close

Enter

Log in using OpenID

embedDownload
stabilité et cohésion
nationale
LE SERMENT DU PRÉSIDENT
DE LA RÉPUBLIQUE
P. 3
27 Djoumada Al Thani 1436 - Dimanche 27 Avril 2014 - N°15115- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
« LA réVision de LA
TArificATion de L’eAU n’esT
pAs à L’ordre dU joUr »
LE MINISTRE DES RESSOURCES EN EAU
AU FORUM D’EL MOUDJAHID :
LE PRESIDENT
BOUTEFLIKA
CONTINUE DE
RECEVOIR
DES MESSAGES
DE FELICITATIONS
DE SOUVERAINS,
CHEFS D’ETAT, DE
GOUVERNEMENT ET
D’ORGANISATIONS
INTERNATIONALES
APRÈS SA
REELECTION
P. 4
RÉFORME
DU BACCALAURÉAT
La 2e session applicable
à partir de l’édition 2015 P. 5
RENOVATION DU STADE
DU 5-JUILLET
Tebboune appelle au
respect des exigences
de qualité et des délais
REVALORISATION
DES PENSIONS
DE RETRAITE
P. 8
l Des contrats
de performance pour
la gestion de l’eau
l Necib : « L’envasement
des barrages n’est pas
une fatalité »
Si la bataille de mobilisation des ressources hydriques a été gagnée par l’Algérie, le plus grand défi reste la
gestion et la préservation de l’or bleu. Les propos de Hocine Necib, en charge du secteur de l’eau, invité,
hier, du Forum d’El Moudjahid, coulent de source, parce que, aujourd’hui, le spectre de la pénurie, écarté
grâce une politique d’investissements massifs, ne doit pas faire oublier que cette denrée doit être gérée avec
prudence et par des compétences.
P. 6
Une moudjahida
qui a tant donné
P. 5
MARCHES PUBLICS
Atelier sur les procédures
de passation
P. 11
La famille révolutionnaire a perdu l’une de ses grandes militantes
qui a tant donné pour l’Algérie. Evelyne Safir-Lavalette, cette
moudjahida pétrie des valeurs du 1er Novembre 1954 et du
nationalisme, s’est éteinte, hier, à l’âge de 87 ans.
La ministre de la Culture salue le courage et la discrétion
d’Evelyne Safir Lavalette
P. 10
Sports
EVELYNE SAFIR-LAVALETTE EST DECEDEE
Supplément
Ph : Nacéra
Vers une augmentation
de 12% ce mois de mai
Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
2
Mét éo
EL MOUDJAHID
NuAGeux
CE MATIN A 9H
AU PARKING DE L’OCO
Le coup d’envoi de la caravane
de jeunesse d’Alger
Le ministre de la Jeunesse et
des Sports, M. Mohammed Tahmi,
donnera ce matin à 9h au parking
de l’OCO (stade du 5-Juillet), le
coup d’envoi de la caravane de
jeunesse d’Alger composée de
800 jeunes âgés de 18 à 30 ans
vers 18 wilayas du pays.
Au Nord, localement brumeux en début
de matinée puis temps passagèrement nuageux en cours de journée.
Les vents seront de secteur ouest à nordouest (20/40 km/h).
La mer sera peu agitée.
Sur les régions sud, le temps sera généralement ensoleillé.
Les vents seront variables (30/40 km/h)
avec localement chasse de sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (21° - 13°), Annaba (22°- 12°), Béchar (32° - 17°), Biskra (32° - 16°),
Constantine (22° - 6°), Djelfa (26°- 9°),
Ghardaïa (31° - 17°), Oran (25° - 14°), Sétif
(21 - 6°), Tamanrasset (36°- 20°), Tlemcen
(25° - 12°).
LUNDI 28 AVRIL A 8H A SETIF
Journée d’information
sur les forces aériennes
Des journées d’information sur les forces
aériennes seront organisées, les 28, 29 et 30
avril, au centre d’information territorial à
Sétif. L’ouverture aura lieu lundi 28 avril à 8h.
DU 17 AU 20 MAI
AU PALAIS DES EXPOSITIONS
1er Salon international
de la sécurité de la route
Sous les parrainages des ministres des
Transports et des Travaux publics, le premier
Salon international de la prévention et de la
sécurité de la route, SAFE-2014, se tiendra
du 17 au 20 mai au palais des Expositions des
Pins-Maritimes.
DU 14 AU 20 MAI AU PALAIS
DES EXPOSITIONS D’ORAN
Salon international
de l’informatique
CE MATIN A 10H
Kheireddine Zetchi
invité du forum Sport
Le président du Paradou AC, Kheireddine Zetchi, sera ce matin à 10 heures l’invité du Forum
Sport.
**********************************************
MARDI 29 AVRIL A 10 H
Célébration du 50e
anniversaire de la création
du dinar algérien
Le Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, initié en coordination avec
l’Association Machaal Echahid, organise mardi 29 avril à 10 heures, à
l’occasion du 50e anniversaire de la création du dinar algérien, une
conférence sur la sortie de l’Algérie de la zone franc.
AGENDA CULTUREL
JUSQU’AU 30 AVRIL AUX CINEMATHEQUES
D’ALGER ET DE TIZI-OUZOU
Projection du film documentaire Abdelkader
L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel organise la projection
du film documentaire Abdelkader, en
partenariat avec le Centre national de
la cinématographie (Cinémathèque algérienne) et l’Entreprise publique de
télévision (EPTV) jusqu’au 30 avril
aux cinémathèques d’Alger et de TiziOuzou.
******************************************************
DEMAIN A 11H A LA GALERIE DES ARTS
CULTURELS MOHAMED-RACIM
Cérémonie de sélection des meilleures affiches
L’Union nationale des artistes et peintres algériens organise une cérémonie de sélection des meilleures affiches élaborées lors la campagne
électorale de la présidentielle du 17 avril. La cérémonie se déroulera demain à 11h à la Galerie des arts culturels Mohamed-Racim.
******************************************************
DEMAIN À LA SALLE IBN ZEYDOUN
Journée internationale du Jazz
A l’occasion de la célébration de
la journée internationale du Jazz,
décrétée par l’UNESCO en 2011,
l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel présente, en partenariat avec l’Office Riadh El-Feth,
l’ensemble Diagonale de Jan
Chrizstophe Cholet – le projet
Nights in Tunisia.
******************************************************
DU 29 AVRIL AU 4 MAI AUX CAMPS
DE REFUGIES SAHRAOUIS
11e Festival international du cinéma
la 11e édition du festival international du cinéma au Sahara occidental
se tiendra du 29 avril au 4 mai au camp de Dakhla des réfugiés sahraouis.
L’Afrique du Sud sera l’invitée d’honneur du festival.
******************************************************
LES 1er ET 2 MAI A ALGER ET ORAN
Christophe Maé en concert
Le palais des Expositions d’Oran abritera
du 14 au 20 mai le Salon international de l’informatique, de la bureautique, de la technologie de l’informatique et du multimédia
INTER’COMPUTER’ 2014.
Le chanteur de pop français, Christophe
Maé, donnera deux concerts événements en
Algérie. Le 1er mai, il se produira à la Coupole
Mohamed Boudiaf-Complexe olympique du
5-Juillet et le 2 mai à l’hôtel Méridien d’Oran.
Dimanche 27 Avril 2014
CET APRES-MIDI A 15H 30
AU SIEGE DU HCI
Conférence sur la valeur
du savoir dans l’islam
Le Haut conseil islamique
organise cet après-midi à
15h30 une conférence animée
par le chercheur et écrivain
Mohamed El-Hadi El-Housni
sur le thème « La valeur du
savoir dans l’islam et le rôle
d’Abdelhamid Ibn Badis dans
la publication en Algérie ».
Activités des partis
CE MATIN A 11H
PT : conférence de presse
La Secrétaire du Parti des Travailleurs, Mme Louisa Hanoune, animera
une conférence de presse sur les
conclusions de la réunion du bureau
politique du parti ce matin à 11h au
siège national du parti.
LES 29 ET 30 AVRIL
A L’HOTEL MERCURE
Séminaire de formation
sur les passations de marchés
BMGI Center organise les 29 et 30 avril à l’hôtel
Mercure un séminaire de formation sur les procédures
de passation des marchés (commandes et achats), règlements intérieurs des commissions, traitement des
recours et règlement des contentieux
***************************************
DU 4 AU 8 MAI
BMGI : atelier technique
BMGI Center organise du 4 au 8 mai un atelier
technique portant sur la création, mise en forme et publication d’états pour analyse et interprétation des
données avec CRYSTAL REPORTS qui sera animé
par un expert en reporting des données et qui s’adresse
aux utilisateurs, développeurs et administrateurs.
DEMAIN A 8H AU SIEGE DE SEAAL
Journée mondiale de la sécurité
et de la santé au travail
A l’occasion de la journée mondiale de la Sécurité
et de la Santé au travail 2014 et, plus généralement,
dans le cadre de son engagement en termes de responsabilité sociétale, SEAAL organise en collaboration
avec différentes parties prenantes concernées dont, en
particulier, les Directions des Ressources en Eau des
wilayas d’Alger et de Tipasa, une journée de sensibilisation intitulée : « Prévention de la Santé et de la Sécurité : mobilisons-nous !», et ce demain à 8h en son
siège à Kouba.
DU 27 AU 30 AVRIL A BLIDA
Portes ouvertes sur la sécurité
ferroviaire
La Société
nationale des
transports ferroviaires organise,
en
collaboration
avec l’académie de la wilaya de Blida, des portes ouvertes sur la sécurité ferroviaire et une campagne de
sensibilisation au niveau des établissements scolaires
se trouvant à proximité de la voie ferrée dans cette wilaya, sur le thème : « Les accidents ferroviaires et leurs
conséquences sur la vie des citoyens résidant à proximité de la voie ferrée ».
Nation
Stabilité et cohésion nationale
EL MOUDJAHID
3
LE SERMENT DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
Le Président de la République Abdelaziz Bouteflika a été réélu à la majorité absolue pour un nouveau mandat. Sa stratégie nationale qui, selon de nombreux
analystes et spécialistes internationaux, a su, grâce à un dosage subtil de sagesse et de réalité politique, prémunir la stabilité et la cohésion nationale de l’Algérie
et de son peuple constituera une épreuve pour l’ensemble de la société d’aller vers de nouveaux progrès en balisant une nouvelle étape dans le développement
économique et social durable et continu.
F
ort des bilans positifs à son
compte, en termes des réalisations et acquis politiques, économiques et sociaux, le candidat
Abdelaziz Bouteflika, a été réélu en
tant que choix politique. Ce choix
pour sur lequel les électrices et électeurs se sont exprimés sincèrement et
loyalement pour le programme a été
présenté aux électeurs face à ses
concurrents et une partie de l’opposition qui a prôné le boycott. Et les résultats du scrutin du 17 avril 2014,
confirmés et validés par le Conseil
constitutionnel, le 22 du mois courant, continuent d’alimenter l’actualité tant ils constituent une nouvelle
donne et dessine une feuille de route
politique avec insistance tant les exigences et urgences appellent à de
nouveaux consensus devant permettre aux Algériens de poursuivre la
construction du pays sur les fondements de la démocratie, du pluralisme
politique, des libertés dans le cadre de
l’Etat de droit, de bonne gouvernance
et de lutte implacable contre les différentes formes des fléaux sociaux et
mafieux qui entravent le cheminement normal du processus de développement économique et social dans
de multiples domaines et segments de
la société.
Deux lectures stratégiques sont à
mettre en évidence au vu des résultats
du scrutin qui vient de se dérouler, re-
levant la dualité de deux options. Il
s’agit de l’option de la préservation
de la stabilité, de la paix et de ce plus,
de prospérité auxquels aspirent les
Algériens en majorité, ce sont également des facteurs majeurs assurés par
le candidat vainqueur aux élections
présidentielles. Devant cette option se
présente une autre formulation que
dessine les autres concurrents sur
l’échiquier politique et social mettant
en scène des candidats et des courants
politiques dont le seul point de ralliement se compose d’un brassage
d’idées et de visions encore sans
contours précis. Nous sommes à un
niveau où chacun veut expérimenter
ses choix et faire valoir ses idées sur
la façon de construire le nouveau projet de société, ou du moins apporter
sa part de contribution à son édifice.
La construction de l’Algérie
nécessite le consensus de tous
les acteurs politiques
L’importance de la réélection de
Bouteflika à la présidence de la République dans la situation actuelle
constitue une victoire non pas d’un
homme ou d’un candidat mais celle
de l’Algérie, dans la mesure où elle
rompt définitivement avec les précédentes étapes, tant les attentes et aspirations des uns et des autres, les
responsabilités et les engagements du
nouveau pouvoir exécutif et de son
craintes qui pesaient sur la stabilité et
le risque de l’inconnu. Ces craintes et
les raisons des Algériens qui ont opté
pour la stabilité et la préservation de
la paix sont justifiées d’une part, en
raison de l’absence d’une véritable
opposition sans programme politique,
sans véritablement d’ancrage au sein
de la société et une base militante
structurée au sens de partis politiques,
activant au Parlement et les autres
institutions élues, émanant d’une
large représentativité des citoyens, à
même de constituer une démocratie
participative agissante. L’opposition
et la base militante peuvent constituer
La part du citoyen dans ce nouveau mandat…
Sur la base d’un programme d’action s’articulant autour des moyens à mettre en œuvre pour le parachèvement d’une œuvre de renouveau national, une large
majorité a en fait renouvelé la confiance au candidat indépendant Abdelaziz Bouteflika. Et abstraction faite pour l’appui apporté par ces formations politiques, ces organisations nationales
ou ce mouvement associatif durant cette campagne, c’est la part
de contribution et l’adhésion du citoyen qui sont tant souhaitées et attendues surtout .En clair, une implication citoyenne
pour imposer le choix populaire et faire avancer les choses ou
encore assurer une efficacité et une rentabilité à l’investissement
consenti.
Absolument, la résolution de toute l’équation réside à ce niveau pour pouvoir ensuite entamer un parcours et réaliser la
perspective d’un processus de renouveau national reposant à
propos sur la valeur citoyenne. Quels que soient la volonté et
l’engagement d’un gouvernement dans la réalisation de ce nouveau programme, sa totale réussite dépend de la collaboration
de ce citoyen qui, du coin le plus reculé est interpellé pour préserver les réalisations enregistrées et veiller à leur entretien.
●
gouvernement relèvent d’une autre
projection et de nouveaux contours à
élaborer plus largement en tenant
compte des impératifs et des exigences de toute la société.
L’élection présidentielle en Algérie qui a vu la participation de plus de
50% de participation des votants dans
un monde qui constate la montée de
l’abstention, a certainement focalisé
les analyses et les études, en tant
qu’expérience inédite et au regard des
impacts des années noires, en la remettant dans son propre contexte
stratégique aux retombées régionales
instables et sans oublier les autres
un élément d’enrichissement de la société et du projet de renouveau en
s’appuyant sur les règles démocratiques et républicaines, pour rassembler des citoyens autour d’idées de
développement, pour agir dans le
contrôle de l’action du gouvernement, pour améliorer le rendement de
l’administration au service des préoccupations des populations, non de
cette opposition cosmopolitique ou
conjoncturelle en déphasage de la société. Elles sont d’autre part, le résultat de l’absence d’une élite politique,
de son effacement de la scène nationale ou du manque des partis politiques à mobiliser l’adhésion des
bonnes élites aux compétences de
qualité et dont il est important de décrypter les motifs. D’où l’importance
accordée dans le programme du président de la République qui est mise
sur le parachèvement des réformes
politiques et notamment la révision
de la Constitution, la réforme des
structures de l’Etat pouvant instituer
l’Etat des institutions aux décisions
décentralisées et l’émergence des
nouvelles élites performantes dans
tous les domaines capables d’efficacité et d’efficience, pouvant prendre
la liberté des initiatives et assumer les
responsabilités dans les domaines de
leurs compétences.
Houria A.
Chacun à son niveau est sommé d’apporter ce plus à une approche qui se voulait avant tout un acte de réhabilitation des
repères et marques de la société. Au foyer comme au travail,
dans les espaces de détente ou les places publiques, le comportement du citoyen doit impérativement prendre le dessus si l’on
désire réellement prendre part à la promotion et au développement du pays. Par l’éducation des enfants et le souci constant
de se prémunir des fléaux et maux la cellule familiale, par l’acquittement des tâches et devoirs de travail, par le paiement de
ses impôts et redevances, par le respect du voisinage et des lois
en vigueur, par des actes accomplis au quotidien pour la sauvegarde de l’environnement, par des gestes d’aide et de compassion avec les proches… Bref, tout un guide à suivre et à observer
ses règles est désormais entre les mains du citoyen dont les attentes ne peuvent dissimuler aussi les obligations à tenir. C’est
là, la meilleure forme d’attribuer une signification au renouvellement de cette confiance. Plus explicitement une manière de
joindre la parole à l’acte et d’être au diapason de cette ère nouvelle ayant fait notion de citoyenneté, un paramètre déterminant dans la matérialisation du slogan “ Une Algérie forte et
sereine ”. Est-il encore nécessaire de rappeler que le Président
de la République avait dans un de ses discours, insisté sur cette
citoyenneté en se affirmant qu’il avait besoin plus d’un citoyen
que d’un parti car il reste en prise avec une mutation pour
mieux l’accompagner et la fertiliser par son investissement ?
L’entame de ce nouveau mandat qui demeure destiné exclusivement à enraciner non seulement une culture de l’Etat de
Droit, des droits de l’homme, des libertés collectives et individuelles mais également celle de la responsabilité. La responsabilité de la société et du citoyen en particulier dans cette vaste
mouvance opérée d’une manière authentique tout en veillant à
une homogénéité, à un équilibre, à une paix rétablie et à une
stabilité restaurée.
Toutes les conditions à vrai dire s’y prêtent pour aboutir à la
perfection de cette œuvre qui se consacrera également à la poursuite de l’effort d’équipement national pour assurer l’épanouissement citoyen.Tout simplement, des attentes et des devoirs.
A. Bellaha
L'ANR appelle à la formation d'un gouvernement représentatif
de toutes les tendances politiques
Le secrétaire général de l'Alliance nationale
républicaine (ANR), Belkacem Sahli, a exprimé hier, son souhait de voir le nouveau gouvernement représenter l'ensemble des courants
du paysage politique. Lors du forum du journal
DK News, M. Sahli a souhaité que le gouvernement de l'après présidentielle du 17 avril
2014, reflète le paysage politique national afin
qu'il puisse "relever les défis". Il a affirmé que
son parti ne s'opposait pas à la désignation de
"technocrates parmi les compétences qui n'appartiennent à aucun parti politique dans la prochaine équipe gouvernementale", soulignant
toutefois qu'"il préfère un gouvernement politique représentant la majorité parlementaire
et les différents partis politiques y compris les
nouveaux".
A une question sur la participation de partis
ayant boycotté la présidentielle, il a précisé que
cette question relevait "des prérogatives du
Président de la République", rappelant que sa
formation préconisait l'"élargissement de la
sphère de prise de décision". Il n'a pas manqué de souligner à cette occasion, la "disposition de sa formation à participer dans le
nouveau gouvernement". D'autre part, le secrétaire général de l'ANR a estimé "prématuré" de
parler d'élections législatives anticipées, relevant que son parti "soutient la stabilité des institutions et le renforcement de la sécurité tout
en donnant une place à l'opposition". Concernant la position de l'ANR sur l'amendement de
la Constitution, il a indiqué que cela "devra
faire l'objet de concertation entre tous les Algériens pour le soumettre ensuite à un référendum populaire", suggérant un régime
semi-présidentiel avec rétablissement du poste
de chef du Gouvernement à la place de celui
de Premier ministre et une concrétisation effective de l'indépendance de la justice". Il a refusé, en outre, que la période actuelle soit
"transitoire" d'autant plus que, a-t-il dit, l'élection présidentielle a été "un succès à tous
points de vue", à savoir "la participation, l'enthousiasme électoral et la surveillance".
L'ANR compte parmi les partis ayant soutenu
la candidature du président Abdelaziz Bouteflika pour un 4e mandat. S'exprimant sur les dérapages enregistrés dans la région de Tizi
Ouzou lors de la commémoration du printemps berbère le 20 avril dernier, M. Sahli a
réitéré son soutien à la liberté d'expression à
condition qu'elle n'enfreigne pas la loi. Les
forces de sécurité "ont fait leur devoir", a-t-il
poursuivi, avant d'insister sur "le refus de porter atteinte à la dignité des Algériens et de leur
liberté".
Un projet de renouveau politique
MOUVEMENT ENNAHDA
Le mouvement Ennahda dispose d'un projet de renouveau
politique élaboré avec d'autres partenaires, a déclaré hier à Biskra, le secrétaire général de ce parti, Mohamed Douibi. Lors
d'une rencontre organisée à la salle Atlas de la ville de Biskra,
M. Douibi a abordé les questions internes de son parti au lendemain de l'élection présidentielle.
"Le mouvement Ennahda, qui a boycotté le dernier scrutin,
partage ce projet de renouveau politique avec des partenaires et
des personnalités nationales", a-t-il dit, en évoquant à ce propos,
des "consultations avec des personnalités nationales en vue d'une
conférence nationale" sur ce qu'il a appelé "la transition démocratique". Abordant les activités du "premier camp d'El Aqsa",
organisé par le secrétariat national de la femme et de la famille
de son parti, M.Douibi a souligné que la réconciliation entre les
deux mouvements palestiniens, Hamas et Fatah "constitue un
pas positif vers la libération de la Palestine".
Dimanche 27 Avril 2014
La conférence nationale pour
la transition démocratique,
un " projet politique
pacifique "
MSP
Le président du Mouvement de la société pour la paix
(MSP), Abderazzak Mokri, a affirmé, samedi à El-Oued,
que la conférence nationale pour la transition démocratique, prévue prochainement et dont son parti est partie
prenante, est un "projet politique pacifique". "La conférence nationale pour la transition démocratique, prévue
les 17 et 18 mai prochain, est un projet politique pacifique
qui présente des alternatives à même de garantir une transition démocratique en douceur", a indiqué Mokri dans
une conférence de presse animée au bureau de wilaya de
sa formation politique.
Le président du MSP a estimé que la politique pronée
par la "Coordination pour les libertés et la transition démocratique" devrait permettre à toutes les parties activant
sous sa bannière, de "faire pression" sur le pouvoir et
"l’amener à satisfaire les revendications de l’opposition",
dans la perspective de mener de "véritables" réformes garantissant les droits et libertés pour "l’ensemble des partenaires sur la scène politique".
"La coordination
considère que la revendication d’une transition démocratique, réclamée par la classe politique (...) est une revendication populaire avant tout", a ajouté le responsable du
MSP. M. Mokri a fait savoir, à ce titre, que des rencontres
de concertation seront menées avec des personnalités politiques, pour les amener, a-il-dit, à adhérer à la coordination et contribuer à sortir le pays de cette conjoncture
difficile ".
Nation
4
EL MOUDJAHID
LE PRÉSIDENT BOUTEFLIKA CONTINUE DE RECEVOIR DES
MESSAGES DE FÉLICITATIONS DE SOUVERAINS, CHEFS
D’ÉTAT, DE GOUVERNEMENT ET D’ORGANISATIONS
INTERNATIONALES APRÈS SA RÉÉLECTION
… et du Gouverneur général
du Canada David Johnston
Du Président ouzbek
Islam Karimov…
Le Président de la République,
Abdelaziz Bouteflika, a reçu un
message de félicitations du Gouverneur général du Canada, David
Johnston, à l'occasion de sa réélection à la magistrature suprême du
pays. "Au nom des Canadiennes et
Canadiens, je suis ravi de vous
adresser toutes mes félicitations à
l'occasion de votre réélection à la
présidence de la République algérienne démocratique et populaire, le
17 avril dernier", a écrit le Gouverneur général du Canada dans son
message. "Le Canada et l'Algérie
entretiennent d'excellentes relations
de longue date qui n'ont cessé de
croître au cours des dernières années", a ajouté M. Johnston dans
son message.
"Soyez assuré de la détermination du Canada à continuer d'œuvrer avec vous sur les questions
d'intérêt mutuel, notamment dans
les domaines de la sécurité et de la
lutte contre le terrorisme, de la protection des droits de la personne et
de la promotion de la prospérité
économique", a conclu le Gouverneur général du Canada.
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu un message
de félicitations de la part
de son homologue ouzbek, Islam Karimov, à
l'occasion de sa réélection
à la tête de la magistrature
suprême du pays.
"C'est avec un grand
plaisir que je vous adresse
mes sincères félicitations
et mes meilleurs souhaits,
à l'occasion de votre réélection au poste de Président de la République
algérienne démocratique
et populaire", a indiqué le
Président de la République d'Ouzbékistan.
"Je saisis cette occasion pour souhaiter à
Votre Excellence, bonne
santé, bonheur et davantage de réussites dans
votre noble mission, et je
souhaite au peuple algérien ami, la paix, la prospérité et la stabilité", a
écrit le Président ouzbek
dans son message.
FÊTES NATIONALES DE L’AFRIQUE DU SUD, DE LA TANZANIE
DU TOGO ET DE LA SIERRA LEONE
Messages de
félicitations du
Président Abdelaziz
Bouteflika au Président
sud-africain Jacob
Gedleyihlekisa Zuma…
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a
exprimé sa "satisfaction" quant à la qualité des relations bilatérales entre l'Algérie et l'Afrique du Sud, dans un message
de félicitations adressé au Président sud-africain Jacob Gedleyihlekisa Zuma, à l'occasion de la fête nationale de son
pays.
"Au moment où la République d'Afrique du Sud célèbre
sa fête nationale, il m'est agréable de vous adresser, au nom
du peuple et du gouvernement algériens, et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations accompagnées de mes
vœux les meilleurs de santé et de bonheur pour vous-même,
de progrès et de prospérité pour votre peuple frère", a écrit
le Président Bouteflika dans son message. "Je voudrais saisir cette heureuse opportunité pour vous dire ma satisfaction
quant à la qualité de nos relations bilatérales fondées sur
une histoire commune et une solidarité indéfectible", a
ajouté le Chef de l'État.
