière d’un surplus de production de poisson dans certains pays arabe
susceptible de couvrir la consommation arabe.
L’approche algérienne visant à réaliser un développement durable dans le domaine de la
pêche et de l’aquaculture repose, selon le ministre, sur l’effort national et des conditions favorables au développement de la production en
encourageant les investisseurs arabes à transférer leur expérience au profit de l’Algérie et
apporter les nouvelles techniques. Le SG de
l’Union arabe des producteurs de poissons,
Mahmoud Radi Hocine a précisé que le holding arabe des poissons associerait les deux
secteurs public et privé avec pour mission
d’encourager les investissements arabes.
A C T U A L I T E
4
Mercredi 17 décembre 2014
Suivi et de mesure de l’équité sociale en Algérie
Vers la création d’un observatoire national
La mission de cet observatoire “porte particulièrement sur l’évaluation et le suivi des politiques publiques relatives à
l’équité sociale en Algérie”, explique le président du CNES, Mohamed-Seghir Babes
L
e président du Conseil
économique sociale
(CNES), MohamedSeghir Babes, a fait
part d’un projet de création d’un
observatoire national de suivi et
de mesure de l’équité sociale en
Algérie. Lors d’un point de
presse tenu en marge de la conférence internationale sur les mécanismes institutionnels de suivi
de l’équité sociale, M. Babes a
précisé que la mission de cet observatoire “porte particulièrement sur l’évaluation et le suivi
des politiques publiques relatives
à l’équité sociale en Algérie”. Ce
projet sera débattu, à l’occasion
de cette rencontre, avec les différents partenaires et experts, notamment mexicains, “connus
pour leur expérience en la matière”, a-t-il ajouté. Il sera proposé à ce propos, des modalités
“opérationnelles” pour encourager les pays de la région MENA
à s’intéresser de “plus près” à
l’institutionnalisation de la mesure de l’équité dans les politiques publiques, a souligné M.
Babes. Les mécanismes institutionnels de suivi de l’équité sociale et l’amélioration de
l’efficacité des politiques publiques dans la promotion de
l’équité sont au centre d’une
conférence internationale de
deux jours à Alger. Organisée
conjointement par le CNES et
l’UNICEF, cette conférence voit
la participation d’un panel de
partenaires et d’experts d’une
vingtaine de pays issus de la région MENA, d’Amérique du
nord et d’Amérique latine,
d’Afrique et d’Europe. Les participants traiteront de questions
relatives à la problématique de
l’équité sociale à travers des
exemples et des échanges d’expériences au niveau de certains
pays, notamment latino-américains, qui “offrent des exemples
de bonne pratique sur les questions inhérentes au développement inclusif, reconnus par les
instances internationales spécialisées”, selon les organisateurs.
APW de Tizi-Ouzou : session ordinaire :
Budget primitif approuvé avec le retrait des élus de l’opposition (RCD)
L
e budget primitif (BP) de l’exercice
2015 a été voté à la majorité des
élus (32 sur les 47) : FFS : 16 –
FLN : 11 et RND : 5 à l’exception de ceux
du RCD (15) qui ont quitté l’hémicycle au
cours du vote, provoquant ainsi un incident
sans précédent. L’APW de Tizi-Ouzou a
tenu sa session ordinaire les 15 et 16 Décembre 2014, à l’effet d’ adopter le BP
2015. Ce projet du BP est établi sur la base
d’une balance équilibrée des recettes et dépenses prévisionnelles d’un montant de :
2 187 445 302,25 DA. La section de fonctionnement s’élève à 1 844 744 106, 33
DA et celle de l’équipement se chiffre à :
262 671 195,92 DA. Lors de la lecture de
ce projet, notamment le chapitre 930 relatif
à la contribution au développement économique dans son article 653 ( subventions à
diverses institutions), la commission des
finances a carrément supprimé la subvention proposée par la DAL ( administration)
d’un montant de million de DA à la commune Yahia ( fête du tapis d’Aït Hichem)
qui lui revenait de droit chaque année sauf
que cette année, le festival du tapis d’Aït
Hichem s’est déroulé à la Maison de la culture Mouloud Mammeri de Tiizi-Ouzou au
grand dam des habitants de ce village qui
rejetaient ce transfert. Cette suppression de
ladite somme a soulevé le tollé des élus du
RCD qui ont demandé la suspension de la
session pour quelques minutes afin de leur
permettre de se concerter et pour revenir et
demander le retrait des élus du RCD lors
du vote du BP. La commission des finances de l’APW a aussi supprimé la subvention attribuée pour l’acquisition de
matériels pour les handicapés tout en octroyant des subventions pour l’organisation d’un colloque scientifique sur Pierre
Bourdieu et la sociologie kabyle ( 3 millions de DA), une autre subvention pour
les zaouias ( 2,5 Millions de DA), une subvention de 15 millions de DA pour la ligue
de football de la Wilaya pour la prise en
charge des frais d’engagement des clubs
sportifs locaux, une autre pour la ligue
d’athlétisme ( 1,5 million de DA) et
500 000, 00 DA pour le semi marathon .
Ce sont toutes ces subventions attribuées
qui ont soulevé la colère des élus de l’opposition. Sur le vif, nous avons contacté M.
Hadibi Saadi, chef du groupe RCD : « Il y
a complot contre le RCD au niveau de
l’APW pour l’empêcher à intervenir à tout
ce qui a trait à la quotidienneté du citoyen.
L’alliance nouvelle des partis au pouvoir
se dessine à Tizi-Ouzou avec la coalition
contre le RCD. Le RCD, fidèle à lui-
Hôpital pour enfants de Laghouat
Plusieurs décès dus à l’état
déplorable de
l’établissement, selon la
LADDH
Le bureau de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) à Leghouat dénonce « l’état déplorable » de
l’hôpital « Docteur Saadane » pour enfants où
plusieurs malades sont décédés à cause de cette
situation.
Dans un communiqué publié, hier, l’Association impute « la totale responsabilité aux dirigeants et aux corps médical et paramédical
pour leur implication directe dans la situation
catastrophique dans laquelle se trouve cet établissement hospitalier. Une situation qui a provoqué la mort de plusieurs enfants dont deux
cas le 14 et le 16 décembre 2014 », affirme-telle.
La LADDH déplore aussi le manque « flagrant
de médecins en activités » au sein de l’hôpital.
« Un manque d’effectif aggravé par un manque
d’éthique avérée à la répartition des heures de
travail », écrit l’Association.
U
même, s’inscrit dans la résistance et agira
pour protéger la région du pouvoir mafieux ! ». M. Daïd Mohamed, élu RCD
nous dira avec conviction : » Le RCD a
proposé que la subvention allouée annuellement au village Aït Yahia dans la commune d’Aït Hichem soit maintenue dans le
seul objectif majeur est d’attirer les touristes nationaux et étrangers dans la région
montagneuse ! » Il est à rappeler que le festival du tapis d’Aït Hichem s’est déroulé à
la Maison de la culture de Tizi-Ouzou. Ce
transfert n’a pas eu l’approbation des villageois notamment dans le domaine commercial. L’autre point de la discorde entre
les élus et le BET est le plan d’aménagement de la Wilaya de Tizi-Ouzou (PAW).
Les élus focalisent leurs interventions sur
le transport en général, notamment sur
l’urgente nécessité d’un aéroport dans la
Wilaya de Tizi-Ouzou tout en demandant
d’exclure du vocabulaire thématique de
« la proximité de Tizi-Ouzou de la capitale » comme prétexte à ne pas l’inscrire.
Un élu a donné des exemples d’aéroports
réalisés à l’Est du pays, entre deux villes
distantes d’à peine une centaine de km et
dont le flux des voyageurs, notamment la
communauté émigrée est inférieure à celle
de Tizi-Ouzou. Les élus du peuple deman-
dent « un rééquilibre entre les régions. Le
transport doit être modernisée, un aéroport
à Tizi-Ouzou est devenu aujourd’hui une
exigence et ce n’est pas une raison de priver la région de développement parce
qu’elle est montagneuse ou à proximité de
la capitale ! » La station électrique d’Azeffoun revient sur le tapis. Une élue propose
une attention particulière « aux ressources
d’énergie solaire et autres. Le PAW est
voté sous réserves : « le BET doit porter
des correctifs et un observatoire dont la
mission est de veiller sur le suivi des propositions, est à mettre sur pied ». La zone
touristique (ZET de Sidi –Khelifa) à Azeffoun est portée de 44 ha à 93 ha « une extension qui permettra à 40 investisseurs
d’être satisfaits avec d’autres ». Le Wali
avance une somme de 800 millions de DA
pour la viabilisation de ces zones et toutes
les demandes d’investissements ont été satisfaites pour la réalisation d’un hôtel 4
étoiles, d’un centre de loisirs, des campings, des auberges entre autres. La 2ème
journée est réservée au point de situation
des secteurs : Jeunesse et sports, travaux
publics sur lesquels nous y reviendrons
avec plus de détails suivis des recommandations.
M. A. Tadjer
Un nouveau dispositif pour le développement
du secteur industriel
n nouveau dispositif visant le développement du secteur industriel et la promotion de la
production nationale sera annoncé dans
les prochains jours, a fait savoir hier à
Alger le ministre de l’Industrie et des
mines, Abdesselam Bouchouareb.
Intervenant lors d’une réunion consacrée
à la relance de la production nationale en
présence de plusieurs organisations patronales et de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), le ministre a
avancé qu’un certain nombre d’initiatives devant contribuer au développement du secteur industriel et à la
promotion du produit national seraient
annoncées lors du Salon national de la
production nationale prévu du 24 au 28
décembre en cours.
M. Bouchouareb a également indiqué
qu’une rencontre, réunissant le groupe de
travail de la Tripartite chargé de ce dossier et tous les partenaires sociaux, se
tiendrait lors de ce prochain salon.
Il s’agira d’identifier et de débattre des
mécanismes à mettre en place et de formuler des propositions qui seront soumises au gouvernement dans cet objectif,
selon lui.
La conjoncture actuelle, a-t-il poursuivi,
“nous impose de revoir toutes les politiques qui ont été menées jusqu’à maintenant et d’en faire une évaluation avant
d’aller concrètement vers la promotion
de la production nationale”.
Le ministre a mis en avant la nécessité
d’accélérer les réformes et les décisions
politiques déjà prises dans le cadre du
plan quinquennal 2015-2019. Dans ce
sens, il a relevé l’importance de la contribution du secteur privé, en tant que créateur d’emplois et de richesses, dans le
processus de la relance de l’industrie nationale.
De son côté, le secrétaire général de
l’UGTA, M. Sidi Saïd, a plaidé pour l’encouragement de partenariats privé-privé,
public-public et public-privé afin de relancer l’outil national de production.
La forte chute des cours du pétrole “devrait être un facteur déclenchant du développement de l’économie nationale et
des secteurs hors-hydrocarbures”, a-t-il
insisté.
Le président de la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA),
Habib Yousfi, a souligné, pour sa part, la
nécessité d’encourager les consommateurs algériens à consommer le produit
national, tout en souhaitant à conjuguer
tous les efforts afin d’atteindre une croissance à deux chiffres.
La
5
La résistance aux antibiotiques causerait 10 millions
de morts par an dans le monde en 2050
Une augmentation continue de la résistance aux antibiotiques causerait 10 millions de morts par an
dans le monde en 2050, provoquant une érosion du Produit intérieur brut (PIB) mondial de 2% à
3,5%, selon un rapport d’une commission d’experts diffusé lundi dernier à Londres.
L
es morts surviendraient
principalement en Asie
(4,7 M) et Afrique
(4,1M). En Europe,
l’étude prévoit une moyenne annuelle de 390.000 morts. Elle serait
de 317.000 aux Etats-Unis, note ce
rapport du groupe d’experts internationaux mis en place par le gouvernement britannique en juillet
dernier. Cela deviendrait la première cause de mortalité dans le
monde devant le cancer qui tuerait
8,2 millions de personnes, le diabète (1,5 million de morts par an),
les maladies diarrhéiques (1,4 million) ou les accidents de la route
(1,2 million). “L’étude évalue à 300
millions le nombre de personnes
qui devraient mourir prématurément à cause d’une résistance aux
médicaments pendant les 35 prochaines années”, ajoute ce rapport
qui se fonde sur deux études prospectives réalisées à la demande de
la commission. “Financièrement,
cela revient bien moins cher de
prendre en compte la résistance aux
médicaments plutôt que de ne rien
faire”, affirme le rapport qui préconise notamment la création de nouveaux médicaments. La résistance
antibiotique cause aujourd’hui
700.000 décès par an dans le
monde dont 50.000 en Europe et
aux Etats-Unis, précise encore
l’étude. En annonçant la création
de cette commission, le Premier
ministre britannique David Cameron avait qualifié de “menace bien
réelle et inquiétante” le développement rapide des bactéries résistantes à l’échelle mondiale,
craignant que l’inefficacité des antibiotiques puisse renvoyer le
monde “au Moyen-âge de la médecine, avec des morts provoquées
par des infections et lésions qu’on
peut soigner aujourd’hui”. La
consommation mondiale d’antibiotiques chez l’homme a augmenté
de presque 40% entre 2000 et 2010,
précise encore le rapport. Parmi les
bactéries qui montrent déjà une résistance aux antibiotiques, selon
cette étude, figurent Klebsiella
pneumonia (infection des voies respiratoires), E.coli (bactérie intestinale) et le Staphylococcus aureus.
Des inquiétudes quant à une résistance grandissante portent sur le
VIH, la tuberculose et la malaria.
La période janvier-novembre 2014 a été la plus chaude
dans le mondePour
depuis
1880
a période de janvier à no- de chaleur en 2014. Mais noles dix premiers mois de 5,7% (6.216 kilomètres carré)
L
vembre 2014 a été la
plus chaude enregistrée
sur la planète depuis le début
des relevés de températures en
1880, a annoncé l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) qui
prédit un record
vembre n’a été que le septième
mois le plus chaud dans les annales avec une température 0,65
degré Celsius au-dessus de la
moyenne du XXe siècle, a précisé l’Agence.
l’année,
la
température
moyenne à la surface des océans
et des terres a été de O,70 degré
au-dessus de la moyenne du siècle dernier et la plus chaude jamais enregistrée depuis 1880,
surpassant de 0,01 degré le précédent record de 2005.
L’étendue moyenne
des glaces arctiques en novembre a
é t é
Google lance la version
en arabe du site sur l’archivage
des constitutions dans le monde
au-dessous de la moyenne de
1981 à 2010, a également indiqué la NOAA. La superficie des
glaces dans l’Arctique a été la
neuvième plus petite depuis
1979, début des observations satellitaires, a également indiqué
le Centre national américain de
la neige et de la glace (NSIDC).
Dans l’Antarctique, la superficie
des glaces a été en novembre
2% (3.367 km2) au-dessus
de la moyenne de 1981 à
2.010. Il s’agit de la huitième plus grande étendue
des glaces jamais mesurée.
Mercredi 17 décembre 2014
Plus de 5200
enfants violentés
à travers le pays
durant les neuf
premier mois de
2014
Quelque 5220 cas de violences faites
aux enfants ont été enregistrés à travers
le territoire national durant les 9 premiers mois de l’année 2014, a annoncé
la commissaire divisionnaire Mme
Kheira Messaoudène, chef du bureau
national de la protection de l’enfance et
de la délinquance juvénile à la direction
de la Police judiciaire. «Les services de
Sûreté ont recensé 5220 enfants victimes de différentes formes de violence
durant les 9 premiers mois de 2014», a
souligné Mme Messaoudène lors d’un
séminaire national des mourchidate, intitulé «la violence familiale: comment
la traiter et la prévenir». «La violence
corporelle vient en tête avec 3100 cas,
soit 60 % des cas, suivie de la violence
sexuelle avec 1420 cas et la maltraitance avec 449 cas», a précisé la même
responsable lors de son intervention, intitulée «la violence familiale: le rôle des
services de police dans la prise en
charge des femmes et enfants violentés». Selon l’intervenante, 173 cas de
kidnaping d’enfants ont été enregistrés
durant la même période, affirmant que
«les enfants kidnappés ont été retrouvés
et ont regagné leurs familles». Mme
Messaoudène affirmé que «6985
femmes ont été violentées durant la période considérée et la wilaya d’Alger
vient en tête en termes d’affaires de violences faites aux femmes (plus de 1100
affaires), suivie des wilayas d’Oran
(plus de 500 affaires) et de Constantine
(plus de 300 affaires). Le nombre de
femmes victimes de violence dans la société «ne se limite plus à une catégorie
d’âge bien déterminée, mais concerne
toutes les tranches d’âge, quel que soit
leur niveau d’instruction. Ce phénomène touche aussi bien les femmes
actives que celles au foyer», a-t-elle
fait remarquer. Le domicile familial
demeure le premier lieu où la femme
est violentée, avec 3321 cas, soit plus
de 47% des cas enregistrés, a souligné
la même responsable, notant une recrudescence du phénomène de violence dans la rue qui a atteint cette
année 1960 cas. Cependant, ces chiffres ne sont pas définitifs et ne reflètent en rien la réalité vécue par la
femme algérienne, vu que beaucoup
de femmes victimes de violence ne recourent pas à la dénonciation d’un tel
acte pour préserver leurs familles.
Google a lancé lundi dernier une version en arabe de son site consacré à l’archivage des constitutions
dans le monde, qui devrait être traduit plus tard dans plusieurs autres langues. Le site — www.constituteproject.org — a été lancé en 2013 pour fournir des exemples de constitutions dans le monde. “Le site
offre dorénavant des versions en langue arabe des constitutions les plus reconnues dans le monde, et fournit
également des outils puissants de comparaison”, explique Brett Perlmutter de Google, dans un blog. “Nous
avons également lancé de puissantes fonctionnalités entre les versions arabe et anglaise du site. On peut ainsi
comparer deux constitutions en vis-à-vis sur la même page. Vous vous demandez comment était la constitution
reize personnes ont été blessées, lundi dernier, suite à une collision
japonaise de 1946, écrite sous l’occupaentre
un bus de
tion américaine, en la comparant avec la
transport
de voyaconstitution américaine? Vous pouvez le
geurs et un camion, surfaire maintenant point par point”,
venu près de Zahana, dans
ajoute-t-il. En anglais, le site offre un
la
wilaya de Mascara.
accès aux 194 constitutions des pays
Selon
les services de la Proindépendants dans le monde. On peut
tection civile, l’accident a eu
y consulter les textes par pays et par
lieu sur l’autoroute Es-Ouest,
année et il existe des classements
à
proximité de la localité Zaghpar thèmes, comme la politique
loul,
relevant de la commune de
étrangère ou le système judiZahana. Le bus, transportant à son
ciaire. Google projette de
bord 40 passagers, a percuté un catraduire le site dans plumion
transportant du sable. Les blessés faisaient partie des voyageurs. Les éléments de
sieurs autres langues,
la
Protection
civile se sont immédiatement rendus sur les lieux du drame pour prodiguer sur
selon un porteplace les premiers secours aux victimes avant que ces dernières ne soient évacuées vers les UMC
parole.
de l’hôpital de Sig. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de cet accident.
13 blessés dans une collision entre
un bus et un camion à Mascara
T
6
R É G I O N S
Mercredi 17 décembre 2014
Mostaganem
Esciences
d’infirmerie
revendiquent
la prise en
charge de leurs
préoccupations
Des dizaines d’étudiants en
sciences d’infirmerie de l’université Abdelhamid-Ibn Badis de
Mostaganem ont organisé, lundi
dernier, une marche pour revendiquer la prise en charge de leurs
préoccupations concernant leurs
études et leur avenir professionnel, a-t-on constaté. Parmi les revendications, les protestataires
ont demandé leur classification
professionnelle au niveau de la
direction générale de la Fonction
publique et du ministère de la
Santé, de la Population et de la
Réforme hospitalière, et d’assurer l’accès au master et la reconnaissance de ce diplôme. La
marche de protestation s’est
ébranlée de la faculté des
Sciences naturelles et vie en direction du siège de la wilaya. Les
étudiants ont emprunté nombre
d’artères de la ville de Mostaganem, avant de s’arrêter à la place
de la commune, où un sit-in a été
observé. Estimant ce mouvement
de protestation d’«infondé», le
recteur de l’université de Mostaganem, Belhakem Mustapha, a
affirmé à l’agence APS que
«toutes leurs revendications ont
été prises en charge par le ministère de l’Enseignement supérieur
et de la Recherche scientifique.»
