close

Enter

Log in using OpenID

Cahier des programmes détaillés 2014 - JASP

embedDownload
Programmes détaillés des 18es Journées annuelles de santé publique
Lundi 24 novembre
♦ Responsabilité populationnelle :
miser sur le développement des
communautés et l’action
intersectorielle
Mardi 25 novembre
Mercredi 26 novembre
♦ Classe de maître avec Camil
Bouchard
♦ Classe de maître avec Richard
Lessard
♦ De New York à Lac-Mégantic :
accompagner le rétablissement de
la communauté après un sinistre
♦ Agir en réseaux pour innover et
améliorer la santé des
populations : que nous
apprennent les difficultés
rencontrées?
♦ Animer la responsabilité
populationnelle par des pratiques
innovantes d'intervention dans la
communauté
♦ Saines habitudes de vie : tout le
monde en parle, mais…
♦ Les inégalités de santé
attribuables au travail
♦ Bâtir un environnement alimentaire
sain et durable dans nos
collectivités
♦ Quand les politiques rurales se
font politiques de santé
♦ Accorder santé et bien-être au
masculin : les hommes québécois
et leur rapport aux services
♦ Les communautés de pratique :
partager efficacement pour mieux
collaborer
♦ DEMI-JOURNÉE PM
♦ Politiques publiques et problèmes
vicieux (wicked problems) :
comment s’y prendre?
♦ ATELIER MÉTHODOLOGIQUE
♦ Animer des formations, une
compétence en soi
♦ La communication : une fonction
stratégique en santé publique
♦ La promotion de saines habitudes
de vie et la prévention de l'obésité
: doit-on ajuster le tir?
♦ DEMI-JOURNÉE AM*
♦ Regards sur la santé sexuelle des
jeunes adultes au Québec
♦ DEMI-JOURNÉE PM*
♦ Les probabilités de dépassement
de seuil pour diagnostiquer
l’exposition aux contaminants
chimiques en milieu de travail
♦ Se mobiliser et agir pour le
développement des jeunes
enfants : inspirations d’ici et
d’ailleurs
♦ Briser le silence sur le bruit
environnemental
♦ Le tabagisme chez les jeunes :
vieux problème, nouvelles
tendances
♦ DEMI-JOURNÉE AM*
♦ Les cliniques jeunesse : être au
service des jeunes
♦ Collaborer ou non avec l'industrie
agroalimentaire dans la lutte
contre l’obésité?
♦ ATELIER MÉTHODOLOGIQUE
♦ DEMI-JOURNÉE PM*
♦ Pouvoir et savoir travailler
ensemble pour des milieux de vie
en santé
♦ L'intérieur des commerces
d'alimentation : explorer les
interventions pouvant favoriser de
meilleurs choix alimentaires
1
Lundi 24 novembre
Responsabilité populationnelle : miser sur le développement des communautés et l’action
intersectorielle
Le développement des communautés et l’action intersectorielle figurent toutes deux au Programme national de santé publique à
titre de stratégies transversales. Visant les déterminants de la santé, elles sont largement utilisées dans le réseau de la santé et des
services sociaux, notamment en vue d’actualiser la responsabilité populationnelle au niveau local. Pour assumer cette
responsabilité, les partenaires du réseau local de services doivent apprécier l’ensemble des interventions mises en œuvre sur leur
territoire et prendre en compte les besoins exprimés et non exprimés par la population.
Bien que le développement des communautés et l’action intersectorielle partagent des éléments essentiels tels que leur finalité sur
le plan de l’amélioration de la santé et du bien-être de la population, ils se distinguent par certains leviers d’action plus spécifiques.
Cette journée sera l’occasion de poser un regard analytique sur ces deux stratégies afin de mettre en lumière leur contribution
respective à l’exercice de la responsabilité populationnelle tout en démontrant dans quelle mesure elles se complètent et
s’enrichissent.
Au terme de cette journée, les participants seront en mesure de mieux tirer profit des stratégies de développement des
communautés et d'action intersectorielle pour assurer le plein exercice de la responsabilité populationnelle. Cette formation
s’adresse particulièrement aux gestionnaires et professionnels des centres de santé et de services sociaux, des agences de la
santé et des services sociaux, des établissements régionaux de santé et services sociaux (centres jeunesse, centres de
réadaptation, etc.) et du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Les différents partenaires du domaine de la
santé et des secteurs connexes (éducation, municipal, emploi, etc.) pourront également y trouver matière à réflexion.
À la fin de cette journée, les participants seront plus spécifiquement en mesure :
♦ d’expliquer l’apport essentiel du développement des communautés et de l’action intersectorielle à l’exercice de la responsabilité
populationnelle;
♦ de décrire les conditions de succès et les leviers d’action en matière de développement des communautés et d’action
intersectorielle, et ce, à la lumière d’expériences locales et régionales;
♦ de reconnaître les compétences requises pour travailler en développement des communautés et en action intersectorielle dans
une perspective de responsabilité populationnelle.
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
Animation de la journée
Michel Venne, directeur général et conseiller stratégique, Institut du Nouveau Monde
10 h à 10 h 05
Mot de bienvenue
Salle 206 A
10 h 05 à 10 h 20
Salle 206 A
Le développement des communautés et l’action intersectorielle : un solide alliage pour l’exercice de la responsabilité
populationnelle
Réal Morin, M.D., M.B.A., directeur scientifique, Direction du développement des individus et des communautés, Institut national
de santé publique du Québec
Isabelle Malo, M. Sc. (gestion), présidente-directrice générale, Agence de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent
10 h 20 à 10 h 55
Salle 206 A
Développement des communautés, participation citoyenne et responsabilité populationnelle
L’expérience du Collectif territorial du Haut-Saint-François en Estrie
Jean-Guy Tessier, coordonnateur du Collectif territorial
Concepts, enjeux et compétences requises
Denis Bourque, Ph. D., Chaire de recherche du Canada en organisation communautaire, Université du Québec en Outaouais
10 h 55 à 11 h 10
Période d’échanges et de questions
Salle 206 A
1
11 h 10 à 11 h 45
Salle 206 A
Action intersectorielle et responsabilité populationnelle
L’expérience du CSSS de Charlevoix avec ses partenaires
Robin Roy, directeur, Service à la clientèle et soins infirmiers, Centre de santé et de services sociaux de Charlevoix
Guy Néron, directeur général, Centre local de développement de la MRC de Charlevoix-Est
André Simard, directeur général, Centre local de développement de la MRC de Charlevoix
Concepts, enjeux et compétences requises
Gérard Divay, Ph. D., professeur titulaire, École nationale d’administration publique
11 h 45 à 12 h
Période d’échanges et de questions
Salle 206 A
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 14 h 10
Salle 206 A
Les six défis de transformation des pratiques professionnelles et de gestion : les implications pour l’exercice de la
responsabilité populationnelle
Marie Côté, B. Ps., M.A.P., conseillère en gestion des ressources humaines, Association québécoise des établissements de santé
et de services sociaux
14 h 10 à 14 h 20
Période d’échanges et de questions
Salle 206 A
14 h 20 à 14 h 50
Salle 206 A
Travailler en réseau pour une meilleure santé de la population
Repenser les services de soins primaires sur la base des besoins en santé exprimés par la communauté du NouveauBrunswick
Nicole D. Labrie, coordonnatrice, Réseau Vitalité
Concepts, enjeux et compétences requises
Jalila Jbilou, M.D., M. Sc., Ph. D., professeure et chercheuse, Université de Moncton
14 h 50 à 15 h
Période d’échanges et de questions
Salle 206 A
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
Salle 206 A
15 h 30 à 16 h 20
Table ronde ‒ Comment l’exercice de la responsabilité populationnelle devient une réponse stratégique dans un
environnement en mouvance?
Animateur :
Michel Venne, directeur général et conseiller stratégique, Institut du Nouveau Monde
Participants :
Daniel Corbeil, M. Adm., directeur général, Centre de santé et de services sociaux Lucille-Teasdale
Lyne Jobin, M. Ps., directrice, Direction générale adjointe de la santé publique, ministère de la Santé et des Services sociaux du
Québec
Denis Marion, B. Sc. pol., maire de Massueville, membre du Réseau québécois des Villes et villages en santé; membre du conseil
d’administration, Institut national de santé publique du Québec
Christian Thivierge, M.A. (développement régional), ingénieur forestier, secrétaire général, Solidarité rurale du Québec
16 h 20 à 16 h 45
Période d’échanges et de questions
Salle 206 A
16 h 45 à 17 h
Synthèse et mot de la fin
Salle 206 A
2
De New York à Lac-Mégantic : le rétablissement de la communauté après un sinistre majeur
La tragédie de Lac-Mégantic survenue en juillet 2013 a largement interpellé le réseau de la santé et des services sociaux, tant pour
intervenir au moment de la crise que pour contribuer au rétablissement de cette communauté durement touchée après
l’événement. Ce fut aussi le cas lors d’autres sinistres majeurs ayant détruit une partie importante de municipalités, pensons
notamment au déluge du Saguenay en 1996, ou encore aux attaques terroristes du 11 septembre 2001 à New York. Peu importe
le type de sinistre (accident technologique, catastrophe naturelle, terrorisme…), des impacts multiples — biologiques, physiques,
chimiques et psychosociaux — doivent être pris en compte par le réseau en vue de soutenir les communautés concernées.
Cette journée permettra aux participants de faire le point sur les interventions à mettre en place pour soutenir le rétablissement
d’une collectivité touchée par un sinistre majeur. Cette activité s’adresse aux intervenants des directions de santé publique qui
travaillent en santé environnementale, en santé mentale ou en développement des communautés ainsi qu’aux professionnels des
agences de la santé et des services sociaux interpellés lors d'un sinistre majeur. Le personnel responsable de la réponse aux
sinistres dans les centres de santé et de services sociaux, les intervenants psychosociaux et les organisateurs communautaires
sont également visés par cette journée.
La traduction simultanée du français à l’anglais et de l’anglais au français sera offerte toute la journée.
Animation de la journée
Linda Pinsonneault, M. D., M. Sc., FRCPC, médecin-conseil, Agence de la santé et des services sociaux de l’Estrie/Direction de
santé publique
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
À la fin de l'avant-midi, les participants seront en mesure :
♦ d’apprécier les impacts d’un sinistre majeur sur les individus et la communauté à court et à moyen terme.
10 h à 10 h 05
Mot de bienvenue
Salle 206 B
10 h 05 à 10 h 20
Salle 206 B
Le rétablissement et la santé publique : quel rôle?
Horacio Arruda, M.D., M. Sc., directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint à la santé publique, ministère de la
Santé et des Services sociaux du Québec
10 h 20 à 10 h 45
Salle 206 B
Que savons-nous des conséquences des sinistres sur les communautés et les individus?
10 h 45 à 11 h 10
Salle 206 B
Les impacts d’un sinistre sur la santé et le bien-être des intervenants psychosociaux
Danielle Maltais, Ph. D., chercheuse, Université du Québec à Chicoutimi
11 h 10 à 11 h 35
Salle 206 B
Effets observables sur les individus et la communauté à la suite de la tragédie de Lac-Mégantic : perspectives du CSSS
Céline Larin, M. Sc., B. Sc. soc., coordonnatrice administrative, Services psychosociaux de rétablissement, Centre de santé et de
services sociaux du Granit
Mario Lefebvre, organisateur communautaire, Services psychosociaux de rétablissement, Centre de santé et de services sociaux
du Granit
11 h 35 à 12 h
Salle 206 B
Période d’échanges et de questions
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
À la fin de l’après-midi, les participants seront en mesure :
3
♦ d’illustrer les interventions du réseau de la santé et des services sociaux et de la santé publique à mettre en place;
♦ de préciser les caractéristiques des actions du réseau de la santé publique favorisant le rétablissement des individus et des
communautés touchés.
L’après-midi est construit autour d’une mise en situation, d’une discussion en petits groupes, d’échanges en plénière et de
présentations plus formelles.
13 h 30 à 13 h 40
Présentation de la mise en situation
Salle 206 B
13 h 40 à 14 h 10
Salle 206 B
Les conséquences des sinistres - Discussion en petits groupes
Les échanges seront structurés autour de questions portant sur les moyens pour documenter les conséquences du sinistre sur les
individus et la communauté et pour identifier les besoins de ces derniers.
14 h 10 à 14 h 25
Retour en plénière et échanges
Salle 206 B
14 h 25 à 15 h
Salle 206 B
L’approche intégrée de la surveillance
Geneviève Petit, M.D., M. Sc., FRCPC, médecin-conseil, Agence de la santé et des services sociaux de l’Estrie/Direction de santé
publique
L’apport des approches qualitatives
Emmanuelle Bouchard-Bastien, M. Env., agente de planification, de programmation et de recherche, unité Santé et
environnement, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie, Institut national de santé publique du Québec
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 16 h
Salle 206 B
Bien répondre aux besoins pour réduire les conséquences - Discussion en petits groupes
Les échanges seront structurés autour de questions portant sur les moyens pour répondre aux besoins et réduire les
conséquences du sinistre sur les individus et la communauté.
16 h à 16 h 15
Retour en plénière et échanges
Salle 206 B
16 h 15 à 16 h 50
Salle 206 B
Leçons apprises à la suite de la fusillade au Collège Dawson : l’organisation des services psychosociaux d’urgence
Alain Lesage, M.D., M. Ph., chercheur, Centre de recherche Fernand-Séguin, Institut universitaire de santé mentale de Montréal;
professeur titulaire, Université de Montréal
Soutenir et développer la résilience d’une collectivité
Tracey O'Sullivan, Ph. D., professeure agrégée, École interdisciplinaire des sciences de la santé, Faculté des sciences de la
santé, Université d’Ottawa
16 h 50 à 17 h
Synthèse de la journée
4
Salle 206 B
Saines habitudes de vie : tout le monde en parle, mais...
De nombreux messages sur les saines habitudes de vie et sur la problématique du poids circulent dans l’espace public québécois.
On observe des campagnes de promotion de la santé, des concours, des résultats de recherche, des reportages et des éditoriaux,
des publicités commerciales, des émissions de télévision, des sites Web et des blogues de tout acabit… Une prolifération
d’acteurs contribuent ainsi à la transmission de ces messages, qu’ils soient issus du réseau de la santé publique ou non. Cette
cohabitation dans la sphère publique peut produire des effets inattendus, voire indésirables, notamment en ce qui a trait à la
compréhension des messages par les publics cibles.
Cette journée thématique se veut une occasion de réfléchir et d’échanger sur la diversité des messages portant sur les saines
habitudes de vie et sur leurs effets. Elle permettra aux participants de comprendre les limites de la communication et les effets de
la cohabitation de divers messages sur les saines habitudes de vie dans la sphère publique. Les participants auront l’occasion de
discuter afin de proposer des pistes d’action stratégiques. Cette formation s’adresse aux professionnels, du réseau et hors réseau,
qui contribuent à l’élaboration des messages sur les saines habitudes de vie et à leur diffusion (ex. : planification, programmation,
recherche, promotion, enseignement, formation, communication, intervention).
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure de :
♦ reconnaître les limites de la communication en santé, particulièrement sur les saines habitudes de vie;
♦ considérer les différents effets de la diversité des messages sur les saines habitudes de vie;
♦ proposer des pistes d’action prometteuses pour réduire les effets indésirables et améliorer la portée des différents messages
portant sur les saines habitudes de vie.
Animation de la journée
Françoise Guénette, journaliste et animatrice
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 05
Mot de bienvenue
Salle 204 AB
Lilianne Bertrand, M.B.A., présidente, Association pour la santé publique du Québec
10 h 05 à 10 h 15
Salle 204 AB
La coexistence de différents messages sur les saines habitudes de vie
Présentation visuelle du bombardement quotidien de différents messages sur les saines habitudes de vie auxquels nous sommes
exposés
10 h 15 à 10 h 30
Salle 204 AB
Regard médiatique sur les messages liés aux saines habitudes de vie
Judith Lussier, B.A., journaliste, chroniqueuse et auteure
10 h 30 à 10 h 45
Salle 204 AB
Les défis de la vulgarisation des messages de santé sur différentes plateformes
Catherine Lefebvre, B. Sc., nutritionniste et auteure
10 h 45 à 11 h
Salle 204 AB
Communiquer sur les saines habitudes de vie sans stigmatiser les populations ciblées : échos de la recherche sur la
prévention de l'obésité
Manon Niquette, Ph. D., professeure titulaire, Département d’information et de communication, Université Laval
11 h à 11 h 15
Salle 204 AB
Multitude de messages: que retient le public québécois?
