close

Enter

Log in using OpenID

Décembre 1932 - Site en travaux, le week

embedDownload
« y
Alinee. —
su
Vendredi 2 Décembre 1 9 3 2 .
Quant à ceux
qui prétendent
qu'on peut
réussir en
quelque chose
sans travail
et sans peine,
ce sont des
empoisonneurs
ET MARITIME
D.
FRANKLIN
Organe Républicain Démocratique et Régionaliste de l'Ouest
ANNONCES ET RÉCLAMES
Réclames (V page), la l i g n e . 1 f r . »
—
(3« page),
—
. l fr. 50
A n n o n c e s j u d t c . et v o l o n t . . . 2 f r . »
—
Chrouique locale.. 2 fr. »
Les annonces sont reçues aux
bureaux
du journal.
Pour la publicité
extradépartementale,
s'adresser,
89,
Hue
du Faubourg - Poissonnière,
Paris
(9).
Tél. : Provence,
44-57.
COMMUNICATIONS ET
ñ Q H M P E R L E , 13, quai Brizeux — Tél. 1 - 4 9
C O M P T E COCHANT
L
A
S
E
M
A
I
N
ANNONCES
POSTAL,
RENNES
4 4 - 1 3 9
Les abonnements se paient d'avance et
partent du 1" de chaque mois.
On s'abonne au bureau du journal, ou en
adressant un mandat-chique au C/C 11.139,
Bennes.
ABONNEMENTS
(UN AN)
Finistère, C(*)tes-du-Nord, Morb.
1 2 fr.
A u t r e s d é p a r t e m e n t s et colonies.
1 4 fr.
Etranger
3 0 fr.
A propos de l'Office du blé budgétaire ;
E
le gouvernement fait
A p r è s la Collision de T r é q u n c
c h o r u s ; et c'est n é a n m o i n s le moment qu'il choisit pour se lancer
MTB
dans une aventure qui coûterait, au
bas mot, des centaines de millions
S" Bnrhc.
7 2« IS M 8 22 20 5
Le c h i f f r e de 125 millions est offi
S. Subns.
7 29 15.M 933 22 0/
lliiiimiiiiiiiiiiiiiu
cieusement.avancé. Or, l'on sait, par
S. Nicolas.
7») 15 M 10 41 2314
expérience, ce que valent ces sorte
S. l'rbnin.
7 31 15 53 11 46 »» »
D e p u i s q u e l q u e t e m p s , les s é a n - 55, o n d i m i n u a i t e n effet le n o m
d'estimations.
Imm.Conception
7 32 15 S3 0 12 12 3
1
S " I.I'OCIKÜC.
Il n e se p a s s e p a s de j o u r q u e l
Ces i n s t a l l a t i o n s n e c o û t e r a i e n t
7 33 15 S3 1 01 13 21 ces de lu C h a m b r e d e s D é p u t e s b r e d e s r e t r a i t é s et a u s s i le n o m
Ainsi, pour complaire aux sociaLa tutelle
socialiste s'affirme.
S. Valére.
734 1S 53 145 14 01 c o m p o r t e n t p r e s q u e t o u t e s d e s lire de c e u x q u i les r e m p l a c e n
et à l'aile gauche de son parti les q u o t i d i e n s n e r e l a t e n t d e s p a s d e s s o m m e s e x o r b i t a n t e s e t
L'ordre ilu j o u r , accepté par le gou- listes
faire
i n t e r m è d e s c o m i q u e s . M a i s ce n e d a n s l e u r s f o n c t i o n s . D ' o ù u n e vernement, qui a mis fin aux inter- que rien ne distingue des amis de a c c i d e n t s g r a v e s , s o u v e n t m o r t e l s , p e r m e t t r a i e n t ss aa nn ss dd oo uu tt ee de
de f a i r e
s o n t p l u s les m ê m e s p e r s o n n a g e s ( ' c o n o m i e q u i se c h i f f r e r a i t p a r de: pellations sur la politique agricole, Léon Blum. M. Herriot, après de s u r v e n u s a d e s p a s s a g e s à n i v e a u . 1 é c o n o m i e i n a p p r é c i a b l e d e q u e l atermoiements, des discussions indi
L ' a u t r e j o u r , en Auvergne, u n
q u i f o n t r i r e ou s o u r i r e . L ' è r e d e s m i l l i o n s et q u i i r a i t j u s q u ' à a î t e i n est du pur collectivisme.
q u e s vies h u m a i n e s .
gnes d'un gouvernement, a finale
J. G.
T o t o r L e G u c n , d e s B n r b o t , d e s d r e 598 m i l l i o n s en 1951.
Si on en doutait, il n'y aurait qu'à ment accepté d'engager le pays dans v i e i l l a r d et sa p e t i t e fille é t a i e n t
ouvrir l'organe officiel-du parti so- une voie ruineuse — avec l'arrière- p r i s e n é c h a r p e p a r u n e l o c o m o P é v i d i c est p a s s é e . D é s o r m a i s ce
D o n n e r s a t i s f a c t i o n a u x i n s t i t u cialiste. Dès le lendemain du scrusont des Méridionaux, des Cham
pensée, dit-on, (pie le Sénat pposera tive et t u é s s u r le c o u p .
p e n o i s ou d e s P a r i s i e n s q u i d é l e u r s ce s e r a i t p a r c o n s é q u e n t tin, le Populaire publiait, sous la si- son « veto » aux dangereuses élucuA q u e l q u e s k i l o m è t r e s de R o m e ,
s ' o b l i g e r à d e m a . i d é e <'00 m i l l i o n s gnature de M. Cojnpère-Morel, spé- brations de ses soutiens. Ksrinsky a u p a s s a g e à n i v e a u de l ù i r b a r a
chaînent l'hilarité générale.
cialement préposé: aux choses pay- gouverne.
de p l u s a u x c o n t r i b u a b l e s .
un c a m i o n c o n t e n a n t 25 jeunes
uii bulletin de victoire: En
L'échéance du 15 Décembre s é aLnac e sdeum ami naer d i d es or ni ri,è r ece, fàu r e nlat M. H e r r i o t t i e n t d o n c à p r o t e s sannes,
Mais Herriot-Kerensky se t r o m p e f a s c i s t e s a é t é é c r a s é p a r u n t r a i n .
voici
la
conclusion
:
M. Hoover vient de refuser de M. Marcel D é a t , d é p u t é s o c i a l i s t e ter, ou p l u t ô t à e x p o s e r la s i t u a
rait lourdement s'il pensait en être A p r è s le p a s s a g e d u c o n v o i , onze
tion, c a r ce n e s o n t q u e (les p r o « C'est avec ¡oie que te parti so- quitte .avec cette capitulation, don c a d a v r e s , h o r r i b l e m e n t
consentir
à
l'ajournement
de
mutilés
de
la
Seine,
et
M.
M
a
u
r
i
c
e
R
o
b
e
r
t
,
Le m i n i s t r e des Travaux publics
t e s t a t i o n s de p u r e f o r m e . « v o u s cialiste voit enfin une majorité
par- blée, chez son ministre de TAgricul g i s a i e n t a u m i l i e u d ' u n a m a s de
l'échéance du 15 Décembre, qu'ont
c o m m u n i q u e la note suivante :
se former autour d une turc, d ' u n e volte-face humiliante. Le
d e m a n d é les nations débitrices de: d é p u t é r a d i c a l de l ' A u b e , q u i se c o n n a i s s e z , dit-il, m e s s e n t i m e n t s lementaire
1er
r
a
i
l
l
e
s
t
o
r
d
u
e
s
.
Etats-Unis. Tout au plus recomman c h a r g è r e n t de d e r i d e r l ' a s s e m b l é e . à l ' é g a r d de l'école l a ï q u e ; ils idée (/ni lui csTchère et pour laquelle moloch socialiste est insatiable. Plus
Le n o m b r e des voitures automoP l u s p r è s de n o u s , a u p a s s a g e biles est passé de 100.000, en 11)14
dera-t-H ensuite au Congrès la créa
;on lui cède, plus il exigera.
11 s ' a g i s s a i t de la d i s c u s s i o n a u c o n s t i t u e n t u n e g a r a n t i e s u f f i i! lutte depuis près de dix années.
tion d ' u n e Commission des dettes s u j e t de l ' â g e de la r e t r a i t e d e s s a n t é . . . »
« Il lui appartient
maintenant
Il faut, aux leaders radicaux, un à n i v e a u de K e r v e r a r e t , à 200 à 1.700.000 en 1932. Cette progresqui p o u r r a e x a m i n e r les accommo- i n s t i t u t e u r s .
d'agir pour donner plus de vie, plus singulier aveuglement pour ne pas m è t r e s de T r é g u n c , u n e a u t o est sion a posé un certain n o m b r e de
Il
d
é
c
i
a
r
e
d
'
a
i
l
l
e
u
r
s
q
u
'
i
l
a
d
é
j
à
dements susceptibles d'être appor
île force, plus d'autorité, à cet Office se r e n d r e compte que la subordina- e n t r é e e n c o l l i s i o n a v e c u n e a u t o - problèmes.
X
saisi de la q u e s t i o n le C o n s e i ' dont il a été le protagoniste, et dont tion de leur parti au socialisme lui
tés au problème, sans p o u r cela que
Il importe notamment de r e n d r e de
m o t r i c e . U n e f e m m e a été t u é e s u r
sa revision a p p o r t e de nouveaux sa
ta consécration,
par le parti
radical sera fatale. L'expérience de 1924
plus en plus aisée la circulation des
P e n d a n t la d e . n i è r c l é g i s l a t u r e d ' E t a t .
le
c
o
u
p
,
et
s
o
n
m
a
r
i
,
le
c
r
â
n
e
crifices au peuple américain
et le gouvernement,
aurait pu, à elle 1926, si instructive à tant d'égards,
voitures et de faire d i s p a r a î t r e auX
1;. C h a m b r e d e s D é p u t é s a v a i t voté
seule, motiver le vote de ses élus. » aurait dû pourtant leur ouvrir les f r a c t u r é , a d û ê t r e t r a n s p o r t é tant que possible les risques d'accila p é r é q u a t i o n d e s r e t r a i t e s d e s
d ' u r g e n c e d a n s u n e c l i n i q u e de
L e Conseil
d'Etat
va
donc
Inauguration
Qu'est donc cet « office du blé » yeux. Les mauvais m a r c h a n d s des Qui m p e r . N o u s r e l a t o n s p l u s loin dents. La suppression des passages
e t r a i t é s obte- e c h e r c h e r d e n o u v e a u si l e s péélections de 1928, ceux qui ont supà niveau r é p o n d à cette double
de la statue de Clémenceau. fnoani ecnt it o, npnaari rlae s .loiL edsu r.'11
pour
exciter
si
fort
le
contentement
M a r s 1931,
porté le poids du légitime, mécon- ce t r a g i q u e a c c i d e n t q u i c o û t a la p r é o c c u p a t i o n .
La statue de Clémenceau, érigée des a u g m e n t a t i o n s c o n s i d é r a b l e » . d a g o g u e s e x e r c e n t u n s e r v i c e a c t i i des marxistes ? L'ordre du jour F r a n - tentement populaire ce sont moins
En vue de la réaliser progressivedepuis de longs mois d a n s les O r l'on s a i t q u e c h a q u e f o i s q u e o u u n s e r v i c e s é d e n t a i r e , il va çois-Albert-Léon Blum énunière com- les socialistes que le groupe radical vie à M m e K e r h c r v é .
ment, le ministre des Travaux puC h a m p s - E l y s é e s , a été inaugurée l'on a u g m e n t e les d é p e n s e s , ' il é t u d i e r d e n o u v e a u la q u e s t i o n de iilaisamnient ses fonctions éventuel- et ses nébuleuses.
blics a, d'une part, interdit, sauf cas
X
s a v o i r si les i n s t i t u t e u r s
sonl les. Il aura, s'il se constitue -<- car il
officiellement jeudi après-midi par
tout à fait exceptionnel, d'établir
Les statistiques électorales chifv a tout de même loin d'un o r d r e du
le Conseil municipal de Paris, en f a u t t r o u v e r les r e c e t t e s c o r r e s - \ rai m e n t « s u r m e n é s » et
L
a
p
r
e
s
s
e
n
e
m
a
n
q
u
e
j
a
m
a
i
s
présence du président de la Répu- p o n d a n t e s , et p a r s u i t e a u g m e n t e r « l e u r s y e u x se f e r m e n t p l u s tôt » jour à la réalité — le monopole d'im- frent, d'ailleurs,, a.vec précision, les l ' o c c a s i o n d ' a t t i r e r l ' a t t e n t i o n s u r des lignes comportant la traversée
à niveau d ' u n e route nationale ; d'aublique. M. de Fontenay, président d a n s les m ê m e s p r o p o r t i o n s les q u e c e u x d e s a u t r e s c a t é g o r i e s de portation et d'exportation des céréa- résultats de la mise en tutelle du rales et des farines panifiables. S'il le dicalisme. Les radicaux qui comp- le d i r i g e r d e s p a s s a g e s à n i v e a u : tre part, saisi toutes les occasions
du Conseil municipal, "a retracé la c h a r g e s q u i p è s e n t s u r les c o n t r i - f o n c t i o n n a i r e s .
vie du f Tigre ». M. Georges Ley- b u a b l e s .
i l é e bon, il organisera le stockage, t a . i e n t \ v ® i I Ù .p.9 ans, dans le pays c e r t a i n s d ' e n t r e e u x s o n t b i e n p l u s qui se sont présentées de s u p p r i m e r
S'il p e u t « j u g e r e n t o u t e i n d é le w a r r a n t a g e et le financement indi- p l " s J l e . " n iions d électeurs, n'en d a n g e r e u x q u e les a u t r e s , e n r a i - des passages à niveau existants.
gues a parlé au nom du gouverneP o u r c o m p e n s e r ces n o u v e l l e s p e n d a n c e », c o m m e le d é c l a r e M
ment.
Malheureusement, on ne pouvait
iduel et collectif des récoltes, n ont plus que 1.800.000 — 100.000 de son m ê m e de la d i s p o s i t i o n d e s
c h a r g e s , l ' a n c i e n n e C h a m b r e a v a i t H e r r i o t , il n ' a u r a s a n s d o u t e p a s constituera des « stocks
- - -de - sécurité,
- moins que les collectivistes. Les élec- lieux. Il e n est d a n s n o t r e r é g i o n que prélever des sommes insigniM. Pierre Benoît d é c i d é q u e c e r t a i n s f o n c t i o n n a i r e s
m o i n d r e h é s i t a t i o n . Car le s u r - de compensation ou de report, en teurs qu'ils ont perdus, les socialis- p a r e x e m p l e c e l u i de K e r v e r a r e t et fiantes sur les crédits affectés à la
à l'Académie. ne p o u r r a i e n t o b t e n i r l e u r r e t r a i t e lamenage
elui q u i c o u p e la r o u t e d e Q u i m - construction et à l'amélioration des
des
instituteurs
n ' e s t p r o c é d a n t à des achats directs sur tes les ont gagnés.
Comme le rappelait, il y a quinze p e r l é a u F a o u ë t , o ù la visibilité routes nationales, crédits dont le toM. P i e r r e Benoit a été reçu, jeudi q u ' à 6 0 a n s , a p r è s 30 a n n é e s d e q u ' u n e
galéjade du
c a m a r a d e les m a r c h é s régionaux à l'aide de
jours, à Uzjls, M. Léon Blum, on assous la Coupole, p a r M. Henri de s e r v i c e s , t a n d i s q u e d ' a u t r e s l'obtal annuel s'est élevé à 3.500.000 f r .
2st à p e u p r è s n u l l e .
M a r c e l D é a t . O n p a r l e d e p u i s crédits demandés au Parlement ». Il
Hégnier.
en 1923, à 11 millions en 1932.
t i e n d r a i e n t à 55 a n s , aprè'S"25 a n s q u e l q u e t e m p s de la s e m a i n e de aura la hante- m a i » - s u r le. p r i x du siste d e p u i s 80. ans — depuis le faNo'uS lie " v o u l o n s p a s m e t t r e e n
meux « Bloc » de 1902 — " « aux
Le c h a p i t r e spécialement affecté à
Les élections belges. de s e r v i c e s . L e s p r e m i e r s f u r e n t 40 h e u r e s , m a i s il y a belle l u r e t t e blé et du pain.
o u t e la c o n s c i e n c e p r o f e s s i o n - la suppression des passages à niveau
En bref, il instituerait un système progrès continus du socialisme qui
Des élections générales *nt eu lieu c l a s s é s d a n s la c a t é g o r i e A, la q u e les i n s t i t u t e u r s l ' o n t o b t e n u e de socialisation des échanges com- a chassé le radicalisme des cités ou- nelle d e s m é c a n i c i e n s de n o s che- n'a figuré, pour la p r e m i è r e fois au
en Belgique, d i m a n c h e dernier, 2~ c a t é g o r i e d e s « s é d e n t a i r e s » ; les L e j e u d i et le d i m a n c h e
vrières ». Il y a un quart de siècle, m i n s de f e r , m a i s u n e d é f a i l l a n c e budget, qu'en 1930 et avec une dotales
s e c o n d s d a n s la c a t é g o r i e 13, la p o r t e s de l'école s o n t f e r m é e s et parable à celui du « Farm Board » les grands centres Paris, Lyon, Tou- e s t t o u j o u r s p o s s i b l e ; u n o u b l i , tion de deux millions.
Novembre.
américain qui vient de faire une si
louse, Marseille, Bordeaux,
Lille u n m o m e n t d ' i n a t t e n t i o n , et le
Les libéraux, qui c o r r e s p o n d e n t à c a t é g o r i e d e s « a c t i f s ».
M. le P é d a g o g u e se p r o m è n e complète faillite.
Néanmoins, soit avec l'aide des
aux mains des radicaux. Au- l o c o m o t i v e est d é j à e n g a g é e s u r la collectivités locales et des Chambres
nos radicaux-socialistes, ont p e r d u
L e Conseil d ' E t a t a v a i t été A j o u t e z à ces d e u x j o u r s p a r
Les organismes directeurs du mon- jétaient
o u r d ' h u i , les socialistes régnent en
plusieurs sièges. Socialistes et cathoc h a r g é de f a i r e le c l a s s e m e n t , et il s e m a i n e , les j o u r s f é r i é s , les de paysan : c h a m b r e s d'agricultures, maîtres dans les Hôtel de Ville de r o u t e a v a n t q u e le c o u p de sifflet de Commerce, soit à l'occasion de la
liques en ont gagné
piéton,
un reconstruction des voies f e r r é e s et
i j u g é q u e les i n s t i t u t e u r s s o n t v a c a n c e s de Noël e t d u p r e m i e r syndicats, y sont, avec raison, hos- Toulouse, Marseille, Bordeaux, Lille. ait r e t e n t i . Q u ' u n
La crise
allemande. les s é d e n t a i r e s .
de l ' a n , les v a c a n c e s de P â q u e s et tiles. Ils savent que ce serait la fin P a r i s est national. Seul, Lyon, à titre cycliste, u n a u t o m o b i l i s t e arrive gares détruites au cours de la guerre,
soit encore à l'occasion de l'augmenHitler a échoué dans sa tentative
les g r a n d e s v a c a n c e s , et v o u s île l ' i n d é p e n d a n c e si chcre à l'agri- combien précaire, possède encore t u m ê m e m o m e n t , et l ' a c c i d e n t se tation du nombre des voies de cerculteur,
qui
aurait,
attachée
à
ses
X
de f o r m e r un nouveau ministère
produit.
t r o u v e r e z q u e ces s u r m e n é s , ces
taines lignes, le ministère des Trapas," une armée de fonctionnaires une municipalité radicale.
Mgr Kaas, pressenti après lui, a
d a m n é s de la t e r r e n ' o n t q u e 200 sans, pour autant, lui assurer un prix
Dans le discours précité, M. Blum
vaux publics a fait p r o c é d e r , de
N
a
t
u
r
e
l
l
e
m
e
n
t
les
p
é
d
a
g
o
g
u
e
s
L
a
m
e
i
l
l
e
u
r
e
p
r
é
c
a
u
t
i
o
n
à
p
r
e
n
d é c l i n é l'invitation, se trouvant deannonce la volonté de son parti de
j o u r s de c o n g é p a r a n .
1918 à 1931, à la suppression d'une
de
vente
r
é
m
u
n
é
r
a
t
e
u
r
.
«•(»testèrent.
Ils
n
'
a
c
c
e
p
t
e
r
o
n
t
d
r
e
,
à
c
o
u
p
s
û
r
,
c'est
d
e
n
e
j
a
m
a
i
s
vant les mêmes difficultés que le
déloger m a i n t e n a n t les r a d i c a u x de
trentaine de passages à niveau.
De
combien
d'agents
publics
nouj
a
m
a
i
s
q
u
e
d
'
a
u
t
r
e
s
f
o
n
c
t
i
o
n
n
a
i
s ' e n g a g e r s u r la voie a v a n t de
chef nazi.
Q u e l l e est la c a t é g o r i e de f o n c D'autre part, en prévision de l'insveaux la constitution d'un office du leurs positions rurales. P o u r peu que
H i n d e n b u r g a confié au général r e s p u i s s e n t ê t r e p l u s f a v o r i s é s t i o n n a i r e s q u i p e u t se v a n t e r d ' e n blé nécessiterait-elle la création ? ceux-ci continuent de s'associer à la s ' ê t r e a s s u r é q u ' e l l e e s t l i b r e ; cription de crédits importants, au
von Schleichcr le soin de résoudre | u ' e u x . P a r l ' i n t e r m é d i a i r e
d e a v o i r a u t a n t ?!
réalisation
du
p
r
o
g
r
a
m
m
e
socialiste,
m
a
i
s
o
u
t
r
e
q
u
e
p
a
r
f
o
i
s
l'on
se
compte de l'outillage national, un
Personne n'en sait rien. Ce qu'on
la crise politique. Y réussira-t-il ?
l e u r s p u i s s a n t s s y n d i c a t s , ils o n t
peut dire, sans risque d ' e r r e u r , c'est à s'incliner devant son chantage, ce t r o u v e t r è s p r e s s é , il y a d e s p a s p r o g r a m m e a été dressé sur les insne
sera
évidemment
qu'un
jeu.
X
s a g e s à n i v e a u q u i ne s o n t p a s tructions de M. E d o u a r d Daladier.
f a i t e n t e n d r e les r é c r i m i n a t i o n s
que le nombre en serait considérable.
Le pacte
II faut avouer, qu'au fond, ce
D'après le recensement fait en
et les m e n a c e s h a b i t u e l l e s , a v e c
Nous
avons
reproduit
d a n s Aussi reste-t-on saisi d'étonnement chassé-croisé cartelliste nous laisse s u f f i s a m m e n t s i g n a l é s et l'on ne
franco-soviétique...
s ' a p e r ç o i t de l e u r e x i s t e n c e q u e 1927, il existe en F r a n c e , en nomd ' a u t a n t p l u s d ' a r d e u r et de vio- n o t r e d e r n i e r n u m é r o u n a r t i c l e devant l'inconcevable légèreté de nos
indifférents.
Libre, l o r s q u ' o n y e s t d é j à a r r i v é .
Un pacte de non-agression franco- lence q u ' a u j o u r d ' h u i les r ê n e s d u
gouvernants. Comment ! De toutes p a r f a i t e m e n t
bres r o n d s : 20.000 passages à niveau
soviétique (loit être signé m a r d i . On p o u v o i r et les c o r d o n s de la de n o t r e c o n f r è r e R e n é P é l a t a n narts, dans les milieux politiques, i p r è s tout, aux radicaux, de se laisde chemins de fer d'intérêt général,
D ' a u t r e p a r t le b r u i t d e v o t r e 16.200 passages à niveau de c h e m i n s
q u i f u s t i g e a i t l ' a t t i t u d e d e s fonc- lans les milieux économiques, on ser dévorer par Léon Blum.
peut espérer, que les engagements
v o i t u r e o u d e v o t r e c a m i o n vous d'intérêt local, 3.800 passages à niqu'il contient seront aussi scrupu- b o u r s e s o n t e n t r e les m a i n s de t i o n n a i r e s q u i c o n v i e n t les ou- éclame, avec insistance, la déflation
Marcel P E T I T J E A N .
e m p ê c h e p a r f o i s d ' e n t e n d r e l'ap- veau de c h e m i n s d'intérêt industriel.
leusement tenus par la Russie que l e u r s a m i s p o l i t i q u e s , r a d i c a u x et v r i e r s à la d é f e n s e d e s t r a i t e m e n t s
p a r e i l a v e r t i s s e u r d u t r a i n q u i Total : 40.000.
p a r la F r a n c e et que toutes p r é c a u s o c i a l i s t e s .
de ¡10.000 f r a n c s et a u - d e s s u s .
Et, bien entendu, leurs réclarrive.
tions ont été prises pour que les di
Dans ce total. 0.000 traversées enV o u s v e r r e z q u e les i n s t i t u t e u r s
viron intéressent les routes nationarigeants de Moscou ne profitent pas m a t i o n s o n t t r o u v é a u
P a l a i s i r o n t e n c o r e p l u s loin. Ils a u r o n t
X
Des
profaneurs
de
tombes
les. On peut évaluer à 500 le n o m b r e
des garanties qu'ils en tirent p o u r B o u r b o n d e s o r e i l l e s c o m p l a i s a n l'audace d'appeler à leur secours
trouvent une femme
M a i s l ' u s a g e r de la r o u t e et de celles qui doivent être radicaleaccentuer leur p r o p a g a n d e .
tes p o u r les é c o u t e r et d e s b o u - les o u v r i e r s et e m p l o y é s s a n s
enterrée vivante.
l ' u s a g e r d e s c h e m i n s d e f e r o n t le ment s u p p r i m é e s dans le plus bref
h e s d ' o r p o u r les e x p o s e r et les r e t r a i t e et s a n s c o n g é , p o u r obtedélai.
... Et le pacte
Dans la c o m m u n e d e Trcnta, en r o i t de c o m p t e r a u s s i s u r la sold
é
f
e
n
d
r
e
.
polono-sovlétlque.
n i r soit u n a d o u c i s s e m e n t à l e u r
Un o r d r e général d'urgence a été
A
Madrid
on
va
vendre
l
i
c
i
t
u
d
e
d
e
s
p
o
u
v
o
i
r
s
p
u
b
l
i
c
s
.
L
'
u
n
Transylvanie,
trois
p
r
o
f
a
n
a
t
e
u
r
s
de
M. M a r c e l D é a t , d ' a b o r d , e s t i m e
en ce qui c o n c e r n e l'ancien
La Pologne vient de compléter son q u e la c o r p o r a t i o n d e s i n s t i t u - <r s u r m e n a g e », soit u n e belle
e u x enchères les jouets tombes ont eu la désagréable sur- et l ' a u t r e p a i e n t a s s e z de c o n t r i - établi
réseau et est actuellement en cours
r e t r a i t e a p r è s 25 a n s de s e r v i c e s
prise
de
voir
se
dresser
devant
eux
pacte de non-agression avec la Rusb u t i o n s p o u r q u ' i l s p u i s s e n t de- de p r é p a r a t i o n en ce qui c o n c e r n e
des enfants
la nuit d e r n i è r e au moment où ils
sie p a r une convention de concilia- t e u r s a s s u r e u n s e r v i c e actif et à r a i s o n de 150 j o u r s de t r a v a i l
de l'ex-roi Alphonse XIII. venaient d'ouvrir son cercueil, une t o a n d e r q u ' o n l e u r a s s u r e u n e le nouveau réseau. On peut évaluer
q u ' e l l e « p a i e u n l o u r d t r i b u t à la p a r a n .
tion.
certaine sécurité.
à 200 le nombre des passages à niladie » ! ! !
JEAN L E G A L L .
Un journal de Madrid publiant les femme enterrée vivante d e p u i s cinq
Entre Russie et Roumanie m aM.
Le meilleur r e m è d e
é v i d e m - veau à s u p p r i m e r en p r e m i è r e urjours,
et
qu'ils
comptaient
dépouilR o b e r t l ' a p p u i e et d é c l a r e ,
ihoticgraphies de la salle 'des jeux
m e n t , a u p o i n t de v u e q u i n o u s gence pour les deux reseaux.
M. Titulesco a annoncé que les s a n s r i r e , « q u e les i n s t i t u t e u r s
de l'ancien palais royal, où les en- ler de ses bijoux.
A raison de 2 millions p a r ouvrage
dans
la
négociations en vue d'un pacte russo- •jont s u r m e n é s et q u e s o u v e n t
La malheureuse, qui, plongée dans i n t é r e s s e , c o n s i s t e r a i t
fants du roi Alphonse XIII, aujourroumain ont définitivement échoué, l e u r s y e u x se f e r m e n t t r o p tôt ». Un bel héritage de 4 5 0 millions d'hui exilés, se réunissaient p o u r un sommeil léthargique présentait o p p r e s s i o n de t o u s les p a s s a g e s à la charge de l'Etat, non c o m p r i s la
contribution .des réseaux et des colen raison de l'attitude des Soviets
niveau.
'amuser après leur classe, annonce toutes 'les a p p a r e n c e s de la mort, au
lectivités, la dépense s'élèverait, p o u r
point que les médecins n'avaient pas
en ce qui regarde la Bessarabie. Les
que
les
jouets
des
petits
p
r
i
n
c
e
s
se
Il
y
a
encore,
mtflgré
la
crise
écoM a i s c ' e s t là u n t r a v a i l d ' H e r - cette t r a n c h e de toute p r e m i è r e urX
hésité
à
d
é
l
i
v
r
e
r
le
permis
d
'
i
n
h
u
deux gouvernements s'en t i e n d r o n t
ont
vendus
p
r
o
c
h
a
i
n
e
m
e
n
t
aux
enn o m i q u e , ' d e s oncles d'Amérique et
cule, u n t r a v a i l de l o n g u e h a l e i n e
donc aux p r i n c i p e s du pacte BriandM. H e r r i o t p r o t e s t e : d é c i d é - même des cousines ; un Alsacien chères et le produit de la vente ver- mer, venait de s'éveiller un instant et q u i c o û t e r a i t d e s s o m m e s a s t r o gence, à 600 millions.
Or, les crédits dont disposera le
Kellogg, qui exclue tout recours ii la m e n t il s e r a i m p o s s i b l e de r é a l i s e r d'origine, M. Scheffer, marié à Chauiir sé à 'la caisse 'd'un patronage répu- avant l'arrivée d e s malfaiteurs.
nomiques.
ministère des T r a v a u x publics sont
violence.
u c u n c d e s é c o n o m i e s p r é v u e s a u beret (Corrèze), avec Mlle Catherine blicain.
N o u s a p p r e n o n s a v e c p l a i s i r loin d ' a t t e i n d r e ce chiffre.
a été i n f o r m é qu'il figurait
Parmi les jouets, on peut a d m i r e r
Au titre de l'exercice 1932, les
Un ingénieur allemand p r o g r a m m e ; e n voici e n c o r e u n e Cliàtel,
q u e q u e le M i n i s t è r e d e s T r a v a u x
parmi
les
héritiers
d'une
cousine
dédes
vraies
écuries,
avec
d
e
s
petits
q u i s'eftvole.
va se faire projeter
P u b l i c s va s ' y a t t e l e r i n c e s s a m - services d e la voirie routière ont
cédée à Philadelphie en laissant hevaux d'une facture exquise; un
à mille mètres de hauteur E n d o n n a n t l e u r r e t r a i t e a u x une succession évaluée à 450 mil- petit chantier naval, f o u r n i de torm e n t . D é j à p o u r lt> p a s s a g e s à disposé de 2 millions au titre du
n s t i t u t e u r s à G0 a n s , a u lieu de lions'.
dans une fusée.
pilleurs et de cuirassés ayant plun i v e a u , les t r a v a u x s o n t e n c o u r s budget et de 30 millions au titre de
l'outillage national. P o u r les exersieurs
mètres
d
e
longueur,
aux
prode r é a l i s a t i o n o u à la veille d ' ê t r e cices 1932 et 1933. ils devront disL'ingénieur Nebel, inventeur de la
portions
parfaites,
ainsi
que
pluLA BOUHSE OU LA VIE !
e n t r e p r i s . N o u s d o n n o n s ci-dcs poser, d ' a p r è s le projet actuel d'oufusée stratosphérique, p r é p a r e une
sieurs autres petits chefs-d'œuvres
expérience sensationnelle avec le
La semaine dernière, un journa- s o u s u n e n o t e c o m m u n i q u é e à ce t i II âge national, de 45 millions.
de
mécanique
et
d'art,
dont
l'expoc o n c o u r s financier de la ville <le
La mise en train d'un projet d e .
sition fait, ces ¡ours-ci, 'la joie des liste qui traversait, à 2 heures du s u j e t à la P r e s s e p a r le M i n i s t è r e
Ma«debourg.
matin, la rue N.-D. des Victoires, ab- d e s T r a v a u x P u b l i c s .
suppression des passages à niveau
nfants d e Madrid.
Une première fusée à chargement
solument déserte à ce moment, fut
exige t o u j o u r s d'assez longs délais, en
réduit devra atteindre, le »ilote étant
attaqué par un individu de fort mauraison de la nécessité d'établir u n e
X
Du
Champagne
vaise mine qui lui d e m a n d a : « La
a b o r d , une hauteur de 1.000 mètres
combinaison financière acceptée p a r
à base de rhubarne en Suède. bourse ou la vie ».
M a i s e n a t t e n d a n t q u e ces t r a - les parties en présence et de procéUn projet
autorisant
« La Bourse », répondit le journa- a u x s o i e n t e x é c u t é s , ne p o u r r a i t - der aux enquêtes.
I
Soiis
<lo
l
i
t
r
e
'
«
chanipagne
tiré
les vins légers sera déposé
Malgré ces difficultés, l'effort des
le fruits suédois », da « Svenska liste sans s'émouvoir, vous la trou- on p a s t r o u v e r u n d i s p o s i t i f quelau Congrès
Américain.
Daghlad » d é c r i t longuement la nou- verez un peu plus loin, à gauche. c o n q u e q u i p e r m e t t r a i t d ' é v i t e r services du ministère des T r a v a u x
On a n n o n c e que quoique» membres
velle d e la création d ' u n e usine, aux Quant à « l'avis », ajouta-t-il en les a c c i d e n t s d a n s les p a s s a g e s les publics, depuis l'an d e r n i e r en ce
du congrès déposeront le 7 Décembre
environs de Stockholm, pour la fa- brandissant une c a n n e imposante, je p l u s d a n g e r e u x . u n s i g n a l p a r domaine, peut être précisé p a r les
p r o c h a i n devant je comité financier
brication annuelle de 400.(100 litres vais vous en d o n n e r un dont vous e x e m p l e , d a n s le g e n r e d e c e u x chiffres suivants :
P o u r l(i passages à niveau, les trades voies et moyens, une motion à
e chanipagne. 000.000 bouteille,s se- ferez bien de tenir compte : c'est de ( ni, d a n s les g a r e s , a n n o n c e n t
vaux sont en cours de réalisations ou
l'effet d'inclure les vins légers dans
oir! offertes aux
consommateurs filer par les voies les plus rapides. 1 a p p r o c h e d e s e.invois.
à la veille d'être e n t r e p r i s ; p o u r
tout projet d e loi tendant à apporau prix de deux c o u r o n n e s et demi
CHEZ LE PHARMACIEN
b a n s c e r t a i n e s villes o n a d é j à 129 passages à niveau, le ministre a
ter certaines modifications à la loi
pour le vin dieux et d e trois coliVolstead.
Le jeune commis. — Patron, qu'est- é a l i s é la s i g n a l i s a t i o n a u t o m a t i - d o n n é son agrément et accepté le
on ne.s et demi pour le vin sec. La
ue a u x c a r r e f o u r s . A u p a s s a g e montant de la p a r t i c i p a t i o n finanfermentation se fait dans 800 cuves ce qu'il y a dans ce bocal ?
Une grève de l'impôt
Le pharmacien.
— Ça, c'est ce d e s v o i t u r e s , u n e p é d a l e m é t a l - cière qui était demandée à son déd'une capacité do 1.000 Titres chaaux Indes.
Y
:
cune. L'alcoolisation est supérieure qu'on d o n n e aux clients q u a n d on l i q u e d é c l e n c h e u n s i g n a l l u m i - p a r t e m e n t .
Des milliers de membres de la triAinsi, dans toute la mesure des
un degré à celle'des vins français. ne peut pas lire l'ordonnance.
neux au carrefour, signal "qui
bu musulmane des Méos, dans l'Etat
La fabrication emploie le ferment
avertit
l'automobiliste
v e n a n t .moyens financiers mis à sa disposid'Alwar, se sont révoltés et refusent
t i o n . le ministère des Travaux* puAU RESTAURANT
de Champagne et comme matières
' u n e d i r e c t i o n difi'érente q u ' i l y blics a fait p o u r s u i v r e méthodiqued e payer les impots.
premières, utilise la r h u b a r b e , les
Un client furieux :
d a n g e r et q u ' i l y a lieu p a r s u i t e ment la suppression des passages à
•On ajoute que plus de 8.000 Méos,
pommes et les groseilles. Cette bois— Garçon !
de r a l e n t i r l ' a l l u r e .
jiiveatf.
qui ont servi p e n d a n t
la
grande
son porte le nom d e « borgvin » et
— M'sieu I
guerre, sont a r m é s et ont çiùupé la
Le , 'j'it'6gnnnnie très i m p o r t a n t qui
P o u r q u o i n'installerait-on pas.
comme le soulignent les annonces,
— C'est ignoble ! je viens de trouroute, pour s'opposer à l'arrivée des
Ile est présentée d a n s des bouteilles ver un bouton de culotte d a n s ma s u r les lignes de c h e m i n s de f e r , Teste, à realtëfc'r est nécessairement
percepteurs.
Champagne avec les bouchons ha- p u r é e de pommes de terre.
u n e p é d a l e m é t a l l i q u e d u m ê m e fonction dés Crédite qui p o u r r o n t v
Une chaleureuse réception a été faite, à Stockholm, -au Prince GustaveDe nombreux habitants de l'Etat
bituels
d
e
ces
vins.
P
a
r
ailleurs,
on
—
Non
mais
I
on
ne
peut
tout
de
g
e n r e , q u i s i g n a l e r a i t a u x a u l o - être consacrés. Ils seront d e m a n d é s
(l'Alwar se sont réfugiés en territoire Adolphe cl à la Princesse Sybille, récemment mariés, et revenant de leur fabrique également en Suède, des même pas, p o u r 1 francs, vous donlObilist^s o u c y c l i s t e s de p a s s a g e dans le grand projet de loi d'outil.votjane de noce en Italie.
cuca» t cbuoh . fami. ins forts à base de r h u b a r b e .
britannique.
lage national qui sera déposé après
ner le pantalon avec.
ue ln voie n ' e s t p a s l i b r e ?
le vote du budget.
FÊTES
DE LA SRSI4INR
SOLKII. ri. nur P'-Lom
Um ioicb. Mal. Soir
Les Bisam
sous le pg des Socialiste
Le Danger des Passages à Niveau
CE OUI SE PASSE
500 PASSAGES A NIVEAU
doivent être supprioés^rgesce
u m man
Le Mot pour
Le retour du Prince
Héritier
Rire
L'ENFANT APPARTIENT-IL A L'ETAT ?
I.es protagonistes do l'Ecole Unique, dans l'ardeur di' lour propagarnie, n'hésitent pas it proclamer que l'enfimt appartient d'abord à
l'Etat et ensuite il ses parents.
Le simple bcn sens devrait suffire à faire comprendre tout c e qu'il
y a d'anormal et d'antlnaturel dans cette affirmation.
La loi naturelle d'abord justifie hautement les droits des parent».
Ceux-ci ne sont-ils 'pas, au sons précis du mot, les auteurs do leur»
enfants ?
Qui pourra dépeindre les sentiments profonds, délicats, intenses,
fermés dans le cœur d'un père et d'une mère et orienté vers cet objectif
si attirant, si prenant, si absorbant qui s'appelle l'enfant'.'
Par ailleurs, celui-ci, dès l'instant d e sa timide et vagissante apparition sur la scène du monde, a un besoin impérieux, Indispensable de
la sollicitude de ses Dareuts.
A CE DOUBLE POINT DE VUE, un lien puissant, basé sur la dépendance effective de l'enfant, le relie à ses parents. Co n'est que plus tard
que la société — sur un champ restreint — pourra intervenir dans
l'évolution d e l'existence de l'enfant.
On comprend très bien que ce rôle d e 'l'Etat n'est que secondaire,
et pourrait même ne pas exister du tout dans certains cas particuliers.
Une famille isolée dans une île quelconque, au loin des agglomérations humaines, pourrait très bien se développer sans aucun rapport
avec l'Etat.
Le droit de l'Etal n'est doue ni antérieur ni supérieur à celui des
parents.
La latte Antituberculeuse
dans le département du Finistère
T r è s
le de veoti
do Timbre Mitoculeuit
ÎÎBX
RIVALI
(1" Honnir! 193! - 5 Jinilir 1933)
M . CBJ y. B A T , Chirurg:ch-i)èniisle, a l'honneur
d'i n former sa fidèle clientèle que son cabinet dentaire est
tranféré 9 , r u e L e b a s (au haut
de la rue Sa vary, prendre celle
qui descend au q u a i ) . - C o n s u l t a tions tous les jours à Quimperlé,
sauf le Mercredi. :i Bannalec.
SH ß pcur t a n t a r s w a g g e «Se
hVhî
Grands Slagàsins
M>
URC'HIS
Le département du Finistère, «lUi
44 A U X
T K A V A I L L E I J R S »»
le triste privilège d'être partlculièeinent éprouvé par la tuberculose,
° " ï t t , ï'sae S a v a r y •
QUIMPERLÉ
•si doté d'une organisation antituberculeuse puissante dont l'action ne
cesse de s'inlensilier d'année en
innée.
Dépister les tuberculeux contat. jfcprkf./xt.
gieux, diriger sur les établissements
de cure les malades curables, isoler
lllenaril«f i s n b e l l e s ( t o a t t s
provenances)
les tuberculeux contagieux, placer
à partir de 4 5 0 — 1 7 5 — 1 9 5 l'r. — clc ..
en dehors de leur famille les enfants
il contact de tuberculeux, telle est
SUnartï« russes, Sitka, etc...
la tâche que poursuit le comité d'hyà partir «le 2 2 5 — 2 5 0 — 3 0 0 — 3 2 5 fr.
giène sociale et de préservation antituberculeuse du .département du FiCollets s k n n g s et o p p o s a n t ,
—
a
i
nistère par ses 31 dispensaires et 10
Je ne m'attarderai pas à répondre à ceux qui citent le cas d'un père consultations volantes, dont le ser
Sknngs de tons prix
ou d'une imère indigne. Les exemples de cette nature, on peut le dire à vice médico-social est assuré par
N O T A . - T o u s los a r t i c l e s sont g a r a n t i s d e
D'honneur de l'humanité, sont fort rares ; et nous admettons très bien 5 médecins spécialisés et 54 infirÉ c S i a r p e s , grandes tailles, 8 5 et 1 1 0 fr.
premier choix.
qu'en pareille oecurence la société s'émeuve, supplée il des responsables
mières-visiteuses diplômées.
A v a n t tout a c h a t , c o m p a r e z n o s p r i x
C o l s
d e f o u r r u r e , depuis 2 5 fr.
défaillants et intervienne à titre do remplaçante avec l'obligation de
Les consultations et examens aux
rester dans ce rôle en Interprétant les intentions normales que les parents
TA
dispensaires sont absolument graauraient d û manifester.
Par contre, il serait souverainement
injuste et maladroit
d'enlever tuits.
Au 1" Janvier 1932, 11.798 malaU. S. Q. BAT PHALANGE D'AR
à TOUS les parents leur.* droits sur leurs enfants, sous prétexte qu'il g <i
des étaient pris en charge dans les
VOR par 7 buts à 2. — Dimanche
QUELQUES parents
indignes.
dernier, la première équipe de l'U
D'après le mémo principe, ¡1 faudrait supprimer tous les chemins de dispensaires du département qui
pour la seule année 1931, avaient
S. Q. recevait sur le terrain de sports
fer afin de supprimer les accidents.
effectué un total de 1.721 placements
de Kérisole l'équipe correspondante
Le remède universellement appliqué serait pire que le mal.
se décomposant comme suit : 520
de la Phalange d'Arvor de Quimper,
L'enfant, par son développement normal, exige non seulement qu'on dans les sanatoriums ; 313 dans les
en un match comptant pour le chams'occupe d e lui pour tout ce qui concerne la nourriture, le vêtement, et hôpitaux ; 273 dans les préventoAU
PATRONAGE
SAINTUXE AFFAIRE DE COUPS EN p i o n n a t .
mémo l'instruction, mais IiËCLAME IMPÉRIEUSEMENT UXE FORMA- riums ; 304 dans les placements COLOMJSAN. — Ce soir, à 20 h. 15, APPEL. — Le 13 Juillet dernier M.
Superbe partie exempte de brutanos
MORALE.
M... avait porté des coups de poings lités chez les joueurs et de chauviGrancher ; 305 dans les colonies de séance c i n é m a t o g r a p h i q u e .
Ce n'est pas simplement un estomac qui a besoin d'aliment, ni même vacances
à
M.
(.)....,
chaulïeiir
de
taxis,
à
qui
A u p r o g r a m m e : La belle
Croinisme chez les spectateurs. La gaun cerveau qui exige des connaissances littéraires ou scientifiques, c'est
il reprochait d'user, à l'égard de ses lerie, faisant pseuve d'esprit vraiOn conçoit aisément qu'une telle
un CŒUR qui cherche d'instinct la chaude atmosphère du fover pater- organisation doit faire face à des sière.
concurrents, de procédés déloyaux. ment sportif, sut applaudir le beau
nel et c'est une volonté qui devra être formée avec patience, énergie,
Le Tribunal
correctionnel
«le jeu d'un camp connue de l'autre.
charges très lourdes qui s'aggravent
L'AMICALE DU « CHOC ». — Sapersévérance et amour.
au fur et à mesure du développement medi soir, 20 Novembre, de nom- Quimperlé condaïa.na M. M..., à 100
Les locaux commencent avec le
Là encore les parents sont armés pour celte belle mission, mieux que
breux camarades «les classes 11, 12 francs d'amende.
des organismes de lutte.
soleil dans les yeux, ce qui les gê
toute autre
administration.
M.
M...
ayant
fait
appel
d
e
ce
juL'effort des collectivités : Etat et 13, s'étaient rendus au café DéoEt l'enfant sent parfaitement qu'il est redevable au milieu familial
gement, l'affaire est venue ces jours liera considérablement.
Pendant fe premier quart «l'heure,
d e tous : les éléments d'action qui lui permettront plus tard d'élargir sa Département et Communes, est con- dic, la rue Leuriou, répondant ainsi derniers devant la Cour d'appel de
sidérable, mais en l'état actuel des au pressant appel* du sympathique
le ballon vole d'un camp à l'autre
vie.
Rennes.
C'est
Reléguer les parents au second plan serait donc méconnaître les lois finances publiques, il ne peut être président, M. Jean Tréguier.
Lu cour confirme le jugement du sans qu'aucun des buts ne soit séavec plaisir également que l'on a pu
accentué
naturelles.
Tribunal de Quimperlé, mais accor- rieusement menacé.
enregistrer
la
présence
-dans
la
salle
L'intensification de la lutte antiA la quinzième minute, Fraval,
de le sursis.
Est-ce l'Etat qui allaite l'enfant ?
tuberculeuse, indispensable dans no- de trois nouveaux camarades, ce qui
d'un centre puissant envoie la balle
porte
la
section
quiiyperloîsc
au
Est-ce l'Etat qui l'aime ?
dans la mâchoire de Ruscio ; balle
tre beau département, est donc su
Est-ce l'Etat qui le pleurerait, s'il venait à mourir '•'
et joueur roulent en même temps
bordonnée à l'accroissement des re- nombre de H0.
Le
camarade
Aimé
Gu.vot,
propose
S
P
É
C
I
A
L
I
T
É
D
E
dans les filets de Quimper.
Quelle que soit la bonne volonté de l'Etat, ¡1 est incapable de r e m cettes provenant de la bienfaisance
privée et plus spécialement de la dès le début de la séance que le jour
Quelques minutes après, Fraval
placer complètement les parents.
de
la
fête
de
'l'Amicale
qui
est
décentre de nouveau ; Ruscio prend
Voyez d o n c la situation pénible, humiliée, diminuée des ENFANTS vente du timbre antituberculeux.
finitivement
lixée
au
dimanche
ijiidi
Le Finistère prend part pour la
le ballon et le passe à Morvézen, qui
ASSISTÉS. Quelle triste enfance, quelle terne adolescence ils connais
septième fois à cette manifestation 18 Décembre, l'Amicale s'en aille en
botte fort au but. Le gardien quimsent !...
cortège au cimetière déposer une palLavoirs — Fosses scptlques
pérois n'y a vu que du « bleu » .
Celte douloureuse constatation ne diminue en rien le dévouement de nationale qui a un double but : atti
me en souvenir de tous les CamaCuves en béton a r m é p o u r cidre
l'Assistance et ne conteste nullement son utilité, mais elle prouve les rer l'attention de la population sur
A la remise en jeu, les visiteurs
rades
des trois classes 'disparus
limites d'actiicn de l'Etat en fait de formation et d'éducation de la les dangers de la tuberculose et les
prennent l'offensive ; l'extrême droit
Clôtures a j o u r é e s et pleines
Cette suggestion est favorablement
jeunesse.
t
fait une descente vertigineuse le
moyens de combattre ce fléau, et réa- accueillie à l'unaaiiaiàté.
long de la touche et passe à l'avantLes enfants assistés sont assurément mieux protégés que s'ils étaient liser en faveur des organismes de
M.
Morvan,
le
cabot
de
la
Roulante
centre qui trompe la vigilance de
abandonnés, ils seraient encore moins à plaindre, s'ils avaient leurs lutte antituberculeuse les ressources
fera l'impossible pour gâter ses caJean Guillou.
parents. C'est indiscutable d'une façon générale.
nécessaires à leur développement.
marades.
Un
menu
succulent
sera
BOLLÌ
un
I.A
LAÏTA,
B
E
L
A
I
R
Et s'il fallait nne confirmation pour démontrer une fois de plus que
U. S. Q . : 2 ; Phalange d ' A r v o r : 1.
Les six premières campagnes de
l'Etat ne doit pas usurper les droits des parents, il suffirait d'examiner vente du timbre antituberculeux ont f.ervi. Nous en reparlerons.
QUI IVI PERLÉ - TIÌL. 151
A un moment donné on crut à un
i.'i prochaine réunion, la dernière
ce qui se passe dans un pavs d'Europe qui a voulu appliquer le MAR- produit dans notre département line
nouveau point en faveur de QuimXISME INTÉGRAL.
recette nette de 1.425.953 fr. 02. Nous est fixée au 10 Décembre et se tienperlé. Sur passe de Morvézen, Ruscio
La Russie irons offre le spectacle lamentable et déshonorant de sept avons la grande satisfaction de cons- dra à 20 h. 30 chez M. Burel, rue
tente le but, mais le portier quimpémillions d'enfants qui s'élèvent tout seuls DAS'S L'ABANDON MORAL tater que le succès de cette vente s'ac- des Ecoles. Les gûs de la classe du
Prix défiant toute concurrence
rois intercepte magistralement la
r Choc » pourront s'adresser poinla DÉPRESSION PHYSIQUE et les HABITUDES
VICIEUSES.
centue d'année en année. Les recetballe et la renvoie au milieu du ter^
B
P
B
B
M
M
M
tons
renseignements
concernant
Les Français ne veulent connaître ni ces abdications, ni ces hontes. tes de 1931 se sont, en effet, élevées
rain.
cette
journée
:
à
Mcllac,
à
Jean-MaHs ont mille fois raison.
F. Km.
à 289.009 fr. 85, contre 277.855 fr. 15 rie Peltier, Ty-Bodel; à Rédéné, à
Peu après, une main est sifflée conDANS LA GENDARMERIE. — M.
en 1930, soit pour l'année 1931 une Joseph Portier, au bourg; à Riec- Sellin, gendarme à Bar-sur-Seine tre Quimper. F. Le Roux shoote ; un
moyenne de 0 fr. 389 par habitant s.ir-Bélon, à François Raoul, au (Aube) est désigné en la même qua- arrière visiteur, d'un geste irréfléLe travail des femmes et des enfants. Mais ces résultats sont encore très bourg; à Querrien, à Yves Derrien, lité pour la brigade à cheval de chi, envoie la balle au fond de ses
inférieurs à ceux enregistrés dans de au bourg; à Bannalec, à M. Gicquel. Quimperlé, en remplacement de M propres filets.
Le Conseil supérieur du travail, nombreux départements, dotés pourUn quatrième but est marqué par
Diagon, nommé maréchal-des-logis
après avoir étudié le travail
des tant d'organismes de lutte antituberMorvézen, sur passe de Fraval.
chef à Vannes-.
femmes et des enfants, a émis le vœu culeuse beaucoup moins développés
Ruscio manque une belle occasion
Nous présentons à M. Sellin nos
Nouvelle avances de crédit agricole. •suivant :
que dans le Finistère et où les recetd'en marquer un cinquième. Après
meilleurs voeux de bienvenue.
Que l'emploi des femimes et des tes du timbre varient de 0 fr. 50 à
Le Ministre de l'Agriculture a
— Nous apprenons également (|ue avoir doublé les arrières, ils se
successives, I) fr. 75 et atteignent même 1 franc
Pour T R I C O T E U S E S
fait signer samedi matin par le Pré enfants par équipes
M. Couzin, gendarme à Quimperlé, trouve seul devant les bois ; le but
est tout fait, mais Ruscio shoote dans
sident de la République, au cours du lorsqu'il ne s'impose pas pour des par tête d'habitant
va prendre sa retraite.
Nous ne saurions (rop, à cet égard,
Conseil des ministres, un projet de raisons techniques, coimine dans les
Nos meilleurs vœux l'accompa- le poteau cl la balle passe en sixusines
à
fonctionnement
nécessaireféliciter
les
communes
qui,
à
chaque
mètres.
loi qui a pour but de permettre au
Rue Cornic-Duchône
gnent.
Crédit agricole de faire des avances ment continu et dans les services campagne, s'inscrivent en tête du
Après un nouvel essai de Fraval,
Q U I M P E R L É -Tél.49
publics, soit en principe interdit:
palmarès
avec
des
moyennes
de
vente
CINÉMA H O N O R É . —
Celle le repos est sifflé sur le score de
de fonds aux cultivateurs qui dési
Que
cette
interdiction
fasse
l'objet
constantes et supérieures à 0 fr. 05
rent conserver leurs récoltes dans
semaine, au Cinéma
Honoré
4 à 1 en faveur des locaux.
leurs granges, afin de ne les vendre d'accords internationaux et que, jus par habitant et, notamment, pour la
Sept minutes après la reprise, Le
G a b y - M o r l e y dans Accusée,
levezCHEZ
LES
MÉDAILLÉS
MILITAIqu'à
la
conclusion
de
ces
accords,
dernière campagne :
qu'au fur et à mesure des possibi
Roch marque un cinquième but sur
RES. — Les Médaillés Militaires fai- vous.
des
exceptions
permanentes
à
cette
'lités (l'absorption d u marché.
passe de Fraval.
Locquircc
2 fr. 05
sant partie de la 253" Section sont
interdiction soient prévues pour les
Huelgoat
1
fr.
07
Et voici une superbe phase de jeu,
convoqués en assemblée générale, à
Formation de la deuxième fraction industries qui ont à lutter contre la
Corav
1 fr. 45
un magnifique jeu de passes qui dé
concurrence d'entreprises étrangères
la mairie de Quimperlé, le dimanche
de la classe 1 9 8 2
Saint-Nic
1 fr. 31
route la défense quimpéroise. Martravaillant avec des équipes succès
11 Décembre 1932, à 9 h. 30.
et de la première fraction
Morlaix
1 fr. 30
tin passe à Le Roch ; Le Roch passe
sives;
de la classe 1 9 8 3 .
Ordre du jour :
Si
vous
souffrez,
de
maux
de
tète,
Itoscanvel
1 fr. 09
Paiement des cotisations pour l'an- rhumatismes et douleurs de toutes à Morvézen, qui «louble les arrières
Que les dérogations
transitoire:
Le Ministre d e la Guerre vient de
Châteaulin
1 fr. 04
née
1933 ; — Renouvellement du bu- sortes, prenez un cachet de NEXOL, et botte au but imparablement. U. S,
soient
prévues
au
moment
d
e
la
sup
prendre l'arrêté relatif au recenseQ. : (i buts.
Plougastel-Daoulas . . . .
1 fr. 01
reau
; — Questions diverses.
pression
«le
l'emploi
«les
femmes
et
le plus puissant ci le plus rapide de
ment des jeunes gens qui auront
Le Faou
0 fr. 94
C'est l'écrasement des visiteurs.
Les sous-sections se réuniront le tous les remèdes. Vous retrouverez
vingt ans entre le 1" Juin 1932 et le des enfants dans les équipes succesLe Juch
0 fr. 93
Cependant ceux-ci réussissent un
sives:
dimanche 4 Décembre, à d o l l a r s ¡oie et gaité.
31 Mal 1933. •
Santec
0 fr. 91
(salle Paugam), Moëlan, etc.
Enfin, que des dérogations tempo
0 fr. 75 le cachet. — 8 fr. 50 la second but. Leur avant-centre, sur
Ces opérations devront se termiRoscolf
Ofr. 91
passe d'un ailier, donne un grand
Les
membres
du
bureau
sont
priés
rairos
soient
en
outre
prévues
poui
boite
de 12.
ner le 1" Février 1933.
Carhaix
0 fr. 87
coup de botte à quelques mètres des
parer à des nécessités saisonnières
de
se
réunir
jeudi
1"'
Décembre,
à
Dépôts
;
Pharmacie
Le
Naour,
et
Ces tableaux de recensement com- en locales.
Plougonven
0 fr. 85
bois ; Jean Guillou plonge et s'al17
h.
45,
salle
Marion.
toutes
bonnes
Pharmacies.
prendront :
Guengat
0 fr. 83
longe, mais il n'a pas les jambes ni
Liste. R de la classe 1932 : Les
Telgruc
0 fr. 80
les bras assez longs, et la balle va se
jeunes gens nés du 1" Juin au 31
Rosporden
0 fr. 80
loger au fond des filets.
PARENTS, qui cherchez une
Décemjbre 1912; les jeunes gens nés
très
Logonna-Quimerch . . .
0 fr. 78
Un septième but pour l'U. S. Q.
d u 1 " Juin au 31 Décembre 1911, SITUATION pour votre flls ou
Dinéault
0 fr. 72
sera réalisé par François Le Roux,
Les
meilleurs
Prix
T
O
U
S
S
t
y
l
e
s
j
p
tCS mcjHc„rs
rjx
ayant été ajournés; les jeunes gens votre Jeune fille, adressez-vous à
Trégarvan
Ofr. 71
sur penalty, et la fin est sifllée sur
qui seront devenus français par voie I ECOLE PIGIER, 9, me des Fontaines
Poullan
0 fr. 08
le score de 7 à 2 en faveur des Quimde naturalisation, réintégration
ou à LORIENT. On y apprend CompBrest
Ofr. 07
perlois.
déclaration depuis !le 1" Mars 1932 tabilité, Sténo-Dactylo, Langues,
Nous sommes convaincus que ces
Cette victoire met la première
ou qui le deviendront avant le 1 " etc.., et le placement des élèves est
communes maintiendront ou amélioéquipe de l'U. S. Q. en tète du cham12, Place Saint-Michel,
QUIMPERLÉ
Mars 1933; les omis des classes prér.ssuré.
reront encore leur chiffre de vente et
pionnat de sa série à égalité avec les
cédentes.
que cette année nous aurons la
Korrigans Vtfnrietais, qui ont été batListe A de la classe 1933: Les jeuToute la Literie - S o m m i e r s - Matelas - Fauteuils
grande satisfaction de citer de noutus. dimanche, stir leur terrain, par
nes gens nés du 1 " Janvier au 31
Carpettes - Lits fer - Glaces
vcMcs
communes
atteignant
des
la Fleur de Gençt de Bannalec. La
Mai 1913 et ajournés 1932.
La construction de l'Ecole Navale moyennes supérieures à 0 fr. 05.
Fleur de Genêt arrive en 3" position
La date d'ouverture de la session
de Brest
Trois modèles de timbres seront
avec un point seulement de moins
ordinaire des conseils «le révision est devant la Commission des Finances.
mis en vente cette année :
que l'U. S. Q. et les Korrigans.
fixée: an 1 " Mars 1933, pour le déLa Commission des Finances a
Le timbre à 0 fr. 10, destiné à être
partement d e la Seine; au 15 Mars
CHUTE MALENCONTREUSE.
DEFAUT DE PLAQUE DE CONi'933, pour le resle du territoire. La poursuivi l'examen du projet d'ou- apposé sur les lettres, factures, pa- Dimanche après-midi, un groupe ROLE. — Assurant la police/ de la
quets recommandés, billets de théâséance- de clôture aura lieu le 5 Juil- tillage national.
d'enfants s'ainuisalt, -dans la cour de route, dans la journée du vendredi
S P O R T I F S ,
M. Georges Leygues a indiqué tre, etc.
let 1933.
M. Tréguier avec un moulin à p o m 25 Novembre, M. Ravazé,, commisVous trouverez choz
dans
quelles
conditions
avaient
été
Le
timbre-auto
à
5
fr.
destiné
à
Seront convoqués devant les con
mes. La machine bascula cl tomba saire de police, a verbalisé contre'
seils les ajournés des classes: 1930 établis les premiers réservoirs à ma être placé sur les pare-brise des voi- sur le jeune Perron qui fut blessé au M. C..., de Botlan qui circulait sur
/.out
de
Toulon,
à
ciel
ouvert.
U
a
tures
automobiles
pendant
tous
le
liste B; 1931, 'liste A; 1932, liste A
Rue Brémond-d'Ars, QUIMPERLÉ
bras.
la rue avec une bicyclette dépourLes ajournés de la classe d e 1930 fait connaître que les réservoirs sou- mois de Décembre
un grand choix do
Les voisins accourus aux cris vue de plaque de contrôle de l'anterrains
seront
à
l'abri
d'attaques,
Le
timbre-vitrine
à
5
fr.
cl
10
fr.,
liste B et de 1931, liste A, seront dépoussés par les enfants, soulevèrent née.
d'explosions,
d'incendie
cl
que
toutes
destiné
à
être
apposé
aux
vitrines
clarés aptes au service armé ou auxile moulin à pommes cl firent dililes précautions de sécurité ont été les magasins, (les bureaux, voire gence pour conduire le blessé chez
liaire ou définitivement exemptés.
Prix très Intéressants.
même aux vitres des fenêtres des le docteur Miroux qui lui prodigua
Les ajournés des classes de 1931. prises.
CHAUSSURES
LUXE ET FATIGUE
Le ministre a noté ensuite les con- maisons particulières.
liste B, et d e 1932, liste A, seront
immédiatement les soins les plus
Nous croyons devoir rappeler que empressés. Les blessures du petit
suivant le cas, déclarés aptes au ser- ditions défectueuses d'installation de
vice armé ou auxiliaire, ajournés de l'Ecole Navale actuelle ; la nouvelle les recettes réalisées dans le dépar- Perron
prévient sa fidèle clientèle
ne paraissent
pas trop
ACCIDENT DU TRAVAIL. — Guilnouveau ou définitivement exemptés. Ecole, établie sans luxe mais de ma- tement sont centralisées par le Co graves.
—
qu'il a transféré
—
nière
pratique,
abritera
l'Ecole
Namité
départemental
et
reversées
enlaume Gargam, 28 ans, «le Kerdudou,
Les sursis d'incorporation (pre—
SA BOVCHEKIG
— en Locunolé manœuvre à Kérisole.
mière attribution) des jeunes gens vale et l'Ecole des Mécaniciens. Elle suite à chaque dispensaire qui reçoit
s'est blessé à la main gauche, en red e là 2- fraction de la classe de 1932 est nécessaire pour assurer l'instruc- la totalité des sommes recueillies
dans les communes formant sa cirtournant un bioc eie pierre. 12 jours
et de la I " fraction d e la classe de tion des élèves.
Plusieurs membres de la Commis- conscription. Ces sommes sont ende repos sauf complications.
11133, seront accordés au cours des
séances de la session ordinaire du sion se sont élevés contre la progres- suite uniquement consacrées à des
Chirurgien-Dentiste
sion des dépenses de construction placements en préventorium, Œuvre
conseil de revision.
NOS POMPIERS A L'HONNEUR.
PHARMACIE DE SERVICE. — DI— Dans la liste des récompenses dé- bianche 4 Décembre, pharinacie Le
Les demandes de première attri- de l'Ecole ; ils ont demandé que des Grancher et colonies de vacances,
—
D. F. M. P.
—
cernées aux sapeurs-pompiers, nous Naour, 3, place Carnol.
bution de sursis formulée tardive- sanctions soient prises et que (les d'enfants en danger de contagion
relevons les munis suivants de nos
ment par des jeunes gens appelés à assurances soient données pour l'a tuberculeuse.
eamlpatriotcs qui ont obtenu la mé- H « M « r i t i e d « « M a r c h é s
Nous sommes convaincus que chaêtre incorporés en Avril 1933, seront venir. Le ministre a pris l'engage
daille et le -diplôme d'honneur:
examinées, sans qu'il soit besoin de ment de ne pas dépasser le crédit cun aura à cœur de participer, dans
du 2 5 N o v e m b r e 1 8 3 2
MM. Perron, lieutenant ; Le S.ilconvoquer les intéressés, au cours actuellement envisagé et de s'efforcer toute la mesure de ses moyens, au
3, Place Hervo, 3
. 1.200. »
liée, Reliant et Sallic, sergents; Mahé, Vnclios laitière»
d'une .séance spéciale tenue dans la même de le réduire.
succès de cette nouvelle campagne
(¡¿•hisses et vache» pleine* . . . 1.400.»
caporai.
2* quinzaine de Mars, au chef-lieu du
t\près le départ du ministre, la qui permettra d'intensifier dans ce
QUIMPERLÉ rèi. tao
Fores, le kilo
(Ì.70
Nos félicitations.
département.
Commission a accordé pour celle an- département les mesures de préserVcnux, le kilo
4.50
Une session extraordinaire du Con- née un crédit de 15 millions avec vation contre le lléau tuberculeux.
l'Voinont
. 105.»
Le bureau central de. vente
seil de revision sera tenue le 2 Oc- l'indication que le crédit total pour
Seigle
70. >
du timbre,
antituberculeux.
tobre 1933, au chef-lieu du départe- l'Ecole Navale ne devra pas dépasser
Orjjc
;
70. »
ASSEMBLEE
GENERALE
DU
Snrrasin
75. ->
ment, pour l'examen des demandes 20 millions.
SYNDICAT AURICOLE. — Le diA M) ¡110«
75. »
d e première attribution de sursis,
Le crédit relatif au parc, à mazout
manche 4 Décembre prochain, à
Pommes de terre, les 100 kilos.
82. .formulées tardivement par des jeunes souterrain de Toulon a été adopté
10 heures précises, aura lieu salle
B C I HiR,IHJ-P A îc CitJHITHîR. r »
î'oin, les !i00 kilos
220. »
gens appelés à être incorporés en uvee une réduction de 5.500.000 fr.
Sosthène David, à Quimperlé, l'asPaille, les .100 kilos
120.»
Octobre 1933.
B A N N A L E C — m 18
Le secrétaire général de la Guerre
semblée générale annuelle des adhéSon, .les 100 kilos, ijros
50.»
A moins d e circonstances excep- a justifié la construction du point de
Elle est responsable «le bien «les cors rents au syndicat des agriculteurs.
Son,
les
100
kilos,
détail
65. »
a o M t a en permanenca toutes quantités do
tionnelles, les candidats ne seront vue de la défense nationale d'usines aux pieds «|uc, par bonheur, on détruit A l'ordre du jour: allocution du préKarlne du pays
164.»
maintenant aisément avec « Le Dia- sident;
présentation et discussion
pas convoqués aux séances au cours d'acide nitrique.
Beurre sivle, la livre
7.50
Beurre doux, la livre
desquelles leurs demandes seront
fl.»
M. Abc! Gnrdey, ministre de l'Agri- ble ». « Le Diable » enlève lus cors des comptes et du bilan; questions
A
TRÈS
BONS
PRIX
en
six
jours,
pour
toujours,
,'
l
fr.
05,
Œufs,
la
douzaine
i). »
diverses.
examinées; la décision rendue par le culture. a estimé que les nouvelles
pharmacies. Attention I... Exigez
Poulets vieux, la couple
25. »
Conseil de Revision sera immédiate- fabrications permettront de nous ren- toutes
A l'issue de l'assemblée générale,
« Le Diable ». Bpernay : Pharmacie
Poulets
jeunes,
la
couple
25.
»
ment notifiée aux intéressés par les dre la liberté de production et l'abais- \Vcininann, Dépôt dans tontes les Phar- •epas en commun. Dans l'après-midi,
Cidre pur jus
250. »
¿oins du Préfet,
sement des prix des engrais.
représentation cinématographique.
macies.
Cidre ordinaire
200.»
P r f e
s e n s a t i o n n e l s
TRIBUNAL CORRECTIONNEL
Accident d'auto. —
Nos lecteurs .se souviennent de ln
collision qtii se produisit à. Saint"aimes, le lli Septembre 'débiter. Uh
camion conduit par M. B... descendait de la route d'Arzano vers QUiniv
perlé, lorsqu'au carrefour de SaintJalmes, il vint heurter une voiture
de tourisme appartenant à Mme Portier, de Clohars-Carnoët.
La conductrice d e l'auto fut légèrement blessée.
M. B..., auteur involontaire de
'accident, est condamné à 25 francs
d'amende avec sursis.
BANNALEC. —
Une autre
collision.
— Le l(i Juin dernier, entre Rosporden el Bannalec, par suite d'un dérapage, la voiture de M. Caradec,
de Paris, est entrée en collision avec
la camionnette de M. Troalen,
de
Rosporden, dans lequel il y avait
une 'dizaine de personnes. Un des
occupants, le Délit Jacques
Carer.
fut légèrement blessé.
Défendu par M" Alizon, M. Caradec
s'en tire avec 23 francs d'amende
et bénéficie de la loi de sursis.
TRÉXÎEVËÎC.
—
Grave affaire de
coups. — Le 18 Septembre dernier,
vers 23 heures, une discussion éclatait à La Lande des Châtaigniers,
entre Jean Pilorgé el Salaûn. Celuici, passant des paroles aux actes,
porta à son antagoniste de violents
coups de poing, oui « vous lui mirent en marmelade les mandibules et
les d e n t s - » .
M' Bot se porte partie civile pour
Pilorgé et demande 5.000 francs d e
domlmages-intérëts.
Après une excellente plaidoirie d e
M" Koun, Salaiin est condamné à un
mois de prison avec sursis. La partie
civile obtient les 5.000 francs' d e
dommages-intérêts qu'elle demandait.
CLOHARS-CARNOET.
—
Blessures
par imprudence. — Le 20 Août dernier, M. Louis Ollivier, ouvrier carrier, demeurant à Poulfanc, en Quimperlé, regagnait son domicile à bicyclette, licrsqu'en passant au bourg
de Clohars, il fut heurté et renverse
par un camion conduit par M. Jégou.
M. Ollivier, qui passa sous le véhicule fui sérieusement blessé.
Après plaidoirie d e M" Fournis, Jégou est condamné à 100 francs d'amende.
RÉDÉNÉ. — Coups de bouteille.
—
Le 1!) Septembre, Marcel Marrec, ouvrier chez M. Bourhis, entrepreneur
de maçonnerie au bourg de Rédéné
ne montrait guère d'ardeur au travail. Son patron lui ayant fait une
remarque, Marrec s'empara d'une
bouteille et lui en asséna un c o u p
sur la tête.
Le Tribunal le condamne à 8 ¡ours
de prison.
QUIMPR.RTLI;. —
91
8
a
s
QUIJIIPERUË
SÉ8ASTIAMÏS, Entrepreneur
TOUS TRAVAUX en BÉTON ARMÉ
Informations
LAINES
Chez C h . D É S A H D
Votre mal peut se guérir
Un
grand Choix de M E U B L E S
J e a n
L . E
G A 1 . 1 L
M.
T A L H O U A R N
CHAUSSURES DE FOOT BALL
M .
r
i. 6UIB0UR6
T O U M O A T
l^rneEllé
CABINET DEHTAIRE
LA MODE DES TALONS HAUTS
A D FFB ET-fi 0DALLE6
BOIS SUR PIEDS ET ABATTU
Fournitures pour Entrepreneurs el Ebénistes
MELGVEN. — Une affaire de
coups.
— Le 18 Septembre, M. Jean Le Gac,
cultivateur à Kéroué, en Melgven se
trouvait dans un débit à Cadol, lorsqu'il fut pris à partie et frappé par
Français Pelter, domestique à Parcar-Broc.
Pelter est condamné à 10 francs
d'amende.
GUILLIGOMARCH. — Injures
à gendarmes.
— Pour avoir injurié les
gendarmes, R..., cultivateur à Guilligomarch est condamné par défaut
à un mois de prison et à deux amendes de 10 francs et 5 francs.
PONT-AVEN. —
Oulraqes à qardechampélrc. — Le 7 Septembre, A G....
de Pont-Aven, a lancé à l'adresse «lu
garde-champêtre, quelques propos
désobligeants. G jours de prison avec
sursis et 25 fr. d'amende ferme.
— Le 21 Août, jour d e la fête des
Filets Bleus à Concarneau, U y avait
sur le pont «le Pont-Aven, une circulation intense d'automobiles.
M.
Ménard André, vétérinaire à Cholet.
se trouva pris dans un embouteillage
Le garde-champêtre vint lui dire
d'avancer, il ne put s'empêcher d e
lancer i ce dernier un mot qui sonne
mal.
M. Ménard est défendu par M' Alizon, 50 fraiics d'amende.
QUIMPERLÉ. —
Une agression, rue
des Ecoles. — Le 26 juin dernier.
Ricouard Armand, caporal-chef au
137" R.I. se trouvait de passage à
bicyclette dans la rue des Ecoles,
a Quimperlé.
Involontairement, le
militaire heurta un jeune enfant.
Trois hommes présents sur les lieux
s'en prirent à Ricouard qui fut sérieusement malmené. Millour François, l'auteur principal est condamne à quinze jours «le prison. Audren
Joseph, père de l'enfant renversé, à
dix jours de prison. Le troisième,
Audren Raymond, qui a été plus sage
est acquitté.
récemment installée
d e m a n d e travail à
façon. M»« Brunet route de Quimper,
Quimperlé.
E T A T - C I V I L . — Naissances.
—
Alic e-Mar ie-J ose t te Jouan, 13, rue
Mellac ; — Marguerite-Emilie Garéo,
24, rue du Couédic.
Publications
de mariage. — Joaehim Jégou. mécanicien 5, rue Bellevue, et Philomène-Marie-Louise Le
Clanche, couturière A Kérisole.
Mariage. — Jean-Louis Guillou, garagiste, 3, rue de Pont-Aven, et Elisa.1 ean ne-Marie-Anne Moren, s. p., 7,
rue du Cimetière.
Décès. — Louis-Svlvestre Postée
fi ans, 1«), place Saint-Michel : —
Marie-Louise Thépaut, veuve Colin,
5/ ans. Lothéa ; — Alain-Françoiseorlune-Marie Le Gall, 32 ans, au
Moulin du Coq.
Transcription.
— Adrien-Georgcsrerdinnnd Cadic, 32 ans, soldat de
2" classe au 10" R. 1. c., décédé A
Une (Annam), le 3 Septembre 1932.
L'IMPRIMERIE DE L'ABBAYE
Place
Hervo,
QUIMPERLÉ
livre les lettres de mariage
2 heures après la commande
^
TRAVAIL
^
S'Y
SOIQNÊ
A D R E S S E R
A
BANNALEC
AU P A T R O N A G E . — A 20 h e u r e s ,
s é a n c e t h é â t r a l e p a r la t r o u p e d e
Rosporden.
P r o g r a m m e : ' Claude
Rardane,
d r a m e à 1 p r o l o g u e et 3 actes.
Scaptn, c o m é d i e en 2 actes.
Chants et monologues.
•Les « a r t i s t e s » d e R o s p o r d e n ne
s o n t p a s i n c o n n u s à R a u n a l e c . . . On
se r a p p e l l e e n c o r e leur s u c c è s au
P a t r o , le s o i r d e ln k e r m e s s e .
Ce fut u n t r i o m p h e c h e z e u x , dim a n c h e d e r n i e r : p l u s d e p l a c e s en
« p r e m i è r e s » d è s le v e n d r e d i .
A B n n h a l e c , v o t r e salle est p l u s
vaste, ont-ils d é c l a r é , m a i s n o u s la
r e m p l i r o n s . . . Et il leur fut r é p o n d u :
<x B a n n a l e c , t o u j o u r s g a l a n t , n e m a n q u e r a p a s d e v o u s f a i r e ce p l a i s i r » .
A 15 h e u r e s , u n e seule s é a n c e de
cinéma.
Un film f r a n ç a i s à la fois c a p t i v a n t , a g r é a b l e et utile : l.a
Source.
U n film. — U n e g r a n d e l e ç o n mor a l e et s o c i a l e . — Un s u c c è s .
I n t e r p r é t é p a r R e n é e P a r m e , Raym o n d G u é r i n , M. Cari.
C'est à l'eau, s o u r c e d e vie et d e
p r o s p é r i t é , q u e ce film est d é d i é . Il
débute par une partie documentaire
t r è s é d i f i a n t e et d ' u n Intérêt s o u t e n u .
Puis un r o m a n d'amour, simple mais
c a p t i v a n t est d é v e l o p p é d a n s u n e
s u c c e s s i o n d e t a b l e a u x et d e s c è n e s
bien venus, qui dénotent une techn i q u e m o d e r n e et s û r e . C'est un 111m
bien f r a n ç a i s q u i n e p e u t q u e p l a i r e
à t o u t le m o n d e .
U n e c o m é d i e s e n t i m e n t a l e : Civtir
(Ptenfanl,
a v e c le c é l è b r e
acteur
Frank Keenan.
M. H u m e r y , h o m m e d u r et f r o i d
q u i n ' a i m e p a s les e n f a n t s , est obligé
d e s u r v e i l l e r u n e p e t i t e n i è c e âgée de
c i n q a n s , d o n t il ne s ' o c c u p e g u è r e .
I.a r u m e u r p u b l i q u e l ' a c c u s e m ê m e
d e la r u d o y e r b r u t a l e m e n t . Il doit
c o m p a r a î t r e " d e v a n t le juge. Mais
c o n t r e toute a t t e n t e , l ' e n f a n t se déclare p a r f a i t e m e n t heureuse. Alors
u n r e v i r e m e n t se f a i t d a n s l ' â m e d e
M. H u m e r y et, d e ce jour, il d e v i e n t
p o u r sa n i è c e un v r a i « p a p a » .
U n film d é l i c i e u s e m e n t t o u c h a n t .
Vn fin limier,
comique.
Pathé-Revue : f a b r i c a t i o n des hélices d e n a v i r e s ; E n H a u t e - E g y p t e :
T h è b e s ; La m o t o c y c l e t t e d a n s l'armée.
De belle« T O U S I I M •'eoiraiwniit
vile, dont la chair partioulièrancnt
tendre et blanehe fera prima h t
Ica marehéa, t'obtiennent avro ht
I
z
Donnes la Ri» m farfala, m
traîna oui ta.
Écrira à VQtficm da KU,
82. rea Ja Rieht lieu. Parié fj*>
M'
CONCARNEAU
UN A U T O M O B I L I S T E T A M P O N N E
UN MOTOCYCLISTE."— L ' a u t r e j o u r
s u r le q u a i d ' A i g u i l l o n , u n e autonioIle c o n d u i t e p a r M. M a u r i c e Cozic,
n é g o c i a n t à G o u r i n , est e n t r é e
en
ollision a v e c u n e m o t o c y c l e t t e m o n tée p a r M. Droufflazet, ta ¡Fleur d ' h a bits à T r é g u n c . Les d é g â t s m a t é r i e l s
ml i m p o r t a n t s . M, D r o u g h u o t s'en
st t i r é a v e c u n e l u x a t i o n du poinet.
M. le d o c t e u r Le S t r a t , de C o n e a r n e a u , lui a p r o d i g u é ses s o i n s .
g o a r ; de Mme Vve Le Gallic, d e
F r c s q - C o z - V i a n , élèves à l ' E c o l e P r i m a i r e S u p é r i e u r e d e C o n c a r n e a u , et
de M. Le N a ô u r , d e Pont-Go, d o n t
la fille est élève à ,1'E. P. S. de Q u i m perlé.
Les demandes d'allocations
militaires p r é s e n t é e s p a r M. Rica P i e r r e ,
au G r a n d - B o i s , cl Mme Le B a c c o n ,
de P a r c - M a r c , r e ç o i v e n t un avis faorable.
Les demandes
d'assistances
cuir
vieillards
el d'assistances aux fei<
mes en couches sont t o u t e s accueilies f a v o r a b l e m e n t .
Anctc de la liste des indigents 0
,cconrir
en 1933, p a r l ' A s s i s t a n c e
m é d i c a l e g r a l u l l e , au chill're d e 470.
MELLAO
C H E Z LES ANCIENS COMBATTANTS.
—
Comme nous l'ayons
déjà annoncé, l'assemblée générale
d e la sectioiv d e l'U. N. C. d e Mellac
•st r e p o r t é e au d i m a n c h e 18 D é c e m ,.re. A c e t t e ¡occasion on n o u s p r i e
d ' a n n o n c e r q u ' u n b a i f q u e t a u r a lieu,
à l ' i s s u e de la r é u n i o n , chez le c a m a r a d e P é r o u , 'de T y - R o d e l .
Dans
l ' a p r è s - m i d i , les a n c i e n s c o m b a t t a n t s
p o u r r o n t s ' a d o n n e r a u x s p o r t s tout
à fait p a c i f i q u e s d e m a t c h s d e boules
et d e q u i l l e s ,
EN VUE DU RÉVEILLON. — Dans
RIEC-SUR-BELON
BENEDICTION D'UN CHALUTIER.
S a m e d i d e r n i e r , a eu lieti, a u
p o r t d e R o s b r a s , en Riec-sur-Bèlon
la b é n é d i c t i o n d ' u n c h a l u t i e r , le Rosbras, qui u été c o n s t r u i t à O s t e n d e
(Belgique)
p a r Ja s o c i é t é B é l i a r d
Grigliton et Cie.
De monïbreux h a b i t a n t s de R i e c
et
des
communes
avoisinantes
é t a i e n t d o n n é r e n d e z - v o u s , à cette
o c c a s i o n , s u r les cales d e R o s b r a s
de Kerdruch.
Le c a p i t a i n e , M. E m i l e T o c q u e t ,
çul a i m a b l e m e n t
les v i s i t e u r s et
e tir m o n t r a les d i v e r s e s p a r t i e s 'du
liteau.
P u i s , M. l ' a b b é L o u a r n , c u r é - d o y e n
le Riec, a n c i e n a u m ô n i e r d e mane, c h e v a l i e r d e la Légion d ' h o n n e u r , p r o c é d a à la b é n é d i c t i o n d u
nouveau chalutier.
A p r è s le c h a n t d e « l'Ave Maris
Stella » et du « Te D e u m », M. l ' a b b é
o u a r n , a c c o m p a g n é d e MM. T o c q u e t
t Michel, p r o p r i é t a i r e s , d e M. C h a r p e n t i e r , d e s p e t i t s p a r r a i n e t muraine, A n d r é C h a r p e n t i e r et A n n i c k
Tocquet, p a r c o u r u t les d i v e r s comp a r t i m e n t s d u Rosbras, a p p e l a n t la
b é n é d i c t i o n d i v i n e s u r le n a v i r e el
s u r son é q u i p a g e .
A l ' i s s u e 'de Ja c é r é m o n i e , le cap i t a i n e r e ç u t les i n v i t é s et leur exp r i m a ses p l u s vifs r e m e r c i e m e n t s .
Nous s o u h a i t o n s a u Rosbras et à
son é q u i p a g e , bon s u c c è s et l o n g u e
carrière.
1er le d a n g e r de ce p a s s a g e à ni-\gne la vie l ' u n e d e s p l u s r é j o u i s s a n - 1
:au.
tes c o m é d i e s que l'on p u i s s e v o i r . »
Situé au h a u t d ' u n e côte et masC'est, c o m m e les a u t r e s
gpuvresl
U a i
d e s i t i - s i è c l e
qué p a r le m u r d u cimletière d e T r é - q u e n o u s p r é s e n t e d ' o r d i n a i r e N o t r e
j u n c , et p l u s i e u r s t r o n c s d ' a r b r e s , il Ciné, un film bien f r a n ç a i s . Cela n o m
st un d a n g e r c o n t i n u e l p o u r la c l r - c h a n g e 'des p r o d u c t i o n s a m é r i c a i n e s ,
culation e x t r ê m e m e n t
i n t e n s e s u r p l u s ou m o i n s mai d o u b l é e s en f r a n < 1 B 8 2 - 1 9 & 2 >
ette r o u t e n a t i o n a l e , P a s ' u n p o t e a u çais, qui i n o n d e n t , en c e m o u l e n t , |
d i c a l u e r , ni ù d r o i t e n i à g a u c h e , c e r t a i n s é c r a n s .
Le signal a v e r t i s s e u r est p l a c é à d e u x
A j o u t o n s q u e les films de c o m p l é - 1
ents m:êtres d e d i s t a n c e du (lange-1ment» qui a c c o m p a g n e n t Gagne ta\
e u x nassage.
|i>ie s e r o n t d e s plus i n t é r e s s a n t s : u n
c o m i q u e : Chariot, aarçon de Banque,
INCENDIE.
I.tindi d e r n i e r , 2,'ì I n d e s s i n a n i m é s o n o r e
Placide
N o v e m b r e , v e r s 15 h e u r e s , M. Louis U/vlaiiiur.'vnlïn lWii ^ t u u ï i t é s .
C a r i o u , 45 ans, c u l t i v a t e u r a la L a n d e
s Châtaigniers,
travaillait
aux I FOOT-BALL. — La T o u r d ' A u v e r Le célèbre APPAREIL PNEUMAh a m p s l o r s q u ' o n vint l ' a v e r t i r q u e L ' n e r e ç o i t d i m a n c h e .sur son t e r r a i n L , i r i I l r , c , « TC n u c c n D - r
a .i
le feu d é v o r a i t u n e d e ses m e u l e s | d , ' K e r l é d a n les é q u i p e s p r e m i è r e et
9 ,,
' S A f V ? ^ S S O R l , d o M la
d e paille.
secondes de l'Union
s p o r t i v e pelé- c r é a t i o n a r é v o l u t i o n n e 1 A r t l i e r II r e n t r a aussitôt et, a v e c l ' a i d e i::"ise. Au m a t c h aller à S t - N i e o l a s | m a i r e , n e s t a p p l i q u é q u e _ p a r l e s
des v o i s i n s alertés, il se mit à c o m - | ( ! u Péleni, les é q u i p e s p r e m i è r e s fi- S p é c i a l i s t e s é m i n e n t s d e s E t a b l i s litre le s i n i s t r e el à p r é s e r v e r la cMit xi n m a t c h n u l . Le j e u p r o m e t s e m e n t s A . C L A V E R I E , d e
L'iile v o i s i n e .
o n c d ' ê t r e assez é q u i l i b r é ; m a i s on P a r i s , lû p l u s i m p o r t a n t e m a i s o n
U n e m e u l e d e p a i l l e a été en p a r - l'eut p r o n o s t i q u e r u n e v i c t o i r e d e s L j u m o n d e e n t i e r .