Il a précisé avoir reçu une correspondance du ministère de tutelle
affirmant que les diplômés de licence et de master dans cette
spécialité peuvent participer à
des concours de recrutement
organisés par les établissements sanitaires. M. Belhakem a appelé les étudiants,
en grève depuis plus d’un
mois, à reprendre les études.
Béjaïa
Médéa
La récolte d’olives s’annonce «moins bonne»
en raison de la sécheresse prolongée
La récolte d’olives dans les daïras de Tablat, El-Azzizia et Béni-Slimane, principales régions oléicoles de
la wilaya de Médéa, s’annonce «moins bonne» cette année que lors des précédentes campagnes, en raison
de la sécheresse qui a sévi dans ces régions du nord-est de la wilaya, ont estimé des oléiculteurs locaux.
L
e rendement à l’hectare, qui avoisinait les
30 quintaux durant la campagne oléicole
2012/2013, risque d’être revu à la baisse à
cause du faible niveau de pluviométrie enregistré à travers ces trois daïras où se concentre l’essentiel du potentiel oléicole de la wilaya, ont-t-ils
fait observer. Les exploitants locaux redoutent une
dégringolade de la production, après une reprise entamée à partir de l’année 2009, avec des rendements
dépassant les 35 quintaux à l’hectare, grâce aux
aides octroyées par l’Etat au profit des fellahs pour
la relance de la filière.Selon ces oléiculteurs, les premières cueillettes, entamées début décembre, sont
«peu rassurantes» au vu de l’état des plantations et
donnent une idée de ce que serait la présente campagne, et les quantités d’olives récoltées, à ce jour,
sont «moins importantes» que par le passé. La plus
grande inquiétude dans la région est de voir le «chemellal», variété d’olive produite localement et qui
fournit une huile de qualité, réputée dans toute la wilaya, céder du terrain devant des huiles issues d’autres régions du pays, alors que beaucoup d’efforts et
de moyens financiers ont été consentis pour imposer
ce label local sur le marché national, font savoir ces
oléiculteurs. Pour les propriétaires des unités de tri-
turation, très répandues dans la daïra de Tablat, il est
prématuré de s’annoncer sur le déroulement de la
campagne oléicole, d’autant plus, ont-ils indiqué,
que celle-ci n’est qu’à ses débuts et qu’il faudrait attendre la fin de la campagne pour se prononcer sur
le sujet. Ils disent s’être habitués à ce genre de «fluctuation de la production», qui dure depuis plus d’une
vingtaine d’années, tout en espérant que la baisse ne
soit pas très importante, vu que leurs gains sont pro-
portionnels aux quantités d’olives traitées et que la
variété d’olives de la région garde toute sa qualité.
Guelma
L
Le projet de la Grande mosquée
de lancé en 2015
es travaux de réalisation été accordé par le premier minis- centre commercial. L’architecture
de la Grande mosquée de
la ville de Guelma, d’un
coût d’un milliard de dinars, seront lancés «au cours du premier
semestre de 2015», a indiqué à
l’agence APS le wali, Larbi Merzoug. Ce responsable a affirmé,
en marge de la présentation de
l’étude préliminaire de cette mosquée, que toutes les dispositions
seront mises en place afin de lancer «dans de bonnes conditions»
ce projet dont le financement a
tre lors de sa visité dans cette wilaya en décembre 2013. Un
terrain «suffisamment vaste» a
été délimité pour ce projet dans le
POS Sud (plan d’occupation du
sol) de la commune de Guelma
où est projeté le nouveau pôle urbain, a précisé le chef de l’exécutif local avant de souligner que
cette mosquée qui pourra accueillir 12 000 fidèles, disposera d’une
école coranique, d’une salle de
conférences de 300 places et d’un
de la mosquée à «tendance moderne» a décroché dernièrement
un prix national, a indiqué le wali,
ajoutant que les entreprises de
réalisation seront bientôt désignées conformément à la réglementation régissant les marchés
publics. La future mosquée disposera également d’un système de
climatisation intégré et d’un
éclairage numérique, a-t-on également indiqué lors de cette présentation.
M’sila
Plus de 3500 emplois
prévus à la faveur
de 50 projets
d’investissement privé
Au total, 3569 postes d’emploi seront prochainement générés dans la wilaya de M’sila, à la faveur
de la création de 50 projets d’investissement
privé, a-t-on appris auprès de la Direction de développement industriel et de la promotion de l’investissement. Quelque 57 % de ces emplois, soit
1700 postes seront créés dans le secteur industriel, a précisé la même source, rappelant qu’il
s’agit de projets déjà lancés sur le terrain après
leur validation par le comité d’assistance à la localisation et à la promotion de l’investissement
et de la régulation du foncier (Calpiref). Ces investissements en réalisation à travers 35 communes de la wilaya de M’sila seront réceptionnés
dans leur totalité «au cours des deux prochaines
années», a ajouté la même source, précisant que
les projets sont répartis sur 17 zones d’activités.
Normalisation quasi intégrale de la distribution d’eau
L
a distribution d’eau potable, rompue plusieurs jours durant à cause d’une turbidité
accrue des eaux du barrage de Tichy-Haft,
a été normalisée dans la quasi-totalité des communes qui en ont été affectées, hormis au cheflieu de wilaya, réalimenté à 90 % de ses besoins,
indique-t-on à la direction de l’Algérienne des
eaux (ADE).«La reprise a été progressive depuis
dimanche dernier. Hormis quelques quartiers à
Béjaïa, un peu –sevrés- encore, l’eau coule dans
tous les robinets», a-t-on assuré de même source,
prévoyant un rétablissement «total et définitif»
dès demain, coïncidant avec la mise en production de plus de 1450 m3 par heure, jugée proche
des rendements habituels à régime plein, de l’ordre de 1700 mètres cubes. Outre l’eau provenant
du barrage de Tichy- Haft, à 80 km au sud-ouest
de Béjaïa, remise dans les canalisations après traitement en raison du recouvrement de sa clarté, la
ville de Bejaia va bénéficier de l’apport d’un en-
semble de forages situés à l’Est de la wilaya, notamment de la «source bleue» de la région de Darguina, qui encore dans un passé récent en
constituait sa principale pourvoyeuse. La rupture,
décidée volontairement, à titre préventif, pour
épargner des dommages aux équipements de la
station d’épuration d’Aït-R’zine, après l’envasement du barrage par les intempéries, a privé
d’eau, cinq jours durant, 14 communes situées le
long du couloir de la vallée de la Soummam allant
de Tazmalt à Béjaïa, sur une distance de près de
80 km et regroupant quelque 500 000 habitants.
L’ouvrage, quant à lui, rempli seulement à 25 %
de ses capacités, quelque 30 millions m3, est le
siège de travaux de renforcement de ses drains depuis plusieurs semaines. Il devra être paré pour
faire le plein dès février prochain. Sa contenance
actuelle, cependant, est jugée suffisante pour faire
face aux besoins en eau potable des communes
qui en sont tributaires.
Naama
Pose avec succès d’une prothèse de la hanche à une nonagénaire
U
ne opération de pose d’une
prothèse de hanche avec réparation osseuse a été effectuée «avec succès» à une
nonagénaire, à l’hôpital FrèresRahmani, de Mécheria (wilaya de
Naama), a indiqué le directeur de
cet établissement public hospitalier
(EPH), Abdelkrim Behih. Menée
par deux orthopédistes, un réanimateur et un chirurgien généraliste,
cette intervention chirurgicale, qui
a duré deux heures, a permis à la
patiente de récupérer sa mobilité,
après des fractures au niveau du
bassin, a précisé M. Behih. Le Dr.
Athmane Allami, membre de
l’équipe médicale ayant effectué
l’opération, a indiqué que la spécialité de chirurgie orthopédique, nouvellement introduite à Naama, a été
effectuée avec succès au niveau des
établissements hospitaliers de la
wilaya après leur dotation en équipements et moyens médicaux nécessaires. Selon le même
spécialiste, l’organisation de ce
type de prestations médicales dans
la région devra permettre d’atténuer la pression sur les grands centres hospitalo-universitaires dans le
Nord du pays et d’épargner aux patients le déplacement, pour ce
genre de soins, vers d’autres structures médicales éloignées. Cette
opération constitue aussi une opportunité pour les praticiens de la
région de se perfectionner à de tels
gestes chirurgicaux, a estimé le
docteur. Allami, qui a annoncé la
programmation, prochainement,
d’interventions similaires au profit d’autres patients, en vue de
leur éviter le déplacement vers
les structures hospitalières d’autres wilayas. Une équipe médicale, composée de professeurs et
d’assistants venus de la wilaya
de Tlemcen a séjourné dernièrement dans la wilaya de Naama,
dans le cadre d’un jumelage avec
le CHU de Tlemcen pour assurer
des consultations médicales spécialisées au profit des malades de
la région.
A L G E R I E
7
P R O F O N D E
Mercredi 17 décembre 2014
Béchar
Aïn-Defla
Les projets routiers devront tenir compte
des spécificités climatiques et risques
de crues d’oueds
La lutte contre
les accidents
de la route nécessite
le recours
à tous les moyens
La réalisation des projets routiers et ouvrages d’art à travers la wilaya de Béchar doit dorénavant tenir
compte des spécificités climatiques de la région et des risques de crues des oueds, a indiqué le wali de Béchar.
A
«
l’avenir, les travaux
de construction de
routes et d’ouvrages
d’arts sur les lits des
oueds doivent être fait selon les techniques propres à la réalisation de pareilles infrastructures en milieu
saharien, pour éviter les dégâts que
causent à chaque fois les intempéries
et les crues des oueds, comme cela a
été le cas lors des intempéries qu’a
connues la wilaya du 4 au 7 décembre en cours», a précisé Mohamed
Sallamani, lors d’une visite de travail
dans la commune d’Igli (160 km au
sud de Béchar). Cette collectivité a
été complètement isolée, durant quatre jours, à cause de ces intempéries
et des crues des oueds Zousfana et
Saoura. L’utilisation de techniques
particulières tenant compte des
conditions climatiques sahariennes,
qui différent totalement de celles répandues dans les régions du nord ou
humides, est l’unique solution pour
faire face aux dégâts causés par les
crues et les intempéries dans la région, ont estimé des experts et techniciens locaux du secteur des travaux
publics. Ces techniques spécifiques
portent essentiellement sur la pose
de couche de roulement souple pour
plier, sans rompre, avec des matériaux pouvant supporter des défor-
mations élastiques réversibles. Le
surdimensionnement des ouvrages
d’arts se trouvant sur les lits des
oueds est l’autre mesure souhaitée
par les mêmes techniciens pour faire
face aux crues, dont celle de OuedZousfana qui a complètement obstrué un pont à l’entrée nord de la
ville d’Igli par la boue et autres objets qu’elle a charriée durant plus de
48 heures.Le réseau routier de la wilaya de Béchar se compose de 1108
km de routes nationales et 486 km de
chemins de wilaya dont d’importants
tronçons, tant au nord qu’au sud du
territoire de la wilaya, sont traversés
par des oueds à fort débit d’eau, à
l’instar des oueds Saoura, Zousfana
et Kaloum, dont les crues perturbent
la circulation routière et isolent certaines localités. D’où la nécessité de
la révision des schémas et méthodes
de réalisation d’ouvrages d’arts sur
les lits de ces oued, souligne-t-on de
même source.
Skikda
Plus de 6100 quintaux de miel produits cette année
Une quantité de 6140 quintaux de miel a été produite cette saison dans la wilaya de Skikda où la production «se
stabilise à un niveau encourageant», ont indiqué, les services agricoles qui ont rappelé que 6100 quintaux avaient
été produits en 2013. Le soutien apporté aux apiculteurs au titre du Fonds national de régulation et de développement
agricole (FNRDA), l’extension des zones dédiées à cette activité et les aides de l’Etat aux jeunes apiculteurs expliquent, selon la même source, «l’évolution constante de la production de miel qui s’est accrue de 700 % depuis
2000». De nombreux apiculteurs parmi les 3300 professionnels (dont 60 femmes) activant dans la wilaya de Skikda
ont bénéficié, dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014, de 49 000 ruches dont le nombre total est aujourd’hui passé à 115 000, contre 14 000 en 2000. La commune de Ramdane-Djamel arrive au premier rang dans
la wilaya de Skikda en matière de production apicole, avec 400 quintaux par année, suivie de Salah-Bouchaour et
de Tamalous, selon la direction des services agricoles. Il reste qu’en dépit de la relative abondance de la production,
le prix du kilogramme de miel reste très élevé puisqu’il dépasse allègrement les 3000 DA, a-t-on constaté.
Médéa
249 projets d’investissement agréés par le Calpiref
D
eux cent quarante neuf projets d’investissement couvrant divers domaines d’activités ont été agréés, entre
2011 et 2014, par le Comité d’assistance à la
localisation, la promotion de l’investissement
et la régulation foncière (Calpiref) de Médéa,
a indiqué, le directeur de la PME, l’industrie
et de la promotion de l’investissement. Sur ce
nombre total de projets d’investissement, 80
projets ont été agréés durant la seule année
2014, soit près du tiers des dossiers qui ont
reçus le quitus du comité, a souligné Lotfi
Rezzoug, lors de l’émission Forum du Titteri,
de la radio locale. Il a précisé que neuf projets
sont entrés en phase d’exploitation, alors que
le reste des projets devrait «progressivement»
rentrer en service, d’ici quelques mois. Le volume financier de ces investissements est estimé, selon lui, à 122 milliards de dinars. Ces
projets sont appelés à générer, a-t-il affirmé,
plus de 28.000 postes d’emploi, principalement dans le secteur de l’industrie et l’agroalimentaire qui s’accaparent le gros de la liste
des projets agréés, avec respectivement 121 et
62 projets. S’agissant des dispositions prises
localement pour faciliter l’implantation des
projets agrées, mais également ceux à venir,
le directeur de la PME, de l’industrie et de la
promotion de l’investissement a fait état de la
création de deux nouvelles zones d’activités,
à Boughezoul et Chahbouna, sud de la wilaya,
pour répondre à la demande des investisseurs.
Il a tenu à signaler, lors de son intervention,
que la majorité des zones industrielles de la
région, notamment Oued-Harbil (Ouest), Berrouaghia (centre) ou Ksar-el-Boukhari (sud)
sont saturées et qu’il a été prévu, dans ce
contexte, l’aménagement de deux zones d’activités à Boughezoul, qui abrite déjà 80 projets, et à Chahbounia, dont les 200 hectares de
superficie seront réservés aux futurs projets
d’investissement.
Réalisation de 45 marchés de fruits
et légumes à l’ouest du pays
P
as moins de 45 marchés de
fruits et légumes, initiés
dans le cadre du programme Batimétal d’investissement
et
d’infrastructures
commerciales, ont été réalisés au
niveau de la région ouest du pays,
a-t-on appris, lundi dernier, auprès
de la direction régionale du commerce.
Sur 57 opérations inscrites dans le
cadre de ce programme au profit
des wilayas d’Oran, de Tlemcen,
d’Aïn-Témouchent et de Sidi-BelAbbès, 45 marchés des fruits et lé-
gumes sont totalement achevés, a
indiqué à l’agence APS, le directeur du commerce de la région
Ouest.
M. Abderrahmane Benhezil a affirmé que la réalisation de ces installations commerciales de type
urbaine et semi-urbaine a contribué d’une manière significative à
la résorption du chômage et du
commerce informel.
Les opérations restantes du programme Batimétal, initié par le
ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, enregistrent un
taux d’avancement des travaux de
98 %, a-t-il ajouté.
Selon le même responsable, qui a
mis en exergue l’importance de ce
programme de densification du réseau commercial, 10 marchés de
fruits et légumes sur 23 dont a bénéficié la wilaya d’Oran sont opérationnels, sept autres seront
livrées une fois les listes des bénéficiaires établies par les collectivités locales et six (6) sont en
cours de réalisation. Dans le
cadre d’un deuxième programme
doté de 4 milliards de dinars, la ré-
gion Ouest a bénéficié de 42 marchés de fruits et légumes dont 27
au profit de la seule wilaya d’Oran
ont été réceptionnés, a-t-il encore
indiqué. Le restant des installations commerciales en cours de
réalisation connaît un taux
d’avancement appréciable, a-t-on
assuré de même source. Au-delà,
des ces deux programmes, la direction du commerce de la région
avait engagé un important programme de réhabilitation d’une
vingtaine de marchés et légumes
de la ville d’Oran, aût-on ajouté.
La lutte contre les accidents de la route
nécessite le recours à tous les moyens
en mesure d’atténuer l’ampleur de ce
phénomène meurtrier, a affirmé, à AïnDefla, le commandant du 1er commandement régional de la Gendarmerie
nationale de Blida, le général Bidel
Aïssa. «L’ampleur des accidents de la
route a contraint le commandement de
la Gendarmerie nationale à recourir aux
véhicules banalisés pour arrêter les
conducteurs qui ne respectent pas le
code de la route», a indiqué le général
Bidel en marge de la cérémonie d’installation officielle du lieutenant-colonel, Hamel Abdelhafid, dans ses
fonctions de commandant du groupement de la gendarmerie de la wilaya, en
présence des autorités locales civiles et
militaires. «L’utilisation de cette méthode pour mettre la main sur les
‘chauffards’ en est à ses débuts», a signalé le général Bidel, faisant état
d’une diminution du nombre des accidents de la route au niveau de la capitale où le recours aux véhicules
banalisés a été récemment mis en place
pour la première fois. «La Gendarmerie
nationale s’efforce d’ accompagner le
citoyen sur les routes», a-t-il souligné,
rappelant que la mission de ce corps de
sécurité est avant tout axée sur le volet
préventif. Selon lui, une période de 3
mois est nécessaire pour affirmer
si le recours à cette méthode aura
été judicieux, soulignant que la
lutte contre les accidents de la
route doit constituer une préoccupation pour la société tout entière.
Laghouat
31 centraux dotées
du système «MSAN»
réalisés en 2014
Au moins 31 centraux téléphoniques
dotées du système de télécommunications multiservices «MSAN» (téléphonie-internet-télévision) ont été
réalisés dans la wilaya de Laghouat en
2014, a-t-on appris auprès de la direction opérationnelle locale des télécoms (DOT). Ces nouvelles
installations, en exploitation, sont réparties entre le chef-lieu de wilaya
(25), la commune d’Aflou (4) et celle
de Hassi-R’mel (2), a-t-on précisé. La
généralisation de ce support technologique s’inscrit au titre d’un programme de l’entreprise Algérie
Télécom (AT) visant la modernisation
des prestations téléphoniques en mode
fixe et d’assurer un meilleur accès à
l’internet à haut débit.Dans le même
cadre, une enveloppe de 70 millions
de dinars a été réservée à la réalisation
de nouveaux raccordements en fibre
optique pour l’ensemble des établissements publics à travers la wilaya, signale-t-on. En parallèle, les
prestations de la téléphonie 4G en
mode fixe, offertes dans une première
phase aux institutions (publics et privées), ont été lancées dernièrement au
profit des particuliers.
8
MONDE
Mercredi 17 décembre 2014
L’ONU promet
de tout faire
pour empêcher
la crise syrienne
de se propager
au Liban
Le secrétaire général adjoint
des Nations unies, Jan Eliasson,
en visite à Beyrouth, a promis
que l’ONU «ferait tout son possible» pour empêcher la crise
syrienne de se propager au
Liban. A l’issue d’une rencontre avec le président du Parlement libanais Nabih Berri, en
présence Derek Plumbly, le
coordonnateur spécial de
l’ONU pour le Liban, M. Eliasson a fait remarquer dans un
communiqué que sa visite au
Liban intervenait à un moment
«très crucial». «J’étais ici il y
a deux ans et le nombre de réfugiés était inférieur à 150 000.
Maintenant, nous avons près de
dix fois ce chiffre et cela pèse
sur la société libanaise», a indiqué M. Eliasson. Il a salué le
Liban pour la générosité du
pays qui a accueilli un très
grand nombre de réfugiés syriens, et a souligné les conséquences sociales considérables
en termes de pressions sur les
services sanitaires, les écoles et
les emplois, tout en promettant
que l’ONU ferait de son mieux
pour apporter son aide à la gestion de la crise des réfugiés syriens. «Pour nous, cela reflète
la conviction fondamentale que
la sécurité et l’intégrité du
Liban représentent une priorité
pour la région et pour le
monde», a rappelé M. Eliasson.
