close

Enter

Log in using OpenID

(et vice-versa) - LAMES

embedDownload
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
Fiche “ Valorisation des résultats des campagnes océanographiques en série”
(à envoyer par courriel à [email protected] )
Campagnes BIODIP-CORALCAL1, CORALCAL2, CORALCAL3,
CORALCAL4
1 – Contexte scientifique et programmatique des campagnes en série
L’analyse de la diversité de la flore marine de Nouvelle-Calédonie fait l’objet d’un programme débuté à l’IRD en
2004 dans le cadre de l’UMR ‘Systématique, Adaptation et Evolution’ puis dans le cadre de l’UR COREUS ; l’étude
des coraux est plus récente avec notamment la collaboration du Dr Francesca Benzoni et du Dr Bert Hoeksema.
L’étude de la biodiversité de ces deux groupes majeurs des écosystèmes coralliens est réalisée à l’appui
d’inventaires accompagnés de travaux en taxonomie intégrative combinant la morphologie et la génétique. Une
approche par l’habitat est favorisée pour optimiser l’appréhension de la biodiversité
Le territoire de la Nouvelle-Calédonie couvre une surface récifale et lagonaire de près de 30.000 km2 répartis entre
la Grande-Terre, les Iles Loyautés à l’est, le plateau de Bellona-Chesterfield à l’ouest, les récifs d’Entrecasteaux au
nord et la Corne sud et l’île des Pins au sud. L’étendue de la zone à prospecter a conduit à 6 campagnes
d’observation et de collectes : à l’ile des Pins (BIODIP), aux Iles Loyauté (BSM-Loyauté), sur la cote est
(CORALCAL 1 et 4), sur la côte ouest (CORALCAL4), dans le grand lagon Nord (CORALCAL3) et aux
Chesterfield-Bellona (CORALCAL2).
2 – Rappel des objectifs
L’objectif final est d’aborder les questions de distribution et de répartition des espèces à l’échelle de la NouvelleCalédonie mais également à l’échelle de l’Indo-Pacifique et d’étudier les affinités biogéographiques de la flore
marine et la faune corallienne Calédonienne.
Le projet s’échelonne à travers des études phylogénétiques menées à l’échelle des Ordres, Familles et Genres.
L’abondant matériel biologique a alimenté et continuera d’alimenter plusieurs thèses et Masters. 41 publications
ont vu le jour, et de nombreux résultats sont en cours de rédaction, notamment la description de nouvelles espèces
ainsi que des travaux en biogéographie.
3 – Principaux résultats obtenus
Les résultats sont rappelés dans chacune des fiche établie pour chacune des campagnes et une illustration des
principaux résultats est donnée en fin de document.
Fiche remplie par :Claude PAYRI
Date de rédaction ou d’actualisation de la fiche :2014
Adresse :IRD, Nouméa, Nouvelle-Calédonie
Email :[email protected]
Tel :00 687 26 07 50
Fax :00 687 26 43 26
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
Nom de la série de campagnes: BIODIP et CORALCAL(coralcal1, 2, 3, 4),
Projet ou programme de rattachement :
Année du début de la série : 2005
Nom de la campagne :BIODIP
Navire : ALIS
Engins lourds :
Dates de la campagne : 25 novembre-8 décembre 2005 Zone(s) : 22°21. S et 23°01. S et 166°50. E et167°40. E
Nombre de jours sur zone/en transit : 12/2
ile des pins et corne sud
Chef de mission principal (Nom, prénom et organisme) : Claude PAYRI, IRD
Nombre de chercheurs et d’enseignants-chercheurs (en mer / à terre) : 1 + réseau de taxonomistes
Nombre d’ingénieurs et de techniciens (en mer / à terre) :5/1
Nombre d’étudiants (en mer / à terre) :1/3
Cette campagne a été réalisée, au sud de la Grande Terre et concerne essentiellement l’Ile des Pins et les récifs
environnants. Ont été étudiés les macrophytes benthiques (macroalgues et phanérogames marines). Cette région
présente un intérêt particulier étant située à la frontière entre le milieu tropical et tempéré. Elle avait l’objet de
récoltes anciennes notamment par Vieillard, publiées par Kutzing et montrait de fortes affinités avec la région sud
est de l’Australie –Tasmanie et de l’île isolée de Lord Howe. Il était opportun de programmer de nouvelles récoltes
de ces taxons signalés il y a plus d’1 siècle et de tester grâce aux analyses ADN les relations spécifiques interrégion
Les objectifs de la campagne étaient :
(i) dresser l’inventaire à l’appui de collections de référence et la description des espèces
(ii) compléter les études taxonomiques par des études phylogénétiques pour les groupes des Sargasses, des
Dictyotales et des Laurencia sl et pour lesquels des programmes de thèse ont été mis en place.
(iii) caractériser les habitats de manière à pouvoir in fine faire des analyses en macro-écologie à l’échelle de la
Nouvelle-Calédonie et de l’australasie.
(iv) caractériser au plan biogéographique la zone par comparaison avec les données déjà disponibles pour la
Grande Terre, et les Loyauté mais également les archipels pour lesquels des données sur les algues
marines sont disponibles.
A l’occasion de cette campagne les thermographes installés dans la Corne sud ont été relevés.
31 stations réparties dans les divers habitats (0 -60 m de profondeur) caractérisant la zone ont été échantillonnées
principalement en scaphandre autonome. Les petits fonds des platiers côtiers ont été prospectés en PMT. Les
habitats échantillonnés sont essentiellement des habitats coralliens, récifs frangeants, récifs externes, formations
récifales de lagon, des fonds de lagons, des algueraies et des herbiers de phanérogames. Ils reprennent les 14
unités morphologiques majeures inventoriées dans l’Atlas des récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie [Andréfouët
S, Torres-Pulliza, D. 2004 ; Atlas des récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie, IFRECOR, Nouvelle-Calédonie, IRD,
Nouméa, avril 2004, 26p +22 pl.]. La prospection a concerné les récifs et littoraux autour de l’île des Pins et le
Banc de la Torche, plateforme récifale immergée par 50 m de fond et située au sud de l’île des Pins. Quelques
stations ont également été prospectées à l’occasion des transits : à l’aller au sud de la passe de la Sarcelle et au
retour à la Corne Sud à l’occasion de la relève des thermographes. La prospection intensive de sites jusque là peu
étudiés a permis de récolter un abondant matériel renfermant de nombreux taxons originaux. La plupart des taxons
anciens ont été récoltés à nouveau.
Avant cette expédition les travaux sur la flore marine des récifs coralliens et des lagons de l’île des Pins étaient très
fragmentaires et généralement anciens. Les plus anciennes collections sont celles constituées par Eugène Vieillard
(1819-1896), et décrites par Kuetzing au milieu du 19ème siècle. La flore est caractérisée à la fois par des
espèces tropicales et des espèces tempérées voire de régions froides telles l’Australie du sud et la NouvelleZéalande avec des genres originaux comme Apjohnia et Melanthalia restreint à ces régions. On note une forte
abondance de Rhodophyta (plus de la moitié des taxons) et une bonne représentation des Pheophycées traduisant
l’affinité tempérée de cette région.
Les travaux de taxonomie sur cette flore sont loin d’être achevés compte tenu de la richesse spécifique et
l’abondance insoupçonnée d’espèces nouvelles. Les travaux taxonomiques ont été réalisés en priorité sur les
Phaeophycées (algues brunes) et notamment sur les la famille des Sargassées (Sargassum et Turbinaria) sur
l’ordre des Dictyotales. Les sargasses de l’Ile des Pins ont été entièrement reconsidérées dans la révision
générale du genre en NC (Mattio et Payri, 2009). L’espèce S. turbinarioides endémique à cette région a pu être
récoltée et validée à l’aide d’analyse ADN.
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
L’ordre des Dictyotales s’est avéré particulièrement riche et diversifié dans les eaux tempérées de l’Ile des Pins.
