Lire le journal en PDF

Le Bonjour du «Soir»
L'animosité et
l'arrogance
des Saoudiens
Il est culotté le gouvernement marocain !
S'attaquer à Ban Ki-moon alors que ce
dernier n'a fait que répéter les propres
termes des résolutions de l'ONU et s'en
prendre
ensuite
à
l'Algérie
qui
«séquestrerait les populations marocaines
dans les camps de Tindouf» et détournerait
l'aide internationale accordée aux réfugiés,
peut se lire comme une tentative
désespérée de maintenir, coûte que coûte,
un ordre colonial qui est en train de
s'effriter... Pourtant, même tardive, cette
saine réaction du Secrétaire général de
l'ONU ne sert ni la cause sahraouie, ni la
République algérienne : elle sert l'ONU et la
Minurso d'abord...
Le Maroc nargue l'ONU car il sait que la
France est au Conseil de sécurité et qu'elle
est la meilleure garantie pour la
perpétuation de l'occupation illégale du
territoire sahraoui. Le Maroc nargue le
monde car il sait qu'il peut compter sur
l'aide et les conseils d'Israël. Le Maroc
nargue les Arabes car il peut compter sur
l'argent des monarchies du Golfe. L'Arabie
Saoudite vient de décider d'investir en
République arabe sahraouie démocratique
au moment où l'Europe prend conscience
de l'illégalité de telles opérations ! C'est
comme si une sainte alliance s'était formée
pour voler au secours d'une politique
coloniale d'un autre âge !
Peut-être que ces lecteurs qui m'ont dit ne
pas comprendre pourquoi j'avais parlé de
dangers imminents à l'Est, mais aussi à
l'Ouest, saisissent mieux aujourd'hui mes
appels à la vigilance...
[email protected]
L’annonce faite il y a une
semaine par le Premier
ministre et selon la quelle une
tripar tite se tiendra en juin
procha in, n’est nullement à
l’ordre du jour des discussions
à la Maison du peuple
Abdelhak-Benhamouda.
Des responsables syndicaux
rencontrés au siège de la
C entrale s yndicale nous ont
exprimé leur étonnement,
déclarant que «rien de concret
n’a ét é por t é à not re
attention».
PAGE 5
SI TU VAS À SAN FRANCISCO
Carnet de voyage d’Arezki Metref
Fin août, début sept embre 2015, Arezki Metref a
ent repris un périple dans les Etats de Californie et du
Nevada aux Etat s-Unis. Il nous raconte ce road-trip à la
fois dans l’espace géographique et dans le temps
historique, recherchant dans les indices du présent les
traces du passé. San Francisco, Sacramento, San Diego,
Las Vegas, le Far West, la Ruée vers l’or, les hippies,
l’univers de Jack Kerouac, de Jack London, de Steinbeck,
la m usique de Johnny Cash, de Scott Mac Kenzie, de
Maxime le Forestier, les bulbes algériens de la Silicon
Valley… Il a même rencontré un Harr achi à Hollywood…
Rien n’a échappé au scanner poétique de notre repor ter.
C’est tous les jours dans Le Soir d’Algérie à par tir
du samedi 12 mars.
JEUDI 10 MARS 2016 - 30 DJOUMADA EL OULA 1437 - N° 7739 - PRIX 15 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
Photos : Samir Sid
Edition du Centre - ISSN IIII - 0074
l’UGTA «surprise» par
l’annonce de Sellal
l RÉUNION DE LA TRIPARTITE EN JUIN
P
E
ER
RI
IS
SC
CO
OO
OP
P
Le général Benhadid met fin à sa grève de la faim
[email protected]
Jeudi 10 mars 2016 - Page 2
Sur insistance de ses avocats et de sa famille, le général Benhadid
a mis fin à sa grève de la faim. Incarcéré depuis 5 mois à la prison
d’El-Harrach, il avait arrêté de s’alimenter et suspendu son traite ment médical depuis 15 jours, pour protester contre la lenteur
de l’appareil judiciaire dans le traitement de son affaire.
Ses avocats nous ont, par ailleurs, annoncé avoir
introduit une nouvelle demande de mise en liberté pro visoire. Deux précédentes demandes avaient été reje tées. Le collectif de défense insiste sur l’état de santé
de son client et son âge, 73 ans.
DIGOUTAGE
Par Arris Touffan
É ructation
Hamadache, le téléprédicateur enragé et
crash, en prend pour
six mois. Dont trois
fermes. C’est un tribu nal qui a décidé ça !
C’est ce que lui vaut la
fatwa lancée contre
Kamel Daoud. Mais 90
jours de prison vont-ils
le faire réfléchir ? Ou
bien, au contraire, serat-il encore plus radical,
si c’est encore possible
pour un type comme
lui ? En tout cas, on
peut trouver cette sen tence douce mais elle
indique au moins qu’on
ne peut pas éructer des
appels au meurtre
impunément.
A. T.
UN CHEF DE DAÏRA
QUI SE FAIT DÉSIRER
La daïra de Aïn-Séfra est, depuis cinq mois, sans
chef de daïra et ce, depuis le décès de Falhi Mohamed,
survenu, rappelons-le, le 9 novembre 2015, après une
hospitalisation de plus d’un mois,
alors que l’intérim est assuré par le
chef de daïra de Moghrar.
A moins qu’on attende l’annon ce des nouvelles wilayas-déléguées pour les Hauts-Plateaux en
2016 et la nomination d’un walidélégué à la tête de la capitale
des monts des ksour ;
une promesse faite par
écrit par le Premier
ministre
Abdelmalek
Sellal aux populations
de cette ville.
[email protected]
Un jour, un sondage
Pensez-vous que les
services de sécurité
tunisiens ont la capacité
de riposter aux incursions
de Daesh ?
OUI
NON
Sans opinion
Pensez-vous que la condition des femmes en
Algérie s’est améliorée ces dernières années ?
Oui :
56,5 %
I
Résultat sondage
Non :
37,9 %
S. opinion :
5,6%
Un citoyen de Mila, voulant faire
le change en devises dans une
banque publique pour effectuer un
voyage à l’étranger, s’est vu signi fier un refus catégo r i q u e . M o t i f i n v o qué par cette
banque : le pas seport a été éta bli dans une
autre wilaya. Sur
quelle base juri dique
cette
banque primaire at-elle pris une
telle déci sion ?
EN DANGER PAR MANQUE
DE MÉDICAMENTS
L’hydrocortisone 10 mg, un médicament qui traite de l’insuffisance surrénale, est en rupture en Algérie sans que
cela inquiète les autorités concernées.
Les pauvres malades sillonnent à longueur de journée les pharmacies partout
dans le pays sans trouver le fameux
sésame.
Partout, la même réponse : rupture de
stock depuis plusieurs semaines. C’est à
se poser des questions sur la gestion
des médicaments sans substitution
pour malades chroniques !
Trottoirs d’Alger, je vous déteste !
SOI
IT D
DI T
T E N PA
PAS S A N T
l est des jours comme ça où il suffit
qu’il tombe quelques gouttes d’eau
pour que les rues se transforment en
pataugeoires dans lesquelles vous vous
vautrez au moins une fois. Et pendant que
d’une main vous vous massez la cheville
qui vient de se tordre et que de l’autre
vous cherchez un point d’appui à votre
portée, vous râlez, en constatant, une fois
de plus, que l’incurie des pouvoirs publics
a encore de beaux jours devant elle. Vous
essayez de reprendre vos esprits, mais
vous n’arrivez pas à surmonter votre colère parce que, en plus d’être trempé, vous
avez mal partout. Personnellement, je
prends vite en grippe le trottoir défoncé
qui vient de m’estropier. Je reste assise, le
souffle à moitié coupé par la douleur, le
temps de m’assurer qu’à l’exception de
mes genoux bien amochés et mes mains
en sang, tout le reste est en place. Mon sac
ne s’est pas vidé dans l’eau boueuse et
personne ne tente de me faire les poches
pendant que je me remets lentement de ma
chute. Evidemment, comme toute personne en prise avec une aussi désagréable
réalité, je me demande pourquoi c’est à
moi que cela arrive alors que ma journée
vient tout juste de commencer et que j’ai
tellement d’autres problèmes à régler.
Pendant que je bougonne après le trottoir
et fustige ceux qui l’ont mis dans cet état,
ABSURDE !
des passants curieux de savoir comment
je m’en sors et dans quel état je suis s’arrêtent pensant pouvoir abréger mes
lamentations en partageant avec moi leurs
propres mésaventures.
Et avant même que les gens ne vaquent
de nouveau à leurs occupations et moi aux
miennes, une voix s’élève pour lancer à la
cantonade : «Comment rendre sympathiques ces élus locaux qui préfèrent les
privilèges aux responsabilités ?»
Les gens alentour approuvent et ils
n’ont pas tort ! Parce que la preuve est
ainsi faite que l’état de délabrement avancé des rues d’Algérie n’empêche aucun
responsable de dormir. Qui se soucie, une
Par Malika Boussouf
[email protected]
fois élu, de concrétiser les promesses
faites à ses électeurs ? Dans nos villes en
éternel chantier, plus les contrats sont
juteux, plus les travaux s’éternisent ! Allez
savoir pourquoi...
M. B. «Cela ne peut plus continuer comme ça !»
Actualité
Le Soir
d’Algérie
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a clairement
signifié son mécontentement vis-à-vis du secteur de
l’agriculture : «Notre politique se base sur l’industrie et
l’agriculture. Mais nous constatons que si l’industrie
bouge, l’agriculture traîne un peu ! Il ne faut plus se
contenter de cette politique terre-à-terre !»
Sellal s’exprimait ainsi à El Hadjar, première étape de sa
visite dans la wilaya de Annaba, hier mercredi.
De notre envoyé spécial à
Annaba, Kamel Amarni
Visiblement très déçu par les
maigres performances que lui
annonçait un propriétaire d’une
exploitation agricole où il s’était
rendu, Sellal lancera alors ce message, certainement destiné à son
ministre de l’Agriculture, qui l’y
accompagnait.
A la veille d’un remaniement du
gouvernement, ce n’est vraiment
pas de bon augure pour le concerné. Et la charge sera encore plus
forte. «Vous me parlez de 19 000
têtes de vaches laitières ? Vous
me parlez d’un rendement de 6
litres/jour pour une vache ? Vous
devez demander pardon au
peuple algérien ! C’est anti-économique ! Nous avons, à Blida, un
investisseur qui va importer 20 000
têtes des Etats-Unis. Il faut vous
secouer un peu ! C’est une honte
qu’une wilaya comme Annaba
affiche de telles performances.
C’est une wilaya agricole par
excellence. C’est une wilaya où la
pluviométrie est très importante. Il
faut exploiter toutes les surfaces
agricoles et celui qui n’est pas en
mesure de le faire, il faut aller vers
le partenariat».
Pour le Premier ministre, tout
doit changer en la matière. «Il
faut que toutes les potentialités
soient exploitées ? Ce n’est pas
possible de continuer comme
cela. Ce matin, j’ai visité la nouvelle aérogare.
Ils n’ont même pas prévu d’infrastructures nécessaires pour
l’exportation. Nous n’avons appris
qu’à importer et jamais à exporter.
Tout cela doit changer.» Sellal
insistera beaucoup sur l’urgence
d’orienter l’essentiel de l’activité
économique nationale vers la
perspective d’exporter autre chose
que les hydrocarbures.
Sellal précisera, dans une
déclaration à l’APS «en marge de
la visite», que son gouvernement a
pris toutes les mesures nécessaires pour affronter la crise de la
chute des prix des hydrocarbures,
en vue de diversifier l’économie
nationale, appelant, au passage,
«à un consensus national économique». Toutes les potentialités
doivent être mobilisées en ces
temps de crise. Notamment, le secteur stratégique de la sidérurgie.
A El Hadjar, Sellal a eu à
constater le désastre occasionné
par le groupe indien qui avait
acheté le complexe sidérurgique
avant sa reprise, dans sa totalité,
par l’Etat algérien en novembre
2015. Pas moins de 900 millions
d’euros ont été consacrés par
l’Etat algérien à cette opération qui
«sera formalisée par le CPE après
la reprise, dans les faits, du complexe», nous expliquera le ministre
de l’Industrie et des Mines
Abdesselam Bouchouareb.
Photo : NewPress
ABDELMALEK SELLAL TRÈS MÉCONTENT DU SECTEUR AGRICOLE :
4
Sellal assure que toutes les mesures ont été prises
pour affronter la crise.
Aussi, convient-il de préciser,
le complexe était laissé par le
groupe indien dans un état de
délabrement tel, que les travaux
de réfection, surtout du haut-fourneau sont toujours en cours. Ils
ne seront achevés qu’en mai prochain. «Nous avons mis pas
moins de 900 millions de dollars
pour ce complexe. Il ne vous
reste que le travail car nous
comptons beaucoup sur cette
filière», commentera Sellal au
cours d’une rencontre avec les
syndicalistes.
Sur un autre plan, et s’agissant du dossier des logements
AADL, Sellal s’engagera officiellement à «achever tout le programme jusqu’au dernier logement. Les souscripteurs de 2001
et 2002 auront tous leurs logements d’ici le mois de Ramadhan
prochain. Nous nous engageons
aussi, au nom de Monsieur le
Président de la République, à ce
que, malgré les difficultés économiques, l’Etat n’abondonnera
jamais son programme social».
K. A.
«La pauvreté et la fraude électorale sont les
véritables violences faites aux femmes»
MENASRA CÉLÈBRE LE 8 MARS À BOUMERDÈS :
Devant des militantes de son parti qui le
pressaient à entamer les festivités, nous
l’avons retenu quelques minutes pour justement nous parler du 8 Mars et de l’actualité
en rapport avec cette date. Très rapidement, nous abordons avec le responsable
politique, le problème qui fait débat, ces
dernières semaines, au sein de la société
politique du pays ; à savoir la violence
contre les femmes.
Réagissant à l’adoption récente de la loi
qui protège les femmes contre la violence,
laquelle a été longtemps bloquée au niveau
du Parlement sous la pression des conservateurs et des islamistes, Menasra pense
que la violence faite aux femmes ne vient
pas nécessairement de l’homme en général
ou d’un proche masculin de la femme en
particulier. Cette violence a, selon lui,
essentiellement pour origine la pauvreté.
«La situation générale de la femme algérienne n’est pas la violence dans le foyer.
Nous dénonçons bien entendu toute violence contre la femme sous toutes ses formes.
Il reste cependant que la pauvreté est la pire
violence. Cette forme de violence handicape
lourdement les femmes et leurs foyers car
elles cherchent toujours à élever dignement
leurs enfants. Maintenant, on observe que
les prix sont très élevés, cette situation
touche des millions de foyers contrairement
aux actes de violence physique contre les
femmes qui restent marginaux.»
La seconde source de violence à l’encontre de la femme est à chercher, estime
Menasra, dans la politique. Il dira à ce propos. «La femme est une électrice et peut
être candidate. Si par le biais de sa candidature ou de sa voix, elle veut changer un gouvernement, une commune ou un Parlement
en exerçant, comme l’homme, son droit de
vote et que sa voix est détournée par la fraude, n’est-ce pas une violence manifeste ?»
Et d’ajouter : «Si nous voulons que la
femme joue réellement son rôle dans la
société, on doit l’associer, en tenant compte
de ses droits et de ses obligations, à la gestion du foyer, de la société et de l’Etat.»
Pour lui, la présence de 100 femmes au
Parlement n’est que l’arbre qui cache la
forêt et ce n’est, en fait, qu’une action pour
dire aux étrangers que l’Algérie consent aux
revendications des femmes. «Est-ce que la
présence de ces femmes au Parlement va
résoudre les problèmes des femmes algériennes ?» Il dénonce à l’occasion le spot
publicitaire de l’entreprise des Aurès de production des jus qui menace la femme de
divorce si elle ne servait pas ce jus au mari.
N’est-il pas gêné de célébrer le 8 Mars
qui est un fait politique né en Occident ?
«L’histoire de cet anniversaire a ses circonstances de naissance et sa culture. Il
est devenu mondial et nous sommes une
partie de ce monde. Nous ne pouvons pas
aller à contresens de ce monde. Mais chacun fête cet anniversaire à sa façon. Nous,
nous invitons des femmes dans des rassemblements calmes pour se pencher sur
leur situation, il y a par contre d’autres qui
invitent les femmes dans des salles pour
des galas. Chacun choisit sa façon de
célébrer cette journée. Nous avons choisi
la façon de l’algérianité et de l’Islam»,
conclura-t-il.
Abachi L.
«Rendez publique la liste des membres
du comité central !»
BELAYAT NE LÂCHE PAS PRISE ET DÉFIE SAÂDANI :
Les contestataires du secrétaire général du FLN refusent toujours de céder au fait accompli, ne désespérant
pas encore à renverser la vapeur, «sûrs» qu’ils sont de
leur position de venir à bout de «l’illégalité» qui frappe,
selon eux, «les instances» du vieux front du pouvoir.
M. Kebci - Alger (Le Soir) Le rouleau compresseur imposé
par le secrétaire général du FLN
dont les sorties et les «prédictions» rythment l’actualité nationale, a réduit à néant ou
presque le mouvement de
redressement qui n’a de cesse
de contester sa légitimité à la
tête du parti et celle des instances issues du dernier
congrès de la «honte», comme il
le qualifie. A telle enseigne que
d’aucuns considèrent que la
mouvance anti-Saâdani relève
du passé et que celle-ci a fini
par céder la partie.
Mais pour le chef de file de
ces redresseurs, il n’est pas
question de céder à ce qu’il
considère être un «fait accom-
pli», ou une simple «apparence». «Il ne s’agit pas pour nous
de tomber dans l’agitation, nous
avons toujours agi dans la légalité. Nous attendons la décision
de la justice qui prendra le temps
qu’elle voudra», affirmait, hier
Abderrahmane Belayat, ajoutant
«ne pas être seul» et revendiquant une bonne centaine de
membres de l’actuel comité central et pas moins de 87 députés
en sus de noyaux dans les mouhafadhas et les kasmas du parti
à travers le territoire national.
«Que chacun assume ses
responsabilités», ajoute-t-il, à
l’adresse de ceux qui ont «intronisé Ammar Saâdani à la tête du
FLN pour le «salir et le mettre à
terre», considérant que tout le
Photo : Samir Sid
Abdelmadjid Menasra le chef du
Front du changement (FC), a effectué lundi après-midi, un déplacement jusqu’à l’hôtel Soummam de
la ville de Boumerdès pour célébrer
avec les militantes de son parti la
Journée mondiale de la femme.
Abderrahmane Belayat,
chef de file des redresseurs.
monde est au courant de l’illégalité qui frappe les instances du
parti avant même le déroulement du dernier congrès de la
«honte». Et de défier «l’indu
secrétaire général» de «rendre
publique la liste des membres
du comité central «triturée mille
fois trois mois après». Et le
comble, c’était l’instauration
d’un bureau de recours, chose
qui «n’a jamais existé» au FLN
et dans aucun autre parti. Selon
Belayat, près de 30% de cette
composante ne remplissent
même pas les conditions de
délégués, certains parmi ces
indus délégués émargent encore dans d’autres partis. A l’image, illustre-t-il, de cet «élu local
et membre du comité central de
Khenchela élu sénateur au nom
du FLN alors qu’il est toujours
membre d’un autre parti».
Jurant que Saâdani «ne sera
jamais légitime», le redresseur
en chef du FLN estime que les
choses évoluent dans le parti. Et
de relever, dans ce sens, que
quand l’indu secrétaire général
est absent de la scène ou commet une bévue, comme ce fut le
cas concernant la question sahraouie, il n’y a personne pour
parler au nom du front et lui
apporter la contradiction. C’est
la négation du FLN».
M. K.
Actualité
L’UGTA «surprise» par l’annonce de Sellal
Le Soir
d’Algérie
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
L’annonce faite il y a une semaine par le Premier
ministre et selon laquelle une tripartite se tiendra en juin
prochain, n’est nullement à l’ordre du jour des discussions à la Maison du peuple Abdelhak-Benhamouda. Des
responsables syndicaux rencontrés au siège de la Centrale syndicale nous ont exprimé leur étonnement, déclarant
que «rien de concret n’a été porté à notre attention ».
Abder Bettache - Alger (Le
Soir) - Abdelmalek Sellal s’est-il
exprimé sur la question, alors que
son partenaire social, en l’occurrence l’UGTA n’a pas été
informée ? C’est la question que
se posent certains observateurs et
autres syndicalistes, une semaine
depuis l’annonce faite par le
Premier ministre à sa sortie de
l’hémicycle Zighoud-Youcef. Pour
rappel, Abdelmalek Sellal avait
annoncé mercredi dernier qu’une
réunion de la tripartite (gouvernement-patronat-syndicat) se tiendra
début juin prochain pour examiner
plusieurs dossiers relatifs à la
situation économique du pays. A
ce propos, il dira «que cette
réunion adoptera des décisions en
faveur de la promotion de l’économie nationale».
Après avoir assuré que le gouvernement «ne touchera pas aux
acquis sociaux», M. Sellal a indiqué qu’un «nouveau modèle éco-
nomique sera présenté et annoncé
en avril prochain». Mieux, il a précisé que le nouveau modèle économique pour la période 20162019 «fait actuellement l’objet
d’examen». «L’Algérie maîtrise
toujours les grands équilibres
macro-économiques nationaux»
en dépit de la baisse du prix du
baril de pétrole qui oscille actuellement entre 30 et 35 dollars dans un
niveau inférieur au prix de référence arrêté à 37 dollars/baril, a soutenu le Premier ministre, soulignant qu’il «n’y aura pas de
recours à l’endettement extérieur».
