close

Enter

Log in using OpenID

Alger - lecitoyendz.com

embedDownload
Air Algérie
Les vols vers
le sud et l’est
du pays annulés
P2
Cote d’Ivoire 3-1 Algérie
Bony brise le rêve des algériens
Grâce à un Wilfried Bony des grands soirs, auteur d’un doublé, la Côte d’Ivoire a éliminé l’Algérie
(3-1) et s’est qualifié pour les demi-finales de la CAN 2015.
P 24
Droit à l’éducation en Algérie
Importations de véhicules en 2014
La facture enregistre
une baisse
P2
L’ONU salue les
efforts consentis
par l’Algérie
Terrorisme
Louh annonce
l’organisation prochaine
d’une conférence
P3
internationale
P4
N° 3213 - LUNDI 2 FEVRIER 2015 Site web : www.lecitoyendz.com - E-mail : [email protected]
2
ACTUALITE
Lundi 2 Fevrier 2015
Air Algérie
Les vols vers
le sud et l’est
du pays
annulés
La plupart des vols de la
compagnie
nationale
“Air Algérie” vers le sud
et l’est du pays ont été
reportés et annulés ce samedi en raison des mauvaises
conditions
météorologiques,
apprend-on ce samedi auprès de la compagnie.
Les vols vers les villes de
ces régions (Constantine,
Sétif, Biskra Ghardaia...)
ont été reportés et annulés pour d’autres à demain, selon la même
source, précisant que des
avions ont même décollé
mais ont été contraints de
rebrousser chemin et regagner
l’aéroport
“Houari Boumediene”
en raison de conditions
météo défavorable qui
régnaient samedi dans
ces régions. La compagnie, a assuré la même
source, fera tout pour assurer les dessertes de demain à destination de ces
deux régions, si les
conditions météo seront
favorables.
Publicité
Importations de véhicules en 2014
La facture enregistre une baisse
L’enveloppe s’est établie à 6,34 milliards de dollars (mds usd) contre 7,33 mds usd en 2013, en recul de 13,56%
L
a facture des importations des véhicules a enregistré une baisse en 2014
en s’établissant à 6,34 milliards de dollars (mds usd) contre 7,33 mds usd en
2013, en recul de 13,56%, a indiqué hier le Centre national de l’informatique et des statistiques
des douanes (Cnis). Quant au nombre des véhicules importés, il a atteint 439.637 unités en
2014 contre 554.263 unités l’année d’avant, en
baisse de 20,68%. Sur ces 439.637 véhicules importés en 2014, 417.913 l’ont été dans le cadre
commercial par une soixantaine de concessionnaires activant sur le marché national pour un
montant de 5,7 mds usd, contre 529.970 pour
une facture de 6,65 mds usd en 2013, soit une
baisse de 14,3% en valeur et de 21,14% en quantité. Pour ce qui concerne le coût des importations par les particuliers, il a totalisé 640 millions
usd pour 21.724 véhicules en 2014, contre 686
millions usd pour 24.293 unités en 2013, en
baisse de 6,6% en valeur et de près de 10,6% en
nombre. Après le record enregistré sur l’année
2012 durant laquelle les importations des véhicules avaient dépassé les 600.000 unités, les opérateurs de ce secteur avaient prévu, pour 2014,
une baisse qui avait déjà été entamée en 2013
avec un recul de 3,5% en valeur et de 8,4% en
nombre par rapport à 2012. Cette situation s’explique, selon les professionnels, par une chute de
la demande, qui s’ajoute à un niveau important
des stocks, générée essentiellement par l’orientation des dépenses des ménages vers l’immobilier, et ce, particulièrement, pour les logements
de type location-vente de l’Aadl. Ce recul des
importations de voitures intervient également en
conséquence des décisions prises par le gouver-
nement pour assainir le marché de l’automobile.
En outre, un projet de loi modifiant et complétant
le décret exécutif n°07-390 du 12 décembre 2007
fixant les conditions et les modalités d’exercice
de l’activité de commercialisation de véhicules
automobiles neufs est fin prêt. Ce projet de décret, relatif à l’exercice de l’activité de commercialisation de véhicules neufs, a été examiné et
adopté par le gouvernement et les cahiers de
charges, y afférents, ne sont que la déclinaison
des principes fixés dans le cadre réglementaires
régissant cette activité, avait expliqué récemment
le ministre de l’Industrie et des mines, M. Abdesselam Bouchouareb. Dans le but d’assainir le
marché, la loi de Finances 2014, rappelle-t-on,
avait introduit plusieurs mesures portant notamment sur la limitation de l’importation des véhi-
cules aux concessionnaires automobiles, l’interdiction à ces derniers d’importer pour le compte
d’autres concessionnaires en dehors de leurs réseaux de distribution, et l’obligation d’installer
une activité industrielle ou de service dans un
délai de trois ans. La tendance baissière des importations des véhicules est appelée à se poursuivre avec l’entrée en production de la nouvelle
usine Renault de Oued Tlelat (Oran), qui a été
inaugurée en novembre 2014. Cette usine est
dotée d’une capacité initiale de production de
25.000 unités/an, et compte atteindre 75.000 unités/an dans une deuxième étape. En 2014, les
marques européennes notamment françaises et
allemandes occupent toujours la tête de la liste
des importations, suivies des marques japonaises
et sud-coréennes.
A C T U A L I T E
3
Lundi 2 Fevrier 2015
Selon un article écrit par l’agence Reuters
L’économie algérienne doit d’assurer
ses équilibres financiers
Notre pays ajoute encore cette agence, doit de diversifier ses sources de revenus, largement dominées
par les recettes d’exportation des hydrocarbures dans un contexte marqué par la baisse des prix du pétrole
L’
économie algérienne est
confrontée à l’enjeu d’assurer
ses équilibres financiers et de
diversifier ses sources de revenus, largement dominées par les recettes
d’exportation des hydrocarbures dans un
contexte marqué par la baisse des prix du
pétrole, indique l’agence de presse Reuters.
Selon un article publié par l’agence, les réserves de change de l’Algérie qui avoisinent les 200 milliards de dollars lui
permettent d’éviter un choc similaire à
celui qui menace le Venezuela, un autre
pays de l’Opep, qui risque. Aujourd’hui de
voir son économie s’effondrer, d’après
l’agence de notation Moody’s. Toutefois,
les autorités algériennes sont contraintes de
reporter la réalisation de certains projets
dans le secteur du transport ferroviaire, tandis que le projet de la nouvelle aérogare de
l’aéroport international d’Alger sera financé par des crédits bancaires dans un
souci de diversifier les sources de financement des projets au lieu de se limiter au
Trésor public. En outre, des économistes
cités par l’agence ont affirmé que de nouvelles opportunités d’investissement hors
hydrocarbures privés et étrangers pourraient s’offrir à l’Algérie permettant ainsi
de réduire le recours au budget de l’Etat.
“Il est très important de maintenir les
Terrorisme
grands équilibres économiques, alors que
l’Algérie s’efforce d’attirer plus d’investissements étrangers pour contribuer à augmenter la production de l’énergie qui
représente aujourd’hui 60% des revenus de
l’Etat”, a-t-on souligné. Dans son analyse
de la situation actuelle et des perspectives
de l’économie algérienne dans une
conjoncture internationale de chute des prix
de pétrole qui a perdu plus de 60% de sa
valeur depuis juin dernier, l’article rappelle
les mesures prises récemment par les pou-
voirs publics, notamment celles relatives à
la rationalisation des dépenses publiques,
le gel du recrutement dans certains secteurs
et le financement de certains projets par les
banques au lieu du Trésor public. Cette
analyse a également évoqué la prochaine
introduction des licences d’importation afin
de contribuer à limiter les importations, relevant que les subventions qui coûtent à
l’Etat 30% du produit intérieur brut (PIB)
du pays et le déficit budgétaire constituent
aujourd’hui autant de défis pour l’économie du pays. Selon l’agence, la situation du
pays sur le plan économique est beaucoup
mieux comparativement à celle de 1986,
lorsque les prix du pétrole avaient fortement chuté sur le marché international. Elle
en veut pour preuve, le niveau atteint par
les réserves de change dont dispose l’Algérie et qui sont de l’ordre de 185 milliards
de dollars et le recul de l’endettement grâce
au paiement anticipé de la dette extérieure.
Les pouvoirs publics devraient, à moyen
terme, accorder la priorité à la stabilité sociale en se basant sur l’hypothèse que la
baisse actuelle des prix du pétrole ne va pas
se poursuivre au-delà d’une année ou deux,
selon Reuters. Citant des experts en économie, l’agence a écarté aussi des baisses
dans les dépenses destinées aux secteurs
sociaux
Louh annonce l’organisation prochaine
d’une conférence internationale
L
e ministre de la Justice, Garde des
sceaux, Tayeb Louh a annoncé, hier
à Alger l’organisation prochaine
d’une conférence internationale sur le terrorisme et les sources de son financement,
à l’instar du paiement de rançons et du trafic de drogue. Les ministères des Affaires
étrangères et de la Justice “s’attèlent à la
préparation d’une conférence internationale sur le financement du terrorisme”, a
indiqué M. Louh lors d’une séance plénière
du Conseil de la nation consacrée à la présentation et à l’examen du projet de loi
amendant et complétant la loi sur la prévention et la lutte contre le blanchiment
d’argent et le financement du terrorisme.
Lors de ce forum, il sera procédé à l’examen de questions liées au “trafic de drogue
et à la criminalisation du paiement de rançon, principales sources de financement du
terrorisme” notamment au Sahel, a-t-il souligné.
Après avoir rappelé la position
de l’Algérie concernant le paiement de rançon qu’il sied de criminaliser, le ministre a
mis l’accent sur l’importance d’établir des
règles sécuritaires claires dans le sens de la
criminalisation de ce phénomène, tel que
proposé par l’Algérie lors de la dernière
réunion du Conseil des ministres arabes de
la Justice à Djeddah (Arabie Saoudite).
L’Algérie avait demandé, lors de cette réunion, la mise ne place d’une commission
chargée de l’élaboration d’une loi criminalisant le paiement de rançon, laquelle doit
être introduite dans la Convention arabe de
lutte contre le financement du terrorisme, a
rappelé M. Louh, précisant que la majorité
des pays avait suggéré de sanctionner les
pays qui payent des rançons aux groupes
terroristes.
Conseil national économique et social (CNES)
Assises nationales consacrées au développement durable en mars
“Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du suivi et de l’évaluation des politiques publiques de l’Algérie dédiées à l’Agenda post2015 pour réaliser les objectifs du développement durable”, qui succédera aux Objectifs du Millénaire pour le Développement
(OMD), explique M. Babès
L
e Conseil national économique et
social (CNES) organisera, en mars
prochain, des assises nationales
consacrées au développement durable, a
indiqué dimanche le président de cette instance consultative, M. Mohamed-Seghir
Babès.
“Cette rencontre s’inscrit dans
le cadre du suivi et de l’évaluation des politiques publiques de l’Algérie dédiées à
l’Agenda post-2015 pour réaliser les objectifs du développement durable”, qui
succédera aux Objectifs du Millénaire
pour le Développement (OMD), explique
M. Babès en marge de la présentation de
la feuille de route du CNES pour l’année
2015. Le CNES a mené, à travers ses différents travaux, une réflexion ayant pour
but de créer un nouveau régime de croissance visant à répartir équitablement le
fruit de cette richesse, et ce, notamment en
direction des populations les plus vulnérables, ajoute-t-il.
Dans ce cadre, il a
rappelé le projet de création, à Alger, en
coopération avec l’université des NationsUnies, d’un institut de développement durable chargé de vulgariser ce concept
autant au niveau du continent africain que
dans le monde.
L’accord portant création de l’Institut des Nations Unies pour la
Recherche sur le Développement Durable
de l’Afrique a été signé en décembre 2013
à Alger entre le président du CNES et le
recteur de l’Université des Nations-Unies,
M. David Malone, rappelle-t-on. Le choix
de l’Algérie pour abriter le siège de cet
institut découle, essentiellement, “du respect dont elle jouit au sein de l’Union
Africaine”, avait alors expliqué M. Malone. S’exprimant sur le programme de
travail prévu par le CNES pour les ques-
tions économiques durant l’année en
cours, M. Babès avance que son agenda
porte sur les thèmes relatifs à la transition
économique et à la gouvernance ainsi
qu’au développement humain et l’équité,
et ce, dans le cadre des orientations des
deux derniers conseils restreints présidés
par le Président Abdelaziz Bouteflika,
consacrés, respectivement, à la démarche
économique du gouvernement suite à la
baisse des cours pétroliers, et au développement local dans le Sud et les Hauts Plateaux.
Concernant
la
transition
économique, le CNES prévoit l’élaboration de rapports accompagnés de propositions liées à la croissance économique,
l’état économique et social de la nation, la
sécurité alimentaire et la politique de développement rural, comme il programme
l’organisation d’ateliers thématiques au-
tour de ces questions.
Quant au développement humain et l’équité, l’instance
consultative œuvrera à élaborer des rapports sur l’exclusivité des dispositifs
d’aide à l’emploi et à la création d’activités ainsi que sur la cohérence des politiques sociales. Elle procédera également
à l’installation d’une cellule permanente
de veille sur l’équité sociale, à l’organisation d’un atelier national sur les dispositifs
d’aide à l’emploi et de la tenue d’une
conférence internationale sur les politiques sociales pour assurer l’équité. Au
sujet de la gouvernance, le CNES préparera des rapports sur l’économie informelle et les formes de “délinquance
économique”, ainsi que sur le dialogue social et la réhabilitation des tissus associatifs en tant que fondamentaux à la stabilité
et à l’équilibre.
4
A C T U A L I T E
Lundi 2 Fevrier 2015
Gaz de schiste
Cancer du poumon
Chitour : « les études d’exploration
doivent se poursuivre »
Une moyenne de
3.500 nouveaux
cas/an
Des médecins spécialistes indiquent qu’un taux de 80% des
cas sot incurables, car détectés
à un stade avancé de la maladie,
Une moyenne de 3.500 nouveaux cas/an d’atteintes par le
cancer du poumon, ou cancer
bronchique, est recensée en Algérie avec un taux de 80% de cas
incurables, car détectés à un
stade avancé de la maladie, ont
révélé samedi à Blida des médecins spécialistes. “Le diagnostic
tardif de la maladie explique en
grande partie la hausse des cas
d’atteintes”, a regretté le Pr
Ketfi, du service de pneumatologie de l’hôpital de Rouiba
(Alger), en marge des 9èmes
Journées scientifiques sur le cancer du poumon, expliquant par là
le “peu de chance de guérison du
malade, en dépit de l’investissement matériel considérable qui y
est consacré”. Pour ce spécialiste, le tabagisme demeure la
cause principale d’atteinte par ce
type de cancer chez les hommes.
Il a souligné que le risque lié à
cette maladie est élargi à tout
l’environnement du fumeur, dont
les enfants notamment, qui, en
inhalant la fumée, deviennent
des fumeurs passifs. “Le tabagisme passif est à l’origine d’un
taux de 40% des cas d’atteintes”,
a-t-il assuré. Aussi, les médecins
participants à cette rencontre
scientifique se sont accordé sur
la nécessaire activation et application des lois interdisant le tabagisme dans les lieux publics,
parallèlement à l’intensification
des campagnes de sensibilisation
sur le sujet, en milieu scolaire et
en direction des adolescents, notamment. La rencontre, qui a
donné l’opportunité à la présentation de différentes techniques
relatives au traitement du cancer
bronchique, ainsi qu’à la détection des tumeurs cancéreuses,
“participe à la sensibilisation
contre le cancer du poumon”, a
indiqué le président de l’association El Badr d’aide aux malades
atteints de cancer, Dr Mustapha
Moussaoui. Il a signalé l’élaboration, programmée à la clôture
de cette manifestation, d’un
guide sur le cancer du poumon,
sachant que l’association a déjà
édité de nombreux guides similaires consacrés aux cancers du
sein, du colon et de la prostate.
Le but est, selon lui, de permettre d’évaluer les réserves réelles de cette énergie non conventionnelle
L
es études d’exploration
lancées par Sonatrach
pour le gaz de schiste
doivent se poursuivre
pour permettre d’évaluer les réserves réelles de cette énergie
non conventionnelle, a affirmé
l’expert, Chems Eddine Chitour.
“L’étude de gaz de schiste doit se
poursuivre, nous devons terminer
rapidement la phase d’exploration pour procéder aux évaluations réelles de la ressource”,
souligne M. Chitour qui regrette
le fait que la seule estimation
faite dans ce sens provient d’une
étude américaine. A ce propos, il
considère que le gaz de schiste
est une richesse “à exploiter rationnellement” et que les forages
d’exploration sont nécessaires
pour maîtriser la technique, ajoutant que leur faible nombre
“n’hypothèquera pas les fondamentaux de la vie au Sahara”.
Pour autant, il a estimé que ce
gaz ne fera partie du mix énergétique national qu’une fois la technologie de production sera
mature. En effet, renchérit-il,
l’Algérie doit, d’abord, donner la
priorité à la formation des compétences nécessaires et à la prise
des précautions en terme d’environnement avant d’envisager
toute éventuelle exploitation.
« Quand nous serons prêts tech-
nologiquement, en formant les
ingénieurs et les techniciens de
géologie, de géophysique, de forage, de mécanique, d’électronique et sans oublier les
spécialistes de l’environnement,
le gaz de schiste jouerait pleinement son rôle”, préconise-t-il. M.
Chitour estime aussi que le gaz
de schiste aurait toute sa place
dans le cadre d’une stratégie
énergétique à long terme, basée
avant tout sur la “sobriété énergétique”. Mais l’expert pétrolier
plaide également pour un “plan
Marshall” pour les énergies
vertes, rappelant que les énergies
renouvelables représentent moins
de 0,1% du bilan électrique algérien. Selon lui, il est temps d’élaborer
une
stratégie
de
rationalisation de l’énergie et de
l’augmentation progressive de
ses tarifs, ce qui nécessite de redéfinir la politique sociale et le
soutien de l’Etat aux classes défavorisées.
Journée mondiale des zones humides
Thème de l’édition 2015 : les zones humides pour notre avenir Comme chaque année, la Direction des forêts, à travers ses services déconcentrés ainsi que les parcs
nationaux, les centres cynégétiques et les réserves de chasse, célèbre la Journée Mondiale des Zones
Humides, à travers l’ensemble du territoire national
L
e Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, Monsieur Abdelouahab Nouri, présidera, aujourd’hui,
au centre Cynégétique de Réghaia, sis au lac
de Réghaia, d’Alger, la cérémonie officielle,
de la célébration de la Journée mondiale des
zones humides (JMZH). « Comme chaque
année, la Direction des forêts, à travers ses
services déconcentrés ainsi que les parcs nationaux, les centres cynégétiques et les réserves de chasse, célèbre la Journée Mondiale
des Zones Humides, à travers l’ensemble du
territoire national », indique un communiqué du ministère de l’agriculture et du développement rural (Madr)». L’objectif principal
de la Journée Mondiale des Zones Humides
2015, est de sensibiliser le grand public à la
préservation de ces écosystèmes vitaux et fra-
giles. L’Algérie célèbre la JMZH, pour commémorer la signature de convention sur les
zones humides le 02 février 1971 à Ramsar
(Iran), à laquelle l’Algérie a adhéré en 1982
et dont la direction des forêts assure le point
focal. L’édition 2015, s’intitule « les zones humides pour notre avenir », cette thématique
répondra à une multitude d’activités, partout
en Algérie, sur les enjeux qui entourent la disparition des zones humides et les solutions à
mettre en œuvre pour les préserver. Le choix
de ce thème nous permettra de nous pencher
sur l’importance des zones humides dans
notre vie quotidienne, ainsi que le rôle
qu’elles jouent sur le plan, écologique, économique et social. Par ailleurs, plusieurs activités ont été retenues lors de cette journée qui
sera célébrée à l’échelle nationale. L’on peut
citer l’organisation d’un concours national de
photographie sur les zones humides, dont
l’annonce a été lancée par la Direction Générale des Forêts, la présentation d’un projet de
développement durable des zones humides en
relation avec la protection, la valorisation et
l’utilisation rationnelle de l’eau et enfin la présentation de la stratégie nationale des zones
humides multisectorielle, en cours d’élaboration. Notons que ces activités ainsi que d’autres comme l’organisation d’ateliers éducatifs,
scientifiques et techniques, permettront de
sensibiliser sur les différentes menaces qui pèsent sur ces espaces fragiles que sont les zones
humides et qui sont souvent d’origine anthropique, par conséquent, ceci nous permettra de
réfléchir ensemble à leur préservation pour assurer notre avenir.