Des analyses morphologiques combinées aux analyses moléculaires (Bittner et al, 2008) ont révélé la présence de
plusieurs espèces nouvelles dans les genres Padina, Dictyopteris et Distromium et de deux nouveaux genres en
cours de description qui regrouperont des espèces endémiques de Lord Howe Island, récoltées en abondance au
banc de la Torche (sud de l’IDP) à l’Ile des Pins.et dans le Lagon Sud (canal de la Havannah et Canal Woodin) et
placées dans les genres Distromium et Dictyopteris. Le genre Padina a fait l’objet d’une analyse phylogénique à
l’échelle mondiale et renferme une demi-douzaine de nouveaux taxons pour la seule Nouvelle-Calédonie
(Silberfeld et al, 2013). Les Chlorophyta sont relativement bien diversifiées avec plusieurs espèces appartenant aux
genres Ulva et Umbraulva ce dernier genre abondant dans les récoltes profondes a été révélé par des analyses
d’ADN (Frédéric Mineur données non publiées). Les deux familles tropicales et subtropicales Caulerpacées et
Halimedacées sont abondantes, aussi bien sur les formations coralliennes que dans les fonds de lagons et font
l’objet d’une étude particulière. Le genre Codium est bien représenté à l’Ile des Pins, les spécimens ont été intégrés
à une analyse phylogénétique mondiale et les données concernant la Nouvelle-Calédonie sont en cours de
publication en collaboration avec H. Verbruggen de l’Université de Ghent en Belgique. Les résultats ont fait l’objet
d’une communication au IPC9 congres à Tokyo (Payri et Verbruggen, 2009). Enfin, les Rhodophyta ont fait l’objet
de plusieurs études particulières : le genre Laurencia travaillé dans le cadre de la thèse de J. Martin-Lescanne ; le
genre Gracilaria du groupe textorii, pour lequel plusieurs taxons ont été récoltés en NC et à l’Ile des Pins en
particulier (Liu et al., 2009, Lin et al. 2012) enfin le genre Melanthalia. Dont la répartition est restreinte au sudde la
Nouvelle-Calédonie, la Nouvelle-Zélande et l’Australie (Nelson et al,2013). Ces récoltes ont permis de réévaluer à
l’aide de l’outil moléculaire, le travail taxonomique réalisé par Kuetzing sur les collections anciennes de Vieillard et
repris récemment par Millar et Prudhomme van reine (2006). Enfin, les deux nouveaux taxons Pinnatiphycus
menouii et Sebdenia cerebriformis signalés aux Loyauté et dans le lagon Sud ont été récoltés à l’Ile des Pins
(N’Yeurt et Payri, 2006, 2008). Le travail taxonomique à réaliser sur cette classe est encore important compte tenu
de l’abondant matériel biologique et nécessitera de nouvelle récolte et du matériel propre aux analyses ADN.
Bien que l’exploitation du matériel ne soit pas achevé, on peut dire que la flore marine de l’Ile des Pins s’apparente
à celle récoltée dans le lagon Sud de la Grande-Terre avec plusieurs taxons signalés jusqu’à ce jour comme
endémiques de Lord Howe et représente assurément la flore la plus riche et la plus originale de la NouvelleCalédonie.
Cette campagne a permis d’enrichir d’une part les collections de l’IRD et du Muséum national d’histoire naturelle et
d’autre part la base de données de l’INPN du MNHN..
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
Nom de la campagne :CORALCAL1
Navire : ALIS
Engins lourds :
Dates de la campagne : 15-28 mars 2007
Zone(s) : côte est de NC 21°38S - 22°53S
Nombre de jours sur zone/en transit : 15
166°24 E -167°41E
Chef de mission principal (Nom, prénom et organisme) : Claude PAYRI, IRD
Nombre de chercheurs et d’enseignants-chercheurs (en mer / à terre) : 2
Nombre d’ingénieurs et de techniciens (en mer / à terre) :4/1
Nombre d’étudiants (en mer / à terre) :1/3
La campagne CORALCAL1 s’est déroulée dans la région sud-est de la Grande Terre, appelée ‘Côte Oubliée’.
Cette région qui s’étend de Thio à Ounia est inaccessible par la route, et se singularise par une barrière immergée
et des lagons sous forte influence océanique. Par ailleurs, cette région est classée dans l’Analyse Ecorégionale
réalisée par WWF et CRISP, parmi les aires remarquables de la Nouvelle-Calédonie. La campagne avait trois
principaux objectifs (i) explorer la diversité de la flore marine (algues et phanérogames) et des coraux
hermatypiques des récifs et des lagons de Nouvelle-Calédonie (ii) enrichir les collections de travail déposées au
centre IRD de Nouméa en spécimens d’herbiers pour les algues et en squelettes blanchis pour les coraux (iii)
compléter les collections de tissus pour les projets en génétique et phylogénie. 25 sites ont été échantillonnés dans
les différents habitats lagonaires et récifaux pré-identifiés et jusqu’à 60 m de profondeur sur les pentes externes des
récifs-barrières. L’effort de prospection représente plus de deux sites d’étude par jour de campagne, chaque site
comprenant trois voire quatre tranches bathymétriques : 0-10 ; 10-20 ; 20-40 ; 40-60 en fonction de la
géomorphologie des sites.
Cinq types majeurs d’habitats ont été reconnus sur la base de la géomorphologie, des communautés coralliennes et
algales. Il s’agit principalement de récifs frangeants sous influence continentale, de récifs intermédiaires, de
pinacles isolés, de fonds de lagon et enfin de pente externe et de bord de passe. Pour l’inventaire de la flore algale
685 spécimens de macrophytes ont été récoltés et mis en collection. Cet effort représente 200 espèces d’algues
benthiques dont 87 Chlorophyta (algues vertes), 22 Phaeophycées (algues brunes) et 91 Rhodophyta (algues
rouges) ce qui représente 45% du nombre d’espèces recensées à ce jour en Nouvelle-Calédonie. Cette répartition
entre les trois grands phylums est très comparable aux résultats obtenus pour les Iles Loyauté bien que la flore soit
moins riche. C’est parmi les algues vertes que l’on note une grande originalité avec de nombreuses espèces de
Codium, dont plusieurs n’avaient pas encore été signalées en Nouvelle-Calédonie et les premiers résultats de
l’étude génétique nous font suspecter de nouvelles espèces pour la science. Aux algues viennent se rajouter 8
espèces de phanérogames marines sur les 11 que compte la Nouvelle-Calédonie. 3 d’entre elles appartiennent au
genre Halophila et affectionnent particulièrement les fonds de chenaux et les pentes sableuses. Les cinq autres
espèces Thalassia hemprechii, Syringodium isoetifolium, Halodule uninervis, Cymodocea serrulata et C. rotundata
forment de très beaux herbiers sur les récifs intermédiaires comparables à ceux décrits dans la région de Thio
située à la limite nord de la présente aire d’étude.
Pour les coraux, 414 spécimens ont été prélevés et incorporés aux collections de références HS de NOU-IRD. Les
récoltes et les observations réalisées sur les coraux ont permis de dénombrer 175 taxons dont 22 restent à identifier
au rang spécifique. Cet inventaire représente plus de 56% de la faune corallienne recensée en Nouvelle-Calédonie.
Cette richesse tient à la diversité des biotopes visités et au contraste entre les peuplements particuliers des fonds
de baie calmes et fortement envasés où fleurissent les colonies graciles d’Anacropora, comparables aux
peuplements de la baie du Prony (lagon sud-ouest) et à l’opposé les peuplements de coraux massifs des pentes
externes ou des pinacles du lagon. En outre, on signale pour la première fois en Nouvelle-Calédonie
l’Octocoralliaire Heliopora coerulea. Ce genre était jusqu’alors supposé absent de cette région alors qu’il est présent
au Vanuatu et sur la Grande Barrière Australienne.
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
Nom de la campagne :CORALCAL2
Navire : ALIS
Engins lourds :
Dates de la campagne : 30/06-24/07/2008
Zone(s) : plateau des Bellona-Chesterfield, ouest de
Nombre de jours sur zone/en transit : 24
la grande Terre- Nouvelle-calédonie
Chef de mission principal (Nom, prénom et organisme) : Claude PAYRI, IRD
Nombre de chercheurs et d’enseignants-chercheurs (en mer / à terre) : 1 + réseau de phycologues et taxonomistes
des coraux (5)
Nombre d’ingénieurs et de techniciens (en mer / à terre) :4/1
Nombre d’étudiants (en mer / à terre) :1/3
La campagne CORALCAL2 s’est déroulée dans la zone Bellona-Chesterfield située à 450 miles à l’ouest de la
Grande-Terre de Nouvelle-Calédonie. Cette région qui s’étend sur près de 3000 km² se singularise par son
isolement et son système entièrement carbonaté de type atoll, sous influence océanique. Cette région est classée
dans l’Analyse EcoRégionale réalisée par WWF et CRISP, parmi les aires remarquables de la Nouvelle-Calédonie.
L’objectif de cette campagne était (i) de poursuivre les inventaires de la flore et de la faune de coraux
hermatypiques de la Nouvelle-Calédonie en complétant les collections déposées à IRD de Nouméa, (ii).de
poursuivre l’échantillonnage des groupes qui font l’objet d’une étude phylogénétique et phylogéographique. (iii)
récoltes particulières pour l’analyse de la diversité des foraminifères associés aux algues par le Dr JP Debenay en
accueil dans l’UR055’Paleotropique’ (iv) collectes de mollusques gastéropodes du genre Conus dans le cadre du
programme européen CONCO pour des études ciblées de recherche de molécules bioactives (v) relève et
l’installation de capteurs ONSET aux Chesterfield (Ile Longue Chesterfield) et l’installation d’une sonde SBE16 à
Koumac (côte nord ouest de la Grande Terre) pour l’UR 065.
Les 39 sites prospectés permettent de reconnaître 8 grands types géomorphologiques.
1- Les fonds de lagons à accumulations d’articles d’ Halimeda et boue corallienne pour les zones les plus abritées.