Quelques jours après, le président du Forum des chefs d’entreprises (FCE) s’est exprimé sur le
système de retraite, laissant croire
que celui-ci est appelé à être
«revisité».
Une déclaration que des
cadres syndicaux de l’UGTA,
notamment ceux de la Fédération
nationale des travailleurs retraités
(FNTR) ont été surpris de lire sur
les colonnes de la presse nationale. Il n’en demeure que selon
d’autres sources, le Premier
ministre aurait porté à la connaissance du secrétaire général de
l’UGTA de «la nécessité de tenir la
tripartite de juin prochain», arguant
que certaines questions déjà évoquées lors des précédentes tripartites doivent faire l’objet d’un traitement définitif.
Il s’agit, ajoute notre source, de
la question du système de retraite
et du code de travail. Deux points
qui seront sans aucun doute à
l’ordre du jour du conclave de juin
prochain. Pour rappel, lors de la
tripartite d’octobre 2015 à Biskra,
le Premier ministre avait évoqué
les graves difficultés que connaît
le financement du système de
retraite du régime des salariés et
avait fustigé les départs à la retraite avant l’âge légal de 60 ans.
Cette déclaration n’a pas été
suivie par une réponse explicite de
l’UGTA par crainte de raviver des
tensions dans sa base dont une
partie est toujours hostile à la suppression de la retraite anticipée.
Pour certains proches du dossier, la révision du système de
retraite concernera une révision de
la disposition portant retraite pro-
Photo : Samir Sid
RÉUNION DE LA TRIPARTITE EN JUIN
5
Sidi Saïd, SG de l’UGTA.
portionnelle dans le but principal
de diminuer le grand déficit qu’accuse la CNR, alors que du côté de
l’exécutif, on veut carrément l’abrogation de l’ordonnance 97/13
régissant la retraire proportionnelle
et la retraite sans condition d’âge.
Autre question qui risque de
créer une tension au sein de la
maison UGTA. Il s’agit du nouveau
code du travail, que la base syndicale avait déjà rejeté. La question
avait été déjà évoquée lors du dernier congrès et les délégués syndi-
caux ont qualifié le projet du gouvernement de «porte ouverte vers
la régression sociale».
Le nouveau code du travail est
perçu par les syndicalistes comme
le début d’une ère où il sera favorisé la «précarité, les licenciements
abusifs, le manque de contrôle,
l’absence de syndicat, etc».
En attendant juin prochain, tous
les regards seront désormais braqués vers le siège de la Maison du
peuple.
A. B.
«L’Algérie soutient les actions pour redonner
au marché pétrolier sa stabilité»
SALAH KHEBRI DÉMENT QUE LA DATE DE LA RÉUNION DE L’OPEP SOIT ARRÊTÉE :
Younès Djama - Alger (Le Soir) - A la
question de savoir si l’Algérie souscrivait à
la décision de gel de la production, prise à
la mi-février lors d’une réunion des quatre
(Arabie
Saoudite,
Russie,
Qatar,
Venezuela) à Doha, Khebri a confirmé que
l’Algérie souscrivait non seulement à cette
démarche, mais aussi «à toutes les actions
qui permettent de redonner au marché
pétrolier sa stabilité».
Le ministre qui s’exprimait, hier, en
marge de la 6e édition du Napec ( North
African
Petroleum
Exhibition
&
Conferences du 8 au 11 mars 2016 à
l’Esplanade de l’hôtel Hilton) estime que le
gel de la production même s’il n’est pas suffisant n’en reste pas moins «un premier pas
puisqu’il permet aux deux des plus grands
producteurs (Russie et Arabie Saoudite)
d’abord de s’asseoir à la même table et de
discuter dans l’intérêt des pays producteurs». «Nous souscrivons à cette
démarche (de gel) et nous participerons à
la réunion dès que la date sera arrêtée»,
souligne Khebri qui a rappelé que l’Algérie
a, par le passé, déjà appelé à réduire la production. Il ajoute que si le gel ne se révélait
pas suffisant, l’on pourrait aboutir à une
réduction de la production.
Par ailleurs, l’ancien ministre de
l’Energie, Sadek Boussena, a déclaré que
l’incertitude qui plane sur les prix est devenue aujourd’hui un «instrument de stratégie» de l’Arabie Saoudite. «En prenant la
position de dire ‘’je ne ferai plus de contrôle,
je ne participe plus avec l’Opep à donner
aux marchés un prix de référence», elle
Photo : DR
La date de la prochaine réunion
des pays producteurs de pétrole
n’est pas encore fixée, a affirmé
hier, le ministre de l’Energie, Salah
Khebri, contrairement à ce qui a été
dit pour le 20 mars.
Salah Khebri, ministre de l’Energie.
crée une incertitude totale sur le marché qui
fait que les fluctuations des prix peuvent
aller de 25 à 70 dollars. Cela indépendam-
ment des risques géopolitiques», a souligné
Boussena lors d’une conférence en marge
de la 6e édition du Napec.
Selon l’ancien P-dg de la Sonatrach, ce
n’est pas la première, et ce ne sera pas la
dernière fois, que les prix du pétrole vont
chuter. «Le marché du pétrole est un marché cyclique qui peut avoir des hauts et des
bas en fonction d’un certain nombre de
variables. L’Arabie Saoudite est aujourd’hui
la clé du changement», observe Boussena
qui invite à se focaliser sur deux points à
l’avenir : la production des huiles de schiste
aux Etats-Unis (importantes pour les équilibres pétroliers) et l’attitude des Saoudiens.
A propos de ce dernier point, Sadek
Boussena met en avant deux scénarios. Ou
bien la position de l’Arabie Saoudite de ne
plus négocier au sein de l’Opep un plafond
de production est « tactique » et que, après
avoir obtenu un certain nombre de résultats
(la Russie qui réduit sa production, et l’Iran
qui doit réduire ses prétentions), elle peut
être amenée à revenir à de meilleurs sentiments et booster les prix.
Ou alors, et c’est la seconde option, que
les Saoudiens renoncent définitivement à
négocier au sein de l’Opep à ce rôle et c’est
la porte ouverte à un marché très volatile
avec une fourchette des prix qui varierait
entre 25 et 70 dollars. «Personnellement,
note Sadek Boussena, je penche pour le
premier scénario. Dans ce cas, les prix vont
fluctuer entre 50 et 70 dollars. A savoir, c’est
le prix qui correspond au coût des pétroles
de schiste américains. Si les prix du pétrole
vont au-delà de 70 dollars, les schistes
américains vont revenir en force avec un
fort déséquilibre sur le marché», note
Boussena. Ce dernier se dit convaincu que
la «sagesse» primera et les prix pourraient
remonter.
Et au sein de cette grande incertitude
des marchés, la Sonatrach devra s’adapter
à cette situation, recommande Boussena
qui ne doute pas que la compagnie pétrolière nationale en est capable, rappelant que
la Sonatrach en 1989, alors que personne
ne voulait lui prêter de l’argent, «s’en était
sortie et a même signé les meilleurs
contrats».
Y. D.
Un business-forum sur les énergies
renouvelables le 24 mai à Alger
Un business-forum, organisé conjointement avec la
Commission européenne (CE) et couvrant les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, se tiendra le 24 mai 2016 à Alger,
a annoncé, hier, le ministre de l’Energie, Salah Khebri.
Ce forum a pour objectif de présenter «tous les volets de ce
programme aux investisseurs algériens et européens», a affirmé
Khebri. Selon lui, les sites devant abriter les premières centrales
de ce programme «ont été identifiés au niveau de 15 wilayas du
Sud et des Hauts-Plateaux».
En outre, ce programme aura, ajoute Khebri, des implications
importantes en amont du fait des besoins importants en équipements et accessoires nécessaires «et que nous souhaitons voir
fabriqués localement dans le cadre de partenariats à mettre en
place entre les investisseurs algériens et étrangers».
Concernant le 5e appel d’offres de la Sonatrach, Salah Khebri
a annoncé que «le cadre légal et réglementaire est finalisé», et
devra être lancé «avant la fin de l’été». Ce 5e appel intervient dans
une conjoncture très difficile marquée par la baisse des prix et des
investissements dans le domaine pétrolier.
Y. D.
Le Soir
d’Algérie
Actualité
La Cnas réglera les soins directement
auprès de la Caisse de sécurité française
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES ALGÉRIENS EN FRANCE
Salima Akkouche - Alger (Le
Soir) - Mardi dernier, le ministère
français des Affaires sociales, de la
Santé et des Droits des femmes a
annoncé qu’un nouveau protocole de
soins de santé franco-algérien, qui
remplacera le protocole actuel de
1980, doit être adopté prochainement. Il permettra, selon lui, de prévenir les dettes auprès des hôpitaux
français.
Selon une source au ministère du
Travail, la prise en charge des
malades dans les hôpitaux français
qui touchait jusque-là uniquement les
salariés sera élargie au profit des personnes non salariées et les démunies. La relation d’auparavant qui
consistait à ce que la Caisse de sécurité sociale paye les créances aux
hôpitaux français va changer.
Dorénavant, la relation sera exclusive entre la Caisse de sécurité française et la Cnas et non plus Cnas et
hôpitaux français. «Suite à une
convention, le malade détenteur
d’une prise en charge se présentera
muni d’un formulaire pour se soigner,
et annuellement, la Caisse de sécurité française qui fera des apurements
remettra une facture à la Cnas», nous
dit-on.
Le problème des créances algériennes auprès des hôpitaux français
est un sujet récurrent. Les hôpitaux
français dénoncent à chaque fois le
Photo : DR
La procédure du paiement des soins médicaux des
Algériens en France change. Le paiement des soins ne se
fera plus auprès des hôpitaux, mais entre la Caisse de
sécurité sociale française et la Cnas (Caisse nationale
d’assurance sociale). Il y aura aussi un élargissement de
prise en charge au profit des malades non salariés et les
personnes démunies, nous confie-t-on.
6
créances à l'encontre de patients résidant en Algérie et les autorités de ce
pays».
Le contentieux, a-t-il soutenu, a
été résolu grâce à un accord entre
l'AP-HP
(Assistance
publiqueHôpitaux de Paris) et les autorités
algériennes sous l'égide des gouvernements français et algérien.
En juillet 2015, un bilan de la
direction en commission médicale
d’établissement (CME) place l’Algérie
en première position des mauvais
payeurs, redevable de 31,6 millions
d’euros suivie par le Maroc avec 11
millions et les Etats-Unis avec 5,7 millions. Le même bilan indique que le
nombre de séjours de patients domiciliés à l’étranger a crû de 9,8% entre
2010 et 2014.
L’Algérie est toujours placée en
première place avec 1 750 et 2 439
séjours enregistrés en 2010 et 2014.
Ils étaient aussi 994 Marocains à
séjourner dans les hôpitaux français
en 2014.
S. A.
non-remboursement des dettes médicales algériennes.
Le contentieux financier est
«aujourd’hui résolu», a indiqué le
ministère français des Affaires
sociales, de la Santé et des Droits
des femmes qui répondait à une
question à l’Assemblée française, sur
les créances des hôpitaux concernant
les étrangers.
Le ministère a précisé qu’entre la
France et l’Algérie «plusieurs sessions de négociations ont eu lieu au
cours des deux dernières années
entre le ministère de la Santé, des
hôpitaux publics détenteurs de
la qualité du service» de la sécurité
sociale. Il s’agit, selon lui, «d’un instrument de cohésion sociale» et
«d’un contrat juridique et moral». De
son côté, Acheuk Youcef Chawki,
DG de la Casnos, a indiqué l’aspect
«solidaire» de cette démarche.
Soulignant qu’avant d’être «un geste
citoyen et responsable», c’est «un
devoir,
une
redevance».
L’assujettissement et le paiement
régulier des cotisations sociales n’ont
jamais été une question de «choix».
L’appel au paiement de ces dernières
est «le combat quotidien» des organismes de la sécurité sociale.
Particulièrement depuis l’article mentionné dans la loi de finances complémentaire 2015 se rapportant à cette
problématique
précisément.
A.Chawki a révélé, en ce sens, que
leur travail de sensibilisation a apporté ses fruits depuis. Selon lui, les
recettes de la Casnos ont augmenté
de près de 56% entre février 2015 et
février 2016. Des résultats qu’il qualifie «d’exceptionnels» et d’une «croissance exponentielle», sans précédent. Cela dit, le responsable rappelle qu’il n’est pas trop tard pour que
les employeurs régularisent leur
situation, déclarent leurs salariés
avec leurs salaires «réels» et aient
un échéancier sur mesure pour
recouvrir leurs dettes puisque le dernier délai est fixé au 31 mars.
Toutefois, après cette date, précise-til, aucune facilité ne sera accordée à
ceux qui ne se seront pas présentés
et des pénalités seront prononcées et
appliquées à leur encontre. Ce n’est,
cependant, pas le cas pour les affiliations volontaires, a clarifié T.Haddam,
qui, elles, s’étendront au-delà du 31
mars. D’autres dispositions spécifiques sont également consacrées
aux agriculteurs et à leurs aidants
familiaux. Convertir la sphère de l’informel vers l’économie réelle et la
fructifier est aujourd’hui l’objectif principal de cette plateforme de mesures.
Cependant, la mentalité du marché
parallèle est très ancrée dans la
société ; c’est pourquoi les DG de la
Cnas et Casnos disent miser énormément sur la communication et la
sensibilisation afin de faire adhérer
celle-ci à une attitude plus responsable et plus citoyenne.
N. B.
coin, si ce dernier ne se met pas à la
page», a-t-il mis en garde. Selon M.
Sai, l’avenir du commerce en Algérie,
«c'est la grande distribution !».
Il a rappelé aux walis les instructions
du
Premier
ministre,
Abdelmalek Sellal, portant sur la facilitation de toute démarche visant à
créer des grandes surfaces à travers
le territoire du pays, tout en citant en
exemple les hypermarchés «Uno» et
«Ardis». «Ces deux hypermarchés
contribuent grandement à l'essor du
commerce en Algérie», a-t-il estimé.
Le nombre des surfaces commerciales recensé en Algérie à fin septembre 2015 est de 2961, réparties
en 2568 supérettes, 341 supermarchés et 52 hypermarchés, d’après les
statistiques officielles fournies par M.
Sai.
Ces statistiques prouvent que le
commerce de détail dispose d'une
grande marge de développement et
recèle un potentiel de croissance
«appréciable», a conclu le même res-
ponsable, soulignant, par là même
que les perspectives de croissance
du marché de détail sont favorisées
par la croissance de la population, la
tendance à la généralisation de l'utilisation des technologies de l'information et de la communication, les progrès enregistrés dans les domaines
de la publicité et la communication et
enfin la lutte contre le marché informel menée par les autorités
publiques.
APS
Le problème des créances est un sujet récurrents.
Un énième appel aux employeurs pour régulariser leur situation
SÉCURITÉ SOCIALE
Les employeurs n’ont plus qu’une vingtaine de jours
pour se présenter aux organismes de la sécurité sociale
afin de déclarer leurs employés et élaborer un échéancier
de recouvrement de leurs dettes. A rappeler que l’article
mentionné dans la loi de finances complémentaire 2015
leur a fixé le 31 mars 2016 comme dernier délai.
Naouel Boukir - Alger (Le Soir) Les cotisations sociales sont, aujourd’hui, le cheval de bataille de la Cnas
et de la Casnos. Effectivement, ce
sont l’autonomie financière de cellesci et la pérennité de cet écosystème
qui sont mises en jeu.
Lors du séminaire technique sur
«le développement des mécanismes
de recouvrement des cotisations
pour la pérennisation des systèmes
de sécurité sociale», inauguré hier,
en collaboration avec l’Association
internationale de la sécurité sociale
(Issa), les DG de la Cnas et Casnos
ont tous deux rappelé, encore une
fois, que les cotisations sont «le fondement même» de ces caisses. D’où
l’importance qui leur est consacrée.
Tidjani Hassan Haddam, DG de la
Cnas, a ajouté également que c’est le
recouvrement de ces cotisations puis
leur redistribution qui conditionnent
«l’amélioration des performances et
Près d’une trentaine d’exposants confirment leur participation
DEUXIÈME SALON INTERNATIONAL «TIJARA EXPO»
Près d’une trentaine d’exposants ont confirmé leur participation à la 2e édition du Salon international des équipements pour le commerce «Tijara Expo» qu’abritera la
Safex du 16 au 21 mars en cours, a annoncé hier à Bouira,
le directeur de l'animation et du développement auprès de
la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie
(Caci) Rachid Sai.
Au cours d’une conférence de
presse, tenue au niveau du siège de
la chambre de l’agriculture de Bouira,
M. Sai a précisé que cinq exposants
étrangers prendront part à cette 2e
édition du salon.
Evoquant les objectifs de cette
manifestation commerciale, le même
responsable a expliqué à l’assistance
que le salon «Tijara Expo» a pour but
de promouvoir, de développer et de
moderniser le secteur de la distribution et du commerce en Algérie et de
permettre aux visiteurs et commerçants d’échanger des connaissances
et expériences avec des participants
nationaux et internationaux et de
découvrir les différents matériels,
équipements ainsi que les accessoires nécessaires à la pratique commerciale et à la distribution.
Le même responsable a saisi
cette rencontre pour appeler les commerçants à «se moderniser pour ne
pas disparaître». «Vous devez vous
imprégner des grandes surfaces.
Elles sont importantes et créatrices
d'emploi, et sont considérées comme
des structures modernes offrant aux
clients toutes les commodités», a-t-il
dit. «D'ici quelques temps, personne
n'ira acheter chez le commerçant du
SELON UN RESPONSABLE DU MINISTÈRE DU COMMERCE
Près de 75% des marchés informels ont été résorbés en Algérie
Près du quart, soit 73%, des marchés informels recensés en Algérie
ont été résorbés à ce jour depuis le
lancement, en 2011, de l’opération
d’éradication du commerce illicite, a
indiqué hier à l'APS un cadre central
du ministère du Commerce.
Sur les 1 368 marchés informels recensés à
l'échelle nationale, 999 ont été éliminés, a précisé
le sous-directeur chargé des études et de la prospective, Ahcène Sid-Ahmed, en marge des travaux d’un colloque national sur le commerce
parallèle ouvert hier à l’université Mentouri de
Constantine sur une initiative de la direction régionale du commerce, basée à Batna. Il a ajouté que
sur les 48 506 personnes activant dans ces mar-
chés illégaux, 20.491 ont été réinsérés dans de
nouveaux marchés de proximité pour y exercer en
toute légalité, soit 42% du nombre global.
Le ministère de l'Intérieur et des Collectivités
locales avait entamé, en collaboration avec le
ministère du Commerce, une vaste opération de
résorption de ces marchés qui «occasionnent
d’importantes pertes à l'Etat en raison de l'évasion
fiscale», a encore indiqué Sid-Ahmed.
L’opération a été accompagnée de la réalisation de 1 059 espaces commerciaux, dont 768
marchés de proximité et 291 marchés couverts,
inscrits dans le cadre d’un programme mis au
point par les deux ministères, a-t-il ajouté, précisant que 618 structures ont déjà été réceptionnées.
«L’éradication de l'informel se fait au fur et à
mesure de l'avancement de la réalisation et de la
livraison du reste des marchés en cours de
construction», a-t-il affirmé, notant que des efforts
étaient déployés pour lutter contre toutes formes
de commerce illicite, et «se poursuivront dans l’ensemble des wilayas du pays à travers le renforcement des brigades de contrôle».
Abdelhakim Merad, responsable de la cellule
de l’information et de communication de la
Direction du commerce de Constantine a précisé,
par ailleurs, que plus de 144 tonnes de produits
alimentaires avariés ont été saisis l’année dernière
dans les douze communes de la wilaya.
Les contrôleurs de la qualité et de la répression
des fraudes ont eu à effectuer, durant la même
période, 27 626 interventions ponctuées par l’établissement de 3 849 contraventions et de 3 827
procès-verbaux.
APS
CE MONDE QUI BOUGE
Tunisie :
Ben Guerdane,
l’inquiétude
L’assaut lancé lundi contre la
ville tunisienne de Ben Guerdane
par l’Etat islamique (EI, Daesh),
est certes sans précédent, mais ce
n’est guère une surprise. Cette
ville, point de passage des candidats djihadistes ou de djihadistes
aguerris – n’oublions pas que l’EI
compte plus de 6 000 Tunisiens Par Hassane Zerrouky
dans ses rangs – vers la Libye et
plaque tournante du commerce informel et du trafic en
tout genre, est distante de quelque 70 km de la ville
libyenne de Sabratha. C’est de cette ville qu’est venu le
groupe de 60 djihadistes qui a tenté de prendre le
contrôle de Ben Guerdane.
Sabratha justement, aujourd’hui sous contrôle de
l’EI, a une longue histoire. Fondée par les Phéniciens,
elle a fait partie plus tard du royaume de Massinissa,
avant de passer sous domination romaine en 111 avant
JC. Elle abrite de magnifiques vestiges des époques
libyco-punique et romaine, dont l’amphithéâtre,
construit sous le règne de l’empereur romain d’origine
berbère Septime Sévère. Soucieux sans doute des
racines antiques de la Libye, Mouamar Kadhafi a
dépensé sans compter pour restaurer l’antique
Sabratha ainsi que Leptis Magna, peut-être la plus
grande ville romaine du Bassin méditerranéen. En
1999, année du trentième anniversaire de la révolution
libyenne que j’ai couvert pour le compte de l’Humanité
et du Matin, on murmurait à Tripoli que Mouamar
Kadhafi se rêvait en héritier de Septime Sévère. Il n’a
pas été jusqu’à imiter Saddam Hussein qui lui, se
voyait franchement en héritier du roi de Babylone
Nabuchodonosor, allant jusqu’à inscrire sur le palais
restauré du souverain babylonien : «Ceci a été
construit
par
Saddam
Hussein,
fils
de
Nabuchodonosor, pour la gloire de l’Irak» !