Droit à l’éducation en Algérie
L’ONU salue les efforts consentis par l’Algérie
L
e rapporteur spécial sur
le droit à l’éducation du
Conseil des droits de
l’homme des Nations Unies, M.
Kishore Singh a salué à Alger
les efforts consentis pour la
consécration et la promotion du
droit à l’éducation en Algérie.
L’Algérie “est sur la bonne voie
en matière de promotion et de
consécration du droit à l’éduca-
tion notamment à travers la
consécration du principe de généralisation et de démocratisation de ce droit”, a indiqué M.
Singh dans une déclaration à la
presse à l’issue de sa rencontre
avec le président de la Commission nationale de promotion et
de protection des droits de
l’homme (CNPPDH), Farouk
Ksentini et des représentants de
la société civile.
L’Algérie
“est dotée d’un important arsenal juridique consacrant le droit
à l’éducation, outre les importants investissements prévus visant à consolider ce droit
fondamental”, a-t-il souligné,
exprimant le souhait que “ces
investissements favoriseront la
réalisation des objectifs assignés”. Apres avoir écouté les
différentes expériences des associations activant dans le domaine de l’éducation, M. Singh
a salué la contribution de ces organisations à la consécration du
droit à l’éducation, tout en exprimant la volonté de poursuivre
l’action commune avec toutes
les parties concernées pour le
développement de l’éducation
en Algérie. Le rapporteur spécial
de l’ONU est un expert indépendant, nommé par le Conseil des
droits de l’homme afin d’examiner et de faire un rapport sur un
thème spécifique des droits humains. L’Algérie a lancé une invitation à plusieurs rapporteurs
spéciaux pour visiter le pays,
trois d’entre eux ont déjà effectué le déplacement à Alger en
2010 et 2011.
La
5
5 blessés dans un carambolage
de véhicules à Es-Sénia
Cinq (5) personnes ont été blessés dans un carambolage de plusieurs véhicules, survenu vendredi au niveau du pont d’Es-Sénia douar (Oran), a-t-on appris samedi du directeur de wilaya de la protection civile.
Q
uatre véhicules ont
été
endommagés
dans cet accident
causé par la chute
d’un panneau d’indication arraché par la force des vents ayant
soufflé durant cette journée, a indiqué à l’APS le colonel Mohamed Ferroukhi.
Il a ajouté que la violence des
vents a provoqué vendredi aprèsmidi la chute de plusieurs câbles
d’électricité et des coupures de
courant, notamment à Bousfer,
Aïn El Turck et Gdyel, indiquant
que des équipes de Sonelgaz ont
procédé au rétablissement du
courant électrique. Selon la
même source, un poteau d’éclairage est tombé également sur la
voie publique au niveau du quartier “Ellouz” (ex Les Amandiers)
vendredi soir, sans faire de victime. Le bilan de la protection civile de la wilaya d’Oran durant
les 24 quatre dernières heures fait
état de 124 interventions de ses
agents dont trois dans des incendies d’origine électrique, 11 dans
des effondrements et risques d’effondrement. Parmi ces interventions, 94 suite au déracinement
des arbres, chute de panneaux publicitaires, poteaux et câbles électriques causant un décès et sept
blessés. En outre, les agents de la
protection civile ont démoli un
mur de 6 mètres carrés et un autre
de 24 mètres carrés construits en
pierre taillés écartant ainsi tout
risque pour 11 familles d’habitations mitoyennes à la rue Laskri
Boualem près du centre-ville
d’Oran, a-t-on indiqué.
Lundi 2 Fevrier 2015
Quatorze morts et
22 blessés en 48
heures dans
des accidents
de la route
Quatorze personnes sont mortes et
22 autres blessées dans des accidents de la circulation survenus
durant les dernières 48 heures au
niveau national, selon un bilan
rendu public samedi par la Protection civile. Le bilan le plus lourd
a été enregistré dans la wilaya de
Chlef avec deux (02) morts, suite
à une collision entre deux véhicules légers survenu ce matin sur
l’autoroute est-ouest, au niveau de
la commune d’El-Attaf. Les unités de la Protection civile qui ont
enregistré un total de 4609 interventions durant cette période, ont
également secouru 14 personnes
incommodées par le monoxyde de
carbone dans les wilayas de Annaba et de Mila, est-il ajouté de
même source. A noter également
l’intervention des mêmes services
pour l’extinction de huit (08) incendies urbains et industriels dans
les wilayas d’Alger, Médéa, TiziOuzou, Béchar, Annaba, Chlef, et
Ain Témouchent. Les secours de
la Protection civile sont, par ailleurs, intervenus suite au mauvais
temps ayant causé la chute d’arbres dans plusieurs wilayas côtières ainsi que l’effondrement des
toitures et balcons des habitations
vétustes, conclut le communiqué.
Décès d’une femme par l’effondrement du mur de sa maison à M’sila
U
ne quinquagénaire a été tuée par
l’effondrement du mur de sa maison à M’sila, tandis que de nombreuses serrres ont été détruites dans la
commune de Mohamed-Boudiaf suite
aux rafales de vent qui ont soufflé samedi
sur la région, selon une source de la Sûreté de wilaya. En plus du décès de cette
femme qui habitait une demeure vétuste,
ce sont pas moins de 150 serres qui ont
été entièrement ou partiellement détruites
dans la commune de Mohamed-Boudiaf,
connue pour la pratique in-
tensive de la plasticulture. Ce chiffre représente 80% du total des serres exploitées par les paysans de cette commune,
réputée pour la culture de piments, de tomates et de courgettes, ont souligné des
agriculteurs qui redoutent que ces vents
violents ne ravagent la totalité de leurs
cultures dont la majorité n’est pas assurée. Ces vents violents, chargés de
sable, limitent par ailleurs considérablement la visibilité des conducteurs
sur les différents axes routiers de la
wilaya de M’sila.
Incendie dans la plus
grande bibliothèque universitaire
de Russie
Algérie, premier importateur d’armes
en Afrique
L’
Algérie aurait importé plus de 100 milliards de dollars d’armement
en 52 ans , estiment certains experts. Un chiffre qui vaut à
Un immense incendie a ravagé samedi à Moscou la principale bibliothèque universitaire de
l
’
A
l
Russie, causant des dégâts à plus d’un million de documents historiques uniques et provoquant
gérie de figula consternation dans les milieux scientifiques qui ont évoqué un “Tchernobyl” culturel. Selon les
rer parmi les
secours, l’incendie, qui s’est déclaré vendredi soir et n’avait toujours pas complètement été éteint
principaux
samedi soir, a ravagé 2.000 m2 de la bibliothèque de l’Institut d’information scientifique des sciences
pays imhumaines (Inion). Créée en
portateur
1918, elle rassemble plus de 10
d’armes
millions de documents histodans le
riques (livres, journaux, etc.) damonde,
tant du XVIe au XXe siècles et
a
u x
rédigés en plusieurs langues.
côtés
de
“C’est une grande perte pour la
l’Inde
et
science : il s’agit de la plus
de
la
vaste collection de ce type dans
Chine, et
le monde, équivalente, probadevant
le
blement, à la bibliothèque
Maroc,
sedu Congrès” américain à
cond importaWashington, s’est déteur
d’armes du
solé le président de
continent.
l’Académie des
En 2013, l’Algérie
Sciences Vlaa
figuré,
pour la predimir Formière
fois,
dans
le top 10 des pays importateurs d’armes, aux côtés de l’Inde, de l’Aratov.
bie Saoudite et de la Chine, traditionnels barons du commerce mondial d’armes.
6
R É G I O N S
Lundi 2 Fevrier 2015
El-Tarf
Un concours
de dessin
pour sensibiliser
les écoliers
De nombreux écoliers ont
participé, samedi dernier
à El-Tarf, à un concours
du meilleur dessin sur les
oiseaux d’eau, organisé
par l’office des établissements
de
jeunesse
(ODEJ) dans le cadre de
la célébration de la journée mondiale des zones
humides, a-t-on constaté.
Malgré le mauvais temps
qui sévit dans cette wilaya, de nombreux élèves
des établissements scolaires, accompagnés de
leurs parents, ont participé à ce concours, abrité
par la maison de jeunes
Ahmed-Betchine qui a
également été le théâtre
d’une riche exposition
dédiée à la biodiversité.
Des ouvrages réalisés à
partir de matériaux recyclés, comme les CD usagés,
les cartons, le plastique et
le liège, œuvres de jeunes
adhérents des Clubs
Verts,
ont également été exposés à un public admiratif.
La wilaya d’El-Tarf
compte neuf zones humides classées Ramsar
d’une richesse faunistique et floristique exceptionnelle.
Épidémie de grippe
« Les victimes n’étaient pas vaccinées »
«Le vaccin est facile à acheter et donné gratuitement aux malades chroniques et femmes enceintes».Tout en insistant sur le fait que le virus actuel est une grippe saisonnière, le Dr Smaïl Mesbah affirme que toutes les victimes atteintes de complications font partie de la catégorie à risque à qui le vaccin est fortement recommandé.
L
e ministère de la Santé sort
de sa réserve pour rassurer
les citoyens quant à l’épidémie de grippe qui sévit dans
le pays! En effet, après le ministre de
la Santé et son directeur de communication, c’est au tour du directeur de la
prévention au ministère de la Santé
d’essayer de couper court à la polémique «grippale» actuelle. Smaïl Mesbah a entonné le même refrain que les
autres responsables du ministère de la
Santé. «C’est une grippe saisonnière et
non une grippe porcine», a-t-il rassuré
non sans avouer que le virus de la
grippe qui sévit actuellement est de
type H1N1. «Néanmoins, on ne parle
plus de grippe porcine depuis trois ans.
Le H1N1 a été classé par l’OMS
comme une grippe saisonnière aiguë»,
précise-t-il en insistant sur le mot «saisonnière». C’est donc du H1N1 à qui
on a retiré le mot grippe porcine! Mais
malgré les nombreux foyers épidémiques et le nombre de victimes qui
en sont déjà à 14 morts, selon les chiffres du ministère de la Santé, le Dr
Smaïl Mesbah réfute le fait que le
virus grippal de cette année soit plus
virulent que celui des années précédentes. «Les données dont nous disposons actuellement ne montrent pas que
cette souche soit plus virulente que
celles qu’on a connues les années précédentes», affirme-t-il. Ce qu’il faut
retenir selon le Dr Mesbah est que
toutes les victimes qui ont enregistré
des complications grippales sont des
personnes à risque.«Ce sont soit des
personnes âgées, femmes enceintes,
enfants ou des personnes qui souffrent
de maladies chroniques», témoigne-til. «Elles sont considérées comme des
personnes à risque et partout dans le
monde cette catégorie peut présenter
des complications suite à la grippe, qui
peuvent aller jusqu’à la mort», poursuit-il en attestant que ces personnes
n’étaient pas vaccinées contre la
grippe.
«Ce qui aurait minimisé les risques»,
regrette-t-il.
Le directeur de la prévention au ministère de la Santé invite de ce fait les Algériens, particulièrement, ceux qui
sont considérés comme faisant partie
des personnes à risque de se faire vacciner, surtout que la campagne se
poursuit jusqu’au mois de mars. Il
n’en fallait pas plus pour le Dr Mesbah
pour se féliciter de la «réussite» de la
campagne de vaccination faite sous
l’égide de sa direction. «Je considère
que cette campagne était réussie. Nous
avons importé plus de 2000.000 de
doses de vaccin antigrippal et déjà à la
mi-décembre 80% de ces vaccins
étaient déjà utilisés. Soit près de
1800.000 doses. Ce qui est une très
bonne chose», se réjouit-il. «En plus,
la demande a été bien satisfaite. Nous
n’avons enregistré aucune pénurie et
le vaccin est facile à acheter et donné
gratuitement aux malades chroniques
et femmes enceintes», rétorque-t-il
avant d’avouer cependant qu’il existe
encore une certaine réticence des citoyens à se faire vacciner contre la
grippe. «Les citoyens ont encore peur
du vaccin grippal. La plupart d’entre
eux minimisent les risques de la
grippe qu’ils considèrent comme un
virus bénin. Les autres ont peur des
effets secondaires que je précise sont
minimes alors qu’une troisième catégorie vit encore avec le spectre des
effets secondaires des vaccins contre
la grippe porcine», explique-t-il.Toutefois, le Dr Smaïl Mesbah ne considère aucunement que le ministère de
la Santé en général et son département en particulier ont échoué dans
la sensibilisation des citoyens quant
à l’importance du vaccin grippal!
Bien au contraire, lui qui parle de
méfiance chez la population, se dit
paradoxalement très satisfait de la
campagne de sensibilisation menée!
Il va même jusqu’à faire les éloges
des deux structures chargées du suivi
de la grippe. «Ce sont deux cellules
très efficaces dont rares sont les pays
qui peuvent se targuer d’en disposer.
La cellule sentinelle qui permet le
suivi de l’évaluation de l’épidémie
grippale et le laboratoire de référence
qui nous permet de savoir quel type
de virus circule dans le pays», certifie-t-il.«C’est grâce à ce laboratoire
que nous savons quel type de vaccin
doit être commandé», ajoute-t-il. «Et
je vous fais savoir que cette année le
vaccin actuel contient les anticorps
contre le H1N1 et le H3N2 qui ont
été identifiés comme les deux types
de virus qui circulent actuellement en
Algérie», conclut le directeur de la
prévention au ministère de la Santé
avec l’espoir de mettre fin aux rumeurs et à la panique qui se propagent au même rythme que ce virus et
ses victimes…!
Ouargla
Près de 2680 microprojets financés en 2014
A
u moins 2.679 microprojets ont été
financés en 2014 par le biais de
l’Agence nationale de gestion du
microcrédit (Angem), à travers la wilaya
d’Ouargla, a-t-on appris auprès des responsables locaux de cet organisme.
Quelque 2463 de ces microprojets ont été
financés selon la formule bipartite
(Agence-bénéficiaire) pour une enveloppe de 337 millions de dinars permettant au promoteur d’acquérir les matières
premières, a indiqué le coordinateur local
de l’Angem. Ces projets sont versés notamment dans les services, les travaux
publics et bâtiment (BTP), l’agriculture,
et l’artisanat traditionnel, et ont créé
3.694 emplois, a précisé Lamine Saïdi.
Concernant la formule tripartite
(Agence-Banque-bénéficiaire), 216 projets ont été financés pour un volume de
55 millions de dinars et ont généré 325
emplois, a-t-il ajouté. Les dossiers sont
répartis entre les services, le BTP, l’artisanat et le commerce, selon le même responsable. Plus de 1200 projets financés
par l’Angem durant l’année 2014, ont été
montés par la gent féminine, a-t-il encore
fait savoir. L’Angem a lancé une campagne de sensibilisation à travers les différentes régions de la wilaya, afin de se
rapprocher au mieux du citoyen et lui exposer les diverses formules de financement de projets par cet organisme d’aide
à l’emploi, a signalé M. Saïdi.
Biskra
Leseslauréates
d’un concours des produits dérivés des dattes récompensées
lauréates
d’un de la commune de Sidi Khaled, qué Baya Zitoun, présidente de transformation des dattes et d’autres wilayas du pays.
L
concours organisé dans
le cadre du projet de valorisation des produits dérivés
des dattes, initié par l’association nationale “Femme et développement rural”, ont été
récompensées, samedi dernier,
au cours d’une cérémonie organisée à Biskra. Le premier prix
du tressage de paniers a été décroché par Messaouda Chitour,
celui de la confiture de dattes est
revenu à Zoulikha Chaâbi, de
Laghrouss tandis que le prix des
pâtisseries traditionnelles à base
de dattes a été remporté par
Hadjer Saïgh, de Bordj Benazouz. Placé sous l’égide du ministère de la Jeunesse, le projet
de valorisation des produits dérivés des dattes a été mené de
janvier à décembre 2014, a indi-
l’association “Femme et développement rural”, précisant que
le projet a porté sur l’organisation de stages de formation dans
les activités de tressage de paniers, de préparation de confiture de dattes et de pâtisseries
traditionnelles au profit de 73
candidates et candidats.
L’objectif du projet est de valoriser les activités secondaires de
d’encourager les jeunes femmes
rurales à lancer de microprojets
dans leur milieu familial, a souligné Mme Zitoun.De son côté,
Rabah Boukabous, représentant
du ministère de la jeunesse, a invité, à cette occasion, l’association organisatrice du concours à
envisager
de mener ce “projet pilote à impact socio-économique” dans
La cérémonie qui a vu la présence de cadres et d’élus locaux,
a donné lieu à la distribution de
cadeaux (microordinateurs, matériels de préparation de pâtisserie) ainsi que d’attestations aux
participantes. Une exposition
des produits réalisés par les bénéficiaires de ce stage a été organisée en marge de la
cérémonie.
A L G E R I E
P R O F O N D E
7
Lundi 2 Fevrier 2015
Oran
Appel à l’arrêt immédiat des déversements
des eaux usées dans le lac
Les participants à une rencontre sur les zones humides, organisée samedi dernier à Gdyel (Oran),
ont appelé à l’arrêt immédiat des déversements des eaux usées, provenant des communes environnantes et de la zone industrielle de Hassi Ameur, dans le lac Télamine, à l’Est de la wilaya.