"Cet héritage qui nous lie m'incite à rendre, encore une
fois, un vibrant hommage à feu Madiba, le symbole de tout
un continent qui aspire à poursuivre son œuvre et à parachever la renaissance africaine", a souligné le Chef de l'État,
ajoutant qu'il demeurait "convaincu" que l'Algérie et
l'Afrique du Sud "sauront conjuguer leurs actions et leurs
efforts au service de la paix et de la stabilité en Afrique et
dans le monde".
… au Président
tanzanien Jakaya
Mrisho Kikwete…
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a
adressé un message de félicitations à son homologue de la
République unie de Tanzanie, Jakaya Mrisho Kikwete, à
l'occasion de la célébration de la fête nationale de l'Union.
"Au moment où la République unie de Tanzanie célèbre
le 50e anniversaire de l'Union, il m'est particulièrement
agréable de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens, et en mon nom personnel, mes plus chaleureuses félicitations accompagnées de mes vœux, les
meilleurs, de santé et de bonheur pour vous-même, de prospérité et de bien-être pour le peuple tanzanien", a écrit le
Président Bouteflika dans son message. "Je voudrais mettre
à profit cette opportunité pour vous faire part de ma satisfaction quant à l'excellence des relations d'amitié et de coopération qui unissent nos deux pays et vous renouveler ma
disponibilité à poursuivre, avec vous, notre concertation politique et notre action commune au service de la promotion
de la paix, de la stabilité et du développement de notre continent", a ajouté le Chef de l'État.
… au Président togolais
Faure Essozimna
Gnassingbe…
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a
adressé un message de félicitations à son homologue togolais, Faure Essozimna Gnassingbe, à l'occasion de la célébration de la fête nationale de son pays.
"Il m'est agréable, au moment où la République du Togo
célèbre sa fête nationale, de vous adresser, au nom du peuple
Dimanche 27 Avril 2014
et du gouvernement algériens, ainsi qu'en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations, accompagnées de mes
meilleurs vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de
progrès et de prospérité pour le peuple togolais frère", a indiqué le Président Bouteflika. "Je voudrais, en ce jour marquant l'histoire du Togo, vous exprimer ma satisfaction
quant à la qualité des relations d'amitié et de coopération
qui unissent nos deux pays et vous réaffirmer mon entière
disponibilité à œuvrer, de concert avec vous, à leur renforcement continu, afin de les porter à la hauteur des aspirations de nos deux peuples", a souligné le Chef de l'État. "Je
demeure convaincu que notre action commune et solidaire
au sein de l'Union africaine contribuera à la consolidation
de la paix et de la stabilité dans notre continent", a ajouté
le Président de la République.
… et au Président
sierra-léonais
Ernest Bai Koroma
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika,
a adressé un message de félicitations à son homologue du
Sierra Leone, Ernest Bai Koroma, à l'occasion de la fête
nationale de son pays. "J'ai grand plaisir à vous adresser,
au nom du peuple et du gouvernement algériens, et en
mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations en ce
jour où la République de Sierra Leone célèbre sa fête nationale", a écrit le Président Bouteflika dans son message.
"Je voudrais saisir cette opportunité pour former mes
vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de bienêtre et de prospérité pour votre peuple frère et vous réitérer ma disponibilité à œuvrer, de concert avec vous, à la
promotion et au développement des liens d'amitié et de
coopération qui existent entre nos deux pays, dans l'intérêt mutuel de nos deux peuples", a souligné le Chef de
l'État.
Nation
RéFoRME DU BACCALAURéAT
EL MOUDJAHID
La 2e session applicable à partir de l’édition 2015 L
Le baccalauréat, en deux sessions ? Cette mesure sera prochainement débattue avec le partenaire social. Une réflexion entamée depuis
environ une année, en vue de réformer les examens de fin de cycle avec la suppression de la deuxième session pour le primaire,
et d’un bac à deux sessions pour le secondaire. Bien qu’aucune décision n’ait encore été prise, des concertations entre la tutelle
et les partenaires sociaux ont eu lieu pour la suppression de la deuxième session de l’examen d’entrée au collège. Mais aucune décision
n’a été prise pour cette année avant que les experts ne se prononcent sur la question.
e ministère de l'Education nationale a indiqué hier, dans un communiqué diffusé à
la presse, que « le dossier de la session de
rattrapage de l'examen du Baccalauréat est encore en cours d'étude », précisant que « les mesures prises par le gouvernement seront
appliquées à partir de la session de juin 2015 ».
Par souci de préserver la crédibilité des informations et d'éviter toute interprétation de part
et d'autre, le ministère de tutelle a fait savoir que
le dossier de la session de rattrapage des
épreuves du Bac « est en cours d'étude depuis
décembre 2013, étude qui sera élargie », a-t-il
ajouté, « à tous les partenaires sociaux ».
Le ministère a rappelé, par ailleurs, que l'organisation d'une session de rattrapage « sera
subordonnée à une série de conditions, en cours
d'examen, précisant que les mesures découlant
de la consultation seront soumises au gouvernement pour examen ». Et d’ajouter « les mesures
approuvées par le gouvernement à ce sujet entreront en vigueur à partir de juin 2015 », soit
l’année prochaine. Pour rappel, le premier responsable du secteur, avait révélé la semaine dernière que la possibilité d'organiser une session
de rattrapage pour les candidats au Baccalauréat
dont la moyenne oscillera entre 9,5/20 et
9,99/20 sera prochainement débattue.
Il a précisé à cet effet que les candidats
concernés doivent avoir fait preuve d'assiduité
tout au long de l'année scolaire et obtenu de
bonnes moyennes en deuxième et troisième années secondaires pour pouvoir bénéficier de
cette seconde chance.
« L'organisation de la session de rattrapage
devra avoir lieu trois ou quatre jours après l'an-
nonce des résultats définitifs. Les candidats
concernés par les examens de rattrapage doivent
avoir échoué dans seulement deux à trois matières », a indiqué le ministre de l’éducation nationale qui a affirmé qu'« il n'y aura pas de
recours au rachat ».
Les syndicats partagés entre partisans
et opposants à cette nouvelle version
Les responsables du secteur insistent sur les
arguments qui militent pour la réouverture de ce
dossier dont les tendances au niveau international, des notes qui avoisinent la moyenne sans rachat et la nécessité de parachever la réforme du
système éducatif.
HADj 2014
Le tirage au sort reporté d’une semaine
E
5
n 2013, 700.000 demandes de participation
au Hadj ont été enregistrées à l'échelle nationale, mais
seules 28.000 ont été tirés au
sort. L'Arabie Saoudite ayant limité de 20% les quotas.
Le tirage au sort pour le
hadj-2014, qui devait avoir lieu
hier, à travers l’ensemble des
communes de l’Algérie, a été
reporté d’une semaine, soit
pour le 3 mai 2014. L’annonce
a été faite via un communiqué
affiché vendredi, lors de la
prière hebdomadaire, à travers
toutes les mosquées du pays.
La raison principale évoquée par les services concernés
est que des centaines de dossiers n’ont pu être traités à
temps. Pourtant, selon communiqué du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales,
les APC ont entamé l’opération
de réception des demandes
d’inscription des citoyens désirant participer au tirage au sort,
durant la période allant du 9 février jusqu’au 10 avril en cours.
La nouveauté de la saison
du hadj pour cette année, est la
«décision prise, d'un commun
accord avec les autorités saoudiennes, pour la dispense des
femmes âgées de plus de 45 ans
d'un accompagnateur légal
(Mahrem)», avait récemment
indiqué le DG de l'office du
Hadj et de la omra, Cheikh
Berbara. L'autre décision, est
«l'obligation faite aux agences
de voyages de louer des hôtels
à proximité des Lieux Saints,
surtout pour les personnes
âgées ou malades» a-t-il spécifié. Le transport sera également, assuré aux pèlerins en
aller-retour de Djeddah vers La
Mecque et Médine a, par ailleurs, souligné Cheikh Berbara,
ajoutant que « les travaux d'extension, en cours, aux Lieux
Saints ont, sensiblement, réduit
des capacités d'accueil des pèlerins, avec ce souci permanent
des autorités algériennes qui se
prennent, très tôt, pour réserver
les meilleurs établissements hôteliers et autres bâtiments aux
hadjis algériens », a-t-il indiqué. Au sujet des tarifs que doivent payer les pèlerins, cette
année, Cheikh Berbara, qui
n'exclura pas une augmentation
des frais du « Hadj » , a expliqué que cela «sera déterminé
après le retour de la délégation
multi-sectorielle qui doit se rendre, dans les prochains jours, en
Arabie Saoudite», ajoutant que
l'Etat algérien était «le seul pays
dans le monde arabo-musulman, à apporter une aide directe
aux pèlerins, contribuant, ainsi,
à diminuer sensiblement des tarifs du Hadj».
Cheikh Berbara a annoncé
que 196 agences de voyages ont
été agréées pour organiser la
omra et le Hadj 2014.
Concernant le livret de santé
des hadjis, le DG de l'office du
Hadj et de la omra a expliqué
que les contrôles sanitaires des
futurs pèlerins seront renforcés,
en étroite collaboration avec le
ministère de la Santé, regrettant
l'implication avérée des commissions de wilaya, dans certains cas de complaisance, à
l'égard de futurs pèlerins souffrant de pathologies lourdes »,
a-t-il affirmé.
Dans ce même contexte,
Cheikh Berbara a menacé de «
Trois options sont actuellement étudiées.
« Il s’agit soit de comptabiliser l’évaluation
continue, les épreuves anticipées ou une session
de rattrapage ». Aucune décision ne sera prise,
selon les responsables du secteur, sans une
consultation élargie avec les partenaires sociaux
et celles des experts.
En attendant la réaction des syndicats sur la
question. Ces derniers faut-il le rappeler, sont divisés sur cette réforme des examens.
Pour le syndicat de Nouar Larbi à savoir le
Cnapest, « il y a lieu de procéder avant tout à la
révision du mode d’évaluation des épreuves du
baccalauréat ». Ce syndicat dénonce l’évaluation actuelle basée à 60% sur des questions di-
sanctions exemplaires, les
membres des commissions de
wilaya, en cas de manquement
à l'examen médical strict que
doit subir chaque hadji ».
En 2013, le coût du Hadj
avait été fixé à 256.000 DA,
sans les frais de transport par
avion, qui s'élèvent pour leur
part à 100.000 DA par personne. Par rapport à 2012, le
prix du Hadj de 2013 a augmenté de 35.000 DA.
Il est évident dès lors que le
pèlerinage aux Lieux saints
coûtera donc plus cher cette
année pour les 28.800 candidats
au Hadj.
Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, M.
Bouabdellah Ghoulamallah, a
également indiqué de son côté
que le prix du Hadj 2014, sera
légèrement revu à la hausse du
fait de l'augmentation des prix
des hôtels.
En 2013, 700.000 demandes
de participation au Hadj ont été
enregistrées à l'échelle nationale, mais seulement 28.000 ont
été tirés au sort, l'Arabie Saoudite ayant limité de 20% les
quotas de hadjis pour chaque
pays en raison des travaux d'extension des Lieux saints de l'Islam à la Mecque. Ce sera le
même nombre de hadjis pour
2014.
Salima Ettouahria
«L
REvALoRISATIoN ANNUELLE
DES PENSIoNS DE RETRAITE
Vers une augmentation
de 12 % ce mois de mai
a revalorisation annuelle des
pensions de retraite pourra atteindre le taux de 12 % », c’est
ce qu’a annoncé M. Ismaïl Boukris, chargé
de la communication à la Fédération nationale des retraités. Selon M. Boukris plus de
2 millions de retraités attendent la mise en
œuvre de la décision portant sur les augmentations des pensions de retraite prévues
pour le mois de mai prochain. Il convient
de préciser que le conseil d’administration
de la Caisse nationale des retraites (CNR),
qui s’est réuni dernièrement, sous l’égide de
son président Abdelkader Messous, avait
proposé une augmentation d’un taux allant
de 10 à 15% dans le cadre de la revalorisation annuelle de la pension de retraite. Les
propositions de la CNR ont été présentées
au ministre Mohamed Benmeradi, lors de la
dernière tripartite qui a promis de les appliquer à partir du mois de mai prochain. Ces
augmentations qui concerneront les retraités
dont les pensions varient entre 15.000 DA
et 40.000 DA, apporteront une amélioration
conséquente en termes de soutien du pouvoir d’achat des retraités. Salah Djenouhat,
membre du secrétariat national de l’UGTA
qui a confirmé cette information, a précisé
que « ces augmentations toucheront tous les
retraités mis à part ceux affiliés à la Caisse
des retraités du secteur privé ». Notons que
la revalorisation des pensions et allocations
de retraite est consacrée par l’article 43 de
la loi n° 83-12 du 02 juillet 1983 relative à
la retraite modifiée et complétée. La procédure de calcul de la revalorisation mise
en œuvre depuis plusieurs années (1991),
est celle fixée par les différents arrêtés portant revalorisation annuelle des pensions et
allocations de retraite qui précisent explicitement que le taux de revalorisation est affecté au montant brut de la pension de
retraite découlant des droits contributifs.
Ce montant est déterminé selon la formule suivante : Nombre d’annuités validées ; Taux de validation de chaque annuité
(2,5 %, par année validée) ; et le salaire
moyen soumis à cotisations de sécurité sociale. Soit : Nombre d’années validées x
2,5 % x salaire moyen = montant de la pension, et ce conformément à la loi régissant
Dimanche 27 Avril 2014
rectes qui permettent de hausser la moyenne des
candidats et leur rajouter deux points dans cette
même moyenne. « Le bac est ainsi politisé. Il
faut donc revoir le mode d’évaluation, nous proposons 50% de questions directes et 50% de ces
questions seront consacrées à l’analyse. A ce
moment-là, l’on pourra inclure la session de rattrapage », précise le représentant du Cnapest qui
insiste sur l’application de la fiche de synthèse
qui favorisera l’assiduité et permettra de diminuer les absences et de réduire le phénomène de
la violence au sein des établissements scolaires.
De son côté, l’Unpef abondera dans le même
sens en insistant sur l’application de la fiche de
synthèse avant de recourir à la session de rattrapage.
Par contre le Snapest appellera au jumelage
de la fiche de synthèse qui doit être préparée dès
le début de l’année avec la session de rattrapage.
Il jugera ainsi maladroite l’annonce du ministre
de l’Education, expliquant qu’elle pourrait perturber les candidats de la prochaine session du
bac et qui pourrait même les pousser à aussi bénéficier d’une session de rattrapage.
Le Satef pour sa part rejette carrément cette
formule et propose la tenue d’épreuves anticipées en deuxième année secondaire soit une
année avant le Bac.
Pour ce syndicat l’instauration d’une seconde session ou le retour à la fiche de synthèse
sont loin d’être bénéfiques. « Car ces deux formules encouragent les candidats et leurs enseignants à ne pas fournir trop d’efforts et à
compter uniquement sur la session de la seconde
chance ».
Sarah Sofi
la retraite. Il faut savoir que le taux de revalorisation ne s’applique pas au montant
net de la pension ou allocation de retraite
mais, au montant mensuel découlant des
droits contributifs. Il convient de rappeler
que la revalorisation des pensions et allocations des retraités a permis une augmentation globale des pensions de l'ordre de 55%
durant la période 2000-2010. En 2013, le
taux de revalorisation été fixé à 11% et a
concerné 2.019.848 retraités bénéficiaires
pour un impact financier global de l'ordre
de 23 milliards DA à la charge de la Caisse
nationale des retraites. Pour se faire une
idée de l’effort des services publics en la
matière, l’Union Générale des travailleurs
algériens (UGTA) a publié récemment un
document dans lequel l’on apprendra qu’en
2006, l'indemnité complémentaire des pensions de retraites et d'invalidité (CRI) avait
été instaurée pour les pensions dont le montant est inférieur à 10.000 DA et une indemnité complémentaire des allocations de
retraites (ICAR) pour les pensions dont le
montant est inférieur à 7.000 DA, prises en
charge par l'Etat. En 2009 et sur décision du
président de la République, Abdelaziz Bouteflika, il y a eu une revalorisation de 5%
des pensions et allocations des retraites directes et de réversion dont le montant est inférieur à 11.000 DA, à la charge de l'Etat.A
cela s'ajoute la revalorisation de la majoration pour le conjoint à charge des pensions
de retraites, passant de 700 DA en 2000 à
1.731 DA en 2011 et 2.500 DA en 2012, à
la charge de la Caisse nationale des retraites. Il y a eu en outre, l'exonération de
l'IRG des pensions de retraite dont le montant est inférieur à 20.000 DA (loi de finances complémentaire de 2008), selon le
même document, ainsi que l'abattement de
l'IRG de 10 à 80% pour les pensions de retraite dont le montant est compris entre
20.000 et 40.000 DA.A cela s'ajoutent aussi
le relèvement du montant minimum de la
pension à 15.000 DA et la revalorisation des
pensions et allocations de retraite selon un
taux dégressif variant entre 30 et 15%,
selon le montant de pension et de l'allocation de retraite à compter de janvier 2012.
Kamélia H
Nation
6
« La révision de la tarification de l’eau
n’est pas à l’ordre du jour »
EL MOUDJAHID
LE MINISTRE DES RESSOURCES EN EAU, AU FORUM D’EL MOUDJAHID :
A
la tête du secteur des ressources en eau
depuis septembre 2012, Hocine Necib,
a expliqué, hier, que la stratégie qu’il a
adoptée s’inscrit en parfaite continuité par ce
qui a été réalisé depuis 2000. Des réalisations
qui ont nécessité de grands investissements,
mais ont permis à l’Algérie à renoncer à la
perspective « d’importer de l’eau » pour pallier au stress hydrique enregistré dans les années 1990.
Pour cet ingénieur d’Etat en travaux publics, diplômé de l’Ecole des ponts et chaussées de Paris, il est très aisé de parler de toutes
les priorités tracées par le gouvernement. Si le
secteur de l’eau a toujours été au centre des
préoccupations des pouvoirs publics, que des
sommes colossales ont été déboursées, aujourd’hui, l’heure est à l’obligation des résultats. La bataille de la quantité remportée, il est
temps d’exiger la qualité. En effet, M. Hocine
Necib a annoncé que des contrats de performance seront signés prochainement avec les
directeurs des ressources en eau des wilayas
pour disposer d’outils de mesure de la qualité
de gestion. S’ensuivra une évaluation par wilaya.
En l’espace de deux heures, il s’est prêté
au traditionnel jeu des questions-réponses,
sans consulter aucun document. Révision de
la tarification de l’eau, exploitation du gaz de
schiste et ses incidences sur les réserves hydriques, le nouvel arrêté ministériel pour
l’aménagement des barrages en espace de baignade, disponibilité de l’eau durant la saison
estivale, taux de remplissage des barrages, déperditions d’eau... autant de questions soulevées au Forum d’El Moudjahid. Si la révision
du prix de l’eau fait couler beaucoup d’encre,
et suscite l’appréhension des citoyens, le ministre est formel : « Ça n’a jamais été à l’ordre
du jour ».
L’eau, comme les produits de première nécessité, est subventionné par l’Etat. Le prix actuel, 6,50 dinars, est loin de refléter les coûts
des investissements consentis dans l’acheminement de l’eau dans les foyers. L’invité du
Photos : Nacéra
Si la bataille de mobilisation des ressources hydriques a été gagnée par l’Algérie, le plus grand défi reste la gestion et la préservation de l’or bleu.
Les propos de M. Hocine Necib, en charge du secteur de l’eau, invité, hier, du Forum d’El Moudjahid, coulent de source, parce qu’aujourd’hui, le
spectre de la pénurie, écartée grâce une politique d’investissements massifs, ne doit pas faire oublier que cette denrée doit être gérée avec
prudence et par des compétences.
Forum, rappellera, dans ce
sillage,
que
dans la loi sur
l’eau, figure un
article
qui
confère à l’accès à l’eau potable
et
l’assainissement
un
caractère
sacré. Quant au
taux de remplissage des barrages, le ministre
a assuré qu’il
tourne autour des
80%.
Hocine
Necib, dont un
des leitmotivs, est
le concept d’hydro solidarité, a rappelé dans
ce sens, la réalisation de deux barrages dans
la wilaya de Sétif où la pluviométrie ne dépasse pas 400 mm, qui seront alimentés à par-
tir
de Bejaia et Jijel. Ce projet permettra l’alimentation de la wilaya avec 300 millions de
mètres cubes. A la question de notre confère
de l’AFP, se rapportant à l’oxydation du ré-
seau du transfert d’eau d’In Salah à Tamanrasset, le ministre a répondu, qu’aucune information de ce genre ne lui est parvenu, ajoutant
que le réseau dispose d’une protection la préservant de toute oxydation ou phénomène du
genre.
A propos des déperditions d’eau, le ministre a rappelé que le taux est de 20%, ce qui engendre une perte sèche pour les pouvoirs
publics. Des mesures, à savoir le lancement
de travaux de réhabilitation, ont été entrepris
pour remédier à cette problématique. Pour le
ministre, les communes n’ont pas assez de
moyens pour l'entretien des réseaux d'AEP affirmant que 40 villes à travers le pays sont
identifiées pour subir une réhabilitation, alors
que les travaux d’aménagement sont lancés
dans 17 villes.
En tout, le secteur réalise des projets de réhabilitation du réseau à raison de 3.000 km par
an, alors que 30.000 km de réseau d'AEP ont
besoin d’être réhabilités, soit 6.000 km par an
avec plus de moyens financiers.
"C’est notre priorité jusqu’en 2019. On travaillera pour mobiliser les ressources nécessaires", a-t-il confié car "on veut mettre à
niveau le réseau de distribution à travers le territoire national". Interrogé sur la perspective
d’exploitation du gaz de schiste, dont le procédé est sujet à polémique, le ministre a répondu qu’en Algérie son « exploitation n’est
pas pour demain ». Cependant, il ajoutera que
des experts ont été sollicités, avec les avancées de la technologie, ont permis de réduire
la consommation de l’eau.
A propos de l’aménagement des barrages
en espaces de baignade, le ministre dira que
l’arrêté ministériel vient d’être signé et
comme départ une opération pilote sera lancée
avec trois barrages.
La concession se fera au niveau local, cette
opération sera accompagnée par le renforcement, via un texte de loi, des prérogatives de
la police d’eau, pour préserver ces espaces de
toutes sources de pollution.
Nora Chergui
Necib : « L’envasement des barrages n’est pas une fatalité »
« L’envasement des barrages
n’est pas une fatalité », c’est en ces
termes que s’est exprimé, hier, le
ministre des Ressources en eau, M.
Hocine Necib, au forum d’El Moudjahid, à propos de phénomène subi
et de plein fouet, il faut le dire, par
de nombreux barrages du pays. Aujourd’hui, rassure le ministre, ce
problème est pris en charge. Donnant de plus amples informations
sur cette question, le ministre fera
savoir, que l’Agence nationale des
barrages et des transferts (ANBT) se
dotera, prochainement, de tous les
moyens nécessaires lui permettant
de lutter avec efficacité contre l’envasement, et, pour en finir avec ce
phénomène, le reste sera pris en
charge par des entreprises, à l’issue
d’appels d’offres internationaux.
En fait, l’ensemble des barrages
touchés par ce phénomène ont été
recensés, a indiqué l’invité du
forum, avant d’ajouter : « Nous
avons arrêtés les priorités. Et parmi
les priorités figurent le barrage de
Ksob ». Poursuivant ses propos, le
ministre notera : « Je me suis fixé
personnellement un double défi. Le
premier concerne la première
drague qui a été acquise par le secteur que j’ai décidé de mettre au niveau du barrage de Ksob. En visite
dans la wilaya de M’sila, j’ai donné
instruction que cette machine ne
puisse sortir du barrage de Ksob,
qu’après avoir gagné jusqu’à 10
millions de mètres cubes. L’autre
défi au niveau de ce barrage
concerne la revitalisation du grand
périmètre de Ksob ». Le ministre
qui insiste sur le fait que le barrage
de Ksob fait partie des axes prioritaires, mettra également en relief,
que d’autres barrages vont subir le
même traitement.
En Algérie, une quinzaine de barrages connaissent un sérieux problème d’envasement. En plus de la
machine qui est en marche en niveau du barrage de Ksob, à M’sila,
un avis d’appel d’offres a été lancé
pour l’achat de 3 autres machines,
plus petites. Ceci dit, une réflexion
est en cours, pour l’achat d’une
autre grande machine, au cours de
cette année.
Des instruments d’alerte
pour prévenir les risques
d’inondations
Interrogé sur les risques d’inondations dans notre pays, le ministre
concèdera que beaucoup de régions,
sont sujettes aux inondations. Mettant ensuite en relief les voies et
moyens à même de prévenir et de
lutter contre l’impact de ce phénomène naturel, le ministre a relevé
que deux actions d’envergure viennent d’être lancées, dans ce cadre.
La première, une opération en
partenariat avec l’Union européenne, consiste à disposer, à terme,
d’une cartographie des inondations
aux fins de savoir quelles sont, et
avec précision, les régions sujettes à
ce phénomène. Il est également
question de savoir, note le ministre,
quels sont les périmètres inondables, par commune, que ce soit à
l’intérieur du tissu urbain ou bien à
l’extérieur. Une étude est en cours
pour développer cette cartographie,
indiquera, à ce propos, l’invité du
forum d’El Moudjahid.