• la p r o i e des flamme», et le r e s t e K ' v r h a i,s i.e n. s, .s'ils
n-in= 1
r i nintérêt
i i i n i i ,it
. . s a v e.n t , m i e u x p• r o R, - l, Dans
de votee sanie. et
esl i n u t i l i s a b l e .
er q u a l ' o r d i n a i r e d e leur a v a n t a g e ^, e
honrsp
ri<ifipi7-voii=i
ries
Dourse
. aenez vous aes
On i g n o r e les c a u s e s d u s i n i s t r e . t e r r i t o r i a l . Le m a t c h d e s é q u i p e s se- ?
dindes c o m m e n c e r a
à 13 h e u r e s , i m i t a t i o n s .
L e
s e u l
( lui d e s é q u i p e s p r e m i è r e s à 14 h .
S p é c i a l i s t e des 1-UTBEGUNC
30.
blissements G L A V E R I E ,
qui
A C C I D E N T D E CHASSE. — DiBERRIEN
reste continuellement dans
a n c h e d e r n i e r , v e r s S) h e u r e s d u
VOLS. — D e p u i s q u e l q u e s j o u r s v o t r e r é g i o n , v o u s d o n n e r a g r a a t i n M. .lean R o l a n d ,
cultivateur
n est b r u i t
'
q u e d e vols c o m m i s t u i t e m e n t s e s c o n s e i l s d a n s les v i l l e s
de T r é h u b e r t , en T r é g•uui.c,
n c , c^ hma s^sua .i t. ,
ins un p r é situé à e n v i r o n un ' k M n u i t a m m e n t i u I l ' o u r g ou d a n s l e s ] s u i v a n t e s , d e 9 h . à 4 h e u r e s , à :
l o m è t r e d e sa f e r m e , l o r s q u e t i r a m ' a v i r o n s . A p r è s les p o u l a i l l e r s et les QUIMPERLÉ, vendredi 9 Décembre,
c a n a r d , il b l e s s a un e n f a n t q u i p a p i e r s c e s t la m a i s o n de M. GuilIlôtcl d u L i o n d'()r.
se t r o u v a i t s u r le b o r d d ' u n ruis- la«me J a f T r e n n o u , r e n t i e r
a Kçr-1 b h e s T , tous les jours, sauf le dimanche,
seau.
v e r r i e n q u i v i e n t d a v o i r la visite
G r a n d c pharmacie F O U C H E R , 75, rue
" d e s c a m b r i o l e u r s . Cette m a i s o n é t a n t I
¿iam
La p e t i t e v i c t i m e , A r s è n e Guillou
m
o
m
e
n
t
a
n
é
m
e
n
t
i
n
h
a
b
i
t
é
e
,
ils
ont
_
' , „
.
,
„
.
ans, é g a l e m
, e n t d e T rié hiu b.e r t , liprè»:
n i 'ii ï0ï n é r e1r Lon
miii'fml»
" « T r a i t e s d e la H e r n i e » , des « V a r i c e s »
n l fnnii*
0UlL
,'oir r e ç u les s o i n s d u d o c t e u r P o - 1 ' L ' , , ^
«uinu-ue.
I et des « Affections abdominales ».
E n
l a r d , d e T r é g u n c , fut t r a n s p o r t é e i:
1 a b s e n c e du p r o p r i é t a i r e , g r a - |
h ô p i t a l de Q u i m p e r .
vement m
maallaaddee et a c t u e l l e m e n t soi- Conseils et rtnseignemcnts gratis et dissa n i c c e à G o a s s a l e c , il n ' a crètement, A. CLAVERIE, 234, Faubourg
l l u c 0tz
Ses b l e s s u r e s sont « r a v e s . Son œ i l | ^p a s été
" / - p o s s i b l e d ' é t a b l i r le b i l a n I Sant-Martin, PARIS.
d r o i t p e r f o r é p a r un g r a i n de p l o m b
st c o n s i d é r é c o u r u e p e r d u .
E s p é r o n s q u e les g e n d a r m e s d e la A l'occasion du Cinquantenaire d e s
Fouillée, qui ont été alertés, ne t a r - Ft tf na h )l lk| ç pS m
pnt«! C T
S V P R T F
fieront p a s â m e t t r e fin a u x e x p l o i t s
. f S emeniTS
QUIMPER
du o u d e s m o u s .
I R E D U C T I O N de - i O ° / 0 s u r le p r i x
UN V I E I L L A R D A V E U G L E S E |
de tous les A R T I C L E S M É D I C A U X .
N O I E A C C I D E N T E L L E M E N T . — M.
CHATEAUNEUF-DU-FAOU
P i e r r e Cossec, 00 ans, aveugle, était
P O U R LA V E N T E DU T I M B R E | S ü g 3 B ! S
p e n s i o n n a i r e d e l'Hospice à Quim- ANTITUBERCULEUX.
_ La r é u per.
r.ion
D i m a n c h e soir, a y a n t b u p l u s que d, Í eÍ O nla a n ¡ s n e t t e f U 3 3 C n Í f Ä
l u n d i FOÎFCS ß t A M C l l é S d ß IH
9
d'expérience
HERNIE
la n u i t de • d i m a n c h e à l u n d i , des
m a l f a i t e u r s se sont i n t r o d u i t s d a n s
la p r o p r i é t é d e Mme v e u v e B e r t h o u .
à La Boulaye, en Mellac et o n t emCOLLECTIONNEUR DE PARDESp o r t é 7 c a n a r d s et p l u s i e u r s p o u l e t s . SUS. — Le 22 N o v e m b r e c o u r a n t , il
ACCIDENT D ' . v y T O . — S a m e d i , La g e n d a r m e r i e e n q u ê t e .
avait u n r e p a s d e n o c e s à l'Hôtel
e r s 20 h e u r e s ,
une
camionnette,
de la C h a u m i è r e B r e t o n n e . C o m m e
o n d u i t e p a r M. le d i r e c t e u r d e l'usiMOELAN-SUR-NIER
il est d ' u s a g e , les c o n v i v e s a v a i e n t
ne d e P r o d u i t s c h i m i q u e s
de la
léposé l e u r s p a r d e s s u s ù d e s pâtép o i n t e d e T r é v i g n o n et p a s s a n t à
L E P È R E L E F L O C ' H E N A P P E L . es. Or, au m o m e n t d u d é p a r t , pluR o u r i c - a r - Z i n , eu l . a n r i e c , s'est je- — Nos l e c t e u r s se r a p p e l l e n t que le s i e u r s c o n v i v e s o n t eu la d é s a g r é a tée s u r u n e m a i s o n en b o r d u r e d e ieux p è r e Le F l o c ' h , 74 ans, p a s s e u r ble s u r p r i s e de c o n s t a t e r q u e leurs
la r o u t e , la d i r e c t i o n d e la v o i t u r e n t r e Kersel et Riec, f u t c o n d a m n é à ê t c n i e n t s a v a i e n t d i s p a r u . La genétant ronïpue.
15 j o u r s d e p r i s o n p a r 'U; T r i b u n a l d a r m e r i e , avisée, a o u v e r t u n e enLa c a m i o n n e t t e est assez s é r i e u - o r r e c j i o n n e l d e • Q u i m p e r l é , p o u r q u ê t e p o u r d é c o u v r i r le ou les vo
s e m e n t e n d o m m a g é e . Le c o n d u c t e u r v o i r jeté « à la baille »_ le j e u n e l e u r s .
reçut également quelques
b l e s s u r e s K e r m a g o r e t , 10 ans, q u i s'était servi
ROSPORDEN
qui ne p r é s e n t e n t , h e u r e u s e m e n t , au- de son b a t e a u s a n s son a u t o r i s a t i o n .
C O U P S E T B L E S S U R E S . — Les
cun caractère d e gravité.
Le p è r e Le F l o c ' h q u i avait d e brila n t s é t a t s de s e r v i c e cl q u i n ' a v a i t d e u x fi-èros A l f r e d et R o g e r Mazautl.
EN AVANT DE G U I N G . t v i P RAT inuiis fait l'objet d e la m o i n d r e pu- tous d e u x m a r c h a n d s d e t o i l e s
à
U. S. C O N C A R N O I S E , p a r 7 b u t s à
ition a u c o u r s d e ses l o n g u e s ail- P o n t î v y , p a r c o u r a i e n t la c a m p a g n e
S u p é r i o r i t é de l ' é q u i p e d e Guin- ées d e s e r v i c e d a n s l a « n a r i n e en p o u r
placer leurs
marchandises
a m p . A la m i - t e m p s : 1 à 0 en fa- bois, t r o u v a la p e i n e un p e u sévère D a n s la r é g i o n d e R o s p o r d e n ,
ils
avaient pris pour guide une d a m e
cili- d e G u i n g a m p . E n 2" m i - t e m p s , et i n t e r j e t a a p p e l .
Philippe.
les G u i n g a m p a i s r e n t r e n t six nouIl fut d é f e n d u d e v a n t Îa C o u r de
c a u x b u t s et les v i s i t e u r s d e u x , R e n n e s p a r M" Char'lier, q u i p r o
Le
2 Septembre
dernier,
ils
_
,.
. s i t i o n d u b u r e a u . P r é s i d e n t et v i c e - l i a c o u p l e , 28 à 30 f r . ; jeunes, 25 à 27 f r .
d o n t un s u r p e n a l t y .
o u è r e n t leur g u i d e de c o u p s de pied
Ce n est que j e u d i q u e son c o r p s I ) r ù s i ( l e n t ( MM. B e r n a r d , m a i r e ; Le !a couple; lapins, 15 à 20 f,r.
once une spirituelle plaidoirie.
flottant d a n s l O d e t fut r e t r o u v e p a r G u c r n c o n s t . i n e r fiénéral; trésiorier,
Pommes de terre, jaunes, 14 k .15 f r .
I.a C o u r , a n n u l a n t le j u g e m e n t d u et d e p o i n g .
HERMINE CONCARNOISE
RAT
Ils o n t c o m p a r u d e v a n t le T r i b u
'.M. Kergoat et A d a m , d e 1 île l u d y , M A . i n r n o - s e c r é t a i r e M I a u r e n t ! c s 5 0 k i l o s î saucisses, 20 à 22 les 50
AU SYNDICAT AGRICOLE. — Les U. S. P O N T - L ' A B B I S T E p a r 2 b u t s Tribunal d e Q u i m p e r l é , c o n d a m n e le
!i:i r e m o n t a i e n t la r i v i è r e en b a t e a u | i l é n i e r y , s e c r é t a i r e (le m a i r i e *
| M l o s ; blc noir, 70 sacs, 41 à 43 f r . les
ni d e Q u i m p e r , q u i a c o n d a m n é Ro
c u l t i v a t e u r s d é s i r a n t de la p o m m e
v
.
.
M. » 130 kilos; scijile, 100 sacs, 38 à 40 f r .
0. — P a r t i e d i s p u t é e à P o n t - l ' A b b é ieux p è r e Le F l o c ' h â 50 f r a n c s i e r à 10 f r a n c s d ' a m e n d e et a r e l a x é
l.e c o r p s avait été e n t r a î n é à 12
N o u s e s p é r o n s q u e t o u s les Chu- a v o i
¿ rt J,• ' 3 4 à 3 6 .
d e t e r r e d e s e m e n c e « E e s t e r l i n g e n » p a r un t e m p s d é t e s t a b l e , s u r un ter- d ' a m e n d e et le fait b é n é f i c i e r d e la
1
i l o n t è l r e s de l ' e n d r o i t où l'on croit t e a u n e u v i e n s f e r o n t b o n a c c u e i l a u x
son f r è r e A l f r e d .
sont i n s t a m m e n t p r i é s d ' a d r e s s e r ain t r è s g l i s s a n t . C o n c a r n e a u en- loi d e s u r s i s .
Veau,
4.50 le kilo; 'mouton, 4.50.
qu'il t o m b a à »l'eau.
v e n d e u r s et v e n d e u s e s .
Le vieux m a r i i a c o m p r i s la clél e u r s t i o m m a n d e s a u d é p o s i t a i r e le age, m a i s les L i o n s i n t e r c e p t e n t . La
CARHAIX, 26 Novembre! — Farine
•
A
I
N
T
T
H
U
R
I
E
N
P r o d u i t s d e s v e n t e s a n t é r i e u r e s .150 en première qualité et 130 en
p l u s tôt p o s s i b l e .
p a r t i e se p o u r s u i t assez égale, jus m e n c e des juges, et en s o r t a n t H l e u r
d i t : « Merci ».
. f!)2(i, 2.524 f r . 00; 1927, 2.000 f r . 10* deuxième; f r o m e n t , 95 à 100; seigle, 65
A QUI LA VACHE. —
L'autre
u'au
m
o
m
e
n
t
où
un
a
r
r
i
è
r
e
pont
D A N S LA G E N D A R M E R I E .
—
LORIENT
11923, 2.038 f r . 90; 1929, 2.095 f r . 30; à 70; sarrasin, 68 à 72; avoine, 65 à «8;
GRAND C O N C O U R S D E B O U L E S . jour, ón a t r o u v é d i v a g u a n t s u r la
N o m a p p r e n o n s q u e M. Le B r u n a a b b i s t e l o u p e u n e balle q u i est rer o u t e de S c a ë r , u n e v a c h e m a r q u é e
F F T E DE L'AMICALE
DE L'ECO-11930,
2.243 f r . 35; 1931, 2.372 f r . 50. i son,
à 60; paille, aux 500 kilos, 110;
*
1
f/\ ï M50
1 on
été d é s i g n é en q u a l i t é d e g e n d a r m e p r i s e et logée d a n s les filets l o c a u x D i m a n c h e p r o c h a i n , 4 D é c e m b r e de 1a l e t t r e B.
foin,
120.
E P I G I E R D E L O R I E N T . — Nou?
ISrcuf, 2.00 à .1 le kilo; vaches, 2.25 à
à p i e d à la b r i g a d e d e B a n n a l e c . p a r les a v a n t s (le l ' H e r m i n e . La p a u s e a u r a lieu â p r o x i m i t é d e la belle
Cette bète, q u i a v a i t d u ê t r e a c h e - p p r e n o n s q u e l'Amicale des Ancien:-1
HUELGOAT-LA-FEUILLEE
2.75 le kilo; veaux, 5 à 5.50 Je kilo ;
N o u s lui p r é s e n t o n s nos m e i l l e u r s i r r i v e s u r le s c o r e d e u n à z é r o en pflage de K e r f a n y en Moëlan-sur-Mcr tée p a r u n b o u c h e r , à l a f a i r e de
Elèves d e l ' E c o l e P i g i e r d e L o r i e n t .
U N E A F F A I R E D ' E S C R O Q U E R I E porcs sras, fi à 6.50 le kilo; porcs de
f a v e u r des p a t r o n n é s c o n c a r n o i s .
( c o u r 1res) un g r a n d c o n c o u r s d o
vcetax ri* bienvenue.
intention de r e u n i r de nouveau I
e n v i r o n s loi', 125 à 150 la pièce.
M . k..., c u l t i v a t e u r a u x
A la r e p r i s e , les L i o n s v e u l e n t ga- b o u l e s où Q u i m p e r l o i s et M c ë l a n a i s S c a ë r , a été c o n d u i t e a u b o u r g d e
Les cours restent stationnaircs : les
ses m e m b r e s d a n s u n e fete f a m i l i a l e . ,i e Huelgoat, a v a n t lu, d a n s son j o u r F L E U R DE G E N Ê T BAT K O R R I - g n e r ce m a t c h , mais, p a r s u i t e de se m e s u r e r o n t p o u r l ' o b t e n t i o n d e s S a i n t - T h u r i e n .
vaches à lait se vendent bien, ainsi que
GANS V A N N E T A i S p a r 3 à 1. — l ' i m p r é c i s i o n d e l e u r l i g n e d ' a v a n t s , b e a u x p r i x .
SAINT-THURIEN
BAT
TRÊMÉ- où t o u s p o u r r o n t p a s s e r u n e j o u r n é e L,.,], ( | l l ' u ) u , s o c i é t é a g r i c o l e et c o m - les porcs.
...,.,
. I m e r c i a l e o f f r a i t a u x c u l t i v a t e u r s des . Heurre en gros, 13 à 13.50 le kilo;
M a t c h joiré à V a n n e s . T r o i s cent cin- n ' a r r i v e n t
pas
à
conclure.
Sur
Appel est fait a u x p l u s fins bou- ,'EN P A R 5 A 1. — Dès le d é b u t , igreable.
On se r a p p e l l e le v e r i able s u c c è s | r £ t s
terme, demanda
q u a n t e p e r s o n n e s e n v i r o n a s s i s t è r e n t é c h a p p é e d e s C o n c a r n o i s , l ' a r r i è r e listes d e la r é g i o n q u i m p e r l o i s e .
T r é m é v e n , j o u a n t a v e c le v e n t , d o
lonR
d e s | c n détail, 14 à 14.50 le kilo; <rufs, 8.50
à cette r e n c o n t r e , q u i p e r m i t a u x p o n t - l ' a b b i s t e , v o u l a n t r e p r e n d r e u n e
unine. Le vent s o u f f l a n t en r a f a l e s que cette fete a o b t e n u I a n n é e d e r - 1 i ' e n s e i " n e m e n t s .
à 9 f r . la douzaine.
m a i n t i e n t le ballon d a n s le c a m p lo m è r e . Mais d a p r è s c e r t a i n s é c h o s . 1 A p r è s d i v e r s p o u r p a r l e r s . M. K...I Poulets, au kilo, 9 à 10 suivant âge,
v i s i t e u r s , p l u s a c c r o c h e u r s q u e l e u r s balle, la loge d a n s ses p r o p r e s filets,
NEVEZ
al, ce q u i p e r m e t à T r é m é v e n d e la fete d e 1932 s u r p a s s e r a i t e n c o r e ¡¡t à cette s o c i é t é u n e d e m a n d e d ' e m - | o u 25 h 30 la couple; canards, 13 à 20.
a d v e r s a i r e s , d e b a t t r e l ' é q u i p e lo- nu g r a n d d é s e s p o i r d e son goal. P e u
p r u n t d e 10.000 f r a n c s , r e m b o u r s a - Lapin de garenne 8 à 9; MèyreS, 25 à
AU C O N S E I L MUNICIPAL. - Le m a r q u e r . Le t e m p s se c a l m e et le •1 p r e m i è r e .
cal«, q u i m e n q u a t o t a l e m e n t d e r é a - « p r è s , la lin s u r v i e n t , c o n s a c r a n t la
La d a t e a ete fixee a u d i m a n c h e l ) ! t . e n 1(S a n s
i 8 ; pigeons, 9 a 10 la couple.
r , , i s o n <(
60(, f
C o n s e i l s'est r é u n i en session o r d i - jeu d e v i e n t p l u s égal, S a i n t - T h u r i e n
l i s a t e u r s et n e sut t i r e r profit du t r è s v i c t o i r e de l ' H e r m i n e .
est l o n g à se m e t t r e a u jeu m a i s p a r - 18 D é c e m b r e p r o c h a i n en m a t i n é e . | „ . „ . n n M V P I U„ n m l r )., , „ „ t , i i „ | i n n | Cidre a», 2o0 la b a r r i q u e ; en p u r j u s
naire de Novembre.
net a v a n t a g e t e r r i t o r i a l q u ' e l l e a c c u E t a i e n t p r é s e n t s : T r é g u i o r , m a i r e ; l e n t à é g a l i s e r p;tr son e x t r ê m e - g a u sa, s u r t o u t e n s e c o n d e m i - t e m p s .
KERNEVEL
Rica, a d j o i n t - m a i r e ; T a l e c , Goala c h e a v a n t la fin d é la p r e m i è r e miLe c o u p d ' e n v o i f u t d o n n é à 14 h.
C O N S E I L MUNICIPAL. — D i m a n b r é , D a n i é l o u Yves, D r o u g l a z e t , Bu t e m p s .
30. T o u j o u r s s u r la balle .les F i n l s c h e , le Conseil m u n i c i p a l d e K e r n é rel, F u r i e R e n é , T h i e c , G u v a d e r J a c La d e u x i è m e p a r t i e est p l u s a n i
t é r t e n s se m i r e n t tout d ' a b o r d à
el s'est r é u n i en s e s s i o n o r d i n a i r e ques, A f f i c h a r d , D a n i é l o u Louis.
,
,
.. . «viv ici ovi i n i i i a u n i
niée et est t o u t e à l ' a v a n t a g e de Stj o u e r d a n s le c a m p d e s V a n n e t a i s . A
d e N o v e m b r e , s o u s la p r é s i d e n c e d e
le v e r s e m e n t ' d e s L e s , au -.100 kg.: paille, 120 à 130
Le Conseil d é c i d e la c o n s t r u c t i o n
hurlen qui bombarde copieusement m a n q u e r o n t pas d être tres sensibles l m i ¿ r e u n n u i t ó ,
la 9* m i n u t e , u n c e n t r a g e d e l ' a i l i e r
M. t . r é o , m a i r e .
1 cette attention.
110.000 f r a n c s a u r a i t l i e u i n c e s s a m - | f < . l n , 20« à 220.
L t i n m e u r d e l'école d e K e r m e n .
les b o i s d e s v i s i t e u r s et a j o u t e
gauche fut repris par l'avant-centre,
Le m a i r e s o u m e t p l u s i e u r s d e m a n Il
y
a
u
r
a
g
r
a
n
d
b
a
n
q
u
e
t
à
12
h.
,
,
.
M.
K...
s
'
e
x
écuta,
w nt
Tendance calme.
Le Conseil d é s i g n e M. N o a c ' h p o u r titres b u t s à la m a r q u e . Il a u r a i t
q u i s h o o t a d a n s sa foulée, b a t t a n t
mr
tons
les
iniombres
de lr'A
m
iic a l e ,. Il
A p r è s a v o i r a t !t " n d u (i
des d ' a s s i s t a n c e au C o n s e i l q u i
p
o
u
r
t
o
u
s
l
e
s
'
m
e
m
b
r
e
s
(le
A
m
q u e l q u e t e m p s I Bestiaux: génisses de 3 à 3.50 le
a
i
r
e
p
a
r
t
i
e
d
e
la
c
o
m
m
i
s
s
i
o
n
de
ree
n
c
o
r
e
p
u
m
i
e
u
x
f
a
i
r
e
a
v
e
c
un
p
e
u
a i n s i le g a r d i e n d e s K o r r i g a n s . On
A
2 - 5 0 íl 3 5 0 l o
. d e m a n d a d'abi
p r è s d é l i b é r a t i o n , d é c i d e d ' a c c o r - v i s i o n , et MM. R i c a Yves et F u r i e d ' e n t e n t e d a n s ses d e u x p r e m i è r e s s u iivi
vi d'une m
i naattiinr é e" dj -a«n-s«a«n»t e" ^ii la-1
1.. 1 y. . '' ^..
'
itbord ' e t "enfin 1
03
vit e n s u i t e l ' a v a n t - c e n t r e v e r t et
1.,
12.50 a 2./0 .la livre; porcs gras. 7 1 a 1.2d
quelle p r e n d r o n t p a r t t o u s l e u r s exigea le v e r s e m e n t An
Icr â M. l.e C o r r e F r a n ç o i s la som- Yves p o u r f a i r e p a r t i e d e la coin lianes.
d e la s o n u u e vaches à lait,
b l a n c , seul à six m è t r e s d e l a c a g e
à'2.75
le
kilo;
veaux
invités
m e m e n s u e l l e d e 50 f r a n c s , à p a r t i r m i s s i o n c h a r g é e d e s t a t u e r s u r les
SCAER
a d v e r s e , s h o o t e r p a r - d e s s u s . ReveL ' oirctiestrc
rchestre <
a u tl u i ef u t - r é1p o n^d u J que
W laî s ot c i éÏ t é Ïgê-* |*,res
kilo;
a i kg r250
e à la'pièce.
6.40 le kilo
t F
l -aa n t aasswb » si hHaute-1m
¿ e 'porcs
lait, m
20(f
du 1 " O c t o b r e 1932, d é c i d e l ' i n s c r i p - é c l a m a t i o n s .
n a n t c h e z les l o c a u x , les b l a n c et
DANS
L
E
N
O
T
A
R
I
A
T
.
—
P
a
r
dément a p p r é c i é a l o u e n t s a u i a 1 I « è e dlle aussi p a r la c r i s e n e p o u v a i t ! Tendance calme,
tion d a n s la 2' p a r t i e d e la liste d e s
n o i r e f f e c t u è r e n t e n c o r e u n essai
cret en d a t e d u 22 N o v e m b r e 1332 pand r e m joie et I e n t r a i n p e n d a n t l p o u r ] t . n i o m e n t lui f a i r e le v e r s e - l Beurre: en gros, 12 le kilo; en détail,
b é n é f i c i a i r e s d e la loi du 14 Juillet
QUERRIEN
q u e le p o r t i e r d e s K o r r i g a n s lit (leM. Q u é g u i n e r a été nomfmé n o t a i r e à toute la fête.
. ,
I m e n t d e c e t t e s o m m e e t qu'il lui 13- Πu f s , 7.50 l a douzaine.
.
1905 de Mme veuve Le G l o a r e c , dev i e r d e j u s t e s s e en c o r n e r . Vers la
Les m e m b r e s (1P
m e u r a n t au M o u s t o i r .
UN E N F A N T SE B L E S S E AVEC S c a ë r , en r e m p l a c e m e n t d e M. Mora
m
i
c
a
l
e
sont
,
r
é
s
i
l
i
a
t
i
o
n
(kson
cotiVolailles:
poulcts
3
f
r
lft
Uvt*.
r
r
o
p
û
s
a
i
t
l
a
20' m i n u t e , les V a n n e t a i s se r e p r i k s
k
Le m a i r e s o u m e t é g a l e m e n t u n e UN F U S I L DE CHASSE. — Le j e u n e ali.
d o n c i n v i t e s a v e n i r , le p us tot DOS- l r a t p u r e m e n t et s i m p l e m e n t . M. K... , l o ' " " e . < c t e r , r e .- f "
'
"
r e n t et c o n t r ô l è r e n t m i e u x le jeu, ne
N o s m e i l l e u r s v œ u x de b i e n v e n u e sible, r e t i r e r leur c a r t e d e b a n q u e t , L „ ' . . , „ „ , , „ s n i n t i r n ,.t Hi-m-md-i I o s " C l l ; , l a | ! i n c s ' 3 a 4
kilo,
d
e
m
a
n
d
e
d
'
a
s
s
i
s
t
a
n
c
e
aux
f
e
m
m
e
s
en
P
l
â
t
r
e
s
,
d
e
Botcoat,
en
Q
u
e
r
r
i
e
n
,
•liimi
filin
le«
c-irlps
d
'
i
n
v
i
l
ilmn
«n
V
s
o
l
u
t
i
o
n
et
(tcuianüa
^
¡
d
^
.
,]
]
.
uc.
p
tardant pas â d o m i n e r à leur tour.
280
300
a
)an i(1
oml
l
l
L
L
s
' a m u s a i t à m a n i p u l e r le fusil de
l
c a i tes d i n v i t â t on q u i p a r lettre r e c o 111 mein d e e le retili) 011 r- m e s
'¡dro 5 8 0 l c s 1 ll00 k i l ' c n ,,arc
VOL. — P r o f i t a n t d e l ' a b s e n c e d e i
P l u s i e u r s c o u p s f r a n c s f u r e n t t i r é s c o u c h e s f a i t e p a r M. B e r t h e l o t , du
•liasse d e son p è r e , l o r s q u e l ' a r m e M. et Mme Q u e r r i e n , b o u l a n g e r s
l e u r s e r o n t n é c e s s a i r e s , au Stege d e s t .. n ,ent d e s (¡50 f r a n c s q u ' i l a v a i t de M » Ä h a l s .
d e p a r t et d ' a u t r e , s a n s a p p o r t e r d e P o r z o u , qui r e ç o i t u n a v i s f a v o r a b l e . '(teignit l ' e n f a n t a u x j a m b e s .
Le Conseil vote un c r é d i t d e 100
S c a ë r , qui s ' é t a i e n t r e n d u s s u r la pla- il société, a 1 E c o l e P i g i e r , 9, r u e des vvt e. rrss£e. ss mma ai is s ] a lettre lui est r e t o u r - 1
c h a n g e m e n t à la m a r q u e . Le goal
-P a r t-•i s a n s !
On c o u r u t au b o u r g d e Q u e r r i e n ce p o u r v o i r la fête f o r a i n e , un i n d é r o n t a i n e s a L c r i e n t . (Il ne s e.r a ,.e n.- |I n é•c a v e c la m e n t •i o n
v a n n e t a i s a r r ê t a u n e n o u v e l l e fois f r a n c s p o u r s u b v e n t i o n d ' é l u d é s
voyé
aucune convocation
i n d i v i - | l a i s s e r . ( 1 > a ( i r c s sc ».
in e x t r e m i s , p u i s à l ' a u t r e b o u t du la j e u n e L a n u r i e n , d u P o t e a u - V e r t . c h e r c h e r d u s e c o u r s et M. Baniiou, s i r a b l e v i s i t e u r p é n é t r a d a n s la m a i d u c i l e ) .
E n s u i t e , le m a i r e i n v i t e le Conseil djoiiit au m a i r e , se r e n d i t s u r les son p a r la p o r t e qui p a r a i t ne p a s
M. K... a j i o r t é p l a i n t e a u P a r q u e t . I
REMERCIEMENTS
t e r r a i n un essai d e D o u a r i n (2) faill i e u x a v e c son a u t o et t r a n s p o r t a le a v o i r été f e r m é e à clef et s ' e m p a r a
lit m e t t r e les d e u x é q u i p e s à égalité, i d r e s s e r la liste d e p r é s e n t a t i o n d e s
POULLAO'JEN
liimiiMiiiiiiiiiüiiiiiiiiiiiiiiituitiiMiiiiiiiiii
jeune
blessé
à
l
'
h
ô
p
i
t
a
l
de
Q
u
i
m
p
e
r
d ' u n e s o m m e d e 110 à 150 f r a n c s
Q U I M P E R L É . — L e s f a m i l l e s Com a i s le p o t e a u s a u v a p o u r B a n n a l e c . é p a r t i t e u r s p o u r 1933, a i n s i coin- lé.
q u ' i l t r o u v a d a n s le t i r o i r - c a i s s e .
AU C O N S E I L M U N I C I P A L . — Le lin, T h é p o t et t o u t e la f a m i l l e r e Au r e p o s , la F l e u r d e G e n ê t avait posée :
Conseil m u n i c i p a l de P o u l l a o u ë n m e r c i e n t s i n c è r e m e n t les p e r s o n n e s
Répartiteurs
titulaires
: Nicolas
Les s o u p ç o n s se p o r t e n t s u r u n e
t o u j o u r s son b u t d ' a v a n c e .
UN J E U N E HOMME R E Ç O I T UN
s'est r é u n i , d i m a n c h e 20 c o u r a n t , en q u i o n t assisté a u x o b s è q u e s d e
A la r e p r i s e , les p a t r o n n é s v a n n e Ch., D a g o r n .1., L a n d r e i n Y., B o u r h i s C O U P DE F U S I L DANS L E TALON il n mie G...
C
A
R
H
A
I
X
session o r d i n a i r e de N o v e m b r e
Guillou Y., Maout R., Guillou A.
tais s ' a p p l i q u è r e n t d a v a n t a g e et s ' i n s
TREGUNC
Dimanche,
dans
l'après-midi
Mme Veuve
Yves
COLIN.
Le C o n s e i l a p p r o u v e le r è g l e m e n t
l a l l è r e n t d a n s les 18 m è t r e s de l e u r s l a o u e n N., L a n d r e i n .1., T o u p i n .1.
F r a n ç o i s F..., 15 a n s , d e Bot-Coat, et
T
r
a
g
i
q
u
e
r
e
t
o
u
r
d
e
n
o
c
e
s
née Marie-Louise
THEPOT,
Répartiteurs
suppléants
: G o u i f f è s son c a m a r a d e J é r ô m e G..., l(i ans,
a d v e r s a i r e s . Mis à l ' o u v r a g e , les arUN
MOTOCYCLISTE
GRIÈVE- d e s c o m p t e s d e l ' e n t r e p r e n e u r d e s
Un mort. Un blessé grave.
r i è r e s d e B a n n a l e c a c c o m p l i r e n t du M., B o é d c c I!., T a n g u y II., Guillou d e R e n é r o u z e , s ' é t a i e n t
entendus
M E N T BLESS1Ï DANS U N E COLLI- t r a v a u x d e c o n s t r u c t i o n d e la n o u - de Loïlfca, décédée dans sa 58" année,
velle m a i r i e . Ce d e r n i e r a y a n t for
b o n t r a v a i l et e m p ê c h è r e n t c o n s - Ch., C o r r e i A., F l a o .1., Le De/. .1 p o u r f a i r e , à l ' i n s u d e l e u r s p a r e n t s ,
Le j e u d i 21 N o v e m b r e , v e r s 14 h SION. — V e n d r e d i , v e r s 15 h. 45, u n miilé u n e d e m a n d e d e r e n o n c i a t i o n a i n s i q u e t o u t e s celles q u i l e u r o n t
t a m m e n t les a v a n t s v a n n e t a i s d e Goyet .1., C a r d u n c r A., Le Goc F.
t é m o i g n é leur s y m p a t h i e e u c e t t e
une partie de chasse
30, un t e r r i b l e a e c i d e n t s'est p r o g r a v e a c c i d e n t s'est p r o d u i t s u r la
p l a c e r l e u r s s h o t s . A la 15" m i n u t e
2227
A cette o c c a s i o n , F... p r i t un v i e u x (luit au p a s s a g e à n i v e a u de Iverve r o u t e d e R o s t r e n e n , à 100 m é t r é s en- i son p r o f i t de l ' i n d e m n i t é j o u r n a - d o u l o u r e u s e c i r c o n s t a n c e .
lière
d
e
20
f
r
a
n
c
s
q
u
'
i
l
d
o
i
t
à
la
c
o
m
u n e é c h a p p é e d e s F i n i s t é r i e n s mit
LOCUNOLE
De
Profundis.
a r e t , p r è s d e T r é g u n c . U n e v o i t u r e v i r o n d e n o t r e ville.
fusil a y a n t a p p a r t e n u â son g r a n d
m
u
n
e
p
o
u
r
n
'
a
v
o
i
r
p
a
s
e
x
é
c
u
t
é
à
les b u t s l o c a u x en p é r i l . S u r f a u t e
a u t o m o b i l e c o n d u i t e p a r M. P i e r r e
M. P i e r r e P e r r o t , 20 ans, origiINFRACTION
A UN
ARRÊT! p è r e , et s'en f u t , a v e c * S o n c o t n p u Iverhervé, n é g o c i a n t en b o i s à Ros
d ' u n v e r t et b l a n c , l ' a r b i t r e a c c o r d a
n a i r e d e G o u r i n , r e g a g n a i t , à moto' t e m p s son c o n t r a t d ' a d j u d i c a t i o n
g n o n et un g a r ç o n n e t de 9 a n s , d a n s
»
R
É
F
E
C
T
O
R
A
L
.
—
P
a
s
s
a
n
t
le
2
un p e n a l t v q u i valut le d e u x i è m e
REMERCIEMENTS
les p r é s d e C o a l e r n e n et du G u e r n . p o r d e n est e n t r é e en collision a v e c c y c l e t t e , le d o m i c i l e d e son b e a u - le Conseil d é c i d e d e r e n o n c e r à c e t t e
p o i n t a u x v i s i t e u r s . D o m i n é s et a y a n t N o v e m b r e au l i e i dit P o n t - N e u f , e
une
a u t o m o t r i c e d e la C o m p a g n i e p è r e , M. Vaissior, à K e r n a l , en P l o u i n d e m n i t é , à c o n d i t i o n t o u t e f o i s que
F...
C
h
a
r
g
e
a
le
fusil
qu'il
p
o
r
t
a
i
t
la
le s o l l i c i t e u r s ' e n g a g e à p r e n d r e à
q u a n d m ê m e d e u x b u t s d ' a v a n c e , les x j c u n o l é , les g e n d a r m e s e u r e n t
m a i s , à son t o u r , G... d e m a n d a à p o r (les C h e m i n s de f e r d é p a r t e m e n t a u x « u e r .
LE
POU I.DU
( CLOH ARS-C ARsa c h a r g e le p a i e m e n t d e s i n t é r ê t s
b l a n c et n o i r se m i r e n t à j o u e r la c u r i o s i t é d e v i s i t e r le d é b i t L... Ils 1er l ' a r m e , q u e F», lui p a s s a .
du Finistère.
Un
p
e
u
p
l
u
s
h
a
u
t
q
u
e
la
f
e
r
m
e
d
e
NOET), QUIMPERLE. — Mme veuve
d
u
s
il
la
p
r
o
p
r
i
é
t
a
i
r
e
actuelle
d
e
l
'
a
n
l o u c h e â o u t r a n c e et cela d u r a a i n s i c o n s t a t è r e n t (pic le p r i x des c o n s o n i
Qu'arrivn-t-il ? On s u p p o s e que 1
Une file 'de v o i t u r e s
a u t o m o b i l e s K e r v e n , il se t r o u v a en p r é s e n c e d e
j u s q u ' à la 32" m i n u t e d e la d e u x i è m e m a t i o n s n ' é t a i t p o i n t a f f i c h é . P r o c è s g â c h e t t e a c c r o c h a u n r o n c e et q u e le f a i s a n t p a r t i e d ' u n r e t o u r d e n o c e s ' a t t e l a g e d e M. ,Iules M o n t f o r t , d e c i e n n e Mairie p o u r o c c u p a t i o n a p r è s P i e r r e Guillou, M P i e r r e Guillou,
m i - t e m p s , où les K o r r i g a n s , g r â c e a v e r b a l fut d r e s s é p o u r i n f r a c t i o n à c o u p p a r t i t , a t t e i g n a n t F... au talon se r e n d a i e n t de R o s p o r d e n à P o n t P r u t - n r - P l n s , en Le M o u s t o i r (Côtes- t e r m e d e son a c q u i s i t i o n p a r les ser- M. el Mme J.-L. Le Saëci, les f a m i l l e s
Guillou et Le Sacc, r e m e r c i e n t .sincèun c o r n e r , b i e n t i r é p a r Maison- a r t i c l e 2 d e l ' a r r ê t é p r é f e c t o r a l du
Aven et R i e c . L e s p r e m i è r e s v o i t u r e s d u - N o r d ) , q u i suivait la m ê m e d i r e c - vices m u n i c i p a u x , c e t t e j o u i s s a n c e r e m e n t l e s p e r s o n n e s q u i o n t assisoit.
S e p t e m b r e 1920.
tardive provenant uniquement du
neuve, m a r q u è r e n t
à leur
tour.
Le blessé, dont le t e n d o n s e r a i t en p a s s è r e n t s a n s c n c o n v b r c 'le p a s s a g e tion, t e n a n t b i e n sa d r o i t e .
té a u x o b s è q u e s de
N ' é t a n t plus s é p a r é s d e l e u r s a d v e r n i v e a u . La v o i t u r e d e M. K e r h e r P o u r u n e c a u s e i n c o n n u e , le m o t o - n o n a c h è v e m e n t d a n s le d é l a i c o n I V R E S S E P U B L I Q U E . — Se t r o u f o r t m a u v a i s état, fut p o r t é p a r son
î i l f . Pierre
GUILLOU,
s a i r e s q u e p a r un f a i b l e é c a r t , les v a n i à 20 h. 15, le 25 N o v e m b r e , à c a m a r a d e au m o u l i n du G u e r n , p o u r vé s'y e n g a g e a i t à son t o u r q u a n d c y c l i s t e alla se j e t e r , à vive a l l u r e , venu d e s t r a v a u x d e la n o u v e l l e m a i Vannetais jouèrent leur
v a - t o u t , Kcrllatrès, les g e n d a r m e s r e m a r q u é r e c e v o i r un p a n s e m e n t s o m m a i r e a c o l l i s i o n se p r o d u i s i t . Le c h o c fut c o n t r e l ' a r r i è r e d e la g r o s s e c h a r - rie.
Boucher
L e C o n s e i l p r o c è d e e n s u i t e à la
s ' a v e n t u r a n t m ê m e t r o p loin puis- l e n t un h o m m e c o u c h é en t r a v e r s lit aussitôt q u ' i l fut p o s s i b l e , il fut d ' u n e v i o l e n c e e x t r ê m e .
r e t t e , La m o t o c y c l e t t e fut c o m p l è t e d é c é d é en son d o m i c i l e , a u P o u l d u ,
q u e , h u i t m i n u t e s a v a n t la lin, les de la r o u t e . L ' a y a n t relevé, ils c o n s c o n d u i t p a r les s o i n s d e son p è r e et
L ' a u t o m o b i l e e u t l ' a v a n t cotmplè m e n t d é m o l i e , et M. P i e r r e fut p r o v é r i f i c a t i o n des listes d e s b é n é f i - !e 27 N o v e m b r e 1932, a i n s i q u e t o u t e s
c
i
a
i
r
e
s
d
e
s
f
o
u
r
n
i
t
u
r
e
s
g
r
a
t
u
i
t
e
s
et
a r r i è r e s se firent p r e n d r e d e vitesse t a l è r e n t qu'il était en état c o m p l e t d e M. f l a n n o u . a d j o i n t au m a i r e ,
tentent é c r a s é et fut t r a î n é e sur u n e jeté v i o l e m m e n t à t e r r e où il r e s t a
vote à cet effet u n c r é d i t d e 2.500 f r celles q u i leur o n t t é m o i g n é «le la
p a r le F i n i s t é r i c n Q u é r é q u i d é b o u l a d ' i v r e s s e , l.e p o i v r o t
fut
r e c o n n u l ' h o p i l a l d e Q u i m p e r l é , p o u r ê l r l o n g u e u r d e c i n q à six m è t r e s .
inanimé.
à
r é p a r t i r c o m m e suit ; 900 f r . ù s y m p a t h i e en c e t t e d o u l o u r e u s e c i r le long d e l a t o u c h e et c e n t r a . Mal p o u r ê t r e un n o m m é J e a n N., c u l t i v a s o i g n é c o m m e il le fallait.
Mme K e r h c r v é , le f r o n t c o m p l è t e
M. l ' a b b é B o s s e n n c c , c u r é - d o y e n
constance.
a r r ê t é e p a r le p o r t i e r , la s p h è r e Tut l e u r à K e r d u d o u . Les g e n d a r m e s le
Les j e u n e s F... et G... o n t fait l'ob m e n t o u v e r t a v a i t été t u é e s u r le de C a r h a i x , q u i p a s s a i t en a u t o m o - l'école d e s g a r ç o n s du b o u r g ; 900 fr.
r e p r i s e et logée d a n s les filets d e s c o n f i è r e n t à un v o i s i n q u i s'est c h a r jet d ' u n p r o c è s - v e r b a l p o u r d é l i t de c o u p . Son m a r i , a p r è s a v o i r p r o bile, p r i t le blessé d a n s sa v o i t u r e à l'école d e s filles d u b o u r g ; 400 f r .
Korrigans.
,'é de le c o n d u i r e c h e z lui. Cela ne c h a s s e s a n s p e r m i s .
n o n c é q u e l q u e s mots, t o m b a i n a n i et le t r a n s p o r t a a u s s i t ô t à l ' h ô p i t a l à l'école de h a m e a u d u Guilly ; 300
f r . à l'école m i x t e d e Belle-Vue.
Ixvs q u e l q u e s i n s t a n t s r e s t a n t a lui évita p a s le t r a d i t i o n n e l procès^
nié. Les a u t r e s o c c u p a n t s , M. Yve d e C a r h a i x .
Le Conseil v o t e é g a l e m e n t un se
c o u r i r v i r e n t les v i s i t e u r s r é d u i t s à v e r b a l p o u r i v r e s s e p u b l i q u e .
H e r v é , n e v e u d e M. et Mme K e r h e r
Le d o c t e u r Mcnguy c o n s t a t a u n e
REDENE
vé, Mlle R o u a t , de Min-Hélou, en f r a c t u r e dit c r â n e et p r o c é d a à l'opé- c o u r s d e 300 f r . en f a v e u r d e c h a c u n
la d é f e n s i v e , m a i s g a g n e r n é a n m o i n s
des q u a t r e élèves s u i v a n t s : R i v o a l ,
et
1111 j e u n e h o m m e d e r a t i o n du t r é p a n .
p a r 3 à 1.
D E F A U T D E L U M I È R E . — D a n s Mclgven,
MELGVEN
T lo *> sMe JÎ,?èe. c'« r t
en Mclgven,
furent
la n u i t dit 27 N o v e m b r e , se t r o u v a n t C r é a c ' h m i n e ,
M, P i e r r e P e r r o l , a p r è s a v o i r long- M i n è s - P e r : Q u é r é , Gollot ; C h c v a n c e ,
AU
C
O
N
S
E
I
L
M
U
N
I
C
I
P
A
L
.
—
Di
b
o
u
r
g
;
R
a
ë
r
,
b
o
u
r
g
.
Se
m
o
i
n
s
s
é
r
i
e
u
s
e
m
e
n
t
blessés.
•Ut
en t o u r n é e p r è s d u p a s s a g e à n i v e a u
NOS P O M P I E H S A L ' H O N N E U R .
t e m p s t r a v a i l l é en A m é r i q u e , était
QUo\conqu pBfdto son
glm0n
P u i s il vote les c r é d i t s n é c e s s a i r e s
Le d o c t e u r P o c l i a r d , d e T r é g u n c r e v e n u au p a y s el s'était m a r i é il y
— D a n s la liste (les r é c o m p e n s e s d e - m a n c h e 27 N o v e m b r e , le Conseil mil n" 483, les g e n d a r m e s o n t v e r b a l i s é
d
0
à
la
c
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n
d
'
u
n
local
p
o
u
r
le.
n
i
c
i
p
a
l
de
Mclgven
s'est
r
é
u
n
i
en
contre Pierre P
lean A..., d e a p p e l é en t o u t e hâte, c o n s t a t a le <lé i un an e n v i r o n .
cernées aux sapeurs-pompiers, nous
f
^hur-""
c
épW
r e l e v o n s a v e c n l a i s i r les n o m s de s é a n c e o r d i n a i r e de N o v e m b r e , s o u s Q u i m p e r l é , et F r a n ç o i s Le F..., d_ c e s de Mme K e r h c r v é , o r d o n n a le
N o u s lui a d r e s s o n s nos m e i l l e u r s t r i e u r c o m m u n a l . Cette c o n s t r u c t i o n
w
ùtìons.
,
>'
des
MM. Le Bculzc et Guillou, s e r g e n t s ; la p r é s i d e n c e d e M. Colteti, m a i r e l . i z a r d e a u , q u i c i r c u l a i e n t , à 17 h, 4." t r a n s f e r t d a n s u n e c l i n i q u e de Quiun» v œ u x de p r o m p t et c o m p l e t r é t a b l i s - s e r a m i s e en a d j u d i c a t i o n s a n s t a r ^I.rver naW«*!
der.
d'une sement.
Gui Hou, G ù c r n a l c c et S é v é o n , sa- T o u s les c o n s e i l l e r s se t r o u v a i e n t s u r la r o u t e n a t i o n a l e n" 105, ave p e r d e M. K e r h c r v é , a t t e i n t
U
n
e
s
o
m
m
e
d
e
1.000
f
r
.
i
n
d
i
s
p
e
n
p
r
é
s
e
n
t
s
.
M.
L
i
j
o
u
r
est
n
o
m
m
é
s
c
c
r
é
l'ra,cture
du
c
r
â
n
e
,
et
p
r
o
d
i
g
u
a
ses
d
e
s
b
i
c
y
c
l
e
t
t
e
s
d
é
p
o
u
r
v
u
e
s
d
e
fe
peurs.
taire de séance.
C I I U O N I Q U E C I N É M A T O G R A P H I - s a b l e an p a i e m e n t d e d i v e r s t r a v a u x
milhod«»Nos f é l i c i t a t i o n s .
b l a n c à l ' a v a n t el d e feu r o u g e à l'ar s o i n s a u x a u t r e s blessés.
Révision (le la liste électorale pour r i è r e .
L'état de M. K e r h c r v é , q u i a u d é QUE. — Cette .semaine « n o t r e ciné e x é c u t é s p a r la m a i n - d ' œ u v r e lo1933.
M. G u e n g a r d J e a n - M a r i e est
CLOHAR3-CARNOET
Le n o m d e J e a n L,.,, d e R é d é n é but, p a r a i s s a i t d é s e s p é r é , s'est s e n s i ..jirlant » n o u s p r é s e n t e lin filini gai < cale. tant s u r la v o i r i e q u e s u r les
d é s i g n é p o u r la r e v i s i o n el l'établis q u i c o n d u i s a i t un c h e v a l a t t e l é â u n e W e m e n t a m é l i o r é et 011 e s p è r e p o u Ganne la vie, i n t e r p r é t é p a r le célè b â t i m e n t s c o m m u n a u x , est v o t é e à
° , u y ' e z P**
"
re
c
o
m
é
d
i
e
n
V
i
c
t
o
r
l
i
u
u
c
h
e
r
,
a
v
e
c
l
'
u
n
a
n
i
m
i
t
é
.
s
c
a
l
e
n
i
(le
la
liste.
v
o
i
r
le
s
a
u
v
e
r
.
ACCIDENT D'AUTO. — Vendredi
V0US
v o i t u r e aussi p e u é c l a i r é e q u e les bi
C s e9c o o a .
MM. Le G o a r a n t J e a n et L i j o u cyclettes, a été a l i g n é à côte d e s p r e
I.a d e m a n d e d e t r a n s f o r m a t i o n en
Le c o r p s d e Mme K e r h c r v é fut i c h a r m a n t e Dolly D a v i s el A n d r é
d e r n i e r , u n e c o l l i s i o n s'est p r o d u i t e
A*» 1 «*
t e nwlVD
u
b
o
s
c
.
é c o l e m i x t e d e l'école d e h a m e a u d e
t r a n s p o r t é à la m a i r i e d e T r é g u n
s u r la r o u t e «le d o l l a r s à D o u ë l a n . P i e r r e sojit d é s i g n é s p o u r f a i r e p a r i n i e r s .
et de là à R o s p o r d e n , où les o b s e q u e
Gat/ne ta vie est d ' u n e c o m é d i e mu- Belle-Vue est t r a n s m i s e a u x a u t o r i t é s
e n t r e la v o i t u r e a u t o m o b i l e d e Mlle lie de la c o m m i s s i o n c h a r g é e d e ju
W* 8
la P ,u *
CONCOURS D E T I R . — Voici les ont eu lieu s a m e d i au m i l i e u d ' u n e sicale de la inclue v e i n e q u e Dacli/lo c o m p é t e n t e s a v e c avis f a v o r a b l e
G o u s y n , p r o f e s s e u r de 'musique, cl la ger les d e m a n d e s d ' i n s c r i p t i o n et d e
r é s u l t a t s du c o n c o u r s d e tir :
n o m b r e u s e alVlucnce.
Le Conseil a d o p t e le r è g l e m e n t snicl l.a Femme en homme qui o n t c o n
v o i t u r e d e M. B o u r h i s , b o u l a n g e r à r a d i a t i o n .
1. p r i x , 00 fr., L e s c o u a t , d e T r é m é
Vole il'une soin/ne <lc 970 franc
Lannevain, en d o l l a r s .
Ce t r a g i q u e a c c i d e n t a c a u s é 1111e nu r é c e m m e n t s u r l ' é c r a n d u p a t r o - v a n l ¡lour la l o c a t i o n d e la salle d e s
n a g e un s u c c è s t r è s m é r i t é . Le film f ê t e s et des b a n c s et tables q u i s'y
Il n ' y a p a s e u d ' a c c i d e n t d e pet (à p r e n d r e s u r le c r é d i t « D é p e n s e s ven, 58 p o i n t s ; 2., 40 fr., P i v e r t , di p r o f o n d e é m o t i o n d a n s t o u t e la 1
s o n n e s à d é p l o r e r , m a i s les d é g â t s i m p r é v u e s » ) p o u r i n d e m n i s e r le Q u i m p e r l é , 50 ; 3., 30 fr., Piguellier g i o n , où la f a m i l l e K e r h c r v é est t r è s est a l e r t e , t o u j o u r s a m u s a n t , n o u r r i t r o u v e n t : salle s a n s t a b l e s ni b a n c s
de t r a i t s d ' o b s e r v a t i o n e x t r ê m e m e n t 100 f'-. p a r bal. p i è c e s d e t h é â t r e s
s a p e u r s - p o m p i e r s d e R o s p o r d e n p o u d e A r z a n o , 54 ; 4., 25 fr., P o r t i e r , d c o n n u e et t r è s e s t i m é e .
m a t é r i e l s s o n t assez i m p o r t a n t s .
La g e n d a r m e r i e s o u s 1a d i r e c t i o juste, plein d e p é r i p é t i e s c o c a s s e s et c i n é m a , r e p a s d e n o c e . etc. ; a v e c
M' Le Q u é r é , h u i s s i e r à Q u i m p e r l é l e u r d é p l a c e m e n t , la d é t é r i o r a t i o n R é d é n é , 51 ; 5„ 20 fr., Le C u n f f , d e
d ' u n v é r i t a b l e h i n n o u r . Il a f o u r n i à t a b l e s et b a n c s en p l u s 0 f r . 50 p a r
l ' u s u r e el le t r a n s p o r t (lu m a t è r i e A r z a n o , 51 ; 0.. 15 f r . , Y. R o l l a n d , de du c a p i t a i n e Le Guillou, d e Q u i n i p e
a fait le c o n s t a t d ' u s a g e .
et d e l ' a d j u d a n t P o r c h e r o n , d e C011 I'r.ris u n e ! ngue c a r r i è r e en e x c l u s i - n l a c e . Il a été c o n v e n u q u e les taà C o a t - P o u l o u , lors d e l ' i n c e n d i e du R é d é n é , 50 ; 7., 10 fr., Boulch,
vité et a élé acceuilli très f a v o r a b l e - illes el b a n c s p r ê t é s p p u r aller au
R é d é n é , 40 ; 8., 8 fr.. E s v a n t , d e Ré c a r n e a u , s o n t s u r les lieux et e
21 S e p t e m b r e .
PASSAGE DU P E R C E P T E U R .
Vote (le subventions de 250 franc d é n é , 4« ; 9., 5 fr., C o u r t e t , 45 ; 10 q u ê t e n t p o u r c o n n a î t r e les c a u s e m e n t p a r la c r i t i q u e . « Dos d é t a i l s d e h o r s c o û t e r o n t é g a l e m e n t 0 f r . 50
Le p e r c e p t e u r d e Quimperlé sera d e
s a v o u r e u x , d e s l o u c h e s h u m o r i s t i - p a r p l a c e ; r é p a r a t i o n , s'il y a lieu,
p a s s a g e à la m a i r i e d e d o l l a r s , j e u d i p o u r p a r f a i r e le t r o u s s e a u des en 5 f r . , G u i l l e m o t , 43 : 11., 2 f r . 50 de l ' a c c i d e n t .
ques, dit l'Intransigeant,
f o n t de Ga- à la c h a r g e du p r e n e u r .
A ce s u j e t n o u s t e n o n s à sign
f a n t s d e M. Le Goll' Yves, d e K e r l i C a r d i n et Le R o u x , 42 p .
prochain 8 Décembre.
Ih
! t
LES COMMERÇANTS
ayant une
CLIENTÈLE PAYSANNE
ont intérêt à faire leur
p u b l i c i t é d a n s le j o u r n a l
p r é f é r é à la c a m p a g n e .
E S T
C E
C'est le j o u r n a l local
plus répandu dans
l'arrondissement.
le
p o u r
Chargeurs Hennis, conjointement avec
un tuile t de chenil a <le fer v j . i r l.or
denux (Quai) ou l'aulllnc (nppontement
de Trompcloup) les havanes sont enregistres directement il Paris-Quai d'Orsay, pour la destination définitive. Cet
enregistrement est fait la veille du jour
fixe pour le départ de Bordeaux des paquebots.
Les trains transatlantiques mis en
marche spécialement arrivent au quai
d'embarquement d'où le
transbordement au paquebot se fait directement.
Dans le sens inverse, les bagages il
destination de Paris peuvent être enregistrés directement à bord du paquebot avant son arrivée à Bordeaux. I.a
visite de ces bnguges par la Douane n'a
lieu qu'A la gare de l'aris-Quai d'Orsay
et le transbordement est également direct du paquebot au train.
r i r e
Chez l'épicier.
Le c l i e n t à q u i on sert «lu f r o m a g e
•de g r u y è r e :
— II nie s e m b l e q u e vous m e d o n nez beaucoup de trous.
L'épicier.
— Soyez s a n s i n q u i é t u d e , ici n o u s ne les p e s o n s p a s .
Discussion.
LA GYMNASTIQUE SUÉDOISE
L'un. — Il n ' y a q u e ç a , voyezv o u s p o u r c o n s e r v e r la s a n t é et p r o l o n g e r la vie.
L'autre.
— Nos a n c ê t r e s , n ' e n fais a i e n t p a s et p o u r t a n t ils se p o r taient bien.
Le premier.
— Ils se p o r t a i e n t
b i e n 1 Ils se p o r t a i e n t b i e n 1 N ' e m p ê c h e qu'ils sont tous morts !
Chemins de Fer de
HERNIE
l'État
L'AMERIQUE DU SUD VIA BORDEAUX. — Les relations avec l'Amérique du Sud via Bordeaux, organisées
depuis longtemps déjà de manière i>
donner aux voyageurs le maximum de
confort et le minimum de dérangement,
bénéficient depuis l'an dernier d'une
nouvelle amélioration par la mise en
service du nouveau paquebot de grand
luxe
L'Atlantique.
Ce navire, 1 un des plus grands lancés depuis la guerre, déplace 40.1)00
tonnes. Il a une longueur de 227"' et
vnc largeur de 30"' Il est propulsé par
des turbines alimentées par des chaudières chauffant au mazout.
Doté des appareils de navigation et
instruments de bord les plus modernes,
il a reçu un aménagement et une décoration qui en font un palais flottant.
Il peut reoevoir 1.280 ' passagers qui
trouvent il bord des distractions de toute
nature.
Par son luxe et son confort
L'Atlantique
est, plus qu'un moyen de
transport, un ambassadeur du goût et
du génie français.
Sur présentation d'un billet de pas
sage des Compagnies Sud-Atlantique et
CHASSEURS^
L.
Armorier
25
— Rue
I*L_L£2
à
des
Téléphone
7
QUI M PERLÉ =
=
3, Pl. Carnot
Service rapide
Expéditions
dans
toute
la
Région
Toutes l e s Spécialités
L A
G U É R I S O N
p r o g r e s s i v e et r a d i c a l e , au bout de
q u e l q u e s mois, d e ces a f f e c t i o n s graves et t r o p s o u v e n t m o r t e l l e s .
En voici quelques preuves :
M. HÉROS Georges, gendarmerie, i
Ploërmel.
M. IinOUSTAL Joseph, ù Kermagou, en
Langonnet.
M. OIIHAN, F., h St-Etienne, en Gucr
M. HUBEAUX Louis, ft la Touche, SaintMnrtin-sur-Oust .
M. BOUROLAN, à Keryado.
Mme MORVAN, à St-Nicolas-dcs-Eaux.
M. EGOUNA, ii Kerncc, en L.inguidic.
M. 1UOU, ii Kcrhan, en Esquiblen.
M. BOSSER, ;i Lorient.
M. LE MOULEC, à Lorient.
P H A R M A C I E
A C C E S S O I R E S
ARTICLES ¿ H Y G I È N E
PRODUITS
DE
CHOIX
HERBORISTERIE
• •
SPÉCIALITÉS
•
B A S S I N S ,- D O U C H E S
ÉMAIL ET VERRERIE mm
CAOUTCHOUC
•
«
HYP0DERMIE
"RENAULT»
Venez voir & e s s a y e r les n o u v e a u x modèles
5
EXÉCUTION DES ORDONNANCES
DE
I
M M . LES OCULISTES
LABORATOIRE
P R O D U I T S
D ' A N A L Y S E S
V É T É R I N A I R E S
M
Apprentissage gratuit
INDUSTRIELLE
ET
H
A G R I C O L E
• •
L.
L E
N A O U R ,
suspENsoiRs
mam
B A S A VARICES • CEINTURES
•
CABINET D'APPLICATION
•
P h a r m a c i e n
d e la Faculté d e
Ancien
Chef
de
d e
l
r e
classe
Paris
Docteur de
''Université
Prix : Le flacon j
M P O U H
Accus, Phares, Dynamos, etc...
C H U T E S M A T R I C E e t t o n s 13-14 ans, ayant certificat d'études
S'adresser au journal.
Organes. Varices. Orthopédie
A
UPWnpP haute futaie de chênes
G L A S E R , 4 4 , Bd S é b a s t o p o l - P a r i s
ft iLlll/llL s u r 114 hectares, avec
taillis. — S,'adresser pour traiter h
Madame BEZIE.RS, 40, Avenue de
l'Observatoire, Paris.
L O R I E N T
T é l
sur
PEUT
LA
REMPLACER
par
SEMAINE
toilettes,
v o t r e
m a i s o n ,
c u i s i n e ,
Un an, S2 numéros, dont 24 en couleurs: 5 0 fr.
R e m b o u r s a b l e p a r p r i m e * à choisir.
'
va
1.000 renseignements
utiles
POSTE SECTEUR " ¡ ¡ E *
D
(ômonstrato
în gratuit»
FRANÇAIS
LORIENT.
tous
—
LIGNES
ABONNEMENTS:
UN AN
TÉLÉPHONE 1 . 4 9
marche, avec H P élcctrody- < " y e n X_
namique THOMSON
O U TP.
SIDP. IDEMIS)
L" Union Agricole
Compte Courant
Postal
Rennes 1 4 . 1 3 9
WORMS
ET
MARITIME
Fini»lòrc,C,-<lu-N.,
Morbihnn
12f
Autres départem.. 1 4
Etranger, 1 2 f.plus port
BULLETIN D'ABONNEMENT
Agencé Maritime SALMON Frères
AU LAIT
NE
tout y est pratique.
FONDS de COMMERCE Ä S Ä i Ä S
Jorlr* i$ rotto : CAISSE OÎNÉRALS
167, r.Montm«rtf, PARIS. Réponse |p» tutto
TOUS annonce une BAS
I SE IDIPOBIBNÎE
1 FRANC
v o t r e
Vente - Echange - Réparations
P
-128
PRODUIT
l o n n e tout ce qu'il y a d e m i e u x
et d e m o i n « c h e r à réaliser pour
r i
B
•(• C
m o b tontes
H t
i 9
(orme. *
Commerçants, Industriell, Agriculteur«, Propriétaires, Hypothèques, lUntlssemenls, A,»anOM sur titres et mtrohtnd.. Ouverture crédits,
ÀssocUtioas, Mis* » Société, Employé« intére».
— 25
AUTRE
Mode Pratique
v o s
T. S. F.
A W W i R - s - l e - M ^ b i h a n , très
ft IMiMlEj beau lot de chênes de
810 pieds.
S'adres. au journal
Fontaines
.AUCUN
— Tél. 94
JEUNE FILLE
4 S Ä Ä .
j 10 fr. M (Impôt compris)
Bien exiger la véritable JOUVENCE de L'ABBÉ SOURV
qui doit porter le portrait de l'ABBÉ SOURY
et la signature Mag. DUMONTIER en rouge.
«V. COMOU
QUIMPERLÉ
1
si elle veut éviter l'afflux subit du sang au cerveau, la congestion,
I attaque d'apoplexie, la rupture d'anévrisme, etc. Qu'elle n'oubli» pas
que le sang qui n'a plus son cours habituai se portera de préférence
aux parties les plus faibles et y développera les maladies les plus
pénibles : Tumeurs, Neurasthénie, Métrites, Fibromes, Phlébites,
Hémorragies, etc., tandis qu'en faisant usage de la J O U V E N C E DE
L A B B E S O U R Y , la Femme évitera toutes les Infirmités qui la menacent.
La JOUVENCE DE L'ABBÉ SOURY, préparéo aux Laboratoires Mao. DUMONTIER,
à Rouen, se trouve dans toutes les Pharmacies.
A vendre à l'amiable
ON DEMANDE
Vente à c r é d i t
JOUVENCE DE L'ABBÊ SOURY
Laboratoire
A n c i e n Interne d e s hôpitaux d e Paris
LCIlUI
1933
8
Toutes les femmes connaissent les dangers qui les
menacent à l'époque du Retour d ' A g e . Les symptômes sont bien connus. C'est d'abord une sensation
d'étouffement et de suffocation qui étrelnt la gorge,
des bouffées de chaleur qui montent au visage, pour
faire place à une sueur froide sur tout le corps. Le
ventre devient douloureux, les règles se renouvellent
irrégulières ou trop abondantes et bientôt la Femme
la plus robuste se trouve affaiblie et exposée aux
pires dangers. C'est alors qu'il faut, sans plus tarder, faire une cure avec la J O U V E N C E DE L ' A B B E S O U R Y .
Nous ne cesserons de répéter que toute femme qui atteint l'âge de
40 ans, même celle qui n'éprouve aucun malaise, doit faire usage, à des
Intervalles réguliers, de la
BANDAGES
COTONS ET PANSEMENTS
SIMPLES OU MÉDICAMENTEUX
•
NÉCESSAIRES D'ACCOUCHEMENT
•
0
LE RETOUR D'AGE
DROGUERIE
RECHERCHES
CHIMIQUES
• • I
BIOLOGIQUES
• •
BACTÉRIOLOGIQUES
7
LA VIYAQUATRE ^ X Î r ^ r : . : ^ ^ : 22.900
LAPRIMAQUATRE voiture surpuissante et rapide, J j J {JQQ
ou 8 cv., la voiture économique, I f i OAA
LA MONAQUATRE 7à partir
de
ID.OUU
LUNETTERIE
AMPOULES
MÉDICAMENTEUSES
A TOUTES FORMULES
•
SÉRUMS - VACCINS
•
Aussi, t o u t e p e r s o n n e s o u c i e u s e de
sa s a n t é n e d o i t r i e n e n t r e p r e n d r e
s a n s a v o i r p r i s c o n s e i l s d e M. LEROY, le seul s p é c i a l i s t e h a b i t a n t la
r é g i o n et a p p l i q u a n t l u i - m ê m e sa
méthode, qui recevra gratuitement,
de 9 heures à 3 h e u i ^ s a :
VANNES, t o u s les s a m e d i s en son
Cabinet.
ONT-CROIX, 15 Décembre, Hotcl des
Voyageurs ;
QUI Ml'BRI. 15, 1« Décembre, Hôtel du
Lion d'Or ;
QUIMPER, 17 Décembre, II. de l'Epée ;
LORIENT, 21 Décembre, II. de Bretagne:
CONCARNEAU, 21) Décembre, Hôtel de
France.
Un collaborateur de M. Leroy recevra
à :
I ENNEBONT, 15 Décembre, Hôtel de
Bretagne.
Concessionnaire exclusif de la g r a n d e m a r q u e
D ' O R D O N N A N C E S
7 , r u e d u M e n é , VANNES
J E SUIS GUÉRI. — C'est l'arnrm&tlon de (S'adresser Hôtel MACÊ. — Tél. 1-15.)
toutes les personnes atteintes de hernies qui
ont porté le nouvel apoarclt sans ressort de
K l A l A C C D le Grand Spécialiste de
IVI. U L A o E l f PARIS. 4 4 , Bd Sf.BASTOPOL
En adoptant ces nouveaux appareils, dont
l'action b i e n f a i s a n t e se réalise s a n s gSne,
principale
rue,
QUIMPERLÉ,
sans s o u l t r a n c c s ni I n t e r r u p t i o n de travail,
les h e r n i e s les plus volnmlneusea et les
plus r e b e l l e s diminuent Instantanément de
UNE
MAISON
volume et disparaissent peu à peu compte
tement.
•
convenant p o u r tout ou commerce.
Devant de tels résultats garantis toujourspar
Jouissance prochaine pour grande
écrit, tous ceux atteints do hernie doivent s'a"Uresser sans retard il M GLASER qui leurrera p a r t i e .
gratuitement l'essai de ses appareils da 9 à 4 h. à
S ' a d r e s s e r P i e r r e PÉHKNNÈS, 10
Hennebont. 15 d é c e m b r e , Hôtel de ue des B o u c h e r i e s , Q u i m p e r .
Bretagne.
Qtumperlé,
16 D é c e m b r e , Hôtel d u
sérieuse, dactylo,
Lion d ' O r et V o y a g e u r s .
cherche emploi
Quimper,
17 D é c e m b r e , Hôte! de
bureau.
S'adresser au journal
l'Enèe.
Lorient, 18 D é c e m b r e , Hôtel (le
Bretagne.
professionnel
Teiéphon» 37
Déplacements d e s organes
I C D n V S p é c i a l i s t e de P a r i s
DREUMOMT
à QUIMPERLÉ
Basse-Ville
La Méthode LEROY
k
m o t
CHUTES DE LA MATRICE
p a r son t r a i t e m e n t r a t i o n n e l , s a n s
o p é r a t i o n , s a n s a r r ê t d e t r a v a i l , ass u r e le m a x i m u m de g a r a n t i d a n s
J O U R N A L
C e n t r a l
Jérôme TRÉGUIER
Q u i n z e a n n é e s d e s u c c è s , les milliers d ' a t t e s t a t i o n s o b t e n u e s et d é j à
p u b l i é e s , les c e r t i f i c a t s d u c o r p s médical, p r o u v e n t que :
L'UNION AGRICOLE
L e
G a r a g e
et Cie
UNE E C R E M E U S E F R A N Ç A I S E
les FUSILS, les MUNITIONS et ACCESSOIRES de CHASSE
Avant tout achat, v o y e z l e s P r i x que nous faisons dans
notre Magasin, ou attendez notre Catalogue qui vous sera envoyé
sous 10 jours.
Envoyez-nous vos Fusils qui ont besoin d'une crosse neuve,
d'un réajustage, d'un bronzage, d'être chokés ou déchokés, d'être
revisés, ou toutes autres réparations.
Etant spécialisé dans la réparation des armes, elles sont
s o i g n é e s , garanties. — f r i x avantageux.
Seul dépositaire des Fusils
DARNE
pour la région, des
Hammerlesa,
Doron-Spirobloc,
Rapidtir,
Peugeot,
etc..., des Fusils à canons superposés Pétrick
et Bock.
Tout pour le Tennis - Recordage de Raquettes
Maison CARIS
vient de lancer la SuperEcrémense
PERFECTION
à bol
inoxydable
qui est
une merveille,
Elle est bien
supérieure
iV la
|16) « U k r a i n i e n n e » et à p e r c e r l'angle
le p l u s s o m b r e d ' u n t r o u é t r o i t , suffisant t o u t e f o i s p o u r p e r m e t t r e la
surveillance sans trahir l'inquisit e u r . T o u t e s les p a r o l e s de M a r i e et
du p è r e , t o u s l e u r s gestes, leur joie,
l e u r i n q u i é t u d e , t o u t avait été t r a n s m i s à Moyses M o u r a v i e f , m i n u t e p a r
minute.
— J ' e n t i e n s d e u x , faisait l e d i c t a par
t e u r r o u g e en r i c a n a n t .
I l s attirer o n t le t r o i s i è m e . Et les T r o i s une
René CARDALIAGUET
f o i s d é m o l i s , l'alerte finie, la Bretagne sentira mon poing!
C o m m e n t le s e c r e t avait-il été lixix
v r é ? D e m a n d e z à la b o i s s o n le m a r t y r o l o g e d e ses v i c t i m e s !
L'ivresse
EMMURÉS VIVANTS.
d ' u n Breton avait c a u s é t o u t le m a l .
Yvon P o l i e , le « J u i l n s » (le Mme
La n u i t p a s s a , f i e l u e d e c a l m e .
Leblanc,
alias Lut!, initia
Le p è r e , en effet, p a r un t o t a l ef- L o u i s e
f o r t >de v o l o n t é , a v a i t i m p o s é à ses B j o r n j e s t e i n , avait c r u se s e n t i r épié,
l'assassinat de
plusieurs
n e r f s la p a i x , à son e s p r i t le s i l e n c e , d e p u i s
et il avait cora'xnandé à tout s o n or- c h e f s c a t h o l i q u e s . A de c e r t a i n s inHaïrait
g a n i s m e la d é t e n t e , m è r e d u s o m - d i c e s , qu'il d e v i n a i t , qu'il
m e i l q u i r é c o n f o r t e . Il avait p e r s u a d é p l u t ô t , il s e n t a i t c o m m e un c e r d l e
M a r i e é p u i s é e , et, se c o n f i a n t l'un se r e s s e r r e r a u t o u r d e l u i : la p o l i c e
et l ' a u t r e à la P r o v i d e n c e et à l'Ange d e s T r o i s d e v a i t Être s u r sa p i s t e .
d e Breiz,
ils s ' é t a i e n t d o u c e m e n t Il a v a i t r é s o l u d e se f a i r e o u b l i e r
a b a n d o n n é s , d a n s l ' h o r r e u r de ce p e n d a n t un t e m p s . Il d é l a i s s a l'actombeau
a n t i c i p é , a u r e p o s néces- t i o n d i r e c t e . Il se t e r r a , se b o r n a n t
saire.
Ils s a v a i e n t b i e n , du reste, à e s p i o n n e r , à p r é p a r e r à c o u p s û r
q u e le b r u i t le m o i n s p e r c e p t i b l e , à les m e u r t r e s p r o c h a i n s , à se renseip e i n e s u r g i a u p r è s d ' e u x , les a u r a i t g n e r .
éveillés, r e m i s en g a r d e ,
prêts
à
O r , un s o i r , d a n s u n e a u b e r g e de
d é f e n d r e c h è r e m e n t l e u r vie.
Lesconil, jadis pourri de bolchevisA les v o i r s i t r a n q u i l l e s , à e n t e n - me, il a v a i t e n t e n d u un j e u n e mad r e l e u r s o u f f l e si r é g u l i e r , des geô- r i n p a r l e r d e P o r t s a l l . V e n i r c o n s o m l i e r s d e la T c h é k a s ' é m e r v e i l l a i e n t : m e r h la m ê m e table, p a y e r t o u r n é e
quelle
race
indomptable
est-elle sur t o u r n é e , s u s c i t e r les c o n f i d e n c e s
d o n c , celle d e s h o m m e s d ' A r m o r i - du j e u n e h o m m e t r è s fier, u n e fois
bu, d e se m o n t r e r au c o u r a n t d e
quel
C a r ils s a v a i e n t e n f i n (|ùel ' b u t i n g r a n d e s c h o s e s , — c'était l'n l> c d u
d e c h o i x ils a v a i e n t e n f e r m é .
Un m é t i e r . « J u d a s » savait son m é t i e r .
m e s s a g e s a n s il 1 de L a n d c r n e a u , en- Il c u i s i n a ' e x p e r t e m e n t son p a r t e c o r e q u e p e u affirimatif et i n c o m p l e t , n a i r e . lit il a p p r i t , p a r m i cent d é t a i l s
les a v a i t d é c i d é s à i n s t a l l e r un mi- i n c e r t a j n s ou inutiles, q u ' u n e e s p i o n -
LES TROIS
CONTRE MOSCOU
MM. SALMON, F R È R E S
Agents Maritimes
4 0 , Quai de R o h a n LORIENT
W O R M S & C»
d a n s tous les a u t r e s p o r t s
0&RIH, 9QCHATEL &
déclare
(1)
souscrire
un abonnement
e
du I *
Ci-joint
des M E S S A G E R I E S
de
à
RÉUNIS
et
SUD
un mandat
ou chèque
postal
de
.193
a v a i e n t coulé, l e n t e s , l e n t e s à m o u r i r , f r o i d e s , n o i r e s , d é p r i m a n t e s , et
p e u il peu les d e u x B r e t o n s s ' é t a i e n t
sentis envahir
par
une
faiblesse
i n v i n c i b l e . La f a i m et s u r t o u t la soif
les h a l l u c i n a i e n t . Moyses
avait-il
j u r é d e l e s o u b l i e r j u s q u ' a u bout,
c ' e s t - à - d i r e j u s q u ' à la m o r t s a n s p a n a c h e de d é t e n u s s a n s i m p o r t a n c e ?
Et le Guiligui, ne voyait-il plus ses
c h e f s ? Ou bien H e r v é avait-il succ o m b é a u s s i ? Fa'llait-il p é r i r en pleur a n t le g r a n d r ê v e a n é a n t i ?
Moyses S c h w a r t z - M o u r a v i e f r é s e r vait l e s jvrisonniers p o u r
d'autres
t o r t u r e s . D ' a b o r d , les é p u i s e r ; extén u e r leur f o r c e d e v o l o n t é p a r la
d i s e t t e t o t a l e ; c i n q à six j o u r s s a n s
p a i n . E n s u i t e , les r a n i m e r p a r d e s
s o i n s s t r i c t e m e n t calculés, les intimider par l'appareil des supplices,
les d é s e s p é r e r p a r d e f a u s s e s nouvelles,
t e n t e r de leur a r r a c h e r le
maximum d e révélations.
Huis rec o u r i r a u x p r o m i s s e s , p e r m e t t r e une
v a g u e l i b e r t é d a n s l ' i n f é r i e u r d e lap r i s o n , et s u b i t e m e n t s é p a r e r l'homme el l ' e n f a n t , r e c o m m e n c e r la
rie des sévices, d o n n e r à l'un et à
l'autre l'affreux spectacle
île
leur
d é c h é a n c e , l i v r e r a u x b o u r r e a u x la
fille d e v a n t le p è r e e n c h a î n é , le p è r e
d e v a n t la fille a g o n i s a n t e . E n f i n , p a r
l'infernale thérapeutique d e s bolchevisles h i n d o u s , r e n d r e
des
forces
aux m a l h e u r e u x , p o u r un j o u r ,
cl
r e p r e n d r e t a n t qu'il f a u d r a i t le circuit d e 'la p e r s é c u t i o n s a v a n t e et satanique.
— Si d u r s q u ' i l s s o i e n t , a f f i r m a
M o u r a v i e f , je les f e r a i p l i e r . Ils p a r l e r o n t . El je les m o n t r e r a i à l e u r s
B r e t o n s , q u a n d ils 'les a u r o n t t r a h i s !
II félicita sa « c h i e n n e d e c h a s s e »
et lui i n l i m a d e n o u v e a u x o r d r e s :
— J e t i e n s d e u x d e s T r o i s . A toi
de saisir le d e r n i e r . P a r Pol Salou tu
Signature :
ATLANTIQUE
4 0 , Quai R o h a n ,
à l ' A g e n c e SALMON F R È R E S
dois arriver au repaire secret. Que
tout soit fini sous huitaine!
Ludmilla Bjornjcstein haussa les
épaules:
— Sous huitaine? Il va bien, le
patron! On tâchera. Mais je n'aime
pas beaucoup ce ton d e c o m m a n d e ment. Il nie le paiera.
En attendant, elle convoqua ses
trois sicaires: H a n s B r u n s w i c k , Luigi Donato, Yvon Polie. Un salaire
royal leur fut versé. Et les ordres
suivirent.
— D a n s la semaine, dit-elle,
il
faut que j'aie vu où logent les Trois...
— Qui ne sont plus qu'un, interrompit Judas.
— Bamasse ta langue, s'il le plaît.
Ecoute. lit obéis. On ne le d e m a n d e
que ce que tu es capable d e faire.
Judas se reneogna, bougon.
— le ne s'agit plus, continua
l'espionne, de tuer (les hrinmes el
de-détruire des bâtiments. Une seule
besogne : pénétrer chez les Trois.
J'irai seule, pour me rendre compte
d'abord,
parce
qu'une
personne
seule se dissimule plus facilement
lîu'un groupe d e ctualre. Une fois les
l i t r e s connus, nous tirerons nos
plans pour l'action définitive. Mais
avant toute chose, s a c h o n s où aller.
— A Portsall, affirma Luigi.
— il semble bien, approuva Ludmilla. Il y aura une prime, une
fameuse, pour le premier qui ntc
renseignera. En . liasse !
Le Brunswick et le Donato filèrent
dare-dare sur Portsall. Judas prit la
route o p p o s é e ; c'est vers Lesconil
qu'il d e s c e n d i t . .5on plan était simple. 11 retrouverait le marin permissionnaire qui déjà l'avait servi. Par
promesse ou par menace, il tirerait
de lui tout ce qu'un pareil sous-ordre
p o u v a i t savoir el tandis que ses
rivaux besogneraient au hasard, lui,
partir
193 , au journal L ' U n i o n A g r i c o l e .
MARITIMES
Pour consulter les horaires des lignes d'Orient, d'Extrême-Orient, de l'Afrique Occidentale, du Brésil et de la Plata, ainsi que pour retenir les billets de passages, s'adresser :
Cilil (Nord)
à Moscou
m ê m e , d a n s le Kremllln, les, m a î t r e s
du monde.
— 'Et b i e n t ô t ,
c o n c l u a i t l e Breton e n t r e d e u x h o q u e t s , t u Verras ce
q u ' o n va leur p a s s e r , à ces faillis
fils d e c h i e n s ! . . .
Yvon Polik l ' a u r a i t b i e n t u é s u r
place, p o u r sa p e i n e . Mais a v e r t i r
Ludmilla
lui p a r u t p l u s
urgent.
L u d m i l l a c o m p r î t l ' i n t é r ê t du r a p p o r t , m i e u x e n c o r e q u e « J u d a s ».
L'espionne d e s Trois, qui pouvaitelle être, s i n o n le chef à la voix d e
j e u n e fil'le, d é j à e n t e n d u à Q u i m p e r ,
à Paris, à Moscou? D'autre
part,
l ' U k r a i n i e n n e si h a b i l e à e n f o u r c h e r
un c h e v a l d e c o s a q u e , si h a u t a i n e
d a n s son s i l e n c e d e v a n t les g a r d e s c h i o u r m e , t e l l e m e n t à p a r t <ht commun,.., qui sait?... Ah! q u e l l e c a p t u re et quel t r i o m p h e , si v r a i m e n t la
p r i s o n n i è r e était r e c o n n u e c o m m e
1111 d e s T r o i s , les T r o i s si f o r t s , si
abhorrés!...
Ludmilla
s'était
empressée
de
p a s s e r l'avis à Moyses, p a r son tél é p h o n e s a n s fil. Et
Moscou a u x
aguets, quaivd le p è r e et
Marie
s'étaient e m b r a s s é s (¡ans la c a v e d e
la b a s s e fosse d u IvrcMii'lin, l i v r a n t
s a n s le s a v o i r à l e u r s e n n e m i s le
s e c r e t de leur i d e n t i t é , Moscou avait
b o n d i d e j o i e ; d é s o r m a i s il tenait
sa v e n g e a n c e !
A la lin du d e u x i è m e Jour, 'Fefi'et
d e l ' i n v i s i b i l i s o u r avait cessé.
Les
g e ô l i e r s a v a i e n t vu les c o r p s d e l e u r s
v i c t i m e s r e p r e n d r e peu à peu f o r m e
et c o u l e u r , et les c a p t i f s u s e r l e u r s
d e r n i e r s restes d e p r o v i s i o n s . Mais
p a s u n e f o i s la p o r t e n'avait été ouverte, p a s un r a y o n
de
lumière
n ' a v a i t p é n é t r é , p a s un
semblant
d ' e s p o i r n ' a v a i t lui. S é q u e s t r é s !
La d e u x i è m e nuit avait p a s s é . P u i s
le t r o i s i è m e j o u r .
P u i s les h e u r e s
COMPAGNIES,
des MARGEURS
Barattes et malaxeurs
C'8,
Je soussigné
le
AGENTS des
meilleure des Marques Etrangères.
FEUILLETON DE L' « UNION AGIUCOLE » c r o p h o n e d a n s la cellule d e la j e u n e n e des T r o i s s u r v e i l l a i t ,
du vendredi 2 Décembre 1932.
Services-réguliers entre LORIENT, BORDEAUX, BAYONNE, CAEN, ROUEN, LE HAVRE, BOULOGNE, DUNKERQUE,
BREST et les ports de l'étranger. (Un départ tous les 14
jours dans chaque sens).
Pour irêt et renseignements, s'adresser
La
(1) Nom, prénom. profession et adresse complète.
Détacher ce bulletin et l'adresser à M. l'Administrateur de
l'Union Agricole, 13, quai Brizeux, Quimperlé (Finistère).
Judas, arriverait bon premier à la
récompense.
Mais, cette fois, le jeune Breton fut
sur ses gardes. Il se rappelait, avec
quel remords ! que dans la demii n c o n s c i e n c e de l'ivresse, il avait
trop parlé et d é s o r m a i s ses lèvres
étaient closes : il ne savait plus rien.
Judas vit bientôt que ni boisson ni
promesse ni argent n'auraient raison 'de lui. Le Polik ne s'eniiibarrassait p a s d e scrupules : il endormit
le marin au m o y e n d'un narcotique,
le transporta d a n s l'auto d'un complice jusqu'à une maison isolée, et
là, il le soumit à d e s tortures raffinées.
Ix> malheureux résista longtemps
Mais,
vaincu
par
la
souffrance
atroce, à peine capable de penser,
M laissa é c h a p p e r c e s m o l » :
— Sous le tiiiilisîui... par le Irou de
la grève...
Et il expira.
La nuit suivante, Ludmilla Bjorniestein se cachait dans la grève d e
Portsall, à l'entrée du tunnel oblique
du (îuiligui. Ses h o m m e s suivaient
XX
QVATIiE. ESPIONS
Après minuit, un pas lourd martela les galets de la pla'ge. Hans
Brunswick, Luigi Donato et Yvon
Polie s'effacèrent alors derrière les
rochers, retenant leur souffle. Ludr
nii'lla, debout dans une anfractuosité
qui la dissimulait toute, se raidit, le
c œ u r battant. Ix' pas d e l'homme survenant se rapprochait. Il écrasa le
sable fin, s a n s hâte, dans des fouiées
régulières et sûres. Arrivé à deux
pas de l'espionne c a c h é e , il s'arrêta.
C'était Pol Salou. Il fit face à la mer,
brillante .sous la lune en son plein ;
il sourit au grand large, qui, sans
bruit, caressait les brisants ourlés
d'écume ; et il s'engagea d a n s l e tunnel oblique.
Ludmilla, les p i e d s chaussés de
souple caoutchouc,
bravement le
suivit. Elle s'était baissée. Les pierres inégales la cachaient à peine.