«Nous essaierons de faire tout
notre possible pour que le tragique conflit en Syrie ne se propage pas à la société libanaise».
Lors de sa visite au Liban, le
numéro de l’ONU devait également rencontrer le Premier ministre Tamam Salam et
participer avec celui-ci au lancement du Plan de réponse à la
crise libanaise. Ce plan est destiné à soutenir les réfugiés syriens et les communautés
libanaises qui les accueillent.
Selon le Haut Commissariat
des Nations unies pour les réfugiés, le Liban accueille plus de
1,2 million de Syriens déplacés,
ce qui représente un tiers de sa
population.
Sur le projet palestinien de résolution devant l’ONU
Réunion ministérielle à quatre à Paris
Les chefs de la diplomatie américaine, française, britannique et allemande se sont rencontrés lundi
soir à Paris pour tenter d’harmoniser leurs positions face à la perspective d’un projet palestinien
de résolution devant les Nations unies.
M
. Kerry a retrouvé dans la
soirée ses homologues français
Laurent
Fabius,
britannique Philip Hammond et allemand FrankWalter Steinmeier, pour
poursuivre des discussions
sur la question israélo-palestinienne, selon la délégation
américaine. Paris recherche
une «solution de rassemblement» dans la course diplomatique engagée à l’Onu
autour du conflit israélo-palestinien, a déclaré à l’AFP
M. Fabius, juste avant de
rencontrer ses homologues.
«Si les Palestiniens déposent
(devant l’ONU) le texte
qu’ils ont entre les mains, les
Américains ont déjà annoncé qu’ils opposeraient
leur veto. Et donc d’une part
cette résolution ne pourra
pas être acceptée, d’autre
part il y aura vraisemblablement des mesures de réaction du côté palestinien.
Nous ce que nous voulons,
c’est qu’on trouve une solution de rassemblement», a-til expliqué. Les Palestiniens
ont annoncé dimanche soir
leur intention de déposer dès
mercredi, via la Jordanie, un
projet de résolution devant
les Nations unies réclamant
la fin de l’occupation israélienne dans un délai de deux
ans.
La France a lancé depuis
plusieurs semaines des
consultations avec Londres
et Berlin, puis avec Washington et Amman, pour mettre au point un texte de
consensus qui obtiendrait le
soutien des 15 membres du
Conseil de sécurité. La proposition française appellerait
à la reprise rapide des négociations
israélo-palestiniennes, gelées depuis le
printemps, sur la base d’une
série de grands principes
comme la coexistence pacifique d’Israël et d’un Etat
palestinien, mais sans fixer
de délai pour le retrait des
territoires occupés. Les
Américains se sont montrés
jusqu’à présent plutôt circonspects face à cette initiative française. Le secrétaire
Le Liban et la France signent l’accord pour
la livraison d’armes
L
e Liban et la France ont signé
lundi dernier à Beyrouth le
protocole d’accord ouvrant la
voie à la livraison d’armes à l’armée
libanaise dans le cadre du don de trois
milliards de dollars promis par l’Arabie saoudite. Selon un communiqué
militaire, l’accord a été paraphé au
quartier général de l’armée à Yarzé
(banlieue de Beyrouth) entre le commandant en chef de l’armée
libanaise Jean Kahwaji et l’amiral
Edouard Guillaud, PDG d’ODAS, la
compagnie française chargée du développement des exportations dans le
domaine de la défense, de la sécurité
et des hautes technologies. Selon une
source politique libanaise, l’amiral
Guillaud, doit se rendre à Ryadh pour
le faire signer par les autorités saoudiennes qui devront effectuer un premier versement de 600 millions
dollars soit 20% du contrat.
Les armes françaises commenceront
à être livrées deux mois plus tard. La
livraison s’étalera sur trois ans et
parmi les armes figurent notamment
7 hélicoptères Gazelle muni de missiles anti-char téléguidés HOT et 7
hélicoptères Puma pour le transport
des troupes. Outre les hélicoptères, le
contrat porte sur des VAB (Véhicules
de l’avant blindés), de l’artillerie
lourde (dont des systèmes Caesar),
des patrouilleurs armés et des moyens
de communication et de surveillance,
dont des drones de type SDTI, afin
d’améliorer la capacité de renseignement des Libanais.
d’Etat américain multiplie
actuellement les entretiens
en Europe pour tenter de relancer le processus de paix
israélo-palestinien.
Pakistan
Au moins 20 morts
dans l’attaque
d’une école
militaire
par les talibans
Au moins 20 personnes, en
majorité des écoliers, ont
été tuées et 36 blessées hier
dans l’attaque par un commando taliban du Pakistan
(TTP) d’une école pour enfants de militaires à Peshawar, principale ville du
nord-ouest du Pakistan,
selon un nouveau bilan des
autorités. Les combats entre
l’armée et les assaillants se
poursuivaient sur place à la
mi-journée. L’attaque terroristes a été revendiquée par
les rebelles talibans du TTP,
qui ont indiqué vouloir
ainsi venger leurs combattants tués dans l’offensive
militaire en cours contre
eux dans leurs bastions des
zones tribales proches de
Peshawarde la frontalière
de l’Afghanistan.
ONU
L
Le Conseil de sécurité décide de proroger le mandat
de la Mission onusienne au Libéria
e Conseil de sécurité des Na- et dans les zones de déploiement, tés, la Mission doit par ailleurs appor- pendant son intention de reprendre la
tions unies a renouvelé le
mandat de la Mission des Nations unies au Libéria (MINUL)
jusqu’au 30 septembre 2015. Dans sa
résolution 2190 adoptée à l’unanimité
de ses 15 membres, le Conseil de sécurité charge de nouveau la MINUL
de «protéger la population civile
contre la menace de violences physiques, dans la limite de ses capacités
sans préjudice de la responsabilité
première des autorités libériennes en
la matière». Selon la résolution, la
MINUL est également chargée de
«faciliter l’acheminement de l’aide
humanitaire, y compris en collaboration avec le gouvernement libérien et
ceux qui le soutiennent, en aidant à
créer les conditions de sécurité nécessaires». Au titre de ses responsabili-
ter un soutien logistique à l’organisation des élections sénatoriales dans le
pays, promouvoir les droits de
l’homme et protéger le personnel des
Nations unies.
Le Conseil de sécurité décide ainsi de
maintenir les effectifs autorisés de la
MINUL à 4.811 personnes pour la
composante militaire et 1795 personnes pour la police. Il réaffirme ce-
réduction progressive des effectifs
lorsqu’il aura été déterminé que le Libéria a fait d’importants progrès dans
la lutte contre l’épidémie d’Ebola,
«laquelle représente une menace pour
la paix et la stabilité du pays».
La MINUL doit également assurer la
coordination avec la Mission des Nations unies pour l’action d’urgence
contre Ebola (MINUAUCE).
RD Congo
L’ONU et ses partenaires appellent à accélérer la mise en œuvre
de l’accord de paix
Organisation des Na- Saïd Djinnit, le représentant spé- d’ex-combattants du M23, ont-ils de dispositions cruciales des Dé- tre fin au conflit entre les forces
L’
tions unies et ses partenaires ont appelé à la
mise en oeuvre de l’accord de
paix, un an après sa signature,
entre le gouvernement de la République démocratique du Congo
(RDC) et le groupe rebelle M23,
pour mettre fin au conflit dans ce
pays. L’envoyé spécial de l’ONU
pour la région des Grands Lacs,
cial du Secrétaire général en RDC,
Martin Kobler, et les Envoyés spéciaux de l’Union africaine, de
l’Union européenne, des EtatsUnis et de Belgique dans la région
ont fait ce constat dans un communiqué de presse conjoint. Certes,
des mesures ont été prises en ce
qui concerne l’amnistie et les efforts pour faciliter le rapatriement
noté. Ils ont appelé les gouvernements de la RDC, de l’Ouganda et
du Rwanda à renforcer leur collaboration pour accélérer le rapatriement des ex-combattants et de
leurs familles et ont demandé aux
dirigeants de l’ancien groupe rebelle à coopérer pleinement.«Audelà des questions d’amnistie et de
rapatriement, un certain nombre
clarations (de Nairobi) doivent encore être mises en oeuvre», ont dit
les envoyés spéciaux. Il y a un an,
le gouvernement congolais et le
M23 signaient les deux Déclarations de Nairobi, au Kenya, s’engageant à des mesures immédiates
pour trouver une solution durable
aux questions soulevées lors du
Dialogue de Kampala et pour met-
armées de RDC et le M23. L’ONU
et ses partenaires ont appelé les dirigeants régionaux, en particulier
les présidents de la Conférence internationale sur la région des
Grands Lacs (CIRGL) et de la
Communauté de développement
de l’Afrique australe (SADC) à
accompagner le processus de mise
en œuvre de l’accord de paix.
I N T E R N AT I O N A L E
9
Mercredi 17 décembre 2014
Une élection sur fond d’incertitudes en Grèce
Le spectre de l’instabilité politique resurgit en Grèce. A la surprise générale, le 8 décembre, le gouvernement a annoncé
la tenue de l’élection présidentielle, initialement prévue en février, aujourd’hui.
L
es marchés ont aussitôt
tremblé. Le 9 décembre, la
Bourse d’Athènes a chuté
de 12,78 %, un plongeon
inédit sur une séance depuis 1987.
Le président n’a pourtant, en Grèce,
que peu de pouvoir réel.
Le chef de l’Etat sera élu au terme
d’un votre parlementaire en trois
tours maximum. Le président sortant, Karolos Papoulias, avait été élu
en 2005 avec 279 voix, puis réélu en
2010 avec 266 voix.
Si le scrutin grec inquiète la finance
mondiale, c’est qu’il pourrait précipiter des législatives incertaines.
Dans l’hypothèse où les parlementaires ne parviendraient pas à désigner un chef d’Etat, la dissolution du
Parlement serait inévitable et les
Grecs seraient alors appelés aux
urnes. Le risque pour Bruxelles : que
les quelque 10,8 millions d’habitants
fassent le choix d’un parti en rupture
avec la politique d’austérité jusqu’ici
appliquée par la « troïka » (Banque
centrale européenne, Commission
européenne, Fonds monétaire international). Les réformes brutales ont
certes évité la faillite de l’Etat grec,
mais le pays tourne encore au ralenti,
si l’on en croit les chiffres publiés
par le gouvernement.
Depuis 2010, la Grèce reçoit la visite
régulière des représentants de la
troïka. Au bord de la faillite il y a
quatre ans, l’Etat grec s’était engagé
à redresser ses finances publiques en
échange de prêts d’une valeur totale
de 240 milliards d’euros. Mais ce
programme de rigueur censé s’achever le 15 décembre est aujourd’hui
en suspens.
Le versement de l’ultime tranche
d’aide de 1,8 milliard d’euros est
conditionné à l’approbation par la
troïka du projet de budget 2015 du
gouvernement grec, pour l’heure
loin de bénéficier de l’aval des
créanciers.
La Grèce bénéficiera donc d’un délai
de deux mois pour trouver un terrain
d’entente avec la troïka. Le premier
ministre exclut néanmoins tout nou-
veau sacrifice. Les créanciers évoquent, eux, de nouvelles hausses
d’impôts ou des baisses de dépenses,
estimant qu’Athènes aura besoin
d’une rallonge de 2 à 3 milliards
d’euros en 2015. Devant la chambre
de commerce gréco-américaine, le 2
décembre, le chef du gouvernement,
issu du parti Nouvelle Démocratie
(droite conservatrice), alertait :
« Je ne peux pas accepter des pressions illogiques (...). Personne n’a le
droit de nous traiter comme il y a
deux ans et demi lorsque tout
s’écroulait autour de nous ».
Soucieux de séduire l’opinion publique, Antonis Samaras annonce depuis des semaines la fin des
mémorandums en décembre. « Nous
assurons que bientôt la Grèce pourra
dignement mettre seule de l’ordre
dans ses affaires », proclamait-il,
lors d’un discours, le 4 octobre.
«La Grèce a déjà
beaucoup fait»
Nouvelles taxes, baisses des allocations, modifications du droit du travail... Le Premier ministre estime, le
2 décembre, que « la Grèce a déjà
beaucoup fait ». L’ensemble des réformes ont en effet profondément
transformé le système économique
du pays… Mais si l’on prend en
exemple deux programmes phares,
les bénéfices sont mitigés.
Ambitieux, le programme de privatisations devait rapporter 19 milliards d’euros d’ici 2015. Mais la
mise en vente à la découpe de ports,
marinas, terrains et autres centaines
de nombreux biens grecs nationalisés n’a pas attiré les clients. La
Grèce a pour l’heure signé des
contrats pour une valeur de 5 milliards d’euros, mais n’en a encaissé
que 3 milliards, selon un rapport diffusé par le ministère des finances en
septembre 2014, séduisant surtout
les investisseurs chinois et russes.
L’Etat espère désormais obtenir 9,6
milliards d’euros, d’ici 2016.
La fonction publique grecque représentait 907 000 fonctionnaires en
2009. En 2013, on en comptait plus
que 658 000, selon le ministère des
finances, conséquence de départs à
la retraite non remplacés, de fin de
CDD ou de licenciements. La fermeture brutale de la télévision publique
ERT en juin 2013 ou encore la détérioration du système de santé, qui a
vu ses hôpitaux fondre d’environ 10
000 lits (avril 2014) sont deux illustrations de ces plans sociaux.
« Le programme d’aide [de la
troïka] a été en partie efficace seule-
ment. Il y a eu des erreurs dans la
stratégie. En période de récession on
aurait dû concentrer les gains de ces
réformes dans le développement et
la croissance, plutôt que dans le remboursement de la dette exclusivement », analyse pour lemonde.fr
Nikolaos Georgikopoulos, économiste à l’institut Kepe à Athènes
Les chiffres positifs
Après six ans de récession, le pays «
est sorti du tunnel de la grande dépression », comme l’a souligné Antonis Samaras, le 14 novembre. La
reprise de la croissance est en effet
significative. Le produit intérieur
brut (PIB) de la Grèce a augmenté de
1,7 % au troisième trimestre 2014
par rapport à la même période en
2013. Le gouvernement table sur une
croissance de 0,6 % en 2014 (contre
- 3,9 % l’année précédente) et 2,9 %
pour 2015. Enfin, après quatre ans
d’absence, la Grèce a fait son grand
retour sur les marchés en avril 2014.
Les chiffres négatifs
Les Grecs, eux, ont encore du mal à
percevoir l’amélioration. Leur revenu moyen disponible a chuté de 35
% entre 2009 et 2013 (le salaire mi-
nimum est de 586 euros, 489,38
euros pour les moins de 25
ans). Malgré un ralentissement
en 2014, le chômage s’établit à
25,7% en septembre, selon
l’Autorité statistique hellénique
(Elstat). Véritable fléau chez les
moins de 25 ans, ce taux reste
très élevé dans cette tranche, à
49,8% en septembre 2014 (en
nette baisse toutefois par rapport à 2013). Enfin, les arriérés
envers l’Etat s’élèvent fin novembre à 71,5 milliards d’euros, selon les données du
Secrétariat général des recettes
publiques. La dette publique se
maintient enfin à 174% du PIB.
L’élection d’un président est
loin d’être acquise. Le chef
d’Etat, élu au suffrage indirect,
par les députés, doit obtenir une
majorité de 200 voix pendant
les deux premiers tours ou 180
voix au troisième. Or la coalition au pouvoir formée de Nouvelle Démocratie et du Pasok
(socialiste) ne dispose que de
155 parlementaires. Si aucun
candidat n’obtient la majorité,
des élections législatives seront
convoquées avant février 2015.
Dans un tel cas de figure, le
principal danger au regard de
Bruxelles pourrait venir de la
gauche radicale, Syriza. Le
parti d’Alexis Tsipras a conquis
nombre d’électeurs, surfant sur
un discours anti-austérité. La
formation est désormais en
tête, avec 25,5 % des intentions de vote (sondage Kapa
Research pour le journal To
Vima). Bête noire de la troïka,
Syriza est favorable à la renégociation du mémorandum et à
une restructuration de la dette.
Initiative exceptionnelle, la
Commission européenne a par
ailleurs marqué, le 10 décembre, son soutien au candidat
désigné par le gouvernement
grec pour la présidentielle anticipée, Stavros Dimas.
Des musulmans ultraconservateurs veulent des poupées
sans visage pour leurs enfants
E
n Grande-Bretagne, une
ancienne
professeure
d’école islamique vient de
lancer Romeisa, une poupée sans
visage qui se conforme à une
stricte interprétation de l’interdiction des images par l’islam.
La poupée, de la marque Deeni,
va être produite en petites quantités en Chine et sera vendue 25 livres sterling en Grande-Bretagne
(soit 31 euros). The Independent
rapporte que la créatrice du jouet
a conçu Romeisa à la suite des demandes de certains parents qui
voulaient être sûrs que leurs poupées étaient conformes aux règles
religieuses les plus strictes.Plusieurs sites Internet destinés aux
musulmans vendaient déjà des
poupées sans yeux ni bouche,
mais leurs jouets étaient plus artisanaux.Le
site
français
EasyDin.com propose notamment
plusieurs poupées de ce genre,
dont Aïcha (22,90 euros) «sans visage, respectant l’éthique de l’islam». Le jouet est même
accompagné d’un «tapis de prière
pour poupée afin d’encourager
votre enfant à la pratique de la
prière». Romeisa, du nom d’une
des premières femmes à s’être
convertie à l’islam, est la première de ces poupées à être fabriquée à plus grande échelle.A
priori, ce genre d’objets ne
concerne qu’une petite frange minoritaire de musulmans.Selon Jocelyne Cesari, spécialiste de
l’islam contemporain à Harvard,
ces jouets correspondent à une interprétation salafiste ou wahhabite
de l’islam, pas à une tradition ancienne.
«Dans la tradition islamique, la
représentation de la figure humaine a donné lieu à des interpré-
tations très diverses, et en fait, il
n’y a pas de condamnation unanime, sauf pour les sunnites à propos de la représentation de la
figure du Prophète Mommamed
(QSSSL) et de tous les prophètes.»Ces dernières années,
plusieurs entreprises ont d’ailleurs
créé des poupées «islamiques»
qui portent le voile, mais ont de
vrais visages dessinés. Il y a Fulla,
une sorte de Barbie avec hijab et
vêtements très couvrants qui se
vend extrêmement bien au
Moyen-Orient, mais aussi Aamina, de la marque Desi, qui récite
des
prières
en
arabe.Christiane Gruber, professeure d’art islamique à l’université du Michigan, confirme que
les poupées avec visage se retrouvent partout dans le monde arabe,
et elle pense donc que les jouets
sans yeux ni bouche ne vont pas
très bien se vendre.«Une réaction
ultraconservatrice contre les
images est en marche depuis une
vingtaine d’années, explique Gruber, mais le phémonème s’est particulièrement accéléré depuis
l’affaire des caricatures de Mahomet en 2005.»Elle prend pour
exemple une peinture murale à
Téhéran qui reproduit un tableau
du XVe siècle. Alors que l’original montrait le visage du prophète
Mommamed (QSSSL) Mommamed (QSSSL), il a été effacé dans
la représentation contemporaine
peinte en 2008 (ci-dessous).Photo
par Christiane Gruber, Téhéran,
IranLa peur de l’idolâtrie est une
préoccupation fondamentale dans
les autres monothéismes, pas seulement l’islam. Il est intéressant
de voir que les Amish, qui ont une
interprétation très littérale de la
Bible, sont aussi connus pour
leurs poupées sans visage. Pour
justifier cette tradition, ils citent
ce passage de la Bible (Exode
XX, 4):«Tu ne te feras point
d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui
sont en haut dans les cieux, qui
sont en bas sur la terre, et qui sont
dans les eaux plus bas que la
terre.» Certains parents amish
préfèrent même que leurs enfants
jouent avec des poupées complètement abstraites: un bout de bois
entouré d’une couverture par
exemple.Les poupées sans visage
sont aussi populaires dans un tout
autre contexte qui n’a rien à voir
avec la religion. La pédagogie alternative Steiner-Waldorf préconise en effet les poupées les plus
simples possible, souvent sans
traits du visage, afin que l’enfant
puisse laisser libre cours à son
imagination.
