close

Вход

Log in using OpenID

afrique - kmeroun.com

embedDownload
CT010613-Une-20140811_10439-Une-20101013 Copier 10/08/14 20:23 Page1
Medical Certificates
Nécrologie
Forms In
Scarce
Supply
L’hommage
à Marcien
Towa p. 18
pp. 16-17
N° 10649/6848 - 41e année / 41th Year / Lundi, 11 Août 2014 - Monday, August 11, 2014 - Directeur de publication / Publisher : Marie-Claire NNANA - Web : www.cameroon-tribune.cm - Tél : (237) 22 30 41 47
400 F CFA
Etats-Unis-Afrique
La moisson de Washington
Le premier sommet du genre s’est achevé mercredi sur
l’engagement des deux parties à donner une nouvelle
impulsion à leur relation. Le président Paul Biya qui a
regagné Yaoundé samedi salue une parfaite convergence
de vues et souligne le rôle-clé que devra jouer le secteur
privé dans la mise en œuvre de ce partenariat nouveau.
Lire notre éditorial et les analyses de nos envoyés
spéciaux. pp. 2-8
Yaounde
Virus Ebola
Kribi Deep Seaport
Assurance du ministre de la Santé publique,
qui a également indiqué vendredi dans un
point de presse les mesures mises en place
pour prévenir l’entrée du virus au Cameroun
et faire face à d’éventuels cas. C’était
également l’occasion pour le Minsanté de
regretter la propagation du choléra et de
nouveaux cas de polio virus sauvage, malgré
les campagnes en cours. P. 16-17
Board members of the National
Ports Authority visited the site of the
Kribi Deep Sea Port on Friday 8
August and noted that while the port
is virtually completed, the 35 km
road leading to the port still has
work. p. 15
FCFA 10 Billion
Le Cameroun en alerte Access Road Still Under
Construction
For Three Projects
The Yaounde-Nsimalen Motorway construction,
Mimboman-Nkoabang road and the Shell
Nsimeyong-Biyem-Assi hospital works are, the
projects that will benefit from funds raised through
State bonds on Wendesday, 6 August in the BEAC
financial market. p. 13
P02_SPECIAL_P 06 politique.qxd 10/08/14 20:24 Page2
L U N D I ,
1 1
A O Û T
S PECIAL S OMMET E TATS-U NIS-A FRIQUE
2 0 1 4
Paul Biya de retour de Washington, DC
A l’issue du sommet Etats-Unis – Afrique, le chef de l’Etat a regagné Yaoundé samedi dernier
en compagnie de la première dame, Chantal Biya.
…Le président Paul Biya s’entretenant avec le président du
Sénat…
Augustin FOGANG
A
leur descente d’avion, le président
de la République et la première
dame ont tour à tour échangé de
chaleureuses poignées de main
avec le président du Sénat, Marcel Niat
Njifenji ; le président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril ; le Premier ministre, chef du gouvernement,
Philemon Yang ; le ministre, secrétaire
général de la présidence de la République,
Ferdinand Ngoh Ngoh et le chargé d’af-
… le président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril…
faire par intérim de l’ambassade des
Etats-Unis au Cameroun, Mathew McKeever. A l’entrée du pavillon présidentiel, le couple présidentiel a ensuite serré
la main aux autres personnalités présentes
à l’aéroport : le secrétaire général du Comité central du RDPC, Jean Nkuete ; le
secrétaire général adjoint de la présidence
de la République, Séraphin Magloire Fouda ; le directeur adjoint du Cabinet civil
de la présidence, Joseph LE ; le délégué
général à la Sûreté nationale, Martin
Mbarga Nguele ; le directeur général de la
… le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang.
Recherche extérieure, Léopold Maxime
Eko Eko ; le gouverneur de la Région du
Centre, Joseph Otto Wilson ; le préfet du
Mfoundi, Jean Claude Tsila ; le préfet de
la Mefou-et-Afamba, Mbemi Nyaknga et
le délégué du gouvernement auprès de la
communauté urbaine de Yaoundé, Gilbert
Tsimi Evouna.
Le président de la République s’est entretenu successivement avec le président du
Sénat, le président de l’Assemblée nationale, le Premier ministre, le secrétaire général de la présidence de la République
puis le chargé d’affaires de l’ambassade
des Etats-Unis. Pendant ce temps, dans le
salon contigu, Mme Chantal Biya échangeait avec les épouses de proches collaborateurs du chef de l’Etat.
A l’issue de la série d’audiences à 9h40,
le chef de l’Etat et son épouse ont répondu aux ovations de la foule de danseurs
déployée sur l’esplanade extérieure du pavillon, avant de prendre place à bord de
leur limousine, dans le cortège qui s’est
aussitôt ébranlé en direction de la cité-capitale.
Welcome Back Mr President!
President Biya and wife Chantal, landed at Nsimalen Saturday, August 09 on a direct flight from Washington, DC.
I
t was with great anxiety and satisfaction that the population welcomed President Paul Biya and wife,
Chantal Biya in the early morning of
Saturday, August 09. It clocked exactly 8:55 AM when the plane transporting the Presidential couple touched
down at the Yaounde Nsimalen International Airport on a direct flight from
Washington, DC.
The cream of the country’s top ranking administration notably from the
executive, legislature and security
braved the early morning cold weather characteristic of the Nsimalen
neighbourhood to welcome President
Biya and wife after a ground-breaking
participation at the USA-Africa Summit in Washington, DC. On hand to
shake hands with the President and
his wife at their descent from the plane were, the President of the Senate,
Marcel Niat Njifenji, the Speaker of
the National Assembly, Cavaye Yeguie Djibril, the Prime Minister, Head
of Government, Philemon Yang, the
Minister, Secretary General at the Presidency, Ferdinand Ngoh Ngoh and
the Charge d’Affairs at the United
States Embassy in Cameroon, Matthew McKeever. Other personalities
were equally present at the Airport to
greet the Presidential couple at the en-
The President with the Minister, S. G at the Presidency, Ferdinand Ngoh Ngoh.
trance to the Presidential Lounge.
Prior to his departure to the Unity Palace, the Head of State received in audience at the Presidential Lounge, five
personalities who surely permitted
him to measure the temperature back
in the country during his stay in the
United States. Those received in audience were: the President of the Senate, Speaker of the National Assembly, the Prime Minister, Head of
Government, the Minister, Secretary
General at the Presidency of the Republic and the Charge d’Affairs at the
2
The President with the Charge d’Affairs at the US Embassy, Matthew McKeever.
US Embassy in Yaounde.
The First lady on her part had a chat
with the wives of some top government and administrative personalities
headed by the PM’s wife, Linda Yang.
All these took place amidst continuous animation at the esplanade of
the Presidential Lounge from dance
groups from Mfoundi and Mefou
Afamba that had equally braved the
early morning cold wins to be part of
the event.
LUKONG Pius NYUYLIME
C A M E R O O N
The first lady, Chantal Biya with wives of President’s close collaborators.
T R I B U N E
P03_POLITIQUE_EDITO DG_P 05 politique 10/08/14 21:34 Page3
S PECIAL U NITED S TATES-A FRICA S UMMIT
Editorial
M O N D A Y ,
A U G U S T
1 1 ,
2 0 1 4
Afrique-Etats-Unis : une seconde chance
Par Marie-Claire NNANA
E
n 1993, un nouveau président, Bill Clinton, que beaucoup d’Américains comparaient à John Kennedy, tant il faisait rêver, prêtait
serment. Est-ce seulement parce qu’il était démocrate, jeune et
beau ? Toujours est-il que la réplique sismique se manifesta à des
milliers de kilomètres de là, en Afrique, au Cameroun en particulier :
une délégation du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) composée d’hommes d’affaires, d’élus politiques, d’experts en stratégie, et de journalistes, fut dépêchée à Washington pour
vivre de près cet événement historique. Ce rêve qui pouvait rejaillir sur
l’Afrique ! Conscient de ce qu’il devait aux électeurs Africains Américains qui l’avaient plébiscité au-delà de toutes les espérances, Bill Clinton conçut avec son administration le plus audacieux des programmes
de coopération avec l’Afrique : l’African Growth and Opportunity Act
(AGOA), que l’on pourrait traduire en français par la loi américaine sur
les opportunités de croissance en Afrique. Les Etats-Unis ouvraient les
vannes de leur énorme marché à des dizaines de produits africains, sans
restrictions quantitatives ni douanières. Une quinzaine d’années plus
tard, le bilan est mitigé. Ceux qui en ont usé intelligemment, peu nombreux, en ont tiré des profits colossaux. Les autres s’en mordent les
doigts : ils n’ont pas su s’adapter aux exigences du marché américain.
Soit que les normes leur paraissaient trop sévères, soit que leur appareil
de production fût inadapté, obsolète, ou même inexistant.
En 2009, un certain Barack Hussein Obama prêtait serment à son tour.
Il venait de se voir confier les destinées des Etats-Unis d’Amérique par
une majorité d’électeurs, alors qu’il n’était qu’à moitié blanc, ou à moitié noir, selon les rives du monde d’où l’on observe la scène. Un vrai
tsunami, à l’échelle planétaire, qui démontrait que l’Amérique savait
transcender ses fêlures et se réinventer à une vitesse fulgurante. L’actuel
locataire de la Maison Blanche vient lui aussi, une double décennie
après Bill Clinton, d’engager une action éclatante et inédite en faveur
de l’Afrique : convoquer le tout premier sommet Etats-Unis-Afrique.
Le président Paul Biya, toujours partant comme VRP de luxe pour son
pays, a participé à cette grand’ messe de trois jours. Les sujets à l’ordre
du jour relevaient eux-mêmes de l’ordre de l’inédit : un programme de
mise en place d’infrastructures énergétiques global ; le renforcement du
commerce avec les Etats-Unis, bien entendu, mais aussi entre pays africains ; les réformes nécessaires à l’attrait des investissements ; la sécurité alimentaire ; la protection des enfants, la lutte contre le Sida et les
épidémies ; la paix et la sécurité, l’équipement et la formation des armées africaines, la coopération dans le renseignement. A la clé, 37 milliards de dollars américains de financement mis sur la table, pour impulser ce que Barack Obama espère être le décollage économique de
l’Afrique.
Qu’y a-t-il de commun entre ces deux approches et initiatives ? Eh
bien, la volonté du chef de l’exécutif américain d’imprimer sa marque à
un pan de l’histoire des relations entre son pays et l’Afrique, pour des
raisons diverses et variées, dont la plus importante est sans doute que
ces avancées dans le partenariat Etats-Unis – Afrique, quelque innovantes qu’elles soient, correspondent d’abord à l’intérêt bien compris
des Américains eux-mêmes. Certains commentateurs préfèrent lire dans
ce regain d’intérêt pour le continent noir le désir de Barack Obama de
payer une dette morale envers le continent d’origine de son père. Un tel
regard pourrait dénoter de la naïveté, mais il est évident qu’il relève davantage de l’intention de minorer la force du changement en œuvre
sous nos yeux, en le mettant sous la bannière des bons sentiments. Dont
l’Amérique, très pragmatique et très prosaïque, n’est pas coutumière.
Pourrait-on imaginer dans ce pays d’immigration, les présidents se livrer à des prodigalités financières envers leurs pays d’origine sur le dos
des contribuables américains ?
Le constat que les Africains font dès lors, c’est que l’Amérique a toujours à cœur de « vendre » sa propre vision de la coopération « Trade,
not Aid », avec l’ambition de prouver que c’est bien le commerce et les
échanges, et non les aides, qui impulseront le développement de
l’Afrique.
C A M E R O O N
Obama, en ciblant en plus du commerce, l’énergie, la sécurité, la consolidation de l’Etat de droit, conditions sine qua non de tout développement, en créant des programmes spécifiques, assortis des financements
nécessaires, complète efficacement ce que Bill Clinton a initié dans un
mouvement généreux, mais sans la vision globale. C’est pour cela qu’il
faut se féliciter que l’AGOA qui arrive à son terme en 2015, soit reconduite. Comme une seconde chance donnée aux pays qui n’en avaient
pas profité.
Faut-il vraiment s’en étonner ? Les américanosceptiques ou les concurrents des Etats-Unis pointent déjà la « modicité » de l’enveloppe budgétaire, non pas dans l’absolu, mais en comparaison de celle des autres
prétendants qui sont aux trousses de ce continent africain si convoité.
Ils font remarquer que les 37 milliards de dollars n’équivalent par
exemple, qu’à ce que le seul Brésil, pays émergent, consacre également
à l’Afrique. Ont-ils raison ? Chacun peut se faire une idée sur la question. Mais ils oublient vite d’où l’on est parti – de presque rien.
L’Afrique ne connaissait pas l’Amérique et l’Amérique, où ont été déportés de nombreux fils du continent, ne s’intéressait pas à l’Afrique.
En outre, ils ignorent le fait que l’Amérique, quoique partie tard des
starting blocks, peut faire en peu de temps des pas de géant dans la
course. En effet, au même titre que l’Europe, les Etats-Unis entendent
bien refaire leur retard sur l’investissement et les échanges avec
l’Afrique, pour ne pas laisser la Chine et les pays émergents profiter
seuls de ce gisement d’opportunités.
Mais le plus grand défaut de ces analyses pessimistes, c’est de sous-estimer la volonté politique des Africains eux-mêmes de nouer une relation forte avec les Etats-Unis, basée non pas seulement sur des concepts
séduisants, moralisateurs, tels que la démocratie, les droits de l’homme,
la bonne gouvernance, mais sur une coopération ciblée, des projets
concrets, des échanges équitables, desquels l’Afrique entend tirer des
ressources financières substantielles pour nourrir et soigner ses populations, et pour construire son propre modèle de développement.
En d’autres termes, c’est la détermination des Africains eux-mêmes à
saisir les chances de ce nouveau partenariat qui en scellera la réussite
ou l’échec. Pour nous Camerounais, il nous faudra, comme le prescrit
déjà le chef de l’Etat, intéresser définitivement le secteur privé à cette
nouvelle approche, au double titre de consultant et d’acteur. Il faudra
former les équipes-projets, l’administration et les élites dirigeantes à la
culture commerciale américaine, qui abonde de normes et d’exigences
diverses ; redynamiser l’industrie en créant des incitations à leur mise
en place, en aidant à la modernisation de l’appareil de production. Pour
ce faire, il convient de s’appuyer autant sur la recherche, que sur l’apport financier. Le plus difficile sera peut-être ici, de faire de l’administration non pas un boulet, mais un régulateur compétent, outillé, ouvert
à la nouveauté, méthodique, rapide, vertueux. En un mot efficace.
Au fond, il s’agit d’admettre que pour réussir avec le plan Obama ce
qui n’a pas été possible avec l’AGOA, nous devrions désirer plus fort
que nos partenaires les fruits de cette nouvelle coopération. Et quand les
Africains voudront très fort atteindre ce but, cette vie rêvée, cette prospérité fantasmée, il ne leur restera qu’une alternative : passer à l’action.
Et pourquoi ne pas s’appuyer pour cela sur l’importante diaspora camerounaise aux Etats-Unis, bien intégrée et très appréciée des autorités
américaines, pour nous imprégner des us et coutumes américains dans
les échanges commerciaux ? Le président de la République avait en son
temps revisité l’organigramme du ministère des Relations extérieures,
en créant la direction des Camerounais de l’Etranger, des Etrangers au
Cameroun, des Questions migratoires et des Réfugiés.
Une manière de gérer plus efficacement les apports multiformes et les
attentes de la diaspora. Pour fluidifier les relations bilatérales au plus
haut niveau, Paul Biya a également multiplié les contacts de qualité lors
de son séjour aux Etats-Unis avec l’administration américaine. Le terrain ainsi balisé, ce sont les décideurs à tous les échelons, les hauts
fonctionnaires, les hommes d’affaires, qui écriront la suite de l’histoire.
Et saisiront peut-être cette seconde chance.
T R I B U N E
3
P04_SPECIAL _P 05 politique 10/08/14 19:10 Page4
L U N D I ,
1 1
A O Û T
2 0 1 4
S P E C I A L S O M M E T E TAT S - U N I S - A F R I Q U E
Washington salue la participation camerounaise
Le chef de l’Etat a reçu vendredi dernier le sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires politiques.
BADJANG ba NKEN,
envoyé spécial à Washington, DC
V
endredi dernier, au terme de
son séjour aux Etats-Unis, le
président de la République,
Paul Biya, a reçu en audience
dans l’un des salons du Four Seasons
Hotel de Washington D.C une délégation composée de sept hauts responsables du Département d’Etat.
Cette délégation était conduite par
Madame Wendy Sherman, sous-secrétaire d’Etat aux Affaires politiques.
Répondant aux questions des journalistes à l’issue d’un entretien de près
d’une heure, Madame Wendy Sherman s’est dite heureuse de l’accueil
qui a été réservé à sa délégation par
le président de la République avec
qui elle a eu un excellent échange.
L’hôte du chef de l’Etat s’est ensuite
félicité de la participation de ce dernier au sommet Etats-Unis-Afrique
au cours duquel, a-t-elle déclaré, son
homologue Barack Obama a été heureux de l’accueillir.
Le chef de l’Etat en compagnie de la délégation américaine vendredi dernier.
« Je suis convaincue que le Cameroun a saisi l’occasion de ces assises
pour multiplier des contacts notamment en vue de l’élargissement de
ses échanges commerciaux et pour
attirer des investisseurs », a ajouté
Madame Wendy Sherman. Et de
conclure : Nous allons travailler en-
semble pour lutter contre le terrorisme et créer un environnement favorable pour la prochaine génération
camerounaise ». Il convient de préciser que le Département d’Etat américain était avec la Maison Blanche au
cœur de la préparation du sommet
Afrique Etats-Unis tenu, la semaine
President Biya Concludes Washington
Rounds With Political Talks
Ndendem FORBINAKE,
Envoy to Washington, D.C
T
he President of the Republic, Paul Biya concluded
his stay here in the U.S capital with an audience with the
Under Secretary of State for
Political Affairs, Wendy Sherman. Ms Sherman, at the head
of a seven-person delegation
told journalists after the 30-minute exchange that she had
come to extend her gratitude to
the Head of State for not only
for personally participating at
the U.S – Africa summit, but
also for his contributions to its
success.
She said she had also used the
occasion to reiterate the need to
properly address security issues, acknowledging the contribution of the President of the
Republic in the search for solutions to such issues in Africa. It
is significant to note that the delegation received by the President was composed of the close
President Paul Biya and the US Deputy Secretary of State for Political
Affairs, Wendy Sherman satisfied after the summit.
team that President Barack
Obama set up to organise the
summit. One of the members
was the immediate past Ambassador of the U.S to Cameroon
4
Robert P. Jackson who know
serves as Principal Deputy Assistant Secretary Of State for
African Affairs.
C A M E R O O N
dernière, à Washington D.C
Le chef de l’Etat était assisté au
cours de cette audience du ministre
des Relations extérieures, Pierre
Moukoko Mbonjo et du ministre, directeur du Cabinet civil, Martin Belinga Eboutou.
Les remerciements du chef de l’Etat
A Son Excellence Barack Hussein OBAMA,
président des Etats-Unis d'Amérique
« Monsieur le président,
Au moment de quitter votre grand et beau pays, à l'issue du
Sommet des chefs d'État et de gouvernement des États-Unis
d'Amérique et d'Afrique qui s'est tenu à Washington du 5 au
6 août 2014,
Il m'est particulièrement agréable de vous remercier bien
sincèrement des dispositions prises pour le bon déroulement
de mon séjour dans votre capitale.
Des débats larges et profonds au cours de ce premier Sommet États-Unis – Afrique, dont vous avez eu l'heureuse initiative, s'est dégagée une parfaite convergence de vues tant
sur l'importance de l'Afrique sur l'échiquier mondial que sur
le nécessaire partenariat à établir entre notre continent et les
Etats-Unis d'Amérique. La place et le rôle du secteur privé
pour la concrétisation de ce partenariat gagnant-gagnant ont
été clairement reconnus.
Je voudrais saisir cette occasion pour vous dire toute mon
appréciation pour la réaffirmation de votre engagement et de
votre soutien à nos efforts en vue de la préservation ainsi
que du maintien de la paix et de la stabilité dans notre continent, condition sine qua non de tout développement durable.
Je forme le voeu que le Sommet de Washington marque un
nouveau départ pour une relation Etats-Unis – Afrique mutuellement bénéfique.
Veuillez agréer, Monsieur le président, les assurances renouvelées de ma très haute considération. »
T R I B U N E
(é) Paul BIYA
P05_SPECIAL_P 06 politique.qxd 10/08/14 19:12 Page5
S PECIAL U NITED S TATES-A FRICA S UMMIT
M O N D A Y ,
A U G U S T
1 1 ,
2 0 1 4
Le nouveau partenariat prend corps
Ce partenariat qui a pour objectif de développer l’Afrique et d’en faire un partenaire efficace des Etats-Unis sur le long terme
concerne en priorité le commerce et l’investissement, la bonne gouvernance, la paix et la sécurité.
BADJANG ba NKEN,
envoyé spécial à Washington D.C
C
onvoqué par le chef de l’exécutif
américain, Barack Obama, le tout
premier sommet Etats-Unis-Afrique
s’est achevé mercredi soir à Washington D.C, au terme de trois jours d’intense
activité. Ces assises qui avaient pour enjeu
principal de faire progresser les objectifs
de l’administration Obama en matière de
commerce et d’investissement en Afrique
et de mettre en évidence l’engagement des
Etats-Unis envers la sécurité de ce continent et le développement de la démocratie
ont, au bout du compte, comblé les attentes
selon des sources concordantes. Les deux
parties se sont, en effet, engagées à
construire un nouveau mode de partenariat
mutuellement bénéfique.
Arrivé samedi soir dans la capitale Américaine, en compagnie de la première dame,
Chantal Biya, le chef de l’Etat qu’assistait
une dizaine de membres du gouvernement
a personnellement pris part à toutes les
rencontres déterminantes de ce sommet. Il
s’agit du tout premier forum économique
Etats-Unis-Afrique, organisé mardi dernier
par le Département américain du Commerce, et la Fondation Bloomberg. Un forum
qui a vu la participation de nombreux industriels américains et africains mondialement reconnus, et des personnalités de haut
rang à l’instar de l’ancien président des
Etats-Unis Bill Clinton, des présidents de la
Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement.
Le président Paul Biya a également pris
part à la concertation tenue mercredi au
Département d’Etat américain entre le président Barack Obama et les chefs d’Etat et
de gouvernement d’Afrique. Cette rencontre très attendue et particulièrement
courue qui a donné lieu à un échange interactif sur trois thèmes d’intérêt commun :
Investir dans l’avenir de l’Afrique, Paix et
stabilité régionale, Gouverner pour la prochaine génération, a permis aux participants de parvenir à un large consensus qui
servira de socle au nouveau partenariat qui
commence à prendre corps.
Commerce et investissement
Les participants au sommet qui s’est tenu la
semaine dernière à Washington D.C sont
arrivés à la conclusion selon laquelle le développement du partenariat entre les EtatsUnis et l’Afrique passe en priorité par
l’élargissement des échanges commerciaux
et le développement des infrastructures.
Dans cette perspective, Washington va débloquer 33 milliards de dollars pour soutenir le commerce et les investissements
créateurs de nombreux emplois. L’Afrique
étant confrontée à un déficit d’énergie électrique qui plombe sa croissance économique, la « Power Africa Initiative » lancée
par le président Obama va mobiliser davantage de financements en vue de fournir
l’électricité à 60 millions de ménages et
d’industries.
S’agissant de l’AGOA ( African Growth
and Opportunity Act), une loi de 2000 dont
l’objectif est de favoriser l’expansion du
Le président Paul Biya et ses pairs africains autour du président Obama.
commerce entre les Etats-Unis et les pays
africains subsahariens qui devait s’achever
en 2015, elle va être prorogée en raison de
l’accord de principe d’une forte majorité
des membres du Congrès américain (parlement) sur la question. Toutefois, il convient
de relever que l’AGOA aura désormais,
sur la base du consensus auquel sont parvenus les participants au sommet de la semaine dernière dans la capitale américaine, une
orientation basée sur le développement
économique et non simplement une orientation commerciale comme c’était le cas
jusque-là. Bon à savoir, le quatorzième forum de l’AGOA se tiendra pour la première fois en fin septembre 2015 en Afrique
centrale.
Toujours dans l’optique du développement
du commerce en Afrique, les leaders africains ont décidé de poursuivre les réformes
visant à attirer les investissements, réduire
les obstacles qui empêchent le commerce
entre pays africains. Quant aux Etats-Unis,
ils ont promis de renforcer les capacités des
Africains en vue d’intensifier le commerce
interafricain et entre l’Afrique et le reste du
monde. Le sous-sol africain étant riche en
matières premières, Barack Obama et ses
hôtes ont convenu que l’exploitation de ces
richesses dans l’intérêt des investisseurs et
celui des Africains. Pour combattre l’insécurité alimentaire en Afrique, la nouvelle
agence américaine pour la sécurité alimentaire et la nutrition s’engage à intensifier
ses activités pour mettre 50 millions
d’Africains à l’abri de la pauvreté. Le financement des activités visant à rendre les
femmes autonomes au plan socio-économique figure également en bonne place des
résolutions prises à Washington
Démocratie et gouvernance
De l’avis des participants au sommet de
Washington D.C, la pratique de la démocratie et de la bonne gouvernance est une
condition sine qua non au développement
économique et à la mise sur pied des sociétés libres. Barack Obama et ses hôtes ont
constaté que des efforts sont faits dans ce
sens dans de nombreux pays africains, mais
que de violations des droits de l’Homme et
des règles démocratiques demeurent une
réalité. Ils ont convenu de l’importance de
favoriser dans tous les pays l’instauration
C A M E R O O N
Le sommet de Washington a été l’occasion de nombreux contacts pour le chef de l’Etat.
de l’Etat de droit avec la mise sur pied
d’institutions de contrôle du respect de ces
droits, du renforcement de la société civile,
de la protection des droits de l’Homme, du
citoyen et des communautés. Les participants au sommet se sont mis d’accord sur
la nécessité d’agir ensemble contre la corruption qui fait perdre aux économies africaines des dizaines de milliards de dollars
par an, qu’on aurait pu investir dans des
projets de développement ; de combattre le
blanchiment de l’argent et de renforcer la
transparence qui est essentielle en vue de la
croissance économique
Paix et sécurité
L’unanimité s’est dégagée à Washington
sur le fait que la paix et la sécurité sont des
préalables incontournables au développement de l’Afrique. Prenant la parole sur le
débat consacré à ce thème, le président
Paul Biya a souligné avec force qu’aucune
politique de développement, aucun progrès
social n’est possible sans la paix et la sécurité. Il a relevé pour le condamner, les exactions meurtrières de la nébuleuse terroriste
et transnationale Boko Haram qui sévit notamment au Cameroun et au Nigéria voisin
et rappelé qu’il a pris des mesures énergiques en vue de mettre hors d’état de nuire
ces bandits de grand chemin. Réagissant à
la suite de l’intervention du président Paul
Biya soutenu par de nombreux autres chefs
d’Etat africains, le président Barack Obama
s’est engagé à soutenir la lutte contre le ter-
T R I B U N E
5
rorisme et les trafics humains en Afrique au
travers notamment de la formation des soldats africains, la fourniture des équipements, du renseignement et du soutien financier. Des sources américaines
concordantes parlent de la mobilisation de
110 millions de dollars par an sur une période de trois à cinq ans. Washington
compte également apporter son appui au
déploiement de la force africaine d’intervention rapide et à toute force de maintien
de la paix placée sous l’autorité de l’Union
africaine ou des Nations unies.
Actions sociales
Au cours du sommet qui s’est tenu la semaine dernière dans la capitale américaine,
des mesures ont également été prises en faveur de l’investissement dans l’éducation
des femmes, leur protection contre les violences dont elles sont l’objet, la lutte contre
le VIH /SIDA, la lutte contre l’épidémie
d’Ebola… A côté des actions gouvernementales, les organisations non-gouvernementales (ONG) américaines vont investir
4 milliards de dollars en Afrique durant les
trois prochaines années dans les secteurs
aussi variés que la protection maternelle et
infantile, la fourniture des vaccins et médicaments. En plus de 34 milliards de dollars
à fournir par le gouvernement américain,
c’est un total de 37 milliards de dollars qui
vont être mobilisés dans les prochaines années pour le développement de l’Afrique.
P06_SPECIAL_P 05 politique 10/08/14 19:14 Page6
L U N D I ,
1 1
A O Û T
2 0 1 4
S P E C I A L S O M M E T E TAT S - U N I S - A F R I Q U E
37 Billion Dollars To Boost Trade
President Biya used the event to canvass for more investments and present the threat and ugly face of Boko Haram.
Nkendem FORBINAKE,
envoy to Washington, DC
P
resident Paul Biya and the impressive government and business delegation which accompanied him
last week to the U S/Africa Summit in Washington, DC returned home in
an awesome mood. The summit, summoned from August 5-6 to examine
ways of improving trade, came up with
what many African leaders had least expected; the immediate availability of a
whopping 33 Billion U S Dollars announced by President Obama to boost
trade and investment. Even if, understandably, the money is to help American
businesses provide jobs for Americans,
increased trade will definitely benefit
many Africans and open up new windows of opportunity.
The President of the Republic came to
this summit with ministers mostly from
the economic sector and each took part
in the workshops organised on a very
wide spectrum of themes ranging from
agriculture, energy, trade, health issues
and regional security. Cameroon will definitely stand to gain from the multilateral and transnational nature of many of
the projects and trade and investment
initiatives identified for funding. But
beyond that, the President of the Republic availed himself of the event to make
useful contacts with economic actors
and potential investors who can impact
the nation’s development or even contribute in any manner in the major projects
identified for realisation within the framework of the Greater Ambitions projects currently underway in an effort to
make Cameroon an emerging economy
by 2035. The exchanges have taken the
form of informal meetings during close
door sessions or formal audiences. For
example, last Thursday August 7, 2014,
in Washington, DC, he conferred with a
very high-level investor, George Jones,
President of Sundance Resources Ltd,
the company which is about to invest an
unprecedented Five Billion Dollars in
the Mbalam iron ore, a multifaceted project involved not only in mineral extraction, but also in the construction of
ports, railways and roads.
Security And Business Concerns
But without security all these investments are a huge risk which few investors would want to undertake. That is
certainly why the Head of State took
useful time off his schedule to confer
with influential American lawmakers
and high-level security experts. He notably held talks with Mr John Negroponte,
a renowned American diplomat and security chief who served variously as national Security Adviser and Ambassador
to the United Nations in the George W.
Bush Administration. He probably infor-
med the President of the Republic on
ways of getting around the Boko Haram
threat. With two important members of
the U S House of Representatives,
Congressman Chris Smith who chairs
the Africa Committee of the House and
Congresswoman Karen Bass, the President could have negotiated useful support for any legislative initiatives that
come to the House on security issues
and notably on Boko Haram.
Cameroonian companies and businesses
will obviously benefit from the available
resources made by the U S government.
Latest Cameroon government statistics
show an economic deficit for Cameroon
whereas there are large opportunities to
sell to the American market through the
AGOA initiative. Between 2009 and
2012, Cameroonian exports to the U.S
(mostly hydrocarbons, cocoa and its derivatives, rubber, wood, coffee, tea,
spices, tobacco, beverages etc.) fetched
some FCFA 250 Billion while imports
from America (hydrocarbons, motor vehicles, machines and mechanical appliances, pharmaceuticals, rubber, organic chemicals, grains etc) were worth
FCFA 371.9 Billion.
This trend can be radically changed if
the Americans can be attracted to the numerous infrastructure projects underway
or scheduled in Cameroon in the coming
months or years. Some of the most significant are: the construction of the
Limbe deep sea port, dredging of the
Douala port, the second phase of the
Kribi port complex, the renovation of
the Douala international airport and
other air ports. The energy sector is begging for attention with countless projects
such as the construction of the Nachtigal
Dam on the River Sanaga, the Cameroon/Nigeria interconnection project
among a dozen plus others. Roads, railways and housing, not forgetting the
rich unexploited mining potential are
there for business.
It is only left for Cameroonians to sit up,
think and be innovative. After all, financing is within reach. America also decided to reinforce the capacity of African
nations to fight terrorism by launching a
new Security Governance Initiative to
help African countries to build strong,
professional security forces to provide
their own security. Another major gain
of the summit is that as it closed on
Wednesday, Inter-Action, the leading alliance of American NGOs announced
that over the next three years, its members will invest 4 Billion U.S Dollars to
promote maternal health, children’s
health and the delivery of vaccines and
drugs. So, the combined efforts announced by President Obama and commitments made by the First Ladies during
their symposium means the summit helped mobilise some 37 Billion U.S Dollars for Africa’s progress. So indeed, it
was worth it.
6
The Audience with Mr Mario de Zamaroczy, Head of the Joint World Bank-IMF Evaluation
Mission to Cameroon must have offered a chance for follow-up discussions.
Several business partners had fruitful exchanges with President Paul Biya in Washington, DC.
Congresswoman Karen Bass took time to confer with President Biya in Washington, DC before
the summit.
C A M E R O O N
T R I B U N E
P07_SPECIAL_P 06 politique.qxd 10/08/14 19:14 Page7
S PECIAL U NITED S TATES-A FRICA S UMMIT
M O N D A Y ,
A U G U S T
1 1 ,
2 0 1 4
Séjour fructueux pour Chantal Biya
Contacts utiles, nouvelles causes à soutenir : la première dame repart de Washington
avec de nombreuses ouvertures pour ses œuvres caritatives.