Suzanne Lemire, directrice générale, Conseil québécois sur le poids et la santé
5
11 h 15 à 12 h
Salle 204 AB
Période d'échanges avec les participants sur les présentations de l'avant-midi
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 13 h 40
Retour sur la matinée
Salle 2000 CD
Françoise Guénette, journaliste et animatrice
13 h 40 à 15 h Salle 204 AB
Expériences sur le terrain, partie I : la communication sur la problématique du poids
Il s'agit d'une table ronde d’intervenants qui présenteront leurs expériences de communication sur des enjeux reliés à la
problématique du poids, dont l’obésité, la préoccupation excessive à l’égard du poids, l’image corporelle ainsi que les produits, les
services et les moyens amaigrissants. Les intervenants et les participants dans la salle discuteront de réussites, de défis et de
pistes de solution pour surmonter les défis que présente la communication sur la problématique du poids. La table ronde inclut
des échanges d'au moins 50 minutes avec les participants.
Intervenants :
Corinne Voyer, B. Sc. inf., M. Sc., directrice, Coalition québécoise sur la problématique du poids
Lucie Granger, Adm. A. ASC, directrice générale, Association pour la santé publique du Québec
Marie-Claude Gélineau, B. Sc., agente de planification, de programmation et de recherche, Agence de la santé et des services
sociaux de Montréal/Direction de santé publique
Anne-Marie Mitchell, B. Sc., M. Sc.(c), nutritionniste-clinicienne et consultante, prévention et traitement de l'obésité et promotion
des saines habitudes de vie
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 16 h 50
Salle 204 AB
Expériences sur le terrain, partie II : la communication sur la saine alimentation
Table ronde d’intervenants qui présenteront leurs expériences de communication sur des enjeux reliés à la saine alimentation, dont
la vision de la saine alimentation, l’offre alimentaire dans les municipalités et les aliments d’exception. Les intervenants et les
participants dans la salle discuteront de réussites, de défis et de pistes de solution pour surmonter les défis que présente la
communication sur la saine alimentation. La table ronde inclut des échanges d'au moins 50 minutes avec les participants.
Intervenants :
Sylvie Bernier, I.M.H.L., ambassadrice des saines habitudes de vie, Québec en Forme
Michel Lucas, Ph. D., professeur adjoint, Département de médecine sociale et préventive, Faculté de médecine, Université Laval
Paule Bernier, M. Sc., présidente, Ordre professionnel des diététistes du Québec
Stéphanie Tremblay, M. Sc., agente de planification, de programmation et de recherche, Agence de la santé et des services
sociaux de Montréal/Direction de santé publique
Salle 204 AB
16 h 50 à 17 h
Retour sur la journée et mot de clôture
Alain Poirier, M.D., M. Sc., FRCPC, expert associé, Vice-présidence aux affaires scientifiques, Institut national de santé publique
du Québec
6
Bâtir un environnement alimentaire sain et durable dans nos collectivités
Depuis quelques années, le Québec s’intéresse à l'impact des systèmes alimentaires sur la qualité de vie et sur la santé des
populations. Sur le terrain, différentes interventions interpellant de nombreux acteurs se déploient déjà. La présentation de
certaines des stratégies mises en place ici et ailleurs permet de cerner leurs bénéfices respectifs, d’identifier les écueils et de
trouver les bons outils pour assurer leur efficience. Les collectivités québécoises cherchant à bâtir un environnement alimentaire
sain et durable peuvent s’en inspirer et ainsi mieux passer à l’action.
Cette journée permettra aux participants d'intégrer dans leur pratique des actions favorisant la mise en place d’un environnement
alimentaire sain et durable. Cette formation s’adresse aux acteurs du réseau de la santé publique, du monde municipal, du
développement local ou régional et de l’agroalimentaire ainsi qu’aux chercheurs travaillant sur les questions d’accès à
l’alimentation.
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure de :
♦ définir ce qu’est un environnement alimentaire sain et durable;
♦ cibler des pratiques prometteuses visant la mise en place d’un environnement alimentaire sain et durable dans des collectivités
de tailles diverses;
♦ distinguer les contributions possibles des secteurs interpellés par la mise en place d’un tel environnement;
♦ décrire les conditions de succès de différentes stratégies liées à la mise en place d’un environnement alimentaire sain et
durable.
La traduction simultanée du français à l’anglais et de l’anglais au français sera offerte toute la journée.
Animation de la journée
Hélène Raymond, journaliste à l’émission Bien dans son assiette, ICI Radio-Canada
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 15
Mot de bienvenue
Salle 203
Louis Drouin, M.D., M.P.H., responsable médical, secteur Environnement urbain et santé, Agence de la santé et des services
sociaux de Montréal/Direction de santé publique
Christian Savard, M.ATDR, directeur général, Vivre en Ville
Salle 203
10 h 15 à 10 h 30
L’environnement alimentaire des collectivités et les comportements alimentaires : état des connaissances
Geneviève Mercille, Ph. D., agente de planification, de programmation et de recherche, Agence de la santé et des services
sociaux de Montréal/Direction de santé publique
10 h 30 à 10 h 35
Salle 203
Quiz sur l’environnement alimentaire au Québec
Hélène Raymond, journaliste à l’émission Bien dans son assiette, ICI Radio-Canada
10 h 35 à 11 h
Salle 203
La ville nourricière : remettre l’alimentation au cœur des collectivités québécoises
Vincent Galarneau, M.A. (anthropologie), conseiller, secteur Environnement et agriculture, Vivre en Ville
11 h à 11 h 10
Période d’échanges et de questions
Salle 203
11 h 10 à 11 h 40
Salle 203
Get Healthy Philly: Making Healthy Choices Easier for Philadelphians
7
[L'initiative Get Healthy Philly : faciliter les choix sains pour les Philadelphiens]
Amanda Wagner, MCP, MGA, gestionnaire de programmes, Nutrition and Physical Activity Program, Get Healthy Philly,
Philadelphia Department of Public Health
11 h 40 à 12 h
Période d’échanges et de questions
Salle 203
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 13 h 50
Salle 203
Une orientation régionale de santé publique au service d’un système alimentaire renouvelé
Lise Bertrand, M.P.H., agente de planification, de programmation et de recherche (retraitée) et instigatrice de l'orientation Une
ville et des quartiers qui favorisent l'accès aux aliments santé et leur consommation, Agence de la santé et des services sociaux de
Montréal/Direction de santé publique
13 h 50 à 14 h
Période d’échanges et de questions
Salle 203
14 h à 14 h 45
Salle 203
Améliorer l’environnement alimentaire au Québec : quatre expériences qui ont porté fruit
Produire la santé ensemble : une approche globale dans la MRC de Percé
Isabelle Boisvert, B. Agr., chargée de projet à la Table de concertation bioalimentaire de la Gaspésie et instigatrice du projet
Produire la santé ensemble, Val-d’Espoir, Gaspésie
Isabel Garcia, M. Sc (santé communautaire), agente de planification et de programmation socio-sanitaire, Centre de santé et de
services sociaux Rocher-Percé, Gaspésie Îles-de-la-Madeleine
Attirer une offre alimentaire de qualité dans divers quartiers : le cas de Drummondville
Guy Drouin, directeur général, Commerce Drummond, Drummondville, Centre-du-Québec
Dynamiser l’interface entre le milieu rural et la banlieue : le Plan de développement de la zone agricole de la MRC de
Roussillon
Pierre Largy, MUP., directeur général, MRC de Roussillon, Montérégie
Mettre en valeur l'agriculture urbaine : actions et priorités de la Ville de Montréal
Danielle Lussier, MUP, chef de division, Division du développement durable – Service de la qualité de vie, Ville de Montréal
14 h 45 à 15 h
Période d’échanges et de questions
Salle 203
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 16 h 30
Salle 203
Table ronde : Quels sont les leviers d’action pour bâtir un environnement alimentaire sain et durable dans les collectivités
du Québec?
Chaque intervenant fera une brève présentation des principaux leviers de son secteur d'intervention, puis Mme Wagner
commentera l'importance de ces leviers d’après son expérience à Philadelphie. Un échange entre les intervenants suivra afin
d’identifier les conditions de succès de différentes stratégies gagnantes.
Intervenants :
Les orientations et l’action communautaire du réseau de la santé et des services sociaux
Nadia Dolbec, B.A. (travail social), organisatrice communautaire, Centre de santé et de services sociaux de Kamouraska
Les mesures d'appui au développement d’un secteur agroalimentaire de proximité
Geneviève Colombani-Lachapelle, M. Sc. (économie rurale), conseillère en développement régional, ministère de l'Agriculture,
des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec
Les outils d’urbanisme et d'aménagement du territoire
Claudia Bennicelli, M.ATDR, conseillère, secteur Aménagement du territoire et urbanisme, Vivre en Ville
8
L’approche de la revitalisation urbaine intégrée
Jean-François Aubin, diplôme de 2e cycle en intervention sociocommunautaire, directeur général, Réseau québécois de
revitalisation intégrée; conseiller municipal, district de Marie-de-l’Incarnation à la Ville de Trois-Rivières
L’apport de la recherche pour orienter l’action
Alexandre Lebel, Ph. D., professeur, École supérieure d’aménagement du territoire et du développement régional, Université
Laval; chercheur, Plateforme d’évaluation en prévention de l’obésité, Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie
et de pneumologie de Québec
Commentatrice :
Amanda Wagner, MCP, MGA, gestionnaire de programmes, Nutrition and Physical Activity Program, Get Healthy Philly,
Philadelphia Department of Public Health
16 h 30 à 16 h 45
Période d’échanges et de questions
Salle 203
16 h 45 à 17 h
Synthèse et mot de clôture
Salle 203
Hélène Raymond, journaliste à l’émission Bien dans son assiette, ICI Radio-Canada
9
Accorder santé et bien-être au masculin : les hommes québécois et leur rapport aux services
Plusieurs études le démontrent, les hommes utilisent moins les services préventifs et attendent plus tardivement pour demander
de l’aide ou faire appel aux professionnels de la santé. Or, ils sont surreprésentés pour 14 des 15 principales causes de décès au
Canada (Robertson, Galdas, McCreary, Oliffe & Tremblay, 2009). Ils sont par ailleurs nettement plus affectés par les traumatismes
à la suite d’un accident de la route, au travail ou dans le sport et ils sont quatre fois plus à risque de s’enlever la vie par suicide.
Malgré cela, il y a encore trop peu de ressources spécifiques aux hommes et force est de constater que le système de santé et de
services sociaux ne répond pas adéquatement aux hommes qui se présentent… encore moins lorsque ceux-ci adoptent des
comportements non conventionnels.
Cette journée sera l’occasion de mieux comprendre les spécificités des interventions visant à améliorer la santé et le bien-être des
hommes québécois. Elle s’adresse aux praticiens, aux décideurs, aux chercheurs, aux étudiants et aux utilisateurs de
connaissances qui œuvrent dans le domaine, mais aussi à tous les professionnels de la santé appelés à travailler auprès des
hommes.
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure de :
♦ connaître les besoins des hommes, tant sur le plan de la santé que sur celui de leurs besoins psychosociaux;
♦ décrire les spécificités du rapport que les hommes entretiennent avec les services;
♦ cibler des pistes d’intervention pour améliorer les services offerts et mieux rejoindre les hommes.
Animation de la journée :
David Guilmette, doctorant en service social, coordonnateur scientifique, Masculinités & Société
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 15
Salle 2101
Mot de bienvenue - Pourquoi faut-il se préoccuper de la santé des hommes?
Gilles Rondeau, Ph. D., professeur émérite, École de service social, Université de Montréal
Bloc 1 - Poids, image corporelle et habitudes de vie chez les hommes
Salle 2101
10 h 15 à 10 h 30
Les différences entre les hommes et les femmes en matière de poids, d’image corporelle et d’habitudes de vie
Josée Gagnon, Dt. P., M. Sc., responsable de la recherche et de l’évaluation, ÉquiLibre
10 h 30 à 10 h 45
Salle 2101
Prendre en compte les caractéristiques spécifiques des hommes : l’exemple du programme Le Rallye
Andrée-Ann Dufour Bouchard, Dt. P., M. Sc., chef de projets, ÉquiLibre
10 h 45 à 11 h
Période d’échanges et de questions
Salle 2101
Bloc 2 - Le rapport des hommes aux services de santé
11 h à 11 h 25
Salle 2101
Perception des hommes quant à leurs besoins et leur rapport aux services
Jacques Roy, Ph. D., sociologue, Université Laval
Salle 2101
11 h 25 à 11 h 45
Quelles sont les retombées sur les pratiques pour les acteurs du terrain?
François-Olivier Bernard, administrateur, Regroupement provincial en santé et bien-être des hommes
Valérie Meunier, directrice, Groupe d’aide aux personnes impulsives
11
11 h 45 à 12 h
Période d’échanges et de questions
Salle 2101
12 h à 13 h 30 Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
Bloc 3 - Le rapport des hommes montréalais aux services psychosociaux
Salle 2101
13 h 30 à 14 h
Le rapport des hommes aux services psychosociaux à Montréal
Simon-Louis Lajeunesse, Ph. D., chercheur et professeur associé, École de service social, Université de Montréal
Salle 2101
14 h à 14 h 30
Quelles sont les retombées sur les pratiques pour les acteurs du terrain?
Raymond Villeneuve, directeur, Regroupement pour la valorisation de la paternité et Regroupement des organismes pour
hommes de l’Île de Montréal
Pierre L’Heureux, andragogue et coordonnateur, Réseau Qajaq Network; travailleur social, Centre de santé et de services sociaux
Pierre-Boucher; formateur
14 h 30 à 15 h
Période d’échanges et de questions
Salle 2101
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 16 h
Impacts sur la pratique : parlons-en!
Salle 2101
Les participants seront invités à échanger en sous-groupe autour des questions suivantes :
♦ Comment tiendrez-vous compte des résultats de recherche présentés aujourd’hui dans le cadre de votre pratique?
♦ Y a-t-il des problématiques que vous vivez, mais qui ne sont pas inventoriées dans la recherche?
16 h à 16 h 30
Retour en plénière
Salle 2101
Animation :
Simon-Louis Lajeunesse, Ph. D., chercheur et professeur associé, École de service social, Université de Montréal
16 h 30 à 17 h
Synthèse et mot de clôture
Salle 2101
Gilles Tremblay, Ph. D., responsable de l’équipe de recherche, Masculinités & Société; travailleur social, formateur, chercheur et
professeur, École de service social, Université Laval
12
Les communautés de pratique : partager efficacement pour mieux collaborer
En santé publique comme dans plusieurs autres domaines, la valorisation des savoirs et la gestion des connaissances sont
essentielles pour améliorer les pratiques. Les communautés de pratique proposent une façon intéressante de briser l’isolement
professionnel et l’éloignement géographique ressentis par de nombreux acteurs du terrain, tout en offrant des occasions
d’échanges sur les problèmes et sur les expériences vécus, et ce, tout en permettant le partage de pratiques et d’outils.
La journée permettra aux participants de comprendre les avantages et les enjeux d’une telle pratique en identifiant les conditions
gagnantes et les défis posés par la mise sur pied, le fonctionnement, l’optimisation et l’évaluation de communautés de pratique.
Cet apprentissage se fera notamment à travers des illustrations d’initiatives concrètes, dont plusieurs ont été évaluées. Cette
journée s’adresse aux décideurs, aux gestionnaires, aux professionnels et aux autres intervenants ayant le projet de mettre sur
pied une communauté de pratique ou étant déjà impliqués dans la gestion ou l’animation d’une telle communauté.
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure de :
♦ définir ce qu’est une communauté de pratique et d’en connaître les caractéristiques;
♦ reconnaître les contextes d’intervention dans lesquels l’approche collaborative par communauté de pratique est appropriée en
santé publique;
♦ repérer les conditions de succès et les défis à relever à chacune des étapes de mise en œuvre d’une communauté de pratique.
Animation de la journée
Julia Gaudreault-Perron, M.A., chargée de projet, Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO)
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
Bloc 1 - Introduction aux communautés de pratique
10 h à 10 h 10
Mot de bienvenue et introduction
Salle 202
L’animatrice présentera aux participants un wiki* créé spécialement pour la journée. Il aura pour sujet les défis que les
communautés de pratique peuvent poser à leurs concepteurs, animateurs et contributeurs et il sera co-construit par les
participants dans la salle. Ce wiki servira de fil conducteur ainsi que d’amorce à la table ronde et au travail en sous-groupes.
* Un wiki est un site Web dont les pages sont modifiables par les visiteurs, ce qui permet l’écriture et l’illustration collaboratives de
son contenu. Le wiki le plus connu est wikipedia.org.
10 h 10 à 10 h 30
Salle 202
La communauté de pratique : quoi et pourquoi?
Thérèse Laferrière, Ph. D., professeur titulaire, Faculté des sciences de l’éducation, Université Laval; directrice, Centre de
recherche et d’intervention sur la réussite scolaire (CRIRES)
Une communauté de pratique est un « lieu » de co-développement où les membres échangent dans le but d’améliorer leur
pratique. Cette conférence définira les communautés de pratique, leurs principales caractéristiques, leurs processus de
participation et leur potentiel pour les organisations et les professionnels qui y prennent part.
