close

Enter

Log in using OpenID

1 - Kiosque Lorrain

embedDownload
î
25- Année. - Pi» 3383
3eudl
GRAND
Téléphone : 3.21 -10.37
ABONNEMENTS :
TROISJKO.S,
NancY—• • • • • •
Mear*tlie-et-MoseUe, Meuse, Vosges
Antres départements
franger
I
On peut s'abonner sans frais dans tous
CHRONIQUE DES LETTRES
\jQ
Brésil
SIMOIS
4 50
5 »
6 »
7 »
|
les bureaux
9 »
10 »
12 '»
14 »
de postes
7™
~U
18 »
20 »
24 »
28 »
«
«
«
«
j"
T
B*™ C«
I
■
^B^
JOURNAL
Ïrfjucr/Off rTLtfJJVZSriMriOW :
.
i
1
t
i
.
.
i
"
£
».
2
-
«
£
ï.
j
i,
si
^
l
rt
J
}
»
*
ZZ
!
C.
N A. M P V
_ R
^IB'
j
WASMwï
parlient aux hommes qui se lèvent
tôt ». Il raisonnait juste ; commencer
sa vie de bonne heure, sa journée de
grand matin, c'est une force. »
L'oncle me paraît résumer, en vingt
lignes, toute la psychologie de celui qui
veut tenter la fortune, aussi bien au
Brésil qu'ailleurs. Profonde maxime,
sous sa forme bourrue, que ce conseil :
« On est dislancé si l'on s'arrête : si
l'on va trop vite, on s'essouffle et l'on
C'est mercredi matin, à 7 heures, que s'est c!
champ de bataille,
alors qu'est-ce qui
crève ... » Combien, partis à la pour- :réuni le Conseil de guerre du 20" corps ij vous
v
troublera
1
suite de la fortune, se sont laissés dis- ' d'armée pour juger les cinq militaires inChaux. — Rien.
de refus d'obéissance dans la jourtancer faute d'avoir confiance en eux ; culpés
!
M. le président. — Si vous vous trounée
des
manifestations
militaires
de
Domb
combien d'autres, aussi, « claquèrent» :
blez parce que vos camarades criaient de
n pas mettre la baïonnette...
pour avoir été trop ambitieux et trop :martin-les-Toul, le 18 mai dernier ; les ne
prévenus appartiennent tous au 169* d'inM. le président indique cependant que
pressés !...
•
i'anterie, ce sont les nommés : Geoges Itié- le
1< sergent charaux a vu l'accusé mettre la
M. Adrien Delpech n'est- pas seule- gert,
;
né à Paris, tourneur sur métaux, sol- n
à sa baïonnette comme pour la timent un économiste aux sages conseils : dat de 1" classe ; Chapon Alphonse-Lucien, rmain
rer et regarder à droite et à gauche ce
il est aussi le poète qui sent et sait no- 22 ans, commis architecte ; Enols Albert- que
q
ses camarades faisaient. Mais à ce
n
ter la mystérieuse ambiance des choses. Gustave, typogaphe ; Chaux Jules-Etien- moment
il fut arrêté.
ne,
garçon
boucher
et
Charles
Félix,
tourVoyez plutôt cette nocturne par laquelle
Charles a été, lui aussi, émotionné d'àneur sur métaux, à Paris.
v
je terminerai mes citations :
voir vu les manifestants au cours de la
Le Conseil de guerre est composé de M. p
« ...Seul dans sa chambre, Henri s'ap- le lieutenant-colonel Grange, du 69' d'in- ppremière patrouille. Il reconnaît qu'au
commandement il hésita à exécu« proche de la fenêtre, pour jouir un fanterie, président, commandant Moineau, premier
t
« moment de la douceur de la nuit. Les du 37e, capitaine Lambert, du 8a d'artil- cter l'ordre donné. Au deuxième, il allait
cependant s'y conformer, quand le ser« collines en amphithéâtre illuminées lerie, capitaine Lœillier, du 37e, du lieu- ggent-major le fit sortir des rangs.
de leur base jusquà la ligne sombre tenant Tricote t, du 37', du sous-lieu11 prétend qu'il n'a pas entendu l'autre
du 37" et de l'adjudant ccommandement.
« des bois, l'onde et le reflet miroitant tenant Vendecker,
e également.
Boulï,
du
37
M. le président. — Loin d'avoir l'air af« des étoiles, leur nombre troublant,
Malgré l'heure matinale, il fait une cha- ffolés, un témoin a remarqué que les hom« dans le ciel où elles brillent sous la
leur accablante dans la salle exiguë du Con- mes
r
qui n'avaient pas obéi avaient la tête
« royauté de la Vénus païenne et de la seil de guerre.
*
tbase et l'attitude gênée.
« Croix du Sud, les îles dans une brusEn outre des représentants des journaux
M. le président lui demande s'il n'avait
« que transition d'ombre et de clarté locaux, des envoyés spéciaux des journaux r.
pas écrit à sa famille qu'il s'apprêtait à
« lunaire, la masse des monts lointains, parisiens garnissent les bancs peu confor- rmanifester contre les trois ans.
« l'aspect tragique des écueils et des tables réservés à. la presse. .
— Non.
M. le commandant Burguet occupe le siè« pics solitaires, les phosphorescences
— Comment se fait-il que votre beauf
vous ait écrit une lettre dans la« subites des eaux, tout cela, parmi les ge du commissaire du gouvernement et M" 1i frère
et Boidin sont aux bancs de la dé- j quelle
c
il vous conseille de rester tranquille
« senteurs de terre, mariées aux brises Lairé
fense. Au début de l'audience, il y a peu de €
« salines, dans l'apaisement de la nuit monde dans la partie de la salle réservée ren- disant qu'il avait su que vous alliez
« tropicale, tiède, molle, voluptueuse, au public, mais vers neuf heures, plus une manifester ?
On passe à l'interrogatoire du soldat
« constitue un spectacle indicible, d'où seule place ne sera disponible.
*
'
Chapon.
Après l'interrogatoire d'identité des ac« monte un hymne de gloire à la nature
— J'avais déjà été de garde La nuit, j'é« perverse, qui cache au sein de cette cuses, M. le capitaine rapporteur Thiéry 1tais très fatigué et comme hébété. J'ai été
i
surexcité
de voir qu'on noua faisait en« région fortunée, les miasmes produc- donne lecture de l'acte d'accusation.
**
core partir en patrouille une deuxième
« leurs de fièvre... »
J'ai eu die l'hésitation à tirer ma
Le 18 mai, les cinq accusés faisaient fois.
j
« Région fortunée aux miasmes de
baïonmette, surtout en voyant l'exemple
fièvre »... n'est-ce point là le anguis in partie de la compagnie de piquet à la ca- de
mes camarades. »
du Châtelet. On sait que ce jour-là,
herba qui caractérise le Brésil — ou plu- serne
L'accusé affirme qu'il allait obéir au
continuant les manifestations de la veille,
tôt le caractérisait, car l'auteur lui-mê- de nombreux soldats de la garnison de dernier
commandement et il avait déjà
'
me nous montre les profondes modifica- Toul manifestèrent contre la loi de trois ébauché le geste de tirer sa baïonnette
|
quand on, le fit sortir du rang.
tions apportées à l'hygiène publique, ans.
— Si j'avais été comme d'habitude et
Une première fois, sous les ordres du
heureuses améliorations qui ont complètement fait disparaître de ce magni- sergent Charaux, les cinq accusés d'au- 'si j'avais su les conséquences de mon acte,
fique pavs le fléau qui l'assombrissait.. jourd'hui, avec 20 autres soldats de leur j'aurais agi autrement.
1
?A
0
i
MEMO!
L'Agence Huva», *, jAtce *>*?J*wn»,<àïP*if
et MM. Jofan P. Jones et O, :>f
fenb«org
■ Memtmartre,.«à Paris, sont seuls cto'ges'de'TiseevtAr la
puiilicité-extra-!oca!(ydu jonmat.
Alsace-tOTraln^et Ltnembourç, >>'«^«scr «*SB*«w»«s»id^r!$fc
•
épilogue des incidents de 1 oui
La vieille Europe, toujours un peu
' s0us la suggestion des contrées du so| ? jj — où les étincelante et chauds
I ravons semblent de l'or fluide — voit le
j Brésil dans un mirage comme le pays
I des
subites fortunes, où les goûts aventureux doivent se donner libre cours,
Ù la vie se fait facile pour l'homme har0
di entreprenant, et point trop manchot.
Pour d'aucuns, le Brésil est resté un
pays neuf, et combien sont presque tentas de se le représenter comme au
temps de la conquête, où les Portugais
devaient défendre la colonie naissante
contre les attaques des corsaires hollandais et français. A tous je recommanderai donc la lecture d'un livre fort intéressant et instructif, sous sa forme
de roman, Petropolis, de notre confrère
Adrien Delpech, directeur des « Annales brésiliennes », et qui, par cela même semble tout autorisé à nous
m6i
| dire la vérité.
Petropolis n'est pas seulement de là
documentation sèche et revèche. L'auteur a su, par une psychologie fine et
très avertie d'une étude de caractères
personnels, donner à son œuvre la tournure littéraire qu'il convenait d'y ajouter. Mais je laisserai néanmoins de côté
cette histoire d'amour pour m'en tenir
à la mise au point de la vie brésilienne
moderne.
D'abord à vous signaler un joli tableau de Rio-de-Janeiro, se présentant
à la vue du voyageur :
« ...A mesure que le navire s'avan« çait vers la bouée d'ancrage, la ville
« multicolore venait au-devant des
«voyageurs, descendait des monts et
« des collines, comme une théorie an« tique, parée de couleurs polychromes,
« courant à la rencontre d'un vain« queur. Ele agitait sur les sommets,
« dans un hosanna de lumière, les
ii branches triomphantes des palmiers,
i Ses rtuances dansaient au rythme de
peloton, étaient sortis en patrouille. Ils
« la brise, dans la joyeuse clarté de la
PAUL CHAUMET.
ne se montrèrent pas très disciplinés, car
«jeune matinée. Elle"chantai! la beau- !
! tous les hommes de cette patrouille refua té des midis rayonnants, et la gloire !
! sèrent à un moment de prendre le p{is
«féconde et dévorante du soleil ».
de gymnastique, ainsi que l'avait ordonLe tableau est peint de main de maîné le sergent, ils ne suivirent pas la ditre, qu'en pensez-vous ?...
rection qu'il leur indiquait et enfin, sans
avoir reçu d'ordre, ils remirent au fourMais continuons par l'amusant conreau — en apercevant un groupe de matraste de la ville :
nifestants — la baïonnette qu'ils avaient
« ...Sur le quai du débarquement, en
au canon de leur fusil. Comme ils veI « face du vieux marché souillé par le
naient de rentrer à la caserne et de forNuances
1 « trafic matinal, Henri s'intéressait au
mer les faisceaux, le capitaine adjudantI « va-et-vient des chalands, à l'amoncelLa vie parlementaire est pleine de nuan- \ major Royer, averti de l'importance que
I « lement de fruits des tropiques, aux ces, pleine de groupes, de sous-groupes, prenaient les manifestations, ordonna au
I « interpellations prononcées dans une de commissions, de sous-commissions et de sergent-major Uriot de prendre le commandement de la patrouille et de sortir
I « langue âpre et nasale.
rapporteurs. Ce que j'y admire le plus, pour appuyer une autre patrouille com« Toute une population bigarrée s'agi- c'est la rapidité avec laquelle on détermine posée ae quelques cavaliers du 12° dra1 « tait sur la place encombrée de vic- les nuances à l'infini.
gons.
1 « tuailles : nègres aux tignasses pousNous avons les conservateurs, les progresLe sergent-major Uriot rassembla les
I « siéreuses ; mulâtres au teint brouil- sistes, les libéraux, les royalistes, les bona- hommes de sa patrouille, les mit au
1 « lé ; charretiers portugais bombant partistes, les plébiscitaires. Nous avons les « garde à vous » et leur commanda baïonI « leur torse sous la chemise en flanelle centre -gauche, nous avons les républicains, nette au canon. Sur les 25, quelques-uns
obéirent
1 « de couleur. Des ruelles s'ouvraient les radicaux, les radicaux de gouvernement, seulement
— Comment, vous refusez d'obéir ! s'éI « entre les maisons basses, aux tuiles les radicaux-socialistes. Nous avons les so- cria
le sergent-major.
I « roussies sur les toits arqués par les cialistes, les socialistes républicains, les réLe capitaine Royer, qui, de loin, ne se
I « ans, et donnaient l'idée d'une cité bâ- publicains socialistes, les socialistes unifiés, rendait pas compte de ce qui se passait,
I « tie à une époque très lointaine, par les socialistes révolutionnaires, les jauressis- s'impatientait de tant de lenteur. Le ser1 « des gens peu soucieux du confort ; tes, les guesdistes, les allemanistes, les com- gent-major, afin de couper court à toutes
I « puis, sur une voie plus large, des res- munistes. Et nous avons aussi les sauvages. négociations avec les soldats, les forma
Il y en a pour tous les goûts. Mais alors en colonne par quatre et commanda en
1 « laurants, des cafés, des boutiques de
« avant marche », après avoir fait remet| » changeurs, des entrepôts aux profon- qu'il est si difficile de donner un nom précis tre la baïonnette au fourreau aux quelI « deurs obscures, annonçaient un quar- aux mélanges de couleurs, il semble qu'il: ques soldats qui avaient obéi.
I " fer commerçant ; les femmes y étaient soit moins malin de définir en un mot simUne fois en marche, il commanda de
1 « rares, les hommes marchaient vite, ple ou double les nuances politiques. On: nouveau « baïonnette au canon ».
1
— On ne la mettra pas, cria une voix.
1
en s'épongeant sous la forte chaleur. fait cela comme on met une petite étiquette
— Non, non, répondirent d'autres sol1 t "'•l! ans l'entrebâillement d'une por- aux variétés de roses dans les jardins pu- dats.
I , • , apercevait une grande salle, où blics.
Le capitaine Royer, qui arrivait près de
Les méchantes langues ont désigné certains:
I la lumière d'un vasistas tombait, en
la patrouille, s'étonna de voir que queldéputés
sous
le
nom
de
t
j'm'enfichâtes
».
I se tamisant, à travers un rideau de
ques hommes seulement avaient la baïon1 toile écrue, sur une longue table de Mais c'est un groupe qui n'existe pas offi- nette au canon. Après le sergeni^major,
I sapin. Des échantillons de café s'y ciellement.
il renouvela le commandement et fit sorJean DURBAN.
tir du rang et conduire aux locaux disciI étalaient à la file sur des carrés de
plinaires les quelques soldats qu'il remar1 » F Pler bleu> 011 dans des boîtes de
ES £23 ES!
qua — parmi les autres — comme n'exé1 ter-blanc dont l'étiquette portait le
cutant pas l'ordre donné.
Un nid
^m du destinataire et du navire
Les autres hommes, effrayés, mirent la
s de la
de conspirateurs; baïonnette au canon et la patrouille alla■
1 « HU s
cargaison. Trois indiviI « - examinaient
les fèves, les flaiChefkl bey qui vient d'être arrêté à Cons-. remplir sa mission.
comme meurtrier du grand vizir,
1 « pn Pluie
' les hissaient tomber de haut' tantinople
Les interrogatoires
et Perte! bey, qtii passe pour être l'instigabatlante
et
es
I i nar
i
l
classaienti teur du complot vivaient, jusqu'à la guerre,
Les cinq accusés ont une bonne attituI i fep ^alités et par nuances, d'aprèsj dans un hôtel du quartier latin, à Paris, oùî de devant le conseil de guerre et ils cherI ' s numéros et les tvpes officiels des jeunes et vieux turcs, hamidistes et même; client à atténuer leur responsabilité en es-,
socialistes — l'un d'eux se paraît de cettes sayant de convaincre le conseil de leur
I ( courses de New-York et du Havre.' opinion
.
sur sa carte de visite — se couu
1 ne
ne odeur vanillée s'exhalait des grai-■ dovaient fraternellement et rien ne faisait" bonne volonté.
Riegert prétend qu'il n'a entendu qu'un
1 J s dans la torpeur d'étuya du hall. supposer que ce fussent de dangereux cons-' seul
commandement.
Chefki, figure d'enfant circassien,
1 , < emPloyés, en manches de chemi-' pirateurs.
Une discussion s'engage à ce sujet en-.
imberbe et joufflu, ne faisait que rire et[
élivrés du
1 » ch H
faux-col et des man-• chanter tandis que Pertef, couché jusqu'ài tre lui e,t le président qui lui rappellei
1 i ta t ur
' iflteffompaient â chaque ins-- cinq heures de l'après-midi, se nourrissantt tous les commandements faits par le ser-.
l » «
travail pour s'éponger et de cigarettes et de café, ne se levait queÎ gent-major. Riegert dit qu'il a été troubléi
la blanchisseuse lui rapportait son1
1 » ,°u"lef. Oh ! cette moite chaleur des' lorsque
pantalon, dont il faisait, chaque jour, "mar- par la précipitation du commandement;
" de mettre la baïonnette au canon et par.
1 , £°piques 1... Dans les recoins du bu- quer le pli.
Leur voisin le capitaine Cherefl qui fail- la vue des manifestants.
1 « sa assombr
i par des stores, nu,
tué aux côtés de Mahmoud Chefket,
M. le président — Les témoins ont dit\
1 < enh ^Pis, sans tenture' des araignées lit Être
prenait que rarement part aux discus-! cependant qu'il y avait peu de monde à
1 t «« xevetraient paisiblement leurs ré-■' ne
sions. Ardent patriote, il estimait que soni la grille de la caserne, et il était impossi-L
1»
> ^ndis que l'oncle, les sourcils; pays avait plus besoin de savants que. de dis-- ble que vous aperceviez des manifes-..
coureurs, et pendant deux ans, il travailla
s
1 < ti^nc^criait
' *'a*r r0&ue' recevait les cour-" dans une usine de Paris comme mécanicien,* tants.
11 iu ^
des ordres, et interpellaitt puis comme ingénieur et de ce temps il ne|
Riegert. — J'ai été surtout impressionné5
1 fV Pianotier. »
mit jamais les pieds à la « Closerie desl par le fait que je ne voyais personne auRI LE
c est le
li'é R ? > '
vieux lutteur, large> Lilas », où la colonie turque voisine avec lal tour de moi mettre la baïonnette au caD U
cour du prince des poètes.
non.
_
bourru m
1 %r»
t?'
t
ais acharné à la beM. le président. — Alors c'est la vue des3
I «ite. Ecoutez sa profession de foi :
Un drame
camarades qui n'obéissaient pas qui vous;
11 jjj ••■ — Vois-tu, mon cher, mets-toii
è vingt mille acteurs
a engagé à en faire autant ?
1
la 1016
rc
qu'on ne réussit guèRiegert. — Je m'apprêtais cependant à
Herr Gerhart Hauptmann, dramaturge d'ou-i- mettre la baïonnette au canon près de lai
1(^
Par le travail et l'esprit de suitre-Rhin a écrit à l'occasion du centenairee grille de la caserne, quand on m'a faiti
11 y a
1 < firm e nt
des exceptions, elles con-" de l'indépendance prussienne, une épopée
t
11 S'J?
. la règle. Certains audacieuxi « kolossale » qui sera représentée cet été (Lp sortir des rangs.
M. le président. — En effet, quelques té-~
11 m^nrichissent én un tour de main •; Breslau et pour laquelle 20,000 figurants sontJ
moins ont vu que vous aviez commencé àj,
.
11
f.Pour un qui a cette chance, qua-. engagés.
De cette étrange épopée Napoléon est ja tirer la baïonnette,
li cat^ngt-dix-neuf font une mauvaise; principale figure. L'auteur le représente à%
*w*
10le
|i Sr/
et se cassent les reins. D'au-- l'âge de douze ans dans une .'oaU; révolution-iLe soldat Chaux dit, lui aussi, qu'il a
|i u7 souples d'échine, triomphent parr- nair'e comme empereur «au milieu de sess été troublé pair la précipitation des comet finalement sous les traite de
li Le,av°ir-faire. C'est le petit nombre.• maréchaux
Jupiter lançant des éclairs daiis i* nuit oùeù mandements. Au début, il allait obéir,
aulre
quand il vit que tout le monde remettait
Ii te Paid
s gravissent lentement la cô-- s'agite TEurope.
t
L'organisation des jeux de lainlèrs, dans la baïonnette, il en fit autant. Près de la
li 6Î , e et rocailleuse. On est distancé^
i
n
ce
drame,
est
la
chose
la
plus
curieuse
qui
i
grille,
il
fut
émotionné,
dit-il,
par
les
cris
|i Q- '° s'arrête ; si l'on va trop vite,' soit L'Amirauté allemande a prêté n la di-;. poussés dans la rue.
s
|i aupf ?SsoufUe et on crève. Je ne sais3 rection 3i projecteurs de m.troo pour coniM. le président — Vous regardiez S
I ^uei éducateur disait : « Le monde au-- triïmcr à l'illumination de l'arene.
-droite et à gauche au lieu d'obéir. Sur la
Juin '1913*
PUBIJGITÉ :
Annonces (4» page)...
30 c. laSgne
Réclames (3»'page)^..
60
—
Faits divers
„„.
90
—
Chronique locale
1 50
—
Pour la publlcIWele Heorthe-et-Moselle, Keuse, Vasges,
AU CONSEIL DE GUERRE BU 20e CORPS
* 1
a
e.
s-
BnœctEBir*: BEMÉ
l
LvnUù
'
QUOTIDIEN
%S
•
Chartes.
— J'obéirai p!oa
vit» S fajwaSr
■aux ordres die mes chefs.
Chapon. — J'étais affotA. Je Bf«4 pWI
^compris tes commanderreents.
Enoès. — Je suis victime d'une naéîpTÎse.
Je mettais la baïonnette au canon «rnand
■le capitaine m'a arrêté, croyant que c'était
moi qui avait crié.
Le conseil se retire ensuit* à 10 beaM
et demie dans 'lia salle des délibération».
Il en revient à 11 heures, avec un vemîJlcf
de culpabilité contre tous les accusés, pro^
n
nonçant les condamnations suivantes :
Chapon, Charles et Encès, chacun deux
a
ans
de prison, à l'uinanimité. Par 3 voix
c
„contre 4 ayant prononcé diverses peines
plus fortes, Riegert est condamné à un an.
Chaux, par 5 voix contre 2, est également
c
condamné à un an de prison.
a
avant et invitant les soldats à es révolter
o
contre le coup d'Etat du gouvernement qui
di
devait
avoir pour conséquence de les faire
n
rester un an de plus à la caserne.
Le mouvement de Toul avait été préparé
à l'avance. On voulait jeter les brandons
à
d discorde dans cette garnison de Toul,
de
d
dans
ces troupes si disciplinées du 20*
0
corps,
de façon à mieux impressionner touALBERT MANGEOT.
(
t la France. Des lettres circulèrent dans
te
h
les casernes, disant que pour donner une »
1(
leçon au gouvernement, il serait bon que
H soldats fassent entendre leur voix et si- J
les
8
gnifient leur volonté de ne faire que deux
a
ans. C'est alors que le samedi' 17 mai, plusieurs centaines dé soldats allèrent maniJfester devant le cercle des officiers et chan?
tèrent l'Internationale, cherchant ainsi à
F
jeter le déshonneur sur la garnison de Toul ( Est-ce par hasard, qu'à Nancy — ville
existent une Faculté de droit, des ju?et donnant, si près de l'étranger, le plus où
j
li
lamentable spectacle.
,risconsultes nombreux,des administrations
Le lendemain 18, les manifestations re- {publiques éclairées et vigilantes, des so?commencèrent avec plus de vigueur et M. ]ciétés de protection et de moralisation de
notamment — on ignorerait
le commandant Burguet expose dans quel- l'enfance,
]
*les conditions une patrouille du 169« régi- 5l'existence d'un livre intitulé le Code péou celle, dans ce livre, de deux dispoment, composée de un sergent, 2 caporaux nal,
,
yet 25 hommes, fut chargée d'aller contri- sitions ainsi conçues :
« Article 475. — Seront punis d'amende,
buer
à rétablir» l'ordre. Cette patrouille pari
*tit fort mal. A un moment, elle croisa un depuis six francs jusqu'à dix francs inl
groupe
de manifestants, c'est .alors que des clusivement :
c
,soldats la composant crièrent : « Remettez
la baïonnette », ce qui fut fait sans qu'il , 5° Ceux qui auront établi ou tenu dans
rues, chemins, places-ou lieux publics,
y
i ait eu d'ordre par le sergent Charaux. les
1
:M. le commandant Burguet estime que lei des jeux de loterie ou d'autres jeux de ha:
»s-ergent a manqué d'énergie dans le com- sard. »
mandement de cotte patrouille ; il a d'ail« Article 477. — Seront saisis et confisleurs été puni pour cette mollesse.
qués : 1° les tables, instruments, appareils
1
j Passant ensuite aux faits qui amènent. !des jeux ou des loteries établis dans les
,les cinq prévenus devant le conseil de guer-' rues, chemins et voies publiques ainsi que
re, il montre qu'il y a bien eu de leur part les enjeux, les fonds, denrées, objets ou
t
refus d'obéissance. Ils avaient entendu l'or-' lots proposés aux joueurs... »
c
dre
que leur donna le sergent-major à trois'.
11 faut ajouter qu'une jurisprudence
,
(
reprises. Us ne l'ont pas exécuté. On pour-[ constante
de la cour de cassation fait une
ra
[ ergoter, dit-il, prétendre qu'ils avaienti application rigoureuse de ces dispositions;
,Intention de mettre la baïonnette au ca-! 'elle les applique, sans distinction à toutes
non, du fusil, qu'il y a eu seulement non-. les loteries établies dans des lieux publics,
c
chalance de leur port ; une chose est cer-. et quelle que soit l'importance de létablist
taine
: « Ils n'avaient pas exécuté l'or-. sèment, quelle que soit et si minime que
(dre ».
,
puisse être la valeur des lots ou celle des
, Le commissaire du gouvernement rap-. enjeux. De même, la cour de cassation
pelle
que
le
code
militaire
ordonne
«
d'exé. frappe les loteries quel qu'en soit le moyen,
***
(
Le soldat Noël, lui aussi, était affolé.
,cuter littéralement, sans hésitation ni mur-. roues, tourniquets, boules, etc.
— Le premier commandement m'a paru muras les ordres de leurs supérieurs »'.
Ajoutons que, puisqu'il s'agit d'une intrès brusque et je m'étonnai -qu'en ren- \ Si les ordres donnés pouvaient être discu-. terdiction légale, il n'y a pas de puissance serait la fin de la discipline, on ne; ce, pas d'autorisation qui puisse mettre
fcrant de patrouille on nous fit encore met- tés,
,
tre la baïonnette au canon. C'est le'capi- 'pourrait plus rien obtenir de l'armée. Oni obstacle à cette interdiction. Sans doute,
taine Royer qui m'a fait arrêter en di- a
, dit que ces soldats, qui refusèrent de mar-- aux termes de la loi du 21 mai 1836, peusant : « Cet homme-là vient de crier de ne \cher contre l'émeute, marcheraient volon-. vent être autorisées les loteries ayant un
à l'ennemi. Il veut bien le croire. Mais,, but d'intérêt général ou de bienfaisance.
pas mettre la baïonnette au canon. » Jo tiers
<
dit-il, de tels actes d'indiscipline ne sauMais les loteries sur la voie publique
j protestai:, car je n'avais rien dit, mais
raient être tolérés en France et surtout ài sont prohibées par la volonté supérieure et
.le capitaine m'envoya aux locaux discipli- j
la
frontière.
Ces
cinq
accusés
d'aujourn aires. »
,
- absolue de la loi.
Les témoins
,d'hui se sont fait les complices de ceux quii
Eh bien ! franchement, on ne s'en secqnseilaient « de recourir à la force et à
On entend tout d'abord le sergent-major :l'illégalité pour secouer l'odieux esclava-t rait pas douté, depuis trois semaines, et
- même depuis quelques années, en se proUriot ; il explique qu'à ses commande- ge
i
» ; ils ont manifesté à leur façon en rements très peu d'hommes obéirent. Il re- fusant d'obéir ; ils ont contribué à nous- menant sur la Foire de Nancy,
Le mal, relatif au début, a pris cette foie
connaît qu'au moment où il fit sortir des rendre la risée de ceux qui sont nos enne-s
rangs le soldat Rieger, celui-ci avait tiré mis. En conséquence, M. le commandant- les proportions d'une épidémie. Il en est,
sa baïonnette comme pour obéir. »
t d'ailleurs, toujours ainsi, en plus ou moins
1 Burgnet demande une sévère sanction. III de temps, aussi souvent que des toléranIl précise qu'il n'y avait pas de rnand- espere
que les membres du conseil de guertestants à la grille, on n'entendait aucun re feront leur devoir comme il vient de fai-- ces se substituent à la sage prévoyance de
.- la loi.
cri, en somme rien ne pouvait troubler les re le sien.
hommes.
De la place Carnot sur le terre-plein de
Lee plaidoiries
laquelle elle commençait, la loterie s'étenM. le capitaine Royer dit ensuite qu'ayant
M» Boidin présente la défense de Charreçu l'ordre, vers deux heures et demie, de les Chapon et Enoès. Il s'étonne des rigou-'- dait, à peu près sans interruption, sur
faire évacuer la place de la République, il reuses sanctions que vient de requérir M- tout le long du mur de l'allée latérale,
fit appel à la patrouille du 169° pour ap- le commissaire du gouvernement.
• côté du tramway. Et sur ce grand parpuyer quelques dragons.