11
E C ONOMIE
Mercredi 17 décembre 2014
Russie
centrale essaie désespérément de sauver le rouble
Des mesures radicales ont été prises hier après un plongeon historique du rouble. Moscou essaie de reprendre la main face à
une crise chaque jour plus intense. centrale de Russie a pris en vain des mesures radicales mardi après un plongeon historique
du rouble, tentant ainsi de reprendre la main face à une crise aux conséquences de plus en plus dramatiques pour la population.
A
l’issue d’une réunion
d’urgence, de Russie
a annoncé au milieu
de la nuit, fait exceptionnel, une hausse de 6,5 points
de son taux directeur à 17 %,
contre 10,5 % auparavant et 5,5
% au début de l’année. Effet immédiat : le rouble rebondissait de
4 % à l’ouverture de de Moscou,
mais a immédiatement repris sa
chute vertigineuse ensuite. L’intervention de de Russie intervient à deux jours d’une
conférence de presse très attendue du président Vladimir Poutine qui reste très populaire dans
son pays malgré la crise ukrainienne, le bras de fer engagé avec
les Occidentaux et la perspective
d’une entrée prochaine de l’économie russe en récession. Une
réaction forte était inévitable : la
monnaie russe a dévissé de près
de 10 % en une seule journée
lundi, une chute plus vue depuis
la période suivant le placement de
en défaut de paiement en 1998. À
ses pires niveaux de lundi, le rouble n’atteignait que la moitié de
sa valeur du début de l’année face
au dollar et 42 % de moins face à
l’euro, conséquence des sanctions
occidentales introduites dans la
foulée de la crise ukrainienne et
de la chute des cours du pétrole.
Conséquence très concrète : la
hausse des prix approche déjà 10
% sur un an et promet de s’envoler encore. Les autorités ont vu
d
ces derniers jours réapparaître les
étiquettes en devises étrangères
dans certains magasins, fréquentes dans les années 1990.En
augmentant radicalement le loyer
de l’argent, de Russie relève le
rendement des placements et dépôts en roubles, qui risquait de
devenir inférieur à l’inflation,
provoquant de nouvelles conversions massives. Elle ressert le robinet du crédit pour que les prix
ne s’emballent pas davantage.
Avec cette décision “inattendue et
forte”, “la banque centrale pourrait avoir enfin repris l’initiative
dans la crise monétaire de plus en
plus grave que traverse “, ont
commenté les économistes du cabinet londonien Capital Econo-
mics, évoquant un possible “tournant”. “Le prix, cependant, sera
un nouveau durcissement des crédits pour les ménages et les entreprises et un recul plus profond de
l’économie réelle en 2015”, ontils ajouté. Avec un taux directeur
à 17 %, cela signifie qu’un crédit
immobilier sera désormais accordé avec un taux d’au moins 22
%, a calculé le site Lenta.ru, un
niveau difficile à tenir par des
ménages au pouvoir d’achat malmené par la hausse des prix. est
désormais quasiment isolée des
marchés financiers occidentaux
par les sanctions introduites après
l’annexion de en mars et son intervention présumée aux côtés
des séparatistes de l’est de
l’Ukraine. Elle est de plus frappée
de plein fouet par la chute des
cours du pétrole, qui assure avec
le gaz la majorité de ses revenus
budgétaires.
Récession
Si le gouvernement prévoit déjà
une récession (- 0,8 %) l’année
prochaine après une croissance
autour de 0,6 % cette année, la
banque centrale avait prévenu
lundi que si les cours du pétrole
restaient à leur niveau actuel, autour de 60 dollars le baril, le produit intérieur brut pourrait chuter
d’au moins 4,5 %. centrale avait
été critiquée pour agir trop lentement, réagissant avec retard à la
chute progressive de la monnaie
et l’accélération de l’inflation, et
trop prudemment, apparaissant
impuissante face à des facteurs
qui ne dépendent pas d’elle :
sanctions et marchés pétroliers.
Elle était d’autant plus pressée de
passer à l’action que le gouvernement pour sa part se contente
d’appeler les Russes à la patience.
Selon la presse, le gouvernement
se prépare à rogner sur ses dépenses pour s’adapter à la baisse
des cours du pétrole. Face à l’ampleur des événements, l’idée d’introduire des restrictions sur les
mouvements de capitaux, rejetée
pour l’instant par Vladimir Poutine, était de nouveau discutée,
les analystes craignant que cela
ne ruine la crédibilité de Moscou
sur les marchés. “La décision de
la Banque centrale confirme que
M. Poutine continue de soutenir
une politique orthodoxe de la part
de la banque”, avec des mesures
monétaires plutôt que de restrictions sur le marché, a commenté
Alexander Kliment, du cabinet
d’experts en relations internationales Eurasia Group.La baisse de
la monnaie russe avait déjà entraîné pendant l’été une chute de
30 %, selon les autorités russes,
du flot de touristes russes vers
l’Europe, ainsi que des faillites en
série de voyagistes. Avec la récente baisse des cours du pétrole,
le mouvement s’est transformé en
effondrement.
Wall Street termine
en baisse, encore plombée par le pétrole
Hogan, de Wunderlich Securities. Les cours
e New York a poursuivi son recul, lundi
dernier, une nouvelle dégringolade des
prix du pétrole faisant tourner court une
tentative de rebond du marché après sa pire semaine en plus de deux ans : le Dow Jones a
lâché 0,58 % et le Nasdaq 1,04 %. Selon les
résultats à la clôture, le Dow Jones Industrial
Average a abandonné 99,99 points à 17 180,84
points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 48,44 points à 4 605,16 points. L’indice
élargi S&P 500 s’est replié de 0,63 %, soit
12,70 points, finissant sous le seuil des 2 000
points pour la première fois depuis fin octobre,
à 1 989,63 points.En légère hausse en début
de séance, les indices new-yorkais ont flanché
en cours de matinée, déstabilisés par un
énième plongeon des cours du brut, avant de
se reprendre un peu en fin de séance. “Il semble que nous soyons otages de la chute libre
du brut”, a relevé Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management. Les craintes suscitées par leur glissade depuis la mi-juin
avaient déjà assommé les marchés financiers
la semaine dernière, Wall Street signant sa pire
semaine depuis mai 2012.
“Lorsque le secteur de l’énergie trébuche,
tout le monde trébuche”
“Nous continuons à recevoir toute une série
de bonnes données sur l’économie américaine,
mais [...], comme on le voit depuis quelque
temps, lorsque le secteur de l’énergie trébuche, tout le monde trébuche”, a observé Art
du WTI, l’or noir coté à New York, ont lâché
presque deux dollars lundi, finissant à des niveaux plus vus depuis mai 2009 après un
début de séance dans le vert. “Et lorsque le
brut a changé de direction ce matin, les indices
boursiers ont suivi”, a-t-il aussi relevé. Des
propos de membres de l’Organisation des pays
exportateurs de pétrole (Opep) ce week-end
montrant que l’influent cartel - qui pompe environ le tiers du brut mondial - campe sur ses
positions, malgré le décrochage des prix, ont
précipité sa chute. Côté indicateurs, des statistiques publiées dans la matinée par fédérale
américaine (Fed) ont fait part d’une augmentation supérieure aux attentes de la production
industrielle aux États-Unis en novembre.
Moins encourageant toutefois, l’indice Empire
State publié par la banque centrale a montré
une chute de l’activité manufacturière de la région de New York en décembre, à la surprise
des analystes.
Quand certains s’envolent...
Face à ce vent baissier, l’optimisme né d’un
regain d’activité dans les fusions-acquisitions
n’a pas suffi à calmer les ardeurs vendeuses
des investisseurs. PetSmart, chaîne américaine
de distribution d’alimentation et d’accessoires
pour animaux familiers, a gagné 4,25 % à
80,97 dollars, après son rachat par un consortium mené par le fonds d’investissement BC
Partners pour 8,7 milliards de dollars. Le fa-
bricant d’équipements et de logiciels en réseau
Riverbed, qui a accepté de se vendre pour environ 3,6 milliards de dollars au fonds d’investissement américain Thoma Bravo et au
fonds de pension canadien Teachers’ Private Capital, s’est envolé de 8,38 % à
20,31 dollars.Dans l’énergie, le groupe
Apache Corp, sous pression d’un fonds activiste, a annoncé lundi qu’il allait céder
des participations dans deux projets de gaz
naturel liquéfié (GNL) pour 2,75 milliards
de dollars. Son titre a perdu 2,20 % à 55,20
dollars. Emerson Electric, groupe de services d’ingénierie, a cédé 0,48 % à 58,15
dollars, après la vente d’une filiale spécialisée dans les transmissions électriques au
fabricant de moteurs Regal-Benoit, qui a
progressé de 2,98 % à 70,42 dollars.Boeing
a avancé de 1,08 % à 122,08 dollars.
L’avionneur a reçu une commande pour
cinq avions moyen-courriers par la compagnie à bas coûts canadienne Jetlines. Le
groupe industriel Honeywell a lâché 0,07
% à 95,81 dollars après l’abaissement de
sa prévision de chiffre d’affaires pour 2014
et l’annonce d’un objectif pour 2015 inférieur aux attentes du marché. Les majors pétrolières américaines ont évolué en ordre
dispersé : Chevron a reculé de 1,48 % à
100,86 dollars, mais ExxonMobil a gagné
0,35 % à 86,90 dollars. Le marché obligataire
a fini dans l’indécision. Le rendement des
bons du Trésor à 10 ans a avancé à 2,116 %
contre 2,103 % vendredi soir, mais celui des
bons à 30 ans a reculé à 2,745 % contre 2,756
% à la précédente clôture.
12
LA GAZETTE INTERNATIONALE
Mercredi 17 décembre 2014
Le rapport du Congrès sur la torture confirme qu’Al-Qaïda
n’est pas impliqué dans les attentats du 11-Septembre
Les extraits rendus publics du rapport de la Commission sénatoriale sur le programme secret de torture de la CIA font apparaître une vaste organisation criminelle. Thierry Meyssan a lu pour vous les 525 pages de ce document. Il y a trouvé la preuve de ce qu’il avance depuis des années.
Biographie
Thierry Meyssan
Consultant politique, président-fondateur du Réseau Voltaire et de la conférence Axis
for Peace. Dernier ouvrage en
français : L’Effroyable imposture: Tome 2, Manipulations et
désinformations (éd. JP Bertand, 2007). Compte Twitter
officiel.
Par Thierry Meyssan
D
ianne Feinstein, présidente de la Commission
sénatoriale du Renseignement, a rendu public, le 9 décembre 2014, un extrait
de son rapport classifié sur le programme secret de torture par la
CIA.
Présentation du rapport
La partie déclassifiée ne correspond qu’à un douzième du rapport
initial.Le rapport lui-même ne
porte pas sur le vaste système d’enlèvement et de séquestration que
l’US Navy a mis en place durant
les mandats du président George
W. Bush ; un programme qui a
conduit à enlever partout dans le
monde et à séquestrer plus de 80
000 personnes sur 17 bateaux à
fond plat stationnés en eaux internationales (ces navires sont : USS
Bataan, USS Peleliu, USS Ashland, USNS Stockham, USNS
Watson, USNS Watkins, USNS
Sister, USNS Charlton, USNS Pomeroy, USNS Red Cloud, USNS
Soderman, USNS Dahl, MV PFC
William B Baugh, MV Alex Bonnyman, MV Franklin J Phillips,
MV Louis J Huage Jr, MV James
Anderson Jr.). Il se contente d’étudier 119 cas de cobayes humains
soumis à des expérimentations
psychologiques à Guantánamo et
dans une cinquantaine de prisons
secrètes, de 2002 à fin 2009, soit
un an après l’élection de Barack
Obama.Les extraits du rapport
n’indiquent pas sur quels critères
ces cobayes humains ont été choisis. Ils se contentent d’indiquer que
chaque prisonnier dénonçait le suivant, tout en indiquant que ces
aveux n’ont pas été extorqués,
mais appris. En d’autres termes, la
CIA a veillé à justifier ses choix en
fabriquant des dénonciations a posteriori.Dans le rapport initial, les
noms des agents et des contractants
de la CIA impliqués ont été remplacés par des pseudonymes. En
outre, les extraits déclassifiés ont
été très largement censurés, principalement pour effacer les noms des
complices étrangers de la CIA.
Le contenu du rapport
J’ai lu en entier les 525 pages des
extraits publics du rapport. Cependant, je suis loin d’en avoir tiré
toutes les informations car de nombreuses recherches sont nécessaires pour interpréter les passages
caviardés.Les séances de conditionnement étaient effectuées dans
une cinquantaine de prisons secrètes sous la responsabilité d’«
Alec Station », l’unité de la CIA
chargée de suivre Oussama Ben
Laden. Les infrastructures, le personnel et les transports étaient sous
la responsabilité du « Groupe de
reddition et de détention » de la
CIA. Les séances étaient conçues
et réalisées sous la supervision de
deux psychologues contractants
qui se constituèrent en 2005 en société. Les autorisations d’utilisation
des
techniques
de
conditionnement étaient données
au plus haut niveau, sans spécifier
que ces tortures avaient pour but de
conditionner et non d’extorquer
des informations.Le vice-président
Dick Cheney, la conseillère de sécurité nationale Condoleezza Rice,
le secrétaire à la Justice, John Ashcroft, le secrétaire à la Défense Do-
nald Rumsfeld, le secrétaire d’État
Colin Powell et le directeur de la
CIA George Tenet ont participé à
des réunions à ce sujet à la MaisonBlanche. Ils ont assisté à des simulations à la Maison-Blanche et ont
visionné des enregistrements de
certaines séances ; enregistrements
qui ont été ultérieurement et illégalement détruits. Ces réunions
avaient évidemment pour but de «
mouiller » ces personnalités, mais
il n’est pas possible d’établir lesquelles d’entre elles savaient à
quoi étaient utilisé ces techniques.Cependant, en juin 2007,
Condoleezza Rice fut personnellement briefée par le contractant de
la CIA qui supervisait les expériences. La conseillère de sécurité
nationale autorisa la poursuite des
expériences, mais diminua le nombre de tortures autorisées.Les extraits
publics
du
rapport
contiennent une analyse détaillée
de la manière dont la CIA a menti
aux autres branches de l’administration Bush, aux médias et au
Congrès.James Mitchell et Bruce
Jensen, superviseurs du programme de conditionnement de la
CIA. Mitchell avait été désigné en
2012 évêque mormon, mais il fut
contraint de démissionner lorsque
l’Église de Jésus-Christ des saints
des derniers jours apprit son activité.Les expériences du professeur
Martin SeligmanL’extrait public
du rapport confirme que la CIA a
mené des expériences basées sur
les travaux du professeur Martin
Seligman (théorie de « l’impuissance apprise »). Elles n’avaient
pas pour but d’obtenir des aveux
ou des renseignements, mais bien
d’inculquer un discours ou un
comportement aux sujets.La plupart des citations que la presse a
faite des extraits du rapport prête à
confusion. En effet, la CIA parle
des « méthodes de conditionnement » sous l’appellation de « méthodes
non-standard
d’interrogatoire » (non-standard
means of interrogation). Hors
contexte, on peut donc penser que
le terme « interrogatoire » désigne
la recherche d’information alors
qu’il désigne des séances de conditionnement des sujets.Tous les
noms des tortionnaires ont été censurés dans l’extrait déclassifié du
rapport. Cependant, on reconnaît
Bruce Jessen sous le pseudonyme
de “Grayson Swigert” et James
Mitchell sous celui d’ “Hammond
Dunbar”. À partir du 12 avril 2002,
les deux hommes supervisèrent le
programme. Ils étaient physiquement présents dans des prisons secrètes. En 2005, ils se constituèrent
en société commerciale, Mitchell,
Jessen & Associates (désignée
comme “Company Y” dans le rapport). De 2005 à 2010, leur firme
fut payée 81 millions de dollars.
Par la suite, ils furent employés par
l’Armée de Terre pour conduire un
programme comportemental sur
1,1 million de soldats étatsuniens.En mai 2003, un officier senior de la CIA a saisit l’inspecteur
général de l’Agence en faisant valoir que les travaux du professeur
Seligman étaient fondés sur les tortures pratiquées par le Nord-Vietnam pour obtenir des « confessions
à des fins de propagande ». L’officier mettait en cause le programme
de conditionnement. Sa notification ne fut pas suivie d’effet. Au
demeurant, il commettait une pe-
tite erreur en citant le Nord-Vietnam, les recherches de Seligman
étaient basées, comme les pratiques des Nord-Vietnamiens, sur
des travaux coréens.
La manière dont les
tortionnaires se sont protégés
Selon la Commission sénatoriale,
le programme de torture de la CIA
a été ordonné par le président
George W. Bush, le 17 septembre
2001, soit six jours après les attentats. Il avait pour unique but de
donner des moyens extraordinaires
à l’enquête sur les attentats du 11
septembre 2001. Cependant, ce
programme a été immédiatement
développé en violation de certaines
instructions du président. Par
conséquent, dès les attentats commis, la CIA, à l’insu de la MaisonBlanche, s’est efforcée de
fabriquer de faux témoignages attestant mensongèrement de la culpabilité d’al-Qaïda.Le président
George Bush et les parlementaires
ont été trompés par la CIA qui
- a obtenu des autorisations de pratique de certaines tortures en masquant leur finalité véritable
- et a faussement présenté des
aveux inculqués comme s’ils
avaient été extorqués sous la torture.Lorsque le président Bush a
reconnu, le 6 septembre 2006,
l’existence du programme de tortures secrètes de la CIA, il a défendu cette pratique en arguant
qu’elle avait permis d’obtenir des
renseignements qui sauvèrent des
vies. Il se fondait sur les rapports
mensongers de la CIA et ignorait
que celle-ci fabriquait des preuves
au lieu d’en chercher. Dès lors, la
LA GAZETTE INTERNATIONALE
13
Mercredi 17 décembre 2014
presse atlantiste a sombré dans la
barbarie et a débattu du bien-fondé
ou non de la torture en la présentant
comme un mal pour un bien.
Les tortionnaires ont veillé à se
couvrir juridiquement. Ainsi ont-ils
demandé l’autorisation de pratiquer au département de la Justice.
Mais celui-ci ne s’est prononcé que
sur la légalité des méthodes employées (isolation, enfermement
dans une petite boite, mise en scène
d’enterrement, utilisation d’insectes, etc) et non pas sur le programme dans son ensemble. La
plupart des juristes n’autorisaient
que des postures particulières en
ignorant leurs conséquences psychiques une fois combinées. Toutes
les autorisations ont été réunies en
août 2002.Les dirigeants de la CIA
qui ont autorisé ces expérimentations ont spécifié par écrit que les
cobayes humains devaient être incinérés s’ils succombaient durant le
conditionnement ou qu’ils devraient rester enfermés à vie s’ils
survivaient.
Des « aveux » fabriqués
Que l’on comprenne bien : la Commission sénatoriale ne dit pas que
les aveux des détenus de la CIA sont
légalement incorrects parce qu’obtenus sous la torture, elle expose
que la CIA n’a pas interrogé ces détenus, mais qu’elle les a conditionnés pour qu’ils revendiquent des
situations et des actes qui leurs sont
étrangers. La Commission précise
que les agents de la CIA n’ont pas
même cherché à savoir ce que les
détenus avaient avoué lors d’interrogatoires précédents aux autorités
qui les ont arrêtés. En d’autres
termes, non seulement la CIA n’a
pas cherché à savoir si al-Qaïda
était impliqué ou non dans les attentats, mais son action n’a eu d’autre
but que de fabriquer de faux témoignages attestant mensongèrement
de l’implication d’al-Qaïda dans les
attentats du 11-Septembre.La Commission sénatoriale ne discute pas
de savoir si les aveux des cobayes
humains ont été extorqués ou inculqués, mais après avoir expliqué que
les superviseurs étaient des experts
du conditionnement et pas des interrogatoires, elle détaille longuement
le fait qu’aucun de ces « aveux » n’a
permis d’anticiper quoi que ce soit.