2- Les constructions coralliennes et pinacles de lagons,
3- Les récifs-barrières profonds avec de grandes cuvettes sableuses,
4- Les formations de beachrock
5- Les récifs peu profonds autour des îlots
6- Les pentes internes des récifs de lagon
7- Les pentes externes exposées
8- Les pentes externes sous le vent
Pour les végétaux marins, 793 spécimens ont été récoltés et représentent plus de 250 taxons dont une quinzaine
n’avait jamais été récoltée dans les autres régions de Nouvelle-Calédonie. Elles se répartiraient en 47% d’algues
rouges (Rhodophycées), 49% d’algues vertes (Chlorophycées) et 4 % d’algues brunes (Phaeophycées). Cette
répartition entre les trois grands phylums est caractéristique des habitats de type atolls, où les algues vertes et
rouges dominent, tandis que les algues brunes sont très peu nombreuses en espèces et en abondance. Les algues
vertes dominent dans la végétation quel que soit le niveau bathymétrique, avec une très forte abondance d’espèces
(25 environ) du genre Halimeda. Parmi les algues vertes on note une grande originalité avec de nombreuses
espèces de Rhipilia dont deux pourraient être nouvelles pour la science, plusieurs genres monospècifiques dont
Chameodoris et Penicillus jamais signalés dans les autres régions de Nouvelle-Calédonie, plusieurs espèces
d’Avrainvillea et de Codium particulières à la région des Chesterfield et signalées dans l’île de Lord Howe. Aux
algues viennent se rajouter 2 espèces de phanérogames marines (Halophila decipiens et H. capricornii) sur les 11
que compte la Nouvelle-calédonie. Ces plantes ont été récoltées sur les fonds meubles des lagons.
Les récoltes et les observations réalisées sur les coraux hermatypiques du plateau Bellona-Chesterfield ont permis
de dénombrer 187 taxons dont une trentaine restent à identifier au rang spécifique. Cet inventaire représente plus
de la moitié de la faune corallienne recensée en Nouvelle-Calédonie. Cette richesse tient à la diversité des biotopes
visités et au contraste entre les peuplements particuliers de fonds de lagons et ceux de peuplements des pentes
externes riches en coraux massifs. On signalera une richesse particulière en Euphyllia.
La récolte des cônes représente 304 spécimens et plus de 60 heures cumulées de plongées réalisées
principalement de nuit. Avec un total de 101 spécimens de Conus consors (espèce-cible du programme CONCO)
récoltés, dont 50 maintenus vivants pour l’extraction du venin, l’objectif de ce volet de la campagne est entièrement
rempli.
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
Nom de la campagne :CORALCAL3
Navire : ALIS
Engins lourds :
Dates de la campagne :11-29 mars 2009
Zone(s) : grand Lagon Nord de Nouvelle-Calédonie
Nombre de jours sur zone/en transit :
Chef de mission principal (Nom, prénom et organisme) : Claude PAYRI, IRD
Nombre de chercheurs et d’enseignants-chercheurs (en mer / à terre) : 2 + réseau de phycologues et taxonomistes
des coraux (5)
Nombre d’ingénieurs et de techniciens (en mer / à terre) :4 /1
Nombre d’étudiants (en mer / à terre) :0/4
Cette campagne s’inscrit dans la continuité des deux précédentes du même nom et avait les mêmes objectifs
d’inventaires des algues et des coraux, objectif auquel s’est rajouté un volet habitats visant : (i) caractériser et
cartographier les principaux habitats à partir d’images satellitales, (ii) établir pour chacun des types d’habitats les
inventaires pour 4 groupes majeurs de l’écosystème (algues, coraux, invertébrés majeurs et poissons), (iii) établir
les relations habitats-biodiversité spécifique La diversité des habitats visités pendant la mission est moyenne
compte-tenu de la diversité connue en Nouvelle-Calédonie. Toutefois les biotopes clés ont été visités : zones
sédimentaires lagonaires profondes, herbiers de frangeants, algueraies de frangeant (1, ST 27b/1212) et zones
coralliennes de frangeants et barrières. Ces dernières se décomposent en de nombreux sous-types suivant la
géomorphologie (échelle de quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres), l’architecture à échelle moyenne
(sur quelques dizaines de mètres : taille des massifs, variation de topographie verticale, rugosité, éperons sillons,
…), la couverture corallienne, la présence de mortalités récentes (par invasion d’Acanthaster planci ou destruction
physique), le type de formes de croissances coralliennes dominantes et présence d’organismes associés ou
compétiteurs (corail mou, éponges encroûtantes, algues, etc…), la présence de nouvelles recrues coralliennes. Les
variations de ces facteurs s’expliquent par la profondeur et topographie du récif, l’exposition hydrodynamique
(courant et vagues), et affinités/compétitions/prédation/recrutement entre organismes du récif.
L’étude des milieux et la cartographie par télédétection réalisées jusqu’à présent en Nouvelle-Calédonie n’avaient
que très peu considéré les pentes externes océaniques. Cette mission a permis de combler une lacune typologique
pour ce type de strate géomorphologique, compte tenu des différents profils de pentes rencontrées dans la zone 020 m. Le choix des sites a été réalisé, en grande partie, en fonction des images satellites Landsat et Quickbird des
différents sites, afin d’essayer de visiter des sites qui soient complémentaires et représentatifs, ou au contraire
rares.
Au total 49 stations ont été échantillonnées dans les différents habitats lagonaires et récifaux situés principalement
dans la région des îles Belep et Yandé, dans la partie nord du récif des Français situé sur la côte ouest, et sur le
récif Cook situé sur la côte est, jusqu’à 30 m de profondeur sur les pentes externes des récifs-barrières et dans les
lagons. Les systèmes étudiés se répartissent équitablement entre des récifs associés à des îles continentales
(récifs frangeants) et des récifs-barrières (platiers, pentes internes, et pentes externes). Les trois grands types de
fonds lagonaires caractérisés par des types sédimentaires, sables coquilliers, sables gris et sables coralliens ont
également été prospectés. Pour les végétaux marins, 650 spécimens ont été récoltés et représentent plus de 250
taxons incluant de nombreuses algues rouges calcaires. Ces récoltes incluent du matériel alimentant plusieurs
programmes axés sur la taxonomie et la phylogénie moléculaire. Parmi ces macrophytes 6 espèces de
Phanérogames marines regroupées en 4 genres ont été récoltées sur les zones frangeantes des îles Belep et
Yandé et sur certains fonds meubles de lagon. Dans cette région les Phanérogames forment des herbiers mixtes
accompagnés de nombreuses espèces d’algues (Caulerpes et Halimédes en particulier), particulièrement denses et
une canopée relativement bien développés. En dépit d’un important recouvrement des feuilles par des particules
terrigènes, les formations végétales étaient florissantes et la macrofaune d’invertébrés bien diversifiée. La flore
algale est marquée par la diversité et l’abondance des algues rouges calcaires (Corallinacées) et la relative
pauvreté de la flore non calcifiée. Elle est typiquement tropicale composée d’espèces à large répartition indopacifique dominée notamment par des algues vertes appartenant aux Halimeda et Caulerpa. La végétation ‘molle’
est peu abondante, les espèces non calcifiées sont souvent cryptiques en raison vraisemblablement d’une forte
pression de broutage par les herbivores et des conditions de fort hydrodynamisme notamment sur les barrières et
les pentes externes où la flore coralligène prédomine. Sur les pentes externes on peut signaler quelques
populations abondantes de Codium mamillosum, Callophycus serratus, Halimeda du groupe ‘opuntia’, H. discoidea,
Valonia fastigiata. Les fonds sédimentaires de lagon, abritent dans les zones de vase corallienne des algueraies
mixtes à Caulerpa taxifolia, C. sertularioides et en moindre abondance Avrainvillea erecta, Udotea geppiorum et
Halimeda stuposa, signalé pour la première fois dans cette région. Les fonds de sable coquillier et les fonds de
sable gris à Amusium ne sont montrés particulièrement pauvres en algues. Les formations à grandes algues brunes
(Sargassum decurrens et S. polycystum et Hormophysa cuneiformis) n’ont été observées que ponctuellement sur
les zones frangeantes des îles de Belep et Pott, dans les zones distales des herbiers de phanérogames
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
Une population remarquable de Laurencia cf majuscula (Rhodophyta) a été également observée avec les
formations d’algues brunes sur la côte est de Belep. La faible représentation voire l’absence de certains taxons
communs aux autres régions de Nouvelle-Calédonie mérite d’être signalée, comme les algues vertes Codium spp,
Tydemania expeditionis, Halimeda heteromorpha, Padina melemele. L’ensemble de ces observations confirme les
données de Garrigue (non publiées) obtenues dans les dragages réalisés en 1989 par Richer de Forges.
Pour les coraux on compte 328 spécimens récoltés représentant au moins 235 espèces de coraux hermatypiques ,
auxquels il faut ajouter 3 espèces d’Hydrocoralliaires Milleporidae et 3 espèces de coraux ahermatypiques de la
famille des Dendrophyllidae (Tubastrea micrantha, Tubastrea sp1 et Dendrophyllia sp.). Cet inventaire représente
près des 2/3 de la richesse recensée à jour pour l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie. L’effort d’échantillonnage
peut donc être considéré dans l’ensemble comme important et très satisfaisant. Les collections se trouvent
augmentées de 14 nouveaux taxons: Turbinaria bifrons, Turbinaria patula , Acropora sp1, Acropora sp2, Acropora
sp3, Montipora sp1, Montipora sp2, Herpolitha weberi, Hydnophora grandis, Leptoria irregularis, Platygyra lamellina,
Psammocora cf. superficialis, Stylophora cf. subseriata, Oulophyllia cf. bennettae. Et 12 espèces rares viennent de
rejoindre la collection de référence des coraux de NC : Diaseris distorta, Heliofungia actiniformis, Isopora palifera,
Isopora cuneata, Lobophyllia pachysepta, Psammocora haimeana, Symphyllia valenciennesii, Turbinaria frondens,
Favia sp1, Favites sp1., Acropora sp4, Montipora sp3.
