close

Enter

Log in using OpenID

Août 1938 - Site en travaux, le week

embedDownload
IS0 3*2 (81e année)
Le numéro 3 5 centimes
Vendredi 5 Août 1 9 3 8
/
l'Imprimerie
du " C i t o y e n »
»
7, rue Elle-Fréron (ancienne rue Royal*)
— QUIHPER on exécute tous les genre* r
D'IMPRIMÉS
Organe Hebdomadaire de Défense Laïque et d'Action
A B ONNWMEN
T3 • ;
Finistère et départements limitrophes
Autres départements
Colonies
Les abonnements sonl payables d'avance.
I«E
R O L E
D U C H E V A L
B U R E A U X
1 6 f r . par an.
33 O
—
D E
etI M P R I M E R I E ,
Républicaine.
7 ,R u e
Fondateur : Georges LE BAIL
1906-1937
Elie-Fr*ron
— Q U I M P E R
Téléphone «e
Chèque Postal n° 142.70, Nantes.
Adresser toutes les comnmnications 6 M. Pierre GUÉGUEN, Imprimeur-Gérant.
Les manuscrits ne sont pas rendus.
Pour les renseignements joindre un timbre pour la réponse.
G U E R R E
Or, et c'est ce qui prouve le bienfondé des dispositions premières, c'est
qu'il a suffi pour passer à un régime
de production supérieur, comme dans
un moteur quelconque, d'augmenter
l'admission des gaz, à savoir dans l e
cas considéré, d'augmenter le budget.
900 millions d'outillage seront mis
On sait quelles calomnies
ont été truction p o u r qu'il ait u n e intensité
— D • graves accidents d'aviation se
en place, alors qu'avant il n'avait pu
sont, produits ces j o u r s derniers. Dans déversées, par seau, sur M Pierre Cot, de fabrication constante.
Un article de M.
La seconde était d e rendre l'Etat en être mis que 90 millions et la cadence
la Diômo, près d e Valence, un bi-acrusé d'incapacité.
moteur de b o m b a r d e m e n t s'est écrasé Bocsnntrot, député, le grand et héroïque seul et unique client, d e l'industrie de production sera quintuplée.
Nous devrons subir
la honte
aéronautique, maître de l'organisation
au koI, faisant cinq inor's Dans la aviateur, remet les choses au point :
d'acheter
des
appareils
en
Amérique,
Côte-d Or, un avion de chasse est
C'est surtout en matière de D fense des usines.
me
dira-t-on
?
Se p r é p a r e r à faire du matériel était
tombé dans un c h a m p ; l e pilote a nationale que l'obj'Ctiviié s'impose.
Soyons sérieux !
été tué. Au camp d'Arvor, e»fin,un Est-ce pour cela que l'organisation nécessaire mais il fallait également
Qu'elle est l'industrie française qui
songer
à
«
faire
»
du
personnel.
appareil a pris feu à l'atterri-sage ; de nos armées repose s u r le parti
l'élève-pilote q u i le montait a été radical-socialiste tant par les Ministres
Les écoles étaient ce qu'elles devaient n'a pas eu à acheter un complément
mortellement blrssé.
en fonction que p a r la majorité des être po ir les »ffecHfs du m o m e n t d e de matière à l'étranger pour boucher
l'armée d e l'air. Pour des effectifs un « trou » ? ou acquérir ce qui
L'étranger n ' a p a s non plus été Présidents de Commissions.
supérieurs,
il fallait a u g m e n t e r l e s n'existe pas chez nous ?
l'en suis persuadé. Sans vouloir
é p a r g n é . Aux Eiats-Unis, notamment,
Devait-on pour boucher ce « trou >»
sources
du
recrutement.
on signale une vériiable catastrophe soutenir que les autres partis poliet
éviter cette opération d'importation,
Le
p
r
o
b
l
è
m
e
était
des
plus
délicats
tiques
en
sont
démunis,
j
e
constate
aérienne. Un hydravion transpacifique, qui transportait seize passagers, a que le radicalisme est fait d e bon car toutes les m e s u r e s prises préala- commander de quelconques appareils
sens et de logique, e t . que toujours, blement n'avaient donné q i e d e sfrançais, du « vieux neuf » pour
été perdu corps et biens.
Eu Afrique équaloriale, u n avion il s'est attaché à assurer la continuité résultats médiocres. Le r e c r u t e m e n t reprendre l'expression de notre actuel
des j e u n e s pilotes n'était assuré que ministre de l'Air ?
de transport britannique s'est, de son de l a défense nationale.
L'industrie française
pouvait-elle
cô'.é, brisé contre u n e colline. Les
le n'en veux pour preuve que l a parce qu'on admettait l a presque
en
souflrir
?
totalité
d
e
s
candidats.
La
qualité,
quatre personnes qui se trouvaient à politique de M. Cot et celle de M. Guy
Sûrement pas et ceci est l'expression
naturellement, s'en ressentait considébord ont été tuées.
La Chambre.
de
r
a
b
l
e
m
e
n
t
.
la pensée de la Commission d e
D'autres démonstrat'ons d e cette
— Une sédition a éclaté en Crête.
'Aéronautique,
unanime ou presque.
La
première
disposition
à
p
r
e
n
d
r
•
Pi ndant quelques heures, q u a ' r e cents crainte innée des solutions aventureuUnanime
ou
presque
a été également
était
de
faire
a
p
p
r
l
à
l'ensemble
de
la
h o m m e s armés ont occupé La Canée. ses, de cet attachement à l'esprit cara Commission pour approuver l e s
nation. Ce fut. l'aviation populaire.
tésien,
j'en
trouverai
à
foison
dans
la
L'insurrection a été vite r é p r i m é e
autres dispositions prises par M. Guy
gestion d u président Daladier, d e
par le gouverncriu nt grcc.
^a Chambre, dispositions qui ont
Campinchi
et
de
Ga«nier-Duparc,
mais
A la tête des rebelles se trouvait l e
Naturellement étant donné ce q u itoutes leur valeur et dénotent une
je préfère rester sur mon terrain —
neveu de M. Vénizelos.
celui de l'aviation — terrain que je était admis quant à la situation inter- compréhension profonde de la situation
— La Birmanie a été le th ¡Ytre de peux p r é t e n d r e connaître, comme tout nationale, et qu'au surplus on ne pou- et une volonté ferme d'arriver à une
graves émeutes qui n'ont prisfinq u ' à récemment mes collègues ont bien vait et on ne devait faire d'importantes solution prompte et parfaite et dont
la suite d'une sévère répression. Une voulu le reconnaî're en m e portant commandes à l'industrie aéronautique, es plus importantes sont les suivantes :
cinquantaine d e personnes o n t étépar acclamations, p o u r la troisième le budget fut ce qu'il était souhaitable
— Commandes des matériels de la
tuées e t p r è s de trois cents blessées. fois, à l a présidence d e la Commis- qu'il soit en égard également à l a jremière tranche du plan d'accroissement, et ce e n matériel moderne ;
— En Espagne, la lutte se poursuit sion de l'Aéronautique.
Miuation financière du pays.
— Mise au point des problèmes
avec une violence accrue. L'initiative
En un mot, en 1936, il fut estimé
le sais que certains d e nos a d v e r des opérations revient maintenant aux saires politiques ne partagent pas ma que la situation internationale laissait d'approvisionnement en matière prerépublicains qui ont franchi l'Ebre e t façon d e voir, et, bien qu'il n'y ait du temps pour l'augmentation d e mières-outillages et stocks ;
— Adoption de m e s u r e s p r o p r e s 4
remporté dans cette région un bril- pire sourd que celui qui ne veut pas notre flotte aérienne et qu'il était p r é lant succès qu'ils essaient H e développer entendre, je démontrerai que ce qui férable de s'organiser afin de disposer hâter la sortie du matériel.
par tous les moyens en leur pouvoir. heurte ces sourds est vrai, notamment p >ur le m o m e n t propice d ' u n poten-
ment en réparation à Toulon. Un
matelot f st. mort asphyxié. Un autre
marin et u n ouvrier o n t é t é assez
grièvement atteints. L'o'fieier en spcond du navire a été également blessé
en tentant d e porter secours à ses
hommes.
Les dernières revu«?, à Paris et à
Le moteur est délicat. Il a besoin
Versailles, ont été d'une incompa- d'ateliers de réparations, d e pièces
rable grandeur. Mais ce ne furent de r e c h a n g e à proximité immédiate
point simplement la beauté ou la des lignes. Il a besoin d'approvisionmasse des couleurs, l'harmonie écla n e m e n t s d'essence énormes. Enfin, il
tante des musiques militaires fran- est e x t i ê m e m c n t fragile. S'il est louçaises, premières du monde, qui ché p a r u n projectile ennemi, c'est
impressionnèrent csux qui assistèrent la fin.
aux défilés.
Le document allemand que nous
Celui-ci, en effet, fut mieux et plus citions plus haut n e dit-il p a s :
qu'un beau spectacle. Ce n'est pas « Novs avons pu constater que dans
une armée de parade, destinée au une guerre moderne les pièws de. resimple plaisir du populaire et à « ver- change et l'essence peuvent jouer un
ser l'héroïsme au cœur du citadin » rôle plus
important
que celui des
qui y prit part. La signification de la munitions ».
revue a été plus haute. Le GouverneLe cheval, lui, est robuste. Il
ment a voulu donner à la France donne p e n d a n t une période critique
confiance en elle-même. Il a voulu un énorme effort qui n'est pas promontrer à certains pays, pour qui la portionnel à la nourriture qu'il reçoit.
/orce est 1 'ultima ratio, que l'armée En rase c a m p a g n e , il p e u t vivre sur
française, sauvegarde de notre liberté, le pays. Si quelques-uns d r s six cheétait équipée, entraînée, disciplinée, vaux d'un attelage sont atteints, les
forte en un mot.
antres amènent quand même la pièce.
Pendant les défilés, nous étions quelEnfin, le cheval pas«e partout. Le
ques-uns à avoir le regard tourné vers moindre sentier lui si ffit et s'il n'en
les tribunes ou se trouvaient diplomates a pas, il va à travers champs.
et attachés militaires étrangers. L'atPar contre la route est indisprntention grave et tendue qui se lisait sablc aux unités motorisées, sauf bien
sur certains visages nous montrait que entendu à celles qui possèdent des
ce déploiement de forces n'était pas dispositifs spéciaux, tels q u e cheinutile et constituait une digne réponse nilles, etc.
à des rodomontades qui nous parLa route ! le ne peux m ' e m p ê c h e r
viennent trop souvent de par-di là nos ici d'évoquer les routes de la g u e r r e ,
frontières.
celle de Cormicy par exemple où sans
Le spectacle atteignit les hauteurs arrêt des territoriaux placés au coude
du tragique lorsque les énormes tanks à coude jetaient des pierres entre 1rs
dévalèrent en masses compactes tan- pattes des chevaux qui passaient pour
dis que les escadrilles d'avions se suc- essayer vainement d e faire p r e n d r e
cédaient sans arrêt dans l e ciel.
quelque consistance à la boue liquide
Les applaudissements s'étaient tus et profonde.
et une sorte d'horreur pesait sur la
Que deviendraient là-dedans l e s
foule, faite de l'évocation des massa- beaux petits side-cars à mitrailleuse
cres actuels et de ceux qui pourraient des régiments de cavalerie motorisés
— En Chine, les laponais avancent
peut-être, un jour proche, ensanglan- qui faisaient si bien l'autre joui- en direction d ' A n k ' o u . La ville a déjà
ter notre pays.
avenue des Champs-Elysées !
été évacuée p a r les Chinois.
*
• *
Par ailleurs, r e p r e n o n s notre auteur
Au cours de c< s derniers douze mois,
allemand.
«
La
troupe
motorisée,
ditles
avions japonais ont causé, estimeLe d'filé des unités motorisées tut
il, est particulièrement
touchée par la t-on, plus de 16.000 morts parmi les
le clou de ces journées. Il donna
destruction des ponts et autres ouvrages populations civiles dans le sud de la
a d f c e n t a i n e s de milliers de Français
d art. Même les troupes rouges impro- Chine.
qui se pressaient sur les parcours uqc
visées ont su à cet égard faire des
— Le dill -rend russo-japonais s'enimpression de force et d'organisation
choses étonnantes ; un adversaire bien venime d a n g e r e u s e m e n t . De nombreux
singulièrement réconfortante, il proentraîné pourrait ainsi nous créer des
engatfi ments ont d< ¡à eu lieu à
voqua d'utiles réflexions chez l e s difficultés énormes. »
la frontière s i b é r o - m a n d c h o u e . Ou
étrangers très nombreux.
• •
annonce n o t a m m e n t que les Japonais
Mais certains anciens combattants,
Une motorisation outrancière a été ont repris la colline occupée par l e s
faisant u n retour sur l e passé, se
«
à
la mode » — si j'ose employer Russes et qui fait l'objet du litige. Il
posèrent quelques questions.
cette
expression — dans toutes l e s y a eu des morts d e part et d'autre.
Au point d e v u e sentimental, ils
armées
du monde durant ces dernières 11 ne semble pas que le conflit doive
regrettèrent que l'artillerie montée
années.
en rester là.
n'ait pas participé au défilé. C'était
Il en est résulté d e graves mé— Eu Tchécoslovaquie, par contre,
un hommage indispensable à rendre
comptes pour tous ceux qui ont eu le
la situation semble
heureusement
à l'héroïsme et à l a science d e s
triste désir d'expérimenter d e façon
s'améliorer. Le médiateur anglais,
artilleurs de la guerre et cette carence
plus ou moins camouflée leurs moyens
lord Ruciman, doit arriver ces jours-ci
nous a profondément peinés, nous
de combat sur des c h a m p s de bataille
à Prague.
les anciens de Verdun et du Chemin
européens.
des Dames. D'autant plus que l e
— Le Président de l a République,
L'écrasement des forces motorisées
cheval attelé à un canon n'a rien
accompagné
de plusieurs ministres et
iialienr.es à la bataille d e l a Guadadè plus anachronique que des batailde
M.
Edouard
llerriot, a fait un
lajara est encore dans toutes les
lons défilant en rang serrés.
voyage dans le Midi e t a visité les
mémoires.
Mais d e s inquiétudes d'un ordre
La marche des éléments motorisés d é p a r t e m e n t s de T Isère, du Vauclusc
plus pratiques assaillaient aussi l e s allemands sur Vienne, bien que menée et du Gard. H était dimanche l'hôte
anciens combattants.
dans le vide, causa l e s plus amères de la ville d'Avignon, oit il f u t reçu
Certes uno forte motorisation de décep'ions aux dirigeants d e l'armée par M. D.iladier, président du Conseil.
l'armée est nécessaire, m.iis elle ne du Reich, en leur montrant l a fraAu b a n q u e t organisé par le Syndidoit pas être poussée trop loin.
gilité d e l'instrument qu'ils avaient cat des Vignerons des côles du Rhône,
Le moteur a de grands avantages. a m o u r e u s e m e n t forgé.
M. Lebrun prononça un discours qui
Il permet un déplacement rapide et
Ne tombons p a s en France dans fut u n a n i m e m e n t applaudi. Après
amène sur l e terrain des opérations cette e r r e u r .
avoir glorifié les vins fameux de cette
des troupes qu'une longue route à
Le m o t e u r , bien que délicat, diffi- r ' g i o n , il rendit n o t a m m e n t u n homied ou à cheval n'a pas épuisées. cile à entretenir et à alimenter, doit mage m^ri é à M. Daladier et c é h b r a
certes tenir, malgré tout, une g r a n d e l'amitié franco-anglaise qui est, dit-il,
ar contre, il présente aussi de mul- place dans nos formations.
le roc sur lequel s'édifiera cette paix
tiples inconvénients. Nous avions déjà
Mais le cheval, produit p a r d e smondiale à laquelle les deux g r a n d e s
signalé ces inconvénients À la Cham- paysans frai.çais, nourri de produits démocraties occideutales sont irréducbre, en 1033, et l e s constatations qui se trouvent en abondance s u r tiblement attachées.
faites pendant la guerre d'Espagne notre sol, n e saurait être exclu d e
M Diladier, qui avait parié avant
nous ont donné raison. Il suffit de notre armée et surtout de notre artille Président de la République, r a p p e l a
lire les considérations du général von lerie sans que nous nous exposions
les tragiques événements des semaines
Heichenau pour s'en rendre compte. demain aux plus graves mécomptes.
écoulées e t montra les efforts du GouLes combattants n'ont pas oublié
v e r n e m e n t pour sauver la paix, q u i
l e l formidables embouteillages d u
est son but s u p r ê m e , Il conclut p a r
front« q u i l e s faisaient stationner
un a p p e l au travail» u n a p p e l à
plusieurs h e u r e s sans pouvoir avantoutes les fol'ces de paix ! « latliais,
cer) ni reculer e t qu'ils bénissaient
termifla-t*il| aucun sacrifice, aucun
lorsqu'un tfts d e caillou* é m e r g e a n t
(iaiiKefi AucUfte souffrance n ' a fait
de 1* b o u e leuf permettait d e s'aifeculer l a France. Comment poUrraltlonget-j casque sous l a téte en guise
elle
Se refuse! 1 aujotird (fui ô l ' i f f o r t
d'oreiller, dans u n e situation bien
Û£ la
pacifique qui doit Suffire fl l ' h e u r e
inconfortable, hlais que leuf épuise(ifctiielle potfr dsstit'èr soif salut 1 »
m e n t leur faisait trouVef exquise.
M. Lebrun s'èât l-enciu, dttnS i a
Que aéraient a u j o u r d ' h u i ces en»sOirée, fiu ehû'eau de Vieille; ri.fcs d e
jjouteillágeí, avec une armée entière, — Ùn incendie s'est déclaré à btird Grenoble, où il doit jiààser SÈS MédHcM
m e n t motorisée j
•
d u dous-maria « Espoir ti, actuelle- en k W i i k
M
?
Miettes
S e m a i n e
ANNONCES
l
e
e
Annonces judiciaires et diverses (3 ou 4 page).. M t t . l O la l l ç n e
Prix à forfait pour les Annonces répétées et traités de publicité.
Les Annonces sonl payables d'avance.
Les communiqués et annonces doivent parvenir au journal le mercredi.
L A
D É F E N S E
Il PITI
N A T I O N A L E
IT L'AVIATION
en matière d ' é q u i p r m e n t d e l'armée
de l'air, matière qui a fait couler tant
d'encre et commettre tant d'injustices.
Pour cela, je p r e n d r a i la situation
en 1936, et ce, pour chacun des éléments déterminants de la politique de
l'air ; j \ suivrai les évolutions dans le
temps de ces données et j'exposerai
les conclusions q ie nos deux derniers
ministres de l'Air ont tirées des diverses situations.
Comme je n'ai jamais apporté le
moindre sectarisme dans l'exercice de
ma fonction et que tous reconnaissent
que ma seule ambition est de servir
l'aviation, j e pense qu'on voudra bi"n
admettre que si j ..Itinne, soutenu par
la presque totalité d e mes collègues
de la Commission, que l e s mesures
prises sont les seules logiques, normales, efficaces e t applicables, c'est
tiel industriel réel e t souple e t des
le me résume. Les ministres radipilotes nécessaires.
caux de l'Air qui se sont succédés ont
11 est à r e m a r q u e r , d'ailleurs, qu'il pris les dispositions que leur commanen fut ji'g'i ainsi également p o u r les daient, d'une part, l e s conditions
deux a u t r r s D -partements d e l a Dé- extérieures, e t , d'autre part, l e s
fense nationale — Guerre et Marine. conditions intérieures, et i l s l e s ont
A-t-on eu tort, a-t-on eu raison d e prises en recherchant très objectiveconsidérer l e s risques d e g u e r r e ment l e bien de notre Défense natiocomme aussi lointain — l e t e m p s nale envers et contre les hommes d e
nous l ' a p p n n d r a — mais il est u n la rue et les incompétents.
fait, c'est q u e si on s'était hâté
En cela, i l s restent bien dans l a
d'avantage, qu'aurait-on obfenu ? Une
grande tradition du parti radical, qui
flotte plus n o m b r e u s e , d'accord, mais
est de servir pour servir, de remplir
constitué
d'avions
d e technique
les devoirs de sa tâche sans souci de
ancienne e t p a r conséquent d ' u n e
l'honneur qui peut en résulter, mais
valeur combattive inférieure.
avec l'unique préoccupation des de« •
De plus, il aurait été impossible de
voirs qu'elle implique.
réorganiser ces usines en plein traM. Cot a trouvé mille avions, pas de
vail. O i aurait d û vivre dans l e s
prototypes construiribles, pas d'argent
e r r e m e n t s anciens, condamnés p a r
en caisse, des usines occupées, une
l'expérience, et, n o t a m m e n t , on aurait
industrie mourante ; 18 mois après, i l
dù les laisser g r o u p é e s autour d e
qu'elles le sont vraiment.
avait 1.600 avions, d e s prototypes,
»
Paris, à la merci d u p r e m i e r b o m dont l'un a ramené plusieurs records
bardement ennemi.
en France, une industrie renaissante
Les éléments qui interviennent dans
N'a-t il pas été plus s a g ; vraiment et de toute façon apte à s e mettre à
l'équipement de l'armée de l'air sont,
de prendre les p r o b l è m e s par l e bon la hauteur des besoins.
j e le rappelle, les suivants :
bout, savoir :
Evidemment, il aurait pu avoir plus
La situation internationale ;
— Obtenir de l'industrie de l'aéro- de 2 . 0 0 0 avions mais qui auraient
Les moyens dont il e s t disposé,
nautique ce qu'il fallait en obtenir grevé l e s budgets futurs par leur
c'est-à-dire, l'industrie, les écoles d e
pour r.'altser le p r e m i e r p l a n d e ancienneté, et, surtout, il aurait p u
pilotage et le b u d g e t .
renforcement de l'aéronautiqne ;
avoir des industriels gorgés de comEn 1936 la situation Internationale
—
Réorganiser
cette
industrie
en
mandes .
commençait à se troubler mais tout
accélérant
n
o
t
a
m
m
e
n
t
la
mise
en
place
A la popularité il a préféré lVffica^
concordait pour p r o u v e r q u e n o s
d'un
outillage
mo
b-rne,
tout
en
l
a
cité
et là M. Guy La Chambre le rejoint
adversaires possibles ne pourraient
mettant
hors
d
e
portée
des
attaques
puisqu'il
a su choisir, avec une claire
être prêts à faire la guerre avant pluaériennes
;
vision
de
son devoir et une mâle
sieurs années.
énergie
entre
la mesure efficace d e
—
Intensifier
l
e
s
recherches
afin
On pouvait doue a d m e t t r e q u e
l'achat d'avions étrangers et un facile
d'avoir
des
avions
d
e
valeur
à
cons
l'a' gmentation d e notre a r m é e de
succès politique.
l'air devait être réalisée par échelons truire au m o m e n t critique.
L'avenir en j u g e r a ; mais p o u r m a
Lucien B 0 S S 0 U T R 0 T ,
successifs et progressifs de façon, entre
part,
e
t
en
ce
qui
concorne
l
a
très
Député de la Seine,
autres avaniag. », à disposer au mog
r
a
n
d
e
majorité
des
m
e
m
b
r
e
s
d
o
la
Président
de la Commission
ment critique d u maximum d'avions
Commission
d
e
l'Aéronautique
d
e
la
de
CAéronautique.
neufs et de la conception dernière.
Chambre,
ce
plan
nous
a
p
a
r
u
sage.
Cette solution s'imposait d'ailleurs
Et comme en fia de compte ce plan
par suite d e la situation de notre
lut
exécuté et m ô m e au-dessus d e s
Il
II
industrie qui, pour employer une forespérances,
j
e
pense
que
nous
nVvons
mule du président Daladier est artisaqu'a nous incliner.
nale, sans potentiel sérieux.
Est-ce à dire q u i l'occupation d e A l ' I m p r i m e r l a d « « O i i t f M »
Cette faiblesse était d'ailleurs d ' i u tant plus g r a n d e que les usines aéro* l'Autriche, leô inquiétudes q u e nous
nautiques fonctionnaient spasmodl-» eûmes au suje4 de la T c h é c o s l o v a q u i e
quementi t a n t ô t leurs ëariiete d e et qui ne sont pas dissipées) nous ont
tiotnmaudes étaient surchargés, tantôt laissés insensibles ou dans la situation
L'Imprimerie
Bretonne du 0 Citoelles étaient Obligées d ë d i b a u c h e f dë gëtifl qui otlt fait ce qu'Us ont p u
Pti n et la Librairie Laïque,
7, rue
eu bloc, d'où, artnf d e liés t-afr'ëfl ël s'ëtt tWuVëat satisfaits 1 Nen, Loin
Uie-Fréron,
à Quimpe*K
••ront
exceptions; une aliïende â peU p i ë s tlë U ël faieti au ëyattaii'e, mais ces formé*»
du • «V 1 7 Août,
annuel,
élêthënlS HdùVeâUX tte pouvaient nul* pour le congé
totale d'Outillage;
lethent
nous
faire
critiquer
le
passé,
Aucuns
livraison
ne pourra
étr«
Il fallait dofic AUdii Ititll) i-'éorgail n e pouvait q u e nous a m e n e r h faite pendant cette période.
niàër l'ihcitisfrië;
Le journal « Le Citoyen n ne parât»
La première mesure à prendré était reennsidéref le p r o b l è m e du** lu*
données
c
h
a
n
g
e
a
i
*
^
tra
pas le vendredi i i août 1f/3J; •*
de répartir les p r o g r a m m e s de cons-
.«
Le Congé de 1 9 3 8
LE~CITOYEN
s
les Elections Sénatoriales
belle tenue ont favorablement impressionné gagnants de la grande tombola de la caisse de construction des lignes poar la somme
de 1.962.580 fr.
et permis à tout le programme de se dé- des écoles de Trégunc :
Eu raison de l'augmentation des prix, le
1
17 30 42 55 66 78
rouler sans le plus petit accroc.
syndicat
sollicite une subvention d'Etat
84 108 111 121 139 142 154
Vive la fête des Gueux et à l'an prochain !
r Lea_ élections sénatoriales ont été
pour
l'exécution
desdits travaux.
16»
171
181
191
202
216
230
fixées au dimanche 23 octobre 1938.
Attention i l'Ban ! — En raison de la 236 243 255 266 277 287 296 Pour couvrir le montant des travaux
• Les Conseils municipaux seront
sécheresse persistante, la distribution
301 312 325 331 341 357 362restant à la charge des commanea, le
convoqués le 18 septembre prochain
d'eau potable sera interrompue, tant aux
Noms
des
Souscripteurs
375 386 391 407 417 428 435comité décide : 1° de contracter on
m
»I&A&YSSCSHY
pour désigner leurs délégués.
bornes-fontaines qu'aux robinets des
449 459 464 471 481 499 503emprunt de 430 000 fr. à la caisse natioLes sénateurs à renouveler sont
abouné8, jusqu'à nouvel ordre, de 13 h. 30 519 525 533 549 553 570 572nale du crédit agricole ; 2° de réaliser
M. Charles Goas, Chateaulin, 25 fr. —
rangés dans la série du département Un gàs de l'Ile, exilé, 20 fr. — M. C. Le Auberges des «Jeunesses
à 18 h. 30.
585 592 604 620 626 636 644auprès des particuliers, aa taux de 4,50 •/••
de l'Ain au département du Gard Guyader, papetier-libraire, Quimper, 20 fr.
Les abonnés sont invités à vérifier
Nous rappelons que les Auberges des
657 662 672 686 697 707 715le complément de l'emprunt de 218.000 fr.,
inclus.
— M. Jean Pérennou, cantonnier-chef, jeunesses du département sontles suivan- soigneusement que leurs robinets sont
723 738 746 756 761 773 785amortissable en vingt ans par voie de
bien fermés pendant les heures d'interPlogastel, 10 fr. — M. Georges Bellivier, tes :
793 807 817 824 835 846 855tirage au sort.
Paris, 50 fr. — M. Le Coq, receveur des Morlnix: Maison du Peuple, près du Viaduc. ruption du service.
874 883 899 902 919 926 939 Le comité a accepté l'adhésion aa
Postes en retraite, Guilvinec, 10 fr.
St-Vougay : Château de Kerjean.
950 960 966 977 990 997 1000 syndicat de la commune de Poullan.
O h a s laa A v a o é i . — Les études des
Liste de M. Pierre Claquin, de Lamar- Brignogan : Ecole publique des filles.
1005
1015 1027 1037 1050 1054 1061
avoués de Quimper seront fermées du
Landerneau : A. J . des Crins, route de lundi 15 août au lundi 5 septembre.
Douarnenez-Tréboul
zin, en Plozévet : 78 fr.
1076 1081 1093 1110 1112 1122 '1137
Les jeunes gens devant être
Morlaix.
i
1148 1157 1164 1174 1188 1197 1208 z>aa T r a v a u x d u P a r t . — Un proListe
de
M.
J.-M.
Peuziat,
du
bourg,
appelés sous les drapeaux en sepiVudianoaa d a vaaation. — Durant les
Brest : Patronage laïque de Recouvrance
1226 1237 1244 1256 1269 1271 1289 gramme pour l'aménagement et poar la
Plozévet : 47 fr.
tembre prochain seront mis en
mois d'août et de septembre, le Tribunal
(municipali.
1293 1309 1317 1325 1332 1342 1359 modernisation du port de Douarnenez a
Liste de Cadol, en Melgven : MM. J .
route les 2 et 3 septembre,.
correctionnel se réunira tous les quinze
Huelgoat
:
Ecole
publique
de
garçon?.
1370 1380 1397 1402 1412 1421 1448 été élaboré par l'administration des PontsLes jeunes gens devant
être Aosquer, retraité, 10 fr. — L. Bihau, fer- Quimper : Ecole maternelle de la ruejours, le samedi, à 13 h 30. La prochaine 1466 1471 1487 1490 1502 1519 1526
et-Cha«88ées. En raison de son importance,
mier,
5
fr.
—
Y.
David,
gérant
de
l'Econoappelés en octobre seront mis en
audience aura lieu le 13 août.
des Rt'guaires (derrière la Poste).
1538 1544 1554 1564 1573 1581 1596 il sera réalisé par tranches. Le port
mique,
5
fr.
—
J.
Le
Mao,
forgeron,
2
fr.
—
route les 19 et 20 octobre.
L'audience du Tribunal civil se tiendra
1603 1611 1626 1633 1644 1653 1665 s'étendra désormais en direction de Tréboul
J. Herlédan, menuisier, 1 fr. 50. — Y. PIogolT : A. J. de la baie des Trépassés.
le
même jour, à 10 heures.
1687 1688 1696 1702 1727 1739 1742 jusqu'à la pointe de Men-Léon.
Plozévet
:
Ecole
publique
de
garçons.
Hervé, cultivateur, 1 fr. — L. Pelleter,
1752 1763 1775 1787 1799 1804 1805 A partir de celte même pointe va être
Pont-l'Abbé
:
Ecole
publique
de
gaiçons.
débitant, 2 Ir. — M. Beuze, domestique de
A n V h é â t r a . — Un grand gala de
1807 1822 1835 1842 1852 1876 1888 construit le premier môle du nouveau
ferme, 2 fr. — L. Jégou, domestique de Roscanvel : A. J. de l'Amitié.
récital du célèbre baryton André Baugé,
1900 1902 1916 1926 1938 1942 1960 projet. Mesurant 300 mètres de longueur,
formo, 1 l'r.— L. Kéraudron, manœuvre, 1 fr. Quimpi rlé : A. J. Municipale, route de assisté de Mme Suzanne Baugé, aura lieu
1963
1980 1982 1994 2010 201« 2023 il reliera la terre à l'îlot Flimiou. Le second
Pont Aven, pièi de la gare.
le samedi 20 août, è 20 h. 45, au théâtre
Liste de M. Pilorgé, maire de Mellac :
2 31 2048 2057 2067 2079 2086 20i»8 môle (est-ouest) partira de l'îlot ''ans une
Toutes les A. J. reçoivent dans la mesure municipal de Quimper.
M. Louis Pilorgó, père, 20 fr. — MM. J.-L.
2107 2119 2121 2137 2147 2155 2165 direction sensiblement parallèle è la terre :
des places disponibles, garçons et (¡'les
Etant donné (importance de ce spectaToupin, Louis Pérou, Paul Le Gali, FranZ«o Sorutin de Ballottage
porteurs d'une carte de 1938 du Centre cle, il seiait p r u d m t de se renseigner, 2172 2188 2200 2204 2219 2227 2236 il sera construit pour la première tranche,
çois Paugam, Mathurin Daniel, Jean Pau2244 2253 2262 2276 2284 '¿300 2302 sur 300 mètres également.
Inscrits, 10.748. — Suffrages exprimés, 7.772 gam, Piorro Berthelot, Marcel Messager, laïque (C. L. A. J.) des amis de la nature, pour cette toirée et pour les places, près
2311 2325 2333 2351 2370 2378 2386
de la Ligue Française et des A. J. étran- du concierge du théâtre.
Ua bassin en forme de quadrilatère, non
M. Albert Gléhen, réactionnaire, M. Bossard, Louis Gillard, Mlle Bossard, gères alliliées.
2392 2401 2410 2415 2425 2430 2435 fermé sur un côté, sera ainsi créé.
candidat d e s droites, 3.928 voix, élu. MM. Jean JalTré, Robert Toupin, J.-M.
Etat-Civil dn 8 6 jnillat a n S août 2442 2459 2464 2479 2490 2504 2519
La moyenne minimum de profondeur,
Conau, Jean Morain, Mathurin Le Gac, La carte est exigée à l'eutrée des
1938. — Naissances : Jacques Boixière, 2524 2536 2545 2553 2562 2580 2581 à mi-marée, sera de 7 mètres. Elle
M. Alain
Signor,
communiste,
Auberges.
Louis Colin, Yves Le Dit, chacun 5 fr. —
10, rue Elie-Fréron ; Marie-Louise Jugant, 2600 2625 2633 2642 2659 2667 2688 atteindra, avec la pleine mer, 10 à 12
candidat du front populaire, 3.8-il veix. Mlle Marion, 2 fr. — Mlle Le Bihan, 2 fr.
9, rue du Sallé ; Rémy Martin, 3, rue de 2700 2705 2716 2727 2737 2747 2754
Aux
producteurs
de
bló
mètres, ce qui doit permettre le mouillage
Részdtats par commune :
— M. Jean Pelletier, 4 fr. — MM. Louis
1 Hospice.
2763 2780 2783 2800 2810 2815 2829 aux bateaux de pêche et aux navires de
Le Préfet du Finistère rappelle que,
Signor Zaouter, François Carré, Louis Favennec,
Communes
Gléhen
Publications de Mariages : Paul Nicolas, 2839 2848 2854 2868 2877 2883 2892 commerce.
Thomas Michelet, Yves Berthou, chacun conformément aux dispositions de l'article
souft-oUicier
aviateur, dom. à Nantes, et 2909 2928 2931 2941 2956 2969 2978
Le montant des travaux adjugé» pour la
11 de la loi du 15 août 1936, tout produc2 fr. — M. L. Mentec, 1 fr.
787
649
Pont-l'Abbé,
2981 2993 3002 3013 3029 3039 3044 première tranche est de neuf r illions
Louise
Bollé,
dom.
à
Quimper
;
Yves
Le
Liste de Pleyber-Christ : MM. Victor teur de blé est tenu de souscrire, avant le Breton, professeur, dom. è Vitré, et Made- 3058 3070 3079 3087 3095 3104 3126 six cents mille franc« ; l'exécution en a é ' é
417
Combrit
173
Vivier,
maire, 10 fr. — François Coat, né- 30 septembre, une déclaration de ( sa leine Savary, dom. ù Quimper ; Henri 3124 3140 3145 3152 3161 3173 3185 confiée à la Société d'éludé» et de travaux
399
542
Guilvinec
gociant, 10 fr. — Alfred Vasseur, directeur récolte à Mairie du siège de son exploita- Lijour, employé de banque, dom. à
3197 3205 3212 3225 3230 3244 3260 de Lille.
05
88
Ile-Tudy
tion.
il'écolo
honoraire
;
Yves
Jézéquel,
secré3265 3275 3283 3296 3303 3317 3322
Ergué-Aruiel,
et
Jeanne
Ilenn-ry,
dom.
à
279
431
Loctudy
Plusieurs années vont être nécessaires à
Cette déclaration devra être très précise
taire do mairie ; J.-M. Paugam, adjoiut3331
3345 3359 3369 3379 3389 3398 la réalisation de ce premier programme.
Quimper
;
Guy
Gauliier
du
Maiache,
697
801
Penmarc'h
et
formulée
très
exactement.
maire ; J.-M. Ménager, conseiller municimaréchal des logis-ihef, dom. â Lyou, et 3410 3415 3422 3439 3446 3454 3469
380
136
Piomeur
pal ; Guillaume Dilasser, adjoint-maire,
3475 3486 3500 3504 3520 35 7 3531
et Aune Durtelle de Saint-Sauveur, dom. à
Poullan
377
346
Plobannalec
chacun 5 fr. — Anonyme, 10 fr.
3544 3552 3565 3580 3585 3594 3608
Quiuipur ; Geunaro LViontefubCO, marchand
L'ouverture
de
la
chasse
144
144
St-Jean-Trolimon.
ZiibartA, libarté ekéria ... — Poullan a
d'étolT. s, dom. a Ergué-Armel, et Marcelle 3616 3628 3638 3654 3668 3679 3683
Subventions perçues des Municipalités
L'ouverture de la chatse dans le dépar- Autret, dom. à Quimper.
164
427
Treffiagat
3700 3701 3718 3725 3733 3750 3751 toujours eu cette bonne aubaine d'avoir
(moins les frais) : Riec-sur-Bélon, 200 fr.
tement du Finistère aura lieu le dimanche
89
83
Tréguennec . . . . .
3770 3775 3782 3799 3802 3820 .8822 un recteur de son goût. Après l'orgueil— Lanriee, 100 fr. — Melgven, 100 fr. —
Décès : Alain Laurent, époux Nédélec,
18 septembre 1938.
leux abbé Leroux, qui a eu un avancement
38
153
Tréméoc
Penhars, 150 fr.
36 aus, charretier, 10, rue Olivier-Perrin ; 3840 3846 3857 3867 3871 3898 3907
bien mérité comme curé-doyen, voici son
3910
3923
3940
3945
3950
3953
3965
Jean Choaler, époux Bigon, 78 ans, 18,
Le moutant des souscriptions versées à
successeur, le fougueux abbé Hén8fTqui, il
Liégion d'honneur
ru« Jeau-Jauiès ; Marie-Renie Mao, épouse 3973 3987 4000 4003 4019 4026 4040
ce jour s'élève à 3 4 . 6 0 8 f».
faut bien l'espérer, obtiendra bientôt, lai
M. Gléhen est réélu conseiller
4047
4056
4063
4068
4072
4081
4097
(à suivre).
Dans les dernières promotions dans Cloarec, 42 ans, 12, rue Ste-Caihenne ;
aussi,
les galons d'adjudant. Eu tout cas il
d'arrondissement, mais sa majorité
4108
4112
4122
4132
4142
4168
4171
»a»
l'ordre de la l.égiou d'honneur, nous rele- Jean Le Bras, veuf Ilémon, t8 ans, 3, rue
suit
bien
les traces de son prédécesseur.
parait singulièrement faible, si l'on
de lHocpice ; Catherine Penot, veuve 4186 4208 4217 4221 4233 4>48 4251
vons les noms suivants :
Il
y
a
une
quinzaine de jour«, avait lieu
Prière
d'adresser
les
souscriptions
au
4267 4274 4288 4300 4310 4312 4322
considère surtout que son adversaire
Au grade d'ollicier, M. Henri Crouan, Calvez, 79 aus, 8, rue Sl-Marc.
4333 4347 4354 4369 4376 4385 4393 à Poullan, le mariage d'une orphnline
du 2* tour était communiste et que de Trésorier général du Comité P. G UE G L'EN, maire de Coray.
imm
4410 4412 4421 4432 4448 4451 4468 d'une facoille très honorablement connae
très nombreux marins étaient absents. journal « Le Citoyen », 7, rue Elie-Fréron,
Au titre de chevalier : M. Tudy Jolivet,
à Quimper. — C. O. 148-70 H>a«*a.
4476 4481 4491 4505 4520 4323 4533 et estimée. Son fiancé était originaire de
Les Cinémas
La réaction est nettement en baisse
maire de Trégoennec ; M. Furie, maire
Meilars et comme tel le repas de noce
4547 4557 4565 4578 4584 4599 4606
dans le canton de Pont-l'Abbé. Avec
de Nizon ; M. Corbel, maire de Collorec ;
devait
avoir lieu dans cette localité, ainsi
4619 4627 4631 4644 4660 4680 4690
O d a t - P a l a a a |près de la Prélecture).
M. Le Bris, ancien ch> f de Division à la
le vote par correspondance ou p a r CAISSE
que
le
bal. Mai« ceci n'était pas du tout da
AUTONOME
4694 4701 4728 4731 4747 4759 4766
Préfecture ; M- Riou, directeur de l'école Programme jusqu'au lundi 8 août 1938 :
procuration elle serait écrasée. Tous
<oût des commerçants de Poallan qui,
4781
4791
4807
4820
4829
4830
4773
da la
do pèche do Douaruenez ; M. Miniou, A.iuuiUèb panantes et sonores ; un joli
unanimes, d'après les mauvaises langues,
les rouges ont fait leur devoir en
film, tt le grand film : « Une poule sur 4811 4841 4855 4«64 4872 4889 4900
marin au Conquet.
DÉFENSE
NATIONALE
sVn
furent trouver le R jeteur et faire
barrant la route à la Réaction.
4904 4918 49¿1 4943 495» 4969 4977
un mur ».
Nos félicitations à tous.
pression sur lui pour donner aax futurs
4989
4991
— Du 10 au 14 août : le grand film :
époux un mariage à 6 h. 30 d a matin
0
Prière de réclamer les lots, au plus tard
« Hélène ».