10 h 30 à 10 h 40
Période d’échanges et de questions
Salle 202
Bloc 2 - Des exemples qui parlent d’eux-mêmes
Les conférenciers présenteront des communautés de pratique de divers types tout en précisant ce qui a mené à leur mise sur
pied. Ils décriront leurs caractéristiques, leur fonctionnement et ce qui en fait un succès. Ils traiteront aussi des bénéfices pour la
pratique et les interventions, ainsi que de l’évaluation.
10 h 40 à 10 h 55
Salle 202
La communauté de pratique des coordonnateurs de regroupements locaux de partenaires de Québec en Forme
Lucie Lapierre, Ph. D., conseillère principale au transfert de connaissances, Québec en Forme
13
Caractéristiques de la communauté :
Démarrage de la phase d’expérimentation | Prédominance virtuelle | Environ 30 coordonnateurs des regroupements locaux de
partenaires | Buts : briser l’isolement; stimuler les échanges; favoriser le partage d’outils.
10 h 55 à 11 h 10
Salle 202
Espace de collaboration : l’école s’active en mode nutrition
Mélissa Dion-Tremblay, B. Sc. (nutrition), gestionnaire de projets provinciaux - éducation à la nutrition, Les Producteurs laitiers du
Canada
Caractéristiques de la communauté :
Stade de démarrage | Prédominance virtuelle | 50 membres de réseaux, d’organisations et de formations divers intéressés par la
promotion des saines habitudes de vie dans les écoles primaires | But : partager des pratiques et des expériences.
11 h 10 à 11 h 25
Salle 202
Communauté de pratique de veille en santé et services sociaux du Québec
Catherine Houtekier, M.S.I., chef d'équipe, Centre de documentation, veille informationnelle et gestion intégrée des documents,
Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie
Caractéristiques de la communauté :
Phase de maturité | Prédominance présentielle | 27 membres veilleurs de formations variées | Buts : améliorer les pratiques de
veille; partager les savoirs et les expériences; forger une intelligence collective.
11 h 25 à 11 h 40
Salle 202
Communauté virtuelle de pratique des infirmières en groupe de médecine familiale du Québec
Sabrina Gravel, B. Sc. inf., animatrice de la communauté et infirmière clinicienne, Groupe de médecine familiale des Deux-Rives,
Centre de santé et de services sociaux – Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke
Caractéristiques de la communauté :
Phase de transformation | Prédominance virtuelle | 319 infirmières en groupe de médecine familiale | Buts : soutenir le
développement professionnel continu.
11 h 40 à 12 h
Période d’échanges et de questions
Salle 202
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
Bloc 3 - Les communautés de pratique et les défis de la collaboration
13 h 30 à 14 h
Salle 202
Retour sur les présentations de l’avant-midi
Julia Gaudreault-Perron, M.A., chargée de projet, Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO)
14 h à 15 h
Salle 202
Table ronde : Les défis posés par les communautés de pratique
Les experts invités seront appelés à discuter des défis les plus fréquents et des facteurs de succès dans la mise en œuvre d’une
communauté de pratique.
Participants :
Steve Poulin, B. Éd., M.A.P., analyste en développement et en échange des connaissances, Agence de la santé publique du
Canada
Stéphane Dubuc, M. Sc. soc., coordonnateur, Centre d'expertise en santé de Sherbrooke
Lise Renaud, Ph. D., vice-doyenne à la recherche, Faculté de communication, Université du Québec à Montréal; chercheur
membre, ComSanté
Marise Tétreault, inh., M.A., coordonnatrice au développement professionnel, Ordre professionnel des inhalothérapeutes
du Québec
14
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
Bloc 4 - Des pistes de solutions aux défis posés par les communautés de pratique
15 h 30 à 16 h 40
Des défis à surmonter
Salle 202
Après avoir dégagé collectivement les principaux défis posés par la mise en œuvre d’une communauté de pratique, les
participants seront appelés à voter pour les plus fréquents, puis à proposer, par sous-groupe, des stratégies pour les surmonter.
Chaque sous-groupe sera animé par un membre du comité scientifique afin de stimuler les échanges. Une discussion en plénière
suivra.
16 h 40 à 17 h
Salle 202
Synthèse de la journée et mot de la fin
Julia Gaudreault-Perron, M.A., chargée de projet, Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO)
À partir du wiki créé et des échanges de la journée, un document résumant les conditions gagnantes des communautés de
pratique, les défis qui sont couramment rencontrés dans leur mise en œuvre ainsi que les solutions qui émergent pour relever ces
défis sera partagé avec les participants à la suite de cette journée thématique.
15
Demi-journée – Politiques publiques et problèmes vicieux (wicked problems) : comment s’y
prendre?
Dans le cadre de vos fonctions, êtes-vous confronté à des problèmes complexes auxquels il semble ne pas y avoir de solutions?
Avez-vous l’impression de devoir toujours recommencer à zéro certains dossiers épineux? Si c’est le cas, vous devez très
certainement faire face à ce que l’on appelle des « problèmes vicieux » (Rittel et Webber, 1973; Robert, 2008). Fréquents en santé
publique et lorsqu’il s’agit d’adopter des politiques publiques, les problèmes vicieux présentent un haut niveau de complexité en
raison de leur interconnexion avec d’autres problèmes. Les inégalités de santé en sont un bon exemple, car elles peuvent être liées
à une multitude de facteurs tels que la pauvreté, l’éducation ou l’origine ethnique. Les changements climatiques constituent
également un exemple de problème vicieux puisque tenter de résoudre cet enjeu requiert une multitude d’interventions complexes,
et ce, par de nombreux acteurs. La caractérisation de ce type de problèmes et les démarches d’intervention requises varient
considérablement selon les contextes et les acteurs à interpeller.
Cette demi-journée de 3 heures traitera des caractéristiques des problèmes vicieux et des façons de les aborder grâce à des
exercices pratiques. La formation s’adresse principalement aux professionnels du domaine de la santé publique ainsi qu’aux
intervenants et aux décideurs qui s’intéressent aux politiques publiques. Elle permettra aux participants de mieux comprendre les
différents types de problèmes qui sont présents en politiques publiques favorables à la santé et d’affiner leur réflexion sur les
modes potentiels de résolution de ceux-ci.
À la fin de la demi-journée, les participants seront en mesure :
♦ de comprendre les caractéristiques propres aux problèmes vicieux;
♦ d’illustrer leurs connaissances liées à la résolution de problèmes relevant du domaine des politiques publiques favorables à la
santé, et ce, à l’aide d’une technique de cartographie (dialogue mapping).
Animatrice et formatrice
Val Morrison, M.A., agente de planification, de programmation et de recherche, Centre de collaboration nationale sur les
politiques publiques et la santé, Vice-présidence aux affaires scientifiques, Institut national de santé publique du Québec
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 13 h 40
Mot de bienvenue
Salle 205 A
13 h 40 à 14 h 10
Salle 205 A
Les problèmes vicieux : de quoi parle-t-on?
♦ Les caractéristiques des problèmes vicieux
♦ Les éléments qui distinguent les problèmes vicieux des autres types de problèmes (apprivoisés et complexes)
14 h 10 à 14 h 25
Salle 205 A
Discussion en petits groupes autour de trois exemples de problèmes vicieux
14 h 25 à 14 h 40
Retour en plénière pour discuter
Salle 205 A
14 h 40 à 15 h
Salle 205 A
Les approches prometteuses pour résoudre les problèmes vicieux
♦ Approches générales
♦ Cartographie dialogue mapping
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 16 h 15
Salle 205 A
Exercice de cartographie et jeux de rôles
16 h 15 à 16 h 45
Retour en plénière sur les exercices
Salle 205 A
16 h 45 à 17 h
Conclusion et mot de la fin
Salle 205 A
17
Atelier méthodologique – Animer des formations : une compétence en soi
Par leur rôle de soutien et d’expertise, les acteurs en santé publique sont régulièrement appelés à animer des séances de
formation tant pour transmettre des connaissances que pour améliorer les compétences des acteurs du réseau et de ses
partenaires. Cependant, il est clair que la maîtrise d’un contenu n’assure pas automatiquement la réussite de la formation
puisqu’animer des formations est une compétence en soi.
Le présent atelier s’adresse à tout acteur impliqué dans l’animation de formations et désireux d’améliorer ses compétences en la
matière. Il vise à permettre une meilleure utilisation des techniques d’animation reconnues efficaces en vue de faciliter le
processus d’apprentissage.
L’atelier propose un mode d’apprentissage en deux temps. Avant les JASP, les participants devront compléter un module
d’autoformation en ligne visant le développement d’un langage commun. Des instructions suivront. Cette préparation essentielle
en amont permettra d’augmenter le temps consacré aux exercices lors de l’atelier. Puis, le 24 novembre, l’accent sera mis sur les
techniques efficaces d’animation à l’aide de courts exposés oraux, d’exercices concrets, de travail en sous-groupe et de
discussions en plénière. Les participants sont priés d’apporter une clé USB pour récupérer le fruit de leur travail d’intégration à la
fin de la journée.
* Le présent atelier reprendra les principaux éléments de contenu de l’atelier méthodologique présenté sous le même titre en 2013,
mais il promet beaucoup plus d’exercices pratiques.
À la fin de cet atelier, les participants seront en mesure :
♦ de définir le rôle d’animation dans un contexte de formation;
♦ d’utiliser différentes stratégies et techniques d’animation qui favorisent l’atteinte des objectifs d’apprentissage;
♦ de développer un scénario d’animation en utilisant différentes techniques.
Formatrice
Nicole Lacelle est sociologue de formation et consultante auprès de groupes de femmes, de groupes communautaires,
d’institutions publiques et d’organismes privés à titre de présidente d’assemblée, d’animatrice professionnelle et de formatrice, et
ce, tant au Québec qu’à l’étranger depuis plus de 30 ans.
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 10 Salle 207
Mot de bienvenue, présentation des participants et présentation du déroulement de l’atelier
10 h 10 à 10 h 45
Salle 207
Bloc 1 : Retour sur le rôle de l’animateur
Période d’échanges entre les participants et la formatrice sur le contenu proposé en ligne
10 h 45 à 12 h
Salle 207
Bloc 2 : Utiliser différentes stratégies et techniques d’animation qui favorisent l’atteinte des objectifs d’apprentissage
Période d’échanges et de questions avec les participants sur les techniques d’animation dont ils se servent habituellement
Retour sur le contenu proposé en ligne au sujet des différents supports et techniques à l’animation et de leurs caractéristiques
respectives, notamment :
♦ Le « buzz »
♦ La mise en situation ou la simulation
♦ Le métaplan
♦ Le photolangage
19
♦ Le « brainstorming » ou remue-méninges
♦ Le Phillips 6/6
♦ Le groupe nominal
♦ Le « World Café »
Plusieurs techniques seront pratiquées à l’aide d’exercices selon les besoins des participants.
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 14 h
Salle 207
Bloc 2 : Utiliser différentes stratégies et techniques d’animation qui favorisent l’atteinte des objectifs d’apprentissage
(suite)
14 h à 15 h
Salle 207
Bloc 3 : Développer un scénario d’animation en utilisant trois techniques différentes
Les participants seront divisés en sous-groupes afin de préparer un scénario d’animation de 4 heures pour une formation sur un
thème déterminé parmi ceux proposés en ligne.
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 16 h 40
Salle 207
Bloc 3 : Développer un scénario d’animation en utilisant trois techniques différentes (suite)
Présentation en plénière des scénarios développés par les sous-groupes.
Discussion et commentaires de la formatrice sur chaque scénario présenté.
16 h 40 à 16 h 55
Salle 207
Révision des techniques moins bien comprises
16 h 55 à 17 h
Mot de la fin
20
Salle 207
Mardi 25 novembre
Classe de maître Camil Bouchard
10 h à 12 h
Salle 2101
Camil Bouchard sera notre invité du mardi matin et il se prêtera au jeu de l'entrevue et des échanges avec la salle en vue de
partager son cheminement de chercheur engagé.
Objectifs pédagogiques :
♦ Justifier la pertinence d'une science engagée dans la pratique de la santé publique.
♦ Reconnaître les aptitudes et les attitudes permettant de concilier la rigueur scientifique et la participation aux processus
sociaux.
♦ Qualifier plusieurs leviers d'action dans l'élaboration des politiques publiques favorables à la santé.
21
Agir en réseaux pour innover et améliorer la santé des populations : que nous apprennent les
difficultés rencontrées?
Des solutions adaptées aux problèmes complexes des clientèles passent par l’action en réseau et par l’innovation… plus facile à
dire qu’à faire! En effet, pour y parvenir, les réseaux locaux de services doivent faire appel à des partenaires de différents secteurs,
qu’il s’agisse de l’administration publique, de la société civile ou du secteur privé. Les expériences internationales et locales
montrent que le déploiement de ces réseaux d'innovation ne se fait pas sans difficulté en raison de plusieurs facteurs : la nature
même des processus d'innovation qui impliquent une prise de risque, les différences entre les cultures, les visions et les façons de
faire des partenaires et l'influence du contexte d'action.
Il s’avère pertinent d’illustrer de quelles façons se manifestent ces difficultés dans le contexte québécois et de saisir comment les
stratégies déployées à différents niveaux peuvent contribuer à les surmonter. Grâce à un partage d'expériences concrètes sur le
terrain, il sera possible de tirer des apprentissages des difficultés rencontrées dans le cadre du déploiement des réseaux locaux de
services. La journée cible les milieux de pratique et les milieux universitaires, et plus particulièrement les gestionnaires, les
décideurs et les professionnels issus du réseau de la santé et des services sociaux, les représentants des autres secteurs
impliqués (communautaire, scolaire, municipal, etc.) ainsi que les chercheurs et les étudiants chercheurs.
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure de :
♦ reconnaître les obstacles qui peuvent entraver le déploiement de réseaux d'innovation;
♦ cibler des stratégies pour surmonter ces obstacles.
Animation de la journée
Johanne Archambault, M. Sc., directrice des services aux organisations, École nationale d’administration publique
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 10
Mot de bienvenue
Salle 204 AB
Alex Battaglini, M. Sc., coordonnateur, Direction des affaires universitaires, corporatives et de la qualité, Centre de santé et de
services sociaux de Laval
BLOC 1 - Innover à travers les réseaux
10 h 10 à 10 h 30
Salle 204 AB
La recherche d'une plus grande intégration dans le système de soins : l'expérience des CSSS et des réseaux locaux de
soins au Québec
Jean-Louis Denis, Ph. D., professeur titulaire, École nationale d’administration publique; titulaire, Chaire de recherche du Canada
sur la gouvernance et la transformation des organisations et systèmes de santé (GETOSS)
Une période de 5 minutes de questions de clarification est prévue après la conférence.
10 h 30 à 10 h 50
Salle 204 AB
Innover en réseau dans les administrations publiques
Denis Harrisson, Ph. D., vice-recteur à l’enseignement et à la recherche, Université du Québec en Outaouais
Une période de 5 minutes de questions de clarification est prévue après la conférence
10 h 50 à 11 h 05
BLOC 2 - Difficultés, nœuds et défis
Salle 204 AB
11 h 05 à 12 h
Salle 204 AB
Choc de cultures professionnelles et organisationnelles
Illustration - Prévention du suicide en Chaudière-Appalaches
23
Les représentants du RLS exposeront les difficultés rencontrées dans la situation présentée, puis une discussion de 25 minutes
avec la salle permettra de rechercher des solutions potentielles. La solution envisagée par le réseau concerné sera ensuite
présentée et pour conclure, des discutants se prononceront sur les enjeux qui émergent de l'illustration analysée.
Jocelyn Deblois, B. Sc. soc., coresponsable de la prévention du suicide, Centre de santé et de services sociaux de Beauce, et
coresponsable de la prévention du suicide pour la région de Chaudière-Appalaches
Nathalie Latulippe, B. Éd., coresponsable de la prévention du suicide, Centre de santé et de services sociaux de Beauce, et
coresponsable de la prévention du suicide pour la région de Chaudière-Appalaches
Discutant principal :
Cécile Rousseau, M. Sc., M.D., professeure agrégée, Département de psychiatrie, Université McGill; directrice scientifique,
Centre de recherche, Centre de santé et de services sociaux de la Montagne; pédopsychiatre, Division de la psychiatrie sociale et
transculturelle, Département de psychiatrie, Hôpital général juif – Centre universitaire de santé McGill (CUSM)
Autres discutants :
David Levine, M. Sc., ancien ministre délégué à la santé, consultant
Jean-François Roos, M. Sc., organisateur communautaire, Centre de santé et de services sociaux – Institut universitaire de
gériatrie de Sherbrooke
12 h à 13 h 30
Salle 2000 A
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 14 h 15
Conciliation des priorités
Salle 204 AB
Illustration - Revitalisation intégrée dans les villes moyennes : l’exemple du centre-ville de Chicoutimi
La représentante du RLS exposera les difficultés rencontrées dans la situation présentée, puis une discussion de 25 minutes avec
la salle permettra de rechercher des solutions potentielles. La solution envisagée par le réseau concerné sera ensuite présentée et
pour conclure, des discutants se prononceront sur les enjeux qui émergent de l'illustration analysée.