Ce ne sont pas les manifestants ni les cours, sous toutes les formes, jusqu'à celle
Il remarqua de loin que le sergent-major meneurs de Toul que le conseil a devants du poisson rouge, en passant par le can'avait pas sa section en main et il expose lui. On ne verra aucun de ceux-ci en con-•t nard, le pigeon, la poule, le Champagne,
dans quelles circonstances il fit envoyer seil de guerre. L'autorité militaire ne lesi- les tableaux, la bijoutçrie, la quincaillerie,
quelques hommes aux locaux disciplinaires connaît pas, ou a fait bénéficier ceux qu'el-s la porcelaine ébréchée, le faux bronze, elle
pour n'avoir pas mis baïonnette au canon, le connaît de sa mansuétude.
I- étalait l'appât du gain dû aux risques du
malgré l'ordre formel qu'il donna lui-même
sort, l'appât du jeu "et du hasard, plus
On
a
seulement
mis
en
prévention
de
et les sommations qu'il fit.
conseil de guerre 15 hommes- de la pa-o tentant et plus puissant que la camelote
Il n'a pas remarqué qu'aucun des accu- trouille.
• convoitée.
sés ait ébauché un geste d'obéissance, sans
Aux annonces et aux appels de voix enPuis, on a rendu un non lieu en faveurr
quoi il ne l'aurait pas fait arrêter.
rouées, s'entassaient devant la roue de la
d* dix d'entre eux. On avait demandé la
a
L'adjudant Houdet entendit une voix au même mesure à l'égard de deux autres
Fortune, un carton ou une planchette à la
milieu de la patrouille crier : on ne mettra mais on a pensé sans doute qu'il n'en resS main, bourgeois et ouvriers, militaires et
pas la baïonnette. D'autres voix répondi- terait plus assez pour expier les forfaits de
=" civils, grandes personnes et enfants.
rent : « Non, (non ».
,e
la garnison de Toul.
Fa.ut-il se demander la valeur morale et
Les soldats n'avaient pas l'air affolé et
M» Boidin fait valoir les bons renseigne- l'intérêt de ces appétits, et si le législale sergent-major était très calme.
teur a hien ou mal fait de proscrire et de
ments donnés sur tous les accusés 'qui
II
Il a remarqué que le caporal Rolland
frapper les établissements qui les éveiln ont jamais subi de punition au régiment
qui faisait partie de la patrouille, n'avait 114 n'ont aucunement eu l'intention de mar lent ? Convient-il que, comme on pouvait
l
pas encore mis la baïonnette au canon mê- nifester. Mais ils étaient surmenés, étant" le constater par un tour à la Foire le sa11
me après que les cinq accusés d'aujour- de garde depuis la veille, ayant déjà marmedi soir, la semaine et la paye de l'oud'hui venaient d'être arrêtés.
r
che une fois en patrouille. Us estimaient" vrier, le sou du troupier, suivent le cheLe sergent Charaux dit qu'au cours de la que ce n'était plus à eux de sortir encore'l min en pente du hasard, bien plutôt attipremière sortie les hommes avaient déjà puisque d'ailleurs une autre patrouillé
h rés par les émotions des risques du sort
i0
montré leur mauvaise volonté, notamment était prête. w
et du jeu que par la valeur ou l'utilité d'oben refusant de prendre le pas de gymnas-\
,
jets, pour la presque totalité, sans intérêt
Il demande donc au conseil de guerre do
tique. Le sergent fut, du reste, puni pour. les acquitter, car s'ile ont fait preuve de et sans prix ?
avoir manqué d'énergie en cette circons- négligence à exécuter l'ordre qui leur était
g
Et les enfants ? Quand nous étions petance.
donné, ils n'ont pas manifesté formellement
} tits, Geneviève de Brabant, Saint-Antoine,
Un soldat, Rigodon, entendu ensuite, le refus d'obéir.
les soldats de plomb, un pain d'épioe ou
avoué qu'il a été troublé non par les mani-;
M" Maxime Lairé se lève pour Riegert et
.. un sucre d'orge, sans oublier les chevaux
testants, mais parce qu'il y avait des dames, Chaux. 11 plaide également qu'il n'y a pas
^ de bois, étaient pour nous la Foire. Auà la grille de la caserne. Il a tout de même, eu a proprement parler refus d'obéissance
jourd'hui, la Foire sera essentiellement
obéi.
La venté, c est que les chefs comme les' pour eux les longues et énervantes sta— La vue des dames ne vous a pas empê- soldats étaient un peu affolés. Les ordres
„ tions devant la loterie. Qui osera soutenir
ché de faire votre devoir,
se suivaient précipitamment et tes soldats
L la convenance d'éveiller publiquement,
e
ri
Loridant Albert, soldat au 169 , dit, que,.
'y comprenaient plus rien. C'est re qui
jj dans l'esprit de l'enfant, enfant du peuple
faisant partie de la patrouille au premier dé- explique leur indécision, qui a ét* prise ou de- la bourgeoisie, il n'importe, le goût
5e
part, le sergent Charaux commanda le « pas pour de la mauvaise volonté.
3
du hasard et du jeu, et de l'exercer à ses
de gymnastique ». Le soldat Loridant avoue'
Il s'appuie surtout sur les conclusions tentations et à son ivresse ?
ls
ingénument : « Nous avons tous traîné des prises par le capitaine rapporteur, deman-_
La loi a eu raison de tenir les loteries
a
pieds. » Il ajoute ensuite « que tous criè- dant un non lieu en faveur de ses deux
,
pour chose malsaine et dangereuse.
rent qu'il ne fallait pas mettre la baïon- clients qui, au moment de leur arrestationx
Aujourd'hui, leurs tenanciers — assurea
nette ». Il fait ensuite le récit des incidents, allaient mettre la baïonnette au canon'
\ rait-on qu'ils étaient tous Français ? —
a
qui se produisirent au 2' départ de la pa-' Leur geste indique donc qu'ils avaient l'inni emballent et s'en vont. Il convenait, peuttrouille.
tention d obéir et on ne saurait leur infli(i_ être, d'attendre, pour cette fois, leur dé— A la première patrouille, pourquoi ger une condamnation pour un retard im
fi, part avant de juger leur industrie et de
avez-vous traîné les pieds ?
putable à leur état d'affolement. M» Lairé
ré convier les pouvoirs publics à lui appli— Je ne sais pas 1
estime qu'on a voulu traduire ces militaires quei\la loi faite pour elle.
Il a entendu le sergent Charaux dire à1 devant le conseil pour bien montrer le neu
)U
A tout événement, un geste pour assuses hommes qu'ils s'exposaient à compa- do gravité de leur faute.
rer le respect de la loi, serait un enseignem
Queiquies
jours
après
les
incidents
de
raître devant le conseil de guerre, en refu3e ment utile et bon à répéter,
sant de prendre le pas de gymnastique. - Toul, M. le général Pau n'envovait-il nas
is
II faut donc espérer-que lia loterie aura
Ilognaud Nicolas, soldat de 1" classe, et une dépêche qui fut reproduite par les iourr- vécu à la Foire de Nancy. Quelques ciPierrot, soldat de 2e classe, font un récit naux et dans laquelle il disait qu'il n'v
'y toyens convaincus de sa portée sociale fuidentique à celui des précédents témoins,t avait pas eu d'antimilitarisme à Tout et
it neste, ont formé le projet, si elle reparaisPierrot ajoute qu'il était cependant lui-• que les hommes étaient très disciplinés
En tout cas, conclut M* Lairé, il n'y a sait l'an prochain, de faire, par eux-mêmôme un peu ému à l'idée qu'il faudrait■
a mes, appel aux moyens légaux. U est à esl
pas
d'antimilitaristes devant le conseil de
rentrer à coups de baïonnette dans les
âie pérer que leur intervention sera superflue,
3
'guerre.
Il
n'y
a
que
des
maahoureux,
des
bonshommes qui manifestaient. »
es
Mais il faut que l'on sache que *la con,poirr lesquels il espère un ac— Vous n'avez cependant pas hésité à± maladroite
quittement
.c- cession à une loterie, d'un emplacement
obéir, comme un bon soldat que vous êtes.
M. le commandant Burguet répond sim- à la foire, la perception sur elle des droits
n- de place et redevances, sont, au même deLe réquisitoire
plement qu'il maintient ses conclusions
LS.
gré que la loterie elle-même, une méconAprès une courte réplique de M« Boidin'
M. Buxgnet, commissaire du gouvernen, naissance flagrante des articles 475 et 477
>. M. le président du conseil de guerre de^
le- du Code pénal.
ment, dit qu'-il ne veut pas rechercher quelss mande aux accusés s'ils ont quelque cho^e
sont les individus qui ont provoqué les ma-. J à ajouter'pour leur défense,
se
Si la loterie a des partisans, qu'ils tânii estât ions-de Toul. Il espère que-la-justice I
e j
Riegert. — Si je n'avais-pas été troublé, chent de faire modifier la loi, comme pour
saura les atteindre et les tribunaux les pu-L- I j aurais obéi.
!é, l'ouverture de la pêche, mais, cette foi*
I Chaux. — Je regrette d'avoir ner'du mon aussi, il serait bon, au maximum, de n*
II rappelle le manifeste- lancé 24 heures
s sang-froiefc
5nJ laisser tendre qu'un jour durant, l'haia*.
con du jeu «t des caprices du sort i
j
Les Loteries
à la Foire
!S:
^çg^aMMt^i^uiU-i^»»!»"™^^
1
La Crise Ottomane
"CHAMBRE
LA LOI DE TROIS ANS
JM
L'attentat devant la Cour martiale
18 juin.— La. cour martiale
rendra demain, dans la soirée, son
t
jugement dans l'affaire do l'attentat conttre Mahmoud Chefkct pacha.
La ville est calme, la circulation est
permise pendant toute la nuit.
18 juin. — La séance de co niaSin est ouverte à 9 heures 15, sous la présidence de M. LEBRUN.
PARIS,
M. Jaurès continue son discours
déclare que co n'est pas seulement â une attaque brusquée, mais h
nue attaque en masse que l'état-major
allemand songe pour une tentative d m•vasion en incorporant ses deux plus jeunés classes de réserve dans les enectits
de casernes mobilisés.
L'Allemagne pourra ainsi disposer contre nous de 1,400,000 à 1,500,000 hommes.
Tous les tacticiens allemands précisent
les intentions de l'état-major allemand et
.prévoient la présence de 1,300,000 hommes pour la première grande bataille.
M. JAURÈS constate qu'il n'y a pas une.
■seule manœuvre allemande où il n'y ait
des exercices de marche de réservistes.
La loi militaire allemande instruit réellement 60,000 hommes de plus Chaque année pour disposer de 500.000 hommes iristraits.
D'ici quelques année», ces gros enactiiS
mobilisés dès la première heure doivent
pouvoir tourner la frontière de 1 Est par
Trêves et le Luxembourg.
Si l'on ne veut pas être déborde, ce n'est
pas seulement notre armée- de première ligrue et les quatre danses i*** fdiis* jeunes
ouï! faut opposer à i'itwaMon, ma;* la tonalité des tarât* combattanta» qu'il-fant se |
préparer à mettre en ligne dès la premiers ||
heure. (Applaudissements à l'extrême 5a.11che et sur une partie des bancs de la
i
gauche.)
Il ne faut pas, comme Napoléon Itl, jmer jj
dans la gueule du kiup des armées dissémi- I
nées, mais garder notre sang-froid pour
augmenter la concentration de nos forces.
(Applaudissements à l'extrême fauehey
M. JAURÈS déclare que c'est une légende
née d'un discours de Sf. Joseph Reinach,
qui lui a prêté l'intention de vouloir concentrer nos troupes dans le triangle MtoretFontainebieau-Momterewu en abandonnant
-le reste de la France.
! i
' ML JAURÈS rappelle la parole de Borrrbalà à Canrabert, le soir de Saint-Prirat :
« La France a perdu sa meilleure année. »
L'orateur reproche au gouvemememt de
négliger le renforcement de la réservé et
céiui des forteresses.
L'orateur dit que pour résister à l'avalanche de 600-000 Allemands, le gouvernement se borne, par son projet de loti n accroître notre couverture de 50.000 hommes
seulement. (Vifs applaudissements à l'extrême gauche.)
M.1 JAURÈS explique que son contres-projet
a pour but de réduire progressivement l'armée des casernes, pour augmenter la force
de la nation armée.
La suite dé la discussion est renvoyée à
demain après-midi.
La séance est levée à 11 h. 15. — Haras.
•■
M.
JAURÈS
SÉANCE OE L'APRÈS-MIDI
PARIS, 18 juin. — La séance est ouverte
à 2 heures, sous la présidence de M.
PUÉCH, vice-président.
Les lois scolaires
On continue la discussion des projets
- de lot tendant à assurer la fréquentation
régulière dans les écoles publiques ou privées et la défense de l'école laïque.
M. BARTHOU prend Sa parole. Quand j'ai
dit « que les instituteurs n'avaient pas' à'
envisager les devoirs envers Lieu, M,
Groussau a fait observer que cette déclaration était très grave, et M. Piou a ajouté que c'était la première fois que ces paroles étaient prononcées à la tribune.
Or, mon prédécesseur a fait la même
déclaration, qui avait été accueillie de la
même façon par MM. Groussau et PioU.
. Ma loyauté m'oblige à faire cette constatation.
Comme M. GROUSSAU insiste, M. te président du conseil dit qu'il n'a rien il ajouter h ses déclarations sur la politique laïque dû gouvernement.
M. FERDINAND BUISSON. — « Comme SOU,
prédécesseur, M. le président du conseil
a dit qu'il s'agissait d'un devoir d'ordre
•moral, d© respect dai sentiraéht religieux.
A aitEim moment, il ne peut être question
de minimum d'enseignement laïque par la
République. »
M. GROUSSAU dit qu'il ne "croit pas pouf
«a part à la neutralité, qui est un danger,
non seulement pour l'école laïque, mais
encore pour le pays, (interruptions à eaiichë.)
Mi BARTHOU répond : « L'école laïque
est la sécurité pour le pars. » (Applaudissements.)
M. VIVIANI dit qu'on en vent à l'école
laïque parce qu'elle est symbole de la République. C'est une raison de plus titre
tous les républicains s'unissent polir Voter
le texte dp défense laïque soumis à la
Chambre. (Vifs applaudissements.)
Après intervention de MM. AYNARD et. de
VILLEBOIS-MAREUIL,
M. BARTHOU déclare
que la religion doit KC pratiquer à l'église
et que la porte de l'école laïque doit être
fermée aux croyances religieuses.
L'orateur a, le sentiment de rester fidêl©
-à la pensée de Jules Ferry et de tous §08
successeurs.
Finalement, l'incident est clos.
M. Cou "TANT monte à la tribune pour développer un contre-projet tendant au
maintien des commissions scolaires que I
la coirtni-isslon veut supprimer et modifiant leurs attributions et leur composition.
Le contre-projet est repoussé par 332
-voix contre 205
M. DESSOYE combat la. proposition Gouttant.
M. LSROI.LE expose ensuite «fi oanttttpfojet analogue à celui de M. Coûtant
et M renvoi de la discussion- est ordonné•1
mercredi.
La séante est levée à six heures trois;
quarts, «w P. G.
LA LOI MILITAIRE
-
On sait que la Chambra a sept contreprojets à examiner avant d'aborder là discussion, du -fojet de loi sur les trois ans.
Elle doit achever lé débat sur le contreprojet de M. Jaurès, puis elle examinera'
ceux de MM. Briquet, Augagiieur, Painlevé, Massimy, Paul-Boncour, Treignier et
Ahdré Hesi*.\
Il n'y a plus que deux séances cette semaine pour la continuation des débats!
militaires.
L'examen des contre-projets sera reporté à la semaine prochaine, durant laquelle
il occupera encore une ou deux séantes )
Haras.
;
ET PUSSES
— Un Chinois étant mort
soudain dans la rue devant une colonie<
rnsew, une grande quantité de- gens no•
rassemblèrent et, accusant les Russes de>
la mort du Chinois, se mirent à Attaquer>
ta colonie. Pour la protéger, des torpilleurs sont, arrivés et une section de ohasleurs, ainsi qu'une compagnie de soldats
rhinnis du Nord ont été consignés.
CHINOIS
KANE-KROU.
:
LA COUPS MraMtUH
18 juin. — L'aviateur Cay«li«r,
Continuant M tentative pour la 'coupe,
J
kichelin. a effectué son dix-huitièma tour.
.
U a ainsi couvert «n total do 1.968 kilo-mètres. Il a dû atterrir à son retour ài
rury, par suite de la rupture d'un©
•
astta. v» ïïmm\
ETAMPKS,
j
Expulsions en masse
18 juin. — Le gouvernement
militaire a expulsé, à destination de
n
Simothée, quatre cent cinquante personnés reconnues susceptibles de troubler l'orri
dro
d
public.
Le nouveau cabinet
Le nouveau cabinet s'est rendu cet aprèsnmidi an palais de Ildiz, pour prêter serrment au sultan.
Le désaccord dans le partage
de la conquête
BUDAPEST, 18 juin. —D'après des informations
reçues de Vienne par le « Pester'
Lloyd », le gouvernement Bulgare est d'avis
que, la question serbo-bulgare doit être
v
séparée de la question gréco-bulgare ; que
la
Bulgarie et la Grèce doivent d'abord
J
occuper en commun les territoires revendiqués
par la Bulgarie ; que l'on doit en*
■suite essayer de négocier directement au
sujet
du partage, et que si cette tentative
J
féchoue, la Bulgarie devra accepter l'arbittrage collectif des six grandes puissances,
CONSTANTINOPLÊ,
s
*
18 juin. — Au congrès de la navigation intérieure, dans sa séance de ce
matin, M. Laflltte, secrétairo général do
la Chambre do commerce de Nancy, parle
en faveur du canal du Nord-Est, dont il
fait ressortir l'Importance, non s dément
au
point de vue de la région de Meurthe<
et-Moselle, mais au point do vue national,
comme devant être le trait d'union entre
;l'Est et les grands ports de l'Ouest et devant procurer à ces ports des frets de
sortie. — Havas.
NANTRS,
_
ft&NFÛRCIËIVIËNT
DE LA FLOTTE RUSSE
LE COWÎBAT^DE KSIBA
LE JUBILE
DE
.
—
:
■
~
1
■■—
i _
anglais
SANS-GENE ALLEMAND^
I
18 iuin '— rn c-^'
E
GRENOBLE
la
, «te
les fenê
»
^ **
*
te
j
t
I
/j
I [
J
I
I
y
Chuta mortelle d'un sapeur
•ËTAMPËS, 1B juin. — Ce soir, vers 7 heurres, le sapeur aviaiour Dewèver, epii venait
ssur un biplan d'effectuer un VA au-derius
d la ville d'Etampes, atterri .ut h laorode
ddrome militaire, quand, *, une Luiteur de
5 m.,on vit le pilote lever les bras pour une
50
c
cause
inconnue, et son appareil truler,
é
écrasant
l'aviateur, qui était mort quand
on arriva auprès de lui.
0
I
PARIS,
I
I
I!
I
i
j
I!
j
Le soldat Dezerviîle, du
résimMit
d'infanterie, sa baignait isolément r!***
lajS et s'est noyé a «s: envSlhfdJ
eomp cie Bois-l'Erâquc, où son régiment
est actuellement.
« Une dépêche de Ceuta dit que le viliago de Samsa, situé â trois kilomètres de I
aux récentes agressions, a été toiaieménl
réduit en, çondres par les troupes espagno-
I
I
K
&
?
$
<
i
*
3
w
3
J
j
H1
2
J
totiL, 18 juin. — Une trombe d'eau s'esi
abattue sur les villages de Lagney et de
Lucey. Avec une rapidité inouïe une ci-
ï
J
! j
Jï
"
^
i
■
f
Accident à Ton!
i
Toui., 18 juin. — M. Muliibaler, 4g Ck,
camionneur, était occupé cet après-midi,
à Toul, à décharger des caisses cr-vorit
1
iui toSsurS
j
iractuta "
INBIîSTRiELLE
=
:
'
rÂtTcnr*—;cst
de Brfey
Nombreux sont ceux qui, faute de cartes
ou plans appropriés, ne peuvent se rendra
compte du "développement commercial qu'à
pris, en quelques années, l'arrondissement
de Briey. Les richesses de son soui-sol, et
sa rapide transformation industrielle ont
donné naissance à des cités entièrement
nouvelles qu'il est utiie de connaître.
C'est pour combler cette lacune qn*
1' « Ëdt Républicain » vient d'éditer un»
magnifique carte muvalo de l'arrondissement de Bri*y (format 0,63 sur 0,81) à
I i'échelie de 1/100.000°, établie^ d'après lea
! documents les plus précis et lés plus rsceuts.
1 Nous avons également fait tirer cêdt
| carte sur papier parcheminé, pliée en f*
chelte sous couverture, de façon à en re*
drô la Consultation plus facile,
Les signes conventionnels des différentes catégories do mines et usines sont tre»
clairs et se détachent nettement à leur
(place géographique. ' L"ôs concessions
! mines sont indiquées par un numéro d'orI dre so rapportant à. une légende très conj! ploie faisant connaître les noms des cô*
cessions et leur superficie, les usines méialivrpique3 et leur production jôùfttàlisH
dè 'fonte, la nomenclului'ô des industries
I diverses, èt'è.
j
j
J
j
j
I
I
I
I NANCY'
;
Jeudi
1
r
19
juin.
170'
jour de Vannée
irrto nvi^ô
teéhni-
'
De son côté, le parquet df> Reims, aussitôt avisé, a ouvert uno inf ai .nation à là
|
.ô V .
. , ' w.'*
piflf> Carnot •
suite de laquele le planton, le soid/it Si- |
blot, qui avait abandonné la garde de ]r>
La TEiïlPÛRATlSRfc
chefferic. sur l'invitation d'un ©mpk/vé de;; partis * ce, l««H m environ. *, De- i H»isi
nain.
cette cheffefié, lo ndmmo Juiie-n-Heetor
Bplfort 70 ». Dimtiorquo m, pre^
M. Mallez accepta, et, après lui avoir l -J 5. uuifwitic Ouc.-t auropo.
Thierry, a été arrêté.
Th-iêky, dont l'attitude a paru stspecte, fait signer un contrat, le capitaine l'ina égal-eroont été écroué à la maison d'arrêt ■ forma qu'il aurait à \erser uii cautionne- >
f t 1R
A NANCY
'•E 1
, ment de 50,000 francs.
après avoir subi un a?ecz long ire.erro^û-——
-——■
~H,,Mr
15
toire.
L'entrepreneur versa le cautionnement,
M% Hrures I TllWffll* «â»m Ttmpspi-OB^
mais entre les mains du receveur municipal qui le pritr^
■ \ ">
~* '
!
" il
*
, : G h. ni.\ -j- 17
7t9 |
DEPUTE VSCTÎME D'UN ACCEDENT
I J1 .. Midi .. +23
7i8 i!1 Vent varjVMPARIS, 19 juin. — M. Louis Brunei, dé- '
, .
,
'„
M.i.
Temps n .
s
4
n.
S..
-{-27
«4/
Quelques ;;
puté de lar Seine, passait vers i0 heures |
I .j ic Min...\ -j- 15
— u
«Ji-agouf-»
que son taxi entra en collision avec une3 I
I 1 devait vct,s<!r ua
Max
30
™ , ,„
fttiuionnement de
autre voiture automobile.
i 60,000 francs, mais, cette fois, entre ses
Le choc fut très violent.
I mains à lui, Philippe, et il fixa un ren- 'MF (WHWUWlii Je M. lidlieni.) 1
M. Brunei, blessé par des é-iats de vi-- doz-vous à M. Maiiez à la gare de Lille, A
tres, dut aller
faire pansera l'hôoiHl1 la date d'hier.
voisin. — Havas.
Entra temps. M. Mallez trouvant
belles les conditions qu'on lui faisait vin
L'AVIATEUR BRSHDEiiONO
j formait et »ppreno.it
lo
à col
mmi
j trot signé clait anocrvphs et que
le second
SAIST-PÉTERSBOURG, 19 juin. — L'aviateur
r était égaîtiuctif. faux. '
Brtndejom; des Moulinai* a «fccpti la pro- \
position de l'Aéro»Club d'or?:misai-, sa'mcj Lever
di, une journée d'aviation, av»« le cônemus I
éi huit aviateurs russes.
L'Aêro-Club a WMBSéUBs
vn-ement à
J; i..i7, il.
V*
'/
Brindejonc de tenter Se raie Saint-PétélUbourg-Ilelsuigfors-Siockhclm» VU féa dlttl» I
cultes d attcriir,siure. mais lavlateur fian-' V1 T' - *
çais persiste daaa sm teWjfton. — Havas
i. [La Rochelle. —■ HaVaa
* 1 •
-
I
,p.
S M
--\
+
- ' 9
se
trot)
Bfe (|
* jI
I
s
CÂRTiîi
EGARE
I
l*
»
soliveaux (lesasii'os
dans le Tonlois
Les souscriptions reçues par lé soaspréfet de Toul pour les ir.ondé3 S'élèvent
à ce jour à la somme totale de 6.953 fr. 80,
dont 4.492 fr. 70 recueillis par la sOuscria.
tion publique Ouverte dans la ville èa .
Toul.
De nombreuses colonnes espagnoles par!' courant la région sans rencontrer d'enne-
I
1
i
I
»
1
Il
nlnip Pftt
nrniP Viiinnt
«v fa
li giêie.
mX'o Toute
la pluie
est ■.mue
s ajouta
la région est dans une désolation pf*
19 juin. — On mande de Madrid
! dernier, ce qui prouve quo lis Marocains,
RENNES, 18 juin. — Un accident s'est pro I
d
duit
au camp de Coëv/piidan, Où le 50° d'ar- 1 [ui relèvent toujours leurs morts, sont abttillerie effectue en ce moment ses tirs de solument terrorisés.
« La situation s'est beucoup améliorée
gguerre.
Lé capitaine Angot, du 50e d'artillerie éfi grâce â 1-intervention îfiju-cc et é-nergique
surtout parcs eue
ccompagnie d'un adjudant et de trois hom- de l'Espagne, mais
n
mes
de sa batterie se trouvaient ensemble malgré tes conseils do Raisouli huit ti i'bué commencèrent lo
mouvement tro
&
sous
un sapin.
tôt, ce qui le lit plus facilement avorUn obus "vint éclater au-dessus de l'ar• •. »
1
bre.
Tous les cinq furent atteints
par lë;
é
éclats.
Une jolie bande d'escrocs
L'ambulance militaire les a ramenés, ce
gsoir, à l'hôpital militaire de Rennes.
Kl opéraient chez lM pariemeîùaires et
Le capitaine est blessé à la tête ; deux
t
chez Ses prètrss
artilleurs
sont blessés l'un à une jambe
eet l'autre à une cuisse. Les deux autres ne
PARIS, 18 juin. — Quatre individus, dieux
s
sont
atteints que légèrement.
nommes et deux femmes, qui étaient depuis près d'un an dans un, quartier aristocratique de Paris, profitaient de bômvs
TOMBES D'UN ECHAFAUDAGE
•ouvres .imaginatres dont ils se faisaient
LENS, 18 juin. — Un échafaudage por.es quêteurs à domicile.
t
tant
quatre ouvriers s'est rompu.
Ces escrocs se présentaient, munis de
L'un d'eux a pu se raccrocher à l'échel- iettros faussement signées do sénateurs, de
1le au cours do sa chute. Les autres ont
députés, de vicaires généraux, de l'archetété tués.
vêque de Paris, des chanoines Lei'ebvro'et
Thomas, etc.
Ils avaient réussi à imiter le cachet du
I
LE
FEU DANS UNE USINS DE BENZENE
cardinal-archevêque et s'en servaient pour
apostiller leurs lettres.
BRUXELLES, 18 juin. — Un incendie a déAprès une enquête de M. VaJië chef de lâ
truit
une fabrique de benzine située à
j
brigade mobile,' ils ont été arrêtés aujour'Lvcre. près de Bruxoilles.
d'hui, à leur domicile, rue de Maistrc."
Les dégâts sont considérables. ,
Ce sont les nommés Roux de Lusignan,
175.000 litres de benzine ont été brûlés,
Pierre Lamy, Emilie Cheffandou et Sa "an
et
une
quinzaine
de
maisons
ouvrières
{
Roth.
'brûlent actuellement.
Une perquisition opérée dans leur laceIl n'y a heureusement aucune victime.
ment a amené la découverte d'un grand
nombre de lettres et de carnets à souche
remplis de noms d© souscripteurs.
VOS. DANS UNS CHEFFERtE
„f^mm<>ntant de l'escroquerie atteindrait
REIMS, 18 juin. — Un cambriolage comloO.OOO irancs. —- Havas.
imis clans des circonstances restées assez
1mystérieuse, a eu lieu la. nuit dernière à
i cheffore militaire du génie.
la
Le cabinet du directeur a été fracturô.Le
L'ESCRGO AU CAUTIONNEPflEHT
<coffre-fort a été ouvert «t un coffret renLILLE, 19 juin. — Au coitfs du mois de
fermant plusi-eur» c-s-nlftfcïés de francs a
i
été
fracturé et dévalisé de fon contenu.
Lés autorités nuiii.Jrcs ont aufsiôt ouvert une etipiète dans la ffut de recheroher
r
:si certaines pièces confidentielles n'ent pas' j "capitaine du l* génie, et disant se norti.
> I mer Philinpe, attaché à la faction
•
Z
iëlllli^
LE DERNIER COMBAT
des Espagnols au Maroc
Chuta grave du lieutenant Personne
D
^.irtlî'S/lf nu
tîAVP
5Î Tfliil
MvJiual
vw a
i UOI
7 avocats, 8 journalistes, quelqiieTproiel\seurs, des petits commerçants et des ou'
vriers,
dont 150 sont musulmans et ?9 professent d'autres croyance:-*.
Enfin, il y a deux généraux de brigade,
)
un
colonel et dix officiers SUD alterne 3. —
]
Havas.