Au bas d e la c h e m i n é e à pic. Pol
chercha sur la r o c h e . Sa main
appuya. L'hélicoptère d e s c e n d i t . Pol
fit un pas p e u r y prendre place.
D'un bond d e panthère, Ludmilla
fut sur lui. Elle lui planta son poignard minuscule entre les épaules,
et, d'un revers rapide, le fit rouler
inerte, sans un cri, jusque sur la
grève.
Déjà l'hélicoptère s'ébranlait pour
la remontée. Ludmilla enjamba le
seuil. L'appareil d é c o l l a . L'espionne
était dans la place.
Silencieusement, la m a c h i n e disparut. La « c h i e n n e de c h a s s e » se
trouva seule d a n s la salle circulaire.
Pa.s un bruit. Pas une clarté. Pas un
être vivant, Lud mi Ha saisit sa l a m p e
de p o c h e et inspecta les iieux. Une
seu'e issue à la rotonde souterraine :
un couloir, qui s'ouvrait droit devant
elle. Elle l'enfila. Elle surveillait les
parois à droite et à gauche ; elle ne
posait chaque pied qu'à bon e s c i e n t ;
elle surveillait :le plafond de granit ;
elle se retournait souvent, méfiante ;
elle écoutait ardemment l e s i l e n c e .
>Î<A
Le gérant
suivre.)
: D . PLOUZENNEC.
Quimper, Imprimerie Cornouaillaiie.
f u
miuuui
Vendredi 9 Décembre 193?
Paraissai l
Il m e u r t , c h a q u e a n -
leYENPHl DI
née, p l u s d e 1 0 0 . 0 0 0
tuberculeux. Pour aid e r à l u t t e r c o n t r e le
fléau et accroître n o t r e
L E NUMÉÏ o
armement
antituber-
culeux, achetez
le t i m b r e
¡®r
CENTIMI S
E T
M A R I T I M E
Républicain Démocratique et Régionaliste de
ANNONCES ET
Réclames
—
v Annonces
—
L
DATES
A
S
E
M
A
I
N
1
1
2
2
E
Pl.wir J'-Loili
later Coach. Mal. Soir
Solku.
FÊTES
D E LA 9KM41NK
S.
S"
S"
S.
S.
S"
S"
RECLAMES
(4® page), la l i g n e .
(3® page),
—
.
j u d i e . et v o l o n t . . .
Chronique locale..
7 35
7 3C.
7 37
7 38
7 3!)
7 40
7 41
Daniel.
Constami.
Luco.
Nicnisc.
Mcsniin.
Adelaide.
Yolande.
15 53
15 53
15 53
15 53
15 53
15 53
15 53
2 24
3 »
3 34
4 »
443
5 la
556
14 4'2
15 17
1552
11. 26
interalliées
Chambre.
La Chambre a a j o u r n é au vendredi
9 Décembre le débat sur les dettes
interalliées et sur l'échéance du 15
Décembre.
A propos
de la conversion
des
rentes
MM. D o m i n a n t e et Scapini, députés de Paris, ont interpellé le Gouvernement au sujet de la conversion
des rentes et des f r a i s de courtage
« abusifs » accordés aux banques
à cette occasion.
Les débats se sont terminés sur un
o r d r e du jour de confiance au Gouv e r n e m e n t volé par 371 voix contre
185.
Les socialistes sont venus au secours du gouvernement.
« Nous saluons, a conclu M. Scapini, la conversion du parti socialiste au régime capitaliste ! »
Un crédit de 670
millions
pour la défense du blé
Le gouvernement a déposé, m a r d i ,
sur le bureau de la Chambre, un projet de loi comportant un ensemble
de mesures complémentaires en vue
de la défense immédiate du m a r c h é
du blé (financement, stockage, primes d'entretien).
Ce projet prévoit un crédit de
670 millions.
Après
la
catastrophe
du Georges Philippar.
M. Jean Vayssière, a d m i n i s t r a t e u r
«les Services civils d'Indo-Chinc, un
des rescapés du
Georges-Philippar,
vient de p r e n d r e l'initiative d'une
plainte contre tous les responsables
du d r a m e qui se déroula, le 1G Mai
1932, à l'entrée de la Mer Rouge.
Dans cette catastrophe, M. Jean
Vavssières réussit à sauver son lils,
mais vit p é r i r sa femme, Agée de 2(>
ans, et sa fillette de 3 ans.
Il estime qu'il est trop facile de ne
p a r l e r que de « fatalité » ; et il espère que d'autres victimes vont suivre
son initiative.
Mort
de M. de
Beaumarchais
ambassadeur
de France à Rome.
M. de Beaumarchais, ambassadeur
de F r a n c e à Home (Quirinal), est
mort samedi matin « Paris, après
une longue et douloureuse maladie.
Ses obsèques ont eu lieu lundi, à
midi, en l'église Saint-Philippe du
Roule.
M. Lenôtre
à l'Académití
est élu
Française.
Jeudi, M. G. Lenôtre (de son vrai
nom L.-T. Gosselin) a été élu memb r e de l'Académie Française, en remplacement de M. René Bazin, par 20
voix contre 3 à M. André Maurel, et
3 bulletins blancs.
2G académiciens seulement ont
p r i s part au vote
Une montagne
en
marche.
A la suite des fortes pluies de ces
jours d e r n i e r s , la montagne de Cransac, d a n s l'Aveyron, glisse vers la
vallée, d'un mouvement continu de
20 centimètres à l'heure environ.
Une centaine d'ouvriers travail
lent à écarter K- danger que présente
cette montagne en mouvement.
Déjà en 1845, lors du percement
«lu tunnel qui traverse cette montagne, un éboulcmcnt se produisit qui
tua plus de 100 ouvriers.
Le Cabinet
von
Schleicher
Le général von Schleicher a réussi
à résoudre la crise ministérielle allem a n d e . Il est à la fois chancelier,
ministre de la Reichswehr et hautcommissaire du Reich en Prusse.
11 dispose de véritables pouvoirs
dictatoriaux.
L'Amérique
du 15
Les annonces sont reçues aux
bureaux
du journal.
Pour la publicité
extradépartementale,
s'adresser,
Ml,
Hue
du Faubourg-Poissonnière,
Paris
(9").
Tél. : Provence,
44-57.
et
l'échéance
Décembre.
Les nouvelles notes f r a n ç a i s e et
anglaise ont été remises jeudi au gouvernement américain.
La Grande-Bretagne se déclare
prête à effectuer le paiement du 15
Décembre si les Etats-Unis l'exigent,
mais elle d é m o n t r e la répercussion
catastrophique d'un tel transfert.
Elle maintient d'ailleurs fermement
qu'un lien de fait existe entre les
dettes et les réparations.
Le document f r a n ç a i s expose les
raisons économiques, tant d ' o r d r e général que d ' o r d r e national, qui font
obstacle aux paiements si une contre partie commerciale ne vient pas
les corriger.
Jusqu'à présent, le Congrès américain se m o n t r e intransigeant et ne
semble disposé à accorder aucun
délai de paiement.
Mais pourquoi M. Iloover a-t-il
arrêté les paiements de l'Allemagne '?
COMMUNICATIONS ET ANNONCES
à QU1MPERLE, 13, quai Briienx — Tél.
COMPTE COURANT POSTAL.
Front unique
contre le désordre fiscal
et budgétaire
17 1
17 30
1816
CE OUI SE PASSE
Les dettes
à la
fr.
fr.
(r,
fr.
Vonte
RENNES
de
4-49
14-139
Les abonnement» te paient d'avance et
partent da t" de chaque mois.
On s'abonne au btlreau du journal, ou en
adressant un mandai-chique au C/C H.1S9,
Rennes.
Bienfaisance
L'ETAT
DOIT
SOX TRAIN
I)E
REDUIRE
MAISON
Les économies
r é s u l t e r o n t d e la
répression des abus de quelque nat u r e q u ' i l s s o i e n t , p a r t o u t où ils
existent : des r é f o r m e s organiques
q u i r a m è n e r o n t l ' E t a t à ses b e s o gnes essentielles trop souvent néligées et lui f e r o n t a b a n d o n n e r la
gestion des services qui ne ressort i s s e n t p a s à s o n rôle, p o u r u n
contrôle plus efficace mais sans
responsabilité financière ; des réformes administratives qui réduir o n t le t r a i n de m a i s o n d e l ' E t a t
français, rendront notre administration moins coûteuse, plus moderne, plus rapide, en u n m o t l'org a n i s e r o n t en v u e d u b i e n p u b l i c
seul, c ' e s t - à - d i r e r e n d e m e n t o p t i m u m , f r a i s g é n é r a u x les p l u s r é duits, toute a u t r e considération
q u e l l e q u ' e l l e soit, c é d a n t le p a s
d e v a n t la n é c e s s i t é i m p é r i e u s e d e s
économies.
Ce p r o g r a m m e est d ' a i l l e u r s ,
l a n s ses l i g n e s e s s e n t i e l l e s , c e l u i
q u e les r e p r é s e n t a n t s les p l u s
q u a l i f i é s — les C h a m b r e s de C o m m e r c e et d ' A g r i c u l t u r e
notamment — recommandent
depuis
longtemps. La quasi u n a n i m i t é
de la p r o d u c t i o n f r a n ç a i s e l ' a p o u i e , a i n s i q u e les p e r s o n n a l i t é s
les p l u s e n v u e d u m o n d e politiq u e , s a n s d i s t i n c t i o n de p a r t i s .
L ' a c t i o n d e s S y n d i c a t s d e Contribuables c o n j u g u é e avec
ces
a p p u i s s e r t d o n c à s u s c i t e r le
m o u v e m e n t d'opinion qui pousser a le G o u v e r n e m e n t à se m e t t r e
s é r i e u s e m e n t à cette tâche d'écon o m i e s et de r é f o r m e s .
Celui-ci ne s a u r a i t se p a s s e r d e
a collaboration des intérêts en
c a u s e . Il a u r a b e s o i n d u c o n c o u r s
et de l ' e x p é r i e n c e d e s r è p r é s e n *
tants des fonctionnaires, pratic i e n s d e s s e r v i c e s p u b l i c s , cela va
de soi, et e n m ê m e t e m p s , de c e l u i
des r e p r é s e n t a n t s des Syndicats
de C o n t r i b u a b l e s q u i p a y e n t les
dépenses publiques. La confiance
de l ' o p i n i o n est n é c e s s a i r e ; o n n e
l ' o b t i e n d r a q u e si les p a y a n t s s o n t
à m ê m e d ' e x p r i m e r l e u r s avis, d e
s u r v e i l l e r et d ' a c t i v e r a u b e s o i n
' e n t r e p r i s e de r e d r e s s e m e n t . L a
L'IMPA
LE
TIENCE
MÉCONTENTEMENT
CROISSENT
S o u f f r a n t d e s a b u s f i s c a u x , les
c o n t r i b u a b l e s v e u l e n t q u ' i l y soit
r e m é d i e r s a n s p e r t e de t e m p s . A u
G o u v e r n e m e n t et a u P a r l e m e n t
d ' a d o p t e r la p r o c é d u r e la p l u s r a p i d e e n m ê m e t e m p s q u e la p l u s
sûre. L ' h e u r e n'est plus aux sursis.
L ' i m p a t i e n c e et le m é c o n t e n t e m e n t c r o i s s e n t r a p i d e m e n t c h e z les
c o n t r i b u a b l e s . Ils v e u l e n t
pouvoir s ' a s s u r e r q u e l ' œ u v r e d e red r e s s e m e n t se p o u r s u i v r a s é r i e u sement.
T r o p de promesses vaines ont
été l a n c é e s d e p u i s q u e l q u e s a n n é e s , p o u r q u e de n o u v e l l e s p r o messes rencontrent quelque crédit
:uiprès de l ' o p i n i o n p u b l i q u e . O n
n e c r o i r a q u ' a u x a c t e s et e n c o r e
demeurera-t-on défiant.
Les profiteurs des a b u s sont
p u i s s a n t s , et l e u r é g o ï s m e ne cédera p a s du p r e m i e r coup. Les
p a y a n t s , q u i s o n t a u s s i les é p a r g n a n t s d o n t le c o n c o u r s est dem a n d é par ailleurs, ne d o n n e r o n t
leur confiance qu'à bon escient.
L e G o u v e r n e m e n t d e M. H e r r i o t
a, p a r a i t - i l , é t a b l i u n p l a n d ' e n s e m b l e de r é d u c t i o n d e s d é p e n s e s
p u b l i q u e s et il n ' a p a s d é p e n d u d e
lui q u ' i l n e f û t a d o p t é p a r le P a r lement. D'autres plans existent.
P o u r q u o i t o u s ces p r o j e t s , à p e i n e
éclos, a p r è s d e l a b o r i e u x t r a v a u x ,
o n t - i l s été e n t e r r é s d a n s les a r c h i nies ministérielles ou parlementaires ?
LE
LE
PAYS
PAYS
VEUT,
EXIGE...
La Princesse
Astrid
préside,
à Bruxelles,
bienfaisance.
C U C B t « CELI O R • P A K »
COLLABORATION
LE CAPITAL
A BESOIN DU TRAVAIL
[\vez-vous jamais sérieusement réfléchi à ce qu'est le capital '? C'est
dit-on du salaire cristallisé. Je le
veux bien. C'est dit-on encore une
puissance e x t r a o r d i n a i r e . Je le veux
encore. Mais un cristal n'est pas vivant p a r lui-mênie. Une puissance
n'est de quelque efficacité qu'autant
qu'elle est mise en m a r c h e , en activité.
*| v
"
Béfléchissez et vous verrez que si
cette formidable puissance qui s'appelle le capital,.niest,. pas remuée,
brassée, utilisée, dirigée p a r une ou
des intelligences humaines, le capital est chose morte et inerte par luimême. Le capital a besoin, pour
fructifier, de travail h u m a i n .
W
M. Brieux de l'Académie
est mort.
M. Eugène Brieux, m e m b r e de
l'Académie Française, est mort mardi
après-midi, à Nice.
Une grève
de candidats et d'électeurs
Le Conseil Municipal de Voisinlieu
(Oise) ayapt démissionné pour protester contre l'accroissement
des
charges fiscales ¡imposées par le
Gouvernement, les 641 éílectéurs de
la conwivune qmi est une c o m m u n e sub u r b a i n e (lie Beauvais se sont solidarisés avec l e u r assemblée,. L a grève
des c a n d i d a t s et des électeurs était
totale d i m a n c h e pour le second tour
de scrutin comme elle l'était huit
jours avant pour le p r e m i e r .
A 13 heures, il n'y avait eu ni bureau formé, ni c a n d i d a t , et le maire
démissionnaire, M. Zcude affirme
qu'il en sera de même aussi longLE TBAVAIL
temps que ie d é p a r t e m e n t n'aura pas
A BESOIN DU CAPITAL
allégé les charges fiscales de la comMais à son tour le travail humain mune protestataire.
a besoin de capital pour l'œuvre de
Un mariage de géants.
production. C'est, en effet, le capiUn grand mariage a eu lieu à
tal qui p e r m e t t r a l'acquisition de la
matière première, sur laquelle s'exer- Hambourg. Le fiancé mesurait 2'"24
cera l'activité laborieuse ; c'est en- et 'la fiancée 2"'19. Tous d e u x arricore le capital qui p e r m e t t r a l'ac- é r e n t à la cathédrale en voiture
quisition des machines qui décuple- découvert«, leur haute taille ne leur
ront, centupleront les résultats de permettant pas l'usage de voitures
'effort humain ; c'est enfin le capi- modernes aux carrosseries basses.
tal qui p e r m e t t r a l'attente de l'écou- Trois lilliputiens formaient le corlement des objets, produits ou encore tège de ce mariage d e géants.
qui v i e n d r a r é m u n é r e r le travail.
Un marin meurt à 111 ans.
L'effort humain, l'activité h u m a i n e
Il avait navif/ué près d'un siècle
pour pouvoir p r o d u i r e ont besoin de
capital ; le capital p o u r fructifier a
A Riveira, près d u Ferrol (Espabesoin de travail humain. Capita- gne), vient d e m o u r i r un vieux loup
listes et travailleurs sont donc en de imcr âgé d e 11 l a n s et qui toute sa
état de collaboration, de société. Ils vie avait navigué.
olit besoin les uns des autres ; les
Quelques: h e u r e s avant de mourir,
uns et les autres tendent au même il s'entretenait e n c o r e des aventures
but !
de sa vie de marin et de pêcheur et
des tempêtes quil avait essuyées.
Il f a u t ([lie c e t t e o b s t r u c t i o n syst é m a t i q u e cesse. L e p a y s le v e u t .
Il a t t e n d d u r e d r e s s e m e n t f i n a n cier u n a l l é g e m e n t d e s c h a r g e s
fiscales
écrasantes, un abaissem e n t d u c o û t de la vie et p a r cons é q u e n t u n e a t t é n u a t i o n d e la
crise é c o n o m i q u e en F r a n c e .
Cette v o l o n t é s ' e s t
exprimée
jusqu'ici par des vœux, des protest a t i o n s d o n t les P o u v o i r s P u b l i c s
o n t le d e v o i r d e t e n i r c o m p t e .
L ' o p i n i o n p u b l i q u e et les S y n d i c a t s de C o n t r i b u a b l e s e n p a r t i c u lier — le C o n g r è s l'a n o t é — s o n t
r é s o l u s A RENDUE LEUR VOLONTÉ
PLUS PRESSANTE, si le G o u v e r n e m e n t et le P a r l e m e n t p e r s i s t a i e n t ,
à n e p a s e n t e n d r e leui' VOi*. ils
s o n t , cela va d e soi, d é c i d é s à a p PARTOUT L ' E F F O R T HUMAIN
puyer de toute leur force tout
Mais me dira-t-on : pour produire,
Gouvernement qui s'engagera dans
il suffit d'avoir de la matière premièla voie d u s a l u t n a t i o n a l .
re et des instruments de travail? Avec
M a i s la p a t i e n c e a d e s l i m i t e s . les m a c h i n e s on a tout cela ! Je rép o n d s encore, ici aussi il faut l'efA l b e r t d'ANTHOUARD,
fort humain, car seul l'homme a une
P r é s i d e n t <lc la F é d é r a t i o n
Na- main capable (l'œuvrer. Mais réflét i o n a l e d e s S y n d i c a t s et G r o u p e - chissons encore.
La construction des m a c h i n e s sup
m e n t s de C o n t r i b u a b l e s .
pose des inventeurs et p a r conséd u Réveil des
Contribuables.
quent des intelligences, des volontés,
des mains dirigées p a r des intelli
iniiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiniiiiiiiiMiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiii gences, des volontés, donc des personnes humaines. Mais, aussi bien,
une fois fabriquées et rendues sur
Les
Chinois,
vaincus
Le régime sec
continue
les lieux de production où elles ont
passent
en
Sibérie.
dû être amenées et mises au point
en
Amérique.
L ' a n n é e chinoise de Mandchourie — toujours par des personnes huLa résolution d e m a n d a n t l'abro- a été complètement battue et fuit, maines — si une intelligence hugation de la loi de prohibition n'a en déroute, devant l'avance r a p i d e de maine, si une volonté h u m a i n e ne
pas obtenu la majorité des deux tiers l ' a n n é e japonaise. Celle-ci s'est em- vient amorcer, surveiller, conduire
de voix nécessaire pour permettre parée de Khailar, et les troupes chi- utilement la force et les possibilités
sa soumission à la ratification des noises se sont réfugiées en territoire des machines, par elles-mêmes, tout
Etats. Il s'en est fallu de 5 voix. soviétique.
comme le capital, les meilleures maL'Amérique restera donc « sèche »
chines sont pauvres choses mortes
et inertes. Le machinisme a besoin
jusqu'à nouvel o r d r e .
et un besoin essentiel du travail huLa Chambre qui a été appelée,
main, de l'homme.
lundi, à émettre un vote à ce sujet
Et donc capitalistes, chefs d'inest celle qui fut élue en 1928.
dustrie, employés, travailleurs, interLe nouveau Congrès, élu en même
viennent dans l'œuvre de ¡production
temps que M. Roosevelt, e n t r e r a en
•A MARSEILLE
revêtus de la même dignité de perfonctions cri Janvier p r o c h a i n .
Olive. — J'ai un f r è r e qui est vrai- sonne h u m a i n e . L e transport, la
A cette date, le régime sec aura
ment épatant : il est uualeur de sa- vente et la consommation des provécu.
bres !
duits fabriqués, tout cela d e m a n d e
Marlus. — Eh bien, le mien, mon des personnes humaines.
Un
contre-torpilleur
cher, il fait mieux que ça, y ravale
Association du capital et du trajaponais
les maisons !
vail nécessaire, association de la
coule dans la
tempête.
direction et du travail pour la proA L'ECOLE DE MÉDECINE
duction, association de la producIl n a 100 manquants
Un examinateur interroge :
tion et du commerce, et même asso— Maintenant, voulez-vous nous
Le destroyer japonais
Saraioabl, dire quel est le moyen le plus éner ciation pour la consommation. Donc
de 850 tonnes, a coulé durant une gique pour rétablir lu circulation ?... partout collaboration vraiment humaine.
tempête au large du port chinois de
Et
l'élève
interpellé,
de
r
é
p
o
n
d
r
e
A
Foutchéou.
sans ln m o i n d r e hésitation :
Le Sarawabl avait quitté F o r m o s e
I.c
dogme
catholique
de la Frater— C'est d'appeler les gardiens de
avec une escadrille de contre-torpil- la paix !...
nité Hunlaine, qui veut que nous
leurs nippons, mais s'était trouvé dévoyions en chacun des hommes un
ENTRE AMIS
semparé par des lames énormes à
auire nous-même, imposait l'idée de
environ 100 kilomètres au nord de
— Ce malheureux Victor.,,
collaboration. L'œuvre de produccette lie.
— Eh bien ?
.
,j ; i ( i tion et de l'utilisation des p r o d u i t s
Quatorze des membres de l'équi— il a cassé sa p i p e !
m a n u f a c t u r é s vient le r e j o i n d r e et
page du destroyer ont pu être sau— Ah I De quoi est-il mort ?
proclame à son tour, la nécessité du
vés par les bâtiments qui l'accom— Il n'est pas mort, mais ce pau respect du travail humain imposant
pagnaient.
vre h o m m e sa femme l'oblige à ne la considération de tous par la collaCent hommes ont disparu.
plus fumer...
boration.
Le Mot pour Rire
à une vente de
Des rayons
électromagnétiques
contre les a v i o n s de guerre.
A Bruckanderleitha, à la f r o n t i è r e
austro-hongroise, on fait actuellement des expériences, pour voir s'il
est possible, au moyen d e rayons
lancés d e la terre, de forcer les
avions qui se trouvent dans la sphère
d'action des r a s o n s à a t t e r r i r i.Viinédia'emcnt.
Au moyen d ' o n d e ; très corrles,
qui peuvent être guidées de la t e r r e
dans une direction déterminée, on
arriverait à a r r ê t e r la m a r c h e a s e o
sionnelle des moteurs.
Jusqu'ici, l'énergie produite s'esl
révélée t r o p faible pour agir sur des
avions volant à plusieurs centaines
de mètres d ' a l t i t u d e . P a r contre, à
basse altitude, on a effectivement
réussi à arrêter la magnéto des mo
tcuns.
Tous les employés et. ouvriers
communistes suisses
sont remerciés.
Le Conseil fédéral a pris un arrêté entrant fcwmédiateincnt en vigueur
excluant d u service d e l'Etat tous les
foncionnaires, employés, o u v r i e r s appartenant au parti communiste.
Les réductions de salaires
a u x Etats-Unis.
Une déclaration d e la Commission
chargée de faire une enquête sur la
situation des services ferroviaires, à
la tête de laquelle se trouve l'ancien
Président Coo'lidge, propose une réduction provisoire des salaires d'au
moins 10%.
ABONNEMENTS (UN AN)
Finistère, Côtes-du-Nord, Morb. 12 fr,
Autres départements et colonies. 1 4 fr,
Etranger..
3 0 fr,
CHRONIQUE AGRICOLE
La crise
j u s t i c e et la r a i s o n r e c o m m a n d e n t
c e t t e m é t h o d e . L e C o n g r è s l'a
adopté.
ET
« J o i e d e V i v r e ».
l'Ouest
iiMiiiiiiiiiiimiiiiii
Le q u a t r i è m e C o n g r è s d e la F é dération Nationale des Syndicats
et G r o u p e m e n t s de C o n t r i b u a b l e s ,
r é u n i à P a r i s les 27 et 28 O c t o b r e
d e r n i e r , a p o u r s u i v i la f o r m a t i o n
du f r o n t unique des contribuables c o n t r e l ' i n f l a t i o n d e s b u d g e t s
o u b l i e s et l ' a g g r a v a t i o n fiscale q u e
le C o n g r è s p r é c é d e n t a v a i t c o m mencé.
Il a vote u n p r o g r a m m e , u n e
méthode, des moyens de pression
et de r é s i s t a n c e .
Le programme
r é c l a m e d e s écon o m i e s d a n s t o u s les s e r v i c e s p u blics, s a n s e x c e p t i o n , s o u s la s e u l e
c o n d i t i o n d ' é v i t e r de m e t t r e e n péril les s e r v i c e s s p é c i f i q u e m e n t p r o p r e s à l ' E t a t , n o t a m m e n t celui d e
la D é f e n s e n a t i o n a l e .
c u l e u x , le t i m b r e d o r é
^imniiriire:
I
tous
antituber-
agricole.
D i m a n c h e d e r n i e r , d a n s la s a l l e
S o s t h è n e D a v i d , à Q u i m p e r l é , M.
P e r r a u l t , directeur des Services
agricoles du d é p a r t e m e n t , a fait
une conférence fort intéressante
et f o r t i n s t r u c t i v e , à l ' o c c a s i o n d e
l'Assemblée générale d u Syndicat
des A g r i c u l t e u r s d e l ' a r r o n d i s s e m e n t de Quimperlé.
Un r a p i d e a p e r ç u de c e t t e c o n f é r e n c e n o u s s e m b l e de n a t u r e à
i n t é r e s s e r n o s l e c t e u r s et à r e n d r e
service-aux n o m b r e u x cultivateurs
qui ne p u r e n t assister à cette réunion.
M. P e r r a u l t d o n n e d ' a b o r d q u e l q u e s c o n s i d é r a t i o n s s u r la c r i s e
a g r i c o l e . Crise g r a v e à c o u p s û r ,
c r i s e f o r m i d a b l e et s a n s p r é c é d e n t
disent certains, mais non insurmontable cependant.
P l u s i e u r s r e m è d e s o n t été p r o posés p o u r y r e m é d i e r
Le seul m o y e n d'en sortir, prétendent quelques-uns, c'est de prod u i r e m o i n s , de f a ç o n à é v i t e r
l'avilissement des prix. Et cette
théorie a été mise en p r a t i q u e
a u s s i b i e n d a n s le F i n i s t è r e q u e
d a n s les a u t r e s d é p a r t e m e n t s ; o n
l'a c o n s t a t é p a r u n e r é g r e s s i o n
m a r q u é e dans l'emploi des matières fertilisantes.
M a i s ce n é o - m a l t h u s i a n i s m »
agricole est u n e e r r e u r . P o u r qu'il
p u i s s e d o n n e r u n r é s u l t a t , il f a u d r a i t u n e e n t e n t e e n t r e t o u s les
agriculteurs de France, entente à
peu près impossible.
L e s a g r i c u l t e u r s n e s o n t p a s les
m a î t r e s d u m a r c h é ; ftpijr q u ' i l s
p u i s s e n t t i r e r de l e u r s terres' u n
bénéfice en r a p p o r t avec leur travail et l e u r s e f f o r t s , ils d o i v e n t
c h e r c h e r à r é a l i s e r le r e n d e m e n t
le p l u s f o r t p o s s i b l e , et à a b a i s s e r
a i n s i les p r i x d e r e v i e n t .
Ils y a r r i v e r o n t
par une préparation soignée du
sol,
p a r la l u t t e é n e r g i q u e c o n t r e les
parasites,
par l'emploi des engrais que réclam e n t le sol et les c u l t u r e s .
Le chaula (je des
terres.
L a c h a u x joue u n rôle considérable en a g r i c u l t u r e . Elle agit sur
les p r o p r i é t é s p h y s i o l o g i q u e s d u
sol, s u r s e s p r o p r i é t é s c h i m i q u e s
et s u r ses p r o p r i é t é s b i o l o g i q u e s .
Elle c o n t r i b u e e n p a r t i c u l i e r à
assurer l'action des engrais, surtout des engrais potassiques.
Nos terres bretonnes, terres granitiques, sont pauvres en chaux ;
en p a r c o u r a n t nos c a m p a g n e s , on
r e m a r q u e à c h a q u e i n s t a n t de
g r a n d e s taches m a u v e s : c'est
l'oseille s a u v a g e , q u i p o u s s e s u r t o u t d a n s les t e r r e s i n s u f f i s a m m e n t riches en chaux.
L e c h a u l a g e d e s t e r r e s a été
a b a n d o n n é d a n s n o t r e r é g i o n dep u i s q u e l q u e s t e m p s , d e p u i s sut
tout l'emploi des engrais calca'
r e s . N o m b r e d e c u l t i v a t e u r s on»
c r u q u e ceci le d i s p e n s a i t de cela.
C'est u n e e r r e u r , c a r les e n g r a i s
calcaires ne sont pas s u f f i s a m m e n t
riches en chaux.
Il f a u t d o n c r e v e n i r a u c h a u lage, p a r l ' e m p l o i soit d e s e n g r a i s
m a r i n s soit de t o u t a u t r e a m e n d e m e n t , d u n i a ë r l ou d e la c h a u x
agricole.
A quel m o m e n t faut-il chauler ?
L e s a v i s s o n t p a r t a g é s , m a i s M.
Perrault estime qu'il ne f a u t pas
c h a u l e r d i r e c t e m e n t la p o m m e de
t e r r e , m a i s p l u t ô t la c u l t u r e q u i
p r é c è d e ou celle q u i s u i t .
Quelles quantités faut-il employer ?
L a q u a n t i t é de c h a u x à e m p l o y e r v a r i e s u i v a n t la c u l t u r e ,
s u i v a n t la n a t u r e d u sol et a u s s i
s u i v a n t la t e n e u r e n c h a u x d e s
a m e n d e m e n t s e m p l o y é s . Il f a u t ,
par exemple, une plus grande
quantité de macrl que de chaux
a g r i c o l e ; les s a b l e s m a r i n s e u x m ê m e s n ' o n t p a s t o u s la m ê m e v a l e u r (1).
C e r t a i n e s t e r r e s n e t t e m e n t acides ont besoin d ' u n chaulage cur a t i f , et l à - d e s s u s seul le l a b o r a t o i r e p e u t d o n n e r les r e n s e i g n e m e n t s p r é c i s . E t p a r la s u i t e u n
chaulage d'entretien s'impose encore.
Les parasites
:
M. Kerenski, à Berlin
pronostique la chute le mildiou de la pomme de terre.
prochaine des Soviets.
L a l u t t e c o n t r e les p a r a s i t e s d e
M. Kerenski .a parló, vendredi, de
vaut les émigrés russes d e Berlin.
La réunion n'avait pas été annoncée et grâce à un,service d ' o r d r e sévère, aucun incident ne s'est produit.
L'ancien d i c t a t e u r russe a an non
cé une chute p r o c h a i n e des Soviets,
•'istinés, selon lui, a être remplacés
par un Gouvernement véritablement
national.
l'agriculture s'impose au même
p o i n t q u e la p r é p a r a t i o n d u sol.
E t ces p a r a s i t e s s o n t légion : l ' o r o -
(1) Une nimlyse rullo on 1032 par la station «Krononilque du Fllllslire n montiV
par exemple qne citi salile pria divalli le
l'ouldu el le Quóiou est plus rlehc en e linux
quo du salile prls devimi Kerfuny (73,00 %
contro <Ì2,80 %).
banche qui détruit nos trèflières,
la c u s c u t e , le d o r y p h o r a , le m i l d i o u , etc., etc.
T o u t le m o n d e d é s o r m a i s c o n n a î t le d o r y p h o r a , et l ' o n s a i t t o u s
les m é c o m p t e s q u ' i l n o u s a v a l u s
et n o u s v a u t e n c o r e . L a p o m m e d e
t e r r e a u n a u t r e e n n e m i , q u i , s'il
est m o i n s c o n n u , n'en est p a s
m o i n s n é f a s t e , c ' e s t le m i l d i o u .
Cousin g e r m a i n du mildiou qui
r a v a g e les v i g n o b l e s d u b a s s i n d e
l a L o i r e , le m i l d i o u d e la p o m m e
de t e r r e e s t u n e m a l a d i e c r y p t o gamique causée par un champignon microscopique.
Il s ' a t t a q u e à t o u t e s , les e s p è c e s
d e p o m m e s d e t e r r e , m a i s la « s a u cisse » y e s t p a r t i c u l i è r e m e n t s e n sible.
Les dégâts qu'il cause sont plus
i m p o r t a n t s q u ' o n n e le s u p p o s e
g é n é r a l e m e n t . Il s ' a t t a q u e à la t i g e
et a u f e u i l l a g e ; celui-ci d é p é r i t e t
ne travaille plus et par suite la
p o m m e de terre ne grossit plus.
Il s ' a t t a q u e a u s s i a u t u b e r c u l e l u i m ê m e e t le f a i t p o u r r i r soit e n
t e r r e , soit a p r è s l ' a r r a c h a g e . Si
bien q u e l'on p e u t dire q u ' u n
c h a m p où s é v i t c e t t e m a l a d i e d o n n e r a u n e r é c o l t e d e 30 à 40 % i n f é r i e u r e à la r é c o l t e n o r m a l e .
Il e s t d o n c n é c e s s a i r e d ' e n v i s a g e r et d ' e n t r e p r e n d r e u n e l u t t e
é n e r g i q u e c o n t r e le m i l d i o u d e la
p o m m e de t e r r e , t o u t c o m m e les
v i g n e r o n s l ' o n t e n g a g é e c o n t r e le
m i l d i o u d e la v i g n e .
Le remède à employer consiste
en des solutions c u p r i q u e s , sulf a t e de cuivre et c h a u x . O n p e u t
en préparer soi-même ; mais on en
t r o u v e t o u t e s p r é p a r é e s d a n s le
c o m m e r c e , s o u s le n o m d e « b o u i l lie b o r d e l a i s e ».
Ces s o l u t i o n s se r é p a n d e n t a u
moyen d'appareils de pulvérisation, d o n t on trouve deux genres :
des p u l v é r i s a t e u r s à g r a n d t r a vail et d e s p u l v é r i s a t e u r s à d o s .
L e t r a i t e m e n t d o i t se r e n o u v e ler p l u s i e u r s f o i s d a n s l ' a n n é e ;
trois t r a i t e m e n t s peuvent suffire
par une année sèche ; par temps
h u m i d e il e n f a u d r a i t a u c o n t r a i r e
q u a t r e ou cinq, ou m ê m e plus.
A q u e l l e é p o q u e f a u t - il e m p l o y e r ces t r a i t e m e n t s ?
E n règle générale, u n p r e m i e r
t r a i t e m e n t s ' i m p o s e l o r s q u e les
tiges a t t e i g n e n t d e 10 à 15 c e n t i m è t r e s de l o n g u e u r ; u n s e c o n d ,
e n v i r o n q u i n z e j o u r s p l u s t a r d , et
u n t r o i s i è m e à la f l o r a i s o n .
Des d é m o n s t r a t i o n s o n t é t é f a i tes d a n s la r é g i o n ; elles f u r e n t
d'ailleurs peu suivies.
D'autres seront faites. « Espér o n s , d i t le c o n f é r e n c i e r , q u e les
agriculteurs y viendront
nomb r e u x : c ' e s t l e u r i n t é r ê t ».
L ' a g r i c u l t u r e est u n e noble prof e s s i o n , la p l u s n o b l e d e t o u t e s , la
plus difficile aussi p e u t - ê t r e à bien
connaître, à posséder à fond.
La terre d e m a n d e u n travail
a s s i d u et d e s s o i n s é c l a i r é s ; elle
p r o d u i t d a n s la p r o p o r t i o n q u ' o n
s ' o c c u p e d ' e l l e et q u ' o n la c u l t i v e
intelligemment.
Il y a c e r t e s u n e c r i s e , m a i s c e t t e
c r i s e o n p e u t la s u r m o n t e r ; l ' a v e nir est a u bon cultivateur.
J.
G.
UMiimmimiiiiiisimiiiimiiimuiiimmm
Association Catholique
des Chefs de Famille
de la région brestoise
Une protestation justifiée
En réponse à l'acte d'hostilité, pleinement délibéré, qu'a constitué la représentation, au T h é â t r e m u n i c i p a l
(ie Brest, d e la pièce « La t e r r e des
Prêtres » extraite du roman de m ê m e
litre bassement attentatoire à l'honneur du clergé breton, le b u r e a u d e
l'A. C. C. F. a remis, le 28 Novembre,
en m a i n s p r o p r e s ! à M. le sénateur
Le Gorgeu, m a i r e de Brest, la protestation suivante :
« Au nom des 4.072 m e m b r e s d e
l'Association Catholique des Chefs d e
Famille de la région brestoise r é u n i s
sous la présidence de Son Excellence
Mgr Duparc, évêque de Quimper et d e
Léon, le Comité de l'Association estime qu'il est de son devoir de p r o tester publiquement contre l'autorisation accordée p a r M. le Maire d e
Brest au théâtre d e cette ville p o u r
une représentation d e la pièce intitulée « La t e r r e des P r ê t r e s » d o n t
l'objet est une calomnie grossière
des m œ u r s d u clergé catholique.
« Le Comité rappelle à M. le Maire
le d r o i t d e police que lui reconnaît
la 'loi p o u r i n t e r d i r e p r é v e n t i v e m e n t
toute pièce capable de p o r t e r atteinte
aux bonnes m œ u r s ou de troubler
l'ordre, »
CHEZ L E S BLESSÉS DU POU|MON. — C'est le jeudi 15 Décembre I
[qu'aura lieu le tirage de la tombola
I organisée par la Fédération des Bles-I
de l'Arrondissement de Quimperlé
Jsce du Poumon au profit de ses ceu-|
! vres sociales. L e prix du billet est
Les prêts des Caisses
N'OUBLIEZ PAS
.1/. Galant!
Ainsi que nous l'avions annoncé,
COMITÉ D E V E N T E DU T I M B R É ] fixé à 2 francs. On peut s'en procude Crédits Agricoles
queeelte année,comme
A N T I T U B E R C U L E L ' X . — Le j e u d i ] r e V les vendredi et dimanche à la
Galond a été délégué par le
s u r les réàerves d e b l é » . P a s s o m ' > ^ ' c générale du Syndicat de« I M
1"' Décembre s'est ouverte dans tou-jpermanence de la section quimper-|
les années précédentes,
venir
I Agriculteurs d e 1 Arrondissement ( ' t '|(;omptoir de l'Azote pour
M. "Victor » » r ë t avait écrit
tes les communes de France la cam-jloise, rue Brémond-d'Ars (ancienne)
• \ i » i v J " ^ ' ' ' » P e r i é et de in R t e i o n s'tat t e n u e L x p o s c r la situation d e l'industrie
recteur de la Caisse Nationale? i e V;1®"! dimanche dernier, salle Sosthéne Da- ffrançaise
pagne nationale de vente du t i m b r e ] p r i s o n ) ,
' „ „ „ i . . , ,.i„
0 te.
d e p.,,
l'azote.
LA
MAISON
dit Agricole au sujet de l'attribution | ^
boulevard de la Gare
antituberculeux.
Il montre l'importance de la consommation en France des engrais i
Pour la dernière campagne d e l
j j x e C H U T E DE 12 MÈTRES.
de prêts engagés sur la récolte du
.t la Murale
Suri-Finistère
1,1c.
I
En
raison
de
l'augmentation 1931, pour une population de 9-0021 Samctli d e r n i e r 3 Décembre, M. René
azotés : 932.500 tonnes d'engrais, soit |
M T a r d y , directeur vient de lui réA 1) h. 30 se tient d'abord l'assem- 165.000 tonnes d'azote par an.
des ilroits
d'encaissements
et des habitants, la commune de "Quimperlé
" " ' " Talgorn, manoeuvre, demeurant à lai
pondre en rappelant qu'il avait, le blée générale de la Rurale Sud-Mnisles frais de
recou- î recueilli la somme de 5.300 francs, Maison Rouge, rentrait à son domi-|
Sur ce chiffre, le Finistère fi lui \ tarifs postaux,
24 Août 1932. appelé il nouveau l'at-Itère, sous la prosadcnce d e M. Ur- seul emploie plus de 15.000 t o n n e s I p r e i n e n t se montent
désormais
à soit 0 fr. 58 par tète d'habitant
cile.
tention des caisses régionales de c r é - l v o e n , de Quilliniar, en Merlan, assis- d'engrais.
lirais francs par
abonnement
Alors que notre dispensaire est le
Comme il venait de toucher sa|
dit agricole hiMtuel sur le rôle qu'elles lé de MM. Ladan i l Le OolT.
Ces engrais proviennent en grande|
„ , , » nous plus important de tout le Finistère, | paye,'il fit d e nombreuses et longues
A /.., d'éviter
Afin
ces frais que
offrira de
peuvent Jouer pour procurer
aux
M. de Hoisanger,
administrateur partie des usines françaises ; mais
1
nous stations dans les débits du
' " ' est' 1le "plus
' " " élevé,
''
obligés
de porter
à leur que son budget
agriculteurs it-olés ou groupés en coo-l délégué, donne lecture du comple- pour certains d'entre eux, en par- sommes
n'arrivons môme pas à ligurer au nage, si bien que quand il reprit I
charge,
nous prions
nos
abonnes,
pératives agricoles les avances dont rendu moral,
palmarès du département,
c'est-à- le chemin d e 3a maison, il se sentit |
nouveaux ont été ticulier pour les engrais nitriques, dont l'abonnement
arrive,à
éché- dire à réaliser la vente de 0 fr. G7
ils ponvent
avoir
besoin.
Mais
en
pré-|
T
r
o
i
s
dépôts
ou
est
obligé
d
'
a
v
o
i
r
recours
à
l'im
quelque peu « fatigué » .
•
1 _
. » ¡ « . . . m l « 1ll lllî
sen'ce de besoins croissants, le mi-1 créés: à la Croix de Kerdulé ( L e Tréance, de vouloir
bien régler
au par tête d'habitant, En effet, nous
Pour se reposer un peu, il s'allonet
à
la
g
a
r
e
"
d
e
Ta
1
nistre de l'Agriculture a envisagé la voux), à Mellac
Parlant
ensuite d e s
prix
des plus tôt leur réabonnement,
soit sommes dépassés par 12 communes, gea sur le mur qui surplombe la|
à l'occasion des
possibilité d e «Rumettre au Parle- Forêt,
c félicite des resul-1 engrais, M. G aland démontre que les l/)nr
soit par chèque
pos
m(indat
La commune du Quimperlé. ainsi route du Combout.
ment un p r o j e t de .loi mettant des| Le rapporteur se
que les communes ressortissante du
M. Daniélou, marchand
forain.
A
avances spéciales à la
"
~
dispensaire se doivent de réagir et I qui demeure tout à côté, vint, à deux
la Caisse Nationale d
malgré les circonstances économi-|rei>rises différentes, lui faire rremareole, en vue de faciliter
Contribuables
ques défavorables, les difficultés d e l q u e r le danger qu'il courait,
des opérations dont il !
l'heure présente, de prendre un meil-| Mais il fut fort mal reçu et
e pnel
prêt devra être limité à
sibles
affaires.
M.
A LA RECETTE M U N I C I P A L E . —
leur
rang.
Le
Comité.
I
d
e
s'ooeuper
de
ses
affaire
proportion par rapport i
Q u i m p e r l é t i e n d r a son a s s e m Daniélou rentra donc "chez lui. mais I M. Pierre Hé'ias, économe de l'hosdu blé servant de garantie.
I v r c r aux meilleurs prix,
La séance ®e termine par Ha p r o - j i , ^ e « é n c r a l e a n n u e l l e d i m a n c h e
uu oit ¡>ii vu., ui h
.
^ r a p p o r t f i n a n c i e r eist adopte i
:l venait à peine de 'passer le seuil Ipice, nommé receveur municipal de
ilï/\„ iln film <r
«iprVÎep de I
t_
11 1^.»
1
\ 1/. 1,«,,
icction
de sa maisc'n, qu'il entendit un cri notre ville, a pris ses fonctions le
Le pourcentage des blés Indigènes. |['unanimité. La situation est cxcel
G e o r g e s Î L E
( ì U E T
suivi de plaintes et de gémissements. 1 " Décembre. Il est remplacé à
CHIRURGIEN-DESTISTE
Le Journal
Officiel
Talgorn venait de tomber du haut I l'hospice par M Pierre Toulliou, emblier un décret fixant
du mur sur la route.
I p l o y é de banque.
- «lu la Facilitò de Paris centage minimum
L e docteur L e Stunff, mandé en
La recette municipale est provi18,
Rua
S8vary
(Ma'son
Rivalin)
mettre en œuvre pour
hâte, 'lui donna les premiers soins, Isoirement transférée à l'économat de
d e s farines destinées
Q U I M P E R L É
et vu la gravité de ses blessures, l'hospice,
Le banquet
d'as
sQnt
instamment
pri,is
tion et autres usages alimentaires
ordonna son transfert immédiat à|
Environ 200 cultivateurs assistent
Consultations
tous
tes
jours,
sauf
le
lundi
A 13 heures, près de 200 cultiVa- s j s t e r ¿ la r é u n i o n de d i m a n c h e
ll'hôpital de Quimperlé.
. . ..
A . . _ ! » #. n « 4
HrtMn
In
i »n nTn I
La Question du blé à l'assemblée générale du Syndicat teurs
se réunissent dans la vastei
h •
des Agriculteurs.
Voulez-vous une S I T U A T I O N ?
Un vœudetSyndicats Alpins et Provençaux I
M. Orvoen de Quilliniar en Moëlan, mile du Restaurant de Bretagne, bou- P»
T R A N S P O R T DU COURRIER DE un emploi a s s u r é en
LA F Ê T E DES SAPEURS-POMquelques
contre la taxation de la farine
' préside, assisté de MM. Richard, levard de Ha Gare, et font honneur à
Le
[
L
A
GARE
A
L
A
POSTE.
—
Le
4
JanI'IERS.
—
La
compagnie
dee
mois? Suivez les cours pratiques
Les grandes Assises agricoles que I m a i I 0 d'Arzano, et Guern, de Riec
vier
1933,
il
sera
procédé,
à
la
direcLe^Garrec ^
^
n û t i n é ^ wupeurs-poni piers de Quimperlé a
do l ' E C O L E P I G I E R , Q, r u e d e s
(onstitue chaque .année, assemblée jsur-Bélon.
ilxé sa fête annuelle dite de la Sainte-1 tion des P. T. T . à Quimper, à l'adouvrant la
la •séance,
>eanc
générale" d e ' l'Union des Syndicats]
En
ouvrant
M. Orvoënl
A u * « * - S S S S l ^ i ^ & S r ' ^ n ^ J f f î ^ Barbe au 11 Décembre.
judication du service de transport Fontaines à L O R I E N T . — D i p l ô m e s
un vibrant
vibrant appel
appel a tous les e il- cic tous te» e m p l o i s du ^ 1 C £ t h & \ t r a i e .
acricoles des Alpes
agricoles
Alpes et d e P r o v e n c e ¡ i n C e un
examens. —
Placement
En voici le programme :
des depeches en
automobile de| après
peur
qu'ils
s unissentI agricole et en partlcmier m. Aiain l«c i
u 1)rogramme .
se sont ouvertes le 4 Décembre à [¡valeurs
assuré
dans
toute
la
France
par
A
11
heures,
tout
ie
corps
se
réu-lQuitnperlé-gare
au
bureau,
autour de leurs groupements profes- Gall, qui depuis 13 ans tient la barre
"
«
, ame en trois
Marseille.
,
Les personnes désireuses de sou- les soins des Amloales P I G I E R .
sionneis. Le salut ne viendra pas de avec tant d e dévouement:et. de corn- actes
•^ T
r W i ^ pièce
nièce militaire, où nira, en tenue de ville, dans une d e s ]
de Richer,
la dernière salles de la mairie, pour la percep- missionner sont priées d'adresser
tion des cotisations de la société jleur demande écrite au directeur
en face de l crise économique M*,
cl
bien que rien V 1 r r e m e r c i ^ t a ! f m e n t M.' P e T a u l t
tranchées, sacs à terre, bar jusqu'au 31 Décembre inclus, et le | des P. T . T . à Quimper, avant le 19
s'accentue
ne se gagne sans lutte.
nStre groupement des belés, etc. . iuií^uq-i
à
Décembre prochain."
| CHEZ LES D E B I T A N T S . — Merrèglement du banquet.
Jusqu'à présent les scènes de la
La q u e s t . o n d u p n x d u l l c -t u
Marques particulières de sa sympa
H a p p o r , ,nora
credi soir avait iieu, à la salle des
Les sapeurs-pompiers se rendrcnl
H
pain a été traitée ensuite et Iles vœux
Uoisanger, secrétaire gene- t h i e . M . Galand, qui a donné un grande guerre n'étaient guère évo- ensuite chez M. Morvan, restaurateur
mariages de la mairie de Quimperlé,
1
suivants
ont ete
été ndODteS
adoptés .
cnivnnlc nn»
'
•
*"
'
t o l I S l c s débitants de
membre honoraire, chargé de l'exém r w « l l i n c ' r(-*union
L'Assemblée
générale
cution du banquet.
Quimperlé, ayant pour but la formaauc la taxation
officieuse
Le banquet, présidé par M. Liot,
tion d'un svndicat local de défense,
soit suspendue et qu'
maire de Quimperlé, comprend le
prévient sa fidèle clientèle
Malgré le "désir bien légitime des
énergique soit mener
menu suivant : »otage ; huîtres de
—
qu'il a transféré
— Imembres intéressés présents, aucune
Bélon ; moules du Pouldu ; civet de
nion publique
pour
décision n'a pu être prise. Aussi, le
apin ; poulet rôti ; pommes au
sommateur
faire revivre
la concur-iSOnt
prospères;
.
„,,„,, J l i ; , M „ . u...
. .
.
Comité provisoire a décidé de rela
chorale ; orchestre.
m
l
x
l
c
s
1
l
a
beurre ; salade ; gâteaux ; fruits de
l'"
rence et provoquer
l'amélioration
de I niec est llorissante ; une mention syndicat pendant la guerre. Ils o n 1 |
( p r è s d e s H a l l e s ) I mettre à une date ultérieure les pro9
ne manqueront pas de saison ; cidre, vins blanc ct rouge ;
H ' s P 0 1 1 l l s [V
spéciale est' due au syndicat d'ele- l e n u pendant .la tourmente. A nous
la qualité du pain;
'jets ébauchés à la dernière séance.
applaudir nos jeunes artistes café aux trois couleurs.
nos
Qu'une application
plus souple ( / « vage d'Arzano, qui fonctionne par- ( l e t e n i r
La presse avisera les débitants de la
n o t r ( . l 0 U r , tant que d u r e r a P^nu- applaudir
Tous les vétérans, selon, la tradi\dans Attaque ae nuit.
i » sociales en boulangerie
permette
faitenient.
,
la crise actuelle.
date de l'assemblée prochaine.
U. S. Q U I M P E R L O I S E (1 b ) B A T
tion, sont invités à participer au
ne revenir aux méthodes de travail I Le rapporteur signale les résultats
j „ p a n o ] e e s t donnée ensuite aux
R O S P O R D E N ( l b ) par 4 à 1. — I
banquet.
qui assuraient autrefois le bon pain; I obtenus par l'usine d e conserves de chanteurs ; M. Fauglas se fait parti-1
CINÉMA P A R L A N T HONORE.
Le comité insi.s;e particulièrement Bonne partie,
devant une j c u d j £
9, samedi l û " l ) é Que, pour favoriser cette évolution
Coat-Kaer, qui avait été créée pour c u n è r e m e n t applaudir.
| 0 t I , e l'assistance, debout, enl'Etat encourage
la production
lutter contre l'avilissement des prix
Et
CHIRURGI EN-DENTISTE
l'utilisation
des levures de grains « u a ] o f f e r t s par les industriels aux produc- tonne l'hymne national breton liro\
île In Faculté dt- Mcdccinc de Poris
lieu et place des levures de mélasse. I teurs de petits pois.
'
, / o r nm
Xariou.
9,
Rue
Lebas, QUIMPERLÉ
l ' V s s e m b l é e a ensuite adopté de."
La laiterie coopérative
de Keri > a p r è s - m i d i , un grand film
D a n s
••ésoluUo "s é p r o u v a n t la création I iouano traite actuellement 800.000 documentaire
était
projeté
salle
_.
.
. . . . .
,,
- - ,
.parlant. Alice en pension,
comique
Consultations
tous les Jours A
Quimperlé
tuels dépend beaucoup de ces bien•d un o f f i c e du ble, demandant l'in- l'tres de la.t par an. Le nombre des sosthène-David : L'eau à la campaA
Des le début, les « blancs » des- s p n o r e .Jérusalem,
ville sainte, docusauf le mercredi
i
Bannalec
faiteurs.
"diction d ' e m p l o y e r pour le Heu- societai.es a passe de 48 en 1928, a „ „ e .
cendent et se cantonnent dans le m c n t a i r e commenté. Tom et Jerrq
camp visiteur. La defense des « rou- ( / f f ; ! , l a J l W f l i e < dessin animé sonore,
LES VŒUX
ges » se demene et envoie souvent U n F U s d - A m é r i q u e , avec les vedettes
A C C I D E N T DE L A R O U T E .
Vceu
_
en touche. Enfin, au bout d un quart I f d > u n s o i r d e R a l l c 3 l ) A l b e r t P r é _
„ o n obllRntolrc <ios stock, <i t bld.
¡ . ^ ^ » . ' S o n S l t e S t e " .
p X |
Dimanche soir, vers 19 heures, M.
au sujet du projet de loi
Tournan
Contre les écoles mixtes, erpe de la création d'une marque
fc^V^
an
i chantera
pas aTtïste
juste ,
Mais elle eut l'heureuse idée de
deimi
après, sur I ei te T
p ^a ui m
T i « f î e m s« >"C'est
îa'belfe
but
c ¡ n
minutes
Les adhérents du Syndicat des |Tnnncnii.„defeendait en^automobile nrendr
rendre un cachet d e NhZOL le plus d e s c e n t e d e s r ^ u g e s > U n pénalty sif- \ n n a î ë b
Gaston Dul osc
Kernv
le boulevard de la Gare, lorsque,
ngricutteurs de l'arrondissement de irrivé à proximité des magasins jiuiss;
lissant et le plus rapide de tous-les )lié
.
,les Rosnordinois
lé
contre
Rospordinois est
est irré-l.'.fo
irré etc...
Quimperlé,
Jézéquel, quai Brizeux, il vint heur- remèdes contre les maux de tête, médiablement transformé, et la miC'est une intrigue pittoresque, une
Considérant,
la Fédération
des Associations de
énerr a p p o r t e u p I)rotest<; aVec
maux
de
dents
et
toutes
douleurs.
ter assez violemment les fûts qui se
temps arrive sur ce résultat :
histoire d'amour, un film comique.
Que le régime actuel de l'alcool
parents
d'élèves,
président de
0 fr. 75 le cachet, -r- 8 fr. 50 la
trouvaient alignés le long de la mai
gie contre le projet de création de
Quimperlé
:
1
;
Rosporden
:
1.
Ligue des famille«; nombreuses d i l'office du blé ; puis il termine par tel qu'il est établi par la loi de 1910 son. Les occupant)» de l'automobile boite de 12.
La seconde mi-temps voit le bomFrance et père de 11 enfants, en pré- un pressant appel à l'union des cul- donne dans ses dispositions générairent quittes heureusement avec
Dépôt : Pharmacie Le Naour et bardement continuel des buts des
les toute satisfaction,
1
,
•, • ..
,
sence de M. Abraham, représentant
toutes bonnes Pharmacies.
tivateurs. « On nous a promis une
visiteurs. Après 25 minutes de jeu,
de M. de Monzic, ministre de l'EduQue si certaines améliorations | quelques egratignui-es.
politique favorable à l'agriculture ;
Ruscio marque le second but de la
cation nationale sur le problème de
peuvent être proposées, il ne saurait
NiKiis nous savons ce que valent toutête après plusieurs corners consél'école mixte, le congrès de l'Ecole
être question d'en modifier les printes
les
promesses
des
hommes
politiPlace Hervo, Q U I M P E R L É
cutifs.
(les parents qui se tient actuellement
fondamentaux qui ont reçu
; unissons-nous et travaillons | p.'J^f,
13
ù
suivante- ques
Deux autres buts sont alors marà Paris
Pans a
a voté
vote la
.a résolution
" »
!>cur que ces promesses se réalisent. l'approbation d e tous les producqués par les « blancs » , et le coup
« Considérant ou'une 6 d e filles^esl
i
J
ceux qui font du teurs.
de sifflet final terminera sur ce réQue l'adoption du projet de loi
sultat cette partie très correcte de
Tournan actuellement soumis aux
sonl
,,ombreus
;i
t
»
^
[tous les joueurs.
délibérations
du Sénat
ne
peut
1933; que de graves i n c o n v é n i e n t s j U U I L u u u , u u •
-- L U S T R E R I E -A Rosporden, le goal fit une parqu'être préjudiciable au rruarché des
peuvent résulter de ce mi'Oangc, tant ]
liapport
financier
.
TRAVAIL SOIGNÉ
^ ^
tie superbe. L'arrière droit et le deau point de vue pédagogique qu'au
M. Bouhébent trésorier, présente pommes à cidre, une des principa-- A P P A R E I L S -mi-centre sont également à signaler.
^
S'Y A D R E S S E R
^ ^
point de vue mora'l, l'Ecole des pa-]ensuite le rapport financier qui les ressources de la culture dans
DE
CHAUFFAGE
rents émet le voeu que depuis la 0' |s'établit comme suit :
Chez les locaux, Noen, Ruello et
notre région,
Courant furent les meilleurs.
jusqu'à la classe de philosophie, les Recettes
113.319 f. 99
Demandent que ce projet de loi ne
27
-Rue
Savary
-27
MOTEURS,
etc...
Ron arbitrage de M. Coatelot
classes, de filles n'existent pas dan»']Dépenses
51.734 40 so't pas adopté.
•
En ouverture, l'équipe de Locules lycées d e garçons » . Ce vœu a été
heuquat
01.615 f. 59
Vceu
concernant
nolé-Sport a battu la deuxième d e l
PHARMACIE
DE
SERVICE.
adopté à l'unanimité.
^
M , d o m j c x c d k , n t c ct
la défense du cours du blé
l'U. S. Q. par 3 buts à 1, après une Dimanche 11 Décembre, pharmacie
P H O N O S
Les
agriculteurs
adhérents
du
P o u r les communes dépourvues || le rapport financier est adopté à
jolie partie où les « verts » domi-1 Habrial, 40, place Saint-Michel,
Syndicat des agriculteurs de l'arronl'unanimité.
Réparations en tous GeDres
DISQUES
du service téléphonique.
lièrent le plus souvent.
lissement
de
Quimperlé
réunis
en
Décisions et vœux divers
a
En vue de combattre D'Isolement I
E T A T - C I V I L . — Naissance : Moniassemblée générale,
Après un court échange de vues,
rural et de hâter le rattachement au
que Jézéquel, 8. place Hervo.
Considérant,
réseau général d?s communes et ha-1 l'assemblée
décide
d'ajouter
aux
Publicution
de mariage : néant.
SPORTIFS,
Que la situation du marché du
meaux non encore pourvus du télé-1 statuts un article 3 bis, en vue d'ha- blé 11e s'améliore pas malgré les
Mariage : néant.
L ' A M I C A L E I)U « CHOC » . — Le
AVIS DE L A M A I R I E — Les asVous trouverez chez
phone, M. Queuille, ministre des P I biliter le syndicat agricole à s'orgaDécès : Emile-Joseph
Yhuellou,
mesures prises jusqu'à ce jour, que Je sistés bénéficiaires de cartes de pain bureau d e (l'Amicale des classes 11,
T.T., vient d e décaler que dans les]nLscr en syndicat de lutte contre le
12 et 13 rappelle aux camarades que
10 ans, du Faouët, 19, place Saintstockage et les avantages proposés ou de médicaments sont priés de se
petites agglomérations où il n'existe ] doryphore.
la prochaine
réunion
aura
lieu
Michel ; — Marie-Jacquette MaréRue Brémond-d'Ars, Q U I M P E R L É
pour le financement des récoltes faire inscrire à la mairie pour la
samedi 10 Décembre, à 20 heures,
ai:cun service téléphonique public 1 Puis 1111 certain nombre de vœux
chal, épouse Haré, 07 ans, s. p., Saintun grand choix de
courraient peut-être constituer des délivrance des cartes de 1933.
¡e département, la commune ou une]sont émis, dont nous donnons le
I Nicolas ; — P e r r i n e Nogue, 86 ans,
La liste sera close le 15 Décembre. chez l'ami Burel (café Saint-Hubert)
remèdes efficaces, mais resteront
rue des Ecoles. La petite fête du 18
veuve ChassetuiM'ier, s. p., 19 place
association
syndicale pourra sous-1 te+cte plus bas.
Conseil d'arbitrage.
— Sont dési- insuffisants en raison du manque
Décembre s'annonce bien, que chaSaint-Michel ; — Clémence Paillard,
crire un abonnement bénéficiant de
AUX
A
M
P
U
T
É
S
DE
L
A
GUERRE.
Prix
très
Intéressants.
cun fasse son possible pour amener
07 ans, religieuse, à Kerbertrand
la réduction de 50% sur l e montant gnés pour faire partie du consci d'organisation de la culture, qu'il — On nous communique
:
CHAUSSURES L U X E E T F A T I G U E
au moins un camarade. Déjà Quer— Hippolyte-AIexandre-Marie Lavorde la redevance d'abonnement ordi- (l'arbitrage : MM. Audren, Toupin et est donc indispensable d'obtenir la
Le
bureau
de
la
section
de
Quiinmise en application de nouvelles
rien, Saint-Tliurien, Riec, Arzano.
;ne, 71 ans. ferblantier, d e Châteaunaire prévue par l'article 52 de la Boodec ; suppléant, M. Even.
dispositions propres à raffermir les perlé a l'honneur d'informer ses ca Rédéné réunissent 1111 lot important
lin, 19, place Saint-Michel.
•loi de finances du 31 Mars 1932.
Conférences : M. Perrault
1
marades qu'en face des prétendues de rescapés des classes du « choc » .
D'autre part, conformément aux
La parole est donnée ensuite à M.
UN
ACCIDENT
D'AUTO
FAIT
'
difficultés financières actuelles dont Mellac qui, le même jour, célèbre
dispositions du décret du 19 Juillet
« ^
'
»
^
BLESSÉS. —
Vendixnli 2
Demandent :
nullement responsables, l'anniversaire de l'Armistice, enverra
ils n e s o n t
(lcs i , t r v l o t s u«rl
1932. la ligne bénéficiera de la gra- . S 1 , ' : ' 1 '
' .
1" L e maintien énergique et sévè-|et par suite de la belle manifestation néanmoins une délégation afin de Décembre, un loueur de taxis de
îuité dans un cercle «le 4 kilomètres
'
"î ' ^ •
Qiuimperlé descendait le boulevard
rement contrôlé d e toutes les mesu-|de la Fédération nationale des ain- rossir le nombre.
t ' 'V
,1«. rovnn
nnrfir du bureau central ..
de
rayon à partir
p , . , . , ' ,1 u pcxi ,nUnS„L „r l . t l o l l U s i m l , de
ré' res
douanières
actueMement
en hnités qui s'est tenue dimanche derOn peut •déjà s'inscrire pour le de la Gare en aulomobiie, 'lorsqu'au
d e rattachement si elle ne doit p a s | I c n a u l l expçse les moyens
.tournant du « Flamand » sa voitureI
soudre la crise agricole, par l'aug- vigueur en ce qui se rapporte au nier à Paris (au nombre de '2.500 à
d o n n e r lieu
à des difficultés exmentation du rendement et la ré- blé et aux céréales secondaires : 13.OOO), sous la présidence effective banquet. Des pourparlers sont enga- dérapa à la suite de la rupture des
ceptionnelles de construction.
duction du prix de revient.
avoine, orge, maïs, seigle.
|du président de la République, as- gés en vue d'une surprise très agréa-1 ressorts avant et s'en fut heurter le |
En
contre-partie, ces postes decôté gauche de la route.
Pour cela trois choses sont néces2" La suppression d e l'admission Isisté des plus hautes personnalités, ble.
vront être mis à la disposition du saire« : une préparation soignée du
Dans le choc, le pare-brise vola
temporaire et du marché à terme,
m a décidé de refaire un pressant
public.
en éclats et les débris d e glace attei-|
sol ; la lutte contre les parasites et
3" Que la consommation du pain 1 appel à ses membres pour rappeler
gnirent les deux occupants. M. Olil'emploi des engrais appropriés
soit favorisée :
|ù leurs camarades non encore adliéChez les Hospitaliers
var, monteur des P. T . T., atteint à]
Il s'étend tout spécialement sur
« ) Par la suppression d e la fer- ,-ents, qu'aujourd'hui plus que jaSauveteurs bretons.
quelques centimètres de la carotide,
la nécessité du chaulage des terres ineture des boulangeries une f o i s I m a i s ils ont besoin de sortir de leur
Pour
T
R
I
C
O
T
E
U
S
E
S
Un appel au Parlement
dut être hospitalisé à la clinique du!
et d e la lutte contre le mildiou de par semaine ;
torpeur et de leur esprit personnel.
et au peuple de France
la pomme de terre. Nos lecteurs
b) Par la liberté rendue du com- p 0 U r venir grossir le groupement
Chez G i f t . D É S A R » docteur Mi-chaud. M. Calvcz, institupour le$ victimes du devoir
teur, s'en'est tiré avec une coupure |
trouveront en première page 1111 mercc du pain et de la farine.
|t!6jà existant ct donner plus de forRua Cornlc-Duchöne
(¡11 faisceau fibreux d e la main
4° Proteste contre tout projet d e c c s à la Fédération, en vue de nos
La Société des Hospitaliers Sauve résumé de cette intéressante confé'
Q U I M P E R L É - Tél.49
droite. Le conducteur,
par
unei
teurs Bretons, que préside avec tant j rence
création d'un o f f i c e du blé.
revendications déjà bien minimes en
chance extraordinaire, en a été |
d'autorité et de dévouement M. Léon
face de celles d'aulrcs créanciers de
quitte pour la peur.
Berthaut, vient d'adresser au Parle|la nation.
ASSEMBLÉE
GÉNÉRALE
Nos meilleurs vœux de prompt I
DES
ment et au pays l'émouvant appel
Les
membres
de
la
section
ayant
P o u r nos Coloniaux
Le timbre antituberculeux. été à Paris se tiennent à la disposi- MÉDAILLÉS M I L I T A I R E S . — Les|rétablissement aux deux blessés.
dont nous donnons ci-dessous la conMédailés militaires faisant partie de
et nos Missionnaires.
clusion :
La Semaine Religieuse publie la tion des camarades pour leur donner la Section de Quimperlé et environs
Aiiticlk l'HKMiKu. — Toute pertoutes explications sur la nianifes:
Sous le haut patronage de M. le note suivante rie Mgr l'Evcquc
sont priés d'assister à l'Assemblée
sonne qui, sur le territoire français,
I talion,
Nous recommandons à nos diocé
générale qui aura lieu à la mairie de
métropolitain 011 colonial, aura cou- maréchal Lyauley ct de M. le Minist racté ' d è s "in il r m i tés i ot aies ou p a r - l i r e des Colonies, une grande sous- sains le timbre antituberculeux qui
ACCIDENT
Dti
TRAVAIL.
— Quimperlé, dimanche prochain, 11
tielles, en accomplissant un acte de e n p t i o n nationale a ele ouverte 1 an- pera mis en vente dans le courant du I François Le C.ouir, mluneeuvre, rue Décembre 1932, à 9 h. 30,
Chirurgien-Dentiate
sauvetage dûment constaté, sera assl- nee dernière au benefice des œuvres mois d e décembre, pour fournir au | lirémond-d'Ars, a reçu un corps
Ordre du jour :
milé aux mutilés du travail et béné- patronees par la Fédération l'ran- Comité départemental l e moyen de I étranger dans l'œil gauche, en cas
—
D. F. M. P .
—
Compte-rendu moral et financier ;
liciera des compensations qui leur çaise des Anciens Coloniaux, rccon- continuer son œuvre efficace contre san't des pierres,
— Paiement des cotisations ; — ReMercuriale des Marchés
sont consenties.
nue d'utilité publique.
le fléau qui cause tant de décès dans'
nouvellement du bureau ; — Ques
notre
département.
A r t . 2. — (Résumé). — En cas de
Les billets de cette souscription
lions diverses.
BOURSE
1.200. »
BANQUE
Vaches laitières
Les sommes, obtenues par la vente
mort, pension aux ayants-droit.
sont actuellement en vente au prix
Présence indispensable de tous
1.400. »
Génisses et v a c h e s p l e i n e s
du
timbre
sont
employées
à
payer
les
A ut. 3. — (.Résumé). •— Même ju- de trois francs (billets verts) et don3
,
P
l
a
c
e
H
e
r
v
o
,
3
Les camarades médaillés militaiti.70
P o r c s , le k i l o
ridiction que pour les accidents du nent droit au tirage d'une tombola frais de placement des enfants en
5. »
V e a u x , le k i l o
res non encore inscrits peuvent s'y
QUIMPERLÉ m 1.90
travail.
|gratuite dotée de deux millions
de danger de contagion immédiate, et
105.
»
Froment
présenter pour souscrire leur adhé
70. »
An'r. 4.
Ces pensions ou indem- lois dont 500.000 francs en valeurs nous croyons savoir que Iles enfants
Seigle
sion.
qui, au domicile familial, fréquennités seront à la charge exclusive de (l'Etat.
75. »
Orge . . ,
1
1
taient l'école libre, sont placés dans
• - • du
lous les
75.»
Sarrasin
l'Etat et imputées au •budget
MiTous
les I'iaii(,'ais
l i anvais voudront
voudront s assoles établissements libres.
75. »
Avoines
nistère de l'Intérieur.
cier à l'œuvre de reconnaissance et
VISITES NOCTURNES.
32. »
P o m m e s d e t e r r e , les 100 k i l o s .
D'autre part, M. le sénateur HonQue l'on ne vienne pas dire, main- (le générosité entreprise dans le pays
I ' o i n . l e s 500 k i l o s
220. »
tenant, que cc projet de loi accroît à l'égard de nos anciens coloniaux norat, ancien uninistre, président du
120.»
P a i l l e , l e s 500 k i l o s
Birsanx à BAHHALEC, OOUHIH et LB F1Q0ET
les charges rie l'Etat, car les héros et de nos missionnaires, qui atten- Comité national de défense contre la
|gne, à Qui«
Son, les 100 k i l o s , ? r o s
50. »
du sauvetage sont, h é l a s ! beaucoup dent depuis si longtemps leur Mai- tuberculose nous informe que ce CoSon,
les
100
k
i
l
o
s
,
d
é
t
a
i
l
65. t>
sursaut,
dan
I.e petit T o t o , nous •assure-ton, ;
mité
vient
d'attribuer
une
certaine
164.»
m o i n s
nombreux que-les convives au son de Repos.
love II f r . 05 s u r sa t i r e l i r e ipour l'achat I ct 3 heures du matin. Le visiteur, F a r i n e du p a y s . . .
somme à l'Œuvre du Sanatorium du
B e u r r e salé, la l i v r e
8. »
d'un « D i a b l e » c o n t r e 1111 c o r é v e n t u e l . inconnu jus< [u'ici, a essayé à i
banquet de notre République.
Le tirage de la Souscription est
Bons
de
Otlsse
à
un
an,
Intérêts
Clergé d e France, à Thorenc.
B e u r r e d o u x , la l i v r e
6. »
« L e U i a b l e » c i f l ù v c les cors en six | tes reprises • le 'pénétrer dans Ja
La Chambre des Députés et le Sé- llxé au 10 Avril 1933.
Πu f s , la d o u z a i n e
payables d'avanoe, nets d'mpéts.
8.»
Non* demandons à tous nos coljours,
p o u r -toujours. 3 f r . 95,
nat doivent à la raison et à la justice,
Les billets sont en vente dans les
P
o
u
l
e
t
s
,
v
i
e
u
x
,
la
c
o
u
p
l
e
25.
»
p h a r m . A t t e n t i o n i... E x i g e z « L e
lègues, écoles et organisations d'ceu-|
au Peuple de France, de voter d ' a c - j bureaux de tabacs, agences Citroen,
P
o
u
l
e
t
s
j
e
u
n
e
s
,
la
c
o
u
p
l
e
25.
»
blc » , E p c r n a y :
PhariiHicle
vres, de prêter leur concours i| la
clamation une telle loi de patriotis-lmagasins de commerce, etc..., et au
G k l r e pur j u s
250. »
m a n n . OépOt dans toutes les Pli
vente de ce timbre, ct d ' y mettre tout
me et d'humanité.
Commissariat de la Souscription, (.,
Cidre o r d i n a i r e
cics.
200. »
peu hors d'usage, a porté plainte.
le z è l e possible.
Léon Beuthaut. I place de la Madeleine, P a n s (8').
Informations
L'Assemblée générale du Syndicat des Agriculteurs
AVIS A NOS ABONNÉS
Économisez trois francs
Jean JBZÊQUEL
Alimentation Générale
voisi-1
JOLIS GHDEHOX
FÊTES de NOËL et de l'AN
Urnes
WM» T O U L G O A T
1 m e Elle
Alexandre C U Z I A T
jouée
Vendredi
Elle avail loos les jours mal de lêle,
jittissrtïasÉ F
»
'
ss-ïAxïSi
n
n
s
e
L'IMPRIMERIE DE L'ABBAYE
a
1
L. COR IN OU 1
s
G é n é r a l e
Tûpb.94
i
QUIMPERLÉ
livre les lettres de mariage
2 heures après la commande
1
(Fioislàre)
fja
M. T A L H O U A R N
CHAUSSURES DE FOOT BALL
r Tous les 1
bandages
ceintures
basavarices
PHARMACIE LE NAOUR
Docteur en Pharmacie
3.PlaceCarnot.3
r
J . GUIB0UR6
CABINETDEÜTAIRE
CREDIT NHHTBIS
igen à QUIMPERLÉ et CAHHAIX
Location de Compartments de Ccttres-Forts
Prudence précoce
d'un enfant de huit ans
QUIMPERLÉ
ARZANO
AVIS. — Le maire prévient le
public que : 1* la déclaration des
chevaux doit se faire à la mairie
avant le 20 Décembre courant ; 2"
la déclaration des autos doit se faire
à la ntème date ; 3" l e s prestataires
qui désirent acquitter leurs prestations en nature doivent déposer leurs
avertissements à la mairie 'pour le 31
Décembre 1932.
Yves Bretcn, tailleur
d'habits
ai
Toulancoat, et Anne-Marie Le RouX,|
cultivatrice à Miné-Glaz, en Guiscri IV : Mathieu Le Gal'l, cimentier à
Kerchuz, et Marie L e Houx, cultiva-1
trice à Kercanic, en Bannaiec : Lau-I
rent lieux, cultivateur à Kernicolas, |
m Le Trévoux, et Marie Carrer, cultivatrice à Keramboyec, en Bannaiec,
Décès:
Jeanne Iluadcc, 3 ans, au |
bourg.
Je
boucher
paiera
mieux
CORAY
CONCESSIONS
AU
NOUVEAU I
ETAT-C1VII
- Naissances : Anne-1
• r e m e t t r e un enimel en ¿ t e l ou y o u r
C I M E T I È R E . — Perpétuelles : les
I ' a n f r a i u e r rien ne vaut l e
deux premiers mètres, 500 francs I Marie Conan, à Kervinguen ; Marpar mètre ; le 3 'et le 4' mètres, 750 celle Barré à Lanviliou ; Jean Péren-I
francs, çt au delà du 4' mètre, i.000
« N o t é r l c u ; Louis Le GulT, ù|
MIain,
au|
o r „mètre
iiw.
I Kerambellec ;
Pierre
francs «par
A j o u t e z . 1.000 * 1.500 tr. de R i e S e U o n
bourg.
Centenaires : 250, 350 et 400 fr.
cuit ¡1 le retion journalière de v o » boeuf«
Publication
de mariage : Reine L e |
' i l ' e n l f a l s , 100 gr. pour l e i oûneaux.
Cinquantenaires : 200, 300 et 400
Bris, couturière nu bourg, et Jeanfrancs.
Écrire A l'Office
du Riz,
Trentenaires : 150, 300 et 400 fr. René Brivoa!, sabotier, d o m i c i l i é à|
62. Rue de Richelieu. Paris (2*f
Ploncvez-du-Faou.
T e m p o r a i r e s : 50, 100 et 300 fr.
Décès:
Glémarec,
mort-né,
au|
U N GROS L O T . — Mme veuve I bourg.
Tanguy,
marchande
foraine
an
RIEC-SUR-BELON
QUI LLIGOM ARCH
b o u r « d'Arzano,
recevait,
l'autre
CONSEIL
M U N I C I P A L . — Le ConE T A T P A R O I S S I A L . — Baptêmes :\
jour, la visite de M. Jan, directeur
Goulian. seil municipal s'est réuni à la maide la banque Loyer, à Quimperlé. Armel-Joseph-Pie; re-Marie
Eugène
Guvonvarc'h,
„„„„„„v . u w v u . ^ » , , 1I ' ; 0 ' & samed;i.26 Novembre en sesM. Jan était porteur d'une bonne, Trnoulé„ ;,
très
bonne
nouvelle ;
il
venait bourg ; Jeamu-Louise-Marie-Eugénie h i o n ordinaire, sous la présidence de
l-rançois Cadoret, depute-maire.
annoncer à Mme Tanguy
qu'elle Stanguennec, beurg ; Félix-Lucienavait gagné un lot de 500.000 francs Marie Gloanec, kerguillerm ; Moni-1 „ „ E t i u e , n présents 18 conseillers sur
au tirage du Crédit National.
que-Anne-Marie Le Corre, Muriaou ; " 2 e x e r c i c e
.
,
M < A. Rioual
.Denise-Marie-Mathurino Auffret. Kera été désigne comC A R N E T ROSE,
Nous avons riot-Neué; Odile-Yvonne Le S t e B , T y - | m e secrétaire de séance,
appris avec plaisir l'heureuse naiis-|.\leur.
I
Construction
du chemin
de Kersance du petit François, fils de Minci
Mariaacs : Joseph P e n d d i a u et I fl'e!le' — L e Conseil charge sa cotnet d e M. I^e Bec François, notaire à| .'eanne-Louise C ilvar ; JCan-Fran-lniuslon des routes d e se rendre sur
Arzano.
çois-Mathurin
Hervet
et
Marie-[place pour étudier et fixer, d'accord
Nos
félicitations
aux
heureux | Yvonne Gandin ; Jean-Marie M e n t e c l a v e c les intéressés, 5e tracé déflniparents et nos meilleurs vœux poul- et Elise L e TheufT.
Itif du chemin en vile de sa construcie petit François.
Décès : Marie-Jeanne Lucas, 7 5 l ' I o n au cours de l'année 1933.
n s '
'-oni-Graycn ; Y v o n n e André I
Nomination
de délègues. — Son1
PASSAGE DU P E R C E P T E U R . _ 1 ' '
Lundi prochain 12 Décenibrce' le r ' ( J n n s ' T.v-t'l»* ; Ollivier Follic, 331 nommés délégués pour la revision de
unir e : , n s ' , > o l , r a • Marie-Anne Juguet, 60 la liste électorale, en 1933: MM.
percepteur se tiendra, à Ja mair
nt£ a n s ' K t ' r v i , u ' L
I Joseph Le Gal'l, à Ivertallic ; Emile
d'Arzano, à la disposition des iintéHuon, à 'la Croix de Mission, et
ressés.
MELQVEN
Pierre Corn ou,
à Kerlipp.
E T A T - C I V I L du mois de NovemDésit/nation
de
commissaires
ré...
v
, . I E T A T - C I V I L DU MOIS DE NO-.
— Le Conseiil propose
bre. - Naissances.
—
Vlncent-Jo-1VEMBRE. Naissances . Jcnnnine partiteurs.
scph-Marie Courtet, n kerhouarnel • 1 •e Guidant, au bourg ; Monique Olli- pour remplir les fonctions d e comSuzanne-Marie-Yvonne
Beutet,
a vier, à Pont-Laouë ; linguette Le missaires répartiteurs en 1933 : MM.
Kcrganivct: Jean-René Picard, au Baccon, à Parc-Lijour ; Yvette Fa'l- Jean Bourhis, à Penrun, en Riec ;
Bourg;
Germaine-Françoise-Hélène cher,
à Croix-Kerfrancès ;
René Louis Thiec, à Coat-Pin ; P i e r r e
Calvar,
à
Saint-Laurent;
Emile- Herpe, au bourg ; René Le Gac, à Quentel, à Kergoal ; Yves Péron, à
Etienne Daniel, ft Branderien ; Fran- Pepnerch-Huel ; .lean Bauguion, au Kergloudonen ; Benjamin Cadoret
çois-.lean Le Bec, au Bourg; Lucien- Poteau-Vert • Louis I e Dez à K era m" a 11 b o u r f ï ; J e a n Hu <>n, à Kéramol-
RIZ
baille ^rès haut ; bien ramenée par
Pochon, notre extrême la passe à Le
Goff qui l'expédie au fond des filets.
Les Chasseurs mènent donc par
buts à 1 au repos.
En deuxième mi-temps, l'Etoile
obtient un deuxième point 5 minutes
près: la reprise par l'intermédiaire
de Coryton.
Mais ce n'est que feu de paille, le
brio de notre défense brisera les
timides échappées adverses. A 30
mètres, Jean Le Roux e x p é d i e un
bolide qui retombe devant le but ;
Cougard a suivi et, prenant la balle
iu rebond, envoie de la tête dans les
filets.
El voici la plus jolie phase d e
eu : le jeune Pochon, évitant adroitement les demis, les deux arrières,
botte d e biais entre le gcal et le
poteau.
Chasseurs, 5 ; Rosporden, 2.
La série continue. Sur corner contre les visiteurs, Coliu reprend de
olée et shoote au but ; un arrière
fait dévier, mais marque contre son
camp. Et pour terminer la collection.
Pierrot Bihan mettra lui aussi un
but à son actif. La fin est « i f f l é e aussitôt, consacrant la victoire des Chaseurs.
A. S. R O S P O R D I N O I S E E T U. S.
Q U I M P E R L O I S E , 0 à 0. — Quimperlé engage et vient menacer Geor" ' } , Rosporden est nettement do»
miné pendant le premier
quart
'heure. Les locaux pratiquent par
échappées et peu à peu le jeu devient égal ; ils remontent progressivement et le petit GuilloU doit se
mettre à l'œuvre. Les tentatives plu»
ombreuses du côté local restent
sans résultat. A noter les occasions
manquées par Gourmelen et qui semblaient des buts acquis. L é repos
survient sur un score vierge.
A la reprise, la lutte serrée du
premier time reprend avec plus d'ardeur ; on sent le désir de vaincre
des deux équipes et par moment le
jeu est même dur ; ajoutez à cela les
décisions contestées de l'arbitre et
les manifestations bruyantes de la
galerie.
Trente minutes durant, les locaux
Dressent presque constamment les
sois quimperlois où Guillou sauve
maintes et maintes situations difficiles. Sur la fin, les blancs reprennent la direction du jeu et à plusieurs reprises menacent sérieusement les bois locaux sans pouvoir
marquer. La fin est sifflée sur le
score nul.
PLOUGUERNEAU
UN PECHEUR .MEURT DE FROID.
Mercredi, à 19 heures, M. Gabriel
Laurans, pêcheur ;'i Beg-ar-Roz, est
mort sur son bateau, d'une congestion causée par le f r o i d .
Il laisse trois enfants en bas âge,
dans l e plus complet dénuement.
LE RELEC-KERHUON
Edouard MONNIER
18, place Saint-Michel, QUIMPERLÉ -
TOUS TRANSPORTS et
Mme I S N A R D A É T É ASSASSINÉE
DANS SA V I L L A . — Mine Isnard,
par Camions
euve de l'ancien député de Brest,
été trouvée ligotée et assommée
j
usqu'à 2
dans sa villa de Kerhuon.
L'assassinat, qui aurait eu lc vol
pour mobile, à élé perpétré vendredi 23 Novembre.
tète, puis un corps sortir de sous
L'assassin a été découvert et a
son lit.
passé des aveux. Il s'agit d'un jeune
Sautant à bas, gagnant la porte,
"îonnne de 19 ans, Jean-Julien BaranMme Bivallan se mit à crier au seer, né à Kerhuon en 1913.
cours ; mais l'intrus prit ses jambes
à son cou, sauta dans la rue et disparut sans qu'il ait été reconnu.
La gendarmerie enquête.
Autour du Département
HENNEBONT
CACHÉ SOL"S L E L I T . — Mme1
Rivallan, débitante à la gare, dormait profondément quand, vers dix
heures du soir, elle fut réveillée par
Un bruit inexplicable. Alors qu'elle
faisait craquer une allumette, elle
vit, l'on pense avec quel effroi, une
E T A T - C I V I L . — Naissance:
Annick L e Calvic, à Kergroix.
Promesse
de mariage : Jean Rio,
cuisinier, rue Vieille-Ville, 28, et
i v a n c i n e Coatmen, s. p., rue Carnot,
82, à Lorient.
Décès : Marie Giberay, ménagère,
X0 ans, à l'Hospice ; Joseph Jaffré,
époux d e Marie Le Hen, étameur, 61
ans, aux Forges de Kerglav (transcription).
CARHAIX
T
«.i.i9
DÉnEIQEIITS
et T r a c t e u r s
2
tonnes
Scrignac, était allée à Paris, il y a
8 ans, et s'employa comme cuisinière
à Auteuil.
Elle avait fait la connaissance
d'un garçon boucher, Robert Haudrechy, qui Vécut par là suite à ses
crochets.
Celui-ci s'étant mis à sa boire,
maltraita la jeune fille, qui se décida
au début du mois dernier à mettre
un terme à cette odieuse liaison.
Jeudi, comme elle se rendait au
marché de la rue d'Auteuil, Joséphine Cam se trouva en présence de
Robert Haudrechy, qui, sans e m p l o i
et sans ressources, la pressa de reprendre la vie commune.
Sur son refus, il lui tira cinq balles de revolver qui l'atteignirent au
dos et au bras gauche.
Joséphine Cam a été transportée
dans une clinique, dans un état
grave.
A
u n é t a l o n 3 ans, trait
breton, 1® 60, reconnu
N O T R E CINÉ P A R L A N T . — Cette chemins vicinaux de Treuscoat et pour la monte, inscrit au Stud-Book.