(ancienne heure naturellement).
— Du 15 au 17 août : le grand film : dans la quinzaine.
I
M. HénafT fut trop heureux de saisir cette
»
Mayerliug
».
Organe hebdomadaire
Vous ne trouverez pas le Citoyei*
aubaine et notifia aux futurs époax q a e
Plonéour-Lanvern
Coupure!
de Défense lalqne et d'Action républicaine
ket tous les dépositaires de journaus
leur mariage aurait lieu à 6 h. 30 du matin.
da ÎOO, BOO, l.OOO, ÎO.OOO
I h m u «< b i p r l a w l i i
R a s (près de la Gare). — Programme Les Eleotioas Municipales
du département, mais vous le trouvèreMais le remords, non, une crainte plus
1 0 0 . 0 0 0 at A Million da F i a n o i
7, Rue Elie-Fréron — QUIMPERf Finistère)
jusqu'au mardi 9 août 1938 : Actualités
tûrement chex vous en vous abonnant
Les républicains n'ayant pas présenté tôt, vint au Recteur et par deux fois fit le
Téléphone 86
a Eclair-Journal » et deux beaux films : de candidat au scrutin de ballottage de voyage, à la ferme, pour déterminer la
Intérêt entièrement payable d'avance
Chèque postal n» 142-70, Nantes.
' Voir bulletin d ' a b o n n e m e n t en l ' p a i r e i >i Brumes » et u La tour de Nesle >.
dimanche, M. Durand, can-Jidat d* la jeune fille à faire son mariage à 10 heures.
au moment de la souscription
.
"
"
»
"
«
"
.
.
«
«
.
.
.
.
m
r
i
m
n
droite, a été élu par 599 voix sur 1.200 Mais celle-ci se cabra en faisant savoir aa
AlMUMiwto i
Exempts de toutes taxes spéciales
représentant du Bon Dieu que ses invitaélecteurs inscrits.
Finistère et département* limifrappant les valeurs mobilières et
«
• «
tions étaient lancées p»ur le mariage 4
Ergué-Armel
15 fr.
trophes
de l'impôt général sur le revenu
6 h. 30 et qu'elle ne changerait rien il
Antres départements
20 fr.
Certes
les
républicains
auraient
voulu
Mariage. — Demain 6 août aura lieu, à
Facilement
mobilisables P o u r la P a r d o n da Xtocmaria. — Les Ergué-Armel, le maiiage ae M. Louis Le achever dimanche dernier la victoire, lheure fixée.
Le mariage eut donc liea h cette heâre
fêles locales du 15 août approchent et Flao, receveur-contrôleur de 1 Enregistre- malheureusement les mano;uvres éhontées
car la Banque de France les admet
Judiciaires on antres... la ligne, 2 fr. 70
matinale
et fut vivement bâclé.
de
la
réaction
ont
toulevé
une
telle
voici la liste des attractions qu'on pourra ment, fils alue de Mme et M. Le Flao, les
aux avances sur titres à concurrence
Les annonces doivent être adressées au
A
la
sortie
de l'église, des tables dresindignation
chez
nos
amis
que
ceux-ci
voir sur le Champ de-Bataille et dans les dévoués instituteurs du bourg d Eiguéde 90 •/, de leur valeur nominale dès
p l u tard le mercredi matin.
sées par des moyens de fortune attendécidèrent
dimanche
matin
de
retirer
leur
Ai
mel,
avec
Mlle
Odette
Oppetit,
instituAllées
de
Locmaria
:
leur souscription.
daient les invités pour arroser l'union de
Autodrome des singes ; Rndio-Skooter ; trice ô Gévtzé (llle-et-Vilaine), fuie de candidat et de faire la grève du vote.
Pour tous reiuelgnementi,
Joindre an tlmkn
Elle les admettra à concurrence de
deux rœurs charmants. Une gavotte d'honEn
effet,
une
candidature
indépendante,
Fileur de verre ; Luna-Paik ; Chenilles ; Mme et M. Raoul Oppetit, ollicier de
pour la réponte.
95 °/o lorsque le délai restant à courir
neur fut dansée, mais pas un soa ne f a t
qui
était
née,
venait
d'être
retirée
à
la
suite
réserve
eu
Algérie.
plusieurs
Manèges
;
Tirs;
Sirène-Serpents;
jusqu'à l'échéance sera inférieur à 1 au.
dépensé
chez les commerçants da boarg.
Croustillons ; Gaufres ; Oiseaux ; Photos ;
Nous adressons nos compliments aux d'actes de pression inqualifiables.
Et
en
route
pour Meilars où l'atmosphère
Par
ailleurs,
les
électeurs
républicains
Astrologie ; Jeux divers ; Loteries ; Con- deux familles et nos meilleurs vœux de
n'est pas polluée comme 6 Poullan.
étaient
écœurés
de
voir
sur
la
liste
adfiseries, etc...
bouheur aux futurs jeunes époux.
verse le petit ft ruiier d'un réaclionnaire
Un ossifiant.
• *
l i a FAta da Kargoat-al-bas. — En vue notoire et qui n'avait certes pas été libre
— Agent technique des services de
Voici le programme de la fête patronale : des lôtes d i s quartiers de Kergoat-al-Lez
l'Intendance maritime. — Spécialités
de dire « non » lorsqu'on avait fait appel
Cela se passait samedi dernier, dans
Dimanche 14 août, à 14 heures : courses et de Kervir, qui auront lieu le 11 septemmétallurgiste et boulanger. Date : 30 octoà lui.
l'unique
salle
de
café
du
village.
Délaissant
bre 1938. Avoir accompli le service mili
de chevaux sur l'hippodrome de Cuzon.
bre prochain, le comité des fêtes est
la
terrasse
ombragée
par
le
feuillage
des
Zrti F ê t e s Xnteroeltiques
Plonéour est un pay* < ti certain« réactaire. Etre âgé de 21 ans au moins et
Lundi 15, à 10 heures : grande course composé comme suit :
platanes
centenaires,
plusieurs
consomtionnaires
voudraient
perpetuer
des
n
.
œ
.
i
s
pouvoir réunir 30 ans de service au moment
La manifestation interceltiqne du Goraedd
Président d'honneur : M. Kernévtz, maire féodales. La grève des électeurs républicycliste, avec le concours du Vélo Sport
de la retraite. Traitement initial: 11.500 fr., mateurs se sont réunis autour du billard.
et
de Renaissance Bretonne, organisée par
C'est que le spectacle en vaut la peine : Quimpérois. Départ au Cap-Horn, arrivée d'Ergué-Armtl ; président, M. Hénail', pre- cains a marqué l'énergique protestation
plus indemnités. Aucun diplôme exigé.
le Col'ège des Bardes et la Société Armochampion incontesté du « tapis vert », le au Palais de Justice ; trajet d'environ 50 mier adjoint au maire ; vice-présidents, de tous les amis de la Liberté.
— Commis d'ordre et de comptabilité vieux Gaspard a rendu 100 points d'avance
rica, sous les auspices de la Municipalité
km. ; 400 fr. de prix offerts par la Munici- MM. Jolais, Gourmelen et Ascoêt Jean ;
Quoi qu'il en soit, Plonéour est redevenue de Châteaalin et de nombreuses person*
stagiaire à la Caisse de» Dépôts et Consi- à son adversaire.
secrétaire, M. Le Caêr; secrétaire-adjoint, la belle commune républicaine qu'elle
palité.
gnations. — Concours ouvert aux candidats
nalités bretonnes, a obtenu, da 30 juillet 1«
Celui-ci est resté perplexe devant un
A 10 h 15 : course cycliste réservée aux M. Cozan Alain ; tresorier, M. Le Moal ; était au temps où le regretté P.-J. Tanniou
masculins dans la deuxième quinzaine coup particulièrement ditllcile... Et, histoil'f aortt. un vif et mérité succès.
d'octobre 1938. Délai d'inscription : 1" re do s'éclaircir les idées, il sort do sa po- jeunes Quimpérois non licenciés. Départ trésorier-adjoint, M. Le Gac ; propagan- la dirigeait. Elle reprend le cour de sa
La pittoresque cité atait accueilli jojrefl*
septembre. Age au 1" janvier 1938 : 18 à che, une fois de plus, sa boite de Gitanes... au Cap-Horn; arrivéoau Palais de Justice; distes, MM. Jourdain Joseph et Douguet destinée.
sement
la foule des manifestants et d e i
30 ans. Traitement : de 10.500 à 22.500 fr.,
4
— Bonne idée I approuve Gaspard. Rien 200 fr. de prix off-rts par la Municipalité ; François. D autre part, M. buvet est nomvisiteurs dans ses rues Joliment décorée*
i*
plus indemnités. Certificat d'études pri- de tel qu'une cigarette pour vous « dégour- trajet d'enviion 15 km.
me commiabaue-adjoint.
maires ou diplôme équivalent exigé.
dir » l'esprit I Mais moi je préfère mes
La victoire républicaine de Plonéour de drapeau*, de guirlandes et d'oriftammef
A 21 heures, dans la salle des fêtes :
Pleuven
>— 180 postes élève infirmière de l'Assis- Celtiques vertes : c'est du caporal déuico- Krand bal de bienfaisance ; prix d'entrée,
marque la défaite très nette de M.tricolores.
tance publique. — 30 postes élève des liuntè, c'est plus doux & fumer...
Morse KasteMin neuz guellet goaeliott
Quéiunec
et du baron Foy.qui, tous deux,
5 fr.
Baa Oonooaxa agrtaola. — Le concours
services généraux hospitaliers. — Con- — Mais me» Giiauctt aussi sont en Caporal
heu kuCi hag eur Vaouauh'Z guizked ken
A 22 heures, dans les allées de Locttiaria : du Syndicat d eleVbge uu canton de Foues» ont payé largement de leur personne.
cours pour les jeunes filles : 13 octobre. doux, réplique luuire en moutrant le
Leurs voitures sillonnaient les routes et, brao.
grand feu d'artifice.
nanl aura lieu le lundi 12 septembre proInscription du 1 " août au 15 septembre. paquetage.
Le samedi 30 juillet fut consacré, le
le
dimanche soir, une amère déconvenue
Age : 19 à 26 ans. Début : 16.300 fr. Aucun
— Tiens ! pourtant la boîte n'est pas
L t i Gauraaa da Ohavaatt. — La pre- chain, a Pleuven.
matin,
à la visite de la ville avec ses n o m '
se
lisait
sur
leurs
visages.
diplôme exigé.
verte !
mière journée des courst s 'le chevaux sur
breuses
enseignes commerciales bretonnes^
La
Forôt-Fouesnant
Rien
n'y
a
t.lit.
Plonéour
voulait
se
— En effet, les Gitanes dénicotinisées l'hippodrome de Cnzou (Stade Kerhuel)
— Surnuméraire des Contributions
L'après-midi, à la salle des fêtes, après
libérer
et
y
est
parvenu.
Par
la
même
Directes et du Cadastre. — Le concours sont dans une boite gris clair, tandis que aura lieu le dimanche 14 août courant, à
l<a P i a f f a « a K a r l a v a a
Le syndicat
la réunion publique pour le breton dans
aura lieu au cours du le' trimestre de lesGauloises ou les Celtiques dénicotinisées
de
la
plage
de
Kurlevenou,
Mesmeur,
attire occasion, 9 voix sénatoriales ont étéles écoles (Brezoneg er skol), ce fut 1«
partir
de
14
heures.
1939. Délai d'inscription : 31 octobre 1938. sont dans un étui vert...
gagnées,
soit
un
gain
réel
de
18
voix.
Au programme six courses dont deux l'attention des amateurs de coquillages et
— Et combien ça vaut ces Gitanes en
Age au 1" juillet 1939 : 18 A 26 ans. TraiEtant donné la situation du corps élec- journée d'éloquence, en breton.
au trot, deux au galop, deux steeple* de crevettes sur le fait que la plage de Kertement de base : 11.000 fr., plus indemnités. « Caporal doux » 7
Dimanche, après une messe pour les
leven eu est abondamment pourvue, parti- toral, ceU peut i hang r complètement le
— 4 fr. 26 les vingt : ça coûte 5 sous de chasses.
Bacc. exigé. Accès aux postes supérieurs.
Bardes
décédés, eut lien un magnifique
résultat, car les élections acquises à une ou
moins que les Celtiques vertus, à cause de
Traitement jusqu'il 90.000 fr.
La deuxième journée des courses aura culièrement aux grandes marées ainsi
cortège de costumes bretons, II y avait
deux
voix
pié't
n'ont
pas
été
rares
dans
lieu le dimanche 25 septembre prochain, qu'aux deux jours qui les précèdent et les
Renseignement« fourni« par 1'« Orienta la grosseur...
plus de cinq cents de toutes les réglons d<
— Pour ça, oui I les Celtiques c'est du le jour du pardon de la Tréminou.
suivent. Pour cet été, les graudes marées l'histoire des élections sénatoriales da la Bretagne bretonnante.
tion Professionnelle », revu« meninallo,
Finistère.
gros
«
modulo
»
répond
Gaspard.
Mais,
abonnement : 15 francs par an.
auront lieu : le 11 août, le 25août, le 9 sepAprès le défilé en tille, le beta cortège
M. Mavl-, désavoué par le cOrps électoral
L » f ê t a daa O u a s S . — Une fois de tembre et le 23 keptembrei
Le« personnes qol désirent des rensei- VOis-tu 11 n'y a pas qu'une question de
i chaque cigarette a son goût plus la fête des Gueux, qui s'est tenue
de sa commune« «lors que la question de se groupa près da monnaient lu* Mort«
gnements sur l'an des emplois ou concours grosseur
bien spécial. François, l'ainé de mes gars,
sa gestion mtinicipain était nettement pour la Patrie ott dent betiui discourt
ci-deMfls on snr an examen quelconque, préfère les Gauloises vertes, parce qu'il dimanche à liérogatt, a obtenu le plus grand
Loctudy
posée« ne petit que démissionner rapide- forent prononcés par M. Guillaume ferrieti;
peuvent s'adresser de notre part I M. Hou- trouve leB miennes trop douces pour lui. succès.
B é « l i # « t t * d» oadavra. — Le jeudi ment pour laisser la place 6 an remplaçant en breton, et M. Pierre 6tiHn, président
deville, dlreoteor-gôttwtde «L'Orientation C'est pourtant du Caporal dénicotinisé,
Les diverses épretives furent très disde l'Ù. B. C., en iran$aii.
Professionnelle », 7, rue Marbeuf, Paris comme les cigarettes que nops fumons.
putées. D'autres attractions firent égale- après-midi, 28 juillet, la vedette garde- a^ant la cbnflstlce des électeurs.
pêche de Concarneau a découvert le
(8'), qal leur répondra « titra absolument
BravO
PlOnêour
i
tJ'hoi'H
Soud.
Plusieurs milliers dë peMotinëS tissilM
ment
la
joie
d'une
foUle
nombreuse,
car
— Le fait est que la Régie nous gâte,
gracieux.
têrent, l'après-midi, à ld magnifique repréremarque un spectateur. Quelle que soit l'on peut évaluer à plufliudVs milliers cadavre du jeune Hugues de lhambure>
Joindre an timbre de 0 fr. tb ot fie Pas ntnte préférence, nous trouvons toujours les personnes qui 8e rendirent sur cette 18 aùsy étudiant j en vacances chez M;
sentation aa théfltre de verdare donhéè stif
oeblier de mentionner : en qaillM de IBC- hue cigarette française qui nous plaît...
Soubiran, près du phare a LOctuoy.
plage, dimanche;
s y n d i c a t d'aïaètMffbatlaa. — LeSla grande place du Chattip-de-ÎfaMlllé;
tear da 1« Citoyen », 7. rue Blie-Prérou, A
Ou sait que le malheureux jeune homme, membres du s^ndn-at d'electriflcatiOn da
Sur ces justes paroles, l'adversaire de
Lundi; peu après d heures, sur l'esplaLe Comité des GueuX remercie de tout
^•»imre«
Gaspard se décide à faire un satant » rétro ».
qui était en canoë, avait été emporte par canton Se sOnt féuuii, à la Mairie de Pont- nade du Fort de ftin, d'où 11 ^ a un panocteur
toutes
les
personnes
qui,
à
Un
titre
Et, est-ce l'effet de sa savoureuse cigarette 1
des vagues au large de Loctudy* il y d Croii,' BOUS lu présidence de M^ Perrttt; rama unique, ce fut la èérémOnib ptiblltyutf
Le voilà qui amorce une série ôtincelante«.. quelconque, oùt permis l'organisation de environ uu mois;
laissa at Faites lira la
du GorSedd Digor; sHuS 11 présidence dit
dSbdtéj maite d'festjuibieH.
la fête. Une mention spéciale au* sorand Druide de BrMagnë Taldir, Isslitl
À la suite d'un concourt, 18 société
ciétés qui Ont bien voulu prêter leur
Tfrëgttne
6 nombreux dhiidèi CotaonaiUaii ( f o u i
ftascsrd-Alle* etCit, de Patla, a été déclaré«
concours. Il remercie également touscetii
featftbëU. — Voici la liste des numéros adjudicataire pour 1'fiiôcutioA des travaux jjais et Aoglaifji
qui ont assisté à la fête et qtii pttr leufr
' ï, m JElie-Frérotì - Quimper,
Pour le Moment
« toges Le Bail » à Oiiiier
Jrsî
RS>
L'Incorporation 4e la classe
Captop de PonM'IDDé
Election an conseil fl'arroofllssement
LE CITOYEN
Bons 3 , 5 0 °|
à 1 8 MOIS
QUIMPER
Concours m Fonctions M p n
En poissant les billes...
CHATEAULIN
Pëfit-c ttri*
journal 16 C i t o y e n
Llsaz il l i » i l i H muvu •
S
LEI'CITOYEN
Avant la Ho de la cérémonie, M. Lancien,
sénateur-maire de Carbaix, épiogla, avec
le cérémonial habituel, la croix de la
Légion d'honneur rur la poitrine de
M. JbfTiennoo, barde Taldir.
Writ treize heures, & la Mairie, fut servi
le banquet officiel de clôture des fêtes
celtiques.
Eu\i-on deux cents p rconnes y prirent
part. A la table d'honnt ur, près de M. le
pr> f t Angéli, qni présidait, oo remarquait
MM. LHaridon, maire d* Chûteaulin ;
Halléguen, ancien président de Tribunal,
président des fêtes ; Lancien, Guil'temot,
Le Gorgeo, Tanguy, sénateurs ; Albert Le
Bail, Ciooao, députés ; Charles Daniélou,
ancien ministre, maire de Locronan ;
Ch. Le Golf, ancien adjoint-maire de Châteaulin ; le marquis de l'Estourbeillon,
ancien député du Morbihan ; TaldirJaffrennou, Mmes la marquise de l'Kstourbeillon, Jsffrennou, Le Bail ; des représentants anglais et des sociétés bretonnes de
Paris...
s. f. i. o., a été élu maire p a r 13 voix, contre 1 voix ô M. HéncIT, l voix à M. Le
Guern et 5 bulletin» blancs.
A
l'Imprimati*
da
Journal l e C i t o y e n
On «y¿<Mit<» » n n «
laprimA*
L e Tour de F r a n c e c y c l i s t e
Dimanche s'est terminé lo tour de France
cycliste.
Après un mois do lutto sur près d« ci' q
mille kilomètres, le clarseroent géoérnl
Aux autres tables : MM. Désarrois,
pour les dix premiers a été le suivant :
conservateur du Musée du Lou /re, Brous1 " Bartali, italien, en 148 h. 20' 12" ; 2»
miche, receveur des finances, président
Vervaecta, belge, à quelques minutes ; 3e
honoraire des Bretons de Paris ; Quillivic,
Cosson, français ; 4* Vi>sers, belgn ; 5"
le grand statuaire breton ; Charles Goas,
Clémens, luxembourgeois ; 6e Vicini,
ancien conseiller général ; Le Bec, ancien
italien ; 7* Magne, français ; 8" Lowie,
maire de Poullaouen ; de nombreuses
be'ge ; 9' K»nt, beljjn ; 10" Goasmat, breton
dames et de nombreux bardes connus et
Le classement international estle«uivant :
les membres du comi'é de la féte.
1. Belgique : 447 h. 20' 7" — 2 France :
Au café, des discours très applaudis 447 h. 53' 36" - 3. Italie : 447 h. 54' 33".
furent prononcés par M. Halléguen, président du Comité des fêtes ; M. Jaflrennou,
(barde Taldir) ; M. Heugel, du Conseil
bardique des Gaules ; M. Léon, de la
F. A. L S. A. B. (luttes br. tonne») ;
Chez G E O R G E S
MM. Caroff et Bennet, délégués d'Angleterre ; M. Brousmiche, des Bretons de 80, Rue Jean-Jaurès, à Quimper
Paris ; M. Albert Le Bail, député du pays
bigouden; M. Crouan, député de la cir- Seul Spécialiste artisan dans la Région
consciiption de Châteaulin; M. L'Haridon,
maire de Châteaulin, conseiller général ;
M. le docteur Lancien, sénateur-maire de IMPEBMtflBLES eo tous Genres sur Mesure
Carhaix, et M Angéli, préfet du Finistère. aux prix de confection - Toutes réparations
MAISON j e 1'
Le « God Save the King », le « Bro Goz
ma Zadou » et la « Marseillaise » entonnés
en chœur par l'assistance terminèrent le
repas empreint de la plus grandecordialité.
A l'issue du banquet, vers 17 heures,
presque tous les congressistes se rendirent
à Locronan, où M. Daniélou leur fit la plus
rgréable réception pour terminer le congrès bardlque de 1938.
M a d a m e v e u v e Louis E l o n a r d H E L I E ,
n é e E l i s a b e t h Marie D U P O N T , n é e
à Q u i m p e r ( F i n i s t è r e >, le 2 n o v e m b r e
1885, d e m e u r a n t à Poitiers (Vienne),
3, r u e Riffaut,
agissant tant pour elle-même qu'en
sa q u a l i t é d e tutrice n a t u r e l l e et
l é g a l e , a u n o m et p o u r l e c o m p t e d e :
Carhaix
M a d e m o i s e l l e Y v o n n e Hélie, s* fille
Jtm T » M a . — Par les journaux, j'ai m i n e u r e , n é e à Poitiers (Vienne), le
appris la mort, à l'âge de 53 ans, de Pierre 2 7 j u i l l e t 1918, d e m u r a n t a v e c s a
Le Clec'h, marbrier et ancien commandant m è r e à Poitiers (Vienne), 3, r u e Rifde la compagnie des sapeurs-pompiers de f a u l t ,
Carhaix.
M a d e m o i s e l l e O d e t t e I l é l i e , fille
Les rescapés du 318* de guerre auront
m a j e u r e d e Louis E ' i o u a r d Hélie et
une pensée au bon camarade, le sergent
Per Breur, l'auteur d t monument élevé à d e s a v e u v e s u s - n o m m é e , n é e à LorLa Faloise (Oise), à la mémoire des soldats m o n t (Gironde), le 2:1 a o û t 1912,
du 318* tombés dans les secteurs de l'Oise. d e m e u r a n t à P o i t i e r s (Vienne), 3, r u e
A toute la famille du disparu, j'adresse Riflault,
mes plus sincères condoléances.
P. G.
sollicitent l ' a u t o r i s a t i o n d ' a j o u t e r à
l e u r n o m p a t r o n y m i q u e Helie celui
Huelgoat
de d'Allerit.
X*« P w 4 m 4 m O i n s . — A l'occasion
du pardon des Cieux, de grandes fêtes
auront lien, au Huelgoat, du 6 au 10 août
A H t f6 1 1 C I S
courant.
Crozon
C a a r a M m p M * M < « t > * . — Le Directeur
du Court complémentaire informe les
familles que les nouveaux programmes
d'enseignement primaire supérieur, y
compris l'enseignement de la langue
anglaise, seront mis en application dès la
rentrée d'octobre, tant au cours supérieur
2* année, qu'au cours complémentaire.
11 sa tient à la disposition des familles
tous les matins sauf durant la période du
7 au 15 août.
Plougonven
la* i m v m « M air* — Dimanche, le
Conseil municipal de Plougonven était
convoqué à lVffet d'élire un maire en remplacement de M. Salaûn, démissionnaire.
M. Emile Le Houx, conseiller général
Pour
vos t i m b r e s e n o a o u t ohouo et e n enivre,
adressez-vous
¿ n m p r i m e r i e B r e t o n n e d u « Citoyen ».
Travail exécuté rapidement
vrix modérés.
On demande un Apprenti
(tf aprii Albert Le Grand)
abattoir
Typo-
graphe à l l m p r i m e r i e d u Citoyen, 7,
rue Elie-Fréron, Qnimper.
Feuilleton du « Citoyen », Quimper
m «•
— N° 18
p a r Yves L E F E B V f l E
Il de mangeait que du pain d'orge cilit et le Kefflout, le p a y s d e Léon g a r d e
90U9 la cendre et de la bouillie de grosse
farine ou quelques simples potages un c a r a c t è r e d e g r a n d e u r f a r o u c h e
d'herbes, Un cai'éme il «c contentait de qui e s t celui d e s e s o r i g i n e s diltant
tleu* repas là Sentait».'; Il était esti'émrt-1 q u e d e son ciel ou d e s e s h o r i z o n s .
meut eiiai'itable et miséricordieux envei's
L ' é v a n g é l i s a t e u r i p a r excellence, d e
les pauvres, auxquels, n'nywit de l'argent
h donner, il donnait Ici vrai pain de Iti c e t t e r é g i o n f u t P o l A u r é l i e n ou saint
pttrole de Dieu...
P o l . C ' e s t le m o i n e d o n t la g r a n d e
C'est ee «ue j'ai pu trouver de la vie
o
m b r e pénètre et domine tous les
admirable de ce grand saint qui, à présent,
Jouit 6e-cieux de la gloire éternelle...
r é c i t s d u cycle léonais e t e n fait
l ' u n i t é , Il e s t b o n d e r e m a r q u e r ,
toutefois, q u ' i l e u t , lui aussi, d e s p r é 111
c u r s e u r s e n la p e r s o n n e d e saint Rink,
d o n t n o u s a v o n s d é j à p a r l é , et d e
saint Ké, d o n t n o u s r e p r o d u i r o n s la
vie u n p e u p l u s loin, Ces d e u * vies,
AVANT-PROPOS
qu'il faut r a p p r o c h - r , projettent une
Le cycle léonais, c'est l'histoire de l t l e u r Confuse, m a i s s u f f i s a n t e , s u r
l'évângélisatlon, sous la direction Cette p a r t i e d e s o r i g i n e s b r e t o n n e s .
spirituelle et temporelle de saint Pol< E l l e s a t t e s t e n t q u e l ' é m i g r a t i o n d e s
de cette partie de l'Armori^ue q|ul B r e t o n s d o G r a n d e - B r e t a g n e n e f u t
s'étetd au nord du Finistère, entre la p e u t - ê t r e p a s tin éVénritlefal ausfli
tade de Morlai* et la rade de Brest* brutal* a u s s i r a m a s s é q u e Certains
«tec (juel^ues bavufes inévitables ters h i s t o r i e n s le Voudraient faire atci-oirèi
le frégtliftr et t e r s la Oornttuaille. O n n e s a u r a i t o u b l e r q u e l e s histoCletté pflftton de lrf Petite-firetatfnej r i e n s a n c i e n s a d m e t t a i e n t q u e 111e d e
Mtitrefois pays des CUsismes, Consti- Bretagne avait é t é p r i m i t i v e m e n t
tuait* avant la ftétolution* le vieil o c c u p é e p a r d e s p e u p l a d e s g a u l o i s e s .
étèché de Léoft; Limité au sud paf L e v é n é r a b l e Bède* le p ô r e d e l'hisces Âpres Contreforts de l'Àrer que toire a n g l a i s e , é c r i t n o t a m t i l e n t fitir là
Le Comté de Léon
et put tes foi d e l'éfcriviëii latin Pomponius
l i s t e l l i o d è s t d t i f b e d i e l o ù p r e n n e n t Lattis : et Les s e u l s B r e t o n s tint donué
fciissinte l'felotoj 1« Penléj le Jflrlot leur nom a cette lie. Ils en Ont été les
éôMûé 1«
fttic'h-trétéfeÎ
(Décret-loi du 8 août 1935)
(Décret-loi du 8 août 1935)
Purge d hypoinèques légales
S u i v a n t exploit d e M® Foiget,,
huissier à Q u i m p e r , e n d a t e d u 2 7
j u i l l e t 1938, notification a é t é faite, à la
r e q u ê t e d e M. P i e r r e K e r l o u é g a n ,
propriétaire-meunier, demeurant à
T r é v a n t , e n P e u m e r i t , a g i s s a n t en s a
q u a l i t é d e m a i r e d e la c o m m u n e d e
P l o g a s t e l - S t - G e r m a i n , à M. l e P r o cureur de la Repub'ique, près le
T r i b u n a l civil d e Q u i m p e r ;
De l ' e x p é d i t i o n d ' u n a c t e f.iit au
G r e f f - d u d i t T r i b u n a l le 1 " j u i l l e t 1938,
c o n s t a t a n t le d é p ô t fait a u d i t gr< lie le
m ê m e j o u r d e la copie o o l l a i i o n n é e ,
e n r e g i s t r é e à Q u i m p e r le 2 8 j u i n 1938,
F° 6 7 , C° 9 , d ' u n a c t e p a s s é p a r
d e v a n t Me Le Bihan, n o ' a i r e à P l o g a s t e l - S t G e r m a i n , le 2 5 avril 1938, et
c o n t e n a n t v e n t e p a r M. Louis G a r r e c
et M m e M a r i e - L o u i s e
Lucas, son
é p o u s e , d e lui as-istée et a u t o r i s é e ,
culiivateur, d é m e n t a n t au bourg de
P l o g a s t e l - S t - G e r m a i n , à la c o m m u n e
de Plogastel-St-Germain, représentée
par son maire sus nommé,
d'une
bande de terre d'une contenance de
5 a . 8ti c. à p r e n d r e à c o n c u r r e n c e d e
1 a . 8 c. au ccVé o u e s t d ' u n i m m e u b l e
c a d a s t r é n° 2 8 2 , section 1) et d e 4 a.
78 c. a u c ô ' é o u e s t d ' u n i m m e u b l e
c a d a s t r é n ° 157, section D, et ce
moyennant
le prix p r i n c i p a l
de
2 637 f r . , o u t r e l e s c h a r g e s ;
L'exploit sus-visé c o n t e n a n t d é c l a ration à M. l e P r o c u r e u r d e l a R é p u b l i q u e q u e la notification l u i était faite
en c o n f o r m i t é d e l ' a r t i c l e 2 . 1 9 4 d u
code civil p o u r q u ' i l eut, à r e q u é r i r
telles
inscriptions
d'hypothèques
l é g a l e s qu'il j u g e r a i t à p r o p o s d a n s le
d é l a i d e d e u x mois, et q u e f a u t e d e
ce faire d a n s ce d é l a i , l e s i m m e u b l e s
vendus seraient
et d e m e u r e r a i e n t
p u r g é s d e t o u t e s h y p o t h è q u e s d e cette
nature ; q u e les anciens propiiétaires
connus desdits immeubles
étaient
indépendamment, des vendeurs : 1°M.
C h a r l e s - J o s e p h H é l o et M m e A n n a Raymonde
Balcon.
son
épouse,
propriétaires, demeurant à Châteaun e u f - d u - F a o u ; 2° M. Victor Hélo, p è r e
d u s u s - n o m m é q u i avait acquis l e s
i m m e u b l e s aux t e r m e s d ' u n j u g e m e n t
d a d j u d i c a t i o n d u T r i b u n a l civil d e
Q u i m p e r , e n d a t e d u 2 8 j u i n 1900.
Et q u e t o u s ceux d u chef d e s q u e l s il
p o u r r a i t ê t r e p r i s inscription
pour
cause d'hypothèques légales n'élant
ladite
pas connus de l'acquéreur,
notification serait p u b l i é e c o n f o r m é m e n t à l'avis d u Conseil d ' E t a t d u
9 mai 1807.
Pour insertion,
à Q u i m p e r , le
2 8 j u i l l e t 1938.
Signé ; A. BOURDAIS.
Etude
privé.
Vaste b â t i m e n t e n t o u r é d e
terrain et pouvant servir d'usine.
S'adresser au journal.
j g
E t u d e d e M c Alain BOURDAIS,
a v o u é à Q u i m p e r , 3, r u e L o u i s - H é m o n .
et à det
A vendre, à l ' a m i a b l e ,
BEUCiCUSf
E t u d e d e M0 Alain BOURDAIS,
a v o u é , 3, r u e L o u i s - H é m o n , Q u i m p e r .
e
de M ANDRE,
à Quimper
i
notaire
A vendre à l'amiable
Au b o u r g d ' E r g u é - A r m e l
Maison à usage d h a b i t a t i o n et d e
c o m m e r c e d e c a f é - r e s t a u r a n t . Salle
p o u r r e p a s d e noces, g r a n d e Cour avec
Puits et d i v e r s e s d é p e n d a n c e s . G r a n d e
licence.
Le tout libre le 29 s e p t e m b r e 1938
S'adresser au Notaire,
p r e m i e r s h a b i t a n t s . Ils v i n r e n t d ' A r m o r i q u e en Albion et s ' e m p a r è r e n t
des p a r t i e s m é r i d i o n a l e s d e l'Ile
Telle e s t la tradition, » Il e s t , en tout
cas, c e r t a i n q u e c e s d e u x p a r t i e s d u
m o n d e g a u l o i s c o n s e r v è r e n t p a r la
suile l e s r e l a t i o n s l e s p l u s é t r o i t e s .
Ce fait e x p l i q u e la facilité d e s é m i g r a t i o n s i n s u l a i r e s à la suite d e s
g r a n d s d é s a s t r e s d u V " siècle. Les
tribus et les clans bretons revenaient
Vers u n e p a t r i e q u i avait é t é l a l e u r ,
d o n t ils n ' a v a i e n t j a m a i s p e r d u le
s o u v e n i r e t a v e c l a q u e l l e le lien d e la
l a n g u e et d e s t r a d i t i o n s n'avait j a m a i s
été r o m p u .
L ' i n t é r ê t p a r t i c u l i e r d e la vie d e
saint Ké, q u e n o u s a v o n s p l a c é e e n tôle
d u cycle l é o n a i s , d o n t e l l e constitue
comme le prologue, est précisément
d e n o u s le faire s e n t i r , Cette vie offre
un a u t r e i n t é r ê t e n ce s e n s q u ' e l l e
n -te l e fait e s s e n t i e l q u i se t r o u v e à
l ' o r i g i n e d e s é m i g r a t i o n s i n s u l a i r e s et
d e l a l é g e n d e d u r é e : l ' a p p e l inconsid é r é d e s Bretons a u * Saftous, ce q u i
e u t p o u r c o n s é q u e n c e d ' o u v r i r 1 lie d e
Bretagne à cette nation. Seulement,
et Ce n ' e s t peut-Ctre p a s le m o i n s
C u r i e u i j la Vie d e saint Hé n o u s p a r a i t
d é f o r m e r s u r e t p o i n t le fait historiq u e a u profit d e s traditions) p l u s ou
mOinfl l é g e n d a i r e s et p o é t i q u e s , q u i
Ont inSpiré l e s r o m a n s do l a t a b l e
rOilde; Alors; en effety q u ' i l e s t a d m i s
q u e leô Bretons a p p e l è r e n t à l e u r
ftidfij pour l e s d é f e n d r e c o n t r e l e s a t t a ques d e s Pietés e t des Scots é t a b l i s
Porge f
e
Suivant
exploit d e M
Forget,
huissier à Quimper, en date du 27
j u i l l e t 1938, notification a é t é faite, à
la r e q u ê t e d e M. P i e r r e K e r l o u é g a n ,
pt o p r i é t a i r e - m e u n i a r ,
demeurant
à
T r é v a n t , en P e u m e r i t , a g i s s a n t en sa
qualité d e maire de la commune de
P l o g a s t e l - S t - G e r m a i n , à M. le P r o c u r e u r d e la R é p u b l i q u e , p r è s le
T r i b u n a l civil d e Q u i m p e r ;
De l ' e x p é d i t i o n d ' u n a c t e fait au
Grefle d u d i t t r i b u n a l , le l o r juillet 1938,
c o n s t a t a n t l e d é p ô t fait a u d i t g r e f f e ,
le m ê m e j o u r d e la copie c o l l a t i o n n é e ,
e n r e g i s t r é e à Q u i m p e r le 2 9 juin 1938,
F 0 68, C c 11, d ' u n acte p a s s é p a r
d e v a n t M" Le Bihan, n o t a i r e à P l o g a s t e l - S t - G e r m a i n , l e 2 5 avril 1938 et
c o n t e n a n t v e n t e p a r M. l e a n Le Rest
et Mme Marie Le Q u é a u , s o n é p o u s e ,
de l u i assistée et a u t o r i s é e ,
cultiv a t e u r s , d e m e u r a n t a u b o u r g d e Piogastel-Si-Germain, à la commune de
Plogastel-S'-Germain, représentée par
son m a i r e s u s - n o m m é , d ' u n e portion
de t e r r e l a b o u r a b l e d ' u n e c o n t e n a n c e
de 44 a. 8 8 c. à p r e n d r e en la p a r t i e
n o r d , côté o u e s t d ' u n c h a m p n o m m é
Parc-d'au-Traon,
c a d a s t r é s o u s le
n° 200 d e l a section
D, et ce
moyennant
le prix p r i n c i p a l
de
20 196 f r . , o u t r e l e s c h a r g e s ;
L'exploit sus-visé c o n t e n a i t déclaration à M. le P r o c u r e u r d e la R é p u b l i q u e q u e la notification lui était
faite en c o n f o r m i t é d e l'article 2 . 1 9 4
d u code civil p o u r q u il e u t à r f q u é r i r
telles
inscriptions
d'hypothèques
l é g a l e s q u ' i l j u g e r a i t à p r o p o s d a n s le
délai d e d e u x mois, et q u e f a u t e d e ce
faire d a n s ce délai, l e s i m m e u b l e s
vendus seraient et
demeureraient
p u r g é s d e t o u t e s h y p o t h è q u e s d e cette
nature ;
Que les a n c i e n s p r o p r i é t a i r e s c o n n u s
desdits immeubles étaient indépend a m m e n t d e s v e n d e u r s : M. H e n r i
Trividic et M m e Marie Le B e r r e , son
é p o u s e (acte d e cession d u 9 j a n v i e r
1894, m o y e n n a n t prix d e 4.000 f r . .
p a y é c o m p t a n t ) . Et q u e tous ceux d u
ch«-f d e s q u e l s il p o u r r a t ê t r e p r i s
inscription p o u r cause d ' h y p o t h è q u e s
légales
n'étant
p a s connus
de
l ' a c q u é r e u r , ladite notification s e r a i t
publiée conformément à l'avis du
Conseil d ' E t a t d u 9 m a i 1807.
^ Pour insertion, à Quimper, le 28
j u i l l e t 1938.
E t u d e d e M e d e T r é g l o d é , avouélicencié, 12, quai de l'Odet, à
Quimper.
a c t u e l l e m e n t s a n s domicile ni r é s i dence connus en France ;
Il a p p e r t q u e le d i v o r c e d ' e n t r e l é s
é p o u x Bazin a été p r o n o n c é a u profit
d u d i t G a b r i e l Bazin e t a u x t o r t s et
g r i e f s d e son é p o u s e .
P o u r extrait, certifié c o n f o r m e p a r
l ' a v o u é s o u s s i g n é , à Q u i m p e r , le
2 août 1938.
S i g n é : A. Bourdais, a v o u é .
Assistance Judiciaire,
Décision du 13 mai 1937
Sépi
D'un j u g e m e n t rendu p a r défaut,
f a u t e d e c o m p a r a î t r e , p a r le T r i b u n a l
civil d e p r e m i è r e i n s t a n c e d e Q u i m p e r ,
le 11 avril 1938, e n r e g i s t r é et signifié,
E t u d e d e M" K E R V E L L A , n o t a i r e
au p r o f i t d e M m e M a r i e - C a t h e r i n e
à Qnimper
D a o u d a l , é p o u s e d e M. Le M e u r ,
François-René-Marie,
demeurant
à
K
e
r
v
i
r
I
I
u
e
l
I
a
,
en
la
c
o
m
m
u
n
e
d
'
E
r
g
u
é
À V e n d r e à l'Amiable
A r m e l , c o n t r e M. F r a n ç o i s - R e n é - M a r i e
en rente viagère
Le M e u r , o u v r i e r a g i i c o l e , d e m e u r a n t
A Q u i m p e r , 7, r u e S a i n t e - T h é r è s e
p r é c é d e m m e n t à Kerviniec, en la c o m Une grande
maison
d e c o m m e r c e m u n e d e T r é g u n c , et a c t u e l l e m e n t s a n s
et d ' h a b i t a t i o n , a y a n t m a g a s i n et 20 d o m i c i l e n i lieu d e r é s i d e n c e c o n n u s
pièces. Cave, g r e n i e r , c o u r e t t e .
en F r a n c e , il a p p e r t q u e l a s é p a r a t i o n
w. c., eau, gaz, électicité.
de corps a été prononcée entre lesdits
P o u r t o u s i e n s e i g n e m e n t s , s ' a d r e s - é p o u x Le M e u r - D a o u d a l , a u p r o f i t d e
ser à l'Etude.
l a f e m m e et a u x t o r t s et g r i e f s d u
mari, avcc toutes les conséquences d e
droit.
La p r é s e n t e insertion e s t faite e n
c o n f o r m i t é d e l ' a r t i c l e 247, p a r a g r a p h e
Revue de Jardinage
3 d u code civil e t en v e r t u d ' u n e
THOUARS (Daux-Sévr**) o r d o n n a n c e s u r r e q u ê t e d e M. l e
de
est le cuide pratique QP ruéismi dpeenr t, end ud a t eT r di buu n2a3l j u icivil
l l e t 1938,
des amateure
enregistrée
'
P o u r extrait, certifié c o n f o r m e p a r
l'avoué soussigné, constitué p o u r Mme
Essai de 3 mois conlrt
2 frs pn <imhr*s-post§Le M e u r .