En parallèle, une autre opération
a été lancée de telle sorte à équiper
plusieurs wilayas, notamment les
plus menacées par ce phénomène,
d’instruments de prévision et
d’alerte. « Une fois ces instruments
mis en place, nous allons pouvoir
disposer de cet avantage de pouvoir
suivre le phénomène et avoir des informations en temps réel. Aussi,
nous serons en mesure de déclencher l’alerte, 3 à 4 heures avant la
survenue des inondations. Je tenais
personnellement à mettre en place
ce dispositif. Nous avons dégagé les
financements. Le contrat a été signé
et l’opération se déroule dans de
bonnes conditions », souligne le ministre. Faut-il le rappeler, grand
nombre de projets sont en cours
pour protéger les villes et les agglomérations de ces risques d’inondations. Un programme de 30
milliards de dinars pour les inondations a été engagé dans le cadre du
quinquennat 2010-2014. Mais
« pour venir à terme de ce phénomène et assurer une protection optimale, les besoins sont encore plus
importants. On a fait une évaluation
au niveau national, dans le cadre
d’une commission interministérielle, sous l’égide du ministère de
l’intérieur et des collectivités locales. Le programme évalué dans le
secteur coûte 300 milliards de dinars pour pouvoir protéger l’ensemble des villes. Cependant, compte
tenu de la lourdeur de cette enve-
Dimanche 27 Avril 2014
loppe, les réalisations se font par
tranche annuelle, jusqu’à l’achèvement de ce programme ».
Stations d’épuration :
bond qualitatif
Par ailleurs, et pour ce qui est des
stations d’épuration, communément
appelées STEP, le ministre qualifiera de bond qualitatif ce qui a été
réalisé dans ce domaine d’ « extraordinaire ». Donnant de plus amples
informations à ce sujet, il notera que
« jusqu’au début des années 2000,
nous avions une trentaine de STEP.
Et celles-ci étaient toutes à l’arrêt.
En d’autres termes, toutes les eaux
usées jusqu’à l’an 2000 étaient rejetées dans la nature, avec ce qui en
découle comme menace sur l’environnement, mais également sur la
ressource hydrique avec l’impact
négatif sur la santé publique (maladies à transmission hydrique MTH).
Les décisions qui ont été prises dans
ce cadre au début des années 2000
sont salutaires pour le pays. Aujourd’hui, nous avons pas moins de
151 stations d’épuration en exploitation. De plus, ces stations sont exploitées par des cadres algériens.
C’est l’Office national de l’assainissement qui exploite ces stations
d’épurations dont la plupart sont
certifiées ISO.
Les STEP, au-delà de cette préoccupation liée à l’environnement et à
la santé publique, constituent d’autre part un dispositif pour l’économie de l’eau. Et dans notre pays, on
est résolument engagés dans la réutilisation des eaux épurées. « Au-
jourd’hui, nous sommes entrain
d’encourager les agriculteurs. On
est entrain de développer des périmètres en aval de ces stations d’épuration pour l’irrigation, pour les
besoins de l’arboriculture et de la
céréaliculture. Mieux encore, deux
opérations pilotes viennent d’être
initiées. Nous sommes entrain de
lancer des opérations à Alger et
Oran pour le traitement tertiaire. Il
s’agit d’un traitement avec des
ultra-violet permettant d’épurer davantage cette eau, ce qui la rend plus
propre. Ce qui permettra, dans le
domaine de l’irrigation, de ne pas
se limiter uniquement à l’arboriculture et la céréaliculture mais également de passer à l’irrigation des
cultures maraichères avec cette eau
épurée. Une avancée pour le pays.
L’on apprendra également que Oued
El Harrach, une fois aménagé, bénéficiera à coup sûr de cette eau épurée et propre. « Pour qu’il (Oued El
Harrach) reste navigable et propre,
on fera du tertiaire au niveau de la
STEP de Baraki où nous allons déverser quotidiennement 90.000 mètres cubes d’eau propre. Ainsi, nous
allons assurer le débit sanitaire »,
met en avant le ministre. A retenir,
pas moins de 30 stations d’épuration
sont en travaux, actuellement, et seront prochainement prêtes pour le
lancement. Au terme de ce programme, l’Algérie aura plus de 180
STEP, ce qui nous permettra de produire 1,2 milliard de mètres cubes
d’eau épurée par an. Un acquis extraordinaire.
Soraya Guemmouri
Nation
Agriculture et tourisme
le nouveau défi
EL MOUDJAHID
7
DÉvELoPPEmEnT DU gRAnD SUD
L’Algérie amorce une dynamique de développement qui touche plusieurs secteurs dans le grand Sud. Elle y déploie une concentration
et une grande attention pour cette région qui peut, à côté des matières premières, faire la trilogie saharienne.
est ainsi que le gouvernement algérien lui accorde
une attention particulière
en prenant les dispositions nécessaires. L’évolution technique, la
conjoncture
économique,
le
contexte politique font, en tout cas,
une obligation pour notre pays aujourd’hui, en utilisant au mieux les
atouts dont on dispose (pétrole, gaz
naturel, minerai de fer, l’énergie solaire…
),
et
d’autres
potentialités comme le tourisme,
l’agriculture… Ce qui nous mène à
nous interroger : notre Sahara peutil devenir une terre de prospérité
et d’innovation ? Dans l’affirmative, quelles possibilités offre-t-il
aux hommes d’affaires nationaux et
étrangers pour investir ? Quels espoirs livre-on à notre jeunesse ?
Peut-il jouer un rôle dans le développement de l’Algérie dans plusieurs domaines ? Quelles tâches
assigne-t-il au gouvernement ?
Les régions du Sud avec leur immensité tendent, tant bien que mal,
à trouver un ancrage pour leur développement. D’abord, sur le plan économique. Les investissements
consentis par l’État au travers de ses
aides financières aux porteurs de
projet dans les secteurs de l’agriculture, du tourisme et de l’industrie
sont palpables.
L’Algérie de demain reposera
sur l’agriculture saharienne. La politique du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, veut
mettre le paquet sur les régions sahariennes, bien sûr dans un esprit de
préservation des ressources naturelles et de l’écosystème saharien
très fragile, notamment pour ce qui
est de la ressource en eau, puisque
l’agriculture saharienne consomme
beaucoup d’eau. Son programme
pour le nouveau quinquennat pré-
C’
voit d’alimenter les régions du Sahara en eau potable, notamment
pour l’irrigation, afin de permettre
un grand essor de l’agriculture qui a
fait ses preuves dans ces régions.
Construction de nouveaux
barrages
Il faut dire que depuis une décennie, l’Algérie a redoublé d’efforts pour multiplier le nombre de
barrages pour faire face à la demande de plus en plus grandissante
de la population qui ne cesse d’augmenter d’année en année. Comme
cela a été annoncé à chaque fois par
le directeur de campagne du Président élu Abdelaziz Bouteflika, et
durant ce nouveau quinquennat
2014-2019, il y aura une «éradication définitive» de ce problème dont
souffrent plusieurs régions en Algérie, en particulier le Sahara. Aussi,
le «Sahara permet une agriculture
performante, qui peut nourrir l’Algérie et même exporter», avait affirmé,
à
maintes
reprises,
TIPASA
Tonic Industrie reprend une
grande partie de ses activités
après un incendie
L’entreprise publique de récupération et recyclage de papier et d’emballage "Tonic Industrie" de Bou Ismaïl (Tipasa) a repris une grande partie
de ses activités, vendredi soir, après l’extinction de l’incendi qui s’est déclaré sur son site de fabrication de carton et de papier sanitaire, a-t-on appris, hier, auprès de son directeur général. S’étendant sur 36 ha environ, le
site "ouarsenis", affecté par l’incendie, abrite, en plus d’une aire de
stockage du papier récupéré, deux unités pour la production de papier sanitaire et de carton d’emballage. "11 filiales sur les 12 formant «Tonic Industrie» ont repris normalement leurs activités, après le feu vert donné par
la cellule de crise mise en place suite à cet incendie", a déclaré à l’APS, m.
Zerrouk, précisant que "seule la filiale de fabrication du papier sanitaire,
implantée sur le site du foyer de l’incendie, demeure fermée par mesure
préventive". Plus de 1.500 tonnes de papier, représentant un vieux stock
destiné à être recyclé, ont été détruites par cet incendie, selon une estimation
des dégâts fournie par ce gestionnaire, qui a fait remarquer qu’il a fallu aux
pompiers, "plus de 5 heures d'efforts pour venir à bout de ce sinistre qui
n’a fait aucune victime".
L’extinction de cet incendie a nécessité la mobilisation de 21 camions
anti-feu, en plus des renforts dépêchés par la Protection civile d’Alger, selon
la même source, qui a indiqué que le "feu, dont les causes restent inconnues,
a pris dans un espace de stockage du papier récupéré de cette entreprise qui
emploie quelque 3.000 travailleurs".
Abdelmalek Sellal. Aujourd’hui, environ 800 foggaras sont opérationnelles, d’un débit inférieur à 3 m3/s.
La bonne nouvelle est qu’il y a
aujourd’hui des projets de rénovation de certaines foggaras à Adrar,
Timimoun et Béchar. C’est un système réussi, qui s’adapte aux régions du Sud, et va être généralisé
pour booster le secteur agricole.
Une réflexion se porte, également, sur l’extension des superficies
cultivées et à la contribution de ces
régions à la production nationale qui
fournissent déjà un taux considérable des besoins agricoles du pays,
dont l’objectif peut être augmenté à
l’horizon 2019.
Le développement durable, dans
la concertation, la préservation des
ressources naturelles et l’introduction des énergies renouvelables sont
des volets pris en charge actuellement par les ministres de l’Agriculture et des Ressources en eau. Reste
la grande thématique qui préoccupe
et qui a trait à la création d’une agri-
culture fondée sur la préservation
des ressources naturelles dans le
cadre d’une stratégie permettant la
pérennité du système oasien avec la
protection de tous les espaces et exploitations agricoles, le développement et l’aménagement réfléchis
avec des techniques et des notions
de protection.
Le tourisme en Algérie a longtemps été à l’abandon, mais l’État
semble décidé à redonner à ce secteur, une dynamique à même de générer des emplois et des recettes.
Dans sa volonté de diversification
de son économie, l’Algérie prévoit
de mettre le tourisme au premier
plan de sa stratégie de développement.
Le tourisme dans le Sahara figure parmi les grands pôles économiques que le gouvernement
algérien tend à développer dans les
prochaines années. La démarche passe inévitablement par l’impératif d’encourager
les professionnels du tourisme exis-
tants, de mettre à niveau les structures touristiques publiques et,
enfin, d’attirer plus d’investissements directs étrangers (IDE), pour
créer de la valeur ajoutée et de l’emploi.
Ainsi, d’importantes initiatives
ont été lancées dans le but d’améliorer sa position. Alors qu’il ya eu près
de 1,9 million de touristes en 2009,
soit une augmentation de près de
8% d’une année à l’autre, la vaste
majorité d’entre eux — environ trois
quarts — étaient des Algériens expatriés de retour au pays. Cette
année, les recettes générées par le
tourisme en Algérie sont estimées à
330 millions de dollars, contre 3,4
milliards de dollars en Tunisie.
Le plan de développement national du tourisme, nommé Schéma directeur d’aménagement touristique
(SDAT), lancé en 2008, vise à accroître le nombre de touristes pour
atteindre 2,5 millions en 2015 et 20
millions en 2025.
Le plan comporte cinq piliers
majeurs : promouvoir l’Algérie
comme destination touristique de
premier choix, développer des pôles
touristiques d’excellence, introduire
des contrôles de qualité, encourager
les partenariats public-privé et attirer des investissements, surtout la
destination du grand Sud.
Autre domaine qui bénéficie de
l’attention du gouvernement : les
énergies renouvelables. Ainsi, il est
prévu d’alimenter de plus en plus de
foyers par le système photovoltaïque. Une technologie qui s’étend
aussi à l’agriculture.
Sur le plan santé, plusieurs structures hospitalières seront achevées,
cette année, dont un centre anticancéreux à Adrar.
Kafia Ait Allouache
REnConTRE AUjoURD’hUI À oRAn
L'université et le développement territorial
Une journée d'étude visant à "impliquer davantage
l'université algérienne dans le développement territorial"
se tiendra aujourd’hui à oran avec la participation d'une
centaine de chercheurs et étudiants, ont indiqué, hier, les
organisateurs. La manifestation scientifique, prévue au
Centre des conventions mohamed-Benahmed, a pour objectif "d'identifier les opportunités à même de renforcer
les actions stratégiques de développement local", a précisé
le professeur Khadidja guenachi, présidente du comité
d'organisation. "Formation supérieure, recherche scientifique et résilience socio-économique et environnementale
des territoires en développement" est le thème générique
de la rencontre initiée par le Laboratoire des risques industriels, technologiques et environnementaux (RITE) de
l'université d’oran, dirigé par le Pr guenachi. "Aujourd’hui, en Algérie comme ailleurs, les collectivités lo-
cales, les opérateurs socio-économiques et les structures
en charge de la formation se trouvent face à un défi : favoriser le développement durable", a-t-elle expliqué. Relever ce défi, a-t-elle ajouté, exige de "faire face aux
risques majeurs (catastrophes naturelles, technologiques
ou humaines), et de faire appel à la recherche et à l’innovation d’utilité publique, pour répondre aux préoccupations du pays et participer au bien-être du citoyen". Des
compétences nationales établies en Algérie ou à l'étranger
prendront part à la rencontre aux côtés de cadres des secteurs partenaires, à l'instar de la Direction du développement industriel et de la promotion de l'investissement. La
journée d'étude est placée sous l'égide de la Direction générale de la recherche scientifique et du développement
technologique (Dg-RSDT), relevant du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
jIjEL
Mille nouveaux architectes prêtent serment
mille nouveaux architectes ont
prêté serment, hier à jijel, lors d’une
cérémonie organisée à la maison de
la Culture omar-oussedik, sous
l’égide du Conseil national de l’ordre
des architectes. originaires de vingtcinq wilayas de l’est, du centre-est et
du centre du pays, les architectes ont
préalablement accompli un stage
théorique et pratique d’une durée de
18 mois, a-t-on indiqué. Le secrétaire
général du CnoA, mustapha Tibourtine, évoquant le choix de jijel pour
l’organisation de la cérémonie, a souligné que la capitale des Kotama a été
désignée dans le cadre de la décentralisation des activités du Conseil national des architectes. Il s’agit d’une
"prestation de régularisation, après la
recomposition de la famille du
CnoA", a-t-il encore affirmé.
Dimanche 27 Avril 2014
Le président du CnoA, Djamel
Chorfi, a lu, pour sa part, le contenu
d’une lettre adressée au Président de
la République, Abdelaziz Bouteflika,
lors de la tenue du congrès de cette
instance en juillet dernier à Alger. Un
autre membre du conseil, Abdelkrim
Louni, a présenté, à cette occasion,
une communication portant sur "La
responsabilité, la déontologie et
l’éthique" qui doivent présider à la
fonction d’architecte. La cérémonie
de prestation, organisée en présence
de responsables locaux, des nouveaux récipiendaires, ainsi que d’un
imam des Affaires religieuses, a
constitué un moment solennel dans la
grande salle de la maison de la Culture, notamment lorsque les futurs architectes ont répété en chœur qu’ils
exerceraient "dans le respect de l'in-
térêt public, s’engageant à faire leur
travail avec conscience et probité, et
à observer les règles contenues dans
la loi sur l'architecture et dans le code
des devoirs professionnels".
En marge de cette cérémonie, des
figures de proue de l’architecture algérienne, à l’image de Khaled Benboulaïd (décédé) et de noureddine
Sidhoum, premier président du
CnoA (décédé en mars dernier à Sidi
Bel-Abbès), ont été honorées à titre
posthume. Plusieurs nouveaux architectes ont exprimé leur joie et leur
fierté d’avoir prêté serment, après des
années d’études acharnées. Selon les
responsables du CnoA, des cérémonies similaires sont prévues à oran,
le 3 mai, et à Alger, à la fin du mois
prochain.
8
Nation
Négociations entre la direction
et les représentants des grévistes
GReve deS TRAvAiLLeuRS de COLAiTAL - BiRKhAdem
Afin d’éviter une pénurie de lait, on a pris nos dispositions pour réguler le marché d’Alger.
n a contacté la laiterie
fromagerie de Boudouaou afin d’acheminer une capacité de 200.000
litres/jour et la laiterie de Ain defla
qui peut acheminer 150.000 litres de
lait par jour sans compter les opérateurs privés qui peuvent contribuer à
la régulation du marché d’Alger», a
rassuré hier à Alger, menad Serradj,
président-directeur général de l’entreprise Colaital, Birkhadem.
Colaital, qui assure l’approvisionnement de toute la capitale, est entièrement paralysée depuis jeudi
dernier, par un débrayage d’une durée
indéterminée de l’ensemble de ses
employés. « nous sommes déterminés à poursuivre notre grève jusqu’à
l’obtention de nos droits », ont affirmé les salariés abordés hier, à
même la rue. ils ont pour principale
revendication, l’augmentation de
30% du salaire de base. une revendication qui avait fait l’objet d’une entente préalable entre le partenaire
social et la direction de l’entreprise,
mais qui, apparemment, n’a pas été
appliquée. La raison principale invoquée étant les moyens financiers limités de Colaital. C’est d’ailleurs le
constat fait par m. Serradj qui nous a
Ph. Nesrine T.
«O
leur poste vendredi dernier. Jusqu’à
maintenant, rien n’a été fait.» il a estimé que « les travailleurs doivent
prendre en considération la capacité
financière de l’entreprise », affirmant
que « l’administration est ouverte au
dialogue.»
Le secrétaire général du syndicat
du groupe Giplait, Ali Khelifi, a déclaré de son côté, qu’« après la réunion entre le syndicat et les
responsables, ces derniers ont proposé une augmentation de 10% du salaire de base.»
estimant que les salaires des travailleurs de Colaital Birkhadem sont
les plus bas, le partenaire social exige
une augmentation de 30% minimum
du salaire de base.
Grâce à la mise en place de la politique du renouveau rural, la production de lait cru se développe de plus
en plus, la collecte étant passée de
190 millions de litres en 2009 à 750
millions de litres à fin 2012.
Le nombre de laiteries qui font de
la collecte est passé, lui, de 88 en
2009 à 154 début 2013. Ce n'est pas
encore suffisant puisque la production nationale globale se situe entre
2,5 milliards à 3 milliards de litres.
Wassila Benhamed
reçus au siège de l’entreprise, et qui
a tenu à expliquer également qu’«
une commission paritaire a été installée il y a plus de deux semaines afin
d’examiner les points de la plateforme de revendications qui a été établie le 10 mars dernier. Sur les quatre
points examinés, trois ont été accep-
tés à l’exception de l’augmentation
du salaire de base.» et d’ajouter :
« On s’est réunis avec le partenaire
social, on voulait redynamiser la
commission paritaire sur les points
qui ont été déjà soulevés et on s’est
mis d’accord avec le partenaire social
afin que les travailleurs rejoignent
Le PdG de COLAiTAL :
"en dépit de l'illégalité de la grève, l'entreprise a engagé des négociations avec les représentants des travailleurs qui n'ont pas encore
rejoint leur poste de travail", a indiqué le directeur de Colaital, ajoutant qu'un mémorandum
commun a été signé vendredi entre l'administration et le syndicat portant poursuite du dialogue
et reprise immédiate du travail.
Selon m. Serradj, "la revalorisation des salaires des 520 travailleurs que compte l'entreprise
ne peut se faire d'une manière automatique car
« Le dialogue se poursuit »
elle dépend des moyens financiers de l'entreprise." il a souligné dans ce cadre que l'action de
la commission mixte regroupant le partenaire social et l'administration pour le règlement de tous
les points relatifs aux primes, à la régularisation
de la situation de certains travailleurs et la révision de la grille de salaires en fonction des
moyens financiers de l'entreprise a été relancée
le 10 mai dernier. Les négociations se poursuivaient hier après-midi entre "les représentants de
l'administration du groupe industriel des produc-
tions laitières (Giplait)" et l'administration du
complexe Colaital-Birkhadem et les représentants des travailleurs pour parvenir à une plateforme commune, a-t-on signalé.
Par ailleurs, le représentant du syndicat des
travailleurs de l'entreprise, Bousetta Yahia, a souligné que la grève se poursuivra jusqu'à la satisfaction de la principale revendication, à savoir, la
revalorisation des salaires et le règlement des 18
mois de reliquats des primes.
CLOTuRe du 4e SALOn du mediCAmenT A ORAn
Des opportunités de partenariat
La 4e édition du Salon international du médicament et des équipements médicaux (Simem), qui a pris
fin hier à Oran, a été marquée par un
intérêt manifeste pour la matérialisation d'accords de partenariat entre des
opérateurs économiques algériens et
étrangers dans ce domaine, a-t-on appris auprès des organisateurs. Le responsable de l'agence Krizalid,
mustapha Chaouche, a indiqué, que
ce Salon qu'abrite le Centre des
conventions mohamed-Benahmed
depuis mercredi dernier, a enregistré
des contacts et des discussions bilatérales, voire multilatérales pour la
matérialisation de projets de partenariat et d'investissement, en plus de la
promotion de divers produits. Les
discussions ont eu lieu en perspective
de signatures d'accords d'affaires et
de partenariat dans les jours et les semaines à venir, a ajouté le même responsable, soulignant que le Simem,
organisé pour la troisième fois consécutive à Oran, a constitué un espace
préalable à la concrétisation d'idées
et de projets nouveaux et une occasion pour un partenariat complémentaire entre des opérateurs algériens et
leurs homologues étrangers.
dans ce contexte, une entreprise
algérienne de fabrication d'articles et
d'appareils médicaux dont les blouses
et les outils et articles de protection
pour le personnel médical est en négociation avec une société turque de
production d'appareils médicaux
d'un autre genre, pour la commercialisation de produits algériens en Turquie. en contrepartie, la société
algérienne s'engage à assurer la commercialisation de produits de la société turque en Algérie. en
partenariat avec un opérateur espagnol spécialisé dans le développement
technologie des analyses
AnnABA
médicales, un opérateur algérien est
en pourparlers avec les représentants
d'établissements du secteur de la
santé en Algérie, pour la promotion
d'un appareil d'analyses intelligent,
capable de fournir des résultats
d'analyses organiques d'environ 131
indicateurs en 6 minutes, sans le recours à la méthode traditionnelle de
prélèvement du sang, selon m. Azzedine Belhabib, partenaire algérien
avec une entreprise espagnole. Selon
la même source, conçu avec les technologies de précision les plus sophistiquées, cet appareil constitue une des
meilleures inventions à l'échelle internationale dans le domaine médical.
un appareil considéré par les visiteurs, comme étant la nouveauté dans
cette édition. des contours se dessinent pour un accord de partenariat
entre des opérateurs algériens, pour
la réalisation d’unités de fabrication
d’équipements médicaux, sur la base
de la règle (51/49) relative à la loi sur
l’investissement en Algérie.
1res journées internationales sur le dépistage précoce
des lésions précancéreuses
Près de 1.400 femmes décèdent annuellement à
cause de la pathologie cervico-vaginale et vulvaire
cancéreuses. C’est ce qu’a révélé le Pr Boudriche
en marge des 1res journées internationales sur la pathologie cervico-vaginale et vulvaire qu’a abritées
vendredi et samedi, l’hôtel Golden Tulip Sabri de
Annaba avec la participation de deux cents praticiens. Ce rendez-vous scientifique aura permis aux
gynécologues obstétriciens en exercice et en formation de s’imprégner des techniques de dépistage de
cette pathologie dans la perspective de prendre en
charge les patientes, dès le début de la maladie. On
dénombre 300.000 décès par an à travers le monde,
mais les pays en développement sont les plus touchés par cette maladie à cause de l’absence de dépistage précoce chez les femmes, notamment les
jeunes, a insisté le Pr Jean Jacques Baldauf. L’Algérie n’est pas en reste puisque les opérations de dépistage de la pathologie cervico-vaginale ne
s’effectuent pas régulièrement et les lésions précan-
céreuses qui ne sont pas traitées dès le début, peuvent entraîner des complications graves. A l’issue
des travaux, les participants ont appelé à développer
la sensibilisation en direction des femmes, le cancer
du col de l’utérus est la deuxième pathologie après
le cancer du sein chez la femme. Ces journées médicales internationales sont organisées par la clinique Belle vue en collaboration avec la société
française de coloscopie et de pathologie cervico-vaginale.
B. Guetmi
dimanche 27 Avril 2014
EL MOUDJAHID
RenOvATiOn
du STAde
du 5-JuiLLeT
Tebboune appelle
au respect
des exigences
de qualité
et des délais
Le ministre de l'habitat, de l'urbanisme et de la ville, Abdelmadjid Tebboune, a appelé hier à Alger
au respect des exigences de qualité
et des délais de réalisation des travaux de rénovation du stade du 5Juillet.
Lors d'une visite d'inspection au
stade du 5-Juillet, m. Tebboune a
souligné "la mobilisation de tous
les moyens matériels et technologiques et l'utilisation de techniques
de pointe en vue de conférer à cette
infrastructure sportive une dimension internationale", précise un
communiqué du ministère.
inspectant les travaux de rénovation confiés à la société chinoise
CSCeC, le ministre a insisté sur la
nécessité pour cette entreprise de
respecter les exigences de qualité
et les délais de réalisation convenus et de veiller à la sécurité de
l'infrastructure.
Les travaux de rénovation du
stade du 5-Juillet ont démarré fin
mars dernier pour remplacer les
gradins dans un délai de 12 mois.
Le stade du 5-Juillet, d'une capacité de 70.000 places, a été inauguré le 17 juin 1972. un
effondrement partiel survenu le 21
septembre 2013 dans la partie supérieure des gradins, avait coûté la
vie à deux jeunes supporters lors
d'une rencontre du championnat
national de football.
1er COnGReS
mAGhReBin
de ChiRuRGie
LAPAROSCOPique
Une pratique
à développer
Les travaux du 1er congrès de la
Fédération maghrébine de chirurgie laparoscopique ont débuté hier
à Alger avec la participation de
spécialistes représentant l’Algérie,
la Tunisie, le maroc et la mauritanie.