Elle démontre que la CIA a menti en
prétendant qu’ils avaient permis
d’empêcher d’autres attentats. La
Commission n’écrit pas que les informations sur al-Qaïda contenus
dans ces aveux sont des fabrications, mais elle note que tout ce qui
était vérifiable était faux. Ce faisant,
la Commission dément explicitement les arguments qui furent utilisés pour justifier la torture et annule
implicitement les témoignages qui
furent utilisés pour relier al-Qaïda
aux attentats du 11-Septembre.Ce
rapport confirme, de manière officielle, plusieurs informations que
nous avions présentées à nos lecteurs et qui contredisent et invalident les travaux des thinks tanks
atlantistes, des universités et de la
presse depuis le 11-Septembre,
aussi bien en ce qui concerne les attentats de 2001 eux-mêmes qu’en
ce qui concerne al-Qaïda.À la suite
de la publication des extraits de ce
rapport, il apparaît que tous les témoignages cités dans le rapport de
la Commission présidentielle d’enquête sur le 11-Septembre reliant
ces attentats à al-Qaïda sont des
faux. Il n’existe plus à ce jour le
moindre indice permettant d’attribuer ces attentats à al-Qaïda : il
n’existe aucune preuve que les 19
personnes accusées d’être les pirates de l’air se soient trouvées ce
jour-là dans l’un de ces quatre
avions, et aucun des témoignages
d’anciens membres d’al-Qaïda revendiquant les attentats n’est authentique .
Martine Aubry prise pour cible par les proches
de François Hollande
Elle attaque l’exécutif. Elle devait forcément s’attendre à un retour de manivelle.
C’est Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement qui répond à Martine
Aubry. «Elle n’est pas la seule à incarner les valeurs du socialisme», tacle le
ministre de l’Agriculture dans Libération.
Le rapport confirme ce que nous
révélions en 2009
En octobre 2009, j’avais publié une
étude sur ce sujet dans la revue
russe Odnako [3]. J’y affirmait que
Guantánamo n’était pas un centre
d’interrogatoire, mais de conditionnement. En outre je mettais en
cause personnellement le professeur
Seligman. Un an plus tard, l’article
ayant été traduit en anglais, des psychologues états-uniens menèrent
campagne pour demander à Martin
Seligman de s’expliquer. Pour toute
réponse, celui-ci nia son rôle de tortionnaire et lança une procédure judiciaire contre moi et le Réseau
Voltaire à la fois en France et au
Liban où je résidais. En définitive,
le professeur Seligman donnait instruction à ses avocats de cesser les
procédures après que nous ayons
publié une de ses lettres suivie
d’une explication de texte [4]. Martin Seligman poursuivit identiquement tous ceux qui traitèrent ce
sujet, comme Bryant Weich du
Hunffington Post.John O. Brennan
fut directeur adjoint de la CIA
(2001-05) et à ce titre directeur du
Centre national anti-terroriste. Il fut
le principal artisan du programme
secret de fabrication d’aveux sous
la torture. En 2009, il devint
conseiller du président Barack
Obama sur les questions de Sécurité
de la Patrie. Il a été nommé directeur de la CIA en 2013.
Et maintenant
La sénatrice Diane Feinstein est
courageusement parvenue à publier
une partie de son rapport, malgré
l’opposition de l’actuel directeur de
la CIA, John Brennan, jadis chargé
de contrôler ce programme de torture.Le président Barack Obama a
annoncé qu’il ne poursuivrait aucun
des responsables de ces crimes, tandis que des défenseurs des Droits de
l’homme se battent pour que les tortionnaires soient traduits en justice.
C’est le moins que l’on puisse
faire.Cependant, les vraies questions sont ailleurs : pourquoi la
CIA a-t-elle commis de tels
crimes ? Pourquoi a-t-elle fabriqué des aveux permettant de
relier artificiellement al-Qaïda
aux attentats du 11-Septembre
? Et par conséquent, al-Qaïda
n’ayant aucun rapport avec les
attentats du 11-Septembre, qui
donc la CIA a-t-elle cherché à
protéger ?Enfin, le programme
de la CIA ne concernait que
119 cobayes humains, que saiton des 80 000 prisonniers secrets de l’US Navy ?
P
our ce proche de François Hollande, la maire
de Lille est trop attentive à ce qui ne va pas
et n’observe pas assez ce qui a été entrepris
dans la première moitié du quinquennat. «Nous ne
pouvons être uniquement dans la critique et jamais
dans la défense et la fierté de ce qui a été fait», insiste Stéphane Le Foll.La semaine dernière, l’ancienne première secrétaire du PS a parasité la
présentation de la loi Macron en publiant une tribune dans Le Monde au moment où Manuel Valls
dévoilait les grandes lignes du projet. Dans son viseur, la possibilité pour les entreprises de travailler
douze dimanches par an au lieu de cinq actuellement. «Ce serait une régression», estime Martine
Aubry qui s’affirme plus que jamais comme la représentante de l’aile gauche du parti.
«Il faut éviter les postures»
Réponse des hollandais: «Est-ce que proposer de
travailler douze dimanches au lieu de cinq, c’est un
‘changement de civilisation’, comme le prétend
Martine Aubry? Non. Est-ce une ‘régression sociale’? Non plus. C’est même le contraire, puisque
les salariés qui travailleront le dimanche auront tous
des compensations, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui», assure Stéphane Le Foll qui se sait soutenu par une majorité de Français.Avec ces échanges
d’amabilités, ce qui se joue, c’est le futur congrès
du parti socialiste prévu au mois de juin. «Nous devons clarifier une chose: la future majorité (du PS)
ne peut pas accepter qu’on puisse gérer la France en
laissant filer les déficits», veut croire le ministre de
l’Agriculture, estimant que ce débat a été tranché en
2011 par le choix de François Hollande à la primaire
socialiste. Le reste, «ce sont des postures», conclutil.Posture, le mot est décidément à la mode. Ce
mardi matin, il est repris Ségolène Royal, vieille rivale de Martine Aubry. «C’est facile de dire quand
on n’est pas en responsabilité ‘il n’y a qu’à, faut
qu’on’», a lâché la ministre de l’Ecologie sur RMC
et BFMTV à propos des critiques de la mairie de
Lille sur le travail du dimanche.
Royal sur Aubry: «Il faut éviter
les postures» par BFMTV
Et l’ancienne candidate à la présidentielle de donner
un petit cours de socialisme à la mairie de Lille:
«Pour être de gauche, il n’y a qu’un seul critère: estce que les décisions que l’on prend créent des acti-
vités, des emplois et vont dans le sens du bien public... Si Martine Aubry veut être de gauche, la question qu’elle doit se poser est ‘est-ce que la décision
est bonne pour l’emploi et le bien-être?’ Et là, la réponse est oui», dit encore Ségolène Royal.
Martine Aubry contre Marine Le Pen:
le piège des régionales
Ces sorties publiques pour défendre Manuel Valls et
François Hollande sont le prolongement de premières attaques moins visibles à l’encontre de Martine Aubry. Des proches de Ségolène Royal et
l’entourage du premier ministre ont tenté la semaine
dernière de fragiliser l’ancienne ministre du Travail
en lui lançant un défi aux allures de piège: se présenter aux régionales dans la future grande région
Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Enjeu: tenter de battre
Marine Le Pen qui rêve de faire un coup d’éclat fin
2015.«Si Martine veut vraiment se rendre incontournable, elle devrait aller aux régionales comme tête
de liste dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
Elle s’investirait ainsi dans le combat anti-FN. Elle
mènerait un combat frontal contre Marine Le Pen.
Si elle gagnait l’élection, elle pourrait la fragiliser,
voire lui barrer la route avant 2017», déclarait Guillaume Garot, lieutenant de Ségolène Royal dans le
Canard Enchaîné du 10 décembre.
Des propos confirmés au Lab par l’ancien ministre
délégué à l’Agroalimentaire. «Aucun combat n’est
perdu ou gagné d’avance. C’est la politique que
d’aller au combat», affirmait le député de la
Mayenne.
Avec cette proposition, ils veulent la mettre devant
ses responsabilités: en refusant la proposition,
Martine Aubry se montrerait frileuse et manquant de courage. En acceptant, elle prendrait
le risque de perdre et de compromettre sa stature de recours. Pas question, répond son entourage pour qui «la ficelle est un peu
grosse». Dans le courant de l’été, elle avait
elle-même écarté l’idée préférant se concentrer sur sa mairie. Elle n’a pas changé d’avis.
«Ceux qui poussent à sa candidature ne cherchent qu’à la mettre en difficulté», estimait
dans le Parisien son bras droit François Lamy.
Et l’ancien ministre délégué à la Ville de
faire, à son tour, une proposition: «Si Martine
Aubry peut sauver une région, elle peut sauver aussi la France, alors pourquoi ne lui proposent-ils pas Matignon?» La partie de
ping-pong ne fait que commencer.
14
Mercredi 17 décembre 2014
Batna
5e Fica
«Chaïb Achoura»
une autre touche
d’authenticité
pour le festival
du théâtre amazigh
Un spectacle haut en couleur intitulé
Chaïb Achoura, puisé du patrimoine
authentique amazigh, a été présenté
hier sur la scène mobile installée sur
le parvis du théâtre régional de Batna,
dans le cadre de la 6e édition du Festival national du théâtre d’expression
amazighe. Plusieurs spectateurs affirment avoir «fortement apprécié», en
dépit du froid très vif, la prestation et
les costumes bariolés des personnages mythiques de Meriama (symbole du sol sacré), du roi lion, de
Lemdebar (le sage) et des soldats
dont le jeu symbolise l’attachement à
la terre. Selon M. Yahia Samir, président de l’association «Idheless Tamzegha» qui a monté le spectacle, la
tradition veut que les noms des comédiens participant à ce spectacle traditionnel ne soient pas divulgués. Une
coutume respectée à la lettre puisque
si, d’aventure, le nom de l’un d’entre
eux est connu, il est «immédiatement
remplacé», a ajoute M. Samir. Chaïb
achoura, une forme de théâtre séculaire, est annuellement célébré dans
la localité de T’kout (90 km de
Batna) à l’occasion de la fête de
l’Achoura. Selon certaines sources,
son origine remonterait au Xe siècle
avant notre ère et coïnciderait avec la
victoire du roi amazigh Chechneq
contre le pharaon d’Egypte. A
T’kout, le spectacle dure 10 soirées
successives durant lesquelles toute la
ville devient une scène de théâtre ouvert et beaucoup d’habitants deviennent des comédiens avec à leur tête
Meriama, la seule femme du spectacle, rappelle encore Yahia Samir. Le
spectacle débute sur la grande place
du centre-ville de T’kout, aux sons du
Bendir et de la Gasba qui rythmes les
magnifiques danses de Meriama, protégée par le roi lion et ses soldats
contre les tentatives d’enlèvement.
La ville de Batna abrite depuis le
10 décembre et jusqu’à demain la
6e édition du festival national du
théâtre d’expression amazighe.
Un mythe de la mémoire collective
chilienne porté à l’écran
La fiction Les sœurs Quispe, un drame social au rythme lent et basé sur la beauté
des plans, dédiée à une communauté vivant coupée du monde dans les montagnes
du Chili, réalisée par le Chilien Sebastian Sepulveda a été projetée lundi soir au
public, assez nombreux, de la salle El Mouggar à Alger.
D’
une durée de
80
minutes,
cette fiction,
inspirée
de
faits divers qui se sont déroulés
en 1972 dans le désert chilien,
Les sœurs Quispe a été présenté en compétition officielle
du 5e Festival international du
cinéma d’Alger (FICA) dédié
au film engagé qui se tient à
Alger depuis vendredi dernier.
Vivant dans des grottes, Justa,
Lucia et Luciana Quispe mènent une vie retirée, rythmée
par la dure nature des montagnes et les impératifs de leur
métier de bergères qui les a
également contraintes à l’isolement du monde extérieur et
de tout contact avec les villes
et villages du pays. Les nouvelles du monde ne parviennent aux trois sœurs que par le
biais d’un marchand ambulant
qui vient de temps à autre dans
leur grotte troquer des vêtements contre des chèvres. A
cette époque, ce mode de vie a
été interdit par le régime d’Augusto Pinochet qui a jugé cette
activité ancestrale anarchique
et nocive pour l’élevage et
l’agriculture, ce qui contraint
plusieurs familles à vendre leur
bétail à un prix dérisoire et à
quitter leurs terres de peur que
la police ne tue leurs chèvres.
En même temps, les trois
sœurs s’entêtent à préserver
leur vie s’ensuit une crise très
pesante, les bergères se retrou-
vant ballottés entre la volonté
de Luciana, la plus jeune, de
vendre le bétail et se trouver un
mari et l’entêtement de Justa,
la plus âgée, à protéger sa sœur
des assauts des hommes et de
sauvegarder son mode de vie.
Malgré les images et un choix
des plans de très grande qualité
soutenus par des paysages
d’une rare beauté, ce film reste
néanmoins très lent et laisse
chez le spectateur des zones incomprises qu’il ne peut éclaircir sans se documenter puisque
l’interdiction de l’élevage de
chèvres à cette époque et
l’existence de ces communautés isolées ne sont que suggérées dans le film qui ne prend
tout son sens qu’aux dernières
minutes. Inauguré vendredi, le
5e Festival international du cinéma d’Alger dédié au film engagé se poursuit jusqu’a
demain à la salle El Mouggar.
Mascara
L
Trois œuvres
en préparation au théâtre régional
lors d’une conférence de sable, signalant que le TRM oc- produit, depuis cinq ans, 15
e théâtre régional de
Mascara s’apprête à
mettre en chantier trois
œuvres théâtrales pour 2015
dont une pour la manifestation
«Constantine, capitale de la
culture arabe», a-t-on appris
lundi auprès du directeur de cet
établissement culturel. Le comité artistique du TR Mascara
a accueilli 19 textes théâtraux
qui seront soumis à la commission de lecture la semaine prochaine pour choisir trois d’entre
eux et les produire en 2015, a
indiqué M. Ahmed Khoussa
presse. L’un des textes sera destiné à une pièce pour enfants,
un deuxième pour adultes et le
troisième pour une œuvre théâtrale à présenter lors de la manifestation
«Constantine,
capitale de la culture arabe», au
titre du programme annuel du
TRM. Le théâtre régional de
Mascara attend impatiemment
la réception du bâtiment en
cours de restauration et dont les
travaux tirent à leur fin, pour
travailler dans de bonnes conditions, a ajouté le même respon-
cupe actuellement un pavillon
de la bibliothèque de wilaya et
que les répétitions se font dans
des salles inadéquates, à tel
point que des présentations en
avant-première de pièces théâtrales ont eu lieu dans d’autres
wilayas.Après avoir rappelé
que le TRM a effectué 90 représentations au cours de l’année
2014 sans compter 38 autres au
titre des «journées d’hiver du
théâtre» lancées la semaine dernière, M. Ahmed Khoussa a déclaré que son établissement a
pièces de théâtre dont une a décroché le premier prix au festival du théâtre professionnel à
Alger. Au passage, le même
responsable a mis en exergue le
programme de formation et de
prospection de talents, lancé
depuis quelques années et qui a
permis l’émergence de jeunes
comédiens de Mascara et de
dramaturges sollicités actuellement dans plusieurs pièces produites dans la wilaya et dans
des établissements culturels
hors wilaya.
Tlemcen
Le parcours combattant du chahid «Raïs Benallal» évoqué à Bouhassoune
L
e parcours combattant du chahid
Guerriche Kouider dit «Raïs Benallal» a été passé en revue, lors
d’une rencontre organisée récemment
dans son village natal «Bouhassoune» relevant de la commune d’Aïn-Ghoraba
(Tlemcen), dans le cadre de la commémoration du 54e anniversaire des manifestations du 11 Décembre 1960. Cette
rencontre initiée par le bureau communal
des moudjahidine et de l’Union nationale
de la jeunesse algérienne, a donné lieu à
une exposition de photos mettant en
exergue les chahids de la région au nombre de 1200 et une conférence sur le par-
cours du chahid Geurriche Kouider, animée par le professeur d’histoire Bendahmane Ali. Le conférencier a rappelé, en
substance, l’adhésion massive au mouvement national par les habitants de cette région, qui constituait un noyau de la
glorieuse guerre de Libération nationale,
grâce à l’oeuvre de valeureux hommes
dont Guerriche Kouider et autres si
Ahmed Bouzidi, Louadj Ahmed, Guerriche Kaddour et Hamri Ahmed. Il a dans
ce sens évoqué la difficulté pour les premiers combattants de se procurer les
armes nécessaires usant de ruses pour délester les «goumis». Raïs Benallal, qui
avait fait la guerre d’Indochine, fut un
stratège et un véritable meneur d’hommes
dans plusieurs batailles et accrochages livrés à l’armée coloniale française, a-t-il
souligné. Les organisateurs visent, à travers cette rencontre initiée également dans
le cadre de la célébration du 60e anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale, à faire connaitre aux
jeunes générations les héros et les hauts
faites de la glorieuse révolution de novembre 1954, a-t-on souligné. Guerriche
Kouider est né le 25 décembre 1929 dans
la commune de Ben Hdeil au sein d’une
famille révolutionnaire. quatre de ses
frères sont également tombés au champ
d’honneur durant la guerre de Libération
nationale. Dotée d’une grande expérience
de guerre, le chahid Benallal a conduit
avec intelligence d’héroïques opérations
militaires où l’armée française a subi de
grosses pertes humaines et matérielles. Il
est tombé au champ d’honneur dans la bataille de Chouly (actuellement OuedLakhdar) en décembre 1956. La rencontre
a été organisée dans une école primaire
baptisée au nom de ce chahid et située au
même site d’une école réalisée par l’Association des Ulémas algériens et inaugurée en 1955 par cheikh Larbi Tébessi.
15
ARTS
Mercredi 17 décembre 2014
Publicité
Tizi-Ouzou
Avant-première du film «Cris
du silence» du réalisateur
Youcef Amrane
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
L’avant-première du film d’expression amazighe Isughan
N’Tsusmi (Les cris du silence) du réalisateur Youcef
Amrane a suscité un grand engouement
chez le public. La projection de ce long métrage a été suivie avec un grand intérêt par
une assistance très nombreuse, à majorité
femmes car Cris du silence met en exergue
les violences conjugales dont la femme a
été la grande et malheureuse victime. Le
scénariste et réalisateur a jugé utile de
«choisir trois familles différentes dont deux
connaissent des violences quotidiennes: un
calvaire qui n’en finit pas et la paix est très
loin de se rétablir». Dans l’une, c’est la
femme, mère de famille, Lamia Mahiout,
dans le rôle de Malika, femme battue devant ses enfants par un mari ivrogne,
Ahmed. «Il rentre saoul à la maison, il bat
sa femme pour un oui ou pour un non.
L’autre couple, c’est le paradoxe qui se produit: c’est l’homme qui est violenté moralement, car sans travail fixe et sans
matériel. Il est constamment persécuté psychologiquement par sa femme, forte de son
argent. Entre les deux foyers, il y a un couple qui vit dans l’harmonie totale même si
ses moyens financiers ne lui permettent pas
de faire grand-chose. Mais, ils sont heureux». La mise à nu de ces violences «se répercute incontestablement, sur les enfants:
les résultats scolaires se dégradent de jour
en jour, ils deviennent agressifs. Les parents sont souvent convoqués par l’administration des établissements scolaires. Ils
perdent toute notion d’éducation et sont
désorientés car leurs parents ne connaissent
pas d’autres lieux que les bars». L’un finit
par trouver la mort par accident de la route,
à bord de la voiture de sa femme qui percuta un véhicule de gros tonnage. L’autre,
la femme battue fut hospitalisée. Son état
de santé empire. Elle rendit l’âme sur un lit
d’hôpital, laissant trois enfants orphelins.
«Le remords de l’un et de l’autre ne firent
absolument rien, car les enfants ont besoin
de leurs deux parents». Le tournage du film
d’une durée d’une heure et cinquante trois
(1h53 min) a été fait durant 40 jours, pendant le mois de Ramadhan dernier pour une
somme avoisinant les 3,5 à 4 millions de dinars. Les comédiens et artistes sont au
nombre d’une quinzaine et pris dans le tas,
tous des amateurs du 7e art qui verront les
portes de la réussite s’ouvrir devant eux. Le
réalisateur compte présenter Cris du silence
dans un festival du film amazigh et nous
confie qu’il est aussi avec un projet d’une
autre production.