”
I
l faut empêcher le plus
tôt possible les déversements des eaux usées des
communes de Benfréha,
Hassiane Toual, Hassi Ben Okba,
Hassi Mefsoukh et Gdyel y compris la zone industrielle de Hassi
Ameur qui affluent sans traitement
en moyenne 10.000 mètres cubes
par jour endommageant la faune et
à la flore de ce lac”, a déclaré un
membre de l’association “Boudour”, plaidant pour un plan
d’aménagement de cet écosystème
dégradé pour le développement de
l’agriculture et de l’écotourisme
dans la wilaya.”L’impact de la pollution sur l’écosystème du lac Télamine, une étendue de près de
2.400 hectares, est sérieux”, a
averti M. Mohamed Hammadi, lors
de cette rencontre ayant regroupé
les autorités locales, les élus locaux
(APC, APW) et les représentants de
la conservation des forêts et du
mouvement associatif. Le président
de l’association “Boudour”, Mohamed Akroum, a estimé nécessaire
la prise en charge du lac té lamine
par la réalisation d’une station de
traitement et d’épuration (STEP),
proposant la réalisation d’une station de lagunage à la sortie de la localité de Hassi Mefsoukh dont les
eaux usées déversent directement
dans le lac Télamine.Le canal de
drainage des eaux pluviales qui déversent en mer est fermé pour des
raisons inexpliquées, a-t-on relevé
de même source. Cette proposition
a été recommandée à l’issue des
travaux de cette rencontre organisée à l’occasion de la Journée mondiale des zones humides, célébrée
le 2 février de chaque année, date
d’adoption de la convention de
Ramsar.Le président de l’association “Santé Sidi El Houari” (SDH),
Kamel Brixi, a plaidé, dans sa
communication intitulé “Le partenariat entre les associations et les
pouvoirs publics”, pour la mise en
place de contrats programmes pour
la réussite de projets similaires qui
répondent à des objectifs clairs,
réalisables et négociés, en concertation avec l’assemblée populaire
communale, l’assemblée populaire
de wilaya, le fonds de soutien de la
wilaya, la direction de la jeunesse
et des sports et autres acteurs qui
travaillent en synergie avec le
mouvement associatif. Le conservateur des forêts de la wilaya
d’Oran, Abdelkrim Bouziane, s’est
félicité de l’engagement des pouvoirs publics pour la prise en
charge du lac Télamine, tout en appelant à impliquer les jeunes dans
cet effort de développement. Une
enveloppe de 60 millions DA a été
allouée pour la réalisation d’une
STEP et la dépollution du lac Télamine, une zone humide classée
par la convention de Ramsar.Les
organisateurs ont prévu, pour la
semaine prochaine, une sortie sur
site au profit d’élèves des écoles
primaires pour leur faire connaître
cette étendue d’eau d’une biodiversité vitale pour plus d’une dizaine
d’espèces
d’oiseaux
migrateurs, entre autres.
Cancer du poumon:
Une moyenne de 3500 nouveaux cas/an en Algérie (spécialistes)
U
ne moyenne de 3.500 nouveaux cas/an
d’atteintes par le cancer du poumon, ou
cancer bronchique, est recensée en Algérie avec un taux de 80% de cas incurables, car
détectés à un stade avancé de la maladie, ont révélé samedi dernier à Blida des médecins spécialistes.”Le diagnostic tardif de la maladie
explique en grande partie la hausse des cas d’atteintes”, a regretté le Pr Ketfi, du service de
pneumatologie de l’hôpital de Rouiba (Alger),
en marge des 9èmes Journées scientifiques sur
le cancer du poumon, expliquant par là le “peu
de chance de guérison du malade, en dépit de
l’investissement matériel considérable qui y est
consacré”. Pour ce spécialiste, le tabagisme demeure la cause principale d’atteinte par ce type
de cancer chez les hommes. Il a souligné que le
risque lié à cette maladie est élargi à tout l’environnement du fumeur, dont les enfants notamment, qui, en inhalant la fumée, deviennent des
fumeurs passifs.”Le tabagisme passif est à l’origine d’un taux de 40% des cas d’atteintes”, a-til assuré. Aussi, les médecins participants à cette
rencontre scientifique se sont accordés sur la nécessaire activation et application des lois interdisant le tabagisme dans les lieux publics,
parallèlement à l’intensification des campagnes
de sensibilisation sur le sujet, en milieu scolaire
et en direction des adolescents, notamment. La
rencontre, qui a donné l’opportunité à la présentation de différentes techniques relatives au traitement du cancer bronchique, ainsi qu’à la
détection des tumeurs cancéreuses, “participe à
la sensibilisation contre le cancer du poumon”,
a indiqué le président de l’association El Badr
d’aide aux malades atteints de cancer, Dr Mustapha Moussaoui.Il a signalé l’élaboration, programmée à la clôture de cette manifestation,
d’un guide sur le cancer du poumon, sachant que l’association a déjà édité de nombreux guides similaires consacrés aux
cancers du sein, du colon et de la prostate.
La liaison entre Batna
et l’autoroute Est-ouest
réceptionnée
fin 2015
La liaison routière entre la wilaya de Batna et
l’autoroute Est-ouest via un échangeur sur la
route nationale (RN) n°3, sera achevée “d’ici
à la fin de l’année en cours”, a indiqué samedi
dernier le wali, Hocine Mazouz. La construction de cet axe conçu en double-voie, sur un
linéaire de 20 km, et dont le coup d’envoi
avait été donné l’année dernière par le Premier ministre, avance sur un rythme que le
wali, qui inspectait le chantier, a jugé “satisfaisant”. Le projet, confié à trois entreprises
travaillant sous la supervision de l’Agence
nationale des autoroutes (ANA), a nécessité
un investissement public de 12,5 milliards de
dinars, selon les explications fournies par les
responsables locaux chargés du suivi des travaux. La liaison Batna-autoroute Est-ouest
permettra aux automobilistes de rejoindre
l’autoroute à proximité de la commune de
Chelghoum-Laïd, (Mila) ainsi qu’à hauteur
de la localité de Bir Chouhada (Oum El
Bouaghi), a-t-on encore indiqué. Les travaux
de réalisation des équipements devant compléter cette liaison routière, notamment les
stations-service et les aires de repos, seront
lancés “dans les prochains mois”, a indiqué
le chef de l’exécutif local.
Constantine
Un stock de sécurité de
butane pour assurer les
approvisionnements
Un stock de sécurité de bonbonnes de butane
a été mis en réserve dans la wilaya de
Constantine pour permettre l’approvisionnement des mechtas enclavées en cas de fermetures de routes, a indiqué samedi dernier le
directeur de l’Energie, Ahmed Bouzidi.En
prévision des intempéries annoncées dans
cette région par des bulletins météorologiques
spéciaux (BMS), des stocks de sécurité comprenant plusieurs milliers de bonbonnes ont
été constitués dans les stations-service pour
permettre aux communes de “s’approvisionner dès à présent”, a souligné le même responsable. La gestion de ces stocks de
sécurité est confiée aux Assemblées populaires communales (APC) afin
qu’elles puissent approvisionner les hameaux difficiles d’accès, a ajouté ce responsable. Selon M. Bouzidi, le
problème lié au gaz butane devrait prochainement être réglé “en grande partie”
dès lors que le taux de raccordement au
réseau de gaz naturel dépassera les 90%
d’ici à la fin de l’année en cours dans la
wilaya de Constantine.
Tlemcen
Plantation de 10.000 arbustes à Sidi Yahia
D
ix mille arbustes ont été plantés, samedi dernier dans la
localité de Sidi Yahia relevant de la commune de Sidi Djillali
Tlemcen), par des éléments de l’Armée nationale populaire (ANP), de la
Conservation des forêts, de la Protection civile, de l’Education nationale
et de la société civile, a-t-on constaté.
Placée sous le slogan “Plantons ensemble, un arbre pour chaque Algérien”, cette opération, menée
conjointement par l’ANP et la
Conservation des forêts de la wilaya
de Tlemcen, vise à sensibiliser la po-
pulation de l’importance de l’arbre et
à inculquer notamment aux jeunes
une culture écologique éclairant sur
les risques de l’avancée du désert et
l’érosion du sol, a indiqué le conservateur des forêts de la wilaya,
Doumi Mohamed.Pour le commandant Gargah Salim cette opération
s’inscrit dans le cadre du renforcement des liens entre l’armée et les
citoyens et l’ancrage de la culture et
du sens de l’environnement chez
l’ensemble de la société afin de
concrétiser le projet “Cité verte,
Route verte, Bouclier vert”.Lancée
l’année dernière dans la wilaya de
Tlemcen, cette campagne avait permis de planter 60.000 arbustes, alors
que 5.000 arbustes sont plantés cette
année dans la commune d’Oued
Lakhdar, 6.000 à El Aricha et 10.000
dans la région steppique de Sidi
Yahia.L’opération de reboisement se
poursuivra chaque samedi dans
d’autres régions de la wilaya jusqu’à
la fin de la campagne, a-t-on indiqué. Par ailleurs, la Conservation
des forêts de la wilaya de Tlemcen
a entrepris, depuis le début de la
campagne, le reboisement de 3.270
hectares répartis sur 38 communes
dans le cadre de la lutte contre la désertification et l’érosion, l’extension
des espaces boisés et le repeuplement de ceux endommagés par les
feux de forêts, a-t-on ajouté.
8
MONDE
Lundi 2 Fevrier 2015
Syrie-
L’otage japonais
Kenji Goto exécuté
L’Organisation autoproclamée
Etat islamique (EI/Daech) a affirmé avoir exécuté l’otage japonais Kenji Goto, selon une vidéo
diffusée samedi sur Twitter par
l’organe médiatique de groupes
jihadistes Al-Furqan.La vidéo,
dont l’authenticité n’a pu être
confirmée dans l’immédiat, montre l’otage en tenue orange à genoux et debout à côté de lui un
homme masqué tout vêtu de noir,
avec un couteau à la main. La
vidéo se termine par une image
d’un corps avec une tête sur le
dos.Le journaliste Kenji Goto a
été enlevé fin octobre en Syrie.
La vidéo ne fait aucune mention
du pilote jordanien qui était aussi
menacé de mort.
Tokyo n’abdiquera pas face à
un “terrorisme inadmissible”
(Abe)
Le Premier ministre japonais,
Shinzo Abe, a déclaré hier que
son pays n’abdiquera pas face à
un “terrorisme inadmissible”,
après l’annonce de l’exécution
d’un second otage japonais par
l’organisation autoproclamée
“Etat
islamique”
(EI/
Daech).”C’est un acte de terrorisme ignoble, horrible contre lequel je suis très en colère”, a
déclaré M. Abe aux journalistes,
ajoutant que le Japon ne renoncera pas à combattre “un terrorisme inadmissible”.M. Abe a
adressé ses regrets à la famille de
l’otage, le journaliste Kenji Goto,
en déplorant que tous les efforts
du gouvernement n’aient pas
permis de le sauver. Il a remercié
tous les pays qui avaient soutenu
le Japon dans cette épreuve.”Je
n’ai pas de mots pour dire la
peine que la famille doit ressentir, le gouvernement a fait le
maximum pour gérer cette crise,
c’est très regrettable (qu’on en
arrive à cette issue)”, a affirmé
le Premier ministre.”Nous allons continuer de travailler avec
la communauté internationale
pour traduire les terroristes en
justice, nous ne céderons jamais”, a-t-il encore assuré.
Pakistan
Plus de 60 morts dans un attentat
contre une mosquée
Plus de 60 personnes ont été tuées dans un attentat perpétré en pleine prière du vendredi dernier dans
une mosquée dans la province du Sindh au Pakistan, selon un nouveau bilan des services hospitaliers.
U
n précédent bilan a fait état de 20
morts. Le nombre de morts dans
l’explosion d’une bombe survenue dans le quartier de la Lakhi
Dar du district de Shikarpur, au sud du Pakistan s’est élevé à 61, du fait que plusieurs personnes ont succombé à leurs
blessures samedi dernier à l’hôpital, selon
un décompte des sources hospitalières,
rapporté par des médias locaux. Raja
Umar Khitab, chef du Département d’enquêtes criminelles (CID) a affirmé que
l’explosion de vendredi avait été déclenchée par un kamikaze qui s’est fait exploser à l’intérieur d’une mosquée
fréquentée par des chiites. L’auteur de l’attentat suicide, âgé d’une vingtaine d’années, avait dans sa veste environ 5
kilogrammes d’explosifs et de roulements
à billes dans le but d’amplifier l’impact
de l’explosion, a indiqué le chef du CID.
Quelque 400 personnes se trouvaient dans la
mosquée à deux étages lorsque le kamikaze
s’est fait exploser au milieu des fidèles rassemblés au rez-de-chaussée, selon des
sources locales. L’attentat suicide a eu lieu
au moment où le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif présidait une réunion sur
la situation en matière d’ordre public dans
la ville portuaire méridionale de Karachi,
qui est la capitale de la province du Sindh.
Libye
Des hommes armés cambriolent l’ambassade
de Jordanie à Tripoli
D
es hommes armés non identifiés ont cambriolé samedi dernier l’ambassade de Jordanie à Tripoli, la capitale libyenne, et enlevé un garde de sécurité, selon des sources de sécurité.”Samedi
après-midi, des hommes armés non identifiés ont cambriolé l’ambassade jordanienne, dans le
centre de Tripoli” a déclaré le porte-parole de la chambre des opérations de sécurité conjointes à Tripoli,
Saïd Essam Al-Na’as. Il a souligné que “les forces de sécurité sont en train d’évaluer les pertes de
l’ambassade.” Le porte-parole a également déclaré que les hommes armés qui avaient cambriolé l’ambassade avaient enlevé un garde de sécurité de l’ambassade et qu’ils s’étaient emparés d’un véhicule
diplomatique sécurisé. L’intégralité de la représentation diplomatique jordanienne à Tripoli a quitté la
Libye après que l’ambassadeur Fawaz Al-Etan a été enlevé par des milices, à Tripoli, en avril 2014.
Cisjordanie
Un jeune Palestinien a été tué par des
tirs de soldats israéliens
n jeune palestinien a été tué ment blessé, et que le corps de la vic-
U
samedi dernier par des tirs de
soldats de l’occupation israélienne, près de Burin au sud de Naplouse, au nord de la Cisjordanie
occupée, rapporte l’agence de presse
Maan News.Ahmed Ibrahim Djaber
Najjar, âgé de 19 ans, a été tué d’une
balle au cou suite à des tirs de soldats
israéliens, embusqués dans la région,
à l’encontre de jeunes Palestiniens qui
ont jeté des bouteilles incendiaires sur
des véhicules appartenant aux colons.
La même source a souligné qu’un
autre jeune Palestinien a été légère-
time a été transporté à l’hôpital le plus
proche. Mustapha Barghoti, secrétaire
général de l’Initiative Nationale Palestinienne citée par l’agence Maan
News, a de son côté indiqué que le
jeune Ahmed Najjar a été tué à l’issue
de la manifestation pacifique organisée chaque semaine à Burin. Il a déclaré que les forces de la colonisation
israélienne “a recours aux balles pour
réprimer les manifestants”, affirmant
que “ces assassinats et meurtres n’affaibliront pas la protestation populaire
mais la renforceront”.
Egypte
Un “commandement militaire unifié” pour lutter contre le terrorisme
L
e président égyptien Abdelfattah Al-Sissi a annoncé
avant hier la mise en place
d’”un commandement militaire
unifié” pour lutter contre le terrorisme dans le Sinaï, estimant que la
tâche serait “longue et difficile”,
deux jours après des attentats ayant
coûté la vie à 30 personnes en majorité des soldats. A l’issue d’une
réunion avec la direction de l’armée, M. Sissi a annoncé la mise en
place d’un “commandement militaire unifié” chargé exclusivement
“de la lutte contre le terrorisme”
dans la région du Nord-Sinaï (nordest de l’Egypte). “La lutte sera difficile, dure et impitoyable, et elle
sera longue,” a affirmé M. Sissi
dans une allocution retransmise à la
télévision, en estimant que de nouvelles attaques pourraient avoir
lieu.”Nous n’abandonnerons le
Sinaï à personne,” a-t-il martelé,
entouré des membres du haut commandement de l’armée. “Le Sinaï
sera aux Egyptiens et (nous) mourrons” pour le défendre. M. Sissi a
de nouveau accusé la confrérie des
Frères musulmans d’être derrière
les attentats, estimant que son pays
“affrontait la plus puissante organisation secrète du monde”. La
confrérie, classée organisation “terroriste” par le Caire, nie avoir recours à la violence et condamne
régulièrement les attentats. Une
vaste campagne militaire lancée il
y a plus d’un an pour lutter contre
les groupes armés n’a pas réussi à
faire cesser les attaques contre les
forces de l’ordre régulièrement visées depuis la destitution de l’ancien président islamiste Mohamed
Morsi en 2013.Jeudi dernier, trente
personnes en majorité des militaires ont été tuées dans
des attaques terroristes coordonnées dans la péninsule du Sinaï revendiqués par “Ansar Beït
al-Maqdess”, le principal groupe
terroriste du pays. Les opérations
“antijihadistes” devront s’intensifier sous le commandement mili-
taire unifié dans le Nord-Sinaï et
les effectifs et l’arsenal militaire se-
ront augmentés, ont affirmé des
responsables militaires.
I N T E R N AT I O N A L E
9
Lundi 2 Fevrier 2015
Allemagne
Suisse
L’ancien président de la République
fédérale est mort
Sept morts dans
des avalanches
dans les Alpes
Il a été le premier chef de l’État allemand à affirmer que le 8 mai 1945 avait marqué
la «libération» et non la capitulation de son pays.
R
ichard Von Weizsäcker,
président de la République fédérale d’Allemagne de 1984 à 1994,
s’est éteint samedi dernier à l’âge
de 94 ans. Il était considéré
comme l’une des grandes instances morales de l’après-guerre,
lui qui invita les Allemands à regarder en face leur passé nazi. M.
Weizsäcker, membre de l’Union
chrétienne-démocrate (CDU) de la
chancelière Angela Merkel, était
président au moment où Helmut
Kohl était chancelier. Le président
actuel, Joachim Gauck, a estimé
qu’il avait été «un témoin de ce
siècle», qualifiant son prédécesseur de «grand homme, un chef
d’État exceptionnel» et «pour la
plupart des gens une instance morale» pour avoir joué un rôle majeur dans la manière dont
l’Allemagne a géré la période la
plus sombre de son histoire.
Officier pendant la guerre
Son parcours personnel singulier
lui a permis de conférer à la présidence allemande, fonction essentiellement honorifique, une grande
dimension morale. Si sa mère était
fille de général, son père était un
diplomate dont les activités sous le
IIIe Reich lui valurent d’être
condamné au procès des responsables nazis à Nuremberg. Jeune juriste, Richard Von Weizsäcker
avait d’ailleurs participé à sa défense. Pendant la guerre, il avait
été officier, mais proche des milieux de la résistance à Adolf Hitler. En 1985, pour le 40e
anniversaire de la défaite du IIIe
Reich, il affirme devant les membres du Bundestag, la chambre
basse du Parlement, que le 8 mai
1945 a marqué «la libération du
système qui méprise la dignité humaine érigé par la tyrannie natio-
a souligné Joachim Gauck dans
un télégramme de condoléances
adressé à l’épouse de M. Weizsäcker.
Élu avec une majorité écrasante
nal-socialiste» mis en place à partir de 1933 par Hitler. Une partie
de la droite allemande considère
alors encore que ce jour a marqué
la défaite de l’Allemagne. C’est
cette même droite qui reprocha
longtemps à l’ancien chancelier
Willy Brandt, qui a résisté au joug
nazi en Norvège, de ne pas avoir
été un patriote. Pendant ce discours, M. Weizsäcker recevra
d’ailleurs par moments plus d’applaudissements dans les rangs de
l’opposition sociale-démocrate
que dans sa propre famille politique.
Un brillant orateur
Samedi, à l’annonce de son
décès, les messages élogieux ont
fusé de toutes parts, jusqu’aux
Verts qui ont salué son «intégrité
morale». Grâce à lui, «la
confiance dans une Allemagne
démocratique» a regagné du terrain. Richard Von Weizsäcker a
été maire de Berlin-Ouest de
1981 à 1984. C’est également
sous sa présidence que le mur de
Berlin est tombé, le 9 novembre
1989, avant la réunification des
deux Allemagne, moins d’un an
plus tard, le 3 octobre 1990.Tout
au long de sa carrière politique,
au cours de laquelle il a brillé par
ses talents oratoires, il n’a cessé
d’œuvrer pour un rapprochement
Est-Ouest. «De son expérience
de la guerre et de la tyrannie
vient son engagement en faveur
d’une Europe pacifique et unie»,
Né le 15 avril 1920 à Stuttgart
(ouest), le baron Richard von
Weizsäcker descendait d’une
grande famille de théologiens
protestants, d’hommes politiques
et de juristes. Après son doctorat
en droit, il se tourne pourtant vers
les affaires et prend la tête d’une
division du groupe industriel
Mannesmann, puis, de 1958 à
1962, travaille pour une banque.