Toujours est-il que le théâtre de Sabratha, sous le
règne de Kadhafi, magnifiquement restauré par une
équipe d’archéologues italiens et libyens, abritait
durant les étés des festivals de musique et de culture.
Aujourd’hui ces sites historiques sont menacés,
comme l’ont été (et le sont encore) Palmyre en Syrie et
Ninive en Irak, par les incultes et ignares de l’EI.
Revenons à ce qui s’est passé à Ben Guerdane. La
version libyenne de l’EI s’est construite sur les
décombres du régime de Kadhafi, moins de trois ans
après l’intervention de l’Otan de 2011 qui avait vu
Bernard-Henri Lévy se mettre bruyamment en scène,
posant joyeusement face aux caméras avec des «combattants» qui forment certainement aujourd’hui le
noyau dur ou le gros des bataillons de l’EI.
Disposant d’une assise territoriale et profitant du
morcellement du pays, l’EI a poussé son avantage sur
le terrain, renforçant son emprise sur la Libye au point
de faire de Syrte, ville natale de Kadhafi, son fief à partir duquel il compte étendre sa domination sur tout ou
partie du territoire libyen. Et bien que l’assaut contre
Ben Guerdane ait échoué, il n’est pas impensable que
Daech lance d’autres attaques aussi sanglantes contre
la Tunisie qu’il considère comme le maillon faible «militaire» de la région. Au-delà de l’acte en lui-même, cette
affaire de Ben Guerdane n’est pas sans risque pour la
Tunisie d’abord mais aussi pour toute la région. Qui a
intérêt à ce que le processus démocratique tunisien
échoue ? Cette affaire va donner du grain à moudre à
ceux, parmi les dirigeants occidentaux, qui rêvent de
jouer à nouveau aux chefs de guerre cinq ans après
l’intervention de l’Otan. Le pays est survolé en permanence par des avions américains. Des raids aériens
sont lancés comme ce fut le cas le 19 février contre
Sabratha où se trouvait l’un des chefs de l’EI, le
Tunisien Noureddine Chouchane. De vraies-fausses
informations sont publiées par les médias, faisant état
de volontaires tchadiens, marocains, soudanais, venus
grossir les rangs de Daesh quand d’autres sites d’information assurent, sans l’étayer par des faits, que des
djihadistes en provenance de Syrie et d’Irak auraient
débarqué sur les côtes libyennes à la barbe des
Occidentaux dont la marine de guerre sillonne la
Méditerranée, la mer la plus surveillée de la planète en
raison de ces milliers de réfugiés syriens, afghans et
africains débarquant quotidiennement sur les côtes
européennes, surtout en Grèce.
Et à ce propos, saluons ces Grecs qui, contrairement au reste de l’Europe, continuent d’aider sans
compter les réfugiés syriens. Pourtant la Grèce est
sous la pression insupportable et drastique de l’Union
européenne et des marchés financiers, décidés à ce
que l’économie du pays, qui a vu naître Socrate et
Platon, se conforme aux dogmes néo-libéraux.
H. Z.
Actualité
Le Maroc fustige
Ban Ki-moon
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
DOSSIER DU SAHARA OCCIDENTAL
7
Le Maroc a réagi tardivement mais violemment à la
récente visite de Ban Ki-moon
à Alger et dans les camps de
réfugiés
sahraouis.
Le
Secrétaire
général
des
Nations-Unies n’avait pu se
rendre à Rabat, tel qu’il le souhaitait, en raison de l’absence
inexpliquée du roi qui crie
aujourd’hui à la «complaisance» du premier responsable de
l’ONU.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - La
réaction s’est faite de manière très officielle. Le gouvernement marocain, resté
silencieux tout au long de la semaine où
l’on disait Mohammed VI hors du pays, a
publié un communiqué dans lequel il fustige Ban Ki-moon, l’accusant de «dérapages verbaux, de faits accomplis et de
gestes de complaisance injustifiés».
Le même communiqué, transmis à
l’agence officielle MAP, soutient que le
Maroc a «constaté avec stupéfaction
que le Secrétaire général a utilisé le
terme occupation pour qualifier le recouvrement par le Maroc de son intégrité
territoriale ce qui déroge de façon drastique la terminologie traditionnellement
utilisée par l’ONU pour désigner le
Sahara marocain».
Plus grave encore, il accuse Ban Kimoon de s’être laissé instrumentaliser
«pour donner du crédit aux prétentions
fallacieuses des autres parties» puis
s’en prend naturellement à l’Algérie qui,
dit-il, est «responsable du détournement
de l’aide humanitaire destinée aux populations séquestrées de ces camps».
Pourquoi une telle virulence envers le
Secrétaire général des Nations-Unies ?
La réponse réside dans le fait que Ban
Ki-moon est perçu actuellement comme
étant le premier responsable onusien à
s’être engagé de manière aussi claire
pour l’organisation d’un référendum
d’autodétermination du Sahara occidental. Son engagement ne s’est pas limité
à de simples propos ou à des textes en
faveur de l’indépendance du peuple sah-
Ban Ki-moon, SG de l’ONU.
raoui. Avant de clôturer son mandat à la
tête de l’ONU, il a tenu à effectuer personnellement un déplacement qui l’a
mené y compris dans les territoires libérés du Sahara occidental (Bir Lahlou) où
est stationnée une antenne de la
Minurso (Mission des Nations-Unies
pour le référendum au Sahara occidental). Une première dans les annales de
l’ONU. Le geste, hautement symbolique,
a fortement déplu au royaume. Les propos tenus à cette occasion l’ont irrité
davantage. Ban Ki-moon a en effet
déclaré avoir été «très sensible à la
situation des Sahraouis (…) je les comprends et je tenterai d’œuvrer pour la
relance des pourparlers en vue de l’organisation d’un référendum d’autodéterminations au Sahara occidental». Il ajoute
avoir demandé à son représentant spécial pour le Sahara occidental de
reprendre ses tournées en vue de relancer les négociations entre les autorités
marocaines et le Front Polisario, car, ditil, «aucun progrès réel n’a été enregistré
dans les négociations devant aboutir à
une solution juste et acceptable par tous,
fondée sur l'autodétermination du peuple
du Sahara occidental». Il précise enfin :
la Minurso «est prête organiser un référendum s'il y a accord entre les parties».
Mais le projet semble voué à l’échec
avant même que le processus souhaité
ne s’enclenche. Le gouvernement marocain a décliné en déclarant : «loin d’atteindre l’objectif déclaré du Secrétaire
général de relancer les négociations
politiques, l’ensemble de ces dérapages
risque de les compromettre». Cette fin
de non-recevoir confirme à nouveau la
position du Maroc.
En 2012, il avait retiré sa confiance à
Christopher Ross sous prétexte de «partialité» concentrant ses efforts pour tenter de faire accepter son projet en faveur
d’une large autonomie sahraouie sous
contrôle marocain. Le concept a été
naturellement rejeté par les autorités
sahraouies, plus fortes que jamais du
soutien affiché de la communauté internationale. Le blocage est total. Pis encore, la montée au créneau du gouvernement marocain ferme la porte à toute
avancée politique, confirmant les
craintes de Ban Ki-moon, qui compare le
dossier du Sahara occidental à une véritable «bombe à retardement».
A. C.
La présidente de l’UPJ plaide
pour l’accès aux décisions
JEUNESSE AFRICAINE
Pour la présidente de l’Union panafricaine de
la jeunesse (UPJ), les jeunes africains doivent
avoir accès aux décisions. Selon elle, ce sont
les jeunes qui font les diplomaties.
Rym Nasri - Alger (Le
Soir) - Le conflit de générations continue à entraver le
développement des pays
africains, estime Mme Francine
Mymbuya. «C’est un sérieux
problème»,
dit-elle.
L’exemple le plus concret
pour elle est celui de l’exclusion des jeunes talents.
«Ailleurs, les jeunes talents
sont encouragés et mis en
évidence et chez nous, en
Afrique, on fait tout pour nuire
aux jeunes talents. Pourtant,
ce sont les jeunes qui font les
diplomaties».
Abordant le développement de l’Afrique hier au
forum du quotidien DK News,
la présidente de l’UPJ s’interroge : «Comment l’Afrique
pourra agir sans l’ingérence
? Comment peut-elle se
développer sans céder des
marchés aux étrangers ?
Comment peut-elle avancer
sans dépendre de l’extérieur ?»
Selon elle, seule la jeunesse est aujourd’hui apte à
lutter pour la paix et la sécurité du continent et à assurer,
par la même, son développement économique. Dans le
même sillage, elle précise
que des démarches ont été
entamées avec l’Union africaine (UA) pour la création
d’un fonds africain pour la
jeunesse dont la mission
sera le financement des projets des jeunes du continent.
«Les jeunes africains ne
doivent pas rester pauvres
car l’Afrique est un continent
riche. Il faut permettre la
montée de jeunes millionnaires africains», dit-elle
encore. Elle rappelle par
ailleurs la signature d’un protocole lors de la 5e
Assemblée générale de la
déclaration de la Conférence
internationale de Kigali,
tenue récemment à Alger. Un
protocole qui, explique-t-elle,
permettra de mettre en place
un plan d’action «concret» et
«stratégique» pour la jeunesse du continent africain.
Objectifs : réduire le taux de
chômage et prendre en charge les problèmes de la jeunesse. «Il faut canaliser les
énergies de la jeunesse pour
préserver la paix et la souveraineté de nos Etats», insiste-t-elle. Déplorant l’absence
d’une «solidarité africaine»
entre les différents pays, Mme
Francine Mymbuya interpelle
les Etats du continent noir sur
la situation des jeunes de
l’Afrique et appelle ces pays
à mener une action concrète
en faveur de cette jeunesse.
Elle
considère
que
l’Afrique doit prendre au
sérieux le problème de la violence des atteintes à la paix.
Elle incite ainsi les pays africains à travailler en collaboration pour «trouver des solutions aux problèmes qui
affectent l’Afrique et faire
face à la violence et aux
conflits dans les différentes
régions du continent».
Ry. N.
Photo : DR
Le Soir
d’Algérie
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
M'SILA
Onze membres parmi les treize formant l'Assemblée
communale de Benilmane ont signé une lettre destinée au
premier responsable de la wilaya, l'implorant de relever le
P/APC de ses fonctions de la tête de l’hôtel de ville de cette
commune située à 65 km au nord-ouest du chef-lieu.
Cette missive comporte plusieurs points faisant grief de cette
réclamation, en particulier son
mauvais comportement envers
ses compères élus qui n'a trait ni
à la loi ni aux bonnes manières et
habitudes auxquelles fait référence la Constitution de la
République, ce qui bloque le travail avec ce responsable,
apprend-on de M. Zekri Hocine,
premier maire-adjoint qui nous a
remis cette lettre.
En outre, les signataires de la
réclamation accusent ce P/APC
de mauvaise gestion, l'absence
perpétuelle de son bureau pour
régler ses affaires personnelles,
l'abus dans l'usage du véhicule
de service en se déplaçant,
même hors du territoire de la
commune, pour se rendre à la
capitale, comme on l'accuse de
retard flagrant dans le domaine
de développement de la petite
ville, en mentionnant qu'aucun
projet n'a été lancé durant l'année 2015.
Ce P/APC est pointé du doigt
pour semer la zizanie au sein de
la population, nous dit-on. «On
est arrivé à avoir un net désaccord entre les citoyens de la
même tribu, même à l’intérieur de
la salle de prière des mosquées
de ce village», dit notre interlocu-
teur. «Comme il n'accorde aucun
intérêt aux fêtes religieuses et
nationales», ajoute M. Zekri.
Nous demandons donc au responsable de la wilaya la suspension de ce maire de la fonction de
premier magistrat de la commune
tout en se portant garant de servir
le citoyen et activer la roue du
développement et travailler sans
cesse dans ce sens.
Par ailleurs M. Ali Djaadjaa, le
P/APC faisant l'objet de toutes
ces
accusations
par
les
membres de son assemblée, a
répondu brièvement lors d'une
communication
téléphonique
qu'il a été maire à 4 reprises de la
commune de Benilmane sans
oublier qu'il a occupé le poste de
DEC (délégué) lors de la décennie noire, en nous faisant savoir
qu'il a été toujours d'une bonne
réputation et un homme rassembleur des citoyens pour le bien
du village. Concernant le développement, le P/APC affirme que
«Benilmane est la seule commune de la daïra de Sidi Aissa qui a
pu délivrer et établir le passeport
et la carte nationale d'identité
biométriques», comme il a ajouté
que les écoles de la commune
sont dotées de radiateur fonctionnant au gaz naturel ; sinon,
Sortie de promotion de 660 stagiaires à M'sila
ÉCOLE NATIONALE DE L'ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE
Dans le cadre de la réinsertion des détenus, les établissements pénitentiaires, qui comptent plus de 40 000 apprenants dans les différents paliers scolaires débutant par le
niveau d'alphabétisation jusqu'au niveau universitaire,
œuvrent à améliorer le niveau d'insruction de leurs résidents.
D'ailleurs la Direction générale de l'administration pénitentiaire a enregistré, cette année,
l'inscription de plus de 3 000
candidats à l'examen du baccalauréat, 7 010 candidats au
BEM (brevet d'enseignement
moyen) et 34 000 stagiaires
dans le cycle de la formation
professionnelle.
Le DG de l'administration
pénitentiaire et de la réinsertion,
qui a procédé hier à la sortie de
promos de 660 stagiaires entre
officiers et agents de l'administration pénitentiaire, a déclaré,
lors d'un point de presse animé
en cette occasion suite à une
question d'un journaliste, que
les établissements pénitentiaires
peuvent
recevoir
quelques articles de presse
voire même les chaînes radiophoniques et télévisées algériennes publiques pour la formation intellectuelle des détenus
qu'on ne peut qu'encourager à
lire, écrire et voir la télévision.
Le directeur général de l'administration pénitentiaire et de la
réinsertion M. Fellioun Mokhtar a
honoré hier, en compagnie des
autorités de la wilaya, à la sortie
de la 20e promotion, composée
de 345 stagiaires officiers dont
56 filles et de la 28e promo des
agents composée de 315 stagiaires dont 42 filles, ayant subi
une formation d'une année,
des cours en alternance théoriques et des séances de pratique dans les établissements
pénitentiaires.
A. L.
Deux nouveaux ouvrages d'art
Ces projets vont améliorer la circulation et sont très attendus par
les usagers de la route. Le premier,
dont l'état d'avancement est satisfaisant, concerne la pénétrante
reliant Ténès à l'autoroute EstOuest au niveau de la commune de
Oued Sly.
Ainsi les automobilistes qui se rendent sur
la côte éviteront les localités de Chettia et
CHLEF
Ouled Farès. L'entrée vers le port de Ténès
se fera directement sans passer par les
lacets de Oued Allala. Une bretelle se détachera à ce niveau pour filer vers Cherchell
sans passer par cette ville côtière.
Les travaux sont en bonne voie. Une
société portugaise et celle de Boufradji ont
terminé le premier tronçon de 22 km reliant
l'autoroute à Bouzghaïa. Il reste 25 km pour
arriver à Ténès. L'été, la circulation est intense et cette voie sera très utile.
Un deuxième pont va être érigé à côté de
l'ancien qui enjambe la voie ferrée au niveau
de Hay Zeboudj. Cet ouvrage d'art va épauler
le premier qui a subi de nombreuses fissures
pendant le séisme de 1980 et a été superficiellement conforté.
En plus d'alléger la pression des véhicules, le nouveau pont supprimera ce point
bloquant de la circulation. Les travaux viennent de démarrer.
Medjdoub Ali
8
pour ce responsable, tout est
dans l'ordre. Avant de terminer
sa communication et commenter
cette réclamation relative au
manque d'eau dans la région
soulevant un vrai sujet épineux,
«voilà un problème dont souffrent notre commune et ses
douars», dit-il.
Pour ce P/APC, c'est une
affaire de différend entre partisans, sachant que le maire a été
élu sous la houlette du RND
avant de le quitter pour un
désaccord avec le secrétaire du
parti de la wilaya, explique-t-il.
A. Laïdi
AÏN-TÉMOUCHENT
Relogement
de 63 familles
à Aïn-El-Arba
Les services de la commune de Aïn-El-Arba ont procédé, hier, au relogement de
63 familles qui vivaient dans
des habitations précaires
vers des logements publics
locatifs décents.
Cette opération qui a été
menée en présence du président de l'APC, M. Berkane
Krachaï-Ahmed et tous les
services concernés, y compris la Protection civile ,entre
dans le cadre de l'éradication
de l'habitat précaire.
Les habitations vétustes
qu'occupaient ces citoyens
menaçaient ruine, ont été
toutes démolies par les services de la commune.
S. B.
Photo : DR
Rififi à l’APC de Benilmane
Régions
Le Soir
d’Algérie
Régions
Le Soir
d’Algérie
Jeudi 10 mars 2016 - pAge
Le 8 Mars particulier des contractuels
de l’éducation
ORAN
La date et la célébration du 8
Mars est devenue ces dernières
années, un phénomène festif et
commercial, avec les inévitables
roses à offrir à sa femme, sa mère,
sa fiancée ou sa fille.
Il y a le bizness des salles louées,
pour faire la fête, comme avec acharnement et une revanche pour toutes les
autres journées du calendrier. Ainsi, la
société de consommation a un peu mis la
main sur la manière dont est célébrée
cette journée même en Algérie, dominant
les rares manifestations à connotation
militante et féministe.
Mais ce mardi, devant le siège de la
Direction de l’éducation d’Oran, plus
d’une trentaine de jeunes enseignants
majoritairement des femmes, ont consacré leur demi-journée libre à manifester,
protestant à haute voix et ciblant par
leurs slogans une autre femme : la
ministre de l’Education. Ce sont les
enseignants contractuels du secteur de
l’éducation bien esseulés, qui ont choisi
de protester pour dénoncer la dernière
mesure les pénalisant, à savoir la suppression du paramètre «expérience»
pour le prochain concours de recrutement.
Ce dernier devrait se dérouler à la fin
du mois de mars, d’où la colère des
contractuels qui y voient une mesure les
pénalisant injustement. Leur démarche
est soutenue par des syndicats auto-
Nouveaux projets pour de nouvelles
structures à Naâma
PROTECTION CIVILE
Dans le cadre du programme quinquennal 2014/2019, la Protection civile de la wilaya de Naâma a bénéficié
de grands projets d’envergure,
visant l’amélioration et la modernisation de ses structures.
II s’agit, en effet, de la réalisation de deux
unités au niveau des deux communes frontalières Sfissifa et Mekmen-B/Amar, qui ont
été mises en service dernièrement, d’un projet de quatre postes avancés dans les localités de Aïn-B/Khelil, Abdelmoula, El-Kasdir
et Touifza, la réalisation d’une unité secondaire au niveau de la commune de Aïn-
Séfra, ainsi que des opérations de rénovation et de restauration notamment au niveau
de l’unité de Mécheria et la reconversion de
l’unité de Djeniène-Bourezg en unité d’intervention rapide dans les accidents et les
catastrophes naturelles, a-t-on appris
auprès de ce corps.
Dans le programme des formations en
secourisme et d’intervention, on apprend
que la Protection civile de la wilaya a procédé à la formation de plusieurs chauffeurs de
taxi, ainsi que des sessions de formation
dans le secourisme bénévole de proximité
au profit de 1 300 jeunes dont certains ont
reçu des stages de qualification sur les pre-
SIDI-BEL-ABBÈS
Dans la journée d’hier, 12 wilayas de l’Ouest du pays
se sont rencontrées au niveau du Centre d’instruction de
l’unité 306 de la police de l’ordre public de Sidi-BelAbbès pour une journée d’étude autour de «La justice
pour les enfants», animée par un procureur, des juges
notamment pour mineurs, des cadres de la police de
Sidi-Bel-Abbès et l’inspecteur régional de la police.
Cette journée d’étude avait
pour but principal la vulgarisation de la loi 15/12 du 15 juillet
2015 relative à la protection de
l’enfant. Lors de son interven-
tion, le procureur général a
insisté sur le droit au respect à
l’enfant qu’il soit victime, accusé
ou témoin, ce dernier ne peut
être auditionné qu’en présence
nomes comme le CLA qui estime que ce
concours de recrutement devrait permettre de tenir compte de ces contractuels. Ceux-ci sont en poste depuis des
années pour beaucoup d’entre eux, avec
des salaires aléatoires et un statut précaire.
La mobilisation, nous dit-on, n’en est
qu’à ses débuts et les contractuels espèrent de tout cœur se faire entendre par la
tutelle.
façal m.
miers secours et les interventions rapides
dans tous les domaines.
En matière d’équipements, on apprend
également que la Protection civile de la
wilaya a bénéficié, ces derniers temps, de
nouveaux équipements pour les interventions de toutes natures (camions anti-incendie, ambulances, zodiac, véhicules de service dotés de moyens de communication…),
ainsi que le renforcement de l’effectif de la
wilaya par le recrutement d’une cinquantaine de nouveaux éléments pour atteindre un
effectif global de près de 700 sapeurs-pompiers, a-t-on encore indiqué.