M. A.Tadjer
Mlle Lamia Mahiout, dans le rôle
de Malika, femme battue :
J
«
e suis originaire d’Azouza à Larbaa-Nath-Irathen. J’ai 27 ans et
un niveau de bac +4 et je suis une
formation dans le commerce. J’ai une passion pour le cinéma et je suis formée durant deux années dans une école Atelier
Fanny Vaillant, en France. J’ai interprété
le rôle de Malika, femme battue, un rôle
très complexe. Se mettre dans la peau
d’une femme n’est pas évident. Pour m’en
sortir, il me fallait beaucoup de temps, car
j’ai voulu que cela réussisse. En ma qualité de femme, le personnage m’a terriblement touchée et j’en étais bouleversée, le
cœur déchiré et chaque coup que je recevais dans le film me faisait penser aux
femmes battues à travers le monde et que
nous retrouvons malheureusement dans
nos foyers. C’est un phénomène sur lequel
les autorités doivent être intransigeantes.
J’ai joué dans plusieurs films : Ma mère
m’a dit – La toile d’araignée (contre le
trafic de drogue) et où j’ai eu le prix de
meilleure interprétation féminine au festival international du film amazigh, à Agadir (Maroc), de cette année. Je suis avec
certaines propositions de films ».
Propos recueillis par M. A. Tadjer
Le Citoyen du 17/12/2014
ANEP N° 162 407
16
S A N T É
Mercredi 17 décembre 2014
Allergie
Maladie de Parkinson
5 nouveaux gènes
identifiés
Des chercheurs américains et européens ont identifié 5 nouvelles régions chromosomiques susceptibles d’être le siège
de déterminants génétiques de la maladie de Parkinson. A
terme, ce travail pourrait permettre le développement de
nouveaux outils diagnostiques et pronostiques. Allemagne,
Etats-Unis, France, Islande, Pays-Bas et Royaume-Uni, cette
étude est le fruit d’une large collaboration internationale. Ses
auteurs viennent non seulement de confirmer l’existence de
6 régions déjà connues, mais également d’identifier 5 nouveaux sites chromosomiques. Ils sont également parvenus à
montrer que les variants de deux gènes à eux seuls, expliquaient près de 30% du risque de survenue de la maladie de
Parkinson. Selon eux, « les 20% d’individus qui portent le
plus grand nombre de facteurs de susceptibilité ont 2,5 fois
plus de risque de développer la maladie. » Pour la première
fois, ce travail précise l’importance des facteurs de risque
génétiques dans la survenue de cette maladie. « Leur identification et leur implication dans les formes les plus communes de la maladie de Parkinson permettront des avancées
importantes dans sa compréhension », concluent-ils.
Que faire quand ça gonfle ?
Les allergies réservent bien des désagréments ! Au-delà des démangeaisons ou
des éruptions de boutons, elles peuvent provoquer un oedème de Quincke. Une
réaction allergique très impressionnante avec gonflements et sensations de
brûlure. On vous dit comment réagir en cas de besoin.
Fumer avance
la ménopause
Les fumeuses sont ménopausées un à deux ans avant les
non-fumeuses, en moyenne. Encore une bonne raison pour
arrêter de fumer. Sans oublier que le tabagisme augmente le
risque de ménopause précoce, avant même l’âge de 45 ans !
Tabac et fertilité ne font pas bon ménage. Le tabagisme altère en effet le fonctionnement ovarien par son effet antioestrogènes. « Il allonge le délai à concevoir, et avance l’âge
de la ménopause de un à deux ans », signale le Pr. Dominique Luton, gynécologue obstétricien à l’hôpital Beaujon
de Clichy, et secrétaire général du Collège national des Gynécologues et Obstétriciens français (CNGOF). Cependant,
plus tôt une femme arrête de fumer, plus elle est protégée
contre cette arrivée prématurée de la ménopause. Par ailleurs, fumer augmente aussi le risque d’être en ménopause
précoce, c’est-à-dire avant 45 ans. Et cela, plus particulièrement chez les grosses fumeuses. Un paramètre à prendre
en compte si l’on souhaite avoir un enfant, l’âge de la première grossesse en France étant désormais en moyenne, de
30 ans...
Les lentilles peuvent
vous mener aux
urgences
Souvent plus esthétiques que les lunettes, les lentilles de
contact sont à manier avec précautions. Le Syndicat national
des ophtalmologistes de France a rappelé l’importance de
lhygiène lorsque lon porte des lentilles. Une étude récente
réalisée au service d’ophtalmologie de l’Hôtel-Dieu de Paris
a en effet révélé que 3 à 4% des urgences concernent des utilisateurs de lentilles qui ont mal respecté les règles d’hygiène
et d’utilisation. Les conséquences de ce manque d’hygiène
peuvent parfois être graves : irritations oculaires, ulcération
ou encore abcès de la cornée. Rappelons donc quelques règles indispensables au bon usage des lentilles de contact: Avant toute manipulation, lavez-vous soigneusement les
mains et les ongles avec des savons doux et sans parfum.
Car les traces de produits parfumés laissent des dépôts sur
les lentilles.
- Renouvelez les solutions que vous versez dans les étuis à
chaque fois et ne diminuez pas les temps de trempage indiqués.
- Maquillez-vous après la pose des lentilles avec des produits
adaptés aux yeux sensibles, en évitant le rebord interne des
paupières.
- Lorsque vous portez vos lentilles, n’instillez pas de collyres
ou de produits susceptibles de les teinter (vitamine B12, rifamycine...)
1. C’est quoi un oedeme de Quincke?
L’oedème de Quincke est une réaction allergique très forte.
Il se caractérise par une forme d’urticaire sous-cutanée qui
s’accompagne, comme son nom l’indique, d’un oedème.
Vous n’éprouvez pas de démangeaison, mais une sensation
de brûlure. L’oedème de Quincke touche principalement les
muqueuses de la bouche et de la gorge et apparaît également
sur le visage au niveau des paupières, des joues et des lèvres.
Il peut aussi se localiser sur les organes génitaux.
Qu’est-ce qui déclenche l’oedème de Quincke ? Un aliment (oeufs, fraises...), un médicament (aspirine, antibiotique à base de pénicilline ...), une piqûre d’insecte. Il arrive
également qu’on ne parvienne pas à trouver l’origine de l’allergie.
2. Oedeme de Quincke: quels symptômes ?
Lorsque vous faites un oedème de Quincke, vous gonflez et
cela peut devenir très dangereux, en plus d’être très impressionnant. Vos paupières, par exemple, sont boursouflées et
vous êtes déformée. Evitez donc de vous regarder dans une
glace, vous vous feriez peur ! Un détail toutefois par rapport
aux risques d’asphyxie : localisé dans la gorge, l’oedème
peut en effet empêcher de respirer ! Heureusement, il n’est
pas forcément toujours aussi grave. Si l’oedeme de Quincke
se déclare sur les muqueuses digestives, seuls des troubles
digestifs sont à craindre. Mais ne le prenez pas à la légère !
Car comme dans de nombreuses réactions allergiques, l’oedème de Quincke peut s’aggraver à chaque nouvelle crise.
Plus grave, il peut être à l’origine d’un choc anaphylactique
(chute de la tension artérielle avec trouble de la circulation
sanguine)... qui peut conduire à un arrêt cardiaque. Ce genre
de complication arrive quelques minutes ou quelques heures
après les premiers symptômes.
3. Oedeme de Quincke: c’est une urgence !
Si vous ou l’un de vos proches présente les symptômes d’un
oedème de Quincke, les urgences s’imposent ! Appelez le
Samu ou les pompiers ….. Grâce à une piqûre de cortisone
associée à de l’adrénaline, vous vous sentirez rapidement
mieux, surtout si vous aviez une gêne respiratoire. Pour dégonfler, quelques jours seront en revanche nécessaires. Après
cette crise, rendez vous chez votre médecin traitant qui vous
dirigera sans doute vers un allergologue. Il vous posera de
nombreuses questions pour tenter d’identifier l’élément auquel vous êtes allergique avant de procéder à une désensibilisation.
Cécité liée à l’âge
Sur la piste d’un traitement
L
a dégénérescence maculaire
liée à l’âge (DMLA) est une
maladie qui ne se soigne pas à
l’heure actuelle. Cependant, les chercheurs viennent de découvrir une enzyme impliquée dans cette maladie, ce
qui ouvre la voie à de nouvelles recherches qui pourraient s’avérer prometteuses. La DMLA entraîne la cécité
chez les personnes qui en sont atteintes. La forme sèche de cette pathologie provoque la disparition
progressive de la vision centrale. Une
tache sombre envahit peu à peu le
champ de vision et rend tous les gestes
quotidiens impossibles. Elle est la principale cause de cécité et ne touche pratiquement que les pays riches. Due à la
destruction de la rétine, la DMLA ne
connaît aujourd’hui aucun traitement.
Mais une équipe américaine vient de
découvrir que l’atrophie rétinienne est
liée à l’absence de DICER-1, une enzyme qui joue un rôle protecteur.
Sciences et Avenir indique que l’enzyme DICER-1 permet d’éviter l’accumulation d’un ARN Alu, toxique pour
les cellules de l’oeil. Ainsi, quand la
quantité d’enzyme DICER-1 baisse,
l’ARN Alu s’accumule en trop grande
quantité et entraîne la destruction de la
rétine. Les scientifiques ont donc mis
au point des techniques permettant soit
de stimuler l’enzyme DICER-1, soit de
bloquer l’ARN Alu en l’éliminant. Les
premiers essais semblent concluants,
mais il faut maintenant passer aux essais cliniques sur des patients.
17
Magazine
Mercredi 17 décembre 2014
Les 7 secrets beauté
du bicarbonate
Règles: plus jamais de
migraine!
Pratique, économique, d’une
simplicité extrême, le
bicarbonate de soude va
devenir votre premier allié
beauté. La preuve par 7.
1. Le bicarbonate en pratique
Cette poudre blanche presque
magique est multi fonctions (ménager, beauté, hygiène...), économique environ 4 à 5 euros le kilo
(permet en plus de jeter la plus
part de vos produits ménagers) et
se trouve tout simplement en
grande surface au rayon « sels »
ou en pharmacie. Ils e conserve
dans le noir, au sec et dans son
emballage d’origine.
2. Les dents blanches et saines
Connu pour blanchir les dents, le
bicarbonate permet aussi une haleine fraîche. Utilisé en bain de
bouche, il permet de réduire le
tartre et de lutter contre les caries.
3. Une bonne haleine
Un simple gargarisme (une cuillère à café dans un verre d’eau)
de bicarbonate de soude peut
permettre d’éliminer des problèmes de mauvaise haleine.
4. Des cheveux sans pellicules
Il suffit d’ajouter à votre shampoing une cuillère de bicarbonate
et frictionner le cuir chevelu.
Cela permet de rendre les cheveux plus souples, plus faciles à
démêler et surtout de réduire les
pellicules.
5. Bains et relaxation
Des pieds, du visage... il est possible d’utiliser le bicarbonate
pour soulager, raffermir les pores
de la peau et hydrater. Un demi-
verre dans l’eau du bain permet
de tonifier la peau, de l’hydrater
et de l’adoucir. Le bicarbonate a
aussi des vertus relaxantes. Le
petit plus: le bicarbonate lave en
même temps la baignoire!
6. Un visage et une peau saine
Le plus économique des
masques: celui à base de bicarbonate de soude. Il suffit d’humidifier votre visage et d’étaler une
fine couche de bicarbonate
comme un masque. Garder le 1 à
2 minutes et si vous avez des
boutons, 5 minutes. Le bicarbonate peut aussi être utilisé contre
C uisine
Recette du jour
Chakhchoukha de Biskra
Ingredients
1/2 kg de semoule
fine
1/2 c à c de sel
De l’eau
1 poulet
2 tomates
2 oignons moyens
1 poignée de pois
chiche
L’huile
Paprika, cumin
1 pointe de couteau
de piment fort
Sel, poivre blanc
2 pommes de terre
moyennes,
2 courgettes
3 carottes
1 piment vert clair
1/2 c à c de smen
Préparation
Mettre dans une marmite la viande avec les
épices, le sel, l’huile, les pois chiche, les tomates râpées, les oignons et la tomate concentrée. Bien mélanger et laisser prendre jusqu’à
ce que les oignons soient translucides. Verser
ensuite 1/2 l d’eau et laisser cuire la viande.
Une fois la viande cuite, la retirer. Dans le
bouillon, rajouter les carottes. A mi-cuisson
de ces dernières, rajouter les courgettes et les
pommes de terre. Vers la fin de la cuisson, rajouter le piment vert pour parfumer à peine la
sauce ainsi que le smen. Mélanger le sel à la
semoule dans un grand saladier puis y ajouter
de l’eau. Pétrir jusqu’à obtenir une pâte élastique et souple. Laisser reposer environ 5 mn
recouvert d’un linge propre. Retravailler la
pâte encore 5 bonnes mn. Huiler vos mains et
faites de petites boules de la grosseur d’un
oeuf. Faire chauffer une poêle à fond épais.
Etaler du bout des doigts une boule et l’étirer
jusqu’à former un rond de fine épaisseur. Mettre quelques gouttes d’huile dans la poêle et
la mettre dans la poêle. Vous travaillez une
autre boule de pâte que vous allez étirer et déposer sur la feuille se trouvant déjà dans la
poêle puis vous retournez. Et ainsi de suite
jusqu’à épuisement de la pâte. Bien penser à
huiler à chaque fois! Dans un plat de service,
déchirer les « rogag » en petits morceaux,
vous disposerez la viande au centre ainsi que
les légumes et vous arroserez avec la sauce!
les démangeaisons et pour régénérer la peau.
7. Une odeur corporelle parfaite
Du corps ou des pieds... les
odeurs corporelles peuvent parfois gêner... Pour les contrer à
moindre frais, il suffit d’utiliser
le bicarbonate. En frottant vos
aisselles d’une pincée de poudre
ou de tamponner l’intérieur de
vos chaussures tous les soirs
avant de se coucher. Tout savoir
sur le bicarbonate: Le bicarbonate malin/ Michel Droulhiole/
Leducs Editions.
H
o
r
Bélier
Vous aurez une forte critique,
à l'égard de certaines
personnes, aujourd'hui. Elles
pourraient être amenées à
prendre les choses d'une
manière erronée.Si vous
trouvez que la
communication est difficile,
alors il serait temps d'avoir
une approche plus souple et
globale.
Taureau
Votre ambition pourrait,
parfois, attirer certaines
critiques, aujourd'hui. mais il
n'y aura aucun doute, vos
efforts auront été utiles.
Puisque, maintenant vous
vous apprêtez à atteindre un
nouveau niveau de
succès.Bonne continuation,
vous êtes sur la bonne voie!
Gémeaux
Vous aurez tendance à faire
dans la générosité, et vous en
oublierez la restriction de
votre budget. Votre désir
d'aider les autres, est
admirable, mais il pourrait
vous conduire dans une
situation des plus
déplaisantes. Alors, restez
dans le raisonnable! Votre
présence sera déjà précieuse,
aux yeux des autres.
Une migraineuse sur quatre souffre essentiellement au moment des règles.
Les traitements non hormonaux sont
de plus en plus souvent conseillés
pour oublier le mal de tête provoqué
par les règles.
1. Migraine: une chute hormonale
« Ces migraines semblent provoquées
par une chute brutale du taux d’oestrogènes dans le sang à l’approche des règles », explique le Pr. André Pradalier,
chef du service de médecine interne de
l’hôpital Louis-Mourrier, à Colombes,
et spécialiste de la migraine. C’est
pourquoi on a longtemps proposé
comme traitement à ces femmes des
gels ou des patchs d’oestrogènes, à appliquer de deux à quatre jours avant la
date présumée des règles. Un traitement pas si facile à mettre en place !
Ne serait-ce que parce que la date de
début des règles varie. Il nécessite
donc souvent des réglages, afin de déterminer le meilleur moment pour agir.
Un peu compliqué...
2. Migraine : l’efficacité des triptans
Pour celles qui sont très gênées par ces
migraines spécifiques aux règles, les
médecins proposent aujourd’hui un
traitement plus simple, c’est-à-dire la
prise de médicaments prescrits pour
les autres migraines. Les plus efficaces étant les derniers-nés, de la
classe des triptans, qui doivent être
pris seulement au moment où la crise
se manifeste. « Il est difficile de prévoir comment va évoluer la migraine
au départ. Si les symptômes reviennent au bout de deux ou trois jours, on
peut toujours reprendre un comprimé », explique le Pr. Pradalier. Il est
également possible d’utiliser tout simplement des anti-inflammatoires, dont
le caractère antalgique est maintenant
bien établi.
3. Migraine: la pilule sans interruption
Autre solution, et non des moindres :
o
s
Cancer
Vous aurez la possibilité
d'aider financièrement une
personne, mais vous le ferez
d'une manière très subtile.
Vous serez en mesure de
récolter les fruits de vos
investissements passés.
Aujourd'hui, vous pourriez
jouir, pleinement, des
bénéfices.L'heure est
maintenant à la détente et au
repos!
Lion
Vous serez face à une réalité
difficile, concernant votre
situation financière,
aujourd'hui. Il est temps, à
présent, de trouver une
solution pour améliorer le
contexte. Vous avez des
talents cachés. Alors, laissez
votre créativité et votre
imagination s'exprimer.La
réalisation de vos talents,
vous surprendront en
premier!
Vierge
Vous aurez la chance
d'acquérir une plus grande
indépendance, dans votre vie
active. Si seulement, vous
osiez prendre quelques
risques, vous pourriez vous
réaliser, véritablement. Vous
serez à deux doigts de la
réussite, si vous preniez plus
c
prendre la pilule sans interruption pendant plusieurs mois. Pas de règles,
donc pas de migraine ! Toutefois, certaines femmes se plaignent de petits
saignements pendant cette période
d’aménorrhée provoquée. D’autres
médecins envisagent un traitement par
hormones progestatives. Mais cette
approche n’a pas, pour le moment, fait
l’objet de validation scientifique. Une
consolation : ces migraines dites cataméniales s’arrêtent généralement à la
cinquantaine, quand la ménopause
pointe le bout de son nez...
Sous surveillance
Si on conseille la pilule pour soulager
les migraines des règles, il arrive que
la prise de cette contraception soit le
déclencheur de crises chez une femme
qui n’en souffrait pas auparavant. La
situation est alors toute différente. Il
est nécessaire de prévenir son médecin
qui jugera s’il faut en changer ou l’arrêter. Cet incident pouvant révéler, notamment chez les fumeuses,
l’imminence d’un accident vasculaire
cérébral.
p
o
d'initiatives.Alors foncez,
puisque la chance vous sourit!
Balance
Vous devriez réfléchir, avant
d'accepter une faveur,
aujourd'hui. Une pause ? Est
ce bien ce que vous
souhaitez? Pour vous qui
cherchez à vous occuper
l'esprit. Il vaudrait mieux
reporter cette offre, lorsque
votre moral en ressentira le
besoin.
Scorpion
Les difficultés financières
résultent, d'un manque de
revenus suffisants, pour
satisfaire, votre mode de vie.
La réduction des dépenses
devrait être une mesure
temporaire.mais, la véritable
solution serait de redéfinir, les
valeurs de vos besoins
actuels, et de régulariser les
modalités de paiement.
Sagittaire
Aujourd'hui, vous
rencontreriez un conflit avec
une personne, qui tient les
rennes, financièrement. Vous
aurez envie de dire tout haut,
ce que vous pensez tout
bas.Cependant, vous devriez
éviter de vous lancer dans une
relation conflictuelle, qui plus
tard, s'avèrera négative pour
vous.
Capricorne
Pourriez-vous sous-estimer
vos compétences et votre
expérience? Vous aurez
beaucoup à offrir, donc
assurez-vous, que les
personnes reconnaissent votre
vraie valeur.Vous devriez
vous mettre en avant, plus
souvent, ainsi votre confiance
et votre assurance seront
regagnées!
Verseau
Vos finances ne sont pas
exactement au meilleur point,
mais les choses ne sont pas si
terribles que ça ! Inutile de
vous en faire une montagne.
Vous devriez réduire
légèrement, vos dépenses
actuelles.Ainsi, vous vous
préserverez des périodes plus
difficiles.
Poissons
Les actes répétitifs vous
agaceront, aujourd'hui. Vous
avez peut être besoin, de plus
de créativité, d'exprimer votre
imagination réellement. Vous
aurez la chance d'évoluer,
dans un terrain favorable,les
personnes que vous pourriez
croiser, devraient jouer un
rôle déterminant dans la suite
des évènements.