Très actif au sein de l’Église protestante, il entre à la CDU - un
parti pourtant dominé par les catholiques - dès 1954. En 1966, il
entre dans sa direction nationale
et est élu en 1969 au Bundestag,
où il enchaînera les mandats
jusqu’en 1981. Une première fois
candidat à la présidence de la République en 1974, il sera battu
par le candidat proposé par les libéraux, Walter Scheel.C’est avec
une majorité écrasante qu’il sera
finalement élu le 23 mai 1984.
Cinq ans plus tard, il sera encore
plus confortablement réélu.
Marié depuis 1953, il était père
de trois enfants.
Ukraine
Les pourparlers de paix à Minsk se sont achevés sans accord
L
es pourparlers de paix entre Kiev et les séparatistes prorusses, qui se tenaient samedi dernier à Minsk,
se sont achevés sans aucun accord, a déclaré l’émissaire du gouvernement ukrainien, l’ex-président
ukrainien Léonid Koutchma, accusant les rebelles d’avoir sapé les discussions. «Les consultations
de Minsk sont un échec», a déclaré M. Koutchma à l’agence Interfax Ukraine en expliquant que les émissaires des dirigeants des républiques séparatistes «ont refusé de discuter des mesures pour un cessez-le-feu
immédiat et le retrait des armes lourdes». Les négociations entre le Groupe de contact composé de M.
Koutchma, des représentants russes et de l’OSCE, et les rebelles ont duré près de quatre heures dans la capitale bélarusse où avaient été signés les accords de paix en septembre, qui ont été très peu respectés.
Sept skieurs ont été tués
samedi par des avalanches dans les Alpes
suisses en dépit des mises
en garde des autorités
contre le danger actuellement du ski hors piste,
selon un bilan actualisé
dimanche par la police.
Trois morts avaient également été dénombrés
entre jeudi et vendredi, au
total dix personnes sont
mortes en trois jours dans
les Alpes suisses. Il est
tombé entre 1 mètre et
1,20 mètres de neige ces
derniers jours sur des
sous couches déjà fragiles et le manteau neigeux est particulièrement
instable, soulignent les
responsables de la sécurité. Quatre personnes
avaient été tuées et trois
avaient été grièvement
blessées samedi aprèsmidi dans une avalanche
dans la région de Landquart aux Grisons, dans
les Alpes suisses. Une
femme blessée est décédée dans la nuit à l’hôpital, a annoncé dimanche
la police.
Ces personnes faisaient
partie d’un groupe de
neuf skieurs qui pratiquaient la randonnée à
2200 mètres d’altitude
sur le flanc est du Piz
Vilan.Egalement samedi,
un Suisse de 31 ans a été
tué dans l’Oberland bernois, emporté par une
plaque de neige alors
qu’il skiait hors piste. Un
snowboardeur
autre
suisse de 28 ans a été enseveli par une coulée de
neige alors qu’il évoluait
hors piste également dans
l’Oberland bernois. Il
était décédé quand il a été
localisé par les secours.
Russie
La plus grande bibliothèque universitaire partie en fumée
P
lus d’un million de documents
historiques uniques sont partis
en fumée. L’immense incendie a ravagé samedi dernier la principale bibliothèque universitaire de
Russie, à Moscou. Consternés, les
milieux scientifiques ont évoqué un
«Tchernobyl» culturel. Selon les secours, l’incendie, qui s’est déclaré
vendredi soir et n’avait toujours pas
complètement été éteint samedi soir,
a ravagé 2000 mètres carrés de la bibliothèque de l’Institut d’information
scientifique des sciences humaines.
Créée en 1918, elle rassemble plus
de 10 millions de documents historiques (livres, journaux, etc.) datant
du XVIe au XXe siècle et rédigés en
plusieurs langues.
«Ce qui s’est passé rappelle Tchernobyl»
«C’est une grande perte pour la
science: il s’agit de la plus vaste collection de ce type dans le monde,
équivalente, probablement, à la bi-
bliothèque du Congrès» américain à
Washington, s’est désolé le président
de l’Académie des sciences Vladimir
Fortov. «On trouve ici des documents impossibles à trouver ailleurs,
tous les instituts de sciences humaines utilisent cette bibliothèque.
Ce qui s’est passé rappelle Tchernobyl», la catastrophe nucléaire qui
s’est produite en Ukraine en 1986, at-il poursuivi, cité par les agences de
presse russes. Selon M. Fortov, plus
de 15 % des documents ont subi des
dégâts. «Notre tâche sera de les restaurer, les technologies existent pour
cela», a-t-il ajouté. Le fonds abrite
l’une des collections les plus riches
du monde de livres en langues slaves
ainsi que des documents officiels en
provenance du Royaume-Uni, d’Italie ou encore des États-Unis.
200 pompiers mobilisés
L’incendie a commencé vendredi
vers 22 heures, heure locale, au
deuxième étage du bâtiment, situé au
sud de Moscou, et s’est poursuivi
toute la journée samedi malgré la
mobilisation de plus de 200 pompiers. Les flammes n’ayant au départ
dévasté qu’une partie du bâtiment en
béton abritant des bureaux et non les
livres eux-mêmes, les responsables
de la bibliothèque avaient dans un
premier temps assuré que les documents n’étaient pas en danger. Mais
l’ampleur du sinistre, qui a provoqué l’effondrement du toit sur 1000
mètres carrés, les a rendus ensuite
plus alarmistes. Une source au sein
des services de secours citée par
l’agence de presse Ria-Novosti a
expliqué qu’il était impossible
d’évacuer les livres en raison de
sources de chaleur trop importantes
à l’intérieur du bâtiment. «C’est
une perte énorme», a déclaré à
l’agence Interfax Vladimir Ivanov.
11
E C ONOMIE
Lundi 2 Fevrier 2015
Dette grecque
Le patron de l’Eurogroupe recadre Athènes
Le chef de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a mis en garde vendredi dernier le nouveau gouvernement de gauche anti-austérité
d’Alexis Tsipras contre le non-respect des accords passés entre Athènes et ses partenaires européens.
I
“
gnorer les accords n’est
pas le bon chemin à prendre”, a indiqué le patron
de la zone euro à l’issue
d’une rencontre avec le nouveau ministre grec des Finances Yanis Varoufakis. Il a demandé à la Grèce “de
définir sa position pour aller de
l’avant”. Le ministre grec a réitéré
que la Grèce voulait bien “dialoguer”
avec l’Europe, mais pas avec “une
commission branlante, [la délégation] de la troïka”.M. Dijsselbloem
est arrivé vendredi après-midi à
Athènes, pour rencontrer pour la première fois le nouveau gouvernement
d’Alexis Tsipras, après la victoire de
son parti de gauche radicale, Syriza,
aux législatives. Avant de s’entretenir avec le ministre des Finances, le
chef de l’Eurogroupe a discuté avec
le Premier ministre Alexis Tsipras, le
vice-Premier ministre Ioannis Dragasakis et le vice-ministre Euclidis Tsakalotos, ministre adjoint des relations
économiques internationales au ministère des Affaires étrangères. La
Bourse d’Athènes, qui avait ouvert
dans le vert vendredi matin, a commencé à reculer en début d’aprèsmidi, et perdait près de 2 %, tandis
que le taux d’intérêt de l’obligation
grecque à 10 ans repassait au-dessus
de 10 %.
Angela Merkel et la BCE durcissent le ton envers la Grèce
La chancelière allemande Angela
Merkel a répété samedi dernier qu’il
n’était pas question d’effacer une
partie de la dette grecque tandis
qu’un responsable de la Banque centrale européenne (BCE) a menacé de
couper les fonds aux banques
grecques si Athènes ne prolongeait
pas son programme d’aide. La BCE
et l’Allemagne, premier payeur de la
zone euro, sont nerveuses depuis la
large victoire dimanche dernier du
parti de la gauche radicale Syriza
d’Alexis Tsipras, qui a promis à ses
compatriotes la fin de “l’humiliation
et de la souffrance” après cinq années d’austérité. Le nouveau Premier
ministre a aussi affiché son intention
de renégocier les accords conclus par
ses prédécesseurs avec la “troïka”
des créanciers de la Grèce, la Commission européenne, la BCE et le
Fonds monétaire international
(FMI), et d’effacer une partie de la
dette du pays, qui dépasse 320 milliards d’euros, soit 175% du produit
intérieur brut (PIB).
Angela Merkel a une nouvelle fois
rejeté catégoriquement une telle
hypothèse.
“Il y a déjà eu un abandon de créance
volontaire de la part de créanciers
privés; la Grèce a déjà été exemptée
de milliards d’euros par les banques.
Je n’imagine pas un effacement de
dette supplémentaire”, a déclaré la
chancelière au journal allemand Die
Welt.”L’Europe va continuer à manifester sa solidarité envers la Grèce,
comme envers les autres pays qui ont
particulièrement souffert de la crise,
à condition que ces pays fassent les
réformes et les économies nécessaires”, ajoute-t-elle dans un entretien publié samedi. La Grèce, qui ne
peut toujours pas emprunter sur les
marchés en raison des taux d’intérêt
élevés, a assez de liquidités pour
couvrir ses besoins pendant les deux
prochains mois mais elle a une
échéance de remboursement de dette
d’environ 10 milliards d’euros qui se
profile l’été prochain.
La BCE pourrait couper les fonds
Sans le soutien des bailleurs de fonds
internationaux, elle risque donc de
replonger dans une grave crise financière. Lors d’un entretien avec le président de l’Eurogroupe, Jeroen
Dijsselbloem, vendredi, le nouveau
ministre grec des Finances Yanis Varoufakis n’en a pas moins dit son
refus de prolonger le programme
d’assistance financière d’Athènes et
de coopérer avec la mission d’inspection de la “troïka”.L’actuel programme d’aide à la Grèce expire le
28 février. Yanis Varoufakis doit être
reçu dimanche par son homologue
français Michel Sapin, au surlendemain d’un entretien entre François
Hollande et Angela Merkel qui ont
fait part de leur “convergence” sur le
dossier grec. La BCE a de son côté
annoncé que les obligations souveraines grecques ne seraient pas éligibles au programme de rachat d’actifs
qu’elle vient de dévoiler, la dette
grecque étant toujours classée par les
agences de notation en catégorie spéculative. En revanche, la banque centrale peut prêter de l’argent aux
banques grecques puisque le pays
bénéficie
d’un
programme
d’aide.Erkki Liikanen, membre du
Conseil de gouvernance de la BCE,
a cependant prévenu samedi que
l’institution monétaire pourrait fermer les robinets si le-dit programme,
déjà étendu de deux mois, n’est pas
prolongé.“Le programme étendu expirera à la fin février donc il faut
trouver une solution, sans quoi nous
ne pourrons pas continuer à prêter de
l’argent (aux banques)”, a déclaré
Erkki Liikanen, qui est aussi gouverneur de la banque centrale finlandaise, à la chaîne publique YLE.
Vivo Energy Maroc lance un plan d’investissement de 100 millions de dollars
A
quelques mois de la fin des travaux
d’extension de son usine casablancaise
de lubrifiants, Vivo Energy Maroc vient
d’annoncer un plan d’investissement de 100
millions de dollars pour élargir son réseau de
distribution.Le directeur général de Vivo Energy
Maroc, Mohammed Raihani, vient d’annoncer
un plan d’investissement de 100 millions de dollars sur les quatre prochaines années. Titulaire
depuis 2011 de la franchise Shell au Maroc et
dans 15 autres pays d’Afrique, le distributeur de
carburants et de lubrifiants compte renforcer son
réseau, à travers l’édification de nouvelles stations de services et la mise à niveau de celles
déjà existantes.
Export
Autre annonce de taille : les travaux d’agrandissement de l’usine casablancaise de la compagnie, démarrés en 2013 pour un coût de 70
millions de dirhams (6,3 millions d’euros), seront achevés avant juin 2015.Dédiée exclusivement à la production de lubrifiants, cette unité,
la plus grande d’Afrique selon les dirigeants de
Vivo Energy, devra produire à terme quelque
100 000 tonnes, soit le triple de sa capacité actuelle. “Plus de 70 % de la production de cette
usine sera destiné à l’export, notamment en
Afrique. Les recettes générés à l’export devront
atteindre 850 millions de dirhams (76 millions
d’euros)”, précise le management de Vivo Eneregy Maroc.
Présence
Créé en 2011 pour distribuer les carburants et
lubrifiants Shell, Vivo Energy est présent pour
rappel dans 16 pays africains (Tunisie, Côte
d’Ivoire, Maurice, Madagascar, Mali, Séné-
gal...). Elle est co-détenue par le géant du négoce basé en Suisse, Vitol (40 %), le fonds d’investissement panafricain Helios Investment
Partners (40%) et géant pétrolier anglo-néerlandais Shell Shell (20 %).Au Maroc, la compagnie
emploie pas moins de 700 personnes et dispose
d’un large réseau de distribution (333 stations),
fruit de la présence historique de Shell au
royaume où elle opère depuis 1922. La compagnie sert quelque 36 millions de clients par an
pour un chiffre d’affaires de plus 11 milliards de
dirhams (environ 1 milliard d’euros).
Baisse du prix du pétrole
U
n séminaire a été organisé (23-25 janvier) à la Pointe Denis autour du président Ali Bongo Ondimba. Objectif :
fourbir les armes contre le manque à gagner
budgétaire. Le Gabon tire près de 60 % de ses
ressources budgétaires de l’exploitation du pétrole. Le pays fait partie des plus grands exportateurs du pétrole en Afrique noire, derrière le
Nigeria et l’Angola. La chute du prix du baril
du pétrole n’a donc pas été du goût des autorités de Libreville, qui se sont réunies trois jours
durant au cours d’un séminaire gouvernemental sur le thème “Maintenir la croissance économique et sociale et garantir la stabilité
macroéconomique et la viabilité des finances
publiques”. Les membres du gouvernement
Daniel Ona Ondo devaient donc réfléchir pour
trouver une riposte face à la crise du pétrole.
Les instructions du président gabonais étaient
claires : “Vous devez me proposer, dans les
meilleurs délais, un réajustement de la loi de
finances afin de tenir compte de la nouvelle
donne, de maintenir le cap des réformes structurelles de notre économie, de poursuivre l’in-
Le Gabon décide
de riposter
ment, la réduction du train de vie de l’État, la
vestissement, tout en veillant à ne pas se détourner des objectifs que nous nous sommes
fixés dans le cadre de la stratégie nationale
d’investissement humain, mise en œuvre à travers le pacte social.” Ali Bongo est ambitieux
et ne compte pas revoir son programme de société malgré la déprime du marché du pétrole.
“Le Gabon avance dans son processus de transformation et doit parvenir à se défaire encore
un peu plus de la mère de toutes les rentes, le
pétrole”, a insisté Ali Bongo, un brin volontariste.
création d’une caisse de stabilisation des recettes de l’État, la recherche des poches d’économie pour minimiser l’impact de la crise du
pétrole et la suppression de la notion du cumul
de fonctions. Les membres du gouvernement
ont préconisé également la réduction du nombre de véhicules de fonction, la centralisation
des frais de mission des ministres auprès du
ministère du Budget, la révision des taxes portuaires et la restauration de la taxe sur la protection de l’environnement.
Vers la baisse des salaires des ministres
Pour concilier les impératifs de développement
à la nouvelle donne économique mondiale,
marquée par la crise pétrolière, les membres du
gouvernement, sous la houlette du Premier ministre Daniel Ona Ondo, ont formulé quelques
recommandations “courageuses”, lesquelles
seront entérinées lors du prochain conseil des
ministres. Parmi ces recommandations, on peut
citer, entre autres, la baisse des salaires des ministres, la priorisation des projets d’investisse-
Appel aux bailleurs de fonds
Les ministres ont invité aussi le chef de l’État
à faire appel aux bailleurs de fonds sous-régionaux et internationaux, pour un montant de 100
milliards de francs CFA, afin de financer les
projets de développement inscrits en 2015 dans
le plan stratégique Gabon-Emergent. Par ailleurs, il a été préconisé la diversification de
l’économie en vue de “trouver des relais de
croissance dans le cadre d’un pacte national
d’ajustement pour la compétitivité”. Le prési-
dent de la République a appelé à la responsabilité de chacun devant “le peuple qui nous regarde”. Dans ce contexte de crise du pétrole, il
a invité les membres du gouvernement à “démontrer leur capacité à réformer l’administration, à mobiliser la créativité pour trouver des
poches d’économie, à susciter l’éveil patriotique et à augmenter l’attractivité pour faciliter
notamment les investissements directs étrangers”.
Une crise pétrolière grave
Au-delà de la crise pétrolière internationale,
qui préoccupe les autorités gabonaises, il faut
souligner que le gouvernement Ona Ondo fait
face également depuis deux mois à une crise
pétrolière intérieure, provoquée par une grève
illimitée des travailleurs membres de l’Organisation nationale des employés du pétrole
(Onep). Ce mouvement de grève fait perdre
400 millions de francs CFA par jour à la société
gabonaise de raffinerie (Sogara), a affirmé récemment le directeur général de l’entreprise,
Pierre Reteno N’Diaye.
12
LA GAZETTE INTERNATIONALE
Lundi 2 Fevrier 2015
Quand l’autre Egypte manifeste
Jour tranquille à Matariya
Vendredi 30 janvier. Matariya, au nord-est du Caire. Un quartier populaire, pauvre, pas misérable. Mini-bus et tok-tok —
ces motos avec passagers — s’arrêtent, embarquent et débarquent les voyageurs, sans que la moindre règle du code
de la route ne soit respectée. C’est jour férié.
A
midi, comme dans toute
l’Egypte, une grande partie de la population se
rend à la mosquée pour
célébrer en commun la prière. Le
temps est beau, venteux et frais. Des
deux côtés d’une grande avenue appelée Hourriya (Liberté) s’élèvent de
petits immeubles de deux ou trois
étages. Un dédale de ruelles, de deux
ou trois mètres de large, et non pavées bien sûr, permet de pénétrer au
cœur du quartier. Sur la place centrale, autour de la mosquée principale, des véhicules blindés avec leurs
policiers cagoulés ; un officier en
civil déambule avec un drôle de pistolet, dont le fût de presque un mètre
de long fait penser à un mauvais western. Mais celui-ci peut tirer des
balles réelles. Les passants semblent
ignorer la présence des forces de l’ordre.Ici, comme partout, il ne manque
pas de petites mosquées. Devant
l’une d’elles, au coin de l’avenue, les
fidèles écoutent le sermon de l’imam
(désormais sévèrement contrôlé) et
achèvent leur prière, certains dans la
rue, après avoir étendu par terre qui
un journal, qui un tapis. A la fin,
presque immédiatement, alors que
s’écoule le flot des fidèles, des cris
éclatent et un rassemblement de deux
ou trois cents personnes se forme.
Les participants, pour l’essentiel des
hommes, sont jeunes, déterminés,
joyeux pour certains de pouvoir s’exprimer. Un groupe de femmes, jeunes
elles aussi, criant des slogans, les encourage. Certains font le « R4bia » («
quatre »), le signe de ralliement des
Frères musulmans ; un seul arbore le
portrait de Mohammed Morsi, le président déchu. L’atmosphère bon enfant ne doit cependant pas faire
illusion. Ici, tout le monde sait que la
police peut tirer à tout moment, avec
l’intention de tuer ; que la balle d’un
D
sniper peut foudroyer quelqu’un ;
qu’un policier en civil peut dégainer
son arme et abattre un manifestant
sans autre forme de procès. Les souvenirs de la semaine précédente hantent encore les mémoires.Les 25 et 26
janvier, pour le quatrième anniversaire de la révolution, le quartier a
connu une sorte d’Intifada. Il a totalement échappé aux forces de l’ordre.