LES DRAMES DE L'AIR
N
>
i
-
UN CBJS
,îs S
jubilé de SipSur !ih
di
députés attachés au parti radical et radici
cal-socialiste.
M. Thalama3 et M.
Franklin-Bouillon
oi pris la parole. Ils ont proposé l'excluont
si
sion
du parti des députés qui ont adhéré
à
à ce nouveau groupe!
Finalement, il a été décidé de renvoyer
If question au prochain congrès du parti.
lS
Un débat s'est engagé ensuite sur la poy
litique générale du gouvernement
Lo comité exécutif a émis à ce sujet les
$
deux
vœux suivants :
« 1° Le comité exécutif émet le voeu que
les députés adhérents au parti s'opposent
éi
à la clôture de la session
nénergiquement
tant que la Chambre n'aura pas décidé que
y
les nouvelles dépenses militaires seront
,
s
supportées
par la fortune acquise.
« 2," Le comité constatant que le gouverCONSTANTINOPLÊ, 18 juin. — L'ambassade
n
nement actuel continue à S'appuyer sur cde France dément formellement qu'il v ait
«
c
une majorité composée de tous les élé- des réfugiés à bord du « Jules-Ferry ».
n
ments
de droite, sans exception, blâment
i nouveau, formellement, ceux des minisLes déportations en masse
à
.
t
tres du parti radical qui, au mépris do
CONSTANTINOPLÊ, 18 juin. -- Le
gouver,
leurs engagements, ont accepté d'entrer |neur militaire de Constantinoplê fait puS
dans le ministère Barthou-Tliierry, et qui {blier la liste des personnages déportés à
"
[persistent à s'associer à une politique net- j '
tem'ent réactionnaire. » — Havas.
1
un danger pour la capitale.
—_
«»e i»
■
CHAROI.LES, 18 juin. — Le Uéut&iout Personne,
du centre d'aviation d'EpiaïI, est
,
tombé ce matin à rHôpftal-le-Merpcier, par
suite, croit-on, d'une panne de motîur.
Le lieutenant Personne, grièvement blessé, a été transporté dans uno ferme veisine,
où un médecin de Paray-le-éMoaiai iui
*
8 donné des
a
soins.
L»
I
une personne à Saint-Pétersbourg, avec I
FIN DE LA DÊIiNlÊIlE HEVja
ordre de n'y rester que cinq jours dans
l'expectative.
«
«#-»-♦
j- Ce délai écoulé, si la Serbie ne se conformait
pas à la demande bulgare, au trL
CHUTS D'AViATEURS MILITAJR^
L
buttai d'arbitrage, la situation' deviendrait \
critique.
^
! ayan™ScommeUpassagei,euner?eilt Va*<îH»
parti sur un monoplan du camp ni f!Nt
|
Les assassins
Ions pour lo camp de Sissonne.
^"
de Mahmoud-Chevket
Las aviateurs, enveloppés pà i h
r e ro
ROME, 10 juin. — Une dépêche de la | lard, aux environs de siran^co'ivi
J
he
«" Tribuna » dit t\u& les quatre individus i égarés et ont voulu atterrir.
'
^
|
soupçonnés
d'avoir participé à l'assassinat
L'appareil a capoté et s'est bris* t
' I
,'
du grand-vizir, se sont embarqués à bord aviateurs en oht été ho.reu-eiWt'
1
1Ète
du
^
1
'i « Serina » et qu'ils auraient débarqué, au j pour de légères contusions.
Pirée, d'où ils &e ser aient rendus en Cliy-1
£
11
LE SORT^D^^LA^CAMONNIERB
. Ce sont les trois fils de Kiarnii-Pacha, et j
lo beau-fils d'Essad-Bey.
M.umiD 18 juin — On annonce ffl.
I
Ils ont protesté v Usinent à bord duJ ciellement de Méhlla mi une enquôù0 »
(( Serbia » contre cts eoupçons.
établi quq les mitrailleuses, les cu^s
les munitions de la canonnière « Général
_
Coucha » ont ete inondées ou rendues irm,
j
a
notamment les affûts et les
I
avait
annoncé crue Hussein-Pacha, rocher- ï tlllsables,
c
chô
par la police, s'était réfugié à bord du ! iîî!1^:
,
«« Jules-Ferry ».
mal l!
l
' W°^f?SWIffBnM M llll llMWMlIf i'lillilllw'iïOniiiM „
Un communiqué officiel ottoman dément
r
qu'un
réfugié politique soit à bord du « Jui
les-FeTry
».
11 dément aussi que l'on recherche Huas
sein-Pacha.
19 juin. — Le comité exéçulif du
parti radical et radical-socialiste s'est réuni
ni hier soir.
Une longue et vive discussion s'est engag* à propos de la constitution à la Chamgée
bi
bre du nouveau groupe intitulé « Groupe
d'
d'entente démocratique et sociale ». (Il
s'
s'agit
du groupe parlementaire dont la
pl
plupart
des députés républicains de l'Est
h
font partie et a l'occasiort de la constituti
tion duquel M. Maginot a prononcé un
di
discours que nous avons reproduit hier.)
PARIS,
De noire correspondant ptrticulier.
| ï
—
j
lu Conseil général de la Seir^e ;
la Bulgarie
ÉDITION
SIXIÈME
La Guerre des Groupes ! Le désaccord Balkanique I
m.
Protestation
-
/
décision de la Bulgarie à ■
Les
députés radicaux-socialistes Une
L
**
l
propos de l'arbitrage, qui res- ' r''Slaciï ouvert
qui ont formé le nouveau groupe
semble fort à un ultimatum.
« d'entente démocratique » se
LE CINQUIEME ACTE
font exclure par leur ancien
VIENNE, 19 juin. — Une dépêche do Sofia
idu
grand drame politiaue
groupe.
ri que la Bulgarie aurait décidé d'envoyer
dit
LONDRES, 18 juin. — Le rideau va se lei
ver,
à Westminster, sur le cinquième acte
(du grand drame politique qui a bouleverj
sé
les esprits en Angleterre depuis pluisieurs mois. Si la motion Cave, défendue
]par les conservateurs, est adoptée jeudi
isoir, c'est la mort politique de M. LloydlGeorge, qui entraînerait avec lui dans sa
<chute le cabinet Asquith et le parti libé
irai, ce qui rendrait inévitable la formation d'un cabinet tory, disposé à rendre
A Cor.stantinople
aux lords, d'une façon indirecte, leur anPARIS, 18 juin. — Le bruit s'étant ré,
cienne puissance, et à détruire le Honiepandu quo le prince Sahah Eddine, neveu j
Rule et les grandes réformes qu'est sur le
,du sultan, as serait trouvé parmi ceux qui ! ,point d'accomplir définitivement le cabiont
organisé
le
complot
devant
so
termij
^
libéral. La motion Cave est bien suaner par le meurtre de Chevke-t pacha, le net
■
ve en apparence, dans le but de rallier les
prince
Sabah
Eddine
aurait
donné
le
déjmenti le plus formel à cette assertion.
indécis
à une solution qui reconnaît impli]
citement que les accusations calomnieuses
contre les ministres se sont écroulées cornUN TELEGRAMME
me
un château de cartes, mais qui expriDE
DE mtlIKM AU SULTAN
]
me le « regret » de les avoir vus manquer
PARIS, 18 juin. — M. de Pressensé a téide tact. Ce mot « regrets » n'a l'air de
1légraphlé au sultan do Constantinoplê et rien,
:
et c'est tout. Nous verrons bien si
<au grand vizir, faisant appel à leur esprit i les
.
démocrates de la Chambre tomberont
< justice et les priant de ne pas procéder >dans le piège.
de
à.
i des arrestations en niasse, do ne pas
Rappelons les principales phases du draEûèttré de suspects à la torture et de ne me.
"
1faire exécuter des accusés en dehors des
PROLOGUE.
~ L'année dernière, on fit
|garanties que doit avoir la défense.
courir le brait que le ministre des pos•-!®-»8HJl»
tes, M. Herbert-Samuel, avait été poussé
par des influences occultes et corruptrices à accorder le contrat du projet irnpé| rial de radiographie à la Compagnie Marconl, dont un des directeurs était M. GodLe nouveau président
fiey Isaac, frère du ministre dé la jusPARIS, 18 juin. — Le conseil général
tice, et que plusieurs membres du gouverde la Sein© a élu président, au second nement avaient profité de la circonstance
tour, M. Maurice Quentin, iilicral, par 47 pour spéculer avec les actions de l'heureuvoix contre il à M. Roussel, radical-so- se Compagnie et réaliser des fortunes facialiste.
buleuses. En môme temps, la presse réacVoici quelques détails sur l'élection :
tionnaire d'Angleterre et presque tous les
Au premier tour de scrutin, la majorité journaux de 1 étranger criaient au scanabsolue étant de 50 voix, M. Maurice dale. La Chambre, eniUé, accorda, sur la
Quentin, libéral, a obtenu -18 voix contre demande du gouvernement, la nomination
30 à M. Roussel, radrcal-tocioliste ; 20 à d'une Commission parlementaire, compoM. Landrin, socialiste unifie.
sée de six conservateurs, six libéraux, deux
Au moment où l'assemblée^ se dispose âu nationalistes et un iabouriste, pour éclairsecond tour de scrutin, M. Landrin monte cir les faits. Observons que les acte?, dans
à la tribune pour faire un© déclaration. ce drame, représentent des Faits, et que
lî remercie ses collègues qui lui avaient les entr'actes ne nous Offrent que des ruaccordé leurs suffrages et il ajoute qu'il meurs, des insihuationfe, des montagnes
voyait dans co vote uns manifestation qui, à la lueur des débats publics, finiscontre la loi de trois ans.
sent par accoucher de souris.
M. Delanney, préfet de la Seine, a alors
PREMIER ACTE.— Procès du « Matin
de
protesté êr.e-rgiquernent.
Paris, qui avait lancé eonlre deux minis« Si on dovait —- dit-il — parler de la tres des accusations cal umiii-uses.
Le
loi de trois ans, je poserais treS nettement journal du boulevard Poissonnière tait des
la question préalable, n
excuses, retire ses accusai «M, et n'en e*t
Lextrèmc-gau'cho proteste.
pas moins condamné h. pava les frais du
M. lé préfet dit : « Mon devoir est de procès, qui sont considérables
faire respecter les lois et je n'y faillirai
PREMIER ENTR'ACTE—Les lébats de ce propas.
cès ont révélé que-le chancelier de 1 EchiM. Henri Roussel monte à la tribune et quier, qui n'a paÇ te droit d'invertir ses
déclare :
capitaux ou ses économies,
en possède,
« Il s'agit de défense nationale. Nous en des valeurs anglaises, avait acheté, parsommés tous Unanimes, do l'extrême droite mi d'autres valeurs étrange)!*<<!», des acà i'éxtrême gauche, pour assurer cette dé- tions de la Société Américaine rie Marcofense, et, fidèles a la tradition de notre ni, laquelle est absolument indapenJante
parti et à la loi de 1905, je déclare être de' la Compagnie anglaise du némé nom,
contre la loi de trois ans, qui n'est pas et qui n'a, ni directement ni ifidirecteinént,
faite pour assurer la défense nationale. i> le moindre intérêt financier dans le conLe second tour de scrutin a lieu ensuite trat en question. On crie au voleur, et
au milieu de violentes protestations éma- l'on affirme, en même temps, que la Comnant de la gauche de l'assemblée.
pagnio rndiographique Pôulsen avait offert des conditions bien meilleures au gouvarnSment que la Compagnie Marc-mi. On
ordonne la création d'un comité d experta,
chargée de faire un rapport sur :ette* nouPARIS, 18 juin. — La conmiission
des velle affaire.
mines, rétinié âous la présidence de M.
DEUXIÈME ACTE.— Le rapport du comité
Dron, a- examiné la proposition de M. d'experts électriciens, si ciair et si doO'!Basly et de ses collègues sur le minimum monté qiie personne n'a osé en attaquer
d© salaires dans lès mines. Elle a décidé les conclusions, démontre que le système
de nommer un rapporteur à la prochaine Marconi était non seulement le meilleur,
séance. —- Haras.
mais le seul capable de réaliser le plan élaboré par le comité de la Défense nationale.
DEUXIÈME ESTR'ACTE.— Le ministre de la
Justice et celui des Portes étant juifs, ainh
si que lé directeur dé la Société anglais©
Marconi, M. Godfrey Isaacs, frère du miSOFIA, 18 juin. — Le gouvernement bulnistre de la Justice, les vaticanistés angare a chargé son représentant à Athènes glais, alliés des torys, commencent une viode protester à nouveau dans les formes les lente campagne antisémite, que mènent les
plus énergiques auprès du gouvernement écrivains cléricaux Cecil Chesterton et Hihellénique contre rarrestatioh des Bulga- laire Belloc, dans le « New-Witness », et
res dans la. région de la Macédoine ocOn- le socialiste catholique John Scurr dans le
pées par les troupes grecques. — Havas. « Daily Herald », Godfrey Isaacs traîne
Cecil Chesterton devant les tribunaux.
Un télégramme du tsar
TROISIÈME ACTE. — Apr ès bien des détours
Chesterton est fereé de retirer ses accusaSOFIA, 18 juin. — L'empereur de Russie
a énvdyé an roi un télégramme dans le- tions de corruption contre les ministres.
quel il déclare qu'il prend vivement part L© jury le condamne à payer un© amende
aux malheurs causés à la Bulgarie par le d© cent livres sterling et aux frais du protremblement de. terre de Tirnovo. C© télé- 'cès, qui atteignent dix mille livres stevgramme est conçu en termes particulière- ling (250.000 fr.).
TROISIÈME EXTR'ACTS. — Les feuilles réacment chaleureux. — Havas.
tionnaires s'abstiennent de parier du résultat de l'affaire Chesterton, mais changent de tactique. Elles déclarent qu'il
n'est plus question d'actes illégaux ou de
corruption officielle, mais que certains milustres ont manqué de tact, et qu'il faut
en dire autant de lord Murray, ancien
SAINT-PJÏTBRSBOURG, 18 Juâa. — La Doudu
ma d'empire a tenu hier une séanee ptj- trésorier de l'organisation centrale
bliquo dans laquelle elle a voté d'urgence parti libéral, qui, lui aussi, fit des opérale projet de loi concernant les Crédits de- ' tions, d'ailleurs désastreuses, avec des actiens américaines de Marconi.
mandés en 1913 pour do nouveaux vais- i
QUATRIÈME ACTE. -- Rapport du comité
seaux de guerre ; elle a approuvé les orojets relatifs à la reconstruction de la flotte, ' parlementaire. Tous, enriservateu-ts, libératix, nationalistes et le kibonrriste, sont I
à son armement et à l'érection des chanI d'accord pour reconnaître qu'il n'y a eu
tiers maritimes de l'Etat. — Havas.
ni corruption ni l'ombre d'une illégalité.
Mais tandis que le rapport de la minorité,
signé par les six commissaires tov-s, reproche- à deux ministres et à lord Murray
d'avoir manqué de tact, le rapport de la
Les morts ■— Les blessés
majorité, signé par tous les .autres com- j
missaires, sauf le président, affirma qu'il
PARIS, 18 juin. * Voici la première liste
des tués et blessés au combat de Ksiba : &'y a eu ni corruption ni indélicatesse, ni
Tués : le lieutenant Variengien, du 7* un manque dê taet.
QUATRIÈME ENTR'ACTE. — Discussions des
tirailleur ; le lieutenant de réserve Gilles,
rules soldats Cabirant, Brender, Pencourt, différents rapports dans la presse,
Srnignot et Mangté, de la 15° compagnie meurs, bruits de démissions, annonce d©
du S* zouaves, et 20 tirailleurs sénégalais. révélations sensationnelles qui seront faiBlessés : le capitaine Sautel, du 7° ba- tes à Westminster, au cours des débats
taillon de marche d'infanterie coloniale ; le cinquième -acte.
Attendons. — T. M.
le lieutenant Deschanips, des sénégalais.
Blessés légèrement : le capitaine Fu^9
■■■■
mey, des troupes marocaines ; lé capitaine Mondieilli, du 3° zouaves ; le lietitcAU CONGRÈS FORESTIER
nant Truffer et le sous-lieutenant DouPARIS, 18 juin. — Au Congrès forestier,
meng, dôs sénégalais.
international, la deuxième section A adopBlessé trè* légèrement : le . lieutenant
té un vceu de M. de Niçois y, sur la créa- |
Cousire, du IP zouaves. — Havas.
tion d'un office forestier international â
Paris.
'
Sur la communication de M. Cuif, tendant au développement de la station de,
QU5LLAUSV1E SI
recherches de Nancv. appuyée par M.
Guyot, M. Delahaye" fait remarquer que1
cette station est en fait uniquement réBERUN, 18 juin. — Hier soir, à huit heures, 1 empereur et l'impéiatrice ont offert gionale et qu'un organe directeur devra
•
un grand dtn*r au château royal.
Les être plus central.
princes OÛtifédérés", 1* chancelier de l'empue les président et vice-préfidents du
AU REISHSTAQ
Parlement, les membres des délégation*
BERUN, 18 juin. — Lo Rcichstag a re,
reçues par l'eujpcvcui- y assistaient ~»
Havaa»
*
P.! jeté la motion socialiste proposant'te ser-•
% vice d'un an. — Havas.
l
Le salaire mini™ dans les mines
. '..
•=
j
i
;
|
|
!^ç^^
Congrès ôe la navigation I
intérieure à Nantes -
iIntervention de M. Louis Lafntte
CONSTAVTINOI'I.E,
a
'^^ * &n3
"~
^
Npl^l
\
;
h
,
'Pour l'aviation militaire * La mort de M, Nicolas Diot: '
2* catégorie, de 1 litre jusque 2 litres ,
Institut chimique
'exclus, de cylindrée totale,
• -*,,. i
Les pensions municipales
i 3« catégorie, de 2 litres inclus à 3 litres
L'Association amicale des anciens eis-.
! exclus, de cylindrée totale.
... La ville de'Nancy vient de perdre tel
>es
a
tenu
son
assemblée
générale
an-,
46 catégorie, do 3 litres inclus à 4 litres,! nuelie à l'Institut chimique, sous la pro- ;
doyen de ses pensionnés en la personne,
exclus, de cylindrée totale
de M. Nicoias Diot, ancien receveur muni-; '
sidence d'honneur de M. Guntzj
5° catégorie, de 4 litres inclus à 5 litres*., En l'absence du président, M. Michel,^
ci pal.
«
DIMANCHE 20 JUILLET 1013
exclus, de cylindrée totale.
M. Diot-était né le 3 avril: 1828 et ton- j!
le vice-président, M. Grégoire de Bolle6° catégorie, do 5 litres inclus et au-des- ; mont prend le premier la parolo. U préchait une confortable pensions-dé 6.4^1
sus.
francs, depuis le 14 mars 1881.
sente les excuses de M. le doyen Floquetj
Une tolérance de un centième, soit un et de M. Ifuller qui pour la première fois-J
M. Diot — qui avait conservé très tard
Course organisée par Y
REPUBLICAIN
centilitre par litre, sera admise pour la I manque : tout le monde sait la fidèle sym--|
une verte vieillesse — était un excellent
classification, c'est-à-dire que les voitures j pathie
,
sous r/ES KKÛIJEMKNTS »œ
homme, de caractère amène et un parfait
qu'il porte, aux chimistes nan-^
fonctionnaire.
de la 1™ catégorie pourront avoir 1,01 de
De vifs remerciements sont On-4
cylindrée totale, celles de la 2e catégorie ; céiens.
Il figure lo troisième sur la^liste des
L'AUTOMOBILE-CLUB
LORRAIN
suite adressés à M. Vogt, à M. Guntz et à •
2,0g, etc.
■pensions munie i pales.
tous les dévoués professeurs présents à
La première personne qui y est inscrite . Avec le concours du journal l'AERO et de Y AUTOMOBILE-CLUB LORRAIN
N. B. -- Les chauffeurs qui ne vou**'
] draient pas s'astreindre à calculer la cy- I réunion.
est Mme Pierron, née Marie-Anne liarthélindrée totale pourront trouver ce rensei- ! Le vice-président constate la prospérité.,
Jenry, et qui touche 150 francs, comme
gnement à l'A. C. L-, où les calculs sont , toujours croissante de la société, félicite
veuve d'un ancien, sergent de ville, depuis
Nous avons, il y a qxïclque icmpst annonDéparts
effectués pour la plupart des types de mo- ! les sections régionales de leur grande acle 31 décombre 1868. Mme Pierron est née cé la préparation d'une course automobile,
•^Vive'la République !!!
le 7 mars 1829.
Art. VI. — Les départs seront donnés teurs, et se rendre compte de la catégorie tivité et termine par un appel chaleureux
, yive l'armée 1!!!!!!
entre les villes de Toul et de Nancy, sur d'après l'ordre d'inscription dans chaque dans laquelle serait placée leur voiture, j en faveur des sentiments de camaraderie
La seconde plus ancienne pensionnée"',„une distance d'environ vingt kilomètres.
• flous rappelons que les souscriptions]
et de confraternité qui sont la base même
catégorie.
est
Mme
Gérolt,
nés
Camille-Marie
Antoi"
Montant des inscriptions
Les autorisations administratives sont
Lont toujours reçues : Liiez M. Pignot, pré- ne, veuve-d'un ancien professeur de chant
de l'Association.
Le
départ
pourra
être
refusé
h
toute
j
sent de la Commission des finances, 57, dans les écoles de garçon», qui reçoit une nécessaires ; mais les assurances qui nous voiture ne se "présentant pas à la ligne
M. Simon Didier, secrétaire, donne enArt. XVII. — Le montant des inscripJ-QJ Saint-Dizier, et clicz M. Brun, tiésoont été données en haut lieu que la réalisa- do départ à l'appel de son numéro.
suite
un compte rendu précis des travail*
i
tions
par
voiture
est
de
:
•
-pension
de
666
francs,
depuis
le
16
seption âe ce projet ne rencontrerait aucune
fjier 27> rue ^es t'armes à Nancy.
du comité pendant l'année écoulée, il rapGroupe A : 20 francs
tembre 1878.
insurmontable difficulté, permettent aupelle les deuils, puis les succès et les disClassement
Groupe B : 50 francs
La ville ne délivre plus de pensions
tinctions honorifiques. Son allocution, d*
Il n'y a pas de forfait.
A BOIS L'ÉVÊQUE
aussi considérables que celle de M. Diot. jourd'hui la publication du règlement ciArt.
VIII.
—
Dans
chaque
catégorie
et
.forme très littéraire, n'a rien de l'aridité
C'est ainsi que M. Roussel, le secrétaire dessous.
dans
chaque
course,
les
voitures
et
moto-'
Six semaines nous séparent de la date
•*Le 36* d'infanterie est, comme nous l'a- j en chef honoraire de la mairie, n'a que
habituelle de ce genre d'exposé, et de plus
Motoàycletles
cyclettes seront classées d'après le temps !
Wons annoncé, depuis dimanche à Bois-l'E- 4.000 francs de
elle est toute empreinte de franche cordiapension, le maximum, du 20 juillet, c'est dire que les concur- absolu mis à faire le parcours.
fyêque. La première journée au camp a été I croyons-nous.
rents devront employer leur temps auwi
"*
Art. XVIIT. — Les concurrents seront lité.Lorsqu'un
seul
coureur
dans
une
caté'
aussi bien que les organisateurs afin de
wmsacrée aux différents travaux d'installa- j
M. Ferry, le dévoué trésorier, met en regorie
se
présente
au
départ,
une
limite
de
ji divisés en deux groupes :
faire aboutir une aussi vaste entreprise.
itfon, entre autres à la fabrication de claies j
peut lui être imposée par le jury j 1° GROUPE A (Amateurs). — Dans | lief la situation des plus prospères, aussi
Nos rébus
destinées à ta (literie.
Presque toutes les régions de France sont temps
pour
faire
le parcours.
! cette classe, pourront seuls courir les i est-il particulièrement applaudi.
Tous les jours, le régiment est réveillé ! Une erreur s'est glissée dans la rédac-'. chaque année le théâtre d'épreuves deveM. Guntz, en quelques mots bienveil-1
, amateurs, touristes, propriétaires de leur
! tion de notre rébus de ce jour : Sous le
Récompenses
nues classiques, meeting du Mans, circuit
tpar la musique. Lundi et mardi, nos troulants, remercie l'Association et fait des
motocyclette
depuis
un
mois
au
moins
au
j
Ejers ont effectué des tirs préparatoires, j rat, c'est : « sur la sœur du père de l'ar- ] de Dieppe, côte du Limonest, côte du YenArt. VIII. — Il sera distribué dans cha- I moment de la course. Chaque concurrent j souhaits pour son développement et poujr
ijmidi et vendredi, l'emploi du temps pres- chitecte » qu'il faut lire.
toux, etc.
I que catégorie :
l'extension de son influence et de ses
crit le combat par section et par campa- I
La Lorraine a vu jusqu'à présent se dis- I Au premier, une médaille, plaquette de jj devra présenter sur demande le récépissé j moyens d'action. On procède ensuite au
-nie. Enfin, samedi, manœuvre du régi- I Grand-Hôtel d'Angleterre Excelsior-Hôtel ! puter fort peu de ces épreuves sensation- vermeil ou œuvre d'art, au second, uno |j de déclaration de sa machine.
vote pour le renouvellement partiel cft»
2° GROUPE B. Professionnels, cons- membres du comité.
•Jnani <rTéc cartouches à bitfles.
Le bruit de la vente de leur hôtel à la nelles ; la coupe Rosscl, l'ascension du médaille en argent.
|
tructeurs,
agents,
coureurs,
propriétaires
Le 26° reviendra donc dimanche à Nan- Société
Dans le cas où les engagements dans j
MM. Ferry, Grégoire de Bollemont, Mta
des Wagons-Lits ayant rencontré Ballon d'Alsace fut la principale manifesjy, après avoir campé sous ta tonte pen- un certain
une catégorie seraient supérieurs à 6, il ou non de leur motocyclette.
chel et Dillon sont élus.
crédit dans lo public, MM. Mau- tation du sport automobile dans l'Est.
II. Le droit d'entrée pour chaque groudant huit jours. Il se fait bien à ce nouveau joun père et fils informent leur clientèle
Les courses du 4 juillet 1909 (kilomètre serait décerné une troisième médaille.
Ainsi que le veut la tradition, l'expédi-»*
I pe est fixé à :
«renre de vie, si différent de la caserne, et leurs amis qu'il n'en est rien, qu'au de côte à Nancy-Boufflers, départ arrêté
tion
des affaires sérieuses est suivie d'une
Prix divers
Groupe, A : 5 francs
tfialgré l'Insuffisance d,'eau qui est pour- contraire, ils augmenteront encore d'ici et kilomètre lancé entre Essey et Scifête où la plus franche gaieté ne cessa de
Groupe
B
:
20
francs
tant pénible en ces temps de canicule.
champs)
;
la
course
de
côte
à
Nancy-BoufArt
IX.
—
Les
prix
qui
seront
offerts
|
régner. Ce sont d'abord des jeux variés
peu l'importance de leur affaire et qu'ils
en resteront seuls propriétaires et direc- flers,le 14 juillet 1911, avaient cependant aux organisateurs postérieurement à la ; III. Il y aura pour chaque groupe 3 ca- où se donne libre cours la joie débordante
brillé
d'un
éclat
dont
l'Automobile-Club
i
tégories.
publication du présent règlement, seront i
te urs.
des jeunes ; puis c'est « V lan ! » la revue
Brevet Elémentaire
attribués par les affectations spéciales de j! lr" catégorie : motocyclettes dont la cy- en deux actes, « mordancée et caustifiée
Lorrain pouvait être justement fier,
!
Ont été admis :
il importe que Toul-Nancy automobile leurs donateurs ou par une décision de la ! lindrée est inférieure à 350 centimètres sans réserves avec laminage et mattage
Chez les Vosgïens de Nancy
commission.
j cubes.
MM. BalAand, Barbier, Bastion; Beirvelot,
des caractères », dont la verve endiablée,
Le comité de la Société mutuelle vosIl faut que notre pays si riche favorise
Art. X. — Le jury sera seul juge de la
&ic, Bolus, Boubel, Cailler, Charbonnier,
2e catégorie : Motocyclettes dont la cy-' les spirituelles allusions et les vives réClaudel, Collin, Cuette, Démange, Drouhin, gienne de Nancy,, s'est réuni samedi soir, le développement des affaires dont la pros- qualification des voitures ; il pourra dis- j! lindrée est inférieure à 400 centimètres ; parties déchaînent dans l'assistance uç
Sttfour, Feltin, Franck, Georges, Giiersch, 14 juin, à la Brasserie de la Poste, rue périté se rattache par des liens intimes d qualifier tout véhicule qui ne sera pas j cubes.
rire ininterrompu.
dans les conditions requises.
pilaire, Hubert, Janot, Lacour, Lapointe, des Dominicains, sous la présidence de sa propre fortune.
3" catégorie : Motocyclettes dont la cy-Les bières les plus réputées, offertes
M.
Gaspar,
son
nouveau
et
si
actif
présiIl
faut
que
les
progrès
mécaniques,
les
ijjeclei', Lehmann, Lerbier, Lorrain, MarLes décisions du jury seront sans ap-. | lindrée est inférieure ou égale à 500 cen- gracieusement par les brasseries de Tandent.
pel.
formes audacieuses et variées de l'activité
chai, Mathieu, Maugras, Maute, Maveur,
I timètres cubes.
tonville, de MàXéville, de Champigneul--i
Des échanges de vues ont été faites au industrielle viennent ici montrer leur, ma(OudeviHe, Paquy, Philippot, Pierre, Billot, i
La jury
/les et de Vézelise, coulent d'ailleurs à flot».