R. d e T r é g l o d é ,
avoué-licencié.
« ^ W ^
*
•
"Mon Jardin'
^
Essai 3 rhois : 2 francs
La CUISINE ELECTRIQUE est ECONOMIQUE
grâce a u x tarifs réduits d e
L
E
B
O
U
E S S A I S
Elèves
« S e
O
"
G R A T U I T S
d e 5 à 17 a n s d e s Ecoles
Publiques
d e F r a n c e et d e s Colonies
Participez tous au
CONCOURS de CAHIERS de
VACANCES
o r g a n i s é p a r les Editions MAGNARD,
101,
Boulevard Raspail —
dolé de Ui\ M1LLIOX
PARIS
de Francs de Prix
•Tous les concurrents recevront une récompense
Prix d u c a h i e r : 4
En vente à la LIBRAIRIE
fr. S O
LAÏQUE, 7, rue Elie-Fréron, à QUIMPER
Signé : A. BOURDAIS.
L'L-M A R T I AL -
PARIS
NT17
Etude de M0 Bourdais, avoué près
le Tribunal Civil de Qnimpe-, y
demeurant, 3, rue Louis-Ht'mon.
Assistance judiciaire
Décision du 5 novembre 1930
D I V O R C E
D'un j n g e n i e n t r e i . d u p a r d é f a u t palle T r i b u n a l civil d e Q u i m p e r le
7 j u i l e t 1937, e n r e g i s t r é , e n t r e M.
G a b r i e l Bazin, d e m e u r a n t à Q u i m p e r ,
3, a v e n u e d e la Gare, r e s t a u r a n t
Dioal, e t M m e S z a n n e
Damotte,
é p o u s e d e M. Bazin,
sus-nommé,
d o m i c i l i é e d e d• oit. a v e c son n i a i i , à
Q ni» p e r , 3, avci'Uc d e la Gare e t
et d ' H o r s a , l ' h i s t o r i o g r a p h e d e saint
Ké voit d a n s le p r e m i e r é t a b l i s s e m e n t
d e s b a n d e s s a x o n n e s , a u x q u e l l e s il
d o n n e p o u r chef un c e r t a i n Childric,
la
conséquence des dissentiments
p o l i t i q u e s et d e s r i v a l i t é s a m o u r e u s e s
d u p r i n c e M o r d r e d et d e s o n oncle,
le roi A r t h u r , q u i d é s i r a i e n t t o u s d e u x
é g a l e m e n t la couroilne et l ' a m o u r d e
la r e i n e G u é n a i a n . C'est t o u t e la t r a m e
d e s r o m a n s d e l à t a b l e r o n d e qui s'évo*
q u e ainsi p o u r n o u s . D e r r i è r e les saints
p a t r o n s d e s villes et d e s b o u r g s , nous
p e r c e v o n s les o m b r e s illustre« d u roi
A r t h u r , d e l a t v i n e G e n i è v r e ou
G u é n a r a n , d e Lancelot et d e P e r c e v a l
l< Gallois, q u e les contes b r e t o n s a p p e l lent aussi P e r e d u r . Q oi d ' é t o n n a n t à
r e t r o u v e r ces o m b r e s s u r c e s r i v a g e s
qui c o n n u r e n t les a v e n t u r e s d e Tristan
le Léonais, d ' Y s e u l t a u x c h e v e u x d ' o r
et d ' Y s e u l t aux b l a n c h e s m a i n s !
Mais ceci n ' e s t q u ' u n e d i g r e s s i o n ,
Il n o u s f a u t r e v e n i r à Cette Vie d e
saint P o l q u i e*t le c e n t r e d e n o s
récits et q u i d o m i n e tout le c y c l e .
Pol A u r é l i e n était o r i g i n a i r e d e la
C a m b r i e . x\ous contiaishons s o n lieu
d e n a i s s a n c e . N o u s s a v o n s q u ' i l était
du C l a m o r g a n et p l u s eXadteiilent d e
Celte p é n i n s u l e g a l l o i s e , e n t r e Crtrdifl
et StVanséa, qu'oil a p p e l a i t Pen-ll<>en
ou, e n latitij C a p u l b o v i u m . Là, p r o c h e
d e l a ville r o m a i n e d é BoVitim i Boverton), se trouvait le célèbre
ttionasterc
de S a i u t - l l t u d (I a n - I l t u d ) , oit s a i n t P o l
f u t é l e v é j u s q u ' à l'flflo d o Seiie a n s ;
Comme presque tous les saints dout
{tu ftord de l'Ile, les Saxons d'Heugist nOuâ tetrouteMus Ifis floifts plus îolm
Cave immense, bons vins de France,
à celui qui prendra le bon billet de
DU
^ m m E R I E
saint Pol avait é t é c h a s s é d e sa p a t r i e
p a r l e s p r o g r è s d e l a c o n q u ê t e saxonne
et p a r c e s d é v a s t a t i o n s q u i n ' é p a r g n a i e n t p e r s o n n e , — ni l e s f e m m e s ,
ni les e n f a n t s , ni les p t ê t r o . Il avait
a l o r s 3 2 ou 3 3 a n s . O u l r e les d o u z e
m o i n e s , s e s disciples i m m é d i a t s , dont
SYurmenoo n o u s a c o n s e r v é les n o m s ,
la b a n d e éttiigrantc q u ' i l d i r i g e a i t
u n e c e n t a i n e d e laïcs,
comprenait
p e u t - ê t r e d a v a n t a g e . Elle q u i t t a la
(IrandcBrelagnc sur plusieurs de ces
l o u r d e s b a r q u e s , a u x voiles t a n n é e s ,
qui étaient en u s a g e e t q u e la l é g e n d e
a p a r f o i s t r a n s f o r m é e s e n r o c h e r ou
en a u g e d e p i e r r e . Cc f u t p o u r tous
ces fugitifs un a r r a c h e m e n t . A p r è s
une r a p i d e et d e r n i è r e p r i è r e , a p r è s
avoir e m b r a s s é d u r e g a r d u n e d e r n i è r e fois l a t e r r e où d o r m a i e n t l e u r s
a n c ô t i e s , ils m o u l è r e n t à b o r d e t les
b a r q u e s cing è r e n t t o u t e s e n s e m b l e
v e r s l ' A r m o r i q u e , p a r m i les p s a u m e s
et p a r m i l e s g é m i s s e m e n t s . D e r r i è r e
eux, d a n s le s i l l a g e d e s n a v i r e s et
d a n s l a nuit, ils v o y a i e n t e n c o r e le
reflet d e s incendies allumés p a r les
Saxons. P o u r bien C o m p r e n d r e l ' â m e
d e s BretOnS à ieUr a r r i v é e e n A r m o r l q u e , il f a u t r e t e n i r c e s c i r c o n s t a n c e s
do l e u r s t r a g i q u e s exodes. Ils e m p o r taient avec eux une i m m e n s e provision
d e d o u l e u r s et d e r e g r e t s . Ce sont c e s
r e g r e t s et c e s d o u l e u r s q u i foftt l a
poignante nostalgie des chants breton?
d e s X I ' et XII» siècles, den r o m a n s do
la t a b l e rob.de e t q u i se r e t i c u v e n t
aussi dans les 1 M t » d« noti'e lOgeade
N A T I O N A L E
A p r è s avoir e r r é d e l o n g s j o u r s s u r
une m e r dangereuse, menacés p a r la
t e m p ê t e et p a r l e s p i r a t e s Saxon»
ou Danois, saint P o l e t s e s c o m p a gnons d'infortune finirent p a r a b o r d e r
à Ouessant, dans u n e baie qu'ils appel è r e n t P o r t u s Boum ( p o r t a u x b œ u f s ) ,
en s o u v e n i r d e c e t t e p r e s q u ' î l e d e
P e n - H o c n d o n t ils v e n a i e n t e t q u i
l e u r d e m e u r a i t c h è r e . Il e s t à r e m a r quer q u e les émigrants d e GrandeB r e t a g n e r e b a p t i s è r e n t ainsi la p l u p a r t
d e s lieux o ù ils s e
fixaient,
pour
mieux renouer et p e r p é t u e r leurs
traditions nationales s u r la terre
étrangère. Quelquefois,
après une
traversée
émouvante
et lorsqu'ils
a v a i e n t v u d e p l u s p r è s le v i s a g e d e
la m o r t , ils l e s a p p e l è r e n t d i f f é r e m m e n t , d a n s u n élan d e r e c o n n a i s s a n c e :
le Havre béni ( A b e r b é n i g u e t ) o u l e
Tertre de la joie (Brélevenez). C o m b i e n , e n eflet, d e c e s p a u v r e s b a r q u e » ,
lourdes et surchargées,
d u r e n t se
perdre corps et biens au large d e
l ' e m b o u c h u r e d e l a Seine o u p a r d e l à
la pointe d e la Hague, s u r les récifs
d e Jersey e t d e G u e r n e s e y e t e n v u e
m ê m e des côtes d'Armorique, d a n s les
c o u r a n t s d e l'Iroise e t d u F r o m v e u r l
N o u s n ' e n s a u r o n s j a m a i s le n o m b r e .
Ces a g o n i e s , d a n s la t e m p ê t e , o n t
é c h a p p é nu p i e u x h a g i o g r a p h e d e
« La Vie d e s Saints d e l a B r e t a g n e A r m o r i q u e ».
f à ifctWfA
LE
Faites votre Publicité dans le " Citoyen "
7,
rua E/le-Fr6ron
— QU IM
lapiismns ia
t
h
PER
s
Pour TON
Lettres
on C a r t e s
Imprimerie Bretonne du
E N
V E N T E
4 l'Isnptiwicirie et Libr&irio bretonne»
7, rue Elie-Fr4ron, k Qaimpei'
Citoyen
Tétéphoae 86.
R. di C. »79.
1—y -, • • • •••
. " ,•• ••'..-,—•• • • ;••••-.
N . A N T O I N E & Fils
38» Rue d'Hautpoulj&?*
PARI
^ S-19*
^
(. J¡v
i
TOUTES LES
sortes pour h;;,
TOUS LES KS- V
besoins
M K H I l i
seaciease de
s e reaseigaer
jearaal où elle
s a publicité.(g*
7, Rue Elie-Fréron,
I
Véaéiif«a«iU
à l a UkvBlri« Latine!
7, m e Hil-Fréren, 7 — QUIMPER
EN
VENTE
à KtaipHaerte 4 a « Citoyen »
Je
friBM
en
tu»)
B O N - P R I l t f E
*k B M L e c t e u r » *
Hmwm •
i • fri«*»
•t RaaaifWoara
It i
A tàtjm ihm.
Ut Um f.».«»
* Hwmto- éa
4t it à4» y»' •»<«. bwA
fl^fUll«»» fM r«M
•Ä
L'ARGENT
__ . _ . _i »* IIM
Il «»<?bum
n*M
i M k m (W<U
UaMa a«f«lM,
•M.i »» Í
S^Mm« M,l>k
••tut 4a
Mli it plu
HÉiH« 9 féÉPé nsaauM Tarn
U N S ê u m i
é
dUUd?KR,
par â i t u
U N
CAH9NIUKEC
•aes
— lonrragea
5
6
6
6
6
45
4
13
24
43
6 20 8 50 12 24
6 40 9 10 12 44
7 45 10 22 18 50
8 17 il 1 14 21
9 28 11 45 14 87
9 10 12 17 15 »
10 2 12 31 »
10 16 12 50 15 2»
10 36 13 30 15 39
14 22 18 15
14
14
16
16
17
17
20
2
3
5
7
14
44
S
44
8 18 23
86 18 56
» 19 12
17 58 19 32
18 28 20 6
21 53
P l f t l S (Ni >mp) (¿I
Eltana« (dì
Rtion (d)
Lorieat.,
QUIUP3R ( a ) . . . .
18
18
19
20
20
21
1
29
4)
20
45
17
30 0 SO
35 6 50
57 8 3»
55 l) 25
12 11 35
2 42
I
5 55' 9 6 7 19
6 22 9 25 7 60
»
9 40< 8 13
6 55 9 52 8 32
7 12 10 9 8 52
MM
QUIMPER j
7 86 10 19
Chiteaalin
8 19 10 54
Landerneaa (d) 9 45 11 53
BREST ( a ) . . . . 1016 12 14
»
1) 2»
i5 5
>6 12
18 8
19 2)
12
16
ir
li
2J
15
60
a
u
15
7
9 35 12 »118 20
1K«
10 25'
13 22 14 53 16 14
10 51 13 48 15 12 16 34
a
13 59 a 16 49
11 19 14 13 15 36 17 »
11 35 14 30 15 51 17 16
12 6
16 4 18 12
12 V
16 87 18 57
14
17 29 20 U
14 23
17 44 20 39
um.
es antifascistes
AÂT-îCUB
IM
K4**arà
» S i m a n d e r gratad t a s s e n t
• p é a t a n a n a « t Natia« :
i , t u da BM, m i s
INSTITUTEURS,
MUNICIPALITÉS
19 t
19 20
19 37
20 12
21 9
21 81
15 16
43 Ä)
1*1
2¿í*l
U£2
10,
10i20 30|21 25
lsl 2 24 4 8
M» 4 t1 9 Si
56 4 94 7
7 21
48 5 « j 8 48
» J 9 7
« 81 9 21
6 231
» 1 9 88
59|28 35 6 « I 9 6 6
SSt"
INSTITUTRICES.
LAÏQUES,
Adreteei-ootu,
poHr tau.
CAISSES
D E S ECOLES
ras F o u m t u r a .
en toute
,colores.'
confiance
à la L I B R A I R I E
LAÏQUE
LIVRES CLASSIQUES ET D E BIBLIOTHÈQUE d e taus las a a t a a r .
de» Catalogue»
de* Editeur»
Prix
Remite
de V
Enseignement
m
Fraaca d e part e t d'emballage, pour l a départamaat du Finistère
p a a r t o u t e c a m m a a d e a p a r t i r d e 100 f r a a c a
•a r a e
Télépkaaa M.
H E R R I O T
P r é U il k m m
!'kr*
«S* tin
^msgn
eusü¡?> ta
m
CHAQUI
S A M IDI
s FR.
B11«
»•
*
Q
Télépkaaa M.
CHAUFFEZ-VOUS
CHAUFFEZ VOTRE EAU
AU
Rvmvll*
03&M
fâ vsf
^
F
aux Membre»
¡¡ffSTSgJ:
biliéiM à aammaifanta et i i t r u fersonae» «amantaaémaot gêné«. Kerira
en jaignant timbra pea;
¿
Aganas i s Prâfei, Ojua Pestala 11, à
Calmar (Hl-Rkin).
journal
habituelle
0'a«r
(?')
m
LA LUMIERE
USOIUMdhmdokadaiki BU room KTPUUUK«
6AZ
LE
CaawMnaatias e t BaateUIe
2 I P A R T 9 1 LA PR9PRIKTX
BON
&
C
XX*XXXXXXXXXXXXXXXXXX«XXXXXXXJ55SS3S!
Asçapisirai* r«pr4st*iaxt
bi»s ¡raí»,
feavaai
rêfteeaaea pss^
«MM «rdre.H
Miirtmmti
<Seerge» «fflTTAMSi,
prapiiélaixa,
Si-®ama!a.°Ka<i9aU-Mééf>B {«isaaés).
«nivuv
Iijram»
—.
L t Oitojtn x^Lm
_
^
® I | I M H«bdeawuiaiie de Detenae lalfae
M d'Aetiea JUpabiieaiae
4
*
9 0
I B L L I T I i D'ABOI I EM EUT
L A LUMIÈRE
OiWto O H « Pc». tMit
»KPJtBSBWi A S T bisa iataod&íí aapré»
ìmportataass pammea 4s tsmra da romawttfls, rssíicireba repráwaáatiaB esperté"
toe? biaia placé. Serica Massai TESTS?
«a priaearo, 1, ¡rao .Vam«
vieíiya, &ÏAX1L,
L'Encre
Jê Mßmt*i
it"
i t e m
Si
POUR TOUS STYLOS
i f e m m / m
t
eussi
y
sur
rnmrnm
pRSRgá
v e n d u e I® b i d o n d ® 2 l ¡ ? r o 3 j
lâ
Jranes,
a&arfi&íRíSa?, ¿apa5s 25
m
a»/*, je «aeÄraia «ta rkaaasiiaiaes.
Mermiliaas'sraoüt soalcgée, Ja farra c®nutítoi la saeta* da ma faériaan à qai vue
¡a demandera. Mme HILAIRK, Msaftierlaa-Maafftita (Vendée),
'•a
l'huile p o u r a u f û j
eñ
ci«
Ä » v a n « à la L i b r a i r i e b r e t o a a e , 1, r u e E l i e - F r é r o i , Quiaipéi-
18 8
18 81
»
FOURNITURES CUSSIQUES
fondé an 1 S 7 4
Nomlr mm avantages et ridutiions d-z prix
aus Abonnés d l'annás. — Conditions
ifétialta d M M. las QgUitrt
mÌAÌstiritl$
R. da C. Seine a' 157.S57
Z ' è r «
n & u v v l l *
esa vate*
itmmá
urtxwesBv-i.«.^
14 40
si a -a a su? si ss
RI^UBUCAlMf
fabriquée par les ENCRES ANTOINE
possède 4 point» d e s u p é r i o r i t é |
Fluidité
Inaltérabilité
ftich««»
d e coiori's
d e stépêt
Cêlt «M «flifi ¡MftxH» tdhl «n tlatilt <9* lna&
In l'tttplenl ton) e«iil!«maji Mrt itflêi
SN VENT! PAKtCïUt
to
35
26
;
t.],
Le ßlus important journal
i'annonett
7,
ru» £llm-Fréroa
—
QUIMPER
poar lee achats et Vestes
(Prés la plant de la CathédraleJ
dea a a i a a n doeeeatif aes et asavagoa
Offres et dena&dea d'eaaf loia de teate aatare
Lsxratittsu et veatea de Farraaa,
SPÉCIALITÉS D E FOURNITURES E N TOUS
GENRES
Igaiie«bi«8«t QfeasaM; R4«elt«e
AUX
ECOLES
PUBLIQUES
E T D E MATÉRIEL
SCOLAIRE
if-ivt^üblfcs, Alisaaatatioa Aea aaia>r.ax
ijs8f.iai»i»3ta( Vohar-tj, Astoiaobiles, 35icjTOUS ARTICLES D E B U R E A U X E T D E PAPETERIE
-ssettec, OaaMsoaa de tsato tsrtc
ripldu
niisent
it
20
21
23
0
QUIMPER
Nan tea (d)
Lorieat
Qaimperlé
Baaaalea
Roaporden....
21 41
22 6
8 »
12 17
1) 18
l i 53
15 51
I
t •> n>4a rit tteCmmf^t,
MMH 4 iteiin j-U iTit U
» M. UUm MAOMKnà
r». M lu te—Pmé.
8 20 45
*3 22 6
83 0 6
35 1 29
45 7 15
LIGNE DE QUIMPER A PONT-L'ABBÉ
7 40, l t 131 15 »I 17 50 19 80
PoaM'Abb4...|I 6 l | 8 3il 13 151 15 551 1| 35i
H 351 19 48.
Í 8 16 12 501 15 50! 18 26 20 7
Qaimper
I 6 161 9 1»! 14 l | 16 30| 19 lo|
1? 10| 20 25
LIGNE DE QUIMPER A DOUARNENEZ
Dim. at fétea.
7 2«. 10 45} 12 20, 14 4SI 17 451 19 41 C Doaaraeaez. „ 5 58 8 37 10 33) 13 3
16 » 17 6 M 2i 19 35
8 2 11 231 12 581 15 311
3ll 18 2l|
2 l | 20 2J I Qaimper
[6 31)9 2 l | l l 20| 14 26,U ¿7t 17 4J»ia „I
14
LIGNE DE ROSPORDEN A CONCARNEAU
Dim. M fête..
Roapordaa
!l 19 8¡ 21 V | Coaoaraaaa
• •«••• I 7 21 9 56 11 55 15 42j
0 0
20
10
45.
14
2Qj 16 50<
«
I
S
*
»™*««
i
6
Coacaraaaa . . . >•,,.• I 7 511 10 30 12 23! 16 6) 19 82 21 51 I Rospordea
| e
r m i * t r o u roia par aaïuorn
aar 24 à 36 piagea graad fornai illastréee
Ancienne Maison GESTIN
YTes G 0 D B 1 E L E M ,
tasseur
A y m h « * «l a«ur«, «
s f r r r
lateneal
QUIMPBR 1
5 3
5 19
6 12
6 41
6 51
7 19
7 30
7 43
8 6
11 20
1 noia: ® tt.
2 mois : % K fr. — t moia : IL 8 tt.
F1IKTÊRI
(port
17
18
20
22
5
RENNES
ä, &
ATiONALE
publié s u r d o e u m e a t s officiels
Pita t •
BREST (d)
Laaderaeaa....
Chiteaalia
LOTERIE
I
O O I H P B B
BD
14 S7,
15 39
17 10
18 33
23 »
d'été
Rnauinf
LIGNE DE QUIMPERLÉ A CONCARN8AU ET QUIMPBR (a)
Noaa vu a i! o "s (ras lea rom tai pan».
Prière de down«* le »oae de l'édite».
5
Qaimperlé
8
5
113)1
115 S5,17 15,18 55 1 Qaimper (gare)...i
7 15. » 55il2 46 U 5|
t! ,
17 15.19 50
Poat-Avaa
8 45 12 0
16 10.17 55 I« 35 Coacaraaaa . . . . . . I
V
'
- • ' -'niaiHl n III liWTIiHiia
Coacaiaeaa (P. 0.) 6 45 8 25 9 25 12 50116 5|
¡18 39Ì20 10 I Ponl-Avea
a
7 1BÌ8 5b| 9 55113 20 16 35
Qaimpar(gare)...
|19 5)
I Qaimperlé
17
40
. :1
7 50 10 30 13 20114 40
(a) Service aatomobile aar roata.
^ / ' V y • " VM
19 15
8 80 11 10 14 »
¡17
i
ölll
45
14
851
. iu^-p'i'),
a P&ïiz
7, R u e E l i e - F r é r o a — Q u i m p e r
L ' i l I O i l »
11 30
12 28
14 3
15 20
19 3»
PAR
LIGNE DE BREST A PARIS PAR MORLAIX
BREST (dì.... 6 » 8 50, 12 lOjlS 58 15 16 17 2818 16'21 8 , PARIS (tfoatp) 0 Si
0|
I 8 a 10
2Í 17
12
XU ZJ
L.aad«ra«aa (dì 6 15 9 6 » I t 15
17 48)18 46 : i 26
Reameo ( d ) . . . . 8 4<5 7 »lit 10 14 57,16
Laa<ivisiaa...,
»
» ' i t 32
17 5 5» 19 5 21 41
Si-Briaac (d).. 10 18 10 42 13 20 16 2J 18
St-Thigoaaea..
» j
¡19 22 »
Gaiagamp (d).. 10 44 11 12i
|16 53 18
«orlai* (d)..,. 6 48 9 40 12 55 16 6 15 59 18 16 19 64 22 10
Morlaix ( d ) , . . . U 85 12 13 U 25 17 49 19
8
3aiagamp
7 St 10 32 . » I 1 24
19 4 21 21 23 4
12 28Í
St-Thégoaaec..
Le Ehalatera i f r l i * ] «
3t-Bneaa
8 3 11 9 14 5117 38 17 16 19 3 8 . » 7 23 46
Laadiviaiaa....
12 39
ig 9
par M. Albert La Bali, avoctt. Ua volami
Renna»
9 25 12 4 i 15 20 19 5 18 33 22 35 — 1 29
Landerneaa(d). 12 7 12 53
4e SiO paga«, da loawa laa branchea
18 23
» 5 45'
l'aotiTité agricole de aoìve grand dépar- »ARIS (Mo«o> 13 36 17 5 19 85
BREST ( a ) . . , . 12 24 13 12 15 10 18 l t 19
I t 15
temeat.— Pnx, 10 fraaca ; frameo, 11 fr. 26. Aatoraila. — Dóp. da Braat : 5,30 6,20 7,30 8,17 12,10 12,24 13,21 — Sa renseigner daa« lea (area.
e a a s t i t u a , p a r l a s e m ' a r s d a tet
•bentUt
e t leete«m
as«d&a. u t
argaae d s publicité d e premie)
erdre.
———W—1 Kl W H — » •MIMJBMt unmx*r - -
T
Renne» (d)
PARIS (Montp) (a)
45 8 8»
43 9 41
11 U 23
25 12 44
36 17 5
A PARIS (Nlontparnasae)
MM. lea Secrét&iroa de Maine seni
MRturèa de (rouver à rimprinerie 4a
Qitoyen, 7, rue Elie-Fréron, Qciaper,
( • • • l e » itMgtrIttBifes qui ls&r sant
aieesaurea.
joumd le Citoyen
T
5
6
8
9
13
DE QUIMPER
Service
1
PUiUCITi
B
QUIMPBR (à) . . .
Roaporden
Baaaalac
Qaimperlé.....
R e g i s t r e » des Déclarations
d'option Lorient
dt$ contribuablet
cotisé» au râlt dtt
Nantaa (a)
prestations en nature.
roman, par Yve« Le Fe vre. Un volume,
prix, 12 ft. ; franco, IS fr.
En Tinte k la Librairie Bretonne, 7, rue Elie-Fréron, QUIMPER.
P
LIONE
La T e r r a d e a P r ê t r e «
aorrella édition, par Yvaa La Febvre. En Quimper
appendice : Un Procéa d'Eghaa, — la pro- Poat-l'Abbé
céa d» la Tarie aoa Piètraa. — Un volarne
de 160 pages ; prix, 15 fr. ; franco, 16 fr.
Qaimper• •«•• •e e a •
Ooaaroanax
Claude Jégou, p a y s a n de l'Srrée
RUBANS - CARBONES^
STENCILS - ENCRES^ v
Taute persaaae,
s e s latér&ts, ¿ e ! t
s u r l e t i r a g e r é e l du
s e p r o p o s e d e faire
Horaire des Trains
d'été
LIGNE DE BREST A NANTES PAR
Lea a f f l s k e « : Loi sur la
riprtttion
dt i'iwrtttt publique tt »ur la politte dt*
iibit» dt koitton».
— Tarif dt» Contommation» pour UM
dibit»,
L«« araekes:
Horairt, loit tt riglemtnit tur U irmvv.il.
7, Rue Elie-Fréron — QUIMPER
f
Service
k k r k k s
Factures, E s - t ê t e s de Lettres, Traites, E s v e l o p p e s , Affiches d e tous
formats, Tickets, Caraets à souches,
Registres, Prospectus, Etiquettes,
•te.«., «te..., e t t o u s l e s imprimés
coaceraaat le Commerce et I n dustrie.
Adressez-vous doac
e a toute coafiaace à
f
d e 1S r i ? g e s
adressez-vous à l'Imprimerie
Bretonne
7, rai EUe-F éron. QUIM°ER
qai livre rite, bien et «a dernier prix.
EXÉCUTION RAPIDE & SOIGNÉE
U
CITOYEN
Bidon
et«
n
â E i d í s fis
m
I m m
m i n
Mi,
ateiitaij
iiUÜAtöi
PÛ3Î52 U R3S?S1Ji
et SRO Ow»S9$M â*
aiiâilB
LÈdlTOVUN
iì
i t e , tttaàftu » M H l
basii*
AiMMetréteur-êér«*
idlpiiauiu
•
NIMH
iè iàtm¡
et ¡Urèi»*
à Mi
wwMwam
<a « »tfeyan Ta T. ra* Í i t + J r t f n ,
é a t « t e i » é , 7, iaá Kid-rum
ierttlé 9»t ta • « . . » ! M i n l i s t i
t. ^
h
tfé«HaaMes i é
«
U e t o m N d L
« l i M H M i n i M m i n n i
« » « w ^ jf
m m
à ^ ^
A etttNlfrt k
N f 3 3 (81e année)
Vendredi 19 Août 1 9 3 8
A, l'Imprimerie du 11 Citoyen *
7, r u e E l i e - F r é r o n f ancienne rue Royale)
on
Organe Hebdomadaire
~
ABONNEMENTS
i
Finistère e t d é p a r t e m e n t s limitrophes
Autres d é p a r t e m e n t s
Colonies
Les abonnements sont payables
PROPOS
Fondateur : Georges LE BAIL
1906-1937
Républicaine.
ANNONCES
BUREAUX et IMPRIMERIE, 9, Rue EUe-Fréron 1 6 fr. p a r a n .
S O
—
d'avance.
D'UN
d e Défense Laïque et d'Action
— QUIHPER —
exécute tous l e s genres
D'IMPRIMÉS
i
e
Téléphone 8»
Chèque Postal n° 142.70, Nantes.
Adresser toutes les communications ù M. P i e r r e GUÉGUEN, Imprimeur-Gérant.
Les manuscrits ne sont pas rendus.
Pour les renseignements joindre un timbre pour la réponse.
BRETON
berlin, a dû interrompre s s vacances
et rentrer à Londres pour y consulter
des spécialistes. Son état de santé
s'améliore lentement.
Annonces judiciaires et diverses (3 ou 1° p a g e ) . . 31 f r . 7 0 la l i ç n e
Prix à forfait p o u r l e s Annonces répétées et traités d e publicité.
Les Annonces sont payables
d'avance.
Les communiqués et annonces doivent parvenir au journal le mercredi.
PROPOS
— L'Italie nous en veut décidément
et tient à nous le faire bien comprendre, sans doute parce q u e nous ne
semblons guère y faire attention.
Le 5 août., en effet, sans nous en expliquer le motif, elle a fait fermer l a
frontière franco-italienne aux Italiens.
Par représailles, notre Gouvernement
a interdit. 8 jours plus tard, l'entrée
de 1 Italie aux touristes français.
— Un atelier d e fausse monnaie a
•été découvert à Paris. Le « directeur »
de l'établissement était un Roumain. Il
a été arrêté, ainsi q u e tous ses complices.
AGRICOLES
\m\
— L'aviation militaire anglaise a
•'•té particulièrement éprouvée ces
La sécheresse anormale e t l e s gents d'importation d u bétail s u r pied
temps derniers. Depuis le 1 er aoiV, elle
La souscription lancée p a r Le Citoyen républicain lui doit ses plus rudes e t a perdu 12 appareils. Vingt-trois aviagelées tardives d u p r i n t e m p s dernier pour le 3° trimestre d e 1938.
en v u e d e p e r p é t u e r l e souvenir du ses plus belles victoires.
ont é t é préjudiciables aux récoltes
Ces contingents d e m e u r e n t
nuls
teurs ont é t é tués e t u n e quinzaine
g r a n d e t p r o b e républicain q u e f u t
Le m o m e n t est venu d e s ' e nd'autres blessés. C-s lourdes pertes
fourragères et la situation de l'élevage, pour les bovins et les viandes bovines,
Georges Le Bail a dépassé les espé- souvenir à deux mois d e s élections sont dues à l'entrainement intensif du
source importante d e revenus p o u r les porcins et viandes de porc.
rances d e tous ceux qui d e m e u r e n t sénatoriales. L'élection partielle qui, personnel nouvellement recruté.
l'agriculture nationale, a été g r a v e En ce qui concerne l e s ovins, l e
attachés aux mômes traditions d e l'an passé, a porté M. (Juéinnec au
ment compromise.
contingent a été réduit d e moitié p o u r
C'est pour le m ê m e motif, sans
liberté e t de justice sociale.
Luxembourg, doit avoir la valeur d'un
doute, q u e notre propre aviatiou e u t
Du fait de la pénurie de fourrages le mouton s u r pied, d e s deux tiers
Elle atteint déjà trente-cinq mille sévère avertissement pour l e s r é p u - à déplorer, à la fin de juillet notamverts, d e nombreux éleveurs se sont pour les viandes fraîches e t s u p p r i m é
f r a n c s ; elle s'élèvera, dans quelques blicains. Sans doute, il y e u t d e ment, quelques pertes cruelles.
trouvés dans l'impossibilité d'assurer, pour les viandes congelées.
— Le paquebot anglais « Queensemaines, à p r è s d e q u a r a n t e mille multiples raisons à ce succès. Le
*
Dans la rubrique d e l'air toujours,
d'une manière satisfaisante, l'alimenta» *
francs. C'est là un résultat magnifique candidat de la droite bénéficiait d'un deux autres catastrophes. En Hongrie Vlary » a battu le record de « Nor- tion d e leur bétail et ont été contraints
mandie ». Notre beau navire ne s e m trouble
d e s esprits, au
Cet ensemble d e m e s u r e s a é t é
obtenu sans autre publicité que celle certaiu
un avion s'est abattu au cours d'un
de j e t e r sur le marché, dans des condif
l
î r e toutefois pas s'avouer vaincu. On
lendemain
d
e
g
r
a
n
d
e
s
r
é
f
o
r
m
e
s
accueilli avec satisfaction d a n s l e s
de ce j o u r n a l qui f u t l e souci consmeeting : 9 morts e t un blessé. Près
tions défavorables, un n o m b r e inusité
milieux agricoles, mais ce n e sont l à
tant d e Georges Le Bail et qui de- ouvrières et d'une désunion profonde de la frontière française u n avion lui attribue, en effet, l'intention de d'animaux.
tenter
de
r
e
p
r
e
n
d
r
e
bientôt
le
«
ruban
des
forces
républicaines
dans
l
'
a
r
q
u e des palliatifs adoptés sous la p r e s m e u r e a u centre d e son effort policommercial tchèque, de l a ligne P . a Il en est résulté des offres a b o n d a n bleu
».
rondissement
de
Uuimperlé.
Des
fautes
sion
d e s événements. Il f a u t tenir
tique e t de s a pensée, depuis trente
gue-Paris, s'- st écrasé au sol et a pris
tes q u i o n t provoqué, suivant l e s
nombreuses
ont
ainsi
contribué
à
l
a
compte
d e la leçon d e s faits.
—
M.
Campinchi
a
inauguré,
lundi,
ans.
l'eu : 15 morts d o n ' deux Français.
régions, u n e baisse d e 10 à 3 0 % s u r
victoire
d
u
candidat
de
l'évèché.
Il
à
Ajaccio,
la
statue
de
Napoléon,
dont
La
solution
d'avenir consiste d a n s
Ce résultat fait honneur à l a CorDans ce noir tableau, u n e belle
les cours du bétail p e n d a n t les mois
le développement d e la congélation
nouaille républicaine. P a r d e là la faut, au moii.s, q u e la leçon nous éclaircie, la remarquable performance il a évoqué le génie dans une éloquente d'avril, mai et juin.
de l a viande, e t , p o u r cela, il faut
Cornouaille, il fait honneur au d é p a r - profite et q u e l e s républicains se réalisée par un quadrimoteur allemand allocution.
Au cours d e l a première quinzaine
poursuivre l ' é q u i p e m e n t frigorifique
Le Ministre de l a Marine a égaletem<nt dont Georges Le Bail f u t si ressaisissent pendant qu'il en est qui, a p r è s avoir aceomp'i la traversée
de mai, on a enregistré, à l a Villette,
longtemps l e r e p r é s e n t a n t au Conseil temps, pour ne p a s faire demain, une B rlin N - w Yoik en 24 h. 5 i , a relié, ment présidé, le m ê m e jour, 1 inaugu- en ce qui concerne l a première du pays.
fois de plus, p a r leurs rancuues ou
Il y a lieu d e doter l e s différentes
Général, à l a Chambre et au Sénat.
deux-jours plus tard, N e \ v - Y o i k à ration d e la base aéro-navale d'As- qualité, u n e diminution de 0 f r . 70 au
p a r leurs divisions, le j e u de la droite
pretto, à 3 k m . d'Ajaccio, d e l'autre
régions d'élevage, n o t a m m e n t l a BreIl montre aux d é t r a c t e u r s de la DémoBerlin en 19 h . 56.
kilo s u r pied pour l e b œ u f , 1 f r . 30
Si j'osais r e p r e n d r e et p a r a p h r a s e r
côté du golfe.
tagne, d'ateliers d e congélation et d e
cratie q u e l a reconnaissance popupour le veau, et 0 tr. 30 pour le m o u —
A
Tourcoing,
un
violent
incendie
uue formule célébré de M. Léon Blum,
c h a m b r e s froides destinées à l a conlaire n'est p a s u n mot vain ou vide
—
Le
v
a
p
e
u
r
«
Artois
»,
de
Rouen,
ton. Les cours d e s seconde et troisièj'écrirais volontiers : de Le Gorgeu à a l'ait dix millions de dégâts.
d e sens ; mais qu'elle va à ceux qui
a heurté une mine près d e Gib altar me qualités avaient fléchi dans l e s servation d e l a viande.
Masson.
— Les manœuvre* alpines, qui se
Ce p r o g r a m m e pourrait être réalisé
la méritent. 11 atteste l a fidélité d e s
et a coulé. Son équipage, composé de m ê m e s proportions.
sont déroulées avec un succès partil'entends
bien
qu'il
est
impossible
en liaison avec l a construction d e s
masses a u vieux chef qui incarnait
14 hommes, a été sauvé.
Une g r a n d e inquiétude se manifesculièrement brillant, ont pris fin p a r
notre idéal démocratique et dont le de constituer, en vue du premier tour
— Suivant d e p e u l a vi>ite d u tait dans les milieux agricoles, inquié- abattoirs régionaux e t locaux p r é v u s
un
r
e
m
a
r
q
u
a
b
l
e
d<
fité
de
20
000
homen application d e l a loi d u 16 avril
talent e t l ' i n d o m p t a b l e énergie t i n - de scrutin, une listé q u i comprenne
mes, en présence du Président de la m a r é c h a l italien Balbo, à Berlin, le tude qu'avivait encore la crainte d ' u n e 1935 s u r l'organisation et l'assainisser e n t si longtemps en échec le clérica- des modérés comme M. Le Gorgeu
général
Vuillemain,
chef
d
'
é
t
a
l
m
a
j
o
r
disette fourragère p o u r l'hiver.
République et de M. Daladier, présim e n t d u m a r c h é d e la viande.
lisme et l a réaction. Il montre, enlin, et des socialistes comme M. Masson.
général de notre a r m é e aérienne, est
dent
du
conseil
et
ministre
d
e
l
a
Devant cette situation, le GouverneCe
qu
il
faut,
c'est
q
u
e
les
uns
et
les
combien profonde était l'influence de
Cet outillage frigorifique p e r m e t t r a i t
arrivé mardi soir dans l a capitale du ment a pris u n e série de mesures, les
Défense nationale.
Georges Le Bail en Bretagne et q u e a u t r e s oublient leurs griefs et q u e la
Beich. Le général français et l e s unes ayant pour objet de remédier à le stockage éventuel d e quantités
c a m p a g n e électorale d e m e u r e assez
— Le conflit russo-japonais est
cette influence lui survit.
officiers qui t'accompagnent resteront la pénurie des aliments, les autres à importantes d e viandes e t consticourtoise pour p e r m e t t r e aux voix virtuellement terminé. Les hostilités
tuerait u n é l é m e n t r é g u l a t e u r d e s
C'est toute u n e tradition qui se p e r j u s q u ' à dimanche en Allemagne.
la baisse de la viande s u r pied.
républicaines de faire bloc, au second ont cessé à la frontière m a n d c h o u e et
cours, tant e n période excédentaire
pétue.
C'est ainsi qu'un décret en date d u que déficitaire.
ou au troisième tour d e scrutin, s u r un accord est in ervenu entre les deux
A p r è s Armez dans l e s Côtes-duPOUR VOS IMPRIMAS
le nom des candidats républicains les pays en vue d'une délimitation amiable
20 mai a interdit, jusqu'à nouvel ordre,
Quoiqu'il en soit, les mesures prises
Nord, a p r è s Guiyesse dans le Mor- plus favorises. Agir autrement serait
les exportations d e fourrages, afin
de l a zoue contestée.
adrestei-vous
à
p
a
r le Gouvernement Daladier p o u r
bihan, a p r è s Louis Ilérnon dans le fournir 1 occasion aux Démocrates popud'éviter de dégarnir nos approvision—
En
Chine
et
en
Espagne,
la
guerre
'
I
m
p
r
i
m
e
r
l
e
d
a
«
O
i
t
o
y
e
n
conjurer
la crise qui menaçait l'élevage
Finistère, Georges Le Bail f u t le por- laires, qui r e p r é s e n t e n t la fraction la
nements en aliments d u bétail.
se
poursuit,
p
a
r
contre,
dans
toute
son
9
,
R
u
n
U
P
r
i
r
o
a
,
0
°
l
a
m
*
'
ont
été
méritoires et salutaires c a r ,
teur du llambeau à l'extrême occident. plus agissante des droites, d'offrir leur
Un arrêté d u 24 m a i a ouvert à la situation météorologique a i d a n t ,
horreur.
A
la
lutte
acharnée
q
u
i
se
Le p e u p l e , q u i a l'instinct du beau et concours aux modérés et d e tenter
l'importation un contingent supplémen- elles ont permis non seulement d e
d u juste, n e s'y t r o m p e p a s e t crée ainsi une opération politique de g r a n d e livre s u r tous les fronts s'ajoutent
taire
d e tourteaux qui se raréfiaient juguler la baisse, mais d e d é t e r m i n e r ,
lui-même ses héros. Georges Le Bail allure susceptible de leur assurer la toujours les b o m b a ' d e m e n t s aériens
rapidement
s u r le m a r c h é .
depuis plusieurs semaines d é j à , u n
est à cet é g a r d l ' u n d e s plus purs. majorité au Sénat et l a prédominance aussi cruels q a e b a r b a r e s , faisant,
Le
cœur
concilie
les
choses
contraires
Puis,
un
décret
du 30 mai a autorisé relèvement sensible d e s cours d u
Dans l e s fastes d e l a Cornouaille, il dans le d é p a r t e m e n t pour de longues parmi les populations civiles, d'innom- et admel les incompatibles.
la mise en consommation des sons d e bétail.
brables victimes.
rejoint La Tour d ' A u v e r g n e . Les deux années.