S'ad resser à Louis PENSEC, à Kermiemaine, « Notre Ciné » nous pré- rie K'erviniou. Les dits projets éva-
lués à 28.500 francs pour le chemin gnet, en Moëlan.
lu Treuscoat et à 32.000 francs pour
lé chemin de Kerviniou. La part de
la commune est de 15 % , soit 9.075
francs, qui sera couverte au moyen
d'un emprunt a contracter à la
Caisse des dépôts et consignations.
Agrandissement
du cimetière.
—
HENNEBONT. — Seigle, 70-72; sari.c Conseil municipal décide de con- rasin, 76-80; avoine, 72-76, le tout au
tracter auprès de la Caisse des quintal.
; José Le Roux,"au Grand- Jean
» « J Dervout, ù Sainte-Marguerite
*
Joséphine Le Diot, à Fetaniou; R o - II |!><>ou-Créis
j0js
;;
Beurre au détail, 16-17 le kilo; œufs,
dépôts et consignations un emprunt
bert-Jean Mestour à Guernevé-GuilMaria,,e : Jean Cotten, d e Renan Vves Guyonvach, à Bourg-Neuf, en
de 29.000 francs pour couvrir la 9-9.50 les 13; poules, 30-40 la couple;
i g o m a r c h ; A n d r é - J o s e p h - M a r i e »..ip, en Kernével, et Désirée Lan- Quimperlé ; Yves Canévet, à Pontpoulets,
18-25 la couple; camrrds, 10-22
-art de lia commune dans la dépense
Aven.
la pièce; lapins, 10-30 la pièce.
do l'agrandissement du cimetière.
d Vr
i• Kc7Uxn- •
v
, c i o n - '' Penhoat-Câsol!, en Melgven.
Pommes de terre, 40-45 le quintal.
Piibhcattons
de maria,,e. _ Néant.
$ ans
D é c è s . Philoinène Houtcl
Vente du timbre
antituberculeux.
Concessions. — Les prix des conPONT-AVEN (foire da jeudi 1 " DéLe Conseil, sur la proposition de
cessions établis p:'r délibération du
ter-ToïSoseph
Hirgair,
ï «e- vRoi,
e t (transcrip
cembre). — Œufs, la douzaine, 8 fr.;
tion) ; Marguerite L
82 ans,'s. | s o n président, d e t i d e de constituer
10 Juillet 1921 soi.t ainsi fixés :
beurre doux, la livre, 6 fr.; beurre salé,
8CAER
p., veuve Quentel, à la Trinité.
Iainsi qu'il suit'le comité d e vente du
A 80 francs le mètre carré pour 7.50; poulets jeunes, la livre, 4 fr.; pouI timbre dans la commune.
les
concessions
à
perpétuité.
lets vieux, 3 f r . ; lièvre, la livre, 4 f r . ;
G O U R N E R I E N - SKAER (2) B A T
MELLAO
| MM. François Cadoret, députéA 60 francs le mètre carré nour lapin, 3 f r . ; perdrix, Ja pièce, 7 f r . ;
E. S. E L L I A N T A I S E (1) P A R 6 BUTS
: concessions
naire, président ; V. Quémar, F.
pigeon
ramier, 5 fr.; porc, 'la livre, 3.25;
les
trentenaires.
1. — La première mi-temps est
A 40 francs 'le mètre carré pour porcelets, la couple, 420 à 520 fr.; veau,
assez égale et le repos est atteint
les concessions temporaires de 15 la livre, 2.25.
sur le score d e 1 à 1.
ans.
QUIMPER, 3 Décembre. — Beurre de
La seconde mi-temps est netteRévision
de la liste électorale.
— table, la livre, 9; de cuisine, 8; œufs,
ment en faveur des locaux qui ajoula
douzaine, 8 à 8.50; poulets jeunes, la
M. Victor Le Guern, adjoint-maire,
tent cinq autres buts au tableau.
couple, 24 à 26; poulets vieux, 36 à 40;
du terrain
Bescond.
Dans la matinée, renouvellement | Alignement
est
délégué
pour
la
revision
de
-la
Elliant possède une équipe jeune
lapins pièce, 15 à 20.
liste électorale, et MM. I>e Mao et
nt inter ct très vite. A citer particulièrement
Choux-fleurs, la tête, 1.50 à 3; pomlacq pour le jugement des réclama- mes de terre, les 50 kilos, les jaunes,
Bescond le go»l, les deux arrières et l e demi
tions.
rectifl- centre.
15 à 16; les saucisses, 20 à 22.
Répartiteurs.
— Une liste de vingt
évoquant l'histoire si simple
Blé noir, les 50 kilos, 43 à 45; seigle,
Du côté scaërois, on cherche toupropriétaires fonciers est proposée 46 à 48; avoine, 36 à 38.
pure, si -émouvante de sa courte vie
jours
la
îigne
d'avants
qui
saura
Veaux, le kilo, 4.50' à 5 ; moutons,
au choix de l'administration pour
, M - P é r ? n - a ry-Bodel. l e cZoMSoil charge l'ingénieur du employer les belles occasions fourjusqu'à la sublime sérénité de sa 'a .
remplir, en 1933, les fonctions de 4.75 à 5; porcs, 6.50 à 7.
A 1 issue du banquet, grand match Service vicinal de dresser, avec le nies par une excellente Signe de
mort.
b o u l e s et (lc (Iu,llesrépartiteurs titula ; res et répartiteurs
CARHAIX, 3 Décembre. — On cote
concours de MM. V. Quémar et L e demis ; la défense est bien au point
La prise dn. voile, les sœurs du I
LE CHOMAGE. — Une recrudes- suppléants des contributions direc- aux 100 kilos blé, 95 à 100; farine, 160
Carmel, l'entrevue avec lc Pape, la
NEVEZ
| Mec, membres du Conseiil municipal, et possède en Huiban un arrière de
à
165; seigle, 70; sarrazin, 75; avoine,
cence
de
chômage
a
été
remarquée
tes.
mort de la sainte sont des tableaux
Ile plan de la rectification à faire, en tout premier plan.
ette semaine à Carhaix. T r o i s entreNomination
d'un cantonnier
corfi- 75; orge, 72; son, 50; paille, 130; foin;
composés avec autant d'art que de
COUPS E T BLESSURES. —• Mme v u c (lt> connaître la superficie de terL'équipe seconde a nettement batprises de bâtiments ont effectué des nrnnal. — M. Jean Fléjou, 28 ans, 240.
lact et d e goût.
Lancien, du village de Kervaillet, c n l l a i n <l«e la commune d e v r a acquérir tu
l'équipe
correspondante
des
Veaux, très rares, vendus de 2.50 à 3
licenciements d e personnel. De nom- demeurant au lieu de Kermarguerite.
Névez, s'étant rendue chez sa v o i - | J e M - Bescond pour dégager l'angle
Mélénicks » par G buts à 1.
breux pères d e l'amlille &e trouvent pensionné de guerre, proposé par la la livre, sur pied; porcs gras en nombre
A R R E S T A T I O N . — La gendarme' sine et belle-sœur, Mme Philippon c t redresser la route de Penmor.
restreint, vendus, 3.25 et 3.50 le choix, 1«
ainsi sans ressources en ce moment Cemuniission départementale des em- livre, sur pied.
rie de Bannaiec a arrêté, près d e i <iit
...,„:.. été frappée
r,.....„a,, sans
„ „ , _ ,„.,,.,„.„,
0jt
avoir
provoca-l
Expropriation
du terrain
Comou.
TREQUNC
où l'hiver commence à nous faire plois réservés, est nomme canton"¿°Ue?ci
Poulpry, en Bannaiec. le sieur K a y
,,''
.
,ls
ffiXLîm.l
Porcelets, amenés 200, vendus 150, de
• J-4! jury d'expropriation désigné
l k
cclk"cl
mond Duvall, 27 ans plus
DE T R O P B O U I L L A N T S JEUNES sentir ses rigueurs. Les pouvoirs nier communal chargé de l'entretien 180 à 250, pour porcelets de 6 à 10 separ le tribuna'l civil de Quimperlé.
publics seront forcé-ment amenés
maines, 300 ct 350, les porcs de 3 mois.
sous le sobriquet de « I^i Souris » , ' - des. chemins vicinaux et ruraux.
D'après ces derniers,-il y eut une I ayant fixé à 7.500 francs l'indem- GENS. — M. Louis Le Bourhis, pro s'occuper de la question d'ici peu.
qui faisait l'cbjet d'un Mvandat d'arRèglement de la distribution
d'eau Grosse demande sur les porcs ct cours
mèlée. Chacune des parties a produit Inité ù payer à M. Cornou pour le priétaire de l'Odet-Palace, de Quimtrès
ferme.
rêt de M. le Juge d'Instruction de
— M. le Maire propose au Conseil
des certificats de visite médicale.
I terrain nécessaire au dégagement du per, donnait tout récemment une
Beurres: 12.50 en gros, le kilo, 14.50
E L E C T I O N DE L A ROSIÈRE. — municipal un projet d'arrêté muniQuimper, pour escroqueries et vols.
séance
de
cinéma
dans
'la
salle
DrouUne enquête es! ouverte.
I chemin V. ()., n° 43, dans la partie
au détail; œufs, 7 fr. la douzaine; bé€ La Souris » a été transféré à
.ïlazet, au bourg. Une nombreuse Lc 4 Décembre, à 11 heures, s'est cipal relatif à la distribution d'eau casse, 13 à 15 fr. la pièce. Marché peu
l o n K t ' a » t sa propriété, au bourg ;
éuni à la salle de la mairie le jury potable par les bornes-fontaines étaQuimper et écroué.
I v KPM\tP k o b t e
T on VT
assistance s'y pressait. Tout à coup
approvisionné, mais avec transactions
i.A 1 U1.ML l'ORr-fc. — L e ¿9 N o - I
Le Con.seH considérant que cette surgit
dans
d'établissement,
une de famille, sous la présidence d e blies en ville. La teneur du projet actives.
;
vembre, M. François Marrec, 26 ans, indemnité, bien que dépassant l ' o f f r e bande d'une dizaine d e jeunes gens M. J.-M. Bescond, en vue de procéd'arrêté est approuvée.
cultivateur a Kermen, en Nevez, |dc la commune, est raisonnable Agés, pour la plupart, de 21 ans, qui der à la nomination de la rosière,
Tuerie particulière.
- - Avis favoallait quérir une brouette d'herbe accepte la décision du jury d'expro- se unirent à boycotter la séance, suivant les dispositions testamtntai
rable a été donnée à la demande
dans son champ.
priatlon- e r soMrcitc une subvention
arrachant des mains des employés es de M. Gaspard Mauviel.
REMERCIEMENTS
présentée p a r M. Pierre Jeffroy,
II emprunta un chemin passant M , , .département pour aider au paiede M. Le Bourhis, les prospectusEtaient présents : MM. Bescond, Le marchand de porcs à la gare de
sur un terrain appartenant à M m e I m e n t de l'indemnité.
BOIH!R,XHI-I»A.»,QU®THlR.IH:
programmes, les menaçant en outre Hénaff, de Léséleuc, Rouillard, Le Châteauneuf, tendant à obtenir l'auPLOARÉ. — M. et Mme Yves G u i U a dr0it
(,C
Syndicat
d'électrification
rurale
?àssacrè Ct SUr 'eqUCl
de leur faire un mauvais parti.
Troadec, Yves Guéguen, L e Menn.
BANNALEC — m 18
torisation d'établir aux dépendances der, MM. Hervé et Henri Ouyader, H.
M. le Président a déclaré la de sa demeure une tuerie particu- et Mme Kerrut et leurs enfants, U n e
Avant de pénétrer dans la salle
achète en permanence toutes quantité* de
Drouglazet, les mauvais garnements séance ouverte et après avoir re- lière de porcs destinés à être exclu- veuve Gucl-lec ct ses enfants rt toute
oit
s'emnn'r'' t
^
^
C
o
n
s
e
ï
ï
d
e
s
e
s
frmîn-1 M T i L
rôin» m « m ,ïï
dernières d é m a r d i e s avaient eu soin de dérober, dans la cueilli les votes, dont le nombre, est sivement expédiés par chemins de la famille remercient les personnes qui
frappa M. Marrec. Celui-ci se lit de- a u p r è s
^ ^
la
L c
ont assiste aux obsèques de
de 7, a déclaré le scrutin clos.
fer.
livrer un certificat médical par le| C btcnIr une solution définitive de cour, la courroie de l'automobile d e
A TRÈS BONS PRIX
Etaient
sur les rangs : Mlles
M.
Le
Bourhis,
qui
s'y
trouvait
garée
Madamo
&VYADER
Il est entendu que cette tuerie sera
docteur Affichard et alla porter U n i q u e s points litigieux d u cahier
Henriette Marc, Marie Le Guen, soumise à Inspection du vétérinairenée MARIA CABON
plainte.
.
. des charges syndical. Il fait connal- 11 a fallu l'intervention énergique d e
F f i i n l t i r u pour E n t r e p r n e v s it EMnistes
M. Drouglazet et des employés de M. Jeanne Baniel. Mlle Henriette Marc inspecteur. et que M. J e f f r o y devra leur mère, sœur et parente, ainsi que
Mme Richard avoue, mais prétend t r e
d'une dernière L e Bourhis, pour mettre fl'n à la
hl
5Ulte
obtenu 3 voix contre 2 à chacune acquitter 'la taxe d'abattage' établie toutes les personnes qui leur ont téq u e l l e ne lit que se défendre, ayant réunion tenue à Quimper et à la- scène.
de ses concurrentes et a été procla- en cette commune.
moigné dè la sympathie «o- cette dou„
..
<1 .-«borti reçu des coups de poing à cu,cl!v assistaient MM. Le GolT, maire
mée rosière pour 1933.
loureuse circonstance.
Distribution
de
télégrammes.
—
F L E U R DE G E N E T (1)
LE
TREVOUX
..
l'a
figure.
' '
de Mo S a n . Le Maout, maire de CloM
Vœu-.
—
L
e
Conseil
municipal
saisi
R E E N N E (1), 0 à 0. — En première
PUWT-flVE»
p.'irs-Carnoët
Capitaine,
conseiller
T O U R - D ' A U V E R G N E DE
CARd e réclamations des haUitants du
LES C O Q U E L I C O T S (1) B A T T E N T
mi-temps, le jeu fut assez ouvert,
1 arronnissemem, m.
— Nous
appre- H'arrondissehicht,
M. ill'Ingénieur
en U. S. M E L G V I N N O I S E (1) P A R 2 H A I X BAT U. S. P E L E M O I S E P A R quartier de la Gare au sujet de la
innis inmfliï ri.. >,»11« f,.,.tnr,
i,.J I DÉCORATIONS.
DECUHATIU.NS. —
-Nous appre-1
ingénieur en
BUTS
A
0.
—
Les
visiteurs
domidistribution des télégrammes que
deux C e s Vévertuant ù chercher n o n s avec plaisir que le ministre de chef des Ponts-et-Chaussées, assisté BUTS A 0. — Sur une descente de
nent quelque peu au début de la parla maroue à tout Drix
es eiror s 1 " I>éfense du Royaume de-Belgique de M. Hémar, ingénieur ordinaire l'extrême-gauche, l e » locaux ouvrent tie, mais ne réussissent pas à forcer ''administration des Postes ct Télévient de faire parvenir à MM. Jean M- l'Ingénieur en chef du génie rural, le score par le centre-avant. Le Trégrammes fait payer comme comporla défense carhaisienne en bonne
tant une distance et par exprès ;
voux prend la diredtion du jeu ct sur
forme. La T . A. réagit et marque un
une descente bien combinée de ses
Considérant que le quartier de la
point avant le repos. La seconde juliavants, marque un second but.
teimips fut entièrement à l'avantage Gare, comme celui nie Kerarthur, est
dans l'agglomération
et
La mi-temps est sifflée sur lc score des locaux. Ils réussissent seulement compris
de 2 à 0 en faveur des Coquelicots un second but et la fin est -sifflée sur inciennement dans l'octroi ;
plusie
eurent lieu sur ce point du front de a signé avec la Société Le Bon les
La deuxième partie est plus ani- le score de di-ux à 0 en faveur d e
Emet Je vœu que les télégrammes
Déplacements des organes
tout faits.
entre le l" r et le 31 Octobre divers contrats sanctionnant 1 ac- mée et toute à l'avantage des visi Carhaix. La défense carhaisienne a soient distribués gratuitement pai
La seconde partie du jeu se dé-1 i?}î?rre,
lj)14_
I c o r d intervenu et que les travaux leurs qui bombardent copieusement
vraiment fourni du jcli jeu, en par- ¡'administration -dans les d i v e r s quarroula entièrement dans le camp al
Quinze années de succès, les milSincères félicitations.
I d'électrification des trois coinrmunes es bois locaux, sans pouvoir tronv ticulier Huitorel qui fut lc meilleur tiers formant l'agglomération de la
réen et à part quelques dégagements
liers d'attestations obtenues et déjà
syndicat vont
en touche, le jeu ne dépassa guère l e i
I)E P O U L E T S . M. J.-M.i duEclaira,,c
public.enfin
- commencer.
Le Conseil per cependant la vigilance du syim homme sur île terrain, et A. Thépault, ville de Châteauneuf.
VOL
¡»éthique Guste qui défend son terri La ligne d'avants doit pouvoir mieux
L e Conseil municipal se réunit en- publiées, les certificats du corps "ménë V ' ^ n ,
43 ans, cultivateur à la „ é e i d é ' ï e renioicH- l'échUrage pu' ¡.'«ire avec 'brio.
suite en comité secret pour statuer dical, prouvent que :
faire.
sur les diverses demandes d'assisLa Méthode LEROY
a van tace t e r r e o r i a l
k " " l u p i n i n i , M a c V a , UX , P o r c S ' '' , 1 > « n t " A 1 v « ' V " b 1 i c d a » s 1 c ' I ^ r t i e r de Penmor par
En lever de rideau, T U . S. P. ( I I ) tance.
r»îi 1 i\ rV.nîririin
w'iii h t il0,'lù
P l i , i n t c P 0 1 " ' v o 1 d e volailles ; l'aménagement d'une nouvelle .lampe
par son traitement rationnel, sans
disposa facilement d e la T . A. ( I I ) qui
ra
r confinant
r
^ ^ ' " .dans
n n ' ^une le préjudice causé serait de 250 f r . L e a n ^ f o u r d u . c h e m i n conduisant
opération, sans arrêt de travail, asles Alréensî se
fournit une pauvre partie.
E T A T C I V I L . — Naissances : MauM. Lancicn accuse énergiqucmcnt h Kerlipp, près de la borne-fontaine
sure le maximum de garanti dans
défense acharnée, jouant à quatre "
rice
Citharel,
de
Kerarthur;
Laurent
son ancien propriétaire. Ce dernier,I
Conseil se réunit ensuite en
DERNIERES
C A R T O U C H E S (1) Déniel, Bizernic ; Boger Bourlès, de
cinq arrières, ceci ajouté à la mau interrogé, nie être l'auteur de ce lar- comité secret pour l'examen def
L Â
G U É R I S O N
E T JEUNES DE SAINT-MARC (1), Lanneur ; Joséphine Nédélec,
vaisc exhibition ct à la malchance ' c i n .
de
BREST
Idemandes d'assistance et de secours
à 4. — A la mi-temps, les Carliai- Kernolen ; André L e Cloître, du .irogressive et radicale, au bout de
de la ligne d'avants locale, on s'exLa gendarmerie enquête.
|
UN O U V R I E R M E U R T , LES JAM siens mènent par 3 à 0. A la reprise,
quelques mois, de ces directions graplique ce résultat.
K
1
Craun ; ; Marie Le Berre, de Lijégu.
UN M E R L E BAGUlï. — Un jeune BES BROYÉES P A R UN T R A I N . —
ves et trop souvent mortelles.
les visiteurs remontent le score,
En somme, résultat très heureux
FLEUR
D'AJONC
DE
P O N T - homme du bourg de Riec, M. Ker- Après avoir terminé son service de
Mariages : Laurent Dantec, cultipuis, après avoir égalisé, mènent par
pour Auray qui s'en tire avec bon A V E N B A T U. S. GL'fiMÉNOISE P A R L-oat .1., chassant ces temps dernier!
En v o i c i quelques preuves :
vateur
à
Châteauneuf,
et
Anna
heur. Sa défense fut seule sur le ter- 4 A 0. — Les meilleurs ont gagné. l s u r | c territoire de la commune nuit sur un remorqueur, un ouvrier 4 à 3, cinq minutes avant la lin.
M. HÉROS Georges, gendarmerie, à
laotien,
de
Châteauneuf
;
Yves
Fade l'entreprise Limousin, M. GuilQuelques instants avant la lin, CarPloërmel.
laume Kermaïdic, 35 ans, regagnait haix égalise. Bon arbitrage de M. Le- yennec, de Pleybcn, et Marie Ber- M. BROUSTAL Joseph, à Kermagou, en
nard, de Châteauneuf ; Hervé Guyoson domicile il Saint-Pierrc-Quilbl bcscond, de Ploujean.
Langonnct.
piarch, de Plonévez-du-Faou, et Ma- M. ORHAN, F., à St-Eticnne. en Guer.
gnon, mercredi matin, vers 8 heures
partie
rie Chevance, de Craz ; Louis Per- M. RUBEAUX Louis, à la Touche, SatntIl eut l'imprudence de passer trop
qu'ils
avaient le
CHATEAUNEUF-DU-FAOU
handicap
d ' u n | l o u t c l ' é q u i p e e s t à f é l i c i t e r . U n e | n i a 89.2G6 » .
rien, de Saint-Thois, et Marie GaoMartin-sur-Oust .
joueur blessé.
mention
spéciale
pourtant
pourl
ô c même jeune homme tua en près de la ligne du Decauville, cm
M. BOURGLAN, à Keryado.
hach, cultivatrice, à Châteauneuf.
A U CONSEIL M U N I C I P A L . — Le
L'équipe de demis fut maltresse 'avant-centre, qui distribua admira- Septembre 1930 un bec-croisé por ployée aux travaux de la Pointe
Décès : Marc L e Moigne, place Mme MORVAN, à St-Nicolas-des-Eaux.
Accroché par la locomotive, le Conseil municipal s'est réuni en ses
du terrain ct a droit à toutes les fé- hiement l o jeu.
Itant une bague avec cette inscrip
M. EGOUNA, à Kernec, «n Languidk.
aux Chevaux, 58 ans; Marie L e Moal, M. RIOU, à Kerhan, en Esquibien.
malheureux
fut
renversé
et
traîné
sion
ordinaire
le
dimanche
27
No
licitations ; son ardeur ne fut pas
Les Guéménois firent mieux qUe d e |tion : « Univ. Bclogna Italy 9.819 »
sur une certaine longueur. Quand on vembre, à 9 h. 30, so.us la présidence Pennaprat, 54 ans ; Marie Guéguen, M. BOSSER, à Lorient.
r é c o m p e n s é e ; la défense n'eut rien | s c défendre. Ils eurent des descende là ville, 54 ans ; Marie-Anne Hé- M. LE MOULEC, à Lorient.
le dégagea, il avait eu les deux jam de M. Paul Bernard, maire.
d e s et surent ti
ROSPORDEN
Ii faire en seconde mi-temps. La ligne | ( t . s dangereuses
trouver
bes affreusement broyées.
Avant d'aborder les questions ' ù rnéry, de la ville, 71 ans ; Joseph
I <leux fois le chumin des filets.
Aussi, toute personne soucieuse de
d'avants fut le point faible.
CHASSEURS DE G O U R I N (1) BAT
Transporté d'urgence il l'hospice l'ordre du jour M. Le Guern, con- ^liry, de la ville, 36 ans.
L'arbitrage de M. Mottais fut imsa santé ne doit rien entreprendre
R
E
D
E
N
E
I
T
E
N
T
E.
S.
ROSPOBDINOISE
(1)
civil,
il
y
est
mort
vers
midi.
seiller
général,
fail
part
à
l'assemsans avoir pris conseils de M. L E peccable ct clairvoyant.
P A R 7 A 2. — Les « d a m i e r s » gou
HUELGOAT
blée <les décisions de il a dernière
ROY, le seul spécialiste habitant la
DAOULAS
A C C I D E N T DE L A ROUTE. — I r i n o i s
ont
infligé
dimanche
au
séance de la Commission départeE T A T - C I V I L DU MOIS DE NOrégion ot appliquant lui-même sa
STATIONNEMENT INTEIIDIT.
Mardi
(i
Décembre,
vers
12
h.
30,
p a l r o de Rosporden u n e c u i s a n t e
mentale, qui a approuvé la reeon
VEMBRE. —
Naissances : Eliane
NOYADE
ACCIDENTELLE.
A la suite d'une réclamation d'un méthode, qui recevra gratuitement,
iSitullic, Kerscouarnec ; François L e | s l „ .
route qui conduit de Quini- d é f a i t e .
Lundi dernier, vers 10 heures, M, naissance des trois chemins ruraux riverain, M. le Maire de Huelgcat a de 9 heures à 3 heures a :
Reste, Stang-Gac ; Christophe Robin, perlé à llennebont, au lieu dénumLes Chasseurs débutent contre 1 Jean L e Brun, 4(i ans, meunier au de Kernont. Coatibilic et Kerizaouen, décidé de remettre en vigueur un
V A N N E S , tous les samedis en son
Kcrzudal ; Jean Naour, b o u r g ; M a r - L i é Kernaret, en Hédéné, une colli- pente, le. soleil.dans les yeux. Une village de Guernahoadic, en Saint et a décidé la mise au programme de
arrêté muicipal interdisant le staCabinet.
cdl
Huon,
Kergonval ;
François L i o n s'est produite entre deux auto-1 main est sifflée contre C o ù r i n ; Mios Urbain, était allé en compagnie de 11132 'des chemins de désenclavement tionnement des voitures les jours d e
PONT-CROIX, 15 Décembre, Hôtel des
Duval, Loge-Bourien ; Lucienne Pc-1 mobiles, celle de Mme Chancefelle-|sec reprend de la tète, Jacq ne peut son fils abattre un arbre en bordun des villages de Stéraon, Treuscoat et foire et de marché sur la route
Voyageurs ;
ilnrnnnc
('.ini'He Sca-|
Sea- Marin, conduite par son fils Albert, et I bloquer, la balle est reprise par d'une rivière située non loin d e son Kerviniou, qui seront ainsi cons- nationale 164 dans la traversée de QUIMPERLÉ; 16 Décembre, Hôtel du
zennec, 1La.. G
a r e n n e ;• Ginette
truits à bref délai.
vinner, Cosquériou Saint-Mathieu ;l l'autre par M. Benoit, voyageur d e l l ' I n t e r gauche qui ouvre ila marque habitation.
Lion d'Or ;
fluolgoat, depuis la poste jusqu'au
Antoinette Le Bail, Pont-Quéréon ;|comincrce ii Coray. Ce dernier étaitI pour Rosporden. L a réplique tarde
M. le Maire donne ensuite connais- lac. Cette mesure s'imposait et la QI'IMPER, 17 Décembre, H. de l'Epéc ;
L e jeune L e Brun's'absenta ensuite
LORIENT.
21 Décembre, H. de Bretagne;
Léa Sellin. La G a r e n n e ; Annickl'bccupé à faire une marche a r r i è r e ! p e u ; dès la remise en jeu, Pochon une dizaine de minutes et quand il sance au Conseil d'une lettre de M. gendarmerie a aujourd'hui prévenu
Jambon, Rumérou.
_
en vue de reprendre la direction île pousse la balle vers les buts, le por revint
il
s'aperçut que son père le docteur Lancicn, sénateur, con- sans sanctions les propriétaires de CONCARNEAU, 23 Décembre, Hôtel de
France.
Mariai,es : Jean Bolou, machiniste. I Quimperlé, lorsque surgit la voiture lier, masqué par un arrière, n'a rien s'était noyé dans 'la rivière. Tous les cernant l'octroi d'une subvention de voitures, mais il sera bon d ' y faire
Un collaborateur de M. Lerov recevra
efforts pour ramener ii la vie le mal 14.000 francs accordée à la commune à'ttention lors des autres foires.
i< Gcntilly. et Marie-Louise Hervet, automobile de Mme Chancerellc.
I v u et c'est l'égalité,
ù:
de Châteauneuf sur le produit des
s. p., ii R é r i d é ; Marcel Boulcngier,
choc fut très violent. NéanLes •événements se précipitent, il heureux furent vains.
FENNEBONT,
15 Décembre, Hôtel de
jeux, pour agrandissement du cimevoyageur, /i Touquet-Paris-Plage, et I moins il n'y a pas à déplorer d'acci- \ a un quart d'heure de jeu ; un ser
M. Le Brun, r é f o r m é de guerre
SCItIQNAO
Bretagne.
Eugénie Ferree, commerçante, au Lient de personnes, seuls les véhlcu-l vice de Cougard à son ex t róme droit 00 Vf, était sujet à d e réquentes tière.
A A U T E U I L , U N BOUCHEB T I B E I EDflV Spécialiste de Paris
b o u r g ; P i e r r e Quentel, cultivateur les ont été endommagés.
Iqui va marquer en coin le second crises épileptiqucs. C'est au ccur
Chemins rurtm.v. — M. le Maire
d'une de celles-ci qu'il tomba dan dépose sur le bureau les dossiers et SUR SON A N C I E N N E AMIE. — Mlle
à 1a Villeneuve du Trévoux, et Fran-I
M" Le Quéré, huissier à QuimperléIbut des « damiers » . Un botté
L C n U I 7,ruedu Mené,VANNES
I rojets relatifs à ¡a construction des Joséphine Cam, 20 ans, originaire de (S'adresser Hôtel MACÊ. — Tél. 1-15.)
t e i s e Guiffant, cultivatrice, à L a n o n ; 1 s été appelé i\ faire le constat.
' B i h a n oblige celui-ci à arrêter 1« la rivière, où il trouva la nnort
ente un programme
particulièrement choisi, comportant un grand
eportage sur la vie des peuplades
des glaces polaires : Nanouk
l'Esquimau et une très amusante comédie :
Nos Maîtres les
domestiques.
Parmi les reportages variés qui
nous ont présenté au cinéma les
divers aspects pittoresques de notre
lobe, Nanouk
l'Esquimau
est l'un
des plus originaux et des plus captiants. Sans rien d'apprêté, sanis
aucun jeu, cette œuvre nous présente
simplement la rude existence des
esquimaux, l'ingéniosité de ces intré1 ides chasseurs de renards blancs et
de phoques, leurs « iglous » , les
ugissantes et glaciales tempêtes qui
les assaillent. Ma;«, tout cela, présente
avec un bon com|mentaire et une
iaptation musicale heureuse, retient
Portement l'attention qu'un critique a pu écrire que « Nanouk est
une des plus belles choses que nous
lyons vues au cinéima » .
Nos Maitres les domestiques
eut
une comédie satirique interprétée
par d'excellents artistes : Baron fils.
Madeleine Guitty et le célèbre Henri
Garat. Très animée, elle contient d e
nombreuses scènes amusantes qui
sont assurées de plaire. En complément, Dessin animé et Actualités
Fathé-Journal.
Foires et marebés de la
AOFFBET-BODALLEG
BOIS SUR PIEDS ET ABATTU
CHUTES DE LA MATRICE
Dans le Département
Pour la NOËL et le JOUR de
l'AN
H
A LA VIEILLE BRETAGNE
:
IS
ng
fi
15
n
A. LE TALLEC
— QUIMPERLÉ
Choix considérable
de
5, Place Hervo
JOUETS
défiant toute
concurrence
A des prix
AUTOS
BICYCLETTES
TROTTINETTES
MECCANOS
TRAINS SUR RAILS
TROUSSES d'ÉGOLIERS
PANIERS A OUVRAGE
SACS A MAIN
PORTEFEUILLES
Cadeaux
de toutes
POUPÉES
FAUTEUILS
VOITURES A CAPOTES
TENNIS de TAULE
DAMIERS
sortes
E N T R É E LIBRE
Etudes de M* FOURNIS, avoué à nance environ 1 hectare, 70 cenQuimperlé, quai Brizcux, n° 6; de tiares.
M* BOT, avoué, à Quimiperlé, rue
MISE A PRIX
50.000 f r .
Savary, n° 20 et de M" TRÊGUIER,
notaire à Querrien.
Celte vente est poursuivie en exécution d'un jugement rendu par le
l'ribunal civil de Qulmipertle, le 3
Octobre 1932 enregistré,
en l'étude et par le ministère
d e M* TRÉGUIER, n o t a i r e à Q u e r r i e n
Lh MERCREDI 28 DÉCEMBRE 1932,
i» 14 heures
en un seul lot
d i e Propriété M e
sise à
KERRANT-PONT-AR-SCLUGE
en la Commune de
QUERRIEN.
MISE A PRIX : 50 000 francs
Désiqnation
des biens ù vendre:
Département du Finistère. — Arr o n d i s s e m e n t <ie Quimper. — Comm u n e de QUERRIEN.
UNE PROPRIÉTÉ RURALE sise à
KEBBANT-PONT-AR-SCLUGE,
com-
prenant:
1° Bâtiments d'exploitation,
cours,
cires ù battre, froslai/es et communs
de la métairie, sous les n u m é r o s 930,
933, 934, 935, 93G et 937 et d r o i t dans
9e p u i t s ;
2" Terres labourables
comprenant
les parcelles cadastrées sous les num é r o s 938, 939, 940, réunies en une
seule parcelle dite Parc-an-Thy, avec
édifices au centre, contenant environ
2 hectares, 22 ares, 20 centiares.
Une parcelle
p o r t a n t le n" 945
dite. Parc-Plaine, c o n t e n a n t environ
93 ares.
3° Les parcelles de terre cadastrées
sous les n u m é r o s 943, 944, 916, 917,
a u j o u r d ' h u i réunies en une seule parcelle dite Guern-Roux, contenant en>iron 2 hectares, 60 c e n t i a r e s ;
4° Lande, dite Roz-Vilin, cadastrée
sous le n u m é r o 1.131, contenant environ 1 hectare, 50 ares, 10 centiares;
5° Prairies.
Les parcelles cadastrées sous les n u m é r o s 948, 1.034 et
-.035, a u j o u r d ' h u i réunies e n une
seule, dite Prat-Cornec d'une conte-
I
A LA REQUÊTE DE :
M. Joseph Guigourez et Mélanie
Allain, son épouse, tous deux cultivateurs, •demeurant à Kervaziou, en
la •communç de Querrien, 'le m a r i
agissant tant en son nom personnel
que pour assister et autoriser son
epouse.
Ayant M" FOURNIS, pour avoué,
avec élection de domicile en son
étude, sise à Quimperlé, 6, quai BriH'UX,
• ET:
Mme Marie - Louise
tuigourc?,
epouse de M. Jean Bioual, agissant
tant en son nom' personnel qu'en sa
qualité de tutrice dative de son mlari, interdit, interné à l'asille d e s aliénés de Vannes, cultivatrice, demeurant ii L'IIle-à-Vcnt, en la c o m m u n e
de Querrien,
Ayant M" BOT pour avoué, avec
élection d e domicile en son étude,
sise ù Quimperlé, 20, r u e Savary.
Outre les clauses et conditions ins é r i e s a u cahier des charges fait
p o u r . p a r v e n i r à la vente et déposé
en l'étude de M" Tréguier, notaire à
Querrien, où toute p e r s o n n e p e u t en
p r e n d r e communication, la p r o p r i é t é
ci-dessus désignée sera vendue en
un seul lot, au plus o f f r a n t et (1er
nier enchérisseur, r n 'l'étude de M
¿réguler, notaire h Querrien, le mercredi 28 Décembre 1932, à 14 heures.
> Pour plus amples renseignements,
s adresser aux avoués ou au notaire.
L'Avoué
poursuivant:
Y-M. FOURNIS.
A v e n d r e à l'amiable
principale
rue,
U N E
QUIMPERLÉ,
M A I S O N
convenant p o u r tout ou commerce.
Jouissance p r o c h a i n e p o u r g r a n d e
partie.
S'adresser
Pierre
PÉRENNÈS,
rue des Boucheries,
Quimper.
Garage du Flamand
• •
9
S
,
i
niiiiiiiiiiiiiiiiiiMiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiitiiiii
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiii
On Brade I
I
liDii'iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniii
Té
S
n
AU
E
I!
¡I
SI
9
a
»
a
o
18
fi
J E SUIS GUÉRI. — C'est l'affirmation de
toutes les personnes atteintes de hernies qui
ont porté le nouvel apoarell sans ressort de
__
le Grand S p é c i a l i s t e de
PARIS. 4 4 , Bd. SÊBASTOPOL
En adoptant ces nouveaux appareils, dont
l'action b l e n f a l u a m e se réalise . B D . g t u e .
sans s o u f f r a n c e s ni I n t e r r u p t i o n de travail,
les b e r n l e e les plus v o l u m l n e n s e a et les
plus r e b e l l e s diminuent Instantanément de
volume et disparaissent peu il peu c o m p l è tement.
•
Devant de tels résultats garantis tonJourspar
écrit, tous ceux atteints de hernie doivent s'adresser sans retard à M G L A S E R qui leurrera
gratuitement l'essai de ses appareils de 9 à 4 b. à
M. GLASER
9
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin
HERNIE
Hennebont,
15 décembre, Hôtel
Bretagne.
Quimperlé, 1G Décembre, Hôtel
Lion d'Or et Voyageurs.
Quimper,
17 Décembre, Hôtel
l'Epée.
Lorient, 18 Décembre, Hôtel
Bretagne.
Près du Pont-Salé •
s
r Vtiryfiii
ISfi
FRANÇAISE
Ê
Prenez la
B
PUliBOR
S
QUIMPERLÉ
B
fi
a
POMMES A COUTEAU
API et mélangées.
S ' a d r e s s e r P i l l e - R o l l a n d , 62, r u e
d u M o r b i h a n , L o r i e n t , ou p a s s a g e
voiture.
PRÊTS
elle est
supérieure
à la meilleure
d e s Marques
Etrangères.
• Près du Pont-Salé
Société d e s E c r é m e u s e s F r a n ç a i s e s
PAX-LABÔR, Cambrai
J•
H
A rendre
avec
BOL i M H t H l
0
9
ISfi
I
«i.
C O R N O U
QUIMPERLÉ
— Tél. 94
• ELECTRICITE - AUTOMOBILE
Accus, Phares, Dynamos, etc...
T. S . F.
- Réparations
POSTE SECTEUR
marche, avec HP électrody- i - i r n t
namique THOMSON
I . / OU TP.
(Diuutratloi gratuit« m demande)
"
T
CoEumerçanU, Indtutrlel«, Afrlcnltsun, ProfriiUlrw, HypothftquM, lUnttMMnenU, Avan«M «ur UtrM «t marchand., Ouverture orMiU,
AmooUUou, MIm «b Société, Employée lntéree.
FONDS de COMMERCE
Jkrlres de fuite : CAISH OtNf RALS
Garage Central
J é r ô m e
Basse-Ville
à
T R É G U I E R
QUIMPERLÉ
Téléphone 3 7
DÉCEMBRE KOIS DES TOUX
DES RHUMES ET DES GRIPPES
Décembre est le mois le plus humide de l'hiver, et comme l'humidité
favorise le développement des microbes, ce mois est celui où les maladies des voies respiratoires sont les
plus nombreuses et les plus redoutables.
LE SIROP CELTIQUE, à base de
plantes lénifiantes et de sel de créosote soluble et sans goût, prévient et
guérit toutes les maladies des voies
respiratoires.
Dès l e s p r e m i è r e s
cuillerées, la toux la plus opiniâtre
se calme, l'irritation de la -gorge ou
du larynx disparait, la fièvre s'apaise, la cicatrisation intérieure se fait
rapidement. C'est le remède souverain de la grippe, le meilleur moyen
de se préserver de la tuberculose.
P r é p a r é à L a n d e r n e a u p a r le Docteur MOREUL, Lauréat de l'Académie
de Médecine et de l'Ecole de P h a r macie, le SIROP CELTIQUE est en
vente dans toutes les p h a r m a c i e s au
prix de 12 f r . le flacon, impôt
compris.
Se méfier des imitations. Bien dem a n d e r le SIROP CELTIQUE, le
remède qui guérit.
1»7,r.Montm«rtr«,FAm» Hépome fritnlWi |
JEUNE FILLE
cherche emploi
— S ' a d r e s s e r au j o u r n a l .
Agence Maritime SALMON Frères
• LOME NT.
—
LIGNES
WOHMS et Cie
¿U LAIT FRANÇAIS
UNE ¿CRÉMEUSE FRANÇAISE
S e r v i c e s r é g u l i e r s e n t r e LORIENT, BORDEAUX, BAYONNE. CAEN, ROUEN, L E HAVRE, BOULOGNE, DUNKERQUE,
B R E S T e t les p o r t s de l ' é t r a n g e r . (Uu d é p a r t t o u s les 14
jours; d a n s c h a q u e s e n s ) .
îit
P o u r i r ê t et r e n s e i g n e m e n t s , s ' a d r e s s é r
MM. SALMON, FRÈRES
A g e n t s Maritimes
4 0 , Quai de Rohan - LORIENT
WORMS & C°
dans t o u s l e s a u t r e s p o r t s
1
AGENTS des COMPAGNIES, des MESSAGERIES MARITIMES
des CHARGEURS RÉUNIS -Bt SUfl-AffcANTIQUE - — •
P o u r c o n s u l t e r les h o r a i r e s d e s l i g n e s d ' O r i e n t , d ' E x t r ê m e - O r i e n t , d e l ' A f r i q u e O c c i d e n t a l e , d u Brésil et de la Plata, a i n s i q u e p o u r r e t e n i r les billets de passages, s ' a d r e s s e r :
4 0 , Quai Rohan,
à l'Agence SALMON FRÈRES <•; •
La
Maison U N I
vient de lancer la SuperEcrémeuse
PERFECTION
à bol
inoxydable
qui est
une merveille,
Elle est bien
supérieure
à la
Concessionnaire exclusif de la grande marque
66
R E N A U L T
»
Venez v o i r & e s s a y e r l e s n o u v e a u x m o d è l e s 1 8 8 3
LA VIYAQUATRE r j E L T Î ! ! ? . p o u : . 5 : 7 . p m o n r : 22.900
LAPRIMAQUATRE
19.500
LA MONAQUATRE
16.800
Apprentissage gratuit
Le gérant : D. PLOUZENNEC.
FEUILLETON DE L' « UNION AGRICOLE »
— Mo.vses vu sursauter,
du vendredi 9 Décembre 1932.
[17] quand il saura où je suis.
-de
FRANÇAIS, achetez FRANÇAIS
n
•
s
fi
de
Voire intérêt et votre devoir vous
commandent d'nclwler une Hcrénieuse
i
»
fi
du
GLASER, 4 4 , Bd Sébastopol - P a r i s
Masion GOLLEIG - LAN DURENs
a
s
Confectoins - Chapeaux o
a
= Ln
i gerei
a
a
s
Pu-O
l ver - Sweaters o
n
s
<lc
CHUTES M A T R I C E et tons
Organes. Varices. Orthopédie
bureau.
!
' i /•
Vente - Echange
10,
. •(.. ,:
• ,
S
0
UN RENSEIGNEMENT NE COUTE PAS. - DEMANDEZ NOS PRIX
V E N T E
par suite de Licitation Judiciaire
• ' <6 i' r,
^
meilleure des Marques
Vente à crédit
Quimper, I m p r i m e r i e Cornouaillaise.
Etrangères.
Baratte« et Malaxeurs
U ,
DUCKÀTEL & C", CilfilU (lori)
fit-elle, iSalou, un v i e i l l a r d , et entre eirx un salut, d'un pardon... Elle révélerait
D'un regard, elle appela les trois tunnel sous-marin et débouchait, par té. Vous avez défendu d ' e n t r e r avant
h o m m e j e u n e , au ¡galbe p u r de Celte, tous ses sous-ordres. Elle accepterait
Elle jouissait de la victoire, é p e r - aux épaules larges, au regard impé- toutes les c o n d i t i o n s . Qu'elle vive, et bandits, les galvanisant pour une su- la faille des rochers d e Creac'h, au- une heure. Ce délai m e suffira.
p i ê m e et folle tentative. Ensemble, dessus de l'Ile d'Epouvante. Il vira
<1 uni en t.
Bonteff se taisait.
rieux. Dans un c o i n , uaie forme hu- c'est assez!
ils s'élancèrent... Avec un hurlement, d a n s la brise et cingla, vent arrière,
Depuis q u e les T r o i s ont déclaMais les caisses h e r m é t i q u e s ne li- m a i n e é t e n d u e . |
ils retombèrent aussitôt: un barrage sur Paris. L'affaire de q u a r a n t e mi- ré —
Pol
Salou
lisait,
sans
¡haine
et
sans
guerre aux Soviets, ils attendent
vraient pas leur secret. Impossible
invisible avait brûlé leurs membres, nutes. Atterrissage très d o u x sur la le lapaiement
Ludmilla
Bjoriûestcin
réalisa
e
n
colère.
Avant
le
d
e
r
n
i
e
r
chef
d'accudes cent dix millions
de songer à les ouvrir, pour l'inset, tranquilles, les juges s'étaient re- toiture plate d ' u n g r a n d magasin. Ar- exigés dès l'abord.
Je les veux surt a n t : rien ù faire dans ce cul-de- un clin d'oeil la s i t u a t i o n . Elle avait sation, 'le président o r d o n n a :
tirés,
les
laissant
seuls
d
a
n
s
l
'
h
o
r
r
e
u
r
m
a
n
q
u
é
Pol
Saloib,
d
a
n
s
sa
hâte
de
rimage d e 'l'appareil aux cheminées, le-champ, plus l'amende p o u r le re— Yvon Polie, découvrez l e casac. De la m a i n , Ludmilla
interrode
la
p
r
i
s
o
n
.
f
r
a
p
p
e
r
;
le
Bret
on
avait
découvert
calage d u plan inférieur... l'hélico- t a r d : au total, cinq cent mlillions, en
davre.
gea les m u r s de p i e r r e s brutes. Pas
Les q u a t r e s e regardaient, bêtes ptère attendra son pilote, face à bank-notes soviétiques.
Pol Salou r e p r i t :
une oscillation, pas un fléchisse- les trois eoiibplice.s i, qui sait c o m m e n t !
par
— ...Ce jour, avoir assassiné d'un fauves prises au piège; prêtes encore l'est, tant qu'il f a u d r a .
ment, pas une ouverture. Ni u n e poi- et le. j u g e m e n t ail ait oonninencer.
Bonteff se demandait quelle halluhaineuses,
cherchant
La voix grave i l u p r é s i d e n t s'éle- coup tle p o i g n a r d le général sovié à m o r d r e ,
— Trois heures au plus! m u r m u r a cination auditive l'affolait. La Voix,
gnée, ni un beuton, ni un piège. El
René CARDALIAGUET
v
a
:
les
autres...
Quart
lequel
tuerait
tique
Bourllsivoff,
ici
détenu.
Hervé,
qui
s'engouffra
par
une
tatoujours le silence frokl, absolu.
presque à t o u c h e r .son visage, se fit
d'heure affolant!
— , ' Ludmilla
Bjornjestein, d i t e
— Bourlissoff! cria-t-elle.
batière usée dans les combles d e plus coupante, Knpérative e t d u r e .
— Je n'ai qu'à rebrousser c h e m i n , Mme Louise L e b l a n c ,
A la quinzième minute, vaincu, l'édifice.
soi-disant
Toute
tendue
par
l'épouvante,
les
— Ouvrez le coffre-fort. Comptez
Une porte de fer lui b a r r a le che- inurmuma la fille infernale.
Quel voyageuse d e la i luiiscn T e n b r o e c k pupilles dilatées, elle s e penchait Polik s'écria:
II avait gardé sur ses vêtements de cinquante d e s liasses d e dix billets
min, sous laquelle une lueur filtrait peut bien être le secret de cette ca- de Bruges et Malin««.
— Eur belefi d'in en han'Douel (1) ville une combinaison d ' a v i a t e u r in- reçus ce matin. Mettez-les sur votre
sur
le
corps
inanimé,
e
n
r
é
p
é
t
a
n
t
:
Ludmilla regarda le pènt-. Simple- verne?
L'atavisme breton (et qui sait visibiliséc. Gants et c h a u s s u r e s invi- bureau.
— Bourlissoff!...
moi, i n t e r r o m p i t l'esm e n t poussé: Ces Bretons, de toute
Quand elle repassa d a n s la salle p i o—n n e C'est
.
— Pour tous ces crimes,
c o n t l grâce à quelles prières!) le ressaisis- sibles dérobaient aux r e g a r d s ses ex— Ah! ricana enfin le Busse... Un
évidence, croyaient leur c a v e r n e éclairée où elle avait tué, le cadavre
— Veuillez d é p o s e r -voire p o i g n a r d nuait Pol Salou, nous r e q u é r o n s sait enfin et balayait les vices et lies trémités. Un pusse-niontagne invisi- gentleman cambrioleur?!
inviolable ! Un sourire de t r i o m p h e avait disparu, le sang était étanché,
crimes. Celui-là, du moins, m o u r r a i t ble enveloppait toute sa tète, ne Haïsc
o
n
t
r
e
Ludmilla
Bjornjestein
la
peine
et
t
o
u
t
e
s
vos
arineM,
quelles
qu'elles
A ces mots, tout le vestiaire inerra sur ses lèvres sensuelles. Avec le sol lave. L'espionne sentit une
pardonné!
sant a p p a r e n t s q u e ses yeux. Une lé- visible d'Hervé t o m b a s u r le p a r q u e t :
(les précautions infinies, cille tourna griffe la saisir au c œ u r . Elle maîtrisa soient, sur l a t a b l e , devant nous. de mort, selon lia c o u t u m e de BreUne
porte
s'ouvrit.
Le
bon
larron
tagne.
gère vaporisation d e gaz spécial combinaison, passe-montagne, gants
la poignée. Le dos tourné h la porte, le t r e m b l e m e n t et, les yeux seule- Vous v o u s r e n d e z ç o m p t e q u e refu— LutlmilTâlIjornjeitetein,
urliti Hjornjeitstein, conclut vit le prêtre qui l'attendait d a n s la suffit à les r e n d r e , eux aiissi, complè- et chaussures. Le jeune chef breton
un h o m m e lisait, debout, à un pupi- ment agrandis, elle revint dans la ser., r é s i s t e r , est i n u t i l e . F a i r e f a i r e
cellule
voisine:
la fouille n o u s r é p u g n e r a i t .
le président
lit, voujs avez là parole p o u r
tement imperceptibles.
se dressa, a p p a r i t i o n soudaine, plus
t r e lumineux. Ludmilla leva 'le bras. salle circulaire.
— Ilo pennoz d'in, va Zadl... (2),
ntlre: u n e 'demi-heure.
— Voilà ! fit la fe muiie, furieuse, vous défendr
étrange par les yeux absents, fantasSon p o i g n a r d s'abattit. L'honvinie
Des
combles
gagner
un
escalier,
Que •déciderait-elle? Attendre? Elle
:ide, lia bill e et hardie, l'es- commença-t-il.
Très lucide
.s'affaissa, tué net. Sans même lui se savait, épiée, la mort la saisirait mais iniipuissante ; cil elle jeta 'pêlem o i n s encombré p a r les ascenseurs tique, vengeresse.
Quand il revint, p a r d o n n é , un peu et les monte-charges c e ne fut qu'un
a iguille,
ilampe, pionne convint (le plusieurs « acci— Général Bonteff, continua Herjeter un regard, Ludmilla se préci- vite. I ' u i r ? ;mais l'hélicoptère s'était mêle i p o i g n a r d ,
dents », nia le ..reste, innocenta ses de ciel dans les yeux, les autres jeu. Une heure a p r è s S. Exc. Bonteff. vé, j'aurais pu p r e n d r e les f o n d s à
pita vers les papiers épars sur la évanoui. Avec angoisse, e'Ue voulut b r o w n i n g , etc.
avaient
subi
leur
peine,
commie
des
hommes,
s'excusa
sur
les
o
r
d
r
e
s
re—
Bien.
Ntoiis
sa
yo
ns,
nous
voyons
table, Ludmilla se précipita vers les trouver une issue. Son instinct la
gouverneur soviétique de P a r i s et mon gré. Vous me les donnerez, et
je vais vous dire p o u r q u o i : p a r c e
p a p i e r s épars sur la table ; des jour- conduisit vers le point opposé à l'ou- que tout y est. Pol,. \ oulez-vous don- çus, vanta son patriotisme, sans ap- reptiles d é t r u i t s dans la nuit d u sou- maître, a p r è s Mouravief, d e la
terrain.
Pour
le
Breton
dévoyé
mais
n
e
r
l
e
c
t
u
r
e
de
l'aclic
d'accusation,
je
puyer.
naux, qu'eHe avait •déjà lus ; des verture du couloir. Elle s'y arrêta
France, recevait, à l'Elysée, une vi- que je veux que vous me les d o n repentant,
c'est
au
grand
jour,
adosVOUA
p
r
i
e
?
niez. Je n'en ai plus besoin. Mais
livres scientifiques connus- ; d e s interrogeant d u regard et de la main
Les juges écoutaient, impassibles,
site qu'il n'attendait pas.
revues pas toutes coupées ; quelques les m o i n d r e s aspérités.
La liste était loiitfuc, d e s assassi- A la lin, ils se consumèrent. Le sé au dolmen du Guiligui, que douze
Le boieheviste lisait d e s rap|>orts ce que les Trois ont o r d o n n é , il faut
balles
indulgentes
lui
a
c
c
o
r
d
è
r
e
n
t
la
fiches sans importance. L'espionne
(assez mal satisfait, d u reste) quand qu'on l'exécute.
Or, lentement, le sol s e déroba n a t s et tics a t t e n t a t s commis par la vieillard écrivit; posément. Pol Sa- mort expiatrice.
c h e r c h a le coffre-fort, le secrétaire, sous elle, sans-à-coup, dans une paix, bannie I n f â m e et pal • ses soudoyés. lou se leva et h(l:
Une menace tellement implacable
une voix jeune retentit devant lui :
la bibliothèque. En vain.... Le sang de c o m m e si un p a n n e a u s e . d é t a c h a i t Les a c c u s é s é,coûtait; it, san.s un mot,
— Ludmilla Bjornjestein est con— Général Bonteff, l'heure d e ren- vibrait d a n s toute sa p e r s o n n e raiX
X
I
.
J
>
l ' h o m m e coulait doucement.
die, une force d e suggestion si puisd r e vos comptes est venue.
du reste p o u r s ' e n f o n c e r dans un sa n,s un geste. P e u à peu, l'espionne d a m n é e à ia peine d e mort'.
sante émanait de lui, que, sans un
— Vous avez; tous les quatre un « C'IÎST POUR MOURIR, BONTKFF! »
D e r r i è r e une tenture, une porte lé- abîme. Ludmilla voulut r é a g i r , s'é- p e r d a i t son assura ne e. Si, au début,
Le
délégué
aux
Affaires
françaises
1
gère 'donnait sur un nouveau cou- lancer, .s'agripper... T r o p tard. Elle sa rage avait clier.ch é un m o y e n de quart d ' h e u r e p o u r vous p r é p a r e r .
sursauta, sans r é p o n d r e . La voix 're- mot, hypnotisé, Bonteff se leva, oif
b
a
l
a
y
e
r
les
juges
et
leurs
dossiers
vrit
le
coffre-fort,
compta
les
paPeu d ' i n s t a n t s après (pie « Satan » p r i t :
Un de vous, à iiptre c o m m a n d e m e n t
loir, t r è s bref. H menait à un magasin n embrassait -plus que le vide, et
(•avec ses t r o i s sic- aires, pourquoi exécutera les t r ç i s a u t r e s : l'aiguille eût été passé par les armes, l'avion
piers millionnaires, et les posa, dou.sommaire, où <KVÏ caisses marquées qej», 'la descente était arrêtée.
— N'appelez pas. Ne téléphonez
p
a
s
?),
sa
raison
Uic
n
vite
lui
avait
empoisonnée suffira. Il d i s p a r a î t r a invisible (PHérvé' glissait le long du pas. Tous les fils sont coupés: rendez- cement, au point désigné p a r Hervé!
•de signes étranges d o n n a i e n t .
Dans une c h a m b r e i n f é r i e u r e trois d é m o n t r é qu'ils hi te liaient à leur
N'espérait-il pas, qui sait! r é c u p é r e r
Lasse, le coeur étreint par une im- hommes, livides, se tenaient d e b o u t : ; m e r c i et que m i e u x valait se sou- ensuite.
vous compte, si vous voulez. Quant bientôt la fortune extorquée?
—
J'ai
des
révélations
à
faire!
(1)
Un
pri?lr«,
A
moi,
nn
nom
du
Dieu,
pression de tombeau, la m e u r t r i è r e « a n s Brunswick, Luigi Donato, Yvori mettre, pour 'l'instart I, d a n s l'espoir
à faire d u bruit, les tentures et les
s'arrêta. Mais vite elle se ressaisit.
12) I34niijscz-moi, mon Père, pnrccque j'ai l a m b r i s spéciaux empêchent,
Polie. Assis d e r r i è r e une table, Pol d ' u n e re vanche' invirai semblable, d'un hurla la c o n d a m n é e .
n'estAucune réponse.
—• - - (A suivre à.
péchi:...
ce pas? que l'extérieur en soit aler-
LES TROIS
CONTRE MOSCOU
Vendredi 16 Décembre 1932.
Paraissai i
l e V E N D R I DI
• a
L E NUMÉI o :
L'Union
N'avoir aucun but,
c'est aller
à la dérive.
En avoir trop,
c'est gaspiller
son énergie.
ft
ET
Organe Républicain
CENTIMI S
•TIM..7...!
ANNONCES ET RÉCLAMES
Réclames (V> page), la ligne. 1 fr
—
(3« i»tig«),
—
. 1 fr.
Annonces judlo. et v o l o n t . . . 2 fr.
—
Chronique locale.. 2 fr.
L A
DITES
S E M A I N E
SoLKll. fl.jnir PMyl»
FÊTES
DR LA SRUAINX Lnir Coich. M fit. S o i r
S. Gnlien.
S. Timoléon.
S. Philogonc.
S. Thomas.
S. Fabien.
S» Victoire.
S» Delphine.
7 41 15 53 0 37 1<J >»
7 « 15 54 7 'J5 10 51
7 43 15 5» 8 '.'2 20 51
7
7
7
7
43
44
44
45
15
15
15
15
54 9 27 21 50
55 10 34 23 05
55 11 ;io »» »*
5(> OU 12 41
des
Deux
victoires
républicains-nationaux
dans la
Mayenne.
Dans le canton «le Mayenne-Est,
M. Placé, républicain de gauche, a
été élu conseiller général, on remplacement de M. César Chabrun, nneiei:
député, républicain-socialiste, démissionnaire.
Dans le canton de Laval-Ouest, M.
Couppeau, démocrate populaire, a
été élu conseiller d'arrondissement,
en remplacement de M. Raphaël Moreau, également démissionnaire.
Vers la
des
et des
fusion
socialistes
communistes.
La Commission administrative tin
parti socialiste S. K. I. (). a approuvé
M. Paul Fnure, secrétaire général,
pour les démarches qu'il a faites en
vue de réaliser l'unité avec le parti
communiste.
Les pourparlers continuent.
La journée de 6 heures
dans les
ateliers
de l'outillage
national.
La Commission du Travail a adopté l'amendement de M. Sellier, au
projet de loi relatif à l'outillage national. Cet amendement a pour bnt
de limiter il 6 heures la journée de
travail uniquement pour l'exécution
des travaux prévus par le programme d'outillage national sans
vouloir nullement engager l'avenir,
en spécillant que cette disposition
ne pourrait s'appliquer qu'aux chantiers propremènts dits.
Vn chef rebelle
capture
en
Egypte
500 soldats
anglais.
Suivant des informations d'Abaden
(Egypte), le cheik rebelle Sayed d
Idrissi a capturé cinq cents soldats
anglais d'infanterie de marine envoyés récemment contre lui.
La
population
de la ville libre de Dantzig.
Si"lon les dernières statistiques du
territoire, la ville libre de Dantzig
est habitée par 157.907 catholiques,
224.578 protestants, 10.448 israélites,
10.954 personnes appartenant à différentes sectes et 8.000 libres penseurs. On a enregistré un bouddhiste
et un mormon.
Une Invasion
de rats
musqués
en
Angleterre.
La Grande-Bretagne est actuellement infestée de rats musqués, rongeurs, dont la fourrure est fort
recherchée, et qui, pour cette raison,
avaient été importés dans le pays
pour l'élevage. Or, il semble bien
que les précautions prises pour les
isoler n'ont pas été suffisantes. Dans
le Shropshire tout entier et plus particulièrement la ville de Shrewsbury,
les rongeurs pullulent en si grande
quantité que des chasseurs doivent
les poursuivre jour et nuit. Déjà des
milliers ont été massacrés.
Les ravages constatés sont considérables. Les traverses des voies ferrées en certains endroits sont en
partie dévorées, les canaux en danger et la Severn qui, en différents
peints, est très grosse; menace d'emporter les. défenses hâtivement édifiées et que les rats ont minées.
«
50
»
»
Le conflit
sino-Japonais.
A la suite du succès éclatant
qu'elle vient 'de remporter, l'armée
japonaise préparerait prochainement
une nouvelle campagne dans le
,'éhol.
On croit que trois corps d'armée
nippons, agissant en coopération
avec les troupes (mandchoues et mongoles, effectuent déjà 1111 mouvement
convergent sur Peï-Fou.
Exonérations fiscales
pour les veuves de pécheurs.
Le gouvernement a déposé un projet étendant aux veuves des pécheurs
le bénéfice des exonérations fiscales
prévues en fr.veur des veuves des
ouvriers et artisans.
à QUIMPERLE, 19, quai Bríseme Compte Cociunt
chute
du
Une q u e s t i o n d ' u n e
gravité
exceptionnelle vient d'être posée
devant le P a r l e m e n t : celle de
l'échéance du 15 Décembre. C'est
à cette d a t e q u e la F r a n c e doit
payer aux Etats-Unis une s o m m e
de 500 millions au titre des dettes
interalliées.
La s o m m e peut 11c pas p a r a î t r e
e x o r b i t a n t e ù u n e époque où l'on
jongle avec des c h i f f r e s a s t r ô n o
iniques. Mais n o t r e budget est d é j à
en déficit de p l u s i e u r s milliards,
et le p a i e m e n t de l'échéance l'aggraverait encore.
E n o u t r e , c'est toute la question
des dettes interalliées qui se pose.
Le peuple f r a n ç a i s estime, en
effet, q u ' e n toute justice, il 11e devrait plus être q u e s t i o n de dettes
interalliées. Dans l'horrible tourmente, si l ' A m é r i q u e a pavé de
son a r g e n t , la F r a n c e a payé du
s a n g de deux millions et demi de
ses e n f a n t s . Ceci vaut cela et a m plement.
D'ailleurs, si n o u s s o m m e s a u j o u r d ' h u i acculés à t a n t de difficultés, c'est précisément p a r la
f a u t e des A m é r i c a i n s e u x - m ê m e s
et de M. Hoover en particulier, qui
a poussé l ' A l l e m a g n e . à ne plus
n o u s payer les i n d e m n i t é s de rép a r a t i o n s , à ne plus n o u s verser
un sou.
Ministère
tout entière. C'est r e c o n n a î t r e le
droit a u x E t a t s - U n i s de venir, à
leur gré, a p p o r t e r des p e r t u r b a tions d a n s l'ordre é c o n o m i q u e de
l'Europe, s a n s qu'ils e n c o u r e n t
e u x - m ê m e s , pour cela, la m o i n d r e
responsabilité.
Payer avec réservés : c'est éviter à la fois les d a n g e r s des deux
p r e m i è r e s thèses, c'est p r o c l a m e r
la volonté de la F r a n c e de voir
s'engager des négociations en vue
d ' u n e revision des accords existants.
C'est à ce d e r n i e r point que s'est
a r r ê t é le g o u v e r n e m e n t .
... ET DES
COMMISSIONS
DE LA
CHAMBRE
^ Les Commissions des Affaires
E t r a n g è r e s et des F i n a n c e s de la
C h a m b r e ont a d o p t é une position
bien différente. Elles
exigent,
avant tout versement,
l'acceptation formelle des Etats-Unis à u n e
conférence i n t e r n a t i o n a l e qui aurait pour o b j e t la révision des
dettes.
Mais les E t a t s - U n i s ont repoussé i n d i r e c t e m e n t ces propositions,
en r é p o n d a n t à l'Angleterre qu'ils
exigeaient le paiement s a n s a u cune réserve.
Cette a t t i t u d e i n t r a n s i g e a n t e de
l ' A m é r i q u e a p r o v o q u é une réaction de r é s i s t a n c e de la p a r t des
CE QU'EN
PENSENT
LES ANCIENS
COMBATTANTS Commissions et a u s s i des g r o u p e s
parlementaires.
•La Confédération Nationale des
Anciens C o m b a t t a n t s et Victimes
DANS LES
GROUPES
de la Guerre, forte de 3.500.000
PARLEMENTAIRES
a d h é r e n t s , se r e f u s e à envisager
La p l u p a r t des groupes parleque la F r a n c e puisse être engagée
vis-à-vis de ses anciens alliés et m e n t a i r e s se sont r é u n i s , lundi,
issociés a u delà de ce qu'elle doit pour discuter de l'attijtude à prendre d a n s le débat.
recevoir de ses ex-ennemis.
Depuis longtemps, la F é d é r a t i o n
Elle rappelle q u ' e n Juillet 1929,
Républicaine
est décidée à voter
la C h a m b r e , à l ' u n a n i m i t é , avait
contre le p a i e m e n t de l'échéance
spécifié que les p a i e m e n t s opérés
d u 15 Décembre.
x l ' A m é r i q u e d e v r a i e n t provenir
Les r é p u b l i c a i n s de gauche se
exclusivement des s o m m e s verm o n t r e n t également hostiles au
sées p a r l'Allemagne.
paiement, et M. F l a n d i n doit inElle se déclare décidée à pour- tervenir d a n s le idébat.
suivre à t r a v e r s tout le p a y s u n e
De son côté, le parti socialiste
c a m p a g n e décisive contre le paiem e n t de l'échéance d u 15 Décem- d e m a n d e au g o u v e r n e m e n t de
provoquer d'urgence, en accord
bre.
avec la Grande-Bretagne, la réuL'A TT1TUDE
nion d k une Conférence générale
DU
GOUVERNEMENT
a y a n t pour b u t d ' a j u s t e r toutes
Des p o u r p a r l e r s ont été engagés lès obligations i n t e r n a t i o n a l e s et
ces t e m p s d e r n i e r s e n t r e la F r a n c e de m e t t r e un t e r m e à tous les
et les Etats-Unis. Le gouverne- t r a n s f e r t s i n t e r n a t i o n a u x n ' a y a n t
ment f r a n ç a i s , f a i s a n t état de la pas de c o n t r e - p a r t i e et, en m ê m e
gravité de n o t r e situation finan- t e m p s , la r é u n i o n i m m é d i a t e de la
cière, d e m a n d a i t l ' a j o u r n e m e n t de Conférence é c o n o m i q u e mondiale
l'échéance d u 15 Décembre. Le 1 chargée d ' a s s a i n i r la s i t u a t i o n mog o u v e r n e m e n t a m é r i c a i n a r e f u s é nétaire et de r e s t a u r e r le crédit,
catégoriquement.
et l'invite en a t t e n d a n t à différer
Il y avait d o n c trois solutions le p a y e m e n t de l'échéance du 15
à envisager : r e f u s e r de payer ; Décembre.
payer p u r e m e n t et s i m p l e m e n t ;
Au m o m e n t où n o u s écrivons
payer m a i s en f a i s a n t des réser- ces lignes, la situation est tout à
ves.
fait incertaine.
Refuser
de payer, c'est briser
nos r a p p o r t s avec les E t a t s - U n i s ,
La chute do Ministère
'est a u s s i briser le f r o n t c o m m u n
En dernière heure, n o u s appref r a n c o - a n g l a i s , c'est peut-être, encore, n o u s priver de la f a c u l t é nons que le cabinet llerriot a été
d ' i n v o q u e r le respect des c o n t r a t s . renversé mercredi malin ù 4 heuPai/er purement cl simplement
: res, après une séance de nuit mouc'est ' h e u r t e r l'opinion f r a n ç a i s e vementée.
bliée dans un journal socialiste allemand.)
0 Mon traitement ¡mensuel est de
2."0 roubles (.¡.Ot'-O francs français),
cette se. 111:11e qui paraît importante
r.o permet de rien acheter, car nous
ne pouvons toucher des vivres pour
troi> personnes qu'avec une carte
qui nous doitne droit mensuellement
à 900 grammes île sucre, 300 grammes d'huile de soleil, un kiïog d'orge
ou blé sarrasin, un kilo de macaroni,
20 grammes de thé préparé avec des
aves séchées et pressées, 500 grammes de fruits s é c h è i Nous recevons
par jour et par personne .'100 grammes de pain noir, mais il y a des
jours où il n'est pas distribué. Voilà
tout ce que nous pouvons acheter
avec notre carte de vivres. Le reste
doit être acheté sur le marché libre
dont ci-après un aperçu des prix :
100 grammes de pain blanc coûtent 4 roubles (48 francs français).
Un kilo de sucre coûte 25 roubles
(300 fr.).
Un kilo de beurre coûte 40 roubles
(480 francs).
Un kilo de viande de bœuf coûte
17 roubles (201 francs).
Dix oeufs coûtent 8 roubles (90 fr.).
Un litre de soleil coûte 18 roubles
(216 francs).
< •
Un ouvrier qui 11e gagne (pie 120
ou 140 roubles par mois ne peut
acheter ces denrées, et ses repas se
composent toujours de légumes cuits
à l'eau. Le prix des vêtements est en
proportion. 'Une paire de souliers
coûte 200 roubles (2.400 fr. français).
Une chemise de fenitnie ordinaire
coûte 10 roubles (120 fr. français).
Un manteau de pluie coûte 300 roubles (3.(10(1 fr. français).
Sans commentaires !! Tel. est le
résultat de gouvernement de soviets,
Hi'.» ./• lit»
Le Mot pour Rire
Agence de mariage.
Une vieille dame, horriblement
laide, se présente au bureau et, minaudant, elle demande à l'agent :
— Pensez-vous que vous pourriez
me trouver un parti ?
— Mais, Madame, ce n'est pas
impossible, il peut très bien se présenter 1111 aveugle. Il en vient de
temps à autre.
Publicité tombale.
E11 Amérique, 011 peut lire dans un
cimetière cette publicité, faite sur
1111 tombeau :
« Ci-gtt Flora Swan, morte à 19
ans. Elle devait sa splendide chevelure à la lotion Bishop'!!! *
Postai., Rennes
H m
mm
COMMUNICATIONS KT ANNONCES
L'ECHEANCE OH 15 DECEMBRE
El LA QUESTION DES DETTES
La plantation
du café La vie d'un ouvrier russe
Interdite
pour 3 ans au Brésil. (Extrait d'une lettre écrite et puLe Président Vargas a publié un
décret interdisant la plantation du
café au Brésil pendant les trois prochaines années.
18 millions de sacs de ce produit
•sont à présent en stock, et la nouvelle récolte a été supérieure aux
exportations prévues. On espère qufi.
grâce au décret présidentiel, la surproduction sera arrêtée.
de
MMWl
Les annonces sont reçues aux bureaux
du journal. Pour la publicil*
extiadépurtementale,
s'adresser,
.t.'/, Nue
<lu Faubourg - Poissonnière,
Poi is
(9).
Tél. : Provence, 44-57.
La
CE OUI SE PASSE
Système Pelman.
Tél.
14-139
Les dessous maçonniques
d'uns invalidation
M B
Let abonnements se paient d'avance et
partent du 1m de chaque mois.
On s'abonne au bureau du journal, ou en
adressant un mandat-chèque au C/C U.1S9,
Aenntt.
Informations
Min
—
ABONNEMENTS (UN AN)
Finistère, Côtes-du-Nord, Morb. 1 2 fr.
Autres départements et colonies. 1 4 fr.
Etranger
2 1 jours de service supplémentaires
pour les auxiliaires de la classe 81
3 0 fr.
ChroDip R i p í a l e
En vue de pallier le déficit des
effectifs dès corps et services penDe /'Ordre, sous ta signature de
L'importation des blés étrangers. dant le» périodes comprises entre
M. Robert Pimienla, :
la libération d'un contingent et
Une note du Ministre
l'incorporation d'un nouveau, le
L'ancien député battu Jules l'hrv,
Ministre de la Guerre vient de décide I Agriculture.
dont la Chambre a invalidé, au mid e r que les mitiaitres d u service
lieu du mois dernier l'heureux conLe ministre de l'Agriculture
com- auxiliaire appartenant à la classe
SÉANCE THÉATRALE. — Nous
current, peut se vanter d'avoir uti- munique la note suivante :
1931 et qui devaient être libérés en appelons que le dimanche 18 Délisé, pour ce vote parlementaire de
Certaines statistiques publiées ré- 1933 seraient maintenus sous les dra- cembre, en matinée, et le mardi 20,
repêchage, les « bons copains »,
comme il disait en venant solliciter cemment sur les importations de blés peaux pour accomplir une période en soirée, aura lieu au patronage
dans les couloirs du Palais-Bourbon, ont donné lieu à des interprétations de 21 jours faisant suite à l'année Saint-Colcmljan, une grande séance
theâtrale."
ses anciens et. il l'espère, futurs col- inexactes. Les commentaires tendent oe service qu'ils ont accomplie.
Dans cette durée de 21 jours seront
Au programme :
lègues, mais surtout il a été bien à prouver que nos importations de
servi par la fraternité maçonnique. h les étrangers orçt été, au cours de compris les délais de route pour le
Attaque de nuit, drame en trois
dernières années, de l'ordre de renvoi de ces militaires dans leurs uactes de Richer, pièce militaire, où
Les députés francs-maçons, et il ces
vingt
millions
de
quintaux
par
an
en
foyers.
Cette
période
leur
tiendra
1
n'en manque pas, avaient été alertés moyenne; qu'en 1932, notamment lieu de la période de disponibilP» y 1 oh rerra des scènes de la dernière
individuellement
j;ar
télégramme
1" Août, ces importations »il ne seront donc pas-rapïpeléW svns ? rt^^ a n C h é e S '' S a C S à terre'- bar"
après avoir reçu chacun, la veille, jusqa'-mi
ont
été
très
considérables et supév W* drapeaux quand les hommes du
une lettre circulaire ainsi libellée : rieures aux. besoins
Jus<fu'à présent les scènes de la
; enfin, que le' Service armé de la classe 1931 seront
grande guerre n'étaient guère évomouvement des entrées de blés exoti- convoqués pour accomplir la leur.
CiiAMiiid-: d e s D é p i t é s
>
qu'au cinéma ; pour la preques se poursuit encore actuellement
'Seront exempts d e cette période quées fois,
à Quimperlé, on en verra
Paris, le 15 Novembre 1932. à uue cadence très rapide.
les auxiliaires pères d'au moins trois mière
dérouler au théâtre, sur la scène
Le Groupe fraternel
/Hirlemenenfants vivants et ceux ayant au se
Les
chiffres
publiés
ne
reflètent
laire signale ù tous ses membres que pas exactement les importations de cours de leur service actif accom- de Saint-Colomban.
L'homme qui prend la mouche,
la discussion relative à l'élection de blés étrangers du fait que des confu- pli un séjour iiiininMum de trois mois
Creil est fixée à la séance de jeudi sions se sont produites entre des im- sur un T. O. E. Pendant cette période comédie en un acte, de Labiche ;
malin, 17 Novembre, à 9 h. 30 ; fait portations de blés de nature et de de disponibilité, ces militaires con- Chansons et Noëls, à quatre voix
par la chorale ; orchestre.
appel en cette circonstance à leurs provenance différentes. Il importe, tinueront à remplir dans leur corps mixtes
Les poilus ne manqueront pas de
sentiments de solidarité et compte en effet, de distinguer les importa- ou service d'affectation les emplois venir
applaudir nos jeunes artistes
sur leur présence à ces débats.
tions de blés tendres et les impor- qui leur avaient été confiés pendant dans Attaque de nuit.
leur
temps
de
service
actif.
tations
de
blés
durs
destinés
à
la
Le Président ; P O I T T E V I N .
A T T E N T I O N ! Une innovation
senfabrication des semoules et pâtes alisationnelle.—
A l'occasion de cette
Le lien auquel il était fait un appel mentaires.
Comité de vente
séance, inauguration
du
chauffage
pressant fut tellement fort que l'on
du timbre antituberculeux central.
exotiques.
vil, parmi les plus empressés à inva- Le pourcentage des blés
lider M. Chauvel, les radicaux-sociadu dispensaire
L'abaissement à 1 'U du pourcenlistes du Finistère, son département tage d'emploi autorisé Va réduire
de la région de Quîmperlé.
natal, à commencer par un de ses encore à (les quantités pratiquement
Le jeudi 1" Décembre
s'est
anciens pions au lycée de Quimper : insignifiantes les entrées des blés
celui-là n'avait pas même su garder étrangers. Le ministre de l'Agricul- ouvert dans toutes les communes de
la reconnaissance des colles et des ture continue à exercer les mesures France la campagne nationale de
pensums que le jeqne homme avait de contrôle chez tous les utilisateurs vente d u timbre antituberculeux.
fait pour lui.
Nous rappelons -que les sommes
de blés étrangers pour s'assurer que
Si la solidarité française pouvait ceux-ci eiWplpient effectivement 99 recueillies dans les communes comse montrer • parfob au Parlement pour cent de blés indigènes au mini- posant la circonscription de chaque
LA M A I S O N
aussi forte que s'y i ffirme la solida- mum, conformément aux prescrip- dispensaire, après avoir été centralisées
par
le
comité
départemental,
rité maçonnique, ah ! comme ce tions du décret du 2 Décembre 1932.
sont attribuées en totalité, et >sous
serait beau et heuréux.
Les importations
temporaires.
forme de subventions trimestrielles
Enfin, en ce qui concerne les Jilés » xççptionnelles aux dispensaires in—
importés en admission temporaire, téressés. Les" fonds ainsi recueillis
la réforme de ce régime, renforcée sont destinés aux placements des
par le décret du 14 Novembre. 1932, enfants en oeuvre Grancher, colonies
VOUS O F F R I R A
qui a soumis les imporations tempo- de vacances et préventorium.
raires à la délivrance de permis
cette année, comme les
Pour la dernière campagne de
d'importation est appliquée de fa- 1931, pour une population de 9.002
années précédentes, de
Au Maroc, u n camion çon rigoureuse. Les permis délivrés habitants, la commune de Quimperlé
attaqué p a r des pillards. depuis le 14 jusqu'au 30 Novembre :>. recueilli la somme de 5.300 francs,
élevés à 104 pour une quan- soit 0 fr. 58 par tète d'habitant.
Une bande de pillards a attaqué se sont
de 283.202 quintaux. Les imporAlors,que notre dispensaire est le
un camion de ravitaillement de la tité
temporaires sont effective- plus important de tout le Finistère,
à l'occasion des
Compagnie Américaine de Trans- tations
ment et en totalité compensées par que son budget est le plus élevé,
ports. Le chauffeur européen et l'exportation
de farines dont les ty- nous n'arrivons même pas à figurer
quatre tirailleurs marocains <|ui con- pes ont été établis
de manière que au palmarès du département, c'est-àvoyaient le camion ont été tués.
'intégralité des produits panifiables dire à réaliser la vente de 0 fr. 67
soit réexportée.
En Australie
par tète d'habitant. En effet, nom
sommes dépassés par les communes
un train renversé
REMISE DE LA CROIX DE LA
suivantes :
La session extraordinaire
p a r u n cyclone.
Locquirec, 2 fr. 05 par tête d'ha- LÉGION D'HONNEUR AU DOCdu
Conseil
général
Un violent cyclone s'est abattu
bitant, Huelgoat, 1 fr. 07, Coray, TEUR COTONNEC. — Dimanche
est reportée au 17 Décembre. 1 fr. 45, Saint-Nic, 1 fr. 31, Morlai'x. dernier, au cours d'une réunion
sur une partie du Qucensland. Un
train a été renversé par la violence
La Préfecture nous informe qu'en 1 fr. 30, Roscanvel, 1 fr. 09, Château- intime, M. le docteur Le Stunff a
de l'ouragan et une quinzaine de raison
des débats parlementaires de lin. 1 fr. 04, Plougastel-Daoulas, remis à M. le docteur Cotonnec la
voyageurs ont été blessés.
lundi et sur l'acceptation des mem- 1 fr. 01, Le Faou, 0 fr. 94, Le Juch, Croix de chevalier de la Légion
bres d e l'Assemblée •départementale. 0 fr. 93, Santec, 0 fr. 91, Hoscoff, d'honneur.
En Amérique
Le récipiendaire remercia ses
M. le Préfet a convoqué le Conseil 0 fr. 91, Carhaix, 0 fr. 87, Plougonun coup de grisou général
en session extraordinaire ven, 0 fr. 85, Guengat, 0 fr. 83, Tel- amis et en particulier le docteur Le
fait 23 victimes. pour le samedi 17 courant, à 9 h. 30, grue,- 0 fr. 80, Rosponden, 0 fr. 80, Stunff, qui vient, lui-même, de se
l.ogonna-Daoulas, 0 fr. 78, Dinéault, voir décerner une médaille de
Un violent coup de grisou s'est au lieu de mardi 13.
0 fr. 72, Trégarvan, 0 r. 71, Poullan, bronze de l'Académie de Médecine.
L'ordre du jour reste le même.
produit dans une mine de charbon
Puis M. le docteur Le Stunff prend
0 fr. 08, Brest, 0 fr. 07.
à Albuquerquc. 12 blancs et 11 noirs
La commune de Quimperlé, ainsi la parole pour féliciter le nouveau
La question de l'Iode.
ont été tués.
flue les communes: ressortissant du décoré et lui exprimer sa sympathie.
En réponse au nombreuses deman- dispensaire :
Un repas servi à l'hôtel" du Lion
Deux ébotftem'ents
des de renseignements des goemondans, les
Clohars-Carnoët, Moëlan, Riec-sur- d'Or groupa une vingtaine d'amis du
nous sommes heureux de leur Bélon, Névez, Nizon, Pont-Aven, Le nouveau légionnaire.
c h a n t i e r s du m é t r o , à Paris. niers,
faire connaître l'état actuel de la Trévoux, Bannalec, Querrien, SaintM. le docteur Cotonnec est memA ht Porte de Saint-Cloud, trois question.
Thurien, Mellac, Tréméven, I.ocu- bre de l'Association des Chirurgiens
ouvriers ont été ensevelis sous un
La proposition de MM. Inizan, Tré- noié, Guilligomari-h. Arzano, Rédéné Français. Depuis quelque années, il
éboulement d a n s un chantier de mintin, Paul Simon et plusieurs de ¡'aye, se doivent de réagir et malgré s'est donné avec toute son à'me à la
construction du métro.
leurs collègues, déposée le 24 Dé- les circonstances économiques défa- renaissance, dans notre pays, de la
Le même jour un autre éboule- cembre 1931, a été votée par la Cham- vorables, les difficultés d e l'heure lutte bretonne, le sport breton et
inent se produisit à Issy-les-Mouli- bre des Députés le 20 Mars 1932. présente, de prendre le meilleur rang rural par excellence, et la Fédéraneaux. Deux ouvriers ont été blos- Cette proposition, qui portait à 75 dans le département pour la cain- tion des Amis des Luttes et Sports
sU.
Athlétiques Bretons (F. A. L. S. A. B.)
francs les droits des douanes sur le isigne de 1932.
d'iode pur, qui sont aujourd'hui
Malgré les difficultés budgétaires, l'a choisi pour son président.
Quatre m o r t s et cinq blessés kilo
de 0 fr. 80, avait été votée par la le Comité attire l'attention de MM
M. le docteur Cotonnec était déjà
d a n s une mine anglaise.
Chambre sans modification.
•es Maires, sur la possibilité de man- titulaire de la Croix de Guerre et d e
Vendredi matin une explosion
Le Sénat, n'ayant pas voulu l'exa- dater sur les dépenses imprévues la médaille d'honneur des épidémies.
s'est produite dans la mine de Cor- miner avant les élections, ne l'a votée une subvention pour 'l'acquisition
No ils lui adressons nous chaleutonwood, comté d'York. Quatre mi- qu'en Juillet dernier. Il a réduit le d'un certain nombre de carnets de reuses félicitations.
neurs ont été tués sur le coup et cinq taux de protection à 50 fr. et la pro- timbres antituberculeux et de timautres grièvement blessés.
position a dû revenir devant la bres vitrine. Il leur est possible aussi
Chambre des Députés. Elle a été d'organiser des bals, de subordonner
Coup de grisou en Belgique. examinée le mercredi 30 Novembre l'autorisation sollicitée p a r des parDans le puits de Sainte-Marguerite, par la Commission des Douanes qui ticuliers à un versement à détermià Péronnes (Belgique), une expan- a rétabli le chiffre primitif, c'est-à- ner en faveur de l'œuvre.
Place H e r v o , Q U I M P E R L É
Le zèle déployé par les élèves des
sion subite de gaz grisouteux a pro- dire 75 francs par kilo.
écoles pourra être stimulé par la
duit un ' éboulcMnent. Six ouvriers
mineurs, pris sous l'ébouleinent, ont
A la société Archéologique perspective (l'une récompense. En
effet, des récompenses «ont accorpéri asphyxiés.
du Finistère.
dées généralement par le Comité
En Allemagne
La réunion mensuelle de la So- national aux enfants qui ont vendu
u n e explosion fait 11 morts. ciété a eu lieu le jeudi 24 Novembre un nombre élevé de timbres. L'an
TRAVAIL SOIGNÉ
^ ^
sous la présidence de M. Savina,
elles avaient été attribuées
Une explosion s'est produite dans vice-président, en l'absence de M. dernier,
S'Y A D R E S S E R
^ ^
à
tous
les
enfants
ayant
placé
au
mit usine de soie artificielle à Prem- Waquct, archiviste départemental, maximum 700 timbres à 0 fr. 10.
iul><. On'/c ouvriers ont été tués.
empêché.
•Le public connaît le dispensaire
Admissions
de nouveaux
mem- de,notre région, Il suit avec intérêt
720 k m à l'heure en avion. bres.
— Ont été admis dans la So- soif développement et son oeuvre du
POUR LES CHOMEURS ANCIENS
Un hydravion italien piloté par le ciété: Mme la comtesse de Guébriant, plus haut intérêt social. Pour lui COMBATTANTS. — Le bureau de
lieutenant Agello, aurait' atteint, ces née Durfort-Lorge, de Saint-Pol-de- permettre de grandir encore, de l'U.N.C. nous communique:
jours derniers', au-dessus du lac de l.éon, présentée p a r M. le chanoine développer ses moyens de lutte conLes anciens Combattants membres
Garde, une vitesse de 720 kilomètres Mesguen, curé-doyen de Quimper, tre la tuberculose, aidez-le.
de l'U.N.C., chômeurs ou chômeurs
(450 milles) à l'heure.
et M. Le Guennec; Mme la comtesse
Que ceux qui peuvent surtout, par- partiels sont invités à venir se faire
Il s'agit d'un monoplan Macehy, de KerguèJen, château de Kergoat, ticipent dans la plus large mesure à inscrire à la ¡maire (salle de l'anmuni de deux moteurs développant en Melgven, présentée par Mme de cette œuvre de solidarité sociale. cien commissariat) dimanche proLécluse de Longraye et M. Le Guen- Donnez, donnez pour votre dispen chain 18 Décembre de 9 heures à
une puissance de 5.550 C.V.