Pour
le
comité
d'organisation
:
poutot, Rodron, Rousselle, Royer, Sirno- I sujet du meilleur mode de réassurance en gnifique épanouissement.
ACHILLE LIÉGEOIS.
, ;'et ne contribuent pas peu à entretenir la•■
Art. XI. — Le jury sera composé par
Si la science joue un rôle considérable
tain, Thouvenin, Tressel, Véron, Vincent, I cas de décès.
gaieté et à assurer le légitime succès de>
iVoil-liot.
Etant donné te nombre toujours crois- dans la création et le perfectionnement des les soins de l'ACL et recruté parmi les ! .
f♦ ♦ ♦ ♦ ♦ »:ML*S la fête.
Quatre-vingt-treize candidats s'étaient sant des nouveaux membres admis, il a marques nouvelles de construction, il faut présidents des automobiles-clubs présents
Le soir, un banquet servi à' l'hôtel Amé--j
présentés aux examens.
été décidé de procéder à une refonte com- qu'une autre concurrence mette aux pri- a la course ou leurs délégués, ou parmi ; FRABCHEUR EXQUISE
ricain réunit les sociétaires et les prof es- j
plète des statuts de 1* Société, afin qu'ils ses les qualités des pilotes et nous espé- les membres de l'A. C. L.
' seurs. M. Grignard, lauréat du prix N<Hfl
Le jury sera seul juge de toutes les consoient plus en hainmonie avec le but hu- rons qu'à ce double point de vue, la France
bel, préside ces agapes fraternelles.
Union républicaine
testations
qui
pourraient
s'élever
entre
au
CÎNÉ
«PALACE
manitaire poursuivi par le comité.
remportera ici de splendides victoires.
A l'heure des toasts, M. Grégoire de BoM
les
concurrents.
L'U. R. rappelle à ses nombreux adhéC'est ainsi qu'au sujet de la mutualité
Pour atteindre ce but patriotique, nous
lemont, en quelques mots émus, dit à Mjj
Toute réclamation devra être faite par
fosits que la conférence de M. Justin Go- maternelle le comité se propose de mettre adressons un appel à toutes les bonnes voGrignard quel plaisir et quel honneur iln
jjdart, député de Lyon, aura lieu jeudi soir ! à la disposition de la mère tout le trous- lontés, à toutes les intelligences, à lous~ écrit sitôt la course finie, et, pour être
Ma:l5gs
éprouve à saluer en lui un 6avant qufcî
examinée, elle devra être accompagnée de
19 courant, à huit heures et demie, à la seau nécessaire à l'accouchement, et cela, les dévouements.
'
"Grande Taverne, rue Saint-Didier.
la somme de 100 francs qui sera rendue I On vient de célébrer à Nancy le mariage vient de remporter un succès si éclatant,.
sans préjudice de l'allocation d'usage de
Cette conférence sera présidée par M. trente. finança
au réclamant si la réclamation est recon- |I de M. François Christiany, sous-lieutenant et dont la notoriété est aujourd'hui uni-^
Règlement de la -Course nue
I au 12° régiment de dragons, avec Mlle Ge- I verselle.
fondée.
£chertzer, conseiller général, premier adAlors que de tous côtés des plaintes s'é! neviève Détrie.
M. Grignard répond en remerciant fAM
joint de la ville de Nancy.
Les
concurrents
s'engagent
à
accepter
lèvent sur la dépopulation, les Vosgïens
Article premier. — L' « Est républiI
Le général Pau, cousin de la mariée, sociation qui lui a fait l'honneur de sa
ta
vérification
de
leur
déclaration
d'engaLes républicains des divers groupements ne pouvaient rester indifférents à cette cain » organise, avec le concours de
I retenu à la Chambre par la discussion do
y sont également invités.
question toute d'actualité ; aussi ont-ils. 1' « Aéro », une course d'automobiles et gement et (pour les groupes A) devront, ! la loi de trois ans, n'avait pu, comme il fête, et s'excuse, lui, homme de laboratoipensé qu'il serait logique et humain que de motocyclettes sur route, départ arrêté, au moment de la course, être porteurs du I l'espérait, servir de témoin a Mlle Gene- re, de présider un banquet de chimiste»
industriels ; toutefois, dit-il, « de solidesPour les colonies scolaires
la mère et l'enfant se trouvent dans de sous les règlements de l'Automobile-Ciub récépissé de déclaration de leur véhicule viève Détrie.
études générales sont l'indispensable con(carte
grise)
ou,
pour
les
étrangers,
du
cerUn don anonyme de dix mille francs bonnes conditions d'hygiène. .
Lorrain. •
Les témoins étaient : pour le marié, M. dition d'applications fructueuses ». UN
tificat
international
de
route.
Svient d'être remis à M le maire de Nancy
Beaucoup d'autres améliorations ont été
1
Date
docteur Franck, médecin-ma.jor de l " proclame aussi fort éloquemment l'union»?,
Les déclarations reconnues fausses en- ! le
ipour -l'Œuvre des colonies scolaires de va- envisagées, le champ d'activité des sociéclasse, chevalier de la Légion d'honneur, nécessaire de la théorie et de la pratique^
Art.
II.
—
L'épreuve
aura
lieu
le
dicances.
traîneraient
la
disqualification.
té de secours mutuels n'ayant pas de lison oncle, et M. Alexis Christiany, son frèmanche 20 juillet, à 14 heures et demie.
Les alésages des diverses catégories■ I re ; pour la mariée, M. Cardot, inspecteur ; pour le plus grand bien de l'une et i5«l
mites.
peuvent être vérifiés après la course. Les i des forêts, à Lunéville, et M. le docteur, l'autre. M. le recteur Adam, dans une imIl fut ensuite procédé à l'admission de
Courses de Nancy
provisation toute amicale, pleine dira-1
nouveaux membres. Depuis la dernière
Art. III. — Le parcours adopté est la conducteurs s'engagent à accorder toutes tI Paul André, professeur agrégé à la Fa- mour et de verve, applaudit, lui aussi, aia^
t Les courses de Nancy auront lieu sur réunion, du 31 mai, 21 membres actifs et route nationale, dans la partie comprise facilités à ce sujet.
culté de médecine, ses oncles. .
triomphe de M. Grignard et rappelle en*
«'hippodrome de Jarville les dimanche 13 26 membres honoraires sont venus grossir entre Toul et Nancy (lieu dit les QuatreAccidents
Le service d'honneur était fait par M. le ; souriant qu'à côté du prix Nobel et de la
let 20 juillet.
les rangs de la Vosgienne
Vents), en ligne droite, avec un seul viraArt. XII. — L' « Est républicain » dé- I lieutenant Thouvenin et Mlle Gilberte Dé- croix de la Légion d'honneur, d'autre»,
Première journée. — lre course : Prix
Membres honoraires : MM. Dreyer, Au- ge à angle très obtus à Gondreville.
cime 'toute responsabilité en cas d'acci-] | trio, M. Jean Détrie et Mlle Anna Jacques. distinctions... non moins élogieuses, lui"'
Me l'Agriculture, au trot monté, 800 fr. do bert, Cartior-Bresson, Martin., Mougeot,
dents, de quelque nature qu'ils soient.
Engagements
i ont été décernées.
|>rix ; 2e et 3e courses : Prix de Jarville, Liénaind, Legrand fils,
Noirot, George,
Les responsabilités civiles et pénales
| U regrette profondément l'absence de WL
Art.
IV.
—
Les
engagements
à
droit
steeple-chase, sous-o/ficitrs "; 4° course : Roppcneck frères, Dreyfus, Pignot, BesBonne
nouvelle
resteront à la charge des concurrents à
Haller, à qui cette fête aurait pu rappelert
Prix de la Société des Steeple-Chascs de sand, Bigorne, Flayelle, Lôvy, Dreyfus, simple seront reçus jusqu'au 8 juillet in- qui elles incombent
j
Dès lundi 16 juin, réouverture du ciné- | et consacrer en sa chère Lorraine, lesd
France, officiers ; 5" course : course de Démange), Michel, Gonet, Thiriet, Culot, clus. Ils doivent être accompagnés :
Par le seul fait de leur inscription, les; |i ma à la Brasserie Vagner (Terminus Blan- ovations chaleureuses qui lui ont été fai-*
1" Du montant du droit d'inscription du
Vannier, Bailly, Cahaies de la Société sportive d'encourage- Godard, Léviste,
concurrents sont censés avoir pris con- :: dan), dont l'agrandissement de la salle est tes récemment à Paris.
i véhicule.
ment, 1.000 francs de prix ; 6° course : gan.
naissance du présent règlement.
terminé. Fraîcheur délicieuse. Jardin omEnfin, M. Grégoire de Bollemont, dans»
Membres participants : MM. Duvoid, | 2° D'une description sommaire du véhiPrix de la Société d'Encouragement, 4°
Il est rappelé aux concurrents qui vou-. !j bragé. Jeu de boules.
un nouveau toast adressé à MM. les ine
!
cule
comprenant
la
déclaration
formelle
série, 2.000 fr. de prix ; 7 course : Prix de Passetemps, Hauswirt, Egly, Brice, Mardront
essayer
le
parcours
avant
la
course
j
dustriels, associe fort heureusement dans
Rosières, au trot monté, 1.000 fr. de prix. telin, Rouleau, Noël, Deckert, Marx, Ali- | de l'alésage du cylindre et de la course sous leur propre responsabilité, qu'ils se- ;
la ! ses vœux la science et l'industrie franDeuxième journée. — lro course : Prix I son, Kienne, Blanchard, Gérard, Leyval, jj du piston, et du nombre des cylindres.
:
JAMET,
BTJFFEKEATJ
et
C
1 çaises ; il boit aux industriels lorrains ét
Passé le 8 juillet, et jusqu'au 15 juillet ront absolument tenus de se conformer ;
de Nancy, trot monté, 1.000 fr. de prix ; j Humbert, Cronel, Demya,
Tous travaux comptables
: en particulierr à MM. Daum, Amos et .T.
seulement, les engagements seront reçus aux règlements de police en vigueur.
Mmes Guyot, Hauswirt, Duvoid.
2* et 3» courses : Prix du 20° corps d'arArt. XIII. — Les concurrents s'engagent; I 20, Faubourg St-Ieàn, NANCY. — Tél. 12.55 ! Kronberg, qui ont toujours témoigné loi
Ce qui porte l'effectif de la société à à droit double.
mée, sous-ofAciers ; 4° course : Epreuve
i plus bienveillant' Intérêt à l'Association../.
Tous les engagements devront parvenir à ne porter aucun litige relatif à la cour- I
■de circonscription de la Société sportive 141 membres honoraires et 267 membres
se devant les tribunaux et à admettre laL i
Et c'est tardivement que l'on se quitte,directement
îx
l'Est
républicain,
Nancy.
Grande
Brasserie-Restaurant
et
Hôtel
participants.
a encouragement pour chevaux autres que
décision définitive de l'A. CL.
| sur l'agréable impression de . chansons
« Majestic »
Le comité adresse un chaleureux appel i
de pur sang ; 5° course : deuxième prix de
Observations générales
Art. XIV. — Si, pour une cause quelconj joyeuses et humoristiques lancées avec tn«
la. Société des Steeple-Chases de France, ! à ses compatriotes de Nancy et des com- I Art. V. — Les voitures et les voituret- que, les courses ne pouvaient avoir lieu,
Etablissement complètement réorganisé, | train par les jeunes sonétaires, aux vifs
officiers ; 6" course : Prix spécial de la I munes limitaophes pour qu'ils viennent tes feront leur départ arrêté ; les motocy- 1' « Est républicain » ne serait tenu qu'au' avec tout le confort et Je luxe moderne.
I applaudissements de tous.
Société (sportive d'encouragement et de i collaïorer à l'œuvre de solidarité entre- I clettes pourront être poussées au départ. remboursement du droit d'inscription.
Rendez-vous samedi 21 courant, à « Mala Société des courses, lro catégorie, 1.000 prise par la Mutuel le vosgienne.
i I jeetic ».
Consommations
de
grand
choix,
Art. XV. — Le chronométrage sera fait !
La situation financière de la Société est j Les voitures de la catégorie touristes (A)
'francs de prix ; 7° course : Prix des Hatempérature délicieusement fraîche de 8AVO N du QONGO vv;ST ^
excellente puisqu'elle possède en réserve auront quatre places occupées ; celles de par les chronométreurs de l'A. C F.
s
ras, trot monté, 1.000 fr. de prix.
l'Etablissement.
la
première
catégorie
pourront
.
n'avoir
une somme de 6.0CO francs environ (titres
Dégustation
des
bières
brune
et
blonde
que
deux
places
occupées,
de
même
que
Voilures
dc> mentes, compte courant), déposés à la
de la Grande Brasserie Greff et Fils, léObjets trouvés
Une conférence ménagère
les grosses voitures fermées, limousinos
Caisse des dépôts et consignations.
Catégories
gères et digestives.
ou
landaulets.
Mercredi après midi, M. Brocart, profesSi l'état des finances de cette société,
Un réticule, par M. Biétrix,51, rue SaintArt. XVI, — 11 y aura deux groupes ; Déjeuner : 3 francs ; dîner : 3 fr. 50, et !i Nicolas.
Les voitures de la catégorie vitesse (B)
seur d'économie politique à la Faculté, a fondée en 1006, est prospère, il faut en at'I à la carte.
fait une fort intéressante conférence sur tribuer le mérite à ses pionniers de la pre- pourront n'avoir que deux places occu- distincts :
— Une broche bijou lorrain, par M.
Y aller, c'est y retourner.
1° Groupe A : Touriste.
i économie du ménage.
mière heure, à la têts desquels se place pées.
j Christoianh, 26, rue de P Abbé-Grégoire,
Chaque
concurrent
aura
le
droit
de
2°
Groupe
B
:
Vitesse.
. Ce cours est fait spécialement pour les M. Courroy, ancien président, nommé de— une' médaille avec photo de femme,
| La BSIÈltE GREFF tp&i demandée
jeunes filles qui fréquentent l'école ména- puis peu, président d'honneur fondateur. I pourvoir au remplacement de chaque perLes chauffeurs désirant s'engager dans
• par M.. Droulat, 22, rue de l'Abbé-Grégoigère, fondée par notre Chambre de ComM. Courroy qui demeure actuellement à sonne manquante par un sac de lest de U groupe A devront être propriétaires deî I
re.
Nécrologie
merce.
Chelles (Seine-et-Marne), & dû se démet- 70 kilogr.
leur véhicule depuis un mois minimum.
Les voitures du groupe touristes (A) à
Et il y avait là, pour entenden d'excel- tre de ses fonctions à cause de son éloiIls pourront faire conduire leur voiture ! Nous apprenons là mort, à Onville, de
2 ou à 4 places devront être équipées
en par un membre de leur famille ou par un1 Mme Peitier, née Naudin, mère de
Broutilles
«rits conseils, non seulement des jeunes gnement de la société.
1
Ules du peuple, et de la bourgeoisie, mais
Sons la direction aussi active qu'intel- tourisme, c'est-à-dire avoir une carrosse- ' mécanicien habituellement à leur ser- M. Auguste Peitier, industriel, conseiller
Mercredi
après-midi,
Mme Elisa B..., âg£«
' municipal, auquel nous offrons l'expression
des dames du plus grand monde, qjui ont ligente de son nouveau président, M. Gas- rie complète, confortable, avec ailes, mar- I vice.
.de 43 ans, rempailleuse de chaises, 17, rue
de
nos
bien
vives
condoléances.
che-pieds,
coussins,
garnitures
et
lanterPu en tirer le meilleur profit pour la con- par, la Société mutuelle vosgienne de NanDans le groupe B, courront les profesMa.rtimprey, est tombée malade rue de
duite ou la surveillance de leur maison.
cy ne fait que commencer son mouvement nes.
sionnels, agents, constructeurs et couToul.
Les voitures de tourisme à deux places reurs.
ascensionnel. Elle comptera bientôt parmi
Elle a reçu des soins dans une phannsir
les sociétés les plus prospères de la région .devront remplacer chaque personne manLa classification des voitures dans cha,cie.
LA
BEAUTÉ
DU
TEINT
Pour arriver à ce résultat, il faut que les - quanta par 70 kilos de lest.
que groupe sera faite â la cylindrée' totale
— Procès-verbal a été dressé contre M.
Le jury aura le droit de refuser toute (total des volumes des Cylindrées pour les
Vosgïens ne restent point sourds au cha5
s'obtient par le fonctionnement normal
Paul G,.., âgé de 27 ans, tailleur d'habi'ti,
leureux appel qui leur est fait et viennent carrosserie insuffisante.
moteurs à plusieurs cylindres) et comdemeurant 6, rue de Serre, pour avoir bride l'appareil digestif. Un GRAIN de VALS
Dans la catégorie vitesse (B), la carros- prendra dans chacun des groupes A et Bse grouper sous la bannière de la mutuasé un carreau de la porte de la salle à
1M»MËI|TE U R A PERI TIF 1
serie
pourra
être
aussi
légère
que
possi>
tous
les
.deux
ou
trois
jours,
avant
ou
lité pour leur petite patrie.
les catégories ci-dessous :
manger de Mme V..., demeurant mèma
ble et être réduite au minimum.
pendant'le repas du soir, tel est le
lre catégorie, jusqu'à 1 litre.
maison.
secret de toutes les beiles.
" "
-uajumumn-m»
■
mu
Le -Comité des .Amis-de l'Aviation, sou-'
teeux-de meuer'ù.îbonnefin par les voles
«9'raPi*!ft''1',<Buvre pntriotiquo à la»nielH>' il'-s^s*1 attactuè, c'est-à-dire la cons08
Snietiii»^
hangars militaires d'aviation
Q jps oeuvres annexes-telles que l'Institut
mif ue si utile
Srodyaa l '
P0"*' aider nos
™:ura.genx aviateurs dans Jeurs explorarjvna aériennes"et protéger leurs Jours si
CrtfoieiiX *àda patrie, adresse un pressant
r°Çu des carnets
%nel à mus ceux (Iu1
3» 'souscription.
A l'heure actuelle, 150 communes ont ré. ond,j par une manifestation touchante.
™ keOmité demande aux 450 autres de lui
(retourner les listes de souscription, ainsi
mue
sommes recueillies avant le îll
Maillet ce sera du bon travail pour la
rW
FEUILLETON do L'EST REPUBLICAIN
— N" 18 —
JBANNB K ÉG AME Y*
Jewine
parents K-lein se confondaient en
prévenances, alignant sur la table du saAiï;les meilleures bouteilles de leur cave.
a
't>e»rt, civilisé un peu par quelques mois
"f vie strasbourgeoise, avait l'air morns
"'«is et commençait à placer dans la con'«fsation quelques phrases point mala"joites. Mais Alice, malgré la recherche
Y? ?a toilette, paraissait bien petite fille à
r£e de son amie. Ses façons timides, ses
ir1? baissés et sa voix de souris qu'elle
Salait
assourdir encore, contrastaient
1
wa,ngcment ftvec Ja trntKjnii]e assurance,
• l?J«a«ice et l'air de reine souriante de GeEt Geneviève, près de cette
^'gnn'iante compagne, semblait plus
«ne e.t plus assurée'encore, avec un rien
0J
F ïdescendance et de
proie-tion que
^ inspirait — à son insu peut-être — ce
'nwu 8i Peu digne d'elle et si parfaite1
inaccoutumé.
; ^ nouveau, Jean se demandait, son-
^rtoe diable cette belle demoiselle vient
^**air» i<d» et pourquoi cette amitié su-
bite pour une camarade de pension qu'elle \
ne voyait jamais auparavant ?
Mais ses réflexions récentes lui inspiraient une prudente réserve. Se tenant
sur la défensive, il sentait en lui ce fond
de séculaire méfiance que lui avaient légué, d'un lointain passé, ses aïeux paysans.
,
Ai
Du reste, une évolution singulière s accomplit sous ses yeux.
Lorsque les deux jeunes gens firent leur
entrée dans le salon, Geneviève fut tout
sourires et tout amabilité pour Jean, lo
traitant en vieille connaissance, avec une
nuance de camaraderie charmante, et, reprenant la plaisanterie de l'autre jour, elle
lui dit avec malice :
— Bonjour, monsieur le tilleul ! Comment se portent vos racines ?
— De mieux en mieux, mademoiselle,
répondit-il d'un air dégagé ; elles s'enfoncent tous les jours plus profondément
dans le sol.
Et, présentant son ami, il continua sur
le même ton, gaiement, avec un dédain
plaisant :
.
— Un déracine, celui-là ! un Alsacien
,de Paris !
— Vraiment ?
Et les beaux yeux do Geneviève se portèrent avec une'curiosité sympathique sur
Gaston.
. ,
.
Mais il me semble, monsieur, avoir
déià vu de vos œuvres, dit-elle. N'aviezvous pas un portrait de femme à l'exposition de Strasbourg, l'an dernier ?
—- En effet, mademoiselle, répondit Gaston,' visiblement flatté qu'elle eût si bonne
mémoire.
— Etes-vous parents des grands brasseurs Wernert, do Kœnigshoffen ?
— C'est mon père et mon oncle, mademoiselle.
■"•
Toul-Nancy Automobile
i
EST
— Oh ! mais alors, vous devez connaître...
Et Geneviève, ramenant sa longue jupe
de drap clair, fit place à Gaston tout à
côté de son fauteuil, sur une chaise, dans
le coin du salon où elle s'était installée.
Aussitôt, ce fut entre eux une conversation, vivo et animée, de gens qui se découvrent des amis communs et s'aperçoivent tout à coup qu'ils appartiennent au
même monde, qu'ils sont du « même bateau ». Leurs affinités de mondains se rencontraient et se complaisaiont ensemble.
Les noms, les anecdotes, les allusions à
des personnes inconnues des autres assistants, les isolaient tous deux comme derrière une invisible barrière, et ils semblaient décidés à prolonger indéfiniment
ce thème fermé au reste de la société,
sans s'inquiéter ni des Klein, ni de Jean
lui-même.
La sérénité de leurs hôtes n'en fut.d'ailleurs, nullement troublée. Tandis que M.
Klein, fatigué d'une journée de travail,
s'endormit discrètement selon l'usage,
Alice, au piano, jouait quelques morceaux
brillants dont elle perlait les gammes avec
un soin d'élève consciencieuse, et son frère Albert exécutait bien en mesure deux
ou trois mélodies sur le violon.
L'hypocrite souci de ne point faire de
bruit pendant la musique fournit alors à
Geneviève et à Gaston un excellent prétexte pour baisser la voix, et bientôt il n'y
eut plus dans leur coin qu'un chuchotement coupé de petits rires étouffés.
Dans l'esprit de Jean, pondant que, silencieux, à côté de Mme Klein, il paraissait écouter la musique avec une attention
profonde, tout un travail s'opérait, — un
travail d'éclaircissement.
Il est toujours blessant de se voir mis
i« côté avec autant de désinvolture. at»rès
avoir été distingué, ne fût-ce qu'un instant. Jean n'eût été ni homme, ni jeune
homme, ni Alsacien, s'il n'eût Senti une
tumultueuse indignation bouillonner en
lui, si le dépit et la colère n'avaient un
moment rougi son front. Ce fut le raidissement même de son amour-propre, la volonté de ne point laisser voir son mécontentement, l'orgueil de paraître indifférent
qui le fit tout d'abord se maîtriser, d'un
puissant effort.
Très calme en apparence, il alla s'asseoir près de Mme KÏein. Un interminable
morceau, qu'Alice venait d'attaquer, lui
permit do garder quelque temps le silence.
La colère, chez lui, violente et sanguine,
n'était jamais de longue durée. Toujours
une réaction la suivait, une détente où la
situation lui apparaissait sous un angle
différent.
Bientôt, en effet, à mesure que s'apaisait l'orage intérieur, Mercky se sentait
regagné par la défiance dont il s'était cuirassé au moment de revoir Geneviève tout
à l'heure. Les réflexions faites précédemment lui revenaient plus nettes, plus affirmatives ; il les résumait avec la claire lucidité d'un esprit subitement dégrisé, et la
scène actuelle lui apparaissait comme la
lumineuse sanction de ses craintes. Aussi
une impression d'allégement lé gagnaitelle, la satisfaction d'avoir échappé à un
grand danger, la joie d'avoir sauvegardé
sa liberté, de n'avoir point engagé son
cœur plus avant dans une aventure qui
l'eût douloureusement meurtri. Il avait la
sensation vague d'avoir côtoyé un précipice, d'avoir eu un instant de vertige, et
de se retrouver en lieu sûr d'une façon
définitive.
Maintenant, c'est d'un œil narquois qu'il
suivait le manège de Geneviève, et les
deux musiciens.' sans doute au bout de
leur répertoire, ayant quitté lo piano,
Jean, dans la conversation qui suivit, se
montra plein de verve et d'entrain, d'une
gaieté allègre et jeune que les Klein ne
lui connaissaient guère Môme, dans un
besoin d'expansion et d'exubérance, il offrit lui-même de chanter, et, de sa belle
voix dô baryton, dit avec chaleur « les
Sapins » de Pierre Dupont, puis une enthousiaste chanson en dialecte, des frères
Matthis : « Min Elsass (Mon Alsace).
Geneviève, étonnée, gagnée par cette
voix émouvante, par cette réelle science de
diction, avait interrompu sa causerie, et,
muette, écoutait.
— Vous avez donc tous les talents, monsieur ? fit-elle gracieusement, quand il
eut fini. Je n'avais jamais entendu chanter ainsi « les Sapins ».
Il s'inclina, souriant :
— C'est peut-être, mademoiselle, que je
suis un frère cadet et très infime de Pierre Dupont. Encore un enraciné comme
moi, voyez-vous, ce qui ne l'a pas empêché
de faire de belles choses.
Geneviève comprit-elle la
transformation qui venait de s'opérer chez Jeun ? Devina-t-elle que ■ cet épouseur un
instant
convoité lui échappait déliinitivement ?
Eut-elle alors un peu de regret de l'avoir
sacrifié avec autant de désinvolture et vou-
écarter ainsi dans leur propre maisoij,
furent mêlés tant bien que mal à l'entretien. Et Jean, avec sa liberté d'esprit et
d-5 cœur reconquise, se montra ce soir-là
d'une verve étourdissante, d'une gaieté
frondeuse te de bon aloi qui gagna par
son entrain le reste de la société.
On se sépara très tard, chacun enchanté des autres et surtout'de soi-même, — ce
qui est en somme le dernier mot de i'arnusement mondain. .
XXII
— Ah 1 l'admirable créature !
Ils étaient à peine sur la petite. rout«^
la porte de la maison Klein refermée der]
rière eux, que cette exclamation échappait à Gaston.
— Oui, fit Jean gaiement, j'ai cru. remarj
quer qu'elle ne te déplaisait pas.
— Mais mon cher, une femme commi
j
celle-là, on voudrait passer sa vie à la
peindre !
i
j
— Tu es plutôt platonique ! répliqua
Jean.
— Dis-moi, ce docteur Beyer, quel homme est-ce ?
— Un homme aimable qui ressemble à
Napoléon III et qui collectionne les vieux
meubles alsaciens.
— Riche ?
— On 'lassure, et sa maison en m ftA*
der la porte ouverte de son côté ? Peut*
être aussi eut-elle quelque remords de lui parenoe,
—- Mon père doit le connaître... Je vais
.avoir si visiblement préféré son ami, ou
encore quelque dépit de le voir si peu lui écrire. Sais-tu si l'on a des part»,
I
sensible à ce coup, et le désir de le piquer en vue ?
— Je l'ignore absolument
par des coquetteries nouvelles.
— Au fait, mon cher Jean, si je tn'enph,
Quoi qu'il en soit, elft; décida tout à
ais dans cette voie... je ne marchera»
'coup de l'admettre en tiers dans sa causerie avec Gaston, et le flirt fut dès lors en pas sur tes brisées, au moins ?
Mercky répondit avec élan :
partie double. Il le resta même lorsque les
Klein, que l'on ne pouvait
décemment. * '
(4 «a*
■
1~~B~BP1MII«IIMIII.MIW~™~^~«—1
ETAT
Spectacles & Concerts
BONNE NOUVELLE,
C'est le
vendredi 20 juin qu'aura lieu la réouvertare du Cinéma-Théâtre de la salle Deglin, avec un programme sensationnel et
hora-de pair, parmi lequel figureront «Le
fabuleux combat Bombardier-Wells-Ca s-pemtier », qui vient d'avoir lieu H l'Exposition. de G and et célébré par la, presse de
tous les pays comme le plus émouvant de
l'histoire sportive.
« Le Baiser rouge », l'action la plus dramatique, tirée de la guerre turco-bulgare, etc., etc.
.
Malgré les sacrifices consentis pour le
film Carpentier le prix des places ne sera
pas augmenté.
. .
Vendredi 20, soirée ; samedi 21, soirée ;
dimanche 22, matinée et soirée.
UNE
CINÉ-PALACE. - Programme du 17 au
10 juin : L'Automne d'une Frmm<\ grand
drame ; d'autres drames, et des comiques
et des voyages comme on n'en voit qu'au
CINE-PALACE.
Frairheur exquise au CINE-PALACE.
,
Tous les soirs,
de 8 h. 3/4 à. 11 h. |, dans le jardin du Café
de la Rotonde, en plein air.Dégustation des
bières de Champigneulles. Entrée gratuite.
CINEMA ROTONDE.
CASINO.
Tournée Kartal. — Le succès de la mort d'He-rlock-Sholmès est tel
que l'imprésario Kartal d'accord avec la
direction du Casino, a décidé de donner
quatre
représentations supplémentaires
avant son départ pour BruxeUés. Irrévocablement jeudi, vendredi, samedi et dimanche en matinée et soirée, cinq demie■tes représentations.
BRASSERIE WAGNER.
Cinéma gratuit tous les jours en matinée. Samedi et
dimanche, matinée et soirée.