La
Bruyère.
blé tendre provenant de l'exportation
En
Espagne,
le
consul
anglais
d'AliJean PERROT.
h o m m e s sont coulés dans l e m ê m e
préalable en v u e d ' a u g m e n t e r l e s
Tout l'effort de Georges Le Bail, s'il eante, blessé au cours d ' u n b o m b a r
m é t a l ou taillés dans l a m ô m e pierre
quantités d'issues disponibles.
et il faut laisser a u p r o b e e t génial était l à , serait d ' e m p ê c h e r une c o m - dement, est mort d e s suites d e sa
Ab«
binaison aussi immorale et l a main- blessure. A Palamos, un navire b r i Au d é b u t de juin, le Gouvernement Républicains!
sculpteur qu'est Quillivic le soin d e
mise sur le d é p a r t e m e n t de 1 Evôché, tannique a été incendié et mitraillé p a r
déposait u n projet d e loi tendant à
d é g a g e r de la matière inerte l a forme
p a r 1 Union d e s républicains aux des avions franquistes. Trois autres
abaisser l e s droits d e douane s u r
vivante, — visage et pensée.
prochaines élections sénatoriales.
certains produits destinés à l'alimenta7. rue Elie-Fréron. QUIMPER
vapeurs anglais ont été b o m b a r d é s à
Qu'on
m e permette
quelques
tion d u bétail, notamment s u r le maïs
Je crois, en m'exprimant ainsi, avec Valence et à Alioante.
le
12
Août
courant
réflexions d ' u n autre o r d r e .
et le riz. Nous en discutâmes en Commodération et avec désintéressement,
C'est très bien d'aimer l e s morts et traduire lidêlement l a pensée d u
mission de l'Agriculture, mais la sépade l e u r témoigner ainsi, p a r u ng r a n d m o r t dont nous nous préparons
ration p r é m a t u r é e d e s Chambres n ' e n
m o n u m e n t digne d'eux, u n e recon- à glonlier le souvenir.
a pas permis le vote avant les vacanSketch
naissance p o s t h u m e . Pour u n h o m m e
ces
parlementaires.
Soyons unis et soyons vigilants !
comme Georges Le Bail, j e voudrais
(Loi d u8 8 M a r s 1 9 3 6 )
Nous sommes ici dans u n Bureau de
Enfin, plus récemment, le décret d u
Voilà le m o t d ' o r d r e de notre ami.
davantage. Je voudrais la reconnais6 juillet a institué un droit de sortie de P. T. T., de Marseille, s u r la Cannebière.
Une circulaire du Ministère des Anciens Combattants et Pensionnés précise les
Yves LE FEBVRE.
Un citoyen so présente au guichet des
sance de l'esprit en môme temps q u e
10 f r . p a r quintal s u r les tourteaux, pensions.
nouveaux barèmes des allocations aux grands mutilés, qui sont les suivants :
celle d u c œ u r . J e voudrais q u e tous
afin de reconstituer nos disponibilités.
La préposée demande.—Vous désirez?...
Désignation
Taux h compter
ceux q u i g a r d e n t pieusement sa
Par ailleurs, s u r la d e m a n d e d u
des
allocations
du
1"
janvier
1338
Le citoyen (avec son accent d'ail). — Eh
mémoire et qui ont, d'un élan unanime,
Gouvernement, la S. N . C. F . a biengne, mademoiselle, j e suis venu pour
participé à la souscription d u Citoyen,
Désarticulation tibio-tarsienne
m
accordé, à partir d u 1 5 j u i n , u n e touiller mou trimestre d e pensiongne,
fussent également lidèles à sa pensée.
voici mon coupon qui est d e 300 francs
A m p u t a t i o n de la j a m b e
1 740
diminution sensible du prix d e trans- 95 centimes.
A VOS AMItt
Désarticulation du genoux
3.712
Est-ce t r o p leur d e m a n d e r ?
port des pailles et fourrages s u r les
A m p u t a t i o n de la cuisse
5.220
La préposée. — Fort bien : Voici, p a r
La tradition q u e Georges Le Bail a
parcours supérieurs à 300 k m . , dans conséquent, 300 francs ; comptez les bien
Amputation sous-trochantérienne
7.424
le plus é n e r g i q u e m e n t soutenue et
D é s a r t i c u l a t i o n de la h a n c h e
9 280
le b u t d e favoriser l'approvisionne- avant de quitter le guichet, parce qu'après
Désarticulation d u poignet
d é f e n d u e , c'est celle de l'union entre
je ne réponds de rien....
1 836
ment des centres d'élevage.
Amputation de l'avant-bras
2.068 »
Le citoyen. — Pardon, mademoiselle, il
tous l e s républicains. Il l ' a défendue
Par suite do congé annuel
jornal l e Citoyen
Le Citoyen n'a pas paru
Simplification i'eeritim
Les Taun dss Allocatili aux grands Mutilés He Guerre
journal l e C i t o y e n
à toutes l e s h e u r e s de sa vie, — aussi
bien a u m o m e n t d u boulangisme
q u ' a u m o m e n t de l a crise dreyfusiste
et d e l'assaut d e s « ligues ». Il aimait
— Les pourparlers q u i s'étaient
à r é p é t e r qu'on p e u t être modéré
sans être m o d é r é m e n t
républicain. engagés au mois de juin, entre l a
Jamais sa clairvoyance politique n ' a France et l'Allemagne pour régler le
été p r i s e en défaut. Un instinct s û r régime d e s dettes autrichiennes e t
le guidait. Hier encore, à l a veille de allemandes en France, ont heureusesa m o r t , i l soutenait avec l a môme ment aho;»ti à un accord satisfaisant
énergie et l a m ô m e probité le « Front qui a été signé à Berlin.
— Un gigantesque pipe-line va
populaire », q u i e s t l a f o r m u l e la
p l u s m o d e r n e d e « l'union » ou d u relier le port pétrolier de Dooges, près
de St-Nazaire, à un vaste entrepôt
« bloc d e s g a u c h e s »'.
11 savait q u e l e s démocraties péris- souterrain qui est en construction près
sent p a r l e u r désunion e t p a r l e sde Montargis, dans le Loiret.
La ligne, souterraine elle-même et
luttes fratricides d e s factions. L'Espaà
l'abri
d e s b o m b a r d e m e n t s , aura une
gne en fait l a douloureuse expérience.
longueur
de près de 500 k m .
Il savait q u e p o u r vaincre l e cléricaLa
capacité
de transport de l a conlisme, t o u j o u r s prêt à profiter d e s
duite
sera
d'environ
100.000 tonnes
fautes républicaines, il fallait offrir à
p
a
r
mois.
l'adversaire u n front compact, Son
originalité f u t d e défendre ces formules d'union en se plaçant au point de
t u e m ê m e d e l'extrémc-gaueho. Grâce
à son influence personnelle, à sa
Clairvoyance et à son talent, il a
réalisé de véritables miracles. Le parti
— Une explosion s'est produite à
bord d u croiseur italien « Q u i r t o »
eu rade de P<ilma, aux Baléares. L'accident a fait 15 uiorts et 20 blessés.
— Souffrant d'uno crise d ' a s t h m e ,
le premier ministre anglais, M. Chara-
Désarticulation du coude
Amputation du bras
Amputation sous-tuhérositaire
D é s a r t i c u l a t i o n de l'épaule
'
Blessés c r â n i e n s avec crises, s u i v a n t la n a t u r e et la f r é q u e n c e
des crises
85 0/0
90 0 / 0 . .
95 0/0
100 0/0
100 0/0
100 0/0
+
1 deg.
2 (leg.
100 0/0
3 deg.
100 0/0 + 4 deg.
100 0/0 + 5 deg.
100 0/0 + 6 deg.
100 0/0 + 7 deg.
100 0/0 + 8 deg.
100 0/0 + 9 deg.
100 0/0 + 10 deg.
100 0/0 + a r t . 10
Aveugles.
100 0/0
art. 10
1U0 0/0
a r t . 10
10 > 0,0 + a r t . 10
100 0/0 - a r t . 10
100 0 0
a r t . 10
100 o/o
a r t . 10
100 0,0
art. 1 0
100 0/0
a r t . 10
100 0/0
art. 10
100 0/0
a r t . 10
100 0/0
double
100 o/o
art. 12...,
art. 12....
art. 12..,.
art. 12...,
art. 12..,.
art. 12...,
art. 12...,
art. 1 2 . . .
a r t . 12 . . .
art. 12...,
1 deg. art. 12
2 deg, art. 12
3 deg. a r t . 12
4 deg. a r t . 12
5 deg. a r t . 12
6 deg. a r t . 12
7 deg. a r t . 12
8 deg. art. 12
9 deg. art. 12
10 deg, a r t . 12
a r t . 10 4 . 9 deg. a r t .
double art, 10 + 10 «leg, a r t ,
». I f • « I f I M i t
3 712 »
5 220 »
7.424 »
9.280 »
a 820 4.640
6 960 9.280
2.320 »
3 480 »
4 640 »
5.800 »
2 436 »
2 691 20
2 946 40
3 201 60
3 456 80
3.712 »
3.967 20
4.222 40
4 477 60
4.732 80
4 060 »
11.368 »
4.408 »
4 524 »
4.640 t
4.750 »
4 872 »
4.988 s
5.104 i
5.220 i
5.336 s
5 452 »
6,.>n:0 »
G,9f30 »
y a erreur dans le compte....
La préposée. — Ah ! comment donc ?...
Il était nécessaire d e compléter ces
Le citoyen. — Eh. oui ! et les 95 c e n dispositions p a r u n e action directe s u r
times ?... 300 francs 95 centimes....
le m a r c h é de la viande. .
La préposée (se retournant en riant vers
Dans le b u t d e retirer d u m a r c h é ses amies des autres guichets). — Faut
une partie des quantités excédentaires, tout de mémo avoir de la patience avec
le décret-loi d u 15 j u i n a prévu q u e des gens ignorants ! ! I...
Le citoyen. — Pardon, mademoiselle, j e
des primes pourraient être allouées
ne suis pas un « gens ignorant », è preuve
pour favoriser la mise en congélation que j e réclame les 95 centimes q u i sont
des viandes métropolitaines.
portés sur mon « coupongne » et q u e l e
gouvernement
de la République française
En application d e ce texte, un
me doit....
décret paru a u J. O. d u 2 juillet a
La préposée. — Ah ! Ah ! Ah ! Il est rigolo,
autorisé le versement à l'adminis- le vieux, avec sa République française.
tration d e l a g u e r r e d'une p r i m e d e
Dites donc, mon vieux bonhomme, vous
2 francs p a r k i l o g r a m m e de viande à ne connaissez donc pas le décret Laval,
congeler achetée p a r l'Intendance en lequel, pour simplifier nos additions (oh !
rien q u e pour çai nous a prescrit de payer
s u p p l é m e n t de ses besoins normaux. toujours en chiffres ronds, d e retenir le«
Cette opération, actuellement e n c o u r s , centimes....
doit porter sur u n e première tranche
Le citoyen. — Parfait ! Parfait ! Mademoiselle, tout ce q u e Laval a fait dans sa
de 1.000 tonnes.
Outre ce p r e m i e r contingent, nous carrière politique a été parfait, et, le plu»
que parfait 8 été se» coquetteries avec
savons qu'il est envisagé un second, Mussolini an sujet de l'Eihiopie. Ah ! il
plus important, d e 1 500 tonnes, en a en de la chance, ce bougnat.... (et
destiné à l'approvisionnement d e s fuit toute une tirade s u r la famille d e
oïdinaires d e troupe pour l e 1 " Pi'-rre Laval).
La préposée. — Quoi ? Vous n'av^t patf
•
*
trimestre de 1939.
Une deri ière m e s u r e est intervenue
h I W M i e s de te fi*fttiop. fo» spatia»
enr.oip f i n i votre conf*r»-n<*e «ur Pierre
Laval 1 VodA dix autres retraité» qui attaïf
dent leur tour H»
LE
CITOYEN
M. Guillou, maire, e n t o u r é de s o n Conseil
22
47
54
71
81
87
88
Municipal.
98
115 120 125 137 145 150
A p r è s la c é r é m o n i e u n r p p a s f u t s r v i e t
167
176 183 212 223 233 251
d« U
au c o u r s d u q u e l f u r e n t é v o q u é s d e s s o u 258
287 310 318 341 375 379
venirs de la g r a n d e t o u r m e n t e . Avant d e
382
369 386 404 411 412 422
se s é p a r e r les convives e n t o n n è r e n t « La
425
427 434 435 449 485 474
Marseillaise ». Eu r é s u m é ce f u t u n e belle
499
519 524 531 555 564 586
0
N o m s d e s Souscripteur«
c é r é m o n i e d o n t P l o u h i n e c se s o u v i e n d r a
614
644 668 685 705 749 766
longtemps.
773
785 792 818 834 858 864
MM. Pascal frèros, Q u i m p e r , 20 fr. — M.
897
921 941 946 948 970 1005
L e Mérite Agricole
L a n d u r o n , r e t r a i t é , Q u i m p e r , 5 f r . — M.
Coupures
1038 1040 1023 1049 1059 1094 1098
R ó o e p t i o n a — M. Albert Le Bail, d é p u ot
Mme
Joan
Kervran,
instituteurs,
Lambé1117 1135 1143 1159 1163 1167 1174
de l O O , S O O , l.OOO,
10.000
D.ins la p r o m o t i o n du Mérite Agricole,
té,
recevra à Pont-l'Abbé, le j e u d i 1 « s e p zellec-Kérinou, 10 f r . — M. Le Cœur, n o u s relevons, p o u r n o t r e d é p a r t e m e n t ,
1196 1199 1218 1229 1241 1272 1280
tOO.OOO at a Million d e F r a n c »
t e m b r e , de dix h e u r e s à midi, café d u Comt r a n s p o r t s , Pouldreuzic, 50 f r . — M. J . - P . les n o m s suivants :
1289 1303 1323 1338 1359 1365 1378
Publications
de mariages : J o s e p h P a u merce, place de la R é p u b l i q u e .
Intérêt entièrement
payable
d'avance
Dalle, Ergué-Armol, 5 t r . — M. Pennec,
1396 1408 1442 1446 1455 1465 1484
Officiers. — MM. Ilnmon, i n g é n i e u r d u d i e u x . électricien, d o m . à Keri'eunteun, e t
au moment de la souscription
clerc de notaire, C o m m a n a , 10 f r . — M. génie t u r a l à Q u i m p e r ; Labous, horticul- Paulelte Le Gai, d o m . à Q u i m p e r ; Jean
1502 1504 1514 1543 1546 1547 1553
O o a a a l l M u n i o l p a l . — Compte rendu
Andrieux, i n s t i t u t e u r h o n o r a i r e , C o m m a n a , t e u r il Guipavns ; Le Moal, vétérinaire à Scarfiglieri, musicien, d o m . ù Ilussein-Dey,
1554 1578 1591 1603 1615 1618 1621
E x e m p t s d e t o u t e s taxes spécialos
de la d e r n i è r e r é u n i o n d u Conseil muni10 f r . — Mlle Bôléguic, institutrice h o n o - Q u i m p e r ; Nicolas, p r o p i i é t a i r e à Plougon- et Yvonne Caugant, d o m . à Q u i m p e r ;
1628 1639 1647 1666 1679 1701 1712
f r a p p a n t les v a l e u r s mobilières et
cipal :
raire, C o m m a n a , 10 f r . — M. C. J-^gou, ven.
1733 1743 1747 1762 1791 1800 1818
d e l'impôt g é n é r a l s u r le revenu
<
Pierre Lannuzel, électricien, d o m . à QuimB u d g e t . — M. Ch. Le Bastard, m a i r e ,
préposé ù l'Hôpital Pitié, Paris, 10 f r . —
1828 1831 1874 1879 1886 1897 1902
Chevaliers. — MM P l o u z m n e c , cultiva- per, et J e a n n e Ezinic, d o m . à Mebarid ;
d
o
n n e lecture d e s articles d u c o m p t e
M. Arsène Kersaudy, Audierno 10 f r . — M. t e u r a Plogasli'l- Saint-Germain ; Po< hic. Fran<;<>ii Guillou, b o u c h e r , d o m . à Quim1904 1906 1915 1939 1952 1955 1977
administratif 1937 de la ville, clos le 31 m a r s
ot
Mmo
Pelleteur,
A
u
d
i
e
r
n
e
,
10
t
r
.
car la B a n q u o d e F r a n c o les a d m e t
1987 2011 2014 2028 2030 2H41 2019
a g r i c u l t e u r ô P l o m e u r ; Postée, cultivateur perlé, et. Yvonne Le Priant, d o m . ô Q u i m p e r ;
1938.
a u x avances s u r titres à c o n c u r r e n c e
2050 2051 2069 2074 2081 2097 2102
Liste do M. Gouill'ès, sncrétairo de A P l o u e s c a t ; Gilet, cultivateur à G a r a n t i e ; Louis Keribiu, menuisier, et Anne Picard,
Le r é s u l t a t définitif de l'exercice 1937
2108 2119 2126 2 27 zl29 2148 2150
d e 90 % d e l e u r valeur n o m i n a l e d è s
Gliuec, cnltivateur il Saint Ui bain ; G u é - d o m . à Q u i m p e r ; Henri Nédellec,employé
Mairie, Plozévet, 136 Ir.
donn«
u n excédent d e r e c e t t e s d e
2159 2168 2176 2 «l 2191 2201 2226
l e u r souscription.
Liste de St-Albin, on Plogonnoc : MM. g u e n , cullivateur il Ploug -urvesi ; Ni' olas, de b u r e a u , d o m . à Q u i m p e r , e t Marie Le
250.967 f r 69.
2237 2267 22*8 2315 2318 ¿321 2322
Elle les a d m e t t r a à c o n c u r r e n c e do
Le Guillou, 10 f r . — CaCr, père, 5 f r . — de la société d e s courses de Pont-l'Ahbé ; T y m e n , d o m . A P e n h a r s - Ernest Y a o u a n q ,
Cette lecture t e r m i n é e , le maire q u i t t e
2327 2328 23J2 2337 2339 2350 2352
95 % l o r s q u o le délai r e s t a n t à c o u r i r
J o n c o u r , 5 f r . - Coadou, 1 f r . — Douérin, P a u g a m , p r o p r i é t a i r e à Brignogan ; C a r - plombier, (loin, i» Quimp«r, et J e a n n e Casi,
la salle d e délibérations.
d u n e r , ioslitute'ur il Botsruhel ; Tai gny, d o m . fi E r g u é - A r m e l ; J e a n L^rg^nlou,
2373 2380 2382 2388 2419 2128 2432
j u s q u ' à l'échéance sera intérieur 6 1 an.
2 f r . - un laïque, 5 f r .
M. Charles Briant, le plus ancien d e s
cullivateur à Poullau ; Mm» Kermaroc, bijoutier, d o m . il G u i n g a m p , et S u z a n n e
2436 2441 2468 2499.
conseillers en séance, p r e n d la p r é s i d e n c e
2" liste d e M. P o c h e t , do P e n m a r c ' h : M.
cultivatrice à Guipavas ; Kervran, culliva- Derrien, d o m . à Q u i m p e r ; A n d r é Fischer,
Les lots n o n r é c l a m é s dans L s .30 j o u r s de l'assemblée, e t d e m a n d e a u Conseil d e
J. L. Nédéloc, p a t r o n - p é c h e u r , 2 fr. — M.
Le citoyen. — C'est vrai, ils o n t h â t e Louis Le Pape, p a t r o u - p ê e h e u r . 1 f r . — M. teur ft Ploudaniol ; Connt, d i r e c t e u r d'érole lieutenant de réserve au 137" d'inl'., et s e r o n t acquis à l'œuvre.
se p r o n o n c e r , ò mains levées, s u r le c o m p t e
ft T r é b o u l ; Février, cultivateur*! P l o u g u e r ; Simono Monot, i n s t i t u t r i c e , d o m . à
d ' ê t r e s e r v i s , c o m m e m o i , eu chiffres
La distribution d e s lots a u r a lieu t o u s administratif 1937. Il e n p r o p o s e l ' a p p r o Denis Drézen, p a r t r o u - p ê c h e u r , 2 f r . — M.
r o n d s . Mais, il n e s'agit p a s do ca. J'ai 6
l.o Coant, cultivateur à P e u m e r i t ; Le Tr. « n g n t .
les m a t i n s de 9 à 11 h e u r e s à la mairie de bation, avec des félicitations a u Maire p o u r
Paul D e s t o u d r e s , m a r i n - p é c h e u r , 1 f r . —
e n v o y e r u n m a n d a t poste.
Corre, cullivateur ù EUiant ; Le Flocli,
Plogastel-St-Germain.
Décès
:
J
o
s
'
'
p
h
Hélias,
célibataire,
71
a
n
s
,
sa b o n n e gestion.
La préposée. — A l'autre guichot, là-bas, Un reconnaissant, 4 f r .
cultivateur ù P o u l d e r g a t ; Le Pape, culti- 3, r u e de l'Hospice ; J e a n Mével, époux
Les propositions d u président, mises aux
2° liste do Brest : MM. Ilonri Le Bec, \ a l o i i r il Plovan ; Marc Manis, cultivateur ù
monsieur.
Mens, 43 ans, 3, r u e de l'Hospice ; Jean Le
voix, sont a p p r o u v é e s p a r u n vote à mains
i
n
s
t
i
t
u
t
e
u
r
,
20
f
r
.
—
P
a
r
e
n
t
,
a
d
j
o
i
n
t
m
a
i
r
e
,
L» citoyen (devant le 2« guichet). — MaSaint-Ségal ; G u y a d e r , cultivateur il Plonré; Louët, époux Benoit, 52 ans, pâtissier, 11,
Ziégion d ' h o n n e u r . — « Le Citoyen » levées e t à l'unanimité.
demoiselle, excusez-moi do vous d é r a n g e r 10 f r . — A n o n y m e , 10 f r . — Mmo Oinuès, Hergoualch, a g r i c u l t e u r à Saint-Ségal ;
r u e Kéréon ; Hervé T a r r i d e c , célibataire, est h e u r e u x d e féliciter M. T u d y Jolivet
Le maire r e p r e n d la présidence, e t
d a n s votre lecture.
15 l r . — MM. Michel, Koryel, Giloux, Honart, cultivateur à A u d i e r u e .
38 ans, 3, r u e de l'Hospice ; Marie-Anne de la h a u t e r é c o m p e n s e q u e vient de lui r e m e r c i e s e s collègues.
Maudire,
La 2' guichette. — Quoi ? m e d é r a n g e r ? Moigno, Guennec, J o u c o u r l ,
Nos sincères félicitations à tous.
Péron, veuve Rioual, 69 ans, 3, r u e d e a t t r i b u e r le G o u v e r n e m e n t de la R é p u Le maire d o n n e lecture d e s articles d u
mais j e suis là p o u r ça.
Deschennes, chacun 5 fr. — Mlles Lalardy,
l'Hospice ; Yves Grunchec, veuf T a n g u y , blique p o u r ses t r e n t e a n n é e s de maire de b u d g e t additionnel 1938, q u i p r é s e n t e , e n
Le citoyen. — A la b o n n e h e u r e !... Eh Morvan ; Mines Balé, Deschennes, G u e n 60 ans, ancien c h a r c u t i e r , 1, r u e d u Clia- T r é g u e n n e c .
recettes et e n d é p e n s e s , 677.431 f r . 61.
b i e n , Mademoiselle, j e v o u d r a i s expédier nec, Kergroach, c h a c u n e 5 f r . — M.
A v i s aux Expéditeurs
p e a u - B o u g e ; Alain Donnart, 23 ans, 1, r u e
Le d e r n i e r article d e ce b u d g e t prévoit
un m a n d a t - p o s t e à u n de m e s créanciers. L a u t r o u , 2 f r . 50. — Mlle Le Verge ; Mines
Notre a m i Jolivet est n é le 19 mai 1874,
de Pommes de terre
de l'Hospice ; Marguerite Gourul, é p o u s e à T r é g u e n n e c ; élu conseiller municipal u n e subvention de 250 l r a n c s p o u r le m o La 2' guichette. — Bon, Monsieur, prenez Le Page, A r r i b a r d , Potion, Le Cléac'h,
Les e x p é d i t e u r s de p o m m e s de t e r r e û Le S l u m , 39 a n s , 3, r u e de l'Hospice ;
cette fiche ot remplissez-la.
en 1905, maire en 1908, chevalier du Mérite n u m e n t « G e o r g e s Le P.qil » S ' i r c e t »rticli»,
chacune 2 l r . — M. R. Canévet, 10 f r .
destination
de l'Algérie sont i n f o r m é s q u e Marie-Jeanne Madec, veuve D o n n a i t , 83
Le citoyen. — Coquin de sort !... r e m p l i r
agricole en 1911, ollicier d u m ê m e o r d r e il est p r o c é d é à un vote spi-eial ; la s u b (ù suivre).
les t u b e r c u l e s récoltes d a n s la m é t r o p o l e ans, 12, r u e des Gentilshommes.
u n e iiche, alors q u e j e sais à peine lire et
en
1923, ollicier d ' a c a d é m i e en 1934, vice- vention e s t a d o p t é e p a r dix voix, u n e a b s ê
ne peuvent ê t r e expédiés q u e d a n s d e s
écrire ? Eufingne, ça va ; voyons :
» »
président de la Société d'élevage d u c a n - tention et u n e voix c o n t r e , M. Quéinuec.
D a s e a n t a d a l ' O d o t . — Horaire des
« E x p é d i t e u r ». — C'est moi, bien s û r . . .
Prière d'adresser
les souscriptions
au emballages n'ayant p a s a n t é r i e u r e m e n t
L'ensemble d u b u d g e t additionnel e s t
ton de P o n t - l ' A b b é .
Vedettes.
— Samedi 20 août, d é p a r t Quimservis.
Alors, j'écris : B a, Ba, ba, ba, Batiste, eh Trésorier général du Comité P.
GL'i'GUEN,
approuvé.
Mobilisé
le
19
avril
1915,
parti
volontaire
n o n ! Batistin, quino dé diou. Ah ! Ça y est, journal u Le Citoyen », 7, rue
Si celle condition n'était pas remplie, les per 14 heures, arrivée Bénodet 15 h. 15.
Elie-Fréron,
Le maire d o n n e lecture d e s articles d u
le 16 mai p o u r la S o m m e , r e n t r é dans ses
j e sue à g r o s s e s g o u t t e s . . .
expéditions
pourraient être r e f o u l é e s p a r R e t o u r en a u t o - c a r .
à Quimper. —• O . G . 1 4 8 - 7 0 N a n t e s .
foyers le 16 n o v e m b r e 1915, c o m m e p è r e b u d g e t primitif 1939.
r
« Destinataire ». — Destinataire ? Té,
les services algériens d'inspection.
Dimanche 21, l" départ Q u i m p e r 10
Quelques modifications s o n t a p p o r t é e s
de six enfants.
c'est ce cochon d e Marius q u i me p o u r s u i t
h e u r e s , 2« d é p a r t 10 h. 30. R e t o u r de
d e p u i s d e s mois en r e m b o u r s e m e n t d ' u n
A assuré p e n d a n t la g u e r r e le service de aux prévisions.
Bénodet en a u t o - c a r .
Une s o m m e s u p p l é m e n t a i r e d e 5.000 f r .
Concours de Poulinières
p r ê t qu'il m'avait fait...
la Mairie eu môme t e m p s q u e l'exploitaLundi 22, d é p a r t Q u i m p e r 13 h. 30,
« S o m m e ». — 300 f r . 95. Ah ! ali ! on va
est
p r é v u e à l'article 32 (entretien d e s b â tiou
de
sa
f
e
r
m
e
.
Les c o n c o u r s a n n u e l s do poulinières
d é p a r t Bénodet 16 h. 15.
r i r e u n b r i n g u e : Voici, Mademoiselle, ma
A p r e s q u e t e r m i n é le r é s e a u d e s c h e - t i m e n t s c o m m u n a u x ) , p o u r l'installation
L i P i l n l r t d a l ' E p o a v a n t « (Emile suilées et n o n suitées et de laiterons,
fiche.
Mardi 23, d é p a r t Q u i m p e r 13 h. 15 pour mins vicinaux et r u r a u x de la c o m m u n e , de l'éclairage électrique e t l ' a m é n a g e m e n t
Boussu), p a r n o t r e c o m p a t r i o t e Arsène o r g a n i s é s p a r la Société Hippique d'EleLa 2% guichette. — T r è s bien. Monsieur,
les Iles Clénans. Metour de Bénodet eu a c o m p l é t é les b â t i m e n t s scolaires p a r la d ' u n e p o r t e d a n s le p i g n o n d u m a g a s i n n o u s disons 300 fr. 95, plus 0 fr. 40 de frais, Kersaudy, d'Audierne, préface d'Yves Le vage d u S u d - F i n i s t è r e , a u r o n t lieu à :
auto-car.
c o m t r u c t i o n de 3 l o g e m e n t s et 3 classes r e m i s e d u matériel d'incendie.
Carhaix, le 13 s e p t e m b r e , A 8 h. 30.
Febvre et six lettres inédites d'Anatole
soit 301 f r . 35 et voici votre m a n d a t .
Le crédit de 20.000 f r a n c s inscrit à l ' a r Mercn
di
24,
d
é
p
a
r
t
,
Q
u
i
m
p
e
r
13
h
30,
avec f o u r n i t u r e s g r a t u i t e s à tous 1< s élèves
C h t U e a u n e u f - d u - F a o u , le 13 s e p t e m b r e ,
Le citoyen. — Les b o n s c o m p t e s font les Le Braz.
ticle
54 (entretien d e s écoles publiques) est
d
é
p
a
r
t
Bénodet
17
h
.
30,
arrivée
Q
u
i
m
p
e
r
d
e
p
u
i
s
25
a
n
s
.
Cettu b r o c h u r e do 72 pages, en souvenir à 14 h. 30.
a m i s , c'est parfait. Alors, voici 300 francs...
p o r t é à 25.000 francs, p o u r p e r m e t t r e d e
19
heures.
La
croix
d
e
la
Légion
d
'
h
o
n
n
e
u
r
vient
à
Chàteauliu,
le
14
s
e
p
t
e
m
b
r
e
,
il
8
h.
30.
La 2• guichette. — Eh, mais ! et les d'Emile Boussu, artiste peintre et g r a v e u r ,
J.'udi 25, d é p a r t Q u i m p e r 14 heures, s o n h e u r e r é c o m p e n s e r , c o m m e l'on voit, r e f a i r e la p e i n t u r e des f e n ê t r e s d e s écoles
Q u i m p e r , le 15 s e p t e m b r e , è 8 h. 30.
95 c e n t i m e s ? et les 40 centimes de frais d i s p a r u d a n s le n a u f r a g e d u « Nolre-Damesur les parties les plus exposées.
arrivée
l.octudy 16 heures, départ Lociudy u n e vie toute d ' é n e r g i e et d'activité.
d'envoi ?
Bannalec, le 15 s e p t e m b r e , 14 h. 30.
d e - L o u r d e s » en revenant à s o n lie amie,
La subvention au Dispensaire a n t i t u b e r 17
heures,
arrivée
Q
u
i
m
p
e
r
19
h.
30.
Le citoyen. — Décret Laval, Mademoi
Les
n
o
m
b
r
e
u
x
amis
et
les
a
d
m
i
n
i
s
t
r
é
s
Ouessant, le 18 juillet 1916, est en vente
P o u r tous r e n s e i g n e m e n t s , s'adresser ^
culeux
est p o r t é e , p o u r 1939, de 0 f r . 15
selle, décret Laval... J ' a i t o u j o u r s eu le chez l ' a u t e u r , M. Arsène Kersaudy, \illa M. P e r r a u l t , secrétaire de la société, 31,
Vendredi 26, 1 " d é p a r t p o u r les lies de M. T u d y Jolivet se r é j o u i r o n t de l'insià
0
f
r
.
25
p a r tête d ' h a b i t a n t , c o m m e suite
p l u s g r a n d r e s p e c t p o u r les lois, d é c r e t s et Brizeux, à Audierno (Finistère), 10 IV.
Glénans
à
8
h.
30,
d
é
p
a
r
t
d
e
s
Glénans
à
g n e h o n n e u r q u i lui e s t fait.
r u e de D o u a n i e u z, à Quimper.
r è g l e m e n t s ; j e les a p p l i q u e 6 In lettre
à la circulaire de M. le P r é f e t d u Finistère.
15
h
.
45.
—
2"
départ
Q
u
i
m
p
e
r
14
h.
30,
11 a é t é tiré do cet o u v r a g e 75 exemc o m m e v o t r e collègue du guichet d e s
Le Conseil a p p r o u v e le b u d g e t primitif
d é p a r t Bénodet 18 heures, arrivée Q u i m p e r
Plozévet
p e n s i o n s . C'est ainsi, d u reste, q u e vos plaires s u r papier surfin, n u m é r o t é s de
1939, p r é s e n t a n t e n r e c e t t e s e t en d é p e n s e s
19
h
.
30.
n Ë P U B L i O A n i s
i
é c r i t u r e s s e r o n t simplifiées ; vous n'aurez 1 ù 75. L'exemplaire spécial : 20 f r . franco.
E t a t - O i v i l d a J u i l l e t . — Naissances :
P o u r tous r e n s e i g n e m e n t s et délivrance Amblard Michelle, au b o u i g ; Gentric Ma- la s o m m e de 1.285.397 f r a n c s .
p r e s q u e q u e d e s zéros à a d d i t i o n n e r , ce
Voit* ne trouverai
pat le Citoyen
E. P. S. — Le c o m p t e administratif 1937
q n i a t o u j o u r s é t é le rêve de t o u s les
des billets, s'a lresser à la Cabine, quai de rie, à Lesneut ; Le Guellec Josiane, à Léhei tout ¿et dépositaires
de
¡oumauj
Du môme a u t e u r à p a r a î t r e : Deux
se
solde, e n r e c e t t e s et en d é p e n s e s , à la
c o m p t a b l e s . . . Au revoir Mademoiselle.
l'OJet, ou à bord d e s vedettes.
zavrec.
mail vont le
trouvère,
s o m m e de 408.783 f r . 50.
années en Polynésie (de Gauguin à Moriilot). du département,
Pierre Galhauban.
Décès : Guéguen J e a n , époux Bolzer, 69
A n T h é & t r a . — Nous r a p p e l o n s q u e
liirernent
chet vous en mut
abonnant
Le b u d g e t additionnel 1938 p r é s e n t e u n
a
u
s cultivateur à Kéringard ; P l o u h i n e c
c'est demain s o i r , s a m e d i 20 aortt, à
excédent de r e c e t t e s de 1.360 lr. 30.
L a C h â t e a u d e S a b l a (roman), p a r
Victorine, é p o u s e Guéguen, c o m m e r ç a n t e ,
Voir b u l l e t i n d ' a b o n n e m e n t en A ' p a g « ¡
20 h. 45, q u ' a u r a lieu, s u r n o t r e scène
Le b u d g e t primitif 1939 prévoit, e n
45 a n s , au Gored ; S e r g e n t J e a n , 59 ans,
R o b e r t Gaillard. En vente aux Editions
municipale, le récital d o n n é p a r le célèbre
r e c e t t e s e t e n dépenses, la s o m m e d e
meunier au bourg.
Tallandier, Paris, au prix d e 5 f r a n c s .
baiyton André Baugé, d e l'Opéra-Comique,
361.000 f r a n c s .
C'est un livre q u i e m p o i g n e et q u e l'on
Mariages : Yves Marie Moreau, caissier,
la
grosse
vedette
de
la
radio
et
do
l'écran.
Dans le vaste j a r d i n , tout j o n c h é de
Hospice. — Le c o m p t e administratif 1937
et Marie Plouhinec, dom. à Plozévet ; Jeanfleurs, de g r a n d e s tables o n t é t é dressées, lit d'allilée. 11 est c o n s t a m m e n t intéressant,
Avec un p r o g r a m m e d e s plus capieux,
se
clôture avec u n excédent d e r e c e t t e s d e
Pierre Kéravec, cultivateur, d o m . à Laua u t o u r d e s q u e l l e s le r e p a s s'achève j o y e u - plein de m o u v e m e n t , et construit de telle
le spectacle se t e r m i n e r a p a r u u e série de
9.697 f r . 75.
L
e
Pardon
de
Locmaria
dudec,
et
Marie-Jeanne
Julien,
cultivatrice,
façon
qu'il
é
v
o
q
u
e
les
meilleurs
r
o
m
a
n
s
semi nt.
duos q u e le g r a n d artiste î n t e r p i é t e r a avec
Le b u d g e t additionnel 1938 p r é s e n t e , e n
d o m . à Plozévet ; H e n r i G o u r r e t , n a v i g a t e u r ,
Les fét«-8 p a t r o n a l e s d«; Q u i m p e r dos 14
Le t e m p s s'est mis de la partie. Aussi, anglais, q u i ne p e r m e t t e n t pas q u ' o n les
Mme S u z a n n e Bauge.
recettes,
la s o m m e de 19.697 f r . 75, e t e n
et Anni -Marie Le Roy, c o u t u r i è r e , d o m
le soleil e t les vins a i d a n t , q u e l q u e s a b a n d o n n e une f o i s q u ' o u les a commencés. et 15 août o n t été suivies p a r u u e l'ouh
C o m m e il r e s t e e n c o r e q u e l q u e s pinces, à Bfuzec-Cap-Sizun ; Jean-Marie A n s q u e r , dépenses, 19.695 f r a n c s .
convives « p o u s s e n t » leur c h a n s o n n e t t e
n
o
n
i
b
n
use
venue
de
tous
les
coins
do
la
Et c o m m e tout cela est frais et p r e s q u e
il faut se presser d e se r e n s e i g n e r p i è s du c h a u f f e u r , e t Marie-Jeanne Helias, cultivaLe b u d g e t primitif 1939 prévoit, e n
t a n d i s q u e les b r a v o s crépitent a u milieu
nostalgique... Un r o m a n q u i deviendra Coruouaille et p a r q u a n t i t é de touri-t. s.
Coucierge du Th< à t r e .
recettes e t en dépenses, la s o m m e d e
d e le j o i e g é n é r a l e .
trice,
d
o
m
.
à
Plozévet
;
J.
a
n
M
a
r
i
e
Coïc,
Dimanche, les c o u r s e s de chevaux t u r e n t
— Croyez-vous q u e ces j e u n e s g e n s o n t p o u r b e a u c o u p un livre de chevet.
i n s t i t u t e u r public, et Marie-Jeanne J a o u e n , 53.818 francs.
intéressantes et bien disputées.
d e la c h a n c e I dit u n j e u u e h o m m e à sa
Bureau de Bienfaisance. — Le c o m p t e
X>a S o o t a n r P E N T H E H , j u s q u ' à fin d o m . à Plozévet.
R a r e m e n t l'on vit a u t a n t d e m o n d e s u r
voisine. Il fait u n t e m p s radieux !
administratif
1937 se solde avec u n excéle Cliamp-de-Bataillo et dans les allées d e aoiU, no consultera q u e le Samedi.
— P a s le m o i n d r e n u a g e , ni le m o i n d r e
N A o r o l o g i a . — La société sportive « La dent d e r e c e t t e s d e 35.940 f r . 53.
L o c j i a n a q u ' a u c o u r s d e s j o u r n é e s de
vent... R e g a r d e z p l u t ô t m o n t e r la f u m é e
Plozévélienne » vit ni d e p e r d r e , en son
Le b u d g e t additionnel 1938 p r é s e n t e , e n
de votre cigarette...
d i m a n c h e et lundi. D u i a u t l'apies-midi de
trésorier, M. I ouïs G o u r l a o u e n , u n de ses r"ceties e t en d é p e n s e s , la s o m m e d e
L
e
s
C
i
n
é
m
a
s
— A p r o p o s , j e m'excuse, c h è r e amie :
— Agent t e c h n i q u e d e s services do lundi il était môme difficile do cil caler aux
d i r i g e a n t s les p us actifs
35.940 f r . 53.
v o u l e z - v o u s u n e Balto ? Ces c i g a r e t t e s d e l'Intendance m a r i t i m e . — Spécialités : a b o r d s d e s b a r a q u e s foraines.
Le b u d g e t primitif 1939 prévoit, e n
D
puis
dix
au>-,
le
s
y
m
p
a
t
h
i
q
u
e
Louis,
O d a t - P a l a a a (près de la Prélecture). —
g o û t américain vous plairont s û r e m e n t . . . métallurgiste et b o u l a n g e r . Date : 30 octoL> s courses cyclistes, lo feu d arlilLo et
recettes et en d é p e n s e s , la s o m m e d e
— Oh ! j e les c o n n a i s bien, et j'en pren- b r e 1938. Avoir accompli le service mili- le g r a n d bal do bienfaisaucu o b t i n r e n t P r o g r a m m e j u s q u ' a u lundi 22 a o û t 1938 : t o u j o u r s s u r la brèche, se dépensait inlasd r a i o n e avec plaisir. Mais d ' o r d i n a i r e j e taire. E t r e â g é de 21 a n s a u moins et
31.956 f r . 58.
é g a l e m e n t le plus vif succès. Le n o m b r e A t u a n t e s p a r l a n t e s et sonoreb ; un joli s a b l e m e n t p o u r t o n club. Il était de tous
préfère les Congo.
O Ili ce public H. B. M. — Le c o m p i e
les d é p l a c e m e n t s , et les j o u e u r s a p p r é pouvoir r é u n i r 30 au» do service a u m o m e n t des e n t r é e s p o u r le bal a r a r e m e n t été film, et le g r a n d film : « Josette ».
— C'est aussi d u t a b a c de Virginie, de la reli ait«. T r a i t e m e n t initial : 11.500 f r . ,
administratif 1937 se solde avec un excédent
ciaient
sou
d
é
v
o
u
e
m
e
n
t
sans
b
o
r
n
e
s
.
hossi i m p o r t a n t q u e lundi soir.
cependant...
plus indemnités. Aucun diplôme exigé.