Celles-ci ont bien essayé de poursuivre et d’arrêter les manifestants, mais
elles se sont retrouvées coincées dans
l’enchevêtrement des passages. Il a
fallu quarante-huit heures et une
quinzaine de morts pour ramener «
l’ordre ». Une camionnette Chevrolet, avec de multiples impacts de
balles, trône encore sur la place.
Comme d’habitude, les médias privés
et officiels ont accusé les Frères
d’avoir tiré sur la police, et prétendu
que la population locale s’était opposée aux manifestants. Il faut lire les
journaux en ligne en anglais pour
avoir un son de cloche légèrement
différent (Adham Youssef, « The Republic of Matariya », Daily News
Egypt, 26 janvier.) En fait, comme je
peux le constater aujourd’hui, l’attitude de la population oscille entre
sympathie, applaudissements et indifférence. On n’entend aucun commentaire favorable au régime. On ne sent
pas la présence des moukhabarat, la
redoutable police secrète, comme si
le pouvoir avait renoncé à un contrôle
total de cette partie insoumise du territoire. Plus décisif pour lui est ce qui
se passe dans le centre-ville, sous les
yeux des médias internationaux.C’est
en plein centre-ville que la militante
Shayma Al-Sabbagh a été tuée de
sang-froid par un officier. Ce meurtre
a été filmé en direct et le visage lumineux de la victime a fait le tour du
monde. C’est sans doute pourquoi la
manifestation d’hommage en son
honneur, bien qu’ayant été interdite,
a été tolérée (« Women’s rally against
activist’s death in downtown Cairo
ends peacefully », Madamasr, 29 janvier) — une des participantes rapporte quand même qu’un officier l’a
abordée en lui disant : « nous vous
tuerons ». Même le directeur du quotidien gouvernemental Al-Ahram
s’est fendu d’un long texte pour regretter la mort de Shayma (Ahmed
El-Sayed Al-Naggar, « Shaimaa’s
blood : The jeopardised dream between state and revolution In Egypt »,
Ahramonline, 28 janvier). En revanche, la quinzaine de tués de Matariya — vingt-deux, selon les
résidents — n’ont pas de visage. Eux
sont pauvres et — circonstance aggravante — peut-être islamistes !Les
événements sanglants de la semaine
précédente ne semblent impressionner ni les jeunes gens ni les jeunes
filles (toutes voilées bien sûr, mais
pas moins courageuses pour autant).
Les slogans sont lancés au rythme
des mains qui claquent, avec une in-
ventivité qui rappelle celle de la révolution de janvier-février 2011. Des
mots d’ordre confirment la présence
des Frères, d’autres rappellent plutôt
les mobilisations des Ultras, ces
groupes de supporteurs des équipes
de football qui continuent de jouer
un rôle actif dans la contestation du
régime militaire. Tout le monde ici
est uni par une haine chevillée au
corps, fruit parfois de l’expérience
des tortures des commissariats, de la
police et de l’armée. Elle était un des
moteurs de janvier-février 2011, elle
le demeure.« La police et l’armée,
une seule main… sale » parodie le
slogan du régime : « la police, l’armée, le peuple, une seule main ». La
traduction ne rend pas toujours justice à l’humour de ces mots en arabe
parlé égyptien. L’un des mots d’ordre chantés fait référence au fait qu’il
suffit de 50% (soit dix sur vingt) au
baccalauréat pour entrer à l’université de la police, contre 80 à 100%
pour les autres universités. Et, dans
un système corrompu, les « pachas »
(officiers) accèdent ainsi à l’éducation et aux diplômes ! Un autre fait
référence aux corbeaux qui se sont
sont « installés dans nos maisons ».
« Officier, pourquoi as-tu tué ma
sœur ? », proclame un troisième slogan.Au bout d’une vingtaine de minutes, se profilent les véhicules
blindés des forces de l’ordre. Sans
panique, le cortège se replie dans les
ruelles adjacentes, continuant à chanter. Une jeune femme, tout en
orange, prend des photos. On entend
aussi des slogans religieux : « Une
nation dont le symbole est le Prophète ne sera jamais à genoux. » La
police ne se hasardera pas à les poursuivre et, finalement, ici comme pour
les autres manifestations qui sillonnent le quartier, tout se terminera
dans le calme. Jusqu’à quand ?
Quand la France jugeait Roger Garaudy pour avoir remis en cause
les chiffres de l’Holocauste
rôle de démocratie ! En
France, la conception de la
liberté d’expression, qui tolère que l’on s’attaque à une religion quand il s’agit de l’islam et
que l’on refuse à Dieudonné le droit
d’avoir une opinion qui sort de la
pensée unique qui règne dans ce
pays, a une longue histoire. Des observateurs particulièrement méticuleux et qui ont surtout une bonne
mémoire ont vite fait de rappeler le
sort qui a été fait à Roger Garaudy
pour avoir écrit Les mythes fondateurs de la politique israélienne.
C’était en 1995, il y a une vingtaine
d’années. Roger Garaudy avait été
condamné en 1998 à 120 000 francs
d’amende pour «contestation de
crimes contre l’humanité». Il n’y en
avait que pour cet intellectuel dans
les titres du Monde : «Garaudy né-
gationniste» ; «Des intellectuels
arabes répliquent à Garaudy» ; «
(…) les aberrations négationnistes
de Garaudy», etc. Il était accusé de
s’être «approprié», dans son livre,
«les thèses révisionnistes de Robert
Faurisson». Roger Garaudy, un intellectuel juif et ancien communiste
qui s’était converti à l’islam depuis
plusieurs années déjà, n’avait fait
que critiquer la politique israélienne, et, au passage, remis en
question l’existence de chambres à
gaz dans les camps nazis. Mais ce
qui avait été reproché à Garaudy,
c’était surtout sa dénonciation de la
politique colonialiste et raciste d’Israël et le fait que l’entité sioniste
bénéficie de l’impunité sous couvert de la Shoah. C’est cela qui est
absolument interdit en France et
c’est pour cela qu’il a été jugé.
Cette position courageuse avait
valu à Garaudy, à l’époque, le soutien de l’abbé Pierre, une personnalité qui figurait parmi les plus
populaires auprès des Français, et
qui critiquait, lui aussi, la politique
israélienne, qu’il jugeait «suicidaire». Roger Garaudy, qui est mort
le 13 juin 2012 à l’âge de 98 ans,
était pourtant une personnalité française remarquable : ancien combattant, Croix de guerre 1939-1945,
résistant médaillé de la déportation
et de l’internement, ancien député
communiste, agrégé de philosophie, docteur ès lettres, professeur
des universités, juif antisioniste radical, protestant, chrétien, puis
converti par défi à l’islam. Roger
Garaudy avait déclaré être la cible
du lobby sioniste international. Il a
montré le lien entre l’invention de
la Shoah et la création d’un Etat juif
en Palestine. Il a démonté la thèse
du génocide commis par les nazis
contre les juifs, et a rejeté les thèses
officielles soutenues par certains
historiens. Pour Roger Garaudy, «le
mot «extermination» est une fausse
traduction désignant en fait l’expulsion des juifs apatrides dont aucune nation ne voulait à l’époque,
ce qui est tout à fait exact. Il a soutenu que les juifs furent décimés
par les maladies, dont le typhus, et
que les crématoires servaient à
brûler les cadavres infectés pour
éviter la contamination. Il n’y aurait pas de témoins fiables de la
Shoah. En 1995, il était interdit en
France de développer cette version
qualifiée de «négationniste». Ce
que répétait inlassablement Roger
Garaudy à propos du sionisme est
extraordinairement vrai aujourd’hui : «A chaque fois que l’on
attaque le sionisme, vous êtes antisémite, ce qui est d’ailleurs absurde, puisque nous sommes tous
des sémites et moi aussi !» Un
journaliste sénégalais a fait une
liste, non exhaustive, des livres interdits en France, entre autres, Les
protocoles des sages de Sion, La
Question (1958) d’Henri Alleg, révélant les tortures pratiquées par
l’armée française en Algérie, Les
damnés de la terre (1961) de
Frantz Fanon et Le grand secret
(1996) du Dr Gubler, médecin de
François Mitterrand. Il rappelle
que la France est régulièrement
condamnée par la Commission européenne des droits de l’Homme
pour non-respect de la liberté
d’expression.
LA GAZETTE INTERNATIONALE
13
Lundi 2 Fevrier 2015
Echec des pourparlers organisés à Minsk
sur la paix en Ukraine
Les pourparlers de paix sur l’Ukraine organisés samedi à Minsk ont capoté après un peu plus de quatre heures
de discussions, Kiev et les séparatistes se rejetant mutuellement la responsabilité de cet échec.
L’
émissaire du gouvernement ukrainien,
l’ancien
président
Leonid
Koutchma, a quitté la capitale biélorusse en déclarant à l’agence Interfax que les représentants des
rebelles avaient saboté la réunion
en présentant des ultimatums et en
refusant de discuter d’un “plan de
mesures pour un cessez-le-feu rapide et un retrait des armes
lourdes”.
Interrogé par l’agence RIA, Denis
Pouchiline, l’un des délégués séparatistes, a renvoyé la balle
presque mot pour mot, déclarant
qu’il était prêt au dialogue mais
“pas prêt à recevoir de Kiev des
ultimatums”.
Des représentants de l’Ukraine, de
la Russie, des rebelles prorusses et
de l’Organisation pour la sécurité
et la coopération en Europe
(OSCE) s’étaient retrouvés à la
mi-journée à Minsk alors que les
combats continuent de faire rage
dans le Donbass, l’Est minier et
industriel de l’Ukraine où les séparatistes se sont soulevés en avril
dernier.
Les différentes parties ne s’étaient
réunies auparavant qu’une fois,
sans succès, depuis le 5 septembre, date de la signature d’un protocole en douze points prévoyant
notamment une cessation des hos-
tilités.
Cette trêve, déjà très précaire et
menacée à plusieurs reprises par
des accrochages, a volé en éclats
il y a deux semaines avec la nette
recrudescence des combats sur le
terrain.
En quittant Minsk, Leonid
Koutchma a reproché aux deux
principaux chefs du mouvement
séparatiste, qui avaient signé les
accords de septembre, d’avoir été
absents à cette réunion de suivi du
“groupe de contact”.
POURSUITE DES BOMBARDEMENTS
La situation dans le Donbass a
également fait l’objet, samedi,
d’une nouvelle conversation téléphonique entre le président russe
Vladimir Poutine, son homologue
français François Hollande et la
chancelière allemande Angela
Merkel.
Selon un communiqué du Kremlin, les trois dirigeants ont exprimé à cette occasion l’espoir
que les pourparlers de Minsk se
focaliseraient sur la conclusion
d’une nouvelle trêve durable
après dix mois de conflit qui ont
fait plus de 5.000 morts.
Les combats ne faiblissaient pas
samedi, en particulier autour de
la ville de Debaltseve sous
contrôle gouvernemental, située
le long de l’autoroute qui relie les
deux bastions séparatistes de Donetsk et Louhansk et que les rebelles entreprennent depuis
plusieurs jours d’encercler.
Le chef de la police régionale,
Viatcheslav Abroskine, a fait état
sur sa page Facebook de 12 civils
tués samedi dans des bombarde-
ments des séparatistes prorusses.
Le ministre ukrainien de la Défense Stepan Poltorak a de son
côté annoncé la mort de 15 soldats au cours des dernières 24
heures. [ID:nL6N0VA064]
“La situation la plus dure est
dans la région de Vouhlehirsk car
les terroristes essaient de prendre
la ville et d’occuper des positions
pour poursuivre l’encerclement de
Debaltseve”, a précisé le porte-parole de l’armée ukrainienne, Andriy Lysenko, au cours d’un point
presse.
Les rebelles pro-russes continuent
également à menacer Marioupol,
sur les rives de la mère d’Azov, at-il ajouté.
Les Belges considèrent les services secrets marocains comme
une menace pour leur sécurité
D
ans une émission diffusée
par la chaîne privée de télévision belge RTL-TVI
«Dossiers tabous» – qui a eu une
audience appréciable avec 636 362
téléspectateurs dont une part de
marché de 33,3% chez les 18-54
ans – le journaliste animateur
Jean-Claude Delfosse a sondé la
communauté marocaine pour recueillir ses impressions sur la
question de l’intégration. Il a, au
passage, dévoilé le rôle du Makhzen qui exerce un véritable pouvoir
occulte
sur
cette
communauté. Cela explique, selon
lui, «pourquoi certains Belgo-Marocains restent sous la coupe de
leur pays d’origine». Si l’intégration de la communauté d’origine
marocaine dans la société belge est
un grand échec, il en impute la responsabilité, qu’il dénonce d’ailleurs, à l’ambassade du Maroc à
Bruxelles. En fait, les observateurs
avertis de la question vont plus
loin dans leur constat. Ils estiment
que le Maroc instrumentalise sa
communauté pour menacer l’Europe. Ils en veulent pour preuve le
fait qu’en 2009, déjà, les autorités
belges avaient procédé à l’expulsion de deux agents de renseigne-
ment marocains qui agissaient
sous couverture diplomatique au
consulat du Maroc à Bruxelles. Ils
ont été accusés de mener des activités non conformes à leur statut.
Selon
les
mêmes
observateurs, les consulats marocains emploient des agents de la
DGED qui sont chargés d’exploiter le sentiment religieux dans la
communauté marocaine pour y
renforcer le pouvoir du Makhzen
et asseoir un contrôle serré de
cette communauté à partir du
Maroc. L’animateur de l’émission
a rappelé que «tous les Marocains
sont sujets du roi, lui-même commandeur des croyants et descendant du Prophète et leur
législation leur interdit de renoncer à leur nationalité marocaine».
C’est à travers ce que l’on appelle
l’islam des ambassades que le régime marocain assure sa mainmise sur sa population installée en
Belgique. L’attachement des Marocains en Belgique à leur religion est utilisé par le Makhzen
pour renforcer le réseau de renseignement au sein de cette communauté. Le but recherché est de
faire pression, voire exercer un
chantage contre les pays euro-
péens en vue de leur imposer un
soutien aux thèses expansionnistes du Maroc sur le Sahara Occidental,
expliquent
les
observateurs. Ils rappellent
qu’une grande partie de l’opinion
publique espagnole soupçonne
les services secrets marocains
d’être derrière l’attentat contre la
gare de Madrid le 11 mars 2004.
Le mobile de cet attentat, qui
avait eu lieu quatre jours avant le
rendez-vous des élections générales espagnoles, était de faire
pression sur l’électorat. Cet objectif a été atteint puisque le
PSOE est sorti grand vainqueur et
le Maroc s’est assuré, depuis, le
soutien de Madrid dans le conflit
du Sahara Occidental. D’autre
part, ils rappellent que l’ambassadeur français au Yémen avait sollicité, en janvier 2014, l’aide de
l’ambassade marocaine dans ce
pays, pour identifier et contrôler
une quarantaine de Marocains qui
se trouvaient dans la ville yéménite de Damage. Sur cette base,
ils estiment que les craintes d’attentats en Europe sont exploitées
par Rabat pour faire croire que sa
collaboration contre le terrorisme
est indispensable.
14
Lundi 2 Fevrier 2015
Souk Ahras
Alger
L’ancien Hôtel
bientôt restauré
“CHAWARI3” une exposition collective
de photographies inaugurée
L’ancien Hôtel de ville de Souk
Ahras, un superbe édifice de style
baroque construit en 1887, transformé depuis peu en musée des
arts et d’histoire, sera restauré
‘‘prochainement’’, a a indiqué, samedi dernier, la direction de la culture. Les travaux seront entrepris
aussitôt après la finalisation, ‘‘au
cours du premier trimestre de l’année en cours’’, des études techniques,, lesquelles devront prendre
en considération la nouvelle fonction dévolue à ce bâtiment situé au
cœur de l’antique Taghaste, a précisé le chef du service de la planification et de la formation à la
direction de la culture, Fethi Lababsa.Ce responsable a également
précisé que les travaux de restauration, qui devront préserver le
‘‘caractère’’ de l’édifice et sa valeur historique, seront menés avec
le concours de L’agence nationale
de gestion des réalisations des
grands projets de la culture
(ARPC).L’ex-Hôtel de ville de
Souk Ahras qui fut le siège de la
première mairie de l’Algérie indépendante abrita, sous l’occupation
française, plusieurs services de
l’administration coloniale. Des
manifestations culturelles circonstancielles s’y déroulent depuis sa
désaffectation.
Chasse au Trésor
au Musée des Beaux
Arts d’Alger le 7 février
Le Musée des Beaux-arts d’Alger
verra la tenue d’une chasse au Trésor en son sein et ce, samedi 7 février. Organisé par Ingese Event,
cette nouvelle chasse au trésor invite les curieux à venir s’amuser et
s’instruire le temps d’une journée.
Au programme des participants :
visite guidée du Musée des Beauxarts, chasse au trésor (eh oui, il faut
bien !), collation et distribution de
cadeaux pour l’équipe gagnante.
Pour vous inscrire, il suffit d’appeler au numéro suivant : 0550 669
753 ou d’écrire à cette adresse :
[email protected] Les frais
de participation par personne sont
fixés à 1000 Da.
L’exposition collective “CHAWARI3” (rues), regroupant les œuvres de dix jeunes photographes de
différentes régions d’Algérie, a été inaugurée samedi dernier à “La Baignoire”, un espace culturel
inédit situé dans les locaux d’une entreprise privée du centre d’Alger.
A
gés entre 20 et 30
ans, ces artistes, majoritairement amateurs et dont la
réputation s’est d’abord faite
grâce aux réseaux sociaux, explorent les territoires urbains de
plusieurs villes algériennes, à
raison de dix clichés par photographe, représentant des scènes
de vies, des paysages ou encore
des portraits. En couleur ou en
noir et blanc, cherchant à capter
l’émotion des sujets ou à susciter une réflexion chez les visiteurs par différents effets
techniques, ces photographies
proposent une diversité de regards sur la société algérienne
et sur l’interaction des citadins
avec leur environnement. Parmi
les photographies les plus remarquées de cette expositiondont le vernissage a attiré un
nombre important de visiteursla série “Vitrines” de l’Algérois
Youcef Krache qui saisit les moments d’attente des usagers
des transports en commun de la
capitale. Figés dans différentes
postures derrières les vitres des
bus, ces hommes, ces femmes et
ces enfants, deviennent comme
“des sculptures” sous l’objectif
du photographe qui explique
avoir voulu immortaliser ces
“moments particuliers
et interminables” d’attente que
subissent ces Algérois, en travaillant également
sur le reflets des visages. Avec
un intérêt semblable pour les sujets qu’il photographie, Malek
Bellahsene de Béjaïa propose,
de son côté, une méditation sur
la “solitude”
humaine à travers des clichés
réalisés à Alger, Blida, Ouargla
et dans sa ville
natale.Plus étranges et oniriques, les photographies en
couleur de Sonia Merabet
(26ans) jouent sur les contrastes
formés par le ciel nocturne et
étoilé de Djanet (sud) qu’elle a
photographié à partir d’une terrasse. Intitulée “Extraterrestre”
cette série de clichés qui renvoie à l’univers des films de
science fiction, propose de suivre le déplacement du reflet de
la plaine lune sur les murs, donnant un effets irréel et inquiétant aux paysage. D’autres
artistes ont choisi d’évoquer des
lieux particuliers de la capitale
algérienne, à l’exemple de
Mehdi Boubkeur et sa série
consacrée au sinistre “Pont des
suicidés” dans le quartier de
Telemly ou encore de Redouane Chaib, parti à la rencontre de gens qui fréquentent
la plage populaire “Kaâ Essour” (littéralement le fond du
rempart) à Alger. Prévue sur
un mois, l’exposition “CHAWARI3” est le second évènement organisé dans cet espace
qui propose de faire cohabiter
le monde de la culture et celui
de l’entreprise en permettant,
à titre gracieux, la visite de
l’exposition durant les heures
de travail dans l’entreprise
hôte. Inauguré en mars 2014,
“La Baignoire” a déjà accueilli
près de six cent visiteurs pour
sa première exposition (consacrée à l’art contemporain),
selon son initiateur, l’écrivain
Samir Toumi.