Ce congrès se fixe pour objectif
d’échanger les expériences entre
les pays du maghreb en vue
d’améliorer les avancées réalisées
dans ce domaine, a indiqué le Pr
Bouzid Addad, président de la Société algérienne de chirurgie laparoscopique.
il a précisé que l’organisation
de ce congrès a pour objectif de
"servir le développement de la chirurgie laparoscopique, la promotion de la formation et de la
recherche".
La laparoscopie est l'examen interne des viscères avec une sonde
fine munie d'un système d'éclairage.
EL MOUDJAHID
Nation
« Quel avenir pour le livre ? »
CoNFERENCE Du DIRECTEuR Du HAuT-CoMMISSARIAT DE LA LANGuE ARABE :
9
L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger a organisé, hier, à la bibliothèque multimédia Pichon à Alger,
une rencontre littéraire portant sur le livre imprimé qui trouve difficilement sa place avec l’avènement du livre électronique,
à l’ère technologique et de l’explosion du savoir, sous le signe « Quel avenir pour le livre ? »
ette rencontre a été animée par l’auteur et directeur du Haut-Commissariat de la langue arabe, Azzedine
Mihoubi.
Azzedine Mihoubi a estimé de prime
abord que le livre imprimé reste le meilleur
ami de l’homme et qu’il ne perdra jamais sa
place auprès de ses fidèles : « Avec l’avènement du cinéma, tout le monde croyait que
le théâtre allait disparaître et avec l’avènement de l’internet, tout le monde prédisait la
disparition de la télévision et les résultats
sont là, le livre imprimé aura toujours sa
place, le livre électronique permettra seulement plus d’économie et moins de charge »,
soulignant que « La vraie question n’est pas
de savoir si les livres électroniques et audio
vont détrôner le livre imprimé, mais plutôt
comment faire pour qu’ils se complètent
dans une parfaite harmonie au service du savoir ».
Le conférencier relèvera qu’« il ya plus
de 150 millions de titres qui sont classés
comme produit de savoir portant sur la philosophie, littérature, science et tout ce qui
s’ensuit, sans parler des dizaines de milliers
de titres émanant des différentes organisations ». Il ajoutera que « le sujet s’impose
dans le bouleversement numérique que le
Ph : Nesrine
C
monde connaît, la question se pose quel avenir pour le livre ? Le livre c’est le savoir et
le savoir c’est la force et ce sont les nations
fortes qui ont leur mot à dire dans le développement dans tous les domaine, cela passe
ipso facto par l’industrie du livre ».
JouRNEE MoNDIALE DE LA PRoPRIETE INTELLECTuELLE
Pour célébrer la journée
mondiale de la Propriété intellectuelle, qui coïncide avec
le 26 avril de chaque année,
l’Institut national algérien de
la propriété industrielle
(INAPI) a organisé un
Workshop portant sur le fonctionnement du réseau de Centres d’appui à la technologie
et à l’innovation (CATI) hier,
à l’hôtel El Riadh de Sidi
Fredj, en présence de nombreux coordonnateurs des
CATI, venant de différentes
wilayas. A cette occasion, M.
Abdelhafidh Belmehdi, DG
de l’INAPI, a prononcé une
allocution dans laquelle il a
rappelé l’importance de ces
centres en matière de promotion de l’innovation technique,
notamment
en
permettant l’accès à des prestations locales de services
d’informations
technologiques de qualité et d’autres
services connexes. Il a ensuite
ajouté que la mise en réseau
des CATI permet de sensibiliser, de coordonner les efforts entre les universités, les
chercheurs et les entreprises,
en souhaitant vivement la valorisation des travaux de recherche et leur exploitation
par les entreprises économiques qui en expriment le
besoin. Dans ce contexte, le
DG de l’INAPI a rappelé la
conclusion en 2010 de la
convention cadre entre l’organisation mondiale de la
propriété
intellectuelle
(oMPI) et le ministère de
l’Industrie, portant mise en
place d’un réseau de Centres
d’appui à la technologie et à
l’innovation (CATI) en Algérie. Depuis cette date, a t-il
précisé, 24 CATI ont été installés au sein de plusieurs entreprises, universités et
pépinières d’entreprises à travers le pays, dont ceux
d’Adrar et de Mila, prévus
hier. Aujourd’hui, a ajouté
M. Belmehdi, place à l’ani-
Ph : Billal
L’innovation porteuse de développement
un autre enjeu a été abordé, celui de la
traduction des ouvrages, ce dernier permet
aux titres de passer au titre universel :
« Parmi les critères pour connaître un grand
écrivain et un best-seller mondial, figure le
nombre de langues dans lesquelles ses œu-
mation du réseau national des
CATI à travers le renforcement des liens entre les CATI
d’entreprises et ceux des universités. Sollicité par El
Moudjahid, en marge de cet
atelier, M. Mohamed Hadjouti, directeur des brevets
d’invention à l’INAPI, a indiqué que plus de 800 demandes de brevets sont
enregistrées annuellement par
nos services, dont 80% par
des étrangers. Durant l’année
2013, a-t-il ajouté, 118 demandes de brevets d’invention ont été enregistrés par
l’INAPI, la majorité des dépôts sont faits par des non résidents. Concernant la part
des algériens (20% restants),
M. Hadjouti a précisé que
70% des demandes sont faites
par des particuliers, notamment dans les secteurs de la
mécanique,
électronique,
construction, bâtiment ainsi
que la pharmacie, suscitant au
passage une foule d’interrogations quant à la faible
contribution des entreprises
nationales, publiques et privées, en matière de promotion
de l’innovation technique.
« Les entreprises, centres de
recherche et de développement, universités ne recourent
pas vraiment à la propriété industrielle pour protéger les
solutions qui permettent de
régler des problèmes dans la
pratique », a-t-il déploré, faisant dire à un participant,
coordinateur d’un CATI d’entreprise qu’il est aujourd’hui
nécessaire, voire indispensable, d’inculquer une véritable
culture de la propriété intellectuelle en Algérie, pour espérer booster l’innovation
technique.
Mourad A.
118 demandes de brevets d’invention
enregistrées en 2013 par l’INAPI
L’Institut algérien de la propriété industrielle (INAPI) a
enregistré 118 demandes de brevets d’invention durant l’année 2013, a indiqué Mohamed Amine Hadjouti, directeur des
brevets à l’INAPI.
Environ 80% de ces demandes sont faites par des étrangers essentiellement dans le cadre du traité international de
coopération en matière de brevets (PCT) dont l’Algérie avait
été membre en 2002, a précisé M. Hadjouti. Les dépôts sont
faits essentiellement par des particuliers ou des inventeurs
opérant à titre individuel.
vres sont traduites, il existe des auteurs dont
les ouvrages sont traduits dans plus de 160
langues. En Algérie, certains romanciers sont
traduits dans une quarantaine de langues et
c’est une bonne chose », explique le conférencier, ajoutant que « l’enjeu majeur aujourd’hui est le contenu de l’ouvrage, nous
vivons une explosion du savoir et le savoir
se multiplie chaque 18 mois, tandis qu’il se
multipliait chaque 10 ans dans les décennies
précédentes »
En citant l’exemple de l’académicien et
auteur italien umberto Eco, l’interlocuteur à
mis l’accent sur la nécessité d’avoir la certitude de l’information : « umberto Eco disait
que l’information est devenue accessible,
mais est-elle juste ? Il plaidait dans ses écrits
pour apprendre à la nouvelle génération
comment avoir la bonne information et c’est
l’enjeu de l’ère technologique dans laquelle
nous vivons ». L’interlocuteur a indiqué en
somme que le monde passe à une étape informatique multidimensionnelle, les grandes
nations diminuent l’usage du papier et investissent dans le domaine électronique et l’Algérie engage un ambitieux processus pour
informatiser progressivement ses institutions.
Kader Bentounès
RENCoNTRE DEMAIN A SIDI BEL-ABBES
L’éducation spirituelle chez
l’Emir Abdelkader
"L’éducation spirituelle chez l’Emir
Abdelkader et son impact sur la
conscience civilisationnelle" sera au centre
d’une journée d’étude qui se tiendra demain à Sidi Bel-Abbes. Au programme de
la rencontre organisée par le Centre culturel islamique, en coordination avec le laboratoire de recherches et des études
prospectives de l’université Djillali-Liabes
de Sidi Bel Abbes, figurent plusieurs communcations qui seront animées par des
universitaires de Mascara et de Sidi BelAbbes, selon la même source. Les communications abordent, entre autres",
"l’Emir Abdelkader dans les écrits des
orientalistes", "L’Emir Abdelkader et la tariqa El Kadiria", "le soufisme chez l’Emir
Abdelkader à travers son livre El Mawakif", "la conscience civilisationnelle chez
l’Emir Abdelkader: entre soufisme et résistance", "Tariqa El Kadiaria en Algérie:
présence et impact", selon le directeur du
Centre culturel islamique, Smaïl Neggaz.
Il est prévu en marge de la rencontre, une
cérémonie de récompense en l’honneur
des trois premiers lauréats du concours de
wilaya du prix "Emir Abdelkader" du
meilleur muezzin, organisé cette semaine.
Il s’agit du premier concours du genre au
niveau national, a-t-on souligné de même
source.
JouRNEE D’ETuDE A CoNSTANTINE
La dimension de l’amazighité
dans l’histoire de l’Algérie
La dimension de l’amazighité dans l’histoire de l’Algérie a été mise en exergue, hier
à El Khroub (Constantine), au cours d’une journée d’étude initiée par la fédération de
wilaya du Front des forces socialistes (FFS) à l’occasion du mois du patrimoine.
S’exprimant en marge de cette rencontre, le premier secrétaire national du FFS, Ahmed
Betatache, a estimé que l’amazighité est "partie intégrante de la composition identitaire
nationale".
Il a souligné, dans ce contexte, la "dimension maghrébine et nord africaine de la
culture amazigh à travers l’histoire", précisant que l’amazighité a "contribué dans une
large mesure à l’édification de la civilisation humaine".
Il a également considéré que le printemps amazigh a joué un "rôle prépondérant dans
le renforcement du mouvement démocratique en Algérie".
Dans une communication intitulée "Les pharaons d’origine libyque", le Dr Hocine
Taoutaou, archéologue, a retracé le cheminement de Chechnaq 1er, un prince libyen originaire de la tribu des Maâchaouch, dans la région de Cyrénaïque (un territoire faisant
aujourd'hui partie de la Libye) qui avait fondé la 22e dynastie des pharaons pour régner
sur l’Egypte ancienne pendant 21 ans (de -945 à -924 avant JC).
Selon le conférencier, deux pharaons de cette dynastie dont l’origine remontait à un
peuple qui vivait sur un vaste territoire géographique d’Afrique du nord qui s’étendait
du Nil jusqu’aux Iles Canaries, en Espagne, ont régné sur l’ancienne Egypte pendant
deux siècles au moins.
La rencontre a réuni, au centre culturel M’Hamed-Yazid d’El Khroub, des historiens,
des archéologues et des chercheurs.
Dimanche 27 Avril 2014
Nation
10
Une moudjahida qui a tant donné
EL MOUDJAHID
EVELINE SAFIR-LAVALETTE EST DECEDEE
La famille révolutionnaire se rétrécie en perdant l’une des siennes qui a tant donné pour l’Algérie. Eveline Safir-Lavalette, cette moudjahida pétrie des valeurs
du 1er Novembre 1954 et de nationalisme, s’est éteinte, hier, à l’âge de 87 ans.
C
ette moudjahida, issue d’une
famille européenne vivant en
Algérie depuis trois générations, a rejoint en 1955, les rangs de
l’Armée de libération nationale, a
épousé la cause nationale, s’engageant
ainsi pour la souveraineté de l’Algérie, côte à côte avec Benkhedda,
Abane, Krim Belkacem, Ben M’hidi,
et bien d’autres valeureux chouhada
et moudjahidine qui ont marqué l’histoire de notre pays. Dès son jeune âge
elle portait en elle un idéal et elle
était déterminée à mettre tout en œuvre
pour l’accomplir.
La défunte a grandi à Rouiba. Elle
adhéra, en 1951, à l’Association de la
jeunesse algérienne pour l’action sociale (AJAAS), à travers laquelle elle
mènera des actions de solidarité en faveur de populations rurales qui vont lui
permettre de découvrir les conditions
précaires dans lesquelles vivaient ces
dernières.
Elle participa, en 1956, à l’impression du 1er numéro du journal El Moudjahid et assura également la
transcription du communiqué final du
Congrès de la Soummam, de l’Appel à
AIN-DEFLA
113e ANNIVERSAIRE
DE L’INSURRECTION DES TRIBUS
DE RIGHA
Aïn-Torki, ex-Marguerite,
se souvient toujours
H
ier à Tizi-Ouchir, à l’endroit même, tout près du mausolée de
Sidi Bouzar, où 113 années auparavant des Algériens ont décidé de se révolter contre l’ordre colonial, l’emblème national
a été hissé au son de qassaman et la lecture de la Fatiha a été récité en
leur mémoire. Accompagnant le wali d’Ain-Defla, élus, moudjahidine,
représentants de la société civile, habitants de la région venus en grand
nombre se sont tous réunis près de la stèle commémorant ce souvenir.
Le « Menfi », le banni et tous les autres ne sont pas revenus, morts
loin de leur Algérie, mais leurs petits-enfants sont là, ils sont venus,
d’autres enfants de cette Algérie indépendante sont venus, ils sont tous
revenus comme à chaque commémoration pour leur rendre hommage
et prier pour eux…
Un douloureux souvenir qui représente une des étapes de la prise
de conscience, une des étapes qui a dévoilé le véritable visage du colonialisme et qui inéluctablement aura pavé la voie à la glorieuse Révolution de Novembre, le souvenir de ces montagnards réduits à la
mendicité après avoir été spoliés de leurs terres, soumis à l’impôt pour
chaque caprin ou ovin et même pour chaque escapade de l’une de leurs
bêtes sur un champ voisin…
A lui seul un colon a bénéficié de 1.600 ha de terres. Une concession à vie de terres hautement fertiles accordée non seulement aux colons français venus notamment d’Alsace-Lorraine mais également à
tout européen pour asseoir cette domination coloniale et répondre à
une stratégie d’occupation de l’espace et la création d’un équilibre
entre les colonies de peuplement et les indigènes. Dans son ouvrage
sur la guerre et l’état colonial, l’historien français Olivier le Cour
Grand Maison relève ce fait des populations arabes dépossédées de
leurs biens et réduits en loques humaines, écrasés par taxes et impôts.
« Le déclin démographique de « l’élément arabe » était considéré
comme bénéfique sur le plan social et politique, car il réduisait avantageusement le déséquilibre numérique entre les indigènes et les colons ». C’est dans ce contexte qu’éclata l’insurrection des 27 tribus de
Righa. Le 22 avril 1902, c’est la rencontre entre les chefs des différentes tribus au lieudit Tizi Ouchir au niveau d’un mausolée. Mohamed Yâacoub, M’Hamed Bourbiza, Talbi Miloud, Othmane M’Hamed
et Abdellah El-Hirti entres autres relèvent les historiens se décident à
passer à l’action. Le 26 avril, un vendredi, jour de la grande prière,
l’insurrection éclate, des colons et un cantonnement militaire sont ciblés. Passé le moment de surprise, la répression s’avère féroce.
Le principe de responsabilité collective de punir tout un village,
toute une région, pour l’infraction d’un de ses membres prouve alors
toute l’étendue de sa sauvagerie et de son iniquité. Appelée en renfort,
la garnison militaire basée à Miliana met la région à feu et à sang. 187
insurgés sont arrêtés. En deux mois un simulacre de procès, qui s’est
déroulé au niveau de la cour d’assises de Montpellier, en France,
conforte pour ainsi dire l’ordre colonial établi, évacuant de fait le fond.
85 déportations sont prononcées. Cheikh Yâacoub et les siens finiront
leur vie loin des leurs, assignés à vie dans les bagnes de Cayenne en
Guyane française et de Nouvelle Calédonie. L’insurrection des Righa,
une de ces nombreuses pages de la résistance du peuple algérien.
Une résistance et une lutte qui n’ont jamais cessé, le peuple algérien n’ayant jamais abdiqué. Une résistance qui, logiquement, inéluctablement, devait déboucher sur une Révolution, un 1er novembre de
l’année 1954, une grandiose Révolution allait fasciné le monde entier
en chassant le colonialisme pour rendre au peuple algérien sa liberté
et sa dignité. « Dites à ma mère de ne pas pleurer, Ya El-Menfi, son
fils ne reviendra pas » cette complainte du « Menfi », du banni, a traversé les années comme un fil d’Ariane qui ne s’est jamais coupé, une
mèche allumée dès les premiers pas de la soldatesque coloniale sur
cette terre d’Algérie, une mèche qui allumera le détonateur de Novembre.
A. M. A.
la grève des étudiants, ainsi que de la
Lettre du chahid Zabana à ses parents,
avant d’être guillotiné, en juin de la
même année. L’auteur de Juste Algérienne, une autobiographie retraçant
son parcours militant au sein du Front
de libération nationale et des institutions officielles du pays, activait en tant
qu’agent de liaison. Elle était chargée
de remettre ainsi des documents, d’héberger des moudjahidines et de l’impression de tracts.
Son parcours nationaliste et ses activités seront interrompus après son arrestation le 23 novembre 1956 par la
police française, à Oran. La jeune militante catholique, qui a participé à la
fabrication et la diffusion du premier
d’El Moudjahid, a été torturée, avant
d’être jetée en prison. Elle sera jugée et
incarcérée successivement à Oran, ElAsnam et El-Harrach. Une fois libérée,
elle s'installa provisoirement en France,
sous une fausse identité. Un séjour qui
sera de courte durée, suite aux intimidations et menaces de mort proférée
contre elle par des groupes extrémistes
appartenant à La Main rouge, ancêtre
de l’OAS. Elle s’exila, pendant deux
ans, en Suisse, puis regagna l’Algérie,
à l’indépendance. Elue à l’Assemblée
constituante, puis à la première Assemblée nationale en 1964, elle a participé
à l’étude et la mise en place du système
éducatif. En 1967, elle épousa le journaliste Abdelkader Safir et mena,
jusqu’à sa retraite, une carrière au ministère du Travail, d’abord comme
conseillère avant d'occuper le poste de
directrice de l’Action sociale à Médéa,
jusqu’à la fin des années 70.
Retraitée, elle s’installe à Benchicao, à l’est de Médéa, avec son défunt
époux, doyen des journalistes algériens, puis déménagea, pour des raisons
sécuritaires, à Médéa, à partir de 1993
où elle passa le restant de sa vie.
La moudjahida a été enterrée, hier,
au cimetière chrétien d’El Madania.
Eveline La valette est partie, mais l’histoire retiendra qu’elle fût parmi ces
moudjahidate qui ont sacrifié leur jeunesse pour que vive l’Algérie libre et
indépendante, et qui ont toutes ce
même objectif et les mes idéaux pour
se rejoindre dans leur attachement au
pays.
Samia D.
Un témoignage édifiant sur les atrocités du système colonial
LES ALGERIENNES DU CHATEAU D’AMBOISE
U
ne rencontre a été organisée vendredi soir au Centre culturel algérien (CCA) à Paris autour de
l’ouvrage Les Algériennes du Château
d’Amboise d’Amel Chaouati, qui nous renseigne sur les conditions sanitaires déplorables imposées aux membres de la famille
de l’émir Abdelkader en captivité en
France et surtout sur les atrocités du système colonial contre les Algériens L’ouvrage en question consacré à l’émir
Abdelkader et à la famille de ce chef spirituel et militaire, héros de la résistance coloniale, dont les écrits constituent dans la
mémoire collective les fondements de
l’Etat moderne algérien, aborde surtout, un
pan occulté de l’histoire de ce valeureux
guerrier. Celle-ci va au-delà de la dimension du héros de guerre et penseur soufi,
pour dévoiler le versant humain de sa personnalité, celle d’un homme qui voulait
sauver les siens d’une mort certaine, suite
aux nombreuses années de captivité et de
privation de liberté, imposée par la France
coloniale. En décembre 1848, après des
combats courageux et acharnés contre l’armée française, l’émir Abdelkader se retrouve en captivité, lui et toute sa famille
composée de quatre-vingt-dix-sept personnes dont vingt et une femmes, quinze
enfants et de nombreux nourrissons, en
France, où ils seront enfermés après une
traversée très éprouvante. Durant près de
cinq ans, soit trois mois à Toulon, sept mois
à Pau puis quatre ans au château d’Amboise, jusqu’à leur libération en 1852 où
l’émir, et ce qui resta de sa suite, allaient
s’exiler en Turquie avant de se rendre à
Damas, l’enfermement fut loin d’être une
villégiature, mais un véritable mouroir, où
périrent vingt-cinq membres de la famille
de l’émir, particulièrement des femmes et
des enfants en bas âge. L’auteur de l’ouvrage, psychologue de formation, a mis
sept ans pour réunir les matériaux nécessaires à ce travail de recherche inédit pour
revenir sur les traces de cet exil forcé et
douloureux imposé à l’émir et sa famille,
en épluchant les archives, parcourant les
villes, enchaînant les voyages et les rencontres, interrogeant des sources édifiantes
pour reconstituer ces fragments de vie.
Les souffrances endurées par ces femmes
qui furent arrachées brutalement à leurs familles, leur pays, pour se retrouver transplantées dans des lieux qui leur sont
totalement étrangers où elles furent recluses, et impuissantes, vu leurs enfants
périrent, a particulièrement capté l’intérêt
de Amel Chaouati.
Rendre hommage
à ces oubliées de l’histoire
Dans son désir de rendre un hommage
particulier à ces oubliées de l’histoire, l’auteur interpelle la mémoire collective et appelle au devoir de transmission de
l’histoire pour que nul n’oublie ces femmes
dont l’équilibre psychique et la santé physique furent sérieusement affectés et qui
pour beaucoup, payèrent de leur vie et de
celle de leurs enfants en bas âge, nés pour
la plupart en captivité. Ces femmes avaient
compris aussi qu’il fallait apprendre à survivre, à préserver leurs traditions de
femmes arabes et musulmanes. Les prières,
le ramadhan, les fêtes de l’Aïd, rythmaient
le passage des années, marquées par un cli-
mat rude, l’exil, les séparations, et les
deuils fréquents. Puisant dans ses souvenirs et ses émotions, ou ses nombreuses
rencontres, citant des passages de documents précis (rapports d’inspection, lettresà) ou des passages de livres sur l’émir
Abdelkader, Amel Chaouati, révèle que
l’emprisonnement de l’émir Abdelkader et
sa suite par la France coloniale fut traumatique pour tous et d’une violence psychologique importante. Se présentant comme
un journal de bord relatant la genèse et le
déroulement des investigations de l’auteur,
Les Algériennes du château d’Amboise, démontre que la situation géographique et la
rareté des visites avaient aggravé leur isolement. Les épreuves causées par la mort
de plusieurs personnes, les conditions de
leurs inhumations, la longue durée d’enfermement, ont été source de crise de folie et
de nombreuses maladies somatiques pour
les femmes plus que pour les hommes, rapporte l’auteur s’appuyant sur les archives
recueillies durant des années. "En écrivant
ce livre, j’ai voulu rendre un hommage à
ces oubliées de l’histoire, et compléter
celui rendu par le plasticien algérien Rachid Koraichi", a confié Amel Chaouati au
public.
Celui-ci, a-t-elle dit, avait créé dans le
parc du château d’Amboise "Le jardin
d’Orient", une installation cimetière, redonnant une individualité aux vingt-cinq personnes de la suite de l’émir enterrées dans
une fosse commune, dont la mort n’avait
jamais été enregistrée sur les registres
d’état-civil, mais dont témoignait une stèle
érigée en 1853 par les habitants d’Amboise.
Hommage des amis et compagnons de lutte de Taleb Abderrahmane
ALGERIE-FRANCE
Des amis et compagnons de lutte de Taleb Abderrahmane,
guillotiné par l'armée française le 24 avril 1958, ont rendu hommage, hier à Alger, à l’un des symboles de la Bataille d’Alger, lors
d'une cérémonie de recueillement sur sa tombe au carré des Martyrs du cimetière El-Alia. Lors de cette cérémonie, Nabil Adjouri,
un ami de la famille du martyr, a relevé le sacrifice "suprême"
consenti par Taleb Abderrahmane au service de l’indépendance
de l'Algérie, lequel sacrifice, a-t-il observé, doit être un "exemple"
pour la jeunesse algérienne. "J’espère que beaucoup de jeunes
s’inspireront de son parcours", a-t-il dit, allant dans le sens du président de l’association des "Amis de la rampe Louni-Arezki",
Lounis Aït-Aoudia qui espère que la jeunesse "s’imprègne" de cet
exemple et qu’elle n’en "oublie jamais" le sens. Abdelmadjid
Azzi, Ahmed Bennai ainsi que Salima Bouaziz, d’anciens moudjahidine, des chercheurs en histoire et des intellectuels ont, également, assisté à cet hommage à Taleb Abderrahmane, soulignant
le "courage" et "l'abnégation" de celui qui fût surnommé le "chimiste" de la guerre de Libération. Né le 5 mars 1930 à la Casbah
d’une famille originaire d’Azzefoun (Tizi-Ouzou), Taleb Abderrahmane était étudiant en chimie à la faculté d’Alger lorsqu’il décida de rejoindre le maquis en 1956. Il avait 28 ans lorsqu’il eut
la tête tranchée à l’aube de ce 24 avril 1958.
La commémoration du 57e anniversaire de la bataille de Fellaoucene, haut fait de la guerre de Libération nationale, a donné
lieu, hier, dans la commune d’Aïn Fettah (daïra de Fellaoucene),
à de nombreuses activités dont des inaugurations et des baptisations. Les autorités locales civiles et militaires, accompagnées de
moudjahidine, fils de chahids, élus locaux, ont inauguré une stèle
commémorative de cette bataille sur les lieux de son déroulement,
en l’occurrence les monts de Traras, en présence d'une foule nombreuse d’habitants de la région. La délégation officielle a ensuite
inauguré une école primaire baptisée au nom du chahid du devoir
national, Mustapha Ghouti, assassiné durant la décennie noire,
avant de baptiser le stade communal au nom du chahid Neggaz
Mohamed dit "Si El Hadj".