18
SPORTS
Retour sur la liste des 23 joueurs convoqués pour la CAN-2015
Amical
Tunisie - Algérie
le 11 janvier à
Rades
L
Mercredi 17 décembre 2014
e match amical
entre les sélections
tunisienne et algérienne de football se déroulera le 11 janvier à
18h00 au stade Rades
(Tunis), a confirmé lundi
à Tunis, le sélectionneur
de Aigles de Carthage lors
d’une conférence de
presse. Cette rencontre
s’inscrit dans le cadre de
la préparation des deux
équipes pour la phase finale de la Coupe
d’Afrique des Nation
CAN-2015 prévue du 17
janvier au 8 février prochain en Guinée équatoriale. Les partenaires de
Yacine Chikhaoui disputeront deux autres rencontres amicales les 7 et 12
janvier 2015 contre des
adversaires dont les noms
seront connus ultérieurement, les pourparlers étant
engagés avec quatre ou
cinq pays, a précisé Leekens lors de la présentation du programme de
préparation de son équipe.
Les Tunisiens entameront
leur préparation pour la
CAN-2015 le 22 décembre prochain par un travail
spécifique pour certains
joueurs qui se poursuivra
jusqu’au 30 du même
mois avant d’entamer un
premier stage du 2 au 8
janvier à Monastir suivi
d’un second du 8 au 12 à
Hammamet. Un troisième
regroupement est prévu
12 au 14 janvier à Monastir avant le départ pour la
Guinée équatoriale. Au
premier tour de la CAN2015, la Tunisie évoluera
dans le groupe B avec la
Zambie, la RD Congo et
le Cap Vert. L’Algérie a
hérité du groupe C avec le
Ghana, l’Afrique du Sud
et le Sénégal.
Des surprises, des retours et des interrogations Comme il est su, le sélectionneur national, Christian Gourcuff a officiellement dévoilé sa liste
des 23 joueurs convoqués pour prendre part à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations en
janvier 2015 ainsi qu’une liste de 7 joueurs réservistes.
D
es surprises, des retours,
des mises à l’écart, la liste
du sélectionneur breton
semble assez logique à un ou
deux éléments près. Voici donc
les 23 Fennecs qui ont pour mission d’aller décrocher le titre suprême africain ! Pour des raisons
diverses Christian Gourcuff a décidé de se passer de certains
joueurs. Ainsi le puissant attaquant de Cordoba Nabil Ghilas
paie son attitude à Bamako où il
a fait part de son mécontentement
au sélectionneur après la rencontre. Écarté dès le premier stage et
jamais utilisé par Gourcuff depuis
sa prise de fonction l’attaquant
qui appartient toujours au FC
Porto avait pourtant des raisons
valables de demander au sélectionneur des explications sur sa
situation. Autre absence de taille
sans doute mal géré par la FAF,
celle du Lyonnais Nabil Fékir qui
a décidé de ne pas rejoindre les
Verts pour cette CAN. Toutefois,
d’après les propos de son père, le
sélectionneur Gourcuff n’a rien
fait pour convaincre Nabil de rejoindre l’Algérie, se contentant de
“l’appeler au téléphone lorsqu’il
était blessé”. Avec un Fékir sur le
banc à la CAN, en doublure de
Brahimi, nul doute que les Fennecs auraient eu fière allure.
Dommage. S’il y a un retour qui
en étonnera plus d’un c’est bien
celui de Foued Kadir. Trentenaire
évoluant seulement en D2 espagnole et jamais convoqué jusque
là par Gourcuff, l’ancien joueur
du Stade Rennais effectue un
come-back retentissant en sélection où il n’a plus rejoué en tant
que titulaire depuis sa piteuse
CAN sud-africaine en janvier
2013. Auteur d’un début de saison correct avec le Bétis Séville
(14 matchs, 1 but) le joueur de 31
ans se contentera volontiers d’un
rôle de doublure de Feghouli sur
le côté droit. Kadir, c’est la surprise du chef ! Malgré une situation catastrophique en club, Ishak
Belfodil a été récompensé de son
très bon état d’esprit par Christian
Gourcuff qui ne lui avait pas fait
un cadeau en l’alignant sur le terrain difficile de Blantyre face au
Malawi. Auteur d’une entrée en
jeu réussie à Blida face à l’Éthio-
Turquie
Belkalem à la passe, Medjani pour
conclure un but 100% DZ
Trabzonspor s’est imposé lundi soir face à Rizespor est mène par
le score de 3 à 2. L’ouverture du score lors de ce match est un but
100% DZ, avec une passe de Belkalem pour un but de Medjani.
On joue la 11e minute, sur un corner Belkalem place une tête puissante sans doute dans le but d’être cadrée mais le ballon trouve la
tête de Medjani qui marque le premier but pour Trabzonspor. Avec
cette victoire le club des deux internationaux algériens fraîchement
sélectionnés dans la liste des 23 pour la CAN 2015, se positionne
à la 5e place à 8 points du leader Besiktas
pie l’attaquant de Parme avait fait
étalage de sa puissance physique.
Une donnée suffisante pour faire
partie des 23 au vu de la faible
concurrence dans ce secteur de
jeu. Belfodil, le coup de poker de
Gourcuff ?
Guedioura, Cadamuro
et Boudebouz réservistes !
Avec 3 matchs au compteur cette
saison à Newcastle et 0 sélection
à son actif rien ne semble justifier
à première vue la convocation de
Mehdi Abeid pour une compétition aussi relevée et exigeante que
la CAN. Très apprécié par Gourcuff pour son profil très physique,
l’ex-international Espoir de 22
ans sera là pour apprendre et progresser en vue des qualifications
au Mondial 2018 en Russie.
Même cas de figure pour le Lyonnais Mehdi Zeffane titularisé une
seule fois cette saison en Ligue 1
et auteur d’une première sélection
encourageante face au Mali le
mois dernier. Âgé de 23 ans le latéral droit se contentera d’un rôle
de doublure d’Aïssa Mandi à un
poste qui fait éternellement défaut
dans le championnat local. Très
souvent sauvé par le gong,
comme lors de la dernière CAN
2013 en Afrique du Sud où il a été
convoqué par Halilhodzic malgré
un temps de jeu réduit en club,
Liassine Cadamuro n’a cette fois
pas bénéficié de la clémence de
Gourcuff. Aligné à un poste qui
Mondial des clubs (match de classement) ES Sétif-Western Sydney
L’
L’entente Hammar-Madoui mise à l’épreuve
homogénéité qui a toujours caractérisé les rapports entre le staff
technique de l’ES Sétif et sa direction sera mise à l’épreuve aujourd’hui à
Marrakech à l’occasion de la rencontre face
aux Australiens de Western Sydney (17h00
algérienne) comptant pour l’octroi des 5e et
6e places de la coupe du monde des clubs
qu’abrite le Maroc du 10 au 20 décembre.
Le président de l’Entente, Hassan Hammar,
n’a pas digéré jusque là la défaite de son
équipe contre Auckland City (1-0) samedi
dernier à Rabat en quart de finale. L’homme
nourrissait de grandes ambitions pour atteindre la finale et éventuellement affronter
le Real Madrid (Espagne), le favori en puissance pour le titre. Très déçu par cette défaite face à une modeste équipe
néozélandaise, Hammar n’a pas été tendre
envers son entraîneur en critiquant ouvertement la manière de jouer des siens. “J’aurais
pu accepter de perdre si on avait adopté
notre manière de jeu habituelle, mais perdre
de cette façon est inadmissible”, avait déclaré le boss sétifien à l’issue de la rencontre. Hammar, qui avait déclaré auparavant
et à maintes reprises qu’il comptait rendre
le tablier en juin prochain, voulait tant que
son équipe marque de son empreinte la première participation algérienne dans un mondial des clubs, au point qu’il trouve toujours
de la peine pour digérer l’échec en quarts de
finale.
Pis, il a “boudé” tout le monde à
l’hôtel où son équipe a pris ses quartiers à
Marrakech depuis dimanche, ne faisant que
rarement ses apparitions. Même ses relations avec la presse, lui qui est réputé pour
être un bon communicateur, sont devenues
limitées. Dans sa seule déclaration faite depuis le match de samedi, il a, à nouveau,
montré son mécontentement par rapport aux
joueurs et au staff technique. Ce n’est pas
tout, puisqu’il a même indiqué qu’il comptait se réunir avec son entraîneur pour lui
“demander des explications” sur la piètre
prestation de l’Aigle noir contre Auckland
City.
Dans une telle situation, une victoire contre Western Sydney, synonyme
d’une cinquième place au classement final
du “Mondialito” sera “salutaire”, de l’avis
des observateurs, car elle éviterait tout simplement à l’Entente de sombrer dans une
crise que personne ne prédisait avant son
voyage marocain. Raison supplémentaire
pour les coéquipiers du capitaine Farid Mellouli, de gagner leur deuxième et dernier
match dans cette compétition.
n’est pas le sien face au Mali, le
malheureux “Cada” paie très cher
son match raté à Bamako. Sa polyvalence n’étant définitivement
pas un atout le Toulousain regardera la CAN à la télévision et en
profitera pour se remettre en
question. Recalé du Mondial par
coach Vahid, Adlène Guedioura
se voit à nouveau écarté par
Gourcuff de la prochaine CAN.
Malgré son expérience et sa puissance, le joueur de 29 ans se
contentera d’une place de réserviste, la faute sans doute à un curieux statut de remplaçant à
Watford où il vient pourtant de
débarquer en prêt pour augmenter
son temps de jeu. C’est le cas de
l’ancien mondialiste en 2010,
Ryad Boudebouz qui misait énormément sur un retour chez les
Verts après son retour fulgurant
avec son équipe Bastia. Malheureusement pour lui, il se retrouve
sur la liste des réservistes en
voyant ainsi, ses chances s’évaporer pour disputer la CAN-2015
prévue en Guinée équatoriale.
Quoi qu’il arrive, les grand public
algérien attend beaucoup de cette
équipe version Christian Gourcuff qui, comme il est su, livrera
la prochaine CAN dans la peau
du grand favori et ce, malgré la
difficulté de la tâche. Une évidence, puisqu’au tour de la CAN2015, l’Algérie évoluera dans le
groupe C avec le Ghana,
l’Afrique du Sud et le Sénégal.
Les Verts entameront la compétition contre les Bafana et Bafana
le 19 janvier à Mongomo avant
de croiser le fer contre le Ghana
le 23 et le Sénégal le 27 janvier.
Farès Hamid
Préparation des JO-2016
L’EN olympique
entame un
stage à Alger
L’équipe nationale olympique
a entamé dimanche un stage
de trois jours au Centre Technique National de la FAF à
Sidi Moussa en prévision de
sa préparation pour les qualifications des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro
2016, indique la FAF sur son
site. Les joueurs convoqués
par le sélectionneur national
de l’équipe olympique, Pierre
André Schurmann ont effectué lundi une séance d’entrainement sur l’une des pelouses
du CTN. Une séance consacrée à la récupération,
puisque les coéquipiers de
Salhi Abdelkader ont joué samedi dernier les 32èmes de finale de la coupe d’Algérie
2015 avec leurs clubs respectifs.
19
S P ORT S
Mercredi 17 décembre 2014
Année 2014
Le football algérien éclaboussé
par la mort d’Albert Ebossé
Le football algérien qui a connu une année faste en 2014, avec une belle prestation au Mondial-2014 et en Ligue
des champions d’Afrique, a été éclaboussé par la mort de l’attaquant de la JS Kabylie, Albert Ebossé, le 23 août
dernier, dans l’enceinte d’un stade de football.
L
a qualification historique des Verts au 2e
tour du Mondial brésilien, puis à la phase finale de la CAN-2015, sans
omettre la Ligue des champions
d’Afrique remportée par l’ES
Sétif, sont des évènements marquants, certes, mais la mort tragique d’Ebossé, causée par un
projectile lancé à partir des tribunes à l’issue d’un match de
championnat, JSK - USM Alger
(1-2), a jeté une ombre sur ces
exploits. L’annonce de la mort
d’Ebossé, 24 ans, avait provoqué
une vague de tristesse et de
consternation sans précédent,
chez les Algériens qui ont dénoncé avec la plus grande vigueur cet acte en violation avec
les valeurs que véhicule le
sport.
Le ministre des Sports,
Mohamed Tahmi, a condamné
un acte “hautement répréhensible
qui endeuille toute la famille
sportive algérienne”, tout comme
le ministre de la Communication,
Hamid Grine, qui, “peiné et attristé” par cet acte, a appelé la
presse sportive, à contribuer efficacement pour combattre le phénomène de la violence dans les
stades.
Qualifiant d’”odieux”
cet acte, le président de la Fédération algérienne de football
(FAF), Mohamed Raouraoua, a
appelé à ce que “les auteurs de
cet acte innommable (soient) sévèrement punis” avant d’appeler
les différentes Ligues à “sévir devant tous les dépassements,
conformément aux règlements en
vigueur”. A l’étranger, le prési-
dent de la Confédération africaine de Football, Issa Hayatou
s’est dit “partagé entre tristesse
et colère du drame. Le football
africain ne saurait être le terreau
de quelque phénomène de hooliganisme que ce soit, car la violence n’a pas sa place dans le
football africain en particulier et
le sport en général”.
Les
supporters de la JSK, eux, étaient
sous le choc en apprenant la mort
de leur “idole”, sacré meilleur
buteur du championnat national
la
saison
précédente.
Quelques jours
après ce drame, et dans un élan
de solidarité, la FAF et la Ligue
de football professionnel ont décidé d’octroyer une indemnité
d’un montant de dix millions de
dinars (100.000 dollars) à la famille du joueur camerounais. Il a
été décidé également d’un commun accord avec la JSK, que
tous les salaires d’Ebossé soient
intégralement versés à sa famille
jusqu’à l’expiration de son
contrat avec le club kabyle.
Le hooliganisme : un phénomène récurrent
Loin d’être un cas isolé, le drame
du stade du 1er-novembre de
Tizi-Ouzou, n’est que la résultante d’une violence récurrente
dans les stades de football, selon
les observateurs qui se remémorent les agressions à l’encontre
des joueurs du CR Belouizdad,
Fayçal Badji et Anouar Boudjakdji, en septembre 2001 au
stade de Béjaïa, jusqu’à celles visant les Usmistes Abdelkader
Laïfaoui et Nassim Bouchema au
stade de Saïda, en avril 2012.
Mais, jamais le seuil fatal n’avait
été franchi. Les autorités avaient
pourtant multiplié les mesures de
sécurité, en lançant en parallèle
plusieurs campagnes de sensibilisation, mais rien n’y fit, puisque
les actes de violence perdurent
jusqu’à aujourd’hui. Les incidents ayant émaillé le derby
USM El Harrach - MC Alger pas
plus tard que le 29 novembre
dernier au stade de Mohammadia, en sont la meilleure
preuve. Force est de reconnaître
que l’aspect archaïque des enceintes sportives, dont certaines
héritées de l’époque coloniale,
joue souvent un rôle important
dans la mauvaise tournure que
peuvent prendre certains évènements. Celles-ci ne répondent
plus, ni aux nomes de sécurité
modernes, ni à la demande d’une
population grandissante. A titre
d’exemple, le stade du 20 Août55, considéré autrefois comme le
plus grand à Alger, est devenu
trop exigu pour accueillir un
derby de l’envergure d’un
USMA-MCA, un CRB-USMH,
ou encore un NAHD-RCK.
D’autres stades dans différentes
régions d’Algérie, souffrent du
même problème, car leur capacité n’arrive plus à satisfaire la
demande d’une population croissante.
Des infrastructures modernes :
le salut du sport algérien
Le salut du sport algérien et sa
transition vers un environnement
plus sain semble passer obligatoirement par la réalisation de
nouvelles infrastructures, répondant aux normes modernes. Un
projet déjà en cours, puisque
l’Etat a financé la construction de
plusieurs enceintes sportives, à
travers tout le pays, et dont certaines ont déjà été réceptionnées.
D’ici à 2016, tous les projets restants seront achevés et peut-être
qu’avec eux, le fléau de la violence fera moins parler de
lui.
Cependant, des acteurs
du mouvement sportif algérien
considèrent que les nouvelles enceintes sportives, à elles seules,
ne devraient pas suffire à combattre ce fléau, car plusieurs autres aspects sont, eux aussi,
étroitement liés au bon déroulement des évènements sportifs,
notamment, l’opération de vente
des billets et le transport des supporters, avant et après la fin du
match.
Les évènements sportifs en Algérie, les matchs de
football en particulier, nous ont
souvent habitués à voir des centaines de supporters marcher
dans les rues et les autoroutes,
faute de bus, de train ou de taxis,
aussi bien pour les mener au
stade que pour les ramener chez
eux, car la majorité de ces
moyens de locomotion arrêtent
volontairement leur activité, à
ces moments précis de la journée, pour éviter de subir d’éventuels casses.
Le plus logique
aurait pourtant été de doubler
l’activité des moyens de transport, vers et à partir du stade,
pour réponde à la demande des
supporters. Une situation qui
éviterait aux supporters fanatiques ou “bandes rivales” de se
croiser, de se provoquer et de
finir par s’affronter.
Ainsi,
pour lutter efficacement
contre la violence dans les
stades, tous les leviers doivent
être actionnés en même
temps, car chacun des volets
suscités représente un maillon
important de la chaîne, et si
un seul d’entre eux cède, la
boucle ne sera jamais bouclée.
Tournoi d’Aix-en-Provence de judo
L
Salim
Rebahi (-60 kg) décroche le bronze
richissante” pour les jeunes algériennes, Omar Rebahi, ayant succédé à Soraya nois internationaux à l’avenir, mais aussi
e judoka algérien Salim Rebahi (60 kg) a décroché une médaille de
bronze lors du tournoi international
junior d’Aix-En-Provence (France), disputé avant-hier, alors que les quatre représentantes de la sélection féminine s’étaient
toutes inclinées au premier tour. Malgré
cet échec, le sélectionneur des filles, Omar
Rebahi, a considéré cette expérience “en-
surtout que “le niveau était très élevé en
présence des Japonaises et des Françaises”. “Nos athlètes ont d’ailleurs perdu
soit face à des Japonaises, soit contre des
Françaises, et personnellement, je ne leur
reproche rien, car leurs adversaires étaient
vraiment d’un très bon niveau” a déclaré
le sélectionneur national lundi à l’APS.
Haddad à la tête de la sélection féminine
“junior” il y a quelques mois, a révélé que
l’intérêt principal de ce tournoi international à Aix-en-Provence était d’avoir tissé
des liens d’amitié avec plusieurs pays
étrangers. “Les relations que nous venons
d’établir avec les autres sélections nous
permettront de participer à d’autres tour-
Ali Rial, capitaien de la JS Kabylie :
« On visera un bon résultat face à l’USMH »
Tout abord, un mot sur la qualification
aux 16es de finale de la Coupe d’Algérie
face à l’équipe de Dab Beida ?
rieurs de bout en bout. Il faut désormais penser à la suite du parcours, notamment au prochain match face à l’USMH.
parer cette empoignade. J’espère que nous
serons à la hauteur et décrocher trois autres
points.
Je pense que c’est une victoire largement méritée. Nous avons affronté une équipe du
CRB Dar El Beida pleine d’ambitions certes,
mais qui manque d’expérience dans ce genre
de compétition. On a géré notre match intelligemment tout en respectant l’adversaire. La
large victoire explique que nous étions supé-
Vous allez affronter l’USMH ce weekend. Comment s’annonce pour vous cette
rencontre ?
Mais la mission s’annonce un
peu délicate non ?
Toutes les rencontres sont difficiles et non
pas seulement face à l’USMH. Nous avons
encore quelques jours devant nous pour pré-
C’est un match très difficile entre de bonnes
équipes qui se connaissent parfaitement l’un
de l’autre. Cette équipe d’El Harrach va
d’organiser des stages de préparation au
profit de nos athlètes. Ce qui représente
une très bonne chose” a encore indiqué
Rebahi. La sélection féminine de judo était
représentée, dans ce tournoi international
par Hadjer Mesrem (-48 kg), Sadjia Amrane (-48kg), Kenza Naït Amar (-57 kg) et
Sarah Kerdjadj (-70 kg).
nous attendre de pied ferme. Nous concernant, on va préparer ce match convenablement avec un seul objectif, revenir avec
un bon résultat.