En celte d o u l o u r e u s e circonstance, le de r e c e t t e s de 10.374 f r . 86.
H « (près de la Gare). — P r o g r a m m e
Ainsi lo c o m m e r c e local a é t é u n peu
— Oui, mais elles o n t u n petit « j e ne
— Commis d ' o r d r e et do comptabilité c o m p e n s é do la crise actuelle p a r ces j o u r - j u s q u ' a u mardi 23 août 1938 : Actualités comilé de « La Plozévétienne » e t tous les
Le b u d g e t additionnel 1938 p r é s e n t e u n
sais q u o i » d e difTérent, do moins s u c r é
stagiaire à la Caisse d e s Dépôts et Consi» Eclair-Journal » e t deux beaux films : j o u e u r s présentent à leur c a m a r a d e Joseph excédent d e r e c e t t e s d e 4.174 f r . 86.
peut-être...
nées de fûtes.
g n a t i o n s . — Concours ouvert aux candidats
Le b u d g e t primitif 1939 prévoit, e n
« La loi d u Milieu » et « A Paris t o u s les G o u r l a o u e n , et à t o u t e sa famille éplorée,
— J e sais. On lient b e a u c o u p à « sa » masculins dans la deuxième quinzaine
S a l o n d o » P a i a t i a a . — L ' i n a u g u r a t i o n trois ».
r e c e t t e s et en dépenses, la s o m m e d e
leurs condoléances attristées.
m a r q u e d e cigarettes. C h a c u n e d'elles a d ' o c t o b r e 1938. Délai d'inscription : 1 "
du 4« Salon d e s peintres de la B r e t a g n e
28.100 f r a n c s .
s o n p a r f u m , s o n g o û t bien particulier...
s e p t e m b r e . A g e au 1 " janvier 1938 : 18 à
— C'est bien vrai I Tenez, Lucile p a r 30 ans. T r a i t e m e n t : do 10.500 à 22.500 l'r., a u r a lieu 1e s a m e d i 20 a o û t , à la salle d e s
Le Maire d o n n e lecture a u Conseil d ' u n e
e x e m p l e n ' é p r o u v e v r a i m e n t le plaisir de plus indemnités. Certificat d ' é t u d e s p r i - l'êtes d e Q u i m p e r , s o u s la présidence de
lettre de M. le Ministro de la S a n t é p u b l i X i i g i o n d ' h o n n e u r . — c ' e s t avec u n e
f u m e r q u ' a v e c d u t a b a c do g o û t anglais. maires ou diplôme équivalent exigé.
.\1. le P r é f e t du Finistère, M. lo Maire do
q u e , a c c o r d a n t u n e s o m m e d e 28.145 i r .
F A t a a P a t r o n a l a a . — Les g r a n d e s fêtes vive satisfaction q u e n o u s a p p r e n o n s la
Elle n e l'ume q u e d e s W e t l t - E u d , vous
Q u i m p e r ot M. lo Président do la C h a m b r e
p o u r solde d e la subvention de 112.577 f r .
— 180 postes élève infirmière de l'Assisp a t r o n a l e s de R o s p o r d e n a u r o n t lieu les n o m i n a t i o n , a u g r a d o de chevalier de la
savez, d a n s c e s jolis étuis portefeuilles à
do C o m m e r c e do Q u i m p e r .
a t t r i b u é e A l'Office public d'H. B. M.
—
30
postes
élèvo
d
e
s
tance
p
u
b
l
i
q
u
e
.
7 f r a n c s les 20.
Légion d ' h o n n e u r , de M. A. Tostivint, le
21 ot 22 aoiit.
Un b a n q u e t auncal sera servi à l'issue
L'assemblée a p p r o u v e les c o m p t e s p r é Mon f r è r e aussi 1 Lui q u i f u m e d u services g é n é r a u x hospiialiors. — C o n P a r suite d u g r a n d c o n c o u r s central d e s s y m p a t h i q u e p h a r m a c i e n d'Audierne.
sentés.
c a p o r a l d ' h a b i t u d e , p r e n d t o u j o u r s d e s c o u r s p o u r les j e u n e s filles : 13 o c t o b r e . d u vernissage, d a n s la salle d'exposition. sociétés h i p p i q u e s rurales, q u i se d é r o u Agé d ! 63 ans, M. Tostivint est p h a r m a Le Conseil se f o r m e en Comité s e c r e t , e t
W e e k - E n d q u a n d il va a u bal o u q u a n d Inscription j u s q u ' a u 15 s e p t e m b r e . Age : Les p e r s o n n e s désireuses d'y p r e n d r e part lera dimuuchc, les l'êtes do 1938 rovélirout cien dans n o t r e p o r t d u Cnp depuis 35 ans.
19
ù
20
a
n
s
.
Début
:
16.300
l'r.
Aucun
s
o
n
t
priées
d'envoyer
d
'
u
r
g
e
n
c
e
leur
adhés t a t u e s u r les propositions de la commis»
il » s o r t ».
un c a r a c t è r e particulier, q u i doit a t t i r e r à Il faisait partie d ' u n e é q u i p e d ' a r d e n t s
sion a u secrétaire, 57, r u e Kéréon,
sion d'assistance.
— S'il les t r o u v e u n p e u chères, il p e u t diplôme exigé.
Rospordc.il d e n o m b r e u x visiteurs.
républicains. 11 f u t l o n g t e m p s a d j o i n t a u
— Surnuméraire
des Contributions Quimper.
au besoin f u m e r d e s Fashion ou d e s Highmaire d'Audi r n e et e s t t o u j o u r s conseiller
Lif : ce sont é g a l e m e n t d e t r è s b o n n e s Directes et d u Cadastre. — Le c o n c o u r s
F a ï a n o a r l a d ' a r t b r a t o a . — Nous
municipal.
c i g a r e t t e s do g o û t anglais. Et j o suis s û r e a u r a lieu au cours du l« r t r i m e s t r e de
POUR VOS IMPRIMÛB
M. Tostivint est aussi resté u n militant
q u e ses cavalières les a i m e r o n t b e a u c o u p 1939. Délai d'inscription : 31 o c t o b r e 1938. a p p r e n o n s avec plaisir quu le j u r y internaX<a F ê t a d a a F i l a t a - B l a a a . — La
adreites-vout
à
aussi !
Age a u 1 " juillet 1939 : 18 à 26 ans. T r a i - tional de l'Exposition a r t s e t techuiquo, g r a n d e l'été b r e t o n n e d e s Filets-Bleus a u r a très actif.
— Vous voyez, la Régie F r a n ç a i s e fuit t e m e n t de b a s e : 11.000 f r . , plus indemnités. Paris 1937, a a t t r i b u é un g r a n d prix à la liou d i m a n c h e prochain 21 uoilt.
Ce r u b a n r o u g e vient r é c o m p e n s e r u n e l ' I m p r i a t a r i a d a « O i t e y M •
v r a i m e n t bien les choses : quelles q u e Bacc. exigé. Accès a u x postes s u p é r i e u r s . participation du la Maison Jules Heuriot et
V, N u a U l a O P r é r a a , 0alai»p*r
Le dévoué comité a mis s u r pied un b' Ile et l o n g u e c a r r i è r e .
soient n o s p r é f é r e n c e s , n o u s t r o u v o n s T r a i t e m e n t j u s q u ' à 90.000 f r .
fils, à la d u s s e d e la c é r a m i q u e .
Nous hommes p a i t i c u l i è r e m e n t h e u r e u x
p
r
o
g
r
a
m
m
e
q
u
i
satisfera
les
n
o
m
b
r
e
u
x
t o u s p a r m i s e s spécialités u n e cigaretto à
Renseignements fournis par 1'« Orienta
Cette r é c o m p e n s e , *enant confirmer celles visiteurs q u i se r e n d r o n t a p r è s - d e m a i n t> de p r e s e u i c r à M. Tostivint n o s vives et
o o t r e g o û t . . . et à n o t r e prix !
tl >D Professionnelle », revue mensuelle, déjà n o m b r e u s e s acquises aux p r é c é d e n t e s
sincères félicitations.
Concarneuu.
b o n n e m e n t : 15 francs par an.
expositions internationales, est le j u t t o
S a m e d i soir, 20 a o û t , splendido fòt«
1.08 pernonues qui déferont des renseï
A a T r i b u n a l . — Les p r o c h a i n e s audien»
c o u r o n n e m e n t d e s t f f o r l s cOnnlums do la n a u t i q u e do nuit ; ballets b r e t o n s ; audiifnoiuocts sur l'un des emplois on concourt
ces d e vacation s o n t fixées a u x d a t e s ciMaison p o u r a s s u r e r la repulution mondiale tions do c h a n t s et i n s t r u m e n t s b r e t o n s .
l i i g l o n d ' h o n a a a r . — Lundi matifl
:i-doiuia* o o sur on examen quelconque,
a p r è s : Vendredi .26 aoiit, à 13 h . 30 j
de sa m a r q u e ,
Dimanche a p r è s - m i d i , 21 août, c o r t è g > de 15 aoilij le b o u r g do Plouhiuec était en
peuvent s'adresser de notre part 6 M. Houv e n d r e d i 9 s e p t e m b r e , à 13 h . 30 ; v e n d r e d i
Ses
c
o
l
l
a
b
o
r
a
t
e
u
r
s
ont
o
b
t
e
u
u
les
•
^
Revu* d * Jardinage
fête
;
lo
mutilé
de
g
u
e
r
r
e
Jean
Trépos
la Reine des Filets Bleus e t de ses Demoidevllle, directeur-gérant de «L'Orientation
23 s e p t e m b r e , à 13 h . 30.
r
é
c
o
m
p
e
n
s
e
s
suivantes
:
Profeosionnelle », 7, rue Marbeuf, Parie
selles d ' h o n n e u r ; c h a r s d e fantaisie recevait la croix de la Légion d h o n n e u r .
THOUAM (0«uS'S*vr«t)
Médaille d ' o r : Roué Creston, Mmo Jean b r e t o n n e ; défilé do c o s t u m e s anciens et
8-), qui leur répondra k titre absolument
A l'issue de la graud'inesse* les anciens
Haflen, Mlle Mary vouno Mébeul.
gracieux.
modertiea.
c o m b a t t a n t s , les Médaillés militaires, les
Médaille d ' u r g e n t : Mme Auie Mouroux,
Joindre a n timbre de 0 fr. 65 et ne pas
ta«« ttégataa. — Les régates de téréned
Dans l'enceinte de la vieille ville close : Légionnaires se rangeaient p r è s d u Monuoublier de mentionner : en qualité de lec Fouillen.
luttes et d a n s e s b r e t o n n e s ; c o n c o u r s de m e n t aux Morts p o u r la Patrie, où avait auront lieu le dimanche 28 août.
nnr d« • Citoyen ». 7, rue Klie-Préron, t
ISuus leur a d r e s s o n s n o s bien vives féliAu p r o g r a m m e : c o u r s e d e c a n o t s fi
f i n / d» 3 moi» oanif»
c o s t u m e s ; c h a n t s b r e t o n s ; attractions lieu la simple mais combien t o u c h a n t e
•nimpnr
citations
2 frs on
tlmhr«i-0Oilt
misaine ; courge de b a t e a u x d e plaisance j
diverses.
cérémonie.
T o u s donc à C o n c a r n e a u d i m a n c h e p r o Avant c e p r o c é d e r à ld rettiise de la d é - c o u r s e de b a t e a u x de péchë.
O o a a a H . - La m u s i q u e d u 137" d o n n e r a
A l'occasion d e s régates, concourt dë
chain
21
a
o
û
t
.
coration, M. Alaiu Donnart< médecin en
aou t.oucei l h e b d o m a d a i r e d i m a n c h e s o n
S u i s « « « t J f t f t f t « » 12?'!) i.9
boules, jeux divers.
chef
de
la
mnriuo,
oltl
ier
do
la
Légion
21 aofli, au t h é â t r e municipal, du 20 h< 30
d ' h o n n e u r , d é l é g u é de la Grande C h a n û 21 h. 3U.
T o m b o l a . — Voici la liste défi numéros cellerie, p r o n o n ç a u u e v i b r a n t e allocution
Le r e t o u r do la m u s i q u e so fera par le
t i a F a r d a « 4 « M a l t t e ' A a a « , — Lfj
7, n i e Ëlie-Fréroii — Q u i m p e f ,
b d u i e t u r d r d e K c r g u é l e n , rue du Patc/ gagnants do la ttimbola du centenaire dus q u i alla droit au ccëur de l'eissiftiance, où
grand
pardon de Stfitit^ADnft-k-Pgtyg
écoles publiques de Plogastei-St-OerfTiatn ; l'On remarquait M. Jean P«.rroi, député/
UM
quai rie i ' 0 d e t et la rne
jfci # j u t a t o t * M
toi
Imprlméë,
CAISSE
Pour le Monument
AUTONOME
DÉFENSE NATIONALE
E t a < - O i v l l d a S a n 1 S A o û t . — Naissances : S u z a n n e G u é g u e n , 41 bis, r n e
J«an-.Iaurè* ; Marie-Paule Lautridou, 47,
rue Eliti-Fréron ; Michelle S o u q u e , 7, r u e
Bourg-les-Bourgs ; Marie-Thérèse Cougoulic, r u e de C o n c a r n e a u ; Denise Lauden,
68. r u e d e la Providence ; A n d r é Quéau,
4, ruo Sainte-Thérèse ; Jean-Pierre Chacun,
24, r u o V i s ; J o a n - P i e r r e Ploé, 60 bis, q u a i
de l'O.let ; J e a n - C l a u d e Moret, 49, a v e n u e
de la Gare ; Jean Le Bouic, 59 bis, r u e de
Douarnenez ; Marie-Claire Htlias, 55, r u e
do Pont-l'Abbé.
« Gsoroes Le Bail » à Ouiaw
Bons 3,50 °|
à
18
Facilement
MOIS
Pont-l'Abbé
mobilisables
Tréguennec
BïBï, Ï6GRAPHÏS
Repas de iNoces
QUIMPER
uOQGOurs am Fonctions huipi
Rosporden
Audierne
Concarneau
CHATEAULIN
Plouhinec
"Mon Jardin
est lo guide pratiqua
dit imatiur»
Téfénetf
Essai 3 mois: 2francs
A l'Imprimerlo «In
«tourna/ l e
Citoyen
joutai l e
Citoyen
Hogastel-St-Germaln
PloAéfeft.l'ofeay
LG CITOYEN
aura lieu le dimanche 28 août. 11 doit
revôtir cette a n n i e iino grandeur particulière, en raison de la célébration du 25'
Organe hebdomadaire
anniversaire du couronnrmcnt.
do Défenso latquo ot d'Action rôpnblic«ini
LE CITOYEN
B u t a n x at Xauprtmarta I
Saint-Nie
F ê t a a d* Pantrea. — Voici le programme d e s fûtes do Pentn z-Plage, de
dimanche 21 août :
A 14 h. 30, course d'amarrés. — N o m breux prix.
A 15 heures, concours de cassfurs de
pots. — Nombreux lots.
A 15 h. 30, course do bicyclettes,
régionalo, sur la grève. — Prix : 350 ft\,
250 fr., 150 lr., 100 fr., 50 lr., et 25 fr.
Attractions foraines nombreuses.
7, Rue Elie-Fréron - QUIMf'ERf
Finistère
Téléphone 86
Chèque postal n° 142-70, Nantos.
Abana*a«ta I
Finistère et départements limitrophes
Autros départements
Annonoaa i
Judiciaires ou a u t r e s . . . la ligne, 2 fr 70
Les annonces doivent être adressées an
pins tard le mercredi matin.
p
our tout renseignements, joindre
pour la réponse.
BREST
Saéglon d'honneur. — Nous apprenons
avec plaisir la nomination au grade do
chevalier de la Légion d'honueur de M.
Jean Le Guénédal, professeur i» l'écolo de
commerce et d'industrie et adjoint-maire
do Brest.
Dévoué à la chose publique et éducateur
émérito, cette hante distinction qui échoit
à notre ami est la juste récompense qu'il a
méritée fi beaucoup de tilrrs.
Le « Citoyen » adresse à M. Le Guénédal
avec toutes s e s sympathies ses plus cordiales et sincères félicitations.
Irvillac
N é o r o l o g i a — Ces jours derniers onl
eu lieu à Irvillac les obsèques de M. Louis
Ccquil, ancien directeur d'école, ollicier
de l'Instruction publique.
En cette douloureuse circonstance, uous
adressons à toute la famille du regretté
disparu nos bien sincères condoléances.
Plouguerneau
Un Brama da la m i r , — Dimanche
soir, le bateau « Cours-Après » de Ltlia, en
Plouguerneau, revenait des r é g î t e s de
l'Aberwrach. avec huit passagers, lorsque
près de l'Ile Vierge il heurta un rocher et
se coucha.
Quatre des jeunes gens qui se trouvaient
dans la barque furent précipités à la mer
et périrent.
Les autres passagers réussirent à regagner
la terre, à marée basse, après de giands
efforts.
L'appel des sinistrés, dans la nuit, n'avait
pas été entendu.
Ce drame de la mer, qui met en deuil
trois familles de Lilia, a causé une pénible
émotion dans la région.
15 fr.
20 fr.
un limkr
Cyclisme
ZjO B® Circuit da l'Onaat
« L'Ouest-EcIair » organise son huitième
circuit cycliste de 1 Ouest du 20 au 28 aoiU
courant.
Ce circuit comprend 1.725 km, en huit
étapes et un jour de repos.
Voici l'itinéraro et l'henro probnble de
la sixième étape Lorient-Brest, 190 km, le
vendredi 26 aoilt :
Lorient, dépari
11 h.45
Quim perlé
12 18
Moelan-sur-Mer
12 44
Hiec-sur-Bélon
12 53
Pont-Aven
13 »»
Tré g il ne
13 13
Concarneau
Hosporden
Saint-Yvi
Quimper..
Plonéis
Donarneni 7.
Locronan
Cast
Chàteaulin
Oiiimerch
Le F»ou
L'ilôpital-Camfrout
13
13
14
14
14
14
15
15
15
16
16
16
Dénias
16 28
P.ougfiht l-D -o i as
Moulin-Bliiuc
Brest, arrivée
16 42
16 55
17 h'-ures
24
45
»»
21
34
58
13
28
40
03
10
21
Ouessant
f , « P h a r a l a plna p u i s s a n t . — Le plus
puissant phare du monde va ùlre bientôt
coustruit à Oaessaut.
Ce nouvel ouvrage remplacera, à Créach,
l'ancien phare, dont les rayons g lioèrmt
tant de transports de troupes américaines
vers la France en 1917 et 1918.
La hauteur du phare, qu'on a pu admirer
à l'Exposition internationale de Paris
1937, atteint presque celle de l'Arc de
Triomphe de l'Etoile. Son intensité lumineuse est de 500 millions de bougies.
Toutes les dix secondes, deux faisceaux
d'une durée de deux dixièmes de seconde
peuvent être aperçus des navigateurs,
jusqu'à 80 kilomètres de distance.
E
NAIIULU'VOUI A
' ru» du P»r«,
2 &1M8BWW
J E E & S .,...
"«'
2«,
OLAZUR
HUILE oouB AUTOS
tn
irAtàrti—m
DHMUIWRtUf *
Républicains 1 Abonnas-von* a v
Journal
l e C'tOVert
Feuilleton
Recettes de cuisine
Topinambours
Quoi qu'il en soit, avec l'arrivée à
O'iessant de la bande émigrante, que
d..igeait Pol Aurélien, commence
véritablement le cycle léonais. On en
pourra suivre les principales vicissitudes, sous le somptueux manteau de
la légende, à travers les vies de saint
Pol, de saint laoua, de saint Tanguy,
de saint Goulven, que nous avons
choisies comme les plus caractéristiques et jointes les unes aux autres.
Le cycle se prolonge ainsi sur l'espace
d'un siècle. Saint Pol, nous l'avons
dit, y demeure toutefois le personnage
central. 11 n'est pas un coin de ces
terres fertiles, sanctifiées par tant de
Chapelles, où l'on ne retrouve à côté
du saint local l'ombre rude du vieil
évéque. Il est demeuré le fondateur
spirituel de l'antique évAché de Léon.
On pourrait dire qu'il en est le saint
national, si la nationalité pouvait être
enfermée dans d'aussi étroites limites.
Il y a marqué le sol de sa dure em*
preinte. 11 y a façonné les âmes à la
mesure de ses vertus et de son fanatisme. Vertueux, 11 le fut, certes ;
tnais il le fut comme on pouvait
l'être en ces temps barbares, avec un
grand fondbde violence qui n'épargnait
ersonUe et qui ramenait tout à son
Ïut essentiel : l'orgànlsatioh des clans
¿u|itito dans l'ordre chrétien, sous la
— N° 19
Art. 2. — Ampliation du présent
arrêté sera remise à M. le Maire de
Plobannalec, à M. l'Inspecteur du
Travail, chargés d'en assurer l'exécution, chacun en ce qui le concerne,
et à M. le Président de la Coopérative des marins-pêcheurs à Lesconil,
en Plobannalec, pour lui tenir lieu
d'autorisation.
Quimper, le 21 Juillet 1938.
Le Préfet, ANGELI.
La CUISINE ELECTRIQUE est ECONOMIQUE
Pour vos timbres en oaontohouo et en ouivre, adressez-vous
U n e Propriété comprenant :
1° Une longére de bâtiments servant
d'habitation, avec grenier des¿/'Imprimerie Bretonne du« Citoyen ».
Travail exécuté rapidement et à des servi par un escalier extérieur ;
vrix modérés.
2° Bâtiment au nord de la maison,
servant de grange, d'écurie et de
A vendre, à l'amiable, abattoir soue, avec m u r intérieur et grenier ;
3° Bâtiment dit « Cardy-Leur » serprivé. Vaste bâtiment entouré de
terrain et pouvant servir d'usine. vant d'etable et de hangar.
4° Petite étable à veaux ;
S'adresser au journal.
5° Hangar sur poteaux et sous tôle
ondulée
;
A v e n d r e conduite intérieure
6°
Terres
labourables et prés, cours
Citro/'n B-14-G. Peu roulé. Parfait
et
courtils.
état mécanique et entretien.
Le tout figurant au cadastre de
S'adresser Caoudal, impasse Benéladite
commune de St-Yvi sous les
Madec, Quimper.
n°< 590, 591, 592, 593, 59t, 595, 59(»,
597, 598, 599, (500, 601, 303, 3G4, 307,
Etude M« LE lil 11 AN,
308, 309, 570, 374, 375, 370, 377, 378,
379, 382, 383 de la section A, pour
notaire à Plogaslel- Saint-Germain
une contenance de 29 ha. 75 a.
Suivant acte reçu par M0 Le Bihan,
Mise à prix fixée par le Trinotaire à Ploga>tel-Saint-Germain, le bunal. . . .
1 8 0 . 0 0 0 fr.
20 juillet lDîitS, enregistré audit, lieu le
Deuxième Lot
même jour, folio 94, numéro 384,
Au lieu dit « Pen-ar-Slang »
M. Alain-Marie Peu/, at et. Mine leannçU n e Propriété comprenant :
Marie Gentrio, son épouse, demeurant
1° Un bâtiment servant d'étable
an bourg de Guiler-sur-Goyen, ont au rez-de-chaussée et d'habitation à
vendu à M.
lean-François-Marie l'étage ; grenier.
Kervaivc et Mme Célestine-Aline2° Cour au nord ;
Marie An«quer, son épouse, demeurant
3° Au couchant et au nord de la
au bourg >le Pouldergat, la licence de cour : une longére de bâtiments serdébit de boissons hygiéniques qu'ils vant d'écurie, grange et étable ;
exploitent audit bourg de Guiler-sur4e Grand hangar agricole sur poGoven.
w
teaux en ciment et sous ardoises ;
Insertion au B. O. du 3 août 1938.
5° Terres labourables et près, cour
Les oppositions seront reçues dans et courtil.
les 10 jours de la présente insertion,
Le tout figurant au cadastre de laen l'étude de M" Le Bihan, où domicile dite commune de St-Yvi sous les n°"
est élu.
179, 180, 181, 182, 183, 184, 185,
180, 187, 189, 191, 371, 373, 380,
Pour seconde insertion :
381, 539, 540 de la section A, pour
P. LE BIHAN.
une contenance de 22 ha. 97 a. 50 ca.
Mise à prix fixée par le Tri
0
Etude de M K Fil Y ELLA, notaire
bunal. . . .
1 8 0 . 0 0 0 fr.
à Quimper
A Tittire à l'amiable
Certes, il connut bien des épreuves.
Les Armoricains résistèrent vaillamment aux B r e t o n l o r s q u ' i l s eurent
compris les dangers de cette grande
migration de peuples, accueillis tout
d'abord fraternellement et qui, maintenant, leur payaient le tribut avec du
fer et répondaient à la bonté par
l'arrogance. Les vies des saints du
cycle léonais nous révèlent unanimement cette résistance.
grâce a u x tarifs réduits d e
<Sc
bition des tierns ou chefs de clans. A
travers toutes les vies où il apparaît,
saint Pol se manifeste comme un
destructeur de dragons et de serpents.
Or, on sait que c'est là le symbole du
paganisme et de l'hérésie dans la
mystique chrétienne. Ainsi que nous
l'avons déjà noté, il faut voir dans ces
mises à mort de dragons, le symbole
de la destruction des collèges druidiques. Avec cet autre biographe, que
nous avons cité dans notre préface, il
faut traduire la légende : « Il (saint
Pol) détruisit les temples des idoles
dans le Léon et dans toute la Bretagne ». A l'heure de sa mort, lorsque,
centenaire, chargé d'ans et de gloire,
redouté autant que vénéré, desséché
par les austérités plus encore que par
I Age, un angp entre dans la cellule
où il agonise pour lui annoncer la fin
de ses épreuves, les premières paroles du messager céleste sont celles-ci :
« 0 Pol, tuas puissamment combattu ».
II était le plus vieux des saints de
l'immigration. Il dominait de ses cent
deux ans l'œuvre des moines d'IIybernie et de Cambrie. 11 pouvait se rendre
cette justice qu'il laissait après lui un
Léon bien différent de la terre qu'il
avait trouvée à son arrivée de GrandeBretagne, lorsqu'aprês avoir débarqué
à Ouessant, puis au havre du Kernic,
en' Plouescat, il s'était vu contraint
d'aller demander asile à son cousin
Wilhur sur les ruines d'Occismor et
dans cette île de Batz qui, derrière le
fossé des courants atlantiques, Valait
G "
GRATUITS
Elèves de 5 à 17 ans des Ecoles Publiques
de France et des Colonies
Participez tous au
CONCOURS de CAHÏERS de VACANCES
organisé par les Editions MAGNARD,
107, Boulevard Raspail — PARIS
doté da UJS M1LLIOX
de Francs de Prix
Tous les concurrents recevront une récompense
En
Prix du cahier :
vente à la LIBRAIRIE
LAÏQUE,
fr. 6 0
7, rue Elie-Fréron,
à
QUIMPER
Pour vos besoins de Mercerie, Broderie et Literie
adressez-vous
à
l a
M a i s o n
4,
Y .
rue Elie-Fréron,
L E
à
R O U X
QUIMPER
Posi IsdIh
Vos
SEMENCES
de jardins
PRENEZ
1
ANÇHÉS ^
NT 2 »
f "
Réalisez vos rêves d'espace,
de vitesse, de g r a n d a i r , en
prenant votre chance à la
T R A N C H E DE
L'AUTOMOBILE
m ^ m k
LOTEE
NATIONALE
avait formé dans ses monastères de
Batz, de Gerber, de Plougar, de
Lampaul, de Mespaul, de Kerlouan,
une véritable cohorte de prêtres soumis à son autouité et à sa discipline.
Ces prêtres, devenus les recteurs ou
par Yves LE FEBVRE
clufs spirituels des « Plous » avant
discipline monastique. La marque
d'en devenir les saints patrons, étaient
dominante de son caractère fut le
les pionniers véritables de la conquête
fanatisme. C'est le fanatisme qui sembretonne.
ble avoir inspiré ses actes et créé sa
C'est ainsi quo Taoua, neveu de
sainteté, de telle sorte que son image
Mais nous avons, dans ce cycle, saint Pol, so trouvait être recteur de
nous parait taillée dans la pierre la
une vie qui constitue le document le Brasparts, dans les montagues d'Arcz.
plus dure, sans aucune humanité, sans
plus précis, le plus probant à cet Avant d'être ordonné prêtre par saint
cette douceur et sans cet esprit de
égard. le veux parler de la vie de Pol, il avait passé quelque temps au
miséricorde qui estompent le profil
saint laoua. C'est là une véritable monastère de Landévennec. 11 semble
d'unGuénolé, d'un Effl un ou d'un Goulpage d'histoire avec tous les caractères môme qu'à Brasparts il relevAt des
de l'authenticité. J'y vois un chapitre monastères de Cornouaille plus que
ven.
de l'œuvre de conquête réalisée par de l'évêché de Léon. C'était ludulus,
Quoiqu'il aimAt la méditation, sa
les ¿migrants Cambrions à l'instiga- abbé de Landévennec, qui lui avait
nature ardente ne lui permettait guère
tion et sous la direction spirituelle de confié cette paroisse, perdue dans les
de s'y abandonner. 11 était fait pour
saint
Pol. Pour comprendre et péné- vastes landes, au seuil des tourbières
l'action. La piière ne fut pour lui
le
symbolisme de ce récit, il du Yun-Elez, aux confins de la Cortrer
qu'une halle entre deux combats. Si
nouaille et du Léon. Ses paroissiens,
suffisait d'en posséder la clef.
la lutte entre Armoricains et Bretons
Cette vie de saint laoua, en son nous disent les vieux légendaires,
revêtit le caractère de violence que
motif central, se rapporte à l'heure « mal instruits et peu catéchisés »,
nous pouvons entrevoir à travers la
où saint Pol, dans toute la force de étaient difficiles à gouverner et se
légende comme à travers l'histoire,
son Age et de son talent, évêqne- « ressentaient des superstitions des
c'est à des hommes comme saint Pol
moine d'Occismor, exerçait sur les païens ». Avec l'appui des moines de
qu'on le doit. Il avait compris que le
clans Cambriens, débarqués à l'Ouest Cornouaille, dont ludulus et Tadecq,
druidistne constituait par son inlluence
de l'Armorique, une primauté reli- laoua prépara l'évangélisation du
et par son organisation, par son
gieuse incontestable. Renforcés sans Faou, ville et seigneuiie de très antimaniement des vieilles traditions et
cesse par de nouvelles bandes d'émi- que origine, située dans une région
des vieilleo superstitions, l'obstacle
grants, ces clans remontaient les fertile, riche et bien abritée, au
principal à la conquête bretonne et à
vallées, gagnaient vers le Sud, s'om- débouché de l'une de ces rivières
la conquête chrétienne. C'est pour cela
paralent des plus riches terres. Vain- nombreuses qui se jettent dans la
qu'il a dirigé ses plus rudes coups
cus devenus â leur tour des vainqueurs, rade de Brest. Ils s'étaient assuré,
contre l'antique religion et contre ses
Ils repoussaient les anciens possesseurs tant par présents que par menaces,
prêtres, faisaht appel ddns cette lutté polir Ces eàllés la meilleure et la plus du sol vers les Apres collines et vers la bienveillance du seigneur de Faou,
Su brtts séculier, à l ' a r t e çt & l'am- sÀre dfà Jfdrteifeàsiijâi
chrétien «t tyunfciles iforiits
l'intérieur, Saint Pol ArMtMfUj «
Ü ISTI DK IliX
—h
VENTE PARUCITATION
Faites revenir dans la cocote un
République Française
quart de lard. Quand il est bien don*,
A Vendre à l ' A m i a b l e
retirez le, faites un roux avec un peu
en rente viagère
PRÉFECTURE DU FIN 1ST KB F
de farine de riz ou de f cule, mouilA
Qiîimper,
7, rue Sainte-Thérèse
lez-le d'eau chaude ou de bouillon.
Nous, Préfet du Finistère,
Une grande maison de commerce
Salez à point, ajoutez une branche de
Vu la loi du 19 décembre 1917,
persil, une pincee de poivre, Ixemett« z et d'habitation, ayant magasin et 20
relative aux établissements dangereux,
le lard avec une demi-douzaine de petits pièces. Cave, grenier, courette.
w. c., eau, gaz, éledricité.
insalubres ou incommodes ;
oignons, une gousse d'ail. Ajoutez
ensuite un kilo de topiuanibours épluPour tous renseignements, s'adresVu les décrets des 17 décembre
chés et coupés en tranches. Laissez ser à l Etude.
1918 et 24 décembre 1919 ;
cuire à feu relevé.
Vu la demande présentée le 4 janvier
1938, par la Coopérative des
Elude de M" ANDRE, notaire
marins-pécheurs
de Lesconil, en Ploà Quimper
Renseignements utiles
bannalec, à l'effet d'être autorisée à
porter à 100.000 litres de liquides
Pour t/éharasscr 1rs c/ioux des chenilles
inflammables la contenance de son
Les arroser avec de l'eau dans
dépôt autorisé en première classe le
Au bourg d'Ergué-Armel
laquelle on aura l'ait infuser des tètes
3 avril 1930, pour un maximum de
Maison à usage d habitation et. de
de poireaux ou des fi uilles de noyer, commerce de café-restaurant. Salle 50.000 litres ;
Vu lavis favorable du Conseil
ou des feuilles de chanvre. On peut pour repas de noces, grande Cour avec
départemental
d'hygiène on date du
également les arroser avec du savon Puits et diverses dépendances. Grande
G
juillet
1938.
noir ou vert, dissous dans de l'eau, licence.
ou avec une partie de suie délayée
ARRÊTONS :
Le tout libre le 29 septembre 1938.
dans 25 parties d'eau.
Art. 1 er . — La Coopérative des
S'adresser au Notaire.
du « Citoyen », Quimper
(cfaprès Albert Le Grand)
au lard
Etudes de M" BOURDAIS, avoué, marins-pécheurs de Lesconil, en Plo3, rue Louis-Ilémon, Quimper ; bannalec, est autorisée à porter à
QUEINNEC, avoué, rue du Palais, 100.000 litres la contenance du dépôt
Quimper ; CBOUAN, notaire, 6, de liquides inflammables qu'elle exChez GEORGES
ploite, ayant fait l'objet de l'arrêté
quai du Stéïr, Quimper.
80, Rue Jean-Jaurès, à Quimper
d'autorisation du 3 aviil 1930 pour
un maximum de 50.C00 litres.
Seul spécialiste artisan dans la région
Ce dépôt est rangé dans la preEn l'Etude et par le Ministère
mière classe des établissements danl M P E R M t i l B l . E S en tous Genres sur Mesure de M° CBOUAN, notaire à Quimper. gereux, insalubres ou incommodes.
nnx prix de confection - Toutes réparation» Le Jeudi ti Septembre 0)38, à 14 h.
En la commune de Saint-Yvi
Premier Lot
A K K e i f C S S
Au lieu dit « Kerphilibert » ou
« Kerphilibars ».
teur des moines », dont le chAteau
s'appelait Kerraroué ; mais les druides suscitèrent un rival à Arastagn
dans la personne de son neveu. Ils
soulevèrent la population contre Judulus, Tadecq, laoua et leurs partisans.
Les moines furent surpris comme ils
délibéraient dans le monastère de
Daoulas. Tadecq et ludulus furent
massacrés. laoua échappa à la mort à
grand'peine. Il se réfugia dans sa
paroisse de Brasparts. De là, il se
h A ta d'informer saint Pol de l'échec
qu'il venait de subir et de la mort d e
Tadecq et de ludulus.
Saint Pol comprit qu'il ne pouvait
laisser impuni ce double meurtre. Il
organisa une armée qui ravagea le
pays du Faou, « si bien, nous dit
Albert Le Grand, que dans peu d e
temps, tout ce pays là fut dévasté, les
hommes, les femmes et enfants étant
contraints de quitter leurs maisons ou,
s'ils y voulaient demeurer, se trouvant
continuellement en danger de leur
vie ». Domptés par une aussi rude
répression, les Armoricains demandèrent la paix. Saint Pol y consentit
à la condition qu'ils lui remettraient
comme otages les druides responsables'
du meurtre des abbés Tadecq e t
ludulus. On les lui livra. Peut-être y
eut-il un nouveau soulèvement, comme
il rentrait à Occismor, et dut-il revenir
sur ses pas pourchAtier les coupables ?
C'est le sens de la légende.
(à
suivrtjé
LE CITOYEN
Faites votre Publicité dans le " Citoyen "
7 , rua
E/ie-Fróron
IIMKItllll
—
QU IM PER
KB T M S
ilHRIS
EXÉCUTION WAPIDE & SOIGNÉE
R u e
y
E l i e - F r é r o n
—
R. de c.
979.
• • M B S C B M S S & S X w S S
11SÄ ^R f f i f f i «
V: •
38/ Rue d'Hautpoul'^-;PARIS -19'
.RUBANS - CARBONES^.
STENCILS - ENCRES
s
w
s
Hegletree de» Déclaration»
d'option
de» contribuable»
cotisé» au rôle de»
prettation»
en nature.
MM. les Secrétaires de Maine sent
assurés de trouver à l'Imprimerie du
Citoyen,
7, rue Elio-Fréron, Quimper,
> h s lea taaprlnaéa qui leur sent
néseasaires.
Le Elalstire l | r i t s l e
par M. Albert La Bail, avocat. Ua votant
de 340 pagaa, de loataa l«s branches de
l'activité agricole de aotre gramd département.— Prix, 10 frsacs ; franco, 11 fr. 26.
N . ANTOINE & f i l s p
•VvSV :i;n
EN VENTE
Loi tur la
répretiion
de l'i» reste publique it tur la police des
débit» de boi»»on».
— Tarif de» Contamination»
pour le»
débit».
L«e a f l i h i s : Horaire, loi» et règle
ment» »ur te traeail.
Q U I M P E R
Téléphone 8«.
adressez-voua à l'Imprimerie
Bretonne
J
7, rua Elie-F éron. QUIM ER
qai lirre vite, bien et an dernier prix.
QUIMPUR (d)...
t.oriaal
Lea a f l i k t i :
l'Imprimerie Bretonne du Citoyen
TOUTES LES kv>ï
OUR *•,•fl
",I
WfiöüiCTrW^ÄMOlSORTE
i Sco Pruun
TOUS LES
TSzS^JBSEŒSPZP
TOUS
LES v^f
• ' J ^ ^ j ß i W ^ ^ BESOINS p>-'I1
I
^ S ^ Ä P i ^ P i "
i
En vente A la Librairie Bretonne, 7, rue Elie-Fréron, QUIMPER.
FUBUCITÉ
ß & f e i i , à w i e
t|
¿/¿
j
sj.ajfuot
¿L
— leorrafii
FOURNIER-DEMAFS
en
m
LA LUMIERE
UICaAMD HtlOOWAOAM
l OU PMMTT MfUKIKI
••et
i « freeea
J a r é l u «I BuMfii-Oonri
fmdtmé Éi^kx *•
n—
•«a» a m ita U*
t Nn*.«. im
4» HlM|»,l>»><lfcl«>4.»«mM. Mwièi
« Pli » 4a* r^H.irtn.
fait
»B
ATTKm et
Scarti
HERRIOT
if^jpaeSt^Jrsaj' JjffRS?* mee
^PM^ XäS^mXSSSi
' -rfiC
WWW» USMV, 4
[Hisent
tAWNM
n o u v e l l e
m i
les antifascistes
' è mm« L e c t r n r « '
•IMli • • «knatMMll
«* a M b
f p e s
f
journal
#UB
L'AHGKKT
peuple
Llibre
CHAQUI
eAM EOI
la N* Ito. UOUUUTrUUl c CD
üi a « . — a m .
LA LUMIÈRE , , 4 W
L
L'Encre
" S T Y I E X "
LiCMOMJm
j
y
(lussi sur
l'huile pour a u f o i
en adoptant
d e OiSMARAIS FRIfttS
vendue le bidon de 2 litre» t
16 franc». Bidon p«rdu.
reate à la Librairie bretonae,
rue Èlie-Ff^oi, Qtiittiper
à la LIBRAIRIE LAÏQUE
7,
rum
EI/m-Fréroa
—
QUIMPER
ponr lee achats et VeKt«s
(Pré» la piace de ia
Cathédrale)
des animaax domestican et saavsges
Jf r«a et demandes d'emplois de »out« a s tare
Locations «t *aaü®e de Ternes,
SPÉCIALITÉS DE FOURNITURES EN TOUS GENRES
ïtaRsaincs, l»»SKbìa> vi ßhwsios ; Récrites
&¡m*9U'oles, Alimenta tics «Ses anima» AUX ECOLES PUBLIQUES ET DE MATERIEL SCOLAIRE
^naémm«ata, Yoitnrea, Antomobilea, MitjTOUS ARTICLES DE BUREAUX ET DE PAPETERIE
«lattee, O«oaaions de tóate aerte
LIVRES CLASSIQUES ET DE BIBLIOTHEQUE de teas l e , aatea.»
Prix
Remite
•péelaeeme et Netiw :
de*
habituelle
Caiatogvies
aux
de»
Membret
Editewe
de
l'Enseignement
Fraace de pert et d'emballage, pour 1« département da Fiautère
pear teate ceauaaade a partir de 100 fraaca.
1, * • • à« Bm, P M I S (7*)
* *aie
a v B e c u v ,
BUe-JPrer • * Q a i m p e r
Télépkeae M.
M
Télépkeae
Prête «t k m m f Ä i C m i
88.
biliéree à eemmer^ants et astres pervenne« momentanément sénés. Sorire
en Daignant timbra pou répanss ¿
Ajanse de Prêts, Case Pestala 11, à
Calmai (Ht.-Rhin).