Yvette MBASSI-BIKELE,
envoyée spéciale à Washington
C’
est une Mme Chantal Biya rayonnante et fort attentive qui a pris
part, mercredi dernier, au Symposium des premières dames organisé par Michelle Obama, la First Lady américaine, en partenariat avec Laura Bush. La
première dame camerounaise, arrivée en
compagnie de Mme Céline Ngoh Ngoh à ce
forum tenu toute la journée au John F. Kennedy Center for the Performing Arts, s’est
tout de suite retrouvée dans son élément. Les
actions caritatives et humanitaires en faveur
de la santé ainsi que de l’éducation des filles
et des femmes, notamment. En effet, son engagement pour la lutte contre les maladies et
les souffrances relativement à cette frange de
la population n’est plus à démontrer. Et sa réputation de dame au grand cœur œuvrant
pour endiguer la mortalité maternelle et infantile, le Vih/Sida, les diarrhées à rotavirus,
tout comme ses actions pour soutenir l’éducation de la petite fille l’ont précédée dans les
salons du Kennedy Center. D’où l’accueil
chaleureux qui lui a été réservé et les nombreuses sollicitations dont elle a été l’objet.
Comme les autres premières dames africaines
engagées sur le terrain social, l’ambassadrice
de bonne volonté de l’Unesco a été félicitée
pour l’ensemble de son œuvre impactant de
De nouvelles perspectives s’annoncent certainement pour les institutions mises en œuvre par
Mme Chantal Biya.
manière significative la vie des populations
camerounaises. Au terme de la partie protocolaire consacrée aux échanges sur la portée
des investissements dans l’éducation, la santé
des filles et des femmes, ainsi que le partenariat public-privé, champ libre a été laissé aux
participants pour nouer des contacts bénéfiques. Il faut savoir que de nombreuses fondations, organisations non-gouvernementales
ou à but non lucratif et autres compagnies
travaillant dans les domaines en rapport avec
les femmes et les filles en Afrique étaient
présentes à cette grand-messe. La plupart
d’entre elles disposent d’énormes fonds et
sont à la recherche de personnalités et des
institutions fortes capables de porter leurs
projets ou de soutenir différentes causes humanitaires. C’est donc sans surprise que
Mme Chantal Biya qui, a déjà fait ses
preuves sur ce terrain, a régulièrement été approchée.
George W. Bush, ancien président des Etats-
Public-Private Partnerships
Chantal Biya Widens Contacts in Washington
Cameroon’s First Lady spent time at the United States reinforcing her network
of partners in her struggle for the underprivileged.
Brenda Y. NCHEWNANG-NGASSA,
special Envoy in Washington DC.
M
rs. Chantal Biya, First Lady of the
Republic of Cameroon and UNESCO Goodwill Ambassador for
Education and Social Inclusion during her
6-days sojourn in Washington, DC showed
another eloquent testimony to her determination and prospects for the needy in Cameroon.
While her husband, President Biya was
with his peers to seek ways of making Africa a better place, Mrs Biya transformed
each day into opportunities for networking
and each encounter into a bid for partnership. Personally, she was at the front position of actions that broadened the platform
for attracting foreign sturctures with humanitarian ambitions into Cameroon. Also noticeable was her presence at the forefront
of struggles for a greater valorisation of
girls and women throughout the globe.
At the U.S-African First Ladies’ Symposium jointly organised by the Office of the
First Lady of the United States, the George
W. Bush Institute and the U.S. Department
of State, Mrs. Biya spared no effort in meeting, exchanging ideas and establishing
contacts with dignitaries. Prominent
amongst her entreaties were with the First
Lady of America, Mrs. Michelle Obama,
Former First Lady of the U.S, Mrs. Laura
Bush and some 30 First Ladies from other
African nations. Apart from these, First
Lady Chantal also met with leaders from
non-governmental organizations, international non-profit institutions, private sector
leaders as well as other leading experts in
the domains of education and health.
One of the highlights of Mrs. Biya’s stay in
the USA was a day-long forum organized
on the side-lines of the U.S-Africa Leaders’ Summit. Focusing on the impact of
public-private partnership investments in
education and health, this meeting offered
a real chance for the UNESCO Goodwill
Ambassador to share her experiences and
garner more knowledge from other personalities. One of such key persons was the
43rd President of the United States, George
W. Bush, whose Pink Ribbon‒Red Ribbon
Partnership pioneers the expansion of medical treatments in breast and cervical cancers, both of critical necessity in Sub-Saharan Africa.
At a special marketplace and networking
reception the First Lady interacted with a
select group of outstanding organisations
and companies, with a demonstrated policy
of supporting women and girls in Africa.
Amongst the many luminaries were Ann
Cotton, Founder and President of Camfed
C A M E R O O N
International, Shelly Esque, Chairman of
the Board of Intel Foundation/ Vice President of Legal & Corporate Affairs/ Global
Director of Corporate Affairs Group at Intel Corporation, Roy Reeta, President &
Chief Executive Officer of The MasterCard
Foundation, Mrs Cherie Blair, Founder of
Cherie Blair Foundation for Women, and
Noa Gimelli, Director of Women’s Economic Opportunity at ExxonMobil.
Most of the represented organizations already undertake numerous programmes
geared at improving the economic status of
women in different African countries in domains like entrepreneurship, agriculture,
wage employment ventures as well as youth employment and empowerment activities.
Drawing from experience and looking at
the high levels of enthusiasm demonstrated
in Mrs. Biya during the forum, one could
be witnessing the signing of many partnerships and conventions of collaboration between the pan-African NGO founded by
Mrs. Chantal Biya, African Synergy
Against AIDs and Suffering, the Chantal
Biya Foundation, the Chantal Biya International Reference Centre for Research on
HIV/AIDS Prevention and Management
and multinational corporations and foundations pretty soon.
T R I B U N E
Unis, a d’ailleurs profité du rassemblement
de la trentaine de premières dames africaines
pour annoncer que sa fondation, très active
dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus dans nos pays, va augmenter ses financements sur le continent. D’autres organisations
ont aussi fait part de leur désir d’expansion
en Afrique et des financements disponibles.
Un ensemble d’informations qui ne sont pas
tombées dans les oreilles d’une sourde. Encouragée par les propos de Michelle Obama
invitant les premières dames à s’investir davantage pour améliorer le bien-être des populations, l’épouse du chef de l’Etat s’est immédiatement lancée dans le « networking ».
De stand en stand, très à l’écoute et n’hésitant
pas à poser des questions si nécessaire, Mme
Chantal Biya est allée à la rencontre de différentes organisations pour connaître leurs activités, de même que leurs offres de partenariats. Bien décidée à tirer quelque chose de
concret de ce séjour Washingtonien pour la
Fondation Chantal Biya, Synergies africaines
contre le Sida et les souffrances, le Centre international de référence pour la recherche sur
la prévention et la prise en charge du
Vih/Sida, le Centre de recherche appliquée en
chirurgie endoscopique et reproduction humaine ou le Cerac. Elle envisage déjà, certainement, l’élargissement de son champ d’action en s’impliquant dans la lutte contre les
cancers du col de l’utérus et du sein. Une réalité camerounaise aussi.
Les remerciements
de la première dame
A Madame Michelle Obama,
première dame des Etats-Unis
d’Amérique.
« Madame la première dame,
J’ai eu grand plaisir à prendre part au Forum
spécial des conjoints que vous avez organisé
au « John F. Kennedy Memorial Center for the
Performing Arts » de Washington, le 6 août
2014.
Je tiens à vous remercier pour cette aimable
invitation.
Je vous félicite pour cette heureuse initiative
qui a permis d’aborder trois thèmes essentiels,
à savoir, « Les cancers du sein et du col de
l’utérus », « La promotion économique de la
femme en Afrique », » et « L’éducation de la
jeune fille, leader de demain ».
Je me réjouis du plaidoyer qui a été fait pour
engager les bonnes volontés à joindre leurs efforts solidaires à ceux des pouvoirs publics, en
vue d’apporter des réponses adaptées à ces
problèmes qui sont des véritables défis.
Les différentes communications ont montré
que le développement durable de l’Afrique
devra intégrer les programmes de santé,
d’éducation et de formation des jeunes filles
d’aujourd’hui pour le plein épanouissement
des générations futures.
Je vous réitère mon appréciation pour votre
engagement humanitaire.
Veuillez agréer, Madame la première dame,
l’assurance de ma très haute considération. »
(é) Chantal BIYA
7
P08_SPECIAL_P 06 politique.qxd 10/08/14 20:26 Page8
L U N D I ,
1 1
A O Û T
S PECIAL S OMMET E TATS-U NIS-A FRIQUE
2 0 1 4
Cameroon Business People In the USA Speak Out
“Gov’t Is Committed In Improving Its Economy”
“The Summit will Benefit Cameroon”
Ivo A. Tasong, Global Business Consultancy International
Managing Partner, USA.
Sylvie Bello, Cameroon American Council.
“The just ended US-Africa Leaders summit will absolutely benefit Cameroon.
The summit will put Cameroon on the
map, especially as there are over 50
countries fighting for awareness amongst
the American people. Having President
Paul Biya and the First Lady for the summit has already put Cameroon on the
map, created awareness and generated interest. I hope that the numerous amounts
of funds that were announced during the
summit will also go to Cameroon. During the summit, many American companies made commitments within the African continent. I am hoping that President Paul Biya will look at such companies
and ask how much will come into Cameroon for its economic developments. I
know that the President Obama’s Power Africa Initiative does not include any
African country in the Central Africa Region. I hope President Obama, through
the Diaspora and his lobbyist will try and get his government consider Cameroon within Power Africa especially because of the country’s strategic position.
We are the hub for everything Central Africa Region represents in terms of peace, democracy, security and investment within the region and the gulf of Guinea. The United States cannot talk of Power Africa without Cameroon.”
“The Head of State’s visit to the United
States of American was of upmost importance to us, business people, operators and
investors staying in the Diaspora. Finally
United States investors have realised that
the government of Cameroon is very committed in improving the economic situation
of the country. Last year, some favourable
investment laws were taken in Cameroon
and this encouraged me to travel back
home with partners who have worked with
us in building a modern home which will
help with the housing situation in the country. President Paul Biya’s visit to the USA
has just helped to increase the portfolio of Cameroonian investors who are looking for collaborators from American partners. I truly believe that this will cause
a major change in the business platform of Cameroon. The huge number of delegations that left Cameroon for the business forum shows the commitment of the
government in widening the business scope of the country. I hope that even if the
Head of State is not coming to the USA in the nearest future, us, members of the
Cameroonian Diaspora in the United States will be able to work with the government to have an economic forum in the USA each year.”
“Time For Business People To Take Advantage”
“Cameroon will Enormously Gain From the Summit”
Edwin Nche, Managing Director, TransAtlantic Business
Consulting, Cameroon/USA.
Dr David Makongo, President, Makongo and African
Partners LLC, USA.
“There could have been nothing better than
the U.S.-Africa Business Forum. Such a forum has never happened and our Head of
State came like a sales man to sell Cameroon’s potentials. We cannot ask for more
than this. It is time for us to take advantage
and make use of the opportunities that have
been created. Cameroon’s delegation was
on a commercial frontline selling the country and its quality. As a business man, there
is nothing more I can ask from a president
who comes out to sell his country’s economic potentials. The Head of State came
with a huge delegation just to tell us how
serious the government is in encouraging
foreign investors into the country. My main
business partner in the United State is American Science and Engineering. My
business is all about partnership and for one to get a good partner; he/she needs
the government to be behind him. Most of my foreign partners say they are investing in Cameroon because of stability and the interest the government has
shown through the summit.”
“President Paul Biya’s presence in the
United State will create a significant advantage for Cameroon to be able to partner with the greatest military power in the
world to fight against terrorism, provide
security to Cameroon people and their
properties. It is in the national interest of
Cameroon and the United States of American to partner because terrorism or
Boko Haram is a global threat and not
Cameroon’s misery alone. Through the
Power Africa Initiative, the United States
is planning to invest some 27 billion US
Dollas in Africa. President Biya’s presence in USA will certainly position Cameroon in a place where the country could
have its own share of the investment. It was shocking for some US Congress
members to note that some of our officials were not at the right place at the right
time, whereas they were all at the United States for the summit. Some ministers
had all the opportunities to get something that could lead to the development of
Cameroon from the United States. Whatever, the case, President Biya made the
best decision to attend the summit and Cameroon will enormously gain from it”.
“Banking Sector in Cameroon Is not the Best”
Michael Nkeng, USA Business man and Mayor of Muyuka Council.
“I was overwhelmed when I noticed
that our Head of State will be attending this very important economic forum. It is equally important to emphasis the need of exchanges between
American business magnets and the
African delegation which comprises
of various ministers. Obviously the
forum will open up new avenues for
8
doing business in Africa. However, I
should emphasis that the principal issue here is financing. One should be
aware that we business people will always need money from banks in investing to enable them share our risks.
However, the banking sector in Cameroon is not the best. Imagine that
they finance projects ranging from 12
C A M E R O O N
T R I B U N E
per cent to as much as 48 per cent
with cooperatives interest rate. What a
misery. In the U.S, Eximbank could
finance projects in Africa to the tune
of 3 per cent to almost 5 per cent interest rate.
Culled By Brenda Y. NCHEWNANG-NGASSA
and Yvette MBASSI-BIKELE
in Washington D.C.
P09_POLITIQUE_P 06 politique.qxd 10/08/14 20:48 Page9
N AT I O N A L E S
M O N D A Y ,
A U G U S T
1 1
2 0 1 4
POLITICS
Chadian Ambassador Bids Goodbye
Yoosem-Kontou was last Friday received by PM Yang on behalf of the Head of State.
Les félicitations
du chef de l’Etat
A S.E. Rafael Vicente Correa,
président de la République
de l’Equateur
« Monsieur le président,
La commémoration de la fête nationale
de votre pays le 10 août 2014, m’offre
l’agréable occasion de vous adresser
mes vives et chaleureuses félicitations,
auxquelles j’associe mes vœux de bienêtre pour le peuple équatorien.
Veuillez agréer, Monsieur le président,
les assurances de ma très haute considération. »
(é) Paul BIYA
Yoosem-Kontou Noudjiamlao and Philemon Yang sharing civilities.
O
utgoing Chadian Ambassador to Cameroon, YoosemKontou Noudjiamlao has told the press that he is a
happy man, going back to his country after spending
seven years? two months in a country he describes as
beautiful. He was speaking on Friday August 8, 2014? after a
farewell audience with Prime Minister, Head of Government,
Philemon Yang? on behalf of the Head of State, Paul Biya.
Yoosem-Kontou Noudjiamlao was Dean of the Diplomatic
Corps in Cameroon for well over three years.
Yoosem-Kontou prides himself for having assisted in State visits between Cameroon and his country. President Idriss Deby
Itno has been to Cameroon four times during his tenure. He
underlined that he is a living testimony of Cameroon's political evolution and the road to being a middle-income economy
by 2035 but regretted threats coming Boko Haram insurgen-
cy, tarnishing the image of a peaceful country with its loving
people. He was however, sure of the dynamism of Cameroonians, saying he was confident that they will surmount the
challenges. Cameroon and Chad are not only neighbours but
long-time friends and according to Yoosem-Kontou, strategies
are being mapped out to counter insecurity.
On bilateral ties between Yaounde and N'Djamena, YoosemKontous said he was proud to speak of it. In recent years both
countries have had to share much. Chad transits its petrol
through Cameroon; both countries are constructing a link
bridge in Kousseri in the Far North, another one in the pipeline from Yagoua still in the same region to Mbongor in Chad,
the road between Ngaoundere and Mondou and the railway
linking the two countries.
Victorine BIY NFOR
Star Building
Prime Minister, PhilemonYang last Friday awarded medals of distinction to some staff.
PM Yang in the midst of recipients.
M
of Valour. For the Cameroon Order of Merit, the Rank of Officer saw three names while seven orders fell within the rank
of Knight still under the National Order of Merit. Some 17
policemen were decorated with the Order of Merit of the Armed Forces (Merit of Public Force).
The brief ceremony ushered recipients, families and well wishers to a buffet offered by the Prime Minister’s Office.
V. B. N
C A M E R O O N
« Monsieur le président,
La célébration de la fête nationale de
votre pays le 9 août 2014, m’offre l’heureuse occasion de vous adresser mes
vives et chaleureuses félicitations, auxquelles je joins mes vœux de bien-être
pour vos compatriotes.
Veuillez agréer, Monsieur le président,
les assurances de ma très haute considération. »
(é) Paul BIYA
26 Medals For Staff
edals were Friday August 8, 2014 awarded to some
staff of the Prime Minister’s Office for the 2014 National Day. Prime Minister, Head of Government,
Philemon Yang, chaired the yearly ritual which took place at
the esplanade of the PM’s Office.
One name featured on the list of the Rank of Commander of
the National Order of Valour while a single name also featured on the list of Rank of Knight, still on the National Order
A S.E. Tony Tan Keng Yam,
président de la République
de Singapour
T R I B U N E
9
A S.E. Idriss Deby Itno,
président de la République
du Tchad
« Monsieur le président et cher frère,
Il m’est très agréable de vous adresser, à
la veille de la célébration par la République du Tchad de sa fête nationale, le
11 août 2014, mes vives et chaleureuses
félicitations, auxquelles j’associe mes
vœux de paix et de bonheur pour vos
compatriotes.
Je me félicite des excellentes relations
d’amitié et de coopération qui unissent
nos deux pays, et émets le vœu de voir
notre détermination commune contribuer
toujours davantage, à relever les défis
auxquels est confrontée notre sous-région.
Veuillez agréer, Monsieur le président et
cher frère, les assurances renouvelées de
ma très haute considération. »
(é) Paul BIYA
P11_POLITIQUE _P 05 politique 10/08/14 20:59 Page11
N AT I O N A L E S
M O N D A Y ,
A U G U S T
1 1
2 0 1 4
POLITICS
General Hamadicko Receives Military Honours
The Brigadier General was posthumously decorated Condor of the Cameroon Order of Merit last Friday.
T
he Military Headquarters in Yaounde, last
Friday July 8, 2014 received a crowd that
was not in any way in glee. It was gloom
on almost all faces as the casket of the
fallen Director of the International School of
Security Forces (EIFORCES), Brigadier General Hamadou Hamadicko, made its entry into
the courtyard of the Military Headquarters.
From the government bench led by the Minister Delegate at the Presidency in charge of Defence, Edgard Alain Mebe Ngo’o, officers, family members and sympathizers, it was all
sadness.
And the message-bearer, Major General Mambo Deffo, Inspector General of the National
Gendarmerie said it all; “Brigadier General
Hamadou Hamadicko has passed onto glory,
and in spite of the health assistance he got,
God decided to take him. It is painful, but he
will be remembered for loyalty and commitment to his work,” he said. In service for 45
years and as first-ever Director of EIFORCES,
a prestigious school, Major General Deffo reiterated Hamadicko’s relentless efforts to carry
the training of peacekeeping staff to another level.
The affixing of the Medal of the Condor of the
Cameroon Order of Merit on the on the casket
of the deceased by the Minister Delegate at the
Presidency in charge of Defence, Edgard Alain
Mebe Ngo’o, added emotions to the cermony.
Hamadicko’s wife, Hamadicko Fadimatou, received the condolences of the Presidential
Couple, Paul and Chantal Biya. “Sincere
condolence from me and my wife Mrs Chantal
Biya,” Colonel Tchouatat Joseph, delivered the
message, adding that the deceased was faithful
to State institutions and committed to his
work.
Hamadou Hamadicko gained admission into
the Cameroon Military Academy (EMIA),
Yaounde in 1969 and upon graduation in 1972,
the Gendarme Officer took higher command
courses in peacekeeping, public security and
diplomacy. These earned him promotion and
on March 11, 2001, a Presidential Decree appointed him as the Director General of EIFORCES. Another Presidential Decree same
day raised him to Brigadier General but before
his appointment, he was Defence Attaché in
Cameroon’s Embassy in Rabat, Morocco with
the rank of colonel. He served in the military
for 45 years and died at 64. His remains were
buried in Garoua, North Region in strict Moslem canons same Friday, July 8, 2014.
Victorine BIY NFOR Edgard Alain Mebe Ngo’o paying tribute to Brigadier General Hamadou Hamadicko.
Décentralisation
L A
La charte africaine en partage
Le Cameroun s’est associé hier à l’ensemble du continent
pour la 3e édition de la célébration du processus.
La présentation du Prix des Nations unies au Minatd.
E
lle rayonnait au milieu de ses pairs magistrats municipaux vendredi dernier dans la salle des délibérations du Conseil de la Communauté urbaine de
Yaoundé. Le maire de Bangangté, Célestine Ketcha
Courtès, qui présentait ce jour-là au ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MINATD), René Emmanuel Sadi, le prix des Nations
unies remporté il y a deux mois par sa commune et
dont la distinction lui a été remise à Séoul en Corée en
juin dernier. Signe d’après le MINATD de ce que le
processus est bien ancré déjà dans les habitudes de la
gestion communale au Cameroun. A l’instar de la commune de Bangangté, c’est l’ensemble du Cameroun
municipal qui a célébré hier, la 3e édition de la Journée
africaine de la décentralisation et de la gouvernance locale. En présidant les manifestations y relatives sur le
thème « La Charte africaine sur les valeurs et principes
de la décentralisation, de la gouvernance locale et du
développement local : une impulsion d’un développement durable », René Emmanuel Sadi a rapppelé que
cette journée a été instituée par l’Union africaine en
vue d’une plus grande mobilisation et de la réflexion autour du
processus de décentralisation et
du développement local. Pour le
MINATD, qui était entouré pour
la circonstance de son collègue
de l’Habitat et du Développement urbain, Jean Claude Mbwentchou et du ministre délégué
Jules Doret Ndongo, la décentralisation apparaît aujourd’hui
comme un excellent outil de lutte contre la pauvreté et le chômage.
Sur le thème du jour, René Emmanuel Sadi a indiqué que la
Charte africaine de la décentralisation et de la gouvernance locale, adoptée par l’Union africaine
lors du dernier sommet de Malabo, il y a quelques semaines,
participe de la volonté de l’organisation panafricaine de faire une large diffusion de ces
valeurs et de ces principes en vue d’un développement
durable local en Afrique. Pour le MINATD, il ne saurait y avoir de développement véritable sans la participation active des populations à la base. Au nom de
l’ensemble des magistrats municipaux, Emile Andze
Andze, le président de l’association des Communes et
villes unies du Cameroun (CVUC) a rappelé que les
aspects tels que la concertation et le financement restent à ce jour le ventre mou du processus de décentralisation dans notre pays. En outre, est revenue sur la
table, la question de la rémunération des magistrats
municipaux, qui s’interrogent toujours sur le fait que
des provisions sont faites dans le budget de l’Etat,
mais ne sont jamais utilisées. René Emmanuel Sadi a
ensuite procédé au vernissage d’une exposition dans le
hall de l’hôtel de ville de Yaoundé, avant d’inaugurer
le Centre des ressources des CVUC au quartier Bastos.
Jean Francis BELIBI
C A M E R O O N
T R I B U N E
V I E
D E S
P A R T I S
P O L I T I Q U E S
Nanga-Eboko
Sénateurs et maires RDPC en phase
Ils se sont retrouvés au cours de la 5e étape de la tournée
parlementaire des sénateurs du Centre vendredi.
Ensemble pour prendre en compte les préoccupations des populations.
Au concept de la décentralisation, ils ont ajouté celui de l'émergence du Cameroun en 2035. C'était le menu des échanges entre les sénateurs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) de la région du
Centre, dans le cadre de leur tournée parlementaire, et les maires des sept
communes du département de la Haute-Sanaga. La cinquième étape de cette
tournée, vendredi à Nanga-Eboko, a donc permis de donner un sens et une
résonance particulière « à la collaboration que nous voulons constructive,
positive et efficace », a souligné Jean-Marie Mama, porte-parole des sénateurs du Centre. C'est dans cette optique que les sénateurs et les maires se
sont retrouvés pour « une mutualisation des forces pour agir ensemble »,
s’est réjoui Jean-Marie Pongmoni, sénateur de la Haute-Sanaga. A leurs côtés, le Premier vice-président de l’Assemblée nationale, Hilarion Etong.
Pour ce faire, les représentants des collectivités territoriales décentralisées et
les élus locaux veulent renforcer leurs liens, favoriser les échanges afin de
recueillir avec précision les besoins des populations. Sur un autre plan, les
sénateurs ont sensibilisé sur les questions d'actualité, et celles qui ont meublé leur dernière session au Sénat.
Parlant de besoins, Jean-Marie Pongmoni a été plus concret. En effet, il a
saisi cette occasion pour offrir près de 250 tables-bancs aux sept communes
du département et des bourses d'études aux nouveaux bacheliers de la Haute-Sanaga (la première tranche des droits universitaires pour ces futurs étudiants). Pour le donateur, « c'est un geste pour accompagner les jeunes dans
leur éducation et formation professionnelle, car notre pays a besoin d'une
jeunesse de qualité. De plus, nos écoles connaissent de sérieux problèmes
d’infrastructures. Il nous faut multiplier des actions dans ce sens ».
Azize MBOHOU, envoyé spécial à Nanga-Eboko
1
1
l u n d i , 1 1
a o u t
Annonces
2 0 1 4
TROPIK INDUSTRIES CAMEROUN SA
Société Anonyme avec Conseil d’Administration
Au capital de 275 000 000 de FCFA Siège Social : Douala- zone industrielle Bonaberi B.P. 2895
R.C.C.M : RC/DLA/2004/B/7399
AVIS D’ OUVERTURE DES SOUSCRIPTIONS A L’ AUGMENTATION DE CAPITAL
Les actionnaires de TROPIK INDUSTRIES sont informés de ce qu'en vertu
des délibérations de l'assemblée générale mixte en date du 05 août 2014, il été
décidé de procéder à une augmentation du capital de la société d’un montant
de 79 277 000 FCFA, pour le porter de 275 000 000 FCFA à 354 277 000
FCFA, par l'émission de 7 207 actions nouvelles libérées par apports en
numéraire.
En effet, au cours de cette même assemblée, le capital social a tout d’abord été
porté de 250 000 000 de FCFA à 275 000 000 de FCFA par incorporation de
l’écart de réévaluation et d’une partie des réserves libres.
L’assemblée générale extraordinaire a par la suite décidé de procéder à une
nouvelle augmentation afin de porter le capital social à 354 277 000 FCFA.
Le prix d’émission des actions à souscrire a été fixé à leur valeur nominale soit
11 000 FCFA. Aucune prime d’émission n’a été déterminée.
Les actions souscrites doivent être libérées du quart au moins de leur valeur à
la souscription. Le surplus devant intervenir au plus tard dans les trois ans à
compter de la réalisation de l’opération.
OI-31389/jb
La souscription sera ouverte du mercredi 20 août 2014 au lundi 8 septembre
2014 inclus.
proportionnellement à leur quotité respective dans le capital de la société.
Les actionnaires auront un droit préférentiel de souscription à titre réductible
sur les actions nouvelles qui n’auront pas été souscrites à titre irréductible et ce
proportionnellement à leur quotité dans le capital social.
Si les souscriptions à titre irréductible et le cas échéant, à titre réductible n’ont
pas absorbé la totalitde l’augmentation de capital décidée par l’assemblée
générale, le montant de l’augmentation de capital social pourra être limité au
montant des souscriptions réalisées dès lors que celles-ci atteignent au moins
les 3/4 de l’augmentation de capital prévue.
Le droit de souscription s’exercera par la signature par les actionnaires de
bulletins de souscription en deux exemplaires après que ces derniers aient été
renseignés par chaque actionnaire souscripteur.
Les apports s’effectueront en numéraire. Les fonds seront reçus dans un
compte ouvert au nom de la société auprès de la banque CA SCB Bonanjo dont
l’adresse est la suivante BP 300 Douala et le numéro de compte 10002-0003001857413150-72.
Les formules de bulletins de souscription seront disponibles au siège social.
Les actionnaires ont le droit de souscrire à titre irréductible
LE CONSEIL D’ADMINISTRATION
AVIS D’ APPEL D’ OFFRES NATIONAL OUVERT N°511/ADO/ACMS/2014
POUR LE REMPLACEMENT DE LA TOITURE DU MAGASIN SECONDAIRE DE L’ ACMS
AVIS D’ APPEL D’ OFFRES NATIONAL EN PROCEDURE D’ URGENCE OUVERT N°512/ADO/ACMS/2014 POUR LA
FOURNITURE LA CONFIGURATION DES LOGICIELS SAGE SAARI LA FORMATION DES UTILISATEURS ET LA MAINTENANCE
Le Directeur Exécutif de l’Association Camerounaise pour le Marketing Social (ACMS) B.P. 14025 Yaoundé Tél. (237)
22 21.94.19, Tél. /Fax (237) 22 20.92.24, lance un appel d’offres national pour la fourniture des logiciels Sage SAARI.
1.2. CONSISTANCE DES TRAVAUX/PRESTATTIONS
Les prestations objet du présent appel d’offres comprennent : la fourniture des logiciels, la configuration la formation
des utilisateurs pour les modules : Comptabilité ; Gestion Commerciale ; Paie et Gestion des Ressources Humaines et
Gestion des Immobilisations ; ainsi que la maintenance.
1.3. PARTICIPATION ET ORIGINE
La participation au présent appel d’offres est ouverte aux entreprises ou groupes d’entreprises de droit camerounais
spécialisées dans le domaine de la fourniture des logiciels et la formation.
1.4. CONSULTATION ET RETRAIT DU DOSSIER D’APPEL D’OFFRES
Le dossier d’Appel d’offres peut être consulté aux heures ouvrables à une des agences de l’ACMS ou sur le site
www.acms-cm.org. Les soumissionnaires intéressés à concourir peuvent se procurer le dossier d’Appel d’Offres contre
versement d’une somme non remboursable de F.CFA 50 000 (cinquante mille francs) dès publication du présent avis :
• Au siège de l’ACMS à Yaoundé, sis quartier Mballa II lieu dit Dragages Tél 22-20-92-24
• Au bureau régional à Douala, sis quartier Ndogbati (carrefour Agip) Tél : 33-41-11-12
• Au bureau régional à Garoua, Tél : 22-27-20-02
• Au bureau régional à Bamenda, sis à « Metta Quaters » Gracious Bulding Tél 33-36-20-79
1.5. REMISE DES OFFRES ET OUVERTURE DES PLIS
Chaque offre rédigée en français et en quatre (04) exemplaires dont l’original et trois (03) copies marquées comme tels,
devra être déposée sous pli fermé et Scellé portant la mention : ADO pour la fourniture des logiciels Sage SAARI : A
n’ouvrir qu’en séance de dépouillement au siège de l’ACMS Yaoundé au plus tard le vendredi 22 aout 2014 à 14 heures
30 précises.
L’ouverture des enveloppes et offres administratives aura lieu le vendredi 22 aout 2014 à 14 heures 45. Les
soumissionnaires peuvent assister à la séance de dépouillement des pièces administratives ou s’y faire représenter par
une personne dûment mandatée et ayant une bonne connaissance du dossier.
1.6. RECEVABILITE DES OFFRES
Sous peine de rejet, les pièces administratives requises devront être impérativement produites en originaux ou en copies
certifiées conformes. Elles devront obligatoirement datées de moins de trois (03) mois précédant la date de dépôt des
offres ou avoir été établies postérieurement à la date de signature de l’avis d’appel d’offres.
1.7. RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES
Les renseignements complémentaires peuvent être obtenus aux heures ouvrables au Siège de l’ACMS à Yaoundé ou
par courriel : [email protected]
Le coordonnateur Senior de l’Administration
Francois OMAM
Le Directeur Exécutif pi
Dr Jean Christian YOUMBA
OI-31369/az
1
2
1.1. OBJET DE L’APPEL D’OFFRES
Le Directeur Exécutif de l’Association Camerounaise pour le Marketing Social (ACMS) B.P. 14025 Yaoundé Tél. (237) 22
21.94.19, Tél. /Fax (237) 22 20.92.24, lance un appel d’offres national ouvert pour le remplacement de la toiture du magasin
secondaire de l’ACMS.
1.2. CONSISTANCE DES TRAVAUX/PRESTATTIONS
Les prestations objet du présent appel d’offres consistent au remplacement de la toiture du magasin secondaire de l’ACMS.
1.3. PARTICIPATION ET ORIGINE
La participation au présent appel d’offres est ouverte aux entreprises ou groupes d’entreprises de droit camerounais
spécialisées dans le domaine des travaux de génie civil et autres...
1.4. CONSULTATION ET RETRAIT DU DOSSIER D’APPEL D’OFFRES
Le dossier d’Appel d’offres peut être consulté aux heures ouvrables à une des agences de l’ACMS ou sur le site www.acmscm.org. Les soumissionnaires intéressés à concourir peuvent se procurer le dossier d’Appel d’Offres contre versement à la caisse
de l’ACMS d’un montant de 25 000 FCFA (Vingt cinq mille CFA) non remboursable dès publication du présent avis :
• Au siège de l’ACMS à Yaoundé, sis quartier Mballa II lieu dit Dragages Tél 22-20-92-24
• Au bureau régional à Douala, sis quartier Ndogbati (carrefour Agip) Tél : 33-41-11-12
• Au bureau régional à Garoua, sis quartier Yelwa, à hôtel de cité Tél : 22-27-20-02
• Au bureau régional à Bamenda, sis à « Metta Quaters » Gracious Bulding Tél 33-36-20-79
1.5. REMISE DES OFFRES
Chaque offre rédigée en français et en quatre (04) exemplaires dont l’original et trois (03) copies marquées comme tels,
devra être déposée sous pli fermé et Scellé de préférence portant la mention : ADO pour le remplacement de la toiture au siège
de l’ACMS Yaoundé au plus tard le Jeudi 28 Août 2014 à 14 heures 30 précises.
1.6. RECEVABILITE DES OFFRES
Sous peine de rejet, les pièces administratives requises devront être impérativement produites en originaux ou en
copies certifiées conformes. Elles devront obligatoirement datées de moins de trois (03) mois précédant la date de dépôt des
offres ou avoir été établies postérieurement à la date de signature de l’avis d’appel d’offres.
1.1. MODIFICATIONS EVENTUELLES DU DOSSIER D’APPEL D’OFFRES
Toutes modifications au présent Appel d’Offres doivent être réalisées au plus tard 22 Août 2014. Passé ce délai, les contenus
seront considérés comme tel et aucune autre modification ne sera apportée avant la clôture du processus.