Cet effort est appréciable pour la valeur patrimoniale de la collection de référence des coraux de NC.
Pour les invertébrés, près de 287 espèces dont 102 Mollusques, 97 Echinodermes, 34 Porifera (éponges), 20
Octocoralliaires (Gorgones et Coraux mous), 15 Ascidies, 8 Cnidaires (à l’exclusion des coraux scléractiniaires) et
11 de divers autres groupes ont été recensées pour l’ensemble des stations. De manière générale la richesse n’est
pas exceptionnellement élevée pour cette grande zone en raison d’une diversité moyenne des habitats en liaison
avec l’absence d’influence de la Grande-Terre. Il est a noté que les abondances observées ont toujours été
relativement faibles à l’exception des herbiers de phanérogames des récifs frangeants où plusieurs espèces
d’Holothuries étaient présentes. La densité des grandes espèces commerciales d’Holothuries était particulièrement
faible, quelques individus (1-5) par station visitée pour les espèces les plus prisées. La plupart des espèces
rencontrées sont largement réparties dans les eaux calédoniennes, seuls quelques taxons tels que l’étoile de mer
des fonds meubles Poraster superbus ou encore Holothuria hamata, peuvent être cités comme typiques du lagon
Nord. Sur les récifs-barrières et les pentes externes la faune épigée est relativement pauvre comparée aux récifs
qui bordent la Grande-Terre, les Ascidies y sont le mieux représentées. Les grandes étendues sédimentaires dans
les lagons montrent quelle que soit la nature des sédiments une faune très parsemée néanmoins intéressante avec
quelques espèces qui ne se trouvent nulle part ailleurs en Nouvelle-Calédonie, ou qui forment dans cette région des
populations très denses, comme celles du bivalve Amusium balloti.
Pour les Poissons, 29 stations ont été visitées, pour 214 espèces observées réparties en 84 genres et appartenant
23 familles
3 grands types géomorphologiques ont été prospectés (récifs frangeants, récifs-barrières, et récifs intermédiaires
lagonaires). Dans chacune de ces strates principales, les platiers, pentes et passes (pour le récif-barrière
uniquement) ont été échantillonnées. Sur les stations récifs frangeants, platiers de barrières, platiers de récif
intermédiaire, la richesse spécifique, la densité et l’abondance étaient représentatives de ces types de milieu. Les
espèces dénombrées étaient souvent de tailles moyennes, voire petites. Compte tenu de la liste de familles cibles
établies pour le suivi des communautés de poissons dans le cadre de l’UNESCO, les familles dominantes sont
Scaridae – Siganidae - Chaetodontidae. Sur les parties intérieures des récifs-barrières. La richesse spécifique et
l’abondance sont par endroit assez élevées. Certains biotopes abritent de grosses densités de poissons ; ST 33. 7
Chelinus undulatus, une grande diversité des espèces, dans les familles ; Pomacentridae-Pomacanthidae. Le
Genre Centropyge, avec des espèces spécifiques à la région ; Centropyge loriculus et sp., et deux espèce, qui
semblent observées pour la première fois en Nouvelle Calédonie (à confirmer) ; Labridae Cirrhilabrus exquisitus et
Lethrinidae : Lethrinus erythracanthus.
Sur les stations des pentes externes de récifs-barrières, « récif des Français (côte Ouest) et récif de Cook (côte
Est) », la richesse spécifique, l’abondance et la densité caractérisent un milieu riche. Près des passes, l’abondance
et la densité restent très élevées. De tels rassemblements peuvent être liés soit à des comportements de frai, soit
de broutage pour certaines espèces notamment chez les Scaridae ; Scarus altipinis. Comme indicateur d’état de
santé des communautés, la présence des top-prédateurs en haut de la chaine trophique (requins) est elevée. Les
plus observés sont Carcharhinus amblyrhincos. La présence fréquente de petits bancs de ; Bolbometopon
muricatum d’une vingtaine d’individus indique aussi a priori une faible pression humaine (pêches) dans les secteurs
visités.
A l’exception des poissons qui avaient fait l’objet de plusieurs études dans cette région, les données de biologie
pour les autres groupes sont originales.
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
Nom de la campagne :CORALCAL4
Navire : ALIS
Dates de la campagne :4-27/04 2012
Nombre de jours sur zone/en transit :
Engins lourds :
Zone(s) :
Cotes ouest et est de la Grande Terre de
Nouvelle CalédonieBasse-Poya à la Passe de Yande,
Hienghène à Thio.
Chef de mission principal (Nom, prénom et organisme) :Francesca BENZONI
Nombre de chercheurs et d’enseignants-chercheurs (en mer / à terre) : 4 + réseau de taxonomistes
Nombre d’ingénieurs et de techniciens (en mer / à terre) :2/1
Nombre d’étudiants (en mer / à terre) :0/2
La campagne CORALCAL4, s’inscrit dans la thématique générale de l’analyse de biodiversité des récifs et lagons
de Nouvelle-Calédonie menée par l’Unité de recherche COREUS (UR227, IRD, Nouvelle-Calédonie) en partenariat
avec un réseau international de taxonomistes. Cette campagne constitue la quatrième du genre après CORALCAL1 qui a concerné la Côte Oubliée (sud est de la Grande Terre), CORALCAL-2, les Chesterfield-Bellona,
CORALCAL-3 Grand Lagon Nord de Nouvelle-Calédonie. La campagne a concerné les récifs et les lagons de deux
zones côtières de la Grande Terre qui ont été peu étudiées et / ou étudiés avant 2005 sans prélèvements de tissus
pour les approches modernes en biologie moléculaire. Ces zones s'étendent sur la côte ouest des environs de
Basse-Poya à la Passe de Yande, et le long de la côte est des environs de Hienghène à Thio.
Les objectifs étaient de dresser l’inventaire des coraux, gorgones et algues et de constituer des collections de
spécimens (références) et collections de tissus associés pour des analyses ADN dans le but d’obtenir la meilleure
représentation possible de la biodiversité marine à l’échelle de la NC, de conforter les phylogénies en cours et
d’établir les affinités faunistiques et floristiques avec les régions environnantes pour lesquelles nous avons des
données comparables.
La durée de la campagne était de 25 jours. 37 sites ont été prospectés en plongée autonome dans une sélection
de milieux représentatifs des différents grands habitats coralliens et lagonaires. L'échantillonnage a été réalisé dans
les mêmes conditions que celles des trois campagnes CORALCAL précédentes pour répondre aux objectifs
d’analyse comparée de la biodiversité fixés par le programme scientifique.
La campagne a concerné les récifs et les lagons de deux zones côtières de la Grande Terre qui ont été peu
étudiées et / ou étudiés avant 2005 sans prélèvements de tissus pour les approches modernes en biologie
moléculaire..
Des collections de travail totalisant (358) spécimens algues, (200) de Gorgones et 499 de coraux ont été réalisées.
Une attention particulière a été portée aux taxons observés pour la première fois en Nouvelle-Calédonie ou pour
lesquels le statut taxonomique était douteux. De même pour les espèces pour lesquelles nous disposions de peu de
matériel biologique, un effort de récolte a été réalisé de manière à consolider les collections patrimoniales déposées
au centre IRD de Nouméa.
Les échantillons seront étudiés par les différents spécialistes par une approche de taxonomie intégrative combinant
observations morphologiques et analyses moléculaires. Enfin, la structure des récifs coralliens ainsi que la
répartition des assemblages benthiques ont été notés pour les 37 sites étudiés durant la campagne. Au total un
nombre important d’informations faunistiques et floristiques géoréférencées viennent compléter les connaissances
actuelles sur les récifs de Nouvelle-Calédonie et sont versées à la base de données LAGPLON. Pour les coraux,
les résultats préliminaires confirment la forte biodiversité des récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie et la variation
marquée dans la distribution spatiale des espèces entre les différents habitats mais également entre la côte Est et
la côte Ouest de la Grande-Terre. Deux nouvelles espèces de coraux scléractiniaires (une appartenant à la famille
des Mussidae, et deux à la famille des Agariciidae). Concernant les algues, les collectes ont apporté moins
d’espèces que prévu notamment pour les algues rouges en raison de la saison peu favorable pour ce groupe. Enfin,
la collecte extensive de Gorgones avec une conservation des échantillons pour une étude moléculaire permettra
d’une part une révision taxonomique de ces organismes et une réévaluation de leur distribution spatiale en
Nouvelle-Calédonie.