Les festivités ont également donné lieu à une exposition de
photos de chahid de la guerre de Libération nationale au niveau
de la maison de jeunes de la commune où une conférence sur
l’histoire de cette bataille a été animée par le docteur Nasreddine
Bendaoud. L’occasion a permis également aux autorités locales
d’honorer une dizaine de moudjahidine.
La bataille de Fellaoucene a été déclenchée le 20 avril 1957
sur les monts Bekhoukha et El Manchar (monts des Traras). Cinq
jours durant, 155 moudjahidine ont tenu tête à des centaines de
militaires français appuyés par l’aviation et ont fait subir à l’ennemi de lourdes pertes. Du côté de l’Armée de libération nationale
(ALN), une trentaine de chahids sont tombés au champ d’honneur.
Commémoration du 57e anniversaire de la bataille de Fellaoucene à Tlemcen
Dimanche 27 Avril 2014
Economie
Le FCE organise une rencontre-débat
EL MOUDJAHID
Procedures de Passation des marches Publics
Le décret présidentiel n° 13-03 du 13 janvier 2013 modifiant et complétant le décret présidentiel n° 10-236 du 7
octobre 2010 portant réglementation des marchés publics promulgué en matière de réglementation des marchés
publics a introduit une série de modifications au code régissant les marchés publics, en 2011 et début 2012.
es derniers seront relayés par
d’autres aménagements dans
le souci d’adapter les textes
aux exigences de la conjoncture.
les nouvelles dispositions ont essentiellement concerné les services
contractants, administrations centrales et locales, établissements publics et entreprises publiques
économiques. a ce titre, il est spécifié que « les entreprises publiques
économiques et les établissements
publics, lorsqu’ils ne sont pas soumis aux dispositions du présent décret », conformément aux
dispositions nouvelles, « sont tenus
de l’adopter et de le valider respectivement, par leurs organes sociaux
et leurs conseils d’administration
sauf dans ses dispositions relatives
au contrôle externe ». dans ce cas
précis, le cPe, pour les entreprises
publiques économiques, et le ministre de tutelle pour les établissements
publics, doivent mettre en place un
dispositif de contrôle externe de
leurs marchés. le conseil des Participations de l’etat et le ministre de
tutelle, dans le cadre de leurs prérogatives respectives, peuvent, en cas
de besoin, « déroger à certaines dispositions du présent décret ». aussi,
les contrats passés entre deux administrations publiques ne sont pas
soumis aux dispositions du décret.
selon les amendements apportés à
la loi, les établissements publics, à
caractère
non
administratif,
« lorsqu’ils réalisent une opération
qui n’est pas financée, totalement
ou partiellement, sur concours temporaire ou définitif de l’etat, sont
tenus d’adapter leurs propres procédures à la réglementation des marchés publics et de les faire adopter
C
par leurs organes habilités ». dans
pareil cas, « le ministre de tutelle
doit établir et approuver un dispositif de contrôle externe de leurs marchés ». le nouveau décret souligne
également que « les entreprises publiques économiques ne sont pas
soumises au dispositif de passation
des marchés prévu par le présent
décret », et qu’elles sont, « toutefois, tenues d’élaborer et de faire
adopter, par leurs organes sociaux,
des procédures de passation de marchés, selon leurs spécificités », sur
la base « des principes de liberté
d’accès à la commande, d’égalité de
traitement des candidats et de transparence ». les ePe demeurent
néanmoins, « soumises aux
contrôles externes prévus par la loi
au titre des attributions dévolues
aux commissaires aux comptes, à la
cour des comptes et à l’inspection
générale des finances ». dans ce
contexte, le Fce organise mardi
prochain, une rencontre débat au-
tour des procédures de passation
des marchés publics. un thème qui
permettra de livrer des éclairages
sur « les enjeux que représentent les
marchés publics pour les entreprises ». le code des marchés a
connu, en fait, « plusieurs remaniement au cours de la décennie écoulée à tel point qu’il est devenu
difficile de faire la distinction entre
les procédures anciennes et nouvelles, celles qui ont été abrogées et
réintroduites de nouveau » arguent
les organisateurs de l’atelier. Par
conséquent, « il est absolument nécessaire pour les chefs d’entreprises
de savoir quels sont les cas précis
susceptibles de poursuites judiciaires, les principes de transparence et de concurrence déloyale ou
les clauses des cahiers des
charges ». l’atelier donnera l’opportunité aux experts d’aborder
deux autres volets inhérents à la répression de la corruption et dépénalisation de l’acte de gestion. le
matieres Premieres
ministre des Finances, m. Karim
djoudi a déclaré, que les dispositions introduites dans le code des
marchés publics, étaient censées
mettre un terme aux « blocages »
rencontrés par les entreprises publiques économiques, et à la « lourdeur » qui caractérisaient les
anciennes procédures en matière de
passation des marchés. il avait indiqué, que les ePe pouvaient, en fait,
« fixer leurs propres règles » en la
matière, « et de voir avec leurs organes sociaux la mise en place de
ces pratiques au niveau de leurs institutions ». « les facilitations procédurales apportées par ce projet de
texte permettront aux dirigeants
d’entreprises publiques économiques d’évoluer dans un environnement favorable et de mieux
assurer les charges qui leur incombent avec un maximum de garanties
d’efficacité », notait, dans ce sens,
un communiqué du conseil des ministres. est-il utile de rappeler que
le nouveau code des marchés publics prévoit la création de trois
nouvelles commissions des marchés publics ainsi qu’une commission par département ministériel,
dotée des mêmes prérogatives que
celles dont est investie la commission nationale des marchés publics.
le dispositif prévoit également la
création d’un observatoire de la
commande publique avec cette mission qui consiste à recenser et analyser les données économiques
inhérentes aux marchés publics. il
s’agira d’ « un outil statistique, de
suivi et de gestion mais aussi de
contrôle des marchés publics », a
précisé m. Karim djoudi.
D. Akila
De nouveau focalisées sur la situation en Ukraine
l
es prix des matières premières ont suivi un
parcours en montagnes russes la semaine
dernière, ballottées au gré des informations
et inquiétudes sur la situation en ukraine, dans
une semaine marquée par l’absence de nombreux
investisseurs en raison d’un jour férié au
royaume-uni pour les fêtes de Pâques. les cours
du pétrole ont fini la semaine sur une note baissière dans le sillage des marchés d’actions, les investisseurs faisant preuve de prudence face à la
montée des tensions en ukraine. a londres, le
baril de brent de la mer du nord pour la même
échéance a terminé à 109,58 dollars sur l’intercontinental exchange (ice), contre 109,53 dollars
une semaine plus tôt. le baril de «light sweet
crude» (Wti) pour livraison en juin sur le new
York mercantile exchange (nymex) a fini à
100,60 dollars contre 104,30 dollars le vendredi
précédent.
les prix des matières premières alimentaires
ont dans l’ensemble connu une semaine de
hausse, surtout pour le café et le sucre, marquée
par l’absence de nombreux opérateurs lundi en
raison de Pâques, qui a vu la place londonienne
rester fermée. les cours du sucre ont poursuivi
leur progression, les nouvelles en provenance du
brésil ont fait grimper les cours, un mouvement
alimenté par la publication mercredi par unica, le
principal groupement d’industriel du secteur du
sucre au brésil, de prévisions d’une baisse de la
production pour la saison 2014-2015. le brésil
est le premier pays producteur et de loin le premier exportateur au monde. cette baisse attendue
est essentiellement due à la sécheresse qui a
frappé les plantations au plus fort du développement de la canne. a londres, la tonne de sucre
blanc pour livraison en août valait 479 dollars,
contre 469,60 dollars le 17 avril. a new York, la
livre de sucre brut pour livraison en juillet valait
17,91 cents, contre 17,60 cents huit jours auparavant. les prix du café sont repartis à la hausse, le
robusta côté à londres grimpant même mercredi
à 2.199 dollars la tonne, au plus haut en six semaines, et l’arabica à new York jeudi à 219 cents
la livre, un nouveau sommet depuis mi-février
2012.
les cours ont déjà fortement monté depuis le
début de l’année, du fait d’inquiétudes liées à la
sécheresse au brésil (en janvier et février, des
mois habituellement pluvieux) et d’une épidémie
de rouille (un champignon parasite) qui touche les
feuilles des caféiers en américaine centrale. sur
le liffe de londres, la tonne de robusta pour livraison en juillet valait 2.156 dollars vendredi,
contre 2.086 dollars le jeudi 17 avril. sur le ice
Futures us de new York, la livre d’arabica pour
livraison en juillet valait 211,15 cents, contre 191,
80,70 cents huit jours auparavant. Pour ce qui est
du cacao, les cours ont évolué en dents de scie,
montant mardi à londres à un sommet en trois semaines, avant de tomber jeudi à 2.960 dollars, leur
niveau le plus faible en deux semaines et demi.
a londres, la tonne de cacao pour livraison en
juillet valait 1.857 livres sterling, comme le jeudi
de la semaine précédente. a new York, la tonne
pour livraison en juillet valait 2.973 dollars, contre
2.984 dollars huit jours plus tôt. Par ailleurs, les
prix du blé et du maïs ont progressé cette semaine
à chicago, dopés par l’escalade des tensions en
ukraine et des conditions météorologiques défavorables aux etats-unis. le soja a reculé, malgré
un léger rebond vendredi. d’autre part, le manque
de pluies aux etats-unis pour le blé à l’ouest du
pays, et la prévision de trop fortes précipitations
pour le maïs, plus à l’est, ont accentué la tendance
haussière portant les cours de ces deux céréales.
le boisseau de blé pour la même échéance a clôturé à 7,0825 dollars contre 6,9900 dollars jeudi
dernier (+1,32%). le boisseau de maïs (environ
25 kg) pour livraison en juillet, désormais le plus
vendu, a fini vendredi à 5,1275 dollars contre
5,0050 dollars jeudi dernier (+2,45%). les marchés financiers étaient restés fermés vendredi dernier en raison d’un jour férié. le boisseau de soja
également pour livraison en mai a terminé vendredi à 14,9425 dollars contre 15,0225 dollars la
semaine dernière (-0,53%). les métaux précieux
ont de nouveau été ballottés au gré inquiétudes
liées à la situation en ukraine qui reprenaient le
dessus.
sur le london bullion market, l’once d’or a
terminé à 1.301,25 dollars vendredi, contre 1.299
dollars le jeudi de la semaine précédente, en raison
d’un jour férié au royaume-uni. l’once d’argent
a clôturé à 19,66 dollars, contre 19,62 dollars il y
a huit jours. les métaux industriels échangés sur
le london metal exchange (lme) ont dans l’ensemble été orientés à la hausse lors d’une semaine
d’échanges écourtée en raison d’un jour férié
lundi au royaume-uni, qui a tout de même vu le
nickel inscrire un nouveau plus haut en 14 mois.
sur le lme, la tonne de cuivre pour livraison dans
trois mois s’échangeait à 6.766,25 dollars vendredi, contre 6.648 dollars le jeudi de la semaine
précédente, l’aluminium valait 1.856 dollars la
tonne, contre 1.875,50 dollars, le plomb valait
2.162,75 dollars la tonne, contre 2.143 dollars,
l’étain valait 23.700 dollars la tonne, contre
23.445 dollars, le nickel valait 18.409 dollars la
tonne, contre 18.000 dollars, le zinc valait
2.060,50 dollars la tonne, contre 2.071,50 dollars.
l’agence de notation Fitch a relevé vendredi
la note attachée à la dette de l’espagne d’un cran,
à ‘bbb+’, soulignant que les risques associés au
pays « ont diminué » depuis le pic de tension atteint en 2012. cette note équivaut à l’évaluation
donnée à un émetteur de qualité moyenne, en
mesure de faire face à ses obligations. l’agence
accompagne cette note d’une perspective « stable », ce qui signifie qu’elle n’envisage pas de la
modifier dans les prochains mois. « les risques
associés à la solvabilité de l’espagne ont diminué
depuis que sa note souveraine avait été abaissée
à ‘bbb’ en juin 2012 », écrit Fitch dans un communiqué, soit quelques jours avant l’octroi d’une
aide européenne pour ses banques. « les conditions de financement se sont améliorées, les perspectives économiques sont plus sûres et le risque
que les banques espagnoles représentent un fardeau supplémentaire pesant sur la dette souveraine ont diminué », écrit l’agence. Fitch
souligne également le « solide » effort fourni par
l’espagne pour réduire son déficit public, qui
avait explosé jusqu’à 11% du Pib en 2009 et a
été ramené, sans compter l’aide aux banques, à
6,6% du Pib fin 2013, en ligne avec l’objectif
fixé avec bruxelles (6,5%). « le bilan budgétaire
de l’espagne sur les deux dernières années a été
solide, selon nous », écrit l’agence. « les ré-
formes économiques structurelles du marché du
travail, du système de retraite, du cadre budgétaire et du secteur financier qui ont été mises en
place par les autorités depuis le début de la crise
ont amélioré la perspective à long terme de la
dette souveraine espagnole », ajoute-t-elle.
le ministère espagnol de l’economie a rapidement exprimé sa satisfaction dans un communiqué : « l’agence Fitch est la deuxième parmi
les plus grandes, après moody’s en février, à
améliorer la note de la dette espagnole ». « nous
estimons que ces avancées sont très positives,
surtout la reconnaissance de l’engagement du
gouvernement pour les réformes », écrivait-il.
notation
Fitch relève la note de l’Espagne
dimanche 27 avril 2014
imPortations
de Produits
Pharmaceutiques
11
Hausse de 19,02% au
premier trimestre
l
es importations de l’algérie de produits pharmaceutiques ont augmenté de 19,02% au premier trimestre 2014 à 514,9 millions de dollars
(usd), dopées par la hausse des importations des médicaments à usage humain et des produits parapharmaceutiques, a-t-on appris auprès des douanes
algériennes. au premier trimestre 2013, la facture des
importations de l’algérie de produits pharmaceutiques a atteint 432,62 millions de dollars (usd).
en revanche, les quantités globales des produits
pharmaceutiques importées, ont reculé de 36% au
premier trimestre 2014 à 5.361 tonnes durant les trois
contre 8.389 tonnes à la même période de 2013, a indiqué le centre national de l’informatique et des statistiques (cnis) des douanes. la valeur des
médicaments à usage humain, qui ont représenté durant ce trimestre 95,51% des importations globales
des produits pharmaceutiques, a été estimée à près
de 491,8 millions usd contre 412,46 millions usd durant la même période de comparaison, en hausse de
19,23%, selon les chiffres du cnis obtenus par
l’aPs. la facture des médicaments à usage humain
reste toujours la plus importante des importations algériennes en produits pharmaceutiques. les quantités
importées des médicaments à usage humain sont passées de 7.987 tonnes à 4.944 tonnes, en baisse de plus
de 38% au premier trimestre 2014 par rapport à la
même période de l’année dernière. les importations
des produits parapharmaceutiques ont enregistré une
augmentation en valeur de 26,9% durant le 1er trimestre 2014 par rapport à la même période de 2013,
totalisant 16,83 millions usd contre 13,26 millions
usd. Pour les médicaments à usage vétérinaire, les
achats de l’algérie de l’étranger ont reculé de 9,07%
au 1er trimestre de l’année en cours, s’établissant à
6,27 millions usd contre 6,89 millions usd. la production locale, qui représente actuellement 36% du
marché national, devrait atteindre 65% en 2015,
selon les prévisions des professionnels qui estiment
que le potentiel pharmaceutique national actuel permet d’atteindre cet objectif. afin de réduire la facture
des médicaments importés et garantir une couverture
sanitaire globale à moindre coûts, les autorités publiques se sont engagées à atteindre un taux de production locale de 70% dans les prochaines années.
le marché national du médicament est estimé à
plus de 2,5 milliards de dollars, dont 1,85 milliard
dollars d’importation et le reste de production locale,
dont 84% reviennent au secteur privé et 16% au public.
en 2013, les importations algériennes en produits
pharmaceutiques ont atteint 2,28 milliards usd en
2013 (+1,96%), alors que les quantités ont reculé de
6,74% pour totaliser 33.389 tonnes par rapport à
2012.
disPositiF anseJ a adrar
Financement
de 248
micro-entreprises
248 micro-entreprises ont été financées dans
la wilaya d’adrar durant le premier trimestre de
l’année en cours par le biais du dispositif de
l’agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes
(anseJ), a-t-on appris des responsables de cet organisme local. Figurant parmi 367 dossiers déposés au niveau de l’antenne locale de l’anseJ, ces
micro-entreprises ont généré 720 emplois permanents, a indiqué son directeur, hiri bouhafs. le
secteur de l’agriculture a eu la part du lion avec
63 dossiers financés grâce aux mesures incitatives
préconisés par l’etat dans ce domaine, notamment
dans le cadre de la concession agricole qui a suscité un engouement chez les jeunes, a-t-il précisé.
dans le même cadre, 62 micro-entreprises ont été
financées dans le secteur de l’artisanat, 48 dans le
transport, 36 dans les services, 35 dans le bâtiment
et trois dans l’industrie, a ajouté m. bouhafs.
cinq ateliers mobiles ont été financés dans plusieurs spécialités professionnelles, à l’instar de
l’activité de maintenance des équipements de climatisation.
les responsables de l’anseJ ont encouragé
les jeunes à la création de micro-entreprises dans
des activités productives afin de les impliquer
dans la production locale, a souligné ce responsable. l’anseJ a introduit à la mi-avril une nouvelle formule pour faciliter les procédures
administratives dans l’opération de financement
des dossiers, à travers une simplification des procédures administratives à deux documents seulement à télécharger par voie de l’internet, à
déposer au niveau de l’agence, et à compléter ultérieurement le dossier administratif une fois le
projet approuvé, a expliqué la même source. dans
le cadre du programme de sensibilisation, à
chaque fin d’année universitaire l’ansej organise,
en coordination avec la maison de l’entrepreneuriat à l’université d’adrar, des rencontres d’information en direction des étudiants pour faire
connaître les opportunités offertes aux jeunes diplômés d’instituts et d’universités afin de les aider
à créer leurs propres micro entreprises.
Monde
La réconciliation en marche
EL MOUDJAHID
PALESTINE
Le coordinateur spécial de l'ONU au Moyen-Orient, Robert Serry, a salué l'accord de réconciliation conclu
récemment entre les mouvements palestiniens Fatah et Hamas, ont rapporté samedi des médias citant
un porte-parole des Nations unies.
M.
Serry "s'est dit convaincu que l'accord sera appliqué sous la direction
du président palestinien et sur la
base des engagements de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP)", a affirmé vendredi le porte-parole des Nations unies,
Stephane Dujarric, lors d'un point de presse régulier au siège de l'ONU à New York. Lors
d'une réunion avec le président palestinien,
Mahmoud Abbas, le responsable onusien a
confirmé que "les Nations unies ont continué à
soutenir l'union (palestinienne) sur cette base,
qui est la seule façon de réunir la Cisjordanie
et Ghaza sous une autorité palestinienne légitime", tout en saluant le processus qui inclut
également la tenue des élections palestiniennes
longuement retardées, selon le porte-parole. M.
Serry a également "mis l'accent sur l'importance pour les parties concernées, dans cette
phase critique, de s'abstenir de prendre toute
mesure allant à l'encontre de la création d'un
environnement propice à la poursuite des négociations". Selon l'accord interpalestinien
rendu public mercredi dernier, le Fatah et le
Hamas commenceront leurs discussions sur la
formation d'un gouvernement unifié d'ici cinq
semaines avant d'organiser des élections parlementaires et présidentielle dans six mois.
Début à Ramallah de la réunion
de la direction palestinienne
La direction palestinienne a entamé samedi
une réunion à Ramallah (Cisjordanie) destinée
à étudier ses réponses à Israël de suspendre les
négociations de paix et de la sanctionner après
l'accord de réconciliation conclu entre les mouvements Fatah et Hamas. La réunion du
Conseil central palestinien, une instance dirigeante de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a commencé à 08H15 GMT en
présence du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qui devait prononcer
le discours d'ouverture, selon des sources officielles, citées par des médias. Elle doit s'achever dimanche par un communiqué du Conseil
central. Cette réunion était prévue avant les décisions israéliennes annoncées jeudi mais devait aussi débattre des diverses options sur la
table en cas d'échec des négociations de paix
parrainées par les Etats-Unis. Celles-ci, relancées en juillet 2013 après une suspension de
trois ans, étaient déjà l'impasse, les deux parties
est resté total malgré le forcing du secrétaire
d'Etat américain John Kerry. Selon des sources
palestiniennes, le Conseil central de l'OLP va
encourager M. Abbas à poursuivre les démarches unilatérales d'adhésion à des traités et
organisations internationaux et discuter de la
formation du cabinet de "consensus national"
ainsi que de la possible suspension de la coopération sécuritaire avec Israël. Le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah a fait savoir
vendredi qu'il était prêt à démissionner si M.
Abbas l'estimait nécessaire en vue de la formation d'un nouveau cabinet, selon l'agence de
presse Wafa. L'Autorité palestinienne, qui administre les zones autonomes de Cisjordanie, a
signé ces dernières années plusieurs accords de
réconciliation avec le Hamas qui sont restés lettre morte.
ne parvenant pas à s'entendre sur les principales
questions. Mercredi, l'OLP dirigée par M.
Abbas et le Hamas, ont annoncé un nouvel accord de réconciliation prévoyant la formation
d'un cabinet de "consensus national" qui sera
formé de personnalités indépendantes et dirigé
par M. Abbas, ainsi que la tenue d'élections législatives avant la fin de l'année. En réponse à
cet accord, Israël a décidé de suspendre les
pourparlers de paix. Les Etats-Unis avaient
donné aux deux parties neuf mois, jusqu'au 29
avril, pour parvenir à un accord mais le blocage
Les Palestiniens ne reconnaîtront jamais
Israël comme un "Etat juif"
Lors d'une réunion hier de la direction de
l'Organisation de libération de la Palestine
(OLP) à Ramallah, en Cisjordanie le président
Mahmoud Abbas a affirmé dans un discours
que "nous n'accepterons jamais de reconnaître
un Etat juif", en réponse aux demandes répétées en ce sens du Premier ministre israélien
Benjamin Netanyahu. Il a rappelé que les Palestiniens avaient reconnu l'Etat d'Israël en
1993. La direction palestinienne a entamé hier
une réunion à Ramallah (Cisjordanie) destinée
à étudier ses réponses à la décision d'Israël de
suspendre les négociations de paix et de la
sanctionner après sa réconciliation avec le
mouvement Hamas.
Une ONG appelle l'armée israélienne à cesser
de tirer sur des civils à Ghaza
Une Organisation non-gouvernementale a appelé vendredi dernier l'armée d'occupation israélienne à cesser de tirer sur des civils palestiniens dans la bande de Ghaza, en faisant état de quatre
civils tués près de la frontière depuis le début de l'année. Le rapport de Human Rights Watch (HRW),
une ONG de défense des droits de l'homme basée à New York cite par ailleurs des données de l'ONU
indiquant que 60 civils avaient été blessés durant la même période près de la barrière séparant l'enclave palestinienne d'Israël. Selon HRW, "aucun" des quatre civils tués "ne représentait une menace
pour les soldats". Elle explique que les Palestiniens utilisent les zones proches de la barrière pour
"l'agriculture, la collecte des déchets, de la ferraille et des autres matériaux recyclables". "Mois après
mois, les forces israéliennes ont blessé et tué des Palestiniens non armés qui n'avaient rien fait si ce
n'est traverser une ligne invisible et mouvante qu'Israël a tracée à l'intérieur de Ghaza", a assuré la
directrice de HRW pour le Moyen-Orient, Sarah Leah Whitson.
L'opposant Ibrahima Moctar Sarr candidat
PRESIDENTIELLE EN MAURITANIE
L'opposant et député mauritanien
Ibrahima Moctar Sarr, chef de l'Alliance pour la justice et la démocratie/Mouvement pour la rénovation
(AJD/MR), a été désigné vendredi
dernier par son parti comme candidat
à l'élection présidentielle du 21 juin.
"Je ne serai pas un figurant. J'irai
jusqu'au bout de notre programme
présidentiel", a déclaré M. Sarr, qui a
été investi par acclamation à l'issue
d'un congrès extraordinaire de sa formation. "Le combat de notre parti a
pour fer de lance l'unité nationale et
la cohésion des ethnies de la Mauritanie, mais surtout le recouvrement
par les Négro-Africains mauritaniens
de leurs droits à l'égalité et à la justice", a-t-il affirmé. M. Sarr, sexagénaire, est journaliste de formation et
écrivain. Il est un des députés de
l'AJD/MR à l'Assemblée nationale
mauritanienne. C'est la troisième fois
qu'il se lance dans la course pour la
présidentielle en Mauritanie. Il a été
candidat aux scrutins organisés en
2007 (obtenant 7,95% des voix) et
2009 (4,57% des voix).
13
Violent accrochage
à Bangui
CENTRAFRIQUE
Un violent accrochage a impliqué des soldats
français de l'opération Sangaris pris à partie par un
groupe armé dans un quartier musulman de Bangui
jeudi soir, a-t-on indiqué vendredi de sources
concordantes. "Des soldats français de l'opération
Sangaris qui patrouillaient au (quartier musulman)
PK5 ont été visés par des tirs d'individus armés non
identifiés vers 21H30 (20H30 GMT) et ils ont riposté à ces tirs", a déclaré une source au sein de la
force africaine Misca cité par l'AFP. "Les échanges
des tirs se sont poursuivis jusqu'à 1 heure du matin.
On ignore le bilan exact de ces échanges de tirs", a
ajouté cette source. "La force a été prise à partie.
