close

Enter

Log in using OpenID

embedDownload
Blaise Ndala
J’irai danser sur la tombe
de Senghor
Roman
Collection
J’irai danser sur la tombe de Senghor · 207
1
La conférence de presse allait se mettre en branle
dans un peu plus de dix minutes. Mohamed Ali était assis
sur un fauteuil artisanal en rotin, dans la grande paillote
au centre de la Villa Nelson Mandela qui lui avait été attribuée à Nsele. Son futur adversaire occupait une autre villa
de même taille et de même apparence, à cinq cents mètres
de là. Les deux Américains étaient arrivés à Kinshasa
trois semaines plus tôt et cela avait radicalement changé
l’ambiance dans la capitale et ses environs. Le patron était
en charge de l’organisation du combat à venir, y compris
le séjour des athlètes et de leurs accompagnateurs, une
cinquantaine de personnes au total. Seuls les boxeurs, leurs
épouses, leurs partenaires d’entraînement et leurs médecins étaient logés à Nsele. Tous les autres proches étaient
descendus à l’hôtel Intercontinental au centre-ville.
Il y avait d’abord eu la grande réception organisée par
le Guide à son palais du Mont Ngaliéma sur les hauteurs
de Kinshasa, deux jours après l’arrivée des athlètes en
sol zaïrois. Juste avant le toast, Foreman s’était exprimé
en premier et avait sobrement remercié le Zaïre et son
président pour l’accueil chaleureux dont il était l’objet,
208 · Blaise Ndala
ainsi que pour l’investissement personnel du dirigeant
des Zaïrois dans l’organisation du combat. Il avait l’air
perdu à ce souper de gala où tous les gros bonnets du pays
hôte s’étaient donné rendez-vous, accompagnés de leurs
épouses sapées comme des candidates à un concours de
mode africaine. Engoncé dans un très beau costume bleu
sombre, il s’était exprimé d’une voix faible, comme un
adolescent timide que sa mère oblige à réciter son poème
à table pour impressionner un père qu’il voit rarement.
Par la suite, Ali qui avait enfilé un pagne africain fleuri
comme un Kinois lambda, s’était approché du micro en
tirant le Guide par la main, geste que personne avant lui
n’avait jamais osé poser. Il pétait l’assurance et avait l’air
de se trouver dans un endroit où il avait l’habitude de faire
la fête avec ses copains tous les samedis soir. L’interprète
avait traduit ses paroles à l’intention du public présent
et des téléspectateurs : « J’aimerais dire à mon peuple
qui nous regarde de partout sur le territoire zaïrois que
je suis très honoré d’être enfin arrivé dans ce beau pays
qui est le mien. Oui, je sais, il y en a qui vont dire que
je suis un citoyen américain et qui voudront en tirer un
motif pour me traiter comme un étranger sur le continent
noir. Mais ceux-là ont tort, car comme le dit notre frère
Malcom, un Noir ne peut pas être un vrai citoyen américain. Il peut seulement posséder un bout de papier qu’on
appelle passeport qui dit qu’il a une relation avec un pays
connu sous le nom des États-Unis d’Amérique. Mais s’il
était vraiment un Américain, il aurait les mêmes droits
qu’un Américain de race blanche. Or ce n’est pas le cas au
moment où je vous parle. Et ce n’est pas parce que George
Foreman pense, lui, qu’il est Américain, que cela est vrai
pour un seul Noir qui vit là-bas. Mes amis, mes frères,
J’irai danser sur la tombe de Senghor · 209
vous le découvrirez vous-mêmes, George Foreman est un
garçon bien sympathique. Mais pour une raison qu’il n’a
encore jamais pu expliquer à personne, même pas à son
chien ici présent, il est convaincu que le Noir ne peut être
libre que s’il baisse sa culotte devant le maître blanc, s’il
fait docilement ce que le maître blanc lui dit de faire. C’est
son droit de croire cela ; mais surtout, laissons-le se bercer
de cette illusion dans son petit coin aux côtés de tous ceux
qui rêvent d’une fraternité universelle qui neutraliserait les
frontières de la peau. Nous, au Zaïre, terre de l’authenticité
africaine, sommes fiers d’être qui nous sommes. Que cela
plaise ou non ! »
Cette fois, en regardant le Guide dans les yeux :
« Excellence Colonel, vous ne pouvez pas savoir combien
cette réception dans votre palais du Mont Ngaliéma est un
honneur pour Mohamed Ali. Mohamed Ali a tout gagné
en Amérique, son nom fait la fierté de ce pays partout sur