Toute demande d’informations complémentaires relatives au présent Appel d’Offres devra uniquement être envoyée par courriel
à [email protected]
1.2. OUVERTURE DES PLIS
L’ouverture des enveloppes et offres administratives aura lieu le Jeudi 28 Août 2014 à 14 heures 45 précises. Les
soumissionnaires peuvent assister à la séance de dépouillement des pièces administratives ou s’y faire représenter par une
personne dûment mandatée et ayant une bonne connaissance du dossier.
Le coordonnateur Senior de l’Administration
Francois OMAM
Le Directeur Exécutif pi
Dr Jean Christian YOUMBA
OI-31369/az
c a m e r o o n
t r i b u n e
P13_ECONOMY_P 11 Society 10/08/14 19:23 Page13
N AT I O N A L E S
M O N D A Y ,
A U G U S T
1 1
2 0 1 4
ECONOMY
Yaoundé
10 milliards de F pour trois chantiers routiers
L’Etat a obtenu l’argent mercredi dernier sur le marché monétaire de la BEAC en émettant
des obligations du Trésor assimilables.
E
ncore du cash pour trois chantiers routiers en cours dans la ville de Yaoundé.
3,7 milliards de F pour l’autoroute
Yaoundé-Nsimalen ; 3 milliards de F
pour la pénétrante Est de Yaoundé et 3,3 milliards de F pour la réhabilitation et l’aménagement de la route Shell Nsimeyong-BiyemAssi (lot 2). Soit au total 10 milliards de F.
Le montant total de l’emprunt a été contracté
par l’Etat du Cameroun, mercredi dernier,
sur le marché monétaire de la Banque des
Etats de l’Afrique centrale (BEAC), via
l’émission d’obligations du Trésor assimilables (OTA). Une opération qui, explique-ton au ministère des Finances (Minfi), s’est
bien comportée, notamment en comparaison
avec la dernière du genre effectuée sur le
même marché le 04 septembre 2013.
En effet, huit spécialistes en valeur du Trésor
(banques agréées pour participer à l’opération) sur les 13 du réseau ont souscrit, contre
quatre seulement en septembre dernier. De
plus, le montant maximum annoncé par le
Trésor public camerounais (10 milliards de
F) a été largement dépassé au vu de l’offre
finale des investisseurs chiffrée à 19,155
Shell-Nsimeyong-Tam-Tam : des travaux presque achevés.
milliards de F. Ce qui représente un taux de
couverture de 191,55%. En septembre dernier, seules quatre banques sur les 13 que
compte le réseau de SVT avaient soumissionné pour un montant de 8,011 milliards
de F, en deçà des 10 milliards de F que l’Etat
sollicitait à l’époque.
Autre indicateur attestant du bon déroulement de cette troisième émission d’OTA,
c’est le taux d’intérêt. En effet, si la durée
reste la même que pour les deux précédentes
(deux ans), les taux d’intérêts, eux, ont été
revus à la baisse et se situent pour cette troisième opération en dessous de 3,75% contre
Des projets déjà bien avancés
4% pour la dernière. Une situation que l’on
explique au Minfi par la qualité de la signature de l’Etat qui s’améliore au regard de ses
activités sur les marchés d’émission de titres
publics du court terme. En effet, pour les
titres publics qui s’échelonnent sur une année, l’Etat emprunte en dessous de 2%. De
plus, cette évolution favorable notée du côté
des investisseurs serait également à mettre à
l’actif des réformes engagées au niveau de la
BEAC et des dispositions prises sur le refinancement des titres publics.
Depuis 2010, date à laquelle l’Etat du Cameroun a commencé à faire recours aux marchés de capitaux pour financer son économie, c’est la troisième fois qu’il choisit
l’émission d’OTA pour financer sa quotepart dans divers projets inscrits au budget
d’investissement public. Des projets dont le
critère majeur du choix repose sur leur maturité tant physique que financière. Pour les 10
milliards de F levés mercredi dernier, le remboursement est fixé au 08 août 2016. A ce
jour, le montant total émis par l’Etat via les
OTA s’élève à 33,511 milliards de F.
Josiane TCHAKOUNTE
Travaux publics
L’appel à la transparence
Les trois projets éligibles au financement de cet emprunt présentent pour deux
d’entre eux, des taux d’exécution physique supérieurs à 50%.
Marc-Hôpital de Biyem-Assi bénéficient d’un financement de 3,3 milliards de F cette année au titre de
ce récent emprunt. Le projet dont le coût total est
évalué à 9,5 milliards de F a démarré le 26 juillet
2012 et présente un taux d’exécution physique de
68%. Il s’agit dans le cadre de ce projet, de construire des voies d’une longueur totale de 10 Km pour
rendre plus fluide le mouvement des populations de
cette partie de la ville. Il est entièrement financé par
l’Etat du Cameroun. Et comme pour les deux projets
suscités, le maître d’ouvrage est le ministère de
l’Habitat et du Développement urbain.
C’est l’une des recommandations faites
aux nouveaux responsables du ministère
installés vendredi dernier à Yaoundé.
Autoroute Yaoundé-Nsimalen
La route-Mimboman-Nkoabang va bénéficier de ce financement.
Route Mimboman-Nkoabang
Les travaux de construction de la pénétrante Est de la ville de
Yaoundé ont démarré le 13 septembre 2013 pour une durée de
24 mois. Le coût du projet est évalué à 9,5 milliards de F.
L’intervention de l’Etat pour ce projet pour l’année en cours
est de trois milliards de F. Somme couverte par l’emprunt de
mercredi dernier. Actuellement, le taux de réalisation du
chantier est fixé à 75% d’exécution physique. Ce projet vise à
construire une route de 4 Km, de 2x2 voies de 3,50 m chacune avec terre-plein central et trottoirs pour desservir les entrées Est de Yaoundé. Entièrement financé par l’Etat, il permettra de fluidifier le trafic sur la desserte actuelle avec un
impact attendu sur les échanges sous-régionaux.
Axe Shell Nsimeyong-Hôpital Biyem-Assi (lot 2)
La réhabilitation et l’aménagement du deuxième lot de la route Shell Nsimeyong-Tam-Tam-TKC-Boucle chapelle Saint-
Les fonds de contrepartie de l’Etat pour la réalisation de ce projet étaient déjà attendus, apprend-on au
Minfi. Dans le cadre de cet emprunt, l’Etat a prévu d’affecter
3, 7 milliards de F au projet au titre de sa contrepartie. L’année dernière déjà, le projet a reçu 10,5 milliards de F, puisés
dans l’emprunt obligataire émis en décembre au cours duquel
l’Etat avait collecté 80 milliards de F. La construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen va permettre de faciliter le trafic
entre l’aéroport et la ville de Yaoundé et de décongestionner
les voies existantes. Il comporte deux sections : la section
rase campagne (Ahala-Meyo-Carrefour Nsimalen) longue de
10,8 Km et la section urbaine (fin de la section rase campagne-sous-préfecture de Tsinga) longue de 9,8 Km. Le marché de la section rase campagne a été attribué le 13 novembre
2013 à la China Communication Company Coorporation Ltd
(CCCC). Le coût total du projet est de 170 milliards de F
pour une durée de réalisation de 36 mois.
J.T.
Les trois émissions d’OTA de l’Etat sur le marché monétaire de la BEAC
Montant solli- Nombre de SVT
Montant
cité par l’Etat ayant soumissionné
proposé
05 Juin 2013
10 à 20
7/13
17,5
04 Septembre 2013 10
4/13
8,011
06 Août 2014
10
8/13
19,155
Total
Montant (en milliards de F)
SVT : Spécialistes en valeur du Trésor.
Date
Montant
retenu
16
7,511
10
33,511
C A M E R O O N
Durée
2 ans
2 ans
2 ans
Taux
Date de
d’intérêt remboursement
4%
Juin 2015
4%
7 Septembre 2015
3,75%
8 Août 2016
T R I B U N E
Les promus seront jugés au pied du mur.
C’est parce que le ministère des Travaux publics
(Mintp) se considère comme « l’ingénieur de l’Etat »
que le secrétaire d’Etat au Mintp, Hans Nyetam Nyetam a prescrit efficacité, diligence dans le traitement
des dossiers, lisibilité et transparence dans les actes de
gestion des promus en tant que gestionnaires des fonds,
des chantiers et des opérations publiques et autres
contrats. C’était vendredi dernier à l’occasion de l’installation des sous-directeurs, contrôleurs de service,
chefs de cellule, chargés d’études, contrôleurs de service, chefs de service récemment nommés. « Mettezvous encore plus à l’œuvre dès aujourd’hui car la tâche
est immense et le temps très court », a rappelé Hans
Nyetam Nyetam. Au Mintp, il est question de respecter
les délais d’exécution des projets et du temps de l’année budgétaire au cours de laquelle, le personnel est astreint à l’atteinte des objectifs de ce département ministériel. Et c’est pourquoi les nouveaux responsables
doivent avoir l’esprit d’initiative, d’alerte, de clairvoyance et surtout le sens élevé du devoir accompli
sans tricherie ni complaisance et mercantilisme.
Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG
1
3
1 1
a o u t
annonces
2 0 1 4
OI-31163/jb
l u n d i ,
OI-31365/jb
OI-31381/jb
OI-31387/jb
OI-31334/em
1 c4 a m e cr ao mo en r to ro i n b ut nr ei b u 1n e
P15_ECONOMY_P 11 Society 10/08/14 19:26 Page15
N AT I O N A L E S
M O N D A Y ,
ECONOMY
A U G U S T
1 1
2 0 1 4
Port en eau profonde de Kribi
Le gendarme du secteur inspecte
G
Le Conseil d’administration de l’Autorité portuaire nationale a visité le chantier vendredi
dernier pour apprécier l’évolution des travaux.
ounoko Haounaye, président du Conseil d’administration de l’Autorité portuaire nationale (APN), a
conduit vendredi dernier les membres de son équipe
sur le site du chantier du port en eau profonde de Kribi. Une descente qui s’inscrit dans le cadre de la mission de
suivi des projets du secteur portuaire qui incombe à l’APN.
Objectif de cette visite : permettre aux membres du Conseil
d’administration de toucher du doigt ce projet, en relation
notamment avec les recommandations du dernier Conseil
d’administration de 2013, consacré à l’examen du rapport
sur l’état du secteur portuaire national.
Ainsi donc, pendant plus d’une heure d’horloge, sous les explications des équipes de l’unité opérationnelle du complexe
industrialo-portuaire de Kribi, le Conseil d’administration a
fait le tour du chantier du port. Des quais où des ouvriers
continuent de s’activer en attendant les bateaux commerciaux, aux bâtiments administratifs, en passant par les magasins, les portiques, les équipements de surveillance, etc. Et à
chaque étape, les questions ont fusé de toutes parts. Notamment pour avoir des explications sur le fonctionnement des
équipements déjà présents sur le site.
Et sur le site, les choses semblent prendre de la vitesse. Les
visiteurs ont été impressionnés par ce qu’ils ont vu. « Je suis
venu ici il y a quelques années et il n’y avait que de la verdure. Maintenant, nous sommes heureux de constater que les
travaux ont énormément avancé. De plus, les premiers équipements que nous voyons ici répondent aux normes, dans le
cadre de la compétitivité que le Cameroun recherche en
Afrique et dans le monde », a souligné Gounoko Haounaye,
le PCA. Et même ceux qui sont passés par là il y a quelques
semaines ont été surpris des changements opérés sur le site.
De nombreux bâtiments devant abriter des bureaux ont pous-
Les administrateurs de l’APN sont contents de ce qu’ils ont vu du port en eau profonde.
Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM, envoyée spéciale à Kribi.
Prix du riz
« Le port de Kribi sera fluide »
L’engagement des importateurs
Josué Youmba, directeur général de l’Autorité portuaire nationale.
superviser les différentes activiM. le directeur général,
tés dans ce secteur, il est question
comment le port en profonde de
pour nous de sensibiliser les difKribi peut-il être utilisé pour
férents opérateurs concernés
décongestionner le port
pour qu’ils prennent des mesures
autonome de Douala ?
qui s’imposent pour résoudre ce
Kribi est une solution dans la meproblème. Notamment au niveau
sure où on voudrait mettre en plades équipements qui sont inadapce un ensemble portuaire tout le
tés. Si en décembre 2013, le calong de la côte atlantique. Mais,
hier de charges avait été respecté
ce port ne peut pas résoudre le
avec trois portiques, on n’aurait
problème de Douala qui est un
pas connu ce problème de
port à part entière. C’est un port
congestion. Si les chargeurs enlequi continue de se moderniser,
vaient rapidement leurs marchanmalgré les problèmes bien identidises, on ne connaîtrait pas tous
fiés, et pour lesquelles des soluces problèmes.
tions ont été proposées. Parce que
Douala est un port de transit mais,
Il faudrait donc éviter cette
il y a des marchandises qui y sta- Josué Youmba : « Eviter que les difficultés situation au port en eau
vécues
à
Douala
soient
transposées
à
Kribi
»
tionnent, au niveau des terreprofonde de Kribi…
pleins et des entrepôts, pendant
Effectivement ! C’est notre rôle d’éviter que les diffilongtemps.
cultés vécues à Douala soient transposées à Kribi.
Mais, les équipements que nous voyons ici devraient
Quelles sont ces solutions ?
Des mesures sont en train d’être prises pour sortir de permettre d’assurer une bonne fluidité au port de Kribi.
cette situation. Le rôle de l’autorité portuaire étant de
Propos recueillis par JNM
Dans un communiqué signé le 1er août dernier, ils
déclinent toute responsabilité face à certaines
manœuvres spéculatives.
riodicité bisannuelle. L’espoir des promoteurs est que
d’autres Etats de la Cemac manifestent leur intérêt
pour les éditions suivantes.
D’après François Gondi, cet annuaire, « qui peut
contribuer au processus d’intégration », va offrir des
informations générales sur les pays, des informations
sur le secteur des transports et spécifiquement le secteur maritime et les entités qui le structurent, etc. Il
sera distribué dans le circuit diplomatique, à travers
les institutions de la Cemac, entre autres.
Sous le prétexte du réajustement des prix du carburant à la pompe le 30
juin dernier, certains commerçants ont revu à la hausse les prix du riz.
Face à cette situation, le Groupement des importateurs du riz du Cameroun (GIRC) a réagi, via un communiqué de presse signé le 1er août
dernier. Document dans lequel les importateurs déclinent toute responsabilité face aux manœuvres spéculatives de certains « détaillants opportunistes ». Le GIRC qui est constitué des membres suivants : Soacam,
Olamcam, Cimed, Sotracodim et Sorepco, porte d’ailleurs à ce sujet à
l’attention de l’opinion nationale que les prix du riz restent inchangés,
conformément aux engagements pris devant le gouvernement et les associations de défense des droits des consommateurs.
Dans les marchés, si les grossistes, membres du GIRC maintiennent les
prix intacts à savoir 14 000 F pour la variété riz blanc long grain de 50
kg et 7000 F pour le sac de 25 kg, au marché de Mvog-Mbi à Yaoundé,
par exemple, les prix pratiqués par certains commerçants oscillent entre
16 000 et 17 000 F. « Nos grossistes nous ont fait comprendre que les
prix des sacs ont augmenté de 500 F et que cette augmentation nous est
aussi imputée. Depuis lors, le sac de riz thaïlandais de 25 kg qui nous
était vendu à 9000 F coûte 9500 F et nous sommes obligés de le revendre à 10 000 F, afin d’avoir un bénéfice », explique Evelyne N., gérante d’une boutique. Et d’ajouter que les produits Soacam restent inchangés. « Le prix du sac de riz de 25 kg Uncle Ben’s distribué par
Soacam demeure à 17 000 F y compris la variété Neima, dont le sac de
25 kg est maintenu à 8 300 F », rassure la jeune dame. Dans ce même
marché, le coût de la variété de riz Neima 25 kg oscille entre 9500 et 9
800 F et celui du sac de 50 kg revient à 18 500 F.
La plupart des détaillants rencontrés dans les marchés de la capitale
avouent que les prix pratiqués sont fonction de ceux exigés par les grossistes. « Certains nous disent que c’est lorsque les anciens stocks seront
épuisés que les prix vont subir une hausse. D’autres livreurs nous expliquent par contre que les prix ont augmenté de 500 F. Et là, nous sommes
obligés de répercuter cette hausse pour ne pas être perdants. Et quand les
contrôleurs du ministère du Commerce vont commencer à effectuer les
descentes dans les marchés, c’est plutôt vers nous qu’ils vont orienter
les sanctions », conclut un autre détaillant.
AN
Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG
Cemac : un annuaire maritime en vue
Un répertoire des opérateurs du secteur maritime de
la zone Cemac : transitaires, consignataires, acconiers, etc. Voilà le projet présenté ce 6 août à Douala
par l’agence de communication Interface et la régie
World Advertising Business, promoteurs de l’opération. Dans un premier temps, explique François Gondi, dg d’Interface, l’annuaire va porter sur le Cameroun et le Congo, dont les autorités compétentes ont
marqué leur accord pour l’initiative. 4000 exemplaires devraient être produits, en fin septembre, pour
la première sortie d’un document de 400 pages à pé-
tion du port en eau profonde. Pour la suite des travaux, les
techniciens de l’unité opérationnelle ont présenté les étapes
suivantes du projet aux membres du Conseil d’administration de l’APN qu’accompagnaient le directeur général Josué
Youmba et le préfet du département de l’Océan, Antoine Bissaga. Il s’agit notamment de l’allongement des quais, de la
construction des aires de stockage et d’une ligne haute tension pour la fourniture de l’énergie électrique, etc.
sé et ceux déjà présents sont dans la phase des finitions. Une
clôture est également en cours de finition. L’ossature de l’entrée principale est déjà visible et devrait être terminée dans
quelques jours. Quant à la voie d’accès, son aménagement
avance aussi à un rythme soutenu. Razel et CHEC, les deux
entreprises sont à pied d’œuvre pour livrer les 35 km de bitume dans les meilleurs délais. Mais, déjà, il n’est plus aussi
difficile d’y rouler, le bitume prenant déjà place sur une bonne partie du tronçon qui relie Kribi à Mboro, lieu d’implanta-
C A M E R O O N
T R I B U N E
1
5
P16_17_SOCIETE_P 05 politique 10/08/14 19:37 Page16
L U N D I ,
1 1
A O Û T
S OCIETE/
2 0 1 4
Ebola, choléra, polio…
Le Minsanté fait le point
Les
Les candida
André Mama Fouda a donné un point de presse vendredi à Yaoundé.
L
P
oliomyélite, choléra, rougeole, rage, fièvre jaune !
Toute ces épidémies sévissent en ce moment au Cameroun, à en croire André Mama
Fouda, ministre de la Santé publique (Minsanté). Face à la
presse, vendredi dernier, il a expliqué que le pays fait face, depuis le début de l’année 2014, à
une situation sanitaire délicate.
Et à une demande énorme en
soins liée à la crise centrafricaine
qui a entraîné un afflux important de réfugiés au Cameroun.
Néanmoins, précision du Minsanté : « aucun cas suspect de la
maladie à virus Ebola n’a été déclaré au Cameroun. Mais le pays
est en alerte ! » Dans les détails,
André Mama Fouda a abordé
trois situations d’urgence sanitaire « les plus préoccupantes de
l’heure ».
• Ebola : le pays en alerte
Le Minsanté a présenté l’équipement de protection du personnel médical face à Ebola.
L’épidémie qui sévit en République de Guinée depuis mars 2014 s’est
étendue au Libéria, à la Sierra Léone et
maintenant au Nigeria voisin depuis le 25
juillet, où deux décès ont déjà été enregistrés.
C’est dire, selon le ministre, que «les risques
d’importations de cette épidémie au Cameroun sont réels ». De plus, l’OMS vient de
classer cette épidémie comme une urgence
de santé publique de portée mondiale. En
préparation à une éventuelle émergence de
cette maladie, plusieurs actions ont déjà été
menées, dont un plan de riposte élaboré avec
l’appui de l’OMS et autres. La surveillance
est renforcée dans tous les postes de santé
aux frontières, dans les aéroports et ports.
Justement, la RDC a mis à disposition du
Cameroun deux kits Ebola comprenant une
centaine de tenues de protection pour le personnel médical. Des unités de prise en charge
et d’isolement des cas sont déjà identifiées
dans les hôpitaux, notamment l’Hôpital central de Yaoundé, l’Hôpital Laquintinie de
Douala et les hôpitaux régionaux de Bamenda, Bertoua, Garoua, Maroua, Limbe et
Ngaoundéré. Les capacités des responsables
régionaux viennent d’être renforcées et il est
prévu dans les prochains jours, des journées
spécifiques d’imprégnation des médias, des
forces de maintien de l’ordre et autres.
Le Minsanté insiste sur le fait qu’il n’existe
pas de traitement spécifique contre le virus
Ebola. « Mais un traitement symptomatique
initié de façon précoce permet de sauver 40 à
50% des personnes atteintes. » C’est pourquoi il invite « toute personne ayant séjourné
dans un pays en épidémie de se rendre rapidement dans une formation sanitaire en cas
d’apparition de fièvre, douleurs musculaires,
diarrhée, vomissements et autres hémorragies. Pour les autres, le ministre Mama Fouda conseille d’éviter de manipuler ou de
consommer un gibier trouvé mort, indiquant
que cela est susceptible de favoriser « la
flambée locale » d’une épidémie Ebola. Aussi, les mesures habituelles d’hygiène doivent-elles être plus que jamais renforcées.
• Choléra : le Littoral touché
Initialement cantonnée dans les régions septentrionales depuis avril 2014, particulièrement celle de l’Extrême-Nord où 1609 cas
sont recensés avec 74 décès, le choléra
s’étend désormais au Littoral, avec déjà deux
cas déclarés. Il apparaît donc, selon le Minsanté, que « le choléra est endémique dans
notre pays ». C’est dire que des cas peuvent
survenir à tout moment. Bien que la tendance
au cours des deux dernières semaines soit à
la baisse, il est important de maintenir une
surveillance serrée, mais surtout continuer à
respecter les règles élémentaires d’hygiène.
• Polio : la riposte se poursuit
Avec deux nouveaux cas de polio virus sauvage notifiés le 30 juillet dernier dans un
camp de réfugiés centrafricains de Ketté
dans la région de l’Est, portant à cinq le
nombre total de cas enregistrés dans le pays.
Pourtant, des campagnes de vaccination gratuite pour les enfants de 0 à cinq ans se poursuivent. Sept tours ont d’ailleurs été menés
dans l’ensemble du pays, ciblant environ 5
millions d’enfants. Mais en riposte aux deux
cas de Ketté, le 7e tour de la campagne de
vaccination, organisé du 1er au 3 août dernier s’est étendu aux adultes des camps de
réfugiés de l’Est et de l’Adamaoua. Et
d’autres campagnes sont planifiées dans ces
régions en fin août et mi-septembre prochains.
Le point de presse du Minsanté a aussi été
l’occasion pour lui d’annoncer la tenue de la
première édition du Forum international de
la santé que le Cameroun va abriter du 24 au
26 septembre 2014 à Yaoundé. L’évènement
articulé autour d’un salon dédié à l’hôpital et
d’une conférence médicale nationale,
congrès scientifiques regroupant les professionnels de santé du Cameroun aura pour
thème : « L’hôpital de demain ».
I
1
6
National Gendarmerie
Every traveller must take along an identification docu
R
La fièvre persistante d’un patient chinois finalement décédé hier
d’insuffisance rénale à l’origine de la rumeur.
une hépatite fulminante B avec syndrome hémorragique, découverte suite à des examens
et analyses en laboratoire.
Les manifestations de son mal sont sans doute à l’origine de la rumeur qui a circulé dans
la ville de Douala et même au-delà ce weekend, rumeur selon laquelle un cas de virus
Ebola aurait été enregistré dans la capitale
économique. Appels téléphoniques et autres
messages se sont multipliés – jusqu’à hier.
Le comité régional de prévention et de lutte
Traveller
Félicité BAHANE N.
Douala : fausse alerte à l’Ebola
nterné depuis vendredi à l’hôpital Laquintinie de Douala, M. Ziang, ingénieur mécanicien de 49 ans, est décédé hier, 10 août
2014, alors qu’il était en cours d’évacuation
pour l’hôpital général, en vue d’y subir une
dialyse. De source autorisée, CT a appris hier
que le patient chinois a rendu l’âme des
suites d’une insuffisance rénale, diagnostiquée après d’autres maux qui l’auraient
conduit dans quelques cliniques de la place
avant son arrivée à Laquintinie. Notamment
e vigile lance à l’adresse des usagers qui déferlent ce jeudi matin vers les guichets de l’hôpita
central de Yaoundé: « Les certificats médicaux
sont en rupture de stock ». Il tente ainsi de faire li
bérer le plancher. Effectivement, la caissière de service confirme la pénurie. « A la Croix-rouge came
rounaise, vous pourriez avoir plus de chance »
murmure-t-elle. Là, à la Croix-rouge, des affiche
collées sur les portes suscitent l’espoir : « Certificat
médicaux et légaux disponibles ici à la Croix-rouge
». Mais, déception : point d’imprimé malgré l’an
nonce placardée. La dame en charge affirme que le
dernier imprimé y a été vendu il y a deux jours. «
Nous avons informé la Trésorerie générale de
Yaoundé. Nous attendons », dit-elle. La Trésorerie
générale de Yaoundé est le fournisseur des hôpitaux
de la région du Centre.
Si Paule Cynthia Nouague, candidate au concour
de la faculté d’Agronomie et des Sciences agricole
(FASA) de Dschang ne mesure pas encore l’am
pleur du problème, Ghislain Tezigang lui, commen
ce à se décourager. Il postule pour un emploi de
cadre dans une multinationale. Il voit sa chance lu
glisser entre les doigts car le certificat médical est «
absolument indispensable » dans le dossier. Il a déjà
parcouru toute la ville. « Je suis allé jusqu’à Nko
londom (un quartier excentré de Yaoundé, Ndlr
après avoir parcouru les hôpitaux de district d’Efou
lan, Nkolndongo, Biyem-Assi, le CHU, etc. », dé
clare le jeune homme qui cache mal sa déprime
Pierre Joseph Fouda, directeur de l’hôpital centra
de Yaoundé est moins alarmiste. «C’est un dysfonc
tionnement passager. Les choses rentreront inces
samment dans l’ordre», rassure-t-il.
Ngayap Tchuenté, fondé de pouvoir N°1 à la Tréso
rerie générale de Yaoundé ne comprend rien à cette
carence. Sa collaboratrice, Mme Songolo est for-
contre les épidémies, présidé par le gouverneur Joseph Beti Assomo, a suivi ce cas de
près et des assurances ont été données au reporter de CT. Le mal qui a malheureusement
emporté M. Ziang, « Chinois vivant à Douala depuis longtemps » et dont le « dernier
voyage hors du Cameroun remonte à six
mois », n’est pas la fièvre Ebola. Fléau
contre lequel un dispositif de prévention et
de lutte est mis en place.
C A M E R O O N
T R I B U N E
Alliance NYOBIA
epatriation of some undesired foreigners from
neighbouring countries and the ongoing mena
ce to national security posed by the Boko Ha
ram nebulous terror group in the Far North Region
have caused an influx of foreigners criss-crossing
La 12e
« Jeunes, la lutte contre le sida continue »
C’est le thème qui va sous-tendre la cam
pagne 2014 de la campagne « Vacances san
sida ». La 12e édition sera officiellemen
lancée par le ministre de la Santé publique
P16_17_SOCIETE_P 05 politique 10/08/14 19:37 Page17
E/C ULTURE
M O N D A Y ,
A U G U S T
1 1 ,
2 0 1 4
Certificats médicaux
South West
Les imprimés se font rares
Charles Taylor’s Son Arrested, Repatriated
Taylor Cornelius Lee had entered Kumba through Nigeria,
on transit, but without any visa.
ndidats aux concours et les autres usagers sont éprouvés.
The Commissioner of the Central Police
Station in Kumba, Meme Division in the
South West Region, Wilson Elong Njumenjikang and his assistant on a special
control mission along the Mbonge-Ekondo Titi road, apprehended a young man
whose name they got as Taylor Cornelius
Lee on Tuesday August 5, 2014.
Taylor Cornelius Lee was arrested when
the police pursued their regular checks of
passenger's identification documents, discovered that he had a passport which had
no visa for him to enter Cameroon. According to Wilson Elong, the Central Police Commissioner, the 20-year old, during interrogation, told the police that he
was the son of Reeves Sarah, Charles
Taylor’s fourth wife. He was coming
from Lagos, Nigeria, on transit to Douala
to see the Consul General of Liberia for
the latter to assist him financially to re-
ui déferl’hôpital
médicaux
e faire lie de serge camehance »,
affiches
ertificats
oix-rouge
gré l’anme que le
jours. «
érale de
résorerie
hôpitaux
concours
agricoles
re l’amcommenmploi de
hance lui
ical est «
Il a déjà
u’à Nkodé, Ndlr)
t d’Efouc. », dédéprime.
al central
dysfoncnt incesla Tréson à cette
est for-
L’attente commence à être longue dans les hôpitaux.
melle : « Il n’y a plus rien au magasin. La dernière
livraison de l’imprimerie nationale remonte à deux
semaines. Cet approvisionnement n’a pas duré deux
jours », regrette-t-elle avant d’ajouter : « Les demandes sont pressantes de la part des hôpitaux».
Son patron, fondé de pouvoir N°1, confie que les
commandes passées à l’Imprimerie nationale pouvaient couvrir toute l’année. « Ces commandes ont
été entièrement payées, mais à ce jour, les livraisons
ne sont pas conséquentes», se désole Ngayap
Tchuenté.
En attendant, des dizaines de candidats aux
concours sont pénalisés dans la constitution du dossier, faute de certificat médical. Pour d’autres usagers, les dossiers attendent au tribunal si ce n’est
pour des besoins administratifs divers. Bientôt, ce
sera la période des inscriptions dans les établissements scolaires et universitaires.
A l’Imprimerie nationale, Salomon Nguénang, le directeur général adjoint, n’a pas souhaité s’étendre
sur le sujet. Il a néanmoins souligné les difficultés
de production consécutives à la vétusté des équipements et au marasme financier qui maintiennent
l’entreprise dans un état moribond depuis plusieurs
années. Il a aussi indiqué les difficultés liées à la
commande des papiers nécessaires pour la production des imprimés des certificats médicaux. « Ce
sont des papiers spéciaux. Ils sont déjà là. Le problème de pénurie va bientôt se résoudre.»
turn to his country, since he did not have
any money on him to go back home.
Taylor Cornelius also disclosed to the police that he had been in Nigeria for 18
months and he was a student of the Maritime School in Lagos, Nigeria. He equally revealed that he came to Cameroon
through Calabar by boat and had arrived
in Ekondo-Titi in Ndian Division that
evening at about 7:30 p.m.
Police sources said Taylor Cornelius Lee
was later sent to the Senior State Counsel
in Kumba who after investigation ordered his repatriation to Nigeria since he
had no criminal record apart from the
lack of visa to enter Cameroon. At press
time, the young Taylor Cornelius Lee
had already been taken by some Kumba
Central Police elements to the border at
Ekondo-Titi.
ASONG Sylvester (CAMNEWS)
C O N C E R T
Les P-Square sans T-Pain
Le show caritatif organisé samedi à Yaoundé
sans la star américaine qui a évoqué des raisons de sécurité
pour justifier son absence.
Jeanine FANKAM
Road Safety Campaign
llers’ Identity Checks Intensify
merie highway control exercise entered its 77th phase last weekend.
ion document when travelling.
ers from
ng menaBoko Hah Region
-crossing
Cameroonian towns often for unknown reasons and
without the necessary travel documents.
It is against this backdrop that the National Gendarmerie focused the 77th phase of its road safety campaign last weekend on the systematic checks of
identities of all travellers, especially foreigners.
Along the Yaounde-Pouma highway last Saturday,
August 9, 2014, yet another control mission led by
the Commander of the First Gendarmerie Region,
Major General Simon Pierre Dagafounangsou, visited three checkpoints to ensure the effectiveness of
the checks.
In the localities of Pougoué, Sombo and Mahole
where fixed checkpoints were installed, control
teams observed that many foreigners, most passing
for Malians, were travelling without appropriate documents. In Mahole, after Boumnyebel, a Gambian,
travelling to Douala from Ngaoundere with neither a
residence permit, entry visa nor a convincing reason
for his movements, was retained for investigation.
“Most of these foreigners identify themselves as
Malians because Cameroon has an agreement with
Mali excepting their nationals from residence permits or visas in both countries. But we have to be vigilant,” observed Major General Dagafounangsou.
The head of the control team at Mahole, Captain
Emmanuel Bamuh, explained that foreigners with
invalid travel documents were “kept” while nationals with expired identity cards are sensitised alongside workers of transport companies.
George MBELLA
Vacances sans Sida
12e édition démarre le 13 août prochain
ntinue ».
la camces sans
ellement
ublique,
André Mama Fouda, au siège de l’Ong Synergies africaines mercredi prochain. « Vacances sans sida » est une initiative de Chantal Biya, la première dame du Cameroun.
Elle vise à renforcer la prévention du
VIH/Sida pendant la période des vacances
scolaires et universitaires par la sensibilisation en milieu jeune. A cet effet, elle va
s’étendre sur l’ensemble du territoire national.
C A M E R O O N
P-Square : the show must go on !
Un euphémisme, que de dire : « Le
concert des P-Square a rencontré de
gros couacs. » La journée de samedi a
commencé par une mauvaise nouvelle
venue plomber l’événement organisé à
but caritatif. T-Pain, le rappeur américain annoncé au départ sur la scène du
stade Omnisports, était aux abonnés
absents. Raison évoquée par les organisateurs au cours de la conférence de
presse d’avant-concert : le personnel
chargé de la sécurité de la star américaine a révélé ne pas pouvoir assurer
sa protection au Cameroun. T-Pain au
Cameroun, ce sera pour une autre
fois… L’information digérée, il a fallu
affronter les aléas de l’organisation du
concert proprement dit. D’abord le retard. Il a mis les esprits à rude épreuve.