B. henine
12 wilayas de l’Ouest se rencontrent pour étudier
«La justice pour les enfants»
d’un tuteur légal, d’un avocat ou
entendu lors d’un interrogatoire
qui doit être filmé et en huis
clos.
Aucune information ayant un
lien avec l’affaire où se trouve
l’enfant ne doit être divulguée.
Le policier en charge de l’affaire
doit adopter un comportement
vis-à-vis de l’enfant emprunt de
respect et sans violence et il doit
assurer un climat de confiance.
9
Après le procureur général,
ce sont d’autres magistrats et
professionnels de la police qui
ont pris la parole pour intervenir
sur les différents articles de
cette loi qui protège l’enfant et
lui assure ses droits en terme de
santé, de statut social, de scolarisation, vis-à-vis de ses parents
ou tuteurs, mais aussi des autorités, etc.
A. m.
VENTE DE LAIT
PASTEURISÉ
À MÉDÉA
Les commerçants
rappelés
à l'ordre
La Direction du commerce
de la wilaya de Médéa a mobilisé des brigades nocturnes de
contrôle afin de sanctionner
les dépassements et la spéculation quant à la vente du lait
pasteurisé (en sachet).
En effet, certains marchands ont pris la liberté de
vendre ce produit à des prix
exagérés, saignant ainsi les
petites bourses.
Des mesures de répression
ont été prises à l'encontre de
deux commerçants exerçant
respectivement à Azizia et
Guelb El Kbir. Mesures qui ont
consisté en la fermeture des
commerces et une proposition
de fermeture concernant un
détaillant dans le chef-lieu de
Médéa.
Le but étant de protéger le
consommateur et le pouvoir
d'achat du citoyen, cette campagne de contrôle et de rappel
à l'ordre va se poursuivre pendant quelque temps, de jour
comme de nuit et même les
jours de congé, sur tout le territoire de la wilaya.
m. L.
Le Soir
d’Algérie
RELIZANE
Découverte
du cadavre
d’un SDF
à Oued R’Hiou
Les résidents du quartier appelé
Place principale, sis au chef-lieu de
Oued R’hiou, situé au Nord, à 54
kilomètres de Relizane, sont sous le
choc depuis la découverte du
cadavre d’un sans domicile fixe en ce
temps glacial qui sévit à travers le
pays ces jours-ci.
En effet, le cadavre d’un SDF a
été trouvé au niveau dudit quartier
par des passants.
Les éléments de la Sûreté de
daïra et ceux de la Protection civile
se sont dépêchés sur les lieux.
Après constat du décès, la
dépouille mortelle dudit SDF a été
acheminée vers le service de la
médecine légale de l’établissement
hospitalier public Ahmed-Francis de
Oued R’hiou pour une éventuelle
autopsie.
Par ailleurs, l’on nous signale
qu’une enquête a été ouverte pour
lever le voile sur cette macabre
découverte.
A. Rahmane
Faits divers
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
Un demi-quintal de kif traité
récupéré par les gendarmes
AÏN-SEFRA
Une importante quantité de kif traité d’un poids de
50 kg a été récupérée par la compagnie de la gendarmerie de Aïn-Sefra, a-t-on appris.
Cette importante quantité
de drogue qui devait être
reprise par des narcotrafiquants, a été trouvée «dissimulée» en pleine nature dans
la périphérie de la commune
de Tiout. Une tentative de
transbordement vers d’autres
cieux donc, rapidement mise
en échec grâce aux efforts
menés par ce corps de sécurité.
Pour rappel, c’est la
deuxième opération de ce
genre en l’espace d’une dizaine de jours, où 7,156 kg de kif
traité, dissimulés dans un carton ont été découverts par les
éléments de la gendarmerie
dans une malle d’une vieille
carcasse de voiture de
marque 404 abandonnée au
lieudit «Lamhisrate», sis à
10
quelques encablures de la
ville de Aïn-Sefra.
Une enquête a été aussitôt
ouverte pour remonter la filière de cette saisie de drogue ;
un trafic qui, notons-le toujours, est en pleine expansion
ces derniers temps dans le
pays.
B. Henine
12 ans de prison
contre un narcotrafiquant
TRIBUNAL CRIMINEL DE OUARGLA
Une peine de 12 ans de prison
ferme, assortie d’une amende de 5
millions de dinars, a été prononcée
hier par le tribunal criminel de
Ouargla à l’encontre d’un narcotrafiquant, A. K., 32 ans, inculpé de
transport illicite de drogues.
Le mis en cause, qui était en fuite avant
d’être appréhendé l’an dernier à Ghardaïa,
était impliqué en janvier 2014, avec un
groupe d’individus, tous arrêtés, jugés et
condamnés à des peines diverses par la
justice, dans une affaire de transport et
stockage de 5,62 quintaux de kif traité,
selon le déroulé du procès.
Il était chargé d’une mission d’éclaireur
au principal mis en cause dans cette affaire (A. S.) qui avait été arrêté par des gendarmes dans une palmeraie de Ghardaïa
et dont la fouille du véhicule a permis la
découverte de la quantité précitée de
drogue soigneusement dissimulée sous
les sièges, a-t-on précisé.
Le représentant du ministère public
avait requis la prison à vie contre le mis en
cause dans l’affaire de ce jour, au vu de la
gravité des faits prouvés lui étant reprochés.
APS
Reportage
Biskra abritera le plus grand aquaparc
d’Afrique
Le Soir
d’Algérie
Avec 32 toboggans, des jardins à thèmes et plusieurs
restaurants, l’aquaparc des Jardins des Zibans est considéré comme le plus grand d’Afrique et de la Méditerranée.
Une infrastructure qui transformera la région de Biskra en
pôle touristique de premier ordre.
C’est un projet fou qu’Ali
Serraoui s’attelle à réaliser depuis
une dizaine d’années : construire
à Biskra, sa région natale, un complexe touristique moderne composé de plusieurs infrastructures.
Son rêve, Ali Seraoui le partage
avec son neveu, Hakim, et Kamel
Louafi, un architecte-paysagiste
de talent originaire de cette même
région et installé depuis plusieurs
années en Allemagne. Berlin,
Hanovre, Brême, Abu Dhabi…
Kamel Louafi a réalisé de magnifiques jardins à travers le monde.
«Cette aventure a débuté en
2007 lorsque j’ai acquis une ferme
à Feliache, à la sortie Est de
Biskra. Mon intention première
était de développer cette exploitation agricole. Mais j’ai très vite
compris qu’il était possible de se
lancer dans le tourisme et les loisirs avec un projet à la hauteur des
ambitions de notre magnifique
région», explique Ali Serraoui. Les
Jardins des Zibans voient ainsi le
jour. Les Zibans étant l’appellation
donnée à la série d’oasis et de villages implantés depuis des siècles
dans la région de Biskra.
parc est traversé par une rivière de
650 mètres. Le chantier est une
véritable fourmilière, des dizaines
de techniciens et d’ouvriers turcs,
chinois, tunisiens et algériens s’activent afin d’être prêts, pour le
samedi 19 mars, date du lancement technique. «Nous procéderons à une mise en service partielle de l’aquaparc afin de former les
équipes et roder les équipements.
L’ouverture au grand public est
prévue pour le mois de mai prochain», indique pour sa part Hakim
Serraoui, chef de projet du complexe touristique.
En matière de gestion de
l’aquaparc, la société, propriété
des Serraoui, devrait signer un
contrat de management avec un
partenaire étranger. Actuellement,
des négociations sont en cours
avec trois opérateurs : Turcs,
Tunisiens et Espagnols sont intéressés par ce partenariat. «La
société de gestion sera créée
selon la règle du 51/49 et la sélection du partenaire étranger se fera
sur la base d’un avis d’appel
d’offres. Il y a un réel engouement
pour ce projet car les potentialités
sont très importantes», assure
Hakim.
Mégaparc
Bâtons dans les roues…
Biskra …
Réalisé sur une superficie de
plus de 52 hectares, le projet touristique s’articule autour de plusieurs infrastructures.
L’aquaparc fait figure de pièce
maîtresse. «L’idée de réaliser ce
parc aquatique est basée sur une
étude qui démontre qu’une grande
partie des touristes algériens vont
en Tunisie pour profiter des jeux
aquatiques dans les hôtels. Nous
avons donc décidé de créer cet
aquaparc qui pourra ouvrir quasiment toute l’année du fait du climat
de la région de Biskra. Notre
objectif est d’accueillir 1,5 million
de visiteurs par an dans un cadre
de détente et de sécurité absolues», assure Ali Serraoui.
Doté de 32 toboggans et de
piscines, de 7 jardins à thèmes, de
3 restaurants, de magasins et d’un
parking de 1 000 places, l’aqua-
Ce 19 mars marque une étape
importante dans la concrétisation
de ce projet. Il faut dire que le chemin a été semé d’embûches,
essentiellement d’ordre bureaucratique. Lancé en 2012, les travaux de l’aquaparc des Jardins
des Zibans auraient dû être inaugurés en 2014. Mais l’ancien wali
de Biskra en a décidé autrement.
«Nous avons perdu deux
années à lutter contre des tracasseries bureaucratiques. Pourtant,
notre dossier avait reçu l’approbation du Conseil national de l’investissement (CNI) du gouvernement
qui a confirmé le caractère prioritaire de ce projet. Les facilitations
accordées par la loi dans le cadre
d’opérations
d’investissement
n’ont, à aucun moment, été respectées par l’ancien wali. Fort de
sa puissance, il n’a même pas res-
pecté les directives formulées par
le Premier ministre lors de sa visite
du chantier. Il a privé la région d’un
site créateur de richesses et d’emplois», regrette Ali Serraoui.
Pour lui, cette période difficile
fait partie du passé. L’arrivée, en
août 2015, de Hamidou Mohamed
à la tête de la wilaya de Biskra lui
a redonné espoir. «Le wali a très
vite compris l’importance de notre
projet et en l’espace de quelques
semaines, il a levé toutes les
contraintes imposées par son prédécesseur. Au début du mois de
février, il a même tenu une réunion
de l’exécutif sur le chantier de
l’aquaparc». A quelques jours des
premiers essais techniques, l’engagement de la wilaya est visible à
l’extérieur du site : une dizaine
d’entreprises s’affairent pour réaliser le système d’éclairage public,
l’aménagement de la voie ainsi
que le réseau d’assainissement.
… Et rejet inexpliqué
Dans le registre des challenges
relevés dans la réalisation de ce
projet, la question du financement
a été une des plus ardues à
résoudre. Ce sont plus de 24 milliards de DA- soit 240 millions
d’euros- qui seront nécessaires
pour la construction de l’ensemble
des installations du pôle touristique. A lui seul, l’aquaparc a coûté
9, 5 milliards de DA.
Forts de l’appui du CNI, les promoteurs ont présenté un dossier
de financement à la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance.
Après avoir reçu la demande avec
enthousiasme, le staff de l’ancienne direction générale de la Cnep a
finalement rendu un avis défavorable. Ali Serraoui se rappelle de
ce triste épisode : «Nous n’avions
même pas eu droit à une explication, absolument rien ! Finalement,
c’est la banque AGB qui a accepté
de nous accorder une partie du
financement pour la réalisation de
l’aquaparc».
Le manque d’engagement des
banques tranche avec les
mesures prises par les pouvoirs
publics en matière d’encouragement des investissements dans le
secteur du tourisme. A titre indicatif, l’Etat a instauré un fonds spécial pour la bonification des taux
d’intérêts applicables aux crédits
bancaires alloués à ces projets.
11
Photo : DR
SON OUVERTURE EST PRÉVUE EN MAI
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
Un mégaparc d’une superficie de 52 hectares.
Cette bonification est de 2% dans
le Nord et jusqu’à 4% dans le Sud.
Encore une fois, les mesures officielles perdent toute valeur face à
la réalité du terrain…
Biskrawood
Les Jardins des Zibans ne se
limitent pas seulement à l’aquaparc. La prochaine étape consistera à édifier un grand centre commercial. Construit sur 5 hectares,
ce mall comprendra plus d’une
centaine de magasins, des restaurants, une mosquée et différents
autres services.
Le site comprendra également
3 hôtels — un 5 étoiles de 140
chambres, un 4 étoiles de 220
chambres ainsi qu’un 2 étoiles de
420 chambres —, des bungalows,
des villas avec piscines privatives,
un parc d’attractions et un centre
de préparation pour les sports
d’élite, une école d’hôtellerie et de
tourisme.
Autres projets inédits d’Ali
Serraoui : la construction de studios et d’une école de cinéma.
«En plus du tourisme et des loisirs,
il est primordial de soutenir l’art et
la créativité. Cette école est une
contribution au développement du
cinéma.
Et je peux déjà annoncer que la
perspective d’ouverture de studios
en Algérie intéresse des opérateurs étrangers», note-t-il. Après
Hollywood et Bollywood, l’industrie
cinématographique devra bientôt
compter avec Biskrawood !
Écologie
Une des spécificités des
Jardins des Zibans est le caractère
écologique du site. L’architectepaysagiste Kamel Louafi a fait en
sorte d’adapter l’ensemble des
infrastructures à l’espace agricole
et naturel initial. Un concept visible
au niveau de l’aquaparc puisque
l’essentiel des palmiers dattiers et
des oliviers a été maintenu à sa
place.
Aucun arbre n’a été abattu, certains ont juste été transplantés.
Une opération complexe qui a
nécessité des moyens techniques
spécifiques, notamment pour les
palmiers de plus de 10 mètres de
hauteur.
Le système d’épuration d’eau
est lui aussi totalement écologique
et assure contre tout risque de
contamination en garantissant une
économie du précieux liquide.
Idem pour la gestion de l’ensemble des déchets puisque des
équipements permettront de trier
et de conditionner les plastiques
ainsi que les restes des produits
alimentaires de l’ensemble des
restaurants.
Projet ambitieux à plus d’un
titre, Les Jardins des Zibans permettront de créer plus de 3 000
emplois et élèveront Biskra au
rang de pôle touristique d’envergure internationale.
Mokhtar Benzaki
Le Soir
d’Algérie
Monde
Jeudi 10 mars 2016 - Page
L’attaque terroriste de Ben Guerdane
sera-t-elle la dernière ?
TUNISIE
L’attaque terroriste lancée lundi à Ben
Guerdane (sud du pays) sera-t-elle la
dernière ou est-elle un prélude à
d’autres actions plus meurtrières ?
C’est la question qu’on retrouve sur
toutes les lèvres, 48 heures après son
déclenchement, bien que le calme soit
revenu dans la ville.
De Tunis, Kattou Mohamed
Cette question taraude tous les esprits. Qu’il
s’agisse de politiciens, d’experts en terrorisme,
d’analystes ou de médias, tous manifestent
leurs préoccupations à ce sujet et posent moult
questions à propos de l’avenir de l’hydre terroriste en Tunisie.
Les trois composantes du pouvoir (présidence, gouvernement et Parlement) multiplient
les réunions à la recherche des moyens
propres à consolider la défense du pays. En
parallèle et pour éclairer l’opinion publique, les
plateaux de télévision et les médias en général
procèdent à des analyses profondes des
tenants et des aboutissants de cette opération.
De nombreux politiciens et experts s’évertuent à décortiquer cette affaire sans tomber
dans l’autosatisfaction malgré la victoire remportée lundi à Ben Guerdane. Nombre d’experts n’écartent pas la récidive sachant les
capacités humaines et logistiques des groupes
terroristes cantonnés en territoire libyen ou des
cellules dormantes dans les diverses régions
du pays. Que serait-il arrivé si le nombre des
assaillants (cinquante, selon le chef du gouvernement) était plus important ? L’attaque constituait-elle une surprise pour les forces de sécurité ? Autant de questions qu’on se pose, d’au-
12
tant plus que les assaillants auraient séjourné
pendant une certaine période avant de perpétrer leur crime. Ces derniers se seraient infiltrés
de la Libye voisine, comme l’affirme un responsable libyen à propos d’un chef terroriste tunisien qui sévissait à Sabratha avant d'être tué à
Ben Guerdane. Voilà qui suscite les craintes
des Tunisiens qui estiment possible une nouvelle attaque avec des moyens humains et matériels plus importants. La découverte de quatre
caches d’armes dans la région de Ben
Guerdane est de mauvais augure.
Selon les observateurs, rien n’empêche ces
terroristes d’être en possession d’autres caches
dans d’autres régions du pays. Cet arsenal
d’armes, rappelle-t-on, aurait été constitué au
cours des années 2012 et 2013, période au
cours de laquelle la situation était marquée par
un relâchement sécuritaire sans précédent.
Cependant, l’opération de Ben Guerdane
aurait ouvert, grand, les yeux des autorités sur
les failles qui gangrènent le système sécuritaire.
Ces failles seraient-elles comblées par le
recours aux drones ou au système électronique
pour assurer le contrôle des frontières, selon le
ministre de la Défense, Farhat Horchani ?
D’autant plus que le mur de sable érigé entre la
Tunisie et la Libye ne semble pas avoir donné
satisfaction pour empêcher l’infiltration des terroristes.
Pire encore, parmi ces derniers, certains, en
possession d’un passeport tunisien, pourraient
franchir légalement la frontière pour réaliser
leur projet macabre.
K. M.
Le Département américain de la défense
a déclaré mardi être toujours en train d'évaluer l'option d'une opération militaire en
Libye en affirmant que les Etats-Unis sont
prêts à répondre à la menace terroriste dans
ce pays.
Peter Cook, le porte-parole du Pentagone, a
indiqué au cours d'une conférence de presse que
le secrétaire à la défense américain, Ashton
Carter poursuivait les consultations sur ce dossier avec le président Barack Obama et avec son
équipe de conseillers pour la sécurité nationale.
Peter Cook n'a pas voulu confirmer les informations rapportées par le New York Times, selon
lesquelles Carter aurait présenté au président
Obama un plan pour une intervention militaire en
Libye. Le plan militaire, révélé hier par le New
Times , inclut une série importante de raids
aériens contre 40 camps de Daesh, situés dans
quatre régions différentes de la Libye. Ces
frappes viendraient en soutien aux milices
libyennes soutenues par les pays occidentaux,
qui, elles, mèneront les opérations au sol, selon
le quotidien américain.
Le porte-parole du pentagone s'est abstenu
de fournir des détails sur ces consultations, se
contentant d'indiquer qu'Obama et son ministre
de la Défense ont clairement affirmé, lors d'un
briefing tenue la semaine dernière sur
l’Organisation Daesh, que les Etats-Unis allaient
prendre des mesures pour répondre aux
menaces de ce groupe terroriste.
Peter Cook a ajouté que son pays suivait de
très près l'évolution de la situation en Libye et
continuait d'évaluer toutes les options nécessaires en mesure de faire face à la menace terro-
riste. Washington surveille l'expansion de Daesh
dans la région, se disant également préoccupé
par les menaces que pose cette organisation à la
Tunisie, après l'attaque terroriste sans précèdent
de Ben Guerdane à la frontière libyenne qui a fait
au moins 50 morts, a relevé ce responsable américain. Selon Peter Cook, 5 000 éléments de
Daesh activent en Libye, refusant de confirmer le
chiffre de 6 500 affiliés à ce groupe terroriste,
avancé par le New York Times.
Juste après la frappe militaire qui a visé en
février dernier un camps d'entraînement de
Daesh près de Sabratha, le porte-parole avait
avancé l'existence d'autres camps similaires en
Libye que le Pentagone est en train de surveiller
de près en indiquant que l'armée américaine
allait agir au moment opportun pour neutraliser
ces groupes terroristes.
Washington évalue toujours l'option
d'une intervention militaire en Libye
LIBYE
Culture
Le Soir
d’Algérie
Mystère !
Par Kader Bakou
La veille du 24 février 2016, ils ont planté des
arbres à l’avenue Aïssat-Idir à Alger, parce que des
«responsables» devaient inaugurer des installations
sportives de proximité et animer des meetings au
siège de l’UGTA. Mardi 8 mars 2016, ils ont «enlevé»
ces arbres. Pourquoi ? Mystère et boule de gomme.
K. B.
[email protected]
MUSIQUE
Hommage à Ali Farka Touré,
décédé il y a 10 ans
énie», être «unique»,
talent «incroyable» :
dix ans jour pour jour
après son décès, le musicien
malien de légende Ali Farka
Touré a eu droit lundi à un
concert d'éloges dans son pays,
dont la capitale est désormais
dotée d'une place et d'une rue
portant son nom.
La place Ali-Farka-Touré, où
s'élève une statue à l'effigie du
musicien, a été inaugurée lundi
après-midi dans le quartier de
Lafiabougou (ouest de la capitale), où il a vécu, lors d'une cérémonie sobre, en présence de
membres de sa famille, d'amis,
d'«héritiers», de représentants
du ministère de la Culture et d'un
ancien Premier ministre.
Un journaliste de l'AFP y a vu
un de ses fils, également musicien, Vieux Farka Touré, une de
ses veuves, la Néerlandaise
Henriëtte Kuypers-Touré, son
ami et producteur Nick Gold,
patron de la maison de disques
britannique World Circuit, et Ali
Guindo, coordinateur de sa fondation, cheville ouvrière de la
commémoration.
Après l'inauguration de la
place, tous ont assisté au lancement de la construction d'une
rue pavée Ali-Farka-Touré, également à Lafiabougou.
Puis direction le Musée
national du Mali, pour le vernissage d'une exposition où des
photos donnent à voir une triple
facette de lui : le musicien, le cultivateur et le maire de Niafunké,
ville du nord du Mali où il avait
une ferme et où il a été inhumé.