Constantine capitale de la culture arabe
Lesesprojets
de réhabilitation des routes livrés “fin mars”
projets de réhabilitation du réseau tion de remise en état des routes, confiée à
L
routier, lancés dans le cadre des préparatifs de l’événement “Constantine capitale 2015 de la culture arabe”,
seront livrés “avant fin mars prochain”, a-ton appris samedi dernier auprès de la direction des travaux publics (DTP).
Le chef du service de l’entretien à la DTP,
Brahim Lakroun, a cité, dans ce contexte, le
doublement de la route nationale (RN) n° 5
entre la sortie ouest de Constantine et Ain
Smara, sur 8 km, le renforcement de la RN
79 entre la cité Djenane Ezzitoun et l’aéroport international Mohamed-Boudiaf (6
km) et la modernisation de l’axe reliant la
RN 27 à la cité El Menia (8 km). L’opéra-
trois entreprises publiques spécialisées et à
plusieurs entreprises locales, a également
consisté à moderniser la RN 3 entre Bab El
Kantara, au centre de Constantine, et la localité de Hamma-Bouziane, sur 12 km, a
encore indiqué ce responsable, précisant
que ce “programme spécial” a nécessité un
investissement public de 3,9 milliards de dinars. La même source a également fait état
de la restauration et de l’entretien de plusieurs ouvrages d’art de la ville, en l’occurrence les ponts de Sidi-Rached, de Sidi
M’cid, d’El Kantara et l’ouvrage connu
sous l’appellation de “pont Romain”, près
du boulevard de la Soummam.
Au Théâtre d’Oran
E
Enfance,
humour et tragédie à l’affiche
gag, “Ennahla” de Houari Abdelkhalek.Les aura droit, quant à lui, à la générale d’une œuvres récentes sont également à l’affiche
nfance, humour et tragédie sont au
menu du programme d’activités
concocté pour le mois de février par
la Direction du Théâtre régional Abdelkader-Alloula d’Oran (TRO), indique samedi
cet établissement culturel dans un communiqué. Plusieurs spectacles pour jeune public sont prévus dans ce cadre durant les
journées ou après-midi libres des élèves,
parmi lesquels des pièces à succès comme
“El assad oua el hattaba” de Mourad Senouci, “Ma assghara minni” de Safia Cheg-
enfants pourront encore découvrir deux autres £œuvres à portée pédagogique et ludique, intitulées “Intissar chajara” de
Wahiba Mahmoudi et “Denbou men ana”
de Samir Benalla.La protection de l’environnement, l’amitié, la solidarité, la nonviolence et autres notions de civisme
constituent les thématiques centrales des représentations destinées au jeunes public,
soulignent les responsables du services de
programmation du TRO.Le public adulte
nouvelle prestation collective, dirigée par
Mohamed Mihoubi dans le cadre d’un stage
de formation qu’il a animé dernièrement au
profit de jeunes talents.La nouvelle création
sera jouée le 6 février prochain, a-t-on précisé, rappelant que 25 jeunes ont répondu à
l’invitation lancée par le Théâtre technologique d’Oran (TTO) que dirige Mihoubi
pour le compte de l’association culturelle
“El-Amel” basée au centre culturel M’barek el-Mili, au centre-ville d’Oran.D’autres
du TRO, dont la tragédie “Nouar Essebar”
de Mohamed Souci, laquelle valut le Prix
du meilleur espoir à la jeune comédienne
Amina Belhocine lors de la dernière édition
du Festival national du théâtre professionnel (FNTP) d’Alger. Les pièces “Ma Assghara minni” et “Nouar Essebar” seront
également jouées par la troupe du TRO au
Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi
d’Alger (TNA), et ce, les 6 et 7 février prochains, fait-on savoir de même source.
15
PUBLICITÉ
Lundi 2 Fevrier 2015
Emirates SkyCargo lance un service Fret au Burkina Faso
Nouveau service étend son
réseau commercial africain
E
mirates SkyCargo, la division
cargo d'Emirates, a renforcé son
réseau de routes vers le continent
africain et ce en introduisant le
service cargo hebdomadaire vers Ouagadougou au Burkina Faso.Ouagadougou est la
27ème destination africaine du réseau Fret
Emirates, ceci contribue au renforcement
des liens commerciaux bilatéraux mis en
place entre les Émirats arabes unis et
l’Afrique. « L'ajout d'un service de fret dédié
est une étape importante dans la croissance
du service cargo d’Emirates en Afrique,
créant plus de facilités pour les importateurs
et les exportateurs à travers notre réseau
mondial", a déclaré Nabil Sultan, le viceprésident divisionnaire principal, d’Emirates
Cargo. Emirates SkyCargo a dédié un avioncargo Boeing 777 pour la route fret DubaïOuagadougou-Dakar-Francfort-Dubaï, cet
appareil est capable de transporter plus de
100 tonnes de marchandises. Le Boeing 777
est l'un des cargos les plus modernes, à la
pointe de la technologie et avec la plus faible
consommation de carburant de tous les
avions de la même taille. Au travers de son
savoir-faire et de son expertise en stockage
de cargaison et en manutention à son hub de
Dubaï, Emirates SkyCargo prévoit le transport de plusieurs marchandises vers le Burkina Faso, notamment les produits
pharmaceutiques et électroniques, à partir
de villes telles que Mumbai et Guangzhou,
en plus d’importer des produits locaux et
des aliments tels que les mangues et les haricots frais du Burkina Faso vers des villes
comme Francfort et Dubaï. «Nous offrons
des milliers de tonnes de capacité chaque
Le Citoyen du 02/02/2015
semaine sur nos routes en Afrique et le nouveau service de fret prévue à Ouagadougou
aura une capacité d'importation de 3700
tonnes par semaine vers l’Afrique. Nos services optent à faciliter le commerce international pour les entreprises de la région,
ainsi que pour les clients mondiaux ayant
des affaires en Afrique. Notre réseau africain est un réseau auquel nous restons très
fidèle», A ajouté Nabil Sultan. Emirates a
joué un rôle important dans le développement de l'économie africaine depuis le lancement de son premier service fret dans le
continent, vers le Caire en 1986 ; juste un
an après, la compagnie aérienne s’était
complétement établie. Emirates SkyCargo
est devenu un partenaire précieux pour de
nombreuses entreprises africaines. Le transport de marchandises se fait à partir de 26
points africains vers plus de 140 destinations à travers les six continents via le hub
de Dubaï. Le vol EK 9708 quitte Dubaï tous
les mardis à 09h00, pour arriver à Ouagadougou à 13h40. Le service quitte Ouagadougou à 15h10, arrivant à Dakar à 17h55.
Il quitte Dakar à 22h30 arrivant à Francfort
à 05h40 le mercredi et arrive à Dubaï le lendemain matin à 04h05. Emirates SkyCargo,
qui opère à partir de son hub à Dubaï, fournit des services de fret à un total de 127
dans le monde entier à bord de 217 avions.
Elle exploite également une flotte de 14
avions cargo Boeing 777, 12 Fs et deux
Boeing 747-400 ERF, qui opèrent plus de
50 services fret réguliers à partir de son
nouveau terminal dédié au niveau de l'aéroport international Al Maktoum de Dubai
World Central.
ANEP N° 305 328
16
Lundi 2 Fevrier 2015
S A N T É
Sommeil
Manger des fraises
pourrait prévenir le
cancer de l’œsophage
Les fraises pourraient prémunir l’organisme
contre le cancer de l’oesophage, selon une
étude présentée mercredi 6 avril par
l’American Association for Cancer
Research.
Encore préliminaire, cette étude a été
réalisée auprès de 36 hommes et femmes,
âgés en moyenne de 54 ans et présentant
des lésions précancéreuses dans
l’oesophage. Chacun s’est vu prescrire deux
onces (entre 50 et 60 grammes) de fraises
lyophilisées chaque jour. A la fin de l’étude,
29 d’entre eux, soit 80,6%, ont vu leur
niveau de lésions précancéreuses chuter. Un
des sujets a en revanche vu ses lésions
augmenter. Pour les autres, la situation est
restée stable. D’après les premières
constatations des chercheurs, les vitamines
et les minéraux des fraises pourraient
inhiber la N-NMBA (nitroso methyl
benzylamine), agent cancéreux présent dans
le bacon grillé, le tabac ou encore les
légumes en saumure. L’utilisation de fraises
lyophilisées a été motivée par l’absence
d’eau capable de diluer les principes actifs
naturels présents dans celles-ci, précise
l’étude.
Cancer du sein
Les cellules
graisseuses
modifieraient les
cellules cancéreuses
Une nouvelle étude qui devrait être
présentée cette semaine au congrès de
l’Association américaine de cancérologie
indique que les cellules graisseuses
pourraient modifier les cellules cancéreuses
du sein en les rendant plus agressives. La
prise de poids pourrait être à l’origine de
rechute du cancer du sein si l’on en croit
une récente étude sur le sujet. Ainsi, selon
les résultats de nouvelles recherches, dès le
moment où une patiente gagne plus de 10%
de son poids, son risque de rechute du
cancer de sein peut augmenter de 14% par
rapport aux patientes qui gardent un poids
identique ou stable. La faute aux cellules
graisseuses, dites les adipocytes, qui
favoriseraient alors la dissémination des
cellules cancéreuses, explique Sciences et
Avenir. Philippe Vallet et Catherine Muller,
de l’Université Paul Sabatier à Toulouse,
ont cultivé des cellules de cancer du sein et
des adipocytes. Ils ont ainsi observé que les
adipocytes sécrétaient de nombreuses
protéines, qui une fois en contact avec les
cellules de cancer du sein, interagissaient
avec elles et favorisaient ainsi leur
dissémination. La cohabitation de ces
cellules aurait alors pour conséquence de
permettre aux cellules cancéreuses d’être
plus agressives. De plus, après un test sur
des souris, les chercheurs ont également
observé que la combinaison des cellules
cancéreuses et graisseuses provoquait la
formation de métastases. Aujourd’hui, les
chercheurs doivent encore se pencher sur
les mécanismes qui poussent les cellules
graisseuses à rendre les cellules cancéreuses
plus agressives. L’interleukine 6, protéine
de l’inflammation secrétée par les
adipocytes pourrait jouer un rôle important.
5 signes qui montrent
que vous êtes en manque
V
otre semaine a été
mouvementée
et
vous ne savez même
plus
combien
d’heures de sommeil vous avez à
rattraper. Heureusement, votre corps sait
vous envoyer des signaux d’alerte. Mais
comment les reconnaître avant de tomber de
fatigue ?
1. Manque de sommeil : vous n’avez plus
les idées claires
Lorsque vous êtes fatiguée à cause d’un
manque de sommeil, chaque petite tâche
comme par exemple commander un billet de
train ou réserver une chambre d’hôtel pour
vos prochaines vacances, deviennent subitement insurmontables, alors qu’en pleine
forme, elles auraient été une simple formalité. C’est bien normal, lorsque le corps est
épuisé, le cerveau aussi tourne au ralenti et
vous avez du mal à faire la distinction entre
ce qui est important et ce qui relève du détail. Chaque décision à prendre, même anodine, relève donc du véritable casse tête. Il
est temps de vous reposer !
2. Manque de sommeil : vous avez tout le
temps faim
Vous venez de sortir de table et pourtant
vous voilà en train de grignoter un petit gâteau. De la pure gourmandise ? Pas seule-
ment. Lorsque vous n’avez pas assez dormi,
votre corps n’ayant pas eu le temps de recharger ses batteries, est en manque d’énergie et a besoin de sucres rapides, c’est
pourquoi vous êtes tant attirée par les aliments sucrés. De plus, plusieurs études ont
révélé que le manque de sommeil entraine
une modification au niveau sanguin : votre
organisme produit moins de leptine, une
hormone qui joue un rôle essentiel dans la
régulation de l’appétit et la sensation de satiété.
3. Manque de sommeil : vous êtes souvent
enrhumée
Pas un virus ne traine sans qu’il ne passe par
vous : plutôt que de faire des allers-retours
à la pharmacie, c’est peut être le signe qu’il
faut vous reposez, et vite ! En effet, les personnes qui dorment moins de 7 heures par
nuit ont trois fois plus de risques d’attraper
un virus, leur système immunitaire étant
plus faible. Au contraire, si vous avez
chaque nuit vos 8 heures de sommeil indispensables pour être forme, votre organisme
sera en mesure de résister face aux microbes.
4. Manque de sommeil : vous pleurez
pour un rien
Une chanson de Michael Jackson à la radio
et vous fondez en larmes, alors même que
vous n’étiez pas une grande fan ? Rien de
plus classique! Lorsque vous manquez de
sommeil, vous êtes beaucoup plus émotive.
Il est aussi fort probable que vous ayez aussi
une forte tendance à voir les choses du mauvais côté et à dramatiser les moindres événements. Une étude réalisée sur des
volontaires qui avaient passé une nuit
blanche, a montré que la zone de leurs cerveaux, sensée déterminer la réponse émotionnelle appropriée pour une situation, ne
fonctionnait plus normalement. Les émotions ne sont donc plus tempérées et les
larmes coulent sans que vous sachiez vraiment pourquoi.
5. Manque de sommeil : vous êtes très
maladroite
Vous étiez tranquillement en train de siroter
un verre de jus d’orange, et quelques instants plus tard, vous retrouvez le verre par
terre et le jus d’orange sur votre robe ? Deux
solutions : soit vous êtes particulièrement
maladroite, et vous l’avez toujours été, soit
il faut vous coucher de bonne heure !C’est
prouvé : lorsqu’une personne est fatiguée et
manque de sommeil, elle est beaucoup
moins adroite et ses réflexes sont moins présents. Il est également possible qu’il s’agisse
d’une absence réelle, c’est-à-dire, une micro
sieste de 2 secondes, juste de temps de renverser un verre, tant le corps réclame du
repos. Dans tous les cas, au lit !
Les vertus insoupçonnées de… la mandarine
I
l semblerait que la mandarine soit un vrai petit
miracle végétal. Elle
permettrait en effet de lutter
contre l’obésité, protégerait du
diabète de type 2 et même de
l’athérosclérose… La mandarine donc, ou plutôt un flavonoïde particulier, la nobilétine.
Une équipe canadienne vient en
effet de montrer, que la
consommation de ce petit
agrume permettrait de lutter
contre l’augmentation des taux
de mauvais cholestérol et de triglycérides. Pour en arriver à ces
conclusions, le Pr Murray Huff
et son équipe de l’Université de
Western Ontario, ont effectué
leurs recherches comme c’est
souvent le cas, sur des souris.
Dans un premier groupe, les
rongeurs ont été soumis à un régime qualifié d’« occidental »,
comprenez par là qu’il était
riche en graisses et en sucres.
Résultat : elles sont rapidement
devenues obèses et ont présenté
tous les signes évocateurs d’un
syndrome métabolique. Taux
élevés de cholestérol, de triglycérides, d’insuline et de glucose
dans le sang… Le second
groupe a suivi exactement le
même régime, enrichi cependant en nobilétine. Elles ont
(bien entendu) pris du poids.
Cependant, les auteurs n’ont
détecté aucun élément pouvant
laisser supposer l’existence
d’un syndrome métabolique.
Selon le Pr Huff, « ces souris
traitées par la nobilétine ont été
protégées contre les risques liés
à l’obésité. A plus long terme,
cette substance les a également
protégées de l’athérosclérose
qui peut conduire à un infarctus
du myocarde ou à un accident
vasculaire cérébral (AVC). » Il
y a deux ans, Murray Huff avait
démontré que la naringénine,
un flavonoïde présent dans les
pamplemousses, avait des vertus similaires. Pourtant aujourd’hui, il estime que « les
effets protecteurs de la nobilétine seraient 10 fois plus puissants que ceux de la
naringénine ». La mauvaise
nouvelle, c’est que le mois
d’avril sonne le glas de la saison des mandarines. Ces dernières sont en effet de vrais
fruits d’hiver. Vous devrez donc
attendre le mois de novembre
pour en retrouver sur les étals…
17
Magazine
Lundi 2 Fevrier 2015
Les bons sports pour
déstresser
Ceux qui pratiquent
régulièrement un sport
le disent : ils ne
pourraient plus s’en
passer! La faute, ou
plutôt le mérite, aux
substances
euphorisantes que
celui-ci procure… à
coup sûr.
1. Les bienfaits du sport
Les bienfaits du sport ne sont plus à
prouver: il développe la masse musculaire, brûle des calories, renforce
le cœur, les os et l’équilibre… Il favorise également la production
d’endorphines, ces précieuses substances qui se chargent de notre bienêtre, et de neuromédiateurs comme
la dopamine et la sérotonine. Plus
intéressant encore, on sait maintenant que certaines activités agissent
plus ou moins sur tel ou tel neuromédiateur, ce qui confère au yoga
une action particulièrement «antistress», ou à l’aquagym des effets
bénéfiques vis-à-vis des pulsions
alimentaires. Et pour vous, ce sera?
2. Les sports aquatiques qui boostent la sérotonine et régulent l’humeur
Les activités réalisées en milieu
aquatiques font partie des sports qui
augmentent le plus le taux de sérotonine (l’hormone qui régule le
stress). Ils apaisent les personnes sujettes aux pulsions (sucreries) ou qui
sont irritables en fin de journée,
signe fréquent d’un manque de sé-
Recette du jour
Gâteau à la noix
Ingredients
250g de biscuit
150g de noix de
coco
200g de noix
moulues
3 c à s de cacao
100g de chocolat
râpé
80g de beurre
1 c à s d’eau de
fleurs d’oranger
1 oeuf
125g de sucre glace
1 c à s de cacao
10g de beurre
50g de chocolat
4 c à s de lait
Noix de coco
Préparation :
Dans un récipient, mettre le biscuit
moulu, la noix de coco, les noix
moulues et le cacao, bien mélanger.
Dans une casserole sur feu doux,
mettre le chocolat râpé, le beurre et
l’eau de fleurs d’oranger, remuer
jusqu’à ce que le chocolat fond. En
dernier, ajouter l’oeuf battu et bien
mélanger. Verser le mélange de
chocolat sur le premier mélange.
Dans un plat tapissé de papier aluminium, mettre le mélange obtenu,
Activités physiques du centre nutritionnel de Brides-les-Bains. En plus,
ces activités physiques sont celles
qui font sécréter le plus d’endorphines, qui permettent au corps de
se surpasser. Leur effet bénéfique se
fait sentir dès le début de l’effort et
se poursuit tout au long de celui-ci,
pour atteindre des valeurs jusqu’à
cinq fois plus élevées qu’au repos !
Les plus efficaces?