Dans les gradins et sur la pelouse, les
spectateurs attendent, impatients. Vers
19h, le concert prévu pour 16h, démarre avec la première partie animée par
des artistes camerounais. Ils sont surtout venus pour s’engager derrière la
jeunesse, thème de ce spectacle, même
si l’aventure humanitaire était mal embarquée pour tous, priés de débarrasser les loges et faire place nette pour
les P-Square. Sine, par exemple, a accepté de chanter gratuitement et a offert un show fort applaudi. Idem pour
Mballè Mballè, qui a soulevé les
foules. Le stade était plein aux trois
T R I B U N E
1
7
quarts. Val Chammar, les Mo’Girls,
Kaiser Show, Jean Pierre Essome, FBI
se sont succédé sur la scène. A 22h, les
présentateurs Tito et Pascal Pierre annoncent les P-Square. Hurlements du
public. Mais rien. Un blanc de 30 minutes se crée. Koppo vient le combler,
épluchant pour le bonheur du public
son répertoire. Il reprendra d’ailleurs
le titre « Emma » à la demande des
nombreux fans.
23h10. Les P-Square sont à nouveau
annoncés. En coulisses, ça se bouscule. Un dispositif sécuritaire est mis en
place. Tout le monde est prié de dégager l’espace par le producteur. A
23h22, Paul et Peter montent sur scène
où leurs musiciens les avaient déjà
précédés. Le public exulte. Tout de
blanc vêtus, ils enchaînent les titres célèbres « She is on fire », « I love U »,
« Alingo ». Le public debout, chante
en chœur et danse. « No one like you
», leur premier tube, Paul le dédie à
toutes les femmes. Hystérie dans le
stade. Les jeunes filles hurlent, pleurent. Certaines tentent d’escalader.
L’une d’elles s’écorche gravement la
jambe gauche. La même euphorie suivra le reste de la prestation des PSquare, qui achèvent le spectacle avec
« Testimony », «Tchop my money»,
«Personnaly». La qualité du show fait
oublier les aigreurs.
G-Laurentine EYEBE ASSIGA
P18_SOCIETE_P 10 Société.qxd 10/08/14 20:50 Page18
L U N D I ,
1 1
A O Û T
N AT I O N A L E S
2 0 1 4
SOCIETE
Nécrologie
I L S
L’hommage à Marcien Towa
Le philosophe inhumé samedi à Endama après avoir été salué par la communauté universitaire.
L’au revoir des universitaires à Marcien Towa…
L
es dernières volontés du philosophe
Marcien Towa sont-elles raisonnables ?
D’ailleurs, qui les a entendues ? Qui les
a recueillies ? Voilà quelques interrogations et polémiques suscitées tout au long de
ses obsèques, déroulées vendredi et samedi
derniers. En effet, « Marcien Towa, l’ancien
séminariste, était athée jusqu’à sa mort. Ses
dernières volontés de ce fait, étaient qu’il n’y
ait pas de prêtre ni de prière à ses obsèques
», selon le Pr. Hubert Mono Ndjana, ancien
élève, collègue et ami du défunt. Pourtant,
d’autres proches affirment que « c’est après
avoir accepté de prier avec deux de ses sœurs
que Marcien Towa s’est finalement éteint »,
le 2 juillet dernier, à l’âge de 83 ans, après
avoir longtemps lutté contre un cancer. C’est
dire, selon ceux-là, que le philosophe a accepté Dieu à la dernière minute de vie. Une
thèse qui a en tout motivé le comité d’organisation des obsèques de Marcien Towa, malgré l’opposition manifeste de son fils aîné, à
insérer une messe dans le programme. Laquelle a été dite jeudi 7 août à la cathédrale
Notre-Dame-des-Victoires à Yaoundé. Suivie
vendredi, par la levée de corps à l’Hôpital
général et de l’hommage académique en mi-
…Et retour à la terre de Endama
journée à l’amphi 700 de l’Université de
Yaoundé. Enfin l’inhumation, samedi dans
son village natal à Endama dans la Lékié, région du Centre, a mis fin définitivement à
son séjour sur terre.
L’hommage académique a évidemment été
l’occasion de rappeler l’immensité du philosophe et universitaire. Audacieux, selon son
compère, le Pr. Ebénézer Njoh Mouelle, qui
estime qu’il en fallait pour contester l’idée de
l’ethnophilosophie, telle que revendiquée par
les Africains. Homme de caractère, selon le
Pr. Richard Laurent Omgba, doyen de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines
(Falsh), indiquant « qu’il fallait plus que de
l’audace pour s’opposer à la pensée de
maîtres à l’instar de Senghor, au point de
produire l’ouvrage intitulé : Léopold Sédar
Senghor : Négritude ou Servitude ? ». L’une
de ses multiples parutions. Marcien Towa
était aussi un maître, selon le Pr. Hubert
Mono Ndjana, « qui a formé la quasi-totalité
des philosophes du Cameroun ». Avant tous
ces témoignages et bien d’autres, dans un
discours d’ouverture lors de l’hommage académique, le Pr. Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement supérieur, a particu-
lièrement insisté sur le parcours professionnel de l’universitaire. Marcien Towa a, en effet, débuté sa carrière en 1962 à l’Ecole normale supérieure, comme professeur de
pédagogie, d’histoire de la pédagogie et de
philosophie. Plus tard, il occupe différents
postes à l’Université de Yaoundé avant d’être
le premier recteur de l’Université de Yaoundé II à Soa.
L’inhumation, samedi à Endama a, à nouveau, été l’occasion de magnifier l’œuvre du
philosophe, homme politique et père de famille. Le Pr. Elie Claude Ndam Njitoyap,
conduisant une délégation du Comité central
du Rdpc a porté les condoléances du parti,
précisant que Marcien Towa était le premier
maire de la commune d’Elig-Mfomo, où le
maire actuel annonce la création d’une Place
Marcien Towa. Fils, petits-fils et
con-disciples ont également regretté la disparition du père, du prof. A l’unanimité, ils
ont dit que la philosophie négro-africaine est
veuve de Marcien Towa. Athée ou pas, il
était un grand dans son domaine et dans le
monde. « Son nom est à inscrire au panthéon
des mémoires ».
Félicité BAHANE N,
envoyée spécial à Endama
L’homme du questionnement permanent
De toute sa carrière d’universitaire, le philosophe n’a jamais cessé de s’interroger
sur le développement de l’Afrique par la science.
I
l s’est éteint, mais il semble plus vivant
que jamais. Les philosophes camerounais
et africains sont orphelins de celui en qui,
du moins pour la plupart, ils ont trouvé un «
maître ». S’ils se sont déjà promis de pérenniser sa pensée, ses « disciples » peuvent se
demander : que retenir de la longue existence scientifique du Pr. Towa : un héritage ?
Une identité ? Une réflexion ? Peut-être la
foi, pas en Dieu (on connaît ses positions sur
la question), mais en l’« Absolu », et en une
Afrique déterminée à domestiquer la technologie pour se rapprocher du développement.
Le questionnement de cet intellectuel averti
n’a trouvé aucune barrière, jusqu’à sa disparition le 2 juillet dernier. Il rêvait d’un continent noble, fonçant de lui-même vers la modernité par sa propre science, sa philosophie.
De cette vision du progrès, le Pr. Towa a puisé la force de conduire des projets novateurs.
Premier recteur de l’université de Yaoundé II
à Soa (29 janvier 1993-21 octobre 1993),
Marcien Towa a fait partie de ces responsables qui avaient la lourde tâche de mettre
en œuvre la réforme universitaire du 19 janvier 1993, et qui se sont acquittés de leur
Marcien Towa, un philosophe de caractère.
mission avec bravoure malgré les défis financiers et autres objections. Grand animateur du débat sur l’existence ou non d’une
philosophie africaine, il a été le pionnier de
la création d’un département de langues et
1
8
D I T …
« Une icône immortelle »
Pr. Jacques Fame Ndongo,
ministre de l’Enseignement
supérieur.
« Marcien Towa fut un
modèle au plan académique et heuristique. Il
a été la référence dans
les milieux universitaires du Cameroun,
d’Afrique et du monde.
Il demeure à jamais
une icône immortelle.
Marcien Towa fut un
excellent recteur, aux
idées neuves, partisan de la gestion participative
et collégiale. Il était déjà en son temps, il y a 21
ans, un adepte de l’administration de rendement
et de la gestion axée sur les résultats. Nommé
recteur de l’Université de Yaoundé II Soa, il fait
partie de ceux-là qui ont eu la lourde charge de
mettre en œuvre la réforme universitaire intervenue en 1993 dans un contexte particulièrement
délétère. Marcien Towa était avant tout le philosophe, qui pensait que l’Afrique a été vaincue
par l’occident justement par son retard technologique et scientifique. C’est donc pourquoi il prêchait par l’exemple, en étant rigoureux, méthodique, disponible, humble et affable. »
« Il était rationnel »
Pr. Hubert Mono Ndjana,
professeur émérite de philosophie
et ami du défunt.
« Marcien Towa n’est
pas le premier, ni le seul
grand esprit à refuser
l’accompagnement religieux. Je pense personnellement, moi croyant,
qu’il ne convient pas de
jouer avec Dieu, c’est-àdire parier sur Lui et faire opposer Son existence
sur le libre jeu du hasard.
Mais les dernières volontés de Marcien Towa
étaient celles-là. C’était son libre arbitre. Alors,
avons-nous le droit de contredire ses dernières
volontés ? En tout cas, Marcien Towa était rationnel. Cela fait que, de sa naissance à sa mort,
il n’a jamais consommé une goutte d’alcool,
même pas de vin de palme qui est le lot quotidien des enfants élevés au village. L’homme tenait à garder intacte toute sa raison, sans chercher comme nous autres à se mettre de temps en
temps en congé d’elle. Il avait donc une attention
rationaliste permanente. »
« Il est resté sur ses positions »
de culture à l’Ecole normale supérieure de
Yaoundé. La promotion de la culture par les
langues locales était également un de ses
combats. Il était co-producteur et animateur
d’une émission en ewondo à la Crtv, station
régionale du Centre, (1987-1994) et président du comité de langue Beti en 2000. Ses
idéaux d’une République exemplaire l’ont
conduit sur les sentiers de la politique, devenant ainsi le premier maire de la commune
rurale d’Elig-Mfomo, dans la Lékié.
Présenté comme un homme humble par la
majorité des universitaires et philosophes
ayant partagé un bout de son univers engagé
et intrépide, le Pr. Marcien Towa déjouait
cette assertion familière : « Petit par la taille,
grand par l’esprit. » Car l’homme était imposant physiquement et élevé par la pensée. Le
dénigrement systématique et aveugle, il le
rejetait. Une position tendant à le séparer
d’une certaine idée de l’ethnophilosophie ou
de la négritude vue par Senghor, qu’il dénonçait comme « irrationnelle, coloniale, raciste. »
C A M E R O O N
O N T
Monica NKODO
T R I B U N E
Pr. Ebénézer Njoh Mouellé,
philosophe et ami du défunt.
« L’héritage de Marcien
Towa en philosophie peut
se résumer en une idée
qui est au cœur même de
toute philosophie. C’est
qu’effectivement, il faut
apprendre à se contester
soi-même. La contestation, la critique permanente, le renouvellement
de soi, le fait d’écarter
tout dogmatisme. La position de Marcien Towa
était celle qui donne à la pensée une liberté absolue. C’est ce sur quoi tout le monde insiste en ce
qui concerne Marcien Towa. C’est ainsi qu’il est
resté sur ses positions, jusqu’à la partie privée,
concernant la religion dans son rituel d’au revoir.
Mais ce n’est pas une question nouvelle, parce
que de par le monde, il y a une liberté totale de
participer ou pas aux activités religieuses. Mais il
faut retenir que Marcien Towa a tenu haut le
flambeau de l’esprit philosophique, qui est celui
de remise en question permanente et de liberté. »
Propos recueillis par FBN
P19-21_DOCUMENT copie_P 13 Douala 10/08/14 20:39 Page19
DOCUMENTS
M O N D A Y ,
A U G U S T
1 1 ,
2 0 1 4
Arrêté N° 827/CAB/PR du 04 août 2014 portant inscription
de deux mille neuf cent-trente-sept (2937) gardiens de la paix principaux sur la liste d'aptitude
pour l'accès au cadre des inspecteurs de police au titre de l'année 2014
Le président de la République, arrête :
Article 1e: Les gardiens de la paix principaux dont les
noms suivent sont inscrits sur la liste d'aptitude pour
l'accès au cadre des Inspecteurs de Police au titre de l'année 2014.
Il S'agit De :
1. Nkou Zanga Pierre Desire
2. Chifu Cornelius Kanjo
3. Ranieto Lucas
4. Amougou Philipp_E Bertrand
5. Mvondo Alexis Jean Gabriel
6. Aboe Zoio Justin
7. Ayina Kede Georges Bertrand J.
8. Ayissi Nzie Tobie
9. Mayengue Salomon
10. Adjomo Medjo Me Ze Christian
11. Vondou Aymar
12. Wobine Loriance
13. Mbide Livinus Njume
14. Abate Serges Ignace
15. Abdoulaye Youssouf
16. Zambo Mbolo Armand
17. Hamadjoulde Basile Jérémie
18. Ambara Thimothee Constant
19. Bekolo Jean Georges
20. Essengue Jean Pierre Guy
21. Mamang Alain
22. Oyono Joachim Richard
23. Hamidou Abdoulaye
24. Kengne Fonkou Jules M.
25. Zana Mbezele Rose Valerie
26. Mbouma Paul
27. Mboro A Mboro Dieudonne
28. Hekmele Antoine
29. Ngaiti Colein
30. Djitchou Alain
31. Kobi Valentine
32. Toulou Nnomo
33. Belinga Ato'o Luc Bienvenu
34. Sanda Wakilou
35. Bakoumeck Eric
36. Djabouma Ernestine
37. Souley
38. Dimanche Aum
39. Lowe Fotso Alain Roger
40. Nyaga Nyaga Marc
41. Balle Ndjana Evelyne
42. Djowe Roger
43. Pima Jules
44. Sandjo Guillaume
45. Ebene Gustave
46. Noi Noi Esthache
47. Madi Gibert Né Le 01 Janvier 1978
48. David Poro
49. Bengono Gervais.J
50. Atanga Johson
51. Djomessi Blaise
52. Takoumbo Tene Jean
53. Sadou Mohamadou
54. Ndjoko Bernard
55. Hamaoou Abdallan
56. Abakar Mbangadji
57. Sali Hamioou
58. Enyouma Hyacinthe D.
59. Younoussa Né Vers 1977 À Tibati.
60. Tchinde Dieudonne
61. Bouba Ne Le 28/09/1971
62. Djqngwe Daniel
63. Bouba Bello
64. Dina Hamadjam
65. Tchiedjop Kamnang Alix J.
66. Njapdounke Njouounkou
67. Njike Ngansop Christain Arnaud
68. Aladji Yaya
69. Amengle Ateba Ze Daniel
70. Dawa Djingui
71. Nankam Rodrigue Patrick A.
72. Assali Eric
73. Aoudqu Martin
74. Sam Nick Ngue Dagobert
75. Ebobisse Ndokat Jean
76. Achia. Mary Fotabe
77. Bagari Philippe
78. Mekongo Ombala
79. Ayangma Ambroise Martial
80. Abega Essogo Didier
81. Vougue Kemlowa Ciriaque
82. Sam Nick Nkoum Andre Thierry
83. Yiagnigni Njikam Abdel A
84. Macka Samuel
85. Ndongo Alain Martin
86. Onguene Florent Anicet
87. N'suiffo Kakeu
570 456-W
570 855-A
571 527-N
570 706-0
571961-L
570 409-A
595 983 -Z
582 816-0
582555-R
583 298-A
583 395-B
582 298-A
586 756-V
582 542-X
587165-A
597431-A
587 092-S
586751-N
596993-M
595 400-N
582 547-N
582616-0
582714-G
583 049-M
586786-Y
582 670-K
582 646-Z
582 505-L
582584-B
587 108-0
596 605-1
583 097-Z
597324-Q
582 557- I
582383-M
582 276-Q
582 508-M
586 976-A
587087-K
582970-V
595983-J
582619-W
586 771- P
583401- L
582419-U
582 381-A
586745-U
586983-J
595814-M
586 839-M
582423-0
582 388-A
582377- 1
586894-N
586724-K
582686-L
582567-M
583145-M
582 569- J
583 120- E
582 658-A
583 194-M
586916-T
587 114-V
583 313 C
586 795-Z
582896-P
582 643-R
595 890-Z
586981-S
610 756-Z
587 080-M
587101-T
598 202-0
587013-U
587 222-0
587210-0
583019-J
595626-J
587 152-L
586892- A
571 413-B
586 906-K
582788-N
582 378-Z
583 158-W
582 849-M
88.
89.
90.
91.
92.
93.
94.
95.
96.
97.
98.
99.
100.
101.
102.
103.
104.
105.
106.
107.
108.
109.
110.
111.
112.
113.
114.
115.
116.
117.
118.
119.
120.
121.
122.
123.
124.
125.
126.
127.
128.
129.
130.
131.
132.
133.
134.
135.
136.
137.
138.
139.
140.
141.
142.
143.
144.
145.
146.
147.
148.
149.
150.
151.
152.
153.
154.
155.
156.
157.
158.
159.
160.
161.
162.
163.
164.
165.
166.
167.
168.
169.
170.
171.
172.
173.
174.
175.
176.
177.
178.
179.
180.
181.
Bitomo Alphonse Alban
595 694-Q
Bouba Haman Ne Vers 1973
586912-L
Zollo Ngbwa Paul Herve
586 792-Z
Tangie Gladys Lokenye
582833-M
Monjap Jean Claude
582 272-X
Edinga Ndoum Paulin Jean
598789-J
Eyawolo Pauline
595 940-V
Mfout Parap Angele
596 655-0
Moka Abel Maewo L Yonga
595 369-A
Lema Sayibou Kola
596511-Y
Mbiamen Marcel Achille
595113-T
Kabeyene Pauline
596 291-M
Assomo Germain Olivier
598244-M
Kamenine Ferdinand
596441-J
Akamse Fouda Rosalie Clarisse
596 066-R
David Mboua Likouka
586984-M
Honga Eyamba Siegfried
596136-W
Nguendeng Luc Janvier
595 685-0
Emilia Nalova Ndivie
587052-H
Domtchuang Kemgne Alain Bernard 596612-Q
Efo'o Ze Serges Placide
596363-K
Amougou Amougou Denis
597 172-M
Ekomo Eyinga Edmond
596462-L
Avini Anyouzo'o Jean
595 642-K
Mvondo Omgbwa Herve Lionel.
595548-M
Amougou Atoe Valery
597030-W
Bengono Joseph Desire
595689-X
Tchuissa Hugues
598 124-X
Essono Essono Christophe Cyrille 608 500-T
Poufong Maurice
597650-E
Essiane Francis
595 400-N
Edo'o Okomono Bernard Serge T. 596330-H
Eka Abane Ze Nicolas
596 473-M
Oumarou Pierre
597 203-V
Eto Eto Joseph
595 244-X
Etoundi Eugène Flavien
595 373-$
Mvomo Gaspard Desire
595 527-R
Nama Malla Sebastien Julien C.
596 9~0-S
Moufotia Bernard
595 162-Q
Mbengoa Nkiu Jean Blaise
597 262-M
Omgba Onana Gabriel
586 826-T
Ntyame Jean Dady
595663-U
Bihina Manga Pascal
595 689-X
Nfornou Stephen.S.M
583 004-Z
Manye
508 043-G
Embolo Fidele
598 335-A
Tooh Peter Mailaah
597989-B
Nsah Pascal Buh
586693-Y
Assougou Ndoumve Dorothe
597 784-R
Wafo Jean Paul
145906-F
Bolo Simon Pierre
596 023-U
Kameni Hugue
596 258-M
Ekotto Ambiana Alfred
597 981-A
Assang Dieudonne
597724-T
Monembama Bienvenu
595535-M
Mbida Ngotsogo André Parfait
596800-A
Ambadiang Edgar Georges Juvet
597611-A
Dunyien Puis Fongoh
598613-M
Yemele Duclair Marcel
596 222-F
Kenne Angeline Edwige
596437-J
Nguele Minkoulou Marguerite
598678-1
Njie Motange Martin
598758-X
Moundou Hamidou
595 249-Y
Salla Valéry
598223-Y
Hamadou Sauou Muller
996117-M
Nkolo Bingono Nicole Lionnette
597 059- J
Daouda Robert
582957-T
Tsungui Come Damien
597681-Y
On Doua Menyoko Francine C.
598333-J
Djambou Ndjambou Guy Bretin
596411-G
Djamgoua Laurent Raoul
597 018-M
Ngueng Cecile Epse Miloko
582 311-K
Njock Jacques Patrice
597 813-L
Njock Thérèse Claude
597877-J
Aissatou Adji
597431-A
Olomo Alembe Gaston Frederick
598730-U
Ngoumou Théophile Hervé Gérald 596688-Q
Nkpot Ojong Ojong
598077-K
Nti Eric Bertrand
598 382-W
Assontia Tonzon Joseph Hippolyte 597095-L
Ndzana Dieudonné
596906-S
Essomba Amougou Guy Emmanuel 598 407-1
Zanga Nadege
598496-Q
Elon Claude Salomon
598140-Z
Akoumba Aka'a Dany Joele
595938-U
Konoh Justin
596254-A
Minkonda Bruno Joseph
573 347-P
Ibrahima Ahmadou
596228-P
Ela Ela Alex
597844-G
Keumeni Time Flore Nicole
596285-T
Omgbwa Pierre
597876-A
Etoungou Etoungou Emmanuel
595976-R
Ngoufack Tagnifo Alexis Thierry
596780-Y
Nkodo Nama Jean Baptiste Armand 598601-M
182. Ambanga Ambanga Louis Bernard 595631-M
183. Mvene Maurice Augustin
595 512-G
184. Alamine Taimou
600 345-U
185. Byakolo Joseph
596523-Z
186. Djatang Ndamen Merlin
598 602-A
187. Kieppo Christian Kiepo
596493-F
188. Elvis Mujingui Ndan Goh
598324-R
189. Mvondo Mvondo Léopold
595 338-Q
190. Mba Laurent
596592-G
191. Obam Patrick Aurelien
598785-M
192. Nyake Victorine
511 637-F
193. Manga Georges
596268-A
194. Tchuenku Emmanuel
598533-C
195. Agnoure Jacqueline
595 856-N
196. Koswe Paul
596613-Z
197. Ngandji Jeanne Laure
598161-A
198. Mimou Tchamimou Prisca
595258-Z
199. Aissatou Marie Helene
595897-J
200. Mekwete Odette
600 281-P
201. Djombi Nyamsi Charlotte Nathalie 598501-1
202. Biloa Awona Tecle Roselyne
600 299-1
203. Ngono Marie Chantal
597 918-D
204. Awana Onana Gregoire E.
595 913 -S
205. Oyono Pierre Albert
598 725-M
206. Ngoue Libong Philippe
598 586-Q
207. Alexis Martin Essindi
595613-Y
208. Heutcho Nfongyele Olive
596 201-U
209. Ketchacheup Keutat Floriane S.
596468-C
210. Mengong Me Zang Marceline G.
596 667-N
211. Ngandep Guy Rene
598177-T
212. Nkuil Andre Mesmer
598 675-H
213. Yacobu Mainemo Jifon
598412-Z
214. Kenne Adrienne
600 280-G
215. Mboe Ebogo Marthe
595 285-S
216. Obougou Ngoda Joseph Eric
597847-0
217. Atangana Nguede Joseph
595 782-X
218. Essama Essama Chatian
595 238-X
219. Lydie Nduk Ojong
596370-S
220. Ndzie Collette Odile
595 822-K
221. Ngameng Clementine Nadege Beatrice
598196-E
222. Tazong Berthe Marl Yse
597 423-R
223. Tchabewe Nzouandja Viviane
597441-J
224. Mekem Yves Ferdinand
595519-Y
225. Keptoukoua Nyaye Liliane
596458-5
226. Biboum Pelagie
595 902-A
227. Ngono Ako'o Odile
597963-Y
228. Mbeuguet Nadine Reve
595 130-N
229. Eyenga Oyono Mathieu Junior
596 154-Y
230. Abada Roger
597976-J
231. Abate Bidjang Ortense Perrine
598080-B
232. Abeme Zo'obame Jean Daniel
598251-A
233. Ahanda Ahanda Martin
595 867-G
234. Akono Zambo
595700-Y
235. Assame Andjembe Thierry
597 775-Q
236. Assembe Mvondo Samuel F.
597 807-S
237. Atsama Colbert
595832-T
238. Atyame Juillet
595847-M
239. Avini Cendrine Arlette
595878-Y
240. Awono Modo Jean
595924-T
241. Ayougaing Fotso Corine
597086-K
242. Azegue Paul Patrice
597061-Z
243. Bandolo Joseph Marie
597362-C
244. Bassa Samuel
597 455-L
245. Begeha Sebastian Ashu
597590-Q
246. Belinga Maurice
595 846-D
247. Beyina Joel
600 321-M
248. Bidjeke Claire Christine
595974-Y
249. Djibrilla Alim Né Vers 1973 À Djalingo-Garoua
598547-D
250. Ebela Jean Louis
596174-J
251. Ebenda Anastasie Berthile
596176-J
252. Edzimbi Eyebe Marguerite Margot 596 399-F
253. Emane Freddy
598354-L
254. Enoondom Avah Rodrigue
595 140-W
255. Engo Ze Armand
595 153-P
256. Gisele Ntumbe Pande
597 541-S
257. Gnokon M.Hortense
597562-V
258. Habiba Kabi
596 094-S
259. Hidjake Jacques
596213-E
260. Ibrahim Aziz Yamekouo
596278-S
261. Joan Lamruh Ndicho
596 520-Z
262. Kabena Ebode Martin
596424-Y
263. Kanyim Tchouante Beaudelaire
600 278-F
264. Kekouli Veronique Marie Épse Biyo 596389-U
265. Kenne Delphine
596444-J
266. Kwawou Jean Blaise
596 952-G
267. Magho Blaiserine
596415-X
268. Makodje Colonel
596 478-M
269. Mambo Pascaline Nsoh
596564-U
270. Mamoudou Sadou
596 578-V
271. Manda Essomba Herve Guy
596 600-H
272. Mbarga Amvene Max
597 657-E
273. Mbazoa Anaba Agnes
597751-W
C 1
A M9 E R OC OA MN E RT OR O I N B UT RN I E B U N 1 E 9
274.
275.
276.
277.
278.
279.
280.
281.
282.
283.
284.
285.
286.
287.
Mbida Amougou Simon Jules
Mekong Mekong Daniel
Meladem Joseph
Meli Leopold Celestin
Mendomo Annie Laure
Mengue Alo'o Marie Louise
Menguele Yene Luc
Menyengue Regine Pelagie
Messanga Di Di Charles
Messi Ondoua Jean Victorien
Messina Mboudou Marie Rose
Mewolo Georges Clement
Meyong Eko Andre
Mfom Essam Pierre Noel
595 169-1
596 538-A
596 559-L
596569-U
596 627-M
596 686-X
596756-E
596793-R
596834-U
596 878-Z
596895-J
595137-F
595159-Y
595197-S
288. Mfomo Ngono Manga Elise Madeleine
595 200-L
289. Mfomo Sylvestre
595 202-L
290. Mfouapon Alassa Né Le 19/04/1977 À Koutaba
595210-U
291.
292.
293.
294.
295.
296.
297.
298.
299.
300.
301.
302.
303.
304.
305.
306.
307.
308.
309.
310.
311.
312.
313.
314.
315.
316.
317.
318.
319.
320.
321.
322.
323.
324.
325.
326.
327.
328.
329.
330.
331.
332.
333.
334.
335.
336.
337.
Mgbakli Solange
595 239-P
Mgwa Zan Ena Victor
595 242-G
Mimbang Bana Pierre
595253-Y
Mimong Donald
595 256-Z
Mindjom Biwole Simon Pierre Ii
595275-J
Minnoue Gastien Angel St Cire
595 425-H
Mon Ebene Eric Sylvain
595246-Q
Motaze Nsoh Jean Simon
595318-0
Mouchili Ibrahim
595324-0
Moudio Stephane Noel
595 335-H
Mounchingam Mouanssie Haoudou 595441-R
Mpei A Mpei Emmanuel
595444-J
Mveng Adzaba Micheline
595 529-1
Mvomo Akame Jean Simplice
595 565-C
Nai Georges
596917-T
Nama Mimboe Sylvain Bertin
600 264-V
Namegni Tchoudjin Baudelaire
596924-U
Ndam Esaie
598427-M
Ndengue Serge Eric
598522-J
Ndiforyu Magdalene Limajim
598619-B
Ndigouing Ndjingui Eric Pierre
598623-C
Ndongo Anicet Armand
598881-M
Ndongo Thimotee
598894-C
Ndoudoumou Christophe
596 584-W
Nozodo Valere Sylvain Patrice
596759-F
Nemba Jean Emmanuel
596780-Y
Ngah Mba Justine Melanie
598 249-M.
Ngah Mongo Onguene Francois
598245-A
Ngam Kuma Kevin
598206-F
Ngbwa Michel
597 317-H
Ngo Tonye Marie Anne
597 738-D
Ngo'o Erick
597 741-N
Ngoli Beti Marianne
597 779-Z
Ngono Bineli Andre Marie
597 889-M
Ngono Catherine
597 900-K
Ngono Martine
597 948-H
Ngono Noah Appolonie Ernestine 597977-M
Ngoune Andre Paskidout
598 686-Z
Nguepi Aimerence Laure
598801-K
Ngueyep Fanko Patrick
598809-T
Nguiekaveng Rene
598829-N
Nitiba Fidele
597 752-0
Njimongna Mbombo Mohamed
597 860-Q
Njoya Soule
597 952-H
Nkoa Ngah Marie Sylvie Epse Afane 598 052-Z
Nkonomo Steve Patrick
598 185-M
Nnomo Épse Noah Aline
598 528-S
338 Nnomo Atangana Therese Pulcherie
598514-M
339.
340.
341.
342.
343.
344.
345.
346.
347.
348.
349.
350.
351.
352.
353.
354.
355.
356.
357.
358.
359.
360.
361.
362.
363.
364.
365.
598 493-H
598381-X
598 456-U
598 404-H
598 790-A
595 593-W
595598-P
595 617-R
595 718-A
595580-V
595600-G
595633-J
595755-U
595 857-V
597786-A
597 790-A
597817-C
598043-Y
598215-G
598 264-L
598285-V
598 296-W
598304-X
598 386-W
597 010-D
597017-D
597094-T
Noah Evina Luc Herve Joseph
Nobouodem Delphine Marie
Nomo Christophe
Notewo Foozep Roger Berthrend
Nshom Ngalla Anthony
Ntolo Engotto Jeannot
Ntolo Evoe Didier Joel
Ntonga Alexandre
Nwatsok Bediang Therese H.
Nyadjock Appolonie Emerence
Nyam Laurent
Nyangone Ndongo Aline Michel
Nyoma Meya Joseph
Obam Jacques
Obama Obama Marc
Obame Ebo'o Marie Enock
Obe Mve Albertine
Olama Mengue Aime Rosine
Omgba Ndjana Pierre Galand
Onana Nka Luc
Onana Owona Jean Marie
Onana Serge Appolinaire
Onana Veronique Patricia
Ongono Jules Lazare
Onguene Jean Gaspard
Onguene Mvondo Serges S.
Otele Hubert Jacquard
366. Ousman Né Le 25/01/1981 À Godigong 597256-M
P19-21_DOCUMENT copie_P 13 Douala 10/08/14 20:39 Page20
L U N D I ,
1 1
A O Û T
DOCUMENTS
2 0 1 4
Arrêté N° 827/CAB/PR du 04 août 2014 portant inscription de deux mille neuf cent-trente-sept (2937) gardiens
de la paix principaux sur la liste d'aptitude pour l'accès au cadre des inspecteurs de police au titre de l'année 2014
367.
368.
369.
370.
371.
Ousmanou Ouba
Owona Benoit Anicet Joseph
Oyie Michel
Oyono Eric Alain
Sadjo Bouba
597 304-W
597547-C
598696-A
598 723-M
598 055-Z
372. Salamtou Né Le 01/04/1976 À Bouhra
598109-V
373.
374.
375.
376.
377.
378.
379.
380.
381.
382.
383.
384.
385.
386.
387.
388.
389.
390.
391.
392.
393.
394.
395.
396.
397.
398.
399.
400.
401.
402.
403.
404.
405.
406.
407.
408.
409.
410.
411.
412.
413.
414.
415.
416.
417.
418.
419.
420.
421.
422.
423.
424.
425.
426.
427.
428.
429.
430.
431.
432.
433.
434.
435.
436.
437.
438.
439.
440.
441.
442.
443.
444.
445.
446.
447.
448.
449.
450.
451.
452.
453.
454.
455.
456.
457.
458.
459.
460.
461.
462.
463.
