close

Вход

Log in using OpenID

Décembre 1916

embedDownload
Samedi. S Décembre 1916
87' Aimée. — H* 1.023
f
PARAISSANT LE SAMEDI.
JOURNAL FRANÇAIS-BRETON
ABONNEMENTS
Flnlslère, Côlcs-du-Nurd, Morbihan, (un an) 8 fr.
Autres DépartemenU
<
Colonies et Etranger
»
Ch«nBem«n( d'adviiif : 0 Ir. 80 avec M dernière fctndf
Les abonnements partent
du 1" de chaque mol» ot ae payent d avanw
BUREAU:: & M P N M E R I C
4 — Hue
du
Château
—
4
BREST
liCB Manascrits non I n f t r M M M n t p a i r e n d u
PUBLICITÉ RÉGIONALE
Annonce» diverses . . . .
(la ligne)
Ofr.30
Réclames, en V page . . .
®
5°
Dernière colonne de la3'page.
—
O
7S
Tarif dicroUiant pour lei tnierHon» rép<ttef»
Pour la publlolté extra-régionale, a'adreeaer
k rAgea**
Place de la Bourse, 8, à Parla
millet eu Itrge par quatre avient eti
j o u m nemed 100, 500, 900 h a I..300. l i a tro
~ar im ehahitier armé, i l ne tatda pat k
constater que toutes les régions do notre a absorbé 12 millions et demi dans chacun l i m c i e r . A r perc'henn a die paea d i v a r
abattre en flammes.
pe n'e gonter nemed an h a n t e r betek
de
ces
deux
pags
;
mais
on
a
jugé
nécessaire
dalvoudegez
ar
f
e
r
m
goude
diskonla
pays étaient représentées dans ce volume,
~ Mardi, on avion allemand Iinça dtf
qui restera eu ]'a/ican comme un Livre de saerijier une somme de 15 millions de eur beiuped. A n h i n i a l a b o u r an 5.000 l u r , n'o devezo da baea nemed bombea enr Lendres. An retour S f«t akat»
d
i
v
a
r
50,
250,
'iSO
l
i
a
650
l
u
r
.
tu
par des eauns tranfais.
francs pour la propagande dans les jour- doiiarou a die g o u n i t da nebeula k e d'or de ta reconnaissance française.
et une somme de ment ail, eme an aotrouned, da l a v a ( i a n t e u r skoed dre g a n t evel m a
Le i'.'i, le Pape a reçu en audience privée, naux autrichiens,
Mgr Dtiperc, évéque de Quimper et de 17.500.000 francs pour la propagande rout eo peder lodenn var bcmp euz c.'houlenne ar aotrouned, an t i e k l i a g
D'après uae réeeate s t a t i e t i q u e p a k l i é e p a r
dans les journaux
hongrois.
éon.
priz ))e talvoudegez ar f e r m , h a dre zo a dalv he zouarou 2.000 l u r f e r m a dlec u n j o u r n a l d t H e w - T o r k , les (Sireniea B a l i o n t
Iligéranttt M t coulé, pondant tes 27 preLes principaux journaux do Vienne et de 2.000 l u r ma talv an tiegez 2.500 l u r paea c'houec h real ; — an hir.i a 2..500
miers mois ât ta guerre, un total de 1 ( M baBudapest fgiirent presque tous sur la liste
l u r f e r m , 7 l u r ha dek k w e n i i c k ; — an teaux, représoatait 3.328.5S4 tonnes.
f e r m , — 2.400 l u r ma t a l v 3.000 l u r , Coup de bâton dans l'eau.
de subvention de l'o[flec allemand des
Dans eette «uvre de destructtoa, affech i n i a 3.000 l u r , );) l u r h a dek k w e n - tant surtout les marines marchandes, l'Alle2.800 l u r ma t a l v 3.500.
Le leader socialiste belge Vandervelde^ .\ll'aircs étrangères.
SlHrt co lier v'Iinluii viiii hor c'l\reU
nek ; — an l i i u i a 3.500 l u r , 19 l u r ha magne a la plus large part évidcuuBMt. SeHvit
k
o
m
p
r
e
n
eeun
petra
a
d
a
l
v
l
i
o
ministre
d'Etat,
vient
d'adresser
an
buLes journaux do langue allemande de la
lon certaines iitormatioiis, eUe posséderait
Uu slurtuc'li ar Ciiuu/. l'iiu hor lUoln I..
250 soua-maj-iB». Il serait probabhatemt plu»
cau de l'Internationale ouvrière une lon- .Suisse, principalement ceux de Berne, de i; haoz, ez eo red gouzout n'e dlecr ket dek k w e n n e k ar blo.az.
rai do dire <|riv'elle projette d'où aveir 2H.
gue lettre, appuyée de documents probants Bide et de Xurich, se sont vu attribuer entent dre (.'hounidigez ar mouiiiz
N'e oa ket eur r i v i n e v i t ùen, red co Elle
eu conttruit parait-il qui eoot euiraesés,
contre les déportations belges.
ot armés de canons puissants. Aussi rAagle5 millions de francs.
laosk a c ' h e l l choum da fin ar bloaz da h c i i anzao.
et la France s'eBoiccnt-cHoî
et sufIl 11 n'est pas possible, écrit-il, que môme
Il (1 été consacré une somme de gas d'ai' c'Iiel es|>ern, h a g ar mouuiz-zc
D r e ze ivez, pa z euz ezomiu ar- terre
fire elles-môBies au point de vue craiement
de. l'autre cijlé des tranchées, les socia500.000 francs aux journaux suédois.
licbken ; koiita a dleer ivez talvoudegez c ' h a u t , ar reolenn-ze a vezo m'oarvad et munitioaa, les impcrtatioiM ifetitre-wer
devenir de plus ea pbn difScuIlistes ne soient pas avec nous pour dénonar bcvans evit ar f a m i l l h a g an o l l dis- digemeret gant an d a r n vrasa euz ar louvant
ueubcs ot ceAtenses.
cer, pour flétrir cette chose abominable :
— Les flottes alliées o n t B a i t i f l u s d'un
pignou a i l a e'heller ober e v i t - h i goudo senatourien N'eo ket cchu c'iioaz d ar
l'obligation imposée à tout un peuple, ù
milliard ot quart en ehèqnog, tBaites, ceumaga an aiievaled, p r e n a ostillou ne- jioent m a .skrivaii.
lons, moBBaies, etc., trausmie ponor le béaétout un prolétariat de travailler contre lui.
le Siuul a pi cscjue iermini l'ewaintn tlii
ice de l'eBBemi.
vez
ha
r
a
p
a
r
i
ar
re
goz,
maga
h
a
paea
môme pour ses maîtres et pour ses bour— Les Aaflait ent capturé dans la Médi• •
(/'Impôt Bur les revenus. Les/iroar zerviclierien.
terranée UB eous-Borin allemand, deat l'éeaux.
ponitiori» (la ta cûiiiinifiiun
ont tU nilnpLe mauvais cinéma.
quipage
a été débarqué dant uu f«rt italien
Ouspenn
eged
a
l
l
a
b
o
u
r
e
r
i
e
n
douar
0 l u k a a t an t r a o u evel-se, an aotrou» H s'agit aujourd'hui de sauver le prolus, sauf (le lèyirts modi/lcuiiuiiK. S(jus
« S/iectacle immortd s'il en fut, quand
Al' lirezcl a fjoust ker, a l a v a r e n - m e ned a oa k i i r g e t da zifenn al le/.cnn er o devezo da baea. A n dud a l l h a g a par un drtfBoar do mines.
— Le Barire-ktpiUI anglais HliteaBié. te
0/4 /.((W«rts iJnna nuire putiie
Ordonne. il donne uu public, comme il arrive trop létariat belf/e de la plus effroyable entredisailoiMi ; ha red e vezo paea. L e n n e t Sénat a c houlennc goulskoude dis- e'hounit enii-dro d'ezho kement l i a g
indaut é Salonifue sans blessés il kerd, ei
Qu'il nous mfflse d'ajouter (/ne t» projet souvent, la representotion de» scènes dont prise d'asservissement qui ail jamais été
torpillé le 18 Bovtmbre. U J eut 33 Tie>
0 poa da (i'huiKlu divai' b c t r a e v c n n ar k o n l a I.5U0 l u r da b e p - h i n i , o t i s k a r g a a zo m e r k e t d'ezlio, o laboiirat didan été
tentée
contre
lui,
et,
pour
cela,
je
fuis
aptunes. Lo Hnianuir é'iait lo plat jroBd parviniduet fw une nourelle laue la
le vice crapuleu.sfait le fond princiiial, (m
Duarnamant
Rcvel
miiioc'h
azalck
quebot
Ju Bende ; il mesurait SM a i t r e i
pel
il
tous
les
mtmbres
de
l'Internationale,
m
i
s
t
r
i
.
l
i
c
p
diskonta
an
dud
e
k
a
r
g
,
a
/K/^' le conimeree, l'inclutlrie el les i>ro- quand il déroule, avec un réalisme exclusif
evel-.se eu/, an t a i l l o u nevez kement
de lonf. t l Biètros de hrge et jaogeea 4l.(iai
/5i-.»(0/i» lili&alen, et crée un iinpùt non- de toute note d'art, lei sanglantes péripé- aux neutres, àiiie belligérants, à ceux qui vreiiia. L a v a r o m p c'hoaz ez ciiz hann h i n i ha n'e dalv ket an douarou l a b o u - zo l a k a e t didan ar meines lezenn.
tonnes. Au BtouoBt dn torpillage, il y avait
tenu pour les Oin^/lces agricole» et les ties dt» crimes les plu» qprcux. Certains combattent arec nous et môme (i ceux qui da o'hoiileiin nuiioc'h divan ar c'hczek ret g a n t - l i a n ouspenn 1.8'75 l u r ar bloaz
E v i t - l i o , kerkoulz h a g evit al l;ibou- à son kord «21 hommes d'éqdipkg* et 510
rsoBBO* da service sauitatre.
combattent contre nous. près tout, mal- l i a g ar {roeturiou, ha divar ar chas ;
traiteiiienis puOlii;s ou jiricis.
r e r i e n douar, c vezo ar gcuta g w c c h
da f e r m i .
adolescents en sont hypnotisés, et, leurs
— Le Biwjuer-iiistlc. antre «a»«re-M»igré tout, ce sont des socialiste.^. Puissent- menek c'hoaz da Rcraat ar b u t i i n .
tal
anflait, do t.2t0 tonnes, • été terptlM
mauvais instinct» aidant, ils ont hùtc, au
Da c'iioudc, n'e c'houlennent c'hoa'i da baea d i v a r ho gounidigcz, kouraa- également. L'indignation ett grasdt ; mait
ils ne pas s'exposer <i ce qu'on leur dise
»nrtir du lhé<:itre, de devenir euit-mèmes
Iloiren,
a
r
iSciiat
n'e
d
o
a
k
e
t
gortozet
nant
pe
paeamant.
les
Bocket s'en continueront pat Bteint à
paea nemed d i v a r an h a n t e r euz al l o I.ts !/:),
et 1/7 nocembre, la Chambre le» tristes héros de drame» au»»i horribles. » quelque jour ; un frère saignant, couvert
N'e ankounac'haer ket zoken an dud roccasiou.
de plaies, imploreit
ton secours ; tu ne av poent-man c v i t k r e g i da zigas dour denn gounidigcz etre 1.500 h a 5.000.
$'tsl oceupit (le la m a r i n s n a r o b a n d e .
Ainsi s'expriment les arrêts de la Cour l'a» pas saiiBé, donc, tu l'as tué. u
da v i l i n a r c ' l i o i i a r n a i i i a n t , pe kcntoc'h
Elle en acait bien besoin, la pitre !
0 konta liervez a r reolenn-ze, pegc- h a g o deuz pansion : ]iaea a d l e i n t
dt Dijon et du tribunal de Châlon-surC'est bien dit. Mais nous craignons fort arc'h.'int founiiz d'hn i a l c ' h ; eur pcn- ment o defc da baea ar pennou-liegex ivez, d i v a r al lodenn [lansiun a vezo
a A la teille de la yufrre, (IMare .W, .S'uùfie, (i propos d'une Iriste (Affaire oii des
DaT)s l e s BaHs^aijs
que cet ap/tel ne tnuve que peu d'écho. nad zo e t i v i z d i v a r - b e n n pevar r u m m h a g 0 deuz 1.800, 2.000 , 2.500, 3.000 dreist 1.250 l u r ar bloaz.
André htsse, notre marine était, par né- jeune» gens, l'imagination
corrompue par
M, VanJereelde oublie que l'Internationale t i i i l l o u nevez l i a g ez eo inad d'hoc'h pe 3.500 l u r f e r m ar bloaz, pe a l a b o u r
fUj/ence, passé* Wii <leu»itme an cinquième certairis spectacles
H
a
deread
eo,
pa
'z
euz
kalz
da
glask.
cincmatographiqiK-s,
est dominée par les Boches. Pour encore anaoïit, jia zellont oiiz-hoc'h.
rani/. Depuis, par la ffuerre sous marine, flirent gravement compromis.
A r G a m p r , pa vezo kaset d'ezlii a l
tiegeziou h a g a d a l v kement a i l da
Fronts Roumains
on n'a eu connaissance que d'une intervennous avons perdu HSl.OOO tonnes. » Il
O w e l o m p 'ta peti a int.
lezenn-ma, a j e n c h o marteze m e u r a
teniii ?
N'emptche que tous les cinémas, ceua tion des sacialistes allemands à propos de
11 iiUiatio» continue U s'aagKXer •» RAU»
noi(« faudrait
tonsiruirs
des naeirsa
qui méritent de tels bldme» aussi bien que la lielyique, et ce fut pour essayer d'amener
» *
D a genta ez euz eur bemped da zis- boent anezhi. N ' e vezo ket, me ' g r e d , nuini»
Après avoir perdu la batafllc de "ÏIROffnei{fs. y ai» pour cela il/audrait
aussi des
le» autres, bénejlcient du privilège de rester les M tumarades i) btk/es à accepter le l'ail
JIULIU, les Roumains ftircnt pfOTsuivis i
Ma (eu al lezenn da benn, ar « pa- konla, c v c l m a reer evit raerka diazoz e v i t inerka n(rbeut<)c"h.
hommes et de» matériaux ; où les trourerY
marclie?
forf'es le long de ta valMe dn Jin,
ouverts jusqu'à de» heures aiancées de la accompli.
Rak-se, da b e p - h i n i da zelc'her p i tente » a vezo t o r r e t . Knn he leac'h e a r f o n r i e r . N ' c j o u m nemed l.'cîO, I.(ioi),
il/, dt Momie est extrêmement sèeère
iusqn'i CRAIOTA, eupIMe de t» Peht» V«nuit, tandis que la plupart des magasins
Boc'h
v
a
r
he
vouniz,
da
zispign
nebciiludiie.
où
les Allemands pén«aé»»al. le 21
2.000,
2.400
p(j
2.8110,
evit
gounidigcz
pour le gouvernement, Il ne toit jue dév e z o s a v c t d a o u runvm tailhui a i l , unan
doivent fermer h IS heures.
novembre.
sordre partout, n Apris aroir été trop
evit ar c ' h c m m - w e r z e r i e n h a g ar v i s - mei kel d a b e p - h i u i . H a g evel ma 'z euz toc'h e t r a o u didalvez, evit ma santo
Les Roumalan durent PC «cpHe» wi's l'*.-;!,
économe pendant tant d'années (et aile»
D'après des documents officiels, pendant t r i u i i c h e i o u r i e n , eiin a i l cvit an ao- d i s k a r g l e i i n betek 1.500 l u r , an h i n i nebeutoc'h paea hc lod euz dispignou n'.ibandonuiint. semble-l-H, qiif peu de matériel.
ilonc, c'est un eihsous-ministre ijui parle),
les dix premiers mois de cette année, la t r n u i i e d eiiz l'enk an alvokaded h a g lia n'en deuz nemed 1.800 l u r ferm a ar bi'czcl.
Cltu élirait pu Uiir otirir lia fiwal, d*
Ce
privilège
est
partagé
par
les
oafôs
et
blindant </uelr/u*s moi» on a dépensé son»
France a emporté pour 4.'JUS millions de
ConKNTIN.
résisluHce. .Mti» une. aiilrc eolo»»e eaneHai»
ai' vedis'ncd. Lezoïnp ar r e - n i a : gou- zcu er mcaz a gont. E v i t ar re a i l n'e
desecridait du nord ea •••iihant le eeurs d«
aompttr, tl'ot) concurrence des serricsH débits de boissons ; c'est ce t/i» désole francs seulement, tandis que ses Imporf i l l v rivière pendant ((u'au sud faseié» de
tous les esprits soucieux de la santé mo- tations te sont élevées à 15.846 millions. zout a dleont i i e t r a ez'eiiz c'iioant da
publics entre eiu. »
M.iokrnaen fi>ani-,liissaU h> Danube •» difrale et physique de la population.
c ' i i o n i c i i n digant-lio.
DHférence, tl milliards S.'iS millions.
Vrenis puinu. noUuuntnt anx eavirens de
L'orateur réclame pour U. Claeeille,
Ainsi
decons-noiis
nous
féliciter
de.
ZmNITÏEA.
, ^
Ma
teiipi'
da
d
e
r
r
i
«
patente
»
ar
C'est cette somme que lo France a du ou
nommé directeur général des transports,
Celle aniiée ne nnei.ntra pjs graafle rél i e i n i i i - w e r z h a g ar slalio» lal)our,
les ^flottes dépendant de ministères di^ffé- démarche tentée auprès du ministre de l'in- qu'elle devra débourser pour acquitter le
sislanoe pour monter jnsinrii AUCtiHDBU,
ni puni- ali»indi-e GlUROiD, en tnoe de Roii!>trents ; il réclame surtout un programme térieur, par M. Dcbovc, secrétaire perpé- surplus de ses achats sur ses renies à l'é- n'eo ket, a c ' i i e l l i t k r e d i , gant ar zonj
rhouk.
maritime, lelui <iue présente le ffouverne- tuel de l'Académie de médecine, président tranger. C'est plus que le capital nominal d'iio ilizauima : iiiuioc'li a a i c ' l i a n t eo
HP'neeé.! d'enveloppement. Ifs Reiimaias
(le
la
Ligue
nationale
contre
l'alcoolisme
souscrit du dernier emprunt français.
iliiivnt c-.ir tiniier il se replier,
iinnl étant Iris insniflsant.
a glasker. Aotroiined ar h'enat a l a v a r
sud Je MONCHY ; — le 24. do pari et d'aut:
(Fédération des Hociclés
antialcooliques
(in dit I in'lls vnnt tenir sur (»« vives il*
du
CANAI,
DE
LA
BASSEE,
ver»
BEAUCOURT
Une pareille situation exige impérieuse- liebkea e vezo eciiiioo'h an t r a o u g a n t
Interrenant ù son tour, M. Doiiic.ion, //•ani'aisei.K et par kl. Frédéric
Jliemain,
ot LESnŒUrS ; — le
vers la redoute l Arqes, t l'ouest de la [ilaïc I«r»e de BOCAiMputil lit Uar,^eille, se déclare d'accord secrétaire général de la même Ligue, ac- ment des remèdes urgents par une meil- !vr reolonn nevez.
HOHEKZOLLr/tN et au sud do rAncre : - REST. do it le ^ouvemcinent s'«sl> élnigaé.
NiiiiiailonK-leiir d'v réussir.
le n:. vers LA BASSEE, DEBUTERNE, BEAU
arec le prérutent orateur sur les abusiiu'H compagne» des représentants de diverses leure utilisation de nos ressources natiol'ne armée qu'ils avaient dans la région
M.a 'z eo g w i r , l i i n i e i u i o u a haeo nec o u n r et COURCELETTL' ; — daas la nuit
a siynultii. Mais, ajoute-t'il, « notre outil- Sociétés, pour demander au ministre la nales, par le réfrenement du gaspillage et
(i'ORSOTA
e»t foreémeiit porilnc peur eux,
du Ï7 au se. .-.u nord d'TPRES ; — le W. au
lage suranné nous Interdit les construc- fermeture, (i C h. du soir, des débits de de» dépenses inutiles. Il faut sans plus Ijciitoc'li ; iiicK an darn v i i i a o devezo
Bud d'ARMENTIERES, uu BUd de SOUCBEZ, t'iiiti' l'elitite lui étant oo«i>iJe.
1,'arméru.i«e
qui vient tK la Bessarabie
« Eiz de-; gwcnn » co a dlcvfcmp la- et «ur les rires dt^ l Ain ri'.
tions neuves. >1 U critir/ue les compagnies boissons, eomwe de loua Us autres maga- larder limiter les achats extérieurs aux p n i m e r o ï ' I i doiirnad da roi.
L'artillerie liritauuic;a« it riposté vivement, ;i leur necoiiris ne tardi r.i sans denle pas à
l i n g Clin d r a a zo h a g a zisplijo d'an varout liirio niavtcze.
é* navigation, les uerusant de profiter des sins. La délégation, présentée par A/. objets indispensables (i la défense natio"ntrer
en
antion.
el tOFUbarde en oiiti-» les poeilioin ennemies,
DOBROUDJA on lie sigD.iIe iiiieiia évènale et ne rien négliger pour se procurer oll, o veza ma t l e i i i t d i s k i e r i a pe lio
difficulté» de la situation / our réaliser des
Chcnchatnant cbed var hon tu : tcn- en diverses rigioUB. Les l i ot 27 n.ivi-iiihir, iii Kii
Schmidt, député des Vosges et président
inenl imp'irtanl : ii noter !>ciile«eat uae
dispersa des détackemeiits d'intauteric
en
Fronce
môme
toul
ce
que
noire
pays
est
bénéfltts/abulruu-.
H demande la suppres- du groupe antialcoolique de la Chambre,
goiinidigez bloaveziek, pe pegeiiient a nou kanol awalc'h, mes ncmeur a dra olld
nn «ud et A l'ouest de PIJiSIEnX. — Le W. ii'c.':-'' avance d»« HntinniuM.
sion des prtmcs A la compensation d'ar- insista vivement près du ministre sur les capable de fournir.
alTei'idu o d»vezo greet e doiig ar hloaz. ouspenn.
oUe provoqua une eiplosiou à rest di
En Macédoine
SERRE.
iit4inent. Cl l'obligation pour les c/iemins raisons qui, en dehors des motifs hygiéf
l i a c.'hoaz ar c ' h u n l r ô l e i i r l a i l l o i i n'e
N ' e ioa ket eaz ken nebeud : glao
Les troupes tritacniques oui exécuté des
fie ,fcr de pousser le r«il Jus(]u'uu3e ports. niques, militent en faveur de celle fermel'i.iMvuivsat l e i i i * eiieti'ls. le 22 a o v e t i b r t
vezn ket red d'czhan k r e d i liep g w e - bvaz da genta, eur vogidcll denva) da coups de main, dans la nuit du ZI an 'U. ai irs Serl>et oa Unievé niHAROI ek les liau*
Le Journal oniolol publie les résultats de
sud-est de GKPKAY et daPs les secteurs di iMirs environnaules. I.<'s grcinidlew alleM.
s ( i i i » - s e c r e t a i r e d'Klat de la ture ; égalité de tous les citoyens ileeant la
l o i i t ar (''liontchoii.
c'houde, ha^ an dachenn distrempct oll. rESTOBERT et du BOIS GRENIER ; el dam
lu
récolte
des
yiiUH
en
ce
qui
concerna
les
in.iniis .•oii(re-aUti|oérenl, an nord d« StJmarine marchande, répond de son mieuj', loi, nécessité impérieuse de faire des écola nuit du 2." an V!) à r«st d'YPRES.
A/\a
n'e
wella
ket
an
amzer,
ma
n'e
Pa n'e vezo d i s k l e r i c l nng ar g n i i n i UOLOL, mais ils f i i i i i i l nipouswis. Au «onrd
lin programme maritime général est en nomies, reconnue el proclamée pttr le gou- quatre départeme.'ils gros producteurs du
Dans
la
nuit
du
îr.
au
2C.
.
no?
alliés
ûrcnl
relie joiiniée,
ScvlK's oplnséreHl ;>
hfiili : Aude, Gar-.l, Hérault et Pyrénées- digez i i a g an ufl'eviou enn terinen dleel, c'hellcr ket labourat, an diaoul boch — échouer des raids allcmauds sur leurs Iran
..flliicr^i ét iSI soidâts aUijnands. «t 350
f/répariition, H est vrai </ue la guerre sous
ernemeni lui-mùme.
cliées,
au
sud
d'ARRAS,
ainsi
qu'une
tenta
(le
cafard
cvcl
ma
lavar
ar
gallegcricn)
pe
c'iionz
pa
n'e
vezo
k
e
l
diskoiiezet
ar
HiilKare»,
Orientales.
marine nous a cause la perte de HUU.OOO
d'atlaiiue à rost de BrAtlMONT-UAMEL
Le même jour, les Iriiipus fraaee-serbe»
a glasko a dra zur en cm zila etoiiez tive
D'autre part, le comité de l'alliance
I) après ce relevé, le stocli ét les quanlilés c'iiontciiou, ar c ' h o n t r o i e i i r a verko
La niCuK nuit, ils « • c t u i r ut avec snc
tonnes. Hais nous avons J.iO.ODO tonnes
sVniiurèieul rte PAKALOVQ cl de BOBSOhor
zoudardcd
kciz.
Diouall
diout-han,
d'hygiène
sociale,
dans
sa
avance
du
10
cis
une
émission de n î au sud d'AHRAS.
déclarées qui n'etaienl que de 11.84Ci..'iU0 l i e - i i i i a i i ho lud du b e i i - l i i n i , gant eun
MIR.
en construction en France, et 40.000 en
Au cours de la nuit ;iu r , au VS. les An
a pris la
délibération hectolitres en IVlô reprcsentcnl, celle un- t i a i i l e r oiispenn ovel aniaiKl ; l i a g en Bicl Blevek : malheurusoc'l» c'hoaz c
i.c «:(. BUDIBUIIA tonlb.ilt aux mams
Angleterre; nous avons en outre JSO.OOO noecmbre l'Jlli,
rtlais Aient «xploner ur • m'ne au sud-est do I.'K
t:orlies. p'nilaiil (iii'au nord et i l'est.
vefcz
lakaet
gant
an
aneval-zc
I
SOUCIEZ
ils en eoi iervi^reijt l'cntonno:
née, 10.0~0',.'>0ô' hectolitres.
tonnes de prises ou saisie.'i sur les Jlottes suivante ;
eni zisluga da e'hoiidi! a vezo ienn.
IlUOMASTIB leurs .iltiés iniîi)!«kieal de
après
avoir
repousse
trou
II» iUaques ù la gr
In
piodiiolloii
nctiiollo
ilo
CoiisliK'vniit
que
M
a
'z
co
bet
an
eiz
dez-man
dcziou
..iiii-des
perl.'h aux CeFin-.ino liiilïaTes.
Cela
n'empêche
pas
les
prix
de
vente
ennemie».
Sade.
K v i l eur goiinidigez disteroc'ii eged
riilcoi.l (Ml l'"riinwi est Inr'rU'uro aux lif1-e k;. une alt,iqu( iirilhimiiicnr meaée par
gwenn cvid-omp, cvit ar Roumaned n'int
Kaus la matinée du 'i!',
!', les Anemauds ont i.-<s zouavi'K ciiopéraiil
l'Allemagne a perdu t,4.'i0,000 tonnes sdlns liidufilrlcls ilc la D^tciisn iiatloiiiilo ot d'augmenter.
Ich Irenpes aer(.."iOd l u r ar liloaz n'e vezo da baea iiei sud de NEUVE
ket bet, siouaz ! Ema ar bleiz e gwcled tenté u» coup de mtin ou
II.'S djiis la iTii.oi ii..r.l-osl de Mnnastir,
(Jt/ uis k début de la guerre. H ne lui reste Min rcttc sltiinlloii Inipono (i IMIat lu ii(jc(.'sCHAPELLE et une atlati
<
.> la grenade
nied d i v a r eur c.'liarl ; ar v i e l i e r o i i i ien
.(llii ili! fali'ii (Ui« Mchatu (> l'Oliantît'i' (iiil
nous
a
rendu
iMslIres
île
l,i
oolf t»». Malcur c'horn euz ho bro. H a gwaskct dre rest de CARENCY : ils (urent rep. liés.
<jue Xt'OO.OOO tonnes, (juant au.v millions exigent <lc» pniciiiohts ou or ;
gré se- efr.irts. leiiiiciiil n'a pas séussi à
f.a Russie vient une fois de plus de l i a g n l a b o u r l i o - i i n a n , pe gant lio g r a - an banter-noz, gwazkct dre av c'hrcisdez
de tonnes de construction annoncées, le
lions
l'hjioer
rie
i
f
i
t
i
'
position
iteportanl»
(JoiinUld'tant (lu i'ii piénciict» (lo laclioiU!
changer de président du Conseil, il. Ulur- gez l i a Ijiignle dizemez, n'o devezo zo- dreist ar sier Danube, trcizet gant an
imissamiu-nl f..rti!lie p:ir !iU. Oi'a»'e <'ims</u,i secrétaire d'Klat considère (jue c'est (lo la vIp, la llinlIallDti des di'ppiiKi'S s'iinlaque»
d.'cUm'Iiéo;
par
les
«ermanotiv-at
h tous les cIloyi'iiB coiniiio un ilrvulr mer, qui avait des démêlés avec la Douma, keii netra da baea belek l - l O O l i i r ; être Allmantcd, rankct o deuz en era^ denn
FROIST P R f i . l î G M S
un b'uff', attendu que cet ejjort est incom- )(isi'
milKui-e:» ont élé viictcsivciii.^nl sepoiissées
mpi'i Unix i
,
,
,
a
démissionné.
Il
est
remplacé
par
M,
l..')OUli;i
.'•'.non
h
i
r
,
n'e
vezo
da
baea
i.,,r
nos
trvMiijeu
iiiii
mit
jiitliKé
des
pertes
etrezeg ar zao-hcol, beteg ho c'hearpatible avec les fabrications milttaires
in(;oii»«lili''i'«iit tiun la consoinnintloii du
.,.iik-Uiit-> t l'adversiiirr-.
l'alciiol est iinii soiilonieiit liiutH(\ mais Trepow, qui s'est distingué dans les fonc- nenied d i v a r an l i a n t e r .
tenses iiui S('nt annoncées:
benn Bucarest koulz lavarout.
Li
ille
intermittente
d'artillerie
sur
l'en
Klcndjiii leiii-s fiicoij--. lo 28 nos zouave»
(•iicoro nulKlbli) et (lu'i'llo est uiio l'iiiisc de tions de ministre ilcs voies et communicalile du Iionl, plus vivo daua la Somme
ml l'oii.jiii.-. do lijuU' liilto ini pi»i>» à l'est
A l lodenn da baea e I w n t ar c ' i i o u a r l.tK e.ipUeationsdcM. ,\'ail ne satisfont ilt'clii'aiico iiliyhlinio et morale, ipi'il faiil à
Kollct gant-ho an hanter euz ar Vala- seiu
(roq ions de SAILLY-SAILLI'.ÎEL et li A
tions.
le la l'Ole liM.
pan ses adversaires,
Cluernier sou- tout pii.\ tulro dispaiallrc on v«>! ilo l'avuiiii'
DL.' IKCOUKT). ainsi (juo dans le sectcui
naniant a vezo pevarzek real dre g a n t , chic, var 45 leo trcuz.
Cc choite aurait été indiqué au Ttar par
All rioivl-.m.-«l de HonasMir. des combat»
nOUAUMONT-VAUX.
tient qu'il // (I des navires d cendre à l'é•,i.,l<iii.
en <-"iir.. Nos In.iipe. proA n dro a oa c'hoarvezet gan-omp
1.0 Coniiti'' dP l'alllnnoe d'hyiilènc social
le généralissime Alcxit\fj', quia dù lui-même iiep konta al l(jdenn a <;'lioiilenno an
Eu ChAMPAGNE, une attaque ennemi» wn-«'iU
\ei's la e"lr I2W. ipii^ reanemi détranger. et qu'on peut avoir des lûtes pour éiiiet lu vu'U que tout l'ulomd produll oi
lancée
vers
15
heures,
le
V.
iM.v.
nil.P'.
sn
departainant
l
i
a
g
ar.gomniun.
araok viktor ar A/larne 1 Emichans en
résilier
ses
hautes
fonctions
pour
subir
'.•Mil
av»i'
lin
acturiii
Iiionl (.'xlrCnir.
im sailkrit du notre ligne i l'Lr.l d'AUBEKi
construire, n si nous acons un gcnirerne- Impurlù en Kniiice siMt Meliislvemeiit ni
A r.'sl, de la •ri'licinii. I.!S tr. opos serhe»
1 )re ze, setii eur o'iieniin-werzer bian cm g.avint c stad dizalc da herzcl, ha VE, fut vepoussée par nos tirs de J.ioriagi
ervt' aux besoins de la Di teiise natloiialo une opération. Le général Oour/,o e.il
tionl dij/ne de rc nom. n
,!!(
l.villaiiiiiieiil
riilev.'.
le 'iS, une hauteur
et k l'usauc Ijidusirl»:! et iiiiïdlual et i|ue li
l i a n'e c ' i i o u u i t neniod 2.000 l u r ar da ober gwclloc'h zoken, gant skoaztH et nos teiix do mitTa;!!eu>er..
,11 iior.l •nie,t de (Îi iiiill^a. el s'v soat mainHeprenont lu parole, M, de Momie ré- Tente pour U coiisoninialion du buiiclio ei nommé géiiéraliisimc.
Nous avous fait éckcuer égalcR^out do; irims
iinirt''''
J'^
fiineiise-!
eoiilre-at(m)ue»
bloaz.
Da
iiaea
en
devezo
d
i
v
a
r
eur
ar
Rusianec'i
a
zired
d'ho
sikour.
lups de. main t«nti»s sur nos jxti's poste-, laïK-'e- iiii- les (•.eriiiiiio-lUilKUivs.
{•III'KC une direction générale ou «n ndnis- «oU prolillii'e.
ont
rest dt HAl:JONS-»E-CH*ïiPAGWE, dlU' siilii li.' I (iiiil's perles sans onleairqui
l.e Cdiiiilé eliaiKC M. 'Inlrs HU;^'rllnd, l'un
c'hart euz I..W) l u r , pe ;)7.'), h a d i v a r
Tcnn a vezo avad : ar Boch n'e zisauouB
lùre des trunuporls terrestres et maritil<n nuits da 2'i au 'jr.. cl du •>: an
Il (/ u quelques semaines, le bruit avait
lèses vleepré.-ideiils.de «.niniettre covccu
Le V.i aolr» attaque m ' t f u w sur un «'i
mn. Tous les députés ministres,
quoi. à la enniniission des écononiks nonniice couru que le ouirasHé russe Impejratileo an li.Tnler euz nr .ôOU l u r a zo etre l..')00 krog ket buan diouz ar pez a zo koue'ViioVre «iiii'lie. tu iiir.ri'li.' en «vsnt de»
i'..iii,i'- inli"niies dans la /.une meniigneiizct être hc zaouarn, hor zoudarded-iii uo» psutf postes à la riLLE-KORTî; (Ar
C'iSi alors que cela marc/ierail. lu preuve par le tjouxei'neinent.
Mnrle avait été détruit par une explosion. l i a 2.U00, pe 2.''i0. E t r e tout eta, d i v a r
gouna). Elle lut repoussé» !> la grfi;.ido.
T • Perisleri ù ri.iirsl do Mi^aastlf. et
hcr
goar.
Devant un raisonnement aussi fortement Lcfait est conjirmé par une communicalioi
C'.'il founnn par Al. (Jratien Caudaee, dé(i'i.''i l u i ' ; lia pevarzek real dre gant, da
Eu ALSACE, un coup de nifin, eirectiii
i rs I vall.'e d.' nr.ik-'ji-. :in Iiord-fiiiest de
|MMii-Milvie avee lia lieiiii'dr de la (luadeioupe, qui ne corn- motivé, le pouvoir /lablic ne saurait hésilArmou, ha kanoliou dreist-oll, a par nos hoinujts KUI une vranchéo alleaian
.•II' 1" lit^
lavai'out co 21 l u r l i a seitek k w e n n e g
de Petrograd.
do de l'Hilsenfirst (r,ud-est do METZfRAL)
•ès lisiis
|i.iiimH> ilii
Bovemprend rien ii la di.<i(:usKion, el demande de La guerre à l'alcool s'impose; tous les
9 a permis de rauuucr des prisonnier!
r,i 1111 lin.iiiDiir.l Opaix. OB détacheLe L'O octobre, un incendie se déclara iKMiter ar blonz, — evit lôd ar c ' i i o u a r - c'houlenncr muioc'h-mui a bep tu. Eno
'« clarté dans le début.
gens sensés ij applaudiront,
et /oui h dans la soute acani ; une explosion ini
11,
)
S
alliés
u
r.fi-iip.;
une
kaiitenr
à
e
vezo
labour
braz
av
goanv.
ni
il»
nauiant liobken, k l e v i t mad.
ii'st e Ninopole. poiisH.int îles pointes
Finalement on vote un ordre du Jour monde g giignera.
Evit an taol divcza e vezo ivez, me
ricure se produisit lot a/>rés, et le navire
,
nMe
de
O
Ï
V
iiasl,'ii,-i.
Icadis
q
u
e
•Setu breruiin eur n i i c h e r o u r lia n'en
Dans l'air et sur mer
> U
•lemandant la centralisation
de tous les
délaoh'iiici.li- pr.i(:iv«sai»»i vent
coula, entraînant l.'i'J hommes. II4 autres deuz 0 laljourat g a n t - l i a n nemed t u d 'gred. Rak goiidc beza en cm zraillet
ncrciceK de transport, l'organisation
du
marins ont succombé depuis des suites de an t i , pe e i m i n t a n v e z o l a b o i i r a t gant epad an hanv a zcu, c vezo red goulsLe hrouillard intense qui n régi! CCS j o u r
nHiv
' DMDir v.iinen la réLe comité directeur de l'Aetiou
libérale
erédil maritime et Vorgunisation
de la
ueu pri^s
koude ober eur renkamant bennak : ar deniierr. sur fout le Iront, a rendu lerieime!
di' I rllllrilll. l.'S llalieBS
leurs brûlures.
s
i
k
o
u
r
e
u
r
m
i
c
h
e
r
o
u
r
h
e
b
k
e
i
i
j
p
e
c'hoaz
impossible!
les rccoui
vient d'adresser l'i ses adhérenl.i une lettre
liaison entre la Fraiter; et eeii colonies.
S. dos c o l i s 2V20 « t
lllOlll
Le cuirasse Inipératilco Waiio (laiil lié
brezel-man n'e c'hell ket padout da Néanmoins de noiKtireu
IlljOt! ont été 1
eur i>esketaer, l i a pa vefc iierc'heiin
hi/.i •polo.
Que d'orguniitalion» ! Si l'on // acait an où sont rappelées en quelques brèves lignes conidrult en 1914. Il déplaçait
l r
vrés, et nos escadrilles de honibaid
vikcn.
éloquentes les raisons supérieures de l'xx
po';t pas demcurc.es inactives.
d'Iie viig. N'o devezo dn baea nemed
imn pensé, en temps (te puis y
tonnes, el était armé de 111 pièces de :S0S
A n AIIm.ign a garfe Hastva an oll ha
iianB Is journée du « ncvemhr.-, en Lcr
nlon saorcïo.
ainsi que dt 20 de IS7. Nos alliés espèrent ma (•'hounezont inispenn l..')00 l u r jir pcb tra diiian hc boulcjou ; setu perag raine, trois avions anglais ont livre comhat à
•t Les héros qui sur le champ de bataille
iilusieura
avions allemande. Un appareil en
bloaz ; ha dre ze, nia n'e c'iiouuezont
le rci{llouer. Il cal à souhailcr
qu'ils
c fell d'cziti kondaoni he oll sujidi da nenii a été abattu sur la torét de Oremecev
RtUormés, oxompUs «t auxiliaires ont nitlit leur sang, les familles qui ti l'ar
neme(i
2.000
l
u
r
,
n'o
devezo
da
baea
réussissent.
— Dana la même journée, sur lo front do la
labourat didan an armee. Hogen, pell 'zo
Le a.'t novembre, le ministre de laguerr» •ière ont môle leurs larmes, ne peuveni
nemed d i v a r an h a n t e r euz ar 500 l u r ni a c'hell kas d'ezhi muioc'h a boioz Sosiinie, nos aviateurs ont livré nne (luaran
On coiisiiU'ie qiio l'.MUMnapno a deux fols
tjine de combats, MI cours desguefs ciuc
iliis .lo oanons do o.inipa;;iio qu'a-.i début
a déposé sur le bureau de la t^hambre un plus redevenir ennemies. La diversité des
a zo elro 1 ..WO l i a '^000, da l a v a r o u t eo cged n'e ziga» d'omp ; kement all a avion» ont été abattus. Le maréchal des logii
la giioi ro. on (•oii' id.'i-aiil los pièces d«
laj'ralernih
projet de loi tendant ('< soumettre à une opinions ne fera plus oublier
Comme beaucoup d'autres pays, le d i v a r 250 l u r hebken ; g a n t pevarzek
riachaire a ainsi descendu son sixième yipa
commo pn^ocs do oaiiipaf;nc. IJ<'S effort»
c'hellcr lav.irout evit ar Saozon. H a g reil
près de Manancourt, et le lieutenant Deul
noumlie rccision les cjcm/.tés et réformis des armes et la communauté des douleur s. Canada a fait une mauvaise récolte. Il
l'oniioini so sont portos prin»i|)aleincnt
real
dre
gant
ato,
8
l
u
r
h
a
pemzek
epad ar goanv, Frans ha Bro-Zaoz n'e lin son diiiénu. au sud du bois de Vaux.
;ir la r.ilinoatidii do piooos lourdes, dont
qui n'uni pas cl(i cuainincs depuis le La Hépablique <nisse;'ni'/ sd cicloirc ina
en résulte que le blé canadien disponible
— Il est coufirmé que, dans la journée di
k
w
e
n
n
e
g
ar
bloaz.
piisscdorait
aomollonionl ".0;K).
cheeéc
si
elle
ne
tendait
pas
la
main
à
gollint
ket
amzer,
bczit
sur.
j" avril IHJO soit par un conseil de rcci'
celte année pour l'exportation est évalué à
22 novembre, le sous-Beutenant Guj-nemer i
I)aim la Soninio, dovant lo Iront d un»
Da c'hedal e tcsker d'an Allmantcd abattu un iteuxiéme iTicn ennemi, dans la ré
sivn, soit par une commission spéciale de tous ceux qui l'aidèrent (i la remporter, si !)'J,4[)'J,100 boisseaux seulement, contre
soulo
dos
arnioes
fr.invaisos, on peut conipgion de ralvy, ce qui porte à vingl troi» li lor environ 9i)0 piooos
elle refusait ù personne la protection do 1104.173.000 l'année dernière.
onnomlos ; snr les
ré/orme.
( I w e l o m p b r c m a n evit ar p e n n o u - ez euz riskl braz evit-ho o vont dre an nombre des appareils abattus par ce pilote.
,ioux
rives
do
\'A7irre.
d'apro» les t^moilois
équitables,
si
elle
ne
restait
pas
après
car da Yro-Zaoz. Pevar euz ho bal— Six do nos avions out jeté quiuie obus di
Ce projet est vivement combattu, el plu
tiegez l a b o u r e r i e i i douar.
'na"OR anglais, los Altoniands aTai»nt un
130 sur Bruyères. Une autre do nos escodril
la paix lo régime national qu'elle a étépen^
lonniou
zeppelin
a
oa
bet
diskaret
da
viz
Rieurs lU'iiutt's s'appliqueront
ù en rcr
inillîer
de
pièces
on
actiof.
lu 13 novembre.
E v i t - i i o 0 vezo tennoc'h. N ' h o diles a exécuté un bombardement du terraii
dant la guerre. » ,
On apprond d'autro part que les usinas
li'exemple d'une malresse.
d'aviation de Grisolle», entre 15 h. «5 ot 19
treindrc (d portée, M. Henri Fougère dt
zamincr euz seurt taillou ebcd, n'e gwcngolo ha miz here. Dilun, ar mêmes heures.
allonianiles
sont
en
train
<lc
construire des
Cent soixante ot once obus do 120 ont
Mme Lavigne, la femme du maire de
tro a c'hoarvezaz gant daou all, lakaet été lancés.
mande notamment que l'on e.remptB de la
niltralllouscs d'un nouveau type ne posant
d o r r c r d'ezho seurt ebed ; mes u n a n
Québec, dent de donner lojotir à son vingtlias
plus
de
24
livres
oi
pouv.int
Cire empo"révision les reformés avec pension; M,
an tan cnn-lio gant nijcrien saoz.
— Dans la nuit du 23 au 24 novembre, qm
nevez a vezo l a k a c t enn ho c'hont, v a r
tocs par un seul lioniino. Gc« rallratllcusep»
'l'urmel demande la même faveur pour les
Le gouvernement fltdsae, el'aprèa une huitième enfant.
Didan av mor ha didan an douar, tro de nos avions sont allés bombarder li
haut» fourneaux el les usines de Wœlklinpen trùs portoctlonnèos, sont placées sur de»
ho gounidigcz.
(igriciiltnurs,
d'autre» pour lia hommes 'communication do la légation d'Allemagne,
kankred ha gozed, ar Boched a c'hell (sur la Sarre). Au cours do cotte expédition trépieds fort légers ot peuvent ftre mises
on aotton en quoiniies instants.
Ma penaos anaout ar gounidigcz ?
appartenant aux classes de Ut- réserve dt a fait aavoir ù notre ambassadeur à llernc,
ober droug ; enn car n'int ket barrck, douze obus de 120 et douce de 16S ont été lan
I.o» mitralllousos du type, 1901, dont lo
A r O a m p r , o v o t i v a r a n t r a o u - z c , er na ken nebeud var zouar pa blij gant-ho cés et ont paru bien placés. Le retour de noi
Ce que coûte la presse vendue <»
l'arméê
territoriale.
que le tranaport
de 8 0 , 0 0 0 évacués
avions s'est elteotué sans incident.
doplacomcntnéeessite deux chevaux, seront
bloaz 1909, c u l lezenn Icdauoc'li c h o u - en cm ziskouez dirag hor zoudarded.
Par cbntre', MM. Doitg, Albert Fàvra el des départementa fi-ançais occupés com- l'Allemagne.
— Dans le journée du 24 novembre, un grou désormais trausiiorti^cs par hommes, In»
Le groupe dea socialistes allemands dis- niet abaoue onn hent, o doa m e r k e t c
e d'avions do raviation navale britannique i chevaux étant ancctés au sorTtce de l'ar»*i40 de leurs coUigues demandent ù a
mencera le 4 décembre prochain.
Deux
onibardé lee hauts fonmosnx de Dillingen ttlleric légère.
tnindre ù iifié noucillt visité (eut les iroii traina de 500 ieaeuéa arrioeroni chaque aidenta ae propose d'interpeller le chan- tlce ar penn-tiegez g o u n i t g a n t hc
(région de U Sarre). An cours de cette expé
Nos ennemis vlennncntéRalcMMt d'intc»celier au sujet de l'emploi dea aommea dé- zouarou k e m e n t h a g an h a n t e r euz ho
moli Iv» auwlUuii'ê» dont l'état phyalqut jour, 1/ compris lea dtmanchea, û la fl'on
dilion, mille kilos d'explosifs ont été lancés
siller l'usaRC des nrojecleuts. Plusieur»
la
plupart
des
projectiles
ont
porté
au
but.
Un
nouvolles
sections dllo» e des Dfei»»teurB »
allemand ferra. N ' e oa ket ro, à d r a zur ; mes ar
M iérail amélioré. Or, cou» sotioénef-vou» Itère J^ançaiae, en aorte çuo ha transport» penaéea par le gouvernement
avion ennemi a été «bettu «u retour.
ont éK^ récemment Terinéos. M a a» *«mp9pour la propagande de presse dans le»
éhi teait lapayi qui éclata A la Chambré, Btroni iermini» avant Mail.
—
Dn
leppelln,
tout
nent,
ee
rendent
de
sent do quatre sous-onifter» «1
8«lw
O a m p r c doa k r e d e t ez oa deread
Friedriobabafen i Wilhelmshaten, s'est abat- hommes, et font partie de c b a f M »4timeiit.
il II a çuélgiié» temuinés, parct çm juêttCea malheureuié t'étaieni rendaê lndé»i- paya éiratufra. Ces aomme» atteignent un raerka
ncbeutoc'h
kentoc'h
cged
In dans les boit anx environe de Mejenoe
mtni déê auirlliàlréâ étalent loumis ù dii rablea par kur dtai de détneaao ; l'A II*- total de WO million» defranca intégraleun
Ces lonr» demhre, le temps a été pins Dee 28 hommes qni formaient l'équipage,
Maintenant, vevit-on (»»olf • • • • • • t lea
téiiH» f At{Jour<thui on vmti It» y olllffér. niagne noua les rend pour ne pas avoir t ment utitieét d'août 19W à Jln de juillei m u i o c ' h ; 0 c'hcuzout o r v a d cz eo a l leo ; maie U plute a lait pUce à nne brume t t u l a turvéou.
.
„
Allemands suppléent an inaïKÇ» d'Iio»l a b o u r e r i e n douar g w a l l - z a m m e t a - intente, qal nndait dUfloIle toute opération
Dent
la
nul!
du
27
au
3S
novembre,
mcs
surle frontorientjJ? 9 w « » »5*JK"252
toi
6,
dan»
tis
pays
neutres.
* M dtmanàti' t d« fu< m moqué-i-on f le» enirelenlr.
nouveeo raid de leppeline tnr lee oomtée du S»o»riod. où Ils t i c n i i ^ e n é»iw» mem
Ce gite te gouoememerU alkmand dé- h a n t - a l l .
•
tê fouurMUiéni
doit tëpoir, in . fout
'*De° p'ert el d'aaire, l'aitUlerle • été gén*»- nord-ett de PilDgleterre : le 4i« dopait le alliés russes ils n'oiil t ^ l m rt I w w M
««
pense pour atfa' the» Us telligéranis de
<«ÈÉ«««««nut.
A n aotrouned a oa k a r g e t da g i n n i g lemenlt aotlTe eur reatemble du Iront, pev début de 1« enerre. On oompte nne *IiiBUlne nt boyaux, ni
« M , lui Von ttut
mtiitrMMr.
de TioUmet «t 81 maitoni détrnitei on en
cmptoré to «yjlém® (
• h B3 novembre, U earâinal
Amttk, f Entente n'est pas publié; Il ne faini pas a l lezenn nevez d ' a r â e n a i n'e oant k t t «raiiDt* de tnrpTitei l a n i dôme,
Comme betmeoup ét « a AonortHH tt>
demmuéet. Haie deux dot aeppelùu f u n a t ont
KSs.
Chaque
blocktiaw
,
okattua. Le premier, atUqné par un aérohcns seroHeuH.
fMtttui i f i M t » M oik f i I r é i i f M * On M / r m rnihetéque, 4e Porto, « préfenlé au Ptpt « trûkrtHs
ali da g e n c t vtff l e n d i b ar Oampr ë•laBt nIttUira et nn airotUV tomba en dlBlinet poaTUit s» « « M
Vn d n f « * t R « de la samm* ioMt, loU kenv«r « r
«a éneheti* é'Aueriiêdi,
« remis m
hw éfê-f
n
m
B
R
Ï
m
^
i
Q
U
E
mcM
de»
•«Ineg.
k«a itebèoA
lammM Aaaa la Mer, an large de la ette de
y
M miUiam ésJiMmu, « 4t4 eonsaeH * ta
SàMl^ér»
ùn «lA.um tonienani 8.000
S Ï X M .
« O M M F A M M B U L E M E A T biMkhatu
;»nlnlstr an a r e ' h a n i
• ..
'A.
rnim'ns-Ml
f i à ï i t m . ' é t a l U « i k ) r M t M f t ^ h'oépt* frapé^/mUt»
CEQUISGPASSB
lidcs, refusent tout travail, pour rivre. en
rentiers de /'ulloofttion de guerre. Il parait que cc scandale va prcendr Jin. Les
l'refcts ont reeii des insiruetiuns en ce sens .•
les'oislfii travailleront,
ou ils pcrdronTTe
béné/lee de l'allocution.
,
/'.'( pour qu'ils ne puissent user (Usubteifuges, en prctendunt par e,xcmplc qu'ils ne
demandent pas mieux que de travailler
mais ne trouvent pus ù s'cmplogcr, d'après
les informations que donnent les Journaux:
tous les réAigiés cl chtimeiirs devront su
l'aire inscrire dans 1rs bureaux de placement.
I.'n contrôle s('ricu,c sera institué, cl les
personnes inoccupées seront dirigées sur
d'autres dépiirlemcnta où on leur indiquera
du travail.
lionne mesure qui aurait dù itrc prise
depuis longtemps.
Taiiiou Nevez
Les engins de gnerre allemands
C
R M des (IpMioDs
> '.. .'
A ^ > A . te.. à^A eàAm .
^^
W ifVMIlIMnr Ï P r
«Il)
rjîw'ï&^MÎSySi
I
liï
AltemMite s ^ U l M a t j
T
MTcourrier du pinistéi»
en oooiMdratlon, mal la queallon, on raison OC" d'Infantcrlo ; « arenadlcr d'une bravoure on I éffiiM do Pieuoscat, dani In plus stricte Inll
.11 f complexité ot dos réporeuaslona poa- CKdaptIonnolle. Le ï l juin 1910, étant A uninité,
lo marlaKO do M. Josopli Jaouon, décoré do
Msisofl Fn]){iise(FoDiijeeii
....
. i
r —^î'"»
noulre, Hblei, M r a aqumlsu ft uno étude ultérieure, barrage violemment attaqué, a réussi avoo
Croix de cruerro, et «ouslloutenont au 2V
fée» pcroopUpns offeetuée» on vei-tu do la doux do SOS eimarades A repousser uno atta- rt»lmont
10 hmiitordoineiit I ootin rodou(« ed cou- aux
USMOH
d'Infnnterlo, avco Mlle Mario-Thérfcso
pr Inlorni
n o l p u ,lo« plu» «lAmontiiiro» diSii
que
nllomando,
A
filé
blossi
pondant
cotto
ac.bénélleos
do
«uorro
s'élùvont
vorlo itii rlU oourhe* (l< «ullv«i et dct lento aoralt
(la
Mprelor, La béaMIctlon iiiiptlalo leur a été don
usMjHiiiïr
InternsMoimux
i » touto In l y r o l I I
G r a n d i I h g a i i B i d'habillements ^
J)«ttiiu,ti'4()UiiUca«oiitdHMpmantùpal>iiinN. «pralt Miïf donou« laisser «mouvdli'pnr CPH dé A A son millionH do francs. Un délai aup- tion. Il
nôfl par M, le chnoolno Quélnnee, onolo de la
piéinontairo ayant été acoorrto aux ossumarié®,
qui,
aprea
uno
cliarmante
allocution,
11 n'y 11 <in un obui brlmiiit do ( r o t cnllhi'o j' utiubra.tlnufi atlonduoa. Nous avons dit Jottis
noilf.VBN,
—
Calvei,
YVos
:
..
Bon
et
bravo
dont l'année oonimerelalo no coïncide soldat, Hxemple do sacrllloo pour ses eama- lour a nnnoncé quo Sa Sainteté Ilonolt XV avait
— ' i>iii
• ' >«aii(o[iii'er un loi
• • nbi
• 'l.
lien «ouyont oo qu'il faut pnimor do l'attlqui
on estime quo le rades. D'un dévouement A toute éprouve, daigné lour accordor uno béaédicllon npostollquo,
tu(i« do I Allomauno & eut dgard ! quand lus lias avoo I année ordinaire,
0 nouvelle somme do S
est fait constamment remarquer par son
prInolpoH lui Hont tuvoinblo», ollo on nst lo iOO nilllJon!i, ce qui" "fera
un total d'un domi- sanK-froid,
oliamnion
attltrô, avoo
ot quand
Us la gOnont,
olio lo» piétine
un nulpris
„ „ . „ , . - mil iard pour le» opération» afférentes i l a domenls, » malgré les plu» violents bombursouvo
plôllno(Not)
avot:ust la inosuro
' ' unique pi r odo 1" aoilt IflU - 31 décembre 11115.
rain, lo»
I.o besoin
QUIMPKR
do In lot, do la n ^ l o fdfhnl,! suivant lo mot
(. est quelque chose ; ot lo» fournlssouv» .l'pt'/'nKnOAT, - Courté, Yves, adjudantblstoriquo (|ua nous avons nilllo foin rrtpotiS de I armée n'ont pi»» lieu do so plaindre ;
oiier, Ii5" d'infnniorlo : Sous-ofncier romnrArrestation,
— fxson Hobin, Si nni, orlglmais q u i l faut redire eneoro ot attaolier à leur resie uno bonne part.
quable d'énorglo c l do bravoure, Lo 15 Juil- nalra do Paris et réformé récommont, s'était
let Iffli), a enlevé brillamment sa section .'t lucé conmio gartou llirreur, dans In cnpltnlo. II
Alloinaffno oommo uno ndtrlKsuro Indditl
'assaut malgré do viuionls barrages d'artilbUoiWof lonni hoin gobol, niioeaullù no
A U T R I C H E - H O N G R I E
lerie cl do mllraillensos, a allelnt son objee- ^ vrnit bion, niala no rendait pns l'argent recouconnaît nolnt (lo loi,
ilr, Y a fait plusieui's prisonniera et s'est vré. C'est ainsi qu'il s'appropria une somme do
M.UidHoinIn
viontdo
talroprAsdu
itouverL(> nouvel umpcreiu' d'Aiilvlolio vioiit do
ompnré d'une mliralUcuse. ••
4 0 ?r,, montant do doux factures, avec Inquollo
IniU'i-r, u n i u s t 011 n'y ullniidtU, uns pi'tiula- nomoiit au nuni dos AIIIAs «no iiovelle dtf.
ENÏOI^RALICRDLL'CALTLÔDILE
PLOimiN-MOnLAlX, - M, l'abbé CuBn- 11 s'en vint faire la noco AQuImper, Il a éti armatluM à KO» poupie», Api'Ax im tiumniauo marebo pour Ql)lonlr quo ooasontles persi*.
rCté.
outiori»
auxquelles
sont
on
butte
los
vdnl
non,
Jacques,
vioaii'e,
déJA
décoré
de
la
croix
aux liniilvwuallli^K du l''raiiv<>li«-<IO!i(!plii lu
^.01
Mo»,
suspeots
do
no
pa«
profoaaor
as»e*
IMovaii
le guerre a la baluille do la ^rurne, où i l
flouvui'.tin «iMltirciiuv u'ouln (ImiNnn (uinp»
pour le bonu-m>ro do Ouilfut blessé : « S'est volonlniremont ofTerl, le
troubtrt lu'it «ruvlt Icm iiui'clie.A du liOiio dallaoboinont
Un' garde t i r e sur sa femme. — Noél
octobre 1916. pour reeherohor des hiessés
Im permtmmion
ao
mmptjoufa
[Ifli'liMix <lc »e» Hiivfltrus. » I l lecoiuiiiit quo launio.
On raoonto que quelque» ronianloments
' G u e r i n e i i r , no
{0 hiit u>st pas uiicoio nllidntjst no d(*oliH"o \i>nl
au ravin do Rlurval, sous un vio- lloissel, 40 nns, gnrdo particulier do l'élnng do
aroH lentrlllicrlo
est ao
avoir lieu dans lo « oablmit arobùolobombardement. S'est A nouvonii signalé Korgaland, est uu alcoolique. Ilentmnt cliez lui
Dourg-Ilianc
prOt (i hiuot II Juaqu'A <'iM((ic>olt oJilomic P
'
I
U
O
'
,
(<
est
uno
tiouvollo
d'i'nportanoo
nprès
nïolr
bu
selon
son
habitude,
il
trouva
sur
p,ir
son
courage
le
I
"
novembre
l»l(i
dans
la
f.e minisirc dn la (lueri'o vii'nl le rapiiolor
ijno pid ; qnl OBBIIM rcxl^uuu p do lu mo tout A (ait ni^tllRealile.
la table dos tnsses do tlio prépnrées pour los enrelfivo dos blcs-iés de première ligne.
ne « tout miiilidre devra avoir bénAllolO
ilorclilii cl lo» bu8UH fcrmos d«f.on duvolop
idVV
fants. Cotte vue eut le don do lo fnlro entrer dons
une permisslen de sept Juurs avant le l ' i
l'SI.
poinom iioutriiubld » On dfvian luclloiuont
uu violent accès de Jalousie. Kt étant sorti, pnr
/ ' a i - suilc de résiliation
de
février 1917 «, I l ruppnlln en niéino lomps (lue
iin'Il ni' pMVUll puilov aulicir.oiit. Onitc
MédaillB
militaire
J
.
b,—
Ajoutons
quo
lo»
Alllos
roolaniunt
la
fenêtre II tira sur su femme, Agéo do 30 nns,
la suspension de permission im pont (>.lro prn'(liiolni'iiiion 6I«II Hltmidiio. Miiix co f|iil
bail
BREST, 7 9 et 8 1 , rue do Siam
du
trouveriiement
lielliinlquo
des
oomponqui
rei;ut
quelques
plombs
dans
lu
joue
gaucho.
nencdc
quo
rentre,
les
mllItnlrBs
avant
enHurtuut ;>aru Iiappuiit, tant PU Aii!rlt'.li sut on» pour lo inabirlol do «uorro oùdo aux
A UesquMcii, cn Moiirnr— Courté, Yves-.Marii
la maison de '/'mus, A'oneeaiKés, foi.fi lions, Modes,
couru « dos punltluns oxoeiilloanelfes » Vi- Poi'F.nRnn.sT,
Lo garde no tordn pns A être urrélé par la
qu'au dohor*, o W lu ton p«u vIgmu-euK llulKaro» A Hupol et ft (iavalln.
de seclloii, nio(li''li' d'énorgli», de calme gcndarmerlo,
KInne.
a iiius ancienne, la plus vaste et
la ...ieux
iiiii
sio» A rarlliilo !I(I8 du servloo liilérlniip, U 'lit Ulii'f
assortie de
_ ...
nussltét prévenue. C'est uu souln(l'utio
piirtlo dn c» inniill'oiito. On dll
d'aulorlié,
posi
édiinl
1
1
un
liaiil
ilegcé
lo
la
région,
—/''auvru
I.us canons aroos livrô» aux liermano- durée do la suspension est d'un nombre de ^onllmenl du dovi.
•es. Toiles. Itideau.v, Courei-lures.
gcmont pour la population, cet alcoolique étnnt
1.M I, à dix heures du matin,
uo diiii'i la diuiUlo nioiiiircliti' l'imprunKloi H u l ^ ' o s par j a reddillon dos torls dn la Jours égal A celui de I» punlllon.
crniut do tout lo mondo.
BRUMET & LE OLÉO
pai le ministère do i l - Gucridui!" au»ult OI(J plidOt dfinm'iilliiaiiie Wnoodoino orientale sont devenus eontro
Il eitl entendu que « In permission
Knlln,
meur,
notaire.
a\vi:n/.A
_iOH piw'Agtm »oiniiio ('("Uù qui? nous allon- notre nrinOo d'Orient des inslruments de d'une somnlno A lllro do oonvaiesoenco n'ciiMAItCIlAD
MM) A l!.\ l'A XiaiX
olloi' l ù i i i t p n * pui'u nii.v Roniunoplillrii, lui iiiourtre aux uiaina do nus onnonils.
lévo pus le bénélleo dn la porinis«lea de déK
O
I
T
K
A
U
X
L
K
T
T
R
E
S
S'ua Mobilier agricole
bltuvs n un aulro lauKaKo, d'im IPHPÏ -muc/.
Kcrnével
le (jouvorneinont de (ionstanlin leiile do sept Jnurs
ita.Hurr : « Jo vuux tout lair» pour lnuinli' je htditpuisque
comprenant: .Meubles mcuNi eprls do strioto neulrallto, Il est
Ifliis If ;j/u» fti'o/ (lu/ai Ion h(ji'i"CUi'ii et lc8 ont naturel
Sans-géne,
—
Pendant
que
Muio
(iullfès,
blar.ts us^nsiles de cuisine,
Ioh Kouvernenionls do l'iinLma ooUa aa Noëi
ntrillcos do lA KUorro i-t rcndi'o ii mi i pou tente exigentquu
~
'""''i-^
de fairo voiiv dé coinmorçunte, était nux véiirei, uno voisine
\.usselle. lits, armoires, hude lui qu'il tienne la lialaneo
lOH U<ii hânâdt. U<iii« dlsparuAM de in paix. i^tfalo entre tous.
ao
guerro claration, bl on vous frappe d'une ameiido pénétrn chez elle, ouvrit lo tlnilr du comptoir,
ttouf
l0m prlmonnierm
I
l
n
o(idi\
du
matériel
de
ches.
froment, .avoine, hic
ilU88ltOI iniQ
l'honiiruv duK guerre A nos pnnninisdl doit nous céder
u 30 francs,
vous en demanderez la réducllon au dixième ol on emporta unu somnio do
ipio lu
lo purniotti'oiit
pu:
iioir motcil, outils et instru(fri
vitaloa de uioh Ktal»
Alln d'éviier l'onoonibreineni cl, sur laque vous obiiendrez eerlainomeul. Vous n'a Mmo GullK'S a porté plainte.
.Tnio.i, los
Il ! candlttoiiH
^
— un innteriol équivalent, soit l,m eanons,
0,:,!,
"ratoires
et aRrlcoics,
demande dos po.sips suissns, l'expédillon des vcz aucun avantage A rceulor oclto échéance
qt do Iciii H fldùlo.^ allloH oi l'ontmoniont de 130 mltrallleusos et wi.oou fualls,
charrcttc.s, chur à hsiics, harloiile foniine nul souffre d'un Iroublo quelconenlls destinés iiux prisonniers en Allemagne qui se produira un Jour ou l'anlrc cl pourrait
non oi)noni1»> » I l y H loin, pn effrt, do w
(,ollo deiuandçi a. été torniuloe par l'a sera suspendue pcnduni liull Jftnrs, nux .ip- vous coùlor plus cher on 1917 qu'en 191G,
nais, une écrémeuse. foin,
que do la iiipnHt.riiadoii. I'OKICM irrégiiliores ou
lai
pncngo monurô aux toiisuruse» dtfolui'a- mirai
IlarllKo du l'ournet, et (.'onslnidin preehos de la Nodl,
grande quantité de fa.'ols et
çloulourouscK. en avance ou on rclard. I V r l o s
Jons df.i pwètsormanlnto.s, 1.» tficho quo (lourrait
dimolleniont
y
opposer
uno
lin
do
do
bois de coiMe.:tj„„rp„,,,,, ^
blniivIicH,
in.iindicH
iiiU-riuiiiOK,
iiuMi
Hu.
IILn
publie
est
prié
de
se
conformer
aux
-'ocuolllo
Ifi
nuuvul
oniporo\u'
o»t
uno
dos
à
bronuN KiilpiiiK.vte. o v i i i i U - , x i i i l o s de cou
instruetions suivantes :
\ahcs, «(•msscs. i porcs, riiplus luin dua quo pulHxo a.siiuiusr uii lionimo non icoevolr.
<'|1CK,
giicrira
.«drcnienl
sans
qu'il
soit
lic.soin
do
1°
Pour
les
oulis
posluux
(maximum
5
Icitab.-iga.s,
carottes, betteraves,
do tronlf an». On pourrait pnnt-#ti'o altonrccouriràunc opcralloii, rien qu'en l'aisantusa^e de
lo») : les gares et burouux do dépAt dos
jets""
d'aulrc,s obcjro beaucoup du lui, •<1 so» litatu n iHidont
eompagnios
du
ohcmins
de
fer
no
recevront
nujourd'iiul owniplûtuinonl liiModii» à l'AIIO'
Au comptant, 5 0, 0 en su.s.
pus les oolls posliuix pour les prlsnnnlnr^
inagno ot utiauliù» A liorlln par don llonn
depuis lo 7 décembre inoius Jusqu'au l'i déd'uno iiui.iHuiivv lullo (|U ll no lui appartient
Kludo de
«iiiormciir. noeninbro inelus,
pas sans douto do IUH donoucr, ni pcut-Oti'o
. . J i ' j r ç au Itourg-HIanc
ï" l'ollts punnets nu éclmnlllions pnslaux
inflino du luB dunnorrur.
OHUTES
DE
MATRICES
uniquonicnl conipiwcc do piaules inoffensivos ioiiis(maximum 1 Idlo) : les bnrunux dn posle de
On Nuit (luo au luninio, la iiriiKiMso / l i a
sant d(! propriétés spéciales qui ont été éludicos et
la Kraneo contlnonUilo ne rnoovrniil tins
D E P L A C E M E N T S DES O R G A N E S
do Uoui lioîi-Huriint, uhI uno doHOcndanli! do
i:n l'étude.
expcrimentces
iicndant do lony;iics années.
pellls
paquets
nu
éohiuilllluns
pour
les
prlMardi, lu Clmmbre s'est done constituée
An niHkuiiu-Itoii/.cilloii, dru ar poaLouls.M V.otqnonon fioics, Slxto ul Xavlor,
La . l O f V K X C K de i nl»l>é SOl'ItV est faili;
siinniers un Allcinugno depuis lo U déoi'mLe d i m i i i i c l i e K l déceiiiniou a ra gouzanv ha dro lie grovusted a zo,
coinbaltont dun» IUM nuit;.i <lo l ' A I ' N U ' O liuluo do nouveau en comité .secret, Helon toules bro Jusqu'au U déucmbro inrliis,
e.\presscmenl, pour j;uérir tout
les
luaiailios
de
b
f
c l!»l«, à une hcnre.
a dra zur, unan euz brasu maieurlou un den,
ot ont iMo doriiUIrcinont di.'i:or<i!J pur Al. OH proiiahilités, elle en aura pour aussi
a lomiiie. hlle li;s «iiérit bion parce qu'clio d
Au bourg du ltoui-;;-ltl.ine,
1,'oxpédllour devra inscrire sur l'adresse
l.emioml iiyaiit iiiniiillé ilci mincg sur nos Ua var I n l u i i i r c i ' i c i i n i i doiini- dreisll-'oinoaif'. lii» nouvullu liuporulrloooal.dlt on, longtemps que la première fois, sinon pour dus
barrasse
l'inlérieur
de
tous
les
éléments
nuisibles
;
au
heu dit Métu-:^;ias cil
lu
nuMillun
suivante
:
i.
(.lolls
di'
onvuis
otos, dos iiienai'i's .sont prises pour le.i draguor oil eo 0 sko, abalamour d'ho labourou tcnn
'
oxU'tiiiiojuuiit 1 .tuilih'onto et no ninu'ilralt |)lus longtemps,
ollo lait circuler le sans, déconliordiire do la route de lirost
Nuiil —• Wolhnuebls-I'akol
C!cu,\-cl seruni 1 plus tét possIDIo, Toutefois, i l so peut qu'A la ha linlot. Polies Kolou mad en bet evlt an
Nomhreuses sonl en effet les demandes alors
pour l Allomunn'' quu dos «ympatliles nuifjostionnc los organes, en nicme
a Lannilis,
conservés, dfts leur arrivée, aux mii suite do niauvnla lomps, quolqucs engins ulllont dud
l<eiz-zo Idovout hano ou-/. .Mt'thodc
dlooros. l'ilo aiiiali Hur son nmrl uno tro;. d Interpol allonsel(lposeos{unoquai'untalne), fiiislns du oanip, pour ÛIro ronils aux de.<ll
tcnii)s qu'elle les cicatrice,
siiohoiinr au rlvsgo.
I.RItOV. l'iirlM, a don, hep Jcnamant cbcd,
profoMii'^ iiifluonuoi
La .lonvoïK-u de l'ablit' S o i i r v
|i us nondjronx encore seront les orateurs; nalairos lo Jour ou lo soir do !S'n(i|,
bug
hop
oiionch ar l)oazamancliou, da gas
1.0
prélol
ninilllmo
iuformo
los
populalions
l'în iv.iiili', un nu «ail rien do uortain nur ehaeiui tiendra A dire son mot, A présenter
no peut janiai.s être nuisible, ot
luiit
an
dlHkenii-lioii/.olloii
ha
d'hcr
pai|ii
il
,v
a
lo
plus
grand
duagcr
A
nmniuulor
ces
I) I I . V B I T A T I O , \
toute
pcisonno, qui souffre d'une
lu siuivoiv.in d'AulrIulio-lloiiijrlp, « C ost une son remède. I.o citoyen Uoudo notamment C n favaur
ao I n
mnln'a'œuvfo mines, qui sont toujours prêtes A o.xploser snui roa a-grenn, evel m'a dcuz lien dlslilerlct
pa8'4/i>liiiioho, » ^orU un Journal «uImmo. Im einnple bien narlor do l'InorBanlsullon do la
jnauvai.sc circuialion du santr, suit
avec puits, cour, Jnrdin, crcagriaoto
nilllicrou
a
lizcrl
ouz
sourt
hcn-ma
;
uu
allouclioniont
des
plus
légers,
suivant
l'eu,
oiiuoro (RIO la mi^laphoro suit un pou lieurtOe detense navalo,
i-ae/i'iv, /thlehiles, hèmoi i-onles, soit
ciio cl liou.v d'aisances,
droit ou u lieu cet atlouchoineut,
oll« do;mo uno IniproHNlim Bonoralo a«su/,
d o Irxloiiini)
o u d e s >}ei fs. r h n llrel. M, llrlund ot ses collègues passeront
.iouissaiice iniiné.liale.
Mn vue d'inlonslllor pwidunl les sl.i; dur.
Aotrou Lci'o.v, PnriH.
i:ij coMséi|uonco, los pci.«onnosqul découvriront
oxacle. I.a >'MiÉA/ur»i'i'îîci(im(»dAolaro quo «n mauvais quart d'heure, connue on dit niéres semaines do l'année les raelillé- lie
leurK. vapeiu-K. é l o i i i r e i i i e i i t i ,
Exijt?
corwlt
•Mise à pri.\ : Ï.OOi) fr.