Suzanne Tremblay, Ph. D., professeure, Département des sciences humaines, Université du Québec à Chicoutimi
Marie-Lise Chrétien-Pineault, M.A., chargée de projets au Comité de sécurité alimentaire de Chicoutimi
Discutant principal :
Jean-François Roos, M. Sc., organisateur communautaire, Centre de santé et de services sociaux – Institut universitaire de
gériatrie de Sherbrooke
Autres discutants :
David Levine, M. Sc., ancien ministre délégué à la santé, consultant
Cécile Rousseau, M. Sc., M.D., professeure agrégée, Département de psychiatrie, Université McGill; directrice scientifique,
Centre de recherche, Centre de santé et de services sociaux de la Montagne; pédopsychiatre, Division de la psychiatrie sociale et
transculturelle, Département de psychiatrie, Hôpital général juif – Centre universitaire de santé McGill (CUSM)
14 h 15 à 15 h
Pérennité du financement
Salle 204 AB
Illustration - Prévention des retards de développement chez les tout-petits à Montréal
La représentante du RLS exposera les difficultés rencontrées dans la situation présentée, puis une discussion de 25 minutes avec
la salle permettra de rechercher des solutions potentielles. La solution envisagée par le réseau concerné sera ensuite présentée et
pour conclure, des discutants se prononceront sur les enjeux qui émergent de l'illustration analysée.
Sandra Lalancette, DESS en administration sociale, conseillère cadre en santé publique et développement des communautés,
Direction de la prévention, des services généraux et spécifiques, Centre de santé et de services sociaux de Bordeaux-Cartierville–
Saint-Laurent
Discutant principal :
David Levine M. Sc., ancien ministre délégué à la santé, consultant
24
Autres discutants :
Cécile Rousseau, M. Sc., M.D., professeure agrégée, Département de psychiatrie, Université McGill; directrice scientifique,
Centre de recherche, Centre de santé et de services sociaux de la Montagne; pédopsychiatre, Division de la psychiatrie sociale et
transculturelle, Département de psychiatrie, Hôpital général juif – Centre universitaire de santé McGill (CUSM)
Jean-François Roos, M. Sc., organisateur communautaire, Centre de santé et de services sociaux – Institut universitaire de
gériatrie de Sherbrooke
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
Bloc 3 - Difficultés et solutions : détours analytiques
Salle 204 AB
15 h 30 à 15 h 55
Difficultés et solutions : regards croisés avec l’expérience française
Corinne Grenier, Ph. D., professeure, Kedge Business School (Marseille); chercheuse, Laboratoire du Centre d'études et de
recherche en gestion d'Aix-Marseille, Université Aix-Marseille
Une période de 5 minutes de questions de clarification est prévue après la conférence.
Salle 204 AB
15 h 55 à 16 h 20
La débrouillardise des acteurs du terrain pour surmonter les difficultés
Gérard Divay, Ph. D., professeur titulaire, École nationale d’administration publique
Une période de 5 minutes de questions de clarification est prévue après la conférence.
Salle 204 AB
16 h 20 à 16 h 50
Période d’échanges et de questions sur les faits saillants de la journée
16 h 50 à 17 h
Mot de clôture
Salle 204 AB
Nassera Touati, Ph. D., professeure, École nationale d’administration publique (ÉNAP); chercheuse, Centre de recherche et de
partage des savoirs InterActions, Centre de santé et de services sociaux de Bordeaux-Cartierville–Saint-Laurent – Centre affilié
universitaire
25
Les inégalités de santé attribuables au travail
La littérature scientifique récente montre la présence d’inégalités de santé chez les travailleurs selon le statut socioéconomique, le
genre/sexe et le statut d’immigrant ou de minorité visible. Les conditions de travail peuvent expliquer une proportion importante de
ces inégalités de santé, notamment au chapitre des troubles musculo-squelettiques et des problèmes de santé mentale ou cardiovasculaires. Or, les études sur les inégalités sociales de santé font souvent abstraction de l’importance de l’accès à des conditions
de travail saines comme déterminants sociaux des inégalités de santé, et ce, bien qu’il existe des moyens de les réduire
considérablement.
Cette journée thématique permettra aux participants de considérer l’action en faveur de conditions de travail saines comme une
stratégie de lutte contre les inégalités de santé. Elle s’adresse aux décideurs, aux gestionnaires et aux intervenants de divers
domaines de santé publique qui s’intéressent aux déterminants sociaux des inégalités de santé, ainsi qu’à ceux issus des réseaux
publics et privés de santé au travail, incluant les représentants des employeurs et des travailleurs.
À la fin de l’avant-midi, les participants seront en mesure :
♦ de repérer les conditions de travail pathogènes qui contribuent aux inégalités de santé;
♦ de reconnaître les liens entre les conditions du travail pathogènes et le statut socioéconomique, le sexe/genre et le statut
d’immigrant ou de minorité visible;
♦ d’expliquer sommairement comment les conditions sociales déterminent l’accès à des conditions de travail saines.
Animation de la matinée
Susan Stock, M.D., M. Sc., FRCPC, médecin spécialiste, unité Santé au travail, Direction des risques biologiques et de la santé au
travail, Institut national de santé publique du Québec
Michel Vézina, M.D., M. Sc., FRCPC, médecin-conseil, unité Santé au travail, Direction des risques biologiques et de la santé au
travail, Institut national de santé publique du Québec
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 05
Mot de bienvenue
Salle 206 B
Horacio Arruda, M.D., M. Sc., FRCPC, directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint à la santé publique, ministère
de la Santé et des Services sociaux du Québec
10 h 05 à 10 h 35
Salle 206 B
Work, Worklessness and the Political Economy of Health [en visioconférence]
Clare Bambra, Ph. D., professeure, Durham University, Angleterre
La traduction simultanée de l’anglais au français et du français à l’anglais sera offerte pour cette conférence.
10 h 35 à 10 h 45
Période d’échanges et de questions
Salle 206 B
Salle 206 B
10 h 45 à 11 h 05
La contribution des conditions du travail aux inégalités de santé mentale chez les travailleurs québécois
Caroline Duchaine, M. Sc, assistante de recherche, Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire, Hôpital du SaintSacrement
Chantal Brisson, Ph. D., professeure, Département de médecine sociale et préventive, Université Laval
11 h 05 à 11 h 25
Salle 206 B
Les liens entre les inégalités sociales et les conditions de travail associées aux troubles musculo-squelettiques
Susan Stock, M.D., M. Sc., FRCPC, médecin spécialiste, unité Santé au travail, Direction des risques biologiques et de la santé au
travail, Institut national de santé publique du Québec
27
11 h 25 à 11 h 45
Salle 206 B
La lutte aux inégalités de santé attribuables aux précarités liées au statut d’emploi et au statut migratoire
Sylvie Gravel, Ph. D., professeure, Département d'organisation et ressources humaines, École des sciences de la gestion,
Université du Québec à Montréal
11 h 45 à 12 h
Période d’échanges et de questions
Salle 206 B
12 h à 13 h 30
Salle 2000 A
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
À la fin de l’après-midi, les participants seront en mesure de:
♦ décrire des interventions prometteuses pouvant être mises en œuvre pour réduire les inégalités de santé attribuables au travail
(ex. : politiques publiques, pratiques organisationnelles, conciliation travail-famille, etc.).
13 h 30 à 14 h
Salle 206 B
Atelier sur les interventions préventives
Animation :
Daniel Vergara, M. Sc., agent de planification, de programmation et de recherche, secteur Santé au travail, Agence de la santé et
des services sociaux de Montréal/Direction de santé publique
Ana-Maria Seifert, Ph. D., conseillère, Module prévention en santé et sécurité, Confédération des syndicats nationaux
En groupe de 8 à 10 personnes, les participants échangeront autour des questions suivantes :
♦ Quelles sont les interventions qui peuvent être mises en œuvre pour réduire les inégalités de santé attribuables au travail?
♦ Comment intégrer l’amélioration des conditions du travail dans les interventions pour réduire les inégalités de santé?
Chaque groupe identifiera un animateur et un rapporteur.
Salle 206 B
14 h à 14 h 30
Présentation en plénière des résumés de chaque groupe
14 h 30 à 15 h
Salle 206 B
Échanges en plénière avec les participants
Salle 2000 CD
15 h à 15 h 30
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 16 h 10
Salle 206 B
Table ronde : Comment intégrer l’amélioration des conditions du travail dans les interventions en vue de réduire les
inégalités de santé?
Animation :
Marie-France Raynault, M.D., M. Sc., FRCPC, directrice, Centre de recherche Léa-Roback sur les inégalités sociales de santé de
Montréal; professeure, Département de médecine sociale et préventive, École de santé publique, Université de Montréal
Participants :
Richard Massé, M.D., M. Sc., FRCPC, directeur de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux de
Montréal/Direction de santé publique
Jean Lacharité, deuxième vice-président, Confédération des syndicats nationaux
Roger Bertrand, économiste, co-fondateur et président du conseil, Groupe entreprises en santé
16 h 10 à 16 h 40
Période d’échanges et de questions
Salle 206 B
16 h 40 à 17 h
Synthèse et mot de clôture
Salle 206 B
Geneviève Baril-Gingras, Ph. D., professeure, Département des relations industrielles, Université Laval
28
Quand les politiques rurales se font politiques de santé
La Politique nationale de la ruralité du Québec (PNR) en est à sa troisième édition. Cette politique repose sur l’idée que « le
Québec a besoin d’une ruralité forte et vivante lui permettant d’occuper son territoire de façon dynamique et durable, de mettre à
profit ses ressources collectives et d’assurer des conditions de vie équitables à tous ses citoyens ». Abordant des thèmes fort
pertinents pour la santé publique contemporaine, cette politique s’inscrit dans une perspective de développement des
communautés et d’amélioration des conditions de vie en régions rurales, pour lesquelles certaines dimensions sanitaires sont
encore à explorer.
Au cours de cette journée, différents intervenants feront le point sur les liens entre les enjeux propres au monde rural et la santé
des populations, en explorant notamment le portrait de la ruralité contemporaine, les retombées de la Politique sur la santé de la
population et ses impacts sur la vitalité des milieux. Des exemples québécois et internationaux viendront nourrir la réflexion et
guider des pistes d’intervention. Cette journée permettra ainsi aux participants de mieux comprendre les défis et les enjeux de
santé publique en contexte rural.
Cette formation s’adresse aux décideurs, aux gestionnaires, aux agents de développement, aux chercheurs et aux professionnels
des différentes organisations montrant un intérêt pour la réalité rurale (directions régionales de santé publique, centres de santé et
de services sociaux, centres locaux et corporations de développement, municipalités régionales de comté (MRC), groupes
communautaires, etc.).
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure :
♦ de tracer les grandes lignes du portrait de la ruralité au Québec (types de ruralité, contexte démographique, etc.);
♦ d’expliquer la Politique nationale de la ruralité du Québec, sous l’angle de la mobilisation des communautés locales et de
l’amélioration de la santé en régions rurales;
♦ de cerner les enjeux liés à la ruralité du point de vue de la santé publique au Québec et ailleurs dans le monde;
♦ de déterminer des pistes d’action pour améliorer la santé de la population en milieu rural.
Animation de la journée
Lucie Morin, B. Serv. soc., organisatrice communautaire, Centre de santé et de services sociaux Alphonse-Desjardins
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 15
Mot de bienvenue
Salle 203
André-Anne Parent, Ph. D., agente de planification, de programmation et de recherche, Agence de la santé et des services
sociaux de la Capitale-Nationale/Direction régionale de santé publique
Lucie Morin, B. Serv. soc., organisatrice communautaire, Centre de santé et de services sociaux Alphonse-Desjardins
10 h 15 à 10 h 30
Salle 203
Portrait des populations rurales du Québec
Jérôme Martinez, M. Sc., chef d'unité scientifique, unité Analyse de la santé et de ses inégalités sociales et territoriales, Bureau
d'information et d'études en santé des populations, Institut national de santé publique du Québec
Mathieu Philibert, Ph. D., professeur, Département de sexologie, Université du Québec à Montréal
10 h 30 à 10 h 45
Salle 203
Période d’échanges et de questions animée par Annie Charron
10 h 45 à 11 h 10
Salle 203
La Politique nationale de la ruralité (PNR 3) et les Pactes+
Patrice Leblanc, Ph. D., professeur directeur, Unité d'enseignement et de recherche en sciences du développement humain et
social, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
29
11 h 10 à 11 h 30
Salle 203
Évaluation de la Politique nationale de la ruralité et de ses retombées sur la santé de la population : résultats
préliminaires
Paule Simard, Ph. D., chercheuse, unité Développement et adaptation des personnes et développement des communautés,
Direction des individus et des communautés, Institut national de santé publique du Québec
Mary Richardson, Ph. D., chercheuse, unité Développement et adaptation des personnes et développement des communautés,
Direction des individus et des communautés, Institut national de santé publique du Québec
11 h 30 à 11 h 50
Salle 203
Table ronde : Quels sont les enjeux de santé en milieu rural?
Renée Beauregard, M.B.A., commissaire au développement rural, Corporation de développement économique de Victoriaville et
sa région
Réal Boisvert, M. Sc., conseiller en recherche, Agence de santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-duQuébec/Direction régionale santé publique
Chantal Caron, M. Sc. Adm., coordonnatrice, Services généraux et déficience intellectuelle, déficience physique et trouble
envahissant du développement, Centre de santé et de services sociaux de Montmagny-L’Islet
11 h 50 à 12 h
Salle 203
Période d’échanges et de questions animée par Annie Charron
12 h à 13 h 30
Salle 2000 A
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 14 h 15
Salle 203
Table ronde sur des expériences sur le terrain au Québec : quand le développement rural et le réseau de la santé font
front commun
L’expérience des travailleurs de rang
Maria Labrecque Duchesneau, B.A., directrice générale, Au cœur des familles agricoles
L’infirmière en milieu rural
Gabrielle Coulombe, B. Serv. Soc., coordonnatrice du projet « Vieillir en demeurant dans sa communauté rurale », MRC de
Joliette
La mise sur pied de la Coopérative de santé Robert-Cliche
Rémi Bolduc, B.A., agent de développement des affaires, Coopérative de santé Robert-ClicheCoopérative de santé Robert-Cliche
Salle 203
14 h 15 à 15 h
Échanges animés par Annie Charron entre les intervenants de la table ronde et les participants dans la salle sur les défis d’un
partenariat entre le développement rural et le réseau de la santé et des services sociaux
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 16 h
Salle 203
Politiques rurales et expériences internationales
Evelyne de Leeuw, Ph. D., professeure, Deakin University, Austral ie
La traduction simultanée du français à l’anglais et de l’anglais au français sera offerte pour cette conférence.
16 h à 16 h 30
Salle 203
Échanges animés par Annie Charron entre les intervenants de la table ronde et les participants dans la salle sur les enjeux liés à la
ruralité au Québec et ailleurs dans le monde
16 h 30 à 17 h
Salle 203
Synthèse de la journée et mot de la fin
Claire Bolduc, B.Sc., présidente, Solidarité rurale du Québec
30
La communication : une fonction stratégique en santé publique
Des organisations phares telles que le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et l’Organisation mondiale de la Santé
reconnaissent la communication comme l’une des dix opérations essentielles de santé publique pour appuyer les fonctions de
surveillance, de prévention, de promotion de la santé et de protection. Au cœur de la pratique de la santé publique, il n’est plus à
douter que la communication constitue un enjeu majeur requérant des compétences spécifiques et l’utilisation de stratégies
cohérentes et structurées. Pourtant, un sondage Léger Marketing mené auprès des Québécois à l’hiver 2014 nous informe que
l’image de la santé publique est pratiquement à construire au Québec. Utilisons-nous l’ensemble des stratégies et des moyens de
communication disponibles de façon optimale?
Cette journée vise l’intégration des dimensions de la communication dans toutes les actions de santé publique qui la requiert. Elle
s’inscrit dans le cadre des travaux des autorités de santé publique du Québec réunies au sein de la Table de coordination
nationale de santé publique en vue d’améliorer l’exercice de la communication. L'objectif? Optimiser la performance des fonctions
de surveillance, de prévention, de promotion de la santé et de protection en s'appuyant sur des communications efficaces. Cette
formation s’adresse aux décideurs, aux gestionnaires et aux professionnels issus des quatre fonctions de la santé publique et
désireux d’obtenir plus d’impact.
La traduction simultanée du français à l’anglais et de l’anglais au français sera offerte toute la journée.
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure :
♦ d’établir la contribution de la communication dans la pratique de santé publique;
♦ de reconnaître les besoins et les intérêts des publics cibles (décideurs, population, médias) en vue d’une communication
influente;
♦ de cerner la valeur ajoutée et les défis de la communication pour l’avancement des différentes fonctions de santé publique.