Auparavant, un concert à sa
mémoire avait été organisé
samedi ainsi qu’un tournoi de
football dimanche.
Vieux Farka Touré a rappelé
que son père «avait un jeu spécial», qu'il a lui-même adopté.
«Je continue à œuvrer dans tout
ce qu'il a fait, à pousser la
musique là où il voulait l'emmener.» Reconnu dans le monde
entier comme l'un des musiciens
les plus importants d'Afrique, Ali
Farka Touré est né en 1939 à
Kanau, dans le nord du Mali. Il
est décédé le 7 mars 2006 à
l'âge de 67 ans, après avoir livré
une longue bataille contre le
«G
cancer. Multi-instrumentiste, il
était un autodidacte doté, selon
de nombreux spécialistes, d'une
impressionnante culture musicale. Sa discographie compte une
quinzaine d'albums et plusieurs
tubes indémodables utilisés
comme musiques de films ou
génériques de programmes
audiovisuels.
Ali Farka Touré était quelqu'un de «tout à fait unique», qui
a «modernisé la musique» sans
l'avoir étudiée au préalable, a
affirmé Nick Gold. «Il est parti
de la musique traditionnelle et a
trouvé le moyen de la communiquer à ceux qui sont en dehors
de sa tradition», a dit M. Gold,
dont le label a commencé à l'enregistrer en 1987, avant qu'il soit
véritablement révélé au grand
public occidental par un disque
réalisé en duo avec le guitariste
américain Ry Cooder en 1994,
Talking Timbuktu.
Grâce à cet album, il a été le
premier Africain à recevoir un
Grammy Awards en 1995. Pour
le coordinateur de sa fondation
créée en 2005, «toute la pépinière de la musique du nord du
Mali, tous les jeunes qui s'épanouissent ces derniers temps
parlent, et jouent la musique
d'Ali Farka Touré». Et Ali Guindo
de citer Vieux Farka, Baba
Salah, le groupe Songhoy
Blues... Ali Farka Touré «n'est
pas mort, il continue d'inspirer de
nombreux musiciens talentueux», a affirmé Mme KuypersTouré, venue à Bamako pour
l'hommage avec une de leurs
trois filles.
«Il y a une nouvelle génération d'artistes qui ont leur propre
style, mais ils ont tous écouté Ali
Farka Touré», a ajouté la Néerlandaise, une des trois femmes
dont il eut au total douze
enfants. Le guitariste Ali Baba
Cissé peinait à cacher son émotion en voyant les photos de l'artiste au musée : il a été son
élève et il est originaire de Niafunké. «Il a laissé un héritage
énorme. Il faisait sortir de ces
sons...», a-t-il dit, ajoutant, après
une pause : «Personne n'arrive
à faire pareil, mais on essaye
toujours de l'imiter, de faire
revivre ses notes.»
CENTRE CULTUREL MUSTAPHA- KATEB (5, RUE
DIDOUCHE-MOURAD, ALGER)
Jusqu’au 17 mars : Exposition
collective d’artisanat.
PALAIS DE LA CULTURE
MOUFDI-ZAKARIA
(KOUBA, ALGER)
Jeudi 10 mars à 18h30 : A
l’occasion des célébrations de la
Journée mondiale de la femme,
spectacle chorégraphique. Mise en
13
[email protected]
ARTS PLASTIQUES
Ouverture de la galerie d’art
Landon à Biskra
Un nouvel espace culturel à Biskra. La galerie d’art Landon vient d’ouvrir ses portes et
d’accueillir sa première exposition d’arts plastiques. 19 artistes de la wilaya animent cette
expo inaugurale.
L a nouvelle galerie porte le
nom du comte Albert Landon
de Longeville (1844-1930).
Elle est située au parc Landon, en bordure de l’oued
Sidi Zarzour, dans le quartier
Châtenier.
Le comte Landon, atteint
d’une maladie chronique,
cherchait un lieu où il pouvait
vivre normalement, sans
avoir à souffrir de ces
gênantes crises d’asthme.
Dans cette ville algérienne à
la porte du Sahara et au climat chaud et sec en été,
c’était enfin possible.
En 1872, il acheta un terrain de 10 hectares où il fit
construire
sa
demeure,
entourée d'un grand parc. Il
en fera un petit coin de paradis terrestre, pour sa famille
et lui-même. Plus tard, le
comte décide d'en faire un
lieu de résidence et de villégiature pour les familles de la
noblesse européenne et pour
les personnalités, en visite
dans la région de Biskra,
notamment durant la saison
hivernale. Il y intègre et
construit alors, d'autres
espaces, notamment, une
église et un restaurant.
Le riche comte investit
beaucoup d’argent dans la
mise en valeur du terrain qu’il
transforma en jardin verdoyant. Il importera des
plantes et des arbres de différentes régions du globe.
Ainsi, outre les palmiers communs à la région, il plantera
aussi le bougainvillier, l'acacia, le lys, l’hibiscus, le bigaradier, le platane, le pin, le
chêne, le caroubier, l'eucalyptus et d’autres végétaux
«exotiques».
Le parc Landon commence à recevoir des visiteurs de
toute l'Europe. En 1890, Landon construit un pavillon destiné à accueillir les artistes,
les poètes, les écrivains. Béla
Bartok, Oscar Wilde, Scott et
Zelda Fitzgerald, André Gide,
Nasreddine Dinet, Eugène
Fromentin, Karl Marx, Anatole France, Francis James,
Henri Matisse et bien d’autres
Photos : DR
LE COUP DE BILL’ART DU SOIR
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
personnalités y passeront un
séjour plus ou moins long.
Certains y trouveront même
l’inspiration. Robert Hitchens
y écrivit son célèbre Garden
of Allah. André Gide s'en inspira pour commencer l'écriture des Nourritures terrestres,
car, dira-t-il, il a découvert
dans ce lieu «des fruits de
saveur sauvage et subite».
Le parc Landon a été
classé en 1959 patrimoine de
Biskra en sa qualité de «jardin botanique». Mais avec le
temps, il commença à perdre
de sa splendeur et même de
sa superficie. Le 1er octobre
2008, il a été fermé par les
autorités communales. Après
plus de deux ans de travaux,
une partie du jardin Landon a
rouvert ses portes, au grand
bonheur des nombreux habitués du lieu, notamment les
familles et des artistes qui ont
maintenant à leur disposition
sa galerie d’art.
Dans son testament, le
comte Landon de Longeville
lègue son jardin à la commune de Biskra. La galerie d’art
Landon sera gérée par
l’Union nationale des arts culturels (Unac).
Kader B.
«Honorer la mémoire de Alloula
par la créativité artistique»
22E ANNIVERSAIRE DE L’ ASSASSINAT DU DRAMATURGE
l y a des dates qui ne s’oublient
jamais
surtout
lorsqu’elles
concernent des êtres d’exception, comme le grand dramaturge
Abdelkader Alloula, assassiné un
10 mars 1994 à Oran. Certains
sombrent dans la peine et le chagrin
mais il y a ceux qui perpétuent la
mémoire de ces êtres chers en les
célébrant à leur image. C’est ainsi
que sont nées les rencontres Abdelkader-Alloula, cette année la
deuxième édition aura lieu du 10 au
12 mars.
Qui mieux qu’une pléiade de
jeunes amoureux de tous les arts et
en particulier du 4e art tant cher au
cœur du dramaturge, qui se sont
unis autour d’un même rêve, celui
de perpétuer sa passion pour la
créativité contre ceux qui l’ont
assassiné au nom de l’obscurantisme. Ainsi, pour cette édition, la Fondation Abdelkader-Alloula, en parte-
I
scène : Faïza Maameri.
AUDITORIUM AÏSSAMESSAOUDI DE LA RADIO
ALGÉRIENNE (21, BD DES
MARTYRS (ALGER)
Mardi 15 et jeudi 17 mars à 19h :
L’Institut culturel italien d’Alger en
collaboration avec la Radio
algérienne, organise un concert de
piano du maestro Christian Leotta.
Entrée sur invitation à retirer à
l’Institut culturel italien d’Alger (4bis, rue Yahia-Mazouni, El Biar) ou
à l’auditorium de la Radio
nariat avec le Théâtre régional
d'Oran prévoit plusieurs représentations, qui débuteront par une repré-
algérienne. Une navette allerretour sera mise à votre
disposition gratuitement. Départ à
18h précises de l’Institut culturel
italien. Pour toute réservation,
veuillez contacter au 021 92 38 73
ou par email : [email protected]
GRAND CHAPITEAU DE
L’HÔTEL HILTON D’ALGER
(PINS-MARITIMES)
Jeudi 24 mars à 19h : Concert
rap avec Booba. 1re partie : Dj Rwan et Benash. Prix : VIP : 4 000
DA/ personne. Standard : 3 000
DA/ personne. Points de vente :
Desk au niveau de l'hôtel Hilton.
Méga Store de Sidi Yahia.
Piccadilly de Aïn-Allah (DélyIbrahim).
SALLE EL-MOUGGAR
^(ALGER-CENTRE)
Mardi 8 mars à 15h : Spectacle
musical animé par Samah Akla et
Samir Toumi.
MAISON DE LA CULTURE
MALEK-HADDAD
(CONSTANTINE)
Jusqu’au 30 mars : Exposition en
sentation théâtrale L'ultime Halka
du groupe El Halka (Café littéraire
de Sidi Bel-Abbès). Vendredi matin,
ils seront nombreux, familles,
proches, amis, admirateurs, à se
recueillir sur sa tombe, au cimetière
de Aïn El Beida.
L'après-midi sera consacré à
nouveau au théatre avec deux
spectacles, Hdar, interprété par de
jeunes comédiens de l'association
mostaganémoise El Moudja, et l'instit de la coopérative artistique Masrah.Net de Béjaïa.
L’incontournable chef-d’œuvre
de feu Abdelkader Alloula El Ajouad
sera à l’honneur le 12 mars, à travers les deux personnages «Akli et
Menouer».
Au programme, un spectacle de
chorégraphie, tandis que la clôture
sera animée par un concert donné
par le groupe Taferka.
Amel Bentolba
son et images «Constantine,
berceau du soufisme musulman et
des chants mystiques».
ESPACE CONTEMPORAIN
D'EL-ACHOUR (ALGER)
Jusqu'au 13 avril : Exposition
«Regard's» de l’artiste peintre Adlane.
GALERIE D’ART KEZAS
(CENTRE D’ARTISANAT DE
SAÏD HAMDINE, ALGER)
Jusqu’au 14 mars : Expositionvente d’arts plastiques «Mille et
une couleurs» de l’artiste
Yacine Kezas.
Sports
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
L'O Médéa peut reprendre les commandes
FOOTBALL
LIGUE 2 MOBILIS (23e JOURNÉE)
USM ALGER
Victoire en amical
face au WAT (2-1)
l'OM Arzew, qui reste sur une
brillante victoire (2-1) en déplacement contre la JSMB et qui cherchera probablement à profiter de
l'avantage du terrain pour enchaîner un 2e succès de rang et s'éloigner ainsi un peu plus de la zone
de turbulences.
L'USM Bel-Abbès (3 e) qui a
laissé filer une excellente occasion de prendre seul le fauteuil de
leader après le nul concédé face
au CA Bordj-Bou-Arréridj (1-1)
mardi en clôture de la 22e journée, se rendra samedi à Hadjout
pour affronter la lanterne rouge à
huis clos. Une aubaine pour les
hommes de Benyellès de renouer
CHAMPIONNAT AMATEUR
(GROUPE EST):
AFFAIRE CRVM-USM
ANNABA
Les sanctions réduites
partiellement
La Commission de recours de la
Fédération algérienne de football (FAF),
réunie mardi, a réduit partiellement les
sanctions prises en première instance à
l’encontre du CR Village Moussa et de
l'USM Annaba après les incidents qui ont
émaillé le match des deux équipes vendredi en championnat d'Algérie amateur,
indique la LNFA.
Le match, qui n'était pas allé à son
terme, sera «rejoué à huis clos sur terrain neutre à désigner par la Ligue nationale du football amateur (LNFA) dans un
délai n’excédant pas 15 jours», précise la
même source sur son site. Par ailleurs, la
sanction de huis clos jusqu'à la fin de la
saison prise à l'encontre des deux
équipes «a été réduite à quatre matchs
dont deux avec sursis», tout en infligeant
une amende de 240 000 DA à l'encontre
de chaque équipe.
Ces décisions interviennent après
seulement 24 heures du verdict prononcé
par la commission de discipline de la
LNFA qui avait décidé «match perdu
pour les deux équipes», accompagné
d'une sanction de huis clos jusqu'à la fin
de la saison. Les sanctions prises par la
commission de discipline de la LNFA ont
provoqué un mouvement de contestation
dans la ville d'Annaba enclenché par les
supporters du club local quelques heures
après leur annonce, lequel mouvement
s'est poursuivi mardi.
L’OM s’accroche au rêve d’accéder en ligue 1.
avec la victoire. Les autres duels
Khroub (14 e ) et du CRB Aïn
de cette 23e journée, notamment,
Fekroun (15 e ) s'annoncent
MC El Eulma-JSM Skikda, MC comme les plus difficiles, car
Saïda-ASO Chlef et Paradou ACappelés à se déplacer respectiveUS Chaouia s'annoncent assez ment chez le CA Bordj-Bouéquilibrés, entre clubs de milieu Arréridj (7e) et l'Amel Bou Saâda
de tableau, dont les niveaux se (13e), où il leur sera probablement
difficile de récolter des points.
valent. Les matchs de l'AS
Photo : DR
L'Olympique de Médéa, actuel co-leader de la
Ligue 2 Mobilis de football avec le CA Batna, pourrait
s'emparer seul de la tête du classement en cas de
victoire contre la JSM Béjaïa, demain pour le compte
de la 23 e journée, au moment où son principal
concurrent pour le leadership, le CAB, se rendra
chez l'OM Arzew qui lutte pour le maintien.
L'OM, qui reste sur une défaite amère chez le CAB (2-0) au
cours de la précédente journée,
devrait profiter, en effet, des nombreuses conditions favorables
que lui procurera cette 23e journée pour renouer avec la victoire
et éventuellement, s'emparer seul
de la première place.
Outre l'avantage du terrain et
le soutien du public, l'OM aura, en
effet, pour adversaire une équipe
de Béjaïa en très mauvaise posture, qui reste sur une série noire
de 7 matchs sans victoire.
Autre avantage pour l'OM, le
difficile déplacement de son
concurrent direct le CAB chez
PARLONS-EN
La débandade de Belouizdad
En football, tout peut évoluer très vite, et le CRB
en est un exemple. En effet, alors qu’il y a à peine
quelques semaines, on pensait que les poulains
d’Alain Michel avaient l’allure d’un solide dauphin et
pouvaient même grignoter l’énorme retard de dix
points sur le leader usmiste, voilà que les coéquipiers
de Yahia-Cherif en sont à leur sixième rencontre sans
victoire. La dernière défaite à domicile face au MO
Béjaïa, les a même relégués à la troisième place
qu’ils peuvent perdre également si le DRB
Tadjenanet (qui reçoit le MC Alger) et la JS Saoura
qui accueillera la JS Kabylie ce samedi venaient à
gagner. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce long
passage à vide qui a débouché sur une grave crise. Il
y a d’abord le problème financier. Avec des salaires
et des primes impayés, la motivation a vite fait de disparaître et les «guerriers» belouizdadis se sont transformés, au fil des rencontres, en joueurs peu agres-
14
sifs qui perdent trop souvent les duels. Ensuite, il y a
le vestiaire qui divise certains «cadres» qui ont perdu
la titularisation et qui ont remis en cause les choix du
coach, Alain Michel. Ce dernier ne semble plus avoir
la maîtrise de son groupe et il l’a reconnu, implicitement, en présentant sa démission, qui a été refusée,
mais pour combien de temps encore ? Les joueurs ne
sont plus du tout solidaires sur le terrain et ils ne font
plus confiance à leurs dirigeants. D’ailleurs, l’actuel
DTS, ancienne gloire et président, Selmi Djillali est
contesté par une partie de l’effectif, et ce, depuis le
début de la saison. Enfin, physiquement, les
Belouizdadis semblent à bout et ils n’arrivent plus à
emballer les rencontres même au sein de leur «kouzina». Le Chabab est en perte de vitesse et à ce rythme là, Asselah et ses camarades pourraient se
retrouver à jouer le maintien après avoir longtemps
rêvé d’une place sur le podium.
H. B.
En stage d’une semaine à Tlemcen depuis vendredi dernier, l’USM Alger a disputé un match amical face au WA Tlemcen qu’elle a remporté (2-0)
au stade Colonel-Lotfi de Tlemcen. Ce sont les
joueurs du WAT qui ont ouvert la marque à la 2’ de
jeu avant qu’Oussama Darfalou, deux minutes plus
tard, n’égalise pour les Rouge et Noir. Le défenseur international olympique revient à la compétition après une convalescence qui aura duré plus
de deux mois. L’ancien sociétaire du RCA, qui a
réalisé une partie honorable face au WAT, a retrouvé les terrains à l’occasion de la dernière rencontre
du championnat face au MOB. Les Rouge et Noir,
qui rentrent aujourd’hui sur Alger, ont inscrit le but
de la victoire à la 47’ par l’intermédiaire de
Mohamed-Amine Aoudia. L’entraîneur de l’USMA,
Miloud Hamdi, qui a aligné deux équipes durant
cette joute amicale, une pour chaque mi-temps, a
testé plusieurs variantes en vue des prochaines
sorties des Rouge et Noir en championnat de Ligue
1 Mobilis. Par ailleurs, les coéquipiers de Mansouri
ont effectué hier matin leur dernière séance d’entraînement au stade de Lala Seti avant de regagner
la capitale dans l’après-midi d’hier. L’USMA affrontera le RC Arbaâ, samedi à 18h au stade OmarHamadi dans le cadre de la 22e journée de Ligue 1
Mobilis.
Ah. A.
MO BEJAÏA
De l’argent frais dans les
caisses des Crabes
A son grand bonheur, la direction du MO Béjaïa
voit ses caisses renflouées par les aides financières attribuées par les sponsors de l’équipe. En
effet, l’équipe vient de recevoir une enveloppe de
26,5 millions DA (12,5 millions de Cevital, 10 millions de Soummam et 40 millions d’Ifri). De quoi
régulariser la situation financière de l’équipe et préparer le prochain tour de la Ligue des champions
d’Afrique. D’ailleurs, les poulains de l’entraîneur
Amrani s’envoleront aujourd’hui à destination de
Tunis avant d’affronter, ce samedi à 17h, la formation du Club Africain pour le compte du match aller
des 16es de finale de la LDC.
Ah. A.
«On ne jure que par la victoire»
KARIM MEDAHI (DÉFENSEUR DU RC RELIZANE) :
Le Soir d’Algérie : Comment
allez-vous ?
Karim Medahi : Dieu merci, je
vais bien. Je me porte à merveille,
je me suis bien préparé et je me
sens en superforme. Le moral est
au beau fixe malgré notre position
préoccupante au classement. On
essaye toutefois d’oublier les mauvaises passes et de se concentrer
uniquement sur le boulot.
Vous recevez le NAHD samedi. Comment voyez-vous cette
rencontre ?
On se prépare régulièrement et
sérieusement pour ce match qu’on
doit impérativement gagner. On est
concentrés sur le travail et focalisés
sur ce match. Pour vous dire, on ne
jure que par la victoire car il nous
faut les trois points pour améliorer
notre position au classement.
Ce match face au NAHD est
donc si important ?
Pour nous, ce sera un match à
enjeu, la pression sera très forte.
Après le nul concédé contre les
Hamraoua, nous sommes dans une
situation délicate. Il va falloir rapidement sortir la tête de l'eau. Nous
n'avons plus le choix. Il faudra avancer et prendre ce qu'il y a à prendre.
Il n’est pas question de passer à
côté des prochains matchs.
Pensez-vous que votre équipe, comme le souhaitent vos supporters, a les moyens de s'en sortir ?
On ne pense pas à ça. Il reste
encore des matchs et on ne lâchera
rien. Ce n'est pas dans la mentalité
des joueurs d'abandonner. Je peux
vous dire que les joueurs ne se
contenteront pas de jouer le maintien uniquement.
C'est à nous de tirer la sonnette
d'alarme. Cela ne dépend pas des
dirigeants ou des supporters mais
de l'équipe qui devra rester solidaire.
Propos recueillis
par A. Rahmane
Photo : DR.
Le Soir
d’Algérie
Sports
Le Soir
d’Algérie
ALL
FOOTB
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
LIGUE DES CHAMPIONS D’AFRIQUE (2E TOUR,
ALLER) : ÉTOILE DU CONGO-ES SÉTIF AURA LIEU DIMANCHE
Djabou dispensé du voyage à Brazzaville
Le milieu de terrain offensif de l'ES Sétif
(Ligue1 algérienne de football) Abdelmoumen
Djabou a été dispensé du match aller du 2e tour
de la Ligue des champions d'Afrique prévu
dimanche prochain à Brazzaville face à l'Etoile
du Congo.
«Djabou est encore à
court sur le plan physique,
le staff technique a décidé
de le ménager à l'occasion
de cette rencontre», a affirmé à l'APS le président du
conseil d'administration du
club Azzedine Arab.
Touché au genou en
mai 2015 alors qu'il portait
les couleurs du Club
Africain (Ligue 1/Tunisie)
Djabou a dû passer sur le
billard en raison d'une
méchante blessure au
genou. Il a repris la compétition en février dernier.