cette terre où il y a une âme qui vit. Mais pas une seule
fois, même pas en rêve, Mohamed Ali n’a été invité à la
Maison-Blanche, ne serait-ce que pour y goûter un bout
de chocolat. Non, à la Maison-Blanche, on doit considérer
que Mohamed Ali est trop africain pour franchir le seuil
de ce lieu du pouvoir blanc. Je suis donc plus qu’honoré
que Son Excellence m’ait ouvert les portes de la Maison
Noire du Mont Ngaliéma, ce lieu d’où il préside aux destinées du vaillant peuple zaïrois que j’ai hâte de rencontrer.
Le Guide oyé ! Zaïre oyé ! »
« Oyé ! Oyé ! Oyé ! » avait répondu, sous un tonnerre
d’applaudissements, une assistance totalement séduite.
Du salon où nous suivions la cérémonie retransmise par
la télévision nationale, je m’étais dit que ce type-là devait
210 · Blaise Ndala
connaître les Africains sans les avoir jamais rencontrés.
S’il devait continuer à s’exprimer de cette façon-là, dans
quelques jours, toute la ville, voire tout le pays, serait dans
sa poche. Et si, de son côté, Big George s’amusait à jouer
au sage garçon qui ne souhaite pas fendre sa carapace pour
se kinoiser tant soit peu, les gens d’ici finiraient par croire
tout ce que son futur adversaire lui mettrait sur le dos.
Je savais bien qu’Ali jouait un petit numéro visant
à amadouer le Guide et le public de ce pays qui ne le
connaissait que par les images diffusées à la télévision.
Mais sa personnalité semblait tellement en phase avec
ce qu’il racontait que son parler très kinois et sa flamboyance allaient infailliblement l’emporter sur toute
critique de fond. J’espérais du fond du cœur que George
Foreman changerait dans un avenir proche l’image froide
et distante qu’il avait transmise à ses partisans dont moimême cette nuit-là. J’espérais aussi qu’il arrêterait de se
montrer en public avec son chien si impressionnant qui
n’était pas sans rappeler ceux que les Belges lançaient
contre les indigènes avant l’Indépendance. Ce n’est pas
avec un compagnon de ce genre qu’il allait collectionner
les amis parmi les Africains. Y aurait-il quelqu’un pour le
lui faire comprendre ?
Il y avait eu ensuite la scène que nous a relatée la
patronne et qui date d’il y a quatre jours. Précisons
d’abord que, pour une raison qui n’a pas seulement à voir
avec l’acclimatation à un pays chaud, Mohamed Ali a pris
l’habitude, depuis une semaine, de s’adonner au jogging
dans les quartiers populaires de Kin. La grande popularité qu’il s’est forgée dans Kinshasa découle en très grande
partie de ce choix. Avant, il allait courir le grand matin le
J’irai danser sur la tombe de Senghor · 457
Table des matières
Prologue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
I - BAPTÊME EN EAUX TROUBLES 23
1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
II - UN RÉVOLUTIONNAIRE,
ÇA NE CONNAÎT PAS LA PEUR 79
1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
III - LE NOMBRIL DU MONDE NOIR 143
1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
IV - DE LA CUISSE DE JUPITER 205
1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11
25
37
53
65
81
99
119
133
145
161
179
193
207
219
233
245
V - DÉCIBELS 257
1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
VI - LE FAISEUR DE ROIS 311
1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
VII - VICTOIRE SOUS X 369
Dans la tête de... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Batekol, alias Afrodijazz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Belinda Ali . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Yankina, alias Yankee . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ron Christopher Baxter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Son Excellence le Colonel-Guide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Zeta . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Zangamoyo Batulampaka . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’exilé (professeur Kabambi) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Épilogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Notes de l’auteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
259
271
281
297
313
329
345
357
371
373
379
387
401
405
413
421
425
433
453
Author
Document
Category
Uncategorized
Views
5
File Size
720 KB
Tags
1/--pages
Report inappropriate content