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 10
Salle 206 A
La santé publique, ça vous dit quoi? Résultats d’un sondage réalisé auprès de la population du Québec
Alain Poirier, M.D., M. Sc., médecin-conseil, Institut national de santé publique du Québec
Salle 206 A
10 h 10 à 10 h 40
Table ronde : Les attentes et les intérêts des publics cibles à l’égard de la santé publique
Animation :
François Lagarde, M.A., vice-président, Communications, Fondation Lucie et André Chagnon
Les attentes et les intérêts de la population
Analyse des groupes de discussion tenus dans le cadre d’initiatives de communication pilotées par le ministère de la Santé et des
Services sociaux du Québec
Julie Fortin, M.A.P., directrice de la recherche évaluative et des communications; associée, SOM
Les attentes et les intérêts des élus et des décideurs
Roger Bertrand, M. économétrie, président du conseil et directeur par intérim, Groupe entreprises en santé; ex-ministre délégué à
la Santé, aux Services sociaux, à la Protection de la jeunesse et à la Prévention, ministère de la Santé et des Services sociaux du
Québec
Les attentes et les intérêts des médias
Bernard Motulsky, Ph. D., titulaire, Chaire de relations publiques et communication marketing, Université du Québec à Montréal;
coauteur du livre intitulé Comment parler aux médias
10 h 40 à 11 h
Période d’échanges et de questions
Salle 206 A
31
11 h à 11 h 40
Salle 206 A
La communication au cœur de la pratique de santé publique
Jay M. Bernhardt, Ph. D., M.P.H., directeur et professeur, Center for Health Communication, Everett D. Collier Centennial Chair in
Communication, Austin Moody College of Communication, University of Texas
11 h 40 à 12 h
Période d’échanges et de questions
Salle 206 A
12 h à 13 h 30
Salle 2000 A
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 15 h
Salle 206 A
Foire d’expériences de communication en santé publique
Formule dynamique au cours de laquelle six expériences de communication menées au bénéfice des fonctions de surveillance, de
protection et de prévention-promotion seront présentées en 5 minutes chacune, suivies d’une discussion de 10 minutes avec les
participants. Pour chaque expérience, les moyens de communication mis de l’avant en réponse à un besoin, les enjeux (coûts,
expertise, freins, leviers) et les conséquences (pérennité, effets inattendus, etc.) seront abordés de manière à en tirer des leçons
inspirantes.
Animation :
Irène Langis, B.A., chef de service, Communications et documentation, Institut national de santé publique du Québec
Médiatiser la science et l’appui populaire à prix réduit : dossier de la fumée de tabac sur les terrasses
Heidi Rathjen, B.Ing., LLD (hon), Dr. h.c.(hon), C.S.M., cofondatrice et codirectrice, Coalition québécoise pour le contrôle du
tabac, Association pour la santé publique du Québec
Les défis du recours aux médias sociaux pour la promotion du condom auprès des jeunes : l'expérience du projet On s'en
déroule-tu un!?
François Tremblay, M.A. (sexologie), agent de planification, de programmation et de recherche, Agence de la santé et des
services sociaux de Lanaudière/Direction de santé publique
Intégrer les nouvelles technologies de l'information et de la communication dans nos interventions préventives auprès
des personnes atteintes d'une infection transmissible sexuellement et de leurs partenaires sexuels
Geneviève Boily, M. Sc. inf., infirmière clinicienne, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal/Direction de santé
publique
WIXX : une campagne de communication intégrée pour faire bouger
Marilie Laferté, B.A., directrice des communications, Québec en Forme
Recadrer les faits : les trousses média sur la violence conjugale et sur les agressions sexuelles
Julie Laforest, M.A., agente de planification, de programmation et de recherche, unité Sécurité et prévention des traumatismes,
Direction du développement des individus et des communautés, Institut national de santé publique du Québec
Donner des ailes à des données de surveillance et propager la santé!
Suzanne Auger, coordonnatrice du programme enfance-jeunesse, Secteur promotion-prévention, Agence de la santé et des
services sociaux de la Montérégie/Direction de santé publique
La foire d'expériences inclut des échanges totalisant 60 minutes.
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 15 h 40
Retour sur la foire d’expériences
Salle 206 A
Irène Langis, B.A., chef de service, Communications et documentation, Institut national de santé publique du Québec
15 h 40 à 16 h
Salle 206 A
20 ans de communications influentes
Richard Lessard, M.D., médecin consultant en santé publique
32
16 h à 16 h 40
Salle 206 A
Discussion ‒ Occuper plus largement l’espace public et médiatique
Animation :
Réal Morin, M.D., médecin-conseil, directeur scientifique, Direction du développement des individus et des communautés, Institut
national de santé publique du Québec
Intervenants :
Alain Poirier, M.D., M. Sc., médecin-conseil, Institut national de santé publique du Québec
François Desbiens, M.D., médecin-conseil, directeur de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux de la
Capitale-Nationale/Direction de santé publique
Observateurs-commentateurs :
Alima Marie, directrice, Direction de l’information, de la communication et du dialogue avec la société, Agence nationale de
sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, France
Yanick Villedieu, journaliste scientifique, Radio-Canada
Les participants seront appelés à échanger avec les conférenciers tout au long de la discussion.
16 h 40 à 16 h 50
Synthèse de la journée
Salle 206 A
François Lagarde, M.A., vice-président, Communications, Fondation Lucie et André Chagnon
16 h 50 à 17 h
Mot de la fin
Salle 206 A
Alain Poirier, M.D., M. Sc., médecin-conseil, Institut national de santé publique du Québec
33
La promotion de saines habitudes de vie et la prévention de l’obésité : doit-on ajuster le tir?
Les stratégies populationnelles mises en œuvre au Québec pour la prévention des maladies chroniques ont déjà identifié l’activité
physique, la saine alimentation et la prévention de l’obésité comme cibles d’intervention principales. Cependant, certaines
publications scientifiques récentes remettent en cause ces choix. Certains recommandent que la priorité en prévention de l’obésité
soit accordée à la promotion de la saine alimentation, d’autres préconisent avant toute chose l’activité physique. D’autres encore
remettent en question l’importance relative du surplus de poids comme facteur de risque.
Dans un tel contexte, une réflexion s’impose quant aux stratégies actuelles de promotion de saines habitudes de vie. Cette journée
vise à favoriser la compréhension de la portée des données récentes sur le poids et sur les maladies chroniques. Elle s’adresse
largement aux professionnels et aux gestionnaires qui travaillent à la promotion de l’activité physique et de la saine alimentation
ainsi qu’à la prévention de l’obésité.
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure :
♦ de déterminer les risques de maladies chroniques associées au surplus de poids en fonction des mesures utilisées;
♦ d'expliquer pourquoi les stratégies de lutte à l’obésité doivent intégrer tant l’alimentation que l’activité physique;
♦ de résumer les bienfaits de l’activité physique et de l’amélioration de la qualité nutritionnelle pour la prévention des maladies
chroniques, indépendamment du poids corporel.
Animation de la journée
Lise Gauvin, titulaire, Chaire montréalaise en santé publique appliquée sur les habitudes de vie et les quartiers, Département de
médecine sociale et préventive, École de santé publique, Université de Montréal
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 15
Salle 205 A
Qu’en est-il de vos croyances et de vos pratiques professionnelles?
Introduction et présentation des objectifs de la journée
10 h 15 à 11 h 30
Salle 205 A
La prévention de l’obésité comme cible d’intervention : bien comprendre le paradoxe de l’indice de masse
corporelle (IMC)
Jean-Pierre Després, directeur scientifique, Chaire internationale sur le risque cardiométabolique; professeur, Département de
kinésiologie, Université Laval
Comment ces nouvelles données probantes viennent-elles changer les pratiques?
Chantal Gosselin, M.A., chef d'équipe des programmes SMASH et PCP, Agence de la santé et des services sociaux des
Laurentides/Direction de santé publique
Irma Clapperton, médecin-conseil, Agence de la santé et des services sociaux de l’Estrie/Direction de santé publique
11 h 30 à 12 h
Période d'échanges et de questions
Salle 205 A
12 h à 13 h 30
Salle 2000 A
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 14 h 30
Salle 205 A
Est-ce qu’une diète santé implique nécessairement une perte de poids?
Leçons tirées de la diète méditerranéenne
Benoît Lamarche, professeur, Département des sciences des aliments et de nutrition, Université Laval
35
Comment ces nouvelles données probantes viennent-elles changer les pratiques?
Michel Beauchemin, coordonnateur, Prévention et promotion, Agence de la santé et des services sociaux de la CapitaleNationale/Direction de santé publique
Emmanuelle Dumoulin, Dt. P., chargée de projet en prévention/promotion de la santé, Fondation des maladies du cœur et de
l’AVC
14 h 30 à 15 h
Période d’échanges et de questions
Salle 205 A
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 16 h 30
Salle 205 A
Plus d’activité physique et moins de sédentarité : oui, mais sans cibler la perte de poids comme première intention
Lise Gauvin, titulaire, Chaire montréalaise en santé publique appliquée sur les habitudes de vie et les quartiers, Département de
médecine sociale et préventive, École de santé publique, Université de Montréal
Comment ces nouvelles données probantes viennent-elles changer les pratiques?
Sylvie Bernier, I.M.H.L., ambassadrice des saines habitudes de vie, Québec en Forme
Johanne Derome, directrice, Service de la diversité sociale et des sports, Ville de Montréal
Salle 205 A
16 h 30 à 16 h 45
Quels ajustements pour nos pratiques professionnelles?
Période d’échanges et retour sur les questions posées en introduction de la journée
16 h 45 à 17 h
Salle 205 A
… et quels ajustements à nos messages populationnels?
Marie Rochette, conseillère stratégique et scientifique, Québec en Forme
36
Demi-journée – Regards sur la santé sexuelle des jeunes adultes au Québec
L’avant-midi sera consacré à l’exploration des données issues des plus récentes études sur la santé sexuelle des jeunes adultes
au Québec, notamment celles de PIXEL, un portrait sur la santé sexuelles des jeunes adultes de moins de 25 ans au Québec et
d’autres initiatives menées par l’Université du Québec à Montréal. Il s’agira d’un circuit aux escales multiples reflétant une variété
de thèmes — le bien-être sexuel, les infections transmises sexuellement (ITS), les grossesses, les services de santé — abordés
sous des angles diversifiés et choisis pour leur pertinence à l’égard du travail des acteurs des milieux communautaires, de la santé
et de l’éducation. Ce sera une occasion de prendre connaissance des données, d’évaluer leur impact sur la pratique et de réfléchir
collectivement à leur portée.
Cette demi-journée vise à parfaire la compréhension des participants quant à la santé sexuelle des jeunes adultes au Québec, et
ce, à partir de plusieurs perspectives. La formation s’adresse aux professionnels, aux gestionnaires, aux chercheurs et aux
étudiants impliqués dans l’amélioration de la santé sexuelle des jeunes adultes au sein de différents milieux.
À la fin de cette demi-journée, les participants seront en mesure de :
♦ résumer les principaux résultats des recherches récentes portant sur la santé sexuelle des jeunes adultes au Québec;
♦ réfléchir à la portée de ces résultats de recherche dans la prise de décisions et dans leur pratique.
Animation de la demi-journée
Gilles Lambert, M.D., médecin-conseil, unité Infections transmissibles sexuellement et par le sang, Direction des risques
biologiques et de la santé au travail, Institut national de santé publique du Québec; médecin-conseil, Agence de la santé et des
services sociaux de Montréal/Direction de santé publique
Sara Mathieu-Chartier, M.A., stagiaire doctorale 4P (Prévention, Promotion et Politiques Publiques); agente de planification, de
programmation et de recherche, unité Infections transmissibles sexuellement et par le sang, Direction des risques biologiques et
de la santé au travail, Institut national de santé publique du Québec
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 10
Mot de bienvenue
Salle 202
10 h 10 à 10 h 25
Salle 202
Pour embarquement immédiat : dresser un portrait de l’état de santé sexuelle des jeunes adultes québécois à partir de
quelques indicateurs
L’exploration débute par un partage d’information sur l’état de santé sexuelle des jeunes adultes (prévalence de certaines ITSS et
des grossesses non planifiées, bien-être sexuel, etc.), et ce, à l’aide d’une présentation interactive à mi-chemin entre le jeuquestionnaire et l’exposé.
10 h 25 à 11 h 45
Salle 202
Un voyage au bout de leurs nuits : examiner différentes facettes du vécu sexuel des jeunes adultes québécois
Des chercheurs se prononceront sur quatre dimensions :
♦ 1) la relation sexuelle contextualisée;
♦ 2) la grossesse non planifiée et la contraception;
♦ 3) les ITS et l'accès au service de dépistage;
♦ 4) le bien-être sexuel.
Ils interagiront ensuite avec les participants et inviteront ceux-ci à discuter et à interpréter les résultats de différentes recherches.
Intervenants :
Joanne Otis, Ph. D., titulaire, Chaire de recherche du Canada en éducation à la santé, Faculté des sciences de l’éducation,
Université du Québec à Montréal
37
Sylvie Lévesque, Ph. D., professeure, Département de sexologie, Université du Québec à Montréal
Martin Blais, Ph. D., professeur, Département de sexologie, Université du Québec à Montréal
Sara Mathieu-C., M.A.., stagiaire doctorale 4P (Prévention, Promotion et Politiques Publiques), unité Infections transmissibles
sexuellement et par le sang, Direction des risques biologiques et de la santé au travail, Institut national de santé publique du
Québec ; Université de Montréal
Édith Guilbert, M.D., M. Sc., médecin-conseil, unité Habitudes de vie, Direction du développement des individus et des
communautés, Institut national de santé publique du Québec
Gilles Lambert, M.D., M. Sc., médecin-conseil, unité Infections transmissibles sexuellement et par le sang, Direction des risques
biologiques et de la santé au travail, Institut national de santé publique du Québec; médecin-conseil, Agence de la santé et des
services sociaux de Montréal/Direction de santé publique
11 h 45 à 12 h
Salle 202
Prochaines escales au programme : poursuivre les échanges et transférer les connaissances
Cette première escale sera conclue par une brève synthèse des échanges de la matinée et par l’annonce des prochaines activités
de mobilisation et de transfert de connaissances complémentaires qui suivront les Journées annuelles de santé publique.
12 h à 13 h 30
Salle 2000 A
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
38
Demi-journée – Les cliniques jeunesse : être au service des jeunes
En 2008, la mise à jour du Programme national de santé publique mentionnait comme activité prioritaire le « soutien à
l’organisation de services de consultation en matière de santé sexuelle, services adaptés aux adolescents et aux jeunes adultes du type des cliniques jeunesse -, favorisant la planification des naissances et combinés à des interventions d’éducation à la
sexualité ». Au cours des dernières années, des efforts importants ont été déployés aux paliers local, régional et national pour
soutenir l’implantation de services cliniques et préventifs qui permettent de mieux répondre aux besoins des jeunes quant à la
sexualité, la santé mentale, la consommation de drogues et d’alcool, la violence, les habitudes de vie, etc. Les expériences
méritent d’être partagées et discutées afin de déployer des stratégies gagnantes à plus large échelle, le tout en vue d’améliorer
l’offre de services et l’accès à pour les jeunes et les jeunes adultes.
Cette journée vise à faire état des défis que présente la mise en œuvre de services cliniques et préventifs adaptés aux besoins des
jeunes de 14 à 25 ans tout en mettant en lumière des solutions à envisager. Cette demi-journée s’adresse principalement aux
gestionnaires et aux professionnels impliqués dans l’organisation, le soutien et la mise en œuvre de tels services destinés aux
jeunes de 14 à 25 ans au Québec. Ces intervenants proviennent de différents milieux, notamment du réseau de la santé et des
services sociaux et du réseau de l’éducation.
À la fin de cette demi-journée, les participants seront en mesure de :
♦ décrire des initiatives régionales et locales ayant permis de mettre en œuvre des services cliniques et préventifs, du type
cliniques jeunesse, répondant aux besoins des jeunes;
♦ repérer les conditions facilitantes pour la mise en œuvre de services cliniques et préventifs adaptés aux besoins des jeunes.
Animation de la demi-journée
Richard Cloutier, agent de recherche et de planification, ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
12 h à 13 h 30
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 13 h 40
Salle 202
Pourquoi s’intéresser aux services cliniques et préventifs destinés aux jeunes?
André Dontigny, directeur, Direction de la prévention et de la promotion de la santé, ministère de la Santé et des Services sociaux
Nadia Campanelli, agente de recherche et de planification, ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
Salle 202
13 h 40 à 13 h 50
Quelles sont les principales caractéristiques des services adaptés aux jeunes « de type cliniques jeunesse »?
André Gobeil, adjoint à la responsable, secteurs Tout-petits – Jeunes, Agence de la santé et des services sociaux de
Montréal/Direction de santé publique
Sylvie Ouellet, médecin-conseil, secteurs Tout-petits – Jeunes, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal/Direction
de santé publique
13 h 50 à 14 h
Période d’échanges et de questions
Salle 202
Bloc 1 - Les cliniques jeunesse : une vision globale pour répondre aux besoins multiples des jeunes
14 h à 14 h 05
Salle 202
Une diversité des modèles d’organisation, une pluralité de pratiques
Nadia Campanelli, agente de recherche et de planification, ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
Salle 202
14 h 05 à 14 h 20
Impossible de tout faire! Quels services en priorité?