Bie M1CMAUT. — Cinéma avec orchestre. Goûter aux enfants. "
Décès
j
j
|
i
j
j
Marianne VariUUard, 78 ans, religieuse, rue
u Montef, 87. — Loois-Fr»n<;ois.Tachet, u-i j
a ns,
rentier d Monthureux-sur-.Saone (vos- i
>' . \ _ j epi, Cnlire, 57 ans, journaliei, ont.es
0S
fc Un
du Crosne, SI. - François-Eugène Coulh i 59 ans sans profession, rue des Quatre- ,
j •alises, 56. — Chrétien Bollinger, '8 ans, jouraller, rue Foller, 1. — Lucie-Marguerite Darien, 3 mois 20 jours, rue de ) Equitation, 1D.
- - Catherine Colin, 73 ans, sans profession,
pouse Simon, h Orquevaux (Haute-Marne).
e - Jeanne Erard, 22 ans, ménagère, épouse
j 'runiaux, à Tomblaine (M.-et-M.). — Maner .ouise-ï.ucia Beninger, 1 an 11 mois,faubourg
j Saint-Georges. 92. - Cellna Petit -66 ans, cult ivatricc, épouse Cucnin, à Wiileroncouit
| Meuse).' ,
1 mort-ne.
■
&
leuii immédiat
™H™ ÎHagasks Réunis
1
,
AVIS MORTUAIRE
Les personnes qui par erreur ou omission
l'auraient pas reçu de billet de faire-part
ont priées do considérer le présent avis
omme une invitation.
Vous êtes prié d'assister aux convoi funè| n e, service et cnterremeiii, oc
*
J Madame
Veuve Adrien BARBE
Née CHAMPEIL,
c lécédée, munie des sacrements de l'Eglise,
1 e 16 juin 1913. dans sa 5-4° année.en son doi nicile, à Saint-Cyr-l'Eeole (Seiife-et-Oise) ;
Oui se feront le vehdredi 20 courant, à
( uize heures très précises, en l'église Saint^éon, de Nancy.
( 3n se réunira à la gare à-dix Heures trois
quarts.
De Profundas !
De la part du docteur René BOURGUIGNON, médecin aide-major de première
: lasse à l'Ecole spéciale militaire de Saint^yr, et de Madame René BOURGUIGNON,
: ses enfants ;
De Monsieur et Madame- Paul DESSIRIER, à Vierzon (Cher), ses'beau-frère et
sœur ;
De Madame veuve Jules ALGAN et Madane veuve Armand LE COZ, ses belles3UH,rs ;
Bte ilonsieiar et Madame VICIER, ses on, :1e et tante ;
De Monsieuiet Madame Paul RINTELEN
et leur fille ; Monsieur Jean LE COZ, ses
neveux et nièces ;
De Monsieur et Madame Laurent TRON'"HE. et leurs enfants ; Mesdemoiselles Marie et Louise VICIER, ses cousins, cousinés, petits-cousins et petites-cousines ;
Oes familles CUNY, DEMANG6, LAPREVOTE.
L'inhumation aura lieu au cimetière de \
PrévUle.
J
E ©EN-THEATRE, CINÉMATOGRAPHE
PATHÉ. — La salle de la rue Bénit a
suhi des transformations, des embellissements qui flatteront certainement le goût
du public nancéien. Le peintre Rame! a
tait œuvre d'artiste en décorant avec un
rare talent l'Eden-Théàtre.
La réouverture de rétablissement aura
lieu vendredi prochain avec un programme" où figurent de sensationnelles créations.
Notons la « Calomnie », une étude sociale en deux pa rties, qui produira sur les
ftVJâ MORTUAIRE
spectateurs une irrésistible impression.
j
Une autre scène, dramatique, « Rosa Bell
Les personnes qui, par erreur ou omisla détective », ajoute un film très curieux
sion, n'auraient pas reçu rie lettre de faireà la collection des romans policiers.
Mais les vues comiques plairont beau- part du décès do
coup, à cause du choix judicieux qu'en a
Mon s ici r Nicoias-Hugène DîOT
su faire la direction de l'Eden-Théâtie :
Ancien rccereur municipal de la ville
Bôireau, danseur de corde, l'Attaque de
de Nancg,
l'Auto 61 M, les Maçons s'amusent, Pénard escamoteur, le Cottage hanté, etc...., décédé à Nancy, le .17 juin 1913, dans sa
sont autant de pièces qui obtiendront un 86e année, muni des sacremertîs de l'Eglivif succès.
se, sont priées d'excuser la ramille et de
Pour les voyageurs... en chambre, c'est considérer le présent avis comme une inviune excellente occasion de visiter Troû- tation à assister aux convoi funèbre, .serville, de se promener en imagination sur vice et enterrement, qui-.auront lieu -le venla-célèbre plage de Normandie, et de par- ! dredi 20 courant, à dix heures du matin, en
tir-ensihte pour la Suède, ce pays si ri- I la basilique Saint-Epvre, sa>paroisse, et de
ch'e en curiosités naturelles.
là au cimetière de Prôville,'où se fera l'in.Ce-serv, dans un cadre de charme et de hmnation.
fraîcheur, un spectacle digne des réou- On se réunira à Végjise, où le corps sera
vertures les plus sensationnelles.
déposé.
j
REPRESENTATIONS. — Vendredi, sa- ____
^. j
|||ta||||||
medi et dimanche en soirée (matinée le
dimanche).
REMERCIEMENTS
j
Musique Militaire
Madame LAUGEL et sa famille remerPARC SAINTE-MARIE. — Musique du cient bien sincèrement toutes les person37° régiment d'infanterie (chef : M. Fran- nes qui leur ont témoigné de la sympabry). — Programme du concert du jeudi thie à l'occasion du décès de
19 juin, de 20 heures 15 à 21 heures 30 :
Monsieur Georges LAUGEL
1. Jubilé impérial, marche (Mathvs). — |
2. Burchart de Gommes, fantaisie" (G-uil- I
lemeint). — 3. Symphonie fantastique, Un
REMERCIEMENTS
bal (Berlioz). — 4. La chanson des nids,
pouTi deux clarinettes (Buot). — ST. La
Les familles LEFEVRE, MEYER, BREMarche héroïque (Saint-Saëns). — 6. F*è- TON, HEUBY, ÂRNOULD, GOUVENOT,
res joyeux, valse (Vallstedt).
VIELLE, MATHIEU et JACQUEMIN remercient bien sincèrement les personnes
—,
0
^—«
qui leur ont témoigné de la sympathie à
l'occasion du décès de
i
ras
CPORTS
CYCLISME
Le concours de cyclisme militaire organisé par la maison des Pneumatiques
Wolber, a fait dimanche dernier ses heureux débuts dans les Ardennes.
Comme une épreuve analogue doit avoir
lieu à Nancy le dimanche Zl juillet prochain, nous avons jugé utile un compterendu de cette première épreuve doni le
succès, hàtons-nous de le dire, futTdes
plus vifs.
Le concours d'estafettes militaires (Ardennes) a été disputé dans la région de
Charleville.
Le tir au stand de Montcv-Saint-Pierre
n'élimina que huit concurrents sur 36. (Le
minimum de balles à mettre en cible était
de deux seulement). Puis les estafettes,
munies de cartes d'état-major, se rendirent
à Fumay en passant par trois contrôles
situés dans les localités désignées par des
plis.
Sur-28 partants, 26 terminèrent dans les
délais réglementaires.
La course cycliste eut lieu ensuite. Itinéraire : Fumay-Charleville, par RocrOy.
Les-26 concurrents, cette fois, se classèrent.
MM. Lelong, chef délégué sportif de l'U.
V.^F. et Le Guillou, représentant la maison Wolber, Sudre, chef consul, Deaux,
sous-délégué, suivirent et contrôlèrent la'
course.
Les deux première arrivèrent à Charleville (entrée du boulevard Gambetta), où
ils descendirent de machine pour terminer
à*pied le parcours, soit 1.500 mètres en.viron, en poussant à la main leur bicyclette.
'■fPlusieura centaines de personnes acclamèrent les vainqueurs de cette épreuve.
iVoici les résultats ;
1er Scheit ; 2° Borca, à trois mètres.
^Classement (tir) : 1er Borca, 24 points ;
2"%Pierrard, ,24 points ; 3* Mouze, Jean, 22*
points ,;, (cyclisme)- : 1er Scheit, sur pneus
WolbeT.;>ii2*wBorca, sur pneus Wolber ; »
5
QufnarcL
^Classement général M™ Borca.
iPanni les officiels, on nota la présence
de» MM. Pesron, directeur de la grande
noarque» WoblerS; Lelong, Le Guillou, rejmséïfâtrtant pour l'Est des établissements
SSoIber, etc.
■yNous..sommes certain que ce succès sera
dépassé?;-à^Nançy, Jer27-*juillet dans notre
Madame Emélie LEFÈVRE
NÉS ARNOULD
GROUPES et SOCIETES
Société de géographie de l'Est. - La
Société de géographie de Barcelone organise un congrès de géographie qui s'ouvrira le 10 novembre prochain.
Les personnes désireuses d'assister aux
séances de cette session et aux excursions
qui seront organisées à son occasion, pourront trouver tous les renseignements utiles
au secrétariat-de la Société de géographie
de Nancy.
Club Alpin Français. -- Excursion du
dimanche 22 juin. — Rendez-vous à la
gare de Nancy, à 6 heures du matin ; départ a 6 h. 22 pour Raon-sur-Plaine ; à
pied au Donon et au lac de La Maix •
retour à Nancy à 22 h. 03.
Groupe esnerantiste. —
Vendredi
20
juin, à 8 heures 1/2 du soir, réunion de
quinzaine, Chambre de commerce, 40, rue
Gambetta.
Anciens élèves de l:Ecole supérieure. —
Une réunion des anciens élèves de l'Ecole
supérieure aura lieu au café de la Bourse
(salle réservée), vendredi 20 juin, à huit
heures twns quarts du soir, pour arrêter
définitivement l'itinéraire du voyage qui
doit avoir lieu cette année, du samedi p»
au jeudi soir 17 juillet.
Deux itinéraires sont proposés :
Premier itinéraire. — 1. Nancy départ
a 4 heures 19 : Zurich. — II. Zurich —
Coure — Thusis, — La Via Mala — SaintMoritz. — m. Sa.Lnt-Moritz-.~- Pontresina
— Glacier du-Mortcrasch —- Saint-Moritz
— IV. Saint-Moritz -- Bernina — Alpe
*Grunn. — Tirano — Bellaggio — Luguno
— V. Lugamo — Luino —■ Pallanza — lies
Borromées — Stresa. — V. Stresa départ..à 7 heures. — Brigue, Berne, arrivée
a 12 heures, départ-à 3 heures. — DelleBelfort — Nancy, arrivée à 22 heures 48.
. Deuxième itinéraire. — I. Nancy, départ
a-&heures 22 — Baden-Baden
il Carlsmhe — Haidelberg. — m. Francfort. —
IV. Mayeuce— Voyage sur le Rhin —
BusseMorf1—"V. Dûsseldorf -- Cologne —
a
VI. Coiogn».-- Trêves — Nancy.
Prière ^instante aux camarades excursionnistes de se faire inscrire sans plus
de-délai pour vendredi soir, 20 juin.
Les adhésâons%ont- reçues par" M. Petit
directeur de l'Ecole supérieure, et Richalet, trésorier-de l'Association, 97, rue de
Mon-Déser*
Violon. — Mercredi matin, à 8 heures et» n
demie, les agents Vicq et Guérard ont dé«Je no me rappelle de-risn,»
posé au violon municipafl un nommé Cotixn
U habitait en dernier à Nancy
,
LT
ïsaac, 63 ans, journalier, de passage à di
de prison, B fr, d amende
-' «J jouf,
Pont-à-Mousson, qui, éla.nt en état, d'ivre-J
„ T,^
/°LET Henri' né à LunéviUe ^ <n
se et la ligure couverte de suie, rassem- a
a
quitte ses parents pour il
frn
blait
les
passants
sur
la
place
Duroc.
fc
*
fois et est venu se faire arrêter^mns^
U est difficile, en matière de vandalisme, '
v
Un peu de repos lui fera sans doute du gabondage.
g
I
Cet enfant à déjà
*d'étayer une incrimination solide, surtout
COîn
d
devant le même tribunaL
Pam
lorsqueT'on ne possède aucun témoignage. bien.
PAGMY-SUR MOSELLE
M* Guilion défenseur.
D'un autre côté, il est non moins pénible
/MONDtSSfMEfIT DE NANCY
Plantations in«eru!ices. — Un incendie
Ce tribunal lui donne-1 mnu J
do se voir dans l'obligation de réfuter d
dont la, cause est inconnue s'est déclarée s<
son.
**—"s
oa
uHAMPIGNCUÏ-LES une
\
accusation si elle vient intempestiveJ
Ooups et blessures.— Mardi, à 8 lreures, ,ment vous imputer un délit que vous n'a- doua des plantations de sapins, situées
ii
ifinsnaissEMEKT. OE.anrÈmiE
au lieu dit «datPriullée ». Vingt ares apvez pas commis
, . .
p
partenant à M. Alfred Brichèn et qua(J
Incriminer est très facile ; prouver, c est £
Mort au café.—*Un.»ou
rante ares appartenant à Mme veuve Thiéune autre affaire.
h
M. Léon Doucin, STans? né^L^^H
*
■ Le "garde y vit le nommé Coster Auguste, I '
SAINT-tilCQLAS ! baut ont été ravagés.
11
Le préjudice causé est évalué à 450 fr. mort
âgé de 30 ans, demeurant à Chanipigneul- j
l'autre soir, en prenantW^ es*
a
Libéralité. — A l'occasion du mariage ^
a
les,
lequel frappait brutalement à coups de sa fille, avec M. Robert Deybach, doc- Mme Thiébaut seule est assurée.
1<
avec ses camarades,.,an^fé vGjnuWVeri«
d'Alsace.
»uuot,
NOMENY
à
j pied et de poing le nommé Dell Pierre, j
de
g( ans, demeurant également à Champi- teur en droit, avoué près le tribunal civil
Vandalisme. — Des inconnus ont frac- >
32
de Saint-Dié, Mme veuve Jules Duval a ^
ti.u'é la porte de la prise d'eau alimentant
» Le garde consiaia que Dell portait au remis à M. le maire de Saint-Nicolas, pour j,
la ville de Norn-ny. Déjà en hiver cette
"
le bureau de bienfaisance, la somme de
'
porte avait été brisée et la pompe déte*
cent francs.
,.
riorée.
|
Procès-verbal, a été dressé ii Coster AuFROUARD
ffuste
pour coups et blessures.
ÀIWOtWiSSEtJIENT DE TOUL
B
Vandalisme. — Dams la nuit, les lavoirs
Grande Liqueur Je Cogna*
FROUARD
publics ont été abîmés par des individus
TOUL 1
Créée a la Cour de François
Pour l'aviation. — Une-quête faite par(pie l'on croit être les mêmes qui ont arA propos d'un accident. — M. Vannier E
mi
la population de notre ville par un
n
it i
U n
M SAI?
r
nous écrit :
|
raché les boîtes aux lettres.
a
agent de police, a produit-la jolie somme
"
TJ
L'enquête concernant les boites aux let» M. Vannier employé^ l'entrepôt de la "il \UITY n é"oc"â" t r'"" '
de
d 236 francs.
tres se poursuit, et, qui sait, elle pourra ïbrasserie la Champenoise, conduisait une
Si l'on se rappelle que le conseil munici- foire d'une pici re deux coups.
vvoiture attelée d'un cheval se dirigeant
V e
pal, sous ta présidence de son sympathi!
DIEULOUARD ^vers Mont-le-Vignoble, lorsque -lo cheval • Vol d'échalas.- Mme Lhommé wl Ste
que maire, M. RoILin, dans une de ses
journalière
à
Crévic,
s'apercevait
n
»
s'arrêta,
refusant
d'avancer.
'
Accident.— M. Souly Constant, camion- I
y
séances,
a
voté
une
somme
de
100
francs,
^
quinzaine do jours, qu'on bu
*
M. Vannier descendit de son- siège pour 1 une
:
neur
à
l'usine
Gouvy,
a
fait
une
chute
et
,
la commune met à la disposition du com ile faire avancer, celui-ci envoya une rua- j enlevé quatre tas de 50 « paisseamT» ^
té
t nommé à cet effet la somme de 336 s'est cassé la jambe ; il a été aussitôt di- de. Atteint à la jambe gauciie, Vannier 1 *cun, qui étaient rassemblés dans sa „•
rigé
sur
l'hôpital
de
Nancy.
j
francs.
f
1
au
lieu dit le Haut-du-Mont, à troisb kf?'
Arrestation. — Mercredi matin, les <ren- *fut transporté sur sa voiture par un cy- mètres
La population, toute patriotique, ne reste
1
do Crévic.
^tocliste,
M.
Petit,
de
Toul,
qui
passait
à
ce
darmes
François
et
David,
de
la
brigade
do
,
donc
pas
en
arrière
des
autres
commu'
moment.
Le
docteur
Dupont
fut
appelé
et
,
C'est
le
deuxième
vol
semblable
A
Pont-à-Mousson, ont conduit au parquet do
nes.
nnt
0t
constata une fracture compliquée.
*Mme Lhomme est victime depuis trois »n
Fête patronale. — Dimanche prochain ' Nancy un nommé Hoermann Eugène, 26
1
M.
Vannier
adresse
à
M.
Petit
ses
meilUn
individu,
Ch.
0_
qu'elle
soup^oS*
,
22 juin, aura lieu la fête patronale durant ans, ouvrier d'usine à Dieulouard, qui s'est leurs
c
reinerciements pour les premiers oppose
des dénégations formelles. Vïonn6»
opposé à l'arrestation d'un pupille de l'as- |
jtrois jours et le 29 suivant le relève-selle. sistance publique qu'ils avaient mission de soins qu'il a bien voulu lui donner. »
B
0 NTj
Elle promet d'être brillante à en juger par
j nombre toujours croissant de deman- ramener à Nancy.
Tribunal correctionnel. — Audience du , Le chien et la casserole.— M Félrl T
le
vaux,
brigadier des douanes en retraite
Hoermann
a
outragé
les
gendarmes,
puis
r
mercredi
18
juin
1913.
Président
4
M.
Max,
des
qui parviennent à M. Bidu, premier
<
,un chien auquel, probablement, on .î
t
importantes fonc- s'est élancé sur eux et leur a porté des tin.
jadjoint, chargé des
puisque l'autre jour on lui attaché
coups de poing et do pied. Il a mordu égaleVeta Joseph, 40 ans, né à Strasbourg, veut,
,
"Itions d'organisateur.
Par son intelligence et sa haute com- ment à la main le garde champêtre Drau, «sans domicile, manœuvre, est rentré en june casserole au bout de la queue et n»
France,
malgré un arrêté d'expulsion pris le frappait au passage à coups de bâton
I
1pétence dans ces sortes d'affaires, la fête qui accompagnait les gendarmes.
£
Il 6'est vanté qu'il passerait la frontière contre
lui le 26 juilet 1912. — 2 mois de > Furieux et craignant que son chien nv, '
promet
de surpasser eelle des années pré1
prison.
trape la rage ave epareil traitement M
après les avoir frappés.
I
*cédentes.
PONT-A-MOUSSON
— Saffrey Lucien, né à Paris en 1896, Lavaux a déclanché le ressort judiciaire
Il est secondé, du reste par les agents '
Plainte. —Mardi, M. Maury, marchand «est un jeune rôdeur, qui s'est l'ait arrêter à
DAMELEVIÉRCC
de ville, qui font respecter les règlements \I
Coups et blessures. — Les nommés Emik
do journaux et débitant rue Victor-Hugo, 'Toul
■
pour vagabondage. Il est,.sans.,-paet les ordres ireçus.
1
Durupt,
34
ans,
charpentier,
et Aucust»
Si le beau temps-s'en mêle, il y aura est allé porter plainte contre le nommé Pa- rents et sans domicile.
Welsch, 28 ans, manœuvre, vivent à la mê
risot Constant, âgé de 27 ans, ouvrier d'u<( Je ne me plais nule palrt ».
lieu d'être satisfait.
-sine, demeurant place du Paradis, 12, quiM8 Guillaume, défenseur. — 1 mois de mo cantine Steyert, à Damelevières
Le premier était endormi, dans la'nuit
. Les attelages do chiens. — L'agent de venait de le frapper do plusieurs coups de 1prison.
police B... a dressé procès-verbal à un poing dans la figure, alors qu'il distribuait
— Bajolet et Saffrey, déjà cités plus \du 13 au 14, quand, soudain, il se réveil] i
couple de nomades qui conduisait line ses journaux rue de la Poterne.
)
haut
et condamnés pour vagabondage, 1sous les coups que lui portait le second
'charrette à laquelle étaient attelés deux
M. Maury avait l'oeil poché et portait une •comparaissent
1
pour s'être totroduitJS dans avec un instrument contondant. Welsch
chiens. La compagnie du triste individu, légère blessure au-dessus de l'œil.
iun bateau. Dans la cabine, ces jeunes vo- s'enfuit alors. Plainte a été déposée a là
insulta la police qui dressa procès-verbal
Procès-verbal a été dressé.
1leurs prirent des vêtements, un rasoir et gendarmerie eontre lui.
pour ce dernier motif et pour infraction
Vol. — Vendredi dernier,
Mlle Lucie <divers objets. Ils brisèrent la -porte pour I
à un récent arrêté préfectoral interdi- Fuchs, 18 ans, bonne chez M. Simon, café- entrer.
<
MMC" Guillaume et Guilion, défenFAITES EXPEDIER A VOS AMIS
sant l'attelage des chiens. 11 serait à sou- ticr, place Duroc, constatait la disparition ;seurs. — 8 mois de prison.
haiter que tous' les agents fassent respec- d'une somme de 13 francs placée dans un
le Posta! des Délices Lorraines
— Schneider Eugène, né en 1887, à' Toul;
ter l'arrêté en question.
franco dans tonte la Francs contre mandat de 9,7s
porte-monnaie qu'elle avait laissé dans sa Braulotte Victor, né" en avril 1886 ; BrauROSI ÉRES-AUX-SALI NES chambre. Dimanche, Mlle Simon constatait lotte
■
Charles ; Gougelin Léon-Louis, né en
Procès-verbal. — La chaleur était suf- à son tour la disparition de son porte-mon- novembre
'■
1894, à Toul, tous quatre habi:
focante,
la femme Lemarquis, une bonne n aie, contenant 3 fr. 50, sans pouvoir pré- tant Toul, ont été surpris le 29 mai par le ,26, Ftu& Saint"Georges, 26 —KANGf
igendarme Klein en flagrant délit de pêche
Igrosse « rougeotte », et le nommé Lagar- ciser quel jour il lui avait été pris.
1
1de, tous deux domestiques à la ferme de
En rapprochant ces deux vols, M. Simon dans
MARCHE AUX VEAUX
la Moselle. Ils péchaient à deux heula Crayère, écart de Rosières, avaient bu a porté ses soupçons sur un jeune homme res du matin. Gougelin faisait le guet. Us
La Villette, mardi 17 juin.
plus que do raison, ils allèrent cuver leur qui, vendredi dernier, était occupé cnez lui sont
'
de plus poursuivis pour pêche avec
Veaux amenés, 196 ; vendus, 160.
engin prohibé.
:vin sur le chemin de Saint-Urbain, mais à remplacer un compteur électrique.
Vente difficUe, mêmes prix.
Ses soupçons étaient justifiés, car en
Braulotte Charles fait défaut.
Les veaux do choix de Seine-et-Marne,
.la femme Lemarquis avait oublié toute notion do pudeur, elle exhiba ce que la dé- ayant fait part à M. Marin, commissaire
Les prévenus nient énergiquement les do l'Eure, de Seine-ct-Oise, d'Eure-et-Loir
cense défend de montrer. Quant à Lagar- de police, celui-ci a fait procéder à une en- faits qui leur sont reprochés.Ils ont déjà été se sont vendus de 1,10 à 1,15 ; les chamde, il ne voyait rien, car il dormait à quête, de laquele il résulte que le voleur est condamnés plusieurs fois. Le tribunal con- penois, de 1 fr. à 1,10 ; les manceaux, de
bien l'ouvrier en question, un nommé Fras- damne : Schneider, 400 fr. d'amende ; 90 c. à 1,05 ; les gournayeux, de 85 c. à
poings fermés .
Des passants charitables vinrent préve- netti Clément, âgé de 18 ans, demeurant à Braulotte Victor, 400 fr. d'amende ; Gouge- 1 f r. ; les caennais, de 85 à 95 o.
nir l'agent Vautier, et nous ignorons s'il Pagny-sur-Mose.lle.
lin, 50 fr. d'amende ; Braulotte Charles, 4-00
Frasnetti, qui a été arrêté par l'inspec- fr. d'amende.
lit comme les enfants de Noé, car ceux-ci
— Cher Siméon, né le 4 août 1874; Kirsch
se voilèrent la face en pareille circonstan- teur Polet, à^a gare, au moment où il se
disposait à prendre le traiin de 6 h. 33 pour Louise-Hélène, née à Chamanilley, près
LA REINE 3SES BIERES
L'agcnt réveilla l'ivrognesse et lui ex- aler chez lui, a, en effet, été trouvé en pos- Wassy, habitant Foug, sont poursuivis
mm—mm Qualité incomparable
■■■ „
pliqua que vu l'état dans lequel elle se session du porte-monnaie- de Mlle Simon, pour adultère. — 16 fr. d'amende.
MALT D'ORGE et HOUBLON exctusiosmsitt,
— Condolf. journalier, demeurant à
trouvait, il lui dressait procès-verbal pour ainsi que de quelques petits objets- contenus
garantie sur facture
Ecrouves. Le 25 mai, Condolf a frappé viooutrages aux bonnes mœurs et un autre j dans lo porte-monnaie.
l'eruieiitutioii uvee levure |>are
Procès-verbal a été dressé.
ïs lemment la femme Raison, aubergiste, et
pour ivresse Quant à son compagnon," il 1
récolta un simple procès-verbal pour ivresArrestation. — Mardi, vers 6 heures du s'est servi d'une chaise pour frapper.
se.
« J'ai seulement donné un coup do pied
soir, l'agent Vicq a arrêté, rue VictorL'orage. — Dans l'après-midi de mardi, Hugo, un individu, sujet allemand, qui à la femme Raison, parce qu'elle m'avait
vers trois heures, un violent orage a écla- lui semblait être en état de vagabondage. donné un gifle. »
La discussion prit naissance au tir foté sur Rosières et les environs. Les déchar- L'ayant emmené au commissariat, il a
Par,ls, le 17 juin 1913.
ges électriques furent formidables ; bien- été constaté qu'il s'agissait d'un nommé rain.
La séance d'aujourd'hui est encore mau*
Ms Guillaume, défenseur. Le prévenu a
tôt une pluie abondante et bienfaisante se Schneider Jean, 27 ans, originaire de
vaise. De nouvelles réalisations ont pesé
mit à tomber. U y eut très peu de gréions. Lemberg (Lorraine allemande), condam- déjà été condamné.
sur les cours, les places étrangères étant
30 francs d'amende.
La foudre est tombée plusieurs fois sans né récemment par le tribunal correction— Gosse Eugène, marinier de passage, •également faibles.
toutefois occasionner de dégâts, ni d'acci- nel de Briey à un mois de prison pour
Le 3 % finit à 83,95.
dents. U serait à souhaiter pour,nos ver- vagabondage et expulsé du territoire fran- né à Bouillon, eu 1879. Le 16 juin dernier,
Rentes russes s'alourdissent encore : 5
gers que la pluie continuât à tomber pen- çais par arrêté de M. le préfet de Meur- près Foug, il heurta le bateau de M.
1906 101,90 4 1/2 % 1909, 98,55 ; Consolidé,
dant 21 heures.
the-et-Moselle. Schneider a déjà été plu- Haxion, puis, sur une observation, prit un 90,10 ; 3 % 1891, 72,40.
revolver et tira dans la direction de
FROLOIS i sieurs fois condamné à Metz et à Sarre- Haxion ; ce fut le charretier de Gosse qui
Le Serbe- perd 1/2 point à 80 francs, et le
Toujours les vandale s.— Nous avons re- bruck pour mendicité et violation de do- fut atteint à la main. — 20 jours de prison Turc 0,35 à 85.
micile.
laté la semaine dernière qu'un individu
L'Argentin se tasse à 95,30 ; l'Extérieur»
M. Marin, commissaire de police, a. fait avec sursis, 25 fr. d'amende.
stupide et bien malfaisant on en convien— Tallemet, journalier à Gondreville, est est relativement bien tenue à 89,10.
conduire
cet
individu
à
la
gendarmerie,
dra, avait sectionné à environ cinquante
Banques et
Etablissements de Crédit
poursuivi pour ivresse, tapage injurieux et
centimètres du sol, trente arbustes que chargée de son transfert au parquet de1 outrages au garde Oudot, de Gondreville. continuent à rétrograder : Banque de PaNancy.
M. Camille Abraham, propriétaire à FroLe prévenu fait défaut. — (5 jours de pri- ris, 1698 ; Gi-édit Lyonnais, 1618.
Plainte. — Mardi soir, Mme Sarrazin, son, 11 fr. et 5 fr. d'amende.
lois, avait placés en pépinière, à l'extréI Chemins Français faibles : Lyon, 1250 ;
demeurant au Haut-dc-Rieupt, est allée■
mité de son jardin.
— Eugénie Larcher, femme Albert Geof- Nord, 1665.
Enhardi par ce premier exploit, le van- porter plainte contre la femme Cornette-, froy, née à Trondes, et Albert Geofi'rov, né
Chemins Espagnols également mal disdale qui doit être, entre parenthèses, un née Nourricier, qu'elle a surprise diman-• à Gironville, demeurant tous deux à Bôucq, poses : Nord-Espagne, 469 ; Saragosse,
redoutable rancunier, trama dons son cer- che cueillant de la salade dans sa vigne. ont été surpris, près de Lagney, par les 400.