Rappel des campagnes précédentes (depuis le début de la série)
Nom de la campagne
Navire
Dates
CORALCAL1
Alis
15-28 mars 2007
CORALCAL2
Alis
CORALCAL3
Alis
CORALCAL4
Alis
Chef de mission
Claude Payri
Claude Payri
Claude Payri
Francesca Benzoni
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
Résultats majeurs obtenus
1 à 3 pages destinées à informer un large public sur les résultats obtenus
1- Une grande diversité des habitats
Une grande diversité des habitats avec des profils géomorphologiques variés (exemples ci-après
CORALCAL1) d’une station à l’autre abritant des faune et flore diversifiées
Les observations menées dans les divers habitats récifaux aux cours de la campagne CORALACL3 ont
contribué à un atlas de 150 fiches illustrant les principaux habitats récifaux et lagonaires de la NouvelleCalédonie. Ce travail a été réalisé en partenariat avec l’IFRECOR par Serge Andréfouët et Marilyn Deas.
.
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
2- De nouvelles espèces décrites
Exemple d’une nouvelle espèce de corail décrite à partir du matériel néo-calédonien et réparti très largement dans
le Triangle de Corail.
Les coraux du genre Indo-Pacifique Blastomussa (Cnidaria: Anthozoa: Scléractiniaires) comprenait jusqu’à cette étude 3
species, i.e., B. merleti, B. wellsi, et B. loyae. Après une étude précise des types et d’un abondant matériel provenant de divers
muséums, et l’étude de spécimens fraichement collectés en Nouvelle-Calédonie et dans le triangle de corail la nouvelle espèce
B. vivida a été décrite. Elle est très largement dans le Triangle de corail et a été confondue avec B. wellsi.
Figure : Blastomussa vivida, nouvelle espèce: A) holotype (MNHN IK 2012 14226) (c1et c2 ont respectivement le plus gradn
et le plus petit corallite B) vue de surface d’un corallite c1 du même spécimen, le nombre variant de 1à 5 devant les septa leur
nombre de cycles C) détail du même corallite comme en A–B montrant la dentition et la granulation des septa; D) paratype
(RMNH Coel. 40091); E) paratype (IRD HS3100); F) UBDM 6.0003; G) RMNH Coel. 40092; H) UBDM 6.0002. échelle = 1
cm
Benzoni F., Arrigoni R., Waheed Z., Stefani F., Hoeksema B.W. 2014. Phylogenetic relationships and revision of the genus Blastomussa (Cnidaria: Anthozoa: Scleractinia) with the description of a new species. The Raffles Bulletin of Zoology (accepted by the Editor on 04/02/2014) Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
3‐ Phylogénies et affinités biogéographique : 3.1- La Phylogénie moléculaire des coraux de la famille des Lobophylliidae réalisée à partir d’un abondant matériel
de Nouvelle-Calédonie et de Papouasie Nouvelle-Guinée révèle la nécessité de revoir la classification de la plupart
des genres.
Les coraux Indo-Pacifique de la famille des Lobophylliidae ont peu être récemment analysés morphologiquement et
moléculairement grâce au matériel récoltés en Nouvelle-Calédonie au cours des campagnes CORALCAL et en Papouasie
Nouvelle-Guinée au cours de l’expédition NUIGINI 2012. Les résultats obtenus à partir de séquences COI et d’ADN
ribosomal sur 9 genres et 32 espèces dont 14 sont considérées pour la première fois confirme la monophylie de la famille
avec l’inclusion des genres Acanthastrea et Micromussa, dont la position phylogénétique était jusqu’à présent incertaine.
Toutefois, d’autres genres tels que Echinophyllia, Micromussa, Oxypora, et Symphyllia, ne sont pas monophylétiques et
nécessite de plus amples études notamment morphologiques pour levées les ambiguités. Acanthastrea faviaformis se rapporte
à la famille des Merulinidae. Cette première étude montre la nécessité de poursuivre les analyses à l’échelle spécifique avec
une approche taxonomique formelle.
Figure: Phylogénie des Lobophylliidae ( Bayesian Inference analyses of COI and rDNA). Valeurs sont Posterior Bayesian
probabilities (>70%), ML SH-like support (>70%) and MP (>50%) bootstrap values. Les lettres de couleur et les clades
différentiés par un trait de couleur renvoient à la planche photographique. Les spécimens Type apparaissent en gras dans
l’arbre. Sur la planche sont représentés les coraux dont l’apparteannce phylogénétique à la famille de Lobophylliidae n’était
pas attendue (colonies in situ et corallites associés: (a) Micromussa amakusensis; (b) Phymastrea multipunctata; (c) A.
bowerbanki; (d) A. hillae; (e) A. maxima; (f) A. echinata; (g) Echinophyllia aspera; (h) Oxypora glabra; (i) O. lacera; (j) E.
echinata; (k) Lobophyllia corymbosa; (l) Symphyllia radians; (m) Parascolymia vitiensis; (n) A. ishigakiensis.
Arrigoni R., Terraneo T.I., Galli P., Benzoni F. 2014. Lobophylliidae (Cnidaria, Scleractinia) reshuffled: pervasive non‐
monophyly at genus level. Molecular Phylogenetics and Evolution. DOI: 10.1016/j.ympev.2014.01.010 Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
3.2‐ La Phylogénie moléculaire du genre Melanthalia (Rhodophyta) montrant un fort endémisme sub-régional. Ce
genre est restreint au Sud de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Calédonie
Au moment de démarrer cette étude, on comptait en Nouvelle‐Calédonie, deux espèces de Melanthalia décrites à partir des récoltes de Vieillard en Nouvelle‐Calédonie: M. fastigiata et M. viellardii. Millar & Prud'homme van Reine en 2005, en reprenant les collections historiques de Vieillard reconnaissent deux espèces, mais établissent sur la base d’études morphologiques des types que M. viellardii est la même chose que M. obtusata décrite de Tasmanie. En Nouvelle‐Zélande, une seule espèce était reconnue M. abscissa Les nouvelles collections réalisées en Nouvelle‐Calédonie aussi bien à l’Ile des pins que sur la Grande –Terre font état de deux morphologies différentes: un premier type de plante provenant de la grande‐terre, aux axes larges et aplatis et aux extrémités tronquées et un second type provenant de l’Ile des Pins, aux axes ronds et étroits et aux extrémités effilées (figure 1C et 1D). Les analyses génétiques montrent l’existence sans ambigüité d’une seule espèce différente de celles d’Australie et de Nouvelle‐Zélande (figure 2). Sur la base des règles de nomenclature botanique les deux Melanthalia vieillardii et M. fastigiata sont conspécifiques (sont de la même espèce) et la règle d’antériorité donnant la priorité à l’espèce M. vieillardii Kütz., ce taxon est donc rétabli pour l’espèce de Nouvelle‐Calédonie.
Figure 1 (ci-contre): A et B, spécimens de NZ; C et D spécimens de NC; C:
spécimen de la grande-terre (forme large) et D: spécimens de l'Ile des Pins
(forme gracile)
Australie
Nouvelle-Zélande
Figure 2: Phylogénénie du genre
Melanthalia. Arbre concaténé à
partir des séquences rbcL et
psbA. Les séquences pour les
spécimens d’Australie proviennent
de Genbank. Toutes les autres
séquences ont été produites par
cette étude.