Un groupe armé a fait feu sur elle", a confirmé une
source proche de Sangaris. "Après des tirs de semonce, ce groupe a continué à tirer sur la force qui
a, à son tour, tiré pour les neutraliser", a-t-elle affirmé, sans pouvoir fournir de bilan. Selon le porteparole de la communauté musulmane du PK5,
Abakar Moustapha, l'accrochage a fait cinq morts
parmi les habitants du quartier. "Des soldats français inspectaient une maison suspectée d'abriter des
armes au quartier camerounais (du PK5) quand ils
ont été pris à partie par des jeunes manifestant en
colère", a-t-il expliqué. "Cette manifestation a dégénéré en échange de tirs entre les Français et certains jeunes armés. Il y a eu cinq morts et plusieurs
blessés parmi les habitants du PK5", a assuré M.
Moustapha. Un porte-parole de la Croix-Rouge
centrafricaine a indiqué que trois blessés par balle
avaient été admis à l'hôpital communautaire du
PK5 dans la nuit de jeudi à vendredi.
L'ONU nomme
son représentant spécial adjoint
Le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Kimoon, a annoncé vendredi la nomination de M.
Laurence D. Wohlers (Etats-Unis) au poste de Représentant spécial adjoint de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la
stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA). Selon l'ONU, M. Wohlers possède une
vaste expérience en affaires internationales, avec
pour spécialités la gestion des conflits ; la gouvernance et la communication transculturelle. Agé de
59 ans, il a occupé plusieurs postes diplomatiques
en Afrique, en Asie et en Europe dont le dernier est
celui d’ambassadeur des Etats-Unis en République
centrafricaine de 2010 à 2013. A rappeler que les
Etats-Unis ont désigné mardi dernier Stuart Symington comme leur Représentant spécial pour la
République centrafricaine aux fins de contribuer
dans le règlement de la crise qui secoue ce pays
frappé par des violences entre des groupes armés.
La République centrafricaine, qui était engagée
dans une délicate transition politique sur fond de
crise humanitaire aiguë, est secouée depuis 2013
par des affrontements armés entre des éléments de
l'ex-Séléka et des miliciens anti-Balaka. Constituée
en août 2012, la Séléka était une coalition de partis
politiques et de forces rebelles opposés au président François Bozizé, qu'elle a contraint à quitter
le pouvoir en avril 2013. A l'origine des groupes
d'autodéfense, les anti-Balaka se sont ligués contre
les miliciens de la Séléka. Les anti-Balaka sont
issus d'une population centrafricaine à 80% chrétienne, alors que la Séléka est principalement formée de musulmans. Récemment, plusieurs agences
des Nations unies ont demandé aux bailleurs de
fonds de financer des opérations d'aide d'urgence
de l'ordre de 274 millions de dollars destinées aux
civils qui fuient la République centrafricaine pour
aller notamment au Cameroun, au Tchad, en République démocratique du Congo et en République
du Congo. En outre, cette violence, qui a eu un
effet dévastateur sur les civils des deux communautés musulmane et chrétienne, a aussi provoqué
le déplacement de plus de 600.000 personnes à l'intérieur de la République centrafricaine.
Publicité
ANEP 119368 du 27/04/2014
Dimanche 27 Avril 2014
Supplément
Les Mouloudéens
sortent leurs griffes
Sports
LIGUE1 MOBILIS (25ÈME JOURNÉE)
L'ivresse
de la coupe
DANS LA LUCARNE
l
Il nous reste presque une
semaine avant le déroulement
de cette finale de la coupe
d'Algérie entre le MCA et la JSK sur
le "ground" de Tchaker. Tout le
monde voudrait que cette halte soit
une véritable fête qui va certainement
drainer une grande foule composée
des fans des deux équipes. Certes, la
direction du stade de Blida n'avait mis
en vente que 22000 places dont 11000
pour chaque équipe. C'est vrai que
tout le monde aurait aimé que cette
exceptionnelle finale ait lieu au stade
du 5 Juillet, mais celui-ci est fermé
pour cause de travaux. La déception
des supporters des deux formations est
assez nette. Néanmoins, ""faute de
grives, il faut se contenter de merles "
comme dit l'adage. Toujours est-il, les
deux équipes se préparent comme il se
doit pour donner le meilleur spectacle
aux supporters et téléspectateurs qui
assisteront ou suiveront cet
évènement des plus populaires sur le «
tube cathodique ». Les drapeaux et
autres fanions sont prêts pour donner
de la voix durant cette finale de la
coupe d'Algérie qui a toujours mi sen
haleine les amateurs d'une telle
compétition.
Les billets seront vendus juste après
les matches du championnat qui se
sont joués vendredi et samedi pour le
compte de la 25ème journée. On vient
d'apprendre que la DJS de Tizi-Ouzou
va non-seulement assurer le transport
des supporters, mais aussi leur assurer
la gratuité de la billetterie. Il s'agit
d'une très bonne chose du fait que
cette attitude contribuera d'une
certaine façon à canaliser le public
kabyle qui viendra en masse à Blida.
On ne peu louer cette initiative des
autorités sportives de la Wilaya de
Tizi-Ouzou. Toutefois, à la dernière
minute et pour éviter des problèmes, le
président de la JSK, Mohand-Chérif
Hannachi, avait décidé à ce que les
billets soient vendus et non pas offerts
gratuitement. Du coup, les supporters
du MCA veulent que la DJS d'Alger
fasse de même comme son homologue
de Tizi-Ouzou. C'est à dire qu'elle leur
assurera la gratuité du transport, mais
aussi des billets d'entrée au stade
Tchaker de Blida. De telles positions
ne peuvent qu'accroître les chances
pour que cette finale se déroule dans
la plus grande sportivité et que le
meilleur l'emporte sur le terrain grâce
à l'ingéniosité de ses éléments.
Néanmoins, cette suggestion risque de
ne pas être prise en ligne de compte
comme il est le cas des supporters de
la JSK.
Il est certain que cette finale de la
coupe d'Algérie va être un grand
moment de football entre deux équipes
qui avaient toujours animé le fameux
classico, même s'il est loin de nous
faire oublier le fameux Réal MadridBarcelone. Néanmoins, on reste
confiant pour voir une grande
concurrence et une grande
empoignade sur la pelouse de Tchaker
afin de donner du plaisir et de la joie
au public sportif présent.
H. G.
Après le déroulement des deux matches avancés de cette 25ème journée de Ligue1 Mobilis, qui sont
MCA-CABBA et RCArbaâ, on peut déjà relever les ambitions des uns et des autres à moins d'une semaine
de cette finale de la coupe d'Algérie entre le MCA et la JSK.
C
ar avant de penser à cette
finale de la coupe d'Algérie, il y'a lieu aussi de relater les desseins des deux
animateurs de cette édition 2014
de la coupe d'Algérie. En championnat d'Algérie, la JSK avait
une très belle carte à jouer en se
déplaçant à l'Arbaâ pour y affronter le RCA, un ensemble qui veut
lui aussi terminer sur le podium,
n'a pas réussi dans sa mission. Ce
qui devait susciter d'abord la curiosité, c'est le fait que les poulains de Chérif El Ouazzani ont
retrouvé pour la première fois leur
stade fétiche de Makhlouf. En retrouvant leur "jardin", les gars de
l'Arbaâ avaient fait parler la poudre en menant dès la première mitemps sur le score de 3à0 sur des
buts d'Amiri, Mokdad, Bouguelmouna. En seconde mi-temps, la
JSK parviendra par réduire le
score par Ebossé et Mekkaoui
avant que Lazaref n'aggrave la
marque portant le score à 4à2. En
début du temps additionnel,
Ebossé réduit une fois encore le
score, mais la messe était dite,
puisque l'Arbaâ l'emporte et se replace au classement général. La
JSK, par contre, se fait arrêter inextrémis à quelques jours de cette
finale de la coupe d'Algérie. La
fameuse deuxième que l'équipe
convoite risque de lui filer entre
les mains au profit des sétifiens.
Le MCAlger, le finaliste aux
côtés des canaris, a eu la main
heureuse en retrouvant le stade de
Bologhine à l'occasion de la
venue du CABAB, une équipe
menacée directement de relégation. Les bordjis ont tout fait pour
freine l'élan des camardes de Bouguèche . Ils ont réussi à retarder
VOLLEY-BALL
l'échéance jusqu'à cette fameuse
23ème minute et ce superbe réalisation des locaux inscrite par
Djallit. En effet, sur une passe judicieuse de Bouguèche vers Zeghdane, un centre instantané de ce
dernier trouvera Djallit qui, de
l'intérieur du pied, trompe Belkhodja qui n'avait rien pu faire.
Certes, le MCAlger avait bénéficié de plus nettes occasions pour
corser la note, notamment en seconde mi-temps, mais il manquait
cette efficacité qui a tendance à lui
tourner le dos. Il faut dire aussi
que les bordjis n'ont pas tellement
brillé pour prétendre au moins au
partage des points. Une défaite
qui complique leur situation au
bas du classement général. Le
MCA, par contre, se replace en
haut du classement général,
puisqu'il n'est désormais qu'à deux
points de la JSK avant d'aller s'expliquer avec les harrachis, à El
Mohammadia, pour le compte de
la 26ème journée de Ligue. Cette
empoignade a été décalée au
Le GS Pétroliers en finale
aujourd’hui contre les Kenyanes
COUPE D'AFRIQUE DES CLUBS
CHAMPIONS (DAMES)
mardi 06 mai à cause du fait que
le MCA jouera ce 1er mai la finale
de la coupe d'Algérie au stade
Mustapha Tchaker de Blida.
Le MCA a prouvé qu'il est bien
en jambe en ce moment. La trêve,
à priori, lui a fait du bien. La défaite de la JSK, par contre, à l'Arbaâ, commence à inquiéter ses
fans.
Toujours est-il, tout le monde
espère qu'elle se déroulera dans un
très bon esprit sportif.
HAMID GHARBI
L'ex-entraîneur
de Barcelone Tito
Vilanova est décédé
L
es volleyeuses du
GS Pétroliers se sont
qualifiées, pour la
deuxième année consécutive,
pour la finale de la Coupe
d'Afrique des clubs champions, en s'imposant face au
CF Carthage sur le score de 3
sets à 1, à Tunis. Les Pétrolières, vice-championnes en
titre et invaincues depuis le
début de la compétition, ont
inscrit les sets suivants: 1925, 25-17, 25-17, 25-16. Le
GS Pétroliers affrontera en finale, prévue
aujourd’hui dimanche, le tenant du titre,
Prisons du Kenya, dans un match qui
se jouera sur un air de revanche pour les
Algériennes, battues lors de la précédente
édition disputée à Madagascar par les Kényanes sur le score de (3-2). Prisons Kenya,
invaincu également dans la compétition et
détenteur du trophée depuis 2010, a battu
Pipe Lines (3-0) en inscrivant les sets suivants: 25-20, 25-22, 25-13. En matchs de
classement de la 5e à la 8e place, disputés
plus tôt dans la journée, le CS Sfaxien s'est
imposé devant l'INJS du Cameroun (3-0),
alors qu'El Shams d'Egypte a battu FAP du
Cameroun (3-0). La finale de la Coupe
d'Afrique des clubs champions aura lieu aujourd’hui.
Dimanche 27 Avril 2014
L'ex-entraîneur de Barcelone Tito Vilanova
est décédé vendredi à l'âge de 45 ans. Il luttait
depuis deux ans contre un cancer de la glande
parotide et avait été opéré à New York. Il avait
quitté son poste d'entraîneur du club catalan
en juillet dernier. "Le FC Barcelone est triste
d'informer que Francesc 'Tito' Vilanova Bayo
est décédé aujourd'hui à l'âge de 45 ans", indique le Barça dans un communiqué.
"Le club souhaite exprimer ses sincères
condoléances à sa famille. Nous partageons
avec elle ce moment douloureux ainsi qu'avec
les membres du club, les supporters et l'ensemble du monde du football et du sport",
ajoute le Barça. Meilleur entraîneur espagnol
en 2013
16EL MOUDJAHID
Belouizdad sauve sa saison Ph : Billal
Cette affiche du jour au stade de 20-Août 1955, qui a opposé l’équipe hôte le Chabab de Belouizdad au CS Constantine, revêtait
une très grande importance pour les Belouizdadis, qui n’ont pas encore assuré leur maintien parmi l’élite.
our les camarades de Zerdab, il était
plutôt question de réussir le meilleur
résultat possible dans la perspective
de décrocher une place qualificative à une
compétition continentale, la saison prochaine. C’est dire que cette confrontation
n’allait pas être de tout repos pour chacune
des deux formations.
Le duo Henkouche-Yahi a aligné le
onze suivant : Couih, Abdat, Bencherifa,
Khelili, Herkat, Anane, Mansour
(Dahar87’), Meguehout, M. Benaldjia,
Bourekba (Kerar 82’), Rebih.
Pour sa part, Simondi a titularisé les éléments suivants : Si-Mohamed, Bouhenna,
Maïza, Berte, Ngomo, Zerdab (Behloul
46’), Sameur, Allag, Hadiouche, Sayah
(Derrag 46’), Boulemdaïs.
D’ailleurs, la rencontre a débuté sur les
chapeaux de roues de part et d’autre, sans
l’habituel round d’observation. On a assisté
à un match ouvert où les deux Chabab se
sont portés résolument vers l’attaque. Ce
qui a donné des débats ouverts, avec une
multitude d’occasions procurées de part et
d’autre. Le CSC manquera l’ouverture du
score à au moins deux reprises, lors du premier quart d’heure de jeu, œuvre de Sameur, puis de Boulemdaïs. Fébrile en
défense, le Chabab s’en est bien sorti du
coup. Il se créera à son tour une véritable
P
CRB 2 - CSC 1
action de but, malheureusement manquée
tour à tour par Mehdi Benaldjia et Bourekba qui, devant la cage adverse, n’ont pas
été capables de mettre le ballon au fond des
filets suite à un service impeccable de la
gauche de Mansour (25’). Le jeu est animé
des deux côtés, mais c’est finalement
l’équipe de Laâquiba qui parvient à ouvrir
la marque par l’excellent et prometteur
joueur espoir du CRB, Bencherifa, titularisé en la circonstance, qui place une balle
imparable, profitant d’un joli service de M.
Benadjia (30’). Les joueurs du CRB et leur
public exultent. Il était pour eux important
de marquer les premiers pour se mettre en
confiance. Les Constantinois tentent de réagir et mènent quelques offensives mal exploitées. Le CRB tient bon est termine le
premier half à son avantage (1-0). On s’attendait logiquement à une réaction de
l’équipe visiteuse au coup d’envoi de la seconde période, mais c’est plutôt le Chabab
qui a pris le taureau par les cornes pour assoir une nette domination qui n’a pas laissé
de répit aux Sanafir. Ainsi, après un splendide coup franc de Rebih, repoussé par la
transversale (65’), Bourekba réussit à aggraver la marque par Bourekba (67’), mettant son équipe à l’abri d’un retour à la
marque du CSC. Une formidable ambiance
créée par le merveilleux public du Chabab
s’ensuivra. Néanmoins, le CSC réussit à réduire la marque par l’inamovible Boulemdaïs, au moment où l’on l’attendait le moins
(84’), mettant en émoi les fans belouizdadis
qui craignaient un retour au score de
l’équipe visiteuse. À noter l’expulsion de
Berte après avoir écopé de deux cartons
jaune (60’), suivie par celle de Herkat pour
les mêmes raisons (80’), laissant leur
équipe terminer la rencontre à dix chacune.
À noter la présence de l’international et
attaquant du Sporting Lisbonne, Islam Slimani, qui a assisté au match pour soutenir
ses camarades, qu’il a tenu à aller encourager dans les vestiaires, lors de la pose citron, apportant ainsi la baraka à son
ancienne équipe. Grâce à cette précieuse
victoire, le CRB peut entrevoir son avenir
en Ligue 1 en toute sérénité, au grand bonheur des ses inconditionnels, puisque sa
place parmi l’élite est pratiquement assurée. Mohamed-Amine Azzouz
ENTRETIEN AvEC MOHAMED TAHAR CHERIF EL-OUAZANI ENTRAîNEUR DU RC ARBAâ :
Le fait de retrouver votre terrain a-t-il
était un facteur de motivation essentiel ?
je dirai, plutôt, que c’était à double tranchant. Certes, cela a motivé mes joueurs
qui étaient contents de jouer à domicile
pour la première fois depuis deux ans. Cependant, j’avais, pour ma part, peur de l’effet inverse.
La pression du public pouvait, aussi,
s’avérer négative pour mon équipe. je dirai
que l’ouverture rapide du score et l’avantage considérable qu’on a pris en première
période ont fait que la situation se déroule
en notre faveur.
Ph : Billal
C’est un retour gagnant de votre formation dans son stade fétiche. Attendiezvous un succès avec un score de quatre
buts face à une équipe de la JSK qui possède l’une des meilleures défenses du
championnat ?
C’est une belle victoire, face à une
grande équipe qui occupe la seconde place
au classement et s’apprêté à disputer la finale de la coupe d’Algérie. Nous avons
bien préparé cette rencontre et la reprise en
général en gérant parfaitement la trêve. On
savait que les joueurs de la jSK pensaient
plus à la coupe. Il fallait s’en méfier, tout
de même. Nous avons, de notre côté, su
motiver nos éléments pour qu’ils abordent
comme il se doit, cette confrontation. Rapidement, nous avons ouvert la marque.
Nous sommes revenus aux vestiaires avec
un score très favorable de 3 buts à zéro. Ce
qui nous a permis de mieux gérer la
deuxième période. La jSK a réduit la
marque, en profitant d’un relâchement de
mon équipe. Les joueurs se sont rapidement remobilisés. Le quatrième but est
« Mission accomplie »
venu au bon moment. Ce qui nous a mis à
l’abri. je tiens cependant à souligner l’apport du public qui a joué son rôle de douzième homme, lors de cette partie.
FOOTBALL FÉMININ (CATÉGORIE U20)
L'AS Intissar d'Oran vainqueur
de la coupe d'Algérie
2014
L'équipe U20 féminine de l'AS
Intissar d'Oran a remporté la coupe
d'Algérie 2014 de football de la catégorie, en battant en finale, l'AS
Sûreté nationale (1-0), vendredi à
Dar El-Beida (Alger). L'unique but
de la rencontre a été inscrit à la 85’
par l'intermédiaire de la joueuse
Hayat Djedidiouia. Une victoire laborieuse, certes, mais amplement
méritée, vu les efforts fournis par
les joueuses du coach Karim Benseghir, qui avaient outrageusement
dominé les débats, pratiquement
depuis le coup d'envoi de la rencontre. Néanmoins, malgré plusieurs tentatives, en première
mi-temps, la réussite n'a pas été au rendez-vous, notamment grâce au piège du
hors-jeu, que les joueuses de l'AS Sûreté nationale avaient très bien appliqué.
Seulement, les Oranaises y ont cru jusqu'au bout, et au moment où beaucoup
commençaient à envisager les prolongations pour départager les deux équipes,
Hayat Djedidiouia a surgi et a offert la victoire à son équipe. Les joueuses de
l'AS Sûreté nationale ont essayé de mettre à profit les cinq dernières minutes de
la rencontre pour égaliser, mais c'était compter sans l'abattage et la solidité défensive des Oranaises, qui ont réussi à préserver le score jusqu'au coup de sifflet
final. "Après avoir atteint la finale, on s'est fixé pour objectif de remporter cette
coupe, car on ne se voyait pas sortir bredouille", a déclaré le coach Karim Benseghir à l'APS, juste après la fin de la rencontre. "Mais je tiens à remercier l'AS
Sûreté nationale, qui a fourni une belle prestation dans l'ensemble et qui nous a
posé de sérieux problèmes, particulièrement en 1re mi-temps", a-t-il tenu à faire
savoir. Karim Benseghir a révélé que désormais, le club va accorder plus d'attention à ces jeunes joueuses, "car elles seront bientôt appelées à défendre les
couleurs de l'équipe seniors".
Vous réalisez une bonne première saison parmi l’élite. Vous êtes à trois points
seulement du MCA qui occupe la quatrième place et à cinq de la JSK. Êtesvous tentés par une place au podium
vous assurant une participation à l’une
des compétitions internationales ?
Avec cette victoire, nous avons pratiquement assuré le maintien en Ligue 1 professionnelle. C’était notre objectif, en début
de saison. À présent, nous allons enchaîner
la suite du parcours avec moins de pression.
Tout ce qu’on pourra récolter sera bénéfique.
C’est vrai qu’on est proche d’une place
au podium. Mais on préfère ne pas y penser
et jouer nos matches sans pression. Pour
une première saison en Ligue 1, terminer
l’exercice parmi les six premiers au classement constitue déjà un exploit pour nous.
La JSK disputera, jeudi, la finale de
la coupe d’Algérie face au Mouloudia.
Pensez-vous que cette équipe que vous
avez réussi à battre par 4-3 puisse remporter le trophée ?
Les matches ne se ressemblent pas. Les
joueurs de la jSK vont sûrement aborder
cette finale en conquérants et avec un état
d’esprit différent. C’est une finale entre de
grands clubs. Il n’y a pas de favori, pour
moi. Ce sera du 50/50.
Entretien realisé par
Rédha Maouche
LIGUE 2 (26e jOURNÉE)
Sports
jSK
Les billets
de la
finale
seront
finalement
vendus
Ayant décrété, sur
initiative du wali de Tizi
Ouzou, la gratuité des
billets de la finale de la
Coupe d’Algérie pour
les supporters de la
JSK, Moh-Chérif Hannachi a dû faire machine arrière sous la
pression de la rue. Le
boss kabyle a été interpelé par des supporters
au stade Smaïl-Makhlouf du dernier RCAJSK (4-3) pour lui
demander de vendre les
billets au lieu de les offrir aux supporters
conformément à des
listes
préalablement
établies, de manière à
accroître les chances de
tout supporter lambda
de bénéficier du fameux
sésame.
Craignant d’éventuels débordements le
jour de la finale, d’autant que DJS de Tizi
Ouzou avait prévu le
transport des supporters de Tizi Ouzou vers
Blida, le 1er mai à 6h,
Hannachi a appelé le
wali de Tiz Ouzou pour
lui faire part des doléances des supporters
avant de conclure à la
vente des billets. Ceuxci seront vendus aujourd’hui aux guichets
du stade du 1er-Novembre. «Le prix du billet
est fixé à 400 dinars», a
précisé Hannachi aux
supporters. La DJS-wilaya-JSK devait se réunir hier pour organiser
l’opération de la vente
des billets. Il faudra
s’attendre à ce que des
milliers de supporters
affluent au stade, aujourd’hui.
A. Benrabah
USMBA-NAHD-ASMO : proche de l’accession
La Ligue 2 professionnelle amorce son dernier virage. En effet, la 26e journée
du championnat, livrée vendredi, a conforté trois clubs
sur les trois premières
marches
du
podium,
l’USMBA, le NAHD et
l’ASMO. Ce trio de tête est
le mieux placé pour réaliser
l’accession au vue des résultats de la 26e journée. Ainsi,
le leader El-Khadra s’en est
bien sorti en réussissant un
difficile match nul à l’occasion de son périlleux déplacement au Khroub (2-2),
empochant un précieux point
qui le conforte dans son fauteuil de leader. Pour sa part,
le NAHD confirme sa grande
forme actuelle et sa remontée
spectaculaire au classement.
Avec sa nouvelle victoire devant son public face au MCS
(1-0), le Nasria s’empare de
la seconde place, en ne
comptant désormais qu’un
seul petit point de retard sur
les Bélabéssiens. Les fans
nahdistes peuvent désormais
croire plus que jamais en la
remontée de leur équipe favorite, même si de difficiles
rencontres seront encore à
son programme, lors des quatre matches restants, notamment
les
difficiles
déplacements à Bel-Abbès
(27e journée) et Oran (29e
journée), où les camarades de
Benyahia auront à rencontrer
des concurrents directs à
l’accession, l’USMBA et
l’ASMO. Heureusement que
les Sang et Or comptent cinq
points d’avance sur leur
poursuivant l’OM, qui lui
peut encore rêver. L’ASMO,
de son côté, a encore une fois
confirmé sa solidité hors de
ses bases, avec un méritoire
match nul obtenu contre
l’ABS (2-2). Les gars de
M’dina j’dida se cramponnent à la 3e place, qu’ils ne
sont guère disposer à céder.
Ils devront eux aussi rejoindre la Ligue 1, la saison prochaine. Le grand perdant de
cette journée est l’USMB,
qui a laissé des plumes lors
de son déplacement à Tlemcen, battu difficilement en la
circonstance (1-0). Une défaite qui éloigne de plus en
plus l’équipe phare de la ville
des Roses de l’accession,
même si mathématiquement,
rien n’est encore perdu. Par
ailleurs, l’OM grimpe à la 4e
place, à l’issue de sa précieuse victoire contre l’ESM
(0-1). Les Médéens veulent
encore croire au miracle de
l’accession. C’est l’équipe la
mieux placée pour déjouer
les pronostics de l’actuel trio
de tête, au même titre que
l’USC, malgré la défaite de
ce dernier face à l’ABM (10). L’USMAn vit un cauchemar, cette saison. Contraints
au match nul chez eux par le
CAB (1-1), les Tuniques
rouges ont déjà mis un pied
en Division nationale amateurs. Qui l’aurait cru ?
L’USMMH respire, grâce à
sa très importante victoire
contre le MSPB à Batna
même (0-2) ; Boubya n’est
pas encore sorti d’affaire et
se complique l’existence en
compromettant sérieusement
ses chances de maintien.
Mohamed-Amine Azzouz
Résultats
NAHD - MCS
USMAn - CAB
ABS - ASMO
ESM - OM
MSPB - USMMH
WAT - USMB
ASK - USMBA
ABM - USC
1-0
1-1
2-2
0-1
0-2
1-0
2-2
1-0
EL MOUDJAHID
C H R O N I Q U E
l
Alger se pare de ses plus beaux
atours ; dans tous les quartiers, des
banderoles barrent les rues, vantant
ces deux clubs qui auront l’insigne honneur
de se retrouver, le 1er mai, pour ravir le cœur
de Dame Coupe. Pourtant, deux nouvelles
ont fait de l’ombre aux préparatifs de ce trophée tant convoité, deux nouvelles qui viennent nous rappeler que les illusions existent,
en sport aussi.