598268-C
598 274-U
598 294-V
598 320-Z
600 348-D
598 336- J
598344-B
598 462-N
598572-P
598584-Y
597269-S
597 350-A
615 267-M
597 712-M
597690-Z
597 635-L
597 643-U
596 031-N
596059-Q
596 096-S
596 102-T
596158-R
596 202-M
596 236-H
596289-L
598 544-U
597438-M
597461-0
597487-0
597 493-G
597460-T
595 507-P
596501-G
595543-J
598389-W
582 826-Z
598649-N
598757-P
596 126-N
597639-C
595492-V
597908-T
598 105-E
597 422-I
600 287-G
595 803-A
596163-Z
597893-M
597 718-B
595 393-U
597437-J
595991-J
597 009-L
596 654-U
596070-Z
595 608-Q
595 357-M
597661-W
596742-U
596 874-Q
596 766-0
596 942-W
597 464-M
596521-1
597003-T
595 893-Z
596 535-M
597 880-A
596 625-M
597276-T
598195-V
597845-W
597610-M
598 495-B
597800-A
596299-U
596689-Y
595 189-A
596699-R
600 306-Z
595928-L
598 689-M
596 595-P
595311-V
597083-C
598 750-P
595669-E
597 345- J
598764-Y
596 519-2
596888-J
Seme Mbida Felix
Sen Helene Melanie
Seudjio Rigobert
Simesse Benoit
Sobgo Alain Denis
Sock Louis Blaise
Solivant Wirdzilii Shang
Soulouknga Benoua
Takile Ymedji Sylvie
Talba Moise
Tangue Mathieu Felicite
Tassi Byolo Jean Marie
Tembou Charles Nefornesea
Tene Romuald Eric
Tetsa Jean Pierre
Timbiri Medjang Pierre
Tina Arsene
Tjeme Albert
Tonlieu Jean Pierre
Tsague Catherine Albertine
Tsala Joseph Desire
Tsegam Bikobe Solange
Tsogo Etene Maurice
Voufo Mameza Emilie Bardeaud
Walvede Daniel
Yiwe Pascal
Zame Foumane Charles Olivier
Zamgola Ferdinand
Zamo Mva Drisile
Zana Ango Martin Emmanuel
Zing Augustin
Medjo'o Salome Carolle
Bilo'o Christine
Mvodo Essama Maurice Eric!
Nkpwele Fono Yevette
Zambo Angoula
Owono Maurice Vital Calvin
Pajoudoromfoko Issiaka
Eba'a Mbo Georges Telesphore
Mboe Marie Therese
Medjo Daline Sylvie
Ngono Ebode Marius
Salamatou Mboula
Teuka Lemoussok Sylvie Valtan
Mbia Evouna Cecile
Bello Kande Jacqueline
Eyidi Ekombo Raoul Blaise
Ekani Atangana Adelaide
Asonganyi Cecilia
Mbou'ou Elisabeth Jeannine
Zibi Henri Placide
Etoundi Moise
Manyo Manyo Jean Marie
Bissai Pierre
Guily Berthe
Assola Mboene Marie
Minko Nadine Nadege
Anyengoveng Syril Roger
Casimou Moussa
Nazid Djoubairou
Christiana Yangundu Esume
Lawan Paul Abbo
Fundoh Immaculate Ngenue
Mekondane Bekono Dominique
Mbazoa Omgba Seraphine Carine
Belibi Eloundou Appolonie
Bitoto Bitoto Laurent
Ekani Alexandre
Mendom Gerard Lazare
Moukwelle Jonas Senghor
Omengue Joseph Desire
Njiki Elvine Flore
Bekolo Ananga Lucie Prisca
Nsembia Tchatet Elie
Asse Ernest
Leutcheu Ngopa Guy Bertrand
Bilounga Nkoum Marie
Mbida Mbida Gabriel Emery
Bikoe Dominique
Bella Gertrude
Akate Ngane Germain Toussant·
Djatou Heumbia Hortense Melanie
Manguele Iii Nicaise Dieudonne
Minkat Meyanga Cyrille
Nkoulou Suzanne Epse Mbarga
Ntep Minyem Francis Daniel
Ntye Eyah Jacqueline Irene
Tchabmegni Sedio Magloire
Yomi Esperance
Manda Betsi Louis Marie Chantal
Ngo Njock Madeleine Nathalie
464. Ngouaffo Severin Brillant
600 368-F
465. Onana Lazare
598 247-M
466. Abossolego Benjamin Douala
598421-M
467. Ayangma Jacques
595964-P
468. Onno Martin Luther
598 375-V
469. Djonwe Jean Pierre
598201-W
470. Tegang Clement Rene
597 672-X
471. Robertson Josephine Mireille
598 055-Z
472. Ayamba Frankline Egbe
600 363-W
473. Melounou Irene Majolie
596 598-Q
474. Agougmo Clarisse
595863-W
475. Mani Tsoungui Marcel Emmanuel 597006-C
476. Baidanne Noel
597245-A
477. Ewane Ewane Pierre Novis
596 071-I
478. Fossi Moumbe Hilaire Polidort
597318-Z
479. Mimbale Philomene Adele
595 245-H
480. Wirngo Buba Wirba
596336-R
481. Ekpai Nzesa.M
587070-A
482. Mbembe Marie Josephine
597 884-M
483. Ngapgo Pierre Ebenezer
598027-0
484. Owono Albert
598 644-N
485. Sany Minette Lily
598248-J
486. Yombo A Yombo Alida Solange
598 569-W
487. Ndoti Souhaibou
596570-N
488. Belibi Ali Ma Desire Parfait
595 888-R
489. Youkep Sylvie
597361-S
490. Fomba Paul Lockjinu
597 169-A
491. Kamhoua Boutche Gertrude Épse Kamdem
596300-V
492. Ayomba Gilda
597092-C
493. Likeng Bayiga Albert Otton
596312-F
494. Tsague Romanie Edmond
600308-J
495. Nkie Ceune
600 338-T
496. Ebogo Elysee Armel
596211-N
497. Ovatsogo Alphonse Beni
597321-H
498. Tcham Da Nana Justin Bleriot
597467-U
499. Atangana Joseph Né Le 05/01/79 À Nkolo I
595773-W
500.
501.
502.
503.
504.
505.
506.
507.
598 373-V
595 145-W
595909-A
595 135-N
597 102-U
600 239-S
595399-K
597211-0
Aboumba Aboumba Oscar
Mbia Modo Ernestine
Awalou Hamadjida
Mevoung Joseph
Fanta Marceune
Mounyele Moudourou Samuel
Mounam Sadjo
Foa Guieng Aureue
508. Fadimatou Née Le 01/08/1974 À Maroua 597070-M
509.
510.
511.
512.
513.
514.
515.
516.
517.
518.
519.
520.
521.
522.
523.
524.
525.
526.
527.
528.
529.
530.
531.
532.
533.
534.
535.
536.
537.
538.
539.
540.
541.
542.
543.
544.
545.
546.
547.
548.
549.
550.
551.
552.
553.
554.
555.
556.
557.
558.
559.
Esso Ovono Simone Arlette
Koko'o Mathurin
Ndong Cosmas
Onana Nkolo Etienne
Oyonga Leonard
Bouke Boundjo Sidonie
Abba Boukar Halilou
Nyebe Pauline
Baran A Ngon Carine
Bayame Parfait
Jacob Bechen Agbor
Ngoulou Aloys Francis
Nke Laurentine Flore
Ngong Joseph Kutwa
Nyangono Manga Lucien Arthur
Ateba Ateba Mathurin
Bemak Philomene Dorothee
Kouma Kouma Narcis Clovis
Messina Zogo Peggy
Mezene M'obam Sylvie
Ndoudoumou Zacharie
Ngbwa Patrick Cyrille
Ngo Bidjoka Marthe
Ntsama Rachel
Ongbwa Ngombo Patrick
Vojeu Georgette Sophie Claire
Wadjemri Pascaline Née Vers 1978
Yah Atonga Marie
Balla Eyenga Marcelin Noel
Kameni Nouheuwe Jeremie
Dong A Djam Jule Bertin
Mbakop Roger
Ze Emane Evelin
Bella Fouda Francois Ibrahim
Ebode Nkama Christophe
Minkan Fongang Herman
Djike Moise
Ali Boukar
Hie Anne Chantal
Loumou Kessack Desire
Mahama Gabriel
Matip Baha Elias
Mepa Ngaha Merlin
Merci Helene
Michiren Martin
Mossi Alim Mamoudou
Moussa Katchi
Ndong Mfondo Adamou'
Ngue Ngue Claude Francis
Pagore Samuel
Paiouma Barnabe
2
0
595317-F
596543-K
598872-M
598269-T
598711-K
596372-L
598076-S
595 668-U
597435-J
597072-J
596537-M
598631-T
597995-T
597818-T
595644-K
595 793-Q
595 743-L
596 674-W
596 907-8
595 175-M
596587-W
597 962-Z
596 833-M
595657-C
598359-T
596233-G
596265-M
598428-J
597311-X
596271-M
598 700-M
597374-M
595 709-A
595 780-X
596200-M
595 279-A
598 833-0
597 035-F
596223-W
596 360- J
597665-W
597194-M
596809-M
596 815-K
1 600 244-C
595 307-U
595 472-T
598 878-M
598 739-N
598 737-V
598767-Y
560.
561.
562.
563.
564.
565.
566.
567.
568.
569.
570.
Taihla Gregoire
Kom Joseph Marcel
Ekobo Assiga Marie Madeleine
Garga Magadji David
Yanga Bakop Charline
Donfack Zankia Patrice Aime
Bonla Paul Khoury Ludovic
Essimbi Charles Dimity
Esso Christian Herve
Ewang Sylvain
Ohandza Guy Roland
598 545-M
596548-S
597943-G
597488-W
598437-K
598 692-M
596 482-N
595391-U
595351-R
596 035-E
597 761-P
571. Abdoulaye Ne Le 11/05/1974 A Mokolo 598 139-Z
572.
573.
574.
575.
576.
577.
578.
579.
580.
581.
582.
583.
584.
585.
586.
587.
588.
589.
Akama Franklin Fortu
Nloga Mbog Valery
Youssafa Mouhamadou Bello
Balla Sanda Rene Michel
Biloung Pauline Lyse
Bianen Mouzong Rosalie
Mbo Nleme Mariel Chantal
Kumsona Judith Galega
Noah Lucien
Edoa Bessala Frederic Olivier
Loumouda Jacqueline
Kengne Jean Marie
Bawane Jolise Épouse Ngomna
Manfo Teking Jude Francis
Nembe Mohamed
Zogo Bienvenu Magloire
Nyassa Monique Fraccede
Nguesseu Norbert
595 914-K
598638-U
597386-Y
597318-Q
596 682-G
595985-J
595 274-M
597 302-W
598500-Z
596367-B
596 362-B
596432-R
600 282-X
596 705- J
596 783-H
597561-N
595 664-0
598805-T
590. Djoumbissie Nitcheu Anicet Arcaduis
598831-0
591.
592.
593.
594.
595.
596.
597.
598.
599.
600.
601.
602.
603.
604.
605.
606.
607.
608.
609.
610.
611.
612.
613.
614.
615.
616.
598342-J
596 824-L
597 019-U
595171-R
598 568-0
595708-Z
598 713-C
597 680-Q
598406-Y
598 636-U
595895-J
598 556-E
597 113-V
596165-J
598 509-J
598787-J
596178-A
596 309-0
597919-M
595 934-0
596656-V
596 762-W
598 040-Q
596105-C
600 364-0
598 776-Z
Ondoa Noi Philemon
Mangan Pierre
Mapape Jean Paul
Mbida Awoa Maxime
Noi Edison Tanyu
Bepe Alain Honore
Ndjazo'o Magloire
Tessa Wamba Jules Ferry
Achu Henry Tembuh
Douanla William Evelyne
Aissatou Épse Ali Kali
Djidere Abdou
Aminatou Marie Yvonne
Tsimi Antoinette
Djuigui Catherine
Penda Francois
Ebenda Jacqueline Marlyse
Likeng Appolinaire
Njoumemi Mama
Etienne Maxime Ondou'ou
Doume Makongo Jean Guy
Ndzom Valentin
Nkoa Gullaume
Tsala Marie Chantal
Nguimfack Sophie Beatrice
Doko Guele Armand Liboire
617. Batchadji Heumba Beatrice Prudence
597 274-T
618.
619.
620.
621.
622.
623.
624.
625.
626.
627.
628.
629.
630.
631.
632.
633.
634.
635.
636.
637.
638.
639.
640.
641.
642.
643.
644.
645.
646.
647.
648.
649.
650.
651.
652.
653.
654.
655.
656.
596342-R
598408-R
598123-G
598 302-X
598 322-Z
598 339-M
598 343-M
595849-E
595 933-U
596375-T
596386-U
597 745-0
597 758-W
598028-W
598194-N
598762-Y
596 554-L
596 902-B
597 759-G
595 520- Y
597 293-N
598 558-E
595623-A
597595-Q
596540-J
595768-F
596 573-V
595 298-L
597 397-0
596 344-A
597 577-0
598401-Y
596002-K
595513-P
597053-H
596561-M
595853-E
598218-H
596 485-V
Essono Noah Engelbert
Nchotebah Zemajoh Hilda
Abeng Oyono Mirabeau Sylver
Abeng Sylvie
Abihana Ambomo Irene Seraphine
Abomo Germaine Olive
Abomo Nathalie Felicite
Aghogue Segha Elianne Valerie
Akamesse Okono Jeanne Hortense
Jean Claude Fai
Jerome Teih
Ngoa Ban Mvondo Remy
Ngoba Jeanette
Nkengne Meffo Mirabelle Yyeite
Nkotto Zengue Jimy Salomon
Nguele Roseline Beatrice
Mekoui Francoise
Messina Ndongo Cecile
Mbazoa Christine
Medou Sylvie Danielle
Tanka Henry Tishi
Yokomo Tang Benoit
Alemoka Laurentine
Beka Jean Benoit
Elang Mveng Georgette Pauline
Beng Onana Robert
Meli Noumbo Juliette
Mbole Mvondo Marie
Mbala Zambo Auguste Stephane
Lopezi Tezempa Gatien
An Gong Bertrand Cassidy
Emine Andre Brice
Assiga Mbarga Valery Paulin
Meke Meke Mfou'ou Theodore
Ayissi Luc Né Le 17/10/1980 À Met
Biya Philemon
Bakep Sidieu Jacob
Ngah Marcellin
Damkam Marianne Thierry
C A M E R O O N
T R I B U N E
657. Fimba Luc
597 175-S
658. Fissossoe A Fissossoe Issac William
597 198-D
659.
660.
661.
662.
663.
664.
665.
597 206-E
600 211-F
597814-T
597846-F
595 498-F
596 557-T
595 126-M
Fotsing Moumbe Theooose
Mabu Danliteh Buba
Mbella Jean
Mbem Rose Perpetue
Mekoulou Biyede Simon Thierry
Melatou Therese
Meyanga Rn Thierry Majoie
666. Mouhamadou Aminou Né Le 06/11/1981 À Yde
595343-Y
667.
668.
669.
670.
671.
672.
673.
674.
675.
676.
677.
678.
679.
680.
681.
682.
683.
684.
685.
686.
687.
688.
689.
690.
691.
692.
693.
694.
695.
696.
697.
698.
699.
700.
701.
702.
703.
704.
705.
706.
707.
708.
709.
710.
711.
712.
713.
714.
715.
Avouzoa Essono Felicite
Assougou Boula Therese Solange
Sanama Badang Claude Valéry
Alioum Goni
Tsala Nkolo Joseph
Kanjoh Yembe Rolland
Boukar Né Le 09/06/1976 À Dogba
Ngame Ngame Oloumane Chrispy
Ayissi Gilbert
Belinga Brigitte
Keum Riamatou Mustapha
Ebengue Albertine
Nkambok Gelis Aloys
Elongo Firmin Aime
Ngandi Hortense Patricia
Agripine Ines Eboutou Auvenbe
Eloundou Marie Therese Peggy
Ayissi Oloua Agathe
Kamsouloum Hassanama
Abessolo Anicet Flavien
Dan Hatine Abdoulaye Alhadji
Afane Bouta Maxime Michel
Amougou Jean Felix
Fokam Etienne
Mengue Anne
Nkengue Marie Louis
Bikele Joseph
Fono Edjeme Sylvain
Eboutou Lydie Felicite
Mvomo Jeanine Christelle
Souleymanou Dalil
Beyala Bilounga Viviane
Ilomo Messina Aurelien Serges
Motio Tchikou Eldrige Gidel
Keldai Simon Pierre
Tsogo Catherine
Mama Enama Wenceslas
Edjimbi Angoula Georges
Tabodo Etoundi Gabriel Guy
Abah Jean Ernest
Mebanda Jeanne Marquise
Ebama Marie
Essono Bolo Blemond
Kamga Tameza Gertrude Judicaele
Mbezele Messomo Francoise
Mirdassou Ousmane
Njogue Ekwelle Solange
Nna Ze Daniel
Nongni Kemda Edith Clarisse
595906-M
595651-L
598 292-W
595569-T
596 118-U
596 361-M
596457-B
597 309-P
597 115-V
595 815-J
596489-F
596 182-B
597978-J
598284-N
598173-C
595844-0
598319-Z
597106-U
596500-X
598316-Y
596 106-T
595801-R
597209-F
597235-Y
596698-Z
598 030-X
596 032-V
597287-U
596 293-M
595 557-S
598399-H
597104-U
596328-Y
595321-F
596 397-N
596 177-M
596 536- J
596255-J
598 507- J
598011-N
595442-Z
596 144-P
595 247-Y
596290-0
595134-E
595450-J
597917-U
598604-M
598443-C
716. Nsangou Mama Né Le 03/04/1973 À Foumbot
598 816-U
717.
718.
719.
720.
721.
722.
723.
724.
725.
726.
727.
728.
729.
730.
731.
732.
733.
734.
735.
736.
737.
738.
739.
740.
741.
742.
597300-W
596 062-H
595346-Z
608 495-Q
595 267-M
597 443-B
596 208-U .
598 135-Q
595 227-F
597007-T
595 378-B
596 079-A
595 131-V
597 339-M
597516-J
597 495-Q
597 660-0
597067-M
595389-T
596916-C
596884-Z
595 603-P
597704-A
600 256-M
595735 S
595905-J
Tankeu Clarice
Tooh Justin
Mbono Amolo Eric Marcel
Abomo Bengono Emmanuel Olivier
Mbo Mbo Emilie Adeline
Basil Dzerimfo Awirba
Tsogo Rufine Christiane
Ekwele Mambo Sophie
Essaga Ombang Joseph Desire
Maninougolia Suzanne
Mouthe Leonie
Toulou Zanga Nathaüe
Endante Russel
Yossa Louis Pascal
Geraldine Viviane Engoung
Gbetkom Ismaila
Essindi Essindidebonnaire
Fah Torou Charles
Nahyong Gah Gwanyin Belinda
Nama Eyenga Marie Agnes
Ngoa Marie Clautilde Valerie
Ntsoli Daniel
Tigui Awana Alain
Faleu Nzondjou Hubert Romeo
Belomo Awono Philomene Nathalie
Akaa Jean Jacques
743. Lama Ra Né Vers 1978 À Makoulahe
596 939-F
744.
745.
746.
747.
748.
749.
750.
751.
752.
597 016-U
596267-M
598 182-D
596331-Y
596 660-N
598587-Y
596 257-J
596 243-Q
596 433-Z
Amba'a Ndende Henri Philippe
Ebo'o Edjimbi Marcelin
Sambo Appolinaire Faustin
Lobti George Nchi
Mengomo Ekomane Prosper
Ndi Kouma Adolphe
Wadawa Laban
Ebolo Allono Jean Dore
Mahama Thomas
P19-21_DOCUMENT copie_P 13 Douala 10/08/14 20:39 Page21
DOCUMENTS
M O N D A Y ,
A U G U S T
1 1 ,
2 0 1 4
Arrêté N° 827/CAB/PR du 04 août 2014 portant inscription de deux mille neuf cent-trente-sept (2937) gardiens
de la paix principaux sur la liste d'aptitude pour l'accès au cadre des inspecteurs de police au titre de l'année 2014
753.
754.
755.
756.
757.
758.
759.
760.
761.
762.
763.
764.
765.
766.
767.
768.
769.
770.
771.
772.
773.
774.
775.
776.
777.
778.
779.
780.
Amougou Samuel Didier
Tchinda Tchou Pou Armand
Eba'a Eba'a Sylvain Claver
Noe Tuwa Beaudelaire
Mena Elisabeth
Ndongo Zo'o Leonard
Tchoufak Tchouangwa Armand
Elanga Clementine
Mengue Marl Yse
Richard Metuge Ebage
Voula Metoutou Gaston Desire
Hamayadji Nana Yerima
Konga Christine
Keubou Djoumessi Jean Paul
Mbiefo Djeukam Valerie Laure
Adamou Husseini
Abessolo Andre Parfait
Temgoua Liliane
Asso'o Eko Parfait
Yaya Né Le 10/10/1973 À Mora
Fegue Mballa Odile
Sahnde Tiomany Jacob
Medjinandjo Merlin
Goda Jacob
Ngubissono Yvette Marie
Abeng Marie Esther
Nsombi Valerie Alain
Donfack Appolinaire
567 161-A
597591-Y
596 121-N
598 460-U
596618-M
598 863-Z
597 456-T
598176-L
596 743-M
598 035-G
596244-Y
596 157-Z
596 588.,(L
596 486-E
595206-C
598449-T
598 310-Q
597699-J
595573-U
598464-N
597142-Y
600 341-L
595 473-L
597501-H
598 728-U
598297-F
598770-Z
598 794-M
851.
852.
853.
854.
855.
856.
857.
858.
859.
860.
861.
862.
863.
864.
865.
866.
867.
868.
869.
870.
871.
872.
873.
874.
875.
876.
877.
878.
781. Yingyang Wabolga Eveline Marlene
598532-S
879. Messanga Atangana Veronique Mathilde 596828-C
782.
783.
784.
785.
786.
787.
788.
789.
790.
791.
792.
793.
794.
795.
796.
797.
798.
799.
800.
801.
802.
803.
804.
805.
806.
807.
808.
809.
810.
811.
812.
813.
814.
815.
816.
817.
818.
819.
820.
821.
822.
597 583-G
597 216-0
597077-J
598651-0
595836-T
595786-H
597 899-B
595 509-P
596900-J
595 777-G
596614-A
597469-M
596 669-F
597 299-V
598104-V
596 617-J
597 677-X
597451-S
595 282-K
597310-P
596 056-H
595 807-M
598687-A
598 665-X
597 993-C
596209-E
600 284-X
597484-F
595 696-H
595 725-J
595 696-H
597503-H
596 567-D
595 438-Z
595541-M
597 579-G
596 125-E
595536-J
597921-N
598 564-W
597 726- T
880.
881.
882.
883.
884.
885.
886.
887.
888.
889.
890.
891.
892.
893.
894.
895.
896.
897.
898.
899.
900.
901.
902.
903.
904.
905.
906.
907.
908.
909.
910.
911.
912.
913.
914.
915.
916.
917.
918.
919.
920.
921.
922.
923.
Befolo Etyimbili Honorine
Tambasho Culusu Leinchu
Fahrner Anne Marie
Doui Djidere Delphine
Agbor Emmanuel Tabi
Atangana Simon
Ekani Bonaventure Elvis
Mvele Dominique
Ngo Mbong Celine
Atangana Manga Celine N.
Man Deng Paul
Mballa Marlyse Flavienne
Bilo'o Adele
Mbaiganne Simeon
Ombala Marcel
Memvouta Voundi Martine
Tegha Cyprian Aghem
Bassa Guey Anne
Mboda Tchokouani Vincent
Ousseini Ibrahim /J \
Tongo Zill Y Etienne Cedric
Afane Mariette
Ntokombo Josue Patrick
Donfack Momo Marie Pauline
Ekomo Jean Paul
Ebogo Appolinaire Liboire
Mouhaman Yaro
Tcham Eni Njouyep Justin
Akono Modo Jean
Akono Ava Moise Patrique
Ako'o Mintya Jeannette
Anga Zomomarie Claire Épse Ayissi
Mamiafo Anne Marie
Mbunda Eliane Nicaise
Mvogo Ndoa Sylvie Josephine
Befolo Annick Carine
Haiwe Richard
Mvogo Menye Janvier
Ngono Gaspard
Yokono Megnan Wenceslas
Nguini Gervais
823. Obama Ebode Raphael Dieudonne Michel 597 768-H
824.
825.
826.
827.
828.
829.
830.
831.
832.
833.
834.
835.
836.
837.
838.
839.
840.
841.
842.
843.
844.
845.
846.
Atangana Ada Seraphine F.
Nga Mongo Eugenie Marie
Messy Jean Jacques Douglas
Avidi Catherine
Amougou Mbarga Joseph Marie
Tsala Bangda Felix Donald
Ayissi Marie Basilie
Eyenga Nkomo Regine
Koa Therese Majolie
Letsini Jules Romuald
Mboutga Djakba
Moussono Albert
Nelson Ayuk Arrey
Ngo Nem Mbog Marie Chantal
Ngongang Wounkep Blaise
Ntetele An Go Noelle Nel Y
Ondoua Ndemba Jean Noel
Ngo Hiol Suzane
Makougoum Tokam Henriette
Nguele Edjouma Mineite
Oumar Mene
Sadjo Marceline
Bindjeme Gervais
595 707-R
597 294-V
596911-C
595 869-X
597230-Y
596099-B
597 131-X
596149-Q
596483-V
596 273-K
597 277-A
595486-D
596693-H
596875-Y
597791-M
598 740-F
598 293-0
597 982- J
596522-R
598 752-P
597 171-J
598060-A
596612-R
847. Ayissi Luc Né Le 18/11/1973 À Yaounde 597 110-M
848. Evina Ndi Salomon Herve
849. Angna Titi Houaida
850. Tchakam Pouassi Michel Ruben
596 057-Q
100 347-U
597 452-C
Okomo Ze Marceline Judith
Am Bassa Innnocent
Bissamou Tchanke Evelyne Juliette
Biyo'o Jean Calvin
Abega Joseph
Ndam Mbombo Nji Idrissou
Loh Jean
Mabouang Simon
Mefoumena Jacqueline Sylvie
Meyo Eva Herve
Ndongo Mibengue Luc
Nyandi A Nnouka Appolinaire
Ngono Anastasie Gertrude
Nchoutpouen Sandrine Marie
Owona Bruno Sylvain
Abomo Ebanga Suzane Mireille
Ndjomo Celestin
Bofia Ayangma Marceline
Nkou Clementine
Ekoumou Monique
Okounou Andre Marie
Oyie Ngoumou Mathurin Eric
Njoupouognigni Sangou Roland
Azebaze Kitio Alain Valery
Donfack Matilde
Bahel Emmanuel
Mbala Fidele
Menounga Pierre Celestin
Ngo Libog Cecile
Ntomba Germaine
Nyobe Mbog Achille
Seudjeu Guy Isidore
Aminatou
Zing Ngono Agathe
Tchinda Libawa Agnes
Yonga Mbitcha Yves
Ella Elvire Felicie
Azizou Abdou
No Mo Laurent Rufin
Mafor Ernestine Akumse
Biloa Marie Claire
Ma'a Arthur Francis
Fotso Guy Joel
Nkoto Jean Jacques Eric
Ngo Bea Jeannette
Ashu Mariana Orang
Ekoto Priscile
Ango Ella Alexis
Ngong Lilbert
Jabosung Delphine
Njib Njib Leon Herve
Sack Joseph Desire
Abomo Scholastique
Kiswe Justin
Ma'a Atonkoumou Joseph
Nke Lebogo Nicolas
Ngo Bea Ngidjoi Marie Jeanne
Eto Ela Bienvenu
Kiari Yiah Joseph
Abdoulaye Née Fanta Redane
Menyie Mvondo Nestor
Mindjeme Bitomo Madeleine
Ndi Ntem Joseph
Nkou'ou Efambo Alphonsine
Tsala Martin Roger
Yinga Yacob
Essamba Emma Angele
Mbo Moise Aime
Ekoumou Ngo'o Gervais
Zanga Therese Aurelie
Ekokobo Jean Richard
Angoula Patricia
598031-P
587169-M
( 596 663-V
598275-M
598217-X
598429-M
596337-Z
596 378-C
595502-W
595 157-Y
598 890-S
595614-1
600 372-X
596 926-U
598338-J
598 380-F
598852-Y
596503-G
598198-E
598 112-0
597 867-1
598701-A
597 927-E
597 081-T
598 658-0
597 240-1
597 380-E
600 261-U596870-Y
595 615-R
595 754-0
598290-F
597 107-D
597466-0
597 627-S
597 329-R
598 233-I
597137-H
598490-Y
596400-0
595993-A
596 685-P
597356-K
598 183-D
596 810- J
597697-J
598 23-W
542-C
97 823-U
T 96 373- T
97 806-K
597409-Y
598356-L
596 514-Y
596 276-S
598 003-U
596 804- J
595 937-M
596502-X
598 146-A
596805-M
595 268-A
598595-R
598 643-V
596 109-T
598527-K
595440-1
595 271-M
598125-G
597625-S
597963-1
597616-M
947.
948.
949.
950.
951.
952.
953.
954.
955.
956.
957.
958.
959.
960.
961.
962.
963.
964.
965.
966.
967.
968.
969.
970.
971.
972.
973.
Emvoutou Salome Pelagie
Fono David Macaire
Nlomo Jean Jacques
Tchoueghem Épse Fotso Micheline
Teubia Sylvie
Lema Juliette
Tina Nzelle Ntoko
Endes Rose Naomie
Abona Marceline Isabelle
Nyandjock Appolinie Emerence
Atangana Mveng Nicolas
Ayina Guy Clement
Edima Obame Myriam July
Efandene Meyo Pierrette
Efemba Avebe Augustine
Essaga Rosalie
Fouda Justine Sandrine
Manga Marie Gabrielle
Messina Richard
Mebara Nanga Aurelle
Ebode Alain Miguel
Eboutou Akono Jeanne Ernestine
Tchetnya Mbiandjeu Mireille
Abe Ayolo Philippe Degaulle
Akoumba Daniel
Etoundi Gaston Roger
Engol Bial Sabine Rosine
595115-T
597282-M
600 330-S
597 649-M
597695-Z
596 266- J
596014-T
595136-V
598 363-M
595580-Y
595 779-X
595986-M
596317-G
596 471-Q
596435-J
595228-0
597 406-X
596807-M
596905-K
595 457-A
596195-T
596 730-S
597556-D
598171-K
595 679-0
595 977-Z'
595 154-X
974. Ndinga Ndinga Armand Jules De Rose
598 844-G
975.
976.
977.
978.
979.
980.
981.
982.
983.
984.
985.
986.
987.
988.
989.
990.
991.
600 235-B
600 360-V
597 039-P
597238-Z
597 327-R
598541-T
596346-M
596 383-M
596 608-R
597 080-A
597 772-H
595329-P
595 345-R
595 458-M
597998-C
596 318-P
598 540-L
Ewang Tangue Jules
Awe Ringbe Guy
Ayina Louis Arnaud
Bahane Erreh Berthe
Bamaïna Jean
Djeukeu Djenou Guy Blaise
Kang Adelphe
Madala Gabriel
Man Deng Luc
Maroua Etienne
Mbede Nestor
Moudemissi Nathalie Noelle
Mouga We Lakogape Eric Joel
Moussa Biavoung
Ngavom Nadege
Wanie Andre
Yity Somongono
924. Adibeyi Magninga Epse Iranga Brigitte.08.01.1976
595 785-X
925.
926.
927.
928.
929.
930.
931.
932.
933.
Owona Edibi Pascal Maximilien
Fimba Ferdinand
Ebode Nkolo Gabriel
Mbarga Mewoli Albert Bertrand
Mvondo Armand Bienvenu
Medou Otong Joseph
Noi Bikono
Tomo Joseph
Akamba Paulin Joachim
600 373-P
597190-T
596203-U
597701-A
596883-R
600 298-X
598 563-0
596 046-W
595926-T
934. Messina Mpegna Bernadette Angeline
596 899-A
935.
936.
937.
938.
939.
596752-N
596 816-S
598378-E
596798-J
597 613-M
Ndzie Nkoudou Nicole
Ngo Bom Josephine Nathalie
Ongomeyango Natalie
Manga Etienne
Tchobang Ndjokso Jean Paul
940. 940 Nganguene Épse Eleme Bernadette Noel
598133-Y
941.
942.
943.
944.
945.
946.
Mekoa Ambroise Bienvenu
Ada Ndzie Leonie
Ngang Sunday Bantar N.
Tongo Ayolo Thomas
Kangmogne Martiassa Priscale
Epoh Essoa Romaric
596512-H
598 430-M
598 152-A
596052-X
596357-M
595 220-N
C A M E R O O N
T R I B U N E
2
1
992.
993.
994.
995.
996.
997.
998.
999.
Souma Essongue Claude
Chadeu Djiene Gabriel
Zang Steve Patrick Martial
Akumbu Mshom Eric
Djonkou Kouekam Basile
Eteme Marie Madeleine
Etoa Sabine Odette
Mbezele Marie Jose
598 467-V
597119-F
597596-Y
595650-C
98 803-C
595927-C
595 952-F
595 142-W
1000.Guebama Mpolomena Nestor Bienvenu 596 047-G
1001. Eva Joel Gui Folly
596022-M
1002. Amougou Ndzengue Christine F 597 242-1
1003. Aminkeng Rufus Mencha
597129-P
1004. Evina Etienne
596 040-0
1005. Atouba Francine
595829-K
1006. Mbina Bidoung Olivier
595217-U
1007. Hon Nang Njike Blaise·Clair
596248-R
1008. Tchaptchet Merlin
597522-J
1009. Ndecke A Nyack Ibrahim Amos
598466-E
1010. An Go Jean Louis
597548-T
1011. Esso Ndo Marie Louise
595 344-1
1012. Nyangon Obam Ruben
595625-M
1013. Baileguer Né Le 12/10/1975 À Muyengue597459-M
1014. Assena Yvette
1015. Bouba Serge Dieudonne
1016. Bihomock Ebongue Daniel
1017 Ebiane Elisabeth
1018. Fadene Kalgon Rachel
1019. Martha Etonde Ndumbe
1020. Ngoa Manga Ambroise
1021. Mbida Tsila Bernard
1022. Bilai Cyriac Severin
1023.Adinga Neme Jean Emile
1024. Amougou Essissima Edouard
1025. Ngop Eko Marie Odette
1026. Takile Tsopmo Jeanne D'arc
1027. Ze Marie Solange
1028. Moussa Risia
1029. Alama Ahouama Christian
1030. Zoobo'o Albertine
1031. Eyenga Mbomo Ingrid Nadege
1032. Bouta Ndoudoumou Benoit
1033. Donfack Georges
595 560-C
596 442-M
597864-H
597059-R
597049-Y
597073-M
597 748-N
595 199-K
596 717-M
595 781-Q
597192-M
597348-M
597419-R
600 298-Y
595 479-T
595645-S
597584-X
597022-N
596 396-E
598 799-S
La suite dans nos prochaines éditions
l u n d i ,
1 1
a o u t
annonces
2 0 1 4
MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL
PROJET D’APPUI AU DEVELOPPEMENT DE LA MICRO FINANCE (PADMIR)
AVIS D’ APPEL A MANIFESTATION D’ INTERET N°…
004…
…
.. /AMI/MINADER/PADMIR/RPM/2014 DU …
…
.. …
..RECRUTEMENT D’ UN CABINET/BUREAU D’ ETUDES SPECIALISE EN VUE DE REALISER L’ ETUDE
D’ EVALUATION DES EFFETS DU PADMIR AUPRES DES BENEFICIAIRES. FINANCEMENT : ACCORD DE PRê T FIDA N°751-CM/751-A-CM ET DON N°1050-CM
1- Le Gouvernement de la République du Cameroun a signé avec
le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) un
accord de financement dont un prêt d’un montant équivalent à
8 300 000 DTS et un don d’un montant équivalent à 130 000
DTS, pour la mise en œuvre du Projet d’Appui au
Développement de la Micro finance Rurale (PADMIR), sur
une durée de 6 ans. La contrepartie gouvernementale s’élève à
2 607 000 USD, et la contribution des bénéficiaires s’élève à
5,9 millions USD soit un montant global de 19 303 000 USD.