VINS DU MEDOC
Cenwmmatlea et B e i t e l l l e
9KPART 9 1 LA PROPRIETE
Accepterais représentent
bisa rala*
tieaaé peavant fearair référeacea pra»
min ordre,
ëeir/e»
& VITI A MM, prepriétaita,
ft'9eraukiB*4"Iate«il»Mé4ee (»irnedat
RRPRI8Kirr4ITT bica latradait aapvés
impertataan pena atea de tone de aeiaei*a«u>„raakoraheraprésesârtianexpert»^
*e«r tfisa plaaé. Xerize
TIS7R
Kep^ésantetMt an priaiean^ 1, rae lam«
risièra, ALSXR.
BfiSM
n r e p e i i t i e i «harttabla, depsiis U
A ans, je svafiraia i» rbaeatismes.
Menreilieasement sealagée, ja tersi esnnaîtra ie seerat de ma gnérisen A «(«i me
le demandera. Mme HILAIRI, Mantiar
toa-Maníaits (Vendée).
La O i t o j a n
Uaui(9«il
lia
9tgu¡
l i frmmS
*
"—
^ ——
la Hahiaa^ana
j . nu
fl M,,u4ui
*
«
4e Defease ialine
at d'Aetica lépablieaiae
MÛ
frane»
BU L I E T H D ' A i O M M E M I H
CFMFNCFS II.
I
POUR TOUS STYLOS
fabriquée par let ENCRES ANTOINB
possède 4 point* de supériorité |
Fluidité
Inaltérabilité
Richesse de cororf*
Absence do dépôt
Cmi «a* sa tu partait« dam «n Ha ion e» I«««)
In l'adoptant vawt amtlfoMfU *«trfl nfflfc
IN VÎNTI fAÎTOUt
Journal d'annone e»
Ä
/'èr«
RPMPtlU
ft«®
Aaaa
C ase ernie « '
libre
fH^mi l • m»! ri i*IIMIMIIIIJI««W
i
: T*— M OruiU
a, M
MHW m»
RIK1ih
ÌM.
. . «* I r.mt.tU,
S^Mmi
p
ihtuMw »«a« Mm iIWii.
uiui i.
Ma>»lly»i >
Mia ObUmumm. a« *aÉM MM
»Utiliwama «-i pia.
URSE
laleaitii
aar • ManMwaiiMMa IT*,
r a rri.n i*iki f«mmm^m
tmUUUrn
ata
«*H U
i i M. AlbaM MAUMKNÉ,
. M am«, tu. r-*-
12 15 n 10
16 o0 20 32
V 49 21 26
H 26 23 »
20 ti 0 3
FOURNITURES CLASSIQUES
fondé en 11874
SLSfUIUCAiNI
i ' è r é
ius)
2>
5
12
8
20
ç
R. da C. Seine n1157.857
publié cur doeumeats officiais
(port
P4.RIS (tfiatp) (¿I 20 3J 0 J0 8 * 13
Rtiaat (d)
« 36 6 50 12 17 lS
Rodon (d!)
3 57 8 3» 13 18 16
korieit
5 55 1J 25 U 53 18
QÜIHP8R (a).... 7 12 11 35 15 51 19
J
Sombr sua avantages et riduetion» ds »rix
a u s Abonnis i f année. — Condition»
*»ieiale»&MM.le»
OgUier»
ministériels
L'illOUM BU FIIISTÊRE
fraie«
RENNES
LIGNE DE BREST A PARIS PAR MORLAIX
BREST (à)..., 6 » 8 50 12 10J13 5815 16) 17 28|18 16(21 8 . PARIS (Montp) 0 30|
8 » 10 25 12 15 16 lOrtO SOrfl K
Landerneaa (d) ô 15 9 6 » 14 15
17 48 46 21 26
Rennes (cl)... • 8 46 7 12 10 14 57; 16 43 Ä) lJ
8
»
Lus «tiriaiaa..,,
»
,14 32
17 55jl!.9 5 SI 41
St-Brieac (d).. 10 18*10 42
s 13 20 16 2á 18 141 80» 4 ij « 8 8
St-Thégonnea..
»
» j »
[19 22 »
«aiagamp (d).. 10 44 11 12
16 53(18 2 ¿¿21 56
Morlaix (à)
6 48 9 40 12 55 15 6 15 59 18 16U!9 54 22 10
Morlaix (<*)•••. 11 85 1S 13 14 25 17 48il9 11 32 49
Ghaiagamp.
7 34 10 32 n 16 24
19 «fcl 21 23 4 St-Thégoaaeo.,
12 28
St-Brieao .
8 3 11 9 14 5 17 38 17 16 19 3822 71*3 46 Laadivisiaa....
12 39
18
Rennes e • • • e • •9 25 12 44 15 20.19 5i)l8 33 22 35
1 29 Landerneaa (d). 12 7 12 53
18
19 43 28 XI
PARIS (Moatp) 13 3617 5 19 85 ™™™"2|3 » 5 45
7 15 BREST (a).... 1S 2413 12 15 10 18 S 19 59(28 35
Antorails. — Dép. de Brest 5,30 6,20 7,30 8,17 12,10 12,24 18,21 — Se renseigner dans les gares.
Le flu» important
EM I E Ü T E
Yves GGÜKMLLEM,
toesseor
à FI—primerie iu « Citoyen a 4k, a . v * » 4 * * «W Äst « « r * . 4>
7, Rua Elie-Fréroa — Quimper
QU1MPKR
Prtx i •
PAR
INSTITUTEURS, INSTITUTRICES. CAISSES DES ECOLES
1 mois: Cifr.
2 mois s JL * fr. — S mois : 1 ® fr.
MUNICIPALITÉS LAÏQUES, peur t e « t . , Foareiturea ecoUlÎe*.'
paraît moia roía raa asMAian
Adreuei-vous,
en toute
confiante
lar 14 à M pages grandformatillaatréec
QUUiPXh
Ancienne Maison GESTIN
(Montparnasse)
LIGNE DE BREST A NANTES PAR QUIMPER
5 3 6 20 8 50 12 24 14 14
18 11 Nantes (d)
2 42
7 l 9 35 12 s|18 20 J4 40
5 19 6 40 9 1012 44 14 44
18 29 Lorient
5 >5 9 5 7 19 10 25 1S 22 14 53)16 14 18 8
6 12 7 45 10 2218 50 16 3
19 43 Qaimperlé
6 22 9 25 7 50 10 51 13 4815 12 16 34 18 SI
8 41 8 17 11 1 14 211 16 U
20 20 Baanalec
» 9 4(r 8 13 » 13 59 » 16 49 »
5 45 6 51 9 28 11 4514 87 17 8 18 23 20 45 Rosporden.... 6 55 9 52 8 32 11 19 14 1315 3617 »
19 S
6 4 7 19 9 5012 1715 » 17 8618 56 21 17
1 a 7 12 10 9 8 52 11 35 14 3015 51 17 16 19 20
QUIMPER
J
6 13 7 30 10 2 12 31 s
» 19 12
»
7 86 10 19
12 6
16 4| 18 12 19 37
6 24 7 43 10 16 12 5015 20 17 58 19 32 21 41 Châteaaiin
8 1910 54
12 47
16 87 18 57 S0 12
6 43 8 6 10 3613 3015 39 18 2820 6 22 6 Landerneaa (d) 9 4511 ¿3
14 »
17 29XO IS 21 9
11 2014 2218 15
21 53
BREST (a).... 1016 12 14
1 14 23
17 4420 39 21 SI
LOTERIE
Siiiiif««<sti par HiIh rapita
«moa c u i t i i u e u
tau
PARIS
é t Z ^
r.eaatttae, par le neiwbra «¿a te>
t.»0H*é» cî Leetemrs »mtins,
a:
«rgaae de puaitcité de pre»:«erdre.
à la Librairie Laïqor
7, IM Ilie-Fréren, 7 - QUIMPER
Rosporden
Bannalec
Qaimperlé
Lorient
Nantes (a)
A
&
Journal le Citoyen
•
QUIMPER j
QUIMPER
5 45; 8 3> 11 SO 14 57 j 17 S '20 45
6 43, 9 41 j 12 ?8 15 39 ' 18 *3 22 6
8 11| 11 23 14 3 j 17 10 20 33 0 6
9 25] 12 44 15 20 j 18 33 j 22 35 l 29
13 36; 17 5 19 35 I 23 » I 5 «5 7 15
R^don (i)
BREST (d)
Landerneaa....
Châteaaiin
DE
8
N A T I O N A L E
Elie-Fréron,
LIONE
Service d'été
LIGNE DE QUIMPER A PONT-L'ABBÉ
La Terre des Prêtre*
Qoimper.
7
401
lt
131
15 »I 17 50i 19 80
eel
eeeee**ee
I Pont>l'Abbé...|
PonJ-1'Abbé...j 6 Si 8 341 13 15j 15 55i 1S
15 351
351 19
aoiTelle édition, par Yves Le Febvre. En
• • e » • e^
8 16| 12 &o| 15 60' 18 26 20 7
appendice : Un Procia d'Eglise, — le pro- POnt-l'Abbé
« Qaimper,
Q«»P«r
I 6 <6l 9 líj 14 l | 1« 3o| 19
19 lo|
l o | 20 « |
céa d« la Tarre des Prètrai. — Un volame
LIGNE DE QUIMPER
DOUARNENEZ
n et féies.
de 260 pages ; prix, 15 fr. ; franco, 16 fr.
Dim.
Qnimper... •.».••.•«••I 7 26. 10 45! U tO 14 48| 17 451 19 41 Doaaraeaez. „ 5 58 8 37 10 83 13 37 15
» 17 6 1? 21 19 35
8 2> 11 23 12 58
58 15 Sil 18 2l| 20 2j
Qaimper
[6 31 ja 2l|ll 2o( 14 26,1(5 S7i 17
Clande Jégoa, paysan 4e l'Arrée Donarnenex,
oj 20 U
roman, par Yvea Le Fe r vre. Un volame,
LIGNE DE ROSPORDEN A CONCARNEAU
ûim. «t fdtes.
prix, 12 fr. ; franco, 13 fr.
11
55
16 42| 19 8. 21 27 | Coacarneaa
i a 20! 10 £>i il »n
r„ „ "
Rospordea
j
T
27
9
R6
U
55
r
Concarneaa
I 7 Dit 10 30, 12 *3¡ 16 6j 19 8<i 21 51 I Rosporden
. . . „ . \ a ¿3] J" gj ¡J g j }?
g *
Bob« ame
LIGNE DE QUIMPERLÊ A CONCARNEAU ET QUIMPER (a)
Nona vendons So*s Us romana paras.
Prière de doaaor lv ko» de l'éditear.
5j 8 5511
35|17 15il
Qaimperlé'.
I
17 5;
11 331
115 35)17
15il8 55 i Q«impar
gare)...i
«impar ((gare)...«
77 15
15j 9
o 55iis
u a i x i ¿s.
«9. iu
» 51
. 1 7 1K
"
i-Avea
|7 45
45| 8 45 1212 00]
|l6
10jl7 55jl9
-—-• —- 7- 50
¿-Í** 40
Poat'Xvea
I
17
16 10117
55jl 35 •
10 30 13 20114
17
"
oacarneaa
I 6 15
Conc!MH«aa(P. 0.)l 6 45 8 25| 9 25¡12 50 16 5|
(18 35(220 10
. 8 301110I14 »
|i7 J K ;.)20 «
Pont-A
vea
I
6
45
Qaimper(gare)
| 7 15|8 5b| 9 55(13 20]16 Sö|
|19 5|
1
««»P« *
7 20 9 5 1 1 4 5 ^ 1 4 35
Il7 «
^
(a) Service aatomobile sur roate.
Toute perseaae, soucieuse 4e
ses latérêts, doit se reaseigaer
sur le tirage réel du jeuraal où elle
se propose de faire sa publicité.^
7, Eue
Horaire des Trains
Lettres on Cartes de H ri?ges Service d'été
Ranees (d)
a l'Imprimerie et Librairie bretonne» PARIS (Moatp) (a)
7, rue ¿tie-Fréron, à Quimper
Factures, Ea-tôtes de Lettres, Traites, Eaveloppes, Affiches de tous
formats, Tickets, Caraets i souches,
Registres, Prospectus, Etiquettes,
•te..., etc..., et tous les imprimés
coaceraaat le Commerce et l'Industrie.
Adressez-vous doac
ea toute coafiaace à
7
Pour vos
/« M I M f U «I,
m§sâ
i
j f w î f c im a
tafite
m
i b v m m
ù
m m
4*
m
LE CITOYEN
m aia4fi u ,
MAÛÂME
m m
u roq?3U<
CEINTURE
MAILLOT!
81ASIR
Il m
H H I M HMI M i l • IMIIHI
ÉéUtker
Atni*Ut*Unr.ëérsni
éê'.ètuuaa
et feiretter
i JT.
4 . - «tteyta - , r, m
ÊUêêÊM
Mlie^rér.*,
Imprimerie spédials da « titejea a, 7, rat KUa-fréraa « ^ ^
'
Certilé pai ie Mmtt aeaaaicai«
Vaaeai U UtsimaMtMieetguétreZmem
IN° 3 4
Le numéro 3 5 centimes
(31° année)
Vendredi 26Moût 1 9 3 8
,
A l'Imprimerie du
11
Citoyen "
7, rue Elie-Fréron (ancienne rue Royale)
— QOIMPER on e x é c u t e tous l e s g e n r e s
D'IMPRIMÉS
Organe Hebdomadaire de Défense Laïque et d'Action
ABONNEMENTS
:
Finistère et départements limitrophes
Autres départements
Colonies
Les abonnements sonl payables d'avance.
RAISONS
D'ESPÉRER
*
*
•
La France a une histoire fertile en
miracles. L'un de* plus grands a été
la reconstitution en un siècle, à partir
de 1830, d'un grand Empire Colonial
d'une richesse et d'une variété inouï is,
qui, partant principalement d'Alger,
sur la Méditerranée, et de Dakar, sur
l'Atlantique., a fait flotter le drapeau
fiançais des rives de la Mer du Nord à
celle du Congo.
Certes, nous avons d'autres colonies,
particulièrement importantes et prospères. dans toutes 1rs régions du
monde, mais ce bloc de la ProcheAfrique, si voisin de la métropole,
représente véritablement une magnifique réalisation.
En effet, il n'est point de nation au
monde, même l'Angleterre, qui puisse
se féliciter d'une semblable proximité
d'importantes colonies.
Et ce miracle est essentiellement
celui de la IIIe République qui, d'une
œuvre.
ébauche, fit une grande
*
• »
Nous avons toujours la pénible
habitude en France de ne voir que nos
erreurs et de méconnaître l'importance
de nos réussites. Cela peut s'appeler
de l'humilité et de la modestie, mais
un peuple n'a que faire, à notre époque
si tendue, de vertus négatives, et ce
penchant, qui nous pousse à nous
dénigrer,
pourrait
plus
justement s'appeler « bêtise ».
L'Algérie est la pièce maîtresse de
notre Empire africain. Les Romains
en avaient fait une terre riche et
fertile, puis le manteau de ces siècles
obscurs du Maghreb s'était étendu sur
elle. L'Islam avait transformé les
plaines fertiles en désert ou en steppes
propres aux grands parcours des
troupeaux.
*
*
«
Et ce qui est vrai de l'Algérie, l'est
également de la Tunisie et du Maroc.
Les travaux de M. E.-T. Gautier
nous ont très clairement montré que
l'Afrique du Nord a été cultivée de la
façon la plus complète jusqu'à l'effondrement de l'Empire romain.
Un certain nombre de documents,
des tablettes de bois notamment, ont
été trouvés, qui montrent que 1 Afrique
du Nord était dans un grand état de
prospérité.
Puis les Maures ont passé par là et
lorsque nous sommes entrés dans ces
régions, nous nous sommes trouvés en
face d'un quasi-néant.
Partout où cela était possible, nous
avons repris l'œuvre des Romains.
Des routes ont permis une pénétration
facile dans des régions isolées du reste
du monde depuis un grand nombre de
siècles.
Au prix d'efforts multiples et de
dépenses considérables, la politique
de l'eau a triomphé. Dans ces pays
brûlés par l'implacable soleil, l'eau
fertilisante n'est-elle pas le plus beau
des trésors 1
Les champs de blés, les oliveraie»,
les vergers d'agrumes ont remplacé
la steppe désolée. La population s'est
multipliée parce qu'elle pouvait mieux
Vivre. Des villes magnifiques se Bout
élevées.
Lee chitíreS sünt ici d'une belle
¿locjueuce.
1906-1937
ANNONCES
B U R E A U X et I M P R I M E R I E , 7 , Rue Elie-Fréron 1 5 fr. p a r an.
S O
—
EN
Téléphone 8«
Chèque Postal n" 142.70, Nantes.
Adresser toutes les communications à H. Pierre GUÉGUEN, Imprimeur-Gérant.
Les manuscrits ne sont pas rendus.
Pour les renseignements joindre un timbre pour la réponse.
L'AVENIR
Miettes
Semaine
La contenance des terres cultivées
était de 3.000 hectares lorsque nous
sommes entrés on Algérie. Elle est
aujourd'hui de 6 millions d'hectares.
La population, de 1830 à 1936, a
passé de 800.000 à plus de 7 millions d'habitants.
Au Maroc, où nous sommes pourtant
depuis peu, les 4.894.14(5 habitants
de 1920, sont passés, en 1930, au chiffre
de 6.240 921.
Cet accroissement rapide de population pose, certes, de redoutables
problèmes, mais n'est-il pas l'illustration la plus belle de l'intelligence
et de 1 humanité de la politique
coloniale française ?
*
*
«
Si notre Afrique Blanche a su
récompenser nos efforts, le bloc de
notre Afrique Noire montre aussi de
magnifiques réalisations.
Il n'y a pas plus d'un demi siècle,
cette immense région vivait dans la
plus atroce des anarchie-.
1)js clul's locaux, ou venus d'ailleurs,
à fa tète de hordes conquérantes,
incendiaient les villages, en massacraieut
les habitants
ou les
réduisaient en esclavage.
L histoire de notre actuelle Afrique,
pendant cette piriode, ne parle que
de famines, de ruines et de massacres.
11 suffit de parcourir, môme rapidement, notre A. O. F., pour se
rendre compte de la grande œuvre
accomplie là-bas.
Ou n'y tue plus, on n'y pille plus,
on n'y réduit plus en es-clavage.
Chacun y travaille en paix. Dos
mesures de prévoyauce, telles que la
constitution obligatoire de stocks
alimentaires de resn-ve dans chaque
vifiage, empêchent les famines, si
fréquentes autrefois dans ces régions.
Nos médecins, malheureusement trop
peu nombreux encore, accomplissent
un labeur admirable.
Certes, tout est loin d'être pat fait
là-bas, mais lorsqu'on parcourt, comme
nous l'avons fait dernièrement, le fond
du Soudan, on est frappé de l'air
sympathique et confiant des indigènes,
restes encore pourtant bien primitifs.
On sent que l'œuvre, à peine commencée, a déjà ete fécondé.
Elle se développe très rapidement.
Partout des villes claires et jolies se
sont elevées. Partout les cultures se
sont dcveloppees, cultures qui p e t mettent à l'indigène de manger,
cultures d'exportations, qui lui assureront bientôt la satisfaction de
besoins qui s'accroissent en même
temps qu il évolue.
Notre Empire Colonial Nord-Centre
Africain est eu pleine évolution. Nou»
avons souveut tâtonné. Nous nous
sommes parfois trompes, u n monde
ne se refait pas en «un jour.
« »
Sur tout ce pays, si agité jadis,
règne la paix fiançais«. Le nombre de
crimes et d attentats commis est certainement
u,teneur
proportionnellement â celui de la Métropole.
La police de ces immenses territoires
n'est assuree que par uue poiguee
d'indigènes sous la direction de
quelques rares blancs. "
1 ai vu l'administrateur d'une subdivision qui, seul blanc dans le territoire fort étendu qu'il administrait,
trouvait que 6 miliciens lui suffisaient
largement pour maintenir un ordre
que nul ne pensait a troubler.
Ou peut se promener la-bas sans
armes, avec la même sécurité que
dans la plus paisible des campagnes
françaises.
Pourtant, les races qui peuplent
notre proche Afrique Boni loin u être
timides et passives. Si demain, la
France était en danger, elle trouverait
là-bas, que ce soii chez les Algériens,
chez les chleus de 1 Alias, les liambaras du Soudan ou les Ouolols du
Sénégal, des soldats vigoureux et
énergiques qui sauraient la dtfeiidl'e.
Regardons notre bloc africain, li
nous rend la loi en nous-mêmes, nous
donne l'urgUeil de notre passe et^la
confiance dans l'uvemr.
— Une catastrophe maritime s'est
produite en mer de Chine, au Jarge de
Changhaï. Au cours d'un typhon, un
vapeur allemand a été évenlré par un
navire anglais et a coulé. Les passagers chinois, au nombre de 147, qui
se trouvaient à bord, ont péri.
— Les troubles se poursuivent en
Palestine, particulièrement graves.
Les attentats, perpétrés par des bandes de terroristes, se multiplient, en
d^pit des vrais combats que leur
livrent les soldats biitanniques. Dans
la région de Sl-Iean d'Acre, des luttes
sévèi es ont eu lieu, au cours desquelles une cinquantaine d'insurgés
ont été tués. Dans d'autres régions, de
nombreux engagements sont également signalés avec des bandits.' Il y a
des morts de part et d'autre.
Le discours radiodiffusé de M.
Daladier a eu une première conséquence, au moins inattendue : la
démission de MM. Frossard et Ramadier, ministres des Travaux publics et
du Travail.
Les deux ministres se trouvant en
désaccord avec le Président du Conseil
sur certains passages de son discours,
notamment sur la question de l'assouplissement de la loi de 40 henres, lui
ont remis leur démission dans la
matinée de lundi. M. Daladier l'a
acceptée.
Dès le début de l'après-midi, à
14 heuves, les deux portefeuilles vacants étaient pourvus avec M. de
Monzie, aux Travaux publics, et M.
Pomaret, au Travail.
Les deux nouveaux ministres appartiennent au groupe de l'Union
Socialiste Républicaine de la Chambre, comme les deux ministres démissionnaires.
La composition politique du Cabinet
ne se trouve donc pas modifiée.
— En Chine, les Japonais rencontrent une résistance de plus en plus
marquée et essuient même eu divers
endroits de cuisants échecs. Leur offensive sur Hankéou ne paraît guère
progresser. Ils en seraient encore
éloignés de près dé 200 km. La ville
et ses environs sont, par contre, bomAvant la guerre, en 1911, il y avait
bardés continuellement. Depuis le en France 1.046 200 étrangers.
1 er août près de 3.000 civils ont été
En 1921, il y en avait 1.415.000.
tués et 6.000 blessés dans celte région
En 1930, il y en avait 2 714.000.
au cours des raids aériens nippons.
En 1937, il y en avait 2.563.000.
Voici la répartition des étrangers
— M. Roosevelt, président des EtatsUnis, a fait un voyage au Cauada. c h ' z nous pour 1937 :
Dans un discours qu'il a prononcé à Italiens
887.732
Kingston (Ontario), il a rappelé que Polonais
463.143
l'Amérique ne se désintéressait pas Kspagnols
410.183
des affaires de 1 Europe. « Nous autres, Belges
211.484
Américains, a-t-ii déclaré notamment, Suisses
88.880
nous ne sommes plus relègues sur Russes (réfugiés)
63.349
des continents lointains où les remous Arméniens
51.149
des controverses d'outre-mer n'ont Allemands
49.786
pour nous ni intérêt ni danger. Nos Tchécoslovaques
41.496
vastes ressources, la vigueur de notre Portugais
32.472
commerce et la force de notre vitalité Britanniques
34.912
ont fait de nous, bon gré, mal gré, Yougoslaves
25.668
un l'acteur vital de paix mondiale, » Grecs
21.272
Ce discours, qui constitue un vrai Turcs
18.000
avertissement pour les pays dictato- Américains du Nord
11.467
riaux, a produit une profonde impresLe reste composé d'un peu de tout,
sion a Rome et à Berlin,
depuis les Brésiliens jusqu'aux Chinois.
*
— Plusieurs violentes secousses sis« •
miquos ont encore été ressenties en
C'ost surtout dans l'industrie que
Giece. Le seisme a été suivi de sourds s'installent les étrangers. Certaines
grondements souterrains.
professions sont encombrées d'étran— Aux Champs-Elysées, un incen- gers. Voici la proportion pour certaines
die a fait plus de 3 millions de dégftts d'entre elles :
dans l'une des plus importantes mai- Mines, carrières
47 %
sons de couture parisiennes.
Chaux et ciments
45 %
45 %
— Un hydravion italien s'est écrasé Industries chimiques
45 %
au sol en Lombardie. Les 13 per- Bâtiment
41 %
sonnes qui se trouvaient à bord ont Sucreries
Briqueterie, tuilerie
32 °/o
péri.
Métallurgie
31 •/„
— Le général Yuilleniin est rentré
23 %
d'Allemagne dimauche matin. Il a Hôtellerie
Textiles
15 »/„
reçu près de l'année de l'air du Reich
Scieries
9 %
le plus cordial accueil. Les généraux
Cuirs..'.
9 %
Milch, secrétaire d Etat à l'AéronauLivres
3
7.
tique, et Udet, le fameux as de
Pour « la terre », c'est dans nos
guerre, l'ont constamment accompagné durant son séjour en Alle- régions du sud et du centre que les
magne. 11 a été l'hôte du maréchal étrangers s'installent le plus.
La désertion des campagnes, la
Goering et a été reçu p a r le Chancedénatalité leur facilitent cette installalier Hitler.
tion.
— Le général Franco a enfin ré« »
pondu à la note anglaise au sujet du
Il
y
a
évidemment
des étrangers
plan du retrait des volontaires.
parfaitement
honorables.
L'acceptation de principe du GouverMais à côté de ceux-là, qu'on ne
nement nationaliste est accompagnée
demande
qu'à estimer et à aimer, que
de réserves qui équivalent à un relus.
de
tristes
sires ! Ce n'est évidemment
Burgos réclame notamment l'octroi
pas
la
crème
que l'Italie ou la Pologne
des droits de belligérance sans aunous
envoient.
cune restriction, faute de quoi 1 accord
Rien que dans les prisons de la
proposé par Londres serait impossible.
Santé,
de la Petite Hoquette et de
— La grève des dockers se pourFresne,
il y a 27 % d'étrangers.
suivant, des marins et des tirailleurs
Nous
avons des Français qui n'ont
sénégalais assurent le transport des
pas
de
travail
parce qu'il y a trois
marchandises sur les quaw du port
millions
et
plus
d'étrangers.
de Marseille.
Ou ceux-ci travaillent bien et ils
— Le premier cuirassé allemand de
envoient leurs gains dans leurs pays.
35.000 tonnes a été lancé lundi à
On estime à trois milliards les capiKiel. Mme Horty, femme du régent
taux français ainsi exportés par les
de Hongrie, en était la marraine,
étranger».
Ou les étrangers encombrent les
prisons,
les asiles de fous ou les hôpiLa Loterie [Nationale
taux, et alors ptturtfuoi ne les teUtole 1
Le tirage de la trauche du « Vin t-oii pas chei eu* Y
Lus Etrangers en France
de Franca », neuvième tranche 193$,
aul'fi lieu le mardi soir 9 septembre/
dans la CuVCrio deô célèbres HospictíS
fíe 1«* Ville dp JJeaune (Cóte-d'Or],
t
Annonces judiciaires et diverses (3® ou 4* page).. M f r . 7 0 la lieue
Prix à forfait pour les Annonces répétées et traités de publicité.
Les Annonces sont payables d'avance.
Les communiqués et annonces doivent parvenir au journal le mercredi.
UN
d e 1«
Il ( ¡ M I E I l l i t l l l
Si la France était simplement un
petit pays continental de 42 millions
d'habitants, elle serait une puissance
secondaire, proie bien tentante pour
des voisins à forte natalité.
Mais elle est une grande puissance
mondiale de 105 millions d'habitants
et comme pour ce roi espagnol de la
légende
« Jamais le sol'il ne se
couche sur ses terres ».
Nous avons déjà eu, au cours de
l'histoire, d< ux grands empires coloniaux : Celui de Syrie et Palestine que
les Francs nous conquirent au MoyenAge. Celui de l'Inde et du Canada aux
XVIIe et XVIII" siècles.
Nous perdîmes l'un et l'autre.
En 1815 la France n'avait plus que
quelques lambeaux de possessions
éparses de par le monde.
Fondateur : Georges LE BAh
Républicaine.
Mua*
m
Mis îa
ON DISCOURS RADIODIFFUSÉ DE I DALADIER
Voici le texte de l'allocution
radiodiffusée, -prononcée dimanche
soir,
par le Président du Conseil :
Les conflits guerriers et les différends internationaux
dominent à
l'heure présente les préoccupations
des peuples. La guerre fait rage en
Espagne et en Extrême-Orient. Au
centre de 1 Europe, de grands Etats
font la revue ou l'épreuve de leurs
forces. Pour leurs soldats et leurs
réservistes, il n'y a plus de limite
réelle à la durée du service militaire.
Pour leurs ouvriers, il n'y a pas de
limite réelle à la durée du travail. La
plupart des pays du monde donnent
aussi l'exemple d'une intense activité.
Autant de faits qui sont pour la
France un avertissement.
le vous ai d ' j à dit que j e ne croyais
pas à la fatalité de la guerre. Comme
tous les anciens soldats du front, j e
suis résolu à tout mettre en œuvre
pour épargner à l'Europe l'anéantissement de sa civilisation.
Vous savez aussi qu'au service de
notre volonté pacifique, nous avons
organisé nos propres forces. Nous venons encore de les perfectionner et de
décider des mesures propres à les
accroître. Personne dans le monde ne
songe à sous-estimer leur puissance
matérielle et morale Vous connaissez
enfin les liens d'amitié et de solidarité
qui nous unissent à de grandes démocraties animées de la même passion
de lib rté que la France.
Mais cela ne suffit pas.
La Défense Nationale est un bloc.
La force d'un pays, la garantie de son
indépendance ne s'affirment pas seulement par la puissance de ses armées,
mais au moins autant par son effort
quotidien à l'usine, à l'atelier, sur
tous les chantiers du travail, par la
stabilité de sa monnaie et l'heureux
état de. ses finances.
Tout cela est exact. Cependant, malgré tous ces faits favorables, pourquoi
depuis quelques jours, dans cette
atmosphère de complications internationales qui ont lourdement pesé s u r
tous les marchés du monde, la France
s'est-elle révélée plus sensible, plus
émotive que ne le faisaient prévoir sa
confiance antérieure et ses espoir s r é cents ? Pourquoi, sur le marché français et sur les marchés étrangers,
a-t-on douté de la solidité du franc, d e
'avenir de notre monnaie ?
L a diminution du revenu
national
La raison profonde, celle dont malîeureusement on ne parle guère dans
notre pays, c'est que le revenu national
de la France s'est constamment réduit
depuis plusieurs années, alors q u e
s'aggravaient constamment les charges de l'Etat et des collectivités
publiques.
Le revenu national de la France
était, en 1914, de 38 milliards or ;
en 1931, il était monté jusqu'à 49
milliards or ; en 1937, il n'était plus
que de 22 milliards or, sur lesquels
'Etat et les collectivités en prélevaient plus de 10.
Ajoutez, afin que la leçon se dégage
jour nous plus éclatante encore, que
es revenus du travail, salaires, traitements, pensions et retraites ont
conservé dans l'ensemble à peu d e
choses près leur valeur or d'avantguerre, les revenus d u capital immobilier et mobilier ont diminué de 45 - / 0 ,
es revenus mixtes, c'est-à-dire les
revenus du capital associé au travail,
dans les entreprises agricoles, industrielles et commerciales, ont diminué
de 66 % .
La route du salut est donc droite
devant nous, il faut accroître le
revenu national. Il faut remettre l a
France au travail.
La paix dans l'honneur, la solidarité
L a révision des dépens
avec les grandes démocraties du
publiques
monde, nous ne pouvons les maintenir
Certes, la revision des dépenses
que dans la mesure où nous aurons le
courage d'éviter toute crise monétaire publiques est nécessaire et j'ai décidé
de créer l'organisme dont le contrôle
et financière.
et l'initiative feront apparaître les
L e s dangereuses conséquen- économies indispensables. De même
ces d'une crise monétaire. nous sommes résolus à un effort
l'ai la certitude qu'une nouvelle vigoureux pour l'équilibre du budget
dévaluation du franc, ou l'établisse- et la réduction énergique des dépenment du contrôle des changes, qui en ses hors budget, mais j e ne proposerai
est d'ailleurs une forme particulière, jamais une politique de déflation
amènerait aussitôt la précarité, sinon stérile qui a fait la preuve répétée d e
la ruine de ces collaborations interna- son impuissance.
tionales dont j e viens de parler. J'ai
Ce ne sont pas des sacrifices que j e
également la certitude qu'une crise demande aux Français, c'est un effort
monétaire et financière française — et plus vigoureux, un effort résolu e t
je vous cite le témoignage de l'obser- tenace, qui a pour b u t de ranimer
vateur le plus qualifié en ce domaine l'activité, d'augmenter le rendement,
— serait considérée comme une circons- de créer des capitaux nouveaux, d'életance favorable par ceux qui veulent ver les ressources du pays en proporla guerre. Notre devoir est donc d'évi- tion des charges que tout Etat moderne
ter une crise qui serait pleine de périls doit s'imposer pour son administration
et pour la France et pour la Paix.
comme pour sa défense.
Mais, me direz-vous, quels sont les
L'aménagement da la loi
faits qui font croire à la possibilité de
de 4 O heures
celte crise ? Au point de vue de la
Il faut d'abord aménager la loi de
technique monétaire traditionnelle, le
franc n'est-il pas l'une des plus fortes 40 heures, en vertu des nécessités
monnaies du monde, puisque, si l'on nationales comme en raison de l a
tient compte de la valeur actuelle de situation générale de l'Europe.
Dans aucun pays du monde, sauf la
l'encaisse métallique en francs d'aujourd'hui et du fonds d'égalisation qui, France et le Mexique, elle n'est le
dès la stabilisation de droit., s'incorpo- régime normal du travail. Dans aucun
rera à nos réserves, la couverture de pays du monde, on ne laisse chômer,
la circulation monétaire atteint envi- un jour ou deux jours p a r semaine,
ron cent pour cent ? Dans le môme l'outillage, qui est précisément créé
moment, les avances de la banque au pour réduire la peine des hommes.
Trésor seraient complètement renv
Tant que la situation internationale
boursées, lnissant encore un solde de demeurera aussi délicate, il faut qu'on
plusieurs milliards au crédit de l'Etat. puisse travailler plus de 40 heures et
D'autre part, un grand nombre de jusqu'à 48 heures dans les entreprises
chiffres et de faits ne révèlent-ils pas qui intéressent la défense nationale.
la confiance de la Fiance dans son E< il faut que, sans formalités inutiles
propre destin ? Le retour dans notre ni discussions interminables, tsute
pays de plusieurs milliards de capitaux entreprise qui en a le besoin, puisse
le large excédent des dépôts dans les disposer, non plus de 40 heures par
Caisses d'épargne, le rendement sans semaine, mais des heures nécessaires
cesse amélioré des recettes mensuelles à son activité. Il ne s'agit nullement
de l'Etat, les fortes souscriptions aux d'abroger la loi de 40 heures, mais d »
boas du Trésor et aux bons de la Dé- permettre à toutes les entreprises q u i
fense Nationale, lu règlement d'une le peuvent de travailler davantage,
Séfi« d'échéances importantes saus les heures supplémentaires n'étant
aucun recours aux avances de la Ban plus payées à un tau» prohibitif
que de France, ne sont-ils pas autant comme aujourd'hui, mais seloti ane
mfcjorfttipi) » í m s m M í
«lui yiftfi
de preuves de cette conflaiM?* 1
mi l e C i t o y e n
LE
c e r t e s , v a r i e r s u i v a n t le» i n d u s t r i e s ,
mais qui ne devraient pas dépasser en
m o y e n n e dix p o u r cent.
En face d'Etats autoritaires qui
s'équipent et qui s ' a r m e n t sans aucune
considération d e l a d u r é e d u travail,
en face d'Etats démocratiques qui
s'efforcent d e recouvrer leur prospérité o u d ' a s s u r e r l e u r s é c u r i t é e t p o u r
cela ont adopté la semaine de travail
de 48 heures, la France, plus appauvrie en m ê m e temps que plus menacée,
s'attardera-t-elle ca des controverses
qui compromettent son avenir ?
L e devoir des employeurs
Cet e f f o r t a c c r u e t q u i n ' e s t p a s u n
sacrifice m a i s u n e source de nueuxêtre p o u r . l e s travailleurs, j e le
d e m a n d e a u s s i a u x e m p l o y e u r s . Ils
doivent le fournir p a r u n e organisation
plus rationnelle de leurs entreprises,
une amélioration
réelle
de leurs
méthodes, u n e modernisation de leur
o u t i l l a g e . D a n s l e m ê m e souci d e l a
paix sociale, ils doivent respecter les
lois q u i o n t accru l a dignité d u t r a vail. C'est d a n s ces conditions qu'il
sera possible à l'Etat de favoriser la
production, n o t a m m e n t en allégeant
les charges
fiscales
excessives qui
pèsent s u r elle. Le Gouvernement,
p r é v o y a n t cette nécessité, s'est réservé
le m o y e n d ' y faire face p a r un décretloi qu'il est e n m e s u r e d ' a p p l i q u e r .
V a remède ¿la hausse d e s prix
J e suis p e r s u a d é q u e c e t a l l é g e m e n t
contribuera â enrayer les hausses/les
p r i x d e v e n t e e t à r e s t a u r e r la m a r g e
bénéficiaire, source de revenus de
l'Etat et génératrice d e l a richesse privée. La stabilité d e s prix d e revient
c o m m e d e s prix d e vente est d'ailleurs
une impérieuse nécessité. Leur hausse
i n c e s s a n t e e n t r a î n e r a i t à l a fois l a
réduction fatale du pouvoir d'achat
d e s c i t o y e n s e t u n e m e n a c e mort» l i e
pour la monnaie.
Dans le plan d'action q u e j e suis
d é c i d e r à réaliser à ce triple point d e
vue d u travail, de l'économie et des
finances,
j'ai le souci d e n e p a s m e t t r e
constamment en concurrence les besoins d u crédit et ceux d e l'économie
privée. Les rentrées normales des
i m p ô t s et la souscription abondante
des bons à court terme doivent pour
l'instant suffire aux besoins courants
d u Trésor. L'Etat compte donc laisser
à l'économie privée u n e part beaucoup
p l u s large q u e dans le passé d e s revenus d u pays. Les fonds de roulement
des affaires ont été taris p a r l'accroissement des charges et la hausse des
prix ; l e u r s amortissements et surtout
l e u r s investissements ont été insuffisants.
Elles doivent pouvoir s'approvisionn e r e n capitaux à des taux raisonnables.
La force économique d e l a F r a n c e est
u n élément essentiel de son prestige
et d e sa puissance.
Je serai a m e n é sans doute dans les
jours qui viennent à préciser les modes
d ' a p p l i c a t i o n d ' u n p i a n d o n t je n ' a i p u
vous indiquer q u e l'orientation générale d e crainte de vous parler trop
longuement.
I«a séourité de la France
Vous m e croirez lorsque j'ajouterai
q u e j e n e suis a n i m é q u e d ' u n seul
souci, j e devrais dire d'une seule passion, celle d e la sécurité d e la F r a n c e ,
d e l a g r a n d e u r d e l a F r a n c e . (Jue tous
les Français faisant trêve à leur divergences secondaires dans la situation
présente de l'Europe et du monde accomplissent l'effort q u e c o m m a n d e le
salut de leur patrie.
CITOYEN
fer. Ils en o n t été avertis p a r u n e note
affichée dans les gares.
Les tarifs d o n n e n t les précisions
suivantes : il est perçu de chaque
voyageur, quel q u e soit le titre d e circulie 30 novembre 1937, M. le Ministre du lation dont il est p o r t e u r et, en o u t r e du
Travail prenait un a r r ê t é relevant le taux prix du billet ainsi q u e d e toutes taxes et
des indemnités allouées en matière d ' a s - perceptions q u i lui sont applicables p o u r
surance maternité aux f e m m e s ' d e s as»urés son t r a n s p o r t , des frais d e gare et de
sociaux de l'agriculture, du commerce et contrôle fixés à :
de l'industrie.
0 fr. 25 lor.-que le p a r c o u r s est compris
Mais, cet a r r ê t é n'était pas applicable e n t r e 6 et 25 k m . inclus ; 0 fr. 50, de 26
aux assurances sociales maritimes et il en à 50 km. ; 1 fr., d e 51 à 100 k m . ; 2 f r . ,
résuliait un désavantage sensible p o u r les de 101 à 200 km. ; 3 fr., de 201 à 300 k m . ;
familles de marins.
4 fr.. de 301 à 400 km. ; 5 fr., au-dessus d e
Sur les instances de MM. Jean P e r r o t 400 k m .
et Albert Le Bail, députés du Finistère, M.
Notariat
le Ministre d e la Marine Marchande vient
de p r e n d r e u n e décision établissant, s u r ce
L'ixnmen des candidats au grade de
point, la parité entre les deux catégories premier clerc de notaire aura lieu à
d'assurés sociaux.
Quimper, au siège de la Chambre des
Nos dévoués parlementaires ont, en effet, notaires des arrondissements de Quimper,
reçu à ce sujet, la lettre suivante do M. d e Chàteaulin et Quimperlé, rue des Reguaires,
Chappedelaine, Ministre do la Marine 35, le j e u d i 8 s e p t e m b r e 1938, à 9 heures
du matin pour les épreuves écrites ; l'oral,
Marchande :
l'après-midi.
« Monsieur le Député et Cher Collègue,
« Comme suite à ma lettre du 22 juin,
Les candidats devront faire parvenir leur
« j'ai l'honneur de vous faire connaître que certificat d e travail au président de la
« j e viens de décider de relever le tarif de Chambre des notaires, à Douarnenez, le
« responsabilité d e la Caisse Nationale d e 5 s e p t e m b r e 1938 au plus tard.