Euruz oun da o'hollout roi d'Iioc h an losl'einpoicur R m l l « ii» c "V"' l'urtHun d une yuigniroinent,, et infime plusieurs. Mais l'In- nialn-d'uuivro acnordées A l'iigrii'ulliirc , I lia do oes engins, doivent s'abstonir d'y tonohor,
soitmaUiiscs d u U l i T O l I U I) AOi;. doit employer la
I Voir les aniciies,ct s'adrc.<nouvello ortonliitlou pullllquo du la double lervonllon ln( vitniilo de» lirizon ot autres mlnlslro tle la iluorro vienI d\ulrosser aux mn s Indiquer iinmédiulcnicut an représentant tcnl-man ouz vn anaoudegcz vad.
scr
au notalrel.
5.if,.>
Gant lio iiivlliodt^ hiii-ziidir/. oz oun
monareiilo o> dilslroralt abandonner om aii- Aceuinbray viendra sans doute simplillor généraux conunundanl les réglons iinn rlr- d" i Inscription tnarllline ou des douanes, l'en
dcuot d'en cm zizober ovit mad ouz an dlnèlonno.i mOlhoilen qui niit toujours abouti (i eiu' lAche, sans compter que la riposte A oiilalro le» priant dn faire Jouer, pour les droit exact o(i il ss trouve.
J
o
u
v
B
i
j
c
c
d
e
l
'
a
b
b
é
S
o
u
r
^
k c i i n - b o i i / . c l l o i i j rca d'in gouzuiiv meur
un Oelioo... Oo n'i'^t pa.i tré» l onipromettant, 1 lioinmo de» charrues et dos baltouso» sera Houinlllos et la pi'ép,Hrallon di's lorrcs, h'!on loute conliance. car cIlOKuéril tou.s les jours de<i
a vloavei! a ioa,
cbrol 1910,
mal» M 1 Vst vrai du IIUUVOIIOM porapoollvo.t vraiment trop facllo. Ht tout fait supposer iiormlsslons ngrlooies, la maln-d'ieiivri' viimilliers de dc.sespérccs.
pouveiii .'ouvrir un Jour piif l(i lait de I aa- que équipe de rechange qui s'agite dans la liinle el oollo dos prisonniers do giiiirre,
Introun l I c u x K , anu Drcnnicc, parCliii'iirsicii-neiitiNlc
conwlun au irAiio do l'arelildui- onaries- eoullsso devra attendre unn autro occasion
roz .Sant-Gadou o-kichonn .Sizun (Finlslèrel
l.os aulorllés ont élé Invliéos à sooondev
BUKST
La JOlJVKXCE de I Abbé .Suiii-y se trouve dans
Oi|ilOnit' lie b Facnilcilc léileriiie Je Paris
J''ruiiuuis-.lofiopb.
Goude kement-all, plou a varc'liato
Uuo pourrions-nous d'ailleurs gagner uu iiotlvomont, par unn collaborai Ion étroile,
toutes les i'harinacies, h fi-. .... lo llacon ^ fr, <ii»
CONSULTAIIOSS TUI'S LES JOCNS
Concours d'étalons de t r a i t . - Le con- o'Iioaz ? 0 taloa pelloc'li. c, leufo da veza
franco. Lesilllacons 12 fr. - - franco «are, coiitro
On Itii .1 nttrlniiù l'Intonlion do i rundro lo change M'our Olre député ou sénaFour on celte lAelie essonliolle, alln d'obtenir d'une cours
de !) h. à h.
delalonsdo trait de rarroiulissemont aura lie vourreo ho unan, ItaU-.sc cz onip eumandat-poste adressé l'harmacie .Ma^-, l>iiiniiii.
non\ do Cliurlo» V I l l . Ce tail. iiul ijuul pu- n est pas nécossalromont un gcnlo. Or, la maniéro complélo les résidlals poursuivis,
Sauf le samedi et dlmancho
Ion
n
llresl
le
mardi
II)
d.k'enilire
11)10,
à
nddi.
ruz da gomen d'hon lennorlen e teuio a
llei', àltoucn.
rnltro iiir.iijnlliuiil uu pivnilor ubord. nuin.t "éffle s'est otabi e do roscrver les porteI ire les dents sans douleur i-t
I lie sniiico supiiléniunlnlrodo ninrquo puur les ncvez an aotr. l.KROV, 71, fauiioiirg Saintou un ri iiliKV uno linpurlaiiro nonsldoiablo oïdlles aux menibres du l'arlemeiit. lOt dnn.s Uno mommlOÊ»
OKOoptlonnolto
pose des denUers artidciels
iiiiilous 11 présciilur ii co concours aura lion lo Martin. PnriH, da drcmcn enn lion Icmoz,
(Norici; C0MTl;N.\Nr nENSKIONBMENl.S oa.lTl.i)
Car Hl lu nouveau aouvorain uvalt adupl a o.inst tu Ion d'un ministère, trop souvent
pour
lo
Itacoalauréat inOino Jour, a ;) li, ilu innlln, A la cèle do Kéri- hag 0 tlgcmoro l i c - i i n i i i i ; K»'</.ed. nier
PAiiU; LK iiaEro.v
ejt
lo
souci
de
réunir
des
compétonec»
ce nuni, d aurait nuintrn par l i qu'il onten
'Jî, rue .Miiiile. ltitL;.sr
nuu.
c'iied ha liiifrole C'houi hiig o peuz disdait rev.- ndiquop la siuieoii.Hlon do.-i eiupe moindre que celui de satisfaire des appétits,
Los Jeunes gens do la classe 1918 pouvant
I
kcniu-bouxcllou,
ne
genicrlt
ket
ar
mcIJ
(ui
colle
linulado
do
,\I,
Cliarios
llenuist
lovés uu prlnlomps, une sosslon oxei'pvour» du Saint-Hmolre romain Bciinanlt|uc
n'importe quoi, aire
Navires coulés, - l.e f l novembre,un tor- lisin-man ovit eiin ail, hag it d'hc gaoutda;
i:tui|o de feu .M' .Soiihi^uu,
lionnniio pour lo hnoonlauréiil iiur,i lieu uu
Jlul n'I'j nom qui'le Sidnt-Haipire (•
u doijurquis u liroal les ;u lioninie.s d'ijquinotaire à Lesnevcn
l . o k o i i r n t t i i - l . e u i i , sadorn 2 kerzu, iiôde Niipu oti peut n Importe quand le mettre n'Importe coinmomwmenl do l'annéo 11)11, La dalo n'esi pilleur
. .
on INOI ..I la mille des cani|iui.'nos
pngp
du vniiour anginis Dnesloii, de i.'.OTO tonnt-s, tei dos \'oyagours.
pas encore lixéo,
léon et <|uo François 11 N'appela A oo inO'
onlé
n
voll
0
par
un
sous
marlnailomnnd.
Il
est
possible,
probable
même.
I
t
r
o
s
t
,
siil
:i
koi'zu,
hOtol
Coiilincnlai,
lo
lue
mi'hi iMiporeur d'Autricliu... tout »implu
• - MenTcili sont éguleniont arrivés à lirest les
cabinet «etuel ait commis des erreurs.
cl voioiilaire.
LeMiieveii, lun 1, liOtol do» Trois-l'ilior.",
aent
tom mutiléa
ao la
guofê'o
Mniljjs a-l-il aê(iùts^înc certalïiV'èxpé^
En l'élude de feu M' Soub;'KaHtel-l>uol, mours 5, hôtel .Méiioz.
'Il bTull ost Inexact. I.o prince a tandis
ao
tnavall
wlatlmoa
a'aooiaonta
Chicorée garantie pure. La Meilleure
qu un nouveau aurait vraisemblable'
ci.m;";'ïo:iéi;i'vœ ""
Kou ot par 1.' niini-stcre de .\f
LandlvlHlu, inerc'hcr C, hntel du Compris 11' nom do Charles I"' Kardinand 1" on ment beaucoup
A
aiiprondre
avant
do
poul'or^cot,
iiolairo à Uresl, oc- l.e mémo juur sont arrivés, veimnt de l'A- merce,
U:ij
lie mOnie. S'il avait voulu so ralta voir faire quoi que oo soit. Or, le lomp.s est
/.'Ofllciol du V novembre ayrniniilgiti la hl herwraoh
rant.
ou lis nnilent débarqué, los houiinos
l ' o u l 'iiAlind, iaou 7, liOlel des Voyacher a l'urdlnandlll dn llabsbourj;, ump
siiivnnle :
irap
procloux
p(Mir
qu'on
puisse
le
gaspiller
déqiilpngo dn dundée Auguiile-et>larie, de geurs,
Le iiiai-di 1!> d é c e n i b i e
reur du Saint limpiru romain «;ermanlquo t fulre dos appronlls,
'
I ornia niluqué pur deux sous marins ot coulé
l l l M i . à .: heures,
Il auraii JQ ao faire npnelor Ferdinand I V
D o u i i r i i e i i v x , gwcncr 3, hOIol de Krance.
Toules los fols qu'un miUluIro. marin ni vers
II II. ,11), mardi,
''•un des griefs faits A M, Uriand e'ost assimilé,
Au
bourg de l'ioiid.-tiilel,
Sloiili'oiilez,
sadorn
Kn proi.nnt l« nom do Pordiiiand 1". Il avait
9,
iiOIci
llozelloc.
atloint d'Inllriallés'graves MI I I U ' I I bardant la roule de Landernvrl coiiMiin le souverain d'aujourd'hui ; Il IV»'»"-,"; '>0 nianquor d'énergie et d'inltia. rables résuilanl soit do blessures re^urs mi
"Vols et cambriolages. - Marin Uré/en dirag ar gar.
neau
à
Lcsneven,
sotult unlquomont latlaohé aux empereur liye, 8 11 en est ainsi, qu'on le lui dise car- cours dos l'véni'inenli do
Konipcr,
s.iil
10,
hOtci
du
l'arc,
femnin
ynelfélec,
.50
ans,
domiciiiéo
rue
Yves
Vous avoz un immense intérêt à ce
lerre on eu
d'AulricliR, Quant aux élaU allumands du ronuMil, en quelques phrases ; mais on vleo eonun.indé pondiini l:i guerro aeluelle. Çollol, a olé arréliio pour vol d'nuo somme de00
L o r i a n l , morc'lier l:i, hOtcl des Vovaquo la paix eolt durable et réparatrice
Saint-ivnpire, on sait oo qu'ils ».ont devo' inOmo temps, qu'on lui ootrolo lo pouvoir <olt do nndudics ooiih'aclér.i ulu aggravées pai- friiiic.'i A Mlle Durleui, sa voisine.
^ur».
D e u x .lliiisoiis avee C o u r
nus.,, .'lous lo sooptro de (lulll.iume I I et la llborle de proeédiu' nux réformes Jn-' <iillo des l'alignes ou dunger-i de service pnnLisEz^oso
André CHÊRADAME
Libre do location
- Mario l'nveiinee,feinnic,N'éclellec, gargollère
Comme roi de llonurie, l'archiduc liOrlIior gée.< néoossidres, dans un délai déterminé, liant la gnerro aoluidlo, aiini élé vielimo iriiii
."^lise à pri.\ : :t..;o(> iv.
lisl-ee A cola qu'aboutira le c(unité secret l' iiooidonl do Iruvall survenu dans les eoinli- :i purt docommorco, n été ooudamnée veudredi Z>«mancf»e M O N T R I S , B l U O U X
(Voir les ai'liciic.s).
s'nppiilcia CbarlOi iw:
Nous craignons bien que non. Ht do toutes lions prévues
provuos par lus luis de
des 9 i,vril IS98, ;iu quiilre mois do prison pour vol do céréales sur
PENDULES, ORrËVBEIUE, H
ces manigances, le publlo tirera seulement nin 11)119. U avril 1906, IM Julllel lliul, el ir.les ,|u;ds.
Kludo de M ' . \ i i d r i e i i x . licenoetio çonclusion ; A (|uel gAchls nous ulllot lOl.i, l'urdonnancu du président nu li
• .\u cours de la niill de jeudi A veudredi, des
A L L E M A G N E
cié en droit, notaire au (Jonavalent tout de mOme coiiduils no.i politi- ,ngemunl du tribunal qui ilx.'ru lu iinmUinl .iinbrioioiir.s
se sont inirodulls, ruo do Slam,
quct.
L'"PR/«,S5MMI(H«I d'Or CONOOI/M h miimtoln
'
21 CàTtes originales et suisissantes, 356 pages
Comii'.u nous l'avons annoncé dans le ciens, puisque 2H mois après le réveil on dus rentes pouvant résullor tant de su inorl, iians lo ilopùtde Mme 'l'iiomns, épleHre, d'où Ils Ihtriât
à tint icliit, FRAXeO TARIF IllUtTIlL
durniCi' -..uméro du Journal, M, de .lajsow n a pas encore roussi A faire marcher con- quo do la réduollon porina!ioiiU' do sa eap; ont onlové pour 1.800 fr, dn niarcliundlses, entre
PRIX ! 4 FRANCS
venablement la machine I
cité do travail, devra indiquer expre<séiuoi\t luiiros du froniagode griiytro, du sucro ot dos
soui'61, i V tflîtat aux al'talros étranyilres,
A, AULAnD, Prolesseura la Sorbonne: A. UONNAnn, du
1°
SI
i'aeoidenl
a
eu
pour
e.iiise
e.\clii-i\
déiuls.MOano pou»" rniiifm lU- niitli'.
liollos de con-sonres.
Au reste, peut-élro iiien la machine aurait i'inlirmilo do guerre préuxislanle ;
Journal
tle ÉENÉCE; A . GAUVAIS, d u Jntirnnl
yje'/als;
Lo Nouveau Ouido on affaires ou l'avocat
La lieiie eupioiiailon rurale
Quell'r oat la nialadlt' dont soulïre ce ollo besoin d uno n-fonto f On réclame de
M.McrtET.do/.o Gatelle de l.aufannv; Lord CiioMi;n,elc.,
de iol-mOmo, conicnani toules los notions de
Si la réiluolkin pcimanenle de eapaell
recommnndcnt
vivement
cet
ouvrnKo
qui
contiiint
de»
de l'iie QusméDÉs
grand' l• ,'mmc, c'est co que nous ignorons lonergio, des Inllhiiivos, Mais sans l'ai
Par
l
a
fenêtre.
—
\cndredl
soir.
Marin
et
tous
les
modèles
d'aeles
dont
on
a
droit
l'aee.ldeni a élé aggiMV
constatutiong essuatiolles quo tous doivent couuiiUre.
oxaotei.; liit, Voici A pou près ce que l'in guillou do a responsaliimé. l'énergie no vit i>é»ullanl do inllrinlli> ol dans quoll ée [lar I l.e Moiir, 47 ans, demeurant ruo Jean Jaurès, besoin pour gérer ses .affaires soil cn matièro
i;u Lo Con)|iiot
e nroji'jr s en jetée pnr In fenélre dans 1,1 cour do l'im- civile, soit en matière commerciale, par DuLISEZ CE LIVRE et envoyez-la
ensuite
peut eu ijcoluror A ce propos < M. de Ja que dans les ftmes suporieuremenl trem- rnll do ladili
Tenue par M. l!ac;ucncs, et
lion.
meiilile. Ln mort lut inslnntnnée..
rand do Nancy, — Nouvoi-io édition considéà vos "poilus"
ilans les
tranchées,
GOW .M.'I' a un diplonialo du la vieille éoole pces ; (ir, Il a elé dit que nous vivons sous
consistant cn terre lic culture,
Iians lo pr iiiier ouf . le élu lie 1 nirepri
rablement augmenli'o ol mise au raurant de la
Stttf Kti/);>;,î»i<>iif <tr prix, a tl'ic df propngondo, c»
pru.t«u : iio, autorllalro, lr,ini loin!, n'adiuol- loroglnie do l'Irrespoiisabllité. (Junnt aux
et
surtout cn la récolte de
enli
Mllulli'
illlo
de
lie
la
toi,
livre vou» Bun» euvoyé franco donilcllo.
L ' n i ' t l l l e u v f a i t un plongeon. — ninmnelie, législation et do la jurisprudence les plus rétant poi .nniio dan» ses cnnildences, ol no inlllativos, aile?, dune en essayer avec notre era oxiiiioro
l'i
goémon do soude.
roll 11
A la vlutinie uu à se a,vanl
. ÂCrtiit, :ninlfi< 4 re, nit « PiOV, «K ffuf.S, (tu* Sin-ci^r». P:
Jules ilorner, ',4 nus, mobilisé nu ;i< d'artlilerlo, cenlos, eiinlenani ie.s nouvelles Luis sur los
se tcu;i. . iinlleiiient en contact avec lo |iu- ndmim.'drallon cenlinllsoe et paperasslore I donnanoo
nu lo Jiigomonl' : el, dans |i
Contonauco totale : 17 hec\oilA oU nos piirlementalros dovrident
Ve^l iireci|)ilé du iiautdu Braiid puni dans In raliiif'i, 10 rccrutenii;nl de rannée, cle.
bile. Oa liil reprocherait cncor.' do n'avoir
as, do la quollté desdiles renies eorro-^poi
tares.
l'oulelil. IlepiUho pur lo gendarme Cnrn. Il fui
aucune •jloqiie?ioe l'I d'avoir mamoiivr porter le ter ronu'e. I l obt une Inilnilé do danI
fort volume in-18 do 1)12 pages, brociit
à l'aggravulinn ainsi délerininée.
firos bénéliccs annuels.
louages inutiles. Leur suppression reiidrall
Irunsporléii l liùpllnl mni itimc, où l'on constata < 1
d une r. •i-ni1 rtir imllialill" dans h'S alïair
fr, 50; franco 5 fr.inos.
oaiillal re|irésenliilir des renies auMpie i|U II avull plusieurs colej frnclurées.
Le lorinler actuel se retire
do Ituii iiiaiiii' 1,'olllcloiix l.nhul-An-.i'i'ii- .1 la doronso nationale, a rindUNlrio et uu lesI,es^appiiquera
Lo mémo volmno, belle reliure en toile
eeito oxnnérulion ser,i vl
prc.s foi tune faite et coiiscnlollro beaucoup let roiinoîi ooniinerco,doux uu trois cenl nUlie hoinnies, à IH T'nisse niillonulo
Ionien
rouge,
B
francs
;
franco
S
fr,
50,
des
rolialles
po
I,
iir
t
II M céilcr sou mobilier et
l'Mt remplacé pur M / I m on nu^_mo temps (|u'ulli' allogorall «ensible- vlellle.s,vi pour prél^venienl sur les res
Geate b r u t a l . — .Sameili mulln, lo docker
M. i;.
son inalcriol.
|.|vun'0ls Aliouet, IIj nn.s, s'olait pré.sonté nu îi
mernii, . MPI a. eien sous-socrélfiiro. I.r ment les charges de i i^lat.
cos
d'un
fonds
spécial
de
prévoyaiuv
"l'i
S'adresser pour tous ronJournaux allon unis lui allril'iieiil lo niérit
ynnlez-vous, inossiour» les parlemenNouveau Ouido doa Propriétaires, Locataires
des blessés de la guerre
doni le ronell.m- eissla du pori de eommorco, A l'clfet d'étro cm
scigncmcnts ;uuiit iiutairc.
d'HVOU- .ll.'iâti en
. lui) pour la canipuciK la res, tenter sorlousement celle rérorino 'I noinont sera assuré par le nilnlslre dn 'l'iv linucho au deeliurgonient d'un navire. Imim oa Fermier», coinprcnani: i» la .solution de
Lousou 6?it kaout kroc'hen k a ê r
coniro la Serbie, l'ouv LIIIV DE VOLO-'D'ÎIC .Mors lo pn>;s vous ajij.luudlra. Hi non, lais. vnli el do la prévoyniico snelule. el la gesli..'; lieiilé pur ses insisinuces, le coiilremallro Mndec loutos los diftlcultés pouvant surgir dans
l'eiilrnprise Lursonneur, lui porin iin coup do leurs rapports entre eux avco les concierge;
Ces sur Ccnstantlnoplo ol la nécessité d'à
.\ndroin-liiï, aiidebron, liai; nll ^'Icnvejouail arc'iiroc'ii-n,
'ez, au moins travailler euux
euux (i
(|ul ont lu linancloro par la lliiissi,' des di'péK ol evii-. • lie
liiiiog iliii lo m tonilmr à l enu. h, docker fui ou avec les administration»
mener •lu
I /tnlRarlo
imiKarlo nux côlés des ompirei lourde charge d'u.ssurer la victoire, ot
adi
publiques (e.\pro- a vcz paroct c l)crr-anizer i^'ant ar
ot Iuj) gnalloiw,
La langue bretonne
leiM
clie,
et
le
oonlreinallre
nij.
cenliau\., I)'uprùs
D'après les
le /kWm/k, il aurait pass,
prialions,
serviluilos
de
voirie,
contributions
.irloz-lour plus de bons eônsêÙV (lue
en
élat
d
arresta
1,0 fonds spécial de prévoyance SOIM nH
avant la ,xuurro pour un iiarllsan
dirootos, enregistrement des baux, otc,) : S'
' " love
"• " du
cn 4 0 leçons
l'crinilnuiion» slériies.
monlé par une eoniribiillon de» enipln.veui- lion,
arusHir ..v
do .VAIlema^'ne ..lan
des modèles ue Ions les actes sous sein,; privé
lopponion»• pruSiv»..
t des orguiilsmes d'assuranees, donI le I:i0>
par K, VAL Lia-;
Moli'iK'
roLatlfs aux locatiuiis, par A, Degios, docteur
lu pnl\ |.ijr la force ncqulse, « cela est
era llxé olniqiie année par hi lui de llniinees.
en droit,
;» fc. ; :t f r , 1!j! franco
exact, cdhtlnuu lo i;ranil journal pai Nlen, I
Un voilier s'écboue. — L 1 novembre, i
n o u v e a u x Dôpùtao
Ar morc'hcd a c'hell llouraatar c'hroe'lien war iio biz.ij ha
doll dc oror mamteimiit une pnlx l'ondou sur R f i i o r m o s e t I m p O t s
pomonto
ao
Ouingomp Irols-milts norvégien /'urfatij
1 fort volume in-18 do COU pages, brociié iiaoul
,
„
est
échoué
nu
liiiu
llamin
on
ciir
ober
inipllj
eu/,
an
dieii-7.u
;
iiiirout
les nicnii.s principes, (iesl un advii>air
siid ouiwtilo nie. l.equipnge,
••• •
Imprimerie Saiiil-taiildo II hommes, a * fr. BO; franco 4 fr, 90,
ra ouz. ar c'hroc'hoii du zond da rida lia Itas a ra iaiit zoUen
dont les moindre»ue.slo» devront iMiv buivi
ACHATS do toutes mains do chevaux II'.^K' élé
Le mémo volume, belle reliure cn toilo a
reeuellli imr I
lauuic, Salnl - lihcuc et
ar ridou, ma'z ciiz anezho dija.
avec al ' r.llon. *
lin innonce que lo minlslero do la guerre le Imilos calégorles do Ti à 10 ans Inelu'-. ' 1 Imrqnes do peclio. cauul do sauvolago et par de rouge, 5 francs ; franco 5 f; , <0.
chez tous les libr,lires de
..\r slanliliouii : r2 Rwcnnolj ;
l,e HcichfitHH qui d'abord avait oli'i pio
ind ie un romanleinont do nulle haut com- ins (nés en 1911!) el uu-dossus iinur les I'. S.
Hrctagiie.
Ar vocslad : 'J rcal ;
l'o^ù hi^qu'au mol» de lovi ler vieni de
muni li-ineiit, l'Ni-oo de eoncerl avec nos anglais cl pour le» chovaux d'afleluKi',! 'l'uu.s
An lianlcr-voe.slad : j rcal
•i'<'-<^>uill)i«>non
réiuilr puur voler la nouvelle lui sur la icv
lUlios? I.a Iirosenoe à l'uris de iiuuis lonc- lOS animaux dnlvenl être en service ei ii|i!eTraité
pratique
do
médecino
vétérinaire.
—
'Ulrej' liiunédlaleinenl en campagne.
ne oll Âozet
aputikcrozou,
enniasi ! fJ'.iprts ie.s cnn.ptrs rendus qui lionnairiM IICH ariiicos brllanniquus iiouré p ô i eoiîiii»
dew I !l
eo gant â n Aoirou MOREUL he-unan
Moi't de froid. — iMniie Picard, couvreur, Art de prévenir et de guérir les maladies le.'i
.0 dépét aeliotora on oiiire, en imnihre 1
inous s'iv! arrivé» Jus(|u'i'i ci'ito houro, 11 ne ridt le la re supiicsor, Kt si celle élude
• J i y e( iC
critorlal
AraoIiol)erlmplijeuzan dlen-zc,c vo mad ci» cm ''c'wlilia
: t" dos chovaux de 'i uns tu6> en 1912),. I uns, a été trouvé morl i J froid (Inns uno plus 'communes atteignant lo clicval, lo bœuf,
'soniblo ii,in nue laiïaire aille loulo seul
.iliouill A la eréallon d un organisme desliné milé
d'iufaiileriv
le nioulon, lo pore et le chien, avec l'analo- eut Muoiiii Itclfieitii 1 pevur rcal an tam.
idrassiers,
dragons,
légAro,
arlilieurs-selle
;
lelllo
crèche,
ù
l.nnlld.vi/.ola
i|';xei;|ilio,i i'allo p(mr les ciin<ervalours, les i ooordminor les eltorls des Aillés, en vue résenlallon ciiservOe e.M'IusIveiuenl aux é|,.
mio et la piiysioiogic, riiygièno, les symplû'dinéiciiN pnril» paralsseiil roHorviT ui lu l'unité d'aollon sur le Iront unhiuo, un ours, a» des JumonU el chevaux do 1>, S, Oambriolago, — Mme Holssi.'.re, do Keriénu, mes, le traitement des maladies, la thorapeu- ICtudc do M* Itoiiquet, f.'rcrPL.VCIC I)iv HUEsr
nccucil a,s'.ie8 froid au projet dn oliancolloi
,'ranil iirugrcs sera ovidoniniont réalisé,
vait fait uno nbsenco pour oiier voir son mari, tlquo, l'administration des médicanienis et
nglals
do
ans.
(nés
eu
1913)
;
oasiri's
un
lier
;
Ploudaliiiczcau
CABINET
DENTAIRE
I)aulro part. Il est quesllon de créer deux non, présenlallon réservée aux éleveurs el Iiob ll.sé A l'oiitlvy. A son retour, elle constata l'inoculation préventive dos maladies viru
'I.u ocnl',0 itOluiTimcnt Ii'inanderiiil 10 l'on
.wis
i)'.wi)i(;.\Ti((\
liresl, :'2 bis, rue Traverse
ii'uit i n . - u r a qu'aux ens,Mj;onieuls volun nouveaux ininisléro"., alors qu'il pural,ssult iroprlélidi'es d'écurius do courses ; ;i" des In disparlllon do qunnlllé li'objels ti nri. vniunt lentes,
Le vendredi !) di^eeiiilii'c
(coin de la ruo de Siam)
ilaUe» et que louto lih.'i l'oblU;iillon soil lin; iKui» en ayUms déjà irop. Al. Josopli iliuvaux liongros ou Jumonis do 11 ans (né IHO francs. Lu gendarmerie n ouvert linociiquéUi
La commission des c.rd[nai
l'ar H, Villiors et A, f.,arl)alolrior, ouvrago i n i U , à une heure do l'aprèsexclue, ijfl «eralt nlor.! une toute antre ihl.'iry doviendraii ministre du ruvilaille- on 1913) eholsls uniquemeni parmi ceux pri
res fait savoir iiuc les adjudida 510 pages, brooini 3 fr. 50; franco 3 fr. 85 midi.
Doi'Ieiii' J . m i U { ]
.affaire, vuu«»aux »o#taliste UN roolanion menl ; un autre, M. Alherl Thomas vralsem- niés on uionilonnés dans los concours do ohe
itidiis do viniide frnielie,
I
l
sera
procédé
par
le
mlnlscl
leur
alll
nliiMomenl,
mlnl,slro
des
munitions
el
do
éniMXiiiUi'niOut des t'uranllo
é p i e e r i c et léKfuiiieM v e r l x ,
iiux du sellu do l'adininlslrallon dos Har,i
"In
•ijien-ttcnlisle
Cast
Prairies ot élevage du bétail. Guide pratique Icre dudlt M- Houiiucf. i une
I arllllorio,, SI le résultat do ccs réformes l de la Hoolélé du cheval de gii«rro ou ayani
tude n'r^i poa taolcu.
pour
le nreniicr trimestre
•le
la
/•
'cullé
tle
Paris
de l'éleveur, comprenant : 1" les soins à don voiilo publique et vonlonlairo
l'Iail d'abréger lu diireo do la guerre, on ne
ui'é dans lus éprouves d'olaloiis. — IMvsoi
iniT. auront lieu, caseriio d'l';s.
/i'.V-C/l
••chef tin seruice tlenlnire
Pus commode, le poilu 1 • • ,lcun-,Mnrie ner aux prairies; 2° la doscripiion des pria,
»en phdndridt lias, malgré les nouvelles liîllon réservi'o exclusiveineni ,iiix éloveuev (înilion,
trccs.
lo v e n d r e d i l i î (féà
Cf/.in
DE MEUBLES
>pilal uiarilinie
41 mis. étnll venu en permission. Ou- oipalos racos des ospoces bovine, ovine et
R U S S I E
lllnérairo pour le mol« de DEUEMBBE I91i bila-t il do
lépenses qui en doeouleront. Mais lu come c i i i b r e , à dix iicures.
Kxtiaetloiis
rejoindre son régiment dnns los délais porcine, les soins qui leur conviennent; 3" une à l'oullédu,!, en Suiiil-P.'ihii,
SaiiU-Pol-do-Lùon,
iiluoe
du
(.^rolsker,
mardi
mls.slon
dos
llimnce'.
du
Hénat
préléro
quo
Los
doniandes
de soumisM. s :irinc<r,
du lÀnisoll iet mini
, .pr6ildenl
.
HoliiMctpoMe de deiilicrH
8 II, l/!i ; PWunéveii-Locbrlat, sur la pla réglomenlaircs, on s'élnll il esquivé snns remplir iablo de la composition clilmlquo do tous les à la requcto de -M, Jcaii-.Mario
sions et ios pièces do,., canditlranuen
l'inlre» tirangeres,
nommé ;,'i,i!ul « les romanlenn'iils Jugés nécessaires dans 1, Amororedi
Ire di'. M'mlre»
ON i'Alii.K DHKroN
toutes les fornmlllés requises ? Toujours e.ijt 11 aiiniouts propre» à nourrir le bélaii, par A, C'opy,
0,
A
H
li.
t/S
:
Loinoven,
eliainn
I
interél
do
la
detense
nationale
ii'entrainont
dats à radjudicalion. ainsi iiue
. _ remplacé
,
if par l'y!, Aie.^andri
vliamli han.oat
iJA.NS LA .MA1S0>}
.\ vendre :
foire, loudi 7, A 8 h, 1/2 : Lnudlvlfiau, qu'il avnlt été slgnnié comme déserteur. C'est Uodol,
)as raugiuentallon du nombre dos minisles érlrintilUms irépif,;-,,' de,
. umlalrodu porleioullle des VOICN
.'i'répo
do foire, vendredi 8, A R li. I/',' : "Mor pnorquoi .mus iluiile II se reinlit niiprf's do M
L'stonsilos de culsiiic et lic
1 volume au bureau, 3 fr, 60; franco, 3 fr. 75.
vront |)arvcnir au bureau de
et eoiniuiinfiiatlons. Cu ehanxemunl de pei- ro<, .1IM nous ne pouvons i|uo l'approuver, ehamp
veuve
lléieerv,
leerélnlre
de
In
ninlrie,
pour
lui
Inlx,
prés
la
gare,
samedi
9,
A
B
h.
1/2
;
ROBménage,
meubles
meublants,
*
la
coniniission, ie Uiihh I I ,(cHonne nr> l'omitNue A nucun lllro un elianl'lude do .M» de Itode
pordon, prés la garo, mardi l:', A 8 h. I.".' ; deninndor de viser sn pernilsHion. Commo celle
• du ceritlirf i-iHiraiit, lit heures.
ICn veille ù l'iinpriinci ic du « Courrier lingerie, instrumoiils aratoiL'cment dam rurienlntiim de /u pullilquo
dnine lui luisnlt roninispier quo cette lorinolité
l ' o r z i e , uolairc à
Font-Avon,. sur la piiioo, nieirveiil Kl,
• »
uiiitr.'s,
une
vachc,
i
porcs,
iiallle,
Los
candidats admis à souctrans'IE D» nos utIli'S, M, Sturmer n'avull
Itonaii.
Irnlt point dans «es ntli-lliulioiis, lo poilu du Finisli'.-ro », 'i, rue du Château, Brcsl. foin, racines, ijoticraves. jiainissionnor dOpo.seront leurs
Dans noire dernier numéro lunis avons 8 h, l/'J : Corny, sur In place. Jeudi 11, à un
pas suI 1,1 Deumnune inilnaneo sullisanlo
In
niounïa
do
In
«
saigner
ii
eommo
un
vulgaire
nais,
navct-i,
carottes,
pomsoumissions pour 10 iieurcs,
'nuineré les iinuéti. nouvouux projolé.s pour 9 h, ;i/.'i : Drlco, sur la plaoo. Jeudi l i , A h li.; boclio. Co disant, li liriiiidissalt uno canne au
P.t I I v a\(LIL Al« assez. \ig»iireu.temonL at
lo vendredi lo déccinlirc.
Nouveau Guida pratique des Maires, des Ad- mes do terre, choux, bois à
Quimpor, pluoo de la l'réfecliire, vemiredl l,-i.
laque a>ix «l«rnleres héaneos. Ou admel roiiondre nux charges do lu guerre,
HUB de sa léle,
AMIAMI.
ministrateurs, des Seorétaires de Mairie ot des fou.
Pour tous ronseifjnomcnis
)epuis, la eommi.ilon du budget a écurté A 8 h, 1/2 I PIoaastBl, sur In plaeo, vendredi duH
uenéralfiiirirt que lo nouveau présidinit liii
iVImo
llélnry
réussit
lieurousoinent
&
s'enfuir
•
Au
complani,
.
1
0/0
cn
sus.
Iti,
A
Vl
h.;
Lo
faon,
sur
la
place,
snmndl
lii.
Consoillers
municipaux,
arrOtés,
circulaires
et
sur
les pièces A produire, et
iquu
nouvel
ordre
raugmentullon
dos
ronsell, i|nt rsiunhonuiu.<onorK[iqui', saum
Pli' lu vil le du Sdiul-lteet lilentùL (iuiliou était cueilli pur les gendarmes' décisions du ministre de l'inlérieur. etc. rcl.aconsulter
lo cahier des cli,-»]-ontrlbullons direcles, alln de |iermoUro A m h, l / i ; OuIngamp, au llépél, les i. I l C'est
donner uno vlsfouiiniso IninuUion à lu dé
IIUII.
un
repris
do
justice,
a.vant
abandonné
do
el
18,
tlfs
aux
fonctions
municipales,
pur
Durand
do
Rcs, s'adrosseraii bureau do la
loiiNO iialional*. 1/Assembléo u éléalournoc d'aeh 'ver l'olabllssomont complel do l'ImpOl
Iiui-I uno doii/.nino d'années .sa feniino el ses Nancy; nouvelle édition revue par Ibiben do
Los loealliés cl-deasnus ser.ml prnliahle- trois
commission
chaiiue jour non
nu 4 d^oemhre. On attend à cvi minnoni >ur lu revenu, dont eertulnes cédules sont
L i i Fci'iuc d e Poiiliiioc
Docleiii" H . C O Q I E L I . X
cnlniits,
inonl visiléos pondanl lo mois do JANVIER
Couder, 1 gros volume ln-18 do LlZ'i pages,
l'criê. do,Sh. à l l 11.
d'Iraportiinlei déoluiatUms du nouveau chol en cours de dlscus.-lon au .Sénal,
siluce en la commune de
1917
:
Lundlvlslnu,
l.andenieaii,
lus
un
supplément
de
Ci
pages,
broché
du ealiinct. On ianore cncoro s'il so char
OMpurgloit'Dantlmte
l'ur uontre, lu euinmisslon du budget u
Locroiiaii
Ç fr. 50; franco g francs.
IMuunr/.el, d'uno conlenance
gcru du portcAjuTlle des .Mfalres élran^Ores iicceplo ol complété toutes les proposi- (lliAlenimenr-dn-I'nuu,
De la l'aciillé
tic
Paris
totale de :i« bcclares v,' arcs
Le mémo volume, belle reliure cn toilo,
Une mère brûle son-enfant. — Mario
tions de ,M, lllbot en ce qui eoneerne les
C. M A N S E R R E
3!)
ccmiaros.
En face la place Lalour d'Auvergne
Anno Douériu, toniuie i'ernùs, i8uns, ménogéro 8 fr, 60; franco 9 francs.
taxes usslmlloes el les eoniribullons IndiFermage annuel : LCOO fr.
Chirurgieii-Dcutiste
ETATS-UNIS
C:ciiilt>tlcu il9 h, i Cta,
nu bourg, étnll soupçonnée d'avoir fnll dispn
roeles, O'est ainsi qu elle a adopté le duiiS'adresser pour tous rcnsciDi II FscuiU de Mtiecini de Pirit
raltro un entant nouvenu-né. i;t en eltct, ollo f
et lai rînStt-mui
Riiomcnis, à .M- de Itodolloc
On pn te do grands pruJoU A M, W ilsoii b i c i t i u u l des tu.xe.-- suivunte» : rodevunees
», rMOirn:l it 3, neiu Hit
avoué qu'apriis avoir Inissé mourir son unfnnt,
Emactionssins àouftur
du Porzic.Jjnolairc A SaintIléélu l'ixVldeat des l'Ilais-Dnis, Il puiserai! des mine», taxes Nur les uhovaux et voitu(nuto do soins, ollo décoiipn lo petit cndnvre et le
M()HL.\I.\
Dentiers garantis sur facture Henan.
dans le;. nToreaux suflrages réunis sur sa res, sur les billards, lus cerclo.<t i>t les
nt
lirftlor
dnns
son
foyer.
ntCOIT TOCS I.K!, JOCllS
gurdes-chusses,
créullon
d'une
taxe
sur
les
tCto et dftn» la uonllanee qui lui n été témol
Prix modérés
On parle breton
Croix de guerre
Klle n déclaré cn outre (priino Jeune llllo de
Spéi-lalil.'ii d'apiMieils >lentiiifos
ènée une i)aori|lo nouvelle. I l serait disposi chiens egalo A la taxe nuuilcipale exlstanti>
Bureau des Domaines de Brest
pcrfccUonilA
plaijll.'S,
1117 du
m A partir do
de 1IU17
de '.' à û U/0 do
A aulr .1 avoo ono fenneto qu'on erovalt in élévation
SSAINT-TIIOIS. — Oaonao'b, l^'lanouis. du l.ocronun urnlt donné lo jour, an début de la
40, rue tlu Château
sans cmchei.» pt s-un succions.
»ur In rovcnu
géncrui sur
revenu (|ul u corn- ll,V ; 1. Soldat énorgiipio et dévoué, s csl loii- gnorro, i un enfant qu'elle avait fuit porter
Etude do .M' U. du Peulionl,
oompaiiblo avra aon lnnip«'u'ament, t U'apréi l'linprtt général
sons
lo
porche
de
l'église
do
GuouguI,
où
i
l
fut
/Extractions sans douleur
nencé do fonlionnor un IflllI,
Ifllll, avco
avec nbulasnabulsso- lours oniplnyé iilllemonh; se propo.^ani pour
notaire à .Morlalx, succestin loléïruBino do VVa.ihIngton nu A'en inonué
1.0 v e n d r e d i 8 d<h>uii>lire
Coisullatiens graluites - On parle breUn
seur do M* Poillou.
York
M, wllson préparerait une moiit do ii.oou A :i.iiOii francs do la llmlio les corvées ilo ruvIlHlIlonumt cL assiirnnl ii découvert parole liedenu. La gcndnrinerio fuil
11)1(1, à di.\ heures du matin,
luniveile nele, il« numéro, ». v, n,) A l'Alle- d'exemption, ùlévutlon du \ A O/n du droit service uveo cahiic et snng-frold, sous les vériller ses dires,
adjudicationauxenchOres.dc :
Uludos
de
M'
U
c
f
i
r
o
y
,
noHurlesvuleur»mubllléros,élévation
du
drnlt
liic>,;ii(' "U II expOHoralt San» amnigullé que
reiLH do barrage de rcnnonil, A été blessé. ••
:> 1)00 un. crlblurc de blé,
taire il l'ioucscat et de JM*
iiieKtlquu
Saiiil-iVic
le» submuririblea boelie» ont violé le droll do circulation sur lo» vin», lo» oidro», ot du
l'I.nilDmY, - Onignen, Jean-Plorro, do
n:i kil. biscuit, improU u n g i t v iICH l>i(McrlM, noiiimc sé.Méljiirle (iel.ii/.ui'ia-IzeRa
de» geni, quo le tarplllagc de la iUai'iiia est droit do fabrication sur les blèius, élévation Cleuzdréln: « Inllrmler du plus grand dévouopre ^ la con.sonima- rieux pour pclito ferme, cantaire
ù
liandornuau.
du
prix
do
vonto
de»
tubno»,
en
la
commune
de
l
'
I
o
i
u
i
i
i
,
Accident
martel.
—
M.
Bossenneo,
70
nns,
considéré comnc un erlnio, ei quo si do
nuinl ; assure depuis lo débui de la cnmpation,
ton de Saint.Ileiian. Donnes
ICnlIn, ullo uvull ndoplé raugmonlation do gno les premiers soins aux blessés de sn do l.ossirgiiy, élalt occupé h trnnsporlor du fuS'adresser à .M" du l'onhoat,
puroiis ialt« se renuuvollent encore une
provenant des Subsistances rcfcrcncos exigées, Caiies :
i h M IrancK du drofl sur los sucres,
30, place Tliiers.
saule lois 1e« rtlaHona diplomatique» entre
compngnie, dans les conditions les plus difll- mier dnns un ohninp do la forme. Ktnnt tombé ii
Gi
O fr. l'an. S'adresser au Jour,
do
la'niarine.
iMals, d'accord uvoo la uoniinlslo» do olle», I.
cùté do l'iitlolngo qu'il conduisait, il (ut pliiliné.
le* deux Kootomcmonts soronl rompus
Au comptant, â O/O en sus, liai.
A 1,'AMIAIII.E
législation ll»calo, ollo vu renoncer à oulto
Quand on le relovu 11 nvnlt déjii cessé do vivre
iptn Iwto.
Rle&vejou a n D a e s l a g a d
ot lu l'omplacer pur l'élévation do
KRnNlI.I?, - Oalllou, aoulvon, lH* d'infanUn la communo do .SniutNous attflndOM les acfci aana Impalloiicc. Murittxu
A r medisin Houdart
10 A 1.') contlinuH do la tnxo d'aftrunchlsso- iorlo ; 1. W s bon soidnt, toiilours volonlnire
A v i s . — Ouverture acluclVouKay:
•luaqn'à ce ^d'Ils so produisent nous nous ment
lUŒ.'iT, S'/, )'U Aiguillon
dos
lottro»
et
pur
unu
augmontutlon
lonioiit d'un atelier peinture,
pour
lus
missions
périlleuses,
A
eoniribué
ft
OonlenlerOM da dirn ; vtrtia cl vorea, i>ra< -lu prix dos oorreponaanocsunoumnllques,
M
O
R
L
A
I
X
queuses el hémorroïde». Mai- ritrerie,
(iraiid'Uue, SaintA oaf
broxounok
la prisa d'un forlln occupé pur l'onnonii, •>
L a f e r m e de Koguérourien
Ivreutim' nmil,, de»mots ot do» »ons, et rien
Lnllii, lu cumiulslun a diïoldù d'udupUu'
son Hiirot, Nantes.
Pol do Léon,
SA1N'I'-I>ni,-I)K-LEI)N, - Mallégol, I, nui',
do plu».
Aete de oonrtge, — Louis Morvan, 32 ans,
.'étubllaaeinont d'un droit do uon»omma- sorgont-fonrrlor du 71* d'I
Les
2
fermes
de
E
e
r
f
r
a
v
a
l
l'Infantorre
do Plounéour->l4noz, blo.ssé A
tiuii Intérluuro Hur lo oalé, lu vacuo. In tlié, bon gradé. S'est loujoiirs acnulllé de'l'rés
ses commissionnaire
ot les
la guusrro, a arrété un cheval attoli^ qui pnrcouIn VttUllle ot dlvui'su» éplce», llllo s'ont èsulc foncllons avec beaucoup d'Inlelllgencn cl do
mont prononcée pour la oicatlun d'un IiunA. (snirnee, s'est purtlculléromonl distingué pen- mit IIM mes do la vlllo au gniop, après avoir
la
«cation
iPuu
liupOt
3
fermes
de Eerafivez
Il H
DrM<d«r ik une nouvelle épura Hur le» HpéolallUa pharmaceutlquo» ot sur dant In période du 116 février au 124 août 1916 cassé la chaîne qui lo rolenart près dos llallei
Pour tous renseliînomonts,
tlon. C.'eit f n m e le» notes du pi«ildon. ië» ettix îninéraîosu
en ravlialllunl sa compagnie sous dos bom- Nos félicitations,
s'adresser a M" Ocffroy nt
Wlsou, H n i
«oromos plus U le» oompA oes diverses taxes ou surtaxes, la com- bardomonls Irés vlnlonls, .i
ClCidei'
Danguy des Déacrts, notaires.
tor. 1.S» rapWfentant» do l'Austro-Allp- mission a ajouté do sa propre Initiative,
BOUIUl-ULANC,
—
1°
AdJudanI
Leiosp,
JMgnn et M « M alUâ* ont ét4) expulsés mis d'aocord avoo le mlnlatro, l'Institution ,Tean-Marla, du 48* d'Infanlorle : >> A entraîné
Seul le t r a i n . - Yrcs Ulllvler, 32 ana, du
'uno taxo do guerro Hur le» lionima» non brlIlammaMt sa secUon k l'assaut dos rotran- ai' d'Infanterie, cn congé do convaloseonco,
SALON
L O W S l v
moM sés,quor(iueappartenant A do» olasses elietnents ennemis, «n faisant preuve du plua a'étalt rendu dlmanolie au Moulln-HIano, voir
Unan hcbkcn, ctoucE ar re zolilnnlget deoc'h, a stang ar gwall-pas raktal, al
loblllsables. Cette u x e so oomposeralt graud «unK-frold, f.es ofaclors étant laS», a aoD frèra ouvrier h la poadrorla,
8 8 , m e Jean J s s r è i
an droit fixe de t« (ranea par toto et rassembM la compagnie et a orgaolsé sa ligne
V«ra H heures du soir, «on oadavro fut décead tino partie variable oaloulée d'aprds le do dAfonse aoua un violent bembardemenf. »
Sthimpointi i l CnSiittt I loute b u n
aeetlennA à la hanlenr da ta ceintura, mir
ehlffra do., l'Impôt g<)>«ral sur lo revenu
— li* Artilleur litMO», Yves ; • soua la dl- la llfae du olieailn de (or, pria de la station dn
K guert c peb apoUkorez.
nedjr.
S t i n k a ' r a ar pae cr bctra amier parca ra avcchou o.M heur
E tv lUou-ÀbalaD, Breat, o
EBK bironoiiite, «rlppe, iDOiieaxM.
'
On «nppei* qu'il «Tait éM iurprla par l'aipreN
— KletrralM MMrte.
u'bouiouuer dsou' po dri meau momaAt ofi U treuvanalt la vola, vers 7 haarea,.
vei fweohek.
Eur veufafKad; 3 f r .
^tflovanl à aoo mlllloni7*
^ r roprenilra le train qui daralt la famanM' k
nt bouleversées par le Ur de l'ennemi et
AAT
UnDCIll
doobsut apothicaire, Landerno, prlohaa kenta, medalenaou
Brcat. — I m ^ m e c i e duC«urr<er du FinisA U l . M U I l C U L i «enta er Aïonoouiiôu apotlkerien.
tère, rue du Chtteau, 4.
—aj^l^"* **
^
PlOBMOat
Il M t MOHBIIL, deeWlusapotk^
; a tabour d M u ar <
' SAimvfOL-DR-MON. - O n ^ jMtph, «u M a r t H * ' - ù n aoTMM* • «l« e«Mr(
•IHe*. CIia»*r<(ofn 4'«n«ivte*, u n 0 , crMka<(,urinM, eto.1.
^
L9|«cMt»'*...080afl«U«!l
T H I E R Y & S I G R A N O
iaSilQalioiiOiplQfflatiijiie
Vêtemenls ConfecHonnés z\ sur Mesure
^^ Enfants
ilïis Si RenseipiDGflts
AUX
BRETONS
AUX BRETONS
AUX BRETONS
VENTE
MOBILIÈRE
POVS l a FEMME
LA
m m
Jj^ Guérie
SECRET
li|i
la JOUVENCE de l'abbé SSUfiV
VENTE iîcii^ntii^i;;'""^'"'""
Avis aux navigateurs
m
GIIWDE 5IAIS()\
îrtrftsiïïûï
La ielle Rouennaise
A VENDRE
Vente en iros : H. BEBTOll, représsfltaflt à Brest
G.TRIBAUDEAU m<>H.d,.uiE8Aii«oN j
FlanFangefianisieiiaspé
A LOUER Ptr"^'""'"'®
BELP5AU'
'ZRt/^t
A
Livre d'Or du Finistère
VENDRE
Demandez le « Courrier du
Finistère » dans toutes les
Bibliothèques des Gares du
Finistère.
A LOUER K r ' c ^ i W â
A
On (Icmandc
VENDRE
RELIGIEUSE
IhIIu
L O U Z O U ar PAZ
Deuz ly KOSEOL, docteur apoiiker
SIROP CELTIQUE E O
Samedi, 9 Décembre 1016
iiilii
Ifi t
JOURNAL FRANÇAIS-BRETON
ABONNEMENTS
Plnlatèro, Cfites-du-Nurd, Morbihan, (un ao) 8 Ir.
Aulre« Départonienti
—
4 Ir.
ColOnUi et Etranger
—
B fr.
C/itnptmtnl U'»Urttte . 0 fr. 90 ii'ec U dtmiir»
btndt
Le> aboiiuemeuts partent
du t** de chaque mots et ae payent d ' a m o *
Sl»rt eo hor c'iinloii imn lior c'iirelz
llaslnrlocli ar Uroiu o«u lior H r o k l . .
CE OUI SE PASSE
Le -10 uovfhibrc, le SOimt n moidv le
projtt </(• loi, iIiJh fùUi iHtr ht ClKUnlin',
ik-ffètniii
le reoenBement (le la classe
1918.
I.r /irojct devenu loi a éh' imiinul'jnè ù
rOlllcIcl itu iléeemOrc.
I.<i liule (/() l'iiiciir/iorution
sci'ajlicèe imr
nue lui K/icei<(te.
l'n eerttiin tumiOre tle jetiiics
luilildires
il6 lu clause llilif neroul incor/'on's dans
t'arinec de mer lors du l'a/i/iel de ecile
citiaae. Cciw (lUi desireitt recevoir celte
(i.Ocvliiiioii dccroiil en loriuuler la demande dee.ihi h' eoMcil de rccinion, Xe
iwiirroiil éire aeeiteillies i/iie le» deinuiulen
lies Jeiuiva jiens reconnus «ptos au scrvlte
uniio. l'ar ej:ce/ilion, len coiimus et .lurniwi&uire» des /mien, des teleyraidte» et
des ieU'/i/iones /jourronl èlre udiiu», mèiiie
s'ils aonl classes dans h sereice atuHiaire.
l'n l'ormulani leur demande decani le
conseil de reeiaion, les inleresst's deeroni
indiijuer 1res exaciciiient leur /iro/ession
Imarins, mécaniciens, Ooalamicrs, charpenticrs, etc.), celle indiculiun
deeani
scrclr de hase ait choix rjiii sera/ail
entre
tes candidats, Ceux-ci ne seront /«(s aeisés
indioidtiellemenl
de l\twet>UHion ou du
rejet de leur tlemande.
'
*
*
•
XiOS marché! de projectiles.
Xous lisons itans lu Llbortù :
'1 Ou vioiit <lo ilIsli'IbiiiM' tiu ],uxoiiiljourK
rnppoi'li'tiil)!! pur .M. Pm'ohol, nu iiuni Oo
liv COIIIIIII.SKIOII soiiatui'ialo, xui' IUH iimiclii'K
de pi'ojcvtllcii. (i'ont un domuncnt conxldc*l'ftblu cl voviilnloiir ilo faliN y i'uvcs iiu liuliil
ilo vjln dp» pi'lx lioiisontlt et Och l'olai'ilN tulOrilR.,. Illcii imc dans la pùiluJc do suploinbro m i l ù Hi'tobi'o ll)|^, siif la .-uulc
rulirlmlloii ilos uoriiN d'uliuN uxiilusirs en
acloi', In nitUal étant fuurni nai' l'Ktal, unr
molovallon do .'O;! mllUoii» est dilmont cionstutpi\ poui' liiquollr, iivpo laUoii, lu Cominixnlun (conclut à l'.iollon LiioruUluo du
i(0\ivcriirinpiit cl (les ClininbroA, alln do ivpai'or lu pi'i' uillou ainsi oiiuM.^ aux llnanccik
pul)ll(|u()«, I oxl Juste do l'oconnaltrc lo»
uli'Oonittanoi'.H ultcnuantos (|ul roDUltenl do
la tK'cosHlto dos InipiovK-allons ui'Kuntos,
et par tou.i lOH aiuyqn»<. uuxtfuolkiN on dut
aloi'N avoli' l'oeuui'H, Il fallait l'ali'o llùoho (le
tout ucloi'... .MnUapi'i'Htpdni'.cniul»? A-t-oii
au moins piolltù de» loijoii» de l'cxpi'i'Iencc V
K I.a ooiuluMlon du rappurt poi lo tuxtuolIcinniit :
» Qun oVst sculoniont on «enlonilu'o lutri
i|U'a ùto vunHtltuùu lu ConiniUslou don cuii.
ti'nt* ;
i> Que «I eolto Coniinlftslon n ehorcliû à
Ijiti'Oduli'O plus de i'éi.'ului'ltO dan» Iok olau108 de» contiatu, et à piendro poui' hase
de» prix stlpuléH les prix do ri^vlont dos
fournUsourH, la dOterininatlon do oos prix
ilo roTlont n otii (alto d'après dos évaluations
arbitrniro», NUH fonlmhh's ol uotahlonienl
supérieure» h In réalité, a
l.e/irèsident de cette Commission, tle/iuis
un an, était At Fontaine, rdcemment jinimu, ('( ce titre, directeur des fabriculions
d'artillerie.
" .Savant IhCoricien, ajoute
notre confrère, qui, dans l'étahlissemenl
pour ainsi dire gt'ométriijue i/u'il jit du
repos heMomadaire,
avait donml tles
preuees île sa cajmcite t'i restreindre le Iranail. >1 Dans ses noitcellea fondions, M,
fontaine saura, nous n'en doutons pas,
faire pretive de la mime capacité ù inten
sellerie travail. Cette (/iterre a déjà fait tant
tle miracles, en amenant par exemple des
socialistes dcccnus ministres r'i répudier
leurs tluioriea d'tmtan, qtt'elle fera bien
i«lui-t(i encore,
•* •
Un peu fort I
Ces Jours derniers, ils doiinaieni tes
mnsi-hi/ienifnis
siiieaiHS sur les récents
conH'ils ih- nuerre tles .illiés :
I.'l'.'iitoMio organise une armée destinée
A Dhlenir (Us lesullal.s déelslts et un iiari'
d'arllllerii' do réserve n'énéralo. t,'armée «les
.lUiés euinprend deux (groupes : lui pour les
Ir.inis iH'eideiital, Italien et macédiuiien, un
autre pour les fronts ru.sso et roiunaiii.
" ll'iipré^ Icplaude.M. lirUind, les Uusses
.•iivoiei.t des eoinliatlaiit.s sur le Iront traiii.'al-, de» triiupe.san^!lHlsi»8 sont Ineorporéos
dans des cadres fraueuls, et l'Italie envole
de> ouvrier» dans les usine.s du luunlltuns
franviii-ei.
l.e pare d'artillerie de réserve Rénoriile
doit as-.urrr le ravilailluiuenl des différents
fronts eu muiiitlons,
« l'i.e e(nil'érenoe de la llotlo réylera lo
lrans|)i.irt de eus munitions. »
.Si loin cela Mfl exact, nous n'en avons
tloiiepasjUii
avec les espions. Ht comment
ccu,v-vi j'ciiveiii-ils pcnélrer de tels secrets ?
Le miiu'slère tle l'ayriciillure
a publié le
résultat des récoltes des céréales en
France. Voici les principauo: cliij}'res de
celle année, correspondant
tt ceux tle
l'année tlernicrc ;
Ullli
PI1.J
niés....
•Métell..
..s.';io,7i)n lio.um.îon
1.114.•. l.mis.i!!0
!i.ilu.;«() 8.lJO.iiiO
<iuinlnux.
.•^elsle..
Avoines
ii.';*ii.O(Ki ai.uw.wo
iiryesf...
s.dT.i.wt) u.!i:o,';!iu
On rcmariiuera que s'il // a diminution
pour tes blés, par contre il // a augmentation pour tes autres céréales.
Cela tient, 11 n'en point tlouler, « ce que
les blés ai/ant été taxés (i un prix trop bas,
les cultivateurs avaient intérêt ii produire
plutôt du seti/le et de l'avoine, et même de
l'orge.
La prime de 3 ^D'ânes par quintal de blé
récolté vientlru sans doute rétablir la proportion.
« «
Une proposition intéressante.
D'après le New-'V'orli Herald, tu « Kerr
Steamsliip Line, » qui, depuis te début de la
guerre, 11 organisé un service régulier de
steamers entre Seic Yor//,
I}urdeau,c,
.Murseitle et Le Havre, a fuit tles propositions au gouvernement Ihinruis, dans le
but de concourir à l'amélioration
de la
crise tles transports
maritimes.
Ces propositions consistent dans l'aménagement par cette compagnie, et par ses
propres mngens, d'un port français
jusqu'il présent non fréquenté par les granits
navires,
Dana ce port, la Kerr Line
installerait,
dans lo plus court tlélai possible, l'outillage tles quais, les appareils tle tléchargemcnt, les hangars et les lignes de chemin
tle fer nécessaires.
Celle Compagnie,fournirait,
déplus, un
nombre important de wagons pour te
transport tles marchandises,
*
lin A n g l e t e r r e , pas plus que chez nous,
le gouvernement n'est m l'abri de critiques.
Lu guerre se fuit longue, chacun'-est impatient de lu voir prendre une tournure décisive.
V — Pour donner sati'nfaction tt la population, inquiète tle la nouvelle recrutlescence de la guerre sous-miirine, le haut
commantlcmenl de l'amirauté vient d'être
remanié.
L'amiral
Jellicoi', qui commandait la
^flotte tlepuis le tlébut tle lu guerre, devient
premier lord naval, en remplacement tle
l'amiral
Jachson. L'amiral
sir
David
lieuttu, qui commandait jusqu'il présent la
(lotte des croiseurs cuirassés, tlevienl cornmundant en ch^f tle la,/lotte, en remplacement de l'amiral
Jellicoi'.
L'amiral lieattg n'a que i-l ans. Vainqueur de lu bataille d'ileligoland ('J7 août
/.y/i), il révéla tles qiitdités d'initiative et
de hardiesse au cours tle l'engagement du
Dogger-Uanli (^'0 janvier 10ir>'), Sa conduite à la bataille du Jutland {31 mai
19Hi), oit avec SCS seuls croiseurs de bataille il tint U-le un moment ù toute lu
/lotte allemantle, prouva que che^ lui la
décision courageuse et l'esprit
il'entreprise
»ont ussociés il la clairvoganco
stratégique et 11 la prutlence calculée. On peut s'attentlre (t ce que sous sa direction la Jlotte
britannique devienne plus agissante.
Onsaltquelo soua-marin
allemandDviitsc.llhmd, ri<ccmment partt tl'Ami'riiiue,
a
emporté ttne certaine ijuantité do nicM,
indispensalde pour la fabrication de l'artillerie lourde, Or, le nlcM provient de
Z', — .Mais au point tle vue tle la directiettjc sources seulement, du Canatla et de tion générale, de la guerre, tles ilissentila Mouvellv-Calétlonie. lU il parait que la ments ont éclaté iiu sein du cabinet même,
provision
tlu Doulsclilaiirt vient de lu
Acluellement, lo conseil tle la guerre
NottvelleCalédnnie,
britannique est composé de sept membres,
M, Henri) Hereiijfer, sénateur, a enter- dont les tléeislons doivent attendre, pour
royé ù, ce propos M. Dnameri/ue, ministre être mises ù exécution, d'être approuvées
des Colonies, qui a répondu que. d'abord par tes l'3 membres du cabinet. D'tiprùa ce
interdite, sauf autorisation spéciale, l'ex- que l'on croit savoir, i\L Llogd George
portation c/iei les alliés et en Amérique estime que cea lenteurs sont inconciliables
avait été autorisée par son
administration avec une bonne politique tle guerre, quand
dejmis février dernier, sans
aulorisntton, on conaitlire aurtout que ches l'ennemi la
tllreclion do la guerre est entièrement conpoil/' ces paya.
Ainsi on voit que le nickel, devenu atle- centrée entre lea mains d'un seul homme,
manil pourfaire îles munitions allemandes lo maréchal Ilintlenburg. Et vendretli il Aurait déclaré à M, Aaquith qu'il ne pourrait
prooient d'une minefrani;aiae !
M, neiir// Bérenger « déclaré qu'il sa pas continuer ù faire partie du gouverneréatrte de tirer de ces faits le» consé- ment, si l'organisation exiatante pour la
direction tle la guerre n'était pas ratlicalequences qtt'ils comportent,
ment changée, lin conséguence, il proposait
H y a tle Qttoi vratnient,
la création d'un nouveau conseil gouverneI t
•
*
*
mental tle la guerre,
comptant
trois
.i;/t.dlpl6me
est remia aux familles
pmr membrea seulement, et aijant la direction
chacun de leura membres morts pour la absolue tic tous lea acrvicea se rattachant
France. Mallieureasen\ent, ca diplOme est ù. ta guerre. Ces trois membrea seraient:
Carson,
déjiaré par une gravure inconvenante. Or, MM. Llogd Oeorge, air Edward
comme le dit la cominiaaion départemen- et M. Uonar Law j ils auraient là collatale do Maine-et-Loire dans un vœu récent, horatlon do I,amiral JeUicoë et de sir Wilchef il'élat-,
M ileat à désirer qu'un pareil hommage liam liobertson, ce tlernitr
pOiltedaga chaque intérieur é^tre exposé mi^/'or général de idrmée.
aux reg({i'da do tout, et 'flmtre cri place
Ces propositions ne pouvaient que pail*fionneui' comme un titre de gloire. »
raître aévàrea à M. Aaguilh, Etant preSoUhafto'n» qu'un nùuvéau modèle soit mier ministre, il estimait avoir lo droit ou
attopU danà (e ptui bref délai, et que les de préaider le conseil tle guerre en question
mires chrétienne» n'aient pai ù le cacher ou d'en constater tout au moltia les réaoau fi)nd d'un tiroir pour le soustraire auw lutlons.
.
regard» de leur» Jeune» en/Unt».
Dimanche soir, un terrain de concilia
pru'taires des mines du pugs de Galles et
les mineurs. Cette situation n était pas
Sans causer quelque inquiétude au point tle
eue de la tléfense nolionate, d'autant plus
qu'une grèe'e était ù craindre pour le l"
décembre. Dans ces conditioKS, legouvernemenl anglais a cru tlevoir prendre la
direction tles mines ù partir tle cette même
date. Les bénèllces des propriétaires
de
mines se trouveront de ta sorte limités, en
même temps que seru restreinte l'imlépentlance dont les mineurs jouissaienl à peu
près seuls parmi les. travaitteur.'i tics importantes intlusiries tle la guerre.
mun
& IMPRIMERIE
4 — B U 0 d u Château
Lea funérailles de François-Joseph
Il'Allemagne veut que les neutres
la nourrissent ou qu'ils meurent avec
elle.
Cruellement atteinte par le blocus, l'Allemagne emploie tous les moyens, et tle préférence, dirait-on, ceux qui sont contraires
tiux lois de la guerre et aux droits tles
gens, pour en pallier tes cO'ets, Après avoir
épuisé les ressources tles puissances neutres
ses voisines, elle prétend les vontrainiire ù
la nourrir,
simplement. On ne lira /las
sana intérêt les détails suivants, qui viennent tle Slocltholm :
Tout est hors tle prix, certaines tlenréea
aonl introuvables, La carte de sucre est en
vigueur/ il est question tl'insliluer
tlea
cartes tle pain,
« A i l fond tle celle criso économique, se
trouve la question politique.
Pourquoi
n'interdit-on pas l'exportation de tous les
articles d'aliiuentation? On reconnaît tout
haut que c'est surtout parce que l'Allemagne ne lo permettrait pas. L'exemple de
la Korvége a montré que IOH Alloinniids
entoiulent, pnr neulralllô, l'obligation
pour lea neutres d'envoyer doa vivres eu
Allemagne. tvH oo au dopons de leur pro-
pre subsistance. Un communiqué officiel
allemand a tléclaré en propres termes que
le gouvernement de Berlin est fermement
résolu ù no pas permettre ù la Suède, à la
Norvège, au Danemark ou à la Hollande,
do contracter, par l'inlcrmétlitiiro
do l'Angleterre ou d'une autre puissance de l'Entente, dea achats de vivrea ou de matièrea
premières dont l'acquisition
tend ù en
priver l'Allemagne, ce gue le Qoteborg
tlon avait été trouvé, paralt-ll. Mata martli Posten conimente ainsi : ti L'Allemagne
Il y a beau tepipfgue M, Maleg a pro de ' noucellés 'diJJlcuUéa surgirent
entre exige de noua- que nous renoncions li toute
elamé, du haut de la tribune, gue loua le» M, Llagd George et M, Aegutth, le pre- iinportationa de vivres et de matières preagent».de l'Allemagne en France aoalerit mlir donna sa démission, gui entraîna mières al lea conditions en sont telles que
- M ml» dani t'impoaailiilité de nuire,
celle du meond. M, Bonar Law, invité à l'Allemagne' ne puisse en recevoir une
fTempieh» gue le» iMliM
paral»»enl eoHMtUuelh 'le nouveau cabinet; ^parut d'a- partie. Cet 'avertissement semble s'adres
mku0 N B M i a n é s gu»- nott»-m4me» lur bord dlspçsé à accepter, mais rençnça »er dlréotement à la Suède, au moment ôil
c«:fH<-Np«iM ehet noui.
.
a .. . hièt(tiii Le roi à «lors fait àppUà M, Llogd lit négociations de'Londres détient à l'orLa»em.ain»,«lerpiire
U»r»Jottritàm.pur :G»»tiç.*i gai a aipepté, tt.fgifi^pért
fitut'i["q dre flu /our la'guéstlon dii rationnement
sur labate-dt» b»»oin» intMeurs,
L'Alle«^'((i^
fà
mltiipn
nugM proelam»-.' it /fpurriWji-m'ùi
ou
.q^'.H^tpa» fyiml Dà
d ^ m
,
moHTM.aoecmoijê'
'
-fm
4
Jjta l U n n a o r l t i non U i t r M m M a t p M randni
Dans la nuit du SI novembre, un cyclone « tlévaslc la ville de Pomtichérg et
sa banlieue. Les dommages sont importants; et le nombre des civlinies atteint un
millier.
AN ALLMAGN
Dismegans an Europ
Votel eo bel gant Kampr Lierliti al
lezenn a gondaou an oll Allmantcd da
laboufat, pe evit niaga ai' vro, pe evit
obci' iiiitioc'h a arinou.
Dioc'htii e ce kroget cl labour ila
Lundi, le l'upe a tenu au Vatican un
consistoire secret, au cours duquel il a obet' ai' l'ûll euz an dud, oajet a 17 ila
créé tlix nouveaux cardinaux, dont Mgr Gti vloaz, evil gwelout petra 'ra pe n'e
Dubourg, archevêque de liennes, Mgr l'a kcl pcb-hini. .\u ncp n'e labour ket,
Dubois, archevêque tle Rouen, et Mgr pe n e vciio ket kavel he labour lalMaurin, archevêque tle Lyon,
vouduz awalc'h e-kenvcr ar brezel, a
l.e Saint-l'ère annojiça la promulgation vezo lucfkct d'ezhan pctra obcr, ha da
tlu nouveau cotle tlu droit canonique, puis bo leac'li mont.
condamna une fois de plus les ciolations
liiskl cbed e leuïe an dud-ze davoudes lois inlernutionates par les Allemands
zat, pc d'en eiii lakaut c grev : eut"
«Il cours lie cette guerre.
bloaz pi'izoun ha betek li.ôOO lur
Dans son discours, il tieait rappelé que
« si l'autorité des lois est négligée ou mé- aniand 0 dele da c'hedal.
Pelra sonjal euz al lezenii-ze, neined
prisée, c'est la discortle qui domine avec
les passions, et tout tombe dans lu plus ma 'z eo nec'het hon enebourien ?
grande perturbation. 0
llogen, ma 'z int nec'het, bolonlez
Et il ajouta : « Cela est prouvé tl'une .start 0 deuz ivez da herzel, da lierzel
façon éclatante dans le terrible con/lil qui beteg an diveza poeiit, hag oll a-unan
tlésole actuellement l'Europe et montre à koulz lavarout.
quels excès et ti quels tlésaslres peuvent
Dai'ii euzhor.socialisted,goude goucontluire la violntion et le mépris des lois
zouteoantbet tromplet gant ho« c'haqui règlent les rapports entre les Etats.
maladed » boch ai-aog ar bi'ezel, a
» On le voit, en e.O'et, dans le bouleversement général des peuples, pur le traitement jouvne c'hoaz leun a llzians d'ho gweii\/ligé aux choses sacrées et aux ministres lout oc'h en em zevel a-enep gouat'nadu culte, malgré la dignité ecclésiastique manl Gwillou, da zirolla eui' révoludont ils sont investis, et bien qu'ils soient tion ; « Kamaladed Frai)s 0 devezo aminviolables de par le droit tlivin et le droit zer eu em inoui 0 c'hedal, » a^rcsponte
tles gens. On le voit par les nombreux ci- eur gazettenn ullmand, eur pennad 'zo.
toyens paeijlques, même tle l'âge le plus Evil gwir. euz an 110 socialista zo e
jeune, qui sont éloignés tle leurs foyers an Kauipr Uerlin, 19 hebKen a volaz a-enep
milieu des larmes tle leurs mères, de leurs al lezenn nevez. Ha petra eo an naonépouses et tic leurs enj'ants. On le voit ail- tek-ze'? Brabanserien euz seurt hor
leurs par les cilles ouvertes ei les populaBrizon ha Ral'fiii-Dugens ; da lavarout
tions stins tléfense exposées aux incursions
eo
n'e d'int .selaouet gant den.
aériennes. On le voit enjln partout, sur
Perag ivez a deufe ar socialisted da
mer et sur terre, par les horreurs sans nom
qui accablent l'esprit tl'un ineffable déchire, gleram ouz lievelep lezennou '! Daoust
ment, Kous,frappons de nouveau de Xotre ha n'eo ket homennoz lakaat an oll diréprobation toutes les iniquités commises dan ar c'houarnftmant ï Ar brezel-man
en cette guerre partout où elles se font et a raio au tanva da bep-hini euz an....
quels que soient leurs auteurs, u
eurusdcd ('0 a broniettonl hag a gavl'et
Le l'ape conclut en priant et en souhaigant-ho ma teujent bikcn da veza ar
tant que, tle même que l'Eglise peut espévistri. Gwelct a vezo da bcd e plijo ar
rer une ère plus tranquille par la promulgation tlu nouveau Code, « ainsi la Société, .stad-ze.
ont eu lieu it Vienne le i'9 novembre.
Guillaume II s'était rendu à Schwbrunn
saluer la tlépouillc mortelle tle son exIl brillant second. » Il se retira ensuite
avant les obsèques, prétextant un refroiilissement. Selon certains journaux, il aurait émis la prétention do contluire le deuil ;
it aurait essuyé un refus ; c'est pourquoi
il se serait éclipsé, laissant au
Kronprim
le soin de le représenter ti lu cérémonie, t't
coté tles rois tle Bulgarie, de Bavière, tle
Saxo et lie Wurtemberg,
François-Joseph a été inhumé dans la
crypte do la petile église tles Capucines.
.'lit retour des obsèques, l'express, dans
lequel se trouvaient de nombreuses personnalités, entra en collision avec un train
omnibus, par suite tl'une erreur
d'aiguilltige. Il g aurait eu 6G morts et un plus
grand nombre tle blessés.
~
BREST
De tout cela nous devons retenir lu résolution de l'empire britannique tle poursuivre la lutte avec plus tl'énergie que jamais.
retrouvant l'ordre tlans le res/iecttlu droit
et tle lu fustice, voie bientôt luire la paix
attendue qui, parmi les nations en'ln réconciliées. sera la source tle tous les biens.»
Le cartlintU Gusparri, secrétaire d'Etat
tlu Saint-Siège, a été nommé, tout en conservant ses fonctions,
camerlingue de
l'Eglise. On sait ipte le
cardinal-camerlingue préside le conclave et pourvsit ii
toutes choses pendant la vacance du Siège
pontijlcal.
PARAISSANT LE SAMEDI.
se.
Da c'hedal, an Allmagn ;v foll d'ezhi
ela en em lakaat e dever da herzel
start.
Ha n'eo ket awale,'h d'ezhi gelver he
sujidi da labourai evit ar vro, keinent
ail a ra e-kenvor ar boblott kciz a zo
kouezet evit eur pennad didan he galloud.
Uouzoul a rit e deuz promettct d'ar
Pologn he zevel da renk eur rouantelez disparli : evit gallout kaout krog
enii he goazed hag ho u'hondacni da
veza soudarded enn lie arracou n'eo
ken. Mvit gallout kaout ar goazed
chouniet er Serbi da grenvaat he arnieou eo c leu ivez Impalaer iaouaiik
an Aotrich da lironietti roi frankiz d'ar
V ' geaz-ze.