Marie-Claude Drouin, agente de planification, de programmation et de recherche, Agence de la santé et des services sociaux de
la Mauricie et du Centre-du-Québec/Direction de santé publique
14 h 20 à 14 h 35
Salle 202
Conjuguer services intégrés et besoins multiples, un défi pour le réseau local de services
Antoine Groulx, directeur, Direction de l’organisation des services de première ligne intégrés, ministère de la Santé et des
Services sociaux du Québec
14 h 35 à 15 h
Période d’échanges et de questions
Salle 202
39
Que pouvons-nous tirer de nos expériences régionales et locales?
À partir d’une grille distribuée en début d’activité, les conditions facilitantes à la mise en œuvre des cliniques jeunesse seront
établies en petites équipes de travail, notamment en soulignant la nécessité de prioriser les services et d’intervenir dans une
perspective globale du jeune. Ces conditions facilitantes pourront être identifiées sur la base des expériences et des priorités
régionales ou locales.
Animation par :
Catherine Denis, agente de planification, programmation et recherche, Agence de la santé et des services sociaux de la CapitaleNationale
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
Bloc 2 - Surmonter les enjeux : des solutions inspirantes pour faire plus et pour faire mieux!
Salle 202
15 h 30 à 15 h 35
Des enjeux multiples à tous les paliers
Nadia Campanelli, agente de recherche et de planification, ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
Salle 202
15 h 35 à 15 h 45
Enjeux de performance : offrir des services adaptés aux jeunes malgré la pression de rendre des comptes
Julie Gravel, chef d'administration des programmes prévention/promotion jeunesse, Centre de santé et de services sociaux du
Sud de Lanaudière
15 h 45 à 15 h 55
Salle 202
Enjeux financiers : des cliniques jeunesse à coûts minimes
Nathalie Ruest, coordonnatrice des programmes de santé publique, Centre de santé et de services sociaux Champlain – CharlesLeMoyne
15 h 55 à 16 h 05
Salle 202
Enjeux de collaboration : des cliniques jeunesse en contexte scolaire
Dominique Alarie, directrice adjointe, Service des affaires étudiantes et services à la communauté, Collège Montmorency
16 h 05 à 16 h 25
Période d’échanges et de questions
Salle 202
Salle 202
16 h 25 à 16 h 50
Tirer profit d’expériences régionales et locales inspirantes!
En s’inspirant de la grille remplie avant la pause et lors des présentations, animation d’une discussion sur :
♦ les expériences régionales et locales qui permettent de prendre en compte les enjeux identifiés ci-dessus;
♦ les leçons à tirer de ces expériences régionales et locales en terme d’implantation des services cliniques et préventifs destinés
aux jeunes.
Animation par :
Catherine Denis, agente de planification, programmation et recherche, Agence de la santé et des services sociaux de la CapitaleNationale
16 h 45 à 17 h
Et maintenant…
Salle 202
André Dontigny, directeur, Direction de la prévention et de la promotion de la santé, ministère de la Santé et des Services sociaux
du Québec
40
Atelier méthodologique – Pouvoir et savoir travailler ensemble pour des milieux de vie en santé
La santé des populations est grandement influencée par les milieux dans lesquels elles évoluent. Pour intervenir efficacement et
améliorer durablement ces milieux, une synergie d’actrices et d’acteurs ainsi qu’une étroite concertation deviennent nécessaires.
Au-delà de la volonté de travailler ensemble, il faut pouvoir partager, combiner et confronter nos savoirs. À ce titre, les approches
écosystémiques de la santé ont développé des pratiques et des outils pour répondre aux défis du travail transdisciplinaire qui
conjugue interdisciplinarité, intersectorialité et participation.
Cet atelier méthodologique est destiné aux intervenantes et intervenants qui doivent agir en collaboration avec de nombreuses
personnes et organisations en vue d’influer sur un milieu de vie. Celles et ceux interpellés par les enjeux de santé
environnementale, de développement des communautés et de sécurité des milieux sont plus particulièrement ciblés. L’atelier
méthodologique permettra aux participantes et participants d’acquérir des compétences pour parvenir à travailler en concertation
dans un contexte de travail transdisciplinaire qui aborde les enjeux complexes des milieux de vie.
À la fin de l’atelier, les participants seront en mesure :
♦ de « négocier la santé » dans un contexte transdisciplinaire de manière à faire émerger une définition de la santé qui rallie
différents acteurs;
♦ de dresser un portrait réseau des actrices et acteurs qui devraient être mobilisés selon la thématique choisie;
♦ d'élaborer une stratégie de mobilisation pour leur propre réseau.
Formatrices
Mélanie Lemire, Ph. D., professeure adjointe, Axe Santé des populations et pratiques optimales en santé, Centre de recherche du
Centre hospitalier universitaire de Québec, Université Laval
Johanne Saint-Charles, Ph. D., directrice, Centre de recherche interdisciplinaire sur le bien-être, la santé, la société et
l'environnement (CINBIOSE); professeure en communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal.
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 15
Mot de bienvenue
Salle 207
BLOC 1 - Négocier la santé
Travailler ensemble pose des défis de taille. Certains éléments favorisent toutefois la mise en place d’initiatives transdisciplinaires,
intersectorielles et participatives. Ce bloc d’interventions mettra notamment l’accent sur l’importance de « négocier la santé »,
c’est-à-dire de mettre au jour les définitions de la santé dont les différentes personnes sont porteuses afin d’en arriver à une
définition qui rallie les parties prenantes autour d’objectifs concrets.
10 h 15 à 11 h 15
Atelier de travail
Salle 207
Présentation de deux initiatives transdisciplinaires pour soulever l’importance et les défis de travailler ensemble ainsi que les
éléments qui favorisent la mise en place de telles initiatives autour d’enjeux en lien avec les milieux de vie. L’atelier prévoit une
période de 30 minutes d’échanges et de questions.
L'évaluation environnementale au coeur de l'actualité
Geneviève Brisson, LL. B. Ph. D., chercheuse d'établissement et conseillère experte, Direction de la santé environnementale et de
la toxicologie, Institut national de santé publique du Québec
Le Collectif pour la santé des enfants et de l’environnement du Nouveau-Brunswick
Céline Surette, Ph. D., professeure, Département de chimie et de biochimie et directrice du programme de maîtrise en études de
l’environnement, Université de Moncton, Nouveau-Brunswick
11 h 15 à 12 h
Exercice « Négocier la santé »
Salle 207
41
Exercice interactif s’appuyant sur une méthode développée par la Communauté de pratique canadienne en approches
écosystémiques de la santé (CoPEH-Canada) en vue de négocier une définition de la santé à partir de voix, de regards et de
perspectives multiples.
12 h à 13 h 30
Salle 2000 A
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
BLOC 2 - Savoir qui connaître
Ce bloc s’appuiera sur une ou des thématiques qui seront choisies à l’aide d’un sondage en ligne auquel auront préalablement
répondu les inscrits à l’atelier. Après un rappel des grands enjeux des thématiques, un exercice de « cartographie des parties
prenantes » sera proposé.
13 h 30 à 14 h 15
Salle 207
Exercice interactif d’identification des parties prenantes
Réalisation d’une cartographie des acteurs incontournables tout en mettant en relief les différents types de liens qui les unissent
(de collaboration, d’opposition, de connivence, etc.).
14 h 15 à 15 h
Salle 207
Exercice sur son réseau professionnel
Réalisation d’une cartographie de son propre réseau professionnel
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
BLOC 3 - Mobiliser son réseau
On ne connaît pas toujours très bien les façons de mobiliser son propre réseau. Ce bloc débute par un retour sur l’exercice de
cartographie de son réseau professionnel afin de réfléchir sur son propre réseau en s’appuyant notamment sur les notions liées à
l’analyse des réseaux sociaux.
15 h 30 à 15 h 45
Salle 207
La structure de mon réseau influence-t-elle les stratégies de mobilisation?
15 h 45 à 16 h 30
Salle 207
Exercice sur les stratégies de mobilisation
L’exercice vise le développement d’une stratégie de mobilisation de son réseau professionnel en s’appuyant sur l’exemple concret
de la problématique retenue.
16 h 30 à 17 h
Salle 207
Synthèse - « Demain matin, je commence par où? »
Retour sur la journée pour que les participants identifient les opportunités et les difficultés qui pourraient se présenter lors de
l’application de la stratégie de mobilisation de leur réseau
42
Mercredi 26 novembre
Classe de maître Richard Lessard
10 h à 12 h
Salle 2101
Richard Lessard sera notre invité du mercredi. Il examinera avec les participants les pratiques et attitudes propices à l'exercice
d'un leadership en santé publique.
Objectifs pédagogiques
♦ Identifier les stratégies de leadership à privilégier selon les diverses situations en santé publique; par exemple en matière
de gestion de crise, d'avancement de politiques publiques favorables à la santé, ou de communication de l'état de santé de la
population.
♦ Proposer des stratégies d'influence à utiliser selon la posture occupée.
43
Animer la responsabilité populationnelle par des pratiques innovantes d’intervention dans la
communauté
L’exercice de la responsabilité populationnelle implique que les centres de santé et de services sociaux (CSSS) s’occupent, en
collaboration avec leurs nombreux partenaires, de maintenir et d’améliorer la santé et le bien-être de l’ensemble de la population
de leur territoire. Depuis plusieurs années, des pratiques innovantes ont émergé pour permettre aux CSSS d’assumer cette
responsabilité et d’animer leur réseau local, notamment le développement des communautés et l’intervention de proximité. Cette
journée vise à illustrer ces deux stratégies et à montrer leur complémentarité.
D’une part, les interventions axées sur le développement des communautés peuvent amener une contribution importante par
l’identification et la promotion d’actions structurantes avec et pour la collectivité locale. D’autre part, l’intervention de proximité
permet de rapprocher les services d’un CSSS des populations de territoires défavorisés et de les adapter à leurs besoins. Ces
deux types de pratique apparaissent donc comme des leviers d’action inspirants dans l’exercice de la responsabilité
populationnelle.
Cette journée thématique s’adresse aux gestionnaires et aux intervenants des CSSS, aux partenaires de leurs réseaux locaux de
services ainsi qu’aux décideurs et aux professionnels issus du domaine de la santé publique, des groupes communautaires et des
instances nationales.
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure de :
♦ reconnaître les principaux défis et obstacles liés à la mise en place de pratiques d’intervention de proximité ou de
développement des communautés en termes de responsabilité populationnelle;
♦ nommer différentes stratégies et solutions innovantes développées dans le cadre de pratiques d’intervention de proximité ou de
développement des communautés;
♦ s’approprier des outils pertinents aux pratiques d’intervention de proximité ou de développement des communautés.
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 10
Salle 202
Mot de bienvenue et présentation du déroulement de la journée
Gylaine Boucher, M.A.P., gestionnaire, unité Valorisation des connaissances – Initiative sur le partage des connaissances et le
développement des compétences pour relever le défi de la responsabilité populationnelle (IPCDC), Vice-présidence aux affaires
scientifiques, Institut national de santé publique du Québec
BLOC 1 – Le développement des communautés : l’exemple du logement social et communautaire
Animation :
Paul Morin, directeur du Centre affilié universitaire, Centre de santé et de services sociaux ‒ Institut universitaire de gériatrie de
Sherbrooke
10 h 10 à 10 h 20
Salle 202
Le CSSS et le développement des communautés
Sylvie Simard, directrice générale, Centre de santé et de services sociaux Jeanne-Mance, Montréal
10 h 20 à 10 h 35
Salle 202
Le logement social : un déterminant de la santé
Jean-Baptiste Leclercq, chercheur d’établissement, Centre de santé et de services sociaux Jeanne-Mance, Montréal et Centre
de recherche de Montréal sur les inégalités sociales et les discriminations (CRÉMIS)
10 h 35 à 10 h 50
Période d'échanges et de questions
Salle 202
Salle 202
10 h 50 à 11 h 40
Présentation de deux projets soutenus par le CSSS Jeanne-Mance dans la communauté
Centre culturel et communautaire Sainte-Brigide
François Soucisse, organisateur communautaire, Centre de santé et de services sociaux Jeanne-Mance, Montréal
Manon Harvey, directrice, En Marge 12-17 et présidente, Centre culturel et communautaire Sainte-Brigide
45
Projet autochtone du Québec
Manuel Penafiel, organisateur communautaire, Centre de santé et de services sociaux Jeanne-Mance, Montréal
11 h 40 à 12 h
Période d'échanges et de questions
Salle 202
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
BLOC 2 – L’intervention de proximité : cerner les enjeux et cibler les conditions gagnantes
Animation :
Francine Vincelette, coordonnatrice des services à la communauté et responsable locale de santé publique, Centre de santé et
de services sociaux Jeanne-Mance, Montréal
13 h 30 à 13 h 50
Salle 202
La communauté de pratique sur les interventions de proximité : enjeux et perspectives de l’intervention de quartier
Paul Morin, directeur, Centre affilié universitaire, Centre de santé et de services sociaux ‒ Institut universitaire de gériatrie de
Sherbrooke
13 h 50 à 14 h
Période d’échanges et de questions
Salle 202
14 h à 14 h 45
Salle 202
Table ronde - L’intervention de proximité vue par différents acteurs
Les stratégies et mécanismes de coordination des programmes-clientèles au sein de l’intervention de quartier
Geneviève Guindon, conseillère-cadre, Direction des services aux adultes, Centre de santé et de services sociaux ‒ Institut
universitaire de gériatrie de Sherbrooke
Le rôle des organisateurs communautaires dans les pratiques en intervention de proximité
Roxana Cledon, organisatrice communautaire, Centre de santé et de services sociaux de la Haute-Yamaska
L’intervent ion de quartier à partir de l’expérience terrain
Marie-Pierre Beaudoin, intervenante de quartier, Centre de santé et de services sociaux ‒ Institut universitaire de gériatrie de
Sherbrooke
14 h 45 à 15 h
Période d’échanges et de questions
Salle 202
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
Bloc 3 – Activité d’appropriation des connaissances
Salle 202
15 h 30 à 16 h 20
Les pratiques innovantes comme levier d’action
Marise Guindon, conseillère à la direction générale et collaboratrice, Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales
et les discriminations, Centre de santé et de services sociaux Jeanne-Mance, Montréal
Les participants seront invités à partager en sous-groupes leurs expériences diverses en matière de pratiques innovantes
d’intervention dans la communauté visant les déterminants sociaux de la santé. Ils seront aussi appelés à discuter de leurs
stratégies globales d’intervention, des défis vécus et des conditions facilitantes observées.
16 h 20 à 16 h 50
Retour en plénière sur les échanges
Salle 202
Marise Guindon, conseillère à la direction générale et collaboratrice, Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales
et les discriminations, Centre de santé et de services sociaux Jeanne-Mance, Montréal
16 h 50 à 17 h
Synthèse et mot de clôture
Salle 202
Gylaine Boucher, M.A.P., gestionnaire, unité Valorisation des connaissances – Initiative sur le partage des connaissances et le
développement des compétences pour relever le défi de la responsabilité populationnelle (IPCDC), Vice-présidence aux affaires
scientifiques, Institut national de santé publique du Québec
46
Les probabilités de dépassement de seuil pour diagnostiquer l’exposition aux contaminants
chimiques en milieu de travail
Au Québec, depuis les années 1980, la pratique en santé au travail consiste à comparer les expositions quotidiennes moyennes
aux contaminants chimiques avec des valeurs de référence afin de diagnostiquer une surexposition potentielle. Le but de cette
pratique est d’agir de façon préventive et d’émettre les recommandations adéquates en amont des surexpositions. Toutefois, les
acteurs québécois en santé au travail utilisent différemment les seuils à partir desquels des interventions préventives doivent être
amorcées. Vers la fin des années 1990, plusieurs organismes internationaux ont entamé l’intégration de la notion de probabilité de
dépassement de valeurs de référence dans les pratiques de santé au travail en vue d’évaluer le risque de surexposition dans un
contexte préventif. On reconnaissait alors le potentiel de cette approche pour diagnostiquer des situations de surexposition.
Cette journée vise à favoriser une meilleure compréhension des concepts associés aux probabilités de dépassement de seuils
d’effets à la santé utilisés à des fins de prévention dans les milieux de travail québécois. Cette formation s’adresse aux hygiénistes
du travail, aux techniciens en hygiène du travail, aux médecins responsables et aux médecins-conseils, aux gestionnaires ainsi
qu’aux infirmières en santé au travail au sein des centres de santé et de services sociaux et des directions de santé publique des
agences de la santé et des services sociaux.
La traduction simultanée du français à l’anglais et de l’anglais au français sera offerte toute la journée.