« Répartition, en matière d'assurance
« maternité, de façon à placer les familles
Xjes foires de la semaine
« de marins dans u n e situation analogue
Lundi 29 août. — Argol, Le Folgoét,
« à celle des assurés sociaux à t e r r e .
Lannéanou, Lesneven, Mi'lgven, Pleyben,
• « Veuillez agréer, etc... »
Plogastel-St-Germain, Ivergoat (en QuéCettedécisiona été r e n d u e applicable p a r inénéven).
une circulaire ministérielle du 9 aoiït avec
Mardi 30. — Commana.
effet du 4 août 1938.
Jeudi 1 e r s e p t e m b r e . — Chà'enulin,
Désormais, les indemnités allouées p o u r Huelgoat, R o r h e - M a u r i ' n , Mespaul, Moiiun accouchement normal sont portées lan, Pont-Croix, Pont l'Abbé.
de 255 l'r. à 325 fr. avec majoration des
Vendr» di 2. — Pouldavid-sur-Mer, Poulsuppléments pour les accouchements laouen.
compliqués ; eu outre, dans certains cas
Samedi 3. — S ' - R e n a n .
l'indemnité pourra être relevée pour tenir
compte des dépenses réellement supportées
aux Assurances Sociales MariUmes
BASSES»
VOTRE
douceurs m Fonoiops Piifeiips jouma/ le Citoyen
Jk
— Agent technique des services d e
l'Intendance m a r i t i m e . — Spécialités
métallurgiste et boulanger. Date : 30 octo
bre 1938. Avoir accompli le service militaire . litre â g é d e 21 ans au moins et
pouvoir réunir 30 ans de service au moment
de la retraite. Traitement initial : 11.500 fr.
plus indemnités. Aucun diplôme exigé.
— Commis d ' o r d r e et de comptabilité
stagiaire à la Caisse des Dépôts et Cousi
gnations. — Concours ouvert aux caudidats
masculins dans la deuxième quinzaine
d'octobre 1938. Délai d'inscription : 1
septembre. Age au 1 e r janvier 1938 : 18 à
30 ans. Traitement : de i0.500 à 22.500 l'r.
plus indemnités. Certificat d'études p r i maires ou diplôme équivalent exigé.
— 180 postes élève iniirmière de l'Assistance publique. — 30 postes élève îles
services généraux hospitaliers. — Concours pour les j e u n e s filles : 13 octobre
Inscription j u s q u ' a u 15 septembre. Age
19 à 26 a n s . Début : 16.300 l'r. Aucun
diplôme exigé.
— S u r n u m é r a i r e des Contributions
Directes et du Cadastre. — Le concours
aura lieu au cours du l=r trimestre de
1939. Délai d'inscription : 31 octobre 1938,
Age au l o r juillet 1939 : 18 à 26 ans. Trai
t e m c n t d e b a s e : 11.000 fr., plus indemnités
Bacc. exigé. Accès aux postes s u p é r i e u r s
Traitemeut jusqu'à 90.000 f r .
Renseignements tournis p a r 1'« Orienta
tion Professionnelle », revue mensuelle,
(bonnement : 15 francs p a r an.
Les personnes q u i désirent d e s renseï
lïnemonts s u r l ' u n des emplois ou concourt
îi-dessnH ou s u r un examou quelconque
peuvent s'adresser de notre part à M. Hou
deville, directeur-gérant do « L'Orientation
Professionnelle », 7, r u e Marbeuf, Paris
8'), q n i tour r é p o n d r a a titre abnoiumeu
gracieux.
Joindre e n timbre d e 0 fr. 65 a l ne put
oublier d e mentionner : en qualité au loi.
'onr d o • Citoyen », 7, roo Klie-Kréron.
^oimoer
V O S
¿¿SttïS
QUIMPER
40 a n s , 33, r u e J e a n - J a u r è s ; Guillaume
Guyot, 65 ans, frère des écoles chrétiennes,
2, r u e d e Kerfeunteun ; Anne Cabellan,
épouse Goardet, 60 ans, 3, rue de l'Hospice ;
Catherine Saliou,
veuve
Gourmelon,
76 ans, 3, r u e d e l'Hospice.
X>e D o o t a n r P E H T H E R , j u s q u ' à fin
août, n e consultera q u e le Samedi.
Les
O d e t - P a i a o e (près de la Préfecture.). —
P r o g r a m m e j u s q u ' a u lundi 29 août 1938 :
Actualités parlantes et sonores ; un joli
film, et le grand film : « La Loupiote ».
ZjOS
R e g a t o s da' K ó r o g a n . — Les
régHt"S de yachts modèles, organisées par
le Yacht Model-Club Cornouaillais, auront
lieu dimanche prochain 28 aoûi., à partir
de 15 h. 30, en baie d e Kérogan.
Au p r o g r a m m e sont inscrites les éprouves suivantes :
Coupe A. Bournisien. — Régate individuelle réservée aux m e m b r e s des sociétés
de bateaux-modèles, série d e 0 m. 80 à
1 m. 09, en 3 manches, au plus près.
Coupe de Quimper.— Régate individuelle
réservée aux m e m b r e s des sociétés de
bateaux-modèles, en 3 manches, au plus
près, série de 0 in. 80.
Sasoente
d e l ' O d e t . — Horaire
des
Penmarch
Grande iâte d e s Cormorans Sportifs.
Ergué-Armel
Tréogat
Fouesnant
M a r i a g e . — Le lundi 5 s e p t e m b r e aura
lieu, à Fouesnant, le mariage d e Mlle
Louise Le Noac'h, fille d e M. et Mme Le
Noac'h, d u b o u i g , avec M. Alexis P é r o n ,
instituteur.
Plusieurs centaines de personnes assisteront aux repas de noce q u i seront servis,
le même j o u r , chez M. Pierre Héloret, au
bourg.
Nous adressons nos meilleurs vœux de
b o n h e u r aux f u t u r s j e u n e s époux.
Bénodet
Fâte
patronale.
— A l'occasion
du
pardon de Bénodet, des réjouissances
a u r o n t lieu le lundi 5 s e p t e m b r e 1938.
A 9 heures, course de bicyclettes, c o m munale ; à 9 h. 30, course de bicyclettes,
régionale ; à 15 heures, course de chevaux ;
grand tournoi de luttes bretonnes ; ô
17 heures, course à pied ; jeux divers ; à
20 heures, danses bretonnes ; à 21 h. 30,
grand feu d'artifice s u r l'Odet.
Pont-l'Abbé
R é c e p t i o n s . — M. Albert Le Bail, député,
recevra, à Pont-l'Abbé, le j e u d i ^ s e p t e m bre, de dix heures à midi, café du Commerce, place d e la République.
A l a P e r o o p t i o n . — M. Bréchet, p e r cepteur à Argentat (Creuse) vient d'être
n o m m é à Pont-l'Abbé, en remplacement
de M. Mougenot, admis à faire valoir ses
droits à la retraite.
Ile-Tudy
T o m b o l a . — Voici la liste des n u m é r o s
g a g n a n t s de la tombola au profit de la
Caisse des Ecoles :
15
26
12
40
61
72
79
115
117
142
83
148
153
163
194 205 218 235 248 270
188
295 306 318 339 348
271 282
386 409 412 430
361 372 377
452 463 486 493 504
449
506
537 559 565 589 599 604
532
619 627 641 656 659 676
679
742 759 773
709 718
681
783
820 828 830 841
860
790 817
910 941 946
894
873 889
953
961 996 997 1015 1020 1027 1047
1064 1069 1083 1093 1103 1107 1131
1143 1)57 1169 1180 1181 1218 1221
1240 1244 1247 1257 1289 1290 1304
1314 1328 1342 1346 1362 1370 1378
1387 1405 1406 1449 1456 1463 1498
1500 1504 1518 1528 1540 1561 1570
1B73 1590 1592 1610 1613 1628 1630
1660 1663 1669 1676 1684 1718 1722
1732 1733 1755 1757 1775 1783 17P5
1789 1805 1813 1831 1841 1857 1858
1881 1884 1908 1919 1927 1937 1957
1959 1988 1996 2006 2020 2033 2039
2067 2070 2081 2092 2106 2114 2134
2141 2146 2166 2173 2193 2199 2205
2216 2228 2248 2256 2273 2285 2295
2302 2325 2331 2335 2367 2368 2387
2391 2409 2416 2423 2426 2453 2460
2471 2477 2479 2497 2506 2536 2548
2551 2562 2576 2583 2612 2624.
Les lots non réclamés au 21 septembre
prochain seront acquis à l'œuvre.
cyclistes ; lutte ô la corde ; course à pied
p o u r e n f a n t s ; course à la b r o u e t t e pour
h o m m e s ; course en sac p o u r enfants ;
grand bal, salle Gadonna.
AUTONOME
DÉFENSE NATIONALE
Bons 3 , 5 0 °|
à 1 8 MOIS
Guiler-sur-Goyen
Pont-Croix
mobilisable»
Audierne
Mario-i.pniso Çonan, vouvo de Docker,
Concarneau
L a FAte d e s Fileta Bien*. —
Jalgré
les q u e l q u e s averses, dans la j o u r n é e d e
dimanche, la g r a n d e fête b r e t o n n e d e s
Filets bleus a connu u n e fois d e plus le
plus vif succès. Jamais l'on n e vit tant d e
cars et d'autos à Concarneau.
La ville avait sa p a r u r e d e g r a n d gala,
de g r a n d s filets bleus p a r t o u t et d e petits
filets bleus aux corsages et aux vestons.
Après les réceptions des délégations et
des sociétés le matin, une foule n o m b r e u s e
se trouve a u x a b o r d s d e la Mairie, v r r s
midi trente, p o u r la formation du cortège
de la R'-ine d e s Filets bleus et d e ses
Demoiselles d ' h o n n e u r .
Le départ du cortège est un p e u r e t a r d é
par suite d'une forte ondée ; enfin, sous
le soleil et dans la joie, le cortège p a r c o u r t
les rues des Ecoles, Malakoff, l'avenue d e
la Gare, le quai d'Aiguillon, la place J e a n Jaurès, p o u r se r e n d r e à la ville-close p o u r
la g r a n d e kermesse.
BeuzeoConq
<u ioo,
< ¿«Mtt'fc Mcbfcflss M» inférieur A l flfl>
Ce conflit, q u i avait pris naissance â la
suite d'une d e m a n d e d e r a j u s t e m e n t d e
salaire c o r r e s p o n d a n t a u x fluctuations d u
coût d e la vie, formulée p a r les ouvriers,
vient d'être solutionné.
Le différend avait été soumis ô l'arbitrage. Les arbitres patronaux e t ouvrier«,
envoyés par leurs organisations respectives
aux réunions d e la commission d e conciliation, q u i s'est réunie à Quimper, o n t
rédigé la sentence arbitrale qui sera applicable et obligatoire le 1 e r s e p t e m b r e 1938
à tous les e n t r e p r e n e u r s et ouvriers d u
bâtiment du canton d e Douarnenez.
Plozévet
St-Jean-Trolimon
Facilement
D a n a l e bâtiment. — Depuis plusieurs
semaines, un conflit divisait l'Union syndicale des e n t r e p r e n e u r s d u bâtiment et le
syndicat des ouvriers d u canton d e
Douarnenez.
Un g r o u p e d e cavalières et cavaliers
b r e t o n s ouvre la marche, puis ce s o n f t o u s
les costumes anciens et modernes, e n f a n t s
et g r a n d e s personnes, d e chez nous, q u i
L a F â t e . — Voici le p r o g r a m m e de la défilent au milieu des vivats d e la foule,
fête annuelle qui aura lieu à Plozévet, le binious et musiques p a r ci p a r là.... Le
char d e la Reine et d e ses Demoiselles
dimanche 4 s e p t e m b r e :
A 9 h e u r e s , championnat de quilles d ' h o n n e u r t e r m i n e le cortège.
Les différentes attractions, les concours
b r e t o n n e s : engagements, 3 francs.
A 10 h e u r e s , troisième grand prix de la de binious, de chants, d e costumes, d e
ville d e Plozévet (deux étapes), course danses et les luttes obtinrent le plus légicycliste internationale sous le contrôle d e time succès.
l'U. V. F Engagements, 5 francs. Départ
Peu a p i è s dix-huit heures, le cortège se
de la première étape, p'aee du b o u r g ; r e f o r m a è l'issue d e la kermesse e t
circuit : Plozévet, Ploi lnnec, Audierne, reprit sa marche, à la sortie d e la villePont-Croix, Piozevet, Pouldreuzic, Plo- close, s u r le quai Pénéroff, la r u e J e a n gastel, Kérandouaré, Landudec, Plozévet. Bart et la r u e Villebois-Mareuil, p o u r se
P e n d a n t le circuit, m â t d e cocagne, disloquer place d e la Mairie où la districourse d'enfants, fête foraine, j e u x divers. bution des prix e u t lieu.
A 13 h. 30, course cycliste communale,
Tout le dévoué comité, o r g a n i s a t e u r d e
e n g a g e m e n t s , 3 francs.
cette j o u r n é e , mérite d e g r a n d s éloges, et
A 14h.30, course de chevaux, communale, les c o m m e r ç a n t s lui doivent d e s r e m e r au galop, p o u r chevaux déclarés depuis un ciements p o u r avoir, p a r sa publicité,
an dans la c o m m u n e .
attiré tant d e m o n d e dimanche dans
A 15 h. 30, deuxième ét8pe d u grand l'accueillante ville de Concarneau.
prix, même circuit.
Cla-sement général : 500, 250, 150,
50, 40, 80, 25 et 20 fraucs.
Xnoendie. — Dans la soirée d e dimanche
Prix spéciaux p o u r les c o u r e u r s des can
un incendie a détruit deux meules d e
tons de Plogastel-Saint-Germain et P o n t - f o u r r a g e à la f e r m e du Vuguet, près d e La
Croix : 80, 50 et 20 francs.
Boissière.
A 18 h e u r e s : gavotte d ' h o n n e u r devant
Grâce au concours d e s pompiers d e
le m o n u m e n t « Les binious », flots de r u Concarneau le sinistre f u t c o n j u r é .
bans.
L'enquête a révélé q u e c'est le petit Jean
Le soir, g r a n d bal dans les salles du
Le Dé, 5 ans, du village, qui avait allumé le
bourg.
P o u r renseignements et e n g a g e m e n t s , feu. Des allumettes o n t é t é trouvées à
s'adresser à M. P. Riou, secrétaire de proximité du lieu d u sinistre.
l'Essi, à Plozévet. Les sportifs des localités
traversées p a r le Grand Prix de Plozévet,
qui désirent offrir dt s primes aux coureurs,
A o o i d e n t m o r t e l — Lundi après-midi,
sont priés d'aviser le secrétaire du S. 1., le m a n œ u v r e Pierre Riou, 39 ans, travailau plus tard, le samedi 3 s e p t e m b r e .
lait à la réfection d e la voie, lorsqu'il f u t
L'heure locale sera appliquée p o u r h»urté p a r le train venant d e Concarneau.
toutes les épreuves.
Son corps fut déchiqueté.
Vedettes. — Samedi 27 août, départ Quimper 9 h. 15 pour Bénodet et Loctudy ;
d é p a r t de Loctudy 16 h. 45 pour Bénodet
et Quimper.
tó.^'crsax.scíAmss
>
Dimanche 28, deux départs Quimper
Vous ne trouvera
pat le Citoyen 9 h . et 9 h. 30 ; premier départ p o u r
de
;ournaua les Glénans ; deuxième départ pour BénoR e m e t t o n s l a F r a n c e a u t r a v a i l et chez tout let dépositaires
du département,
man vout le
trouvera det et Loctudy ; d é p a r t Loctudy 17 heures
n o u s sauverons la paix.
pour Bénodet et Quimper.
che* vous en vous
abonnant
R e m e t t o n s l a F r a n c e a u t r a v a i l e t sûrement
Lundi 29, d é p a r t Quimper 9 h. 30 pour
n o u s serons assurés d e m a i n t e n i r los
Bénodet et Loctudy ; d é p a r t Loctudy 17
(Voir b u l l e t i n d ' a h o n n e m e n t en 4 ° p a g e )
O o n o o n r a A g r i c o l e . — Le c o n c o u r s
lois s o c i a l e s q u i se f o n d e n t s u r l a j u s heures pour Bénodet et Quimper.
annuel du comice a g n c o l e et du syndicat
tice.
Mardi 30, départ Quimper 9 heures pour
d'élevage d u canton d e Plogastel-St
Remettons l a France au travail et
les Glénans et Coucarneau.
Germain aura lii u le mercredi 7 s e p t e m b r e
n o u s pourrons d a n s la stabilité moné1938, à Guiler-sur-Goyen, sous la présiMercredi 31, départ Quimper 9 h. 30
taire réaliser d'autres réformes génépour Bénodet et Loctudy.
dence d e M. Albert Le Bail, d é p u t é - m a i r e
r e u s e s auxquelles j e suis a u t a n t q u e
de Plozévet, président du comice.
Jeudi 1 " septembre, deux départs Quimpersonne résolument attaché.
Le p r o g r a m m e du concours comprend
per 9 h. et 9 h. 30 ; premier départ pour
los espèces chevaline, porcine, bovine et
C'est e n v u e d e cette défense d e
les Glénans ; deuxième d é p a r t pour Bénoraces diverses, les animaux de basse-cour,
det et Loctudy ; départ Loctudy 17 heures
la F r a n c e , d e cette sécurité d e l à France,
pour Bénodet et Quimper.
une exposition d e s produits de la ferme,
qu'un redressement
é n e r g i q u e doit
m
M » à a m m u t
beurre, cidre, etc...
Vendredi
2,
deux
d
é
p
a
r
t
s
Quimper
9
h
être poursuivi d a n s la confiance et
Le b a n q u e t traditionnel sera servi à
et
13
h.
30
pour
Bénodet,
r
e
t
o
u
r
p
a
r
a
u
t
o
d a n s l'ordre avec le sentiment ardent
A v i s a u x E n t r e p r e n e u r s car pour Quimper.
midi. On est prié de se faire inscrire dès è
d e la Paix française et d u destin
d e transports p u b l i c s
présent ft ln Mairie d e Guiler-sur-Goyen.
Pour tous renseignements et délivrance
national.
Après le bai quet, course de chevaux d e
Le P i é f e t du Finistère fait connaître qu'il des billets, s'adresser à la Cabine, quai de
tous Ages, au galop, réservée aux habitants
a désigné M. l'Ingénieur eu chef des Miues, l'Odet, ou à bord des vedettes.
du canton.
à Nantes, comme expert, pour procéder
Etat-Civil du 1 6 a n 8 8 août 1 9 3 8 .
P o u r plus amples renseignements, voir
ou faire procéder aux visitcB prévues p a r
da l e
les aflîrhes apposées dans toutes les c o m l'article 63 du décret du 13 juillet 1935, de» — Naissances : Pierre J a o u e n , 16, place
munes du canton.
véhicules affectés ù dos transports publics Mesgloaguen ; Raymon Lécuyer, 1, r u e
do marchandises dans le d é p a r t e m e n t du LaCnuec ; Béatrice Heu l.abruyère, 60 bis,
quai do l'Odet ; Marie-Claire Le Berro, 12,
Finistère.
ruo
J e a n - J a u r è s ; Mario-Thérèse Hyppolite,
0
b é a F ê t e s . — Les fêtes d e Pont-Croix
Les e n t r e p r e n e u r s do transports publics
r
u
e do l'Hospice ; Laurcnco Gloaguen,
3,
a u r o n t lieu les 4 et 5 s e p t e m b r e prochain.
de marchandises sont tenus do présenter
leurs véhicules, au moins u u e fois p a r an, 3, ruo do l'Hospice.
Dimanch» 4 s e p t e m b r e : A 10 heures,
Caspar«*
Publications de mariages ; Roger Jarsalé,
ù la visite, aux j o u r , lieu et heure q u i leur
course de bicyclettes pour enfants d e
BOO, l.OOO,
ÎO.OOO
L a * F â t e a . — A l'occasion des fêtes moins de 15 ans ; à 13 heures, courses d e
seront indiqués p a r M. l'Ingénieur en chef employé do chemin de 1er, d o m . à Quimper»
et
Bernadette
Peuzet,
dom.
à
N'oyal«
t
A
M
i
l
l
i
o
n
d
e
F
r
n
n
o
s
patronales,
des réjouissances a u r o n t lieu bicyclettes, communale et régionale ; à
dos
Miues.
Ils
doivent,
ù
cet
effet,
adresser
100.000
une d e m a n d e s u r papier timbré ô 6 f r . 40 Muzillac ; Joseph Brélivet, employé de lundi prochain 29 août, à St-Jean.
16 heures, jeux divers.
Intérêt enivrement
payable
d'avance
Au p r o g r a m m e : A 10 heures* course
soit ù la préfecture (1" division), soit à chemin de fer, et J e a n n e Bernard, dom. à
Lundi 5 s e p t e m b r e : A partir de 14 h e u au moment de la louecrlpllon
Quimper ; Pierre Jarno, sergent au 13?' d'enfants.
l'ingénieur en chef d e s Mines.
res, courses do chevaux, cantonale, ati
E x e m p t s d e toute» taxes spéciales
d'inf., d o m . à Quimper, et Anne Allano,
11 heures, traction à la corde, mariés trot, communale, s u galop, régionale, a u
Le défaut do présentation d'un véhicule
f r a p p a n t les valeurs mobilières et
dom. à Auray ; J i a n Mimy, économe de contre célibataires.
galop ; course è pied ; jeux divers ; à
ft la visite peut d o n n e r lieu a u * sanctions
de l'impôt général s u r le revenu
Lycée, d o m . 6 Lyon, et Élise Michel,
12 heures, b a n q u e t par souscription chez 22 heures, r e t i a i t e a u x ilambeaux en
édictées p a r les règlements en vigueur,
économe de Lycée, dom. à Quimper,
Mme L'Helgoualch (prix 1D francs».
musique, feu d'artifice s u r la place dès
n o t a m m e n t au retrait tomporairo ou
14 h. 30, courso d e bicyclettes c o m - halles, réjouissances diverses.
Décès
:
Anne
Cudennec,
18
ans,
coutu^
définitif cie la carte spéciale de transport.
car la Banquo d e F r a n c e les admet
rière, 19, r u e Elie-Fréron ; Bernadette munale (réservée p o u r les j e u n e s geûs
aux avances s u r titres à c o n c u r r e n c e
La c o m m u n e décline toute responsabilité
Piriou. 6 ans, 3, ruo de l'Hospice ; Marie- âgés de 16 a n s au plus).
d e 00 % d e leur valeur nominale dès
p
o
u r les accidents q u i pourraient se p r o Augmentation d a « tarifs
16 heures, coutse do bicyclettes commuJosèphe Lozachmeur, célibataire, 70 an«,
leur souscription,
duire,
da chemins d a far
11, impasse de l'Odet ; Yves Le Héuaff, nale. Départ et arrivée à l'hôtel d e ln Croix.
tëlle los a d m e t t r a à concurrence do
Les
voyageurs
Ont
subi
u
n
e
légère
M
s u s , cultivateur, 3, r u e d e l'Hospice j Itinéraire j deux tours par Méjou et
95 • / • l o r s q u e le délai restant tu courir
M#mSJilflMon dcij tarifs des chemins da
Tronçan,
CAISSE
Douarnenez
— C'est dimanche 28 août q u ' a u r a lieu au
terrain de Keryet, route d e St-Guénolé, la
g r a n d e kermesse des Cormorans Sportifs.
Rien n'a été oublié p o u r q u e cette fête
Ras (près de la Gare). — P r o g r a m m e
jusqu'au mardi 30 août 1938 : Actualités obtienne un vif succès.
En effet, dès le d é b u t de l'après-midi,
« Eclair-Journal » et deux beaux films :
sur la place d e l'Eglise, se f o r m e r a la noce
« P a s s e - P a r t o u t » et « Sa vie secrète ».
b r e t o n n e constituée par Alain Nicolas, du
b o u r g , plus connu sous le nom d e « Tonton
Lann ». Aux sons d e s b o m b a r d e s et des
binious, le cortège, composé d e b r e t o n s
F ê t a d e s Quartiers d a Kergoat-al-Z«a*
et d e bretonnes, se r e n d r a à Kéryet où il
at K a r v i r — C'est le 11 s e p t e m b r e p r o sera reçu p a r M. le d o c t e u r Jan, président
chain q u e doivent avoir lieu, au profit du
de la kermesse.
Bureau de Bienfaisance, les g r a n d e s fêtes
Là, s u r le terrain, d e n o m b r e u x
des quartiers d e Kergoat-al-Lez et Kervir,
comptoirs o n t été installés : rayons d e
en la c o m m u n e d'Ërgué-Armel.
jouets, cabarets bretons, loteries, lapiLe Comité, placé sous la présidence
n o d r o m e s , un cirque même, dit le « Cirque
d ' h o n n e u r de M. le Maire, travaille actived'-- la Galté », des jeux divers. De jolies
ment à la mise au point du p r o g r a m m e .
bigoudennes, revêtues d e leurs pins riches
Au p r o g r a m m e : concours d e tir, de
atours, vendront à tous : crêpes, gâteaux,
boules, de palets, de cartes, g r a n d e s c o u r rafraîchissements.
ses cyclistes, u n e g r a n d e épreuve de
Durant toute la kermesse, le g r o u p e
marche, dotés de prix magnifiques, retraite
breton d e Penmar> h exécutera, sous les
aux flambeaux,cavalcade, lâcher de ballons,
o r d r e s d e Tonton Lann, les plus belles
démonstration de gymnastique, bals chamdanses d e son r é p e r t o i r e : gavottes,
pêtres, etc..., etc ..
stoupick".. pasbihen et jabadaos.
A a o i d e n t mortel. — Un accident mortel
Et le soir, ô cinq heures, avant q u e la
s'est produit samedi matin près du passage voix d e s binious ne se tsise s u r nos l a n à niveau de Kervir, à environ 1 k m . d e la diers et s u r nos grèves, u n e g r a n d e loterie,
g;ire d e Quimper.
sous le contiôle du Maire, sera tirée.
L'ouvrier agricole Corentin Le Roux, 38
ans, travaillant chez M. Bertholom. à Kervir-Huella, en s'en r e t o u r n a n t de prendre
F â t e P a t r o n a l e . — La fête patronale
une bouteille vin au débit Rannou, a été de T r é o g a t aura lieu dimanche prochain
t a m p o n n é p a r u n train.
28 août.
Son corps fut p r o j e t é à u n e vingtaine
Au p r o g r a m m e : A partir d e 14 heures,
de m è t r e s et la mort f u t instantanée.
course communale de chevaux ; courses
L o i s i r s Ouvriers Qulmpóroia. — Les
Loisirs Ouvriers Quimpérois organisent,
dimanche prochain 28 août, u n e sortie à
Sic-Aune-la-Palue.
Le seul fait de ce grand pardon assurera
à cette p r o m e n a d e un grand succès.
Le g r o u p a cycliste participera également à cette sortie.
En prévision de la fou'e qui se pressera
à Ste-Anne, chacun voudra bien prendre
ses dispositions pour le repas de midi.
Le prix du car est fixé à 10 fr. pour les
g r a n d e s personnes et à 6 fr. pour les e n fants de 6 à 14 ans, aller et r e t o u r . Les
inscriptions sont reçues à la Maison du
Peuple, jusqu'à samedi midi, s u r présentation d e la carte d e m e m b r e actif ou
honoraire.
Le d é p a r t aura lieu à 8 heures de la
Maison du Peuple.
Cinémas
a n n u e l d'animaux r e p r o d u c t e u r s d e la race
bovine pie-noire, du syndicat d'élevage d u
canton d e Pont-Croix a u r a lieu lundi p r o chain 29 a o û t , à 10 heures, dans la cour de
l'école d e s garçons, à Audierne, sous la
présidence de M. Perrot, député, et d e M.
P e r r o t , père, président d u syndicat.
Les primes seront ditribuées ô la Mairie
d'Audierne, à l'issue d u b a n q u e t .
16 h. 30, course d e bicyclettes régionale,
sous le contrôle d e l'U. V. F. Itinéraire :
10 fois le p a r c o u r s T a c h e n - a r - g r o a s - P l o m e u r . Droit d'entrée 5 f r .
18 heures, course d e bicyclettes c o m m u nale (réservée a u x h o m m e s mariés).
5 t o u r s p a r l'Hôtel.
18 h . 30, course à pied, régionale ; course
de relais, communale.
Le comité se réserve le droit d e modifier le p r o g r a m m e et décline toute responsabilité relative aux accidents.
Rosporden
Le malheureux Riou laisse u n e veuve et
q u a t r e enfants dont l'aîné a douze ans. Le
dernier n é avait été baptisé dimanche
dernier.
Kernével
G r a v e acoident. — La semaine d e r -
nière, u n e auto conduite p a r M. l'abbé
Rolland, vicaire ô T r é g u n c , ayant à ses
côtés son recteur, M. l'abbé Arrant, a é t é
t a m p o n n é e , au passage à niveau d e LocJean, p a r le train d u chemin d e fer économique.
Sous la violence d u choc, l'automobile
f u t projetée d e l'autre côté de la r o u t e ;
les roues avant et le capot volèrent e n
éclats.
M. l'abbé A r r a n t , q u i se trouvait d u
côté de la locomotive, était assez sérieusement blessé.
Le d o c t e u r Le Strat, d e R o s p o r d e n ,
appelé d'urgence, constata des blessures &
la tête et r e n f o n c e m e n t de plupieurs côtes.M. l'abbé Rolland, plus heureux, n e p o r tait aucune blessure.
Scaër
X<e P a r d o n . — Les fêtes d e Scaër a u r o n t
lieu dimanche, lundi et mardi prochains,
28, 29, 30 août.
La principale j o u r n é e , celle d e lundi,
c o m p r e n d , p o u r l'après-midi, d e grande«
luttes b r e t o n n e s avec 2.500 francs de prix
p o u r q u a t r e catégories ; u n e course d e
bicyclettes régionale, avec 770 f r a n c s d e
prix ; des danses aux binious et u n g r a n d
bal c h a m p ê t r e devant la Mairie.
Chàteauneuf-du-Faou
b a s P A t « * . — A l'occasion du g r a n d
pardon d e ChAteauneuf, des réjouiaftsticefc
a u r o n t lieu les lundi et mardi Î9 e t 30 aofit,
La fâte n a u t i q u e s u r le e a o ï i aura Heu If
e»»0«»«ftgrlHlHim ¡»a C0HCOM9dimanche 4 septembre
LE
BREST
S*« m o r t d u C h a f dm l a M n a i q n a d a
l a F l o H a . — M. M i c h e l B o h e r , le chef d e
la m u s i q u e d e s é q u i p a g e s d e la Hotte d e
Brest, vient d e m o u r i r s u b i t e m e n t , à l'âge
d e 51 a n s .
La l e v é e d u c o r p s a e u lieu h i e r , j e u d i ,
d a n s la m a t i n é e , à l ' H ô i ' i i u l m a r i t i m e ;
p u i s le c o n v o i s ' e s t r e n d u à la g a r e , l ' i n h u m a t i o n d e v a n t a v o i r lieu à B i v e s a l t e s , s o n
pays natal.
C'est u n g r a n d musici' n, u n artiste
v i b r a n t q u i v i e n t d e d i s p a r a î t r e , e t la
Marine perd en lui u n d e t e s plus g r a n d s
chefs de musique.
Rennais ; Stade L é o n a r d - S t a d e Morlaisien ;
C. E . P . L o r i e n t - U . S. S e r v a n n a i s e ; U . S .
D o u a r n e n e z - F . C. L o r i e n t a i s ; C. 0 . C h o l e tais-Stade Briochin ; Véloce Vannetais
U. S . - S t a d e Q u i m p é r o i s .
11 d é c e m b r e . — S t a d e M o r l a i s i e n - S t a d e
R e n n a i s ; U. S . S ' i r v a n n a i s e - C . 0 C h o l e t a i s ;
S t a d e Q u i m p é r o i s - F . C. L o r i e n t a i s ; S t a d e
L é o n a r d - A S . B r e s t o i s e ; C. E . P . L o r i e n t U. S. D o u a r n e n e z ; S t a d e Briochin-Véloce
V a n n e t a i s U. S .
25 d é c e m b r e . — S ' a d e R e n n a i s - V é l o c e
V a n n e t a i s U . S . ; C. 0 C h o l e t a i s - U . S .
Douarnenez ; Stade Quimpérois-Stade
B r i o c h i n ; S t a d e M o r l a i s i e n - U . S . S> r v a n nai8e ; A . S . B r e s t o i s e - C . E . P . L o r i e n t ;
F . C. L o r i e n t a i s - S t a d e L é o n a r d .
L e s m a t c h e s s e j o u e n t s u r le t e r r a i n d u
club premier n o m m é .
Football-Association
Lsa Clubs
V o i c i la r é p a r t i t i o n d e s c l u b s d e n o s
sociétés de football :
Groupe A
Union Sportive Guilviniste, C o r m o r a n s
sportifs de Penmarc'h, Jeanne-d'Arc de
Poot-l'Abbé, Phalaoge d'Arvor de Quimp e r , H e r m i n e C o n c a r n o i s e , U. S . C o n carnoise-Beuzecquoise, Stella-Marie de
Douarnenez, Union Sportive Quimperloise.
Groupe B
Armoricaine de Brest, Patronnge Laïque
de Lambézellec, U. S. 0 . Brestoise et
Relecquoise, L e s G â s d e Morlaix, Etoile
S p o r t i v e d u K r e i s k e r , C. A . P . d e P e n h a r s .
Le Calendrier
de la Division d'honneur
Aller
4 s e p t e m b r e . — F . C. L o r i e n t a i s - S t a d e
Rennais ; A. S. Brestoise-C. 0 . Choletais ;
S t a d e Quimpêrois-C. E. P. Lorient ; Stade
Briochin-Stade Morlaisien ; Stade L é o n a r d U. S. Douarnenez ; U. S. ServannaiseVéloce Vannetais.
11 s e p t e m b r e . — S t a d e R e n n a i s - S t a d e
Quimpérois ; Stade Morlaisien-C. 0 . C h o letais ; U. S. D o u a r n e n e z - S t a d e Briochin ;
C. E . P . L o r i e n t - S t a d e L é o n a r d ; U . S .
S e r v a n n a i s e - F . C. L o r i e n t a i s ; V é l o c e V a n netais U . S . - A S. Brestoise.
18 s e p t e m b r e . — C. 0 . C h o l e t a i s - S t a d e
R e n n a i s ; S t a Je Q u i m p é r o i s - S t a d e M o r l a i sien ; S t a d e L é o n a r d - U . S. Servannaiso ;
A . S . B r e s t o i s e - U . S . D o u a r n - n r z : F . C.
Lorientais-Véloce Vannetais U. S. ; Stade
B r i o c h i n - C . E. P . L o r i e n t .
25 s e p t e m b r e — S t a d e R e n n a i s - U . S .
Douarn nez ; U. S. S e r v a n n a i s e - S t a d e
Q u i m p é r o i s ; Stade Morlaisien-A. S. Brest o i s e ; Véloe.e V a n n e t a i s U. S . - S t a d e
L é o n a r d ; C . E P . L.orient-C. 0 . C h o l e t a i s ;
S t a d e B r i o c h i n - F . C. L o r i e n t a i s .
9 octobre. — Stade Briochin-Slade Renn a i s ; C. 0 C h o l e t a i s - S t a d e L é o n a r d ; U. S
D o u a r n e n e z - S t a d e Q u i m p é r o i s ; S t a d e Morl a i s i e n - F . C. L o r i e n t a i s ; A. S . B r e s t o i s e U . S . S e r v a n n a i s e ; V é l o c e V a n n e t a i s U. S .
C. E . P . L o r i e n t .
16 o c t o b r e . — S t a d e R e n n a i s - S t a d e
L é o n a r d ; F . C. L o r i e n t a i s - A . S . B r e s t o i s e ;
Stade Quimpérois-C. 0 . Choletais ; Stade
M o r l a i s i e n - C . E . P . L o r i e n t ; U. S . S e r v a n n a i s e - S t a d e Briochin ; Véloce Vannetais
U. S . - U . S . D o u a r n e n e z .
30 o c t o b r e . — U . S . S e r v a n n a i s e - S t a d e
R e n n a i s ; F . C. L o r i e u t a i s - C . E. P . L o r i e n t ;
A. S. B r e s t o i s e - S t a d e Q u i m p é r o i s ; U. S.
D o u a r n e n e z - Stade Morlaisien
; Stade
L é o o a r d - S t a d e B r i o c h i n ; C. 0 . C h o l e t a i s V é l o c e V a n n e t a i s U. S .
6 n o v e m b r e . — Stade Rennais-C. E. P .
Lorient ; U. S. D o u a r n e n e z - U . S. S e r v a n naise; Stade Quimpérois-Stade Léonard :
Véloce Vannetais U. S . - S t a d e Morlaisien ;
F . C. L o r i e n t a i s - C . 0 . C h o l e t a i s ; S t a d e
Briochin-A. S. Brestoise.
20 n o v e m b r e . — A. S
Feuilleton
Brestoise-Stade
lielour
15 j a n v i e r 1939. — S t a d e R e n n a i s - F . C.
L o w e n t a i s ; C. 0 . C b o l e t a i s - A . S . B r e s t o i s e ;
C. E . P . L o r i e n t - S l a d e Q u i m p é r o i s ; S t a d e
Morlaisien-Stade Briochin ; U. S. D o u a r n e n e z - S t a d e L é o n a r d ; Véloce V a n n e t a i s
U. S.-U. S. S e r v a n n a i s e .
22 j a n v i e r . — S ' a d e Q u i m p é r o i s - S t a d e
R e n n a i s ; C. 0 . C h o l e t a i s - S t a d e M o r l a i s i e n ;
S t a d e B r i o t h i n - U . S . D o u a r n e n r z ; F . C.
L o r i e n t a i s - U . S . S e r v a n n a i s e ; A. S B r e s t o i s e - V é l o c e V a n n e t a i s U. S . ; S t a d e
L é o n a r d - C E . P . Lorii n t .
29 j a n v i e r . - S t a d e R e n n a i s - C . 0 . C h o letais ; S t 8 d e Morlaisien S t a d e Q u i m p é r o i s ;
U. S . S e r v a n n a i s e - A . S . B r e s t o i s e ; V é l o c e
V a n n e t a i s U S . - F . C. L o r i e n t a i s ; C. E . P .
L o r i e n t - S t a d e Brioi liin.
5 f é v r i e r . — U. S . D o u a r n e n e z - S t a d e
R e n n a i s ; S t a d e Quinipérois-U. S. S e r v a n n a i s e ; A. S . B r e s t o i s e S t a d e M o r l a i s i e n ;
S t a d e L é o u a r d - V e l o c e V a n n e t a i s U. S . ;
C. 0 . C h o l e t a i s - C . E . P . L o r i e n t ; F . C.
Lorientaii-Stade Briochin.
12 f é v r i e r . — S t a d e R n n a i s - S t a d e Briochin ; S l a d e l . é o n a r d - C . 0 . C h o l e t a i s ; S ' a d e
Q u i m p é r o i s - U . S . D o u a r n e n ' z ; F . C. Lorientais-Stade Morlaisien ; U. S. S e r v a n n a i s e - A . S . B r e s t o i s e ; C. E . P . L o r i e n t V é l o c e V a n n e t a i s U. S .
Albert
Le
— N° 20
lJlllj I Vili"
p a r Yves LE FEBVRE
Grand)
Quoi qu'il en soit, après son retour et de son souvenir. Cette autorité du
en son évéché avec ses prisonniers, vieil évôque se. manifeste à travers les
le vieux moine se vengea d'eux sans vies de saint Gnévroc, de saint Tanaucune pitié. Il les enferma dans son guy, de saint Goulven. Il oblige le
monastère de Batz, les y lit périr de méditatif Gnévroc à quitter sa retraite
faim ou dans les supplices et ordonna de Traon-Guévroc, en Ploudaniel, pour
de j e t e r leur cadavre à la m e r , comme se mêler au siècle, p o u r l'aider dans
le dragon qu'il avait déjà précipité son œ u v r e d'évangélisation et «on d u r
d a n s ce « trou d u s e r p e n t », où les combat contre les pal ns. Il remet ses
vagues, poussées p a r la tempête, font péchés et ses crimes à Tanguy,
entendre, en se h e u r t a n t et en écu- m e u r t r i e r de sa sœur llaude, p o u r
faire du noble comte le plus mystim a n t , u n bruit sinistre.
Voilà, r é s u m é dans sa sécheresse, que d e s moines, d'abord dans la sauc e p e n d a n t émouvante, le fait histo- vage a b b a y e de G e r b r , s u r les
rique. On lira la légende plus loin. contreforts de l'Arez, puis dans
On p o u r r a la confronter avec l'histoire. l ' a b b a y e d e Saint-Mathieu d e fine11 faut voir certainement dans cette terre, face au sinistre océan. La
vie de saint Jaoua u n épisode d e la longévité môme de saint, Pol explique,
lutte entre l e s émigrés bretons et les autant q u e son ascétisme, son ascenArmoricains, entre le christianisme et dant spirituel f u r ces populations dont
le paganisme, un prologue à la lutte il avait choisi et p r é p a r é pendant plus
p l u s longue, plus ardente, plus sau- d'un demi-siècle les recteurs et les
Vâge entre l e s évéques bretons et a b b é s .
Retenons, é g a l e m e n t , l'importance
p r é d o m i n a n t e de saint Pol dans cette
Yie d« saint taoua, On le retrouve
S
artout, ainsi, dans
la vaste f r e s q u e ,
ot\, U l'anime encofe d i
léans, p a r décision de la gérance
et, en tout autre endre it, p a r décision
de l'Assemblée générale extraordinaire
des associés, etc....
Art. 5. — La d u r é e d e l a société
est fixée à soixante années à compter
de sa constitution définitive sauf les
cas de dissolution anticipée ou d e
prorogation prévue aux statuts.