Le ministère de la Jeunesse et des Sports
vient de suspendre, à titre conservatoire, le
président de la Fédération de karaté, pour
«mauvaise gestion, accentuée par des faits
contraires à la règlementation en vigueur».
Tant que l’Inspection générale des finances
n’aura pas rendu ses conclusions, on ne peut
se prononcer sur ce qui est reproché réellement à ce président venu depuis un an seulement pour remettre de l’ordre dans la maison
du karaté (rappelons-nous que le précédent
président avait été empêché par le MJS de se
présenter pour un second mandat pour…
mauvaise gestion). Mais voilà, l’ordre n’a pas
suivi et, pire, c’est plutôt l’inverse qui s’est
produit avec cette sombre affaire de facture
d’hôtel non réglée pendant un stage en Espagne ou cette non-convocation d’un champion du monde que tout désignait pour
défendre son titre.
Le karaté risque de faire des émules : la
fédération de boxe est sur la sellette pour une
histoire de gros sous, là aussi.
Les illusions sont dures à avaler.
Comme celles qui ont fait le buzz sur les
réseaux sociaux et qui prêtaient à la chaîne
allemande ZDF, la volonté de faire plaisir aux
téléspectateurs d’Afrique du Nord et du
Moyen-Orient en leur permettant de voir, en
clair, tous les matches de la coupe du monde.
Sachant qu’il n’y a pas de philanthropie
quand il s’agit des intérêts bien compris, la
FIFA n’a pas tardé à réagir et à prendre le
parti de BeInSport, titulaire des droits de retransmission des rencontres du Brésil pour
notre zone géographique. L’instance mondiale a rappelé à l’ordre, à sa manière, la
chaine ZDF en lui fixant les limites de diffusion de ces mêmes matches du Mondial : l’Allemagne et rien que l’Allemagne.
Inutile de dire que les internautes qui
avaient cru au miracle sont vite revenus de
leurs illusions. Il va falloir passer à la caisse
et acquérir ce fameux démodulateur qui
prend valeur de sésame pour tous les mordus
du ballon rond du Maroc au Liban.
Tant pour les redresseurs de torts du karaté que pour les pauvres téléspectateurs désargentés avides de beau spectacle qui
s’annonce du côté de Rio, les temps sont durs
et les illusions ont décidément la peau dure.
Abdennour Nouri
3e journée : 14 médailles dont une seule
en or pour les Algériens
CHAMPIONNAT ARABE jUNIORS
ATHLÉTISME
a sélection algérienne junior
d’athlétisme a remporté, à l’issue
de la 3e journée du championnat
arabe qui se déroule depuis mercredi au
Caire, un total de 14 médailles, dont une
en or, six en argent et 7 en bronze.
Comme il fallait s’y attendre, la seule
médaille en vermeille des Algériens a
été enlevée par la sélection du relais
4x100 m des filles qui, sous la conduite
d’Ichraf Rahmouni, a coiffé, avec un
chrono de 48 sec 29, les Égyptiennes accréditées de 48 sec 81 et l’équipe du
Bahreïn avec un temps de 49 sec86.
Le relais national composé en plus
de Rahmouni, de Dihya Haddar, Lydia
Sahraoui et Zouaouia Berrahil a fait une
course sans faute avec un bon travail
d’ensemble et une bonne communication dans la retransmission du témoin. Il
y a lieu de signaler le retour de Dahar
qui souffrait d’un petit bobo, la veille,
qui l’avait quelque peu handicapé dans
ses premières sorties dans lesquelles elle
s’est contentée des secondes places.
L’autre médaille de cette journée a
été gagnée par la championne d’Algérie
de cross-country, Hadjer Soukhal, qui,
en dépit de la rude concurrence des
athlètes du Bahreïn, s’est pointée à la 3e
position du 3000 steeple avec un chrono
de 11:07.61. Ce temps démontre tous les
efforts de notre représentante, tout au
L
long de l’épreuve dominée par les changements de rythme imposée par des
athlètes africaines courant sous les couleurs du Bahreïn.
À l’issue de cette 3e et avant-dernière journée de la compétition, les
Égyptiens dominent avec un total de 34
médailles, dont 14 en or et 12 en argent,
devant le Bahreïn avec 17 médailles,
dont 8 en or et 7 en argent.
Lors des deux premières journées,
nos athlètes avaient remporté 13 médailles, dont 6 en argent et 7 en bronze,
avec des performances juste moyennes.
IL S’EST CLASSÉ 6e AUx CHAMPIONNATS
DU MONDE jUNIORS DE SOFIA
Les médailles d’argent ont été gagnées
par Dihia Haddar sur 100 m haies en
14.50 et sur le 400 m/haies en 56.30,
Mohamed Mahmoudi sur le 100 m en
10.62 et Youcef Boulekdam sur le 1500
m en 3 :57.83, Yousra Arar en hauteur
avec 1,62 m et Ali Messaoudi 3000 m
steeple 9:41.
Les médailles de bronze ont été gagnées par Hadjer Soukhal sur le 3000 m
steeple en 11 : 07.61, Lidya Sahraoui sur
la longueur (5,39m), Adbessamie Sadani
sur le 10.000 marche en 44 :28.95, Ali
Saoudi sur le 3.000 m steeple en
9:24.00, Sabrina Hocine sur le 800 m en
2 :15.00 et Hamida Zitouni sur le 100 m
haies en 14.78.
La direction technique nationale a
qualifié ces résultats d’encourageants
pour ces juniors et qui sont en train de
progresser. Abdelkrim Sadou, chargé
des équipes nationales, a cité le jeune
Mohamed Mahmoudi qui s’améliore
petit à petit sur le 100 m où il a réalisé
un bon chrono de 10.62, après avoir été
chronométré en 10.71, au Bahrein, l’année dernière. «Cela augure d’un bon
avenir pour cet athlète», relevant aussi
«les bonnes performances de Dihya
Haddar qui, sans un petit bobo au pied,
aurait pu prétendre à l’or sur ses
épreuves».
M. Ghyles
Salem Tamma dans l’attente de sa qualification
pour les JOJ-2014
BOXE
Le boxeur de l’équipe nationale
juniors, Salem Tamma (56 kg), n’a
pas définitivement assuré sa qualification pour les 2es jeux Olympiques
de la jeunesse, prévus du 16 au 28
août 2014, à Nanjing, en Chine.
Notre pugiliste s’est classé 6e au classement, après avoir été battu par le
Slovaque Michal Taracks par disqualification au 3e round, en combat
comptant pour le classement pour la
5e place, à l’issue des compétitions de
la catégorie des 56 kilogrammes des
Championnats du monde juniors qui
se sont clôturés jeudi, à Sofia, en Bulgarie.
Pour la précision, Salem Tamma
avait été éliminé, en quart de finale,
lundi, par le Cubain javier Diaz Ibanez. Ce dernier a gagné en finale devant le Kazakh Zaubek Sultan (3 à 0)
et remporté le titre de champion du
monde des 56 kg. Mais la défaite en
Dimanche 27 Avril 2014
TENNIS
O M N I S P O R T S
Illusions
match de classement a définitivement
compromis les chances de qualifications de notre pugiliste pour les jOj2014.
En conséquence de quoi, c'est le
Slovaque qui est classé 5e qui sera
certainement qualifié aux jeux Olympiques de la jeunesse-2014 en Chine.
On attendra les conclusions de l’Association internationale de boxe amateur (AIBA) et la publication de la
liste des boxeurs qualifiés aux jOj2014 dans les prochains jours. Dix
pugilistes algériens, dont deux filles,
ont participé à l’édition 2014 des
Championnats du monde de boxe juniors, sous la conduite des entraîneurs nationaux des filles, Khaled
Harima et Slimane Bennour, ainsi
que des coachs de la sélection juniors
garçons, Mourad Ouhib, Ahmed Dine
et Hafid Boubekri.
Nabil Ziani
17
TOURNOI
INTERNATIONAL
DE TLEMCEN
(QUALIFICATIONS)
4 places
en jeu pour
le tableau final
Le huitième tournoi international
ITF juniors, grade 5, organisé par la
Ligue de tennis de Tlemcen (LTT), sous
l’égide de la Fédération algérienne, a
débuté hier par le tableau des qualifications prévu jusqu’à demain après-midi.
Seize joueurs, dont onze tennismen algériens, étaient en lice pour les quatre
places donnant accès au tableau final qui
se jouera du 28 avril au 3 mai prochain.
Deux de nos joueurs, Fazil Habouche et
Walid Bessaâd, étaient exemptés du premier tour. Quatre pays sont représentés
à ce stade initial de la compétition : Algérie (11 joueurs), Grande-Bretagne (1),
Maroc (3) et Togo (1). Les tableaux sont
supervisés par l’arbitre international algérien, Hakim Fateh, titulaire du «white
badge» (Badge blanc). joint hier, ce dernier nous a communiqué les informations suivantes : «Toutes les rencontres
de simple et de double, garçons et filles,
se dérouleront au Tennis Club de Mansourah. À l’issue du tableau des qualifications, qui s’achèvera ce dimanche,
nous procéderons au tirage au sort du tableau final. Quatre joueurs ont bénéficié
de wild cards (ndlr, invitations) pour le
grand tableau. Il s’agit de trois de nos
joueurs, Radja Khalil, Aymen Ikhlef et
Toufik Sahtali, et du Marocain Mohamed Belkoura, Pour ce dernier, son invitation entre dans le cadre des échanges
réciproques entre les fédérations algérienne et marocaine. Chez les filles,
pour le moment, deux wild cards ont été
accordées à Sarra Boukezzi, de la Ligue
d’Oran, et à Sihem Salhi, qui vient de la
Ligue d’Alger. Les deux dernières wild
cards seront attribuées dans les prochaines heures.» La direction du tournoi
est assumée par Mohamed Bessaâd.
Contacté à son tour, il nous a fait part de
sa «satisfaction de voir que tout se déroule comme prévu. Tout le monde à
Tlemcen, autorités et dirigeants de la
ligue locale compris, tient à la réussite
de cette manifestation qui en est à sa
huitième édition. j’espère seulement
que nos joueurs et nos joueuses sauront
saisir cette occasion, qu’ils n’ont pas
souvent, pour marquer des points qui
leur permettront d’entrer dans le classement mondial hebdomadaire de la Fédération internationale de tennis, et pour
ceux qui sont déjà classés, d’améliorer
leur position».
Omar Aït Ouméziane
HANDBALL
CHAMPIONNAT
DE DIvISION 1 (2e jOURNÉE RETOUR)
Le GSP s’envole
La deuxième journée de la phase retour du
championnat de division 1 a été marquée, dans le
groupe A, par l’envolée du GSP qui, en battant son
dauphin Bordj Bou-Arréridj, prend le large et s’assure déjà de la qualification au carré d’as. Pour la
seconde place restante, la lutte va être serrée après
la victoire d’Aïn Touta face à la lanterne rouge Aïn
Touta qui revient à un point des Bordjiens avec trois
matchs en moins. Boufarik, également, garde l’espoir après sa victoire sur Msila, et reste en attente,
de même que son adversaire du jour.
Dans le groupe B, Baraki, de retour à la compétition, frappe fort contre Mila et garde son fauteuil
de leader, mais, derrière, la lutte devient serrée.
Saïda continue sur sa dynamique de victoires, cette
fois-ci face à Rouiba qu’elle a littéralement écrasée.
Maghnia bat de l’aile après cette nouvelle défaite à
Skikda qui caresse l’espoir de finir parmi les deux
premiers. La fin de saison promet d’être palpitante,
surtout pour le haut du tableau.
Noureddine Henni
EL MOUDJAHID
Page animée par Mourad Bouchemla
Détente -TV
Mots CROISÉS
Mots FLÉCHÉS
Nº 3678
1
2
3
4
5
21
Nº 3678
6
7
8
9
ACTION DU SUJET
————————————
AUROCHS
————————————
DÉBUTE EN JUIN
10
I
II
DEMI-PORTION
——————————
NOTE
——————————
PARTIE DU PAIN
III
IV
RELATIF AUX LÈVRES
————————————
CHEF MUSULMAN
————————————
CÉRAMIQUE
V
VI
VALLÉE
———————————
RIEN
———————————
STIMULATION
VII
VIII
FRAGMENT
————————————
FRUIT DU HÊTRE
————————————
QUI REFUSE
IX
X
Définitions
HORIZONTALEMENT
I- Promenade sans but. II - Dans l’ictère - Pied-de-veauDouze mois. III - Décalitre - Sifflement. IV - Fromage des
Pays-Bas - En bonne santé. V - Renommer. VI- Eux - Terme de
tennis - Dans la rade - Donner une forme.VII- Rapport en
géométrie - Rigide. VIII- Fondation - Pluie torrentielles. IXCalife - Brillance. X- Primordial.
VERTICALEMENT
QUI S’AMOINDRIT
————————————
POSTE DE COMMANDEMENT
————————————————
SOUVERAIN
BOISSON DE MAUVAISE QUALITÉ
———————————————————
SUCRE
————————————
TAPIS DE SOL
CHRÉTIEN D’ORIENT
———————————
BOUQUINÉE
DU VERBE RIRE
—————————
FOURRURE
LÉGER
———————————
SIÈGE À NEW YORK
———————————
AVANT-MIDI
GERMER
————————
TERME AU GOLF
PLANÈTE
—————————
REFUS
TREUIL
—————————————————
UN COUP
—————————————————
BOUFFON
—————————————————
DÉPÉRISSEMENT
1- Désemplir - Oiseau d’Asie. 2- Conformisme. 3- Laboratoire Contenant. 4- Radium - Damner. 5- Monnaie scandinave - Davantage. 6Doublée - Mesurées en bois. 7- Maladresse choquante - Calcium. 8Situé - peintre surréaliste. 9- Rendre moelleux - Conjoction 10- Greffier Inscrite dans le temps.
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
V
A
D
R
O
U
I
2
I
C
A
R
U
M
3
D
A
L
4
E
D
A
M
5
R
E
B
A
M
O
1
6
7
8
L
9 10
L
E
A
N
P
S
I
T
S
A
I
N
E
P
T
I
S
E
R
U
L
E
R
E
7
P
I
D
U
R
8
A
S
S
I
S
E
9
O
M
A
R
I
E
C
10
N
E
C
E
S
S
A
R
2
3
4
5
1
V
E
R
B
E
2
A
V
O
R
T
3
L
A
B
I
E
N
I
B
E
4
6
D
D
A
C
A
L
A
T
I
R
E
R
I
E
L
U
E
R
E
N
O
N
U
I
9
G
N
O
N
10
E
T
I
O
L
40. Déficeler
27. Estafette
8. Brassard
32. Focaliser
S
9. Gazomètre
10. Briquette
C
A
B
O
T
E
M
E
N
T
I
J
C C
I
I
DIMANCHE
T R A C T
N F
I
L
I
O N
L E
E R E N C
T R
R U T T U E N G U E U L E
30. Vocalique
C
2. Déniaiser
4. Recracher
5. Vélodrome
DÉCRYPTABLE
SOLUTION PRÉCÉDENTE : DEBROUILLAGE
I
I
F E S
T A F E
T T
S
S
E
E
S
T
I
E D S
A D
I
R
Q O
A R D R S
Q U
E
I
Q U
E R R E
I
R E
I
U Q I
P
E R E
I
R
N R E L E C
L
I
F
E D E N O
L A N O G Y L O P
«AVIS RELIGIEUX»
Réalisée par Moussaoui Saliha
Présentée par Beredouane M’hamed
12h25
Une émission interactive à caractère religieux, d’orientation et de vulgarisation,
Un rendez-vous hebdomadaire qui tente de répondre aux questions des téléspectateurs
en rapport à la religion musulmane. Son objectif est de faire comprendre l’Islam à
travers le Saint Coran et la Sunna pour mieux s’inspirer.
Dimanche 27 Avril 2014
I
E L B
I
C
E E R N U T
E E U
L E M A F
T
E H C U A G E
H C E R E U M S
O E G A L E T A B A B E L
P
R E U M U R T
I
S
I
T A
F
T R E G N O L
R Y
T H T
P V Q F C H A U F
A R E
C H R
A A A A E N
E A U E V O C A L
P L
P
S M
P
L A C O F E U Q
T E
C C N A
A
T R L E R F R E
E R E
A R D E
F D T
T O E
A P A N A C H A G E
S é l e c t i o n Télévision
09h00 : Bonjour d'Algerie week-end
10h30 : El ghaib (02) rediff
11h00 : Santé mag '''rediff''
12h00 : Journal en français+
météo
12h25 : Avis religieux (direct)
13h30 : Football ''ASO/USMH''
15h00 : Twahacht bladi (direct)
16h30 : Kapita (25)
16h50 : Il était mille fois
17h20 : Taqdar Tarbah
18h00 : Journal en Amazigh
18h25 : El ghaib (03)
19h00 : Journal en français+
météo
19h25 : Mc didine le roi du burger 2
20h00 : Journal en Arabe
20h45 : Canal foot
22h00 : Culture club
23h00 : Rym du dessert concert
A
I
29. Chauffard
I
I
Q U E
N E E H H O N D E M E
I
P
R
E Q C
1. Retourner
31. Réplique
A R R
A
T R E B R
I
17. Tintamarre
41. Cortisone
S
I
O N C H B L
R U D A E G E N T
39. Sensible
28. Cotutelle
R
E
16. Déchausser
18. Crapaudine
I
T G A Z O M E
24. Panachage
25. Engueuler
7. Réaction
U
R
38. Batelage
26. Captation
E
E
14. Réchauffer
E
T
A
D R E T O U R N E R D E N
37. Transmuer
R
A
8
13. Rachitique
43. Mémorable
G
C
N R E A C T
36. Echiquier
21. Octaèdre
E
P
22. Inférence
12 . Adjectival
S
M
7
35. Gaucherie
U
A
E
11. Suréquiper
R
N
S
E R E C R A C H E R V E R O D R O M E D
U
I
O
20. Gentillet
42. Polygonal
M
6
34. Replonger
19. Hystérique
I
N
6. Déprimant
10
A
E
15. Traction
9
F
D
33 . Famélique
8
N
Mot CACHÉ
3. Entériner
7
O
5
Nº 3678
Grille
23. Ondemètre
SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1
U
N A R T L
B
I
S
S
I
T R O C E
N
E
S
L
A R O M E M E
CANAL FOOT
Émission sportive
Présentée par : Radouane Bendali et Mohamed BOUTRIK
Réalisée par Amel Benbatouche.
20h45
C’est une émission sportive qui propose, des résultats, analyses, et reportages,
sur l’équipe nationale et les équipes de division 1 et de division 2 Son objectif
est d’informer les membres de la communauté algérienne établie à l’étranger sur
tous les résultats ayant trait au football.
Vie pratique
EL MOUDJAHID
Vie religieuse
29
Horaires des prières de la journée du dimanche 27 Djoumada Al Thani
1435 correspondant au 27 avril 2014 :
- Dohr.........….............12h46
- Asr.............................16h31
- Maghreb................... 19h36
- Icha……...……....... .09h03
Lundi 28 Djoumada Al Thani 1435
correspondant au 28 avril 2014 :
- Fedjr........................04h22
- Chourouq.................05h58
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
PENSÉE
Kamal oulmane — Achour cheurfi
diRectioN geNeRAle
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
diRectioN de lA RedActioN
Voilà 40 jours que
tu nous as quittés à
jamais,
laissant
derrière toi un grand
vide et une tristesse
incommensurable.
Ta
femme,
tes
enfants et tes petitsenfants n'oublieront
jamais ta gentillesse, ta tendresse et
ta générosité.
En
cette
douloureuse
circonstance, la famille Dziri
demande à tous ceux qui ont connu
le défunt Dziri Sadek d'avoir une
pieuse pensée pour lui et prie Dieu
de l'accueillir en Son Vaste Paradis.
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
internet : http://www.elmoudjahid.com
e-mail : [email protected]
BUReAUX RegioNAUX
coNStANtiNe
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
oRAN
Maison de la Presse
er
3, place du 1 Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BoRdJ BoU-ARReRidJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
Sidi Bel-ABBeS
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BeJAiA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
tiZi oUZoU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
tleMceN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MAScARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
ceNtRe AiN-deFlA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBlicite
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
AlgeR : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABoNNeMeNtS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
coMPteS BANcAiReS
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
iMPReSSioN
Edition du Centre :
Société d’impression d’Alger (SiA)
Edition de l’Est :
Société d’impression de l’est, constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’impression de l’ouest, oran
Edition du Sud :
Unité d’impression de ouargla (SiA)
Unité d’impression de Béchar (SiA)
diFFUSioN
centre : EL MOUDJAHID
tél. : 021 73.94.82
« A Dieu nous appartenons et à
Lui nous retournons. »
El Moudjahid/Pub du 27/04/2014
El Moudjahid/Pub
40e JOUR
A l’occasion
du 40e jour du
décès de
LOUNICI Farid
le 21/03/2014,
la famille Lounici de
Soustara invite tous ceux qui l’ont
connu d’avoir une pieuse pensée
pour le regretté Farid et les invite à
assister à son 40e jour, qui aura lieu
le lundi 28 avril 2014 au domicile
mortuaire à Soustara, Alger.
« A Dieu nous appartenons et à
Lui nous retournons. »
El Moudjahid/Pub
El Moudjahid/Pub du 27/04/2014
est : SARl “SodiPReSSe” :
tél-fax : 031 92.73.58
ouest : SARl “SdPo”
tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “tdS”
tél-fax : 029 75.02.02
France : iPS (international Presse Service)
tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
El Moudjahid/Pub
El Moudjahid/Pub
Dimanche 27 Avril 2014
Société
30
4.158 interventions enregistrées
en 48 heures
PROTECTiON CiviLE
● 13 morts et 51 personnes blessées dans des accidents de la route.
es unités de la protection civile ont enregistré 4.158 interventions à travers le pays
durant la période allant du 24 au 26
avril 2014. Selon le communiqué
parvenu à notre rédaction, plusieurs
accidents de la circulation ont été enregistrés durant cette période, dont
16 ont été mortels ayant causé le
décès de 13 personnes sur les lieux
d’accident et blessant 51 autres, qui
ont été traitées et évacuées vers les
structures hospitalières par les services de secours.
Ce bilan montre qu’en dépit des
mesures répressives prises par les
autorités concernées ces derniers
temps, afin de réduire ce phénomène, les statistiques des accidents
de la route se maintiennent à un niveau alarmant. Le bilan le plus lourd,
selon la protection civile, « à été enregistré dans la wilaya de Sidi Bel
Abbés avec 2 personnes décédées et
6 autres blessées, suite a une collision entre 2 véhicules légers survenue sur la RN n°17, commune de
Sfisef ».
L
Le bilan, arrêté hier matin à
8h00, fait également ressortir que les
secours de la protection civile sont
intervenus pour l’extinction de 10 incendies urbains, industriels et divers,
au niveau des wilayas d’Alger, Tipasa, Bejaia, Sidi Bel Abbès, Ain
Defla, Biskra, Ghardaïa, Jijel et
SiDi BEL-ABBES
2 morts et 17 blessés dans une
collision entre un bus et un camion
Deux personnes ont été tuées et 17 autres blessées suite à une collision survenue, hier, à Sidi Bel-Abbès, entre un bus de voyageurs et un camion, a-t-on
appris auprès des services de la Protection civile.
L’accident a eu lieu sur la RN7, au niveau de la commune de Mostefa Benbrahim. un camion de transport de marchandises a percuté de plein fouet un
bus de transport de voyageurs, venant de Mascara à destination de Tlemcen.
Les deux voyageurs sont morts sur le coup alors que les blessés, dont cinq
se trouvant dans un état grave, ont été évacués vers les hôpitaux du chef-lieu
de wilaya et de Sfisef. La veille, sur le même tronçon, un autre accident avait
fait deux morts et six blessés, dont trois dans un état grave, suite à une collision
entre deux voitures légères. Les services de la gendarmerie nationale ont ouvert deux enquêtes pour déterminer les causes de ces drames.
Constantine, l’incendie le plus important a été enregistré au niveau de
la wilaya de Tipasa, il s’agit d’un feu
qui a pris sur des papiers de recyclage stockés à l’air libre, au niveau
de l’usine d’emballage Tonic, sise en
zone industrielle de la commune de
Chaïba.
D’importants moyens humains et
matériels ont été mobilisés pour
venir à bout de cet incendie qui n’a
pas fait de victimes.
il convient de signaler, d’autre
part, que les secours de la protection
civile ont enregistré trois décès par
noyade. Pour le premier, il s’agit de
2 enfants, âgés de 11 et 8 ans, décédés dans une mare d’eau au lieu-dit
village El Malaâb, commune de Takhemaret, wilaya de Tiaret. Les dépouilles ont été évacuées vers la
polyclinique locale. Le deuxième
cas, 1 enfant de 14 ans, est décédé
dans un point d’eau au lieu-dit oued
Bou Saada, commune de Bou Saada
wilaya de M’sila, la dépouille a été
évacuée vers l’hôpital local.
A noter l’intervention des secours
de la protection civile de la wilaya
de Guelma pour l’évacuation vers
l’hôpital d’Oued zenati, de 2 personnes décédées asphyxiées par gaz,
monoxyde de carbone, émanant d’un
chauffage au village lamma, commune Oued zenati.
Makhlouf Ait Ziane
DJELFA
2 morts et un blessé
dans un accident de la circulation
Deux personnes ont trouvé la mort et une autre a été grièvement blessée
dans un accident de la route, survenu dans la nuit de vendredi à samedi, à
Djelfa, a-t-on appris auprès de la Protection civile. L’accident a eu lieu,
lorsqu’un véhicule est entré en collision avec un camion, sur la RN 46, au
lieudit Meksa, à 15 km à l’ouest du chef-lieu de la wilaya , a-t-on indiqué
de même source. Deux jeunes (âgés respectivement de 24 et 27 ans) sont
décédés sur place, et un autre (33 ans) a subi de graves blessures, a-t-on
précisé, ajoutant que les dépouilles des victimes ont été transférées à la
morgue de l’hôpital de Djelfa. Le blessé a été transféré au même hôpital
pour recevoir les soins nécessaires. une enquête a été diligentée par les services de la gendarmerie nationale pour déterminer les circonstances exactes
de cet accident.