Le record actuel est détenu par ille; M. Louis Garcl, représentant de saire en achetant le timbre antitu- 11 heures. Ils devront se munir de
l'aviateur anglais Stainforth, avec commerce à Quîmperlé, présc.ité par berculeux.
leur carte de sociétaire à jour pour
MM. E. Gourcuff r.l T. Boeder.
407 milles.
1932 et de leur livret de famille.
Le Comité,
QUIMPERLÉ
MÉNAGÈRES,
songez-y
Jean JÉZÉOOEL
mm
Alimentation Générale
mnn
JOLIS CADEAUX
FETES de NOËL et de FAN
L'IMPRIMERIE DE L'ABBATE
livre les lettrés de mariage
2 heures après la commande
M'ACHETEZ PAS pas sans avoir visité
et c o n s u l t é les p r i x de la Maison
V. N O B I S
3 , P l a c e Hervo, 3
— QUIMPERLÉ
• JOUETS i
ÉTREMES
Assemblée générale
du Syndicat des Contribuables
Cinéma parlant Honoré,
L ' a s s e m b l é e tfÔnérale du S y n d i c a t
des C o n t r i b u a b l e s de Q u i m p e r l é s'est
tenue d i m a n c h e d e r n i e r , H 10 heures, salle Sosthéne D a v i d , b o u l e v a r d
de la Gare, sous la p r é s i d e n c e d e
M. l e d o c t e u r M i c h a u d .
On p r o c è d e d ' a b o r d au r e n o u v e l lement du bureau.
M. l e c o l o n e l d e B o i s a n g e r , nrési
dent d é m i s s i o n n a i r e , est n o m m e , par
acclamations,
président
(l'honneur
M.M. M i c h a u d . Guerlesquin et R o pert sont désignés pour f a i r e partie
du bureau, en r e m p l a c e m e n t de MM
M a r z i n , Coadou et L o y e r .
M. M i c h a u d est élu p r é s i d e n t , l i t
M. C h a r l o n p r e n d r a les f o n c t i o n s d e
secrétaire - trésorier,
en remplace
ment de M. L o y e r .
MM. Loyer et Bofihebent sont
nommés administrateurs, et MM.
Corbierre fils et Le Dérout, commissaires aux comptes.
M. C h a r l o n . p r é s e n t e l e r a p p o r t
f i n a n c i e r ; la situation, dit-il, n'est
pas b r i l l a n t e et p r é s e n t e un l é g e r déficit d e 174 f r . 15, déllcit qui sera
r a p i d e m e n t c o m b l é dès que les cotisations a u r o n t été p e r ç u e s
M. l e d o c t e u r M i c n a u d , en une causerie toute s i m p l e , e x p o s e ensuite les
buts d e la F é d é r a t i o n des S y n d i c a t s
de C o n t r i b u a b l e s , l e s résultats q u i
ont été obtenus tant p a r des S y n d i cats et G r o u p e m e n t s p a r t i c u l i e r s que
p a r la F é d é r a t i o n p r i s e dans son ensemble.
L e groupe parlementaire adhérent
au p r o g r a m m e de la F é d é r a t i o n c o m p r e n d a u j o u r d ' h u i 230 députés, c h i f f r e qui sera largement dépassé dès
que l'on v e r r a que les c o n t r i b u a b l e s
sont d é c i d é s à a g i r et qu'ils sont le
n o m b r e dans l e p a y s .
D é j à la F é d é r a t i o n d é c l a r e q u ' e l l e
peut p a r l e r au n o m de 5 m i l l i o n s d e
contribuables, et c e nombre ne fera
dès mainte
qu'augmenter.
C'est,
nant, une f o r c e c o n s i d é r a b l e , et l e
M i n i s t r e des F i n a n c e s l u i - m ê m e s'en
est a p e r ç u p u i s q u ' i l a p r i é le P r é
s i d e n t d e la F é d é r a t i o n , M . d ' A n t h o u a r d , de se r e n d r e à son cabinet,
pour d i c u t c r a v e c lui de l a situation
f i n a n c i è r e . E t M . G e r m a i n Martin
s'est d é c l a r é d é c i d é à p o u r s u i v r e une
politique d e redressement financier
I.a F é d é r a t i o n d e s C o n t r i b u a b l e s
est un g r o s a p p u i p o u r l e m i n i s t è r e ,
p o u r tout m i n i s t è r e qui sera d é c i d é
a r é d u i r e l e train d e vie. d e la maison e t à f a i r e d e s é c o n o m i e s sé
rieuses. A ceux q u i v i e n d r o n t lui
p r é s e n t e r des s o l l i c i t a t i o n s p a r t r o p
coûteuses, i l p o u r r a o p p o s e r les dol é a n c e s et les d é c i s i o n s des m i l l i o n s
d e c o n t r i b u a b e s , d é c i d é s à n e pas
d é b o u r s e r un sou d e plus.
D é s o r m a i s , l'on peut d i r e que l e s
q u é m a n d e u r s de toutes sortes ont tué
la p o u l e aux œ u f s d ' o r . L e s « - c o chons d e payants » ne marchent
plus.
X
S i l l 2 4 D É C E M B R E 1932 a u I O J A N V I E R H » 3 laaeSias
à l'occasion t i e la Foire de N Œ Ë f l , et d u JOUR eSe VAN
GRANDE ENTE-RECLAME (¡'ARTICLES HIVER
PRIX
SENSATIONNELS
MMHTTBWUBMB
RAYON
DE COSTUMES
Costumes
3 pièces,, p o u r C a d e t s :
80 fr. — 100 fr.
Costumes
p o u r J e u n e s Gens :
125 fr. 175 fr.
Costumes
pour Hommes :
125 fr. - 175 fr. -
-
175 fr.
225 fr.
etc.
225 fr. - 275 fr. -
P a r e - A v e r s e i 75 f'
—
Chemiserie • •
295 fr.
Pardessus
Pardessus
choix, 325
p n » n
f
l
K
.
DE CONFIANCE
- etc.
fr.
p0Ur
etc.
pour Hommes :
— 249 fr! — 298 fr.
etc.
Hommes.
Bonneterie
RAYON
ír
ARTICLES
et R A G L A N S
150 fr.
Chapellerie
f r
65x65.
et R A G L A N S c r o i s é s p o u r C a d e t s :
80 fr. - 98 fr. - 125 fr. - 150 fr. — 175 fr.
H® i l • » f f S f ^ e c K E H e t R A G L A N S p o u r J e u n e s G e n s :
rtl
150 fr. - 185 fr. - 225 fr. - 249 fr. -
Rsaglans de Cwir,
Couvertures p i q u é e s , g r a n d e taille . . . . 8 0
»
Oreillers p l u m e s , coutil 1™ qualité,
2 2 " 5o
Couvre-Pieds i n t é r i e u r p l u m e s b l a n c h e s . 9 5 í r »
Traversin p l u m e s , 120 c m
4 5
»
Plumes — Duvets — Matelas
DE PARDESSUS
a
D E LITERIE
RAYON
EX
FAMILLE
— . M m e Anne
•Salaiin, â g é e d e 35 a n « , m é n a g è r e
rue B e l l e v u e , a p e r t e plainte c o n t r e
son m a r i , J o s e p h - M a r i e Garin, âgé d e
5>8 ans, mutilé de g u e r r e , pour c o u p s
et blessures.
BET3ZS»
RAYON
149 fr.
Jeudi 15, v e n d r e d i 10, s a m e d i 17 Déc e m l ü c , s o i r é e à 8 h. 30, d i m a n c h e 18, m a t i n é e à 2 h. 30, s o i r é e à
8 11. ;;;).
Les actualités
Pathé-Natan,
soncre
et p a r l a n t ; — Une nui! hantée, d-.ssin_ a n i m é s o n o r e ; — Les grattrs
ciel.-., d o c u m e n t a i r e r s a i j n m i e ; —
\La (lotte en harem, c o m i q u e p a r l a n t .
!
BONNE
AVENTURE,.avec
les
j o y e u x Boucot, B l a n c h e M o n t e ] , H o l l a n d T o u i i n t l P a r s y s . — C'est un
film plein î l e gaieté, d e jeunesse et
' d amour.
Renards
DE FOURRURES
I S A E E L L E S , toutes p r o v e n a n c e s ,
M
* * o f r . _ -JSOfr. «1 7
s 5f nfr. —
_
fr.
R U S S E S et S I T K A , etc., à p a r t i r
de : 2 2 5 fr. — 2 5 0 fr. — 3 0 0 fr. —
325
fr.
HO
fr.
Véritables Putois
Éeharpes
du
p a y s , 2 bêtes,
8 5 fr. et
11©
g r a n d « 3 tailles, S O fr. et
PERTES E T TROUVAILLES. —
M. Y v e s Cras a t r o u v é un p o r t e f e u i l l e
c o n t e n a n t un l i v r e t m i l i t a i r e et une
c e r t a i n e s o m m e ; i l a d é p o s é sa t r o u vaille au c o m m i s s a r i a t d e p o l i c e .
— U n e m a n i v e l l e de m i s e en m a r c h e d'auto, t r o u v é e sur la route
nationale entre Quimperlé et l e s
C i n q - C h e m i n s , a été r e m i s e au c o m missariat d e 'police.
— Un c o l i s a é t é p e r d u e n t r e l e
n o n ! d e P o n t - A v e n et la rue T h i e r s .
P r i è r e d e l e d é p o s e r à la g e n d a r m e rie.
E T A T - C I V I L . — Naissance
: MarieYvonne Tanguy, à Kerjouano.
Publication
de mariage : A l f r e d J o s e p h - M a r i e J e h a n n o , i n d u s t r i e l au
bourg de Limerzel (Morbihan), e t
Anne-Madeleine-Jeanne Guerlesquin,
s. p., à K e r a m p o i x .
Mariage : N é a n t .
Thépot,
Décès : M a r i e - M é l a n i e
épouse C a r é o , 49 ans, c u l t i v a t r i c e ,
19, pl ace S a i n t - M i c h e l ; — M a r i e A n n e N a d a m , v e u v e L e GofT, 80 ans,
s. p., à la V i l l e n e u v e - l ' H ô p i t a l ; —
P i e r r e N a v i n e r , 79 ans, c u l t i v a t e u r ,
19, p l a c e S a i n t - M i c h e l ; — M a r i e - J o sèphe F r a v a l , épouse E v e n n o u , 39
ans, d e T r é m é v e n , 19, p l a c e SaintMichel.
Alexandre
G U Z I A T
CHIRURGIEN-DENTISTE
fr.
tic In Faculté de Mcdccinc de P a r i s
9, Rue Lebas, -
T r è s bel a s s o r t i m e n t d e M A N T E A U X Baby, Fillettes et D a m e s
Dames
Spécialité d e C A P E S pour l e C o s t u m e Breton pour
Consultations
siuf
tous
les Jours
le mercredi
Mercoriale
QUIMPERLÉ
Magasins
RIVALIN-BOURC'HIS
Voyez nos Etalages
«AVK TRAVAILLEURS»
t 8 , Rue Sa vary, 1 « — Q U I M P E R L É
U n é c h a n g e d e vues très intéressant s'engage ensuite, auquel p r e n nent M. d e B o i s a n g e r , M. L e N'aour
et M. A b e l .
M . d e B o i s a n g e r est partisan d e
l ' a c t i o n é n e r g i q u e ; l e t e m p s n'est
lus aux t e r g i v e r s a t i o n s , aux d o lances d é c o u r a g é e s , m a i s à l ' a c t i o n ;
la situation est g r a v e ; l e d é f i c i t budL ' A M I C A L E D U « C H O C » . — Sag é t a i r e s ' a c c r o î t dans d e s p r o p o r m e d i soir avait lieu, chez le camations c a t a s t r o p h i q u e s . Si nous n ' y
rade Burel, rue des Ecoles, à Quimp r e n o n s g a r d e , nous c o u r o n s à l'abîp e r l é , la g r a n d e r é u n i o n p r é p a r a t o i r e
me.
de l ' A m i c a l e du « C h o c » , en v u e d e
M. L e N a o u r d e m a n d e que les syn- mettre la d e r n i è r e m a i n à la f ê t e d e
dicats p r o f e s s i o n n e l s v i e n n e n t ren- d i m a n c h e p r o c h a i n , 18 D é c e m b r e .
f o r c e r l e S y n d i c a t <les c o n t r i b u a V o i c i le p r o g r a m m e qui a été défibles.
n i t i v e m e n t fixé. Dans la matinée, à
Et M. M i c h a u d d é m o n t r e l ' i n t é r ê t
10 h. 30, rassemblement sur la p l a c e
qu'auraient les ouvriers à s'affilier
N a t i o n a l e d e tous l e s congressiste
aux g r o u p e m e n t s d e c o n t r i b u a b l e s .
q u i n i p e r l o i s , ainsi que des camar;
Si, en e f f e t , ils ne p a i e n t pas de g r o s
(les des c o m m u n e s v o i s i n e s , et d é p a r t
i m p ô t s d i r e c t s , l ' E t a t se r a t t r a p e sur
au c i m e t i è r e pour y d é p o s e r une pal
eux p a r les i m p o t s i n d i r e c t s . L'n calm e , en s o u v e n i r d e s disparus d e
cul p r é c i s et c o n s c i e n c i e u x a p r o u v é
trois elases 11, 12 et 13. A 11 h e u r e
que 5 2 %
du salaire d e l ' o u v r i e r et d e m i e , vin d ' h o n n e u r c h e z M. Mor
r e t o m b e dans l e s caisses d e l'Etat van, c o n c e r t , et à 12 heures g r a n d
sous f o r m e s d e taxes sur le sel, sur banquet : p r i x , 15 francs,
l e sucre, sur l e c a f é , sur tous les
o b j e t s d e c o n s o m m a t i o n et d'utilisation courante.
SPÉCIALITÉ DE
Et l a r é u n i o n
se t e r m i n e p a r
l ' a d o p t i o n de l ' o r d r e du j o u r suivant
L e s m e m b r e s du S y n d i c a t des Con
t r i b u a b l e s d e Q u i m p e r l é , réunis en
A s s e m b l é e g é n é r a l e l e 11 D é c e m b r e
L a v o i r s — Fosses septiques
1932, à la salle Sosthène D a v i d , ont
C u v e s en béton a r m é p o u r c i d r e
v o t é tes r é s o l u t i o n s suivantes :
C l ô t u r e s a j o u r é e s et p l e i n e s
Visitez nos Rayons
ß
Quimperlé
d e s Marchés
du 9 D é c e m b r e
Aux Grands
i
A Bannalec
1932.
Vaches l a i t i è r e s
1.100. »
Génisses et vaches p l e i n e s . . . . 1.300. »
l'orcs ( l e k i l o )
7. »
Veaux ( l e kilo)
5. »
Froment
105. »
Soiglc
70. »
Orge
75. »
Sarrazin
75. »
Avoines
75. »
•Pommes de terre (les 100 k i l o s )
32. »
F o i n (les 500 k i l o s )
220. »
P a i l l e (les 500 k i l o s )
120. »
Son ( l e s 100 kilos, g r o s )
50. »
Son (les 100 kilos, d é t a i l )
65. »
F a r i n e du pays
164. »
Beurre salù ("la l i v r e )
8.50
Peurre d o u x ( l a l i v r e )
6.50
Œufs (la douzaine)
9. »
P o u l e t s v i e u x (la couple)
30. »
P o u l e t s j e u n e s ( l a couple)
30. »
Cidre pur j u s
250. »
Cidre o r d i n a i r e
200. »
REUNION DU CONSEIL MUNICIL A S A I N T E - B A R B E . — Dimanche,
BANNALEC
U. S. Q U I M P E R L O I S E ( i ) B.A.T. . .
P A L . — L e C o n s e i l m u n i c i p a l d e les s a p e u r s - p o m p i e r s d e Q u i m p e r l é
A L h É E N N E (1) P A R 4 B U T S A L ' Q u i m p e r l é se r é u n i r a s a m e d i p r o - ont e u leur f ê t e annuelle.
COURS
D E PERFECTIONNEInès l e d é b u t les Q u i n i p e r l o i s i m p o - M E N T . — L e p r o c h a i n c o u r s d e
c h a i n . 17 D é c e m b r e , à 20 heures.
L e m a t i n , i l s se sont réunis à la
sent leur jeu e t au b o u t d e 3 m i n u - p e r f e c t i o n n e m e n t
pour
l e s sousA l ' o r d r e du j o u r :
L e s maux d e tète, maux d e dents,
salle d e la m a i r i e , sous la p r é s i d e n c e
tes, R u s c i o m a r q u e à bout p o r t a n t . o f f l c i e r s et c a p o r a u x d e r é s e r v e est
1" Se rvice
Vicinal.
— P r o c é d u r e •du c a p i t a i n e G u y a d e r .
rhumatismes, la c o u r b a t u r e due à la
D i x m i n u t e s après, sur u n e belle f i x é au d i m a n c h e 18 D é c e m b r e , d e
de p a i e m e n t p o u r t r a v a u x et f o u r n i NEZOL.
A m i d i et d e m i , ils se t r o u v a i e n t g r i p p e sont guéris par Je
p h a s e d e jeu, l e m ê m e R u s c i o m a r - 10 heures à 12 heures, à la g e n d a r tures.
0 f r . 75 l e c a c h e t . — 8 f r . 50 la
salle M c r v a n , p l a c e -Saint-Michel, où
que un but m a g n i f i q u e . L a balle m e r i e d e B a n n a l e c . Sujets : l ' a r m e — P r o v i - était s e r v i l e b a n q u e t t r a d i t i o n n e l , b o i t e d e 12.
2" Succession
Moreati.
v o y a g e d'un c a m p à l'autre, puis, ment et t i r à la c i b l e .
sion à allouer à l ' a v o c a t et à l'avoué p r é s i d é par M. L i o t , m a i r e d e QuimDépôt : Pharmacie L e Naour
sur c a f o u i l l a g e , Martin m a r q u e l e
p o u r s u i v r e la p r o c é d u r e .
perlé ; la plus f r a n c h e g a i t é n'a cessé toules bonnes P h a r m a c i e s .
t r o i s i è m e but p o u r Q u i m p e r l é .
3" Enlèvement
des boues. — Re- de r é g n e r . A u dessert. M. L i o t a fait
P e u d e t e m p s avant l e repos, les
nouveltement
du
marché.
un p e t i t discours: d e c i r c o n s t a n c e
TRIBUNAL CORRECTIONNEL
A l r e e n s o b t i e n n e n t un but.
4 " Appareils
extincteurs
d'incen- auquel l e c a p i t a i n e G u y a d e r a réA la r e p r i s e , l e j e u est plus égal.
d i e . — R e n o u v e l l e m e n t du contrat. p o n d u . Ensuite, les m e i l l e u r s chanL e s v i s i t e u r s o p è r e n t plusieurs desdu 10 Décembre
1932)
(Audience
5°
Monuments
historiques
de teurs se firent a p p l a u d i r dans les
S C I K R I E . P A R Q U B T B I R I B
centes dangereuses, m a i s q u i n'abouQuimperlé.
— D e m a n d e d e subven- plus j o l i e s chansons d e leur r é p e r tissent pas.
B A N N A L E C — Tél. 18
M O I : L A N - S U U - M E R . — Un voleur
int
o
i
r
e
.
tion annuelle d ' e n t r e t i e n .
Sur descente des Quiniperlois, un
corrigible.
—, N o u s a v o n s relaté e n
0" Chemin
de Slang-an-Aman.
—
achète
en permanence toutes quantités de
son t e m p s l e v o l c o m m i s à Moolan, a r r i é r é v i s i t e u r f a i t line main dans
Demande de bonification
d'intérêt
par l e sieur C a l v a r y ,
m e n u i s i e r à la s u r f a c e d e r é p a r a t i o n , c'est j e
pour l'emprunt réalisé.
penalty irrémédiablement transforQuimperlé.
Dimanche prochain 18 Décembre
7" Chemins
ruraux.
— Demande
A TRÈS BONS PRIX
L e 14 N o v e m b r e d e r n i o r , passant m é p a r F . L e r o u x .
de 8 h. à 19 h.
d ' e m p r u n t à taux réduit p o u r la ré'
"
P
Les locaux cherchent à augmenter
à
Bazen-IIuen, i l p é n é t r a c h e z M
f e c t i o n des c h e m i n s ruraux.
Leslé, qui, m a l a d e , était alité. 11 de- la m a r q u e , mais la fin a r r i v e sans
8 " Réfection
et construction
îles
changement.
manda du feu, puis 'du c i d r e ;
M.
écoles de filles. — Mise en a d j u d i c a En o u v e r t u r e , l ' U . S. Q u i m p e r l o i s e
L e s l é lui d i t d e se s e r v i r .
Calvary
chez M " " C H A U V E L
tion.
ne se fit pas 'prier, et s'en alla, em- (2) bat l ' A l r é e n n e ( 2 ) par 4 buts à 0, A R R E S T A T I O N
EN FLAGRANT
9" Ecole de la Forêt. — A p p r o b a Restaurant M o d e r n e
portant la m o n t r e d e M. Leslé, mal- a p r è s a v o i r l e p l u s souvent d o m i n é . D É L I T D E V O L . — P r o f i t a n t de l'abtion du c a h i e r des charges.
gré les-protestations d e ce d e r n i e r .
Place S&lnt-Mlchel, Q U I M P E R L É
sence de M m e V v e Stéphan, née Ma10" Ecoles
primaires.
— Mesures
PREMIÈRE RÉSOLUTION
Au c o u r s 'de leur e n q u ê t e les genr i e G u i l l o r é , â g é e d e 71 ans, m é n a à prendre pour dégager l'école pour
la
d
a
r
m
e
s
a
p
p
r
i
r
e
n
t
q
u
e
le
m
ê
m
e
CalC o n f o r m é m e n t a u x décisions d e
GEORGES L E G U E T g è r e à T r o m e u r , Cutullic Jean, â g é
hâter les r e p a r a t i o n s . C r é d i t à v o t e r
v
a
r
y
avait
c
h
a
p
a
r
d
é
une
¡montre
F é d é r a t i o n N a t i o n a l e prises au cours du
de 42 ans, m a r i n - p é c h e u r à L a n CHIRURGIEN - DESTISTE
11" Chômage.
— Mesures à p r e n ASSEMBLÉE
GENERALE
D E S chez M. E a v e n n e c , au V r o n n e c .
I V C o n g r è s d e P a r i s , l e 'JG Octobre
-othan, en Riec-sur-Bélon, est e n t r é
Bon.' 1 DU L A L A Ï T A , B E L - A I R
dre.
- de la Faciliti de Paris 1932, la cotisation d e s m e m b r e s du
M É D A I L L E S M I L I T A I R E S . — L'asD e v a n t Je tribunal, l ' i n c u l p é redans la m a i s o n , o u v r i t l ' a r m o i r e o ù
12" Traitement
du receveur
mu- semblés g é n é r a l e d e la 253" section c o n n a î t l e v o l c o m m i s c h e z M . EaQ U I M P E R L É - Tki.. 151
Syndicat est portée h 15francs avec
1 8 , Rue S a v a r y (Maison R i v a l i l i )
p r i t un p o r t e - m o n n a i e c o n t e n a n t
nicipal.
abonnement nu « Rriveil du Contribuades M é d a i l l é s m i l i t a i r e s s'est tenue v e n n e c ,
nie énergiquement
mais:
quelques f r a n c s et une b o u t e i l l e d e
ble » e t ¡i 5 f r a n c s (sans a b o n n e m e n t
13" Société
de signalisation
rou- d i m a n c h e d e r n i e r , dans la salle des l ' a u t r e l a r c i n .
QUIMPERLÉ
rhum. M m e Stéphan p r é v i n t la g e n au j o u r n a l ) p o u r les c o n t r i b u a b l e s qui
tière. — D e m a n d e d e pose d ' a p p a - m a r i a g e s à la m a i r i e .
C o m m e il a déjà é t é c o n d a m n é
d a r m e r i e qui se mit à la r e c h e r c h e
Consultations tous les jours, sauf le lundi
ne p o u r r a i e n t -pas p a y e r leur cotisation
Prix défiant toute concurrence
eils.
_ Aux
Médaillés
d e Q u i m p e r l é pour v o l au d é t r i m e n t d e M m e Bodu v o l e u r .
entière.
14" Monument
J. Le Louédec.
— s'étaient j o i n t s d e n o m b r e u x cama- dren, à Belle-Vue, en Q u i m p e r l é , il
Il fut t r o u v é dans un c h e m i n d e
S
u
b
v
e
n
t
i
o
n
.
DEUXIÈME RÉSOLUTION
rades d e C l o h a r s - C a r n o ë t , Moëlan, se voit i n f l i g e r cette f o i s une jieine
D E C L A R A T I O N D E C H E V A U X E T s e r v i t u d e qui c o n d u i t à K e r n i t . I l a
15° Terrain
de Kergostic,
— De- A r z a n o , R i e c , Q u c r r i e n , Saint-Thu- de 4 miois d e p r i s o n .
V
E
H
I
C
U
L
E
S
.
—
N
o
u
s
r
a
p
p
e
l
o
n
s
que
COURS
I ) E PERFECTIONNEété c o n d u i t d e v a n t l e P r o c u r e u r d e
L a création p a r la Fédération d ' u n e
mande
d'approbation
d e lotisse- r i e n , etc.
les c h e v a u x et les v é h i c u l e s automo- la R é p u b l i q u e à Q u i m p e r .
Caisse <lc Héslstance est a p p r o u v é e e t . M E N T . — L a p r o c h a i n e séance d e
ment.
CLOIIAHS-CAUNOET.
—
Blessures
M"
L
e
P
o
u
p
o
n
,
p
r
é
s
i
d
e
n
t
,
o
u
v
r
e
la
biles
d
o
i
v
e
n
t
être
d
é
c
l
a
r
é
s
à
l
a
Maic o n f o r m é m e n t a u x instructions « l e l ac o u r s 'de p e r f e c t i o n n e m e n t pour les
Cutullic a d é j à été c o n d a m n é p o u r
— L e 13 Juillet rie, avant l e 31 D é c e m b r e .
10" Pupilles
des écoles
publiques. séance. A p r è s a v o i r r e m e r c i é les ca- par imprudence.
F é d é r a t i o n , i l l u i sera adressé annuel- sous - o f f l e i e r s ,
c a p o r a u x - c h e f s et
vol.
1932,
une
c
o
l
l
i
s
i
o
n
assez
g
r
a
v
e
eut
l e m e n t une cotisation
supplémentaire c a p o r a u x d e r é s e r v e , est f i x é e au — D e m a n d e d e s u b v e n t i o n .
m a r a d e s qui ont r é p o n d u à l ' a p p e l
de 1 f r a n c par m e m b r e adhérent et «lej e u d i 22 D é c e m b r e , à la m a i r i e d e
C o m i t é s e c r e t : d e m a n d e s d i v e r s e s , du C o m i t é , i l leur f a i t part d e son lieu au tournant 'de P e t i t - K e r n é n e z ,
sur la route qui c o n d u i t de Q u i m p e r 200 f r a n c s pour l e Syndicat.
assistances
d
i
v
e
r
s
e
s
.
i n t e n t i o n d e d é m i s s i o n n e r , n e pouQ u i m p e r l é , d e 20 heures' à 22 heulé à la plage du P o u l d u , e n t r e une
vant plus, d e p u i s q u ' i l a quitté n o t r e
es. Sujets : T o p o g r a p h i e , a r m e m e n t
TROISIÈME RÉSOLUTION
v o i t u r e a u t o m o b i l e , appartenant' à M.
v i l l e , assumé les c h a r g e s que c o m L é g e r , d e P a r i s et c e l l e p i l o t é e p a r
Chaque m e m b r e du Syndicat accepte
p o r t e la f o n c t i o n d e p r é s i d e n t .
la décision d u Congrès r e l a t i v e à la C L A S S E S 1932-1933. — Recense
M. Joseph C e r i s i e r , c o m m e r ç a n t , rue
On
p
r
o
c
è
d
e
d
o
n
c
au
r
e
n
o
u
v
e
l
l
e
de la classe
g r e v o p a r t i e l l e de l ' i m p ô t p o u r 19:13 et ment du 2" conlinqenl
du P o r t à L o r i e n t .
ment du bureau, q u i est constitué
s'engage h retenir la s o m m e d e 100 f r . 1932 et du 1"' continuent
de lu classe
Dans cet a c c i d e n t , M. C e r i s i e r fut
Chirurgien-Dentiste
c
o
m
m
e
suit
:
(20 f r a n c s pour les cotes Inférieures à 1933. — L e M a i r e de la v i l l e de Q u i m
g r i è v e m e n t blessé à la tête, et sa v o i Ragondin, Astrakan, Loutre,
100 f r a n c s ) sur les i m p o s i t i o n s q u ' i l s serlé i n v i t e les jeunes, gens q u i p a r
P r é s i d e n t , M. H o t t e ;
—
D.
F.
M.
P.
—
lure f o r t e m e n t e n d o m m a g é e .
auront ¡i verser entre les mains du per- eur âge a p p a r t i e n n e n t à la 2" f r a c
V i c e - p r é s i d e n t s , MM. Mell et Char
R a t m u s q u é , T a u p e , etc...
L e T r i b u n a l r e p r o c h e à M. L é g e r
cepteur.
les ;
lion d e la classe 1932, c'est-à-dire
d ' a v o i r trop s e r r é sur sa g a u c h e en
S e c r é t a i r e , M- M a d e c ;
QUATRIÈME RÉSOLUTION
ceux qui sont nés entre l e l * r Juin
doublant
un c y c l i s t e d a n s l e tourT r é s o r i e r , M. À u d r e n ;
et l e 31 D é c e m b r e 1912, et les jeunant p r é c i t é .
PETITS VÊTEMENTS MODE
Chaque m e m b r e du Syndicat s'engage
T r é s o r i e r - a d j o i n t , M. L e L i d e c ;
nes
gens
d
e
la
1'"
f
r
a
c
t
i
o
n
d
e
la
A p r è s une h a b i l e ' p l a i d o i r i e d e M"
h soutenir, m ê m e pécuniairement, p a r
3, Place Hervo, 3
MM.
Josse
et
L
e
CunfT
sont
désiVisse 1933, c'est-à-dire n é s du 1
cotisation suppeémentaire, les m e m b r e s
A l i z o n , M. L é g e r
est c o n d a m n é à
gnés c o m m e c o m m i s s a i r e s aux c o m p QUIMPERLÉ Téi.uo
q u i seraient o b j e t d e poursuite moti- Janvier 1913 au 31 Mai 1913, à se
50 f r a n c s d ' a m e n d e .
tes.
D F U I D n
argenté,
croisé,
russe,
vées par l e u r obéissance aux ordres d e présenter i m m é d i a t e m e n t à la maiM" L e P o u p o n est n o m m é présila F é d é r a t i o n .
rie, s'ils ont leur d o m i c i l e dans la
Q U I M P K H M Î . — Vol. — Jules L e Néi l L H A I I I I » b e l i n e , i s a b e l l e , n a t u r e l , etc...
dent d ' h o n n e u r .
î o m m u n e d e Q u i m p e r l é , munis du
zet, n é à K e r y a d o , en 1911, menuiCINQUIÈME RÉSOLUTION
M. Hotte, le nouveau p r é s i d e n t , re- sier,
i v r e t d e f a m i l l e d e leurs parents
demeurant à Levallois-Perret,
MARQUE D E DISTINCTION. —
Les m e m b r e s d u Syndicat donnent ( p i è c e i n d i s p e n s a b l e ) .
le domicile paternel,
. ' A c a d é m i e d e M é d e c i n e vient d e m e r c i e l'assemblée d e la c o n f i a n c e avait quitté
c i n t r é e s ou d r o i t e s , S K U N G S
p l e i n s p o u v o i r s au Conseil d ' A d m i n i s La loi o b l i g e les parents ou tuteurs l é c e r n e r une m é d a i l l e d e b r o n z e à q u ' e l l e v i e n t d e lui t é m o i g n e r , et e m p o r t a n t une s o m m e d e 15.000 f r .
et O P O S S U M 1 e r C H O I X
t r a t i o n pour toutes les décisions r e l a t i L e Stunf, m é d e c i n - assure les m é d a i l l é s ' m i l i t a i r e s qu'il et v i n t à L o r i e n t , où il eut v i t e fait
à f a i r e i n s c r i r e les j e u n e s gens qui M. l e d o c t e u r
ves h la « r ê v e d e l'impôt qui seraient t'i
ne f a i l l i r a pas à son d e v o i r et q u ' i l de « boulotter la galette » .
hef à l ' h ô p i t a l d e Q u i m p o r l é .
sont
absents
o
u
e
m
p
ê
c
h
é
s
m
ê
m
e
si
prendre jusqu'il la prochaine assemblée
Nous lui adressons
n o s f é l i c i t a - f e r a tout son possible p o u r r e n d r e
Se trouvant d e nouveau sans resgénérale e t s'engagent
à obéir a u x •es d e r n i e r s sont déjà liés au serd i g n e de la c o n f i a n c e qui a été mise sources, il v i n t à Q u i m p e r l é , c h e z
v i c e par un e n g a g e m e n t v o l o n t a i r e . tions.
o r d r e s d e la F é d é r a t i o n .
en lui.
la m è r e
d e son b e a u - f r è r e , M m e
T R I B U N A L DE SIMPLE POLICE.
Et l'assemblée se t e r m i n e p a r la Rouai, m a r c h a n d e d e bonbons, r u e
A u d i e n c e du 8 D é c e m b r e 1932, lecture du r a p p o r t m o r a l et finan- C o r n i c - D u c h ê n e .
Naturalisation, Achat de Peaux brutes
sous la p r é s i d e n c e d e M. L a m p é r i è r e , c i e r , présenté p a r M. Mell, et a d o p t é
Accueilli
avec
bonté
par M m e
lige ; M. R a v a z é , c o m m i s s a i r e d e à l ' u n a n i m i t é .
Rouat, devant laquelle il avait e x c i Les meilleurs Prix
Ton» Style»
/.„ meilleurs Prix
p o l i c e r e m p l i s s a i t les f o n c t i o n s (le
pé d e s e s r e l a t i o n s f a m i l i a l e s , il
m i n i s t è r e p u b l i c ; M. Mell, g r e f f i e r .
mangea à sa table,
l'entretint des
L e s c o n d a m n a t i o n s suivantes o n t
siens et a c c e p t a le lit qu'on lui o f té p r o n o n c é e s :
frait.
Ivresse, 3 condamnations à 5 f r .
L e I! N o v e m b r e , d a n s la nuit il se
12, Place Saint-Michel,
QUIMPERLÉ
' a m e n d e ; d é f a u t de l u m i è r e à auto,
leva, fractura ' l ' a r m o i r e d e la b r a v e
Pour T R I C O T E U S E S
à 5 f r . ; à. b i c y c l e t t e s , 9 à 5 fr. ; à
f e m m e et fila sans t a m b o u r ni t r o m c h a r r e t t e , 1 à 5 f r . ; défaut d e perpette e m p o r t a n t les é c o n o m i e s d e 'la
Toute la Literie - Sommier» - Matelas - Fauteuil»
Che»
D e n t e l l e s , P o u p é e s et F a ï e n c e s b r e t o n n e s
mis d e 'Conduire, 1 à 5 f r . ; p a c a g e
p e t i t e m a r c h a n d e , soit (¡00 francs'.
Carpettes - Lit» fer - Glace»
Rue Cornic-Duchôno
" a n i m a u x , 1 à 3 f r . ; n u m é r o illisiPyrogravures
— Grès d'Art
breton
Après
p l a i d o i r i e - de M" F o u r n i s .
QUIMPERLÉ -Tél.49
b l e à auto, 1 à ,r> f r . ; « l é f a u t d e plaJules L e N é z e t est conWamné à t r o i s
que d e c p n t r ^ l e , 1 à 15 f r .
m o i s et un j o u r de p r i s o n .
Aucune douleur n'y résiste
ADFFBET-BODALLEG
BOIS SUR PIEDS ET ABATTU
Fl
Fonrnitnres ponr Entrepreneurs et Ebénistes
MATCH DE PING-PONG
SÉBASTIANIS, Entrepreneur
TOUS TRAVAUX en BÉTON ARMÉ
r
f Grand Choix de Fourrures
• MANTEAUX
J. G U I B O U R G
CABINET DENTAIRE
i
i
i
i
U n très g r a n d Chois de M E U B L E S
JEAN
L E G A L L
COLLETS, ÉCHARPES
Cravates, Cols, Garnitures
i
Téléphone
LAINES
Ch. D É S A R D
N° 56
6. HOTTE
Rue Savary
QUIMPERLÉ
Wk
lau
«... \ «
» " i„
.....,
M
U o . ration o o m p o . ^ c d a M m c n l « r « .
colli-, nur l i f e r m e ci compi.!!*., par un
•néUnge eunccniré fern m e r v e i l l e . C o
m < l a n * e c o m p r e n d 15 % de .on. 25 %
o o tourteau f . rachitic) et 60 % d e
RIZ
Q U I ML F E
Et la hit Mill* ( B abondanceÊetin è l'Otfía
O . i h d» Uditili*,
ttb Ulm.
fari» ( r i
—
•'•
CLOHAR8-OARNOET
CRETONNE
COTON
POUR
FINETTE
COTON
NOIR
«
TOILE
CRÉMÉE,
TOILE
POUR
TOILE
LESSIVÉE,
TOILE
LESSIVÉE,
1/2
2.50
MOUCHOIRS
de
—
»
blanchie,
Article
mi-fil, article lourd, largr
BRETAGNE,
—
exceptionnel,
largr
largeur
liteaux
TORCHONS,
DE
TABLE,
SERVIETTES
DE
TOILETTE,
4.25
TAIES
éponge.
cretonne, , ourlets
D'OREILLER
à jours.
»
7.50
—
1 6
—
15.
»
5.
»
La
pièce
KO
DRAPS
jours
100 c m , s a c r i f i é .
2 2 0 cm
240c'"....
60 c
m
échelle.
En 200x320
_
5.
»
SERGE
13.
»
LAINAGE
30.
»
—
En
100X275
20.
»
PURE
n o i r et m a r i n e s e u l e m e n t .
LAINE,
Largeur
90
Largeur
90
9 . 5 0
12.
»
1 4 . 5 0
UN
STOCK
de LAINAGES,
p r r o b e s u n i s e t f a n t a i s i e . L a r g e u r 140
25.
»
16.
Un STOCK
de LAINAGES,
p r m a n t e a u x , t r è s b e l l e q u a i . L a r g ' 140
25.
»
VELOURS
DIAGONALE,
........
garantie pur fil, crémée, à profiter, Iargr
—
ll'curi.
tissu
5.
LAINAGES â SOIERIES
rouges, largeur
—
couleur.
damier
SERVIETTES
3 . 5 0
recommandé,
m i - f i l , q u a l i t é s u p é r i e u r e , l a r g r 200 c"'
—
Cholet, carreaux
dz
»
2 . 5 0 '
*
p o u r r o b e s et tabliers.
FANTAISIE,
2 2 0 c"'
27.
»
CRÊPE
DE
l a r g ' 240 cm
29.
»
CRÊPE
SATIN
haute nouveauté, pour robes. L a r g '
70
soie artificielle, tous coloris
CHINE,
en m a r o c a i n , très belle qualité
15.
»
9.
»
28.
»
ECIIARPES
coloinbia,
DROITES,
f a ç o n taupe ou castor
RENARDS
MOUFLON,
naturel, belle
RENARDS
ISABELLE,
grande
RENARDS
FANTAISIE,
RENARDS
SITKA,
RENARDS
SKUNGS,
qualité
taille, d o u b l a g e
haute
soigne
nouveauté
naturel,
RONDS
—
premier
COLLETS
Valeur
100
50
Valeur
300
francs,
vendu.
200.
000
francs, vendu.
425.
550
francs, vendu.
390.
(500
francs, vendu.
450.
Valeur
choix,
article
ECHARPES
garanti
-
Valeur
CRAVATES
CHEMISES
DE
JACQUARD,
ou
article
PANTALONS
NOUER,
CALEÇONS,
de
dessins
article
fortes. L a
fort
PARDESSUS
RAGLAN,
MANTEAUX
CUIR,
rayés,
article
d'usage.
VESTON,
COMPLETS
FANTAISIE,
forme
doublage
»
PARURES,
4.
»
BAS
DE
FIL,
3 . 5 0
BAS
l)E
LAINE
BAS
DE
classique,
draperie
UN
»
»
»
»
GARNITURES
rose, b " " q " . L a c h e m i s e et l e pantalon
LINGERIE,nansouk
linon
rose brodé, qualité supérieure.
article
SOIE
Les 2
solide.
mixte, qualité
extra.
teintes
«LILIANE»,
16.
»
CAMISOLES
manches
TRICOT,
CHEMISES
AMÉRICAINES,
145.
»
CHEMISES
DE
225.
»
BLOUSES
teint
125.
»
fantaisie
225.
) )
grand
très belle d r a p e r i e , peigné
»
1 7 . 5 0
Exceptionnel.
chaud
Pour ENFANTS :
L a s e c o n d e m i - t e m p s fut peu intéressante par suite de la nette s u p é r i o rité d e s locaux qui m a r q u è r e n t t r o i s
n o u v e a u x buts c o u p sur c o u p . Et les
M c l g v i n n o i s se v o y a n t écrasés, quittèrent le j e u 20 m i n u t e s avant la fin.
Chez les p a t r o n n é s , toute l ' é q u i p e
est à f é l i c i t e r ; une m e n t i o n s p é c i a l e
à l ' a v a n t - c e n t r e et à l ' i n t e r - d r o i t .
Chez les visiteurs, île g o a l fit une
b o n n e partie. A r b i t r a g e i m p a r t i a l .
pièce.
belle draperie
qualité extra,
—
30.
LOT
DE
=o=
velours
CULOTTES,
NOTRE
à
ou
MANTEAUX,
AU
PRIX
COUTANT
»
22.
»
6.
»
SCAER
7.
»
La
paire....
1 7 . 5 0
Les
2
30.
ASSEMBLÉE
ANNUELLE DE LA
L I G U E D ' A C T I O N C A T H O L I Q U E (18
Décembre). — Dimanche prochain,
à l'issue d e la mesae de huit h e u r e »
se t i e n d r a l ' a s s e m b l é e annuelle d e s
m e m b r e s de la L i g u e
Catholique.
N o u s d o n n o n s rendez-v(Tus à tous les
ligueurs à ¿a salle d e 'l'Ecole SaintAiain.
paires
)>
1 9 . 5 0
A
1 6 . 5 0
profiter
1 9 . 5 0
15.
»
ROBES
=o
=
12« »
D e 0 à 12 a n s
—
—
—
SPORTIFS,
chez
ECOSSAISES,
—
—
—
DOUBLE
—
TALHOUARN
OREILLERS
R u « Brémond-d'Art, Q U I M P E R L É
un grand choix do
ÊDREDONS
DESCENTES
CHAUSSURES DE FOOT BALL
RIDEAUX
Prix t r i s l n t é r e i « » n t » .
SATINETTE
FATIGUE
'
pure laine, filets bleus, taille 175x220
BLANCHES,
PIQUÉES,
GONFLANTS,
LITS,
guipure,
FINE,
—
pour
—
—
taille 175X220
—
grands
—
pour
grands
lits
lits
e n v e r s blanc, en or, ciel, rose,
intérieur garanti
pure
beau coutil satin, intérieur
GARNIS,
DE
FACE,
—
laine,
en
pour
grands
lits
195X220
100.
plume épurée
satinette line, g a r n i s m i - d u v e t
dessins Jacquard, franges, belle qualité
fantaisie,
largeur/
60c".
pour édredons ou couvre-pieds,
Le
mètre
toutes teintes,
largeur
130 c'".
Le
mètre
»
cl
65.
»
90.
»
7 5 .
»
» 5 .
»
175.
»
85.
»
22.
»
© 5 .
»
1 3 .
»
2.
»
6.
»
CORMORANS
DE
PENMARCH
B A T T E N T E. S. R O S P O R D I N O I S E ,
A 2. — V i c t o i r e m é r i t é e d e s vls't»
reurs, qui, au r e p o s , menaient' p a t
X à 0, <iont 1 p e n a l t y t r a n s f o r m é .
A ia r e p r i s e , l e jeu est p l u s é g a l ;
à in 35" minute, R o s p o r d e n ¡marque.
h la 41" minute, P e m i t o r e h p o r t e la
m a r q u e à 4, et à la d e r n è i r e m i n u t e ,
l ' E t o i l e r e n t r e son d e u x i è m e 'but,.La
lin est s i f f l é e sur l e s c o r e d e 4 à 2.
paire
écossais
I)E
14.
AMEUBLEMENT
COUVERTURES
ROSPORDEN
paire
fort
RAYON
SOLDÉS
côtes. Quantités limitées.
uni
COMITE DU TIMBRE
ANTITUB E R C U L E U X . — L e comité de vente
du T i m b r e a n t i t u b e r c u l e u x est d é s i g n é ainsi q u ' i l suit, sur la p r o p o s i t i o n d e M. l e M a i r e : p r é s i d e n t , M.
F. C a d o r e t ; m e m b r e s , MM. V. Quem a r , F . T a l l e c , L e Gall, a d j o i n t an
m a i r e ; L o u a r n , c u r é - d o y e n ; les d i recteurs et d i r e c t r i c e s dès é c o l e s p u b l i q u e s et p r i v é e s ; t r é s o r i e r , M. Jaffrézic, secrétaire de mairie.
La
rose, manches longues.
beau vichy,
PALETOT,
TOUT
pièces
l a i n e et soie. B l a n c ou r o s e . . .
finette
NUIT,
RIEC-SUR-BELOM
L A C L A S S E « D U CHOC » , — On
nous p r i e d ' a v i s e r les c a m a r a d e s des
classes 11, 12 et 13 d é s i r a n t se j o i n d r e aux amis de tout l ' a r r o n d i s s e ment, le d i m a n c h e 18 D é c e m b r e ,
qu'ils d o i v e n t s ' i n s c r i r e le p l u s r a p i d e m e n t p o s s i b l e c h e z M. F r a n ç o i s
R a o u l , n é g o c i a n t au b o u r g d e R i e c sur-BéJon.
La
mode.
longues, article
A L'ECOLE PIQIER, 9. Pue d e s
F o n t a i n e s L O R I E M T , l'étude du « H R '
merce est essentiellement pratique
et r a p i d e , cette é l u d e ¿ t a n t f a i t e
a v e o les D O C U M E N T S R E E L S e m p l o y é s d a n s le C o m m e r c e , l ' I n d u s trie et la B a n q u e .
Placement a s s u r é des Elèves.
Au repos Vannes menait par 1 à
0. En s e c o n d e m i - t e m p s , les K o r r i gans m a r q u è r e n t c i n q f o i s sans q u e
les v i s i t e u r s puissent s a u v e r l ' h c n 1.'-eur.
En o u v e r t u r e , K o r r i g a n s ( 2 )
fcat
A.S. R o s p o r d e n (2) p a r 2 buts à 0.
molletonné,
La
COMPLETS
PARURESde
15.
38.
intérieur
chaud.
FANTAISIE
»
paire
éclair
hygiénique,
francs, vendu.
Pour DAMES
19.
modes.
fermeture
jersey
2 cols
coton,
mailles
MOULINÉES,
A
PULL-OVER
GILETS
percale, avec
llanelle
TRAVAIL,
CHAUSSETTES
CRAVATES
belle
francs,
FANTAISIE
P o u r HOMMES
FANTAISIE,
des cours
vendu.
50. »
Valeur
Valeur
pointillé, belle qualité
COLLETS
CHEMISES
NEVEZ
ETAT-CIVIL.
— '
Naissances:
Xnoitr Y vos. de K e r o r e n ; F i a t r è s
Denise, de P o n t - G u e n n e c ;
Flairés
Jean, de P o n t - G u e n n e c ; B o u t é e Daniel,
de
Trcinorvcaen :
Daniélcu
A n n e , de Ham-dellou ; GulMou D a n i e l ,
de K e r s t o l e n ,
¡1 aria ¡¡c x : M a r r e c Y v e s , d e T r é v i anon, et Sellin M a r i e , de Me«;i«?ur ;
Ciuyadcr Joseph, d e Mcsmeur, et L e
Beuze Y v o n n e , d e K e r d r u c .
Décès : L e D œ u f f G o r e n t i n , d e K e r o r e n , 82 a n s ; L e B r i s Y v e s , d e
K e r a n g l a z e , 60 ans.
A.S. R O S P O R D I N O I S E B A T T U E A
VANNES P A R LES KORRIGANS :
6 A O. — S c o r e qui i n d i q u e b i e n la
p h y s i o n o m i e d e la p a r t i e , l e s l o c a u x
a y a n t loué p r e s q u e c o n t i n u e l l e m e n t
dans l e c a m p o p p o s é et R o s p o r d e n
ne
réussissant que de r a r e s é c h a p pées.
FOURRURES
L e s é p o u x L e Gall firent a p p e l de
oe jugement. Mais la C o u r d ' A p p e l
de R e n n e s vient d e l e c o n f i r m e r pur e m e n t et s i m p l e m e n t .
Mécontents, les d e u x
époux
se
sont p o u r v u s en cassation.
E T A T - C I V I L . — Naissances, — Therese Kavepncc, m Kcrsotlf; Denis Le Lamer, Si Ki-rnulniéncr; Joseph Cornili, à
Kcrscao; Hubert Le Gnern, ¡i Kcrvdßnnt;
Joseph' Lolllction, à Kcrjjuévlllc; Pierre
Lozachineur, il Kerdounlcn; Andrée-Marie Le Torrec, ù Drl^ncaii J Robert Lollichon, il Kerdueil; Jean Ix' llourhis, au
Bourg ; Jeanne Mallet, à Pont-Ville; Hern!« Le Tallee, h Kéroiier; Yvonne Co*t« ü i o u . à Laïuie-Kergulp ; Antoinette (la.
pit'nine, h Lamtieurnou; Marguerite Le
llourhis, à Lnnrlot ; Marie Orvocn, à
LoMlc-KcrhrézILlic; Simone Derrlen, à
Krrcndorct.
Marianes. — Albert Orinoli, marin de
l'Etat, h Kcrmeurblhaii, et Irène Jounn.
cultivatrice il Kerguiltuouet ; Joseph David, marin de commerce il Kerhultcn, et
batiste blanche, vignettes tissées couleur. L a
TOILES
UNE A F F A I R E DE COUPS EN
A P P E L . — L e 31 Juillet d e r n i e r , à
la suite d ' u n e p a r t i e d e boules, une
discussion éclata e n t r e M. Joseph
Raoul, 31 ans, de P e n h o a t - C a d o l et
les é p o u x L e G a H, débitants à la
C r o i x d e L a n a r d e . M. I,e Gall, qui
avait p e r d u la partie, avait r e f u s é
de p a y e r lu tournée.
D e la discussion
on
passa aux
coups. La f e m m e L e Gall s ' a c c r o c h a
à M. Raoul, t a n d i s que son m a r i porta au c u l t i v a t e u r un magistral c o u p
de p i e d au bas-ventre.
Raoul subit He ce fait une incapac i t é de t r a v a i l d e 20 jours.
En
son a u d i e n c e du 29 O c t o b r e
d e r n i e r , le T r i b u n a l
correctionnel
de Q u i m p e r l é c o n d a m n a le sieur L e
Gall à 15 j o u r s d e p r i s o n f e r m e , et
sa f e m m e à 15 j o u r s de p r i s o n a v e c
sursis ; ils d e v a i e n t en outre v e r s e r
à leur v i c t i m e une s o m m e d e 2.500
f r a n c s à t i t r e de d o m m a g e s - i n t é r ê t s .
ET
MOUCHOIRS
3.
—
—
cretonne
DRAPS
CRÊMÉE,
LUXE
2.30
NOS
TOILE
OHAU88URE8
mètre.
—
blanc, ciel, s a u m o n ,
g r a n d teint,
FIN,
BLANC
p a r 10 m . , l e
supérieure,
LINGERIE,
MELQVEN
M.
.
«MIT-AVEU
article d'usage,
CHEMISES,
POUR
DE
Voua trouverez
..
COURS
DE
PERFECTIONNE M E N T . — La prochaine séance d e
c o u r s d e p e r f e c t i o n n e m e n t est fixée
au s a m e d i 17 D é c e m b r e , . p o u r l e s
s o u s - o f A c i e r s e t c a p o r a u x de r é s e r v e .
La c o n f é r e n c e aura l i e u à la m a i r i e
d e P ô n t - A v e n , d e 20 h e u r e s â 22 heures. Sujets : T o p o g r a p h i e , a r m e m e n t .
lingerie
qualité
ECRVE,
CRÊMÉE,
Cette v i c t o i r e et celle d u d i m a n c h e p r é c é d e n t sur la G u i d e l l o i s e , i)
Guidel, par «J à 0, p r o u v e n t le r é v e i l
steWistc.
D è s le c o u p d ' e n v o i , les Z è b r e s se
m o n t r e n t m e n a ç a n t s et o b l i g e n t le
goal visiteur à d é p l o y e r tout sou
brio.
Quelques
minutes avant
la
pause, les StelUstes o u v r e n t la marq u e p a r leur inter d r o i t ; et p e u
« p r è s , l ' a v a n t - c c n l r e visiteur m e t les
deux é q u i p e s à é g a l i é .
pour
D'EPINAL,
TOILE
E . S. M O E L A N B A T A . S. M E L G V E N P A R 4 A 1. — Battue à l ' a l l e r
par 4 buts à (), l ' E t o i l e S p o r t i v e
M o ë l a n n a i s c a pris une éclatante
r e v a n c h e sur sa r i v a l e , l ' A s s o c i a t i o n
Sportive Melgvinnoise.
:• •
COTONS
SHIRTING
TOILE
•OILAN-SUR-IIER
- H-***'*
!
PRIX
CONOARNEAU
PASSAGE DU PERCEPTEUR.
L e p e r c e p t e u r d e Quinvperlé se tiendra lundi p r o c h a i n 19 D é c e m b r e , à
la m a i r i e d e L o e u n o l é , à la disposit i o n des intéressés, p o u r la p e r c e p t i o n d e s i m p ô t s et le p a i e m e n t d e
c e r t a i n * mandats.
,
•• :
RECLAME GENERALE
Mariages:
P i e r r e B r a n g o u l o , cultivateur
nu H é d e r et S t c p h n n i e * A u (Iren, c u l t i v a t r i c e à K c r v é o .
Joseph L e C o u p a n e c , m a r i n
de
K c r y a d o , et A l i c e J o l i v c l , de V i l l e neuve.
A l b e r t M a r i é e , m a r é c h a l des l o g i s »
à M o ë l a n et Anna Brangoulo, tle L o couarn.
L o u i s L e Guennou, c u l t i v a t e u r au
G r a n d L é t y et Marthe
Le
l>elliou,
cultivatrice à Korvélan.
Décès:
A n t o i n e t t e A u d r e n . ii D o ë lnn; A l e x a n d r e L e GofT, à K e r i n e r r i e n ; A n n a L e Bris, au ( i r a z e l l o u ;
P i e r r e L e Guennou.
à
Langhuic ;
Joseph L o z a e h m c u r
à
Kerzellec ;
A n n e Salaun, à K c r s u l é ; P i e r r e Guillou, aux Grands-Sables.
A u c o u r s xle la b a g a r r e , le jeune
S... porta p l u s i e u r s c o u p s d e couteau
à son c a m a r a d e R..., lui o c c a s i o n n a n t
d e s blessures à la tète.
L e s deux antagonistes jouissaient
jusqu'à présent d'une b o n n e réputation.
La g e n d a r m e r i e a o u v e r t une
enquête.
LOCUNOLE
•
"
Du Vendredi 16 au Samedi 31 Décembre 1932 inclus
E T A T C I V I L . — Naissances
: .lul i e n L e T h o f r , à VilliMteuvc ; Jeun
Courant, A P o r s g u e r n ; B e r n a d e t t e
Houl, à K e r v i g o u l o u s e ; D e n i s e Aud r e n , à K e r j o s e p h : ,lo!Îèi>h Nouât,
h Groas Uihiin;
Blandtne
Uhel, à
K e r j o s e p h ; Marcel L e Rciliancer, h
Q u e l v e z ; Olga JalTrézou,
à
Keranquernat.
COUPS DE COUTEAU.
—
Plusieurs d o m e s t i q u e s
revenaient
ens e m b l e , m a r d i G D é c e m b r e , d e la
f o i r e des P e n g o s s o u
à
Rosporden.
On avait bu f o r c e bolées, et l e s tètes
commençaient à s'échauffer.
A n retour, dans le train qui m è n e
de R o s p o r d e n à Concarneuu,
une
discussion éclata e n t r e
les
Jeunes
gens. A p e i n e d e s c e n d u s
du
train,
à 1« station d e la B c i s s i è r e , l e s jeunes d o m e s t i q u e s se p r i r e n t de nouv e a u de q u e r e l l e et on en vint aux
coups.
—
R L É
[Mnt>K-JMniH>.U Bloù, s. p., à K e f g i l l p ;
j l'tefre Tbatîfrtn, tliari.'MiôclieUr, à U t l Ke»j;tiip, et Maria Le l)n*e, eoututîtrc à
| M.némarzin ; Edouard .ilac<i, soldai d'arI t.ilerie eoloniaio, à Avessac (Loire-In! r'rieu'"1. et Marie l u Bœuff, s. p., à
( Kargoulouët ; François Even, marin de
I ' .'il..., a l'oilt-oimclien,
en
Rice-suri Bélon, et Françoise Picol, s. p., t\ K c Koulouët : Joseph Guilloré, marin di
l'Etat, à Uicf-du-Boio, et Aline jftff-.tzou, a. p., à K.'rcaUofeti ,!ean-Ml;re Le
Loze, marin-pêcheui, 1 Kendouaicn, et
Louise Favennec, s. p., à Kcrdounlen ;
Kcr»
l'en ¡»min 1 r lîîoa, cultivateur
witic, en Cloliars-Cfirno'Jt, et .tosiphine
... i-omiiis, i!Uiliva;ricc, h Kérafi '>»»>.
l'ublifdllons
de mari'rttfe.«. — .i<>neph
Le Gofl", nifcrin-pêehcur, It K«rcat'n, et
Madeleine Guellec, s. p., à Kern.'il^r, en
'dollars; Joseph Le Bris, ÉUltivatenr, au
-'arpont. et Yvonne Le Fennec, e u i t i v i Irice, à Kéranguenj Jean Le l'ennec, cul.
ti\ ateur, à Kerguen, et Marie Le liris, s.
p., au Carpont.
Décès. — Jean-Marie fotiesnatit, S1
nns, marin-pêcheur, i
fllorimont'i
Marie-Anne Madlgon, vetiVè L e Gall, 01 ani,
commerçante au Bourg; Louis Le Gàprec, 76 ans, cultivateur, à Kerlii(ult ;
Charles Phillpppn, 32 an«, cultivateur
à Pariou; JeanMarie Le Doice, OS ans,
iriarin-ipêcheur, à Kérouër ; Anonyme
Quentel, à Kervignac; François Favennec, 76 ans, farin-pCcheur, S Kersieol ;
Jean Le Boufhis, 3 jours, au bourg ;
Denise Le Lamcf, 21 jours, Kerquiiulner.
i
Du Vendredi 16 au Samedi 31 Décembre 1932 inclus
Les Magasins CORBIERRE
sont les plus importants et les meilienr marché
Programme.
— A p r è s l e s •comptesrendus f i n a n c i e r et m o r a l p r é s e n t é s
p a r MM. J é z é q u e L t r é s o r i e r et Guill a u m e F i o c ' h , s e c r é t a i r e , M. Soubig - u , p r o f e s s e u r au G r a n d S é m i n a i r e
de Q u i m p e r ,
nous
e x p o s e r a les t
Dangers
du
Socialisme.
N a l doute q u e
dront nombreux
Vous savez tous
e l l e - m ê m e est e n
le C h r i s t i a n i s m e
plus la s a u v e r ;
'les h o t r t m i s v i e n à
cette r é t m i o f l .
que la c i v i l i s a t i o n
d a n g e r et que seul
peut
une
fois d e
S E A N C E R E C R E A T I V E . — Samed i e t d i m a n c h e soir (17 et 18 D é c e m b r e ) à 20 heures, les j e u n e s
filies
nous o f f r e n t la p r e m i è r e s é a i n c e t h é à t r a l e d e la saison. D i s o n s q u e k u f
p r o g r a m m e est au m o i n s m o d e r n e ,
c'est tout c e que nous p o u v o n s d i r e
avant d o i ' a v o i r a p p l a u d i .
Inspiré
d'un d e s l i v r e s l e s plus c o n n u s e t
les plus lus dans c e s d e r n i è r e s années, « C h a n t e u s e de Hue»,
coméd i e en t r o i s actes, p a r G. Bossis, c o n naîtra c e r t a i n e m e n t du s u c c è s aup r è s des a m a t e u r s de b e a u s p e c t a c l e ,
AUTO
CONTRE
VOITURE.
—
Jeudi, v e r s 17 h. 15, M. Roïxert T o n pin. agent d'assurances, à S c a ë r ,
r e g a g n a i t son d o m i c i l e , lorsque d a n s
la c o t e d e P o n f - L e d a n , il c r o i s a
l'auto d e M. P..., vova-geor d e c o m merce. Les deux
voitures mirent
leurs phones c o d e s . O p e w l a n t , M.
T o n p i n , qui g r i m p a i t l a cñte à nne
allure très imedérée, ne v i t p a s q n ' i f
avait d e v a n t l u i une charrette... et
pour cause, c'est •qu'elle n'était p a s
é c l a i r é e ; il en résulta un t a m p o n n e m e n t qui, f o r t heureusement, w r ftrf
r a s très g r a v e .
M. S i n q u i n , m e n u i s i e r à S c a ë f , q u i
se t r o u v a i t d a n s l'auto, fut l é g è r e ment blessé p a r d e s éclats d u p a r e brise. Enquête.
Suite d e l a C h r o n i q u e r é g i o n a l e
en 4® p a g e .
CARHAIX
Dans le Département
QUIMPER
NOTRE
CINÉ
PARLANT.
—
Cette s e m a i n e , N o t r e C i n é p r é s e n t e :
l e g r a n d succès (le B a c h : L
Affaire
Blaireau.
Bach est de ces c o m i q u e s
i r r é s i s t i b l e s 'dont l ' a p p a r i t i o n suffit
à mettre, un a u d i t o i r e en gaieté. Sa
c r é a t i o n d a n s L'Affaire
Blaireau
est
u n e des m e i l l e u r e s de sa c a r r i è r e .
T o u t le mlondc v o u d r a v o i r Bach
•dans ce r ô l e 'de b r a c o n n i e r goguen a r d , t o u j o u r s s u p é r i e u r aux é v é n e ments. et t o u j o u r s hilarant.
F o u r t é m o i g n e r - d u succès c o n s i d é r a b l e (le L'Affaire
Blaireau,
il suffit
•de r e m a r q u e r que c'est le film qui a
été le plus souvent r e p r i s à l ' é c r a n
p a r les c i n é m a s p a r i s i e n s au c o u r s
«lu d e r n i e r s e m e s t r e .
En c o m p l é m e n t , un g r a n d c o m i q u e
p a r l a n t : Système
1) et les Actualités
p a r l a n t e s et s o n o r e s P a t h é - J o u r n a l .
P a t h é - J o u r n a l qui a c o m m e n c é a IMISser sur l ' é c r a n de « N o t r e C i n é » la
s e m a i n e ' d e r n i è r e a été très a p p r é c i é .
FOOT-BALL.
—
L a T o u r d'Auv e r g n e r e ç o i t ' d i m a n c h e , en m a t c h e s
c h a m p i o n n a t , les é q u i p e s p r e m i è r e s
et d e u x i è m e s
de
l'Etoile Sportive
Névézienne.
Les
C a r h a i s i c n s tiend r o n t à c o n f i r m e r une f o i s de plus
l a b o n n e tenue qu'ils ont d e p u i s le
d é b u t de la saison e n c h a m p i o n n a t .
AU
TRIBUNAL
CORRECTIONNEL
DE CHATEAU LIN
BGRRIEX. — Pas prudent.
— Jean
L e B o r g n e , 27 ans, d e T i l e z - B r e n n o u
en B e r r i e n , c i r c u l a i t
à
bicyclette,
a p r è s la t o m b é e de la nuit, sans être
m u n i de l u m i è r e . Il ne put, de ce
f a i t , d i s t i n g u e r sur la route un p i é t o n , c o n t r e lequel il v i n t buter,
le
blessant sérieusement.
Il
se
voit
infliger
25
francs
d ' a m e n d e pour blessures
et
deux
«'mondes; de 5 f r a n c s pour i n f r a c t i o n
au c o d e de la route.
HUELGOAT. — La vitrée brisée.
—
Louis Ollivier,
dit
P e t i t - L o u i s , 3f>
ans, m e n u i s i e r au Huelgoat, se t r o u
v a i t dans un d é b i t l o r s q u e , l e p a t r o n
v o u l a n t l e f a i r e s o r t i r , il v i n t , a v e c
Ile c o u d e , b r i s e r une v i t r e de la d e
vanture.
11 est d o n c p o u r s u i v i pour b r i s
d e c l ô t u r e et p a i e r a p o u r l e délit 10
francs d'amende.
SCMGNAC. — Des coups. — M a r i e
Beuzit,
55 ans, v e u v e L e Caim, de
P o n t - K e r m a r z i n , en
S c r i g n a c , ét
P a u l F r a n ç o i s , 50 ans; du m ô m e lieu,
se
sont
portés
mutuellement des
coups.
Chacun é c o p e d e 25 f r . d ' a m e n d e
a v e c sursis.
E T A T - C I V I L . — Xaissanccs. — Marcelle Le Moine, rue Constnnt-Lnncien
Lucien Le Bris, rue de Razollles ; Hcn
riette Bosson, rue Général-Lambert; Ginette Henry, rue des Carmes; Raymond
SolJicc, rue Renan; Hubert Couil
laud, avenue de la Gare.
Mariages. — François Pichon, terrassier, ii Poullaouen, et Marie Loget, cui
sinière ù Carhaix; Henri I>e Biiian, prin
cipal clerc de notaire au Faou et Germaine Bannie], s. p., A Carhaix.
Uèrds. — Marie-Anne Keraudren, 64
ans, hospice; Alain Goarnisson, 47 ans,
rue Jean-Jaurès; Henri Gourio, 24 ans,
à I'ipenj?. Indochine (transcription)
Frédéric Mélou, 61 ans, rue Général
Lambert.
FOIRES E T MARCHÉS
CAHHAIX, 10 Décembre. — On cote
aux 100 kilos : farine, 150 à 160 ; blé
f>5 A 100 ; seigle, 65 ; sarrasin, 65 il 70
avoine, 65 à 70 ; son, 80 ¡i 85 ; paille
125 à 135 ; foin, 200. Cours sans clian
Renient.
Taureaux 2, vendus h 3,40 le kilo ,
vaches en petit nombre, vendues dé
1.000 h 1.600 fr. pièce ; veaux, vendus
de 2.50 ¡i 3 fr. la livre sur pied ; porcs
gras de plus en plus rares, prix moyens
3,25 la livre sur pied ; les extras, 3,50
Cours soutenu sur les porcs gras.
Porcelets, amenés 80, vendu de 160
h 280 la pièce, pour ceux de 6 ii 10
semaines.
Beurre en gros, de 7 à 7.50 la livre ,
au détail, 8,50 ; œufs, 7,50 et 8 fr. la
douzaine.
Poulets, 25 à 35 au couple : lapins de
Rarenne, 8 ii 10 ; lièvres, 4 fr. la livre
bécasses, 12 fi 15. Marché très ordinaire
MAEL-CAHHAIX, 8 Décembre. — On
cote aux 100 kilos : Farines, première
qualité, 155 à 158; blé, 75 k. à l'hl., 05
h 100; seigle, 65 ù 68; sarrasin, 65 it
/0; avoine blanche, 68; grise, 70; noire
72; son, 90; paille, 1.000 kilos, 120 à
130; foin, 1.000 k„ 200 A 220.
POULLAOUEN
LES MONTAGNARDS BATTUS A
C O U R I N P A R LES CHASSEURS, 5
A 0. —
R e n c o n t r e c o n f i r m a n t la
v a l e u r des j u n i o r s g o u r i n o i s . D i s o n s
à la d é c h a r g e des v i s i t e u r s que ceuxci p r é s e n t a i e n t trois; r e m p l a ç a n t s .
L e t e r r a i n , r e n d u très glissant p a r
suite d e s récentes p l u i e s , r e n d a i t Je
c o n t r ô l e d e la b a l l e quasi-impossib l e et nuisit à la beauté du jeu. L e s
Chasseurs nous semblèrent plus à
il'aise sur cette p a t i n o i r e et le s c o r e
est lt\ qui i n d i q u e bien q u ' i l s surent
p r o f i t e r de cet avantage.
L e s M o n t a g n a r d s , s u p é r i e u r s en
p o i d s , tinrent h o n o r a b l e m e n t le c h o c
d a n s les q u a r a n t e - c i n q
premières
m i n u t e s , m a i s toutes les attaques v i n r e n t se b r i s e r sur une l i g n e d e d e m i s
b i e n en train, où b r i l l a i t au c e n t r e
Job Blanchard.
Après avoir conservé
un
léger
a v a n t g e en p r e m i è r e m i - t e m p s , les
'locaux a r r i v a i e n t au r e p o s a v e c 2
buts à 0, et ensuite, avantagés par la
p e n t e , s'assuraient t r o i s autres points
et 1 i n d i s c u t a b l e gain du m a t c h .
LE
COUREUR
MOTOCYCLISTE
HOCHAT H E U R T E UNE AUTO ET
SE T U E .
-M. Joseph L e Dceulï,
agent t e c h n i q u e du cadastre, demeurant à CloharSr-Fouesnant,
revenait
d e cette l o c a l i t é
à
Quiimiper, lorsqu'au tournant de T y - B o s ; en ErguéA r i n e l , il a p e r ç u t un side-car, a r r i vant c o m m e un b o l i d e de la d i r e c tion de Q u i m p e r .
L'automobiliste
s'arrêta, iniais le
c h o c se p r o d u i s i t brutal. L'essieu et
l'aile g a u c h e de la v o i t u r e
furent
tordus.
Le montant du pare-brise
gauche, où le m a l h e u r e u x
conducteur
du
side-car s'était heurté la
tète en passant, p o r t a i t d e s traces
de sang et des, l a m b e a u x de chait et de c e r v e l l e y a d h é r a i e n t e n c o r e .
Le
side-car
gisait un peu plus
loin, fracassé;
on
distinguait des
traces d e f r e i n a g e sur 10"'75.
L e c o n d u c t e u r , M. A l e x a n d r e Bochat, était
c o u c h é sur son g u i d o n ,
portant à la tète une a f f r e u s e blessure d'où
le
s a n g s ' é c h a p p a i t en
a b o n d a n c e . Il avait le c r û n e o u v e r t .
Il r e s p i r a i t c e p e n d a n t e n c o r e ; mais,
t r a n s p o r t é aussitôt d a n s une maison
v o i s i n e , H s u c c o m b a i t au bout d e 10
minutes.
Son
compagnon,
M. Jean T u d a l ,
25 ans, h ô t e l i e r à K e r l é v e n , en la
F o r è t - F o u e s n a n t , était a l l o n g é dans
le side-car et se p l a i g n a i t d e v i v e s
douleurs ù la tète.
M. L e Doeuff t é l é p h o n a ù M. le
d o c t e u r Renault, à Q u i m p e r , l e q u e l
fut bientôt sur les l i e u x et d o n n a
ses soins au blessé, a p r è s a v o i r constaté le décès de M. IJochat.
M. A l e x a n d r e Bochat,
marchand
de c y c l e s et motos, a v e n u e d e la
Gare,
à
Q u i m p e r , était â g é d e 30
ans et p è r e d e deux enfants: de 5 ans
et de 4 mois.
T U É P A R U N E V O I T U R E . — Vend r e d i soir, v e r s 17 h. 30, une camionnette, c o n d u i t e par M. Y v e s L e L a n n ,
b o u c h e r à L a n g o l e n , a r e n v e r s é un
c y c l i s t e , Y v e s L e P e n n c c , 32 ans,
o u v r i e r il l ' e n t r e p r i s e J o n c o u r et de
meurant à K e r f e u n t e u n .
T r a n s p o r t é sans c o n n a i s s a n c e c h e z
le d o c t e u r M a i l o i z e l , où il reçut les
p r e m i e r s soins, le blessé fut ensuite
r e c o n d u i t à son d o m i c i l e , m a i s il ne
tarda p a s à s u c c o m b e r .
TREGOUREZ
N O Y É E D A N S U N P U I T S . — En
allant p u i s e r de l ' e a u d a n s le puits
situé à p r o x i m i t é d e son d o m i c i l e ,
Mme
Mahé, 04 ans, m é n a g è g e
au
bourg de T r é g o u r e z aperçut au f o n d
le c a d a v r e d'une f e m m e ,
'dont
la
tète é m e r g e a i t . Un v o i s i n , M. K e r
hervé,
d e s c e n d i t dans le puits ou
m o y e n d ' u n e c o r d e et en retira le
c o r p s de M m e v e u v e C o z i c , Agée de
5(i ans, m é n a g è r e au b o u r g . L a malheureuse avait cessé d e v i v r e .
T o u t porte à c r o i r e q u ' e l l e y tomba ou q u ' e l l e s'v jeta e l l e - m ê m e le
matin d e très b o n n e heure, car elle
ne ^portait! quei q u e l q u e s e f f e t s et
par ailleurs sa lamlpc fut r e t r o u v é e
auprès de la m a r g e l l e .
ÔH
ri-
O A R A G E
D U
F L A 1 A R Í D
r
Les livres ne composent-Us pas un
cadeau fort joli, très apprécié et — ce
qui ne gâte rien, de nos jours surtout —
aussi peu coûteux que possible ? On
nous saura donc gré de signaler ici au
moins quelques-uns des très beaux
livres >1 étrennes que ¡présente cette
année la librairie Hachette.
Le nouvel album de Félix Lomoux,
Vu lit)n petit Diable, est digne de ses
llers aînés. Jamais
peut-être
Félix
Lorioux n'a manifesté une imagination
aussi riche, une invention aussi variée,
où le comique voisine avec la poésie,
'lous les immortels épisodes du Iltm
petit Diable revivent avec un prestigieux don 'de vie et de drôlerie, dans
ces pages si splendidement colorées
(.30 fr.)!
Bicot, dans le "nouvel allmm consacré
à sa gloire, Ilicot pêche à la liane, est
tcujours le farceur endiablé et le mystificateur enragé que l'on connaît ; un
démon familier ne cesse de le pousser
\ ers les aventures les plus imprévues
(17 fr.).
Zig et Puce, ainsi que leur fidèle compagnon Alfred, n'en ont pas Uni avec
kurs tribulations. Les voilà partis poulies Indes où Puce, par le miracle d'un
extraordinaire
héritage,
est
devenu
rajah de Mysore ; tel est le sujet du
nouvel album qui leur est consacré par
leur créateur Allain Salnt-Ogan : 7Jtj et
Once aux Indes. La souveraineté glo
rieuse dont l'uce est pourvu vaut aux
trois amis de nouvelles aventures, abracadabrantes et désopilantes comme les
précédentes (12 fr. ).
Mickcy poursuit triomphalement sa
carrière en conupagnie de la charmante
Minnic, sa tlancéc. Le voici maintenant
appelé il figurer sur le ring. Mickey
boxeur,
ainsi
s'intitule
le
nouvel
album où tous les enfants- retrouveront leur héros favori (10 fr.).
Dans sa célébrité, Mickcy a il la fois
un rival et un associé, c'est Félix le
Chat. Jamais peut-être ses aventures
n'ont été aussi mouvementées que celles
qui constituent Je sujet de Félix chez
les sauvai/es. Jeté en pleine mer il la
suite d'une aventure de pèche, Félix
finit par échouer sur le rivage d'une
île peuplcé de cannibales. Fait prisonnier, il est, après quelques tentatives
d'évasion, condamné il mort. Mais son
ingéniosité lui fait éviter un sort fatal
et il devient le professeur des sauvages
qu'il initie aux mystères de l'alphabet
cl de l'arithmétique. Ah I les leçons de
Félix I.... (10 fr.)
Dans la « Bibliothèque Hose » , qui
rendit célèbre jadis la comtesse de Ségur, Magdeleinc du Gencstoux, qui en
est aujourd'hui l'auteur le plus apprécié
et le plus lu, publie un roman La Famille Hurluberlu.
Hubert et Colette,
Bernard et Emmanuel, Bruno et Françoise tous frères et sœurs ou cousins et
cousines, en animent les chapitres de
leur gaieté. Insipirés par leur bon cœur,
ces enfants se concertent
pour
tirer
leur cousine Hurluberlu d'embarras et
la soustraire aux aigrefins qui Ja
guettent. Tel est le sujet de ce roman
vivant, amusant, captivant, appelé il un
grand succès et où de joyeux incidents
associent leur drôlerie au caractère
émouvant de l'intrigue (Un vol., broché
9 fr.; relié: 14 fr.).
La nouvelle « Collection Illustrée Hachette » offre aux jeunes gens avides
d'aventures passionnantes deux volumes
d'un extraordinaire intérêt: Croc-Blanc,
de Jack London, et Capitaines
Couruticux, de 11. Kipling. (Chaque volume
relié: 1« fr.).
Il nous reste à signaler, pour les grandes personnes, deux nouveautés de la
célèbre collection « Ars lTna
Hollande
par I.ouis Hourticq, de 'l'Institut (40 fr.)
et. Rome
antique,
d'Eugénie
Slrong
(50 fr.), et, enfin, les magnifiques éditions des Romans complets illustrés de
Pierre Loti en deux vol. (Chaque vol., rePLŒMEUIt
lié: 100 f r ) , et des Œuvres
complètes
illustrées d'Edmond Kostand en a vol
L E S COUSINS SE B A T T E N T .
(Chaque
vol.,
relié:
110
fr.).
L e H u n s e c , 20 ans, est cultivateur
à B r i a n t e c , en P l œ m e u r , ainsi que
son cousin L e Bris, âgé d e 18 ans,
et le cousin d e celui-ci, L e Guerroué.
Agé d e 24 ans. Mais si L e B r i s et L e
G u e r r o u é s'entendent
bien, il n'en
est pas de mètmc a v e c L e H u n s e c
Or,
d i m a n c h e soir, v e r s 22 heures
L e Hunsec, qui était allé au bourg,
r e v e n a i t c h e z lui, q u a n d il fut attaqué et f r a p p é de plusieurs c o u p s
Il est bien peu de femmes qui n'en
d e p i e d s et de p o i n g s p a r les deux soient pas affligées. Mais celles qui sont
cousins a d v e r s a i r e s , ( " e s t (lu m o i n s sujettes aux varices, ou dont la circuce qu'il r a c o n t e , a v e c un c e r t i f i c a t lation du sang laisse habituellement à
médical
du d o c t e u r R i o à l ' a p p u i «ésirer, sont plus exposées aux malaises
Mais les deux
cousins,
i n t e r r o g é s divers qu'amène le retour d'âge.
Ces malaises, variables scion les
p a r les g e n d a r m e s , ont nié tout c e
qu'on leur r e p r o c h e , m ê m e lorsqu'on tempéraments maux de tète, migraines,
les c o n f r o n t a a v e c L e H u n s e c ,
qui bouffées de chaleur, maux d'estomac, de
reins, de j a m lies, etc... peuvent être
m a i n t i n t ses a f f i r m a t i o n s .
évitées par l'emploi de
L'ULMINUCINE
ftOREUL.
L'iode spécial, qui est à la
PLOUAY
base de ce remède de premier ordre,
UN CHASSEUR EST TUÉ
D ' U N purifie, régénère le sang et en assure
ia circulation régulière, prévenant ainsi
COUP DE FUSIL A LA TETE. —
des accidents plus graves : tumeurs
Jeudi matin, M. P i e r r e K é r a n g o u a - flbrones, etc..., tandis que les phosphar e c , 50 ans, j o u r n a l i e r a g r i c o l e à Ma- tes de chaux et de soude associés à
l a c h a p p e , s'était r e n d u à la chasse l'Iode, fortifient les os et tonifient le
aux pigeons; sur les t e r r e s d e P o u l système nerveux, rendant à l'organisme
Lient. V e r s 11 h. 15, un c o u p d e f u entier sa pleine vigueur et son harmosil était tiré, aux d i r e s d e quelques nieux fonctionncm nent.
Préparé à Landerneau, par le Docteur
personnes des alentours.
MOHKUL, Lauréat (le l'Académie de
Dans l ' a p r è s - m i d i , v e r s 2 heures,
Médecine et de l'Ecole de Pharmacie
le fils d e M. F l é g e a u
Aiubroise,
d e L'VI.MtSUClXE
est en vente dans toute?
Kerlerien-les-Flcurs,
qui
chassait les pharmacies au prix de 29 francs 1«
dans
les e n v i r o n s , venait de t i r e r litre, 15 francs le 1/2 litre, 10 francs
sur mi r a m i e r . En allant le ramas- -le flacon, impôt
compis.
ser, il vit soudain l e c o r p s de -M
Bien demander L'UI.MIM'CIXE,
Je
Kérangouarec
qui gisait
i n a n i m é , remède du Docteur BOHEUL. Refuser
toute imitation.
141)0
dans un fossé
Autour du Département
Celui-ci a v a i t reçu la c h a r g e entière
ire dd'un
' u n c o u p d e fusil dtier
e r r i è r e la
tète et s o u f f r a i t a t r o c e m e n t . M. F l é geau p r é v i n t i m m é d i a t e m e n t M. L e
Gallo, d e P o u l b l e n t , c h e z qui le bles:sé fut t r a n s p o r t é .
La g e n d a r m e r i e , aussitôt
prévenue,
se
t r a n s p o r t a sur les lieux,
ainsi que M. le d o c t e u r L e D o z e qui
lui donna d e s soins i m m é d i a t s .
Il
r e c o n n u t plusieurs p l a i e s à la tête,
dont l'une à la base du crAnc, où
un doigt p é n é t r a i t f a c i l e m e n t .
L e s c i r c o n s t a n c e s d e cet a c c i d e n t
paraissent assez mystérieuses, attendu que M. K é r a n g o u a r e c n'avait enc o r e tiré aucun c o u p de fusil, les
3PEZET
deux c a r t o u c h e s se trouvant e n c o r e
UN J E U N E H O M M E P E U G A L A N T d a n s l ' a r m e
On suppose que c'est
— D i m a n c h e d e r n i e r , v e r s 10 heures d o n c un a u t r e chasseur qui. p a r méM l l e L o u i s e D u i g o u , 18 ans, qui ha- prise, aurait t i r é sur M. K é r a n g o u a b i t e c h e z ses parents, c u l t i v a t e u r s ii rec et, a f f o l é sans doute par son acte,
Guelvit, en G o u r i n , r e v e n a i t de Spé- se serait e n f u i aussitôt.
zet à b i c y c l e t t e . A c c o m p a g n é e de son
E s p é r o n s que la b r i g a d e d e genb e a u - f r è r e , elle p r é c é d a i t ce d e r n i e r d a r m e r i e , qui m è n e une e n q u ê t e serd a n s la d e s c e n t e d e C o ë t - Q u i l v e r n e , rée, d é c o u v r i r a rautcur de cet a c c i en R o u d o u a l l e c , l o r s q u ' e l l e aperçut dent.
d e v a n t elle un g r o u p e de trois p e r
M. P i e r r e K é r a n g o u a r e c a s u c c o m sonnes, deux h o m m e s et une f e m m e be à ses. blessures.
qui m o n t a i e n t la c ô t e ii p i e d en tenant leur gauche. V o y a n t q u ' i l s ne se
r a n g e a i e n t pas, la j e u n e fille a p p u y a
Création de foires à Poullaouen
e l l e aussi sur sa gauche. C o m m e elle
et P I o n é v e z - d u - F a o u .
allait c r o i s e r le g r o u p e , un j e u n e
L e p r é f e t du F i n i s t è r e , c h e v a l i e r
h o m m e s'élança v e r s elle, saisit le
de la L é g i o n d ' h o n n e u r , p o r t e à la
g u i d o n de sa b i c y c l e t t e , mit un p i e d c o n n a i s s a n c e
des
intéressés
que
d e v a n t la roue avant et r e n v e r s a la d e u x a r r ê t é s p r é f e c t o r a u x du 5 Déc y c l i s t e qui s ' é v a n o u i t quelques ins- c e m b r e 1932 ont rendu e x é c u t o i r e s
tants. E l l e fut t r a n s p o r t é e dans une les d é l i b é r a t i o n s du 24 Août 1932,
f e r m e v o i s i n e où on lui donna des par lesquelles la C o m m i s s i o n -déparsoins. E l l e put ensuite r e g a g n e r à tementale, agissant par d é l é g a t i o n du
p i e d le d o m i c i l e d e ses parents. Sa Conseil g é n é r a l , a autorisé la créar o b e fut d é c h i r é e et la p é d a l e gau- tion :
•
c h e et le f r e i n a r r i è r e de sa m a c h i n e
1" A P o u l l a o u e n , d e quatre f o i r e s
f u r e n t cassés.
annuelle devant se t e n i r l e p r e m i e r
E l l e s'est fait v i s i t e r p a r le doc- v e n d r e d i -des m o i s de Juin, Août,
teur B a h i e r , de G o u r i n , q u i lui a or- S e p t e m b r e et N o v e m b r e ;
d o n n é sept j o u r s de repos, et elle a
2" A P l o n é v e z - d u - F a o u , d ' u n e f o i r e
o r t é p l a i n t e c o n t r e son agresseur, aux c h e v a u x , le 12 S e p t e m b r e de
ves L é o n , d o m e s t i q u e de f e r m e au c h a q u e année et d'une autre f o i r e Je
v i l l a g e de P o u l z e r f , en Spézet.
q u a t r i è m e lundi du m o i s de Mars.
Ç
ÉTRBNNBS 1933 E d o u a r d M O N N I E R
LES ACCIDENTS
DU RETOUR D'AGE
18, place Saint-Michel, Q U I M P E R L E
Tél. 1 . 1 9
-
t e 1. 0 4
J. C O R N O U
ÏODS TBBHSPOBTS et DÉjnÉHflBEPEHTS Automobiles
litv.de
de
M" R O L L A N D ,
à Quimperlé.
2 2
t o n p e s
Notaire
B U R E A U DES. D O M A I N E S
LA
'
DE P O N T - A V E N
A vendre à l'amiable
I. A LA
PLAINE,
en
QUIMPERLÉ
A vendre par adjudication
:
m
LE 22 DÉCEMBRE
1932, à 15 heures,
U N E M A I S O N N E U V E d e six p i è - à la M a i r i e de Riec-sur-Bélon,
ces, c a v e s et g r e n i e r s .