Valeurs de traction et d'électricité alourveau un nouveau moyen de nuire à M. Lui ayant fait une observation à ce sujet,, gendarmas Kicin et Gérard colportant des
elle s'est vu injurier et frapper par cettei vessies contenant de l'eau-dc-vie. M0 Ha- dies par des dégagements de positions :
Abraham.
Sans grand effort de méninges, l'indivi- femme.
bert se présente pour Ies^contributions indi- Métropolitain, 608 ; Parisienne de DistriProcès-verbal a été dressé.
bution, 625.
rectes.
du arriva à ses fins. Profitant de la fraîle Suez est stationnaire à, 5350.
cheur d'un beau matin, il se dirigea vers
Albert Geoffroy et sa femme, chacun 500
Suicide. — Décidément, la série noire,
Valeurs cuprifères améliorées en clôtules pâtis et là, avec une ardeur qu'il n'au- continue à Pont-à-Mousson. Mercredi ma-. d'amende chacun, le mari 6 mois de prirait certes pas eue si on lui avait com- tin, vers 5 heures, le nommé Becker Jean-. son, aux doubles droits la jeune femme 5 re : Rio, 1797, Boléo, 760 ; Tharsis,' 177.
Valeurs industrielles Russes perdent enmander de le faire, l'homme arracha, sur• Pierre, âgé de 45 ans, charretier, au ser-. jours de prison.
une surface d'environ cinq ares, toutes lesi vice de M. Petitjean, marchand de bois,
— M. Aimé Bonnet, à Foug, a assigné core d'importantes fractions : Briartsk,
tiges d'un champ de pommes de terre.
a été trouvé pendu dans le grenier du lo-. en dommages-intérêts pour diffamation, 521 ; Sosnowicc, 1138 ; Prowonik, 575 ;
Informé de ce nouvel acte de vandalis- gement qu'il occupe rue du Quai, 15.
la nommée Marie Grosdidier, femme Fa- Maltzoff, 1079.
Mines d'or et diamantifères alourdies :
me, M. Abraham avisa téléphoniquement
M. Marin, commissaire de police, ac-. gard, née à Boucq et demeurant à Foug.
la gendarmerie, qui accourut. Elle procéda, compagné de M. le docteur Barthélémy,
MM" Grillon et Guillaume, défenseurs. Rand Mines, 164 ; Enst Rand, 67,50 ; De
à l'interrogatoire de l'auteur soupçonné dei s'est rendu sur les lieux pour procéder'.
-M fr. d'amende, 25 fr. de dommages-in- Beers, 525.
Caoutchoutières en baisse,: Financière,
térêts.
ces méfaits répétés. Le propriétaire lésé■ aux constatations légales.
est en effet en délicatesse de rapports avec:
M. Becker était malade depuis un cer— Potier Jean, né en Alsace-Lorraine 12,3,50 ; Malacca, 163.
un de ses anciens locataires ; aussi voit- tain temps et on suppose qu'il a mis fin, en 1871, était en état d'ivresse à Saintil en lui le coupable. Mais ce ne sont là, à ses jours pour échapper à ses souiïran-. Mansuy, quand l'agent Aubry intervint
que des présomptions qui jusqu'à présent; cesPotier frappa l'agent et lui fît des menaces
1
LA OÊESSE BES BSÈBES
n'ont pas trouvé-l'occasion de s'affirmer.
II laisse une femme et cinq enfants.
de mort. Il y a de plus délit d'outrages.
Les faits se sont passés le 14 juin derSavoureuse, Saine et Oiqestive
0llJ^QlH^UrS
Ravmond-Ferdinand-Jean-13apti»tc
I.imourue du Ruisseau, 85. — Blanche-Louise
s in,
lillon, rue Boulay-de-la-Mcurthe, 4. — Henri( harles Tschinscliang, rue* Mac-Main», Zp. —
, ucIe-Marie Jaumont, nié de Saverne, 1. —'ierre-Marcel-Jean Pique, rue Foller, 6. —
inile-.Piles L'nulÎHer, rue des Qtoatre-Egllses,
g 5, _ pjerre-Henri Vidémont, rue'de 1 Atrie, t. ,
THÉÂTRE MUNICIPAL.
Tournée
Brasseur. — Mardi 24 juin, d y aura
fonte au théâtre, poer applaudir Brasseur
dœns»La Part'du Feu.
Spectacles
:
|
Naissances
Théâtres
NOUVEAU CIBQUC PLÈGE. — Grand
succès pour le ballet aérien des Sylphides ;
les Sylvios acrobates d'un nouveau genre,
lesnoueurs de cerceaux, les Chinois Inode,
lesîkeyclistes Tourbillon, les écuyors et les
éeuyères et des clowns Tonitoff et Seniert.
Jeudi 19 juin, à trois heures, avant-dernière matinée.
CIVIL
1
^O^âï^^û^lO'HXâsls
M E U RT HE-&-M0SELLE
;
J
1
I
IILA
I
FRANÇOISE)1
1
&.I
J
Louis DIXNEUF
8ière de Champigneulles
B0LLETINJ1NAKCIER
Bière
Saisit-Il isolas
1
*•—
■
. ..
.
.
iiiM^wi
*xn*cile de l-'ayonue des Ternes, déclare
que le ttBbteaanA, a refusé de le suivre et
qu'il lui a rerrrtB une note dans laquelle il
spécifiait ùro'i refun ait de «e rendre à T«u»
Tribunaux
«Ii
Le lieutenant Mantrant a été condamné
ài un an de prison, pour absence illégale.
1Il a été acquitté sur les autres chefs ci'ac<
I! s'est pourvu en cassation.
'
'
i
î
<**4
.
'
I
■ 1
3
I
|
I
j
I
I
I
I
1
I
I
I
1
si
l
si
Pourquoi vous obstiner à porter un handage qui laisse glisser et grossir la hernie?
Au début, elle était imperceptible, puis
sous votre bandage défectueux, elle a pris
des proportions inquiétantes. Un mauvais
bandage aggrave votre mal. Vous vous eu
êtes rendu compte et redoutant l'étranglement fatal, vous en avez acheté un autre. Vous espères un soulagement et vous
n'avez éprouvé qu'une déception nouvelle.
Dès lors vous n'avoz plus confiance et c'est
logique-. A quoi bon faire en vain de nouvelles dépenses !...
[SÉRIE B K
4 I
! Rébus n°
DEiMTAIRE
CABINET
Su! il ai la boaclis ei des dents - Tramai II tsns QltM
EXTRACTION SANS DOULEUR
Appareils vulcanite, or, métal platine
|f
PRIX MODÉRÉS
l|^Lf\
i
*
s ^
K
S!
| Ees acr-ia-wtj ot-iU^ttca qrfon fflboss vs oun fc;T
Hfon:-..io û reporte, tîa lafOftaaUon 0!J du ï'ftf?iT!-c-^i
Sii'iVio'.ols qr.o : ttâzrtdrra»ï(ii!tîJFî'.'feralt.! >îcR .«ei»t.-*N
Ë'hi Eafig, bouBéetidd cHaleurâ, VéfllgSs, CWU&d-J|"",
««««ta, paipitatioas', angoissas, gaâtraigiôa, ûya»w r. >
■MMtteSi constipatioâs UoalôarsOt tuîtfalRidâ âi>M-,HV^TSCSÎ ainsi qiia les Variodà, ïi5JB0rreïd98 sm
Ifihlébitos, sont prôveflliâ OU gttoriS CM ï'MiS&S'â
mco Virgjnio*5ïv"lâhl* On n'a tju'ii ÛSmxpwm
Bcittoor.noac6( W> ) ot l'cdrêssôr a : gfcc'.uit9||
KKyrdahL 20, rws de JUt liôchtfouecuht, é'uritM
mpimvrecevoir franco la Mc-ci-tua esiiUeatlv» «agi-. ■
¥.\m pages» ainsi qu'an petlttfÊhttfltiUonrecloH Ml
sjOisièmo, qui parmottra cl'appnjciêï lù gôûtùo|î
■cloux du prodnlt. La fiacoa : ï fr. 60 franco. r8Wl
■éviter les innombraWêâ toitfttlûHS fia C9 pro»S
gdaît,oxiscr iii 6igiiatUr« de fÉtOSOI &y.rà&M,§g
N'ACHETEZ PLUS DE BANDAGES
SI FADU ITAJUIAKO
Visible les vendredi, samedi et dimanche
si
r
J
A VENDRE
^^^^^W^WolJ^Ù Co^u^^^
l JJOXJJS
MIRGODIN
7, me as mets, LomaWY-mAê
11
...
*"«
Voici quelle était la solution :
Lent Tl.MI lit tard — isthme — nam FLB
en CE — rat pftle — Héré — G Y ment —
deux lignes — KY dit : manche 1 — sans
nd RONTANG erre contre laids poissons.
(L'antimilitarisme n'influencera pas les réjriments de LNMsfl qui, dimanche, s'en L'ont
en guerre contre les poissons.)
Fâcheux présage!
'
1,
prénom 681
co\m du perBonnaROdout
Bérangor a
fait le type
de rbommo
gai. •
'"pocrtfnt, le lieutenant Montrant reçut
ymtài l'ord-O de partir peur Madagascar.
jLis il n'eu voulut rien faire et c'est pour
.•.jii.'s <fobefesan<-e » qu'il comparaît auLirU'ani devant le 2° conseil de guerre de
pari*, présidé par le colonel Boudler.
Sort de l'Aisne, se
jette dans la Marne.
refusé de repartir, explique le
tfàtea*, parce que mes nombreuses plain.
Z'R n'avaient pas encore reçu satisfaction. C'asî le mal de dos rjui à lui seul peut
indiquer la ruine des reins.
Sfi_ d'siileurs, dwpuis quelques mois, mon
Le mal de dos, en réalité mal des reans
«o-dètue refus d'obéissance...
g p-;r.quoi aunaÎB-ja été à Toulon où j (vulg. rognons) est toujours un fâcheux
ait
„*tt0Bd
«n conseil d'enquête qui, sans i présage. Les rhumatisants, goutteux ou at*|fW J
noM*.**,
ffaranUe, m'eût fait mettre i béants de graveile, qui ont lo sang ernpoiBIP
j
sonné
par
l'acide
trique,
diront
tous
en
k'réforme
,
, je voulais le conseil de guerre afin d'é- j avoir souilèrt.
Il peut seul indiquer la ruine progressive
irier au grand jour les crimes du colonel
j des reins, c'est-à-dire la marche du mortel
rfîstria,
.
.
« parce ftie je risque, jugez de la eiocé- j mal de Bright ou albuminurie chronique et
La retourna.
tfté di ma conviction. Je pose à l'autorité ij doitt le gohfl-emant du dessous des yeux,des
Kiitairé cette simple question : Démon trez- ' chevilles est- déjà une période bien grave.
Que tous ceux qui souffrent du mal de dos
fao; que ce que je dis est faux ; je m'inclincH Mais l autorité redoute surtout cette agissent vite et avec persévérance : c'est le
seul moyen de conjurer tout danger.
wjsssante logique qui est en moi ! »
Les Pilules Poster pour les Reins guéLe ofésident du conseil de guerre définit
lien le caractère du lieutenant Montrant en rissent le mal de dos parce quelles toni- j
Tient les reins et la vessie ; eWes dissolvent
fui disant :
a
«
feni' sur la i
_ Vous n'acceptez jamais un ordre que et chassent l'acide urïque, dissi-pent Jets en- OT
J^liîrrnŒaB-jgl ro
femme du frère |
jons bénéfice d'examen. Pourquoi donc flures et ont urne action resnarquabte sur
^^imËiiZjF^^
de
l'architecte i
tous les troubles urtn-aircs (mcom-tocrace,
avez-vous préféré les armes à la toge ?
e
SI
SI
SI
^
Stamslas.
envies
fréquentes,
etc...).
HP Ducos de la H ai le, qui assiste le préVoici du reste un fait qui en rM plus long
1
venu, entracte alors la suite dos débats dans
que toutes les théories :
lg maquis de la procédure...
Six
prix
seront
tirés
au
sort
parmi
les
!
Nancy, 35, avenue Marcel, M. L Piffert,
puis ce fut le défilé êtes témoins. D'abord
personnes qui auront envoyé le plus de |
tm docteurs Gilbert Ballet, Vallon et Ray- nous dit : « Je souffrais beaucoup des rems solutions justes.Voici ces siï prix des qua- j
<nd concilient tous à l'entière res- depuis de longues années. Les Pilules Pos- tro rébus de la série E. K.
«BgfAiMté du lies mant. D'après eux, s'il ter (Nancy : pharmacie Menai frères) m'ont
V prix : Un piastron d'cser lm».
a fcs «pparern-es fen persécuté, Ces nnpa- rapidement guéri. »
2" prix : Un bibelot (fantaisie).
Toutes
pharmaeies
(3
fr.
50
la
boite,
six
lenoes ne suffisent pas h le Taire considérer
3* prix. : Un volume.
i
comme irresponsable. Son intelligence est J boites pour 19 fr.) ou franco par poste :
4e, 5*, 6° prix : Deux cartes artistique*.
Spécialités
Foster,
H.
Biiiac,
pharmacien,
en effet très lucide. Cependant, il est d'une
(Chaque gagnant de deux cartes postaili '
25, rue Saint- Fer'disaseewifeitité extrême et a tendance à tout
les, n'aura qu'à nous adresser les noms
ramener à soi. Mais il estjà juger et non à
qu'il désire voir figurer sur ses cartes.
^s«g^lL
dez bien et exigez les Celles-ci, dues à uns main artiste, constitrsAir.
véritables Pilules Fos- tueront donc autant d'œuvres onginaias.)
Le gênerai Gérard rapporte que le préveter; refusez ou faitesnu |J a dit : « Je suis prêt à reprendre mon ^*'tejFSï<^k
vous rembourser tout
service, mat,'-, seulement après que mes ré*
Ont deviné le dernier rébus :
£iytt___ auront abouti. »
Flair d'artilleur — Deux petites sreurs —
ie généra! Gautier explique qu'après un
Sherlock Holmes — Kesfumoff. — Champau- j)
(jtfîmer refus du n révenu de rejoindre son
Notre brochure, édition médicale, sur les bert, — Gustave M — L'Écho lié de Cr.ampi- i
rit-rraent, il a préféré, nnr bîenveiMaftcé lui j
gneulles — Les deux manilleurs du Grand I!
îdliger trente jours d'arrêts, plutôt crue do j! Reins et la Vessie, ainsi que les affections Jus — Le loufûuue du Bar — Gosié Secoue
qui s'y rattachent, est envoyée gratis et
traduire devaftrt le conseil de guerre.
V. R. M. — J3 O Q P — La petite paresj franco à toute personne se recommandant —
seuse — Le beulau de Milan — Les types du I
de ce journal.
Mans — Coro — Mage et Stick —- Poire de i
ptonarge a auei oneren-ca iO prévenu a «on ]
„ ._ ,r_
I
ysûpsoî]
Dépôt cm
La iOQIITt LORRAINE d'ASSURANCES j — Je suisa
SUR LA VIE, assujettie au contrôle de i ,sans reseources, et l'aul'Etat, demande :
teur de MaInspecteur général pour diriger ses non.
agences ; (vacance).
Inspecteurs-producteurs, au courant des
assurances sur la vie (emplois nouveaux).
Chefs de service, pour dirigea' travail de
bureau (emplois nouveaux).
Tous ces emplois sont bien rétribués.
Cautionnement ou apport exigé.
A&roaser les demandes à M. MERCIER,
administrateur-directeur, 21, rue SaintbiL
^..J^ancy- ~ Téléph. 1-27.
,
iaiMMlMMlMfcÉfc
300 Fauteuils à Bascule
s s
J
AVIS *r*r
j
—iui
m mâmâmm,
MUlery — Comme te veux (c'était : plaida ifc^BatfrMf la cause, et non : la question) — Le père, T
la mère, et les enfants — K K O lit — B. Que- j
degaz — Un taoué de la Seille — Entre deux J
demis — Coquinas — Haut niais court — Le I
petit ThéOdOricien — Mon petit pépère — L'n
nouvel cedipe — Brasserie Universelle — 2
i lettrés — lin lecteur de Tou 1— Kovachle
— Marguerite Gentil — Un hov scout de la
B. R. — Jacques NosreJp - Bain d'air — Le
sauvage — Lit et joie — Un Haut Bourgeois j
S'adresser au Nouveau Cirque Plé^je.
— Nou nou Reverront — Son petit Coco —
La Chochotte à son chacha — Un amateur do
concours —- Loin d'eux — Le Barbu — René
ries Dom...
NOS
RÉBUS
i;
, ^
_
|^ _____ „.,, u ,
|î
<_ pteir» -wuswe, au poste (.te Tairw i
Y >_ «_—û**3
Coftvnna d'Lt.-i-a in-tli- j[
ftw trente jours d'arrêts de forteresse an
§£,.__ ta Mail! ratât
I
^r^fffcisrsufcit sa punition, mais dès ici*
JL, vécut qwo pour se venger de « l'hausB? sHÈé» ». Depuis de. années en ç^fet U
WfjMrr i to_» tes ministres qui se sent
n» RnJm-nomfeùqus d-o p-a:..-;.;1
;
Sir/iettt apostiliees.
w. sneaienant Montrant fut mis en non-.
ijv'ité pour rai-sons de santé. Mais comme
aiœ Partait foJt h'-n'on dut le rappeler au
Lrv-k«e. ' Mallieu-i-eusemient ce fut dsns le
i_i_W_* *° M- Lokmna d'Istria, devenu
^^jc<tf*-«oloiiol, que lo lieutenant fut ré;
n etaît
- 3 faâlt
u r le
pi-jt**
'
P* "
P° -
,
^u_^^
"»'"™'mTO.i____B
Nous nous permettons de vous dorrneir un
conseil. Ceci ne vous engage à rien.
Allez essayer gratuitement l'Appareil de
M. Gîaser, le spécialiste bien connu. Vous
pourrez ainsi vous convaincre facilement
que ce tappareil sans ressorts, sans sous
cuisse et sans caoutchouc peut se porter
nuit et jour sans aucune gêne — qu'il immobilise instantanément les hernies les
plus volumineuses et les plus rebelles. U
vous sera démontré qu'une hernie radicalement maintenue disparaît en
peu de
temps.
L'Appareil Glassr a fatt sas preuve*
L'Appareil Giaser a vaincu la Hernie.
Allez donc l'essayer dans les villes suivantes da 9 heures à 4 heures, à :
NANCY, te 19 juin, Au Ccnira!-Hôîol.
HOMEOQURT-JOàyF, lo 80, lîfitel Martin.
LONGWY-BAS, le 21, hôtel de la Paix.
MONTMEDY, le 22 juin, hôtel de !a Ûraïxd'Or.
LUNEVILLE, le 23, hôtel des Vosges.
SAINT-OIE, le 24 juin. hStsI tie la Peste.
TOUL, le 27 juin, htiteî de Franc.3.
PONT-A-MOÙSSOM, le 28, hôtel de la
Poste.
VAUSOULEURS, le 20 juin, hôtel Jeannsd'Aro,
COMMERGY, le S0, hôtel do la M«HM<
En vente :DELIDÔN, îg. rue St-Dizier. Nancy;
d'Or.
BIRY, 23, rue des Dominicains, Nancy.
VERDUN, le 1" juillet,hfttel du Coq-Hardi.
St-MlMlBL, le 2 juillet, hôtel du Cygiîe.
N ANCY, le 8. Au Central-Hôtel.
2. Rua Wetot.UbHs, PARIS, p^Bm^S^^i
!
RAR-LE-DUC,
K 4, hôtel du Commerce.
ç
«dresse gif.tuiteiticn! sa méthode
H *L*^ ï i
pour la fjuenson des Maladies |* m ÎJI^âSjll^
La brochure instructive et illustrée sera
serveuses. HttnMMMMd 4a V eSmÊàsstsMÊ^^ei envovéo franco sur demande o dressée à
M. GLASER, à Hériouït (Hte-Saône).
'
Maisons rn-incioajas à Parla et Geurba»
US TUBE, ON ftUtC. — TOUTZS PHAHMACIBS.
' i vois (Seme).
0
$S&$$$ÏY, 43, fti0 SaSnt"Jeas3
CONSULTATIONS de S b. à midi et de t h. ii2 àSli 1{%
CREMERIE DES ALPES
72, line St-Nicolas, NANCY — Téléph. 15.23
BOUTEZ LE VÉRITABLE EMMENTHAL
d la Maison WYNISTORF, fabricant*
Exigez-les dans toutes les bonnes Epicerie
Atai,
», P.IM
^ancy,;1;;;
eîractit sur factnri ia litre exclusivement fabriquée avec d(*
MALT R HOCBLOSI DE l"' CHOIX. Très ïaiae et dijîstiri
Brasserie de la Croix-de-Bourgogn*
34, rue de la Commanderle, 34
Grand Jardin. — Bière Grcff
Consommations de itr choix
Concert tous les dimanches de 3 à 7 h.
i.éon
IfÊ
PAYfiM
LE
Clîirurgiea-iisnîists
Diplôme d'honneur — Deux médailles d'o|
NANCY — 47, rua Gambetta --• NANCY
Censultaiions de 9 heures à 5 heures ~
gérant
j. CHAILLY,
MUS
1
de
Brasserie
3
A, LEJEUtOS, Pàsj-m'" de l» olasst,
H U N ZIK E RC!,iryr j ien'33ni^f
^l^^m Imp.
1
de l'Est Républicai»
.T.nv "■faf JJ! ^mwMwMIilM lUjjTjur.^^e^rf umcus-gap-mvi'wgpi^-Oifs--^. -* -/vrt»J * rr
l1
'
m^mS**
A ïepîendre avec 2.-S80 îr,
comptant.
1H1
-
-
fcfewçww
.e
ttf^m
ÏR
«œj^r-Ej
OA,
N>ont«>4
du ».onlel
. UO
?w uauu&Mfc!
^i , L »i
'1^:
AU
PU*.
K CE9EN
'
f*%nœ
KSS f ,f
„
M0f
Pr
A LOUER j^ jjRJB Si Charcuterie I£sÎ^«S»
Ronselsnc^s^tleretnent
^ L GUER
-
B
s t5
-"
an : 25.000 fr. Prix : $.000 fr.
fl}»CMPC H&MÈÊÊ *,^03A6t,
S'adresser
2&14. | AbfcNU oïïUfêlîQ 46, Nancy.
^» ° J
A ecôder dans ville importante
? ^ .région. Rapport : 8.C00
:.,,-
.
S
c, G ,JHt'
itrcr,?f lf*
'
ai».- f-mm**^- tmâm gî^S^tSÈkfâ Sf^^
——
—
*l»V
W, rue Raiwafffw
nr
2T
VICTOR
, ;,inrno,1P
ro
grenier, 2 caves, buanderie
.
r IO
Jtt ur
*
j J^ifffj
TISSERIE.
A
x^Tv!
.
,
LOUER
,
Bou ang©fie-
,
\ZZ
à céder, au contre de la ville. I
f^f^ ^
^ClETE ANONYME
1
nu-.. ^,.cy.
H
tjffgf
p©«|jiï
Jîîij88A-«ï-"'
a
M
ïWl&të?*-
^^
^^ëf r!^!!?" sk^i Al™ T^.r HSls VENTE iciflam
P I SKK^J A CEDEE ,; , , ^1 S^MSifS
MrfHS.Si! ta»*»* <. s»» Lf^—U. ^Ù^HE.eWnt
I
• 5<"
ilidé
}11<iw
et!
x
A
u
*
iemt
irédit
1250 ;
dta.
•oS
,.„.
-loar
ans.:
ri.stri-lot*
77
Affaires 45-000 fr. Pris de la
teison et du fonds. 9.000 fr.
^'adresser au —journal, r—•
L -!
™
;
p
Ç
de décos
.„ , „-
M F E'B E S 1 AuHANT
BreT
_,.„
B
A...,.,,
aveo rem.se, éouna.
Bien achajanrté Bien connu
à SAIRT-MlHtEL« AMSiENNE MAISON DE '
ad centre de Pi ville
e
tCOLPTuRE
marbrerie e' Clientèle civile et militaire.
îunebras
'lGarnis répondant largement
;
FaciUtés de ra -nont
du prix du loyer.
Jper^ur^ Entré, 5a Jouissance immé-
fahSte
4
||oion * saisir de ^
^u
Minwi
«nairos. &t
ei
APRÈS DECES
BON
„
Bureau
/T der. TV^feaC - ■■'
iW"n?imne ^ai^n"
H,™ T î»™,!
tafcacc et (îf W
-Jt?
fctdivers Prix V d Jbanre"
t L
^„ii-,\^L
Aftai*
««au»
1 ecommandea.
P
clw
^^f
.
■
•
©CCAê»ON
CEDER CE SUITE
narc
£
s
Chai-rti^'Î!»
fin?»
<*
Betl
J
" «""© ' «©
e-»f^
T
A
c
R
EDE 'S
SSSySÎW&iR
,
ÇHAUS
SURE8
Presser
au
s* *».,
COMFEC- «13 maladie. Prix du fonos :
am r
]
„™,
^
ITT
°
V.
. ^>^0»
"Z
a
.amores
' *7 Fv r>Aiin
-T"?
^'J:.
A
—
.
Ifl'. rdS, Lafilfe
^ "^ a
g^ ^Ml«fif
c
MAQAftllM
-'nlf»'
,
a louer près ris la gare, Nancy
.
| i, « 89 â VEIIORE
S «*. ^ ^ ^
V
^^fe^a^
dafîi'émcnf, dans quartier
,
^
2° Splendide appartement,
feS S
„
j
— '' ^
BON
CAFl
, bo,^^. i rn«m*1
n
ffro
ou non (neuble ; avec tout le
santéconfort moderne.
Pourrait deS'adresser au journal, 2087.
être utilisé .pour grands bu,
'
reaux. Pour tous renseigneIfients s'adresser à M. BarA LA CAMPAGNE
gnon, couturier, rue Saint- *j
>-« r, V*»Ï1
Dizier, 21. NancF- .
1513. 1 JbeaU
~
—~—'
"
~ terrasse sur le bord dé l'eau,
On déSire lOUCr
jeu de 0«U1M Ot J10tMtt|k
,
...
banlieue
a enlever dans bonnes condiH E î' DE C H AU S S ^ E t' « a u âtre
«ofts avec -2.000 fr.
2080.
j
Cafe-Blilard
"
A LOUFR Ti KSO?
2 S%~h"
r
M^™';
C
CAFE-SILLARD
4ON
. #* mes«'Mr
t
u
aTTOu? ffeSS%
^ carrefour et place des
*
A.CEDEtî DE SUITE
située aux portes de^anev,
l QUER
WrWéWWTâWft
f-
«fnne Boulangerie
v«
*
cause de maladie, avec 2 à '.ÏJOÛO fr. Cause maladie,
rïï•
Pressé. Occasion. Sadr.
6aMmptatrt.
ar. au journal.
1991.
1993.
fË?.
teS====r-—
ïs*o -■
t» '•■
I
'
«
«
^
M à
une3
acheter
MDM »»
UR :
I.
VérificationJ0et reconnaissance de la sincérité de
la déclaration notariée de
souscripUon et de versement
faite par le londateur.suivant
0
acte reçu par M LAISSV, notaire à ^ancy, le 16 juin
1913.
II. - Nomination d'un ou
de plusieurs commissaires
chargés de faire un rapport,
à la deuxième Assemblée générale sur .les apports en natare faits a ift Société et les
avantages particuliers stipu-
ttX
1
x-L
Le VENDREDI ÎS) JUIN
1913, à 2. heures du soir,
Salle à manger vieux cnéne, lits acajou, noyer et fer,
Ht pliâfit, Jitefiê, ftrrrioireê et
buffets anciens, boite à horlotte, table ronde, ftble demi-luné, table Lorraine, coffret ancien, buffet êtWre,
porte-habit
dé
Vestibule,
écran, paravênt, table dé
nuit,. toilette, fauteuil, cariapé, chaises, erédence, f^r
S^SE.
aS^Mf»
«. J. THOMAS
4
"ffîliK,
» SES?; ÉiS:
prévient sa nombreuse ciien-
dettes
«OT'SK
Salnt^ln^nt.
-
J
W
^^'lS en
mll'étude
t Stosà K
WLffiî
„>tm
C JN
Tprt'^ïrt h
1
L.
^ ,r
Les îreW^fafis pour r'irveInire à «a vente ••t.vabfca en
sus du prix.
î
-~m-~.
_______
*
t
anre
S?S ™
,i
Q
12S
/
ft
VOYAOE B
PERDU
r*^»*«A' saSS
1
»>^
%M«rP!^
^.S" ^:
-SSaSS
nnMfâS
—
Mmn
X
""»-»»
, - -,
LA
AIÔR 'N, ^ "Faub
"
■
»-~
I
1^ Vfllttl-lt EtÉlStl
I|MI!È1B8 C'OOCSSiOO
HOUILLE.
che^^és^tfRo^îr
rT^uT0fe«
"4L
________
197 !!
153..
1
403 ..
■■
«..
Ï» ••
wasu..
102
2M5 ••
ni '••
"âèo !•
T O»
23
? ::
Aantles avec références par
lettre aa bureau du îoùriuav
initiales S 6
"1948-
i
r'Wr_____lt__nB_Btl_-i
nous avons pratiqué les sports !... l'aviron, | seconde dans la ligne de tir et s'immobili. Mi, risqué, là tentative de toi exécutée \ tlllag-e complot de cambrioleur sur le fu-1
l'escrime, le tir... nous aussi, nous serions sait devant l'oail menaçante.