N'eo ket awalc'h c'hoaz : an Allmagn a ia pelloc'h.
Da viz ebrel e doa savet merc'iied
dre vil da gas den nemet-hi n'e oar
na da be leac'h na da ober peseurt
raicher, euz deparlumant an Nord.
Eur pennad 'zo e ra kement ail er
Beljik, c-lienver ar goa-zed drei.st-oll.
Eun urz a vez embannet, 0 kemcnn
e tleo kement hini hag en deuz 17
vloaz pe ouspenn en em ginnig, d'an
dez lia d'an heur merket, enn eur gear,
var eun dachenn vraz.
llag an dud U;eiz a rank senti, anez
soudarded kriz, gwir vourrerien, a ia
d'ho c'hero'hat d'hd zi, hag ho digas a
daoliou kros-l'uzul 1
Ar merc'hed, ar vugale, a ia da atnbroug ho goazed, ho ïadou, ho breudeur. .\raog en ein gaiiut var an dachenn ez int dispartiet diput-ho. K
pevar c'horn an dachenn mintraillerezed .1 zu prest da denna ha da .sku'lla ar
maro 0 mesk ar sklaved kei/,-ze, ma
savje krosmol. E meur a leac'h ez eo
c'hoarvezet, ha goazed, merc'hed, bugaligou a zo bet labezet pe zoken lazet.
Var an dachenn, an dale n'eo ket
hirr. Ar goazed e stad da labourat a zo
kr.'''uiGt evel anevaled 0 kirri heu!houarn ; hag enn lient raUtal. u a lje
leac'h ez aint ? N'e ouezont ket, hag ho
merc'hed hag ho bugale nebeutoc'h
c'hoiiz, rak n'ho lezer ket da vont beteg
ho zud, evit ho briataeurwech diveza.
« Evit mad an dud-ze, eo, eme ar
Boched, ablamour ma n'o deuz ket da
zibrl enn ho bro. »
Goaperez kriz ! Ma n'o deuz ket du
zibri, piou a zo kaoz, nemed c'îibui,
Boched milliget, dre ni^a laerjt kement
a zav enn ho douarou ?
M a n'o deuz ket da z i b f i enn ho bro,
daoust h a c ' h o u i a r o i é d ' e z h o enn ho
pro pa zizec'hit hoc'h»unan gant an
naoun?,
A r w i r i o n e z , setu h i ûtna :
••
Daoust d'ho p o b l i ^ v e r u z , daoust
ivez d'ar brizounierleiT\a zo kouezet
enn ho k à l l o u d , b e r r a zikoui* èn em
g a v i t ; hag. enn despet da bep jifât^s,
enn despet d*al lezennou a rehi'o bet'egh c n ar brèzelliou^« tcQlt dà gondaoni
a n d u d d i i i o a z ta^'et M n - h o o ' h da laboujràt « v i d - h o C h d û fober a r m o u , ' d i i
gleuza trancheoui zgkeb d i d a a a n t e n QOU'kâQôh e h s k l 4a V é z M ^ c ' h a g a e t
• « • • • • • • i i i M i i H i
PUBLICITÉ RÉGIONALE
AnnoncM dlTcrtea . . . . (la ligne)
Ofr.SO
Réolamsa, en V page . . .
—
O
BO
Dernlèra colonne de la S* page.
—
O
7B
T*rit<Uor»Uinxtpour
tel iniertions rèpétét*
Pour U PUbllelti «xtra-régionale, a'adreiaer
k l ' A g e i * * I M M , Place de la Bourae, 8, i Paria
pc lazel, evcl ma c'hoarvez bemdez
gant kalz euz an dud reuzeudik-zc.
l'egentenl a dud euz ar Beljik a zo
bet pe a vezo dil'rammet evel-.se euz
ho l'amiil ha kondaonet da labourat
evit ho bourrevien '? Diez eo gouzout.
Etre 800 ha 1.-300 bemdez abaoue ar
21 a viz here, eme ar c hardinal Mercier. 3,50.000 a vezo kemeref , eme ar
Boched ho-unau.
Ar c'hardinal Mercier, hauter-brizouniet e Maline.s, en deuz pedet hag
aspedet, 0 tigas da zonj da c'houarnour
ar Beljik euz ar bromesa greet ganthan, bretiian ez euz daou vioaz "zo, e
vefe lezct ar Beljed dinec'h da labourat enn ho bro, — 0 tigas da zonj ivez
ez euz bet savet abenn vrema ouspenn
eur milliard taillou divar goust ar Beljik hag e keiidalu'herda c'houlenu digaiit-lii 50 iitillioun ar miz, — 0 tigas
da zonj c'hoaz ez eo bet diframmct ho
staliou labour digant ar Beljed, enn
despet da bep justis.
Awalc'h, eme-z-han, re 0 peuzgreel.
Lezlt pelloc'h an dud keiz-ze didrabas
da c'hounit bara d ezho ho-uuan ha
d'ho l'amiil.
••^r c'hardinal n'eo ket bet .selaouet.
Perak. penaos n'e deu kcl ar bed oll
d'en eut zevel a enep ar bourrevien-ze ?
Aoun e iqa ra-z-ho.
Ar Pab hebken a gredaz, azaleg ar
penn kenta, kondaoni ho dislealded
hag ho c'hrisder. Hag aman adarre,
evel pa oe greet kement ail da verc'hed
an Nord, lien eo a zo bet da genta
oc'h unani he vouez ganl hini ar c'hardinal Mercier, evit goulenn truez.
Allas ! n e c'hell nemed pedi ha goulenn dre gaer : n'en deuz na soudarded na kanoliou.
Re ail a zo, enn-dro d'omp ha d'ar
Beljik, hag 0 deuz arineou. Ar re-ze
ac'hellfe goulenn. ha gourdrouz evit
roi muioc'h a bouez d'ho goulenn.
Roue arSpagn en deuz bethardizie-
gez awalc'h evit lieulia skouer ar i'ab ;
har ar Suis ha Stadou-Unanet an Auierik 0 deuz greet evel-d-han. Merk
anat c leuer da aii.iout n'e vezo ket an
-Mliiiagn treac'h da vilccn.
Nebeud eo goulskoudc euz a berz ar
rouaulelcziou-ze. .\rmeou 0 deuz, a
lavaroni)) c'hoaz, hag 0 c'iiourdrouz
start e vent selaouet.
Perak n'e c'iiourdrouzont kot '?
Dre ho c'hrisder, an Allmantcd n'o
deuz ho far nemed enn Turki. An Turked a gondaon da vervel gant an naoun
poblou au Arménie hag al Liban ; ha
p a n e varvoiit ket buan awalc'h, ho
lazont. Dre zc ivez ii'ez euz nemed
heuz evit an Turked dre bevar c'horn
ar bed ; dre zc ivez ho c'haser a nebeudou var ho c'hiz d'en eni guzat enu
Asie. Enu .Mlmagn heljken e kavont
skoazcll.
Diou vro da zinerza, daou bobl din
an eil euz egile da gabestra enn hevelep doare ma n'e c'hellint mui noazout.
Makarje ar rouantcleziou ail dont da
geiner perz el labour, 0 defe ivez perz
enn enor. Ma plij gant-ho rhoum
dizeblaut da zellou'l, al labour a vezo
greet cvelkent : hor zoudarded a zo
barrek d'Iie gas da bcnn, gant amzer
ha skoazell arSaozon, Rusiancd, Roumaned, Serbed hag Italianed.
Ha seul-vui e krcsko krisder ar
Boched, seul-vui c kresko kalouu hor
zoudarded hag ho ioul da zilivra, gant
ho c'henvroiz, ar boblou a zo kouezet
didan galloud ar bleizi-ze, — ha .seulvui c kresko ivez hor bolonte-/.-ni,
chouraet er gear, da labourat, peb-hini
enn he sfad, evit m'o de ../,o hor zoudarded bara gwenn ha l<ig druz da
lakaat var-n-han, ha poloz kalet da
gas d'ar Boch.
An Allmagn evel an Turki a zo deiiel
davezadismeganstan Europ, ha varar
niari 'had gwalenn ar bed : poeiit eo lie
diskara.
Tenn c vezo ; mes Doue a zikouro !
ColiE.NTlN.
LA GUERRE
Eiz liez Brezel
Trouz awalc'h gant ar c'hanoliou bepred, ha nemcur a dra ouspenn. H o r
jeneraled a oar pctra o deuz da obcv ;
n'e ket d'omp-ni eo da gaout abeg eniiho. M a n'e c'hourc'hemennont ket
muioc'h a labour, e rank beza dre ma
'z eo gwelloc'h gortoz.
Er R O U N A N I , an traou a gendalc'h
da droi falloc'h. A r gear-benn B u c a r e s t a zo abenn vrema didan tennou
kanoliou pouner an enebour ; eur c'helou a lavar zoken ez eo-hi kouezet e
galloud an allmand Mackensen.
H o r zoudarded hag ar Serbed muioc'h
c'hoaz o deuz gounezet eun nebeud tachenn enn deziou-ma, er viz da M o -
nastir.
Hogen, setu gouarnamant ar Grcs
hag he armee o c'iwari ho fenn da vad.
Evel ma ouezit, e amzer ar ministr
Skouloudis ar Grcs e doa digoret d'ar
Bulgared foriou savet gant-hi evit en
em zifenn out-ho, ha dilezet gant-ho
cleiz a ganollou hag a armou al).
Etretant c tiskierie e ioa he mennoz
beva mignouniach gant an oll, hep troi
a du gant kostezenn ebed.
Neuze e oc lavaret d'ezhi euz hon tu :
M M a 'z eo gwir n'emaoc'h ket muioc'h
enn hon enep eged a du gan-omp, ez eo
deread d'hoc'h gwcrza d'omp kement a
armou ha m'o peuz roet d'hon enebourien. Da betra e talvesfent d'hoc'h, pa
lavarit n'e fell ket d'hoc'h, a briz ebcd,
kaout brezel ? »
A r Roue a bromettaz. Evit hon trompla n'e oe ken, pe ez eo red kredi cz
eo he itroun, c'hoar Gwillou, galloudusoc'h eget-han. Rak kaer c oe gortoz,
an armou n'e zeuent ket ; ha gant ar
c'hanoliou roet d'ezho, ar Bulgared a
gcndalc'he da skei var hor zoudarded.
M a verkaz hon amiral Dartige du
Fournet termen an dez kenta a viz kerzu
evit gouzout pehini a oa c gwirioncz
sonj ar roue Constantin hag he c'Iiouarnamant.
A n amiral a ieaz he-unan da A t h è n e s , evit en em gaout gant ar c'hant
martolod en doa kaset di eur pennad .
ioa, ma vije danjer.
Abenn neuze soudarded Constantin o
doa savet da gas kuit an armou a oa
dieet d'omp kaout ; darn anezho a redaz
dre ar ruiou o tenna e tiez hor mignouned ; ha divar an torgennou a zo enn
huel dà gear, kanoliou a dennaz ivez var
al leac'h m'en em gave an amiral gant
he zournadik martoloded.
Setu dre ze gouarnamant Constantin
en em ziskieriet skiear ar pez ma 'z eo
e gwirionez. A n amiral en em dennaz
gant he vartoloded, da gaout ar i.Soo
ail a oa'bet diskennet e porz ar P l r ë e .
"Abaoue n'e ouezer mui petra a drémen e Athènes hàg ie gweled arvro. N ' e
ouezer ket muioc'h petra a venn ober'ar
rouantcleziou unanet. H o r c'houarnamant a 'zo dalc'het er Gampr da zela'oti hé
begement euz a berz an aotrouned
piiteed ; hag e Bro-Zaoz n'e ouezer ket
tÀàd c'hoaz piou a vezo c pcnn varc'hbaz
joulsk'
g o l l , b z-M hcMtnan ar Gre» n'e oufc
Rcrzet )>cU, o Veza'' diiciat-oll n » c'hiellomp. mirout ous he . l i i t r i da vont ha da
n AAllllm
mia g i i
zont. M a t o ^ r ^ ç r m d d^àn
da a i g t t ilkottt^Mgm^on .«ne C i ' i M ^ .
beza eur c'hoari all. H a da c'hedal hor
mignouned er Grcs cz euz riski evit-ho ;
hogen, ar Frans e doa lavaret d'ezho
choum dinec'h, o promctti difcnn anezho.
Lavaret or beuz e vezo martcze cJicnchamant c Bro-Zaoz. Lloyd George,
ministr an armce, n'en em gav ketdigabestr awalc'h da gas ar brezel enn dro
ken difre ha ma ve mad. D r e ze, ma vez
chenchamant, var wella co c vezo. Gant
ma c'hoarvczo kement all e Frans goude
konferansou kuz ar c'hannaded ? Eun
dra vad a vijc. E tu hon enebourien, ar
brezel a zo renet gant ar marcchal Hindenburg hc-unan ; ha kcit ha ma labour
hen-ncz, euz hon tu c kolicr amzer o
tiviz.
A r R U S I e deuz ivez eur ministr
nevez ; ha diskieriet en deuz he vennoz
da ober euz he wclla evit ma vezo diskavct ar bleiz boch er berra amzer. Kelou
mad eta euz an tu-zc, evel euz tu BroZaoz.
tésumé des djiMions
FROHT
B^XHSIQUE
dre pied dans quelques-uns de aoi éiémanM
AvAnces.
»
VERDUN, le
drC^niDr,'. i l
nilTS""'!,.';?'.*!""- "«""'•e no» positions ai
YltLAOE DE VAUX, une petite , t
fîSr d . ' n ' , c o m p l è t e m e n t sous nai
iVn'Lii.^®.*?^' •P"'" " " ^^ bombardement
' HilBenfirst (sud-est d(
Dans l'air et sur mer
nn? h l ' î 'S'/'.®
novembre, nos avioAt
Thionville et S"?
bivouacs
la du
région
de2Damvillers
— Dans dans
la nuit
1 " au
décembre,. uAj
de Spincourt et trois de même calibre s u r i
gienn??"""
«nnemis i B i l l y - s u r - M »
2 «" 3 décembre, s«pi'
nVm^é a Eton
l'aviatio» < "
— Le sous-lieutenant Ifungeiser, qui a , . , ,
deja abattu 18 avions bocties, an a abïttu'^YtfCr
""J"*
• décembre, ^ù^
le front de la Somme.
Les torpillages continuent de plus belifci
dans toutes les mers.
Parmi le» nombreux navire» couiés, citonik
e paquejjot français K.uiuk. de «9 métrés 25
7 hommes 'de
i ' IPéquipage
î " * » " ' ont disparu. ; à>«ll
17
f.
— t e 3 décembre, un sous-marin allemanjl
entra dans le port portugais de Funohal (IW
de Madère), ou il coula la canonnière franoai^
se !~uri)riso ainsi que le convoyeur de sous^
marins Ivangnroo. et le vapeur anglais Daviji
t n se retirant, il lança une cinquantaine d'i
bus sur Funchal. I l semble que les U hon
mes d'équipage de la Surpris,- aient péri. .
"""•'•torpilleur français ^Jl.lgan
coulé lundi matin, près de Dieppe à la suitîc.
d une collision avec un transport anglais. L'éî
quipage a été sauvé, à l'esception du com/.
Qa!}8 U s Balt^ai)&
—
comljiea ils sont impatients d'avoir à parler
d'évinements intéressants. Ilélas I les communiqués se succèdent et se ressemblent par
leur laconisme forcé.
Ils parlent de violentes luttes d'.irtiltcrie et
1 mortiers de tranchée. Et c'est ù peu près
lout, à part quelques petites escarmouches
ou coups de main tentés ci et là. De p-irt et
d'autre on s'observe.
Dans la nuit du 'J!) au ;I0 noveinhr.'. les Allemands ouvrirent un (eu de mitrailleuses et
une fufillado nourrie, on ne sait pourquoi,
vers OUEUDECOURT.
Ils ont tenté des coups de main infructueux:
au cours de la nuit du 30 novcinbr.' au 1" d.-cenibrc. au nord-est de KEUVE-CHAPELLE ;
la nuit suivante, eu deux points diilérouts,
^aus )o secteur do SOUCHEZ ; — pendant la
nuit du i au 5 di'ci'niljn", avec do gros efloctifs, au sud de LOOS ; — la nuit suivante à
rouest do BEAURAINS et au nord-est do ROCLINCOURT.
Le i di'ei'uilirc. un de leurs détachements,
ui t.vait réussi à pénétrer dans les tranchées
ritanniques au uord do LE SARS, eu fut rejeté aussitét.
De leur cété, les Anglais ont pénétré dans
les lianes ennemies : sur différents points au
sud d'ARMENTIERES, pendant le nuit du '<()
novonibi'e au 1" di'i'cmui'e ; et au cours do la
nuit du 2 nu 3 d.iecuibre, à rost d'TPRES, où
ils firent des prisonnniors et occasionnèrent
de nombreuses pertes i rennemf. — Dans ia
nuit du & an G, autre raid contre les tranchées
onnemios au lud-est de HEUVILLE-SAINTVAASr.
g
FROUT
ÎRMiÇMS
Mime refrain que pour le front britannique.
Qrande activité d'artiUerie au sud de la
Somme, particulièrement entre BARLEDX et
GHAULNES, et sur la rive droite de la .Meuse,
dans la région DOVAUMONT-VAUX.
Au cours do la nuit du .1 au 4 décembre,
l'ennemi tenta deUx coups do main sur nos
petits postes de la région do BARLEOX : il
lut «isément rapqusié.
EH CHAHFAftNE, quelques rencontres do
patrouille!, au cours de la nuit du 2i).àu :10
novembre, dans la région d e ' U BDTTE Dtl
MESNIL. — Le 30 novoinbi-c, Je tir .de nos oaaoni da tranchée t fait exploser un'dépôt de
monitioni dans U . région de . HABSISEB. —
La 6 décembre, notre artUlaria > p.ri» •ous
•on leu et dl'sparJé .tm détachement eana aa
nord-est da fONTÀINE-EN-DOBMOtB.
EH AROONNE, la 30 novembre, neui aroni
lait .fouar, au nord du FOuK-DE-PARIS, treU
ekatouflati
qui bonlaTantoant' lat traraux d*
mina da
l'advanaire. — !•• 8 décembre, Intte
4a Uitiiai, ioni aotiia d'iaitaataria.
^
f i l r.iyon d'ocpoir a lui lin cMé
la Rûtt
in;ini.'. ,1 lu nouvelle qno |.js Rusfoa a t t i
Iinaicnl
l.s Karpathes Boisées f i i IL
frunlliiv (icciiiriital.- (J.- la MOLDAVIE, s i f i
un rniiil d.' :!(ifl liiloni''livs. DtM.^
ohroniî
qm-iirs d'' (îuen'c. nui
s.jril iloiiiii! ~
niissiuii d',' niiu> [M'tjiro dos sncc:
'nlivvov.iioiii i j
nus>.'s (IcM'i'nd.inl en m;
•s profondes datl
li^s piailles hongroise;
ir coup.'r la re-.,
tiMili- aux ani ' do l'alL ilijya e! de .M8C«
iionsiMi. ri les ni-aiilir.
iLnraiililiJK" l.«->i .Mlonuiiid ni nv'mc le?,
Uuliran s un ! Tinvs, n ^onl Pi- des sol?
[1 juv.'nl lUielqu^
dais d- iWd..' : 110 poilu
l'iKls,. |,.<
JlISSj.
•
iirpi'iii').c allié.- ont bie>
l>.H' ini . oiip d.'
• ihlonii .lu.'lqiio- MK ;-s a !.i froriluTe de ' "
BUKOVINE., 1 .IIIS 1,1 iVKion de KIRLIBABJ
iiul.iiiin
nii. le- 2R. -'fl el :iO n^venihre.
oreiip;T.iil m.' ligne de enlliiies. el. ilrenl
|pn.sonniiM's
i ouesl de KlMPOUrt^O, ils
l'étalemelll iilev,- ja preiiii. re ligne des ori.
nisalion eii eniics. 01 fail TiJO ailirs.s prisoijï
niei's. l'ius 111 Mid. ils onl oeeiipé I v xillsgS
d'ASTOUL cl d SULTA, on oap.iii'jiil |ilus
80» pris
lil .•Vsl ;
pre lo it. Din..< hv IvirpS
Ihi's liois.>:
l't,
•ni m'-m:- dû se
plier h.griveinenl.
iranobi'e^
liiiiih'verscees par l'arlillerie Iourde eiincmii
peiii f|i\'à la longiie no.-i alliés pai'vien
II
neril iValiseï' <|iiel(pie avainv• dms e.'s mofl
la^^n.'s. où les rôiil
mit
en pn^s défau
.M,ii>i pour eiii'ore leur idVll: • lie -einlile Piifi
avoir Ijeaueipiip préoc iipi-'
• clir'fs des
nu'i's genn.mo-liiilgar s <|11 •on\or(j<'nl
BUCAREST,
l.e -.'Il iKivciiiIire. le; Hoiini.-iini .ivi.'iMil pi'5»
cirss,' dans les v.iliée, du Buieu e!
la f r a i '
hovo. (,es liiiirs sni\anls ils ohi.^a.iieiil oneoi-i^
quelques siieoés aiii)r('eiabies,
d:irorenles(
régliins.
"
.\l.iis j.liis à l'onesl. ils avai.>nl. dil s" relirek
de CAMPULUNG le M nuveiiibrc-. IV niÉmeJ
ils fiireni obligés do se replier ie- lonrs siii-»
v.inls. dans la région de tlTESCI IN résisJi
lent encore à TAIROOVISTEA et ; PLOESCli
Mais déjà BUCAREST est investi de pi'és S
fouesl et au siid. Certains village: onl elianS
gé de mains à plusieurs ii'pri.sej les Roil-l'
l.e 2 •
mains élaieiil appiivés par ilo.s U;
eeiiihre. remn'iiii perdit mèni - d. ii;>jnbreiis>
prisiiniii''r .•I il-.
non .M<i.s 11 f e i i t deiC
reiifiiris :
à riioiire à nouj l'u'i'ivons il:»
n'est plus <
c. kilomèlr • J-s for;.- du cani^ .
reir.melié i Uiicaresl.
En mém lenips. les Ilouinain.î -iiint lr.^é;menacés ai ol d.' PREDEAL sud d.' Bi assoïf
Il esl
r.iinJre qu'ils soiml
; le cW •
dor lonto la VALACHIE .'i I emiemi .
Coliii-ei iv'iissii'a-t-il pénétrer en HOLDAl
VIE T II f>sl à espérer que non.
.
•Mais (,'n le r>'loiileiM d'anlaii'. m lins facile*:
mont du pa\» eomniis. que son avance a fait?
disparaiire un saiH.ml g.'n.inl d:in. ses liJ
gnes
s"ii froni do (»« kilomèlre?!'
'— .\ la .l' ini.'re lieiiro, .>:i Hunoiiee .jiio le^.
Hoiini:.iiis _..nl_ (10 abandonner BUC.VREST
aiii
PLOESCI.
En Macédoine
Tous les deux ou trois jours, tes cbroiii-
<ieurs de guerre nous aunoncent une rccni3sée,
esconco nouvelle d'activité, vraie ou supposur la ligne de bataille, montrant par là
,
Frohts Roumains
d:ins
eloVs
! IloV. ; dire, nos leoun;.- or.l .'nlevX'
ivgiol! de ORUpiSCA, pli:.>it;i:.r. Irtlfli
m i l - remplies de ead:iviés. l ' n d
grande ipianlil d»- miinilions cl• d.'.s prisoup
niers resléi'eiil
1.
Ire nos nKuas.
ios .-^othe' ..ni, eu ^
.Ml nord ili GRUNISTA, Ios
repousser d< n o m b r e u s e s e( violentes OOIIT
Ire-allaqiies. l,.> •> déeeuihre. ds ..ol enlevé
des hauteur- an nord de cet le looalilé.
Ç„
l.es :i el l. iprés «tes ooinliain sin,{liiil<. ilS
onl enlevé I ni.' une série de posillons buW
but.
g:ires pu
imii I organisées, dans la
iiord d'e GRUNISTA el M,- 'BiTDÏMÏRàl."'lls cam
tiirèrenl .'> eanmis, :! otnisier.s. (les mdiMitleil-'
ses. et m i l ' grande quaiilité Je munitions op
de maléri.'!.
.\ii nord de PRAHOVO, 1rs i r o u p f s fran(!0.<
sedii-s „nl egalemeiil pDigrossé,
I l esl à craindre qu'après
r.'tranch(5s(
en Valaeliie. les .\uslro-.\llemand.s ne p u l f J
sont disposer de troupes pour ?c renforcer Cif
f.ice de lions, tandis que (lorriùrc nous k'Çf
(irecs s'agilenl.
..
Itref, l'Iiorizim esl passalilemont s.imbty; i H t
e.llé de l'dri.'nl. Pondaiil l.iut ce i . m i f t . n W
parleinoiilaires no Iroiivent rion de mi>uX :v
faire que de relenir les ministres de 1.1 d i f
fi^iise nationale à la Chambre.
"
'
'tjC*
laUionDiplomatiilil
GRÈCE
V.
Coups (le fusils, coups d(5
Athènes. DiicldcSmcnt les choses
en Or(>oe de tourner au tr.ig:ique.
m<*(Uc s'acluH'c eu drame. Des m.«rlns |
anglais et Itallons ont débarau
inive. 11 n'y a d'abord pas eu d'inciO
Mais pIuB tard, au Pnyx et i, une caèSTIR
les Grecs ont tiré sur les Anglais et le
Italiens. Des Trançals ont, d'autre paît, é(
blessés sur le Zappelon. Des tir» de m l f ^
lousos ont conimencLV dans les r u e j
capitale. Les escadres alliées ont atpr
voyé quclnues obus sur lea' pièces i
ques. Todtccla est le signe d'une elle'
cence donton no peut guère s'avoIr.«n
ù l'hc\irc où nous écrivons, sl olle est i l
ilclelie ou si au contraire elle prépi
annonce des événements pluâ graves;'
o n doit opiner pour la seco)ft.(}f«ypQ
surtout àprée avoir l u les p.aroles^d
Cccll RHoïes mie l'ôn trouveVa p f i B f
Que'B'éBt-ll aon'o passé et qu'OK-CC
Étô la cause de ces attaqués f . . ' . S ;
'.
Dana le dernier numérodttXaur
avons fait c o n n a l t r e i ^ - "
ultlmotum présenté"'
Fournet au g j r —
mrte'OM tet«Me
i f a l l t ^ k U k. ! • «a
I aur l A M U S «al M ta de-a
jcrcGURRiirBift
, Dtrllge du Fournot a da oomn
IbM-qiiumont des troupoi. On
t O i M i t Au contraire, on pourrait d i r ,
d eux oe qu'un Journal écrivait l'autre
jou' * lf'0P08 d,un dépôt de munitions et
d ^ vlvïes sur le front britannique, on
^ m i n u t o n t l o n n a l r e s sulllsenl à décharger Journellement 150 à 200 wagons, et où,
en moloa d une heure, on met on place
dans lei magosln» de réserve les milliers
'•ePf^Swnlant l'approvisionnement de toute une division.
Livre d'Or du Finistère
6' A organiser lo eontrAle mimlolpal, conformément f l'artlole 11 du décret ^ ^ Jnin 1916 ;
^
7* A allouer au compttble rwlue&r une In'dupIlolM d'une i
demnité msnioelle de ISO francs.
jnient hellénlnx
.,j|ue tafia V a ' i n f volonté •Knoxllf"' !
Grasdi Kagaiiu dlabilIeaMts
Le coniell s en outre adopté le principe d'une
1 Bmparour, unantittemeni soutènu par son
carte du sucre et décidé de donner à la place
d^B
roi
oTÏ'ÂIlemàsnb Sont ndètojieuple tout entier. »
— Joan-Plorre Broudla, du Saint-Sauveur le nom de placé de DUmude,
IKet par doR accord» lormcii, dont I» pr«uve ^IS- .Tf"®po?
RM onehé que la victoire
H8' d'infanlerle : « Capornl trfis bravo, a su et a la pUco Saint-Martin le nom de place de
U plus manirosto a dM donnés lors de t'oo- dWnlUyo demanderait enooro do grands
conserver osscz d'usoendnnt sur los hommes Verdun.
oupatlon dos torts <io Rupol ot dos environs oUors et «lu'll falla» pour y arriver « ïtabl r
pour les maintenir en position dans unê tron
Il est à Brest bien d'autres places que l'on
par les fiulKores.
un ordre solldo 4 l'arrlAre dè l'armée, >
eliCB dl peine amorcL'e, malgré un bombarde- aurait
pu débaptiser sai)? plus d'inconvénients.
pos révélations sonsaslonneltes viennent oest-a-dlrodanal'lntârleur du pays. Sur la
menl très violent, i.
Slm^'jrnJB^S^sjJtum
d ^ a Mairlo,
36
Mais nos Ilervagault on veulent surtout aux
M'Otro faites à ce sujet. Un tdlAsramlno du quoat^on polonaise. Il a dit que la Russie
.
OtJltiBns,
OUtrt
d«
K«r»nn«oh,
Jean,
saints.
's
commandant
qui
M n é r a l Ynnnakitsas, atiolen ministre de la voulait non seulement rioupôrer les toirl
10«» d'Infunterlc : i. ObserNolour-sIgiialeur.
iuerro, est aujotard'hal uoivnu, diiis IOQUOI toires mamentanemont oeoupés, mais aussi donnera l'exemple ? Offlolellomont 11 rendu do grands sorvlecs pur la précision des
M a r i n noyé. — f^uls Le Roy, matelot en
Texlstoiico dos uccords prOoltds est o,v- « arracher aux ennemis oe qui est au-deift
i «"«Is olllcleuse- renseignements qu'il a fournis nu cours des subsistance àkord du Cltarles-Harlel, avait dis
protsimtni
avouOc. Dans des ordres conll- do lu frontléro et rsconalKuar t» Potogns ment 1 recevrait des Mllultatlons, en at- combats du 25 septembre uu 8 octobre 1916. poru depuis lo 27 octobre. Son cadavre a été dé(lontlols ndrossâs aux troupes helléniques, lloro dans tu fronllèr4i tlhnograpMquu
«I tendan un avancement venant s gnlOer
IJOC-BOUINER. — .Croguenneo, Jean, bran couvert sameili matin, Hottant & la surface de
t l l leur (italt enjoint en termes formels « de «(flija uns union iusiparabitaiiâola lïutsle. u aux autres qu'ils feraient bien de l'Imiter, cardier au 2' d'inflmlorln coloniale : <. Ai I eau, dans l'avant port do guerre. On pense que
sa oonduiro amicnlemcnl vlti-A-vIs dos Ilul- Kniln, 1 a omelellement l'dvôld l'existence
le marin sera tombé accldeDletlemeut 4 ta mer.
front
depuis lo 0 noùl lUll, bronoardler i
lî''«n<'fe l'bommo tel qu'il puis cette
Bares, » Ou y Usait oncure ; « I l faut oom- d'un traltrt signé entre la France, l'Angle- floi n!!'
date, a jonslanimonl montré
Morts subites. — IMarlo Colleau, 00 ans
In'ïoi'maiicû ïù'ctïÂrociiÊ'-;- bhuoheg a'vez mozeet'
«rendre que, quelque dCsaicrdablo que soit tenu,,lu Itussle ot - plus tard — l'Italie, et dé.lr«S « n"'®? ••
phis grand diîveueiMonl dans l'oxercice __ demeurant rue d'Aiguillon, a été trouvée morte
"""ce
qu/ost
'la ohosr, tous doivent so soumelti'o & lu qul.iiétnbllt d'une layon déflnltlyo lodroU de désirable, 11 est bon do l'encourager, plus ses fonotlone, a reçu les fOlIcitullons du chef vendredi dans sa chambre.
«noo/elo lui donner l'impres- de eorps par sa coiniulle au front an dObii
volonti) de l'Etat pour sauvegarder do hauts la llussiu aux dOtrolts et Oonstantlnoplo.
z J >
— Samedi, M. Félix Delsporte, agent du ravi
réellement utile à quoique do septembre 1010.
Du 27 octobre au 1' talilement civil i lu Chambre de comniorco, se
IntirOlB nationaux. »
. .
.
Tels sont les buts de guerro do nos 'iflUé;
AllL
novembre
1010
a,
seks
un
feu
violent,
assnriJ
'fois
quarts
des
liommes
L'amiral Coundourlotls. qui dtalt alors ot par suite les nôtres. I/Austro-Allema
trouvait chez M. Lo Dépensier, lorsque tout ii
«''SPÛts n'ont pas cotle l'i'vaouallon dos blossOs dans dos conditions coup 11 s'alTaissa. On lo releva ; mais déjà 11 était
ministre do la marine, u fait oes Jours der- gno peut oprés cela proelumer l'Ihdépbn
Iris difflelles. " — Ariii suite de celte clIiUlon mort. Cause : une embollo au cœur.
niers dos ddelorntloiis tri^s Importantes ti clanoo de ta Pologne. Ce n'est qu'un mot
impression. Ils volent seulement qu'ils Oroguennee
a été nommé caporal-brnncardier
00 sujet. I l a ofllrmd que les torts avalent
SAINT-SEOAL. - I M . Sébastien Falhsr, vl
Pli.
Landiinvcz
(Std llvrds A riiinu tl« pluHioun membre» du
ouire
;
<
•
Brancardier
plein do courngo pl de
P
"
0"
11,
y
a
trop
do
monde,
c'est
L a foire de Kersaint.— La foire annuelle
Consoi/, Des qu'il eut eonnaissanco do cc
dévouement
;
le
10
Janvier
1010
n'a
|)0s
von!
toujours A qui fora le moins.
fait, Il protesta Oncrulquemont. M. SI<ouun blessé exposO ai.i (|r uù i'arlll ne Kcrsalnt'Landunvez so tiendra lo mardi 12 dé
Que partout donc où 11 y a surnombre nhandennor
loudls H^oxousa en présentant un doeument
Icrio ; dans les combats du 2i au 28 oclobre cenibro. Les marcliands-boucliers el les éleveurs
un roulement de permissions soit établi, «si
du ministre d'Allomuiino par lequel n la resallé Jusqu'aux promN'rns lignes rolovcr trouveront, comme d'habitude, à s'opprovislou
îitutlou des forts dtaltsarantlo. u
oe serait un soulagement pour la vie lies blessé» maigri! les rafales d'arlliiorle.
ner en porcs gras el porcelets.
Unan hcbkcn, cloues ar rc zo Ulnnijet deoc'h.
slang ar gwall-pas raktal, &
I l est dono démontre Jusqu'à riWIdonco
P®»'"ni^nio temps
LanniliH
ELLI.XNT. — Cotten, ,lean, «crgont nu 118'
fii'iiiin «nvAnlA nnmiWlln A ^hS nrcriiii ai^n
PO"'
Trésor,
chaqûe
d'Iufanterle
:
..
Sermnl
lélOplionlste
d'un
di
La
Chambre
oonllnue
A
se
réunir
on
M
o
r
t
de
M.
le
Onré.
—
M.
Castel,
curé
lour borner les AIIIOs. Nous n'avions lus
h ' w h S '",","11?^ coûtant A l'Etat, nu dire vouement absolu, donnant dans les clrconi doyen de LannIIls, est décédé dimanche matin
lu'lol que des présomptions. Aujourdimi oomllé secret, tous les Jours y compris le d un députe, plus de 5 fr. par jour.
E g u o r i c peb apotlUerez.
lances les pins (nmcllos, l'exemple d'un
n s'était rendu à l'église. Aussllét pris d'un
^ous avons des prouves. Mais, toujours et dimanche. Quelques-uns do nos confrères
t^taulia'ra ar paz er berra anizer ; p.irca Va aveeliou e 21 heur
Ki'and courage. Vient de so distlnguor (i nou malaise, 11 voulut retourner on prosb.vtére. Mais
«ans nous lasser, duns toutes les uireuns estimaient qu'elle en aurait Jusqu'au priaEuz b r o u c ù K c , K r i p p c , luOucùza. - lilenTcJoû poUriâT
venu devant V..., en assur.int les liaisons te en sortant de la sacristie, il s'nITaIssa en pous
tances, nous avons répété loi: I l faut se temps I Ils exagéraient évldoininent. Il
lephonlquos do son balnlllon. malgré do vIo sont un cri.
On manque de Iravamours.
dMer do Constanllu et des hommes sos parait que In dernière sianoe aura lieu
Eur voK/aiilad; » I r .
lents bombardcmenls.
— Colton, ,Iean, qui
Transporté au presbytère. Il cipira au bout
sages. Los événements, hélas, no nous ont aujourd hul, Jeudi.
611 on pouvait parcourir les ateliers do est eiAve du Séminaire do Oulmpor, avnll
d'un quart d'heure, pendant lequel 11 conserva
donné que trop raison. ,
. . „.
,
AOT
IlinRCiii
docteur apothicaire, L a i i d c m c , p r i c h o u Icenta, medaIenQa|(
dOJ/l
dit!
l'objet
d'iuft
autre
ellatlon.
.
•
[
.
l
^
N
^
'
'
.
c
e
r
t
a
i
n
s
Initiés
on
ronconOn moyen on tout oas d'en Qulr plus vl
sa connaissance, tout en souffrant d'étouffé
H U I • m U i l L U L i Kcnta cr c'honcuurlou apotikcricn.
Le gouvernement nnllnnal do Salonlque
treiait loi oulA un homme ou une femme
ments.
A n aot. . M O i t E L X . d o c t u u r - a p o t h l c a i i c ; a labour deuz ar goad, ar c'brcncli, an dispà.'
a lancé de son cOliii, le '.'.•> novembre, une vement, ou serait d'astreludro ces beaux au travoil pendant qu'A oôtédeuxou trois
Médalllo mllitairo
sillon.
(Laboraloirc d'analyses, saiiy, cracliM,urines,
etc.).
•Ses
funérailles
onl
été
célébrées
mardi,
au
mi
messieurs—(nous
voulons
parler
des
dé
:Broolamatlon par Inquello 11 se déclarait en
TREOOUnEZ. — Pérou, Yve<t, du 21!)
Stat de tiuerro aveu l'Atlomaano et lu liui putés) — au règlement des conclaves, Rau autres tuent le temps en s'amusant comme '• Très bon soldai. A dté IrOs grièvement blea- lieu d'un grand concours de lldiiios, cl en présence
do
plus
do
40
piètres,
dont
uno
douzaine
Us
peuvent,
blon
qu'appelés
A
toucher
garlci Ue ce oOté lu situation ost nette. fermés Jusqu'S ce qu'il leur plaise do s'en
M ' Henri U a n c o y
se en so porlanl. courogonscmenl & l'attaque
Quand le sera-t-elio do la mémo manière tendre, aveu l'obllgailon pour ohaoundo des salaires renforcés. Selon les mémos des trancliiics allemandes. " Ce brave compte de chanoines, parmi lesquels MM. les curés de
à Athènes ot au Pirée? Il est évident que r rejoindre ensuite son diocèse, — pardon I initiés, on entendrait parfois des ouvriers trois fn>re» aux armées, dont deux, apparlc- Lesnevon, Douarucuez. Lumbézeliec, des Carmes
t o i et SHs conseillers n'ont que trop essayi sa circonscription, ù moins que ce ae soit « ooniolonts » recommander A des femmes nnnl il l'artillerie, sur lo front depuis lo débul •Saint Sauveur et Soint Martln do Ilrest, Lander
noau, etc.
de brouiller les Alliés avec M. Venieolos.
diriguant des tours de no pas dépossor do la campagne. Un aulre do rp.i fn'TCB dis
M. Koull, curé archiprétre de Suint Ixiuis, nt
Ce tut une savante machination que nou» le front de combat où senties autres Fran- uno production donnée, parce qu'ils ont parut il y a un an, enseveli vivant à Taluire,
la levée do corps, t.a messe fut ciiantée par M
avons «iKiiuléo II y u quelques semaines, lille çais de tour Age, laissant l'élu poursuivre
L c / i j n n v i e r l o i y , à uno
décidé
qu
II
devait
en
être
ainsi
ot
qu'aller
Rolland,
recleur doLundédu, el l'absoulo donnée
en toute quiétude la tftche assumée.
Légion d'honneur
lieiire et demie
par M. Gadon, vicaire général.
* MaiM^frie montre quelle coiiflanco on peut
Gn Angleterre, Lloyd Qeorge estima au-dolA 00 serait leur faire tort I
OOIMPER. - M. Br»nqu«t, Cli.ii'les-llenri
A l'Issue de la cérémonie, le cercueil fut placé
E n l'élude de .M ' Danguv
N ayant ni vu ni entendu, nous n'adlr aumrtnier
avoir dans les agissements d« Constantin que o'en est trop de sept têtes pour dl
au 127» d'infanlerle :
Aunnlnler iir une automobile, qui le conduisit à Carantec,
I l nous trahit de toutes lavons. Il y u long riget' oITIcacoment la guerro. Un Franco merons pas que cola soit tout à fait vrai.
ot iiar a on jniui.si
4 , PASSAGE S T - M A R T I N , B R E S T térc
volontaire, attaciié îi un r^glmenl depuis deux où rinimmuUon a eu lieu mercredi.
temps qu'il aurait Imité Ferdinand do Du
Mais voici quo nous pouvons garantir, ans, n'a cessé do donner l'exemple d'un
Pendant
de
longues
années
vicaire
à
Saintgarle si les Alliés n'avalent tenu son pays flOO députés et 300sénateurs veulent avoir après avoir assisté plus d'une fols
Est ouverl tous les jours (sauf les dimanclies el fêtes)
vouemonl cl d'un courage excepllonneh
aous les canons do leuis oulrossés. 8a poli- voix au chapitre I
u'exallei- au plus liant degré lo moral de Souveur de Brest, M.Castel fut ensuite recteur de
spectaolo.
Or. écrit Jacques Dhur, dans l'Eoelli
int-Marc, puis de Saint Meloiue, ù Morlali. OonsuHatlon*
tiquo a été celle de la peur, une politique
Ions. Le 2 septembre lOlC, la veille d'une al
c é Lesnevon,
le ÊundI,
hâte!
Quatre, cinq remorqueurs sont sous
TOuariJt comme nous reorivlons il y a doux
(I VoycK uno société quelconque privée
que, a tenu, maigri! un violent bombarde Ces trois paroisses étaient largement représenLe Roux ; i Landernoau,
le meroredl,
nré»
mois. La oensuie biffa le mut. Le lulssora-t lillo uo fonctionne bien quo parce qu'elle )rossion. A un moment donné Ils sortent ment, & parcourli' les premières lignes pour tées aux funérailles. En septembre 1915, il devint
la
MaMe.
curé de Lannllis, eu remplucoment de M. Kerpllo psaser aujourd'hui r
—"
' la file. Où vont lls? Allons voir du haut encourager les comballanl enlliousi.ism
tk sa tète un conseil d'administration
A la Chambre dos Communes, lord Itobert
3iU' ses paroles et son exemple ; pendant li-ol boui, décédé, qui avait succédé l'annéo précédu Cours Uajot.
leell a répondu on ces termes ù une de- compo.^é de quelques Individus seuleAprès uno heure d'attonto, nous aper- ours s'est ddpcnse sans repos 'au posin de dente nu vénérable .M. Ollivier.
landc do renseignements qui lUI était faite ment. Dlle n'a garde de conllor la discus- covons, doublant la pointe du Porzic un leoours, prodiguant les consoliilions aux blesii'R, tout en sccondani avec un diivouemenl
lur la situation on Gi'éce : « Jo regrette d'à- sion do ohaquo question qui l'Intéresse ù
CIIATKAUIJX
'olr ù annoncer quo cotte situation esi une assemblée générale des actionnaires, grand tronsport, entouré do torpilleurs rtclalri! lo j)ersonnel mddlcal. parfois diibonid
Concours de l a société d'agriculture.
pu
do
chalutiers
armés.
Ceux-ci
lâchent
—
Blessé le 20 seplemhre. IX'îil eilii 1» l'ordre
l'une cxirûmv gravil<K Kn dépit des assu- dont II ne sortirait rien quo, parmi beau— Taureavx comouaillais de iel 3 ans : prix,
•anoes formelles réitérées du roi de Gréec coup de paroles ou de bruit, des Incerti- le gros navire quand II n'y a plusù crain du corps d'armée cl de l'armée, i.
. Jean-Louis Centur, do Ciiùteaulln, iO fr.
M. Branquet a reçu sa nouvelle décorallon
Il de son
tudes ou des solutions bâtardes. Kh bien! drôles coups de traltiso d'un plrato
Taureaux cornouailtais de / nu ; prix, M.
mardi, sur la place Salnl-Corenlln. Ses comles désorc
lembuscade.
neoroye^-vous pas que, pour gérer los
Jcan-Francols
Groas, de Saint-Coulitz, Si fr.
(le luitliidles i u U ' r i e u r o s . m é t r l t e , fibrome,
Irloles Inl onl fall uno ovation chaleureuse,
Mise à prix: l ^ . j o u fr.
ittaque des plus traîtresses a été fuite sans alTaIresdu pays, par ces temps de guerro,
C'est au tour dos vapeurs do tout «
'J'atireattx de toutes races purs ou croisés de
l i é i n o r r n K l e . NUIICK d e OOIICIICK, o v u i - l t c s ,
lUs
se
pressaient
pour
voir
de
prés
el
félllieu du lUsl,
irovoeatlon oontro le déluchcmciit dos
ne loi. — Au mémo
S
ans
:
1"
prix, .Mmo Charles Goas, de Chûet
ce valllnnl prêtre, porlanl sur sa polluiucurN, pcrICM bluncliciii, etc.
Iroupes alliées débarqué pur rumlrnl fran- une vingtaine do uompétennes, ou un Ihourod Intervenir. L'un d'eux prend le eiler
tcaulln.
40
fr.
;
2-,
M.
Yves
Quintiu,
do
SaintIrlne,
fi
eôlt'
de
la
croix
de
la
Légion
d'iionnavire
A
la
remorque
;
los
autro,s
suivent
çuls vendredi dernier. Le rapport conipicl pou plus si vous vouloii, no vaudrait pas
REPRENEZ COURAGE
neur, la oi'olx de gucfre ornée de deux palmes égal, 30 fr. : 3", M. François Ureuant. de l'ie.vben,
n'est pas encore parvenu. Le iiouvornc- mieux quo nos six cents marchands dè A gaucho, A droite, A l'arrièro, on se de el
li fr. ; 4-, M. Bolland, Corcntin, de Dlnéault,
d'une élollo d'or.
car il o.\lslo un remédeincomparablc. i|ui a .sauvii
Msent «iialala eut d'avU quo ! • roM laaolesV Au fait, rappele/.-vous votro mando pourquoi faire, puisqu'ils no hâ20 fr.
di's
milliers
do malheureu.-iOH coudamnOes à uu
pooMblIlId du roi
do HOU Rouvor- ilslolro I Est-oe qu'un Jour, déjà, où la lent ni no poussent, et qu'Us no sont pas
martyre pi>r;jétuol. iiu remède siuîpic et faoili-,
I licites laititres : prix, M. Jean Lo Quéau, de
iiouionl est iiraudoinout linnilqudc patrie était en danger, les députés d'alors armés. Ils sont do dlUéreutes tailles. Met
qui
vous
Rueriia
.siircmciil, sans poiKuiit, ni o|iéCiiéteauiin,
20
fr.
;
vaches
porlières:
1"
prix,
i«na votto allnirc, et 11 étudie, d'aeeurd
tei'i-es de dii,.'^^'^'""^'""®®.
rutiuuH, r'e.st
François .Nédélec. de Suint-Ségal, 20 fr. ; 2-,
! lavoo ses alliés, les mesures Immédiates ii — qui valaient au moins ceux d'aujour- tons quo leurs équipages soient do
hommes
en
moyenne.
Cola
fait
tout
de
M.
Jo-epb
Ouefféléant,
do
Chûteuulln,
13
fr.
d'hui
—
ncs'emprossèrent-IIs
pas,
on
laco
rendre pour amener uno solution rudlcuU
Génisses
breloiilies
ayant
2
ans
en
bouche
mémo
une
cinquantaine
d'hommes
pris
du
péril
extérieur,
de
nommer
uno
comlu situation ainsi créée, s
Mise à prix ; ti.ooo fr.
' prix, M. .lean-François (ioas, do Saint-Gou
, Attendons les actes. i;t qu'Us soient éner' mission de quelques membres qui out pondant une demi-Journée, pour fournir
iitz, 23 fr.; 2-, Louis Caugant, do Chàtcaulln
«Iquat t
pleins pouvoirs pour organiser la résls- une escorte qui no parait pAs très utllo A
20 fr.
ance ot qui y réussit ? Mais alors, co que première vue
F E M M E S qui S O U F F R E Z , aui'icz-vou.s
(f'éiii'sscs croiste; prix, M. François L'MariPOLOGNE
s.ivé touH le.s trallemeuts .sans résullal, que vous
vous voudriez, c'est tout bonnement un
Uu Cours, descendons au port do com
don, do Saint-Ségol, 2;) fr.
n'avez
pas lo droit de dé.sespérer. cl vous devez,
La comédie no réussit pas. Los Allemande comité de... comment dites-vous «a ?... do merco,
Pouliches de 3 aii.s : 1 ' prix, M. Jean Lo
sans pUi.s tarder faire une t u r c avccla J o u v e n c e
i.OOO tonnes do tourteaux, actuolioment en Floch, do Lopérec, 70 fr. ; 2', M. Gilles Holland
\valent pensé quo les l'olonals sont décide .Salut public? »
A cflté do la porte du tunnel, un marin
lie
l'abbé
8oui-y.
clmrttomont
sur
nSTlro
&
Marseille,
arriveront
nont plus naïfs qu'ils no le sont. Le fameu.\
ipércr. !iO fr. •, 3". M. i.aurent Cozicn. de
Appolo/. l'organisme du nom que vous ou un vétéran ; avec lui, un gnrdo con- prochainement t Brest et seront vondus aux
nanlfesto du gouverneur do Varsovie ii
•)bcn. 30 fr.; 4-, M. ChoriesPlriou, de ChàteauJ
sIgno,unaulro
fonctionnaire,
puis
encore
'Mise a pri.x ; a.ooo fr
voudrez.
L'essentiel
est
qu'il
y
on
ait
un
éleveurs
pour
rallmontation
du
bétail.
out l'a r d'ovolr fuit un splondlde fiasco,
ï3 fr. ; 5', M. Jean-Louis l'ennec, de .SalnlLes taurtcaux cédés, de qualité marchande, lin,gai, 2ij fr, ; G', .M. Jean-Luuls Keriuu, de
,0 qu il y a do plus étrange, c'est qu'une et qu'il agisse, le rôle du Parlement de un au tre, un agent dos chemins de ter pout
être.
Ils
attendont.
Attendons
comme
eux
sont
do
forme
carrée
ot
proviennent
Uo
graines
irotestnlion s'est élevée on 7'rtmo momn ' vant so bornor fi l'Arrètor s'il gaITu, ou
'ievben, 13 fr.
Au bout do 30A45mIuute3,unbruIt sourd d'araclddes décortiquées d'origino cnromundol. 1 l'ouliches de S
V la Diète, l'abbé Styo/.inskI n fait lu décin le remplacer s'il so montre Inférieur
: 1" prix, Mmo Charles
•atlon suivante dont on no saurait troi sa t.lcho.
Cest un convoi, train de blessés ou de Lo i)rix est de 28 francs le quintal brut, logé Goas, de Ciiûteuuiln, îiO fr. ; 2', M. Yves QuiuFE.MMICS q u i SOL'FI'RUZ dc'
•oulignor l'IntérOt : « On aval» exprimé
munitions. La locomotive ayant poussé quai do Drest.
tln. do Saint Ségal, 30 fr. : 3", M. Jean Cozieu.de
L'horizon
s'assombrit
du
oOté
do
l'O
rèi-'lc.'s irrc'L'uIièrcs, acconipaLos éleveurs qui seraient acquéreurs do ces i'Ievhen, 20 fr. ; 4-, .M. Jean-Louis Pennec, do
fréquemment la oraliito do no voir qu'une
oswaBOHs Juviu'A la Ilmlto donnée, on
rient.
Après
l'invasion
de
la
Valaelilo.
Knéi'8
de douleurs dans le ventre Exij!r Cl porlrjil
tourteaux doivent, d'cïtrènie urgence, en Infor- Saint-Ségal, 10 fr. ; 0", M. Corcntin Bolland, de
«ouïs pai'fio do la nation polonaise Jouir de
hfri '/.-"'''"SO". contenant
hect. 0, ares iO cent.
et k'.i roiiis : de uugraines, de iicnls, varices,
cette liberté, qui serait d'ailleurs purcmeni Kuet apons grec. Cette situation cxigo dos la détèlo et cllu s'en va. Les compagnons mor los ussoclutloiis ou s.vndlcats ogricoles de DInéauit, 10 fr. ; 1', M. François Brcnant, de
.Mi-se ù pri.v . i.sjoo f,.
du
inarln
disparaissent
dans
lo
trou
noir;
cuiislipalion,
rerli(ie.i, éloiirdisseï
leur région en indlqnunt la quantité ilésiréc. Ces l'Ieyben, 10 fr.
nominale, et eetle craliito vient d'être déclslon.s promptes ot énergiques. Pour
C
iiiji/.v d'cslomuc. heiiiorroiiJcs, clc.
mllirciiicnl
covflrmi^o par la motion qui les onvUagor ot les arrêter d'un commun lui, il on fait autant, après avoir formé la groupements sont chargés do centraliser les
i-hal'onlicheif
de
1
an
:
1"
prix,
M.
Jean
Bréiivet,
muno'd
Vou.s qui craignez lu «•oiiK<'slion. Ie.«
lous discutons. Belon lu volonté du ne nocord avec les gouvernements alliés, le porto. Lt dans notre simplicité nous nous domiiudes et do los transmettre ù la préfecture
I ' " U d a i i i e l . au terroir de j. l'ulreonnec.
leiirw. vapeurti et tous Ie.s aceidciit.s du R E signataire», qui forment la majorité de cett( présidentdu Consellauralt besoin do toulo disons que si un homme peut fermer la du Finistère (direction des services agricoles, de I^gonuuQuimerc'h, 30 fr. ; 2', M. Jacques
Quirriec, de Lopérec. 13 fr.; 3", M. Jcuu LasT O U R D ' A G E , faites usage do la
qni assurera la répiirtitlon.
Chambre, on Imposera au nouvel litat un si
porto,
on
n'aurait
peut
être
pas
grand
be
tennet, de Chétcaulin. 10 fr : 4', M. Jean Louis
trnnd nombre d'entraves dans le domulm sn sérénité d'esprit. Au lieu de cola, on le
J O U V E N C E de i'abbé SOURY
La livraison sera faite après paiement et dans Pennec, de Saint-Ségai, 10 Ir ; !!', M. i.aurent
de quatre pour l'ouvrir'.'
inllltoire, social et politique, que sa itberl^ retient à la Chambre pour répondre ft soin
les conditions qui seront ultiirlouremcnt Indi- Jollec, de Saint-.Ségat, 10 fr.; O-, M. Jcan-l.ouis
dites Ooarcni-lvcrgroacli.conqui vous guérira sûrement.
Continuons
notre
promenade,
3t son Indépendance ne seront qu'«Hpnc«ii/< propos de tout et de rien, dans dos ohl"11 . lieotares
quées.
tares 3? ares 80
Guévés, dcSalnt-.Ségal. 10 fr. ; 7-, M. Laurent
loi iJ y avait uu squaro. qui, mlflû* on.I,a .IOi:vii;\«:E dclAbbC-Sour.v se trouve dans
fln outre la suite de lu motion prouve qui onnes Interminables, — en attondant do
Cozion,
do
Plo.vben.
10
fr.
(oulcs loiri'lianiiacies,
fr. • - le (lacou t fr. «0
iPOs slgiiutulres rejettent absolument toute recommoncor nu Sénat, car nos pères trotonu, aurait été charmant et preWux
Wise
i
prix
: 2.000 fr.
Verrais : 1" prix, M. Nicolas .Morvan. de SIfi'.ini'i). Los :Ulaeons I S f r . •• - franco (rare, contre
sntentu entre les nations polonaise et aile
NOS P R I S O N N I E R S Ségal.
auront aussi leur comité scorot pour les habitants do Porstreln. Mais la POUR
30 fr. ; 2-, .M. Jean-Louis Coutur, de Ch6
inaudal-poste adresse l'iiarmaelc .Mais. Utiiuoujnandc... 81 les slgiiutalros do lu motion dé conscrits
municipalité
l'avait
abandonné
dans
un
teaulin, 20 fr.
Uer, iiHouon.
olaront dés oujourd hul qu'il ost Impossibli ainsi lo veut Cléineneonu,
délabrement tel quo l'Idéo vint d'v faire
Sur les crédits votés pir lo Parlement en faveur
. route de K nolland à LesTruies d'au vioins r, mois : 1" prix : .M. ,Tcando régler les eondljlons politiques intérieu
Voyez d'autre part notre hautooraman passer uno vole de chomlii do fer.
(.VOTICU CONTIi.NANT nESSBIOXB.MENrS OR.UIS)
des prisonniers de guerro, lo l'inistèro vient de f.ouls
loucli,
Centur,
de
ChAtcuuiin,
23
fr.
;
2',
M.
Nicoros de fucon à reslreiiulro on quoi que c( demont. Lui aussi, lui surtout so trouve
recevoir 00.500 francs.
las Morvan, do Suint-Ségal, 20 fr.
aolt le euractéro ullemuiul des provinee sur la sollotte, sans qu'il soit môme ndmls
Un détachement du génie s'y Installa
Cette sonune a été répartie comme suit entre
s'expliquer. Quellos Initlutlvos vouloit- voici deu.\ longs mois. lit los travaux, les teuvres de secours aux prisonniers du déparAr«ol
vous qu'il prenne pondant ces parlotes? exécutés A l'aide d'une nuéo de prison- tement :
n
eonteiiaiit 1 hect. Ui a r e s " "
Arroadisseniont do lirost, 22.27,') francs; —
Un cadavre ti la côte.—Le cadavre de Hervé
Aussi, tout languit: plus rien quo quel- niers, avancèront si. rapidement quo la
arroudissoment
do
Quimper,
1U.87i)
francs
;
—
Cornée,
24
uns,
marin
u été découvert
jues coups du canon, malgré quo lu volo est déJA sérieusement amorcée sur arrondissement do Murlulx, 11.812 l'r, liOj — ar- sur la grève de Kerlc. pécheur,
Mise à prix : 1.0(»(» ir.
Cet lioiiime faisait partie
uno
longueur
do
150
mètres
I
temps ait été rolativomont beau cotte
^
' "sJétablir
M " ! } ' sur
nuelour
l'on propre
a Interdit
auxet l'olonni
Clause de réunion pour le
rondissement de CliAteuulln, 10.800 francs ; — do l'équipage do la barque de péohc Faiie in jiace,
flo
terre
que l'oi dernière quinzaine. A la seule ponsée
Il faut voir ces prisonniers A l'œuvre :
naufragée le 4 novembre.
•M lo V lots
Il a pas oroint mémo de les chasser do leur^ <|u'Ils sont discutés, nos générauxdolvont on l»3 dirait aussi pressés qu'un trap- arrondissement do Quluiperlé, il.737 fr. :>0.
Chicorée garantie pure. La
Meilleure
1A! (OUI ost loué auv coiiPour l'année 1UI7, une subvention totalo de
biens par
BraHpnrtM
sorU(.:uéi,e,M„e. époux Pause croire amoindris. Or ils n'ont pas trop piste creusant su tombe I En voici qui 183.1100 francs est escomptée, en dehors des crédits
Avion abattu. — D'apn''s une letiro que
rf»,,?^"''^'"''
""'""«lu dire, ces Jour- du tout lour jjrestlge pour avoir toute la cassent des cailloux ; en cassent-Ils leur Inscrits uu budget départemental.
I.W1Ï',..'
s-'Ptoiiibre
derniers, & une Chambre prussienne. Li' eonilaneo de leurs hommes, .SI los parlo- poids pendant toute une semaine ? Nous
liélus ! toutes ces subventions seront Lien In- nous recevons du front, Grégoire Cudiou. serl'J.'li, M oyonnjiit l.JSO fr. l'an
ohancelier no comptnit vraisomblablemen mentulros no comprennent pas qn'll y a no voudrions engager notre parole pour sulllsantes pjur satlsfulrc aux besoins grandis- gent mitrailleur uu 71' d'Inrunterie, auruit abattu
t jes iinpous.
un avion ullcmund, le 17 novembre, ù coups de Ulude lie fou M* SOIII)IB«U, t t u d e d e M ' A n d r i e i i x . iicen
P " Hur un pareil résuilut ; faire ixiover
sants
de
tous
les
prisonniers
on
situation
d'élro
S'adresser pour lous roiinécessité h mettre lin uu plus vltu è cette 'anirmer. Kn voIlA d'autres qui chargent secourus, dont le nombre comme lu détresse mitrailleuse.
tOto aux 'ofonuls d'Alieinugno I
clé en droit, notaire au Con
notaire à Le.siioven ^
Do la Po ogijo russe occupée parviennent situation déprimante, o'ust quo vraiment dos tombereaux : un quart de pelletée do uugmento sans cesse.
quel
IMeyben
Appel e.st dono fait aux conseils municipaux,
'"«'""liios. On pout les ïésu' ils forment uno bande ù part dans la na torre toutes los trois minutes I
v i c t i m e de l'alcool. — Pierre Collet. ',7 uns.
VENDRE tlon publique
mord un mot i « Lu question pobnalse m tlon qu'Us roprésontoni, et qui, elle, do
Un dos bons papas qui les surveillent I même temps qn'n la générosité privée.
Ktude de .M- d u I V u l i o a t
ii Croaz-DIbenn. avuit été rencontré en et volontaire.
saurait fltrn troltéo commc question Inté mande du l'action,
Nous
qui avons de tout fi discrétion, sachons couvreur
notaire à Morlai.\, Sù, place
nous dit ! « Entre nous surveillants nous
état
d'Ivresse.
Lo
lendemuln
on
lo
trouvait
mort
Kn
l'étude de feu M ' Soub!rleure do n'Importe lequel dos Eta s conarprélever
uno
part
sur
lo
superflu
pour
soulager
Thiers.
La
Delle
e;(pioiiatlon
rurale
lin tout cas. Ils assument une bien abattrions facilement le double de la
gou et par le iniuistoro de .M'
tageants, j,l iarssée ù ht décision unUatér .
malheureux comp!itriolc.s, dont la santé sur la route conduisant k Birit.
besogne
quo
font
ces
lascars-lA.
«
Et
ou
Porgeol,
notaire
à
l
i
r
e
s
l
.
géQiiéinénévcn
de l'île ÇuéDiénes
étiole duus uno dure et trop longue captivité,
l'a J,' S'ÇPn';'" ' T ® ' .
,
'ntérSssés ; lourdo responsabilité.
no peut pas les faire travailler ? » - « On sous
la question polonaise do t, uu contraire
la férule de l'onnemi.
Echange de coups. ~ Lo facteur François
Kn Le C'oiii|iiet
Lc m a r d i I!» tl«Sccml»re
le pourrait évidemment, on prenant les
Otro rég éo pur tous les fàctoïrrdont h'
lM.M)il)lAfl..ME.\T
Suiailn. revenant de sa tournée, vers 18 h. 43, 11) 10, à lieui-es.
Tenue par M. lîaguénés, el
moyens ; ce n'est pas notre allalre « —
, sort ilu a PoloBiio dépendra a l'uven r...
aurait été attaqué, entre les humcaux du Dreff et
Au bourg de l ' I o u i l a n i e l ,
consistant
on
tene
de
culture,
Bile Inléresso iniuropc et non pas les o
peut-être l'alTalre de vos chois.
du Broguennei', pur uu inconnu, qui essuvu de bordant la route de h a u d e r et surtout en la récolte de
l y a d e s j i o m m e s . . . «Ceserait
.'«hea et les Autrichiens seuls.
lui arracher «on sac de correspondances. I ^ fac neau à Lesacveu,
Mais, va comme Je te pousse, c'est la
11 la eoiuinuue de . M o r l a l x .
goémon de soude.
.^sAllomamis ont-lis vraiment ou l'illuteur déclare lui avoir porté trois coui'S de béton,
S a lresser i .M- du l'enlioat.
princesse
qui
paye.
»
de
rééducation
des
ilutilés
ruraux
du
Vlîcole
Contenance totale : 47 bec
''•Ipnqu' is allaient recruter, suivant leurs
otalre.
'
qui
le
décidèrent
4
prendre
la
fu;te,
non
sans
emPartout on so dit è court d'hommos.
« Eh oui! observe un vieux grognard Finistère, qui doit s'ouvrir le 11 décembre à porter le sac. 1.0 lendemain matin 11 retrouva son Deux Maisons avec Coui' tares.
déi rs et sans ououno dilllculté, dos soldat
Ptmanruu,
en
Dirinon,
sachant
qu'elle
pout
armée
en
réclame,
les
usines
do
guerre
Clros bénéllces annuels.
• on Pologne r S'ils l'ojit cru. Ils doivent ou
retiré dos aHairos ; et voIlA qui nous donne coniDter sur l'inépuisable générosité des lecteurs sac Intact.
L i b r e de location
tude de .M' L o / . a e l i , notaire
Le fermier actuel se retire
Jourd'Iuil ooiumpneor A (léchuiitor. Us lév < encore davantage. lOt oommo la défense uno Idée de l'entrain quo l'on verrait au du Courrier, so permet do leur demander, i l'InMise it prix : ;i.;500 fr.
à Salnt-l'ol de Léon
après fortune faite et conseil
ront des soldats peut-fltroi mo s ui ' fi nationale prime tout le reste, l'Idée ost travail lo Jour où, parvenus A leurs lins, tention des pcnsionnnires qui doivent arriver,
( V o i r le» afiiches).
Q
U
I
M
I»
I
:
R
tirait
II
céder
«on
mobilier
et
violence seulement. C'est le moyen ii i venue do faire passer uno nouvelle visite les beaux parleurs du socialisme met- une domi douzaino de vieilles bicjeicttes. même
Bon matériel.
Le mitron indélicat. — I-e 1" Janvier deraux exemptés ot aux réformés.
hors d'usage, et une douzaine do ceintures do nier,
traient tout en commun, M
S'adresser pour tous ren
André Balbous, 11, uns, ouvrier boulanger
-B.
m B O U L
Ce projet aboutlra-t-II ? Nul ne le sait
Comme nous sommes plus loin cncoro rymnostique en bon état. Ces urUcles seront uti uvolt participé ù un vol de mille francs, commis
selgnenienls audit notaire.
Au lieu de Kervent, ou U
encore, Mais s'il devient loi, on peut être de oe temps que do la Un do la guerre, Isés pour le travail, ot rendront grand service, au préjudice do su putroune, Mme veuve Chl
niili-urtcleii-DenliHte
commune de .saint l>ol de
AUTRICHE-HONGRIE
A 1 avance, mord anx donateurs.
certain qu'il enlèvera pas mal do bras A nous nous contentons d'opiner que l'Etat
,éon.
a la suite iiii iléoés ilc
card. boulangère, rue .\euve. Il bénédcia néau
Dipléméde li Firulléilelléiln'iljede Pirii
Priftro d'aiiressor les envoi» ii {'Office ceitlral, moins d'une ordonnance de non lieu.
. .Vlain-.lean-.Mario l,o Sam;.
P^po™'"' a (troelé le docteur l'agriculture. A l'Industrie et au com agirait sagement on faisant exécuter ses
CO.tSUI-IATIONS TOUS I.B9 JOURS
Laaderneau.
Le
j
e
u d i '21 ili-i-oiiibi-o
Mis en goiH. depuis il cuuibriola un ciiéiet
Kramarii et les autres députés tehénun morco. Aux faibles, aux éolopés, on dira
de !t il. !i it b.
par adjudication, sur devis et cal i i u ; . à riiouro de midi.
près de Pornicliot, environs do Suint-.N'azaire. de
oondaninés k mort. On ,llt qu'il serait dlV (I Vous travaillez dans le civil ? Vous travaux
Sauf le samedi et dimanche
hiers
dos
charges
Judielousoment
établis.
I l sera prooédé à la vente
concert avec des militaires on étut do désertion
pose a avoir une politique oxtrêmeinenl pourrez bien vous rendre utilos duns le:
les dents suns douleur et
NAVIRES COULÉS
Mais, et les entrepreneurs ? Les oHlclers
par F. VALLKU
aux eiicliores piiiili'iiios, par
Koveuu & guimper où habitent ses parents, il rirepose
favorable
aux Slaves.
Ou est mémo ail services do l'armée. »
des dentiers artillclola
Jusqu'à prononeor
le me
[iiiriisléro de M' l.nzaoh, nodu génie dolent être entrepreneurs, peu
, monarelilc
a été arrété.
mot
do
3
I
r
.
;
3
ï
r
.
S.l
franco
<W«(i«(c, par opposition
PAllLi: I.E uiiErox
Kn même temps, le roconsement de la ou prou ; ou, s'ils ne le sont pas, qu'Us
La lérlo continue.
taire à Salnt-l'ol lie Li on, des
ilunlinle. Le»
Slaves auralont,
lu u
r u e M a i r i e , UltKST
Vendredi c'était le tour du vapeur japonais
Mellac
oubles et objets iiiol)iliers
, . dans
nouvelle forme du classe 1018 présage une nouvelle levée de remplacent aux armées les entrepreneurs
Naguta Maru, do 3.600 tonnes. Canonné par un Un aveugle so pend. — Jeun-Marie Le Guil
gouveniemen». une place analoguo A colle 200.000 A 250.000 Jeunes gons : o'est lu mobilisés.
-après :
Imprimerie Salnt-Ouilsous-marln, il out trois matelots tués, sept auiaume, .Salut - Urieuc et
Lits, litei-ie, liiiRO, tables, ar3 M J n'^l'ÎÎP: no'ur"®'??'"" «0» Allomanils guerre I
Et les travailleurs? La petite moitié tres blessés. Lo reste de l'équlpugo descendit de Kerbruz, vieillard devenu aveugle, a'est pendu Etude de M' G i i e r i n e i i r , nochez tous los libraires de
moires, baiies, chaises, paille,
Seulement, si les champs restent dé seulement de ceux qui sont Ici. Moyen- dans tes embarcations après y avoir déposé ù son domicile lo 1" décembre.
et les Hongrois. Cela n'Ira pas sans heurts
taire au Bourg-Blauo
itretasiie.
fuiii,
fuiiiior, bois à feu, outils
et sans protestations. Cliarles
ouva cor sorts, si los usines s'arrêtent, qui est-ce
||r||Trpar
adjudication
les victimes. Presque aussitôt la Nagata-Haru
Qiierrien
ratoires et de réeolle. doux
talnenient h compter avec sos sujets aernia- qui sèmera ot moissonnera, ot qui est-ce nant cela, un entrepreneur Intéressé se fut
V
C
i
l
I
C
volontaire.
coulé.
Los
4U
mutoiot!!
survivants
turent
chargorolt
bien
de
mener
les
travaux
A
harrotte».
une voiture, charDéserteur. — Matburln Galllc, de Kerne
|> quos et modgyurs, ot surtout »voo son qui garnira les bas de laine auxquels
Un l'étude.
Etudes de M- U c l f r o v ,
rues, heises, ventilateur, b^
bonne fin en deux fols moins de temps reeeidills par un torpilleur, qnl les débarqua lo Incorporé au 87' torritorlal. a été arrété ti son
lllustro allié Gulllaumo. Il doit sentir déjft
Le
dliuanciie
10
décemtaire
l'Iouosoat
et
de
lendemalD
i
Brest.
I
Etat
devra
sans
doute
faire
appel
de
che-laiido9, harnai>, quatr»
dotuicilo sous l'InculpuUon de désertion.
comb on sa liberté est limitée. Mais on i "
sans même retenir un seul des dix wagons
b r e l f ) I U , A une heure.
UnDKiiy iloH UétierlK,
uents, sept vaohos. i porc»,
— Lo vapeur français Saint-PMlippe a égale«aurait suivre avec trop d'Inlérflt los vel- nouveau dans quelques mois?
quo lo génie avait Immobilisés I c i ' (la
Au bourg du BourK-Blonc,
taire à Lauderneau.
Itoraves. petits oignons à
léités do 00 leuno louvorain i qui un noldn
Assurons la défense nationale: o'est moitié a disparu avant la visite do M. ment été coulé par un sous-marln allemand.
au lieu dit Ménez-Ctas. en
piquer,
etc.
«1 lourd est Imposé sur loi épaules et doni entendu. Faisons môme mieux, assurons
Trois hommes do l'équlpago ont été rimonés à
bordure de la roule de Brest
la responsabllltt, & lui uu moins, naralt être nous la victoire dans le plus bref délai Clavellle), et aveo lesquels on aurait pu Brest.
\eiite
au comptant, S O.'il en
A Lannllis,
désencombrer los quais depuis lo temps.
W"' 'li^Kagée dans l'épouvantaBlo oonhlt
sus.
Pour avis.
— La lournée de chasse boche do samedi fut
possible.
A L'AMIAUI.Ë
aotueb
Aveo la métUodo aolueUe, au train où partieullèroment fructueuso ; cinq navires su
Mais en même temps gardons-nous do cela marche 11 y a des chances pour que tableau. Cc sont les vapeurs norvégiens BricltEu la commune de Sulutbruit», qu'il nous est Impossible de
En achetant des Bons de la Défense Nu
çpnti'fller a la dernière heure, olrculont, saorlller l'activité économique au-delA de les travaux en cours au port de commerce Undoë et Ourtu, le vapeur grec Uimitrio, le
D'HABITATIOX
VouRay;
C. M A N S E R R E
liouale vous vous asaurez un bon revenu.
tl'aprè» Ifsqueli la démission du baron flu- la limite Indispensable.
soient achevés pour la Un de la guerre, vapeur cipagnol Uribilarde et la goélette Ho- Vous Cte» sur de toucher de l'argent & avec puits, cour. Jardin, c r i - La ferme de Koguérourien
Chlrnrgien-Dcntiste
rlan sorult proohalne.