Le Gouvernement Camerounais a l’intention d’utiliser une
partie de ce financement pour effectuer les paiements au titre
du contrat du Cabinet ou Bureau d’études spécialisé, devant
accompagner ce projet dans la réalisation de l’étude
d’évaluation des effets du PADMIR auprès des bénéficiaires.
2- L’objectif global du PADMIR est de contribuer à l’allègement
de la pauvreté, à l’augmentation des revenus et de la sécurité
alimentaire des populations cibles et à l’amélioration des
conditions de vie; à travers: (i) l’amélioration de l’environnement
du secteur de la micro finance afin que les problématiques de
financement rural soient mieux prises en compte par les autorités
de tutelle et les EMF et (ii) la facilitation de l’accès des groupes
cibles à des services financiers adaptés à leurs besoins, de manière
durable et à un coût abordable. Le projet s’articule autour de trois
composantes:
Composante 1: Amélioration de l’environnement de la micro
finance rurale ; avec pour objectif de contribuer à l’amélioration
de l’environnement institutionnel des Etablissements de
Microfinance (EMF), en particulier des EMF intervenant en
milieu rural, afin de favoriser, d’une part, la promotion et la
défense de leurs intérêts et, d’autre part, leur professionnalisation
dans le cadre d’une meilleure application des dispositions
réglementaires mais aussi de concourir au renforcement de la
sécurisation des activités du secteur et des épargnants. De manière
spécifique cette composante vise à : i) appuyer le Ministère de
l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER) afin que
ses services aient les moyens d’une démarche de proximité en
appui aux exploitants agricoles membres ou non des
Etablissements de microfinance; ii) renforcer les capacités de
l’Association Nationale de la Microfinance au Cameroun
(ANEMCAM) afin qu’elle soit en mesure de jouer pleinement
son rôle de manière efficace et de fédérer l’ensemble des EMF ;
iii) contribuer à une meilleure diffusion des textes réglementaires
et des nouvelles dispositions comptables pour le secteur et
renforcer les moyens de supervision et de contrôle du secteur en
renforçant les capacités des services des autorités nationales de
tutelle au sein du MINFI et iv) appuyer la mise en œuvre du plan
d’action du Comité National de la Microfinance (CNMF) par la
réalisation d’études concernant le secteur et leur restitution et
validation par toutes les parties prenantes du secteur.
Composante 2 : Accès aux services financiers ruraux; avec
pour objectif de permettre l’accès pérenne des populations rurales
pauvres et à faibles revenus, en particulier les femmes et les
jeunes, à des services et produits financiers durables, diversifiés
et innovants adaptés à leurs besoins et capacités. Ses objectifs
spécifiques visent : i) le renforcement des réseaux
d’établissements de microfinance et EMF indépendants existants
opérant en milieu rural dans la zone du projet ; ii) l’extension des
réseaux d’établissements de microfinance et EMF indépendants
existants dans les zones rurales en appuyant la création de
nouvelles caisses/points de services en milieu rural; et iii) le
développement de services financiers adaptés et de mécanismes
ou produits novateurs pour les cibles rurales répondant à leurs
besoins et capacités.
Composante 3 : Coordination et gestion du Projet; avec pour
mission de coordonner l’exécution du Projet, notamment d’en
assurer une bonne gestion technique, administrative et financière
ainsi que le suivi évaluation.
Dans sa première phase le PADMIR intervient dans les régions de
l’Extrême Nord, du Centre et de l’Ouest. Après la revue à miparcours, les activités du projet pourraient être étendues dans
deux autres régions à savoir le Nord et le Nord-Ouest.
3- Après trois années de mise en œuvre, et dans la préparation
d’une revue à mi-parcours, le PADMIR souhaite réaliser une
évaluation, en vue d’apprécier les effets de ses appuis et
interventions auprès de ses partenaires et bénéficiaires directs.
Pour se faire, il sollicite les services d’un Cabinet ou Bureau
d’études spécialisé.
4- L’étude vise à évaluer les effets actuels du projet par rapport
aux fonctions et aux objectifs initiaux. Il s’agit d’apprécier les
résultats atteints par le projet en trois années de mise en œuvre;
dans les buts de (1) capitaliser les résultats déjà obtenus; (2)
dégager les leçons de mise en œuvre de l’intervention et (3) au
besoin, d’ajuster les actions en cours et/ou programmées. Cette
évaluation inclura de manière spécifique (1) un bilan des
réalisations, (2) une analyse des premiers résultats directs et effets
obtenus, (3) des recommandations qui pourront être utiles à la
poursuite du projet, voire aux nouvelles orientations.
5- Dans cette perspective, le Coordonnateur National du
PADMIR lance un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) en
vue de constituer la liste restreinte de Cabinets/Bureaux
d’études pré-qualifiés pour la suite de la procédure.
6- La participation au présent AMI est ouverte aux Cabinets ou
Bureaux d’études spécialisés camerounais ou étrangers ayant
une expérience avérée en étude d’évaluation des effets des
projets /programmes auprès des bénéficiaires.
7- Le personnel clé pour la réalisation de l’étude sera un binôme
de consultants constitué d’un Chef de mission évaluateur et
d’un expert en microfinance, présentant les profils ci-après:
Chef de mission, expert en évaluation des projets
Formation : Titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur
(bac + 4 minimum), dans un domaine lié aux sciences sociales,
économiques, statistiques ; au moins une formation
complémentaire dans le domaine de l’évaluation des
projets/programmes.
Expériences : expérience d’au moins 10 ans dans la gestion des
projets de développement ; expérience en tant que chef de mission
d’au moins 3 évaluations de projets ou programmes; expérience
dans la conduite d’au moins une évaluation d’effets, d’impacts ou
de mi-parcours dans le domaine du développement rural; bonne
maîtrise de la gestion du cycle de projet et du cadre logique ainsi
que de la gestion axée sur les résultats; expérience dans la
réalisation d’enquêtes et sondages; avoir participé à la conception
et/ou la mise en œuvre de politiques publiques au Cameroun;
expérience dans les thèmes transversaux en lien avec le
développement rural et le genre.
Expert en microfinance
Formation : Titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur
(bac + 4 minimum), dans un domaine lié aux sciences
économiques, gestion, finance; au moins une formation
complémentaire dans le domaine de la microfinance.
Expériences : expérience d’au moins 10 ans dans le domaine de
la microfinance; expérience dans le renforcement des capacités;
expérience de travail dans l’analyse des statistiques et indicateurs
de performance des EMF.
8- Les Cabinets ou Bureaux d’études intéressés doivent fournir
les informations indiquant qu’ils sont légalement installés et
qualifiés pour exécuter les services à savoir:
Un dossier administratif constitué de pièces suivantes en original
ou en copies légalisées datant de moins de trois (03) mois:
(i) pour nationaux: Registre de Commerce, carte du contribuable,
attestation de domiciliation bancaire, patente, attestation de non
exclusion des Marchés Publics de l’ARMP, attestation pour
soumission de la CNPS, certificat d’imposition, plan et attestation
de localisation.et (ii) pour les étrangers: Registre de Commerce,
attestation de non redevance fiscale et de non faillite.
Un dossier technique comprenant : une lettre de motivation, les
références du Cabinet/Bureau en termes d’expériences générales
et spécifiques (contrats analogues, brochures, attestation de bonne
fin etc.…) et les CV détaillés du personnel clé.
9- Un Cabinet/Bureau d’études sera choisi par la méthode de
sélection basée sur la qualification du consultant. Les critères de
pré-qualification en vu de la constitution de la liste restreinte sont
les suivants:
1. Lettre de motivation du postulant pour la mission;... 05 points
2. Références du Cabinet/Bureau...... ……………...... 40 points
Expériences générales ………….................................10 points
Expériences spécifiques pertinentes pour la mission.......30 points
3- CV du personnel clé :..... ………………………..... 55points
Chef de mission, Expert en évaluation des projets ... ..... 35 points
Expert enfinance..……………………...……….... ...... 20 points
Total des points :
100 points
Le score technique minimum requis pour être pré-qualifié est de:
75 Points sur 100. Six (06) Cabinets/Bureaux d’études ayant le
plus grand nombre de points sur 100 seront retenus et invités à
répondre à une Demande de Proposition, pour la suite de la
procédure.
10- Le Coordonnateur National du PADMIR, invite les
Cabinets/Bureaux d’études intéressés à fournir les services cidessus décrits à manifester leur intérêt au plus tard le 25 Août
2014 à 15 heures. Chaque manifestation rédigée en français ou en
anglais en quatre (04) exemplaires (un original et trois (03)
copies), sera déposé sous plis fermés ou en version électronique à
l’Unité de Coordination et de Gestion du PADMIR, sis à Yaoundé
et porter la mention suivante :
« AVIS D’APPEL A MANIFESTATION D’INTERET
N°……004….. /AMI/MINADER/PADMIR/RPM/2014 DU
RECRUTEMENT D’UN CABINET/BUREAU D’ETUDES
SPECIALISE EN VUE DE REALISER L’ETUDE
D’EVALUATION DES EFFETS DU PADMIR AUPRES
DES BENEFICIAIRES».
« A n'ouvrir qu'en séance de dépouillement »
11- L’adresse de contact et de dépôt des manifestations d’intérêt
est : Monsieur le Coordonnateur National du PADMIR sis à
Yaoundé, Vallée Bastos, BP 4770 Yaoundé, Tél : (237) 22 20 49
72, Email: [email protected], [email protected]
Fait à Yaoundé, le________________
NB : Cette annonce vient en remplacement de celle parue dans le
Cameroon Tribune du vendredi 1er août 2014 (page 25).
LE COORDONNATEUR NATIONAL
OI-31343/em
PARC NATIONAL DE MATERIEL DE GENIE CIVIL
AVIS D’ APPEL D’ OFFRES NATIONAL OUVERT N°011/AONO/ MATG/CIPM /2014 DU 09 JUILLET 2014 EN PROCEDURE D’ URGENCE POUR LA REHABILITATION DES ATELIERS MECANIQUES DE L’ AGENCE MATGENIE DE
GAROUA. FINANCEMENT : BUDGET D’ INVESTISSEMENT PUBLIC EXERCICE 2014
Objet de l’Appel d’Offres
Le Directeur Général du MATGENIE, Maître
d’Ouvrage lance un Appel d’Offres National
Ouvert pour la réhabilitation des ateliers de
l’Agence MATGENIE de GAROUA.
Les travaux sont repartis en trois lots comme
indiqué ci-dessous :
LOT 1
Réhabilitation des ateliers
mécaniques d’engins lourds
LOT2 Réhabilitation des ateliers Véhicules
légers
LOT3
Réhabilitation des ateliers des
travaux spéciaux
Consistance des travaux
Les travaux comprennent :
Installation de chantier ;
Travaux préliminaires ;
Travaux de toiture
Peinture ;
Electricité
Plomberie Maçonnerie /Béton armé ;
Menuiserie métallique et alu ;
Sécurité incendie
Autres structures;
Les détails sont contenus dans le CCTP.
Participation
La participation est ouverte à égalité de
conditions aux entreprises de droit camerounais,
ayant une expérience avérée dans le domaine de
la construction des bâtiments des travaux publics.
Les groupements d’entreprises ne sont pas
autorisés. Chaque soumissionnaire peut postuler
à tous les lots.
4. Financement
Les travaux, objet du présent Appel d’Offres, sont
financés par le Budget d’Investissement Public,
Exercice 2014, imputation 23516100.
5. Consultation du Dossier d’Appel d’Offres
Le Dossier d’Appel d’Offres peut être consulté
aux heures ouvrables auprès des services du
Maître d’Ouvrage au MATGENIE, Direction
Administrative et Financière (Service des
Affaires Générales, Porte 118) sis au quartier
NKOLBIKOK à Yaoundé.
6. Acquisition du Dossier d’Appel d’Offres
Le Dossier d’Appel d’Offres peut être obtenu
auprès des services du Maître d’Ouvrage au
MATGENIE, Direction Administrative et
Financière (Service des Affaires Générales, Porte
118) sis au quartier NKOLBIKOK à Yaoundé,
sur présentation d’un reçu de versement au
compte CAS N° 335 988 001-94 (BICEC) de
l’ARMP d’une somme non remboursable au titre
des frais d’achat du dossier de : 75000 (Soixante
quinze mille) FCFA
Ce reçu devra identifier le payeur comme
représentant l’entreprise désireuse de participer à
l’Appel d’Offres.
Présentation des offres :
Les documents constituant l’offre sont repartis
en trois volumes ci-après contenus dans une
enveloppe fermée et scellée dont :
L’enveloppe A contenant les
pièces
administratives (volume 1) ;
L’enveloppe B contenant l’offre technique
(Volume 2) ;
L’enveloppe C contenant l’offre financière
(Volume 3).
Les offres ainsi présentées seront placées sous
simple enveloppe, fermée et scellée portant
uniquement la mention de l’Appel d’Offres en
cause. Les différentes pièces de chaque offre
seront numérotées dans l’ordre du DAO et
séparées par des intercalaires de même couleur.
Remise des Offres
Chaque offre, rédigée en Français ou en Anglais,
en sept (07) exemplaires dont un (01) original et
six (06) copies marquées comme tels, conformes
aux prescriptions du Dossier d’Appel d’Offre,
devra être déposée contre récépissé sous plis
fermé, dans les services du Maître d’Ouvrage au
MATGENIE, Direction Administrative et
Financière (Service des Affaires Générales, Porte
118) sis au quartier NKOLBIKOK à Yaoundé, au
plus tard le 08 septembre 2014 à 11 heures,
heure locale et devra porter la mention:
« APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT
N° 011/AONO/MATG/CIPM /2014
DU 09 JUILLET 2014 EN PROCEDURE
D’URGENCE POUR LA
REHABILITATION DES ATELIERS
MECANIQUES DE L’AGENCE
MATGENIE DE GAROUA.
FINANCEMENT : BUDGET
D’INVESTISSEMENT PUBLIC.
EXERCICE 2014,
« A N’OUVRIR QU’EN SEANCE DE
DEPOUILLEMENT. »
Les offres parvenues après la date et heure
limites de dépôt des offres ne seront pas reçues.
Recevabilité des offres
Les offres ne respectant pas le mode de séparation
de l’offre financière des offres administratives et
techniques seront irrecevables.
Toute offre non conforme aux prescriptions du
présent avis et du Dossier d’Appel d’Offres sera
déclarée irrecevable. Notamment l’absence de la
caution de soumission délivrée par une banque de
premier ordre agréée par le Ministère chargé des
Finances, valable pendant trente (30) jours audelà du délai de validité des offres.
Sous peine de rejet, les autres pièces
administratives requises devront être
impérativement produites en originaux ou en
copies certifiées conformes par le service
émetteur ou une autorité administrative, datant
de moins de trois (03) mois et valide le jour de
l’ouverture des plis.
Ouverture des offres
L’ouverture des plis se fera en un temps le 08
Septembre 2014 à 12 heures précises dans la
salle de réunions du MATGENIE à Yaoundé en
présence des soumissionnaires.
Seuls les soumissionnaires peuvent assister à
cette séance d’ouverture ou s’y faire représenter
par une seule personne de leur choix ayant une
parfaite connaissance du dossier.
Délai de réponse des soumissionnaires
Pour cet Appel d’Offres, le délai de réponse est
fixé à vingt un (21) jours calendaires aux
entreprises désireuses d’y participer.
Délai d’exécution des travaux
Le délai global d’exécution du marché est de trois
(03) mois calendaires, Sauf cas de force majeure,
et court à compter de la date de notification de
l’Ordre de Service de commencer les travaux.
Cautionnement provisoire (garantie de
soumission)
Les offres devront être accompagnées d’un
cautionnement provisoire (garantie bancaire de
soumission) établi, selon le modèle indiqué dans
le Dossier d’Appel d’Offres, par un établissement
bancaire de premier rang agrée par le Ministère
en charge des Finances et d’un montant égal à :
LOT1 200 000 (Deux cent mille) FCFA
LOT2 260000 (Deux cent soixante mille) de
FCFA
LOT3 720000 (Sept cent vingt mille) FCFA
Le cautionnement provisoire sera libéré d’office
au-delà du trentième (30e) jour après l’expiration
du délai de validité des offres pour les
soumissionnaires n’ayant pas été retenus. Dans le
cas où le soumissionnaire est attributaire du
marché, le cautionnement provisoire sera libéré
après constitution du cautionnement définitif.
Evaluation des offres;
L’évaluation des offres se fera en trois (03)
étapes :
1ère étape : Vérification de la conformité du
dossier administratif de chaque soumissionnaire.
2e étape : Evaluation technique des offres
administrativement conformes.
3e étape : Vérification des offres financières des
entreprises dont les offres ont été reconnues
techniquement qualifiées et administrativement
conformes.
Les critères d’évaluation des offres sont les
suivants :
14.1- Critères éliminatoires
14.1.1 : Pièces administratives
Pièces non conformes aux modèles du DAO ;
Pièces falsifiées ou non authentiques ;
Absence de caution de soumission.
14.1.2 : Présentation de l’Offre technique
Fausse déclaration, documents falsifiés ou
scannés ;
Chiffre d’affaires dans les Bâtiments et Travaux
Publics (BTP) au cours des trois (03) dernières
années inférieur à soixante millions (60 000 000)
de Francs CFA ;
Absence dans l’offre technique de la note
« d’organisation, de méthodologie et de
planning » ;
2 c0 a m e cr ao mo ne r to ro i n b ut nr ei b u 1n e
Avoir moins de quatre vingt pourcent (80%) de
« OUI » des critères essentiels.
Absence de l’attestation de visite de site signée
par le responsable du MATGENIE du site
Absence du rapport de visite de site
14.1.3 : Offre financière
Omission dans l’offre financière d’un prix
unitaire quantifié ;
Absence d’un sous-détail de prix.
Modification d’une quantité du DQE
Incohérence des sous détails des prix
14.2 : Critères essentiels
L’évaluation des offres techniques sera faite sur
la base des 41 critères essentiels ci-dessous :
Présentation de l’Offre sur 3 critères ;
Le personnel d’encadrement de l’entreprise sur
19 critères ;
Le matériel de chantier à mobiliser sur 03
critères ;
La méthodologie d’exécution sur 09 critères ;
Références et capacité de préfinancement de
l’entreprise sur 07 critères.
Attribution du Marché
Le Maître d’Ouvrage attribuera le marché au
soumissionnaire dont l’offre aura été jugée
substantiellement conforme au Dossier d’Appel
d’Offres et évaluée la moins disante.
un soumissionnaire peut être attributaire de
deux (02) lots au plus .
16 Délai de validité des offres
Les soumissionnaires restent engagés par leurs
offres pendant une période de quatre -vingt -dix
(90) jours, à compter de la date limite fixée pour
la remise des offres.
Renseignements complémentaires
Les renseignements complémentaires d’ordre
technique peuvent être obtenus tous les jours, aux
heures ouvrables, auprès de la Direction
Administrative et Financière (Service des
Affaires Générales, Porte 118) sise au quartier
NKOLBIKOK à Yaoundé, Tél : 22 23 08 16 ;
fax : 22 22 31 10.
Le Directeur Général du MATGENIE,
Maître d’Ouvrage
OI-31151/jb
ANNONCES
oi-31370/az
oi-31370/az
C A M E R O O N
1 1 ,
2 0 1 4
oi-31370/az
M O N D A Y , A U G U S T
oi-31350/az
T R I B U N E
2
1
l u n d i ,
1 1
a o u t
annonces
2 0 1 4
MINISTRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE,
ARRETE .N°000291/MITP du 24 juIllET 2014 PoRTANT NoMINATIoN dE REsoNsAblEs Au MINIsTREs dEs MAgIsTAl
LE MINISTRE DE LA FONCTION PUBLIQUE
ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE,
VU la Constitution ;
VU la loi n° 99/016 du 22 décembre 1999 portant statut général des établissements publics et des entreprises du
secteur public et parapublic ;
VU le Décret n° 94/199 du 07octobre 1994 portant statut général de la fonction publique de l’Etat modifié par
le décret n° 2000/287 du 02 octobre 2000 ;
VU le Décret n° 2000/696/PM du 13 septembre 2000 fixant le régime général des concours administratifs ;
VU le Décret n° 2005/154 du 06 mai 2005 portant Organisation de l’Ecole Nationale d’Administration et de
Magistrature (ENAM) ;
VU le Décret n° 2011/408 du 09 décembre 2011 portant réaménagement du Gouvernement ;
VU le Décret n° 2011/410 du 09 décembre 2011 portant formation du Gouvernement ;
VU le Décret n° 2012/537 du 19 novembre 2012 portant organisation du Ministère de la Fonction Publique et
de la Réforme Administrative ;
VU l’Arrêté n° 001608/A/MINFOPRA du 13 mars 2014 portant ouverture d’un concours pour le recrutement
de Deux cent quatre-vingt-cinq (285) élèves au cycle A des Divisions Administrative et des Régies
Financières de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM), au titre de l’année
académique 2014/2015 ;
VU le Communiqué n° 00072/ENAM/DG du 08 juillet 2014 portant admissibilités des candidats aux épreuves
orales du concours d’entrée en 1ère année du Cycle A des Divisions Administrative et des Régies
Financières de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM), en vue du recrutement de
deux cent quatre-vingt-cinq (285) Elèves au titre de l’année académique 2014/2015, sections
Administration Générale et Administration du Travail ;
VU le Communiqué n° 00076/ENAM/DG du 15 juillet 2014 portant admissibilités des candidats aux épreuves
orales du concours d’entrée en 1ère année du Cycle A des Divisions Administrative et des Régies
Financières de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM), en vue du recrutement de
deux cent quatre-vingt-cinq (285) Elèves au titre de l’année académique 2014/2015, sections
Administration Hospitalière et Impôts ;
VU le Communiqué n° 00079/ENAM/DG du 21 juillet 2014 portant admissibilités des candidats aux épreuves
orales du concours d’entrée en 1ère année du Cycle A des Divisions Administrative et des Régies
Financières de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM), en vue du recrutement de
deux cent quatre-vingt-cinq (285) Elèves au titre de l’année académique 2014/2015, sections Trésor, Prix,
Poids et Mesures, Administration Parlementaire et Economie et Finances ;
ARRETE :
Article 1er : Sont pour compter de la date de signature du présent arrêté, admis en 1ère année du Cycle A des
Divisions Administratives et des Régies Financières de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature
(ENAM) en vue du recrutement de deux cent quatre-vingt-cinq (285) Elèves, au titre de l’année académique
2014/2015, les candidats dont les noms suivent classés par ordre de mérite :
I. Section Administration Générale
1- Candidats Externes
No Noms et prénoms
1 BEYALLA ANDJOUGA MICHELINE GAELLE
2 MANGA OMBOLO CHRISTIAN SERAPHIN
3 NGAHET ADAMOU
4 TANGWA STEPHANUS LENDZEMO
5 YAYA NE LE 01/11/1989 À TCHEVI
6 YAGARO A SAMBA OSWALD UBALD
7 MBAZOA MOISE BIENVENU JOSE
8 EDOU NARCISSE HERVE
9 MBULLE MESAME LILIAN
10 MBALLA MVOGO HUGUETTE CLARISSE
11 FADIMATOU MAIMOUNA
12 ONDOA AKOA LOIC CEDRICK
13 VAN LIONEL ASSAMBA MPONANGA
14 DEKGNINE KERBAI ODILE
15 NANG BRICE ROBERT
16 MARYAMOU HAMAN TCHIOUTO
17 MINKOS RONNY DICK CESAR
18 NGO PUGA BERTHE AURORE
No
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Noms et prénoms
MBANGO CHRISTINE JOSETTE MOREAU
NDOUMA OLOA ADRIEN WILFRIED
ONDOBO NYASSA THEODORE
MAKEW THEOPHILE DUMBEH
EKOMAN EKOMAN VI BRICE ESTELLE
Epse WILLY PATRICK DE BEKONO TOUE
KEMTA TCHOFFO JERRY
MADANG STELLA VIVIANE
KONO JULIEN GAEL
AÏSSATOU OUMATE
MENYE MELINGUI GABRIELLE CORINNE
DEWA OUMAROU
ASHUMBENG LAURA ANNO
BEJEDI OTTO II RICHARD WILLIAM
MBOLE MEBOMA FRANK JUNIOR
KOLLI EYANGO CYNTHIA CASSANDRE
BENDEKE NANGA BELINGA SERGE HERVE
II
35 KWANDZE ERNEST KARI
2- Candidats Internes
No Noms et prénoms
1 BIKIMI AMOUGOU PIERRE LOTI
2 ALHADJI ABBA ISSOUFA
3 ALI ANOGU
4 MBITA MVOM SAMSON
5 MEDIBE SALOMON
II. Section Administration Hospitalière
1- Candidats Externes
No Noms et prénoms
1 NGAH TSELE MARIE CLAUDINE
2 ALENG MBIA MARCELLE AURORE
3 MBOZO'O MENDO'O CHRISTINE
4 DANG EKOE RITHA PERPETUE
5 DONKEU FEMBA TOKO SYNTYCHE
6 NKENG BEKONO JUSTINE RUCELLE
7 NGU PAUL NEMBO
No
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Noms et prénoms
MELO SAMA USENI
ATCHADE MICHEL
ZANNOUBA AHMADOU
NGOTTY ESSEBE RUTH-AIMEE CHANCELINE
BESBETO MARTIAL
MOUNDEN YACOUBA
FAIZA YASMINE KILLOU
AKAMBA MBIDA CHARLES
NGOCKA BELLE JEANNETTE HARMONIE
ESSOLA SOPHIE DANIELLE
CLOVISE NKENG CHAFAC
KOUASSI ADUSSEI JEAN PIERRE
LAHE MARTHELEY
NYANDONGO CYRILLE VALERIE
NGO ELLA MAIYONG Epse ATTIA AKWO ROLAND
NDEME DJONI EMMANUEL
NGU FANKAM ROLAND
ANGOS ARCHANGE MICHEL
NTANA MARLENE NICOLE
INA CHRISTIANE FLORE BAÏKOL
SEMBE SEMBE HERVE PATRICK MAX
MBRING AIME PASSAKE
FOMBE ANTSIEBOT ROSE OLGA
2- Candidats Internes
No Noms et prénoms
1 ONGOLO ASSOMO ROLAND
2 MOUJONGUE DIMI ANNIE Epse MEYONG
3 BEKONO VIRGINIE Epse AFANE MEKOUA
4 BOULIA ATANGANA ELVIRE JOELLE
III. Section Administration du Travail
1- Candidats Externes
No Noms et prénoms
1 MOHAMADOU AMINOU AMINOU
2 HOTTI AISSATOU LAETITIA DOMINICK
No
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
Noms et prénoms
KOS MURIELLE BLANCHE
FONKOU NIMBOT HUGUES STANISLAS
FOED NAGIP STEPHANE
NDJOMO MVOMO ERIC
TESEY EPOSI NDIMA
DOUOLA MALONFO GAËLE
BABONG NGILENA LAZARE
ABDEL KADER POULIBE
ETOA NGAMBEDE SANDRINE
NANA YIMGA CORINNE
NJUPUEN MOULIOM FABRICE
FORBI PREASIS LUMNWI
WUNG DEMIAN NFUA
HAWA KOULAGNA MARIE
MOUTO EBWEA MARTHE FELICITE
ADA BLANCHE MARCELLE
OI-31270em
2 c2 a m e cr ao mo ne r to ro i n b ut nr ei b u 1n e
ads
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
MARIAM ALHADJI MAHAMAT ALLAMINE
MEYALA DANG HORTENSE CECILE EMMANUELLE
NTONGA NTONGA JEAN-BAPTISTE
YAKUM BROWNY TANGUNU
SOULEYMANOU DANDJOUMA
MBOSSI ASSANG EDWIGE
FADIMATOU MAHONDE STEPHANIE
EFFA BENOIT ALEXIS LOIC
BIDJA NGANTI AGNES ERIKA
MESUMBE MPUDE SANDRINE
MOUKOKO NGONGUI GUSTAVE VALENTIN
MACK HORTENSE
ABEGA MOUHAMED AMIN
MBECK LAURA IRENE
EPOSSE ETABA ADELE
NNA NNA ALBERT RODRIGUE
NKOUNDA MPENTSIO ELODIE
MANZOH DJOH OLIVIER SYNCLAIR
KAMANDA ELOI CYRILLE
CHIGOU NDETATSIN SONIA
ZANG ZALI DINA FRANCINE GAËLLE
ONDO MIMFOUM ESTHER OLIVIA
2- Candidats Internes
No Noms et prénoms
1 MAPHOUER DANIEL III
2 AFANA BINDOUGA MICHEL
3 EKWESSA EDJOH ELVINE MIREILLE
Epse NKOUAMO MBAKOP CREPIN
4 SAIDOU MOUSSA
IV. Section Administration Parlementaire
Candidats Externes uniquement
No Noms et prénoms
1 NGA MBARGA ESSENGUE FERNANDE GLADYS
2 NWENTESI AJIJATU MARIAMBE
3 AMANA THERESE AMELIE
4 NGO TCHADE STEPHANIE BERTHE
5 BOH NDJASSI YANNICK STEPHANE
6 NAH ALIMA TATIANA
7 ATANGANA ARNAUD NARCISSE
8 ATANGANA CLEMENT LAVIE
9 DAYWANE SYLVIE Epse MANDO EMMANUEL
10 NGNAMSIE NJIEMOUN YOUSSOUF
11 ELANGA ATEBA GISELE PATRICIA
12 ADIDJATOU HAMADOU
13 ESSOMBE BETO ROSE CHARLENE
14 LESSOMO ONANA MARLYSE
15 MBESSA NGANE STEPHANIE ARNAULD
V. Section Economie et Finances
1- Candidats Externes
No Noms et prénoms
1 ATANGANA TSALA JEAN PIERRE
2 ABDOUL SALAM MALIKI OUMARA
3 TENGA MBEH AURELIE LUCRECE
4 MOHNCHUPOK LINDA NUMWE
No
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
Noms et prénoms
KENFACK BAVOUA HARMELLE CLAIRE
ATANGANA ATANGANA JEANNE PAULE Epse NNAH
ABESSOLO ABESSOLO MICHEL
NSAI PETER VERNYUY
AYUK BATE ERNEST
BAHANE KOSKA BEATRICE GUEWA
ABENA AFANDA YVAN DESLISLE PATRICK
MBIDA ANNICK OPHELIE
NLOGA ETOUNDI JOSEPH
FOH ABONDO GAEL CLAUDE
ALAM KOUBA AGNES FLORE
NSOM OTYA'A HUGUES
NGO MATIP ADELE SANDRINE
MAHAMAT MOUSSA MAMA ADJI NYLON
EBOGO JEAN ROUSSEL
MIMBANG KAMBANG JONATHAN
KENHOUNG YANIC
WAK VINNI IDRICE
AKONO LOUNOU FRANK OBAIN
BAYEGUE ARNAUD
ESOUAL WINNIE NICOLETTA
MA'INNATOU BABA
m o n d a y ,
27
28
29
30
NDONGO HONORE FABRICE
MARIAM YOUSSOUF GUISMA
NJINGNUI TANGOUNG
TIMNEU KANYIM GEORGES ERNEST
VI. Section Prix, Poids et Mesures
Candidats Externes uniquement
No Noms et prénoms
1 NEBOT NOTAM HENRI
2 NOOH TSALA THOMAS ACHILLE
3 MENOUNGA FRANCOIS PATRICK
4 HACHIMI FLAUBERT
5 OWONA LUC WILFRIED
6 ZE ONDOUA JEAN
7 BEKADA JOSEPH
8 HAMADOU MOUSSA
9 TEMWA SELA ELIE
10 MOUNMOM NTENTIE FATIMATOU
11 EWANE NGWESE BECKETT
12 ETAME NSILE SIEGFRIED DAVID
13 YOGUEU NAKMENOU BALBINE AURELIE
14 MAFO TCHINDA GHISLAINE
Epse MBAH
15 ACHU ARMSTRONG ABAMUKONG
16 EMOK TENGUEN SIMPLICE
17 MONEBENE FULBERT FRANCKY
18 TAMIYA NESTOR NKEIH
19 SHE NKOA JEAN BAPTISTE LANDRY
20 ONANA AMOUGOU JEAN
21 EPOH MBE ERNEST HENRI
22 ZINDI PIERRE LOTI
23 MOUSSANGO SARAH
24 MBENGONO ELISABETH FLORIANE Epse ALOGO
SAMBA JEAN SATURNIN
25 FOYET LATALA FABRICE
26 WIRBA EBENEZER LEMVEN
27 GNEGBE NSA FERNAND THIERRY
28 NANGA LARIOS ROLA
29 YAYA BAKARI SADOU
30 DJOMBO HILAIRE MARTIAL
31 KAMI SENGUEL
32 EKOANDJOL GERMAIN
33 MPAMB MEPONGO NELSON
34 EKENA AMBROISE FORTUNE
35 FONCHA NJENUI TSAMOH
36 KOUAM KAMDEM III JOSIMAR
CORNEILLE
VIII. Section Trésor
1- Candidats Externes
No Noms et prénoms
1 NYINYIPOUTYA PIERRE MARCEL
2 NYAMENG JOSEPH ALAIN
3 EKAM NDJO BORIS ROMUALD
4 NGO MBANGA ANTOINETTE EMILIENNE
5 ROUKAYATOU SANDA
6 GARBA IDRISSOU
7 SAVOM PATRICK STEPHANE
8 NGWA GISELE BUCHUAKEH
9 MVELLE NNA WILFRED JACKSON
10 SONE GILBERT ETUGE
11 MELANGUE ME BOGAM SATURNIN ARNAUD
12 AYISSI EMBOGO ROLAND THIERRY
13 AISSATOU OUSMANOU
14 NGONO ANGELIN NINON
15 MVOLA RAYMOND HUGUES
16 JESSY STEVE VIANG ZAMA
17 ABONO GERVAIS ROMARIC
18 YAZINGUI DANH JOSEPH ANTOINE
19 EVA AKONO MARC BLAISE
20 NGO NLONDOCK DORATINE GAELLE
21 CHASSEP VALERIANE AURELE
22 HAMAN ADAMA SIBAMA
23 LIMUNGA ENANGA MONONO
No
24
25
26
27
28
29
30
Noms et prénoms
NGAPOUT NGOUH ABDEL AKIMI
SADJO OUMAROU
MEYANGA MINKOS OLIVIER
BELLA NDONGO STEVE FABRICE
AMBELA KOSSUA SANDRA
MADJOU FOTSING DANIELLE ARIANE
FRU SYLVIE NGEI
2- Candidats Internes
No Noms et prénoms
1 NANG ELVIS
2 NANGA TAKEM CAREEM
3 YENGUE HONOREE MARIE-THERESE
4 BOUBOUANS MPENDE
5 AVA PATIENCE SOLANGELE
VII. Section Impôts
1- Candidats Externes
No Noms et prénoms
1 BIHENG MATHIAS WILFRID
2 DJIBRILLA MAMA ABOUYA
3 DIMI BRICE PATRICK
4 ZE ESSOMBA CHRISTIAN STÉPHANE
5 AISSATOU BALA
6 FADA FATOING
7 ONGOLO ONGOLO BLAISE
8 NDE ERANSOME FRU
9 SAHA SOUOP CIRILLE AIME
10 ONANA ERIC AMBROISE HERVE
11 GOUFAK AJAWOUNG CHRISTEL
12 ESAMBE JERADINE EDUKE
13 AGBOR AGINESS KESSANG
14 BENG CLAVER-CLAUDE
15 KWANGUE KWANGUE LUDOVIC ROCHETEAU
16 TAMEGHE CHRISTIAN LIONEL
t r i b u n e
2 0 1 4
No Noms et prénoms
30 KANKEU LEOTARD CONFIANCE
2- Candidats Internes
No Noms et prénoms
1 BASGA MEINDANDI
2 EBONG BOMBA SIMON PIERRE
3 AMBARA SANDONGO DANIEL
4 BINELI FRANCK ROGER
5 MVE EBANG ALICE NOURIA
Noms et prénoms
OYONO MFOU'OU PATRICK
MELINGUI MBALLA RENE ARTHUR
ANGOUNDA CYRIAQUE FRANCIS
KEUGNE MAGOUA RODRIGUE
c a m e r o o n
1 1 ,
17 BELA MANGA MONIQUE GERALDINE
18 MODEA SALABI PASCALE CHRISTELLE
19 EMMANUEL KALDAOUSSA
20 BILLE BOME SERGE MERLIN
21 WOTEG MULUH URSULA
22 BEMETINE ALEXANDRINE CLEMENCE
23 GUIMGO DJOUKANG MABELLE
24 AYEM STEPHEN BRICE
25 TCHOUGNA PALOK ISABELLE AIMEE Epse KENGNE
26 EYA NNENGUE ALBERT TEDDY
27 KAFAND BIBICHE FLORA
28 DANTCHEU YEPTIEP ARIELLE BIENVENUE Epse
NKONTCHOU PIERRE MARIE
29 MBOLATSOUGOU RODOLPHE RENE
2- Candidats Internes
NoNoms et prénoms
1 ALAPA BUKWALAKE ERIC
2 ALIHOU GAMDJI
3 NOMA DISSO EMMANUEL
4 MAKTOUANDI JEAN PIERRE
5 SIL SIKANA ELVIRE ALICE Epse ESSONO EDOU
No
37
38
39
40
a u g u s t
Article 2 : Les candidats issus du concours « externe » bénéficient de
l’indice solde 335 de la Fonction Publique.