Nouvelle-Calédonie
Nelson W.A., Payri Claude, Sutherland J.E, Dalen J., 2013The genus Melanthalia (Gracilariales, Rhodophyta): new insights from New Caledonia and New Zealand. Phycologia, 52 (5), p. 426‐436, Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
3.3- Affinités biogéographique du genre Caulerpa (Chlorophyta) entre le sud de la Nouvelle-Calédonie et le nord
de la Nouvelle-Zélande
Le genre Caulerpa appartient aux Chlorophyta (algues vertes). Il s’agit d’un genre tropical à subtropical renfermant de très nombreuses espèces. En Nouvelle‐Calédonie il y a de très nombreuses espèces alors qu’il n’y en aurait que 9 en NZ. Nous avons cherché à préciser les affinités biogéographiques entre les espèces du sud de la Nouvelle‐Calédonie (ile des pins) et celles du nord de la Nouvelle‐Zélande (Iles kermadecs et Three Kings). Les spécimens des Iles Kermadec sont assignés majoritairement à Caulerpa chemintzia et Caulerpa webbiana. Ces deux espèces sont très largement réparties dans les zones tropicales et subtropicales et sont très bien représentées en NC (non montré sur cet arbre). Les spécimens des Three Kings (TK) sont des entités bien séparées regroupées en deux clades distincts. Quatre spécimens se groupent dans un clade rattaché à l’espèce tempérée –froide du sud de l’Australie Caulerpa longifolia. Le spécimen (AO26765) identifié comme C. articulata se rattache au reste des spécimens regroupant les entités présentant un thalle « annelé » avec des pinnules de grande taille et de forme ovale à ronde. Ce grand clade comprend deux entités distinctes de l’ile des Pins assignés sur la base morphologique au complexe « fergusonii‐
annulata‐okamurae‐cactoides ». Le spécimen des iles kermadec (AO26779) identifié comme C. fastigiata se range avec les spécimens australiens de Caulerpa cactoides. Ce groupe d’espèces au thalle annelé nécessite de plus amples analyses avant de pouvoir conclure sur le statut des diverses espèces et décider si les spécimens de l’Ile des Pins sont de nouvelles entités génétiques Caulerpa cactoides. de Nouvelle‐Calédonie à gauche (@J‐L Menou/IRD) , B / à droite d'Australie Figure: Arbre phylogénétique du genre Caulerpa incluant les spécimens de Nouvelle‐Zélande (des Iles kermadec (en vert) des Three Kings (en orange) )et de Nouvelle‐Calédonie ( 'Ile des Pins (en bleu)). Neighbor joining, Kimura 2 parameters, Gap treatment = Complete deletion, bootstraps = 1000. Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
Tableau récapitulatif
Nombre
1
Publications d’articles originaux dans des revues avec comité de lecture référencées
dans JCR (Journal Citation Reports )
2
3
Publications dans d’autres revues ou ouvrages scientifiques faisant référence dans le
domaine
Publications électroniques sur le réseau Internet
4
Publications sous forme de rapports techniques
5
Articles dans des revues ou journaux « grand public »
6
Communications dans des colloques internationaux
7
Communications dans des colloques nationaux
8
Nouvelles espèces (animales, végétales, microorganismes) décrites
9
Rapports de contrats (Union européenne, FAO, Convention, Collectivités …)
10
Applications (essais thérapeutiques ou cliniques, AMM …)
11
Brevets
12
Publications d’atlas (cartes, photos)
13
Documents vidéo-films
14
DEA ou MASTER 2 ayant utilisé les données de la campagne
7
15
Thèses ayant utilisé les données de la campagne
3
16
en cours
18
Traitement des échantillons et des données
Si en cours, préciser et donner les échéances
Transmission au SISMER des données acquises avec les moyens communs du navire
(NB : cette transmission est systématique dans le cadre des navires gérés par Genavir)
Transmission au SISMER de données autres que celles acquises avec les moyens
communs du navire
Transmission à d’autres banques de données
19
Transmission à d’autres équipes de données ou d’échantillons
20
Considérez-vous la publication des résultats terminée
Si en cours préciser et donner les échéances
17
Année n : 6 :
Année n+1 :5
Année n+2 :3
Année n+3 :8
Année n+4 :5
Année n+5 :6
Année n+6 :6
Année n+7 :2
…41
15
31
1
Non/Oui
Non/Oui
Non/Oui
Non/Oui
en cours/terminée
2020
Fournir pour chacune des rubriques en classant année par année :
Rubriques 1 à 7 incluses : liste des publications et colloques avec les noms d’auteurs suivant la présentation en
vigueur pour les revues scientifiques. Les classer par année de publication ou de présentation.
Rubriques 8 à 13 : Liste des références des rapports, des applications, des brevets, atlas ou documents vidéo
Rubriques 14 et 15 : Nom et Prénom des étudiants, Laboratoire d’accueil. Sujet du DEA ou MASTER 2 ou de la
thèse, Date de soutenance
Rubriques 17 à 19 incluses : données transmises à des banques de données ou à des équipes auxquelles.
Rubrique 20 : Si la publication des résultats n’est pas terminée, pouvez-vous donner un échéancier ?
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
Références
R1 - Références des publications d’articles originaux dans des revues avec comité de lecture référencées
dans JCR et résumés des principales publications (vérifier dans la base « Journal Citation Reports » via
« ISI Web of Knowledge » si les revues sont bien référencées). Classer les références par année en indiquant
en marge pour chacune le nom de la ou des campagnes concernées.
Soumises :
1. Dijoux, L. Viard, F, Payri, C"The more we search, the more we find: discovery of new lineages and species
complex in the genus Asparagopsis".PlosOne, soumis 25/02/2014
2. Vieira, C, de Clerck O., D’Hondt S., Payri, C. "TWENTY-ONE SPECIES IN ONE: A CASE STUDY OF SPECIES
DIVERSITY OF THE GENUS LOBOPHORA (PHAEOPHYCEAE, DICTYOTALES) IN NEW CALEDONIA",
journal of Phycology, soumis le 18/02/2014
Publiées
2014
3. Benzoni F., Arrigoni R., Waheed Z., Stefani F., Hoeksema B.W. 2014. Phylogenetic relationships and
revision of the genus Blastomussa (Cnidaria: Anthozoa: Scleractinia) with the description of a new species.
The Raffles Bulletin of Zoology (accepted by the Editor on 04/02/2014)
4. Arrigoni R., Terraneo T.I., Galli P., Benzoni F. 2014. Lobophylliidae (Cnidaria, Scleractinia) reshuffled:
pervasive non-monophyly at genus level. Molecular Phylogenetics and Evolution. DOI:
10.1016/j.ympev.2014.01.010
2013
5. Hoeksema B.W., Benzoni F. 2013. Multi-species aggregations of mushroom corals in the Gambier Islands,
French Polynesia. Coral Reefs DOI: 10.1007/s00338-013-1054-9
6. Keshavmurthy S., Yang S., Alamaru A., Chuang Y., Pichon M., Obura D., Fontana S., De Palmas S.,
Stefani F., Benzoni F., et al. 2013. DNA barcoding reveals the coral "laboratory-rat", Stylophora pistillata
encompasses multiple identities. Scientific Reports 3: 1520. DOI: 10.1038/srep01520
7. Lin S-M, Huisman J., Payri C.E. 2013. Characterization of Liagora ceranoides (Liagoraceae, Rhodophyta)
on the basis of rbcL sequence analyses and carposporophyte development, including Yoshizakia
indopacifica gen. et sp. nov. from the Indo-Pacific region, Phycologia 52 (2), p. 161-170.
8. Nelson W.A., Payri Claude, Sutherland J.E, Dalen J., 2013The genus Melanthalia (Gracilariales,
Rhodophyta): new insights from New Caledonia and New Zealand. Phycologia, 52 (5), p. 426-436,
9. Sauvage, T. Payri, CE, Draisma SGA, Prud’homme van Reine, W., Verbruggen H., Belton G., Gurgel, CF,
Gabriel D., Sherwood A., Fredericq S. 2013. Molecular diversity of the Caulerpa racemosa-Caulerpa
peltata complex (Caulerpaceae, bryopsidales) in New Caledonia, with new Australasian records for C.
racemosa var. cylindracea. Phycologia, 52(1), 6-13.
10. Silberfeld T., Bittner L., Fernández-García C., Cruaud C., Rousseau F., de Reviers B., Leliaert F., Payri
CE, De Clerck O. Species Diversity, Phylogeny and Large Scale Biogeographic Patterns of the Genus
Padina (Phaeophyceae, Dictyotales). Journal of Phycology , 49, 130-142.DOI: 10.1111/jpy.
2012
11. Arrigoni R., Stefani F., Pichon M., Galli P., Benzoni F. 2012. Molecular phylogeny of the Robust Clade
(Faviidae, Mussidae, Merulinidae, and Pectiniidae): an Indian Ocean perspective. Molecular Phylogenetics
and Evolution 65: 183-193.
12. Benzoni, F., Arrigoni, R., Stefani, F., Reijnen, B. T., Montano, S. and Hoeksema, B. W. 2012. Phylogenetic
position and taxonomy of Cycloseris explanulata and C. wellsi (Scleractinia: Fungiidae): lost mushroom
corals find their way home. Contributions to Zoology, 81: 125–146
13. Benzoni F., Arrigonia R., Stefanic F & Stolarski J. 2012. Systematics of the coral genus Craterastrea
(Cnidaria, Anthozoa, Scleractinia) and description of a new family through combined morphological and
molecular analyses pages. Systematics and Biodiversity, 10(40): 417-433
DOI:10.1080/14772000.2012.744369
14. Dijoux L., Verbruggen H., Mattio L., Duong N. and Payri C.E.. 2012. Diversity of Halimeda (Bryopsidales,
Chlorophyta) in New Caledonia: a combined morphological and molecular study| DOI: 10.1111/jpy.1200211-199
15. Kitahara M., Stolarski J., Miller D.J., Benzoni F., Stake J., Cairns S. 2012. The first modern solitary
Agariciidae (Anthozoa, Scleractinia) revealed by molecular and microstructural analysis. Invertebrate
Systematics 26: 303-315.
16. Lin S. M., Liu L. C., Payri C., 2012. Characterization of Gracilaria vieillardii (Gracilariaceae, Rhodophyta)
and molecular phylogeny of foliose species from the western Pacific Ocean, including a description of G.
taiwanensis sp. nov. Phycologia, 2012, 51 (4), p. 421-431
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
2011
17. Benzoni, F., Arrigoni, R., Stefani, F. and Pichon, M. 2011. Phylogeny of the coral genus Plesiastrea
(Cnidaria, Scleractinia). Contributions to Zoology, 80: 231–249.