Les Intérdts, dlrez-vous, sont en quoique o'est-a-dlre pour le Jour où Us ne servi- 6ln«uii, de Palmpol. Les hommes d'équi- date Uxe. Vous pouvez prendre do votre obo eà lieux d'aisances.
ll< U FiciilU dl Mtdtcini lie Ptrit
Jouissance immédiate.
sorte opposés ; U est dllTIclle de sauve ront A rien, car Jamais plus, du moins de page furent ramenés & Brest dImaDoho par cOté des engagements pour cette date puisH , RUOIRART «t 3, M I > K U
Les
2
fermei
de
Eerfraval
des patrouilleurs, qui ont la malcbtnce d'arriver
ALLEMAGNE
Mise à prix : S.COO fr.
garder les uns lans nuire aux autres.
MOKLAIX
notre temps, Brest ne reverra te mouve- généraloment on retard I& où Ils pourraient être que vous retrouverez votro capital auget los
(Voir les alTiclies, ot s'adresniicoiT Toi's I.IUI joi ns
Sans doute. Tout de mémo 11 est des ment des mois derniers.
• Le projet «ur le sorvloo olvll auxiliaire o
menté.
lo
plus
utiles.
ser
au
notaire).
5352
3 fermes de Semém
Spécialité» il »n|,areil« dcntiiros
été voté par le Belobstag. prêtait prtvu. Los Français qui estiment qu'aveo un meilleur
A tous moments vous avez des facilité»
Et de combien d'autres travaux ne
— Lo vapeur anglels Eggesfort, do 120 mètres pour transformer vos Bons en argent.
pcifucllonnés sans plaques,
Allemand» protestent et obéissent, l i t n'ont emploi des hommes on pourrait, sans
Pour tous renseisneincnts,
do long, qui avait été torpillé le M novembre, el
s adresser a M " Geffroy et
Bai snbl pour r l M la lourde ot pesante allalbltr la défense nationale, remédier A pourrait-on en dire autant ?
bans crocliets et sanssuccions.
I l existe dos Bons do 5 fr., do 20 fr,, de
On demande des hommes. I l y en a dont l'équipage avait été reouelill par un vapeur 100 f r „ de 500 fr., de 1.000 fr., etc., etc., cc
dlsolpllno, germanique. On ne sauiUt nier bien des inoonvénlenti.
Danguy
des
Déserts,
notaires.
Docteur R.COQUËLIN
EKUtctions tân
s douleur
voyez plutôt tout cet état-major de sur danois, a été rencontré coulant bas d'eau au qui permet de niacertoutc somme quel qu'on
que fe vole do cette lol.a'U démontre que
CcniulUlioni gnluius ' On pirle btttin
Entrez dans un dépôt ou un cantonne veillants autour des navires en décharge large, et remorqué dimanche dans la baie de Boitle montant, l'intérôtost payé au moment OM^yrglen'DoHaate
rAllon>agnee«t aux nbols. p^uve en mime
Etude de M' Abttruou, noRoscunvol.
temos qu'elle oit décidée b n'amener son ment. Ah I U les hcmiuas ne manquent ment.
«iRme où vous prenez le Bon, ainsi quand
taire à Plabcnnec
De la yaculU de Paris
• pavfik»« quo <|UMd la oarUe sera ddfinitl- point, l u contraire ; 11 y en a beaucoup
— Dimanche, lo trois mlts-goélolto Aiglon, de arrive la date fixée pour lo rcmboursemant,
I l reste dos hommes : le tout est de sa
-vemont perdue et qu'elle lera aopuléoau trop. Auxiliaires retenus pour les oor- voir les utiliser.
vous
louclioz
plus
que
vous
n'avez
verse
:
En tice II pliDi Lilonr i'k nvtrgtw
arauvliie, fut arrété par un sous marin. Snmmé
mur. Avm «on a ^ l r a b l o faeultS d ' w î m l vdei.maladei ou bUiséi r é u b l l i etatten
do monter i bord ITOO son équipage, le capitaine en vcrsahtilj fr. vous recevez loo 4r. dans
nant au lit et eczéma. Maison
OWNLUUWI « I T K . L«TA.
U s prisonniers prêtés A l'agrionlture ne recul du pirate eu chef de violents coupa do un an ; eu versant U7 fr. 50 TOUS recevrez
•atlon, elle entend se servir de toutes les dant leur tour de déjpart, y groullloot «o
Ix! d i m n u c b c 31 décem- ilurot, à Nantes.
tt iur KBlM-TOni
. j plaignent pas de leur sort ; et en géné- poing 0 la (Igure, sous prétexte qu'il n'avait pas 1U0 fr. dans six mois ; c'est cette différence E'Irtelloni fnt douleur
Miipurooi pour oiMver
noui l i i i o r ot
b
r
e
1
!»
I
«,
à
uno
lieure.
djbtenir do nous ft défaut d« la paix trlom- proie au plus mortel des ennuis.
ra les cultivateurs qui les emploient sont itopié assoi vite, A ce moment apparut au large qui constitue le profit du placement.
Etude do M' Rouquel, crefDentiers ttrMntli larfteturt
On réclame des Initiatives. Eh I bien, satisfaits de leur travaU. Seulement, lA oe lo obalutter Fauban. Auisltât lus hommes do
tohalo sur laquelle elle pomplalf jadis, une
lier de paix à PloudaliuOPrix motlérti -:- On pirle breton
felu on boltouio gui lui jwrmetlralt de ne trouvera-t-on pas uu chef de dépét
• O W T W f , BltlOUX
l'Aiglim (uront précipités dans lonra canots: et
est pas la prinoosse qui paye.
àtoiiorpen,
en
Plabenuec.
zeau.
Méditer aoa oo.up. de force dâna quolauei aiiei! osé pour prendre sur lui de dire A
FSNDDliBi, ORTÈTBHUB, ft
le «oiis-marln dlspsrut non sans urelr coule le
La conoluslon s'impose a'eilo-méme.
Mise À prix : I.HOO fr.
trois mtts.
devant avoir liea
aei hommes :
Pour tous renseignements,
Ktudo de M* G. <Iu Penboat,
ttâîSufJîrî"""
AluSUvlArl
le 8 décembre
— Lundi, le vspeur grec fofo n été coulé éga
8 adresser & M. Bordais, sup« Mes amis, vous vous morfondes lot
notaire ù .Morlaix, suecesP. S. — Une déeiilon ministérielle lemant. Les 23 hommes ont été recuolllli i t ra- •(>>•« f>W>,lflfMi/»M«'OreMHi/n(il'Ot»iTit«/i«^
I91C,
&
Poullédan,
en Salnt^.Itenpuveauaeorétalretl'BUtaux ARaIrèi du matin au soir dans l'oisiveté. Vous
pléant.
'
Beur de M' Polllcu.
Pabu, o»t reportée ^ une date
prononoé wi Relobitîig un serles bien mieux ohes vous, oit vetu preiorlt de remplacer It peu près tous les monts k Brest pir le ohalutler Améni/ue.
ftlM t tMl Mkit. MAieq TÀW m i T i t
pourlo?9
sepqui
sera
nxée
ultérieurement.
hommoB par das (eriimos dans les services
b l » la plu*
tembre 1917, la
« o a l ^ n p u U t e saurles vous rendre utiles. Comme oepen- de l'intArleur. Si par la m«me occasion
Commusa de Flouider
M é t a i r i e de Lu
luzurla-lzclla
dant lei corvées doivent être faites et les on l'ooonpalt de connaître les résultats de
BRË8T
G. 8TKIK, à Troyes
en la roinmuuc de r i o u r i n .
Bivlreidéotaargés, Jetie puis votu ren- I l déoitntleB 4e «ttwre 4u général
Laines i tricoter 6 flls, A IS.SO
8 e , r a e Jean Jaar«a
Les réformes dn Conseil mnnielpal' —
S'adresser & M* du Penhoat,
en noir, marine, cuir,
voyer (eus. 'Voiiles-vous que nous pre- aalllénlft la paperasierU? I l parait aue Dans » séance du S décembre, la CoaieirmunlScbiii|pDiD{i 11 Coillunt à Itaii {mn
30, place ïhlers.
belge, marengo
Diona un arrangement ? Je vous paruûie cette Buerire a a ^ u l l ft exlcer que les eipai a suloriié la muololpalité :
en trois baodea. Un tiers sera loi à de- étais fournil précédemment en double et
!• A ouvrir un magasin de vente à la po
Le p r e m i e r l a n v l e r 1917,
maure, et les deux autres a la maison triple copia aolent tiré* i cinq ou (la puiRtIon das danréN «t lUbilaaoai aéoaiulret
& une heuro du «olr, 11 sera
à rillmsntallou ;
procédé A la vente par adjudi '
PHARMACIE
aols, à eharie peur eux de re- •xêmjptalrMi raloco de r é t u l u t r
2*
A
afleotuer
des
acqulgitlona
t
dei
produe
cation
publique, ot en huit
au premier appel. Ça vous vaB t u M r a o o M l dai iiApltaux? Quand teuri et t demander à l'Ktat l'attrlbutloa das
l
o
t
i
,
de
au
a
r
b
r
e
*
,
dont
î
l u oà leur J M I I I Bnlendei les olamenrs •e déoraera-t-on ft renvoyer temporaire denrées a^substaneai da eonsommalloa réqulalormes et 34 frônes, entouraot
) • a t l i f w ^ de oes poilus orlant * l'ale otmotlOre.
tlonnéoi ou achetées par lui, de façon k pouToir
- . r . o'if'
InflTrmlôrs Vt""iar- conitllaar. (Ma malntaaaiit, des aloeka qui per« Br«ve, eomnandatil I »
fMmmdémÊim dm mét
Miaetprhc totale ; «69 fr.
tnvMx.
M ^ t a l ^ i a - T « ( U | p U l M « e t t p é i , quitte »
mattrent do «éf ubirisar las owira :
I - A N - X ) - H J B asr B5 A . TT
m«(re,
LE
BRAS.
«uaaT
t t t l u de b l M i é i aeroai
A prooedèr à llniorinllen on reeetU et aa
AR
B O U S D B D S AXi
XiOUmBR
MOpél?
>f I M b a r u a e m e n t i que l'on volt par- FÔÂNRI
MÎRN^I'IPHÎMI GIFUIIMY***!'
Oo deoiaide ^ S S S n t
folk nonter loi on M , prar Mre Mmontéi tKallon nmporlanlB itô^a de^rarM. £SSIm
flteaxsour petite ferais OMêmmnim;
«t I t e
f t l i M i y e H é e « n i M m « n n t 4 ' a i > t l r «orvl
ton «e Saut-Renan. fieniMf
1 fMl «M
ectt f A M « « e U euaal oa
te
i r r M v a M i . .d'cker « m C ém matàmâ mr wmmâ
ttférenoea ei^éea. O u e « t
dlipoidUea d« téalmur eoÉptâbte aa far et i
esofr.l'an. S'aoreiteraujourJ g » *
« I fcwtn «TW p t m M
« I
^ t e ^ M n i a i M . .«t « m veltUNii et .u
MiUi«4laa4MwlU
«kl.
Nilsoo Frai)cal3t(Fooiléi8a ItSS)
Croix d» guerro
THIERY£$IGRAND
Vêlements Confeclionnés et sur Mesure
^^ Enfants
L O U Z O U ar PAZ
Deu: iy MOHEDl, doeieor aptiiker
Le Parlement-Conclave
SIROP CELTIQUE
Cabinet Dentaire
Louis JËZËQUEL
EO
^^ADJUDICATION
mmà
mm
Un corps de Ferme
Femmes Qoi souffrez
Un corps de Ferme
la JOUVENCE de l'abbôSOUSY
S
Tourteaux pour le béiail
«CUV Pièces (ie terre
La Jouvence de l'abbé Soiiry
c'est le salut
de la Femme
Deux Pièces de (erre
lYois l>ièces de terre
((
La Belle Rouennaise
Coarem-ar-Cbandy
ei Coarem-Viao
VoDle eo gros : H. BEHTOi, représefllaot à Brest
A
A LOUERrlir""""'"'^
A
LOUER
a Métairie de kerzoîiïe
POUR LES MUTILES RURAUX
VENTE MOBILIÈRE
La langue bretonne
en 40 leçons
Les Bons (Kl la Défeose n a l e
A
VENDRE
Ll\Ë GRANDE MAISON
ApOIÇATIONa^
ELIGIEUSE
De Maison et Jardin
La vente
Q.TRIBIUDEAU uv ,ri.ri;.itiEUMM (
A LOUER r.
sniw
SALON LOnS 27
VENTEJ^RBRES
Bu Docteur en Pharmade TliMOBEni
^ UU/WINUCJHe /WOREUU
I «ll'enKMtMiiS
M r « i «fMMt •Mit
r-
ï
Samedi. 16 D ë o o m b r e
1916
f
37* A n n ^ e .
JOURNAL FRANÇAIS-BRETON
ABONNEMENTS
PlDlatère, COtei-du-Nurd, Morbiban. (an u )
8 tr.
Autres D4partem«ntt
—
4 tr.
ColODiM at Etranger
•>
B ti.
O u m ç m m l d'tdrt*** .• 0 fr. 80 «mo U d«m<*r« Und«
Lei «bonnementa partent
«u f de chaque moli et le payent d^vanM
Slnrt eo bor o'balon enn hor o'hreii
Ha «tarloo'b ar Qrooz enn boi U r e l i l , .
CE OUI SB PASSE
cinq membres seulement, et qui aura la
direction de la guerre,
lîn font partie ; LIoi/d George, Bonar
Lato, lord Cunon, lord Milntr,
Henderson.
M. Bonar Law ne sera pas tenu d'assis
tor rdgulièrement aux sdanccs du comitd,
ayant la mission de représenter particulièrement le gouvernement rt la Chambre
des com/nunes.
A noter que le ministre de la guerre,
Lord Derby, et te ministre de la marine,
sir Kdioard Carson, ne font pas partie du
comité de direction de la guerre, non plus
que M. Balfour, qui a passé de la marine
aux ({fTaires étrangères.
D'ores et déjà, le nouveau gouvernement
parait assuré d'une fbrte majorité au Paricmcnt.
»« •
ùcfuls oendreill, la C/iambre disente à
pHpos des c r é d i t a a S é r e n t » a u 1 " t r i Z,'Italie a u s s i à ses k l e n t h a l l e n s .
XDOstre 1 9 1 7
des I m p ô t s n o u v e a u x ,
Le 7 décembre, l'ancien minisire BasiA Vheure oïl nous dérivons, elle en est
M prit lu parole à la Chambre, pour comcnfore ti la discussion générale,
mémorer les deux patriotes
irrédentistes
A'os leciours se rappellent que les créBattisli et .Sauro, faits prisonniers par les
dits dtmandts s'eltvcnt di S milliards et
Austro-Hongrois et pendus ; le premier au
demi ; en les ({Joutant aux crddits dejA
château do Trente, le second à l'ola.
cngiitjcs de/iuis le /" août 1914, on a un
Ce récit émut profondément l'assistance,
in/fil de n miUiards 600 nullions.
et toute ta Chambre italienne, lorsque l'oXoiro dernier budget d'uvant la guerre
rateur eut terminé son rdcit, Jlt aux deux
était dû r> milliard» 400 millions ; une M
martgrs et à l'Italie, dont ils personnispMidc y ajouta GOO millions pour les
fiaient l'âme glorieuse, une ocalion interbesoins de la dd/ense nationale,,l'aible riminable, oil les cris d'horreur contre les
poste (t l'Allemagne qui, de 1910 rt 1911,
bourreaux alternaient avec les acclamaavait dtfpcnsi, hors budget, 'J milliards et
tions enthousiantes pour les deux martyrs.
demi pour tabriquer du mat&iel de guerre
Seuls, les sociulistes s'abstinrent de toute
«t des munitioni.
démonslration de sympathie. Cette attitude
Aprùs ucoir fpurni ces chiffres et bien anti•italienne du groupe
socialistepaciliste
d'aiilrcs, et note que l'accroissement de la f)tt jugée tellement honteuse que, sur tous
dette de ta l''ranee nous eaut déjù '-' mil
les bancs, et dans les tribunes publiques,
liurds 14C millions d'intcrôts par an à éclatèrent de violentes imprécations contre
payer, M. lîaoul Pdret, rapporteur gfnd- les socialistes ; n Vendus ! Lâches ! AtUrirnl, a/ipu/iait samedi sur la ndccssitd d'une chiens! » Ce n'est qu'après une longue et
politi'jne d'dconomie.
ardente manifestation
que le calme put
Il ne serait que temps en efTet d'acoir dire rétabli.
« la notion de la valeur de l'nnjent. »
A la Jln fie In siunce, ilf Boselli, prési• •
dent du conseil, demanda le renvoi ù six
Cette discussion a dtv inarqude par deux oioi.s dp la motion relative à la paix, déscandales.
posée pur les mêmes socialistes.
Hnii.r-Ciislndau,
qui (loaît did emptchf
(T La paix, déclara le président du conde parler Jeudi, prit sa revanche samedi. seil, ne doit pas être discutée. Elle ne peut
Ce.flil pour ddel'irer qu'il ne roulait plus dire obtenue que par la victoire, qui don
donner ni nn centime ni un soldat pour h ntra (i l'Italie les terres et la mer qui sont
contiiiarition do lu guerre.
nécessaires (i son e.x istencc! la paix sépaKous ne nous étendrons pas sur les in • rée est impossible. !\'ous sommes attachés
sanilis qu'il débita (i la tribune; les Jour- à nos alliés, non seulement par des signattau.v allemands s'en chargeront bien, en tures, niais par des tiens moraux, il faut
te couvrant rie Jleurs, comme ils le llrent que la paix soit durable, et elle devra, pour
e'i'jù ù la suite d'une intervention prdcdcela, dire fondée sur le principe des natiodente. ICt /'Uis, te meilleur châtiment que
iiiUitds. »
l'on puisse i'i.lliger (t de pareils orateurs (."J,
IJc loniiuea acclamations saluèrent tes
c'esl lu sileiire, .Si /'Oniclel ne reprodui/laroles de
Bosclli, et les socialistes
sait pus leurs paroles, ils auraient bien
lurent de nouvenu hués par le public des
vile fait de se taire.
tribunes et par leurs collègues.
!<:otons toiite/ois que lorsque
HOUX-COS*
» »
tadon se / rit à dire que des pdrils grave!)
M. Paixl I i e r o y - B e a u l l e u , économiste
menacent In patrie, une voije, au centre, lui
distingué, est mort lu semaine dernière, ù
rdpondil fort ù propos : ii l'ur exemple,
l'âge île 7.V ans.
re/tfr
un sou et un homme. »
D uu/res dcputi s veulent l'arrêter,
lit
U n sénateur qui no pale pas son
voici quelques specimens des interruptions loyer.
qui I ti.lurent lanedes :
M. Manière, sdnateur do la Creuse, oci< Alif} donc enfiler des Hoches, au lieu cupe, il Paris, un appartement dans un imd'cnjllfr des phrases, ii — « .Mlet donc meuble, dont iW, et .Urne Auguej sont prodiiKS les tranchde.", cela cous Iremonpridtaires.
tora le moral. « — K VOUS dtcs Jeune,
D'après ces derniers, .V. MUM'-IV est déMonsieur, cl bien portant i votre plarr
hiteur ('( leur égard pour non payement de
n'est pas ici, où votre parole iin/iie soulevé
loyer pour la somma do l.-lSSfr.
la réprobation de vos colligiies. Votre deM. et .Mme Augue^ poursuivaient
l'autre
voii est sous l'uniforme. Ailes au,v Iranlour, devant le tribunal, le sénateur de la
chdv:-:
Creuse,
Finnlemcnt, tu Chambre consultdc. lui
' Par ddfaut, M. Ma::ùro a dtd condamnd
retire Ut parole.
(•i payer à .\L et Mme Augties la somme
Lundi, ce fut au tour de Itriion
de/aire • le
lj;i.',fr.
enti'nr're le môme langage otUeux. Il dem les parlementaires veulent être iraichaîne le tumulte en prétendant que c'est
tés sur lo même pied que les mobilisés,
pour permettre <i la llussie de conqui'rir
qu'ils prennent un lusil et parlent aux
C'a >stiii:tino/ le que nous restons en guerre.
trunchées.
K On voit bien, lui crie t'ON, que votre
circunscriptiun
n'est pas sous les obus. ••
La neige esl tombée en abondance la
lit vonuiie il continue, M. l.aniel s'i'crir.
avec combien do raison : « Pourquoi peut- semaine dernière dan.t dip'drentes régions
de la France, /neiiio dans le midi. .\ux enon d'rc ici des choses qu'on n'a pas le
virons de Lyon, la circulation dut être indroit de dire sur la voie publique, sans
terrompue sur certaines lignes secondaires
risquer d'Hre mis en prison n
lie chemins de l'cr; il en JHt de même aux
Impatientes, d'autres ddpntrs veulent e.e environs de Orcuoble, oi\ Il y avait un
prde pi'''r sur la tribune pour en deseemlre ilenii-mctre de neige.
le liicnthalien, (i qui M. llouge demande,
Sur les Alpes ce,l'Ut bien autre chose. Ln
paralt il, combien il a touché pour /aire
train .Milan-Paris se trouva bloqud pencelte besogne. Pour toute réponse, Hri:.on
• lant plusieurs heures, et la route du Simsaisit son terre d'eau et le tance, conte
/ilon eneombree par une forte avalunche.
nant et contenu, dans lu direction do .M.
On ne signale toutefois pas d'accident de
Uouge, saur l'atteindre, l'uis, prenant Iv
fiorsonncs, mais en plusieurs endroits les
plateau, H t'envoie ù toute votde dans lu
pis téléphoniques et télégraphiques J'urent
salle. Le plateau vient tomber avec fracas
rompus.
sur le bnne du gouvernement. .V/, ffibot,
qui. ihif assible, assistait à cette scène dcœuranto. 1" ''^'v et gagne, attristd, les travées
supérieures, J
(.»•/.<•/
les ddpulés, que le geste de
M. Hri:on a surei'citds, bondissent dans
l'hdir'cgele, et se précipitent vers la tribune. f.e députe socialiste l/ienthalien est
saisi il la gorge, tiré par les checeu.v. Le
président se couvre et quitte la salle, liri.
•jon se débat. Alexandre
Blanc,
autre
kienthaUen, veut venir à la rescousse; il
est bousculé et littéralement portd hors de
ta salle.
Après la reprise do la sdance, lirifon
déclare que « s'il avait eu un revolver dans
sa poche... /
H ne va pas plus loin. La Chambre, consultée, lut iiyflige ta censure, qui lui interdit l'entrée du Palais-Bourbon
pendant
quinte séances, le prive de la moilid de son
in lemnité pendant deux mois, at ordonne
l't{lH hage à ses frais de cette pénalild dans
«a circonscription.
A la contre-dpreuoe, seul son copain
Alexandre Ulane lève la main.
Pas brillants les dlecteura qui te choiêiisent de pareils représentants dont la
place serait dans une maison de santé plutôt qu'il la Chambre,
»
Taillou Nevez
11
I l i d o cz c u n p o i n z c k doz, c l a v a r o n
0 ioa risUl cla w o l o i i l ai' Sonat o t o n l
ilii v o r k i i r l i e ai' pcnn-ticgez Inbour
iloiiar sovol, d i v a r n n cloiiarou labourot
g a n l - h u i i , komont l i a m a t a l v ho zouarou da l'cnni goudo d i s k o n t a e i i l lo(loiin var l)omp.
N'oo ket Ki'oel c'iioaz, h a martezo zokon n'o vczo ket groot morso, m a ii'o
don kot niInlHtr an a r c ' h a n t da bouoza
l'o s t a r l v a r he c'houlonn.
A n aoti'ou-man on donz ozomm m i l liounou, ineur a v i l i n i l l i o u n zokon, evit
p a o a d l s p i g n o u a r b r c z e l . H a g o c'houl o n n d i g a n t p e b - u n n n oui l o d e n n i k euz
ar pez a c ' h o u n i t bop bloaz, po g a n t
ho zanvoz, po d r o ho l a b o u r .
Sotu ama p e t r a a c'hoarvezaz d i v a r benn a r poz a zell ouz a l labourorioD'
douar,
E r bloaz lOl'i, e u l l e z e n n a i l a oa bet
*
*
Sn Anolttcri^'
Af. LIoffd George a d o u g o t , Qur r u m m t a i l l o u a i l savet ;
eonitltud son cabinet, d'une manière tout • r i i n ^ 6 t complémentaire sur le r e A /ait
inusttde, ce gui ne veut pai v e n u . »
dtn qu'eltê ne toli pat htureutt,
S'ait»Azo n'o g o n t e r k e t h e b k e n eur
chant maint auanuanett poUttguu qu'aux r u m m euz gounidigez bloavozlelc peb
capaeikt, Ltayd Qtorge « en «fftt réuni dea. L a k a a t a reer enn e u r s t r o l l a d ar
autour dt tui det hommtt d'unt oompHene*
p M a o ' h o u n l t dro l i e l a b o u r h a g ar
Jneontest^
leur nombrt ttmtleraii
plutdi
«xoeuf// p e i a o l l i e l l l i s zanvoz g o u n i t d ' e i h a n
sa I Mait, «u-((MiM du minlii4r»
proorf- mar e n deùs lève. H a d l v a r ar pez en
m m ( dit, chargé d t t intéréit g M r a u x d u d « i » da Bisptgn bep bloaa <lreht S.OfMK
f f t f j tf V « m mMaK liduH
tompçU dt i u r , goude diskofpta o ' h o a i 8.000 ' l u r
evlt ho c ' h r o g ha 1.000 l u r evit pebh i n i eiK he v i i g a l e iaouankoc'h eged
21 bloaz, 0 Ue sevel pevar dro g a n t da
r o i d'ar c ' h o u a r n a m a n t .
H o g e n , a l lezenn-ze, o komz euz al
l a b o u r e r i e n douar, a v e r k a'e dleer
k o n t a d'ezho, evel gounidigez d i v a r a n
douarou a l a b o u r o n t , nemed an h a n t e r
euz talvoudogoz ho f e r m .
P e r a k neuze, a c'houlenne an aotr.
T o u r o n , pervag a f e l l d'hoc'h, enn ho
lezenn novez, m e r k a e tle an tiek g o u n i t gant ho zouarou, n'o ket an h a n t e r
euz talvoudogoz ar f e r m , h o g e n , an
dalvoudegez-ferm ponn-da-benn ? M a
r e n i t an t r a o u evol-se enn ho lezenn
nevez, o vozo r o d d'hoc'h c h o n c h cben,
r a k n'o ve ket doread kaout diou roolenu.
A n dra-ze, eme a r m i n i s t r , a n d r a - z e
00 ivoz ar poz a r a i m p . A l lezenn
gonta, h i n i an « i m p ô t c o m p l é m e n t a i r e
s u r l o revenu, » a z o da voza eeunet.
Red a dud, h a g a c ' h o l l f e paea hep en
eni zioza, a j o u m d i s k a r g . H a gouzout
a r i t e venn ar O a m p r l a k a a t didan al
lezonn-zo k e m e n t h i n i h a g en deuz
ousponn 3.000 l u r ar bloaz da zispign.
V a r eun dro, e c ' h o u l o n n i n m a vczo
morlcet enn-hi o c ' h o u n i t al l a b o u r o r
douar gant lio zouarou konient h a ma
lalvozont da l u r m i . D r e zo, a l lezenn
goz h a g an h i n i nevez en c m gavo
a-unnn. Ou.spenn'ze, ome-z-han c'hoaz,
neheud e g w i r i o n c z a c'houlcnnan.
Komi-nt h i n i ha n'e dalv kot an douarou
labourot gant-han d r c i s t l . S î . j l u r ar
bloaz da l'ormi a vezo d i s k a r g .
— Mes al l a b o u r e r i e n douar a zo
kon .sauuncl a-lient a i l , a respontaz an
aotr. T o u r o n .
l i u n o i i r gor, i i e u - i n a n a gomzaz
kcn brao ma .savaz ar d a r n v u i a euz
ar senatourien a - u n a n g a n t - l i a n ovit
goulcn ma vclY' pouozot he c'houlonn
e u z a d o s l . l l a g a b a r z m a Icnnou'h ar
gazetenn-ma, an a r l i k l a vczo bol votct mariczo evel m a l a v a r c .
N'cuze, m'c 'gred, o vozo d i s k o n l e t
neboutoc'li da b c p - l i i n i , ha dre ze tajict m u i o c ' l i a bonnou-liegcz didan al
lezenn, r a k , a r c ' h a n t ez euz e z o m m , a r c'hant a r a n k e r d a g a o u t euz eul leac'h
bennak.
M u i o c ' h a bennou-tiegez o paoa o l a
martoze. I l a g onn eun doare o vezo
oeunoc'h au Iraou evel-se, r a k , n'oUct
d'ar re o deuz ar biana f e r m co ato an
diesa en c m zevcl, enn amzcr-ma
di'oist-oll.
N'euz l'or.s pouaos, ar zanmi nevoz a
vozo skanv a w a l c ' h , d r c i s t - o l l ma talc'her son] euz komzou ar m i n i s t r , o t i s k l e r i a n'o vozo ket konlet f e r m al lojamanchon, n'c vezo konlet ncmcd talvoudcgcz-l'orm an douarou.
N'euz for.s ponaos c'hoaz, an t a i l l o u zc n'o v e z i u l k e l da baea er bloaz a zeu.
A l lozonn a dlco m o n l d'ar O a m p r , h a g
ar U a m p r , goudo beza kollet dek devez 0 kovcz ar m i n i s t r I^riand, en om
gav d i v a r i e r c ' h gant ho l a b o u r heunan.
Abauuc d i g w c n o r c m a - l i i ki'og gant
oui lozenn ha n'e c'hell kot gedal, da
lavai'out eo gant au dispiguuu da oljcr
epad an t r i nilz konta ouz ar bloaz a
zcu.
A l Iczcvm-zo ivcz a dlc uKM'ka l a i l l o i i
novoz da zevel. Pe.seur', i n l ? t h v e l o u t
a r a i m p pa vcziut votel.
Da c'iicdal, l i o u l i o m p an aotrouncd
eun ho frezcgennou.
A r c'henla, K m m a n u e l Urou.sse, a
gav 0 recr kalz dispiguou didalvoz.
l ' o l l 'zo 0 kan ar zon-ze, iiob beza sol a o u c l K o n d a l c ' l i o r a ra, bcnnoz d'ezImn, r a k abog oz ouz da g l o m m . A r a o g
goulonn t a i l l o u nevez c ve doread delc'her pisoc'li var an dispiguou.
Ha padal, enu^-z-liaii, m a ' z eu/, licl
savet da vont d'an armoe cun neheud
euz an aolrouued a oa er c'iiai'gou
didan ar c ' h o u a r n a m a n t , ar rc-zo a zo
paot evel ma v i j e n t c'hoaz enn ho b u reoiou t o m m , keit lia ma r a n k e r paea
ivez aotrouncd a i l pe m c r c ' l i c d da ober
ho labour.
L a b o u r skanv pcurliesa, oui labour
hag a c ' i i c l l f o l da ober gaut eun h a n ter ncbeutoc'li a dud, hep goulcnn
d i g a n t - h o on cm skuiza kement ha ma
ra an darn v u i a ouz an dud a i l choumot c r gcar.
N a g a bapcriou didalvoz d:i s k r i v a
er bureoiou hag enn armoe ! A r v i n i s tred a respont cz co diez c l i c n c l i an
traou-ze epad ar brezel. Me.s da
c'houde, daoust lia kendalc'hot o vczo
da azoza eur m i l l i o u n a aotrouncd var
kadoriou ar bureoiou da zollout an eil
ouz egile V a w o l l o c ' i i , oasoc'Ii a vel'e
l)et ober eun d r a bennak pa oe galvet
eun neboud euz aotrouued a r c ' h a r g o u
da vont d'an armée ; r a k , ar re a zo
bet kemoret onn ho leac'h, ar re-ze a
folio d'ezho c h o u m eun ho c ' h a r g
goude ar brezel, h a kaout a r a i n t k a n naded da r o i skoazell d'ezho.
E akoliou n zo, o skoliou a l labour
douar ha pa n'o vo kon, e kèndalc'homp
da w c l o u t muioo'h a v i s t r l eged a v u galo d'ho selaou ; h a g ar v r o a bae.
E peb leac'h, d i v a r - b e n n pob t r a ez
00 hovel. IJrezol pelloc'h da « R e p u b l i k
ar c'hamaladed, » da l a v a r o u t eo d ' a r
c'hlz f a l l a zo bet kemorot h a g h e u l î c t
bete v r e m a d a siaiéza e k a r g o u paet
ker m i g n o u n e d a r c'hannaded g a l l o u duz, hep zoken g o u l e n n h a g w i z i e k a
oant o v l t a l l a b o u r skanv m'o defe da
bijor,
rïag'^'àa
^
armee : p e r a k Uement a
—
N«
1.025
PARAISSANT LE SAMEDI.
BUREAU:: & IMPRIMERIE
4 — Rue
dtt Cbàtean
—
4
BREST
X<aa Kaanaorita non i a i M a aa aaat p u readae
PUBLICITÉ RÉGIONALE
Annonce! diverse* . . . . (la ligne)
Ofr.SO
Réclames, en *' page . . .
— ' O
BO
Dernière colonne de la J»^ page.
—
0
7»
Ttri! déisroi$nem pour let initrlionê répiUet
Pour la publlelté eztra-regiouala. l'adreiier
à l'AireB**
Place de la Bourse, », à Parla
g i r r i - t a n g a n t an offiserien evit m o n t
ha dont etre ho zi h a g lio bureo ? M a
n'e c'hellont baie, n'e dleont k e t beza
e stad da ober nemeur a d r a vad ken
neboud ; h a neuze, perak n'ho c'haser
ket d'ar gear ? E diabarz ar v r o ez eiiz
da nobeuta 5.000 ofQser h a n'e dalvezont da netra. 0 l a k a a t ez eo paet pebh i n i anezho 5.000 l u r ar bloaz, setu
25 m i l l i o u n da arboel hep r i s k l ebed.
. . . H a g E m m a n u e l Brou8.se a g e n dalc'h epad p e l l amzer evol-se, o komz
euz k i r r i ha t r a o u a i l lezet da v r e i n a d i dan ar g w a l l - a m z e r aman h a g ahont,
0 komz euz hospitaliou goullo a g l a n vourion, mes l e u n a zoudarded h a g a
gavfe g w c l l o c ' h da ober e leac'h a i l , o
l;omz euz eun hôtel chenchet e hosp i t a l , ha Itempennet ker brao gant an
d u d a oa enn-han m a c'houlenn ar perc'iienn 700.000 l u r dic'haou evit hen
l a k a a t er stad m a oa araok !
E v i t t r o u c ' h a b e r r , e lavar o c'hellfet,
hop noazout da netra, arboell eur bemped euz d i s p i g u o u an armee.
*
h i n i , an e i l dre egile. A r c'houarnam a n t a g i n n i g hebken roi ar « haute
.paie » d'ar zoudarded a vezo bet eur
bloavez v a r dachenn an eragann.
*
« •
A r m i n i s t r R i b o t a respontaz, d i l u n ,
oc'li anzao ez euz bet greet, abaoue
m a tigoraz ar brezel, kalz dispiguou
didalvoz. N'oo ket kaoz, eme-z-han,
n'en deuz g a l l o u d ebed var he genseurted euz ar c ' h o u a r n a m a n t .
— P e r a k n ' e m a i n t l<et ama, a c'houl e n n u n a n bennak.
— A b l a m o u r m'o deuz labour da ober
e leac'h a l l , eme l l i b o t . Goulenn a r i t
reiza g w c l l o c ' h , g a n t n e b e u t o c ' h a d u d ,
s t a l i o u h a b u r e o i o n ar c ' h o u a r n a m a n t .
Mes rod a vefe kaout amzer. P a r a n k
a r v i n i s t r e d en e m g u z u l i a ctre-z-lio
bep m i n t i n , h a beza gan-hoc'h bep
pardaez o t i v i z iinia, g w e c h gant an
doriou d i g o r d'an o l l , g w e c h gant an
doriou s a r r e t kloz, peuaos a f e l l d'hoc'h
c kavfeat amzer d'en e m c m m e l l euz
traou a bouez '?
Setu bi'oman c u r zon all.
A n o l l dud e k a r g n'e douchent ket
eur pae huel. Kalz anezho o deuz poan
0 veva, g a n t ar gcraouez a zo kouezct var bep t r a . I l a g eun d a r n deputeed, evel S i b i l l o , a c'houlenn d'ezho
eun d r a bennak muioc'h.
D'hc dro, U u r a f o u r a c ' h o u l e n n ar
<1 haute paie » d'ar s e r j a n t c d , kaporaled ha soudarded : 25 m i l l i o u n ar miz
muioc'h, etre 4 m i l l i o u n a zoudarded,
daou skoed ha pemp k w c n n e k da bep-
K l e n i m a r i t a b l a m o u r d'an d i s p i guou ; h o g e n c ' h o u i h o c ' h - u n a n a
c'houlenn aliez ho c'hreski.
K e n t e l vad d'an aotrouned ! Ue w i r
a l a v a r ar mini.str, ha k a l i t u d a skiant
a deu da zonjal e ve mad l a m e t d i g a n i
ar c'hannaded ar g w i r da g r e s k i an d i s l)ignou.
D a c'iiodal, evit lior c'honsoli, ar
m i n i s t r a l a v a r e kre.sk dispiguou lia
die BroZaoz ha re an A l l m a g n m u i o c ' h
c'hoaz eged hor re, g a n t ar brezel-ma.
A w a l c ' h evit h i r i o .
ConiîNïiN.
Eiz dez Brezel
Chenchamant ez euz e gouarnamanchou ar Frans ha Bro-Zaoz, cvcl ma ioa
bet c hini ar Rusi.
Chenchamant ez euz ivez e penn lion
armeou. Didan ar jcneral Nivcll ez int
lakaet, e Icac'h ar jcncral Joffr, dibabet
da guzulier gant ar pemp ministr a gemer ar garg da ren kement a zell euz ar
broKcl. Hervez ma kredan, ar jeneral
loffr en devezo ouspenn ar gefridi d'en
em glevout gant jeneralcd liuela arrouanteleziou a zo a du gan-omp, evit ma vczo
strisoc'h unvaniez el labour.
Eun dra bennag evel-sc a vankc
d'omp, hen lavaret am beuz meur a
wcch. Euz tu hoii encbouvien, ar brezel
a zo renet gant eun den hebken, ar maréchal Hindenburg. Easoc'h co d'ezhan,
anat co, dre ma n'ez euz disparti ebed
enn tu-ze nag etre an douarou, nag etre
an armeou. N'eu/, fors, gant bolontez
vad, c c'hellfet en em glevout euz lion
tu ivcz ; ha neuze an traou a drofc
gwclloc'h, a dra zur.
Evit brcman n'eo ket kaer ar stal. Er
Roumani hcbkeii hag er Macedoln, en
em ganner. A r Roumani a dlee digas
skoazell d'omp ; lia padal, ma 'z co gv/ir
ar pez am beuz Icnnet, n'e doa nemed
ncbeud a ganoliou, nemed 4 0 0 . 0 0 0 fuzul
zoken evit an 8 pe 900.000 soudard ma
c'helle sevel. H a piou a gasfe sikour
d'ezhi nemed ar Rusi 7 Hogen, ar'«iRusianed a zo tud gorrck, ha re nebeud a
armou o deuz evit-ho ho-unan.
Daoust hag abeg ez euz goulskoude
da gaout ncc'li 7 Oh I tra ! Lezomp ar
varc'hadourcz-ze gant ar Boched. Gwir
eo o deuz gounczct eun dachenn nevez,
ha greet skrap var bevans ar Roumancd.
H a g hep gortoz pelloc'h ez int deuct
da ginnig ar peoc'h.
H a peseurt peoc'h7 Eur peoc'h euz
ho doare, cvcl just, gant divizou skrijuz
cvid-omp hag evit hor mignouned.
« N i eo ar vistri, eme-z-ho, ha dre ze
e ve furoc'h euz ho perz anaout n'e dalv
ket d'hoc'h en em ganna pelloc'h. »
A r vistri 7 Red a ve gwelout euz a
dostoc'h.
.Enn eur gourennadek, n'e ket an hini
a zo treac'h co a gustum goulenn lakaat
fin d'an abadenn ; kentoc'h eo an hini
hag a wcl n'eo ket barrek. M a teu, dre
chans, da roi cun hanter-lamm d'Iie advcrsour, neuze e tiskouezo lorc'h ; cnnlian he-unan e sonjo avad : « N'oun ket
cvit-han, ha furoc'h eo d'in cchui var an
taol-ze. »
Setu ivcz, m'oarvad, petra a zonj an
Allmagn.
Labczet e deuz cur bobi dister deuet
d'en em zevel enn he enep, enn eur
mare ma n'e c'helle kaout skoazell euz a
nep leac'h. H a g an Allmagn a ra an neuz
da veza fier.
Pa zav avad hc.fern, e wel, a bep tu,
ndver.sourien niverusoc'h ha gwelloc'h
armet eged biskoaz. A r vraz euz armee
ar Roumani a zo zoken en em dennet
euz he skilfou, hag a skoio adarre, ar
c'henta ma c'hello kaout armou.
H a neuze, an Allmagn a skrij keit ha
ma c'houlenn he fobi bara.
Hag hi dont da ginnig ar peoc'h. Pa
lavaran d'hoc'h, an dra-ze n'eo ket eur
merk a nerz euz h t ferz ; eur merk a
nec'h n'eo ken.
Petra a responto ar rouanteleziou
unanet 7 Da genta c c'houlennint, a dra
znr, anaout divizou an Allmagn. H a
ma ' z eo an divizou-ze ar pez ma lennoc'h larkoc'h, e vemp traitourien d'hor
bro, traitourien d'hor zoudarded maro,
ha traitourien d'ar Beljtk ha d'ar Scrbi
o tigemer anezho araog ober eun eaa all
var dachenn an emgann.
Qouezet e vezo alzatc.
Dk c'hedal, hor zoudarded a joumo
start enn ho dever,'prest da zailla a
nevez ma vez red, didan bcnnoz ar
Werc'hez.
H a setu aman hag a roio cun ncrz
nevez d'ezho.
Gant aotre ha bennoz an Aotr. de !a
Yillerabel, — eur Brcizad — eskob
Amiens, kristenicn an cskobti-ze, ha rc
all diredct euz dcpartamant an Nord
araog an Alimantcd, o deuz grcct vœu
da zevel eur skeudenn gaer da JtrounVaria Pontmain var meneziou an Alzas,
ma vcz skubct an enebouricn divar douarou ar Frans araog ar 17 a viz genver
kcnta. E kalz cskobtiou ail c sincr ar
vœu-ze, ha ni hcr graio ivcz, ma plij
s^ant hon Aotrou 'n Eskob, dizro euz
Rom.
Gant cur vœu d'ar \Cerc'licz co c oc
diarbennct ar Pnisiancd var hent Brciz,
cr bloaz 1871. Tostaat a recnt, oc'h
ober distruj dre gcment leac'h ma trcmenent. Enn dez zoken ma rcaz cskobtiou Laval, Roazon ha Sant-Briek vœu
d'ezhi (17 genver 1871', ar Werc'hez
en em ziskouezaz e Pontmain (cskobti
Laval), o lakaat da bara ar c»er)ou-ma,
skrivet enn oabi : a M e s pcdit, va bugale, Doue ho selaouo abars pell. — 'Va
Â\ab a gemer fruez. »
Pcdet a oe ; ha daou zcvcz da c'houdc,
ar Prusianed, en cm gavet bctek Laval,
a rcaz tro, hep ober koll ebed er gcarnia, hep beza deuet betck Brciz !
Pedomp c'hoaz ar Werc'hez, pedoinp
Itroun-Varia an Esperans ; ha ma 'z o.-np
din euz he skoazell, hi a dcuio eur wccli
muioc'h d'hon difenn ha da zilivra hor
bro.
iiiiiiti ( e s I I i(!i'a l o i i s
Les dviiiemeiito pr6»cnlent toujours le
m6mo oaructôre de stagnation. Et voilà un
long mois que cela dure.
Si IcB nouvolles ooniljinaitons gouvemcmcntalo» tl« Frauco et rt'Anglotorre reçoivent bon uooHoil auprès de» pulemcnts, il
y cura sans doute du cLangcment sans tarder. Toutctois, le général Nivelle, oui vient
do rcmplacoi' le général Jollre dans lo oominandouieut do nos armées du nord et du
nord-est, aura peut-être besoin d'un certain
délai avant d'ordonner dos opératious fériouses. Et il faut aussi compter avec le
temps, (lui s'eat remi» à la pluie, tianslorniant do nouveau le frout ta uno mer de
iioue.
mines, et ramené des prit«nnier». — Le 10.
a roxtrémité sud-est de la BUTTE 7)U MESîflL, les AUemands ont fait jouer di^ux mines. Un combat s'engagea autour des entonnoirs, qui restèrent en notre possession.
EN AROONNE, un coup do main, dirigé
sur un saillant ennemi au nord du FOURDE-PARIS, nous a permis de détruire les
travaux do mines de radversairo et de ramener des prisonniers.
DANS LA IIEGION DE VERDUN, lutte
d'artiUerio assez vivo, lo 7 d'.Vouilin'. dans
la région de la COTE 304 (rivo gauche de la
•Meuse». — Lo lendemain matin, i ennemi fat
rejeté d'une partie des éléments de tranchées
[u'il avait occupés lo 6 sur les pontos est de
a COTE 304. — Depuis, la lutte d'artiilorie
se maintient assez vive dans cette région ;
par intermittence elle s'étend jusqu'au sooleur de DOUAUMONT (rive droite do le
Meuse).
AU SUD-EST DE SAINT-MIHIEL, le R de"0,1'uibre. l'enuemi lança uno attaquo en FORET D'APREMONT, et réussit i pr'ndrr
pied dans quelques éléments de tranchées.
Une contra-attaque de nos troupes ren re
jeta Immédiatement.
AU NORD-OUEST DE PONT-A-HOUSSON.
un coup de main, tenté par nos troupes lo
11. su BOIS-LE-PRETRE, donna de bons ré
sultats.
DANS LES VOSGES nous avons réussi,
nuit du G £u " UéiH'nUiri'. un coup do mair
sur las tranchées allemandes, à rost d'
METZERAL, et ramené des prisonniers. —
Au cours de la uult du 0 au 10. l'ennemi tenta
un raid sur uno de nos tranchées, au sud
du COL DE SAINTE-MARIE ; il fut repoussé
i'î,,
coiuiiuMlc- petil.s enfants : oa
fiôï , onnfiT
"eurr,mt on nousdonvntrT.^J^'T.commence à en
lions
"Slme. Kt les protestaf H j^r.
v'»^",
Sr-nids journaux
t^ .?,. P
' ' r frasmcits d'un
.1 t^içle 1-,'cent dos /é'i.i/s, quo nous
do nnii
I""'»''-lorsqu'il s'agit
( e politique oxtcrioure parce que ses n -
?
Sur mer
La Franco a à déplorer la perte d'un nouveau navire de guerre. C'est le cuirassé d'es
cadro SnlTron. Signalé da passage il Gibral
tar la 24 novembre, en routa pour Loriant
depuis on n'a reçu de lui aucune nouvolle
il ost considéré comme perdu corp" at biens
au large des cétcs portugaises vraisenibla
blement. Seuls quoique» casques do Lièg
ont été découverts en mer.
On se perd en conjectures cur la disparition do ce navire. A-t-il été torpillé, ou a-t
il rencontré une mine 1 Dans l'un et l'autre
cas, comment e.xpliquer qu'il ait coulé ci
lirusqucment que pas un hommo n'a;l rcus
ci à se sauver, soit dans les cmharc=iionH
soit sur les radeaux et qu'aucun appel n'ai>
été lancé par la T. S. F. ? Il n'y a qu'nw
explication : rexplosion de la mino ou d>
la torpille aura sans doute déterminé l'cx
plOBion des poudres.
Le SulTriii avait été lancé en 1899. En 1903
M. Pelletan fil tirer sur ses tourelles, en radde Brest. cinq coups do 305, afin d'en éprou
ver la solidité. Il mesurait 126 mètres dr
long, 21 m. «0 de Isrge, déplaçait 12.7;o Ion
nos, et était armé de 4 canons de 305. 10 d164, 8 do 400, 22 de 47. Une partie de roqiii
page avait été délianiuéc^avaut le dépr-rt prr:
Loriont ; il y restait dans le» 700 hommey
Après rexplosion de la l.ihiTl.'- en rade di
Toulon, lo .•îiifTi-.'ii .nait rc.iiplaoé ce navi:
dans rosoadro des cuirassés du type l>:ilri
Ou se rappelle la part brillaute qu'il ,,nl
aux tentatives do foiccment dos Dard.incllr
sous la direction do l'amiral Gueprattc. LIS mars 1915, il faillit étro coulé : le dévoue
ment du quartier-m:3trc Lannuzel, de Sain'.
Konan, lo sauva.
Déjà atteint dix fois on 14 minutes,. le
fi'f 11. au moment où il changea de poste a
lo iiiMivi'l. reçut un dernier projectile do 2.,
lequel traversa la tourelle do 1C4 milieu
écl&ta dans la casemate de la pièce de 109
justo en dessous, y tua tous les servants (l:
homme»), et mit le feu daus les fonds, o.
une soute à munitions cflt sauté sans la pré
sence d'esprit du quartior-maître Lannuze
Ayant aperçu uu commencement d'inccuùi
dans sa soute, il la fil évacuer, on sortit '
ileinier, et, après avoir pris sur lui d'ouvt.,
lo robinet qui devait la noyer, fut s'assu.que l'eau arrivait bien avant d'.nllcr fri:panser sa main coupée par le volant d
noyauo : un ptdl qucitier-maitre a ton
simplemeut sauvé son cuirassé I
En février dernier, les Allemands anuon
oorcnl qu'un de leurs 80us-mariu3 avu..
coulé lo .'iiitTr.Mi. Mai» ils n'étaient Iroropér
do nom : o'est r.\niiiMl-i;h:ii'iH'i- qu'il» avaient
traitrcuscment torpillé. Co ce croibour il res
ta au moins uu homme, Cariou, de Clohar»
Oarnoët, pour raccntci- la catastrophe. Di;
S in'i-i'ii. rien ! Mous prions les familles de.nombreux marins bietnns disp.iruf avec If
d'agréor nos respectueuses condoléances.
Qaiîjs les BalS^aijs
Fronts
Rounnains
A hi fn.nli.'Tc .I" !,i MOLDAVIE, 1-s |;m>
Si s mil i-ciiip'M-li' iii;.'liiui>s r.'iiiviMiix Mirc.'-s.
.\i:iis l'ii VALACHIE, li's C-'Himili-DiiIsiiits
iwiiir.siiivi'nl li'ur :IV:IMI'.> : cl l.ml I-I- qii.
nuMiuiiii'' n"'il f iir.' il;|iis l.- niom.'iit.
«i'f.-l ik' l.'s ivljrd, !• .[ii.'i.iue ii.'U .iaiis I.mm
inun'li.'.
Lo i; il.'.'iMiilin', l'il.'
,'v:iimi.' BUC.\
REST, <ni' PpiiM-iiii .MTii";i 1.' .l-iir iiiriii
aillai (|U>' iiuii... l\iiiii..i!ii'ioii- il.iii!- 11.lire ci'"'
iiliT iiiim.'-ni.
iJ^Miiii..;. l.'s lîuli,'ar.'s ont fiMiidii I» Dauubsiir
n.Miv.Miix i«miiI>. .'iilr.' TUTKAKAN
.'l filLlSTIlIA.
Plus au lunl, le fr.iiil r-iimiaiii fui pci-f.
1,' i! il.'.-..niliiT. Imii- 011 l.'-i All.'iiianu-i |k'ii.'livrcnl cliiiis PLOESCI ; - l iiin' piirlii' des
l r o i M i . " i (iiii liill:iii'iil c'iiroi'i' (l;iii>i la iv,iii';.
PREDEAL l'iil la ri'lriilc c.nip.-f.
c.'iiimiiiiHiii.'S all''iii;iiiils pi'.'lciiiiriil
fiiii' (J.ins la pi'.'iiiirir Inillaiin' ilf IUM'I'IIIIII'.
Ii'.s lliHiinniiis n,.nlin'nl TO.WO liuiniii.s. l.''i
canoiK .•! lOT iiiiliMill.'ns.'s, Un iii"iiis !•
(••iMS <!•' ranii."' niumaii..' a-l-il pu ••chappcr
,1 l'(.||.'inl.'. .'t i.|.>iii.> iMM'Mvr riiii>l.|ii.s n>
I.I.IIV uncnsiis sur la rli.aiss.-e PLOESCI
BUZEU, de iiiéiiM'
•I''»'' !•>
'i'
" i T "Si à l'i'alnrfri' copcndaiil que nos .ill,.'
<..;.'iil .•iiiiciirs à se r-plj.'i' lusijirnii Screth,
-•u ni ati-il.-là,
lin assiiri' ipio l''s .Tnpi-civisiiiiin''ni''iils mil
iiii'..|i.li.'s cil Kramlc parlic
Içs puii.pi'lpilc délniils.
Ma. :..'nsiMi viMulr.it rvliiiMniii'Mil poiis.M i
liisqn'aii Dniestr, cl s'ciiiparcp .l'ODESSA.
|.,.s'iuiss,.s -auiMiil liicii
En
Macédoine
Crando activité de rartillcrie o< des morl.a lllllic cl lo ll|Mlli|l.ll-.l, 1,1 llciKC iMsll.i
tiers do traiicliéco, sur la majeiuo partie du
K.MIC les „p,'.|Mll„lls.
l'iont. Los Anglais ont Ijomb.irde les tran- OUI
I,c r. il.;cciiilii'c, IIIIO coiiIrc-aH.Hiiic cuil.chées do soulieu et la zone ariiérc do l'en- iiiic
n'-ii-sil à rcprciiiiiv aux .Sci'l..'S iiiii> p...nemi, on diffei-ents points, pDiticuIiéroment hc .l'iMic
1
i-.c'.'iiiiii. ;il cniMiiiisc.
nu nord do r.\nciv. ucurs tirs ont dispersé noi'il du Sokol.
dos rassemblemonl» à l'est do SERRL' et au.t
liiius
1
.
1
iiiiil
siilvanlc.
les ('..•rm iiio-lîiilshords du BOIS DE GOMMECOUHT, et décoiiln'-all.iqiicroiil viol.'
I s i."
terminé un incondie dans un dépét de mtiui- i;:iivs
sillons
sci-lics
.le
la
iVKioii
.le STAIIAVIWA
tiona allomand vers VIMY.
csl
LI.'
la
Tcherua).
TMIS
assauls
Mii'i.'S
Le» Anglais eut ou outre exécuté un coup
fiiivnl lii-i-cs liai' nos alliés.
do main, le !l ili'ci'iiilirc. vers NEUVILLE- sifs
I,|'
7.
rcnni'inl,
sçiisilil.'iiicnl
i-ciifurci.-,
Iciilu
SAIHT-VAA8T et SOUCBEZ, inaigeant des
fois ili' rcp''''»'ll"0 li'i* positions
pertes & radvcrsaire et lui enlevant une mi- iiliisiciii's
M-nliics
au
iioiM
.KGRUNISTA.
A
elia<|uc
trailleuse. Autres coups de main, dans la i\.is i! fui i-cpoiissc av.'c de grandes perles;.
nuit du 10 au 11, à rost do NEUVILLE et au
1,0 il, les li'oupcs aliiéo.s ont refoule 1 un»ud-est d'ARMENTIERES : dos emplacements de mitrailleuses fiurent détruits et dea iicini sur pliisiciii-s ecntaincs du mètres.
I,e 10. liille parlieiilièi-cment vivn au iKiiil
prisonnieri capturés.
la cûle luriO iiior.l de MONASTIR) .m une
De leur cété, les Allemands ont tenté sans .1.;
hauteur,
iiar les Itiissos. passa de
succès un raid h rost de la COUTELLERIE, mains en.nlla.|iie«
mains. Vers le villaue ,lo VLAdons la nuit du 10 au 11 il<>ci'inl)r><. — Une KER, IcH l'iMiH'ais
piMKress.M'eiil d'eiiviiMii
autre tentative de leur part, à rost d'AR- m mètres.
IMENTIERES, a écboué également.
I.e 11, sur la rive di-oiifl du Vardar, nous
avons enlevé cinq pelils postes bulgares au
sud lie la rivière DJumnica.
Lullc violente <rarlillerie sur (oui lo froni
ileniils HONAS'HR .pjsiiu 0 DOlRAN.
On se ileniandc si l'alkenliayn, qui vient
DANS LA SOMME, rartlllerie demeure ac- de recevoir l« hdtoii de niaréelial, ne destiva, partlcalièremont dans les secteurs de cend pus vers la MacOiloiiie, avec les trouBOUCBAVESHES et do BIACHES.
pes allcinaiides qu'il cunmiandait en VALADANS L'OISE, lo 11 (li<ccmbrc-, en Un de CniE T Les Ailles n'auront pas in.mqué «le
Journée, les Allemands ont aUaqué, après prendre leur» dispositions pour faire face ,1
un vil bombardemeat, nos tranobéei i la celte Oventuallté.
lisière est du bol» dat Loges (nord-ouest de
LAS8IQNT). Hoi tiri do barraga olilaquAront l'attaquo. Quelques iractloni ennemies,
qui avaient pria pied dans noi élémonta
avancés, en lurent chassées après nn oombat k la grenade, et notre ligne demeura lutaote.
Que s'est-il passe e.^a -tement U Athènes
AB KORD DE L'AISNE, le 11 dtiocmbi'c,
violantes luttei d'artillerie dam lu région et au Wré» lo 1" et le 'i diScembro r Que se
DasBo-t-U
encore ? Eu réalito, nous n'en
da la VILLE-AU-BOIS (nord-on«tt dt Bcrrysavons rlon. Les nouvelles qui noua partn-Bao).
BM OHAMPAOME, 1» 0 décembre. Bons viennent de Cîrtco sont confuse» et contra•vont réussi tm eoup da mtin t w un (ail- dictoires. 11 eirt clair que dans les dépêches
lant allemand daai la ré{tioa dt la.Bin'TB qui pourr.iicjit nous renseigner avec qucl»ir «ESJHL. Ko«a amn»
Ita mia prioiaiOD las ctseaux (fAaaataate |u-atranbbéat adTtriei, détraH det galarite de ttqUeot de» coupes dâmesurées. Oa nous
PROWfmïïlJMS
La siMtiim en Grèce
an»
r f . S i " V V ^ t i t u é une immixtion
0^11» ; M.
intérieures d'un pays otr.in/.•.i.w »^ .
'ass.'r deux fois M. Vc'll^""'
''lintcnle. l U ont
li s le i-t'iT^
'nscrit dans les trai.mii^. f u i '
;"-of.iKer la Grèce
i r m é H L n ^ ' " ' " " K tyrannie. On a
l i lit r'ait.'.I ,, "- '•"'l' Publioistos qui attll?iiV h,
Vi"".""''
^'••"'Ifers do ces déi ni -Vl.t.s
'<"»
,;! ! , 'r
d Atlirnen. Un ne sauve
/J|.< 1(11 p a ;•„ ^ ;,i i T 0 , --.'
/ c ç '-v i , - ; , o ( ( , n
s . . . J*A uu^
ous
f é,,-rt...
cmuiuii
.s ;u on 0,1 ni mo une lionne fois
•rec i:i
iuinvii
"""
'
noir et que
, u 1. m,
pas
c MU '. r ^
qui s'etn. n ,
et d.avertir lo public. .
Un n.; saurait trop applaudir oot énerL'i"'eiitot deux ans et
1 aille ..i ,?."'-'® " '"""tro ce qu'elle «^tait
ùmv
<'« faire. Nous
t0 1110
im le iiion.l,.
, P''^par dos qualité»
I'"- "O"'
avons
qu'on
no
?i
's •h"!!!;'''' """ "" V"'""
Vùor t 1 M^ ' " r
PO'ii-coiili,is ;, / ' i ''
-jusqu'au bout.
•M'SS,.
f. >'«"V''":oiis à savoir eo .[ui «o
r ^ s ,mo,V 'i"?'"'V l"''"'^'» niosui-,>8 sont
. 1 SO.S pour doK iidro nos intérêts, à no pas
1 c to us dans I iK'iioraneo... Vojlà l express i l i'^ h . n r , "
qu'il y
,
,
'"'SI P'-" d'Ctro liitonnos
IL la \eiil<! qui nous c'iiervei'.i, c'est d'ûtre
issiiiTs qu on nous la dissimule
''•'••'«'U'OII''' les nouvelles roliOb|)ecli\csqui i.ous sont parvcnu.-s sur le.s
.
'lecciiibre. Iiiutilc
I ,J ,.
sonl(,a>s<;e« au erible.
l.i-s \enl?.elisies ont C-t • traqué» à Athoiios
.une la.;oii o.iiouse. l'Ius ilo cinq cents
ii.M.in,allies ont été oiiipris.^nn.îes, parmi
I;
ou peut eil.T lo colonel Ziiiibra,>,1K1S, 1.! t;eiieral OoraUas. un chef do secK'I .1 la prefectiiro do policp. un .lirecteur
1 l iiiii.isi.-ivdorip.i.Tloiir, .\l. nactiv.iii, .in•l'U miiiisti'e .lo la justice dans lo cabinet
V e.ii/,,.|„.s et .•iiicioii (.'oiivoni.nirK'éiiéral do
'11(11110. .M. Laiiibrakis, directeur du
: "Il Mai 1,. /'.'Kn.v Des sciiiios <io sauvagerie
eu lii'u : un vieillar.i .!.> soixauto-lreize
•> a . le saisi chez lui. frappi- à coups de
•'Jsse (M ,1e iKiioiiiiett.:. ii.jiiri.i et maitraitù
"ir la loii.e ; .l'auli'(>s ont été pruinonés
.iiis les rues p.iniii !os liuriemcnts et les
•ruialilés .le la popiil.itioii. l.a fusillade a
le aceompafîiiéo ol suivie do por.iuisitioiis,
iai'iest:ili.ms. de piilaucs. .M. HeiiaUis,
.aire d'Alliénes, sa icir.nio ont été briitases. .•! i-iu./, e-.ix c'csi iiii il(-f}ulé ijounan:,-, M. i'osiiiainlj .!;Khi qui ét.iit A la tétc
s .Mil utiors. Au pai-quct, c'est un substl1, .M. I.ivioratus, iiui ciicourac.;ait l'a'uvro
"S -ciiiiaiiopliil.'s 011 criaiil. ilu-on : « Vous
..iieiK'.! lei trop d.^ canailles, il est prél'érail.' lie los massacior sur plaide. »
l.es iiali.ii.aiix alliés ont iiatorclle.mont dû
iiiilter t.,us Aliieiios .'t se rélugier sur les
al. aux ou ilaiis l.;s emlroits proléges par
s i-aiioiis ilo nos ciiii-as.-és.
1) après des nouvelles «le source aiistlaiso
lé;;ra|.liiocs du l'in-e au Dnity Teteiiniph,
• t;ouv. nieiiieiit conlimiorait a emp'risoner les ,leri.ii-rs veiiiz.-lislos sous de (all.-ileiix pi.'t.'Vtcs. (I l.es personnes qui sont
.ii'i'éte.'s sont toujours traiiieos par les rues,
.II.H'lK'.'s 01 insultées par los royalistes.
I.iiiilenaiit line les Imieaiix des journaux
'.enizeli^les ont éle cOiiiplélemci.t plll.'-s, le
;ouvi'r!.oiii.Mit porinet ironiquoniont à ces
éiiics journaux de rcpreiuire leur publication. »
Cep.'iulant il est cerlai.i qu.- la mohilisa.Mi il.'S forces royales se tait, plus ou
Miins s.'eréloiiK'iit. Des troupes sont cnvoy.'e,-, v.'is l,aris.sa. I).-s traiicliées oal été
er.'us'es autour d'Alliéiics. d.'S cauuns
iioiili-.^ sur .los points stratégiques. On se
'l'.'pai'o à nous tirer une ^.•. oinio fois dans
|.'.los, mais cil lies i-oiiuilioiis iiieilKniivs
.iiirles rovali.sles <]uo celles .lu 1" cl du
2 dccombro.
<'i's alioniiinliles provocali.ins qu'ont
;'.'pon.lii les Alli.-s ,'t qin- vont-ils faire ? On
.10 connail à l'Iieure qu'il Osl qii'iino seule
.iiesiire iirl:-" p.ir .•ux.
/.e ,'Wo. U1 i/o I-, I,,p.ui-xf.irrrs n.nr.-iU's
Ui-.-i .1
./.vl.iro . : / r , à partir .lu S d '.•nilire, ù huit lieur.-.s .-lu matin. Ce hlooii.'i
• .'lenil non seulement .-.u\ ccjtos.lo l.i (Jréej
' .ntinontalc mais encore au\ il.'s actu.qioii.'iil sous la .lépei.-.laiico ou rncup.itioii
rt.'S aiil.il'tlés royales liclléiiiqti..'s. l.es iia\i,cs .les pui^s,•inc.•s neii'.ros se trouvant
• laiis li's porls hlO'iU.'s ont élé aut.iri.sés à
•;i MU'iii- ju.s.|u'aii l'.i déccmbi'o à s licuros
,l;i matin.
(;e'.te niosiir.' po'.ivait élro insulllsanto.
I':ilc avail l'ineoiiv.-nie:it ^'ravo (l.> ne pas
.voir .l olTol nnnu-ili.it. l . c s n - s i i U a l s d'un
lilo.-us ne se fonl pas sentir .lu jour au lonlomain. Suivant co .|i;o sont los apiirovisioniioi'U'nls du pays Moqué, on no peut
-•.•Il aiiorcovoir, .1 une iiiamér.' tansililo et
vraim.-nl ;;éiianl.' pour la vie .lu pays, qu'au
I..m'd'un temps plus ou moins lonn. Kt il
sOiUlilait qu'à Atli.'nes l.'s .-lioscs en étaient
.iriivé.'s à une situation telle qu'il n'v avait
'.is à toi'i.'ivcr>er iino minute <lo plus.
.Mais lu.us ir.v.ivioiis-noiis en dat .i'aîir
iiiomi't.'nien! |.ai' la forco 'I l'i.." réii.inso
'.lllniialive serait hasardeuse.
Ileiireuseiiient que lebl.x'us, qiielqu'ini'f;leaee qu'il parii; à |>romiéie vtn\ n a pas
lar.l.'' à iii.|Uietor 1.' iiouvcrnemcnl .le Const.inliii.
i.iii.di on annoiiç.iit que
I.anihro»
.ffraitdo licciicicr les ré.iorvisle.î.
•Mardi, le cliarj-o .raiïaires .le Grèce i
l'aris se pi'é.soiilait au ministère il.-s alTairos
élraujrèr.'S pour expilnior au ;;ouvorne•ii.'iil do la Hépiihliqii.? tr,.!i(,'aise, au nom
11! H.ii et .lui,'ouvcrnenienld'Atlièiics, leurs
-iu.-ères re;;!0ts il.'s événements qui se
•-ont pi'o.luils i Atiîonotf, ciulcclaram qu'ils
l.'s .ieploi-aieiit.
t; est un coramencomcnt : et ces! aussi
moment (!«' parl. r haut et forio.'. en aul-'iiyaiit le langa^tc par des prei ar ilils niiliiaii'es qui no laissent aucun doi.ie à Conslantin sur los dispositions de rKiitente.
On assure que l'amiial Dartipc du Kournet vient .l'clro remplacé, .lans lo cominand.'niont ilo rarniéc navale frantaiso, par
l'amiral liauclicr.
L'ALLEIHAGNE
e la
I.'Allemagni' a inonu-nlanOinonl embelli sa
" rarle de puerro •• par la eonquétc de (,*
Valaeliie. Et comme les approvisionnements
qu'elle a saisis dans co mallioureux pays ne
sauraient suffire h apaiser l'appélil de son
peuple affamé, sans plus altendrc elle se
retourne vers les puissances de rEnlente pour
leur proposer d'ouvrir des négociations da
paix I
V
O'tte proposllirtti a éliS remise mardi aux
rpprésfniants des Etats-rnls, de l'FTspagno
et de la Suisse, a BctlUi, avec mission do la
porter A la oonnalssanee dos (çouvemements
des pays alUé.s. el oommentée le même jour
au Relchslag par le ohanccUer .le BetUmannllolwcit. en des phrases gran.llloquentes. où
il élall nmurelleinwit question do la » IOk*
indeslruetiblfi de l'Allemagne
et aussi de»
« horreurs de la guerre », — quo la Qcrmanle
a déehalnée.
. ,
MoIil il queaes couditlOBS U paix T U»
chtncollQr a omis de s'expUmat aur ce f '
caBlUl" Tout oe q u l l en a dit, '
piûssrtfcr dirffc OuadrupUce
décs que lea proposltloita qi
ratent, ai qui vWalant à f l'iumacur ot le libre dUveli
•LE-COURRIER
DU
FINISÏÊI»
Htuplf^ leralenl propre* it «orvlr de baie ft
l pourra deviner on lisant los ordroi r a s et auires, l'ancien mlltislro de la
-'reiubUiiMnioat (I tiiio paix durable u, — par j u ' jJour
Les Interventions des vétérinaires moblll
dtJpoaôs ou en parcourant le* die ! guerre déclare :
C o a i t i direoieur da l a g u e r r e
l'eanei^lneineilt dus 'autres nntloris sans
sés ne (lovronl avoir lieu que duns la mesure
cour»
oxpllquniit les volos.
Maison Française (FontKe en 1858)
doute. Il
compatible uvco leurs obligations mllilaireB :
^
M.
«Ulorand.
Jo
donnerul
(t
M.
le
Présl
et
haut
oommandement
L»* ordres du Jour étalent au nombre dent du Conseil lo volo do eonllance iiu'll de
La paix alleinaude, en un mot.
les chefs de corps ou de service arrêteront le"
' Un comité do guerre est nliisl constitué ; çondiliona particulières, suivant les circons, Koliilr(i|j«-ln (i la liimltre dc» pitt* rdeente» do 18.
monde.
'
Grands X a g a s i n s d l j a M l e m e a t e
lo Président du Conseil, ministre des Af- tances, dans lesquelles pourront s'effectuer
(kelaratloiiM (liw Allemande eux-iluMneii.
Résumons les principaux
Une seule question se pose devaiil nos etins- folres
étrangères, assisté des ministres de les consultations ou Interventions ; les me. ,1. - Ue l'Alldeatoht BUelItr, orsane île la
Celui do Honnudol et nutroi) mnjorl elenees.
la
Guerro,
do
la
,Marine,
de
l'Armouicnt
ot
Llpue pannortnanlHle ;
sures prises ft eet effet seront soumises il
A l'heure efi, plus que Jamais, Il est néers1° L'Xllomtgue doit t'tanexor et gwder de tBlres du parti soclnllslo « Invitaient le salre, Je ne dis pas de donner au pays l'exeni- des l'inunces.
1 approbation du général eommandunt la réf«tan permanente ime ptrtio du territoire de (iouvornoinont rt donner «u paya, parla plo — 11 n'en u pas bosuin — mais de eeiiiLe générul .ioffrc est nommé commaedant gion, après avis du directeur du service véla Franoe ecouvie ) — r La Belnltiuo doit ttre convocation do l'Assemblée nationale, le prendre et de suivre les leçnn» de ealme de en olîef des armées riuncnises. Comme térinaire qui devra s'entendre au préalable
rattsoUée t l'AlUmogn* ! — 3" l'AlItnnane moyen d'établir sn con.sUlutlondo«ucrro, sang-froid, de mullrlse de soi qu'il nous ilou- conseiller tcciinl(|uu niilltalro du gouvcr avec les vijlérlnalres dépnrlemenlniix.
delt «voir une btee navale inr la Manoba «n ptArétillsoruvce los Kouvernomcnts alliés ne, une erise minlstérlello siiblle, une rup- ncment. 11 pourra ussistor aux séuuccs du
Pour raecomplissemeiil do cc service spé" ' a ' » " ' » » 36
uo point ohoiil k l'ouest du ditroli de Deuture éclatante entre la Ciiiimbre el le Oouver- comité de guerre. 11 aura iiéUidler i'eiisem ci.tl, les vétérinaires mobilisés n'auront droit
vr«i i — 4° L'Allemaone doit •'inntxer toutei 1 uullode conoopllon diplomatique, abou ni'iuent, succédant au niyalère iiniluiixé dti ble do tous les fronts dos armées niliées, et ft aucune rélribiillon. sniif. nu remboursement
les provlnoei bnliMnfqueii de 1« Ruiale, I* LI- llaaantft l'unitô d'action milltalro. »
enmlté seeret, un lei événenienl se produisant sera, on outre, pré.sldent du conseil des pur les intéressés, de leurs frais de la-plueethuinle tout enll6ro, la Pologno riiiia ot la
t.olnl tlo CoinpOro Mord, Goudo ot dans tlo telles conjonctures est-il ue nalure ft Alliés. I l s'iiistnlioru ft Paris, ainsi que fous menl, s'il n'y esl poun'ii eu natiiie, soll pm
plui artado jpirtU do rifkrttno ; o'oit.k-dtro autres ininorllulrcs du pnril soulall-ite servir les inléréis de la l'"rancc, il rorlliler nos les
représentants des états-majors des puis les parlioiiliers, soll pur le.s niilorllés mi:
toui >«• ttrrftolros rumei k l'ouoit d'uno II- qui n'est plus rlon moins qu'tinlllé, « re ehitnces de victoire ?
tuires ou civiles.
suncos ulllées.
gno ttiio do Klow a U Orimio. oompronant
.le
suis
emivaineu
du
eontraire.