A deux matchs de la fin de la phase
aller, peut-on dire que la JSK a les
moyens d’améliorer encore plus son
classement ?
Évidemment Nous avons les moyens de
revenir encore en haut du tableau. Il
nous reste deux matchs de championnat
à disputer, on fera de notre mieux pour
glaner le maximum de points.
20 Mercredi 17 décembre 2014
Une mise à jour de Windows 7 bloque les autres installations
Microsoft doit à nouveau faire face à un souci
avec une mise à jour causant des difficultés
chez une partie de ses clients. Le correctif fautif
peut être source d’instabilités, mais peut surtout
empêcher d’autres mises à jour de s’installer
ensuite.
Divers problèmes pour Windows 7
et Server 2008 R2
Les mises à jour de sécurité sont là depuis
presque une semaine, et l’une d’entre elles
cause des problèmes. Estampillée KB3004394,
elle ne devait à la base que mettre à jour le Windows Root Certificate Programme, autrement
le certificat racine du système. Après quelques
jours malheureusement, il est apparu que cet «
update » causait des difficultés sur une partie
des machines. Une partie seulement car tant que
l’on se trouve sous Windows 8 ou 8.1, il n’y a
aucun problème, pas plus que dans les moutures 2012 et 2012 R2 de Windows Server. Par
contre, dès que l’on se trouve sous Windows 7
Service Pack 1 ou Windows Server 2008 R2, la
situation change radicalement. D’une part, des
instabilités ont été détectées, pouvant entrainer
des plantages des applications, ou même du
système.
La mise à jour bloque les installations
ultérieures
Si seuls ces deux systèmes sont touchés, ils le
sont gravement. Car en plus de l’instabilité, il
devient impossible par la suite d’installer d’autres mises à jour. Un composant est visiblement
corrompu dans les routines d’installation de
Windows, et on comprend assez vite le souci
posé par une machine qui ne pourrait être plus
mise à jour. D’autant que le problème ne touche
pas uniquement les correctifs, mais les installations en général. Ainsi, comme Robert Hallock, de chez AMD, l’indiquait récemment sur
Twitter, certains utilisateurs rencontrent des difficultés pour installer un pilote sous Windows :
« Si vous avez des problèmes à l’installation
d’un pilote graphique, supprimez la mise à jour
Microsoft KB3004394 de votre système. Mise
à jour corrompue, empêche les installations de
pilotes ».
Il faut supprimer au plus vite
la mise à jour fautive
Pour simplifier au maximum la réparation du
problème, Microsoft fournit un exécutable permettant de nettoyer le système de la mise à jour
fautive. Il est également possible d’aller fouiller
dans les correctifs déjà installés pour le supprimer, mais certains trouveront sans doute l’étape
de recherche assez rébarbative. Un redémarrage
sera dans tous les cas ensuite nécessaire. Il semble en tout cas qu’au moins une partie des utilisateurs sous Windows 7 aient reçu
automatiquement le « correctif du correctif ».
Si cette situation est bien générale, les machines
devraient être réparées avant que d’autres mises
à jour ne se présentent le mois prochain. On notera enfin que si l’éditeur a changé du tout au
tout sa manière de considérer la sécurité, au
point d’en faire un emblème du futur Windows 10, l’ensemble est gâché régulièrement par des mises à jour causant des
soucis techniques. Le cycle redémarre
alors à chaque fois : avertir les utilisateurs, fournir une solution temporaire,
puis redistribuer la mise à jour réparée. Ce
type d’incident érode la confiance des utilisateurs dans les mises à jour, comme
Apple a pu en faire les frais avec la catastrophique version 8.0.1 de son système
mobile iOS.
Vidéo sur Internet
Facebook fait de l’ombre à YouTube
A
sus ressuscite le netbook ! Avec son
X205, le constructeur redonne vie à une
catégorie de portables que l’on pensait
disparue à jamais. Les netbooks, deuxième ! En
janvier 2008 débarquait en France le premier Eee
PC. Asus fut ainsi à l’origine de l’engouement important des consommateurs pour ces ordinateurs
portables petits, légers, peu puissants, mais surtout très peu chers, les netbooks.De nombreux
constructeurs se sont jetés sur ce marché, qui a
connu de belles heures de gloire, poussé par Intel
et son Atom. Puis les baisses progressives des
ventes ont eu raison d’un produit dont la raison
d’être était justement la production de masse, tant
les marges dégagées étaient faibles. Du moins,
c’est ce que nous pensions. Mais ça, c’était avant
Chromebook.Avec ses petites machines très
connectées, mais surtout très peu onéreuses, Google et ses partenaires ont remis au goût du jour
l’ordinateur premier prix.
Car les Chro-
mebook se vendent, et même plutôt bien. Plusieurs acteurs s’en sont aperçus : les constructeurs
d’une part, et Asus en tête, qui voient là l’occasion
de développer un marché où la demande est manifestement encore forte. Et Microsoft, d’autre
part, qui a décidé de casser les prix de sa licence
Windows afin de contrer les Chromebook et le
Chrome OS de Google. Ainsi débarque donc le
EeeBook X205TA, le netbook 2.0. Avec les ingrédients qui ont fait la réussite des premiers modèles, toujours quelques sacrifices, mais aussi un
petit quelque chose en plus, qui pourrait faire de
nouveau décoller cette catégorie de produits.
très moyen. Cet EeeBook ne laisse pas du tout
la même impression. Alors évidemment, on est
loin des coques en aluminium unibody, et le
plastique choisi par Asus (du moins celui de
couleur bleue de notre exemplaire de test) aura
tendance à marquer si vos doigts ne sont pas
parfaitement propres. Mais un indice ne trompe
pas : je me suis amusé à faire tourner ce netbook
dans la rédaction en demandant une estimation
de son prix. La plupart du temps, les pronostics
dépassaient, parfois largement, les 219 euros demandés par Asus. La qualité d’assemblage, les
finitions n’ont jamais été aussi bonnes à ce prixlà, c’est certain.
Un netbook, oui mais
Et cette petite chose en plus, c’est le soin qu’a apporté Asus à la construction de son netbook. Il y
a quelques années, la finition de ces machines
laissait vraiment à désirer, la qualité des plastiques était médiocre, l’assemblage
Un Samsung Galaxy S4 à l’origine d’un
incendie qui aurait pu être dramatique !
Finition en hausse, performances
qui stagnent
Ne nous emballons pas, toutefois. Car
cet EeeBook X205 reste un netbook.
Avec ce que cela implique au niveau
des composants. Autrement dit, ce
bon vieil Atom d’Intel est toujours
de la partie, et en l’occurrence le
Z3735F de génération Bay Trail.
Avec quatre cœurs, certes, mais
une fréquence toujours aussi limitée (1,33 GHz) et 2 Mo de mémoire cache.Résultat : par rapport
à 100, que nous testions il y a un
an presque jour pour jour, les performances n’ont clairement pas
évolué, mis à part du point de vue
de la bande passante mémoire. Un
gain que l’on doit en particulier à
la hausse de fréquence des 2 Go
de RAM qui équipe ce netbook
(1 333 contre 1 066 MHz). Toutefois, on ne ressent pas cet apport sur les tests applicatifs que
nous avons menés (sous Mediacoder, notamment).
Nokia Lumia 530 élu meilleur smartphone
entrée de gamme de l’année
L
ors de
Dans nos appareils portables, on retrouve inévitablement une batterie. Malheureusela cérément, si ces batteries sont très résistantes, il arrive parfois des accimonie
dents très dangereux. En effet, il n’est pas rare d’entendre des
des mobiles
histoires de smartphones qui prennent feu. Cette fois, c’est
d’or 2015,
en France que ça se passe et plus exactement à Sanary. Sale Nokia
nary-sur-Mer est une commune du Var et il y a quelques
Lumia
jours, un accident impliquant un Samsung Galaxy S4 au530 a
rait pu être à l’origine d’un véritable drame. En effet,
été élu
une adolescente de 15 ans a branché son smartphone
meiljuste avant de se coucher mais ce dernier a pris feu. Sol e u r
phie, la mère de Lisa, a entendu sa fille crier au feu dusmartrant la nuit et elle s’est rendu immédiatement dans la
phone,
chambre de sa fille où elle a pu constater des flammes
entrée
d’environ un mètre de haut, le matelas commençait à prend
e
dre feu. Lisa a du aller chercher de l’eau au rez-de-chaussée
gamme de
pour pouvoir maitriser le feu. Durant ce laps de temps, la maison
l’année.
quasiment neuve aurait pu partir dans les flammes. La mari, pompier voChaque
lontaire, était absent ce jour là et n’a pu que constater les dégâts. L’expert de l’assurance de
année se déla famille est passé pour constater le problème et a rapidement incriminé le smartphone
roule au mois de
Samsung. Il est important de prendre en compte que le mobile était récent et entièredécembre la cérément d’origine. Pour le moment, la famille se réserver le droit d’aller en justice mais
monie des mobiles
aucune décision n’a été prise. Voilà encore une histoire qui ne devrait pas trop
d’or. Un peu à la manière
plaire à Samsung puisqu’un cas similaire aux Etats-Unis a été signalé cet
de notre élection du meilleur
été. A noter que ce type de problème n’arrive pas qu’à Samsung, Apple
smartphone de l’année 2014, un
a également été victime d’une série noire mettant en
comité de professionnel prime les ofcause les batteries de ses appareils.
fres et les produits qui ont marqué l’année. Smartphone, tablette, forfait mobile,
offre internet, à chaque catégorie son prix.
Pour celui du smartphone entrée de
gamme de l’année, c’est Nokia qui a été
récompensé pour son Nokia Lumia 530.Il
est vrai que les smartphones à petit prix
ont de plus en plus d’importance sur le
marché de la téléphonie. Avec la part
croissante des forfaits sans engagements,
la vente des téléphones d’entrée de
gamme s’est envolée ces derniers mois.
Le Nokia Lumia 530, commercialisé au
meilleur prix de 73 €, en a donc profité.
C’est vrai qu’à ce prix là, le Nokia Lumia
530 n’a pas vraiment de concurrence. Il
propose un premier pas dans le monde
des smartphones sans présenter des prix
exorbitants. Avoir un bon téléphone, mais
qui propose également une expérience de
smartphone (appareil photo, application,
multimédia…) correspond à une utilisation classique d’un smartphone. Pourquoi
donc payer plus de 500€ pour un smartphone dernière génération ? En fonction
de vos besoins et de votre utilisation, le
Nokia Lumia 530 peut être le téléphone
qu’il vous faut.
Un Nokia Lumia 530 qui est
également double SIM
En réalité, il existe une deuxième version du Nokia Lumia 530. Celle-ci propose la possibilité d’insérer deux cartes
SIM dans votre mobile. Si vous avez
une ligne personnelle et une autre professionnelle, vous pouvez les avoir
toutes les deux dans votre smartphone.
Naturellement, le Nokia Lumia 530
dual SIM est un peu plus cher.
Sidali
N° 3168 - MERCREDI 17 DÉCEMBRE 2014
Site web : www.lecitoyendz.com
E-mail : [email protected]
Terrorisme
Une bombe
explose près
d’un barrage
de l’armée à
Boumerdès
Une bombe de fabrication artisanale a explosé,
hier, non loin d’un barrage militaire dans la localité de Benchoud,
dans la wilaya de Boumerdès, a-t-on appris de
sources sécuritaires locales.
Selon nos sources, l’explosion qui a eu lieu en
milieu de journée, n’a
pas fait de victime.
L’engin explosif a été
placé sur un passage habituel des véhicules militaires.
Cet attentat raté intervient au moment où la
traque des groupes terroristes s’accentue dans la
wilaya de Tizi Ouzou où
plusieurs faux barrages
ont récemment été dressés par des islamistes
armés se réclamant d’Al
Qaïda Maghreb.
Transport maritime
L’Algérie commande un nouveau ferry
d’une valeur de 125 millions d’euros
Les chantiers navals espagnols Barreras viennent de décrocher un contrat
avec la Compagnie maritime algérienne, selon les déclarations de la société espagnole
rapportées par le journal local Atlántico.
A
lgérie Ferries, détenu par l’Entreprise nationale de
transport maritime
de voyageurs (ENTMV), aurait commandé un navire
d’une capacité de 2 000 passagers et 700 véhicules pour
un montant supérieur à 125
millions d’euros. Quelque
180 mètres de long pour une
largeur de 29 mètres, le futur
navire sera le plus grand jamais construit par Barreras
dans l’estuaire de Vigo situé
en Galice, nord-est de l’Espagne. Le chantier devrait
durer 26 mois.
Samsung ravive la fierté linguistique avec
une large campagne dans toute la région
La série Samsung Galaxy Note met la lumière
sur la manière dont la technologie valorise,
l’héritage de l’écriture de la langue arabe
grâce à la campagne Biqalam Arabi
Samsung Electronics Co., Ltd., inspiré par le patrimoine et la passion que suscite la langue arabe
dans la région du moyen orient et afrique du nord,
a lancé la campagne Biqalam Arabi en Juin dernier. Biqalam Arabi - traduit littéralement « Par
une Plume Arabe - est une campagne qui met
l’accent sur l’inhérente beauté de la langue arabe,
notamment la nature organique et fluide du texte
manuscrit arabe. L’érosion graduelle du mot écrit,
surtout en arabe, devient évidente à une époque
où le clavier est une seconde nature.
«Lorsque nous avons lancé la campagne Biqalam
Arabi, notre principal objectif était de faire en
sorte que cette belle langue ne se perde pas dans
une ère de numérisation. En réunissant 22 pays
et en rassemblant des centaines de millions de locuteurs arabophones à travers une fonctionnalité,
nous avons positionné les utilisateurs au cœur de
sa technologie, où ils ont pu exprimer toute leur
passion pour la langue arabe», a commenté
[Riadh Attouchi, Samsung Electronics]. «Nous
sommes heureux de voir que cette campagne a
généré un contenu positif ; les utilisateurs ont
ainsi pu laisser couler leurs mots à travers la
pointe de leur plume ».
Grâce
à
la
fonctionnalité
de
Reconnaissance d’Ecriture Arabe dans la série
Note, le S-Pen de Samsung numérise facilement
les mots manuscrits en arabe. Les utilisateurs
peuvent ainsi saisir un texte via n’importe quelle
application « Note » et partager instantanément
leur contenu dans leur langue maternelle. En
outre, le S-Pen utilisé avec le Samsung Galaxy
Note 4 permet aux utilisateurs d’écrire l’arabe
dans une police «fontaine» ou «calligraphie»,
fournissant ainsi une expérience d’écriture authentique.
Le site dédié à la campagne Biqalam Arabi propose un forum où les utilisateurs peuvent exprimer tout l’attachement qu’ils ont pour la langue
arabe. Avec le hashtag (Biqalam Arabi), les sites
web et les réseaux sociaux ont suscité l’intérêt de
plus de trois cent mille arabophones et ont enregistré plus de 7021 expressions célébrant la
beauté de la poésie arabe et des citations qui reflètent cette riche histoire littéraire.
“L’arabe est plus qu’une langue, c’est une culture
qui fait face aux défis de la numérisation d’aujourd’hui, nous avons abordé cela en comprenant
l’identité de notre consommateur arabe. Des milliers de visites sur le site Biqalam Arabi ont été
enregistrées, marquant un intérêt croissant des
utilisateurs des réseaux sociaux de la région
MENA qui sont fiers d’utiliser leur langue alors
qu’ils marchent en avant vers une ère de plus en
plus mondialisée, rapide et hyper connectée», at-il ajouté.
«Apprécier l’importance de la langue arabe est
un désir fort qui résonne dans notre région. Chez
Samsung, notre priorité est d’offrir des produits
qui correspondent aux désirs et aux besoins de
nos consommateurs, grâce à la série Note, préserver l’arabe dans le contexte quotidien est
maintenant possible à travers la pointe d’un SPen ».
Ooredoo atteint brillamment le seuil de 3,5 millions d’abonnés 3G++ en un an (*)
Le leadership technologique algérien à la portée de tous
Ooredoo célèbre le premier anniversaire de sa
3G++ qui confirme ses performances et consacre son leadership technologique.
Plus de 3,5 millions d’abonnés répartis dans 25
Wilayas ont déjà opté pour le réseau 3G++ de
Ooredoo, classé meilleur réseau d’Afrique du
Nord en termes de débit pour les trois premiers
trimestres 2014 par le classement officiel
NetQB (Network Quality Benchmark).
Ooredoo confirme également son rang de leader
technologique dans la région en étant l’un des
premiers opérateurs au monde à atteindre un
débit réseau de 63Mb/s et le premier opérateur
d’Afrique à déployer un réseau dorsal 400G.
La stratégie d’innovation et les performances de
Ooredoo ont été aussi consacrées par le Prix du
Meilleur Opérateur Télécom d’Afrique et par
l’attribution du prix « Bronze Stevie Award »
dans la catégorie Nouveau produit et service
lors de la 11ème édition des prestigieux « Inter-
national Business Awards » (IBA) pour ses programmes « tStart » et « iStart », lancés en partenariat avec l’ANDPME.
Selon Joseph Ged, Directeur Général de Ooredoo : « Ooredoo s’est montré à la hauteur des
enjeux et a confirmé le formidable potentiel du
marché algérien en enregistrant 3,5 millions
d’abonnés 3G en moins d’une année alors que
certaines estimations tablaient sur 3 millions
d’abonnés en 5 ans pour l’ensemble du marché. Ces performances sont le résultat des efforts colossaux de nos équipes dont je suis
particulièrement fier, car elles ont imposé le
leadership technologique algérien au Maghreb
et en Afrique tout en simplifiant au maximum
l’accès à la 3G++ pour tous nos abonnés.
Notre engagement de démocratiser le Haut
Débit Mobile et d’offrir le meilleur de la 3G++
a été tenu ».
Dès le mois de janvier 2015, le réseau 3G++ de
Ooredoo sera étendu à 32 Wilayas représentant
80% de la population. Ooredoo a investi 2 milliards de dollars depuis son arrivée sur le marché et entend accélérer sa politique ambitieuse
d’investissements pour consolider son leadership technologique et le mettre à disposition de
toutes les algériennes et tous les algériens.
Atlántico rapporte également
que le président de la compagnie , José García Costas, se
trouvait en Algérie hier pour
conclure les derniers éléments
du contrat lors d’une rencontre avec Ahcène Grairia, directeur général de l’ENTMV.
Des sources algériennes citées
par le journal local El Correo
Gallego ajoutent que les responsables de l’armateur algérien avaient déjà visité les
installations espagnoles au
préalable. La commande
s’inscrit dans une volonté de
renforcer les capacités de la
flotte maritime nationale.
SALAMA lance son
nouveau système
de gouvernance,
les TIC au service
de la clientèle
Le 14 Décembre 2014, 10h30, SALAMA Assurances Algérie a organisé au
sein de son siège sis à Coopérative El
Amel N° 05 Said Hamdine – Alger, une
conférence de presse avec les médias algériens. Une panoplie de thèmes ont été
abordés, notamment :
Lancement du nouveau système de gouvernance au profit de la bonne prestation
aux clients
Démonstration sur place du fonctionnement du nouveau système de gestion
dont l’objectif est de mettre le client en :
Confiance : Confirmation par SMS de la
souscription du contrat au niveau central
Totale transparence : Confirmation du
montant réglé
Toute sérénité : Rappel par SMS de
l’échéance du contrat afin de ne courir
aucun risque
L’exploitation des TIC pour innover dans
les modes de gestion et la prestation aux
clients :
Les techniques et pratiques modernes
que véhicule SALAMA pour fidéliser ses
clients et faire progresser la culture des
assurances dans la mentalité des algériens
Exhortation des chiffres et bilans 2014 en
démontrant le positionnement évolutif et
constant de SALAMA dans le marché algérien des assurances
Les perspectives d’évaluation et de développement par le lancement de la nouvelle filiale des assurances de personnes
« SALAMA Vie », début de l’année 2015
SALAMA leader du TAKAFUL en Algérie : Vision stratégique et rôle que joue
SALAMA dans le développement du
modèle TAKAFUL (Projet de loi d’une
nouvelle réglementation pour les assurances dites « Islamiques Takaful » en
Algérie)
Author
Document
Category
Uncategorized
Views
0
File Size
1 868 KB
Tags
1/--pages
Report inappropriate content