18. Bittner L., Payri C.E., Maneveldt G. W., Couloux A., Cruaud C., de Reviers B., Le Gall L. 2011.
Evolutionary history of the Corallinales (Corallinophycidae, Rhodophyta) inferred from nuclear, plastidial
and mitochonclrial genomes. Molecular Phylogenetics and Evolution, 2011, 61 (3), p. 697-713
19. Flot J.F., Blanchot J., Charpy L., Cruaud C., Licuanan W.Y., Nakano Y., Payri C.E., Tillier S.2011.
Incongruence between morphotypes and genetically delimited species in the coral genus Stylophora :
phenotypic plasticity, morphological convergence, morphological stasis or interspecific hybridization. BMC
Ecology, 2011, 11 (22), 14 p
20. Mattio L, Payri C.E. 2011.190 years of Sargassum taxonomy, facing the advent of DNA phylogenies.
Botanical Review, 77 (1), p. 31-70
21. Stefani, F., Benzoni, F., Yang, S. Y., Pichon, M., Galli, P. and Chen, C. A. 2011. Comparison of
morphological and genetic analyses reveals cryptic divergence and morphological plasticity in Stylophora
(Cnidaria, Scleractinia). Coral Reefs, 30: 1033–1049.
2010
22. Benzoni, F., Stefani, F., Pichon, M. and Galli, P. 2010. The name game: morpho-molecular species
boundaries in the genus Psammocora (Cnidaria, Scleractinia). Zoological Journal of the Linnean Society,
160: 421–456.
23. Bittner L., Halary S., Payri C.E,. Cruaud C, de Reviers B., Lopez P. and Bapteste E..2010. Some
considerations for analyzing biodiversity using integrative metagenomics and gene networks. Biology
Direct 2010, 5:47doi:10.1186/1745-6150-5-47
24. Debenay J-P., Payri C. E. 2010. Epiphytic foraminiferal assemblages on macroalgae in reefal environments
of New Caledonia. Journal of Foraminiferal Research, 2010, 40 (1), p. 36-60
25. Le Gall L., Payri Claude, Bittner L., Saunders G. W. 2010. Multigene phylogenetic analyses support
recognition of the Sporolithales ord. nov. Molecular Phylogenetics and Evolution, 54 (1), p. 302-305
26. Rohfritsch A., Payri C.E., Stiger V., Bonhomme F. 2010. Habitat-related allelic variation revealed by an
anonymous DNA locus in reef-dwelling Turbinaria ornata (Fucales, Phaeophyceae). Botanica Marina,
2010, 53 (2), p. 189-192
27. Martin-Lescanne, J., Rousseau, F. de Reviers, B., Payri, C.E., Couloux, A., Cruaud, C. and Le gall, L .
2010. Phylogenetic analyses of the Laurencia complex (Rhodomelaceae, Ceramiales) support recognition
of five genera: Chondrophycus, Laurencia, Osmundea, Palisada, and Yuzurua stat. nov. European Journal
of Phycology European Journal of Phycology, 45 (1), p. 51-61
28. Mattio L. & Payri CE. 2010. Assessment of five markers as potential barcodes for identifying Sargassum
subgenus Sargassum species (Phaeophyceae, Fucales). Cryptogamie Algologie, 2010, 31 (4), p. 467-485
29. Mattio L., Payri CE., Verlaque M. & Reviers B. 2010. Taxonomic revision of Pacific Acanthocarpicae
sargasso (Sargassum, Fucales) based on morphological and molecular data. Taxon, 59 (3), p. 896-904
2009
30. Mattio L. & Payri CE. 2009. Taxonomic revision of Sargassum (Fucales, Phaeophyceae) from New
Caledonia based on morphological and molecular analyses. Journal of Phycology, 2009, 45 (6), p. 13741388 (IF : 2.82).
31. Mattio L., Payri CE. & Verlaque M. 2009. Taxonomic revision and geographic distribution of Sargassum
(Fucales, Phaeophyceae) in the western and central Pacific based on morphological and molecular
analyses. Journal of Phycology, 2009, 45 (5), p. 1213-1227
32. Payri CE, Verbruggen H. 2009. Pseudocodium mucronatum, a new species from New Caledonia, and an
analysis of the evolution of climatic preferences in the genus (Bryopsidales, Chlorophyta). Journal of
Phycology, 2009, 45 (4), p. 953-961
2008
33. Bittner L., Payri C. E. , Couloux A. , Cruaud C. , Reviers B. de and Rousseau F. 2008.Molecular phylogeny
of the Dictyotales and their position within the phaeophycean, based on nuclear, plastid and mitochondrial
DNA sequence data. Molecular Phylogenetics and Evolution, 46:211-226. (IF: 6,438)
34. Flot J. F., Licuanan W. Y., Nakano Y., Payri C.E., Cruaud C., Tillier S. 2008. Mitochondrial sequences of
Seriatopora corals show little agreement with morphology and reveal the duplication of a tRNA gene
nearthe control region. Coral Reefs, 27 (4), p. 789-794.
35. Le Lann, K, Kervarec, N., Payri, CE, Deslandes E, Stiger – Pouvreau, V,. (2007). Discrimination of allied
species within the genus Turbinaria (Fucales, Phaeophyceae) using HRMAS NMR spectroscopy. Talanta,
74(4): 1079-1083(IF : 3.37)
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
36. Mattio, L. Dirberg, G., Payri, C.E. & Andréfouët, S. 2008 Mapping, diversity and biomass of Sargassum
beds in the South West lagoon of New Caledonia (South Pacific). Journal of applied phycology 20:811823.(IF : 0.788)
37. N’Yeurt, ADR,. and Payri, C.E.2008. Sebdenia cerebriformis sp. nov. (Sebdeniaceae, Halymeniales) from
the southwestern Pacific Ocean. Phycological research, 56:13-20
2007
38. Benzoni, F., Stefani, F., Stolarski, J., Pichon, M., Mitta, G. and Galli, P. 2007. Debating phylogenetic
relationships of the scleractinian Psammocora: molecular and morphological evidences. Contributions to
Zoology, 76: 35–54.
39. Lasne, G. 2007. Les coraux de Nouvelle-Calédonie, synthèse bibliographique. CRISP,
www.crisponline.net/Portals/1/PDF/CRISP_Synthese_bibliographique_coraux.pdf
40. N'Yeurt, A. D. R., Payri, C. E., Gabrielson, P. W., Fredericq, S., 2006. Pinnatiphycusmenouana gen nov.
sp. nov. (Rhodophyta: Dicranemataceae) from New Caledonia and Fiji (South Pacific). Phycologia. 45,
422-431.
41. Payri, C.E. 2007. Revised checklist of marine algae (Chlorophyta, Rhodophyta and Ochrophyta) and
seagrasses (Marine Angiosperma) of New Caledonia, in Payri, C.E. et Richer de Forges, B.(edts)
.Compendium of marine species from New Caledonia. Documents scientifiques et techniques II7, volume
spécial: 93-110.
42. Pichon, M . 2007. Scleractinia of New Caledonia: checklist of reef dwelling species, in Payri, C.E. et Richer
de Forges, B.(edts) .Compendium of marine species from New Caledonia. Documents scientifiques et
techniques II7, volume spécial: 147-156.
43. Stefani, F., Benzoni, F., Pichon, M., Cancelliere, C. and Galli, P. 2007. A multidisciplinary approach to the
definition of species boundaries in branching species of the coral genus Psammocora (Cnidaria,
Scleractinia). Zoologica Scripta, 37: 71–91.
-
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
R2 – Références des publications parues dans d’autres revues ou des ouvrages scientifiques faisant
référence dans la discipline. (Les classer par année et indiquer en marge pour chaque référence le nom de la ou
des campagnes concernées)
Andréfouët Serge. 2011 Reef typology. In: Hopley D. (ed.) Encyclopedia of modern coral reefs: structure, form and process.
Berlin: Springer, 2011, p. 906-910. (Encyclopedia of Earth Sciences Series). ISBN 978-90-481-2639-2 (CORALCAL3)
Waycott M., McKenzie L.J., Mellors J.E., Ellison J.C., Sheaves M.T., Collier C., Schwarz A.M., Webb A., Johnson J.E., Payri
Claude.2011 Vulnerability of mangroves, seagrasses and interdital flats in the tropical Pacific to climate change. In : Bell
J.D. (ed.), Johnson J.E. (ed.), Hobday A.J. (ed.) Vulnerability of tropical Pacific fisheries and aquaculture to climate change.
Noumea: SPC, 2011, p. 297-369 (CORALCAL1-4)
R4 – Références des rapports techniques. (Les classer par année et indiquer en marge pour chaque référence
le nom de la ou des campagnes concernées)
R6 – Références des communications dans des colloques internationaux. (Les classer par année et indiquer
en marge pour chaque référence le nom de la ou des campagnes concernées).
1. Mattio, L., Dirberg, G., Andrefouet, S. & Payri, CE. Diversity and biomass assessment of sargassum beds
in the southwest lagoon of New Caledonia (South Pacific). XIXth International Seaweed Symposium ,
Kobe, Japan, March 26-31, 2007. Full paper, Journal of Phycology.
2. Payri, CE and N’Yeurt, ADR 2005. Could global warming affect the marine algal flora of French
Polynesia. IV. APPF, Bangkok, 30 oct-4 nov 2005.
3. Rohfritsch, A., Stiger, V. Bonhomme, F, Payri, CE. 2005 Molecular phylogeography of the fucalean
Turbinaria ornata and its proliferation within French Polynesia IV APPF, Bangkok, 30 oct-4 nov 2005.