VolKt
pourL'emploi des Instruments de chirurgie el
Le
général Nivelle, qui dirigeait en derKrolUill
le.M
faulos
uonimises
dans
la
con
Odoii» et une partio de l i C6to oooltlonlale
Je voterai ptnir lo cabinet, persuadé que nier lieu les onérations dans lo secteur de du mulériol appartenant ù i'Klul seru «ulon u i « Ile la Mer Nolro ; — 5" L'Alloinuiiuo duli dullo do la ({iiorro, Invllnltle (louverno quoi
les
événeninnlii
inCmes,
que
l'acle
viril
donl
rlsé
ft lilre graluit ; mai» les vai'rinuiros n
EXVOrfBAKCO'DrCATALOCUr-:- BkzolitC A'VEZ KAOZtET
Verdun,
remplace
le
yéiiérai
.ioffrn
en
qua
«nnoxor l'Etat du Congo qui, riuni li ati 00 ment ft applltmer ft l'Intérieur uno poil nos aillés d'ouIre-.Munehe nous donnent ft
faire usaue. uu cours do leurs In
lonlos tfrloalfloa, permettra do oonitituor ui, lliiuô plus conforme aux trndltlons rôpu- celle heure iiréelso lo sni'ctaele. saiinml ins- ilté de commandant en ciief des armées dt nourront
lervenllons,
des
oh,
els
do
pnnsemenl.
niédi
immenie ompiro dani l'AIrlquo oontrulo t - blicalnos (V), et ft poursuivie nveo los pirer uu piilriullsme de M. le l'résideni du Nor'l et du Nord-Kst. Il aura, couinio col camenls, sériiins. de.... provenuni des phar
lub irutcurs, le général de Caslclnau et le
C L'Allomagno doit établir d*ni toutei loc
el, de ses collègues les déelsiuns que général l'och.qiil commanderont resi'ceti niueies vétéi'inuires niililulres. Par eonlro, il:
partiel du luoudo aivtaut do Itatloni navalei iilllés los accords neecssnires on vue do loîonsell
•9<tmtt
M .de de .M- Henri f . a n i f u y
pays altend.
vement les groupes d'armées du Nord el poiiri'vint se faire rembourser pur les lui.'nu II lorn )ugi uiooiialro par loi poriomiall dél tilr les buts do «uorre coiiimun.s nux
<li'K l)e».er»H, notaire à J.aii.
ressés, de In valeur dos objets de pnnsemenl
,1 al lenii ù donner en séunee piihllqtic le (lu Nord-Kst.
t<i oompitontoi ; — 7" L'Autrloho ot la Bul mitions do l'Knlente, oxiitoalt In commudcrneati.
niédlcumeiils. el<i... qu'ils se soruient proeu
raisons de mou vole,
Le
générul
Gouraud
e.sl
nommé,
par
liité
arlo dovi'ont lo partiuor l« Roumanie, la nlcntloii de toulo proposition Rônérale dp
rés
duns
le
commerce.
l.e eoinitr secret n'e't pas full nnur des di'
•rblo. le Montônégru «t l'Albnnlo ; — U' L luiitllallon ou (lo paix pouvant étro prô- buis (le ee genre ; ft vrai dire II n'esl pns ftii rlin, réBldent général de Krunce au .Maroc
I,es neeidcnis donl les vétérinaires pour
eu rempiaeeinent du générul Lyuutoy, nou rnlunt
Turquie doit t'annexor l'Ugypte, le Soudan sentéo, et réolnmult l'oxainon Immédiat pour dos débat».
éire vicllmes uu cours (rinler^'enlions
veau ministre de lu guerre.
Tripoli ; l'einplre turo uu nord de l'AIrlqii pnr un IrIbunnI d'nrbltrn»o du droit que
I-e /i j a n v l e
elïecluées duns les condiiions ci-dessus don
Le
eomilé
snerel
peut
onnsliluor
une
proré
;t itr.e
t'itcndra von lo lud juiqu'aux llinltoa du
neroiit lieu ft l'olablissomeni do certilloal
lieuro 't (ieiii •
nous voulons pour l'Alsauo Lorraine do dure uiile, parfois néeessiiiri.', iHHir permetlro
l'omptro allemand en oontri atriooln.
d'origine
do
blessures
ro(;ues
en
servie
au
Oouvernemeiil
de
fournir
mi
l'urleinent
dei
Evlt
dek
mlll
lur
cliatul
e
vez
savete.it
bep
blouz.
o
l'élude
11. — Uo la Rbelnlaoli.Woitfallaobo iioltung renrondro lu natloiuilllé frainjalso. »
commandé.
Informntlon!,, des roiiseigiienieiil«.
canton l.iiiiderue, hag ouspen eaiit mill lur c lireiz.
des
organe des grands Industriels alldniiiids :
imiiis»
.M. do lUuidry d'Asson et sont do ses
il fierait Inudmlsnlhle IMI:< les Inléréis vllate
guiit al ioiizeier doiiz ty .^lOHKL'l.. L n i i J c r i i e .
t.'u-.
•'Qiiatre-vlngt.dlx pour oent doa Allemandk coilt''8tuos, ((npr^s nvolr con.Untrt l'Insuill- lu pays, relnlifs niijiiiinl'liul ft lu guerro, doni
Ar ieo'iied a cliouino etiuiez hoc'li unevaied, ma gril
brAlont du diair d'on finir une foli pour ton siiiieu des o.vplicatlons donm^os sur la luelques mois priil-éire reiulifs ft la pul.\
BIl i:sT
usaj
deux
loiizeier.'iloaiirL.e
guerz
e
ijobaiiotilcerez.
A peine connue, lu combinaison min'slérleli
tia nveo la Franoo et l'Auglotorro... HtiiMon
'ussenl diseuiés el eiiKaKés dans i'oinbiv
P o u l l r «'vK a r f o e r e l —iir pa/. — a r provod — du
OalsflO d ' é p a r g n e d o B r e s t . — l.n Caiis
quotldlouuomeut aux rran^ala quo oitaqu çondullo (téiiéialo do la Ruorro, invllulout hors (le lu vue el du conInMo do la naiioii a élé l'objet de vives eritlipies. non pas de la
t-l'-loi, 01 -Kir exi.-n.sion
diMiler a r {t"C'l«><Mi, da «as d n r piii', — «'lialal
pouoe du territoire Irinoola oooupe demonro' lo (iouvoriiomont ft moltrc d'iirKonco ii la sans puiillellé, e'est-ft-dlre sans responsablli part des llbérunx ou des nioilerés ù (jui eueun d'épargne informe lo public que l'intérêt ft servi
e:i In coinnuin- de PiouOdcrn,
Kociiveil
— ar
— fou l i i c l o n , etc.
ùuv
deposiints
sera
p
o
r
t
j
ft
U
I
r
.
IiO
•/.
p.
ii
ra entra noa maina. I l n'y a plua rien it dire UModos nilnlslèros leclinli|ues dos hom- lé. (Appluudlsscinents sur divers bancs.)
siège n'a été oITert. mais do lu purt do cerlui
M.MUltEL'L, d o c t e u r eu l ' b a r m u c l e , L a u d e r i i e a i i
au aulot de la Bolgiqiio. Noua avena baaoïu mes do oaruclùro et d'IndlsonUtblo comniilicnux et sociullstes. Tous Ils auruieut voulu i'unnéo lUi7.
l n coi'iis de Fei-iiie
d'i n débouché sur la nanoho, ot II noua laut pélcnco, pris uu besoin hors du l'arloAu nom du Rroupe radical çt radical évidemment recevoir uu portufeuiilu, cstiinunt
M o r t s s u b i t e s . - Le 8 décembre, le eupl
Anvara. Ceux qui rovandlqnant la Bolglque
socinlisto, M. Noulena fait uno courU (lu'eux seuls sont ft même do sauver lu Kranco !
tulne
do
frégute
de
Lesqueu
dn
Plessix-Casso
niont,
C
M
leur
contéranl
les
pouvoirs
les
n'ont qu'à venir noua la prendre... Noua ne
l i r l u n d a t e n u ft s'expliquer devant lu Cliuni
unit (le prendre sos foneUons do chef d'étui
pouTOna ni ne voulona détrulro l'omplro bri plus cleiidus, lour porinctlanl do réaliser déclaration qu'il tcrmluo pur ces desldc broM.dès
mercredi.
miijor do l u m l r u l Aubry, ft bord du croiseur
iannlqua. Mtila lo mlslinum dea oondltlona do 1 unillealion et lo plein rondement do rata ;
L'Iieuro tunllvo ft luqiiclle nous avoi s con Uluire. Comme 11 se troiivuit dans sa chuiiibrc.
ootto paix que noua aoubaltona tout, o'oat, do toutes los forces cl ress&urce.s do la
I. Le nouvernemonl nous n annoncé qu'il naissance de son exposii uo nous permet pus di il s'uguissu tout ft coup ; Il était mort.
alln qu'alla soit durable, léoraaomout fotnt iiallon ot dos alliés, pour la vlcloirc prorenult riniliulive d'une réorgunisntion du
étendre aussi longucnie:.t que nous aurions
liai iri
- Suinedi mutin, in veuve Urentcrcb. née
de la m n c o et notre proatigo aaauié atir tor
'!ite':arit t! hlaul couunandcniont. lui oiicore nous en- nous
cliiiino
quo
lo
pays
dovrnil,
dans
ces
consur ses diiclarutlons.
Mûrie Jeunne Koruuiiren. " ans, sortuit
are.s .0 eeiit
tas laa mara. a
lendons denieuror étraiigors nu elioix de.- voulu
Jetant
uu
coup
d'tcil
Kur
lu
situation.
Il
rend
ditions,
attendre
avcoplolne
conlianco.
B
4
,
P
A
S
S
A
G
E
S
T
M
A
R
T
I
N
,
B
R
E
S
T
domicile,
sis
rue
(
I
r
a
v
o
r
u
n
.
i
bis.
Soudain
elle
-Mi'.e
a
|.rix
lersonues ; nuls nous tenons ft réelumer de
SI e'est cette paix-lfi que le Kaiter veut, eh I
.;«!) fr.
M.M, Lnslos ot lirncst l'Iandrln « Invllleuxi,;,!,' U
orgniilsatlon nouvelle le maximum d'efilcu- iioniiuugoft l'héroïsme do lu Krnncoipil, uttaiiuée ulfaissu sur ln chuussée, terrusséo pur uno con
bien, qu'il vienne nous riinpuHor I
Au
tiilonl lo (rouvornomcnt (t provoquer Im- ellé. (Vesl Ift uiissl ((u'il faul eoncenirer l'uu- brutulomont pur des annéus plus nombreuses et gestion corébrulo.
li( u (iu y.'cK/,
Consultations
do
B
h.
à
6
h.
outilliies. u su résilier prosqui
— Lu volllo. la veuve Lo Fournis, octogénaire,
medlatcmonl la réunion du fjontrrfcs, pour torllé (lui permotlru une conduiio plus éner- formldubloinent
Consultations
:
é
Losnoven,
tous
tes
lundis,
eiile
d'abord,
retouier
l'onnooii
pur
endroits,
et
I n ('Oi'|)s (ie I r- 'iiie
Invosllr tle l'autorité nècossniro un co- [iqiie de lu guerro. Oui, il faut russeiiibier permettre aux alliés do s'iirmor.Niillepurtlessuc- uvult été trouvée morte duns su chuinbro,
hàtolLo
Roux s A Landivisiau,
tous
los
mof
ot prendre des décisions rupidos-.
Jeun-Juurès, 67.
mité do Kucrro composé do fi membres, u •'Utorlté
onodis,
pouto
da Landopnoau
(pfàs
la
Mal- Ç9inprenaiit : e.'^enia:'
ilift 00 (tue eonunnndent en ee mouienl les .•es (les Allomuiids no sont Uécisits. I.'nrméi
C h u t e m o r t e l l e . — I.ouls l.e Nurd, ftpé do
bll:'1101l nvr-e ét.lfie. n
.M.M. l'abbé Lemiro cl Oruot « estl- grands InférOls du puys. i.
iiuiiion'estmémepusutlelnto.et bieiitét rcconsti
nie).
Ch( ùv.ieiies, ii.ie '"-ni
tili'M!etuppu.véosur(lovullluiit(.surmi'TS russes,ell 82 uns. Iiubltu t ehoî ses eufnnts, rue du Cli
mulcnl quo lo Con.soll des ministres doit
Les clients sont prévenus quo la fête de Xoul arrivant un v.-, issues (t d,Ci»
u, !)!}. Ln truppo do lu cuio lit nt restée ou
M,
R
e
n
a
u
d
e
l
n'est
pas
tendre
pour
les
mniobili.sfru
l'ennemi
sur
ua
nouveau
Iront
il
I l parait quo ootto lois seuls ceux qui or,* so composer do cinq ministres : allaires
lundi, les consultations ne se feroi.tjias à Lc.-jiieven.
lerres oo dive
lOO klloiuotrcs. Il ne faut pus oublier (|u'en tlUO vei te, lo vieiilurd y tomba ; ei s 010.11 II suc
(les oreilles pouruo point cntondro n'nnroii élranséros. Intérieur, llnanco , guerre, aspirants-ministres ;
coinbuit aux suites do cette chute
eoiileiiaiit II b-.-.-iar.'s i
Le Cabinet Hcra o u v e r t à îti'cKt : le diuianelic 2/i
pns ooinprl» la pensée exprimée par le Pape marliio, avec des sous-secrétnlres d'KtiU
. IMi do nos collègues n fait allusion aux • ' nost pus une victoire uliemuiiiio. niuis i
W eei.t.
e l le l u n d i 'lii, de II h. à m i d i
elolro fruncaiso (|nl s'est inscrite sur nos Uni
dans «on discours du tionsistulro du A dé ft In léto dos autres départoinents minis- 'I -neir-i ,M'i se • Ml MIS. Il nvnil nilson. BeauLnnnilis
-Mise ft prix : t/i.ooii
eembro. Ou assure mOrno quo lo Kouvornc tériels oxlstunts. »
coup onl pour dos rcsponsubllllés. Nous, non- peuiix : Verdun d'abord, ensuite lu Somme o
V o l d o / a r d . - Hnrio Lo 11 , femme Uro
.SO.tXK)
ennemis
ont
élé
faits
prisoiinleri
Troi.vvwe lo'. - K i i M (0111ment allemnnti aurait domaiidti des oxplieiiài.-, Iiii.ius. a .V en n qui font lu
seiice
lie
.Mme
uns. uvult prollté do 1'
Au printemps. l'Allemugno uuru un mutérlel :euu,
inu:.(; (le l'IoiLl, niel. ii;i ;ortloiis nu •Vatican. l,e Koiser lul-inOmod«vrn!i
giieiw do couloirs, eseoniplant l'ineiiient qui
r « i livres d:
lonou,
ciiltlvutrice.
pour
lui
vi
•onsldéruble.
Kn
pr(''seuco
do
cet
eifert,
nous
roir
de l.txirc'-.n
oomprondrc copondaiit quo la plus hiiuti'
se produira. Nous, nous iireiions frunchomon!
ivons lo devoir de fulre t.'te, ot lo gouverne lurd. \ cndredi elle u élé comlumii ft quutro moi:
autorltâ morale du moiido ne pouvait se
M. Hrland, président du Conseil, dé- position (levant le pays,
)
prison.
lient
a
lu
volonté
de
fulre
t"li
i)eii\
l^ièccs
taire ni parlnr difrércinment des mOthodr- ciiiro, briovomont mais nottemont, qu'il
11 fuul la prudence uotivo et l'audace ealeii
cs de i i ' i ' r e
do Riiorro instaurées pur lu Kultur.
Ici le président du conseil en urrlve ft lu niu
Saiiit-irtarc
( lareiii-tioulioi: CO
nnecopte que l'ordre du Jour présenté léo : l'Asseiubléo nationale seule donnern l'itenu m
Kt les gouvernomonts dos omiiiros eontrnUN par M.M. iiaboud l.acroiio, Potlevln et lan néeessnlre. Vous no volerez pas nujonr nœuvro uileniuniie pour lu pul.*.
lieci 'narc..: I cent.
Louzou evit k a o u i kroc'hen k a e r
A l a r e c h e r c h e d ' u n o p e n s i o n . - Ooiics
d'Iuil pour l'Assemblée nnlionnle ; vous v.ile
Messieurs, s'iicrie t-ll, lurs,|iriin pu.v .sarii
ont d'autant moins ù s'étonner, qu'avant di' douze de leurs collègues
-Mi-e
ù
prix
'.'.''00
tr.
nou
liiiot,
41)
uns
sétuit
fuit
servir
ft
niungc
Andrcin-l<i;,',
un
ileb'.'on,
linj,'
oll
;
ilenvejounll
arc'hroo'he
rez doinuin, >'
Jusiiu'uux dents, lorsi^u il mohiliso toiito
un Jusemont publlo. In l'npo avuli
heï .M. l'ellé, dél.ltuut ft Sninl-Mnrc. Muls au a vez ]iaroet e berr- uiiizcr gant ar
(irononcer
— Kii 1.1 eoiii.
pulutlon civile un risque île bri
ait auprùs d'eux do liomureiisvM démarches,
le
:iuii.de
»«lo,
Tour
ft
lour.
MM.
Uoux-Cosindnu
ei
moment
du
ri'gleiiieiit
il
s'es,piivn.
ilisniil
qu'il
."''i"
.i""'".' on «"»'' alouto-t-n,
danie!, uu tor11 tient tuut, son conii
afin dn les pousser ù inodlller leurs m
Jont 11 n'uvult p .s (l'urgent. Heuï jours .'iprès II |U'oll
prend «ote doa déolaratlona et doa réaoluUons Charles Dernard montent ft la tribune ; iiuxijuels
II
tiilt lier, quund tous ses fourneuu d'usine n
tliodes barbares do giiorre. Mur In questi
Oouvornomont,. aolt qu'olioa a'oppllquent 4 Ils doivent en descendre, la Cliambro ro idissout
tult d'uno courlo uOsem-o de Mme SninI -KIol. dé
pour lu guerre, uiiuiid. u^ mépris lies
dos déportations, notamment. Il avait laii du
Ik'iu
la
réorganlaatlon
du
oommaudoment,
aolt
bitunto, poor lui ,l,M'uhcr deu* puin-s ilo nbots
'ii'oes
de l e i t e
fusant
de
les
ontendro.
conventions. Il lève des humiiios purtout pour
nrvonir, par la volo contldentlelie. ft M. de qu'olioa vlaont l'aotloa du Oouvornoment ap
Huot clierciiull proliubloioeiit une pension ft
:li(es l.n l'Iivitroii,
m service, ft cc moment lu. si je no criais pus
etlimann lloliwee des protestations éner- pllquéo aux direotlona de lo guorre.
onlOîKinl;
'œil. Lo tribuuul de Hrest lui u iloiiiié sati: >!uc
; hec
Ar merelieda c'iicll llouruatur c'iiroe'lieii war lio blz.il ha
mon puys : « Attention ! l'rciin;
giques ; mais lo cbaneollor, d'aoeord ci
ares i,i ceM,
if/, gunli
» Çot ordre du Jour, on outre, exprime d'uno
tlon en lo couduninuut ft six mois do prison
kaout li'iu llatiiiii en eiir ober iiuiilij euz au dlen-ze : miroiit
Mise
cola avec lo baron Burlun, no crut pas tle- manière tréa nette la conflanoe dans le Oou
'l'ix : !.'>(i(i ir.
Kl l'on passe au vote, non san.s remar- scruis bien coupublo ! i Vi/s nitii'l'iiKtlifuemint:
a ra oiiz ur c hroc'lien da zoiul da rida ha Uas a ra Uuit zoken
itiivrs
il,i/ics,. AtlcntionIMcs
volr tenir oompto des observalloiiM lorniu- Ternomont, qui an a abaolumont boaoln, ai. quer quo M. Hrland a dédaigné do réponissieurs. co qi
loi. - li l u e :
ar riilou, mu'z euz unczlio .liju.
lécs par Heiiolt XV, et dénia au Salnt-Sléue aortir do ooa débita, pour remplir aa loiu'do dre aux critiques acerbes de quelques-uns nous vient de ift bus, c'est un liropositlon i
iiiune (
l.oeinai'ia-Kcii'ion
Midaiitel.
Ar stanlllloiiii : l'Jgweiinek;
négocier
lu
(mix.
le droit do s'ooeiipor tlo la Kuerre.
ttobo avec teute l'autorité néoeaaalro.
roir de
des
orateurs.
uni en
I
m
p
r
u
d
e
n
c
e
d
'
u
n
p
o
i
l
u
.
—
Kn
Ar voestail : U reul ;
VollA du moins ce qu'ont écrit des JourIl Lu llcigiquo ett onTublo,
Mais cola n'Ira pas tout seul. Certains
pporté
peniiHsion. lesoldut Hervé LeC.oenuv
On vole tout d'abord sttr la priorité en lile, lu Mouinunle est onvuhie lu Serbie est en
An hanter-voestad : j reul
naux uénéralemont bien liilorméH.
Piél.'cs
(icputés ont encore dos bonluionls ft dé
îei't'c
dl.v de nos dépur
sou rovulvor. \ . uiunt montrer
ne oll apotikcrezou.
Quoi qu'll.oii soit, l'aflcotluii do Denolt XV IJII"''. Uu nombre ost lo soclallato mlnorl faveur de l'ordre du Jour ol-uprés de teiueuts s>uil envubis.
lionreiii>n
vol
lu
le
(I
Âosei
eo
gant a s Aotrou M0E5UL be-ucan
MM. André 'l'urdlcu, KiiilloConstunt, .'Vbal
pour kla Franco lue saurait plus Cire luire M i s t r a l .
M . Andi'ô Lofèvre. — Kt lus crimes no
1 ilovolr d.v liitroclulre un cb:
Araoïvob'
lijeu/. an (il»-:.-/.e.c v.- .iia.l eu ein ^c
mise on douto, apris los ténioiKnaKuii éela
Korry, Charles Cliaumet. etc. ;
cliftliés 1 .S'UFRE d',im>J,III(/i.SF),IPH(S.|
trouvait duns le cunoii. et le cou
cm saoïiu itelpeaii t pevnr rcal au tam.
Il vient développer l'ordre du our qu'il
t«nts qu'il on a donnés ces duriilers Jours.
" Lu Chuiiilire, so plui;anl eu présenco d -s M . B r l a n d . — Kt celu est fuit duns lo vugin
iilgrièveinenllonillitriireuii h ^s v
Ce fut d'abord par l'accuoll vraiment jia- a «Igné avec i ompèro-Morcl cl ( oudo. Lu faits,
constulniil les eoiiséiiueiices inililuirrs uvoii des proines.ses soli elles do niuu
[lorlé ft l'h.i.spico do Murlnix, il y su
tornel réservé ft nos évCqucs,
majorité no l'écoulo tiu'avce une ccrtaino
el économiques d'une poliliniic troubler lo cceur, ft Impi! !• Ii's ilnics duns
,ùl.
Co fut ensuite, plus solennclloinenl, et Impatlonco; ot ft llro eo puusago do son dlplomnllques
d'imprévoyance ot de fnlljlesso goiiverneineii- pu.vs qui pleurent tunt <le .O'ts. IdMiiienl rei
l'éfi.'ii'vaii
aussi plus clalroiaunt, pur cc pnsMn(,'o du discours on comprendra qu'il no pouvait tules, résolue ft réuliscr, pur uiie dirocllon île tuldol Kt toujours le niéiiin; cri pour trompe
discours prononcé lo u déocniliro par sa on étro aulromont :
lu guerro (|ul réponde ft l'elTorl de l'urniée el neutres : u iNous uvons étili iilluipiés ' »
P a i l l e incendiée. — l i
Sainteté, nu Consistoire public.
du puys. les Conditions do la viotoiro. passe
» Ah I messieurs ! ciuni e .M. Hiiund, lu niiiiii valunt I.IiUO fr. cl uppurl-'ii
Lo Salnt-I'ùre vonnlt do célébrer les inOIl faut (ioiiiier ft nos enmbatlanls tout eo ft l'ordre du Jour. «
levée, proférunt un sornii•ni, ù ce cri je réj.
culUvuteur uu Cosoiier, ii él
l'ites des nouveaux cardinaux llallens, et tlo qui est n('eessaire pour viiincre.
une fols de plus ; > ,\oii ! IL.11 ! Il C'esl nou:
Par 3 9 » voix contro 1 1 7 , la priorité
Mais cela ne siiflH pns ; les ediniiatlanis el
parler de l'alléKi'osso qui avait aecttellii leur
ins été utlucpiés I Oui. et lis fuits
le
pays
demaiidenl
dus
futeos
innrules.
(i
élévation t la haute diuiiilé. Puis 11 reprit :
ost refusée ft cet ordre du Jour, tous los
est sur vos tètes, Il ii'e-t pu
. . . Kst-ee
. .
Le retentissement ot l'écinl de eetln note peul-nn
• .,
J'I'lKi'i'?
en Iifllchunl. dl. déptUés du l''lnlst(?rB, excepté M. l.aiielen .viug
lli/s iipiiUiiiihssemntls. .{•\iii
d'ailéuresse no puiirrulent Aire déliassés i|ue preleiilions folles ou en revenniii uu iirinelpe abseiil, ayant volé avec lu majorité.
Iioinbietix ftiDie-.) i:t j'
par l'éclat et lo retenllssemuiit tle l'hyiinie quo nous avons nfllriné au déhui de In guer
ni uu fond des chose:
Il no reste plus qu'un, les iiutres ut'ant
uul aort aiijuurd'hnl du ewur de tous les re ; Il siivoir que colle guerre iinus u élé liU'
nie de nos ennemis c
Kraneitls, Haintemenl lier» de voir appriieler posée, ç|iio nous lutloiis pour ie droll el In II été retirés ft la suite do ee scrutin. C'est 1 l i/.<
iniiihiuitisscnirnl
celui du .MM. Ilabaud-l.aeroi'o et l'ottoviii,
par Nous la valeur de Iruls pierros précieu- lierlé des peuples.
Munie, uprès l'Vser, up
.Nous
vouions
que
ees
buis
rosleiil
iei
nié
ses do leur épiseupat. Uir ee n'est pas seulenccepté par lo Gouvernemont, et ainsi Ki'uuco glurlouso et ilel
"''Ji'<'llf qu' l i b e l l é :
ment (t ht Bretagne, ee n'est pns seulement h nlrnsSuliuns''''"''
la Nermundie, ni si'ulenieul a lu uliuire de
1" > La Chambre, prenant acte don d6oUiraNous (lisons nu (iouvernemeni ; .. Uoniiez
Huint Irénée tiue notis avons VIMIIII ténioigniT
tlona du Qonvernement niir la réonjcnisatloii
Notre blenvelllunee. Llerles, Il Notis plall iiuo un pavs eetle forée nioriili!.
oommandomcnt, approiiv.uit c« rénolutioii
Ue l'nuire ertic, le elinncclier no manque du
la pourpre rumalne vienne euuvrir rinslgiie pns
conoontroi-, noua uuo direollon restrelntii
ai'cfievétiiio de Hennés presque (t lu velllii de luijo1une iiecnslim do dire ; .. Nous soiniiiei de
la oondulto générolo de la querro el l'orttanison duuhie Julillé, pour réeninpenser les serurs (llsiifisés ft in pnix
lAppluiidisso aatlon économique du pays ;
vices qu'il a rendus en dix iuslivs de saeer- menis Mir ilivoi's bnnes ft l'exlréino-guu''he,
a- ConlUnlo on lui pour obtoiilr, on plciji acen cinq d'éplseopat, l'arellleinenl,
dece et on
Parelllemenl N
lie biin™ '"'''''''"I'""""
" " ( f " ! " ' "omhri! cord iveo loa allléi, loa tiaorilloes ot les enort»
tro Ame s'Inonde d'une Joie snnve ft pouvoir
oommiuts reconnus indiapoimablo» pour .irri1)11
dit
'de
l'autre
cillé
quo
si
In
guerre
élever à la dignité cardlnaiiee le prélal dis- prolonge In rosnoiisnlilllté n'en ineonibo pm
ver, par uno énergie redoublée, & la victoire
lingué qnl, dans les trois dioefses do Ver- lAliemugne. (Vives prole^tuilcns suc un définitive, repousaant toute addition, passe S
dun, Bourges et Houen. s'est inonlré nusteiir grand
nomiire de Imncs.) ('.'est eertnlneiiienl l'ordre du jour.
suivant le eieur de liieu ! et, en en moment,
mensonge. (Mnrqiies (rapprnliulloii), innli
Notre pensée voie ft la eltère Orolle de Lour- un
I.o premier paragraplio ost adopté snns
li;s uppnreiices plaldenl en laveur do lu thés,
des, ou. en des Jours innuhiluliies. il Nous all.^niando.
opposlllon.
(lnlerru|illons. — Uriill.)
fut donné de elinenter avec lui lo lirn d'aiiI.a dernli'ro partie donno lieu ft un
Cesl pour coin qu'il fniil dissiper les équl
elennes reinllons. El Nous ne Nous réjouis- voimes,
npp.-ireiices plaident d'aiilunl plus senitlii, dont voici le résullal :
sons pas moins do i^ouvoir fonder sur les en fnveurLes
ue eello ilièso (|ue, d'niilre pnri, di's
Tour riuloption,
eonlro 1 8 0 .
mérites aequis ft Orenoble in eolinllon em- imrnles n nolro
sens dungoreusi's uni été propressée do la pourpro sacrée au nouvel nr- iioucéos.
N'otèreiil peut" : MM. Uoiillloux l iifont.
'
ehevéquo ue l.yoïi.
|inys a élé dmiloureiisemeiil Iniiulélé imr 1.0 Hail, 1,0 Haii-Mnigunn. l.ouppo et l'aul
Mal» pourquoi taira, an honorant laa paa- lesLe(l(.'rnleres
(1,'olnriillons du présldi'nl du .Slinon.
taura, que Noua avoua voulu honorer auanl Oinscli
de Uu>sle. (ApplaU(ll»s,.nienls sur dl
,.Vola c o n t r e : M. rioiido.
lo troupeau 1 Pourquoi ne poa lo dire, on té- vers hnnes
ft l'exlrémiï-gniiche. — vives liv
On rcinurqiiera qu'entre les deux sernmolunaut do la blenvolllanoo k troia Fila do lori'upllons el proleslnlions sur los uiilre»
llns l'opposllion est passée de i l T f t IliO.
la Franoo, Noua avons voulu «tnrmor do iinni!s.)
nouveau que, dana Notre poltrlna, brftlo tou
M. Lucien Millovoyo. — C'esl préci-iément Cela tient ft eo (|u'un eerlalii iioiiibre de
ioura vive uuo flammo d'amour pour la pa
le eonlruiro. Lu cuiiso est enleiidiie. (Applitii soelnllsles voti' reiit, au premier .seriilin,
tria do Clovit, do aolnt Loula, ot do Jeanne dissenients.)
aveu in majorité, poiiréeartor l'oiUro du
' '
d'Are 1...
M. Miatril. — ,Ie ne suis ee qii.> vniit l'afllr ,our'l'ardlou, dans l'ospnlr d'oiilenir tm
Oh 1 qu'il paaao dono par Notre tréno l'hym mnllon
de
M.
TrcpolT
lorsqu'il
dit
quo
les
scrutin
sur les ordres du Jour déposés
na do gratitude que la Tranoo catholique ialt prélenlioiis iils|„rlqiies de lu lliissle ont é|.<
aujourd'hui monlcr vora lo -Seigneur
•
pour rnlillees pur les Irullés. (Mouvemeiils divers.» par le purll lul-mémc.
l'héuraux aort qui
, lut échoit, Noua Noua réApri''s lo premier comité secrel,
Juin
M. rranklin-BouIllon. — Kl c'est purmileroIr fertiflé aoa llena avec le
iouiaaona d'avoir
Jiisle. Kn priinoni;an( sou admlrnble dis- inill, la priorité en fnveur do l'ordre d,.
Salut-Siige, dana la ohtro oonllanoe do voir inent
Jour
réclamé
par
M.
llrliiiid
nvull
él
cours.
M,
Tréiiofr
u
rendu
un
servici!
énorme
réallair lo vœu que Noua iermuliona na nux nlllés. (Virs npplnudlsseiueiils.)
niioiilée n:\r M'i voix ediilro 8i), — (( en al
iiiro ! « UTINAH HENOVENTUH OESTA
MIatrol, — l.e piiys ne veut pns SIro rivé tondant 93, » solon le cri du occur
Ï El PCH FHANCOS I » — (Fulaaont-ila ao ft M.
line guerre snns durée, (Appiaudlssenieiils
Goudc.
ranouvaler, laa geatoa d« DIau par loa it i exlréme-pnueho.)
Nous devons avoir un objeclif précis.
Frinca I )
M, Leboucq, — l,n vlcloin^ I iMts upplniirfiiiianiiî
Ces paroles sisnllleatlves, que le l'ape
rédint
avait pronoiieées iivcc un uceent «onlenii dlssenienls sur tous les biiih's.)
Des débats, eoinmo de l'or'dre (lu J i n u
M. Miatrai. — Il'esl eiilenilii ; mnis quelle ;idopté,
do lervniir eroissante, toucha si profondé
il
ri'ssiu'lult
eluireiiieiil
(|iie
'
mont les cœurs, quo beaucmip d'auditeurs victoire 7 i Inlerruplions ft droite.)
iiiujorll''' de In Clininhri: ilé.slriii 1 :
Au contro. — irnlionl, ehiisser rennenil de i-uiide
sentirent leurs yeux se mouiller de larme.-;
!• I.u réorgn isntloii du linut eoiiiinuiidel''riuioe.
(Trf's
bien
1
très
hieii
el, de tous les points de lu salle, un ap
nient ; '.J'. lu direelioii de lu guerre eoiiliée ù
iiaudl.s.semciit éelutn, irréslslliilc, respeecomité restreint ; :>'. l'orgniilsaliuii éco('.iins.?or l'ennemi no suillt pas ft M. Misueux, In^lslnnt, pour so proloii(;er duruM
nonil(|uo du pnys ; 1'. pnr vule do (oiiséquelques liislaiits, malgré le geste 1res lia tral. Il fniit se sariintlr eonlro le retour liienee, lu rédoetlon du iioiiihre des iniiiisdo
piireliles
giiorres
:
c
l
coiiiino
Karanllo,
leriiel par lo(|ucl Ucnolt XV lAchalt du le
:'cs ullii (l'avoir un L'diiveri.enieiit plus iiuIl réclamo uu orgnnismo liiternatlomil nogéne
eoiiipriiiier.
el des déelsloiis plus ra|iiiles ; .>.
Quand lo Pape sortit do la salie, ttnu voiv (lesliné ft régler les eonllils, eiilro Kliils, un coîieours plus effeellf de lu purt de ii(\s
monta d'un groupe franvnis : « Salut-iVu'e, — cl qui, njouleroiisnous, serait nnssi IIU^s.
liéiiissei', lu l'ianco ! » Kt lo Piiiie, souriant, impuissant que lo tribuniil do Ln Ilayo,
Pur quel bout eominoiieer'i" Kvldeiiiincnl
l époniiit itar un largo geste de liéiiédletlon (lit (lo in pnl\,
lUr In refoule du ml .lslére On ne volt pn:
len un goiivérnenieiit iissuniunt lu re-p.m
M, C h a r l e s G h u u m e t roproclio ft M
ulilllté do to'.il reniunler nvaiit de savoir
Ajoutons ft cela les détails tnuehaiits (|ue Itrinud (le ne pns ))liis gotiveriior que no 'Il uuru ruppui du l'nrle:i:eiil, uppul niiquel
volel, sur la iirésciitution au l'ape, par le l'avult fuit nvaiii lui M. X'Iviani, Il dc- 1 ne sniirnll prétendre s'il ne lenult uiicuii
cardinal Ainelte, d'ttn attniOnler mllltain niatirie un gouvernement du guerre, snns on pie (les désirs netlenient exprimés pu
Iraneais, l'abbé .Mleiicl Mven, bleu connu iijoiiler qu'il devrait en fiiire piirllo.
lu niojorlté,
dus Jeunes du l''liil.4léru, qtil ni iiovc l't itonie
l.e reste viendru ensuite. Kn co qui eoii•M. O o m p d r o - M o i ' o l sodoinniulc si nos
un l'Oiigé (le eonvalesceiicc pour blessures, sa( rlii(!es un iioiiinies et eu urgent n'uii
•riie pur cxeinphi les nuuveuux snerlllee,'
ainsi que do .Miiii (iiriid de l'Ain et do la raient pas pu ëiro moliuiros. t)n peut réileuiniider uiix piiissuiiees do rKnteiite, il
eiiiiites.se d'i-lseiaibes d'Ilulsl, (|Ui s'ueeii
a éb' (lit, dans uno séu: c publique du Purpeut de l'l.lKiivru nutionale des églises dé- pondre par l'ainriiialivo, juir evemplo si
que In i'rniu'e nvnll mobilisé I sur (i
lui cl .«es ooinpngtions s'étalent laissé ie nei.l,
vastées.
su populnlidii. l'Anîtlelerre I sur lu. l'ilnmoins
borner
pur
les
comp'
ros
d'outre
11.'
I
sur
II. cl lu Itiissie I sur '.'d. Nos nlllét
Le ï!iiinl-l'i''r" eombia d'
l'auinéiiler i l l i l i i nu temps où il oftt Oié prudent do
iiinrenilroiil (|U'ils iKiiisddiventduvniituge
mllllaire. el, eomine i(oiul
rensolilniil
répondro
aux
uniiemeiits
nlluiiiuiids
pur
prés tout, e'est pour eux uussl (|ue nu
encore des siilles des eoi | t reijils. uv;iil
liions.
qudqiie peine A se relever iprès In géiiM des nrmemenis é(|uivnlonls,
llexiiiii d'nsnlf, Ilenolt ,\V I Idn iinteri •
l'ineorc fiiiit-llI (|ucli|u'uii (l'uutdrisé
irnuloris ft 1(
Arrlvunt ft lu question du haut com
ur rappeler ; '1 ee queliiu'iin ne peul éli (!
menl ft se iflever. Il eonfém rlndiilgi'iu
il'un goiiveri •nient slalde, el tort de ln
pléniére Totiea quotioa au eriielll.<t iitie celui iiiniidemenl, .M (.:oiiip(''ru .Morel s'exIhllniiee du I' rlcinciil.
el lui préseiiln, ut bénil de gr.oiil eieiir Imis prinic tiliisi :
Aussi blon M Hrlund ne tnrdu-t il uns l't
les Hoidnis auprès desipiels l'uhbé ICvi'ii
l.e qiion nous pr cnle
-I In
ponrruit être uppelé ft exercer son minlslér •. iiire de eo qu'on nous nviiil pré-'i'nlé il . ,
uvrlr des piiiirpnrlers nvei^ des niemhr
Puis, se luiiriiiint vers ,Mlle (.lirod do l'Ain, juelqiies seiiiiiliies e,, [,nrlunl de l:i réiirgùiil
Il enlilnet ot iivee des |iersonnulltcs
qui avall en iniilns uno do ses pholui/rn .;illoii des orgnnes de dircetinn ,,'e ht guerre
urieineiilulres el l'xlrn-purlouifnliiiri's,
ees
pilles :
Vous déslrei! une liénédiclioii spé CeiK donl il n élé qiie.siiini
•rnléres uiqiurleiinnl au momlo liidusirlcl
Le rouillé do répurlitior
claie pour les lilenfiiil''iirs do l'ieiivre ft IN iiiis. (in vu leur donner, uu
une ;iii(H)iiiinerelal.
lu préfocliiro. lo 7 déccniii
S\. N'o
quelle voiM vous dévouez'/
Inlerrogen-I- liirilé nouvelle pur une pluee -iiipérieiire. ..
u iiislitiicr une curie faiiiilinlo
Pour
lui
simpllller
sa
tnehe,
dés
sume
II g r n o l e u M i n e n t . K l UIISNIIOI II lrii(;N de sn
soulïrnis d'une
porsoliue eoinposiint In fiiiiiill
les mliilsires (l'Ktul lui l'einclluient leur d
main des lignes loiichunles, oi'i || upiiello sur
Puis, écartant un coin du voile, Il pour inissioii.
.le siil.-i ub.s.oliir
7lill
gruniiiios
de
snero
pur
uiix les bénéillcllons divines.
suit :
iiiivi neiidniil ;:i
Kruiiiines
ou
4
inorceiiuM
A
eo
pio|i(is,
ruppolons
quo
ces
mliilsln
— I, Aeeijilez-voiis aussi des souserlplioiis
;i fU-meurc. J
l'i'éci>iloiiiiocnt, lu coii.suii
SUIIH portereiiille cluieiit uu iioinhi'u de .
étrnnKitres I „ deinundn-t'ii on soiirlunl,
iniis eellii deriilere Journée, lu nu
mr
çoiii.ni-..-,niice
vurlull entre I tXIO et I.IUO
(le rroycyiiel, Kiuile Ooinbes, L..Mlle (iirnd de l'Ain répondil que précisé- de derniero heuro n élé le rmiléino des r.'in MM.
l'iix
(jiii .^oulTreiil.
Il (!Kt possiiilo i|ue su s t
Ilourgeois, ,lule.i Ciiesdoel Donys Coeblii.
mont lo jireinler hlenf.iiiour de nUliivre iin- plueunls,
Mie (le I é c o l e l i b r e ;
I.es I,' uiitrc.s miiiislros étalent : M.M. iudlspiinsuliio d'upjiiliiiier
llnnaie tfos églises dévniilécs nvuit éié le
Vous volez eonlro in oonllniii
dll-on. B.iie8u dfs do|p'J2's es Foifvy
i:iia(|U" Jour. :tl. De
reçoit
\rlslldc Ilriand, préslib'iit du tlonseli el d'unires denrées.
Pape Ilenolt .'^V lui-même, qui nvnll ouvert Vous volez piiiir i;:ililuiix I
lires de remereieiiieiil
i.ie.iies !
Kt ulors uuo question se |i ise. qui u son inté
iiilnlslrn des affuiriîs étraiigéros ; Vlvliiiii,
la suuserl|illon par un don do bOlHl frnni's.
Vous volez ennire le mln|sl(''re - vous Vl: jiistleo
l.-ifréeH e l > { u é i ' i e K p u r
niéllK
8 I.IS
i:u mllltuirc m rive ou p ruilssiou. SI •
; HIbot, llnuiioes ; géie-rul |{d(|ues,
— « tVost que, conllnua le l'npe,
vlel|^ lez pour Olemeiieenu I
Veille de Mieviiux
doux .liiiiiciils
(l'est done avec lu (ermc eou^ i e l i o i i
do h. ù .i h.
d'appelur sur vos blonfalleiirM les liénéillci:ii bien, pour nous, peu nous Importe qii< u'uerre ; aniirui i.ueuze, uinrlno ; .\lulvy, fuiuillulo nu (louiio liroll ,p un.* ulliiieiils iicc
• i - i i ( l l o A I I 0 1 l ( M - ( e u r N (|ue nous li-iir
Sauf lo snmeill ot dimanche
liens divines, et Jo voudrais bleu, iiJoii|u-l-ll le président du Honseil s'nppelio llriund, Cnll iiilérlcur: Pulnluvé, instruetioii publi(|uo ; suli'os nux nioiiibres do lu fi inlllo liubituelloin
( ; i i e \ i i i i v l'croi'iiK's
oii-eillons d'aller voir en toute e o i i l l a n e e
Clénicntel. comincroc ; Doumorgue, colo- présents clioir. oux, que fer lo poilu'/ Co S(
lire les dents snns douleur .1
nnemcut, avnir mu port de ees béiiédlolioiis Unix nu d'un uuire nom.
proveiiniit du .1
ueaiul >.|>('-<'i>illKte si cou u et i-i aimé
trouvunt pu su purt uu foye ,
divines. »
pose dos denliors urtlllclela
Co que nous voulons, o'ost du oonruge, de iilen ; .Mureel Heinlmt, trnvniix publics ; .Mé- désolunl si, nu
d'inlniitcileet
du
Iniis notre r(".:iou. qu'il visite iepiiis plu
étuit réduit omino coluuri lvo ftdcs poriuissioii
Et, par un gesin d'une délienlesso exiré l'énergie, do rnuinrlié nux polnis dn vue ml llne, agriculture ; Métin, truvuil.
l'AiiL;: I.1-; UKBION
d'arlilicrie ft pied.
ft riijoinilre sou corps ft pcln sieurs aniiiVs et qui recevra ft
I l y avait en oulre
sous-scerélalres nuiros bool:
tne. Il remit ft Mlle airod do l'Ain, nveo ie lltuiro, diplomullquo el éeonoinlipio, .>
Ifi,
r
u
e
.Mairie,
IJKICST
Consult. r les nllleiie
ltre«(. (liiiiuiicho 31 déee
préoleux autographe, deux blllids do l.OOU
d'Mlnt : M,M. Albert 'l'hoiuus, munitions ; arrivé pour uvblr ft luuiigi
franes.
Voici une fuiiilllo dont les cnfuiils .sont en Janvier. liOtel de i-'rance.
Au nom de M do sos collègues, parmi •lustin Uodart, scrvlco do santé : .iosepli
H t - P o l l i e L é o n , i i i u r d i '.', li('»l.(lcl'rancc
Comme s'il n'nvnit point sniisfail encore lesquels quelques droltlois ou libéraux, liilerry, Inlenduncu ; Nall, marine inar- penslen ; lu eus est fréipiont Ces enfunts ont dos
ICludes
C A P I T A U X
i.nndlvlHiau, ineréredi
liftl. du Léon
•en priinre désir dn manifeslei' su paternelle
«hando ; IJulimicr, beaux-aris.
congés ft NoCl, uu 1" de l'un, pour les liras, ft lu
tair,?
Disponibles pour trniisl'orClittleaulln, jeudi -1, hOt. (irund'.MuIsoii.
blenvolllanoo envers l'auniénier militaire ol M. Osiiala (gaucho radicale), lit uno dé
.Mardi «olr, M. Hrland avuit reconstitué
intocote, etc. ; Ils out des vucunces ft l'ftqucs
Dan^iiy de» Ih'HeriN,
iiîimuii
clarallon
nettement
défavorable
au
gou
mer
eu Société aiionvnie anQuiniperlé,
vendredi
le« représentantes de l'OEuvro nallnnnle des
liOl.du Lion-d'Or,
commc suit son cabinet :
et plus lurd nux mois il umlt et do septeniiire
luire ft Landeriieau.
iiusglaise toutes alTaires "prospèégliies dévastées, lo Pape tlunna ft l'abbé vornemenl. Parlant u de fautes qu'il eilt
Carliaix, dlm. 7, iiOt 'l'our-d'Auvergne.
Hevront-lls rapporter leur purt du sucre, de cule,
M
I
N
I
S
T
n
K
H
res.
,\ueuii
frais.
—
l-lcriro
Ëven ot ft eelies-ei un lui de uiédallles artls- été possible d'éviter, ot qu'il ost nécos
Douariien»/., lundi 8, lifit. do l''ranci
do pulutcs, Ole. do leur peusionnut, ou, pour iii
.liionné l.s>i, poste Coli)ort,
tement (ranpéos. L'audienoe s'uohovant, le •airo ot encore possible de corriger », M.M. Aristide lliiiANu: l'n'siileiil ilii Cuimeil pns los priver, les niumuns dovront-ellos so prlvoi
(Jonenrariiu,
mardi
U,
iiOI.
de
France.
n/ jninfslre des n/lairvs é(r«n«éres ;
Ktude de .M- (i. du f . 'iih. a<.
Marseille.
Pnntifo hénli aveo effusion les visiteurs que l'orateur les résume en ces quelques
(jnlnuKM*, mercredi lll, liOIel du i'arc.
A I,'AMIAIU B
ViviANi ; Juntiw, Imlructiun
publinui-. elles milmca dn néccasulro l'l'rlales congés, trlslet
notaire ft Meirialx, suc
{i Em. lo cardinal Amette lui avait présonLaiiulon, Jeudi II, bOtcl de l''rance.
vauiinces, dans ces coudlliousl
lîn
lacommune
de
Nniiitmots
:
«
Insunisance
d'orRanlsatlon
et
do
Hrtiux-Arls
ol
Privoynnce
socialo
:
seur (le M* 1', lilicu.
t » , voulant visiblement manifester une fols
MuluKamp, vendredi i'i, iiOt. (loinmerco. V o i i i r a y :
Nous espérons quo lo eus seru prévu par lo
HIUOT : Finances
;
de^lUH en leur personne sa tendroase pour prévlDlon, aboutissant ou retard, ft l'im
Morinix,
famedl
13.
hOlel
de
lu
Poste.
pour le ."0 scprftglomont ft intorventr, ot prutiquemont rkolu
MAI4V'v: liUàricur;
Doeleiii' K . C i K I l E I J . V
provlsatlon, ft l'ft peu prés. »
Lorlenl, dimanche 14, hét. do llretagne.
-leoibre 1917. la
Général Lyautcy ; Ouerro ;
Demeure bi, boulevard K. Qulnet, Paris. L a ferme de Uoguérouriett
A u c e n t r e t Ces fautei viennent
. t l é l a i r i e <lel.»/.iii-Ia-l7.ella
OMrurglenmDentlsto
A m i r a l LACAZK:
Marine',
en
la
eouiiiiune
do P l o u r i u .
d avant la auerre, ('J'ràa bien ! Tria bien /
De la /••acuité de Paris
Les 2 f o r m e l de E e r f r a v a l
CLâMnNTKt. : Kconomienalionale, Com
S'adressera .M» du Penhoat,
à droite et aur Uioera banct au centre. —
Lom vétérlnalrom
moMHmés
ot les
morco, IniittsMa et Atirioullure;
JttmaadtM
M
O
N
T
I
I
i
a
,
B
I
J
O
U
X
En
tict
la
place
Lilttir
d'Auvergns
30,
plaec
Thiers.
Bruit,}
HHnniOT: Transports, HavitaiUement 0t lom éleveufs
ou
mgrloultourm
PIIin>DI,E0, OnitlVBBIUB, s
3 fermes de B e r n ô v e i
CcualtiUtu tOh. i Oh.
civil
elmilitaife;
C'est au tour do M. Millerand d'expll
Pour tous rcnseigneinents,
et n r ml«a-Tou
DouMKRnuB
:
Colonies
;
quer aon vote. Son apparitionftla tribune
m<
,.i>UHitin*Ni»
(
Q
a
T
R
I
B
A
U
O
E
A
U
s'adresser
a
M
"
Geffroy
et
Bcirtelloits
SMS douleur
Albert THOMAS : Armement et fabrica- Dans rintérflt do la conservatien du ehep- tl>1"'Prlii,KIÊMilllnil'0rCtiiimmUmumt»lrt\
est aoouelllle par dos murmurci sur dl
Danguy
des
Déserts,
notaires.
tel
national,
les
vétérinaires
mobilisés
des
Dentiers
gurmtis
surftcturt
tioni
de
guerre.
. AptU ivolr dlioQlé A buli-oloi dix Jonn v e n bancs du parti soolallste, pendant
MM 1 t M tabii. riAIOI TAIV U U t l l L
88, m e J e a n J a n r è s
dépôts, élabllssemeiits ou services do l'inléPrix motlérti - : - On parle breton
Jafant.
'roarrlf ,,MI que tar des bancs au centre on applaudit
80U8-8E0RÊTAIRE8 D'ETAT
rleur, sent tenus de prêter gratuitement leur
Schampoingi
elCoiftiirM i lesle henn
MM,
LouciiKun
:
Fabrienlions
de
guerre
;
ooneours aux admlnistrallons elviies, aux
M. V i c t o r D A l b l e i so permet (Te dire :
sienTejottuoaoulagad
UL^VKitLM : Tramports ;
Droat. — Imprlmerlo du Courrier tlu
.propriétaires, éleveurs, agrleulteurs, etc..., ft
' ^ S y o b l i o éUlt i n d r U t ™ ' { f l U d ' A ^
« N o m ne sommes pas& la Uaure Cou,r,
Ar
medialn
H
o
u
d
a
r
t
c
.
MTKIN,
ft 'l'rovcs
^ Justin, QOBARI ! Serufc» de lanfil.
aéfeut de vélérlnttlres civils dans la région ou
nisiire, rue du Château, 4
M . le présidant. »
Laines ft tricoter G (ils, a lo ,50
BRUST, Si, ru Aiguillon
en oas d'insufilaanoe numérique de ces derAu ollieu dea tnteruptlons des l U y é on
noir,
marine,
cuir,
niers, dans les eondi lions ol-apréB i
A 000
tu^mommmk.
tor44os.
queusea et hémorroïdes. MalLe gérant: F.. GBOKGELIN
belge, marengo
son Uurot, 6 Nantes.
T H I E R ï é l S i G R Â N O
Vêtements Confectionnés et sur Mesure
^^ Enfants
j
g
I!
AU
ADJUDICATION
Id'AL LABOUREmSK DOUAEl
A LA C H A M B R E
I
I
Le Gaiet denteire L. Eim.
Le P a p e ^ France
'CREME
B
ministère
BEUPE^qU'
e
f
 propos do la c^^rto da Suors
A
VENDRE
A.LOUER
llirili isJoDÉ Stcnit
SALON LOUIS
RELIGIEUSE ^ i ^ ( U
îi
Samedi, 23 Dëoerabre 1916
— n
(dT* A i m é e . — N " 1.926
p
I >))»..—.
JOURNAL FRANÇAIS-BRETON
ABONNEMENTS
Klnlslèrc, Côtos-du-Nortl, Morbihan, (un an) 3 fr.
Aulros népai'toments ot Colonies. . —
4 (r.
Ktrnnspr (Union Postale) . . . .
—
B fr.
tViiiiij/(!iii(!iU (l'HilresM : 0 fr. SU at'cc la (lerniire buiiihi
Les abonnements partent
(lu 1" do clm(]uu mois «t se payent d'avanco
raient plus prumptement solutionnées et h
(jouoernement disposerait de plus île temps
Il consacrer tiux aO'nircs qui sollicitent
sop attention ; niuis 'J7 des 33 commis,
suires élus sont hostih s it celle proposi
tion, comme à toute révision de lu Constl
tulion
Start co lior c halon enn hor c'hrelï
Ha starloc a ar Urouz oim hor lirelz I,.
GEQUISBPÂSSE
/.(( question du gaa et de 2'électricité a
été de nouveau étudiée au conseil des mi
nistres de mardi.
La fermeture des magasina sera reiar
liée. Par contre, les particuliers et les villes
devront réduire leur éclairage, ces der
nières dans la proportion des 2/3 de la
Knire temps, lo I t décembre, la Chambre consomniation de l'hiver 1013-191-!.
avaitddcidé, malgré l'opposition du mini.?
l'our les particuliers qui ne consomment
tir ilesjinanccs, de conférer les pouvoirs pas plus d'un mètre de gaz ou plus de
d'enquête ù la commission des écono
3 hectoicats d'eleciricité par jour, il n'g
mlea et à la commission des marchés
aura rien de changé. Au-dessus de ce mi
mesure qu'il ciit été bon de prendre plus nimum, In consommation sera réduite selût.
lon un barème progressif.
Kn attendant que lo gaspillage soit re
Cette mesure entrera probablement en
/H'nè, la Chambre vole une dépense supplé- application à partir du 26 décembre. Des
meiitiiire de ,'100,000 fl'ancs pour créer des sanctions sont envisagées, et en purtieuUoi
pouponnières en /aceur des enfants des la fermeture momentanée des compteurs.
J'emmcs Iracuillunt
dans les usines de
Les préfets sont incités A prendre des
guerre, une deiixiùmc augmentation de arrêtés.
WW./i'n/it's en/nveur des femmes en
Il eilt été plus simple de décréter la fert o u c h e s , une troisième augmentation do meture de tous les magasins (i 7 heures
3 millions pour les fédérations dcparlo. du soir.
mentales de secours uu,c prisonniers de
»» •
guerre, urw quatrième augmentation de
M. Albert Thomas s'est entretenu mardi
,' millions pour accorder 0/r, ,'iO par jour
avec des représentants de la presse de cor
nuœ ascendants de mobilisés qui ne tou
tains détails de la production nationale, et
cheni pas l'allocation iirincipale, una ciii
particulièrement
de la fabrication des
quiùmo augmenta!ion de l million
aux
munitions de guerre.
œuvres privées d'assistance m i l i t a i r e
« Ali commencement do la guerre, leur
J'ar contre, la Chambre réduit de 5 mil.
lions les crédits do l'administration
mili- a-{-il dit, nous produisions environ 130
taire, cl de
millions et demi les crédits tonnes d'explosifs par jour ; nous en sor
tons à présent dana le mémo temps plus de
des automobiles militaires.
000 tonnes. L'Allemagne fabrique en 2-1
•
hoiiroa 000.000 obus. Oui, mais les alliés
*
*
mieux : plus de
I.e même Jour, sur intervention do MM. ensemble travaillent
Charles liernard
et Jùnmanuel Hrousse, 800.000 projectiles...
» Il faut avoir la conjlance la plus totale
la Chambre s'est occupée de la censure
pour voter une réduction de 10.000 fr., dans l'avenir do notre fabrication de macomme indication de son ddsir do voir en tériel de guerre. En supposant les pires
revenir, en ce qui concerne la presse, à la choses, en admettant que, d'ici U peu do
loi du a août J'.il-J, qui ne réprime que les temps, les .-Ulemands réussissent au moyen
écurt.i intéressant les questions
militaiies de leurs ^ibmersiblea à rendra nos communications avec l'Amérique
irrégulières
ou ili/ilomalhiiies, ou encore ta sib'oté li
et aléatoires, nous pourrions encore ii tel'I-ltaL
M. Jiibot, ministre des linances, déclara nir le coup >1 brillamment ; nos stocha
nous permettraient do fabriquer
pendant
qu'il acceptait la réduction ;puis il ajouta
u H faudra faire des riformcs
dans plusieurs semaines dans les conditions acl'exercice de la censure ; je suis d'accord tuelles, et, après co délai, au. lieu de faire
avec vous là-dcssus et j'exprime
ici la des obus en acier, nous en produirions en
ponsee du gouvernement. La liberté de dis- fonte aciérdo. C'est ù peu prés identique, u
Dftna sa iléclaralion dit 1,1 t!i<cehilirt> a
laChami re, St. hriami, iirMilent du Con
scil. ard'i «fironcd l'intention du nimvcv'
nenienr (/^ dminnder au Parlomviit /'aU'
torlsatioa de prendre, par déorots,
certnlnos mesuroa nticoBsniroa à la
défense nationale, il uvuit annoncù en
mônw lei.ii.ii <)ue l'uno des iiiviniire.i me
nures rc!isii!tei'<(it dans la Buppresfllon
de la consommation de l'nlcool. tout
l'alcotil di.<i,ouitde devant iHru rt'si-rei! <i la
diifcnec minonale //oui' la /n'oductlon des
exidoHih-,
Aussiii
ce fut une Icede de rarai'uns
dans Ion (' S tdOoiiluta de Iramr
et de
A'aear/',
Vo.'/onr•. M JJriand, uret-eoiis /,crdu le
Aord:
I. c
jnncier dernier,
le;iMral
Oatlieiii ' nrait (ifi/ield les hislros </ les
moins ii.Hrefsanis
des /'rojllcurs
de la
l/ucrrc.
lis n'en restent /,as moins les
rois du jiiur, et Us cous lu, feront bien eoir,
JiHerlit-nnent, dt'S vendredi /:> dceenibre
le iloui\rnement
en entendit de dures,
sous i'rit.\ite
de saurei/arder les /ireroi/niiees du l'artemenl
nullement menacées,
écoutons .\J. liriand :
I<orMii:c le niiniKlère ^'o^t pr.'scnlù devant
.11 (lit, on .son nom: « l.i' (ioiu.'i'iii'VdU.K, J.ii
nient VÛ;I< demandera de lui doniici' le»
ii;
pouvoir-•i iiOi-csHaIrcN
imur réKler. d'iirKenco
••-•rcl. loiites les .|iie.stk>M8 iiiircon<'t par (1 •••r
cornent la elciiao niilkmale. Il vous domar.d Ta. ilni l inlérOt Kiipcrlciir de colto
(lclcii.si\ l! M
:Mli||IH».sl|i< r('l|lll»lll(mciVl|0
pour Icn hoiuau'» l't pour los choses.
Il no jvilor.T (lii aveiiKlcmciil, dans iin cussion doit être respectée plus qu'elle ne
inotiveiiUMil iniprovlso ou nur esprit d lnillu
l'a été dans les derniers temps, »
tUiii. U!i vaite et niorlel lllot sur lo pav.s.
M. Luca, sous-préfet de Lodèce, adresse
(I 11 vu'.w demandera la tacullo do r,'.M")udr('
Certains pensèrent que la censure politi
par déçu t toutes le.i (piestlons nul Inlii(l tous les maires des communes de son arrcsscid la dolenso nallonalo et iiuo des lois que était supprimée du coup.
rondissement des instructions
concernant
sçnl troj. lentes A ré;,'lcr. purllculléreniont
M. liibot se donna la peine de tes dé
une «ravo .luvstlyli qui no peut Otre rénlû^ tromper, en observant qu'il ii n'avait pas la représentation des films policiers ou
jiucn
UeL'Uurroef dont la solution
•le drames susceptibles d'apprendre aux
impoitc a la vie de nolro nay.s, ft son salul; dit cela ». Ut co n'est d'ailleurs pas ca que spectateurs l'art de commettre un vol, un
la Kiiinu. ;,» on tolalo do la consommation demandaient la plupart des députés. Ceux
do lalci.yl. K lo Juuniid oUU iA ajouto lu d'entre eux qui sont journalistes veulent crimo ou toute mauvaise action.
monlloa. « \ its
.sur nn
M. Luca termine son appel on disant
bien avoir toute lalitude pour attaquer la
Dnind n • abu' de (lain-.v. u
(;es
li|ues i)lirases, dont vous nu iiou- (louvernement dans des feuilles i\ leur dé- quo les exploits do nos soldats sont USSM
voa coi.i' <t(>r la nelleté, imt ùté approuvées notion; maispn môme temps ils entendent admirables pour qu'il ne soit pus besoin
par Iurd, • du Jour iiuo vous avez vulii ot
(lui C'iii::'
le memfire du plira.io suivant i dénier aux journaux indépendanis le droit de recourir ii des représentations de Hlms
« l,a Cil' I dire, approuvant les déclaration.s de les critiquer. C'est co qui ressort clai- susceptibles de pervertir la jouneaso frandu Kouv i iieintint, ot cimllanto en lui, nie. »
faisa.
COIMI.I '• -uili! de ces déelarallons appVou- rement des explications de MM. Charles
Voilà un exemple qui mériterait
d'être
vées par •vous. Il ii(. ri'stalt au «ouvorno- Uernard ot Ooitdo. Ces mesaieura aiment
meni i| i i1 Miuo dans lo plus l.ret délai lo tellement la liberté qu'ils la veulent acca- suivi.
^
gCSlC III. :l) .ivall annonce.
^
On a r l'uiché au Kouvornement cl on lui parer tout entière.
Le 1 1 décembre, la Chambre des com» «
donnait •'•p'.'i.dunt en e.Meniple certains
pays ail -, aials surtout co (jul venait do sc!
munes a voté, à l'unanimité, un nouveau
1.0 Sénat a tenu aussi lï se constituer an
[insner ci
\llenia?ne, un lui iv reproelié
dl -Je, eu |.r sein'e de telles manitostatioiis comité seoret. A'os pires conscrits sont crédit do 10 milliards demandé par le
gouvernement anglais pour la poursuite
lalblesse, soa linietlon ; on lui entrés au confessionnal mardi soir.
cl'.'iicn.
diMdl : U.HUernez sous vnlro re.snijMi.al)lde la guerre.
AiiparavanI,
lo
gouvernement
avait
été
liléol f.s aurez l'apprdliation des CliamCela porto à 90 milliards S50 millions
intcpnllé par M. Ilenrg Dércnger, secrébres. I. '.'•Jinvnii'iih ilieem'.
le total des crédits votés en Angleterre deI l y a les (lucstions urvjenles nul ne peu- taire de la commisiun do l'armée.
vent i l i ' • n jclcc» que par diicrcl suus iielno
l'orateur
se plaint do ce que te Sénat (lUis lo commencement de la guerre.
de ne ij. • I clie<lutoul.rl/"«i'('iiicii(s ihi e'-s.
Il Co chiffre est colossal, déclara le mi- tnln- iiy/(ioi.» nur ilire.t (laiicn,/
soit tenu dans une trop grande ignorance
...Voti < .ave!! approuvé le.i diiclarations du de la situation, lit lapags donc, bravo par- nistre bonar Law, mais non effrayant.
floiivernu lent. h les réalUe deux Jours
Dans cette guerre, tout est en rapport, u
après Cl v ais no 1 approuveriez plus (i'ost lemoniairo I
» •
rcndr
derenso natlonalo linposslUlo!
L'orateur regrette encore que M. l'aini.\m>i il ft-mculs.)
levé nefasao pas partie du nouveau mia o u v e r n e m e n t russe.
Vonl •j vt eiposd s'èleecnt MM, h'ioti, nislère; il regroilc surtout qu'après ringtLo contrôleur d'empire, M. l'uhrocshi, a
Comj é • Moreljionnvrau,
FcrnundDuvtU huit mois de guerre, l'ennemi soit encra été nommé ministre des A.,ll'aires étrangèet linu U Lu/ont.
c/icj nous.
res. M. Foodoaieff, adjoint au ministère
M. l 'terre Uenaudcl n'a /ms peur de la
Il La gouvernement, demanda-t-il,
a-t-il des Finances, u été nommé contrôleur
dietaUu ; cl il ajoute :
1(1 mentalité do guerro qui conviendrait rt d'empire.
<1 S"ei'tadronarien, messieurs, rousaapâj l'heure présente f S'ous voulons un youD'autre part, un décret impérial nomme
aussi in
ijue moi eo i/ui en est, et, ai voua varnement de guerre qui fasse la guerre, ministre de l'Agriculture
M. Itittich, qui,
m'a ohl.11,0.1, Jo dirai i/ue voua connaisses qui sache la guerre, qui osa la guerre. Nous
depuis le départ do M. Bobrinshi, remplisaussi l.i n que moi ce qu'il y a d'un peu coulons la concentration des pouvoirs cisait les .fonctions de directeur
temporaire
faetiec t 'ii/is certaines indignations. (Ap- vila ot militairea. »
du mémo ministère,
idaudl.'i i.'incnl!i sur plusloura Ininos du
— Il Aoet-oous dos remplaçants f u deM. Groudistof, chef du département foparu SI, •ialisteol sui'.divors luitrej baiioi. mande M, Ciaudin do Vilaine.
restier, a été nommé sous-secrélairo d'EViolon •s Intorruplions
sur d'autres
M. Hriand répond l'i M. Uérenger ;
tat il
l'Agriculture.
banci du parti socialiste. — llrult.) Des
l'our faire surgir un gouvernoment do
M, Pol;rovsld a pria part, comme présidietuti •iirs, nous en apona puaurr/ir jadis, guerre il na siifllt pas do dire que tel ou
dent de la délégation du gouvernement
suit loir,:.,u'ils'ayissail
de la ijrèi'udus c/io- tel ne nous plaît pas. Il faut autre chose :
russe, à la derniero conférenea économique
minots
lorsqu'il s'uffissail des dvùne- it faut tout d'abord que lo l'artemenl sa
ments i.V \'illcneuoe-Saint-Oeorpes... (Ap' rende eompto que les hommes au pouvoir des alliés à Paria. Il avait tenu un discours
plaudl: iscmonts sur divers bancs du piirtl doivent avoir ta liberté d'esprit désirable fort remarqué sur l'allianoo économique
néceasalrc ot durable entre los alliés. M.
soclali
qu'ils aentont une conjlanca de tous les ina- l'ohrooslU estime que dès la conclusion de
Vols divoraos : C'oal Cldmenceau
tanta, qu'ils ne soient pas constamment la paix des relations de plus en plus éten.
Soeiult.ite.3 majoritaires
et socialistes interpellés. Voiliï les conditions cssentiol- dues ot déplus en plus étroitea s'établiront
minoriinireaa'ineectiBenl.
On doit en sé/ia- lea pour qu'un goueernemeni acoompliaao entre la France et la Russie. Il avait prorer dei' c sur le point d'an venir aux mains. 8(j tAohe.
voqué la vréatlon d'un conseil supérieur
Quand le tumulte s'est a/iaisd, M. HoM. liriand ajoute qu'il n'a re/ïisé au- économiquo qui siégeait en permanence
naudet déclare que la solution est dans la cune explication. Il est allé 41.foie douant sous sa préaidcnce et qui avait pour objet
rdunion de la Chambra et du ,9dnal on loa commissions ; il a'oat expliqué devant do relever après la guerre le niveau écono
Assemblée nationale pour toute la durdo troia comitéa accrois.
miquc de la Husaio.
de la yuerre,
On nous dit : « Pronc/. dos ritaolulionH do
Fimdement, la Chambre décide que la ituorre I Hoyo/. uno sorte do Bouvernoniont
Oadorna r é f o r m e le t r a i n de vie.
commission chargdo de rapporter le projet (lictatorini! » l.orsquo nous voulons l'fltro,
on nous orCo tous los obstacles, on orio i
L'autre jour, Jean Ilerbetteéérioait qu'au
'le hi des décréta sera nommdo pvr les In dictature I
OureauJL.
» Jo Huppllo loa membres du Stfnat Uo pe aud de la Loire on n'a pas encore l'air de
aor lo pour «t le «ontro des chose. Go no sont savoir que la Franco est en guerre. On
pas nos petites personnes qui sont on cause, pourrait, paralt-il, en dire autant d'une
la Ki'undu nersouno (|u'ost lu l'Vaneo
Cette commission a dtd nommée mardi, o'est
partie do l'Italie.
ûul est ou Jou. (ï i'ù8 liR'Pi !)
(le mfiite qn'unt autre chargée d'examiner
» Nous sommoN prêts l't toutes los dlseus
Mais cela va changer e/iw nos voisins
tes pro{)ositions de MM. Jicnaudel et lion slon*, Ces discussions termlndos, vous de la nation-soiur. Dos mesures vont être
pourrez
prononcer
on
oonnnlssnnco
do
nafous
iintiso. Il n'y n Jamais ou un iiouveriiomoiit prises pour quo les combattants n'aient plus
Sur les 33 membres de la commiaaion
ant uno tilcho si oonsldorablo qui ait (it(J l'impression quo derrière eux la population
mé comme colul-cl pour l'acconipllr ae laieao distraira par les fi-ivolitéa de la
ties dé rot», W sont hoatlloa au projet
VAS biuu ! très bien !)
Brian'J ét 10 favorables en prinolpa bien
» (lo que je donnindo, c'est qu'on laisse fi vie. On exigera qu'elle renonce aux plaisirs
que ne nandant ttn projet modijld.
ce goiivornemont ou l't colul (jul lui suecà- et élive son existence au diapason do la
dora
toute nossIbllUA do travailler....
AI, iienaudel demando, ainsi qu'on l'a ou
> Les Allemnnds avalent unnonod leur gravité de la situation actuelle. Déjà ,l'au•éct' emment, la réunion do la Chambre Victoire par Vordnn. L'oftoDslvo (raiioo- torisation a été retirée auxc(\fiitier8
défaire
fin Sénat en Aisembitfe nationale uiiglalso sur In Homme leur n apporld uno de la musique dans tours établissements qui
oruelle
(U\eoptlon
;
ollo
a
inontrA
&
nos
sol
ficur toute la durée de la guerre. M. Milledoivent fermer pins tôt,
dais quo riieuro npproohnlt do la llbiSratlon
rand a fait observer combien il serait ilto- du
.... territoire.
.
• <J(HHQ a (Sti), _(jg gm,
De son côté, le général Cardona a praaI/Itallo
Oiatn ae réunir 900 mandataire» pour l'oblot (l'uuo rorniklnble attaque.
ttnquo, liOs Russes crit d'utiliser do la manière la plus comritallo. VolUquol
,
iravher
rapUiement des questions sur «ont parti» ot ont dûaaitil l'Italie.
(luos oxoinplOB
- (lo l'aotloi)
raotlon coordo
coordonmJo de» plète le temps dans les écoles do recrues.
Usif^tllés 600 n'arrivent pas ù se tnettr'n (ilfds. Jo mo sitli, pour ma part, oi
oftoroé do Sans qu'on arrive au surmenage, te généd'acioru.
rendre cette entente plus oU'olte, plu* 16
ralisaime tient pourtant à ce que les jouroonde...
a
Ar. Bonnu/àui
dimando
finstituiion
nées soient bien remplies et.il ne doit y avoir
Kt
pour
terminer,
M.
Briand
ajoute
t
d'u/ioomlM formé de représentants des
quo deux fois par jour une heure d'arrêt
« SI )p m'étais rendu oompto done pns poii- dans le travalL Celui-ci prendra fin à
âeuK ChanUtres, et chargé exclusioemsnt
volr
toiro
I
effort
ndoosiairo,
lo
•oral*
parti.
H une miseton afeontnHe. Ce comité, ana- On pourrait mo reproohor d^avolr été mal- 6 heures du soir et i cetto hettra-là aura
togu» ù la commission de permanence gui heuroux et aloutor .qu'on Ruerre on n'a pas lieu la distribution de la soupe. Deux heu'«aistati à VAumbU» nationale de ÏSri, le droit d'Atro inalliouraux. Mats «lora. res de repos suivront, après quoi les reIrMi.ohwnont, avec
M l'absen^ dsi Ckanibre», enitndràii t» qu'on Dtrlonattomont,
répondrai alors avoo dos crue» devront s» coucher, q/In d'àtre en
.«ewfrnemmf
un» /bis par semaine, maii pièoei. » [Vl/« applsudisiements),
mesure de se lever régulièrement de très
^
pourrail
mettre aa responsabilité «n
A etik déelaraUon énergies, les « nmr hnne Aéur» et da pouvoir supporter vatU
Il pourreU eoneo^uer Us Chambre» plaçant» » n*
lamment le lendemain uns longue Journée
ni ipfu 4j>r«pOid«
m em d» néeéiêM, m rnetm u n é / b i i lifiêlw'im»!»
dé labeur,
UàAtnMiér
Vn teeond ordre du jour du
PARAISSANT LE SAMEDI
BUREAUX & IMPRIMERIE
4 —^Rue
du Château
Les Manuscrits non insérés ne sont pas rendus
0
mil a
Al' Oanipr a zo direizet er raai-e-ma
Var lie meno e rekcte «ur c'iiouanianiant liag en defe ioul da gas difre
peb Ira enn dro ; ha padeii ar c'houai''
iiainantdac'houlcun diganl-hi galloud
da gomniin ha da ordrcii hop koll am
zei' da ziviz dira-z-lii, hi a c'iu'osniol
liag a c'houi'drouz, ovcl in'o del'o an aO'
troiined-zu c hoant oll da veza ininis'
ti'cd !