Tizi-OuzOu
28 kilos de kif traité saisis par la gendarmerie
28,150 kilogrammes de kif traité ont été
saisis au courant de la semaine dernière par la
section de recherche du groupement territorial
de Tizi-Ouzou de la gendarmerie nationale,
cette importante quantité de stupéfiant a été
saisie dans un barrage de contrôle installé sur
la RN12 à hauteur de la commune de Tadmait,
une quinzaine de kilomètres à l’ouest du cheflieu de wilaya de Tizi-Ouzou, suite à des renseignements précis faisant état de l’arrivée à
partir de la wilaya de Tlemcen d’une quantité
de drogue que devait être écoulée à TiziOuzou par un réseau de dealers.
Cette quantité de drogue a été découverte
par un chien policier à bord d’un véhicule de
marque Citroën Elysée immatriculé à Tlemcen
conduite par le dénommer R.S., âgé de 45 ans,
accompagné par son frère E.A., qui ont été interpellés, lit-on dans le même communiqué.
Les 280 plaques de kif traité ont été dissimulées dans de différents compartiments du véhicules, notamment le moteur et les ailes
arrières, précise-t-on de même source.
Les aveux des deux individus arrêtés ont
permis aux enquêteurs de la section de recherche du groupement de gendarmerie de
Tizi-Ouzou de remonter jusqu’à la source de
cette drogue, à savoir la wilaya de Tlemcen, et
l’identification de l’auteur de cet envoi. Bénéficiant de l’extension du territoire de l’enquête,
les éléments de la section de recherche se sont
déplacer à Tlemcen où ils ont réussi à arrêter
le dealer auteur de cette tentative d’inondation
de Tizi-Ouzou d’une telle quantité de drogue,
le nommer K.L. (40 ans) et de saisir quelque
470 autres grammes de kif traité lors de la perquisition de son domicile, a-t-on encore indiqué. Selon toujours le communiqué, le dealer
de Tlemcen a versé une somme de 33 millions
de centimes au conducteur de la Citroën pour
acheminer les 28,150 kilogrammes de drogue
à Tizi-Ouzou où il devait les remettre à d’autres dealers.
Bel. Adrar
EL MOUDJAHID
ARRESTATiON D’uN
CADRE DE LA DJS
DE MASCARA EN
FLAGRANT DELiT
DE CORRuPTiON
Il réclamait
40 millions de
centimes pour
avaliser un projet
une nouvelle affaire de corruption
vient d’être rendue publique par les services de la gendarmerie nationale. une
affaire qui a ébranlé l’administration de
la wilaya de Mascara, a-t-on appris auprès de le Cellule de communication du
commandement de la gendarmerie nationale.
Tout a commencé mercredi dernier
à 13 heures 30 minutes, suite à une
plainte déposée par un entrepreneur répondant aux initiales K.A., 40 ans, victime d’un chantage, les gendarmes
enquêteurs de la section de recherches
relevant du groupement de Mascara ont
interpellé, le nommé D.B., 47 ans, ingénieur d'Etat fonctionnaire dans l'habitat et l'urbanisme et inspecteur des
travaux de la direction de la jeunesse et
des sports de Mascara. Le mis en cause
a été pris en flagrant délit de corruption. il venait de percevoir la somme de
400.000 DA (40 millions de centimes)
du plaignant en contrepartie, celui-ci
lui avait promis d'avaliser les documents relatifs à l’achèvement des travaux d'un projet au profit du centre
d'équitation de la ville Mascara, a
ajouté notre source.
Arrêté, les gendarmes de la brigade
de recherches de Mascara ont présenté
l’ingénieur d'Etat dans l'habitat et l'urbanisme devant le procureur de la République près le tribunal local, pour
délit de corruption. Le fait dont a été
victime un des entrepreneurs de la ville
de Mohammadia.
il a été placé sous mandat de dépôt.
Par ailleurs, dans une autre affaire, les
gendarmes de la brigade de Aïn-ElBerda ont présenté devant le tribunal
d'El-Hadjar, douze personnes dont sept
repris de justice, pour association de
malfaiteurs, vol de cheptel et recel,
dont a été victime un agriculteur résidant au village El Harouche, commune
de Aïn-El-Berda. Neuf d'entre elles ont
été placées sous mandat de dépôt, deux
citées à comparaître à une audience ultérieure et la dernière sous contrôle judiciaire. Jeudi dernier, à 9 heures, la
victime avait déclaré à ladite brigade
qu'à 1 heure du matin, onze malfaiteurs
avaient investi son étable où après
l'avoir roué de coups de bâton et ligoté,
ils se sont emparés de 85 ovins.
Les recherches déclenchées par les
gendarmes ont abouti à l'interpellation
des mis en cause et saisi dans le domicile de l'un d’eux au centre-ville de
Aïn-Fekroun (Oum-El-Bouaghi), un
camion de marque Sonacome K.66, qui
a servi au transport du cheptel volé, et
dans le domicile d'un autre à El-Bouni
un véhicule de marque Renault Symbol, qui avait servi lui, au transport des
malfaiteurs.
Mohamed Mendaci
Publicité
Dimanche 27 Avril 2014
ANEP 119379 du 27/04/2014
EL MOUDJAHID
Culture
Les légendes d’un monde
en voie de disparition
ture
Note de lec
LE GRIOT DE L’ÉMIR DE BEYROUK
31
FESTIVAL CULTUREL
DES ARTS ET DES CULTURES
POPULAIRES
Alger accueille
Skikda et ses arts
B
eaucoup d’auteurs africains contemporains restent méconnus sur leur
propre sol, alors qu’ils font paraître dans la sphère éditoriale française d’intéressants ouvrages qui
les distinguent comme écrivains
singuliers, porteurs de thématiques propres à leur environnement sociopolitique. Il importe
pour nous dans le continent africain, et particulièrement dans les
pays maghrébins qui possèdent
une longue tradition dans la littérature d’expression française, d’en
découvrir quelques-uns pour avoir
une meilleure perception des exigences esthétiques d’une écriture
qui n’a pas toujours la visibilité
qui lui revient en droite ligne dans
nos contrées, sachant que le passage de ces productions dans nos
pays voisins, même si certaines
d’entre elles peinent à voir le jour,
peut favoriser nos connaissances
communes en nous permettant
d’échanger nos préoccupations
dans ce domaine.
Le rôle des éditions tunisiennes
« Elyzad » lauréates du prix
Alioune Diop 2011 de la FILDAK,
qui œuvre en faveur de la promotion de l’édition en Afrique en partenariat
avec
l’Organisation
internationale de la Francophonie,
est justement d’assurer la circulation
de ces productions, d’autant qu’elles
se font rares dans certains pays qui
ne connaissent pas vraiment une tradition littéraire attestée. Le présent
livre, que nous avons eu beaucoup de plaisir à lire et à découvrir, se présente comme
le roman d’un parfait chant lyrique nous
transportant avec l’envoûtement de sa
plume dans la poésie des sables propice
aux rêveries solitaires, avec son extraordinaire paysage désertique qui inspire toujours les auteurs, ces derniers puisant dans
leur imaginaire toute l’authenticité de leur
culture passée et présente au travers de
thématiques profondes et particulières.
C’est le cas du romancier mauritanien
Beyrouk qui a écrit « Et le ciel a oublié
de pleuvoir », paru à Paris en 2006 et un
recueil intitulé « Nouvelles du désert »
dans « Présence africaine ». Ce dernier est
né en 1957 à Atar dans le Nord de cette
contrée dont nous entendons très peu parler des productions littéraires et qui apparaît dans son pays comme une
personnalité de premier plan dans ce do-
maine
puisqu’il a d’abord suivi des études en
droit avant de choisir le métier de journaliste et de militer dans son pays en faveur
de la liberté d’expression et d’opinion
dans la presse avec la création du premier
journal indépendant en 1988. Le roman
publié par « Elyzad » en 2013 raconte
l’histoire
du
griot
des
Ouled
Mabrouk qui joue merveilleusement de
son luth ou le « tidinitt » en égrenant de sa
voix ensorcelante des chants vantant les
épopées guerrières des chefs que les nomades de sa tribu assis en rond à l’intérieur des tentes écoutent avec une ferveur
presque religieuse.
Ce personnage haut en couleurs, qui
porte tout le récit dont les paroles symboliques chantent les vertus du désert et de
ses gens affables et généreux qui vivent
paisiblement entre leurs bêtes et les légendes d’un monde qui s’évanouit aujourd’hui, contient la seule force dans son
verbe lumineux et détient le pouvoir dirait-on magique de renverser le cours de l’Histoire. Celle de
sa tribu aux nobles origines qui a
su perpétuer la tradition prophétique des griots et qui est en butte
à des luttes intestines entre anciens cousins d’une tribu qui descend du même ancêtre, une tribu
qui a conservé ses valeurs cristallines mais qui fut hélas vaincue
par l’émir Ahmed qui en vrai
tyran veut soumettre sous son
joug toutes les autres tribus du
désert. Lui ne cesse d’invoquer et
de dire des louanges sur la bonté
et la beauté splendides presqu’inqualifiables sous la clarté du ciel
et des feux de bois de Khadija
morte parce qu’elle avait aimé
cet émir ennemi de sa tribu sans
doute se donnant elle-même la
mort étendue au-dessus de la
haute dune avec ses longs et
doux cheveux serpentant sur son
front lisse qui cachaient l’oasis
de ses yeux cerclés de khol.
Alors de gardien de traditions séculaires héritier d’une
tribu désormais dispersée, erre
avec son luth à la main, entre les
campements inconnus et la cité
de Tombouctou dans un Sahara
des temps anciens où les haines
tenaces côtoient les violentes
passions : « Révolté par l’affront fait à son amie la belle
Khadija, poussée à la mort par
l’émir souverain, le griot de la
grande tribu quitte la terre des nomades et
s’exile à Tombouctou, cités des savoirs et
des marabouts.
Il y retrouve la paix, la générosité et
l’amour. Mais son destin l’appelle ailleurs,
au pays des Maures, où il porte haut sa
voix afin de semer les graines de la révolte.
Car dans ces espaces infinis, c’est la
musique des pères qui réveille l’orgueil
des hommes et les fureurs du désert »,
peut-on lire en quatrième de couverture.
Ce roman qui nous raconte la culture oubliée et en voie de disparition d’une partie
du monde et dont nous conseillons la lecture, est écrit avec une plume pleine de
suavité, voire parfois de musicalité, il
nous fait découvrir à travers le texte un
univers africain aux abords du Sud dont
l’histoire miroite infiniment avec ses mirages et ses secrets enfouis sous les sables
Lynda Graba
Ph: Louiza.M
Le présent livre, que nous avons eu beaucoup de plaisir à lire et à découvrir, se présente comme le roman
d’un parfait chant lyrique nous transportant avec l’envoûtement de sa plume dans la poésie des sables
propice aux rêveries solitaires, avec son extraordinaire paysage désertique qui inspire toujours les auteurs.
A
l’occasion de la tenue du festival culturel
des arts et des cultures populaires, du 27
avril au 1er mai à la salle El Mouggar d’Alger, une conférence de presse a été animée mercredi dernier, par le comité du festival, pour donner
les grandes lignes de cette manifestation culturelle,
qui mettra à l’honneur durant cette édition les arts
de la wilaya de skikda.
Alger accueille à partir d’aujourd’hui et durant
une semaine la deuxième wilaya dans son cycle des
échanges culturels qui rentrent dans l’agenda du
ministère de la Culture et des Directions de culture
des 48 wilayas du pays. Des animations folkloriques, des galas artistiques, des poésies populaires,
des expositions d’arts et d’artisanat, des pièces de
théâtre, une conférence historique et un mariage
traditionnel seront au menu se ce mini-festival, qui
a pour principal objectif, la valorisation du patrimoine culturel des wilayas, et de faire découvrir le
savoir-faire des artistes et artisans locaux.
« Ce genre de festivals s’est institutionnalisé en
2008, mais tout a commencé en 2007, lorsqu’Alger
était la capitale de la culture arabe, les directions
de culture des 48 wilayas se sont réunies, et à partir
de là, l’idée était venue du ministère de la Culture
d’organiser des échanges culturels qui iront au-delà
du simple statut de semaine culturelle, à un festival
culturel avec un comité d’organisation et un commissaire, afin de permettre aux gens, notamment
aux jeunes, d’échanger leur idées, talents et savoirfaire avec les jeunes des autres wilayas », a affirmé
Badia Sator, directrice de la culture de la wilaya
d’Alger.
Avant d’ajouter : « Annuellement, chaque wilaya accueille et rend visite à cinq autres wilayas.
Pour notre part, nous avons déjà accueilli TiziOuzou, nous sommes sur le point d’accueillir
Skikda, et nous allons accueillir également El Tarf
au mois de mai, et puis Annaba et Msila ». L’aspect
touristique a été mis en exergue par un membre du
comité d’organisation, indiquant que les villes côtières accueilleront en été les wilayas de l’intérieur
du pays, afin de permettre à ces derniers de profiter
de la mer tout en participant à une manifestation
culturelle riche de son contenu. La conférencière à
indiqué en somme, que le budget annuel est de 17
millions, il comprendra la location des salles, la
restauration et les cachets des artistes.
Kader Bentounès
Publicité
ANEP 119357 du 27/04/2014
Dimanche 27 Avril 2014
PÉTROLE
Le Brent
à 109.51
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.383 $
D E R N I E R E S
La ministre de la Culture salue le courage
et la "discrétion" d’ Evelyne Safir Lavalette
DANS UN MESSAGE DE CONDOLÉANCES
L
La ministre de la Culture, Khalida Toumi, a rendu, dans un message de condoléances publié hier, un hommage appuyé à la femme "courageuse, humble et discrète"
qu'a été la moudjahida Evelyne Safir Lavalette, décédée vendredi soir à Médéa à l'âge de 87 ans.
a ministre a exprimé sa "profonde tristesse" suite à la disparition de la militante de
l'indépendance algérienne, qui a,
dit-elle, "pris très tôt conscience de
l'injustice et de la barbarie du système colonial" et s'est mise "au service de la Révolution" en
accomplissant des "missions difficiles". Mme Toumi rappelle que la
défunte a milité depuis 1955 au sein
du Front de Libération Nationale
(FLN historique), "au risque de sa
vie" et "avec loyauté et efficacité",
en hébergeant notamment des
moudjahiddine ou en se chargeant
du transport et de la remise de documents confidentiels. La ministre
rappelle également qu'elle s'est
"aussitôt remise au service de la
lutte de Libération" après son arrestation en 1956 par la police française, ce qui lui vaudra d'être
emprisonnée et torturée. La ministre a par ailleurs évoqué l'ouvrage
autobiographique "pudique, généreux et lumineux", que la défunte a
publié en 2013 sous le titre Juste
algérienne... comme une tissure
(ed. Barzakh). Ce témoignage est
une compilation de textes écrits par
la défunte entre 1956 et 2013 où
elle évoque son parcours de militante, marqué par trois ans d'emprisonnement
et
d'internement
psychiatrique dans un hôpital algérois durant la guerre de Libération.
Dans ce livre, "à l'image de son auteur", ainsi que qualifié par la ministre, elle revient avec pudeur sur
les privations, les tortures, et les
longs interrogatoires qu'elle a subis,
en mettant l'accent sur la solidarité
entre les détenues politiques. Arrêtée le 13 novembre 1956 à Oran,
Evelyne Safir Lavalette a été privée
de ses droits civiques, frappée d'indignité nationale et condamnée à
trois ans d'emprisonnement qu'elle
passera à Oran, Orléansville (Chlef
actuellement) et à la prison centrale
de Maison-Carrée (El Harrach).
Née en 1927 à Alger dans une famille catholique conservatrice,
Evelyne Safir Lavalette rejoint le
FLN après avoir été enseignante,
Evelyne Safir inhumée à Alger
La combattante de la cause nationale, Evelyne Safir décédée, vendredi soir à l’âge de
87ans, a été inhumée hier à Alger, au cimetière
chrétien de Diar Essâada (El-Madania), en
présence notamment d’anciens moudjahidine
et d’historiens.
Evelyne safir, née Lavalette, a rejoint les
rangs du Front de Libération Nationale (FLN)
en 1955 à l’âge de 28 ans, et a été engagée
comme agent de liaison, chargée de l’impression de tracts, du transport de matériel et de
l’acheminement des colis. La défunte a également hébergé, dans sa villa à la rue Daguerre
à Alger Centre, certains grands chefs de la Révolution, dont Ouamrane, Slimane Dehilis,
Krim Belkacem, Larbi Ben M’hidi, Mohamed
Seddik Benyahia, Abane Ramdane et Benyoucef Benkhedda.
« Cette Algérienne de cœur et Française
d’origine, est une grande militante de la cause
nationale. Elle avait le sens intransigeant de la
justice d’un peuple opprimé qui demandait la
reconnaissance de sa dignité et de son indépendance », témoigne l’ancien chef du gouvernement Réda Malek. Pour lui, la défunte
qui a « accepté de se sacrifier librement pour
56e ANNIVERSAIRE DE LA GRANDE BATAILLE DE SOUK AHRAS
Lever le voile sur les exploits méconnus
de la Révolution
La conjugaison des efforts entre chercheurs
et moudjahiddine, pour lever le voile sur les
exploits méconnus de la Révolution, a été recommandée, hier à Souk-Ahras à l’occasion
de la commémoration du 56e anniversaire de
la Grande bataille de Souk Ahras. Le secrétaire
de wilaya de l’Organisation nationale des
moudjahiddine (ONM) a estimé, dans une allocution prononcée au musée du cimetière des
Chouhada que le fait de faire connaître les exploits des combattants algériens lors de la lutte
pour l’indépendance permettra aux jeunes de
"tirer des leçons et de se nourrir du courage
de leur aïeux pour construire leur avenir".
Saluant les initiatives de commémoration
d’évènements historiques ayant marqué la glorieuse Révolution, l'orateur a indiqué que l’objectif recherché à travers ces "actes de
mémoire" était de "consolider l’esprit de nationalisme chez les générations montantes".
Appelant les jeunes à préserver cet acquis, le
responsable qui s’exprimait devant un parterre
composé des autorités locales, civiles et militaires, et d’un nombre important de jeunes, a
estimé que les générations de l’indépendance
disposent des potentialités nécessaires pour
construire une Algérie à la hauteur des aspirations des moudjahiddine et des martyrs.
Auparavant, la délégation officielle s’était
recueillie au cimetière des Chouhada à la mémoire des hommes et des femmes qui se sont
sacrifiés pour la libération de la patrie, avant
de poser une gerbe de fleurs au pied de la stèle
commémorant la Grande bataille de Souk
Ahras et sur laquelle sont inscrits les noms de
639 martyrs, originaires de plusieurs régions
du pays, qui ont participé à ce glorieux fait
d’armes.
De nombreuses activités culturelles et sportives ont également marqué la commémoration de cette date anniversaire.
LE 30 MAI À ALGER
Concert de la star de la chanson
francophone Stromae
La star de la chanson
francophone du moment
Stromae animera le 30
mai prochain un méga
concert à Alger, à la coupole du complexe olympique, a annoncé le
chanteur de Hip hop luimême dans une vidéo
postée hier sur internet.
"Très heureux de vous annoncer que je mettrai
pour la première fois les
pieds en Algérie (...).
Nous viendrons vous présenter notre nouveau
spectacle", s'est contenté de
déclarer l'artiste. Né en 1985
à Bruxelles (Belgique) de
mère belge et de père rwandais, Paul Van Haver, de son
vrai nom, est à la fois auteur,
compositeur interprète et
producteur, de nationalité
belge. En 2009, il sort son
premier album "Cheese",
consacré en 2011 Album de
musiques électroniques ou
dance de l'année par les victoires de la musique, et se
fait connaître avec "Alors on
danse", pièce extraite du
même album et classée
également hit de l'année
aux Music Industry
Awards de 2010. En
2013, son deuxième
album "Racine carrée" est
un succès critique et
commercial, avec des titres phares comme "Papaoutai" (Papa où t'es ?),
meilleur clip au Festival
international du film francophone de Namur (Belgique), et "Formidable",
prix Ralph Marbot de la
chanson à la même année.
Depuis 2009, Stromae ne
cesse de cumuler les distinctions dans différentes manifestations, totalisant pour
l'unique année 2014 pas
moins de six prix.
syndicaliste et cadre des scouts féminins. Agent de liaison de Benyoucef Benkhedda, elle héberge
durant la guerre des figures du
mouvement national comme Larbi
Ben M'hidi et Krim Belkacem. Elle
avait, en outre, dactylographié en
1956 l'appel à la grève des étudiants
et la lettre adressée à ses parents par
Ahmed Zabana, premier martyr
guillotiné de la guerre de Libération. Evelyne Safir Lavalette est
élue en 1962 à la première Assemblée Constituante de l'Algérie indépendante puis à l'Assemblée
nationale en 1964. La défunte devait être enterrée ce samedi, dans
l'après-midi, au cimetière d'El Madania à Alger.
le peuple algérien », faisait partie de « l’élite
agissante pendant la Révolution algérienne.»
En juillet dernier, la défunte a publié un livre
Juste algérienne... comme une tissure, une autobiographie retraçant son parcours de militante au sein du Front de libération nationale
(FLN) et des institutions officielles du pays
après l’indépendance. Retraitée, elle s’installe
à Benchicao, à l’est de Médéa, avec son
époux, le journaliste Abdelkader Safir, puis
déménagea, pour des raisons sécuritaires, à
Médéa ville, à partir de 1993 où elle passa le
restant de sa vie.
UNIVERSITÉ IBN KHALDOUN DE TIARET
Convention de partenariat avec une société espagnole
L’Université "Ibn Khaldoun" de Tiaret a signé une convention de partenariat avec
l’entreprise Espagnole "FCC", chargée de la réalisation de la ligne ferroviaire Relizane-Tiaret-Tissemsilt, a-t-on appris hier de son recteur, M. Khaldi Mederbel. M.
Khaldi a indiqué qu'en vertu de cette convention, paraphée au rectorat de l'université,
la société espagnole assurera une formation aux personnels de cet établissement de
l'enseignement supérieur et recrutera un certain nombre de ses diplômés.
L'accord permet également aux diplômés de l’université qui seraient recrutés au
niveau de cette entreprise de s'insérer dans le marché du travail international, selon
le même responsable qui a souligné, par ailleurs, que l’université a signé dix conventions depuis septembre dernier, dans le cadre de son ouverture sur l’espace international.
Ces accords ont été signés, pour l’essentiel, avec des universités françaises, ukraniennes, britanniques, américaines, italiennes, marocaines et de Georgie, en attendant
la signature d’autres avec des universités de Turquie, dans le cadre des échanges
d’expertise et d'équivalence des diplômes et la création de possibilités de formation
au profit d'étudiants et d'enseignants-chercheurs, selon la même source. L’université
de Tiaret a, dans le cadre de la complémentarité avec son environnement, signé d’autres conventions avec notamment l’Agence de développement sociale (ADS) et le
secteur des forêts, en attendant la conclusion d’accords avec la Société nationale de
véhicules industriels (SNVI) de Tiaret.
CONCERT SYMPHONIQUE À TIZI-OUZOU
Une touche de douce mélancolie
L'orchestre symphonique national, dirigé par le maestro russe Guerassim Voronkov, qui s'est produit, hier, au Théâtre
Kateb Yacine, a offert, aux mélomanes de
Tizi-Ouzou, un concert de musique classique marqué par la douceur et la mélancolie de l'œuvre de Tchaïkovski. La
première partie du programme a débuté
avec la pièce maîtresse de l'œuvre du
grand compositeur russe Piotr Ilich Tchaïkovski, "Concerto pour piano et orchestre
n°1 en Si bémol mineur. Opus 23 " qui a
permis à la soliste Louiza Hamadi, de dévoiler au public, visiblement charmé, ses
talents de pianiste. A la première partie du
concert déroulée en trois mouvements,
"Allegro non troppo e molto maestoso ",
" Andante semplice" et" Allegro con
Fuoco", et marquée par la douceur et des
notes joyeuses, succède la mélancolie qui
imprègne la deuxième partie du programme avec l’interprétation de la
deuxième pièce de Tchaïkovski, Symphonie n°5 en mi mineur, Op.64, déroulée en
quatre mouvements " Adagio - Allegro
con anima", "Andante cantabile con al-
cuna licenz", "Allegro moderato" et " Andante maestoso - Allegro vivace". Le
concerto a été clôturé en beauté avec une
musique du patrimoine algérien " Nebda
qol besm Allah wes 'lat aâla R'soul Allah",
interprétée avec brio par les musiciens de
l'OSN, qui a reçu une standing ovation de
la part du public. Guerassim Voronkov,
chef d'orchestre et compositeur, a étudié
le piano et le violon, est nommé en 1989
directeur de l'Orchestre symphonique du
conservatoire Tchaïkovski. En 1991, il
s'installe à Barcelone (Espagne) où il
fonde, en 1993, l'Orchestre de la Camerata
Mediterranea. A la fin du concert, Louiza
Hamadi accompagnée de son père, Amar,
a exprimé à l'APS sa joie de jouer à TiziOuzou, région d'où est originaire son père,
devant un public chaleureux. Fille et petite-fille de musiciennes, sa mère Marina
est une grande concertiste et professeur
de piano et sa grand-mère, Valentina
Kotchkina, était une pianiste et une
grande pédagogue très connue à Moscou.
Son père aussi est musicien et professeur
d'harmonie.
Author
Document
Category
Uncategorized
Views
0
File Size
1 373 KB
Tags
1/--pages
Report inappropriate content