Garat/c, Ecurie
'et Atelier,
Jardin
clos de murs.
C o n t e n a n c e : 1.275 mètres c a r r é s .
£
Un terrain de 1 0 ares
avec maisonnette
II.
A KERROCH,
UN
en
TERRAIN
QUIMPERLÉ
d'une
: ù LANNÉGUY,
en
A vendre à l'amiable
principale
A LA
BOULAIE,
en
U N E
convenant
V E N T E DE M E U B L E S
MELLAC
de feu M. FIUN'ÇOIS B E n T i i o u ;
Le D I M A N C H E 18 D É C E M B R E 1932,
à 13 heures.
On vendra
notamment:
4 lits, v a i s s e l l i e r , h o r l o g e , tables,
a r m o i r e s , linge, grains d i v e r s , c i d r e ,
broyeur,
écrèmeuse,
char-à-bancs,
charrettes,
arracheuse de pommes
de terre, bineuse, s e m o i r ,
moteur,
batteuise, faneuse, t o m b e r e a u x , faucheuse, harnais, 3 juments, un cheval, un poulain, 11 p o r c s , une truite,
18 porcelets, 22 vaches, un taureau,
et quantité d'autres objets.
Au c o m p t a n t , 1 0 % en sus.
2.241
de
M* B A R O N ,
à Bannalec.
AU L A I T
pour
tout ou
en sus.
FONDS de COMMERCE ^eVede^
Ecrive* de eolte : CAISSE OtNÎRAL*
MOUTONS
ET PORCS
DliponlbUf SO fr. plèca, « a v r i l , caitrés.
Envol franco port •mbaliago pour tout««
lares atiuréoi contr* mortalité 4 moii.
l irédlt 3mois. Ecrivez>SIGRAND, Vierzon(Cliir>
à
Choix
des prix
L e vingt-six D é c e m b r e m i l neuf
cent trente-deux, à deux heures de
l ' a p r è s - m i d i , à l ' E c o n o m a t de l'Hosp i c e , il sera p r o c é d é p u b l i q u e m e n t ,
par Je M a i r e ou son délégué, assisté
de deux ¡membres de la C o m m i s s i o n
a d m i n i s t r a t i v e , de l ' E c o n o m e et du
Receveur d e
l'Etablissement,
aux
a d j u d i c a t i o n s s u i v a n t e s par soumis,
sions c a c h e t é e s :
1" P A I N , S O N S et F A R I N E S poulie 1 " t r i m e s t r e 1933;
2° V I A N D E p o u r le 1 " t r i m e s t r e
1933;
3" C H A R R O N pour l'année 1933
4" A R T I C L E S
D'EPICERIE,
de
COMESTIHLES
et de B L A N C H ISS A G E pour le 1"' semestre 1933;
5 » T R A V A U X d ' e n t r e t i e n des bâtiments
de
l'Hôpital-Hospicc
pour
année 1933, 1 " l o t : T r a v a u x de terrassement et de m a ç o n n e r i e ; 2" l o t :
let:
Couverture
et
zinguerie;
3"
P e i n t u r e et v i t r e r i e ;
G" V I N pour l'année 1933.
L e s c a h i e r s des c h a r g e s et d e s modèles de soumissions seront à la dispositions des f o u r n i s s e u r s et entrep r e n e u r s au Bureau d e l ' E c o n o m e ,
F a i t à Q u i m p e r l é le s i x D é c e m b r e
mil neuf cent trente-deux.
L e M a i r e p r é s i d e n t d e la C o m mission administrative
de
l'Hospice :
Ch. L I O T
A m m
un étalon 3 ans, trait
n i M U i n i i breton, 1™ 00, reconnu
pour la monte, inscrit au Sltid-Hooli.
S'adressera Louis PENSEC, à Kermignet,
en
Le
Moëlan.
gérant
: D . PLOUZENNEC.
Quimper, Imprimerie Cornouaillalse,
v .
de
défiant
toute
concurrence
TROUSSES d'ECOLIERS
POUPÉES
FAUTEUILS
VOlfURESñCAPOTES
TENNIS de T A B L E
DAMIERS
P A P I E R S k OUVRAGE
SACS à MAIN
PORTEFEUILLES
C a d e a u x
d e
^ t o u t e s
s o r t e s
ENTRÉE LIBRE
U N RENSEIGNEMENT NE COUTE P A S . -
DEMANDEZ NOS
PRIX
CHASSEURSt
Barattes et Malaxeurs
HERNIE
L.
DREUMONT
Armurier
25
JE SUIS GUÉRI. - C'est l'atQrmatlon de
toutes les personnes atteintes de hernies oui
ont porté le nouvel apoarell sans ressort de
""
le Grand Spécialiste de
PARIS. 4 4 ,
Bd SÊBASTOPOL
Ilennebont,
15 d é c e m b r e , H ô t e l
Bretagne.
Quimperlé,
10 D é c e m b r e , H ô t e l
L i o n d ' O r et V o y a g e u r s .
Quimper,
17 D é c e m b r e , H ô t e l
l'Epée.
Lorient,
18 D é c e m b r e ,
Hôtel
Bretagne.
de
du
de
de
C H U T E S M A T R I C E et t o u s
O r g a n e s . Varices. Orthopédie
GLASER, 44, Bd Sébastopol - Paris
TRÉGUIER
Téléphona
37
T é l
— Rue
-
à
1 2 8
professionnel
des Fontaines
L O R I E N T
— 25
T é l
-1-28
TOUS annonce une BAISSE IPOBTflHTE
sur tous
les FUSILS, les MUNITIONS et ACCESSOIRES de CHASSE
Avant tout achat, v o y e z l e s P r i x que nous faisons dans
notre Magasin, ou attendez notre Catalogue qui vous sera envoyé
sous 10 jours.
Envoyez-nous vos Fusils qui ont besoin d'une crosse neuve,
d'un réajustage, d'un bronzage, d'être chokés ou déchokés, d'être
revisés, ou toutes autres réparations.
Etant spécialisé dans la réparation des armes, elles sont
soignées, garanties. — Prix avantageux.
Seul dépositaire des Fusils DARNE
pour la région, des
Hammerless,
Doron-Splrobloc,
Rapidtir,
Peugeot,
etc..., des Fusils à canons superposés Pétrick
et Bock.
Tout pour le Tennis -
Recordage de Raquettes
PHARMACIE
L E NAOUR
QUIMPERLÉ
Adjudication
considérable
JOUETS
Téléphone 7 =
HOSPICE C I V I L DE
l'AN
A. LE TALLEC
BURIN, DOGHATEL & G", CiMfiBÀI (Bord)
QUIMPERLÉ
de
Etrangères.
Central
Jérôme
m
5, Place Heryo — Q U I M P E R L É
A
En adoptant ces nouveaux appareils, dont
l'action bienfaisante se réalise sans g t a e .
sanssonltrances ni Interruption de travail,
les beriiles les plus volominensea et les
plus rebelles diminuent Instantanément de
volume et disparaissent peu & peu complètement.
•
Devant de tels résultats ffarantlstoulourspar
écrit, tous ceux atteints de hernie dol vent s'adresser sans retard K M G L A S E R qui leurfera
gratuitement l'essai de ses appareils da 9 à 4 h. à
priétaires, Hypothèques, lUntliiemenU, Avance« aur Utret et marchand., Ouverture crédite,
AnodaUoaa, Hlia n Société, Employée Intéree.
®o _
QUIMPERLÉ =
3 , PL Carnot
Service rapide
Expéditions dans toute la Région
Concessionnaire exclusif de la grande m a r q u e
« RENAULT »
V e n e z v o i r & e s s a y e r les n o u v e a u x m o d è l e s
Toutes les Spécialités
1983
LA VIYAQUATRE ^ ¡ r T l : " : ^ ^ . 5 ; 7 ^ " " : 22.900
LAPRIMAQUATRE
r
j
S
1
9
.
5
LA MONAQUATRE Ï S ï Î ^ ^ r :
Apprentissage gratuit
0
0
16.800
Vente à c r é d i t
Agence Maritime SALMON Frères
LOME NT.
—
LIGNES
WORMS
et
Cie
Services réguliers entre''LORIENT, BORDEAUX, BAY0NNE, CAEN, ROUEN, LE HAVRE, BOULOGNE, DUNKERQUE,
BREST et les ports de l'étranger. (Un départ tous les 14
jours dans chaque sens).
Pour frêt et renseignements, s'adresser
MM. S A L M O N , F R È R E S
Agents Maritimes
4 0 , Quai d e R o h a n LORIENT
W O R M S & C°
d a n s tous les a u t r e s p o r t s
A G E N T S des C O M P A G N I E S , des M E S S A G E R I E S M A R I T I M E S
des CHARGEURS RÉUNIS et SUD ATLANTIQUE
Pour consulter les horaires des lignes d'Orient, d'Extrême-Orient, de l'Afrique Occidentale, du Brésil et de la Plata, ainsi que pour retenir les billets de passages, s'adresser :
'
40,
Quai
Rohan,
à l'Agence S A L M O N
FRÈRES
h
A LA VIEILLE BRETAGNE
AUTOS
BICYCLETTES
TROnrTINETTfiS '
MECCANOS
TKA1NS SUR RAILS
vient de lancer la SuperEcrcmeuse
PERFECTION
à bol
inoxydable
qui est
une merveille,
Elle est bien
supérieure
a la
meilleure des Marques
et le JOUR
commerce?
"Maison IfARIM
M. GLASER
s A
P R Ê T S Mf ao ri m etontes
CommerpiaU, Indaitrlelï, ArrlcuJtau», Pro-
Basse-Ville
lai NOËL
FRANÇAIS
Huissier
LE
DIMANCHE
18
DÉCEMBRE
1932, à une h e u r e p r é c i s e de l ' a p r è s m i d i , M" BARON p r o c é d e r a , au
villane de GUÉROUE,
en SCAER,
à la
v e n t e de m o b i l i e r a p p a r t e n a n t à
M. N i c o l a s , au moulin de R o s c a d c c ,
en Scaër. On v e n d r a n o t a m m e n t :
3 juni'L'nts, 17 bêtes à cornes, 0 jeunes p o r c s , 2 truies, une c h è v r e , matériel a g r i c o l e , 2 charrettes, harnais,
un p r e s s o i r et un ' b r o y e u r d e pommes en très bon état, p o m m e s de
terre, blé n o i r , tablés, buffets, a r m o i res, literie, etc., etc.
Garage
M A I S O N
UNE ÉCRÉNEUSE FRANÇAISE
VENTE MOBILIÈRE
A u c o m p t a n t , 15,' %
QUIMPERLÉ,
Pour
Jouissance p r o c h a i n e p o u r g r a n d e
partie.
S'adresser P i e r r e PÉRENNÈS, 10,
rue des B o u c h e r i e s , Q u i m p e r ,
au domicile
Elude
rue,
• 5 2 <=
^
» i i i i î i l i U ' M
francs.
de 33 ares 4G c e n t i a r e s .
l ' o n- tous r e n s e i g n e m e n t s , s'adresser D i r e c t i o n deis D o m a i n e s à Q u i m I I I . Aux AULNES
DE
CARNOET,
per et au Bureau de P o n t - A v e n .
en QUIMPERLÉ
:
DEUX
PRAIRIES
d'une
contenance de 57 arcs 31 c e n t i a r e s .
S'adresser au N o t a i r e .
2245
notaire
S ¿i,
RIEC-SUR-BÊLON
MISE A P R I X i 8 . 0 0 0
contenance
Etude de M" E T C H Ê i C O P A R ,
à Quimperlé
94
Slalions-Servie«
Accus " M O N O P L A Q U E "
les souls giii-uiKis 2 nus
Pli ¡1res et dviutmos " M A R C H A L "
Équipement électrique de
voitures toutes marques
p a r Camions et Tracteurs
j u s q u ' à
FIAT
Til.
P H A R M A C I E
D ' O R D O N N A N C E S
PRODUITS
DE
CHOIX
HERBORISTERIE
WM
SPÉCIALITÉS
•
MYP0DERMIE
AMPOULES
MÉDICAMENTEUSES
A TOUTES FORMULES
•
SÉRUMS VACCINS
•
I
LABORATOIRE
D'ANALYSES
RECHERCHES
CHIMIQUES
• • •
BIOLOGIQUES
M
B A C T É R I O L O G I Q U E S
ACCESSOIRES
ARTICLES D HYGIÈNE
BASSINS
—
D O U C H E S
ÉMAIL ET VERRERIE
H
C A O U T C H O U C
•
LUNETTERIE
EXÉCUTION
DES ORDONNANCES
DE
H
MM. LES OCULISTES
• •
PRODUITS
VÉTÉRINAIRES
DROGUERIE
INDUSTRIELLE
ET
H
A G R I C O L E
STERILISATION
BANDAGES
COTONS
ET
PANSEMENTS
SIMPLES
OU
MÉDICAMENTEUX
•
NÉCESSAIRES D'ACCOUCHEMENT
•
SUSPENSOIRS
• • •
BAS A VARICES • CEINTURES
•
CABINET D'APPLICATION
•
L. L E NAOUR, Pharmacien de 1 " classe
de la Facilité d e Paris
A n c i e n Chef
de
Laboratoire
Ancien Interne d e s hôpitaux de Paris
Docteur d e l'Université
fit
AUlltV.
i v
Paraissai i
leVENDRl DI
• •
L E NUMÉI O :
Vendredi 23 Décembre 1932.
ai,
L'Union
•J i
Celui qui s'inquiète
des propos ¿'autrui
n'osera rien faire qui
ait le sens commun.
i
ET MARITIME
CENTIMI S
SHAKESPEARE.
Organe Républicain Démocratique et Régionaliste de l'Ouest
ANNONCES ET RÉCLAMES
Réclames (V> page), la ligne. 1 fr.
—
(3» page),
—
. 1 fr.
Annonces judic. et v o l o n t . . . 2 fr.
—
Chronique l o c a l e . . 2 fr.
L . A
un
D
1
m
m
)
25
20
27
28
21)
30
S E M A I N E
Solkil
FÊTES
DR LA SHMAINB
Noil.
S. Etienne.
S. J e u n .
Ss. Innocents.
S " Eléonorc.
S. Hoficr.
S. Sylvestre.
F), air P -Loin
linr
CoiCtL Mat. Soir
7
7
7
7
7
7
7
15 57
15 57
15 58
15 5»
10 »
10 01
10 01
45
45
4«
48
46
40
40
1 OSI
2 05
2 5!)
3 50
4 40
5 25
till
1» 38
14 32
1525
10 11
I7 0;t
1748
18 32
»
50
»
»
Les annonces sont reçues aux
bureaux
du journal.
Pour la publicité
extradépartementale,
s'adresser,
HO,
Rue
du Faubourg - Poissonnière,
Paris
(9').
Tél. : Provence,
44-57.
COMMUNICATIONS ET ANNONCES
à Q U I M P E R L E , 13, quai Brlzenx — Tél. 1 - 4 9
COMPTE COIHUNT POSTAL, RENNES
14-139
LA CRISE MINISTÉRIELLE
Le» abonnement» te paient d'aoanee et
partent du 1m de chaque mots.
On Jabonne au bureau du journal, ou en
adressant un mandat-chèque au C/C ÎU.139,
Rennes.
VAIVI D1TSM
iiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiDiiiiiii
LA
CHUTE
DU MINISTÈRE
HERRIOT
t e n t a de l ' e n c o u r a g e r et de l'ass u r e r d e s o n a p p u i et de ses c o n seils,
Voulant réaliser un Ministère
de l a r g e u n i o n des- g a u c h e s , M.
P n u l - B o n c o u r d e m a n d a aux socialistes de p a r t i c i p e r à la n o u v e l l e
c o m b i n a i s o n ; m a i s les s o c i a l i s t e s
v o u l a i e n t i m p o s e r a u f u t u r chef
d u g o u v e r n e m e n t le p r o g r a m m e
du
dernier
congrès
socialiste,
entre autres choses : réduction
massive des a r m e m e n t s , nationalisation des a s s u r a n c e s , s e m a i n e
de 40 h e u r e s . M. P a u l - B o n c o u r ,
n e p o u v a n t a c c e p t e r ces c o n d i t i o n s , les s o c i a l i s t e s r e f u s è r e n t de
participer au pouvoir.
M. P a u l - B o n c o u r d u t d o n c se
p a s s e r de l e u r c o n c o u r s . Il a p p e l a
Un âutomobiliste
fait dérailler un train.
ABONNEMENTS
(UN AN)
Finistère, Côtes-du-Nord, Morb.
Autres départements et colbnies.
Etranger
AUTOUR DU MONUMENT
A M. LE LOUÉDEC
1 2 fr.
1 4 ir.
3 0 fr.
Chroniqne Rëgionale
Le Conseil municipal de Quimperlé vient de voter une subvention
de 5.000 f r a n c s pour l'érection d'un
buste à M. Jules Le Louédec, ancien
Nous annoncions dans
notre
V
sénateur-maire de notre ville.
• ai
d e r n i e r n u m é r o la c h u t e d u m i Nous avons déjà dit ce que nous
nistère Herriot. Depuis quelques
pensions de ce projet. Nous n'y re. o u r s l ' e x i s t e n c e d u C a b i n e t se r é v i e n d r o n s pas.
vélait p r é c a i r e ; il est t o m b é s u r
Mais il est intéressant de connaîUne séance mouvementée
la q u e s t i o n de l ' é c h é a n c e d u 15
tre ce qu'on en dit ailleurs.
Décembre.
Notre c o n f r è r e Keffleut raconte,
Le conseil m u n i c i p a l d e Quimperlé
dans La Tribune, un journal récem- s'est r é u n i samedi d e r n i e r à 20 h. 30,
Le Gouvernement acceptait de
ment f o n d é à Morlaix, quelques sou- sous la p r é s i d e n c e d e M. Liot, maire,
laver à l'Amérique,
cette date,
venirs personnels, qui ne manque- assisté d e MM. Le Gall et Morren,
a s o m m e de 500 m i l l i o n s , e n f o r ront pas d'intéresser nos lecteurs. adjoints.
m
u
l
a
n
t
t
o
u
t
e
f
o
i
s
d
e
s
r
é
s
e
r
v
e
s
L'échéance
(Notons que La Tribune
soutient
EtaiiMrt p r é s e n t s : MM. Le Cunff,
dif 15
Décembre. p o u r l ' a v e n i r .
une politique différente de la nôtre.) -e Grand, Ulliac, Guillou, Jouan, DeiM a i s le p e u p l e f r a n ç a i s se m o n Six nations seulement ont réglé
Avez-vous connu le
sénateur-maire liou, Rannou, Le Louédec, H o n o r é
leur compte (100 millions de dollars) t r a i t h o s t i l e à c e t t e s o l u t i o n ; l'exîle Quimperlé,
mort il g a environ Morren, Le Berre, Guyader, P e n v e r n ,
j
é
r
i
c
n
c
e
de
ces
d
e
r
n
i
è
r
e
s
a
n
n
é
e
s
aux Etats-Unis à l'échéance du 15
18 mois ? Ce fut de son vivant un "„e Goff, Toulliou, Taunic, Pustoch H.
Absents: MM. Nestour, Pustoch M.,
Décembre. Six autres nations n'ont ui f a i s a i t u n d e v o i r d e se m é f i e r
fort galant homme dont je me garpas payé les 25 millions de dollars et de se m o n t r e r p l u s é n e r g i q u e .
derai bien de médire, et qui, même Lopin.
Tout' autour d e la salle, u n e assisqu'elles devaient. D'autre part, une
en dehors de la politique,
témoigna,
septième, la Grèce, ne s'exécutera
dit-on, d'une rigidité
de
principe tance nombreuse a p r i s place, et
pas à sa p r o p r e échéance, fixée au
toute à l'honneur
de sa
longue plusieurs échangent d e s sourires entendus comme si déjà ils prévoyaient
15 Décembre.
existence.
Pour ma part, j'ai conservé de lui une séance mouvementée.
Après le refus
Un autre accident
Un incident.
— On d e m a n d e u n
quelques
souvenirs
aussi
amusés
de la France.
de chemin de fer, en Suisse qu'amusants, et me rappelle d'abord secrétaire de séance, m a i s p e r s o n n e
Le r e f u s de la F r a n c e de p a y e r
Une collision terrible s'est pro- certaine fin de banquet, sous les hal- ne bouge; finalement M. P e n v e r n se
oii, au lieu de lève : « Je vais me sacrifier u n e fois
l'échéance du 15 Décembre (500 milduite à l'entrée d'un tunnel, près de les quimperloises,
comme de plus ».
lions) a provoqué en Amérique de
Lucerne. Un express venant de Zu- « prononcer » un discours,
Il d o n n e lecture du 'procès-verbal
politiques,
il lui
la stupeur d'abord ; on était habitué
rich est entré en collision avec le tous les hommes
prit fantaisie
de chanter la gloire de la séance d u 3 Septembre. M. le
outre-Atlantique it voir la F r a n c e
trriin venant du Gothard.
sur un pot-pourri
com- maire d e m a n d e si quelqu'un a u n e
céder toujours. Après un accès deLocomotives et wagons s'écrasè- républicaine
observation à p r é s e n t e r . — Oui, rénosé
de
grands
airs
d'opéra.
Louise,
mauvaise h u m e u r , les Etnts<-Unis
rent. Six personnes f u r e n t tuées et
pond M. Pustoch. Le procès-verbal
Martha,
Faust,
et
autres,
se
prêtèrent
semblent décidés à accepter une réune dizaine gravement blessées.
porte que le conseil autorise le m a i r e
tuccessivement,
par
l'organe
de
Juvision des dettes.-Suivant les corresa t r a i t e r de gré à gré p o u r l'acquisiles,
ainsi
que
l'appelaient
ses
admiUne explosion
p o n d a n t s de j o u r n a u x anglais, l'attition d ' u n e c a m i o n n e t t e automobile
tude de la F r a n c e et des autres Etats
dans un bateau paimpolais nistrés, à exalter les vertus de ceux- destinée au c o r p s des sapeurs-pomci et aussi la gràèe de ses
adminisdéfaillants aurait avancé de six mois
piers.
5 morts.
trées.
cette révision.
Le p r i n c i p e d e cette acquisition a
Une
explosion
s'est
produite,
au
Au
cours
de
ses
mandats
législaII est p a r f o i s bon de se m o n t r e r
été adopté en effet, «nais le Conseil
Havre,
à
bord
du
d
u
n
d
e
e
pétrolier
tifs,
il
n'a
jamais
eu,
je
crois
bien,
énergique. Il y a longtemps que la
Rosedo, de Paimpol. Le feu se dé- l'occasion de gravir les marches de n'a pas autorisé le Maire à t r a i t e r
F r a n c e aurait d û p r o n o n c e r ce
clara
dans Je bateau et se communi- la tribune
parlementaire
; mqis je de gré à gré.
« non » énergique.
Si, d é c l a r e M. Le Cunff, cela a
q u a r a p i d e m e n t à la péniche Saint- doute qu'il eût recueilli dans les héRhilbert,. .accouplée... a u ' RQsedo et micycles parisiens les bravos que lui été Voté.
Le
progr&mme
M. Pustoch. —- Oui, p a r la droite,
chargée de 700 tonnes d'essence.
prodigua ce jour-là sous mes
yeux
du
gouvernement
On compte cinq morts.
un peuple de convives délirants,
no- :nais pas par la gauche!
von
Schleicher.
M. le Maire veut mettre aux voix
nobstant l'âge respectable de la pluP a r l a n t devant le m i c r o p h o n e , le
Un éboulement
'adoption du procès-verbal, mais M.
part d'entre
eux.
général von Schleicher a exposé au
fait 11 morts en Espagne. Pendant sa campagne
électorale, Pustoch continue à protester.
Les Membres du nouveau Gouvernement photographiés à l'Elysée
peuple allemand le p r o g r a m m e d e
M. le Maire. — Vous nous c h e r c h e z
en 1929, s'étant trouvé séparé de ses
Onze
personnes
ont
été
tuées
et
14
son gouvernement : en politique inco-équipiers,
ce qui, parait-il,
arri- une querelle d'Allemand.
autres
grièvement
blessées
dans
un
térieure, il vise i» p r o c u r e r du travail M. H e r r i o t , e n eiïet, a v a i t o b t e n u à c o l l a b o r e r a v e c lui u n g r a n d
vait souvent, je le vois encore à la
M. Pustcch. — Il n'y a pas là-deaux c h ô m e u r s ; pas d'impôts nou- g a i n d e c a u s e , les E t a t s - U n i s a u - n o m b r e d e s m i n i s t r e s d u p r é c é - e n c o r e c o m m e p r i x de l e u r s i m p l e éboulement qui s'est p r o d u i t à Alca- sortie du Café de la Terrasse, frapla,
dans
la
province
d'Altacète.
L'acdans de querelle d'Allemand.
«
s
o
u
t
i
e
n
».
veaux ni de compression des traiteM. le Maire. — On d i r a i t qu'il y a
L e n o u v e a u g o u v e r n e m e n t se cident a été provoqué par les récen- pant sur l'épaule d'un délégué sénaments. Kn politique extérieure, l'Al- r a i e n t a c c e p t é n o t r e a r g e n t . a v e c d e n t C a b i n e t . Il a u r a i t v o u l u contorial d'ailleurs
inconnu
de lui, et vraiment d u p a r t i - p r i s chez quelques
lemagne, a a f f i r m é le chancelier, le s o u r i r e , m a i s a u r a i e n t r e j e t é , fier le p o r t e f e u i l l e d e s F i n a n c e s à l é c l a r e d é c i d é à f a i r e d e s é c o n o - tes pluies. De grosses roches se sont lui posant avec une candeur
enfan- conseillers.
veut être libre, jouir de l'égalité des d a n s la s u i t e , c o m m e i r r e c e v a b l e s M. C h a r l e s Rist, p r o f e s s e u r à la m i e s f o r t i m p o r t a n t e s . M a i s c e r - détachées des montagnes et sont tine celte question : «
Pourriez-vous
Et M. le Maire s'étonne que M.
droits et o c c u p e r avec h o n n e u r sa t o u t e s les r é s e r v e s q u e n o u s all- F a c u l t é de D r o i t de P a r i s et e x p e r t t a i n e s s e r o n t c o m b a t t u e s é n e r g i - tombées sur quatre maisons dont les me dire, mon cher ami, dans quelle
Pustoch ait osé déclarer en p u b l i c
place dans le concert des nations, i o n s pu f a i r e .
financier
r é p u t é , m a i s q u i ne f a i t q u e m e n t p a r les s o c i a l i s t e s , et habitants ont été tués sur le coup. ville je suis ici ?... »
qu'il y avait, inscrite au budget,
c o m m e elle est disposée à désarmer
L e P a r l e m e n t l u i - m ê m e a c o m - p a r t i e ni de la C h a m b r e ni d u d ' a u t r e s n o n m o i n s
énergique« Morlaix, Morlaix ? ah, très une somme de 73.000 francs, qui
14 morts dans un' incendie
jusqu'à l'extrême limite si les autres p r i s e t p a r 402 voix c o n t r e 187, la S é n a t . M. R i s t r e f u s a et ce f u t m e n t p a r le c e n t r e et la d r o i t e .
bien, Morlaix .'... »
à Tokio.
n'existe que sur le p a p i e r , et nullepuissances agissent de môme, sans
M. H e n r y C h é r o n , s é n a t e u r d u CalUne demi-heure
plus tard, je le ment en caisse.
M. C h é r o n , m a l g r é sa r é p u t a t i o n
a d m e t t r e toutefois qu'elle puisse re- C h a m b r e d e s D é p u t é s a r e f u s é le
Un incendie s'est déclaré v e n d r e d i
à la Foire - Exposition,
p a i e m e n t de l ' é c h é a n c e d u 15 Dé- v a d o s , q u i f u t a p p e l é et q u i d ' h a b i l e t a c t i c i e n , r i s q u e f o r t d e matin dans un grand magasin de retrouvai
M. Pustoch. — Oui, je sais d'où ça
n o n c e r à se d é f e n d r e .
accroupi sur le bord vient. C'est ce m o u c h a r d d ' H o n o r é
accepta.
c e m b r e , et r e n v e r s é le C a b i n e t .
ne p o u v o i r se t i r e r de ce c r u e l Tokio. Le feu a p r i s vers 9 heures, tranquillement
d'une
plate-bande
parmi
des
géraL'ex'Kalser
pourra
revenir Q u ' o n n e v i e n n e p a s d i r e q u e
qui a été vous « p o n d r e » cela, mais
au troisième étage d u bâtiment qui
dilemme.
niums, les •mains posées sur les ge- je ne l'ai d i t qu'à d e u x conseillers
en
Allemagne.
« la F r a n c e , d o n t la p o l i t i q u e est
Avec la C h a m b r e a c t u e l l e , divi- en compte 8. La p l u p a r t des clients noux, regardant
les
visiteurs
avec
municipaux et en particulier.
Le n o u v e a u Ministère est c o m - sée en t r o i s t r o n ç o n s de v a l e u r à pour é c h a p p e r aux llammes se sont l'expression
Le Cabinet du Reich s'est occupe b a s é e s u r le r e s p e c t d e s c o n t r a t s ,
du vif intérêt
témoigné
M. Honoré proteste q u e ce fut dit
posé en grosse m a j o r i t é de radi- p e u p r è s égale, seul u n M i n i s t è r e précipités du haut du troisième éta- par tel animal domestique
de la prorogation de la loi sur la v i e n t d e r e n i e r sa s i g n a t u r e ».
au
pasen plein café, qu'il y eut même une
c o m p o r t é de l a r g e c o n c e n t r a t i o n p o u r r a i t ge dans la rue.
Q u ' e l l e e û t r e n i é s e s e n g a g e - c a u x - s o c i a l i s t e s ; il
sage d'un train
omnibus.
protection de la République, qui exdiscussion si violente que ç'en était
Le sinistre a fait 14 morts et 102
p i r e le 31 Décembre.
Préféré en concile radical au sé- une honte.
m e n t s e n v e r s l ' A m é r i q u e , celle-ci q u e l q u e s m e m b r e s des g r o u p e s ê t r e d u r a b l e . O n y a r r i v e r a t ô t ou
blessés.
Les
dégâts
se
montent
à
030
millant docteur Le Gorgeu, il était
La stipulation qui interdit le re- ne l ' a u r a i t p a s volé, s u r ce t e r - parlementaires v o i s i n s ; m a i s ces t a r d . E t , p o u r le bien de la F r a n c e ,
Ici la discussion s'engage aussi
millions.
sénateur huit jours plus tard et de- violente, et l'on se d é c o c h e les quatour de l'cx-kaiser a été s u p p r i m é e . rain elle n o u s a d é j à
d o n n é m e m b r e s sont trop peu n o m b r e u x le p l u s t ô t s e r a lo m i e u x .
venait
l'ornement
de
notre
gérontoVingt et un chevaux de course
lificatifs les plus malsonnants
que
'exemple à m a i n t e s reprises. Elle
.1. G.
M. von Papen
préconise
Je devais le revoir aux fêtes chacun puisse trouver d a n s son répérissent dans un incendie cratie.
l'entente
franco-allemande ,v r e j e t é le T r a i t é de V e r s a i l l e s , n é données à Brest, en Octobre 1930, en p e r t o i r e : imbécile ! m o u c h a r d ! Des
gocié c e p e n d a n t p a r s o n p r é s i d e n t ,
Uh i n c e n d i e a complètement dé- l'honpeu'r
du souriant M.
Doumer- honnêtes h o m m e s comme ça! P a r i P a r l a n t de l'accord de Lausanne,
truit à Libertyville (Etats-Unis), une que, frac eï huit-reflets flambants, la sien! Passez-moi la langouste! — Ta
l'ex-chancelier von P a p e n a déclaré W i l s o n ; elle s ' e s t t e n u e à l ' é c a r t
écurie de courses, a p p a r t e n a n t à M. mine effarée et le visage animé par
MINISTRES
vendredi, que cet accord a eu pour de la Société d e s N a t i o n s , q u i
! — Chef d ' e s c r i m e ! Et d'autres
Ralph Gallet. Vingt et un chevaux de son tic bien connu, semblant se diri- mots bien moins élégants
conséquence de s u p p r i m e r au moins ivait été f o n d é e s u r s o n i n i t i a t i v e . Président du Conseil et a f f . ètranij.
encore
M PAUL-BONCOUR.
courses,
d'une
valeur
de
deux
milger vers le port de commerce. En le s'entrecroisent, t a n d i s q u e l'assistanun sujet de friction entre la F r a n c e
M a i s a u m o m e n t de la d i s c u s Sénateur il u I.oir - et - Cher, nun
Inserii.
lions
et
demi
de
f
r
a
n
c
s
,
ont
péri
croisant, je me permis de lui dire : ce rit sous cai>e. M. le Maire essaie
et l'Allemagne, et qu'il a créé ainsi sion s u r les r é p a r a t i o n s , d i s c u s - Vice-présidence
et Justice
M. Abel GAHDEY.
dans les flammes.
« Où courez-vous donc ainsi, Mon- de c a l m e r l ' a r d e u r des antagonistes,
une possibilité nouvelle de s'atta- sion e n g a g é e a u s s i s u r l ' i n i t i a t i v e
Sénateur tin Gers,
radical-socialiste.
sieur le Sénateur ? »
mais sans y réussir; et M. T a m i c , déq u e r avec succès à la solution du pro- d e s E t a t s - U n i s , il a v a i t été b i e n Finances
M. CHERON.
Une
mère
- « Je vais à la gare, mon ami ; solé, d e dire, de sa voix fluette :
Sénateur ila Calvados, non
inscrit.
blème franco-allemand, de laquelle c o n v e n u q u e la F r a n c e n e p a i e r a i t
fait 150 kilomètres à pied c'est bien par là n'est-ce pas, la « C'est malheureux d e voir des
Trauaux
Publics
M. Georges BONNET.
d é p e n d la solution du problème
ses dettes â l ' A m é r i q u e q u e d a n s
avec ses 4 enfants.
Député île In Dordogne,
rad.-soc.
gare ?... »
européen.
ncidents de ce genre se p r o d u i r e au
la m e s u r e où elle p e r c e v r a i t elle- Intérieur
M. CHAUTEMPS.
Je crus devoir lui faire
remarquer sein d ' u n e assemblée municipale ! »
11 y a quelque temps, un habitant
Député du Lotr-et-Cher,
rad.-soc.
Une opinion
allemande
m ê m e ses c r é a n c e s s u r l ' A l l e m a qu'il
tournait
précisément
le
dos
à
la
Finalement, M. le Maire p r e n d la
d'Alcobaca, de passage à Lisbonne,
M. DALADIER.
sur le traité de
Versailles. gne. O r , c ' e s t b i e n g r â c e à l ' i n - Guerre
cherchée, et m'offris à le décision d e passer à l ' o r d r e du jour.
était, victime d'un accident et trans- direction
Député ila Vauclnse,
rad.-soc.
p r é s i - Air
porté à l'hôpital de la ville. Sa jeune conduire. En arrivant sur le passage Il d o n n e d ' a b o r d lecture d ' u n e lettre
Dans une lettre adressée à la t e r v e n t i o n de M. H o o v e r ,
M. PAINLEVfi.
pour le dé- reçue du comité d'érection d ' u n mofemme, ne recevant pas de nouvel- du cortège présidentiel,
R eie hs post de Vienne, le professeur d e n t a m é r i c a i n , q u e l ' A l l e m a g n e
Député lie l'Ain, rép. soc.
les, décida de se r e n d r e dans la ca- part du premier magistrat de la Ré- nument à M. Aristide Briand, r e m e r allemand Foerster estime que le i é t é l i b é r é e de ses r é p a r a t i o n s . Marine
M. Georges LEYGUES.
publique,
je dus jouer des
coudes ciant la municipalité de sa subvenDéputé tin l.tif- et - Garonne, rép. île g. pitale, mais d é m u n i e de ressources,
traité de Versailles n'est que l'appli- O n ne p e u t d o n c p a s d i r e q u ' e n
elle dut e n t r e p r e n d r e le voyage à pour le faire passer, et dus faire ob- tion de 100 f r a n c s .
cation logique du p r i n c i p e des na- r e f u s a n t de p a y e r l ' é c h é a n c e
M. QUEUILLE.
d u Agriculture
qui voulait
l'en
pied, avec ses quatre enfants, dont le server au planton
Député tic la Corróse,
rad.-soc.
Réfection et construction
des écotionalités.
15 D é c e m b r e , la F r a n c e a r e n i é
plus jeune a 3 ans et l'aîné 8. La empêcher que « Monsieur était séna- 'es de filles. — Le Conseil municiM. MIELLET.
Le professeur ne considéré p a s sa p a r o l e . E l l e l'a a u c o n t r a i r e te- Pensions
teur
».
Je
crois
bien
que
sans
mon
Député tic Bel fort,
rad.-soc.
petite caravane mit 15 jours environ
pal. dans une p r é c é d e n t e session, a
c o m m e injuste le statut territorial n u e p o u r u n e f o i s .
education
Nationale
il n'eut pas insisté, et décidé la réfection de l'Ecole P r i M. I)E MONZIE.
à f r a n c h i r les 100 kilomètres qui sé- intervention,
actuel de l'Europe et, notamment, le
Député tin I.ut, rép. soc.
parent Alcobaca de Lisbonne, où eut repris la route du port de com- maire Supérieure des Filles et la
c o r r i d o r de Dantzig qui, dit-il, a, jaColonies
M. Albert SARRAUT.
elle est arrivée. La mère et les merce, à la recherche du taxi ti" 3, construction d'une nouvelle école
,1/. Cil A U TEMPS
APPELÉ
dis, existé p e n d a n t des siècles.
Député île l'Aude,
rad.-soc.
» qu'il me élémentaire des filles. La p a r t de la
enfants, nlFamés et les pieds en sang, et du « couche-en-ville
Il rend l'agitation nationaliste alleTravail
M. DALIMIER.
commune d a n s les dépenses à enDès q u ' i l e u t r e ç u et a c c e p t é la
ont été admis à l'hôpital. Une sous- répétait g avoir laissé.
m a n d e responsable du malaise poliDéputé tie Selne-el-Olse,
rad.-soc.
Ayant franchi le barrage, au lieu gager se monte à 1.048.000 f r a n c s !
cription a été ouverte pour leur vetique européen et estime nécessaire d é m i s s i o n d u c a b i n e t H e r r i o t , M. Murine marchande
.
M. MEYER.
de mettre le cap sur le grand hall de Une paille !
nir en aide.
que l'Allemagne reconnaisse le t r a i t é A l b e r t L e b r u n , p r é s i d e n t de la RéDéputé île la Selne-lnf.,
ratl.-soc.
/'Etat, pourtant
bien apparent
au
Un e m p r u n t d e 1 million est décide Versailles, fondé sur le droit de p u b l i q u e , c o m m e n ç a ses c o n s u l t a - Santé publique
.,..
M. DANIELOU.
fond de la perspective,
il obliqua dé. Les travaux seront mis en adjul'histoire, si une nouvelle catastro- tions.
Député till Finistère,
ganche
rati.
d'ailleurs
précipitamment
vers...
la
dication le 14 J a n v i e r ; et des trap h e doit être épargnée à l'Europe
M. Julien DURAND.
Il d e m a n d a d ' a b o r d ?i M. H e r Commerce
aare des chemins de fer
départemen- vaux spéciaux (chauffage central et
Député tin Daubs-,
rad.-soc.
r
i
o
t
l
u
i
m
ô
m
e
de
f
o
r
m
e
r
u
n
n
o
u
taux I
Les Anglais et les
Français
appareils sanitaires) seront mis au
P. T. T. . . . .
!'.....
M. LAURENT-EYNAC.
Je ne sais ce qu'il en advint par la concours le 21 J a n v i e r .
v e a u m i n i s t è r e . M a i s M. H e r r i o t
Député île la Haute-Loire,
gauche
rad.
sont les
peuples
suite ; mais à ma prochaine visite à
r e f u s a d e p r e n d r e la tête d ' u n e
MM. Le Cunff et Penvern sont
les plus
taxés.
SOUS-SECRÉTAIRES D'ÉTAT
D a n s le C l e r g é Quimperlé,
je le retrouverai
noble- désignés pour assister le m a i r e à
n o u v e l l e c o m b i n a i s o n et d é c l a r a
A un député qui d e m a n d a i t à la
que lui ' a d j u d i c a t i o n .
Président du Conseil
...
M. FROT.
NOMINATIONS. — P a r décision ment dressé dans l'attitude
C h a m b r e des Communes, m a r d i , à m ê m e q u ' i l se r e f u s e r a i t à e n t r e r
prêtera le sculpteur
Bazin, sur le
Di'pillé iln l.oirei,
soclatlsle.
A ce sujet, M. P e n v e r n d e m a n d e
de
Monseigneur
l'Evêque,
ont
été
d
a
n
s
le
n
o
u
v
e
a
u
C
a
b
i
n
e
t
,
q
u
e
l
c o m b i e n se montaient approximatiAffaires étrangères
perron de la maison
commune.
M. Pierre COT.
s'il n'est pas possible d'obliger les
nommés
:
q
u
'
i
l
soit.
vement par tète d ' h a b i t a n t les impôts
Dépttlé de la Simóle,
rad.-soc.
Les innombrables
discours
que
Recteur de Plouézoc'h, M. P i e r r e l'on prononcera au pied de son mo- e n t r e p r e n e u r s à employer la main
M. C a m i l l e C h a u t e m p s ,
a p p e l é Intérieur
annuels dans les p r i n c i p a u x pays, le
M. ISRAEL.
d'oeuvre locale dans u n e p r o p o r t i o n
Morvan,
vicaire
à
Crozon,
en
remSénaleur de l'Auhc,
rad.-soc.
secrétaire llnancier ii la T r é s o r e r i e e n s u i t e , d é c l a r a q u ' i l n e f o r m e r a i t
énuméreront
sans
grande de 80 % p a r exemple.
placement d e M. Cabioe'h, démis- nument
Air
a d o n n é les précisions suivantes :
M.
BERNIER.
fatigue pour le public les
bienfaits
u n C a b i n e t q u e si M. H e r r i o t se
M. le Maire r é p o n d que c'est imsionnaire ;
Dépulé d'Indrc-et-l.otre,
rud.-suc.
F r a n c e : 1.170 f r a n c s ;
dus à son administration
inter- possible, et c o n t r a i r e à la loi, mais
d é c i d a i t à c o l l a b o r e r a v e c lui, et Guerre
Recteur
de
Plougonvelin,
M.
J
o
M.
LA
CHAMBRE.
Grande-Bretagne : 1.400 f r a n c s ;
mittente, ainsi que les hauts-faits
de il espère qu'il y aura là du travail
e s s a y a d o n c de r e c h e r c h e r u n e
néputé d'llte-cl-Vllulne,
Ind. de gauche seph Moal. recteur de Plouégat-Guer- sa carrière
Etats-Unis : 020 f r a n c s .
parlementaire.
Mais M. pour les ouvriers quimperlois, les
f
o
r
m
u
l
e
de
c
o
n
c
i
l
i
a
t
i
o
n
e
n
t
r
e
la
Travail
rand
;
M.
DE
TESSAN.
Allemagne : 090 f r a n c s ;
Recteur de Plouégat-Gucrrnnd, M L. Tuai, reporter rompit à ce genre e n t r e p r e n e u r s ayant tout intérêt à
t h è s e de la C h a m b r e et la t h è s e
Dépulé de Seine-el-Marne,
rad.-soc.
Italie : 550 f r a n c s .
F r a n ç o i s Le Séac'h, vicaire à Lani de pensum, pourra répéter vingt fois p r e n d r e leur main (l'œuvre sur place.
d u p r é c é d e n t C a b i n e t . N ' y a y a n t Colonies
M. CANDACE.
dans son compte rendu de La DépêM. P e n v e r n d e m a n d e encore que
bézel'Iec.
La
Conférence
Dépulé ile la Guaileloiipe. gauche rail.
p a s r é u s s i , il r e n o n ç a à sa m i s
che que « ce fut un républicain,
un l'on divise les t r a v a u x en- un certain
Economies
de la Petite
Entente s i o n .
M. Dépulé
PATENOTRE.
DÉCÈS. — M. Madec, aumônier bon républicain,
un vrai
républicain nombre d e lots, de façon à p e r m e t t r e
de Selnc-ct-Olse,
ind. tic gauche.
des Sœurs d e la Miséricorde, à Uni et un vrai laïque ».
aux petits e n t r e p r e n e u r s locaux de
La Conférence de la Petite Entente
M.
PAUL-BONCOUR
M. IHJCOS.
Ensc igné m ent
technique
derneau, décédé le 11 Décembre.
... Selon la formule
valoisienne, pouvoir soumissionner ; il insiste
Dépulé de la llaule-Garonne,
rad.-soc.
a commencé, d i m a n c h e , il Belgrade. FORME LE NOUVEAU
CABINET
Et à ce titre spécialement sur la réfection d e la
Beaux-Arts
M. MISTLER.
Elle doit llxer l'attitude des trois
La clôture g é n é r a l e de la c h a s s e ajonterai-je seulement.
Dépulé i¡c l'Audc.
rad.-soc.
il
était
inévitable
que
la gloire le toiture de TE. P. S., travail qui p o u r gouvernements, roumain, yougoslave
M. P a u l - B o n c o u r , a p p e l é e n Le Ministère de l'Agriculture fait caressât de son aile capricieuse,
et rait être divisé en un assez grand
M. de MARCOMBES.
physique
et tchécoslovaque, relativement aux s u i t e , e s s a y a de f a i r e r e v e n i r M. Education
Dépnlé tln Pug-de-Dómc,
rad.-soc.
connaître que la clôture générale (le qu'un peu de bronze fût coulé en son nombre d e lots.
%
problèmes i n t e r n a t i o n a u x du désar- H e r r i o t s u r sa d é c i s i o n . Ce f u t
la chasse est fixée au d i m a n c h e 8 honneur et à son effigie.
Agriculture
M. JOUBERT.
Mais le maire r é p o n d qu'on ne peut
mement, des dettes et de la campaDépulé tic la Córrese,
rad.-soc.
p e i n e p e r d u e . M. H e r r i o t se c o n Janvier au soir.
plus rien c h a n g e r a u x c a h i e r s des
KEFFLEUT.
gne révisionniste.
CE OUI SE PASSE
pour assurer au
gouvernement
une m a j o r i t é stable.
M. P a u l - B o n c ô u r , n ' a y a n t p a s
r é u s s i à o b t e n i r la p a r t i c i p a t i o n
d e s s o c i a l i s t e s , ne p o u r r a c e p e n d a n t pas gouverner sans leur
a p p u i . I£t cet a p p u i l u i c o û t e r a
s a n s d o u t e f o r t c h e r . M. H e r r i o t
a dû, à différentes reprises, céder
d e v a n t les s o m m a t i o n s d e s . S . F .
I. (). M. ( i a r d e y ,
aujourd'hui
m i n i s t r e de la J u s t i c e , a v a i t d û ,
il y a q u e l q u e s j o u r s , l e u r a c c o r d e r le l a i n e u x «r'brflce d u .blé »•
d o n t il n e v o u l a i t p a s et q u ' i l
avait
combattu
énergiquement
quelque temps auparavant.
Les c o n d i t i o n s q u e les s o c i a l i s tes m e t t a i e n t à l e u r t p a r t i c i p a t i o n » a u p o u v o i r , ils les p o s e r o n t
Un grave 'accident de chemin (1e
fer s'est produit v e n d r e d i à Maury
(Pyrénées - Orientales). Au moment
ou un train de voyageurs allait franchir le passage à niveau qui se
trouve p r è s de la gare, un automobiliste, a r r i v a n t à vive allure, ne put
s'arrêter à temps, d é f o n ç a les barrières dont les débris se m i r e n t en
travers du la voie, et c'est en f r a n chissant cet obstacle que le train dérailla. Le mécanicien de la p r e m i è r e
locomotive — le train était remorqué p a r deux m a c h i n e s — aperçut
Bien les signaux désespérés que faisait la g a r d e - b a r r i è r e s et freina,
mais son collègue de la seconde locomotive n'ayant pas aperçu les signaux, ne l'imita pas.
Les deux m a c h i n e s déraillèrent 1 et
se renversèrent, et contre cet obstacle, le fourgon et le wagon de tête,
une voiture de 3* classe, vinrent
s'écraser.
On compte 7 morts et 30 blessés.
LE NOUVEAU CABINET SE TROUVE AINSI CONSTITUÉ :
INFORMA
T10ÍSS
QUIMPERLÉ
I » C0I8EIL • U m C I P I L
c h a r g e s , c e c a h i e r a y a n t été a p p r o u v é e t la s u b v e n t i o n d e l'Etat ayant
déjà é t é a c c o r d é e . H c o n s e i l l e aux
•petits ént r e p r e n e u r s q u i m p e r l o i s d e
se g r o u p e r et do d é s i g n e r p a r m i eux
un d é l é g u é qui s o u m i s s i o n n e r a i t au
n o m d e tous.
P o u r d é c o n g e s t i o n n e r les é c o l e s
p e n d a n t la d u r é e d e s t r a v a u x , et
pour permettre de commencer ens e m b l e l e s t r a v a u x d e r é f e c t i o n et
d e c o n s t r u c t i o n , 11 est d é c i d é que six
o u sept classes seront •descendues
d a n s les locaux de la s o u s - p r é f e c t u r e .
L e Conseil v o t e un c r é d i t p r o v i s i o n nel d e 5.000 f r a n c s , à v a l o i r sur le
p r o j e t g é n é r a l , pour l ' a m é n a g e m e n t
de ces locaux.
Ecole de la gare île La Forêt. —
U n e n o u v e l l e é c o l e sera c o n s t r u i t e i\
la g a r e d e L a F o r ê t , c o m p o r t a n t d e u x
classes et un l o g e m e n t . L e d e v i s
s ' é l è v e à 400.000 f r a n c s , d o n t 30 %
r e s t e r o n t à la c h a r g e de la c o m m u n e .
L e Conseil e s t i m e que c e p r i x est
un peu f o r t e t d é c i d e d ' é c r i r e aux
m u n i c i p a l i t é s d e Moolan e t d e Clohars p o u r qu'elles participent aux
f r a i s , cette é c o l e d e v a n t s e r v i r égalem e n t « u x e n f a n t s d e ces c o m m u n e s .
Si M o ë l a n et C l o h a r s
refusent,
l ' é c o l e sera c e p e n d a n t c o n s t r u i t e et
c e sont les c o n t r i b u a b l e s q u i m p e r l o i s
q u i p a i e r o n t ! 400.000 f r a n c s , c'est
une s o m m e un peu e x a g é r é e , m a i s
q u e l q u ' u n à c o u p sùr y g a g n e r a !
Service
vicinal.
— La procédure
d e p a i e m e n t p o u r t r a v a u x et f o u r n i tures d u S e r v i c e v i c i n a l est a d o p t é e
à l'unanimité.
Chemin
©m 24 DÉCEMBRE 1932 au I O J A N V I E R
Indus
¿i l'occasion de la Foire de NOËL et du JOUR de l'AX
GRANDE VENTE-RECLAME Í ARTICLES HIVER
•i
••
P R I X
. . . . . * ~~
S E N S A T I
O N N ^ I u H
RAYON DE COSTUMES
RAYON D E PARDESSUS
Costumes
3 pièces, pour Cadets :
80 fr. — 100 fr.
149 fr. — 175 fr.
Pardessus
et RA.GLANS croisés pour Cadets :
80 fr. — 98 fr. — 125fr. - 150 fr. — 175'fr.
Costumes
pour Jeunes Gens :
125 fr. — 175 fr.
etc.
225 fr. — etc..
Pardessus
et R A G L A N S pour Jeunes Gens :
150 fr. — 185 fr. — 225 fr. — 249 fr. -
Costumes
pour Hommes :
125 fr. - 175 fr. — 225 fr. — 275 fr. — 295 fr.
etc.
P a r e - A v e r s e s ' 7 5 fr.
de Stang-an-Aman. —
P o u r 1 » c o n s t r u c t i o n d u chetnvin d e
S l a n g - a n - A m a n , la c o m m u n e a cont r a c t é a u p r è s d'un p a r t i c u l i e r un
e m p r u n t d e 120.000 f r a n c s à 5 % .
L e Conseil décide de s'adresser à
la Caisse d e C r é d i t aux c o m m u n e s
p o u r e s s a y e r d ' a v o i r une b o n i f i c a tion d'intérêt.
NECROLOGIE. — Mardi dernier,
o n t eu lieu, à Q u i m p e r l é , au m i l i e u
d'une a f f l u e n c e c o n s i d é r a b l e d e parents et d ' a m i s , l e s obsèques d e
M m e v e u v e Boléat, née L e C o q , d é de Quimperlé, à
cédée à l'hôpital
l'âge d e 88 ans. M m e Boléat était l a
m è r e d e M. l ' a b b é Boléat, a n c i e n
aumônier de l'hôpital.
En cette d o u l o u r e u s e c i r c o n s t a n c e ,
nous adressons à la f a m i l l e nos c h r é tiennes c o n d o l é a n c e s .
— Nous avons appris avec regret
la m o r t de M m e L e Zant, née M o t t i c r ,
f e m m e d e M L e Zaut, j u g e au t r i bunal d e Q u i m p e r , d é c é d é e a p r è s
une courte m a l a d i e , à Q u i m p e r , à
l ' â g e d e 42 ans
La l e v é e du c o r p s a été f a i t e m e r c r e d i , à 8 heures. L a c é r é m o n i e religieuse a eu lieu à l ' é g l i s e S&inteC r o i x d e Q u i m p e r l é , à 10 heures du
matin, et a été s u i v i e d e l ' i n h u m a tion dans l e c a v e a u d e f a m i l l e .
N o u s p r é s e n t o n s à M. L e Zant et
à sa f a m i l l e l ' e x p r e s s i o n d e nos sincères condoléances.
—
Chemiserie
RAYON
DE
R a g l a n s
Pardessus
et R A G L A N S pour Hommes :
150 fr. — 249 fr. — 298 fr.
d e C o i r , l o r choix, 3 2 5
Chapellerie
fr -
-
U. S. Q. (1) B A T T U E A C O N C A R N E A U . — D i m a n c h e , la p r e m i è r e
é q u i p e d e l ' U . S. Q . se d é p l a ç a i t à
C o n c a r n e a u p o u r y r e n c o n t r e r la
p r e m i è r e é q u i p e de" l ' U . S. C o n c a r noise.
Les Quimperlois marquèrent le
p r e m i e r but en p r e m i è r e m i - t e m p s ,
m a i s d u r e n t s ' i n c l i n e r ensuite quat r e f o i s c o n s é c u t i v e s m a l g r é tout l e
b r i o du goal, Jean Guiliou
U . S. C o n c a r n o i s e , 4 ; U . S. Q., 1.
etc.
pour Hommes.
Bonneterie
SPORTIFS,
V o u s trouverez
LITERIE
RAYON DE FOURRURES
Couvertures
Oreillers
Couvre-Pieds
95 fr
Traversin
45 frPlumes — Duvets — matelas
chez
M . TALHOUARN
Rue Brémond-d'Ars, Q U I M P E R L É
un g r a n d c h o i x d e
Le chômage.
— L e chômage contipiquées, grande taille . . . . 8 0 i r
I S A B E L L E S , toutes provenances,
nue à A u g m e n t e r . M. l e M a i r e e x p o s e
fr.
q u e p o u r v e n i r e n a i d e aux c h ô m e u r s
n C H d l U »
140 fr. - I S O f r . - 175 fr.
d e u x solutions se présentent : 1
P r i x très intéressant*.
plumes, coutil 1™ qualité, 65 x 65. . 2 2 i r l e u r d o n n e r d u t r a v a i l ; 2" c r é e r une
CHAUSSURES LUXE E T FATIGUE
R
U
S
S
E
S
et
S
I
T
K
A
,
etc.,
à
partir
caisse d e c h ô m a g e .
intérieur plumes blanches.
1* L a C o m m i s s i o n d e s F i n a n c e s
de : 225 fr. — 250 fr. — »OO fr. —
U . S. Q. (1 b ) B A T T U E A Q U I M et l a C o m m i s s i o n d e s T r a v a u x p r o plumes, 120 cm
PERLE PAR TREGUNC-SPORTS. —
posent la c o n s t r u c t i o n d e deux noudu pays, 2 bêtes,
fr.
L e s l o c a u x se p r é s e n t a i e n t sur l e
velles routes : l e chemin q u i mène
8 5 fr. et
t e r r a i n a v e c plusieurs r e m p l a ç a n t s .
d e L a n d e - V i d a c h il la r o u t e d e l a
Maison B r û l é e à L a F o r ê t , et l e c h e A p r è s d i x minutes e n v i r o n d e jeu,
m i n q u i m è n e d e H i s t o i r à l'anT r e g u n c m a r q u e l e p r e m i e r but p a r
fr.
ARTICLES DE CONFIANCE
grandes tailles, 8 0 fr. et
cienne route d e Moëlan, e t l a réfecun m a g n i f i q u e c e n t r e d e son a i l i e r
t i o n d ' u n autre c h e m i n , celui q u i
gauche. E t les visiteurs continuent
c o n d u i t d e la r u e T e r r e d e V a n n e s
à dominer. Quimperlé n e pratique
à l a r o u t e d e Stang-an-Aman.
pas l e j e u d ' é q u i p e ; l e s passes sont
m a l faites, et T r e g u n c r e p r e n d chaL e C o n s e i l m u n i c i p a l a d o p t e et
que f o i s et r e p a r t à l'attaque. P a u l
v o t e , à cet e f f e t , un c r é d i t d e 120.000
H e r v é réussit q u e l q u e s b e l l e s desf r a n c s ( e m p r u n t à taux r é d u i t ) .
centes, m a i s ses essais é c h o u e n t sur
2 " L e Conseil a d o p t e é g a l e m e n t l e
la d é f e n s e a d v e r s e .
p r i n c i p e d e l a c r é a t i o n d ' u n e caisse
d e c h ô m a g e , qui n e serait m i s e en
Un corner sifflé contre Quimperlé
a p p l i c a t i o n q u e s i l e c h ô m a g e sévit
est t r a n s f o r m é , p u i s l e r e p o s a r r i v e
e n c o r e quand l e s travaux
prévus
sur l e s c o r e d e 2 à 0.
seront terminés.
A p r è s la r e p r i s e , T r é g u n c c o n t i Un c r é d i t d e 10.000 f r a n c s est
nue sa p r e s s i o n et réussit une t r o i voté à titre d e première mise d e
sième fois à trouver le chemin des
fonds.
filets.
M.
Penvern
intervient
énergiL e s l o c a u x r é a g i s s e n t et, a p r è s
q u e m e n t dans la question du c h ô une b e l l e descente, B o r a c i réussit à
mage. Il estime qu'il est inadmissauver l ' h o n n e u r .
s i b l e d e v o i r d e s retraités, qui touN o ë n , dans les b o i s d e Q u i m p e r l é ,
chent d é j à d e s 10.000 f r a n c s d e p e n se d é m è n e e t sauve plusieurs f o i s l a
s i o n , o c c u p e r d e s e m p l o i s dans l e s
situation p r e s q u e d e s e s p é r é e .
s e r v i c e s d e la v i l l e , a l c r s q u e d e s
U n e m a i n , f a i t e dans l a s u r f a c e
p è r e s d e fanmlle c r è v e n t d e f a i m
d e r é p a r a t i o n p a r un a r r i è r e v i s i t e u r ,
a v e c leur f e m m e e t l e u r s enfants. 11
d o n n e un p e n a l t y à Q u i m p e r l é . M a i s
est des e m p l o i s qui p o u r r a i e n t très
le goal de T r é g u n c arrête l a b a l l e e t
b i e n ê t r e tenus p a r d e s o u v r i e r s
la r e n v o i e .
c o n s c i e n c i e u x . I l n'est p a s besoin
P e u a v a n t la fin, T r é g u n c réussit
d ' ê t r e g r a n d c l e r c p o u r m e t t r e sur
un q u a t r i è m e but.
la bascule d e l ' a b a t t o i r un veau d e
T r é g u n c , 4 ; U . S. Q., 1.
500 k i l o s ?? L ' a s s i s t a n c e r i t du lapŒuvre des Pupilles des Ecoles puL A F Ê T E D E N O Ë L . — Samedi
A L'AMICALE D U « C H O C » . —
L E N O Ë L DES E N F A N T S
DES
AVIS AUX PECHEURS. —P a r
sus.
— A L o r i e n t , les j u n i o r s d e l ' U . S .
bliques. — Lu Conseil v o t e une sub- 24 D é c e m b r e , v e i l l e de N o ë l , c o n f e s - La j o u r n é e o r g a n i s é e p a r l ' A m i c a l e
ANCIENS
COMBATTANTS
C H O - a r r ê t é d u p r é f e t d u F i n i s t è r e , en
Q. battent l e s j u n i o r s d e L o r i e n t sion d e 14 h e u r e s ù 18 h. 30. A 19 du « C h o c » a obtenu, d i m a n c h e , un M E U R S . — A l ' o c c a s i o n d e la N o ë l ,
Et M. P e n v e r n lit une c i r c u l a i r e de v e n t i o n d e 150 f r a n c s .
date d u 15 D é c e m b r e , la p ê c h e e s t S p o r t s p a r 4 à 1, en c h a m p i o n n a t .
M. G e o r g e s L e y g u e s , m i n i s t r e d e la Théâtre
Honoré.
— M. H o n o r é de- heures-, l e s p o r t e s d e s d e u x églises éclatant succès.
le Bureau d e l ' U . N . C. a d é c i d é d e i n t e r d i t e en v u e d e p r o t é g e r l a r e
M a r i n e , et une d é c i s i o n p r i s e e n m a n d e la r é s i l i a t i o n d e son c o n t r a t seront f e r m é e s . A 23 heures, o u v e r Aux
camarades
d e Q u i m p e r l é f a i r e une d i s t r i b u t i o n d ' e f f e t s chauds p r o d u c t i o n dans les c o u r s d'eau.
illlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllil
Conseil d e s Ministres.
a v e c la v i l l e à d e t e r du 1 " J a n v i e r ture d e l ' é g l i s e à S a i n t e - C r o i x , ù étaient venues se j o i n d r e des délé- aux e n f a n t s des c h ô m e u r s a n c i e n s
1° P o u r l e saumon, du 1 " J a n v i e r
23 h . 15 à N o t r e - D a i n e . O f f i c e dans
M. l e M a i r e l u i r é t o r q u e que M . 1933. A d o p t é .
g a t i o n s d e B a n n a l e c , Clohars, L o c u - combattants, m e m b r e s d e l ' U . N . C .au 5 F é v r i e r et du 1 " A o û t au 31 D é les d e u x p a r o i s s e s à 23 h. 30.
Leygues a décidé simplement que
nolé, Mellac, Q u e r r i e n , R i e c , SaintMonument J. Le Louédec. — M. le
Tous les camarades qui o n t été
cembre.
25 D é c e m b r e , fête d e
t Diman'che
d o r é n a v a n t o n n ' e m b a u c h e r a i t plus M a i r e e x p o s e le p r o j e t
d'érection
T h u r i e n , L e T r é v o u x , etc...
inscrits d i m a n c h e d e r n i e r sont i n v i
2° P o u r la truite, l ' a n g u i l l e , l'alose,
d e r e t r a i t é s dans l e s s e r v i c e s d e d'un m o n u m e n t à M. Jules L e L o u é - N o ë l , d a n s 'les deux églises. Messes
A 10 h . 30, un g r o u p e c o m p a c t se tés à se p r é s e n t e r d i m a n c h e p r o - l a m p r o i e et mulet, du 1 " J a n v i e r au
basses à 6 h. 30, 7 h. 30 et 8 h. 30.
l E t a t , mais q u ' i l n'a rien dit d e s
dec, a n c i e n s é n a t e u r - m a i r e de Quiinr e n d i t au c i m e t i è r e sous la d i r e c t i o n c h a i n 25 D é c e m b r e , d e 11 h e u r e s à 5 F e v r i e r et du 1 " O c t o b r e au 31 D é G r a n d ' m e s s e à 10 heures. A 15 heuretraités d é j à
employés.
«
Vous p e r l é .
d e MM. Jean T r é g u i e r , N e r z i c et T a l - m i d i , salle des m a r i a g e s , à la m a i r i e , c e m b r e .
e
t
b
é
n
é
d
i
c
t
i
o
n
du
Saintres,
v
ê
p
r
e
s
n a v e z pas l e d r o i t , d i t - i l , d e l i c e n lec. Et a p r è s la m i n u t e d e s i l e n c e où i l s r e c e v r o n t le c a d e a u d e N o ë l
L e C o m i t é a d é c i d é d ' o u v r i r une S a c r e m e n t .
3° P o u r tous les autres poissons,
c i e r d e s retraités q u e vous a v e z
a l'honneur de prévenir le
t r a d i t i o n n e l l e , M. D é o d i c , b e n j a m i n que la section o f f r e à leurs e n f a n t s du 1 " J a n v i e r au 5 F é v r i e r , du lundi
s o u s c r i p t i o n p u b l i q u e et d e f a i r e
e m b a u c h é s en toute c o n n a i s s a n c e d e
L u n d i 2(i D é c e m b r e , f ê t e d e Saint
public qu'il vient d'augmenter
Le
Président
:
R
.
LABIUOT.
du g r o u p e , d é p o s a , au p i e d d u mo' a p p e l à toutes les c o m m u n e s du F i 17
A
v
r
i
l
au
d
i
m
a
n
c
h
e
18
Juin
inclucause et qui b é n é f i c i e n t d ' u n statut
E t i e n n e . A S a i n t e - C r o i x , messes basson matériel d'un
nistère.
nument aux morts une p a l m e en sous i v e m e n t , et du 1 " O c t o b r e au 31 Décommunal. »
ses à 6 h . 30 et 7 h e u r e s ; g r a n d '
L e C o n s e i l m u n i c i p a l de Q u i m p e r l é
v e n i r des c a m a r a d e s disparus.
c e m b r e inclus.
Mais M. P e n v e r n insiste a v e c éner- s'Inscrit p o u r une s o m m e d e 5,000 messe à 8 heures. L e soir, à 19 h. 45,
A l'issue de la c é r é m o n i e , les conet bénédiction
d u Saintg i e , a v e c a r d e u r , a v e c des gestes à la f r a n c s . L e C o n s e i l v o t e , m a i s l e s v ê p r e s
gressistes se d i r i g è r e n t v e r s l e resPOURSUIVI
P A R D E S CHAS
M i r a b e a u . I l n e c a c h e p a s qu'il c o n t r i b u a b l e s p a i e r o n t . P a r ce t e m p s S a c r e m e n t .
C MIRURGIEN-DENTISTE
DE 2 5 T O N N E S
taurant M o r v a n , p l a c e Saint-Michel.
SEURS, U N S A N G L I E R SE NOIE.
•défend sa p r o p r e cause, mais, dit-il, de c r i s e g é n é r a l e , o n aurait p u r e - A n o t r e - D a m e , p r e m i è r e messe à
de la l'ncultú <lc Médccinc de Paris
P e n d a n t tout l e repas, l a plus f r a n —
D
i
m
a
n
c
h
e
,
une
é
q
u
i
p
e
d
e
chasG
h.
30
;
g
r
a
n
d
'
m
e
s
s
e
à
8
h
.
30.
et
qu'il est en mesure d'effecil v a d autres, b e a u c o u p d ' a u t r e s mettre à plus tard les t r a v a u x d o n t
c h e g a i e t é ne cessa de r é g n e r , et les
9, Rue Lebas, — QUIMPERLÉ
seurs p o u r s u i v a i e n t un g r o s san<
d a n s m o n cas. q u i ne d e m a n d e n t l ' u r g e n c e ne se f a i t pas s e n t i r et r e n - V ê p r e s à 19 h . 45.
tuer
TOUS TRANSPORTS à des
chanteurs se firent l o n g u e m e n t a p g l i e r sorti de la forêt, de Carnoët. L e
qu a t r a v a i l l e r . E t il d e m a n d e que l e v o y e r aux' c a l e n d e s g r e c q u e s les traprix défiant toute concurrence
p l a u d i r , en p a r t i c u l i e r M M . T r é g u i e r ,
Consultations
tous
les
Jours
i
Quimperlé
p
a
c
h
y
d
e
r
m
e
,
blessé
l
é
g
è
r
e
m
e
n
t
,
se
C o n s e i l é m e t t e un voeu et p r e n n e vaux absolument inutiles. L e m o n u S É A N C E S R É C R É A T I V E S . — D i - Burel, Guyot, Cuziat, L e Gac, Cload i r i g e a v e r s la L a ï t a et se jeta résosaur le mercredi i Bannalec
une d é c i s i o n .
ment à M. L e L o u é d e c d o i t , à n o t r e m a n c h e , en m a t i n é e , e t m a r d i , e n rec, P u s t o c h .
lument à l'eau. A u m i l i e u d e l a riM . T a m i c . — On d e m a n d e des Ira avis, être classé dans cette c a t é g o r i e . s o i r é e , les j e u n e s gens du p a t r o n a g e
L a j o u r n é e de l ' A m i c a l e du « C h o c »
v i è r e , q u i est très l a r g e à cet e n d r o i t ,
vailleurs à la campagne !
ont
donné,
salle
Saint-Colomban,
DANS VOTRE INTÉRÊT,
Et les 5.000 f r a n c s v o l é s p a r l e
a obtenu un succès c o m p l e t .
A L A R E C E T T E M U N I C I P A L E . — le sanglier essuya un nouveau c o u p
M . P e n v e r n c o n t i n u e : « Ce n'est
deux s é a n c e s t h é â t r a l e s et musicales,
C o n s e i l auraient pu t r o u v e r un m e i l Et ce fut le Bro goz ma Zaclou, re- M. H é l i a s , é c o n o m e d e l ' H o s p i c e d e de f e u et disparut, m o r t e l l e m e n t
CONSULTEZ-LE
p a s juste, c e n'est pas juste ! »
qui o n t o b t e n u un succès c o m p l e t .
leur e m p l o i .
p r i s en c h œ u r psjr Joute l'assistance. Q u i m p e r l é ,
ayant
é t é r é c e m m e n t blessé. L e s chasseurs, t r a n s f o r m é s
M a i s M. l e M a i r e passe à l a suite
Attaque
de nuit
est un s u p e r b e
Mais, Magister
dixit,
l e maître l ' a
Pour
tous
renseignements, s'adresser ou
n o m m é r e c e v e u r m u n i c i p a l de n o t r e en m a r i n s - p ê c h e u r s , a f f r é t è r e n t un
d e 1 o r d r e du j o u r .
d r a m e e n 3 actes d e ,1. R i c h e r , qui
dit, il n'y à qu'à s ' i n c l i n e r ! !
écrire à ses bureaux :
v i l l e , v i e n t d e p r e n d r e ses n o u v e l l e s canot et se m i r e n t à la r e c h e r c h e d e
Succession
Moreau.
— Un crédit
— S u r i n t e r v e n t i o n d e M . P e nfait r e v i v r e u n e é p i s o d e d e s plus
fonctions.
leur butin. Ce fut p e i n e inutile, l'aniMAISON
1
d e 7.000 f r a n c s est v o t é , à t i t r e d e v e r n , l e C o n s e i l d é c i d e d e r e n v o y e r pathétiques d e la g r a n d e g u e r r e .
L a R e c e t t e m u n i c i p a l e v i e n t d ' ê t r e mal, qui avait c o u l é à p i c , a dû être
p r o v i s i o n à allouer à l ' a v o c a t (M* L e à la C o m m i s s i o n l a question d e la L e
sergent
Jaquemier, ' désigné
t r a n s f é r é e , 25, r u e B r é m o n d - d ' A r s t r a n s p o r t é plus l o i n p a r un courant iiiiiiiiiiimiiimiiiimiiimiiiimmiiimiiii
B a i l ) et à l ' a v o u é (M° B o t ) p o u r sui c r é a t i o n d'une soupe m u n i c i p a l e .
pour u n e M i s s i o n périlleuse, l ' a c ( p r è s d e la P o s t e ) et f o n c t i o n n e d è s assez f o r t a c t u e l l e m e n t .
vre la procédure.
c
e
p
t
e
et
se
d
é
v
o
u
e
,
sachant
q
u
'
i
l
v
a
L ' o r d r e du j o u r étant épuisé, l e
maintenant.
CINÉMA P A R L A N T HONORÉ. —
Monuments historiques. — Une C o n s e i l se réunit en c o m i t é secret. à une m o r t c e r t a i n e . L e s soldats qui
l'accompagnent
tombent
sous les
Jeudi 22, v e n d r e d i 23, s a m e d i 24
s o m m e d e 500 f r a n c s est v o t é e p o u r
C
A
R
N
E
T
D
E
M
A
R
I
A
G
E
.
—
L
e
balles e n n e m i e s . L u i - m ê m e est p r i s
D é c e m b r e , r é v e i l l o n , s o i r é e à 8 h. 30,
l ' e n t r e t i e n des m o n u m e n t s d e Q u i m s a m e d i 31 D é c e m b r e , à 11 heures,
et l e s A l l e m a n d s , q u i attaquent, fc
d i m a n c h e 25, m a t i n é e à 2 h . 30,
p e r l é i n s c r i t s sur l a liste c o m p l é sera
b
é
n
i
,
en
l
'
é
g
l
i
s
e
p
a
r
o
i
s
s
i
a
l
e
d
e
f o n t m a r c h e r d e v a n t eux d a n s l'ess o i r é e à 8 h . 30.
m e n t a i r e des m o n u m e n t s h i s t o r i q u e s ,
S
a
i
n
t
e
C
r
o
i
x
,
l
e
m
a
r
i
a
g
e
d
e
M.
Joap o i r d e m i e u x s u r p r e n d r e les F r a n P r o g r a m m e : Les actualités
Pathén o n s u b v e n t i o n n é s p a r l'Etat.
Place Hervo, Q U I M P E R L f e
5,
rue
Belle-Vue,
a
v
e
c
c
h
i
m
Jégou,
çais. M a i s 'le sergent c r i e d e toutes
Xatan,
s o n o r e et p a r l a n t ;
Discot
Chirurgien-Dentiste
Appareils extincteurs
d'incendie.
Mlle L o u i s e L e C l a n c h e , de K é r i s o l e .
ses f o r c e s : « T i r e z d o n c I C e sont
boxeur, s c k e c h t a v e c B i s c o t ; Le sexe
— L e C o n s e i l r e n o u v e l l e l e contrat
Du
24
Décembre
au
2
Janvier
inclus
les B o c h e s I » H t o m b e , mais l e s
— D. F. M. P. —
L e s r e p a s d e noces s e r o n t servis,
fort,
sckecht a v e c
Saint-Granier ;
p o u r les 61 a p p a r e i l s S. I. C. L . I .
F r a n ç a i s repoussent 'l'attaque et font
l é m ê m e j o u r , c h e z M . Calvez, resParamount
magazine,
documentaire
Traitement du Receveur
municides p r i s o n n i e r s .
taurant d e la P o m m e d ' O r , à Q u i m c o m m e n t é ; La flûte
désenchantée,
pal. — L e t r a i t e m e n t du r e c e v e u r
perlé.
dessin a n i m é •sonore.
L e c a p i t a i n e a l l e m a n d , q u i avait
{municipal est fixé à l l . S l i l f r a n c s ;
; c'est un film d e
¡1 est charmant
poussé d e v a n t lui l e sergent, v a être
TRAVAIL SOIGNÉ
m
CARNET
DE MARIAGE. — Non
les p r i m e s d ' a n c i e n n e t é se m o n t e n t
f o l l e gaité, d ' e n t r a i n , d e musique,
fusillé, m a i s l e sergent, a v a n t d e
3, Place Hervo, 3
apprenons avec plaisir le prochain ma
S'Y A D R E S S E R
5
a 1.080 f r a n c s et les f r a i s d e g e s t i o n
île chant, i n t e r p r é t é p a r l e s inoumourir,
demande
e t , obtient sa
U N
C A D E A U
ri »ne d e Mlle l":iule Roussel, fille de
à 3.235 f r a n c s .
Q U i M P E * L É TH. 1.90
b l i a b l e s artistes H e n r i Garat, B a r o n
grâce.
M" Roussel, notaire, quai Urizeux, avec
sera offert à tout client
Lotissement de Kergostiou. — Le
M. René Pcyron, docteur en droit, fils
iils, M e g L e m o n n i e r et D r a n e m .
G o u r v e l l e c s e tira à m e r v e i l l e du
projet d e lotissement d e Kergostiou,
de M. Jean Peyron, le sympathique
a partir de 1 0 fr. d'achat,
r ô l e d u s e r g e n t JaqueMiier. R a r d o u l
industriel
<Ie
Kerjouanno.
p r é s e n t é p a r M. O l l i v l e r , est a p p r o u FÊTES D E N O Ë L E T DU JOUR
à la p e r f e c t i o n le vieux
sucre et luciline exceptés.
AVIS
AUX PUPILLES
I ) E L Ap e r s o n n i f i a
Encette
heureuse
circonstance
v é sous c e r t a i n e s r é s e r v e s . L e C o n D E L ' A N . — A l ' o c c a s i o n d e s fêtes
briscard de commandant, mauvais
N
A
T
I
O
N
E
N
A
P
P
R
E
N
T
I
S
S
A
G
E
.
¡.'Union
At/rlcnle
adresse
aux
jeunes
s e i l d e m a n d e , en p a r t i c u l i e r , que l e
c a r a c t è r e , m a i s b o n cœiur. I l est
l'ancés ses meilleurs vœux de bonheur de N o ë l e t du Jour d e l ' A n , les reslotisscur fasse l e r a c c o r d e m e n t a v e c L e s p u p i l l e s d e la N a t i o n e n a p p r e n - r e g r e t t a b l e
taurateurs e t d é b i t a n t s d e b o i s s o n s
q u e certains
acteurs
tissage
sont
informlés
q
u
'
i
l
s
t
r
o
u
v
e
l e s e r v i c e d'eau c o m m u n a l .
Mais e l l e eut l'heureuse i d é e d e
S e renseigner dans los S u c c u r s a l e s
sont autorisés ù t e n i r l e u r s établisront à 'la c o n c i e r g e r i e , «lo ' l ' é c o l e d e n'aient p a s p r i s la p e i n e d ' a p p r e n l e plus
s e m e n t s ouverts toute ia nuit, du 24 p r e n d r e un c a c h e t d e NEZOL,
Renouvellement
du marché des la rue T h i e r s des c e r t i f i c a t s d e pré- d r e s u f f i s a m m e n t 'leur rôle, c a r ç'eut
au 25 D é c e m b r e , e t du 1 " au 2 Jan- puissant et l e plus r a p i d e d e tous
boues. — Des d é m a r c h e s m u l t i p l e s sence à l ' a t e l i e r p o u r l e d e r n i e r été une s é a n c e p a r f a i t e . L e d é c o r :
les r e m è d e s c o n t r e les m a u x d e tête,
vier.
t r a n c h é e , g o u r b i , etc., était réussi ;
ont é t é faites, m a i s p e r s o n n e n ' a t r i m e s t r e d e 1932.
maux d e dents, et douleurs.
le g r i n c e m e n t d e s m i t r a i l l e u s e s et l e U. N . C. — Quelques m e m b r e s d e
Pour T R I C O T E U S E S
a c c e p t é l ' a l l o c a t i o n actuelle d e 9.000
Ces c e r t i f i c a t s d e v r o n t êtro dù0 f r . 75 l e c a c h e t , 8 f r . 50 l a b o î t e
r o u l e m e n t du c a n o n était également l ' U . N . C . n'ont p a s e n c o r e r é g l é
T R O U V A I L L E . — M. François Piclion
francs.
iment r e m p l i s et r e t o u r n é s à l ' é c o l e
leur cotisation p o u r 1932. L e s c a m a contremaître chez M.Moreau, rue Clo- de 12.
Cheat C i l . I 9 É S A R D
L a question est r e n v o y é e
p o u r •de la rue T h i e r s p o u r l e 25 D é c e m - bien i m i t é .
hars, a trouvé une alliance d'homme. r D é p ô t à Q u i m p e r l é : P h a r m a c i e L e
La s e c o n d e p i è c e , u n e c o m é d i e r a d e s 'intéressés sont p r i é s d e bien
discussion en c o m i t é secret.
Rue Cornlc-Duchône
lire d e r n i e r délai i.
La réclamer au commissariat.
X a o u r et toutes b o n n e s P h a r m a c i e s .
en un acte d e L a b i c h e , L'homme
qui v o u l o i r f a i r e l e u r v e r s e m e n t d i r e c Q U I M P E R L É - Tél.40
irend lu mouche,
a été p a r f a i t e m e n t tement, a v a n t fin Décttnlbre, au m e m i n t e r p r é t é e p a r A e r s h o o t , G o u r v e l l e c , bre d u 'bureau q u ' i l » c.nt ¡l'occasion
H u i b a n , e t c . A e r s h o o t fut p a r t i c u l i è - d e v o i r le plus f r é q u e m m e n t , o u d e
APRÈS L A F Ê T E DES POMPONS
r e m e n t amusant et l'assistance ne lui v e n i r d i m a n c h e p r o c h a i n , d e 9 heum é n a g e a pas « e s a p p l a u d i s s e m e n t s . res à m i d i , à la m a i r i e (salle d e s R O U G E S . — A la suite d e leur fête,
m a r i a g e s ) , où u n e p e r m a n e n c e d ules P o m p o n s R o u g e s d e Q u i m p e r l é
Comme
intermède,
la c h o r a l e b u r e a u sera é t a b l i e p o u r r e c e v o i r
vraiment chio, à un prix abordable,
ont v e r s é une s o m m e d e 300 f r a n c s
m i x t e s , untoiq u e d ' a u t r e s chants, les cotisations en r e t a r d .
aux cantines s c o l a i r e s ; 200 f r a n c s ù
porte la marque :
i n t e r p r é t a des N o ë l s à q u a t r e v o i x
' l ' é c o n o m e de l ' h ô p i t a l pour la N o ë l
» LUSTRERIE
p o u r 'lesquels e l l e était a c c o m p a g n é e
Le Président
: R. LABIUOT, •
des enfants, et 403 f r a n c s , p r o d u i t
par toute une p l é i a d e d e jeunes viod e 'la t o m b o l a , au d i s p e n s a i r e .
-A P P A R E I L S -lonistes e t v i o l o n c e l l i s t e s .
CHAUSSURES DE FOOT-BALL
195
Renards
Véritables Putois
HO
Echarpes
n o
Très bel assortiment de MANTEAUX Baby, Fillettes et Dames
Spécialité de CAPES pour le Costume Breton pour Dames
Aux
Gi»a.ncis
2VEa.cja.sirL¡s
RIVALI N-BOUR C'HI S
Voyez nos Etalages
• A VX
TRAVAILLEURS
¡>
18, Rue Savary, 18 — Q U I M P Ë R L É
Visitez nos Rayons
AVIS
M.INAHÉ
FILS
NOUVEAU TRACTEUR
Alexandre C U Z I A T
Entrepreneurs, Industriels, etc.,
Bouler de la Gare, QUIMPERLÉ. tîi.i.«
Jean JÊZÊQUBL
L'IMPRIMERIE DE L'ABRAYE
HT J. GUIBOURG
livre les lettres de mariage
2 heures après la commande
Grande VEHIE RECLAME
CABINET DENTAIRE
LA VIE ETAIT INTENABLE
ni
L E
C A D E A U
30, Rue des Fontaine», L O K I E H T
Voir nos Editions d'Art de GALLÉ et DAUM,
Terres cuites, Bronzes, Porcelaines et Cristaux
des premières marques. Orfèvrerie Chrlstofle.
jiflilllDKIIIIIIIIIIIIIii^
LAINES
#
N o u s a d r e s s o n s à tous n o s chaleureuses f é l i c i t a t i o n s .
F I A N Ç A I L L E S . — Nous apprenons
les fiançailles d o M. A l f r e d Jehanno,,
i n d u s t r i e l au B e a u b o i s , ù Q u i m p e r l é ,
a v e c Mlle A n n e G u e r l e s q u i n , fil le d e
M. Gustave G u e r l e s q u i n , 3e s y m p a thique industriel d e Kerampoi'x.
Nos félicitations.
Bonne Année, Bonne Santé
chers Lecteurs
Et plus tle cors nux pieds, «rAco au
Dinble » . t L e Diable » enlève les
cors en six jours, pour
tou|ours.
¡1 f r . 95, toutes phnrm.
Attention I...
Exigez « L e Diable » . Epcrnay : Pharmacie Wcininnnn.
Dépôt duns toutes
les Piiarmucles.
DISPARITION I)E LINGES. — La
gendarmerie
de Quimperlé
a été
a v s i é e p a r M. H u o n , du v i l l a g e d e
K e r n é v é n a z , situé à p r o x i m i t é d u
château d ' e a u , qu'un l o t i m p o r t a n t
de linges a d i s p a r u d a n s la nuit. L a
maréchaussée s'est m i s e i m m é d i a t e ment en c a m p a g n e et ne t a r d e r a sans
•doute pas a d é c o u v r i r l'auteur ou
les auteurs de c e v o l .
Q Électricité Générale
i
o DE C H A U F F A G E L . C O R N O U
isl
MOTEURS,
•
etc...
PHONOS
DISQUES
27 -- Rue S a vary -
27
» 9 4 QUIMPERLÉ
Réparations en tous Genres
R
Magasins
V
CORBIERRE
Q U I M
•»»X
* X *
L u pondeuse* doivent coniommer, outre
un peu de verdure, de» mélentfc» de
grein«, et de» patéci. Den» oc» mélenge»
de grein» et ce» petéc» introduises pour
moitié environ do
(Saigon
P E R L E
Du Vendredi 16 au Samedi 31 Décembre 1932 inclus
I Z
GENERALE
!>• 2 on brisures)
Écrire a l'Offici da RIM,
93. ra« Je Richelieu. Parie (2')
TRIBUNAL CORRECTIONNEL
Quimpehlé. — Une affaire de bruconnaoe, — Le 10 Septembre dernier, MM. X..., Discot et Pascot
péchaient le saumon dans J'Ellé, A
lin endroit où Je droit de pèche appartieitt à M. Chastaing, avoué à
Senli».
I!s furent surpris et reconnus par
des cultivateurs riverains.
M* Fournis se i>orte partie civile
pour M. Chastaing, et pour la Société de pêche de Quimperlé, et réclame pour chacun 10.000 francs de
dommages-intérêts.
Il expose les préjudices causés à
ses clients: 1" A M. Chastaing, qui
fait assez souvent le voyage de Sen•lis à Quimperlé dans ie but de se
livrer à son sport favori, et qui constate que la rivière est vide de saumons; 2° à la Société de pêche de
Quimperlé qui se trouve lésée du fait
que la capture du saumon a été effectuée au moment du frai, ce qui
nuit considérablement au repeuplement de nos cours d'eau.
M. le procureur d e la République
demande une punition sévère pour
Jes délinquants, dont deux sont des
habitués de la correctionnelle.
M" Koun défend M. X..., et après
avoir demandé l'indulgence du Tribunal en ce qui concerne le propre
délit de pèche, tend à démontrer
que les préjudices causés, tant au
propriétaire riverain qu'à la Société
de Pêche Quimperloise, sont loin
d'être taxés au taux de 10.000 fr.