Lczonip anczho hirio, jja n'eo ket
plijot ganl-ho kcndali;'her gantan tail
Ion ncvez a zo goiileiinet, liag a ranko
beza volel goulskoudc araog aa dez
diveza euz ar bloaz.
Ha koinzomp aman ctiz ar marvaill
ma 'z eo dcnet au Allmugn da glask
digan-oinp divai'-benn ur brezcl.
Da genla, dauusl ha koniprenet niad
0 peuz p e t r a e k i n n i g an Allmagn ?
N'eo ket ai- peocli ; n'e lavar ket zokeii petra e roio na petra e c'houlenno
evit-lii he-unan : kinnig a ra liebken
digeri eiin diviz, enn diviz da c'iiouzont
pe 0 c'helh'et en ein glevout pe n'e
c'hellfel ket.
l'inn eiir ger, an Allmagn a c'houlenn niarvaillal, evel ni'c defe anuer
da goll !
l'elra a responto hor minislr Briand
ha ininistred ar roiianteleziou ail a zo
a-nnan gan-oinp 'I lier gouzout a
rainip niarleze abarz ma vezo échu ar
gazeteiin-ma, ha neuzc e vezo lavaret
d'hoc'h.
D'ar poent ma skrivan kement-ma
n'her gouoznn ket c'iioaz ; ha dre ze
n'e lavariii nemed ar pez ma sonjan
;i-unan.
liag e .sonjan ne c'hell ket an Allmagn kredi e devezo ar peoc'h azalek
vrenia.
4
BREST
ou sont do passage dans les )]illes à proxi
mité du front et de la îonews opérations.
H ne devra plus g avoir'dfofficiers
pas
sant oisivement leurs après-midi dans les
cafés, en promenade ou on\càmpugnieéqui
coque. Ces vill/'s devront prendre un as
pect sérieux ; les flâneurs et les couples
douteux ne seront plus lotérés.
En un mol, on Italie on a acquis la conviction que ta guerre aura une longue du
rée, et compris qu'il faut modijler complètement le genre de vie.
AflA
—
PUBLICITt RtGIONALE
Annonces diverses . . . . (la llïrne) O l r . B O
Réclames, en 4* pam! . .
1
»
Dernière colonne do la:)' paj
1
ÎSO
M-f,-, ndrfKf,;
./«u,;,:,! : 1 I I"!! SUHIUI nurrlions
Pour la ptiblicilc- o\(ni i-'-Kioiial",
Irosser
^ l'Ageuce IlnvnM. Plac! . II» la lUmr
1. à l'an s
fell d'ezho echui gan omp : red eo en
em zifenn. »
Ar bobi keaz a raio he zonj da c'iiou
zanv c'hoaz dieiiez lia naoun, o lava^
roui, a-unan gant servicher braz Gwil.
lou : « Red co en cm zifenn ! «
Komprenit brenia perag eo deuet
gouarnamant an Allmagn da glnnig
marvaillat gan-onip, hep lavarout petra e o'houzanvfe roi na petra e karfe
kaouf.
P e t r a ac'houzanvîe an A l l m a g n
r o i d'omp ? Netra brema ; re anat eo.
P e t r a a c'boantafe kemer e v l t h i ? Ar muia ar gwella, a dra zur.
Darn o deuz lavaret oz eo-hi prest
da ziskregi diouz an oll douarou a zo
kouezet didan he galloud, gant ma
vezo restaolct d'ezhi he c'iioloiiiou.
liervez darn ail, e tulc'hfe ganl-lii
evit inad divar liur o'houst bi o Briey,
gant hc meiiigleuziou houarn hag e
c'huulennfe ouspenn bro Belfort.
An eil rumm hag egile a zonj e vefc
distaget ar Pologn diouz ar Rusi, gant
douarou ail c'hoaz, evit furmi eur
rouantelez nevez.
0 lakaat e lesl'e gan-orap hon oll
douarou evel ma oant araog ar brezel ;
0 lakaat zoken e restaolfe d'omp an
Alzas-Lorreiin hep kemer souri ebed
divar goust dcn, an Allmagn a zeuie
ovelkent da veza peadra krenvoc'h
goude ar brezel-man eged ma oa-hi
araok.
Perak ? Ablaniour, ha pa n'e ve
ken, hag evel lu'lien diskouezin marteze sklcaroc'li eur wecli ail, ma leufehi d'en cm astenn beteg ar moi- Persik, dreist an Turki ha poblou ar Balkans, ha dreist an Aolrich-Hongri.
Lakeomp n'e freuzfe kel ar rouanteleziou-ze. Hi a ve evelkent meslrez
oll-c'hallouduz var-u-ho, evel ma 'z eo
brema. Hi co ho gonarnfe e gwirionez.
Hag 0 veza ma 'z euz cnn-ho l.'iO millioùn a dud, gant ar 05 millioun ail a
zo enn he douarou he-unan, .sctu i'I.")
millionn a dud didan galloud an Allmagn, bodet e douarou hag a zo stag
ha stag, oll enn eur pez. Pioti ncuze a
c'helU'c herzel ouz an Allmagn '/ Den
na netra. An Allmagn a ve mestrez
dre ar bed a-bez, var au oll, ha seul
casoc'h ma n'e zalefe kel ar rouanteleziou, brenian uiianet enn he eiiep.
dafall-galouni, Iianiac'hellfe-lii neuze
krignat kement lia ma karfe divar
goust peb-hini anezlio.
Hogen, sellomi) ouz-omp lion-unaii
liebken, lia gwelomp e pe stud en em
avi'emp azalek vrema, goude Iczel an
\llmagn kuit a bcp Ira goude rcslaol
d'omp hon douarou.
Petra a dalv an douarou-zc ? Nebeud
a dra, abcnn vrema.
P e r a k nenze. a c'houlennoc'li-hu,
e teu-hi da glnnig kaozeal ?
Ar respunt a zo e divoza prezegenn
serviuhcr hraz (jwillon, liag- ao'helier
lakaat erc'liomzou berr-nia :
Ma keiidiflo'li c'hoaz ar brezel, n'e
ket an Allmagn nag he mignouned eo
a vezo kaoz. »
An Allnia gn e deiiz kla.sket a vi.skoaz roi dagi'edieoe dirolletar brezel,
n'e ket dre he l'aot, hogen, dro hor
l'aot-ni da genta. .Santont a rea o
poneza var-n-hi eur zamm pouner eiiz
a berz he l'allagriez ; ha!g e klasko en
eni ziveacliia dii-ag ar bed o tainall
ac'hanomp.
Arbed ajonnie di«kredik, o lavaront : « An Allinagii liebken a oa
Viktor nevez dirak V e r d u n : gwella
pi-est, hag hi eo e deuz laget ; hi eo a
vespont ma c'helict ober _da barabolenn
zo kaoz enz ar brezel. »
gouarnamant ar Boched I
(.iwelloo'h a zo betabaoue.
Eun dachenn a eul leo dounder var
O li.skteria brezel d'ar t'rans d'an 3
diou leo hanter a ledander gounezet di
aviz co.1t 191 î, da zeiz heur nemed gwcner ; i 1.387 encbour prizounlet, ha
kart euz an noz, an Allmagn a danialle
i5 pez-kanol tapet pe dvaiJlct: labour
hon nijerien da veza .stlapel bombon brao evit eur penn-devez I
var lienl-honarn Nuremberg. Hogen,
Trcac'h omp », a lavarc ministr
daviz iiiae divoza, mear ha jcneral braz Gwillou d'an 11 euz ar miz.
Nuremberg a zisklerie n'e ioaiiet bisla, an Allmanted a zo treac'h... el
koaz laolct bombon var ar vro-ze.
leac'h ma n'e gavont nemed tud dizarmet
Ha sein an Allmagn tapetgaoniadez. dira-z-ho. Euz hon tu avad n'ema mui an
Ncnze e tainallaz arRnsi. Hogen, ar traou evel-se. Eun nebeud armou or
Ru.si a re.spontaz e doa ho Inipalaer, beuz, hag hor zoudarded a oar c'hoari
d'an i'J a viz gouere I'.)li, kinniget enn gant-ho.
aner da Willon lakaat ar gudennou a
Setu peadra da gas an diaoul boch
ioa da zirouestlaelre daouarn tribunal Icuit evit eur pennad mad euz a douez
arllaye, savetevitbarn etre ar roiian- ar re ac'hanomp a hirvoude ablamour
ma n'e dremene mui netra a bouez pell a
teleziou : Gwillou n'e zelaouaz ket.
Klasket e oe o'iioaz taniall Bro-Zaoz ; ioa.
Lavarout sailla var an enebour ha
me.s pion en defe kredel? An oll a oar
sallla hep ehan a zo brao ; hen ober a zo
n'e doa Uro-Zaoz armee ebed evit ar
brezel var zouar ; an oll a oar ivez e diesoc'h, dreist-oll p'en em gaver en
eur mor lehid.
doa an Allmagn diskleriet brezel daou
Peb-hini he vicher I H o r jeneraled a
•zovez a ioa d'ar Ilusi ha d'ar Frans,
zlskouez awalc'h e ouezont ho hini. Lapa joume c'hoaz Bro-Zaoz dizeblant. bour founusoc'h a c'hellfent ober marHa Bro-Zaoz n'e zavaz a-enep an All- teze ; o koll kalz muloc'h a zoudarded
magn nemed ablaniour m'e doa hou- neuze avad. Hogen, ezomm ez euz da
ma roel urz da dremcn divar douarou espern hon tud. H a g o kemer amzer, ar
ar Beljik evit gallout saillu buanoo'h a jeneraled Pétain, Nivelle ha Mangin o
ze var ar l'rans.
deuz greet eun taol brao, o koll heWcen
lia kaeredoaeta an Allmagn, an 3.000 den etre lazet ha gloazet, e leac'h
oll a grede, an oll a lavare ez eo-hi eo aS.ooo euz an tu ail.
Darn a lavar e vezo abadennou ail
a zirollaz ar brezel skrljuz-mu.
D'he fobl e doa lavaret n'e rea ne- abarz pell. Evid-oun a wel hebken e fismed en em zifenn ; hag lie fobl a grod toul an Allmanted aman hag ahont, evit
c'hoaz niarteze, i veza ma n'e c'hell gouzout petra a dremen dIra-z-ho, hag
ket ar wirionez mont boteg enn-han. ivez marteze o klask e pe leac'h e c'hellHe fobl a gav avad e pad pell ar fent ober eun esa bennak.
M a tagont, e kavint cun digemer a
brezol ; ha naoun en deuz, naoun
rauloc'h-mui. Ha ma n'e anavez ket ar zoare, bezit sur, ha seul-vui ma tlgas
wirionez penn-da-benn, gouzout a ra Bro-Zaoz tud bemdez da roi skoazcll
da viana n'ema ket c'hoaz armeou an d'omp.
Er R O U M A N I , an Allmantad a gerz
Allmagn nag e Paris, na zoken e Ver>
bepred. Armee ar vro-ze n'e gont mui
dun.
evit eur pennad. Hogen, Rusianed a zo
Ha pobl an Allmagn a c'hrosraol. Ma em em gavet, hag adrenv ar re-ze e tlsoa red kaout eun dra bennalc nevez da kuizo da c'hedal beza reizet hag armet
lavarout d'czhan evit kaôut peoc'h a nevci.
out-han.
M a l ! « vezo da c'houzout pcnaos e
Setu greot an taol.
trcmenaz e gwirionez an traou er c'hom« Diskleriet or beuz, eme gouarna- ce euz tachcnn ar brezel ; me» amzer
mant Owillou, e;f omp prest da glaak goitoz or bexo c'hoaz» me 'gred.
euD emgleo. Raic-se, anaf eo d'hoo'h
Hervez me lavarer, var a r t t e r Sertlbi
n'e ket ni eo a vezo kaoz ma kendalo'h être ar c'hearlou G a l a t a ha Fowwnl,
<p e Maïko ar R u t i w ^ . Idc^tt h i ^ £
air b M M l Kogeoj b ^ ' edebburiea
Eiz dez Breze
An henlchou a zo bct iVeuzet, ar
c heariou diskaretpe deve), kement ha
ma oa, eiin-iio kaset d'an Allmagn.
Pcgement c vezo ria zlspign evii rajiari ar c'IioU ? Ousponn -'5 milliard
marteze !
•Sonjit c'hoaz nag a dud lazet pe mac'iiagnet d'omp.
tjonjitenn dispignou spontuz ma'z
eo koustet d'omp ar brezel-ma! Dis.adorn 0 poa lennet aman ezeo bct kresket kement die ar Fraiis, ma ileomp,
azalek vrema, paea i villiard hanlor a
.inteiestou muioc'li bep bloaz evit hon
die nevez, bep hc skanvaataii dislera!
Xi a vevedizoursi kaer, oc h en em
zispenn etre-z-onip, kalz re, me-; liep
klask noazout d'an estron. Ar bleiz
boch azeuaz, evel eul laer. Merzoriet
en deuz tud koz a villierou, dizenoret
en deuz merc'hed lionesl a villierou
ail, trouc'liet lio aldaouarn da vugaligou dirag ho mammou, pulluc'het keriadcnnou ha keariou a-bez, sammct
da gas d'he vro ar mekimikou hag an
traou ail a blij(ï d'ezhan, lazet hur
gwclhi goazcd 1
Ha brema, pa wel en em gavomp e
slad da viroul oul-han da ober gwasoc.'h ha d'he gastiza, ar bleiz boch a
deiife da ginnig mont d'ar gear gant
ma ankounac'hainip an oll freuz iia
torfejou grcet gant-lian !
Ho posubl c ve, o va Doue, c vomp
kabluz beteg ar poent-ze ? Ha posubl
e ve n'e dalvesfedira-z-hoc'h goad hor
zoudarded ha dac'lou ho mammou, gragcz jie c'hoarezed, nemed rivin, dismegans haganken ?
'["ruez, 0 va Doue ! Deuit da roi sklerijeiin d'hor gouarnourien, lia pa vije
zoken enn despet d'ezho ! Ueuit da
gennerza hor zoudarded hag ho jeneraled, o lavarout d'ezho o deuz gweîloc'h da c'hcdal.
i;r bed-ma, o va Doue, au torfelcnna vez kastizet lia kondaonet da rapari
hervez hc c'halloud ar c holl greet
gant-han; hac'houi lierbarn c'hoaz da
c'houde er bed ail. Hogen, ar rouante
leziou n'ez eont ket d'ar bed ail ; er
lied-nian eta eo e tleont jiaoa ho die
d'ho justis. Barnit an Allmagn. Ni
genier lie fobl evit cun torleïour, evit
eur muntrer. \ ' e c'houlennonip kel
ober d'ezhan kement ha m'en deuz
greet d'omp ; n'e glaskonip ke) von
jans. Ar juslis a c lioulenn avad ma
tic'haouo ac'hanomp euz ar c'iioll gree
gant-han, da viana er c'iiorn euz hor
bro bel bresel g;int-han ; lia deread
00 ouspenn c leule da zouja da reizou
greet evit mirout out-luui da noazout
ken. Hag evel ma n'e blego biken
volonlez vad, ar viklor dizale d'hon
armeou, o va Doue !
ConiïNTix
FRONT
m U Q M S
til?en>®
intermittent. d'»r. ' J ' souteuuc au «ud do la riviir».
fi.^.î I
«""P» «le maia t»né. p.r ie> Allemand. : dan. fa nuit du 17 au
18 il.r. ,11 >1-,. au .ud-e»t de BERNT ; le leAdeFRESKES ; en fin de
i ^ Zlt
"i
<•• CHILLy.'En ce der'
?''
''••""on ennemie réu.«it k pénctrer dan. un de no. élément, «vancéi :
maij eiio en fut rejetée aus.itét.
mfe" ^ . f i ^ f î ' A ' ; ' ' ^ !
" " " " « ' " « n c e enneî vV } / « " ' " « f un de no. petit.
NtVARiv ,
"<>'e.<ie !• FERrfE DE
renon.^i!^ i
I"! Souam), lut ai.ément
leroK.séc (nuit du !0 au 17 ù^'cpmbrf
SECTEUR DE S/UNT-MiniEI.,
?-?"'„ T " , ' , «««pt»». «u cour, de 1* nuit dû
r i „ n "•"'^-n'!»'''- P.r«» de CHEVONCOORT,
> n coup de marn qui nous permit de runener rte» pn.onnjer.. - La nuit .uirante. l'enncni! tenta contre no» tranchiSe» une opération .emblable qui échoua toua noi feux.
miiail ïerHiii
NVrduii lionnenl .i;,j.iuler
iiux annjie, de
l.i'iir
li.ir.; (iu 21 ooiubrc d'abor.l. l.i
lirif du f.irl -le \
eiiMiile lo ;> n.\..inbrc.
•
dfe.is.' ViTiiini. .Mais ils |s.slji:'nl for.ini-iil r ^ s - * .111 lir de l',irlilliTi(< allcin.iMd"". II Imporlaii d- refnulor plus loin l'cni t i i - nom
•il-
L.< H
ii:m| liircr I»
j o n v au <v)mm,indnn«n!
•M oli.'f d..-,
du .Nord .•! du .\.,rd-Kst.
^ . . ' . ' , d i r . ' c l i u n d-s prii.
n'; r^ Manu-i;''
^'''n'I'^'' " " b'-:-
La préparation
1,1 I.' rram rendait l'avance parliculi.'rompnt
dini.-ii.' l.i'.s Ail.'iiiaiids. en se n-plianr,
aviii"nl lai!
un -iMi di'ronc; cl sans v.ji.'s dp
euniiniiiinalioii. lamiis qu'ils pouvai^i euïl
m. mes pl.is ais«,i,-nl se rvoonslitiicr .-.i arniTc n^ir w ji^yen d? I.'u.-s n:,:nhnMi-,.s ii^nes il.! .'liiMnliis d.- r..T II a doi:,> .
X.} il.i II- ci,,Mit!,T. çonsiniiiv
kiin,„iV
in> (le loule.s. dont une roule ean is.sable en
m.Mlrier-- p,',,ir
p.,ss:i(,v de l'arlill.Tie. et
plM- .1" II) l:il.imetivs de voies de W e-niine'lre.s el do W eenlinièires pour
ravil" "•11! l'H niiinilions i>l en vivres. Or.kv .à ces
le'MiaRemenls, l'aplilleric I^lail poussé" pr.'--.
••s l'^iies .n ei'll,. .>i-sani.s.ilion niiiiMiense
i.Md:i.l I dlaime d.; l'infanlene. C'.-l l'arlili Miivlii
'
' '
l'iiifjiili'rie
.\ h
,iu Poiviv, line orgmisali.iii lit'-
leieiuie a laquelle 1'. nn.'nii Iravaill.ul depùis
, in.ris de iji.iis, ceiiporlail des ré.se,<u\ d'^
le fie. des Mien,-s l,é!.,„inVs, des r.<diiils . lie» abris, des places d'armo. ee .pij
Il de la i.osilion uii" sorle de l'i)i'l -r-<sie.
I j i li'Oiip.vs du Kéii.'i-al .MangiB eli,,rK.'->s
•eeleiir d .illaniie eompreiialenl qiiaire
loni ileu.v .s'élaient déjà illiil.lr.'es
is l.'S .Ir
Cdiiibals dev,mt Verdu
lai-'i:l. de
• .'1 di-.i;e : Vach.-r.(uvd!ec du l'oiv e di\ sicii .Millau!. OjIc du Piii-Cille »7S divisi 11! Iliiyol de Salins . ilole
-bols Ha ioul.' .division Oaraiei-iiiij.Ies. iliivr.u;, d.' Hi z.iiivau'c el n'gioii au nord
on l'assaKa . l'ne eimiui.'-iue
V.iiix .d
isioll I !ail prël I appuyer les (il.ifii.'iils nui
> T . I •ni une r ïsistaiiee plus fyr|.' : elle
lit pas à iiilen-. lir.
.••s .\II.Tii;inds dis,;
ien; de cimi Jiviis. i|iij |'i!p-nt toid
•llK.i(;i>e<.
iili'in dul .•il- reiaid'.-e
Ill.^e de
il d Il CH'I. Oiioiiiii"
li'Tips reslli iii.'dio•oin;ii.uid,'miMil d.'eida de pass' iiuliv
••1 l.i p: •paiMlion irarlilj.'he eomm-n,;;, nials-r'
• el la ui>ii;e. ,jiii r,.iida|eiil le n'alai;!'
l i l r f f i : '•I f/."iia|enl f- iiMvail d.> I'; \lalion.
.^lais r nei'ïi,' de Mus in.miph;! de ee 1 ol)s!,iel réiNsil à riMidr.' possible un" al laque
uni enihiail eliiiinn-lqu,' en pareille sj Isiin.
En a v a n t !
armçe ar maréchal Mackcnsen. Hen-man
a garfc mont beteg O d e s s a , cvcl ma
lavarcmp disadorn. Choum a raio bcrr
var he grog, pe c vezo abeg da zonjal
cz co skournet ar Rusianed.
E r mencziou a zo er walarn da S a l o
n i k n'ez euz bct abadcnn start ebed
enn eiz dez-ma.
A n Allmanted a gas tud var an tu-zc
ar mula ma c'hellont. Euz Frans, BroZaoz hag Itali c ia ivez avad cun nebeud
bennak. H a n'e ket eno c'hoaz eo e vezo
« flastret ar Frans » gant ar Bochcd.
Un bombardement intcn.e de 70 iieures préluda à l'as.aut, qui fut lasco vendredi i:> di'eemliiv. 0 10 heures. La veille, 7 Aliomand»
doasrtcur. se proseiitaient dans nos linacs :
c'était tout ce qui restait d'une compagnio entière ; nos canons avaient frippé juste.
L'aviation aceouipagiiait les troupes d'as•jaut ot portait le désordre à l'arriére des lignjj emiemici. L'sdiudant Violette bombardait dans l'après-midi et disper.ait ver» StK.ndré ot la terme Joli-Cœur, des rassemblemcnti do trois à quatre cent, bomme. qui
vouiicnt en renforts. Ore sïuei.se allemande,
qui s'était élevée, fut incendiée en l';Sr par
un de nos avions.
Quant aux fantassin», ils .ivaneèrcut rapidement. pr.ic6dé» d'un rideau de feu. Disntit
i l j firent iixuption daus les tranchée, eiinemies, dont le» occupants, suroris par la sou:Ia'neté de l'at'aqne, ne purent opposer qu'une résistance relative.
A l'aile gauche, l'avance lut très rapide.
Les assailUnts suivirent le couloir formé oairo la rivière et les collines et parvinrent »an.
Ivop de difficultés à VACHERAUV1LLE, peUt
vill.vjo titné .1 2 kilomètres en avant de Bra..
Dans le village où l'ennemi avait ia»fa?ie un
ti'cs gianrt nombre do mitrailleuses, la lutte
iut assoc vive, mais elle ne dura pas longtemps. Nos troupe» poussèrent ensuite plus
loin et arrivèrent jusqu'à la COTE DU TALOu, dont il tut tant question lor. des premiers combats de la bataillo de Verdun.
La prise de la COTE DU POIVRE fut l'événement décisif qui amena la victoire. Les Boches s'y étaient cramponné, désespérément.
Ils luttaient avec uno énergie farouche. Soudain, sur leur flanc droit, uno vive fusillade
éclata. De» mitraiUeuses crépitaient. Un des
régiment, de la division Muteau, .'inflttrant
io long du canal de l'Est, avait réussi déborder la côte du Poivre en empruntant un
étroit raviu aboutissant k la route VacherauilIe-Boaumont, et attaquait les Allemands à
revers. Dé. lor», ce fut la débâcle ; abandonlont leur, armes, leur, équipements, leur»
munition., le. Boche» prirent la fuite. No»
contingent» surgi.sant à gauche du village de
Louvemont leur coupèrent la retraite. I I . le
rendirent par centaine».
Une demi-heure plu. tard. no. troupe. »e
trouvaient à l'extrémité de la crête de Louemont. Ils se rencontrèrent lit avec le. formation. qui étaient partie, du boi» d'Haudromont et avaient progret.é presque i.u..i rapidement .ur la partie e.t de la cote dn Poiyre, le long du chemin de Bra» i touvemont.
LOUVEMOKT lut enlevé a.sez rapidement.
Un beau paquet de priaonnier. lut capturé.
Sur toute la lione, le. Allemand» .0 rendaient
Le. boyaux d'évtcuttlon étaient encombré»
de priaonnier».
A l'o.t do Louvemont, une autre divUioa
parvenait à la hauteur de la route de Louv»>
ment a Aianne.. Un combat sévire .'engage*
pour la pos.e.sion de U COTE 373. MaU ne»
tantas.in. triomphèrent bienttt de leur» ennemi», qui lurent obligé», U au.»i, d'tbaadoniior le terrain en lai.iant de nombreux morts
et pin.ieur. centaine» de pritonniert.
Le point S72 lut dépaa.é. No» lornutioat
pau»»irent ju»qu't It FERME DES C H U BBETTES, à la corne du boi» de» Fo»»i», et
.'en emparèrent, tprit uno latte d'où quart
d'henre. Le» bâtiment» en mbie» abritaient
«0 mitrtilleute» qui lurent tonte» «aptnréea
oa détruite».
Fin» à l'e»t, une bttterie de 310 lut retrouvée intacte k It Utlire du BOU OB I,'K£K'
MITAOE ; le» »erTtnt» gisaient i terre, «ter*
gé. : no» toutre» tvtient ptse4 ptr u .
Det deux tutret dlTltione aai (iianilliitienl
Telle droite de notre Iront d'attera*
~
tTtit pour objeotil l'OUVBAOE DE
lE^SI^ÔS^
VADZ, eltné tnr It htnteur qui do
domine le
vilitoe du mime nom. te» unités-de «Me
vision reloulèrent rennemi, et, anrte une latte estes Tire, s'empirirent de r M i n t % • •
omtnrtnt le oomaundtnt et tout se? t W m M r . Le» oisemates étalent plelBN d» m*.-
ili!sniiii; des Ojiéralioiis
FROUT
BKITASNIQUE
La lutte d'artillerie continue .ur le front
tenu par no. allié.. Lo 1 i dOc inbri'. le tir des
piec» anglai.o. a déterminé, dau. un dépét
de la région de FYE, uu incendie qui a produit de gro. nuage, de fumée. Au cours de
ÎÏ.'^.ÎSI';'-,'" Anff'ai» bombardèrent
ACHIET-LE-PETIT et lo. voie» do garage au
.ud do cette localité.
Pendant la nuit du 13 au l i d.-c. inlire. le.
Angtai. ont pénétré dan. le. trancliée. allemande» ver» MONCHT-AU-BOIS (.ud d'Arra.), et lancé de. bombe, dan. do. abri, rempli. de troupoi, causant ainsi de nombreuse,
perte, k Tennemi. — La nuit suivante i l . reoommenoirent au .ud d'ARMEKTIERES et k
l'»st de VlERgTRAATE. — Au cours de la nuit
du le au 17. aulre opération semblable dan. la
région de RANSARr, où de. grenade, furent
lancée» dan» le» abri, de l'ennemi. Un »ocond raid permit «ux Anglai» de détruire un
emplacement do mitrailleuse, au .ud-oue.t
de WTSTCHAETE. — Dan» U nuit du 17 au
IH. o'est encore au .ud d'ARMEKTIERES qu'a
Déréront le» grenadiers anglai. : de. pertei
turent cau.ée. à. l'ennemi, et de. priaonnier»
ramoné». — .\u cour, do la nuit du fU au 2(1
d M . la région de OOMMECOUMT et au nord
d'ARRAE.
Le. Allemand, ont au»»i tenté de» coup. d<
main »ur différent» point». Dan. U nuit du
13 »u 14 d(!d'nibrc c'était d t n i la région
d'HuLLuCn : aucun ennami ne put «border
te» ligne, britannique». — Dan» 1» •oirée du
14. ce lut t u »ud de SAtHT-ELOI. Cette tontitlTe, exécutée tveo de gro» eSeotU», avait
pour but de forcer le» ligne» de no» allié».
Quelque» fraction, ennemie., qui avaient réu»<1 t de»cgndre dan» lei tranchée» angUl.e»,
en furent r»]<téé» apré» avoir lubl de» perte,
important»». — Le »oir dn 15. nn détaobement
de grenadier» tllemand» s'avanea t u nord
de la otte M, dan» lé »tilltnt d'TPIlES ; pria
sour le feu de btrrtge de» Angltl», U dut »e
replier Tivement.
jntipn» anoort uD« ttttque dirigé» jp«ndtnt It nuit dn 14 au <5 conVt I»» po»illon»
tagltlsM de U région dt LESBŒVrs. C«tte
ttttqU» lut arrêtée ptr le» Un de btrrtge
tvinl d'arolr pn atteindre le» ligne» dt not
allié».
Le 1». •es AngUlt oM fatt exploser areo
JSS'kVM
tneoè»
lOi» trois
^ i t ulae»
uf
an aord-est
'
de nSUTILLC- l ' o ^ ^ e e * V H A u i î u n S o ^
M « m ^ f U I g m i a ^ m to detaier mtétii
SAIITT-VAABT.
l e tO. an 00or» d'im engagement de
treulllee eu nard de ltEUtg-mP£(t.l
tou» les liomues dn déteekeneat euemi i.
été laiU rriSMalen, et leur «htl a 4U taé.
GôlîjieaJBR
«IlUg* d* I M M U M
»*«L
II' _«u
t»M
ttU^lV iruîdué*
•?*tt iturt ehu i'Awtal, Mvoy» pirtaut d«i
jr les oliIKoi
l£R no jourrol
a* |[|il porti
A
propos
ftU
FINISltRir
(^riquiaifiona
""'•"'-œTs
i U. Auzou-Rlrotli
y,
30jr.. », IM.
Bras, deam
.S6fr.,
i -VI. Troideo,
n»; a-, laff. i M. Tanguy
,ir<!ua, it Pioué;
MKseï) FiUKafteiFoDiltsea 18S8)
1>| réquIiltlODi ns vont pas sans i
fnrmulliii d'iuUrtlito qui raounnt peur
noului. Lé» prix oITorta no aont pu 'touJouHI' ce
_
_
Magasins d'habiliemenfs j t i
ndiilea de dttrutri U plui grend bombre pel(lu'lli dOTratont étro ; ot parluli loi ptlomoDt» s i
Ploul'ia-Horlaix
ettle de o*n»at eaneiuli et dt regtgiier, ee
font attéfldro iHiéllnlniont.
'
IM lignoi iur liiquellii noui de
Lorsque les oQJtlvotoura réquiiltionnOs rolu ' y.9l de harnale. - Des litrnali, valant I!i0
,«i«ni reiter,
r, 0 » ierintUent d'explorut
aont comme tnauniaants los prix ollerts par I'ID
«
ni preaiplemtal, et leur Irtvtll lut I . . .
tendance, Ils doivent faire connaîtra co refus on
EHei mirent hen d'ittt det pltoee qui
intlro do la commuao dans un dél^l do qUIiitu
Saip^PoI-de-Léon
•e treuvelent tn aord de VtohortuvUle, de
Jours, par lottro recommandée ou pac uoo déclota, fuB do
Siam >:• BRES1
Rua ao ta Malrio,
36
tifUTemont, dtni lei boit dot Foitii et dtni
Tué par sa ehaivetto. —. Jean-Mirle Penration vorbalo dont lit oxigeront un r'ecu.
I l be(t det Qiurltrei.
lann,
i8
ans,
avait attelé un poulain dé deUx
Lu milro doit transmoUro lo rofua au Juge Se
l a fia de tournée, l'ennemi tente uni yloel sur Resure
pfllx d.u canton, « o'cat uno obliiftUlou ubsoliio ans. La boto s'embtlls. En roulant la maîtriser,
iMtt eoatri-ttitque sur not potllloni do U
pour lui 11. Lo Jug» ili3 pHlx prévient oùssitit lo Jéune homme fut renreraé dans un chemin
QOTI! BU POIVAG : Il iut notiottient repouiié
creux, ot lu rouo de Id chtrrpUo lui pitjs Sur lé
rintondanco
et
le
réquislllonné
par
simple
sverptr aet (eux.
liasouiont sana frais, d'avoir à se nréacntor tOto. La mort fut lastji.ottaéoT .
Oarent U uult, il te bornt k bombtrdor no'
devant lui on conciliation. Si lu coucilbtion nn
.1(1 neuvitu Iront,
f
réussit paa. o'oat-a-dlra si l'Iiitondancg maintlont
^^Bomedl l(i di'ocrnbri', not troupei, explol'
Unan hag on eue goueeet en em donna.
son prix ot lo réquisltionnù son refus do l'ac""
ENVOÎ fRAKco "ÏIJ'cmiocijË'-:-- mmïTm
K.(ÔZEÉT
'
'
"
taat lear euooét de U veille, progreittlenl
tt.
II.
deuz
l'oulé
a
oa
prizoniér
en
Allemagne
ceplor,
cp
doralor
doit,
aaus
dOlal,
assigner
l'Inceptor, cp der
dtttt le B0J8 DES OAUniGnES ot enlovtient
abaouo Muubeuge. — Meur a viz a oa o laboure
1*JILLAOE OE BEZOHVAVX,
poix vnès avoir entendu les par- on cun usine vruz o D. Eno o reat oun deurgn
M d t u t It nuit, l'trtillerle tllemtude, convraz dIroM, n diie beza harpet var hevor posi
.
..
Loraquoila
sommo
en
litige
est
inté
LIojd
Geoi'go
commonlu
ensuite
on
tormos
trestitue ptr le ntlre, bonibardt not nouvelde notro pays ^^U'iW.i.d.noj,
Geor.o oommonto en.snito
termes
niordonts lo discours de M. do liothmann lloil- riuuro & SQO francsi lo Jugement prononcé c.^t krenv hag huel. It. » zelle deuz al labour hng or
U t llanei, de VAQHERAUVILLG il BGCON
postdiveza da gais kuit en doa guolet pell a oa,
aans appel.
»'cg et continue on ces termes ;
I9MX, et notimment lo teotour,do U FERt
La somme cst-ellotsupérieuro à lOD fr. ot Infé- oz oa eun tamik beat goullo, pemp melr a lied,
B U dBAMBRETTES, O'éltit un Indioe a
0 m. 80 a hueldet ha 0 ui. lit) a lec'het. Ulevoten
l'moail vo\iltlt tenter uno oontro-onenilvo.
A In Uouins, o'est lu l.'i dL^combro uuo M,
dou 0 Ule ur pez luliour ze mont d'an Hollande,
ileetlTement, en 0n de lourtaée, (llni»no|io, krowsli.v, nouveau nilnhlru des «llulrca étran
ilietiTement,
fcn em glevet a resz gant duou gjnitrtd, ha
dout
not
nouvelle]
U oontri-ttttqutlt vlolsm
gurça^do itusslu, lit Justici du lu prupoalllou
la ou échu al labour diveza, ez ecliout en lio zoul.
peiitloai, lurlouto l'étendue pirtiouliiromen
lusset
u oue or c'Iiosset var raillou o meaz ar chan•omb^i^d^^n éobout d'tiUiuripirlovit, ttu
Il rapiioln d'abord (lu'iiprèa chaque suco(>s
Los cultivateurs ont uno louablo répulsion tier hu ne oaint Icot ebuiz div heur oo, o krena
uillllnirc, l'AlloniOfl-no s'est toujours olforcé du une telle guerre sans atteindre lo bût
que
nous
noua
proposons
serait
une
14gant
ar
riou. ma kinskot anezlio tro rur dro. Kn
A t \ peindre i
pour la chicane, mais dorsquo le montant do la
tiUer lo toirnln pour uno paix séparée, suit d'un
Unan helken, clouez ar ro zo kl:i;i!,'et dooc'li. a s
H'inbro. noi troupoi, tn court cûto luit du l'autre. Tout ces ««.lais ao sont olioté. La paix qui n'iinpligrue pas une r6- oonteatiitlon est tmpartani, lisenu doivent pas despetd'qr rIou o doa eu ho suele houarn elioium
r.i vfiL' a
purutlon
est
Impossible.
Est-ce
quo
tous
n
reant
sloul. mur karit kredi lia ii'o doa ket a
le déloditlent on oipturant lieurtéa a une réslalauco cutino do lu part doa
liésltcr (i engager le procès,
les outrages commis au cours do cette
naoun d'ho c'boan ; deut oa un noz lui boued o
iti'illUjiiai, Et, depuis, cette larme eit do |iuls.ianc..'s alliées.
don evit élz devez.
f l t u entl6rewwt «n notre poiiciilon
E guerï 0 pcb apoliltérez.
« Mnliitoiiiuil, iliinnhim'Q tlo poui'oir halli-e
— Iiuman i^lres ?
Epad an uoz, sctu au train o loo'li ; beacli evit
S'.anUa'ra ar |i,iz cr bena amzer : paroa 'la aveohoii n i ii'-ii
Bilan
on (/lYo'io nolro allh)a-i! hiObraiihihlc, l'AlloLa noto àl éHmiido
iiimiidc et lo discours
netra, eniezho.
. . du
liux
livouchJle, srippe, iuUacn/.a. - KIcuTojou po triu.
une propoHllIun oiticlollo
ont rtue
= " apporte
. ,
-"."i olinncellei'
.î
, - — no donnent
rtue 1pou d'espoir
utouun
la. .slouaz, an enebour a oa var ho lient. E iioË'iktnilTe ddoltnoh<i le 15 (lOoondiro noua iiiogno
mentgare mu ehomiueiite teue tud deuz ar polis
our cntanier des pourpurlors do pnix. d arriver, nulourd'hui, ù uno paix lionoI t f m l i dt rétlliir, lur un Iront de 10 kilo
Eur voulaUtud; 3 Ir.
da zellet piz ha guutbo cliuss desket nmd, fri
rii, uni avtnoi attilgnint ptr endrolti /our pouvoir nppreq or cnito proposition. Il l'nble. Les AllIiSs maintiennent que la seule
docloiir aiiolliicalrc, I.andcrne priehou
'
Croix de guerre
Uimitrii m prolondeur, Lea Allemtadi faut on peser iiutant l esprit que les oitcons- Un do cotte (fuon'o doit procurer los earantuuo d'ezho. li. a ouie uu dra z« : ha petra en doa
nisJalonnou
, AOT.
M O R E U L , (jcnla Cl' c lioiK"juilou apotiUorie
•irdu l u demliri obiervttolrei oui pou- tant;es dans lesquelles elle est faite.
tics ontiùres et oomplûtos oontro le millLAN'nUDEC. — Lf soldai inlli'inier Joncour, great. prena biitun poultr, eur zac'had inud. lia
MOliKrL.docl.'
;oa.!,
...it ItollUir leurs tintetlvii contre Verdun,
11 Quelles sont les cii'con.stnnces dans los- tarlsino prussien ot ses ncrosslons nul mo- Pierre : » Parti au début do la Campagne avec pa ornio eu eur gare benag. kentulra rea oa leu- -,•An aot.
'
r
-,
.l'.'-apotliicairc
;
a
labour
deuz
ar
liisposition. lExbornloire iraauluses. sunij, cruchuls.urtnfs. etc.».
•eue réooouponi lis loiporttntoi poiltlona quollos soproduitliipi'oposItlouHlIeinandc? nai'entlâ paix do l'Europo.
le 118', a toujours élu comme eombaUnnt ou ier biilun var ar railioii hag a bep tu. puella ma
4 août avtient été inlivéei dtni les jour
" Les ai'uu>cf) ennemies ont dOyastiS et oe« Nous devons etro prflts ti mourir pour la comme inllrinicr un soldat dévoué et bruvc. c'Iielle, ha pa deuo ur chass da c'houesa tro vur
I l i l i 21 It !5 ft^vrioi', ob deux de noi dl cupoiitlanelglque, luSorhlo,lo.Montiln(!p;i'o, cause qui nous a (fôcIdLis à entrer dons llle.<iSé i la balailio do la Marno, est revenu dro, ez eu ar bulun en ho frI hag ez eant kuit en
Kl-.dr d.- .^i• il,-:.
Iciiiîïiiy
' l e ohoo dl pini
tli-. H>-»er(s. r.i ':!•<'il
les séjour à Verdun eur strevia, evel ar ro a gommanz iakad bulun.
!?
"f
Tou» nos ollorts auraient été, aussilût guéri. Pendant
_
I.uil. >!• d'y.oatnt.d'u i ! , " ? ) , ' ' , t ' ' " 'i"
dt-ii ILMU.
lîeza
en
doa
ive
eur
vuretad
alcool
ineiitlie.
.
.1""?
Aus ro-AI omandH vlçn- vaUis si, à la lin, nous n'obtenions pns jus- a relevô et soigné de nombreux blessés dan
,r - y —
» quo
«j»»»^ la
«»« guerre est
VMV Imposée
tt^P'
c'houez kreuv gaatlian, hag e fuilie Ivc eur berud
lient
do
P
'oe
amer
l
iudépoiidance
illusoire
liée.
Maintenant
dos
circonstunccs
très
dirilciles.
•
>
S I tirrii
,
^
... d uno partie do la Pologne ; ils essuvent pur aux alliés, oe aérait un crime quo de ne
TREUOIIL. - Henri Trellu, du 118' d'in betiag erit niiret deuz ar CIIUKS du zuntout c liouez
1,100 mttrii dit poiltioni oooupéei tntérieu- IA do portoi' lu main sur la nullon polonaise pua taira aubir A l'Allemagne l e traite- fantorio : » Sous-ofllolcr brave et décidi: an dud. — Eveiso o cliomjonl peder lieur lia Iririmint à l'oflinarTi tllimtnde du v!l ft.<vrlcr. ontléi'o.
I.e
ment qu elle mérite et de lu laisser para- a fait preuve de calme et do courage dans do ugent. Erru en Hollande ne oa ket let red pedl
Neui avoni lilt i<.3«7 PRISONNIERS, dont
Uul donc, sauf l'Allemayne. peut tli'or der oyeo des ollures do matamore daus les ulrounslouces dinicilcK. Blessé on aSsuriiiil auezho du zllluka, bag ac'liano ahenn eun nebcut
BREST, 79 et 81, rue de Siam
114 eiaoliri, prii ou détruit 11& CANONS, 4« avaulago d'uno pareille conjoiicturo au dé- rues do l'Europe,
uno liaison avec son commandant do compa devezlou ez int bet kaset da Vro-Zaoz. — K. u
la
nial.5011
de
Tinsus,
l/.yje^-.
1Î!1 i'é!
iv'jiouiiiva, 107
i v f mitrtilliuiei.
luitiaiiiigusaB.
laoï-bombii,
but des pourparlers do piitx i
gnie.
' Oan^iiv
nke mont da liuris, rtk keinoret on doa nierk
la plus aiu-ieiino, la plusvasti^ cl l.-i imcux assoi lio dLdes
"i
A*.'!"''®® « toujours été un mauvais
iK
i t r i vlotolre du O dnconibro ne noui i
_itre
un liiijiisIl Aials les motifs do la démarche allo- voisin.
PLOUVOnN.
Chtptltla,
Hervé,
iiiili'il
euz
meur
a
dra
mad
du
c'iiouzout.
K.
a
zo
bet
la
région,
—l'oiiri
ines,
Tmh'.t.
Riihriu.v,
i
Elle a oomml des offenses sans nom- leur au 211)' : 'l'ireur d'un grand saiig-fn-id trugorekeat o Paris. Ne diie ket beza dizoursl gont
••<it4 que I.OW hommii di pertei tottlii, ttn- inando seront mis encore plu.'i en rellel si
BRUMCT & LE GLÉO
l'i-.-n.if
« » qui l'on peut évaluer tei pertii globales I ou prend ou consldévutlou l'état Intérieur iiro contre le droit dos gens. Nous atten- a fait preuve d'un réel mépris du danger eu ho baper, rak nia viJe bet paket, e oa niuru breia coni( rons pour les exuminor des conditions et l'omnllssanl s» mission sous un violent feu
lilUlli«t l'enaiml k 15.000 homniei.
M..M(I,-I
do nos oiinomis.
in,an. Doue eu euz he ziouailet evit lie vreg hag
•1. présile
(JWEIU.K M.iUCllM)
.tlM) A i:.\ wsr.ii/,
.
garanties meilleures et plus silres que d'arilllerlo et de mou.srtuetcrie. »
.'iaiiil-KK
Sans purler de lu tentative lllésalo faite I des
ho
zuou
haotrik
blun.
•
xtonsioii
colles quelle u si souvent violées. Jusquela c'ui uiiu: do i iouéden:
KEnNILlS. — Leroux, Yvos-Maric, du 118'
inr les Allemand.s pour nstrelndrelu popu- la,, nous aurons soulemont coniianeo on
Brave soldai. Blessé le 82
ution de la Pologne russe ii prondre les or- nos armées invlnolbles. (Applmutissc- d'Infanlerio :
l
l
l ('OI|).S de F e n i i e
août
1014
et
lo
)Î8
octubro
1015.
Est.
revenu
ai;
nes contre su propre patrie, il sulllt do monta.] .
Uûnodct
aussitôt guéri. A p,irllcipé A toutes leimentionner le Iruvailobllgatuiro général Inau lieu (lu /,'..
Vol. — I."n malfaiteur a pénétré chez Mme
» Au reste, conclut M. Lloyd George, Icis front
Mpi-eiiai;! :
aCTalrcs
dans
Icsquolle.s
lo
régiment
s'csl
troduit en AlleiniiKne pour approclor com- Aillés enverront d'Ici peu do jours leur l'éuiio luai-or: a'
Dréau, nicnagiro à Ménez Grons, en brisant un
dciL-i
trouvé cnguijé. Agont de liaison pendant la carreau de la fenêtre. Il enleva i fr. iiO, uno
bien ost dure la situation do nos ennemis, pouso oonccrtéo A la note allemande. »
écmies. u::,:
porcs,
ériode du 28 ooiobre au lé novembro 1010.
lontcr, au dornlov niumont, do motiro A
uiK- or.-. l,o
oi.os,
uiio
Chicorée garantie pure. La
Meilleure
M. Lloyd (ieei'ge termine en disant qu'il ost 'est l'ait remarquer devant V..., par son mé- robe en drap, uno puiro de botllnes, du sucre, des
DODI le mondo entier, la slneultùrn proposition profit leurs tempoi'ftlro.i eonquOlos territoKi'ani;o iiouvo
•Ci ot dode l'Allomagno et do lo* nllléa ont vivemoni riales avant quo se révèlo leur fnllilosso In- convaincu do lu victoiro llnulo, A condition quo ris absolu du danger, bOUS les plus violents clous, du poivro ! Uno sonuno do aOO fr. cachée
iieiid.iiioe^. toi
parmi
le
linge,
lui
échappa.
-livorsos
In
nation
fusse
mentro
du
mémo
udmiruble
état
ombardemonls.
••
eommenttSo La prosao ludépenilnnto du tous
térieure, voila lo vrai sons do la déiuarclie d esprit quu los armées qui sont dans lu bouo sur
naiuiv-, ooiil,'
iicol.-iî
piyi la ooniidOro
o uomnie nn blutl coloaaai. u "C'est ullomando.
LOCMAniA-PLOUZ.AN'E. - LotSo, François,
aroô -.0 0011t.
Foucanant
le front.
une comédlo. n a mémo dit un Journal «ulsao. ...
du 4* zouaves :
Mliralllour courageux et
.Mi.,0 a | , n ^
i
>
lin
uns
d'insuccès,
los
Allemands
exploi.Kli)
Vol. — Marie Cloaree, iO uns, domestique à
nul mot n'est plui exact. C'ost uno coinOdIu par teront à rintérieui' do leur pays lo relus des
plein d'allant, a tail prouve, pendtinl l'allala mUe en icOne d'abord, par le muuquo do sé Alliés d'noceptcr lu paix pour rolover le
quo du ii oelobro lOlti, d'un enlralti et d'un Kerouen, avait des eitois de lilorio dans uue
• Vu
iu-u d'.i /.'• •,
méprlH du danger i-emirqunbles, sous les plus
mbre occupée par deux Journaliers. Or. en se
ricux eniulto
moral
défaillant
do
leur
population.
Mais
U
vlulcnl»
bomburdemeiits
;
est
ro^lé
cjilmo
A
rendant
ù
sou
urinoire,
elle
constata
lo
disparition
Il pot uu p«leu tard .pour revenir sur lo disoouri
un autre but Insensé do leur déniarl n COI'PS de •eme
son poste, encourageant ses camarades. (2* B six di'ups de lit, deux oreillers, et de quelques
du ok'lnceilor alloniind' Quoiquos dOttlIa sont exlsto
olio dans rincoinprélienslon du vrai esprit
cllalion).
litres menus oiijels. l'ne partie de ces oiijets n
ooiiipr "liant :
cepindtnt Indlipenaablos
.•..:.l-ol, d lMqui
anime
la Uusslo. Nos ounemis so leurPLAUE.N'NEi^ ~ Quéré. Jean, du 4« zouaves: été retrouvée dans un buisson voisin de la
l)llU!lo
Noui
UI 101
loiniuoi vainqueurs, a'éurla d'abord
uno ol-orent du l'espoir viilu qu'il su trouvera parmi
" Placé ('.ommo guelleur dans uno partie do ferme, et le pnSJudlce se réduit ù une somme de
i.iio
à
\
itjimuttU'U.ullwoB;, aux appluuqlaaomenta
-'iaii'.;e neunous (Ici hommes iisse/. pusillanimes pour
Lo 14 décombro, sir Fr, Uillott, doyen des miVO, 1»
N'oui sonunoi vainquoura 80 laisser tromper, uo filt-co qu'un moment, nistres alllus A Athènes, remit nu gouvernomunt lu ligne qui venait d'élro évacuée, n, soUs uu cinq franc.». Les deux Journuliers étaieut aliseuts
totin U 0
oiiimk
.
•.ooiid.inics,
bombardement
très
violent,
fait
iireuve
du
Toutes les fonimos eouuai.iiL'ul les dansers qui
terroduc
areo l'iliie de D|;u; car on ault quo loa Allu pur leurs propositions mensongùros. Gela groo I ultimatum suivant, do lu purt do lu t'roncc, plus grand sniig-rroid et de l.a plus grandé le Jour où lu vol fut commis.
iialurès;
1(,'.'> meuacont « 1 époque du ItETOt'It U .ftil;. Lo.s
conto!.
Il lie .1:0- !ii arcs
iDdi 4proutent le beaoln do mélor Dieu & tuui ne aera paa ; auoun omur rusae ne flé- do lu Orunilo lirctagno, do l'ilullo et do lu flusalo; bravoure, iisymptômes .sont bien couuuJi. C'est d'abord liin'
Ploaré
•<0 Cl-::'
ifi lolit, co oui ao comnronU blon pnlaqu'Ils ohlra. A u contraire, o'eat d'autant plus
— Xerdrton, Cliarlos-Maricl. du S5' d'arlil.leiiSi^tioniréloulfomont cl de isultocation qui étroint
{îtétindent • lo peuple (lu do Diou, lo pouplo utroltement unie quo la Ruasle entUro
Marins morts en mer. — Les corps des
-Mi^o in:x : I (itm ù-.^.'
Il Los événements récents d'Athoncs ont lerle : •• Blessé au cours d'un ravIlBlllomenl
1.1 gorge, des boulTécs de <diali-iir qui inonteiil .ui
l'a
«nolij puur régénérer la momio. »
•
do son prouvé, d uno manière concluante, que ni le do nuit par des éclals d'obus, a deinafidé A murlnspécheura An.?quer et François l'iriou,
i"'- — i;.-; lacQin•f, n,.
vi.sage pour faire place l'i uiio sui.-ur Iroidc sur top!
J , de Hilhmiinn-Hahvog a dono démontré que
loos
deux
de
Penaiioat,
ont
été
rejutés
par
la
. . . . dia le roi ni lo L'ouvernement groo n i sont eu pos- roprciidrc son scrvlco après un premier panmuiio do l'J, luduiilel. au tcilo ourps. lii" venti'O devient douloureux. Its fégloîs
rAllimigiie étilt rlctorlouso aur toua les frunta.
mer. sur lesifrAvesde ïelgruc et ^e Plouiodiern.
roir
du
U-i;
session d une autorité siitllsanto sur l'armée sement.
ieralt
pas
•se renouvf^Uent irrésulièros ou trop ulvoudautes cf
Notli rijfrelluna qu'il n'ait pas ossayé do prouver
LANHIVOARE. — Luaoen, Josi'pli, maréchal Ils araicut disparu depuis lo 23 octobre.
. i
-..
aoldat en- grecque pour pouvoir enipOohor celle-ci de
bientôt la femme la plus robusli^ so trouve affaiblie
iUt le Rronprliu «'était couvert do glnlro A VerDeii.v Piécc.v de l e i t e
devenir uno juonaco pour lapalx ot la sécu- des logis au 8* d'aiMlllerle :
venu comme
ait quittâ notre paya. »
et lixpu.sée au.»; pire» danucru. GV;.--! alors iju ii faut,
,aq ; mils il faut reconnaltro qu'il n'est pa " nemi
rité dos armées alliées en .Macédoinc.
volonlalre dans rartIlieNe de tranchée, s'y
»
Cl
ost
ttvoo
d'autant
plus
d'énerglo
quo
le
sans
plus tarder, faire une euro avec
oaioin-fiouhoii
(
(
j
u
c
r
r
i
o
n
nant :
i|lîJuiquo-l&, It qu'il a préféré ne nus trop i'
dépeiisi!
sans
compler,
dODnajit
A
tous
touvoruemont russe tendra vers lit réalisa» pans ces conditions, les gouvernements
liecl. ,'ij .ires vj (
tin<• e lur In altuatlon du front oooldontul '
Argent perdu. — M. Buquen, receveur bul'exemple de la plus gratiilcf Bravouro eu
Ion
des
buts
proulainés
devant
vous,
le
ailles
se
trouvent
obligés,
allu
do
garantir
-Mi:e .1
i», Ol) i
parli lur^out do la Houmanlu; c'était plua faciio JOUI'do lu reprise de vos travaux, notum- purs torco.s contre une attaque, d'exiger mémo lemps que d'un esprit de aiBçIpline el raliste. 0 perdu. A (.luimperlé, une soin'ifie de
0 'Jtr.i:
- >.„
_
§1 Vun (Itaf plua sflr.
Ueoi:
ment vers lu collaboration positive ot géné- l'excoutlou Immédiate dos déplacements do de sacrlilce io plus absolu. Los 4 ot 18 sep- 1.3li0 fr. Quelques iaslauts auparavant il avait
mutie d.! I>)ou(la;i '1, au ir
Oll éTéaiiuonta mllltalrci lo olianoollor a pasa< rale,
tenibre lOlfi. a brillamment pris piu'l A dos fait un achat do clous, puur lequel il avait retiré
qui
constitue
lo
suulo
moyen
silr
d'urtroupes
ot
do
matériel
do
guerre
Indiqués
l oir do ics;,-t-a,
aux lutta économlquoi et n déclaré quo la aécu river au but qui nous tient h uteur à tou-f ; dans lu noto toclinlquo cl-annoxéc. Ces dé- reconnaissances parliculièrement périlleuses un billet de S fr. da son portefeuille. On se de.Vous lie ('('sserou.s de ropét-.'r qui'
rité de l'Allemigae était déiorniali liora di
toute l'emuu! qui .itteint l'agi- de (o
placomonts devront Cominencbr dans les sous le lir do l'artliicrio et de mousquelerie mande si co n'est pus ù co uioiucDl-lù que le
do l'onnoml,
Deux
Piëi'cs de ( e i t e
iloatf Pull, lalaunt alluilon su aervice civil ,l'écrasoinent
reste (Usparut.
ans. même celte qui ii'Oprouve.aucun
Il Lo gouvernement ruase refuse avec v ngt-quntro heure» et Otre menés aussi ra- ennemi. •>
aukillaire, Il a aftlrmi u ^ue lo peuple allemand Indignation
dites l„ nJiMj-.);:
PLOUESC.\T. - Le sergent Louis Séité
malaise, doit faire usage de la .lOl'pidement
quo
possible,
En
outre,
tout
moud'Interrompre
aotaellemont
Jtitv'fiânt
.
j'intevrompre
a
le ionalt au travail derrliru l'anuto combattant lalutte et de permettre par la a l'Alle- vement de troupes et do matériel do guerro déjà tllululre de doux cilallons cl de deux
iicrl.
h
;,iv .'i l
Vf':.\(;E
(le
l'iibhé
.Soiir.v
A
des
illpai'
l'AileGt que la forco glgunteaquo do la notion était
priiposillons pour la méduiile mililaire :
-Miso à li'i.v . i.'
lervaies régulier.s. si elle veut évivoi's
lo
nord
sera
Inimédiotement
arrCté.
magne
de
profiter
do
lu
dernière
ohanee
iflt
•
•
•
Ice au i(eul but oonimua. »
" Modèle du Bous-cifllclor. bravo et énergique.
ter l'alllux subit du sang au i-ervi-aii,
-- a'o&re
elle d'assu'ettlr
l'Ourope
la coip.
If un de ces retours en arrhSro qui lui lont qui
îhégémonie,
- i - i - -à ,—r„
- - rles
— sacrincos
«-- -a1 se" rendrait
'p oas
eouvornement
groo les
ne I Au front depuis lo dtbiil de la campagne, a
la coiige.-tioii, l'attaque d'apijpiexio.
'Ul
" o ' d ; i'ïoiidu
l'iius
Innoni-1
pasoCiA leces
deu.v demanSos,
.lîuttft
pris
part ù toutes les affiilres où io régiment
lai llliiri, M. de nethmanu-liolln'cg cat olura son
la rupture d'auévri.siiic. etc. Qu elle
roir
do
L
jrablijs
doji
apportes
deviendruient
vains
A
alliés
estiment
qu'une
pareille
attitude
oouS'
JDU lur la question des urlglnos du la guerre la suite do la conclusion d'une paix préma- ' "
I tt été engagé. Avec un mépris absolu du danrevenu
u'uiiblie pux que io saiifr qui il a Exiger ci iiilrail
'
tltuernit un acte hostile à' leur
égard.
ot a prouvé (?) quo lu Itusale étult aeiilo respon tui'éo
ger. s'est employé A l'orgnulsallon de la preplus sou cours iialiltucl so puiler.i do préTl'ois Pii'i.'e,'^ de ( e i %
avec un. ennemi dont Tes forces sont
•• Lo blocus des oOtos grecques sern main niièro ligno et a su. pur sou courage et son
aable du conlllt européen. (Veit un vieil ali' de entamées,
lorenee
au.\ narlies les plus faiblos ol v dévolopmais uun brisées, qui yochorolVô I tenu jusqu'à ce que lé î'ouvornémènY'ërëc sang-froid, nialulenlr sa troupe eu position
iitos Co.lloMi-iv"'
riAto dont noui oonnolsions tontes loi vnrluntoi un roplt, sous
j)eiii
los
iiialudios
los
plus
péiiililos
:
'lumeiirii.
looyuvcrtdumonsongo
d'une
lait
uccor-i'
"•'•
..
lo
une
o'ntlùro
répni'iuiôn
pour
"les
sous un bombardement cxtrOuicmcnl violenl.
n.iiit ; licotai- •
Unfin aont tombées do la bouulio les pnrol
L-HiieerM. iieiiraHlIiéiiie. iiiéirileii. lilii'oine.<{.
La
\
f
l
u
v
c
l
l
«
Mitibode
de
M.
Noël
DKait
(iurablo.
récontes
attaques
foitos
sans
provocation
S'élalt
déJA
signalé
unlérleuremcnt.
"
que tout cet eiordo tendait uniquement A nré
COIlt.
ek'.. laiidis qu'en laisiiiit usau'o évitcr.i
do la ,JOl'Vl-:.\"CF:
11 Dans oetto iléclsloii Inébronlnblo,' la par les forces gi'ec(|ues oontro los tcoupes
touics
lo
LANRIVOAKE. — Lannujsel, Krangols-Mario, MEI'Iti;;, l'habile spécialiste herniaire de
parer. Ici. Il faut citer l'original. Touto analyse
•Mise
ù pn\ : HM- <» fV'.
(le i'iibbé Soiii'.v. la loiiiuu'
Uusslo 40 trouve ou complot accord avec alliées A Athènes, et Jusqu'à co que les ga- de Kéruguon, soldai uu 48' d'Infanterlo : " En l'ariM, est In seule qui procure sans sùne
aérait vaino.
i-'ii I;; .eoni'inlinnitOK qui iu meiuifoiil.
.'-•/.Y-,-,,,,ranties sunisautes pour l'avenir soient Juin 1918, ntteint d'uno blessure très doulou- ni InlciTiiptlon do truvall tiii Hoiinifçc-'
tous
ses
vaillants
Nlllé.t.
Noua
sommes
tous
os
piiar.
:
'
<
fr.
«0
Il 4iit»u', a dit lo cbaDcollor, (l'un pro/ond également Dénétréa de la néoeaalté vitale donnues. »
Le ilacon i Ir. - • dans toute.->lo
niullO d.' l'Ioiiéi 'i';i. bur.kmt
reuse est resté vingt iieures sur lo terraiu el iiiciit immédiat et la ((iiériKou des her. l ' i fr. • . francu ;
ntnllmeiil de l e i davolri moranx et rail de
franco
Kaio.
Les
trois
llacons
.
<
route
do
Ko:r
.d ,
mener la guerre jusqu'à la fin vloten'a quitté son poste que sur l'ordre de son nies ou descentes les plus grosses et les
olaas à l'égard dt san peuple el de l'/iu>iiani
conti'O mandat po»t-j adressé plianuacie .Marff.
oucli.
; nous no nous luisserons arrêter
Avunt l'expiration du délai uccord M. Zula- ofiloler. A peine guéri est revenu A sa com- plus anciennes, comme le prouve cette atr^invereiir ajuqé gua le iiiomeiil Hail venu .. rleuae
ni'.MOM'IKK à Itoiien.
dans
cette
Voix
pur
aucun
subtcrfugo
do
nos
costus,
ministre
des
uflalrei
pagnie,
prenonl
part
aux
dernif'res
atUiqucs
testation
s'ajoutant
ausiiombrcuveH
KUÔ
:.'ii:.Nis
oiiAr;s)
„,
,
..
—
étrungiires
de
Griico.
poip un aele omciel de p(ti,T, £'n conséquenct, ennemis, e
(.•ioiici; c o . N r KUNSIU-JN
m lu réponse quo voici uu nom du gouvernoment et donnant A tous lo plus bel excniplo de 11 rUou» obtcnucsM plifit accord el de eoiiccil aeeo m lianh
délité ot de bravouro. •>
;
St-Pons, I l septembreet
4|lll«, Sa MajesH a prie la dMfion de propo
A pria co magnifique dlacours, la Douma vota de^Conatantia
, ,
, ,
1 — Ruaatouon, Eugi-ne, de Lanvenncc, du
M. Noul DE.MEL'RE,
t 1 1.
Ht aux puisiance) emieintes ionverlurt des
os 'JJ
1 unanimité lu réaolutlon suivante :
Désireux de donner uno fols de plus une 71* d'Infonterie : " E,\ccllcnt soldat, très cou
OOIlt.
...Jo
souffrais
d'une
hernie
très
danp;epfyi^arlir» de paix. i>
do
o.. sontlmonts
......
, s noèi'o rageux ot d'un grand sang-froid. Blessé mor- reiKiie. .le suis absolument soulugé après
, Lu Douma, ayant écouté les déclarations prouve .manifeste dos
Mi;.o
I.OOI)
M. do Bothmann-llolwoi; a annoncé alors I ;lu
amitié dont II n'a cessé d'être animé à 1égard lefiemenl lo Zi août lOiS étant eu petit posU avoir
ministre
.les
alTniros
étrangères,
adhère
(:iau.so -lo r
suivi pendant 'i inois la Mélliodo de
transmiiiloo do lu uoto dont nous aruna déjà uiianUuumont au refus catégurlquo des gou- des puissances alliées, lo Kouvcrnoinent avancé. i>
pour 1-:
•;'ot i- lut-.
II. Noul Uemcurc. Je lui exprime touto
parM.
vernements alliés d'entamer dans les condi- oyal accédé aux doux domaudes qui sont
I.e
lout
ma
reconnaissance
ut
le
reuoniniamle
ù
ui\
ooiiLo discours a'oat terminé pur lo dévolo,.rMédaille militaire
tions actuullos dos négoclallons do pulx eontouuos dans leur note, DéJA 11 u idonné
Wlls lli^:•1.0 Ta
tous ceux qui soufi'reiit. P. r.MillE. direc- 4 ,
!'u\ i'atigraudiloquont do la dcrnl6ro plir&so do lu noto quelles qu'elles solcut. Klle ostluio quo los l'on ro que les deplaoomonts do troupes
P A S S A G E
S T - M A R T I N ,
B R E S T tfiiu, ja- .(l'.ai
teur
de
révolu
libre
A
Snliit-PuiiN.
•;;lomln'o
LESNEVEN. - • Coulm, Jean-Yves ;
CaSi lei tiiiienil» repaumiil nos jiroji
propo.'iltlons allemandes sont une prouve et domaterlel do guerre. Indiqués dans la nonnler
i'J-.'i',
courageux el énergique. A été tréF
• li'. l'an
• viiilOHl asiumer la rtfponnablllU
nouvelle do raffalblissement dos onnomis, •lote technique annexée û l'ultimatum, com- grièvement
t-'haque Jour, M. Dciiiciii'u reçoit des
Oonaultatlons
do B h. ù G h,
01 le- iui'i
blessé le 15 inar.i 1010 en accoui- lettrc.s
nititi e/frayanls qui se produiront
uirncîo hyn6ô'rlto7ml"ionïptô'non sm^^
I
"î.'l?"'''''''"'
,
menés I SliXnt''uW"'nïïs'i.ion'sous
remerciements de pi-rsonnes hoii- OonsuUatlons
: à Losneven,
toua los
lundis,
— —
un violent boin- liiK<ie8deet
«u;c«ur allemand, Jusiiu'ii lu plu» humble succès pratique, mafs cherclio ù rejeter sur
Kuéi'ics pnr sa iiivtbode.
.Pos^ l)lo, conformï- E.! S c n
.
hûiolLo
Roux ; à Landlvlelau,
tous
los m e r . SOiiriKMlo
-,
sainte colin
t'eiifinmmera
C'est donc avec la ferme eouvleiluii 'd'êles rosponsabllltés du ooinmoncel» .susdite note toohulquo.
uaïucmuu.
^ 'e.1^vii'taire
qui, pour satisfaire it su d'autros
crodSs,
route
de Landerneau
(gtfàs
la
Mal. l)é.M-ilS
tre
utile
IIOM
leeteiirii
quu
nous
k
ur
ment
do
la
guerro
pour
su
disculper
devant
Qiant
A
n
question
de
réparations
pour
'
i
gu
,
\Sf d'aiitaiilisnemint tl de conqvfle, ne leiii opinion publique allomando.
Ho).
conseillons
d'aller
voir
en
toutu
cuiiliiiii<>e
les
Incidents
malheureux
survenus,
contre
vn» meure un icrnie auj; tuevies de la guerre
ee Krund npéi-iitliKle si connu et si aimé
L a .Ôouma eatimo
••
qu'une paix préma- toute attente, entre les troupes alliées et les
l.os clients soiii iirévcnus quo la fôi.
-Voi 1 ain\a:il u
C. PilASySERRE
Dieu Jugera,
laiis notre région, qu'il visite depui.s plu- lundi, los cousuilaliuns uc .si- foroiii pa
turée aérait non aeulemcnt uno brève forces grciiques, tout on se référant aux dé.osni
Ptrluiluineul : Dieu Jugora
. _
Soulomont nou: aooalmlo
CbirurAiea-D..- iste
0
arattons
formulées
daus
le
mémorandum
.sieurs
années
et
qui
recevra
i
:
mala
entraînerait
lo
danger
(
:°i
Iti
e
OIIVI
i
itiiiiai,
ilgnoroi toujours, on co mondo. quel e.^t li
Le CabiiK •t «ci-ii
•he '2 i
C: i.i "3:/:) J'
nouTolle guerre aanglante et d avant-hier, qui témoignait déjà do sa
Brest, dimaiicliu 31 di-eenibre, lundi 1"
PJ:!
lie
iiidi
||ui<m(loat do DIuu, mais nous s.iurons quoi aorn deune
c
l
le
II
iiidl
nouveaux ot pénibles aaorlfioos do uiclllçuro volonté d'accorder toute satlsfacjanvier, iiOtel do. Trance.
H,
ugomont do l'histoire. Kt nous no lo cial ... part
pojjugo
tion légitime,
le gouvernement royal
exdo
la
population
;
elle
estiuie
,
uiiu
uiiiiiiL-i,,,,..,.
®(t"i"ie.
'C
roy
.
_
.St-i'ol «le Léon, mardi 2, liOt. de Krance.
.MiiUl.AiX
lôni poa.
pnIx solide n'est possible qu'après P ' . " , " 'ospolr que les puissances ilo l'En
iiniidivitiiau, mercredi
hOl. du Léon. Ftude de .M- Oiieliiuer. no. Sous no noua répandrons pas on virulentes prn qu'uno
taire A l'.iiil-lAliiJé
BREST
triomphe déoislt sur la pulssunce mlrapporter leur déclslot
Château liu, jeudi 4, liOt. Graiur.Maisoii.
Doi'iciii' H . C O O r E L I . X
toitutlona contre co cyniquo discours et lo cynl lo
'«s cOtos et los Iles
Quimperlé. vendredi O.hûl.du Lion-d'Or
,que document qu'il contlont. Nous sommes habi lltuiro des onnomis et après la rononclatton
'o.bloous qui pèse sur los rap- , Sous le train. — Jeun Trosilec. 17 ani, dont
OhlruT'glen.Oontiste
Cnrhaix, dini. 7, hOt. l'our-d'Auversiiie A V E N D R E
.tuoikco gonro. Nous rorontorons soulomont uno léllnltlve de l'AIlcmagno aux aspirations
rents
hnbitent
rue
Louii
Ptateur,
«2,
tvalt
taire, eu I éludo.
Douorueiiez, lundi 8, hOt. de France.
brévo histoire A nos lecteurs : uu volour eotra un ul l'ont rendue coupable do la lutte mou- R?,'.'" «"'''O los gouvornements alliés et la
train pour so rendre A Paris, oi'i 11 uvalt
I.o liiuili !l janvier proPc
Facitl!,' (/,- />,•l,•,.^•
lulo
et
des
horreurs
qui
l'aocompagnenl,
Y
Imprc.sslonnunt
l'opinion
publique
f
/
f
'?
Cuneitruenii.
mardi
9,
liôt.
do
I-'iaiice.
Csiiii
Jour dans uno maison ot lo rovolror au poing
cliaiii, à dou.x lieurc.-.
du pays, et se persuader quu la meilleure irouvé dn tiavuil. A I.uvnl, Il commit l'impruQiiiuiiier, mercredi 10, liOtel du R . . .
En Face lapfcce Latoiird'AiivErsn
tnenata le propriétaire; colukl fut un inumoni
içnruntlo pour quo tout malentendu soit dence do descendre avant l'urnH complet du conLaiiufuu,
jeudi
11,
liOtel
de
France.
désarçonné par cutto brutulo agression . muls
C:s!a!;:;;:i:i 4,3h. i c i .
sf aoi
acquisso por "lo ferme
'
écarté ost
CuliiKiimp, vendredi l'2, bût. Commerce. LaMi'lilil'ic de U'sloiuii'ii
et lo plus voi. Il tomba si mulheoreusement qu'il eut lu
tudo d • .M
Jii l'oiili.iat.
blontit II 10 rossulslt,
et !îr :i.:i(:.v:uj
, et parvint h fiforco d'ônerglo
Morluix, fomedi 13. hOtel de la Po.ste.
„ „ ohcvlllo du pied droit broyé par les roues.
Ot.l
en Plobauualee (toiiue l'riVoici In dilulnratlon fuite lo 18 décembre A la sincère désir .._u gouvernement royal ot du
r
lo
volour;
uu
moi
..
E^lractiODSsuns
douleur
h désarmer
voluur ;
moment oti celurci lliumbi'o Italienne, pur M, .Sonnlno, nilnisire pouplo greo do voir au plus tpt conlirméos
I.orleut, dimanche U, bot. do IJrelagiie. inot. péro).
Dcn-.ids
garuntis
sur
f.i;lure
Le
Conquet
s'oportut qu'il allait avoir le dessous et qu'un des oITiiIres litrungOies, en réponse A des députés es excellentes relations traditionnelles avec
Demeure 02, boulevard li. (,!uluct, Paris.
U'iin revenu de I.7.J0 fr.
Prix modérés -;- On parle breton
unllormo do gcndurmo furult iieut étro blontAl I ul supposniunt qu'il uvuit eu ou nllult roeuvolr es (luutre puissances et uno étroite amitié
Voleur do poules. — Henri Floch, 38 ues,
•Mise A prix : /<0.0I>0 Ir.
A LOUER
UiT. 1,1
l«a apparition, 11 dit uu proprlétuiro: u Jo suis doa propositions cunurOtes ot plua uu moina pré baseo sur la conlianco réciproque.
forcoron au Conquet, o été nrrété, aoua l'InculMo
lAolla
rand el généreux; faisons la paix ; Jo mo con- clHos nu sujet doa buaes sur lesquelles les nègo
pation d'avoir volé des poules duns les Jurdlns Dtamnd.e M O N T R E S , B l U O U X
lilluiles do .M" yiieiiniee. nol-;iuùo (le M- .VIiai'iK 'II, no
la ( 0..
l'I Olll'iuintoral du quarl do votre proiirlété. » Kt II cliillona devaient étro cngogécs ;
Il y iivnit dnns cetto noto un ongngomont for- do Kérubécum, Brest.
PENDULES, O R F Ë V h l l U I E , ù
laire A l'out-r.Vbbo et de .M>•,^dl•,••
•;iho.ii.
l'Iabeui.i
ojouta en lui'méino : ii Jocomptuls uvoirlotout,
II .
I
lîPi'' o' uno promes.so. Or dus nromosses do
Kévaiilt, iiolairc à IJouarl.kUo
Lcencven
" l l n y a pas dp propos lions ou (Ichors Constantin tout lo mondo .suit co uuc'vS'aunu
niali o'ost uno alTalro mamiuOe; suoliuns nou»
G.TRIBAUDEAUf.t'M...>,.iiBESANçoN(P
nenez.