Article 3 : Le présent arrêté sera enregistré et communiqué partout où
besoin sera.
Yaoundé, le 31 juillet 2014
LE MINISTRE DE LA FONCTION PUBLIQUE
ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE
MICHEL ANGE ANGOUING
2
3
L U N D I , 1 1
A O U T
ANNONCES
2 0 1 4
SOUTH WEST DEVELOPMENT AUTHORITY (SOWEDA)
MiSSioN DE DÉVELoPPEMENT DE La REGioN DU SUD-oUEST
TENDER NOTICE
OPEN NATIONAL INVITATION TO TENDER N° 005/14/ONIT/SOWEDA/GOC14 OF 11/08/2014 FOR THE SUPPLY OF OFFICE EQUIPMENT (COMPUTERS, PRINTERS AND PHOTOCOPIERS) TO SOWEDA.
1. Subject of the Invitation to Tender
Within the framework of implementing the activities of the establishment, the
General Manager of SOWEDA intends to purchase Office Equipment
(Computers, Printers and Photocopiers) for office use.
2. Nature of Services
The services related to this contract shall comprise the supply of Office
Equipment (Computers, Printers and Photocopiers) for office use. The tender
shall be in two Lots as follows:
Lots Description
Budget Provision
Lot 1 Computers, Printers & Accessories
FCFA 12,000,000
Lot 2 Photocopiers & Accessories
FCFA 10,000,000
3. Financing
This Tender shall be financed by the 2014 GoC Budget of SOWEDA.
4. Participation
The tender is open to duly legalized Cameroonian based enterprises that are
specialized in the supply of computers, printers and photocopiers and which
fulfill the requirements of this invitation to tender.
5. Consultation of the Tender File
Interested bidders can consult the tender file at the Head Office of SOWEDA,
Buea (Department of General Affairs) during working hours (7.30 a.m. to 3.30
p.m.).
6. Acquisition of Tender File
Bidders can collect complete tender documents from SOWEDA Head Office
(Department of General Affairs) during working hours (7.30 a.m. to 3.30 p.m.)
Mondays to Fridays upon presentation of proof of payment of a non-refundable
sum of FCFA 30,000 (thirty thousand) to ARMP Special Account N° 335 988
with BICEC Cameroon.
7. Submission of Bids
Complete offers written in English or French in six (06) copies (one original and
five copies) sealed in an envelope shall be deposited at SOWEDA Head Office
(Department of General Affairs) on or before 19/09/2014 at 10:00 a.m. local
time.
The sealed envelope should carry the inscription:
“Open National Invitation to Tender N° 005/14/ONIT/SOWEDA/GoC14
of 11/08/2014 for the Supply of Office Equipment (Computers, Printers
and Photocopiers) to SOWEDA.
To be opened only during the Bids Opening Session”
11.
•
•
•
•
Any bid not produced in six (06) copies and not in compliance with the
specifications of this tender notice and file shall be rejected.
8. Admissibility of Offers
Each bidder must include in their administrative documents a bid bond issued by
a first rate bank approved by the Ministry of Finance and recognized by COBAC
featuring on the list in Document 12 of the tender file. The amount of the bid
bond that will remain valid for one hundred and twenty (120) days shall be as
follows:
Lots
Description
Bid Bond
Lot 1 Computers, Printers & Accessories
FCFA 240,000
Lot 2 Photocopiers & Accessories
FCFA 200,000
Under penalty of rejection, the required administrative documents must
imperatively be produced as original documents or photocopies certified as
authentic by the issuing authority, in accordance with the Special Regulations of
the Invitation to Tender within the last 03 months.
Any bid not in compliance with the specifications of this tender notice and file
shall be declared inadmissible. Notably, the absence of the bid bond issued by a
first rate bank approved by the Ministry in charge of finance or its noncompliance with the model documents of the tender file shall lead to outright
rejection of the bid without any possibility of appeal.
Eliminatory Criteria
Absence of administrative document
Falsified documents or false declaration
Non compliant technical specifications of equipment with respect to those
of the tender by above 20% (twenty percent).
Technical score below 75% of essential criteria
12. Essential Criteria
The following binary mode of evaluation shall be used:
N° Criteria
Method
1 General presentation of bids
yes/no
2 Irregular or non compliant administrative document
yes/no
3 Experience and similar reference of bidder
yes/no
4 Consistency and conformity of equipment proposed
with respect to technical specifications of the tender document yes/no
5 Delivery deadline
yes/no
13. Award of Contract
The contract shall be awarded to the bidder whose administrative bid shall be upto-date, technical bid judged satisfactory and who shall be the least bidder. A
bidder may win the two Lots.
14. Validity of Offers
Bidders shall be bound by their bids for a period of 90 (ninety) days with effect
from the date of opening of bids.
15. Complementary Information
For additional information, interested bidders should contact the Department of
General Affairs, SOWEDA Buea – Tel: 3307 74 52 or 3332 28 05
9. Opening of Bids
The bids shall be opened in a single phase on 19/09/2014 at 11 a.m. local time in
the SOWEDA Conference Hall by the SOWEDA Internal Tenders Board, in the
presence of the bidders or their duly authorized representatives.
10. Duration of Execution
The maximum period provided for the delivery of the office equipment (Lot 1 &
Lot 2) that are subject of this tender is fixed at 02 (two) months.
Dr. Eneme A. Ngome
The General Manager
SOWEDA
oi-31353/az
SOUTH WEST DEVELOPMENT AUTHORITY (SOWEDA)
MiSSioN DE DÉVELoPPEMENT DE La REGioN DU SUD-oUEST
AVIS D’APPEL D’OFFRES
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT N° 005/14/AONO/SOWEDA/GOC14 DU 11/08/2014 POUR LA FOURNITURE DE MATÉRIEL INFORMATIQUES, D’IMPRIMANTES
ET DES PHOTOCOPIEURS À LA SOWEDA. - FINANCEMENT: BUDGET SOWEDA/GOC/2014
1. Objet de l’Appel d’Offres
Dans le cadre de l’exécution des activités de la SOWEDA, le Directeur Général
de la SOWEDA lance un appel d’offres pour la fourniture de matériels
informatiques, d’imprimantes et de photocopieurs à la SOWEDA.
2. Consistance des Prestations
Les prestations du présent appel d’offres sont classées en deux lots ainsi qu’il
suit :
Budget Prévisionnel
Lots Désignation
Lot 1 Ordinateurs, Imprimantes & Accessoires
FCFA 12,000,000
Lot 2 Photocopieurs & Accessoires
FCFA 10,000,000
3. Financement
Le financement du présent marché est supporté par le Budget 2014 de la
SOWEDA.
4. Participation
La participation au présent Appel d’Offres est ouverte aux entreprises installées
au Cameroun spécialisées dans la vente et l’entretien de matériel informatiques
et photocopieurs.
5. Consultation du dossier d’appel d’offres
Le dossier d’appel d’offres peut être consulté aux heures ouvrables au siège de
la SOWEDA, Buea (Direction des Affaires Générales) dès publication du
présent avis de lundi à vendredi (de 7h30min à 15h30min).
6. Acquisition du dossier d’appel d’offres
Le dossier peut être obtenu dès publication du présent avis à la Direction des
Affaires Générales de la SOWEDA aux heures ouvrables contre présentation du
reçu de versement d’une somme de trente mille (30,000) FCFA nonremboursable, payable à la BICEC dans le compte spécial CAS-ARMP n° 335
988.
7. Dépôt des offres
Les offres rédigées en français ou en anglais seront établies en 06 (six)
exemplaires, dont un (01) original et cinq (05) copies, respectivement marquées
comme telles. L’ensemble devra parvenir sous pli fermé au Secrétariat de la
Direction des Affaires Générales de la SOWEDA, B.P. 336 Buea au plus tard le
2
19/09/2014 à 10 heures précise et devra porter la mention:
Avis d’Appel d’Offres National Ouvert N°
005/14/AONO/SOWEDA/GoC14 du 11/08/2014 pour la fourniture de
matériel informatiques, d’imprimantes et des photocopieurs à la
SOWEDA.
<<A n’ouvrir qu’en séance de dépouillement>>
8. Recevabilité des offres
Chaque soumissionnaire devra joindre à ses pièces administratives, une caution
de soumission (conforme au modèle joint en annexe) délivrée par une banque de
premier ordre agrée par le Ministère en charge des Finances dont le montant est
fixé comme suit :
Caution
Lots Désignation
Lot 1 Ordinateurs, Imprimantes & Accessoires
FCFA 240,000
Lot 2 Photocopieurs & Accessoires
FCFA 200,000
Sous peine de rejet, les pièces administratives doivent être impérativement
produites en originales ou en copies certifiées conformes par les services
émetteurs. Elles devront dater obligatoirement de moins de trois (3) mois
précédant la date limite de dépôt des Offres et valides le jour de l’ouverture des
plis, conformément aux stipulations du règlement particulier de l’Appel
d’Offres. Elles devront obligatoirement être en cours de validité conformément
à la réglementation en vigueur.
Toute offre non conforme aux prescriptions du présent Avis et du dossier d’appel
d’offres sera déclarée irrecevable. Notamment l’absence de la caution de
soumission ou le non respect des modèles des pièces du dossier d’appel d’offres,
entrainera le rejet pur et simple de l’offre sans aucun recours. Toutes offres
déposées après l’heure de dépôt ne sera pas reçue.
9. Ouverture des plis
L’ouverture des plis se fera en un (01) seul temps et aura lieu le 19/09/2014 à 11
heures précise dans la salle de conférence de la SOWEDA à Buea par la
Commission Interne de Passation des Marchés de la SOWEDA. Seuls les
soumissionnaires peuvent assister à cette séance d’ouverture ou s’y faire
représenter par une personne de leur choix ayant une bonne connaissance du
dossier.
4
C A M E R O O N
10.
Délais d’exécution
Le délai maximum d’exécution des prestations est de deux (02) mois calendaires
à compter de la date de notification de l’ordre de service de démarrer les
prestations.
11.
Critères éliminatoires
• Absence d’une pièce administrative au DAO;
• Pièces falsifiées ou fausse déclarations;
• Caractéristiques des matériels proposés non conformes à plus de vingt pour
cent (20%) des spécifications minimales exigées;
• Note technique inférieur à 75% des critères essentiels
12.
Critères essentiels
La notation des critères essentiels ci-après se fera suivant le mode binaire.
Notation
N° Critère
1 Présentation générale des offres
oui/non
2 Conformité d’une pièce administrative
oui/non
3 Expérience et référence similaires du soumissionnaire
oui/non
4 Exhaustivité et conformité des matériels proposés
aux spécifications techniques du DAO
oui/non
5 Délai de livraison
oui/non
13. Attribution du Marché
Le marché sera attribué au soumissionnaire pour lequel le dossier administratif
sera à jour, l’offre technique jugée conforme et dont l’offre financière sera la
moins disante. Un soumissionnaire peut être attributaire des deux lots.
14. Durée de validité des offres
Les soumissionnaires restent engagés par leurs offres pendant quatre-vingt (90)
jours à partir de la date limite fixée pour la remise des offres.
15. Renseignements complémentaires
Les renseignements complémentaires d’ordre techniques peuvent être obtenus
aux heures ouvrables à la Direction des Affaires Générales de la SOWEDA, Tel:
3307 74 52 ou 33322805.
oi-31352/az
T R I B U N E
Dr. Eneme A. Ngome
Directeur Général - SOWEDA
ads
m o n d a y ,
a u g u s t
1 1 ,
2 0 1 4
REMEMBER JEANNOT AND MINUIT
Il y’a respectivement 6 ans et 2 ans, MATIP Jean Michel (Jean minuit) et le Patriarche MATIP Jean
Baptiste entamaient un long exil dans la nuit noire du devenir.
En ce triste jour commémoratif,
OI-31402/jb
la grande famille MATIP notamment
-M. NKENG MATIP Michel en retraite à Song-Woga par Pouma,
- Madame Veuve Ngo MATIP Marie Louise à
Pouma,
- Mme veuve Maxemilienne Ngo MATIP Ménagère et ses enfants,
- Mme veuve Victorine MATIP à Loum,
- Ngo MATIP Julienne Greffier à Douala,
- M. MATIP MATIP Thomas Magistrat Coordonnateur du Projet Education II et Madame,
- M. NKENG MATIP Michel en service à la Socopao à Douala,
- M. MATIP Jean Baptiste Informaticien au PEII et Madame,
- M. MATIP Godefroid en service au PEII à Yaoundé,
- NGO MATIP Sylvie Comptable à Yaoundé,
- NGO MATIP Blandine de l’Hôpital Lariboisière (gériatrie) à Paris,
- M. MATIP André François promoteur économique à Yaoundé,
- M. MATIP Martial Officier de Police à Yaoundé et Madame,
- M. GWET MATIP Sylvestre Directeur de cabinet à la Fecafoot à Yaoundé et Madame,
- NGO MATIP Victorine Professeur au Lycée d’Oyack à Douala,
- NGO NTAMAG Pauline Inspecteur de police à Yaoundé,
- M. YEPMUT Michel Cadre en service à CAMTEL et sa famille,
- M. MATIP Jean Baptiste Inspecteur de douanes à Douala et Madame,
- leurs enfants,
- les petits enfants Julien & Baby,
Invite tous ceux qui les ont aimés de prier pour l’élévation de leurs âmes à la dignité et à la félicité célestes.
Le plaisir et le bonheur de les avoir connus excèdent de loin aujourd’hui encore la douleur de les
avoir prématurément perdus.
Des messes de requiem seront dites, en cette occasion, ces jours dans les Cathédrales Notre
Dame de Victoire de Yaoundé et St Pierre et Paul de Douala ainsi que dans les paroisses de POUMA,
LOUM. Elles seront précédées d’une veillée de prières au caveau familial à SONG-WOGA le 10 août
2014.
COMMUNIQUE N° 040/2014/DG/EDC/DRHAG/SDRH/SDAG/SM
PORtANt CORRECtION DU MONtANt D’ AttRIbUtION DU MARCHé RElAtIf à l’ APPEl D’ OffRES
N°003/AONO/EDC/CIPM/2014 DU 1ER MAI 2014 POUR lA SOUSCRIPtION PAR EDC D’ UNE POlICE D’ ASSURANCE « PROtECtION SOCIAlE », EN PROCéDURE D’ URGENCE.
Le Directeur Général de ELECTRICITY DEVELOPMENT CORPORATION (EDC) communique :
Par Décision N° 064/2014/EDC/DG/DRHAG/SDRH/SDAG/SM du 31 Juillet 2014
Le montant du marché relatif à l’Avis d’Appel d’Offres susvisé est corrigé ainsi qu’il suit :
AU LIEU DE :
Montant FCFA TTC :
81 406 989
(Quatre-vingt un millions quatre cent
six mille neuf cent quatre-vingt neuf)
LIRE PLUTOT :
Montant FCFA TTC :
81 405 639 (Quatre-vingt un millions
quatre cent cinq mille six cent trente neuf)
Le reste sans changement.
Dr. Théodore NSANGOU
OI-31371/jb
OI-31296/em
OI-31417/jb
c c a a mm e e r r o o o o n n
t t r r i i b b uu nn e e
12
5
l u n d i ,
1 1
a o û t
a
2 0 1 4
annonces legales
Maître Dorette DISSAKE KWA ENANGUE NJOHM , Notaire
Immeuble Agence du CFC, Avenue Foch, 2e étage B.P.11 932 YAOUNDE Tél. 22 23 23 61 e-mail : [email protected]
«CENTRE D’IMAGERIE ET D’ANALYSES BIOLOGIQUES EXACT» SARL en abrégé « CIAB EXACT » Au capital de F.CFA 10.000.000, Siège : YAOUNDE- Nouvelle route OMNISPORT B.P. 1463
CONSTITUTION
Aux termes d’un acte reçu par Maître Dorette DISSAKE KWA ENANGUE NJOH, Notaire à Yaoundé, dûment enregistré, il a été constitué pour une durée de 99 années, une Société à Responsabilité Limitée unipersonnelle dénommée
«CENTRE D’IMAGERIE ET D’ANALYSES BIOLOGIQUES EXACT» en abrégé « CIAB EXACT » au capital de
F.CFA 10.000.000, dont le siège social est à YAOUNDE-Nouvelle route OMNISPORT, B.P 1463.Son objet est : «Réalisation d’images médicales – Vente et maintenance du matériel biomécanique – Réalisation d’analyse biologiques – Vente du
matériel pour analyses biologiques – Conseils en gestion, équipement, installation et montage d’unités d’imagerie et d’analyses biologique – Formation pratique d’experts en maintenance, en management, en analyses et en imagerie ». Monsieur
TCHAMWA Bertrand est nommé gérant pour une durée de quatre ans renouvelables. Dépôt légal : TPI Yaoundé Centre
Administratif.
ENGLISH VERSION
It is set-up for a period of 99 years, the Limited Liability Company named «CENTRE D’IMAGERIE ET D’ANALYSES
BIOLOGIQUES EXACT» abbreviated “CIAB EXACT”, Share Capital: F.CFA 10.000.000, Head Office: YAOUNDENOUVELLE ROUTE OMNISPORT, P.O.BOX: 1463 Objectives: «Realization of medical images-Sale and maintenance
of biomechanical material –Sale of material for biomedical analysis…… ». Mister TCHAMWA Bertrand is appointed General Manager for a period of four renewable years.
For insertion, Dorette DISSAKE KWA, Notary.
oi-31382/jb
v otre s ervices
communiques
Le Directeur Général du Guichet Unique des
Opérations du Commerce Extérieur invite Monsieur Kelbe Jules, Agent Technique, absent de
son poste de travail depuis le 30 juillet 2014 à le
réintégrer dans un délai de 48 heures après diffusion du présent communiqué, faute de quoi l’intéressé sera considéré comme démissionnaire.
Le Directeur Général,
Isidore Biyiha
Maître Dorette DISSAKE KWA ENANGUE NJOH, Notaire
Immeuble Agence du CFC, Avenue Foch, 2e étage B.P.11 932 YAOUNDE Tél. 22 23 23 61 e-mail : [email protected]
«EDF CAMEROUN» S.A Au capital de F.CFA 10.000.000, Siège : YAOUNDE- 1077 Rue Frédéric Foé, quartier Hippodrome B.P. 15936
CONSTITUTION
Aux termes d’actes reçus par Maître Dorette DISSAKE KWA ENANGUE NJOH, Notaire à Yaoundé, dûment enregistrés, il a été constitué pour une durée de 99 années, une Société Anonyme Unipersonnelle avec Conseil d’Administration
dénommée «EDF CAMEROUN» au capital de F.CFA 10.000.000, dont le siège social est à YAOUNDE- 1077 Rue Frédéric Foé, B.P 15936.Son objet est : « Le développement de projets dans le secteur de l’énergie – La prospection d’affaires
sur le marché camerounais et dans les pays voisins dans le domaine de l’énergie – La représentation du groupe EDF –
L’exécution de contrats de service dans le domaine de l’énergie au Cameroun et dans les pays voisins – La participation directe à toutes activités ou opérations industrielles, commerciales ou financières, mobilières ou immobilières, sous quelques
formes que ce soit, dès lors que ces activités ou opérations peuvent se rattacher directement ou indirectement à l’objet social ou à tous objets similaires, connexes ou complémentaires ». Monsieur DAHOME Edouard Dénis est nommé Président du Conseil d’Administration et Madame MIGLIORINI Karine, Directeur Général. Dépôt légal : TPI Yaoundé-Centre Administratif.
ENGLISH VERSION
It is set-up for a period of 99 years, the Public Limited Company named « EDF CAMEROUN », Share Capital: F.CFA
10.000.000, Head Office: YAOUNDE-Fréderic Foé’s Street, at Hippodrome neighbourhood, P.O.BOX:15936. Objectives:
«Project development in the field of energy-Business canvassing in Cameroonian and neighbouring markets………………». Mister DAHOME Edouard Dénis is appointed Board Chairman and Mrs MIGLIORINI Karine,
Managing Director for a period of two renewable years.
oi-31388/jb
Important emplacement commercial en vente :
Avenue de l’Indépendance, lieu dit « Montée Anne Rouge » - Superficie environ
150 m² - un show room de 50 m² env. – bureaux : 04 grands, 03 en alu vitrés, 02 en
bois au balcon extérieur – une salle d’eaux – 07 climatiseurs – un système de vidéo
surveillance – câblage réseau informatique et téléphonique – compteur électrique
AES SONEL autonome, triphasé 30 ampères. Tous ces équipements sont
fonctionnels. Prix 10.000.000 F minimum. Intéressée appeler 22 23 09 74 ; 98 40 24
37 ; 98 40 08 76.
Mme Matang Eliane
Directeur Général
oi-31373/jb
Faites - nous parvenir vos
annonces par
[email protected]
For insertion, Dorette DISSAKE KWA, Notary.
oi-31382/jb
De Madame Besida Tonwe
Epouse Lokolo
(10 août 2009 – 10 août 2014)
SOCIéTé CIVILE PROFESSIONNELLE TITULAIRE D’UN OFFICE NOTARIAL
ME Joël ETOKE et ME Marie-Claude ETOKE
Notaires associés
388 rue Ernest BETOTE AKWA B.P. 15101 Douala (Cameroun)
Tél : (00 237) 33 42 51 43 – Fax : (00 237) 33 42 06 41
E-mail : [email protected] http:www.etude-etoke.com
SOCIETE « EDJENGUELE BEBEY NA SIKE» “E.B.S”
S.C.I au capital de 2.000.000 de F.CFA, siège social DOUALA, B.P 5562
CONSTITUTION
Il appert des différents actes reçus par Me Joël ETOKE, Notaire associé à Douala, membre de la société civile professionnelle suscitée en date du 22 Juillet 2014, il a été constitué pour une durée de 99 années, sous la dénomination de SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE « EDJENGUELE BEBEY NA SIKE » en abrégé « E.B.S » ayant pour objet :
La Gestion du Patrimoine Immobilier familial
Et de manière générale, la participation directe ou indirecte, sous quelque forme que ce soit dans toutes les opérations financières, industrielles, mobilières ou immobilières se rattachant directement ou indirectement à l’objet social et susceptibles de favoriser l’extension ou le développement de la société.
Madame BEBEY DALLE SIKE Marie Huguette a été nommé gérante de ladite société.
Deux expéditions de chacun des actes ont été déposées au Greffe du Tribunal de Première Instance de Douala servant de
Tribunal de Commerce.
Pour avis et mention ME Joël ETOKE
Notaire Associé
oi-31394/jb
Etude de Me Florence NJONGUE ETAME, Notaire au siège de la Cour
d’Appel du Littoral à Douala, 39, Rue de la Chambre de Commerce, 1er étage
Immeuble KITCHENER face Trésor Bonanjo, B.P. 12265 Douala, Tél. : 33-4295-62, Fax : 33 42 11 47.
SOCIETE DE NEGOCE RJP SARL Pluripersonnelle au capital de 1.000.000
DE F.CFA - Siège Social : DOUALA, B.P. 2668 - RCCM N°
RC/DLA/2014/B/3159.
CONSTITUTION
Actes reçus le 23/07/2014, dûment enregistrés, ayant les caractéristiques ci-après :
Durée : 99 ans ; Objet : - Prestation de Services ; - Maintenance des dispositifs
médicaux ; - Commerce Général ; - Opération Immobilière ; - Import-Export.
–Cogérants : Messieurs GARCIA PEREZ Jean Pierre et NDOUMIN Roger
Kennedy.- Dépôt légal : Greffe du Tribunal de Première Instance de Douala-Bonanjo.
Pour Avis et Insertion, Me Florence NJONGUE ETAME, Notaire.oi-31393/jb
petites annonces
6
En ce jour de recueillement, M.
Michel LOKOLO prie celles et
ceux qui l’ont connue d’avoir
une pensée pieuse pour le repos
de son âme.
« Et que dans vos cœurs, règne
la Paix du Christ. » Colossiens, 3 ; 15.
oi-31300/jb
09 août 2006 – 09 août 2014
Mbem Bata’a Raymond
Malgré les huit années de séparation ses œuvres restent toujours
présentes dans nos esprits comme
si nous étions toujours ensemble.
En ce jour anniversaire de cette
triste séparation, la famille prie tous
ceux qui ont connu et aimé ce
grand homme d’avoir une pensée
pieuse pour le repos de son âme.
oi-31383/jb
oi-31254/jb
Etude de Me Florence NJONGUE ETAME, Notaire au siège de la Cour d’Appel du Littoral à
Douala, 39, Rue de la Chambre de Commerce, 1er étage Immeuble KITCHENER face Trésor
Bonanjo, B.P. 12265 Douala, Tél. : 33-42-95-62, Fax : 33 42 11 47.
SOCIETE BRAD TRANSIT en abrégé « S.B.T. » SARL Pluripersonnelle au capital de 1.000.000
DE F.CFA - Siège Social : DOUALA, B.P. 12698 - RCCM N° RC/DLA/2014/B/3059.
CONSTITUTION
Actes reçus le 11/07/2014, dûment enregistrés, ayant les caractéristiques ci-après : Durée : 99 ans ; Objet :
- Négoce ; - Transit ; - Commissionnaire en Douane ; - Transport – Manutention ; - Import-Export ; Prestation de Services. -Gérante : Madame NJOYA Myriam.- Dépôt légal : Greffe du Tribunal de
Première Instance de Douala-Bonanjo.
Pour Avis et Insertion, Me Florence NJONGUE ETAME, Notaire.oi-31993/jb
2
necrologie
in memoriam
c a m e r o o n
t r i b u n e
10 août 2004 – 10 août 2014
Madame Djizo Madelaine de regretté mémoire déjà
10 ans, mais c’est comme hier que tu nous as quitté. En
ce triste anniversaire, ton époux Djizo Daniel, tes enfants Dorice Joëlle, Nina Mireille , Eric Fabrice,
Alix Stéphanie, Laurette Jenny, Arlette Diane ,tes petits enfants Evanne Richard, Grâce Yannick, Orlane,
Marianne Yemima se souviennent encore de ta grande
bonté.
Sita comme nous t’appelions affectueusement, puisse
Dieu tout puissant te guider. Tu resteras à jamais gravée dans nos mémoires.
oi-31265/jb
P28_DOUALA copie_P 13 Douala 10/08/14 19:16 Page28
L U N D I ,
E N
1 1
A O Û T
V I L L E
D OUALA
2 0 1 4
Nkolmintag fait sa mue
R É A C T I O N
« L’insécurité subsiste »
D’importants aménagements dans ce quartier de Douala II ont permis de le désenclaver.
«V
ous êtes déjà en ville ! ». Les
propos de ce visiteur à un parent résidant à Nkolmintag,
dans l’arrondissement de
Douala II, illustrent à souhait la mutation
du quartier. « La dernière fois que j’étais
ici il y a près de deux ans, les rues étaient
impraticables avec les nappes d’eau. Aujourd’hui, je vois des pavés un peu partout
et des ponts. C’est plus agréable et aéré »,
confie le visiteur.
Par le passé, en effet, Nkolmintag faisait
plus parler en raison de l’insécurité et des
inondations qui y étaient fréquentes. Mais
depuis quelque temps, d’importants aménagements ont été faits, notamment grâce
au Programme de Développement des
Secteurs Urbains et de l’Approvisionnement en Eau (Pdue) piloté par le ministère
de l’Habitat et du Développement urbain,
financé par la Banque mondiale. La commune de Douala II figure d’ailleurs parmi
les bénéficiaires de ce programme.
En phase 2 dudit projet, la commune de
Douala II a bénéficié de travaux d’un
montant de 2,345 milliards de F hors
taxes, dont 1,560 milliard hors taxes pour
le seul quartier Nkolmintag. Le quartier a
ainsi bénéficié de la construction de 697
mètres linéaires de route en terre ; la
construction de quatre dalots de franchissement ; l’extension du réseau d’eau potable ; la construction de bornes fontaines
avec kiosques ; la construction de 1815
Le nouveau visage du quartier.
mètres de linéaires de drains en béton
armé de section rectangulaire pour l’évacuation des eaux et l’aménagement des
voies de service.
« Le quartier Nkolmintag qui fut jadis
noyé dans les eaux et totalement enclavé a
été rénové et connaît aujourd’hui une véritable mue », confie Denise Fampou, maire
de Douala II. Aujourd’hui, des problèmes
résident encore au niveau de l’insécurité,
d’après les habitants. « Un membre de la
réunion a été agressé non loin d’ici dimanche. Les agresseurs lui ont coupé une
oreille », déclare un chef de bloc. Des problèmes fonciers sont également à noter, en
plus des constructions anarchiques et des
occupations illégales de terrain.
Hugues F., chauffeur de taxi sur la ligne École publique Deido-Bonamoussadi dit sa joie : « Nous
sommes très contents. Lorsque j’ai le plein, je parcours la distance en 10 minutes. Vous pouvez faire
plusieurs voyages et en termes d’économie, c’est important ». Jeanne D., mère de famille, espère, quant à
elle, que cette ouverture, même partielle, sera prolongée au courant de l’année scolaire. Pour cette habitante de Kotto, qui a deux enfants dans un collège situé à
Akwa, c’est un raccourci bienvenu. Terminé, les bouchons et autres désagréments. Notamment les bifurcations sur des voies parfois
très endommagées, qui
abiment les voitures.