Trois saumons pèsent ensemble 15
kilos.
Quant
la question du frai, le
décret de 1897 qui est en quelque
sorte comme une charte, dit que la
pèche au saumon est interdite du 30
Septembre au mois de Janvier : donc
la conclusion s'impose: le délit de
pêche en temps de frai dont on accuse M. X..., et sec omparses n'existe
plus, puisqu'il a été commis le 10
Septembre.
L'affaire est mise en délibéré. Jugement à huitaine.
COTONS
SHIRTING
CRETONNE
COTON
POUR
NOIR
article d'usage,
CHEMISES,
grand teint,
FIN,
2,30
MOUCHOIRS
batiste blanche, vignettes tissées couleur. L a 1/2 dz
5,
—
2,50
MOUCHOIRS
de Cholet, carreaux couleur.
—
7,50
—
3,
»
SERVIETTES
DE
TABLE,
—
16,50
3,50
SERVIETTES
DE
TOILETTE,
—
15,
4,25
TAIES
blanc, ciel, saumon, —
LINGERIE,
—
NOS
cretonne
DRAPS
blanchie,
article
recommandé,
TOILE
mi-fll, article lourd,
DE BRETAGNE,
TOILE
CRÉMÉE,
TOILE
CRÉMÉE,
TOILE
CRÉMÉE,
TOILE
POUR
TOILE
LESSIVÉE,
TOILE
LESSIVÉE,
larg r
mi-fil, qualité supérieure,
._
-
100 c"', sacrifié.
200
cm
i a r g ' 220 c " 1 . . .
échelle. E n 220 x 320 . . . .
5,
»
13,
»
»
i a r g ' 240 c"'
27,
»
29,
»
PURE
LAINAGE
2,50
garantie pur fil, crémée, à profiter, l a r g ' 220 cm
_
SERGE
14,50
1 6 ,
—
La
DRAPS
jours
liteaux rouges,. largeur 60 c'°
—
tissu éponge.
30,
» —
En
»
»
pièce
noir et marine seulement.
LAINE,
pour robes et tabliers.
FANTAISIE,
UN STOCK
de LAINAGES,
UN STOCK
de LAINAGES,
VELOURS
CRÊPE
CRÊPE
SATIN,
Largeur
90 c " .
9,50
Largeur
90 c m .
12, »>
Largeur 140 c'".
25,
L a r g e u r 140 c"'.
2 5 , »>
Largeur
15,
»»
9,
»
pour manteaux.
haute nouveauté.
DIAGONALE,
DE CHINE,
pour robes.
70 c,u.
soie artificielle, tous coloris
»
28, »
ou marocain, très belle qualité
GEORGES L E G U E T
CHIRURGIEN-DENTISTE
FOURRURES
• do in Fncullé <lo Paris 1 8 , Rue Savary (Maison Rivalin)
QUIMPERLÉ
Un Stock très important sacrifié au-dessous des cours
Consultations tous Its jours, sauf le lundi
ECIIARPES
NOUVEAU SERVICE D'AUTOBUS
RAPIDE. — Un service rapide d'autobus vient d'être inauguré entre Lorient et Quimper, puis entre Quimper et Brest et vice-versa.
Les passages en notre ville se font
aux heures ci-après : départ de
Quimperlé sur Quimper à 8 h. 55 et
17 h. 55 ; départ de Quimperlé sur
Lorient, ù 11 h. 25 et 21 h. 30.
Marie-Rosine
Lubln,
34
CHEMISES
L o u i s e C a l l o , veuve L e M o l g n ç . H2 ans,
d«ï S a i n t - T h u r i e n , li», place S a i n t - M i c h e l ;
— M a r l c - L o u l s e - F r a n c i n e L e Coq, v e u v e
Boléat, 88 ans, 19, place Saint-Michel ;
— M a r t e - A n n e Coadic, veuve Hillard.
S2 ans, s. p., route d ' A r z a n o ; — JeanneL o u i s e Gounlay, épouse N e v e u , 31 ans,
couturière, 10, place Saint-Michel ; —
M a r i e - L o u i s e L e Grand, v e u v e O l i v i e r ,
77 ans, s. p., 28, rue d u Bourxneuf.
PULL-OVER
de Lorient, 8, rue de Pont-Aven ; —
Chef-Comptable,
Comptable,
Aide-Comptable, 8eorétaire, Sténo-Dactylographe, Caissière, etc.,
sont des SITUATIONS
rémunératrices que vous pouvez obtenir r a pidement, gr&oe aux LEÇON8 P R A TIQUES de l'ECOLE PIGIER, 9,
pue des Fontaines, LORIENT,
du 16 Décembre
V a c h e » laitières, 160/100 . . .
Porcs, 350/310, l e k i l o
V e a u x , 65/65, le k i l o
50,
»
MOUFLON,
naturel, belle qualité
Valeur
50 francs, vendu
30,
»
RENARDS
ISABELLE,
grande taille, doublage soigné
Valeur
300 francs, vendu
200,
»
RENARDS
FANTAISIE,
Valeur
600 francs, vendu
425,
»
RENARDS
SITKA,
pointillé, belle qualité
Valeur
550 francs, vendu
390,
»
RENARDS
SKUNGS,
naturel, premier
Valeur
600 francs, vendu
450,
»
haute nouveauté
RONDS
MOULINÉES,
—
Froment
Selftle
Sarrasin
Avoines
•_•••
P o m m e s d e terre, les 100 k i l o s . .
Foin, les 500 k i l o s
P a i l l e , les 500 kilos
Son, les 100 kilos, gros
F a r i n e de l ' e x t é r i e u r
Beurre salé, la l i v r e
Beurre d o u x , la l i v r e
Œufs, la d o u z a i n e
P o u l e t s v i e u x , 200, la couple . .
P o u l e t s jeunes, 200, la couple . .
C i d r e pur j u s
Cidre ordinaire
»
»
»
»
»
220. »
120. »
50. »
164.»
9. »
7. »
7.50
25.»
30. »
250. »
200. »
rTousîesi
bandages
ceintures
-
CRAVATES
FANTAISIE
JACQUARD,
GILETS
ou CALEÇONS,
article chaud.
PANTALONS
PARDESSUS
FANTAISIE
RAGLAN,
COMPLETS
VESTON,
COMPLETS
FANTAISIE,
f e r m e t u r e éclair
»
4,
»
38,
jersey hygiénique, intérieur molletonné,
L a pièce.
rayés, article d'usage.
Exceptionnel.
—
PARURES
PARURES,
, „
15,
»
»
n a n s o u t rose. L a chemise et le pantalon
de LINGERIE,
linon rose brodé, qualité supérieure.
DE FIL,
BAS
DE LAINE
mixte, qualité extra.
BAS
DE
« LILIANE
SOIE
»,
teintes
mode.
f o r m e classique, draperie grand t e i n t . . . .
125,
» •
CHEMISES
AMÉRICAINES,
très belle draperie, peigné f a n t a i s i e . . . .
225,
»
CHEMISES
DE NUIT,
225,
»
francs
BLOUSES
finette
7,
paire....
laine et soie. Blanc ou rose
rose, manches longues.
«
17,50
30,
»»
19,50
A
16,50
profiter
beau vichy, uni ou écossais
PALETOT,
22, >,
L a paire
manches longues, article f o r t
»
,,
6, »
L e s 2 paires
TRICOT,
14,
L a paire
La
17,50
145,
MANTEAUX
CUIR, qualité extra, doublage chaud. C e n t
a u - d e s s o u s de la c o n c u r r e n c e
L e s 2 pièces
article solide.
BAS
CAMISOLES
belle draperie
GARNITURES
Pour DAMES
19,
3,50
19,50
15,
»,
Tout notre Rayon de Manteaux, Robes soldés au prix coûtant
S
UN
LOT
DE
CULOTTES,
12, »
velours à côtes. Quantités limitées. De 6 à 12 a n s . . . . -
AMEUBLEMENT
105.»
75.
70.
75.
75.
:io.
ECIIARPES
dessins modes
A NOUER,
1.200 1.400
7. »
4.50
Orge
COLLETS
choix, article garanti
mailles fortes. L a paire
Pour E N F A N T S
Mercuriale des Marchés
100 francs, vendu
belle percale, avec 2 cols
FANTAISIE,
CHAUSSETTES
CRAVATES
:
Valeur
P o u r HOMMES
ans.
DMs
Colombia, f a ç o n t a u p e o u castor
RENARDS
COLLETS
E T A T - C I V I L . — Naissances : O l c t t c M a r i e - U m i s c - U a r b o ( î u i f i u e n , au P c t l t Llchcrn ;
—
Marguerite - Madeleine M a r i e - T h é r è s e l'rat, rue A l f r e d de Musset ; — A l b c r t - U a y m o m l I.ancicn, Kerlsolc.
Publication
(le mariage : Rcné-JcanM a r i c . J o w p h P c y r o n , c m l o y é d e banque,
24, rue V o l t a i r e , au HAvrc, et PnulcAnnc-Maric-Françolse-Thérèse
Roussel,
s. p., 12, quai B r l z c u x , Q u i m p e r l é .
DROITES,
COUVERTURES
pure laine, filets bleus, taille 175*220
BLANCHES,
»
90,
»
—
—
—
—
pour grands lits
—
ECOSSAISES,
—
—
taille 175X220
75,
»
—
—
—
—
pour grands lits
95,
»
175,
»
85,
»
2 2 ,
»>
95,
»
—
DOUBLE
—
PIQUÉES,
GARNIS,
ÉDREDONS
GONFLANTS,
DESCENTES
DE LITS,
SATINETTE
envers blanc, en or, ciel, rose, pour grands lits.>
intérieur garanti pure laine, en 195X220
lOO.
satinette fine, garnis mi-duvet
dessins Jacquard, franges, belle qualité
guipure, fantaisie, largeur/. 60 c™.
FINE,
'
beau coutil satin, intérieur plume épurée
OREILLERS
RIDEAUX
FACE,
>
65,
et
1 3 , .»
L e mètre
pour édrcdons ou couvre-pieds, toutes teintes,
»
largeur 130 c"'. L e mètre
2,
»
6,
»
basavarices Du Vendredi 16 au Samedi 31 Décembre 1932 inclus
PHARMACIE I E NA0IIR
Docteur en Pharmacie
3.Place Ca mot. 3
Q U I M P E R L E
— Tél. 18
BOIS SUR PIEDS E T A B A T T U
A TRÈS BONS PRIX
Foar&tlares pour Entrepreneurs et Ebénistes
DANS L'ENREGISTREMENT. —
M. Bouchiai, receveur-contrôleur de
l'Enregistrement à Aubeterre (Charente), est nommé receveur à Bannalec, en remplacement 'de M. Sera-'
zin, nommé à Lorient (successions).
Nos meilleurs voeux de bienvenue.
CLOHAR8-CARNOET
20,
160X275
BANNALEC
achète en permanence toutes quantités d i
NOMINATION A EMPLOI CIVIL.
— M. Prosper Kermagoret, deme®
rant à la Croix de Kerharo, en Clghars-Carnoët, vient d'être nommé
cantonnier du service vicinal dans
.ette commune, au titre d'emploi
réservé aux mutilés de guerre.
LAINAGES & SOIERIES
exceptionnel, largeur 240 cm
TORCHONS,
fleuri.
cretonne, ourlets à jours.
D'OREILLER
TOILES
larg r
damier
ADFFBET
B
-ODALLEG
9 C I E R Ï E - P A R Q U B T K R 1 E
AU DISPENSAIRE. — La consultation au dispensaire n'aura pas lieu
en Décembre.
En 1933, les consultations auront
'lieu comme d'habitude le 4" lundi
de chaque mois.
BLANC
par 10 m., le m è t r e .
qualité supérieure,
ECRUE,
POUR
FINETTE
COTON
pour lingerie
D'EPINAL,
BANNALEG
INCENDIE D'UNE CHAUMIÈRE.
Jeudi, vers 20 h. 30, le feu se déclarait soudain dans la maison habitée par les époux Picard, petits
fermiers à Kerzudal, en Bannalec.
Favorisé par les matières combustibles que formait la toiture, l'incendie se propagea rapidement. On
sauva d'abord les quatre enfants qui
dormaient et on dut se résigner à
sauver seulement les bestiaux : une
vache et un porc. Les meubles, le
linge, les vêtements, tout a été la
proie des flammes. Seule une armoire a été sauvée du désastre. La
pauvre maison, ni le mobilier n'étaient assurés et les époux Picard se
trouvent dans le dénuement le plus
absolu.
Les Magasins C O R B I E R R E
sont les plus Importants et les meilleur marché
DANS L A MARINE MARCHANDE.
Nous apprenons avec plaisir que
notre compatriote, M. Joliff, vient de
subir avec succès les examens de la
Marine marchande et a été reçu en
qualité de lieutenant au long-cours.
Félicitations.
MELLAO
MÉDAILLE DE SERBIE. — M.
Louis Huot, du Rouas, en Mellac,
vient de se voir décerner a médaille
de Serbie, au titre de la grande
guerre, Félicitations.
MOELAN-8UR-HKR
DES OUTILS DISPARAISSENT.
Dimanche avait lieu à Kercadoret,
à proximité du passage à niveau qui
se trouve à l'entrée du bourg de
Moëlan-sur-Mer, une vente chez M.
Gourmelen, charron. Un Sot d'outils
figurant à l'inventaire a disparu.
Comment '? Le propriétaire l'ignore,
aussi a-t-il porté plainte contre
inconnu. La gendarmerie enquête.
APRÈS LE MATCH MELGVENMOELAN. — Nous avons reçu la lettre suivante :
Les joueurs et dirigeants de l'A. S.
Melgvinnoise, croyant que d'après
la façon dont l'Etoile Moëlannaise
avait agi sur son terrain le 11 Décembre, elle aurait eu le bon goût
de ne pas revenir sur ce match,
s'étaient tus. Mais l'article paru
dans L'Union
Agricole, du 16 courant nous oblige à mettre les choses
au point.
Tout d'abord, disons que le résultat était 3 à 1 et non 4 à 1 en faveur
de Moë lan, d'après les décisions de
l'arbitre Moëlannais, et que Melgven
ne s'avoue battu que par 3 buts à 2,
parce qu'aucune règle de foot-ball
ne dit que J'arbitre accordera un
pénaity lorsque le but aura été
arrêté à l'extérieur des bois par
une main d'un arrière.
« Les Melgvinnois, se voyant écrasés, quittèrent le jeu 20 minutes
avant la fin » , disent les Moëlannais.
Il .me semble qu'être battu par 3 à
2 et ayant encore 20 minutes de jeu,
et par conséquent la chance d'egaliser, n'est pas une défaite si écrasante que cela ! ! !
Les Melgvinnois quittèrent le terrain, non à cause de la « nette supériorité » de leurs adversaires, mais
à cause de leur façon de jouer et de
se tenir sur le terrain et d e leur
esprit anti-sportif,
La galerie, Moëlannaise pourtant,
donnait raison à Melgven, et même,
certains joueurs de l'Etoile avouaient
que quelques-uns de leurs coéquipiers étaient intolérables dans un
match. Le Secrétaire de l'A. S. M.
QUERRIEN
CARNET DE MARIAGES. — Mandi
prochain 27 Décembre, à 10 heures,
sera béni, en 'l'église paroissiale de
Querrien, le mariage de M. JeanMarie Floc'h, du bourg, avec Mlle
Marie-Anne Renauld, de MiniouBras.
Les repas de noces 'seront servis,
le mèttue jour, chez M. Jean-Marie
Bisquay, au bourg.
— Le lendemain 2«. à 10 heures,
sera béni le double mariage de M.
Guillaume GuilTant, d e Kervagat,
avec Mlle Marie-Anne MiHour, et de'
Mlle Françoise Giiiflfant avec M. Yves
Nicolas.
Repas de noces chez M. Le Berre,
à la Chapelle Sainte-Gertrude, en
Querrien.
— Le mardi 3 Janvier, à 10 heures, sera béni le mariage de M. Jean
Le Floc'h, du bourg, avec Mlle Marie
Guillemot, de Créac'h, en Querrien.
Les repas de noces seront servis
chez M. Louis Jégou, à 3a CroixRouge.
L'Union
Aç/ricole
adresse aux
fut-tirs époux ses meilleurs vœux de
bonheur.
E L L E ÉCRÉMAIT LE L A I T DU
VOISIN. — M, Coton nec, cultivateur
à la terme du Combout, en Querrien,
avait 'l'habitude de déposer, en bordure de la route, un j>ot d e lait destiné à la laiterie Ladan, du Pouldu,
en Locunolé.
Or des voisins lui apprirent que
quelque ménagère peu scrupuleuse
écrémait son lait.
Il exerça, ces jours derniers,, une
surveillance active, et jeudi il surprit
Mme L e C.., du même village, occupée à cette opération de l'écrêmage.
La gendarmerie, avisée, a interrogé l'inculpée.
Suite de la Chronique régional*
en 4 e page.
CARHAIX
Foires et Marchés
C A R H A I X , 17 D é c e m b r e .
On cote
a u x 100 k., f a r i n e , 1 6 0 - 1 7 0 ; blé, 9 3 - 1 0 5 ;
seigle, 7 5 ; s a r r a s i n , 7 5 ; a v o i n e , 70 ;
orge, 6 5 - 7 0 ; s o n , 5 0 - 5 5 ; paille, 1 3 0 , ;
f o i n , 210.
Vaches a m e n é e s 60, v e n d u e s de 8 0 0 à
2 . 0 0 0 ; v e a u x en très petit n o m b r e , v e n d u s 2.25 e t 2 . 5 0 la l i v r e ; 80 porcs jtras
a m e n é s v e n d u s au prix m o y e n de 3 . 5 0
la l i v r e ; un pore de 230 k , vendu 3.60
la l i v r e ; 150 porcelets v e n d u s d e 150 h
250 f r . la pièce; de 6 à 10 s e m a i n e s ,
3 0 0 et 3 2 0 ; n o m b r e u x a c h e t e u r s sur le
m a r c h é a u x porcs. C o u r s en h a u s s e lé«ère.
nommé M. Crenn, président du siège
ou à son 'défaut M. Ddaporte, juge
au siège, comme juge commiissaire,
et M. Christophe Le Tallec, ancien
greffier de Paix, demeurant à Quimperlé, comme syndic provisoire.
Le Greffier en chef :
CH. LOUIS.
Beurre, 14 f r . le kilo en g r o s ; 16 en
détail ; œ u f s , 7.50 la d o u z a i n e ; poulets,
25 à 35 f r . la c o u p l e ; bécasses, 12 à 15.
Etude M" A. ROLLAND, Notaire
à Quimperlé.
A VENDRE
à l'amiable
UNE
sise
PROPRIÉTÉ
à QUIMPERLÉ,
route de
Quimper,
Edouard HEONNIER
18, place Saint-Michel, QUIMPERLÉ - - T«I. I.IE
Etude de M° HOLLAND, Notaire
à
Quimperlé.
par Camions et Tracteurs
A vendre à l'amiable
jusqu'à
22
tonnes
I. A LA PLAINE, en QUIMPERLÉ :
UNE MAISON NEUVE d e six pièces, caves et greniers.
Garaqe, Ecurie et Atelier, Jardin
clos, de murs.
Contenance : 1.275 mètres carrés.
II. A KERROCII, en
QUIMPERLÉ:
UN TERRAIN d'une contenance
de 33 ares 46 centiares.
III. Aux AULNES DE CARNOET,
en QUIMPERLÉ :
DEUX PRAIRIES d'une contenance de 57 ares 31 centiares.
S'adresser au Notaire.
2245
d i t e « VILLA MON RÊVE » ,
ayant 2 pièces a urez-de-chaussée,
S pièces mansardées au-dessus, cave,
terrain d'une contenance totale de
336 mètres carrés.
Jouissance immédiate.
S'adresser au Notaire.
Par jugement, en date du 17 Décembre 1932, l e Tribunal de première instance de Quiniperlé, faisant fonctions de Tribunal de Commerce, a d é c l a r é en état de faillite
M. Albert Bd'laisch et Mme Fernande
Lissot, son 'i.époifse, commerçants,
demeurant' irPcnif-Âvëh, a fixé provisoirement au 1 " Octobre 1932 la
date de cessation de paiements, a
AU L A I T
FRANCAIS
UNE ÉCRÉMEUSE FRANÇAISE
Concessionnaire exclusif de la grande marque
vient de lancer la SuperEcrémeuse
PERFECTION
à bol
inoxydable
qui est
une merveille,
Elle est bien
supérieure
« R E N A U L T
meilleure des Marques Etrangères,
Barattes et Malaxeurs
Agence Maritime SALMON Frères
LORIENT.
— LIGNES
WOHMS
et
Cie
Services réguliers entre LORIENT, BORDEAUX, RAYONNE, CAEN, ROUEN, LE HAVRE, BOULOGNE, DUNKERQUE,
BREST .et les ports de l'étranger. (Uu départ tous les 14
jours dans chaque sens).
NIOU-GALLO
Pour frêt et renseignements, s'adresser
MM. SALMON, FRÈRES
Agents Maritimes
4 0 , Quai deRohan - LORIENT
WORMS & C°
dans tous les autres ports
Ancienne Maison J.-M. GALLO
39, Place Saint-Michel, QUIMPERLÉ
BRADERA
AGENTS des COMPAGNIES, des MESSAGERIES M A R I T I M E S
des CHARGEURS RÉUNIS et SUD ATLANTIQUE
Du 24- Décembre au 15 Janvier
Pour consulter les horaires des lignes d'Orient, d ' E x trême-Orient, de l'Afrique Occidentale, du Brésil et de la Plata, ainsi que pour retenir les billets de passages, s'adresser :
4 0 , Quai Rohan,
à l'Agence SALMON FRÈRES
Tous VÊTEMENTS
PRIX COUTANT
Etudes de M' Em., BOT avoué,
Quimperlé, quai Brizeux, n° (
•de M' AFFICHARD, notaire,
Pont-Aven.
UPMnpP un étalon 3 ans, trait
A
ItiNVlUJ breton, 1«> 60, reconnu
pour la monte, inscrit au Stud-Book.
S'adresser à Louis PENSEC, à Kermignet, en Moëlan.
sur conversion de saisie-immobilière
G A R A G E
D U
J. CORNOU
Automobiles
" FIAT
Équipement électrique de
voitures toutes marques
DE L ' « U N I O N A G I U C O L E » choisissez votre arme, et défendez
du vendredi 23 Décembre 1032. [18] vous.
L'heure d e rire était passée. BontctT, hagard, se leva, saisit une épée
et se mit en garde, fébrilement. Hervé se campa devant 'lui, le masque
dur, la main droite écrasant la garde
de l'épée, les jarrets assurés. Comme
il allait engager le fer, il parut écouter un message. Vivement, sa maiin
gauche atteignit un récepteur minuscule dans la poche de son veston,
par
et Bonteff l'entendit répondre:
— Oui, c'est bien moi que vous
René CARDALIAGUET
voyez... Oui, à l'Elysée... Exécuter
BontefT, oui... Rien à craindre...
Comment dites-vous, Pol ?
BontefT se rassit. Peu à peu, il se
A cet instant, BontefT se fendit et
ressaisissait. Après tout, il uvait porta sauvagement un coup de pointe
obéi et sans doute le Breton n'avait vers les œuvres basses d'Hervé...
qu'à disparaître, fier de son escro- L'épée du Breton siffla et s'abattit :
querie. Et si même il fallait en dé- le poignet de Son Excellence sembla
coudre, eh bien! c'est d'homme à paralysé du coup et l'arme s'échappa
homme qu'on s'expliquerait, et alors, de ses doigts, honteusement. Hervé
tant pis pour J'insulteur!...
sourit :
— Debout commanda Hervé. Je
— Vous n'aimez pas le franc jeu ?
veux des nouvelles -des deux pridit-il. Connue il vous plaira. Remetsonniers — un vieillard, une jeune
tez-vous en garde. Je n'en ai que
fille — que Mouravief a enfermés
pour un moment : c'est mon second
dans sa I-oubianka et qu'il tient au
qui me parle de Bretagne.
secret. Debout!
Bonteff, dominé, attendit.
— Je ne suis pas à Moscou, dit-il.
— Vous disiez donc, 111011 cher
— Pas d'enfantillages. Vous êtes
tenu au courant, matin et soir. De- Pol ?... continua Hervé... Vraiment?!
Mais ce hasard est un miracle... Le
bout! et réponde*.
— Puisque vous savez tout, que cinénoctoviscur au point !... Et le
chef qui se désolait f...
vous apprendrai-jeV
Bonteff méditait ses coups. Il avait
Hervé, lentement, le regard toujours fixé sur BontefT, se dirigea vers vu que son adversaire était de taille,
une panoplie. 11 saisit deux épées, et il ne voulait pas mourir.
Soudain Hervé blêmit, et BontefT
qu'il jeta sur le bureau.
— Cette fois, c'est pour mourir, en profita pour esquisser une attaBontefT! BourlissofT est mort. Lud. que. D'un coup brusque, le chef breuni Ha est morte.
Ses espions sont ton détourna l'arme de son vis-ài.',orts. Mouravief est condamné it vis et lui cingla le visage de son
mort. Vos crimtes ne se comptent épée, comme d'un fouet. Bonteff
plus; vous êtes condamné ii mort. jura, mais ne fit plus un mouvement.
— Entendu ! reprenait
Hervé
Mais je vous laisse une chance :
FEUILLETON
LES TROIS
CONTRE MOSCOU
Puisque vous avez enfin retrouvé ment, dans sa poche, et, revenant à
nos pauvres amis, dès ce soir je .serai Bonteff, lui dit :
— Excusez-moi, général : affaires
avec* eux... Oui, dans quatre heures
au maximum... Merci... Ils seront li- de service. Mais jfc suis à vous, rien
qu'à vous.
bres, oui, oui...
Le combat commença. Bonteff traBonteff comprenait trop bien. Cet
homme serait dans quatre heures à vaillait comme à coups de hache,
Moscou; et les Trois, réunis, recom- pressé d'en finir. Hervé se couvrait,
menceraient la guerre ! Ali ! s'il sans 1111 mouvement de trop. Pluavait été possible d'avertir Moura- sieurs fois, il avait fait sauter l'épée
vief ! Mais ce Breton n'avait oublié du Russe et il l'avait invité d'un
aucune précaution... Un seul moyen geste à la reprendre. A lafin,relerestait : le tuer. Bonteff se promettait vant rudement le fer qui le menade s'y employer de son mieux. Il çait entre, les yeux, il se fendit à
allait cependant passer par d'autres fond, et, d'un coup d'estoc au cœur,
il abattit BontefT qui étendit les bras,
étonnements.
— Voici mes ordres, disait Hervé poussa 1111 han ! de mort, et ne bouà l'interlocuteur lointain. Dix grou- gea plus.
Hervé reprit ses vêtements invipes de cinq cents avions, modèle
nouveau. Objectifs : Paris, Bruxelles, sibles, s'empara des millions, invisiLondres, Rome, Berlin, Vienne, Var- bilisa le corps de BontefT comme le
sovie, Angora, Moscou et Pékin. sien, et, paisible, I l quitta l'Elysée.
Chargement complet. Deux cents
Le retour cependant fut moins raavions resteront dans chaque capi- pide que l'aller. Le Breton suivait les
tale, à vos ordres. Les trois cents rues moins passantes ; il s'écartait
autres, une fois la besogne faite, ral- dés groupes ; parfois, il s'arrêtait
lieront Moscou, soit trois mille au comme lassé. Il n'entra pas dans
total, plus l'escadrille permanente du l'immeuble du grand magasin dont
Kremlin... Le jour et l'heure '?... Que la terrasse portait son avion ; il se
tout soit prêt ce soir. De Moscou, je glissa dans une maison éloignée de
vous donnerai le signal convenu... cent mètres et, par les toits, il atteiBontefT enrageait : de quoi avait- gnit enfin l'hélicoptère.
il l'air, pendant tout ce colloque,
tendu à une garde qui n'en finissait
XXII
plus, tenu à l'œil par son ennemi
LA
FUREUR
DE MOYSES
comme un méchant petit garçon par
son maître d'école, et forcé d'écouMoyses Schwartz, dit Mouravief,
ter, impuissant, les projets destrucprésident du Conseil des Soviets,
teurs des Bretons ?
— Un dernier mot, Pol. Si je suis avait passé une journée vraiment
tué ici ou ailleurs, la séance conti- désagréable. Il avait bien essayé, à
nue, n'est-ce pas ? Vous prenez la la vérité, de se remettre en train, par
direction jusqu'à ce que le Chef le spectacle de quelques exécutions
puisse- commander... Non, non... Ne et de tortures raffinées. Mais l'hucraignez pas... Veillez et priez. Tout meur noire ne s'était pas dissipée,
ira bien.
j et le personnel du Kremlin tremblait:
à quelles sanguinaires facéties le,
Hervé remit le récepteur, posé-;
En l'étude et par le ministère
de M" AFFICHAUD, notaire à Pont-Aven
F L A M A N D
Stations-Service
ACCUS " M O N O P L A Q U E '
— —. les seuls g a r a n t i s 2 ans —
Phares et dynamos " M A R C H A I .
LE MARDI 10 JANVIER 1933
à 11 heures
Différents Immeubles
I Situés à RIEC-SUR-BÊLON, au lieu
dit COAT - PIN - LAMEUR,
dépenrfanccs de Kertallic.
1. MAISON à usage d'habitation et
ulc commerce,
construite en pierres
et couverte en ardoises, élevée sur
Votre intérêt et votre devoir vous
terre plein de rez-de-chaussée d'un commandent d'acheter une Ecrémeuse
I étage et d'un grenier,
i II. Aux Nord, Levant et Couchant
de cette maison, UNE PARCELLE DE
Prenez la
[TERRE sous lande, de forme rectang u l a i r e , en partie close de poteaux
len ciments et fils de fer. Et sur cette
I parcelle de terre, un bâtiment à
I usage de remise et d'abattoir, const r u i t en briques de mâchefer et couIvert en ardoises.
elle est
} Contenance fonds sous édifices
supérieure
Icompris: 25 ares environ.
à la meilleure
des Marques
L'avoué poursuivant :
Etrangères.
2.250
Em. BOT.
maître ne recourait-il pas en pareille
occurrence !...
Il faut en convenir, les mauvaises
nouvelles étaient de taille, énormes,
affolantes. Et l'expérience empêchait
de les prendre pour des mystifications.
D'abord
les journaux
bretons
avaient annoncé au monde que Ludmilla Björnjestein et ses trois principaux lieutenants avaient été saisis
par les émissaires des Trois et que
Polik, dit Satan, avait été passé par
les armes sur le rocher du Guiligiii.
Du sort des trois autres espions, pas
un mot. Or le Kremlin avait subitement cessé de recevoir les rapports
quotidiens de Ludmilla. Prisonnière?
Morte ? Passée à l'ennemi ? En tout
cas, perdue pour Mouravief. Par qui
la r e m p l a c e r ? Et .comment vaincre
désormais la résistance monstrueuse
des Bretons ?
Dans l'après-midi, des messages
réitérés de T. S. F. s'étaient succédé
de Paris : Bonteff parti sans laisser
de traces ; une flaque de sang devant
son bureau ; deux épées sur le parquet, dont l'une un peu tordue et
mouillée de sang, l'autre intacte ;
cinq cents, millions manquaient dans
le coffre-fort hermétiquement clos,
aucun désordre dans les papiers et
dans la salle ; aucun bruit, aucune
piste, aucun indice. La Tchéka parisienne, impuissante, demandait du
renfort.
Mouravief, à c e dernier radio,
avait éclaté :
— Du renfort, à ces ânes bâtés ?...
Expédiez immédiatement à Moscou,
par avion, le chef de la Tchéka et
les neuf sous-directeurs. Décimez le
reste. Et retrouvez BontefT et Ludmilla. S'ils ont trahi, leur compte
est bon.
Paris avait répondu aussitôt :
Le gérant : D. PLOUZENNEC.
Société des Ecrémeuses Françaises
Quimper, Imprimerie Cornouaillaise
I P Ä X - L Ä B O R , Cambrai
— Ordres en voie d'exécution. Un avaient-ils seulement conscience de
radio clandestin de Bretagne an- leur état, du lieu, du sens des mots ?
nonce à l'instant la mort de Bourlis- et leurs membres étaient-ils capasoff, tué par Ludmilla. Pas de dé- bles de l'effort, prescrit ?
tails.
— Debout ! repéta la voix du tor— Ah ! je 111e doutais bien, mur- tionnaire plus rude et plus proche.
mura Mouravief ; vendue, elle aussi !
Aucune réaction des emmurés.
et son BontefT est complice. Les cinq
Le tchèk)î>té ayiinçà'vers, le lit de
cents millions sont pour la petite Marie, 'la "main levée. Dans quelle
fête !...
intention ?...
Il signala fébrilement :
Un cri sauvage retentit. Le prison— Alertez tous nos postes de ra- nier, soudain-, s'était dressé dans un
dio : deux millions à quiconque nous sursaut atroce d e sa volonté, de son
livrera Ludmilla ; un million pour autour paternel, de sa pudeur breson cadavre. Autant pour Bonteff.
tonne, et chancelant, livide, il avait
Cette explosion de fureur hystéri- rabattu le bras ignominieux. Puis il
que le doucha, l'apaisa. Il raisonna, était retombé.
plus lucide. Il se souvint des emmuLe geôlier, blasé pourtant, avait
rés de la Lioubianka. Leur longue tourné les. talons et il avait couru
famine devait avoir dompté leur sau- rendre compte à -ses chefs. Ils le
vage énergie, si du moins ils rabrouèrent et se contentèrent d'exn'avaient pas encore succombé. Peut- pédier quatre hommes avec deux
être, dans les conjonctures présen- brancards à la cellule souterraine.
tes, ils parleraient : les fourreaux Après tout, le « patron » n'avait-il
asiatiques ont des moyens puissants uas exigé le transfert, morts ou vifs ?
de délier les langues, même des plus Les prisonniers furent portés à la
opiniâtres. Mouravief ordonna :
salle des jugements.
Le président du tribunal soviéti— Amenez l'Ukrainienne et son
Raspoutine,
compagnon à la Tchéka, les deux qui que, Appelbaum, dit
jouaient aux invisibles. S'ils sont siégeait en personne, entouré d e
morts, leurs cadavres seront suppli- quaU-e juges à faces patibulaires. A
veuiwgauche, le jurv : neuf voyous à
ciés. J'attends.
Le microphone de la cellule où grandes bottes, à blouse d e moujiks,
gisaient les prisonniers avait cessé à casquette crasseuse. Derrière les
de transmettre paroles et plaintes : iuges et derrière les jurés, des gardes
sans force, sans ressort, inanimés, ils rouges en armes. Sous le portrait d e
s'étaient tus ; la jeune fille, sur son Lénine, les accusés, encadrés de
lit de sangle, paraissait morte. L'hom- tchékistes, face au tribunal. Dans
me avait encore des gestes de la un angle, Mouravief assis, le cigare
main, rares, saccadés : plutôt des ré- aux lèvres. Au fond, le public ordinaire du lieu : des policiers plus ou
flexes nerveux." L'agonie.
La porte fut ouverte à grand bruit. moins déguisés, des chômeurs, des
Le réflecteur du couloir inonda de femlmes perdues, des enfant« vicieux,
lumière la cellule. Les deux mourants avides d e sang et de cruautés, —
foule joyeuse qui lança des lazzi
s'agitèrent faiblement.
indécents quand elle vit les figures
— Debout ! cria le geôlier.
Ni l'un ni l'autre ne bougèrent : émaciées des moribonds. ^ tuivre.)
1V
4*1111 W »
11
Vendredi 30 Décembre 193Î.
OA.
Paraissai l
leVENDRI DI
L e Numéi o
¡¡®r
Gentimis
E T
M A R I T I M E
iigaw^
Républicain Démocratique et Régionaliste de l'Ouest
ANNONCES ET RECLAMES
Réclames (4* page), la ligne. 1 fr,
—
(3» page),
—
. 1 fr,
Annonces judic. et volont... 2 fr,
—
Chronique locale.. 2 fr.
A nos Abonnés,
et dévoués Correspondants,
Les annonces sont reçues aux bureaux
du journal. Pour la publicité
extradépartementale,
s'adresser,
S9,
Hue
du Faubourg - Poissonnière,
Parts
(9').
Tél. : Provence, 44-57.
Amis,
Lecteurs
nos
meilleurs
»ouhaits de bonne année.
« L'UNION AGRICOLE »
COMMUNICATIONS ET ANNONCES
ù QUIMPERLE, 13, quai Brizenx — Tél. 1 -49
COMPTE COURANT POSTAL, RENNES
14-139
Les abonnements se paient d'avance et
partent du 1" de chaque mois.
On «*abonne aa bureau du journal, ou en
adressant un mandat-chique au C/C li.iS9,
Rennes.
ABONNEMENTS
(UN
AN)
Finistère, Côtes-du-Nord, Morb.
Autres départements et colonies.
Etranger..'
1 2 fr,
1 4 fr,
3 0 fr,
Défendons le bon Cidre
Si le vin a eu ses poètes, le cidre,
Jui aussi, peut revendiquer l'honneur d'avoir inspiré de nombreux
littérateurs. Je viens d'en avoir la
ive en feuilletant le numéro spécial qu'unè revue provinciale, le
Pays d'Argentan, vient de lui consacrer. numéro bourré d'articles docu• mentaires et historiques, de légendes, de Contes, de poésies, do chansons, de gravures.... ; suivant l'expression de sCs éditeurs, ce fascicule
du Pair» d'Argentan constitue une
véritable « gerbe d'hommages au
cidre, une bien jolie gerbe liée aux
couleurs normande, bretonne, picarde et mancelle ».
Cette défense du « bon bère »
s'imposait, parait-il, car si nous en
croyons les gens bien informés, les
producteurs n'apportent plus tous le
même soin à préparer et à conserver
leur boissoh. En, un >m|ot, le mauvais
cidre menace de tuer le bon.
Car, vous souriez peut-être, il
existe du bon cidre, c'est-à-dire une
boisson capable de tenter les gourmets et capable aussi de donner aux
hommes bonne humeur et robuste
santé. Cette bonne humeur nous en
trouvons la preuve dans les strophes
que les poètes ont consacrées au jus
de la pomme. Ecoutez Léon Boschet:
PLANTONS
Informations
DES CHATAIGNIERS
Dans le Clergé.
NOMINATIONS. Par décision
de Monseigneur l'Evêque, ont été
nonimés :
Aulnôniet- au Sanatorium de Pec'hurldl (Rbscoff), M. Tanguy, recteur de Bénodet ;
Recteur de Bénodet, M. Cot'vez, recteur de Port-Launay;
Recteur de Port-Launay, M. Joseph
Rosee, ancien instituteur.
La clâtUffe générale de la chasse.
Par arrêté du préfet du Finistère,
la chasse à tir sera dose et défendue
dans le département du Finistère, à
artir dti dimanche 8 Janvier 1933,
S la chute du jOur.
CHAMBRE D'AGRICULTURE
DU FINISTÈRE
aimnpËHLÊ
La Chambre d'Agriculture du FiLe châtaignier est une des essenToutefois, la chasse à la bécasse, nistère s'est réunie les 29 et 30 NoL'AMICALE DU 118". — Bientôt,
ces d'fii'bres qui prospèrent le mieux
h 1a bêcasslnfc, au vanneau, au vembre 1932, en session ordinaire,
vraisemblablement le 7 Janvier, aura
en Bussc-Bretugiu', où elle trouve les
gibier d'eau et ait pigeon ramier sera sous la présidence de M. H. de Guélieu, à Quimper, une réunion en vue
sols sllieéux et le climat doux qui lui
permise jusqu'au dimanche 20 Fo- hrlitnt, président.
de fonder une Amicale du 118" régiconviennent, et c'est pour cette raivMPf 11)33 inclusivement.
Économisez trois francs ment d'infanterie. Tous les camaraM. Larquet, préfet ; M. Perrault,
son qu'une partie importante du
Après la clôture générale de la directeur des Services agricoles, et
des de l'arrondissement de Ô u » h - /
congrès forestier réuni à Vannes en
chasse, la bécasse et le pigeon M. Merle, directeur des Services Véperlé soiit iiistaniment priés de &e
Octobre dernier lui a été consacrée.
En raison de
l'cuiç/nientalion .¡oindre en plus grand nombre pos'ramier ne |>ourront être chassés que térinaires, assistent â la réunion.
De croissance rapide, possédant
dans les bois. Do plus, la bécasse ne
des
droits
d'encaissements
et des sible à leUls frères d'armes de Quimun bois à aubier peu abondant, le
En ouvrant la séance, M. H. de
v
pourra être chassée qu'au chien
per et environs.
châtaignier a le grand avantage <Iv'
Guébrialil présente les excuses de tarifs postaux, les frais de recoublSTlN'CTlOX PONTIFICALE. — d'ijlTèt fN?hdnnt la même période.
VfétMnt
se
montent
désormais
ù
donner des produits intéressants à
Pal- iili lifef de Sa Sainteté Pie XT,
La destruction des atilnntUx nui- MM. Queinncc el Vacheront, retenus
abonnement.
ACCIDENT DE LA. RUÉ. — Luntout âge et même dès la jeunesse, M. le Commandant Delamaire, Cumé- sibles, t'h tetnips de clôture do -la poiir raison de santé. Il salue la mé- trois francs par
puisque les rejets de trois ans sont rier du Pape, déjà Commandeur de chasse, est réglementée par les arti- moire de M. Lhomniédé, ancien préAfin d'éviter ces frais que nous di, vers 10 h., le jeune Torrec, aputilisés dans lus régions côtièrt'S l'Ordre de Saint-Grégoire a été éle- cles 13 à 19 de l'arrêté réglementaire fet du Finistère, et adresse à son suc- sommes obligés de porter à leur i.renti chez M. Jordan, pâtissier, rùe
Savary, traversait la rue La Tour
pour la confection »les casiers à Ho- vé au grade de GMrtd-dlfifcict\ à permanent du 15 IMcfhibri 1981, sur cesseur, M. Lürguet, ancien sous-pré- clhirm, tiouti prions nos
abonnés, d'Auvergne, quand soudain, déboumards.
l'occasion des services qu'il a ren- la police de la cllas^C dans le dépar- fet de Morluix, les souhaits de bien- dont l'abonnement
arrive ù éché- cha de la direction de Lorient, une
Avec les lances de cinq ans on fa- dus aux Missions, pendant l'Exposi- tement.
venue de la Chambre d'Agriculture. ance, de vouloir bien régler au
voiture automobile appartenant à M.
A
brique des fcuillards, employés pour tion Coloniale.
M. le Préfet remercie, et, après plus tôt leur réabonnement,
soit BoHoré, de Quimper, et conduite
consolider les caisses d'emballage ou
Afin de faciliter l'écoulement du avoir évoqué à son tour, avec émopos- par Bon chauffeur. Grâce au san-gORDINATION. — Au cours do la gibier tué les derniers jours de la tion, le souvenir de M. de Guébriant, par mandat soit par chèque
cercler les tonneaux et les tuteurs
froid du conducteur, le choc ne fut
(échalas ou carassonncs des pays vi- récente ordination, Mgr Dupare a chasse, une tolérance de deux jours père, il assure de tout son dévoue- tal, C/C 14.139 Rennes.
pas terrible et le jeune apprenti en
gnobles), tandis qu'à dix ans on-a les conféré le diaconat à : MM. Fornand après la date de clôture est accordée ment les cultivateurs du Finistère,
meilleurs piques de clôture. Bois de Abgra'll, de Saint-Martin-de-Brest ; pour 'la vente et le transport du dont il connaît les lourdes préoccuA LA JEUNESSE OUVBIfcRE FÉ- fut quitte avec quelques égratignurcs
fente de premlière qualité, le chutai Emmanuel Bernard, de Cuissény ; gibier.
MININE. — Dimanche dernier, les a la tête et aux jambes. M. le compations actuelles
gnier fournit les lattes pour les treil Jean Beseond, de Poullan ; I-ouis
filles de la Section J. O.C. F. missaire de police s'e-st transporté
La Chambre d'Agriculture avait jeunes
Clonrec, de Santec; Louis-Paul Cloaluges et les caisses de primeurs
de
Quimperlé
nous ont donné, salle sur les lieux.
Des études sont actuellement entre inscrit ù son ordre du jour les prin- Saint - Colombun, une séance des
les merrains, très recherchés en rec, de LainbézeNcc; Ronan Coadou
de Plogonnec; Gabriel Congar, d prises par les soins du Muséum cipales questions d'actualité agri- mieux réussies.
tonnélléric.
d'histoire (naturelle t-n viie d'étudier, cole.
SPÉCIALITÉ DE
Ces divers produits sont obtenus Landivisiau: François Falcldm, du à
Après le chant Jociste, entonné par
du baguage, les migrations
Parmi celles-ci se place au presurtout lorsque le châtaignier est Bcurg-Blanc i François F-loc'h, de desl'aide
un
groupe
de
jeunes
filles
décidées,
oiseaux.
En
conséquence,
il
est
Si les poètes de la Grèce.
mier
rang
la
question
de
lu
revision
traité en taillis, mais on peut consti l.oc-Brévalaire; Guy Guéguen, de recommandé de renvoyer directe
la présidente, Mlle J. Conan, exposa
Célèbres dans l'antiquité,
tuer avantageusement avec cette es- Plouénan; Antoine Guililcrm, de ment au Muséum d'Histoire Natu des baux ù ferme. Sur proposition ce qui a été fait dans l'année par la
Avaient connu sa douce ivresse,
sence des petits massifs de futaie et Kcrnouès; François Guiderai, de relie, à Paris, ou en franchise au de sou rapporteur, M. E. de Bodel- Section quimperloise de la J. O. C.
C'est lui (/ue tous auraient chanté, surtout dès plantations d'alignement Ploudnniel; Joseph Herry, de 1
lec, lu Chambre étudia le texte réLavoirs — Fosses septiques
de l'Agriculture (direction cent volé par le Sénat auquel il ap- Féminine : travail d'organisation et
Plus d'hydromel, ni d'ambroisie,
ou même des talus. Le chntaignie Forêt-Londerneau: Yves Lazennec, de Ministère
Cuves en béton armé pour cidre
travail
de
propagande.
générale
des
Eaux
et
Forêts,
1
• Car, dans l'Olympe radieux,
donne dans ces conditions un bois Gouesnou; Sébastien Le Berre, de bureau), au besoin par l'intenné porta les principales critiques suiClôtures ajourées et pleines
Puis de nombreux monologues et
C'est le cidre de Normandie
vantes : les moyens de conciliation
Plobannalec; René Le. Clech, de Cro
d'ébénisterie
apprécié, du bote
chansons
déridèrent
l'assistance
et
diaire
des
maires,
les
bagues
de:
Qui serait le nectar des dieux.
amiable
sont
insuffisamment
prévus;
zon;
Charles
Ixî
Roux,
de
Guipavils
parquet et des sciages de diverses
Jean Merceur, de Milizac; Léon Nor oiseaux qui viendraient à être tué il est nécessaire, avant de faire com- lui apprirent la meilleure manière
Et peut-on nier les vertus du cidr dimensions.
paraître les intéressés devant une de « s e maquiller », et aussi une famant, de Guiclan; Jean O'Uivier, de ou capturés.
après avoir lu ces vers d'Emile Lan
Lorsque les arbres sont âgés ou Landrévarzec
Commission paritaire désignée par çon toute particulière de faire la
; Maurice Orven, de
À
«lois :
Boei-'I DE la Laïta, BEL-AIR
même tarés le bois, qui avec
les Douarnenez; Jean-Marie
la Chambre d'Agriculture comme en lessive et d'arroser le poulet.
Pichón, de
Pour prévenir la destruction des avait exprimé le vœu l'Assemblée
QUIMPERLÉ - Thl. 151
Puissant nectar, salut !... La gaieté autres essences n'aurait plus de va Plouzévédé; Guillaume Piriou, de
Deux
saynètes
comiques
furent
[t'accompagne leur, en conserve une pour le chû Pleyben; Pierre Quiniou, de Gourln oiseaux et favoriser leur repeuple- des Présidents de Chambres d'Agri- parfaitement réussies.
ment,
il
est
expressément
défendu
t.Mgnier.
Les
usines
d'extraits
tan
Quand tu cours sur la table en un
Jean-Fraiiçois Sai;!lour, de Plouénim aux propriétaires de chiens do culture de France.
Mlle Talhouarn et Mlle Salomon
TOUS TRAVAUX en BÉTON ABMÉ
[flot torrentiel niques et de cellulose à papier re Albert Vill acroüx, de Kerbonntf
interprétèrent à la perfection les
chasse,
de
berger
ou
autres,
de
lais
Sur
proposition
de
M.
Tinevez
et
cherchent
en
effet
les
châtaigniers
Prix défiant toute concurrence
Un seul verre, et déjà nous buttons lu
Jean-Guillaume Sergent, de Bcuzèc
rôles de Loulou et Minette, deux
[campagne, de moyen ou gros diamètre qui ne Cflp-Slzun; Guillaume Yvinec, de ser divaguer ces animaux dans les de M. André, la Chambre estime, en charmantes fillettes, à qui ne sourit
terres
non
closes,
cultivées
ou
en
sii
trouvent
plus
en
abondance
sufoutre,
qu'en
cas
de
résiliation,
le
déAu second, nous planons dans le
Landivisiau.
friches, ainsi que dans les bois, lai de départ prévu par le Sénat est point la perspective d'être mises en
[splendeurs du ciel lisante pour satisfaire à leurs besoins
pension. Le public ne ménagea pas
LES FETËS DU JOUR DE L'AN.
et
il
serait
heureux,
pour
cette
in
L'ordination comprenait en outre pendant toute 1.1 •péi'iode dé clôture nettement insuffisant, car il expose ses applaudissements aux deux souTon bouchon fait surgir les châteaux
— l'occasion dés fêtes du jour de
de
la
chasse.
dtistrie,
que
les
plantations
de
chû
deux minorés et trente-cinq toniu
les fermiers à se trouver dans une riantes petites actrices.
[en Espagne
l'An, les restaurateurs et débitants de
plus importantes soient ef- ris.
Ivos contrevenants aux dispositions situation
difficile. La
Chambre
Il nous arrache une heure aux soucis (¡deniers
Dans une autre petite comédie en boissons sont autorisés à tenir leurs
fectuées.
qui
précèdent
sont
passibles
de
pour
d'Agriculture
demande
que
le
délai
[du réel.
La franchise des lettres adressées
ouverts toute la nuit
A ces produits principaux s'ajoute au service des Assurances Soclalès suites correctionnelles, en vertu des soit porté de 1 an à 3 uns, après un acte, Mlle Talhouarn sut à mer- établissement
Et qu'on ne vienne pas l'opposer k
veille prouver que Bosalie n'était pas du 1" au 2 Janvier.
articles
9
et
11
de
la
-loi
du
3
Mai
1
e
fruit,
auquel
on
devrait
attacher
l'expiration
de
l'année
culturale
en
[Champagne
aussi bête ni aussi imbécile que Mme
Le Ministère des P. T. T. fait cou
cours.
Toi, du moins, ta vertu n'a rien d'ar plus d'importance dans notre région naître que les conditions d'expédi 1844.
Paul et sa sœur Eulalie voulaient
CINEMA PARLANT HONORE. —
car
il
peut
fournir
un
revenu
supLa Chambre s'est prononcée,
[tificiel
A ceux de " l'Avant
aux exclus
bien le dire. Saisissant l'occasion •ieudi 29, vendredi 30, samedi 31
plémentaire au propriétaire. Il fau tion par la poste dos -correspondan
l'unanimité,
contre
l'Office
du
Blé
de
la
Carte
du
Combattant.
aux
cheveux,
elle
sut
leur
arracher,
Qu'il soit normand, breton, picard drait utiliser des plants greffés do ces relatives au service des Assu
Décembre, soirée à 8 h. 30, dimanet a exprimé ses regrets très vifs de
ou bien manceau, le bon cidre évo bonne variété (marron de Bedon)
ranees Sociales
viennent
d'êtr
Mobilisés de « l'avant » qui at ce que le gouvernement ait négligé avec une augmentation de gages, des che 1"', matinée à 2 h. 30, soirée
excuses
de
l'une
et
de
l'autre,
et
la
que toujours ces joyeuses ripaille améliorer la conservation et la pré modifiées.
à 8 h. 30.
tendez votre carte île combattant, le vote unanime et tout récent par
qui* des heures entières, retenaient sentation 'dans les marchés -des chû
Ces correspondances doivent, pour ainsi que ceux dont les droits n'ont l'Assemblée des Présidents, d'un promesse d'une vie désormais heuProgramme :
nos pères autour de tables bien ser taignes.
bénéficier de lu franchise postale pas été reconnus et qui se sont vu vœu rejetant le principe de tout reuse à leur service.
Les actualités Palhé-Xatan, sonore
vies. Cela se passait avant guerre et
être
placées
sous
enveloppe
ouverte
Après
une
causerie
de
M.
l'abbé
refuser
ou
retirer
la
carte,
faiteset parlant ; Romance au clair de
Le châtaignier commun étant su
nous en aurions même perdu le sou
ou sous bande et non plus sous p vous connaître à la Fédération Na- Office du Blé. Elle a regretté, en ou Mélanson, aumônier de la J. O. C., lune, divertissement musical ; Nino
venir si certains contours n'en ¡et. on certains points de Bretagne fermé. Exceptionnellement, l'expédi tionale des « Mobilisés de l'Avant ». tre, que le Parlement ait cru devoir demandant à l'assistance de vouloir Martini, chant ; Rosita
Moreno,
avaient relaté les détails. Voici pré à la maladie do l'encre, il faut e tion sous enveloppe fermée est main dont le Président est notre confrère omettre un vote de principe favora bien encourager les efforts des jeu- danse.
cisément, d'après Ch. Gripon, le pareil cas planter des châtaigniers tenue en faveur des envois présen parisien: Etienne Seurette, président ble à ce projet.
nes
filles
dans
letir
apostolat,
la
Pour la semaine de fin d'année,
La Chambre a décidé de mener
récit de la petite fête qui suivit l'élec du Japon, qui v résistent et donnent tant un caractère confidentiel. Ces honoraire du Syndicat de la Presse
séance se termina par le chant Jo- un film étincelant d'esprit, de charles mêmes produits que le châtai
bien,
rapidement,
la
codification
des
tion d'un maire au pays d'Auge
envois
doivent
porter
du
côté
(1e
ciste, repris en chœur par la foule. me et de pittoresque : MARIUS, la
Fr ançaise Périodique; le vice-prési
gnier indigène, sur lequel ils ont
« Il était neuf heures et demie du l'avantage d'une plus grande préco l'adresse la mention imprimée ou dent: le colonel Bolotte, commandeur usages locaux pour laquelle elle
Nos félicitations à la J. O. C. F. de célèbre comédie de Marcel Pagnol,
obtenu
le
précieux
appui
financier
manuscrite « nécessité de fermer » de la Légion d'honneur; le secré
Inatin quand on arriva au restaurant cité.
Quimperlé et nos remerciements pour interprété par les créateurs de la
du
Conseil
général.
Le
président
de la « Belle Villageoise » ; San
C'est pour favoriser le reboisement suivie de la signature do l'expédi taire-général: M. Maurice Monda, et remercié l'Assemblée départementale la belle soirée qu'elle nous a don- nicce, Raimu» P:erre Fresnay et
pèrdre île temps, les estomacs criant avec cette essence que les Commis tour.
le trésorier: M. Noury, deux de nos
née.
Orange Demazis.
famine engouffrèrent chacun une sions départementales (l'encourage
confrères aussi — qui sont déjà de la subvention de 10.000 francs
Agriculteurs,
accordée pour ce travail.
livre de tripes. 11 est juste d'expli- ment à la culture du châtaignier du
parvenus à faire rendre justice
quer que dans ce bon pays, manger Finistère et du Morbihan, ont adopté assurez-vous un personnel stable- plusieurs milliers de Combattants
La Chambre, sur proposition de
Après les mois de gros travaux dont les cartes avaient été refusées M. Caill, a approuvé le vœu du Syn
des tripes ne signifie nulleiment dé le« dispositions suivantes:
Un t r è s g r a n d Choix d e M E U B L E S
voici maintenant la période hiver ou retirées illégalement.
jeûner ou dîner ; c'est un hors
dicat des Vétérinaires protestant
nale, où l'activité agricole subit
d'œuvre... un apéritif I
contre
les
modifications
apportées
Les meilleurs Prix
Tous Styles
Lts meilleurs Prix
Ivc siège de la fédération des Mo
I. — DÉLIVRANCE DE PLANTS
camline chaque année, un ralentisse
par la Chambre des Députés à la loi
» Suivit une tranche énorme de
bilisés
de
l'Avant
est:
50,
Chaussée
1° Les demandes de plants de châ- ment considérable.
boeuf : une demi-livre pour chacun
(9'). Joindre un timbre pour sur la prophylaxie de la tuberculose
En raison de cette période de d'Antin
bovine.
taignier devront être adressées ditrois camemberts coupés en quatre
'a
réponse.
rectement i l'inspecteur des eaux et morte saison, par suite également de
pas de légumes... le Normand qui
Une série de vœux a été émise ten12, Place Saint-Michel,
QUIMPERLÉ
D'importantes modifications dant à favoriser le retour à la fabri
forêts à Lorient, 10, rue Belle-Fon la crise économique, certains agri
mangé des légumes n'a pas dîné !
culteuiis
ont
été
contraints
de
se
vont
être
apportées
» Chacun absorba 'son pot de cidre taine, secrétaire de la Commission
cation
du
bon
pain
(M.
de
Rodellec)
au code de la route.
Elles devront lui parvenir avant séparer d'ouvrier qui leur donnaient
pur Jus, deux litres bien mesurés. On
Toute la Literie - S o m m i e r s - Matelas - Fauteuils
et à obtenir le retour à la liberté en
cependant toute satisfaction. 11 est
ne négligea pas le trou normand, ce le 31 Décembre 1932, terme de
Le Conseil d'Etat \ient d'adopter matière de meunerie et de boulanCarpettes - Lits f e r - Glaces
permis
d'enregistrer
de
ce
fait,
dans
fallacieux petit verre de vieux cal guour. Les demandes reçues après
un projet de décret
modifiant gerie (M. Montfort), concernant les
vados, pesant 72 à 75 degrés, qui cette date no pourront être satisfaites différentes régions, -quelques disponi quinze des 04 articles du Code de questions laitières (M. Goas), la vianinterrompt, dit-on, la digestion ou et devront être renouvelées pour bilités en travailleurs de culture par- 'a Boute.
de de boucherie et les carburants
l'active (a-ton jamais su) : en tous 'année suivante. Il en sera de mémo ticulièrement qualifiés.
Les modifications nouvelles, inspi (M. Belbéoc'h), les prestations (M
Les employeurs agricoles qui n'ont rées de l'intérêt de la conservation Tinevez), les différentes protections
•cas il chasse rudement la mélanco pour les demandes qui n'auraient
CITEZ LES MEDAILLES MIL!
DANS LA GENDARMERIE. —
lie, et sait délier les langues les plus pas été présentées dans la forme in pas leur personnel au complet peu- ou de la sécurité de la route, sont nécessaires aux produits agricoles
TAIRES. — Dans sa dernière assem Nous apprenons avec regret le proiliquée ci-dessous.
vent profiter de cette situation es principalement les six suivantes
discrètes.
(M.
Bléas
et
M.
Le
Gall).
liée
générale,
L
a
section
des
Médaii
Bédigéos sur papier libre, elles fe sentiel'lement temporaire. Selon toute
» Bepas terminé, on but un sou
A dater du 1" Janvier 1938, les
Sur rapport de M. Feunteun, elle iés Militaires d e Quimperlé et en
de café arrosé d'un verre d'eau-de rorit connaître le nombre et la caté ¡robabilité, le manque de main roues automobiles ou de leurs re- a repris les vœux précédents relatifs virons a renouvelé son bureau qui
(l'œuvre
se
manifestera
vraisemblevie ordinaire, suivi d'un verre de gorie des plants demandés, la commorques devront être munies
de
est maintenant ainsi comiposé: pré
mune et le lieu-dit du terrain à plan bernent dès les premiers beaux bandages pneumatiques, ou d'autres ù la voirie rurale. Elle a élevé une sident, M. Georges Hotte; vices-prési- d'arrondissement du Calvados.
fine (vieux calvados).
protestation contre le principe de 1a
Depuis peu de temps parmi nous,
jours
avec
plus
d'acuité
que
jamais
» Alors 'la vie commença d'être ter ainsi que'l'adresse du pétitiondispositifs reconnus suffisants au semaine de 40 heures (M. de Rodel- dents, MM. Bernard (Clohars), Char M. Jaillard, avait conquis rapidenaire, la gare à laquelle l'expédition en raison des contingents impor- point de vue de l'élasticité, par un
telle.
tants d'étrangers ayant regagné leur arrêté du ministre des Travaux pu lec) et demandé le maintien du for- les (Quimperlé), Bacon (Moilan) et mont, par son tact et son afîabilité. la
» Sur la proposition autorisée du devra être faite.
fait pour l'établissement des impôts Mell (Quimperlé), secrétaire, M. Ma sympathie générale de la population.
2" L'inspecteur des eaux et fo pays au cours de cette année.
nouwl élu, attendu que tout ce qu'on
Mies.
fonciers et des bénéfices agricoles. dec; trésorier, M. Audren; trésorierTout en regrettant son départ,
Les agriculteurs ont donc tout in
avait pu boire à l'hôtel ne comptait rôts fera connaître au pétitionnaire
Pour la première fois, dos maxv
La Chambre d'Agriculture a ter idjoi'nt, M. Le Lidec ; administra nous adressons à M. Jaillard nos chapas, parce que bu en mangeant, le la somme à adresser au trésorier de térêt à profiter de cette situation en ma sont fixés à la longueur des véhi
leurs contrôleurs, MM. Le Cunff, Joos leureuses félicitations pour >son avanconseil décida de s'écrier, en se a Commission départementale (éta s'uttuchant un personnel qualifié par cules: huit à dix mètres pour un vé miné par le vote de son budget 1933 et Minier.
cement signalé.
blissements veuve Paul Gondolo, 7(i des contrats de longue durée (0 mois hicule isolé ; dix à douze mètres et procédé à l'examen de diverses
levant de table : « On a bien vèvul
Commissaires aux fêtes, MM. les
Il sera remplacé à Quimperlé par
rue de la Bastille à Nantes) par ap- à un un). De cette façon, ils se ga pour l'ensemble formé par un trac questions intérieures.
et d'aller siéger au café voisin.
membres du bureau, les porte-dra le 'lieutenant Kerhervé, précédemrantrront pour l'avenir contre le re- tour et sa remiorqu«.
plication du tarif suivant:
» Ainsi fut fait !
peau Gerbes; Derrien et Courtin ment à Vouziers, dans les Ardennes.
» Qu'arriva-t-il ensuite ?
Plants de haute-tige châtaignier lour des difficultés qu'ils ont éprou
Les automobiles devront, à parainsi que MM. Alain, Le Gall et1 Du
» Vers midi, on se quitta frater coanuiiun de 8 cent, de tour au mini vées au cours de la dernière corn tir du 1" Juillet 1933, être pourvus,
val, toujours dévoués et remplis de
REVISION DE LA LISTE ELECpa>'ne,
pendant
laquelle
beaucoup
nullement ; chacun s'en fut retrou muni, franco gare destinataire, la
bonne voflonté.
TORALE. — Le Maire de commune
d'entre eux ont manqué d'une main à la chuté du »jour, d'un dispositif
ver, pour dincr, sa famille et s'atta- pièce G francs.
lumineux capable de rendre lisible ¡'
Les camarades qui n'ont pas en de Quimperlé a l'honneur d'inforbla devant quelque dinde ou quelque
Les mêmes, pris à la pépinière do d'oeuvre suffisante, en qualité et en vingt-cinq mètres, par temps clair
core payé leur cotisation sont priés mer les citoyens qui ont acquis, deoie rôtie, en se frottant les mains maniale de Camors ou Florunges quantité.
le numéro inscrit sur la plaque ar
de s'adresser soit à M. Audren, soit puis la dernière révision de la liste
l'eau à la bouche, comme si rien ne (Morbihan) par l'intéressé, la pièce
L'usage de plus en plus répandu rière.
Une conférence avait été réunie le à M. Le Lidec.
électorale, l'aptitude à figurer sur
s'était passé !
du contrat, dont la garantie s'est
francs.
Dès le 1" Janvier 1934, les poid 29 Juillet, par M. Dautry, directeur
cette liste, comme possédant dans 'la
Plants de basse-tige châtaignier accrue -considérablement depuis la lourds devront être munis d'un ap- général des Chemins de fer de
» On n'a pas entendu parler d'in
commune leur domicWe 'légal ou la
mis'e en application do la loi du
digestion, c e jour-là. Monsieur le commun, franco gare expéditrice
pareil' amplificateur de son. A la l'Etat, afin d'examiner la question
résidence prescrite par la loi, ou
Février 1932, constitue un avantage même date, tout automobile traînant du transport de pommes à cidre
Maire était élu I Heureux temps 3 fr. 50 le enet.
Alexandre G U Z I A T comme y figurant pour la cinquième
Plants de basse-tige châtaignier notable pour les employeurs. Il leur une remorque devra porter un signal pendant la campagne.
Heureuses gens ! Heureux et plantu
fois au rôle d'une des contributions
CHIRURGI EN-DENTISTE
évite
le
va-et-vient
perpétuel
qui
padu
Japon,
franco
gare
destinataire
roux normand I...
de prudence, et, par ailleurs, les auA cette conférence, certuin>s reprédirectes, qu'ils n'y seront inscrits
d e la Faculté de Médecine de Paris
Mais ces joyeuses ripailles ne pour le« régions où sévit la maladie rai v.se la bonne marche d'une ex- tomobiles, de plus de deux mètres sentants du commerce s'étaient éle
que sur leur demande.
s'accompagnaient que de bon cidre de l'encre, nu prix de deux francs ploitation et -l'embauchage, à La de -largeur -devront être pourvues vés contre la réduction accordée
9, Rue Lebas, - QUIMPERLÉ
A l'appui de cette demande, ils deor le pur jus est une boisson qui tend le pied, à raison de 20 au maximum dernière, minute, d'éléments néces- d'un dispositif ù feux oranges dessi- pour le transport dos pommes desvront indiquer leur précédent domisai ruinent moins bien sélectionnés et nant leur silhouette.
à disparaître et déjà se perdent ces par demandeur.
tinées
ù
l'exportation.
Cette
protesConiultatlons tous les jours i Quimperlé
cile électoral, et produire une de3" Les envois de plants étant ef- plus exigeants, purce qu'ils se son
traditions qui permettent au paysan
Indépendamment des mesures pré- tation tendancieuse, contraire aux
saur le mercredi i Bannalec
mande en radiation de la liste sur
de ne produire que du bon cidre fectués dans l'ordre où les redevan tent indispensables.
citées, le projet prescrit aux conduc- intérêts des producteurs, n'a heulaquelle ils sont actuellement portés.
Par ignorance, ou peut-être aussi ces sont acquittées les propriétaires
L'Office Central de la main-d'oeu teurs de suivre, notamment aux croi- reusement pas été retenue. Même
Los inscriptions seront doses le 4
hélas ! pour gagner davantage, cer- ont intérêt à adresser leurs demandes vre agricole, 8, rue d'Athènes, Pa- sements et dépassements, un certain réduits, les frais de transports dos
tains producteurs négligent désor- le plus tôt possible.
ris (<)'), répondra sans délai à toutes nombre de règles de prudence, aux- pommes ù cidre pour l'exportation
UN BEAU GESTE DE L'U.N.C. — Février inclus.
mais le choix de leurs pommiers et
demandes de renseignements qui quelles obéissent déjà les automobi- sont encore une entrave.
La section des anciens Combattants
S'il reste, en fin de saison, des châle dosage de leurs crus. Pour éviter taigniers du Japon en excédent, les lui seront adressées par les lecteurs listes expérimentés.
Afin d'obtenir une réduction aussi de Quimperlé vient de faire un geste
le désastre, pour rééduquer les cul- demandeurs qui auront déclaré être de ce journal.
Dans ses observations, le conseil- irgc que possible, pour favoriser magnifique qui prouve une fois de
tivateurs, pour également faire aimer prêts à en recevoir plus de 20 seront
ler
Pierre Caillaux a signalé que le l'exportation par nos frontières de plus que la camaraderie chez eux
Faites la meilleure des affaires.
le bon cidre, une association s'est avisés.
chapitre
IV du Code de la Boute, re- terre, les plus éloignées des centres n'est pas un. vain mot.
Pour TRICOTEUSES
formée qui va entreprendre l'effort
Les expéditions ne pourront pas
Pourquoi acheter de la Loterie atif-aux véhicules affectés aux ser- de production, des démarches ont
Dimanche inatin, les membres du
qu'impose la situation. « Faites du avoir lieu après le 31 Janvier 1933. Espagnole, du Swceptuke anglais
été entreprises par M. le sénateur bureau, réunis sa'Me -des mariages à
vices
publics
de
transports
en
com
Chez Ch. D É S A R D
bon cidre », dira-t-on aux paysans
Quoiqu'il arrive, si vous gagne/., mil, .serait probablement l'objet Fa lire, président de l'Assemblée des
mairie, reçurent leurs camarades
puis ensuite l'on amènera peu à peu
Rue Cornlc-Duchéne
vous pouvez lie pas toucher vos lots, d'une refonte ultérieure.
IL — PRIMES
Présidents des ChaHubres d'Agricul moins heureux, qui souffrent du chôles hôteliers à servir sur leurs tables
"exportation
des capitaux étant
mage, et remirent à chacun un paQ U I M P E R L É - Tél.49
turc.
Il est rappelé que, -dans la limite interdite avec ces pays, c'est un
cette liqueur dorée qui plaira aux
quet cantorwjjit divers objets de pre
Rôle des Assises.
Ces
démarches,
activement
metouristes. Car le touriste aime à dé- do crédits attribués, la Commission marché de dupe.
Voici les affaires dont aura à con- nées, ont abouti et nous publions mière nécessité, entre autres chaus
guster les produits du terroir. Ici lloue une prime calculée à raison
Alors qu'en souscrivant à « La naître 'lé jury du Finistère au cours ci-dessous la lettre que M. le sénateur sures et lainages pour les enfants.
il boira du vin, là de la bière, de 1 fr. 50 par pied, pour les chû Dette », vous êtes sûrs de pouvoir
BECETTE DE QUIMPERLE-VILLE
Les enfants des chômeurs anciens
de la session qui va s'ouvrir -le «J Faure u reçue du Ministre des Trataigniers de haute-tige (de 8 cent, de toucher les lots sortis au tirage.
ailleurs du cidre...
combattants auront donc eu, malgré (automobiles, licence, chiffre d'afvaux
Publics
:
Janvier,
à
13
hfcures,
sous
lu
présiminimum) greffés ou non
'la crise, -leurs étrennes utiles, et ce faires). — Le service des ContribuN'oubliez pas qu'avec 5 francs dence de M. Le .Marchand, conseiller
Mais il exigera une bonne boisson tour au plantés
avec succès par un ous pouvez gagner un des :
grâce à ce magnifique esprit de soli- tions indirectes restera en perma« Monsieur le Sénateur,
et non plus de cette piquette que l'on greffés,
a
lu
Cour
d'Appel
de
Bennes,
assisté
propriétaire, au nombre de cinquandarité qui toujours exista entre les nence à la Mairie de Quimperlé du
vend a discrétion dans certains te
En
réponse
à
votre
lettre
du
17
c
M.
Cavellaf,
juge,
et
de
M.
•1 lots de 100.000 fr.
au moins sur un même terrain
3 au 7 Janvier 1933 pour la perpoilus. Nos félicitations.
hôtels et qui vous dégoûte, à tout communal.
Octobre
1932,
j'ai
l'honneur
de
vous
Durand,
juge
suppléant.
'
•1
—
50.000 fr.
ception de 'la taxe sur les automobiles
jamais, du jus de la pomme.
faire
connaître
que
les
Réseaux
Luhdjii 9 : affaire Eugénie Capil(i
—
20.000 fr.
du droit do licence et de l'impôt
Les demandes de primes, rédigées
CHEZ
LES
ANCIENS
COMBATIl convient donc, avant 'd'inviter
m'ont
soumis
le
19
Octobre,
une
taine, infanticide : ministère public,
40
—
5.000 fr.
sur le chiffre d'affaires.
TANTS.
—
Quelques
membres
de
les hôteliers à servir du cidre, il'édu- sur papier libre, devront indiquer la
Di •amard, "substitut ; défenseur, proposition tendant à porter de 10 %
400
—
2.000 fr.
Il se rendra dans les communes exquer les producteurs. Déjà d'impor- provenance des plants de haute-tige
i 20 % la réduction prévue pour les l'U. N. C. n'ont pas encore réglé leur térieures pour percevoir les mêmes
M" Bastard. Cinq témoins.
800
—
1.000 fr.
•otisation
pour
1932.
Les
camarades
tantes manifestations de propagande t l'époque de leur plantation, ainsi
Mardi 10 : affaire Louis Baccon, pommes à cidre exportées par un
ont eu lieu. Celle qui vient de se que leur nombre cl leur situation ca- en rentes françaises, 4 avions, 4 autos .ncendie volontaire ; ministère pu- point frontière de terre (tarif P. V. ntéressés sont priés de bien vouloir impôts aux dates ci-après :
Baye, 'le 3 Janvier, de 9 h. ù 10 11.
dérouler à Vitré, celle qui aura lieu dastrale (n° des séries et parcelles, invnd luxe, des centaines de con- blic, M. Le Oeuf, substitut ; défen- 103 — exportation — chapitre 1"). aire leur versement directement,
avant lin Décembre, aux membres du du matin.
en Juin 1933 à Laval, contribueront ieu dit). Les plantations seront vi- duites intérieures 4 places, de moto- seur, M' U' Coz. Neuf témoins.
Ces
'dispositions
sont
applicables
à
Mellac, le 3 Janvier, de 2 h. à
bureau qu'ils ont l'occasion de voir
à redonner une vie nouvelle à l'in- iléès à l'automne suivant, si la de- yclettcs, vilos-moteurs et bicycletMercredi 11 : affaire Benjamin partir du 24 Octobre 1932 et pour le plus fréquemment ou au secrétamande de prime est adressée avant 1 « .
h. du soir.
dustrie de la pomme.
al
va
ri
li,
dit
«
Jim
»,
meurtre
;
une période devant prendre fin le riat, rue de Quimper.
1" Septembre 1933 à l'Inspecteur
Tréiméven, le 4 Janvier, de 9 h. à
N'attendez pas la dernière minute
Mais il appartient également aux (les eaux et forêts à Lorient, secréministère public, M. Génicon, pro- 'il Décembre prochain.
10 h. du matin.
consommateurs de s'associer à cette aire de la Commission. L'examen si vous voulez participer au dernier ureur de la République ; défenseur,
Agréez,.... »
Bédéné, le 5 Janvier, de 2 h. i
•campagne. Ils le peuvent en exigeant des demandes après cete date sera tirage des quatre dernières séries M" de Kérangaf. Treize témoins.
•1 h. du soir.
H. J. K M. qui aura lieu le 3 Février
•toujours de leurs fournisseurs du envoyée à l'année suivante.
Cette réduction accordée pour les
prochain.
* bon cidre, de ce cidre qui, suivant
pommes destinées à l'exportation
Observations importantes. — Dans
Etant donné cette date, nous aviles connaisseurs, doit être « bié les régions du département où la masera, nous l'espérons, complétée ultéP A R E N t S , qui cherchez une rieurement par une réduction des
coloré, drait en goilt, très gouleyant, ladie de l'encre aura été constatée, sons tous nos généreux amis que
Contre les maux de tête, maux de
GEORGES L E G U E T
•long sur la langue et suffisamment 1 ne sera accordé, pour les planta- nous nous tenons à leur disposition S I T U A T I O N pour votre flls ou Trais de transport des cidres qui dents, douleurs, prenez un cachet de
CHIRURGIENDESTISTE
pour
leur
envoyer
de
nouveaux
carjustificatif ».
devraient
être
soumis
à
un
tarif
votre Jeune fille, adressez-vous à
NEZOL le i*lus puissant et le plus
tions de châtaigniers indigènes, au- de I» Fnculli de Paris
Job df. Rorsoé.
cun encouragement, ni par fourni- nets, en dépôt, s'ils en manquent, ' E C O L E P I G I E R , 9, rue des Fontaines, nalogue a celui dont bénéficient les rapide de tous les remèdes.
0 >fr. 75 le cachet. — 8 fr. 50 la
ture de plantes ni par prhnies à la ela jusqu'au 10 Janvier prochain.
à L O R I E N T . On y apprend C o m p - vins.
1 8 , R u e S a v a r y (Maison R i v a l i n )
On souscrit dans les mairies, dans
A l'époque où l'écart entre les prix botte de 12.
plantation de hautes-tiges. Il sera
tabilité, Sténo-Dactylo, Langues,
QUIMPERLÉ
lu production et à la consommaDépôts à Quimperlé : Pharmacie
seulement délivré des plants de châ- es banques, chez de nombreux com- otc.., et le placement des élives est
merçants, à « La Dette », 140, avetion doit être comprimé, cette Le Nuour et toutes bonnes pharmaConsultations tous les jours, sauf le lundi
taignier du Japon.
as&uré.
rue des Champs-Elysées.
seconde mesure s'impose.
cies.
AVIS A NOS ABONNÉS
SÊBASTIANIS, Entrepreneur
JEAN
LE
G A L L
Transport des Pommes à cidre
LAINES
UN REMÈDE SÉRIEUX
lim il » lire III I U
L E
C A D E A U
v r a i m e n t chic, à u n p r i x a b o r d a b l e ,
porto la m a r q u e :
30,
Ituc
d e »
Fontaine»,
V o i r n o s Editions d ' A r t d e G A L L É et
DAUM,
T e r r e s cuites, B r o n z e s , P o r c e l a i n e s et Crl&tnux
des p r e m i è r e s mnrques. O r f è v r e r i e Chrlstofle.
U.S.Q. B A T U.S. C O N C A R N O I S E
P A K 5 A 2. — Chez te» l o c a u x L e
Mouroux p r i t l a p l a c e d ' a r r i è r e pendant ln p r e m i è r e mi-temps a l o r s que
C a b i i l i c l e remplaça pendant ln seconde.
Dès le début les QulnOperlois entrent en a c t i o n et a u bout d e trois
minutes Guillou m a r q u e i m p n r a b l e mvnt.
Aussitôt l e s C o n c a r n o i s desc e n d e n t et l a r é p l i q u e ne se fait p a s
attendre.
A la r e m i s e e n jeu B o r a c i longe
la touche, c e n t r e i m p e c c a b l e m e n t et
M o r v é z e n . qui a suivi, m a r q u e à bout
portant. Çinq minutes après Kraval
a j o u t e un t r o i s i è m e but puis les v i siteurs se r e p r e n n e n t et Guillou doit
s ' i n c l i n e r d e v a n t une belle descente.
A la m i - t e m p s : Q u i m p e r l é : 3. —
C o n e a r n e a u : 2.
A p r è s 'la r e p r i s e , les v i s i t e u r s dom i n e n t mais n e p a r v i e n n e n t pas
il
augmenter le s c o r e , au c o n t r a i r e c e
« o n t les locaux qui, sur c e n t r e d e Horaci, m a r q u e n t le q u a t r i è m e but. L a
b a l l e v o y a g e d'un c a m p
à
l'autre
puis C o n c a r n e a u d o m i n e
mais
ne
p a r v i e n t pas à t r o u v e r le c h e m i n des
filets. Un but m a r q u é p a r un a r r i è r e
c o n c a r n o i s p o r t e le s c o r e à 5.
B o n n e p a r t i e de tous les l o c a u x .
La d é f e n s e <iuimperlolse se signa'ia
particulièrement.
A r b i t r a g e l a r g e et i m p a r t i a l d e M.
L e CunfT.
D é f e n d u par M" F o u r n i s ,
c o n d a m n é à 1"> j o u r s
de
avec sursis.
il
est
prison
TALHOUARN
Ru* Brémond-d'Ars, Q U I M P E R L É
un grand oholx de
CHAUSSURES DE FOOT BALL
Prix très Intéressants.
FATIGUE
IlICt V.» llNlIl.tli III l 11.11 -.t-li.lllt
*IU| W
.
»X
.1
•
i
1,
I
NOTBE CINE-PABLANT. —
j .
L e c h o c f U t d e s plus v i o l e n t s . T o n - i m p o s e n t leur jeu et ne tardent pas
dis que S c a v i n e r sortait i n d e m n e d e à m a r q u e r 1111 but. Mais leur e f f o r t
l ' a c c i d e n t , le m a l h e u r e u x Guillou fut ne peut se m a i n t e n i r et C a r h a i x ega-
6 U I B O U R G
3, Plaoe Hervo, 3
th. 1.90
CORRECTIONNEL
SCAER. — Outrages
à
gendarmes
— N i c o l a s G..., 40 ans, un b r a v e p è r e
d e f a m i l l e de six e n f a n t s , a v a i t bu
ce jour-là quelques bolées de trop.
Aussi, p o u r r e n t r e r c h e z lui, il jugea
plus p r u d e n t d e d e s c e n d r e de b i c y clette ct de pousser sa m a c h i n e à la
m a i n . A u x e n v i r o f i s de P o n t - L é d a n ,
deux g e n d a r m e s r e m a r q u è r e n t son
ailure z i g z a g a n t e . Ils en
firent
la
remarque
au p è r e N i c o l a s , qui, méc o n t e n t , leur d é c o c h a quelques é p i
tiiètcs mclsonnantcs.
En é g a r d ft sa n o m b r e u s e f a m i l l e
ct aussi i ses b o n s antécédents, le
T r i b u n a l le c o n d a m n e à 25 f r a n c s
d ' a m e n d e a v e c sursis pour outrages
et à 5 fr.iitcs d ' a m e n d e p o u r i v r e s s e
NÉVKZ.
—
Entre
beaux-frères.
—
M. Jean Jaouen, e n t r e p r e n e u r
de
c o u v e r t u r e s ¿1 N é v e z , est p o u r s u i v i
p o u r a v o i r f r a p p é son b e a u - f r è r e ,
A l b e r t G u i l l e r m e , Agé de 17 ans. C e
d e r n i e r ne t r a v a i l l a i t plus d e p u i s
six jours, et f a i s a i t la fête en c o m p a g n i e d e quelques c a m a r a d e s . L e
U N o v e m b r e . M. Jaouen le r e n c o n t r a
il l a sortie d u c i n é m a , h Baguénès
ef lui a d m i n i s t r a une petite e o r r e c
t ; o n . D e u x témoins, MM. L a u r e a u et
BttMard, voulurent s ' I n t e r p o s e r , mais
p o u r leur d é m o n t r e r q u ' i l s n'avaient
pas à s ' o c c u p e r d ' a f f a i r e s qui ne les
r e g a r d a i e n t pas, Jaouen Ixniscula un
peu v i o l e m m e n t M. Laureau.
BANN'ALHC. —
Auto contre
bicy-U
parties, i n t e r p r é t é a v e c un e n t r a i n
elette. --- Il s'agit d'un a c c i d e n t qui 1 tellement naturel que l e 'succès du
se p r o d u i s i t en O c t o b r e d e r n i e r , en f i l m est chose c e r t a i n e ; une t r o u p e
plein b o u r g d e B a n n a l e c , ¡1 l ' i n t e r - d e singes e x t r a o r d i n a i r e m e n t dress e c l i o n de la r o u l e nationale n " 165|sés dont les cocasseries ne peuvent
et d u c h e m i n d e g r a n d e c o m n i u n i - se r a c o n t e r mais qui p r o d u i s e n t un
ation 11" 4.
( e f f e t irrésistible.
M. Y v e s G u i g o u r è s q u i regagnait
Le Mont Saint-Michel
et le
Montson d o m i c i l e à b i c y c l e t t e , fut ren-1 lllanc,
en 2 parties,
ersé et sérieusement blessé p a r l ' a u - l
Le Petit Chaperon
Rouge, en 1 parto d e M. L é v è q u c ,
commerçant
à lie.
Pathé-Rcvue.
Quimper.
C e d e r n i e r est c o n d a m n é à 25 f r .
d ' a m e n d e pour i n f r a c t i o n au c o d e
de la r c u t e et à 5 fr. d ' a m e n d e p o u r
nfractlon à l'arrêté municipal
rè.{icmentant l'allure au passage
du
BOIHJR.IHl-PAR,<aU3HlTB!R,IH]
b o u r g d e Bannalec.
D é f e n s e u r : M" P i t o n .
B A N N A L E C T é l . 18
MF.LT.AC. — Entre frères. —• L e 20
Novembre
dernier,
M.
François
achète en permanence toutes quantité» de
Bannou, cultivateur à Kerzelllic, en
B0I8 SUR PIEDS ET A B A T T U
Metlac, Se p e r m i t de c o r r i g e r un peu
s é v è r e m e n t son jeune f r è r e . M ' K o u n ,
A TRÈS BONS PRIX
qui d é f e n d l ' i n c u l p é , d é m o n t r e que
M. Bannou n'a fait que r e m p l a c e r les
parents absents. 8 j o u r s d e p r i s o n
a v e c sursis et 50 f r a n c s d ' a m e n d e
ferme.
AQFFBET-BQDALLE6
Fournitures pour Entrepreneurs et Ebénistes
KKHNKVKI,. —
Délit
de
chasse.
MELQVEN
Q u ' e s t - c e q t i e la
Un film breton
CULTIVATEURS
ietfne h o m m e , lui f r a c t u r a n t la j a m b e les j o u r s non f é r i é s , d e 9 heures à I C a r h a i x ,
droite.
m i d i . Elle sera f e r m é e au p u b l i c en
R e l e v é aussitôt par les t é m o i n s I d e h o r s de ces trois heures p a r jour,
d e l ' a o c i d e n t , S y l v e s t r e Breton fut
SPEZET
t r a n s p o r t é c h e z s o n p a t r o n , où• "l e
docteur Le Louët, de Pont-Aven vint | E T A T - C I V I L . — Naissances. — Sului donner les seins nécessaires.
zanne S t e r v i n o u , à K e r h a l e t ; H e n r i I
Ch.
Post.
10.G95,
I l est b o n d e àignfllër cette i n g é nieuse i d é e q u i , nous, l ' e s p é r o n s ,
t r o u v e r a son a p p l i c a t i o n d a n s un
avenir très rapproché.
Chemin de fer de Paris à Orléans
LES V O t A G E S A U X BALÉARES.
—
. . I l e s d u s o l e i l ; l i e s nu c l i m a t d é l i c i e u * ,
l e s B a l é a r e s s o n t à la m o d e . L a b e a u t é
de leurs paysages, des sites o r i g i n a u x
cmiimc P a i m a , M i r a m a r ct F o r m e n t o r ,
l ' i n t é r ê t d t l é ù f i h i o n ù m e n t s diicldtis e t
le boii i h à r c K i d û s i j d o t ' y f d v o r l s e n t
les v I l l i g i à t u H ï S .