Jogging, cardio-training, vélo,
marche à un bon rythme et sur une
longue distance, mais également des
activités plus «offensives» si vous
aimez : tennis, squash…
À quel rythme?
Les résultats optimaux s’obtiennent
avec des séances d’une heure et
demie, deux fois par semaine.
4. Le yoga qui évacue le stress et
détend
Si vous faites partie de ceux qui se
sentent stressés en permanence, ou
de ceux qui ne trouvent pas de plaisir dans le fait de courir, cap sur les
pratiques où l’on travaille sur le
souffle et la respiration. Double
effet «yoga cool» : une détente immédiate, grâce à la concentration
nécessaire, et une action plus profonde, grâce à une diminution du
taux de cortisol (l’hormone du
stress), et une facilitation de la neurotransmission (de la sérotonine et
de dopamine).
Les plus efficaces?
Tai-chi, qi gong, yoga, shiatsu, relaxation…
À quel rythme?
Un cours une fois par semaine ou
toutes les deux semaines, entrecoupé de petites séances de 10 à 15
minutes tous les jours, chez soi.
rotonine. L’eau divisant le poids par
dix, ils sont bien adaptés aux forts
surpoids.
Les plus efficaces?
L’aquagym, la natation, la plongée,
l’aquatraining…
À quel rythme?
Un cours d’aquagym, ou 30 minutes
de longueur de bassin (puis 45 minutes quand vous êtes à l’aise), deux
fois par semaine pendant 6 semaines.
3. Les activités d’endurance qui
canalisent l’adrénaline et font
baisser la pression
«Les sports d’endurance utilisent
l’adrénaline et diminuent ainsi l’excitation. Ils sont taillés sur mesure
pour les survoltés qui gardent en eux
leurs tensions, explique Philippe
Casrouge, responsable de l’espace
C uisine
bien égaliser puis mettre au réfrigérateur pendant 30 minutes. Préparer le glaçage au chocolat : dans
un récipient placé au bain-marie,
mettre le sucre, le cacao, le beurre
et le lait, remuer jusqu’à ce que le
beurre fond. Ajouter le chocolat et
mélanger jusqu’à ébullition. Après
sortie du réfrigérateur, étaler de
glaçage au chocolat et décorer avec
la noix de coco. Découper en forme
de petits carrés ou selon votre goût.
Les pires aliments
stocke-graisse
H
o
r
Bélier
Vous prendrez conscience
que votre réussite ne dépendra que de vous. Une autodiscipline sera
indispensable à votre ascension. Vous pourriez vous
ressourcer dans les activités
sportives et les loisirs!
Taureau
Vos bons résultats, vous les
avez obtenus à la force du
poignet. Donc, il va s’en
dire que vous méritez une
récompense sonnante et trébuchante. Bref, aujourd’hui, vous connaîtrez
votre valeur, alors, forcément, les prix montent!
Gémeaux
Aujourd’hui, vous devriez
vous concentrer sur des affaires financières alors
qu’une question personnelle, pourrait vous mettre
dans une situation gênante.
Vous devriez prendre du
recul, avant de répondre.
Faites preuve de diplomatie, pour esquiver certaines
questions délicates, et éviter l’embarras.
o
Pour ne pas gâcher vos efforts
pour perdre quelques petits
kilos, découvrez les aliments à
éviter et à ne consommer que
très modérément.
1. Aliments stocke-graisse:
les fritures
Évidemment! Mais il est toujours bon de le rappeler! Et
sous toutes ces formes! Chips
même légères, frites, nems beignets! Se mangent sans y penser bêtement et goulûment.
N’apportent que du sel et du
gras. N’oubliez pas: environ 36
grammes de graisse pour 100
grammes! Vous évitez au
maximum.
2. Les viennoiseries et surtout le croissant aux amandes
Une amande c’est excellent
pour la santé. Quand elle est
camouflée dans une pâte feuilletée et de la graisse et de la
frangipane. Ce seul croissant
annonce très clairement 35
grammes de glucides! La journée qui commence un peu
lourdement! Les viennoiseries
ne sont de toutes façons pas recommandées pour une alimentation équilibrée!
3. Les saucisses
Aucun doute, une chipolatas,
une merguez ou une Strasbourg, une saucisse reste une
saucisse et en terme de gras
elle pèse lourd! La saucisse fait
grossir évidemment, mais aussi
elle ne fait pas de bien à vos artères. La saucisse ne se mange
qu’avec extrême modération!
4. Les barres au chocolat
Un petit creux au goûter: on
évite les barres pleines de chocolat, de gras. On se concentre
sur un yaourt, un fruit. En effet,
s
c
la barre contient autant de gras
(enfin plus de gras) qu’un déjeuner complet!
5. L’huile et surtout la
mayonnaise
Quelle soit d’olive, de tournesol, de raisin, l’huile reste de
l’huile. La mayo, une seule petite cuillère à soupe pèse 25
grammes de glucides! On
évite. Elle se remplace volontiers par des sauces yaourts et
fines herbes, une goutte d’huile
d’olive.
6. La panure
Poulet, poisson, escalopes,
pomme de terre, panés tous ses
aliments deviennent des ennemis! Une cuisson qui de plus
demande de cuire au beurre.
On double l’effet gras. Le pire,
le cordon bleu agrémenté de
fromage et de bacon! Un must!
7. Les quiches...
... les tartes salées, les friands...
Une pâte brisée, une garniture
trop riche. Pour les pâtes salées, choisir des feuilles de
briques et n’y ajouter que des
légumes coupés en petits morceaux. Vous avez de la chance:
la saison des légumes d’été se
prête à merveille aux tartes
«light».
o
p
e
de tact.
Cancer
Vous pourriez porter plus
d’attention à l’organisation
de votre planning, aujourd’hui. Car vous vous
confronterez à un imprévu
qui vous retardera. En dehors de la ville, la circulation sera plus favorable,
vous pourriez même faire
d’intéressantes découvertes
durant le déplacement.
à l’insomnie, évitez de
boire du café!
Lion
Vous demanderez un soutien financier à une personne de votre entourage,
mais vous n’aurez pas de
suite. Peut-être que votre
requête n’a pas été clairement exposée. Vous pourriez tenter une approche
différente, et vous obtiendrez sans doute une réponse
favorable, très bientôt.
Scorpion
Vous irez droit vers un
conflit, ou un désaccord,
avec une personne influente, pour vous aider à
progresser dans votre vie
active. Vous devriez jouer
de votre tact et de votre diplomatie. Ne cherchez pas
la confrontation, vous auriez tout à perdre.
Verseau
Les finances sont tendues,
et il serait temps de mettre
en place de nouvelles décisions. Cette entreprise
pourrait être coûteuse, alors
suivez votre budget et les
dépenses de près, vous éviterez les mauvaises surprises!
Sagittaire
Un conflit semble se profiler à l’horizon. Vous devriez ravaler votre fierté. La
précision sera votre règle
d’or pour la journée. Cependant, le stress qui en résulte risquerait quelque peu
de vous assombrir. Alors
faites preuve de patience et
Poissons
La ligne entre le travail et
les loisirs semblent se
confondre, aujourd’hui. Vos
vies active et personnelle se
chevauchent. Il est
conseillé de faire la part la
part des choses, sinon vous
pourriez vous confronter à
une situation très délicate!
Vierge
Les planètes vous rendent
particulièrement sensible à
la critique, aujourd’hui. Et
vous serez susceptible de
prendre les choses de façon
erronée. Vous devriez éviter
tout risque de confrontation! Si vous avez tendance
Balance
Vous pourriez, aujourd’hui,
vous permettre de donner
un coup d’accélérateur à
vos actions. En vous servant de vos relations, vous
vous assureriez une belle
place. La chance vous sourit, alors, profitez-en!
Capricorne
Certaines tâches répétitives
vous mettront hors de vous,
aujourd’hui, il vous suffira,
simplement, de les éviter.
Ou alors, vous pourriez
trouver une astuce plus
sympathique pour les réaliser. Ce sera une occasion de
faire preuve d’imagination
et de créativité!
18
SPORTS
Nadir Belhadj, défenseur
d’Essad Al Qatari :
« Laissez Feghouli
et Brahimi tranquille ! »
Contacté par le site spécialisé La Gazette
du Fennec pour avoir son avis sur le parcours de l’EN durant cette CAN 2015,
l’inoubliable Nadir Belhadj a bien voulu
répondre à notre sollicitation en répondant avec la franchise qui le caractérise.
Conscient de la pression énorme qui pèse
sur les épaules des joueurs, l’ex-latéral
gauche des Verts, auteur d’un match
somptueux face à la Côte d’Ivoire en
2010, a surtout insisté sur l’état d’esprit
du public et des médias qui focalisent
trop à ses yeux sur le rendement encore
poussif des moteurs de l’équipe que sont
Feghouli et Brahimi. “Ils sont plutôt
bons, ils étaient attendus au tournant, ils
ont une pression importante sur les
épaules. Feghouli et Brahimi il faut les
laisser tranquille !”. Joueur d’expérience
avec 54 sélections à son compteur, Belhadj, qui a disputé 1 Coupe du Monde et
1 CAN avec les Verts, sait parfaitement
de quoi il parle et demande au public un
peu plus d’indulgence et de patience. «
Ils subissent une pression importante. Ils
fournissent des efforts offensifs et défensifs importants. Et il faut savoir qu’en
Afrique ce n’est pas facile de jouer du
fait du climat, du terrain, des conditions
de jeu. Nous avons confiance en eux, j’ai
confiance en eux !”. Un soutien de taille
pour les joueurs vedettes de la sélection
dont le public attend forcément des exploits et dont les exigences sont nettement plus élevées. Ancien joueur de
Ligue 1 passé par Sedan, l’Olympique
Lyonnais et le RC Lens, Nadir Belhadj
(32 ans) connait bien les méthodes de
travail de l’ancien entraineur du FC Lorient qu’il a affronté à plusieurs reprises
durant son passage en France. “Gourcuff
il a la philosophie du jeu. Son système
est bien huilé, et il connait très bien son
métier”. Nul doute qu’à ses yeux et en
dépit du manque d’expérience africaine
du sélectionneur des Verts, le tacticien
breton reste le driver idéal pour les Fennecs qui peuvent aller jusqu’au bout de
la compétition selon lui.
Lundi 2 Fevrier 2015
CAN-2015
Qualification historique de la Guinée
équatoriale face à la Tunisie
La Guinée Equatoriale, le pays-hôte, s’est qualifiée pour les demi-finales de la CAN-2015
en battant la Tunisie 2 à 1 a.p. (mi-temps: 0-0), samedi à Bata.
L
es Equato-guinéens
affronteront jeudi à
Malabo le vainqueur
du quart de finale
Ghana-Guinée, dimanche. Les
Aigles de Carthage ont ouvert
la marque par Akaichi (70e).
Mais la Guinée Equatoriale a
bénéficié d’une énorme faute
d’arbitrage pour égaliser sur un
penalty inexistant dans le temps
de jeu par Balboa (90e+2), qui
a ensuite doublé la mise en prolongation sur coup franc
(102e). Il s’agit de la première
qualification de la Guinée
Equatoriale pour les demi-finales d’une Coupe d’Afrique.
Malabo, la capitale administrative de la Guinée équatoriale,
n’a pas dormi samedi soir, après
l’exploit historique réalisé par
le “Nzalang nacional”. Regroupés dans les terrasses de cafés,
les restaurants, ou dans les
places publiques, tout le monde
avait les yeux tournés vers Bata,
qui a vu le déroulement d’un
événement historique après la
victoire du pays hôte face à la
Tunisie (2-1, a.p), dans un
match qui a tenu en haleine
toute la population.
Personne n’a pariait cher sur la
qualification des Equato-guinéens à ce stade de la compétition, et pourtant les coéquipiers
de Javier Balboa, auteur d’un
doublé, ont pu relever le défi et
prolonger le rêve de leur peuple. Menés au score à partir dès
la 70’ grâce à un but de Akaichi,
la Guinée équatoriale a du attendre le temps additionnel
pour remettre les pendules à
l’heure grâce à un penalty
contesté.
Chez les supporters locaux, il s’agissait d’un
signe révélateur sur la possibilité de leur équipe à passer
l’écueil des “Aigles de Carthage”. Et ce qui devait arriver
arriva.
Lors de la période
des prolongations, la Guinée
équatoriale, poussée par un public acquis à sa cause, a appuyé
sur le champignon, dominant
son adversaire, quelque peu
émoussé sur le plan physique.
Javier Balboa, plébiscité héros national le temps
d’une soirée, a crucifié le gardien tunisien Aymen Mathlouthi d’un coup franc direct
imparable, en pleine lucarne.
Quelques secondes
plus tard, Malabo a vibré pour
laisser libre court à une joie qui
allait sonner le début d’une
longue nuit “blanche”.
Au
coup de sifflet final, des scènes
de liesses et des cris de partout
fusaient, des uns et des autres,
pour exprimer une joie qui a
fini par se libérer définitivement après des moments de suspense.
Embrassades, cris,
danses, gestuelles improvisées,
roulades dans la rue. La population de Malabo a fêté, jusqu’à
des heures tardives de la nuit, la
qualification des siens. Munis
de drapeaux, des jeunes ont
sillonné la ville à pied, ou en
voiture, pour crier haut et fort :
“La coupe sera à nous”.
Du
coup, le “Nzalang nacional” a
confirmé en espace de quelques
jours qu’elle reste la fierté de
tout un peuple.
La qualification de la Guinée équatoriale
pour le dernier carré de cette
30e édition constitue une surprise de taille, elle qui, deux
mois plus tôt, n’était même pas
qualifiée. La Confédération
africaine (CAF) avait décidé de
confier l’organisation de cette
CAN à ce pays, après le retrait
du Maroc, invoquant le risque
du virus Ebola.
La Guinée
équatoriale, 118e au denier
classement mensuel établi par
la Fédération internationale de
football (FIFA), atteint pour la
première fois de son histoire
les demi-finales du tournoi
africain, elle, qui n’a participé
que deux fois à cette compétition, à chaque fois à domicile,
après une première en
2012.
Les Equato-guinéens, seront opposés aux
demi-finales, au vainqueur du
match Ghana - Guinée, prévu
dimanche à Malabo (17h00).
Vainqueur du Congo (4-2)
La RD Congo dans le dernier carré
L
a RD Congo a validé son billet pour les demi-finales de la Coupe d’Afrique des Nations CAN2015 de football grâce à sa victoire contre le Congo 4 à 2 (mi-temps: 0-0) en quarts de finale
samedi à Bata.
Menés à la marque (2-0), la RD Congo a réussi à renverser la vapeur en
fin de partie grâce à des buts de Mbokani (65e, et 90e+1), Bokila (75e) et Kimwaki (81e). Les buts
du Congo ont été inscrits par Dore (55e) et Bifouma (62e). En demi-finale prévue mercredi prochain
à Bata, la RD Congo affrontera le vainqueur de Côte d’Ivoire-Algérie qui s’est joué hier soir.
Djamel Abdoun, ancien international algérien :
T
« Djabou doit ciesfaire
preuve de patience »
plus particulièrement du faut laisser l’entraineur faire son
out comme Abdlemoumen
Djabou réclamé par une
bonne partie du public, Djamel Abdoun à son époque était ce
joueur talentueux que le public
voulait voir plus souvent sur le terrain. Victime de la concurrence et
des choix des précédents sélectionneurs l’ancien joueur de l’Olympiakos a bien voulu nous donner
son avis sur la CAN 2015 la veille
du choc face à la Côte d’Ivoire. Entretien.
une super bonne équipe en Afrique,
enfin le Sénégal qu’on a battu assez
facilement. Une équipe comme
l’Algérie doit aller jusqu’au bout.
On a de supers joueurs. Mais face
au Sénégal il y avait des joueurs
comme Moussa Sow qui a démarré
sur le banc, Demba Ba, 19 buts depuis le début de saison, qui n’a
même pas été sélectionné. L’Algérie aurait gagné mais avec plus de
difficultés donc il faut être satisfait
du parcours.
Qu’as-tu pensé jusqu’ici du parcours des Verts durant cette CAN
?
C’était un peu difficile, la chaleur,
le terrain. Les médias n’ont pas suffisamment pris en compte ce genre
de critères. Ils ont eu un premier
match difficile malgré la victoire,
c’était un bon petit match, ensuite,
j’ai vu qu’ils avaient perdu contre
le Ghana à la dernière minute, inutile de rappeler que le Ghana c’est
Qu’entends-tu par là que l’Algérie n’a pas d’autre choix que
d’aller jusqu’en finale ?
Il faut qu’elle aille en finale et
qu’elle gagne la finale, cela ne sert
à rien sinon. Ils les ont trop mis la
sélection sur un pied d’estale, à un
moment donné tout le monde se relâche un peu. Il y a eu un relâchement involontaire. Mais je pense
qu’ils vont aller au bout.
Y a-t-il un joueur que tu appré-
côté des Verts ? Si oui qu’as tu
pensé de son jeu, de son engagement durant cette phase de poule
?
L’équipe des Verts est composée de
supers joueurs mais je connais plus
particulièrement Yacine Brahimi, je
le connais depuis tout petit (NDLR:
tous deux originaire de Montreuil
en région parisienne). C’était un
peu difficile pour lui car il était
bien serré par l’adversaire, toujours
deux ou trois joueurs sur lui, ils savent très bien que c’est un super
joueur, il fait un très gros début de
saison à Porto. Même exceptionnel
en C1.
Que penses-tu du système de
Gourcuff ?
Nous on n’est pas entraineur, Gourcuff connait très bien son métier, il
était à Lorient, après si on commence à dire on joue en 4-3-3 en 44-2 en 4-5-1 on s’en sort plus. Il
travail et je pense qu’il sait ce qu’il
fait. Pour l’instant on est qualifiés.
C’est bien de jouer et de gagner
mais à choisir il faut d’abord gagner. On n’a rien à lui reprocher
pour l’instant. Il a fait mieux que
son prédécesseur en 2013.
Qui est le joueur que tu souhaiterais voir évoluer avec les Verts à
l’avenir ?
Un Algérien ? Évidemment ! Sinon
j’aurais dit Christiano Ronaldo
(rire). Le petit Fekir, je ne sais pas
si il finira pas choisir les Verts.
Choisir l’Algérie c’est choisir le
cœur. Quand on est venu jouer ce
n’était pas pour l’argent ou autre,
on est venu pour l’amour du pays,
on aime le pays c’est tout.
Nombreux sont ceux qui estiment
que Gourcuff ne pioche pas assez
au niveau local. Penses-tu que les
joueurs formés en France soient
privilégiés ?
Avec tous le respect que j’ai pour
l’Algérie, c’est mon pays et je sais
que les gens m’adorent la bas (Sic),
les joueurs bi-nationaux restent
d’un niveau supérieur aux joueurs
locaux même si il y a de supers
joueurs comme Djabou qui est
maintenant parti (ndlr : pour le
championnat tunisien). Le problème en Algérie c’est qu’il y a 35
millions d’entraineurs. Mais qui
enlever sur le terrain maintenant
pour faire jouer Djabou ? il faut
être patient, quand tu as ta chance,
tu la lâches plus. Djabou c’est un
très bon joueur mais Yacine reste
actuellement au dessus, un titulaire indiscutable à Porto. Les rumeurs qui couraient sur son
mécontentement m’ont bien fait
rire, je sais que c’est un homme
bien éduqué, lui aussi bien que
Soudani, donc à mon avis il doit
patienter et saisir sa chance quand
il l’aura l’occasion de jouer.