La société sera dissoute p a r anticiChez G E O R G E S
pation et de plein droit en cas de
80, Rtie Jean-Jaurès,
& Quimper
résiliation, pour quelque cause q u e ce
soit, d u bail d e l'établissement indusSeul spécialiste artisan dans la région
triel et commercial désigné ci-dessus
ou à l'expiration d e ce bail (qui sera
f M P E B M t A B LES en tous Genres sur Mesure fait pour trois années), si toutefois,
a u x p r i x d e c o n f e c t i o n - T o u t e s r é p a r a t i o n s dans ce dernier cas, la promesse
d ' a p p o r t devant être insérée audit
bail, n ' a p u être réalisée.
D'un acte sons signatures privées
en date, à Orléans, d u cinq août mil
Titre II.
neuf cent trente-huit, portant la m e n Capital Social.
Parts
tion suivante :
Art. 6. — Le capital social est fixé
« Enregistré à Orléans (A. C.) à la somme de quatre-vingt-quinze
« 237/A, folio 46, Case 248, le 8 août mille francs, divisé en quatre-vingt« 1938. Reçu : trois mille quatre-vingt- quinze p a r t s de mille francs chacune,
« sept francs cinquante centimes (si- lesquelles parts ont été souscrites en
« gn<) Pauc.
espèces, savoir :
Déposé au r a n g des minutes de Me
Par M. René Loison, à
Lépine, notaire à Orléans, suivant concurrence de vingt-quatre
acte dressé p a r lui le môme jour, il a p a r t s , soit
vingt-quatre
été extrait littéralement ce qui suit : mille francs, ci
24.000 fr.
Par M. Pierre Loison, à
concurrence de vingt-trois
parts, soit vingt-trois mille
Eulre les soussignés :
23.000 f r .
1° M. René l.oison, représentant de francs, ci
Par Mlle Gabrielle Loicommerce, d e m e u r a n t à Orléans, 19,
son, à concurrence de vingt• lie des Huguenots.
2° M. Pierre t oison, actuellement quatre parts, soit vingt24.000 fr.
soldat au 19" escadron du train, en quatre mille francs, ci
Par Mlle Marguerite Cougarnison à Paris, domicilié à ( M é a t s ,
dray, à concurrence d e
81, boulevard Alexandre-Martin.
3° Mlle Gabrielle Loison, célibataire vingt - q u a t r e p a r i s , soit
m a j e u r e , s e c r é t a i r e - c o m p t a b l e , de- vingt-quatre mille francs,
24.000 fr.
m e u r a n t à Orléans, 81, boulevard ci
Dates n'scriiies par la L. 0. F. A.
11 n o v e m b r e 1938 : j o u r n é e d e la M u t u a lité.
4 d é c e m b r e 1938, 19 f é v r i e r , 16 avril 1939:
match"« interligues.
r
A u j o u r d ' h u i , encore, le catholicisme
fanatique du Léon d e m e u r e marqué
de son e m p r e i n t e . Il est uni indioso»
l u b l e m e n t à la vie et à la piété de ce
pays qu'il a conquis et évangélisé,
m e u r t r i et façonné, Sa g r a n d e ombre
s'étend au-delà des limites historiques
du Léon, avec le môme caractère,
«on o
m
b
r
e vers
I» Gorflouftill? ¿en m M ft«i a* vers
le Tréguier. Nous l'avons entrevue à
Brasparls et au Faou. le l'ai retrouvée
au seuil du pays de Tréguier, dans
l'évôché de Tugdual, entre Plougasnou et Locquirec. Là, au nord d e
Gnimaiic, entre la vieille ville de
Lanmeur, qui s'appelait jadis Kerfenntum, et la pointe de B< g a n - F r y ,
s'étendent de vastes landes, pleines
d'ajoncs et de bruyères. Des débris
de menhirs et de dolmens y attestent
l'existence de quelque ancien collège
druidique et la survivance de ces
cérémonies religieuses qui se r a p p o r taient, sans doute, au culte solaire et
perpétuaient en Armorique des traditions millénaires, rapportées d Egypte,
de Ph^nicie ou de Chaldéc. Là, aussi,
a passé saint Pol. Une chapelle en
ruines — la c l n p e l l e de Kerbaul — lui
est consacrée dans lo désert des landes
et des grandes pierres erratiques,
tout près d e l'Océan, La légende y
rattache le souvenir d'un dragon, pareil
à celui de Faou ou à celui de Batz,
que lo pieux anachorète aurait précipité il la m e r du haut des formidables
falaises, dans un goull're q u i porte
également le nom de Toul-ar-Sarpent,
— le trou du serpent. Ainsi la légende
se répète inlassablement, toujours
pareille à elle-même et partout à
cette extrémité de l'Armoriquc se
dresse l'austère et farouche silhouette
du vieux moine qui y f u t l'organisateur de la conquête bretonne et sut
m o d e l e r cette terro A Bon im'afle et
selon son réVSj
On cnntfoit fliiflu«, pttr ecs détails,
Total égal : quatre-vingtquinze mille francs, ci
95.000 fr.
Chacun d e s associés sus-nommés a
versé en espèces a u j o u r d ' h u i m ê m e
dans la caisse sociale et suivant les
proportions sus-indiquées, le montant
des parts sociales p a r lui souscrites.
Conformément à l'article 7 de la
loi du 7 m a r s 1925, ils déclarent
expressément q u e toutes les parts
sociales ont été réparties entre eux
dans les proportions ci-dessus indiquées e». qu'elles sont toutes libérées
intégralement, etc....
Art. 16. — La société est administrée p a r un conseil d e gérance composé de trois m e m b r e s au moins et
de cinq au plus, n o m m é s p a r les
associés et pouvant être pris p a r m i
les associés ou en dehors d'eux.
Le p r e m i e r conseil de gérance est
nommé p o u r trois ans à c o m p t e r
de ce j o u r et est composé p a r Mlle
Marguerite Coudray, M. René Loison,
M. Pierre Loison et Mlle Loison, tous
quatre associés sus-nommés.
La gérance a la direction exclusive
des ailaires de la société. Chaque
m e m b r e doit y consacrer tout le
temps nécessaire à la bo.ine m a r c h e
des affaires sociales, sans pouvoir s'intéresser directement ou indirectement
dans aucune entreprise civile, commerciale ou industrielle pendant toute
la durée de sa gestion.
La gérance a les pouvoirs les plus
étendus p o u r agir au n o m d e ladite société en toutes circonstances et pour
faire toutes opérations se rattachant à
son objet. Elle peut notamment n o m mer et révoquer les agents, employés
et ouvriers de la société, fixer leurs
traitements et avantages fixes et p r o -
l'Apre lutte dont ces rivages f u r e n t le '
théiltre. Le combat maintenant était
partout. Toute l'Armorique était à feu
et à sang. Le m e u r t r e répondait au
meurtre. Les chants d e gwenc'hlan
reviennent à la mémoire. « Ce n'est
pas de la chair pourrie d e chien ou
de brebis, c'est de la chair chrétienne
qu'il n o r s faut... Les gens de JésusChrist seront poursuivis comme des
fauves... La roue du moulin m o u d r a
menu avec le sang des moines au lieu
d'eau. »
Il nous reste u n e autre trace des
sentiments d e colère et de haine
laissés p a r saint Pol dans cette partie
de l'Armorique. Eu Basse-Bretagne,
principalement dans le Léon et dans
la région du Tréguier qui est voisine,
on appelle couramment le diable :
Pol ou Polie. De toute évidence, ce
nom est celui de notre saint. Il faut
voir dans ce fait singulier tin souvenir des terribles exécutions ordonnées
p a r saint Pol, de la cruauté avec
laquelle il a poursuivi les païens,
dispersé les collèges druidiques, proscrit les anciens cultes. Longtemps
a p r è s sa mort, le vieil évôque faisait
encore t r e m b l e r les vaincus, ressurgir
leurs haines avec leurs douleurs. Avec
sa haute taille, sa chair émaciee, son
visage osseux, ses yeux sombres et
ardents, il demeurait comme lo vivaut
symbole de leurs défaites et do leurs
souftranccs ; mais aussi comme le
profanateur et le destructeur des
vieilles traditions druidiques et l'incar-
nation de toutes les forces du mal,
Commune de Bénodet
portionnels, faire tous traités au comptant ou à t e r m e transiger, donner
tous désistements et mainlevées avec
ou sans p a i e m e n t .
A titre de mesure intérieure, etc....
En cas d e décès d ' u n associé p e n dant le cours d e la société, la présente
société ne sera p a s dissoute, elle
continuera d'exister avec la veuve,
les héritiers et représentants d e l ' a s socié décédé qui seront associés dans
la société proportionnellement aux
parts qui leur seront attribuées p a r le
partage de la succession, etc....
C M o Vicinal ordinaire D° 9
Lé projet d e fixation d u tracé d u
chemin vicinal ordinaire n° 9, dans l a
partie comprise entre le chemin vicinal n° 8 et la p l a g e , est déposé à l a
mairie d e Bénodet d u lundi 29 août au
mercredit 7 s e p t e m b r e 1938 pour que
chaque habitant puisse en prendre
connaissance.
A l'expiration de ce délai, M. Duval,
commissaire-enquêteur recevra, à l a
mairie p e n d a n t trois j o u r s consécmtifs,
les 8, 9 et 10 s e p t e m b r e , l e s déclarations d e s intéressés s u r l'utilité dudit
projet.
Art. 50. — Eu cas d e p e r t e de la
moitié d u capital social, la gérance
et le conseil d e surveillance sont
tenus de convoquer l'assemblée générale, à l'effet d e statuer s u r la
continuation ou la dissolution de l a
société.
Deux expéditions de cet acte ont
été déposées au greffe du Tribunal d e
Commerce d'Orléans, le 16 août 1938.
Pour extrait et insertion :
Signé : LEPINE.
Etude de Me KERVELLA, notaire
à Quimper
A Vendre à l'Amiable
en rente viagère
A Quimper, 7, r u e Sainte-Thérèse
Une grande maison d e commerce
et d'habitation, ayant magasin et 20
pièces. Cave, grenier, courette.
w . c . , e a u , gaz, électricité.
"Mon Jardin
1
•
^
Revu« d a J a r d i n a g e
Pour tous renseignements, s'adresser à l ' E t u d e .
THOUARS (Daux-SèvrM)
Statuts
Alexandre-Martin.
4° Mlle Marguerite Coudray, célibat aire m a j e u r e , directrice commerciale, d e m e u r a n t à Orléans, 12, r u e
du Commandant-Arago.
Il a été établi les statuts d'une
5 m a r s . — Stade Rennais-U. S. S e r v a n société à responsabilité limitée qu'ils
n a i s e ; C- E . P . L o r i e n t - F . C. Lori' n t a i s ;
ont convenu de former entre eux.
Stade Q u i m p é r o i s A S. Bres'oise ; Stade
M o r l a i s i e n - U . S . D o u a r n e n e z ; S t n d e BrioTitre p r e m i e r
chin-Stade Léonard ; Veloce
Vannetais
Forme.
Objet.
Dénomination
U S . - C . 0 . Choit tai« ;
Siège.
Durée
12 m a r s .
C. E. P . I . o r i e n t - S l s d o R e n Article p r e m i e r . — Il est formé
n a i s ; U. S . S e r v a n n a i s e - U . S. D o u a r n e n e z ;
entre
les sus-nommés u n e société à
Stade Léonard-Stade Quimpérois ; Stade
responsabilité
limitée qui sera régie
M o r l a i s i e n - V é l o c e V a n n e t a i s U. S . ; C. 0
C h o l e t a i s - F . C. L o r i e n t a i s ; A S . B r e s t o i s e - par la loi du 7 m a r s 192o et p a r les
présents statuts.
Stade Briochin.
19 m a r s . — S t a d e R e n u a i s - A S . B r e s t o i s e ;
Art. 2. — La société a pour objet :
S l a d e M o r l a i s i e n - S t a d e L é o n a r d ; U. S .
La prise à bail avec promesse
S e r v a n n a i s e - C . E . P . L o r i e n t ; F . C. L o d ' a p p o r t p a r le bailleur et l'exploitar i e n t a i s - U . S. D o u a r n e n i z ; S t a d e R r i o e h i n lion d ' u n établissement industriel et
C. 0 . C h o l e t a i s ; S t a d e Q u i m p é r o i s - V é l o c e
commercial
de fabrication et vente de
V a n n e t a i s U. S .
conserves
alimentaires,
situé à Orléans,
26 m a r s . — S t a d e R » n n n i < - S t a d e Morlni
sien ; C. 0 . C h o t e t a i s - U . S S e r v a n n a i s e ; 7 bis, r u e de Palay, avec usine à
F. C L o r i e n t a i s - S t n d e Q l i m p é r o i s ; A. S. Brigneau, commune de Moèlan-surB r e s t o i s e - S t a d e L é o n a r d ; U. S. D o u a r n e - Mer (Finistère).
n e z - C . E . P . L o r i e n t ; Vélocu V a n n e t a i s
Toutes opérations c o m m e r c i a l ' s , inU. S . - S t a d e B r i o c h i n .
dustrielles, mobilières, immobilières
2 a v r i l . — V é l o c e V a n n e t a i s U. S . - S t a d e et financières quelconques pouvant se
R e n n a i s ; L'. S . D o u a r n e u e z - C . O C h o l e t a i s ;
rattacher directement ou indirecteStade Briochin-Stade Quimpérois ; li. S
ment à l'objet social ou en faciliter
S e r v a n n a i s e - S t a d e Morlaisien ; C. E. P. LoOJ le développement.
l'extension
r i e n t - A . S B r e s t o i s e ; S t a d e L i o n a r d - F . C.
Art. 3. — La société prend la dénoLorientais.
L e s m a t c h e s s e j o u e n t s u r le t e r r a i n d u mination de : « Société d'exploitation
des Etablissements André Loison».
club premier n o m m é .
Art. 4. — Le siège social est fixé à
Dates de Coupe de France
Orléans, r u e de Patay, n° 7 bis.
11 s e p t e m b r e , 2 et 23 o c t o b r e , 13 e t 27
Il pourra, mais seulement à compter
n o v e m b r e , 18 d é c e m b r e 1938.
du jour où la société sera devenue
8 j a n v i e r , 5 f é v r i e r , 5 m a r s , 2 avril, 7 m a i
propriétaire de 1 établissement indus1939.
triel et commercial désigné sous l'arDates de la Coupe de l'Ouest
ticle
2 qui précède, ótre transféré en
18 e t 25 s e p t e m b r e , 23 o c t o b r e , 13 e t 27
tout
autre endroit de la ville d ' O r n o v e m b r e , 18 d é c e m b r e 1938.
d u « Citoyen », Quimper
Conomor, qui est le point culminant
d u d r a m e Britto»Armoricain, — pontôtre m ê m e , et plus simplement) un
épisode d e cette lutte.
1 e r j a n v i e r , 23 e t 30 avril, 7 et 14 m a i 1939.
26 f é v r i e r . — S l a d e L é o n a r d - S t a d e R e n n a i s ; A . S . B r e s l o i s e - F . C. L o r i e n t a i s ;
C. 0 . C h o l e t a i s - S t a d e Q u i m p é r o i s ; C. E . P .
Lorient-Stade Morlaisien ; Stade BriochinU. S . S e r v a n n a i s e ; U. S . D o u a r n e n e z V é l o c e V a n n e t a i s U. S .
i i i i l I U
(d'après
CITOYEN
est le guide pratique
des amateure
A4AOLAZUP
Etstì de 3 molt contrt
2 fra "n '¡i"hr**.pn*tt
^
M
r
)
HUILE
O O O P AUTOS
DKMMAIS F S f t U S
Essai 3 mois : 2 francs
La CUISINE ELECTRIQUE est ECONOMIQUE
grâce a u x tarifs réduits d e
L E B O N
ESSAIS
â zO "
GRATUITS
Pour vos besoins de Mercerie, Broderie et laiterie
adressez-vous
à
la
Maison
4,
Y-
LE
rue Elie-Fréron,
FOUR
TOUS
à
VOS
QUIMPER
IMPRIMÉS
adresserons à l'Imprimerie ¿u < Citoyen >, Quimper
TAUL-MARTIAL -
PARIS
NT»;
Cave
à celui
immense,
bons
qui prendra
vins de
France,
le bon billet
de la
T R A N 1 C HE
L O T E R I E '
Saint pour les uns, il était tout naturellement le diable pour les autres.
Et voilà retrouvé, p a r m i la cendre
des générations et sous le limon des
siècles, un autre aspect de la légende.
Ce n'est ni le moins curieux ni le
moins troublant.
Vie de Saint KE
Sninl Ké n m | u i t e n l'île d e lireliifiiie,
île p i i r e n l s n o b l e s e t r i c h e s . S o n p i r e
s':ip|ielail Lucimi e t s;i m è r e T u g a . Il se
r e n d i t si a c c o m p l i e n t o n t e s o r t e d e
s c i e n c e s <|n'il lui a d m i s a u s a c e r d o c e e l
m ê m e é l e v é à la d i g n i t é e p i s c o p a l e e n
u n e d e s c i t é s d e s o n p a y s , e n l a q u e l l e il
se fit p a r a î t r e le p è r e d e s e s d i o c é s a i n s ,
n o n s e u l e m e n t les n o u r r i s s a n t d u pain d e
sa d o c t r i n e , m a i s e n c o r e d u pain m a t é r i e l ,
a v a n t v e n d u Ioni s o n bien p o u r l ' e n t r e t i e n
el la n o u r r i t u r e d e s p a u v r e s , l e s q u e l s il
visitait p a t e r n e l l e m e n t et l e u r d é p a r t a i t d e
g r o s s e s a u m ô n e s , tant p a r s e s m a i n s cpie
p a r le m o y e n d e p l u s i e u r s v e r t u e u s e s
p e r s o n n e s d o n i il se servait e n u n e si s a i n t e
a-livre. .Mais, n e se j u g e a n t a v o i r les
é p a u l e s a s s e z f o r t e s p o u r s u p p o r t e r la
p e s a n t e u r d e la c h a r g e e p i s c o p a l e , il se
d é m i t d e s o n é v é c h é ("I p a s s a e n la p r o v i n c e
d e C.anibrie. r é s o l u d e s e r e t i r e r e n q u e l q u e ermitage, et, p o u r ne se t r o m p e r en
l'élection d u g e n r e d e vie q u ' i l p r o j e t a i t
m e n e r , il s u p p l i a n o t r e S e i g n e u r d e lui
m a n i f e s t e r su s a i n t e v o l o n t é .
K t a n l e n la f e r v e u r d e s o n o r a i s o n , il lui
l'ut r é v é l é q u ' i l se m u n i t d ' u n e c l o c h e t t e
(il In f a ç o n d e s e r m i t e s d e ce t e m p s - l à ) e t
mnrcluU j u s q u ' a u lieu n o m m é R o s - E n é , o ù
il é d i l i e n i i t u n p e t i t e r m i t a g e e t s'y t i e n d r a i t j u s q u ' à c e q u e Dieu lui e u t c o m m a n d é
a u t r e m e n t et q u e , p o u r l ' a v e r t i r d e c e lieu,
»il c l o c h e t t e s o n n e r a i t d ' e l l e - m ê m e l o r s qu'il y serait arrivé. Le saint obéit h u m blement et s'adressa à un excellent f o n d e u r ,
n o m m é Gildns, l e q u e l n ' a y a n t q u ' u n p e t i t
m o r c e a u d e m é t a l , s u i n t Ké, p a r lu v e r t u
I d u s l ^ n o fio jn çrpix, le m u l t i p l i a u n sorte'
DU
V IN
N A T I O N A L E
qu'il en resta g r a n d e q u a n t i t é a u dit f o n d e u r . e n r é c o m p e n s e d e sa p e i n e . A y a n t
cheminé q u e l q u e s j o u r s , avec q u e l q u e s
autres saints personnages qui s'étaient
a d j o i n t s à lui, il se t r o u v a f a t i g u é d u
chemin et, pour se délasser et reposer
q u e l q u e p e u , ils s e j e t è r e n t s u r l ' h e r b e
verte, près d ' u n bras d e m e r , n o m m é
l l i l d r e c h ; e t , c o m m e il s ' e n t r e t e n a i t a v e c
s e s c o n f r è r e s , il e n t e n d i t la voix d ' u n
h o m m e , s u r le b o r d d e l ' e a u , q u i c r i a i t à
un a u t r e , q u i était s u r le r i v a g e o p p o s i t e ,
s'il n ' a v a i t p a s v u s e s v a c h e s q u ' i l a v a i t
é g a r é e s d e p u i s q u e l q u e s j o u r s '! — « O u i ,
r é p o n d i t l ' a u t r e , j e l e s vis h i e r à R o s e n ô ,
e n v i r o n l e s t r o i s h e u r e s . » Saint K é , a y a n t
o u ï p a r l e r d e l i o s e n é , r e m e r c i a Dieu et d e s c e n d i t s u r la g r è v e d e c e b r a s d ' e a u ,
' iquelle, depuis, f u t n o m m é e , en l a n g a g e
ireton W a l l o i s . K r e s t e n - K é , c ' e s t - à - d i r e
g r è v e d e saint Ké. o ù . s e s d i s c i p l e s a y a n t
soif, il f r a p p a u n r o c h e r q u i é t a i t là a u p r è s
et e n lit s o r t i r d e l'eau e n a b o n d a n c e , d e
laquelle les malades, buvant avec foi,
r e ç o i v e n t la s a n t é p a r l e s m é r i t e s d e s a i n t
Ké.
Ils p a s s è r e n t c e b r a s île m e r e t e n t r è r e n t
e n u n e é p a i s s e f o r ê t o ù la c l o c h e q u e l e
;aint p o r t a i t c o m m e n ç a à s o n n e r , c e q u i
ni lit c o n n a î t r e q u e c'était le lieu o ù il s e
d e v a i t a r r ê t e r , d o n t il r e m e r c i a Dieu ; e t ,
a v a n t d é f r i c h é c e lieu, il y é d i f i a u n e
petite chapelle et. auprès, de petites
c e l l u l e s p o u r soi et s e s c o n f r è r e s , a v e c
l e s q u e l s il v a q u a i t j o u r e t n u i t à p r i è r e s e t
oraisons, se sustentant du labeur d e leurs
mains et des aumônes qu'on leur donnait.
Il y a v a i t , p r è s d e c e lieu, u n b e a u c h â teau n o m m é Gndrun, dans lequel d e m e u rait u n p r i n c e n o m m é T h é o d o r i c , h o m m e
p e r d u et d é t e r m i n é , l e q u e l , c h a s s a n t u n
j o u r e n In f o r ê t d e R o s e n é , p o u r s u i v i t u n
cerf j u s q u e s e n l ' e r m i t a g e d u s a i n t , o ù i l
s'était j e t é et caché ; et, e n t r a n t d e f u r i o
d e d a n s , il s ' e n q u i t d e c e q u ' é t a i t d e v e n u
le cerf,
(à
suivre).
m si H i l i * u iura
Í.B
Pour
F a i t e s votre Publicité dans le " Citoyen
7 , ru»
EHe-Fréron
—
"
QUIMPER
Lettres
on
GifOVBM
toi
Cartes
de
M
«dresspz-vou* à VIm.prirnr.ri?.
Service
mges
d'été
7. rueKUe-F éron. QUIMPER
K «
EXÉCUTION
Y $ @ $
R A P I D E
&
Í
E
Ü
E
QU1MPKR (d)
E N
V E N T E
Factures, E e - t ê t e s de Lettres, Traites, Eaveloppes, Affiches de tous
formata, Tickets, Carnets i souches,
Registres,
Prospectus,
Etiquettes,
•te..., «te..., et tous les imprimés
c o a c e r a a a t le C o m m e r c e e t l'Iadustrie.
Adressez-vous doac
l'Imprimerie
Bretonne
5
6
8
9
13
Rennes (d)
PARIS (Montp) (a)
à l'ImprimoTie 84 Librairi® bretonnes
7, rua Eiie-Fréron, à Quimper
ea toute coafiance
...
S
S O I G N É E
LIGNE
DE
45 8 3»
43 9 41
11 11 23
25 12 44
36 17 5
11
12
14
15
19
QUIMPER
30
28
3
20
35
14
15
17
18
23
R u e
E l i e - F r é r o n
—
L e » a f f i c k e e : Loi sur la
riprtstioh
dt l'itrstit
publiqus it tur la poliet dts
débit» dt
boiston».
— Tarif dt» Consommation$
pour Ut
débit».
L e s a f l U b c a : Horaire, loi» et règlement« f u r te travail.
i
d u
QU
C i t o y e n
I M P E R
Téiéphoae 86.
R. in C. n' 579.
lj—|.H i I ii.lil
t
j .il
i m il ' ;ii rnirii Tr j nini iiiiii i « W j
HV;. • % - > . » • ' V , . >/.'.>- .
.. Í •>• ' , . -v
f 'F
\ il • ' i
n'i . n i
H i • ii i'» • il«i'-J
. A N T O I N ë & Fifs¿¿¡j
38, Rue d'Hautpoulfrv
PARIS-19*
fii
8REST (d)
Lande rnea«....
Chàteaalin
QUIMPER J
5
6
6
6
6
Rosporden
Bannaiec
Qnimperlé
Lorient
Nantes (a)
H e f U t r e a de» Déclaration»
d'option
de» contribuable»
cotité» au rôle de»
prestation»
en nature.
45
i
13
24
43
5
5
6
6
6
7
7
7
8
11
3j 6
19! 6
12 j 7
41< 8
51 9
9
10
4» 10
6 10
20 14
MM. lea Secrétaire» de Maine sent
assurta de trouver à l'Imprimerie dn
Jwoy«n, 7, rno Elie-FrAron, Q ù a p e r ,
4®h» l e a lîsaprSraaiSa qai lsar »sni
ûocesaaiïos.
3RBST ( d ) . , . . 6 » 8 50
Luadern«*« (d) 6 15 9 6
Lftitâi'risitMi...,
»
Si-Th4go»aoo..
Moríais ( d ) . . . . 6 48 9 40
tfningamp
7 34 10 32
L e E l a l i t i r « Affricate
St-Brienc
8 8 11 9
par M. Albert 1.« Bail, avocat. Ub To}am«
9 25 12 4i
4e 840 pagas, ¿a toutes les branches i a Rennes
PARIS
(Mosto)
36 17 5
13
{'activité agricole «e noir« granii «téparlemeat.— Prix, 10 fraies ; fraaco, 11 fr. 26. Antorails. — Dép. de Brest :
La T e r r a d e a P r ê t r e »
aoavelle édition, par Yres Le Febvre. En
appendice : Un Procès d'Eglise, — le proeòe d« la Terne «le» Piètres. — Un votame
de 260 pages ; prix, 15 fr. ; franco, 16 fr.
RUBANS - CARBONES'-ri
STENCILS - ENCRESfes'
TOUTES LES ^
SORTES POUR '
TOUS LES
BESOINS
Claude J l g o u , payean d è l'Arrée
roman, par Yves Le Fe vre. Un volume,
piix, 12 fr. ; franco, 13 fr.
î
E n vente k la Librairie Bretonne, 7, rue Elie-Fréron, QUIMPER.
Komaana
N o m T«B«ic2ta « x s Ut romans pan«»,
Prière de do*!»** io «or..- s!« r*diUtflr.
'si. À '(W/isL éecb
Lt '¿f-,
parxesma,
ses iatlrtts, delt
tMT 1« tira.««! r á e l d a
î o g»i«»es® d a fair®
a e n c t a a s a d*
s « r«a*e5jçaer
j e a r a a J a û eli*
sa publicité-u
20 8
40 9
45 10
17 11
28 11
50 12
2 12
16 12
36 13
22 18
50 12 24
10 12 44
21 18 50
1*14 21
45 14 87
17 15 »
31 n
50 15 2C
30 15 39
15
cà
14
44
3
44
8 18
86) 18
»
19
17 58 19
18 28 20
21 53
U N
à
I À R C K J 6 S Ì
à la Librairie Laïque)
7, rat Klii-FréreD, 7 - QUIMPER
—
Qaimperli
|
)7
Pott-Ave*
I
17
Conoarn«»« (P. 0 . ) | 6 45 8
Qeimpor(gaie)
] 7 i5ja
5,8
45 8
251 9
5,| 9
5
45
25
55
11
12
12
13
Snceessour
FINISTÈRE
I •
frane*
(port
en
V h v ®
est
' s
antifascistes
m
Aimçm
[ " " " l i s e n t
m
Lectenrs *
tthrm•• u i k i m » « » ! ! !
A» a
Mi»
t r «* n
LA
Pont-1'Abbé...j
Qnimper
|
I
QUIMPER
m
M
F
J K kJKJt^t, i.
s
LUMIERE
9UME) M«»UOMA0»m» «J PaoMT Mrjuirl
h t «faM A «*n»
to Um f i n . . » . , i H u t »
MUNICIPALITES
ti.
.
M
p e u p l e
l a
tai Nt 4« phu
ueuuuiriMu r
«i I Mé)
3
SI w M* 4a ru t h Cmmprnfm
t»
«a®
*»•*!««> «MO»
e
po
m .
v;
ftif
4*
Ss*.
Fmw
LAÏQUES,
Prix
X
Remise
,17 m
10
peur
CAISSES
tous
DES
ECOLES
ro* Fourniture»
en toute
„colaire»,'
confiance
L A Ï Q U E
de
habituelle
pert et
aux
>Mt
,Mrg
des
Editeurs
I «M MMHM.
Membres
de
l'Enseignement
d'emballage, peur le département du
Fiautère
p e a r t e n t e c e m m * « d e à p a r t i r d e 100 i r a i c i .
s u f a i s a n Hs«fei •
lidjres s i imsaebili4xee à eoraiaerfacta et autres por••'«sïrss n e m n t a n í a e n t gínéü, E«?ira
«a JuignaEÎ tisabis pswr rápese? à
Agensg s.i Prête, Cam Pestala 11, A
Calmar (Ht.-Rlún).
SU«
A
F r é r o a
O U B € t C W r .
Per
Télépkeae 86.
Prèti eî I f s i M i
CHAU
FFEZ-VOUS
C H A U F F E Z
VOTRE
EAU
6 A Z
LE BON & C"
MËDOC
PR9PRISTK
Aetepterab représentant
*i*HKé pe*v*Rt fsansur
miar «rdics.
&e*rge*
6W/TZAR3,
kiets
KXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXlOfr
niapr.fb
n irtt iM
i fm
ml 1
WUM
L ê
O i t o j m
xiïZe*»
• r g a n t Hebdemadaize de Défense l a l f u
ÎSjrus4§
fttiftiiiùtil,
ÍCueadeV.
1
'
• t d'Aetiea Mép«kUeaiae
H Q I L E I I M
sisfsir
RCPftB^aííTARrT We» intradai«
gammes frorr» do sa^ffK
««»n rsfffecirabst r«prés<)H<ìaAisr
tvioT
pheá. *®riT8 Merecí TBRVí!
an p.iiffldrjítj S, stsH Lsns*
ttriitt.
M.W&M.
P O U R T O U S STYLOS
aussi
Je MiwfU
m
i r e p o o i t i o i a e b a r t i a A l e , dopais 31
ans, je ««nflrais de rknmatisme».
fcSaiwailiíaseisjent «enlagie, je ferai seri
)« ^aaïst de ma gnéri«en ¿ f «t
la l i s m ^ u d m - Mme HIIAJ!JRJIK,M?iitti»
y /
fabriquée pûf les ENCRES ANTOINÎ
p o s s è d e 4 point» da s u p é r i o r i t é |
Fluidité
inaltérabilité
R i c h e s s e d o coforfc
Absence de dépôt
Çtlt ufit êntr* parfait« 4om un flattn d» iHAÎi
i l r«tfop»orrt voul <im4llor»f«j| »olr» tfylo,
IN VENTÎ partout
n
t™**
m
i ' A K O M i C M C M X
«j,
«mîIÎI t t m m
*§
& 85£tífi
m
m
LE CITOYEN
m
mmrn
a
sur
fammi«!
l'huilo p o u r
en
autoi
adopícíñf
! i ÜsBÍíÜt
I
a
v i » , » » ¿ » i t t i BBMim
t¡
m»mi
Séttoter
ee.tolàtl»
et Mdfieiser
i iDT. 9»ÊéêÊ».
ÁimUústrMtiM^CérMt ¿H « S i t s ^ n - , 7, rne É U e ^ r é r t n ,
d o DFSMA8AIS f^ESSâ
vendue le b i d o n d a 2 üíréa 1
<
¿umf»
¡6 francs, Didon pur du,
9
v
©
« » t e à l a L i b r a i r i e b r e t o n a e , 7. r u e E l i e - F r é r o a , Q u i a i p e r
t
20
37
12
9
SI
CLASSIQUES
des Catalogues
I —Mil.
T,
T é l é p k e a e 8S.
w m M ï $
ri As-
S T Y L E
¡
7 15; 9 55.12 45 14 5i
L I V R E S C L A S S I Q U E S E T D E B I B L I O T H E Q U E d e t ô t » 1«,
(7<)
mtKÊtÊÊÊimmmBmtHmttmKwmsum*
/ y
19
19
19
tO
21
21
1 , : * -r—r if r4Wi!ii»iimT»
LA LUMIÈRE Ì B A W L ì '
m
(raso CS4«ct Pw». MM m 5M
i p » h » 4. p*. 4. 1 h.
» « m m «I
I. U »»M U
i i H. ÀkxMAVMI!«!.
, rt. <W
»«rf. >»'•
14 40
18 8
18 SI
»
(»)
L I B R A I R I E
• p i d n t a s e t Natie« :
DEPART D 8 LA
«a»
r
20
14
54
49
»
16
12
57
13
39
CnniMntninUnn e t Bcat«fiSle
S3
4'un
b
7 2 9 35 12 »118
10 25 11 22,14 53116
10 51 13 48 15 12,16
»
13 59 » 16
11 19 14 13 15 36|17
11 35 14 30 15 51 17
12 6
16 4 18
12 47
16 87 18
14 »
17 29 20
14 23
17 44 20
6 1 / 8 34i 13 15j 15 55i 1!
15 351
351 19 46
6 26l 9 l i j 14 l | 16 3o| 19
19 10|
lo|
)1 20 15
Adrettex-vous,
Fra»ce
gntalteneet
VINS DU
M
CNAOUK
CAM KOI
19
50
13
32
52
INSTITUTRICES,
AU
journal
M r«WH..H.» >M («M
JPff
L'ARGENT
1* ShoUnluwdlaAkM
nf«l»l i F**. 1 Or«.J.
I, UiuKrlu B»r«!..
10
31
26
»
S
Dim. et fêles.
451 19 41 ï Donarneaex.., 5 58,8 37 10 83 13 37 16 » 17 6 19 2i 19 35
[6 3l|9 2 i | l l 20| 14 26,15 37¡ 17
'
2 l | 20 2J I Qnimper
al ¿J u
ROSPORDEN A CONCARNEAU
Dim. «t rites.
8| 21 V s Concarnean
1 6 20 10 45 14 20, i« sn
82Ì
d 21 51 î Rosporden
l , ' ] « 431 11 % 1Í
}$ $ 20
^ Si„
ml
i S trmnn*
Kneeee-Canr*
7
7
8
8
8
DOUARNENEZ
INSTITUTEURS,
1 usui«: ® f r ,
a » fr. - * aaoia: ± »
m
E4mmmr¿ H A R R I O T
'à M «
11
20
21
23
0
PONT-L'ABBÉ
FOURNITURES
fond» en 1874-
1,
• O N - P R I M E
15
50
49
26
li
7 50 10 30 13 2UI14 40
¡7 o f f i ^
8i 305 11*^14
11 10 14 85>,
¡17 40J íS¿ tS I ** ¿ í
117
G S L I I Á T A f ION]
n o u v e l l e
temmtd
tut)
les
12
16
ir
1J
20
¿mtmgmmmi
acnaadir
publié sur d e c u m e a t s officiels
10 2>
i5 5
1.6 12
1$ 8
19 -23
PARIS PAR MORLA1X
, PARIS (Montp) 031
8 » 10 25 12 15 16 11
i Rennes {d)....
8 46 7 »1
» | l l 10.14 57¡ 16 43.20 1
ir
St-Bnenc (d). 10 18a"m
10 42*13
10,16 2d 18
Oaingamp (d). 10 44 11 12|
Morlaix ( d ) . . . . 11 85; 12 13 14 25 17 46 19 11 22 49
St-Thégonnec.,
12 28
Landivisian....
12 39
18 9
Landerneaa (d). 12 7 12 53
18 28 19 43 28 21
BREST ( a ) . . , . 12 24 13 12 15 10 18 l* 19 59
18,21 — Se renseigner dan« les garea.
(a) Service antomobile snr ronte.
iVonòr jiut avantage» et ridv&iion» <&jprù»
au» Abonnés à ¡'année. — Conditions
stt>itiaUiàMU,li»08Uisr»
ninisiérials
R, da C. Seine n* 157.157
QU I M P S »
BD
»
17
18
53
51
QUIMPER
15 S5il7 15 18 55 Qnimper (gare)...i
301
16 10.1^ 55 19 35
Concarnean
I
0
|18 35120 1U Pont-Aven...
50 16 J
| l 9 5|
j
20Ì16 355|
à
7, R u e Klie-Fréroa — Quimper
L ' H I O i l l l
8
12
13
U
15
ïa. »lu» iatporiant journal
d'annonsit
7t
ru«
G/lo-Fréroa
—
QUIMPER
¿ic-ar leo aalitta et Vestes
(Près la place de la
Cathédrale)
íiw tsieianx dai»«aiif n«s et ssavageo
>Srv3 si « a a u t í e o d'emploia de ioni« xstnro
Lfvíniona et ventes de bennes,
SPÉCIALITÉS DE FOURNITURES EN TOUS
GENRES
îonaia««, I«B»e«bI*s «í (íh«»a«a j ñésoites
AUX
ECOLES
PUBLIQUES
ET
DE
MATERIEL
•i?«Ka*»îi.bl«8, Aii.?>*i»ttai;i)S «su aaira^ss
SCOLAIRE
nseraavata, Vciínres, Asteîsiabii«, SSisjTOUS ARTICLES DE B U R E A U X ET DE PAPETERIE
«iaitfis, OcjsuuoM de Sosie sdrt«
lovraiN
Yves G O U k f i Ê L E I ,
30 0 30
33 6 50
57 8 35
55 13 25
12 11 35
2 42
5 55 9 5
6 22 9 25
»
9 40
6 55 9 52
7 12 10 9
QUIMPER j
7 86 10 19
8 19 10 54
Chàteanlin
Landerneaa (<¿,1 9 45 11 53
BREST ( a ) . . . . 1016 12 14
ntAiT « o i e rois cas. bshaixb
íkt 24 i SS {»agiM gritad format íUastrí»«
VEUVE
à l ' i a p r l m e r l e «la « Citoyen »
A
PAR
20
t
3
5
7
LIGNE DE QUIMPBRLÊ A CONCARN8AU ET QUIMPER (a)
Ancienne Maison GESTIN
EN
¿' é t é
semee
RENNES
Nantes (d)
Lorient
Qmimperlé
Bannalao
Rospordea....
18 1
18 29
19 43
20 20
20 45
21 17
»
21 41
22 6
23
56
12
32
6
PAR
PA.RIS (Vioaip) (d)
Ruas« (d)
R»4oa (d)
Lorient
QÍJISÍP3R ( a ) . . . .
QUIMPER A
7 27; 9 56 11 55 15 421 19
7 51i 10 30, 12 23. 16 6]1 19
Rosporden
Concarnean . . . . . . . . . . I
2 «oía
ë é B é i i f i f t e s i * pir i i t o i
rapita
«ne« ciweNNAsea
ftaea
(Montparnasse)
8 20 45
Ì3 22 6
33 0 6
35 1 29
45 7 15
12 10 ¡13 58 15 16 17 28:18 15 21 8
17 43Í1K 46 tl 26
» 14 15
17 55 19 5,21 41
» 14 32
11» 22 »
i
1
1
»
12 55 15 6 15 59 18 16 19 51122 10
» 116 24
¡ 19 4 21 21:23 4
14 5 17 38 17 16 19 38 22 7 23 46
15 20 19 5 18 331 22 S 5 | " " " | 1 29
19 85
$23 »1 5 45'
j 7 15
5,30 6,20 7,30 8,17 12,10 12,24
LIGNE DE
(J S"
A lim u~
c o n s t i t u e , p a r l e serf-fc-ye 4 *
w
m^mtnét
« t Uttanr*
Ktsids*.
«rg&as
4ë p«klící44
de
pïejnlat
•rira.
P ΠT f T
PARIS
BREST
10 451 12 20i 14 481I 17
8 2' 11 23' 12 581 15 311I 18
Qnimper.,,.
Donarnonez
í
tàûlMPXk
DE
LIGNE DE
•
C i t o y e n
Elie-Frèron,
17
18
20
22
5
14
14
16
16
17
17
LIGNE DE
ï
7, Rue
57
39
10.
33
»
A
15 ni 17 50I 19 80
7 40j
"i 15 601 18 26 20 7
12 50|
8 16 I1 "
Qnimper.
Pont-l'Abbi
^
ÙIÛJ'UJÎ •Z ¿Í, A
a'
t
r
JtV
g h
N A T I O N
Suma/ l e
T r a i n s
LIGNE DE BREST A NANTES
LIGNE
7 ,
d e s
Bretonne
qui livrfl vite, bieQ ot an damier prix.
I I F R K t i l i l l
H o r a i r e
¡ K p r i a s r i a ijféakla da <
i&sJ
« e i t U é p u ie S f i n g i « « f a n g a l ,
gsaniN»im1 swe J.I
« u m i l i !
fiito^a
c , 7, n a K ü s - P r t r ^ ^
__
Ya pt«> le légaimtiec i» la n a u i u t e ^ m r ?
f t r n t i t i s i m r h b
Author
Document
Category
Uncategorized
Views
11
File Size
12 250 KB
Tags
1/--pages
Report inappropriate content