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure :
♦ de reconnaître les principes de base et l’évolution du concept de dépassement d’une valeur de référence pour diagnostiquer
l’exposition aux contaminants chimiques en milieu de travail;
♦ de distinguer les principaux outils probabilistes et conventionnels pour l’évaluation du risque de dépassement d’une valeur de
référence;
♦ d'utiliser un outil de type conventionnel;
♦ de décrire les avantages et les limites de l’application des probabilités de dépassement dans l’estimation de l’exposition aux
contaminants chimiques.
Animation de la journée
Judith Lord, M. Sc. A., hygiéniste du travail, Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie/Direction de santé
publique
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 10
Mot de bienvenue
Salle 204 AB
Denis Laliberté, M.P.H., FRCPC (santé communautaire), médecin-conseil, Agence de la santé et des services sociaux de la
Capitale-Nationale/Direction de santé publique; professeur agrégé, Département de médecine sociale et préventive, Université
Laval
Marc Mastromatteo, D.E.S.S. (santé au travail), hygiéniste du travail, Agence de la santé et des services sociaux de l’AbitibiTémiscamingue/Direction de santé publique
10 h 10 à 10 h 20
Salle 204 AB
Diagnostiquer les expositions avec les pratiques actuelles : exercice et télévotation
Georges Adib, M. Sc. A., hygiéniste du travail, unité Santé au travail, Direction des risques biologiques et de la santé au travail,
Institut national de santé publique du Québec
France Lussier, M.D., médecin-conseil et médecin responsable, Agence de la santé et des services sociaux de
Lanaudière/Direction de santé publique
10 h 20 à 10 h 35
Période d'échanges et de questions
Salle 204 AB
47
10 h 35 à 11 h 05
Salle 204 AB
A Historical Perspective on Occupational Exposure Sampling Strategies and the American Industrial Hygiene Association's
Approach to Overexposure Diagnosis
[Perspective historique sur les méthodes de diagnostic des expositions en milieux de travail et l’approche de l’American
Industrial Hygiene Association au diagnostic des surexpositions]
Perry W. Logan, Ph. D., CIH, coordonnateur, équipe corporative d’hygiène industrielle et chef d’équipe mondiale Environnement,
santé et sécurité, 3M Center, États-Unis; membre actif, Exposure Assessement Strategies Committee, American Industrial Hygiene
Association
11 h 05 à 11 h 15
Période d'échanges et de questions
Salle 204 AB
11 h 15 à 11 h 45
Salle 204 AB
Les méthodes probabilistes et les outils conventionnels de l’INRS en France : historique et constats de leur application
Pascal Wild, Ph. D., épidémiologiste et biostatisticien, chargé de mission, Direction scientifique, Institut national de recherche et
de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, France
11 h 45 à 12 h
Période d'échanges et de questions
Salle 204 AB
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 13 h 55
Salle 204 AB
Réflexion sur l’intégration éventuelle des concepts présentés aux activités de prévention du Réseau de la santé publique
en santé au travail
Judith Lord, M. Sc. A., hygiéniste du travail, Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie/Direction de santé
publique
Christian Gaulin, M.D., M. Sc. A., médecin spécialiste en médecine du travail, Centre de santé et de services sociaux du HautSaint-François, Agence de la santé et des services sociaux de l’Estrie/Direction de santé publique
13 h 55 à 14 h 05
Période d’échanges et de questions
Salle 204 AB
14 h 05 à 14 h 20
Salle 204 AB
Diagnostiquer les expositions en appliquant les probabilités de dépassement : exercices et télévotation
Georges Adib, M. Sc. A., hygiéniste du travail, unité Santé au travail, Direction des risques biologiques et de la santé au travail,
Institut national de santé publique du Québec
France Lussier, M.D., médecin-conseil et médecin responsable, Agence de la santé et des services sociaux de
Lanaudière/Direction de santé publique
14 h 20 à 14 h 40
Salle 204 AB
Période d’échanges en groupe de travail et télévotation
14 h 40 à 15 h
Salle 204 AB
Regards sur d’autres approches modernes de diagnostic des expositions en milieux de travail
[Overview of Other Moderns Approaches to Occupational Exposure Diagnosis]
Jérôme Lavoué, Ph. D., professeur agrégé, École de santé publique, Université de Montréal
Perry W. Logan, Ph. D., CIH, coordonnateur, équipe corporative d’hygiène industrielle et chef d’équipe mondiale Environnement,
santé et sécurité, 3M Center, États-Unis; membre actif, Exposure Assessement Strategies Committee, American Industrial Hygiene
Association
Salle 2000 CD
15 h à 15 h 30
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
48
15 h 30 à 15 h 50
Salle 204 AB
Outils d’aide à la décision en développement
Jérôme Lavoué, Ph. D., professeur agrégé, Département de santé environnementale et de santé au travail, École de santé
publique, Université de Montréal
15 h 50 à 16 h
Période d’échanges et de questions
16 h à 16 h 30
Salle 204 AB
Salle 204 AB
Table ronde - Appliquer les probabilités de dépassement pour estimer le risque de surexposition : avantages et limites
Deux questions seront débattues entre les participants à la table ronde. Ils auront trois minutes pour répondre à chaque question
selon un concept de « speed answering ».
Participants :
Jérôme Lavoué, Ph. D., professeur agrégé, Département de santé environnementale et de santé au travail, École de santé
publique, Université de Montréal
Perry W. Logan, Ph. D., CIH, coordonnateur, équipe corporative d’hygiène industrielle et chef d’équipe mondiale Environnement,
santé et sécurité, 3M Center, États-Unis; membre actif, Exposure Assessement Strategies Committee, American Industrial Hygiene
Association
Christian Gaulin, M.D., M. Sc. A, médecin spécialiste en médecine du travail, Centre de santé et de services sociaux du HautSaint-François, Agence de la santé et des services sociaux de l’Estrie/Direction de santé publique
Pascal Wild, Ph. D., épidémiologiste et biostatisticien, chargé de mission, Direction scientifique, Institut national de recherche et
de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, France
16 h 30 à 16 h 50
Période d’échanges et de questions
Salle 204 AB
16 h 50 à 17 h
Mot de clôture
Salle 204 AB
Jocelyne Sauvé, M.D., M. Sc., FRCPC, vice-présidente associée aux affaires scientifiques, Direction adjointe à la Vice-présidence
aux affaires scientifiques, Institut national de santé publique du Québec
49
Se mobiliser et agir pour le développement des jeunes enfants : inspirations d’ici et d’ailleurs
Afin de mettre toutes les chances du côté de la réussite scolaire des enfants québécois âgés de 0 à 5 ans, l’Initiative concertée
d’intervention pour le développement des jeunes enfants (ICIDJE) a été lancée en 2011. Le premier volet de l’Initiative, soit
l’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle 2012 (EQDEM), a marqué le début d’une surveillance
continue de l’état de développement des enfants en vue de soutenir les choix d’interventions qui les concernent. Le second volet
de l’Initiative insiste quant à lui sur l’intervention elle-même et convie les communautés à se mobiliser autour de ces résultats et à
les mettre à profit à travers des actions concertées. En ce sens, cette journée propose d’explorer les bonnes pratiques de
mobilisation et d’intervention pour soutenir la planification des actions qui visent le développement global des jeunes enfants aux
échelles régionale et locale. Cela se fera par l’entremise de conférences, de partage d’expériences d’ici et d’ailleurs et de
discussions entre les participants.
Cette journée thématique s’adresse aux acteurs nationaux, régionaux et locaux des différents réseaux préoccupés par la petite
enfance, notamment à ceux de la santé et des services sociaux, de l'éducation, de la famille et d'Avenir d'enfants.
La traduction simultanée du français à l’anglais et de l’anglais au français sera offerte toute la journée.
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure de :
♦ reconnaître les stratégies de mobilisation et les actions les plus bénéfiques pour favoriser le développement des jeunes enfants;
♦ nommer les enjeux liés à la mobilisation des acteurs locaux et régionaux autour du développement des enfants;
♦ cerner des pistes d’actions prometteuses pouvant s’appliquer à leur milieu respectif.
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
Animation de l'avant-midi
Réal Morin, M.D., directeur scientifique, Direction des individus et des communautés, Institut national de santé publique du
Québec
10 h à 10 h 10
Mot de bienvenue
Salle 206 A
Réal Morin, M.D., directeur scientifique, Direction des individus et des communautés, Institut national de santé publique du
Québec
Julie Poissant, Ph. D. (psychologie communautaire), experte en périnatalité et petite enfance, Institut national de santé publique
du Québec
10 h 10 à 10 h 40
Salle 206 A
Les conditions requises pour mobiliser les acteurs autour du développement des enfants
Line Perron, M. Sc. (Family Ecology and Practice), gestionnaire en développement des communautés et mobilisation, Early Child
Development Mapping Project, Alberta, Canada
10 h 40 à 10 h 50
Période d'échanges et de questions
Salle 206 A
10 h 50 à 11 h 50
Salle 206 A
Stratégies de mobilisation : l’exemple de deux régions du Québec
Région de l'Outaouais :
Stéphanie Leclerc, B. Serv. soc., agente de planification, de programmation et de recherche, Agence de la santé et des services
sociaux de l’Outaouais/Direction de santé publique
Jade Lemay-Gauthier, M.A. (communication sociale), directrice, Regroupement Vallée-de-la-Gatineau en Santé
Maxim Raymond, D.E.C. (intervention en loisir), agente de liaison, Regroupement Vallée-de-la-Gatineau en Santé
51
Région de la Montérégie :
Victoire Giguère, M. Sc. inf., agente de planification, de programmation et de recherche, équipe Petite enfance, secteur
promotion-prévention, Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie/Direction de santé publique et répondante
régionale ICIDJE
Nathalie Scott, B. Sc. inf., Chef de programmes, Petite-enfance, Centre de santé et de services sociaux de la Haute-Yamaska.
11 h 50 à 12 h
Période d'échanges et de questions
Salle 206 A
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
Animation de l'après-midi
Marie-Claire Rouleau, D.E.S.S. (administration scolaire), directrice générale, Avenir d’enfants
Salle 206 A
13 h 30 à 14 h 05
Implementing Child Development Actions in Australia: Lessons Learned
[Mise en oeuvre d'actions liées au développement des enfants en Australie : leçons apprises]
Catherine Nolan, B. Sc. inf., responsable de projet, Australian Early Development Index & Early Childhood Knowledge Exchange,
Victoria, Australie
14 h 05 à 14 h 15
Période d’échanges et de questions
Salle 206 A
14 h 15 à 14 h 50
Salle 206 A
Promising Strategies and Actions for Child Development in British Columbia
[Stratégies et actions prometteuses en matière de développement des enfants en Colombie-Britannique]
Martin Guhn, Ph. D. (Human Development), professeur adjoint, École de santé publique et santé des populations, Université de la
Colombie-Britannique, Vancouver, Colombie-Britannique, Canada
14 h 50 à 15 h
Période d’échanges et de questions
Salle 206 A
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 16 h 05
Salle 206 A
Que nous apprend L’Enquête montréalaise sur l'expérience préscolaire des enfants de maternelle sur l’effet protecteur
de la fréquentation d’un service éducatif?
Danielle Guay, M. Sc. (épidémiologie), chercheuse, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal/Direction de santé
publique
Isabelle Laurin, Ph. D. (psychologie), chercheuse, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal/Direction de santé
publique
16 h 05 à 16 h 15
Période d’échanges et de questions
Salle 206 A
16 h 15 à 16 h 45
Salle 206 A
Discussion sur certains enjeux liés à l’Initiative concertée d’intervention pour le développement des jeunes enfants
16 h 45 à 17 h
Synthèse et mot de la fi
52
Salle 206 A
Briser le silence sur le bruit environnemental
Le bruit est un problème reconnu par l’Organisation mondiale de la Santé qui appelle l’intervention en santé publique aux échelons
national, régional et local. Plusieurs mesures d’atténuation des effets du bruit existent, mais elles ne sont pas toutes connues des
gens susceptibles de les appliquer. Parmi les solutions possibles, l'adoption d'une politique publique de lutte contre le bruit au
Québec, basée sur une approche transversale, coordonnées et concertée, pourrait être envisagée. La réduction du bruit et de ses
effets dépend de tous les acteurs concernés, y compris ceux de la santé publique.
En matière de bruit environnemental, les constats sont clairs, mais les conditions favorables à l’action en santé publique ne sont
pas toutes mises en place. Nous devons notamment favoriser une meilleure appropriation des connaissances scientifiques et des
mesures préventives démontrées efficaces ou prometteuses pour diminuer les effets de ce bruit environnemental.
L’approche transversale, coordonnée et concertée est-elle possible? Sur quelles bases? Quelles devraient être les suites à donner
aux travaux de l'Institut national de santé puiblique du Québec (INSPQ) au sein du réseau de santé publique? Comment les
acteurs ayant le pouvoir de réduire le bruit et ses effets devraient-ils réagir?
Au terme de cette journée, les participants auront développé une plus grande compréhension des enjeux actuels et des difficultés
liés à la lutte contre le bruit environnemental. Cette journée s’adresse aux intervenants, gestionnaires et décideurs, notamment
ceux des centres de santé et de services sociaux, des directions de santé publique, des organismes communautaires, des
ministères, des municipalités et des MRC. Elle intéressera également les professionnels en acoustique et des groupes de citoyens.
À la fin de cette journée, les participants seront en mesure de :
♦ reconnaître la diversité des cas et des méthodes d’évaluation de l’exposition au bruit environnemental;
♦ repérer les mesures préventives efficaces et prometteuses pour réduire les effets du bruit environnemental;
♦ cibler des actions pour intervenir efficacement contre le bruit au Québec.
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 05
Mot de bienvenue
Salle 205 A
Richard Martin, M.A., conseiller scientifique, Bruit au travail et bruit environnemental, Institut national de santé publique du
Québec
Bloc 1 – Que sait-on du bruit, de ses effets et du cadre législatif qui le régit?
Animation
Geneviève Brisson, LL. B., Ph. D., anthropologue, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie, Institut national de
santé publique du Québec
10 h 05 à 10 h 25
Salle 205 A
Le bruit environnemental : une expérience auditive (simulations sonores)
Julien Hotton, M. Sc., ingénieur, Direction des politiques de la qualité de l’atmosphère, ministère du Développement durable, de
l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec
Charles Pelletier, M. Sc., ingénieur, Direction des politiques de la qualité de l’atmosphère, ministère du Développement durable,
de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec
10 h 25 à 11 h 05
Salle 205 A
Contexte sociolégislatif et revue des effets du bruit sur la santé, la sécurité et l’économie
Éléments tirés des travaux de l'INSPQ sur l'analyse de la pertinence d’une politique de lutte contre le bruit
environnemental
Pierre Deshaies, M.D., M. Sc., C.S.P.Q., F.R.C.P.C., médecin spécialiste en santé publique et médecine préventive, Institut
national de santé publique du Québec; collaborateur au Burden of disease from environmental noise. Quantification of healthy life
years lost in Europe.
53
Richard Martin, M.A., conseiller scientifique, Bruit au travail et bruit environnemental, Institut national de santé publique du
Québec
Bloc 2 – Des approches pour documenter les problèmes de bruit
Animation
Karine Martel, M. Env., conseillère en Santé et Environnement, Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du
Centre-du-Québec/Direction de santé publique.
11 h 05 à 11 h 40
Bar des sciences
Salle 205 A
Des résultats de recherche seront présentés sous forme de capsules d’information invitant au dialogue avec les participants.
Nuisance due au bruit et habitat – Un rare exemple documenté au Québec : Baie-Saint-Paul
Vicky Huppé, M. Sc., chargée de projet, unité Santé et environnement, Institut national de santé publique du Québec
Perception du bruit d’une source industrielle : l’envers des données acoustiques à Malartic
Catherine Morin-Boulais, candidate au doctorat en anthropologie et stagiaire, unité Santé et environnement, Institut national de
santé publique du Québec
Geneviève Brisson, LL. B., Ph. D., anthropologue, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie, Institut national de
santé publique du Québec
Le portrait montérégien du bruit
Louise Lajoie, M.D., M. Sc., médecin-conseil, Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie/Direction de santé
publique
Estimation de la variation des niveaux de bruit sur l'Île de Montréal
Sophie Goudreau, D.E.S.S., géomaticienne, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal/Direction de santé publique
Éoliennes et bruit : position du problème dans les évaluations environnementales
Martin Meunier, M. Ing. (acoustique), ingénieur, SNC-Lavalin
L’implication citoyenne – Du tribunal à la solution : le cas du Petit Train du Nord
Yvan Bélanger, membre de l’exécutif de la Coalition pour la protection de l’environnement du Parc linéaire Le Petit Train du Nord
11 h 40 à 12 h
Période d’échanges et de questions
Salle 205 A
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
Animation de l’après-midi
Lucie Laflamme, M. Sc., infirmière, conseillère en santé environnementale, Direction générale de la santé publique, ministère de la
Santé et des Services sociaux du Québec
Bloc 3 – Gestion, atténuation et contrôle du bruit
Salle 205 A
13 h 30 à 14 h 15
Premiers résultats du projet pilote sur le contrôle du bruit des motos à l'aide de sonomètres
Gaétan Bergeron, ingénieur, chef de service de la sécurité des véhicules et du transport, Société de l’assurance automobile du
Québec
Un arrondissement montréalais et la gestion du bruit : l’exemple d’une démarche axée sur les solutions
Christine Gosselin, conseillère d’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, district de Jeanne-Mance, Ville de Montréal
Aménagement du territoire : difficultés et enjeux en matière de bruit
François Lestage, B. Urb., urbaniste, coordonnateur à l’aménagement du territoire de la MRC de Marguerite-D’Youville, président
de l’Association des aménagistes régionaux du Québec
54
14 h 15 à 14 h 30
Salle 205 A
Synthèse des mesures efficaces et prometteuses de lutte contre le bruit environnemental
Richard Martin, M.A., conseiller scientifique, Bruit au travail et bruit environnemental, Institut national de santé publique du
Québec
14 h 30 à 15 h
Salle 205 A
La gestion et le contrôle du bruit sont-ils satisfaisants au Québec?