Pour d’autres usagers de
la voie publique, le passage des véhicules permet de bien compacter la
route.
Le prolongement du boulevard de la République
vise à décongestionner
les autres axes routiers et
répondre favorablement
aux besoins des populations de la zone Akwanord. Si tout se passe selon les informations
disponibles sur le panneau de présentation du
chantier, celui-ci sera livré d’ici la fin de l’année.
Mireille ONANA MEBENGA
2
8
C A M E R O O N
D I V E R S
Base Elf : surpris en pleine incantation
Depuis peu, les habitants de la zone nord de Douala
souffrent moins des bouchons.
Un réel soulagement pour les populations.
Propos recueillis par SL
F A I T S
Ouverture partielle de la voie
6
« Nous sommes
satisfaits car
avant, on avait
l’impression
qu’il n’y aurait
jamais de changement
ici.
Mais on perçoit
bien à présent
que ça évolue.
Je peux même
dire sans hésiter
que la réputation du quartier a également
changé. Même les gens que je rencontre
en ville me le disent. Les inondations ont
baissé, même s’il y en a encore un peu. Il
y a également certaines rues qui sont
boueuses et peu aménagées. Le quartier a
encore besoin de coups de pouce dans
quelques domaines comme l’aménagement des routes, l’électrification publique, les points d’eau potable, etc. Sur
le plan foncier, des habitants ont reçu des
lettres de la Maetur demandant à chacun
de venir payer son terrain à la Maetur.
Faute de quoi, il sera déguerpi à ses
propres frais. Sur place, on nous a appris
qu’il s’agit de lettres de mise en demeure. L’insécurité persiste également. Nous
avons réuni récemment les chefs de bloc
à ce sujet et même écrit au sous-préfet. »
Steve LIBAM
Boulevard de la République
h-11h pour les sorties, 14h-22h pour les retours.
C’est le programme de circulation sur le prolongement du boulevard de la République de Douala.
Depuis quelques jours, cet axe routier (non encore
achevé) a été ouvert à la circulation, au grand bonheur
des automobilistes en général, des transporteurs en
particulier, et, évidemment, des habitants de la zone
qui doivent emprunter un taxi pour aller au travail. La
surprise est d’autant plus agréable que les gens ne
s’attendaient pas forcément à une telle option pour le
désengorgement. En tout cas, pas tout de suite.
Ambroise Abah,
chef du quartier par intérim.
Quatre individus seront déferés ce lundi devant le parquet de
première instance de Bonanjo. Le mercredi 6 août 2014, ils
avaient été interpellés alors qu’ils effectuaient des incantations
sur les berges du Wouri. Ils ont été arrêtés aux environs de
11h15 par le commandant de brigade de la gendarmerie du port
nord. Après avoir été alertés par un coup de fil anonyme, le
commandant et son officier sont descendus sur les lieux et ont
surpris un groupe de personnes en « pleine action », en possession d’un arsenal étrange : deux poules dites du village, un sac
de sel, un paquet de kola, de la terre emballée dans du plastique, un bidon d’eau de 5 litres et un mélange de produits
rouges écrasés à la pierre. Au cours de l’audition, Hubert T., 54
ans, a expliqué que depuis qu’il est né, aucune de ses activités
ne marche. C’est pourquoi il voulait « se laver » pour se débarrasser du mauvais sort, de la poisse et des maladies. Il a pour
cela sollicité Marceline S., marabout. Accompagnés de Damaris E., époux de Marcelines, et Ebenezer M. B. le piroguier,
pour un rituel au bord du fleuve.
Vicky TETGA (Stagiaire)
Elle accouche dans un taxi
Ousseini H., taximan, a connu une journée peu ordinaire ce jeudi
7 août 2014. Une jeune femme a accouché dans son véhicule,
alors qu’il la transportait vers une formation hospitalière. Un peu
plus tôt ce jour-là, la future mère arrive à l’hôpital de district de
la Cité des palmiers. Elle est conduite en salle. Après avoir perdu
les eaux, elle se tord de douleur. Finalement, les choses se compliquent. L’enfant n’arrive pas à sortir et l’état de la femme devient délicat. Inquiet, l’accoucheur décide de la transférer dans
un autre hôpital. Ousseini H. et son taxi sont sollicités. A peine
a-t-elle embarqué que, quelques centaines de mètres plus loin, la
femme accouche d’un garçon dans le taxi à 14h50. Finalement,
le taximan revient avec la patiente à l’hôpital de district. Avant
de la ramener dans les locaux pour les soins appropriés, le médecin coupe le cordon ombilical du bébé dans la voiture. Aux dernières nouvelles, la mère et l’enfant se portent bien.
T R I B U N E
Darelle EYENGA (Stagiaire)
P29_SPORT_P 28 Sports.qxd 10/08/14 19:07 Page29
S PORTS
M O N D A Y ,
A U G U S T
1 1 ,
C ha mpion na t d’Af riq ue d’a thléti sme
Coupe de la CAF
Coton Sport
en demi-finale
20 Camerounais à Marrakech
Malgré sa lourde défaite
samedi contre l’AC
Léopards (0-4) à domicile,
l’équipe de Garoua est
qualifiée.
Ils prennent part depuis hier à la 19e édition de cette compétition au Maroc.
Les supporters de Coton Sport de Garoua
peuvent se réjouir. Eux qui n’avaient pourtant pas le cœur à faire la fête après la lourde défaite de leur équipe samedi dernier, à
domicile, face aux Congolais d’AC Léopards (0-4). Une rencontre qui comptait
pour la 5e journée de la phase de poules de
la coupe de la Confédération. Coton Sport
avait besoin d’un match nul pour se qualifier mais s’est incliné, à la surprise générale, devant un adversaire qui restait sur
quatre matchs sans victoire, toutes compétitions confondues. Mais ce résultat n’aura
finalement pas d’incidence puisque les
poulains de Didier Gomes Da Rosa sont
qualifiés pour les demi-finales de la compétition à la faveur du match nul enregistré
hier à Abidjan entre les Ivoiriens de l’Asec
Mimosa et les Maliens de l’AS Real Bamako (0-0). Le club camerounais est donc certain de terminer parmi les deux premiers de
ce groupe B. La rencontre du 23 août prochain contre l’As Real ne sera donc qu’une
formalité, même si Coton Sport aura là
l’occasion de finir premier de sa poule, évitant ainsi les Egyptiens d’Al Alhy en demifinale. Pour le moment, Coton Sport reste
en tête de ce groupe (10 points), devant AC
Léopards (huit points), As Real (cinq
points) et Asec Mimosa (trois points).
DIKWE FODAMBELE
E N
B R E F
Ligue 1
Résultats de la 24e journée
Bamboutos – Union : 1-2
Cosmos – Sable : 0-0
Yosa – UMS : 1-0
Newstars – Panthère : 0-0
Astres – Apejes : 0-0
Unisport – Canon : 0-1
Ce lundi
Yaoundé : TKC- Njalla Quan
Renaissance - Fovu
Transferts
Eto’o négocie avec l’Ajax
Amsterdam
A trois semaines de la fin du mercato,
l’avenir de Samuel Eto’o semble se préciser du côté de l’Ajax Amsterdam (Pays
Bas). Plusieurs clubs européens avaient
montré de l’intérêt pour l’attaquant camerounais. Mais ses prétentions salariales, plus de deux milliards F par an
avec, à la clé, un contrat de deux ans, en
ont découragé plus d’un. Marc Overmars, le directeur sportif du club, a annoncé que des négociations étaient en
cours : «Il (Eto’o, NDLR) a très envie de
venir, il est en forme et a faim de titres».
Eto’o souhaitait rejoindre un club qui
dispute la Champion’s League cette saison et c’est le cas de l’Ajax.
2 0 1 4
L
es sauts ont souvent souri au Cameroun.
Lors des 19es championnats d’Afrique
d’athlétisme (800 athlètes, 50 pays),
tous les sauteurs espèrent en tout cas
briller. Hugo Mama Schlick en premier. Le
triple sauteur est l’un des 20 représentants
camerounais à la compétition lancée hier à
Marrakech au Maroc, et qui court jusqu’au
14 août prochain. Si l’on s’arrête sur les performances des athlètes choisis, les chances
camerounaises reposent sur Hugo Mamba
Schlick qui reste sur un saut de 15,77m, réalisé le 23 juillet dernier lors d’un meeting en
France. La question est de savoir si le Camerounais pourra faire mieux que les 16m50
réalisés lors des championnats de France en
2013.
Fernand Djoumessi, spécialiste du saut à
hauteur est un autre espoir de médaille. Le
Camerounais va essayer de battre un record
personnel établi à 2,22m. Médaillé de bronze
en 2010, Fernand Djoumessi compte sur les
astuces de l’école allemande pour soulever le
public. Autre espoir camerounais, Sarah Ngo
Ngoa. Appelée dans l’équipe de relais 4x100
camerounais, l’athlète est aussi très attendue
au saut en longueur. Tout comme Sandrine
Mbimi au triple saut, mais surtout, Auréole
Dongmo, médaillée d’or aux Jeux africains
au Mozambique en 2011, au lancer du poids.
Dans les sprints, on note le retour d’Adam
Idrissa. Le médaillé d’or aux Jeux africains
en 2011 sur 200 m n’a pas participé aux derniers jeux du Commonwealth, faute d’accréditation. Mais il entend être champion
d’Afrique sur le 100 ou le 200 m. Au moment où nous mettions sous presse hier, le
Camerounais venait de décrocher sa qualification pour les demi-finales de 100 m messieurs, de même que Pierre Paul Bisseck.
Malgré l’impréparation des athlètes, il est
clair en tout cas que chacun des représentants camerounais veut absolument briller au
Maroc. D’autant que ces championnats sont
qualificatifs pour la Coupe continentale (13-
Fernand Djoumessi veut sauter très haut pour le Cameroun.
14 septembre 2014). Une compétition qui a
lieu tous les quatre ans et qui réunit les deux
ou trois meilleurs athlètes de chaque conti-
nent (Afrique, Amériques, Asie-Pacifique et
Europe), dans chaque discipline.
Angèle BEPEDE
Le groupe camerounais
Irène Bonong Bell (100-200-4x100m)
Anny Curty Oyono (Heptathlon-4x100m)
Sandrine Mbumi (Longueur-triple saut4x100m)
Sarah Maryline Ngo Ngoa (Longueur4x100m)
Auriole Dongmo (Poids-disque)
Benazir Labarang Charifa (100-200-4x100m)
Marie Jeanne Eba (100-200-4x100m,
4x400m)
Linda Onana (Triple saut)
Aurdrey Nkamsao (400m-400mH-4x400m)
Germaine Bivina Abessolo (4x100m)
Brigitte Nguea Ekongolo (100mH)
Liliane Nguetsa (800m-1500-4x400m)
Jean Tarcicius Batambock (100-200-4x100m)
Gervais Tsouale Mpazambe (Triple saut4x100m)
Emmanuel Lyonga (100-200-4x100m)
Adam Idrissa (100-200-4x100m)
Fernand Temfack (Saut en hauteur)
Hugo Mamba Schlick (Triple saut)
Pierre Paul Bisseck (100-200-4x100m)
Hervé Nzossie (20 km march)
« Nous pouvons compter sur nos athlètes »
Charles Kouoh Kotte, secrétaire général de la Fédération camerounaise d’athlétisme.
Le Cameroun participe au championnat
d’Afrique d’athlétisme avec des athlètes qui
décrient la préparation. Malgré ces
conditions de travail difficiles, peut-on
espérer des lauriers ?
Chacun est parti de chez soi pour la préparation. Les athlètes travaillaient mais ce n’était
pas synchronisé. Il n’y a pas eu de stage bloqué
et cela relève de l’improvisation que nous
connaissons et qui n’honore pas notre pays.
Cela ne donne pas la possibilité aux athlètes de
bien se préparer. Le stage bloqué est important
parce que les encadreurs et les athlètes sont réunis à un endroit. Il y a un programme précis
qui est respecté. Or, lorsque quelqu’un va de
chez lui, on ne sait pas comment il se comporte. Et l’absence de stage bloqué a souvent une
incidence sur les performances. Certains ont
même commencé à croire que nous ne participerions pas à ces championnats en raison du
manque de moyens financiers. Dieu merci,
nous y sommes. Je crois que nous pouvons
compter sur nos sauteurs, les lanceurs et les
sprinteurs.
Hugo Mamba, après sa saison mitigée,
représentera le Cameroun à ces
championnats d’Afrique. Y a-t-il des raisons
d’espérer une belle performance du triple
sauteur camerounais ?
C’est vrai qu’Hugo Mamba n’a pas eu une saison parfaite mais il s’est ressaisi à la fin. Il était
C A M E R O O N
Des doutes persistent sur les prestations des
équipes de relais avec la défection à
Glasgow, de deux athlètes de l’équipe de
relais. Comment avez-vous géré ces
départs?
Ce sont des absences qui vont gêner puisque
les équipes de relais étaient déjà prêtes. Les
athlètes avaient au moins une compétition ensemble. Il faut les citer, les défections de Ngono Zibi en dames et Binam Nlend en messieurs, créent un grand problème à nos équipes
de relais. Nous avions quand même d’autres
athlètes aguerris. C’est pourquoi nous avons
procédé à leur remplacement. Il fallait absolument les remplacer ou déclarer forfait pour ces
courses. Je crois que les nouveaux auront un
peu de temps pour effectuer un rodage avant
leur compétition, pendant la période que nous
aurons à passer à Marrakech.
Charles Kouoh Kotte : «Notre objectif est de
qualifier le Cameroun en coupe continentale. »
présent au championnat de France à l’issue duquel il a terminé 5e au classement général. Ce
qui n’est pas un mauvais rang. On le sait décisif dans ses derniers sauts au championnat
d’Afrique. C’est pourquoi nous avons jugé bon
de le sélectionner pour défendre les couleurs du
Cameroun. Hugo Mamba est un atout pour le
Cameroun.
T R I B U N E
Quel est l’objectif du Cameroun pour ces
championnats ?
Notre objectif est d’avoir des athlètes dans
l’équipe africaine. Cette équipe représentera
dans chacune des disciplines, l’Afrique en coupe continentale. La coupe continentale est
l’équivalent de la coupe du monde de football.
Ce ne sont pas les pays qui y participent mais
les continents. Ce sont les meilleurs de chaque
continent qui se retrouvent et nous souhaitons
vraiment avoir des Camerounais à ce stade.
Propos recueillis par A.B.
2
9
P30_INTERNATIONALES.QXD_P 30 Internationales.qxd 10/08/14 19:28 Page30
L U N D I ,
1 1
A O Û T
I N T E R N AT I O N A L E S
2 0 1 4
CEMAC
CAR
Mahamat Kamoun Is New Prime Minister
He replaces André Nzapayéké who resigned on August 5, 2014, along with his government.
A
s efforts continue in the Central African Republic, CAR, to restore peace after months of an
unprecedented sectarian conflict, the Transitional
Head of State, Catherine Samba-Panza, yesterday, August 10, 2014, announced the appointment of a
new Prime Minister. Mahamat Kamoun, a Moslem, is to
oversee the transition to its conclusion by February
2015.
He replaces André Nzapayéké who resigned on August
5, 2014 along with his cabinet in order to pave the way
for the implementation of the July 23, 2014 Brazzaville
Ceasefire Accord between anti-Balaka and Séléka militias. Until yesterday a Special Adviser at the Presidency,
Kamoun is a finance expert who served as Director General of Treasury under former President François Bozizé and Director of Cabinet or Chief of Staff to Séléka
leader and immediate past Head of State, Michel Djotodia.
Since the forced resignation of Djotodia and his Prime
Minister, Nicolas Tiangaye last January, Kamoun stayed
on at the Presidency as Minister of State, Special Adviser to President Catherine Samba-Panza, Radio France
Internationale, RFI, said. Some sources suggested that
Mahamat Kamoun was not the preferred choice of the
Mahamat Kamoun has the herculean task of concluding the
transition by next February.
Tchad
Une entreprise chinoise assignée en justice
Le litige concerne les activités de la China National Petroleum
Corporation International (CNPCI).
L
e différend qui oppose l’Etat tchadien à la compagnie
pétrolière chinoise CNPCI va se terminer devant les
juges. En effet, après plusieurs rappels à l’ordre, le gouvernement tchadien a décidé d’assigner l’entreprise chinoise en justice. Deux plaintes vont être déposées en France
et à N’djamena. Les Tchadiens font grief à l’entreprise chinoise, d’une violation des normes environnementales. Le
gouvernement tchadien a d’ores et déjà annulé le permis de
prospection accordé à la compagnie pétrolière chinoise
CNPCI dans cinq régions du pays et va porter le litige devant la justice.
Pour les Tchadiens, plusieurs dizaines de sites ont subi des
déversements nocifs à l'environnement du fait des activités
de la CNPCI. La compagnie chinoise devait alors construire une station de traitement des boues de forage, creuser
des puits poubelles dans lesquelles seront réinjectés les
boues de forage, installer des incinérateurs de déchet etc.
Bref, il était question pour elle de se conformer aux normes
environnementales de l’industrie pétrolière. Mais après de
longs mois d’attente, rien de significatif n’a été fait. Ce
sera à la justice de trancher.
Il s’agit d’une nouvelle étape d’un bras de fer qui date. En
effet, avant cette phase, l’Etat tchadien avait infligé à la
CNPCI une amende de 1,2 million de dollars américains à
payer pour atteinte à l’environnement. Cette amende a été
jugée trop élevée par l’entreprise. Dans la foulée, des négociations s’étaient ouvertes dans le sens d’un arrangement
convenable pour les deux parties. Mais aujourd’hui, « les
négociations à l'amiable ne sont plus possibles. Tous les efforts ont été vains (...) Dès la semaine prochaine, une délégation gouvernementale se rendra à Paris pour déposer
plainte auprès du tribunal de commerce pour refus de paiement d'amende », a affirmé le secrétaire général du gouvernement, Abdoulaye Sabre, au cours d’une conférence de
presse à N’djamena en fin de semaine écoulée.
Simon Pierre ETOUNDI
Guinée équatoriale
Cinq compagnies pour exploiter le gaz
L’accord signé avec les autorités vise à accompagner la construction
d’un complexe pétrochimique intégré sur l’île de Bioko.
L
e ministère équato-guinéen des Mines, de l'Industrie et
de l'Énergie a signé récemment un accord de vente de
gaz entre le pays et cinq compagnies pétrolières. Il
s’agit de : Noble Energy EG Ltd, Atlas Petroleum International Limited, Glencore Exploration (EG) Limited, Glencore Exploration Limited, Osborne Resources Limited, et
la Compagnie nationale des pétroles de la Guinée équatoriale (GEPetrol). Cet accord permet de réaliser des avancées en vue de la réalisation du complexe pétrochimique
intégré à Riaba (Île de Bioko). L’entente prévoit l'approvisionnement de gaz pour être utilisé comme matière première dans les centrales de fabrication de produits pétrochimiques situées dans le complexe et pour alimenter la
centrale de ce complexe en énergie électrique, souligne le
3
Bureau d’information et de presse de Guinée équatoriale.
« Nous nous sentons très honorés d'être impliqués dans ce
projet… C'est un exemple concret de notre approche de
collaboration avec les entreprises qui opèrent dans notre
pays, dans le but de continuer à créer des opportunités
pour les investisseurs et pour les habitants de la Guinée
équatoriale », s’est réjoui le ministre des Mines, de l'Industrie et de l'Énergie, Gabriel Mbega Obiang Lima. Il a
estimé que le complexe pétrochimique « changera la dynamique du marché pétrochimique dans la région et aidera à
la Guinée équatoriale à être plus proche des objectifs pour
l'Horizon 2020 ».
Hugues Marcel TCHOUA
0
C A M E R O O N
T R I B U N E
international community that wanted Karim Meckassoua, who was minister on several occasions under President Bozizé. A Séléka source once warned that if Meckassoua was appointed PM, there would be ‘chaos.’ He
described him as Séléka’s ‘enemy.’
The new PM faces the not-so-easy task of forming an
inclusive government in the coming days that is acceptable to the country’s stakeholders. President SambaPanza over the weekend promised that the new cabinet
would be released this week. But more importantly, Kamoun’s mettle will be tested as he tries to end sectarian
violence and deep-seated divisions to lead the beleaguered country onto credible polls by February 2015.
In a bid to build on the momentum of the recent accord,
the President over the weekend organised a rally in the
capital, Bangui, to urge all warring parties to bury the
hatchet. Thousands of peace activists marched through
the streets of the capital before converging on the city’s
stadium where the President addressed the crowd. The
rally followed a night of heavy fighting between the
army and anti-Balaka militiamen in the Boy Rabe
neighbourhood of Bangui that left at least two people
dead.
Kimeng Hilton NDUKONG
Chad
Second Cement Plant Under
Construction
Work is going on the construction of Chad’s second cement
plant after President Idriss Déby Itno laid the foundation
stone last June. Reports say the plant, which is located in
the capital, N’Djamena, will have a capacity of 5,000 metric
tonnes a year; with the possibility of extension to a million
tonnes. Financed by Moroccan partners, the project, which
has been described as ‘third generation,’ and is expected
FCFA 19.7 billion, will take 15 months to complete. According to the Minister for Town Planning, Land and Housing,
Gata Ngoulou, the new plant will enable the country to
meet its cement needs which stand at 700,000 metric tonnes
per annum. The first plant at Baoré produces 200,000 metric tonnes a year.
Gabon
Elle donne naissance à un bébé de 7kg
Une jeune femme a accouché récemment d’un bébé de 7kg
au Centre hospitalier universitaire d'Angondjé (au Nord de
Libreville), selon la chaîne nationale, Gabon Télévision. La
parturition a nécessité une longue opération de césarienne
qui a brièvement plongé la mère, âgée de 27ans, dans le
coma. Selon des spécialistes en gynécologie, ce type de
naissance peut découler d'un diabète gestationnel qui nécessite une césarienne avant terme.
Congo Brazzaville
119,000 DRC Refugees Repatriated
The United Nations High Commission for Refugees, UNHCR, in Congo Brazzaville has announced the completion of
the repatriation of some 119,000 Democratic Republic of
Congo, DRC refugees that began two years ago. Agency reports said those sent back home were part of 160,000 people
who fled DRC when fighting erupted in 2009 between the
Munzaya and Enyele communities over fishing rights in
Equateur Province. Ever since, the refugees lived in remote
communities along the banks of the 600-km-long Oubangi
River that separates Congo Brazzaville and DRC. The repatriated people who left the Congolese locality of Betou were
received in three centres in Siforco, Izato and Dongo in north-western DRC by local authorities and residents.
P31:Encart Minef1 0117.qxd 10/08/14 17:29 Page1
ads
m o n d a y ,
OI-31334/em
OI-31334/em
OI-31334/em
OI-31334/em
cc aa mm ee rr oo oo nn
tt rr ii bb uu nn ee
1 3
1
a u g u s t
1 1 ,
2 0 1 4
P32_INTERNATIONALES_P 30 Internationales.qxd 10/08/14 20:50 Page32
L U N D I ,
1 1
A O Û T
I N T E R N AT I O N A L E S
2 0 1 4
AFRIQUE/MONDE
Ebola
Mobilisation planétaire
L’épidémie déclarée urgence de santé publique internationale par l’OMS vendredi dernier.
L’
épidémie d'Ebola en Afrique de
l'Ouest est devenue «une urgence
de santé publique de portée internationale». Ainsi en a décidé l'Organisation mondiale de la santé (OMS)
vendredi dernier, au terme de deux jours
de réunion de son comité d’urgence sur
l’évaluation des conséquences de la maladie. L’organisme spécialisé de l’Onu a
précisé dans un communiqué que «les
conditions d'une urgence de santé publique de portée internationale sont remplies ». Lors d'une conférence de presse
à Genève, la directrice générale de
l'OMS, Margaret Chan, a indiqué qu’il
s'agit de la « plus importante », « plus
grave » et « plus complexe épidémie en
près de quarante ans d'histoire de cette
maladie ». Elle a ajouté que les quatre
pays d'Afrique de l'Ouest touchés ne «
peuvent pas y faire face par euxmêmes». Les experts du comité ont, de
ce fait, jugé qu’une réponse internationale coordonnée est essentielle pour arrêter
et inverser la propagation internationale
du virus Ebola.
Ces décisions se fondent sur la hausse rapide du nombre de décès causés par la
maladie, qui s’élève désormais à plus de
1000. Des morts enregistrés surtout en
Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.
L’ONG Médecins sans frontières (MSF),
décrit une situation hors de contrôle au
US Pursues Airstrikes Against Jihadists
L’OMS exhorte tous les Etats à « se préparer à détecter et traiter des cas de malades Ebola».
Libéria où les autorités seraient dépassées par la maladie. A Monrovia, la capitale, des hôpitaux sont fermés. Dans
certaines régions, les établissements hospitaliers sont abandonnés par le personnel médical. Et les personnes infectées
par le virus Ebola ne sont plus seules à
vivre les « conséquences de la maladie
dans ce pays », affirme MSF.
Au Nigeria, le 4e pays touché par la
fièvre hémorragique, le nombre d’infections est passé de 7 à 13, ces dernières
heures. Abuja a décrété état d’urgence
sanitaire comme les trois autres pays
concernés par la maladie. Les autorités
ont, par ailleurs, décidé de débloquer
11,5 millions de dollars (5, 5 milliards de
F) et lancé un appel à volontaires afin de
combattre la maladie, promettant à ces
derniers divers avantages dont des assurances-vie. Le Libéria a, pour sa part,
promis 18 millions de dollars (8,7 milliards de F) pour la même cause.
Par ailleurs, la psychose que suscite la
maladie favorise la propagation des rumeurs. C’était le cas ce week-end au Cameroun et au Tchad. Qu’à cela ne tienne,
N’djamena a décidé de suspendre tous
les vols en provenance du Nigeria.
Hugues Marcel TCHOUA
Scores Killed In Plane Crash
The crash of the small aircraft near the capital, Teheran, killed at least 38 people.
A
etin
l
l
Bu
Vote calme hier pour le premier tour
53 millions d’électeurs étaient attendus aux urnes hier en Turquie pour la première élection présidentielle au suffrage universel direct de l’histoire du pays. A l’occasion, les bureaux de vote
ont ouvert à 8 h (heure locale). Et lorsque nous mettions sous
presse, aucun incident n’était signalé. Le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, part favori dans ce scrutin. Les dernières
enquêtes d'opinion publiées cette semaine le créditent même de
51 à 57% des intentions de vote, synonyme de victoire par majorité absolue dès le premier tour. Le chef du gouvernement, arrivé en fin de mandat, a face à lui deux autres candidats: Ekmeleddin Ihsanoglu, professeur d'histoire réputé de 70 ans, ancien
patron de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) et
Selahattin Demirtas, avocat de 41 ans issu de la minorité kurde
du pays, porté par le Parti démocratique populaire (HDP).
Iraq
Iran
plane crash in the Iranian capital,
Tehran, yesterday, August 10, 2014,
killed at least 38 people, State TV
reported. The small aircraft, which was
heading to the eastern city of Tabas, went
down in a residential area near Mehrabad
Airport in the capital, Teheran, yesterday
morning.
An eyewitness, Hassan Molla, said he
heard a roaring sound as the plane came
Présidentielle en Turquie
Le parti des frères musulmans dissous
La haute cour administrative en Egypte a prononcé samedi dernier la dissolution de la branche politique des Frères musulmans, rapporte la presse internationale. Le parti de l’ex-président Mohammed Morsi a été reconnue coupable d’avoir « violé
la loi qui régit la vie des partis politiques », indique l’arrêt de la
haute juridiction. La déchéance se poursuit ainsi pour la confrérie des Frères musulmans qui avait pris son envol au lendemain
de la révolte populaire ayant chassé du pouvoir Hosni Moubarak. De nombreux leaders et membres du mouvement sont aujourd’hui en prison, notamment son chef suprême, Mohamed
Badie, condamné à la prison à vie pour incitation à la violence.
Fighting Rages On Around Donetsk
RDC : haro sur l’intolérance !
Un rapport de la Mission des Nations unies
pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO) réalisé récemment sur des affrontements inter-communautaires dans la province du Katanga, dans le sud-est du pays,
relève un regain inédit des exactions visant
essentiellement les pygmées. Opposant des
groupes armés d’ethnie surtout Luba aux populations pygmées, les affrontements ponctués par des massacres, des actes de cannibalisme, des viols massifs et des incendies de
maisons ont poussé plus de 1200 pygmées
à fuir leurs villages et à s’installer dans des
écoles du centre-ville de Kabalo . Ces dérapages sont attribués aux Luba, qui agissent
par centaines, et dont certains éléments ne
feraient pas mystère de leur mission d’exterminer les pygmées à l’aide des flèches, des
machettes et des fusils de chasse.
Autant il convient de dénoncer cette barbarie et cette intolérance indigne des êtres humains, autant il est curieux de constater l’insuffisance des forces armées et de police
dans cette partie du territoire sous tension. Il
serait naïf de croire que la guerre menée par
les Luba contre les pygmées n’est pas liée au
Egypte
engine failure before it went down.
The IrAn-140 was operated by domestic
carrier, Sepahan Air. It is a twin-engine
Ukraine
turboprop plane based on Ukrainian technology, but assembled under licence in
Iran. It is a version of the Antonov AnFighting yesterday, August 10, 2014, continued in the eastern
140 regional plane and can carry up to 52
Ukrainian city of Donetsk as the military dismissed calls for a
passengers. Iran has suffered a series of
ceasefire by pro-Russian rebels, Al Jazeera TV said. Governaeroplane crashes, blamed on its ageing
ment shelling continued throughout the day in the rebel-held
aircraft and poor maintenance. US sanccity despite an appeal by a rebel leader for a ceasefire on humations prevent Iran from updanitarian grounds. More than 10 residential buildings, as well as a
ting its American aircraft and
hospital and a shop, were heavily damaged by overnight shelmake it difficult to get Euroling. Aleksandr Zakharchenko on August 9, 2014, called for a
pean spare parts or planes as
ceasefire to avert a "humanitarian catastrophe," but his request
désir d’exploiter les richesses du sous-sol de
well.
was met with reluctance by both the Ukrainian government and
la riche province minière du Katanga, selon
its Western allies.
Kimeng Hilton NDUKONG
le même mode opératoire que les autres milices.
La victoire militaire des Forces armées de la
République démocratique du Congo
(FARDC) appuyées par la MONUSCO sur
la rébellion du M23, qui leur a donné du fil
à retordre pendant longtemps, avait fait croire que ces forces étaient désormais en mesure d’anéantir n’importe quel autre groupe
armé. Les activités déstabilisatrices des
Luba, des milices Bakata et d’autres groupes
Une publication de la Société de Presse et d'Editions du Cameroun / A publication
armés dans la province du Katanga monof the Cameroon News and Publishing Corporation - Siège : Route de l'aéroport /
Headquarters: Airport road - BP / P.O. Box: 1218 Yaoundé - Tél. : (237) 22.30.41.47 trent que la mission de pacification des
22.30.36.89 - 22.30.41.48 Fax : (237) 22.30.43.62 - Site web : http://www.cameroon-tribune.cm FARDC est loin d’être terminée. L’insécurité entretenue par les groupes armés à l’est
Directeur Général, directeur de la publication / General Manager, Publisher: Marie-Claire NNANA
du pays demeure également préoccupante.
Directeur Général Adjoint / Deputy General Manager: Shey Peter MABU
C’est le sens du nouvel appel lancé par le
RéDACTION /EDITORIAL STAFF
responsable de la MONUSCO, Martin KoDirecteur de la rédaction/ Managing Editor : Martin BADJANG ba NKEN
bler, pour le retrait des 1500 derniers comDirecteur-adjoint/ Deputy Managing Editor : Richard KWANG KOMETA
battants des Forces démocratiques de libéraRédacteur-en-chef/Editor-in-chief : Yves ATANGA
tion du Rwanda (FDLR) de l’est du territoire
Rédacteur-en-chef technique/Technical Editor-in-chief : Augustin FOGANG
congolais, alors que ce mouvement annonce
Vente, abonnement et distribution : Direction Commerciale et Marketing Tél. : (237) 22 09 44 59 / (237) 22 09 44 58
sa transformation en parti politique et exige
Publicité/Advertisement: SOPECAM Marketing and Communication (SMC)
que l’espace politique rwandais s’ouvre afin
Yaoundé : Tél. : (237) 22 30 41 47 / 22 30 32 26 / 22 69 37 67 - GSM : (237) 75 29 01 98 / 77 68 35 29 / 79 53 86 79
Douala : Tél. : (237) 33 42 96 88 / 22 71 50 78 - GSM (237) 79 37 20 66 / 75 47 83 45 / 75 77 55 01
qu’il soit reconnu comme une formation poIMPRESSION/PRINTED BY : SOPECAM
litique agréée.
in low overhead, one wing tilting. “There
was no smoke or anything. It was absolutely sound and in good condition before
the crash and what appeared to be multiple explosions,” he said. The passengers
included at least five children. State TV
said the plane’s tail struck the cables of
an electricity tower before it hit the
ground and burst into flames. The IRNA
news agency said the plane suffered an
Paul EBOA
Efforts continued yesterday, August 10, 2014 to avert genocide
against civilians besieged on a mountain in northern Iraq by the
Islamic State group fighters. Al Jazeera TV reported that US
fighter jets continued to strike positions of the jihadists whose
attack on Sinjar Mountain last week sent thousands - many of
them from the Yazidi minority – fleeing into a nearby mountain.
Those stranded on Sinjar Mountain in searing summer heat are
left with little food and water. US and Iraqi cargo planes have
been air dropping food and water over the region, a barren 60kilometre ridge. The UK joined the effort as French Foreign Minister, Laurent Fabius, arrived in Iraq yesterday where he is due
to oversee the first delivery of French aid.
DISTRIBué PAR MESSAPRESSE
3
2
C A M E R O O N
T R I B U N E
Author
Документ
Category
Без категории
Views
66
File Size
3 474 Кб
Tags
1/--pages
Пожаловаться на содержимое документа