L'ES Sétif effectue ce
mercredi le déplacement à
Brazzaville, via Casablanca
(Maroc), avec un moral à
plat suite au deuxième
revers de rang concédé
mardi à Blida face à
l'USMB (2-1) dans le cadre
de la 22e journée du cham-
COUPE DE LA CAF (2I TOUR/ALLER) : NASARAWA-CS
CONSTANTINE SE JOUERA DIMANCHE
Zeghdoud « appréhende » le voyage d'Abuja
L'entraîneur-adjoint du CS Constantine, Mounir Zeghdoud n'a pas caché hier ses
appréhensions à la veille du déplacement de son équipe à Abuja pour affronter dimanche
prochain les Nigérians de Nasarawa en match aller du 2 e tour de la Coupe de la
Confédération (CAF).
«Nous allons effectuer le voyage au Nigeria avec l'intention de repartir avec un bon
résultat, en dépit des nombreuses défections auxquelles on doit faire face. Notre mission
sera délicate d'autant que le match va se jouer dans des conditions difficiles, nous devons
gérer à notre manière cette première manche », a affirmé à l'APS le N.2 du staff technique
des «Sanafir».
Les coéquipiers de Zinédine Mekkaoui se sont envolés dans la nuit d’hier (2h) à destination d'Istanbul (Turquie) avant de rallier un peu plus tard dans la journée Abuja. Exempt
du tour préliminaire, le CSC a hérité des Nigérians de Nasarawa qui ont passé l'écueil des
Sénégalais de Génération Foot (aller 2-1, retour 0-0).
«Pas moins de sept joueurs vont manquer à l'appel, il s'agit de Mellouli et Cherfa non
qualifiés, alors que Remache, Aksas, Anane, Bellakhdar et Meghni souffrent de diverses
blessures», a ajouté Zeghdoud. Le CSC, qui reste sur une défaite concédée samedi dernier à Alger face à l'USM Harrach (1-0), jouera le match retour entre le 18 et le 20 mars au
stade Chahid-Hamlaoui. L'autre représentant algérien dans cette épreuve, le MC Oran,
affrontera les Ivoiriens du SC Gagnoa. Le match aller se jouera samedi prochain à Oran,
alors que la manche retour est fixée au samedi 19 mars à Abidjan.
pionnat. Les Sétifiens ont
été éliminés vendredi dernier en 1/4 de finale de la
Coupe d'Algérie par l'USM
Bel-Abbes (3-1).
La seconde manche
face aux Congolais se
jouera le samedi 19 mars
au stade du 8 mai 1945 à
partir de 18h00.
La deuxième équipe
algérienne engagée dans
cette épreuve, le MO
Béjaïa affrontera les
Tunisiens du Club Africain
avec un match aller prévu
à Tunis le samedi 12 mars
(17h00), alors que la
manche retour se jouera au
stade de l'Unité maghrébine de Béjaïa le dimanche
20 mars à 18h00.
Le 3 e tour, avant la
phase de poules, est prévu
en avril prochain (aller: 8,
9, 10/ retour : 19, 20).
15
EUROPA LEAGUE (1/8es DE FINALE/ALLER)
Feghouli et Bentaleb au rendez-vous jeudi
Les deux internationaux algériens, Sofiane Feghouli (FC
Valence) et Nabil Bentaleb (Tottenham) seront au rendez-vous
jeudi avec les 1/8es de finale aller de l'Europa League de football. Le FC Valence, qui traverse une conjoncture difficile en
Liga espagnole, sera en déplacement au Pays basque pour
donner la réplique à l'Athletic Bilbao dans un duel hispano-hispanique, alors que Tottenham se rendra en Allemagne pour
défier le Borussia Dortmund dans son antre Signal Iduna Park.
Si Feghouli devrait tenir sa place dans le onze de l'entraîneur
anglais Gary Neville, Bentaleb n'est même pas sûr d'être
convoqué pour cette rencontre, lui qui n'entre plus dans les
plans du technicien argentin Mauricio Pochettino.
Voyant que ses chances de rejouer avec l'équipe première
sont devenues minces, Bentaleb avait demandé mercredi
passé à être aligné avec l'équipe des moins de 21 ans (U21).
Une manière pour lui de gagner en temps de jeu.
Son manque de compétition pourrait lui porter préjudice en
sélection algérienne en vue des prochaines échéances, notamment les éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations (CAN2017) qui reprendront à la fin du mois en cours. Une double
confrontation est au menu des Algériens face à l'Ethiopie (25 et
29). Trois autres internationaux algériens se sont fait éliminer
avec leurs clubs en 16 es de finale, il s'agit d'Islam Slimani
(Sporting Lisbonne), Faouzi Ghoulam (SSC Naples) et Yacine
Brahimi (FC Porto).
Start (heure algérienne)
A partir de 19h
Shakhtar Donetsk (UKR) - Anderlecht (BEL)
FC Bâle (SUI) - FC Séville (ESP)
Borussia Dortmund (GER) - Tottenham (ENG)
Fenerbahçe (TUR) - Braga (POR)
A partir de 21h05
Villarreal (ESP) - Bayer Leverkusen (GER)
Athletic Bilbao (ESP) - FC Valence (ESP)
Liverpool (ENG) - Manchester United (ENG)
Sparta Prague (CZE) - Lazio Rome (ITA)
Ndlr : les matches retour se joueront le jeudi 17 mars.
La CAF encense Mahrez et le surnomme
le «magicien algérien»
Le site internet de la Confédération africaine de football (CAF)
n’a pas tari d’éloges à l’encontre de l’international algérien de
Leicester City en le qualifiant de «magicien algérien de Leicester»
et de «grand artisan de la saison» après son dernier but face à
Watford (1-0) et qui a permis aux Foxes de conforter leur première place au classement de la Premier League avec cinq longueurs d’avance sur leurs poursuivants. 2e meilleur buteur de
Leicester City avec 15 buts cette saison, Riyad Mahrez réalise un
parcours exceptionnel en Premier League au point d’attirer l’attention des recruteurs des grands clubs européens. Mahrez est
également l’auteur de 11 passes décisives en Premier League.
Ah. A.
VOTRE WEEK-END SPORTIF
Football
Ligue 1 Mobilis (22e journée)
A Tadjenanet Stade Smail-Lahoua (16h):
DRBT- MC Alger
A Relizane Stade Mohamed-Zougari (16h):
RCR- NA Hussein Dey (à huis clos)
A Alger Stade Omar-Hamadi (18h): USMA- RC
Arbaâ
A Béchar Stade du 20-Août 55(18h) : JS
Saoura - JS Kabylie
Ligue 2 Mobilis (23e journée)
Vendredi 11 mars (15h)
A Oran Stade Habib-Bouakeul: OM Arzew - CA
Batna
A Médéa Stade Imam-Lyès : O.M - JSM Béjaïa
A Saïda Stade des frères Bracci: MCS- ASO
Chlef
A Bordj Bou Arréridj Stade du 20-Août 1955:
CABBA- AS Khroub
A Alger Stade 20-Août 1955: Paradou AC - US
Chaouia
A Boussaâda Stade Abdelatif-Mokhtar: ABS CRB Aïn Fekroun
A El-Eulma Stade Messaoud-Zougar : MCEEJSM Skikda
Samedi 12 mars (15h)
A Hadjout Stade du 5-Juillet : USMMH- USM
Bel-Abbès (à huis clos)
Championnat amateur (21e journée)
Groupe Centre
Samedi 12 mars(15h)
IB Khemis El-Khechna - NARB Réghaïa
US Oued Amizour - WA Boufarik
WR M’Sila - JS Haï El Djabal
JSM Chéraga - MC Mekhadma
RC Kouba - IB Lakhdaria
JSD Jijel - USF Bordj Bou Arréridj
CR Béni Thour - USM Chéraga
RC Boumerdès - CRB Dar El Beïda
Groupe Ouest
Vendredi 11 mars (15h)
ASB Maghnia - JSM Tiaret (Huis clos)
CRB Sendjas - US Remchi
Samedi 12 mars (15h)
IS Tighennif - ESM Koléa (à huis clos)
MB Hessasna - GC Mascara
SA Mohammadia - WA Mostaganem
WA Tlemcen - SKAF Khemis
CRB Ben Badis - SCM Oran
ES Mostaganem - RCB Oued Rhiou
Groupe Est
Vendredi 11 mars (15h)
US Tébessa - CR Village-Moussa
US Biskra - E. Collo
AB Merouana - HAMRA Annaba
USM Aïn Beïda - NRB Touggourt
MO Constantine - NC Magra
USM Annaba - MSP Batna (à huis clos)
Samedi 12 mars (15h)
AS Aïn M'Lila - HB Chelghoum Laïd
USM Khenchela - ES Guelma
Championnat inter-régions
(20e journée)
Groupe Centre-Ouest
Vendredi 11 mars (15h)
IRB Sougueur - MB Hassi Messaoud
Hydra AC - CRB Boukadir
IRB Laghouat - ORB Oued Fodda
ESB Dahmouni - WAB Tissemsilt (à huis clos)
MB Rouisset - FCB Frenda
CRB Aïn Oussera - SC Aïn Defla
USB Tissemsilt - IRB Aïn Hadjar
ARB Ghriss - MCB Oued Sly
Groupe Est
Vendredi 11 mars(15h)
ESB Besbès – AB Barika
NRB Teleghma – WM Tébessa
IRB Robbah – NRB Cheria
IRB El-Hadjar – CRB Kais
AB Chelghoum-Laïd – WA Ramdane Djamel
ES Batna – NRB Grarem
NRB El-Kala – Nasr El-Fedjoudj
ASC Ouled Zouai – NT Souf
Groupe Centre-Est
Vendredi 11 mars (15h)
IRB Berhoum – CA Kouba
JS Azazga – CRB Ouled DJellal
NRB Oued Derradj – WA Rouiba
USM Sétif – ES Berrouaghia
US Beni Douala – AT Hassi-Messaoud
FC Bir El-Arch – ES Ben Aknoun
Samedi 12 mars (15h)
CRB Aïn Djasser – OM Ruisseau
NRB Achir – AS Bordj Ghedir
Groupe Ouest
Vendredi 11 mars (15h)
CR Témouchent – MB Sidi Chahmi
HB El-Bordj - CRBS
CRB Hennaya – CC Sig
JS Emir Abdelkader – ZSA Témouchent
NRB Bethioua – IRB Maghnia
JS Sig – USM Tindouf
ES Arraba – USM Oran
IRB El-Kerma exempt
Basket-ball
Super division A (23e journée)
Vendredi 11 mars (16h)
A Staouéli : NBS-NA Hussein Dey
Samedi 12 mars (15h)
A El-Eulma : PSE-GS Pétroliers
A Skikda: ABS-WA Boufarik
A Batna: OB-COBB Oran
A Constantine: RCC-IRBB Bou-Arréridj
A Blida: USMB-CRB Dar El-Beida
A Milian: OMS/M-US Sétif
18e journée de la super division B
Samedi 12 mars (15h)
A Ouargla : CSMBBO-OM Bel-Abbès
A Oran: ASPTTO-CSCDK (Gué de
Constantine)
A Saïda : MCS-JSB M’Sila
A Cherchell: MSC-US Biskra
A Raïs Hamidou: USM Alger-MOO Ouargla
Division nationale dames (Mise à jour)
A Batna: USAB-OM Jijel (11h)
A Sétif: MTS-MC Saïda
Handball
Coupe d’Algérie seniors-dames (1/8e de finale)
Samedi 12 Mars (15h)
A Oued Sly: HHB Saida - GS Pétroliers
A Constantine: NRF Constantine - CR
Didouche Mourad
A Oran MG Oued Tlélat - HBC Gdyel
A Oued Athmania : FS Constantine - HC Mila
A Djelfa: JS Awzellaguen - HBCF Arzew
A BB Arréridj : OJS Constantine - HBC El-Biar
A Barika: ASFAK Constantine - ESFOR
Touggourt
A Oued Sly: CHB Bachdjarah - IRF Oran
(16h30)
Volley-ball
Championnat Une A messieurs
(2e phase, 9e journée)
Groupe E
Vendredi 11 mars
O. El Kseur - GS Pétroliers (16h)
NRBB Arréridj - Etoile Sétif (17h)
EF Aïn Azel - OMK El-Milia (16h)
MB Béjaïa - PO Chlef (17h)
Groupe F
Vendredi 11 mars
IB Metlili Chaâmba - RC M’Sila (16h30)
ITR Sétif - NC Béjaïa (17h30)
MCB Laghouat - WO Rouiba (17h)
ASV Blida - WA Tlemcen (16h)
Division Nationale Une seniors-dames
(13e journée)
Vendredi 11 mars
WA Tlemcen - AC Tizi Ouzou (11h)
NC Béjaïa - CRR Toudja (15h)
MB Béjaïa - GS Pétroliers (15h)
Samedi 12 mars
Seddouk VB - RC Béjaïa (11h)
NR Chlef - ASW Béjaïa (15h30)
Sports
Le Soir
d’Algérie
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
ALORS QUE LA FAC AVANCE QUE LE GTAC
EST «UN PRODUIT 100% ALGÉRIEN»
Ce que coûte le Tour en devises
CYCLISME
Organiser le GTAC constitue une belle affaire. Un vrai
jackpot, mais ça profite à qui ?
A la FAC, aux communes,
ou bien aux différents prestataires ? S’il est difficile de lever
le voile sur les recettes, le bilan
du Tour n’étant jamais communiqué aux membres de l’AG,
des « fuites » apportent les
preuves que le Tour d’Algérie
coûte beaucoup d’argent aux
organisateurs. Et que cet
argent ne va pas intégralement
dans la trésorerie de la FAC.
Amine Andaloussi-Alger (Le Soir) Avant même les premiers coups de pédale
du GTAC, le tour est d’abord une immense
et complexe organisation. La FAC confie
cette dernière à un partenaire, NSO qui se
charge des volets techniques et même à la
gestion des finances. NSO, pour rappel,
est une boîte qui se dit spécialisée dans
l’organisation des événements sportifs.
Tous les encaissements et dépenses se
font par le biais de cette boîte. C’est l'organisateur en chef de la manifestation. C’est
le premier à se frotter les mains à l’heure
des bilans. Car le Tour rapporte énormément d’argent. Grâce à son extraordinaire
impact médiatique, les sponsors, attirés
par cette énorme visibilité, mettent la main
à la poche et dépensent sans compter.
Soutenu fortement par ses sponsors
majors, Ooredoo et Cevital, «reconvertis»
par la même occasion en teams, le GTAC
s’assure une bonne santé financière.
«Nous sommes les seuls en Afrique à pouvoir organiser un tour de cyclisme sans
l’appui ni une quelconque assistance des
étrangers. Le GTAC est fait du début jusqu'à la fin par des Algériens», affirmait à
chaque sortie médiatique le président de la
Fédération de cyclisme, M. Rachid
Fezouine.
Ce qui n’a rien à voir avec la vérité.
Celle-ci est tout autre. Plusieurs transferts
en devises effectués démontrent claire-
La facture montrant les
ment l’implication directe des organisateurs
étrangers et de compétences autres que
nationales. Aussi, un document en notre
possession démontre que la FAC a un
autre partenaire que la boîte de communication, NSO. Cet autre partenaire est établi
en France. Il s’agit d’une boîte qui fait office
d’une centrale d’achat.
Répondant au nom d’Europimpex, cette
société d’importation sous-traite dans les
achats en tout genre : motocycles, vêtements, lits, électroménager, TIC et vidéosurveillance (un matériel sensible soumis
à autorisation). Dans le cas qui nous
concerne, Europimpex s’adapte aux exigences de la FAC à laquelle elle offre des
prestations spécifiques. Selon le document
en notre possession, les prestations fournies par Europimpex ont coûté à la FAC la
somme de 59. 920 euros (en hors taxe).
Europimpex Sarl a importé au compte
de la FAC un ensemble de matériels destiné, pour la précision, à la location et non à
la vente. La FAC n’ayant pas jugé utile de
se doter une fois pour toutes de ces équi-
BASKET-BALL :
SUPERDIVISION A (23e JOURNÉE)
NBS-NAHD en ouverture :
une rencontre à quatre points
Programmée initialement pour le vendredi 11 mars, la 23e journée de basket-ball
de la Superdivision A a été décalée au lendemain, samedi 12 mars, à cause de la
tenue de l’Assemblée générale ordinaire de la Fédération algérienne de basket-ball
(FABB) vendredi. Toutefois, la commission des compétitions de la FABB a maintenu
une rencontre pour demain, à savoir le NB Staouéli - NA Hussein-Dey. Cette dernière,
qui sera retransmise en direct sur le petit-écran, mettra aux prises deux équipes qui
pratiquent du beau jeu. Le NBS devra remporter les points de la rencontre pour ne
pas compromettre ses chances de jouer les play-offs alors que le NAHD, battu lors
de la 22e journée par l’US Sétif, relégué à la 4e place au classement, tentera de repartir de Staouéli avec les deux points de la partie pour revenir à la hauteur du leader et
espérer disputer le tournoi de l’Excellence. Ce sera ainsi une rencontre à quatre
points dans la mesure où chaque protagoniste voudrait à tout prix engranger les
points mis en jeu.
Ahmed Ammour
HANDISPORT
Une foule nombreuse accompagne
Mohamed Allek à sa dernière demeure
L'ex-champion du monde handisport algérien, Mohamed Allek, a été inhumé hier
après-midi au niveau de son village d'origine, Agouni Gueghrane (Tizi-Ouzou), en présence d'une foule nombreuse venue lui rendre un dernier hommage.
Parmi les présents figuraient le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould
Ali, le représentant du Comité olympique et sportif algérien (COA), Sid Ali Zaâtar, ainsi
que l'ancien champion olympique du 1500 m, Noureddine Morceli.
La famille du handisport algérien a tenu également à être présente en force pour
accompagner le défunt à sa dernière demeure, dans une ambiance de deuil et de
recueillement. Allek s'est éteint dans la nuit de lundi à mardi à son domicile à Alger à
l'âge de 42 ans des suites d'une longue maladie, laissant derrière lui un riche palmarès
sur le double plan national et international. Pionnier du handisport algérien, premier
médaillé paralympique et mondial africain et arabe, Allek est et restera peut-être à
jamais l'athlète le plus titré du handisport algérien. Il rejoint sa demeure éternelle en
laissant derrière lui une soixantaine de médailles, toutes compétitions confondues, dont
plusieurs records du monde du 100, 200 et 400 m qui ont duré pendant une dizaine
d'années.
frais engagés en euros.
pements, a préféré faire appel à chaque
GTAC à son partenaire non déclaré. La
facture qui est en notre possession est
adressée par Europimpex à la Fédération
algérienne de cyclisme (FAC) et non pas à
NSO. Elle englobe au total 10 prestations,
en l’occurrence deux (02) voitures de
dépannage en location à raison de 11 000
euros, une prestation moto-info (celle-ci est
fournie par la FAC !!!) qui coûte 7 500
euros et la location de voiture de sécurité
pour 9 500 euros. Cette facture dont nous
publions la copie en encadré a été établie
le 11 février 2015 sous le numéro
2015/02/F.A.C/007. C’est-à-dire pour les
prestations fournies lors de la précédente
édition. La note de l’édition en cours devrait
être davantage «salée».
Certes la somme mentionnée (moins
de 60.000 euros) est insignifiante voire
«normale» comparativement à la masse
globale induite par les frais d’organisation
(le président de la FAC avançait fièrement
le chiffre de 200.000 euros pour le seul
chapitre «dotations»). Ce qui n’est pas
«normal», c’est de dire que le «produit
GTAC» est 100% made in Algeria.
C’est dire aussi, en définitive, qu’à
défaut d’études systématiques et objectives sur la rentabilité à long terme de ces
évènements sportifs, le débat sur leur pertinence pour l’économie d’un pays ne sera
jamais tranché.
A. A.
16
ATHLÉTISME :
CHAMPIONNAT
D’AFRIQUE DE CROSSCOUNTRY
Les Algériens à Yaoundé tard
dans la nuit d’aujourd’hui
La sélection algérienne d’athlétisme, devant prendre part
au Championnat d’Afrique de cross-country à Yaoundé, le 12
mars courant, s’est envolée dans la nuit d’hier à jeudi (2h du
matin) à destination du Cameroun via Istanbul (Turquie) sous
la conduite de Rabah Derradji, chef de la délégation, membre
du bureau de la FAA. Ce sera un voyage harassant pour la
délégation algérienne qui doit passer toute la journée d’aujourd’hui à Istanbul avant d’embarquer, vers 17h, pour Yaoundé où
elle devrait atterrir vers minuit. Les athlètes, qui rejoindront
leur lieu d’hébergement tard dans la nuit, n’auront que la journée de vendredi pour se préparer pour la compétition prévue
samedi avec comme objectif de terminer parmi les quatre premières places pour les juniors garçons.
«Pour les juniors dont nous avons engagé une sélection,
nous comptons occuper une place parmi les quatre premières
équipes dans cette compétition considérée comme un véritable mini-championnat du monde», a indiqué Djamel Belaid
chargé des jeunes talents à la DTN qui précise que les plus
fortes nations de cross-country seront présentes à cette compétition, notamment le Kenya, l’Ethiopie, l’Ouganda et autre
Erythrée en ajoutant que «Abir Refas, la seule junior engagée
en individuel, pourrait prétendre à une place parmi les 15 premières». D’autre part, le chargé des jeunes talents à la DTN
estime que les deux séniors Nawel Yahi chez les femmes et
Mohamed Merbouhi chez les messieurs, pourront prétendre à
une place parmi les 10 premiers.