Période d’échanges
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 16 h 50
Salle 205 A
Table ronde : Une politique publique de lutte contre le bruit au Québec serait-elle acceptable et réalisable?
Animateur :
André Delisle, B. Ing., M. Sc. A, conseiller principal associé, Transfert Environnement
Chaque intervenant effectuera une courte présentation de 5 minutes, puis suivra une discussion entre eux. Par la suite, une
période d’échanges avec la salle de 40 minutes est prévue.
Intervenants :
Claudette Boisvert, membre de l’exécutif de la Coalition pour la protection de l’environnement du Parc linéaire Le Petit Train du
Nord
Louis Drouin, M.D., MPH, CSPQ, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal/Direction de santé publique
Christine Gosselin, conseillère d’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, district de Jeanne-Mance, Ville de Montréal
Paule Halley, LL. D., LL. M., LL. B., professeure, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit de l’environnement,
Faculté de droit, Université Laval
Lyne Jobin, M. Ps., directrice, Direction générale adjointe de la santé publique, ministère de la Santé et des Services sociaux du
Québec
Martin Meunier, M. Ing. (acoustique), ingénieur, SNC-Lavalin
16 h 50 à 17 h
Mot de clôture
Salle 205 A
Richard Martin, M.A., conseiller scientifique, Bruit au travail et bruit environnemental, Institut national de santé publique du
Québec
Pierre Deshaies, M.D., M. Sc., C.S.P.Q., F.R.C.P.C., médecin spécialiste en santé communautaire, Centre de santé et de services
sociaux de Montmagny-L’Islet et Institut national de santé publique du Québec; collaborateur au Burden of disease from
environmental noise. Quantification of healthy life years lost in Europe
55
Le tabagisme chez les jeunes : vieux problème, nouvelles tendances
Malgré la mise en place de mesures de prévention reconnues efficaces au cours de la dernière décennie, les données les plus
récentes indiquent qu’en 2010-2011, près de 70 000 élèves québécois du secondaire avaient fumé la cigarette, le cigarillo ou le
cigare au cours des 30 jours précédant l’enquête. De plus, c’est parmi les jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans que l’on retrouve la
plus forte proportion de fumeurs, soit 31 % en 2011-2012. En effet, de nouveaux produits, fort populaires auprès des adolescents
et des jeunes adultes, ont fait leur entrée sur le marché. Par ailleurs, l’industrie du tabac continue de trouver des façons attrayantes
pour rejoindre les jeunes, notamment en contournant les nombreuses réglementations en vigueur.
Cette journée permettra aux participants de mettre à jour leurs connaissances en vue de contrer, dans le contexte actuel, le
tabagisme chez les jeunes ainsi que l’utilisation des nouveaux produits dérivés. L’activité de formation continue s’adresse aux
professionnels de la santé, aux médecins cliniciens et au personnel des directions de santé publique impliqués auprès des jeunes.
Elle est aussi destinée aux décideurs ainsi qu’aux intervenants qui travaillent auprès des jeunes en milieu scolaire ou
communautaire.
La traduction simultanée du français à l’anglais et de l’anglais au français sera offerte toute la journée.
Animation de la journée
Fernand Turcotte, médecin et professeur émérite, Université Laval
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 B
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 10
Salle 206 B
Mot de bienvenue
Bloc 1 - Les nouvelles tendances de consommation chez les jeunes : petit cigare, tabac aromatisé, cigarette électronique
À la fin de l’avant-midi, les participants seront en mesure de :
♦ décrire l’évolution de l’usage du tabac chez les jeunes au cours des dix dernières années;
♦ démontrer les risques que représentent les nouveaux produits quant à l’initiation au tabac et à la dépendance au produit.
10 h 10 à 10 h 30
Salle 206 B
L’évolution des tendances d’usage du tabac chez les jeunes depuis dix ans
Benoit Lasnier, conseiller scientifique, unité Habitudes de vie, Direction du développement des individus et des communautés,
Institut national de santé publique du Québec
10 h 30 à 10 h 40
Période d'échanges et de questions
Salle 206 B
10 h 40 à 11 h
Salle 206 B
Les nouveaux produits mis en marché par l’industrie du tabac depuis dix ans
Geneviève Bois, M.D., porte-parole, Coalition québécoise pour le contrôle du tabac
11 h à 11 h 10
Salle 206 B
Ce que les études nous apprennent sur les risques des nouveaux produits
Annie Montreuil, chercheuse, unité Habitudes de vie, Direction du développement des individus et des communautés, Institut
national de santé publique du Québec
11 h 10 à 11 h 20
Période d'échanges et de questions
Salle 206 B
11 h 20 à 11 h 50
Salle 206 B
Le comportement de consommation des jeunes et le développement de la dépendance à la nicotine
Jennifer O’Loughlin, Ph. D., professeure titulaire, Département de médecine sociale et préventive, École de santé publique,
Université de Montréal; chercheuse, Centre de recherche, Centre hospitalier de l’Université de Montréal
Myriam Laventure, Ph. D., professeure agrégée, Département de psychoéducation, Université de Sherbrooke; chercheuse,
Recherche et intervention sur les substances psychoactives – Québec
57
11 h 50 à 12 h
Période d'échanges et de questions
Salle 206 B
12 h à 13 h 30
Salle 200 B
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
BLOC 2 - Les pratiques prometteuses et l'utilisation des nouveaux médias
À la fin de l’après-midi, les participants seront en mesure de :
♦ décrire des pratiques prometteuses mises en place pour prévenir la dépendance au tabac;
♦ reconnaître la pertinence d’utiliser les nouvelles technologies dans le cadre d’interventions auprès des adolescents et des
jeunes adultes.
13 h 30 à 13 h 50
Salle 206 B
Évolution et impact des mesures législatives de lutte au tabagisme depuis 10 ans
Rob Cunningham, LL. B., M.B.A., Analyste principal de la politique, Société canadienne du cancer
13 h 50 à 14 h
Période d’échanges et de questions
Salle 206 B
14 h à 14 h 45
Salle 206 B
Trois cas d’interventions prometteuses au Québec
Le projet « INSPiRe »
Valérie Houle, agente de planification, de programmation et de recherche, Agence de la santé et des services sociaux de la
Capitale-Nationale/Direction de santé publique
Le renoncement au tabac chez les adolescents de 14-17 ans : projet-pilote dans trois régions du Québec
Michèle Tremblay, médecin-conseil, unité Habitudes de vie, Direction du développement des individus et des communautés,
Institut national de santé publique du Québec
Le projet de politique pour un établissement sans fumée dans le Centre jeunesse de Montréal
Ronald Chartrand, chargé de projet, Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire
Marie-Josée Lemieux, chef du service de santé, Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire
14 h 45 à 15 h
Période d’échanges et de questions
Salle 206 B
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 15 h 50
Salle 206 B
Rejoindre les jeunes : autre temps, autre stratégie?
June Marchand, Ph. D., professeure titulaire, Département d’information et de communication, Université Laval
15 h 50 à 16 h
Période d’échanges et de questions
Salle 206 B
16 h à 16 h 35
Salle 206 B
Les campagnes ciblées de contremarketing visant les jeunes : stratégies et pratiques innovantes
Tyler Janzen, directeur, Services à la clientèle, Rescue Social Change Group
16 h 35 à 16 h 45
Période d’échanges et de questions
Salle 206 B
16 h 45 à 16 h 55
Synthèse de la journée
Salle 206 B
Fernand Turcotte, médecin et professeur émérite, Université Laval
16 h 55 à 17 h
Mot de clôture
58
Salle 206 B
Demi-journée – Collaborer ou non avec l’industrie agroalimentaire dans la lutte contre l’obésité?
Actuellement, l’industrie agroalimentaire finance différentes organisations et divers projets dans le domaine de la recherche et de la
santé publique au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde. Cette situation provoque un débat au sein de la communauté
scientifique et chez les acteurs de la santé publique quant à la pertinence et à la nécessité de travailler en partenariat avec
l’industrie agroalimentaire. Plusieurs soutiennent l’importance de limiter, voire d’éviter, la collaboration avec l’industrie
agroalimentaire afin de préserver une indépendance et une crédibilité. D’autres soulignent par ailleurs à quel point il est inévitable
de développer des initiatives en partenariat avec l’industrie agroalimentaire puisque la très grande majorité des leviers de
changement dans ce domaine dépendent de cette industrie.
La question se pose en matière de lutte à l’obésité : comment les gouvernements et les acteurs de la santé publique peuvent-ils
s’allier à l’industrie agroalimentaire afin que celle-ci modifie ses pratiques et contribue à rendre les environnements plus favorables
à l’adoption de saines habitudes alimentaires tout en minimisant les conflits d’intérêts?
L’objectif de cette demi-journée est d’accroître les capacités des acteurs concernés à prendre des décisions éclairées en ce qui a
trait aux partenariats avec l’industrie agroalimentaire. L’activité s’adresse aux acteurs qui travaillent à l’adoption de saines
habitudes de vie au Québec et aux professionnels des organisations commerciales et de leurs associations qui souhaitent
collaborer avec les acteurs de santé publique.
À la fin de la demi-journée, les participants seront en mesure :
♦ d’expliquer les enjeux éthiques liés à la collaboration avec l’industrie : intérêt public, conflits d’intérêts, dualité d’intérêts,
partenariats, activités de lobby, etc.;
♦ de clarifier les divergences et les convergences entre les objectifs de l’industrie agroalimentaire et ceux des acteurs en santé
publique.
Animation de la demi-journée
Sophie-Andrée Blondin, animatrice de l’émission Bien dans son assiette, ICI Radio-Canada Première
8 h 30 à 9 h 30
Conférence plénière des JASP
Salle 2000 b
9 h 30 à 10 h
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
10 h à 10 h 05
Mot de bienvenue
Salle 203
Sophie-Andrée Blondin, animatrice de l’émission Bien dans son assiette, ICI Radio-Canada Première
10 h 05 à 10 h 10
Présentation d'une étude de cas
Salle 203
Chantal Blouin, Ph. D., chercheuse d’établissement, unité Habitudes de vie, Direction du développement des individus et des
communautés, Institut national de santé publique du Québec
10 h 10 à 10 h 35
Salle 203
Pratiques de l’industrie agroalimentaire dans la lutte contre l’obésité : enjeux de santé publique
Yves G. Jalbert, Ph. D., conseiller scientifique, unité Habitudes de vie, Direction du développement des individus et des
communautés, Institut national de santé publique du Québec
Cette conférence inclut une période de questions de 5 minutes.
10 h 35 à 11 h
Salle 203
Les conflits d’intérêts : que pouvons-nous faire à ce sujet?
Bryn Williams-Jones, Ph. D., directeur des programmes de bioéthique et professeur agrégé, Département de médecine sociale et
préventive, École de santé publique, Université de Montréal
11 h à 11 h 10
Période d’échanges et de questions
Salle 203
59
11 h 10 à 11 h 30
Salle 203
Présentation et application d'un outil d'aide à la décision
Yves G. Jalbert, Ph. D., conseiller scientifique, unité Habitudes de vie, Direction du développement des individus et des
communautés, Institut national de santé publique du Québec
Chantal Blouin, Ph. D., chercheuse d’établissement, unité Habitudes de vie, Direction du développement des individus et des
communautés, Institut national de santé publique du Québec
11 h 30 à 11 h 55
Période d’échanges et de questions
Salle 203
11 h 55 à 12 h
Mot de clôture
Salle 203
Sophie-Andrée Blondin, animatrice de l’émission Bien dans son assiette, ICI Radio-Canada Première
Salle 200 B
12 h à 13 h 30
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
60
Demi-journée – L'intérieur des commerces d'alimentation : explorer les interventions pouvant
favoriser de meilleurs choix alimentaires
La saine alimentation est un déterminant clé de la prévention de plusieurs maladies chroniques telles que les maladies
cardiovasculaires. De nombreuses connaissances ont été cumulées au sujet de l’environnement alimentaire à l’échelle du territoire,
soit le nombre, le type, la localisation et l’accessibilité des commerces d’alimentation. Mais que sait-on sur l’environnement
alimentaire à l’intérieur des commerces? Quels sont les leviers dont on dispose pour favoriser de meilleurs choix alimentaires dans
les supermarchés, les épiceries et les dépanneurs?
Lors de cette demi-journée, les différents facteurs qui influencent l’environnement alimentaire à l’intérieur des commerces
d’alimentation seront examinés. De plus, cette formation permettra aux participants de prendre connaissance de leviers d’actions
et d’interventions possibles pour améliorer cet environnement. Elle s’adresse aux intervenants et aux gestionnaires en promotion
et en prévention œuvrant aux plans régional et local, aux acteurs du secteur agroalimentaire et aux chercheurs du milieu
universitaire.
La traduction simultanée du français à l’anglais et de l’anglais au français sera offerte pour cette demi-journée.
À la fin de la demi-journée, les participants seront en mesure de :
♦ résumer les influences qui modèlent l’environnement alimentaire à l’intérieur des commerces d’alimentation;
♦ déterminer des leviers potentiels d’actions pour améliorer l’environnement alimentaire dans ces commerces.
Animation de la demi-journée
Sophie-Andrée Blondin, animatrice de l’émission Bien dans son assiette, ICI Radio-Canada Première
Salle 200 B
12 h à 13 h 30
Dîner – Visite des communications affichées et des exposants
13 h 30 à 13 h 35
Mot de bienvenue
Salle 203
13 h 35 à 13 h 45
Salle 203
Activité brise-glace : visite virtuelle d’un commerce d’alimentation
Jordan L. LeBel, Ph. D., professeur agrégé, Département de marketing; directeur, Centre d’excellence Luc-Beauregard de
recherche en communication, École de gestion John-Molson, Université Concordia
Salle 203
13 h 45 à 14 h 30
Les influences qui modèlent l’environnement alimentaire intérieur des commerces d’alimentation
Jordan L. LeBel, Ph. D., professeur agrégé, Département de marketing; directeur, Centre d’excellence Luc-Beauregard de
recherche en communication, École de gestion John-Molson, Université Concordia
Cette conférence inclut une période d’échanges et de questions de 15 minutes.
14 h 30 à 15 h
Salle 203
Tempête d’idées pour modifier l’environnement alimentaire intérieur dans mon milieu
En s’appuyant sur la présentation précédente, les participants seront appelés à réfléchir en groupes de 5 à 7 personnes sur les
approches, les actions et les leviers utiles en vue de modifier l’environnement intérieur des commerces d’alimentation de leur
milieu.
15 h à 15 h 30
Salle 2000 CD
Pause – Visite des communications affichées et des exposants
15 h 30 à 15 h 40
Salle 203
Tempête d’idées pour modifier l’environnement alimentaire intérieur dans mon milieu (suite)
Retour en plénière sur l’activité réalisée avant la pause
61
15 h 40 à 16 h 10
Salle 203
Les leviers d’actions pour modifier l’environnement alimentaire intérieur : quelle est la marge de manœuvre des
détaillants sous bannière?
Pierre-Alexandre Blouin, vice-président Affaires publiques, Association des détaillants en alimentation du Québec
Cette conférence inclut une période d’échanges et de questions de 10 minutes.
Salle 203
16 h 10 à 16 h 40
Healthy Corner Stores : initiative de la santé publique de Toronto
Brian Cook, Ph. D., Health Research Specialist, Toronto Food Strategy, Toronto Public Health
Cette conférence inclut une période d’échanges et de questions de 10 minutes.
16 h 40 à 17 h
Synthèse de la demi-journée
Salle 203
Martine Pageau, Dt. P., M.A., coordonnatrice en saines habitudes de vie, Service de la promotion de saines habitudes de vie,
ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
62
Author
Document
Category
Uncategorized
Views
3
File Size
459 KB
Tags
1/--pages
Report inappropriate content