,
\ avec une audace inouïe, un toupet sons 1 vard, à portée de la main, et commença à ancien et démodé le fit sourire.
capables de nous défendre...
— Je tiendrais encore mon homme en égal, mais sans appareil terrifiant
— Dons votre intérêt, lui dit-il, veuille»*!
étudier
le
coffra-for.
avant
de
l'attaquer.
11 songea alors à la lin tragique de d'Ory r- spect, dit-il, content de lui.
vous débarrasser au plus vite de cet épott-i/;
L'homme était seul. Il était très jeune,
Le banquier se dit :
et ne put s'empêcher do i'riâsoner. Il murvantail ou je me fâcherais sérieusement
Il achevait à peine cette réflexion qu'il imberbe. A n'en pas douter, C'était ce Plan1
—
Je
vais
faira
un
détour,
gagr.er
le
saj
mura '.
eut la sensation positivé d'avoir entendu tin de la Butte-aux-Cailles, cet évadé du Ion, prévenir l'insp-Cteor, grâce au signal j Je n'aime pas le bruit. Je déteste les corn-,
1
D'Ory était un tireur hors ligne... une porte s'ouvrir dans l'appartement.
Cherche-Midi dont les prouesses défrayaient convenu, puis je viendrai surprendre mon ] plicatiens inutiles. Votre arme est bonne.
Lui seul parvenait à nous battre, d'Ermont
Il sursauta.
tout au plus pour épouvanter les moiv
les journaux depuis plusieurs semaines.
homme en flagrant-délit et je le tiendrai en
et moi. Nous placions nos cartons de pro— Si Mme Mériel était ici, pensa-t-il,
Le banquier s'étonna de n'éprouver au- respect sous ie douple canon do mes pisto- j
fil !... Oh ! c'est étrange comme le senti- je jurerais que c'est elle qui rentre. Elle
Urbain Mériel n'était pas aguerri concun frisson de crainte, d'angoisso, aucune Jpi* jusqu'à l'arrivée des renforts.
ment de la sécurité s'infiltre en nous et et moi nous sommes en effet les seuls à
tre l'eiéa des surprises sérieuses, il était
émotion capable de l'influencer lorsqu'il
Dans
ce
dessein,
il
se
glissa
par
un
cou1
nous ppusse à vivre, à cire-ster, & voyager prsséder la clef de l'appartement et c'est la
Par Félix HAULNOI
jugerait Opportun d'intervenir. C'est à pei- loir circulaire jusqu'aux cuisines d~où U ga- mal préparé aux rencontres armées, aux
! sous la protection des lois sans défense et porte d'entrée que l'on vient d'ouvrir.
luttes ou les- escarmouches précèdent dèn
ne si son cœur battait un pe-u plus vite que gna le vestibule.
sans armes. Je suis sûr que lo soir où d'Ory
quelques secondes à peine les corps à-,
Une seconde porte trahit le passage fa- de coutume.
Il
essaya
vainement
d'attirer
l'attention
! fut tué, il n'avait pas songé un seul instant milier d'un habitué de la maison passant
corps et les attaques mortelles. Le calme
U
essaya
ses
pistolets,
une
dernière
fols,
j
de
l'agent
distrait
par
sa
surveilanlee
mêiS^tait
venu avec l'idée arrêtée d'établir j que. sa vie put être menacée, à moins qu'il d'une pièce dans une autre.
16
et fut surpris d:e son calme. Sa main était ma, et noua son mouchoir à l'appui de la la tranquillité de cet apache qui agissait.bilan fin. Jr«"J,jW,
;-.],-..
b
avec un cynisme inouï, sous des traita.;,
Le banquier frissonna. Un pressenti- plus sûre,plus ferme encore qu'aux premiers fenêtre .
s
?<.'Ufilc
'« pour
fa
rue
dt ust .1.0
es dê I
II en arriva à terminer ses réflexions par
n
-, ÇUU^iiuciJu.i.u\-_
ment lui donna la chaire de poule-. Les mis essais.
— Dés qu'il lèvera les yeux, pensa-t-_, il d'enfant, l'impressionneront plus que des '
„*« , J1 prit dans un tiroir une. chemise cotte question pratique :
aiguisés par une attention que décupLa„t la
— Si je le veux, pensa-t-il, cet impru- est impossible qu'il ne vôlo pas à mon se- j menaces. Il n. sut que dire. Les mots s'édL
«nnlonwl 1*^
le- ut
df-v!«!
pf iou
l'Otl— Moi-même, si j'étais attaqué, .com- volonté de savoir, il essaya de percevoir le d'ont est un homme mort !
VritCarton
* " Jiarno
-»ti (ontonam
-\i»-cours. Alions em-oêcher notre cambrioleur tranglèrent dans sa gorge. Son brus cevlJ
Inoni
(onV
ént, la pensée obseaan.c «e j ment me défendrais-je '?... je n'ai pas d. bruit des pas, de los reconnaître, mais répendant était resté tendu, son arme braIl se pencha encore pour le revoir, l'ob- de dégrader mon'matériel.
8
toit t 1 "° '»nposa do nouveau à son es- revolver... je n'ai plus d'armes à feu !...
quée.
tro qui circulait chez lui évoluait avec des server, et na put se défendre d'une sorte S
Cotte
précaution
prise,
il
se
dirigea
vers
j
<n . % 'a.mémo réllcxion pratique et juste
Il corrigea cette erreur.
semelles de lisière ou de caoutchouc.
L' « Enfant » jugea cette indécision des ■
d'étonnement dntéressé, de surprl&e où se son cabinet de travail sans dlscNimuJcr le
Mais si 1... Je dois avoir mes pistolets
^ _c a cette pensée.
.
.,,
.
Avec uno hâte fébrile, il fit basouter le mêlait presque do l'admiration.
bruit de ses p;is et en ouvrit la porte toute plus favorables Son « Browning » était
ft
de
tir,
ces
armes
de
précision
que
d'Ory
canon de sas armes de précision, s'assura
Détail surprenant, inouï, témoignant chea grande.
aligne sur la table, a un mètre cinquante .
*^_» Pierro*8 -f.P1!.3,' J~
!
T
que chacun do ses pis-tolots était armé.puiis ce misérable d'une souplesse d'imagination
Urbain Mériel était tellement persuadé a peine de sa main à la suite de ses 01Ï*-*cPablc8 de sV- déîen l'H- (- écarter"un danlevant te cbion jusqu'au deuxième crari, le unique, d'une adaptation géniale aux diffé- que l'inspecteur de service allait venir à
rô
Tlbri0lCUr H
reC0UrS à
& <lo tenir téte it des ''malfaiteurs acbar- I Aussitôt, sa mémoire complaisante lui doigt sur la gâchette, il attendit,
'
^
^
rents milieux dans lesquels 11 opérait '. ce son secours dans quelques secondes à tim'dation
rappela
le
coin
secret
où
ces
armes
dor^fdaignent l'app.ti de la police ils
Maintenant,
c'était
la
porte,
de
son,
cabiPlantin
était
sanglé
dans
l'uniforme
bleu
—
Vous
ne
m'avez
pas
entendu
? fit-il
peine
qu'il
borna
son
intervention
à
l'intiBel1
ItOBw
,
l'apporter à leur cou t âge maient oubliées dans leur éc-rin de velours. net qu'on ouvrait, et son cabinet de travail j de., roi des garçons de recette de la banque midation élémentaire do l'arme braquée d'une voix brève. Veuillez reposer votre
em
Il ouvrit le tiroir désigné, en retira la n'était séparé de la pièce où il se trouvait Mériel, il portait en bandoulière la sacoche
NfvS V
's alités défensives et çomarme ?... Oui ?... Non ?...
.
p
MD& ,'Tl °ur qui donc prennent-ils leurs lourde boite de cuir et les crosse, d'ébène, que par une porte de sapin et une tenture de cuir au chiffre de la maison, et bien en sur le délinquant avec sommation de ne
Comme le banquier différait sa tépomq
pas
faire
le
moindre
mouvement.
cs!
hrspr."
' certain qu'ils viennent de tra- les canons d'acier, les chiens relevés do fi- Il souleva la tàpi&serie de laine et appliqua t vue comme une décoration la plaque de cui— No bougez pas, ou vous êtes un hom- se, il bondit vers la table, étendit la maiti,
ïoan-f unc Période dangereuse. Ils n'ont eu l'franes d'or, lui firent revivre quelques son «oit au trou de la serrure.
vre de service.
1
saisit par la crosse son revolver à ballca
me mort, cria-t-il.
m» jUIÎCf; Qu'en eux-mômes, écartant, wn- imnressi ons'oubliées de sa jeunesse mili— Je ne m'étonne pas qu'un tel homme
Le spectacle auquel il assista le -rassura
Plantin essayait de découvrir la COTnbl- 1 blindées, ■
apau es I1S
. '
effr.(.i-?
' i
>" sculcmont d'un appui I tante."
presque. Apre* Usé aventures -traïur** et ait pu se glisser jusqu'ici, murmura le bande la serrure à secret avant d'uiA .:>;;,-, ,)
mZ, ' roais éneoro do conseils, tous les I Quelques cartouches aux doum.es de cui- sanglantes auxquelles les gens de son c-n- quier. Le cMicierge, sachant, que j'étais là, nalson
H^PParlcnant aux générations T-féoé- vre verdegrisées étaient encore rangées au tourage s'étaient trouvés en butté, M s'é- n'aura même pas retourné la tête. Quant à ser des moyens violents. Comme s'il eût
été persuadé à l'avnncs de l'inutilité do la
tait attendu ù voir pénétrer chez' lui un l'agent, pour malin qu'il soit, la vue de ru^e, il tenait dans sa main gauche une
n^jj^ss. les épaules et se leva, pris d'u- mal'ês deux pistolets et, les braquant sur apachô à la mine patibulaire, ou ou plu- l'uniforme l'aura rassuré
prince-monseigneur dont il comptait so S____è_«ai___^
tà!!^ nerveuse, d'un btfiom de des ennemis imaginaires, s'amusa à viser sieurs bandits t^-nnanés, aux allures sua» {
Pianiin avait posé sa sacoche et son bi-1 gervif Pa^is ta"d"r
dans des directions
différentes. L'arme, pectee, hfiql ; i éten tes.
corne sur le bureau. Après avoir Jeté un
H leva sur is banquier des yeux calmes.
- .«aïs nous aussi, lit-il à
mî--voa, [bien en main, se campait en moins d'une
Rien de tout cola. No», c'était Patteitat < coup d'œil du côté de ïa rue, il étala un ou- i
! La vue du pistolet qu'il crut inoffensif,
«OILLETON. DE L'EST REPUBLICAIN
Ml__y ^^rps^fiat^t^;.^^
j
S
S
isî
1
N
v'*
_l '.
". -
•• "
••• ••
_S S
:
"^
■g?
:-
TTAm
J:: l'amoiip rédempteur
jjjjj
1
*'
,V^-
st-
—-
R(
dune
^
^
EUNE FILLE, ayant br,
"p| A m
m
UIATAQ 37,
rue St-Georeés, O
vets et ayant travaillé est demandé, avec oU .«ans.
P, VANLARECK
^
JL*JLi^xJ.iH
T
fflblUn coin de la rue
1 dans bureau, demande place, j voiture.
10. rue- Généraï-Chevert, 10 63, rno des Quatre-Êgliscs
Julien, près le Casino, Nancy. I S'adresser au journal, 2072. j S'adre6ser au journal, 1337. PHitlttirt appartements i louer
ceu fond 4e la cour
n„ur ifi.>®!fof prochain,
somta boulangerie, à Bney.
S'adresser à Mme Bertrand, à
A.ancieulles,
1638.
h^ïi* -
i LSI CHU Q IMliC
.f g NANCY
^
VP
mm ïïmmmm
POPSEY
âD ilinifATIflN
nUJWliluH
S lUil
Le MERCRFDl 9 JUD'Et
BilIQUé Modeme
cttr-s'
,
x
-r
- ,
iPm
m.r ie ioti&bemenr, vo<r ]'3
PKOPKIETES
^te te^ffis:
«
«
<
[«iefflents, à M* THfEBAUT, f »\A, vi'-n
?
■
hOH(JS QQ COiTimerCe ' avatié poursuivant, 19, rue de f^'V^U^EL, notaire.
flto».
lrii)
1:iii ^îa ôti au jreSe du j
nuelqu'en S©It le prix. 1« êen«!&
.PiSIfil
nCë&ltiiffiltn
'
mnct Êcm02
Vou l'im^r
^
? 08
^i
"
civil <f« -Nancy, où
Ohûàli * A S EUR
huita a
1 lo cahier des charges est rté'ant X 1 r
r
Mr
denw
m*
mm
posé.
2007 +*IU
UhÈtMa
MMW
A. THlEBAtJï.
K flftiis Wnrf2«^'
1
33. rué de Berne Pétiâ ■ (17*I '
"
S'adresser Vù J0U
IrjlirrTftl
IWi
J
t >
1 iP Me
Sanée. d ^réuon)' (nvpothl
ÈâAtSft
*" " " '
p
Prête)
HOTEL
UAWIHMM ÉM T,rnr-TZ7.
(Iues
,
,
V
# •«•r, t«i« «0 ans 40 rhnmI Vn5,
0
MeM gra'f
^
à
de suite dans fcl M, et M
etErt?menis wi«Hs
V»^^-^^-^^,
Ml
63
fl
3
SSKïïS
fHHm pfAftpl
a
—j^Mê^^SSi
(}an
\
cornas?
et
. ^ ."ITT
P
Nlcoltts
Jk^rurt
l^vS^S âJ
É
LOCAUX
■ ntisa
^ad?
_
.
4
1
.
. ,
^
tro. SaOresSet
VOS!/, i & céder, tels que : Magasins
r.e VENDftÊDI tl Tl!l\
. Les souscripteurs des ac
RgAUlU r St-DL-ler, ! de Confiserie. Lingerie, M«r-it9î3 à 9 bc-res du n^n a
t\Tnf
c
^ti^ I ««^t'"W"^
4C, Nâncy.
cerie Burea
'st0
me on formation
,
,
. „. ;; monbus.
Lnif-eries-Frintipries. i hiimi civil do Xvu-v au Pfl
dite « 4Ô
Chocolaterie de l'Est a
Etude de M* GREFF
i ««nseignémenta gratuits.
fô* a« Justtflêàire^rtsew à KaW. S'adresser a *M.
1S971
dateur, eu premièretf A»sem__ __
* | |> eâ
#». 11 T» is Ï i fb'wmi,
K^iSÇ
mitr
mM
K
DW V
Mée général* constitutive le ,.«^,„.
I"
T E2i
GUlH S| Ig^lL
^pï-?iilil
rue
haàl H Juin 1013, a 10 UfltF HF^ tîFMTTÇi*9. rua BttmMlIcoI-, fi-n-v
Wi«B4.'^Bl
heures du matin, «a l'une flU i CL ULù tfttWt'Lô »'
^-"^'CoL..,, cL-n-y.
Siso à MRVILLt
ruû
dés salles de la Chambre de
53, rue de la Pépinière, 23
é4iHfH4^U4l
d'ASsaco, n» 29
» 40* ^ ^
H» K^Lafc»
'
A LOUER
^
.
~
cou
^^^^^10,^
* .
* fe MUW&M tein-
s ad
thlii*'
J
Gs*aS1ÛS
r^e
-ahaMSîés,
salon, a salle
î rimor
•> r-Pa-nM-es
ron
A
a. m-nu r .
/V
g^sSS! =tjgti^aafe
£ ?KL
io M
e
F
A P >AMH<
C ^&i€
5
LOi
^ £ 1 ^
A
renommée.Affaires 120 f. par
SiÇîisi
jour garantis, pour cause de
"«n ^ÏU USSO
^^ÏO
° on Céderai) dans des
Pawif 1 -°„ 1"
v
conditions
excdpttonrielles
aécès
p
dl
r chez
er a ,, ^. Tv, ï ?
llfx " \%Z-0 fK adres
£^
E
Y
Mi LFsJnv
/' ^
!
M- Henri MiUot,
rue au
4r H? ' ..^«en, notaire. paiais-de-Justice, a Troyes
A
-icre.
cause
.
A
A
VJbiUjL^X^
après affaires fa tes, BONNE
UP
«,
pour
y
x
-
J
CHOCOLAT LORRAIN
QUALITÉ SUPÉRIEURE
I
1*
n*mnP mî\VT{
LEUOuiPâPlG
kUrSUfaiV
—
i
j
ta ttimil timm
__K_1__MA7'f^.-fl
:
|
1'
I
Jmj&WZr^<//S
&kl'iïvUm \\
i
1
QN DEMANDE &rïa
-WN_E~T
la moins chère c'est la
-______**-.»
«m ; des Vosges, un jardinier conEf_ Allfl E * I r t?U
naissant (leurs et potager.
LUi! S'adresser au journal, 1514.
i t* Il
tesVJI,'_Ti^___l
gjgjg^
nu nrM/SUnC
^nSàiS^
*_^s_^L^^^pwS^^fc^^ïS?
t^^^m^^^^Êi
cÏÏ[ W3fuisSMlnVr
j^^^K^S^KOfl|
|my^^i^M^^^^^^^
se, quartier'Grand ville ou i>ç.
•^^^^^^^^
ff
Pp
iii=iÉ
te^rr^ AT^
Hi
S VLWd ^T-lÎ
var^è^^al^a^c
'Hôtels, Cafés
«W
t
GAUTHIER
I
UMU
» Lr
"nM
UN
10,8
.!.PrOpnéte
.
P
ON
I nien |||,
5
Illdll^trî •* ]î° |
U
DEMANDE
a
s&k^^
^ KlV
„5
M
cSa
n
b ?on».
^»r
e
el^ prr
de
la Chaudron- a . , r^^r
sa
«^l'e |
,U
LEROY
M
4
À
ON
de
^r r
F
i
&
A
de Fonds ds Conmerce
A
Act r
U
ER
A
M
ri
ON DEMANDE
CADEAU A NOS LECTEURS
t Industries et Propriétés !:
Il suffit d'envoyer à la maison FRERE, 19, rue Jacob, Paris,
I PRETS HYPOTHECAIRES S cinquante centimes en timbres-poste en se recommandant de
t
* ^/innrTAM- I l'Est Républicain pour recevoir franco par la poste un déliA MARCHAND S claux
coffret contenant
un petit01 flacon
detoLDentol, une boîte
ûe pâte 0cnto1
boIte de
11 6 D
\îit rZ■Sriiïmco"
P " '
1
1r
I
is\ \
'
,
,n
^tJk^
1
WORLD QUI
*
71
\jLW%ZJ
rossier, 08
g
—'
|
—
l PQ
A/| P^^J^rfJ
RA
DAMC
LCb
DDR
DUINO
I
I
I
^
,
nu nruinnr
fi
ON OtmAMut
S
« aje-aeetne
ae ,vancy
e
PHX
TAVERNE BU PANTHÉON
Prix trè* modéré,.
4 Paris, 63, Boulevard Saint-Michel et 26. Rue Soufflot
ri. Ir.
Sage-ISrnmB
de I" daSM
Dmm
feAçaS
A \/ I C
4
A W I
%
AT 1 O
8
I
*
Oafé.ReBÙH,-Bni-BrasB<>riB
=
,
7v~
7 cherche a repr encre
Je
^^Jïï?^1^
on COMMERCIALE ou
A<î<iOriATION • ,/;„-«
—— ■
SÉRARTS
B
^ DEMANDE
S'adresser à M BOURSIER,
p
^ ,.^p,. j
BgT
c â lOans-Discr. :
rnC
§ ffem6.f
Papeterie, Journaux, Articles-— e
-r-TtC-O» ■ M
Tous les médecins conseillent
l'usage de la pipe BONNAUD,
en terre rouge ou brune
*__.
__,
•-'
Ml
./^"^^«j,
Mil
r
= '*
hygiénique des pipes =~~«aïO "
pour la santé parfaite de la
bouche et de la gorge. En vente dans tous les bureaux de tabac. Dépôt : à
Nancy. M.
Roussclot. anc. maison Purpur.
et chez MM. Gerdolle et Briquet, à Toul.
—
I ' " t3 A ' iS3
LEbKAIRIE
PAPETERIE, à céder, tenue
20 ans. Affaires ■ 16.000 fr.
Facilités de paiement.
S'adresser à l'ACENr»
MODERNE, id, rue pSois.
Charleviile bennes).
A
REMETTRE
2U85
^
aIreS
^
MÂlCflM
ft
I
I nPB PT
Al I flADIl
A
~
Lobau
au
'
-
VENDRE
mmwntW%m
MAISON
RF
mHIOUH
UL
M
MfilTRF
ITIHI I HE
avec JARDIN
et GARAGE
a AUT0S
- Rue do Turiquo, à Nancy
Très beau quartier, desservi
par deux UgÂes de tramway,
i 5 minutes de la gare
Rez-de-chaussée : Salon, sal-
1" étage
et anticham"
: 3 chambres à
—
BERNARD
-e
„„.
aer^^
!
l> MfiMnC
_
Sg™™
LA BRASSERIE
-«^7^^
l
GARÇON
CH
C
. ^ V;,
v tai
roe
^ ^]
,
- Prix du matériel
A
3E
.
"
"
e d r
| v\ " rfl« »
n
"
50JLrf
phone 14.79.
1711.
____________________
A
\T~f? 11
\TT\"D
1?
1
A PX.V ; ->.rLh
BLOC OU EN DETAIL
T- finie de a nqm.lanon
Ludiclaire de M.4 COUDER, de
Pont-à-Mousson.
EN
Pa
err
^
2
SïJîStKS: ÏÏ^ffi
t,
3
C^-B^.
co u
1
I
1|
■ JUU
VhNbh OB iADhe SOURY
I
, .
**i ■
wu
W
M
1
SS
H
CHAUSSURES
«
MtNîlER
Ouverture du nouveau magasin.d» clia- „..
1<!a
_:
_^
>-»«*visstires
I TTI A —_-r
jj
Cl T_> A / ^ -T _
J
* .l±t±SJ\
X_J_JLlj
\JT H j
AT J\_
sures
rfi U
taM»
-^gL
^f,Z (près de la no
0
Sa^^U
po«eur^
SUres
fw, i «
de luxe et
„.? „Jrou,ier,a Ç, " mo>
du. pays et de l'étranger
"
H
« DI DPCDDI) A ï T
I |\ irVnlt
A
_fl\01\r_
Q
Je
S
gu)s
en n
er
cu NE
% nnr
0I tef
ta
. P horloge
L H " Ç tf»
cmr
an
e
CHAMBRE
-
71
Al
VI
|f
'
«
N0MMEE
f „^
uffet 5
°y
6 / ?ses
«
M'iPti •
î
„
X
S Concerts Militaires et Symphonioueig
W t«K
fl
:
& COUCHER «
H
~
~î
GRAKD JARDIN D'ÉTÉ
S
^gooJ
^XXXXXXX3CXXXXXXXXX
semble ou séparément S ' a d
—
81, avenue de la Garenne, 81.'
ON DEMAMBE A AGMETER
19.Ï2. de suite, dans le département et départemenls voisins om.
P/iétés de rapport, d'agrément, châteaux, moulins, tous fonds
Eludes de M» AERTS et de ?e commerce ou industries, usines, scieries, filatures, briquï
btuaes ae M A^HISi et ae tenes, transports, modes, nouveautés, tabacs, boulangeS»
Nancv
pâtisseries,
etc. A toute personde qui répondra à cette annonce
soit
our
—x—
P
vendre, soit pour trouver associé, commaSre
un HiniPKTIAU AM3IJID9 P capitaux pour société, une offre gratuite sera faite par retour
AUJUUIlAllUn AITIIADL±
n^n^Vt-p»,^^ „„ o .
x
Banque d Etudes, 29, Boulevard Magenta, Paris (34*
année
Le SAMEDI 21 JUIN 1913,
)à 2 heures de l'après-midi, a —~
â
&e^ N"icy'
sera
II
31' r" d
n
procède à l'adjudi-
X
1
30'y
AUTRE BATIMENT
à nsao-eN d'atelier
"
Le mut d'une contenance
d
'environ
906
ma
89^
deiMise à prift55:600 fr.
Pour tous renseignements,
s'adresser 4 M" AERTS, notair*8 31, rue des Carmes ou
4 M ANDRE, notaire, rue de
place
bamt
,EAÛ
^
H
^»/J
N
pour chasseurs à M. 16,25
deet «»t
spécialités de toutes FabrimL
dont j'ai moi-même C
oholtl
UI ÏS_
com
centre ouvrier spécialiste les meilleures marques.
"°
"<«
f* rue passagère. Dame seuChaussures sur mesure de forme élégante et à des P
pn,
U
le peut tenir dans la Journée. „ „, .
. .
défiant toute concurrence
'
Long bail ; une salle de dé-- " % «é rabais a l'occasion de l'ouverture de mon
8 5.
maeaçl
bit ; 1 cuisine, 2 pièces ;
J. LEPAGF
*
PAGE
convient à personne dôhrouil' ■
1
'
larde et commerçante. On ®0CXXXXXXXXXXX3OOCXXXX2C3fw^I
traitera avec 600 fr. seule- à
«*^**«.AAXXXXX>9
ment
P- BOLAND, 1, place Sta- o Kl
1
1
AT^?
nislas, Nancy.
1928.
iJ%J
l
U«
1C l£ S
I S
y
vendeur d'un joli
~^rrrrfj
2
-'
|
I
ji
doit employer la
Cha
°'
Eî
PfiPF-RAH-SP^T*11Bil„'ï
«*rt-B»Mt»l«UBHII
511 7
pê'ut ch!»
IV,J^K
D'AGE
RETOUR
pluTj
ne
SOUBY
«
11 11111^011^0 fîf5 S'AhVA C!niln«.H
B^W^?âWM\imh\Mn\WÛ
I LU )llUU UUU1UU|IU I UUl HUUU USPluUUlUU S
e
™« ^
^
*
ABJUDICATION AMIABLE
1^1
MAISON A VENDRE Fonds de Commerce
"
D^N """^
L
EST
§
S
-
„,
.. ,
I ??s
»T f
1
J .
aUCUH Objet mobl 1er
S! kll
û al O AT A F?
11 A I , I I U I U '/ avant d'avoir consulté
S; Il IIilJ s 1 lj 8J lï/i
fconsmic
les prix de la Maison'
§
I
■
f
A
,«
i
^^Œ*A
1^______5§
ÏK3
L 1 11L
"^^-7^^"*"!...
-
—
l^r^SS___x^i_s__j
fT^tT—T^T^ë
IHjR: IKM
^^nfeln
KH
-
I
I
U
I
H
ïf.JI^WLirlfl
1 £UWÎ\I 'fi If II
f\
Rua
_..,
.
,
i^^iV^maniait)
i
J
(Plaeede la c
H
Il
™
Grand choix
,
fiîl MS^SlîlS I
^^_-i_P^ft
I^SOfefR
^_pJ
I iï
i »d
||Sl_Mik
|> J
,
- NANCY - II
4^S^^^_____~-__^.
t
,
Saia-Lanibsii
»T*XT^^
_
H if
Ail I linTIMl
il • UlllluUJUl]
«—
« 25-27 j
J
Woi
fcl^ilHW®
^^^1^^
ff
I
s
B__S_Ë
I
*wilÉeprM iontagas _^T_^^. ;
propre
m%\X IllOfîISS
ÏLiT g ' *
' f1
j
s^S I S nTuri HEN-^_-_
A VENDRE
SS1TJSS'
hiWi-apM' aen2 |J
„-„« chianno dn monta»—».
(boulevard Charies-V), qui 1 étude
jument
grise, 5 ans,
au
camton
au
- ^
TO
153
SÔ
A
«
fl. ta A
E DER
?
1
Svî? S'tS5f
F °™
dïfÏ
JOUVENCE
IHIMEUBLfc '
Sf
JSHIÎS Gfl^fl 08 08rG8
J
r^^L^t^ht \tAt\l% \ik^ nï 1?°™?°°^^^
tfCMWRC
M. ULMANN fils et Cie,
Matériels, à Epinal.
Achat et Vente de tous
Matériels neufs et d'occasion.
—
n
^l |
I IS^SL^ "x^^l I 1
B
«• ,UUCB t! HLLUhnU
21, rue St-Georges, NANCY
_________
PAS DE FONDS A PAYER
ï^^rtûwo. 0*^x^1"^"^
" - ^"
>K
san
opération
s■
U0Q
*
. rie M
,
^
■ en toute conncincc, car elle -uèrit tous lc&
les lou
tm,~, . I
faubourg de Nancy, avec-l fl| mihers de désespérées.
» «es|
maisonnette. Prix 5.300 fr.
t WÊ
f. flacon 3 fr m im« m„io ni
10
e
(
C
Belle Propriété
franco
essé Par
Pnar ilàcons franco cont^t^ndat ^
i0
3macie Mag. DUMONTIER, à Rnnon
environs de Nancv. H!
H
dans
les
avec Maison
de Maitre, corn i H
,
1(Notice contenant r n^^„ ,
P
0 no
tenanco 3.800 mètees.
Prix
contenant renseigiements
gratis)
50.000 francs.
I: '3a.
f;r
PROPPIPTF
WTT'"Tfi'r—nr-i--i-Diinjnri.ijiiij ■Ml
rnwrniciE
,^^^f^MKi■ '
dans la Meuse, avec Maison. .
\àWr
Contenance 2 hectares. Prix
~~
—•
20.000 fr. S'adresser à.
1922.
EN TOI PC rf->r?nt^~
I &Pr_ÏÏCr20b*.
_r^,aette« STSK
gîtante, Nancy-Central.
épuisement et incendie.
de l'Eglise, 4, à Nancy. Télé- ^f .
bremers au a es
™* férences exigées.
HOTEL
DES n
VENTFS
unTn
eUMgdblll!)!