_
contentor do pou. » Voll6 l'uvonturo. Kilo ust le oello relallvo ù I ouvortiiro do négocia- Aussi lo bloous est 11 n u i l X u V % s m'A ce nui
0
loU'
«ijr
<"•/>/•/»,«SMdJj/HiKf'OrConoMH
il
l'O6c«rri(«(r»\0ï<
Le Z) courout étimt juur I.;rk-, la foire aura
ADJUDICATION
t ons, SI dos propostlous étalent faites ulté- sutlsfactlon ait été obtonuo peur les utiontats lieu lo mardi 20.
rilmt I ttot «lut. FRANOD TARIF IllUtTRL
j;ii ic-iud.
ELîGIEUSEn
On romorquora, ot déi la promliiro lieurn toua rlourom(<nt. iKJUS oxumlnorons alors co qu'il (les i " o t ï décembre,
uiieniais
Et lu 1" Janvier tombunt le lundi, le murché
I au
1.0 dimanelie .'Il dé
les Journaux du l'Kntenloet les noulresl'out noté conviendrait do faire, mais 11 no serait ni
Selon co qui so dit A Athimes loa ollliis ont uui'u lieu lo mardi 2.
1)]-:
liiui
c,!U!
LeH BOIIN Ile la DéfeuHe i\u(loiiule
ii'ot. :
que le document allemand uo contlont anciinr
lire I t m i , à une iiouro.
""
""Jourd'hul jlomundé nolummont, deTsalves d'urtî ne e eq
Cnplaeemcut temporaire .
offre prMte.
lotte question,
' honneur doa drnponux nillés, le rétublissomont
Une
L'siiie
de
consci'vos
(V trolH molH, Hix molH, uu au
Plouinofçuer
Il Los propoaltlona, dit M. do llollimann-Holl
De 3liii:Joii Cl ,ilai'diii
« D'alllouj-e, 11 faut aussi bien ae mettre doi divers contrôles ull és ot u i r i i lomïfté
ds fer Ilc;3r: riÉOtsy.n
ALi.Mi;.MAmi:.s
C'est ia question des mesures les plus
wug, nue les puissunces alliées apporteront ti ce» dana l'esprit qu'aucun allié ne pourrait l'uuinlatio pour loa nombreux vénL ls S r soit
à l.:i,u.,rr„. c;i f l i l l l
Mutuollo-Bétail.
—
Los
soclétulres
qui
uuDt 1 ! \ : s i i :
ou oonsldératlon
uuiiniuurai.ioa uno oonaition
fugitifs,
négoolatlons et qui visent A ntsiirrr l'/ioiiiiniir iJi'suui'o
prendre en
condition ompriBonnos,
omprlaonnés, aolt
aoit fuglt
fs
vonuciistes, soit raloiit des chevaux A fulro assurer sont priés do uiilcs à prendre pour I lutérét iijilional qui. à Uoiiarneiic/..
-Miso
à
prix
:
I,
^><10
i
l'eililence tl la liberté de divehppement di queloonq^ue qui,par hypothèse, lui serait
nos nuvires franculs so tionneut on rude do Pa les présonter sur lu pince du Dourg, lo vendredi aujourd'hui, doit tenir et tient la première
(liistaliatiun modorDc)
i^iur tous 101
l'iil.place.
leur» peuple», forment, d'opriis leur conviction, fventueflomot oflorto aoua une forme trn, et .lo Corinthl ehurgés'rin^sum^
dre
:tes de la llsel
'.D courunt, A 7 h. 1/2 du mutin.
-M. Dorda .-up
Chacun de nous possède un moven simIn basn appropriée au rétubllssomunt d'uno pult séparée
Des olllelors français sont arrivés dnns ces doux
1)1.
Mllt.
ple de prouver quo les mots « énergie cl a . - B .
durable. » Co qui algnlllo quo l'Allomagno, l'Au
« ,1'ufIU'mo onooro uno fols quo lo gouvor villes pour contrôler les mouvomonts do troupea,
et du iou? de
K E R B O U l
dévouement » ne sont pas. [lour lui, d
triolio, lu llulgarlo ot lu Turquie, entendent ob noment nu possède aucune Indlcatlun su rap pendnut quu purtout ulllours uao stricto survuilMO UL.Vl.V
Ktu.ledi .M-An<li'ieii A . iiooli.
vaines formules, c'est de pratiquer les éco
tunlrdoi condillous toiles qu'elles sertiront du li portant aux conditions éventuelles do paix lunen es!t égulomont o.xcrcéo.
Clili'ni'Sien-DonllMto
n'..:;os du
Train:
tio on ilridl, iioialn •au
Concours d'animaux roproductours. — nomles les plus rigoureuses
ses et d'ei jilacer Di|ilùm(' de la FaouliéilcUi'Jwiiicili! I',iri<
intto plu» forte» qu'elle» n'y »vut eniréo». Pou
diiiiauoii r T f - ;
i-l dldo s le produit en Bons ilc la Défense .\atlon;il'
quot.
Importu los détulla Inconnus. L'essentiel en lii. ^ - i l i t ï ï Ils il;^
ïChami '
^toarbeilo
t;
në^;;
d'être,
car do uns (!i préS^sntés) ; l - nrix, 100 fr. et us
UKnio!:o :il ù.-u' iil.; r! hmdi
CO.VSUl
.
TATIONSTofI
l.rSJOCIIS
médnlllo
liimnoui
do
llio
textuellement
à
la
lu
do
Constuntin
et
do
ses
coùitlsaus
médnlll
Aoooptor lu pulx aur do parolllos luisua surult un l^ie.
Il peut aisément faire un tel placomoiit
_
tout est A cra
Udrn. Ou
On nssuro
nusnt'n mémo quo
...... los l'urgent h
M
I
n„lD
ll,„ilMnn..
h
r..,l..lnn
.
Ol
u
r;
-a
iIo::i:
crulndru.
!•
.iauvii
•nient*.
111 ; optcmbr.
de il h. à ii h.
A M. Louis Quelnnec, A Gulclnn : S', 80 dès quo ses épargnes altelttnciit même cinq
Hulolde pour lus Alliés. Duna dix ou vingt uns
Tout ooln slgnllleralt hlon pou do chojurutlfs continuent on aocrut contre les fr. ot médaille do brouze A M. Jeun Le Nuz,
A L O U E R l'JI7
Saut le saine.Jl et dimanelio
1. Km, ,• i;;--.: -I 1 ....-V.'ll
l'Allomagnu roprondrult lu lutto, ot étulillralt dé- ses si cola no rappelait slngullèrcmont ce „„,..
. uinls par- Plougonven ; 3", 00 fr.. A M. Pierre Souùtre, de francs puisque tous les bureaux de posto lire los deals sans douleui- i t
AllhV .I'I"''.'..?"' '1,".° liounnrls et SOh
Ur. 0. ,s I. • :1|1.31;
linltUonient aur l'Europe l'hégénionlo quo lu quiil s'est produit Ici mOmo,
mOr... A Home, ou avril courent In lliessnllo on pronoiicnnt dos dl.scours ••^uliit Martin des Champs ; 4-, M fr., A M. .Sébas vendent des Jiuni de 5 fr.. et les remettent
La
lieiie
expiolialiGii
rurale
I r lUdi,
11 .•,<1. Plapose des dentiers arliliciels
paix notuello lui permottrult do préparer.
sans plus do délai ni do formalités que s'il
innl 1915, pendaiit la période qui u pré- d uue vlolonco uxtréino contre l'Ententu.
h-,,,,..!• '
ll.-llll'-l
tion
'Iroadeu,
A
ijalut-bervuls
;
U',
40
fr.
non
ut
p.iiiLi;
r.li
iiiilîro.v
s'acissait de timbres.
de ri!e Ouéménès veii. aniiv. o', !» i,,;i' '
Nous n'en dirons pus plus long aujourd'hui
dé notre dénonolatlun do la 'iVlpIlco et
tilbué.
i'ii.W.""'
m
,
rue
Mairie,
IHtCHT
Oest
II
litres
contre
imicut
„
que
lo.ç
Bons
préférant laisser la paroi» aux roprésontunts au notre entrée en guerre. Alors, comnui au1:11 I.e i:oni|uel
,1- l.-.-ii.',. ;il.
li,-oait
ï'iiiircflu.r pur siing Durham do 2 A 3 nns (3 tic la Défense i\iilionule sont délivrés Im
Jourd'huli do petites loullles autographlées
torliés dos nutleui do la Quadruple Kiitonto,
de
1.0.11,.
'
>
••11.
iOi,:'.
:
11'. 11.:!) ;
présentés)
;
1"
prix.
100
fr.
ot
méduiile
d'urgent
Tenue
par
M.
I(.
•nos.
Imédlatemeiit et sans frais chez les porcep- Ktudc.s dn M' (;erfrov, uoclrculnlont, provenant dlroetomunt ou Indliii^i.sl.im
on
ton
l'ial.ciiiif
•
•.
tu
!•
;i
•
;
1
;
11. 10 ;
A M.Sélmstienîroadoc, A Snint-Servuls; 2-, 80 teurs, receveurs des llnaiicos, trosoriers
•ullur.'
l'octomont do milieux nujoui'd'hul cniicnils,
tairoà l'ioiiesiat et de .Mot surtout ou la ro ollo (Il l.i-»iila. il II. r.ui 1: Ii:M; llrosl.
fr. ot médaille do bronze, A M. ,Ienn llollund, A Kénéraux, dans les maison.s de ijanque, chez
pu d'autres sources mystérieuses. Dansées
Il
l
>
'(
1
{
•
Dniiïçuv
«le»
DéNerls,
nogoéiiioii de suudo.
Plougonvon ; 3', VO fr., A .M. Jeun Lo Nuz, A les notaires et à la banque de l'ranee.
il il t (. i < •' J
feuillus, un montionnalt do nombreuses cou.
taire à Landerneau.
Plougonven.
II. Vi'il IV lll-. 0 ol r •V-iM.I.T. Lo 13 décoinbro, M. liriand uvoUdéJA (ait il lu oossloiis sol-dlsaut offertos par l'AutrlolioCoiitonance tolalo ; i7 hccIV-parl ,1.•
: h :. 1 iih.i;;
chatnbru uno courte déolarutlon, quo nom nous llungrloi sous tu coudltlon Uo uotro noutruTaureaux pur sann Durham do 3 nns et uiitare.'-',
noifaltam
1.0 lîuf:i. . h II) ;, i .•: ••i.iiiitilo.isus (doux présentés) ;
prix, 80 fr. et méréaumlons dana notro derniur numéro. Il on u llté,
(iro.s liéiiéiiees aiini
ouvHàrom
Chemias ^ f » de l'Etat
lii'iiaii.
S
h.id
.
:
U 11
: l'I,.11fuit uno uutro murdi, au Sénat, aur l'invltutloii
ilulllu
d
urgent,
A
M.
Joua
Lu
N'uz,
A
Plougonven.
Lo
foriiiior
actuel
>
ot
paymmnnoé
.•tin
lloauooup do ces conditions (Stnloiit conh. 7 ;
do M. Tournon, qui qualifiait lu propoaltlen ul- sldérablonient
,
, iMureiiuo: amdlioré.'i nu-deB.sous de 2 uns (six Validité prolongée den l,illrl,i iVnlter el reapro.s foi tune faite ol
son- dalmi-/..-a 11. '.1 il. 0 i '
; d'autres, eiilln,
l'orspo.k-r.:i:...
Il
il
tirait
à
coder
;
1.
1 h.10.
lemtndo do u bouRéo do gun délotéros » lancée étalout, do fiivoualtérées
Les
nssurés
obllga.loiros
ol
fucultatlfs
nul
présentés)
:
1"
pri.i.
70
Ir.
ot
méduiile
d'urgent,
soii
mobiii.-r
ol
Kn
la
commune
de
.Siiiiiltour, il l'occasion lia la .Voél el du nniiret
positive, ountralrcs à lu
l)i-palt d..
lll
h
;i7 ol
par l'onnoinl. Voici uno analyao du dlioouri du vérité,,,,
."^i!"..
«ollo nnnéo leur A M Sébastien Troudoc. A Saint .Servuis ; 2'prix,
son
iiialoriel.
VouKuy:
A"17 h.3 ; 1'loild:dil..v. . 11. 11 h ..il , t
préildent du Couaoll i
S'adresser pour tous
Lo comte TIsza, dans ses discours A la rfîi.ïJi?.'"'''!.®""^ .Invités A romottro Immé- i:0 fr., A M. Joseph Oulutin. A Suint-Servals,- 3-,
S,Mllllt.-ll,:l
17
h.lis
:
,
!-•
h.l.'i
cl
La
ferme
de
Koguérouries
.seitjiiemenis
audit
iiotair
Les
billets
d'aller
et
retour
ordinaires
"'"'loqu'elle
timbrée
A la ourvc
mairiedr de|!'0
fr., A .M. Pierre
, Dis la prprolùro minute, sur la simple CImmbro hongrolso, nous a montré par In jour résldcnoo pour
A^
.. Souûtro,
v A Snlnt-Murtln
1 „ des-, émis par les gares du réseau de rutal, bépuisse
li.li : 1 liutu
:Î ot IS
is ; 4', 40 fr.,âoA Mmo
Nuz,
Indication dos Journaux, J'ai tenu, a lu sulto lolnitvorsleque tondalontalors(outos ln nréfocturo avant le'ai aéooi^re.
" P ouBpnwn''
fr Aveuvo
M JJenu
e ^ MLn
i lè
î)',,A nélicieront, cette aunéo comme les années Les 2 fermes de Serfraval
:
l'.i
li.:i
il talro oonnultro co quo nous oos.révélfttlons mystérlousos
r « d iniérM ,'i
(furlun,
Joan-Muilo Du précédontes, d'une validité prolongée A
inystériousos et 00s
ces potltosI
potltôsl Ces
<-''cs assurés ont un très a
arand'intérél
A se
et les
ullles clandestines
poDilons do 00 quo jo oonsldOro ooinino uue
La langue bretonne
mottre en règle sans plus Tin retard, et plus
Taureaux améliorés do 2 uns on bouche (sept l'occasion de la Noiil et du nouvel An.C'esl
: I-'iuUI'
>Illuresi|uu
» Ni
,'ous sommes tous désireux do pnlx et
roasiùro mnncBuvro, Ma parole oorrosnou3 fermes de Eernêves
présentés)
;
i
"
prix,
70
fr.
et
uno
médaille
d'urainsi
quo
les
coupons
do
retour
des
biileis
H(lait
•a IA au
Mat Houtlmont
iiMit i Im J^li^domtous
Améi*. loa alliés.
^lllJ..
"
en 4 0 leçons
•c pri.\ d • oiia |1I0 VOlUliUÎ
paix durable, muls nous no considérons toiro, tnr 1 abscnoo du lout versement do lOlfi gunt, A M. Oioulven Korbrut, A Plougonvon ; 2*,
Pour
tous
ren.seiiînemcnts.
délivres Aparllr du jeudi !;l décembre 1910,
est
a
• ;,' fr. l'our
librairie
oomino
paix
durable
qu'un
rèKlomont
or«ufliralt
A
fniro
perdre
A
ces
derniers
assurés
italli
Depuis, on Itallo, ou Kusslo, do fortes
par F. VaLLI;!-:
00 fr., A M. Piorro Souétro, A SuInt-Murtln-des- seront valables jusqu'au lundi 8 janvier i!ii7, s'adresser a .M" Geffroy et
li.âlor l o .-.Mllo, nor.r. o n l o s
ujj ont. «Std
. Il. prononodcs
paroles
p ..... , puur raontror donni^. j put lo duréo doit dépondre, non do ? ' m p o r t n n t bénétlco dos allocutions et Chumps ; 3", liO fr.. A Mmo veuvo Jenn Déoum, sans nue d'ailleurs la durée de vaildilo ilos Danguy des Déserls, notaires.
a
fr.
j
3
fr.
2it
(raiico
I .'1 .ibrairio
ssorait
à
8
fl'.
qiie noua no sommes pas dupos. Domain une la Holldité nvoo laciuollo ont été rivéos los poniiieatlons de l'Etal,
Uulclun ; 4', 40 fr., A M. Jeun Churiou, A Uul- dits billets puisse etre inférieure à ki vailr. fraiioi •)
uu pouplo fi un nutro,
" 'fo't
" 'inexact, conlrairemont A Aclnn.
réponat oenatrMa
lait». ÎKlio'fora ohtilnoH «oumettnnt
.uwu.i " ""
dité normale ll.xée par le tarlL
uoonaltro do lagon nette qu il ost Impoa- mais d'un Justo équilibre ontro Etats, hos(i 11","
?" '">'""'9 .'.ÏÏP. nooréditéo dans oerImprimerie Saint-iiuilTaureaux améliorés
do 3 uns ot nu-dessus on
" ' " " ' "milieux
'''f"*,'.
«"o suerro dispense
albU da prandra I r propoaltlen daa ainpl- aur lo rospcot du nrlnclpo doa natlotialltés, tulns
- Iiup. du « Courrlei;
Nouveau Ouldo pratique des Mairei, des Adlaume. Saint - Hrieuc et
(quatre présentés) : i " prix, IiO fr. ol
rea centraux au aérieux,
loa régloa du droit dos Bons ot los raisons "^.".""""•ï d.oiTocluer.leurs versements un- bouoho
88,
rue
Jean
Jaurès
mlnlitrateura,
dea
Soorétalrei
de
Hulrie
et
det
chez
tous les libraires de
méduiile d'urgent, A M. Yves Tungoy, A l'Iouisiéro-. •• du Ciiâteaul',
. U . 'fouron a dit lo aontlmont admirable
Bretagne.
vorn ; ï', 40 fr., A M. Erançeli Podor, A (Surlun. Conieilleri municipaux, urrétés, circulaires cl Schanpoings et Coiltures i louto heure
. o u « avons tous lo droit ot lo devoir.
devoir I
S f f i ' m T n i i r f t f f i u r »
doc payajjnvahla. Jo mo permota d'Inalster , . . Noua
gérant : I'. GICOIIOHLIN
Vaches vur naiig durham
do 3 A 8 nns (six décisions du minislre do l'Intérieur, etc. relasur le véritable Mraptâro du d laoura de ainsi quo lo disait récemment, dans uu détifs aux (onotious municipales, par Uurand do
onlralnor ues
des conséquences Irts
trts préjuprélu présentées) : i " prix, 70 fr. ol uno médnlllo d'nr- Naney;
îif. do Boihtnann.Mo Iwog, 81 dans lo mo- bat analogup, l'émlnont présidont du cou- pei I iiniramor
nouvelle édition revue par Ruben de
eont,
A
M.
Louis
Quelnnec,
A
(iulciun
;
2',
ti
O
fr.,
dlolublcs
pour
un
grand
nombre
d'assurées.
I (los mliilstros français, do volllor ft 00
mont oi!i-'^-Ile
elle lait appel 4 tof
" ••
1 M. Piorro Souétre, A Suint Murtin-dea-Champs. Couder. 1 gros volume in-I8 do 1.121 pages,
uo la malloq do l'ouiieml n'ompolsonno pas
riaerveade.
taUpn
Uénlsscs p u r sang Durlmm
do i A 3 uns (six plus un supplément do 04 pages, broché
lom ammmm dmm P. r . r .
latlona
ona do fiolgfquo
fiolàfquo on Cologne
l'oloene ; i l I Days. Oardona-noua do contribuer nousnrix, IH) fr., et médnlllo d'nrgent. 7 fr. 50; franco 8 francs.
. . moment ou elle a doa suooia v.. jOinifT, Inoonaolommont, & falro le jou do
Le mémo volume, bcllo relluro en toiio
Joseph
Lo
Urns,
do
Oulcinn
; S-, 40 fr., A M.
L'BdmlnlsIrntlon
dos
postes
et
dos
téléennemi par doa inanifostatlona IntompoaS?»
•fsMMf
t î ï : Ivo» qui orapolsonnont l'ftmo du paya par
hos a reçu un grand nombre do do- Jean Lo Nur, do Plougonvon ; 3', 33 fr., A M, Jeun 8 fr. EO; franco ( francs.
Jos
do
rouHoIgnomonts
sur
la
dnto
nrollollund,
do
Plougonvon.
dei germoi do division ot d'éocourâmont. >
En vente à l'Imprimerie
dn « Courrier
Lmuréat
do l'Aoadémlo
do
Médooino
bablo A laquollo serait ouvert un concours
VfloA«8 laiHeres de toutes races do 3 A 8 uns
L'ortre du Jour pur ot ilmplo fut oniultt pour lo rqorutomont do dames employées.
en bouche (aopt présentées) ; i " prix, 70 fr, et du Finistère», 4, rue du Château, Brest.
L A . I T r ) T3 R I T E A TT
Elle croit devoir Informer les intéressées médulllo d'argent, A M. Jeun Lo Nuz, A Plougonadopté par 3I1« vol* contre 41, ol l'amohago du
-—4 A R
ROUB DEUZ AI. liOUZEIER :
dlieottn du mlnlilre Sonnlno ordonné, ohoai quo lo nombre dos oundidntos admises et Ton : ï', BO fr., A M. l'Iorro Seuétro, A SalntJion cnoore appolfoa ost suffisant pour faire Mor»ln-(^e8-ChampB ? 3-, 30 fr.. A M. Jeun Le
atliolamut noeptloanoUo
D e m a n d e z l e « Courrier du
Parlimont face, pondanfun temps très longraux b™
Nu;, A Plougonvon ; 4-, ÎK fr., aIu. Eugôno mre,
liaUéa
aolna du aorvloo.
t Morlaix.
'
' Finistère » d a n s t o u t e s l e s B i Il n'eat dOno.pas posslblo dé prévoir A
Ginitset de toute» races.do i t ot 3 uni (uot b l i o t h è q u e s d e s G a r e s d u P i n i s Ginitseï
A N Q I . 6 T I I I R 1
»
pte'SiiV™
"pp" »
«">«• J t t p ' l l J u l M l ' i a ' l M ?
tère^
Krcnvoart. d'obcr itoad, da nclbul « r ^uad
lalamtal la déelanlioB falto M r d l à
I ift pro D 0 l^ll
4 B ui lo
«uinâ^M^âUfthiîgna
d'ivo : « N( itfi inl&ro rfSpJtuo'toit voUij^
«oinmiJF vlfltorlou.x et ribl propotoni i l s àVa
un d ^ n 0 ! i l o » t a b l e
palK, » ollo no dit pas I» v î t i. U'Abont, ello
nt pas la vlo« Llpnrieml est toujours sur Jour sol, leurs
toîro 's}'non, ollo rinipoinl i au moinjo,
saorlnoM ûnt m tfésjfffnrts; jo suis Ici
orl do paix eat un orl h Ulfileaa^ «t
p.laU'«(iilouJ<îçb lours diScIn«uial UI
un i^oto de ruta. > ( r i o ^ f l p l a ^ t i - ratlpns sont antle iitiont imirouvijes par lo
sonidhtt
groilvol'nçmpnï
anglais,
0luicinque jwOlonKe
On y chorolio vainoinont ouolquo olioso
oonfllt inutlleffianr
leitient cQmmçt tia èrlme
(lo pr^cl,') ; dnns les uOndltlons oCi'cutto p » . 00
que
les
Ilots
do
la
no pouvont attiinucr
|)0.sltlon ost fnlto, o ost onô'ûro uiT aoto do ninls auioouqns armos
oesae
lutto
Ed'a«uorro, Lç» neutres no s'y soiit pas troin- voir atteint le but puuraulvl «a oomniet
ni'S. liCS Ailles sont hlon dt'oldiis ft pnpoSor un <Kalem«nt.
octto nmiioouvrc IA sculo rOponso qu'elle
Avons-nous dos clianoos d'attoln
coinnorlp,
.:,<»«:>•:
i tro "but ' ei»•iëoer)t8nt"îe proposltlons nodu
P»-", y','-'
I'»''
«IwccUor ? Cesl lù que tion, Los aoqep» " l'i'uvro. ( I I n consldiSrOo i'<!p.o!"»o
conuno un
di'tl | Los
ter serait
noua
mettra sont là
(t (tlro
o.toniples
historiques
' , « • ' " " " P i o s 11 Stor quos sont là pour nous
oit Ii v Ir, I , i Mni, V 1,.,
THIERY&SIGRANO'^
Veferf^îits Confi^ctionnés
^ P ^ HommeOeunes Gens el Enfants
L O U Z O U
EN RUSSIE
î
ar
Seuz iy KO&SQL, docteur apgtiker
SIROP CELTIQUE
EO
Livre d'Ordu Finistère
AUX
BRETONS
AUX BRETONS
AUX BRETONS
ADJUDICATION
La Selle Rouennaise
S
E
Vente eo gros : H. BEBTOH, n
L'Entente et la Grèce h'
Le Retour d'Âge
La JOUVENCE de l'abbé SOUH
Chutes de Matrices
Le u m . M È i L. JÉZÉfOEL
EN
ITALIE
R
EN
A
VENDRE
A
VENDRE
ilïFIlièiilBDt!!
FRANCE
SALON LOUIS
n
Bu Docteur en H m a c i è Tb. MQSEUL
„ UUAilNUCINE A»0R5UU
«JfotNiéposM H t * louralo en ««cord
^ Â i ï î ^ ' f i ' ' - ' « O j b o u t a l U t t d b l a i i . « t r . Sa
É
BUREAUX
4 — Rue
&
IMPRIMERIE
du Château
—
4
BREST
Iioa Blannoorits non insérés ns sont paa r o n d a a
Slnrl eo lior c'Iinloii eun lior o'hrelï
H« slnrtoo 11 ar Oronii euu lior llreU I,.
BLOAVfiZ MAD
D'hor Mignouned,
d'bon oll Lennerlen,
d'ar Zoudarded ha Martoloded.
CE OUI SE PASSE
Après acolr perdu dix journits en dé'
bots orapeu.v en comité secret, et perdu
d'autres heures précieuses en discussions
oiseuses en séance pubtiijue, fa Chambre,
prise de court, a bâclé en m tour de main
lej douaiièmea provisoires du pretuier
trimestre 1917, et volé toute une série
d'impôts nouoeaux, ou d'augmentations de
taxes existantes.
^,'ous en reparlerons plus longuement
guand ces décisions seront devenues définitives.
Pour aujourd'hui
nous nous bornerons
il dire que tes droits ont été augmentés sur
les vins, cidres, poirés, h.i/dromels et bières, et les tabacs, I.'qp'ranchissemcnt des
lettres ordinaires est reporté de 10 ù 15
centimes. Une taxe est créée sur les théâtres, concerts et cinémas, de même que sur
les homn.cs appartenant aux classes mobilisabht, tl non présents ù l'armée.
Ces diverses taxes,furent vivement com
liiitlues. Certains députée insistèrent même
beaucoup en /aceur du droit des gens de
l'arrière do s'umuscr dans les salles de
spectacles pendant que les poilus pataugent
dans une mer do bouc sur te/l-oni.
Ces protestations partaient évidemment
d'un bon ndttirel. Maia dorant elles toutes
se drosaiilt, inéluctablè, la môme répliqua
Il 11 faut do l'argent I u
»
« »
Slgnalona quelquee déclaratlona Intéressantes/ailes le S2 décembre, par M, liibot,
ministro des finances, au sujet des agent»
du fisc qui ouirepasscruient leur droit dana
le recouvrement des oontrlbuttons,
Il en est, disait M, Voilin, qui demandent à ceux qui sont dans les tranchées,
tout au moina à 'leurs /amitiés, le payement immédiat des contributions de 191!>
et de 191(1. Certains d'entre eitx vont jusqu'à des sommations avec /rais et mfme
jusqu'au commandement. Je connais un
mobilisé contre qui la saisie a été ordonnée. Or, noua demandons non seulement d'accueillir
areo bienveillance les
demandes de délai, mais
l'exonération
pour les mobiliséa,
M. lo mluislro dos llnanoos. —I C'esf entendu, c'est la loi... H n'y a paa do nîesure
d'exécution contre les mobilisés. .SI vous
connaisses dea cas, veuilles me les aignaler
et je donnerai dea ordres do suite,
M. I.ouls Tlsslor. — Quelques agents de
perception, lorsqu'ils ont à faire à une
femme de mobilisé touchant
l'allocation,
n'exercent pas do comnuindcmeni, maia se
payent en prélevant sur l'allocution,
en
dépit des protestations de l'intéressée, les
iihpota dus par son mari mobilisé.
M, lo mliilstro dos llnuncos. — Chaijue
fois que l'on m'a cité un fait de ce genre,
je n'ai pas cessé do dire qu'on n'avait pas
l,' droit de requérir ; et si l'on me dén\onIro qu'un percepteur a manqué rt mes instrucliona, je prendrai contre lui des me.vires
disciplinaires.
Aux intéressés do retenir ces déchiriitiona.
m.
La S3 décembre, la Chambre a voté un
crédit de S'i millions, que l'ICtal avancera
aux compagnies de chemina do .fer, pour
leur permettre do relever tes salùlros des
ohomlnota. Lea compagnies rembourseront par un relèvement des tari/s da voyageurs et de transports.
Les compagnies de chemina da fer, d'inléril local sont incitéea en mèmo'tempa à
améliorer la situation do leurs employés el
à en saisir les conseils généraux,
•
• »
le môme Jour, la Chan\bro a voté un
projet coi\férant ('< l'L'tat, pendant la durée
de la guerre et la campagne agricole qui
suivra la cessation des hostilités, ta droit
et lo aoin do procéder, au moyen d'équipes
pourvues d'appareils appropriés,
A la
culture des terres Inexploltâei.
Les travaux seront exécutés n« moyen
dt motoculteurs. La ministre espère pouvoir s'en procurer .mo batteries de 10 appareils d'ici au moia de mars. Le personnel
aera fourni par les écoles do rééducation
professionnelle. Avec ces appareils, le mi^
nistro compte qu'il sera possible do labourer 300.000 hectares, qui, avec un rondement moyen, donneraient
3,000,000
quintaux de céréales. Les cultures seraient,
par ordre do préJVrence t lo blé, les pommit de terre, les haricots.
Dans la sone des armées, leHravauw seront assurés par'-le» unités d« passage.
La somme ù engager est évaluée à 90
millions ; mata elle économiserait le prié
de plusieurs bateau».
Au cours daaeaeaplicationa, le ministra
annontê son intention da déposer bteni
IM autra profil aur ta rerntmbrénml
da W
,§atUa propriété, çuir aapéra-l-ll, raaaata
ih^Mion
du paga antier.:
• etite propriété! cl il se peut que dans notre
I paya la mémo mesure produise aussi de
bons résultats. Par contre, la disparition
des petites propriétés no pourrait qu'aggrai ver la désertion des campagnes. On se
i' rappelle que lors de notre petite enquête,
I toutes les lettres, ou peu s'en faut, en arriI valent à cette mime conclusion : ii DonnaI nous des.fermes à exploiter en notre compte,
et la cille ne noua attirera pas, »
*
«
Pur décret du l'O décembre, le général
Joflre a été nommé marôobalde France.
Celle dignitéJ\U créée en 1185, sous saint
Louis, Supprimée par la Convention lo SI
janvier 1793, elle fut rétablie par Napoléon en l'an À'il,
Jofj're est le premier ch^ militaire à qui
elle ait été co/Clérécpar la troisième République, Le dernier maréchal nommé par
Napoléon / / / fut le maréchal Leboeuf, en
1870 ; le dernier en vie, le maréchal Canrobert, mort en 1895 et dont la nomination remontait à 185G,
Peu après la victoire do la Marne, un
décret, soumis loUl septembre 1914 à la
signature du Président do la République,
par M. Millorand, ministre de la guerre,
elM. Ribot, ministre des finances, avait
envisagé le rétablissement du maréchalat, en fixant la solde à 30,315 f r , 79 par
an.
Voilà le premier titulaire enfin désigné.
Le Parlement sera appelé à donner son
approbation, des crédits étant nécessaires
pour te traitement du nouveau maréchal.
•
« »
Les socialistes se sont réunis dimanche à Paris, en un congrès dit national,
81 ./'édérations sont représentées, avec
'•i.911 mandats.
Les débals continuent. Lo public no connaîtra dea séances que ce que lea journaux
du parti et quelques mécontenta voiidron-i
bien dévoiler ; la presse a été exclue en
HOet.
Selon un confrère, beaucoup de délégués
avaient amené leurs femmes, de provinces
lointaines. A l'entrée on sépara ces couples, plua unis que lo parti.
Noua aurona sans doute à revenir sur
les résolutions prises.
A'n attendant, le Cri nous a déjà appris
quota fédération socialiste du Finistère,
aprèa avoir adreasé aa sympathie au camarade Hriton, avait délégué au congrèa
les citoyens Goude, Lo Oall et Jéquel.
Xntre autres commissions, ces messieurs
avaient celle do voter contre la
participation de tout socialiste au pouvoir. Les raisins sont trop verts pour le camarade
Uoude,
*
»
lin réponse aux vamx do Nocl du SacréCollège (iCferts par le cardinal
Vannulelli,
le Pape a prononcé un discours touchant.
Commentant les paroles des Anges à
Beethléem; ii Paix aux hommes de bonne
volonté », s'élevani bien au-dessus des
pensées qui s'échangent à cettojioure à ce
sujet dans le monde entier, et planant sur
les plus hauts sommets de la doctrine évangélique, le Chef dcl'Eyliso a demandé aux
gourernements et aux peuples la « bonne
volonté u, c'est-à-dire l'observation des lois
divines, condition supérieure pour que
Diou, prenant en pitié l'humanité si éprouvée, mette fin à l'qCTrcux cataclysme qui
rappelle les plus terribles chAtiments do
Dieu rapportés par l'histoire.
Mgr Lobbedeg, ôvôque d ' A r r a s , a élé
trouvé mort dans son Ut dimanche matin.
Demeuré dans sa malheureuse ville épiscopale tant que 00 fut possible, il
parcourait
chaque jour la cité, sans souci des obus
allemands, secourant cl encourageant, en
bon pasteur, lout le monde.
Le gouvernement s'était honoré en reconnaissant hautement ses services par la
Légion d'honneur cl la citation suivante :
D'oclobrc Itill
Juin 1915, est resté li Arras au milieu des premières ligues trun(.•alses, sous uu bombardement parfois très
violenl. s(> dépensant sans compter pour
remplir son minisiére. visiter nos soldais.
Inhumer les morts, pourvoir les ambulaures, donnant ii tous uu niaguKlque exemple
(lecalme, de sang-froid, d'énergie et de devoir iileiuement accompli sous la nienace
Inimédlnle do l'enueml.
Mgr Lobbedey avait 01 ans.
EUH n m w BOGH
Konizomp eiii" wccli c'hoaz euz nv
yotilonii soticziiz greot gant ar Doclied
lia gaozcal dlvar-benn ar pooc'li.
Di'O tir goiiloiui-zo, a lavaro ar iiiini.str Hriand, hou oiicbourion a gla,sk
sllu eur poozoun onn lion touoz,
Arabad roi digcinord'ar poozdin-zc,
Anipoczouiiot awalo'h, ro nnipoozounet
a oa bot darn ouz ar Transision gant
an Allmantod araog ar brezol, au doktorod soclaliflt litt n'o vo kon, ovcl ani
bouz lion dlskouezot onn Alraanak ar
Brclzad.
Ar ro-mtv, ha U'ozlio boza spoi'ojou
braz var ho mono, a oo kon touellct
gant ho « o'iiiiuialadod » boch, ^ma
choum c'hoaz kalz anozho dall awalc'h
« evit diskoucz muloc'h a vlgnouniach
c-konvcr an Allmantod eged a driicz
ouz ar Fransiijlon », evel ma lavaraz
d'ezho eun dez ho c'iicnscurt Sembat.
lilvit-ho 00 bet fiwalo'h d'an Allmagn
on cm %lBklérla prest du gaozeal, evit
respont dioc'htu : « Kaozeomp ! \
Ma-layarje on Allmogn hs, ZOQJ, ma
rojo da anaout petra a fell d'ezhi ha
jietra eo prest dn roi, neuze e c'hellfet
gwolout ha talvezout a rafe ar boan
kaozeal gant-hl. Kelt ha ma n'o lavaro
ger ,a,v«^,,kelt ha ma kuzo he.mennoiloi), e vezo furoo'h dificiout
' Aneii pe^r^k a o'hoarveafe f Éun histor hen Uvaro d'ho '
PUBLICITE RtGIONALE
Annonces diverses . . . .
Réclames, en 4' page . . .
DornlÈrecoIonnodoIaS'pago.
(la ligue)
—
—
Olr.SO
1
»
1
80
Avfc adrfnite un ./"wii.il : 1 fr. en sus par S insertions
Pour la publicité çxtra-r<:'glon.ilc, s'adresser
fk i ' A R c n c e H f l "
Place de
Hourse.
vet Oallia, liag a boanie, endra ma nevez euz ho leakled hag euz ho maAoun am beuz n'e zeufec'h ket a an Allmagn, ha sentet out-ho. D'ho ti
outre, en touto contiance «o
il espoir d'une réponJI
c'iiolle, da lakaat hc douarou da zon- dclcz. »
uuenuuvelle
benn. Rak, Scheidemann, hen-nez hag gourc'hemennit d'ezho, evit ma welimp luiapportera
u monde.,,
-larté dau, les affaire.
gen eo,st iiuill, Kno a oa lie oll frcder
0
poa
pedet
da
zont
da
Daris,
d'an
3
a
pegement
a
bouez
e
deuz
ho
mouez
Ar vaouez keaz a huanadaz eur penL'Aileinogno ïralt dit dans sa note: nom
hngeuruzeii cm gave gant-han; a- nad c'hoaz."D'ar lin e reaz hc zonj da viz meurs 1912, da lavarout d'hoc'h ez
Ma n'her grit ket, pe ma n'ho sclaouer
lieiit-all n'e doa keuz nemed da eun zina.
oa « din da vervelenn eun hospital tud ket, neuze e rankimp kredi da vad ez ?ndl„Me si-ra
s,'rri"VV
«hose à nou,
Indiquer si-rait a lout le moins vos condition!
dra: ro nebeud avugale e doa evit en
Laoudaou a zistroaz da gaout he vi- innosant an nep a gredc e c'hellfet oc'h mad hebken da lounka poezoun conerèl.-s ; vi
vous vous garder bien de les fairt
counoilie,
i
Clat-unil Le» journaux ofllcieux botout ervad euz ho oll douarou.
bien, 0 ti.skouez ar paper d'ar goazed c'hoaz gwelout brezel etre an Allmagn an diaoul boch ha d'hen disteurel
cbes avaient répandu : nous uc pouvons pa?
préciser notre i
0 veza m'e doa kaloun vad, n'e rea a oa clioumet enn-dro d'ezho hag o la- hag ar Frans », — andoktor allinand- mesk ho kenvroiz, o sila « le cafard »
.'
melli-alt dans
o «11,, ,11 „ <
van evit gwelout saout Laoudaou, he varout : (1 Echu an aller; peb-hini d'ar ze a ziskoueze, er zizun drenienet, ez mesk ar zoudarded, evel ma lavarc ho
e situ.ill n i pitncablo vU à vis de l'Knlenta
q
u
ne
se
serait
eiisraKée
ù
rieu.
M.
Wilson suratnezcg, o tont da beuri e darn euz he gear, pe kciitoc'h da vouga an tan! » eo prestoc'h da c'houlenn ma vezo lae- kenseurt Renaudel da viz eost.
gi et déclare : me voici : Je vais servir d'intermi
diaire
;
je
deui.uderai
au*
uu»
«t
oux
autres leurs
farkeier
ret
var-n-omp
evit
mad
bro
Briey
gant
Hag
e
vezo
poent
ho
pedi
da
devcl.
Knn-han he-unan e sonje : « N'am
condillous. Ce n est évidemment qu'une coinciHogen, Laoudaou a oa eun den beuz gallet ober nemed an hanter euz he meingleuziou houarn eged da asantl pe da vont d'an trancheou, el leac'h ma ir ae, puisque I honorable présidenl aincricain
anirme : on no peut pas nou.s nmpi-cher de
droug, hag ho vibieno doa kement a va labour. Mes eur wech ail me lien restaol d'omp an Alzas-Lorrenn.
welerkosoc'h ha disteroc'h eged an trouver
(|U'ello est cirante.
fallagricz iiag hen. 0 tont liag o vont talvezo d'id, Gallia daonet. Gan-en e
darn
vuia
ac'hanoc'h.
Grit alo eun esa. Pell awalc'h, re
i^^.'."'." i ' u"",' " " " » «lamincr les motifs que
gant ho zaout, e weteiit, e-kiuhenn, choum tri mab, bugale d'ezho leun ho bell amzer, o peuz selaouet socialisted
CORENTIN
lion, rt SI Jusqu ici lo docunieut »oii-ricain ne
parkeier ail lia prajou, goloet a ed zi. Gan-ez n'e joum nemed unan, rak,
alaoïiret pe a ieot druz ; ha neuze gwa- an eil n'en deuz mui nemed eundourn.
ail lins résumer, il nous semble ubsoiument et
rudicaiement iuaccepiable.
rizi a zttve enn lie c'haloun, ken start la, eur wech ail, ha dizale niarteze, me
Le président américain a eu deux raisons d'àma lavarjont eun dez :
a eclmo gant da atant. Da c'hedal, setu
«ir . !• les objets que poui-suivcnt les groupes de
beiliBcraiils
sont au loiid les mêmes ï a i . t ^ ' o n
« Gallia a zo ro euruz, ha niez eo te hantei'-rivinet ; hag abarz ma teuio
se borne « je, eiprimer en tc-rmes giiiéroux d'omp gwelout hor parkeier ken treut hed da zevel a dreuz al ludu a c'holo
Z les buts de guerre concrets n'ont Jamais été
exposés par de» voix autorisées
c^skoaz ho re. Ni a ielo hag a zisnian- da barkeicr, es pezo labour termat.
n
I
io"»», dans les abris et les travaux di
.Nous ne Murious trop éiie,«lquejncnl protester
tro d'ezhi hc atant, o laza euz red he Na tud a ali mad eo bet va amezeien
^ K l t A l A I
'^'•'^""bouleversés,
ontn ces deui assertion -, u Uc chaque célé.
cciit le presideut Ul|.,on, on veut re-idrelS
n i
K f K I
' " " f ««"np'", le» Allemands ont réuss
bugalc ma fell d'ezho mirout ouz-omp evelkent 1 Ma n'e vijentket deuet d'am
iroi.s et p,-ivjlè,-,.s des 'peupl^rLibies ans^
W
I W b V l
<•?
do la nuit du 20 au 11 décembre.
da ober hon taol ; ni a vezo ar c'iirenva : silvour, ar penn aheurtet-ze n'e defe ket
ssuies louire les iiBrcssions ou dénis do Justice
pénétrer dans les trancbéos britanniques ei
laco de LENS. Ils en furent rojetés presque
pleget, va bugale a vefe bct mouget
tl a-onep 3.
îi i .
Pr'viiigM des
aussitêt. — Dans la nuit du
au '2;t. Us ont I.tals
grands et puissants actuellement en
Anironoz, Laoudaou hag he vibien enn ho zoull lern, ha va atant pulluun autre raid ver» BOESINGHE. — Un
Nebeud a zispac'h enn eiz dez-ma. réussi
"
m
«ilson
esl vraiment
détachement qui s'avançait ver» les li
a gemeraz ellumettez ha bep a falc'h. c'het marteze. Biken n'e c'hellin ho Enn eil tu hag egile, e kavct awalc'h da Îautro
acelieux nlUrmer que I Aostro Allemagne a en,
Î S Î . J " ' " ' " " ' ' ^ " ® " . dan» la région do LES'
,iie
la
déteiise
a
des
droits
et
privilèges
des peuAn tan, lakaet cr parknjoii cd tosta, zrukarekaat awalc'h. »
BŒUFS (nuit du
au 26). dut be replier et
ober evit mirout ouz an trancheou da laissant
jiies faib es, peul être une e.vcell«n!e plaisanig hommes aux mains des Analais
en cm astennaz euz un eil d'egile beterie
de
journai.sle
boclie,
uiais
c'ost
une
asserzizac'ha gant an dizro-amzer hag ar glao.
Le 2:1 décembre, nos alliés oat effectué av'oc
tion qu on Sélonue do Ic.uxtr, sous la plume detek tizout an hini el leac'h ma oa tri
succès une émission de gtz canlre les posiA r c'hanoliou a groz bepred, hor tion» allemandes, & rouest da KESSINES.
•miiicnl homme d'KtalnuK^ricain
niab Gullia o vedi dizoursi kaer.
Setu. mignouned, an dro ma ve riskl re-ni ha re ar Saozon stankoc'h eged rc
l'oser i'Autriciie en champion des priliis peuPendant la huitaine, le» deux artiUeries ont
été
qénfraltmrn»
—cci
active»,
»ur
la
maples.
elle qui a direclemeiu déchaîné la guerre
Pa zavaz ar re-man ho l'enn, e wel- gan-orap da gaout oc'h asanti kaozeal ar Boched. Tenna a c'hcllomp p'e g w i r , jeure partie du front.
uropéennc par sou ultiiimlum ù la Serbie, c'est'
jont ar c'houec'li ail cr penn pella euz guiit honenebourienhep gouzout araok evel m'o poa lennet ama disadorn, hiviLe
.i. .•iMiilm-. It» Anglai» ont bombardé
a une fantaisie dont 1.. s iveur ne nous parait
.^Î.HÎ
tranchées allemandes k rest (louvoir ftre comparable ,|u'ii celle de la déclaar pai'k, o teuler ellumettez entanet petra c c'houlennfent na petra e kin- ziken e reomp, a-unan gant hor mignou- Îdo' ^ ÎBERLES,
et dispersé par leur tir un fort
tion semblable la,le eu laveur de l'Allemagne.
amun hag aliont. Hag hint-hi da redek, nigfent.
ned, i o o . o o o obus muioc'h bemdez eged parti ennemi au sud do PYS. — Le 'J-i. un dé
I.« peuMf brutal qui de sa l> tl« sonclante- a
taohement de travailleur» se trauva pri» sou:
et écrase encore la Uelgique, „T mépris
0 krial ; « Hola ! potred, petra a rit »
Ha n'e glevit-hu ket Stadou-Unanet hon enebourien. E v i t he l o d , Bro-Zaoz eur feu, eu nord-est de MOItVAL, tandis qu- crasé
u plus soleiiuel traite .jue son roprésentont
— « Petra '? eme Laoudaou. Ho an Anierik bag .ar Suis o tiskana var- a ra brema betek 3 i 3 kwech muioc'h leur artillerie lourde bombardait de» empia
LCal tiaite dédaiiîiieuseiiieiil de o chltlon de iwcernent» de batterie» en face de NEUVE-CHA
ier » ce peuple U devenant le paladin de»
touarou, her gwelout a rit, a zo brein lerc'h ministr braz an Allmagn? Re eged er bloavez kenta a vrezel, evit ar PELLE et de FESTOBERT. - Le 25, il» ont .pentes
lutions, c'eil du dernier (trotesqae, et on
Bjrstématiquemcnt bombardé, au nord do Ij
gant al louzeier fall. An tan hebUen a ail c'hoaz n'e zeleint ket marteze da c'hanoliou pouner. A r c'hanoliou a deu t-ommc,
le confoil pas que le président Wilson ait pu
lo» défenses et quartier» générsux do
scrieusement de pareilles sornettes.
c'hell nettaat, hag hoc'b atant .i-bez a zevel ho mouez a-unan gant-ho, o la- da uza ; mes re nevez a reer muioc'h- 1 ennemi, pondant que dan» la région d'YPRES crirc
Kt notre étoniienicnl n és, pas moindre lorsque
mui, hag hirio or beuz 3o kwech muioc'h f t au aud d'ARMENTlERES, il» bomhaidaieat
vezo pulluc'het, nemed her roi a ra- varout, evel-d-ho :
LOUS entendons le grand bommo d'Klat américain
«gaiement les village» do rarrièro où dei
anczho
eged
pa
zigoraz
ar
brezel.
leiiiandor aui belligérants do faire connaître
fcc'h d'omp a volontez vad ; anez, koin^oupe» étaient cantonnées. — Le
le bom
Pell 'zo awalc'li en em zraillit.
ubliqucment a les buts précis qui, s'ils étaient
Enn lievclep doare m'en cm gavimp bardemont dos tranchécu allemaBdes, dans l e
prenlt, al louzeier fall a deul'e d'en em Keit ha m'en cm rivinit ha ma kollit
•éalisés, les convaincraient que la guerre a
régions de LESBŒUFS et do GUEUDECOURT
tleiiil
i-a Un. i. (.lu'oii pose celle question à
e
gwelloc'h
stad
eged
biskoaz
pa
zono
a doDué de très bons résuUat». — Lo r ,
a.stenn var hon douarou, d'ho ainpoe- ho kwella goazed, ni ivez a c'houzaiiv,
assaillant, cesl pai-f.it: Mais qu'on lo rose à
cfncaoe des défense» et de
zouni evel m'o deuz ampoezounel ho hag c risld emaonip da veza chachet an heur da ober eur c'hrogad braz, an bombardement
ossailli
c'est uuo autre uiTalre ! (in voleur vous
cLiplacemcnt» do mortiers ennemi» i Voueei
aut.; u la uoiRe, on peut lui demander son lihut
dn MESSINES, dans la légion d UULLUCh el
re-c'houi. — Allo ! potred, kendalc'hit enn emgann enn despet d'omp. Diskle- diveza miirteze.
e
I,'uei;re,
;>,i'ia.s vous le demander à vous oui
Rak, ma 'z eo deuet an Allmagn da au sud d'ARRAS.
gant ho labour ; tan, ha tan c'hoaz ». riit oll petra a glaskit dre ar brezel, ha
ve/. ele l objet de son at-n sMlon. c'est une p l i l Un chef anglai» a déclaré, et on peut
c'houlenn kaozeal divar-benn ar peoc'h,
;iiilerie d un «out doub-ui. la réiwnse est trop
)cut 1'
— « Awalc'h ! awalc'h, re ho pcuz ni a boanio d'iio lakaat a-unan. »
que Parmée britannique est prête pc
Iipiile : ce que je veiix '? ,„o débarrasser de cet
)ou:
n'e c'hell beza nemed abalamour ma 'z croire,
le grand choc. En attendant, elle harcèl1er.
in llvidu et le niottro hors d'éUit de recommencer
greet, cmc un tri vreur. Di.stroit d'ar
Pegement muioc'h a ilstoull'e ar rc- eo striz ar c'horaiz evit-hi. Naoun c Fans répit les Allemands
ses exploits.
gear ma n'o peuz ket gwelloc'h da ze maleujear Frans da asanti kaozeal deuz, hag er Roumani e deuz kavet ncI.IIIIII un dernier fait a contribué À donner H la
ober. >
i
.leamérli-a ne iiiieélniiip, allure. Au moment
gant an Allmagn. Lubani ha gour- beutoc'h eged ma sonje.
êmeoii f l e a l l u i l é r e publiée, M. Lansing.
— * Te da viana, marmouz, n'es peuz drouzarafentbep eil, evel eur vandenn
N ' e gredan ket e c'houzanvfe, azalek
FROUT FRJVUÎ^MS
crélaire d Klal. « fait une déclurallon sansanetra da lavarout.» eme nilbienLaou- maro'Uadourien diveugont enn-dro da vrema, na restaol na dreist-pll rapari
innelle que I oii peut résumer ainsi : las EUitsiiis,
dont le,s ilruits sont violé» iMir tou» les beldaou 0 stnlla 'gant ho fllc'Tiicr var ar eur plac'hik lent er loar. Hag evel ervàd. Goude m'e devezo rapet eur friad
nuits, soiil ù deux d,.i;.ts,le la (.-uerre ; mais
ENTRE LA SOMME ET L'OISE, grande ac
iaouanka hag oc'h hen diskara maro (iallia geaz, ar Frans a dlevfe niarteze all-e raio hc zonj da blega.
ni d'en venir (i c.nite 1.- lière extrémité Ils
tivité des deux artiUerieii, particubèremoni
à connallie qu- N sont les buts ^ue
var an dachenn.
ober ho zonj da zigemer eur peoc'ii
E r ROUMANI e kendalc'h da c'hou- dans les scctour» de BELLOT-EN-SA,NTERRE Ilenucnt
.ursuivcnt les Uelliijei-iiiiis. Kbt ce donc pour
flc rOU(ÎUESCOURT, du CUESNOY et d
Ureudcur hen-man a zaill; hogen, noazusoc'h eged ar brezel d'ar poent nit tachenn, goustad goulskoudc. A r vro CANN Y.
Voir si le icouvi-rnem- :t omérlcain doit se
ngcraiix cèti's de la q i Iniule Knlente ou
Dans la région do HOYE, uu do nos déta
n'o deuz iiomed (llzier, hag ar re ail, m'en em gav he enebourien ar muia Dobroudja, etre ar ster Danub hag ar chôment»
us le dl'Mpeuil de (liiill.i
a pénétré, près de la route d'A
Mor Du, a zo kouezet a-bez didan hc miens, dan» uno tranchée allemande dont Ir;
gant ho lilo'hier, a sko euz a belloc'h. noc'het.
l'ne jiareillr iudi-cisinii i.,;::
é o n a m i t A juste
cause. Il faut ajouter cep,->,.
occupants s'enfuirent après avoir subi de
livelkent, daou euz mibien Laoudarm
•u que M. Lanslng
Rak, ar socialisted Ivez a labour galloud. M e s dirak Braïla ar Rusianed perte» (nuit du ï-i au 25 décembre'.
.tli-nué se» preniièn-s
^
Mais l'eltet proa
zalc'h
startoc'h,
ha
treiza
ar
ster
a zo diskai'ct ; mes an cil euz mibien euz ho zu, 0 c'houlenn digant hor
' :i 'té coiisidcrable ii.:rllc
La mémo nuit,. Tenncmi tenta, plus au sud
'liiVeinenten Amé•••ur im do nos petits postes au nord-est d' rique.
Oallia a goll lie zourn Ideiz. Gant egile c'houarnamant : « Lavarit 'ta petra a Screth n'e vezo ket eun ebat.
CANNY. un coup de main qiii fut repoussé ;
. .onseil fédéral suis-,
me courte note
e kendalc'li da skei, a-unan gant lie glaskit dre ar brezel. »
la grenade.
.i.iiniuiiiqiiée aux belli,;.
a déclaré ii opLe
•.';
iléi-embrc.
un
de
nos
tir»
a
provoqv'
ujer
les
edorts
du
presiil.
Klats-fnls d'Avreur.
Setu ar bîoavez 1916 o vont enn he deux incendie» et une csplosion dans une bat
Petra a glaskuuip 'I -Koiupren a raii
iii'-rique u et assuré i, qu il
(il iierait heureux
ti-rie cnnomio au sud do la Homme, Dan» lo
Goulskoude aiiiezeicn ail a zo dire- e ralet ar goulenn-ze d'ar Boched. dro. N ' e n Ucuz ket roet d'omp kement rcglou
le pouvoir, même dans
lodéste mesure,
de BEUVRAIGNES, nous avons fait ex
(ravailler nu ruppn.cliem, n
'S nations ca
det. Bandenn Laoudaou n'eo mui ar Hinl-lii eo o deuz dirollet ar brezel ; lia m'or bcfc karet.
ploser plusieurs mines avec succès. Nos honi
uerre et ù rélablissemenl .'. ne paix durable. »
me» sont sortis ensuite des tranchées et ont
M u i o c ' h a famillou a zo e kaon, ha r.-mené
c'hreiiva, liag en em denn enn eur gouzout a dlcent perak, diskleriet
Celle
interveiitio
esl
jui:,'.
fort
peu opportune
de» pri»onnler».
par les Journaux delà .-iiissii romande. Il sembrou.skoat, daguzatenneur riboul lern. awalc'h o deuz, er penn kenta dreist- n'eo ket échu.
lie probable qii'uiie il.-iiiari li • analogue i celle
AU SUD DE L'AISNE, lo '.il d.'ceinbre. ai
Hogen, ar zoudarded kouezet var an cour» d'uno action d'artillerie, de» appareil
•••aneinement d,- Uenie v 1 èlre faite por la
—- « An tan var-n-ho I » eme unan oll, pa zoiijent n'e c'hellfemp ket herà gaz ennemis ont été détruit» par notre feu
Suède.
bennak.
zel out-iio, ez oa lio mennoz echui evit dachenn a werzaz ker ho buez, ha Doue entre BERRY-AU-BAC et REIMS.
... npouse de r.\Ilenia,.-iie I ta noie des lUnUien devezo roet cun digemer laouen d'ho
Mis nous parvient k la dei iiière heure : c'est
— « Naii, a lavar ar c'hosa euz ar mad liag a-grenn gant ar Frans.
EN CHAMPAGNE, après un vif bombarde
ne lin d'! non rcc.n oir polie, n I ^ gouverne'
ment, un détachement ennemi a tenté, (nuit
breudeur (iallia. Ar c'hoat a zo d'omp,
(.iouleniiit out-ho petra a glaskont eneou.
eut impérial propii.-^e, dutis le sens dci décladu
au 'J3 di'-oeuibre). d'aborder no» ligUi
Dirak ' V e r d u n , an Allmanted o deuz l'ouest d'AUBEBîVB. Il fut aisémoat
ilwnfiyi'ii II f-ulK tf f> ùi'cniihre. la réunion
ha mavijo devet, ar c'holl evid-omp a c'hoaz, ma n'her gouezit ket.
Iimédiate des di-ii-Kiiés des Wats belligérants
kollet
ouspenn
Soo.ooo
dcn,
hag
an
dri
sé.
—
11
en
a
été
de
même
d'une
tenlati'
vefe brasoc'h c'hoaz. Klaskomp an tu
Me.s gouleiiii iiemeul ail digaut ar
laiisunKlat neutre.
.\iitrement dit: i'Allcsemblable cxécutei dans la uiûmu région.
da zont a benn out-ho onn eur c'iiiz Fraiis a zo ober an neuz da veza dall c'hart gwella euz an dachenn gounezet ,'i dét'enibri;.
Unit h tieiiuin-li
•Nér
pour
gant-ho
dre
lacr
a
zo
bet
diframmet
diii-jislai.le
el
ollri)
ce
i/u
die a .téju ffert: une >
ail. »
DANS LA REGION DE VERDUN, activité
gaiitdaoulagad mad.
iiiféieiire
où
l.-s
Vlli.s
pr,^,-nieraient
en:
gant-ho abcnn vrema. E r PICARDI o KOutenue do rartillerie dans la région LOU
Al lern diioudroadck a zo kelc'linl a
Petra a gla.skonip oc'h encbi ? Ar deuz k o l l e r 6 0 0 . 0 0 0 d c n ail d ' a n n e b e u t a , VEHONT-les CbAMBHETTES, s'étendant par iiinciis. les Allemanits ci vainqueurs. Lo0 prédont
Wilson
ili-maiidail
d.-s
pn-cisio
l'Alle.
iutermittenco jusqu'à VAUX.
bep tu, keit ha ma klever Laoudaou o respont a zo sklear ha berr.
iiigne refuse expi-i-séiiici l lie les donner. Noos
hag eno o deuz ranket mont var ho
EN LORRAIKE ET DANS LES VOSGES
"lisons que l'acte americ liii aura au moins eu
lavarout : « Me a c'houlenn kaozeal
Da genta, an douarou a zo bet di- c'hiz enn despet d'ho c'hounar. Dizale. nou»
avon» réu»Bi plusieurs coups de main
avnntas • : urmafque - m-llemcnt la inagant ar vamni Oallia evit ober eur frammct dre laer digan-oinp ; d'an eil, ar Saozon o devezo soudarded awalc'h c le 'J!.' dto'inbre. notamment dans le BOIS DE ni-ui-rc
nllniianje.
GERECHANTS (est do Saint-Miliiel), .1 I,->
l.'Autrirlie
a remis une réponse ideutique,
renkamanl. »
eun dic'haou deread evit ar c'holl hag Frans evit en em garga euz ar c'horn-ze CHAPELOTTE (nord de Celles), et dans la
lien lezel a reer da vont d'an li.
an droug greet d'ômp ; d'an trede, a-bez, hag hon tud a c'hello en cm valléo do la Kave. Dos petits postes ennemis
AUTRICHE-HONGRIE
— « Petra o peuz greet, eme ar rciza an Allmagn enn hevelep doarc grenvaat neuzc cr Champagn ha muioc'li lurent détruU» ot de» prisomiiers ramenés.
Les ministères s'i-eiouli: it I Autriche comiu.
vanim Oallia : devet va eost, lazet va ma n'e c'hello mui ober kement ail na c'hoaz a zeou.
•s cliàtcaiix de i artes. \ o
avions annoncé que
mab Perik, troiic'het ho .Tb.ourn du d'onip-iii na da bobl ail ebed.
Euz ho zu, ar Rusianed, gwall-labezet
. de Koi-rber ;ivail été
jiiinié président du
déniissk
mseil.
Il
a
dû
er
devant l'altitude
er
bloavez
1915,
o
deuz
kavet
armon
Cliarlez. Na c'iioui a zo cun den l'alAr justis leun a o'houleiinl'e eun di a
is radicaux aile maiids d
ienne. Il a été rem}akr, evcliUo ! «
beiiiiag ail ouspenn, Evit gwir, al lez- nevez, ha prizounict pe lazet d'ho eneaeé par le panitferniani!
M. de Spitzmuller
>iil le miliistéri
I' p:is avoir élé très
-— « N'ouii ket, Gallia ; me a zo eun vurn n'e gav ket awalc'h kondaoni an b o u r i e n ouspenn 8 0 0 . 0 0 0 d c n epad an
recllvemeiil cou ilil:
mite Clam-MarUnit7
dcn a beoc'li ; lia ma teuaii d'ho kaout, torl'etour da restaol pe da rapari an hanv.
i-nsulleprisle |
t un Tchèque,
le
prini
A
r
m
c
c
an
Itali
a
grcnva
bemdez
ivez.
Kn
même
leiiii
do Hohenlolic, mlevit lio mad n'eo ken. Ni a oa o voiil droug greet gant-han, na lemmel diLa note américaine pour la paix
sire des (iiianc
d'AiitrlcIie el de Hongrie,
H
a
gwaskct
breman
a
bep
tu,
ar
B
o
da vedi er parkad gwiniz a sko var gant-han ar benvek a dalvezaz d'eziian
issail la main
ImriMi llurlnn. ministre des
Apr^s l'offre de Merlin la siiggrsiiu do N'ew
tlaires élraiiffère' lepuis la fameuse démission
lioc.'h hini pella, luizeuazhoîtiibieiula da ober lie doried ; dont a ra c'iioaz chcd n'e c'hcllint mui hcrzcl pell, na var Voi'li.
I n iH-éni'iiieul. - .lout II faut bien s,- ilu comte lierclilolil l lia le portefeuille des
an
dachenn
a
vrezel,
nag
e
diabarz
ho
garder d'exagérer l'iiiipo lance, mais qui depuis
glask trabas ou/,-omp. Zoken Perik a d'ho gondaoïii pe d'arprizoun, pe zotlaires élraiiKèrrs se tr, iiivait dévolu au comte
u
|
Ii
>
Iu
ie
s jours absorbelur
p a:nsidlro toute fat
nln, ancien ministr, • d'Aiitriehe ii lluearest,
glaskak roi d'in eur inestaol, betek koii d'ar iiiaro. Dre ze, lia pa deufct da bro, el Icac'h ma 'z euz dienez vraz.
teulloa du monde, — vl t de se proiiuiro ii la
Uie l'on dit èlre un p:irl is.in résolu du droit des
H o r zoudarded a zalc'ho start cur lin
du la semaine doriil.'-rc. I iinil.assadeur des nationalités,
terri etre va dent va c'horn-butun, en gasiiza ar Hoched, da gas d'eziio eun
Ktals-fuis a remis lui i|iial d'O say une iiulc pa
mie Mi:i.ille lout cel:i - Il n'est pas facile de le
deuz, onn eur gouezae korn ho park, tanva ouz ar pez o deuz greet d'ar re pennad c'hoaz, o c'houzout ervad c laquelli!
le pi-.-sideiil Wiisen il.
ux be;li
c'hounezint ar viktor abarz fin an hanv ;
ù)ir exactement. Mais dans certains milieux
Mit <|U.>ls
lakaet an tan enn cd. Va mibien, evel euz hor c'heiivroiz hag en ein gavaz hag abcnn gouci Nedclek o devezo ar iri-rants de (aire eonualtre publiii
tout les iiitoriiialions .)fil ordinairement séleurs buts do guerre, allu de iirépareiuses, on déclaré n,-lti-menl qu'il s'agit d'une
ju.sl, a ieaz o koler hag a zi.skaruz al var lio lient pe a gouezaz didan ho gal- joa da c'hcllout kana gan-omp, enn ho sout
par ces décluratious iiièiiies la i-oiiclusiun de
•omédie soiKneusement montée p.iur donner le
la paix.
lakepot d'an douar. Hogen, niaro peuz loud, ar c'haiilarted-ze n'o dcle ket iliz parrcz, kantik kaer an Elcz :
liange ii la Quadruple K iitente, el lui persuader
(Ml peut (l'aiiiirds elouiii'rdii dioix du moment
se broiilMi ' avec l'MIemagno et ne
kollet unaii euz lio pugale, me am beuz c'iioaz gwir da dainall.
« Gloar da Zoue c barr an cnvou, ha i"est iii'éclséiiieul à l'heure ( )ù l All,-iuaKiie. à .|ue 'tl'AulrlcIie
|ilus disposée à S' • laisser gouvernée par
bout
seul |i;issit s ur sa li'li! le vent son illustre alliée, roui.'.i ci's manœuvres ne sekollet daou euz va ro. Dre ze, me eo
Hogen, n'e c'iioulennomp ket iiioiil pcoc'h var an douar d'an dud a volontez siiiisirodedeforces,
la défaite, et par lui 0 nianu'iivrt^ d'unit qu'un pièce liabile leiiilu il nolro trop coB>
am beuz abeg da glonim ouz-hoc'h. O betek keit-ze.
vad I »
belle liardiessu mais d'une pa uvi-.' tisyeholOBle, liante diplomatie.
lenle
de
désunir
les
Alliés
|i
iir
SOI
iirélendiies
veza goulskoudc iiia'z oc'li eur vuouez
.Start tvvad var an tri boent ail, lia
iilfres de paix, c'est pri-ciséine ut cette heure que
vad, me a i-.o prest d'ho lezel didrabas, sklear al lozenn e-kenver an Irede,
le prcsident Wilsuii cliolsll pt lur venir lui aussi
GRÈCE
airllei- de r,ini-ci-t ave-, le prouve nicinenlde llerlln
da jouni peoo'li divai'-beim an al'l'er, evit nui n'o c'hollo piui ar Bociied keSon drapeau paelllque.
l'ne nouvelle note des Alliés lirait, dit-on,
..i.-uu,
gant ma sinoc'ii ez oo dirollet an tabut mer evit eur « chilïon de papier » ar
Il l'^t M'.ii que le |irésiilent Wilsou proteste été communiquée au gouvernemeut d'Athènes;
i-ontie la su|iposlllou que nous venons de forniu
dre l'aot ho mibien. Ma n'e asantit ket, reiz a vezo bet inerket d'ezho.
i|ul avait, on s'en souvient, ucecplé le précédent
lei-. D'après lui, Il n'.v aurail entre le discours du altiniatum, — comme tous les autres,
et se
an emgann a gendalc'ho, lio mab diPetra a vezo ar reiz-ze 'i" Hor gouarCotto buitainu n'a été marquée par aucun llelchstaK- et la iiolo ani.irlcaiue qu'une simple
lisposuit vraisemldableiueut 6 chercher les
vezn a vezo labezet rak ma ehoumomp nourien bon lavaro, a-unan gant lio dvinemont important. t,c mauvais temps ren- coïncidence: u M. Wilson esl quelque peu cni- Iioyens de ne p;is plus tenir ses dernières pro-.
dilllcilo touto opération oériouse.
barnssé pour oITrIr la suii;;csllou que son nmbnsliesses i|u'il n'avail teiiu les précédentes. On dit
c'hoaz pevar dira-z-han ; an tan a zo c'henscurted euz ar rouantcleziou en dait
Uo part et d'autre, les raids do reoonnais- siiileiii- est eliai-Ké de préseiiler parce qu'elle peut
voir que les puissances de l'Kntento auraient
sanoo
BO multiplient sur l'onsomblo du front. scmbior, aujourd'iiul, avoir élé biUce par l.s
varncz krcgi enn ho prouskoat, evit en em gann a du gan-orap.
;lgé de i:anslanlin : l'interdiction dos mecllnga
Au nord-ect do Verdun, les Allemands bom- r, cilles ouvertures des puissances; mais en fall lie ri servisles dans lu vieilli) lirèco ; — lo rétacm astciin ac'liano d'ar parkeier divar
Fizians or bouz c renkint raad an bardent tmiousement nos nouvelles, positions, elle n'est associOo en aucune inauléro avec elles blissement du centn'do des postes, dos télégraphes
uarticulièremout depuis Louvemont Jusqu'aux dans son
dvo. Setu va gor zivcza I »
Soit! Puisque lo pri-Kldent
Ides chemins de» fer: - - la remise en liberté
traou.
Cbambrottes ; mais iti n'ont tonté aucune avait tant Uirdé il faire eonualtre sa fameuse
venixellsles Incarcéré»; — uno enquête par
D'an ampoeiit, amezeien Laoudaou
Ar socialisted hebkon a zigemero ar nouvelle oontre-oflonaivo.
<1 suggestion, n H aurait pu alliiiidio cucorc. Il v
commission mixte sur les troubles du début
u des teucoiitres qu'il faut savoir éviter.
de décembre.
on emgaviiz, hag alavaruz d'ar vamm poezoun nevez kinniget gant ministr
Passons sur ce détail, quoiqu'il no soit pas né
Ou
prête aussi & lord Robert Cocll ot k M. BalGallia :
braz Laoudaou, hag a zeuio da zicsaat
tant s'en faut, et \cnons au fond des four des paroles énergique». Mais II ne semble
F R O U T B M k U U W U E KllKeable,
choses.
« Pebes afl'er. Tamm sklear ebed, ho labour d'hor gouarnourien.
pas que pour encore on ait passé aux aetee.
Il» quoi s'eglt-il exactcmont 7 Par trois fols
'ottcnd on ? Car U est permis do se demander
roustlet konan. G'houi a gred ez eo
« Ar peoc'h ar c'henta ar gwella ! » Un communiqué anglais a fourni des ren- daus su note, sans craiiito donc de se répéter, le Juune
fols de plus Conslant'n ne se moque pas
savot dre fallagricz Laoudaou, hag ho eme-z-ho.
désormais. mats
seignement» plus oiroonstanoiés sur le raid président nniéricuin exprimo l'objet do son in- de nous, non plus en cachtlte désormais,
tervention : (I II suggère qu'une occsslon rapostensiblement : Il aurait en eftot adrcsié aux
exécuté
par
nos
illiéi
la
'
^
0
décembre,
au
nord
kwir 00 ; pcnaos tamall hoc'h-unan ho
A dra zur, ar peoO'h ar c'henta ar d'ARRAS! Le détachement britannique péné- prochée soit reclicrcliHo pour demander & leuU-s troupes d'AUiène» nn ultimatum où « lo ocenr
pugalo ? Eun hdvelcp sonj n'e oufc dont gwella. Mes ar peoc'h n'euz fors pc- tra dans deux lignes de tranchées inr un les nalluns iictuellemont en gucrni une déclara débordant de graUtude, n II leurexprlmoltaMS
front d'environ 400 mètrei, et atteignit tou» tien publique do loiirs vues respoctlvos, quant félicitations pour leur fidélité exemplaire p»if
beteg .qnn-hoc'hi hag her c'hompren a naos ? nan 1
les oI>iootUs. Il resta une heurs et demie dana aux conditions nuxquoiles lu guorre pourrait dant les inouhiaUesjoumeei
du t"€l du
tranchées, en vlalta tous les abrla qu'U étrn terminéo et oui arrangements qui seraient cembre, où leur loyalisme, leur eiprit de laerlflee
i-eoinp. Hogen,'Gallia, ni a gred ez eo
A' drugaro Douo, Ijor zoudarded o ces
détmlilt, pull t'en revint avec un officier et considérés comme satisfaisants, en tnnt quo cons- et lour courage ont sauvé la patrie, mile en
furoo'h en em glevout, ha seul-vul ma deuzo'hoaz nerz hag armou awalc'h 67 Allamanda fidti priionnleri.
tituant des garanties contre le retour ou la dé- danger par des ennemis qui espéraient tmblec
Lei Anglali ont réttaei d'autres oowa do cbatnomont d'un conflit limtlalrs dans l'avenir,
ro public et Jeter bas la dynaitle. u
kendalo'h nn tan d'en em astenn dre evit gallout, gant'poan hag amzer,
main : 1« Si décembre an lud-oniit d'AHMEN- de façon i pouvoir comparer ensomblo, tn toute
Ces 0 ennemis » ce sont lea renltMlitea traheo*
ho tounrou e rlskl dn gregl dizale enn kondaoni ar bleiz boch da ziskregi TIERES ; — dani la nuit du 22 au 23 an lud francuiie, leurs déclaratloni... u
pblle». Etneiommea noua pu en droit de penae» ^
hor parkajou hon-uqati. A viskoaz ez diouz an douarou a^zo kouezet didan d'TPRES, où Ul infligèrent da nombreuses
I.e président Wilsoo • no propote pai la paix. Il que dam i'eapMt de ConsUntin, ee aont lec AlUéa t
pertu k rumami ; — la nuit luivante, d u t n'otlre même uai une médiation ; il propose
lel encore on voudrait deiBrteWoni. PWrt„
omp bet ameielen vnd dro itma : arabad hegraban.