19
S P ORT S
Lundi 2 Fevrier 2015
Basketball/Amical
Ligue 1 Mobilis
Le MOB et l’ESS accrochés, le MCA respire
Le leader le MO Béjaïa et son dauphin l’ES Sétif ont été contraints au partage des points respectivement par l’ASO Chlef (0-0) et le MC El Eulma (1-1) lors de la 18e journée du championnat
de Ligue 1 Mobilis de football, disputée vendredi et samedi, et marquée par la bonne opération de
l’USM El Harrach qui remonte sur le podium grâce à son succès contre le CS Constantine (1-0).
L
e MO Béjaïa n’a pas
profité du faux pas de
son poursuivant direct
l’ES Sétif qui jouait une
heure avant face au MC El Eulma
(1-1), en concédant le nul sur sa
pelouse devant l’ASO Chlef (00).
Les hommes de Abdelkader Amrani qui restaient sur une
victoire en toute fin de partie
contre la JS Saoura (1-0) la semaine dernière, ont été incapables
de trouver la faille dans la défense
des Chélifiens.
C’est le second
nul de suite du MOB sur sa pelouse après celui concédé devant
le NAHD (0-0) et le onzième
point gâché à domicile pour les
Crabes.
En dépit de ce semiéchec, les partenaires de Mansouri
conservent leur point d’avance sur
le second l’ES Sétif qui a été accrochée par le MC El Eulma (1-1)
dans le derby de l’est.
Les Sétifiens ont pourtant bien entamé la
partie en ouvrant le score par Belameiri dès 13e minute, mais
c’était sans compter sur l’abnégation des hommes d’Aït-Djoudi
lesquels ont égalisé par l’artilleur
du club Derrardja, auteur de son
11e but de la saison.
La meil-
leure opération de la journée a été
réalisée par l’USM El Harrach qui
se hisse à la troisième place à quatre longueurs du leader. Les Harrachis ont ainsi ùis fin à la série de
trois défaites de suite en disposant
à l’arrachée du CS Constantine
grâce à l’opportunisme de Mohamed Amine Abeid, auteur de
l’unique but de la partie et le 9e de
la saison.
Le MC Oran a essuyé pour sa part sa première défaite depuis plusieurs semaines en
s’inclinant en déplacement contre
le RC Arbaa sur une réalisation de
Mokdad dans le dernier quart
d’heure.
Avec cette défaite, le
MCO recule à la quatrième place
en compagnie de l’autre équipe
d’Oran, l’ASMO qui a disposé de
la JS Saoura (1-0) sur une réalisation de Belkablia.
La journée
a été également marquée par la
nouvelle défaite de l’USM Alger
face au CR Belouizdad (2-1) dans
le derby de la capitale. Les Usmistes qui traversent une mauvaise passe depuis l’entame de la
phase retour, dégringolent à la
sixième place en compagnie du
CSC, battu par l’USMH et le
RCA vainqueur du MCO.
De
son côté, la JS Kabylie a été piégée dans le temps additionnel par
l’USM Bel Abbés sur un but de
Ogbi (90+2). Une troisième défaite des Canaris au stade 20 août
qui confirme la saison difficile
des Kabyles. En revanche,
l’USMBA signe sa première victoire sous la direction du nouvel
entraîneur Boualem Charef après
deux défaites de suite.
Dans
le bas du classement, le MC
Alger poursuit son opération sauvetage en battant le NAHD (1-0)
grâce à un coup franc du spécialiste Hachoud cinq minutes avant
la pause. C’est le second succès
pour les protégés d’Arthur
Georges en trois matchs contre
un nul lors de la phase retour.
En dépit cette victoire,
le MCA reste scotché à la dernière place en compagnie de
l’ASO Chlef avec 18 points devancés par le NAHD (20 points).
La lutte pour le maintien s’annonce donc acharnée et concerne
pas moins de huit clubs.
Championnat d’Angleterre
Mahdi Abeid rejoue avec Newcastle
L’
international algérien Mahdi Abeid
qui avait déclaré forfait pour la Coupe
d’Afrique des Nations CAN-2015 qui
se déroule actuellement en Guinée équatoriale à
cause d’une blessure a effectué ce samedi son
retour à la compétition, à l’occasion de la large
victoire remportée par son club Newcastle
contre Hull City (3-0) pour le compte de la 23
journée du championnat d’Angleterre de première division.
Le milieu de terrain des
Magpies a été incorporé par le nouvel entraîneur
John Carver à l’ultime minute de la partie en
remplacement de Sammy Ameobi. Il a joué les
trois minutes du temps additionnel.
Mehdi
Abeid, absent des terrains depuis le 2 décembre
dernier en raison d’une blessure, était présent
dans le groupe des 18 défait à domicile par Southampton (2-1), le 18 janvier dernier pour le
compte de la 22e journée.
Il avait été victime
d’une fracture au niveau de l’orteil au cours
d’une séance d’entraînement avec la sélection
nationale en novembre dernier.
Le N.30 de
Newcastle a renoué avec la compétition le 2 décembre, mais il a vite rechuté, obligeant l’entraîneur des Verts, le Français Christian Gourcuff,
à le retirer de la liste des 23 joueurs concernés
par le rendez-vous continental et le faire remplacer par Ahmed Kashi (Metz, France).
Victoire
de la sélection
algérienne
devant
le Mali (68-49)
La sélection algérienne de
basket-ball a battu son homologue malienne (68-49),
en match amical disputé
samedi, à la salle Harcha
Hacène (Alger), dans le
cadre de sa préparation
pour la phase retour des
qualifications à l’Afrobasket, ainsi qu’aux Jeux Africains de 2015, prévue à
Salé (Maroc) du 13 au 15
février.
Les Verts disputeront un 2e match amical, contre cette même
équipe malienne dimanche,
à partir de 16h00, également à la salle Harcha Hacène, avant de partir à
l’étranger, pour effectuer
un
2e
regroupement.
Le cinq
algérien, en stage bloqué
depuis le 25 janvier à
Alger, ira en Turquie pour
ce 2e regroupement, du 2
au 9 février.
A l’issue
de la phase “aller” des qualifications à l’Afrobasket et
aux Jeux africains de 2015,
disputée début janvier à
Alger, la sélection algérienne, conduite par Ali Filali et son adjoint Toufik
Chebani, occupe la première place de son groupe,
avec 4 points.
Les Verts
devancent le Maroc (2e
avec 3 pts) et la Libye (3e
avec 2 pts) après avoir remporté leurs deux matchs à
domicile, respectivement
contre la Libye (88-63) et
le Maroc (81-80).
Quatorze sélections disputeront
l’Afrobasket-2015 dont le
pays organisateur, la Tunisie, et le tenant du titre,
l’Angola.
Par ailleurs,
onze équipes seront qualifiées pour les Jeux africains
de 2015, prévus au Congo.
MC Alger
Une victoire et beaucoup d’espoir
L
e Doyen des clubs algériens
qui était vraiment dos au mur
samedi dernier avant son
derby algérois face au NA HusseinDey à Bologhine, a finalement répondu présent en s’imposant
difficilement (1-0) grâce à un autre
chef-d’œuvre signé Hacoud (coupfranc d’anthologie).Une victoire ô
combien précieuse pour les Vert et
Rouge de la capitale qui restaient sur
un impressionnant (4-0) face au MC
El Eulma sur cette même pelouse de
Bologhine et un nul flatteur ramené
e Chlef (0-0) devant l’ASO. Au
cours d’une partie cadenassée,
comme c’est toujours le cas, le Mouloudia s’en est remis au pied droit de
Hachoud. Le natif d’Al Attaf, dans
une première tentative à la 35’, verra
sa frappe contrée par le mur. Mais ce
n’était
que
partie
remise
puisque, sur une accélération, Men-
douga trouve Gourmi dans les intervalles. L’ancien attaquant de l’ES
Sétif, d’un sacré coup de rein, pro-
voque un coup franc à hauteur des
18 mètres. Le « sniper mouloudéen », d’une frappe enveloppée,
trouve la lucarne de Mokrani qui a
dû s’incliner face à cette précision
chirurgicale. Un but qui a permis
aux locaux de se libérer mais sans
pour autant s’aventurer en attaque
dans l’espoir de faire le break. Khaled Gourmi, à la 69’, était à deux
doigts de doubler la mise d’un tir
lointain qui a frôlé la lucarne de Mokrani. Le public de Bologhine a
failli revoir le but de Belaili, signé
contre le Chabab de Belouizdad.
Les Algérois se contenteront
jusqu’à la fin de gérer cette avance
au tableau d’affichage en y mettant
du cœur à l’ouvrage. Le Nasria essayera, sur des balles arrêtées, de
revenir à la marque mais la défense
algéroise veillait au grain. Le Mouloudia, au bout du suspense, réalise
l’essentiel qui était les trois points
nécessaires pour sa survie en Ligue
1 Mobilis. Mathématiquement
parlant, le Doyen a déjà récolté 7
points sur les 9 possibles lors de
cette phase retour avec à la clé, 5
buts inscrits tout en gardant ses filets vierges. Mais le plus dur reste
à faire pour les hommes d’Artur
Jorge qui auront la lourde tâche de
confirmer ce réveil agressif dès le
week-end prochain à l’occasion de
leur déplacement à Béchar pour
donner la réplique à la JS Saoura
l’autre club concerné par la lutte
féroce pour le maintien.
Farès Hamid
CONTES ET LEGENDES
DU TERROIR
20
Lundi 26 Janvier 2015
HISTOIRES DE CŒUR ET DE RANCŒUR
Une femme belle et mystérieuse
(6e partie )
Résumé: Le regard de Mokrane,
un jeune fonctionnaire, croise
celui d’une jeune mendiante. Sa
grande beauté le subjugue et il
en perd la tête, Quelques jours
plus tard, alors qu’il est en compagnie de deux collègues, Youcef et Farid, il l’aperçoit à
l’intérieur du parking se trouvant en contrebas de l’Ecole Supérieure de Commerce, au cœur
d’Alger. Le lendemain, Youcef
annonce à ses deux collègues
qu’il l’avait rencontrée sur l’autoroute et qu’elle allait même
venir au bureau pour, éventuellement, vendre sa voiture à
Si El Hachemi, le responsable
des archives.
Elle a été cruelle avec moi et avec
ma fille. Mes parents ont accordé
la main de Ouardia ma sœur
aînée au premier prétendant venu
sans vraiment réfléchir. Pour eux,
le départ d’une de leurs filles signifiait une bouche à nourrir en
moins.
-Oui, cela est vrai en quelque
sorte…
-Cela pourrait être vrai si le mari
en question était capable de gérer
une famille.
-Ce n’était pas le cas ?
-C’était loin d’être le cas. Le mari
de ma sœur travaillait ici à Alger
dans une usine d’espadrilles en
caoutchouc pour un misérable salaire. Pour économiser ce salaire,
il dormait à l’usine et ne partait
voir sa femme qu’une fois par
mois pour économiser les frais de
transport. Ensuite ma sœur a eu
une petite fille qu’elle ne pouvait
même pas nourrir comme il fallait. Et pendant ce temps, mon
père ne cessait de se morfondre et
de maudire le jour où il a eu son
accident de travail qui l’a handicapé…Soyez patient Mokrane ;
j’arriverai bientôt à l’épisode de
ma vie qui a fait de moi une mendiante.
Mériem se tut encore moment,
donna l’air de réfléchir puis poursuivit:
- J’étais convaincu que c’était à
moi de faire quelque chose pour
améliorer le sort des miens: mon
père, ma mère, ma sœur ainée mariée mais qui vivait dans la misère
la plus noire et Hassina, ma sœur
cadette. J’ai échafaudé un plan si
énorme, si ambitieux que lorsque
j’y pensais j’avais mal à la tête.
J’ai lu une fois un livre de Ihsane
Abdelqoudous...Vous connaissez
cet écrivain?
- Euh...je...non....
- C’est un écrivain égyptien qui
excelle dans les histoires courtes
et les nouvelles. Et il avait écrit
une nouvelle où il était question
de gens vivant de la mendicité.
Un métier si lucratif que l’on peut
devenir très riche très rapidement.
L’idée de devenir mendiante a
commencé à me triturer alors que
j’étais encore au collège. Mais
vous rendez-vous compte Mo-
krane de ce qui était en train de se
passer dans ma tête? Toutes les
adolescentes normalement constituées rêvent d’aller à l’université,
de rencontrer l’amour de sa vie et
de vivre heureuses et moi mon
rêve était de devenir mendiante
afin de gagner de l’argent pour
subvenir aux besoins de ma famille.
- Vous avez raison; c’est horrible...
- Et ce qui était le plus horrible
encore et qu’après avoir longuement réfléchi j’étais arrivée à la
conclusion que pour devenir mendiante, je devais impérativement
obtenir le bac.
- Comment ça? Vous aviez besoin
d’avoir le bac pour mendier?
- Oui, Mokrane.. Je ne pouvais
pas mendier dans mon village ou
dans la wilaya où je résidais. Il me
fallait partir loin…Et Alger était
tout indiquée. Là, il y a peu de
chance que quelqu’un de mon village me voie et me reconnaisse. Je
m’en fous de ce que pensent les
gens de moi mais j’avais surtout
peur que mes parents l’apprennent. Cela leur ferait très mal. Les
pauvres, déjà que la vie les a trop
secoués… Et pour me rendre à
Alger, il me fallait un bon prétexte
: la poursuite de mes études supérieures. Et pour cela, je me devais
d’obtenir le bac.
-J’ai obtenu mon bac, haut la
main et je me suis retrouvée à
Alger. Comme dans mon village,
à l’instar de tous les villages des
montagnes d’où je viens, la rareté
de l’eau est de plus en plus dramatique, j’ai décidé de devenir ingénieur d’Etat en hydraulique. Vous
vous rendez compte, Mokrane ?
Je me voyais déjà, retournant à
mon village lon seulement pour
aider mes parents qui étaient dans
le besoin mais aussi pour aider
tous les villages à se désaltérer en
eau fraiche chaque jour que Dieu
fait. Lorsque ces nobles idées
avaient élu domicile en moi,
j’avais chassé le projet de la mendicité. J’ai alors commencé à donner des cours particuliers à des
élèves. Mais j’ai vite fait de réaliser que l’argent que je gagnais, en
plus de ma bourse suffisait juste
pour mes besoins personnels.
Alors l’idée de mendier est revenue.
Mokrane se gratta la tête. Il avait
du mal à croire tout ce que la belle
Mériem était en train de lui dire.
Pourtant, se dit-il, elle n’avait pas
l’air de lui raconter des salades. Il
l’avait bien vue en train de mendier, assise dans un des coins de
la passerelle se trouvant non loin
de l’Ecole de Supérieure de Commerce. Mais paradoxalement, ce
qu’il trouvait extraordinaire encore, c’était le fait qu’elle se soit
mise spontanément à lui raconter
sa vie alors qu’elle ne le connaissait pas du tout. Pourquoi lui faisait-elle confiance à ce point ?
K.Y ( à suivre…)
Sagesse et éducation ancestrale
« C’est ici que je t’attendais ! »
Résumé : Au cours d’un rêve, un roi
reçoit la visite d’un vieillard qui lui
annonce qu’au printemps il reviendrait
le prendre pour un voyage
sans retour. C’était l’ange
de la mort.
Le roi se mit à réfléchir à haute voix :
-Bon…Nous sommes en automne …j’ai
encore quelques mois devant moi pour
trouver le moyen d’échapper à cet Ange de
la mort.
-Oui, certainement fit le doyen des conseillers, beaucoup plus pour faire plaisir au roi.
Les jours et les semaines s’écoulèrent
inexorablement sans que le roi ne cessât de
penser à la funeste visite onirique de
l’Ange de la mort. Et à une semaine avant
l’arrivée du printemps, le roi avait décidé
de fuir le pays. Sans prévenir personne, il
s’habilla comme un paysan et quitta son
château en pleine nuit à cheval en prenant
(3e partie et fin)
et son pays la plus grande distance possible.
Il s’était dit qu’en étant loin de son pays
l’Ange de la mort ne pourrait pas le trouver.
Après avoir chevauché jour et nuit pendant
plusieurs jours, il arriva un matin dans un
pays si différent du sien qu’il avait du mal
à reconnaitre les arbres et les plantes. Il
s’apprêta à descendre de cheval quand soudain celui-ci fut effrayé par un serpent. Le
cheval se cabra et désarçonna le roi qui
tomba. En arrivant au sol, sa tête cogna
contre une grosse pierre et il se mit à saigner abondamment. On raconte que juste
avant de fermer les yeux pour toujours, il
vit le vieillard de nouveau. Celui – ci s’était
même agenouillé pour pouvoir lui parler :
« Voilà nous sommes le printemps et je suis
venu t’emmener ! Et comme tu le vois,
c’est ici que je t’attendais ! »
soin d’emporter avec lui de l’eau et de la
nourriture pour quelques jours.
Il avait lancé son cheval au triple galop
avec la ferme intention de laisser entre lui
K.Y ( fin)
N° 3213 - LUNDI 2 FEVRIER 2015
Site web : www.lecitoyendz.com
E-mail : [email protected]
Cote d’Ivoire 3-1 Algérie
Bony brise le rêve des algériens !
Grâce à un Wilfried Bony des grands soirs, auteur d’un doublé, la Côte d’Ivoire a éliminé l’Algérie (3-1) et s’est qualifié pour les demi-finales de la CAN 2015.
P
our rejoindre la République Démocratique
du Congo, le Ghana et
la Guinée Equatoriale
en demi-finales, l’Algérie et la
Côte d’Ivoire devaient en découdre hier soir dans une rencontre
qui animait les passions au quatre coins du globe. La première
occasion du match était algérienne. Brahimi débordait à
gauche et tentait sa chance par
deux fois, il trouvait sur sa route
Gbohouo, le portier des Elephants (8e). Gradel, auteur d’un
joli but en quarts, répondait
quelques minutes plus tard mais
sa frappe passait largement à
côté des buts de M’Bohli (15e).
Les hommes de Renard poussaient et Aurier n’était pas loin
d’ouvrir le score si sa tentative
de la tête n’avait pas heurté le
poteau (24e). À force d’insister,
les Elephants allaient arriver à
leur fin. Gradel centrait pour
Bony qui piquait son coup de
tête pour battre M’Bohli et ouPublicité
vrir le score (1-0, 26e). À la mitemps, la Côte d’Ivoire menait
logiquement au score. Les Algériens ayant éprouvé de grandes
difficultés à se créer des occasions réelles. Mais, après la
pause, les Fennecs, remontés
comme des pendules conti-
nuaient de croire en la qualification.
Mahrez profitait d’une approximation de la défense ivoirienne
pour s’enfoncer dans le couloir
gauche et centrer. Bailly renvoyait mal le cuir, Soudani en
profitait et égalisait (1-1, 51e).
Intenable, Wilfried Bony allait
remettre le couvert quelques minutes plus tard. Le nouvel attaquant
des
Citizens
de
Manchester coupait la trajectoire
d’un bon coup-franc de Yaya
Touré et s’offrait un doublé (21, 69e). Slimani allait avoir l’occasion
d’arracher
la
prolongation mais sa tête, effectuée à bout portant, s’envolait
dans le ciel de Malabo (83e).
Dans les arrêts de jeu, Gervinho
s’offrait le troisième but et libérait les siens (3-1, 90e+4). Un
temps incapables de se créer des
occasions puis maladroits devant la cage, les Fennecs devaient s’incliner face au
réalisme des Elephants portés
par un Bony de Gala. La Côte
d’Ivoire retrouvera la République Démocratique du Congo
en demi-finale de la CAN 2015.
Author
Document
Category
Uncategorized
Views
6
File Size
2 584 KB
Tags
1/--pages
Report inappropriate content