Ces deux athlètes ont été engagés individuellement,
explique la commission de communication de la Fédération
algérienne d’athlétisme (FAA). Pour rappel, la liste des sélectionnés a été arrêtée à l’issue du Championnat d’Algérie de
cross-country d’Aïn Defla dont les six premiers juniors garçons. Pour les autres catégories, seuls les premiers chez les
seniors hommes, seniors dames et juniors filles ont été retenus par la DTN. «Une décision qui a été prise en raison du
niveau de nos athlètes qui n'ont pas brillé lors des derniers
championnats arabes disputés à Tunis». Ainsi, la DTN a sélectionné le champion chez les séniors hommes, à savoir
Mohamed Merbouhi, la championne chez les dames, Nawel
Yahi et la championne junior Abir Refas.
Ahmed Ammour
CONDOLÉANCES
Les membres de la Fédération algérienne d'athlétisme
(FAA) ont appris avec une grande tristesse le décès de
Mansourène Réda, membre très actif du corps arbitral au
sein de la Ligue d'Alger. En cette douloureuse circonstance, le président de la FAA, M. Ammar Bouras ainsi que les
membres du bureau fédéral et le personnel technico-administratif de la FAA présentent à sa famille et ses proches
leurs sincères condoléances et les assurent de leur profonde sympathie.
Rebahi et Dahmani succèdent
à Ahmed Moussa
JUDO : EN SENIORS-DAMES
Les entraîneurs Omar Rebahi
et Meziane Dahmani ont été nommés à la tête de la sélection algérienne seniors-dames de judo, en
remplacement du coach démissionnaire, Ahmed Moussa. «Nous
avons privilégié la piste Omar
Rebahi et Meziane Dahmani pour
la succession de l'entraîneur
démissionnaire, Ahmed Moussa,
car ils étaient en charge de la
sélection juniors, dont la plupart
des athlètes composent l'actuelle
sélection seniors. Ils les connaissent donc parfaitement bien et
après mûre réflexion, la fédération
a considéré que cet avantage
pouvait constituer un gage de
réussite » a indiqué le Directeur
technique national (DTN) Samir
Sebaâ. 2016 est, en effet, une
année olympique. La FAJ a donc
tenu à mettre toutes les chances
du côté de la sélection nationale
dames en vue d'une éventuelle
qualification aux JO de Rio, sans
oublier
les
Championnats
d'Afrique de la discipline, prévus
en avril prochain en Tunisie.
Interrogé sur les raisons ayant
motivé le départ de l'ancien sélectionneur national, Ahmed Moussa,
le DTN a affirmé que ce dernier «
n'a donné aucune explication » et
qu'il s'est « juste contenté de présenter officiellement sa démission
». Sebaâ a cependant supposé
qu'Ahmed Moussa était « certainement fatigué » en raison du
gros travail qu'il a eu à faire pour
bien préparer aussi bien les
championnats d'Afrique de Tunis
que les JO de Rio.
«C'est pour cette raison que
nous avons préféré nommer deux
entraîneurs au lieu d'un, pour
remplacer Ahmed Moussa. De
cette façon, ils pourront se partager les tâches et la charge sera
nettement moins pesante sur chacun d'entre eux» a expliqué
Sebaâ. La même source a conclu
en affirmant avoir "entièrement
confiance en Rebahi et Dahmani"
deux techniciens de renom sur le
plan national et qui ont déjà fait
leurs preuves.
Le Soir
[email protected]
d’Algérie
magazine de la femme
Stress et fatigue :
les idées reçues
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE 17
Le
BON À SAVOIR
Page animée par Hayet Ben
Gâteau au
chocolat
Pour le gâteau : 80 g de farine, 125 g de
chocolat, 125 g de beurre, 125 g de sucre,
3 œufs, 1 sachet de levure, 1 pincée de
sel, crème chantilly
les sucres lents (céréales, pommes de
terre, pâtes, riz…) plutôt que le sucre ou
la pâtisserie. Diminuez les graisses et
préférez les graisses végétales. Veillez
à consommer suffisamment de “bonnes”
protéines (poissons, viandes, œufs,
laitages).
Le chocolat et, d’une manière plus
générale, les sucreries sont des
aliments anti-stress
Faux. Ils appartiennent à la
catégorie des sucres rapides, c’est-àdire qu’ils passent directement dans le
sang en donnant un coup de fouet
quasi immédiat mais de courte durée. Il
convient de privilégier les sucres lents
qui, eux, agissent sur le long terme.
Les sucres présentent néanmoins
l’avantage de faire plaisir, ce que nous
recherchons lorsque le stress nous
gagne. Néanmoins, ils font grossir s’ils
sont consommés plus que de raison.
Les idées reçues sur le stress sont nombreuses mais pas toujours
exactes. Petite revue des principes généraux…
Le stress fatigue
Vrai. Face à une sollicitation
permanente et répétitive, notre
organisme puise sans relâche dans
ses réserves énergétiques et lutte pour
s’adapter. Si notre hygiène de vie est
mauvaise, notre corps ne trouve plus
le carburant nécessaire et tombe en
panne. Vous ressentez alors la fatigue,
qui dans certains cas de stress
durable, ne sera pas réparée par le
sommeil. Il convient dans ce cas de
restructurer son sommeil, c’est-à-dire
retrouver son propre rythme, sa propre
Tournedos
au poivre
et à la crème
4 tournedos, 1 c. à thé de poivre,
5 cl d'huile, 1 oignon, 1 c. à c. de
maïzena, 15 cl de crème fraîche, sel
Enduire les tournedos d'huile et de
poivre. Réserver 30 mn au frais. Les
cuire 3 à 4 mn de chaque côté selon
convenance. Réserver au chaud.
Dans la poêle faites revenir l'oignon
haché. Ajoutez la crème fraîche et la
maïzena délayée dans du lait. Saler.
Tenir au chaud dans un plat.
Remuer sur le feu 1 à 2 mn pour
obtenir une sauce épaisse.
Napper les tournedos.
horloge interne. Pour cela, inutile de
dormir plus, il convient juste de dormir
mieux : couchez-vous et levez-vous à
heures régulières, ne prenez pas
d’excitants avant d’aller au lit…
Un déséquilibre alimentaire
favorisele stress
Vrai. Notre façon de penser, de
sentir, de percevoir, dépend de notre
santé physique et biologique. Pour cela,
il faut veiller à maintenir un équilibre
alimentaire entre les différents
nutriments que nous ingérons. Préférez
QUESTION
Le stress entraîne des carences en
vitamines et en oligo-éléments
Faux. Le stress n’a pas d’incidence
directe sur les taux de vitamines et
d’oligo-éléments présents dans
l’organisme. Ce sont les déséquilibres
alimentaires induits par un état de
stress qui peuvent conduire à des
carences. Prendre un complément
nutritionnel ne répondra que
ponctuellement à ce déséquilibre sans
agir sur le long terme. La prise d’un
complément vitaminique doit, par
ailleurs, être décidée par votre médecin
et effectuée sous sa surveillance car la
présence de certaines molécules en
trop fortes quantités dans le sang peut
être néfaste pour l’organisme.
Quels sont les effets
indésirables les plus
fréquents des produits
cosmétiques ?
Un effet indésirable est une réaction nocive pour la santé
qui s'observe dans les conditions normales d'utilisation d'un
produit. Dans le cas des cosmétiques, on observe, le plus
souvent, des réactions d'irritation ou des réactions
allergiques. D'autres réactions peuvent être liées à une
exposition solaire ou aux UV artificiels et à l'utilisation d'un
produit contenant une substance sensibilisante à ces
rayonnements naturels ou artificiels.
Sauce
chinoise
1 c. à s. de sucre,
2 c. à s. de
vinaigre blanc, 5 c.
à s. d'huile de
tournesol, 1 c. à s.
de moutarde, 1 c. à
s. d'eau, sel, poivre
Avec un batteur
électrique, mélanger
le sucre et le
vinaigre. Ajouter la
moutarde et bien
mélanger. Ajouter
l'huile en filet
(comme pour une
mayonnaise). Saler
et poivrer et au final
ajouter l'eau (en
fonction des goûts).
Préchauffez le four th.6 (180°C). Séparez les
blancs des jaunes. Faites fondre le chocolat.
Mélangez-le avec la farine, la levure, le sucre,
le sel, les jaunes d’œufs et le beurre fondu.
Battez les blancs en neige ferme et
incorporez-les délicatement à la pâte. Versez
dans le moule beurré. Faites cuire pendant 25
min th.6 (180°C). Démoulez encore chaud,
attendez quelques heures avant de le
déguster. Préparez la chantilly en suivant le
mode d’emploi. Ajoutez-y du sucre vanillé.
Dès que la crème tient, cessez de battre.
Accompagner le gâteau avec cette chantilly.
Tisane «tonus
sexuel»
Ce mélange est composé de 2 c. à s.
d'anis vert (semences), 3 c. à s.
d'eucalyptus (feuilles), 4 c. à s. de thym
(feuilles), 4 c. à s. de romarin (feuilles)
et 5 c. à s. de menthe (feuilles).
Mélangez toutes les plantes et conservez-les dans
un bocal bien fermé, en verre de préférence. Pour
servir déposer 2 c. à s. du mélange dans 2 tasses
d'eau bouillante, couvrir et laisser infuser 20
minutes. Ajoutez du miel (au goût) et boire. Il est
conseillé de boire 2 tasses par jour entre les repas
durant trois semaines et arrêter une semaine.
Recommencer si besoin.
Pâte brisée vite faite
300 g de farine, 150 g de beurre en
dés et en pommade, 1/2 c. à c. de sel.
Si la tarte est sucrée, 3 c. à s. de sucre,
8 cl d'eau ou de lait tiède
Mélanger la
farine et le
sel dans un
plat (et le
sucre si
sucre il y a).
Ajouter le
beurre puis
incorporez-le
à la farine en pétrissant rapidement et
légèrement du bout des doigts. On doit
obtenir une sorte de grosse semoule en 2 ou
3 mn. Incorporer rapidement le lait ou l'eau.
Il en faut très peu pour permettre à la pâte de
se lier et de former une boule. Le lait ou l'eau
? C'est selon les goûts. Pour l’étaler sans
problème, utilisez du papier cuisson et cuire
tel quel dans la platine. Eviter de garder la
pâte au frigo, car elle durcit. Sinon, un
passage au microondes à basse puissance
donne de bons résultats.
MOTS FLÉCHÉS
Détente
Le Soir
d’Algérie
Son nom
---------------Son prénom
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
18
Par Tayeb Bouamar
Sa passion
Son club
Prière
---------------Morne
---------------Réalisée
Livres
---------------Aperçu
Dans le
dinar
---------------Monnaie
---------------Rompit
Erbium
---------------Liaison
Divinité (ph)
---------------Célébré
---------------Soldat
Fils arabe
---------------Précieux
Feuille
Issue
---------------Poète
Pierre
Alliée
---------------Meute
---------------Basses
Triste
---------------Sécrétion
Dans le
train
---------------Traîne
Traineau
---------------Iridium
---------------Cravate
anglaise
Située
---------------Limitera
Dévorer
---------------Lettres de
Danemark
---------------Dissimula
Poisson
---------------Résides
Traîna
---------------Suffoque
Roue à
gorge
---------------Eprouvé
Invités
---------------Cobalt
Attachera
---------------Argon
Assassinat
---------------Rame
Préposition
---------------Bagarre
---------------Direction
Tempête
---------------Pouffé
---------------Joyeux
Dans la
jetée
---------------Dards
---------------Fer
Note
---------------Radium
ENUMÉRATION
Possessif
---------------Sodium
---------------Demi-tour
Evasion
---------------Consonne
double
Contrat
---------------Terre
L ET T R E S D E : Rock and Roll
D
O
M
I
N
O
1
2
3
4
5
E
S
R
E
L
I
N
B
A
I
Peau
---------------Blague
Son poste
Ces colonnes abritent les noms
de huit films de Martin Ritt.
Une lettre ne peut être cochée qu’une seule fois.
Définition du mot restant =
«Travailla avec lui»
R
K
A
Z
A
N
S
E
L
T
Entoure
---------------Logo
Sensés
---------------Détester
Rameau
---------------Via
P
E
L
E
G
R
U
L
A
U
Dix à
Londres
---------------Asticot
Blêmir
---------------Sultanat
T E N O M L E
L E U S N E S
B M O H R U E
R
U
F
A
R U I T E T L
P E U R N O R
U Q E M M O H
S
S
E
L
E
A
R
A
M
L
F
E
U
X
D
E
L
E
T
E
1- LE BRUIT ET
4- LE PRÊTE-
6- L’HOMME QUI
LA FUREUR
NOM
TUA LA PEUR
2- HOMBRE
5- LES FEUX DE
7- NORMA RAE
3- L’INSURGÉ
L’ÉTÉ
8- LES SENSUELS
6
1-
GROUPE
ANGLAIS
2- STAR
3- FONDATEUR
7
8
4- STAR
9
5- FANS
10
11
6- GROUPE
12
S OLUTIONS …S OLUTIONS …S OLUTIONS …
MOTS FLÉCHÉS
GÉANTS
MAZAFRAN-DEMARRA
ELUS-EMULES-CLUB
TOT-VA-EUS-D-OSA
RI-BALLES-POE-EI
E-ALLIES-NEUTRES
-ANESSE-CONTRE-S
ABIMEE-BARDEE-TE
M-MES-GERMES-BAR
ILES-TERRES-DORA
SAS-CERNES-PARTI
-C-ROSSES-DAMNEE
I-SAUTES-PET-ESN
NEUTRES-BA-ASE-T
TRAITE-BOLETS-NER-OS-PAVANE-PUT
NAIN-MALICE-MA-I
TIR-CAR-DE-RENDS
IS-PAROLE-BOUSES
O-II-CIE-SOURATE
NUMERIS-MEULES-R
-TIGES-SALLES-DI
JETER-BALLES-DUO
A-ES-FOLLES-BONN
SUS-BA-IES-FETES
EN-TOISES-FINESR-SOIS-S-PUNIS-S
-DOUTAS-RATEE-AU
MUSTANGS-RESSERE
MOTS FLÉCHÉS
-FORD-AMERICAINE
HUIT-AVISA-ACREASE-SUANT-EVE-TH
RE-TT-RE-ELIRA-O
R-VRAIE-CRETE-CL
IVOIRE----VE-VOL
SALES-----E-SILY
OREE-N-----DOT-W
NIE-TACLE-BOLERO
-A-MR-RU-PIPE-OO
P-PUERA-VA-E-SUD
AVERSE-SEIN-MALRIRAS-MULE-PAGES
INDIANAJONE-SERT
LETTRES DE
ROUBAIX
-FLANDRE------TOURCOING---BELGIQUE------CONURBATION-----FRANCE-------LAINE------CROIX-------
MOT RESTANT = KAZAN
MOTS FLÉCHÉS GÉANTS
Détente
Le Soir
d’Algérie
Fleuve
---------------Couleurs
Colère
---------------Fin de série
---------------Parti
Césium
---------------Champ
---------------APC
Demi-tour
---------------Néon
Suit
---------------Règne
Béryllium
---------------Cube
Saison
---------------Etoile filante
Digitigrade
---------------Larme
Planète
---------------Chiffre
Alternative
---------------Cachés
Film de
Rachedi
---------------Artère
Fonceras
---------------Correctionnelle
Préposition
---------------Foot à Paris
Gère le
social
---------------Envies
Dans la
sérum
---------------Diplôme
Dépouilleras
---------------Pouffé
Equipées
---------------Graffiti
Possessif
---------------Mois
Valses
---------------Dépourvu
Manches
---------------Molybdène
Pronom
---------------Gai
participe
Préposition
---------------Adhésive
---------------Aluminium
Baves
---------------Fin de série
---------------Fou
Entières
---------------Déviations
---------------Possessif
Préposition
---------------Penses
---------------Graffiti
Indéfini
---------------Tente (dés)
---------------Crack
Bond
---------------Filet
Issue
---------------Europe
Claire
---------------Monnaies
Note
---------------Gravis
---------------Forme
Cycle
---------------Aisé
Festins
---------------Répugnantes
Epoux
---------------Condition
Tressaillit
---------------Obsédée
Réconforts
---------------Dissimuler
Outil
---------------Douleur
Quais
---------------Calculer
Avoir
---------------Univers
Coupé court
---------------Possessif
Sommet
---------------Humides
---------------Nuit
Sue
---------------A payer
---------------Mettre
Sages
---------------Titres
Belles
---------------Rongeur
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
Branché
---------------Peuple
Releva
---------------Sombras
Par Tayeb Bouamar
Club
anglais
---------------Article
New York
(inv)
---------------Océan
Organisation
internationale
---------------Article
Article
---------------Reposés
Ordonner
---------------Feuilletons
Logos
---------------Planète
---------------Report
Indiens
---------------Elus
---------------Abat
Possessif
---------------Flatteur
---------------Possessif
Carte
---------------Fuites
Réalisées
---------------Nouveau
Cacheras
---------------Rappel
Saison
---------------Lents
Mollusque
---------------Subir
Avantages
---------------Liquide
Tellement
---------------Ile
Excepté
---------------Scandium
Bustes
---------------Eprouve
Néo
---------------Arme
---------------Diplôme
Entoure
---------------Pur
Oiseaux
---------------Blêmi
Rigides
---------------Base
Jeu
---------------Allonge
19
Réserves
---------------Arbre
---------------Givré
Ego
---------------Tellure
Roche
---------------Singe
---------------Vase
Pas assez
---------------Possessif
Cadeau de
la mariée
Crétin
---------------Réfléchies
Aide
---------------Fatals
---------------Etre
Publicité
APPARTEMENTS
––––––––––––––––––––
Vds F3, 85 m2, 3e étage - Cité 350-Logts,
Bougara, wilaya de Blida. Tél.: 0771 47 13 89
––––––––––––––––––––
Ag. GETIM - 0550 32 82 53 - 0773 42 44 63 Vd S/F à T-O F2 50 m2, 4e, Px 260 u. - F3
90 m2 360 u. LBS q. résid. - F5 150 m2, 1er,
2 faç. F106215/B13
––––––––––––––––––––
NS
LE SOIR DE L’IMMOBILIER
Ag. GETIM - 0550 32 82 53 - 0773 42 44 63 Vdà T-Alem, T-O, F4 120 m2, 2 faç., fini TOP,
Px 810 u., vue dégagée - F3 C. Vle de
Tadmaït, fini, 78 m2, 1er étage, 2 faç, cité clôt.,
Px 600 u. nég. F106215/B13
––––––––––––––––––––
Vds F3 BEO, acte, 1er étage. - 0777 18 56 67
F141663
––––––––––––––––––––
Vends F3, 2e étage, Claude-Debussy, refait,
imm. propre. - 0558 91 47 48 F141636
NECROLOGIE
PENSÉES
––––––––––––––––––––
Triste fut et sera pour nous la journée du
14 mars 2012 où nous quittait à jamais notre
cher et regretté père, grand-père
Choukrane Kaci
laissant derrière lui un vide que nul ni personne ne pourra combler. En ce douloureux
souvenir, sa femme, ses fils, ses filles, ses
petits-enfants, toute la famille ainsi que tous
les proches et amis demandent à tous ceux
qui l’ont connu, apprécié et aimé d’avoir une
pieuse pensée à sa mémoire et prient Dieu le
Tout-Puissant de lui accorder Sa Sainte
Miséricorde et de l’accueillir en Son Vaste
Paradis et de lui réserver une place parmi les
Siens. Repose en paix, très cher père.
F106213/B13
––––––––––––––––––––
Cela fait déjà 8 ans depuis
que nous a quittés à jamais
notre cher et regretté
Belaïdi Lounès
laissant derrière lui un
immense vide que nul ni personne ne pourra combler. En
ce douloureux souvenir, ses enfants, ses
frères et sœurs, surtout sa mère, qui l’ont toujours adoré pour ses qualités humaines, sa
bonté, son honnêteté, sa modestie et sa générosité, son souvenir demeurera toujours
gravé dans nos mémoires, demandent à tous
ceux qui l’ont connu, apprécié et aimé
d’avoir une pieuse pensée à sa mémoire et
prient Dieu le Tout-Puissant de lui accorder
Sa Sainte Miséricorde et de l’accueillir en
Son Vaste Paradis. Repose en paix.
––––––––––––––––––––
Vous voulez réussir la tessdira de votre
fille ? Vous voulez que ce jour soit le plus
beau jour de sa vie ? Faites appel à une
professionnelle au : 0554 92 23 08
––––––––––––––––
NS
LOUE PELLE HYDRAULIQUE
sur chenilles, neuve, marque Hyundaï,
modèle R220 LC7, pour entreprise
ou chantier, longue durée.
Tél.: 0557 95 35 94
NS
Cela fait quinze ans, le
10 mars 2001, que nous avons
perdu notre cher époux, père
et grand-père
Touileb Makhlouf
En ce triste anniversaire,
nous prions pour que Dieu l’accueille en Son Vaste Paradis. Repose en paix.
––––––––––––––––––––
Agence de voyages à Alger cherche
un directeur technique. Diplôme requis :
licence dans le tourisme.
Contacter : agence de tourisme et voyages. 0556 83 15 08 NS
––––––––––––––––
RESTAURANT
CHERCHE
• Cuisinier • Aide-cuisinier
• Serveur qualifié
Alger-Centre, avec hébergement.