"J^fîf
la r4oion d'HEBVTERNE, où il» lanoinnt dei leulementque desiendigei «oient eSeetirti, afln Mre pourrIoni-nMi an donner. Mali * «noi IMBÎ t J
orenadai
dani
d«i
atiria
garaii
di
tronpti
«t
e toufomp da veza enebourlen. Sinit
le
Jommat
én
Mtalada
mêiMM
|ue
nous
puissions
apprendre,
lei
nentrei
comme
.'artloiec
•
Mar 0 peuz eun dii» bennak da ober.
fei belliceranti, à quelle distance peut te troaver n «Meembte a eoniaeté * la
a W j g
afTo.|An^i, ar rivin en emastenno var- doktored Bocialist, lar .,0 peuz eun
encore Te liiTre de la paix, Ton lequel tonte tfoli aoaru aabrt sar la oMNm. U « p l W M
u-omp oUi ha o'hoiui a gollo marteno ho tamm galloud b<
l'bnmanité tend dani une aipitatioB interne et d« eaWinet noir oonttaw.
.var ho « preu'
- "
t '
erolMante. Il penN ona l'esprit dana leonel U
miib dlTéiarMàll éo mouga an tàn deur boch», ho lal ^ ' d û restaol ha .
.
sarla.el la bat qu'il ponnuil teroat eata%i M partow lMiatéi«Né«, ;M U «tpMtt% ta
àiKiiitdek vfeàài; Jt£^<t
LA
C U E R R E
Eiz dez
EÏUE ETflliî
llfciK) k 0 liîl'ations
i i i i i i i
1
Ur COURmER DU PlNISTÉWr
AU
iprèi
SÉNAT
l9
Gomiti
iioret
LO i» diioNnhro, io BEMAT «MIKH OMRtllUl)
on oMnliti «ooi'ut. ArK'4 oinq i()uifl««, au
ooui-ii (lusqu«Ueti le lluiivuriiomont HuhU' ot
rupuuuu Ion oiMiuitH du oI«n OldoieDonnuMnsouniiiil, rA«»('inlilO(i ri'|irlt «tu cl^llbtnt.tlonii publique* lu lU (itHiouiliro, pour ls« opÛrcN ou Jour.
On» (icpiilcr» tflnlnnt .tu uom1>ro rte rtoux.
L'un hIhhA par M HOiiatoura. pour la pluBai't ainniiirca d'uno ouiiunlHsIon d'HOtlon pitrVinonliiirc, «orte du xuuvoriuMiK'nl HiinH Im
rogpanHnblllliia InlKti-ontos \ la ronollon, ol
Uoiit le» llluitnaiiius huiiI Uonry H^ciinitvr,
t'Iilmoiccau, Ufblorri!, Iioumor, Cliurlufi Munilierl, Maituurnud, Miiuln ol S((!uh«n Plolion,
liatiirellnmcnk uppusuiils InrHciu'Ils no (l>)tli>nncnl non 1(1 pouvulp.
L'nuli'o. Hlgni) por
8i*nalour<i, im nomhra
donquolH Honry (;lii'i'im, Mougcnl, Touroii,
t1'>nnnrl, .lonouvrlur, Hrindnau, du In Julllc,
eU'., qui approuvent lu Kinivcrneinenl.
Kii «Npllquant Ni n vote, M, Otudin do Tll i l a t pluloiinta ocnx do sim oulli'iguoii qui, tout
«n fftiiani leur pnnHlhln luiur amcMior 1» ohulo
lUi Inl^l«l^l•c, « uc •^'inlinrtorali'nl nus dn nrrn<lro la pouvoir » r"lf)n l'oxpr'sstDn rto Henry
Di<r«nK"i'. un dCN |<IIIM rciniiiinls uui'inl vu.\
lous, L'oralouf r> ^rullu que M. urltnd nlt
fiill do lA vruHuri ..i inMlnnnimt dn riKnn, et
Hit cil Hpuci bleu m >lns iin oonslltuor don
oabluolH do d(Un o niiUoniilo quo diiii nabU
nul* d« dùCciiso | !ill>iiio : puillua bii^lillus
" jMfcndro cnli'c .unurnilos.
itii
|iui
par den Iran
ituiino " '
'
... los
- . plu»
»-.- proHni'»
ciiiili'ii
et loi rilut ambll<
: polUe» buiillllus dont
on l'Onforcalt h 1" ;i'.iiin lu «arnlsou en fal
Mant
apprl .A. .(liir
,0.1 Invullao» du uiihui!
"
..
1
Mal» Il rend Jii!'l
h su pnllllquo minuili'o et
Ulplomnllquo, A v lui, nutro pollllquc cxt6rlo«re, «l inngtii
uvointlo, a rotrouv(» <iafflMB i>l priSvoyiii
AiiM.tl lui mulnllniit-ll
ivinflAiicr, »o ri'f inl, ilnvnnt l'onneml, ti
'I do» «.xp«rlen(if
'iiieuHOH, ^ un »aul dnn»
l'Inoonnu. •
De l'ilqulpo de» roinpIaçanlH H(>U1 M. Doblorro( Inlnrvlenl
M IMUII pour ritolaninr In
irlhuiiK, dont Io riliiiltat
auriitln iniblle îi
«sralt d'èoHrtor - i voles dn quiilquo» abionl»
rotnnu» dan» Ira i'i«lun» (invalilu» ou nyont
pri» (lu iier>loB i
rarinitn.
M. Mougoot «\ ' Vv oontro 00 urai}<di', ol
fall ooniprondrt
un i\ voulu oblonir de Itii
un Jimeniiinl 0. ' re le Kouverneiiionl nvnnt
inOlilo de: l'avoir il,-i,dii. Il n'y umI ivfuml.
«joutont llncniM.'
Je nuls eonvalncu que
ceux du lue» on
rs qui ont nul HUtrcmenl
nno mol. ne «c
.M'M-nlent nu», au fond,
oommo diant d'
oune» enoliuIni)<. (HIre»
et approballnn.
luenis & (;allPhn.^ Pour
ma pari, j'nppci
la eulesnrlo de «eux
qui, non «culen.
• m lahuenl pa» cnehntlior. mais nnxqi'
Jusqu'il l'apparrn00 de» ctiainM.
OWmonecau 0
mal» ne »fiuf(lB mot.
Au nom
'1' s" du "uroniii» de rtrolle,
- - do
- tfuit relie iMolaratlon
Vimlrol de la J
1
vliiil lin «e terminer nou»
Il La (llicnimlo .
l'a dAmontré, uii'' ( H lie iiliis, loH taule» repi'o
lit
H.ni. puui' la plupart,
chiloi uu ifiiuvoi.
la 'oontilquoiicK ' M' liiipnWojranca qui date,
I
litiRi I (ta bien
Il Nous avunii^V' :>'lu iloi crltiquoii uutquello»
noui nou» aimueii'ii I ru^t avuii» eiiteuitu auml
do flolniiti nlquA ' i' enutni le Kouvuri.enient
ot eoutro lu ooMi I lemoiit, uin» qu'un nioll
loi.i ..uut'eraeiiieiii t iiii meilleur comniandemenl nous nient ' 1 , ru|iusits ou nutniu IndIquOii.
(J/oiiecHien/ai '
Il Or, ilnim Iph < imuintanoei alntfutliiromunt
Rravci o(i nuui H i ' n o u » eroyont isoko do
no pas dtlinollr 1. a »on nanticonuattro l'urohltoelo appétit A la r.. . iifirulro. |/;rul(s et i/il«rfUprtOlK Ù ffUW/l
Il Nou» no le vov 'M.. p.iN,
I) Nous sorluns • le» UJbnt» nroo la conviction qui), 9l In I '
dure pour no» armica,
— loncuo eui'ore 1 ' ut r'ire
la vlrtolro oit cer'
UIno al rcux de I (..Tu re «ont dlirne» do eoux du
front, ITim liit
r i s li\n\ Ij Ne «erult-ll pai
vriminol d'en doni' r nv»i.' le» clioN et In» «oliliit»
U8 nous uvou.11 I I |,.|| (|iil le» aide 'I ;.lji/)/'iii1 l'ernunilil» que la meilleur
iiiiriiieril.. l'i
moyen, pour non», .le liuvulllcr a In Ylotolre e«t
d'atiurer aux I IH N >lo notra polltiquo et nnx
oliolf do ne»
s l'auloritit nt la ooiitInultA
qui leur «ont m n s>,iirei, nous voterou» la con
îinaoo, flouf le lu u. >.i'e du rnuKat(enionl pria et
do I I voloiitA ceiluine d'iinn proiluctlon Intensl
iléo du mal6rlrl ilr «.'unrre.
>1 Nou» (contons la voli do la patrio, en noua
rappelant quo In |iiniiilèi'o eomlltlon dn »on lalut
eit dam oa orl : de I union, encore de l'union,
toujours do l'union. » iTm 6lcn I el applauditlementi a drutir !\
M. Mouiiervlu uii»»l volera t'oiilro du Jour
do oonilunee, «lan» aiieun Hcrupulo, et m?me
nveo entluiualnHino pui'ue qu'il luaKnlUe la
conduite de mm Hohlnls.
Mal» upn quenllon le priluouiine. Il n oli*
diloldi) que l'on nllnlt inlenalller la produetlon
Ûo l'arllllorlo et ruppeler du fionl du nouveaiw liommoB pour les envoyer dan» lou inlno». Or, no» héroïques ugi'Ieultour» sont di!concerto» de voir clo vieux p^re» do fainlllo
& barbe blanelio qui eombutlenl dun» le»
tranoliiio, quolquerol» nvco plUNlours do leur»
enfani». ulor» que de ,|oune» homme» do»
olaaioH de 1004 cl llHi'i sonl rappoli!» il l'arrlùro. parce qu'il» onl une » vaguo comptflenoe pour travailler duii» le» usines
VTaltanl los UHine» avee le» onmmU^lon» de»
marehi!», roruleiir n vu de» femino» qui, en
quelque» »emulneH, onl pu supplOer le» liommou et qui fulHulenl leur travail d'uno rugon
parfalle, Pourquoi n'uurall-nn pu» rneuur»,
Mur une plu» vante tfehelle, h la maln-d'ieuvre
rtminine 1
. . . .
31 l'on rappelle d'nutre» soldnl< du front,
,ue ue »n|t d'uliord ton» le» vieux n)sor^•l»le^
Io l'armé» lerritorinle, el que o« ne »oll pas
Je» loune» «<"''• i " ''ur, »f no» »iildat» sonl
héroïque», HMIS peuvenl supporter toute» le»
fatigue», »'ll» fonl ubsliMellun du dungor et
abliiigallon de leur vie. Il y n qiiolquo. chose
«•11» no suppoileiil puh : e'eal .. l'injuslloe
Vif* applaudlKHCnieut».)
M. Henry Oliiron, l'un do» premier» algnalalni» do l'orilrn ilu l'uir do eonllance, déelure:
• Au lendemain . • .jour oi'i 11 a dit « non "
k l'Allemagne, iiouu ne renverserons pas lo
nauvernoinenl do noire puy». (Vif» applaudlMcmonl» »ur un grand nouilii'o de bunen.)
» Nou» avons plaoS en lAte de nolrn ordre
du Jour la formule de la Convenllon ; .. r.,T
Vranoe ne fait Minl la paix avoo ua ennml
«ul oooupo «oa UrrlUilrd. • G'osili.priMipa
frad Uunitol 'de la patrio. (Vifs appMwUti^
luntii »ur Io* raimo* buio«.)
, • Noua oomptoni sur lo aauvorn»fflent pour
le rappeter au««l Houvont que on aora mToe*»
taira, M pour oombaltro sais» falble»«o, »l oUo
le produisait, toute propngando destiniio k 7
porter atteinte, (Nouveaux applaudlsseInent»,)
^ M. Brlandi visiblement fatlgui!, (on lo »oralt
a moins), se borne (i dlro quo n le Oouvornemenl iraooepte nue l'ordro du Jour do MNf,
Cliéron, Moogoot ol plualuum do lours oojlèuos, qui prend aotn do aos ditolaratlons et
ul lui mar>)uo la oonllanoo pour l'aoeoiiipllHsemunt dn sa tAoho, •
Volol malnlenaut l'urdro dil Jour de« oppo»ant» :
^^
Le Btaat, adressant aux soldat*
la tran.
oh<o, oomms a esux de ruains, l'honimage do
•on adBlratlen roeeanaliiante, «t oonaldérant que le* mithode* gouvernemontale*
n'ont pa* donné le* réinltat* correapondant
aux **orl&ooa ot aux «Bort* d* la nation,
Eitlmant. d'ai\tre part, qu'un ohangemont
réol *t profend dan* le* mithodo* no pont ri•ultor quo d'un ohangemont dam la dlreotien I
Rogrottant do no pouvoir donner *a eonSan00 au Oouvernsmont,
Pane a l'ordre du jour,
lia priorlW est rcfu»(!o (i oot ordre du Jour,
par t t l vulx ountro 66.
I,e dfluxlôme ordre du Jour i<tull alnal
ooniju :
1° Iio BAnat, afBrmant quo la Franco ne peut
faire U paix avec un ennemi qui occupe *oB
torrltolro,
Riiolu à donner h ta gnorro qui nou* a ét<
impolie un* eonolutlon viotorlouie, digne do
l'borolimo do no* *alâ*t*, dont 11 *aluo uno
toi* do plui la gloire Immortelle ;
2* Prenant acte do» dtolaratlon* du gouTornamont «t lui laliant oonUanco.,.
S' Poiu- prendre, d'aooord avoo loi grande*
oommUtlon* et aou* le oontrAlo du Parlement, loi nioiuro* lo* plu* énergique*, *oit
pour i**uror notre eupérlerlté matérielle déanttlvo sur l'onnoml, *ott pour orginloar, *ou*
uno direction unique et aoloiauto, l'enaomblo
de* eflort* de l'armée ot du pvy*, lolt pour
défendro au dohora, avoo prévoyance et fermeté, la dlqnité et le prottigo do la Franco,
Pa**e k l'ordre du jour.
I.n preiuiiiro partie o»l adoptdo à «nain» lévite», A l'uiinnlinltiV
I,a dnuxWme partie, ful»unt eonn.iiion nu
(louvernnmenl, donne linn (1 un sorutln. Il o»t
adoptil itgaleinenl par 100 voix oontrn il.
I.o mato o»l votif «an» dlaoutHlun, do mdnio
que l'onaornbln,
Voilii doue la narllo Jouée,
I.a aiiumbre a di^olari» qu'elln prJfArfl Brlapd
Il Gnlilaux ol autre» Palnicvi) ; le RiJnnt n di)clan* a«»4i netteuienl qu'il pri.>fi'>re le môme
nriund ^ CiiMneneeaii.
•Di'i» lorii, ioiil le monde devrait sn l.i leiiir
pour dit. Kl la nntlon ne innnlroralt »iW(ii'0 (t
f'i'gurd de» lirouiilon» (|nl oonllnuoralont A
gaspiller In lemp» du Oouvernnmenl ot (i
iuoiToyor don» le» Iranelntes du Paiul»-I]uurlon ou du liuxnmbourg, pendant qun los agl»Hcmenls dn l'onneml Holiiellonl loiile notre attention, nt nos efforts oomnuin».
Î
f
A N O 8 A H O I \ ! \ l ^ ' : H . ~ T 0 u t abonné qui
n* rofuao pi* lo Journal à réchéuioe de *en
abonnement oit considéré eomuio réabonné
ot doit lo prix pour une nouvelle année.
En oonaéqucnoo, nou* prévonona no* 1
né* dent l'abonnomont oxpiro FIN DEOEMBRG
et qui n'auront pa* rttourné 1* t " numéro
de Jonvior quo dana quelnuo* jour* noun
llur foroui préiontor, por lo taetour, uns quittance do S Iranoa, a Uquollo 11* voudront oion
ré**rTor bon acouell.
Toute demande do ebangomont d'adro**o
— fait* a uno autro époque quo l'échéance
de l'abonnement — doit être accompagnée de
l'un* des dernières bandes du journal et de
80 otntlmos on tlmhrea-poite.
2
nÉPÛULIQl) i r KÏtANgA ISK
desDoiiialoiseliiu (Imiire
Bunauiles Domaines iIb Qulnoamp
VENTE
d e Juments noiiliiiièi'cs
on di9pAtchc/. roNélovoiirN
Lo yvndroill rJ Jnnvlor
7,ft 12 h. 1/4 elle Hiiinotll
invior 1(117, l'i lu niOino
• plucc (lu Vnlly,
** 8 " OTu'pnfcûdé pnr lo flooovour dus Doinuincs, uu pro(onoo do M. lo 8ou8-liitoiidant
iiillltuiro ou do sou dOléguiV tt
la vente uu.t ontliiMcs do
70
Juments puiilinièras
UIIHCW V I I «lép<W elle/, ùm
él«v«iirii.
,
(Soit lu prciulcr Juur, 411 et
lo lui'idoiuulii. UI. Vm durniur
uuiuhi'o ù Huuiuuiilcr du celui
dea JumoiitH invouducH dana
t(kt autrus ouiitrcs de voiitc).
CMTTO VONTO A « I I I L I I K U N I P ,
«lAtui'aiit
diilliiltlveineiit
ir l«H d<!nM'tonu>nlM du
la«(i)« «lu ruNNort du
epAt d» rcmoutu <lu (iiilniraiiin, In «KSrln dOH vuiitoH
doîiinicDlM do «oltc oriBlno.
lift vontn nurn llou sans nuouno Knrnntlo pour los VIOOR
rodlilbitulroB onumôréa dam
l'ftrt. 1 (lo la loi (lu ai Juillet
IBM. Lan cortincatH ludividueU
délIvriiM par Ion vi'itùrlnalros
nlUtalreiiù l'cflut du cunatatar quo los JumonlM sont Indoranca do touto luuludio oonttgiougo, Horoiit romU nux AOquéroui'H au iiioraoïit du pulomont du prix. I<a romlao ImUato <10 00* oortlfloata roito
^..jontondu tturbordunu4« <k
leur diillvranuu au Doinaino
par l'nutorltà oumpétaiito.
Kn oai de oonloHUitlun d'uno
o&obiiro, la vwito sera uu&UnuM.
Tout onimal no Kora adJugtS
qii'oii oa* d'oflro» HullUautoN,
La vonte aura llou on outro
aux oonditloni do t'IniitruoUon
(M 3 novambt'o igio (Journal
ofUcitl do 4 novombro 1910,
W
à
M4l«ium«u44 poutinil
Mr*»pri
«Mommuiit ml<M«n (fdpdi
'
par
C L A S S E
l l l n i < i ' i i l i ' O <UI C O U K H I I <1O K O V I H I O I I
JANVIER : lundi 8. dlraiigurs nu diinarteinent, lU heuroj ; — mardi 0, Brloo, it 8 li. 30 ;
Fouoinant, i\ h,i — niereredi 10. FlogaatolSalnt-Oormaln, i;i li.; - Jeudi 11, Pont-Oroix,
V h.i — voiidrodl il!, Deuaincuoi, 0 li. 10 ; —
samedi 1,'), Coucarnoau, 0 h.; — lundi 15, Fontl'Abbô, U h. 1& : — mardi 10, Quimpor, « h. : —
merennil 17. Boapordon, B h. j Bannalco,
l;i II. 15 ; - jeudi ts, Arzano, P M. fln ;
Qulmpcrlé, 13 li.; — vendredi 10. Pont-Aven,
0 h. 15 ; 8oa6r, t i li, : — samedi 'JO, OhJtoaulln, « II, 15 — lundi 82, Ploybon, l î ti. nO ; —
mardi îa, ChUtoaunouf, 8 li. ;iO ; — mnrerodl
W, Carhaix, 8 li, !10 ; - Jeudi li5, Lo Huolgoat,
» h. .'U) ! — vendredi ÏO, Morlalx, 8 h. ; Taulé, i:t 11. 15 ; — »nmndi li7, Lanmour, 8 h. ao ;
Ploulgnoau, 14 h. 15 ; - lundi ÏO, Satnt-Poldc-LOuu, V il. ;!0 ; — mardi .10, Plouo*cat,
H II. 30 ; Plouiévédé, 13 11, 30 ; — merorodl
31. SaInt-Thégonnec, A h. 30; Landivlilau, 13 h,
FEVRIER ! Jeudi 1", fllaun, 8 h. 30 ; Ploudlry, i;i II. ;iO i — vendredi 'i, tosnovon, 11 li,;
— samedi 3, Plabonnoo, 10 h. 30 i — lundi 5,
Lannllli, 12 h,; — murdl 0, Salut-Ronan et
Ououant, llî 11, 30 ; — m-reredi 7, Ploudalméaeau, 12 il, 30 ; — Jeudi 8, Uroat (1" nanjon),
8 h. 30 : — vendredi li, Bro*t (2' onnlon),
8 h. 30 : anmodi 10. Brest (3- eanton), 8 h. 30 ;
- lundi 12, Croiou, lU h , r - m a r d i 13, Landornoau, t) h,; — mercredi 11, Daoulas, 8 h, 30;
Lo Fujou, U h.
.leiidl 15 nmrs, siinnee (In.ilo do clôture pour
ri'gulurlsaliun de pl6ci^», 11 li.
La
CarU
dft
Sucre
Klle eHt annoncéo et no saurait larder a <ttro
Imposée. lll^Jft Ir* munlelimlltits ont étiS Invltitcs
& fnire lo reoensomont dos niitnngns.
Kn échnnge île In feuille de dénombrement
qu'il aura (1 reu pllr, le cliuf do fnniiilo recevra
une carte île loeiiuge qu'il aura iilen soin do
m o n t n u x dUpoNltlnuM do
l'InMtructlnu du K l iiiai
I u I il. ioulMNOiit d u » d r o i t
d'oplloii nu p r U uttolut
par l'adjudl«a(l»n i
2' A u x éInvuurM, i t i i r l t i u l ( v i i r t n i u proprltilulfOH, n
I'OXOIUNIOII
1 0 1 8
(urniollu
do
(ouM ooux ifalHnnt lo oomi n e r o e de v l i o v n u x , q u i Mur a n t portoiirM do I ntlOH( n t l o n ol upr<tH VIMAC.
(IluKiuo idovour autorisé k
nuqudrir des Jumonts pourra
iurllclpor à toutoH l e * «idu d l o n t l o i i N orga^ls<^es aur
'onNtiinbio d u t o r r l t o l r o .
1,0 nombre innxlmuiu dos Jumunta qui pourront Ctrc adJuKùoa dans l'onaoniblu don
voiitON ttumOiuo èlovour osl
lixé il trois, lorsquo l'Altostatlon du muli'o portera qu'il
)(iut untrutmilr oo iiombro do
luulinU'iruH. Les diStontoursao:uol8 lurs()u'lls auront fait
louur Uuir droit d'oiitlon pour
lu Juinunt qu'il possédait pourront onuui'u en acquérir doux,
toujours souilaréNorvo d'uuo
altostutlou corrospondunte.
'l'uuH ION é l o v e u r * d($Hll'oiix do p n r t i o l p o r n u x
vontcH d e v r o n t Atro m u niM d'une dviunnd<i d'adm l u a l o n i «ortlll<<e o t vlaéo
p n r lo m a i r e do I n commune.
Cctto demnndo contient ongagoinont, do la part dos nchoteurs dvpiiluols ! 1* do lolssor
nu moins pondant doux nnnéos <t leurs toiiotlons do pouUnl6roH los Jumonts qu'Us ooquOront, sous polno u'Otro oxolu dos avaiitauoB résorvés
par lo HCrvloo dos romontos
uuxélovouiM ;
V Au oas do vonto dos Jumonts, d'eu aviaor immddiatomout lo diipOt do romonto intArossO.
Le» moilètci de demandas
«aroril ddliurdi pav los commandanlf dis dépôt» du ramoiilo, au\- mulri!* do» «im»
munoi ou mi» l'nldi'osiiis, d'àprès iM^dfl^iuniifis qui lour se-
I
'""vKNtIss.
- Qunrnnfo-olnq
mliiutps avant l'Iiouro flxéo
pour la vonte. los Jumonts seront rOunles & l'ompUoemont
dislgni at pr<Ssrnt()«i par lo*
ouvaliors do remonta aux die
vour* qui ddslroront les voir
Ml UN* Jument eat adiu
•rée à a n «eanéraur qui n*
paurraltprtfaMter A
, d«'
d«vlaée,
M l o a t l o n a a r » iruo
M B N M a . a t la Jumont
•o liiiatédlatomont en
^ttdlottt^jpronon
Iti'llow
t t u i r v e r . Lorsque do* changements surviendront
« n !la oompositlou du niénam, la carls sem
NOUléo &la malrlo, surdéolararion de l'Intéressé.
Qund chaque ménage sera on possession de sa
oaro de consommation. Il pourra se faire rsinMtre par la mairie des « bons do oontommatiOB n, pour trol* ou alx mois, mais nltllaablos
dans un délai déterminé. Lo bon do cousointnatlon sera romia pnr le ménago à son foiirtiissour
liabituoi touto» les fqls qu'il voudia aoheter du
sucra, et co bon servira an oommercant A justifier
son débit vla à-vla do son fournlssour de ffro» ou
de demi-gros, ot a ces dernier* pour Justriler du
leur onpr6s de chaque chambre do commerce,
distributrice de sucre.
Cette orgunlsation pourra s'adapter Instantanément au rationnement dos autres denrées, s'il
est néeossairo.
BRKST
• U mémolr* des Tlotlmna du « SQ{(ron u.— Mme veuve Ilodoinho Quépln ot M.
Ixjuis Olllrler, ancien député des Câtes du Nord,
veu»o et boau-pOro du capitaine do Vaissfau
Commandant le SuU'rcn, foiil célébrer en l'égiisa
parolsslalo Saint I.ouls, (1 Brest, une neurainn
do jnosses, h nnuf tieuros, du mardi «« ilécombre
IIHB an mercredi 3 Janvier 1917 Indu», h la mémoire du commandant, do l'état mnjor et de
l'équlpago du Sullrni.
l)éJ& une snmiilablo ncuvaino vient d'avoir
Heu fi l'i'gllse Saint-Louis dn l.orlent, et un sor
vice solennel u été céléiiré é Nantes où la fainllldu regretté commandant a non domicile.
Par uno pieuse ot déllcato pensée. In famlllo
dn eommandnnt u ninsi tenu il co que de» prières
fussent dite! dans les prhiolpaux contre* où résident les familles de* braves marins du Suftren
De sou cAté, M. le eui'é do la paroisHO SaintLouis de Hrest a l'Intention de faire céléhror
procliainoment un sorvlvo solennel a Oresl k la
inéinolrn de» mêmes vlctlmeu.
Rappelons k ootle oocaslon qun lo Suiïreii fut
tiénl A Hrotl pur Mgr Oury, nior» urolievùqun
d'Alger.
L'alcool. — t i u l s Morvnn. KO ans, con! nnier, avait été trouvé Irro-inort dans la ruo .m
Travorae. Transporté i l'iio^plco civil, il expira
lo londomaln.
— U Jeune Charles Gaslol, I l an», dont le»
parents hubitent ruo Neuve, a été trouvé dans le
même triste étut, allongé Hiir lo trottoir, rui;
Mongo. 11 y a cependant uno loi qui Interdit de
servir é tioire aux cnfunts. Kilo n'est pas plus
rnspeetée que celle qui défond do servir a boire
h dns Individus on état d'Ivresse.
DèooaTorte d'un oadavre. — ^'enlIredl on
a liécouvei't, pria du fort de llertlieiuiine, en
Plougonvelln, lo oadavre d'un noyé rejeté par la
mer. C'élult celui du mutelot Paul I.amaiidé, qui
avait disparu le DO décembre.
Suicide d'un fourrier. — Lo quarliei -maître fourrier Itaymoud Mao, 23 uns, s'est liré un
coup de revolver dans la pollrino, le SI déonmbre. ïransporté (1 l'bépital niurltime. Il y sueoomba samedi matin.
Doliai'8
Mort de M. lo Reoteur. — f.e mardi, lOdéeombre, s'éteignait pieusement, aprésde graiole.K
soulfrances cbréllennoinenl supportées. M, Jeunl^uls Uaron. moteur de la paroisse, Pendant sa
inuladie, Il avait fait radmiratloii do tous ceux
qui l'ontouraient, si) recommandant é leur»
priAre» et leur annonçant sa lin proohalne.
C'est une perte eruallo pour le dioeiise, déjà si
tUf" •La robuste
• • cons
éprouvé par la guerre actuelle
titutlon do M. Daron soinblait promettre une
longue m fructueuse rarrIAre. Tous aos paroissiens lo regrettent slneiironient, cur, sous une
rteorce u» peu rude, il possédait un cœur d'or el
ne chorciinlt, on tout, quo la gloire de Dieu ot
lu bleu des ames.
Vingt trois prêtres, dont trol» chanoines, assistèrent a ses oliséque» qui furent célébrées, vendredi matin, Si! liéccmbrn, un présence d un très
grand nomlire do paroissiens désireux de rendre
les derniers devoirs ft leur regretté puateur.
Né 11 (lulmlllau, on IHU3, Il devinl oafunl do
elioinr dès qu'il eut l'ége requis. Il tut rapidement remarqué pnr le recteur de la paroisse, le
vénérable ot sympathique M. Illilon, aujourd'hui
ehunoine et curé-doyen de Piabeunee, qui lui
donnu les premières leçons de latin et n'eut qii'k
se louer do rintelligonce ot do l'application au
travail do celui qu'il u toujours considéré comme
son élèvo do préniloction.
Au collège do Salut Pol do Léon, 11 se classa
parmi les meilleurs élèves ; ol c'est avec plaisir
qu'on l'y vit revenir plus turd ou qualité de
maître d'étude».
Ordonné prêtre en 1887,11 fut, d'abord, vioalro
(1 Cléden-l'ohor, pui* A Douarnenoi:, oi'i son souvenir est resté bien vivant, La conflunco de
Monseigneur l'apppela ensuite i l'Importante auniAnerlo de l'iiosploo civil do Ilrest, où il nt le
bien pendant sept ans et demi.
Nommé recteur de Hohars en I89S, il fit sienne
la purolq de rKcriture : « Uiltxi decoreni domus
titœ. J'ai aimé la beauté de votre raaisun. 11 M.
Mével, son prédécesseur de douco mémoire, avait
nccompll une grande leuvre ; Il avait fait Jaillir
de terre Cètte gracleWife égiiSé'gothique, orgueil
de lu paroisse, et dont la belle llèehe s'aperçoit
do si loin. Mais, b l'arrivée do M. Baron, cotte
église était eucore nuo. Le nouveau pasteur, qui
caressait le rêve apostolique de donner uno
mission à ses paroissiens, voulut que cette église
fût digne d'une al grande sréce.
Se faisant quêteur pour le Bon Dieu. 11 trouva,
malgré cerlalns obstacles qui lui furent trè» pénibles, lo» ressources nécessaires pour oriior
l'église dus Htalles du eliœur, île la eliaiio h prédner et d'un gracieux eboinin do Croix.
Kniin, soucieux par dessus tout de l'iustruollon elirétlenno des enfuiits, u l'évungélisution
desquels il u eoiisueni ses dernière» farces icur 11
est mort A lu lAcliu), Il sut faire entrer duns ses
vue» uiin générnuso personne de la paroisse qui
voulut bien lui véiler grutultemont un niagniIlquu terrain, sur lequel, gréco A l'inépuisable
oiiarlté de son p irnissieiis, et en y mettant ses
dernlèroi ressource* persounolles, 11 put élevor
uno éeoie libre de lllles, claire et spucieuss. qui
réunit la quasi unanimité des entants de la paroissse.
L'avenir se présentait plein de consolations,
mnls Dieu qui permol que eelul uni sème ne soit
pus toujours lA pour la récolte, l'afuuohéen pleine
maturité.
Los dessein* do Dieu sont iusondables : iiielinons-nous devant sa volonté ; et ayons confluneu
ue l'u-uvre oiirétlenne si blon commencée par
, Mével et M .llaron, se continuera longtemps
eucore dans notre bonne et lldèle paroisse.
a
diuioe présent uurn soûl iiulililù pour Jukcur dus dilTérouts
qui poiirrulèiit s'élovur.
Les oortlIlcatH do nulssnnoo
ou pnpIoi'H quelconques, s'il
en oxiato, seront remis aux aoquéreurs,
81 l'ucquéreur n'est porteur
quo d'une nutorlsatlon comportant l'achat d'une HCUIO
Jumont. uetlu imtorlsntlon lui
sera retirée.
81 nu oontrnlre, rftutorl.sfttlon est valable pour plusieurs Jimicnt.i (trois nu maximum) tîhnque acquisition sera
consignée uu verso do l'nutol'isntlon, dans lu onse spéclaInmont dcstlnéo à cotte montlon. li'iuitorlnntion ne sera roUrée quo lorsque lo nombre
d'acquisitions prévu soru atteint, Dans co dornlcr oas, lo
oommandivnt do iXSpOt for» sltjnor pour cbaquo iumont acquise, autro que fa dernière
(pour laiiuollo l'autorisation
sei'n retlrcc), uno lormulo de
déclaration d'acquislttou spéciale.
l l U M l l O U H a R M U N T DU
PIIIX D K S A I L U K . - S l l'aoiiuérour de la Jumont est lo
(létrntcur actuel, 11 n'y a llou
ji aucun remboursement.
Hi au contraire, l'aoquérour
est un èlovour quelconque, lo
détenteur actuel doit etro romtioursé du prix do saillie de
inio (sans que lo remboursemont puisse dépasser 911 fr.
pour un étalon do l'Iîfat ou
un étalon autorisé ot.t fr. pour
les autres). I,o versement do
In somme on quosUon sera
opéré immédintomont aprôs
la vonto ontro los mnlns du
oommandnnt du dépOt qui en
donnera reçu. Le oommoiidnnt du dépOt on assurera
lul-mOmo lo vorsomont entre
los mains du détenteur et on
prendra reçu.
Tout nohotour (autre quo le
détenteur actuel) aura donc fk
vorsor on plus du prix d'achat ot dos frais normalement
prAvus une somme pouvant
varier ontro .1 ot flH fr.
Par analogie nveo les dispositions do la clroulalro du 13
mal IDIO, 11 ost admis qu'un
éleveur ne pouvont ossistor
stor kh
l'adjudloatlon, pourra
dro Vart
port ëti
on V
s'y
faisant 'ropréi-ôp:
drô
y "firsant
Kontor
par un
un tiers,
tiers, A
A ohargo
sontor par
ohargi
par colui-el, sans qu'un pou
voir WBuller snit nécessaire
do Justltler do son mandat ei
produisant la demande d'ad
tnlislon règulidroment ddU
vrdo ati nom dudlt éloTour
ora^^ohiS, lo déléguant 4 la
lio prix augmenté do
. 6 0/0.
- • - ' i au cor
vante, i
(udloaUon de ohaque b6l&
^ N<»4a. •> H ut Aoommandé
^ r t r M s r f e l r É " ! ' / Îî
ïp'îjîvnaï
GHATEACLIX
V i o t i m a d t l'alcool. — Josopli-Marlo Février,
tt anVa été découvert mort uu bord do la rout».
Comn)« H avait la funeste liabitade do boire, on
oroU que sa mort est due A l'alcool.
DisespérAe. — Atteinte d'un mal Ineurablo,
la veuve Coguii, 30 aun, ménagère ruo Uruvoran,
avait oiunifesté A dllférent'is reprises l'intantlon
d'en flnir avec le vie. Elle u prolité d'un moment
où elle se trouvait seule pour se pendre dans le
vestibule du son uppartemeut.
Vol. — Kn l'absonce dn Mme vnuro l.e Dnlf,
qui travaille A la poudrerie du l'ont-de Uuls, un
malfaiteur lui a soustrait ::fiO fr. Heureux encore
Il n'nil pas découvert une aulre somme do
!00 fr. qui 80 trouvait caeiiée sous lo linge, dans
la même armoire.
t'nurquol aussi conserver tant d'argent 7 H
serait plus on sûreté dans les caisses de i'Rtat, oÂ
il rapporterait, en bons de la Défense Nallonulo,
li fr. 2ii V. d'intéréis par an.
Carhaix
l i a roslèro. — Le .-.holx de In Coniml.<ision
chargée riiuque année de désigner une rosière,
en eonfor.Tiité du legs d'un nnclen ofllcler de la
Révolution, Gaspard Mnuviel, s'est urrété sur
Mlle Marie NIcoi, 18 nus, orphelino, couturière,
demeurant clie?. sa grund'mère, qui descend de
la famille Muuvlol.
Mllo Mcol sera couronnée A la mairie leU janTler. C« Jour-IA olio recevra 300 fr. Si elle se
rnnrie nvuul su 22'année, elle recevra nno autre
somme, do 1.3C0 fr. environ, pour monter son
ménage,
Cl'ozon
Mort tragique du Père Herjean. — I.o
mutin du 21 octobre on était venu appeler lo II.
Père Ilerjean, supérieur do la mission de I.lninga,
dans rouhanghl, auprès d'un mninde atteint de
la maladie du sommeil. Aiissllét il donna l'ordre
de cbauUor le petit vapeur, puis partit pour accomplir son ministère et essayer do sauver co
niulheurouz s'il en étuil onoore temps. Lo village
n'était qu'A environ 2 heures do la.Mission et le
voyage se lit sans encombre.
DéJA lo Diata (nom du vapour) allait accoster
quand II heurta un dn ces ti'onéH d'arbre si nom''r.Mix sur los rives du neuve; le Diata, qui
I lélait pus eucore lesté, vioiomment ébranlé par
.1 secousse, s'inclina brusquement ; tout l'équliiago, pris do paolque, se précipita du cflté opposé,
il n'en fallut pas davuntugo pour que co brusque
mouvement fil chavirer le hatonu, qui coula A
pie. entraînant aroe lui tout l'équipage.
Co fut un sauve qui peut général et chacun
n» songen plus qu A gagner In rive.
IJI l'èra Ilerjean, très bon nagnur, parvint vite
H .s'accroelier A une imiuelie d ulire. Se retour
nant alors, il aperçut un de ses ninimes entraîné
par le courant, très violent en cet endroit N'écoiituiit que son dévoueinont, le iion Père n'Iiésitu pus A sn lancer A son secours. DéJA 11 nvalt
utlolnt le mulhouroux qui se ciamponnn désespérémoiit A lui. Muis lu Père, ijêné duns ses
mouvements parla soutano qu'il n'avait pus pris
lo temps d'enlever, épuisé pur la violence du
couruiit el aussi pur l'émotion, dispui'ut dans les
eaux. Sou courugo uvuit été au dessus do ses
forces. A co moment doux liommcs de l'équipage
voyant le Père on danger, se Jetèrent A l'euu
pour aller A son secours, muis il était trop lard :
Tous les iilforls furent valus. Le bravo Père avait
donné su rie pour ses onfunts.
On ne peut s'Imuglner la terreur do ces pauvres
noirs, qui restèrent lu longtemps, comme nhurls.
suns parole, le» .veux Usés sur les nota qui leur
nvnloiit rnvl leur Père. Lo corps ue repurut point
A lu surface. Il fuliut bien se décider A repurUr ;
el désolés, lis revinrent annoncer la triste nouvoilo A In Mission de Llrango, où ce tut uno
nouvelle explosion do cris et de douleur.
Cependant 11 faiiuit essayer de retrouver io
corps. Ort envoya do tous côtés faire des recherche». Co ne fut quo le soir du qiiatrlèinn jour
qu'on reirouva le cuduvre retenu au milieu ilos
racines d'un nrbre. Ou le rapporta et on l'Inhuma
pieusomonl dans lo cimolière de Lirangu.
Au moins le cher Père loposera-l ll au milieu
de ses enfants, pour iosi|ucls il s'est dévoué Jusqu'A la mort,
Mais c'est une perte immense pour lu Mission
do f.iranga, dont lo Pèro Ilerjean étult l'Ame ;
aussi ne pourra-ton Jamais comprendre les regrets qu'il laisse après lui.
§51
A VENDRE I I S Î ; , " ^ ^
u Plonéour, ft l'ouest de l'église, avec remise, hangar,
cour ot Jnrdin.
Kntréo on Jouissance au 50
mal 1017.
Mise fl prix : 7.000 fr.
S'adrosscr audit .M' Sulailn
CABINET DENTAIRE
Hretl, 32 bis, ruo Travme
(coin do la rue do SIniu)
Docteur J. M A I L L I U
Chirurgien-denlislo
de la Faculté de Paris
E'x-chof du aorvico dentaire
ù l'Uùpilat mni'ilinio
ExtrnotlouH
NoIuH ot poMc du dentiers
ON PAHI.H HUHTON
DANS LA MAISON
U
l o i 2 fermas da S e r f ï i 7 i l
et les
3 fermes de S e m i v e i
l'our tous rcnselKuomonts
s'adresser a
_ M" Ooffroy . .
Uanguy dos Désorts, notalros.
J.-B.
m B O U l
Ghlrnafflan-DenUate
MpMB<d«lirKiliéil«IU«diitil«Pirù
MNiVLTATIONI TOUS 1U40UBS
,
de U 11. a II h.
Saui l« saowdl *t dlmtnoba
Tire lo* dents sans douleur st
pose des dontiart artiaolsli
MALI M »n»roN
«4, rue Malrlo, BREST
Ktudede
notaire
•«ur.
A
REINS FLOTTANTS
/
JE GUERIS
LA HERNIE
NouveUe Méthode de Ch. COURTOIS
Professeur herniaire «le Paris
S i a , K,us dea Pyrénées,aiJSa
d'inforoicr nos
.c.n .s.
! N ui-ur.
lecteurs du procliain pas.sago du proiesHem- COIJRTOI.S. Nous vous rappelons
qu'il est le Meiil spécialiste qui icarantlKKe In Kui'riNon par éerit et nous eiigaereons loule» les nersonncs atteintes de
iiornies, c l f o r l h , deHcciitCM, à aller la
consulter de 9 b. i 3 h., 4 :
Chaienuiieiif - d i i - raou, samedi C janvier, liolel du Midi.
KIIKST, diiiiai idie 7, uimaiicho li, d!m.-in>
che 2t, IwteK'ùntinental.
I.anderiienii, lundi», lifitel de l'Univers.
St-Pol de Léon, mardi 9, hOtel Mêliez.
I.MiiiltvlHlaii. mercredi 10, but. Coiii iierce,
Chflteaiilin, jeudi il, iiOtci Graïui'Mais m.
I)ounrnene%, vendredi 12, hot. de Kraucc.
Morlaix. samedi l;(, iiOlei lio'/.eiiec.
IIHI'.ST. diinaiii'iie M, dimaiioiie 21, IiOtel
Ooiitiiieiilai.
PIoiidaliiiéKcau, lundi 15, liMel de It;etagne.
Pont .Iveii, ni.irdi 16, hOtel.i: 11 .
Conenrueaii, mercredi 17. io: el
Praiice.
Poiil-l'Ahlié. jeudi 18, hôte, les Voyageurs.
Qiiliiiperlé, vendredi 19, liôtel du Coraluerci'.
Uuiiiiper, samedi 20. hôtel de l'Epée.
Httlisr, dlmaiiciie .'1, hôtel Contiiieulal.
I ..>:i>-v..ii iniHii
i„-,i •M(.s Tr.>i.:-p;n"r<i.
CEINTURES
VENTRIERES
ANATOMI9UES
POUR REIN MOaiCE
D E S C E N T E da M A T R I C E , b . V E N T R A T I O N
HERNIE
DeiiianiJtjz le « Courrier du
Finistère » dans toutes les
Bibliothèques des Gares du
EPICIERS
Maison Française (Fondée en 1858)
r
Grands Magasins d'habillements
THIERY&SIGRÂND
Vêtements
Confectionnés
pour
et
sur
tiommes,
Mesure
"IMiTrTnCO do CATALOCDB^-l-lhzOKEO k ÏEZ KAOZEET
IDtudede M* A n d r i c u x , licencié en droit, notaire au Conquot.
Les p i j j e la Feiome
A LOUER
La telle eupioliailon rurale
La femme qui voudra éviter les
maux de tcte, la migraine, les vertiges, les maux do reins qui accom1 pagiient los régies, s'assurer des époques régulières, sans douleurs, sans
' avance ni retard, devra faire un usage
constant et réirulier de la
JOUVIÎXCE de l'nblxS Soury.
Do par sa constitution, la femme
Exijir CI pgririlt est sujette b un grand nombre de
mai.i'liesnul proviennent do lainauvalseclrculr.tlon
du sang. NIalliour à celle qui ne se sera pas soignée
en temps utile, car les pires maux l'attendent.
A VENDRE F f ^ f i - œ :
talro, en l'étudo.
Le lundi 8 Innvloi* proobaln, a doux heures.
La Métairie (le Lestouam
en Plobannaleo (tonuo I>rlmot, père).
D'un revenu de 1.750 fr,
„ Prahoat,
Mlae tk, prix : 40,000 fr,
JaU, luooet»
BaBTijwuOaaaiagtd
Av. n a d l a U BaadaSi
mesT,
f i , ru 4.<0U<li<m
, *rrffifîrrfffffffr
((
,
n
im:
La
Trois Pièces de lerre
dites Goarem-Kergréach, con-
ten.-int iieclares :i'.' ares
cent.
.Mise !Ï prix : 2.0110 fr.
.Sixième lot. — lin 1» coin
mune de l ' I o u é d e r n , bordanl
la route de Kerroiland à l.esloucb,
Dncloiii'li.COljlKLI.N
Ohîfurgion'Dontiate
De h Facull:- ./<• P.ins
£n face la place Latour d'Auvergne
Cciinltitl:u tc9!l. iOiL
rt lîr rtnl«-T:5i
etincllonss.jns doultur
ùenttersff.irantissurftct:jre
Pri* modérés -:- On mr'e h-e'-i
Goarem-ar-Cliandy
et Qoarem-Tian
contenant i hect. Oj ares 90
cent.
.Mise à prix : 1.000 fr.
Clause de réunion pour Io
•!• H le ()• lots.
Le tout est loué aux rmisorts (Juéiiégan et époux Paugam, jiisqiiau 2!l sopteinlire
l'.ÎO, inovcnnaiil I.SSO fr. l'an
el les iinpr.ts.
.S'adresser pour tous reii.solgnenioi.ts, i M' Henri des
Déserts
SÂLON
LOUIS
La langue bretonne
en 40 leçons
p.ir I". V.ALI.IOi'; '
;l fl-, ; :» fr. 2ii franco
Imprimerie Saint-Guiilaiinie. Saint - Uriinic et
cin'Z lous les iibr.ures de
Hrelagne.
KV
88, rue Jean Jaurès
Schampoings et Coilîurcs i touie heure
Urest. — linp. du « Coiin ior
du l'inistére», r. du Ciiâteaiii,
|)/i|i/||| A Pont-i Aiibé. pai-aL ( I U U , , | „ | U v e r t , nianclie
gravé : Solaniie. Happortor
mairie l'ont i'Abiié. If fr. récompense.
gérant : V. GlîOiîCiCI.IÎI.
ka6r
Louzou evit kaout kroe'hsa
Andrcin-kig, nndeb:-ou. i'p.j; oil gienvêjouail arc'iiroo'hen,
avez pareet e berr-a'v.zer gant ar
eeuPEAU'
Ar merc'iied a c'Iieii lloiiraat ar c'hroc'hen war ho bizaj lia
Uaout iiou Ilainm en cur ober iiiiplij euz an dicn-ze ; mirout
a raouz ar c'Iiroc'hon da zond da rida lia lias a ra kuit zoiioa
ar ridou, ma'z euz aneziio dija.
Ar stantilioun : l î gwennak;
Ar|vocslad : 0 reai ;
An hanter-vocstad : !i reai
ne oll AoKt
apotli^erezou.
eo gant an Aotroa MORSUl he-tman
Araokoberlinidljeuz.m dieii-ze.e ve mad en em gc'whlia
•nt NAotin Relpeau t pevar r.'ul a.i tam.
P H
A
II M
A
C I
I:
Du Ooebur en Pharmacie Th. MORESL
Lm*Ȏmt
do
L
1 AR
i'AomaémUm
A. I T
ROTj^
R ) TB H I T
DEUZ
AL
«to
Médmoiitm
33 >L TT
ZK>UZmaR
UUMWUCIN5 M 0 R 5 U U
M
M9ilïtiu»
& t e n u nitiMtni4
comprenant
ant : uno maison d'haiiitafion avec étage, une crèche à vaches, une grange neuve, Issues et dépeiidauces,
terres de diverses natures,
contenant It hectares lii ares
80 cent.
Mise ù prix : l.î.OOO fr.
'rroi.iième lot. — En la commune de l ' i o u d a n i c l , au terroir do Lestréonnec,
dites Landlvlgou, contenant
•J hect. 07 ares 40 cent.
Mise à prix ; 1.200 fr.
Cinquième lot. — Kn la commune de Plondunlel, au terroir de Lestréonnec,
La Belle Rouenoaise
Cbiooréo garantie pure.
I n corps de Ferme
Deux Pièces (le Icrre
3
Etude do iM* Queinnoc, notaire t Pont-I'Abbé
au lieu du Hcsl, comprenant :
une maison avec étage, deux
écuries, une soue a porcs,
une crèche ù vaches, uno
grange neuve, issues et dépendances, terres de diverses
natures, contenant i l liect. 77
.1res '.'0 cent.
•Mise a prix : |/,.1!0() fr.
Deuxième lot. — A u mCme
lieu du nest.
Deux Pièces de terre
est composée de plantes inoHenslve>i sans aucun
poison, et toute femme soucieuse de sa santé doit,
au moindre malaise, en faire usage. Son rOle est
do rétablir la parfaite circulation du stiiie et décongestionner les différents organes. lîUo fait disparaître et ompCclie, du même coup, los maladies
Intérieures, los métrltos, ilbrOmes, tumeurs, cancers, mauvaises suites do couches, liémorraKles,
pertes blanche», les varlce8,plil6blte9, hémorroïdes,
sans compter les maludlcs de l'estomac, de l'in' tostln ot (les nerfs mil en sont toujours la conséucnce, Au moment du retour d'Rge, la femme
evra encore faire usage de la JOllVEivr.i;
de l'abbé SOUllY pour se débarrasser dei
chaleur», vapeur», étoullemonts, et éviter les accidents ot fes Inllrraltés qui sont la suite de la disparition d'uno formation qui a duré si longtemps.
La JOUVENCI'; do I Abbé Soury se trouve dans
toutes los Pharmacies, 4 fr. • • le flacon 4 fr. «U
franco. Les 3 Ilacons 1 1 (r. » • fr.inco gare, contre
mandat-posto adressé Pharmacie Mnt(. Dumontier, àRouen.
(NOrlCE CORTBNANT nBNSEtOMSUBKTS ORAnS)
Oblrurglen-Dontiste
D« Il ruulU di IMieini di Pirti
It, nu Omit «t 3, n i la Ku
MORLAIX
niiÇOIT TOUS LES jovns
SpklaiitiSs d'appareils dantairos
perfectionnés sani plauuei.
«ans crochet» et sanssiiccion!.
Bstncllons sans doultur
CimulliUoiu inUiilN - On ptrii bnlH
ADJUDiGATiON
bo 4 Janvier lit 17. li uno
lieiire et demie
En l'étude de M- Danguy
des Déserts et par son ministère.
Premier lot. — Un la commune de l'IoïKlnnlcl, prés de
Saint-Hioi, et par extension
en la commune de l'Iouédern,
Goarem-Goullou, contenant 'i
hect. ÎO ares 40 cent.
Mise à prix : !t.0»0 fr.
Quatrième lot. — Kn lacom
mune de P l o u d n n i c l , au terroir de Lestréonnec,
La JODTENGE de l'abbi SOUBf
C. MANSERRE
Ktiid^ de M- Henri r>nnKuy
«( -M l)<?«orln. not
notaire à Land Tiieaii.
Un corps de Ferme
J ^ u n e s ^ e n s ^ ^ n j a n t s
'^MAisqH^Rioo^^
VENDRE
ferma de X o g n t r o o r i u
CHUTES DE MATRICES
Les Eirennes et la Guerre
de nie QuÉénis
En Lo Couquot
Tenue par M. Haguéiics, et
consistant en terre de culture,
et surtout en la récolte do
goémon do soude.
Contenance totale : 47 lieclitudos do M- Gollroy, no- tares.
Gros lidnénecs annuels.
taire à IMouescat et do M'
Lo fermier actuel se retire
Danauy dea UéaortM, noaprès l^ortuno faite ot consentaire Tt Landornoau.
tirait it céder son mobilier et
son matériel.
S'adresser pour tous renselgnemcnts audit notaire.
K L'AMUIII.G
Kn la commune de SalntVouRay «
A
HËRÉiES
D É P L A C E M E N T des O R G A N E S 4>
la I Araok mont da gaout n'eu/, fors |iloii
bennag .1 vije, deuit da iVliouienii va c'iiuzul.
Me a 7.0 eur spécialiste eu: /'«ris ; hag
abaoue hirr ainzer ma cvcsaan eu/, ar
C'hlenveiou, uni bouz gweiet liai/, ail dalc'het cl Icac h ma 'z ocTi dalc'iiet. Va lealded a zo aiinvczet cr vro. a redau ineur a
vloavez 'zo. Dioo'htu e lavarin d'iion'h lia
c'iioui a c'iiell beza pareet po n e c'Iielilt
Uet.
Ma c'Iieilit lieza pareet, oc'ii lieulia va
c'Iiuzuiiou e vezo dillvret da viiten euz ho
poaii.
N'e c'heiler niverl an dud am beuz pareet ;
mes n'tuna ket ar c'Iiiz gan-oii da eniiiann
va burzudou ; liag o tout d'ain c'haout ii'o
lezo aoun cbed e teuleii da roi da anaout
loc'h liatio da zen ail.
Kemerit mad va liano. liag evil mail, pa
zeuoe'h (i,i giask kurzul, gouieiiiiit difazi
an aolr. I I I T T E L .
Kavet e vcziu, 0 :
I.uiidiviKiu, iiierc'her 10 genver, IlOtcl
du Léon.
Poni g'u.Vbad, laou, II, Hi^tcl du Lion
Q u n i i M c n
d'Or.
UouarncncR,
gwenor 13, llOtel de l'rance.
L'.iliondàiice des malicres lions oblige A
Monfi-oule;:, sadorn 1.?. iintel d'Hiirope.
rmtellre nu prochain nnmôro le compte
ItrcMl,
RuI
U,
ein bureo evit ar vro.
vendu de lu conrérenco do l'abbé Wellei-le.
r u ICuiile Zola (dirag ar Oiiainp de Uataiile».
Concours d'animaux reproducteurs. —
l.eKnevon, lun 15, HOt. df» Trois Pilier».
TAUUB.VUX, nACK roRK Dr. consouAii.i.iîs :
coKnM<el-I>nol, meuru ili, llOtel Mimez.
tiforie, taureaux n'ayant en- honche aucune Ar l'aoïi, merc'her 17, llOtel Le l'âge.
dent de remplaceinent ; 1" prix, 80 fr., M. Hén:ic,
l'ont-Krouy.. iaoïi 18, Ilot, de.» Voyageurs.
do Hog Mell, en Kouesnant; 2', 70 fr., M. CorenKeinpefle, gwoiier 19,HiM.du Couiiiiercc.
tin Doaré, du i'iomelin ; 3", 60 fr., M. Jeun-Louis
Kcrapcr, sadoni
llOtol du l'are.
U Houx, d'Krgué.lialiérlc ; i'. !i0 fr., Mme Pernès,
KaHtelliii, sul 21, UOtei (iraiid MaHon.
de l'ioiiéis ; !!•, 40 fr., M. Hervé |-eunleun, d'KrU w l l a t i i i e z c , lun '22, lli'itol de liretaguo.
gué Armel. — Prix supplénieiilairo : 40 fr., .M.
•..aiiveoc, inours
e ti l'enim^ .Moufort.
Lo Dé, do Driec.
I . » i i n l l l s , mei'c'hor 'M, HOtei Lagadec.
2' cati'gorie, taureaux ayant deux dents de
l'IoiiKttKlel-UaoulaK. iaou 24, iiOtel du»
remplacement : i" prix, 80 fr., M. Hervé Feun- Voyageui'8.
teun, d'Krgué-Armel: 2-, 70 fr.. M. Le Comr, de
Kuiik-I.eoii. gwener 2C, lu'itol do llrePoniiars; 3-, 00 fr., M. Le Dé; 4-. KO fr., M.
Alain Fountoun. d'Krffiié-Armol : :i',40fr., M l-e
L o l i o i i r n a n - L c o n , eadorn '27, liOtol des
Doaré,—Prix Bupplémentuire, 40 fr., M. Jean- Voyageur».
Louis Lo Roux.
Iti'OHi, .sul 28, em bureo, 35, r u U. Zola.
I.PKîipven, lun '.'9. iiOt. de» Ti-ols-Piliors.
• (;i„\S.'iK, HAIIK IllinilAM m Un01SR.MK.MS Dlveil'i.
— 1" catégorie, taureaux au-dessous de ï «lis, OuKtillou crit eeuna ,ir r lutfou diforchet.
sans dents de remplacement: I " prix, 7îi fr.. Izih ac liiz uwella cnit ai- ce 0 deu: Uollet
M. René Pornès, do Plonéis ; 2-, liO fr., M. Lo eun e:el beniialt.
Dé; 3-. 30 f r , M. Le Doaré.
Hureo evIt ar vro : iUTTIîr^, S.i. rue Kmlle
.1' catégorie, taureaux de t à s ans, aijant Zola. Hrest.
deux dents de rempiacemeni : prix : "S Ti'.,
M, Ouiliumet, d'Krgué-Armel.
D*mmnd,, I H O N T R B 8 . B I . I O U X
A
Esi'ti;:: POUOINK. - - Verrats âges deOù IS mois :
^ ^
PENSULE8, ORi'ÈVHEHIE, A
!•< pri.>!, 011 fr., M. Jeun-Mario Hannou, d'ErguéGubériu ; 2\ 30 fr., M. LouiiouUn, de Lundré- G . T R i B A U D E A U r . k r r i . . i M i t B E t A N ; o i i ^ :
variiec: 3', 40 fr., M. Hérililu, d-f^gué-Gabérlc ;
4-, 30 fr., M. Lo C(i>ur, de Penhars ; ti', 2iJ fr.,
Irlnt I toit iclut. FRAICB TARIF IllDITRt.
M. Itenô l'ornés, do Plonéts.
tude, bc lundi f tl Janvier
11117. h uno lieuro.
UNE MAISON
propre à tout «ommerce, sise
Peut-on se GUÉRIR
(12 fr.). Tjes immortels Voyage» e x t r u r M '
naipc* de Jale» Vorne, où le grand ronuacicr s'est révélA le prophète des tempo mo'
deraoe. seront lus et relus par tous, ainsi
que les Romms nationaux d'KrckmftnaCliàtrian, dont une tré» belle édition illuati-ée iCfr. le volume relié, vient de paraître.
Parmi les nouveautés pour la jeunesse, fl
convient do signaler Le Hoy-Scout de la ltévanche, par .lacqiiln et Fabre (relié : 10 fr.);
Filleul de Merlin, par G. G. Toudouze^carf.
2 fr. 75|. De» ouvrages sur la guerre : Ltt
guerre moderne et ses nouveaux procèdes,
par .MM. Iteilol ot D.-irville et Pourquoi la
guerre'f comment cUe se tait, par Toutey
(cliaq. vol. relié : .S fr.). Un volume inédit
de la célèbre Hibiiolliôque rose : Petites
tailles et Grands c<rurs, 1911 ! par Mlle H.
Olraldoi. (relié : 3 fr. 50).
Kniln, lies albums pour les enfant» : la série des HuKter-lIrown (l'album : 5 f r j ; jDes•sinoiis )!o« poilus el nos alliés, par I'. de la
Nézlère 2 fr.l ; />li« livres indéchirables imprimés sur toile pour les tout petits.
Ces ouvrages sont en vente à la librairie
Hachette ot C", Paris.
Locliid)
V o l et Incendie. — Kn rentrant après une
courte ab.5ence, Mme Curiou, commerçante A
KergolT, s'aperçut que les rideaux de son lit étalent
en fou. UrAeo aux secours accourus, ce cominenci-nienl d'incendie put être nrnHé. Mnls ensuite
Chutes de Matrices
Mme Cariou constata la disparition d'une somme
CHUTES DE MATRICES
do 700 francs contenue dans uno urmoire. Il est
l,a X.mvplle M<««l.oilcdo .M. No.'i mCA supposer que lo voleur, son geste accompli, Micntl-:.
liabile sprciailsle iieriiiaire d.- 0 £ P L A C £ M E N T 8 DES O R Q A N E S
voulut écarter tout soupçon on mnttant lo feu A I':»rlf», est i la
seule qui procure sans tr»''"»"
.\n !>islieini Hiiii/.i-li.>... Mr.' ar poala maison.
ni liiferriipUoii de IrftvntI un K O I I I H K C - iiiou a ra gouzanv ha dre lie greviisted a zo,
Tréboiil
inont Imint^ilinl el la Kiif'riHon de» ln>r- .1 di .1 zur, ii iaii eir/. hrasa maieuriou an den.
descente» les plu» grosses et le.-i lia var lahourerlen an douar drei,stM o r t d'une centenaire. — Mme veuve Ro- nli's ou
aiieier.nes, ooniiiie lo prouve cette .at- cdl CO c slio, aliai.Tinour d'ho labourou tenn
bert, propriétaire, avenue de la Gare, A Tréboui. plus
testation
.'s'ajoiitant aux iiombreiiHPH KIK'- ha Uaiet. Pebes kelou mad eo bet evit au
vient do mourir A l'égo do 103 ans. Lu commune rtMoiiN «lifeniieH.
dud iieiz ZI' idcvout haiio euz Méthode
do Tréboui était nère de posséder cette vénérable
St-Pons, Il septembre. I.KitOV. PariK, a deu, hei) jcnamant ebed,
centenulro, dont in verte vloiliosso faisait l'adhag tiep elieneh ar boazamauchou, da gas
mirullon de t lUs les babituuts. Jusqu'au dernier
M. Noël DK.MI^LitE,
kuit an iIlNkeiin-bouz.elloîi ha d'ber pamoment, douée d'uno mémoire prodigieuse, elle
...Je Boulfral» d'uno iieruie très dange- l'ca a-grenii, evel m'a deuz lien di.ikledot
nimuit A raconter los faits sensntionneis qui s'é reuse.
.le suis aii.ioiiiment souiagi* après Miiilierou a lizori euz seurt hen-ma ;
Lopérec
.Jent déroulés duns sa prime Jeunesse. Kile
Inoendie. — Cn Incendie n délniit, A Crois- étult entourée do soins pur sn niie, Mme vcuvo avoir suivi pondant 2 moi» in .Mi'llioile d<'
Aotrou I.ero.v, Taris.
M.
NoCI
Demeiirp. .le lui exprime toute
sant-Kervinic, uno grange et uno souo A pori s, Driol, Agée de 82 uns.
ma reconnaissanee et le reooniiiiaiide à
N'e oiii'en lin iruerckaal awalc'h, rak ocTj
ainsi qu'une meule do pallie, nvcc divers inslruKn 1870, les trois llls do Mme Robert tombèrent toii.s ceux qui soulirent. P. KAliKlC, direclieiilia lio iiK'lhnde iiiirxiidux cz oun pa«
monUs agricoles. Un pore gros périt dans li's nu champ d honneur. Au début de lu guerre teur de l'école libre A KaIii(-l*»nN.
reet a tîreiiii euz va disUenn bouzolllainmes. Les époux Donneu évaluent leurs per- actuclio, te mari de sa petite IHIe, le capitaine
Oiiaquo jour, M. Demeiife reçoit de»
tes à 2.000 francs.
Dovuux, bien qu'Agé do 62 uns, reprit du service leitres de remerciements de jn'rsonucs wou- tou, am gwaske ao vioa/, a ioa.
5 kerzu !91C. itniiJ.N'\NT. François, euz
et lut blessé assez grièvement en Ilelglque ; les Inaf'ew et Buc'i'IeK pur ha itu'Ilioile.
a ltloii((oiilin (i-'inistère).
QuéinCîtiévCTi
trois liis de co dernier partirent également dès C'eiit doue avec la ferme eniivietion d'^le
début
des
hostilités,
l'un
d'eux
(ut
tué
sur
lo
Coude kement ail , plou a varc'iiato
M o r t de M. le Recteur. — M. l'abbé PrI - champ do bataille ; on est sans nouvelles d'un li'o «iMlc A nos leeteiirH que non» leur
gent est mort, lo 21 décembre, dans lu paroisse autre et io dernier, muréchol des iogl» au 88" d'ur- coii-eiilon» il aller voir on toute eouliuuee c'hoaz •! O talea peiioc'li, e teiife da veza
ce ^{l'niiil HuéeinllHte »i l onnii et si aimé lie vourreo iio-iinan. Hak-se ez ouip eudont il n été lo rectonr pendant sept uns.
Aimé de tous, il a été enlevé brusquement A tilierlo, estuu front depuis 30 mois. Les obsèques dan» notre région, qu'il visite depuis plu- riiz da geincii d'Iioii ieiinerien e teuio a
rievez an aotr. LKIIOY, 75, faubourg Saintsieurs année» et qui recevra A :
raltection do .ses puroissiens qui io regieltont do Mme Robert ont ou lieu dimanche.
unanimement.
HreKt. dimanche :il décembre, lundi 1" Martin, PîiriH. da ilremen enn lion touoz,
bag
e tigemei'o lie-iiiian : goazed, merJanvier,
hotel
de
l''rance.
Sosobsèquosonteu lieu samedi. A Quéméuévon,
HoClan
au milieu d'un grand concours de Udèles do sa
Mt-l'ol «le l.éon, mardi 2, iiOt. de I-'r.mco. «•'lied lia biifïale C'houi iiag o peiiz d!sRécompense. — M. Le Matelot, patron au
paroisse et d'uicutour qui, tous, l'estimaient et
LaiitlIvlHlnu, mercredi
iiOl. du Léon. keiiD-l>on7.elloii, ne gemeril ket ar meappréciaient sa houté, si ehurité. son réel talent bornage, a recii dé l'Acadihnle française un prix
Chilleaiilln. jeudi 1. liOt. Oraud'Maisoii. ,lisin-niaii evit eun ail, hag il d'ho gaout da:
Moutroule/., sadorn 9 kerzu, hotel Bûd orateur. Ou aimait Aontenilrgsu purolo chaude' do mille francs, pour sa inélhoJo pratique do
Qulmpei'ltf, vendredi 5,h01.du Lioii-d'Or.
et convalnouute. Il prêchait si bien I et II avait dëterminutlon du point près des côtes.
Cnrhalx, dira. 7, hi"(t. 'l'our-d'Auvergne. zeilec. dirag ar gar.
Pont'iiAiiad. iaou i l genver hOtel des
un vrai plaisir A faire entendre aux populations
Uouariiene/., lundi 8, iiCd. de France.
Voyageurs.
les vérités étornoilos.
tonearnoaii, mardi 9. iiOI. de l''raiice.
DoiiariieiieT:, gwener 12, hôtel de i''ra!ice.
Qiilmper, mercredi 10, iiOtei du Parc.
11 s'en est ailé, emportant avec lui l'affection
.Montioulez, sadorii 13, hôtel liozellcc.
Luiiiiion, jeudi 11, liOtcl de i'raiice.
de tous ceux qui l'ont connu. Son éloge est sur
BANQUE DE FRANCE
nreHl, sul II. Iiôii'l Continental.
toutes les lèvres. A ïréiar.é où il a laissé un souGulng;aiiin. vendredi 12. hftt. Commerce.
A
V
I
H
nux
porteurM
de
l
i
t
r
e
s
EHpiiKiioli!!
LeMiieveii,
lun Is, iuMel des Trois-Piliers.
venir Imiiérissabio, ses nombreux amis ont ver.«é
Morlalx, samedi i:i. iiOtel de la Poste.
et ArKcntIus
Kastel-Paol, meurs 10. hôtel .Mêliez.
dos larmes A lu nouvelle do sa disparition. Sos
L o r i e n l , diniuncbe 14, iiOl. de lirctagiie.
I.uudivlNlo.
nierc'licr 17. hôtel du Comparoissions l'ont pleuré également.
Demeure 52, boulevard lî. Quinet, l'aris.
La lianque de France reçoit,pour lo compte
merce.
Après le service funèbre chanté, loi, pour le du Trésor, sons (rais, i Paris, nie MoiisiPont-Kroaz. iaou 18. liOt. des Voyag.
repos de son Ame, son corps, A la cruolio décepIveiiiperle, gwener 19, iiôt. riu (;ouiuiere.e.
tion des habitants, a été trunsporlé dans sa terre et dans sesélAlisscments de Province, le.»
KaNtehtevo/.. sadoni -.'il. li'M l:.'li. v.-.
natale. Il repose malnlenaut, suivant son désir, "très destiné» à être prêté» à l'Htat.
Si, malgré la guerre, l'aiinable tradillon
Les
préleurs
reçoivent
iciie
boni/ication
de
dans le tombeau de sa pieuse mère dont il pardes étrenne» n'a cessé d'Ptre en iioiinoiir.
lait toujoura avoo émotion.
c'est surtout do beaux livres et de livre.» ii i 25 OiO du revenu annuel.
Daigne Notre-Dame do Kergoat, qu'il aimait
Dans la liste de» titres ligurent iiotaiii- les qu'on fait cadeau, soit pour distraire it.-.->
tant, héter son entrée dans lo séjour des blon- mout : la rente extérieure espagnole 4 ii|0, heures d'iuacliuii des soldat» et pour occuhouroux I
les actions et obilKatlou» des «ompagnios p.!r les veillées des familles, soit pour IntéOn pourra graver sur sa tombe ot, — personne de chemin» de fer du Nord do l'iîspagne et resser et instruire la jeunes.se.
Les Mcrceili''^ ,/,, la I-'rance, Les Mei-reil.
de Madrid à .Saragoase ot à Allcante, les
n'y contredira, — ces parole» ;
rente» de la Hépiibliauo Argentine 1 (i|0 les du Monde (clia |ue volume relié : 2=) fr.
Transiil bme/ecuiido.
se
re( Oiniiia;nic..; j l a fol» à peux oui ai.m m
11890-1897-1900),-1
H'ioiO
intérieur
or
1911.
5
0|0
neguieacaf in pace. Amen.
1881-1830-1905) Inténeur, 1907 liitéiiour or, les arts et les voyages. La route de l'air, do
HU'J iiiiérieur or, les céduio» iiypotliécalres M. A. Hergot, nous Instruit sur les mer- F i n i s t è r e .
Ploiléfçat-Gueraiid
argentine» 6 0|0, etc.
veilles de l'aviation et do l'aéronautique
Prix do vertn. — L'Académie Française a
décerné le prix Kcliullé, do lu valeur do !iOO fr.,
A Mme veuve Saliou, do Plouégat-Ouérand.
dn Vorrf. Tht». Cttcaol. Ch.-^eoloU
ou* m'»il»'»uni nri*.Chirorrf
NOS CAFK» lorrAfl*» fi r^i'^pHon d-i rommandca onl [9 n>i ium
IH-niiAlIX. USIXI.S I.T KNTnKl'OTS
PIounçoiiliii
Ufurre fxtra-fln en tnotrer. en paquftt ft fn bo'tff, \ ffCAFÉ DES ALLIES 48,
Rua d* niAISTRE. PARISlIl.^)
moui$tux, ITuiU, Ugunitê
t(c.. etc. - Lcih-e «
l i a foudre. — Au cours d'un récent orags.
(fuinL'ttinii, lo 'i'2 novem'
bro iUlB,
Le Hocemir des Domnines,
X, UliANCiUET.
Ktudo do M* René Snladn,
notaire tt Plonéour-Lanvern
la (ondro a tué deux vaohes à Mme 1>lroa, de
Brennentoe. Cotte dame, qui était occupée à
ohauDer de l'oau, fut précipitée dana la marmite,
tandU qu'elle recevait (ur la tête des pleires
arrachées t la cheminée. Deux petits enfants
qui (0 trouralont dan* la maison, furent proje
tés dehors dans uno mare d'eau, mais n'oprou
vèrent ancun mal. 4,o nulde cassa en outre In
enleva une partie do la tolturo, et brisa
{londule,
es carreaux de la fenêtre.
'
Au Croissant, l'uppareil téléphonique do M.
Le Jeune, murchand de légumes, fut démoli ;
Le petit Le Jeune, 3 mis, éproiivu uno forte commotion A In suite do Inquelle son bras resta
ruidi pendant quelques Jours.
Incendies. — Un Incendie a détruit la maison
habitée pur M. François Combot, 71 uns, qui y 0
perdu su provision do pommes do terre et d'écbulottoo. ainsi que ses économies, monUint A1.300 fr.
On n'est pas loin do oroiro que cette somme aura
été volée, et que lo voleur aura onsulte mis io feu
A la maison pour égarer la Jusiiee.
— Un autre iDceadio a détruit. A Korscao. une
meule do paille, 700 kilo» de pommes de terre et
1.000 Idios de betteraves an préjudice de M.
Joan Mario I^ Hian, cultivateur.
Les allures de Louis Quéau, uperçu rAda;;t
dans les alentours, ayant paru suspects, le parquet do MoMuix s'est transporté sur les lieux et
a mis cet Individu on étal d'arrestution.
IMouzovédé
Mutuelle-Chevaline et Mutuelle-Incendlo. — Les .Mutuelles agricoles do la commune
tiendront leurs assemblées générale» le dimanche
31 décembre, A l'issue des vêpres. - Ordre du
Jour : compte rendu du bilan do l'oxorclce l'JI*> ;
rompliicemeut d'un commissaire ; payement des
ollsatlons.
imt
da BM^vaad. d'obcr iroad, da net4*d mr K«a4
' LonnuiU eti«t na daU bemaa «rit parsa aa doksa, ar«Hapladaiw,
aadrMHpIlTad.
An illiiHniMtillpMallontoaarfrwslhrarflMro'hta ha d'art)»
i i n UinnUWMIR; trwwl •» na vetont ket «ar ha sa.
Ai Htr^OIr.; \f% UU;^. tt fr tfo i boutalUMl MM, A I». t»
Aa aotr. Moreal. «««enraponkalM, a labdar Oaai ar coad, at
«'htMuh.aadlspotU^maaifNttf'MriMt.Ataant,
éterSSOA]
mmmmmm^mmmmmmrnmmmmmai]
Author
Документ
Category
Без категории
Views
0
File Size
13 479 Кб
Tags
1/--pages
Пожаловаться на содержимое документа