MFÏÏ1M
* SXh^^iJ bJ)iU>S^^
!
§
plus riches
|
et des îus sim les
des
P
1
I '
P
|
Pil
rf___"--"'^»'~
'lVr
1H
venons
ffig*^*.-
LSirS,!
1
VPIIVP
-A
mMCHi-flD DE VUS
Wm
JJ *
SgSSfr
MENUISIER
m .
e
:
t
£
»
rSc^
^d^au
P
journal. 209,
rdi_CTn«»
ON DEMANDE
^'c^^T^^
:
^
_ ^ «• BfS
Bflllo
CfiafFBtifiPg-Sa «BflFS
^5^'^^
Au comptant, 5
CUISINIER
5
^ " ^
1
fc
V 5
'' -
Pressé
ON DEMANDE
f| |
P 4imS
"
|J
~
H■,
iV •
T^^lit^l^ffî
JVlaiSOn »• «■ _!___ ■ '
Vï
fc.
| Une
DWL0
Bise à
CIRE\
L
^
œ
Jules KRONBERG
„
w
1 aPrèS mi<li
d
FOOdS de «*COmmefCB
«
*
U
de Produits
cem qm y
^e tout
époux Louis
Stresser
agricoles et Epiest exploité.
appartenant aux
NICOLAS
a M» ZIMMER.
^:
Œuvre de Shakspeare
SV
.SJ
fvend're,
^e.^A
«^^-e.^^
-
' "
AMIABLE
H
1NAV
U uuu
11116 millWVll
JïlAloUW
w
sise à MANPY
Avenue Marcel n» 21
Comprenant • réz-de chaus^ su? (ives, prei^erétege
,«r .oyer, ii«^
t'o.uhoMil.le.
.
.N
d es av/c^piT,^ ^ô.l? «nt, Î-SK" ^
^ -me, a proximrt,
ADJUDICATION
•
- DEMANDE
ns ouvriers
^^^louS^.
"oToJï* ^^SlX^
L
E
«JN
DEMANDE A LOilEH
c 7^
^^
^ fausam Ta
~
de 23 à 28 ans, au courant rer, repasser, raccommoder,
a
b0
0
n nie
PETIT CARA^ pièce enaèrV
^àdre^? Pnl
T T« ï_11n_
commerce et correspondance, libre 2 heures le matin et les
rC I I I GAKAuE rel rue dw aiXDle
Sah^pT
10^9" Un jeiUie homme
Références sérieuses exigées, après-midi, cherche du tra«u REMISE pouvant servir ~
—S
±
___
drait bien prendre les le- Se présenter de 8 h. J à midi, vail. Mme Baradel, rue SteVOU
garage pour voiturette.
,
, .
çons
de
la langue française Ge
Maison C. AS1L 46, rue St- Anne, 22.
2078
c
S'adresser au journal, 2082. Expert
"Comptable chez monsieur o'udaîi^
°rges,
0M
MONTEUR en cycles, coti2
Sacre^Femme
-^aui—
ON DEMANDE
A
H
v^rt, XrT&nolOn cherche
PfCnto
1
;
AK
tT^^^^^ ^^^^
^tc,^;
^0^^^%!
^f^^
S^erVu^™., 1^
^trale, Saint-Max.
te^-^&î^ïl
MANTEAU PILON à va-
££'vestibule
V
po
_«__Sj_H&^
^ •ftAS Trancf
TX!,
VAP E^
' "
a uno
d
«étrinS ne^sg
"
CM TCO5
.^„ ^B..iar*é
îr,e
UUHW WU
'
demande un bon chauffeur'adresser chez Mlle BARRE,
3 étages, rapport 1.550 fr.
*
WUlimiWlUU
j
VenteauOomptant. BanMarciw |
Conîecîîens, etc., bien située, mécanicien. Sérieuses référen- 63, rue de VïUers, Repassage
»8 D,,r n« P0NTS
mï™ .8
Disposée pour meublés.
DE
«-n-nnniiiimiTa
szr=zzz=p^^
1mm
_
5^
2Û24. Lyonnais.
2 7
<
sWeser au journal, 1402. Marchand de VINS EN GRM
e
1
1
Afl
17iXK)
fr
prix
ces
GBAND
CHOIX
■—
———
—
M
MOURAUX
■ v^sTins !Loïï
„ LIUÏSS y
■ ",r^a%
M
v, 8
D'AUTRES COMMERCES HlSqpiPfl!Dp B8 PnitPPPVIDVQ
MAISON DES
*
«luuiimiA
-ptosiEURS^™"""™"
«| "•»• Alcools et Liqueurs |
,i
X
JWEWM
S'adresser à M.
2094. IMtlrâbiyKIi SIÛ UUllrfib liWù
M-DA..---.
_
■ Exploité à Nancy, rue Jean- I î ACFTiT>f îûO koînn «teffun
\¥- 1
i|
r
Publicité
Lorraine,
7,
boulevard
Lobau,
7
Magasin
S
Reu
»l3
VfT
'TT?
Petites
Maisons
ne-d
'Arc.
40
(très
bon
quartier
g
LUblOi
_-lfcS
-Ddlhb
(èiolMa
!;UWir)|
WAUTE
a
MA
T
^.r-St-Dizier.Nancy demande uyEU NE HOMME, ^ rtCMAMnC .Plusieurs
^ ljCi
e
Ma™l m'at «euf
K» »■ «™«*. complètement remis é neuf, saison de
~
! T
\ —
de lfi à 18 ans pour le maga, e Utl?
MHUL jeunes gens AUX ENCHERES PUBLIQUES 4
H
Materr« ?
a« neuf
mi-mai & octobre. Sources rodioaulfurouse et rsdio-KypsiA VCndr
a 16 ans P m
ES
c
s
fère les
us fort9s
$?m\¥> EmÛrilÛ lm —
â S*16 commerce
' Se
2 rése
ywm. Le VENDREDI 20 JUIN 19ia,
P^ '
^ ^ grenier. ^'^;fr_iTOTOWànrto5
P'
do la Suisse,
contre la |
8
mQladisouveraines
S d<i la
en pïhe,
ï
et HV MfU__î sans enfants, ^
'
P
^ à 2 heures du soir
'
Jg^fe
M
^1™^^
gïïlhS
'f
&if
etc
M
0n
rrh&
lesf^, ^' 'T
à OR
l¥!fcr1Abh demande pial
. un
Buffet
de salle à manger ff*^ 8£' Ûtïter
traiterait avant l'adju^
/>
maladies des femmes (P
fiueurs blanohte
, eto. ■
hol
ce
e chône
!
K ou à vendre "ou? vîsi^
de régisseur dans une fer-.-.„-. -.-_.
3? .
'. «"«M, ««8 et s'adresse™ à M FORT scie' dication sur des offres suffiChauffage central, lumière électrique, ho • ^ °V, Po'te 1
t
ter s'artres^prMme
me,
le tnari libre en novemON DEMANDE literie,
armoires anciennes et
„,» I r'm™ m t santés.
re, restaurants. Sontiersà travers la^oret. Téléphone. PoM< g
b
rue Lf^
du Crosne
No^él
rueT MouUn 11 à ™, et la femme lmre*™
1 ,
' 'bois blanc, armoire à glace, ^
' %|
S'adresser à M» LAISSY, noet Télégraphe à l'Etablissement 2 services postaux p» |
o
INancy
A
ncy
e y-oniaf ,io nnri
I7QT
suite, s'il v a utilité
un
employé
de
bureau
de
15
lavabo,
commodes,
créden'
^°*ftaire
à
Nancy.
1688
I
avec Olten. Prix de pension de 7 a 10 fr.. Médecin D' J--l>- I
ans
f
St-Mcolas-de-rort.
1793.
s'adresser au iournal HCil
environ, ^"adresser 19, ces, chaise longue, canapés,
| NEIDHART.
Prosj tus par
La Direction.
§|
1
_
J
' ■
rue de la Commanderie. 2069 fauteuils, horloge ancienne, a tirunDC A I 'AMIRDI C
WIIIIIIPI 'il ' II
__^.___,.--.-*j—
s_
DlIDrRJI P£ TROAI*
Tl^TTATT?
TTniMri_r-_r
• coffre-fort Fichet, ventilateur, M ILlttlnL A L HlîilADLt ■ PPARTEMENT,
750 fr. li- "WI-WniT 11 *_b-;i-....
^-...ivi-t^'..-*=* ~
DUnLAU bC I ADAI»
JLllAlUiUJii
ON DEMS^DF
machine à écrire, lampe porUN BON FONDS DE
T pGlèc6 de tramway, l" ét„
4
environs de Nancy, 40.000 fr. désire entrer chez mécanicien _
—*»-.■»«~»i"si_#_.
tative électrique, glaces, ta-nt«ass- „t* _•_«
, î?' décharge, cuisine, >v_^TOffimo__^^
M9
d'affaires. Loyei 000 fr. Prixn cycles et motos, pour appren- do bons ouvriers menuisiers bleaux, gravures, horloges,
w.-cl., électricité, chambre de |,
■.
|
4.500 francs.
dre partie. Pressé.
et des bons toupilleurs.
n
bœuf,
régulateurs,
bonne et dépendances.
Il ^g». ^
_
™
4YANT
I
œ s
de
s m m?vtx
m
PLUSIEURS BUREAUX DE
S'adresser au journal, 1729
S'adresser chez MM. MIEN- belles suspensions, pousseWl 8TOS
S'adresser au journal, 1968. I H « ST
if'à
S*
* - c.\LTI«>N I
TABACS, de 3.000 à 20.0001897
fr. —
VILLE frères, 10, rue
la pousse, voitures d'enfant, bia CIREY
1 !■
&#* MM
M
sont
I
Crolx deM o ne
S'adreser à MM.
g)„:c
n m
H» VsiïS
VΫ« g
en -Pne
S e ^066. cycletto, bureaux, table é jeu. Bonne affaire,
susceptible
ÙARIÂA'Wtea %3 ^ * t-' %t
S
demandés I
Jî
5B
M
V
15
l?LIY__R &i
YW
" fl"
" «"«S
coffre et table Lorrains.rayon- d'augmentation facile.
_™
"
pour les nouvelles succursales de la
r«Uf EU et 'uUlrl demande TONNELIER muni1
ON DEMANDE
nages, volière, garniture
de
S'adresser à M" ZIMMERMonsieur, 39 ans, bonne 1
C«.ïA+i» _f
At
i:_+ n +ÏOT1 I
8
29. rue Saint-Hicolas, Nancy
boimes références.
des PLOMBIERS nour inttal
SSSSSiï? £_55< M^ANN, notaire à Cirey (Meur- situation épouserait jeune fil- Il SOClBie XranC8-6BBB Q AllffiSntatlOD
'
— deS'adresser au journal, 1810 i t1ons ^-a
réchauds, fourneaux machi- the-et-Moselle .
1733. le ou veuve sans çnfant.ayant
„, , .
. ,
_ * _._<__ , , y I
a ^irlt;
7
;
fat C
ON
BeM AIHHf
à rikm» V
, nes a coudr.e' c?rpettes' dtspetit avoir pour s'établir.X. 6, 1 S adt.:
Singi® soesui. r-jje cfa La Kloihs, tisncy^i
v 1
,
1
~ »*EI»i«*«s«i iiA
toaurtsser a i usine a M
gaz centes de ht, écrans, paraJournal.
2040 §
-^ggr
R
A
UN GARÇON DE BAINS
Représentant
de loul.
787_ vents, etc.
2092. A urilQDp R I >AM|AR| C
, !_______!__!_^_ __^^
déS
apr
- UN
MACHINE A
a
UNF M
l
Va2da0UbHuu
o ulovv
«
tro
|J| evnerfmpnî?^^
^'is Mobilier s
A VENDRE
■■■■■ III L.
*■
«ble quelo,,
„
ff e d
J UI
s
i
-«,» soit besoin de
recourir
qu en faisant usage de la
iWm
r mn
„
Pr
ir
EpieeHe-Firuiierîe
%.EBTarSuU
^
bon quartier, dem1Sme
pouvant rester
longtemps. Ré-
S'adresser au Journal, 2086.
ès
CHARCUTERIE
pour cause de départ presse
MAISON DE CAMPAGNE et
JARDIN, près Nancy. S'adresser A Gantois, 20. W StaStanislas. Nancy
1665
d
WMlMc
Vin, Bière, etc.,
«S^rie-Bonneterie
57, ru%_?;
922
ifCMnOB
A VLNDRE •
de
1
lo
Occasions
— MOTEURS
k eau 6et4 à ailettes
boîtes de S
visses , d"rec|ons ; l°ont H \
de^teTy^c^^âs,1^1
francs. S'ad. au journ.
ÛeS!e OCCaSIIOn
Jardin
tsJ sKBQIN
f^ssoetpêche-
n^nFMSMnF
^imz_S
Bureau de Tabac
; _. ^ri
LN
S
constructions
^adresse? an
bdaresser
au tournai 1868
loumal, 1868.
o ,,
1
- 'et u'ne'dynTnîo-ma^o
MOTEUR A GAZ
bres à coucher.
sS
^ l^f emollcli-ent
UN
P-
^ r^
1tÂÏ^
Û\\
iachin@ à vapeur
15 ch. et UNE CHAUDIERE,
20 ch., en bon état. S'adresser
Louis Henryot, à LiffolaM
ie-Grand
(Vosges).
1524.
.
Changement de situation
A VENDRE D'OCCASION
^
. ,*/
plAe
v
v
^-'* '^
HOMME et DAME
roue libre,état neuf, moitié de
leurs valeurs. RENÉ, 4, rue
Raugraff, au 2« étage ; même adresse on ACHETERAIT
bon fonds de COIFFEUR.
1951
■
«rynDC Magnifique jar-
* RENDRE en excellent état
avec
.
10 ^
cyl 10 ax- 12
ch., 4i vitesses,
ère
^ - 5! ' carrosserie
h
fe^
paTfaî I,' S
—
Foudres
..t et
L—^»»^
us
Voiture PANHARD
^ »/S'ne
TflaVrbai^^
, „ .
»
'
I
^sX^ | i
, Y
A VENDRE DE SUITE
pour cause d,e double emploi
«a
w
Uil
UMTIHnU- cuisinier, a ! i.- bius Henrion S'adresser
0
a
| l'Hôtel de la Comédie, à Toul.
renseignements, a
t0US
.|)pour Maison
LABERTE-HUMa
j>rafl* n- un employé BERT
frères, à Mirccourt
nM
M
UN
U-RIA1WE
sérieux, au (Vosges).
1463
1
. courant de la mercerie et
bonneterie. S'adresser Mai,.m
dOLSVeS
MATHIS, 38, rue des
"
-^^Tr.
Paul
, Quatre-Eglises, Nancy.
1888.
A VENDRE
'
—
S'adr. au journal,
1G09.
un
Sc,Qur
nu nFM^NnF
'
■
C D
toe
ciSir ° '
TOBOGGAN
e b
s'artresser À
IWBW^HR
r
n
Ecrire au journal, sur let- ...
t
lre en-tète firme. Discrétion I
Bel!© Situation
~ B
Petit Cautionnement
I
absolue.
1912. • B «'-*«•.
aMfaf, rmm Vlrglnla-Ktlmurais, MMGY H i_l nfllAIBIC P* Epicerie,
,
|_
,
.
,
««j>*os*i«_i
1 UH L'UmAnlit fort apprerw
f«-->--~m «« rl« „
u-!„ g Otl demande des MAQA8INS à OUer g ti ou commis
sortant d'ape
Am
.Hîa-h«
dQiiiiSile
p^t^ , „
BW
aBat
,J
UB m,
w
M. SENECHAL, articles pour
"
^
"
*
*- ^
S'adresser au Journal,
2087.
f
na7
primes et réclames, a thon_
. _ ,
1 «N », „ , - -„.-MJ n
n
neur de prévenir sa clientèle
Bureau d© TabaC \ °,M OEMANDE
DE
SUîTE
nCS/JUMnC UN JEUNE
qu'il a transféré ses bureaux
commerce facile, quart, à r Imprimer» R0YES uP* «" UtWiARJfc HOMME
A
rt
RR
MAISON DE CAMPAGNE!
| 5^Ç^-^^ïï»
? | WSSST
chambres à l'étage|. Jardin . S laises du
^
?k Vf»ndr^
x.ixa-iKjvx^ u. » vuui \j
à Messein (M-et-M. , près gare
Vriic
BELLE
BaiS011 de
R
1
Z
t
.«,h
MAISON
nerfs
APRP<S
dit c
■
1 aSl É^ IFr RiFPSBH»„
^f^o™Nmte:l
DEMANDE DES
H _ „
Minote^^,
_!__
OCCASION A SAISIR
OCCA.iOM A oAlSIR
!
limousine, très jolies voituf
res, état neuf, première mar. I de 800 mètres. Prix 18.Ô0O fr.
LLA
^.^r^ ^«v
0
,
g JOUVENCE de l'Abbé SourJ
!|
^«cîdîÏÏ^ÏÏ KfeïîSS «. I
bV^Sf ^bre à cou
belles
mansardes_au-dessu
.
étage
Chambre à cou *
*
MLCV
9
2
S
cher, change de domestique,
sis à NANCY
ouvri2r Jardin ^ix: 30.000 fr. S'adr.
a M. LEROY, ancien notaire. w--c, débarras et anUchamRue Charles-lli
60j
Miii...
il
,
j,—i.
iui-' . ■ i.UN U£!T!Hn_!C maréchal- 4, rue de Lorraine, à Nancy. Dre, grenier.
Comprenant
:
1
i"—"u«i__«afarfn^^
ferrant a la terme de jarville.
2075.
Cave a-vins, buanderie, bul' MAISON D'HABITATION H
|.
_f_i_
i r« r«i8«irn« nf'tiSMia »> i
S'adresser 4 M. Pérot. 2036.
cher, emplacement pour caior la rue, élevée de deux
f
!l
:
Occasion
à
saisir
„%Vfef dom^» w- éSUllf et^reni^^6'
un h
g LU UtiUtUlU
-.LU Ll HIILHU ULUmU I AN nFMANHF
. o"""e
A VENDRE
Electricité, eau et gaz.
c 2° UN BATIMENT dans la
S
_
S t*. t -i-IHKllJL seneus, p'
1 Réservoir 20 m.c, parfait
Construction neuve
™7
,,™ ie nnknn Ih-i
■
gg!?_^a.->—^
_
A VENDRE
gfé
O N PEDALISTE
W8
»0 A-.»»
^flîaTe^obat11
Mwatandises en sîis. Loyers à rembourser : 24.375 francs.
^er, p.ace Lobau.
f S'ad. M. LEV1EUX, Uq- 287, r. St-Honoré,! Paris, et au-notaire
un
X_
ka„9
- '
^
^t M
_m«^AÎTsOIM
"
9
e
nNRFMgwnF -
:
colas
-
| »N
ht±^^&
__»S
» e de M» BOURSIER no.
taire, a Nancy, rue baint-Ni-
lm
'
8
Acconcheuse. diplôme snpér. de la
Faculté de Nancy. GonsalTl à t h.
1
B, i»m Salnt-Joan, B
m fae. le» Grana» __«__»
E
^Fl_lW^
François VA_i.LAtnii)
r
IKS
; ■
i
.
|
vente a credjt
1 deDea très
grandes facilités s^ont accordées pour le rem; 1| boursement des BONS BARRE, reçus comme argent
; I comptant dans plus de 80 magasins divers a Nancy.
|
| l ers
On achète DE TOUT avec les BONS BARRE : Mobi- i
i ,' Vêtements Chanssures, Trousseaux Bijouterie, 1
1
Horlogerie, Machines à coudre. Machines à écrire, Bi- I
■ eyelettes, etc. etc
Renseignements gratuits, s adresser ou écrire à
I MM R ARPF & CÎË 3 "• Faab05RGK,^NISLAS ^,? S
1 mm. DARKL tX
NANCY
2071 I
C
j P1
■■—
^^^^.^^J
.
Fomd do
%Z?iï!? Z arnïZ
mpiûme ae beneve
Consultattona de 8 h à « h.
.
aux Imnrl.
m» i« n/.,
reau
"^j
iîïïiifï
douïï^Imploa, V£NDRE
A
.
|
gH Oyante, Suitos do couches, guérira sûrement
1
L0EB JET ^ ÂLLOARD ]
s
'
u«8
$È
\ M «J lTJiïT.ÏJiï
ïïi !" - ï
II
\ M£ „,,
f 'struatlon, Règles irrégulières ou H„u,^e
■
c
j fâf rem.os ,en avance on en retard, Pertes P|?„chi. "'-■
j km Maladies intérieures, Métrito, Fibrome s-înî? 8i,8
*», I
liai
doiiLANGERSE
J..
ffl !
Et d
Ufl U-mr.NJt
DAKKC
i— d^»|TOUT au
•
i i^AVÎT
/i»s IH
1
e
a
a
d
? ,
i f
?
n
v
n
sffitai
'
*
e° 7
»« D^O™
nynCMJiynca emprunter20.COO f.
deî sulTe"sui■ n^affïïSivé,
valant le double.
S'adresser au journal, 1936.
|
■
PPirpQIP
I
§ng
PIB
>M ...
] PJ^s Nanc^. ^cuisson ^sacs, j M gierU pour gu. rtr imues les maladies dc^laterome ■
^-^"ivr ^?^
Saint-Nicolas.
S'adresser à M* PERRIN,
1909 noaire.
_T
IVl.LianglOlT I
à tous
^-^-Sâ^SS-SS^a-i^Sr-"- I I «_k^S__-SîS. Ik^-^^^S^W l^l-ï^^.^'îfSïi.
l
UN JEUNE
|^;r;«saanas^a^5°- ^ sf'SSl î f-?
,u., .on
JuMen près le Casino,: Nancy.
L
C«.
r
■
5
.^.e
™*
NAMPV
nrMâUOF
M DEMANDE
HOMME
po'r la loTou un apprenti
de la campagne.Richard, car-
'
■
|
leiephone 13.50
II
mu,
1 1
jj Renseignements
gratuits I ^If " "^^?„^™T^^T^^TT i Hl
en
| JS « P«>"en ea. de non I » ACHETEZ DIRECTEMENT A L'USINE—
g re. hsation des 1 affaires.
g; |
MOITIE MEILLEUR MARCHE QUE PARTOUT.»
■"" ,M"
| g
<y -,
«x_
U,î A O I r\'>
B~£
a
h8
,
tV.,»^^
J
AVeC 1.000
§f
H —Garantie 5 Ans—
ftftA irailCS
A /reprendre, au centre de 1
^Clipper.lltnl^ RouefeExoiE
a f a
Nancy, près le marché,
I I ,r
.
Frein sur Jante-Garde-bous
• />• ■
ES n n
; H ™ f*ep»oir franco le Catalogue Cénéral comprenant 13 Modales de Bicvclîttîs
JOLI BAR
. g stmadilncsâ Coudre depu.s85f'?Z00gravurc .découper cette annonce et.
JT&
^^«TSSLj
Hniçnil llfi PaiîïîflPt
Nancy.
1937. MdlÙUÏI US i aUUDl l
rT
t
n
10
Occasion,
à1 vendre :
UN
A VENDRE tiT^iï
u^è I VK^« CT'gW
pour I
H
i-'eihSw
UNE BONNE
mer en fer,
;
: fr. par Jour.' Prix 'i.'.âOO fr.
—
rS
' MAESON MEUVE
^^^^^\^}^nSZ7^
amomobi
fj,
: emploi.Affaire
jusfc i ( < i 'd' > j rt > | < (l
nr
)S(
•>•> ooo fr Bière 17"> h
lénéflces prouvés 4 à 5.0<K>
à placer. Condlfr
par
a
tions
avantageuses.
y * i
i p
fi n
fl
ftf
r6!!l 110181
81
bal
e gare, 17 chambres.
en
f;iC 11)0 fr. par jour. Prix
Affaires
.;,(Ki francs.
- « -~- !^ST-
°—
VALET
D
PONfiTO
VMTE i
n
^| pl!'efcS
c
E SnPL,^nu
^ ' # JE
'.^
,°,u ,de'JX
œtMM.
rduGVMNAÏE i
RUYF^ et GUTH
.
'
,
31. rue du Crosne, à Nancy
:
'
r«W i en ci
i Z.e
14o0
-rot PORTFIIP
cDentol
ul a gagné tonte ma confiance et conserve
fO, rue Saint-Nicolas, M
Nancy ^ ^'"
"
t. J r-AirruiCD
I rCI-fWK I BVK
—
|
toutes mes préférences.
lVlaud U/\U 1 niliK. i
nrimiimr
un bon
à vendre. Bonne occasion.
ffiWMTl
Le oentol (eau, pftte et poudre) est un dentifrice à la fols
DfMANDt OUVRIER Walter. 8, rue Hniliy.
1933
VliUjyil lUltl/lililV
souverainement antiseptique et doué du parfum le plus MtNUlSSER, chez M.
nif^\/r^t IKT-PICC
. r.
.
agréable.
,
Rh, à Dieulouard.
1783. £ DICYCL.C ! TIcS»
H
aftP
x
France
eCréé d.apres lts travaux de Pasteur, il détruit
tous les
> Occasion. Homme et dame,
mauvais microbes de la bouche ; il empêche aussi et guérit «y nruiiynr un employé roue libre et frein, à enlever
n 2i UftnAtVirtAnÎMfid
sûrement la carie des dents, les inflammations des gencives Un UtmhtrJL sérieux pou. de suite, a n'importe quel
M
M flVlJOlllwwdllUW
iTEIS
et de la gorge. En peu de jours, il donne aux dents une blan vaut faire service de caviste prix.S'adresser DESSAUX, 50,
JC
„ „ „
cheur éclatante et détruit le tartre.
et au besoin entretenir la fu- ru Henni te.
1370.
Intérêts : 4.BO 0)0 par an
u i i
dans la bouche une sensation de fraîcheur déli- taille, et garçon de magasin e
cieusea Sse
et persistante. Son action antiseptique contre les mi- sortant de l'épicerie, soi. PEKRIN, noS'adresser à M. A. COUI.ON, i robes se prolonge dans la bouche au moins 24 heures.
gueux, pour faire emballage Etude
^ire AEà MNancy, 1, cours
C Mis pur sur du coton, il calme instantanément les rages
directeur à Nancy
t, expéditions. Très bennes
Léooold
v
e
H, quai isabey
! de dents les plus violentes.
références exigées.
'
o
,
(Meurtlu-ei-Moselle et Meuse), |
Le Dentol se trouve dans toutes les bonnes maisons vendant
S'adr. au journal.
1782. . . . ,. ,- ■ i iigunrm r
tr %
r
I de la parfumerie et dans les bonnes pharmacies. - Dépôt
.
VLNOnfc A L AiVIiMbLt
|
j ,, „ f^^" ,,„ . | ,# IUU1I
PAIIR LI I FFMMri__
I
LmlllT ^__
P
(
■ f M
iK
' ffH
i X^Maiid
'aua
b^h\
en
^ SS
S
rm-
i~,
-
?u
:
ffi
à louer
d
^S1
î
W
RF&II
P?T T C&Ft
DUU TCIII U»rc
Grand choix
VENDRE
A
&Jil-*L*LI
H
fflïiLr* î IL Â TOUTE HA CONFIANCE
_
^VENDRE
TOMBEREAUX
008
et
1 AUTO-TRANSPORT, nrnr. ».
.
.
Que Arries 11 III' ; 2 tombeg Il I | I II U S
_î TOrtS 03771 SOnS
aux neufs et un d'occasion,
re
|„ K I I*
_i 5 frf I
_^ RM ^ K
S'adresser au Journal. 872
S'adr. au Journal.
1086. .
3 B iB I
i llif S II 11 11 IB 1 I i IH Mi nPMflknP
ouvrières
—
.
|J 11 II 1 II Ml O JJ $| O || J_« __ f_t 11 UN UtlïlKRJtpoiir la Dm
« w c su !T6 D F
A MCNnSK BELLE PETITE]
__t** m Wfi
ww w
1 dèrie blanche et couleurs. Se
A VkNDKc
A wtNUnt MAISON de 5 piè-j
i„nx
j i,
M A MPV
i présenter avec échantilons, dans beau quartier de Nancy
avec -eau et gaz, jardin ■
ces
Tel. 1404 - 76, rue de Metz - MAIN_Ï
14, rue Molitor.
2032.
r.Nr.
et mtoutes commodités. .
.
—
,
,!
MAKnN m." MAITRF
- BATLOG, rouie du l'ont. ■
•-—
. _ . «I -»i nnumirtr UNE JEUNE ITIHIOun Ut iTIHI I HL
d'Essey, à Tomblaine.
1961 :
g
A COUDRE
Pour la Famille
Pour la CoulectloFvtt-»- <«. ^ntr-efocm*»*
——~»
_
rî
!
__a«ri -^_
i
^ pilleur, bicgclette
:
l An — wm wm f% 11 M
j
m
ïe
™«P"«» = ""*-'".
PRIX
oour
MAI,
■
¥'
« interurbain, 14.33
JUIN,
JUILLET
:
.,,
Les 1.000 .g "
, ^
Houille flambante, morAnthracite tête de moin. W- y
ceaux'.
.
. Fr. 36 ,
gailletins. ■ »
a
Gailletins flambants
. » 38
noix concass.
Charleroi, tôte de moin. » 48 Anthracite anglais, te te
j
"
gailletins.
. » 46
do moineaux. . • •
jt
U0 X
,L
J • • ■ » 42 Menu pour, calonferes- «
n
H
^^i -m radju.
«n sur des
4
Moffres sufû'
^
,",>JJ'1"
: : S ^~^J e
^AIS"
àû(j
_j aux mêmes prix qu'à l'Usiue^
«
COKES S
eA
^«"^
«r '"
«
Author
Document
Category
Uncategorized
Views
4
File Size
16 331 KB
Tags
1/--pages
Report inappropriate content