4. Benzoni, F, Lasne, G, Pichon, M, and Payri, CE. Patterns of zooxanthellate scleractinia biodiversity in
New Caledonia, ISRS, Florida, July 2008.
5. Bittner L., Reviers B., Rousseau F. & Payri C. E. 2007 Molecular phylogeny and morphotype
characterization of the genus Padina (Phaeophyceae) from New Caledonia (South pacific). XIXth
International Seaweed Symposium, Kobe, Japan-March 26-31, 2007, poster
6. Bittner L., Payri C. E , Rousseau F. & Reviers B. 2007. Resolving the base of the brown algal tree (using
complete rbcL and psaA sequence data) with special reference to the Dictyotales. Symposium des 'jeunes
systématiciens - PhD ou post-doc', Londres, décembre 2006. Communication orale.
7. Bittner L., Payri C. E , Rousseau F. & Reviers B. 2007. Phylogenetic relationships within the Dictyotales
based on rbcL and psaA sequences. IV th European Phycological Congress, Oviedo, Espagne, juillet 2007.
Communication orale.
8. Martin-Lescanne J., Payri, CE, Rousseau, F., Le Gall, L, & de Reviers, B. 2007. Contribution of New
Caledonian specimens to the phylogeny of the Laurencia complex (Ceramiales, Rhodophyta). IV th
European Phycological Congress, Oviedo, Espagne, juillet 2007. Communication orale.
9. Payri, C.E. 2007. The benthic marine flora of New Caledonia (South pacific) and its biogeographical
affinities. XIXth International Seaweed Symposium, Kobe, Japan-March 26-31, 2007, poster
10. Liu L. J., Lin S. M., Payri Claude. 2009. Systematic revision of the flattened species of Gracilaria (Gracilariaceae,
Rhodophyta) with textorii-type spermatangial conceptacles from western Pacific Ocean. Communication
International Seaweed Symposium, Tokyo, Japan,
11. Mattio L., Payri Claude, Verlaque M., de Reviers B. 2009.New insights on the classification of the sargassum
Subgenus sargassum (Phaeophyceae, Fucales) from a three-DNA markers phylogeny and morphological analyses.
Communication International Seaweed Symposium, Tokyo, Japan
12. Bittner L., Flecher C., Reviers de B., Le Gall L., Payri Claude. 2009. Genetic diversity and species boundaries of
corallinales (Rhodophyta) in south Pacific Ocean. Communication International Seaweed Symposium, Tokyo,
Japan
13. Payri Claude, Verbruggen H. 2009. Diversity of the genus Codium (Codiales, Chlorophyta) in New Caledonia (South
West Pacific). Communication International Seaweed Symposium, Tokyo, Japan
14. Dijoux Laury, Payri Claude, Viard F.2013. Cryptic diversity of the genus Asparagopsis (Rhodophyta,
Bonnemaisoniales), XIPC, August 2013, Orlando, USA
15. Vieira C, Leliart F., Payri Claude, De Clerck O. 2013. Marine algal speciation, the role of adaptative and non
adaptative processes, X IPC, August 2013, Orlando, USA
R7 – Références des communications dans des colloques nationaux. (Les classer par année et indiquer en
marge pour chaque référence le nom de la ou des campagnes concernées)
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
R8 – Références des nouvelles espèces (animales, végétales, microorganismes) décrites, lieux où sont
déposés les holotypes. (Les classer par année et indiquer en marge pour chaque référence le nom de la ou des
campagnes concernées)
Herbarium de Nouméa et MNHN (PC)
MNHN IK 2012 14226
R14 – DEA ou MASTER 2 ayant utilisé les données de la campagne : Nom et Prénom de l’étudiant, Laboratoire
d’accueil. Sujet du DEA ou MASTER ou de la thèse, Date de soutenance . (Les classer par année et indiquer en
marge pour chaque référence le nom de la ou des campagnes concernées
)
BIODIP-BSM Loyaute
1. BITTNER Lucie, 2006. Les Dictyotales de Nouvelle-Calédonie. Phylognéie et Phylogéographie et relation
avec les autres Pheophycées. Master 2 ,Paris VI. Co-direction avec F. Rousseau (MNHN, Paris) et IRD
Nouméa
BIODIP-BSM Loyaute-CORALCAL1, 2, 3
2. Claire FERRET. 2009. Analyse de la diversité du genre Dictyota (Phaeophyceae, Dictyotales) en
Nouvelle-Calédonie : analyses morphologiques et ADN. Master 2 ,UBO. (Encadrement Claude Payri) IRD
Nouméa
BIODIP-BSM Loyaute-CORALCAL1, 2, 3
3. Anais GAINETTE :2009. Etude de la diversité du genre Codium (Chlorophyta) en NC.(stage ISA :
Ingénieur pour la terre, Lille )(encadrement Payri) IRD Noumea
BIODIP-BSM Loyaute-CORALCAL1, 2, 3
4. Dijoux L, 2010. Analyse de la diversité du genre Halimeda en Nouvelle-Calédonie : analyses
morphologiques et ADN. Mém. Master 2 : Sci. de l'Univers, Environ., Ecologie : Océanogr. et Environ.
Marins, Université Pierre et Marie Curie. (encadrement Payri )IRD Nouméa
BIODIP- CORALCAL1, 2, 3, 4
5. Conord, M. 2012. Characterization of the Dictyotales (Phaeophyceae) distribution by the study of alpha,
beta and gamma diversity in New Caledonia. (stage master Conservation de la biodiversité, UMII)
CORALCAL3-4
6. Lombal, A. 2013. Analyse de la diversité des Halimeda (Chlorophyta, Bryopsidales) de la région de
Madang, PNG. Rapport stage Leonardo da Vinci (encadrement Payri )IRD Nouméa
CORALCAL3-4
7. Lagourgue, L. 2013. Analyse comparative de la diversité de la famille des Udoteacea en NouvelleCalédonie, Polynésie française et PNG. Stage de L3 (Université de UMII) (encadrement Payri )IRD
Nouméa
R15 – Thèses ayant utilisé les données de la campagne :
Lydiane MATTIO, Thèse université d’Aix Marseille II, 12 décembre 2008.
Phylogénie et phylogéographie du genre Sargassum dans le bassin Pacifique
Directeurs de thèse : Dr Claude Payri et Marc Verlaque
Melle Lucie BITTNER. Thèse MNHN, Paris Soutenance : décembre 2009
Phylogénie et phylogéographie des Corallinales (Rhodophyta) du Pacifique Sud.
Co-Encadrement : Claude Payri et Bruno de Reviers, DR, Line Le gall
Melle Julie LESCANNE-MARTIN Soutenance : octobre 2009
Phylogénie et phylogéographie des morphotypes du complexe Laurencia (Rhodophyta)
Co-Encadrement : Bruno de Reviers, Claude Payri, Florence Rousseau,
Valorisation des campagnes à la mer
Navires Ifremer - IRD - IPEV
Melle Laury Dijoux : soutenance prévue en septembre 2014
Phylogénie, phylogéographie du genre Asparagospsis (Rhodophyta, Bonnemaisoniales), et structure génétique
des populations de Nouvelle-Calédonie
Co-Encadrement :, Claude Payri, Frédérique Viard
UPMC, ED 129
Mr Christophe Vieira : soutenance prévue en 2015
Interactions coraux-algues dans le lagon de Nouvelle-Calédonie, le cas du genre d’algue brune Lobophora
(Pheophycées, Dictyotales) de Nouvelle-Calédonie
Co-Encadrement :, Claude Payri, de Clerck Olivier
UPMC, ED 129 et Université de ghent, Belgique
R16 – Traitements des échantillons et des données en cours (types et échéances)
Collections d’organismes d’algues et de coraux en cours de traitement. Echéances difficiles à donner précisément,
Décription des espèces jusqu’en 2020.
R18 et R19 – Liste des données et échantillons transmis (Préciser les destinataires, SISMER, autres banques,
équipes scientifique …)
Collections :
Plus de 4000 spécimens de macrophytes ont été récoltés, enregistrés et déposés dans la collection Phycologique
de IRD-NOU.
Plus de 3000 spécimens de coraux, étiquetés et géoréférencés sont déposées à IRD-NOUMEA
Plusieurs espèces nouvelles pour la science ont été décrites et déposées au MNHN
Base iconographique :
Banque d’images algues, coraux et autres organismes numérisées et indexées et versés au SI LAGPLON
Base de données :
Les données acquises durant ces campagnes sont versées au fur et à mesure de leur validation taxonomique à la
base de données nationale de l’INPN qui reverse ensuite au GBIF.
R20 – Liste des résultats restant à publier – échéance
Flore des algues vertes du genre Codium à paraître en 2015, avec description de nouvelles espèces
Phylogénie du genre Lobophora : à paraître en 2014
Description de 5 nouvelles espèces de Padina : 2014
Description de nouvelles espèces de Distromium : 2015
…….
Taxonomie des algues rouges à reprendre à l’appui de l’outil moléculaire et fonction des programmes à venir dans le réseau de
collaboration.
Author
Document
Category
Uncategorized
Views
0
File Size
3 194 KB
Tags
1/--pages
Report inappropriate content