D e P a r i s à M a j o r q u e Ja v o i e la p l u s
rr.pide est c e l l e d e P a r i s - Q u a i d ' O r s a y Toulouse-Barcelone ;
Barcelone mérite
d ' a i l l e u r s d e r e t e n i r l e v o y a g e u r fct l e s
excursions a u t o u r d e cette i m m e n s e ct
belle v i l l e sont d'un p u i s s a n t
intérêt,
n o t a m m e n t d a n s le massif de M o n t s e r rat. D'excellents bateaux assurent t o u s
les j o u r s , s a u f l e d i m a n c h e , la t r a v e r sée la p l u s c o u r t e d e B a r c e l o n e à P a l m à .
Bennes
P o u r les Étrennes
A l'intérieur de Majorque, des circuits r é g u l i e r s d ' a u t o c a r s ct d e s ser\ ¡ces d e t r a i n s p e r m e t t e n t a u t o u r i s t e
dé c o m b i n e r f a c i l e m e n t l u i - m ê m e
des
excursions.
Demandez
des
renseignements
à
l ' A g e n c e des C h e m i n s d e f e r d ' O r l é a n s
e t d u M i d i , 16, b o u l e v a r d d e s C a p u t l n c s ,
à Paris, où vous pourrez vous procurer
en billet de chemin d e f e r p o u r Barcelone ct le b i l l e t d e passage B à r c e l o n c Falma.
Le Procès
de notre
Epoque,
de
La gendarmerie
de Pont-Aven a |
L e Bras, à B u b i c u ; G e r m a i n e Q u é m e - | L o u i s L i è v r e , Ordre
et
Désordre
procédé à l'enquête d'usage.
ner, K e r i v i n ; A n n e L e Clech, G u e r - I s c è n e s
de
l'Allemagne
contempomangroac'h; Yves Huiguinen, K e r g o - j r a i n e ,
de J a c q u e s - B i c h a r d
Grein,
n i o u ; Jean L e Gall, b o u r g ; Margue-|25'' et 20" v o l u m e s de la C o l l e c t i o n
.rite r a i l l e r , Coat-Fraval.
du Temips
Présent publiée
chez
r• T I W I ^ T ^ l ï ?
HP
Ï'ARRJIYP
Mariages. — Jean R i o u , de K e r b a r s l ' é d i t e u r Jules T a l l a n d i e r , 75, rue
U lllirniUIClUlCt
U£l L f l D l ) f t l £ i | c . t J o s é p h i n e C o l é o u , de K e r f e r s ; Jo- Dareau, P a r i s 14" ( e x c l u s i v e t c Haseph C i t é r i n , de S a i n t - T h u d e c et Ma- c h e t t e ) , v i e n n e n t de p a r a î t r e .
r i e - A n n e H e r v i o u , de Saint-Denis ;l
N o u s r e c o m m a n d o n s tout s p é c i a lintrp
Ific l f f t r f i c rlfi mnrî/1<JP
F r a n ç o i s Castcl, de K e r s e l l e c et Ma- lement à nos l e c t e u r s c e s o u v r a g e s
liurc.
iCJ lUUCi
UC rnuriugc
i.ie
s t a n g ; P i e r r e V i t r é , publiés sous la d i r e c t i o n d e Jean d e
(1u
O lifiiirûç
nbrèc
ln rnmvriniirlA<le
K é r i v i n et M a r i e - A n n e P o n t h o u , G r a n v i l l i e r s , l'auteur du Prix
de
¿ VCUJCÏ
liftes
tu Lurrirnuiiuc\d^
Lost-a-Vcrn;
Pierre
Ta'lec,
d e U ' I I o m m e , <le La Belle
Endormeuse
TRAVAIL SOIGNÉ
S'Y A D R E S S E R
PONT-AVEN
Railroùte
N o t r e é m i n e n t c o n f r è r e , M. G .
d e P a w l o w s k i , d a n s un a r t i c l e p l e i n
de bon sens, p r é c o n i s e l ' a l l i a n c e d u
rail et d e la r o u t e .
« L ' a u t o r a i l , dit-il, p e u t s a u v e r
certaines petites lignes électorales et
d é f i c i t a i r e s : on
n e saurait
trop
e n c o u r a g e r son e m p l o i . »
C'est celui que nous présente 'le
Notons
que, sur l ' i n i t i a t i v e
de
n u m é r o d u l ' r J a n v i e r 1933 d e notre
D u n l c p et en p r é s e n c e d u M i n i s t r e
des T r a v a u x P u b l i c s , une dénions^
tration c o u r o n n é e d e succès a été
faite, au m o y e n d ' U n e six c y l i n d r e s
H o t c h k i s s de s é r i e , é q u i p é e d e t e l l e
. M
c
r e v u
sa
an.
f a ç o n , qu'en q u e l q u e s iminutes elle
,pour s e s lec.
a v o u ] u
résum<;r
d e v i e n n e a u t o m o t r i c e et que, dans
(eurs
) 6 r i o d e s d e l ' h i s t o i r e acL , ^ d
„ . c . le m ê m e temps, e l l e renaisse autoJa' B r e t a f f l e :
c e U c qili
mobtW.
na
i m T n é d i a t c m e n t
la
et constata une f r a c t u r e de la base buts. L e s v i s i t e u r s ne réagissent pas
du crâne
et la fin est s i f f l e e sur le s c o r e de 4
L e malheureux -eune h o m m e n'a buts à 1 en f a v e u r de C a r h a i x .
pu s u r v i v r e a ses blessures : il est
A N e v e z , les d e u x ari ici es f o u r n i decéde
dunianche s o i r a 22 h e u r e s rent une b o n n e p a r t i e . A C a r h a i x ,
sans a v o i r r e p r i s connaissance.
| toute
é q u i p é est a f e l i c i t e r
Bégionaliste à M o f l i o n
di. l'Union
En l e v e r de rideau, la s e c o n d e d e | l î | i x p n 1 8 Q 8 o t
^
la
buts
de
qui a v e z d u t e r r a i n à d é f r i c h e r
» T'UVINV n o m T«TP
R , „ q l ' e B. P . John H a y d e , I r l a n d a i s , l ' a b b é
A L UNION 'JOUL STE Lasc l e r c , les pasteurs J e n k i n s
adressez-vous
à
s e m b é e g e n e r a l e imnuelle de 1 U ^ . C .
Guillaume L e Coat, Y v e s
a eu lieu m e r c r e d i chez M. A . I l e r v e , R
,
• nnm.hrilIlv
i.,..M. C O H E N
R o b e r t
.
...
. , , ui^r-^o Ri"' Berthou, et de n o m b r e u x
Gallois
sous la p r é s i d e n c e d e M. P i e r r e 1 3 a * I é m i n e n t s
r o u t e d e la g a r e , M O Ë L A N
ron, d é m i s s i o n n a i r e
....
P u i s celle qui a suscité h i e r l'atp
entrepreneur
de défrichage
de terres
L e n o u v e a u bureau a ete constitue t e n t i ( m d e j , ^ n i v c r s c t q u i r c s t c r a
Tracteur et charrue
moderne
CO prés C id S ent d ' h o n n e u r ,
M. Baron - I connue sous l e nom, d ' A t t e n t a t s d e
'
"T t'
' M /T? ,
r r '.
i t K e r n , n n ; . ; P i e r r e Gautier, B o u r g ;
un bal c h e z M l l u m a la C r o i x - d e - c ,
, J a f h - ù z ( > u , K c r a n k e r n a t ; AnMission, en B i e c , u n e ' a l t e r c a t i o n ^ H k - J e a n n e - J o s é p h i n e L e Gouic, Sth e u e n t r e j e u n e s gens. Chacun sor- .
-n . F , . ' v , , t o r - F r a n c o i s LoElie-Victor-François Lo
tit les plus" b e l l e s è o i t h è t e s . d e s o n | ^ ™ ' n W , Ki eerrhhaarroo..
r é p e r t o i r e ; puis 011 s ' e x p l i q u a a u i
...„.„
P i e r r e L e M o i n g , 03 ans,
m o y e n d ' a r g u m e n t s plus f r a p p a n t s . I
' '
J a f f r é et K e r g o a t en v i n r e n t
aux| J O L 1,11
mains.
Keraudrcn s'interposa pour
A U C I N É M A . — D i m a n c h e 1 " Jan
d é f e n d r e son, « c o i w i n » K e r g o a t . I v i c r , ii 3 h . 15 et 19 h. 45, séances
Résultat: J a f f r é 25 f r . d ' a m e n d e , I j e c i n é m a . A u p r o g r a m m e :
et K e r a ù d r e n lli f r .
[jCS héritiers
de l'oncle
James, en
CABINET DENTAIRE
TRIBUNAL
GUELADEN T 0 N D A L
Cette
Nlon de Hédéné. Il faisait d é j à J « " e D a v i d v e u v e L e B o c h , s. p.,
it.
et
notre
« p a r d o n n e u r » 70 a n « , 4, p l a c e Carnot ; — L o u i s n'avait pas de l a n t e r n e à sa Vol- Yves-J6seph F n v e n n e c , 51 ans, ouv r i e r d usine, 19, p l a c e S a i n t - M i c h e l ;
lurc
P r è s de N'ivinen, stir la route d e — L o u i s L e G o f f , 80 ans. g e n d a r m e
P o n t - S c o r f f , survinrent
deux
gen-|en r e t r a i t e , 19, p l a c e Saint-Michel
NEVEZ
( l a r m e s qui lui i n t i m è r e n t l ' o r d r e d e
s'arrêter.
Pour
toute
réponse. M l M ë r c a r i a l e d e s
M a r c h e s
CYCLISTE CONTBE ATTELAGE. I
B u f f e t prit son fouet et « H u e ! C o - |
du 24 Décembre
1^32
Un a c c i d e n t assez g r a v e s'est p r « - j ';
'
V' , n
• résor er, M. ^ ^ ¡ " ' s et r e c h e r c h e s , qui ont p r i s
c o t t e ! » . La bête prit 'le g a l o p .
1.200. »
Mais le g e n d a r m e L e C u n f f donna IVaches .laitières
,, „
.
•
rr,,„;„ „ i iPc e m b" r e 1932.
Cette
d o csu mze n st a t ji o nz
»
* K " ™ » ' »
«
1.400. » r
<i«cp<cv:mirc.
MM. F
rlirif*.
. a u x¿ s osu r n
I M.
\i P
Donccin
o u s s i n ;• assesseurs,
MM.
u r i e cOl It ^ ^
p u i. s ^
c e s
o f —.
f i c i .c l—
l c s
K> c h a s s e a u f u y a r d ,
et.
p é d a l a n t G é n i s s e s et v a c h e s p l e i n e s . . . . 1.400.
Deux j e u n e s d o m e s t i q u e s d e
1 pierre Flamand,
1-500
f e r m e , ne t a V d a ' p a s à le r e j o i n d r e . l r ; 1 , o v a u *
"
sera consultée a v e c c u r i o s i t é
me,
S
y
l
v
e
s
t
r
e
Breton
ct
I
s
i
d
o
r
e
T
a
»
ÎCette
>HP
ff o
o ii s
s
lBuffet
i n l l ' p t dut
dut d
dé
éc
c ll ii n
ne
er
r
sses
es
.<)rcs (lc'
' ;
r »
Signalons 'les articles et études de
mic, circulaient à bicyclette, quand
Moutons (le k i l o )
PLOUNEVEZEL
n o m et qualités, mais il ne le fit Veaux (le Itilo)
n é a n t au -carrefouir, ils se t r o u v è r e n t en
j L é o n L e Berre, H e r v é
Le
Menn
pas sans a v o i r adressé ¡1 l'agent d e I p n , m e n t
105. »
M. l e I Yann A r Gall, L o e i z A r F l o c ' h , T a l d i r
présence d'un attelage c o n d u i t p a r |
AV. S D E L A M A I R I E .
75. s
'autorité (|uelques q u a l i f i c a t i f s peu ISeigle
M. B i c h a r d , de- T r é g u n c .
La
b ê t e M a i r e de P l a u n é v é z e l v i e n t d e pren- Raoul Bonneau, qui c o n t i n u e 'le ré70. »
convenables.
lorge
a y a n t p r i s peur, partit au g a l o p et (Ire 1111 arrêté r é g l e m e n t a n t les ser- cit de Cinq mois avec les
Pécheurs
75
Après
p l a i d o i r i e d e M" F o u r n i s , I Sa rrazld
m a l g r é les e f f o r t s du
c o n d u c t e u r , v i c e s du s e c r é t a r i a t de la m a i r i e .
|<Ve Morue.
75
il est c o n d a m n é à 8 ¡ours de p r i s o n [Avoines
30. » v i n t heurter Breton, qui t o m b a sur
D ' a p r è s cet arrêté, q u i sera a p p l i L e n u m é r o illustré.
100 p . 8 f r
a v e c sursis et à trois a m e n d e s d e ^ 0 " 1 » : « ^ J 0 ! " ? ? '®s 1 0 0 k , l o s )
•J20. » la chaussée. U n e des r o u e s du c h a r qué à p a r t i r d u 25 D é c e m b r e cou- f r a n c o ; a b o n n e m e n t annuel aux 4
•jo l f i ,.( i", f i - i n e s
M'""1 (lus 500 kl,los)
120. » a-bancs passa
sur l e
m a l h e u r e u x I rant, la m a i r i e sera o u v e r t e tous bulletins: 28 f r .
Dir.
Jaffrennou
Chirurglen-Dontiste
— D. F. M. P. —
Q U I M P E R L É
des boissons
dans sa f a m i l l e , r e v e n a i t d e B i e c , à I p o u r r a i e n t être retenues p a r les f ê t e s I
Gucladen
Tondal v i e n t d e p a r a î t r e
m o t o c y d l e t t e , d i m a n c h e d e r n i e r , 25 du Jour de l'An d ' a p p l a u d i r La
For-Un une élégante plaquette aux E d i Décenïbre. Derrière
'lui
a v a i t p r i s I u n e p r e m i è r e séance aura lieu | [ions de Dihunaniib. E l l e est adres|sée f r a n c o c o n t r e 5 f r . 75 e n v o y é s
lace son c a m a r a d e H o n o r é S c a v i - | i e v e n d r e d i 30, à 20 h. 30
.1 M. L . H e r r i e u , H e n n e b o n t ( M o r b . ) ,
ner.
L A T O U B - D ' A U V E B G N E D E C A B - J./C. 241.28 Nantes.
Soudain, au tournant du G u i l y , en
MoëÎan.' ï a m W « l i a ' s e ' j ë t c " r " c o i i t r e I H A I X
BAT
L'ETOILE
SPOHT1VE
la v o i t u r e a u t o m i b i l e d e M. P h i l i p p e , N E V E Z I E N N E l ' A l i 4 B U I S A l .
carrier à Polit-Aven.
Au début de la p a r t i e , les visiteurs
CHIFFBE D'AFFAIBES.
—
Les
c o n t r i b u a b l e s d e la r e c e t t e d e Quiiup e r l é - b a n l i e u e sont i n f o r m é s que la
p e r c e p t i o n d e s i m p ô t s sur le c h i f f r e
d ' a f f a i r e s , les l i c e n c e s et l e s autom o b i l e s s ' e f f e c t u e r a , aux
j o u r s et
heures c i - a p r è s :
lianes.
F a i l l e ( l e s 500 k i l o s )
50. »
Clohars, le 3 J a n v i e r , d e 8 h. à
65. »
T n i Î M É V F . N . — Les
suites
d'un
ne- I S o n ( l e s 100 k i l o s , g r o s )
—
11 h.cident
d'auto.
—
L e 23 O c t o b r e- i|So»
100p akilos,
détail)
F a r l n(les
c du
ys
164. »
Bannalec, l e 5 J a n v i e r , d e 9 h. a
d e r n i e r , M. Y v e s Goafou,
man-ceu
9. »
16 h.
Loeunolé, revenait d e Trémé- ' î t u r r e l"16
Hvrc)....
7. »
Arzano,
le 7 Janvier^ d e 9 h. à
7.50
son
& u d « . ( •
c y c l e t t e . l o r s q u e , au c a r r e f o u r des P m , u , t s v i e u x ( l a c „ U p l c . ) . .
10 h.
25. »
G u i l l i g o m a r o h , le 7 J a n v i e r , de routes du l-aouet et de L o e u n o l é , il |p ()U Tets jeunes (la couple).
30. »
250. »
M h. à 15 h.
fut heurté et r e n v e r s é par l'auto <leIc i<lrc pur jus
200. »
S a i n t - T h u r i e n , le 9 J a n v i e r , de 9 h. M. Jean Salaun, b o u c h e r il la L a n d e | c i d r o ordinaire
- à 11 h.
d e s Châtaigniers, en T r é m é v e n .
L o e u n o l é , le 10 J a n v i e r , de 9 h. à
D é f e n d u p a r M ' F o u r n i s , d'atiteurl
CLOHARS-CARNOET
10. Ji.
i n v o l o n t a i r e de cet a c c i d e n t est c o n - |
Q u e r r i e n , l e 10 J a n v i e r , d e 14 h. d a m n é à 1(5 f r a n c s d ' a m e n d e .
ETAT-CIVIL. —
Naissances.
—
à 16 h.
HIFC SIMI-HÊI o \ — liixe
anrè<: le Bernadette Baoul, K e r v i g l o u s ; MarieKIEC-sun-tiLLON. —
txeapns
ie T h ù r è s e - l v o u i s e - V i r g i n i e
U- Garrec,
r
ohgrès d e la C o M é d é r a t i o n Natibnàle
L e C o n g r è s de la C o n f é d é r a t i o n
nationale d e s débitants,
hôteliers,
•limonadiers
et
restaurateurs
dë
c o m é d i e 1 Kl rt !c1.1 ¡¿V".ni Jn
• r ' ù a h i e 1 ^ | (Ce que v i t Toiidal dans l'autre monde)
F r a n c e et des C o l o n i e s , s'est tenu
La Fortune,
d'après Tristan Bernard.
S a j t _ 0 1 1 , r u c L e D a n t e eut un p r é - r é c e m m e n t
à P a r i s , sous la p r é s i L e sujet est v r a i m e n t du m e i l l e u r c u r s e u r , et, peut-être,
un
i n s p i r a - d e n c e de M. S i f f e r t , m a i r e d e BesanT
r
i
s
t
a
n
B
e
r
n
a
r
d
el
fournit
la
m
a
t
i
e
r
e
L
,
,
y
( u r
QuiMPBht.Éi — Chasse sans
permis
çon.
d'une c o m é d i e j o y e u s e , c h a r m a n t e ,
A u X I I " siècle, un m o i n e i r l a n d a i s
el blessutes par imprudence.
— L e (i
De t r è s n o m b r e u x p r é s i d e n t s et
s p i r i t u e l l e , r e m p l i e de r e b o n d i s s e - c o m p o s a , en latin, La Vision dé TunNovembre
d e r n i e r , un g r o u p e de
délégués de S y n d i c a t s de ces g r a n d e s
ments i m p r é v u s et toute a n i m e e d une y a [ . ¿ v o c a t i o n tour à tour e f f r a y a n t e
dunes gens, F o r l o t , E v e n o u et l ' h i corporations
o n t étudié,
pendant
et
des
i p p o t , p a r c o u r a i e n t les c h a m p s « à
TaurîltofU et tféniuet, facht, Itiiîirti, t e n d r e jeunesse. C'est un film bien ( ! t m e r v e i l l e u s e d e s peines
trois jotirs, les g r a n d e s
questions
, veaux, boeuf» et moutons, porc*, chien*, f r a n ç a i s d ' e s p r i t .
¡ 0 j e s d e l'autre m o n d e .
la piste d e s merles » . Soudain près
volailles* tout le» enimeux de le fera»«
intéressant leurs adherent's.
lie K e r v a i i , en Q u i m p e r l é , en vouUn c o m i q u e , les Actualités P a t h e - I
On ne peut é v i d e m m e n t mettre en
M U exoeptioa tirent le p l u tfruut proie
A l'issue du C o n g r è s , lin banquet
1
du
"ant m a n œ u v r e r la canne-fusil dont
Journal, 1111 g r a n d d o c u m e n t a i r e ¡ p a r a l l è l e l ' œ u v r e g é n i a l e d e Dante et
de "00 e o u v ë r t s a été Offert aux
il était p o r t e u r , Jean F o r l o t blessa
Histoire
de la plus grande
France,
] a modeste V i s i o n d e T o n d a l ; m a i s
délégués, d a n s la g r a n d i ' Siffle du
à la p o i t r i n e sou c a m a r a d e P h i l i p
c o m p l é t e r o n t le p r o g r a m m e et e n l ] L . lecteur c o n v i e n d r a q u ' i l y a d a n s
P a l a i s d e la Mutualité, ^ài- les Etanot. L a blessure heureusement
fut
f
e
r
o
n
t
1
1
1
1
spectacle
de
gala,
v
r
a
i
(Jueladen
T
o
n
d
a
l
d
e
s
tableaux
suriiMiMMDt poor r entretien, idéal poor
blissements P c + n o d . A j i r ë i q u o i , totii
peu g r a v e
ment d i g n e des fêtes du N o u v e l An. passant t n h o r r e u r tout ce qu'a pu
i
l'cafreiuement.
les c o n v i V t s ont été c o n d u i t s e n
C
M" K o u n , d é f e n s e u r de l ' i n c u l p é ,
A l ' o c c a s i o n de ces fêtes, N ô t r e [ c r é e r l ' i m a g i n a t i o n , pourtant si f é Ofüc* da MM. 82. Ra* d* RicUtUa. Patia
autocars à M o n t r e u i l , o ù a eii lièu
I f;,it ressortir que P h i l i p p o t fut lar
C i n é o f f r e , pour étrennes, une r é - | c o n d e d e l'auteur d e
l'Enfer.
la v i s i t e 'détail'lée des vastds lisiribs
urinent i n d e m n i s é d e s f r a i s que la
d u c t i o n sur les p r i x des places. M a l - I
Cette oeuvre curieuse a été m i s e
des E t a b l i s s e m e n t s P é r t i o d , n o u v e l I blessure lui o c c a s i o n n a et d e m a n d e
g r é l ' i m p o r t a n c e du p r o g r a m m e , les en b r e t o n par M. l ' a b b é H é n o d o n t
MOELAN-SUR-RIER
lement reconstruite de la f a ç d h la
C
O
L
L
I
S
I
O
N
M
O
B
T
E
L
L
E
E
N
T
B
E
I
p
r
e
m
i
è
r
e
s
seront
à
5
f
r
a
n
c
s
et
les
I
l
e
style
o
r
i
g
i
n
a
l
et
si
e
x
p
r
e
s
s
i
f
sera
nu T r i b u n a l de se m o n t r e r indulgent
plus m o d e r n e .
a p p r é c i é de tous les amateurs de litI p o u r son client, qui aussitôt après M O T O ET. A U T O . — M . Joseph Guil-|secondes à 4 f r a n c s .
I l ' a c c i d e n t montra ses regrets en bri- Jou, quartier-mlaitre
en p e r m i s s i o n
P o u r p e r m e t t r e aux p e r s o n n e s qui térature b r e t o n n e ,
UANNAMX. —
Une question
F/<-1 "»«"t « N a r m e e n t r o i s m o r c e a u x .
louer et de lumière.
— Mine C o a d o u I
L ' a f f a i r e est mise en d é l i b é r é ,
restauratrice à B a n m / e c , est l o c a - .
,
taire d-' M. Joseph L e C ô m e , boucher.
E T A T - C I V I L . — Naissances : AlCe d e r n i e r d é s i r a n t
OCCUIKT
lui- I b e r t - B n y m o n d L a n c l e n , à K é r i s o l e ;
m ê m e son i m m e u b l e , aurait voulu — Chantai-Marie L e C o r r e , à Saintm e t t r e sa l o c a t a i r e à la porte, mais p i c o l a s ; — M a r i e - L o u i s e - J a c q u e l i n e
cette d e r n i è r e ne veut rien e n t e n d r e Bannou, b o u l e v a r d de la G a r e ;
et se r e t r a n c h e d e r r i è r e '¡es disposi- Jcannc-Mnrie-Lotiise S y l v e s t r e , à L a
lion d e la loi sur les l o y e r s . 11 est Maison-Bouge
d i f f i c i l e de s ' a r r a n g e r dans ces conPublications
île mariages : Josephditions.
I E m i l e L e Guennou, c o m m i s du T r é Le
10
Octobre,
Mme
C o a d o u s o r , r u e Jacques-Cartier, et Erness'étant p e r m i s de v i d e r ses eaux d e l i n c - A i i n é e L e M e u r l a v , sans p r o f . , à
vaisselle dans la c o u r de M. Côra«.-, I K c r a n n a , en Clohars-Carnoet ;
—
ce d e r n i e r r é p o n d i t en faisant bou- J e a n - P i e r r e L e Bihan, c h a u d r o n n i e r ,
c h e r , au m o y e n de briquettes, une 4, F o r e s t o u - I z e l l a , à Saint-Marc, et
p e t i t e f e n e t r e qui é c l a i r e la ¿ â g e île M a r i e - A n n e - J e a n n e Guigourès, s. p.,
I escalier d u restaurant. M m e Coa- 27, rue du B o u r g n e u f , résidant à
don e n v o y a p r o m e n e r les briquettes. I Saint-Marc.
C e geste lui vaut de c o m p a r a î t r e ' , , ' • „ „ „ '. v • „ „ .
a u j o u r d ' h u i d e v a n t le T r i b u n a l c o r Mariage : Jieanl
_
rectionnel.
Après
1111e e x c e l l e n t e
Décès ; Y v e s - G é r a n
( . a r d i e c , 79
u l a i d o i r i e d e M" Fournis, elle est f e - I n n s . cultivateur, i i r e v o a z e c ; — Céa x é e p u r e m e n t et s i m p l e m e n t
des lestine T a n g u y , 72 ans, s. p.. de P o n t lins d e la poursuite.
|Aven, 19, pl. Saint-Michel ; — An-
Vous trouverez ohez
CHAUS8URE8 L U X E E T
#
mal •!:> chose et d é c o c h a à sa femtlic
quelques c o u p s de p o i n g bien appliqués.
SPORTIFS,
M.
L O K I E K t
BIBLIOGRAPHIE:
I C A M H A I X l
m o t i f . Elle est c o n d a m n é e à 15 jours
de prison;
HiF.c-StiH-IlAi.ON. — Coups et blessurcx.
—
L e n o m m é L e Clanctie
Louis, qui Oe 9 O c t o b r e , à la suite
d'une d i s c u s s i o n , a f r a p p é Joa Jean
o c c a s i o n n a n t ii ce d e r n i e r une in en
p a r i t é d e t r a v a i l de d e u x jours, est
c o n d a m n é à 10 f r . d ' a m e n d e
K c r f r a n c et M a r i e Caro, de K e r g o u n ;
, ^ ^ | J e a n L a n n é v a l , de L e n z a c h et Mar i e - A n n e OHivet, de P e n p r a d ; P i e r r e
_ | B r i a n d , d u Stang et M a r i e - A n n e Lannéval, de L e n z a c ' l i ; Joseph L e Guen
d e K c r l a r d et M a r i e J a r d i n i e r ,
de
|Gaden. ç _
_
^
^ ^
^
d e s Deux Nuits
et autres l i v r e s
|ciés d u p u b l i c
|
M o ( J è j e s
^
SPORTS D'HIVER EN A U V E R G N E . —
Bittets
de fin de semaine
eti
foutes
classes pour Le Lioran et Le
Mont-Dore.
— Du 23 D é c e m b r e 1932 a u 30 A v r i l
1933, il e s t d é l i v r é d e s b i l l e t s s p é c i a u x
d ' a l l e r et r e t o u r de f i n d e s e m a i n e en
toutes classes :
P o u r Le Lioran
au d é p a r t d e P a r i s
(Quai d'Orsay, A u s t e r i i t z
et
P.L.M.),
Aurlllac, Clcrmont-Ferrand,
Lafigogne,
Le P u v , M a r s e i l l e (les g a r e s d e ) , M o n t luçon, Moulins, Murat, Nevers, Orléans,
P i o m . Roanne, Saint-Etienne (les gares
d e ) , T h i e r s et V i c h y .
P o u r Le Mont-Dore
au départ de P a ris ( Q u a i d ' O r s a y , A u s t e r i i t z et P . L . M . ) .
Clermont-Ferrand,
Langognc,
Le Pu j ,
de Céleste
Bédoura, M a r s e i l l e ( l e s g a r e s d e ) , T h i e r s e t V i c h y .
T o u s ces b i l l e t s c o m p o r t e n t une rée x c e l l e n t s , très a p p r é
duction d e 5 0 % sur le d o u b l e d u p r i x
lettré.
des billets s i m p l e s ; ils sont v a l a b l e s d u
v e n d r e d i à m i d i au m a r d i à m i d i ( a u
mercredi pour les fêtes de Pâques).
Vient de paraître
•Les a r t i c l e s
de
sports d'hiver sont
acceptés c o m m e bagages avec f r a n c h i s e
B a j |
à
l e 20 k i l o s .
U N E J E U N E F I L L E R E N V E R S É E | lly, 3 m o i s ; A n o n y m e Com; Anne
lP' A iRt U
U.M
u r «a
o u i e 1. •
.
-g,
. M a r i e T e x t e et c o m m e n t a i r e s , par A . SiN lCaYiCi u
L Ii SMTU
E. - - s
Sur
'la rroute
d e C o n c a r n e a u à P o n t - A v e n , une col:
Thérèse
b i l l e , lauréat de l a P r i m e d ' H o n 70
l i s i o n s'est p r o d u i t e e n t r e un c y - ,
, , , 5'n . , n s
'
neur ( G r a n d e Culture), p r é s i d e n t
r
,
K
cliste e t une jeune fille. Sous 1a v i o '
^
h o n o r a i r e d e la Caisse B é g i o n a l e
l e n c e d u c h o c , cette d e r n i è r e a Tétê
d e la B r i e . U n o u v r a g e 2 2 x 2 7 d e
L'I
unm-iutui j evtiét ei à
u tnevrur et . On
u u la
1« 'reL ' j i
» •
1 04
U4 pages,
pafjcs, a v e c m
i nowdi èe li e d'état
u eu» d
uecs»
brutalieñient
l e v a p o r t a n t une f r a c t u r e à la base f n r p ç
TT13rCnSS Q6 13 f6Q10D
lieux p o u r l e s bâtiments et p o u r
1 U U "
a
du c r â n e . Son état est g r a v e .
les t e r r e s . F r a n c o : 13 f r a n c s . A
II s'agit d e M l l e Gui'lchet, d e StJa L i b r a i r i e A g r i c o l e d e la « MaiP O N ' T - W K N — B e u r r e s a l é , 16 f r . l e
I
A
d rr éé ,, een
l iss itee eest
An
nd
n N
- Mi zz oo n
n .. wL e cc yy ec u
s t uun
n.
«
^ ' " ;>u
, 4 f r ,e k'H
(eufs,
son Bustique » , 2G, r u e Jacob,
n o m m e Y v o n , 27 nns, n r a n n - p e c h e u r , IJ a d ; , u z a i n ( ; i 7 f r .
Paris (VI').
habitant rue d u C i m e t i è r e , à P o r i t - l ' L a 1 j * V i - e p o u l e t s 3 h 3-50; lapins.
Cet o u v r a g e p r é f a c é p a r M. MauAven.
l;i fr.; pigeons, 5 f r la pièce; lièvres, r i c e Lecoinitre, ancien p r é s i d e n t d e
L a g e n d a r m e r i e enquête
sur l e s 14 f r . la livre,
•la C h a m b r e d e s n o t a i r e s d e Couc i r c o n s t a n c e s d e ce t r a g i q u e
a c c i - | Au kilo sur pied: vaches, 1.200-1.400;
lommiers,
a p o u r but d e f a c i l i t e r
dent
I veau, 4.50; porc, G.70.
lux bailleurs
et
aux p r e n e u r s la
A
REDENE
I
l a p i è c e : p o r c e l e t s , 225-275.
d'un
bail
d'immeubles
I
A u x 100 k i l o s : b l é , 105; f a r i n e , l » 4 ; l r é d a c t i o n
UNE
C O L L I S I O N
D ' A U T O S , SO n. 50 à 65 ; avoine, 75 ; orge, 75 ; | r u r a u x .
B O U T E D E G U I D E L . — U n e « o M - [seigle, 70; sarrasin, 75.
En e f f e t , l'auteur habitué p a r une
sion s'est p r o d u i t e , p r è s de Saint-1 HENNEBONT. — Seigle, 70 à 7
l o n g u e p r a t i q u e a g r i c d l e et ses f o n c Nicodème,
e n t r e l ' a u t o d e M. G..., sarrasin, 76 à 80 le tout au quintal
tions d a n s l e s g r o u p e m e n t s p r o f e s agent d'asurances à B è d é n é , et l a l
Beurre au détail, 18 à 20 le kilo
s i o n n e l s aux d i f f i c u l t é s qui peuvent
C u - J j "
c a m i o n n e t t e (te "
un
blez, d e m e u r a n t
de
à Lorient
bail
Chemins de fer d'H. L , d« l'Est
duP.O, i n P. L. M.
de l'Etat, du Nord,
COLIS
EXPBESS
A
DESTINATION
DE L ' E T B A N G E B . — Commerçants, f a b r i c a n t s et p r o d u c t e u r s
' n d u s t r i e l s ou a g r i c o l e s q u i , au d é part des p r i n c i p a u x centres, a v e z à
e x p é d i e r d'urgence à vos corresporidants ou à v o s c l i e n t s des p r i n c i p a les v i l l e s a l l e m a n d e s , s a r r o i s e s et
suisses des c o l i s de m o i n s d e 100
kilogrammes de
marchandises
dé
toute nature ( é c h a n t i l l o n s , fourrures*
appareils divers, pièces de rechanger
p r o d u i t s c h i m i q u e s ou adtres, v ê t e ments, fleurs, p r i m e u r s , etc...).
Profitez des acheminements
directs p a r les t r a i n s r a p i d e s , sous le
é g i m e des Cotis Express
Internationaux.
Consultez les s e r v i c e s
commerciaux ou les p r i n c i p a l e s gares des
Ija camionnette
f r i r d e la c o l l i s i o n ; m a i s l'auto d e l
Q I ' Î M P K H 2 1 Décembre. —
B e u r r e I p i t r e s à d i f f é r e n t s points nècessi- g r a n d s réseaux qui v o u s c o m m u n i q u e r o n t les p r i x et les c o n d i t i o n s
M. G... s e r e n v e r s a sur l e c ô t é gauche L e t able, lin' livre, 8.75; beurre de cul- l i a n t
une
attention
particulière
l ' a p p l i c a t i o n de ces t a r i f s .
S u r p r i s en a c t i o n 'de chasse sans
A . S. M È L G V I N O I S E B A T I - E S « c o
p e r m i s , F . G u y a d e r , de K e r n é v e l est O L ' B l . I C O T S » D U T R E V O U X P A R fi
À
j o u, é e p a r un
condamné
à
50 f r a n c s d ' a m e n d e . . - O. — -P a r t i e ..
, ,t r è s b e,a u
En outre son a r m e lui est c o n f i s q u é e , temps devant une bonne galerie. Dès les
- 1 cU x
ijux-mioccs minutes, 110s
avants
d e t e r r e j a u n e s , l e s 50 k i l o s , 1 4 ; s a u - , c n l t u r a I e i
e/c.
NIXON. — Affaire
de coups. — L e I niclgviiiois trompent par deux fois V bli le constat d ' u s a g e .
13 N o v e m b r e d e r n i e r , Jea>n G o u r i o n L o n l visiteur. Le reste du premier time
, C 1 n u ' m , i , - " l i ' ' , ( ) kilos 40- seigle 40
Suivant les t e r m e s m ê m e s d e M.
entrait au débit Marc, au l i e u d i t I t u t joué assez vivement, niais la déRIEO-SUR-BELON
Veaux le kilo 3.75 ù 4.2s/ mouton». L c c o i n t r c . a n c i e n p r é s i d e n t d e Chaml ' E n f e r » . Il y a p e r ç u t , déjà atta- fense loenle réussit à refouler les avants
P B O V I S I O N S P O U B L E B É V E I L - 1,50 à 5.'
b r e d e s N o t a i r e s , ce f o r m u l a i r e c o m „ . e , le n o m m é A n d r é L a n c l e n . a v e c « Coquelicots » , puis, sur une descente L O N . — A l ' o c c a s i o n du r é v e i l l o n . | GOURIN. — On cote, aux 100 kilos : | mente
sera
consulte
avantageuse
qui il vit, en m a u v a i s e i n t e l l i g e n c e , H ' i d c et des . . » ^ « m r t e s . les «
U n e discussion s engagea, qui bien- L l o l s l è m u ) ) U t n v ! i n l j „ mi-temps.
Brillamiinent d é f e n d u par M" Jadé lot d é g é n é r a en bataille.
Les d e u x l
j n r c p , i s C , sur bonne passe, notre
A
Jaouen s'en tire a v e c 25 f r a n c s d'à antagonistes furent p r i é s de s o r t i r I ¡„u-r, d'un j o l i shoot sec, marque le
m e n d e et b é n é f i c i e de l a loi d e sur el c o n t i n u è r e n t , sur la route, il seIquatrième bùt. Dès ¡lors, l'A.S.M. donii.sis.
j o r l e r f o r c e h o r i o n s . G o u r i o u , q u i l n a pendant 1111e lionne demi-heure. Ce
M . L e B r i s , " g a r d e p a r t i c u l i e r aii|î|ufr.*ia l i v r e ; ' p o r c s v é m l u s r Î 5 0 ii'6.75
,
.
,
,
SCAEH. — Délit
de chasse. — L e porta le p r e m i e r coup, est con.dam- n'est (|u'h la lin (|ue ICT « Coquelicots » , s e r v i c e d e
M.
S a i n t e a u , o s t r é i c u l ; i t . k i l ' » ; p o r c s d e l a i t , 250 à 275 f r . l a l
Les tractations et r a p p o r t s
entre
¡
¡
é
à
1
0
0
f
r
.
d
'
a
m
e
n
d
e
e
t
L
a
n
c
l
e
n
h
"
"
'
"
"
»
à
t
o
u
t
p
r
i
x
s
a
u
v
e
r
l
'
h
o
n
n
e
u
r
;
I b a i l l e u r s et locataires" d e f e r m e se
9 O c t o b r e d e r n i e r , c i n q chasseurs
teur, d e m e u r a n t à Paris, a
constatéIpièce.
;
f,.
•„,„».,,!.,. Trvn« lion* ntifl^n- f ( : " t deux belles descentes; Ils se heurPoulains, 9 0 0 ' p r o u v è r e n t
heureusement
f .a c i l i t é e s
c o u r a i e n t la c a m p a g n e à la r e c h e r a 2.» f i . (I a m e n d e , t o u s (ltux o m t i n - t u U h |a d é f e n g e i p u i s >
roprcnant
en e f f e t
que
500 h u î t r e s e n v i r o n
T e n d a n c e ¡1 la b a i s s e .
b a l l e , l ' a v u n t - e e n t r e s h o o t e d r o i t a u but
( l i e d u g i b i e r . Quatre d ' e n t r e eux l i e n t l e s u r s i s .
a v a i e n t d i s p a r u p e n d a n t la n u i t ( l u i à 9 5 0 ; c h e v a u x , 2.000 ft 2.500 l ' u n i t é . | p a r c e t t e e t u d e t a n t p o u r l a
reguF r a n ç o i s et Eugène M o y s a n , H e n r
BANNAUX. — Vol. — L e 9 O c t o b r e , !où notre jeune Roal Faneli lit un superbe p a r c q u i e s t
L e Dez et L o u i s J a c o b étaient a r m é Mlle l.e F l o c l l H é l è n e , d e m e u r a n t m i b l o o c k l n K , soulevant les bravos de la
La gendarme
de f u s i l s ; le c i n q u i è m e .1. O l l i v i e V e r g e r en Bannalec, s'était a b s e n t é e p n j e n e . ^ ^ ^ ^
^
^
^^ sèe a o u v e r t
leifr servait d e rabatteur. L e gard
chercher le
(te e n t z CMC.
I,. ¡, a l i n c
n o | r 9> louant sans trou, et
p a r t i c u l i e r de M. 'le d o c t e u r Sniget
A son retour, elle eut 'la d é s a g i e a - I | u i s > m l l , „ n c c n t , . ,,àr leur formation aed e L o r i e n t , les surprit sur une p r a i ble s u r p r i s e de constater que son h U c l i e , de redoutables adversaires aux
r i e a p p a r t e n a n t ii M m e v e u v e l'oslii d o m i c i l e avait été v i s i t é pendant son Ic-l.ibs (|u'elle doit rencontrer prochaine1VBESSE E T P O B T D ' A B M E P B O - I
C A I U l À l X 24 D é c c m b « - , O " « » 1 «
et l e u r dressa p r o c è s - v e r b a l . L e s in absence. L ' a r m o i r e était o u v e r t e e t l m e n t .
mtii'-T?
r > . . . , „ , 1 ;i .. f.M.'. 1., , ! ! „ „ « M
100 k i l o s : l a r m e , î . x i ; m e , m u .1
eutpés et t r o i s t é m o i n s nient éner- le plus g r a n d d é s o r d r e
Q u a n d d a f e t e la d i v e 1 ( ) r
120;
h | •. < u , p l . c m i c r c l l o i x s c m e i i c e ,
y
régnait.
Cliéz les Coquelicots, une mention spé H I B E E .
REMERCIEMENTS
b
o
u
t
e
i
l
l
e
,
J
e
a
n
L
e
(
t
e
s
t
e
,
.
U
a
n
s
,
f
e
r
05 à 70 ; a v o i n e , 65
70 ;
giquement.
c
s
n
r
r
a
s
ill>
Mlle L e F l o c l l constata
également | ' » l e à l'avant-centre, à l'extrême droit
blantier à Bosporden,
n e s ' a r r a n g e s()11> r)0
5 5 . f o u r r a g e s : paille, 230'h
M. R i d e l se p o r t e p a r t i e c i v i l e c qu'une s a l i n e de S3 fr. avait^ d i s : c t
d ^ i d e a u , l'A.S.M. (2) bat
pas toujours a v e c son
f r è r e . U s i e l a i i o ; f o i n . 350, les m i l l e k i l o s .
r é c l a m e pour son client, le docteur 1 paru ct qu'une bouteille de vin <1 n Cadol-Sport par 2-1.
Q U I M P E B L É . — IA'S f a m i l l e s Car
p e r m i t , l e 1 " D é c e m b r e , la f a n t a i s i e
Veaux, 2.25 à 2.75 la l i v r e ; vaches,
Saiget 3.000 f r a n c s 'de
d o m m a g e s se trouvait d a n s r a r m o l r c avait é t e l
I diec, 1-e B o u x , C l o i r e c , P r i m a et
d
e
l
e
m
e
n
a
c
e
r
e
n
b
r
a
n
d
i
s
s
a
n
t
u
n
r
e
d
e
900
h
1.800
-,
t
a
u
r
e
a
u
x
,
2.50
ii
3
f
r
.
intérêts.
toute la
famille
remercient
bien
v i i é c v o i l v e r d e 8 m.rn
c h a r g é d e 5 c a r - le k i l o ; p o r c s g r a s , 100 a i n e n e s , v e n d u s
.
.
.
„..
,
,
«IELLAO
\oiAU
(IL o m m . , u n a i „ ( . u c .)
IDC
_ 5(J
. c ( l u r s soutenus m a i s | s i n c è r e m e n t l e s p e r s o n n e s q u i
ont
; l 7 5
A p r è s p l a i d o i r i e de M' P i t o n , l'a
t
o
u
c
h
e
s
Ses .soupçons se portèrent
aussif a i r e est mise en d é l i b é r é .
1 .e. ri.no*,.
/ . „ „ „ „ o-,
,i'.im..n i nombreuse
mai-chandise.
Transactions lassisté a u x o b s è q u e s d e
L
B(
tôt sur la l o c a t a i r e , M a r i e - A n n e L e
APBES L'ASSEMBLEE DE L'U.N
L e Reste e c o p e 2 , francs d
.
^
S
GUILLIGOMAUCII. —
Scène de faMoing.
Cette d e r n i è r e a d'ailleurs C. — C o m m e nous l ' a v o n s a n n o n c é
d e et 5 f r a n c s p o u r i v r e s s e
mille.
—
Mariés d e p u i s un an
été vue par M. Jean G u M o i i , char- ( l i m a i i c h e d e r n i e r a eu lieu à M e l l a c
ceux de 6 à 10 semaines ; 300 à 3501le 24 D é c e m b r e 1932, ainsi q u e tou
p e i n e , les é p o u x L e Fol'Lic 11e s'ar
retier :"i Bannalec, dans la cuisine d e l'assemblée g é n é r a l e des A. C., une
la pièce ceux de 3 mois.
| [ e s celles qui leur o n t t é m o i g n é d e
SCAER
rangent p a s à m e r v e i l l e .
L e m a r i Mlle L e F l o c h , le m ê m e j o u r v e r s 17 quête faite p a r M. B o é d e c , président
, u ; 1 4
Cesti
' I ' ' e l iH< ? c " « ' ' " i 1 1 „ f r " la s v n i p a t h i e en c e t t e douloureuse
s'est mis à b o i r e , et un j o u r qu'il ren heures..
de 'la section de I'U. N . C. a r a p p o r '
L A,. F O I B E
, D
. E S ., G,A G E .S .
au détail ; <eufs, / fr. la douzaine. Pou- •
m a r d i p r o c h a i n , 3 J a n v i e r que se l u [
25 ii 45 fr. U l c n c o n s t . u i c t .
»„„(„„,,;,
t r a i t I v r e au d o m i c i l e c o n j u g a l , sa
4 > 2 5 ,,a , , v r c o u d e
L ' a c c u s é e nie, niais cela
11e
lui ¡la .somme d e
¡13 francs, q u i a é
I 2 - 1 »'»
De
Profundis
f e m m e se p e r m i t d e lui f a i r e une sert à r i e n . Elle a d ' a i l l e u r s d é j à é t é I versée au Bureau de B i e n f a i s a n c e d e tient à S c a e r la g r a n d e f o i r e dite couple, suivant qualité et grosseur.
« f o i r e d e s gages » .
1 C i d r e , 300 f r . la b a r r i q i i c .
remontrance.
L e F o l l i c prit f o r t c o n d a m n é e d e u x f o i s pour le m ô m e l i a c o m m u n e .
C ARDIEC
imimmiiiiiiiimmtiiiiiiiiiiiiiiiiiinimiiit
u n é t M o n 3 ans, trait
breton, 1® 60, reconnu
k
p o u r la m o n t e , inscrit au S t u d - B o o k .
S ' a d r e s s e r à L o u i s P E N S E C , à Kermignet, en
Moëlan.
E t u d e M" A . R O L L A N D ,
à Quimperlé.
Notaire
A VENDRE
à l'amiable
UNE PROPRIÉTÉ
sise
à
dite
QUIMPERLÉ,
route de
«
Quimper,
VILLA MON RÊVE
»,
a y a n t 2 p i è c e s a urez-de-chausséc,
3 p i è c e s m a n s a r d é e s au-dessus, c a v e ,
t e r r a i n d ' u n e c o n t e n a n c e totale d t
330 m è t r e s carrés.
Jouissance i m m é d i a t e .
S'adresser
au
Notaire.
P
R
_
Commarçaota, Indnrtrid», Apricaltortrt, PtoprUUlrw, Hypothèque», IliiiUnnnaBta, k n * * w «ur t u m « I marchand., Oanrtara arMita,
iaaooUtkna, Mia* «m Soditi, Emplofla latéita. I
FONDS de COMMERCE Ä
JtrlTta âa amila : C A I B M OCNÉ
"
y m
* '
LES ACCIDENTS
DM RETOUR D'ÂGE
I l est b i e n p e u d e f e m m e s qui
n en soient pus a f f l i g é e s . Mais celles
q u i sont sujettes aux v a r i c e s , ou d o n t
la c i r c u l a t i o n du sang laisse habit u e l l e m e n t t\ d é s i r e r , sont plus e x p o sées aux malaises d i v e r s q u ' a m è n e
le r e t o u r d'Age.
Ces malaises, v a r i a b l e s selon les
t e m p é r a m e n t s : maux d e tète, m i g r a i n e s , b o u f f é e s d e chaleur, maux
d estomac, d e reins, d e j a m b e s , etc...
p e u v e n t être é v i t é e s p a r l ' e m p l o i d e
L'ULMINUCINE
MOREVL.
L'iode
s p é c i a l , q u i est à la base d e c e remède
de premier
ordre,
purifie,'
r é g é n é r é l e sang et e n assure lu c i r c u l a t i o n r é g u l i è r e , p r é v e n a n t ainsi
« e s a c c i d e n t s plus g r a v e s : tumeurs,
f i b r o m e s , etc..., t a n d i s q u e les phosp h a t e s d e chaux et d e soude associés
a l ' i o d e , f o r t i f i e n t les os et tonifient
l e s y s t è m e n e r v e u x , r e n d a n t il l ' o r g a n i s m e e n t i e r sa p l e i n e v i g u e u r et
son h a r m o n i e u x f o n c t i o n n e m e n t .
Etudes d e M" E m . B O T , A v o u é à
Qirimiperlé, r u e S a v a r y , n " 20 ;
de M" F O U R N I S , A v o i i é à Quiiup e r l e , q u a i B r i z e u x , n " C, et d e
M" A F F I C H A H D , N o t a i r e ù P o n t Aven.
de Gros transports marchandises
VENTE
avec outillage et matériel complet, comprenant également : u n Café, vaste
logement avec cour et remise.
sur conversion de saisie-immobilière
A
CÉDER
dans la région, cause dicès
Fonds de Commerce
LE M A R D I
10 J A N V I E R 1933
n 11
heures
Différents Immeubles
Situés à MEC-SUR-BÊLON,
dit CO AT -PIN - LANMEUR,
dances de
Kertatlic.
au lieu
dépen-
18, place Saint-Michel, Q U I M P E R L É -
réi.i.io
S'adresser à M. H U O N , 27, rue Savary,
Quimperlé.
TOUS T R A N S P O R T S lit DÉ|0ÉNH6£|nEHTS
Etudes d e M" F O U R N I S , A v o u é il
Q u i m p e r l é , (i, quai B r i z e u x ; M"
B O T , A v o u é à Q u i m p e r l é , 20, rue
Savary ; M' ROUSSEL, Notaire à
Quimperlé.
par Camions et Tracteurs
En l ' é t u d e et pur l e m i n i s t è r e
d e M" AFFICHARD, n o t a i r e À P o n t - A v e n
E d o u a r d DEONNIER
DIFFÉRENTS IMMEUBLES
Par suite de Licitation Judiciaire
Une Maison d'habitation
25 J A N V I E R 1933,
VENTE
construite en p i e r r e s et c o u v e r t e en
a r d o i s e s (en f a c e d e l ' é g l i s e ) , c o m prenant
deux
pièces
au rez-dechaussée, deux c h a m b r e s au p r e m i e r
étage, g r e n i e r au-dessus, auquel o n
a c c è d e p a r e s c a l i e r fixe. C a v e d e r r i è r e la maison. P i g n o n Est, Appentis servant d ' a t e l i e r d e m e n u i s e r i e ,
d e r r i è r e m a i s o n , petite
Cour
avec
I,avoir
en ciment
armé. A l'Ouest, au
p i g n o n , Poulailler
construit en planches et c o u v e r t en tôle ondulée. L a
maison d ' h a b i t a t i o n o u v r e au N o r d ,
au rez-de-chaussée p a r une p o r t e et
deux f e n ê t r e s . A u p r e m i e r étage, p a r
trois f e n ê t r e s . A u g r e n i e r , p a r deux
lucarnes. A u Sud, p a r une p o r t e et
une f e n ê t r e au rez-de-chaussée. Et
au p r e m i e r étage p a r u n e f e n ê t r e .
L ' a p p e n t i s à l'Est d e la maison
d'habitation
ouvre
au N o r d p a r
une p o r t e sur route, et l e p o u l a i l l e r o u v r e é g a l e m e n t au N o r d sur
route p a r une b a r r i è r e en p l a n c h e s .
L é tout d ' u n seul e n s e m b l e d ' u n e
c o n t e n a n c e d ' e n v i r o n 1 a r e 50 c e n tiares, est p o r t é à la m a t r i c e cadastrale sous l e n " 297 d e la section B.
i l tient au N o r d à la f o u t e d e g r a n d e
c o m m u n i c a t i o n n ° 62, d u Sud à un
c h a m p . aux m i n e u r s Brunt'in. D e
l'Est aux m i n e u r s Bruntin et d e
l'Ouest
à Mlle
L e Naour.
Ledit
immeuble^ est actuellement o c c u p é
par l e s é p o u x J o l l i v e t . L e u r s dits
biens i m p o s é s au r ô l e d e la C o n t r i bution F o n c i è r e de la c o m m u n e d e
B a y e p o u r l ' a n n é e 1932, ainsi qu'il
lésulte d e la c o p i e d e la m a t r i c e
cadastrale c i - a p r è s t r a n s c r i t e :
il 15 heures,
I I . A u x N o r d , L e v a n t et Couchant
de c e t t e m a i s o n , U N E P A R C E L L E D E
en un l o t ,
T E R R E sous lande, d e f o r m e rectangulaire, en p a r t i e close d e p o t e a u x
en l'étude
en c i m e n t s et fils d e f e r . Et s u r cette
e t p a r 'le m i n i s t è r e d e M " R O U S S E L ,
sise
aux
dépendances
de
PENHARS,
pareeWe d e terre, U N B A T I M E N T A
notaire à Quimperlé,
en CLOU ARS-CARNO
ET.
P r é p a r é à L a n d e r n e a u p a r le D o c - usage d e r e m i s e et d ' a b a t t o i r , consL E M E R C R E D I 25 J A N V I E R 1933,
teur MOREUL, L a u r é a t d e l ' A c a d é m i e truit en b r i q u e s d e m â c h e f e r et c o u - MISE A PRIX : 3.000 francs
à 14 heures.
d e M é d e c i n e et d e l ' E c o l e d e P h a r - v e r t en ardoises.
Désignation
des biens à vendre :
m a c i e , L'ULMINUCINE
est en v e n t e
Contenance
f o n d s sous é d i f i c e s D é p a r t e m e n t du F i n i s t è r e . — A r r o n d a n s toutes l e s p h a r m a c i e s au p r i x c o m p r i s : 25 a r e s e n v i r o n .
d e 29 f r . l e l i t r e , 15 f r . le 1/2 litre,
dissement d e Quiimiper. — ComEn un lot
compris.
10 f r . l e f l a c o n , impôt
Commune
de
RAYE,
mune de
CLOHARS-CARNOËT.
Bien demander
L'ULMINUCINE, et s u r la MISE A P R I X d e 4 5 . 0 0 0 f r .
au bourg de
RAYE,
D'une
Parcelle
d
e
terre
l e r e m è d e du Docteui* M o r e u l . R e f u e n Maison
à usage
Consistant
L'avoué
poursuivant
ser toute i m i t a t i o n .
dite « Parc-ar-Sperrou » ,
d h a b i t a t i o n , Appentis
servant d'ateEm. BOT.
2.250
lier d e m e n u i s e r i e , petite Cour
avec
sise aux dépendances
de Penhars,
en ciment
armé et
Poulailler
Lavoir
en la commune
de
Clohars-Carnoët,
construit en p l a n c h e s et c o u v e r t en
M I S E A P R I X : 3.000 f r a n c s .
tole o n d u l é e .
Cette v e n t e est p o u r s u i v i e e n e x é En un ilôt
cution d'un j u g e m e n t r e n d u p a r l e
Tribunal de p r e m i è r e instance d e
Q u i m p e r l é , IV 19 N o v e m b r e 1932,
I l sera aux lieu, j o u r et h e u r e susenregistré e t signifié,
îndiqués, procédé à l'adjudication
aux plus o f f r a n t s et d e r n i e r s enchéA I.A REQUÊTE DE :
d e s i m m e u b l e s , d o n t la
1°
M m e C l é m e n t i n e - F r a n ç o i s e risseurs
U h e l , épouse d e M. Y v e s Stéphan, d é s i g n a t i o n suit :
boulanger, a v e c lequel e l l e d e m e u r e
A r m u r i e r professionnel
DÉSIGNATION :
à S a i n t - N a z a i r e , r u e Cardurant, n °
T e l l e q u ' e l l e es't i n s c r i t e au p n >
25 — Rue des Fontaines — 25
25, et c e d e r n i e r agissant tant e n son
c e s - v e r b a l d e saisie i m m o b i l i è r e cinom p e r s o n n e l si besoin est q u e p o u r
T é l - 1 2 8
a p r è s relaté :
à L O R I E I V T
Tè\.i.2B
assister et autoriser son épouse ;
de
Quimper.
—
2"
Mlile
A l e x a n d r i n e - J o s é p h i n e Arrondissement
Département
du Finistère.
— CanUhel, d o m e s t i q u e à l ' E c o l e P r i m a i r e
ton de Quimperlé
Commune
de
Supérieure de Quimperlé,
BAYE,
au bourg de
BAYE.
A y a n t M" FOURNIS p o u r
avoué,
a v e c é l e c t i o n d e d o m i c i l e en> son
étude, sise à Q u i m p e r l é , 0, quai Administration
des Contributions directes et du Cadastre. Département du Finistère.
Brizeux ;
Commune de Baye. Instruction
du H Août 193t. Conservation du Cadastre.
Extrait de la matrice cadastrale, à la date du 21 Octobre 193'2. M
JOLIVET
ET :
Louis, menuisier au bourg, est inscrit à la matrice cadastrale, sous le compte
Mme. Jeanne-Marie Uhel, v e u v e d e
n« 54, pour les parcelles ci-après détaillées :
M. F r a n ç o i s - M a r i e Uhel, m é n a g è r e ,
A v a n t t o u t a c h a t ; voyez les P r i x q u e n o u s f a i s o n s d a n s
d e m e u r a n t à L a n v e i n , en la com>P R O P R I f i T Ï I
B A T I E
n o t r e M a g a s i n , o u a t t e n d e z n o t r e C a t a l o g u e q u i v o u s sera e n v o y é
m u n e d e Clohars-Carnoët, p r i s e tant
s o u s 10 j o u r s .
en son n o m p e r s o n n e l qu'en sa quaDésignation d e » Propriétés
lité d e t u t r i c e naturelle et l é g a l e d e
Revenus
E n v o y e z - n o u s v o s Fusils qui ont besoin d'une crosse neuve,
son A3® m i n e u r
J u l i e n - F é l i x - M a r i e oOl
ObserN'du
Lieu dit,
d ' u n r é a j u s t a g e , d ' u n b r o n z a g e , d ' ê t r e c h o k é s ou d é c h o k é s , d ' ê t r e
Nature
Uhel,
vations
plan rue et numéro do la propriété Maisons Bâtiments Outillage Total
ä
revisés, ou toutes autres réparations.
A y a n t M " BOT pour avoué, a v e c
élection d e d o m i c i l e e n son étude
B
E t a n t s p é c i a l i s é d a n s la r é p a r a t i o u d e s a r m e s , e l l e s sont
297
Bourg.
Maison.
220 fr.
220 fr.
sise à Q u i m p e r l é , 20, rue S a v a r y
soignées, garanties. — P r i x avantageux.
sur Conversion de Saisie Immobilière
d'une Parcelle de terre
CHASSEURS!
L .
D
R
E
U
tods annonce o n t B A I S S E
et sur la MISE A PRIX de 20.000 ir.
M
O
N
=
3, Pl. Camot
Service rapide
Etudes de M" E m . B O T , A v o u é à
Q u i m p è r t é , rue S a v a r y , n ° 20 : d e
M" F O U R N I S , A v o u é à Q u i m p e r l é ,
quai Brizeux, n ° C, et d e M" R O U S - dont la désignation suit :
en l ' é t u d e
S E L , N o t a i r e à Q u i m p e r l é , quai
p a r île m i n i s t è r e d e M " ROUSSEL,
B r i z e u x , n ° 12. .
notaire à Quimperlé,
MERCREDI
QUIMPERLÉ
Expéditions dans toute la Région
VENTE
I . M A I S O N A usage d'habitation
et
de commerce,
construite e n p i e r r e s
et
et c o u v e r t e en ardoises, é l e v é e sur
t e r r e plein d e rez-de-chaussée d ' u n
LE
étage et d ' u n g r e n i e r .
Téléphone 7 =
2 2 tonnes
jusqu'à
ftjJî!M&M ïïÊ
LE NAOUR
T
iipiitiite
Toutes les Spécialités
PHARMACIE
D'ORDONNANCES
ARTICLES D'HYGIÈNE
DE
CHOIX
PRODUITS
HERBORISTERIE
M
SPÉCIALITÉS
•
BASSINS — D O U C H E S
ÉMAIL ET VERRERIE
H
C A O U T C H O U C
•
ACCESSOIRES
LUNETTERIE
HYP0DERMIE
AMPOULES
MÉDICAMENTEUSES
A TOUTES FORMULES
SÉRUMS VACCINS
DES ORDONNANCES
DE
«
MM. LES OCULISTES
•
EXÉCUTION
•
I
I
LABORATOIRE
D'ANALYSES
PRODUITS
VÉTÉRINAIRES
RECHERCHES
CHIMIQUES
BIOLOGIQUES
• •
B A C T É R I O L O G I Q U E S
DROGUERIE
INDUSTRIELLE
ET
mm
A G R I C O L E
STERILISATION
BANDAGES
COTONS
ET PANSEMENTS
SIMPLES
OU MÉDICAMENTEUX
•
NÉCESSAIRES D'ACCOUCHEMENT WÊ
• • •
SUSPENSOIRS
• • •
BAS A VARICES - CEINTURES
•
CABINET D'APPLICATION
•
L. LE NAOUR, Pharmacien de 1" classe
de la Faculté de Paris
Ancien Chef de Laboratoire
Ancien Interne des hôpitaux de Paris
Docteur de l'Université
s u r tous
les FUSILS, les MUNITIONS et ACCESSOIRES de CHASSE
Fusils DARNE p o u r la r é g i o n , d e s
Doron-Spirobloc,
Rapidtir, Peugeot,
à c a n o n s s u p e r p o s é s Pétrick e t Rock.
Seul dépositaire d e s
Hammerless,
etc..., des Fusils
Tout pour le Tennis - Recordage de Raquettes
Garage
Central
Jérôme
Basse-Ville
TRÉGUIER
à QUIMPERLÉ
Téléphona 3 7
ET :
P R O P R I f l T i
M. F r a n ç o i s - A l e x i s Uhel, navigateur, 'demeurant à Saint-Joseph, en
Clohars-Carnoët,
Défendeur, défaillant.
Outre l e s clauses et c o n d i t i o n s
insérées au c a h i e r des charges p o u r
p a r v e n i r à la v e n t e et dé|>osc e n
l'étude d e M" Roussel, n o t a i r e à
Q u i m p e r l é , o ù toute p e r s o n n e peut
en p r e n d r e connaissance, la p a r c e l l e
de t e r r e ci-dessus d é s i g n é e sera v e n d u e e n un seul! l o t , au plus o f f r a n t
et d e r n i e r enchérisseur, ,cn l ' é t u d e
de M" Roussel, n o t a i r e à Q u i m p e r l é ,
le mercredi
25 Janvier
1933, « 15
heures.
Cette vente se fera en p r é s e n c e d e
M. Julien M e u r f a y , r e t r a i t é d e la
M a r i n e , d e m e u r a n t à L a n v e i n , en
Clohars-Carnoët, subrogé-tuteur d u
m i n e u r Julien Uhel, issu d u m a r i a g e
de M m e J e a n n e - M a r i e U h e l et d e
M. F r a n ç o i s - M a r i e Uhel.
P o u r plus a m p l e s r e n s e i g n e m e n t s
s'adresser aux avoués ou au n o t a i r e
L'Avoué
2260
poursuivant
.
Y.-M. F O U R N I S .
THIBOHIL DE COMMERCE DE BUIMPEBLÉ
FAILLITE BELLAISCH
Concessionnaire exclusil de la grande marque
« RENAULT "
Venez voir & essayer les nouveaux modèles 1 8 3 8
LA VIVAQUATRE ¡ t ^ t f ^ r : 5 : 7 ^ ™ 8 : 22.900
LA PRIMAQUATRE
r p u ! 5 , a n t e ,ct rapi.,lc' 19.500
LA MONAQUATRE ¡ ^ t : . 1 * ™ ! ™ . ' ™ 0 ™ ^ : 16.800
Apprentissage gratuit
vente a crédit
L e s c r é a n c i e r s d e la f a i l l i t e d e
M. et M m e B E L L A I S C H , C o m m e r çants à P o n t - A v e n , sont i n v i t é s à se
r e n d r e l e 9 J a n v i e r 1932, à quatorze
heures, au T r i b u n a l de Com/merce,
salle d e s assemblées d e s c r é a n c i e r s ,
p o u r être consultés sur la c o m p o s i tion d e l'état d e s c r é a n c i e r s présumés et d o n n e r l e u r a v i s sur la n o m i nation du s y n d i c d é f i n i t i f et sur
l ' o p p o r t u n i t é de l ' é l e c t i o n d e contrôleurs.
Le
2259
FEUILLETON DE L' « U N I O N
AGRICOLE
Greffier
en chef :
CH. L O U I S .
N O N
plan
297
Lieu dit
Contenance
Nature d e culture
Bourg.
1 a. 24 c.
Sol.
ou de propriété
Tél. 0 4
A
R
A
G
E
D
U
F
L
A
M
A
N
D
J. C O R I Y O U
Automobiles
"
FIAT
Accus
Équipement électrique de
v o i t u r e s toutes m a r q u e s
Tél. 9 4
Stations-Service
" M O N O P L A Q U E "
les seuls garantis 2 ans
Phares et dynamos " M A R C H A I . "
B A T I B
Désignation des Parcelles
N-du
G
Evaluation
Classe
C e r t i f i é c o n f o r m e & la m a t r i c e c a d a s t r a l e . A Q u i m p e r , l e
Observations
Revenu
„ 9 /
19
m
L ' a d j o i n t au c h e f d e s e r v i c e d e s r é v i s i o n s f o n c i è r e s c h a r g e d u cadastre •
Signé : (Illisible).
Ä
Mise à Prixfixéepar JeTribanal : 20.000 fr.
L a p r é s e n t e v e n t e est p o u r s u i v i e p r o p r i é t a i r e , a v e c lequel elle d e en e x é c u t i o n d ' u n j u g e m e n t r e n d u m e u r e au b o u r g d e B a y e , a y a n t p o u r
p a r le T r i b u n a l c i v i l d e Q u i m p e r l é , a v o u é M- FOURNIS, a v e c é l e c t i o n d e
le 3 D é c e m b r e 1932, a p r è s saisie d o m i c i l e en son étude, sise à Quimr é e l l e d e s b i e n s sus-désignés, o p é r é e perlé, quai B r i z e u x , n ° 6.
suivant e x p l o i t d e M° L e Quéré,
L ' a d j u d i c a t i o n des i m m e u b l e s cihuissier à Q u i m p e r l é , e n d a t e du 3
N o v e m b r e 1932, e n r e g i s t r é et trans- dessus d é s i g n é s aura lieu en l'étude
crit a v e c l ' e x p l o i t d e d é n o n c i a t i o n e t p a r l e m i n i s t è r e d e M " R O U S S E L ,
25
au
Bureau
des Hypothèques
d e notaire à Q u i m p e r l é , le mercredi
1933, à 14 heures, en un lot
Q u i m p e r , l e 16 N o v e m b r e 1932, v o l .Janvier
88, n " 92. L e d i t jugement o r d o n n a n t et sur la m i s e à p r i x d e 20.000 f r .
la
conversion
d e ladite
saisie ; tixee p a r j u g e m e n t sus-énoncé, et
dûment e n r e g i s t r é et m e n t i o n n é en aux clauses e t c o n d i t i o n s d u c a h i e r
d e s c h a r g e s , d é p o s é en l ' é t u d e d u d i t
nuirge. d e la t r a n s c r i p t i o n
d e la
M Houssel, notaire, où toute p e r
saisie ci-dessus, a é t é r e n d u à la
sonne peut en p r e n d r e c o m m u n i c a
r e q u ê t e d e : M. J e a n - P i e r r e Quemetion.
ner, p r o p r i é t a i r e - c u l t i v a t e u r ,
époux
Il est d é c l a r é c o n f o r m é m e n t aux
de M m e M a r i e - L o u i s e Esvan, d e m e u rant
à Kergonan,
commune
d e d i s p o s i t i o n s de l ' a r t i c l e 696 du C o d e
R é d é n é , ayant p o u r a v o u é M ' BOT, (le p r o c é d u r e c i v i l e , m o d i f i é p a r la
a v e c é l e c t i o n d e d o m i c i l e e n son l o i d u 21 M a i 1858, q u e tous ceux d u
étude, sise à Q u i m p e r l é , r u e S a v a r y , chef desquels il p o u r r a i t être p r i s
des i n s c r i p t i o n s sur lesdits i m m e u blés saisis, p o u r raison d ' h y p o t h è ques légales, d e v r o n t r e q u é r i r cette
ET :
i n s c r i p t i o n avant l a t r a n s c r i p t i o n
1° M. L o u i s J o l i v e t , m e n u i s i e r du j u g e m e n t d ' a d j u d i c a t i o n .
propriétaire, demeurant au bourg d e
P o u r plus amples r e n s e i g n e m e n t s ,
B a y e , en n o m p e r s o n n e l et p o u r
assister et a u t o r i s e r la d a m e Made- v o i r l e c a h i e r des c h a r g e s o u s'adresl e i n e - J o s é p h i n e G u y o n i c , son é p o u s e ; ser aux avoués.
2" M m e M a d e l e i n e - J o s é p h i n e GuyoQ u i m p e r l é , le 27 D é c e m b r e 1932.
nic, épouse sous l'assistance et l'auL'Avoué
poursuivant
:
torité d e M. L o u i s J o l i v e t , m e n u i s i e r EM. B O T .
s f i l i s! r
sfflmn**
/
h
S. D<
%
M l
A g e n c e Maritime S A L M O N F r è r e s
LORIENT.
— LIGNES
WORMS et Cle
Services réguliers entre L O R I E N T . B O R D E A U X
B\YONNE.CAEN
ROUEN, L E H A V R E , BOULOGNE, DUNKERQUE.
B R E S T et l e s p o r t s d e l ' é t r a n g e r . ( U n d é p a r t t o u s l e s 14
jours dans chaque sens).
Pour
frêt
et r e n s e i g n e m e n t s , s ' a d r e s s e r
MM. S A L M O N , F R È R E S
Agents Maritimes
4 0 , Quai d e R o h a n — L O R I E N T
W O R M S & C®
d a n s tous l e s a u t r e s p o r t s
AGENTS des COMPAGNIES, des MESSAGERIES MARITIMES
des CHARGEURS RÉUNIS et M ATLANTIQUE
. . m P ° u . r ?onJsul,t,e.r, ! e s h o r a i r e s des l i g n e s d ' O r i e n t , d ' E x t r ê m e - O r i e n t , d e 1 A f r i q u e O c c i d e n t a l e , d u B r é s i l e t d e la P l a ta, a i n s i q u e p o u r r e t e n i r l e s b i l l e t s d e p a s s a g e s , s ' a d r e s s e r :
4 0 , Quai R o h a n ,
à l'Agence SALMON FRÈRES
penchant c o m m e p o u r soutenir la
— Vous m ' a p p e l e z l ' U k r a i n i e n n e ne serait p a s m i e u x a r m é c o n t r e les
tribunes, baïonnettes au c a n o n . Un
tète d e M a r i e :
— Etes-vous parent d e v o t r e coin T r o i s m y s t é r i e u x ; et si jumais plus
et muet. C ' é t a i t B o n t e f f , d é l é g u é suc a l m e r e l a t i f s'établit.
— Présent ! répondit le serveur
— M i n e d e r i e n . Mangez. L e Gui- pngnon ?
p r ê m e aux A f f a i r e s f r a n ç a i s e s ! L a
t
a
r
d
i
l
venait
à
s
a
v
o
i
r
les
v
r
a
i
s
n
o
m
s
ligui v e i l l e .
— Bourreau, fait ton o f f i c e ! c o m - f o u l e le r e c o n n u t . L a c l a m e u r d é - qui avait eu p i t i é des d e u x p r o s c r i t ï
— N o u s s o m m e s nés du m ê m e p è r e de ses p r i s o n n i e r s , quel avantage en m a n d a M o u r a v i e f .
— Qui êtes-vous ?
lentement, prudents
m a l g r é la et d e la m ê m e m è r e .
ferla :
r e t i r e r a i t - i l ? L ' e n v i e le t e n a i l l a i t d e
L e b o u r r e a u monta sur l e p o d i u m
— Michel Kerévern, de Cornouailconvoitise,
les p r i s o n n i e r s
absor— L e u r s 'noms ?
—
Bonteff
est
m
o
r
t
!...
f o u i l l e r l u i - m ê m e les c h a i r s des d e u x ses instruments en m a i n . On le v i t
Ie, m a r i n p o r t é déserteur un s o i r d e
baient l e thé a l c o o l i s é , goutte ù
— Adami et E v e .
L e s burruges allaient être r o m p u s , b o m b e , g u é r i du c o m m u n i s m e d e m a l h e u r e u x . Dans un sursaut à p e i n e se p e n c h e r sur une c i v i è r e , et aussigoutte, p u i s la b o u i l l i e
reconstiLa salle éclata d e r i r e .
quand la v o i x i n v i s i b l e c o m m a n d a .
c o n s c i e n t , i l b o n d i t d e son fauteuil, tôt l e v e r les bras et secouer la tête
puis q u e j ' a i v u Moscou.
tuante. heureux d e s a v o u r e r 'le vague
— Silence, fife de brutes! o r d o n n a et la b o u c h e écumante, l e p o i n g
— S i l e n c e partout ! Que p e r s o n n e
— A t t a c h e z les q u a t r e c a d a v r e s à
— Disparus ! cria-t-il.
bien-être, l a ' ehaleur, lu f o r c e — l e Krand c h e f .
ne bouge, sous p e i n e d e m o r t !
b r a n d i v e r s le v i s a g e e x s a n g u e d e
l a v a n t d'un a u t o c a m i o n , et c i r c u l e z
A u m ê m e instant, c o m m e M o y s e s
p a u v r e f o r c e ! — p e u à peu revenus.
Et h M a r i e :
M a r i e , le t y r a n satanique hurla :
M o u r a v i e f d é c h a î n é a v a i t p a l p é , l e n t e m e n t dans les rues p r i n c i p a l e s ,
allait se j e t e r sur le bourreau, et
par
L e t r i b u n a l , la p o p u l a c e , Moura— Si tu t e moques, tu l e p a i e r a s
—
U n e d e r n i è r e f o i s , p a r l e r e z - c o m m e un r e m o u s f o r m i d a b l e agitait retourné, f o u i l l é les trois c a d a v r e s jusqu'à la nuit. A p r è s q u o i , r a l l i e z
vief,
attendaient,
s i l e n c i e u x : on c h e r !
vous '?
•
la multitude soulevée, une d e u x i è m e étendus. C o m m e un f o u . H a g a r d . Des le K r e m l i n .
eût dit q u e d e leurs c i v i è r e s les deux
—1 Si j e n e m e m o q u e pas, c e sera
M a r i e et son p è r e se taisaient.
f o r m e h u m a i n e plana au-dessus du m e n a c e s i n f o r m e s . D e s gestes d'auL ' h o m m e se p r é c i p i t a . L a f o u l e
i n c o n n u s commandaient', q u e l'as- le niòme prix...
F o u d e rage, M o u r a v i e f éructa :
c
a d a v r e de L u d m i l l a .
D o u c e m e n t , t o m a t e . Il bouscula T s u P a n F o u . 11n osait m a n i f e s t e r .
L e M a î t r e la
s e m b l é e des t o r t i o n n a i r e s était
'
M
o
y
s
e
s
voulut
r
e
p
r
e
n
d
r
e
son
quesL e président imposa silence aux
— Quand T s u P a n F o u aura fini, elle se posa, l e l o n g d e la « c h i e n n e courut aux c i v i è r e s : v i d e s ! T o u t e c o n g é d i a .
lotir o r d r e s . H é l a s I
t
i
o
n
n
a
i
r
e
.
Mais
Marie,
épuisée
deref o r c e n é s , et il i n t e r r o g e a l e s p r i s o n v o s c o r p s sans os, m a i s v i v a n t s , se- de chasse » . M o u r a v i e f s'arrêta, une p r é s e n c e d ' e s p r i t l ' a b a n d o n n a . Il de— V o i c i les o r d r e s d e s T r o i s b r e L e r e p a s Uni, un instant d e r e p o s c h e f , n'articula plus un mot.
stupide, debout, les v e u x
niers, l ' h o m m e d'abord.
ront traînés p a r les rues d e M o s c o u ; sueur f r o i d e glaçant ses m e m b r e s et meura
tons. R e n t r e z c h e z vous. D é f e n s e d e
leur fut a c c o r d é , et, quand d o r m i r
— C'est
bon, conclut
Moyses. je les p e n d r a i enfin ; ¡'en f e r a i jeter son f r o n t :
exorbités, risible.
— C o m m e n t t'appeHcs-tu ?
s o r t i r , pendant v i n g t - q u a t r e heures.
aurait été si b o n , soudain le p r é s i - Qu'on les p o r t e au g r a n d v é l o d r o m e .
L a v o i x d o m i n a tout le s p e c t a c l e . D e m a i n matin, les c o u r s m a r t i a l e s
les m o r c e a u x à v o s Bretons, et nous
~~ ' "
i i.
den t r e p r i t :
_ — Bourlissoff ! murmura-t-il a v e c
Ils seront désossé v i v a n t » .
— M a r i e et son p è r e sont libres, b r e t o n n e s f o n c t i o n n e r o n t . D i x m i l l e
— Quel â g e as-tu ?
v e r r o n s si...
épouvanté.
— M a r i e X..., dite l ' U k r a i n i e n n e ,
— ...
I
Mouravief. T u vas m o u r i r .
U n e v o i x jeune, puissante et g r a a v i o n s i n v i s i b l e s assureront, l ' o r d r e
— Bourlissoff ! h u r l è r e n t les m o u c o m m e n t vous appelez-vous ?
XXIII
Puis, après un s i l e n c e :
— Quel e s t t o n d o m i c i l e ?
ve, s'éleva p r è s d e lui :
dans la v i l l e , Q u i c o n q u e essaierait
jiks.
M a r i e , ' r a n i m é e , se taisait. E l l e
—
Bourreau,
liez
les
m
a
i
n
s
d
e
cet
— M o y s e s S c h w a r t z , d i t Mourade s ' e n f u i r sera e x é c u t é sur l ' h e u r e .
A h t c'était e n c o r e plus f o r t qu'au
JUSTICE
EST
FAITE
r
e
g
a
r
d
a
i
t
M
o
u
r
a
v
i
o
f
,
les
y
e
u
x
d
a
n
s
h o m m e , et p e n d e z - l e au p o d i u m .
— Es-tu p a r e n t d e M a r i e X..., d é v i e f , vous êtes jugé f
Allez.
c i n é m a rouge, ces fantastiques é p i les y e u x . Elle s o u r i a i t . M e n a c e s et
t e n u « a v e c t o i , i c i présente ?
Tsu P a n F o u estima qu'autant vaL e c o r t è g e lugubre s'organisa raL e chef s u p r ê m e des S o v i e t s c h e r - sodes. On ne savait p a s c o m m e n t
P e n d a n t q u e la f o u l e muette se
promesses n'y firent r i e n . M o y s e s écu- p i d e m e n t . L e s e r v e u r c o m p a t i s s a n t
cha du r e g a r d l'insolent. L e s d e u x tout cela f i n i r a i t . Mais p o u r l'instant, lait se r a n g e r du c ô t é du plus f o r t d i s p e r s a i t , soudain d e u x h é l i c o p t è — A (fuelle fin t'es-tu i n t r o d u i t mait. L a sa'l'le houlait. L e p r é s i d e n t avait saisi, d'autorité, les montants p r i s o n n i e r s se dressèrent sur leurs
Gauche, m a i s résolu, i l saisît l e m a î - res a p p a r u r e n t , planant c ô t e à côte.
q u e l l e j o i e et quel d é l i r e ! A h ! oui,
r e g a r d a M o y s e s et c r a i g n i t pour sa
'dans l a c e l l u l e d e ta c o m p l i c e ?
tre o m n i p o t e n t . M o v s e s n'esquissa Dans l'un, M a r i e et son p è r e , étena r r i è r e du b r a n c a r d d e M a r i e . L e s b r a n c a r d s . L e b o u r r e a u attendait les les absents avaient tort...
p r o p r e r i e . M s ' é n e r v a . Il insulta les
m ê m e p a s un geste d e d é f e n s e . L a dus. Dans l'autre, H e r v é , seul, c o m tribunes et les p o p u l a i r e s s'étaient o r d r e s .
La foule,
soudain
silen—
Bourlissoff
!...
L
u
d
m
i
l
l
a
!
Bouraccusés.
Il
»
'
e
n
prit
aux
jurés,
aux
N i l ' h o m m e ni M a r i e
n'avaient
foule, très intéressée, r e g a r d a le sup- m a n d a n t et d i r i g e a n t les d e u x a p p a vite g a r n i e s d ' u n e f o u l e j o y e u s e : elle cieuse, se serra sur l ' a v a n t des t r i - lissoff !
e n t e n d r e . P a s un m o u v e m e n t , gardes, au public. V i s i b l e m e n t , il connaissait le talent d e T s u P a n F o u , bunes. L e c o r d o n d e troupes se figea
p l i c e de son dictateur, tout c o m m e reils, c a p sur le K r e m l i n ; les B r e (
T>•aru
n'était plus m a î t r e des d é b a t « . Mou
Sans
respect,
sans
c o n s c i e n c e , elle s'était attendue à j o u i r du supPias u n e s y l l a b e . P a s un s o u p i r .
le b o u r r e a u e x p e r t
en tortures ; dans un garde-à-vous a n x i e u x . T o u t
ravief intervint.
v i n g t m i l l e v o i x s c a n d a i e n t les s y l - p l i c e des Bretons. P a s un bruit. L e tons en c o n n a i s s a i e n t tous les a î t r e a :
Mouravief interrompit l'interroga
l ' o d e u r d u sang et la olannieur d e s le m o n d e voulait v o i r .
labes t r o i s p a r trois ; les talons f r a p - s i l e n c e d e la m o r t c o u v r a i t l'étendue. si souvent l ' e i d o p h o n e leur a v a f t
— A bas ! d i t - i l , c h i e n d e Has- s u p p l i c i é s , quelles d é l i c e s p o u r lea
toire.
m o n t r é jusqu'aux plus s o m b r e s r e Une
forme
humaine
l e n t e m e n t paient en c a d e n c e les g r a d i n s ; et,
D'un m o u v e m e n t r a p i d e .
Tsu Pan
p
o
u
t
i
n
e
I
T
u
n
'
e
s
pas
c
a
p
a
b
l
e
d
'
i
n
— T u n ' e n t i r e r a s r i e n , dit-4'1. Que
brutes ! L e s juges s'installèrent dans apparut à d e u x mètres de hauteur, h o r r e u r ! l ' a i r des Lampions
p r e n a i t F o u serra les p o i g n e t s et les coudes c o i n s dos b â t i m e n t s !
t
e
r
r
o
g
e
r
.
T
a
i
s
t
o
i
.
l e m é d e c i n v i e n n e l e s d o p p e r . Et
la l o g g i a centrale, M o u r a v i e f d e v a n t r i g i d e , peu à peu d e s c e n d u e jusqu'au une allure d e f ê t e !
du c o n d a m n é . Il l ' a i d a à g r a v i r les
q u ' o n leur a p p o r t e le r e p a s qu'il faut.
A son tour, i l s ' a p p r o c h a d e s p r i - eux. A u m i l i e u d e la pelouse, les
sol, entre le podiun^ et les tribunes...
U n e t r o i s i è m e f o i s , la v o i x reten- d e g r é s du p o d i u m , et aussitôt i l
CA
suivre.),
D e s piqûresi s a v a m m e n t
d o s é e s sonniers. L ' h o m m e , les y e u x clos, deux c i v i è r e s d é p o s é e s sur un l a r g e
M o u r a v i e f se p r é c i p i t a , t a n d i s q u e tit :
avisa un filin suspendu à un mût
r a n i m è r e n t les deux m a r t y r s . Quand le c o r p s r i g i d e , paraissait aux portes p o d i u m , et le bourreau, i m p o r t a n t .
le p u b l i c , debout, se p e n c h a i t à
Un nœud
coulant auMoyses Schwartz, dit Mouravief, vénitien.
i l s v i r e n t les a l i m e n t s p r è s d ' e u x , d e la m o r t . L a jeun»- flrie, en m e i l - Des g a r d e s rouges garnissaient, d e
outrance.
président
des Soviets, vous
a v e z tour du cou d e Movses, u n e pousl e u r s y e u x b r i l l è r e n t d ' u n d é s i r f o u : leure f o r m e , se r e n d r a i t peut-être ? place en place, les hautes palissades.
L u d m i l l a B j o r n j e s t e i n ! s ' é c r i a c o m b l é la m e s u r e ; vous allez être sée v i o l e n t e , le c o r p s p r o j e t é dans
un é c l a i r . Mais i l s r e f u s è r e n t . Sans M o u r a v i e f se lit d o u c e r e u x :
M o u r a v i e f c e p e n d a n t c o n t e n a i t à Moyses.
exécuté.
1 espace, l ' é p i n e d o r s a l e qui se b r i d o u t e i l s c r a i g n a i e n t 'le p o i s o n d e s
M a d e m o i s e l l e , r é p o n d e z sans g r n n d ' p e i n e sa c o l è r e et su d é c e p — Moyses
Schwartz,
répéta
la
— Mais tuez-le d o n c ! c r i e Moura- se... Justice est f a i t e !
b o u r r e a u x , ou leur p r o p r e a v i d i t é ,
rninte. V o t r e n o m ?
tion. F a i r e t o r t u r e r les deux v i c t i - v o i x i n v i s i b l e , vous êtes c o n d a m n é . v i e f . Saisissez-le !
c a p a b l e d e l e s f a i r e m o u r i r . L e ser— Marie.
L a v o i x j e u » e et g r a v e , i n v i s i b l e ,
mes, oui ; mais après ? I l n ' e n c o n - L e s m o u j i k s t r é p i g n a i e n t . L e s solLe gérant:
D . PLOUZENNBC.
v e u r m u r m u r a en f r a n ç a i s , en se
Un t r o i s i è m e c a d a v r e v i n t s'éten- d e m a n d a :
— Votre nom de famille ?
naîtrait pas un secret de plus ; i l dats, sur un o r d r e , firent f a c e aux
d r e aux p i e d s d e M o u r a v i e f é p e r d u
Un c h a u f f e u r !
Quimper, I m p r i m e r i e Cornouailiaise.
du vendredi 30 Décembre 1932. [19
LES TROIS
CONTRE MOSCOU
René CARDALIAGUET
Author
Document
Category
Uncategorized
Views
0
File Size
8 758 KB
Tags
1/--pages
Report inappropriate content