Tél.: 0552 13 65 16 - 0552 13 84 11
VILLAS
F106210
F141655
––––––––––––––––––––
Les familles Boucherk et
Bandou adressent leurs sincères remerciements pour le
soutien et les marques de
sympathie témoignées suite
au décès de leur cher et
regretté père, époux, frère ,
beau-fils et beau-frère
Boucherk Rachid
décédé le 2 février 2016. Le 40e jour aura lieu
ce vendredi 11/03/2016 à Azaghar, village de
Tamaright, commune de Beni-Aïssi.
Tu étais un homme d'un genre bien à toi et
ta chaleureuse présence donnait un sens à
notre vie. Tu étais notre ami, notre amour,
pour tout cela on te dit merci. Même après
presque 40 jours d'absence, jamais on ne t'oubliera, ta présence est toujours vivante dans
nos pensées et dans nos cœurs, ton visage, ta
voix et ton sourire sont gravés à jamais dans
nos cœurs. Ton épouse, tes enfants Rayane et
Rosa, tes frères et sœurs, tes cousins et la
famille Bandou demandent à tous ceux qui
t'ont connu et aimé d'avoir une pieuse pensée à
ta mémoire. A Dieu nous appartenons et à Lui
nous retournons. Repose en paix.
Les familles Boucherk et Bandou. F106211/B13
––––––––––––––––––––
Ag. GETIM - 0550 32 82 53 - 0773 42 44 63 Vd S/H de Bouh., Tipasa, carcasse de 161 m2
en R+2, 2 faç. dégagé s/mer et forêt, TTC, LF,
Px 2,600 M. F106215/B13
––––––––––––––––––––
Ag. GETIM - 0550 32 82 53 - 0773 42 44 63 Vd villa en R+2 de 181 m2, s/ter. de 800 m2,
3 faç.K, à T-O, L. fonc, g. résid. à T-Ouzou..
––––––––––––––––––––
V. carcasse 250 m2 habit. B/zaréah 1,500 M +
T. 190 m2 Bridja 700 u. + PC + 150 m2
Bouchaoui 550 u. + F3 Réghaïa avec PV
400 u. + Local Bd Bru, 230 m2 800 u. p. de p.
Tél.: 0658 28 87 64 + 0553 10 63 36 F141667
––––––––––––––––––––
Vends 2e étage + terrasse, Blida-Centre. 0775 17 22 33 F141665
––––––––––––––––––––
Vds villa à Souayah, commune de Saoula,
Alger, 490 m2 bâti 171 m2, acte dans
l’indivision, livret foncier en cours, RDC F3 +
garage - 1er étage F3 + studio, finis à 100 % 2e étage reste dalle. - Idéale famille
nombreuse, 3 500 unités négociable.
Tél.: 0554 78 25 15 F141648
––––––––––––––––––––
F106215/B13
TERRAINS
––––––––––––––––––––
Ag. GETIM - 0550 32 82 53 - 0773 42 44 63 Vd des terr. 200 m2 / 300 m2 / 500 m2 :
517 m2 av. fonds à T-O / 384 m2 à B.-El-Kif.,
Alger, avec fonds, clôturé, S/H de Meftah,
500 m2, 3 faç., acte et L. fonc., TTC. F106215/B13
DIVERS
Réparation climatiseurs, machines à laver,
frigidaires, à domicile. Tél.: 0770 22 06 28 0662 63 19 23 NS
––––––––––––––––
Meubles, électroménager, informatique !
Tout à crédit. - Enlèvement sans paiement. 24 mois crédit sans intérêts. - Livraison
immédiate. - Expo : Ô MARKET/SOLI 16, rue H-B-Bouali. - Tél.: 0555 92 61 55 0560 93 94 80/81 - 021 73 48 42 A/F
––––––––––––––––
Occasion : vends sableuses + divers matériels
coudes, vannes, brides, etc.
Tél.: 0772 69 77 14 - 021 73 29 92 F141659
––––––––––––––––
OFFRES
LOCATIONS
––––––––––––––––––––
Ag. GETIM - 0550 32 82 53 - 0773 42 44 63 L. à Bab-Azoune, Alger, F4, 2e, Pr F. libérale,
7 u. - A T-Ouzou, PSR, F4, Pr Hab., résid.
R+3, LBS. F106215/B13
––––––––––––––––––––
Loue F2 BEZ, 9e étage. - 0558 32 70 76 F141663
––––––––––––––––––––
Loue F2, 51 m2, meublé, toutes commodités,
2e étage, pour courtes durées, max : 3 mois,
boulevard Stiti, Tizi-Ouzou. Tél.: 0553 04 34 06
––––––––––––––––––––
REMERCIEMENTS
AVIS
––––––––––––––––––––
Vends appartement 03 pièces, cuisine,
débarras, Bab-El-Oued, prix 920 millions.
Tél.: 0772 433 660 F141668
––––––––––––––––––––
Promotion immobilière vend F2, F3 et F4, TiziOuzou et Tigzirt/Mer, avec crédit CNEP 1 %.
Tél.: 0552 28 22 13 - 0550 97 85 25 F106190/B13
––––––––––––––––––––
Jeudi 10 mars 2016 - PAGE
21
––––––––––––––––––––
Ag. vnd 300 m2 Baba-Ali, 13 m façade, résid. 0550 42 13 11 F141636
––––––––––––––––––––
Boudouaou, Merzouga, vends 150 m2,
200 m2, 250 m2, acte + certificat d’urbanisme,
prix 10 000 DA/m2. - 0662 09 16 54 0555 44 59 16 F141588
––––––––––––––––––––
LOCAUX COMMERCIAUX
––––––––––––––––––––
Loue local 500 m2 Zaouia, Blida. 0775 17 22 33 F141665
––––––––––––––––––––
Loue local 65 m2 à Khemis-Meliana. 0550 99 09 43 F141666
––––––––––––––––––––
Ag. vend local 50 m2, Belfort, El-Harrach, sur
axe. - 0771 210 441 F141636
––––––––––––––––––––
Particulier loue un garage à Ouled-Fayet
(Chéraga) : 110 m2 de superficie, et 3 m 60 de
hauteur. Tél.: 0557 61 08 24
––––––––––––––––––––
PENSIONS
––––––––––––––––––––
Colocation pour filles, Alger-Centre.
Tél.: 0558 55 31 24 F141656
––––––––––––––––––––
PROSPECTIONS
––––––––––––––––––––
Cher. studio pour achat, El-Biar ou Hydra. 0770 490 647 Ag. F141661
––––––––––––––––––––
Achat appartement à Alger. - 0552 660 444
––––––––––––––––––––
Cherche location F1, F2, F3, Alger. 0552 660 444 F141664
––––––––––––––––––––
F141664
CARNET
ANNIVERSAIRES
–––––---------------------La princesse
Anaïs Lamri
soufflera sa 3e bougie
demain vendredi 11 mars
2016. Pour cela, toute sa
famille grands et petits lui
souhaitent un heureux et
joyeux anniversaire.
Tu es et tu resteras notre belle princesse.
F106208/B13
Tonton Adèle qui t’aime.
–––––----------------------
CYLKA - Soins à domicile
• Ambulance 24h/24 •
A votre disposition et assurés
par une équipe médicale et
paramédicale qualifiée
• Consultation médicale • Kiné • Soins infirmiers,
post-opératoires • Prélèvements, analyses et résultats
• Conseil, orientation, accompagnement aux hôpitaux
d’Alger • Garde-malades.
Appelez-nous au : 0550 40 14 14
Pour travaux étanchéité, maçonnerie, peinture.
- 0550 39 27 81 - 0550 86 90 57 F141654
Safaâ, handicapée moteur à 100 %, âgée
de 14 ans, demande à toute âme
charitable de l’aider en lui procurant des
couches adultes medium (moyennes).
Merci. Allah vous le rendra.
Tél.: 0552 57 05 26
SOS
Le Soir
d’Algérie
Réparation TV à domicile,
toutes marques. Tél.: 0772 89 17 22
- 0776 33 88 56 NS
D’EMPLOI
Crèche privée à Beni-Messous
cherche éducatrice diplômée dans différentes
sections (moyenne et grande section)
maîtrisant la langue française et
l’arabe pour la rentrée 2015/2016. Veuillez
nous contacter au 0550 41 55 28 Kb
Offre d'emploi
Annaba. Entreprise cherche:
- Un responsable commercial maitrisant
l'outil informatique et le français
- Un ingénieur en marketing
- Une agent de saisie habitant
de préférence Annaba El Bouni.
Envoyer CV à [email protected] ou
[email protected]
––––––––––––––––
Cherche conducteur d’offset 2 couleurs,
Rolland Favorite. Salaire intéressant. Benchoubène. Tél.: 0560 36 37 60
––––––––––––––––
Ent. privé recrute femme et homme de
ménage (hab. hauteur d’Alger et env.) +
Technicien en électromécanique
CV : 021 63 27 18 / Tél.: 0560 09 98 45 0560 09 98 75 NS
––––––––––––––––
Hôtel-restaurant Turquoise cherche
réceptionniste, exp. 03 ans. Fax : 021 86 85 80
––––––––––––––––
Médecin radiologue cherche médecin
radiologue pour association, cabinet bien situé,
Alger. - 0773 36 88 87 - 0664 54 82 83
F141665
F141651
––––––––––––––––
Cherche coiffeuse. Salaire intéressant +
transport assuré, el-Biar. - 0561 39 34 31
––––––––––––––––
Institut et centre de beauté à Kouba cherche
esthéticienne à plein temps. Conditions : être
présentable et avoir le sens des
responsabilités et libre de tout engagement.
Veuillez nous envoyer votre CV au :
[email protected] F141644
––––––––––––––––
Organisme de formation privé sis à TiziOuzou recrute, avec possibilité
d’hébergement : • Des cuisinières. • Des
femmes de ménages. • Des agents
polyvalents. — Veuillez nous contacter au :
0550 60 45 68 FF106197/B13
––––––––––––––––
F141659
SOIR DE LA FORMATION
NS
PROF DONNE COURS DE SOUTIEN maths pour élèves 4e année moyenne et BEM. - Appeler au : 0664 23 99 81
NS
SMATECH (School of Management & Technology), école agréée par l’Etat, spécialisée en HSE, et en partenariat avec BOSHA (Bureau Occupational Safety et Health Algeria)
et OSHA Academy des USA, assure la formation en : • QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement) pour : Manager - Superviseur - Inspecteur. • Agent de sécurité et de prévention. —
Les attestations HSE sont délivrées par OSHA Academy des USA. • Intendance ; • HACCP ; • Cours de langues ; • Informatique. — Pour plus de renseignements et inscriptions, veuillez nous
contacter aux : 026 200 506 - 0550 906 950 et 0550 906 951 - Adresse : Rue des frères Oudahmane (axe nouveau lycée Abane-Ramdhane), Tizi-Ouzou - E-mail : [email protected] Visitez notre site web : www.smatech-tiziouzou.com F10674/B13
Tizi-Ouzou - IST lance formation qualifiante de : INSTALLATION DE GROUPE ÉLECTROGÈNE (circuit de commande et de puissance), monophasé et triphasé.
- Durée : 4 jours avec possibilité d’hébergement. - Adresse : IST, Imm. Chergui, rue Kerrad-Rachid, Tizi-Ouzou. - Tél./Fax : 026 12 89 08 - Mob.: 0550 59 46 18 F106213/B13
Le vrai «État voyou» !
LES CHOSES DE LA VIE
PANORAMA
Le Soir sur Internet :
http:www.lesoirdalgerie.com
E-mail : [email protected]
an Simpson est un ancien ambassadeur des États-Unis. C'est
autant dire qu'il connaît bien la
politique américaine, notamment dans
ses aspects extérieurs. Il fait un
constat sans appel : il n'y aura pas de
paix sur terre tant que les États-Unis
continueront de livrer des armes pour
alimenter les conflits et qu'ils feront
eux-mêmes des guerres. Ce qui l'amène à affirmer, sans aucune réserve, que
son pays est «une nation meurtrière».
Son constat aboutit à une conclusion
qui est loin d'être un scoop pour nous
qui la «crions» depuis une décennie :
«Le secteur de notre société qui profite
le plus de cette attitude, encore une
fois, chez nous et à l’étranger, est l’industrie de l’armement.»
Dan Simpson parle d'une véritable
«dictature» des Etats-Unis que doivent
subir des pays qui n'ont rien demandé
et dont le seul tort est de ne pas se
plier aux ordres de Washington : «Nous
sommes considérés comme des
tueurs. D’autres pays ne peuvent que
prier leur dieu ou leurs dieux pour que
les États-Unis ne décident pas de leur
faire subir leur volonté, que ce soit
d’imposer une forme de gouvernement
qu’ils devraient selon nous adopter ou
d’invoquer une faute qu’ils auraient
commise comme excuse pour déverser
des bombes sur eux ou envoyer des
drones pour tuer leurs dirigeants.»
Considérant que la «réputation» de
son pays à l'extérieur n'est guère reluisante, il avance que la plupart des
étrangers qu'il rencontre «pensent que
nous sommes fous. Pratiquement tous
pensent que nous sommes un danger
pour la communauté internationale». Et
de faire le triste bilan du déploiement
américain des dernières quinze années.
«Nous sommes en Afghanistan, où
nous avons commencé en 2001 juste
après les attentats du 11 septembre.
Nous sommes en Irak, où le Président
George W. Bush nous a emmenés sur
des postulats mensongers en 2003
pour se faire réélire comme un
Président de temps de guerre. Nous
avons perdu 2 332 soldats en
Afghanistan au cours des 14 dernières
années – six autres la semaine dernière
D
POUSSE AVEC EUX !
Par Hakim Laâlam
– et 4 425 en Irak.» M. Dan Simpson cite
les autres points où s'exerce l'hégémonisme américain : la Libye saccagée et
divisée où sévissent des groupes terroristes sans foi, ni loi, parmi lesquels
Daesh ! Puis, le Yémen où «pour soutenir l’Arabie Saoudite, notre alliée et
notre principale acheteuse d’armes,
nous avons aidé à la destruction du
Yémen. Les Saoudiens l’ont bombardé
jusqu’à le renvoyer à l’âge de pierre et
je n’ai pas encore entendu quiconque à
la Maison-Blanche ou au Pentagone
affirmer qu’il n’y a pas de pilotes américains dans les cockpits saoudiens. Le
Yémen était déjà le pays le plus pauvre
du Moyen-Orient». Et de conclure :
«Nous devrions ramener nos troupes à
la maison. Tant que nous ne le ferons
pas, il n’y aura aucune paix sur terre.
Ne soyons pas des assassins.»
Mais la lucidité de cet ancien ambassadeur qui a le courage de dire des
vérités cachées au peuple américain
suffira-t-elle à enclencher un mouvement de réveil parmi les intellectuels de
ce pays qui court à sa perte et à la
perte de toute la planète ? Ce sont ces
reniements successifs à l'esprit de
liberté et de démocratie qui animait les
fondateurs de la nation américaine et la
mainmise du complexe militaro-industriel sur la vie politique et économique
qui ont, le plus naturellement du
monde, créé les conditions d'une droitisation extrême, voire d'une fascisation
de larges pans de la société locale, au
point où un dégénéré politique, raciste,
misogyne et ennemi déclaré de la paix
mondiale, arrive en tête des sondages
pour la prochaine présidentielle !
C'est autant dire que le danger d'une
déflagration mondiale n'a jamais pesé
aussi lourdement sur les relations
internationales depuis 1945 ! La mondialisation qui a eu l'effet de mettre le
capitalisme en position dominante sur
les économies nationales, n'a pas suffi
à rassurer les grands argentiers et les
magnats de l'industrie de la guerre car,
et au moment où l'on pensait que la
victoire était totale, c'est de l'intérieur
qu'est venu le problème. Les sociétés
occidentales sont à bout de souffle. Le
modèle triomphant de la surconsom-
mation et de l'endettement pour une vie
«de rêve» vire au cauchemar. La déprime s'installe, les suicides se multiplient, la drogue se généralise, l'alcoolisme tue de plus en plus, les mœurs se
délitent au point où un homme peut
épouser un autre homme devant le
maire... Mais le plus grave est que
l'abêtissement généralisé, via les mass
media incolores, politiquement «corrects» et vidés de toute substance
intellectuelle ou idéologique, va jouer
dans le sens d'une totale dérive qui
s'illustre par une dépréciation des
valeurs positives de l'humanité pour se
cristalliser autour des idées nationalistes étroites, du chauvinisme dans
son expression la plus rétrograde, avec
une propension exagérée à soutenir les
solutions militaires qui flattent les sentiments xénophobes.
Ainsi remodelée, une bonne partie
de la société américaine est convaincue de la nécessité de combattre l'ennemi déclaré, le nouveau «diable» qui
succède au nazi et au communiste : le
musulman ! Tout a été fait pour en arriver là et, malgré les efforts du début de
mandat de M. Obama – illustrés par le
discours du Caire –, le travail en profondeur fait par les puissants médias
capitalistes de droite a réussi à créer le
mythe du «musulman terroriste». Les
Américains ignorent que c'est leur gouvernement qui encourage la création de
ces groupes terroristes, depuis AlQaïda jusqu'à Daesh !
Les oligarchies militaristes des
Etats-Unis viennent pourtant d'être
stoppées – momentanément ? – par
l'intervention russe en Syrie qui a mis à
nu les plans démoniaques de la CIA et
de ses acteurs locaux. Cette entrée,
pourtant tardive sur la scène syrienne,
a poussé les parrains du terrorisme à
se démasquer. Le mensonge et la manipulation tentent de présenter cette
intervention comme une attaque contre
l'islam et les musulmans, comme si les
Etats-Unis et les mercenaires qui agissent en Irak et en Syrie sont là pour
construire des mosquées ! Cette hypocrisie s'illustre parfaitement par les critiques des sponsors du terrorisme islamiste qui inventent une «opposition
Par Maâmar Farah
[email protected]
modérée» là où il n'y a que des mercenaires assassins !
L'objectif n'échappe évidemment à
personne : il s'agit de dissoudre les
Etats souverains et détruire tout ce
qu'ils ont bâti durant des décennies
d'intense mobilisation et de lourds
sacrifices. Personne ne croit plus au
mythe de la «démocratie» car tout le
monde en a vu les résultats sur le terrain. C'est un plan diabolique qui est en
train de s'étendre au Maghreb, avec
toujours la participation active des
renégats et des traîtres, des agents de
la CIA prêts à répandre le sang de leurs
concitoyens pour assouvir la soif de
domination de l'impérialisme dont l'objectif suprême est d'aboutir à une troisième guerre mondiale qui doit changer
la carte de la planète en éliminant tous
les obstacles à l'hégémonisme américain.
Ce faisant, elle permettra aux lobbies de l'armement de vendre ces
artilleries qui restent en souffrance en
tant de paix. La guerre est une nécessité pour l'impérialisme. C'est une terrible épreuve pour les peuples. La
Russie a retardé l'échéance mais c'est
elle probablement qui subirait toutes
les conséquences désastreuses d'un
conflit mondial si, par malheur, il venait
à éclater. L'arrivée de Trump à la
Maison-Blanche ne sera pas une bonne
nouvelle pour les partisans de la paix
dans le monde.
M. F.
Bye-bye ! Takachouf !
Louisa Hanoune appelle à l’abrogation du code de la
famille. Le pouvoir fait la sourde oreille, trop occupé à
travailler à l’abrogation du…
… PT !
Mais laisse la lumière allumée ! Pourquoi t’éteints
la lumière ? Au contraire, allume partout dans l’appartement, même la lampe sur le palier ! La crise ?
Mais quelle crise ? Tu ne lis pas les journaux, chérie
? Le baril est remonté au-dessus de 40 dollars. Et
déjà on nous jure qu’on peut enfin souffler. Je ne
vais pas m’en priver, de souffler, ça je peux te le
garantir ! Ça va souffler fort. Regarde comme je les
allonge encore plus loin sous la table mes jambes
qui y étaient à peine posées, timidement rangées.
Allez gambettes ! Déstressez ! Le baril est à 40 et
des poussières. J’adoooore la poussière verte des
dollars. Oui ! Oui ! Oui ! Bien sûr qu’il faut le dissoudre le comité restreint de crise. De toutes les
manières, je commençais à ne plus supporter le
gros cartable en cuir noir du gouverneur Laksaci.
Mon Dieu qu’il me foutait l’angoisse, ce cartable. A
chaque fois que je le voyais débouler à l’écran, instinctivement, je baissais le niveau de chauffage de
ma chaudière et mettais du papier journal autour
des cadres de fenêtres pour empêcher le froid carnassier de pénétrer la maison. Bien sûr chérie que
tu peux allumer le four, brancher le micro-ondes et
lancer la machine à laver en même temps. Mais
puisque je te dis qu’il est à 40 ! Y a plus de raisons
de se priver. La bombance est revenue. Bye-bye !
Takachouf ! Tu réalises, chérie ! Nous sommes un
grand pays ! Eh oui ! Nous venons de surmonter la
crise. Sans même ressentir la douceur de l’effort.
Juste grâce à la baraka de cheikh Messaoud ! Mais
non, chérie ! Le cigare ne peut pas nuire à ma santé,
je ne le fume qu’occasionnellement. Et là, franchement, un baril qui pointe à 40, comment je vais te le
consumer ce cigare. Mumm ! Quoi, je dois faire
attention à la cendre sur le tapis ? Mais je vais pouvoir t’en acheter plein des tapis. De toutes les
façons, celui-là, c’est ta mère qui nous l’a offert
lorsque le baril avait plongé sous les 30 dollars. Il
me rappelle de trop mauvais souvenirs. Ce temps
où, paraît-il, pour survivre, nous devions fumer du
thé pour espérer rester éveillés au cauchemar qui
continuait.
H. L.